Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002"

Transcription

1 1. Sommaire statistique Rapport de réunion Richmond 10 juin Vue d ensemble Nombre de groupes Participants par catégorie 34 Producteurs 4 5 Transformateurs 1 Distributeur Nombre de participants 2 Détaillants 0 Commerçant 58 0 Consommateur Nombre d observateurs 7 Universitaires 2 Biotechniciens 14 0 Écologistes 7 Autres 1.2 Répartition des participants en groupes Groupe n o 1 1. Gestion des risques de l entreprise 2. Renouveau/science et innovation 3. Salubrité et qualité des aliments 4. Environnement Groupe n o 2 1. Renouveau 2. Science et innovation 3. Salubrité et qualité des aliments 4. Environnement 5. Gestion des risques de l entreprise Groupe n o 3 1. Salubrité et qualité des aliments 2. Environnement 3. Gestion des risques de l entreprise 4. Renouveau/science et innovation Groupe n o 4 1. Environnement 2. Salubrité et qualité des aliments 3. Gestion des risques de l entreprise 4. Renouveau/science et innovation 19 participants 15 producteurs 1 universitaire 3 autres intervenants 12 participants 4 producteurs 4 universitaires 2 biotechniciens 1 autre intervenants 14 participants 5 producteurs 4 transformateurs 1 distributeur 2 détaillants 2 autres intervenants 14 participants 10 producteurs 1 transformateur 2 universitaires 1 autre intervenant 4 observateurs 3 du fédéral 1 du provincial 4 observateurs 3 du fédéral 1 du provincial 2 observateurs 2 du fédéral 4 observateurs 4 du fédéral GPC Rapport de réunion Richmond 10 juin

2 2. Évaluation des participants 2.1 Opinions à l égard du processus de consultation! Peu d inquiétudes ont été exprimées à l égard du court préavis qui a été donné pour la consultation.! Les participants à la première série de consultations qui étaient présents à la deuxième ont pu comparer la méthode employée au cours des deux activités. Ils ont eu l impression que la démarche utilisée à la deuxième série contribuait à souligner l importance accordée à la promotion de la discussion entre tous les participants et à la réception de commentaires.! Les intervenants ont indiqué qu ils doivent continuer à collaborer au cours des prochaines consultations, lesquelles devraient porter sur la définition des mesures proposées au sein de chacun des éléments. 2.2 Opinions à l égard de la séance de consultation! On a demandé aux participants de remplir un sondage à la fin de la rencontre et en voici les résultats :! Quand on leur a demandé de coter la valeur de l atelier : o 80 % ont donné une cote BON ou EXCELLENT aux séances comme forum efficace pour exprimer leurs points de vue; o 82 % ont donné une cote BON ou EXCELLENT aux séances comme forum efficace pour rassembler des intervenants aux intérêts divers; et o 78 % ont donné une cote BON ou EXCELLENT aux séances comme forum efficace pour soulever des questions qui leur importent. Possibilité d exprimer des opinions Moyen 20% Faible 0% Excellent 31% Diversité d intérêts des intervenants Moyen 13% Faible 2% Sans réponse 3% Excellent 24% Soulever des questions d importance Moyen 20% Faible 2% Excellent 13% Bon 49% Bon 58% Bon 65% 2.3 Changement d opinion sur le CSA! On a demandé aux participants d indiquer dans quelle mesure ils avaient changé d avis sur le Cadre stratégique pour l agriculture (CSA) à la suite de la consultation. Au total, 55% des participants ont indiqué que leur opinion avait changé «quelque peu ou beaucoup» et 38% ont dit «peu ou pas du tout». Par ailleurs 7% n ont pas répondu à la question. GPC Rapport de réunion Richmond 10 juin

3 3. Sommaire des discussions 3.1 Synthèse du président! Les éléments du CSA doivent se renforcer mutuellement. Les objectifs et les mesures de mise en oeuvre doivent être passés en revue pour veiller à ce que les mesures déployées dans un secteur afin d accroître la rentabilité ne nuisent pas à celles qu on aura prises dans un autre secteur. Conclusions et consensus! Si l industrie est rentable, les objectifs énoncés dans le CSA seront atteints.! Il est essentiel de cultiver des liens avec le gouvernement, entre les gouvernements et entre le gouvernement et l industrie pour que le CSA donne les résultats escomptés. L élaboration du CSA n est qu un début. Les gouvernements, l industrie et l ensemble des intervenants devront continuer à collaborer pour mesurer les progrès et veiller à ce que les objectifs soient atteints. 3.2 Gestion des risques de l entreprise Dans l ensemble, les participants ont convenu qu aucune modification importante du Compte de stabilisation du revenu net (CSRN) ne s impose. Les producteurs favorisent un régime mixte alliant l assurance fondée sur l ensemble de l exploitation agricole et l assurance-récolte individuelle, qui leur permettrait jusqu à un certain point d opter pour l une ou pour l autre formule. En règle générale, les participants estiment que les programmes actuels de gestion des risques devraient être améliorés et non mis de côté. Par ailleurs, le CSA devrait s intéresser davantage aux préjudices que peut subir le secteur et à la nécessité de veiller à ce que les règles du jeu soient équitables pour tous les intervenants. Les participants estiment en effet que les programmes de gestion des risques du CSA n abordent pas la question des torts causés à l industrie agricole. Le CSA devrait également reconnaître le rôle que joue la gestion des approvisionnements, non seulement au chapitre de la gestion des risques, mais aussi comme moyen de réaliser bon nombre des objectifs énoncés dans les autres éléments du cadre. Les gouvernements devraient adopter diverses mesures, notamment pour faire la preuve que l enrichissement des programmes permettrait de combler les lacunes du CRSN et de l assurance-récolte. Les participants seront peut-être plus enclins à appuyer le CSA lorsqu on leur en aura expliqué davantage les modalités et qu ils sauront comment le cadre se répercutera sur les autres programmes. Les participants estiment que le CSA devrait également chercher à atténuer les coups qui peuvent être portés au secteur ou les répercussions d événements qui se produisent sur la scène internationale. En GPC Rapport de réunion Richmond 10 juin

4 outre, la gestion des approvisionnements devrait figurer parmi les principes fondamentaux de la gestion des risques dans certains secteurs. Les participants se sont exprimés en faveur de l ajout de liens avec d autres éléments du CSA. Ainsi, la gestion des risques pourrait être liée à l amélioration du respect de l environnement. Un délégué des Premières nations a demandé que le CSA reconnaisse les caractéristiques et les besoins particuliers des communautés agricoles autochtones. La question des marges a fait l objet de nombreuses interventions. Certains éléments du CSA pourraient se traduire par une augmentation des coûts pour les agriculteurs. Si les programmes de gestion des risques doivent être calculés en fonction de marges, les autres éléments du CSA ne devraient pas empiéter sur ces marges. Certains participants ont proposé que l admissibilité au programme soit calculée sur une plus longue période et que les marges soient réparties sur dix ans. Les participants ont également suggéré d autres instruments d évaluation, comme le coût de production pour les agriculteurs, les investissements en capital et les coûts d emprunt. Certains participants ont fait part de leurs préoccupations concernant l utilisation du CSRN à des fins d investissement si l objectif de stabilisation n est pas atteint. La proposition concernant l assurance de l ensemble de l exploitation agricole a reçu un accueil mitigé. Alors que certains participants y voient un moyen de stimuler la diversification et, peut-être, de réduire les primes, d autres estiment que ce programme n offre pas un outil adéquat de gestion des risques parce qu il ne tient pas compte de la valeur des diverses récoltes. Les participants ont appuyé le CSA dans la mesure où il permettrait d assurer d autres catégories de produits et d autres types de risques. Ils croient que les crédits d impôt et des mécanismes comme la dépréciation accélérée pourraient servir d instrument de gestion des risques. En outre, ils estiment nécessaire de mieux définir ce qu on entend par catastrophe et de modifier les programmes de façon à tenir compte des sinistres répétés et de la baisse prolongée des prix. 3.3 Renouveau En règle générale, les participants croient que les initiatives de renouveau auraient plus de succès si le secteur agricole était plus rentable. GPC Rapport de réunion Richmond 10 juin

5 Les participants estiment que les principes et les objectifs pourraient être mieux définis. Notre principal objectif devrait être le recrutement de nouveaux intervenants dans le secteur agricole. En outre, le CSA ne met l accent que sur le renouveau du point de vue des exploitants agricoles alors que cet aspect devrait intéresser tous les maillons de la chaîne de valeur. Les participants estiment que des mécanismes doivent être élaborés pour témoigner du lien entre le renouveau et la rentabilité. Des programmes devraient être prévus sur une certaine période pour évaluer les progrès. Pour de nombreux participants, la réussite des initiatives de renouveau sera tributaire de la mesure dans laquelle on parviendra à sensibiliser et à éduquer les intervenants, tant au sein de l industrie qu à l extérieur. Selon eux, le CSA devrait reconnaître davantage que la formation, l éducation et la mise en commun des meilleures pratiques sont essentielles à la gestion des risques et que le lien qui les unit aux autres volets du CSA devrait être renforcé. En fait, certains participants sont d avis qu à mesure que se définit le volet renouveau, des ressources destinées au début à la gestion des risques pourraient lui être consacrées. Les participants estiment également qu en ce qui a trait au renouveau, l industrie devra agir comme chef de file, les gouvernements jouant pour leur part un rôle clé en appuyant les réseaux et en facilitant le transfert des connaissances. 3.4 Salubrité et qualité des aliments Les participants estiment que même si les consommateurs canadiens ont accès à des aliments de grande qualité et font confiance à leurs fournisseurs, il faut éviter de tomber dans la suffisance et porter une attention particulière à tous les maillons de la chaîne de production pour maintenir la salubrité et la qualité des aliments. En règle générale, les participants appuient les objectifs du CSA en matière de salubrité et de qualité des aliments. Ils conviennent de la nécessité d entretenir et d accroître la confiance des consommateurs à l égard de leurs produits mais ont souligné que les objectifs en ce sens devront être réalistes, pratiques, abordables et tenir compte des conditions du marché. GPC Rapport de réunion Richmond 10 juin

6 Certains participants croient que la date-cible de 2008 est trop éloignée, laissant entendre que certains producteurs ne se conforment pas présentement aux pratiques saines. Les participants ont beaucoup discuté de la nécessité de définir les notions de salubrité et de qualité des aliments, de convenir d une norme nationale et de mettre en œuvre des normes de salubrité à tous les échelons de la chaîne alimentaire. De nombreux participants ont appuyé la création de systèmes de traçabilité mais craignent de devoir en assumer les coûts. Les participants estiment que le Canada est un chef de file en matière de salubrité et de qualité des aliments. Par conséquent, les coûts associés aux nouvelles initiatives, particulièrement ceux qu assument les producteurs, devront être mesurés à la lumière des résultats qu il serait possible d obtenir en dépassant les normes actuelles. Les participants ont recommandé d insister davantage sur la responsabilité qu a le gouvernement de faire l éducation du public en ce qui a trait aux règles rigoureuses qui régissent la production des aliments dans le but d accroître la confiance des consommateurs à l égard des produits agricoles canadiens. De nombreux participants ont insisté sur la nécessité, pour tous les secteurs de l industrie, depuis les producteurs et les transformateurs jusqu aux détaillants, de se montrer vigilants et d adopter, de leur propre chef, des normes élevées en matière de salubrité et de qualité. Ils estiment que le fait de resserrer les normes permettrait au marché de prendre de l expansion et au Canada de devenir un fournisseur de choix partout dans le monde. Cependant, cette renommée devra tout d abord être acquise ici même. Le CSA devrait également faire la distinction entre la salubrité et la qualité des aliments. Il va de soi que l on doit observer des normes de salubrité minimales pour protéger la santé des consommateurs, mais le gouvernement pourrait également adopter des normes de qualité supérieures qui inciteraient les producteurs à viser des objectifs plus ambitieux. En outre, il serait souhaitable de faire davantage de publicité au sujet de la valeur nutritive des aliments. En règle générale, les participants estiment que les normes qui s appliquent aux produits canadiens devraient également s appliquer aux produits d importation. 3.5 Environnement Dans l ensemble, les participants se sont dits en faveur de mesures rigoureuses de protection de l environnement, mais insistent sur le fait qu en règle générale, les agriculteurs canadiens assurent une bonne intendance des terres, ce qui devrait être reconnu et publicisé. GPC Rapport de réunion Richmond 10 juin

7 Les participants estiment que les objectifs devraient jumeler retombées économiques et mesures environnementales. Les participants craignent que les coûts ne puissent être recouvrés et veulent obtenir des précisions au sujet des mécanismes qui seront mis en place pour suivre les retombées des projets environnementaux. Ils sont également d avis que le CSA devrait reconnaître davantage les liens entre la santé, la qualité et la salubrité des aliments et les pratiques environnementales saines. Estimant que les retombées pourraient ne se manifester qu à long terme, les participants croient que les mesures incitatives énoncées dans le CSA devraient être conçues de façon à aider les producteurs à assumer le coût de la mise en œuvre des nouvelles méthodes et techniques de protection de l environnement. En ce sens, ils appuient les mesures incitatives destinées à aider les producteurs à combler l écart financier entre l adoption immédiate de meilleures pratiques environnementales et les avantages qui en résulteront à une date ultérieure. Les normes environnementales du Canada devraient être appliquées de façon uniforme partout au pays ainsi qu à tous les produits importés. Certains participants ont laissé entendre que de «mauvaises têtes» pourraient refuser d adhérer aux programmes de leur propre chef, ce qui signifie que le CSA devra trouver le juste milieu entre l imposition de coûts supplémentaires aux producteurs qui donnent l exemple, et l adoption de mesures qui forceraient les quelques récalcitrants à obtempérer. Les participants craignent que les plans conçus pour les exploitants agricoles ne tiennent pas compte de la capacité de l écosystème. Il faudra peut-être collaborer avec d autres secteurs d activité, collectivités et gouvernements pour mieux comprendre les répercussions possibles de ces plans sur l environnement. Les organismes gouvernementaux devront travailler de concert pour éviter les chevauchements et pour coordonner la diffusion au public de renseignements concernant les pratiques agricoles respectueuses de l environnement. 3.6 Science et innovation Les participants appuient énergiquement l importance que le CSA accorde à la science et à l innovation. De nombreux participants ont mentionné que le transfert des technologies du laboratoire à la ferme ou aux usines de traitement devrait figurer parmi les principaux objectifs du CSA. GPC Rapport de réunion Richmond 10 juin

8 Les participants favorisent l augmentation des niveaux d investissement dans les établissements de recherche publics et une meilleure coordination des nouveaux projets mis en œuvre dans tous les secteurs de l industrie. Ils craignent cependant que la recherche fondamentale et la recherche utilitaire ne s érodent si la science et l innovation devaient n être motivées que par la rentabilité à court terme. La science et l innovation devraient être axées sur la mise en valeur des ressources humaines et l implantation d une infrastructure garante de l avenir à long terme de l industrie agricole. Les participants estiment que des analyses s imposent et qu il conviendrait d effectuer un suivi distinct des contributions publiques et privées à la science et à l innovation. La plupart des participants croient que pour atteindre ses objectifs, le gouvernement fédéral devrait jouer un rôle plus actif dans la gestion d une infrastructure coordonnée de recherche publique plutôt que de se fier uniquement aux projets issus de l industrie, lesquels manquent de coordination et ne sont pas accessibles à tous. Les participants sont d avis que certains secteurs de l industrie pourraient consacrer un pourcentage de leurs revenus à la science et à l innovation pour en garantir le financement stable. Le CSA devrait également tenir compte du fait que le grand public n est pas toujours conscient des retombées de la science et de l innovation. Les participants estiment donc que le gouvernement et l industrie devraient s employer à en faire la promotion, mais en évitant d aborder les thèmes qui provoquent habituellement une polémique chaque fois qu ils sont associés à la production agricole. GPC Rapport de réunion Richmond 10 juin

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

Agence de la consommation en matière financière du Canada Plan stratégique 2014-2019

Agence de la consommation en matière financière du Canada Plan stratégique 2014-2019 Agence de la consommation en matière financière du Canada Plan stratégique 2014-2019 Notre organisation L Agence de la consommation en matière financière du Canada (ACFC) est un organisme fédéral créé

Plus en détail

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada

Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Examen du processus d approvisionnement collaboratif de Services partagés Canada Exposé présenté à la Table ronde sur l infrastructure de la technologie de l information Mai 2015 Yves Genest, dirigeant

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes Examen des pratiques de gestion du risque Principes, observations et prochaines étapes Contexte Le présent document n est pas une ligne directrice. Il a pour objet de communiquer les principes de base

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/10/6 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 SEPTEMBRE 2012 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Dixième session Genève, 12 16 novembre 2012 RAPPORT D ÉVALUATION DU PROJET RELATIF

Plus en détail

Stratégie de la filière légumes régionale

Stratégie de la filière légumes régionale Introduction et contexte Stratégie de la filière légumes régionale Une filière régionale diversifiée La région Centre compte 1745 exploitations légumières (dont 1436 exploitations professionnelles), ce

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2015-2020

Plan d action de développement durable 2015-2020 Plan d action de développement durable 2015-2020 «Durable Responsable Prospère Ensemble on fait avancer le développement durable au Québec!» La Société du Grand Théâtre de Québec a pour mission de promouvoir

Plus en détail

Principales stratégies pour les années 1999-2001

Principales stratégies pour les années 1999-2001 L ISO en bref L ISO est l Organisation internationale de normalisation. Elle est composée des organismes nationaux de normalisation de pays grands et petits, industrialisés et en développement, de toutes

Plus en détail

Le 5 févier 2004. Monsieur Nicholas LePan Surintendant des institutions financières 255, rue Albert Ottawa (Ont.) K1A 0H2.

Le 5 févier 2004. Monsieur Nicholas LePan Surintendant des institutions financières 255, rue Albert Ottawa (Ont.) K1A 0H2. Le 5 févier 2004 Monsieur Nicholas LePan Surintendant des institutions financières 255, rue Albert Ottawa (Ont.) K1A 0H2 Monsieur, Au nom de l Association canadienne des organismes de contrôle des régimes

Plus en détail

RAPPORT SUR LA MISE EN ŒUVRE DES PRINCIPES DU CRPI PAR LES ASSOCIATIONS DE L INDUSTRIE

RAPPORT SUR LA MISE EN ŒUVRE DES PRINCIPES DU CRPI PAR LES ASSOCIATIONS DE L INDUSTRIE Le Conseil canadien des responsables de la réglementation d assurance (CCRRA) et Les Organismes de réglementation des services d assurance au Canada (CISRO) Projet d examen de la mise en œuvre du Comité

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

SUIVI DES MESURES VISANT À SOUTENIR

SUIVI DES MESURES VISANT À SOUTENIR SUIVI DES MESURES VISANT À SOUTENIR LES MÉNAGES À FAIBLE REVENU Page 1 de 8 TABLE DES MATIÈRES 1. CONTEXTE... 5 2. COLLABORATION AVEC LES ASSOCIATIONS DE CONSOMMATEURS... 5 3. ENTENTES DE PAIEMENT...

Plus en détail

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques

MÉMOIRE. Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec. présenté à la Commission des finances publiques MÉMOIRE Projet de loi n o 65 Loi sur Infrastructure Québec présenté à la Commission des finances publiques Novembre 2009 Table des matières 1. Présentation de l AICQ... 3 2. Commentaires généraux... 4

Plus en détail

Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada (avril 2010)

Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada (avril 2010) L accueil et l accompagnement du parent dans les communautés francophones en contexte minoritaire : Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada

Plus en détail

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de :

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de : Foire aux questions Pourquoi avons nous besoin d une nouvelle stratégie? La stratégie 2014 2016 de Filles, Pas Epouses, qui a été élaborée en concertation avec les membres, s achève à la fin de cette année.

Plus en détail

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet

ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE. Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet ANALYSE D IMPACT RÉGLEMENTAIRE Filtration des sites illégaux de jeux en ligne effectuée par les fournisseurs d accès à Internet Analyse d impact réglementaire FILTRATION DES SITES ILLÉGAUX DE JEUX EN

Plus en détail

Réponse de la direction à l Évaluation sommative du Programme des réseaux de centres d excellence dirigés par l entreprise (RCE-E) menée en 2015.

Réponse de la direction à l Évaluation sommative du Programme des réseaux de centres d excellence dirigés par l entreprise (RCE-E) menée en 2015. Réponse de la direction à l Évaluation sommative du Programme des réseaux de centres d excellence dirigés par l entreprise (RCE-E) menée en 2015. CONTEXTE Le Programme des RCE-E a été établi en 2008, dans

Plus en détail

Parti libéral du Canada. Le Collège des médecins de famille du Canada

Parti libéral du Canada. Le Collège des médecins de famille du Canada Parti libéral du Canada Le Collège des médecins de famille du Canada Questionnaire sur la position des partis politiques relativement aux principaux enjeux de la médecine familiale Élection fédérale 2011

Plus en détail

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES

DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES DÉCLARATION - SOMMET INTERNATIONAL DES COOPÉRATIVES (version proposée par l IRECUS) CONTEXTE S inscrivant dans le cadre de l Année internationale des coopératives, le Sommet international des coopératives

Plus en détail

PROGRAMMES DE GESTION DES RISQUES DE L ENTREPRISE

PROGRAMMES DE GESTION DES RISQUES DE L ENTREPRISE Cultivons l avenir 2 est un cadre stratégique quinquennal pour le secteur canadien de l agriculture et de l agroalimentaire sur lequel s appuie la prestation des programmes fédéraux-provinciauxterritoriaux.

Plus en détail

Projet de stratégie financière pour l OMS

Projet de stratégie financière pour l OMS CONSEIL EXÉCUTIF EB136/36 Cent trente-sixième session 24 décembre 2014 Point 12.1 de l ordre du jour provisoire Projet de stratégie financière pour l OMS Rapport du Secrétariat 1. En mai 2014, la Soixante-Septième

Plus en détail

Réponse à l évaluation du programme de subventions d accès aux installations majeures (AIM)

Réponse à l évaluation du programme de subventions d accès aux installations majeures (AIM) à l évaluation du programme de subventions d accès aux installations majeures (AIM) I. Contexte À la fin du printemps 2006, le Programme de subventions d accès aux installations majeures (AIM) a été remplacé

Plus en détail

Employeur de choix? Innovation en milieu de travail dans le secteur publique

Employeur de choix? Innovation en milieu de travail dans le secteur publique Employeur de choix? Innovation en milieu de travail dans le secteur publique Graham S. Lowe Résumé Le rapport de synthèse est accessible à partir du site http://www.rcrpp.org On peut aussi obtenir des

Plus en détail

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé

Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH. Résumé Évaluation des Prix et des bourses spéciales du CRSH Résumé 18 avril 2012 PRÉFACE ET REMERCIEMENTS BOURSES SPÉCIALES ET PRIX DU CRSH Le Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) est l organisme

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada»

«Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» CGC HC-FIN-CTE/2007 «Pour un traitement fiscal équitable de l ensemble des sources d énergie renouvelables et traditionnelles au Canada» Présentation au Comité des finances de la Chambre des communes Consultations

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

Soumettre une demande

Soumettre une demande Soumettre une demande Table des matières 1. Financement de projets... 2 1.1 Les règles de financement... 3 1.2 Procédure de dépôt et phases d étude des demandes... 4 1.2.1 Volet Sécurité alimentaire...

Plus en détail

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable

Note de synthèse. Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable NOTE DE SYNTHÈSE 15 Note de synthèse Une éco-innovation qui présente plusieurs facettes a facilité l évolution de la production durable Par la mise en place de pratiques productives efficientes et le développement

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Mise à jour en juillet 2010 POLITIQUE DE COMMUNICATION 1. MISE EN CONTEXTE... 2 2. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE DE COMMUNICATION... 2 3. MISSION DU MINISTÈRE... 2 4. VALEURS...

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016

Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 Institut canadien des évaluateurs Mémoire présenté au Comité permanent des finances dans le cadre des consultations prébudgétaires Février 2016 L Institut canadien des évaluateurs (ICE) soumet les recommandations

Plus en détail

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada

Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Stratégie nationale d atténuation des catastrophes du Canada Avant-propos Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux ont reconnu que l atténuation est une importante part d un solide cadre

Plus en détail

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable

Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014. Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Conseil des ministres franco-allemand Paris, le 19 février 2014 Déclaration conjointe Energie, climat et développement durable Face à la réalité indéniable du réchauffement global, l Allemagne et la France

Plus en détail

Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire

Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire CONSEIL EXÉCUTIF EB138/28 Cent trente-huitième session 20 novembre 2015 Point 9.1 de l ordre du jour provisoire Options pour renforcer le partage d informations sur les produits diagnostiques, préventifs

Plus en détail

La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada

La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada FONDATION DES MALADIES DU CŒUR ET DE L AVC La protection des aînés et des Autochtones et le maintien de l excellence dans la recherche sur les maladies cardiovasculaires au Canada Mémoire à l intention

Plus en détail

Assemblée des Premières Nations. Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada

Assemblée des Premières Nations. Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada Assemblée des Premières Nations Document d information technique : Plan de gestion des produits chimiques du Canada 2012-2013 1 Contexte Les Chefs en assemblée de l Assemblée des Premières Nations (APN)

Plus en détail

Economie verte: Réponses de l Öbu aux questions de Bruno Oberle (OFEV) lors de sa conférence «La vision suisse d une Economie verte» au Forum ö 2014

Economie verte: Réponses de l Öbu aux questions de Bruno Oberle (OFEV) lors de sa conférence «La vision suisse d une Economie verte» au Forum ö 2014 Economie verte: Réponses de l Öbu aux questions de Bruno Oberle (OFEV) lors de sa conférence «La vision suisse d une Economie verte» au Forum ö 2014 Prise de position de l Öbu, 23.12.14 9 mai, Forum ö

Plus en détail

visant à modifier la Loi sur les services à l'enfance et à la famille a été approuvé.

visant à modifier la Loi sur les services à l'enfance et à la famille a été approuvé. Gouvernement du Nunavut Rapport d'étape relatifs aux recommandations du Comité permanent sur les opérations gouvernementales et les comptes publics Avril 2013 Rapport sur l examen du rapport de 2011 de

Plus en détail

INTEGRATION DES QUESTIONS RELATIVES A LA DIMENSION ECONOMIQUE DANS LES TACHES ASSIGNEES A L OSCE

INTEGRATION DES QUESTIONS RELATIVES A LA DIMENSION ECONOMIQUE DANS LES TACHES ASSIGNEES A L OSCE Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe INTEGRATION DES QUESTIONS RELATIVES A LA DIMENSION ECONOMIQUE DANS LES TACHES ASSIGNEES A L OSCE RAPPORT DU PRESIDENT EN EXERCICE AU SOMMET DE

Plus en détail

PSCB No. 90/06. 21 juin 2006 Original : anglais. Comité consultatif du secteur privé Réunion extraordinaire 24 septembre 2006 Londres, Angleterre

PSCB No. 90/06. 21 juin 2006 Original : anglais. Comité consultatif du secteur privé Réunion extraordinaire 24 septembre 2006 Londres, Angleterre PSCB No. 90/06 International Coffee Organization Organización Internacional del Café Organização Internacional do Café Organisation Internationale du Café 21 juin 2006 Original : anglais F Comité consultatif

Plus en détail

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles.

déployer une énergie appréciable pour placer les étudiants dans les meilleures conditions de stages possibles. ÉTUDE SUR LES BESOINS EN FORMATION CLINIQUE ET EN FORMATION CONTINUE DES PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ DES COMMUNAUTÉS FRANCOPHONES EN SITUATION MINORITAIRE Sommaire Le Consortium national de formation en

Plus en détail

Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes

Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes Nécessité d une réglementation pour la région des Etats Arabes Bill Wigglesworth Directeur général adjoint, Offtel, R-U 1984-94 (Directeur général par intérim 1992-93) Processus de réforme des télécoms

Plus en détail

Consultation publique Modes de financement des municipalités Régime d impôt foncier et le système d évaluation foncière Prestation régionale des

Consultation publique Modes de financement des municipalités Régime d impôt foncier et le système d évaluation foncière Prestation régionale des Consultation publique Modes de financement des municipalités Régime d impôt foncier et le système d évaluation foncière Prestation régionale des services Mai 2011 Consultation publique Modes de financement

Plus en détail

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SESSION I : ÉLÉMENTS D UN SYSTÈME DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EFFICACE ET ÉQUILIBRÉ POUR FAVORISER L INNOVATION

Plus en détail

Canada s Social Contract: Evidence from Public Opinion

Canada s Social Contract: Evidence from Public Opinion Canada s Social Contract: Evidence from Public Opinion Matthew Mendelsohn Résumé Document de recherche n P 01 Réseau de la participation publique Disponible uniquement en anglais à partir du site www.cprn.org

Plus en détail

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés,

Rapport de la consultation publique sur les conditions de vie des aînés ;Préparons l avenir avec nos aînés, «Les constats du Protecteur du citoyen font écho à ceux du Vérificateur général, aux résultats de l étude de l Institut canadien d information sur la santé et aux opinions généralement admises par les

Plus en détail

Conseil d administration 319 e session, Genève, 16-31 octobre 2013 GB.319/INS/14/2

Conseil d administration 319 e session, Genève, 16-31 octobre 2013 GB.319/INS/14/2 BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL Conseil d administration 319 e session, Genève, 16-31 octobre 2013 GB.319/INS/14/2 Section institutionnelle INS Date: 2 septembre 2013 Original: anglais QUATORZIÈME QUESTION

Plus en détail

RECTO DE LA CARTE 1. Directives pour la qualité des programmes. Compréhension commune des objectifs du programme

RECTO DE LA CARTE 1. Directives pour la qualité des programmes. Compréhension commune des objectifs du programme RECTO DE LA CARTE 1 Compréhension commune des objectifs du programme Bases de référence réalistes pour la qualité et l échelle Coordination au niveau national Identification et mesure des participants

Plus en détail

DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS

DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS DÉCLARATION SUR L ATTÉNUATION DES ÉMISSIONS DE GAZ À EFFET DE SERRE DUES AU TRANSPORT AÉRIEN DE PASSAGERS 1. INTRODUCTION 1.1 Le transport aérien de passagers est étroitement associé au tourisme, lequel

Plus en détail

Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles

Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles Ne laisser personne à la traîne : Pour un redressement économique durable qui prend en compte les personnes handicapées et leurs familles Préparé par l Association canadienne pour l intégration communautaire

Plus en détail

Rapport du séminaire OIT-PARIS21 sur le renforcement des capacités d établissement de statistiques du travail Genève, 3 décembre 2003

Rapport du séminaire OIT-PARIS21 sur le renforcement des capacités d établissement de statistiques du travail Genève, 3 décembre 2003 Rapport du séminaire OIT-PARIS21 sur le renforcement des capacités d établissement de statistiques du travail Genève, 3 décembre 2003 Introduction Le Bureau de statistique du BIT et PARIS21 (Partenariat

Plus en détail

PROJET DIGNITÉ. Démystifier la pauvreté au Canada. ArmeeduSalut.ca/dignite

PROJET DIGNITÉ. Démystifier la pauvreté au Canada. ArmeeduSalut.ca/dignite le PROJET DIGNITÉ Démystifier la pauvreté au Canada sommaire Vous n êtes peut-être pas témoin de la pauvreté tous les jours. Mais croyez-nous, elle existe. En fait, un Canadien sur onze vit dans la pauvreté.

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

CCME. Canadian Council of Ministers of the Environment. Le Conseil canadien des ministres de l environnement

CCME. Canadian Council of Ministers of the Environment. Le Conseil canadien des ministres de l environnement Canadian Council of Ministers of the Environment CCME Le Conseil canadien des ministres de l environnement GUIDE DE L'ACCORD PANCANADIEN SUR L'HARMONISATION ENVIRONNEMENTALE Introduction Le Conseil canadien

Plus en détail

Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage

Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage Élaboration d une norme professionnelle nationale (NPN) et d outils d apprentissage Financé par le Gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils sectoriels Introduction et contexte :

Plus en détail

Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure. Approvisionnement en bitume prémélangé. Contenu

Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure. Approvisionnement en bitume prémélangé. Contenu Approvisionnement en bitume prémélangé Chapitre 7 Ministère des Transports et de l Infrastructure Approvisionnement en bitume prémélangé Contenu Pourquoi nous avons choisi ce projet...... 293 Contexte

Plus en détail

Ordonnance MO-006-2016 obligeant à publier des manuels de mesures d urgence

Ordonnance MO-006-2016 obligeant à publier des manuels de mesures d urgence Dossier OF-Surv-Gen-08 Le 5 avril 2016 Destinataires : Toutes les sociétés détenant une autorisation de construire et d exploiter un oléoduc ou un gazoduc, ou une usine de traitement du gaz, réglementés

Plus en détail

LE PARRAINAGE POUR LIER SCIENCE ET CULTURE

LE PARRAINAGE POUR LIER SCIENCE ET CULTURE LE PARRAINAGE POUR LIER SCIENCE ET CULTURE Marcel Risi, président et directeur général Centre québécois de valorisation de la biomasse, Sainte-Foy, Québec Introduction L expérience accumulée depuis huit

Plus en détail

Présentation Forum minier 2011 23 septembre 2011 L émergence des ententes de prédéveloppement

Présentation Forum minier 2011 23 septembre 2011 L émergence des ententes de prédéveloppement Présentation Forum minier 2011 23 septembre 2011 L émergence des ententes de prédéveloppement François Dandonneau, associé, Gowlings Jean M. Gagné, associé, Fasken Martineau 1, Place Ville-Marie, 37e étage

Plus en détail

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI

CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI CADRE DE COOPÉRATION INTÉRIMAIRE (CCI) MÉCANISME DE COORDINATION DE L ASSISTANCE AU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI SEPTEMBRE 2004 1. PRÉSENTATION Le Cadre de Coopération Intérimaire (CCI) exprime le programme

Plus en détail

Sondage mené auprès de 5 249 élèves des écoles secondaires du Canada. Le 20 avril 2015. Recherche réalisée par :

Sondage mené auprès de 5 249 élèves des écoles secondaires du Canada. Le 20 avril 2015. Recherche réalisée par : Sondage mené auprès de 5 249 élèves des écoles secondaires du Canada 2015 Le 20 avril 2015 Recherche réalisée par : Méthodologie Dans le cadre des Consultations budgétaires auprès des élèves 2014-2015,

Plus en détail

Présentation de Magazines Canada. Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget.

Présentation de Magazines Canada. Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget. Présentation de Magazines Canada Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations préalables au budget Août 2010 Sommaire Magazines Canada est l association nationale qui représente

Plus en détail

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles La Conférence sur «Le développement durable du tourisme des îles», organisée par l OMT (Nations-Unies) et le Gouvernement français à Saint-Denis

Plus en détail

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES

ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES ACTION 3.1. : CREATION D UN CAHIER DES CHARGES Contexte et Objectifs : La commercialisation et la promotion des produits agricoles locaux dans le contexte actuel s effectuent avec plus de succès si des

Plus en détail

FCCF. Vous, nous et tous

FCCF. Vous, nous et tous FCCF Élections Élection05 PRIORITÉS DU SECTEUR PARTIS POLITIQUES AU CANADA Vous, nous et tous nos partenaires La Fédération culturelle -française (FCCF) est un organisme national dont la mission est de

Plus en détail

AVIS CONCERNANT LE SCÉNARIO DE FUSION/REGROUPEMENT DES CRDITED DE MONTRÉAL. Proposition du 2 décembre 2010

AVIS CONCERNANT LE SCÉNARIO DE FUSION/REGROUPEMENT DES CRDITED DE MONTRÉAL. Proposition du 2 décembre 2010 AVIS CONCERNANT LE SCÉNARIO DE FUSION/REGROUPEMENT DES CRDITED DE MONTRÉAL Proposition du 2 décembre 2010 Janvier 2011 COMITÉ RÉGIONAL DES ASSOCIATIONS POUR LA DÉFICIENCE INTELLECTUELLE 5095, 9 e Avenue,

Plus en détail

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005.

POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue. Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POL-24 Politique d évaluation du personnel enseignant à la formation continue Adoptée par le Conseil d administration le 12 décembre 2005. POLITIQUE D ÉVALUATION DU PERSONNEL ENSEIGNANT À LA FORMATION

Plus en détail

Avant projet de loi sur l enseignement obligatoire février 2010 Questions réponses Relations école famille

Avant projet de loi sur l enseignement obligatoire février 2010 Questions réponses Relations école famille L actuelle loi scolaire prévoit que l école «seconde» la famille en matière d éducation. L avant-projet lui donne un rôle «complémentaire» à celui des parents en matière d éducation. L école doit en effet

Plus en détail

L approche par milieu de vie : particularités et avantages

L approche par milieu de vie : particularités et avantages Diapositive 1 L approche par milieu de vie : particularités et avantages par Pierre Maurice Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) L approche par milieu de vie, particularités s et avantages

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/4/6 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Plénière de la Plateforme intergouvernementale scientifique et politique

Plus en détail

Renouvellement de la Politique d évaluation et la stratégie de formation

Renouvellement de la Politique d évaluation et la stratégie de formation Renouvellement de la Politique d évaluation et la stratégie de formation Présentation par : Rafika Amira Centre d excellence en évaluation Secrétariat du conseil du trésor du Canada 3 novembre 2006 Le

Plus en détail

Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à

Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à Consultation sur le projet de «Ligne directrice sur la gestion des risques liés à la réassurance» Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Le 30 octobre 2009 Consultation sur le projet

Plus en détail

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile

4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE 4.10 Programmes d appareils et accessoires fonctionnels et d oxygénothérapie à domicile (Suivi de la section 3.10 du Rapport annuel 2001) CONTEXTE Le

Plus en détail

pour un accord à long terme entre le gouvernement et l industrie pharmaceutique

pour un accord à long terme entre le gouvernement et l industrie pharmaceutique Invitation de l industrie pharmaceutique à l adresse du nouveau gouvernement fédéral : pour un accord à long terme entre le gouvernement et l industrie pharmaceutique Le secteur des entreprises pharmaceutiques

Plus en détail

www.ekos.com Préparé par :

www.ekos.com Préparé par : SOMMAIRE Préparé par : EKOS RESEARCH ASSOCIATES Ottawa 359, rue Kent, bureau 300 Ottawa (Ontario) K2P 0R6 Tél. : 613-235-7215 Téléc. : 613-235-8498 Courriel : pobox@ekos.com Toronto 181, avenue Harbord

Plus en détail

Guide de financement de projets locaux en persévérance scolaire et en réussite éducative

Guide de financement de projets locaux en persévérance scolaire et en réussite éducative Guide de financement de projets locaux en persévérance scolaire et en réussite éducative Critères d admissibilité des projets déposés par les MRC de l Estrie 1 dans le cadre du soutien financier de la

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail

Retour au Plein Emploi?

Retour au Plein Emploi? Retour au Plein Emploi? Fiche 45 JAMES E. MEADE Dans ce petit livre (Economica, 1995, 88 p.) préfacé par Robert M.Solow (prix Nobel), James E. Meade (prix Nobel) propose des solutions macro-économiques

Plus en détail

PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009)

PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009) CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009) Mission de la Société

Plus en détail

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance

Les rôles et responsabilités du conseil : l exercice d une bonne gouvernance Modifiée : Page 1 de 8 Préambule En vertu de la Loi sur l éducation, le conseil scolaire, dont ses membres ont été dûment élus, est tenu de promouvoir le rendement des élèves et leur bien-être, de veiller

Plus en détail

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE

ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA MISE EN ŒUVRE DE LA DÉCLARATION DE LIBREVILLE Projet Document IMCHE/2/CP2 1 ALLIANCE STRATÉGIQUE ENTRE LA SANTÉ ET L ENVIRONNEMENT POUR LA

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

GUIDE DE PROCEDURES DU GROUPE DES AMIS DU PARAGRAPHE 47

GUIDE DE PROCEDURES DU GROUPE DES AMIS DU PARAGRAPHE 47 47. Nous sommes conscients de l importance de la communication, par les entreprises, d informations sur l impact environnemental de leurs activités et les encourageons, en particulier s agissant des entreprises

Plus en détail

Avantages économiques

Avantages économiques I. QU EST CE QUE LE SYSTEME DE MANAGEMENT ENVIRONNEMENTAL? Le SME est un outil de gestion interne qui favorise l intégration précoce d objectifs écologiques précis dans les autres systèmes de gestion et

Plus en détail

Politique de communication du Conseil administratif

Politique de communication du Conseil administratif 15 janvier 2008 Politique de communication du Conseil administratif Document édité par la commune de Plan-les-Ouates Objectif de la politique de communication La politique du Conseil administratif a pour

Plus en détail

Notes d une allocution prononcée par le surintendant adjoint Mark Zelmer devant l Institut C.D. Howe. Toronto (Ontario) Le 3 avril 2014

Notes d une allocution prononcée par le surintendant adjoint Mark Zelmer devant l Institut C.D. Howe. Toronto (Ontario) Le 3 avril 2014 Notes d une allocution prononcée par le surintendant adjoint Mark Zelmer devant l Institut C.D. Howe Toronto (Ontario) Le 3 avril 2014 NOTES D ALLOCUTION Pour de plus amples renseignements : Brock Kruger

Plus en détail

Équipe de Collaboration Interprofessionnelle

Équipe de Collaboration Interprofessionnelle Équipe de Collaboration Interprofessionnelle Juin 2012 Tazim Virani Rapport commandé par l Association des infirmières et infirmiers du Canada fcrss.ca Ce document est disponible à www.fcrss.ca. Le présent

Plus en détail

Stratégie nationale pour le logement des Premières Nations

Stratégie nationale pour le logement des Premières Nations Stratégie nationale pour le logement des Premières Nations Vision Qu ils vivent dans leur collectivité ou à l extérieur de celle-ci, tous les membres des Premières Nations ont le droit d avoir un abri

Plus en détail

VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN

VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN VERS UNE EXPLOITATION MINIÈRE SANS RÉSIDUS : TRANSFORMATION FONDAMENTALE DU SECTEUR MINIER CANADIEN Mémoire présenté aux fins du budget de 2016 29 janvier 2016 Présenté par : Peter Kondos, Ph. D. Président

Plus en détail

La Consommation et la Production Durables en un clic

La Consommation et la Production Durables en un clic PORTAIL MONDIAL DE LA CPD Consommation et Production Durables www.start.scpclearinghouse.org La Consommation et la Production Durables en un clic Animé par Action Mondiale pour la Consommation et la Production

Plus en détail

Le Regroupement des usagers du Saint-Laurent (RUSL)

Le Regroupement des usagers du Saint-Laurent (RUSL) Le Regroupement des usagers du Saint-Laurent (RUSL) Commentaires remis à la Commission mixte internationale concernant le projet d'ordonnance d'approbation, le plan de régularisation et autres sujets connexes

Plus en détail

Stratégie pour le don d organes et de tissus

Stratégie pour le don d organes et de tissus Stratégie pour le don d organes et de tissus Ministère de la Santé Mai 2015 Ministère de la Santé Stratégie pour le don d organes et de tissus Publié par : Ministère de la Santé Province du Nouveau-Brunswick

Plus en détail

CHOIX ET OPPORTUNITÉS POUR LE RÉSEAU D AIRES PROTÉGÉES AU QUÉBEC

CHOIX ET OPPORTUNITÉS POUR LE RÉSEAU D AIRES PROTÉGÉES AU QUÉBEC CHOIX ET OPPORTUNITÉS POUR LE RÉSEAU D AIRES PROTÉGÉES AU QUÉBEC Préambule En ce début de l Année de la biodiversité, il fait très plaisir à la Fédération québécoise des coopératives forestières de participer

Plus en détail

Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres

Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres Réaliser notre vision des soins de santé : Principales orientations adressées aux premiers ministres Contexte et objectif : La Fédération canadienne des syndicats d infirmières/infirmiers (FCSII), représentant

Plus en détail

École de technologie supérieure. Plan d action de développement durable

École de technologie supérieure. Plan d action de développement durable École de technologie supérieure Plan d action de développement durable 2009-2012 Enseignement et recherche Favoriser l intégration du concept de développement durable dans les activités d enseignement

Plus en détail

Le Conseil ministériel,

Le Conseil ministériel, DÉCISION No 3/11 ÉLÉMENTS DU CYCLE DU CONFLIT LIÉS AU RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DE L OSCE EN MATIÈRE D ALERTE PRÉCOCE, D ACTION RAPIDE, DE FACILITATION DU DIALOGUE ET DE SOUTIEN À LA MÉDIATION, AINSI

Plus en détail

CHANTIER D ÉCLAIRCIE COMMERCIALE

CHANTIER D ÉCLAIRCIE COMMERCIALE CHANTIER D ÉCLAIRCIE COMMERCIALE PLAN D ACTION 2012-2013 Méthode de priorisation des sites Des dizaines de milliers d hectares de plantations et de peuplements naturels éduqués sont susceptibles d être

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail