L'orientation de la politique étrangère canadienne après Jean Chrétien Document d'information du CCCI Septembre 2003

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L'orientation de la politique étrangère canadienne après Jean Chrétien Document d'information du CCCI Septembre 2003"

Transcription

1 L'orientation de la politique étrangère canadienne après Jean Chrétien Document d'information du CCCI Septembre 2003 Introduction De grands débats de fond ont lieu au gouvernement et chez les conseillers de M. Martin à l'approche du changement imminent de gouvernement. Ces démarches visent à élaborer des objectifs et des options de politique étrangère tenant compte des réalités et des difficultés nationales et internationales et à concevoir des initiatives qui définiront le rôle du Canada dans le monde. Plus tôt cette année, les conseillers de la course au leadership de M. Martin, préoccupés par la politique étrangère, ont sondé un certain nombre de personnes afin d'obtenir des idées sur les nouvelles initiatives et orientations que pourrait adopter le prochain gouvernement. Le CCCI a été en mesure de suivre en partie cette réflexion grâce à des conversations et à certains documents. M. Martin a décrit sa vision de la politique étrangère canadienne dans un discours d'avril 2003 rédigé après sa campagne pour la chefferie. Il ne faut pas s'attendre à connaître le détail des nouvelles initiatives de politique étrangère avant la formation d'un nouveau cabinet faisant suite au changement de gouvernement et à des élections, au début de Comme premier ministre, M. Martin cherchera certainement à faire savoir rapidement qu'il entend renouveler la politique étrangère canadienne, notamment en ce qui a trait aux relations avec les États-Unis, et proposera probablement une vision générale devant éclairer sa nouvelle politique. Un budget préélectoral pourrait très bien donner des indications précieuses quant à la façon dont le nouveau gouvernement entend concrétiser cette vision. Depuis son discours d'avril, M. Martin se dit toujours partisan d'une révision en règle de la politique étrangère et de la politique de défense, vraisemblablement après une élection anticipée. Toutefois, il semble que les grands paramètres de cette révision soient déjà arrêtés. On voit déjà des grilles d'analyse, des thèmes et des approches qui teintent le débat, aussi bien au gouvernement que dans l'équipe de la course au leadership de M. Martin. Ces préoccupations auront une grande influence sur la révision des politiques, qui servira sans doute surtout à mettre en œuvre une vision définie au préalable. La façon dont le gouvernement Martin voit le contexte de la politique étrangère canadienne et les orientations et les choix qui se présentent au gouvernement aura un effet sur la façon dont les OSC canadiennes présentes à l'étranger aborderont les problèmes de justice mondiale. Dans le présent document, nous tentons de décrire certains de ces thèmes pour réfléchir aux priorités que le CCCI et ses membres pourraient mettre en valeur dans le dialogue sur les politiques à l'occasion de la formation du nouveau gouvernement au cours des quatre ou cinq prochains mois.

2 Les thèmes qui façonnent l'orientation de la politique étrangère canadienne Il est évident que pour définir le rôle du Canada dans un monde complexe, M. Martin prend comme point de départ le 11 septembre 2001, date à laquelle " il est devenu clair pour tout le monde que les règles du jeu avaient changé pour toujours " (discours de Martin, avril 2003). En quoi ce changement des " règles du jeu " influence-t-il la politique canadienne? L'analyse des options et des priorités du nouveau gouvernement permet de dégager plusieurs grands thèmes. La vulnérabilité du Canada face à l'unilatéralisme des États-Unis. Depuis la fin de la guerre, le Canada a exercé une influence internationale démesurée, compte tenu de sa position de pays développé relativement modeste, grâce à son action dans le cadre du multilatéralisme. Or, depuis le 11 septembre, selon toute apparence, le terrain est moins fertile à l'égard de ce moyen traditionnellement employé par le Canada pour agir sur la scène internationale et défendre ses intérêts nationaux. En particulier, les fonctionnaires et les conseillers en matière de politiques, de même que l'ensemble des Canadiens, sont préoccupés par la montée de l'unilatéralisme des États-Unis. Les premiers semblent en conclure que cette nouvelle réalité appelle une analyse rigoureuse de toutes les grandes options qui s'offrent au Canada, eu égard à sa position géopolitique sur le continent nord-américain, à la lumière de leurs conséquences potentielles compte tenu de ce changement fondamental opéré par les États-Uniens dans l'exercice de leur pouvoir économique, diplomatique et militaire dans le monde. Bien qu'il existe indéniablement un débat de fond actuellement au sein de l'administration états-unienne, les stratèges canadiens craignent qu'en liant étroitement sécurité et enjeux économiques, cette administration accroisse la vulnérabilité du Canada et amenuise sa liberté d'action basée sur des valeurs incontestablement internationalistes. Il semble de moins en moins possible de traiter efficacement des différends et des irritants avec l'administration états-unienne en place de façon ponctuelle. Par ailleurs, on est loin de savoir clairement dans quelle mesure l'arrivée au pouvoir d'une administration démocrate modifierait ces préoccupations dans le cercle des décideurs états-uniens. Enfin, l'évolution actuelle de l'union européenne restreint l'interaction du Canada avec ses alliés traditionnels en Europe, outre que l'importance nouvelle que prennent de nouveaux pays sur la scène mondiale (Chine, Brésil, Inde - le Groupe des 21 de Cancún) aura aussi des répercussions sur l'influence du Canada dans les enceintes internationales. L'intérêt du Canada, et en particulier sa profonde intégration économique avec les États- Unis, nécessite qu'il " s'engage dans un effort continu, systématique et concerté visant à confirmer et à consolider le partenariat Canada-États-Unis " (discours d'avril 2003). M. Martin ajoute que " le 11 septembre a fondamentalement changé la façon dont les États- Unis voient leur propre sécurité et devrait également avoir une incidence sur notre approche ". La dissuasion et la prévention des attentats en Amérique du Nord constituent un souci primordial. Pour le citer à nouveau : " Nous savons que les relations entre le Canada et les États-Unis seront de plus en plus jaugées à la lumière des impératifs de la

3 sécurité internationale ". Voilà le prisme à travers lequel le nouveau gouvernement entend examiner ses options en matière de politique étrangère. Les nouvelles menaces à la sécurité posent des défis extrêmement variés et profonds qui nécessiteront " des efforts militaires et non militaires directs et concertés ", y compris le renforcement de la défense nationale et la sauvegarde de la souveraineté territoriale (discours d'avril 2003). Le revirement soudain des priorités états-uniennes est considéré comme le défi numéro un de la politique étrangère du Canada, compte tenu du fait que les États-Unis ne trouvent pas le Canada assez coopératif dans la protection de leur sécurité. M. Martin reconnaît en outre que les valeurs sociales du Canada évoluent et que l'adoption d'un plus grand nombre de politiques libérales pourrait accentuer le fossé dans une mesure assez importante pour nécessiter des efforts concertés visant à faire comprendre l'approche canadienne aux États-Unis. Dans son discours d'avril 2003, M. Martin indique que " nous devons accorder priorité à l'élaboration d'une politique de sécurité nationale du Canada ". Tout en portant sur la protection de notre souveraineté, cette politique ferait également savoir clairement aux États-Unis que le Canada peut adopter une ligne de conduite réfléchie et globale pour répondre à ses préoccupations. Il est évident que cette ligne de conduite aura des répercussions sur les réfugiés, l'immigration, l'intégration de la défense, le projet de défense antimissiles, la gestion des frontières, etc., voire sur l'affectation de l'aide internationale et sur l'action diplomatique. Étonnamment, on ne semble pas se préoccuper outre mesure des irritants commerciaux, ce qui constitue peut-être un aveu du fait que la seule option réaliste du Canada consiste à limiter les dégâts, alors que le système étatsunien encourage les groupes d'intérêt à soulever des litiges commerciaux. Les valeurs et les intérêts du Canada dans le cadre d'un multilatéralisme pragmatique Les options de politique présentées maintiennent le lien entre l'intérêt canadien et le multilatéralisme, dans une optique qui confirme que les transformations majeures du monde contemporain " ont indéniablement un effet sur les intérêts du Canada et mettent en évidence la nécessité croissante de repenser la façon dont se gouverne la communauté internationale " (discours d'avril 2003). Le Canada peut profiter de ses forces en matière de gouvernance et de diversité pour exercer une présence déterminante sur la scène internationale afin que le respect du droit international évolue conformément à ses valeurs. M. Martin indique qu'" il vaut mieux, et de loin, vivre dans un monde doté d'une ONU solide, efficace et fonctionnelle que dans un monde sans Nations Unies ". Le Canada doit appuyer la mise sur pied de nouvelles institutions et le renouvellement de celles qui existent déjà pour leur permettre de s'occuper plus efficacement des " biens publics mondiaux ". Toutefois, comme nous l'avons dit plus haut, ce domaine traditionnellement privilégié par le Canada pour exercer son influence dans le monde est transformé non seulement par l'interprétation abusive des règles internationales commise par les États-Unis, qui les invoquent pour servir sans scrupules leurs intérêts particuliers, mais aussi par la perception selon laquelle les États-Unis, en tant que superpuissance mondiale, pourraient

4 de fait modifier les règles pour tout le monde. Réagissant à cette nouvelle dynamique, M. Martin a rappelé plusieurs fois que " le multilatéralisme n'est pas une fin en soi ", mais que " lorsqu'il concourt à nos valeurs, nous devons être prêts à employer les moyens nécessaires pour atteindre nos objectifs internationaux [...] lorsqu'il n'est pas possible d'arriver à un consensus parfait sur les mesures à prendre " (discours d'avril 2003). D'après lui, " redresser le multilatéralisme ne se limite pas au renforcement de l'onu. La poursuite de cet objectif consiste aussi à trouver - et à mettre en œuvre - de nouvelles formules et de nouvelles règles hors du giron de l'onu " (discours d'avril 2003 et entrevue de Saint-Hyacinthe, juin 2003). Compte tenu de la directive états-unienne de 2002 sur la politique de sécurité qui reconnaît la légitimité d'une intervention préventive de la part des forces militaires états-uniennes avec l'aide d'une " coalition de bonnes volontés ", une approche pragmatique du multilatéralisme laisse la porte grande ouverte à une participation du Canada aux prochaines actions préventives éventuelles, avec les conséquences que l'on peut constater actuellement en Irak. Au lieu de porter sur les questions fondamentales de la représentation à l'onu et du renforcement des normes d'action basées sur le droit international, l'analyse des initiatives multilatérales concerne principalement l'intégration des approches multilatérales aux mesures de sécurité à l'issue des conflits. Alors que les dirigeants du monde pourraient être jugés d'après leurs initiatives visant à mettre en place " des structures qui permettent à tout le monde de profiter de la mondialisation " (discours d'avril 2003), on semble plutôt se soucier des mesures visant à faire face aux conséquences de l'exclusion, qui pourraient accroître la violence à l'intérieur des États et accentuer les clivages sociaux. De même, l'action multilatérale visant les " bien publics mondiaux " est présentée à travers le prisme des menaces civiles à la sécurité. Ainsi, il se peut que la sécurité prenne de plus en plus d'importance dans les choix que fera le Canada au sujet des domaines auxquels il doit consacrer ses ressources diplomatiques et financières dans les dossiers multilatéraux. Une approche pangouvernementale En ce qui concerne la réforme des processus d'élaboration de la politique étrangère, une bonne partie de l'attention est consacrée à une approche " pangouvernementale ", qui pourrait améliorer la cohérence de la gestion de l'aide internationale, des interventions effectuées pendant et après les conflits et de la promotion des investissements. On indique que cette approche pourrait susciter plus efficacement la participation des nombreux intervenants canadiens à l'élaboration et à la mise en œuvre de la politique internationale. La cohérence et un objectif important de la politique étrangère. Cependant, si les objectifs sont interprétés de manière trop étroite, ce genre d'approche risque de saper les importantes initiatives canadiennes en faveur des objectifs de développement du millénaire et les politiques visant l'élimination de la pauvreté dans le monde. Les Canadiens ont la réputation d'envisager les relations internationales dans une optique internationaliste axée sur des valeurs, surtout comparés à la majorité des citoyens étatsuniens. Pourtant, l'approche " pangouvernementale " ne semble pas comprendre de vastes initiatives favorisant les approches axées sur les citoyens, ni la possibilité de miser sur les

5 multiples relations qui existent entre les organisations canadiennes et leurs homologues d'europe, des États-Unis et des pays en développement. Certes, le cadre " pangouvernemental " sera d'orientation internationaliste de manière générale, mais on sait que les ressources (financières, diplomatiques et militaires) permettant de soutenir les initiatives sérieuses sont très réduites. Cette réalité devra se traduire à la fois par un changement important des priorités et par une attention accrue portée à la sélection des priorités, outre le maintien de l'intention d'accroître les ressources financières (ainsi, M. Martin a pris des engagements au sujet des dépenses en matière de défense à Halifax en mai 2003) afin de respecter ces nouvelles priorités. On ne sait pas comment les engagements actuels eu égard au développement à long terme pourront s'accorder avec ces priorités. M. Martin s'est engagé à accroître l'aide internationale, mais il a aussi déclaré : " S'il y a un domaine où l'on peut choisir entre le statu quo et le changement, c'est bien celui-là " (discours de Saint-Hyacinthe, juin 2003) Son orientation consiste à se concentrer davantage sur un petit nombre de pays en privilégiant la santé, l'éducation et les structures décisionnelles. Dans d'autres débats au gouvernement, on appuie le développement piloté localement, et cette vision est influencée par l'approche " pangouvernementale " comprenant l'intégration des objectifs de réduction de la pauvreté aux préoccupations liées au commerce, à la dette, à l'environnement et à la sécurité. M. Martin est co-président de la Commission sur le secteur privé et le développement du Programme de développement des Nations unies dont le rapport paraître en décembre ou janvier. Le mois dernier, il a rencontré des ONG canadiennes pour solliciter leurs conseils sur des questions soulevées par la Commission. Il a souligné que la Commission cherche à renforcer les secteurs privés nationaux, y compris le secteur informel et celui de l'agriculture, dans le contexte de la pauvreté. Il a également précisé que l'on demandera à l'acdi de jouer un rôle de chef de file quant aux recommandations qui seront présentées à la Commission. Le document sur un cadre conceptuel pour le secteur privé dans le développement, à peine publié par l'acdi, facilitera le travail. (Le CCCI a préparé une analyse de la politique de l'acdi que l'on trouvera sou son site web.) Il a aussi été suggéré que le gouvernement envisage une coordination accrue entre ministères afin d'élaborer des interventions canadiennes efficaces au sujet des " biens publics mondiaux " en chargeant des ministères de coordonner des programmes internationaux dans leurs domaines de compétence. Cette notion d'action pangouvernementale concertée en faveur des " biens publics mondiaux " a été promue par le PNUD au cours des dernières années. En quoi ce genre d'approche influerait-il sur la priorité accordée à la réduction de la pauvreté? Les intérêts canadiens dans les pays en développement pourraient être liés plus directement à ses intérêts économiques nationaux et aux préoccupations concernant la sécurité mondiale Les considérations liées à la sécurité internationale, orientées par le gouvernement étatsunien, influencent de plus en plus l'affectation de l'aide internationale par certains

6 donateurs (ex. : Australie, Danemark). Il semble que les discussions portant sur les principaux intérêts du Canada par rapport aux pays en développement au sein du nouveau gouvernement reviennent à insister plus explicitement sur les intérêts économiques canadiens et sur la sécurité mondiale. Comme on aborde de plus en plus la politique étrangère et la coopération internationale sous l'angle de la sécurité et des intérêts économiques canadiens, les priorités actuelles d'aide internationale qui portent sur des aspects importants de la réduction de la pauvreté pourraient être détournées, voire neutralisées, dans la foulée des décisions prises par le gouvernement. Par exemple, la Chine et l'inde sont considérés comme au cœur de nos intérêts en Asie, et il nous faut miser sur nos relations particulières pour participer plus activement aux efforts régionaux visant l'intégration économique, notamment par des ententes commerciales bilatérales. Dans le même temps, le " terrorisme " en Asie est présenté comme un grand problème qui menace la stabilité de ce continent et du monde. Quelle sera l'incidence de ces considérations sur les décisions du nouveau gouvernement, compte tenu que le nombre de pays touchés par notre aide étrangère sera nettement réduit (et qu'il se chiffre actuellement à une trentaine environ, dont neuf désignés comme devant recevoir de nouvelles ressources)? Les relations du Canada avec les pays d'amérique sont aussi de plus en plus envisagées en fonction du point de vue des décideurs états-uniens. Le Canada partage avec les États- Unis l'intérêt de ces derniers pour l'expansion des relations commerciales avec le reste de l'amérique, ce qui pourrait l'aider à améliorer son statut à Washington. Paradoxalement, dans ces relations avec ces pays, il faudra faire face à un intérêt décroissant envers l'intégration continentale nord-sud et la poursuite de la libéralisation, outre les tensions accrues découlant de l'échec des structures décisionnelles et du caractère nettement inéquitable du développement. M. Martin considère l'oea et les sommets des Amériques comme des enceintes où le Canada peut continuer à faire progresser ses intérêts politiques et économiques. Si l'afrique peut occuper une position privilégiée dans la politique canadienne, notamment en raison du rôle que continue de jouer le Canada au sein du G-8 dans la mise en œuvre de son plan d'action pour l'afrique, il semble que la principale préoccupation concerne la question épineuse des conflits et de l'instabilité. Le Canada continuera de faire valoir l'impératif moral de s'attaquer à la pauvreté et de protéger la sécurité humaine en Afrique subsaharienne. Toutefois, on craint que les conflits en Afrique lèvent un lourd tribut sur notre enveloppe internationale : développement, diplomatie, défense. Nos relations avec l'afrique seront conditionnées par la nécessité de réagir à des situations nécessitant une intervention humanitaire, par le problème du sida, par les effets de la guerre sur les populations civiles et par le caractère inadéquat des structures décisionnelles eu égard aux besoins criants en matière de développement. On considère également l'afrique comme la région la moins apte à gérer les conflits compte tenu des capacités de ses institutions. Dans certains échanges, on laisse entendre que l'afrique pourrait être le prochain nid de terroristes. On reconnaît que la nécessité d'intégrer l'afrique à la communauté internationale et à l'économie mondiale nécessitera des ressources qui dépassent de loin l'apd, ainsi que la concertation des politiques

7 canadiennes (MAECI-MDN-ACDI) en matière de commerce international, de défense, de sécurité et de développement. Toutefois, existe-t-il une volonté politique de réunir ces ressources pour mettre en œuvre de nouvelles initiatives canadiennes, au-delà des engagements actuels, afin de s'attaquer aux conditions fondamentales qui expliquent l'appauvrissement en Afrique subsaharienne? Le Canada pourrait mettre l'accent sur la consolidation des relations avec les grands, comme l'afrique du Sud, le Nigeria ou le Sénégal. Une politique militaire canadienne conforme à une vision du monde transformée par les événements du 11 septembre Il semble probable que la révision de la politique étrangère et de la politique de défense porte principalement sur les rôles et les capacités de nos forces armées et sur les ressources requises. M. Martin a déclaré qu'il nous fallait examiner la politique de défense et les dépenses militaires " en fonction du modèle que nous avons hérité du 11 septembre : la lutte contre le terrorisme dans le monde " (assemblée publique d'halifax, mai 2003). On peut s'attendre à ce que le nouveau gouvernement définisse sa position militaire à la lumière de ce problème de sécurité internationale, en posant les États-Unis comme son allié stratégique, à tout le moins sur le continent nord-américain, mais probablement aussi à l'étranger, conformément à ce que le Canada a fait récemment en fournissant un important contingent de maintien de la paix en Afghanistan. Ce genre d'approche limitera-t-il notre capacité, comme c'est le cas actuellement, de répondre efficacement aux besoins de pays qui ne sont pas visés par les préoccupations de l'administration états-unienne en matière de sécurité, comme le Congo et la région des Grands Lacs en Afrique? Une nouvelle donne pour les pays en développement Il est probable que le nouveau gouvernement s'engage dans une initiative similaire au G- 20, dont M. Martin, comme ministre des Finances, a fait la promotion auprès du G-7 et des ministres des Finances des principaux pays en développement afin de discuter des solutions aux crises financières à la fin des années 90. Pour lui, le G-20 constituait un important mécanisme d'orientation qui élargissait la participation aux travaux mais, en définitive, ne devait pas déroger aux grands intérêts stratégiques des pays du G-7. Dans son discours d'avril, M. Martin a proposé un " G-20 des chefs d'état pour contribuer à la définition des priorités d'action internationales " comme " formule pouvant être appliquée à d'autres enjeux mondiaux : la santé, l'environnement, l'éducation, la réduction de la pauvreté et la nécessité d'aider les États précaires à accéder à la stabilité, à se doter de structures décisionnelles saines et à devenir des États de droit ". Bien qu'une démarche canadienne visant à ouvrir un espace international pour des initiatives mondiales tournées vers l'avenir soit utile, les propositions se situant hors du système multilatéral officiel doivent être accompagnées d'autres initiatives visant à consolider ce système. D'égale importance sera le cadre visant à inclure les dirigeants du Sud, aussi bien en ce qui concerne les choix de représentativité que la définition des priorités. Les événements récents de Cancún laissent croire à une concertation accrue des

8 grands gouvernements du Sud. Pour qu'un G-20 des chefs d'état soit crédible, il faut que ses modalités d'orientation soient définies par les intérêts du Sud et non par ceux du G-7. Concentrer nos ressources financières sur notre rôle international Un rôle international plus intégré et une approche " pangouvernementale " de la coopération internationale supposent une plus grande coordination des ressources financières consacrées aux nouveaux enjeux et aux crises. L'enveloppe d'aide internationale, dont l'apd représente actuellement 90 %, pourrait servir de point de référence pour une plus grande concertation dans un cadre de politique international faisant consensus. Comme le font d'autres pays donateurs nommés ci-dessus, l'enveloppe pourrait être élargie pour comprendre des initiatives internationales plus vastes du nouveau gouvernement, par exemple dans les secteurs de la paix et de la sécurité. Brian Tomlinson Équipe Orientation politique du CCCI

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX

COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX PARLEMENTAIRE DE S COMMISSION DE L ÉCONOMIE, DU COMMERCE, DU TRAVAIL ET DES BLOCS COMMERCIAUX La Commission de l économie, du commerce, du travail et des blocs commerciaux examine les questions économiques

Plus en détail

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr

Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan. Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Extrait de : Aide pour le commerce 2009 : Panorama Entretenir l'élan Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/9789264069107-fr Introduction Merci de citer ce chapitre comme suit : OCDE/OMC

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Termes de références

Termes de références Forum African sur la Gouvernance de l Internet (AfIGF) http://afigf.uneca.org/ Termes de références Septembre 2012 Historique S inspirant des Objectifs du Millénaire pour le Développement des Nations Unies

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012

GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 GROUPEMENT VOLONTAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT RURAL DURABLE NORD-SUD (GVDRD NORD-SUD) PLAN STRATÉGIQUE TRIENNAL D INTERVENTION : 2013-2015 AOÛT 2012 1 ÉNONCÉE DE LA PROBLÉMATIQUE ET MOTIVATION Dans certains

Plus en détail

LE CANADA ET LE PARTENARIAT MONDIAL POUR LE DÉVELOPPEMENT (OBJECTIF HUIT)

LE CANADA ET LE PARTENARIAT MONDIAL POUR LE DÉVELOPPEMENT (OBJECTIF HUIT) LE CANADA ET LE PARTENARIAT MONDIAL POUR LE DÉVELOPPEMENT (OBJECTIF HUIT) 1.0 Bilan du Canada en matière de commerce Objectif ou indice Contribution du Canada Ce qu il reste à faire 1.1 Le système de commerce

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances

L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances L évolution du G20 et de l économie mondiale - Perspective du ministère des Finances Présentation à l Association des économistes québécois Par Jean-François Perrault Direction des finances et des échanges

Plus en détail

RENFORCER L ACDI PAR LA CRÉATION D UN

RENFORCER L ACDI PAR LA CRÉATION D UN RENFORCER L ACDI PAR LA CRÉATION D UN MINISTÈRE DE LA COOPÉRATION INTERNATIONALE BUT STRATÉGIQUE : Convertir l Agence canadienne de développement international (ACDI) en un ministère doté d un mandat prescrit

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD

Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Bref rappel de la stratégie décennale (2008-2018) de la CNULD Atelier de renforcement des capacités des PFN de la CNULD sur l alignement des PAN sur la Stratégie décennale (2008-2018) Bujumbura, 14-17

Plus en détail

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session

Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session Conseil exécutif Cent quatre-vingt-dix-septième session 197 EX/PG/Recommandations PARIS, le 24 septembre 2015 Original anglais/français RECOMMANDATIONS ADRESSÉES PAR LE GROUPE PRÉPARATOIRE À LA 197 e SESSION

Plus en détail

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20

Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Retour sur le pari de Rio 1992 : État des lieux et perspectives pour Rio +20 Conférence introductive InEE CNRS Paris, 4 avril 2012 Laurence Tubiana Institut du Développement Durable et des Relations Internationales

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

Conclusions du Conseil sur l'approche globale de l'ue. Conseil AFFAIRES ETRAGERES Bruxelles, 12 mai 2014

Conclusions du Conseil sur l'approche globale de l'ue. Conseil AFFAIRES ETRAGERES Bruxelles, 12 mai 2014 COSEIL DE L'UIO EUROPÉEE Conclusions du Conseil sur l'approche globale de l'ue Le Conseil a adopté les conclusions suivantes: Conseil AFFAIRES ETRAGERES Bruxelles, 12 mai 2014 "1. L'Union européenne et

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Tribunal de la protection des fonctionnaires divulgateurs Canada

Tribunal de la protection des fonctionnaires divulgateurs Canada Tribunal de la protection des fonctionnaires divulgateurs Canada 2008-2009 Rapport ministériel sur le rendement L'honorable James Moore Ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles Table

Plus en détail

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence

Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Annexe L Système fédéral de préparation et d intervention d urgence Date de la version la plus récente : octobre 2006 Sommaire des changements d importance : Reflète la création du nouveau ministère de

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle 1 Contexte La Fédération pour la diversité culturelle regroupe 43 coalitions nationales, dont près du deux tiers se trouvent dans des pays

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne?

Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Construire la résilience écologique : les collectivités locales en première ligne? Les récentes inondations au Pakistan illustrent les effets dévastateurs que les événements naturels peuvent avoir sur

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

PROJET D'AVIS. FR Unie dans la diversité FR 2010/0119(NLE) 16.11.2010. de la commission du commerce international

PROJET D'AVIS. FR Unie dans la diversité FR 2010/0119(NLE) 16.11.2010. de la commission du commerce international PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission du commerce international 16.11.2010 2010/0119(NLE) PROJET D'AVIS de la commission du commerce international à l'intention de la commission du développement sur

Plus en détail

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables

Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables Paquet Mobilité Urbaine Soutien aux actions des autorités locales dans l élaboration de plans de mobilité locale durables COM(2013) 913 final - Ensemble vers une mobilité urbaine compétitive et économe

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

La culture : quatrième pilier du développement durable

La culture : quatrième pilier du développement durable La culture : quatrième pilier du développement durable S'appuyant sur le travail mené de longue date par la Commission de culture de CGLU, sur la Déclaration universelle de l'unesco sur la diversité culturelle

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique

Plan d Action de Gaborone sur les Activités des Noms Géographiques en Afrique Distr.: GÉNÉRALE NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE E/ECA/STATCOM/3/19 novembre 2011 FRANÇAIS Original : ANGLAIS Troisième réunion de la Commission africaine

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

PROFIL : COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DES ÉTATS D AFRIQUE CENTRALE (CEEAC)

PROFIL : COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DES ÉTATS D AFRIQUE CENTRALE (CEEAC) PROFIL : COMMUNAUTÉ ÉCONOMIQUE DES ÉTATS D AFRIQUE CENTRALE (CEEAC) 1. ADRESSE : CEEAC : +241-44 47 31 BP 2112 Fax:+241-44 47 32 Libreville Gabon Email: ceeac.orgsr@inet.ga Website : www.ceeac-eccas.org

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Budgétisation et gestion financière

Budgétisation et gestion financière Budgétisation et gestion financière PRATIQUE RECOMMANDÉE DE LA GFOA Planification financière à long terme (2009) (BUDGET) Contexte. La planification financière à long terme combine les prévisions financières

Plus en détail

CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE

CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE Sujet de discussion pour la 34 e Conférence internationale des commissaires à la protection

Plus en détail

Approche de la région du Pacifique concernant la gestion collaborative : Participation des Autochtones à la gestion des pêches.

Approche de la région du Pacifique concernant la gestion collaborative : Participation des Autochtones à la gestion des pêches. Approche de la région du Pacifique concernant la gestion collaborative : Participation des Autochtones à la gestion des pêches 30 octobre 2014 1 Aperçu But Contexte stratégique (besoins/attentes/progrès/abordabilité)

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne»

Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» UNI Europa Commerce Aller de l avant MADRID 9 & 10 JUIN 2011 Projet de résolution «Les comités d entreprise européens au cœur de la stratégie syndicale européenne» (Resolution 3) Objectif stratégique 1

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012

Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Comité tripartite Document constitutif révisé suite au Sommet sur l éducation 2012 Objet Ce document établit la raison d être, la composition et le mode de fonctionnement du Comité tripartite, créé le

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

L'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et le Gouvernement des États-Unis d'amérique, ci-après dénommés les "Parties",

L'Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) et le Gouvernement des États-Unis d'amérique, ci-après dénommés les Parties, ACCORD CONCLU ENTRE LE GOUVERNEMENT DES ÉTATS-UNIS D'AMÉRIQUE ET L'UNION ÉCONOMIQUE ET MONÉTAIRE OUEST AFRICAINE RELATIF AU DÉVELOPPEMENT DES RELATIONS DE COMMERCE ET D'INVESTISSEMENT L'Union économique

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

RESEAU PAIX ET SECURITE POUR LES FEMMES DE L ESPACE CEDEAO SECTION COTE D IVOIRE

RESEAU PAIX ET SECURITE POUR LES FEMMES DE L ESPACE CEDEAO SECTION COTE D IVOIRE RESEAU PAIX ET SECURITE POUR LES FEMMES DE L ESPACE CEDEAO SECTION COTE D IVOIRE INTRODUCTION Au cours de l année 2013, le Réseau Paix et Sécurité des Femmes dans l Espace CEDEAO section Côte d Ivoire

Plus en détail

L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes

L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes L égalité femmes-hommes dans le développement : alibi ou réalité? Claudine Drion Le Monde selon les femmes Les engagements de la Belgique La loi sur la coopération internationale de 1999 institue l égalité

Plus en détail

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé

Livre blanc. sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr. Résumé Livre blanc 2006 sur la politique de sécurité de l Allemagne et sur l avenir de la Bundeswehr Résumé I. La politique de sécurité de l Allemagne Douze années se sont écoulées depuis la publication du dernier

Plus en détail

COMMERCE et ENVIRONNEMENT. Ouvrir la voie au développement durable

COMMERCE et ENVIRONNEMENT. Ouvrir la voie au développement durable COMMERCE et ENVIRONNEMENT Ouvrir la voie au développement durable Le saviez vous? La création de l OMC en 1995 a marqué une étape cruciale dans l histoire du commerce multilatéral, offrant de nouvelles

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

30 juin - 2 juillet 2015. Décisions

30 juin - 2 juillet 2015. Décisions 2 juillet 2015 36 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l'onusida Genève, Suisse 30 juin - 2 juillet 2015 Décisions Le Conseil de Coordination du Programme de l'onusida, Rappelant que

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP

CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP CADRE DECENNAL DE PROGRAMMATION CONCERNANT LES MODES DE CONSOMMATION ET DE PRODUCTION DURABLES (10YFP) RIO + 20 ADOPTE LE 10YFP La Conférence des Nations Unies sur le développement durable (Rio +20) a

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 14 février 2013 Français Original: anglais E/ECE/1466 Commission économique pour l Europe Soixante-cinquième session Genève, 9-11 avril 2013 Point

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

MÉMOIRE : CONSULTATION SUR L APPRENTISSAGE PRÉCOCE ET LA GARDE DES JEUNES ENFANTS

MÉMOIRE : CONSULTATION SUR L APPRENTISSAGE PRÉCOCE ET LA GARDE DES JEUNES ENFANTS MÉMOIRE : CONSULTATION SUR L APPRENTISSAGE PRÉCOCE ET LA GARDE DES JEUNES ENFANTS PRÉSENTÉ AU MINISTÈRE DES SERVICES FAMILIAUX ET COMMUNAUTAIRES BERNARD RICHARD, OMBUDSMAN ET DÉFENSEUR DES ENFANTS ET DE

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA)

LE CONSEIL DES MINISTRES DE L'UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE (UEMOA) UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres REGLEMENT N 04/2007/CM/UEMOA PORTANT CREATION ET MODALITES DE FONCTIONNEMENT DU COMITE CONSULTATIF SUR L

Plus en détail

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc

Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki. Ambassadeur Representant du Maroc Débat du Conseil de Sécurité Sur Le Maintien de la paix multidimensionnel Déclaration de S.E.M. Mohamed Loulichki Ambassadeur Representant du Maroc New York, 21 Janvier 2013 Prière de vérifier à l audition

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société

+ engagements. Charte. de l ouverture à la société 2009 Charte de l ouverture à la société + engagements 3 3 «Toute personne a le droit, dans les conditions et les limites définies par la loi, d accéder aux informations relatives à l environnement détenues

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes

Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes :5 Rédigé par les membres du Groupe de travail informel sur les droits des femmes une organisation

Plus en détail

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA

RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA RÔLES ET RESPONSABILITÉS SUGGÉRÉES POUR LE COORDONNATEUR COMMUNAUTAIRE DU SISA Le présent document a pour but de servir de guide pour ce qui est des rôles et des responsabilités du coordonnateur communautaire

Plus en détail

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO

DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO DEVENIR UNE ONG PARTENAIRE OFFICIEL DE L UNESCO L'UNESCO s'appuie sur un éventail aussi large que diversifié de relations de collaboration et de partenariats dans toutes les régions du monde pour s acquitter

Plus en détail

COMMISSION EUROPEENNE

COMMISSION EUROPEENNE COMMISSION EUROPEENNE Bruxelles, 12.10.2011 C(2011)7309 final Sujet: Aide d'etat SA.32206 (2011/N) France Prolongation du Régime temporaire de prêts bonifiés pour les entreprises fabriquant des produits

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION AVIS DE LA FÉDÉRATION DES CÉGEPS SUR LE DOCUMENT DE CONSULTATION POLITIQUE GOUVERNEMENTALE DE LUTTE CONTRE LE RACISME ET LA DISCRIMINATION Commission de la culture Consultation en ligne Vers une politique

Plus en détail

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET.

Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE. Article premier OBJET. Annexe V ANNEXE CONCERNANT LA MISE EN ŒUVRE AU NIVEAU RÉGIONAL POUR L'EUROPE CENTRALE ET ORIENTALE Article premier OBJET La présente annexe a pour objet de donner des lignes directrices et d'indiquer les

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement

Gouvernance de l environnement. Programme des Nations Unies pour l environnement Gouvernance de l environnement Programme des Nations Unies pour l environnement Aperçu Gérer la richesse et la diversité des ressources naturelles de notre planète est un défi dont la complexité va croissant.

Plus en détail

Institut des Experts Internationaux

Institut des Experts Internationaux Institut des Experts Internationaux 1 Cycle d enseignement supérieur des experts internationaux Pour devenir un expert international confirmé et un expert international chef de mission 2 Jamais l'échiquier

Plus en détail

Ministère des Services communautaires. Plan de services en français 2008-2009

Ministère des Services communautaires. Plan de services en français 2008-2009 Ministère des Services communautaires Plan de services en français 2008-2009 Message du sous-ministre C'est avec plaisir que je présente, au nom du ministère des Services communautaires de la Nouvelle-Écosse,

Plus en détail

RDC Nord Kivu Goma Groupe de Travail Protection de l Enfant Provincial Termes de référence

RDC Nord Kivu Goma Groupe de Travail Protection de l Enfant Provincial Termes de référence 1) Contexte/mandat du (niveau province) Le Groupe de Travail protection de l enfance () pour la province du Nord Kivu en RDC existe depuis début 2008. Il s agit d un groupe technique qui dépend du Cluster

Plus en détail

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti Guide méthodologique Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti mieux prendre en compte le risque naturel dans l urbanisation et l aménagement du territoire Préface Monsieur Yves Germain

Plus en détail

Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification

Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification Services de conseil en gestion Fédération canadienne des municipalités Vérification de gestion du Fonds municipal vert Rapport final de vérification Le 25 septembre 2009 KPMG LLP 160 rue Elgin, Suite 2000

Plus en détail

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement

Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Nations Unies Rapport du Comité de haut niveau pour l examen de la coopération technique entre pays en développement Onzième session (1er-4 juin 1999) Assemblée générale Documents officiels Cinquante-quatrième

Plus en détail

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO

DU CONSEIL DE MEDIATION ET DE SECURITE DE LA CEDEAO COMMUNIQUE DE PRESSE PRESS RELEASE "Ebola constitue une menace pour toutes les entreprises: il nous faut donc soutenir la lutte contre le virus Ebola" N 241/2014 Abuja, le 12 Decembre 2014 OUVERTURE A

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 11 mars 2010 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-septième session Vienne, 10-12 mai 2010

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société»)

RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») RÈGLES du CONSEIL D ADMINISTRATION (les «règles») de YELLOW MÉDIA LIMITÉE (la «Société») AUTORITÉ Le conseil d administration de la Société (le «conseil») établit les politiques générales de la Société,

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique

Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT Rôle et stratégie de la Banque Africaine de Développement dans la promotion de l intégration financière régionale en Afrique Gabriel Mougani Economiste financier

Plus en détail

Cadre institutionnel pour le développement durable

Cadre institutionnel pour le développement durable DOCUMENT DE POSITION DE L CADRE INSTITUTIONNEL POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Cadre institutionnel pour le développement durable Conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio+20, Rio de

Plus en détail

Déclaration présentée au Comité permanent du commerce international de la Chambre des communes

Déclaration présentée au Comité permanent du commerce international de la Chambre des communes Déclaration présentée au Comité permanent du commerce international de la Chambre des communes au sujet de l accord de partenariat économique global (APEG) Canada-Inde Ailish Campbell, vice-présidente,

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Les relations entre le Canada/Québec et l'asean

Les relations entre le Canada/Québec et l'asean Les relations entre le Canada/Québec et l'asean Coffi Dieudonné ASSOUVI Vincent GAGNON-LEFEBVRE Josée-Anne LABRIE Victor SANCHEZ-LOPEZ ETI-7013 Séminaire pluridisciplinaire sur l Asie Plan de la présentation

Plus en détail

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003 CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003 Organisée conjointement par l'union interparlementaire et le Parlement européen Point 2b) de l'ordre du jour provisoire LE VOLET DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général

Politique no 49. Politique institutionnelle de recrutement. Secrétariat général Secrétariat général Le texte que vous consultez est une codification administrative des Politiques de l'uqam. Leur version officielle est contenue dans les résolutions adoptées par le Conseil d'administration

Plus en détail

E 4251 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT.

E 4251 TEXTE SOUMIS EN APPLICATION DE L ARTICLE 88-4 DE LA CONSTITUTION PAR LE GOUVERNEMENT, À L ASSEMBLÉE NATIONALE ET AU SÉNAT. E 4251 ASSEMBLÉE NATIONALE TREIZIÈME LÉGISLATURE SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2008-2009 Reçu à la Présidence de l Assemblée nationale le 3 février 2009 Annexe au procès-verbal de la séance du 3 février 2009

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DU COMMERCE EXTERIEUR

DIRECTION GENERALE DU COMMERCE EXTERIEUR DIRECTION GENERALE DU COMMERCE EXTERIEUR Direction des Relations avec l organisation Mondiale du Commerce (O.M.C) Direction du Suivi des Accord Commerciaux Régionaux et de la Coopération Direction du suivi

Plus en détail