Document d information. Règlement sur l exercice de la profession de dentiste en société et modifications au Code de déontologie

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Document d information. Règlement sur l exercice de la profession de dentiste en société et modifications au Code de déontologie"

Transcription

1 Document d information Règlement sur l exercice de la profession de dentiste en société et modifications au Code de déontologie Introduction Le présent document énumère les principales conditions et modalités permettant l'exercice de la profession au sein d'une société en nom collectif à responsabilité limitée (SENCRL) ou d'une société par actions (SPA). Il énonce également les principaux changements apportés au Code de déontologie découlant de l'adoption du Règlement sur l'exercice de la profession de dentiste en société (le «Règlement»). Il s'agit d'un document d'information et tout membre doit, pour plus de sûreté, s'en remettre au Règlement sur l'exercice de la profession de dentiste en société (L.R.Q., c. C-26, a. 93, par. g et h et a. 94, par. p) et au Règlement modifiant le Code de déontologie des dentistes (L.R.Q., c. C-26, a. 87). Aussi, en plus des conditions fixées par l'ordre, s'ajoutent celles prévues aux articles à du Code des professions (L.R.Q., c. C-26) qui sont d'application générale à tous les professionnels du Québec. Les membres ont également intérêt à consulter leurs conseillers juridiques et financiers quant à l'opportunité d'adopter un nouveau mode de pratique et quant aux modalités applicables. PARTIE I Règlement sur l exercice de la profession de dentiste en société Le Règlement a pour objectif principal de mettre en place les conditions, modalités et restrictions en vertu desquelles un dentiste pourra exercer au sein d une SENCRL ou d une SPA. 1. Principales modalités Le Règlement adopté par le Bureau permet l exercice de la profession de dentiste au sein d une SENCRL ou d une SPA contrôlée par des membres de l Ordre. Par contrôle, on entend essentiellement la détention de la totalité des droits de vote rattachés aux actions ou aux parts sociales de la société par un membre de l Ordre, par une personne morale, une fiducie ou toute autre entreprise dont les droits de vote rattachés aux actions, aux parts sociales ou aux titres de participation ou autres droits sont détenus en totalité par au moins un membre de l Ordre. Dans le cas d une SPA, le Règlement prévoit également les personnes ou entités qui peuvent détenir des actions qui ne comportent pas de droit de vote. Seuls des membres de l Ordre peuvent être nommés pour exercer des fonctions de gestion au sein de la société, y compris la fonction d administrateur, d officier et de dirigeant. 2. Responsabilités du membre Le dentiste qui exerce au sein d une SENCRL ou d une SPA continuera d être personnellement responsable pour les fautes et négligences qu il pourrait commettre dans l exercice de sa profession. Toutefois et face aux tiers, il ne sera pas tenu personnellement responsable des fautes ou négligences commises par un autre professionnel exerçant au sein de la même société. 3. Assurance-responsabilité professionnelle En ce qui concerne l assurance-responsabilité professionnelle, la société doit détenir, par la souscription au Fonds d assurance-responsabilité professionnelle de l Ordre des dentistes du Québec, une garantie contre la responsabilité que cette société peut encourir en raison des fautes et négligences commises par les membres dans l exercice de leurs activités professionnelles au sein de cette société. Le Fonds d assurance-responsabilité professionnelle de l Ordre des dentistes du Québec est en mesure de fournir cette garantie pour la société. 4. Répondant Dans le cas où plusieurs dentistes exercent au sein de la même société, un dentiste sera désigné comme répondant auprès de l Ordre. Le répondant sera le 320 Journal de l Ordre des dentistes du Québec Volume 45 Juillet/Août 2008

2 lien entre l Ordre et la société, en ce qui concerne l application du Règlement. C est le répondant qui, par exemple, recevra la correspondance et la documentation pertinente à la société. Parmi les obligations du répondant, se trouvera celle de compléter et de transmettre à l Ordre au nom de la société une déclaration initiale et de mettre à jour et de fournir, avant le 31 mars de chaque année, la déclaration annuelle, que la société doit compléter et transmettre à l Ordre est disponible sur le site Web à l adresse ou en vous adressant à l Ordre à Mme Chantal Bélec, secrétaire de direction. PARTIE II Modifications au Code de déontologie Le but des modifications au Code de déontologie est de s assurer que le membre ne peut se retrancher derrière l existence d une SENCRL ou d une SPA pour se soustraire à ses obligations déontologiques. Ainsi, le membre doit s assurer du respect de la loi, du Code des professions et des règlements par les personnes, employés, actionnaires ou associés qui collaborent avec lui dans l exercice de sa profession. Le Code prévoit également que le dentiste ne peut partager ses honoraires qu avec un autre dentiste avec lequel il est associé dans une SENCRL ou une SPA. À moins de convention contraire, le revenu résultant des services professionnels rendus par le dentiste au sein d une société appartient à cette société. Le Code de déontologie est également modifié pour viser toute entente relative à la jouissance d un immeuble ou d un espace pour exercer les activités professionnelles. Ces ententes doivent être entièrement constatées par écrit et comporter une déclaration attestant que les obligations qui en découlent respectent les dispositions du Code de déontologie ainsi qu une clause ayant pour effet d autoriser la communication de ces ententes à l Ordre des dentistes sur demande. PARTIE III Notes explicatives Les principales formes juridiques des sociétés de dentistes au Québec 1 1. La forme de regroupement actuellement permise : la société en nom collectif (SENC) 1.1 Constitution La SENC est constituée par un contrat entre plusieurs personnes, aux termes duquel elles conviennent d exercer, sous un nom commun, leurs activités professionnelles. Dans un esprit de collaboration, les associés contribuent à la société par la mise en commun des biens, de connaissances et de services dans le but de réaliser des bénéfices et de les partager entre eux. La SENC est formée dès la date de conclusion du contrat, qui peut être écrit ou verbal. Par opposition à la SPA, la SENC n est pas une personne morale. Elle en possède cependant certaines caractéristiques, comme par exemple : un nom qui lui est propre, un patrimoine distinct et le pouvoir de contracter avec les tiers. 1.2 Financement Chaque associé participe au financement de la société par sa contribution financière, professionnelle ou autre. La SENC peut aussi se financer au moyen d emprunts privés et donner sur ses biens toutes les garanties permises par la loi, comme par exemple consentir à une hypothèque sur une universalité de biens, meubles ou immeubles, présents ou à venir, corporels ou incorporels. 1.3 Administration En principe, chaque associé dispose des pouvoirs nécessaires pour administrer la société. Mais en pratique, la société peut nommer un ou plusieurs administrateurs (gérants) qui sont les seuls à pouvoir disposer des biens mis en commun et à pouvoir poser les actes de gestion. À moins de dispositions contraires dans le contrat, les décisions se prennent à la majorité des voix des associés, sans égard à la valeur de l intérêt de ceux-ci dans la société. 1 Cette partie a été rédigée à partir d un document publié par l Inspecteur général des institutions financières, Les principales formes juridiques de l entreprise au Québec, 3 e édition, 2000, Les Publications du Québec, 94 pages. 1.4 Publicité légale La SENC est assujettie à la Loi sur la publicité légale des entreprises individuelles, des sociétés et des 321 Journal de l Ordre des dentistes du Québec Volume 45 Juillet/Août 2008

3 personnes morales, (L.R.Q., c. P-45). Elle est donc tenue de produire au registraire des entreprises, pour fins d information du public, une déclaration d immatriculation et, par la suite, une déclaration annuelle. 1.5 Caractéristiques Comparativement à la SPA, la SENC représente un véhicule beaucoup plus simple à mettre sur pied et à gérer. Les formalités administratives y sont moins nombreuses et son cadre réglementaire beaucoup moins exigeant. Par ailleurs, étant donné qu elle n est pas une personne morale, la SENC ne peut prétendre aux règles d imposition fiscale des SPA. Au point de vue de la responsabilité civile, les associés ont une responsabilité illimitée et solidaire au regard des fautes professionnelles commises par un associé ou pour toutes obligations contractées dans le cadre de l exploitation de la société. Les associés peuvent donc être poursuivis pour plus que leur mise de fonds en cas d insuffisance des biens de la société. De même, un seul associé peut être poursuivi pour l ensemble des obligations qui excèdent la valeur des biens de la société. Sur le plan pratique, cela signifie qu en cas d insuffisance des biens de la société, le créancier peut être payé à même les actifs de n importe lequel des associés. 2. Les nouvelles formes de regroupement 2.1 La société en nom collectif à responsabilité limitée (SENCRL) La SENCRL obéit essentiellement aux mêmes règles de constitution et de fonctionnement que la SENC. Cependant, la responsabilité personnelle des associés y est en principe limitée. L article du Code des professions édicte que : « Le membre d un ordre qui exerce ses activités professionnelles au sein d une société en nom collectif à responsabilité limitée n est pas personnellement responsable des obligations de la société ou d un autre professionnel, découlant des fautes ou négligences commises par ce dernier, son préposé ou son mandataire dans l exercice de leurs activités professionnelles au sein de la société.». Alors, le dentiste associé d une SENCRL ne sera pas tenu responsable des obligations de la société découlant des fautes ou négligences commises par un autre dentiste dans l exercice de ses activités professionnelles au sein de la société. 2.2 La société par actions (SPA) La SPA, qu on appelle aussi compagnie, est une personne morale, ce qui implique qu elle est une entité distincte de ses actionnaires et administrateurs. Elle a un nom, un patrimoine et une existence qui lui sont propres. En principe, la SPA est la seule responsable de ses obligations. Le patrimoine personnel de ses actionnaires et administrateurs est donc à l abri. Par exception, il arrive qu on puisse tenir l actionnaire ou l administrateur personnellement responsable des obligations de la SPA. C est notamment le cas des professionnels visés par le Code des professions, pour des raisons de protection du public. Dans un tel contexte, le dentiste qui exerce au sein d une SPA demeure personnellement responsable de ses propres fautes, et ce, en vertu de l économie générale du Code des professions. Dans les autres cas, le dentiste bénéficie de l immunité que lui confère la SPA Constitution La SPA est constituée par le dépôt de statuts auprès du registraire des entreprises, lequel délivre un certificat de constitution qui atteste de l existence légale de la société Financement La SPA peut se financer comme suit : émission d actions en contrepartie des mises de fonds (argent, biens ou services) des actionnaires; emprunts; utilisation des bénéfices non répartis (profits réalisés et non distribués aux actionnaires sous forme de dividendes). Lorsqu elle se finance au moyen d emprunts, la société peut donner sur ses biens toutes les garanties permises par la loi, comme par exemple consentir à une hypothèque sur une universalité de biens, meubles ou immeubles, présents ou à venir, corporels ou incorporels Administration En général, les affaires de la SPA sont administrées par un conseil d administration composé d un ou de plusieurs administrateurs. Les administrateurs sont élus par les actionnaires de la société. 322 Journal de l Ordre des dentistes du Québec Volume 45 Juillet/Août 2008

4 Le conseil d administration choisit des dirigeants : président, vice-président, secrétaire, trésorier ou secrétaire-trésorier, qui s occupent de l administration quotidienne de la société. Les règlements généraux déterminent le mode de fonctionnement de la société, tandis que d autres règlements sont requis pour apporter certains changements importants à la société. La SPA vit et se manifeste par des écrits. Les livres et registres généralement tenus sont les suivants : registre des transferts d actions; registre des hypothèques; registre des lettres patentes et des règlements; registre des administrateurs; registre des actionnaires; livres de comptabilité; registre des procès-verbaux et résolutions Publicité légale La SPA est assujettie à la Loi sur la publicité légale des entreprises individuelles, des sociétés et des personnes morales, (L.R.Q., c. P-45). Elle est donc tenue de produire au registraire des entreprises, pour fins d information du public, une déclaration d immatriculation et, par la suite, une déclaration annuelle Caractéristiques Les principales caractéristiques de la SPA se résument comme suit : responsabilité de l actionnaire limitée à sa mise de fonds, sauf, dans le cas des sociétés de professionnels, pour les fautes qu un professionnel commet personnellement dans l exercice de sa profession; transfert d actions plus facile à réaliser que celui des biens d une entreprise individuelle ou des parts d une SENC; administration plus complexe, étant donné l obligation d accomplir certaines formalités (ex. : tenue de livres et registres); frais de constitution et de gestion plus élevés; taux d imposition de la SPA différent de celui des particuliers; possibilité pour l actionnaire de reporter le paiement de l impôt, car les revenus ne sont imposables pour cet actionnaire qu au moment où la SPA verse ses bénéfices par le paiement de dividendes, alors que les revenus de l associé d un autre type de société ou du propriétaire d une entreprise individuelle sont imposés à chaque année, même si les bénéfices sont réinvestis dans l entreprise; planification financière et successorale facilitée puisque la SPA permet à l actionnaire de répartir son avoir, la SPA étant distincte juridiquement et fiscalement de l actionnaire; existence perpétuelle : la SPA existe indépendamment de ses actionnaires et administrateurs. Son existence ne prend fin que lorsqu une autorité externe, l État ou un tribunal, en prononce sa dissolution. PARTIE IV Démarches préalables 1. Documentation à soumettre Préalablement à l exercice d activités professionnelles au sein d une SPA ou d une SENCRL, les documents suivants doivent être transmis à l Ordre : la déclaration assermentée visée à l article 5 du Règlement sur l exercice de la profession de dentiste en société, accompagnée des frais de 100 $ payables à l ordre de l Ordre des dentistes du Québec; un document écrit du Fonds d assuranceresponsabilité professionnelle de l Ordre des dentistes du Québec, attestant que la société fait l objet d une garantie conforme à la Section III du Règlement sur l exercice de la profession de dentiste en société (article 4.2 du Règlement); dans le cas où le membre exerce au sein d une SPA, un document émis par le registraire des entreprises du Québec, attestant l existence de la société (article 4.3 du Règlement); S il y a lieu, une copie certifiée conforme de la déclaration émise par le registraire des entreprises du Québec, attestant que la SENC a été continuée en SENCRL (article 4.4 du Règlement). Publication dans un journal : lorsque la SENC est continuée en SENCRL ou lorsqu une SPA est formée, le membre de l Ordre doit, dans les quinze (15) jours de la continuation ou de la constitution, faire publier un avis à cet effet dans un journal circulant dans chaque localité où le membre tient une place d affaires (article 14 du Règlement). 2. Mise à jour et modifications Le membre doit mettre à jour annuellement, avant le 31 mars de chaque année, la déclaration prévue à l article 5 du Règlement (article 6.1 du Règlement); 323 Journal de l Ordre des dentistes du Québec Volume 45 Juillet/Août 2008

5 Le membre doit informer l Ordre sans délai de toute modification à la garantie de la société contre les fautes professionnelles de ses membres (assuranceresponsabilité professionnelle) ou aux informations transmises dans la déclaration prévue à l article 5 du Règlement qui auraient pour effet d affecter le respect des conditions du Règlement quant à la détention des actions de la société (article 6.2 du Règlement). Version anglaise disponible sur demande. Règlement sur l exercice de la profession de dentiste en société (version non officielle) Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 93, par. g et h et a. 94, par. p) SECTION I Dispositions générales 1. Un membre de l Ordre des dentistes du Québec peut, aux conditions, modalités et restrictions établies par le présent règlement, exercer sa profession au sein d une société en nom collectif à responsabilité limitée ou d une société par actions au sens du chapitre VI.3 du Code des professions (L.R.Q., c. C-26). Le membre cesse d être autorisé à exercer ses activités professionnelles au sein d une société s il ne respecte plus les conditions prévues au présent règlement ou au chapitre VI.3 du Code des professions. 2. Si une personne visée à l article 1 est radiée pour une période de plus de trois mois ou fait l objet d une révocation de son permis professionnel, elle ne peut, pendant la période de radiation ou de révocation, détenir directement ou indirectement aucune action ou part sociale dans une société. Elle ne peut également, pendant cette période, être administrateur, dirigeant ou représentant de la société. SECTION II Conditions d exercice 3. Un membre est autorisé à exercer ses activités professionnelles au sein d une société si les conditions suivantes sont respectées en tout temps : 1 la totalité des droits de vote rattachés aux parts sociales ou aux actions de la société est détenue : a) soit par au moins un membre de l Ordre; b) soit par une personne morale, une fiducie ou toute autre entreprise dont les droits de vote rattachés aux actions, aux parts sociales ou aux titres de participation ou autres droits sont détenus en totalité par au moins un membre de l Ordre; c) soit à la fois par une personne, une fiducie ou une autre entreprise visée aux sousparagraphes a et b; 2 dans le cas d une société par actions, la totalité des actions qui ne comportent pas de droit de vote est détenue : a) soit par au moins un membre de l Ordre; b) soit par un parent, en ligne directe ou collatérale, d un membre de l Ordre détenant des actions visées au paragraphe 1 ; c) soit par le conjoint d un membre de l Ordre détenant des actions visées au paragraphe 1 ; d) soit par une personne morale, une fiducie ou une autre entreprise dont les droits de vote rattachés aux actions, aux parts sociales ou aux titres de participation ou autres droits sont détenus en totalité par une personne visée aux sous-paragraphes a, b ou c; e) soit à la fois par une personne, une fiducie ou une entreprise visées aux sousparagraphes a, b, c, ou d; 3 seuls des membres de l Ordre peuvent être nommés pour exercer des fonctions de gestion au sein de la société, y compris, le cas échéant, la fonction d administrateur, d officier et de dirigeant; 4 les actions du capital-actions de la société ne peuvent être transférées sans le consentement de son conseil d administration; 5 les conditions énoncées aux paragraphes 1 à 4 du présent alinéa sont inscrites dans les statuts de la société par actions ou stipulées dans le contrat constituant la société en nom collectif à responsabilité limitée et qu il y est aussi stipulé que cette société est constituée aux fins d exercer des activités professionnelles. 324 Journal de l Ordre des dentistes du Québec Volume 45 Juillet/Août 2008

6 4. Un membre peut exercer ses activités professionnelles au sein d une société s il fournit à l Ordre, préalablement à l exercice de ses activités : 1 la déclaration visée à l article 5, complétée sur le formulaire fourni par l Ordre, accompagnée des frais de 100 $; 2 un document écrit d une autorité compétente attestant que la société fait l objet d une garantie conforme à la section III; 3 dans le cas où il exerce au sein d une société par actions, un document écrit donné par l autorité compétente attestant l existence de la société; 4 s il y a lieu, une copie certifiée conforme de la déclaration donnée par l autorité compétente, indiquant que la société en nom collectif a été continuée en société en nom collectif à responsabilité limitée; 5 un document écrit attestant que la société est dûment immatriculée au Québec; 6 un document écrit attestant que la société maintient un établissement au Québec; 7 une autorisation écrite et irrévocable de la société au sein de laquelle le membre exerce, donnant droit à une personne, un comité, une instance disciplinaire ou un tribunal visés à l article 192 du Code des professions, d exiger de tout associé ou actionnaire la communication et l obtention d un document mentionné à l article 13 ou d une copie de tel document. Le membre est toutefois dispensé de se conformer aux conditions prévues au premier alinéa si un répondant de la société à laquelle il se joint a déjà fourni à l Ordre les documents visés. 5. La déclaration prévue au paragraphe 1 du premier alinéa de l article 4 contient les renseignements suivants : 1 le nom de la société ainsi que ceux utilisés au Québec par la société au sein de laquelle le membre exerce sa profession et le numéro d entreprise attribué par l autorité compétente pour chacune de ces sociétés; 2 la forme juridique de la société; 3 les noms des membres de l Ordre qui exercent au sein de la société; 4 son nom, son lieu de résidence et le lieu où il exerce principalement sa profession; 5 dans le cas où le membre exerce au sein d une société en nom collectif à responsabilité limitée, l adresse des établissements au Québec de la société en précisant celle du principal établissement, les noms et les adresses résidentielles de tous les associés, leur pourcentage de parts ainsi qu une indication de leurs fonctions de gestion, le cas échéant; 6 dans le cas ou le membre exerce au sein d une société par actions, l adresse du siège de la société et de ses établissements au Québec, les noms et les adresses résidentielles de tous les actionnaires, leur pourcentage d actions avec droit de vote et celui sans droit de vote ainsi qu une indication de leurs fonctions d administrateur, d officier et de dirigeant, le cas échéant; 7 une attestation à l effet que la détention des parts ou actions et que les règles d administration de la société respectent les conditions du présent règlement. 6. Le membre doit : 1 mettre à jour et fournir avant le 31 mars de chaque année la déclaration prévue à l article 5; 2 informer l Ordre sans délai de toute modification à la garantie prévue à la section III ou aux informations transmises dans la déclaration prévue à l article 5 qui auraient pour effet d affecter le respect des conditions prévues à l article Lorsque plus d un membre exerce ses activités professionnelles au sein d une société, un répondant et un substitut doivent être désignés pour agir pour l ensemble des membres y exerçant afin de remplir les conditions prévues aux articles 4 et 6. Le répondant doit s assurer de l exactitude des renseignements fournis dans la déclaration à l exception de ceux prévus au paragraphe 4 de l article 5. Le répondant et le substitut doivent être membres de l Ordre et exercer leurs activités professionnelles au Québec au sein de la société. 8. Le répondant doit fournir les informations et les documents que le membre est tenu de transmettre à l Ordre et répondre aux demandes 325 Journal de l Ordre des dentistes du Québec Volume 45 Juillet/Août 2008

7 formulées par le syndic, un inspecteur, un enquêteur ou tout autre représentant de l Ordre. Le répondant doit recevoir toute communication de l Ordre destinée à la société. SECTION III Garantie de la société contre les fautes professionnelles de ses membres 9. Le membre qui exerce ses activités professionnelles au sein d une société doit fournir et maintenir, pour cette société, par la souscription au Fonds d assurance responsabilité professionnelle de l Ordre des dentistes du Québec, une garantie contre la responsabilité que cette société peut encourir en raison des fautes ou négligences commises par les membres dans l exercice de leurs activités professionnelles au sein de cette société. 10. La garantie doit prévoir les conditions minimales suivantes : 1 l engagement par l assureur de payer au lieu et place de la société, en excédent du montant de garantie que doit fournir le membre conformément au Règlement sur la souscription obligatoire au Fonds d assuranceresponsabilité professionnelle de l Ordre des dentistes du Québec, approuvé par le décret numéro du 15 novembre 1989 et jusqu à concurrence du montant de la garantie, toute somme que la société peut légalement être tenue de payer à des tiers relativement à une réclamation présentée pendant la période couverte par la garantie et résultant des fautes ou négligences commises par le membre dans l exercice de sa profession au sein de la société; 2 l engagement par l assureur de prendre fait et cause pour la société et d assumer sa défense dans toute action dirigée contre elle et de payer, outre les sommes couvertes par la garantie, tous les frais et dépens des actions contre la société, y compris ceux de l enquête et de la défense et les intérêts sur le montant de la garantie; 3 l engagement suivant lequel cette garantie soit d au moins $ par sinistre et pour l ensemble des réclamations présentées contre la société au cours d une période de garantie n excédent pas 12 mois, et ce, quel que soit le nombre de membres dans la société; 4 être au moins de $ par réclamation et pour l ensemble des réclamations présentées contre la société au cours d une période de garantie de douze mois. SECTION IV Nom de la société 11. Le dentiste qui exerce sa profession au sein d une société par actions est autorisé à inscrire, dans le nom de la société ou à la suite de celui-ci, l expression «société de professionnels régis par le Code des professions» ou le sigle «SPRCP». 12. Le nom d une société en nom collectif à responsabilité limitée doit être conforme à l article du Code des professions et à l article 36 de la Loi sur les dentistes (L.R.Q., c. D-3). SECTION V Renseignements additionnels 13. Les documents pour lesquels le membre obtient l autorisation de la société de les communiquer ou d en obtenir copie, suivant le paragraphe 7 de l article 4, sont : 1 si le membre exerce au sein d une société en nom collectif à responsabilité limitée : a) le contrat de société et ses modifications; b) la déclaration d immatriculation de la société et sa mise à jour; c) le registre complet et à jour des associés de la société; d) le registre complet et à jour des associés exerçant des fonctions de gestion au sein de la société et leur adresse résidentielle; 2 si le membre exerce au sein d une société par actions : a) le registre complet et à jour des statuts et règlements de la société; b) la déclaration d immatriculation de la société et sa mise à jour; c) le registre complet et à jour des valeurs mobilières de la société; 326 Journal de l Ordre des dentistes du Québec Volume 45 Juillet/Août 2008

8 d) toute convention entre actionnaires et entente de votes et leurs modifications; e) le registre complet et à jour des administrateurs de la société; f) le nom des principaux dirigeants de la société et leur adresse résidentielle. 14. Lorsqu une société en nom collectif est continuée en société en nom collectif à responsabilité limitée ou lorsque ses activités sont poursuivies au sein d une société par actions, le membre de l Ordre doit, dans les 15 jours de la continuation ou de la constitution de la société par actions, faire publier un avis à cet effet dans un journal circulant dans chaque localité où il tient une place d affaires. Cet avis doit préciser la nature et les effets de la modification du statut de la société, notamment quant à sa responsabilité professionnelle et à celle de la société. 15. Le présent règlement entre en vigueur le quinzième jour suivant sa publication dans la Gazette officielle du Québec. Version anglaise disponible sur demande. Règlement modifiant le Code de déontologie des dentistes (version non officielle) Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 87) 1. Le Code de déontologie des dentistes est modifié par l insertion, après l article 1.02, des suivants : «1.03 Le dentiste doit prendre les moyens raisonnables pour que la Loi sur les dentistes (L.R.Q., c. D-3), le Code des professions (L.R.Q.,c. C-26) et leurs règlements d application soient respectés par les personnes, employés, actionnaires ou associés qui collaborent avec lui dans l exercice de la profession. Le dentiste qui exerce la profession au sein d une société doit prendre les moyens raisonnables pour s assurer du respect par la société de la Loi sur les dentistes, du Code des professions et de leurs règlements d application. «1.04 Les devoirs et obligations qui découlent de la Loi sur les dentistes, du Code des professions et de leurs règlements d application ne sont aucunement modifiés ni diminués du fait qu un dentiste exerce la profession au sein d une société.». 2. Ce code est modifié par l insertion, après l article , du suivant : « Le dentiste doit exercer une supervision appropriée à l égard de ses employés.» 3. L article de ce code est modifié par l insertion, après le premier alinéa, du suivant : «De même, il doit éviter toute fausse représentation quant à la compétence ou à l efficacité des services généralement assurés par les personnes qui exercent leurs activités professionnelles au sein de la même société que lui.» 4. L article de ce code est remplacé par le suivant : « Le dentiste doit subordonner son intérêt personnel ainsi que celui de la société dans laquelle il exerce ses activités professionnelles ou dans laquelle il a des intérêts, à celui de son patient.» 5. L article de ce code est remplacé par les suivants : « Le dentiste doit s abstenir : 1º de rechercher ou d obtenir indûment un profit par l ordonnance d appareils, d examens, de médicaments ou de traitements; 2º d accorder, dans l exercice de sa profession, tout avantage, commission ou ristourne à quelque personne que ce soit; 3º d accepter, à titre de dentiste ou en utilisant son titre de dentiste, toute commission, ristourne ou avantage matériel, à l exception des remerciements d usage et des cadeaux de valeur modeste. « Lorsqu un associé, actionnaire, administrateur, dirigeant ou employé d une société dans laquelle le dentiste exerce ses activités professionnelles ou a des intérêts, est en situation de conflit d intérêts, le dentiste, dès qu il en a connaissance, doit prendre les mesures nécessaires pour assurer que des informations, renseignements ou documents pertinents au secret professionnel ne soient divulgués à cet associé, actionnaire, administrateur, dirigeant ou employé. 327 Journal de l Ordre des dentistes du Québec Volume 45 Juillet/Août 2008

9 Pour apprécier l efficacité de ces mesures, il est tenu compte, notamment, des facteurs suivants : 1º la taille de la société; 2º les précautions prises pour empêcher l accès au dossier du dentiste par la personne en situation de conflit d intérêts; 3º des instructions données quant à la protection des informations, renseignements ou documents confidentiels concernés par cette situation de conflit d intérêts; 4º de l isolement relatif de la personne en situation de conflits par rapport au dentiste. « Le dentiste ne peut partager ses honoraires qu avec un dentiste ou une personne, une fiducie ou une entreprise visées aux paragraphes 1 ou 2 de l article 3 du Règlement sur l exercice de la profession de dentiste en société approuvé par le décret numéro du 21 mai Lorsqu un dentiste exerce ses activités professionnelles au sein d une société, le revenu résultant des services professionnels qu il a rendus au sein de cette société, et pour le compte de celle-ci, appartient à cette société, à moins qu il en soit convenu autrement. « Le dentiste ne peut participer à une entente selon laquelle la nature et l ampleur des dépenses professionnelles peuvent influencer la qualité de son exercice. De même, le dentiste ne peut participer à une entente avec un autre professionnel de la santé dentaire selon laquelle la nature et l ampleur des dépenses professionnelles de celui-ci peuvent influencer la qualité de son exercice. Toute entente conclue par un dentiste ou une société dont il est associé ou actionnaire, visant la jouissance d un immeuble ou d un espace pour exercer ses activités professionnelles, doit être entièrement constatée par écrit et comporter une déclaration des parties attestant que les obligations qui en découlent respectent les dispositions du présent code, ainsi qu une clause autorisant la communication de cette entente à l Ordre des dentistes sur demande.» 7. Ce code est modifié par l insertion, après l article , du suivant : « Si, à l occasion d une publicité, le dentiste utilise le symbole graphique de l Ordre, il doit s assurer que cette publicité ne soit pas comprise comme étant une publicité de l Ordre ni qu elle n engage la responsabilité de celui-ci.» 8. L article de ce code est modifié par l ajout, à la fin, des sous-paragraphes suivants : «x) exercer ses activités professionnelles au sein d une société, ou avoir des intérêts dans une telle société, avec une personne qui, à la connaissance du dentiste, pose des actes qui portent atteinte à la dignité de la profession de dentiste; «y) exercer ses activités professionnelles au sein d une société, ou avoir des intérêts dans une telle société, lorsqu un associé, actionnaire, administrateur, dirigeant ou employé de cette société, fait l objet d une radiation de plus de trois mois ou d une révocation de son permis, sauf dans la mesure où l associé, l actionnaire, l administrateur, le dirigeant ou l employé : i) cesse d occuper une fonction d administrateur ou de dirigeant au sein de la société dans les 10 jours de la date à laquelle la radiation ou la révocation de permis imposée est devenue exécutoire; ii) cesse, s il y a lieu, d assister à toute assemblée des actionnaires et d y exercer son droit de vote dans les 10 jours de la date à laquelle la radiation ou la révocation de permis imposée est devenue exécutoire; iii) se départit de ses actions avec droit de vote ou les dépose entre les mains d un fiduciaire dans les 10 jours de la date à laquelle la radiation ou la révocation de permis imposée est devenue exécutoire.» 9. Le présent règlement entre en vigueur le quinzième jour qui suit la date de sa publication dans la Gazette officielle du Québec. Version anglaise disponible sur demande. 6. L article de ce code est modifié par l insertion, dans le paragraphe 3 et après «lui», de «ou qui exerce ses activités au sein de la société où il exerce ses activités professionnelles». 328 Journal de l Ordre des dentistes du Québec Volume 45 Juillet/Août 2008

RÈGLEMENT SUR L EXERCICE DE LA PROFESSION DE TRADUCTEUR, TERMINOLOGUE OU INTERPRÈTE AGRÉÉ EN SOCIÉTÉ

RÈGLEMENT SUR L EXERCICE DE LA PROFESSION DE TRADUCTEUR, TERMINOLOGUE OU INTERPRÈTE AGRÉÉ EN SOCIÉTÉ RÈGLEMENT SUR L EXERCICE DE LA PROFESSION DE TRADUCTEUR, TERMINOLOGUE OU INTERPRÈTE AGRÉÉ EN SOCIÉTÉ Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 93 par. g et h et a. 94 par. p) SECTION I DISPOSITIONS GÉNÉRALES

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR L'EXERCICE DE LA PROFESSION MÉDICALE EN SOCIÉTÉ

RÈGLEMENT SUR L'EXERCICE DE LA PROFESSION MÉDICALE EN SOCIÉTÉ RÈGLEMENT SUR L'EXERCICE DE LA PROFESSION MÉDICALE EN SOCIÉTÉ Loi médicale (L.R.Q., c. M-9, a. 3) Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 93, pars. g et h et 94, par. p) SECTION I OBJET 1. Un médecin

Plus en détail

DÉCLARATION D EXERCICE DE LA MÉDECINE DENTAIRE EN SOCIÉTÉ

DÉCLARATION D EXERCICE DE LA MÉDECINE DENTAIRE EN SOCIÉTÉ 625, boul. René-Lévesque Ouest 15 e étage Montréal (Québec) H3B 1R2 Téléphone : 514 875-8511 Télécopieur : 514 393-9248 www.odq.qc.ca DÉCLARATION D EXERCICE DE LA MÉDECINE DENTAIRE EN SOCIÉTÉ Note : L

Plus en détail

Règlement sur l exercice de la profession d optométriste en société

Règlement sur l exercice de la profession d optométriste en société c. O-7, r. 8 Règlement sur l exercice de la profession d optométriste en société Loi sur l'optométrie (L.R.Q., c. O-7, a. 3) Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 93, par. g et h, a. 94, par. p) c.

Plus en détail

FORME JURIDIQUE DE L ENTREPRISE

FORME JURIDIQUE DE L ENTREPRISE FORME JURIDIQUE DE L LE CHOIX DE LA FORME JURIDIQUE DE L Démarche à effectuer Exploitation de par l entrepreneur sous ses noms et prénoms complets Aucune démarche particulière Exploitation de par l entrepreneur

Plus en détail

Le 29 juin 2015 ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS/ MUTUAL FUND DEALERS ASSOCIATION OF CANADA RÈGLES

Le 29 juin 2015 ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS/ MUTUAL FUND DEALERS ASSOCIATION OF CANADA RÈGLES Le 29 juin 2015 ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS/ MUTUAL FUND DEALERS ASSOCIATION OF CANADA RÈGLES TABLE DES MATIÈRES ARTICLE N DE PAGE 1 RÈGLE N O 1 STRUCTURE DE L ENTREPRISE ET QUALITÉS

Plus en détail

PRÉAMBULE. La version administrative reproduit l intégralité des Règles et Principes directeurs de l ACFM.

PRÉAMBULE. La version administrative reproduit l intégralité des Règles et Principes directeurs de l ACFM. STATUT, RÈGLES ET PRINCIPES DIRECTEURS DE L ACFM Version administrative 1 er octobre 2010 PRÉAMBULE Le présent document constitue une version administrative des Statut, Règles et Principes directeurs de

Plus en détail

SENCRL OU SPA? faites un choix éclairé

SENCRL OU SPA? faites un choix éclairé SENCRL OU SPA? faites un choix éclairé Me Charles Denis Me Dominique Launay Me Normand Ratti Me Michelle Thériault société en nom collectif à responsabilité limitée SENCRL société par actions SPA SENCRL

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE CODE DE DÉONTOLOGIE DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution de produits et services financiers (1998, c. 37, a. 313, 1 er al., par. 1 ) Section 1 Dispositions générales 1. Le présent

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme

Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme Guide d accompagnement à l intention des entreprises désirant obtenir ou renouveler une autorisation pour contracter/souscontracter avec un organisme public Juin 2015 1 INTRODUCTION... 4 À QUI S ADRESSE

Plus en détail

Veuillez répondre à toutes les questions, sans exception, en indiquant «sans objet», s il y a lieu. Veuillez joindre une annexe lorsque requis.

Veuillez répondre à toutes les questions, sans exception, en indiquant «sans objet», s il y a lieu. Veuillez joindre une annexe lorsque requis. Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Proposition Assurance contre les erreurs et omissions

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF L.S.A.Q. / L.C.S.A.

TABLEAU COMPARATIF L.S.A.Q. / L.C.S.A. TABLEAU COMPARATIF. / L.C.S.A. TABLE DES MATIÈRES PAGE 1.00 CONSTITUTION...6 1.01 Qualités des fondateurs... 6 1.02 Formalités... 6 1.03 Contenu des statuts... 8 1.04 Modification des statuts... 9 1.05

Plus en détail

Les modalités de transfert, les impacts fiscaux et la planification fiscale. Journée-conférence Nature, Commerce et Industrie

Les modalités de transfert, les impacts fiscaux et la planification fiscale. Journée-conférence Nature, Commerce et Industrie Les modalités de transfert, les impacts fiscaux et la planification fiscale Journée-conférence Nature, Commerce et Industrie Contenu de la présentation A. Structure actuelle d exploitation B. Identification

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LE COMITÉ D'INSPECTION PROFESSIONNELLE DU COLLÈGE DES MÉDECINS DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LE COMITÉ D'INSPECTION PROFESSIONNELLE DU COLLÈGE DES MÉDECINS DU QUÉBEC Loi médicale (L.R.Q., c. M-9, a. 3) Code des professions (L.R.Q., c. C-26, a. 90) SECTION I COMITÉ D'INSPECTION PROFESSIONNELLE 1. Le Conseil d'administration nomme 11 médecins pour agir à titre de membres

Plus en détail

GUIDE SUR L'EXERCICE DE LA PROFESSION MÉDICALE EN SOCIÉTÉ

GUIDE SUR L'EXERCICE DE LA PROFESSION MÉDICALE EN SOCIÉTÉ GUIDE SUR L'EXERCICE DE LA PROFESSION MÉDICALE EN SOCIÉTÉ ***AVIS*** Le présent guide est effectif depuis le 22 mars 2007, soit de la date d entrée en vigueur du Règlement 200710 TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5))

Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Assurance détenue par une société Principes d évaluation touchant les règles de disposition présumée au décès du contribuable (paragraphe 70(5)) Introduction Bien des propriétaires d entreprises se demandent,

Plus en détail

Projet de loi n o 93. Présentation. Présenté par M. Claude Béchard Ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques

Projet de loi n o 93. Présentation. Présenté par M. Claude Béchard Ministre responsable de la Réforme des institutions démocratiques PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 93 Loi modifiant la Loi électorale concernant les règles de financement des partis politiques et modifiant d autres dispositions législatives

Plus en détail

GUIDE À L INTENTION DES OPTOMÉTRISTES

GUIDE À L INTENTION DES OPTOMÉTRISTES GUIDE À L INTENTION DES OPTOMÉTRISTES L exercice de l optométrie au sein d une société par actions ou d une société en nom collectif à responsabilité limitée Dernière mise à jour : mai 2013 Table des matières

Plus en détail

Présenté par l Organisme d autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ)

Présenté par l Organisme d autoréglementation du courtage immobilier du Québec (OACIQ) Mémoire présenté au ministère des Finances et de l Économie dans le cadre de la consultation faisant suite au dépôt du Rapport sur l application de la Loi sur les assurances et de la Loi sur les sociétés

Plus en détail

Le régime privé d assurance-maladie (RPAM)

Le régime privé d assurance-maladie (RPAM) Le régime privé d assurance-maladie (RPAM) Introduction En général, les RPAM sont très avantageux sur le plan fiscal : pour les employeurs, les cotisations sont déductibles et pour les employés, les cotisations

Plus en détail

Les rapports entre la personne morale et les membres sont de nature contractuelle :

Les rapports entre la personne morale et les membres sont de nature contractuelle : Aux membres du CRIPHASE Bonjour, Depuis quelques temps plusieurs personnes se posent des questions sur les pouvoirs, les rôles et les responsabilités des membres et des administrateurs du CRIPHASE, et

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 64 Loi modifiant la Loi sur l Autorité des marchés financiers et d autres dispositions législatives Présentation Présenté par Madame Monique

Plus en détail

Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada?

Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada? Financement participatif «CrowdFunding» Où en sommes-nous au Canada? Me Jacques Lemieux, MBA Associé Norton Rose Fulbright Canada S.E.N.C.R.L., s.r.l. 20 mars 2015 : Centre d entreprises et d innovation

Plus en détail

AGIFRA SA FSMA 020664A

AGIFRA SA FSMA 020664A POLITIQUE EN MATIERE DE CONFLITS D INTERÊTS 1. CADRE GENERAL 1.1. L arrêté royal du 21 février 2014 relatif aux règles de conduite et aux règles relatives à la gestion des conflits d'intérêts, fixées en

Plus en détail

Société Française de Métallurgie. et de Matériaux

Société Française de Métallurgie. et de Matériaux Société Française de Métallurgie ARTICLE 1 - FORME ET DENOMINATION et de Matériaux STATUTS Sous la dénomination "La Société Française de Métallurgie et de Matériaux", dont le sigle est SF2M, est formée

Plus en détail

ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA

ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA ÉBAUCHE POUR COMMENTAIRE Banque du Canada MODALITÉS RELATIVES AUX ADJUDICATIONS DES OBLIGATIONS À TRÈS LONG TERME DU GOUVERNEMENT DU CANADA 1. Par les présentes, le ministre des Finances donne avis que

Plus en détail

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager (Québec) Loi sur les régimes complémentaires de retraite du Québec

Services Investisseurs CIBC Convention de modification Fonds de revenu viager (Québec) Loi sur les régimes complémentaires de retraite du Québec Page 1 de 6 inc. a droit aux prestations de retraite qui sont régies par la (nom du constituant en caractères d'imprimerie) Loi du, et il désire transférer ces montants dans un Fonds de revenu viager (FRV)

Plus en détail

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2010 L Incorporation des Médecins du Québec

Avis légal. I 2 FISCALLIANCE 2010 L Incorporation des Médecins du Québec Avis légal L incorporation des médecins est un sujet très complexe, lequel ne saurait évidemment être traité en profondeur dans le présent document. Ce fascicule vise à sensibiliser les médecins quant

Plus en détail

Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation et sur la cessation d exercice des ingénieurs forestiers

Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation et sur la cessation d exercice des ingénieurs forestiers Règlement sur la tenue des dossiers et des cabinets de consultation et sur la cessation d exercice des ingénieurs forestiers Loi sur les ingénieurs forestiers (chapitre I-10, r. 13) SECTION I DISPOSITION

Plus en détail

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS DU QUÉBEC

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS DU QUÉBEC ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS DU QUÉBEC ET L AUTORITÉ DES MARCHÉS FINANCIERS DE LA FRANCE ARRANGEMENT EN VUE

Plus en détail

Les règles juridiques communes à toutes les sociétés

Les règles juridiques communes à toutes les sociétés 1 re partie Les règles juridiques communes à toutes les sociétés Titre 1 Création de la société Chapitre 1 Les conditions du contrat de société Chapitre 2 Les formalités de constitution Chapitre 3 Les

Plus en détail

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER

LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER 1 LA PROFESSION D AGENT IMMOBILIER La profession d agent immobilier est réglementée par : la loi modifiée n 70-9 du 2 janvier 1970 modifiée par l ordonnance n 2004-634 du 1 er juillet 2004 réglementant

Plus en détail

BULLETIN FISCAL 2013-131. Novembre 2013

BULLETIN FISCAL 2013-131. Novembre 2013 BULLETIN FISCAL 2013-131 Novembre 2013 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés

Plus en détail

d entreprises et l application fiscale sur milieu autocthone

d entreprises et l application fiscale sur milieu autocthone Les structures d entreprises et l application fiscale sur et hors réserve Tournée d information sur la fiscalité en milieu autocthone Objectifs de la présentation A. Structures d entreprises B. L application

Plus en détail

Règlement sur l exercice de la profession d avocat en société et en multidisciplinarité, c. B-1, r. 9

Règlement sur l exercice de la profession d avocat en société et en multidisciplinarité, c. B-1, r. 9 TABLEAU COMPARATIF DES CONDITIONS APPLICABLES À LA CONSTITUTION EN SOCIÉTÉ PAR ACTIONS POUR LES DIVERSES PROFESSIONS AUTORISÉES PAR LEUR ORDRE À PRATIQUER EN SOCIÉTÉ (PARTIE 1 DE 5) Comptables agréés (CA)

Plus en détail

GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE INITIALE DE PERMIS D ASSUREUR À CHARTE AUTRE QUE QUÉBÉCOISE

GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE INITIALE DE PERMIS D ASSUREUR À CHARTE AUTRE QUE QUÉBÉCOISE GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE INITIALE DE PERMIS D ASSUREUR À CHARTE AUTRE QUE QUÉBÉCOISE Mars 2008 Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité

Plus en détail

Demande de délivrance ou de modification d une licence d entrepreneur. Guide d utilisation

Demande de délivrance ou de modification d une licence d entrepreneur. Guide d utilisation S il s agit d une demande de délivrance, consultez le document Pour bien démarrer votre entreprise en plomberie et chauffage (fourni avec ce guide) pour ne rien oublier de certaines démarches qui, selon

Plus en détail

ZONE DE COMMERCE INTERNATIONAL DE MONTRÉAL À MIRABEL (ZCIMM)

ZONE DE COMMERCE INTERNATIONAL DE MONTRÉAL À MIRABEL (ZCIMM) ZONE DE COMMERCE INTERNATIONAL DE MONTRÉAL À MIRABEL (ZCIMM) Afin de favoriser une utilisation optimale des installations aéroportuaires de Mirabel et l implantation d entreprises stratégiques qui contribuent

Plus en détail

FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF VENTE IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL DE MOINS DE 5 LOGEMENTS EXCLUANT LA COPROPRIÉTÉ

FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF VENTE IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL DE MOINS DE 5 LOGEMENTS EXCLUANT LA COPROPRIÉTÉ NOTE Le présent formulaire doit être utilisé lorsqu un contrat de courtage est conclu avec une personne physique. 1. IDENTIFICATION DES PARTIES VIA CAPITALE DU MONT-ROYAL NOM DE L AGENCE DU CRTIER FORMULAIRE

Plus en détail

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014

Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance. Adoptées le 11 décembre 2014 Restaurant Brands International Inc. Conseil d administration Lignes directrices sur la gouvernance Adoptées le 11 décembre 2014 Le conseil d administration (le «conseil») de Restaurant Brands International

Plus en détail

Comment s établir aux États-unis?

Comment s établir aux États-unis? Comment s établir aux États-unis? Zara Law Offices 111 John Street Suite 510 New York, NY 10038 Tel: 1-212-619 45 00 Fax: 1-212-619 45 20 www.zaralawny.com 1 Introduction La récente baisse du dollar constitue

Plus en détail

La société en commandite par actions : on n aime que ce qu on connaît...

La société en commandite par actions : on n aime que ce qu on connaît... La société en commandite par actions : on n aime que ce qu on connaît... Peter Verschelden Expert-comptable Lors de la constitution d une nouvelle société, on opte généralement pour une forme de société

Plus en détail

PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS CONVENTION D INVESTISSEMENT. entre

PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS CONVENTION D INVESTISSEMENT. entre PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS CONVENTION D INVESTISSEMENT entre Monsieur/Madame NOM NOM À LA NAISSANCE PRÉNOM DATE DE NAISSANCE ADRESSE PERMANENTE ADRESSE DE CORRESPONDANCE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE

Plus en détail

MISE À JOUR DE LA DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU DÉPUTÉ FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE)

MISE À JOUR DE LA DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU DÉPUTÉ FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE) MISE À JOUR DE LA DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU DÉPUTÉ FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE) CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE (chapitre C-23.1, articles 37 et 38)

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES Volume I TABLES LOI SUR LA FAILLITE ET L INSOLVABILITÉ (PARTIES I À V) NOTIONS GÉNÉRALES

TABLE DES MATIÈRES Volume I TABLES LOI SUR LA FAILLITE ET L INSOLVABILITÉ (PARTIES I À V) NOTIONS GÉNÉRALES Volume I Introduction................................................................... iii Remerciements................................................................ v TABLES Table de la jurisprudence........................................................

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER)

Bulletin fiscal. Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Bulletin fiscal Novembre 2010 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE Régime enregistré d épargne-retraite (REER) Les versements à un REER effectués au plus tard le 1 er mars 2011 sont déductibles en 2010.

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

STATUTS DE l ASSOCIATION DES ECOLES D ETUDES POLITIQUES DU CONSEIL DE L EUROPE

STATUTS DE l ASSOCIATION DES ECOLES D ETUDES POLITIQUES DU CONSEIL DE L EUROPE STATUTS DE l ASSOCIATION DES ECOLES D ETUDES POLITIQUES DU CONSEIL DE L EUROPE TITRE I : CONSTITUTION, OBJET, SIEGE ET DUREE DE L ASSOCIATION Article 1. Nom et siège - Il est créé une association dénommée

Plus en détail

L organisme sans but lucratif. Pouvoirs, rôles et responsabilités des administrateurs

L organisme sans but lucratif. Pouvoirs, rôles et responsabilités des administrateurs L organisme sans but lucratif Pouvoirs, rôles et responsabilités des administrateurs Une personne morale Distinctions Incorporée Au sens du code civil du Québec Obligations de l organisme Posséder un patrimoine

Plus en détail

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE)

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE) DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE) CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE (chapitre C-23.1, articles 51, 52

Plus en détail

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE

GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE PROJET GUIDE SUR L UTILISATION DES VÉHICULES DE GARANTIE Juillet 2013 Guide sur l utilisation des véhicules de garantie Autorité de marchés financiers Page 1 Juillet 2013 Introduction Ce guide présente

Plus en détail

Statut des IOBSP LA REFORME DU. CrediPro Novembre 2012. Livre Blanc

Statut des IOBSP LA REFORME DU. CrediPro Novembre 2012. Livre Blanc LA REFORME DU Statut des IOBSP Livre Blanc CrediPro Novembre 2012 Le dispositif du Gouvernement dans la Loi de régulation Bancaire (RBF) et Financière du 22 octobre 2010: - harmonise les statuts des différents

Plus en détail

J E P 2013. Partenaires de la FPI

J E P 2013. Partenaires de la FPI J E P 2013 Partenaires de la FPI 23 & 24 janvier 2013 2 LA RÉFORME DU STATUT DES IOBSP Document strictement réservé aux Partenaires Professionnels 23 et 24 janvier 2012 SOMMAIRE Le contenu de la réforme

Plus en détail

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre

Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre SERVICE FISCALITÉ, RETRAITE ET PLANIFICATION SUCCESSORALE STRATÉGIE PLACEMENTS ET FISCALITÉ N O 11 Mettez vos bénéfices non répartis à l œuvre De nombreux propriétaires d entreprise ont accumulé des sommes

Plus en détail

RESPONSABILITÉS DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RESPONSABILITÉS DU CONSEIL D ADMINISTRATION RESPONSABILITÉS DU CONSEIL D ADMINISTRATION Capital social Remboursement des parts (38) Transfert des parts sociales (39) Émission et caractéristiques des parts privilégiées (46) Émission et caractéristiques

Plus en détail

DÉMARRER SON ENTREPRISE Formes juridiques

DÉMARRER SON ENTREPRISE Formes juridiques DÉMARRER SON ENTREPRISE Formes juridiques Cld des Pays-d en-haut 1014 rue Valiquette Sainte-Adèle, Qc, J8B 2M3 Téléphone :(450)229-6637 Télécopieur : (450)229-6638 Courriel : info@cldpdh.org www.cldpdh.org

Plus en détail

(ENTENTE SAUVEGARDE EN LIGNE)

(ENTENTE SAUVEGARDE EN LIGNE) (ENTENTE SAUVEGARDE EN LIGNE) L AN DEUX MILLE, le (DATE) DEVANT Me (nom du notaire), notaire à (ville), Province de Québec. COMPARAISSENT : (NOM DU FOURNISSEUR), compagnie dûment constituée en vertu de

Plus en détail

RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE

RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE Décembre 2013 RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE Article Page 1 Gestion financière de la Caisse nationale de grève...1 2 Définition du terme «grève»...1 3 Droit aux indemnités de la Caisse nationale

Plus en détail

Statuts de l association «Humanium» au 25 septembre 2009

Statuts de l association «Humanium» au 25 septembre 2009 Statuts de l association «Humanium» au 25 septembre 2009 Sommaire : Art. 1 : Nom et siège Art. 2 : Objet et but Art. 3 : Moyens d action Art. 4 : Durée, étendue géographique et fonctionnement Art. 5 :

Plus en détail

Directive administrative en matière de communication des renseignements du dossier de financement de l employeur

Directive administrative en matière de communication des renseignements du dossier de financement de l employeur Directive administrative en matière de communication des renseignements du dossier de financement de l employeur 2 Table des matières Directive administrative en matière de communication des renseignements

Plus en détail

Guide explicatif. Demande d adhésion à la police d assurance cautionnement collective de la CMMTQ

Guide explicatif. Demande d adhésion à la police d assurance cautionnement collective de la CMMTQ autionnement Guide explicatif Demande d adhésion à la police d assurance cautionnement collective de la CMMTQ Ce guide est conçu pour vous aider à remplir adéquatement le formulaire de demande d adhésion

Plus en détail

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT)

DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT) DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU MEMBRE DU CONSEIL EXÉCUTIF FORMULAIRE II (CONJOINT) CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE (chapitre C-23.1, articles 51, 52 et 53)

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE DIRECTION DES SERVICES ADMINISTRATIFS SERVICE POPULATION ET CITOYENNETE SECTEUR ETAT CIVIL INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE Annexe du décret n 2002 1556 du 23 décembre 2002 Ce document est destiné

Plus en détail

Chapitre 1 : Buts et Composition de l Union départementale

Chapitre 1 : Buts et Composition de l Union départementale STATUTS TYPES DE L UNION DEPARTEMENTALE des Centres Communaux d Action Sociale des Hauts-de-Seine Préambule : Par décision de son assemblée générale du 25 janvier 2001, l UNCCAS a adopté ses nouveaux statuts.

Plus en détail

Attention, l offre se termine au plus tard le 31 août 2009! Avertissement à l investisseur

Attention, l offre se termine au plus tard le 31 août 2009! Avertissement à l investisseur SCPI Sema 2i Profitez des avantages fiscaux de la Loi Girardin en contrepartie d une conservation des parts pendant au moins 6 ans à compter de la date d achèvement du dernier logement (prévue en 2011).

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC PAROISSE DE SAINT-CÔME

PROVINCE DE QUÉBEC PAROISSE DE SAINT-CÔME PROVINCE DE QUÉBEC PAROISSE DE SAINT-CÔME ADOPTION DU RÈGLEMENT # 503-2012 Règlement numéro 503-2012 relatif à la vidange périodique des fosses septiques. Considérant qu Considérant qu Considérant la municipalité

Plus en détail

Propositions législatives et notes explicatives concernant l imposition des succursales de banques étrangères

Propositions législatives et notes explicatives concernant l imposition des succursales de banques étrangères Propositions législatives et notes explicatives concernant l imposition des succursales de banques étrangères Publiées par le ministre des Finances l honorable Paul Martin, c.p., député Août 2000 Propositions

Plus en détail

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE

RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE RÉGIME D ACHAT D ACTIONS À L INTENTION DES PARTENAIRES DES RÉSEAUX DE DISTRIBUTION DU GROUPE INDUSTRIELLE ALLIANCE Janvier 2013 99-36 (13-01) 1 DÉFINITIONS Dans le présent Régime et les formulaires qui

Plus en détail

LA REFORME DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP)

LA REFORME DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP) LA REFORME DES INTERMEDIAIRES EN OPERATIONS DE BANQUE ET EN SERVICES DE PAIEMENT (IOBSP) La loi de régulation bancaire et financière n 2010-1249 du 22 octobre 2010 a mis en place différentes mesures visant

Plus en détail

Bulletin fiscal. Novembre 2012

Bulletin fiscal. Novembre 2012 Bulletin fiscal Novembre 2012 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l

Plus en détail

ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES

ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ING CANADA INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES Le 12 septembre 2005 TABLE DES MATIÈRES LA SOCIÉTÉ...1 RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES...2 1.1 Prix...4 1.2 Avantages pour les participants

Plus en détail

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS

«OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS «OUTIL DE GESTION DE LA RELATION CLIENT - CRM» CONVENTION DE PRESTATIONS 18/06/2015 CONTRACTANTS Entre d une part, RESSOURCES, Association régie par la Loi du 1 er juillet 1901 modifiée et ses textes d

Plus en détail

NOTES EXPLICATIVES PROPOSITIONS LÉGISLATIVES CONCERNANT LES OPÉRATIONS DE TRANSFERT DE SOCIÉTÉS ÉTRANGÈRES AFFILIÉES. Loi de l impôt sur le revenu

NOTES EXPLICATIVES PROPOSITIONS LÉGISLATIVES CONCERNANT LES OPÉRATIONS DE TRANSFERT DE SOCIÉTÉS ÉTRANGÈRES AFFILIÉES. Loi de l impôt sur le revenu Article 1 NOTES EXPLICATIVES PROPOSITIONS LÉGISLATIVES CONCERNANT LES OPÉRATIONS DE TRANSFERT DE SOCIÉTÉS ÉTRANGÈRES AFFILIÉES Capitalisation restreinte 18(5) Loi de l impôt sur le revenu Le paragraphe

Plus en détail

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers.

Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité des marchés financiers. GUIDE DE PRÉSENTATION D UNE DEMANDE DE CONSTITUTION D UNE COMPAGNIE D ASSURANCE À CHARTE QUÉBÉCOISE Mars 2008 Ce document a été produit par la Surintendance de l encadrement de la solvabilité de l Autorité

Plus en détail

RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE

RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DE DIVIDENDES ET D ACHAT D ACTIONS NOTICE D OFFRE Le 18 décembre 2013 Les actionnaires devraient lire attentivement la notice d offre en entier avant de prendre une décision

Plus en détail

VALENER INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES

VALENER INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES VALENER INC. RÉGIME DE RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... I APERÇU... 1 DÉFINITIONS... 1 ADMISSIBILITÉ... 2 ADHÉSION... 2 RÉINVESTISSEMENT DES DIVIDENDES... 3 ACTIONS... 4 FRAIS...

Plus en détail

FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF COPROPRIÉTÉ DIVISE FRACTION D UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL DÉTENU EN COPROPRIÉTÉ DIVISE

FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF COPROPRIÉTÉ DIVISE FRACTION D UN IMMEUBLE PRINCIPALEMENT RÉSIDENTIEL DÉTENU EN COPROPRIÉTÉ DIVISE NOTE Le présent formulaire doit être utilisé lorsqu un contrat de courtage est conclu avec une personne physique. 1. IDENTIFICATION DES PARTIES FORMULAIRE OBLIGATOIRE CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF COPROPRIÉTÉ

Plus en détail

Financière Sun Life inc.

Financière Sun Life inc. Financière Sun Life inc. Régime canadien de réinvestissement des dividendes et d achat d actions CIRCULAIRE D OFFRE MODIFIÉE ET MISE À JOUR Table des matières Dans la présente circulaire d offre... 1

Plus en détail

Projet de loi n o 88. Présentation. Présenté par Madame Line Beauchamp Ministre du Développement durable, de l Environnement et des Parcs

Projet de loi n o 88. Présentation. Présenté par Madame Line Beauchamp Ministre du Développement durable, de l Environnement et des Parcs PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 88 Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement concernant la gestion des matières résiduelles et modifiant le Règlement sur la

Plus en détail

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers.

Le présent avis s adresse à tous les représentants en assurance, aux experts en sinistre et aux planificateurs financiers. Avis relatif à l application du Règlement sur l exercice des activités des représentants, R.R.Q., c. 9.2, r. 10 (Loi sur la distribution de produits et services financiers) Le présent avis s adresse à

Plus en détail

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Rabat, le 25 décembre 2000 CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Aux termes de l'article premier du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉMUNÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente charte

Plus en détail

LES OBLIGATIONS D UN ADMINISTRATEUR

LES OBLIGATIONS D UN ADMINISTRATEUR LES OBLIGATIONS D UN ADMINISTRATEUR Vs avez incorporé une compagnie vs y songez sérieusement? Plusieurs bonnes raisons vs incitent en effet à exploiter votre entreprise ss une forme incorporée 1. Les compagnies

Plus en détail

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes

Novembre 2008 PLANIFICATION FISCALE DE FIN D ANNÉE. Pertes en capital latentes Novembre 2008 Ce bulletin présente certains éléments de planification qui devraient être envisagés d ici la fin de l année ainsi que d autres éléments qui peuvent être considérés pour l an prochain. PLANIFICATION

Plus en détail

Règlement du Programme de bourse de démarrage de cabinet de l AJBM. 1- Objectifs

Règlement du Programme de bourse de démarrage de cabinet de l AJBM. 1- Objectifs Règlement du Programme de bourse de démarrage de cabinet de l AJBM 1- Objectifs Le programme de bourse de démarrage de cabinet de l AJBM a pour but de promouvoir l entreprenariat chez les jeunes avocats

Plus en détail

Inutilisable. transaction. Spécimen

Inutilisable. transaction. Spécimen Inutilisable FORMULAIRE OBLIGATOIRE À COMPTER DU 1 ER JANVIER 2015 CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF VENTE MAISON MOBILE SUR TERRAIN LOUÉ NOTE Le présent formulaire doit être utilisé à compter du 1 er janvier

Plus en détail

PROJET DE MODIFICATION MODIFIANT LA NORME CANADIENNE 21-101 SUR LE FONCTIONNEMENT DU MARCHÉ

PROJET DE MODIFICATION MODIFIANT LA NORME CANADIENNE 21-101 SUR LE FONCTIONNEMENT DU MARCHÉ PROJET DE MODIFICATION MODIFIANT LA NORME CANADIENNE 21-101 SUR LE FONCTIONNEMENT DU MARCHÉ L article 1 de la Norme canadienne 21-101 sur le fonctionnement du marché est modifié : 1 par le remplacement

Plus en détail

Convention de partage de la prime Modèle

Convention de partage de la prime Modèle Convention de partage de la prime Modèle Les parties détiennent conjointement le contrat d assurance vie. Le titulaire du capital-décès (CD) (normalement, le capital assuré) paie «un montant raisonnable»

Plus en détail

STATUTS TYPE D UDCCAS. Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS)

STATUTS TYPE D UDCCAS. Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS) STATUTS TYPE D UDCCAS Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS) PREAMBULE Les statuts de l UNCCAS prévoient en leur article 5 la possibilité de constituer des

Plus en détail

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D3.A.12 DUS Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la convention de double imposition avec la République

Plus en détail

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12)

Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 78 (2012, chapitre 12) Loi permettant aux étudiants de recevoir l enseignement dispensé par les établissements de niveau postsecondaire qu

Plus en détail

Règlement sur l exercice de la profession d arpenteur-géomètre en société, c. A-23, r.5.001

Règlement sur l exercice de la profession d arpenteur-géomètre en société, c. A-23, r.5.001 Règlement applicable TABLEAU COMPARATIF DES CONDITIONS APPLICABLES À LA CONSTITUTION EN COMPAGNIE / SOCIÉTÉ PAR ACTIONS POUR LES DIVERSES PROFESSIONS AUTORISÉES PAR LEUR ORDRE À PRATIQUER EN SOCIÉTÉ (PARTIE

Plus en détail

cabinet d audit participant

cabinet d audit participant Dernière modification en vigueur le 30 septembre 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 26.1 RÈGLEMENT 52-108 SUR LA SURVEILLANCE DES AUDITEURS Loi sur les valeurs mobilières (chapitre

Plus en détail

FORMULAIRE 1B DEMANDE D INSCRIPTION ÉMETTEURS DE FONDS D INVESTISSEMENT À CAPITAL FIXE / PRODUITS ET FONDS NÉGOCIÉS EN BOURSE

FORMULAIRE 1B DEMANDE D INSCRIPTION ÉMETTEURS DE FONDS D INVESTISSEMENT À CAPITAL FIXE / PRODUITS ET FONDS NÉGOCIÉS EN BOURSE DEMANDE D INSCRIPTION ÉMETTEURS DE FONDS D INVESTISSEMENT À CAPITAL FIXE / PRODUITS ET FONDS NÉGOCIÉS EN BOURSE Demande initiale Demande finale Date : (Instructions : Dans le cas d une demande d inscription

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives

Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres dispositions législatives PREMIÈRE SESSION TRENTE-HUITIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 68 (2008, chapitre 21) Loi modifiant la Loi sur les régimes complémentaires de retraite, la Loi sur le régime de rentes du Québec et d autres

Plus en détail

Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières.

Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières. Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières. TITRE PREMIER Renforcement de la sincérité des comptes des sociétés Chapitre premier Renforcement de

Plus en détail

Loi sur l établissement et l exécution réciproque des ordonnances de soutien (LEEROS) FORMULE 11

Loi sur l établissement et l exécution réciproque des ordonnances de soutien (LEEROS) FORMULE 11 Loi sur l établissement et l exécution réciproque des ordonnances de soutien (LEEROS) FORMULE 11 DÉCLARATION FINANCIÈRE Je suis le demandeur / requérant / défendeur de cette demande pour l obtention ou

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE Section I : Dispositions générales 1. But La Ville de Kirkland établit par la présente politique des règles en matière de gestion contractuelle afin de favoriser la transparence,

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail