Université Hassan II Ain Chock École Supérieure de Technologie de Casablanca. La marque. Réalisé par : LOUBNA AMAL FATIMA.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Université Hassan II Ain Chock École Supérieure de Technologie de Casablanca. La marque. Réalisé par : LOUBNA AMAL FATIMA."

Transcription

1 Université Hassan II Ain Chock École Supérieure de Technologie de Casablanca La marque Réalisé par : LOUBNA AMAL FATIMA Encadrée par: Mme.

2 Le plan Introduction La marque Les stratégies de marque. Les enjeux de la marque. les sources conclusion

3 I) Qu est ce qu une marque? I.1) Les fonctions de la marque La marque valorise les consommateurs: Plus l achat est impliquant (caractère social), plus la plus value apportée doit être importante. Elle peut également aider le consommateur à justifier ses choix grâce à l image qui lui est associée.

4 Introduction

5 I) Qu est ce qu une marque? I.1) Les fonctions de la marque La marque favorise la reconnaissance des produits: Elle fait la différence là où techniquement il n y en a pas toujours - Elle sert àdémarquer son produit par rapport à la concurrence sur un linéaire. - Elle simplifie l acte d achat lors d achats répétitifs (fidélisation). -

6 I) Qu est ce qu une marque I.2) La notoriété La n o to riété e st u n in d icate u r d u n o m b re d e clie n ts p o te n tie ls d u n e m a rq u e, p lu s e lle e st co n n u e p lu s e lle d e ch a n ce s d ê tre a ch e té e.

7 I) Qu est ce qu une marque? I.2) La notoriété In té rê t: U n b o n score d e n o toriété,m o n tre la b on n e con n aissan ce d e la m arq u e et d o n c sa présen ce dan s l esprit d u co n so m m a te u r

8 I) Qu est ce qu une marque? I.3) La signalétique de la marque E lle e st co n stitu é d e l e n se m b le d e s sig n e s q u i p e rm e tte n t d e re co n n a ître la m a rq u e : Nom Packaging Signalétique Graphisme Emblème

9 I) Qu est ce qu une marque? I.3) La signalétique de la marque Les noms de marque peuvent être : - Un nom - Un mot du vocabulaire courrant -Un chiffre ou un numéro - Une expression Le design sert a: - Faciliter l utilisation du produit - Renouveler d anciens produits - Identifier un produit et en faciliter l achat

10 I) Qu est ce qu une marque? I.3) La signalétique de la marque Parmis les autres identifiants de la marque on trouve : - Le logotype - Le jingle sonore - La signature de la marque, c est à dire le slogan.

11 Activités A quelles m arques co rre sp o n d e n t ce s lo g o s :

12 Activités A qu elles m arq u es associez vo u s ce s slo g a n s: -, p a rce q u e je le va u x b ie n. -., q u e ça re ste e n tre n o u s.

13 II) Les stratégies de marques

14 II) Les stratégies de marques II.1) Les stratégies multimarques La marque produit et la marque gamme : A chaque produit correspond un positionnement et une marque spécifique.

15 II) Les stratégies de marques II.1) Les stratégies multi-marques La m a rq u e p ro d u it : Une marque Un positionnement Un produit ou une gamme de produits Ariel Spécialiste (basse t, blanc, protège ) Lessive machine Variété variété variété liquide poudre tablettes

16 II) Les stratégies de marques II.1) Les stratégies multi-marques la m a rq u e g a m m e : Une marque Globale Groupe Volkswagen Un positionnement Automobile Haut de Gamme Une marque gamme Marque Audi Audi A3 Audi A6 Audi A8

17 II) Les stratégies de marques II.1) Les stratégies multi-marques Ava n ta g e:s Saturer les besoins des consommateurs. Occuper le terrain Positionnements très spécifiques. In co n v é n ie n : ts Coûts élevés de communication Coûts élevés de distribution.

18 II) Les stratégies de marques II.2) Les stratégies mono-marques La stratégie de marque ombrelle : La marque ombrelle signe plusieurs catégories de produits très différents. Une marque Positionnement 1 Positionnement 2 Positionnement n Gamme 1 Gamme 2 Gamme n

19 II) Les stratégies de marques II.2) Les stratégies mono-marques La stratégie de marque ombrelle LG Téléphonie Gamme de Téléphone Climatisation Téléviseurs Gamme de Climatiseurs Gamme de Télévision

20 Exemple de marque ombrelle : Sony Téléphones mobiles Hi-Fi vidéo Jeux d enfants Consoles de jeux Ordinateurs Chien/chat électroniques Marque caution

21 II) Les stratégies de marques II.2) Les stratégies mono-marques La stratégie de marque caution: Elle se compose d une marque mère et d une marque fille. Une marque Globale Marque fille 1 marque fille 2 marque fille n Positionnement 1 positionnement 2 positionnement n Gamme 1 gamme 2 gamme n

22 II) Les stratégies de marque II.2) Les stratégies mono-marques Exemple de marque caution Microsoft X Box Consoles de Jeux LU Pepito Biscuits chocolatés

23 II) Les stratégies de marques II.2) Les stratégies mono-marques A v a n ta g e: s - Économie d échelle - Fidélité

24 II) Les stratégies de marques II.2) Les stratégies mono-marques : In c o n v é n ie n ts Perte de part de marché global. Perte de linéaire Effet de mode, vieillissement de la marque Accident sur la marque :

25 Les stratégies de marques de NESTLE NESTLE marque ombrelle : Des produits à marque Nestlé : petits pots, laits infantiles, chocolats, yaourt et glaces. Les marques cautions : Des produits à marque autonome mais portant la mention Nestlé : Lion, Kit Kat, Quality Street, Chocapic, Les marques produits : Des produits à marque autonome sans la mention Nestlé : Maggi, Mousline

26 II) Les stratégies de marques II.3) Les Branduits Ce sont des marques pionnières qui lancent des produits des secteurs jusqu alors inexplorés et qui deviennent leader. On désigne alors ces produits en utilisant le nom de la marque pionnière en question. Ex : Frigidaire, Scotch, Bic

27 III) Les enjeux de la marque III.1) Les évolutions de marque Au cours du temps, une entreprise peut être amenée à faire évoluer sa/ses marque(s). On note principalement trois types d évolution de marque : - L extension de marque - Le Co-Branding - La fusion/disparition de marque

28 III) Les enjeux de la marque III.1) Les évolutions de marque A propos de l extension de marque, on en note principalement trois types: - -. Extension de proximité, c est en fait de l extension de gamme Extension continue, suppose que l on conserve le même marché et le même mode de distribution. Extension discontinue.

29 III) Les enjeux de la marque III.1) Les évolutions de marque Une autre évolution possibles est le Co-Branding : - Il résulte généralement de la volonté de mettre en commun des savoirs faire, pour lancer un nouveau produit portant les 2 marques. Ex: McDonald s à fait appel à plusieurs marques telles que Daim s, M&M s, pour élaborer les recettes de ses McFlury s. -

30 III) Les enjeux de la marque III.1) Les évolutions de marque Enfin la dernière forme d évolution de marque est la fusion/disparition de marque: Cette technique est généralement employé dans le cas où les marques se multiplient et l une doit s affirmer au détriment des autres.

31 III) Les enjeux de la marque III.2) La notion d image forte To u t d a b o rd e x p liq u o n s co m m e n t se cré e l im a g e d e m a rq u e : Représentation mentale Stable Image Sélective et simplificatrice Personnelle et Subjective

32 III) Les enjeux de la marque III.2) La notion d image forte Maintenant, quel est l intérêt pour que la marque de l entreprise soit forte: - Une marque forte apporte de la valeur ajoutée aux produits. - Elle modifie le comportement du consommateur à long terme. Cela peut avoir des conséquences surprenantes: - Effet de préférence -Effet de halo

33 III) Les enjeux de la marque III.3) La protection de la marque U n d é p ô t d e m a rq u e p e u t se fa it su r tro critè re s : G é o g ra p h iq u e. Ty p e d e p ro d u it. Le te m p s d u d é p ô t

34 III) Les enjeux de la marque III.3) La protection de la marque Que peut-on déposer? - Une dénomination - Un signe figuratif (logos, dessins, ) - Un son (jingle sonore) Tout cela à trois conditions : - Que la marque n ait pas déjà été déposée - Qu elle ne soit pas déceptive -Que ce ne soit pas un nom générique de sa catégorie de produits (du dentifrice qui s appelle «Dentifrice»)

35 III) Les enjeux de la marque III.3) La protection de la marque On les rencontre souvent à la suite d une marque mais que signifient symboles et? - pour Registered signifie que la marque est une marque déposée et pleinement protégée. - pour Trade Mark signifie que la marque visée est une marque commerciale mais n implique pas nécessairement qu elle soit déposée.

36 conclusion

37 Les sources -etudiant.fr g

38 M e rc i p o u r v o tre a tte n tio

20 e Journée de l'afphb

20 e Journée de l'afphb «La Pharmacie Hospitalière : quels projets pour le futur?» L Arrêté Royal du 4 mars 1991, 20 ans après C h â te a u d u L a c, G e n v a l - 7 m a rs 2 0 0 9 COMMENT UTILISER VOTRE BOÎTIER? Utilisez les

Plus en détail

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S

La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S La Cible Sommaire F oc us F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T

Plus en détail

La Cible Sommaire F o c u s

La Cible Sommaire F o c u s La Cible Sommaire F o c u s F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N

Plus en détail

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010

La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 La fiction américaine dans les audiences des grands pays européens en 2010 1 Objectifs de travail L objet de ce document est d expertiser la place occupée, en 2010, par les fictions américaines dans les

Plus en détail

l Agence Qui sommes nous?

l Agence Qui sommes nous? l Agence Qui soes nous? Co Justine est une agence counication globale dont la ission est prendre en charge l enseble vos besoins et probléatiques counication. Créée en 2011, Co Justine a rapient investi

Plus en détail

Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing

Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing Université Cadi Ayyad FSJES - Marrakech Audit Commercial et Marketing THEME: 2008/2009 Introduction Cadre général : 1) Qu est que c est qu un tableau de bord? a) Définitions b) Les rôles essentiels du

Plus en détail

Couleurs. Goûts. Couleurs. Gouet. Communiquez simplement en révélant vos... Design

Couleurs. Goûts. Couleurs. Gouet. Communiquez simplement en révélant vos... Design Communiquez simplement en révélant vos... Goûts continuez Esp a c e sup p or t s solutions Fabrication/marketing Devis sur simple demande P r e st a t i o ns Supports La uc str e tur GOUET COULEURS est

Plus en détail

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s

Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s DROIT DE L INTERNET DROIT FRANÇAIS ET EUROPÉEN Céline CASTETS-RENARD Professeur à l'université de Toulouse Capitole 2e édition Montchrestien lï!50i53 lextenso é d i t i o n s TABLE DES MATIÈRES P réface...

Plus en détail

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e

M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X. P r o c é d u r e a d a p t é e M A R C H E P U B L I C D E T R A V A U X P r o c é d u r e a d a p t é e P a r t i e 2 - C a h i e r d e s C l a u s e s A d m i n i s t r a t i v e s P a r t i c u l i è r e s Université de Technologie

Plus en détail

LA POLITIQUE DE MARQUE. Adriana Buzdugan, lector

LA POLITIQUE DE MARQUE. Adriana Buzdugan, lector LA POLITIQUE DE MARQUE Adriana Buzdugan, lector Contents 1 2 La nature et les fonctions des marques La notoriété et l'image de marque 3 La signalétique de la marque 4 Les politiques de marque NOTIONS GENERALES

Plus en détail

SOFIREL. la pa s s i o n d u c a d r e d e v i e

SOFIREL. la pa s s i o n d u c a d r e d e v i e la pa s s i o n d u c a d r e d e v i e Aménager Développer Anticiper Yann Arthus-Bertrand / Altitude. , u n a c t e u r m a j e u r d e l aménagement Le g r o u p e SOFIREL, f o rt d e la réalisation

Plus en détail

Table Ronde Francophone des Signataires de l UNEP FI

Table Ronde Francophone des Signataires de l UNEP FI welkom bienvenue Paris 8 juin, 2007 Table Ronde Francophone des Signataires de l UNEP FI 1. Le risque de crédit et le développement durable 2. Guide des risques sociaux et environnementaux liés à la micro

Plus en détail

N u m é rit a b - A d m in is tra tio n d u n p a rc d e ta b le tte s P ré s e n ta tio n p a r P a tric k D e m ic h e l L e 6 m a i 2 0 1 4

N u m é rit a b - A d m in is tra tio n d u n p a rc d e ta b le tte s P ré s e n ta tio n p a r P a tric k D e m ic h e l L e 6 m a i 2 0 1 4 N u m é rit a b - A d m in is tra tio n d u n p a rc d e ta b le tte s P ré s e n ta tio n p a r P a tric k D e m ic h e l L e 6 m a i 2 0 1 4 Canopé : Création Accompagnement Nouvelle Offre Pédagogique

Plus en détail

Pour le prix de ce livre... 18-10-2006 16:58 Page 11

Pour le prix de ce livre... 18-10-2006 16:58 Page 11 Pour le prix de ce livre... 18-10-2006 16:58 Page 11 J a p p a rtie n s à u n e g é n é ra tio n q u i a a im é la b a g n o le. Ju sq u à la d é ra iso n. À d ix -h u it a n s, j a c h e - ta is u n e

Plus en détail

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents

Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Mercredi 5 novembre 2014 Enjeux et contraintes de la mutualisation des ressources pour les collectivités et les agents Hervé PETTON, Directeur Territorial 35 ans d expérience professionnelle en collectivités

Plus en détail

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel

INTRODUCTION 1. Les modèles linéaires à équations simultanées 2. L analyse des données de panel INTRODUCTION Complément a u x c ou r s d éc onométr i e s u r le modè le li néa i r e et s on es ti ma ti on D eu x pa r ti es : 1. Les modèles linéaires à équations simultanées : définition des notions

Plus en détail

Les techniques de paiement à l international

Les techniques de paiement à l international Les techniques de paiement à l international I) L encaissement direct Le s te ch n iq u e s d e p a ie m e n t co n ce rn e n t : I) l en n t sim p le l e n ca issem isse m een II) la re m ise d o cu m

Plus en détail

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es

D er m at o ses f r éq u en tes. D er m at o ses p l u s r ar es 1 D er m ato ses f r éq u en tes M o ti f s d e c o n su l tati o n : D er m at o ses f r éq u en tes D er m at o ses p l u s r ar es 2 D er m ato ses f r éq u en tes: D er m at i te at o p i q u e E r

Plus en détail

ANIMATION PEDAGOGIQUE GESTE GRAPHIQUE GESTE D ECRITURE

ANIMATION PEDAGOGIQUE GESTE GRAPHIQUE GESTE D ECRITURE CIRCONSCRIPTION DE STRASBOURG 5 Régine Ballandras CPC Martin Arlen IEN ANIMATION PEDAGOGIQUE GESTE GRAPHIQUE GESTE D ECRITURE 26 novembre 2008 Ecole Jacqueline 3 décembre 2008 Ecole Langevin 2 La conquête

Plus en détail

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers?

Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Comment régler un litige avec son vendeur de produits financiers? Elsa Aubert Direction des relations avec les épargnants Le 16 novembre 2011 2 Plan de la présentation I Auprès de qui réclamer? 1. L interlocuteur

Plus en détail

Addiction,sport et dopage. Une perspective psychiatrique: indifférence ou inceste L. Schmitt

Addiction,sport et dopage. Une perspective psychiatrique: indifférence ou inceste L. Schmitt Addiction,sport et dopage Une perspective psychiatrique: indifférence ou inceste L. Schmitt Addiction, sport et dopage Indifférence Association rare mais 9.8%! Inceste Association suscitée par une proximité

Plus en détail

«Stock-Options» et Attrib u tio ns G ratu ites d Actio ns : d es rég im es d e faveu r p ro h ib itifs et enco re incertains

«Stock-Options» et Attrib u tio ns G ratu ites d Actio ns : d es rég im es d e faveu r p ro h ib itifs et enco re incertains «Stock-Options» et Attrib u tio ns G ratu ites d Actio ns : d es rég im es d e faveu r p ro h ib itifs et enco re incertains Il y a u n p e u p lu s d u n a n, l a rrê t d e R o u x (1 ) a va it cla ire

Plus en détail

Maîtrise Statistique des Processus. Approche opérationnelle

Maîtrise Statistique des Processus. Approche opérationnelle Maîtrise Statistique des Processus Approche opérationnelle But de la formation F o u rn ir d e s é lé m e n ts d e m é th o d o lo g ie p o u r p e rm e ttre a é tu d ia n ts, à l is s u e d e la fo rm

Plus en détail

LE PRODUIT. Dominique Roux, IUT de Sceaux Membre du PESOR

LE PRODUIT. Dominique Roux, IUT de Sceaux Membre du PESOR LE PRODUIT Dominique Roux, IUT de Sceaux Membre du PESOR Définition Typologies Cycle de vie Gammes Marque Définition d un produit Un ensemble de caractéristiques tangibles et intangibles qui constituent

Plus en détail

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 2 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 3 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 La Cible F o n d a t e u r : J e a n L e B I S S O N N A I S D i r e c t e u r d e l a p u b l i c a t i o n : M a r t i n e M I N Y R é d a c t e u r e n c h e f : S e r g e C H A N T R E U I L C o m

Plus en détail

Affaires dommages en Suisse

Affaires dommages en Suisse Affaires dommages en Suisse 15 Primes émises Total des primes Assurance accidents* 2 762 2 821 2 818 Assurance maladie* (sans assurance de base) 6 323 6 318 8 687 Assurance RC et de véhicules automobiles

Plus en détail

VERS UNE POLITIQUE NUMÉRIQUE EUROPÉENNE?

VERS UNE POLITIQUE NUMÉRIQUE EUROPÉENNE? 5èmes Rencontres parlementaires sur la Société de l information et l Internet «La s o c ié té d e l in fo rm at io n e u ro p é e n n e e xige d è s au jo u rd 'h u i : - Un e gran d e am b itio n p o

Plus en détail

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE

curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Déclarer un événement indésirable un élément majeur pour la sécurits curité du patient 19 mai 2009 Aurore MAYEUX Guy CLYNCKEMAILLIE Les hôpitaux plus meurtriers que la route Courrier de l escaut, janvier

Plus en détail

RAPPORT AN N U E L 2 0 1 0

RAPPORT AN N U E L 2 0 1 0 RAPPORT AN N U E L 2 0 1 0 1 2 Sommaire 1 P ré se n ta tio n d u G ro u p e S o c ié té G é n é ra le 4 2 P ro fi l d e la S o c ié té G é n é ra le d e B a n q u e s a u B é n in 5 3 L e s D irig e a

Plus en détail

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3

N 1 2 1 L a R e v u e F r a n c o p h o n e d u M a n a g e m e n t d e P r o j e t 2 è m e t r i m e s t r e 2 0 1 3 Expérience > O u t i l d e M a n a g e m e n t d e p r o jet : Planification 3D des projets informatiques p1 La pla nifi cati on 3 D, J ean Yves MOINE nou s en a donné la p rime ur (voi r La Ci ble n 110,

Plus en détail

Prévention des conflits d intérêts

Prévention des conflits d intérêts Prévention des conflits d intérêts I. Situations de conflits d intérêts relatifs à l activité de gestion financière 1. Critères de sélection et de suivi des intermédiaires Sélection des intermédiaires

Plus en détail

conservatoire de lausanne hemu

conservatoire de lausanne hemu conservatoire de lausanne hemu Contexte Jusqu à l été 20, la ombrelle Conservatoire de Lausanne regroupait deux écoles aux vocations et aux organisations hétérogènes. D un côté, une école de musique (EM),

Plus en détail

GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES

GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES GUIDE GÉNÉRAL SUR LE CCSP ET LA PRÉSENTATION DE L I N F O R M ATION FINANCIÈRE DES CONSEILS SCOLAIRES Ministère de l Éducation TA B L E D E S M AT I È R E S 2 I N T RO D UC TI ON E T C O N T EX T E Q

Plus en détail

Analyse des données relatives à la dose aux patients. Etudes de dose triennales

Analyse des données relatives à la dose aux patients. Etudes de dose triennales Analyse des données relatives à la dose aux patients Etudes de dose triennales Dosimétrie des patients Directives de l AFCN La DE MED 97 impose l optimisation des expositions fins médicales à des fins

Plus en détail

PREPARATION DETAILLEE DU PROJET «BETI»

PREPARATION DETAILLEE DU PROJET «BETI» 2 PREPARATION DETAILLEE DU PROJET «BETI» 1 AVERTISSEMENT Ce projet fictif a été conçu par l auteur pour illustrer son cours de Management et de Gestion de Projet. Il s agit d un sous-projet du Projet «SYLVAIN»

Plus en détail

Portrait de métier. sommaire du portrait de métier

Portrait de métier. sommaire du portrait de métier Pôle métiers formation Portrait de métier Le métier de charé des relations avec le public Les portraits de métiers» sont une proposition du Pôle métiers formation de l Arcade. L atelier charé des relations

Plus en détail

Les facteurs de performance. Management: CH III Les stratégies business. Le cycle de vie de l'activité. Les quatre phases du cycle de vie

Les facteurs de performance. Management: CH III Les stratégies business. Le cycle de vie de l'activité. Les quatre phases du cycle de vie Management: CH III Les stratégies business Les facteurs de performance La maîtrise du cycle de vie L accumulation d expérience La position de leader La mobilisation des compétences FACTEURS DE PERFORMANCE

Plus en détail

Le décret du 11 mars 1999 relatif au PERMIS D ENVIRONNEMENT

Le décret du 11 mars 1999 relatif au PERMIS D ENVIRONNEMENT Le décret du 11 mars 1999 relatif au PERMIS D ENVIRONNEMENT «Le registre des modifications» UWE «90 minutes pour l environnement» DGO3 - DPA Mons Wavre - Jeudi 10 mai 2012. B. Bequet 1 Plan de l exposé

Plus en détail

Les 2 roues motorisés (2RM) Quelques résultats issus de l enquête nationale transports et déplacements de 2008 (ENTD)

Les 2 roues motorisés (2RM) Quelques résultats issus de l enquête nationale transports et déplacements de 2008 (ENTD) Journée Concertation 2 RM Paris 16 nov. 2010 Les 2 roues motorisés (2RM) Quelques résultats issus de l enquête nationale transports et déplacements de 2008 (ENTD) CGDD SOeS Marina Robin / Philippe Roussel

Plus en détail

Apédo Christopher Alleaume Sébastien Demoustier Anaïs Fozeu Marie Rimbault Camille. Master 1 Marketing Vente

Apédo Christopher Alleaume Sébastien Demoustier Anaïs Fozeu Marie Rimbault Camille. Master 1 Marketing Vente Apédo Christopher Alleaume Sébastien Demoustier Anaïs Fozeu Marie Rimbault Camille Master 1 Marketing Vente 1 2 Quel est son principe? 3 Pourquoi développer un portefeuille de marque? : Toucher des cibles

Plus en détail

En effet, l avantage fiscal est fortement réduit en 2011 et 2012, puis disparaîtrait en 2013.

En effet, l avantage fiscal est fortement réduit en 2011 et 2012, puis disparaîtrait en 2013. P ROMETH E E CO NS E I L A NALY S E DE P L A CEMENT Point au 12 Avril 2011 Loi de Finances pour 2011 LE DISPOSITIF «SCELLIER» Devant la nécessite absolue de redynamiser le secteur de l investissement locatif,

Plus en détail

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes!

Accueil Events, l accueil personnalisé des touristes d affaires Informations, bonnes adresses, réservations et découvertes! Lyon City Card 1 jour 2 jours 3 jours Ta xis et M inibus - Tarifs forfaitaires Jour : 7h - 19h Nuit : 19h - 7h Lyon/ Villeurbanne - Aéroport St Exupéry 59 81 Lyon 5ème et 9ème excentrés - Aéroport St Exupéry

Plus en détail

Séquences langage / utilisation de la tablette numérique. Petite section

Séquences langage / utilisation de la tablette numérique. Petite section Séquences langage / utilisation de la tablette numérique Petite section Ce document présente 3 séquences successives de langage, pour travailler le champ lexical de l alimentation, en lien avec la découverte

Plus en détail

E x t ra i t Por t f o l i o

E x t ra i t Por t f o l i o E x t ra i t Por t f o l i o M a r i e Cl a i r e M i s s i r e A r c h i t e c t e d i n t é r i e u r C F A I 1 2 1 2 c o n t a c t @ m a r i e m i s s i r e. f r 0 6 7 0 0 5 2 9 0 8 CV Architecte d

Plus en détail

C omment gérer un portefeuille de marques? I. LES STRATÉGIES DE PORTEFEUILLE DE MARQUES

C omment gérer un portefeuille de marques? I. LES STRATÉGIES DE PORTEFEUILLE DE MARQUES Chapitre 5 C omment gérer un portefeuille de marques? Les questions relatives à la gestion du portefeuille de marques d une entreprise portent essentiellement sur le nombre de marques à retenir et sur

Plus en détail

Contact: : EZZAHRISAID@yahoo.fr

Contact: : EZZAHRISAID@yahoo.fr Contact: : EZZAHRISAID@yahoo.fr 1 Logo de l Université Université: IBN TOFAIL Établissement: Ensemble des établissements de l université http://www.univ-ibntofail.ac.ma Présentation du CRU de l UIT Auteur

Plus en détail

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech

Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech Les Rendez-Vous de la Qualité d Arts et Métiers ParisTech «La place du Manager Qualité dans les Organisations; Aujourd hui et Demain» [3mars 2009 ] - [Version n 1] Direction de l Organisation - LHD Allianz

Plus en détail

PLAN. La stratégie prix. La stratégie produit. --> Introduction

PLAN. La stratégie prix. La stratégie produit. --> Introduction COURS N 3 : LA STRATEGIE PRIX/PRODUIT DE L ENTREPRISE COURS DE MARKETING / Cours n 3 : La stratégie Prix/Produit de l entreprise --> MSG / IAE --> Novembre 2005 1 La stratégie prix --> Introduction PLAN

Plus en détail

Le raccordé réseau. Photovoltaïque, éolien, hydraulique, cogénération

Le raccordé réseau. Photovoltaïque, éolien, hydraulique, cogénération Le raccordé réseau Photovoltaïque, éolien, hydraulique, cogénération PRODUCTEUR? Un producteur est un client qui demande un raccordement électrique pour injecter sur le réseau DP l énergie produite par

Plus en détail

REFERENCES Aménagement Urbain

REFERENCES Aménagement Urbain REFERENCES Aménagement Urbain Votre partenaire polyvalent NST Mogador Nouvelle station touristique Mogador - Essaouira (Maîtrise d œuvre, OPC et suivi des ): (SAEMOG Alliances Développement, en cours depuis

Plus en détail

36, Rue Moxouris 78150 Versailles-Le Chesnay (FR) Rue du 4 Novembre Cocody Riviera II -Abidjan (CI) 1122, Avenue King Akwa Douala(CM)

36, Rue Moxouris 78150 Versailles-Le Chesnay (FR) Rue du 4 Novembre Cocody Riviera II -Abidjan (CI) 1122, Avenue King Akwa Douala(CM) De l'expertise de vos problématiques et besoins spécifiques jusqu'à la mise en oeuvre de vos projets complexes alliant événementiel, sonorisation, vidéo, éclairage, nous disposons et maîtrisons l'ensemble

Plus en détail

THERMOGRAPHIE AERIENNE ET DES FAÇADES DE SAINT MANDÉ. ------Réunions publiques 7, 8 et 9 Novembre 2011

THERMOGRAPHIE AERIENNE ET DES FAÇADES DE SAINT MANDÉ. ------Réunions publiques 7, 8 et 9 Novembre 2011 THERMOGRAPHIE AERIENNE ET DES FAÇADES DE SAINT MANDÉ ------Réunions publiques 7, 8 et 9 Novembre 2011 Q U E S T -C E Q U U N E T HE R MO G R A P HIE? C e s t u n e «p h o to g r a p h i e d e l a c h a

Plus en détail

A. Crabières. URC Paris Nord 09/03/2012 1

A. Crabières. URC Paris Nord 09/03/2012 1 A. Crabières URC Paris Nord 09/03/2012 1 Plan de la présentation Intérêts de la communication Outils de la communication Phases de la communication Exemples URC Paris Nord 09/03/2012 2 INTERETS de la Communication

Plus en détail

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui

Définition : «interconnection» et «networks». nterconneconnexion des années 60 des années 70 ARPANET des années 80 les années 90 Aujourd'hui I N T R O D U C T I O N D I n t e r n e t e s t l e p l u s g r a n d r é s e a u a u m o n d e a v e c d e s c e n t a i n e s d e m i l l i o n s da o r d i n a t e u r é s e a u x c o n n e c t é sa

Plus en détail

SOMMAIRE. > Notre premier concurrent. > Notre second concurrent.

SOMMAIRE. > Notre premier concurrent. > Notre second concurrent. SOMMAIRE I. Etude de marché. > Le marché du chocolat en France. > La marque. > Les points forts de la marque. > Les différents produits de la marque. > Les action menées par la marque. II. Etude de la

Plus en détail

COMMUNIQUÉS DE PRESSE

COMMUNIQUÉS DE PRESSE 2 COMMUNIQUÉS DE PRESSE Quand vous commencez à rédiger un communiqué de presse, vous vous demandez certainement Comment susciter l intérêt de la presse et des médias en ligne? Comment me différencier du

Plus en détail

architects nicolas desmazieres a n o u k legendre

architects nicolas desmazieres a n o u k legendre nicolas desmazieres a n o u k legendre P R E S E N T A T I O N agence d architecture et d urbanisme anouk legendre / co-gérante, architecte dplg associée, urbaniste, dea d aménagement, enseignante nicolas

Plus en détail

REDIGER UN ORGANIGRAMME DE RECHERCHE DE PANNE

REDIGER UN ORGANIGRAMME DE RECHERCHE DE PANNE REDIGER UN ORGANIGRAMME DE RECHERCHE DE PANNE Maintenance industrielle Niveau IV CAFOC - GIP de l académie de Lyon - 39, rue Pierre Baizet - CP201-69336 Lyon cedex 09 04 72 19 80 21-04 78 47 27 11 - gipal-cafoc@ac-lyon.fr

Plus en détail

Des portions adaptées à vos besoins. Nous changeons nos besoins aussi! Senior

Des portions adaptées à vos besoins. Nous changeons nos besoins aussi! Senior À chacun sa portion Nous changeons nos besoins aussi! Des portions adaptées à vos besoins,, adulte ou senior, nos besoins alimentaires évoluent au fil de nos vies. Ils diffèrent également entre les femmes

Plus en détail

Notice d'exploitation

Notice d'exploitation Notice d'exploitation Equipement de Contrôle et de Signalisation incendie ECS 80-4 ECS 80-4 C ECS 80-8 ECS 80-8 C Sommaire Introduction...3 Maintenance...4 Commandes et signalisations utilisateur...6 Commandes...7

Plus en détail

NOVLAND. production. Présente TMC. transmedia catalogue air / touch

NOVLAND. production. Présente TMC. transmedia catalogue air / touch NOVLAND production Présente TMC transmedia catalogue air / touch Novland Sàrl est une société de production active dans la création de contenu audiovisuel multiplateforme pour l'ensemble des canaux de

Plus en détail

Publicité et environnement

Publicité et environnement Publicité et environnement Publicité et environnement font-ils bon ménage? C est la question à laquelle répondent les deux invités de l émission C est pas du vent! : Jacques-Olivier Barthes, membre fondateur

Plus en détail

sept13 p3.notebook September 13, 2011 Chapitre 1 Prix Unitaire et Conversion le 9 septembre 2011. Vocabulaire: rapport, proportion, taux

sept13 p3.notebook September 13, 2011 Chapitre 1 Prix Unitaire et Conversion le 9 septembre 2011. Vocabulaire: rapport, proportion, taux Chapitre 1 Prix Unitaire et Conversion le 9 septembre 2011. Vocabulaire: rapport, proportion, taux Un rapport: une comparaison entre deux nombres exprimes par la même unité. Tu dois toujours les simplifier.

Plus en détail

d e la d is tr ib u tio n 1 - L e d o m a in e d u c o m m e rc e 2 - U n e fo rm a tio n c o m p lè te 3 - U n e p é d a g o g ie a d a p té e

d e la d is tr ib u tio n 1 - L e d o m a in e d u c o m m e rc e 2 - U n e fo rm a tio n c o m p lè te 3 - U n e p é d a g o g ie a d a p té e P o u r r é p o n d r e a u x b e s o in s d u c o m m e r c e e t d e la d is tr ib u tio n 1 - L e d o m a in e d u c o m m e rc e 2 - U n e fo rm a tio n c o m p lè te 3 - U n e p é d a g o g ie a d

Plus en détail

Je trie les aliments du monde entier

Je trie les aliments du monde entier 5 6 7 Mon corps a des besoins Je trie les aliments du monde entier JE DÉCOUVRE LES ALIMENTS. 1. On peut trier les aliments dans quatre groupes (ou familles) différents. 2. Donne un nom à chacune des familles.

Plus en détail

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008

Aménagement Ville de Montpellier Voirie pour tous. Présentation 07 octobre 2008 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous 01/10/08 1 Présentation 07 octobre 2008 Le contexte Ville 01/10/08 2 Le développement Ville 01/10/08 3 Aménagement Ville Montpellier Voirie pour tous LE PATRIMOINE

Plus en détail

BASES DE DONNEES Formation initiale Première année Département INFORMATIQUE Année 2002/2003. Travail nécessaire après l interrogation numéro 3

BASES DE DONNEES Formation initiale Première année Département INFORMATIQUE Année 2002/2003. Travail nécessaire après l interrogation numéro 3 Travail nécessaire après l interrogation numéro 3 Durée 3h Le but de ce document est de vous montrer quel est le travail nécessaire à faire après une interrogation afin de tirer profit d un bonne ou d

Plus en détail

Contrat d'association avec mise en commun des honoraires

Contrat d'association avec mise en commun des honoraires Les soussignés : Contrat d'association avec mise en commun des honoraires 1) nom, prénom, qualification professionnelle, adresse privée, matricule national, code médecin personnel 2) etc. ont convenu d'établir

Plus en détail

Mathématiques niveau CFG Chapitre 3 : Opérations Exercices

Mathématiques niveau CFG Chapitre 3 : Opérations Exercices Mathématiques niveau CFG Chapitre 3 : Opérations Exercices Exercice 1. Poser et effectuer les additions suivantes : 12,2 + 4,7 = 3,75 + 2,6 = 41,3 + 9,72 = 0,71 + 4,5 = 13,5 + 9,74 = 6,36 + 4,7 = 109,8

Plus en détail

CIRCULAIRE. Par rapport à la situation existante, on relève les deux changements importants suivants :

CIRCULAIRE. Par rapport à la situation existante, on relève les deux changements importants suivants : Ma rie -Noë lle Vande rhove n Conseiller Dé part e m e nt affaire s s ociale s T +3 2 2 5 1 5 0 8 6 5 F mnv@vbo-feb.be CIRCULAIRE MNV/ Vv E Assujet t issement à l ONSS de t out es les ind e m nit é s p

Plus en détail

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social

Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Conseil de Développement Observatoire Economique et Social Le diagnostic : méthode et contenu Diagnostic partagé réalisé annuellement depuis 8 ans par un groupe technique composé d une douzaine de structures

Plus en détail

Expérience, savoir-faire, et toujours le même enthousiasme! À l écoute de nos clients, pour apporter des réponses simples, concrètes, efficaces, en

Expérience, savoir-faire, et toujours le même enthousiasme! À l écoute de nos clients, pour apporter des réponses simples, concrètes, efficaces, en R É F É R E N C E S Expérience, savoir-faire, et toujours le même enthousiasme! À l écoute de nos clients, pour apporter des réponses simples, concrètes, efficaces, en conjuguant réalisme et imagination,

Plus en détail

R E P U B LIQ U E FRANÇAISE P O N T C H A R R A SIR ET : 2 1 3 8 0 3 1 4 1 0 0 1 2 5 SERVICE P U B L IC LOCAL C O M M U N E

R E P U B LIQ U E FRANÇAISE P O N T C H A R R A SIR ET : 2 1 3 8 0 3 1 4 1 0 0 1 2 5 SERVICE P U B L IC LOCAL C O M M U N E P O N T C H A R R A - A S S A IN IS S E M E N T - E xercice 2 0 1 5 R E P U B LIQ U E FRANÇAISE P O N T C H A R R A SIR ET : 2 1 3 8 0 3 1 4 1 0 0 1 2 5 POSTE C O M P T A B L E : TRESORERIE DE P O N T

Plus en détail

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette

Tutoriel Infuse Learning. Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette Tutoriel Infuse Learning Créer des quizzes multimédias sur ordinateur ou tablette 1- Présentation Infuselearning.com est un service web (en ligne) gratuit qui permet aux enseignants de créer des exercices

Plus en détail

Master AISA. Préparé par: Encadré par le Professeur: Cherkani sami. Khadoud Ali Mme Oumhani Eddilani Harmouch Mounir Zedgui Salah

Master AISA. Préparé par: Encadré par le Professeur: Cherkani sami. Khadoud Ali Mme Oumhani Eddilani Harmouch Mounir Zedgui Salah UNIVERSITE MOULAY ISMAIL FACULTE DES SCIENCES JURIDIQUES ECONOMIQUES ET SOCIALES MEKNES Master AISA Préparé par: Cherkani sami Encadré par le Professeur: Khadoud Ali Mme Oumhani Eddilani Harmouch Mounir

Plus en détail

Cours 7 ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES (ACP) Master 2 2005/2006

Cours 7 ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES (ACP) Master 2 2005/2006 Cours 7 ANALYSE EN COMPOSANTES PRINCIPALES (ACP) Master 2 2005/2006 . Les données NOMS PUISS CYLI Co uple Ma xi LONG LARG H AUT COFFRE RESE POIDS VITE CONS ALF 47,9 JTD Distinctive 5 90 28 4,7,73,44 280

Plus en détail

Philippe SIRAULT. Etude de cas Danone. Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui

Philippe SIRAULT. Etude de cas Danone. Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui Philippe SIRAULT Etude de cas Danone Camille Guilgaut Maryne Lahaye Julie Toussaint Youssef Slaoui Sommaire Introduction Diagnostic Externe Diagnostic Interne Stratégie de Danone Conclusion Présentation

Plus en détail

01_INTRODUCTION_LE CODE DE LA ROUTE

01_INTRODUCTION_LE CODE DE LA ROUTE 01_INTRODUCTION_LE CODE DE LA ROUTE CE QUE L'ENFANT DOIT COMPRENDRE Pourquoi il a fallu instaurer un code de la route. Les principaux panneaux et marquages au sol. OBJECTIFS DE LA LEÇON Éducation Civique.

Plus en détail

le book extraits Conduire votre communication, c est concevoir et imaginer des solutions uniques et originales pour la réussite de vos projets.

le book extraits Conduire votre communication, c est concevoir et imaginer des solutions uniques et originales pour la réussite de vos projets. le book extraits Conduire votre communication, c est concevoir et imaginer des solutions uniques et originales pour la réussite de vos projets. REALVISION, le partenaire de votre communication... sur toute

Plus en détail

APE. Les Mésanges bleues. École des mésanges bleues 2010 - illustration // déclinaison logotype

APE. Les Mésanges bleues. École des mésanges bleues 2010 - illustration // déclinaison logotype Les Mésanges bleues - Association de parents d élèves - APE Les Mésanges Bleues C40 M5 J0 N0 C70 M15 J0 N0 C8540 M50 J0 N0 C88 M88 J85 N15 Les Mésanges bleues - Association de parents d élèves - C0 M20

Plus en détail

La Petite Friande MAÎTRE CHOCOLATIER NOËL 2013

La Petite Friande MAÎTRE CHOCOLATIER NOËL 2013 La Petite Friande MAÎTRE CHOCOLATIER NOËL 2013 BLACK BOX Ecrin plat et élégant. Vous y apprécierez un assortiment des chocolats de La Petite Friande : ganaches, pralinés et pâte d amande. Vous choisirez

Plus en détail

Dossier de Presse. Edition Mai 2015. SAS Point Service Mobiles 1, rue de l Arc de Triomphe 75017 Paris

Dossier de Presse. Edition Mai 2015. SAS Point Service Mobiles 1, rue de l Arc de Triomphe 75017 Paris Dossier de Presse Edition Mai 2015 SAS Point Service Mobiles 1, rue de l Arc de Triomphe 75017 Paris Sommaire 1 2 3 4 HISTORIQUE DE LA SOCIÉTÉ LES CHIFFRES CLÉS Communiqué de presse : Présentation de Point

Plus en détail

Processus aléatoires avec application en finance

Processus aléatoires avec application en finance Genève, le 16 juin 2007. Processus aléatoires avec application en finance La durée de l examen est de deux heures. N oubliez pas d indiquer votre nom et prénom sur chaque feuille. Toute documentation et

Plus en détail

Virtualisation des Serveurs et du Poste de Travail

Virtualisation des Serveurs et du Poste de Travail Virtualisation des Serveurs et du Poste de Travail Les enjeux de la virtualisation Les acteurs du segment La virtualisation de serveurs Les concepts Les technologies d architectures L offre La virtualisation

Plus en détail

Elargissez l horizon de votre gestion. www.mercator.eu

Elargissez l horizon de votre gestion. www.mercator.eu www.mercator.eu Elargissez l horizon de votre gestion Mercator se profile comme la solution de gestion commerciale et de comptabilité alliant simultanément les avantages de la solution informatique standard

Plus en détail

Stratégie commerciale

Stratégie commerciale Stratégie commerciale Plan Le groupe Ferrero Présentation du produit Le marché de la pâte à tartiner Segmentation Cible Positionnement Marketing Mix : les 4P Conclusion Historique Ferrero 1946 : élaboration

Plus en détail

REMBOURSÉS* REMBOURSÉS * SUR VOS PNEUS TTC TTC. Mer : 24 Température : 30 Remise : 80 E. Jusqu à. Jusqu à

REMBOURSÉS* REMBOURSÉS * SUR VOS PNEUS TTC TTC. Mer : 24 Température : 30 Remise : 80 E. Jusqu à. Jusqu à Mer : 24 Température : 30 Remise : 80 E 80 e Du 21 juin au 24 juillet 2010 REMBOURSÉS* REMBOURSÉS * SUR VOS PNEUS POUR L ACHAT ET LA POSE DE 4 PNEUS TOURISME OU 4X4 ÉTÉ *Voir conditions en page 3. Et en

Plus en détail

Réalisé par : Asmae AFRAD Sophia AMOR TIJANI Myriam BROU Myriam ZIDI MARKETING STRATÉGIQUE : CRÉATION D UNE NOUVELLE GAMME DE BISCUITS

Réalisé par : Asmae AFRAD Sophia AMOR TIJANI Myriam BROU Myriam ZIDI MARKETING STRATÉGIQUE : CRÉATION D UNE NOUVELLE GAMME DE BISCUITS Réalisé par : Asmae AFRAD Sophia AMOR TIJANI Myriam BROU Myriam ZIDI MARKETING STRATÉGIQUE : CRÉATION D UNE NOUVELLE GAMME DE BISCUITS SOMMAIRE INTRODUCTION ANLAYSE DU MARCHÉ DE LA BISCUITERIE AU MAROC

Plus en détail

L'important C'est la rose

L'important C'est la rose L'important 'est la rose Gilbert ecaud rr: M. de Leon opista: Felix Vela 200 Xiulit c / m F m m 7 9. /. m...... J 1 F m.... m7 ro - se. rois - ro - se. rois - ro - se. rois - ro - se. rois - oi qui oi

Plus en détail

créer sa marque : une aventure qui se prépare 18 novembre 2015 uni-emploi Genève julien lance fondateur et directeur de création de l agence colegram

créer sa marque : une aventure qui se prépare 18 novembre 2015 uni-emploi Genève julien lance fondateur et directeur de création de l agence colegram créer sa marque : une aventure qui se prépare 18 novembre 2015 uni-emploi Genève julien lance fondateur et directeur de création de l agence colegram Julien Lance Fondateur et directeur de création de

Plus en détail

DES LUNETTES DE VUE À TALON CHEZ MEYROWITZ

DES LUNETTES DE VUE À TALON CHEZ MEYROWITZ A A C H E T E R S E S LU N E T T E S E N S E A RC H A C C U E IL P R O P O S C O N TA C T LIG N E C O M P A R AT IF O P T IC IE N E N LIG N E L E B LO G Q U I V O U S A I D E À C H O I S I R V O T R E

Plus en détail

Comment choisir sa tablette?

Comment choisir sa tablette? Comment choisir sa tablette? Sommaire Ø Critère n 1 : le système d exploitation Ø Critère n 2 : Les caractéristiques techniques Ø Les petits plus Ø Nos bons plans Ø Ils comparent pour vous Lancée en 2010

Plus en détail

Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières(OPCVM)

Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières(OPCVM) Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières(OPCVM) Plan 1.L e s O P C V M : D é f in it io n e t t y p e s 1.1 :D é f in it io n 1.2 : T y p e s 2. L e s a v a n t a g e s d u n p la c

Plus en détail

Formations Management des SI - Catalogue 2014

Formations Management des SI - Catalogue 2014 Formations Management des SI - Catalogue 2014 Cursus ITIL Gestion des Opérations & Sourcing Réf. Durée Certif. Prix HT Réf. Durée Certif. Prix HT SM03 ITIL Foundation * 3 AXELOS 1 450 IM01 Gestion de la

Plus en détail

Alexia ENGELHARD. Olivier HEMMERY. Chef de produit Glaces et Sorbets. Maison Boncolac SAS Groupe 3A (Alliance Agro-Alimentaire)

Alexia ENGELHARD. Olivier HEMMERY. Chef de produit Glaces et Sorbets. Maison Boncolac SAS Groupe 3A (Alliance Agro-Alimentaire) Alexia ENGELHARD Nom Poste Société Le métier Olivier HEMMERY Chef de produit Glaces et Sorbets Maison Boncolac SAS Groupe 3A (Alliance Agro-Alimentaire) Olivier HEMMERY assure la coordination et le suivi

Plus en détail

Calendrier de la gestion des stages

Calendrier de la gestion des stages 1 Évaluation de l expérience de santé 1 (SIN-1303) Hospitalisé 140 étudiants (4 au 8 novembre 2015) (11 au 15 novembre 2015) Poste 14568 28 octobre 13h à 15h30 Évaluation de l expérience de santé 1 (SIN-1303)

Plus en détail

ESPRIT / ELISIR NOUVELLES GAMMES. La Maîtrise. des Techniques

ESPRIT / ELISIR NOUVELLES GAMMES. La Maîtrise. des Techniques ESPRIT / ELISIR NOUVELLES GAMMES La Maîtrise des Techniques d u F r o i d JUIN 2013 Esprit présentation Vitrine pâtisseries, macarons, sushis, sandwiches, restauration rapide Nouveauté 2013 Une ligne épurée

Plus en détail

Bilan Carbone de la commune d UCCLE

Bilan Carbone de la commune d UCCLE 14 Octobre 2008 Bilan Carbone de la commune d UCCLE Les résultats Récolte des données : conclusions Patrimoine & Services Patrimoine & Services Résultats Globaux, par compétence 30.000 Patrimoine & Services

Plus en détail

S A L L E D E L A M A I R I E

S A L L E D E L A M A I R I E M e J é r ô m e G A R N I E R -2 1 R u e d e B a r b e n t a n e F 7 6 3 4 0 B L A N G Y S U R B R E S L E C A T A L O G U E D E L A V E N T E A U X E N C H E R E S P U B L I Q U E S S a m e d i 1 6 N

Plus en détail

Enseigner les Sciences de l Ingénieur en CPGE Séminaire Lycée e Raspail Juillet 2011 1 Sommaire 9h30 10 h Ouverture du séminaire Claude Bergmann 10h 12h Enseignement des SII en CPGE Jacques Aïache Compétences

Plus en détail