Université Hassan II Ain Chock École Supérieure de Technologie de Casablanca. La marque. Réalisé par : LOUBNA AMAL FATIMA.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Université Hassan II Ain Chock École Supérieure de Technologie de Casablanca. La marque. Réalisé par : LOUBNA AMAL FATIMA."

Transcription

1 Université Hassan II Ain Chock École Supérieure de Technologie de Casablanca La marque Réalisé par : LOUBNA AMAL FATIMA Encadrée par: Mme.

2 Le plan Introduction La marque Les stratégies de marque. Les enjeux de la marque. les sources conclusion

3 I) Qu est ce qu une marque? I.1) Les fonctions de la marque La marque valorise les consommateurs: Plus l achat est impliquant (caractère social), plus la plus value apportée doit être importante. Elle peut également aider le consommateur à justifier ses choix grâce à l image qui lui est associée.

4 Introduction

5 I) Qu est ce qu une marque? I.1) Les fonctions de la marque La marque favorise la reconnaissance des produits: Elle fait la différence là où techniquement il n y en a pas toujours - Elle sert àdémarquer son produit par rapport à la concurrence sur un linéaire. - Elle simplifie l acte d achat lors d achats répétitifs (fidélisation). -

6 I) Qu est ce qu une marque I.2) La notoriété La n o to riété e st u n in d icate u r d u n o m b re d e clie n ts p o te n tie ls d u n e m a rq u e, p lu s e lle e st co n n u e p lu s e lle d e ch a n ce s d ê tre a ch e té e.

7 I) Qu est ce qu une marque? I.2) La notoriété In té rê t: U n b o n score d e n o toriété,m o n tre la b on n e con n aissan ce d e la m arq u e et d o n c sa présen ce dan s l esprit d u co n so m m a te u r

8 I) Qu est ce qu une marque? I.3) La signalétique de la marque E lle e st co n stitu é d e l e n se m b le d e s sig n e s q u i p e rm e tte n t d e re co n n a ître la m a rq u e : Nom Packaging Signalétique Graphisme Emblème

9 I) Qu est ce qu une marque? I.3) La signalétique de la marque Les noms de marque peuvent être : - Un nom - Un mot du vocabulaire courrant -Un chiffre ou un numéro - Une expression Le design sert a: - Faciliter l utilisation du produit - Renouveler d anciens produits - Identifier un produit et en faciliter l achat

10 I) Qu est ce qu une marque? I.3) La signalétique de la marque Parmis les autres identifiants de la marque on trouve : - Le logotype - Le jingle sonore - La signature de la marque, c est à dire le slogan.

11 Activités A quelles m arques co rre sp o n d e n t ce s lo g o s :

12 Activités A qu elles m arq u es associez vo u s ce s slo g a n s: -, p a rce q u e je le va u x b ie n. -., q u e ça re ste e n tre n o u s.

13 II) Les stratégies de marques

14 II) Les stratégies de marques II.1) Les stratégies multimarques La marque produit et la marque gamme : A chaque produit correspond un positionnement et une marque spécifique.

15 II) Les stratégies de marques II.1) Les stratégies multi-marques La m a rq u e p ro d u it : Une marque Un positionnement Un produit ou une gamme de produits Ariel Spécialiste (basse t, blanc, protège ) Lessive machine Variété variété variété liquide poudre tablettes

16 II) Les stratégies de marques II.1) Les stratégies multi-marques la m a rq u e g a m m e : Une marque Globale Groupe Volkswagen Un positionnement Automobile Haut de Gamme Une marque gamme Marque Audi Audi A3 Audi A6 Audi A8

17 II) Les stratégies de marques II.1) Les stratégies multi-marques Ava n ta g e:s Saturer les besoins des consommateurs. Occuper le terrain Positionnements très spécifiques. In co n v é n ie n : ts Coûts élevés de communication Coûts élevés de distribution.

18 II) Les stratégies de marques II.2) Les stratégies mono-marques La stratégie de marque ombrelle : La marque ombrelle signe plusieurs catégories de produits très différents. Une marque Positionnement 1 Positionnement 2 Positionnement n Gamme 1 Gamme 2 Gamme n

19 II) Les stratégies de marques II.2) Les stratégies mono-marques La stratégie de marque ombrelle LG Téléphonie Gamme de Téléphone Climatisation Téléviseurs Gamme de Climatiseurs Gamme de Télévision

20 Exemple de marque ombrelle : Sony Téléphones mobiles Hi-Fi vidéo Jeux d enfants Consoles de jeux Ordinateurs Chien/chat électroniques Marque caution

21 II) Les stratégies de marques II.2) Les stratégies mono-marques La stratégie de marque caution: Elle se compose d une marque mère et d une marque fille. Une marque Globale Marque fille 1 marque fille 2 marque fille n Positionnement 1 positionnement 2 positionnement n Gamme 1 gamme 2 gamme n

22 II) Les stratégies de marque II.2) Les stratégies mono-marques Exemple de marque caution Microsoft X Box Consoles de Jeux LU Pepito Biscuits chocolatés

23 II) Les stratégies de marques II.2) Les stratégies mono-marques A v a n ta g e: s - Économie d échelle - Fidélité

24 II) Les stratégies de marques II.2) Les stratégies mono-marques : In c o n v é n ie n ts Perte de part de marché global. Perte de linéaire Effet de mode, vieillissement de la marque Accident sur la marque :

25 Les stratégies de marques de NESTLE NESTLE marque ombrelle : Des produits à marque Nestlé : petits pots, laits infantiles, chocolats, yaourt et glaces. Les marques cautions : Des produits à marque autonome mais portant la mention Nestlé : Lion, Kit Kat, Quality Street, Chocapic, Les marques produits : Des produits à marque autonome sans la mention Nestlé : Maggi, Mousline

26 II) Les stratégies de marques II.3) Les Branduits Ce sont des marques pionnières qui lancent des produits des secteurs jusqu alors inexplorés et qui deviennent leader. On désigne alors ces produits en utilisant le nom de la marque pionnière en question. Ex : Frigidaire, Scotch, Bic

27 III) Les enjeux de la marque III.1) Les évolutions de marque Au cours du temps, une entreprise peut être amenée à faire évoluer sa/ses marque(s). On note principalement trois types d évolution de marque : - L extension de marque - Le Co-Branding - La fusion/disparition de marque

28 III) Les enjeux de la marque III.1) Les évolutions de marque A propos de l extension de marque, on en note principalement trois types: - -. Extension de proximité, c est en fait de l extension de gamme Extension continue, suppose que l on conserve le même marché et le même mode de distribution. Extension discontinue.

29 III) Les enjeux de la marque III.1) Les évolutions de marque Une autre évolution possibles est le Co-Branding : - Il résulte généralement de la volonté de mettre en commun des savoirs faire, pour lancer un nouveau produit portant les 2 marques. Ex: McDonald s à fait appel à plusieurs marques telles que Daim s, M&M s, pour élaborer les recettes de ses McFlury s. -

30 III) Les enjeux de la marque III.1) Les évolutions de marque Enfin la dernière forme d évolution de marque est la fusion/disparition de marque: Cette technique est généralement employé dans le cas où les marques se multiplient et l une doit s affirmer au détriment des autres.

31 III) Les enjeux de la marque III.2) La notion d image forte To u t d a b o rd e x p liq u o n s co m m e n t se cré e l im a g e d e m a rq u e : Représentation mentale Stable Image Sélective et simplificatrice Personnelle et Subjective

32 III) Les enjeux de la marque III.2) La notion d image forte Maintenant, quel est l intérêt pour que la marque de l entreprise soit forte: - Une marque forte apporte de la valeur ajoutée aux produits. - Elle modifie le comportement du consommateur à long terme. Cela peut avoir des conséquences surprenantes: - Effet de préférence -Effet de halo

33 III) Les enjeux de la marque III.3) La protection de la marque U n d é p ô t d e m a rq u e p e u t se fa it su r tro critè re s : G é o g ra p h iq u e. Ty p e d e p ro d u it. Le te m p s d u d é p ô t

34 III) Les enjeux de la marque III.3) La protection de la marque Que peut-on déposer? - Une dénomination - Un signe figuratif (logos, dessins, ) - Un son (jingle sonore) Tout cela à trois conditions : - Que la marque n ait pas déjà été déposée - Qu elle ne soit pas déceptive -Que ce ne soit pas un nom générique de sa catégorie de produits (du dentifrice qui s appelle «Dentifrice»)

35 III) Les enjeux de la marque III.3) La protection de la marque On les rencontre souvent à la suite d une marque mais que signifient symboles et? - pour Registered signifie que la marque est une marque déposée et pleinement protégée. - pour Trade Mark signifie que la marque visée est une marque commerciale mais n implique pas nécessairement qu elle soit déposée.

36 conclusion

37 Les sources -etudiant.fr g

38 M e rc i p o u r v o tre a tte n tio

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s

S O M M AIR E P R ÉFAC E. u e lle s so n t ce s e x ige n ce s e sse n tie lle s? Au commencement. E u ro p ée n n e p o u r le s A u c o m m e n c e m e n t p 2 L A g rém e n t Te c h n iq u e E u ro p ée n p o u r le s S y stèm e s d E ta n c h éité Liq u ide p 4 G a ra n tie déc e n n a le - E x c e p tio n fra n ça ise La rép

Plus en détail

L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7

L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7 L Ergonomie C a fé S c ie n c e s C o g n itiv e s - 2 8 /0 3 /0 7 L Ergonomie? Etymologie S o n n o m p ro v e n a n t d u g re c e rg o n (travail) e t n o m o s (lois) p o u r d é s ig n e r la s c

Plus en détail

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010

Présentation de la formation au professionnelle pour les aides spécialis. situation de handicap. Promotion 2009/2010 Présentation de la formation au Certificat d aptitude d professionnelle pour les aides spécialis cialisées, les enseignements adaptés s et la scolarisation des élèves en situation de handicap CAPA-SH Promotion

Plus en détail

L énergie solaire en région Rhône-Alpes

L énergie solaire en région Rhône-Alpes L énergie solaire en région Rhône-Alpes Panorama régional du photovoltaïque et politique nationale M in is tè r e d e l'é c o lo g ie, d e l'é n e r g ie, d u D é v e lo p p e m e n t d u r a b le e t

Plus en détail

A pprendre à ra is onner à l'éc ole

A pprendre à ra is onner à l'éc ole A pprendre à ra is onner à l'éc ole l'e x e m p le d e la g é o m é trie C liq u e z p o u r m o d ifie r le s ty le d e s s o u s -titre s d u m a s q u e Thierry DIAS, HEP Lausanne thierry.dias@hepl.ch

Plus en détail

Depuis 1977, pour un avenir en toute confiance

Depuis 1977, pour un avenir en toute confiance Les outils de pilotage de la TPE Comment les concevoir, les aligner et les déployer sur les facteurs clés de succès? Définition Objectifs Limites Tableau de bord de la TPE Ce que l on va dire Systèmes

Plus en détail

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques?

C a fé E u ro p e D é b a t. Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? C a fé E u ro p e D é b a t Les jeunes [fra nç a is ] en ont-ils m a rre des politiques? O rig ine S oc ia le des E lus O rig ine S oc ia le des D éputés en 2007 E n % O rig ine s oc ia le des M a ires

Plus en détail

20 e Journée de l'afphb

20 e Journée de l'afphb «La Pharmacie Hospitalière : quels projets pour le futur?» L Arrêté Royal du 4 mars 1991, 20 ans après C h â te a u d u L a c, G e n v a l - 7 m a rs 2 0 0 9 COMMENT UTILISER VOTRE BOÎTIER? Utilisez les

Plus en détail

Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing

Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing THEME: 2008/2009 Introduction Cadre général : 1) Qu est que c est qu un tableau de bord? a) Définitions b) Les rôles essentiels du

Plus en détail

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010

E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie. A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 E x plo ra tio n de l a ptitude a éro bie A nne-l a ure L a prérie 16/12/2010 M éta bo lis m es énerg étiques C o ntra c tio n m us c ula ire M u s cle s s t r ié s s q u e le t t iq u e s = 40 % m a s

Plus en détail

La Marque. Plan de la séance : I) Qu est ce qu une marque? II) Les stratégies de marque. III) Les enjeux de la marque.

La Marque. Plan de la séance : I) Qu est ce qu une marque? II) Les stratégies de marque. III) Les enjeux de la marque. La Marque Plan de la séance : I) Qu est ce qu une marque? II) Les stratégies de marque. III) Les enjeux de la marque. I) Qu est ce qu une marque? I.1) Les fonctions de la marque La marque valorise les

Plus en détail

LA PROCEDURE D'ABANDON MANIFESTE

LA PROCEDURE D'ABANDON MANIFESTE direction départementale de l'equipement Haute-Saône LA PROCEDURE D'ABANDON MANIFESTE Mise à jour : juillet 2007 SOMMAIRE PROCEDURE 2 SYNOPTIQUE DE LA PROCEDURE 3 MODELE PROCES-VERBAL 4 TEXTES REGLEMENTAIRES

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

I I I. L a p a rti e f i n a n ci è re du b u s i n es s p l a n

I I I. L a p a rti e f i n a n ci è re du b u s i n es s p l a n I I I. L a p a rti e f i n a n ci è re du b u s i n es s p l a n Après avoir rédigé la partie rédactionnelle, il convient de traduire le projet en termes financiers partie financière du business plan appelée

Plus en détail

UE Marketing Opérationnel

UE Marketing Opérationnel UE Marketing Opérationnel La politique Produit Les 4 variables d action marketing MARKETING Mix Produit Qualité Caractéristiques Style Marque Conditionnement Garantie SAV Prix Tarif Remise Rabais Conditions

Plus en détail

Sponsoring et mécénat

Sponsoring et mécénat Sponsoring et mécénat Sponsoring : association à un événement (retomber commercial) Mécénat : aide (mais pas forcement de retomber médiatique, publique restreint ) Introduction : Il existe un démarche

Plus en détail

D é ce m b re 2 01 0 L e ttr e d 'i n fo r m a t i o n n 2 2 E d i to r i al L a f r o n ti è r e so c i ale L a p r i s e d e c o n s c i e n c e d e s e n tr e p r i s e s e n m a ti è re D e s e xa

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

http://www.behance.net/gallery/city-of-melbourne/276451 http://www.behance.net/gallery/arch-idea-identity-_amp-website/238713

http://www.behance.net/gallery/city-of-melbourne/276451 http://www.behance.net/gallery/arch-idea-identity-_amp-website/238713 GRAPHISME Les disciplines : Identité visuelle La création d une identité visuelle dépasse la simple création d un logo. Pour rendre un produit, un service ou une organisation facilement identifiable, les

Plus en détail

Présentation du service TRANSAX Leader de la sécurisation des paiements par chèque en France

Présentation du service TRANSAX Leader de la sécurisation des paiements par chèque en France Présentation du service TRANSAX Leader de la sécurisation des paiements par chèque en France Présentation du service TRANSAX Leader de la sécurisation des paiements par chèque en France Avec 80 millions

Plus en détail

Site C : Évaluation environnementale Processus d examen

Site C : Évaluation environnementale Processus d examen Site C : Évaluation environnementale Processus d examen Dean Stinson O Gorman Directeur des commissions d examen Agence canadienne d évaluation environnementale Brian Murphy Directeur des évaluations de

Plus en détail

INTRODUCTION. Plan du cours (1/2) Marketing stratégique. Plan du cours (2/2) Le rôle du marketing stratégique. Le vocabulaire stratégique

INTRODUCTION. Plan du cours (1/2) Marketing stratégique. Plan du cours (2/2) Le rôle du marketing stratégique. Le vocabulaire stratégique Plan du cours (1/2) Marketing stratégique Séverine Saleilles Introduction Le diagnostic stratégique Diagnostic externe (PESTEL, forces concurrentielles, cycle de vie, benchmark) Diagnostic interne (chaîne

Plus en détail

Protection Collective Caractéristiques générales

Protection Collective Caractéristiques générales Protection Collective Caractéristiques générales Mise à jour Octobre 009 Protection collective La protection collective contre les chutes de hauteur dans les bâtiments en construction doit être assurée

Plus en détail

Ordinateur, programme et langage

Ordinateur, programme et langage 1 Ordinateur, programme et langage Ce chapitre expose tout d abord les notions de programme et de traitement de l information. Nous examinerons ensuite le rôle de l ordinateur et ses différents constituants.

Plus en détail

Les machines électriques à pôles lisses 1. I n t r o d u c t i o n 10 1 L ' i n t e r a c t i o n e n t r e u n c o u r a n t é l e c t r i q u e e t u n c h a m p m a g n é t i q u e e s t à l ' o r i

Plus en détail

Diplôme de Comptabilité et de Gestion. D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0

Diplôme de Comptabilité et de Gestion. D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Diplôme de Comptabilité et de Gestion DCG D é c r e t N 2 0 0 6-1 7 0 6 d u 2 2 d é c e m b r e 2 0 0 6 - A r r ê t é d u 8 m a r s 2 0 1 0 Validation des Acquis de l Expérience VAE R é f é r e n t i e

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

SOCIETE DES NATIONS. 4/46014/20994 Genève le 5 septembre 1925 DELIMITATION LU PORT DE D^TZIG AUX FINS DU SERVICE

SOCIETE DES NATIONS. 4/46014/20994 Genève le 5 septembre 1925 DELIMITATION LU PORT DE D^TZIG AUX FINS DU SERVICE SOCIETE DES NATIONS Communiqué au Conseil G. 495 1925 I. 4/46014/20994 Genève le 5 septembre 1925 VjLLE LIBRE DE DaNTSIG. DELIMITATION LU PORT DE D^TZIG AUX FINS DU SERVICE POSTAL POLONAIS i. Note du Gouvernement

Plus en détail

Responsabilité sociétale des entreprises Quels enjeux, Quels bénéfices?

Responsabilité sociétale des entreprises Quels enjeux, Quels bénéfices? Responsabilité sociétale des entreprises Quels enjeux, Quels bénéfices? 28 novembre 2012 Sommaire Enjeux liés à la Responsabilité sociétale? S engager dans une réponse globale ou spécifique? Peut-on quantifier

Plus en détail

VOS AVANTAGES. Marketing revendeurs VOTRE ENCYCLOPÉDIE DE LA CONNECTIQUE 2010 L ENCYCLOPÉDIE DE LA CONNECTIQUE

VOS AVANTAGES. Marketing revendeurs VOTRE ENCYCLOPÉDIE DE LA CONNECTIQUE 2010 L ENCYCLOPÉDIE DE LA CONNECTIQUE Marketing revendeurs Pour vous aider à développer votre activité VOTRE ENCYCLOPÉDIE DE LA Disposez de votre Guide Métier personnalisé à votre enseigne! VOS AVANTAGES - Stimulez la prise de commande en

Plus en détail

Santé & Beauté. Mer c h a n d i s i n g et Co m m u n i c a t i o n

Santé & Beauté. Mer c h a n d i s i n g et Co m m u n i c a t i o n Santé & Beauté Mer c h a n d i s i n g et Co m m u n i c a t i o n HL Display, concepteur et fabricant de solutions merchandising et de communication L EXPERTISE DE VOTRE SECTEUR Grâce aux nombreux projets

Plus en détail

Terminologie des métiers commerciaux : Une approche socioterminologique peut-elle conduire à un système de concepts? Anne Parizot

Terminologie des métiers commerciaux : Une approche socioterminologique peut-elle conduire à un système de concepts? Anne Parizot Terminologie des métiers commerciaux : Une approche socioterminologique peut-elle conduire à un système de concepts? Anne Parizot Laboratoire de recherche en français contemporain, Université de Paris

Plus en détail

Présentation Six Sigma

Présentation Six Sigma Université Hassan II Aïn Chock Faculté des Sciences Juridiques Economiques et Sociales Casablanca Présentation Six Sigma Travail présenté Travail présenté par: par: TAYEB TAYEB Wifak Wifak HARBAL HARBAL

Plus en détail

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT

DEVENEZ UN SIMPLY-EXPERT DEVENEZ UN SIMPLYEXPERT Bonjour, N o u s s o m m e s l e s créate ur s du site Inte r net : ht tp://www.simplyla nd.com D e p u i s p r è s d e 2 a ns, notre je une équipe déve loppe un site Inte r net

Plus en détail

GESTION DE PRODUCTION GENERALITES

GESTION DE PRODUCTION GENERALITES L ENTREPRISE ET L ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE Chaque société possède des fournisseurs, des clients et apporte une valeur ajoutée à un produit. Achat Production de Valeur Ajouté Vente La valeur ajoutée est

Plus en détail

GAZ BUTANE. voilà enfin le rêve CUISINIÈRES " L E RÊVE" appareillées spécialem ent pour fonctionner au. Agence Générale de vente pour la France

GAZ BUTANE. voilà enfin le rêve CUISINIÈRES  L E RÊVE appareillées spécialem ent pour fonctionner au. Agence Générale de vente pour la France appareillées spécialem ent pour fonctionner au GAZ BUTANE voilà enfin le rêve w Agence Générale de vente pour la France CUISINIÈRES " L E RÊVE" 14, RUE DU HELDEP, PARIS (9*) Tel. : PRO VEN CE 06-07 CUISINER

Plus en détail

D é ce m b re 2 0 0 7 L e ttr e d 'i n fo r m a ti o n n 1 6 E d i to r i al P o u vo i r s p r i vé s, p o u vo i r s p u b li c s P l u s i e u r s é vé n e m e n ts n o u s i n te r p e l l e n t d

Plus en détail

QUI ES TU. Primaire : Secondaire : L ÉCOLE

QUI ES TU. Primaire : Secondaire : L ÉCOLE Le vandalisme c est briser volontairement quelque chose qui ne t appartient pas. C est un geste gratuit qui peut prendre plusieurs formes tel que feu, bris d aménagement paysager, renverses de poubelles,

Plus en détail

Une compagnie pour la vie

Une compagnie pour la vie 12 pages:mise en page 1 01/06/11 11:15 Page1 Une compagnie pour la vie Une compagnie pour la vie AFI ESCA : Compagnie d assurance sur la vie et de capitalisation. Entreprise régie par le code des assurances.

Plus en détail

LA POLITIQUE DE MARQUE. Adriana Buzdugan, lector

LA POLITIQUE DE MARQUE. Adriana Buzdugan, lector LA POLITIQUE DE MARQUE Adriana Buzdugan, lector Contents 1 2 La nature et les fonctions des marques La notoriété et l'image de marque 3 La signalétique de la marque 4 Les politiques de marque NOTIONS GENERALES

Plus en détail

Créer un logo. Après avoir lu le document ci-dessous vous devez créer un logo pour l hôtel restaurant de gascogne.

Créer un logo. Après avoir lu le document ci-dessous vous devez créer un logo pour l hôtel restaurant de gascogne. Créer un logo Travail à Faire : Après avoir lu le document ci-dessous vous devez créer un logo pour l hôtel restaurant de gascogne. Le présenter sous différent format (web, carte de visite n&b/couleur)

Plus en détail

AGENDA. JOUR 1 : le choix des produits L assortiment du point de vente. JOUR 2 : la présentation des produits. JOUR 3 : La prospection

AGENDA. JOUR 1 : le choix des produits L assortiment du point de vente. JOUR 2 : la présentation des produits. JOUR 3 : La prospection 1 MARKETING JOUR 2 AGENDA 2 JOUR 1 : le choix des produits L assortiment du point de vente JOUR 2 : la présentation des produits JOUR 3 : La prospection JOUR 4 : La fidélisation 3 MIX MARKETING Les bases

Plus en détail

Séries AS/EN 9100 Aviation, Aérospatiale et Défense

Séries AS/EN 9100 Aviation, Aérospatiale et Défense Séries AS/EN 9100 Aviation, Aérospatiale et Défense Guide Produit Qu est-ce que l AS 9100 Management de la Qualité de l Aérospatiale? Les normes de l aérospatiale sont une série de normes basées sur l

Plus en détail

Théorie de l oligopole et oligopoles non coopératifs

Théorie de l oligopole et oligopoles non coopératifs Théorie de l oligopole et oligopoles non coopératifs Dans un marché oligopolistique, le nombre de firmes est limité I - Cadre général Le nombre limité de firmes dans un oligopole peut s expliquer par des

Plus en détail

Présentation Gipéblor FCBA -15 mars 2012

Présentation Gipéblor FCBA -15 mars 2012 Promotion Marketing Vente Quels outils stratégiques et opérationnels pour les entreprises de la filière bois? Pierre Bonfils Responsable Développement et Formation - FCBA Présentation Gipéblor FCBA -15

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS Page 1 sur 6 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES IMPÔTS 4 C- -01 N du 4 F.E. - INSTRUCTION DU 609601A VT/NFD (B1-1-01) DISPOSITIONS DIVERSES (BIC, IS, DISPOSITIONS COMMUNES). FRAIS ET CHARGES.

Plus en détail

Marketing opérationnel: définition, mix marketing, plan marketing

Marketing opérationnel: définition, mix marketing, plan marketing COM 300: CHAPITRE 1 INTRODUCTION A LA COMMUNICATION D ENTREPRISE Mme. Zineb El Hammoumi SOMMAIRE Marketing opérationnel: définition, mix marketing, plan marketing Introduction à la communication: définition,

Plus en détail

FABRICANT DE SOLUTIONS SPÉCIALISÉES DE SOUDAGE ET DE BRASAGE

FABRICANT DE SOLUTIONS SPÉCIALISÉES DE SOUDAGE ET DE BRASAGE FABRICANT DE SOLUTIONS SPÉCIALISÉES DE SOUDAGE ET DE BRASAGE Une stratégie industrielle et commerciale mondiale Une tradition d innovation et de qualité dans la transformation du métal depuis 1679 Solutions

Plus en détail

L'EMBALLAGE. 1/ L'emballage protège ce qu'il vend. 2/ L'emballage regroupe les produits

L'EMBALLAGE. 1/ L'emballage protège ce qu'il vend. 2/ L'emballage regroupe les produits L'EMBALLAGE Nous allons poursuivre l'étude du thermomètre électronique, en nous intéressant à son emballage. Dans un premier temps, nous allons nous intéresser aux emballages en général, pour pouvoir ensuite

Plus en détail

Interface Wi-Fi. Commande à distance pompe à chaleur Air/Air avec. L énergie est notre avenir, économisons-la! MAC-557IF-E GESTION CENTRALISÉE

Interface Wi-Fi. Commande à distance pompe à chaleur Air/Air avec. L énergie est notre avenir, économisons-la! MAC-557IF-E GESTION CENTRALISÉE ** * GESTION CENTRALISÉE Interface Wi-Fi Commande à distance pompe à chaleur Air/Air avec L énergie est notre avenir, économisons-la! * la culture du meilleur ** Changeons pour un environnement meilleur

Plus en détail

Le système judiciaire canadien et les droits et responsabilités des citoyens canadiens

Le système judiciaire canadien et les droits et responsabilités des citoyens canadiens Chapitre 16 Le système judiciaire canadien et les droits et responsabilités des citoyens canadiens Résumé Tous les citoyens canadiens ont des droits et des responsabilités. Ces droits et responsabilités

Plus en détail

SOFIREL. la pa s s i o n d u c a d r e d e v i e

SOFIREL. la pa s s i o n d u c a d r e d e v i e la pa s s i o n d u c a d r e d e v i e Aménager Développer Anticiper Yann Arthus-Bertrand / Altitude. , u n a c t e u r m a j e u r d e l aménagement Le g r o u p e SOFIREL, f o rt d e la réalisation

Plus en détail

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e

N L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 4 è m e t r i m e s t r e La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

MAT-1102-3 CENTRE : Centre de formation des Maskoutains Julie Gauthier, Josée Thériault CS : Commission scolaire de Saint-Hyacinthe

MAT-1102-3 CENTRE : Centre de formation des Maskoutains Julie Gauthier, Josée Thériault CS : Commission scolaire de Saint-Hyacinthe MAT-1102-3 SIGLE Étude statistique et probabiliste «Les jeux télévisés» TITRES de la situation et du cours NOM DES MEMBRES DE L ÉQUIPE : Monique Lamoureux CENTRE : Geneviève Boileau Centre de formation

Plus en détail

Logiciel Libre et Environnement

Logiciel Libre et Environnement lycée Jean Bart Dunkerque/OFSET 14 Juin 2006 1 Introduction : logiciel et liberté 2 3 À quoi ressemblent des ordinateurs avec des logiciels libres? 4 Terminaux légers sous GNU/Linux Clients légers Les

Plus en détail

L alimentation et les adolescents québécois : constats et pistes de recherche. Marie Marquis PhD, Département de nutrition, Université de Montréal

L alimentation et les adolescents québécois : constats et pistes de recherche. Marie Marquis PhD, Département de nutrition, Université de Montréal L alimentation et les adolescents québécois : constats et pistes de recherche Marie Marquis PhD, Département de nutrition, Université de Montréal Plan de présentation Lecture et compréhension personnelle

Plus en détail

Document réalisé pour. Photovoltaïque Créer, Développer et Transmettre son outil

Document réalisé pour. Photovoltaïque Créer, Développer et Transmettre son outil Document réalisé pour Photovoltaïque Créer, Développer et Transmettre son outil Juin et septembre 2013 Un cadre réglementaire et juridique récent et non stabilisé Il s agit d un secteur en phase de démarrage

Plus en détail

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre

C h a m p io n a t ré g io n a le c o m ité Ile -d e -F ra n c e P ic a rd ie. P ro to c o le d e la re n c o n tre P ro to c o le d e la re n c o n tre C h a m p io n a t r é g io n a le c o m ité Ile -d e -F r a n c e P ic a r d ie 2 9 a v r l 2 0 0 7 P is c in e d e N o g e n t s u r M a r n e 19:35 P ro to c o le

Plus en détail

SUJETS D ANNALES CORRIGÉS

SUJETS D ANNALES CORRIGÉS CRPE epreuves d'admissibilite_2015.qxp_concours 170x240 mercredi19/08/15 11:10 Page563 DEUXIÈME ÉPREUVE D ADMISSIBILITÉ, GROUPEMENT 3, SESSION 2014 Sujet 5 points au maximum pourront être retirés pour

Plus en détail

la méthode du direct costing simple

la méthode du direct costing simple la méthode du direct costing simple Encadré par : Mme El Gnaoui Remerciements Ce présent document qui est notre premier mini-projet de comptabilité analytique est d une importance significative d autant

Plus en détail

G roupe G T : 16 retom bées. M é d ia D ate S u jet

G roupe G T : 16 retom bées. M é d ia D ate S u jet RETOM BEES PRESSE 2011 Cam pagne presse GT G roupe G T : 16 retom bées P re sse é crite n a tio n a le : ECHANGES janvier 2011 Partenariat Em m aüs ECHANGES avril 2011 In terview J.ISN A R D Presse écrite

Plus en détail

LA TRAÇABILITÉ SOCIALE SYNDICAT CFTC TRAÇABILITÉ SOCIALE : EXIGEZ LA QUALITE CFTC

LA TRAÇABILITÉ SOCIALE SYNDICAT CFTC TRAÇABILITÉ SOCIALE : EXIGEZ LA QUALITE CFTC LA TRAÇABILITÉ SOCIALE SYNDICAT CFTC TRAÇABILITÉ SOCIALE : EXIGEZ LA QUALITE CFTC Manifeste de la CFTC pour la mise en œuvre d un label «Traçabilité Sociale» Confirmant que la France souhaite toujours

Plus en détail

Table des matières. Avant-propos. Zoothérapie : médiation par l animal? La communication La professionnalisation

Table des matières. Avant-propos. Zoothérapie : médiation par l animal? La communication La professionnalisation Table des matières Avant-propos. Zoothérapie : médiation par l animal? La communication La professionnalisation IX XI XII PREMIÈRE PARTIE ZOOTHÉRAPIE, MÉDIATION PAR L ANIMAL : AFFAIRE DE PROFESSIONNELS

Plus en détail

Décision n 11-DCC-105 du 7 juillet 2011 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Modelabs Group par la société BigBen Interactive

Décision n 11-DCC-105 du 7 juillet 2011 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Modelabs Group par la société BigBen Interactive RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-105 du 7 juillet 2011 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Modelabs Group par la société BigBen Interactive L Autorité de la concurrence, Vu le

Plus en détail

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat

Chapitre 2 L analyse du compte de résultat Chapitre 2 L analyse du compte de résultat I- Les soldes intermédiaires de gestion (SIG) A- Intérêt de la mise en place des SIG B- La mise en œuvre des SIG 1- Le tableau des SIG Voir annexe 1 2- L analyse

Plus en détail

La stratégie de la relation client

La stratégie de la relation client La stratégie de la relation client Auteur(s) Ingénieur ESIM et MBA, spécialiste du CRM en France et chez Ernst&Young Conseil MBA, spécialiste de l application de nouvelles technologies au marketing. Directeur

Plus en détail

Représenter les images

Représenter les images Représenter les images 4/1/01 1 Travail La séance de travail du 4/1 consiste à travailler l ensemble de ce document Les résolutions des exercices 3 et 11 sont à déposer dans les casiers numériques de vos

Plus en détail

L entreprise : Production. La fonction Production

L entreprise : Production. La fonction Production La fonction Production Sommaire La fonction de production... 1 La gestion de la production... 2 Types de gestion des flux... 2 flux poussés... 2 flux tirés... 2 La méthode kanban... 2 flux tendus... 2

Plus en détail

«L HABILITATION est la reconnaissance par l EMPLOYEUR, de la capacité d une personne placée sous son autorité, à accomplir en sécurité vis-à-vis du

«L HABILITATION est la reconnaissance par l EMPLOYEUR, de la capacité d une personne placée sous son autorité, à accomplir en sécurité vis-à-vis du L habilitation électrique «L HABILITATION est la reconnaissance par l EMPLOYEUR, de la capacité d une personne placée sous son autorité, à accomplir en sécurité vis-à-vis du risque électrique, les tâches

Plus en détail

DROIT DES AFFAIRES (L2AES / 2005-2006) Cours de Mr. POUSSON. LES ACTES JURIDIQUES : LE CONTRAT (Considération générale)

DROIT DES AFFAIRES (L2AES / 2005-2006) Cours de Mr. POUSSON. LES ACTES JURIDIQUES : LE CONTRAT (Considération générale) DROIT DES AFFAIRES (L2AES / 2005-2006) Cours de Mr. POUSSON Partie 1 : LES SOURCES DES OBLIGATIONS LES ACTES JURIDIQUES : LE CONTRAT (Considération générale) Ils existent deux types d actes juridiques

Plus en détail

1. Lis le texte suivant : (Le o seguinte texto) 2. Vrai ou faux?

1. Lis le texte suivant : (Le o seguinte texto) 2. Vrai ou faux? 1. Lis le texte suivant : (Le o seguinte texto) Nouveau signe de réussite sociale ou effet de mode, en tout cas, c'est la cohue 1 vers l'appropriation des nouvelles technologies de l information et de

Plus en détail

Retour sur le Débat prospectif élargi

Retour sur le Débat prospectif élargi Retour sur le Débat prospectif élargi l évolution des lignes et des termes du débat Ivry sur Seine le 20 mars 2015 Avertissement : cette note est la production collective d un groupe de 7 personnes impliquées

Plus en détail

Problèmes à propos des nombres entiers naturels

Problèmes à propos des nombres entiers naturels Problèmes à propos des nombres entiers naturels 1. On dispose d une grande feuille de papier, on la découpe en 4 morceaux, puis on déchire certains morceaux (au choix) en 4 et ainsi de suite. Peut-on obtenir

Plus en détail

Le Marketing des produits de luxe Réalisée par: El ghorfi Sanaa Encadré par: Mme : Sofia Bennani Le secteur de luxe Introduction 1 Présentation du secteur du luxe 2 Paradoxes du secteur du luxe 3 Le secteur

Plus en détail

Joël Brodeur, infirmier conseil, Direction, Développement et soutien professionnel. Direction, Services juridiques

Joël Brodeur, infirmier conseil, Direction, Développement et soutien professionnel. Direction, Services juridiques Joël Brodeur, infirmier conseil, Direction, Développement et soutien professionnel Hélène d Anjou, avocate, Hélène d Anjou avocate Direction, Services juridiques Ordre des infirmières et infirmiers du

Plus en détail

BILAN TRIMESTRIEL DE LA STRATEGIE DE PROTECTION DE LA MARQUE PEFC 31 décembre 2014

BILAN TRIMESTRIEL DE LA STRATEGIE DE PROTECTION DE LA MARQUE PEFC 31 décembre 2014 10-1-1 BILAN TRIMESTRIEL DE LA STRATEGIE DE PROTECTION DE LA MARQUE PEFC 31 décembre 2014 CONTEXTE ET ENJEUX Avec plus de 3100 entreprises certifiées en France, la marque PEFC continue à gagner en visibilité

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE PRESSE LOI CONSOMMATION : LES CLÉS POUR CHANGER D ASSURANCE DE PRÊT IMMOBILIER ET FAIRE DES ÉCONOMIES!

GUIDE PRATIQUE PRESSE LOI CONSOMMATION : LES CLÉS POUR CHANGER D ASSURANCE DE PRÊT IMMOBILIER ET FAIRE DES ÉCONOMIES! GUIDE PRATIQUE PRESSE LOI CONSOMMATION : LES CLÉS POUR CHANGER IMMOBILIER ET FAIRE DES ÉCONOMIES! ÉDITO La loi Consommation, dite loi Hamon, adoptée en mars 2014, a été mise en place pour protéger le consommateur

Plus en détail

Association Nationale des guides COnférenciers

Association Nationale des guides COnférenciers Association Nationale des guides COnférenciers des Villes et pays d'art et d'histoire PROJET DE LOI POUR LA CROISSANCE ET L ACTIVITÉ Texte et commentaires PROJET DE LOI POUR LA CROISSANCE ET L ACTIVITÉ

Plus en détail

Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction

Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction Protocole du NICHD pour les auditions d enfants I. Introduction 1. Bonjour, je m appelle et je suis un(e) policier(ière). (Présentez toute autre personne présente dans la pièce; idéalement, personne d

Plus en détail

SOCIETE EN PARTICIPATION

SOCIETE EN PARTICIPATION SOCIETE EN PARTICIPATION PRINCIPE : LA LIBERTE CONTRACTUELLE La société en participation est celle que les associés ont convenu de ne pas immatriculer. Aux termes de l article 1871 du Code civil, il est

Plus en détail

Remarques sur le premier contrôle de TD :

Remarques sur le premier contrôle de TD : Remarques sur le premier contrôle de TD : Démêlons les confusions en tous genres... Licence 1 MASS semestre 2, 2006/2007 La première remarque est qu il faut apprendre le cours, faire les exercices et poser

Plus en détail

CHARTE GRAPHIQUE. //Guide d application du logotype

CHARTE GRAPHIQUE. //Guide d application du logotype CHARTE GRAPHIQUE //Guide d application du logotype Une nouvelle identité pour mieux rassembler L objectif de la Fédération Sportive et Culturelle de France (FSCF) est d affirmer progressivement une véritable

Plus en détail

Etude ROI. Return On Investment. 5 avril 2013

Etude ROI. Return On Investment. 5 avril 2013 Etude ROI Return On Investment 5 avril 2013 1 Partenaires de l action 2 Historique Demande exprimée par les industriels lors de la 1 ère rencontre de la filière (juin 2007) Identification et implication

Plus en détail

M IS E E N E N Q U E TE P U B LIQ U E D E L E TU D E D IM P A C T D U P R O JE T D U S ITE IB M /S A IN TE M A R IE

M IS E E N E N Q U E TE P U B LIQ U E D E L E TU D E D IM P A C T D U P R O JE T D U S ITE IB M /S A IN TE M A R IE M IS E E N E N Q U E TE P U B LIQ U E D E L E TU D E D IM P A C T D U P R O JE T D U S ITE IB M /S A IN TE M A R IE V ILLE D E S A IN T JE A N D E B R A Y E /B O U Y G U E S IM M O B ILIE R + B D V A A

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. 1. Qu est-ce qu une marque de commerce?... 5

TABLE DES MATIÈRES. 1. Qu est-ce qu une marque de commerce?... 5 TABLE DES MATIÈRES Introduction........................................... 1 1. Qu est-ce qu une marque de commerce?............... 5 L anatomie de la marque de commerce............... 7 Qui peut être

Plus en détail

Séance n 1 : Découverte du livre

Séance n 1 : Découverte du livre FICHE ENSEIGNANTS 1 1/3, Cycle 2 Séance n 1 : Objectifs émettre des hypothèses sur l histoire à partir de l illustration de la couverture Comprendre les informations implicites d une illustration et d

Plus en détail

Matériaux labellisés (PEFC, FSC...) : quelles garanties pour l'environnement? Comment les intégrer dans sa politique achats?

Matériaux labellisés (PEFC, FSC...) : quelles garanties pour l'environnement? Comment les intégrer dans sa politique achats? Matériaux labellisés (PEFC, FSC...) : quelles garanties pour l'environnement? Comment les intégrer dans sa politique achats? Jeudi 17 novembre 2011, de 9h30 à 11h00 Intervenants : FSC France : Marie VALLEE,

Plus en détail

STAGE D OBSERVATION CLASSE DE 3 : DÉCOUVERTE DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES GUIDE : ACCUEILLIR UN JEUNE STAGIAIRE, MODE D EMPLOI

STAGE D OBSERVATION CLASSE DE 3 : DÉCOUVERTE DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES GUIDE : ACCUEILLIR UN JEUNE STAGIAIRE, MODE D EMPLOI STAGE D OBSERVATION CLASSE DE 3 : DÉCOUVERTE DES INDUSTRIES ALIMENTAIRES GUIDE : ACCUEILLIR UN JEUNE STAGIAIRE, MODE D EMPLOI Introduction L Association Nationale des Industries Alimentaires (ANIA) s associe

Plus en détail

La politique de produit

La politique de produit CHAPITRE 4 : La politique de produit 4.1 Les niveaux d un produit : Un produit correspond à toute réponse de l entreprise aux besoins des clients. Cette réponse comprend généralement les quatre niveaux

Plus en détail

Les Technologies de l Information et de la Communication dans l artisanat de la région Nord - Pas-de-Calais

Les Technologies de l Information et de la Communication dans l artisanat de la région Nord - Pas-de-Calais Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les Technologies de l Information et de la Communication dans l artisanat de la région Nord - Pas-de-Calais Synthèse de l étude régionale

Plus en détail

Introduction au soutien sociocommunautaire

Introduction au soutien sociocommunautaire Introduction au soutien sociocommunautaire Durée estimée : 10 minutes Ce projet a été réalisé grâce à l appui financier de la Société d habitation du Québec Les problématiques multiples des résidents en

Plus en détail

Probabilités conditionelles

Probabilités conditionelles Probabilités conditionelles Exercice 1 Cet exercice est un questionnaire à choix multiples constitué de six questions ; chacune comporte trois réponses, une seule est exacte On notera sur la copie uniquement

Plus en détail

APPEL A PROJETS «Fab Région»

APPEL A PROJETS «Fab Région» APPEL A PROJETS «Fab Région» INTRODUCTION La Région mène une politique dynamique en faveur du numérique : infrastructures, développement des usages, accompagnement des usagers, soutien à la filière numérique,

Plus en détail

C O N T A C T P R E S S E

C O N T A C T P R E S S E D O S S IER D E P R ES S E - BIEN VIEILLIR DANS LA DRÔM E un nouveau service pour les personnes âgées et leurs proches C O N S E IL G É N É R A L D E L A D R Ô M E - C É L IN E R O U P IO Z 1 SOM M AIRE

Plus en détail

L O U G A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Louga

L O U G A SITUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE REGIONALE 2013. Service Régional de la Statistique et de la Démographie de Louga L O REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE ------------------

Plus en détail

Livrable 1 : Modélisation UML A13

Livrable 1 : Modélisation UML A13 CHATIRON Thibault LAGRANGE Emilien CHATIRON Thibault LAGRANGE Emilien Automne 2013 Automne 2013 Livrable 1 : Modélisation UML 1 Sommaire Introduction... 3 Diagramme de cas d utilisation... 4 Diagramme

Plus en détail

Fiche des définitions

Fiche des définitions Le vocabulaire du théâtre Niveau : CE2 6 e Fiche des définitions La pièce est un ouvrage littéraire mettant en scène des personnages. L acte est une partie de la pièce qui marque les éléments importants

Plus en détail

INTRODUCTION : NOTIONS PRÉALABLES

INTRODUCTION : NOTIONS PRÉALABLES INTRODUCTION : NOTIONS PRÉALABLES Avant de pouvoir clairement distinguer les différents types de création dont vos salariés peuvent être les auteurs, et leurs régimes juridiques distincts, il convient

Plus en détail

Présentation de la réforme de la gouvernance hospitalière, les pôles d activité. Thierry DESBONNETS. www.cadredesante.com. Un rapport de la DHOS

Présentation de la réforme de la gouvernance hospitalière, les pôles d activité. Thierry DESBONNETS. www.cadredesante.com. Un rapport de la DHOS Un rapport de la DHOS Présentation de la réforme de la gouvernance hospitalière, les pôles d activité Descriptif : La DHOS a publié un rapport précisant les modalités de la réforme de la gouvernance hospitalière

Plus en détail