L'orientation de la politique étrangère canadienne après Jean Chrétien Document d'information du CCCI Septembre 2003

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'orientation de la politique étrangère canadienne après Jean Chrétien Document d'information du CCCI Septembre 2003"

Transcription

1 L'orientation de la politique étrangère canadienne après Jean Chrétien Document d'information du CCCI Septembre 2003 Introduction De grands débats de fond ont lieu au gouvernement et chez les conseillers de M. Martin à l'approche du changement imminent de gouvernement. Ces démarches visent à élaborer des objectifs et des options de politique étrangère tenant compte des réalités et des difficultés nationales et internationales et à concevoir des initiatives qui définiront le rôle du Canada dans le monde. Plus tôt cette année, les conseillers de la course au leadership de M. Martin, préoccupés par la politique étrangère, ont sondé un certain nombre de personnes afin d'obtenir des idées sur les nouvelles initiatives et orientations que pourrait adopter le prochain gouvernement. Le CCCI a été en mesure de suivre en partie cette réflexion grâce à des conversations et à certains documents. M. Martin a décrit sa vision de la politique étrangère canadienne dans un discours d'avril 2003 rédigé après sa campagne pour la chefferie. Il ne faut pas s'attendre à connaître le détail des nouvelles initiatives de politique étrangère avant la formation d'un nouveau cabinet faisant suite au changement de gouvernement et à des élections, au début de Comme premier ministre, M. Martin cherchera certainement à faire savoir rapidement qu'il entend renouveler la politique étrangère canadienne, notamment en ce qui a trait aux relations avec les États-Unis, et proposera probablement une vision générale devant éclairer sa nouvelle politique. Un budget préélectoral pourrait très bien donner des indications précieuses quant à la façon dont le nouveau gouvernement entend concrétiser cette vision. Depuis son discours d'avril, M. Martin se dit toujours partisan d'une révision en règle de la politique étrangère et de la politique de défense, vraisemblablement après une élection anticipée. Toutefois, il semble que les grands paramètres de cette révision soient déjà arrêtés. On voit déjà des grilles d'analyse, des thèmes et des approches qui teintent le débat, aussi bien au gouvernement que dans l'équipe de la course au leadership de M. Martin. Ces préoccupations auront une grande influence sur la révision des politiques, qui servira sans doute surtout à mettre en œuvre une vision définie au préalable. La façon dont le gouvernement Martin voit le contexte de la politique étrangère canadienne et les orientations et les choix qui se présentent au gouvernement aura un effet sur la façon dont les OSC canadiennes présentes à l'étranger aborderont les problèmes de justice mondiale. Dans le présent document, nous tentons de décrire certains de ces thèmes pour réfléchir aux priorités que le CCCI et ses membres pourraient mettre en valeur dans le dialogue sur les politiques à l'occasion de la formation du nouveau gouvernement au cours des quatre ou cinq prochains mois.

2 Les thèmes qui façonnent l'orientation de la politique étrangère canadienne Il est évident que pour définir le rôle du Canada dans un monde complexe, M. Martin prend comme point de départ le 11 septembre 2001, date à laquelle " il est devenu clair pour tout le monde que les règles du jeu avaient changé pour toujours " (discours de Martin, avril 2003). En quoi ce changement des " règles du jeu " influence-t-il la politique canadienne? L'analyse des options et des priorités du nouveau gouvernement permet de dégager plusieurs grands thèmes. La vulnérabilité du Canada face à l'unilatéralisme des États-Unis. Depuis la fin de la guerre, le Canada a exercé une influence internationale démesurée, compte tenu de sa position de pays développé relativement modeste, grâce à son action dans le cadre du multilatéralisme. Or, depuis le 11 septembre, selon toute apparence, le terrain est moins fertile à l'égard de ce moyen traditionnellement employé par le Canada pour agir sur la scène internationale et défendre ses intérêts nationaux. En particulier, les fonctionnaires et les conseillers en matière de politiques, de même que l'ensemble des Canadiens, sont préoccupés par la montée de l'unilatéralisme des États-Unis. Les premiers semblent en conclure que cette nouvelle réalité appelle une analyse rigoureuse de toutes les grandes options qui s'offrent au Canada, eu égard à sa position géopolitique sur le continent nord-américain, à la lumière de leurs conséquences potentielles compte tenu de ce changement fondamental opéré par les États-Uniens dans l'exercice de leur pouvoir économique, diplomatique et militaire dans le monde. Bien qu'il existe indéniablement un débat de fond actuellement au sein de l'administration états-unienne, les stratèges canadiens craignent qu'en liant étroitement sécurité et enjeux économiques, cette administration accroisse la vulnérabilité du Canada et amenuise sa liberté d'action basée sur des valeurs incontestablement internationalistes. Il semble de moins en moins possible de traiter efficacement des différends et des irritants avec l'administration états-unienne en place de façon ponctuelle. Par ailleurs, on est loin de savoir clairement dans quelle mesure l'arrivée au pouvoir d'une administration démocrate modifierait ces préoccupations dans le cercle des décideurs états-uniens. Enfin, l'évolution actuelle de l'union européenne restreint l'interaction du Canada avec ses alliés traditionnels en Europe, outre que l'importance nouvelle que prennent de nouveaux pays sur la scène mondiale (Chine, Brésil, Inde - le Groupe des 21 de Cancún) aura aussi des répercussions sur l'influence du Canada dans les enceintes internationales. L'intérêt du Canada, et en particulier sa profonde intégration économique avec les États- Unis, nécessite qu'il " s'engage dans un effort continu, systématique et concerté visant à confirmer et à consolider le partenariat Canada-États-Unis " (discours d'avril 2003). M. Martin ajoute que " le 11 septembre a fondamentalement changé la façon dont les États- Unis voient leur propre sécurité et devrait également avoir une incidence sur notre approche ". La dissuasion et la prévention des attentats en Amérique du Nord constituent un souci primordial. Pour le citer à nouveau : " Nous savons que les relations entre le Canada et les États-Unis seront de plus en plus jaugées à la lumière des impératifs de la

3 sécurité internationale ". Voilà le prisme à travers lequel le nouveau gouvernement entend examiner ses options en matière de politique étrangère. Les nouvelles menaces à la sécurité posent des défis extrêmement variés et profonds qui nécessiteront " des efforts militaires et non militaires directs et concertés ", y compris le renforcement de la défense nationale et la sauvegarde de la souveraineté territoriale (discours d'avril 2003). Le revirement soudain des priorités états-uniennes est considéré comme le défi numéro un de la politique étrangère du Canada, compte tenu du fait que les États-Unis ne trouvent pas le Canada assez coopératif dans la protection de leur sécurité. M. Martin reconnaît en outre que les valeurs sociales du Canada évoluent et que l'adoption d'un plus grand nombre de politiques libérales pourrait accentuer le fossé dans une mesure assez importante pour nécessiter des efforts concertés visant à faire comprendre l'approche canadienne aux États-Unis. Dans son discours d'avril 2003, M. Martin indique que " nous devons accorder priorité à l'élaboration d'une politique de sécurité nationale du Canada ". Tout en portant sur la protection de notre souveraineté, cette politique ferait également savoir clairement aux États-Unis que le Canada peut adopter une ligne de conduite réfléchie et globale pour répondre à ses préoccupations. Il est évident que cette ligne de conduite aura des répercussions sur les réfugiés, l'immigration, l'intégration de la défense, le projet de défense antimissiles, la gestion des frontières, etc., voire sur l'affectation de l'aide internationale et sur l'action diplomatique. Étonnamment, on ne semble pas se préoccuper outre mesure des irritants commerciaux, ce qui constitue peut-être un aveu du fait que la seule option réaliste du Canada consiste à limiter les dégâts, alors que le système étatsunien encourage les groupes d'intérêt à soulever des litiges commerciaux. Les valeurs et les intérêts du Canada dans le cadre d'un multilatéralisme pragmatique Les options de politique présentées maintiennent le lien entre l'intérêt canadien et le multilatéralisme, dans une optique qui confirme que les transformations majeures du monde contemporain " ont indéniablement un effet sur les intérêts du Canada et mettent en évidence la nécessité croissante de repenser la façon dont se gouverne la communauté internationale " (discours d'avril 2003). Le Canada peut profiter de ses forces en matière de gouvernance et de diversité pour exercer une présence déterminante sur la scène internationale afin que le respect du droit international évolue conformément à ses valeurs. M. Martin indique qu'" il vaut mieux, et de loin, vivre dans un monde doté d'une ONU solide, efficace et fonctionnelle que dans un monde sans Nations Unies ". Le Canada doit appuyer la mise sur pied de nouvelles institutions et le renouvellement de celles qui existent déjà pour leur permettre de s'occuper plus efficacement des " biens publics mondiaux ". Toutefois, comme nous l'avons dit plus haut, ce domaine traditionnellement privilégié par le Canada pour exercer son influence dans le monde est transformé non seulement par l'interprétation abusive des règles internationales commise par les États-Unis, qui les invoquent pour servir sans scrupules leurs intérêts particuliers, mais aussi par la perception selon laquelle les États-Unis, en tant que superpuissance mondiale, pourraient

4 de fait modifier les règles pour tout le monde. Réagissant à cette nouvelle dynamique, M. Martin a rappelé plusieurs fois que " le multilatéralisme n'est pas une fin en soi ", mais que " lorsqu'il concourt à nos valeurs, nous devons être prêts à employer les moyens nécessaires pour atteindre nos objectifs internationaux [...] lorsqu'il n'est pas possible d'arriver à un consensus parfait sur les mesures à prendre " (discours d'avril 2003). D'après lui, " redresser le multilatéralisme ne se limite pas au renforcement de l'onu. La poursuite de cet objectif consiste aussi à trouver - et à mettre en œuvre - de nouvelles formules et de nouvelles règles hors du giron de l'onu " (discours d'avril 2003 et entrevue de Saint-Hyacinthe, juin 2003). Compte tenu de la directive états-unienne de 2002 sur la politique de sécurité qui reconnaît la légitimité d'une intervention préventive de la part des forces militaires états-uniennes avec l'aide d'une " coalition de bonnes volontés ", une approche pragmatique du multilatéralisme laisse la porte grande ouverte à une participation du Canada aux prochaines actions préventives éventuelles, avec les conséquences que l'on peut constater actuellement en Irak. Au lieu de porter sur les questions fondamentales de la représentation à l'onu et du renforcement des normes d'action basées sur le droit international, l'analyse des initiatives multilatérales concerne principalement l'intégration des approches multilatérales aux mesures de sécurité à l'issue des conflits. Alors que les dirigeants du monde pourraient être jugés d'après leurs initiatives visant à mettre en place " des structures qui permettent à tout le monde de profiter de la mondialisation " (discours d'avril 2003), on semble plutôt se soucier des mesures visant à faire face aux conséquences de l'exclusion, qui pourraient accroître la violence à l'intérieur des États et accentuer les clivages sociaux. De même, l'action multilatérale visant les " bien publics mondiaux " est présentée à travers le prisme des menaces civiles à la sécurité. Ainsi, il se peut que la sécurité prenne de plus en plus d'importance dans les choix que fera le Canada au sujet des domaines auxquels il doit consacrer ses ressources diplomatiques et financières dans les dossiers multilatéraux. Une approche pangouvernementale En ce qui concerne la réforme des processus d'élaboration de la politique étrangère, une bonne partie de l'attention est consacrée à une approche " pangouvernementale ", qui pourrait améliorer la cohérence de la gestion de l'aide internationale, des interventions effectuées pendant et après les conflits et de la promotion des investissements. On indique que cette approche pourrait susciter plus efficacement la participation des nombreux intervenants canadiens à l'élaboration et à la mise en œuvre de la politique internationale. La cohérence et un objectif important de la politique étrangère. Cependant, si les objectifs sont interprétés de manière trop étroite, ce genre d'approche risque de saper les importantes initiatives canadiennes en faveur des objectifs de développement du millénaire et les politiques visant l'élimination de la pauvreté dans le monde. Les Canadiens ont la réputation d'envisager les relations internationales dans une optique internationaliste axée sur des valeurs, surtout comparés à la majorité des citoyens étatsuniens. Pourtant, l'approche " pangouvernementale " ne semble pas comprendre de vastes initiatives favorisant les approches axées sur les citoyens, ni la possibilité de miser sur les

5 multiples relations qui existent entre les organisations canadiennes et leurs homologues d'europe, des États-Unis et des pays en développement. Certes, le cadre " pangouvernemental " sera d'orientation internationaliste de manière générale, mais on sait que les ressources (financières, diplomatiques et militaires) permettant de soutenir les initiatives sérieuses sont très réduites. Cette réalité devra se traduire à la fois par un changement important des priorités et par une attention accrue portée à la sélection des priorités, outre le maintien de l'intention d'accroître les ressources financières (ainsi, M. Martin a pris des engagements au sujet des dépenses en matière de défense à Halifax en mai 2003) afin de respecter ces nouvelles priorités. On ne sait pas comment les engagements actuels eu égard au développement à long terme pourront s'accorder avec ces priorités. M. Martin s'est engagé à accroître l'aide internationale, mais il a aussi déclaré : " S'il y a un domaine où l'on peut choisir entre le statu quo et le changement, c'est bien celui-là " (discours de Saint-Hyacinthe, juin 2003) Son orientation consiste à se concentrer davantage sur un petit nombre de pays en privilégiant la santé, l'éducation et les structures décisionnelles. Dans d'autres débats au gouvernement, on appuie le développement piloté localement, et cette vision est influencée par l'approche " pangouvernementale " comprenant l'intégration des objectifs de réduction de la pauvreté aux préoccupations liées au commerce, à la dette, à l'environnement et à la sécurité. M. Martin est co-président de la Commission sur le secteur privé et le développement du Programme de développement des Nations unies dont le rapport paraître en décembre ou janvier. Le mois dernier, il a rencontré des ONG canadiennes pour solliciter leurs conseils sur des questions soulevées par la Commission. Il a souligné que la Commission cherche à renforcer les secteurs privés nationaux, y compris le secteur informel et celui de l'agriculture, dans le contexte de la pauvreté. Il a également précisé que l'on demandera à l'acdi de jouer un rôle de chef de file quant aux recommandations qui seront présentées à la Commission. Le document sur un cadre conceptuel pour le secteur privé dans le développement, à peine publié par l'acdi, facilitera le travail. (Le CCCI a préparé une analyse de la politique de l'acdi que l'on trouvera sou son site web.) Il a aussi été suggéré que le gouvernement envisage une coordination accrue entre ministères afin d'élaborer des interventions canadiennes efficaces au sujet des " biens publics mondiaux " en chargeant des ministères de coordonner des programmes internationaux dans leurs domaines de compétence. Cette notion d'action pangouvernementale concertée en faveur des " biens publics mondiaux " a été promue par le PNUD au cours des dernières années. En quoi ce genre d'approche influerait-il sur la priorité accordée à la réduction de la pauvreté? Les intérêts canadiens dans les pays en développement pourraient être liés plus directement à ses intérêts économiques nationaux et aux préoccupations concernant la sécurité mondiale Les considérations liées à la sécurité internationale, orientées par le gouvernement étatsunien, influencent de plus en plus l'affectation de l'aide internationale par certains

6 donateurs (ex. : Australie, Danemark). Il semble que les discussions portant sur les principaux intérêts du Canada par rapport aux pays en développement au sein du nouveau gouvernement reviennent à insister plus explicitement sur les intérêts économiques canadiens et sur la sécurité mondiale. Comme on aborde de plus en plus la politique étrangère et la coopération internationale sous l'angle de la sécurité et des intérêts économiques canadiens, les priorités actuelles d'aide internationale qui portent sur des aspects importants de la réduction de la pauvreté pourraient être détournées, voire neutralisées, dans la foulée des décisions prises par le gouvernement. Par exemple, la Chine et l'inde sont considérés comme au cœur de nos intérêts en Asie, et il nous faut miser sur nos relations particulières pour participer plus activement aux efforts régionaux visant l'intégration économique, notamment par des ententes commerciales bilatérales. Dans le même temps, le " terrorisme " en Asie est présenté comme un grand problème qui menace la stabilité de ce continent et du monde. Quelle sera l'incidence de ces considérations sur les décisions du nouveau gouvernement, compte tenu que le nombre de pays touchés par notre aide étrangère sera nettement réduit (et qu'il se chiffre actuellement à une trentaine environ, dont neuf désignés comme devant recevoir de nouvelles ressources)? Les relations du Canada avec les pays d'amérique sont aussi de plus en plus envisagées en fonction du point de vue des décideurs états-uniens. Le Canada partage avec les États- Unis l'intérêt de ces derniers pour l'expansion des relations commerciales avec le reste de l'amérique, ce qui pourrait l'aider à améliorer son statut à Washington. Paradoxalement, dans ces relations avec ces pays, il faudra faire face à un intérêt décroissant envers l'intégration continentale nord-sud et la poursuite de la libéralisation, outre les tensions accrues découlant de l'échec des structures décisionnelles et du caractère nettement inéquitable du développement. M. Martin considère l'oea et les sommets des Amériques comme des enceintes où le Canada peut continuer à faire progresser ses intérêts politiques et économiques. Si l'afrique peut occuper une position privilégiée dans la politique canadienne, notamment en raison du rôle que continue de jouer le Canada au sein du G-8 dans la mise en œuvre de son plan d'action pour l'afrique, il semble que la principale préoccupation concerne la question épineuse des conflits et de l'instabilité. Le Canada continuera de faire valoir l'impératif moral de s'attaquer à la pauvreté et de protéger la sécurité humaine en Afrique subsaharienne. Toutefois, on craint que les conflits en Afrique lèvent un lourd tribut sur notre enveloppe internationale : développement, diplomatie, défense. Nos relations avec l'afrique seront conditionnées par la nécessité de réagir à des situations nécessitant une intervention humanitaire, par le problème du sida, par les effets de la guerre sur les populations civiles et par le caractère inadéquat des structures décisionnelles eu égard aux besoins criants en matière de développement. On considère également l'afrique comme la région la moins apte à gérer les conflits compte tenu des capacités de ses institutions. Dans certains échanges, on laisse entendre que l'afrique pourrait être le prochain nid de terroristes. On reconnaît que la nécessité d'intégrer l'afrique à la communauté internationale et à l'économie mondiale nécessitera des ressources qui dépassent de loin l'apd, ainsi que la concertation des politiques

7 canadiennes (MAECI-MDN-ACDI) en matière de commerce international, de défense, de sécurité et de développement. Toutefois, existe-t-il une volonté politique de réunir ces ressources pour mettre en œuvre de nouvelles initiatives canadiennes, au-delà des engagements actuels, afin de s'attaquer aux conditions fondamentales qui expliquent l'appauvrissement en Afrique subsaharienne? Le Canada pourrait mettre l'accent sur la consolidation des relations avec les grands, comme l'afrique du Sud, le Nigeria ou le Sénégal. Une politique militaire canadienne conforme à une vision du monde transformée par les événements du 11 septembre Il semble probable que la révision de la politique étrangère et de la politique de défense porte principalement sur les rôles et les capacités de nos forces armées et sur les ressources requises. M. Martin a déclaré qu'il nous fallait examiner la politique de défense et les dépenses militaires " en fonction du modèle que nous avons hérité du 11 septembre : la lutte contre le terrorisme dans le monde " (assemblée publique d'halifax, mai 2003). On peut s'attendre à ce que le nouveau gouvernement définisse sa position militaire à la lumière de ce problème de sécurité internationale, en posant les États-Unis comme son allié stratégique, à tout le moins sur le continent nord-américain, mais probablement aussi à l'étranger, conformément à ce que le Canada a fait récemment en fournissant un important contingent de maintien de la paix en Afghanistan. Ce genre d'approche limitera-t-il notre capacité, comme c'est le cas actuellement, de répondre efficacement aux besoins de pays qui ne sont pas visés par les préoccupations de l'administration états-unienne en matière de sécurité, comme le Congo et la région des Grands Lacs en Afrique? Une nouvelle donne pour les pays en développement Il est probable que le nouveau gouvernement s'engage dans une initiative similaire au G- 20, dont M. Martin, comme ministre des Finances, a fait la promotion auprès du G-7 et des ministres des Finances des principaux pays en développement afin de discuter des solutions aux crises financières à la fin des années 90. Pour lui, le G-20 constituait un important mécanisme d'orientation qui élargissait la participation aux travaux mais, en définitive, ne devait pas déroger aux grands intérêts stratégiques des pays du G-7. Dans son discours d'avril, M. Martin a proposé un " G-20 des chefs d'état pour contribuer à la définition des priorités d'action internationales " comme " formule pouvant être appliquée à d'autres enjeux mondiaux : la santé, l'environnement, l'éducation, la réduction de la pauvreté et la nécessité d'aider les États précaires à accéder à la stabilité, à se doter de structures décisionnelles saines et à devenir des États de droit ". Bien qu'une démarche canadienne visant à ouvrir un espace international pour des initiatives mondiales tournées vers l'avenir soit utile, les propositions se situant hors du système multilatéral officiel doivent être accompagnées d'autres initiatives visant à consolider ce système. D'égale importance sera le cadre visant à inclure les dirigeants du Sud, aussi bien en ce qui concerne les choix de représentativité que la définition des priorités. Les événements récents de Cancún laissent croire à une concertation accrue des

8 grands gouvernements du Sud. Pour qu'un G-20 des chefs d'état soit crédible, il faut que ses modalités d'orientation soient définies par les intérêts du Sud et non par ceux du G-7. Concentrer nos ressources financières sur notre rôle international Un rôle international plus intégré et une approche " pangouvernementale " de la coopération internationale supposent une plus grande coordination des ressources financières consacrées aux nouveaux enjeux et aux crises. L'enveloppe d'aide internationale, dont l'apd représente actuellement 90 %, pourrait servir de point de référence pour une plus grande concertation dans un cadre de politique international faisant consensus. Comme le font d'autres pays donateurs nommés ci-dessus, l'enveloppe pourrait être élargie pour comprendre des initiatives internationales plus vastes du nouveau gouvernement, par exemple dans les secteurs de la paix et de la sécurité. Brian Tomlinson Équipe Orientation politique du CCCI

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes

L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes Les engagements de la Belgique La loi sur la coopération internationale de 1999 institue l égalité

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006

Conseil de sécurité. Nations Unies S/RES/1706 (2006) Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Nations Unies S/RES/1706 (2006) Conseil de sécurité Distr. générale 31 août 2006 Résolution 1706 (2006) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 5519 e séance, le 31 août 2006 Le Conseil de sécurité, Rappelant

Plus en détail

INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD

INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD INVESTIR DANS LA DÉMOCRATIE LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD Programme des Nations Unies pour le développement LE PROGRAMME GLOBAL D APPUI AU CYCLE ÉLECTORAL DU PNUD Les élections

Plus en détail

RENFORCER L ACDI PAR LA CRÉATION D UN

RENFORCER L ACDI PAR LA CRÉATION D UN RENFORCER L ACDI PAR LA CRÉATION D UN MINISTÈRE DE LA COOPÉRATION INTERNATIONALE BUT STRATÉGIQUE : Convertir l Agence canadienne de développement international (ACDI) en un ministère doté d un mandat prescrit

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable

devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable VERSION DÉFINITIVE Allocution prononcée par Anthony Ariganello, CGA Président-directeur général CGA-Canada devant le Conseil de surveillance de la normalisation comptable Toronto (Ontario) Le 20 octobre

Plus en détail

ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME

ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME EVALUATION RAPPORT REPORT D ÉVALUATION ÉVA LUATION M O NDIALE DE L APPLICATION PAR L UNICEF DE L APPROCHE DE LA PROGRAMMATION FONDÉE SUR LES DROITS DE L HOMME R a p p o r t f i n a l Vo l u m e I MARCH

Plus en détail

Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes

Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes :5 Rédigé par les membres du Groupe de travail informel sur les droits des femmes une organisation

Plus en détail

SEMINAIRE D'INFORMATION POUR LES MEMBRES AFRICAINS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DU BIT. 27-29 avril 2015, Addis-Abeba, Ethiopie

SEMINAIRE D'INFORMATION POUR LES MEMBRES AFRICAINS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DU BIT. 27-29 avril 2015, Addis-Abeba, Ethiopie SEMINAIRE D'INFORMATION POUR LES MEMBRES AFRICAINS DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DU BIT 27-29 avril 2015, Addis-Abeba, Ethiopie Intervention du Président du Conseil d'administration, S.E. l'ambassadeur Apolinario

Plus en détail

CONSULTATIONS OFFICIEUSES SUR LA COOPÉRATION ET L'ASSISTANCE INTERNATIONALES À APPORTER CONFORMÉMENT À L'ARTICLE 6. I.

CONSULTATIONS OFFICIEUSES SUR LA COOPÉRATION ET L'ASSISTANCE INTERNATIONALES À APPORTER CONFORMÉMENT À L'ARTICLE 6. I. ASSEMBLÉE DES ÉTATS PARTIES À LA CONVENTION SUR L'INTERDICTION DE L'EMPLOI, DU STOCKAGE, DE LA PRODUCTION ET DU TRANSFERT DES MINES ANTIPERSONNEL ET SUR LEUR DESTRUCTION APLC/MSP.2/2000/SCE3/1 30 août

Plus en détail

1 Qui, quand, pourquoi? Cochez la bonne réponse en fonction de ce que vous entendez. Qui fait un discours?

1 Qui, quand, pourquoi? Cochez la bonne réponse en fonction de ce que vous entendez. Qui fait un discours? Fait du jour : Bonne entente entre Washington et Paris Exercices 1 Qui, quand, pourquoi? Cochez la bonne réponse en fonction de ce que vous Qui fait un discours? Qui reçoit-il? François Hollande François

Plus en détail

Session 1: Repenser la coopération au développement pour avancer le développement durable

Session 1: Repenser la coopération au développement pour avancer le développement durable Forum sur la Coopération pour le Développement 2012 Symposium préparatoire de haut niveau «Construire un avenir durable Partenaires dans la Coopération au Développement» Brisbane, Australie, 14-15 Mai

Plus en détail

L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE

L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE Contexte et historique L évaluation du Centre de recherche Innocenti (IRC) a été effectuée d octobre 2004 à janvier 2005 à la demande du

Plus en détail

Renouveler l aide canadienne : Données factuelles provenant du CCCI et de la campagne en commun

Renouveler l aide canadienne : Données factuelles provenant du CCCI et de la campagne en commun Renouveler l aide canadienne : Données factuelles provenant du CCCI et de la campagne en commun Un bilan décevant Table des matières Peu d indicateurs globaux témoigne d une importance croissante donnée

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients

Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 1 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur l'innovation dans l'intérêt des patients Session du Conseil Emploi, politique sociale,

Plus en détail

Recherche de solutions durables

Recherche de solutions durables L un des principaux objectifs de la protection internationale est la recherche de solutions au sort des réfugiés. Pourtant, des millions de réfugiés à travers le monde s enlisent dans des situations d

Plus en détail

1ère réunion de la troika ministerielle CAPE VERT / UE Bruxelles, le 27 mai 2008 Comuniqué final

1ère réunion de la troika ministerielle CAPE VERT / UE Bruxelles, le 27 mai 2008 Comuniqué final CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE Bruxelles, le 29 mai 2008 10088/08 (Presse 156) 1ère réunion de la troika ministerielle CAPE VERT / UE Bruxelles, le 27 mai 2008 Comuniqué final 1. Dans le cadre du partenariat

Plus en détail

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS.

Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS. Comité des produits Discours du Directeur général. 29 mai 2012 1 DISCOURS D OUVERTURE DU DIRECTEUR GÉNÉRAL AU COMITÉ DES PRODUITS 28 mai 2012 Madame la Représentante permanente adjointe de Sri Lanka, Présidente

Plus en détail

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique»

Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Résolution sur une stratégie de lutte contre le groupe terroriste «Etat Islamique» Commission Affaires étrangères et migration (Version originale) Insistant sur la nécessité de freiner puis stopper l expansion

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Consultation régionale pour l Afrique de l Ouest et du Centre Résumé des co-présidents du Comité de Pilotage Régional

Consultation régionale pour l Afrique de l Ouest et du Centre Résumé des co-présidents du Comité de Pilotage Régional Consultation régionale pour l Afrique de l Ouest et du Centre Résumé des co-présidents du Comité de Pilotage Régional La consultation régionale du Sommet Humanitaire Mondial pour l'afrique de l Ouest et

Plus en détail

Les chartes du conseil d administration et de ses comités (Régie d entreprise)

Les chartes du conseil d administration et de ses comités (Régie d entreprise) Les chartes du conseil d administration et de ses comités (Régie d entreprise) 3.1 Charte du conseil d'administration AVIS IMPORTANT Le chapitre 1 intitulé Rêve, mission, vision et valeurs, des Textes

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

Le nouveau paysage du financement du développement : le point de vue des pays en développement Résumé Exécutif

Le nouveau paysage du financement du développement : le point de vue des pays en développement Résumé Exécutif Le nouveau paysage du financement du développement : le point de vue des pays en développement Résumé Exécutif Des changements majeurs dans le paysage international de financement du développement ont

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

GUIDE DES MEILLEURES PRATIQUES À SUIVRE POUR L'ÉVALUATION

GUIDE DES MEILLEURES PRATIQUES À SUIVRE POUR L'ÉVALUATION PUMA NOTE DE SYNTHÈSE GUIDE DES MEILLEURES PRATIQUES À SUIVRE POUR L'ÉVALUATION L'intérêt accordé aux résultats est un élément central des réformes récemment engagées dans le secteur public des pays de

Plus en détail

Québec, le 5 juillet 2008. ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne

Québec, le 5 juillet 2008. ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne SECTION CANADIENNE Québec, le 5 juillet 2008 ALLOCUTION : ENVIRONNEMENT ET DÉVELOPPEMENT DES SOCIÉTÉS Tel que prononcée par la sénatrice Andrée Champagne En tant que présidente de la section canadienne

Plus en détail

Actualisation du mandat du Comité Directeur du patrimoine culturel (CDPAT) Observations du Secrétariat

Actualisation du mandat du Comité Directeur du patrimoine culturel (CDPAT) Observations du Secrétariat Délégués des Ministres / Groupes de rapporteurs GR-C Groupe de rapporteurs sur l'education, la Culture, le Sport, la Jeunesse et l Environnement GR-C(2007) 2007 1 Actualisation du mandat du Comité Directeur

Plus en détail

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun.

Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. 14 ème SOMMET DE LA FRANCOPHONIE Intervention de S.E.M. Paul BIYA, Président de la République du Cameroun. (Kinshasa, 12-14 octobre 2012) Point 7 à l ordre du jour sur le thème : «L Afrique dans la francophonie

Plus en détail

l Association pour le progrès des communications Plan d action stratégique 2013 2016

l Association pour le progrès des communications Plan d action stratégique 2013 2016 Version courte du guide pour le l Association pour le progrès des communications Plan d action stratégique 2013 2016 APC présente une version courte de notre plan d'action stratégique destiné à nos membres,

Plus en détail

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe

Contexte. Mesures de la DOK (resp. de la future faîtière IH) I. Principe Convention de l'onu relative aux droits des personnes handicapées Rôle et tâches de la DOK (resp. de la future faîtière IH) dans la promotion et la surveillance de la mise en œuvre de la CDPH Contexte

Plus en détail

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ;

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ; Conférence de haut niveau sur la mise en œuvre de la Convention européenne des droits de l homme, une responsabilité partagée Déclaration de Bruxelles 27 mars 2015 La Conférence de haut niveau, réunie

Plus en détail

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION

PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) PRÉSENTATION 35 C 35 C/7 27 août 2009 Original anglais Point 3.3 de l ordre du jour provisoire PRÉPARATION DU PROJET DE PROGRAMME ET DE BUDGET POUR 2012-2013 (36 C/5) Source : Résolution 29 C/87. PRÉSENTATION Antécédents

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 14 février 2013 Français Original: anglais E/ECE/1466 Commission économique pour l Europe Soixante-cinquième session Genève, 9-11 avril 2013 Point

Plus en détail

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable

Charte. pour. de la coopération décentralisée. le développement durable Charte de la coopération décentralisée pour le développement durable Mise en œuvre des principes de l Agenda 21 dans les coopérations transfrontalières, européennes et internationales des collectivités

Plus en détail

E 4251 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT.

E 4251 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT. E 4251 ASSEMBLÉE NATIONALE TREIZIÈME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 3 février 2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 3 février 2009

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DU COMMERCE EXTERIEUR

DIRECTION GENERALE DU COMMERCE EXTERIEUR DIRECTION GENERALE DU COMMERCE EXTERIEUR Direction des Relations avec l organisation Mondiale du Commerce (O.M.C) Direction du Suivi des Accord Commerciaux Régionaux et de la Coopération Direction du suivi

Plus en détail

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE

PESC - PSDC SEAE ATHENA EUROPOL EUROJUST. www.europarl.fr CLAUSE DE SOLIDARITÉ. ARMéE EUROPEENNE COMMISSION PARLEMENTAIRE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE CLAUSE DE DEFENSE MUTUELLE HAUT REPRÉSENTANT POUR LES AFFAIRES ETRANGÈRES ET LA POLITIQUE DE SÉCURITÉ COMMISSION PARLEMENTAIRE AFET COMMISSION PARLEMENTAIRE SEDE ARMéE EUROPEENNE ATHENA EUROPOL EUROJUST

Plus en détail

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT

A. DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIÈRE D'AIDES D'ETAT DISPOSITIONS DES TRAITÉS EN MATIERE D'AIDES D'ETAT Tableau de correspondance entre l'ancienne et la nouvelle numérotation des articles suite à l'entrée

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement Gouvernance de l environnement Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Gérer la richesse et la diversité des ressources naturelles de notre planète est un défi dont la complexité va croissant.

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Distribution: Restreinte EB 2004/82/R.32 21 juillet 2004 Original: Anglais Point 16 b) de l'ordre du jour Français

Distribution: Restreinte EB 2004/82/R.32 21 juillet 2004 Original: Anglais Point 16 b) de l'ordre du jour Français Distribution: Restreinte EB 2004/82/R.32 21 juillet 2004 Original: Anglais Point 16 b) de l'ordre du jour Français a FIDA FONDS INTERNATIONAL DE DÉVELOPPEMENT AGRICOLE Conseil d'administration Quatre-vingt-deuxième

Plus en détail

L'Union européenne et le commerce des armes. par Claudio Gramizzi et Luc Mampaey, Attachés de recherche au GRIP

L'Union européenne et le commerce des armes. par Claudio Gramizzi et Luc Mampaey, Attachés de recherche au GRIP Note d'analyse Groupe de recherche et d'information sur la paix et la sécurité 70 Rue de la Consolation, B-1030 Bruxelles Tél.: +32.2.241 84 20 - Fax : +32.2.245 19 33 Internet : www.grip.org - Courriel

Plus en détail

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS

SOUS RÉSERVE DE MODIFICATIONS DÉCLARATION AUX MÉDIAS POUR LA PUBLICATION DU Rapport annuel 2013-2014 par François Boileau Commissaire aux services en français de l Ontario Jeudi 10 juillet 2014 11 h 00 Salle des médias Édifice de l

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO COMMUNIQUE DE PRESSE PRESS RELEASE "Ebola constitue une menace pour toutes les entreprises: il nous faut donc soutenir la lutte contre le virus Ebola" N 241/2014 Abuja, le 12 Decembre 2014 OUVERTURE A

Plus en détail

Rapport national du CANADA à la Commission du développement durable (CDD) 16-17 Profil thématique : La désertification dans le monde

Rapport national du CANADA à la Commission du développement durable (CDD) 16-17 Profil thématique : La désertification dans le monde Rapport national du CANADA à la Commission du développement durable (CDD) 16-17 Profil thématique : La désertification dans le monde 1. Cadres de planification stratégique pour la protection et la gestion

Plus en détail

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Département des Nations Unies pour les Affaires Economiques et Sociales Séminaire Régional sur l Amélioration de l Administration

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive

Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive Service Consolidation de la Paix (S3.1) Le soutien financier des projets sur les budgets prévention des conflits et diplomatie préventive Introduction Pour exécuter et renforcer la politique étrangère,

Plus en détail

Conférence internationale sur la population et le développement

Conférence internationale sur la population et le développement Conférence internationale sur la population et le développement Conférence ministérielle Projet de Document d engagement Document d'engagement du troisième examen quinquennal de la mise en œuvre du Programme

Plus en détail

VÉRIFICATION DE LA TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION Réponses (Plan d'action) de la gestion Février 2005 N O PRIORITÉ DESCRIPTION RÉPONSE DE LA GESTION

VÉRIFICATION DE LA TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION Réponses (Plan d'action) de la gestion Février 2005 N O PRIORITÉ DESCRIPTION RÉPONSE DE LA GESTION VÉRIFICATION DE LA TECHNOLOGIE DE L'INFORMATION Réponses (Plan d'action) de la gestion Février 2005 N O PRIORITÉ DESCRIPTION RÉPONSE DE LA GESTION Réf. : Chapitre 3.1 CADRE DE GESTION Comité directeur

Plus en détail

TS GEOGRAPHIE. Chapitre 1 : Clés de lecture géographiques pour un monde complexe

TS GEOGRAPHIE. Chapitre 1 : Clés de lecture géographiques pour un monde complexe TS GEOGRAPHIE Chapitre 1 : Clés de lecture géographiques pour un monde complexe Le monde actuel est complexe et en perpétuelle évolution : - Depuis la fin de la guerre froide (1991), fin de l antagonisme

Plus en détail

RAPPORT. 1. Appréciation générale des problématiques de cybersécurité

RAPPORT. 1. Appréciation générale des problématiques de cybersécurité Réponse de la France à la résolution 68/243 relative aux «Développements dans le domaine de l information et des télécommunications dans le contexte de la sécurité internationale» RESUME ANALYTIQUE A titre

Plus en détail

ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE PARITAIRE ACP-UE DOCUMENT DE TRAVAIL

ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE PARITAIRE ACP-UE DOCUMENT DE TRAVAIL ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE PARITAIRE ACP-UE Commission du développement économique, des finances et du commerce 17.05.2013 DOCUMENT DE TRAVAIL sur la coopération sud-sud et la coopération triangulaire: opportunités

Plus en détail

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003 CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003 Organisée conjointement par l'union interparlementaire et le Parlement européen Point 2b) de l'ordre du jour provisoire LE VOLET DEVELOPPEMENT

Plus en détail

RESEAU PAIX ET SECURITE POUR LES FEMMES DE L ESPACE CEDEAO SECTION COTE D IVOIRE

RESEAU PAIX ET SECURITE POUR LES FEMMES DE L ESPACE CEDEAO SECTION COTE D IVOIRE RESEAU PAIX ET SECURITE POUR LES FEMMES DE L ESPACE CEDEAO SECTION COTE D IVOIRE INTRODUCTION Au cours de l année 2013, le Réseau Paix et Sécurité des Femmes dans l Espace CEDEAO section Côte d Ivoire

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

La Constitution européenne

La Constitution européenne La Constitution européenne "Le Parlement européen approuve la Constitution et appuie sans réserve sa ratification"(*): elle éclaire la nature et les objectifs de l'union, renforce son efficacité et son

Plus en détail

Commission économique des Gouvernement Fonds des Nations Unies Nations Unies pour l'europe* de la Hongrie pour la population

Commission économique des Gouvernement Fonds des Nations Unies Nations Unies pour l'europe* de la Hongrie pour la population Distr. GÉNÉRALE CES/PAU/1998/2 23 octobre 1998 FRANÇAIS Original : ANGLAIS Commission économique des Gouvernement Fonds des Nations Unies Nations Unies pour l'europe* de la Hongrie pour la population Réunion

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

COMMERCE et ENVIRONNEMENT. Ouvrir la voie au développement durable

COMMERCE et ENVIRONNEMENT. Ouvrir la voie au développement durable COMMERCE et ENVIRONNEMENT Ouvrir la voie au développement durable Le saviez vous? La création de l OMC en 1995 a marqué une étape cruciale dans l histoire du commerce multilatéral, offrant de nouvelles

Plus en détail

CADRE DE REFERENCE POUR UNE POSITION AFRICAINE COMMUNE

CADRE DE REFERENCE POUR UNE POSITION AFRICAINE COMMUNE CADRE DE REFERENCE POUR UNE POSITION AFRICAINE COMMUNE RESULTATS DE L ATELIER DE VALIDATION DES NOTES D ORIENTATION REGIONALES SUR LES RELATIONS ENTRE LES USA ET L AFRIQUE TENU A ADDIS 21 juillet 2014

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

DECLARATION MINISTERIELLE

DECLARATION MINISTERIELLE Distr. : LIMITEE NATIONS UNIES CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL Novembre 2002 FRANCAIS Original : ANGLAIS COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Trente-cinquième session de la Commission/Conférence des ministres

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne Conseil de l'union Européenne PRESSE FR CONCLUSIONS DU CONSEIL Bruxelles, le 9 décembre 2014 Conclusions du Conseil sur le financement pour la croissance et le financement à long terme de l'économie européenne

Plus en détail

VII e CONFÉRENCE DES OING/OSC DOTÉES DU STATUT CONSULTATIF AUPRÈS DES INSTANCES DE LA FRANCOPHONE Genève, 23-25 juin 2010

VII e CONFÉRENCE DES OING/OSC DOTÉES DU STATUT CONSULTATIF AUPRÈS DES INSTANCES DE LA FRANCOPHONE Genève, 23-25 juin 2010 VII e CONFÉRENCE DES OING/OSC DOTÉES DU STATUT CONSULTATIF AUPRÈS DES INSTANCES DE LA FRANCOPHONE Genève, 23-25 juin 2010 Synthèse des réponses Organisations Internationales non gouvernementales (OING)

Plus en détail

Excellence Monsieur l Ambassadeur, Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique, Distingués invités, Mes Très Chers amis,

Excellence Monsieur l Ambassadeur, Mesdames et Messieurs les membres du corps diplomatique, Distingués invités, Mes Très Chers amis, Discours de Madame Bineta Diop Cérémonie de remise de la Légion d honneur Mercredi 17 septembre 2012. Résidence de France à Genève Monsieur Nicolas NIEMTCHINOW, Ambassadeur et représentant permanent de

Plus en détail

République centrafricaine: Séance d'information au Conseil de sécurité. Par

République centrafricaine: Séance d'information au Conseil de sécurité. Par NATIONS UNIES Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation en République centrafricaine MINUSCA UNITED NATIONS United Nations Multidimensional Integrated Stabilization Mission

Plus en détail

plan directeur des systèmes d'information objectif et marche à suivre

plan directeur des systèmes d'information objectif et marche à suivre plan directeur des systèmes d'information objectif et marche à suivre Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Lapointe Conseiller en gestion Publié par la Direction

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Etude pour le Forum des Nations Unies pour la Coopération pour le développement

Etude pour le Forum des Nations Unies pour la Coopération pour le développement Etude pour le Forum des Nations Unies pour la Coopération pour le développement Tendances dans la coopération financière internationale pour les pays les moins avancés Résumé Draft 29 avril 2011 Traduction

Plus en détail

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD)

Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Représentant les avocats d Europe Representing Europe s lawyers Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) Position du CCBE sur les associations multidisciplinaires (AMD) I. Introduction

Plus en détail

Conseil de sécurité. Nations Unies S/2005/723

Conseil de sécurité. Nations Unies S/2005/723 Nations Unies S/2005/723 Conseil de sécurité Distr. générale 17 novembre 2005 Français Original: anglais Lettre datée du 16 novembre 2005, adressée au Président du Conseil de sécurité par le Représentant

Plus en détail

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Nations Unies Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Onzième session (1er-4 juin 1999) Assemblée générale Documents officiels Cinquante-quatrième

Plus en détail

PROJET D'AVIS. FR Unie dans la diversité FR 2010/0119(NLE) 16.11.2010. de la commission du commerce international

PROJET D'AVIS. FR Unie dans la diversité FR 2010/0119(NLE) 16.11.2010. de la commission du commerce international PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission du commerce international 16.11.2010 2010/0119(NLE) PROJET D'AVIS de la commission du commerce international à l'intention de la commission du développement sur

Plus en détail

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce

Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Deuxième Examen global de l Aide pour le commerce Activités de la Banque africaine de développement 2008-2009 Groupe de la Banque Africaine de Développement GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE WT/COMTD/AFT/W/9 10 octobre 2008 (08-4836) Comité du commerce et du développement Aide pour le commerce PROGRAMME DE TRAVAIL DE L'OMC SUR L'AIDE POUR LE COMMERCE RÉSULTATS

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés

Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés Protocole facultatif à la Convention relative aux droits de l'enfant, concernant l'implication d'enfants dans les conflits armés Les États Parties au présent Protocole, Encouragés par l'appui considérable

Plus en détail

Rapport final de la commission de contrôle et de garantie des droits du Parlement lors de l envoi de la Bundeswehr dans des missions à l étranger

Rapport final de la commission de contrôle et de garantie des droits du Parlement lors de l envoi de la Bundeswehr dans des missions à l étranger 1 Rapport final de la commission de contrôle et de garantie des droits du Parlement lors de l envoi de la Bundeswehr dans des missions à l étranger Résumé des propositions et recommandations de la commission

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

Cadre de réglementation et gestion des risques

Cadre de réglementation et gestion des risques Cadre de réglementation et gestion des risques Lors du lancement d une entreprise au Canada, les propriétaires d entreprise et exploitants ainsi que leurs dirigeants doivent être sensibilisés au risque

Plus en détail

FONDATION POUR LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE SUR LA SP (FRSSP)

FONDATION POUR LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE SUR LA SP (FRSSP) FONDATION POUR LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE SUR LA SP (FRSSP) SUBVENTION D ÉQUIPE POUR DES TRAVAUX DE RECHERCHE COOPÉRATIFS MULTICENTRIQUES (subvention d équipe) GUIDE SUR LE PROGRAMME Document révisé en

Plus en détail

2. Enjeux et opportunités de l intégration régionale en Afrique

2. Enjeux et opportunités de l intégration régionale en Afrique NOTE DE SYNTHÈSE POUR LA CONFÉRENCE ÉCONOMIQUE AFRICAINE 2013 L INTÉGRATION RÉGIONALE EN AFRIQUE 28-30 octobre 2013 JOHANNESBOURG, AFRIQUE DU SUD Groupe de la Banque africaine de développement Commission

Plus en détail

Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011

Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011 A. Examen Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011 En mai 2011, le président de l Assemblée législative du Nouveau-Brunswick a officiellement chargé

Plus en détail

Lorsque vous pensez à SES, pensez qualité, service et expertise

Lorsque vous pensez à SES, pensez qualité, service et expertise Fondée en 1987, SES Research est une des principales firmes de recherche d'opinion publique et d'étude de marché en Amérique du Nord. Les décideurs d'entreprises peuvent compter sur la qualité des données

Plus en détail

(Informations) INFORMATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE CONSEIL

(Informations) INFORMATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE CONSEIL 1.6.2011 Journal officiel de l Union européenne C 162/1 IV (Informations) INFORMATIONS PROVENANT DES INSTITUTIONS, ORGANES ET ORGANISMES DE L'UNION EUROPÉENNE CONSEIL Résolution du Conseil et des représentants

Plus en détail

Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition. Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international.

Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition. Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international. Rencontre en mémoire de Dag Hammarskjöld, 50 ans après sa disparition Dag Hammarskjöld et l éthique d un fonctionnaire international Réflexions Hans Corell Ancien Secrétaire général adjoint aux affaires

Plus en détail

Plan de travail général 2010-2014 de la FSESP

Plan de travail général 2010-2014 de la FSESP Document adopté au Comité Exécutif de la FSESP 9 & 10 November 2009 Les résolutions adoptées pendant le Congrès du 8 au 11 juin 2009 et qui sont citées à la fin du document constituent la base du Plan

Plus en détail

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix»

Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Volet thématique «Prévention des crises et consolidation de la paix» Résumé des résultats clés et réalisations Problématique Prévention des crises et consolidation de la paix : les défis Quelque 1,5 milliard

Plus en détail

- de convenir des mesures essentielles qui devrai-

- de convenir des mesures essentielles qui devrai- UNION AFRICAINE CADRE POUR LA MISE EN ŒUVRE OPERATIONNELLE DU SYSTEME CONTINENTAL D ALERTE RAPIDE TEL QU ADOPTÉ PAR LA REUNION DES EXPERTS GOUVERNEMENTAUX SUR L ALERTE RAPIDE ET LA PREVENTION DES CONFLITS,

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail