SÉGRÉGATION ET POLITIQUES DE MIXITÉ SOCIALE AUX ÉTATS-UNIS Au regard de quelques programmes de déségrégation Marie-Hélène Bacqué et Sylvie Fol

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SÉGRÉGATION ET POLITIQUES DE MIXITÉ SOCIALE AUX ÉTATS-UNIS Au regard de quelques programmes de déségrégation Marie-Hélène Bacqué et Sylvie Fol"

Transcription

1 SÉGRÉGATION ET POLITIQUES DE MIXITÉ SOCIALE AUX ÉTATS-UNIS Au regard de quelques programmes de déségrégation Marie-Hélène Bacqué et Sylvie Fol CNAF Informations sociales 2005/5 - n 125 pages 82 à 93 ISSN Article disponible en ligne à l'adresse: Pour citer cet article : Bacqué Marie-Hélène et Fol Sylvie, «Ségrégation et politiques de mixité sociale aux états-unis» Au regard de quelques programmes de déségrégation, Informations sociales, 2005/5 n 125, p Distribution électronique Cairn.info pour CNAF. CNAF. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

2 Marie-Hélène Bacqué maître de conférences à l Institut français d urbanisme (UMR LOUEST) Sylvie Fol maître de conférences à l Université Paris-X-Nanterre (UMR LOUEST) Ségrégation et politiques de mixité sociale aux États-Unis Au regard de quelques programmes de déségrégation. L expérience des Gautreaux à Chicago et ses prolongements auront permis à environ familles noires de quitter le centre-ville pour des quartiers moins stigmatisants. Quels sont les résultats en termes d insertion? Les chercheurs s interrogent sur la validité d un effet qui serait propre au quartier, car d autres dimensions apparaissent, qu elles soient sociales, spatiales ou bien institutionnelles. 82 Informations sociales n 125 Très sollicitée en France, la thématique de la mixité sociale est aussi mobilisée aux États-Unis pour justifier ou discuter les politiques publiques sociales et urbaines. En particulier, elle a été mise en avant dans les années soixante en réaction aux opérations d urban renewal, puis de construction de villes nouvelles (1). Elle est aujourd hui au centre des débats portant sur la constitution des ghettos et une littérature médiatique et universitaire foisonnante traite des effets de quartier sur les familles pauvres et évalue les expériences de déségrégation financées par l État fédéral. Ces expériences et leurs évaluations sont mal connues en France et leurs résultats sont souvent interprétés de façon schématique (2). Il nous semble intéressant de les analyser comme contribution au débat hexagonal, en prenant soin toutefois de les replacer dans leur contexte politique et urbain. Les processus de ségrégation urbaine aux États-Unis L histoire de la ségrégation urbaine aux États-Unis est inscrite dans le développement des villes et est indisso-

3 ciable de la constitution de la banlieue. Engagé à la fin du XIX e siècle, le processus de peuplement de la banlieue répond au souhait des couches supérieures d échapper aux nuisances créées par la croissance urbaine et, en particulier, à la promiscuité sociale due à l arrivée massive d immigrants s installant dans les centres-villes (3). Dans un contexte de développement économique sans précédent, la disponibilité des terrains permet le développement d une banlieue idéale, fondée sur une séparation entre l univers familial et les nuisances du monde du travail. La maison individuelle devient le symbole de cet idéal, s appuyant sur un modèle culturel marqué par l influence religieuse et valorisant la famille nucléaire et la vie privée, par opposition aux dangers moraux de la grande ville. La diffusion de l automobile, qui accompagne l enrichissement relatif de la classe ouvrière à partir des années vingt, ainsi que l engagement d un important programme d équipement routier, fournissent les bases d une suburbanisation qui s intensifie après guerre. La croissance explosive de la banlieue est alimentée par l afflux des couches moyennes blanches, fuyant les centres-villes où se sont installées une population noire d origine rurale ainsi que les vagues d immigration plus récentes à dominante hispanique. Les politiques publiques contribuent par ailleurs à cette expansion urbaine ségrégative en encourageant l accession à la propriété en maison individuelle dont, par un système discriminatoire de prêts, les couches moyennes et supérieures blanches sont les seules bénéficiaires, et, à l opposé, en créant des logements pour les plus pauvres dans les seuls quartiers les plus déshérités. Au cours des dernières décennies, le fossé social entre centres et banlieues a continué à se creuser, conjuguant une dynamique de ségrégation et d agrégation. Les banlieues constituent ainsi, aujourd hui, des espaces d homogénéité sociale et des lieux d agrégation privilégiés pour les couches moyennes blanches, alors que l é- Une banlieue idéale n 125 Informations sociales 83

4 84 Informations sociales n 125 volution économique des dernières décennies et la redistribution des activités dans l espace métropolitain ont renforcé la dégradation des centres-villes et la fragilité sociale de leurs habitants. Le processus de décentralisation des activités et des emplois est allé de pair avec une différenciation socioéconomique croissante entre les villes-centres et leurs banlieues. La population noire, concentrée en majorité dans les inner cities, est la première touchée par le chômage, et sa participation au monde du travail a diminué selon une pente beaucoup plus forte que celle de la population blanche dans les trente Une population reléguée dernières années. Sur la longue période, des années trente aux années quatre-vingt, la part de population masculine noire occupant un emploi a chuté de 80 % à 56 % (4). Cette exclusion sans perspective du monde du travail est d autant plus grave qu elle touche une population reléguée, par le biais de la ségrégation résidentielle, dans des territoires de plus en plus coupés du reste de la société. Des villes comme Washington, Newark ou Detroit comptaient respectivement 65 %, 74 % et 82 % de population noire au recensement de 2000, et entre 20 % et 28 % de personnes vivant en dessous du seuil de pau vreté. À l échelle nationale, les villes-centres continuent d être des espaces de concentration de la pauvreté : en 2000, près d un habitant sur cinq y vivait en dessous du seuil de pauvreté, alors que dans les banlieues, le taux de pauvreté dépassait à peine les 8 %. Au cours de la décennie quatre-vingt-dix, qui a connu une croissance économique sans précédent et une baisse du chômage (avec un taux exceptionnellement faible de 4 % en 2000), le taux de pauvreté a diminué très légèrement dans les villes-centres et s est accrû dans les même proportions en banlieue (5). Malgré ces tendances récentes, la ségrégation raciale et la concentration de la pauvreté dans les villes-centres restent des caractéristiques majeures des agglomérations urbaines américaines à une échelle qui rend fort discutables les mises en parallèle avec les quartiers français.

5 De nombreux auteurs se sont penchés sur les effets de ces divisions sociales de l espace sur les conditions de vie, sur les pratiques et sur les chances de sortie de la pauvreté des habitants concernés. Ces travaux, qui se sont multipliés dans les années quatre-vingt à quatrevingt-dix, sont à éclairer par un contexte sociopolitique de remise en cause tant de l engagement de l État fédéral dans les politiques sociales et urbaines que des principes d affirmative action qui avaient prévalu pendant la période de la Great Society (6). 86 Informations sociales n 125 Les effets de quartier Dans les réflexions sur les effets de la ségrégation, le thème de l underclass a constitué un terrain de débat important, tant dans le monde médiatique et politique qu à l intérieur du champ universitaire. La notion d underclass a d abord représenté une catégorie péjorative utilisée par les médias et les conservateurs pour stigmatiser les populations défavorisées des ghettos urbains. Elle a par ailleurs été mobilisée de façon scientifique et dans une perspective progressiste par un sociologue, William Julius Wilson, dont les travaux portant sur les ghettos noirs de Chicago ont connu un grand retentissement académique et médiatique (7). Wilson définit l underclass comme une entité constituée d individus et de familles confrontés à de longues périodes de pauvreté et à un chômage structurel élevé, dépendants de l aide sociale et vivant dans une situation d isolement social croissant. Cette entité serait caractérisée par des traits comportementaux tels que l affaiblissement des liens au travail, l augmentation de la part des familles monoparentales, les difficultés à se marier, l échec scolaire, l autolimitation des relations sociales, le développement de la délinquance et de la criminalité. L underclass s inscrit dans des territoires spécifiques, puisque Wilson s y réfère en désignant les quartiers les plus défavorisés des grands centres urbains, où le taux officiel de pauvreté atteint ou dépasse 40 %. Elle a de fait une dimension raciale, puisque la plus grande partie des individus vivant dans ces quartiers appartiennent à la minorité noire. Cette définition a pour originalité d articuler la mise en avant de facteurs structurels comme la désindustrialisation, la perte des emplois

6 dans les centres-villes et le départ des couches moyennes noires de ces quartiers à une analyse de traits comportementaux et à la mise en valeur d un mode de socialisation spécifique. L une des thèses majeures de Wilson est ainsi que, toutes choses égales par ailleurs, il serait plus handicapant de connaître des situations de chômage ou de pauvreté dans les quartiers les plus précarisés que dans les autres quartiers, du fait d un effet de seuil dans la concentration des difficultés qui diminuerait les possibilités de réinsertion économique et favoriserait la reproduction de modèles de comportement difficilement compatibles avec un retour à l emploi ou à une vie normale. Cette approche a été contestée sur plusieurs points. Du point de vue qui nous intéresse ici, des travaux ethnographiques ont discuté la vision négative qui prévaut dans la thématique de l underclass, en montrant que les rapports sociaux dans les ghettos sont loin de se réduire à l anomie ou à l isolement social et que, se centrant sur les populations les plus marginalisées, elle ne rend pas compte de la diversité des situations sociales dans ces quartiers (8). Les débats sur l underclass ouvrent des questions plus générales quant aux rapports des individus et des groupes sociaux au territoire et quant à l influence de ce dernier sur les pratiques et les trajectoires individuelles et sur la constitution de groupes sociaux. Le cumul de situations de pauvreté produit-il des effets spécifiques? Ou, pour le dire autrement, le fait d habiter un quartier concentrant une population pauvre est-il socialement pénalisant? Ces questions ont suscité des travaux portant sur l effet de quartier et ont rencontré d autres approches venant en particulier de la psychosociologie, développées depuis les années soixante. Toute une littérature portant plus particulièrement sur les jeunes et sur les enfants tente ainsi de démontrer le rôle du quartier dans les structurations individuelles et collectives (9). Ce type de recherche pose de nombreux problèmes quant à la définition du territoire du quartier, quant à la prise en compte du temps et des trajectoires, et surtout quant à la distinction entre les effets propres au quartier et ceux qui sont liés à d autres facteurs, comme l influence de la famille. Ce dernier point constitue un véritable enjeu pour les études centrées sur les enfants et adolescents, n 125 Informations sociales 87

7 88 Informations sociales n 125 d autant que la plupart d entre elles revendiquent une utilité sociale et politique pour mieux cibler le problème et les réponses à y apporter. Si l effet de quartier est en fait l expression de caractéristiques familiales, ce n est pas sur le quartier qu il faut agir mais sur les familles pauvres en général, et cela repose sur une politique sociale plutôt que sur une politique territoriale ou de déségrégation. Or, de ces travaux ne se dégage aucune démonstration convaincante concernant l existence d un effet propre au quartier et les résultats produits sont incomplets et souvent contradictoires. La compréhension des processus selon lesquels le milieu influerait sur les individus, la nature de ces interactions, de même que les caractéristiques des individus les plus sensibles à cet effet de quartier, restent par ailleurs des questions ouvertes qui ne sont pas non plus sans enjeux pratiques. Ce bilan mitigé n empêche cependant pas que les politiques du logement aient été infléchies, depuis les années soixante-dix, au nom d un effet de quartier, conduisant à l arrêt de la construction sociale, déjà marginale. C est aussi sur cette base qu ont été légitimées les opérations de démolition de logements sociaux et qu ont été conduites différentes expériences de déségrégation. Les expériences de déségrégation Les expériences de déségrégation renvoient à des démarches et à des enjeux différents. Certaines font suite au succès de luttes anti-ségrégatives conduites par des associations appartenant au mouvement des droits civiques, d autres à des stratégies de gestion d organismes bailleurs qui légitiment des transformations profondes de leur parc de logements au nom de la recherche d une mixité sociale. Nous nous attarderons ici sur les premières, qui ont donné lieu à de nombreux travaux d évaluation. Dans les années soixante, s appuyant sur la législation du Civil Right Act, des associations liées au mouvement des droits civiques engagèrent des poursuites judiciaires contre les bailleurs sociaux et contre l administration municipale, parfois fédérale, pour dénoncer les politiques ségrégatives qui conduisaient à ne construire des logements sociaux que dans certains quartiers et à

8 les attribuer sur des critères raciaux. La Cour suprême rendit alors plusieurs jugements condamnant les organismes bailleurs et les municipalités à mettre en œuvre des politiques de déségrégation. Ceux-ci partaient du principe que la mobilité de familles pauvres appartenant à la minorité noire vers des quartiers aisés blancs représentait le remède à la ségrégation spatiale ; il s agissait aussi de donner le droit à la mobilité et au choix de résidence à des ménages qui avaient subi le préjudice de la ségrégation. Ces jugements furent médiatisés, ainsi que les quelques expériences de déségrégation Un effet de quartier qui virent le jour dans leur sillage. Il en est ainsi de l expérience des Gautreaux à Chicago, du nom d une militante du mouvement des droits civiques à l origine de la plainte. Ce programme visait à favoriser la mobilité des familles noires par l octroi d une aide personnalisée au logement, celui-ci devant obligatoirement être situé dans des quartiers aisés de l agglomération. L expérience aura duré plus de vingt ans pour délocaliser familles noires à faibles revenus, essentiellement des familles monoparentales (10). Il s agit du programme de déségrégation le plus lourd et le plus étudié jamais engagé aux États-Unis. Il a servi de modèle à une cinquantaine de programmes, et surtout à une expérimentation fédérale lancée en 1992, dénommée Moving to Opportunity. Cette dernière, financée par le HUD (ministère fédéral du Logement et de l Urbanisme), a débuté en 1994 dans cinq villes (Baltimore, Boston, Chicago, New York et Los Angeles) (11), et a permis le relogement de familles habitant des logements sociaux (public housing) localisés dans des quartiers dont au moins 40 % des individus étaient considérés comme pauvres, ce critère correspondant à la définition des ghettos ou de l underclass (12). La thèse de l effet de quartier sert de base à ces expériences. Il s agit en effet, en déplaçant des familles pauvres dans des quartiers plus favorisés, de multiplier les n 125 Informations sociales 89

9 90 Informations sociales n 125 possibilités offertes tant du point de vue de la structuration et de la qualité des équipements, notamment scolaires, que de la fréquentation de familles susceptibles d obéir à d autres valeurs et comportements sociaux et individuels, en particulier dans le rapport à l école ou au travail. C est donc avant tout sous cet angle que ces opérations sont évaluées, dans des conditions de laboratoire exceptionnelles. Ces évaluations s appuient sur l analyse des changements observés au sein du groupe des populations transplantées comparé à un groupe témoin resté dans le quartier d habitat social. Les principaux critères retenus sont l insertion des adultes dans le monde du travail, les résultats scolaires des enfants et l intégration dans les réseaux sociaux. Les conditions expérimentales sont particulièrement contrôlées pour l évaluation du programme Moving to Opportunity, programme cons truit à des fins démonstratives, où un second groupe témoin est constitué, formé lui aussi de ménages logés dans le parc social et auxquels est attribuée une aide personnelle au logement (voucher) sans condition de localisation de ce logement dans un quartier aisé. Que concluent ces évaluations? Tout d abord, ces expériences de mobilité semblent répondre à une demande des ménages. Dans l opération des Gautreaux, comme dans le programme Moving to Opportunity, les candidats à la mobilité sont bien plus nombreux que les candidats retenus (13). De façon générale, les effets de la transplantation sont ambivalents et varient fortement selon les ménages. Les individus transplantés gagnent, dans leur nouveau quartier, un sentiment de sécurité et de tranquillité qui, dans la plupart des cas, avait motivé le choix du déménagement. La satisfaction par rapport aux logements est en revanche loin d être unanime, leur mauvais entretien étant souvent souligné. Le passage dans le secteur privé ne procure pas automatiquement un logement mieux entretenu et il met les ménages en situation de fragilité dans le jeu du marché. Par ailleurs, l amélioration de l accès au marché du tra- Candidats de la mobilité

10 vail reste difficile à mesurer. L évaluation des Gautreaux indique que les adultes relogés dans un quartier aisé trouvent plus facilement un emploi, sans que les salaires ou la qualification ne soient néanmoins améliorés (14). Le programme MTO montre des résultats beaucoup moins assurés. Ce programme a été engagé en même temps que la réforme du Welfare et dans une période de croissance économique. On observe ainsi, de façon générale, une baisse significative du chômage, mais celle-ci n apparaît pas plus importante que pour les groupes témoins. Les barrières à l emploi auxquelles sont confrontés ces ménages (en particulier leur faible qualification, la non-maîtrise de l anglais ou de fréquents problèmes lourds de santé) ne peuvent être surmontées du seul fait de leur transplantation. Les résultats en termes de scolarité sont aussi mitigés. Il faut ici rappeler que les écoles publiques des ghettos sont à double titre les écoles du pauvre. Non seulement elles accueillent des enfants venant de ménages socialement défavorisés, mais elles sont aussi pauvres en moyens et en encadrement car leur financement repose essentiellement sur les impôts locaux. Le niveau scolaire des écoles de banlieue est bien supérieur à celui des écoles de centre-ville. Aussi, une part des enfants ayant déménagé connaît-elle des difficultés en arrivant dans un nouvel établissement, qui se traduisent soit par leur rétrogradation dans une classe de niveau inférieur, soit par le placement dans une classe spécialisée. Les témoignages des parents et des enfants sont très contrastés : certains soulignent un meilleur suivi scolaire de la part des enseignants et un sentiment de sécurité au sein de l école, d autres insistent sur les comportements racistes ou stigmatisants qui rendent difficile l insertion des enfants. Nombre de familles du programme MTO ont ainsi choisi de ne pas scolariser leurs enfants dans leur nouveau quartier. Pour les enfants qui surmontent ces difficultés, les résultats scolaires atteignent de meilleurs Résultats mitigés n 125 Informations sociales 91

11 NOTES 1 - On se référera en particulier aux travaux contradictoires de Jane Jacob et de Herbert Gans : J. Jacobs, The Death and Life of Great American Cities, New York, Randomn House, 1961 ; Herbert Gans, The balanced community : homogeneity or heterogeneity in residential areas?, Journal of the American Institute of Planners, XXVII, n 3, 1961, p En particulier, l utilisation qu en fait Éric Maurin dans son ouvrage, Le ghetto français (2004), est univoque et ne tient pas compte de la pluralité et contradiction du caractère contradictoire des résultats 3 - K. Jackson, Crabgrass Frontier : the Suburbanization of the United States, New York, Oxford University Press, 1987 ; R. Fishman, Bourgeois Utopia, the Rise and Fall of Suburbia, Basic Books, New York,, W. J. Wilson, The Truly disadvantaged : the inner-city, the underclass and public policy, The University of Chicago Press, 1987, 1987, traduit en France, Les oubliés de l Amérique, Desclée de Brouwer, A. A. Berube, W. H. Frey, A Decade of Mixed Blessings : Urban and Suburban Poverty in Census 2000, The Brookings Institution, Census 2000 Survey Series, 2002, Cette période a vu, en particulier dans les années soixante, sous la présidence de Johnson, la mise en œuvre de nombreux programmes de lutte contre la pauvreté. 7 - W.J Wilson a par la suite renoncé à utiliser le terme d underclass, tenant compte de son passif médiatique, et l a remplacé par celui de ghetto. 8 - Voir en particulier E. Andersonlijah, Code of Street : Decency, Violence and the Moral Life of the Inner City, New York, WW. Norton, 1999 ; P. Bourgois, En quête de respect, le crack à New York, Paris, Le Seuil, 2001 ; K. Newman, No Shame in my Game, New York, Russel Sage Foundation and Knopf, Maryse Marpsat a proposé une revue de cette littérature : La modélisation des «effets de quartier» aux États-Unis, une revue des travaux récents, Population, 54(2), 1999, p Informations sociales n 125 scores et semblent ouvrir plus de perspectives d accès à un emploi ou à l université. Mais dans quelle mesure ces résultats n indiquent-ils pas avant tout qu il est plus facile de réussir dans des écoles mieux dotées en équipements et en enseignants? Enfin, l insertion sociale des familles dans leur environnement social se fait de façon contrastée, même si la sécurité gagnée dans le nouveau quartier est largement soulignée. Certains ménages ont à affronter des réactions racistes ou de rejet social, et une violence symbolique feutrée semble parfois remplacer la violence physique des ghettos noirs. Plusieurs d entre eux relatent des problèmes avec les voisins ou le propriétaire concernant les enfants et leur utilisation de l espace public. La dispersion a parfois aussi comme revers la perte des liens sociaux et familiaux, et c est sans doute ce qui a conduit 30 % des ménages de l expérience Gautreaux à revenir en centre-ville. Au bout du compte, les résultats de ces expériences de déségrégation ne semblent pas confirmer les hypothèses de départ, pas plus d ailleurs qu ils ne les infirment. Le déménagement a certes permis à certains d engager des parcours de mobilité, mais ceux-ci sont jalonnés d obstacles qui renvoient aux caractéristiques sociales de ces ménages. Pour d autres, il s est traduit par un isolement social accentué et par de nouvelles diffi - cultés. Dès lors, si les effets de contexte jouent bien dans le destin des ménages, on ne saurait pour autant les appréhender de façon simpliste et homogène. Interviennent ici les trajectoires sociales et familiales mais aussi différentes dimensions sociales, spatiales et institutionnelles de l organisation urbaine des quartiers dont ne rendent pas compte les catégories de quartier pauvre ou de quartier aisé. Ces expériences américaines posent la question des effets à long terme de la ségrégation sociale et raciale sur les individus qui en sont victimes et alimentent un débat émergeant en France sur le rôle du contexte ou du milieu sur le destin social des habitants d un quartier. Intéressantes de ce point de vue, elles s appuient cependant sur l hypothèse qu elles ne parviennent pas à démontrer selon laquelle le fait de résider dans un quartier pauvre (15) n aurait que des effets négatifs sur les

12 habitants. Elles négligent en cela la dimension du quartier comme espace de ressources, qui est pourtant mise en avant dans un autre volet important des politiques urbaines américaines, fondé sur l empowerment et le développement communautaire. Les politiques urbaines semblent ainsi balancer entre déségrégation et revitalisation des quartiers pauvres, tout comme coexistent en France les politiques de mixité sociale et celles visant à un développement plus endogène des quartiers en difficulté. Cette politique expérimentale représente par ailleurs une goutte d eau au regard des puissants processus ségrégatifs qui continuent à caractériser les villes américaines. Si elle a le mérite indéniable d ouvrir des perspectives de mobilité pour quelques milliers de ménages, ses évaluations interrogent cependant le postulat des bénéfices de la mixité sociale qui oriente aujour - d hui fortement les politiques publiques L. Rubinowitz et J. Rosenbaum, Crossing the Class and Color Lines, from Public Housing to White Suburbia, University of Chicago Press, Lancé par l administration Clinton, ce programme fut restreint par le Congrès, qui limita la démonstration à six villes d au moins habitants situées dans une aire métropolitaine d au moins 1,5 million d habitants. Seize villes se sont portées candidates J. Goeringohn, Choosing a Better Life? Evaluating the Moving to Opportunity Social Experiment, The Urban Institute Press, Il convient d ailleurs de souligner que les ménages ayant suivi l ensemble du processus de mobilité sont ainsi triés à trois étapes. D une part, il s agit de ménages suffisamment motivés pour se porter candidats ; d autre part, sont écartées les candidatures de ceux qui ont eu affaire à la justice ou qui ont fait preuve de problèmes comportementaux. Enfin, les ménages sélectionnés, certes formés et assistés, doivent eux-mêmes trouver leur logement. Compte tenu du poids de la discrimination raciale, cela ne manque pas de créer des obstacles : ainsi, dans l expérience des Gautreaux, le taux de relogement n a atteint que 25 %. Ce processus de sélection n est probablement pas sans incidence sur les résultats de l expérimentation Susan Popkin et Laura Harris, Families in Transition, a Qualitative Analysis of the MTO Experience, Final Report, HUD, En partant d ailleurs d une définition statistique du quartier pauvre qui nie la diversité et l hétérogénéité interne des quartiers concernés. n 125 Informations sociales 93

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005 Les parcs de logements et leur occupation dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence Situation 2005 et évolution 1999-2005 Décembre 2008 Le territoire d étude 2 Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

Haut Comité pour le Logement des Personnes Défavorisées AVIS. concernant la mise en œuvre de la mixité sociale

Haut Comité pour le Logement des Personnes Défavorisées AVIS. concernant la mise en œuvre de la mixité sociale Haut Comité pour le Logement des Personnes Défavorisées AVIS concernant la mise en œuvre de la mixité sociale Février 2015 Avant-propos Le 23 janvier dernier, le Premier ministre, Manuel Valls déclarait

Plus en détail

Pour citer cet article : --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Pour citer cet article : -------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- THÈSES (RÉSUMÉS) Armand Colin Revue d'économie Régionale & Urbaine 2006/4 - octobre pages 661 à 664 ISSN 0180-7307 Article disponible en ligne à l'adresse: http://www.cairn.info/revue-d-economie-regionale-et-urbaine-2006-4-page-661.htm

Plus en détail

L avantage de l'exemple américain

L avantage de l'exemple américain 18 [1] Thomas Kirszbaum est sociologue, chercheur associé au GEPECS (Université Paris V) sur l'expérience américaine de la rénovation urbaine dans son ouvrage : «Rénovation Urbaine. Les Leçons Américaines».

Plus en détail

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Descriptif de la Bourse: Ce programme autrefois appelé «Fulbright

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section sécurité sociale CSSSS/15/044 DÉLIBÉRATION N 15/020 DU 7 AVRIL 2015 RELATIVE À LA COMMUNICATION DE DONNÉES À CARACTÈRE PERSONNEL CODÉES AU

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 4 décembre 2009 Français Original: anglais E/C.12/CHE/Q/2-3 Comité des droits économiques, sociaux et culturels Groupe de travail de présession

Plus en détail

Mobilité et précarités

Mobilité et précarités Mobilité et précarités JP Orfeuil Université Paris Est et Institut pour la ville en mouvement Observatoire national de la précarité énergétique, 22/03/ 2013 1 Plan Le statut de la mobilité Le statut de

Plus en détail

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons 75 L enjeu : intervenir sur le partage de plus en plus inégalitaire de la richesse produite Économiste, Fondation Copernic Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons depuis 2007-2008

Plus en détail

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD)

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Mémoire présenté à la Communauté métropolitaine de Montréal Septembre 2011 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

QUELLE REFORME DE L ASSURANCE-MALADIE AUX ETATS-UNIS? 1

QUELLE REFORME DE L ASSURANCE-MALADIE AUX ETATS-UNIS? 1 QUELLE REFORME DE L ASSURANCE-MALADIE AUX ETATS-UNIS? 1 François Vergniolle de Chantal* La crise que subissent les classes moyennes a constitué un enjeu majeur de la présidentielle de 2008 aux Etats-Unis.

Plus en détail

Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse. Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015

Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse. Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015 Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015 Plan Comment écouter les enfants vivant dans la pauvreté? Ce que l on en apprend? Comment traduire

Plus en détail

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Intervention n 7.1 Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Jean-Pierre Nicolas - directeur adjoint du Laboratoire d Economie des Transports La présentation que je vais faire [diapositive

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Lutter contre les exclusions

Lutter contre les exclusions D 2 COHESION SOCIALE ENTRE LES POPULATIONS, LES TERRITOIRES, LES GENERATIONS Si, globalement, la population vélizienne semble peu exposée au risque d exclusion (taux d emploi élevé, revenu médian moyen,

Plus en détail

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET

Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Protocole de préfiguration de la Convention de Mixité Sociale du Grand Dijon PROJET Préambule La convention de mixité sociale est prévue à l article 8 de la loi de Programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES.

LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. LA SOLIDARITE INTERNATIONALE ET LES ENTREPRISES. Une approche commune et des engagements des Associations de solidarité internationale et des Syndicats. 2010 Sommaire Préambule, p.2 Le contexte, p.3 Pourquoi

Plus en détail

Chapitre 17 Action publique et régulation

Chapitre 17 Action publique et régulation CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 16 novembre 2014 à 19:40 Chapitre 17 Action publique et régulation Introduction Pourquoi les pouvoirs publics interviennent-ils dans les économies contemporaines?

Plus en détail

PROGRAMME PARTICULIER D URBANISME QUARTIER DES GRANDS JARDINS

PROGRAMME PARTICULIER D URBANISME QUARTIER DES GRANDS JARDINS PROGRAMME PARTICULIER D URBANISME QUARTIER DES GRANDS JARDINS Y DES FEMMES DE MONTRÉAL MÉMOIRE POUR L OFFICE DE CONSULTATION PUBLIQUE DE MONTREAL MONTREAL, 14 AVRIL 2011 PRÉSENTÉ PAR : ELISABETH ALARIE

Plus en détail

Coup d œil sur les inégalités de revenus au

Coup d œil sur les inégalités de revenus au Coup d œil sur les inégalités de revenus au Québec L expression «nous les 99 %», qui avait servi de cri de ralliement des mouvements Occupy, résume les préoccupations que soulève la tendance mondiale à

Plus en détail

Première partie. 1.2 Définir une ZUS. Indiquer les critères qui permettent à un quartier de bénéficier de l appellation ZUS.

Première partie. 1.2 Définir une ZUS. Indiquer les critères qui permettent à un quartier de bénéficier de l appellation ZUS. Vous êtes stagiaire au centre social de Champbenoist, un quartier de la ville de Provins en Seine et Marne, plus particulièrement rattaché à la référente famille. Un CADA est partenaire du centre social.

Plus en détail

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité»

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Organisé dans le cadre du IX Congrès International des Villes Educatrices Le Mercredi 13 septembre 2006 A l Ecole Normale

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Ifs - Centre. Portraits de quartiers en veille active. de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie. IRIS* CONCERNÉ : Ifs centre

Ifs - Centre. Portraits de quartiers en veille active. de Caen la mer. AUCAME Caen Normandie. IRIS* CONCERNÉ : Ifs centre Quartier situé sur la commune de IFS 2 977 habitants en 2011, soit 1,3 % de la mer solida territ rités oriales ui n 2015 J O RVATO I RE Portraits de quartiers en veille active de la mer BSE Au sortir de

Plus en détail

Égalité des chances pour toutes et tous

Égalité des chances pour toutes et tous Égalité des chances pour toutes et tous L égalité des chances pour toutes les personnes vivant en Suisse et un des piliers centraux d une société juste et solidaire. L égalité des chances signifie d abord

Plus en détail

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1

URBAIN LE MILLÉNAIRE. Chacun a droit. ... à un logement décent N E W Y O R K, 6 8 J U I N 2 0 0 1 LA SESSION EXTRAORDINAIRE DE L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES NATIONS UNIES CONSACRÉE À L EXAMEN ET À L ÉVALUATION D ENSEMBLE DE L APPLICATION DU PROGRAMME POUR L HABITAT LE MILLÉNAIRE Chacun a droit URBAIN...

Plus en détail

L état de la pauvreté en France

L état de la pauvreté en France Notes de l Observatoire N 1, octobre 2013 L état de la pauvreté en France Combien compte-t-on de pauvres en France? Comment évolue leur nombre? Qui est le plus concerné par la crise? A l heure où une partie

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE UITWERKING VAN EEN WIJKMONITORING DIE HET HELE GRONDGEBIED VAN HET BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

La relation bancaire avec la clientèle des particuliers : revue de la littérature

La relation bancaire avec la clientèle des particuliers : revue de la littérature Direction de la stratégie Service de Veille et d Intelligence économiques et stratégiques du Groupe Mission de la Recherche @res @rgos Note de synthèse La relation bancaire avec la clientèle des particuliers

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

URBAIN-RURAL : DE QUOI PARLE-T-ON?

URBAIN-RURAL : DE QUOI PARLE-T-ON? URBAIN-RURAL : DE QUOI PARLE-T-ON? B.H. Nicot 1 Juin 2005 «Entre 1990 et 1999, le rural en France métropolitaine a connu une croissance démographique de 4,2 % sur la période, tandis que l urbain ne croissait

Plus en détail

Mémoire de la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges portant sur le projet de Schéma d aménagement et de développement de l

Mémoire de la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges portant sur le projet de Schéma d aménagement et de développement de l Mémoire de la Corporation de développement communautaire de Côte-des-Neiges portant sur le projet de Schéma d aménagement et de développement de l agglomération de Montréal Novembre 2014 Mémoire sur le

Plus en détail

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal

Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Note d orientation Deuxième Forum d apprentissage du programme ACCA, 25-29 octobre 2010, Dakar, Sénégal Évaluer comment l adaptation aux changements climatiques contribue à la réduction de la pauvreté

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements En un quart de siècle, la mobilité sociale a peu évolué Stéphanie Dupays En 2003, un homme âgé de 40 à 59 ans sur trois a une position sociale identique à celle de son père au même âge. Ce chiffre cache

Plus en détail

PROGRAMMES DE BOURSES ET DE FORMATION DU HCDH

PROGRAMMES DE BOURSES ET DE FORMATION DU HCDH II. PROGRAMMES DE BOURSES ET DE FORMATION DU HCDH II Les programmes de bourses et de formation examinés dans le présent chapitre ont été instaurés par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits

Plus en détail

_Factsheet Almanach social 2014. Habitat

_Factsheet Almanach social 2014. Habitat Habitat L Almanach social, qu est-ce que c est? La première partie de l Almanach est consacrée aux développements sociopolitiques qui ont eu lieu l an passé. Le développement économique est évalué dans

Plus en détail

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises

1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises Rester dynamique dans un contexte atypique 1Touchée ces vingt dernières années par la fermeture d importantes entreprises industrielles, la Saône-et-Loire est aujourd hui un département en décroissance.

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais

Définitions. Les Dossiers de Profils n 75 - Avril 2004 69 Insee Nord-Pas-de-Calais Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons et doit disposer d un

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre?

Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Participation des habitants et contrats de ville Quels enjeux? Quelle mise en oeuvre? Note réalisée par l Observatoire Régional de l Intégration et de la Ville (ORIV) septembre 2014 Eléments de contexte

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

Logement équitable: Votre droit à la location ou à l achat d une maison

Logement équitable: Votre droit à la location ou à l achat d une maison Logement équitable: Votre droit à la location ou à l achat d une maison Trouvez plus de renseignements juridiques faciles à lire sur www.ptla.org Que signifie «Logement équitable»? Dans le Maine, il existe

Plus en détail

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif La recherche du lauréat du prix Nobel de Sciences économiques James Heckman et sa pertinence pour les communautés francophones en milieu

Plus en détail

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment

la pauvreté 33 ses lutte contre territorial. création.cette n ne doit pas d insertion. 1. UNE Accompagner la Participation travaux sont évidemment Accompagner la participation des allocataires Par Marion Drouault, responsable de projets à l (Version courte) Participation et RSA : «Accompagner la l participation des allocataires» S appuyant en particulier

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES

LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES LES SOINS DE SANTÉ POUR LES MIGRANTS SANS PAPIERS EN SUISSE SERVICES UN CONTEXTE PLEIN DE CONTRASTES Dans la plupart des pays analysés, un écart peut être observé entre les normes définies par les droits

Plus en détail

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres!

Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Le traitement des pensions alimentaires pour enfants dans les programmes sociaux: une discrimination envers les enfants les plus pauvres! Fédération des associations de familles monoparentales et recomposées

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

Comment va la vie en France?

Comment va la vie en France? Comment va la vie en France? L Initiative du vivre mieux, lancée en 2011, se concentre sur les aspects de la vie qui importent aux gens et qui ont un impact sur leur qualité de vie. L Initiative comprend

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR ÉPREUVE DE MANAGEMENT DES ENTREPRISES CAS LIBERCLIC La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014

Réforme de la politique de la ville. Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Réforme de la politique de la ville Rencontre territoriale (Auvergne, Bourgogne, Rhône-Alpes) Lyon - 8 juillet 2014 Restitution de l atelier n 3 : Intitulé : Les communes et agglomérations concernées par

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration

Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Incitants fiscaux à l épargne et piste d amélioration Arnaud Marchand et Olivier Jérusalmy Réseau Financité L attirance des Belges pour le compte d épargne est loin d être fortuite. Deux facteurs principaux

Plus en détail

Gestion Participative Territoriale :

Gestion Participative Territoriale : !!" #!#$ # % #% Touiza Solidarité Evaluation ex post et externe Gestion Participative Territoriale : François Durand Consultant ITG Paris Foued Chehat Expert associé 1 Le cadre de l évaluation Le projet

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

LA SÉGRÉGATION SOCIALE A-T-ELLE AUGMENTÉ?

LA SÉGRÉGATION SOCIALE A-T-ELLE AUGMENTÉ? EDMOND PRÉTECEILLE LA SÉGRÉGATION SOCIALE A-T-ELLE AUGMENTÉ? LA MÉTROPOLE PARISIENNE ENTRE POLARISATION ET MIXITÉ RÉSUMÉ : L idée que la ségrégation sociale a augmenté et qu elle concerne avant tout les

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme?

L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? L allocataire dans un couple : l homme ou la femme? par Alain Jacquot CNAF-Bureau des Prévisions Les CAF versent une trentaine de prestations (prestations familiales stricto sensu, aides au logement, et

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droits de l'homme de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES. Développement social et médiation par le sport

LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES. Développement social et médiation par le sport UNIVERSITE ORLEANS 2012 2013 LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES Développement social et médiation par le sport Lieu de la formation : 2 allée du Château BP 6237 45062 ORLEANS CEDEX 2 Tél : 02

Plus en détail

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR

pour envisager le futur VILLE DE LAVAL Renouer avec la mémoire Laval PAYS-DE- LA-LOIRE Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Laval PAYS-DE- LA-LOIRE VILLE DE LAVAL Rédactrice : Johanna Couvreur - FAUT VOIR Renouer avec la mémoire pour envisager le futur L action culturelle dans la ville / Culture & Proximité 1 VILLE DE LAVAL

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

Crédit et protection sociale en France et aux USA

Crédit et protection sociale en France et aux USA Crédit et protection sociale en France et aux USA Adrienne SALA Comparant France et États-Unis, Gunnar Trumbull montre que le développement du marché du crédit à la consommation s explique par des coalitions

Plus en détail

Août 2013 Enquête CLCV Tarifs et pratiques des auto écoles

Août 2013 Enquête CLCV Tarifs et pratiques des auto écoles Août 2013 Enquête CLCV Tarifs et pratiques des auto écoles 1 Avec 742 367 permis B délivrés en France en 2011, le permis de conduire est le premier examen en France par son nombre de candidats. Le permis

Plus en détail

Charte de la laïcité à l École Charte commentée

Charte de la laïcité à l École Charte commentée Charte de la laïcité à l École Charte commentée Ce document propose un commentaire de la phrase de préambule et de chacun des articles de la Charte de la laïcité à l École. Il explicite le sens des principales

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007

DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007 DES EMPLOIS POUR LES JEUNES BELGIQUE Février 2007 RÉSUMÉ ET PRINCIPALES RECOMMANDATIONS Le marché du travail des jeunes en Belgique est moins performant que la moyenne En Belgique, les jeunes qui sortent

Plus en détail

COMMOCLES : Contribution du Management de la Mobilité dans le Choix de Localisation des Entreprises et des Salariés

COMMOCLES : Contribution du Management de la Mobilité dans le Choix de Localisation des Entreprises et des Salariés Programme de recherche et d innovation dans les transports terrestres G06 «Politiques de transport» COMMOCLES : Contribution du Management de la Mobilité dans le Choix de Localisation des Entreprises et

Plus en détail

Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques

Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques Céline Grislain-Letrémy Résumé long - Thèse en sciences économiques sous la direction de Bertrand Villeneuve L objet de cette thèse

Plus en détail

SCIENCES-PO Cycle d urbanisme. - sms : 06 33 21 51 69

SCIENCES-PO Cycle d urbanisme. - sms : 06 33 21 51 69 - sms : 06 33 21 51 69 CINQ SUJETS MAJEURS Une politique de la ville qui ne concerne ni toutes les villes, ni toute la ville Une révision d une protection sociale française aveugle aux territoires Une

Plus en détail

B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi?

B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi? B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi? a) Le diplôme facilite l'accès à l'emploi typique 1. Les sortants du système éducatif sont de plus en plus diplômés. En 1979, sur 742 000 sortants du

Plus en détail

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN

A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN A SEARCH FOR FAME : INITIATIVES POUR UN DEVELOPPEMENT INTEGRE DURABLE IDID : A LA RECHERCHE D UNE NOTORIÉTÉ : LE CHEMIN DE L ONG IDID AU BÉNIN Introduction Initiatives pour un Développement Intégré Durable

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010

A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 A Besançon, un nouveau dispositif d aide sociale, le micro-crédit personnel à taux zéro Présentation le 28 avril 2010 Contacts CCAS - Solidarités Marie-Noëlle GRANDJEAN 03 81 41 21 69 marie-noelle.grandjean@besancon.fr

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

I. Une nouvelle loi anti-discrimination

I. Une nouvelle loi anti-discrimination Extrait du Bulletin de Liaison Le Défi n 17, LHFB, Juillet 2004 Discriminations et assurances ; les apports de la Loi du 25 février 2003 et le rôle du Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre

Plus en détail

Des compétences numériques à la littératie numérique

Des compétences numériques à la littératie numérique Note d éducation permanente de l ASBL Fondation Travail-Université (FTU) N 2014 10, juin 2014 www.ftu.be/ep Des compétences numériques à la littératie numérique Quels enjeux derrière l évolution de ces

Plus en détail

Article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) : Le droit à l éducation

Article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) : Le droit à l éducation Article 13 du Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) : Le droit à l éducation Observation générale adoptée par le Comité des droits économiques, sociaux et culturels

Plus en détail

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France?

Corefris RAPPORT ANNUEL 2011. Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? Annexe 3 : La hausse des prix de l immobilier est-elle associée à une «bulle» de crédit en France? (DGTrésor) 1. Indépendamment de facteurs d offre et de demande, qui jouent indéniablement sur les prix,

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération Les enjeux du nouveau système de politique de rémunération Suite aux diverses propositions faites par

Plus en détail

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015

Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Convention cadre pour le Développement de la médiation sociale en Région Nord Pas de Calais pour 2013 2015 Entre L Etat, Représenté par le Préfet de région Et Le Conseil régional Nord-Pas de Calais Représenté

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

Des aides financières discriminatoires?

Des aides financières discriminatoires? Des aides financières discriminatoires? L arrêt de la Cour de justice de l Union européenne dans l affaire Elodie Giersch et autres contre État du Grand-Duché de Luxembourg Prof. Dr. Jörg Gerkrath, Professeur

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail