Assurance de qualité en radiothérapie Aspects réglementaires et implications pratiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Assurance de qualité en radiothérapie Aspects réglementaires et implications pratiques"

Transcription

1 Cours nationaux de radiothérapie Cours de DES d Oncologie-Radiothérapie Société Française des jeunes Radiothérapeutes Oncologues Lille, 5 au 7 mars 2015 Assurance de qualité en radiothérapie Aspects réglementaires et implications pratiques Vincent Marchesi, Physicien médical

2 Plan Définitions et réglementation Assurance de qualité et contrôle qualité Responsabilité et réalisation Les différents contrôles qualités : internes, externes, audits Application Contrôles de qualité des accélérateurs Contrôles de qualité des logiciels Outils pour le contrôle de qualité Cas des nouvelles technologies Contrôle de qualité des traitements 2

3 DÉFINITION ET RÉGLEMENTATION 3

4 Définition et réglementation Organisation générale de l assurance de qualité Cadre réglementaire Cadre «bonnes pratiques» Directive européenne Organismes internationaux Sociétés savantes Transposition en droit français Arrêtés Décrets Décisions Recommandations 4

5 Définition et réglementation Directive européenne 2013/59/Euratom du 5/12/2013 (remplace 97/43/Euratom) : «Assurance de qualité» : ensemble des opérations prévues et systématiques nécessaires pour garantir, avec un niveau de confiance satisfaisant, qu'une installation, un système, une pièce d'équipement ou une procédure fonctionnera de manière satisfaisante conformément à des normes convenues 5

6 Définition et réglementation Directive européenne 2013/59/Euratom du 5/12/2013 (remplace 97/43/Euratom) : «Contrôle de qualité» : Fait partie de l'assurance de qualité. Ensemble des opérations (programmation, coordination, mise en œuvre) destinées à maintenir ou à améliorer la qualité. Il englobe la surveillance, l'évaluation et le maintien aux niveaux requis de toutes les caractéristiques d'exploitation des équipements qui peuvent être définies, mesurées et contrôlées 6

7 Définition et réglementation Législation nationale Transposition de la directive européenne EURATOM (97/43 à l époque) : Décret du 5 décembre 2001 relatif à l obligation de maintenance et au CQ des dispositifs médicaux (DM) Définit les opérations de maintenance et de contrôle qualité (interne et externe) Obligations de l exploitant : Tenue d un inventaire des DM Définition et mise en œuvre d une organisation pour la maintenance et le CQ Tenue d un registre des opérations de maintenance et de CQ Introduit la notion de CQ externe par un organisme agréé 7

8 Définition et réglementation Législation nationale Quel dispositif médical est concerné par la maintenance et le CQ? Arrêté du 3 mars 2003 fixant les listes des DM soumis à l obligation de maintenance et au CQ «Dispositifs médicaux nécessaires à la définition, à la planification et à la délivrance des traitements de radiothérapie» (idem pour Radiologie et Médecine Nucléaire et autres appareils exposant les personnes à des rayonnements ionisants) Obligation de : Maintenance Contrôle de qualité interne Contrôle de qualité externe 8

9 Définition et réglementation Responsabilité et réalisation Définition et mise en œuvre du contrôle de qualité des équipements de radiothérapie sous la responsabilité d une Personne Spécialisée en Radio-Physique Médicale (PSRPM): Directive européenne 2013/59/Euratom Arrêté 19 novembre 2004 puis 6 décembre 2011 Réalisation peut être déléguée : Techniciens du service de physique/aides-physiciens Service Maintenance Ingénierie Biomédicale Dosimétristes Manipulateurs Etc 9

10 Définition et réglementation Les différents types de contrôles Opérations de maintenance Contrôles internes et externes (audits) Contrôle de qualité des équipements : Tests d acceptance Tests de recette Tests de constance Contrôle de qualité des traitements 10

11 Définition et réglementation Maintenance Activités destinées à maintenir ou à rétablir un DM dans un état de sûreté de fonctionnement pour accomplir une fonction requise Maintenances préventives : Opérations exécutées par le fournisseur pour garantir le fonctionnement du dispositif (prévention de pannes) Maintenances curatives : Interventions programmées pour maintenir le niveau de fonctionnement du dispositif Peut être délégué aux personnel de l établissement (service biomédical) si formation adéquate et dispositions définies contractuellement : impact sur coût du contrat de maintenance et sur disponibilité de l équipement En pratique : jours par an pour les accélérateurs 2-3 jours pour les scanners 1 journée pour les logiciels (TPS, R&V) 11

12 Définition et réglementation Contrôle de qualité des équipements Tests d acceptance : A la livraison de l équipement, après installation par le fournisseur Vérification de la conformité du matériel par rapport aux spécifications prévues (appel d offre, devis, bon de commande ) Tests de recette : Après l acceptance, avant mise en service de l équipement Acquisition des données nécessaires au bon fonctionnement du système acquis + apprentissage Tests de constance : Après mise en service Vérification du fonctionnement du système selon les critères d acceptance et de recette tout au long de l utilisation du dispositif médical (régulièrement ou après une intervention majeure sur l équipement) 12

13 Définition et réglementation Contrôle de qualité des équipements Exemple de chronologie de mise en service d un accélérateur Phase d installation Phase de mise en service Phase d exploitation Livraison Installation Tests d acceptance 2 à 4 semaines Tests de recette Apprentissage Formations 2 à 3 mois Tests de constance Maintenances préventives 12 à 15 ans 13

14 Définition et réglementation Contrôles internes Evaluation et maintient des caractéristiques d exploitation Contrôles réalisés par l exploitant sous sa responsabilité Réalisation peut être externalisée à un prestataire mais responsabilité reste à l exploitant Contrôles périodiques de routine : Périodicité variable suivant les contrôles à effectuer : quotidien, hebdomadaire, mensuel, semestriel et annuel Contrôles après intervention sur la machine : En théorie : contrôle complet En pratique : contrôle sur les parties des équipements susceptibles d avoir été modifiés 14

15 Définition et réglementation Contrôles externes Contrôles réalisés ou non par l exploitant selon un protocole et une analyse par un organisme externe Contrôles externes peuvent porter sur : Procédures dosimétriques simples ou complexes Pratiques cliniques (audits) Validation de la mise en œuvre d une nouvelle technique Objectif : avoir une évaluation extérieure sur les procédures et les opérations de réglages ou de contrôles pour limiter le risque d erreur systématique (exemple : Epinal, Toulouse, ) 15

16 APPLICATION Quels contrôles en pratique? 16

17 Application Contrôles internes sont fixés par : Décision du 27 juillet 2007 fixant les modalités du contrôle de qualité interne des installations de radiothérapie externe Le texte précise : la nature des opérations de contrôle interne à mettre en œuvre et les modalités de leur réalisation la périodicité des contrôles les critères d acceptabilité les opérations de maintenance qui nécessitent un nouveau contrôle en dehors des contrôles périodiques les recommandations en matière d utilisation et de remise en conformité et les délais laissés à l exploitant pour remettre en conformité les dispositifs 17

18 Application Contrôles internes sont fixés par : Décision du 27 juillet 2007 fixant les modalités du contrôle de qualité interne des installations de radiothérapie externe Champ des contrôles : accélérateurs d électrons à usage médical & télécobalthérapie table de traitement système d imagerie portale systèmes de planification de traitement (TPS) & systèmes de vérification et d enregistrement de données (R&V) modules d imagerie des TPS ou logiciels de simulation indépendants Hors champ : machines telles que Tomothérapie, Cyberknife, Protons curiethérapie 18

19 Application Contrôle de qualité des accélérateurs Accélérateur : 29 points de contrôle Systèmes de sécurité Caractéristiques mécaniques des accélérateurs Caractéristiques du faisceau (photons) Caractéristiques du faisceau (électrons) Contrôle du débit de dose de référence Système de surveillance de la dose Dispositifs de centrage (lasers) Table de traitement : 4 points de contrôle Système d imagerie portale : 10 points de contrôle Mécanique Qualité image 19

20 Application Contrôle de qualité des accélérateurs Périodicité en fonction de la criticité du contrôle : Quotidien/hebdomadaire : systèmes de sécurité, constance du débit de dose Mensuel : majorité des contrôles principalement sur les caractéristiques mécaniques et dosimétriques Semestriel/annuel : évaluation plus générale du fonctionnement de la machine à moyen et long terme 20

21 Application Contrôle de qualité des TPS et R&V Vérifier l intégrité du système au cours du temps Contrôle annuel TPS : Correspondance entre unités Hounsfield et densité électronique Contrôle global de constance du calcul d unité moniteur (UM) dans différentes conditions (forme et taille du champ, présence ou non de filtre en coin, avec ou sans MLC, ) R&V : Contrôle global de constance du transfert des paramètres Aucun écart entre le plan de traitement et les informations transmises à l accélérateur ne doit être constaté 21

22 Application Cas des non conformités Confirmation de l écart par une nouvelle mesure Si écart confirmé inférieur à 2 fois la limite d acceptabilité : Remise en conformité dans les 2 mois Poursuite de l exploitation possible Si écart confirmé supérieur à 2 fois la limite d acceptabilité : Arrêt d exploitation pour le paramètre concerné Signalement de matériovigilance à l ANSM 22

23 Application Temps d occupation des équipements Temps dédié aux opérations de maintenance et contrôles internes Observatoire de la RTH 2012, INCa Exemple ICL-Nancy : Maintenances préventives : 6 jours/an (clinac)+ 2 jours/an (OBI) Contrôles de qualité : 18h/mois (15 min/jour + 45 min/semaine + 1 jour/mois) 23

24 Application Outils pour le contrôle de qualité Milieu de mesure de dose: Eau ou équivalent du point de vue physico-chimique Cuve à eau Fantômes plastiques 24

25 Application Outils pour le contrôle de qualité Détecteurs de référence : chambre d ionisation : irradiation produit un courant charge collectée par électromètre est proportionnelle à la dose Autres détecteurs : Diodes SC, TLD, diamant détecteurs électromètre 25

26 Application Outils pour le contrôle de qualité 26

27 Application Outils pour le contrôle de qualité Autres détecteurs de routine : Installation rapide 27

28 Application Contrôles externes Décision du 27 juillet 2007 modifiant la décision du 2 mars 2004 fixant les modalités du contrôle de qualité externe des installations de radiothérapie externe A la mise en service et tous les 3 ans Contrôle dosimétrique uniquement 1 un seul organisme agréé : Laboratoire EQUAL-ESTRO Procédure : Envoi par voie postale de détecteurs Irradiation des détecteurs suivant une dizaine de configurations différentes (photons et électrons) Renvoi des détecteurs pour lecture et analyse Evaluation dose mesurée / dose théorique calculée par l exploitant (tolérance 5%) 28

29 Application Contrôles externes Décision du 27 juillet 2007 fixant les modalités du contrôle de qualité externe des installations de radiothérapie externe Contrôle annuel Audit des pratiques et du respect de la législation 3 organismes agréés (le premier depuis juillet 2013) Procédure : Visite sur site Vérification du matériel destiné au contrôle de qualité Vérification de la réalisation du contrôle de qualité interne et externe en terme de respect de la procédure imposée et de la fréquence de réalisation Toute non-conformité est signalée à l ANSM 29

30 CAS DES NOUVELLES TECHNOLOGIES 30

31 Cas des nouvelles technologies Nouvelles technologies : Nouvelles pratiques utilisant des accélérateurs : modulation d intensité (statiques ou par arcs), stéréotaxie (intra ou extracrânien), gating/tracking respiratoire etc Nouveaux équipements : Tomothérapie, Cyberknife, Vero Le contexte réglementaire ne s applique pas : Extrait Décision 27 juillet 2007 : «les techniques innovantes de type «gating», modulation d intensité, stéréotaxie, qui ne sont pas traitées par la présente décision» Séances types IMRT/VMAT/Tomo/Stéréo prennent une part importante et croissante dans l activité des services : Exemple COL-Lille : 52% Exemple ICL-Nancy : 55% Exemple ICO-Nantes : 32% 31

32 Cas des nouvelles technologies Quelle attitude adopter si pas de contexte réglementaire? Application des «bonnes pratiques» Mise en service de nouvelles technologies doit se faire en s appuyant sur les expériences déjà rapportées (au niveau national ou international) Contrôle de qualité sera basé sur : Recommandations du constructeur Recommandations de bonnes pratiques via littérature scientifique ou publication des sociétés savantes (SFPM, ESTRO, AAPM ) 32

33 Cas des nouvelles technologies Exemple pour la modulation d intensité Contexte : Début des années 2000, moins d une dizaine d équipes en France avaient commencé à travailler sur la modulation d intensité Aucune réglementation, aucune recommandation Mise en œuvre à partir des publications d équipes qui avaient déjà démarré (USA, UK, Belg.) Equipes françaises se sont regroupées pour unifier leurs pratiques et établir un consensus Etudes STIC IMRT

34 Cas des nouvelles technologies Exemple pour la modulation d intensité Aujourd hui : Toujours aucune législation (jamais?) Nombreuses recommandations Expérience utilisateurs confirmés 34

35 CONTRÔLE DE QUALITÉ DES TRAITEMENTS 35

36 Contrôle de qualité des traitements = La bonne dose au bon endroit Se donner les moyens de garantir : Que la dose délivrée est conforme à la prescription médicale Que cette dose est délivrée là où elle doit l être Comment? Contrôle régulier du fonctionnement des machines (contrôles internes) Formation suffisante des personnels qui les utilisent Mesures sur patients (contrôles de dose in-vivo) ou simulation d irradiation pour vérifier la chaîne de traitement 36

37 Contrôle de qualité des traitements Contrôle de la dose in-vivo Faire des mesures de dose sur le patient, en conditions de traitement Obligatoires depuis mai 2011, recommandés auparavant, pour les faisceaux techniquement mesurables Pourquoi les mesures in-vivo? L'erreur est humaine Impossible de tout vérifier : Risque d'erreurs humaines (1 à 3%) DIV permet d apporter une attention particulière à la réalisation du traitement, Hawthorne effect 2 objectifs principaux en radiothérapie : Détection et correction des sources d'erreurs et d'incertitudes Evaluation de la qualité globale d une technique particulière de traitement ou d un service. 37

38 Contrôle de qualité des traitements Contrôle de la dose in-vivo Traitement idéal Nombre 100% Dose Prescrite Dose délivrée 38

39 Contrôle de qualité des traitements Contrôle de la dose in-vivo Traitement réel : dispersion des doses délivrées Nombre Dose délivrée Dose Prescrite 39 39

40 Contrôle de qualité des traitements Contrôle de la dose in-vivo Détecter et corriger les erreurs Nombre Suppression des écarts importants Réduction des variations Dose délivrée Dose Prescrite 40

41 Contrôle de qualité des traitements Contrôle de la dose in-vivo Les philosophies des mesures in-vivo Détecter et éviter les erreurs provenant des étapes de préparation dosimétrie des faisceaux d'irradiation (recette) acquisition des données calcul de dose transfert des données mise en place du patient Mesurer des doses dans des situations où le calcul est imprécis ou les conditions de traitement particulières (ICT, irr. per-opératoires, dose hors champ d irradiation, présence d hétérogénéité, dose surface cutanée) 41

42 Contrôle de qualité des traitements Contrôle de la dose in-vivo Quelle mesure pour quel contrôle? Meilleur moyen : placer un dosimètre directement au point de spécification de la dose (volume cible) RAREMENT POSSIBLE En pratique : mesure de la dose à l entrée mesure de la dose à la sortie mesures de doses internes, par mesures intracavitaires dans quelques cas particuliers (ORL, gynéco, rectum) 42

43 Contrôle de qualité des traitements Contrôle de la dose in-vivo Les diodes semi-conductrices Les MOSFETs 43

44 Contrôle de qualité des traitements Contrôle de la dose in-vivo DIV avec système d imagerie portale Détecteur plan Formalisme en 4 étapes D après P François, Inst. Curie/CHU Poitiers 44

45 Contrôle de qualité des traitements Contrôle de la chaîne de traitement Contrôles hors patient Evaluer la capacité d un équipement à reproduire sur fantôme les conditions d irradiation pour comparer la dose calculée à la dose mesurée Procédure réalisée dans le cadre : Mise en service d une technique (validation) Contrôle systématique des plans de traitement de patients en vue du traitement (contrôles de routine), notamment lorsque la dosimétrie in vivo n est pas disponible (RCMI/VMAT, stéréo ) 45

46 Contrôle de qualité des traitements Contrôle de la chaîne de traitement Exemple du contrôle systématique de qualité des plans de traitement en modulation d intensité Idée générale : reproduire sur fantôme les conditions d irradiation pour comparer la dose calculée à la dose mesurée Méthodologie identique quelle que soit la technique de modulation : Application du plan de traitement du patient (même déplacements de lames, même nombre d UM, ) sur l image volumique du fantôme Irradiation réalisée avec le séquencement du plan du patient Pour tous les faisceaux de tous les patients Centres très expérimentés : possibilité de réduction des contrôles après évaluation des résultats 46

47 Contrôle de qualité des traitements Contrôle de la chaîne de traitement Exemple du contrôle systématique de qualité des plans de traitement en modulation d intensité Plan de traitement validé Calcul de dose sur image du fantôme de mesure Comparaison mesure/calcul Mesure de la dose avec le plan de traitement 47

48 Contrôle de qualité des traitements Contrôle de la chaîne de traitement Test de bout-en-bout (End-to-End) Idée : tester tous les éléments de la chaîne de traitement par un contrôle simulant un plan de traitement réaliste Réalisation d une procédure réaliste de traitement : Acquisition CT du fantôme Délinéation de structures fictives Élaboration du plan de traitement Calcul de dose et préparation des mesures Irradiation du fantôme en conditions réelles de traitement Utilisé à la mise en place d une technique Si pas de contrôle systématique des plans de traitement des patients 48

49 Contrôle de qualité des traitements Contrôle de la chaîne de traitement Test de bout-en-bout (End-to-End) Fantômes géométriques ou anatomiques (reproduisent la géométrie des patients) Mesures par chambres d ion, films, TLD 49

50 Contrôle de qualité des traitements Contrôle de la chaîne de traitement Test de bout-en-bout (End-to-End) Exemple sur Cyberknife Plan de traitement généré sur l image du fantôme 50

51 Contrôle de qualité des traitements Contrôle de la chaîne de traitement Test de bout-en-bout (End-to-End) Exemple sur Cyberknife Mesure de la distribution de dose et comparaison calcul/mesure 51

52 Contrôle de qualité des traitements Contrôle de la chaîne de traitement Test de bout-en-bout (End-to-End) Exemple sur Cyberknife (contrôle mensuel) : précision recherchée = 1mm 52

53 Contrôle de qualité des traitements Contrôle de la chaîne de traitement Contrôle de traitements avec tracking (respiration) Exemple du CK : test E2E sur plateforme mobile «simple» Fantôme CIRS modèle

54 Conclusion Assurance de qualité nécessaire pour garantir la sécurité des procédures de radiothérapie Fortement renforcée suite aux accidents de radiothérapie S inscrit dans une démarche générale d amélioration de la qualité du service (pas uniquement l affaire des physiciens) Nécessite des ressources humaines, matériel et de la disponibilité des équipements Surtout pour les techniques complexes et innovantes 54

55 Cours nationaux de radiothérapie Cours de DES d Oncologie-Radiothérapie Société Française des jeunes Radiothérapeutes Oncologues Lille, 5 au 7 mars 2015 Assurance de qualité en radiothérapie Aspects réglementaires et implications pratiques Vincent Marchesi, Physicien médical

Rédaction du Plan d Organisation de la Physique Médicale (POPM)

Rédaction du Plan d Organisation de la Physique Médicale (POPM) G U I D E D E L ' A S N M E D I C A L en collaboration avec SOCIETE FRANÇAISE DE PHYSIQUE MEDICALE Rédaction du Plan d Organisation de la Physique Médicale (POPM) GUIDE Nº 20 Version du 19/04/2013 Préambule

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-018933 Hôpital Intercommunal Le Raincy-Montfermeil 10 rue du Général Leclerc BP 104 93370 MONTFERMEIL

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-018933 Hôpital Intercommunal Le Raincy-Montfermeil 10 rue du Général Leclerc BP 104 93370 MONTFERMEIL RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 10 juin 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-018933 Hôpital Intercommunal Le Raincy-Montfermeil 10 rue du Général Leclerc BP 104 93370 MONTFERMEIL Objet : Inspection

Plus en détail

SOCIETE FRANCAISE DE PHYSIQUE MEDICALE

SOCIETE FRANCAISE DE PHYSIQUE MEDICALE SOCIETE FRANCAISE DE PHYSIQUE MEDICALE Recommandations pour la mise en service et l utilisation d un système de planification de traitement en radiothérapie (TPS) RAPPORT SFPM N 27 1 ier décembre 2010

Plus en détail

',5(&7,9((85$720'8&216(,/ GXMXLQ

',5(&7,9((85$720'8&216(,/ GXMXLQ ',5(&7,9((85$720'8&216(,/ GXMXLQ UHODWLYHjODSURWHFWLRQVDQLWDLUHGHVSHUVRQQHVFRQWUHOHVGDQJHUVGHVUD\RQQHPHQWVLRQLVDQWVORUV GH[SRVLWLRQVjGHVILQVPpGLFDOHVUHPSODoDQWODGLUHFWLYH(XUDWRP LE CONSEIL DE L'UNION EUROPÉENNE,

Plus en détail

UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences. Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie

UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences. Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie UNIVERSITE DES SCIENCES & DE LA TECHNOLOGIE d'oran USTO M.B Faculté des Sciences Département de Physique Parcours de Licence : Physique Appliquée Aux Sciences de la Vie Un choix progressif et personnalisé

Plus en détail

PRÉSENTATION DES PRINCIPALES DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES DE RADIOPROTECTION APPLICABLES EN RADIOLOGIE MÉDICALE ET DENTAIRE

PRÉSENTATION DES PRINCIPALES DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES DE RADIOPROTECTION APPLICABLES EN RADIOLOGIE MÉDICALE ET DENTAIRE PRÉSENTATION DES PRINCIPALES DISPOSITIONS RÉGLEMENTAIRES DE RADIOPROTECTION APPLICABLES EN RADIOLOGIE MÉDICALE ET DENTAIRE mise à jour octobre 2014 Sommaire Introduction... 4 1. Procédures de déclaration

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 5 juillet 2013 CODEP-LIL-2013-037759 AD/EL Monsieur le Dr W SCM des Docteurs V W X Y 23, Boulevard Victor Hugo 62100 CALAIS Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

Depuis les premiers traitements du cancer par

Depuis les premiers traitements du cancer par Radiothérapie Situation et évolution de la physique médicale The physicist s place in radiotherapy T. Sarrazin* Depuis les premiers traitements du cancer par les rayons X au tout début du xix e siècle,

Plus en détail

7e Conférence nationale pour vaincre le cancer Coalition Priorité Cancer au Québec

7e Conférence nationale pour vaincre le cancer Coalition Priorité Cancer au Québec 7e Conférence nationale pour vaincre le cancer Coalition Priorité Cancer au Québec De la Station Spatiale à la Salle de Radiothérapie: Dosimétrie MOSFET pour Astronautes et Patients EVARM: From the Space

Plus en détail

Proche de vous en toutes circonstances

Proche de vous en toutes circonstances Ser vice Clients F rance Proche de vous en toutes circonstances DÉVELOPPEUR DE SERVICES DANS LE DOMAINE DE LA RADIOTHÉRAPIE Une expertise unique Avec en France une organisation dédiée à la planification,

Plus en détail

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser

La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Evaluer et prévenir le risque radiologique professionnel dans les opérations de radiographie industrielle La dosimétrie physique, mesurer pour optimiser Pr Didier PAUL Faculté de Médecine, Service de Médecine

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS

N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 6 mars 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-009248 Hôpital d'instruction des Armées du Val de Grâce 74 boulevard de Port Royal 75005 PARIS Objet : Réf : Inspection

Plus en détail

Physique et technologies des rayonnements pour l'industrie et la physique médicale

Physique et technologies des rayonnements pour l'industrie et la physique médicale Physique et technologies des rayonnements pour l'industrie et la physique médicale Mention : Physique et technologies des rayonnements pour l'industrie et la physique médicale Nature de la formation :

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2014-044604 Espace dentaire FOCH 2 bis avenue Foch 94160 ST MANDE

N/Réf. : CODEP-PRS-2014-044604 Espace dentaire FOCH 2 bis avenue Foch 94160 ST MANDE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 30 septembre 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-044604 Espace dentaire FOCH 2 bis avenue Foch 94160 ST MANDE Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

2. Personnes intervenant pour assurer la radioprotection des patients ou des travailleurs.10

2. Personnes intervenant pour assurer la radioprotection des patients ou des travailleurs.10 mise à jour octobre 2014 Sommaire Introduction...... 4 1. Procédures de déclaration et d autorisation de détention et d utilisation de générateurs électriques...... 5 1.1. Régime administratif des installations

Plus en détail

DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011

DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LILLE Lille, le 29 décembre 2011 CODEP-DOA-2011-071487 SS/NL Centre Hospitalier de Roubaix 35, rue de Barbieux BP 359 59056 ROUBAIX CEDEX Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir

Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir Audit et Inspection Les contraintes extérieures B.Malivoir Chef de projet Hémato-Onco CHRU Tours Vice Présidente CPP Région Ouest1 Le contexte juridique Directive 2001/20/CE du Parlement européen et du

Plus en détail

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale

Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Diplôme de Qualification en Physique Radiologique et Médicale Règlement du concours de janvier 2010 pour le recrutement de septembre 2010 Sommaire Conditions d inscription au concours... page 1 Date du

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC. Ministère de l Eductaion Nationale, de l Enseignement Supérieur de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique

ROYAUME DU MAROC. Ministère de l Eductaion Nationale, de l Enseignement Supérieur de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique ROYAUME DU MAROC Ministère de l Eductaion Nationale, de l Enseignement Supérieur de la Formation des Cadres et de la Recherche Scientifique UNIVERSITE : Hassan II ETABLISSEMENT : Faculté de Médecine &

Plus en détail

Comprendre la radiothérapie

Comprendre la radiothérapie OCTOBRE 2009 Comprendre la radiothérapie collection guides de référence La radiothérapie externe La curiethérapie les effets secondaires La surveillance Mieux vivre la radiothérapie La sécurité et la qualité

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES ET DE LA SOLIDARITÉ Arrêté du 21 décembre 2007 définissant les modalités de formation et de délivrance du certificat

Plus en détail

Mise au point sur LA MAINTENANCE DES DISPOSITIFS MEDICAUX. Octobre 2011. www.afssaps.fr. Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé

Mise au point sur LA MAINTENANCE DES DISPOSITIFS MEDICAUX. Octobre 2011. www.afssaps.fr. Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé Octobre 2011 Mise au point sur LA MAINTENANCE DES DISPOSITIFS MEDICAUX Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé 143-147 boulevard Anatole France F-93285 Saint-Denis Cedex www.afssaps.fr

Plus en détail

CORRECTION URGENTE SUR LES DISPOSITIFS MÉDICAUX NOTIFICATION DE SÉCURITÉ AUX UTILISATEURS

CORRECTION URGENTE SUR LES DISPOSITIFS MÉDICAUX NOTIFICATION DE SÉCURITÉ AUX UTILISATEURS Objet : Produit concerné : Référence / identifiant FSCA : Date de la notification : Type d'action : Erreur de calcul des champs IMRT comportant plusieurs groupes de chariots avec le AAA Algorithme analytique

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 26 octobre 2005 relatif aux modalités de formation de la personne compétente en radioprotection

Plus en détail

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES

BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES Septembre 2014 CARTOGRAPHIE DES MÉTIERS DES PRESTATAIRES BRANCHE DU NÉGOCE ET PRESTATIONS DE SERVICES DANS LES DOMAINES MÉDICO-TECHNIQUES www.metiers-medico-techniques.fr CPNEFP de la branche Négoce et

Plus en détail

Département de radio-oncologie. Accélérateur TrueBeam du Cégep de Sainte-Foy. Manuel de radioprotection. Table des matières :

Département de radio-oncologie. Accélérateur TrueBeam du Cégep de Sainte-Foy. Manuel de radioprotection. Table des matières : Département de radio-oncologie Accélérateur TrueBeam du Cégep de Sainte-Foy Manuel de radioprotection Table des matières : Préambule p. 2 1. Gestion et responsabilité du programme de radioprotection p.

Plus en détail

La physique médicale Débuts d une nouvelle profession

La physique médicale Débuts d une nouvelle profession La physique médicale Débuts d une nouvelle profession Andrée Dutreix Journée Internationale de Physique Médicale 7 Novembre 2013 La physique médicale Situation en France avant la fin des années 60! En

Plus en détail

RETOUR D'EXPERIENCE SUR LA GESTION DES RISQUES A PRIORI

RETOUR D'EXPERIENCE SUR LA GESTION DES RISQUES A PRIORI RETOUR D'EXPERIENCE SUR LA GESTION DES RISQUES A PRIORI gestion du risque résiduel gestion des risques associés au déploiement de l IMRT Dr B. Fleury Centre Marie Curie / CH Montélimar Mme S. El Bakri

Plus en détail

COMITÉ NATIONAL DE SUIVI DES MESURES POUR LA RADIOTHÉRAPIE 2008-2011 RAPPORT FINAL

COMITÉ NATIONAL DE SUIVI DES MESURES POUR LA RADIOTHÉRAPIE 2008-2011 RAPPORT FINAL Mesure 22 JUIN 2012 COMITÉ NATIONAL DE SUIVI DES MESURES POUR LA RADIOTHÉRAPIE 2008-2011 RAPPORT FINAL MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ERRATUM Le paragraphe 6.3.2. (page 28) concernant l

Plus en détail

Système MatriXX Evolution. La solution d AQ pour le traitement rotationnel

Système MatriXX Evolution. La solution d AQ pour le traitement rotationnel Système MatriXX Evolution La solution d AQ pour le traitement rotationnel Traitement rotationnel Les techniques de traitement rotationnel ont révolutionné le traitement en termes d efficacité et de précision.

Plus en détail

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION

Le but de la radioprotection est d empêcher ou de réduire les LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION LES PRINCIPES DE LA RADIOPROTECTION TOUT PUBLIC 1. Source de rayonnements ionisants 2. Les différents rayonnements ionisants et leur capacité à traverser le corps humain 3. Ecran de protection absorbant

Plus en détail

SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES

SPECIFICATION E DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 92038 PARIS LA DEFENSE CEDEX Page 1 / 11 SPECIFICATION "E" DU CEFRI CONCERNANT LES ENTREPRISES EMPLOYANT DU PERSONNEL DE CATEGORIE A OU B TRAVAILLANT DANS LES INSTALLATIONS NUCLEAIRES 29/11/00 13 Indice

Plus en détail

Objet : Étalonnage de dosimètres de référence pour la Radiothérapie, de dosimètres et de kvp mètres pour le Radiodiagnostic et la Radioprotection

Objet : Étalonnage de dosimètres de référence pour la Radiothérapie, de dosimètres et de kvp mètres pour le Radiodiagnostic et la Radioprotection Référence : LIST/DM2I/LNHB/14-0470/LdC-dr Saclay, le 10 octobre 2014 Objet : Étalonnage de dosimètres de référence pour la Radiothérapie, de dosimètres et de kvp mètres pour le Radiodiagnostic et la Radioprotection

Plus en détail

IGRT dans le cancer de la prostate

IGRT dans le cancer de la prostate IGRT dans le cancer de la prostate David Ali CORP, 23 sept 2010 1 Q1) Quelle marges prenez-vous pour passer du CTV au PTV pour la radiothérapie exclusive du cancer de la prostate 1) 10mn partout 2) 10mn

Plus en détail

Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités

Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités Chapitre 1 Définir une politique de maintenance et sa stratégie de mise en œuvre de responsabilités La politique de maintenance, entre prévention et correction 25 f Qu est-ce que le «préventif» et le «correctif»?

Plus en détail

GATE : Code de calcul pour l imagerie médicale, la radiothérapie et la dosimétrie

GATE : Code de calcul pour l imagerie médicale, la radiothérapie et la dosimétrie GATE : Code de calcul pour l imagerie médicale, la radiothérapie et la dosimétrie, PhD Direction des Sciences du Vivant - I²BM/SHFJ Présentation de l artillerie informatique le software Geant4 Développements

Plus en détail

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé

Domaine Santé. Plan d études cadre Modules complémentaires santé. HES-SO, les 5 et 6 mai 2011. 1 PEC Modules complémentaires santé Domaine Santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé HES-SO, les 5 et 6 mai 2011 1 PEC Modules complémentaires santé Plan d études cadre Modules complémentaires santé 1. Finalité des modules

Plus en détail

LE DACS RADIATION DOSE MONITOR. Le bon réflexe pour une optimisation de la dose

LE DACS RADIATION DOSE MONITOR. Le bon réflexe pour une optimisation de la dose LE DACS RADIATION DOSE MONITOR Le bon réflexe pour une optimisation de la dose Radiation Dose Monitor / QU EST-CE QU UN DACS? / Le DACS (Dose Archiving and Communication System) est à la dose ce que le

Plus en détail

GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE

GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE Actualisation Mai 2012 Direction de l'evaluation des Dispositifs Médicaux Département Surveillance du Marché GUIDE POUR LA MISE SUR LE MARCHÉ DE DISPOSITIFS MÉDICAUX SUR MESURE APPLIQUE AU SECTEUR DENTAIRE

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF

N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS N/Réf. : CODEP-PRS-2010-037299 Monsieur le Directeur Institut Gustave Roussy (IGR) 39, rue Camille Desmoulins 94800 VILLEJUIF Paris, le 06 juillet 2010 Objet : Inspection

Plus en détail

Information PACES 20 Septembre 2012. Les métiers en lien avec le choix Manipulateur d Electroradiologie Médicale «MEM» Monsieur Daniel LAMI

Information PACES 20 Septembre 2012. Les métiers en lien avec le choix Manipulateur d Electroradiologie Médicale «MEM» Monsieur Daniel LAMI Information PACES 20 Septembre 2012 Les métiers en lien avec le choix Manipulateur d Electroradiologie Médicale «MEM» Monsieur Daniel LAMI 1 Institut de Formation de Manipulateurs d Electroradiologie Médicale

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 1 er avril 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-013170 Hôpital Avicenne 125, rue de Stalingrad 93000 BOBIGNY Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

MONITORING / SUIVI DES PATIENTS

MONITORING / SUIVI DES PATIENTS Formation Recherche Clinique OncoBasseNormandie 02/12/2013 MONITORING / SUIVI DES PATIENTS Jean-Michel GRELLARD ARC Coordinateur - Centre François Baclesse Quelques définitions Cahier d observation ou

Plus en détail

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs

Département Energie Santé Environnement. DESE/Santé N 2012-086R Mai 2012. Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs Département Energie Santé Environnement Division Santé Pôle Expologie des Environnements Intérieurs DESE/Santé N 0-086R Mai 0 GUIDE D APPLICATION POUR LA SURVEILLANCE DU CONFINEMENT DE L AIR DANS LES ETABLISSEMENTS

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON N/Réf. : CODEP-LYO-2015-003303 Lyon, le 26/01/2015 Laboratoire Inserm U1033 Physiopathologie, Diagnostic et traitements des Maladies Osseuses UFR de médecine Lyon

Plus en détail

FILIÈRE «PHYSIQUE» La formation en un coup d œil. Objectifs. Le programme de cours. Les débouchés. La recherche

FILIÈRE «PHYSIQUE» La formation en un coup d œil. Objectifs. Le programme de cours. Les débouchés. La recherche FILIÈRE «PHYSIQUE» Président: Prof. Marc Haelterman marc.haelterman@ulb.ac.be Vice-président : Prof. Pierre-Etienne Labeau pelabeau@ulb.ac.be La formation en un coup d œil Objectifs Former les étudiants

Plus en détail

1 ÈRE JOURNÉE INTERNATIONALE DE PHYSIQUE MÉDICALE

1 ÈRE JOURNÉE INTERNATIONALE DE PHYSIQUE MÉDICALE 1 ÈRE JOURNÉE INTERNATIONALE DE PHYSIQUE MÉDICALE www-instn.cea.fr Jeudi 7 novembre 2013 CEA 10 AVRIL 2012 PAGE 1 Contexte au niveau international Number of Radiotherapy Machines Per Million People no

Plus en détail

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES N/Réf. : CODEP-NAN-2014-012919 Nantes, le 19 mars 2014 MARIE SAS Etablissement de Sablé sur Sarthe ZI de l Aubrée 72300 SABLE SUR SARTHE Objet : Inspection de la

Plus en détail

Livret d accueil des stagiaires

Livret d accueil des stagiaires Livret d accueil des stagiaires SOMMAIRE : I/ Présentation du service II/Le métier de manipulateur III/ Modalités d encadrement IV/ Votre stage V/ Bilan global de votre stage I/ Présentation du service

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R.

Réf. : Code de l environnement, notamment ses articles L.592-21 et L.592-22 Code de la santé publique, notamment ses articles L.1333-17 et R. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE NANTES Nantes, le 12 septembre 2013 N/Réf. : CODEP-NAN-2013-047562 MUTUELLES DE VENDEE 1 impasse Paul Eluard 85180 CHATEAU D OLONNE Objet : Inspection de la radioprotection

Plus en détail

- Véritable projet de service -

- Véritable projet de service - Sylvain TROUVAIN Chargé de sécurité Groupe Hospitalier Public du Sud de l Oise Maintenance des équipements de sécurité - Véritable projet de service - Sylvain.trouvain@ch-creil.fr contact@asso-acses.fr

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004

AVIS DE LA COMMISSION. 14 janvier 2004 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 14 janvier 2004 COSMEGEN 0,5 mg, poudre pour solution injectable Boîte de 1 flacon Laboratoires MERCK SCHARP & DOHME-CHIBRET dactinomycine

Plus en détail

Limites de précision du logiciel pour les très petites tailles de champs du collimateur multilames (MLC)

Limites de précision du logiciel pour les très petites tailles de champs du collimateur multilames (MLC) NOTICE DE SÉCURITÉ/NOTIFICATION Sujet : Référence produit : Limites de précision du logiciel pour les très petites tailles de champs du collimateur multilames (MLC) Toutes les versions des logiciels de

Plus en détail

Radiothérapie PROFIL DE COMPÉTENCES. Novembre 2006 Révisé en février 2008 Révisé en janvier 2011

Radiothérapie PROFIL DE COMPÉTENCES. Novembre 2006 Révisé en février 2008 Révisé en janvier 2011 Radiothérapie PROIL DE OPTENE Novembre 2006 Révisé en février 2008 Révisé en janvier 2011 laboré par le groupe de travail sur le profil de compétences en radiothérapie AOIATION ANADIENNE DE TEHNOLOGUE

Plus en détail

Documents de la HE Vinci à remplir pour l ARES

Documents de la HE Vinci à remplir pour l ARES Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement... 5 a) Introduction... 5 b) Liens avec la profession... 5 c) Acquis d apprentissage terminaux...

Plus en détail

Rapport final sur les priorités en matière de surveillance de la médecine

Rapport final sur les priorités en matière de surveillance de la médecine Département fédéral de l'intérieur DF) Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Protection des consommateurs Rapport final sur les priorités en matière de surveillance de la médecine

Plus en détail

OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION

OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION OUTIL D'EVALUATION DU TEMPS ARC / CHEF DE PROJET PROMOTEUR REQUIS POUR UNE RECHERCHE BIOMEDICALE V 2.3 DE L OUTIL NOTICE D UTILISATION i) Contexte :... - 2 - ii) But de l outil :... - 2 - iii) Fonctionnement

Plus en détail

Guide de présentation d une demande de permis Radiothérapie RD/GD-120

Guide de présentation d une demande de permis Radiothérapie RD/GD-120 Guide de présentation d une demande de permis Radiothérapie RD/GD-120 Novembre 2010 Guide de présentation d'une demande de permis - Radiothérapie RD/GD-120 Publié par la Commission canadienne de sûreté

Plus en détail

L information, la formation Vue par un industriel

L information, la formation Vue par un industriel L information, la formation Vue par un industriel Antoine AUDRY Directeur des Affaires Publiques & Réglementaires Medtronic France SAS 1 Antoine Audry, Medtronic France Plan de l intervention Enjeux &

Plus en détail

Fédération de Recherche en Imagerie multimodalité (FRIM) Inserm Universités Paris Diderot & Paris Nord CNRS AP-HP

Fédération de Recherche en Imagerie multimodalité (FRIM) Inserm Universités Paris Diderot & Paris Nord CNRS AP-HP Fédération de Recherche en Imagerie multimodalité (FRIM) Inserm Universités Paris Diderot & Paris Nord CNRS AP-HP Directeur Dominique Le Guludec Tomographie d'emission MonoPhotonique (TEMP) Convention

Plus en détail

SagiNova. Ciblage précis. Nouveau. Des choix uniques en curiethérapie HDD. www.bebig.com

SagiNova. Ciblage précis. Nouveau. Des choix uniques en curiethérapie HDD. www.bebig.com SagiNova Ciblage précis Nouveau Des choix uniques en curiethérapie HDD www.bebig.com Des choix uniques pour la cu Projecteur de source à chargement différé SagiNova Possibilité de choisir entre une source

Plus en détail

Maîtrise des Fournisseurs. La CAEAR. Commission d Acceptation des Entreprises en Assainissement Radioactif

Maîtrise des Fournisseurs. La CAEAR. Commission d Acceptation des Entreprises en Assainissement Radioactif Maîtrise des Fournisseurs La CAEAR Commission d Acceptation des Entreprises en Assainissement Radioactif 1 La CAEAR : Définition Commission interne au CEA, Elle a pour mission la présélection des entreprises

Plus en détail

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent.

J ai l honneur de vous communiquer ci-dessous la synthèse de l inspection ainsi que les principales demandes et observations qui en résultent. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 21 septembre 2015 N/Réf. : CODEP-PRS-2015-035472 Hôpital Robert Debré 48 boulevard Sérurier 75019 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la radioprotection

Plus en détail

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE LAURENT Rémy laurent@clermont.in2p3.fr http://clrpcsv.in2p3.fr Journées des LARD Septembre 2007 M2R

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : B Dernière modification : 10/04/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Electricien maintenancier process 1 I OBJECTIF

Plus en détail

Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité

Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité 34 èmes Journées Nationales d Etudes sur la Stérilisation Lyon le 4 avril 2012 Certification en stérilisation : Norme ISO 9001 Système de Management de la Qualité Dominique COMBEAU, Pharmacien Hospitalier,

Plus en détail

ENFIN, UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE

ENFIN, UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE CS 9300 ENFIN, UN SYSTÈME POLYVALENT D'IMAGERIE ORL ET DENTAIRE Conçu pour de multiples applications cliniques, le système CS 9300 fournit des images panoramiques de très grande qualité, ainsi que des

Plus en détail

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris

REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire. Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris REDUCTION DE LA DOSE Imagerie Mammaire Dr Anne Tardivon Service de Radiologie Institut Curie, site Paris Soirée SFR-IDF, 15 Mars 2012 Une Technique Très Encadrée Dépistage organisé (DO) Départements pilotes

Plus en détail

L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES

L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES Dans le cadre des Journées Européennes du Patrimoine L IRSN VOUS OUVRE TOUTES SES PORTES SAMEDI 15 SEPTEMBRE 2012 ENTRÉE LIBRE DE 10H30 À 17H SUR PRÉSENTATION D UNE CARTE D IDENTITÉ 31, AVENUE DE LA DIVISION

Plus en détail

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS

Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE PARIS Paris, le 7 février 2014 N/Réf. : CODEP-PRS-2014-004998 Clinique vétérinaire 58, Avenue du Docteur Arnold Netter 75012 PARIS Objet : Inspection sur le thème de la

Plus en détail

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel

2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel 2. Activités et Modèles de développement en Génie Logiciel Bernard ESPINASSE Professeur à l'université d'aix-marseille Plan Les Activités du GL Analyse des besoins Spécification globale Conceptions architecturale

Plus en détail

Évaluation (HTA) de l'imagerie 3D à faisceau conique (CBCT) pour l'imagerie dentomaxillofaciale. Emmanuel Charpentier, Anne-Florence Fay, Natalie

Évaluation (HTA) de l'imagerie 3D à faisceau conique (CBCT) pour l'imagerie dentomaxillofaciale. Emmanuel Charpentier, Anne-Florence Fay, Natalie Évaluation (HTA) de l'imagerie 3D à faisceau conique (CBCT) pour l'imagerie dentomaxillofaciale. Emmanuel Charpentier, Anne-Florence Fay, Natalie Vongmany, Antoinette Césari, Laurence Rolland-Burger, Catherine

Plus en détail

L INSTITUT DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (IRSN)

L INSTITUT DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (IRSN) CHAPITRE 18 L INSTITUT DE RADIOPROTECTION ET DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (IRSN) Introduction 367 Les missions de l IRSN 367 Bilan des activités de l IRSN en 2007 369 Appui de nature réglementaire 369 Expertise

Plus en détail

DIRECTIVE 1999/2/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

DIRECTIVE 1999/2/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL L 66/16 DIRECTIVE 1999/2/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 22 février 1999 relative au rapprochement des législations des États membres sur les denrées et ingrédients alimentaires traités par ionisation

Plus en détail

Introduction. Installation de SPIRAL

Introduction. Installation de SPIRAL JOURNEES ACCELERATEURS Roscoff 20/22 mars 2000 PROJET SPIRAL : LE POINT M.P. Bourgarel, P. Bertrand, C. Barué, D. Bibet, B. Bru, A. Chabert, F. Chautard, M. Di Giacomo, M. Duval,G. Gaubert, S. Gibouin,

Plus en détail

Radioprotection des personnels. Bilan 2013 HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TR A VAIL. Synthèse des bilans locaux Novembre 2014

Radioprotection des personnels. Bilan 2013 HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TR A VAIL. Synthèse des bilans locaux Novembre 2014 HYGIENE, SECURITE ET CONDITIONS DE TR A VAIL Radioprotection des personnels Bilan 2013 Synthèse des bilans locaux Novembre 2014 STATUT DU DOCUMENT : DOCUMENT DE TRAVAIL du CHSCT Central V0-1 Radioprotection

Plus en détail

Quantification en tomographie d émission

Quantification en tomographie d émission Quantification en tomographie d émission Irène Buvat Imagerie et Modélisation en Neurobiologie et Cancérologie UMR 8165 CNRS - Paris 7 - Paris 11 buvat@imnc.in2p3.fr http://www.guillemet.org/irene Séminaire

Plus en détail

Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique

Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique Rôle de l Assurance Qualité dans la recherche clinique Pôle Qualité / Gestion des Risques 05 Janvier 2012 Plan La qualité d une recherche c est quoi? Bonnes Pratiques Cliniques (BPC) Responsabilités des

Plus en détail

Syllabus. MAJ : 18-janv.-08

Syllabus. MAJ : 18-janv.-08 Syllabus Licence professionnelle Instrumentation Médicale (Maintenance Matériel Biomédical (code APOGEE) ADAPTATION ET MISE A NIVEAU Enseignant Responsable : Daniel FOURQUET 05 65 20 58 00 mon46.cdt@ac-toulouse.fr

Plus en détail

Segmentation interactive d images médicales à 4 dimensions par Lignes de Partage des Eaux

Segmentation interactive d images médicales à 4 dimensions par Lignes de Partage des Eaux 1 Segmentation interactive d images médicales à 4 dimensions par Lignes de Partage des Eaux F. Bidault (1), J. Stawiaski (2), E. Decencière (2), I. Ferreira (3), C. Le Péchoux (3), F. Meyer (2), J. Bourhis

Plus en détail

Les différents métiers de la Pharmacovigilance au sein des structures privées

Les différents métiers de la Pharmacovigilance au sein des structures privées Les différents métiers de la Pharmacovigilance au sein des structures privées Anne-Sophie Gandubert LP - Métiers de la recherche clinique Hôpital Saint-Antoine Paris le 09 mars 2015 Plan Obligations du

Plus en détail

SANG ENTIER Personnel C.02.006. 1. Les déficiences suivantes ont été observées dans les programmes de formation des employés :

SANG ENTIER Personnel C.02.006. 1. Les déficiences suivantes ont été observées dans les programmes de formation des employés : INSPECTION DE SANTÉ CANADA À MONTRÉAL DU 19 AU 30 JANVIER 2004 OBSERVATIONS ET RÉPONSES SANG ENTIER Personnel C.02.006 1. Les déficiences suivantes ont été observées dans les programmes de formation des

Plus en détail

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering

Les lières. MSc in Electronics and Information Technology Engineering. Ingénieur civil. en informatique. MSc in Architectural Engineering Ingénieur civil Ingénieur civil Les lières MSc in Electronics and Information Technology Engineering MSc in Architectural Engineering MSc in Civil Engineering MSc in Electromechanical Engineering MSc

Plus en détail

GERER SA MAINTENANCE INFORMATIQUE

GERER SA MAINTENANCE INFORMATIQUE L AFNOR définit la maintenance comme l «ensemble des actions permettant de maintenir et de rétablir un bien dans un état spécifié ou en mesure d assurer un service déterminé.» De nos jours, les systèmes

Plus en détail

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT

GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Direction de la Politique Médicale (DPM) Formulaire Département de la Recherche clinique et du Développement (DRCD) GRILLE SCORE LOGISTIQUE ET IMPACT Méthode. Définition du niveau de risque de la recherche

Plus en détail

Annexe n 6 des Conditions particulières d'achat EQUIPEMENTS

Annexe n 6 des Conditions particulières d'achat EQUIPEMENTS EQUIPEMENT MESURE AUTOMATE MAINTENANCE Annexe n 6 des Conditions particulières d'achat EQUIPEMENTS Nom Fonction Date et Signature Référent Métrologie Maintenance Examens Rédaction Gilles LE MAILLOT de

Plus en détail

Qu est-ce que le ehealthcheck?

Qu est-ce que le ehealthcheck? Plus la dépendance d une compagnie envers ses systèmes informatiques est grande, plus le risque qu une erreur dans les processus métiers puisse trouver ses origines dans l informatique est élevé, d où

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Notice UTILISATION DE SOURCES RADIOACTIVES (domaine non médical)

Notice UTILISATION DE SOURCES RADIOACTIVES (domaine non médical) IND/RN/001/NT03 Notice UTILISATION DE SOURCES RADIOACTIVES (domaine non médical) Renouvellement, modification ou annulation de l autorisation I DEMANDE DE RENOUVELLEMENT D UNE AUTORISATION...3 I.1 Rappels...3

Plus en détail

Figure 1 Différents éléments influençant les mesures de seuil réalisées en champ visuel

Figure 1 Différents éléments influençant les mesures de seuil réalisées en champ visuel LE CHAMP VISUEL DU SUJET NORMAL INFLUENCE DES METHODES D'EVALUATION Jacques CHARLIER U279 INSERM, LILLE INTRODUCTION La connaissance du champ visuel du sujet normal, de ses variations intra et interindividuelles

Plus en détail

Introduction au métier d ARC. en recherche clinique

Introduction au métier d ARC. en recherche clinique Introduction au métier d ARC en recherche clinique Déroulement d un projet de recherche clinique Idée Faisabilité Avant Pendant Après Protocole accepté Démarches réglementaires Déroulement de l étude Analyse

Plus en détail

FORMATIONS 2014. Bienvenue à l Invacademy!

FORMATIONS 2014. Bienvenue à l Invacademy! FORMATIONS 2014 Conscient que les besoins dans le domaine du handicap et les réponses à ces besoins sont en pleine évolution, le centre de formations Invacademy vous propose des formations commerciales

Plus en détail

Réf. : Loi n 2006-686 du 13 juin 2006 relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire, notamment son article 40

Réf. : Loi n 2006-686 du 13 juin 2006 relative à la transparence et à la sécurité en matière nucléaire, notamment son article 40 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE LYON Lyon, le 30 décembre 2011 N/Réf. : CODEP-LYO-2011-072087 Monsieur le Directeur du centre nucléaire de production d'électricité du Tricastin CNPE du Tricastin BP 40009

Plus en détail

DIRECTION DES SERVICES PROFESSIONNELS GESTION DES STUPÉFIANTS ET DES DROGUES CONTRÔLÉES EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE

DIRECTION DES SERVICES PROFESSIONNELS GESTION DES STUPÉFIANTS ET DES DROGUES CONTRÔLÉES EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE NUMÉRO 152 : JUIN 2005 DIRECTION DES SERVICES PROFESSIONNELS GESTION DES STUPÉFIANTS ET DES DROGUES CONTRÔLÉES EN PHARMACIE COMMUNAUTAIRE Depuis quelques années, le Bureau des substances contrôlés (BSC)

Plus en détail

Le Master spécialisé Techniques Nucléaires et Radioprotection (TNRP) a pour objectif de former des professionnels en sciences et

Le Master spécialisé Techniques Nucléaires et Radioprotection (TNRP) a pour objectif de former des professionnels en sciences et LOGO Université IBN TOFAIL Faculté des Sciences de Kénitra Master spécialisé Techniques Nucléaires et Radioprotection Présentation du Master Spécialisé : Techniques Nucléaires et Radioprotection La formation

Plus en détail

MISE EN PLACE DU REGISTRE DE SÉCURITÉ RSQM VIA LA GMAO

MISE EN PLACE DU REGISTRE DE SÉCURITÉ RSQM VIA LA GMAO MISE EN PLACE DU REGISTRE DE SÉCURITÉ RSQM VIA LA GMAO INTRODUCTION La bonne gestion du parc des dispositifs médicaux est un élément essentiel à la vie d un établissement de santé, notamment dans le cadre

Plus en détail

Principe, caractérisation et utilisation des films Gafchromic EBT3

Principe, caractérisation et utilisation des films Gafchromic EBT3 Principe, caractérisation et utilisation des films Gafchromic EBT3 Olivier Henry Physicien, Centre Eugène Marquis (Rennes) Caroline Lafond Physicienne, Centre Eugène Marquis (Rennes) Contexte Le film reste

Plus en détail

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs Droits et obligations des travailleurs et des employeurs La Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) vise à assurer des conditions de santé et de sécurité minimales dans les entreprises québécoises.

Plus en détail

EVOLUTION RÈGLEMENTAIRE DES DM

EVOLUTION RÈGLEMENTAIRE DES DM EVOLUTION RÈGLEMENTAIRE DES DM Incidence dans les établissements de santé Dominique THIVEAUD Pharmacien CHU Toulouse Président Europharmat Le contexte 2 La refonte de la directive: Points clés: Evaluation

Plus en détail