SÉGRÉGATION ET POLITIQUES DE MIXITÉ SOCIALE AUX ÉTATS-UNIS Au regard de quelques programmes de déségrégation Marie-Hélène Bacqué et Sylvie Fol

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SÉGRÉGATION ET POLITIQUES DE MIXITÉ SOCIALE AUX ÉTATS-UNIS Au regard de quelques programmes de déségrégation Marie-Hélène Bacqué et Sylvie Fol"

Transcription

1 SÉGRÉGATION ET POLITIQUES DE MIXITÉ SOCIALE AUX ÉTATS-UNIS Au regard de quelques programmes de déségrégation Marie-Hélène Bacqué et Sylvie Fol CNAF Informations sociales 2005/5 - n 125 pages 82 à 93 ISSN Article disponible en ligne à l'adresse: Pour citer cet article : Bacqué Marie-Hélène et Fol Sylvie, «Ségrégation et politiques de mixité sociale aux états-unis» Au regard de quelques programmes de déségrégation, Informations sociales, 2005/5 n 125, p Distribution électronique Cairn.info pour CNAF. CNAF. Tous droits réservés pour tous pays. La reproduction ou représentation de cet article, notamment par photocopie, n'est autorisée que dans les limites des conditions générales d'utilisation du site ou, le cas échéant, des conditions générales de la licence souscrite par votre établissement. Toute autre reproduction ou représentation, en tout ou partie, sous quelque forme et de quelque manière que ce soit, est interdite sauf accord préalable et écrit de l'éditeur, en dehors des cas prévus par la législation en vigueur en France. Il est précisé que son stockage dans une base de données est également interdit.

2 Marie-Hélène Bacqué maître de conférences à l Institut français d urbanisme (UMR LOUEST) Sylvie Fol maître de conférences à l Université Paris-X-Nanterre (UMR LOUEST) Ségrégation et politiques de mixité sociale aux États-Unis Au regard de quelques programmes de déségrégation. L expérience des Gautreaux à Chicago et ses prolongements auront permis à environ familles noires de quitter le centre-ville pour des quartiers moins stigmatisants. Quels sont les résultats en termes d insertion? Les chercheurs s interrogent sur la validité d un effet qui serait propre au quartier, car d autres dimensions apparaissent, qu elles soient sociales, spatiales ou bien institutionnelles. 82 Informations sociales n 125 Très sollicitée en France, la thématique de la mixité sociale est aussi mobilisée aux États-Unis pour justifier ou discuter les politiques publiques sociales et urbaines. En particulier, elle a été mise en avant dans les années soixante en réaction aux opérations d urban renewal, puis de construction de villes nouvelles (1). Elle est aujourd hui au centre des débats portant sur la constitution des ghettos et une littérature médiatique et universitaire foisonnante traite des effets de quartier sur les familles pauvres et évalue les expériences de déségrégation financées par l État fédéral. Ces expériences et leurs évaluations sont mal connues en France et leurs résultats sont souvent interprétés de façon schématique (2). Il nous semble intéressant de les analyser comme contribution au débat hexagonal, en prenant soin toutefois de les replacer dans leur contexte politique et urbain. Les processus de ségrégation urbaine aux États-Unis L histoire de la ségrégation urbaine aux États-Unis est inscrite dans le développement des villes et est indisso-

3 ciable de la constitution de la banlieue. Engagé à la fin du XIX e siècle, le processus de peuplement de la banlieue répond au souhait des couches supérieures d échapper aux nuisances créées par la croissance urbaine et, en particulier, à la promiscuité sociale due à l arrivée massive d immigrants s installant dans les centres-villes (3). Dans un contexte de développement économique sans précédent, la disponibilité des terrains permet le développement d une banlieue idéale, fondée sur une séparation entre l univers familial et les nuisances du monde du travail. La maison individuelle devient le symbole de cet idéal, s appuyant sur un modèle culturel marqué par l influence religieuse et valorisant la famille nucléaire et la vie privée, par opposition aux dangers moraux de la grande ville. La diffusion de l automobile, qui accompagne l enrichissement relatif de la classe ouvrière à partir des années vingt, ainsi que l engagement d un important programme d équipement routier, fournissent les bases d une suburbanisation qui s intensifie après guerre. La croissance explosive de la banlieue est alimentée par l afflux des couches moyennes blanches, fuyant les centres-villes où se sont installées une population noire d origine rurale ainsi que les vagues d immigration plus récentes à dominante hispanique. Les politiques publiques contribuent par ailleurs à cette expansion urbaine ségrégative en encourageant l accession à la propriété en maison individuelle dont, par un système discriminatoire de prêts, les couches moyennes et supérieures blanches sont les seules bénéficiaires, et, à l opposé, en créant des logements pour les plus pauvres dans les seuls quartiers les plus déshérités. Au cours des dernières décennies, le fossé social entre centres et banlieues a continué à se creuser, conjuguant une dynamique de ségrégation et d agrégation. Les banlieues constituent ainsi, aujourd hui, des espaces d homogénéité sociale et des lieux d agrégation privilégiés pour les couches moyennes blanches, alors que l é- Une banlieue idéale n 125 Informations sociales 83

4 84 Informations sociales n 125 volution économique des dernières décennies et la redistribution des activités dans l espace métropolitain ont renforcé la dégradation des centres-villes et la fragilité sociale de leurs habitants. Le processus de décentralisation des activités et des emplois est allé de pair avec une différenciation socioéconomique croissante entre les villes-centres et leurs banlieues. La population noire, concentrée en majorité dans les inner cities, est la première touchée par le chômage, et sa participation au monde du travail a diminué selon une pente beaucoup plus forte que celle de la population blanche dans les trente Une population reléguée dernières années. Sur la longue période, des années trente aux années quatre-vingt, la part de population masculine noire occupant un emploi a chuté de 80 % à 56 % (4). Cette exclusion sans perspective du monde du travail est d autant plus grave qu elle touche une population reléguée, par le biais de la ségrégation résidentielle, dans des territoires de plus en plus coupés du reste de la société. Des villes comme Washington, Newark ou Detroit comptaient respectivement 65 %, 74 % et 82 % de population noire au recensement de 2000, et entre 20 % et 28 % de personnes vivant en dessous du seuil de pau vreté. À l échelle nationale, les villes-centres continuent d être des espaces de concentration de la pauvreté : en 2000, près d un habitant sur cinq y vivait en dessous du seuil de pauvreté, alors que dans les banlieues, le taux de pauvreté dépassait à peine les 8 %. Au cours de la décennie quatre-vingt-dix, qui a connu une croissance économique sans précédent et une baisse du chômage (avec un taux exceptionnellement faible de 4 % en 2000), le taux de pauvreté a diminué très légèrement dans les villes-centres et s est accrû dans les même proportions en banlieue (5). Malgré ces tendances récentes, la ségrégation raciale et la concentration de la pauvreté dans les villes-centres restent des caractéristiques majeures des agglomérations urbaines américaines à une échelle qui rend fort discutables les mises en parallèle avec les quartiers français.

5 De nombreux auteurs se sont penchés sur les effets de ces divisions sociales de l espace sur les conditions de vie, sur les pratiques et sur les chances de sortie de la pauvreté des habitants concernés. Ces travaux, qui se sont multipliés dans les années quatre-vingt à quatrevingt-dix, sont à éclairer par un contexte sociopolitique de remise en cause tant de l engagement de l État fédéral dans les politiques sociales et urbaines que des principes d affirmative action qui avaient prévalu pendant la période de la Great Society (6). 86 Informations sociales n 125 Les effets de quartier Dans les réflexions sur les effets de la ségrégation, le thème de l underclass a constitué un terrain de débat important, tant dans le monde médiatique et politique qu à l intérieur du champ universitaire. La notion d underclass a d abord représenté une catégorie péjorative utilisée par les médias et les conservateurs pour stigmatiser les populations défavorisées des ghettos urbains. Elle a par ailleurs été mobilisée de façon scientifique et dans une perspective progressiste par un sociologue, William Julius Wilson, dont les travaux portant sur les ghettos noirs de Chicago ont connu un grand retentissement académique et médiatique (7). Wilson définit l underclass comme une entité constituée d individus et de familles confrontés à de longues périodes de pauvreté et à un chômage structurel élevé, dépendants de l aide sociale et vivant dans une situation d isolement social croissant. Cette entité serait caractérisée par des traits comportementaux tels que l affaiblissement des liens au travail, l augmentation de la part des familles monoparentales, les difficultés à se marier, l échec scolaire, l autolimitation des relations sociales, le développement de la délinquance et de la criminalité. L underclass s inscrit dans des territoires spécifiques, puisque Wilson s y réfère en désignant les quartiers les plus défavorisés des grands centres urbains, où le taux officiel de pauvreté atteint ou dépasse 40 %. Elle a de fait une dimension raciale, puisque la plus grande partie des individus vivant dans ces quartiers appartiennent à la minorité noire. Cette définition a pour originalité d articuler la mise en avant de facteurs structurels comme la désindustrialisation, la perte des emplois

6 dans les centres-villes et le départ des couches moyennes noires de ces quartiers à une analyse de traits comportementaux et à la mise en valeur d un mode de socialisation spécifique. L une des thèses majeures de Wilson est ainsi que, toutes choses égales par ailleurs, il serait plus handicapant de connaître des situations de chômage ou de pauvreté dans les quartiers les plus précarisés que dans les autres quartiers, du fait d un effet de seuil dans la concentration des difficultés qui diminuerait les possibilités de réinsertion économique et favoriserait la reproduction de modèles de comportement difficilement compatibles avec un retour à l emploi ou à une vie normale. Cette approche a été contestée sur plusieurs points. Du point de vue qui nous intéresse ici, des travaux ethnographiques ont discuté la vision négative qui prévaut dans la thématique de l underclass, en montrant que les rapports sociaux dans les ghettos sont loin de se réduire à l anomie ou à l isolement social et que, se centrant sur les populations les plus marginalisées, elle ne rend pas compte de la diversité des situations sociales dans ces quartiers (8). Les débats sur l underclass ouvrent des questions plus générales quant aux rapports des individus et des groupes sociaux au territoire et quant à l influence de ce dernier sur les pratiques et les trajectoires individuelles et sur la constitution de groupes sociaux. Le cumul de situations de pauvreté produit-il des effets spécifiques? Ou, pour le dire autrement, le fait d habiter un quartier concentrant une population pauvre est-il socialement pénalisant? Ces questions ont suscité des travaux portant sur l effet de quartier et ont rencontré d autres approches venant en particulier de la psychosociologie, développées depuis les années soixante. Toute une littérature portant plus particulièrement sur les jeunes et sur les enfants tente ainsi de démontrer le rôle du quartier dans les structurations individuelles et collectives (9). Ce type de recherche pose de nombreux problèmes quant à la définition du territoire du quartier, quant à la prise en compte du temps et des trajectoires, et surtout quant à la distinction entre les effets propres au quartier et ceux qui sont liés à d autres facteurs, comme l influence de la famille. Ce dernier point constitue un véritable enjeu pour les études centrées sur les enfants et adolescents, n 125 Informations sociales 87

7 88 Informations sociales n 125 d autant que la plupart d entre elles revendiquent une utilité sociale et politique pour mieux cibler le problème et les réponses à y apporter. Si l effet de quartier est en fait l expression de caractéristiques familiales, ce n est pas sur le quartier qu il faut agir mais sur les familles pauvres en général, et cela repose sur une politique sociale plutôt que sur une politique territoriale ou de déségrégation. Or, de ces travaux ne se dégage aucune démonstration convaincante concernant l existence d un effet propre au quartier et les résultats produits sont incomplets et souvent contradictoires. La compréhension des processus selon lesquels le milieu influerait sur les individus, la nature de ces interactions, de même que les caractéristiques des individus les plus sensibles à cet effet de quartier, restent par ailleurs des questions ouvertes qui ne sont pas non plus sans enjeux pratiques. Ce bilan mitigé n empêche cependant pas que les politiques du logement aient été infléchies, depuis les années soixante-dix, au nom d un effet de quartier, conduisant à l arrêt de la construction sociale, déjà marginale. C est aussi sur cette base qu ont été légitimées les opérations de démolition de logements sociaux et qu ont été conduites différentes expériences de déségrégation. Les expériences de déségrégation Les expériences de déségrégation renvoient à des démarches et à des enjeux différents. Certaines font suite au succès de luttes anti-ségrégatives conduites par des associations appartenant au mouvement des droits civiques, d autres à des stratégies de gestion d organismes bailleurs qui légitiment des transformations profondes de leur parc de logements au nom de la recherche d une mixité sociale. Nous nous attarderons ici sur les premières, qui ont donné lieu à de nombreux travaux d évaluation. Dans les années soixante, s appuyant sur la législation du Civil Right Act, des associations liées au mouvement des droits civiques engagèrent des poursuites judiciaires contre les bailleurs sociaux et contre l administration municipale, parfois fédérale, pour dénoncer les politiques ségrégatives qui conduisaient à ne construire des logements sociaux que dans certains quartiers et à

8 les attribuer sur des critères raciaux. La Cour suprême rendit alors plusieurs jugements condamnant les organismes bailleurs et les municipalités à mettre en œuvre des politiques de déségrégation. Ceux-ci partaient du principe que la mobilité de familles pauvres appartenant à la minorité noire vers des quartiers aisés blancs représentait le remède à la ségrégation spatiale ; il s agissait aussi de donner le droit à la mobilité et au choix de résidence à des ménages qui avaient subi le préjudice de la ségrégation. Ces jugements furent médiatisés, ainsi que les quelques expériences de déségrégation Un effet de quartier qui virent le jour dans leur sillage. Il en est ainsi de l expérience des Gautreaux à Chicago, du nom d une militante du mouvement des droits civiques à l origine de la plainte. Ce programme visait à favoriser la mobilité des familles noires par l octroi d une aide personnalisée au logement, celui-ci devant obligatoirement être situé dans des quartiers aisés de l agglomération. L expérience aura duré plus de vingt ans pour délocaliser familles noires à faibles revenus, essentiellement des familles monoparentales (10). Il s agit du programme de déségrégation le plus lourd et le plus étudié jamais engagé aux États-Unis. Il a servi de modèle à une cinquantaine de programmes, et surtout à une expérimentation fédérale lancée en 1992, dénommée Moving to Opportunity. Cette dernière, financée par le HUD (ministère fédéral du Logement et de l Urbanisme), a débuté en 1994 dans cinq villes (Baltimore, Boston, Chicago, New York et Los Angeles) (11), et a permis le relogement de familles habitant des logements sociaux (public housing) localisés dans des quartiers dont au moins 40 % des individus étaient considérés comme pauvres, ce critère correspondant à la définition des ghettos ou de l underclass (12). La thèse de l effet de quartier sert de base à ces expériences. Il s agit en effet, en déplaçant des familles pauvres dans des quartiers plus favorisés, de multiplier les n 125 Informations sociales 89

9 90 Informations sociales n 125 possibilités offertes tant du point de vue de la structuration et de la qualité des équipements, notamment scolaires, que de la fréquentation de familles susceptibles d obéir à d autres valeurs et comportements sociaux et individuels, en particulier dans le rapport à l école ou au travail. C est donc avant tout sous cet angle que ces opérations sont évaluées, dans des conditions de laboratoire exceptionnelles. Ces évaluations s appuient sur l analyse des changements observés au sein du groupe des populations transplantées comparé à un groupe témoin resté dans le quartier d habitat social. Les principaux critères retenus sont l insertion des adultes dans le monde du travail, les résultats scolaires des enfants et l intégration dans les réseaux sociaux. Les conditions expérimentales sont particulièrement contrôlées pour l évaluation du programme Moving to Opportunity, programme cons truit à des fins démonstratives, où un second groupe témoin est constitué, formé lui aussi de ménages logés dans le parc social et auxquels est attribuée une aide personnelle au logement (voucher) sans condition de localisation de ce logement dans un quartier aisé. Que concluent ces évaluations? Tout d abord, ces expériences de mobilité semblent répondre à une demande des ménages. Dans l opération des Gautreaux, comme dans le programme Moving to Opportunity, les candidats à la mobilité sont bien plus nombreux que les candidats retenus (13). De façon générale, les effets de la transplantation sont ambivalents et varient fortement selon les ménages. Les individus transplantés gagnent, dans leur nouveau quartier, un sentiment de sécurité et de tranquillité qui, dans la plupart des cas, avait motivé le choix du déménagement. La satisfaction par rapport aux logements est en revanche loin d être unanime, leur mauvais entretien étant souvent souligné. Le passage dans le secteur privé ne procure pas automatiquement un logement mieux entretenu et il met les ménages en situation de fragilité dans le jeu du marché. Par ailleurs, l amélioration de l accès au marché du tra- Candidats de la mobilité

10 vail reste difficile à mesurer. L évaluation des Gautreaux indique que les adultes relogés dans un quartier aisé trouvent plus facilement un emploi, sans que les salaires ou la qualification ne soient néanmoins améliorés (14). Le programme MTO montre des résultats beaucoup moins assurés. Ce programme a été engagé en même temps que la réforme du Welfare et dans une période de croissance économique. On observe ainsi, de façon générale, une baisse significative du chômage, mais celle-ci n apparaît pas plus importante que pour les groupes témoins. Les barrières à l emploi auxquelles sont confrontés ces ménages (en particulier leur faible qualification, la non-maîtrise de l anglais ou de fréquents problèmes lourds de santé) ne peuvent être surmontées du seul fait de leur transplantation. Les résultats en termes de scolarité sont aussi mitigés. Il faut ici rappeler que les écoles publiques des ghettos sont à double titre les écoles du pauvre. Non seulement elles accueillent des enfants venant de ménages socialement défavorisés, mais elles sont aussi pauvres en moyens et en encadrement car leur financement repose essentiellement sur les impôts locaux. Le niveau scolaire des écoles de banlieue est bien supérieur à celui des écoles de centre-ville. Aussi, une part des enfants ayant déménagé connaît-elle des difficultés en arrivant dans un nouvel établissement, qui se traduisent soit par leur rétrogradation dans une classe de niveau inférieur, soit par le placement dans une classe spécialisée. Les témoignages des parents et des enfants sont très contrastés : certains soulignent un meilleur suivi scolaire de la part des enseignants et un sentiment de sécurité au sein de l école, d autres insistent sur les comportements racistes ou stigmatisants qui rendent difficile l insertion des enfants. Nombre de familles du programme MTO ont ainsi choisi de ne pas scolariser leurs enfants dans leur nouveau quartier. Pour les enfants qui surmontent ces difficultés, les résultats scolaires atteignent de meilleurs Résultats mitigés n 125 Informations sociales 91

11 NOTES 1 - On se référera en particulier aux travaux contradictoires de Jane Jacob et de Herbert Gans : J. Jacobs, The Death and Life of Great American Cities, New York, Randomn House, 1961 ; Herbert Gans, The balanced community : homogeneity or heterogeneity in residential areas?, Journal of the American Institute of Planners, XXVII, n 3, 1961, p En particulier, l utilisation qu en fait Éric Maurin dans son ouvrage, Le ghetto français (2004), est univoque et ne tient pas compte de la pluralité et contradiction du caractère contradictoire des résultats 3 - K. Jackson, Crabgrass Frontier : the Suburbanization of the United States, New York, Oxford University Press, 1987 ; R. Fishman, Bourgeois Utopia, the Rise and Fall of Suburbia, Basic Books, New York,, W. J. Wilson, The Truly disadvantaged : the inner-city, the underclass and public policy, The University of Chicago Press, 1987, 1987, traduit en France, Les oubliés de l Amérique, Desclée de Brouwer, A. A. Berube, W. H. Frey, A Decade of Mixed Blessings : Urban and Suburban Poverty in Census 2000, The Brookings Institution, Census 2000 Survey Series, 2002, Cette période a vu, en particulier dans les années soixante, sous la présidence de Johnson, la mise en œuvre de nombreux programmes de lutte contre la pauvreté. 7 - W.J Wilson a par la suite renoncé à utiliser le terme d underclass, tenant compte de son passif médiatique, et l a remplacé par celui de ghetto. 8 - Voir en particulier E. Andersonlijah, Code of Street : Decency, Violence and the Moral Life of the Inner City, New York, WW. Norton, 1999 ; P. Bourgois, En quête de respect, le crack à New York, Paris, Le Seuil, 2001 ; K. Newman, No Shame in my Game, New York, Russel Sage Foundation and Knopf, Maryse Marpsat a proposé une revue de cette littérature : La modélisation des «effets de quartier» aux États-Unis, une revue des travaux récents, Population, 54(2), 1999, p Informations sociales n 125 scores et semblent ouvrir plus de perspectives d accès à un emploi ou à l université. Mais dans quelle mesure ces résultats n indiquent-ils pas avant tout qu il est plus facile de réussir dans des écoles mieux dotées en équipements et en enseignants? Enfin, l insertion sociale des familles dans leur environnement social se fait de façon contrastée, même si la sécurité gagnée dans le nouveau quartier est largement soulignée. Certains ménages ont à affronter des réactions racistes ou de rejet social, et une violence symbolique feutrée semble parfois remplacer la violence physique des ghettos noirs. Plusieurs d entre eux relatent des problèmes avec les voisins ou le propriétaire concernant les enfants et leur utilisation de l espace public. La dispersion a parfois aussi comme revers la perte des liens sociaux et familiaux, et c est sans doute ce qui a conduit 30 % des ménages de l expérience Gautreaux à revenir en centre-ville. Au bout du compte, les résultats de ces expériences de déségrégation ne semblent pas confirmer les hypothèses de départ, pas plus d ailleurs qu ils ne les infirment. Le déménagement a certes permis à certains d engager des parcours de mobilité, mais ceux-ci sont jalonnés d obstacles qui renvoient aux caractéristiques sociales de ces ménages. Pour d autres, il s est traduit par un isolement social accentué et par de nouvelles diffi - cultés. Dès lors, si les effets de contexte jouent bien dans le destin des ménages, on ne saurait pour autant les appréhender de façon simpliste et homogène. Interviennent ici les trajectoires sociales et familiales mais aussi différentes dimensions sociales, spatiales et institutionnelles de l organisation urbaine des quartiers dont ne rendent pas compte les catégories de quartier pauvre ou de quartier aisé. Ces expériences américaines posent la question des effets à long terme de la ségrégation sociale et raciale sur les individus qui en sont victimes et alimentent un débat émergeant en France sur le rôle du contexte ou du milieu sur le destin social des habitants d un quartier. Intéressantes de ce point de vue, elles s appuient cependant sur l hypothèse qu elles ne parviennent pas à démontrer selon laquelle le fait de résider dans un quartier pauvre (15) n aurait que des effets négatifs sur les

12 habitants. Elles négligent en cela la dimension du quartier comme espace de ressources, qui est pourtant mise en avant dans un autre volet important des politiques urbaines américaines, fondé sur l empowerment et le développement communautaire. Les politiques urbaines semblent ainsi balancer entre déségrégation et revitalisation des quartiers pauvres, tout comme coexistent en France les politiques de mixité sociale et celles visant à un développement plus endogène des quartiers en difficulté. Cette politique expérimentale représente par ailleurs une goutte d eau au regard des puissants processus ségrégatifs qui continuent à caractériser les villes américaines. Si elle a le mérite indéniable d ouvrir des perspectives de mobilité pour quelques milliers de ménages, ses évaluations interrogent cependant le postulat des bénéfices de la mixité sociale qui oriente aujour - d hui fortement les politiques publiques L. Rubinowitz et J. Rosenbaum, Crossing the Class and Color Lines, from Public Housing to White Suburbia, University of Chicago Press, Lancé par l administration Clinton, ce programme fut restreint par le Congrès, qui limita la démonstration à six villes d au moins habitants situées dans une aire métropolitaine d au moins 1,5 million d habitants. Seize villes se sont portées candidates J. Goeringohn, Choosing a Better Life? Evaluating the Moving to Opportunity Social Experiment, The Urban Institute Press, Il convient d ailleurs de souligner que les ménages ayant suivi l ensemble du processus de mobilité sont ainsi triés à trois étapes. D une part, il s agit de ménages suffisamment motivés pour se porter candidats ; d autre part, sont écartées les candidatures de ceux qui ont eu affaire à la justice ou qui ont fait preuve de problèmes comportementaux. Enfin, les ménages sélectionnés, certes formés et assistés, doivent eux-mêmes trouver leur logement. Compte tenu du poids de la discrimination raciale, cela ne manque pas de créer des obstacles : ainsi, dans l expérience des Gautreaux, le taux de relogement n a atteint que 25 %. Ce processus de sélection n est probablement pas sans incidence sur les résultats de l expérimentation Susan Popkin et Laura Harris, Families in Transition, a Qualitative Analysis of the MTO Experience, Final Report, HUD, En partant d ailleurs d une définition statistique du quartier pauvre qui nie la diversité et l hétérogénéité interne des quartiers concernés. n 125 Informations sociales 93

Population LA VILLE ET L HOMME

Population LA VILLE ET L HOMME Saint-Jean-de-la-Ruelle constate aujourd hui une diminution de sa population. Ce phénomène est le résultat conjugué d un solde migratoire négatif la croissance urbaine touche à présent les communes les

Plus en détail

ACCES AU LOGEMENT SOCIAL : GARANTIR L EGALITE

ACCES AU LOGEMENT SOCIAL : GARANTIR L EGALITE Analyse et recueil des bonnes pratiques Accès au logement social : garantir l égalité Janvier 2011 1. Nature de l action La Ville d Aubervilliers développe une politique de prévention des discriminations,

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Des groupes à risque semblables, mais des évolutions dans le temps différentes

Des groupes à risque semblables, mais des évolutions dans le temps différentes Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Communiqué de presse Embargo: 07.04.2009, 9:15 20 Situation économique et sociale de la population N 0351-0903-60 Pauvreté et

Plus en détail

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

CAFE DD n 6 : COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE CAFE DD n 6 : Cohésion sociale entre les populations, les territoires et les générations L atelier se déroule à la brasserie au «Cœur de Saint-Brice» de 19 h à 21 h. COMPTE-RENDU DU SIXIEME ATELIER DE

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS

EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS EVALUATION, BILAN/SUIVI, INDICATEURS NOTION EVALUATION L évaluation, c est la production d un jugement de valeur concernant une politique publique. Elle vise à mesurer les effets de la politique évaluée.

Plus en détail

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi,

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi, n 3 mai 2012 Le mot de l Observatoire Cette nouvelle livraison de la Lettre de l ONPES aborde un sujet souvent commenté : celui du logement des ménages pauvres et modestes. Cependant, l auteur de cette

Plus en détail

Etude sur la mobilité locative

Etude sur la mobilité locative pour Etude sur la mobilité locative Septembre 2011 1 La méthodologie 2 2 Note méthodologique Etude réalisée pour : PERL Echantillons : Echantillon de 502 actifs, locataires et éligibles au logement social,

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005

Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Les enseignants, leur rémunération et leur niveau de vie, 1982-2005 Dominique Goux (1) Eric Maurin (2) Version février 2008 Docweb no 0802 Dominique Goux (1) : Professeur associée d économétrie à l Ecole

Plus en détail

Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale

Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale Mobiliser les différents leviers pour la mixité sociale Mai 2015 La mixité sociale, une ambition réaffirmée à mettre en œuvre localement L objectif de mixité sociale pour lutter contre les effets de spécialisation

Plus en détail

Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston. 2011-2012 LACHAAL Rafik

Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston. 2011-2012 LACHAAL Rafik Analyse de données multidimensionnelles Projet : Les habitations en Banlieue de Boston 2011-2012 LACHAAL Rafik I. Introduction Les données choisis concernent les logements en banlieue de Boston. Celle-ci

Plus en détail

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 291 Février 212 Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 21 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 21, le parc social loge

Plus en détail

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY

E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY E-PARTICIPATION AND THE FUTURE OF DEMOCRACY par Andrew Acland Résumé version longue L auteur estime que les imperfections de la démocratie citées le plus fréquemment sont entre autres le faible taux de

Plus en détail

Forum N 2. Nouvelle programmation de la politique de la ville : quelle place pour les CCAS/CIAS? Compte rendu : En résumé :

Forum N 2. Nouvelle programmation de la politique de la ville : quelle place pour les CCAS/CIAS? Compte rendu : En résumé : Forum N 2 Nouvelle programmation de la politique de la ville : quelle place pour les CCAS/CIAS? Présidence et animation : Véronique FAYET, membre du bureau de l UNCCAS Intervenants : Serge FRAYSSE, directeur

Plus en détail

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Descriptif de la Bourse: Ce programme autrefois appelé «Fulbright

Plus en détail

Les personnes handicapées ont les mêmes droits

Les personnes handicapées ont les mêmes droits Les personnes handicapées ont les mêmes droits La stratégie européenne 2010-2020 en faveur des personnes handicapées Commission européenne Égalité des droits, égalité des chances La valeur ajoutée européenne

Plus en détail

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE

CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE CONCEPTION D UN MONITORING DES QUARTIERS COUVRANT L ENSEMBLE DU TERRITOIRE DE LA RÉGION DE BRUXELLES-CAPITALE UITWERKING VAN EEN WIJKMONITORING DIE HET HELE GRONDGEBIED VAN HET BRUSSELS HOOFDSTEDELIJK

Plus en détail

La Rénovation urbaine : Premiers effets sur les mobilités résidentielles. Pour qui? Quels impacts? Lyon, mardi 15 octobre 2013

La Rénovation urbaine : Premiers effets sur les mobilités résidentielles. Pour qui? Quels impacts? Lyon, mardi 15 octobre 2013 La Rénovation urbaine : Premiers effets sur les mobilités résidentielles. Pour qui? Quels impacts? Lyon, mardi 15 octobre 2013 La rénovation urbaine à Romans: Cadre, objectifs, réalisations Quartier

Plus en détail

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes?

Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? 1 Numéro 200, juin 2013 Détention des crédits : que nous enseignent les évolutions récentes? I) Un taux de détention en baisse La détention au plus bas historique A la fin de l année 2012, seulement 48,6%

Plus en détail

Date de clôture : 20 mars 2015

Date de clôture : 20 mars 2015 Règlement de l appel à projets «Soutien aux actions multi-territoires en Politique de la ville» Date de clôture : 20 mars 2015 1. Cadre d intervention Depuis plusieurs années, la Région Île-de-France s

Plus en détail

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD)

Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Consultation générale sur le Plan métropolitain d aménagement et de développement du Grand Montréal (PMAD) Mémoire présenté à la Communauté métropolitaine de Montréal Septembre 2011 TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2)

Ville de Sherbrooke. Population en 2006 (2) Les informations présentées dans ce document ont été regroupées par Paul Martel, coordonnateur régional dans le cadre du Plan d action gouvernemental pour contrer la maltraitance envers les personnes aînées

Plus en détail

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES

PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES PLAN DE RÉUSSITE COLLÈGE INTERNATIONAL DES MARCELLINES ANNÉE 2010-2011 TABLE DES MATIÈRES Page I. PRÉAMBULE 3 II. ANALYSE DE LA SITUATION 3 III. LES OBJECTIFS QUANTITATIFS 5 IV. LES MESURES ENVISAGÉES

Plus en détail

PLATEAU MONT-ROYAL À LA LOUPE

PLATEAU MONT-ROYAL À LA LOUPE PLATEAU MONT-ROYAL À LA LOUPE PROFIL SOCIO-DÉMOGRAPHIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. CONTEXTE GÉNÉRAL : Situé

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

SENSIBILISATION À L AUTOPRODUCTION ACCOMPAGNÉE : FAIRE ET EN FAISANT SE FAIRE

SENSIBILISATION À L AUTOPRODUCTION ACCOMPAGNÉE : FAIRE ET EN FAISANT SE FAIRE SENSIBILISATION À L AUTOPRODUCTION ACCOMPAGNÉE : FAIRE ET EN FAISANT SE FAIRE Dans le contexte actuel de croissance des difficultés économiques, financières et sociales des plus pauvres, les collectivités

Plus en détail

I Le Défenseur des droits I

I Le Défenseur des droits I DIVERSIFIER SES RECRUTEMENTS SANS DISCRIMINER la rédaction des offres d emploi Ce qui est interdit Les exceptions autorisées par la loi Comment rédiger une offre d emploi Comment diversifier ses recrutements

Plus en détail

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements

Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Projet de loi de cohésion sociale / Propositions d amendements Pourquoi encourager la création de Centres Intercommunaux d Action Sociale est une réponse pertinente aux difficultés sociales auxquelles

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles

DIRECCTE. Édito. La VAE pour les titres professionnels du ministère chargé de l emploi : Enquête sur les retombées professionnelles et personnelles aria DIRECCTE A Q U I T A I N E Collection «Études» N 09 Juin 2011 DIRECTION RÉGIONALE DES ENTREPRISES, DE LA CONCURRENCE, DE LA CONSOMMATION, DU TRAVAIL ET DE L EMPLOI SERVICE ÉTUDES, STATISTIQUES, ÉVALUATION

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

Les non-salariés pluri-actifs permanents

Les non-salariés pluri-actifs permanents Les non-salariés pluri-actifs Franck Evain* Les pluri-actifs, c est-à-dire les personnes qui cumulent de manière permanente activité salariée (hors fonction publique d État) et activité non salariée, sont

Plus en détail

Dérouler les implications du droit au logement opposable.

Dérouler les implications du droit au logement opposable. Haut comité pour le logement des personnes défavorisées Note de synthèse du 13 e rapport (mars 2008) Dérouler les implications du droit au logement opposable. Adoptée dans l urgence en début d année 2007,

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007

La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine. Analyses 2001-2007 La construction de logements neufs dans l agglomération nantaise et l aire urbaine Analyses 2001-2007 Nantes Métropole et l aire urbaine de Nantes Nantes Métropole - AURAN Le contexte général Une année

Plus en détail

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019

Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Compte rendu de la rencontre sur le plan stratégique 2015-2019 Date de la rencontre : le 25 novembre 2014 Heure : 9 h Lieu : Terrebonne Local : Salle du conseil Présentateur : Marcel Côté, directeur général

Plus en détail

11) L évaluation des politiques publiques

11) L évaluation des politiques publiques 1 FIPECO, le 14.04.2016 Les fiches de l encyclopédie V) Les dépenses publiques 11) L évaluation des politiques publiques Les objectifs, les techniques et les conditions institutionnelles de réalisation

Plus en détail

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE

PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE Préambule PACTE POUR LA RÉUSSITE ÉDUCATIVE La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l enfant et du jeune. Elle est plus large

Plus en détail

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 2 Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 Informations et rappels Lorsqu une personne au moins est mise en cause pour un fait constaté de crime et délit non routier enregistré

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Islam et droit de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES

FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES FICHE N 11 : ANALYSER LA COMPOSITION ET LA SÉLECTION DES CANDIDATURES REÇUES De quoi s agit-il? L examen d un CV, un entretien téléphonique ou en face à face, constituent autant d étapes qui peuvent donner

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire

Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire www.zupdeco.org Communiqué de presse Avril 2015 Etude OpinionWay pour ZUPdeCO : L impact de l accompagnement scolaire Difficultés d apprentissage, décrochage, accompagnement scolaire et perception de réussite

Plus en détail

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011

Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Délibération n 2011-94 du 18 avril 2011 Gens du voyage - Schéma départemental exemptant une commune de ses obligations en matière d accueil des gens du voyage - Violation de la Loi Besson Recommandations.

Plus en détail

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision.

Pau et le Grand Pau vivent plutôt bien leur éloignement aux grands centres de décision. Les enjeux du territoire Le développement de Pau, de son agglomération et maintenant du Grand Pau rappelle celui de villes, d agglomérations et d aires urbaines sensiblement comparables, avec des logiques

Plus en détail

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance.

Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Note de synthèse portant sur les questions sociales : Accueil des jeunes enfants : création d un schéma territorial de la petite enfance. Département XXX Note à l attention du président du Conseil Général

Plus en détail

Emploi et territoires

Emploi et territoires Emploi et territoires Emploi et territoires Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi Octobre 2015 page 1 Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi

Plus en détail

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes

Les droits familiaux dans la fonction publique : réglementation. et évolutions récentes CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 mai 2011 à 9 h 30 «Les redistributions au sein du système de retraite» Document N 4 Document de travail, n engage pas le Conseil Les droits familiaux

Plus en détail

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi

Chapitre 4. Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi Chapitre 4 Impacts sur les personnes admissibles de l assuranceemploi 4.1 Ensemble des participants Parmi les 3 347 personnes interrogées dans le cadre de cette étude, 616 (18 %) étaient des personnes

Plus en détail

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES Enquête complémentaire mentaire de mars 2009 LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES présentée par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mercredi 22 juillet 2009 -

Plus en détail

Mobilité et précarités

Mobilité et précarités Mobilité et précarités JP Orfeuil Université Paris Est et Institut pour la ville en mouvement Observatoire national de la précarité énergétique, 22/03/ 2013 1 Plan Le statut de la mobilité Le statut de

Plus en détail

Adult Learning for Older and Retired Workers L éducation des adultes et les travailleurs âgés face à la retraite 1

Adult Learning for Older and Retired Workers L éducation des adultes et les travailleurs âgés face à la retraite 1 Adult Learning for Older and Retired Workers L éducation des adultes et les travailleurs âgés face à la retraite 1 par Elaine Biron, Pierre Doray, Paul Bélanger, Simon Cloutier, Olivier Meyer Communication

Plus en détail

L Habitat dans le PayS d AnceniS. aidee. Se loger en Pays d Ancenis // Quel(s) habitat(s) pour quels habitants?

L Habitat dans le PayS d AnceniS. aidee. Se loger en Pays d Ancenis // Quel(s) habitat(s) pour quels habitants? L Habitat dans le PayS d AnceniS l accession aidee Se loger en Pays d Ancenis // Quel(s) habitat(s) pour quels habitants? L ACCESSION AIDÉE L accession aidée L accession sociale ou aidée concerne des ménages

Plus en détail

CHARTE D ATTRIBUTIONS DES LOGEMENTS DE SARTHE HABITAT

CHARTE D ATTRIBUTIONS DES LOGEMENTS DE SARTHE HABITAT CHARTE D ATTRIBUTIONS DES LOGEMENTS DE SARTHE HABITAT Préambule : Conformément au IV de l article R441-9 du Code de Construction et de l Habitation, le Conseil d Administration de Sarthe Habitat définit

Plus en détail

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique 1 La ville connaît, depuis les années 1980, un dynamisme démographique qui ne semble pas près de faiblir : le solde naturel, croissant, compense nettement le solde migratoire négatif. L accroissement rapide

Plus en détail

Les besoins en logements des ménages

Les besoins en logements des ménages Conflans-Sainte-Honorine Mantes-la-Jolie Les Mureaux Observatoire Seine Aval Les besoins en logements des ménages de Seine Aval Poissy La Note n 3 Des ménages plus nombreux, des besoins en logements accrus

Plus en détail

Coup d œil sur les inégalités de revenus au

Coup d œil sur les inégalités de revenus au Coup d œil sur les inégalités de revenus au Québec L expression «nous les 99 %», qui avait servi de cri de ralliement des mouvements Occupy, résume les préoccupations que soulève la tendance mondiale à

Plus en détail

CARRIÈRES SOCIALES MODALITÉS DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES ET DES APTITUDES

CARRIÈRES SOCIALES MODALITÉS DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES ET DES APTITUDES 1 2 CARRIÈRES SOCIALES SOMMAIRE PRÉAMBULE - Organisation des études - Adaptation locale MODALITÉS DE CONTRÔLE DES CONNAISSANCES ET DES APTITUDES OPTION ANIMATION SOCIALE ET SOCIO-CULTURELLE 1 - Méthodologie,

Plus en détail

1 Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal

1 Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal 1 LES CHANGEMENTS SOCIODÉMOGRAPHIQUES DE MONTRÉAL Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal Au cours des dernières décennies, la population montréalaise a subi d importantes transformations.

Plus en détail

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française

Note d analyse. Les Français et la protection sociale. Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Note d analyse Les Français et la protection sociale Sondage Harris Interactive pour la Mutualité Française Enquête réalisée en ligne par l'institut Harris Interactive du 1 er au 6 février 2012. Echantillon

Plus en détail

Céline Masseline Coordinatrice du CLIC Repèr âge Journée de gérontologie 26 septembre 2013 VIEILLIR OU CONDUIRE : FAUT-IL CHOISIR?

Céline Masseline Coordinatrice du CLIC Repèr âge Journée de gérontologie 26 septembre 2013 VIEILLIR OU CONDUIRE : FAUT-IL CHOISIR? Céline Masseline Coordinatrice du CLIC Repèr âge Journée de gérontologie 26 septembre 2013 VIEILLIR OU CONDUIRE : FAUT-IL CHOISIR? EN PROLOGUE Les personnes âgées qui doivent arrêter de conduire vivent

Plus en détail

POUR UNE VEILLE SOCIALE ACTIVE VILLE AU CARRE

POUR UNE VEILLE SOCIALE ACTIVE VILLE AU CARRE POUR UNE VEILLE SOCIALE ACTIVE DE L OBSERVATOIRE DU SAN DE SENART VILLE AU CARRE 29 juin 2010 Présentation d une démarche d observation LA VEILLE SOCIALE ET L OBSERVATOIRE 2 Une contribution demandée aux

Plus en détail

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux

Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux Présentation de l Analyse de Besoins Sociaux L'analyse des Besoins Sociaux (ABS) sur le territoire de la commune de la Bordeaux est une procédure annuelle qui doit permettre une appréhension globale des

Plus en détail

Extension de l école de la deuxième chance à Marseille

Extension de l école de la deuxième chance à Marseille Extension de l école de la deuxième chance à Marseille CONTEXTE La notion d Ecole de la Deuxième Chance La notion d école de la seconde chance fait suite à la parution, en 1995, d un Livre Blanc de la

Plus en détail

L embauche et le maintien des ressources humaines en milieu rural : principales problématiques

L embauche et le maintien des ressources humaines en milieu rural : principales problématiques Emploi Québec Mauricie L embauche et le maintien des ressources humaines en milieu rural : principales problématiques Août 2003 Plan de la présentation Introduction : la toile de fond Le contexte économique

Plus en détail

Equipements sportifs pour 10 000 habitants, par département, en 2008

Equipements sportifs pour 10 000 habitants, par département, en 2008 Equipements sportifs pour 10 000 habitants, par département, en 2008 Pertinence et définitions Pertinence de l'indicateur par rapport à l aménagement du territoire Le sport occupe une place privilégiée

Plus en détail

Quand les caissières cessèrent d encaisser

Quand les caissières cessèrent d encaisser Quand les caissières cessèrent d encaisser Sophie BERNARD Si les conditions de travail des salariés de la grande distribution sont souvent mises en cause par les médias et les sociologues, c est en revanche

Plus en détail

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions

Le référentiel mission et Profil de Poste de. l d et de contre les. Animateur Insertion Lutte. Exclusions Le référentiel mission et Profil de Poste de l d et de contre les Animateur Insertion Lutte Exclusions Préambule 1. La jeunesse, le Département du Nord et la Fédération des centres sociaux du Nord : Une

Plus en détail

LE «logement idéal» vu par les consultants

LE «logement idéal» vu par les consultants LE «logement idéal» vu par les consultants de l ADIL-Espace Info Energie du Loiret 2012 Du 3 e trimestre 2011 au 1 er trimestre 2012, l ADIL-Espace Info Energie du Loiret a interrogé ses consultants, quel

Plus en détail

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010

Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Le courrier publicitaire adressé en Belgique Chiffres clés de Janvier à Juin 2010 Un premier semestre en deux temps : recul au premier trimestre et stabilisation au second semestre. Les investissements

Plus en détail

Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles

Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles Conclusions et recommandations du colloque Forum Belge pour la Sécurité Urbaine du 31 mars 2003 à St Gilles Au terme de cette journée, il nous a paru important de dégager, sur base des différentes interventions,

Plus en détail

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE

SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE SAINT-LOUIS ET MILE-END À LA LOUPE PROFIL SOCIO-ÉCONOMIQUE 2001 Ce profil est appuyé par les données issues du recensement de Statistique Canada pour les années 1991, 1996 et 2001. UNE POPULATION HAUTEMENT

Plus en détail

Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT

Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT Neuvième enquête nationale sur les diplômés Le devenir des diplômés 2009 de l IUT Pierre GUILLEMARD, coordinateur des enquêtes "anciens diplômés" Conseil d Institut du jeudi 28 juin 2012 1 Plan de la présentation

Plus en détail

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations»

L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» L année européenne 2012, «Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations» Avant projet de Plan d action EY 2012 Introduction La CES, ses deux organisations européennes

Plus en détail

Inégalités des transitions de logement, discrimination et ségrégation perçues

Inégalités des transitions de logement, discrimination et ségrégation perçues Chapitre 12 Inégalités des transitions de logement, discrimination et ségrégation perçues Jean-Louis Pan Ké Shon *, Solenne Robello ** L accès au logement est inégal selon que le résident soit immigré

Plus en détail

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Démocratie et droit de vote SCH-1101-1. Programme d études Vie sociale et politique

DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION. Cours Démocratie et droit de vote SCH-1101-1. Programme d études Vie sociale et politique DÉFINITION DU DOMAINE D ÉVALUATION Cours Démocratie et droit de vote SCH-1101-1 Programme d études Vie sociale et politique Novembre 2008 Éléments de la définition du domaine d évaluation La définition

Plus en détail

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME

BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME BANQUE EUROPEENNE D INVESTISSEMENT ET FINANCEMENT DES PME REFLEXIONS DE LA CGPME CONSTAT La Banque Européenne d Investissement (BEI) a été créée par le Traité de Rome pour apporter des financements destinés

Plus en détail

Introduction...3. Mise en contexte...4. Fédéral...5. National (Québec)...5. Régional...6. Local...6. Montréal...7. Modèle de portrait...

Introduction...3. Mise en contexte...4. Fédéral...5. National (Québec)...5. Régional...6. Local...6. Montréal...7. Modèle de portrait... OUTILS DE RÉALISATION D UN PORTRAIT DE MILIEU IEU DANS LE CADRE DE L L OPÉRATION QUARTIER Août 2003 TABLE DES MATIÈRES Introduction...3 Mise en contexte...4 Fédéral...5 National (Québec)...5 Régional...6

Plus en détail

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages

Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Intervention n 7.1 Le processus de déménagement et relocalisation des ménages Jean-Pierre Nicolas - directeur adjoint du Laboratoire d Economie des Transports La présentation que je vais faire [diapositive

Plus en détail

L accueil. des gens du voyage. direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000

L accueil. des gens du voyage. direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000 direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction LOI DU 5 JUILLET 2000 L accueil des gens du voyage Ministère de l'équipement, des Transports et du Logement direction générale de l

Plus en détail

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal

DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal Veille stratégique métropolitaine DÉPLACEMENTS DOMICILE-TRAVAIL (2001-2011) Évolution de l utilisation des modes de transport dans la région métropolitaine de Montréal par Jean-François Marchand, urbaniste

Plus en détail

I -Les élèves des dispositifs

I -Les élèves des dispositifs Centre Alain Savary Résultats de l enquête sur les élèves scolarisés dans des dispositifs relais durant l année scolaire 1998-1999. Cette enquête qui fait suite à celle de 97-98, concerne la situation

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES. Développement social et médiation par le sport

LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES. Développement social et médiation par le sport UNIVERSITE ORLEANS 2012 2013 LICENCE PROFESSIONNELLE ACTIVITES SPORTIVES Développement social et médiation par le sport Lieu de la formation : 2 allée du Château BP 6237 45062 ORLEANS CEDEX 2 Tél : 02

Plus en détail

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime

Contrat de ville 2015-2020 - Métropole Rouen Normandie - Contribution écrite de la Caisse d Allocations familiales de Seine martitime Contribution écrite de la Caisse d Allocations Familiales de Seine Maritime La loi n 2014-173 du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine fixe les principes de la nouvelle

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

Sujet. Quelle politique du logement?

Sujet. Quelle politique du logement? Concours B/L 2010 ECONOMIE EPREUVE COMMUNE SUR DOSSIER : ORAL Jury : Gaël Giraud et Pierre-Cyrille Hautcœur Sujet Quelle politique du logement? Dossier documentaire Document 1 : La politique du logement

Plus en détail

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire

Tests de sensibilité des projections aux hypothèses démographiques et économiques : variantes de chômage et de solde migratoire CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 16 décembre 2014 à 14 h 30 «Actualisation des projections» Document N 5 Document de travail, n engage pas le Conseil Tests de sensibilité des projections

Plus en détail

Scot Wortley 2 Coordonnateur de la priorité Justice, Police et Sécurité du Projet Metropolis Centre de criminologie, Université de Toronto

Scot Wortley 2 Coordonnateur de la priorité Justice, Police et Sécurité du Projet Metropolis Centre de criminologie, Université de Toronto LES PERCEPTIONS DES NOUVEAUX ARRIVANTS ET DES MINORITÉS RACIALES PAR RAPPORT AU SYSTÈME CANADIEN DE JUSTICE PÉNALE : RÉSULTATS D UN SONDAGE MENÉ À TORONTO EN 2007 1 Scot Wortley 2 Coordonnateur de la priorité

Plus en détail

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville

Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale. Ministre délégué au Logement et à la Ville Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué au Logement et à la Ville Paris, le 9 novembre 2004 Ministère de l Emploi, du Travail et de la Cohésion Sociale Ministre délégué

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

Les territoires ruraux en Wallonie. Leur situation démographique actuelle et future. Thierry Eggerickx

Les territoires ruraux en Wallonie. Leur situation démographique actuelle et future. Thierry Eggerickx Les territoires ruraux en Wallonie. Leur situation démographique actuelle et future Thierry Eggerickx " 1. La définition des territoires ruraux en Wallonie 2. Diversité et évolution démographique récente

Plus en détail

Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France

Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France PREFECTURE DE LA REGION D ILE-DE-FRANCE MINISTERE DU LOGEMENT ET DE LA VILLE Conférence régionale sur l hébergement des personnes sans abri en Ile-de-France L accueil et d hébergement en Ile-de-France

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

Cahier des clauses techniques particulières. Invisibilité sociale : publics et mécanismes

Cahier des clauses techniques particulières. Invisibilité sociale : publics et mécanismes Cahier des clauses techniques particulières Observatoire National de la Pauvreté et de l Exclusion Sociale 1 Contexte du marché Cette étude est lancée par l Observatoire National de la Pauvreté et de l

Plus en détail

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe

Mobilités : connaître pour mieux agir. Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe Mobilités : connaître pour mieux agir Présentation du projet Octobre 2014 Projet co-financé par l Ademe 1 A propos mobi-lise est un projet de recherche qui vise à : Accroître la compréhension des pratiques

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009

Evolution du nombre de logements neufs et anciens acquis à l'aide d'un PTZ en Isère entre 1999 et 2009 L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ L accession à la propriété en Isère aidée par un PTZ ADIL DE L ISERE 2 boulevard Maréchal Joffre 38000 GRENOBLE 04 76 53 37 30 Page 1 Une hausse de

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail