PAVING THE ROAD TO TUNIS-WSIS II PAVER LA VOIE DE TUNIS-SMSI II

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PAVING THE ROAD TO TUNIS-WSIS II PAVER LA VOIE DE TUNIS-SMSI II"

Transcription

1 PAVING THE ROAD TO TUNIS-WSIS II PAVER LA VOIE DE TUNIS-SMSI II

2 MESSAGE DU PRÉSIDENT DE LA COMMISSION CANADIENNE POUR L UNESCO La Commission canadienne pour l UNESCO est fière de vous présenter les réflexions de la société civile canadienne en préparation du Sommet mondial sur la société de l information (SMSI) - phase II qui aura lieu à Tunis en Tunisie, du 16 au 18 novembre En 2003, la Commission canadienne publiait un rapport intitulé Information, Communication et Savoir Bâtir des sociétés contemporaines. Ce rapport donnait les points de vue de la société civile canadienne en préparation de la phase 1 du SMSI tenue à Genève en décembre de cette même année. La Commission a donc poursuivi son engagement à donner la parole à la société civile en organisant une conférence qui a réuni plus de 200 participants venus de toutes les provinces et territoires. Cette conférence, tenue à Winnipeg, au Manitoba, du 13 au 15 mai 2005, était intitulée: Paver la voie de Tunis SMSI II : points de vue de la société civile canadienne sur le Plan d action de Genève et résultats possibles de la Phase II. Les participants ont été invités à discuter les éléments du Plan d action de Genève qui sont les plus pertinents dans le contexte canadien, à les évaluer et à présenter des recommandations aux gouvernements concernés. En offrant une tribune aux représentants de la société civile et en se faisant en quelque sorte le porte-parole de celle-ci, la Commission canadienne remplit son mandat de recueillir et de transmettre aux autorités compétentes les divers points de vue des groupes et des citoyens. Si la mondialisation des économies a généré de l espoir, elle a aussi donné naissance à des inquiétudes mondiales. Ces inquiétudes ont été exprimées sur MESSAGE FROM THE PRESIDENT OF THE CANADIAN COMMISSION FOR UNESCO The Canadian Commission for UNESCO is proud to present the perspective of Canadian civil society in preparation for the World Summit on the Information Society (WSIS) Phase II, being held from November 16 to 18, 2005 in Tunis, Tunisia. In 2003, in preparation for the first phase of the WSIS, held in Geneva in December 2003, the Canadian Commission published a report entitled Information, Communication and Knowledge: Building Contemporary Societies, which presented the points of view of Canadian civil society. The Commission then pursued its commitment to giving a voice to civil society by organizing a conference that brought together over 200 participants from every province and territory. Held in Winnipeg, Manitoba from May 13 to 15, 2005, the conference, entitled Paving the Road to Tunis - WSIS II: The Views of Canada's Civil Society on the Geneva Plan of Action and the Prospects for Phase II, invited participants to initiate discussion on the elements of the Geneva Plan of Action that were most relevant to the Canadian context, by assessing and presenting recommendations to the governments involved. By offering representatives from civil society a forum and by becoming the forum's messenger of sorts, the Canadian Commission is fulfilling its mandate to gather and share the various viewpoints of groups and citizens with the competent authorities. Although the globalization of economies has generated hope, it has also given rise to global concerns. These concerns have been expressed across the networks of the Web, which offers unprecedented empowerment and serves as a place to express a new commitment to peace,

3

4 tous les réseaux de la Toile. Celle-ci offre une autonomisation sans précédent et sert de plate-forme pour exprimer un nouvel engagement en faveur de la paix, de la justice, de la transparence, de la bonne gouvernance, du respect des droits de la personne et des principes démocratiques de si nombreux éléments chers aux aspirations de l UNESCO et de tout le système des Nations Unies. La Commission canadienne pour l UNESCO croit que la démocratie se réalise pleinement grâce à une participation véritable et un engagement des citoyens dans de tels débats. L émergence d une société civile pancanadienne qui se fait entendre et qui unit ses efforts à ceux de la société civile globale grâce aux technologies est un signe encourageant d un changement positif pour une plus grande participation des citoyens. Et nous croyons que cet apport de la société civile dans les débats nationaux et internationaux doit s inscrire dans les stratégies de tous les États soucieux de leur avenir et de celui de leurs concitoyens. Comme le mentionnait Fernando Henrique Cardoso, président du Groupe de personnalités éminentes sur les relations entre l Organisation des Nations Unies et la société civile, dans sa lettre d envoi présentant le rapport du groupe à Kofi Annan, Secrétaire général des Nations Unies : «La montée de la société civile est bien l un des événements majeurs de notre époque. La gouvernance mondiale n est plus du seul ressort des gouvernements. La participation et l influence croissantes des acteurs non étatiques renforcent la démocratie et redéfinissent le multilatéralisme. Les organisations de la société civile sont aussi les grands moteurs de certaines des initiatives les plus novatrices pour lutter contre les nouvelles menaces mondiales». justice, openness, good governance, respect for human rights and democratic principles - so many elements dear to the ideals of UNESCO and the entire United Nations system. The Canadian Commission for UNESCO believes that democracy is fully realized through genuine and committed citizen participation in debates such as these. The emergence of a vocal pan-canadian civil society that links its efforts with those of the global civil society, through technology, is an encouraging sign of positive change toward greater citizen participation. And we believe that these contributions of civil society to national and international debates must be part of the strategies of all States that are concerned about their future and the future of their fellow citizens. As Fernando Henrique Cardoso, President of the Panel of Eminent Persons on United Nations-Civil Society Relations, said in his cover letter presenting the group's report to U.N. Secretary General Kofi Annan: "The rise of civil society is indeed one of the landmark events of our times. Global governance is no longer the sole domain of Governments. The growing participation and influence of non-state actors is enhancing democracy and reshaping multilateralism. Civil society organizations are also the prime movers of some of the most innovative initiatives to deal with emerging global threats." This effort by the Canadian Commission for UNESCO is an integral part of this spirit of including civil society. We are convinced that the quality and relevance of the opinions expressed by the representatives of Canada's civil society present at the Winnipeg Conference will inspire government actors here and elsewhere; we know that the concerns presented are in harmony with those of many citizens around the world.

5

6 Cet effort de la Commission canadienne pour l UNESCO fait partie intégrante de cet esprit d inclusion de la société civile. Nous sommes convaincus que la qualité et la pertinence des opinions exprimées par les représentants de la société civile canadienne présents à la conférence de Winnipeg inspireront les acteurs gouvernementaux d ici et d ailleurs; nous savons que les préoccupations exprimées ici s harmonisent à celles des citoyens du monde entier. And we hope that this sharing of ideas will contribute, however modestly, to the construction of information societies that can respond to the aspirations of the vast and diversified human community. Et nous souhaitons que ce partage d idées contribue, même modestement, à l édification de sociétés de l information qui répondent aux aspirations de la vaste et diversifiée communauté humaine. Max Wyman, O.C.

7

8

9

10

11

12

13

14

15

16 AVANT-PROPOS Une société de l information pour qui? pourquoi? François-Pierre Le Scouarnec, Ph. D. Président de la Commission sectorielle Culture, Communication et information Commission canadienne pour l UNESCO & Chercheur associé ORBICOM Une question toujours actuelle Il y a déjà plus de dix ans, le professeur Astrad Torres posait la question suivante dans un article écrit pour Le Monde Diplomatique : «À qui profitent les <autoroutes de l information 1 >»? L auteur y reprenait les hypothèses souvent véhiculées concernant la concentration de la propriété des grands réseaux de télécommunication, principalement américains, au détriment de l Europe et la nécessité perçue, par certaines élites européennes, de favoriser des conglomérats de grands fournisseurs de contenus pour résister à l invasion de la culture américaine. Depuis, le débat qui découle de ces craintes a été servi à toutes les sauces, sur tous les continents. A l opposé des critiques, les commentateurs les plus optimistes ont imaginé comment les nouvelles technologies de l information et des communications (TIC) allaient devenir un véhicule significatif qui, prenant appui sur la numérisation et les nouveaux protocoles de communication, permettrait de développer le commerce international, l apprentissage en ligne, la télémédecine et les musées virtuels 2. En moins de dix ans, l enthousiasme suscité par les TIC s est traduit par un engouement immodéré pour les titres des sociétés associées à ce secteur puis, au tournant du siècle, a été suivi de l éclatement d une bulle financière. À la veille de la deuxième phase du Sommet mondial sur la société de l information, qu en est-il aujourd hui? Aux menaces identifiées au moment où l internet prenait son envol, FOREWORD An information society for whom and to what end? François-Pierre Le Scouarnec, Ph. D. President of the Sectoral Commission on Culture, Communication and Information Canadian Commission for UNESCO & Research Associate, ORBICOM An Ongoing Issue More than ten years ago, Professor Astrad Torres wrote an article in Le Monde Diplomatique that posed the following question: "Who benefits from 'information highways' "? The author repeats the hypotheses that are often made concerning the concentrated ownership of large, mainly American telecommunications networks, to the detriment of Europe, and the need perceived by certain elite Europeans to favour the conglomerates of large content providers to resist the invasion of American culture. Ever since, the debate arising from these fears has been used in a variety of ways, on every continent. Unlike critics, the most optimistic commentators imagined how new information and communications technologies (ICT) would become a significant vehicle, built on digitization and new communications protocols, that make it possible to develop world trade, online learning, telemedicine and virtual museums. 2 In fewer than ten years, the enthusiasm created by ICTs resulted in an inordinate infatuation with shares in companies in this sector then, only to be followed by the burst of the financial bubble as we enter the 21 st century. Now, on the eve of phase II of the World Summit on the Information Society, where does that leave us? In addition to the threats identified as the Internet was taking off, there are new risks associated with cyberterrorism, assaults on privacy, and 1

17 sont ajoutés de nouveaux risques associés au cyberterrorisme, aux atteintes à la vie privée et à l accumulation, légale ou non, des renseignements personnels pour traquer tantôt quelque fraudeur, tantôt un consommateur, un électeur ou un citoyen qui signent, consciemment ou non, leurs parcours électroniques. Aux promesses non réalisées du bureau sans papier, se sont substitués des gains importants de productivité, l augmentation du télétravail et de la relocalisation confirmés comme stratégies de développement organisationnel, des outils «intelligents» qui améliorent la vie d ouvriers, d employés de bureau, de personnes handicapées et d apprenants de tout âge. Dans le marché boursier et les magasins virtuels, on transige non seulement des parts du marché achetées et vendues mais également des objets neufs ou usagés, des pièces usinées, des biens et services de consommation courante, des livres et revues en ligne qui présentent de nouvelles perspectives sur le développement durable et la diffusion du savoir. En dernier lieu, de nouveaux métiers ont été créés, de nouveaux mots sont apparus et la cyberculture est née. La relation pouvoir-valeurs-savoir Nombre de ceux qui, hier encore, dénonçaient l ubiquité des téléphones cellulaires et invoquaient le spectre du Big Brother, utilisent maintenant des appareils de télécommunication portables discrets 3. Ils reconnaissent que, malgré les cybercriminels de tout acabit, plusieurs usagers développent graduellement, un peu partout dans le monde, une éthique de la communication ou adoptent, à tout le moins, un comportement qui témoigne de leur adhésion à des valeurs adaptées au nouveau contexte. Les technologies n ont pas inventé les pirates pas plus que la censure. Elles n ont pas créé de nouveaux médicaments, ni se sont substituées à l écrivain ou à l artiste. Elles ont indéniablement facilité la tâche tant the accumulation, whether legal or not, of personal information to track not only fraud, but also a consumer, voter, or citizen who knowingly or unknowingly sign their electronic trails. The unrealized promises of the paperless office have been substituted with significant increases in productivity; the rise in teleworking and relocation has confirmed these strategies for organizational development, and "intelligent" tools have improved the lives of workers, office employees, disabled individuals and learners of all ages. On the stock market and in virtual stores, not only are company shares bought and sold, but so are new or used items, machined parts, common consumer goods and services, and online books and magazines that present new perspectives on sustainable development and the dissemination of knowledge. Lastly, new trades have been created, new words have appeared, and cyberculture is here to stay. The Power-Values-Knowledge Relationship Many of those who, just yesterday, denounced the ubiquity of cell phones and warned of the spectre of Big Brother now use discreet portable telecommunications devices 3 and acknowledge that, despite cybercriminals of all kinds, many users around the world are gradually developing a communications ethic or, at the very least, are adopting behaviour that shows they adhere to values adapted to the new context. These new technologies did not invent pirates or censorship. They have not created new medications, nor can they substitute for writers or artists. They undeniably facilitate the tasks of both crooks and scientists, both totalitarian political regimes and militant movements in favour of democracy. 4 They speed up everything. Those users that do not have access in their vernacular language have noted that the gaps that distance them from the 2

18 des fraudeurs que des scientifiques, tant des régimes politiques totalitaires que des mouvements militants en faveur de la démocratie 4. Pour tous, elles accélèrent le rythme. Ceux et celles qui n y ont pas accès, dans leur langue vernaculaire, constatent que les écarts qui les éloignent des inforiches risquent de les condamner à leur appauvrissement relatif sur plusieurs plans : vie démocratique et culturelle, connaissances, santé, économie. L isolement et l infopauvreté touchent des sections entières de l humanité dans les pays en voie de développement et les pays développés. Dans tous les états, la société de l information stimule l émergence ou l affirmation de nouvelles classes sociales discriminées par l accès au savoir et la capacité d agir sur l information. À une époque où le temps semble s accélérer, pour assurer sa pérennité, le capital ne suffit plus, il doit être intelligent, informé et inscrit dans une action «qualifiante», qui lui donne la possibilité de croître rapidement par un positionnement réfléchi. Aujourd hui, les convergences des technologies en faveur des supports numériques, des grands producteurs de contenus, des fournisseurs de produits et services et de la réglementation qui se rapproche inexorablement des règles qui s appliquent à la radiodiffusion des télécommunications, souvent au détriment de la diversité culturelle et de la protection des marchés locaux, se conjuguent à l essor de l Internet. Cette concentration contribue à accentuer des écarts de toutes sortes, des déficits culturels et une uniformisation des regards sur le monde. L infopauvreté ne se résume pas à l absence d accès aux nouvelles technologies. La première phase du Sommet, qui a réussi à s affranchir de l étiquette officieuse de Sommet des technologies de l information pour celle de Sommet mondial sur la société de l information, a porté surtout sur les nouvelles technologies et sur les moyens d encadrer leur développement et leur utilisation. Les débats, les conférences, les groupes de pression et même les kiosques "information haves" risk leaving them impoverishedt in several respects: democracy and cultural life, knowledge, health, economy. Isolation and infopoverty touch entire sections of humanity in developing and developed countries. In all States, the information society stimulates the emergence or affirmation of new social classes that are characterized by access to knowledge and the capacity to act on information. In an era when time seems to be accelerating, capital must be more than just capital if it is to ensure its own durability; it must be intelligent, informed and inscribed within a "qualifying" action that provides the possibility of rapid growth through well conceived positioning. Today, the convergence of technologies in favour of digital support, large content producers, product and service providers, and regulations that more and more begin to resemble those applying to broadcasting of radio and telecommunications (often to the detriment of cultural diversity and the protection of local markets) have a combined effect on the expansion of the Internet. This concentration helps to widen all kinds of divisions, cultural deficits, and a standardization of views of the world. In other words infopoverty is not merely a lack of access to new technologies. Phase I of the Summit, which successfully broke away from the unofficial label of an information technology summit in favour of a new label, the World Summit on the Information Society, focussed mainly on new technologies and how to steer their development and use. Debates, conferences, lobbies and even kiosks for participants were centred mainly on technologies to which a minority of the global population have access. This inevitable and necessary recognition of the importance of new technologies since the advent of the Internet must not overshadow the fundamental role of the most widespread technologies that continue to be at the heart of the information society. Today, in 2005, television, radio, telephony, the printed press, books and archives, to 3

19 aménagés pour les participants étaient axés principalement sur des technologies auxquelles une minorité de la population mondiale a accès. Cette reconnaissance inévitable et nécessaire de l importance des nouvelles technologies depuis l avènement d Internet ne devrait pas éclipser le rôle fondamental des technologies les plus répandues qui continuent d être au cœur de la société de l information. Aujourd hui, en 2005, la télévision, la radio, la téléphonie, la presse écrite, les livres et les archives, pour ne nommer que quelques plate-formes de l information, rejoignent beaucoup plus de gens qu Internet. À l obsession d Internet, il faut opposer les enjeux fondamentaux. Après plus d une décennie dominée par les nouvelles technologies de l information, l urgence d agir perçue par la communauté internationale ne reposet pas sur la simple apparition ou la dissémination d une technologie, elle s impose par la révolution de l une des composantes fondamentales de l activité humaine : le savoir. Enjeu technique et économique, l accès au savoir est aussi un enjeu social et politique. Il permet l expression des cultures et de leur créativité, la participation démocratique, le dialogue entre les peuples 5. Ayant un potentiel énorme pour le développement des savoirs, des êtres et des avoirs, la technologie au service de l individu transforme le pouvoir des agents économiques tout comme il «influe en profondeur sur la production intellectuelle au point de bouleverser les idées reçues et les valeurs établies en matière de propriété intellectuelle» 6. L ère de l information fournit des outils de pression sur les régimes dont la survie repose sur le contrôle de l information. Ici, l enjeu demeure toujours le savoir, plus que jamais disponible ou plus que jamais limité. Aux initiatives enthousiasmantes des programmes d accès communautaires, comme les télécentres qui pullulent dans plusieurs pays africains et en Inde ou name just a few information platforms, reach far more people than the Internet does. Any obsession with the Internet must be countered with the fundamental issues at stake. After more than a decade dominated by new information technologies, the international community's perceived urgency to act is not based on the simple appearance and dissemination of a technology, but rather is dominated by the revolution of one of the fundamental components of human activity knowledge. Access to knowledge is not only a technical and economic issue, but also a social and political issue. It makes cultural and creative expression possible, and enables democratic participation and dialogue between peoples. 5 With its enormous potential for the development of knowledge, people and assets, technology in the hands of the individual transforms the power of economic agents, just as it "has so profoundly affected intellectual output to the extent that it upsets previously accepted ideas and values in the domain of intellectual property." 6 The computer age provides tools for pressuring regimes whose survival depends on the control of information. Here, as ever the issue remains knowledge, more than ever available or more than ever restricted. In contrast to the plethora of ways of fighting, there exist exciting community access program initiatives, such as call centres that abound in several African countries and in India, or "smart buses" that criss-cross Sri Lanka, fully equipped for computer use and Internet access. These iniatives contrast with the thousand and one control methods. 7 Civil Society The Winnipeg meeting is an integral part of the reflections of the global civil society that must continue to insist on bringing to the fore the human aspect of the knowledge society. Every discussion about this topic can only serve to highlight the powers, 4

20 comme les «smart bus», autobus équipés adéquatement pour l utilisation d ordinateurs et l accès à l Internet qui sillonnent le Sri Lanka, s opposent les mille et une méthodes de contrôle 7. La société civile La rencontre de Winnipeg s inscrit dans la lignée des réflexions de la société civile mondiale qui doit insister pour rappeler la dimension humaine de la société du savoir. Toute discussion sur le sujet ne peut que mettre en exergue les pouvoirs, les luttes, les espoirs. Une vision d une société des savoirs, mondialisée de pus en plus grâce aux nouvelles technologies de l information, a été négociée en vue d assurer une conclusion positive de la première phase du Sommet mondial sur la société de l information. Les attentes dépassent de loin l alignement de mots savamment pesés, aujourd hui toujours teintés d espoirs mais dosés de scepticisme. Le cynisme souvent reproché aux organisations internationales face à la misère humaine doit s adresser d abord aux acteurs du système, aux détenteurs des pouvoirs. L ouverture du Sommet à la société civile et au secteur privé, distingué comme acteur distinct de la société civile 8, témoigne d un constat réaliste concernant les parties prenantes et leur contribution à la réalisation du plan d action. Le succès du Sommet repose donc sur l ensemble des détenteurs de pouvoirs impliqués partageant désormais une obligation d obtenir des résultats qui, sur le plan pratique, devra être conjointe et solidaire. Si elle se concrétise sur le terrain, cette obligation qui suppose une certaine concertation constituera une des premières grandes victoires de ce Sommet pas encore terminé. La seconde victoire, acquise en partie, est l émergence, grâce au Sommet, son fonctionnement, ses règles et ses procédures, d une structure internationale de la société civile. Il y a encore du travail à struggles, and hopes involved. A vision of an increasingly global knowledge society, through new computer technologies, has been negotiated to ensure a positive conclusion to Phase I of the World Summit on the Information Society. The expectations go far beyond an array of skilfully weighed words, which are still today tinged with hope, if tempered by scepticism. When it comes to human suffering international organizations are often accused of cynicism. Yet, to address such cynicism, we must begin with the operational players and authorities. The opening of the Summit to civil society and the private sector, which is characterized as a separate player in civil society, 8 bears witness to a realistic observation concerning stakeholders and their contribution to realizing the plan of action. Thus the Summit's success is based on all the stakeholders involved, sharing an obligation for results that will need to be a joint and interdependent effort at the implementation level. If it takes shape in the field, this obligation, which presupposes consultation between parties, will be one of the greatest victories of this Summit, which has not yet ended. Thanks to the Summit, its unfolding, rules and procedures, there is a second victory arising: the emergence of an international structuring of civil society.though work remains to be done to consolidate this structure, there is no doubt that several groups have learned to work together and will be able to pursue their common activities. Building the Future Given this information, which avenues should be pursued to formulate responses to the appeals from civil society in support of humanism? Here are three suggestions: 5

21 faire pour la consolider mais il n y a aucun doute que plusieurs groupes ont appris à travailler ensemble et seront en mesure de poursuivre leurs actions communes. Préparer l avenir Quelles sont donc les pistes à suivre pour formuler des réponses aux cris de la société civile en faveur de l humanisme? Voici trois suggestions. 1) Le rejet du statu quo Déjà, par la seule tenue du Sommet, la communauté internationale reconnaît le besoin d agir. Il ne suffira pas, cependant, de s en tenir à ce constat, assaisonné d une vision. Le plan d action qui conclura la deuxième phase du Sommet doit mener à un rejet effectif du statu quo par des gestes concrets. Les actions auront plus de chances d être réalisées si elles sont inscrites dans le cadre d indicateurs internationaux reconnus, tels que ceux développés entre autres par l institut des statistiques de l UNESCO et d ORBICOM 9. Le Sommet ne pourra pas tout résoudre, cependant la mise en valeur des enjeux et des différends permet de dégager certains chemins que peuvent emprunter les responsables de négociations ainsi que des champs d expérimentation, terreaux de solutions à long terme. Enfin, pour que soient appropriées les actions préconisées par les participants au Sommet, il faudra tenir compte de la spécificité même de la société des savoirs qui permet et favorise des approches multidisciplinaires et transdisciplinaires et qui prend appui sur les contributions d un plus grand nombre d acteurs informés et producteurs de savoirs. 2) Un regard transversal, à la mesure des nouveaux prismes offerts par la multiplicité Le développement d une société de 1) Reject the status quo By the simple fact of holding the Summit, the international community has recognized the need to act. However, it is not enough to limit ourselves to this finding, with a bit of vision thrown in for good measure. The Plan of Action that will conclude Phase II of the Summit must use concrete actions to lead to an effective rejection of the status quo. These actions will have a better chance of being carried out if they are part of recognized international indicators, such as those developed by the UNESCO and ORBICOM Institute for Statistics, among others. 9 The Summit cannot resolve every difficulty; however, highlighting the issues and controversies involved will make it possible to stake out some paths that those actors who are responsible for negotiations can take, as well as defining areas for experimentation, which can serve as breeding grounds for long-term solutions. Finally, in order that the actions recommended by Summit participants be appropriate, we must take into account the very hallmark of the knowledge society, which enables and favours multidisciplinary and transdisciplinary approaches and which finds support in the contributions of a larger number of informed stakeholders and producers of knowledge. 2) A cross-disciplinary view in step with the perspectives offered by multiplicity Developing an information society, managing complex structures, and producing and disseminating knowledge require nuanced approaches that take account of several variables we can no longer ignore. For example, commenting on research in international development, intellectuals state that "the disciplines that we practice now are already crossbreeds, influenced by other, related disciplines in ways that depend as much on a sought- 6

22 l information, la gestion des structures complexes, la production et la dissémination des savoirs, requièrent des approches nuancées qui tiennent compte de plusieurs variables qu on ne peut plus ignorer. Par exemple, commentant sur la recherche en développement international, des intellectuels affirment que «les disciplines que nous pratiquons maintenant sont déjà des ensembles métisses, influencés par d autres disciplines voisines selon des modalités qui dépendent autant d ouvertures recherchées vers d autres pratiques que d une sorte de magnétisme qu exercèrent certains grands patrons (on pense à Braudel, Lévi-Strauss ou Roger Bastide) 10». 3) Intégrer les variances tout en protégeant les caractères distincts L intensification de la mondialisation, corollaire de la société de l information, a l avantage d augmenter l accès potentiel à des formes variées d expression de la vie dans plusieurs cultures, la sensibilisation aux besoins légitimes de plusieurs minorités et groupes trop souvent négligés (dont les femmes, les personnes handicapées et les autochtones), et le dialogue entre les peuples. La protection de l individualité se fait par la protection de la diversité. Les caractères distincts et les aspirations d un groupe ou d une culture participent aux multiples façons d être qui doivent être reconnues et parfois soutenues, tant qu elles ne se manifestent pas contre l existence légitime de l autre. L altérité exige donc la reconnaissance de la diversité ainsi que le respect. Ainsi, le Sommet doit rappeler l importance de la diversité, célébrer sa richesse et développer des actions cohérentes à cet égard. Dans chaque famille, l arrivée d un nouveauné ajoute de la vitalité à un réseau neuronal intergénérationnel complexe. L enfant grandit, prend sa place et, le temps d une vie, contribue à sa société de l information. Les groupes sociaux et les mouvements, les jeunes, les gens âgés, les communautés after openness to other practices as a sort of magnetism conveyed by certain large employers (Braudel, Lévi-Strauss or Roger Bastide come to mind). [Translation]" 10 3) Integrating variations while protecting distinct features The intensification of globalization, a corollary of the information society, has the advantage of increasing potential access to various forms of life expression in different cultures, generating awareness of the legitimate needs of many minorities and groups that are too often neglected (including women, disabled persons, and Aboriginals), and promoting dialogue among nations. The protection of individuality occurs through the protection of diversity. The distinct features and aspirations of a group or culture participate in many ways of being that must be acknowledged and sometimes supported, as long as they do not act against the legitimate existence of others. That is, otherness demands recognition of diversity, as well as respect. Thus, the Summit must restate the importance of diversity, celebrate its wealth, and develop consistent actions in this regard. In each family, the arrival of a newborn adds vitality to a complex, intergenerational, neural network. The child grows, takes its place and, in its lifetime, contributes to its information society. Social groups and movements, youths, seniors, and cultural and ethnic communities participate in and contribute to society; their contribution to the global info-neural network is undeniable. They must have their place in the international family. Do not Abandon Hope or the Future Always relevant, the question of what purpose humanity's inventions, technology and institutions are to serve remains topical for a better understanding of the concept of an information society, and to direct its future. The Summit may be a great catalyst 7

LOCAL DEVELOPMENT PILOT PROJECTS PROJETS PILOTES DE DÉVELOPPEMENT LOCAL. www.coe.int/ldpp. Avec le soutien de : Flandre (Belgique), Italie, Slovénie

LOCAL DEVELOPMENT PILOT PROJECTS PROJETS PILOTES DE DÉVELOPPEMENT LOCAL. www.coe.int/ldpp. Avec le soutien de : Flandre (Belgique), Italie, Slovénie LOCAL DEVELOPMENT PILOT PROJECTS PROJETS PILOTES DE DÉVELOPPEMENT LOCAL With the support of: Flanders (Belgium), Italy, Slovenia Avec le soutien de : Flandre (Belgique), Italie, Slovénie www.coe.int/ldpp

Plus en détail

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA

PROJET DE LOI C- BILL C- SECRET SECRET HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA SECRET C- SECRET C- First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C- PROJET DE LOI C- An Act to

Plus en détail

Design and creativity in French national and regional policies

Design and creativity in French national and regional policies Design and creativity in French national and regional policies p.01 15-06-09 French Innovation policy Distinction between technological innovation and non-technological innovation (including design) French

Plus en détail

BILL C-539 PROJET DE LOI C-539 C-539 C-539 HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA. An Act to promote local foods

BILL C-539 PROJET DE LOI C-539 C-539 C-539 HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA. An Act to promote local foods C-539 C-539 First Session, Forty-first Parliament, Première session, quarante et unième législature, HOUSE OF COMMONS OF CANADA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA BILL C-539 PROJET DE LOI C-539 An Act to promote

Plus en détail

CFUW, the United Nations and UNESCO La FCFDU, les Nations Unies et UNESCO. Le 20 juin - June 20, 2014

CFUW, the United Nations and UNESCO La FCFDU, les Nations Unies et UNESCO. Le 20 juin - June 20, 2014 CFUW, the United Nations and UNESCO La FCFDU, les Nations Unies et UNESCO Le 20 juin - June 20, 2014 UNITED NATIONS Founded in 1945 to promote international cooperation 51 member states now 193 Headquarters

Plus en détail

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes

Quatre axes au service de la performance et des mutations Four lines serve the performance and changes Le Centre d Innovation des Technologies sans Contact-EuraRFID (CITC EuraRFID) est un acteur clé en matière de l Internet des Objets et de l Intelligence Ambiante. C est un centre de ressources, d expérimentations

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès

Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Main Point of Contact with the Government of Canada in case of Death Act Loi sur le point de service principal du gouvernement du Canada en cas de décès S.C. 2015, c.

Plus en détail

Photo: Sgt Serge Gouin, Rideau Hall Her Majesty The Queen in Right of Canada represented by the Office of the Secretary to the Governor General

Photo: Sgt Serge Gouin, Rideau Hall Her Majesty The Queen in Right of Canada represented by the Office of the Secretary to the Governor General One of the pillars of my mandate as governor general of Canada is supporting families and children. This is just one of the reasons why my wife, Sharon, and I are delighted to extend greetings to everyone

Plus en détail

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference

Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference Conférence «Accords transnationaux d entreprise» «Transnational Company Agreements» Conference 13-14 novembre 2008-13th -14th Novembre 2008 Centre des Congrès, Lyon Le rôle des accords d entreprise transnationaux

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53

COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 18 September 2008 (19.09) (OR. fr) 13156/08 LIMITE PI 53 WORKING DOCUMENT from : Presidency to : delegations No prev. doc.: 12621/08 PI 44 Subject : Revised draft

Plus en détail

Francoise Lee. www.photoniquequebec.ca

Francoise Lee. www.photoniquequebec.ca Francoise Lee De: Francoise Lee [francoiselee@photoniquequebec.ca] Envoyé: 2008 年 11 月 17 日 星 期 一 14:39 À: 'Liste_RPQ' Objet: Bulletin #46 du RPQ /QPN Newsletter #46 No. 46 novembre 2008 No. 46 November

Plus en détail

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095 Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 Projets de transfert

Plus en détail

European Union Union Europeenne. African Union Union Africaine

European Union Union Europeenne. African Union Union Africaine European Union Union Europeenne African Union Union Africaine WHY LAUNCH a Virtual Campus in AFRICA? UNESCO and the African Union: In the response to the request from the African Union (AU) Heads of State

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

Minority Investment (Banks) Regulations. Règlement sur les placements minoritaires (banques) Current to January 25, 2016. À jour au 25 janvier 2016

Minority Investment (Banks) Regulations. Règlement sur les placements minoritaires (banques) Current to January 25, 2016. À jour au 25 janvier 2016 CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Minority Investment (Banks) Regulations Règlement sur les placements minoritaires (banques) SOR/2001-402 DORS/2001-402 À jour au 25 janvier 2016 Published by the Minister

Plus en détail

Rational Team Concert

Rational Team Concert Une gestion de projet agile avec Rational Team Concert Samira Bataouche Consultante, IBM Rational France 1 SCRUM en Bref Events Artifacts Development Team Source: Scrum Handbook 06 Décembre 2012 Agilité?

Plus en détail

THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012

THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012 THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012 We, the participants, assembled in Ouagadougou, Burkina Faso, from 5-7 March 2012, for the meeting

Plus en détail

2. What do you think is the significance, purpose and scope of enhanced cooperation as per the Tunis Agenda? a) Significance b) Purpose c) Scope

2. What do you think is the significance, purpose and scope of enhanced cooperation as per the Tunis Agenda? a) Significance b) Purpose c) Scope Timestamp The information solicited through this questionnaire will only be used in aggregate form, unless otherwise authorised by the respondent. Do you authorise us to cite/share your views individually?

Plus en détail

Assoumta Djimrangaye Coordonnatrice de soutien au développement des affaires Business development support coordinator

Assoumta Djimrangaye Coordonnatrice de soutien au développement des affaires Business development support coordinator 2008-01-28 From: [] Sent: Monday, January 21, 2008 6:58 AM To: Web Administrator BCUC:EX Cc: 'Jean Paquin' Subject: RE: Request for Late Intervenorship - BCHydro Standing Offer C22-1 Dear Bonnie, Please

Plus en détail

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires

L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires L intégration socioscolaire des jeunes Québécois d origine chinoise : le rôle des écoles ethniques complémentaires Ming Sun Université de Montréal Haï Thach École Chinoise (Mandarin) de Montréal Introduction

Plus en détail

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction.

AccessLearn Community Group: Introductory Survey. Groupe communautaire AccessLearn : étude introductive. Introduction. AccessLearn Community Group: Introductory Survey Introduction The W3C Accessible Online Learning Community Group (aka AccessLearn) is a place to discuss issues relating to accessibility and online learning,

Plus en détail

Les infrastructures des municipalités s effondrent partout au Canada. Canada s cities and towns are crumbling around us

Les infrastructures des municipalités s effondrent partout au Canada. Canada s cities and towns are crumbling around us SKILLED TRADES PLATFORM 2015 PLATEFORME DES MÉTIERS SPÉCIALISÉS 2015 Canada s cities and towns are crumbling around us Canada needs a comprehensive integrated infrastructure program that will eliminate

Plus en détail

Order Transferring Certain Portions of the Department of Foreign Affairs to the Department of International Trade

Order Transferring Certain Portions of the Department of Foreign Affairs to the Department of International Trade CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Order Transferring Certain Portions of the Department of Foreign Affairs to the Department of International Trade Décret transférant certains secteurs du ministère des

Plus en détail

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13

EN/FR. Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION. Brussels, 11 March 2013 7342/13 Europaudvalget 2013 Rådsmøde 3229 - transport, tele og energi Bilag 3 Offentligt COUNCIL OF THE EUROPEAN UNION Brussels, 11 March 2013 7342/13 TRANS 106 INFORMATION NOTE from: General Secretariat to: Council

Plus en détail

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6 Atelier WaterDiss2.0: Valoriser les résultats de la recherche sur l'eau comme catalyseur de l'innovation. Paris, Pollutec, 1 er Décembre 2011 De 14h à 17h Salle 617 Objectif : L'objectif du projet WaterDiss2.0

Plus en détail

CEPF FINAL PROJECT COMPLETION REPORT

CEPF FINAL PROJECT COMPLETION REPORT CEPF FINAL PROJECT COMPLETION REPORT I. BASIC DATA Organization Legal Name: Conservation International Madagascar Project Title (as stated in the grant agreement): Knowledge Management: Information & Monitoring.

Plus en détail

ADQ IR Implementation

ADQ IR Implementation ADQ IR Implementation DSNA experience Direction Générale de l Aviation Civile CONTENTS DSNA considerations ADQ objectives The context : a coordinated approach DSNA approach to ADQ implementation The pillars

Plus en détail

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility

Girls and Boys, Women and Men - Filles et garçons, femmes et hommes - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Girls and Boys, Women and Men - respecting differences, promoting equality and sharing responsibility Filles et garçons, femmes et hommes - respecter les différences, promouvoir l égalité et partager les

Plus en détail

ARRÊTÉ N A-10 BY-LAW NO. A-10 ARRÊTÉ CONCERNANT LE DIRECTEUR GÉNÉRAL. 1. Purpose. 2. Title

ARRÊTÉ N A-10 BY-LAW NO. A-10 ARRÊTÉ CONCERNANT LE DIRECTEUR GÉNÉRAL. 1. Purpose. 2. Title ARRÊTÉ N A-10 BY-LAW NO. A-10 ARRÊTÉ CONCERNANT LE DIRECTEUR GÉNÉRAL A BY-LAW CONCERNING THE CHIEF ADMINISTRATIVE OFFICER En vertu de l autorité que lui confère la Loi sur les municipalités, L.R.N.-B.

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

1. Subject 1. Objet. 2. Issue 2. Enjeu. 905-1-IPG-070 October 2014 octobre 2014

1. Subject 1. Objet. 2. Issue 2. Enjeu. 905-1-IPG-070 October 2014 octobre 2014 905-1-IPG-070 October 2014 octobre 2014 (New) Danger as a Normal Condition of Employment 905-1-IPG-070 (Nouveau) Danger constituant une Condition normale de l emploi 905-1-IPG-070 1. Subject 1. Objet Clarification

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE SUR LA COMPÉTITIVITÉ. s.éco&sociales UNIVER SITÉ DE FRIBOU RG / CEN T RE DE RE CHERCHE SUR L A COM PÉ T I T I V I TÉ

CENTRE DE RECHERCHE SUR LA COMPÉTITIVITÉ. s.éco&sociales UNIVER SITÉ DE FRIBOU RG / CEN T RE DE RE CHERCHE SUR L A COM PÉ T I T I V I TÉ CENTRE DE RECHERCHE SUR LA COMPÉTITIVITÉ s.éco&sociales UNIVER SITÉ DE FRIBOU RG / CEN T RE DE RE CHERCHE SUR L A COM PÉ T I T I V I TÉ Le Centre de recherche sur la compétitivité de l Université de Fribourg

Plus en détail

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud

Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Service Europe Direction des Programmes et de la Formation pour le Sud Sommaire Construire son projet : Rédiger la partie impacts (2/4) Comment définir

Plus en détail

Niveau débutant/beginner Level

Niveau débutant/beginner Level LE COFFRE À OUTILS/THE ASSESSMENT TOOLKIT: Niveau débutant/beginner Level Sampler/Echantillon Instruments d évaluation formative en français langue seconde Formative Assessment Instruments for French as

Plus en détail

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique?

Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Conférence Perspectives pour une nouvelle Agence Méditerranéenne de la Logistique? Mardi 3 juin 2014 Younes TAZI Directeur Général Agence Marocaine de Développement de la Logistique younes.tazi@amdl.gov.ma

Plus en détail

Minority Investment (Insurance Holding Companies) Regulations. Règlement sur les placements minoritaires (sociétés de portefeuille d assurances)

Minority Investment (Insurance Holding Companies) Regulations. Règlement sur les placements minoritaires (sociétés de portefeuille d assurances) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Minority Investment (Insurance Holding Companies) Regulations Règlement sur les placements minoritaires (sociétés de portefeuille d assurances) SOR/2001-405 DORS/2001-405

Plus en détail

GLOBAL COMPACT EXAMPLE

GLOBAL COMPACT EXAMPLE GLOBAL COMPACT EXAMPLE Global Compact Good Practice GROUPE SEB 2004-2005 1/4 FIRM: GROUPE SEB TITLE: GROUPE SEB Purchasing Policy contributing to sustainable development GC PRINCIPLES taken into account:

Plus en détail

Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations. Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées)

Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations. Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Prescribed Deposits (Authorized Foreign Banks) Regulations Règlement sur les dépôts (banques étrangères autorisées) SOR/2000-53 DORS/2000-53 Current to January 25, 2016

Plus en détail

Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction

Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction Must Today s Risk Be Tomorrow s Disaster? The Use of Knowledge in Disaster Risk Reduction Website: https://dce.yorku.ca/crhn/ Submission information: 11th Annual Canadian Risk and Hazards Network Symposium

Plus en détail

A propos de ce livre Ceci est une copie numérique d un ouvrage conservé depuis des générations dans les rayonnages d une bibliothèque avant d être numérisé avec précaution par Google dans le cadre d un

Plus en détail

Resolution proposed by the website working group. Available in: English - Français

Resolution proposed by the website working group. Available in: English - Français Resolution proposed by the website working group Available in: English - Français EN Proposers: 31 st International Conference of Data Protection and Privacy Commissioners Madrid, Spain 4 6 November 2009

Plus en détail

French 2208A. French for Healthcare Le français de la santé

French 2208A. French for Healthcare Le français de la santé French 2208A French for Healthcare Le français de la santé Professeur : Heures de bureau : Iryna Punko disponible tous les jours par courriel, sauf le week-end. Préalable - Fr 1900 E ou Fr 1910, ou permission

Plus en détail

MAT 2377 Solutions to the Mi-term

MAT 2377 Solutions to the Mi-term MAT 2377 Solutions to the Mi-term Tuesday June 16 15 Time: 70 minutes Student Number: Name: Professor M. Alvo This is an open book exam. Standard calculators are permitted. Answer all questions. Place

Plus en détail

Specialized Financing (Bank Holding Companies) Regulations. Règlement sur les activités de financement spécial (sociétés de portefeuille bancaires)

Specialized Financing (Bank Holding Companies) Regulations. Règlement sur les activités de financement spécial (sociétés de portefeuille bancaires) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Specialized Financing (Bank Holding Companies) Regulations Règlement sur les activités de financement spécial (sociétés de portefeuille bancaires) SOR/2001-477 DORS/2001-477

Plus en détail

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments

David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments David Marsden Labour market segmentation in Britain: the decline of occupational labour markets and the spread of entry tournaments Article (Accepted version) (Refereed) Original citation: Marsden, David

Plus en détail

Origin Regulations (Safeguard Measures in Respect of the People s Republic of China)

Origin Regulations (Safeguard Measures in Respect of the People s Republic of China) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Origin Regulations (Safeguard Measures in Respect of the People s Republic of China) Règlement sur l origine (mesures de sauvegarde visant la République populaire de Chine)

Plus en détail

Product Platform Development: A Functional Approach Considering Customer Preferences

Product Platform Development: A Functional Approach Considering Customer Preferences Product Platform Development: A Functional Approach Considering Customer Preferences THÈSE N O 4536 (2009) PRÉSENTÉE le 4 décembre 2009 À LA FACULTé SCIENCES ET TECHNIQUES DE L'INGÉNIEUR LABORATOIRE DES

Plus en détail

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years.

2 players Ages 8+ Note: Please keep these instructions for future reference. WARNING. CHOKING HAZARD. Small parts. Not for children under 3 years. Linja Game Rules 2 players Ages 8+ Published under license from FoxMind Games NV, by: FoxMind Games BV Stadhouderskade 125hs Amsterdam, The Netherlands Distribution in North America: FoxMind USA 2710 Thomes

Plus en détail

1. City of Geneva in context : key facts. 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments?

1. City of Geneva in context : key facts. 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments? THE AALBORG COMMITMENTS IN GENEVA: AN ASSESSMENT AT HALF-TIME 1. City of Geneva in context : key facts 2. Why did the City of Geneva sign the Aalborg Commitments? 3. The Aalborg Commitments: are they useful

Plus en détail

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements

Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Présentation des états financiers 2014 Presentation of the 2014 Financial Statements Les faits saillants Highlights L état financier du MAMROT est très complexe et fournit de nombreuses informations. Cette

Plus en détail

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil.

Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development. Bil. A usage officiel/for Official Use C(2006)34 C(2006)34 A usage officiel/for Official Use Organisation de Coopération et de Développement Economiques Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques

Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques Le projet est Présentation de la Boîte à Outiles du IOMC pour la Prise de Décisions sur la Gestion de produits Chimiques Mars 2015 Programme inter-organisations pour la gestion rationnelle des produits

Plus en détail

Québec WHO Collaborating Centre (CC) for Safety Promotion and Injury Prevention

Québec WHO Collaborating Centre (CC) for Safety Promotion and Injury Prevention Québec WHO Collaborating Centre (CC) for Safety Promotion and Injury Prevention mission The Collaborating Centre seeks to contribute at the international level to research, development and the dissemination

Plus en détail

COTRIBUTION OF THE GOVERNMENT OF TUNISIA COMBINED INTERNET GOVERNANCE PRINCIPLES AND ROADMAP

COTRIBUTION OF THE GOVERNMENT OF TUNISIA COMBINED INTERNET GOVERNANCE PRINCIPLES AND ROADMAP COTRIBUTION OF THE GOVERNMENT OF TUNISIA COMBINED INTERNET GOVERNANCE PRINCIPLES AND ROADMAP The Global Multistakeholder Meeting on the Future of Internet Governance «NETMUNDIAL " SAO PAULO : 23-24 April

Plus en détail

Regulatory Capital (Insurance Companies) Regulations. Règlement sur le capital réglementaire (sociétés d assurances) CONSOLIDATION CODIFICATION

Regulatory Capital (Insurance Companies) Regulations. Règlement sur le capital réglementaire (sociétés d assurances) CONSOLIDATION CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Regulatory Capital (Insurance Companies) Regulations Règlement sur le capital réglementaire (sociétés d assurances) SOR/92-529 DORS/92-529 Current to September 30, 2015

Plus en détail

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen

L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES. European Economic and Social Committee Comité économique et social européen L ESPACE À TRAVERS LE REGARD DES FEMMES 13 European Economic and Social Committee Comité économique et social européen 13 This publication is part of a series of catalogues published in the context of

Plus en détail

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION

Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations. Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Cheque Holding Policy Disclosure (Banks) Regulations Règlement sur la communication de la politique de retenue de chèques (banques) SOR/2002-39 DORS/2002-39 Current to

Plus en détail

MONACO BUSINESS START, GROW, WIN!

MONACO BUSINESS START, GROW, WIN! AUDITORIUM RAINIER III 16 OCTOBRE 2013 MONACO BUSINESS START, GROW, WIN! UNE VITRINE, DES OPPORTUNITÉS D AFFAIRES... ET UNE FENÊTRE SUR LE MONDE START MONACO BUSINESS est un événement unique pour maximiser

Plus en détail

Minority Investment (Trust and Loan Companies) Regulations. Règlement sur les placements minoritaires (sociétés de fiducie et de prêt) CODIFICATION

Minority Investment (Trust and Loan Companies) Regulations. Règlement sur les placements minoritaires (sociétés de fiducie et de prêt) CODIFICATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Minority Investment (Trust and Loan Companies) Regulations Règlement sur les placements minoritaires (sociétés de fiducie et de prêt) SOR/2001-406 DORS/2001-406 Current

Plus en détail

MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles

MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles MOVILISE-Le cours en anglais pour les hommes de sport sportsman par l usage des methodes nouvelles 2009-1-TR1-LEO05-08709 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2009 Type de Projet: Statut:

Plus en détail

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140

IS/07/TOI/164004. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=6140 La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de l information, un IS/07/TOI/164004 1 Information sur le projet La vente au détail - RetAiL est un cours fondé sur la technologie de

Plus en détail

companies FEDERAL BILINGUAL VET DIPLOMA IN COMMERCE May 30th, 2013 Département de la solidarité et de l'emploi

companies FEDERAL BILINGUAL VET DIPLOMA IN COMMERCE May 30th, 2013 Département de la solidarité et de l'emploi FEDERAL BILINGUAL VET DIPLOMA IN COMMERCE A new offer adapted to English speaking companies May 30th, 2013 19.06.2013 - Page 1 SWISS PILOT PROJECT DEVELOPED IN GENEVE Project from the Swiss Confederation

Plus en détail

TRADITIONAL ARCHTECTURE AND URBANISM: CURRICULA AND TRAINING COURSE DEVELOPMENT-TAUMA

TRADITIONAL ARCHTECTURE AND URBANISM: CURRICULA AND TRAINING COURSE DEVELOPMENT-TAUMA COURSE DEVELOPMENT-TAUMA 2010-1-TR1-LEO05-16787 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: TRADITIONAL ARCHTECTURE AND URBANISM: CURRICULA AND TRAINING COURSE DEVELOPMENT-TAUMA 2010-1-TR1-LEO05-16787

Plus en détail

Usage guidelines. About Google Book Search

Usage guidelines. About Google Book Search This is a digital copy of a book that was preserved for generations on library shelves before it was carefully scanned by Google as part of a project to make the world s books discoverable online. It has

Plus en détail

A propos de ce livre. Consignes d utilisation

A propos de ce livre. Consignes d utilisation A propos de ce livre Ceci est une copie numérique d un ouvrage conservé depuis des générations dans les rayonnages d une bibliothèque avant d être numérisé avec précaution par Google dans le cadre d un

Plus en détail

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees

Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees For Immediate Release October 10, 2014 Small Businesses support Senator Ringuette s bill to limit credit card acceptance fees The Senate Standing Committee on Banking, Trade, and Commerce resumed hearings

Plus en détail

Railway Operating Certificate Regulations. Règlement sur les certificats d exploitation de chemin de fer CODIFICATION CONSOLIDATION

Railway Operating Certificate Regulations. Règlement sur les certificats d exploitation de chemin de fer CODIFICATION CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Railway Operating Certificate Regulations Règlement sur les certificats d exploitation de chemin de fer SOR/2014-258 DORS/2014-258 Current to September 10, 2015 À jour

Plus en détail

AINoE. Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003

AINoE. Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003 AINoE Abstract Interpretation Network of Excellence Patrick COUSOT (ENS, Coordinator) Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003 Thématique Rapport sur l audition d AINoE Paris, 18 juin 2003 1

Plus en détail

Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010

Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010 Philippe Maystadt European Investment Bank President Visit of the ACP Committee of Ambassadors Luxembourg, July 22 2010 Monsieur le Président, Monsieur le Secrétaire Général, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Capacity Development for Local Authorities

Capacity Development for Local Authorities Implemented by Capacity Development for Local Authorities Virtual cooperation for capacity development in solid waste management in Morocco and Tunisia Seite 1 Implemented by Background and objectives

Plus en détail

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 TCM QUALITY MARK Jean-Marc Bachelet Tocema Europe workshop 4 Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 + lead auditors for certification bodies Experiences Private and state companies,

Plus en détail

Bibliothèque numérique de l enssib

Bibliothèque numérique de l enssib Bibliothèque numérique de l enssib European integration: conditions and challenges for libraries, 3 au 7 juillet 2007 36 e congrès LIBER Results from the Seminar on Measuring Quality in Libraries Bayir,

Plus en détail

Situation des fonctionnaires recrutés après le 1er mai 2004 demande des représentants de service

Situation des fonctionnaires recrutés après le 1er mai 2004 demande des représentants de service Situation des fonctionnaires recrutés après le 1er mai 2004 demande des représentants de service Dear colleagues, Please find herebelow the request of Service representatives of the Council of the European

Plus en détail

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT

APPENDIX 6 BONUS RING FORMAT #4 EN FRANÇAIS CI-DESSOUS Preamble and Justification This motion is being presented to the membership as an alternative format for clubs to use to encourage increased entries, both in areas where the exhibitor

Plus en détail

Comprehensive study on Internet related issues / Étude détaillée sur les questions relatives à l Internet. November/Novembre 2014

Comprehensive study on Internet related issues / Étude détaillée sur les questions relatives à l Internet. November/Novembre 2014 Comprehensive study on Internet related issues / November/Novembre 2014 Étude détaillée sur les questions relatives à l Internet 1 Study scope / Domaines de l'étude 1. Access to Information and Knowledge

Plus en détail

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE 1 Objectifs de l étude Comprendre l impact des réseaux sociaux externes ( Facebook, LinkedIn,

Plus en détail

Par conséquent, nous avons défini ce que serait la mission de cette politique :

Par conséquent, nous avons défini ce que serait la mission de cette politique : Mesdames et messieurs les Représentants des média, Chers partenaires des milieux culturels, Je suis heureuse de vous présenter aujourd hui la proposition de politique de développement culturel de la Ville

Plus en détail

IT-Call - formation intégrée pour l'employabilité des personnes handicapées efficace en tant que représentants Call Center

IT-Call - formation intégrée pour l'employabilité des personnes handicapées efficace en tant que représentants Call Center IT-Call - formation intégrée pour l'employabilité des personnes handicapées efficace en tant que représentants Call Center 2008-1-TR1-LEO04-02465 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: IT-Call

Plus en détail

ICC International Court of Arbitration Bulletin. Cour internationale d arbitrage de la CCI

ICC International Court of Arbitration Bulletin. Cour internationale d arbitrage de la CCI ICC International Court of Arbitration Bulletin Cour internationale d arbitrage de la CCI Extract for restricted use Extrait à tirage limité International Court of Arbitration 38, Cours Albert 1er, 75008

Plus en détail

Regulatory Capital (Cooperative Credit Associations) Regulations. Règlement sur le capital réglementaire (associations coopératives de crédit)

Regulatory Capital (Cooperative Credit Associations) Regulations. Règlement sur le capital réglementaire (associations coopératives de crédit) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Regulatory Capital (Cooperative Credit Associations) Regulations Règlement sur le capital réglementaire (associations coopératives de crédit) SOR/92-528 DORS/92-528 Current

Plus en détail

CORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE

CORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE CORGANISATION EUROPÉENNE POUR LA RECHERCHE NUCLÉAIRE EUROPEAN ORGANIZATION FOR NUCLEAR RESEARCH L a b o r a t o i r e E u r o p é e n p o u r l a P h y s i q u e d e s P a r t i c u l e s E u r o p e a

Plus en détail

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION

First Nations Assessment Inspection Regulations. Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations CONSOLIDATION CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION First Nations Assessment Inspection Regulations Règlement sur l inspection aux fins d évaluation foncière des premières nations SOR/2007-242 DORS/2007-242 Current to September

Plus en détail

100004371 Social Finance Accelerator Initiative. July 10, 2015 Question:

100004371 Social Finance Accelerator Initiative. July 10, 2015 Question: 100004371 Social Finance Accelerator Initiative July 10, 2015 Question: Although I have not yet heard a response about my two prior questions, I have another question relating to the DOS Security Requirement.

Plus en détail

SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES)

SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES) CIUDADES) ES/08/LLP-LdV/TOI/149019 1 Project Information Title: Project Number: SMALL CITY COMMERCE (EL PEQUEÑO COMERCIO DE LAS PEQUEÑAS CIUDADES) ES/08/LLP-LdV/TOI/149019 Year: 2008 Project Type: Status:

Plus en détail

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique.

Réussir en Afrique. Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. Réussir en Afrique Travaillons main dans la main à la réussite de vos investissements en Afrique. 1 2 Le Cabinet CBI, dirigé par Ousmane H. Guedi vous accompagne dans votre conquête du marché africain,

Plus en détail

Electronic Documents (Cooperative Credit Associations) Regulations. Règlement sur les documents électroniques (associations coopératives de crédit)

Electronic Documents (Cooperative Credit Associations) Regulations. Règlement sur les documents électroniques (associations coopératives de crédit) CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Electronic Documents (Cooperative Credit Associations) Regulations Règlement sur les documents électroniques (associations coopératives de crédit) SOR/2010-242 DORS/2010-242

Plus en détail

Electronic Documents (Insurance and Insurance Holding Companies) Regulations

Electronic Documents (Insurance and Insurance Holding Companies) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Electronic Documents (Insurance and Insurance Holding Companies) Regulations Règlement sur les documents électroniques (sociétés d assurances et sociétés de portefeuille

Plus en détail

Frequently Asked Questions

Frequently Asked Questions GS1 Canada-1WorldSync Partnership Frequently Asked Questions 1. What is the nature of the GS1 Canada-1WorldSync partnership? GS1 Canada has entered into a partnership agreement with 1WorldSync for the

Plus en détail

For the attention of all Delegations/ A l attention de toutes les Délégations

For the attention of all Delegations/ A l attention de toutes les Délégations Postal address Adresse postale F-67075 Strasbourg Cedex France With the compliments of the Human Resources Directorate 17 September 2013 Avec les compliments de la Direction des Ressources Humaines DRH(2013)529

Plus en détail

Subsidiaries Holding Association Shares (Cooperative Credit Associations) Regulations

Subsidiaries Holding Association Shares (Cooperative Credit Associations) Regulations CANADA CONSOLIDATION CODIFICATION Subsidiaries Holding Association Shares (Cooperative Credit Associations) Regulations Règlement sur la détention des actions de l association par ses filiales (associations

Plus en détail

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme

Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships. A project under the Intelligent Energy Europe programme Promotion of bio-methane and its market development through local and regional partnerships A project under the Intelligent Energy Europe programme Contract Number: IEE/10/130 Deliverable Reference: W.P.2.1.3

Plus en détail

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Bonjour Mesdames et Messieurs, Je suis très heureux d être avec vous aujourd hui pour ce Sommet AéroFinancement organisé

Plus en détail

STATUTES OF CANADA 2011 LOIS DU CANADA (2011) CHAPITRE 1 CHAPTER 1 ASSENTED TO SANCTIONNÉE

STATUTES OF CANADA 2011 LOIS DU CANADA (2011) CHAPITRE 1 CHAPTER 1 ASSENTED TO SANCTIONNÉE Third Session, Fortieth Parliament, 59-60 Elizabeth II, 2010-2011 Troisième session, quarantième législature, 59-60 Elizabeth II, 2010-2011 STATUTES OF CANADA 2011 LOIS DU CANADA (2011) CHAPTER 1 CHAPITRE

Plus en détail

Acquiring, preserving and disseminating born-digital content at BAnQ Acquérir, préserver et diffuser le né numérique à BAnQ

Acquiring, preserving and disseminating born-digital content at BAnQ Acquérir, préserver et diffuser le né numérique à BAnQ Acquiring, preserving and disseminating born-digital content at BAnQ Acquérir, préserver et diffuser le né numérique à BAnQ Guy Berthiaume Président-directeur général Chair and CEO About BAnQ À propos

Plus en détail

C est quoi, Facebook?

C est quoi, Facebook? C est quoi, Facebook? Si tu as plus de 13 ans, tu fais peut-être partie des 750 millions de personnes dans le monde qui ont un compte Facebook? Et si tu es plus jeune, tu as dû entendre parler autour de

Plus en détail

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013

Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 Food for thought paper by the Coordinator on Reporting 1 PrepCom 3rd Review Conference 6 décembre 2013 (slide 1) Mr President, Reporting and exchange of information have always been a cornerstone of the

Plus en détail

Informations principales / Main information

Informations principales / Main information Fiche d Inscription Entry Form À renvoyer avant le 15 Octobre 2015 Deadline October 15th 2015 Dans quelle catégorie participez-vous? In what category do you participate? Institutionnel / Corporate Marketing

Plus en détail