Les services financiers et bancaires au coeur de la transition économique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les services financiers et bancaires au coeur de la transition économique"

Transcription

1 Les services financiers et bancaires au coeur de la transition économique La mobilisation de l épargne Séssion B1- Les enjeux de l assurance : CONSTAT SUR L ÉTAT DU MARCHÉ DES ASSURANCES TUNISIEN Par Lamia BEN MAHMOUD Ministère des Finances -TUNISIE Bruxelles,20-21 FEVRIER 2008

2 Sommaire INTRODUCTION : Rôle de l assurance dans la mobilisation de l épargne CONSTAT SUR L ÉTAT DU MARCHÉ DES ASSURANCES TUNISIEN : Les chiffres clés de l économie de l épargne et de l assurance tunisienne 2

3 INTRODUCTION Rôle de l assurance dans la mobilisation de l épargne

4 L Assurance : un instrument non négligeable de ressources financières nationales l importance de l assurance comme secteur clé dans toute économie moderne s explique par le double rôle qui incombe à ce secteur : 1. Un rôle direct qui consiste à sécuriser l investisseur et tout opérateur économique quant à la pérennité de son patrimoine et son remplacement en cas de sinistre 2. Un rôle indirect 2. Un rôle indirect qui fait de l assurance un mobilisateur de l épargne et une source de financement de l économie et de dynamisation des marchés financiers: 4

5 L Assurance : un mécanisme de mobilisation de l épargne et de financement de l économie Cycle de production inversé Constitution de provisions techniques pour honorer les engagements envers les assurés Mobilisation d une épargne stabe en particulier pour l assurance vie Placements des sommes collectées dans le financement de l économie 5

6 L Assurance : une dynamique de croissance pour l économie d un pays Plus un pays présente des signes de développement économiques importants plus son marché assuranciel est mature et dominé par l assurance vie et inversement : 1- Densité(primes/hab) et taux de pénétration p en % du PIB) indicateurs objectifs pour mesurer la maturité d un marché assuranciel. tration (primes 2-l assurance vie assurance vie instrument de prévoyance sociale et en meme temps un catalyseur d une épargne d excellente qualité :stable et de longue durée. 6

7 La suprématie incontestable des pays industrialisés sur le secteur de l assurance La densité d assurance : Dans les pays industrialisés, chaque habitant dépense en moyenne 3362$ en primes d assurances dont 2026$ en assurance vie ; Dans les pays émergents, chaque habitant dépense en moyenne 60$ en primes d assurances dont 36$ en assurance vie (avec une disparité importante entre les pays). La pénétration de l assurance : Dans les pays industrialisés, la pénétration est de 9,2% dont 5,5% en moyenne en vie contre 3,7% en non-vie; En moyenne, dans les pays émergents la pénétration est de 1,4% en vie et de 1,3% en non- vie 7

8 La suprématie incontestable des pays industrialisés sur le secteur de l assurance La densité sur un échantillon de quelques pays: Royaume - Uni 6466,7 $ don t 5139,6$ VIE Suisse 5561,9 $ dont 3111,8$ VIE Danemark 4271,4 $ don t 2840,8$ VIE France 4075,4 $ don t 2922,5$VIE PAYS BAS 3828,8 $ don t 2071, $ VIE USA 3923,7$ don t 1789,5$VIE Japon 3589,6$ don t 2829,3$VIE BELGIQUE 3442,5$ dont 2427,7$ VIE 8

9 La suprématie incontestable des pays industrialisés sur le secteur de l assurance La pénétration sur un échantillon de quelques pays: : Royaume - Uni 16,5% don t 13,1% VIE Afrique du sud 16,0% dont 13,0% VIE Taiwan 14,5% dont 11,6% VIE Corée du sud 11,1% don t 7,9% VIE Suisse 11,0% don t 6,2% VIE FRANCE 11,0% don t 7,9% VIE Japon Hong kong 10,5% don t 8,3% VIE 10,5% don t 9,2% VIE 9

10 CONSTAT SUR L L ÉTAT DU MARCHÉ DES ASSURANCES TUNISIEN Les chiffres clés de l économie de l épargne et de l assurance tunisienne 10

11 État de la consommation Indicateur de la croissance économique Accélération de la consommation nationale de 9,2% en 2006 contre 7,2% en 2005 : cette accélération a concerné aussi bien la consommation privée (9,8% contre 7,4% l an passé ) que publique (6,8% contre 6,4%); La propension moyenne à consommer,calculée par référence au revenu national disponible brut (RNDB)est de 78,6% dont 63,8% pour les ménages ; La consommation moyenne par habitant s est accrue de 8,8% contre 6,4% en 2005 pour se situer à Dinars (2000 $) en moyenne ; En dépit de l accélération de la consommation, l épargne a progressé de 11,9%. Aussi, le taux d épargne s est amélioré de 0.5 point passant de 21% du RNDB à 21,4% 11

12 Constat sur l état du marché des assurances en Tunisie Présentation du secteur Nombre des entreprises 18 Cap Min Cap Disponible SA Multibranches MD 115MD SA Spécialisée MD 14MD S- Spécialisée en réassu MD 35MD S - forme mutuelle 04 1,5 MD 16MD Chiffres d affaires : 800 MD Taux de pénétration : 2% contre une moyenne de 8% Densité : 79 DT(59$) contre 555$ Un Potentiel à exploiter 12

13 Constat sur l état du marché des assurances en Tunisie Structure du CA Branche CA Part Evol vie 78,4 MD 9,8% 14,2% Non-Vie 722,7 MD 90,2% 10,9% dont : Auto 347,0 MD 43,3% 11,5% IRD 175,0 MD 21,8% 15,5% Maladie 119,6 MD 14,9% 5,6% 13

14 Constat sur l état du marché des assurances en Tunisie Une croissance régulière du CA global du marché. soit un accroissement annuel moyen de 11,2% (02-06) Le marché reste influencé par l automobile qui génère 43% des primes et dont le CA progresse selon un rythme supérieur à la moyenne du secteur (soit 11,5% contre 11,2% pour le secteur). Quant à l assurance vie, sa part dans le marché reste faible (9,8%) bien qu elle enregistre durant l année 2006 une progression importante de 23,3% par rapport à

15 Capacité du marché des assurances en Tunisie à Mobiliser de l épargne et à financer l économie Une participation limitée e dans la Mobilisation de l épargne La situation globale du marché est modestement excédentaire et son activité connaît une croissance en dessous du potentiel réel. Cette situation est reflétée par : 1-Le niveau des provisions techniques : -Ce niveau reflète l importance des ressources dont dispose un secteur des assurances et qui sont susceptibles d être placées en vue de financer l économie ; - Le volume total de ces provisions a atteint 1516,8 MD en 2006 contre 1338,5 MD en 2005, soit une augmentation de 13,3% et un taux moyen d évolution durant la période avoisinant 10,2%. 15

16 Capacité du marché des assurances en Tunisie à Mobiliser de l épargne et à financer l économie - la part des provisions techniques du secteur n a pas dépassé une moyenne de 2% de l Epargne Nationale Brute durant la période Épargne Nat Provisions Tec Variation Prov Part prov/épar 1,7% 0,1% 2,1% 2,1% En MDT 16

17 Capacité du marché des assurances en Tunisie à Mobiliser de l épargne et à financer l économie - la structure de ces provisions est constituée de soldes à CT (provisions pour sinistres à payer, provisions pour risques en cours, ) alors que les provisions à LT ayant pour origine l assurance vie ne dépassent pas un taux de 14,5 % du total des provisions, Épargne Nat Prov Tec Prov Tec Vie Part prov VIE 11,6% 13,2% 13,6% 14,5% Var Prov Vie prov VIE/épar 0,1% 0,2 % 0,3% 0,4% 17

18 Capacité du marché des assurances en Tunisie à Mobiliser de l épargne et à financer l économie 2 - Un rôle limité de l assurance l vie : La participation de l assurance vie dans l EN reste limitée, ne dépassant pas 0,4% et ce pour les raisons suivantes : - Une part dans le total du CA du secteur ne dépassant pas 10% en 2006 contre 70% dans les pays de l OCDE et entre 30% et 80% dans les pays du SUD-EST Asiatique; - Une structure dominé par les assurances temporaires liées aux crédits bancaires (crédits de logement, crédits de voiture, ) contrairement aux marchés d assurances développés où les services à caractère d épargne accaparent la part majeure. - Un faible taux de dépenses consacré par le citoyen à l assurance vie et qui n a pas dépassé une moyenne de 7,8 Dt en 2006 (5,3$) contre une moyenne mondiale estimée à 331$, à 38,3$ dans les pays africains. 18

19 Capacité du marché des assurances en Tunisie à Mobiliser de l épargne et à financer l économie Une Faible pénétration p dans l él économie : - La pénétration des services d assurance dans l économie reste modeste. Le ratio Primes/PIB est de l ordre de 2% contre une moyenne mondiale de l ordre de 8%. -L utilisation des services d assurance n est pas encore bien ancrée dans les mœurs des entreprises et des ménages tunisiens et les assurances obligatoires occupent toujours une part significative du marché : près de 50% du chiffre d affaires est généré par cette catégorie d assurance 19

20 Capacité du marché des assurances en Tunisie à Mobiliser de l épargne et à financer l économie Les raisons du faible niveau de développement d de l épargne générée g e par l assurancel : 1 - Au niveau des assurances à caractère re d éd épargne: Des produits classiques en assurance vie et peu diversifiés : Nécessité d adaptation aux besoins des citoyens et à leurs capacités financières ; Des réseaux classiques de distribution: Nécessité de recours aux réseaux bancaires et postaux en plus des intermédiaires classiques; La capacité d épargne des individus :Les PE au titre de l assurance sur la vie ne dépassent pas 1,8% de l épargne des individus qui est estimée à 10,8% de leur revenu et ce en dépit de l évolution du niveau de revenu de l individu en Tunisie, 20

21 Capacité du marché des assurances en Tunisie à Mobiliser de l épargne et à financer l économie L importance des systèmes de prévoyance sociale en Tunisie qui se caractérisent par leurs globalité et leur générosité malgré un indice démographique en détériroation ; L influence négative de la branche automobile : réticence du citoyen sur le reste des prestations d assurance. 2- Au niveau des assurances à caractère re indemnitaire : La faiblesse de la capacité de rétention du secteur :Recours fréquent à la réassurance sur le marché international : 52% en incendie et risques industriels et 70% en transport. Nécessité de renforcer les FP des compagnies d assurance pour une plus grande rétention 21

22 Perspectives d amélioration de la participation du secteur à la mobilisation de l épargne : La nécessitn cessité de promouvoir davantage l assurance vie : La fiscalité :des mesures fiscales incitatives ont été introduites et ont pratiquement abouti à défiscaliser l assurance vie de bout en bout Des mesures règlementaires : un cadre légal régissant les assurances collectives sur la vievers une complémentarité avec les systèmes de prévoyance sociale ; L introduction de la bancassurance et la postassurance L institution du principe de cantonnement pour les placements vie 22

23 Perspectives d amélioration de la participation du secteur à la mobilisation de l épargne : La diversification et l innovation :Nécessité d offrir des produits d assurance capables de concurrencer les instruments d épargne existants du point de vue rentabilité, transparence et adaptabilité àla capacité financière des assurés. Le renforcement de la capacité de rétention du marché d assurance : La consolidation de l assise financière des compagnies d assurances à travers l encouragement des groupements d assurance sur le marché local (fusion). 23

24 Merci pour votre attention 24

Communiqué aux médias

Communiqué aux médias 1 Mobilière Suisse Holding SA Bundesgasse 35 Case postale 3001 Berne Téléphone 031 389 61 11 Téléfax 031 389 68 52 lamobiliere@mobi.ch www.mobi.ch Communiqué aux médias Exercice 2014: la Mobilière poursuit

Plus en détail

PRÉSENTÉ PAR : Urbain P. ADJANON Directeur des assurances

PRÉSENTÉ PAR : Urbain P. ADJANON Directeur des assurances DONNEES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BENIN EN PRÉSENTÉ PAR : Urbain P. ADJANON Directeur des assurances SOMMAIRE Introduction Formation du chiffre d affaires du marché Total bilan en constante progression

Plus en détail

- L EXPÉRIENCE TUNISIENNE -

- L EXPÉRIENCE TUNISIENNE - 1 BEYROUTH, 28-29 SEPTEMBRE 2010 LES SIMPLIFICATIONS ADMINISTRATIVES SIMPRO - L EXPÉRIENCE TUNISIENNE - Fatiha CHARNI BRINI BUREAU DES SIMPLIFICATIONS DES MÉTHODES ET PROCÉDURES ADMINISTRATIVES DIRECTION

Plus en détail

Présentation des résultats semestriels 2007

Présentation des résultats semestriels 2007 Présentation des résultats semestriels 2007 Faits marquants du premier semestre 2007 Henri de CASTRIES Président du Directoire Les résultats d AXA du 1 er semestre 2007 sont parfaitement en ligne avec

Plus en détail

AXA. Sophie Bourlanges. Rouen 3 juin 2015

AXA. Sophie Bourlanges. Rouen 3 juin 2015 AXA Sophie Bourlanges Rouen 3 juin 2015 AXA, une histoire de croissance 2 Un leader mondial de l assurance et de la gestion d actifs Présent dans 59 pays 161000 collaborateurs au service de 103 MILLIONS

Plus en détail

Expérience Tunisienne en matière de maîtrise de l énergie Stratégie énergétique à faible contenu en carbone

Expérience Tunisienne en matière de maîtrise de l énergie Stratégie énergétique à faible contenu en carbone Rafik MISSAOUI, Consultant énergie - environnement Expérience Tunisienne en matière de maîtrise de l énergie Stratégie énergétique à faible contenu en carbone Energaïa, Montpellier, 11 décembre 2008 Plan

Plus en détail

L exercice en bref 09

L exercice en bref 09 L exercice en bref 09 Introduction PKRück poursuit son succès PKRück peut se montrer plus que satisfaite de son évolution. Au terme de son cinquième exercice, l entreprise enregistre déjà 10 % de part

Plus en détail

Chiffres et faits 2007. du secteur de l assurance privée

Chiffres et faits 2007. du secteur de l assurance privée Chiffres et faits 2007 du secteur de l assurance privée 2 Impressum Publié par : Association Suisse d Assurances ASA C. F. Meyer-Strasse 14 Case postale 4288 CH-8022 Zurich Tél. +41 44 208 28 28 Fax +41

Plus en détail

SOMMAIRE. Assurances Salim

SOMMAIRE. Assurances Salim SOMMAIRE 1- Le secteur des assurances en Tunisie 2- Présentation de la socièté «ASSURANCES SALIM» 3- Stratégie de développement et perspectives d avenir 4- Evaluation 5 -Caractéristiques de l offre Assurances

Plus en détail

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai

La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes du commerce mondial? Une analyse croisée par secteurs et pays Conférence de presse Paris - 17 mai 2011 La crise 2008/2009 a-t-elle redistribué les cartes

Plus en détail

L ENTREPRISE ET LA BANQUE

L ENTREPRISE ET LA BANQUE L ENTREPRISE ET LA BANQUE 1. Le financement bancaire des entreprises L intermédiation bancaire dans les économies modernes peut-être appréhendée à travers les multiples fonctions qui sont assumées par

Plus en détail

Chapitre (4) : Fiscalité d Assurance

Chapitre (4) : Fiscalité d Assurance Chapitre (4) : Fiscalité d Assurance Introduction : Contrairement aux autres pays, les opérations d assurance en Algérie ne bénéficient d aucun régime particulier contribuant à son essor ; et les différentes

Plus en détail

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne

L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne L assurance-vie et le Financement du secteur privé en Afrique Subsaharienne Nelly MONGOSSO O BAKANG Administrateur et Directeur Général Adjoint Allianz Cameroun Assurances Vie Plan de la présentation Introduction

Plus en détail

I-Présentation de la Direction Nationale des Assurances

I-Présentation de la Direction Nationale des Assurances I-Présentation de la Direction Nationale des Assurances 1- Organisation La Direction Nationale des Assurances du Gabon est organisée par le décret 414/PR/MFEBPP du 16 avril 1999, pris en application du

Plus en détail

Principaux événements de 2015

Principaux événements de 2015 Principaux événements de 2015 City National Corporation Le 2 novembre 2015, nous avons conclu l acquisition de City National Corporation (City National), la société de portefeuille qui détient City National

Plus en détail

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014

Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Panorama du marché du crédit à la consommation en Europe en 2014 Pour la 8 ème année consécutive, Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du marché du crédit à la consommation

Plus en détail

Analyse financière Groupe Magasin Général

Analyse financière Groupe Magasin Général Secteur : Distribution Cours au : 133,400D Nominal : 5D Nombre de titres : 2 296 250 titres Points clés : Doyen du secteur de la distribution avec plus de 80 ans d expérience ; Actionnariat de référence

Plus en détail

Protection des clients du sur-endettement par l application des principe de la Smart Campaign. Enda inter-arabe. Tunisie

Protection des clients du sur-endettement par l application des principe de la Smart Campaign. Enda inter-arabe. Tunisie Protection des clients du sur-endettement par l application des principe de la Smart Campaign Enda inter-arabe Tunisie Savings and Credit Forum, SDC Mars 2013 Essma Ben Hamida Directrice Exécutive Co-fondatrice

Plus en détail

DISCOURS DE MONSIEUR MOHAMMED BOUSSAID MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

DISCOURS DE MONSIEUR MOHAMMED BOUSSAID MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ROYAUME DU MAROC LE CABINET الديوان DISCOURS DE MONSIEUR MOHAMMED BOUSSAID MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES A L OUVERTURE DE LA 3 EME EDITION DU RENDEZ-VOUS DE CASABLANCA DE L ASSURANCE CASABLANCA,

Plus en détail

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015

Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 n 47 juin 2015 n 47 juin 2015 Étude sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2014 Synthèse générale Le niveau des taux de revalorisation servis aux assurés appelle une vigilance

Plus en détail

Note de conjoncture du marché des assurances 1 er trimestre 2015

Note de conjoncture du marché des assurances 1 er trimestre 2015 Note de conjoncture du marché des assurances 1 er trimestre 2015 PRODUCTION DU 1 er TRIMESTRE 2015 : EVOLUTION DE LA PRODUCTION : Le chiffre d affaires réalisé par le secteur des assurances (y compris

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

EDITION DE DECEMBRE 2015

EDITION DE DECEMBRE 2015 REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail @@@@@ MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONALISATION @@@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES @@@@@ DIRECTION DE LA

Plus en détail

Chiffres et faits 2001

Chiffres et faits 2001 Chiffres et faits 2001 Schweizerischer Versicherungsverband Association Suisse d Assurances Associazione Svizzera d Assicurazioni Adresses Association Suisse d Assurances ASA Secrétariat C. F.-Meyer-Strasse

Plus en détail

«QUEL CONSEIL COMPTABLE POUR UNE MEILLEURE

«QUEL CONSEIL COMPTABLE POUR UNE MEILLEURE QUELLE GESTION FINANCIÈRE DES VILLES? 1 ère table ronde «QUEL CONSEIL COMPTABLE POUR UNE MEILLEURE GOUVERNANCE DES VILLES?» Par M. Lotfi MISSOUM, Directeur du contrôle, de l audit et de l inspection à

Plus en détail

Chiffres et faits 2009. du secteur de l assurance privée

Chiffres et faits 2009. du secteur de l assurance privée Chiffres et faits 2009 du secteur de l assurance privée 2 Impressum Editeur Association Suisse d Assurances ASA C. F. Meyer-Strasse 14 Case postale 4288, CH-8022 Zurich Tél. +41 44 208 28 28 Fax +41 44

Plus en détail

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Secrétariat Général Boîte Postale 1917 - Yaoundé République du Cameroun TELEX BANETAC 8343 KN Tél. (237) 223.40.30 (237) 223.40.60 Fax. (237) 223.82.16 12ème ASSEMBLEE

Plus en détail

Introduction en Bourse de la Société. Réunion d analystes

Introduction en Bourse de la Société. Réunion d analystes Introduction en Bourse de la Société «Assurances SALIM» Réunion d analystes 22 Février 2010 & Membre d Sommaire I. Le secteur des assurances en Tunisie i II. Présentation de la société «Assurances SALIM»

Plus en détail

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier

Séance 9. Vue d ensemble du système financier. 1- Fonctions du système financier Séance 9 Vue d ensemble du système financier 1- Fonctions du système financier Fonction : transférer des fonds des agents économiques : intermédiaire entre les agnets à besoin de financement (emprunteur)

Plus en détail

RESULTATS ANNUELS 2012. 19 Février 2013

RESULTATS ANNUELS 2012. 19 Février 2013 RESULTATS ANNUELS 2012 19 Février 2013 Sommaire 1. L UFF : chiffres clés 2. Faits marquants et activité 2012 3. Résultat et dividendes 4. Perspectives 2013 19 / 02/ 2013 2 Chiffres clés Au 31.12.2012 1

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE A LA SONEDE

PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE A LA SONEDE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DES RESSOURCES HYDRAULIQUES SOCIETE NATIONALE D'EXPLOITATION ET DE DISTRIBUTION DES EAUX S O N E D E GOUVERNANCE DE L EAU ECHANGE D EXPERIENCE ENTRE L OCDE ET LES PAYS ARABES

Plus en détail

Australie. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Australie : le système de retraite en 2012

Australie. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Australie : le système de retraite en 2012 Australie Australie : le système de retraite en 212 Le système de retraite australien comporte trois composantes : une pension de vieillesse soumise à conditions de ressources et financée par les recettes

Plus en détail

Enquête sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2010 et 2011

Enquête sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2010 et 2011 Enquête sur les taux de revalorisation des contrats individuels d assurance-vie au titre de 2010 et 2011 n o 6 juin 2012 1 Sommaire 1. Synthèse générale... 3 2. Typologie des contrats et des organismes...

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché

Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché Les marchés européens du crédit immobilier en 2015 et la place de la France dans ce marché Point presse Crédit Foncier Nicolas Pécourt Directeur Communication externe et RSE 24 Mai 2016 Plan de présentation

Plus en détail

Cadre d intervention Outre-mer 2014-2016. 03 avril 2014

Cadre d intervention Outre-mer 2014-2016. 03 avril 2014 Cadre d intervention Outre-mer 2014-2016 03 avril 2014 1 0 Sommaire de la présentation 1. Contexte général 1.1 Poursuivre le rattrapage économique 1.2 et le rattrapage social 1.3 Un modèle de développement

Plus en détail

AXA Winterthur: croissance et nouvelle augmentation de la rentabilité en 2010

AXA Winterthur: croissance et nouvelle augmentation de la rentabilité en 2010 Communiqué de presse Winterthur, le AXA Winterthur: croissance et nouvelle augmentation de la rentabilité en 2010 L exercice 2010 s est soldé par un résultat très satisfaisant pour AXA Winterthur. Le volume

Plus en détail

PARTENARIAT ASSAD THE ABRAAJ GROUP BUSINESS PLAN 2014-2019

PARTENARIAT ASSAD THE ABRAAJ GROUP BUSINESS PLAN 2014-2019 PARTENARIAT ASSAD THE ABRAAJ GROUP BUSINESS PLAN 2014-2019 GROUPE L ACCUMULATEUR TUNISIEN ASSAD 18 SEPTEMBRE 2014 PROPRIETE ASSAD Sommaire 01 02 03 04 05 06 07 08 PRESENTATION DU GROUPE PERFORMANCE DE

Plus en détail

PLAN DE L ETUDE : I. Le Marché Mondial II. Le Marché zone FANAF : - Marché Vie, - Marché Non Vie EVOLUTION DU MARCHE DE L ASSURANCE EN 2014

PLAN DE L ETUDE : I. Le Marché Mondial II. Le Marché zone FANAF : - Marché Vie, - Marché Non Vie EVOLUTION DU MARCHE DE L ASSURANCE EN 2014 EVOLUTION DU MARCHE DE L ASSURANCE EN 2014 PLAN DE L ETUDE : I. Le Marché Mondial II. Le Marché zone FANAF : - Marché Vie, - Marché Non Vie (situation de l assurance automobile 2010-2014) I. Le Marché

Plus en détail

La gestion financière de l assurance, clé du développement économique

La gestion financière de l assurance, clé du développement économique La gestion financière de l assurance, clé du développement économique Grâce aux placements qu elle doit effectuer en contrepartie de ses engagements envers les assurés, l assurance joue un rôle primordial

Plus en détail

Introduction. Table des matières I Les moyens alloués pour l éducation une vue d ensemble. I Les moyens alloués pour l éducation une vue d ensemble

Introduction. Table des matières I Les moyens alloués pour l éducation une vue d ensemble. I Les moyens alloués pour l éducation une vue d ensemble Mieux comprendre l école de demain Dix années d éducation dans le monde Rencontres internationales, 7-9 avril 25, Revue internationale d éducation de Sèvres, CIEP Atelier 6 : Comment concilier logiques

Plus en détail

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014

Analyse des Echanges Commerciaux de la Tunisie 3 premiers trimestres 2014 Banque Centrale de Tunisie Direction Générale des Statistiques Direction de la Balance des Paiements et de la PEG Sous direction des opérations courantes Service du commerce Extérieur Analyse des Echanges

Plus en détail

L EXPÉRIENCE TUNISIENNE EN MATIÈRE DE MARCHÉ FINANCIER. Intervention de Monsieur Salah ESSAYEL. Président du Conseil du Marché Financier de Tunisie

L EXPÉRIENCE TUNISIENNE EN MATIÈRE DE MARCHÉ FINANCIER. Intervention de Monsieur Salah ESSAYEL. Président du Conseil du Marché Financier de Tunisie L EXPÉRIENCE TUNISIENNE EN MATIÈRE DE MARCHÉ FINANCIER Intervention de Monsieur Salah ESSAYEL Président du Conseil du Marché Financier de Tunisie -Alger 25 avril 2013- PLAN Les étapes d évolution du marché

Plus en détail

L internationalisation du groupe AXA et son implantation en Asie du Sud-Est

L internationalisation du groupe AXA et son implantation en Asie du Sud-Est ! Université d Automne 2003! Enseignants de Sciences Economiques et Sociales - Entreprises L internationalisation du groupe AXA et son implantation en Asie du Sud-Est Les entretiens Louis Le Grand 23 et

Plus en détail

LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME

LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION ETAT DES LIEUX CAUSE DE LA SITUATION ACTUELLE NOS OBJECTIFS SOLUTIONS Brazzaville, Congo 1 1. INTRODUCTION A. CHIFFRES CLES DE LA FISRT BANK 28 ans

Plus en détail

L histoire de l assurance en Algérie

L histoire de l assurance en Algérie POINT DE VUE POINT OF VIEW Assurances et gestion des risques, vol. 81(3-4), octobre-décembre 2013, 285-290 Insurance and Risk Management, vol. 81(3-4), October-December 2013, 285-290 L histoire de l assurance

Plus en détail

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003

ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 PRB 05-40F ÉVOLUTION DES FINANCES PUBLIQUES FÉDÉRALES DE 1983 À 2003 Jean Dupuis Division de l économie Le 8 juin 2005 PARLIAMENTARY INFORMATION AND RESEARCH SERVICE SERVICE D INFORMATION ET DE RECHERCHE

Plus en détail

Communication financière du 27 mai 2014

Communication financière du 27 mai 2014 Communication financière du 27 mai 2014 Plan A. Présentation de SYPHAX Airlines B. Réalisations 2013 C. Contexte et perspectives D. Business Plan 2014-2017 Plan A. Présentation de SYPHAX Airlines B. Réalisations

Plus en détail

Confirmation du dynamisme commercial et renforcement de l assise financière

Confirmation du dynamisme commercial et renforcement de l assise financière Le Groupe Crédit Mutuel Centre Est Europe Sud-Est Ile-de-France Savoie-Mont Blanc et CIC en 2007 Confirmation du dynamisme commercial et renforcement de l assise financière Résultat net : 2 161 millions

Plus en détail

Introduction en bourse

Introduction en bourse OPF U.A.D.H Prix d introduction 6,5Dt Prix de la quotité : 13.000Dt (1 action nouvelle + 1 action ancienne) Période de sousription : Du 13 au 20 Mai inclu Capitalisation boursière: 240 MDt Ratios de valorisation:

Plus en détail

DONNEES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BÉNIN EN 2014

DONNEES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BÉNIN EN 2014 Atelier de dissémination des données du marché de l assurance au titre de l exercice 2014 et échanges sur les problèmes du secteur DONNEES DU SECTEUR DE L ASSURANCE AU BÉNIN EN 2014 Présenté par: Urbain

Plus en détail

Rapport financier semestriel

Rapport financier semestriel Le 1 er juin 2012 Rapport financier semestriel Au cours du premier semestre 2012, le Groupe a enregistré une forte croissance de son activité (+8,1%), notamment liée à une période de soldes hiver favorables,

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE SITUATION ACTUELLE ET PERSPECTIVES. OTHMAN BEN ARFA Président-Directeur Général de la STEG

REPUBLIQUE TUNISIENNE SITUATION ACTUELLE ET PERSPECTIVES. OTHMAN BEN ARFA Président-Directeur Général de la STEG REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L INDUSTRIE, DE L ENERGIE ET DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES ORGANISATION DU SECTEUR DE L ELECTRICITE EN TUNISIE SITUATION ACTUELLE ET PERSPECTIVES OTHMAN BEN ARFA

Plus en détail

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création

RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE. En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 18 mars 2009 RÉSULTATS 2009 PERSPECTIVES 2010 DE LA BANQUE POSTALE En 2009, La Banque Postale a signé sa plus belle année depuis sa création 2010 : mise en marché d activités

Plus en détail

Résultats de l exercice 2011 : + 106 % de croissance, 32,9 M de marge brute et 5% de rentabilité avant impôts

Résultats de l exercice 2011 : + 106 % de croissance, 32,9 M de marge brute et 5% de rentabilité avant impôts Communiqué de Presse Igny, le 14 mars 2012 Résultats de l exercice 2011 : + 106 % de croissance, 32,9 M de marge brute et 5% de rentabilité avant impôts Croissance de 106 % du chiffre d affaires (171,4

Plus en détail

Dossier de presse. L assurance vie en Tunisie. L assurance automobile en Tunisie

Dossier de presse. L assurance vie en Tunisie. L assurance automobile en Tunisie Dossier de presse L assurance vie en Tunisie L assurance automobile en Tunisie Table Ronde 7 Avril 2009 (Réalités) Quel rôle pour les assurances dans l accompagnement du développement des économies en

Plus en détail

Identifier les effets de compétitivité et d entraînement des échanges extérieurs

Identifier les effets de compétitivité et d entraînement des échanges extérieurs Identifier les effets de compétitivité et d entraînement des échanges extérieurs Rencontre Moyen Terme 2014/2018 Grégori Colin Economiste LA BALANCE COMMERCIALE (incluant les services marchands) Les flux

Plus en détail

à la Consommation en Europe

à la Consommation en Europe Le Marché du Crédit à la Consommation en Europe Une étude SOFINCO Novembre 2007 Evry, le 29 novembre 2007 - Nicolas Pécourt 1 Le crédit à la consommation en Europe Périmètre Cette étude est un complément

Plus en détail

Principaux Indicateurs du Développement Social En Tunisie

Principaux Indicateurs du Développement Social En Tunisie République Tunisienne Ministère des Affaires Sociales Bureau des Etudes, de la Planification et de la Programmation Principaux Indicateurs du Développement Social En Tunisie Novembre 2012 1 Indicateurs

Plus en détail

L ACTIVITÉ ÉPARGNE PATRIMONIALE

L ACTIVITÉ ÉPARGNE PATRIMONIALE chiffres clés decp 2013 ÉPARGNE patrimoniale L ACTIVITÉ ÉPARGNE PATRIMONIALE Une plate-forme d expertise Une offre complète de produits patrimoniale et services La Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale

Plus en détail

Textes juridiques fixant les dispositions relatives à l exercice des activités des sociétés de commerce international

Textes juridiques fixant les dispositions relatives à l exercice des activités des sociétés de commerce international Textes juridiques fixant les dispositions relatives à l exercice des activités des sociétés de commerce international -Loi n94-42 du 7 mars 1994, fixant le régime applicable à l exercice des activités

Plus en détail

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits

I/ Le rôle du Courtier dans la Conception des produits de micro assurance. II/ LE COURTIER dans la Commercialisation et la Distribution des Produits L IMPLICATION du COURTIER dans le DEVELOPPEMENT de la MICRO ASSURANCE : CONCEPTION, COMMERCIALISATION et DISTRIBUTION des PRODUITS, COLLECTE des PRIMES et COTISATIONS Présentée par Mme Hermine EKOBE NSEKE,

Plus en détail

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières

Analyse Financie re. 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière. Table des matières Analyse Financie re 1 ère Partie : Les concepts d analyse comptable et financière Table des matières Introduction :... 2 Chapitre 1 : Etude du compte de résultat... 2 I. Soldes Intermédiaires de Gestion

Plus en détail

La Fiscalité Portuaire et Maritime

La Fiscalité Portuaire et Maritime 2 ème édition de Port Finance International La Fiscalité Portuaire et Maritime Session 5 : Indicateurs d efficacité et les conducteurs des ports et terminaux de cette région Conférencier M. OUZZINE Mohammed

Plus en détail

RÔLE DU MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

RÔLE DU MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Royaume du Maroc Ministère de l Economie et des Finances RÔLE DU MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DANS LE DÉVELOPPEMENT DE LA MICROFINANCE AU MAROC CASABLANCA, LE 20 MARS 2015 AZIZ ALOUANE CHEF

Plus en détail

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat Chapitre 2 L analyse du compte de résultat I- Les soldes intermédiaires de gestion (SIG) A- Intérêt de la mise en place des SIG B- La mise en œuvre des SIG 1- Le tableau des SIG Voir annexe 1 2- L analyse

Plus en détail

LA QUESTION DE L EMPLOI

LA QUESTION DE L EMPLOI LA QUESTION DE L EMPLOI FACTEURS DETERMINANTS DE L OFFRE ET DE LA DEMANDE DE MAIN-D ŒUVRE Par : Jean-Marie BAZILE 1 SOMMAIRE 1. Définitions : Offre et demande de main-d oeuvre 2. Problématique de l emploi

Plus en détail

L assurance française : le bilan de l année 2012

L assurance française : le bilan de l année 2012 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 L assurance française : le bilan de l année 2012 1 2 L environnement économique et financier : accalmie et incertitude Le bilan d activité : résistance

Plus en détail

Alto Invest, une société de professionnels dédiés et expérimentés

Alto Invest, une société de professionnels dédiés et expérimentés Alto Invest, une société de professionnels dédiés et expérimentés Une équipe d investissement stable Plus de 20.000 clients privés depuis 2001 Près de 300 millions d actifs sous gestion et un portefeuille

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2008 Louvain-la-Neuve, le 27 mars 2009, 16h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET PROFITABILITÉ : BSB TIENT SES PROMESSES! La croissance de la société s est

Plus en détail

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC

BTS NRC AIDE. Fiches de révision Guide intégral 2014-2015. Théophile ELIET aidebtsnrc.com. La référence en ligne des révisions BTS NRC Fiches de révision Guide intégral 2014-2015 AIDE BTS NRC La référence en ligne des révisions BTS NRC 2 annés d études en moins de 100 fiches Théophile ELIET aidebtsnrc.com 1 Sommaire Économie Droit Management

Plus en détail

Le besoin d épargne retraite en France. Septembre 2010. EPSG_CBC_FRANCE_28469_BRO.indd 1 15/09/2010 19:46

Le besoin d épargne retraite en France. Septembre 2010. EPSG_CBC_FRANCE_28469_BRO.indd 1 15/09/2010 19:46 Le besoin d épargne retraite en France Septembre 2010 EPSG_CBC_FRANCE_28469_BRO.indd 1 15/09/2010 19:46 A propos d Aviva France Aviva est le 6 e assureur mondial*, avec plus de 5 millions de clients répartis

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

Communication Financière «Hannibal Lease»

Communication Financière «Hannibal Lease» Communication Financière «Hannibal Lease» Introduction sur le marché principal de la cote de la bourse Le 29 Mai 2013 1- Présentation de la société 2-Perspectives 3- Evaluation 4- Répartition de l Offre

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Octobre 2000 Où va finalement l épargne des ménages européens? Détention directe et indirecte de produits financiers en France, en Italie, au Royaume-Uni et aux Pays-Bas Le patrimoine financier des particuliers

Plus en détail

APTBEF RAPPORT ANNUEL TOME II ASSOCIATION PROFESSIONNELLE TUNISIENNE DES BANQUES ET DES ETABLISSEMENTS FINANCIERS

APTBEF RAPPORT ANNUEL TOME II ASSOCIATION PROFESSIONNELLE TUNISIENNE DES BANQUES ET DES ETABLISSEMENTS FINANCIERS الجمعية المهني ة التونسي ة للبنوك والمو سس ات المالي ة APTBEF ASSOCIATION PROFESSIONNELLE TUNISIENNE DES BANQUES ET DES ETABLISSEMENTS FINANCIERS التقریر السنوي 2006 RAPPORT ANNUEL TOME II 1 SOMMAIRE I-

Plus en détail

Souscrire à l'augmentation de capital de la STB -Investir l'avenir

Souscrire à l'augmentation de capital de la STB -Investir l'avenir Souscrire à l'augmentation de capital de la STB -Investir l'avenir Présentation de la STB : La Société Tunisienne de Banque, née au lendemain de l indépendance, la première banque du pays, a ouvert ses

Plus en détail

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français

Graphiques 1 Répartition par type d instrument des placements financiers des ménages français Focus n 1 1 juillet 1 L épargne des ménages français : davantage drainée par les produits réglementés qu orientée par les mécanismes de marché En flux annuels, l épargne des ménages se situe en France

Plus en détail

finance en MéditerranM diterranée e Quel impact? Tunis 5 mai 2008 Vers une adaptation du cadre juridique et réglementaire

finance en MéditerranM diterranée e Quel impact? Tunis 5 mai 2008 Vers une adaptation du cadre juridique et réglementaire 4ème Conférence FEMIP : Micro finance en MéditerranM diterranée e Quel impact? Tunis 5 mai 2008 Vers une adaptation du cadre juridique et réglementaire 1 Le cadre juridique De la micro finance en TUNISIE

Plus en détail

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014

Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Économie nationale Terminologie de la productivité Neuchâtel, septembre 2014 Le présent document définit la terminologie en vigueur

Plus en détail

COMMERCE EXTERIEUR DE LA TUNISIE PREMIER TRIMESTRE 2011

COMMERCE EXTERIEUR DE LA TUNISIE PREMIER TRIMESTRE 2011 COMMERCE EXTERIEUR DE LA TUNISIE PREMIER TRIMESTRE 2011 1 1) Hausse des exportations des biens en valeur de 10.3 % (5898.5 M.D contre 5349.3 M.D) 2) Progression des exportations des industries manufacturières

Plus en détail

Foyer International S.A. Eléments Clés

Foyer International S.A. Eléments Clés 2015 Foyer International S.A. Eléments Clés L Assurance Vie en Libre Prestation de Services : Solutions sur mesure au service d une clientèle internationale exigeante En tant que filiale à 100% du Groupe

Plus en détail

Prestations complémentaires

Prestations complémentaires Prestations complémentaires Analyse des facteurs de coûts et solutions Rencontre avec la presse, 7 mai 2015 Union patronale suisse, Expertise mandatée par l Union patronale suisse Analyse des facteurs

Plus en détail

L Ordre Indépendant des Forestiers Exercice terminé le 31 décembre 2011. Faits saillants financiers pour 2011

L Ordre Indépendant des Forestiers Exercice terminé le 31 décembre 2011. Faits saillants financiers pour 2011 L Ordre Indépendant des Forestiers Exercice terminé le 31 décembre Faits saillants financiers pour Survol de la santé financière et de la stabilité de Foresters Foresters la santé financière de Foresters

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE (Version de Janvier 2015) ABIDJAN, 18-20 MARS 2015 Union Discipline Travail Version du 220115_09h00 1 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Plus en détail

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE

LES DONNES DE LA MACROECONOMIE CHAPITRE 1 LES DONNES DE LA MACROECONOMIE I Le circuit économique. II Le Produit Interieur Brut. Le Produit intérieur brut est une mesure de la richesse nationale Le PIB correspond à : - La production

Plus en détail

SOMMAIRE. Introduction...2. 1/ Le fonctionnement du régime d assurance automobile du Comesa (carte jaune)..3

SOMMAIRE. Introduction...2. 1/ Le fonctionnement du régime d assurance automobile du Comesa (carte jaune)..3 1 SOMMAIRE Introduction...2 1/ Le fonctionnement du régime d assurance automobile du Comesa (carte jaune)..3 1-1/ Les principales caractéristiques de la carte jaune.3 1-2/ Le cadre juridique de la carte

Plus en détail

Contexte énergétique Tunisien

Contexte énergétique Tunisien WORKSHOP L ENERGIE SOLAIRE EN ALGERIE, AU MAROC ET EN TUNISIE" Munich, le 6 juin 2011 L Energie Solaire en Tunisie i : lencadrement l Encadrement Juridique et Economique Abdessalem EL KHAZEN Project Manager,

Plus en détail

FRAIS DE GESTION des mutuelles

FRAIS DE GESTION des mutuelles FRAIS DE GESTION des mutuelles Décembre 2015 PARLONS-EN EN TOUTE TRANSPARENCE Pour fonctionner, toute entreprise doit consacrer des ressources à sa gestion. Les frais de gestion des mutuelles représentent

Plus en détail

Cellcom en Bourse. 06 Janvier 2014. Intermédiaire en Bourse Introducteur Chef de file du syndicat de Placement. Membre du syndicat de Placement

Cellcom en Bourse. 06 Janvier 2014. Intermédiaire en Bourse Introducteur Chef de file du syndicat de Placement. Membre du syndicat de Placement Cellcom en Bourse Intermédiaire en Bourse Introducteur Chef de file du syndicat de Placement Membre du syndicat de Placement Evaluateur 06 Janvier 2014 Plan de la présentation I- Présentation de la société

Plus en détail

Qui nous sommes. Ce que nous pouvons faire. Et ce que nous vous offrons.

Qui nous sommes. Ce que nous pouvons faire. Et ce que nous vous offrons. Qui nous sommes. Ce que nous pouvons faire. Et ce que nous vous offrons. Portrait Qui nous sommes. Votre profession est notre métier. Sous l appellation «Assurance des métiers Suisse» (AMS), nous sommes

Plus en détail

Les mécanismes de financement de l innovation en Tunisie

Les mécanismes de financement de l innovation en Tunisie REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DE L INDUSTRIE ET DE LA TECHNOLOGIE Les mécanismes de financement de l innovation en Tunisie Colloque Euro-méditerranéen de l Innovation 14 Octobre 2010 1 Plan de l exposé

Plus en détail

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012

1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 L ÉTAT QUÉBÉCOIS EN PERSPECTIVE Les dépenses totales L Observatoire de l administration publique, hiver 2013 1. PROFIL DES DÉPENSES TOTALES DU GOUVERNEMENT DU QUÉBEC EN 2011-2012 Les dépenses totales,

Plus en détail

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Juin 2012 INTRODUCTION L'association «Savoirs, Émancipation, Vie Étudiante»

Plus en détail

TABLE RONDE N 1 LE CADRE JURIDIQUE DES INVESTISSEMENTS

TABLE RONDE N 1 LE CADRE JURIDIQUE DES INVESTISSEMENTS TABLE RONDE N 1 LE CADRE JURIDIQUE DES INVESTISSEMENTS L encadrement national de l investissement à l étranger L ouverture sur l extérieur est l une des règles du jeu économique opté par la Tunisie. Pendant

Plus en détail

CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT

CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT CHAPITRE VII : SYSTEME DE PAIEMENT Au cours des dernières décennies, les progrès en matière d intermédiation bancaire, de développement des institutions et d intensification

Plus en détail

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015

3. Dépenses et recettes budgétaires pour 2015 1 Introduction 1. Généralités Le particulier est confronté à titre principal à trois impositions : - l imposition de sa consommation (TVA, taxes sur les carburants, tabacs, alcools,...) : c est l imposition

Plus en détail

Sommaire. RAPPORT FINANCIER - Exercice 2014 1 2 RAPPORT DE GESTION DU TRÉSORIER 6 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS 8 BILAN

Sommaire. RAPPORT FINANCIER - Exercice 2014 1 2 RAPPORT DE GESTION DU TRÉSORIER 6 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS 8 BILAN Sommaire 2 RAPPORT DE GESTION DU TRÉSORIER 6 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS 8 BILAN 12 RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES CONVENTIONS RÈGLEMENTÉES 13 COMPTE DE RÉSULTAT

Plus en détail