Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport de réunion Richmond 10 juin 2002"

Transcription

1 1. Sommaire statistique Rapport de réunion Richmond 10 juin Vue d ensemble Nombre de groupes Participants par catégorie 34 Producteurs 4 5 Transformateurs 1 Distributeur Nombre de participants 2 Détaillants 0 Commerçant 58 0 Consommateur Nombre d observateurs 7 Universitaires 2 Biotechniciens 14 0 Écologistes 7 Autres 1.2 Répartition des participants en groupes Groupe n o 1 1. Gestion des risques de l entreprise 2. Renouveau/science et innovation 3. Salubrité et qualité des aliments 4. Environnement Groupe n o 2 1. Renouveau 2. Science et innovation 3. Salubrité et qualité des aliments 4. Environnement 5. Gestion des risques de l entreprise Groupe n o 3 1. Salubrité et qualité des aliments 2. Environnement 3. Gestion des risques de l entreprise 4. Renouveau/science et innovation Groupe n o 4 1. Environnement 2. Salubrité et qualité des aliments 3. Gestion des risques de l entreprise 4. Renouveau/science et innovation 19 participants 15 producteurs 1 universitaire 3 autres intervenants 12 participants 4 producteurs 4 universitaires 2 biotechniciens 1 autre intervenants 14 participants 5 producteurs 4 transformateurs 1 distributeur 2 détaillants 2 autres intervenants 14 participants 10 producteurs 1 transformateur 2 universitaires 1 autre intervenant 4 observateurs 3 du fédéral 1 du provincial 4 observateurs 3 du fédéral 1 du provincial 2 observateurs 2 du fédéral 4 observateurs 4 du fédéral GPC Rapport de réunion Richmond 10 juin

2 2. Évaluation des participants 2.1 Opinions à l égard du processus de consultation! Peu d inquiétudes ont été exprimées à l égard du court préavis qui a été donné pour la consultation.! Les participants à la première série de consultations qui étaient présents à la deuxième ont pu comparer la méthode employée au cours des deux activités. Ils ont eu l impression que la démarche utilisée à la deuxième série contribuait à souligner l importance accordée à la promotion de la discussion entre tous les participants et à la réception de commentaires.! Les intervenants ont indiqué qu ils doivent continuer à collaborer au cours des prochaines consultations, lesquelles devraient porter sur la définition des mesures proposées au sein de chacun des éléments. 2.2 Opinions à l égard de la séance de consultation! On a demandé aux participants de remplir un sondage à la fin de la rencontre et en voici les résultats :! Quand on leur a demandé de coter la valeur de l atelier : o 80 % ont donné une cote BON ou EXCELLENT aux séances comme forum efficace pour exprimer leurs points de vue; o 82 % ont donné une cote BON ou EXCELLENT aux séances comme forum efficace pour rassembler des intervenants aux intérêts divers; et o 78 % ont donné une cote BON ou EXCELLENT aux séances comme forum efficace pour soulever des questions qui leur importent. Possibilité d exprimer des opinions Moyen 20% Faible 0% Excellent 31% Diversité d intérêts des intervenants Moyen 13% Faible 2% Sans réponse 3% Excellent 24% Soulever des questions d importance Moyen 20% Faible 2% Excellent 13% Bon 49% Bon 58% Bon 65% 2.3 Changement d opinion sur le CSA! On a demandé aux participants d indiquer dans quelle mesure ils avaient changé d avis sur le Cadre stratégique pour l agriculture (CSA) à la suite de la consultation. Au total, 55% des participants ont indiqué que leur opinion avait changé «quelque peu ou beaucoup» et 38% ont dit «peu ou pas du tout». Par ailleurs 7% n ont pas répondu à la question. GPC Rapport de réunion Richmond 10 juin

3 3. Sommaire des discussions 3.1 Synthèse du président! Les éléments du CSA doivent se renforcer mutuellement. Les objectifs et les mesures de mise en oeuvre doivent être passés en revue pour veiller à ce que les mesures déployées dans un secteur afin d accroître la rentabilité ne nuisent pas à celles qu on aura prises dans un autre secteur. Conclusions et consensus! Si l industrie est rentable, les objectifs énoncés dans le CSA seront atteints.! Il est essentiel de cultiver des liens avec le gouvernement, entre les gouvernements et entre le gouvernement et l industrie pour que le CSA donne les résultats escomptés. L élaboration du CSA n est qu un début. Les gouvernements, l industrie et l ensemble des intervenants devront continuer à collaborer pour mesurer les progrès et veiller à ce que les objectifs soient atteints. 3.2 Gestion des risques de l entreprise Dans l ensemble, les participants ont convenu qu aucune modification importante du Compte de stabilisation du revenu net (CSRN) ne s impose. Les producteurs favorisent un régime mixte alliant l assurance fondée sur l ensemble de l exploitation agricole et l assurance-récolte individuelle, qui leur permettrait jusqu à un certain point d opter pour l une ou pour l autre formule. En règle générale, les participants estiment que les programmes actuels de gestion des risques devraient être améliorés et non mis de côté. Par ailleurs, le CSA devrait s intéresser davantage aux préjudices que peut subir le secteur et à la nécessité de veiller à ce que les règles du jeu soient équitables pour tous les intervenants. Les participants estiment en effet que les programmes de gestion des risques du CSA n abordent pas la question des torts causés à l industrie agricole. Le CSA devrait également reconnaître le rôle que joue la gestion des approvisionnements, non seulement au chapitre de la gestion des risques, mais aussi comme moyen de réaliser bon nombre des objectifs énoncés dans les autres éléments du cadre. Les gouvernements devraient adopter diverses mesures, notamment pour faire la preuve que l enrichissement des programmes permettrait de combler les lacunes du CRSN et de l assurance-récolte. Les participants seront peut-être plus enclins à appuyer le CSA lorsqu on leur en aura expliqué davantage les modalités et qu ils sauront comment le cadre se répercutera sur les autres programmes. Les participants estiment que le CSA devrait également chercher à atténuer les coups qui peuvent être portés au secteur ou les répercussions d événements qui se produisent sur la scène internationale. En GPC Rapport de réunion Richmond 10 juin

4 outre, la gestion des approvisionnements devrait figurer parmi les principes fondamentaux de la gestion des risques dans certains secteurs. Les participants se sont exprimés en faveur de l ajout de liens avec d autres éléments du CSA. Ainsi, la gestion des risques pourrait être liée à l amélioration du respect de l environnement. Un délégué des Premières nations a demandé que le CSA reconnaisse les caractéristiques et les besoins particuliers des communautés agricoles autochtones. La question des marges a fait l objet de nombreuses interventions. Certains éléments du CSA pourraient se traduire par une augmentation des coûts pour les agriculteurs. Si les programmes de gestion des risques doivent être calculés en fonction de marges, les autres éléments du CSA ne devraient pas empiéter sur ces marges. Certains participants ont proposé que l admissibilité au programme soit calculée sur une plus longue période et que les marges soient réparties sur dix ans. Les participants ont également suggéré d autres instruments d évaluation, comme le coût de production pour les agriculteurs, les investissements en capital et les coûts d emprunt. Certains participants ont fait part de leurs préoccupations concernant l utilisation du CSRN à des fins d investissement si l objectif de stabilisation n est pas atteint. La proposition concernant l assurance de l ensemble de l exploitation agricole a reçu un accueil mitigé. Alors que certains participants y voient un moyen de stimuler la diversification et, peut-être, de réduire les primes, d autres estiment que ce programme n offre pas un outil adéquat de gestion des risques parce qu il ne tient pas compte de la valeur des diverses récoltes. Les participants ont appuyé le CSA dans la mesure où il permettrait d assurer d autres catégories de produits et d autres types de risques. Ils croient que les crédits d impôt et des mécanismes comme la dépréciation accélérée pourraient servir d instrument de gestion des risques. En outre, ils estiment nécessaire de mieux définir ce qu on entend par catastrophe et de modifier les programmes de façon à tenir compte des sinistres répétés et de la baisse prolongée des prix. 3.3 Renouveau En règle générale, les participants croient que les initiatives de renouveau auraient plus de succès si le secteur agricole était plus rentable. GPC Rapport de réunion Richmond 10 juin

5 Les participants estiment que les principes et les objectifs pourraient être mieux définis. Notre principal objectif devrait être le recrutement de nouveaux intervenants dans le secteur agricole. En outre, le CSA ne met l accent que sur le renouveau du point de vue des exploitants agricoles alors que cet aspect devrait intéresser tous les maillons de la chaîne de valeur. Les participants estiment que des mécanismes doivent être élaborés pour témoigner du lien entre le renouveau et la rentabilité. Des programmes devraient être prévus sur une certaine période pour évaluer les progrès. Pour de nombreux participants, la réussite des initiatives de renouveau sera tributaire de la mesure dans laquelle on parviendra à sensibiliser et à éduquer les intervenants, tant au sein de l industrie qu à l extérieur. Selon eux, le CSA devrait reconnaître davantage que la formation, l éducation et la mise en commun des meilleures pratiques sont essentielles à la gestion des risques et que le lien qui les unit aux autres volets du CSA devrait être renforcé. En fait, certains participants sont d avis qu à mesure que se définit le volet renouveau, des ressources destinées au début à la gestion des risques pourraient lui être consacrées. Les participants estiment également qu en ce qui a trait au renouveau, l industrie devra agir comme chef de file, les gouvernements jouant pour leur part un rôle clé en appuyant les réseaux et en facilitant le transfert des connaissances. 3.4 Salubrité et qualité des aliments Les participants estiment que même si les consommateurs canadiens ont accès à des aliments de grande qualité et font confiance à leurs fournisseurs, il faut éviter de tomber dans la suffisance et porter une attention particulière à tous les maillons de la chaîne de production pour maintenir la salubrité et la qualité des aliments. En règle générale, les participants appuient les objectifs du CSA en matière de salubrité et de qualité des aliments. Ils conviennent de la nécessité d entretenir et d accroître la confiance des consommateurs à l égard de leurs produits mais ont souligné que les objectifs en ce sens devront être réalistes, pratiques, abordables et tenir compte des conditions du marché. GPC Rapport de réunion Richmond 10 juin

6 Certains participants croient que la date-cible de 2008 est trop éloignée, laissant entendre que certains producteurs ne se conforment pas présentement aux pratiques saines. Les participants ont beaucoup discuté de la nécessité de définir les notions de salubrité et de qualité des aliments, de convenir d une norme nationale et de mettre en œuvre des normes de salubrité à tous les échelons de la chaîne alimentaire. De nombreux participants ont appuyé la création de systèmes de traçabilité mais craignent de devoir en assumer les coûts. Les participants estiment que le Canada est un chef de file en matière de salubrité et de qualité des aliments. Par conséquent, les coûts associés aux nouvelles initiatives, particulièrement ceux qu assument les producteurs, devront être mesurés à la lumière des résultats qu il serait possible d obtenir en dépassant les normes actuelles. Les participants ont recommandé d insister davantage sur la responsabilité qu a le gouvernement de faire l éducation du public en ce qui a trait aux règles rigoureuses qui régissent la production des aliments dans le but d accroître la confiance des consommateurs à l égard des produits agricoles canadiens. De nombreux participants ont insisté sur la nécessité, pour tous les secteurs de l industrie, depuis les producteurs et les transformateurs jusqu aux détaillants, de se montrer vigilants et d adopter, de leur propre chef, des normes élevées en matière de salubrité et de qualité. Ils estiment que le fait de resserrer les normes permettrait au marché de prendre de l expansion et au Canada de devenir un fournisseur de choix partout dans le monde. Cependant, cette renommée devra tout d abord être acquise ici même. Le CSA devrait également faire la distinction entre la salubrité et la qualité des aliments. Il va de soi que l on doit observer des normes de salubrité minimales pour protéger la santé des consommateurs, mais le gouvernement pourrait également adopter des normes de qualité supérieures qui inciteraient les producteurs à viser des objectifs plus ambitieux. En outre, il serait souhaitable de faire davantage de publicité au sujet de la valeur nutritive des aliments. En règle générale, les participants estiment que les normes qui s appliquent aux produits canadiens devraient également s appliquer aux produits d importation. 3.5 Environnement Dans l ensemble, les participants se sont dits en faveur de mesures rigoureuses de protection de l environnement, mais insistent sur le fait qu en règle générale, les agriculteurs canadiens assurent une bonne intendance des terres, ce qui devrait être reconnu et publicisé. GPC Rapport de réunion Richmond 10 juin

7 Les participants estiment que les objectifs devraient jumeler retombées économiques et mesures environnementales. Les participants craignent que les coûts ne puissent être recouvrés et veulent obtenir des précisions au sujet des mécanismes qui seront mis en place pour suivre les retombées des projets environnementaux. Ils sont également d avis que le CSA devrait reconnaître davantage les liens entre la santé, la qualité et la salubrité des aliments et les pratiques environnementales saines. Estimant que les retombées pourraient ne se manifester qu à long terme, les participants croient que les mesures incitatives énoncées dans le CSA devraient être conçues de façon à aider les producteurs à assumer le coût de la mise en œuvre des nouvelles méthodes et techniques de protection de l environnement. En ce sens, ils appuient les mesures incitatives destinées à aider les producteurs à combler l écart financier entre l adoption immédiate de meilleures pratiques environnementales et les avantages qui en résulteront à une date ultérieure. Les normes environnementales du Canada devraient être appliquées de façon uniforme partout au pays ainsi qu à tous les produits importés. Certains participants ont laissé entendre que de «mauvaises têtes» pourraient refuser d adhérer aux programmes de leur propre chef, ce qui signifie que le CSA devra trouver le juste milieu entre l imposition de coûts supplémentaires aux producteurs qui donnent l exemple, et l adoption de mesures qui forceraient les quelques récalcitrants à obtempérer. Les participants craignent que les plans conçus pour les exploitants agricoles ne tiennent pas compte de la capacité de l écosystème. Il faudra peut-être collaborer avec d autres secteurs d activité, collectivités et gouvernements pour mieux comprendre les répercussions possibles de ces plans sur l environnement. Les organismes gouvernementaux devront travailler de concert pour éviter les chevauchements et pour coordonner la diffusion au public de renseignements concernant les pratiques agricoles respectueuses de l environnement. 3.6 Science et innovation Les participants appuient énergiquement l importance que le CSA accorde à la science et à l innovation. De nombreux participants ont mentionné que le transfert des technologies du laboratoire à la ferme ou aux usines de traitement devrait figurer parmi les principaux objectifs du CSA. GPC Rapport de réunion Richmond 10 juin

8 Les participants favorisent l augmentation des niveaux d investissement dans les établissements de recherche publics et une meilleure coordination des nouveaux projets mis en œuvre dans tous les secteurs de l industrie. Ils craignent cependant que la recherche fondamentale et la recherche utilitaire ne s érodent si la science et l innovation devaient n être motivées que par la rentabilité à court terme. La science et l innovation devraient être axées sur la mise en valeur des ressources humaines et l implantation d une infrastructure garante de l avenir à long terme de l industrie agricole. Les participants estiment que des analyses s imposent et qu il conviendrait d effectuer un suivi distinct des contributions publiques et privées à la science et à l innovation. La plupart des participants croient que pour atteindre ses objectifs, le gouvernement fédéral devrait jouer un rôle plus actif dans la gestion d une infrastructure coordonnée de recherche publique plutôt que de se fier uniquement aux projets issus de l industrie, lesquels manquent de coordination et ne sont pas accessibles à tous. Les participants sont d avis que certains secteurs de l industrie pourraient consacrer un pourcentage de leurs revenus à la science et à l innovation pour en garantir le financement stable. Le CSA devrait également tenir compte du fait que le grand public n est pas toujours conscient des retombées de la science et de l innovation. Les participants estiment donc que le gouvernement et l industrie devraient s employer à en faire la promotion, mais en évitant d aborder les thèmes qui provoquent habituellement une polémique chaque fois qu ils sont associés à la production agricole. GPC Rapport de réunion Richmond 10 juin

Prochaine politique agricole et agroalimentaire

Prochaine politique agricole et agroalimentaire Prochaine politique agricole et agroalimentaire Rapport de la deuxième ronde de consultations au sujet de la prochaine politique agricole et agroalimentaire Partie III Présentations écrites 1 er juin Table

Plus en détail

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions

La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La politique agricole commune après 2013 Débat public Résumé des contributions La réforme de la politique agricole commune doit intervenir d ici 2013. Une consultation publique officielle sur la PAC de

Plus en détail

Examen du réseau d'électricité. de la Nouvelle-Écosse Résumé

Examen du réseau d'électricité. de la Nouvelle-Écosse Résumé Examen du réseau d'électricité de la Nouvelle-Écosse Résumé Examen du réseau d'électricité de la Nouvelle-Écosse Résumé RÉSUMÉ À l automne 2013, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a adopté la loi

Plus en détail

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles D ACTION L A N Plan d action sur les infrastructures essentielles Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2009 No de cat. : PS4-66/2009F-PDF ISBN : 978-1-100-90319-4 Imprimé au Canada Table des matières

Plus en détail

Programme canadien de salubrité et de qualité des aliments : volet Élaboration des systèmes

Programme canadien de salubrité et de qualité des aliments : volet Élaboration des systèmes Programme canadien de salubrité et de qualité des aliments : volet Élaboration des systèmes Offrir des aliments salubres de première qualité au Canada et à l étranger I Programme canadien de salubrité

Plus en détail

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE

RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM 9ÈME DECLARATION FINALE 9ÈME RÉUNION DES MINISTRES DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE DES PAYS MEMBRES DU CIHEAM La Valette 27 septembre 2012 DECLARATION FINALE page 1 A l invitation de S.E. George Pullicino,

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION

DOCUMENT D INFORMATION DOCUMENT D INFORMATION Devenir citoyens : sondage d opinion auprès des Canadiens et des Canadiennes Commandé par la Fondation Pierre Elliott Trudeau en collaboration avec l Université Dalhousie Objet :

Plus en détail

La politique alimentaire populaire

La politique alimentaire populaire La politique alimentaire populaire Diana Bronson Sécurité alimentaire Canada Grand Rassemblement Québec en forme Le 19 mars 2013 Sécurité alimentaire Canada Sécurité Alimentaire Canada est une alliance

Plus en détail

VOUS FAITES LA DIFFÉRENCE

VOUS FAITES LA DIFFÉRENCE BRITISH COLUMBIA Alberto Gouvernement de la Saskatchewan Outils de réussite Manitoba %rft Ontario Québec S S AND LABRADOR NOVAoœriA NOUVELU-ftDOSSE New jgj Nouveau Brunswick Votre guide des programmes

Plus en détail

Sondage 2012 auprès des leaders d opinion pour le compte de CBC/Radio-Canada

Sondage 2012 auprès des leaders d opinion pour le compte de CBC/Radio-Canada Sondage 2012 auprès des leaders d opinion pour le compte de CBC/Radio-Canada Faits saillants de la recherche Ce rapport sommaire présente quelques-uns des résultats du sondage en ligne mené par Phoenix

Plus en détail

CONSULTATIONS AUPRÈS DU SECTEUR DE L ASSURANCE-VIE (CSAV) 2013-14

CONSULTATIONS AUPRÈS DU SECTEUR DE L ASSURANCE-VIE (CSAV) 2013-14 CONSULTATIONS AUPRÈS DU SECTEUR DE L ASSURANCE-VIE (CSAV) 2013-14 SOMMAIRE A. Contexte et objectifs de recherche L enquête visait principalement à recueillir les impressions laissées par le BSIF lors de

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Novembre 2013 Recommandations Au nom des organismes de bienfaisance canadiens, Imagine Canada

Plus en détail

Plan d action d Équiterre 2015

Plan d action d Équiterre 2015 Plan d action d Équiterre 2015 (présenté au Conseil d administration le 25 novembre 2014) (adopté le 15 janvier 2015) Version du 25 novembre 2014 LA MISSION L énoncé de mission d une organisation définit

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements

Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements Gérer les excédents de trésorerie Épargnes et placements SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Établir un plan Mettre votre plan à exécution Penser à long terme SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Votre argent doit

Plus en détail

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2013 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION À propos de l enquête La SCHL est heureuse de publier les constatations de son Enquête auprès

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Stratégie nationale d innovation et de recherche sur la pomme de terre. Conseil canadien de la pomme de terre Le 7 novembre 2012

Stratégie nationale d innovation et de recherche sur la pomme de terre. Conseil canadien de la pomme de terre Le 7 novembre 2012 Stratégie nationale d innovation et de recherche sur la pomme de terre Conseil canadien de la pomme de terre Le 7 novembre 2012 Le Programme canadien d adaptation agricole, financé par Agriculture et Agroalimentaire

Plus en détail

Agir sur les changements climatiques : vers un dialogue élargi à la société civile canadienne

Agir sur les changements climatiques : vers un dialogue élargi à la société civile canadienne ganisation ons Unies éducation, la culture Agir sur les changements climatiques : vers un dialogue élargi à la société civile canadienne Un recueil de textes en réponse à Agir sur les changements climatiques

Plus en détail

Sécurité alimentaire 101 : Définition et relation avec la protection des aliments

Sécurité alimentaire 101 : Définition et relation avec la protection des aliments Sécurité alimentaire 101 : Définition et relation avec la protection des aliments Karen Rideout, M.Sc. Centre de collaboration nationale en santé environnementale Centre de contrôle des maladies de la

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs

Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Document d orientation sur le Standard Fairtrade pour le cacao Fairtrade pour les Organisations de Petits Producteurs Amélioration de la productivité et de la qualité Publication juin 2013 Sommaire : Introduction...

Plus en détail

Info-commerce : Incertitude économique mondiale

Info-commerce : Incertitude économique mondiale Info-commerce : Incertitude économique mondiale avril 2012 Panel de recherche d EDC Résultats du sondage de février 2012 Faits saillants Même si les É.-U. restent une importante destination commerciale,

Plus en détail

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse

Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires. Synthèse Consultation du HLPE sur l instabilité des prix alimentaires A propos de ce document Ce document résume les résultats d une discussion en ligne organisé sur le Forum Global sur la Sécurité alimentaire

Plus en détail

La réponse du BSIF donne les grandes lignes de la réforme du cadre de réglementation de la réassurance

La réponse du BSIF donne les grandes lignes de la réforme du cadre de réglementation de la réassurance AVRIL 2010 Actualités Droit des assurances La réponse du BSIF donne les grandes lignes de la réforme du cadre de réglementation de la réassurance STUART CARRUTHERS (scarruthers@stikeman.com) Introduction

Plus en détail

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale

Document d information 1. Principaux aspects de la proposition de la Commission COM (2000) 716 du point de vue de l alimentation animale Proposition de la Commission COM (2000) 716 établissant les principes généraux et les prescriptions générales du droit alimentaire, instituant l Autorité Alimentaire Européenne et fixant des procédures

Plus en détail

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable À PROPOS DU PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC Le programme Électricité durable MC est

Plus en détail

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun

Stratégie de communication CountrySTAT. Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Stratégie de communication CountrySTAT Formation régionale avancée 3-7 décembre 2012 Douala, Cameroun Sommaire Stratégie de Communication de CountrySTAT: Analyse de la situation Objectifs Messages Public

Plus en détail

Devenir un gestionnaire de personnes

Devenir un gestionnaire de personnes Devenir un gestionnaire de personnes SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Déterminer vos besoins Trouver les bonnes personnes Conserver les bons employés SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Le passage de personne d

Plus en détail

Éliminer l écart : Chercher la réconciliation et promouvoir le mieux-être et les droits de la personne des Premières Nations

Éliminer l écart : Chercher la réconciliation et promouvoir le mieux-être et les droits de la personne des Premières Nations Éliminer l écart : Chercher la réconciliation et promouvoir le mieux-être et les droits de la Exposé à l intention des premiers ministres du Canada Le 15 juillet 2015 Draft Submission to Canada s Premiers,

Plus en détail

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014 Améliorer durablement la qualité de l audit Juin 2014 L enjeu Selon les résultats du plus récent cycle d inspection du Conseil canadien sur la reddition de comptes (CCRC), sur le plan de la qualité de

Plus en détail

Adoption prochaine au Canada des réformes de la réglementation mondiale du secteur de l assurance. kpmg.ca

Adoption prochaine au Canada des réformes de la réglementation mondiale du secteur de l assurance. kpmg.ca Adoption prochaine au Canada des réformes de la réglementation mondiale du secteur de l assurance kpmg.ca Adoption prochaine au Canada des réformes de la réglementation mondiale du secteur de l assurance

Plus en détail

Bulletin de rendement des infrastructures canadiennes. Document d introduction à la gestion des actifs

Bulletin de rendement des infrastructures canadiennes. Document d introduction à la gestion des actifs Bulletin de rendement des infrastructures canadiennes Document d introduction à la gestion des actifs Bulletin de rendement des infrastructures canadiennes 2012 Pour de plus amples renseignements au sujet

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ENVIRONNEMENTAUX ET SOCIAUX 1. OBJET DE LA POLITIQUE Les sociétés canadiennes exercent avec succès leurs activités dans presque tous les secteurs de l industrie et sont

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Partenariats public-privé

Partenariats public-privé Partenariats public-privé Au-delà de l approvisionnement : stratégies de gestion des contrats PPP kpmg.ca/fr CONCRÉTISER LA VALEUR DES PROJETS PPP Le modèle canadien de partenariat publicprivé (PPP) est

Plus en détail

Programme canadien d options pour les familles agricoles (Options) ÉQUIVALENTS. Évaluation de l exploitation agricole

Programme canadien d options pour les familles agricoles (Options) ÉQUIVALENTS. Évaluation de l exploitation agricole Programme canadien d options pour les familles agricoles (Options) ÉQUIVALENTS Évaluation de l exploitation agricole Dernière mise à jour : le 3 novembre, 2006 Le Programme canadien d options pour les

Plus en détail

Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec

Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Analyse des faits saillants du sondage sur la consommation des produits biologiques au Québec Préparé par Filière biologique du Québec À l intention du Comité tripartite sur la valorisation Lévis (Québec)

Plus en détail

Mémoire. Consultation publique sur le projet de Plan de développement durable du Québec. Présenté au Ministère de l Environnement du Québec

Mémoire. Consultation publique sur le projet de Plan de développement durable du Québec. Présenté au Ministère de l Environnement du Québec Mémoire Consultation publique sur le projet de Plan de développement durable du Québec Présenté au Ministère de l Environnement du Québec Réalisé par 1. Présentation de est un organisme non gouvernemental,

Plus en détail

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017 Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007-2017 APERÇU

Plus en détail

L inégalité du revenu au Manitoba Problème subtil et grave

L inégalité du revenu au Manitoba Problème subtil et grave L inégalité du revenu au Manitoba Problème subtil et grave Au Manitoba, le revenu est réparti plus également que dans bien d autres provinces, particulièrement quant au revenu du marché (revenu tiré du

Plus en détail

Automne 2005 : Consultation sur les orientations pour la sécurité alimentaire dans le cadre d un budget récurrent.

Automne 2005 : Consultation sur les orientations pour la sécurité alimentaire dans le cadre d un budget récurrent. Initiative de soutien au développement de la sécurité alimentaire dans la région de Montréal. Cadre de référence 2007-2012 Document de consultation Agence de la santé et des services sociaux de Montréal-

Plus en détail

Introduction FISCALITÉ

Introduction FISCALITÉ Introduction 51 Impôt sur le revenu 53 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une filiale 54 Exercer une activité au Canada par l intermédiaire d une succursale 56 Mesures de contrôle des

Plus en détail

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Lors du Sommet pleines voiles en janvier 2007, la Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick a publié

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

RAPPORT SUR LE SUIVI DONNÉ AUX RÉSOLUTIONS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DE 1999. Cette résolution est appliquée telle qu elle a été adoptée.

RAPPORT SUR LE SUIVI DONNÉ AUX RÉSOLUTIONS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DE 1999. Cette résolution est appliquée telle qu elle a été adoptée. RAPPORT SUR LE SUIVI DONNÉ AUX RÉSOLUTIONS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DE 1999 Voici un sommaire des mesures prises par le conseil d administration et le personnel pour donner suite aux résolutions examinées

Plus en détail

Démarquez-vous! Dossier. Profil. Cahier spécial ÉNERGIE. EN AlImENtAtIoN du QuÉbEc ONZIÈME ANNÉE V11N5

Démarquez-vous! Dossier. Profil. Cahier spécial ÉNERGIE. EN AlImENtAtIoN du QuÉbEc ONZIÈME ANNÉE V11N5 V11N5 ONZIÈME ANNÉE V11N5 Dossier Accès Aux tablettes Démarquez-vous! ACTUALiTeALiMeNTAire.CoM POSTE-PUBLICATIONS #41610548 ADRESSE DE RETOUR : 615, AV. NOTRE-DAME, SAINT-LAMBERT (QC) J4P 2K8 dossier :

Plus en détail

Plan de travail sur le commerce intérieur. État d avancement des travaux

Plan de travail sur le commerce intérieur. État d avancement des travaux Plan de travail sur le commerce intérieur État d avancement des travaux Janvier 2006 Résumé Plan de travail sur le commerce intérieur du Conseil de la fédération État d avancement des travaux Le présent

Plus en détail

Canadian Institute of Actuaries Institut Canadien des Actuaires

Canadian Institute of Actuaries Institut Canadien des Actuaires Canadian Institute of Actuaries Institut Canadien des Actuaires Le 14 septembre 2001 Traduction Madame Carla Adams a/s Commission des services financiers de l Ontario 5160, rue Yonge 17 e étage, C.P. 85

Plus en détail

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers

Consultation sur le référencement entre assureurs de dommages et carrossiers. Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers entre assureurs de dommages et carrossiers Commentaires présentés à L Autorité des marchés financiers Novembre 2006 entre assureurs de dommages et carrossiers 2 PRÉAMBULE Le Groupement des assureurs automobiles

Plus en détail

RÉSEAU SANTÉ NOUVELLE-ÉCOSSE PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 VERSION SOUMISE AUX MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION PAR

RÉSEAU SANTÉ NOUVELLE-ÉCOSSE PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 VERSION SOUMISE AUX MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION PAR RÉSEAU SANTÉ NOUVELLE-ÉCOSSE PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 VERSION SOUMISE AUX MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION PAR JEAN-GUY VIENNEAU JGV CONSULTANTS INC. DIEPPE, N.-B. AVRIL 2013 TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Révision du modèle d affaires en tourisme

Révision du modèle d affaires en tourisme Révision du modèle d affaires en tourisme La révision du modèle d affaires Le point de départ (1/2) Volonté du gouvernement de relancer l économie et l emploi rapidement; Investissements privés, innovation,

Plus en détail

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays

(Communiqué) Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le plus bas au pays (Communiqué) L insuffisance de financement chronique menace les collèges, les étudiants, les employeurs et l économie de l Ontario Le soutien au financement par étudiant des collèges de l Ontario est le

Plus en détail

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières»

Position commune et propositions conjointes France Brésil «Sécurité alimentaire et politiques foncières» Position commune France Brésil «volatilité des prix et sécurité alimentaire» Le Brésil et la France considèrent que pour diminuer la volatilité des prix et améliorer la sécurité alimentaire, les actions

Plus en détail

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments

Devenir un employeur de choix. Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Devenir un employeur de choix Utilisation du régime de pension agréé collectif pour attirer et fidéliser les meilleurs éléments Les propriétaires de petites et moyennes entreprises ont tout intérêt à mettre

Plus en détail

Banque de développement du Canada Examen décennal

Banque de développement du Canada Examen décennal Banque de développement du Canada Examen décennal Allocution de Terry Campbell Vice-président, Politiques Association des banquiers canadiens Prononcée devant Le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

SOMMAIRE. DÉCEMBRE 2012 FLUX DE TRAVAIL ET OPTIMISATION ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. DÉCEMBRE 2012 FLUX DE TRAVAIL ET OPTIMISATION ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES DÉCEMBRE 2012 FLUX DE TRAVAIL ET OPTIMISATION ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 4 Profil

Plus en détail

Méthodologie d approche globalisée du risque en agriculture, l exemple du Canada et du Québec

Méthodologie d approche globalisée du risque en agriculture, l exemple du Canada et du Québec Méthodologie d approche globalisée du risque en agriculture, l exemple du Canada et du Québec Robert Keating Président de la Financière agricole du Québec - Canada #FinAgri13 55 L agriculture au Canada

Plus en détail

6 financement du projet

6 financement du projet 6 financement du projet Le montage financier d un projet de transfert diffère d une entreprise à une autre. Contrairement à la croyance populaire, il n y a pas de produit financier universel en transfert

Plus en détail

Enquête sur les allégations visant l Association des

Enquête sur les allégations visant l Association des Enquête sur les allégations visant l Association des pompiers autochtones du Manitoba 2014 Contexte La Direction générale des services d examen et d enquête du Ministère a reçu des allégations de détournement

Plus en détail

Politique d approvisionnement responsable du développement économique communautaire

Politique d approvisionnement responsable du développement économique communautaire Politique d approvisionnement responsable du développement économique communautaire Préambule Les différentes CDEC (Corporations de développement économique communautaire) ont pour mission le développement

Plus en détail

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV)

Opération P126744. DONS H7410-HA et TF011396 RECRUTEMENT DE L OPERATEUR DU FOND DE COFINANCEMENT DE SERVICES DE VULGARISATION AGRICOLE (OFSV) REPUBLIQUE D HAITI MINISTERE DE L AGRICULTURE, DES RESSOURCES NATURELLES ET DU DEVELOPPEMENT RURAL (MARNDR) PROJET DE RENFORCEMENT DES Services Publiques Agricoles II (RESEPAG II) Opération P126744 DONS

Plus en détail

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil

Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Bureau du Conseil privé Examen de l assurance de la gestion des voyages et des frais d accueil Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 4 mars 2011 Table des matières Sommaire...

Plus en détail

Document d orientation sur le Standard pour le café Fairtrade. Amélioration de la productivité et/ou de la qualité Publication Janvier 2012

Document d orientation sur le Standard pour le café Fairtrade. Amélioration de la productivité et/ou de la qualité Publication Janvier 2012 Document d orientation sur le Standard pour le café Fairtrade Amélioration de la productivité et/ou de la qualité Publication Sommaire : Introduction... 1 Contexte... 2 Définition... 2 Les types d investissements...

Plus en détail

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Ministère de l Énergie Printemps 2015 Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Fiche d information Déclaration de principes provinciale, 2014 La Déclaration de principes provinciale de 2014

Plus en détail

Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité

Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité Page 1 de 6 CRIME ET CHÂTIMENT Les Américains, les Britanniques et les Canadiens ont une position sévère envers la criminalité Les répondants du Québec sont plus enclins que tous les autres répondants

Plus en détail

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015

Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 Plan d action de l ISO pour les pays en développement 2011-2015 ISO l Organisation internationale de normalisation L ISO comprend 163* membres qui sont les instituts nationaux de normalisation de pays

Plus en détail

NOVEMBRE 2014. Rapport annuel 2013-2014 du CPAC

NOVEMBRE 2014. Rapport annuel 2013-2014 du CPAC FOCUS Bulletin NOVEMBRE 2014 DANS CE NUMÉRO Activités du CPAC Affaires du CPAC Nouvelles du portefeuille Rapport annuel 2013-2014 du CPAC Le Conseil des produits agricoles du Canada (CPAC) est heureux

Plus en détail

Le point en recherche

Le point en recherche Le point en recherche Avril 2003 Série socio-économique 03-002 Évaluation des investissements de fonds éthiques et socialement responsables dans des projet de logements locatifs abordables pour personnes

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

LE POINT EN RECHERCHE

LE POINT EN RECHERCHE LE POINT EN RECHERCHE Les expériences des propriétaires canadiens occupant des maisons à consommation énergétique nette zéro EQuilibrium MC Juillet 2015 Série technique INTRODUCTION Des constructeurs,

Plus en détail

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015

Association canadienne de la construction. Mémoire prébudgétaire 2015 Association canadienne de la construction Mémoire prébudgétaire 2015 Synopsis L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises de construction non résidentielle au Canada.

Plus en détail

Examen de la Loi sur les parcs du Nouveau-Brunswick Réponse du public 2013

Examen de la Loi sur les parcs du Nouveau-Brunswick Réponse du public 2013 Examen de la Loi sur les parcs du Nouveau-Brunswick Réponse du public 2013 Rochers Hopewell Rocks Au départ, tous les parcs provinciaux ont été créés à l intention des gens de la province et d ailleurs,

Plus en détail

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs

4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs 4e Partie: Le rôle des réseaux de groupes associatifs Un réseau de groupes associatifs (RGA) est une fédération informelle réunissant un certain nombre de groupes qui veulent s entraider dans des domaines

Plus en détail

Directives canadiennes en matière de comportement sédentaire

Directives canadiennes en matière de comportement sédentaire de comportement sédentaire Contexte Au cours des dernières décennies, le niveau d activité physique et de condition physique des Canadiennes et Canadiens a diminué. Or, faire régulièrement de l activité

Plus en détail

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet

PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT. Note de projet www.unidroit.org PRÉPARATION DE DIRECTIVES JURIDIQUES INTERNATIONALES POUR L AGRICULTURE SOUS CONTRAT Le Guide UNIDROIT/FAO sur l agriculture sous contrat Note de projet SOMMAIRE Qu est-ce que l agriculture

Plus en détail

Regional economic development. Développement économique régional

Regional economic development. Développement économique régional Regional economic development REDER Développement économique régional La vision du DER est de contribuer au développement socio économique des communautés qui nous accueillent, afin de soutenir leur croissance

Plus en détail

MÉMOIRE DE LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC LOI VISANT L AMÉLIORATION DE LA SITUATION JURIDIQUE DE L ANIMAL

MÉMOIRE DE LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC LOI VISANT L AMÉLIORATION DE LA SITUATION JURIDIQUE DE L ANIMAL CAPERN - 039M C.P. P.L. 54 Amélioration de la situation juridique de l animal VERSION RÉVISÉE MÉMOIRE DE LA FINANCIÈRE AGRICOLE DU QUÉBEC CONCERNANT LE PROJET DE LOI N 54, LOI VISANT L AMÉLIORATION DE

Plus en détail

Ben Lobb, député Président Comité permanent de la santé Chambre des communes Ottawa (Ontario) K1A 0A6. Monsieur,

Ben Lobb, député Président Comité permanent de la santé Chambre des communes Ottawa (Ontario) K1A 0A6. Monsieur, Ben Lobb, député Président Comité permanent de la santé Chambre des communes Ottawa (Ontario) K1A 0A6 Monsieur, Je suis heureuse de vous transmettre la réponse du gouvernement au rapport définitif du Comité

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final

Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Évaluation du Programme de subventions et de contributions Bibliothèque et Archives Canada Rapport final Préparé par la Division de la vérification et de l évaluation Bibliothèque et Archives Canada Mars

Plus en détail

ACCÈS POUR TOUS. 1223, rue Michael nord, bureau 200 Ottawa (Ontario) K1J 7T2 Tél. : 613-746-2222 Téléc. : 613-746-6721 Web: www.accc.

ACCÈS POUR TOUS. 1223, rue Michael nord, bureau 200 Ottawa (Ontario) K1J 7T2 Tél. : 613-746-2222 Téléc. : 613-746-6721 Web: www.accc. ACCÈS POUR TOUS Mémoire de l ACCC présenté au Comité permanent des ressources humaines, du développement social et de la condition des personnes handicapées Mémoire préparé par : Association des collèges

Plus en détail

UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail

UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail UPSKILL : Un test crédible de la formation en littératie et compétences essentielles en milieu de travail Points saillants UPSKILL propose une évaluation rigoureuse de la formation en compétences essentielles

Plus en détail

Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement.

Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Document archivé L'information archivée sur le Web est disponible à des fins de consultation, de recherche ou de tenue de dossiers seulement. Elle n a été ni modifiée ni mise à jour depuis sa date d archivage.

Plus en détail

Communiqué de presse - Mars 2013. Le Groupe Bonduelle se dote d un site internet entièrement dédié à sa politique de développement durable

Communiqué de presse - Mars 2013. Le Groupe Bonduelle se dote d un site internet entièrement dédié à sa politique de développement durable Communiqué de presse - Mars 2013 Le Groupe Bonduelle se dote d un site internet entièrement dédié à sa politique de développement durable 2 «Par son métier, en lien direct avec le monde agricole, par ses

Plus en détail

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario

Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario Mémoire de l ACP pour le budget 2013 de l Ontario Le propane comme solution énergétique pour l Ontario L Association canadienne du propane Février 2013 Association canadienne du propane Mémoire pour le

Plus en détail

Statistiques de finances publiques consolidées

Statistiques de finances publiques consolidées Statistiques de finances publiques consolidées Introduction Le concept de la consolidation est couramment utilisé dans le domaine de la comptabilité, tant dans le secteur privé que public. Définie simplement,

Plus en détail

APECA. Vérification de l exécution du volet «Investissement dans les collectivités» du Programme de développement des collectivités

APECA. Vérification de l exécution du volet «Investissement dans les collectivités» du Programme de développement des collectivités Vérification de l exécution du volet «Investissement dans les collectivités» du Programme de développement des collectivités APECA Direction de la vérification interne RAPPORT FINAL juillet 2007 TABLE

Plus en détail

Coup d œil sur le FIDA

Coup d œil sur le FIDA Coup d œil sur le FIDA L objectif du FIDA Le Fonds international de développement agricole (FIDA) a pour but d aider les populations rurales pauvres à améliorer leur sécurité alimentaire et nutritionnelle,

Plus en détail

RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO

RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO RÉSUMÉ La présente recherche décrit les principales préoccupations financières des Canadiens âgés, dans

Plus en détail

Banques alimentaires Canada. Stimuler le secteur caritatif au Canada Un plan d incitation fiscale pour les dons d aliments à des fins de bienfaisance

Banques alimentaires Canada. Stimuler le secteur caritatif au Canada Un plan d incitation fiscale pour les dons d aliments à des fins de bienfaisance Banques alimentaires Canada Stimuler le secteur caritatif au Canada Un plan d incitation fiscale pour les dons d aliments à des fins de bienfaisance Janvier 2012 Stimuler le secteur caritatif au Canada

Plus en détail

La bonification d impôt pour investissement adaptation de l art 152bis LIR

La bonification d impôt pour investissement adaptation de l art 152bis LIR La bonification d impôt pour investissement adaptation de l art 152bis LIR 1. Le taux de la bonification d impôt pour investissement Le taux de la bonification complémentaire a été ramené de 12 à 10% avec

Plus en détail

étapes du financement d un transfert d entreprise 1. Documentation du projet et réalisation du plan d affaires

étapes du financement d un transfert d entreprise 1. Documentation du projet et réalisation du plan d affaires 4 FINANCEMENT DU PROJET Le montage financier d un projet de transfert diffère d une entreprise à une autre. Contrairement à la croyance populaire, il n y a pas de produit financier universel en transfert

Plus en détail

Stratégie visant des écoles saines

Stratégie visant des écoles saines Chapitre 4 Section 4.03 Ministère de l Éducation Stratégie visant des écoles saines Suivi des audits de l optimisation des ressources, section 3.03, Rapport annuel 2013 APERÇU DE L ÉTAT DES RECOMMANDATIONS

Plus en détail

Encourager tous les Canadiens à donner aux organismes de bienfaisance

Encourager tous les Canadiens à donner aux organismes de bienfaisance Encourager tous les Canadiens à donner aux organismes de bienfaisance Incitatifs fiscaux pour les dons de charité Présentation à l intention du Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Plus en détail

Rapport sur l application de la Loi sur les carburants de remplacement

Rapport sur l application de la Loi sur les carburants de remplacement Rapport sur l application de la Loi sur les carburants de remplacement Exercice 2009-2010 Sa Majesté la Reine du chef du Canada représentée par le président du Conseil du Trésor, 2010 N o de catalogue

Plus en détail

Enjeux associés aux modifications du régime de l assurance-emploi en 2012-2013 pour la région de l Abitibi-Témiscamingue

Enjeux associés aux modifications du régime de l assurance-emploi en 2012-2013 pour la région de l Abitibi-Témiscamingue Enjeux associés aux modifications du régime de l assurance-emploi en 2012-2013 pour la région de MÉMOIRE présenté à la Commission nationale d examen sur l assuranceemploi Le 12 juillet 2013 Ce document

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe

GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe GUIDE DE CONSOLIDATION D ÉQUIPE POUR LES ÉQUIPES DE SOINS PRIMAIRES DE L ONTARIO Module 2 : Consolider une équipe Révisé en décembre 2012 Objectif du guide L objectif du guide est de vous aider, votre

Plus en détail