Gestion du flux d informations relatives au suivi dans le but d améliorer l assainissement en milieu rural à Java-Est

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gestion du flux d informations relatives au suivi dans le but d améliorer l assainissement en milieu rural à Java-Est"

Transcription

1 PROGRAMME EAU ET ASSAINISSEMENT DOCUMENT DE TRAVAIL Programme global de mise à l échelle de l assainissement Gestion du flux d informations relatives au suivi dans le but d améliorer l assainissement en milieu rural à Java-Est Nilanjana Mukherjee, Djoko Wartono, et Amin Robiarto Décembre 20 Le Programme Eau et Assainissement est un partenariat multi-bailleurs administré par la Banque mondiale et ayant pour objectif de soutenir les populations défavorisées à atteindre un accès sain, durable et à un prix abordable à l eau et aux services d assainissement.

2 Managing the Flow of Monitoring Information Introduction I. Introduction La mise à l échelle de l assainissement en milieu rural et à l échelle mondiale rentre dans le cadre d un Programme d eau et d assainissement (WSP) en cours de mise en œuvre en Inde, en Indonésie et en Tanzanie. De concert avec les gouvernements locaux et le secteur privé dans 29 districts de la province de Java-Est en Indonésie, l approche WSP allie les demandes formulées par les gouvernements locaux, antérieures à l initiation des interventions liées au projet, et celles formulées par les consommateurs relatives aux installations sanitaires améliorées et au changement de comportement- avant de rendre disponible sur les marchés locaux une gamme variée de produits et services d assainissement. Cette approche demande-réponse combine un Assainissement total piloté par la communauté (ATPC), une communication axée sur le changement des comportements, et des approches de promotion dans le domaine de l assainissement visant à aider les villages à devenir des villages sans défécation en plein air (SDAL). A la fin de la troisième année d exécution du projet, l accès des ménages aux services d assainissement progresse à un rythme jamais enregistré dans les projets d assainissement en milieu rural en Indonésie. En moyenne, un tiers de l ensemble des communautés impliquées sont devenues communauté sans défécation en plein air (SDAL) en un an. Cependant, à travers les districts, des progrès ont été réalisés, en fonction du degré de soutien politique atteint, de la capacité de mise en œuvre, et du rapport coût-efficacité des interventions menées. Les gouvernements de district local participent de manière significative au partage des coûts, à la fourniture des équipements institutionnels, et au déploiement du personnel. Ainsi, pour la première fois, le financement du gouvernement local à Java-Est sert uniquement dans le cadre du «logiciel» d activités telles que générer la demande en matière d assainissement, améliorer l approvisionnement du marché local en produits et services d assainissement, et renforcer les capacités institutionnelles. Au moment où le projet entre dans sa dernière année de mise en œuvre, les questions clés à aborder sont liées au maintien de la dynamique et à la pérennisation de l engagement institutionnel et au financement de la part du gouvernement local par rapport à l approche du projet. Des preuves tangibles peuvent être d un apport capital. Au niveau du district, les bailleurs de fonds du Programme ont besoin de preuves attestant de l efficacité et de la rentabilité des nouvelles approches de travail ainsi que de meilleurs résultats par Rupiah dépensé par rapport aux précédentes approches. Ils doivent également être en mesure d évaluer les progrès accomplis et les résultats obtenus au niveau communautaire à travers des méthodes fiables, facilement vérifiables et à des prix abordables. L expérience WSP avec le suivi participatif de Java Est a montré que les communautés sont pleinement capables et extrêmement motivées en matière d évaluation des progrès vers l atteinte d un statut SDAL et qu ils peuvent régulièrement assurer le suivi des changements enregistrés dans l accès des communautés à de meilleurs services d assainissement. Les données générées par les activités initiales de cartographie sociale ainsi que les mises à jour cartographiques continues remplissent également les exigences énoncées dans le Programme Conjoint de Surveillance (PCS) de l OMS et l UNICEF servant à évaluer les progrès accomplis dans l atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) en matière d assainissement. Résultats Mesurer et assurer le suivi des résultats obtenus par tous les niveaux des intervenants constitue la clé en vue de l atteinte des objectifs. La cartographie participative rend le suivi entièrement public et transparent, et catalyse l action de la communauté en faveur d un changement de comportement collectif à échéance bien déterminée. A travers le suivi participatif, les communautés sont capables de générer des données de suivi de haute qualité conformes aux indicateurs du Programme Conjoint de Surveillance. Les gouvernements locaux n ont pas besoin de mener des activités de suivi au niveau communautaire. Les bases de données gouvernementales peuvent être mises à jour en consolidant les données au niveau communautaire de manière périodique. Alors que les communautés peuvent entièrement être en mesure d assurer le suivi de leurs propres progrès, le transfert manuel de données des communautés vers les bases de données du district peut s avérer lourd lorsque l on passe à un programme à grand échelle. Les téléphones mobiles, qui permettant de faire le point sur le progrès accompli à travers une passerelle informatisée au niveau du district, ont grandement amélioré le flux des données partant de la communauté vers les districts. Des mesures incitatives d ordre institutionnel sont indispensables à l établissement de rapport de suivi complets à des intervalles réguliers. Une évaluation basée sur des mesures incitatives externes, venant d une tierce partie peuvent être plus efficaces que les celles en interne. ii Intensifier l Assainissement à l Echelle Mondiale

3 Gérer le flux d informations relatives au suivi Introduction Toutefois, au cours de l année 2009, l équipe du projet a observé que si les données de contrôle ont régulièrement été générées au sein des communautés, une grande partie de ces données n ont pas été transmises au sous-district, district, ou à des niveaux des plus élevés pour une consolidation régulière. Avec le nombre de communautés impliquées se chiffrant à plusieurs milliers à Java-Est, il était devenu trop laborieux et chronophage pour le personnel mobile gouvernemental de recueillir manuellement les données de chaque communauté impliquée sur une base mensuelle. En réponse à ce défi, un système participatif à base communautaire de suivi des résultats a été mis sur pied. En mettant un accent particulier sur la mise en œuvre des approches durables, PEA s est focalisé sur l intégration par les gouvernements locaux des innovations au sein mécanismes de suivi existants. A Java Est, les innovations ont été développées afin de: Relier le suivi participatif à base communautaire à une base de données au niveau du district; Séparer les données de suivi en assainissement améliorée et non amélioré comme définis par le PCS, permettant ainsi le suivi des progrès accomplis dans l atteinte des OMD en matière d assainissement, et Ajouter des données d assainissement classifiées se rapportant au bien-être des ménages afin de vérifier si les ménages défavorisées ont accès à un assainissement amélioré. Ce document de travail montre comment ce système fonctionne et donne un aperçu de sa mise en œuvre à ce jour. La Figure 1 de la page suivante présente une vue schématique des étapes décrites, en notant le niveau, les acteurs, les actions et les données associées à chaque étape. iii

4 Gérer Managing le flux the Flow d informations of Monitoring Information relatives au Introduction suivi Introduction FIGURE 1: FLUX SÉQUENTIEL DU SUIVI DES INFORMATIONS DE LA COMMUNAUTÉ VERS LE NIVEAU PROVINCIAL iv Étape Nivea Personnel Clé District Santé Bureau Hygiéniste Puskesmas Personnel / Équipe Comité d'assainissement Communautaire Facilitateurs ATPC Consolider les données à partir de la passerelle informatique Fournir SMS mensuels Recueillir les mises à jour mensuelles de la part tes communautés impliquées suivi des progrès accomplis par la communauté ATPC impliqué Action Menée Fournir un feedback à l'hygiéniste Signaler déclaration des événements SDAL Fournir fun feedback à la communauté Vérifier les emandes de statut SDAL Demande de vérification du statut SDAL vérification Rapport du Pukesmans sur déclarations SDAL Mises à jour mensuelles recueillies afin d'assurer le suivi de l'accès aux services d'assainissement au sein du district Ce procédé peut être étendu au niveau national afin d'analyser les progrès au niveau des provinces 5 Communauté Sous-District District Province Provincial Santé Bureau District Santé Bureau Mener une évaluation croisée annuelle des intervenants dus districts une analyse comparative Analyser les données dans le but de faciliter la planification et la budgétisation futures au sein du district Transmettre les données au JPIP* Mener une référenciation croisée au sein du district des performances des programmes d,assainissement Mises à jour mensuelles recueillies afin d'assurer le suivi de l'accès aux services d'assainissement au sein des communautés impliquées Formulaire LB-1 rempli à l'aide des données recueillies auprès des multiples cartographies sociales Mise à jour cartographie sociale indiquant les changements intervenus dans le domaine de l'accès aux services d'assainissement dans le temps Cartographie sociale de la ligne de base indiquant, l'accès aux services d'assainissement au sein de la communauté au moment du l'implication de l ATPC Données Générées Rapport annuel** Évaluation annuelle du JPIP* Communautés SDAL dans le district Communautés ayant nouvellement acquis le statut SDAL Vérification des listes de contrôle SDAL *JPIP = Jawa Pos Institut Pro-Otonomi, un évaluateur indépendant des performances des districts. JPIP utilise cette donnée afin de déterminer le lauréat d'un prix annuel très convoité sur l'assainissement au niveau provincial. ** Les rapports annuels sont transmis au bureau du Bupati (chef de l'administration du District) et au DPRD (Conseil Législatif du District).

5 III. Recueillir et Partager les informations afin d assurer le suivi des progrès accomplis Points clés Mesurer et assurer le suivi des résultats obtenus par tous les niveaux d intervenants constitue la clé en vue de l atteinte des objectifs. Au niveau du village ou d une communauté, les données relatives au suivi servent à l auto-évaluation des progrès accomplis dans le sens de l atteinte du statut SDAL Au niveau du sous-district et du district, les données relatives au suivi servent à faire un état des progrès accomplis et à apporter des informations sur le rapport coût -efficacité. Au niveau provincial, les données relatives au suivi sont consolidées dans les indicateurs de référenciation permettant de faciliter la comparaison entre districts. Dans les districts et au niveau sectoriel, les synthèses des données relatives au suivi et à la référenciation servent au partage des connaissances. Au Niveau Communautaire Au niveau de la communauté ou du village, le personnel des centres de santé locaux comme l hygiéniste ou la sage-femme du village parcourent le village pour recueillir les données de la cartographie sociale et contre-vérifier les progrès signalés à partir les observations obtenues sur le terrain. Le formulaire LB-1 du (Annexe 1, Exemple de Rapport d Avancement Mensuel) sert à enregistrer les données de la ligne de base et les mises à jour mensuelles pour chaque village. Les données saisies dans ce formulaire servent à générer des graphiques et sont consolidées dans des synthèses se rapportant à une ou plusieurs communautés, conformément aux exigences définies par les bureaux de santé du district et de la province, et soumis au district de santé sur une base mensuelle (figure 3). A ce niveau, les leaders naturels et les comités d hygiène / ATPC utilisent les données relatives au suivi après admission de l ATPC dans le programme afin d évaluer le niveau de progression de leur communauté par rapport à l obtention du statut SDAL, ceux des ménages ayant un accès et ceux n ayant pas, et si les défavorisées y ont accès. Le projet a introduit un code couleur pour chaque classe sociale de ménage, permettant ainsi aux leaders de la communauté et aux comités ATPC d identifier les ménages qui sont à la traîne et prendre des mesures visant à les aider à opérer le changement souhaité. Dans certaines communautés, un autocollant de couleur avec un pouce levé et le slogan, WC ku Sehat ( J utilise des latrines améliorées ) servent d outil de suivi supplémentaire. L autocollant est fixé sur la devanture de chaque maison pourvu d installations améliorées (Figure 4). Au niveau du Sous-district et du District Au niveau du district, les bureaux de santé compilent les données et transmettent au Régent (chef administratif du district, également connu sous le nom de Bupati), le bureau de santé provincial, et le WSP, avec l aide d un organisme ressource recruté par le WSP pour aider au renforcement des capacités du gouvernement du district À la fois au niveau du sous-district et du district, le personnel du programme au sein du gouvernement local et les gestionnaires se servent des données relatives au suivi pour informer le Chef du Bureau de la Santé, le Régent et les députés du district sur les progrès accomplis. Ils ont également commencé à se servir de ces données pour informer sur le niveau rentabilité de leur budget d investissement par rapport aux résultats obtenus au niveau communautaire. Cet état de choses a conduit à une augmentation constante des allocations budgétaires annuelles du gouvernement local en faveur des programmes d assainissement en milieu rural pendant la période de mise en œuvre du projet à Java Est. Au niveau du District et de la Province Au niveau provincial, les données relatives au suivi sont consolidées dans les indicateurs de référenciation permettant de faciliter la comparaison entre districts tout en évaluant les performances de chaque district en matière d assainissement. Depuis 2009, les indicateurs de référenciation en matière d assainissement sont inclus dans l évaluation annuelle de gouvernance du district qui sert de base au choix du district le mieux géré au cours de l année. La prestigieuse récompense est attribuée par l Institut Pos JawaPro-Otonomi, une fondation du réseau de communication Java Post basée à Java Est. A travers les districts et au niveau sectoriel, les synthèses des données relatives au suivi et à la référenciation servent à l apprentissage et au partage. Une émulation saine, basée sur la performance est générée à travers l analyse des données relatives au suivi et à la référenciation au cours des revues annuelles d apprentissage impliquant toutes les parties prenantes. Au niveau du district et de la province, les fonctionnaires exerçant dans les secteurs de la Santé, des travaux publics, de l éducation, la planification et du développement communautaire prennent part à ces événements populaires d apprentissage de groupe. v

6 Gérer Managing le flux the d informations Flow of Monitoring relatives Information au suivi Collecter Recueillir et et Partager les informations afin pour d assurer le progrès suivi des progrès accomplis FIGURE 3: ECHANTILLON D ANALYSE DE DONNEES A PARTIR D UN ETAT D AVANCEMENT MENSUEL 70 Changement de comportement dans le domaine de l assainissement un mois après intégration dans le programme à Dusun Nglawan-Village Senden Nombre de Ménages A M D A M D A M D A M D Accès aux latrines améliorées Accès aux latrines non aménagées Accès aux latrines communes Situation de défécation en plein air (OD) Comportement en matière d'assainissement Légende Ligne de base progrès A = Ménages aisés M = Ménages à revenu moyen D = Ménages défavorisés Progrès accomplis dans les districts en phase trois (Septembre 2009 à Avril 20) 140 Nombre de Communautés MALANG SIDOARJO MOJOKERTO MAGETAN BOJONEGORO LAMONGAN GRESIK SAMPANG Communautés actuellement impliquées Nombre de communautés SDAL vi Intensifier l Assainissement à l Echelle Mondiale

7 Managing Gérer le flux the d informations Flow of Monitoring relatives Information au suivi Collecter Capturing et and Partager Sharing les Information informations to pour Monitor assurer Progress le progrès FIGURE 4: ASSURER LE SUIVI D UN ASSAINISSEMENTAMELIORÉ WC KU SEHAT t Dans certaines communautés, un autocollant de couleur avec un pouce levé et le slogan, «WC ku Sehat ( J utilise des latrines améliorées») sert d outil de suivi supplémentaire. L autocollant est fixé sur la devanture de chaque maison pourvue d installations améliorées. L absence d autocollant indique que les résidents continuent de déféquer à l air libre ou d utiliser des latrines communes. En outre, dans certaines communautés, les ménages ne disposant pas d installations améliorées (par exemple, des latrines insalubres et non hygiéniques) sont marqués avec un autocollant de couleur différente, ce qui représente à la fois une situation embarrassante et une incitation à l endroit des propriétaires à améliorer leurs installations dès que possible. Ce qui contribue à trouver un plus grand consensus intersectoriel au sein de la province sur la voie à suivre en termes d assainissement en milieu rural. En utilisant cette approche, on obtient une traçabilité des données indiquant des changements enregistrés dans le domaine de l accès à l assainissement amélioré et, en particulier, les progrès accomplis par les ménages défavorisés au sein de chaque communauté. Les données sont facilement vérifiables à travers les cartographies sociales et visites sur le terrain, et répond aux exigences de suivi contenues dans le PCS. Les communautés ne sont pas tenues de transmettre les données au centre de santé du district sur une base périodique. Elles les transmettent plutôt lorsqu elles soumettent une demande de statut SDAL, invitant ainsi le gouvernement local à en faire la vérification. Un système global de suivi de l information (MIS), développé par le WSP, a été mis en œuvre à Java Est et dans d autres pays-projets. Cependant, à Java Est, la récupération des données de suivi communautaire par le gouvernement local, ne s est pas toujours effectuée sur une base mensuelle; Les données communautaires ont pu être recueillies sur une base mensuelle, bimensuelle ou trimestrielle. A Java Est, l institutionnalisation du système de suivi du projet a été influencée par les facteurs suivants: Le programme ne peut pas contraindre les communautés à faire un état des activités relatives à l assainissement au niveau du sous-district ou du district. Le projet encourage les communautés à assurer le suivi du processus de changement de comportement de manière à atteindre le statut SDAL et jouir du prestige qui lui est associé. La création et l utilisation des cartographies sociales constituent un outil leur permettant de vérifier et communiquer leurs progrès de manière transparente. Tous les districts disposent d un personnel de sensibilisation au sein du centre de santé appelé hygiénistes, qui travaillent au niveau du sousdistrict et de la communauté à l amélioration de l environnement sanitaire. Le projet a ainsi confié à l hygiéniste un rôle majeur dans la stimulation et le suivi des changements de comportement en matière d assainissement, ainsi que la collecte, l analyse, et l enregistrement des données de suivi au niveau du district. vii

8 VI. Améliorer la collecte et la transmission des données Points clés Le transfert manuel de données des cartographies communautaires vers les bases de données du gouvernement local devient lourd lorsqu on passe à un programme à grande échelle. L utilisation des technologies émergentes telles que la messagerie par SMS directement liée à une base de données informatisée peut réduire les erreurs de données manuelles et améliorer la fréquence de suivi et de transmission. Les mesures incitatives d ordre institutionnel servant à motiver le personnel à assurer le suivi sur une base régulière constituent une exigence clé. L expérience WSP avec le suivi participatif de Java Est a montré que communautés sont pleinement capables et extrêmement motivées en matière d évaluation des progrès vers un statut SDAL et qu elles peuvent régulièrement assurer un suivi les changements enregistrés dans l accès des communautés à de meilleures services d assainissement. Les données générées par l activité de cartographie sociale initiale, et les mises à jour continues des cartographies répondent également aux exigences de suivi contenues dans le PCS. Avec le nombre de communautés impliquées se chiffrant à plusieurs milliers dans la province, recueillir manuellement les données de chaque communauté impliquée sur une base mensuelle, est devenu trop laborieux et chronophage pour le personnel mobile gouvernemental. Comme le montre la figure 6, la plupart des mises à jour des données communautaires arrivent dans les bases de données au niveau du district seulement tous les trois mois. Au cours de l année 2009, on a observé que si les données de suivi ont été régulièrement générées au sein des communautés, une grande partie de ces données n a pas été transmise au sous-district, district, ou à des niveaux des plus élevés pour une consolidation régulière. FIGURE 6: FREQUENCE DES RAPPORTS DE SUIVI 13 districts 1 district 4 districts 11 districts Légende 1 mois 2 mois 3 mois >3 mois Pour remédier à cette situation, un processus de collecte des données à l aide téléphones mobiles, le service de messages courts (SMS), et un système passerelle informatisée a été testé dans deux districts où le projet est mis en œuvre, une approche rendue possible grâce à la possession généralisée de téléphones portables dans les zones rurales de Java Est (figure 7). Les résultats du projet pilote ont été encourageants. Fin Mars 20, 22 puskesmas avait envoyé des lignes de base et des données relatives aux progrès accomplis à travers la passerelle SMS, contre 13 puskesmas avant la mise en œuvre du système de suivi par SMS. L utilisation du système par SMS, a permis réduire les erreurs de transmission que l on rencontre dans la collecte et l enregistrement manuels des données. On a également noté un impact positif sur la vérification des données étant donné que celles-ci ont été ont été stockées dans les téléphones mobiles des d hygiénistes. Afin de se doter d un système de transmission par SMS, un district doit: (i) disposer du matériel - un ordinateur au niveau du district et des téléphones portables; (ii) bâtir à la fois un engagement et un mécanisme de transmission fonctionnel entre les différents acteurs de suivi (district, puskesmas, et cadres / communauté); (iii) financer le coût de fonctionnement lié à l exploitation d un système de suivi par SMS. Trois messages SMS sont saisis pour chaque nouvelle communauté: l un dans le profil de la communauté (population, etc.), l un dans la ligne de base des données relatives à viii Intensifier l Assainissement à l Echelle Mondiale

9 Managing Gérer le flux the d informations Flow of Monitoring relatives Information au suivi Améliorer Improving Capturing Collecte and Data Sharing Collection et Transmission Information and Reporting des to Monitor données Progress Figure FIGURE 7: Data 7: SYSTEME Collection DE COLLECTE System DES Using DONNEES Computer-Based PAR PASSERELLE Gateway INFORMATIS and SMS EE Messaging ET MESSAGES SMS Transmettre données par SMS Données relatives à la communauté Données relatives à la ligne de base Données relatives au progrès accomplis SMS Gateway Téléphone portable/sms Système d'information de gestion (SIG) Base de données Hygiéniste Identifier Émetteur, Heure d'envoi, code SMS Compte-rendu Grâce à ce système, les hygiénistes attachés aux puskesmas sont tenus de collecter les données de manière automatique au niveau communautaire et charger les données via SMS, en temps réel, dans un système passerelle informatisé situé au niveau du bureau de santé du district. Le système vérifie automatiquement les progrès nouvellement signalés par rapport aux données contenues dans la ligne de base et celles du mois précédent, et génère des rapports- éliminant la nécessité d une saisie manuelle des données. Des contrôles aléatoires sont effectués de manière périodique au niveau communautaire et au cours du processus de vérification SDAL visant à s assurer de la véracité des données transmises par SMS. l assainissement et un autre sur les progrès accomplis. Par la suite, le chef de la communauté ou son représentant qui rend compte des progrès à l hygiéniste envoie un SMS chaque mois. L hygiéniste transfère les messages à la passerelle du district. Après le projet pilote, le bureau de santé du district Jombang a commencé à fournir des impulsions téléphoniques d une valeur mensuelle de Vaut Rp.5, 000 ($ 0,60) aux hygiénistes ayant enregistré leurs numéros de téléphone dans le système, qui couvre le coût d environ 20 SMS par mois. Il s agit là d un coût très bas que tous les districts peuvent facilement supporter. En octobre 20, le WSP a introduit et rendu opérationnel le système dans l ensemble des 29 districts, avec onze districts fournissant le matériel nécessaire. Les districts ont rapporté que le système (1) est plus facile à exploiter par rapport aux systèmes manuels, (2) améliore le flux de données régulières, (3) réduit considérablement le temps nécessaire au traitement des données à chaque niveau, et (4) améliore la qualité des données en temps réel grâce à la cohérence automatiques des contrôles. A l heure actuelle le système ne tient compte que des progrès accomplis par les ménages dans le domaine de l accès à des conditions d assainissement améliorées. Des plans sont en cours pour l étendre au suivi des progrès accomplis en matière de promotion de l assainissement et du changement de comportement relatif à l assainissement. Le gouvernement national a entamé les discussions avec le WSP en vue de l élargissement du système à d autres provinces et du développement d un système de suivi du secteur national. Au cours du projet, un besoin à émergé, celui de vérifier les changements de comportement rapportés par les communautés et les types d installations sanitaires (améliorées ou non) ayant été acquises au titre de l accès à l assainissement ont augmenté. Cet état de choses a ajouté un contrôle souhaitable dans le processus à travers les ix

10 Managing Gérer le flux the d informations Flow of Monitoring relatives Information au suivi Améliorer Capturing Collecte and Sharing et Transmission Information des to Monitor données Progress exercices de vérification SDAL menées par les gouvernements locaux. Mais cela signifie aussi que les gains en termes d accès reconnus comme «assainissement amélioré» peuvent être enregistrés. A tout moment, on dispose toujours d une réserve de communautés qui se sont déclarées SDAL, mais le système local de vérification SDAL n a pas encore été en mesure de les couvrir tous. L étendue de cette réserve peut être considérable. Par exemple, le Rapport SIG semi-annuel qui va de Juillet à Décembre2009 indique concernant les États situés à Java Est : De juillet à décembre 2009, on a enregistré personnes qui sont passées de la défécation en plein air à l utilisation des installations sanitaires.. Parmi eux, sont considérés comme ayant acquis un des latrines améliorées personnes supplémentaires ont également eu accès aux services d assainissement, mais leurs installations n avaient pas encore été contrôlées, parce que n ayant pas encore fait l objet d une vérification SDAL. Outre le fait qu elles facilitent la transmission des données par téléphone portable, les mesures incitatives d ordre institutionnel constituent une exigence clé dans la motivation du personnel à assurer le suivi sur une base régulière. Sachant que pour l instant aucune autorité ou mécanisme ne contraint les districts à régulièrement mettre à jour les données SDAL du district en fonction d un échéancier bien déterminé. Afin de mettre en place un tel SIG interdistrict et de réexaminer le système géré par le gouvernement provincial, le WSP a planifié une initiative de recherche-action à Java-Est au cours de la seconde moitié de 20 afin d identifier les stratégies permettant d améliorer les taux d atteinte du statut SDAL dans les communautés ATPC impliquées et en utilisant les résultats, de recommander des mesures de soutien aux gouvernements de district et de province. Les recommandations comprendront la possibilité de créer une demande institutionnelle interne et des mesures incitatives facilitant la transmission régulière des données de vérification SDAL des districts vers la province (et ensuite au niveau national), peut-être dans un intervalle de trois ou six mois. Référenciation des performances pour une comparaison entre districts Un mécanisme permettant de comparer de manière objective la performance du programme à travers les districts sur une base annuelle a récemment été mis en œuvre. Le système est basé sur une analyse comparative du rendement du système mis en place par le WSP en Inde en collaboration avec le projet Intensifier l Assainissement en Milieu Rural à l Echelle Mondiale En Indonésie, le système de référenciation mesure les progrès accomplis à par rapport à huit résultats clés ainsi que par rapport à d autres indicateurs supplémentaires (Figure 8). Les mesures incitatives d ordre institutionnel en faveur d une vérification SDAL plus régulière peuvent également être générées à partir de moyens extérieurs. A Java Est, le lien créé en 2009 entre la performance du programme d assainissement du gouvernement du district et le prix du PJPI constitue un puissant stimulant. Il s agit d un prix prestigieux sur la gouvernance du district particulièrement convoité par les districts et Bupatis. La compétition et l évaluation en vue de l attribution du prix est conduite par l Institut Pos Jawa Pro-Otonomi, (JPIP) une fondation du plus grand réseau de communication basée à Java Est. Les indicateurs dont PJPI se sert dans son évaluation en matière d assainissement sont les mêmes que les résultats du projet et les indicateurs de performance. Les données de suivi relatives à l accès de la part de la communauté, données relatives à l atteinte du statut SDAL et les analyses coûtsefficacité de ces résultats servent de base d évaluation des performances en matière d assainissement. Le PJPI obtient les données relatives à la référenciation en matière d assainissement et au suivi des bureaux de santé des districts auxquelles sont ajoutées les observations indépendantes et les enquêtes d opinion. En se fondant sur l expérience du projet acquise à ce jour, un système de suivi au niveau national peut être nécessaire au maintien de l intérêt des institutions gouvernementales de Java Est pour ce type de suivi et assurer la collecte systématique des données relatives aux comportements x Intensifier l Assainissement à l Echelle Mondiale

11 Managing Gérer le flux the d informations Flow of Monitoring relatives Information au suivi Améliorer Capturing Collecte and Sharing et Transmission Information des to Monitor données Progress tels que l atteinte du statut SDAL au niveau du village. Pour atteindre cet objectif, le WSP a mené un plaidoyer politique conduisant au lancement d une Stratégie nationale de pointe d assainissement total à base communautaire (CBTS), qui a suscité l intérêt des autres programmes à grande échelle dans la reprise des approches introduites par le projet d assainissement total et le marketing de l assainissement (ATMA). Le défi suivant consiste à mettre au point des systèmes et mécanismes au niveau national visant à renforcer l engagement du gouvernement local à traduire dans les faits la stratégie CBTS. En Indonésie, le gouvernement central a exprimé sa volonté de mettre sur pied un système de suivi par SMS pour tous les cinq piliers CBTS (élimination des défécations en plein air, le lavage des mains avec du savon, manipulation saine des aliments, la manipulation saine de l eau potable, l élimination sans risque des déchets domestiques solides et liquides), mais les capacités n ont pas encore été développées. Le gouvernement national reconnaît que le renforcement des capacités en matière le suivi est essentiel et doit faire partie intégrante d un plan national de développement des capacités en matière d assainissement en milieu rural Une percée potentielle est venue sous la forme d une INPRES (Instruction présidentielle) rendue publique en 20. Dans cette INPRES, le Président indonésien a demandé à tous les Ministères concernées d assurer le suivi des progrès accomplis vers l atteinte des OMD, notamment ceux relatifs à l assainissement. Le progrès accomplis servent d indicateurs de performance pour les ministères concernés. La responsabilité pour ce qui des objectifs relatifs à l assainissement incombe au ministère de la santé. Le ministre de la santé a demandé à tous les gouverneurs de province de présenter des rapports bimensuels, et par voie de conséquence, les Bupatis sont tenus de déclarer les données relatives au suivi de leur circonscription tous les deux mois. Une telle demande au niveau national va contribuer à focaliser l attention du Bupatis sur le suivi régulier de l accès à un assainissement amélioré. xi

12 Managing Gérer le flux the d informations Flow of Monitoring relatives Information au suivi Améliorer Capturing Recueillir Collecte et and Partager Sharing et Transmission les Information informations des to afin Monitor données d assurer Progress le suivi des progrès accomplis FIGURE 8: REFERENCIATION DES PERFORMANCES DU PROGRAMME DE DISCTICT A JAVA EST (2009) Les programmes d assainissement du district sont notés sur dix indicateurs de processus dans un rapport annuel d évaluation comparative. Cinq indicateurs servent à évaluer les résultats, tandis que les cinq autres servent à évaluer le processus. Cette visualisation met en lumière, à vu d œil, les zones de haute et faible performance. Le WSP et le gouvernement provincial ont compilé et présenté ces résultats au cours des Revues annuelle d apprentissage des parties prenantes en 2009 et 20, suscitant parmi les intervenants venant de tous les districts, un esprit d émulation, et produisant de riches échanges de connaissances et de discussions fructueuses par rapport à la voie à suivre dans le futur. A droite, le coefficient de pondération comparatif pour chacun des indicateurs. Note: Deux indicateurs de processus (liés à l amélioration en approvisionnement) n ont pu être mesurés en Ainsi, le graphique du haut ressort les scores pour huit des indicateurs possibles Légende Résultats Processus Accès à l'assainissement gagné par Rp. Programme d'investissement 1M Coût du programme par statut SDAL atteint Investissement des ménages mobilisé par Rp. Programme d'investissement 1M Populations additionnelles ayant accès aux installations sanitaires améliorées Nombre de communauté ayant obtenu le statut SDAL au cours de l'année de mise en œuvre Nombre de communautés impliquées Budget d'assainissement du district utilisé pour des activités ne comportant pas de construction Budget d'assainissement du district alloué par ménage non desservi - Nombre de maçons formés par sous-district proposant les options WC- kusehat - Nombre de fournisseurs par sous-district vendant/faisant la promotion des options WC-ku sehat Score xii Lumajang Parnekasan Ponorogo Trenggalek Probolinggo Magetan Nganjuk Sumenep Pasuruan Jombang Tulungagung Pacitan Situbondo Sampang Bangkalan Jember Mojokerto Bondowoso Banyuwangi Gresik Tuban Lamongan Ngawi Blitar Madiun Bojonegoro Kediri Districts Sidoarjo Malang Intensifier l Assainissement à l Echelle Mondiale

13 Synthèse des enseignements Clés VII.. Mesurer et assurer le suivi des résultats obtenus par tous les niveaux d intervenants constitue la clé en vue de l atteinte des objectifs. Les organismes chargés de la mise en œuvre n assurent traditionnellement que le suivi des intrants et résultats, tout en laissant la mesure des résultats d aprèsprojet aux études d évaluation externe. Il se trouve qu il s agit-là d un moyen particulièrement couteux de se rendre compte trop tard que les objectifs n ont souvent été pas atteints. Le TSSM a choisi, par conséquent, de combiner le programme mis en œuvre avec le suivi des progrès par rapport aux résultats escomptés en: a) définissant les résultats escomptés sous une forme facilement mesurable (par exemple, l élimination des défécations en plein air au sein d une communauté, ou l accès à un assainissement amélioré pour 0% des ménages à travers l autofinancement) et b) impliquant les groupes clés de parties prenantes (communautés participantes, le personnel du gouvernement local, les fournisseurs de services d assainissement) dans le suivi des progrès y afférent. Rendre le suivi entièrement public et transparent permet de catalyser l action de la communauté en faveur d un changement de comportement collectif à échéance bien déterminée. Le suivi participatif utilisant des cartographies sociales qui sont établies et régulièrement mises à jour par les membres de la communauté peut servir au suivi mensuel des changements des comportements intervenus dans le domaine de l assainissement à l échelle de la communauté ainsi que s agissant de l accès à un assainissement amélioré. L utilisation d une approche publique, visuelle, que tout le monde dans le village peut voir et vérifier les progrès accomplis par chaque ménage individuel, rue, quartier, ou hameau. La communauté est motivée par rapport à l atteinte du statut SDAL dès que possible, couronnée par des récompenses immédiates comme une plus grande confiance en soi et une reconnaissance prestigieuse de la part des gouvernements locaux et des villages voisins. Les bases de données gouvernementales doivent seulement recueillir et consolider les données communautaires de manière périodique à partir des cartographies sociales, et les utiliser dans la gestion et l amélioration de la mise en œuvre du programme d assainissement. Les communautés sont capables de générer des données de suivi de haute qualité conformes aux indicateurs du Programme Conjoint de Surveillance. A Java Est, l équipe de mise en œuvre du projet utilise la terminologie locale et des descriptions des termes assainissement «amélioré» et «non amélioré» conformes aux indicateurs contenues dans le Programme Conjoint de Surveillance appliqué à l échelle mondiale Ceci contribue à sensibiliser davantage le public sur ce qui différencie installations sanitaires améliorée et non-améliorée. Les légendes de la cartographie sociale permettent de différencier les deux, et de pousser les gens à vouloir passer des installations existantes à de versions améliorées plus sûres et plus saines. Le transfert de données manuel des cartographies communautaires vers les bases de données du gouvernement local devient lourd lorsqu on passe à des programmes à grande échelle. Pour assurer le suivi des progrès, le personnel du gouvernement local effectue des visites au sein des communautés sur une base mensuelle afin de recueillir les données et observer les progrès. A Java Est, cependant, le nombre de communautés impliquées nécessitant un suivi mensuel se chiffre en milliers en deux ans. Le transfert manuel des données est devenu ardu. Depuis novembre 2009, la transmission des rapports relatifs aux progrès vers le sous-district et les niveaux plus élevés s est faite au moyen de téléphones mobiles vers une base de données informatisée. Cet état de choses a grandement amélioré le flux de données partant de la communauté vers le sous-district et les niveaux plus élevés. Une formation visant à rendre opérationnelle la transmission des données sur une base mensuelle par message texte est prévue dans tous les districts. Des visites de terrain et la vérification SDAL basée sur l observation par les équipes locales servent au recoupement des données transmises par téléphone. xiii

14 Managing the Flow of Monitoring Information Synthèse des enseignements Clés les gens à vouloir passer des installations existantes à de versions améliorées plus sûres et plus saines. Le transfert de données manuel des cartographies communautaires vers les bases de données du gouvernement local devient lourd lorsqu on passe à des programmes à grande échelle. Pour assurer le suivi des progrès, le personnel du gouvernement local effectue des visites au sein des communautés sur une base mensuelle afin de recueillir les données et observer les progrès. A Java Est, cependant, le nombre de communautés impliquées nécessitant un suivi mensuel se chiffre en milliers en deux ans. Le transfert manuel des données est devenu ardu. Depuis novembre 2009, la transmission des rapports relatifs aux progrès vers le sous-district et les niveaux plus élevés s est faite au moyen de téléphones mobiles vers une base de données informatisée. Cet état de choses a grandement amélioré le flux de données partant de la communauté vers le sous-district et les niveaux plus élevés. Une formation visant à rendre opérationnelle la transmission des données sur une base mensuelle par message texte est prévue dans tous les districts. Des visites de terrain et la vérification SDAL basée sur l observation par les équipes locales servent au recoupement des données transmises par téléphone. Les mesures incitatives d ordre institutionnel sont nécessaires au suivi aisé et régulier du flux des données. Si le désir d obtenir le statut SDAL sert de stimulant au suivi de la part de la communauté, le gouvernement local et les organismes impliqués dans le suivi doivent être motivés par d autres moyens. Les mesures incitatives d ordre institutionnel en faveur d un suivi régulier et fiable sont nécessaires, mais elles courent le risque d être corrompues si elles sont entièrement gérées en interne. Une évaluation basée sur des mesures incitatives externes, venant d une tierce partie peuvent être plus efficaces que les celles en interne. Dans cette optique, le WSP a appuyé en 2008, une collaboration avec The Java Post, le plus grand réseau de communication de Java Est, d intégrer la performance du programme d assainissement dans les critères d évaluation d auto-gouvernance du district. Jawa Post Institut Pro- Otonomi (PJPI) est une fondation du réseau de communication qui mène des évaluations annuelles comprenant des enquêtes auprès du public, l analyse des données du programme et des observations. Les indicateurs d évaluation du PJPI sont les mêmes que les indicateurs de résultats et de performance du projet Intensifier l Assainissement en Milieu Rural à l Echelle Mondiale. Le prestigieux prix PJPI a suscité l intérêt et plus de responsabilisation par rapport aux performances du programme d assainissement parmi les responsables politiques et administratifs dans les districts de Java Est. La viabilité à long terme d un SIG relatif à l assainissement nécessite l obtention de telles données à partir des systèmes nationaux. L institutionnalisation d un SIG national relatif à l assainissement qui requiert régulièrement et catégoriquement des données au niveau du district à la fois sur l accès à assainissement amélioré (définitions PCS), les nombre et la proportion de communautés SDAL par rapport au nombre total des communautés dans le district constitue un préalable essentiel pour un suivi durable. Le décret présidentiel d août 20 (voir article 8, dernier paragraphe) pourrait ouvrir les portes à la mise sur pied d un tel SIG. xiv Intensifier l Assainissement à l Echelle Mondiale

Formation à grande échelle Projet pour l assainissement total et le marketing de l assainissement: Rapport de situation de pays, Indonésie, juin 2009

Formation à grande échelle Projet pour l assainissement total et le marketing de l assainissement: Rapport de situation de pays, Indonésie, juin 2009 Note de terrain Août 2009 Formation à grande échelle Projet pour l assainissement total et le marketing de l assainissement: Rapport de situation de pays, Indonésie, juin 2009 Le projet TSSM fait la démonstration

Plus en détail

Qu est ce que le Marketing de l assainissement?

Qu est ce que le Marketing de l assainissement? Qu est ce que le Marketing de l assainissement? 1 Ce module porte sur la recherche formative. Les objectifs d apprentissage de ce module visent à : comprendre le cadre conceptuel du WSP pour les initiatives

Plus en détail

Marketing Mix: Promotion

Marketing Mix: Promotion Marketing Mix: Promotion 1 Les objectifs d apprentissage de ce module visent à: comprendre les étapes pour développer une stratégie de marketing définir le marketing mix déterminer les principes directeurs

Plus en détail

ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global

ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS : Un cadre d action global Mettre en place les instruments pour réaliser un accès universel viable à l assainissement et à l eau potable ASSAINISSEMENT ET EAU POUR TOUS

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Marketing Mix: Distribution

Marketing Mix: Distribution Marketing Mix: Distribution 1 Les objectifs d apprentissage de ce module visent à: comprendre les étapes pour développer une stratégie de marketing définir le Marketing mix déterminer les principes directeurs

Plus en détail

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali.

Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Note de présentation du Projet d évaluation d un programme communautaire d hygiène et assainissement au Mali. Initiative conjointe CEDLAS - DNACPN Février 2011 1 Résumé... 3 Description de l étude... 3

Plus en détail

CONGO DR_Format de rapport pour la notation finale (REF. 4) - RDC

CONGO DR_Format de rapport pour la notation finale (REF. 4) - RDC Processus 1 : Rassembler les parties prenantes autour d'un même espace Donner une note à chaque étape : 0 (ne s'applique pas), 1 (lancé), 2 (en cours), 3 (presque terminé), 4 (terminé) ÉTAPE 1. Choisir

Plus en détail

RESUME DES NORMES ISO

RESUME DES NORMES ISO RESUME DES NORMES ISO Travail réalisé par : Selma FERKOUS O8301 ISO 19011 : La norme internationale ISO 9011, se focalise sur le management de programmes d audit, la réalisation d audits internes ou externes

Plus en détail

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004

Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Recommandation n 195 sur la mise en valeur des ressources humaines, 2004 Annexe La Conférence générale de l Organisation internationale du Travail, convoquée à Genève par le Conseil d administration du

Plus en détail

Code de bonnes pratiques de la statistique européenne

Code de bonnes pratiques de la statistique européenne Code de bonnes pratiques de la statistique européenne POUR LES SERVICES STATISTIQUES NATIONAUX ET COMMUNAUTAIRES Adopté par le Comité du système statistique européen 28 septembre 2011 Préambule La vision

Plus en détail

ÉNONCÉ DU PROBLÈME Il est indispensable, aux fins du développement

ÉNONCÉ DU PROBLÈME Il est indispensable, aux fins du développement PROGRAMME EAU ET ASSAINISSEMENT : NOTE D'APPRENTISSAGE Projet global de mise à l échelle de l'assainissement Analyse comparative des performances des autorités locales en matière d'assainissement rural

Plus en détail

SOIXANTIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A60/19

SOIXANTIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A60/19 SOIXANTIEME ASSEMBLEE MONDIALE DE LA SANTE A60/19 Point 12.12 de l ordre du jour provisoire 29 mars 2007 Projet de stratégie visant à intégrer l analyse des spécificités de chaque sexe et une démarche

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN

CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN PROCÉDURES OPÉRATIONNELLES STANDARD pour les PAYS ADOPTANT l approche «UNIS DANS L ACTION» Août 2014 GUIDE DU CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN Le Cadre budgétaire commun, par sa présentation transparente et centralisée

Plus en détail

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES

BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES BROCHURE DESTINÉE A ACCOMPAGNER LA MISE EN OEUVRE DE LA PART INCITATIVE DE LA TAXE D ENLEVEMENT DES ORDURES MENAGERES SOMMAIRE I- AVANT-PROPOS I.1- LES TROIS MODES DE FINANCEMENT DU SERVICE PUBLIC D ÉLIMINATION

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

La gestion des finances publiques est une composante essentielle

La gestion des finances publiques est une composante essentielle L IDA en action Gestion des finances publiques : effectuer un suivi des ressources pour obtenir de meilleurs résultats La gestion des finances publiques est une composante essentielle du processus de développement.

Plus en détail

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES

FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES FONDS D INVESTISSEMENT CLIMATIQUES CRITÈRES DE SÉLECTION DES PROGRAMMES PILOTES NATIONAUX ET RÉGIONAUX AU TITRE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENT FORESTIER I. CADRE GÉNÉRAL 1. On s accorde de plus en plus

Plus en détail

Ministère des Services sociaux et communautaires (MSSC) Système automatisé de gestion de l aide sociale (SAGAS) Examen du plan de transition

Ministère des Services sociaux et communautaires (MSSC) Système automatisé de gestion de l aide sociale (SAGAS) Examen du plan de transition Ministère des Services sociaux et communautaires (MSSC) Système automatisé de gestion de l aide sociale (SAGAS) Examen du plan de transition Rapport d étape 31 mars 2015 Table des matières Section Page

Plus en détail

société d habitation du québec

société d habitation du québec société d habitation du québec PROTOCOLE D INTERVENTION DES CONSEILLERS- INSPECTEURS POUR L APPLICATION DU CADRE DE GESTION DES INVESTISSEMENTS POUR LE MAINTIEN ET L AMÉLIORATION DU PARC de HLM Protocole

Plus en détail

Gestion de la conformité à la réglementation (GCR) (Se substitue à Gestion du respect de la législation (GRL))

Gestion de la conformité à la réglementation (GCR) (Se substitue à Gestion du respect de la législation (GRL)) Ligne directrice Objet : Catégorie : (GCR) (Se substitue à Gestion du respect de la législation (GRL)) Saines pratiques commerciales et financières N o : E-13 Date : Novembre 2014 I. Objet et portée de

Plus en détail

Vérification interne. Vérification de suivi Rapport de 2005 du BVG Élections Canada L administration du processus électoral fédéral

Vérification interne. Vérification de suivi Rapport de 2005 du BVG Élections Canada L administration du processus électoral fédéral Vérification interne Vérification de suivi Rapport de 2005 du BVG Élections Canada L administration du processus électoral fédéral Novembre 2008 www.elections.ca TABLE DES MATIÈRES 1. Sommaire...5 1.1

Plus en détail

Politique de gouvernance et de gestion des ressources informationnelles

Politique de gouvernance et de gestion des ressources informationnelles Politique de gouvernance et de gestion des ressources informationnelles 1. Introduction La gouvernance et la gestion des ressources informationnelles au sein du gouvernement soulèvent des enjeux majeurs

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère des Finances et de la Planification du Développement Economique Secteur Financier Titre du Projet 1 : Mise en œuvre du plan d actions de la Stratégie du Développement du

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières

Bureau du surintendant des institutions financières Bureau du surintendant des institutions financières Rapport d audit interne portant sur les Services d évaluation des risques liés aux marchés financiers du Groupe du soutien de la surveillance (SERMF-GSS)

Plus en détail

COMPTES PUBLICS DU CANADA 2005-2006

COMPTES PUBLICS DU CANADA 2005-2006 INFORMATION SUPPLÉMENTAIRE OBSERVATIONS DE LA VÉRIFICATRICE GÉNÉRALE SUR LES ÉTATS FINANCIERS DU GOUVERNEMENT DU CANADA DE L EXERCICE CLOS LE 31 MARS 2006 Dans ces observations, j aimerais expliquer certains

Plus en détail

Djibouti. CADRE POUR LA REDEVABILITE: Contexte* Equipe de pays présente à l'atelier multi-pays sur la redevabilité au Caire, 2-4 septembre 2012

Djibouti. CADRE POUR LA REDEVABILITE: Contexte* Equipe de pays présente à l'atelier multi-pays sur la redevabilité au Caire, 2-4 septembre 2012 CADRE POUR LA REDEVABILITE: Contexte* Equipe de pays présente à l'atelier multi-pays sur la redevabilité au Caire, -4 septembre 01 MINISTERE DE LA SANTE Dr Mohamed Mahyoub Hatem Conseiller du Ministre

Plus en détail

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR :

CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : CHARTE ACTION LOGEMENT SUR : LA GESTION DES RISQUES LE CONTROLE INTERNE L AUDIT INTERNE Validée par le Conseil de surveillance du 18 septembre 2013 1/22 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I. LE CADRE DE REFERENCE...

Plus en détail

1. Informations de fond

1. Informations de fond Les termes de Référence pour le Recrutement d'un Expert international dans la gestion des déchets Solides dans le cadre du "Projet- pilote de renforcement des capacités et de la gestion des déchets solides

Plus en détail

Amélioration de l approvisionnement en eau et de l assainissement dans le monde : coûts et avantages

Amélioration de l approvisionnement en eau et de l assainissement dans le monde : coûts et avantages Amélioration de l approvisionnement en eau et de l assainissement dans le monde : coûts et avantages Résumé La déclaration du Millénaire des Nations Unies confirme que l eau et l assainissement jouent

Plus en détail

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada

Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Annexe à la Déclaration de responsabilité de la direction englobant le contrôle interne en matière de rapports financiers (non vérifiée) Exercice 2011-2012

Plus en détail

Valeur ajoutée et rentabilité

Valeur ajoutée et rentabilité 6 e Forum Mondial de l Eau Solutions Existantes Titre de la Solution : Gestion sociale des forages en zone rurale Cas d étude : Tchad Groupe-cible 1.1.2: D ici à 20xx, garantir que la population rurale

Plus en détail

Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Janvier 2014

Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Janvier 2014 NMAM 11.10 Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines (NMAM) Inclus les amendements Gestion de l information et rédaction de rapports en Mauritanie Coordinateur Programme National de Déminage Humanitaire

Plus en détail

GESTION DES INSTITUTS DE CATÉGORIE 1 RELATIFS À L ÉDUCATION. Résumé

GESTION DES INSTITUTS DE CATÉGORIE 1 RELATIFS À L ÉDUCATION. Résumé Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/15 PARIS, le 10 août 2015 Original anglais Point 15 de l'ordre du jour provisoire GESTION DES INSTITUTS DE CATÉGORIE 1 RELATIFS À L ÉDUCATION

Plus en détail

Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick. Rapport d étape

Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick. Rapport d étape Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick Rapport d étape Introduction Depuis les derniers grands changements qui datent de près d un demi-siècle, le gouvernement

Plus en détail

Les Stratégies pour la Vérification de la FDAL à l Echelle

Les Stratégies pour la Vérification de la FDAL à l Echelle Les Stratégies pour la Vérification de la FDAL à l Echelle Introduction La vérification est un processus pour évaluer l état d hygiène et de la FDAL d une communauté. La certification est la reconnaissance

Plus en détail

Note conceptuelle : EduTrac en République centrafricaine

Note conceptuelle : EduTrac en République centrafricaine Note conceptuelle : EduTrac en République centrafricaine Contexte Depuis décembre 2013, la République centrafricaine (RCA) connaît une crise humanitaire complexe. Un an plus tard, 2.5 million personnes

Plus en détail

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance

4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance OUTILS DÉCISIONNELS DU FIDA EN MATIÈRE DE FINANCE RURALE 4. Réalisation du suivi et de l évaluation de la performance Action: Mener à bien le

Plus en détail

Activités de la Banque mondiale en Tunisie

Activités de la Banque mondiale en Tunisie Activités de la Banque mondiale en Tunisie Stratégie de coopération La Stratégie de coopération de la Banque mondiale pour la période de juillet 2004 à juin 2008 (exercices budgétaires 2005-2008) propose

Plus en détail

Guide d introduction au marketing de l assainissement

Guide d introduction au marketing de l assainissement Programme Eau et assainissement : Boîte à outils Guide d introduction au marketing de l assainissement Élaborer une campagne de communication Le Programme Eau et assainissement est un partenariat multidonateur

Plus en détail

Plan de travail d Inter-Cluster Coordination groupe 2015 - République Centrafricaine

Plan de travail d Inter-Cluster Coordination groupe 2015 - République Centrafricaine 1. Soutenir l pour définir les directions stratégiques de la réponse humanitaire et sa planification 1.1 Analyse et planification stratégique Actions Sous-Actions Qui Quand (en continu si pas précisé)

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Guide d introduction au marketing de l assainissement

Guide d introduction au marketing de l assainissement Programme Eau et assainissement : Boîte à outils Guide d introduction au marketing de l assainissement Mise en oeuvre Le Programme Eau et assainissement est un partenariat multidonateur administré par

Plus en détail

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du CORPORATION DES SERVICES EN ÉDUCATION DE L ONTARIO Programme de perfectionnement professionnel des membres des conseils scolaires Modules 5 Partie A : L évaluation du rendement de la direction de l éducation

Plus en détail

Guide d introduction au marketing de l assainissement

Guide d introduction au marketing de l assainissement Programme Eau et assainissement : Boîte à outils Guide d introduction au marketing de l assainissement Un cadre pour améliorer l assainissement rural à grande échelle Le Programme Eau et assainissement

Plus en détail

E/CN.6/2012/CRP.7. Résumé de l animateur. 29 mars 2012 Français Original : anglais

E/CN.6/2012/CRP.7. Résumé de l animateur. 29 mars 2012 Français Original : anglais 29 mars 2012 Français Original : anglais Commission de la condition de la femme Cinquante-sixième session 27 février-9 mars 2012 Point 3 a) ii) de l ordre du jour Suivi de la Quatrième Conférence mondiale

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE Norme INEE #1 sur la Participation communautaire : la participation Les membres des communautés

Plus en détail

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision

Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Guide pour réussir l implantation et l utilisation des indicateurs de gestion municipaux comme outil de prise de décision Rédaction : Yves Gagnon, FCGA, OMA Consultant en gestion municipale Décembre 2008

Plus en détail

CHAPITRE VII SUIVI DE LA PLANIFICATION

CHAPITRE VII SUIVI DE LA PLANIFICATION CHAPITRE VII SUIVI DE LA PLANIFICATION Rôles et responsabilités du CSI pour le futur 7.1 Suggestion de fréquence des rencontre Afin de piloter ce dossier, le CSI pourrait viser de se réunir de manière

Plus en détail

LE SYSTÈME TÉLÉINFORMATION DE L INEM

LE SYSTÈME TÉLÉINFORMATION DE L INEM LE SYSTÈME TÉLÉINFORMATION DE L INEM Par un collectif de l INEM Instituto National de Emples (Institut National de l Emploi), Madrid, Espagne L intégration des technologies dans la société de l information

Plus en détail

Automne 2005 : Consultation sur les orientations pour la sécurité alimentaire dans le cadre d un budget récurrent.

Automne 2005 : Consultation sur les orientations pour la sécurité alimentaire dans le cadre d un budget récurrent. Initiative de soutien au développement de la sécurité alimentaire dans la région de Montréal. Cadre de référence 2007-2012 Document de consultation Agence de la santé et des services sociaux de Montréal-

Plus en détail

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015

Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 Document de travail 20.02.2014 Swiss Working Paper sur la santé dans l agenda post-2015 20.02.2014 Les questions liées à la santé sont des éléments clés dans le cadre des objectifs actuels du Millénaire

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications

Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications Bureau du commissaire du Centre de la sécurité des télécommunications 2009-2010 Rapport sur les plans et les priorités L honorable Peter Gordon MacKay, C.P., député Ministre de la Défense nationale TABLE

Plus en détail

Priorités de la Présidence luxembourgeoise

Priorités de la Présidence luxembourgeoise Dossier de presse Priorités de la dans les domaines de l Éducation nationale, de l Enfance, de la Jeunesse, de l Enseignement supérieur et de la Recherche 30 juin 2015 Priorités de la Éducation nationale,

Plus en détail

Guide de soutien pour l élaboration des normes et modalités d évaluation des écoles primaires.

Guide de soutien pour l élaboration des normes et modalités d évaluation des écoles primaires. Guide de soutien pour l élaboration des normes et modalités d évaluation des écoles primaires. Mise à jour actualisée en fonction des modifications au Régime pédagogique entrant en vigueur le 1 er juillet

Plus en détail

PLANIFICATION DES INVESTISSEMENTS ET ÉTABLISSEMENT DES PRIORITÉS : approches de gestion du processus d affectation des ressources

PLANIFICATION DES INVESTISSEMENTS ET ÉTABLISSEMENT DES PRIORITÉS : approches de gestion du processus d affectation des ressources PLANIFICATION DES INVESTISSEMENTS ET ÉTABLISSEMENT DES PRIORITÉS : approches de gestion du processus d affectation des ressources Secrétariat du Conseil du Trésor : Mel Thompson : Catherine Ella, Ing.,

Plus en détail

Adaptation de l organigramme à des clubs de diverses importances. Avantages de l organigramme modèle. Clubs à effectif limité

Adaptation de l organigramme à des clubs de diverses importances. Avantages de l organigramme modèle. Clubs à effectif limité 1 Organisation d un club Organigramme du club Description des fonctions des officiers et autres responsables désignés Activités des comités du club Méthode de travail des comités Rapports des comités Une

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS

LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ET DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR SESSION DE FORMATION Module 3 LA GESTION AXEE SUR LES RESULTATS 2 3 Terminologie de la GAR Plusieurs formulations sont utilisées : Gestion

Plus en détail

Activités de la Banque mondiale en Tunisie

Activités de la Banque mondiale en Tunisie Activités de la Banque mondiale en Tunisie Cadre de Partenariat Stratégique (CPS) Les principes essentiels pour la période allant de 2010 à 2013 sont alignés sur le XI Plan National de Développement avec

Plus en détail

Résumé : résultats de la réunion, principales recommandations et actions pour le suivi. Monrovia, 22 juillet 2015

Résumé : résultats de la réunion, principales recommandations et actions pour le suivi. Monrovia, 22 juillet 2015 Résumé : résultats de la réunion, principales recommandations et actions pour le suivi Monrovia, 22 juillet 2015 Principaux messages résumés Les participants ont reconnu que, pour les trois pays, la réunion

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

CHAPITRE 13 LA GESTION DE L INFORMATION POUR L ACTION CONTRE LES MINES

CHAPITRE 13 LA GESTION DE L INFORMATION POUR L ACTION CONTRE LES MINES 207 RÉSUMÉ Pour qu un programme de lutte antimines soit performant, il faut une bonne gestion de l information. Le Système de gestion de l information pour l action contre les mines (IMSMA), mis au point

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 56 e réunion Distr. : restreinte 12 février 2013 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

ANNEXE. Le Projet. Augmenter l Accès à une Education de Qualité en Haïti

ANNEXE. Le Projet. Augmenter l Accès à une Education de Qualité en Haïti LEG/SGO-HA-37219927 ANNEXE Le Projet Augmenter l Accès à une Education de Qualité en Haïti I. Objectif 1.01 Les objectifs généraux du Projet sont d appuyer les objectifs suivants du Plan Opérationnel de

Plus en détail

Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC)

Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) Orientations révisées sur l utilisation des ressources du Fonds international pour la diversité culturelle (FIDC) Considérations stratégiques et objectifs 1. L objet du Fonds international pour la diversité

Plus en détail

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ

SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE QUALITE 2 UNE ORGANISATION PROFESSIONNELLE FORTE ET GARANTE DE SES MEMBRES 3 NOTRE SMQ Manuel Qualité 5 place du Rosoir 21000 DIJON Tél. : 03.80.59.65.20 Fax : 03.80.53.09.50 Mèl : contact@bfc.experts-comptables.fr www.bfc.experts-comptables.fr SOMMAIRE 1 LA POLITIQUE GENERALE ET LA POLITIQUE

Plus en détail

Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc. Cadre proposé du CPS

Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc. Cadre proposé du CPS Cadre de Partenariat Stratégique 2014-2017 entre la Banque mondiale et le gouvernement du Maroc Cadre proposé du CPS Introduction Le Cadre de Partenariat Stratégique (CPS) définit les priorités de développement

Plus en détail

TRAITEMENT DES DONNÉES ET ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS

TRAITEMENT DES DONNÉES ET ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS 7 TRAITEMENT DES DONNÉES ET ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS INFORMATIONS GÉNÉRALES Une fois les données recueillies, celles-ci sont traitées transmises sur support informatique (saisie ), organisées et nettoyées

Plus en détail

Chapitre 8 Ministère des Transports Agence de gestion des véhicules

Chapitre 8 Ministère des Transports Agence de gestion des véhicules Ministère des Transports Agence de gestion des véhicules Contenu Contexte................................................................ 111 Étendue.................................................................

Plus en détail

Projet des affaires électroniques Vérification du système en développement 2004 Réponses de la gestion (plans d action)

Projet des affaires électroniques Vérification du système en développement 2004 Réponses de la gestion (plans d action) Réponses de la gestion préparées par : Christiane Villemure, directrice de l Initiative des En date du : 14 juin 2004 Suivi des évaluations antérieures 3.1 Vérification de suivi de l Initiative des Septembre

Plus en détail

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 27 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/19 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 Table des matières Grandes lignes... 1 Revue des activités... 2 Énergie... 4 Transport... 4 Mobilité de la main-d œuvre... 4 Collaboration intergouvernementale... 4 La voie à

Plus en détail

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à

Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à 12 L importance d une étude diagnostique sur le pays Il est clair que les stratégies de S&E varient considérablement d un pays à l autre. Le Brésil par exemple met l accent sur l adoption d une méthode

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT SUIVI DU RAPPORT DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL RELATIVEMENT AUX SERVICES DE GARDE EN MILIEU SCOLAIRE

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT SUIVI DU RAPPORT DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL RELATIVEMENT AUX SERVICES DE GARDE EN MILIEU SCOLAIRE MINISTÈRE DE L ÉDUCATION, DU LOISIR ET DU SPORT SUIVI DU RAPPORT DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL RELATIVEMENT AUX AVRIL 2005 Note au lecteur : Le texte en caractères blancs indique les modifications apportées

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2002 LILS

Conseil d administration Genève, novembre 2002 LILS BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.285/LILS/1 285 e session Conseil d administration Genève, novembre 2002 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS PREMIÈRE QUESTION

Plus en détail

Politique de sécurité de l actif informationnel

Politique de sécurité de l actif informationnel TITRE : Politique de sécurité de l actif informationnel Adoption par le conseil d administration : Résolution : CARL-130924-11 Date : 24 septembre 2013 Révisions : Résolution : Date : Politique de sécurité

Plus en détail

4.08 Taxes sur l essence, sur les carburants et sur le tabac

4.08 Taxes sur l essence, sur les carburants et sur le tabac MINISTÈRE DES FINANCES 4.08 Taxes sur l essence, sur les carburants et sur le tabac (Suivi de la section 3.08 du Rapport annuel 2001) CONTEXTE Pour l exercice 2002-2003, le ministère a perçu un montant

Plus en détail

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION

L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Translation L AVENIR DU FISC APRES LA SAICM : DAVANTAGE D OPTIONS POUR LE DOCUMENT DE REFLEXION Un Groupe de travail du Forum intergouvernemental sur la sécurité chimique (FISC) vient récemment de rédiger

Plus en détail

Vérification des procédures en fin d exercice

Vérification des procédures en fin d exercice Vérification des procédures en fin d exercice DIVERSIFICATION DE L ÉCONOMIE DE L OUEST CANADA Direction générale de la vérification et de l évaluation Décembre 2011 Table des matières 1.0 Résumé 1 2.0

Plus en détail

DESCRIPTIF DETAILLE DU PROJET BÉNIN : Projet e-bénin

DESCRIPTIF DETAILLE DU PROJET BÉNIN : Projet e-bénin DESCRIPTIF DETAILLE DU PROJET BÉNIN : Projet e-bénin Le projet propose une approche intégrée du développement du secteur des TIC considérée sous trois aspects différents : promouvoir l accès aux TIC, favoriser

Plus en détail

Créateur d opportunités

Créateur d opportunités Créateur d opportunités Climat, énergie & ressources naturelles Agriculture & développement rural Marchés de l emploi & développement du secteur privé Systèmes financiers Commerce & intégration régionale

Plus en détail

LA CITÉ PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 AN 3 MISSION VISION 2018 PERTINENCE + QUALITÉ INNOVATION + COLLABORATION RÉUSSITE ÉTUDIANTE PÉRENNITÉ + VITALITÉ

LA CITÉ PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 AN 3 MISSION VISION 2018 PERTINENCE + QUALITÉ INNOVATION + COLLABORATION RÉUSSITE ÉTUDIANTE PÉRENNITÉ + VITALITÉ LA CITÉ PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 AN 3 MISSION de La Cité Dans un milieu de vie francophone, La Cité forme une main-d œuvre compétente, engagée et créative, capable de contribuer au développement économique,

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

Services de soins à domicile

Services de soins à domicile Chapitre 4 Section 4.04 Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Services de soins à domicile Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.04 du Rapport annuel 2010 Chapitre

Plus en détail

L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière.

L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière. L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière. La construction de l informatisation de la Chine est une stratégie nationale qui est directement liée avec la vitesse et

Plus en détail

La planification et la mise en œuvre des programmes d aquaculture alimentée par

La planification et la mise en œuvre des programmes d aquaculture alimentée par 9 PLANIFICATION ET MISE EN ŒUVRE La planification et la mise en œuvre des programmes d aquaculture alimentée par des rejets requièrent une approche globale et progressive répondant en premier lieu aux

Plus en détail

UNE LOI POUR GARANTIR LE DROIT A L EAU

UNE LOI POUR GARANTIR LE DROIT A L EAU UNE LOI POUR GARANTIR LE DROIT A L EAU Proposition du Groupe de travail conjoint Coalition Eau France Libertés Avec la participation des représentants de ADEDE, Secours catholique, Coordination Eau Ile

Plus en détail

AVIS DE VACANCE DE POSTES

AVIS DE VACANCE DE POSTES Fonds des Nations Unies Pour l Enfance En Côte d Ivoire Riviera Golf 4, Carrefour M pouto/ Sol béni (Ex Ecole Américaine) Téléphone : (225) 22 47 99 20 Fax : (225) 22 47 99 22 04 B.P.443, Abidjan 04, Côte

Plus en détail

Comité consultatif sur la sélection judicieuse des fournisseurs en matière de TI Bienvenue. Le 16 août 2013 (Point 1)

Comité consultatif sur la sélection judicieuse des fournisseurs en matière de TI Bienvenue. Le 16 août 2013 (Point 1) Comité consultatif sur la sélection judicieuse des fournisseurs en matière de TI Bienvenue Le 16 août 2013 (Point 1) Ordre du jour 1. Objectif et résultats visés de la journée 2. Cadre de soutien analytique/décisionnel

Plus en détail

Note de synthèse de l OCDE sur la gestion publique Impliquer les citoyens : L information, la consultation et la participation du public dans le processus de prise de décision Retirer les bénéfices Investir

Plus en détail