Résultats du traitement anti TNF dans les MICI: Expérience algérienne

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résultats du traitement anti TNF dans les MICI: Expérience algérienne"

Transcription

1 Résultats du traitement anti TNF dans les MICI: Expérience algérienne Etude rétrospective multicentrique H.Saoula AF.Boutaleb T.Bouchelghoum Y.Zmiri- F.Chemanedji H.Mahiou M.Aissaoui-R.Osmane D.Hamidouche A. salah-l. malaoui-m.nakmouche.service de Gastroentérologie CHU Bab El Oued N.Ait hamadouche- N.Dekkar. Service d épidémiologie CHU Bab El Oued N.Bounab N.Kecili K.Belhocine L.Gamar N.Kaddache T.Boucekkine S. Berkane.Service de Gastroentérologie CHU Mustapha W.Menni F. Yahiaoui- K.Saidani S. Bouchemal A.Bousseloub Service de Gastroenterologie HCA Ain Naadja N.Zighmi belghazi -kassamat.hammada. Service de Gastroentérologie CHU Constantine F.Lounes S.Cheraitia-O. Louahadj-ould guougam M.Lahcene. Service de Médecine interne EPH Bologhine M. Amar C.Hakem Service de Gastroentérologie CHU Oran L.Benahmed C.Manouni H. Bouasria.Service de Gastroentérologie CHU Oran D.Titsaoui KT.Douidi- T.Djadel.Service de Gastroenterologie CHU Sidi Belabes F.Dib- B. Arbaoui. Service de Gastroentérologie CHU Tlemcen

2 Objectifs Evaluer l efficacité et la tolérance des antitnf dans les MICI Déterminer les facteurs prédictifs de réponse primaire,ainsi que les facteurs associés à une perte de réponse.

3 Méthodologie Etude multicentrique rétrospective: 7 CHU(centre,est,ouest) Patients sous antitnf entre le 29 /11 /2010 au 30/07/2014 MICI de diagnostic certain: critères cliniques, biologiques, morphologiques,histologiques. Réponse primaire: définie comme l amélioration des signes cliniques après le traitement d induction. Non répondeurs primaires: absence d amélioration des symptômes cliniques après le TRT d induction. Perte de réponse: après une réponse primaire positive, réapparition des signes cliniques et biologiques en l absence d une autre cause identifiable. Etude statistique: logiciel EPI info6 le Khi deux et le test de student pour la comparaison des moyennes.

4 MICI sous antitnf n=236 Fiches incomplètes Pas de suivi Patients inclus n=214 Exclus de l étude n=22 RCH n=37 ( 17.3% ) Crohn 77 (82.7%)

5 Caractéristiques générales caractéristiques n=214 âge ± Extrêmes :16-73 Sexe: femmes hommes 97 ( 45.3% ) 117 (54.7% ) Age au moment du diagnostic (an) 27.6 ± 10.9 Extrêmes:9-64 Ancienneté de la maladie (années) 7.5 ± 6.08 Extrêmes 1-44 tabagisme 43 (20.1%) Atcd chirurgicaux résection intestinale Manifestations extradigestives CSP Manif cutanées Manif articulaires - périphériques - CSP 89 (41.6%) 61 (28.5%) n=67 (31.3%) n=9 (4.2%) n=6 (2.9%) n=46 (21.5%) 9 (8.9% )

6 RCH n= 37 ( 17.3% ) 70,30% RCH -Topographie pancolique colique gauche rectale 18,90% 10,80% pancolique colique gauche rectale Poussée sévere 67,60% Severité Poussée modérée à severe 32,40% Poussée sévere Poussée modérée à severe

7 Maladies de Crohn 77 (82.7%) phenotype 47% 29% 24% inflammatoire perforante stenosante Topographie 1% 23% 16% 60% ileale ileocolique colique hautes

8 LAP 02 (57.6%) Fistules n=93 (94.9%) sténose n=21 (20.5%) Ulcération n=30(29.2% Thérapeutique N=102 Antibiotiques Drainage d abcès Pose de sétons Dilatations n=81 ( 79.4%) n=32 ( 31.4%) n= 62 (60.8% ) n= 13 ( 12.7% )

9 Caractéristiques du TRT Indications du TRT antitnf Poussée modérée à sévère en échec ou intolérante au traitement poussée sévère cortico résistante LAP n= 150 (70.1% ) n=28 (13.1%) n=36 (16.8%) Type d anti tnf utilisé IFX ADA ADA 160/80 ADA 80/40 02 (47.6%) 12 (52.3% ) n= 48 (22.4%) n=54 (25.2%) Immunosuppresseur associé 31 (61.2%) Durée moyenne du TRT antitnf: ± semaines Extrêmes: semaines

10 Bilan pré thérapeutique: recherche d une tuberculose latente 87,00% 79% 82% Rx thorax IDR tuberculine Quantiferon TRT antituberculeux prophylactique Tuberculose latente 13% INH 3,30 % RH 87% 9,80 %

11 Résultats Réponse primaire: MICI n=214 (88) Repondeurs primaires 87,90% 12,10% (n=26) Succés Succés Echec Echec Non répondeurs primaires -chirurgie 9 (8.8%) -Switch n=2 (0.9%) -Décès n=3 (1.4%) -Perdus de vue n=2 (0.9%)

12 REPONSE PRIMAIRE: en fonction du type de MICI Titre du graphique 91,50% DS p= ,30% 29,70% 8,50% MC echec MC succés RCUH echec RCUH succés

13 Facteurs prédictifs de non réponse primaire (1) MC Age Sexe Age de début Tabac Ancienneté ATCD chirurgie F.Familiales Topographie: iléale colique ileocolique Phenotype: inflammatoire Stenosant fistulisant LAP Type d antitnf: IFX ADA160/80 ADA80/40 Association IS Répondeurs Initiaux 34.3 F=43.8% % % 8% 17.3% 22.2% 59.3% 30.2% 45.7% 24.1% 89.9% 50% 21.6% 28.4% 61.1% Non Répondeurs Initiaux 38.4 F=46.7% % % 6.7% 6.7% 26.7% 66.7% 20% 60% 20% 94.7% 40% 26.7% 33.3% 46.7% P p=0.2 P=0.83 P=0.85 P=0.11 P=0.73 P=0.76 P=0.85 P=0.55 P=0.55 P=0.40 P=0.45 P=0.94 P=0.26

14 Facteurs prédictifs de non réponse primaire (1)MC Age Sexe Age de début Tabac Ancienneté ATCD chirurgie F.Familiales Répondeurs Initiaux 34.3 F=43.8% % % 8% Non Répondeurs Initiaux 38.4 F=46.7% % % 6.7% P p=0.2 P=0.83 P=0.85 P=0.11 P=0.73 P=0.76 P=0.85 Topographie: iléale colique ileocolique 17.3% 22.2% 59.3% 6.7% 26.7% 66.7% P=0.55 Phenotype: inflammatoire Stenosant fistulisant LAP Type d antitnf: IFX ADA160/80 ADA80/ % 45.7% 24.1% 89.9% 50% 21.6% 28.4% 61.1% 20% 60% 20% 94.%7 40% 26.7% 33.3% 46.7% P=0.55 P=0.40 P=0.45 P=0.94 P=0.26

15 Facteurs prédictifs de non réponse primaire (2) RCH Age Sexe Age de début Tabac Ancienneté F. Familiales Répondeurs Initiaux 34.5 F=50% % % Non Répondeurs Initiaux 36.9 F=54.5% % % P P=0.58 P=0.8 P=0.14 P=0.88 P=0.29 P=0.8 Topographie: pancolique colique gauche rectale Sévérité: poussée sévère poussée modérée à sévère Type d antitnf: IFX ADA160/80 ADA80/40 Association IS 69.2% 15.4% 15.4% 57.7% 42.3% 61.5% 26.9% 11.5% 65.4% 72.7% 27.3% 90.9% 9.1% 81.8% 18.2% 72.7% P=0.31 P=0.04 P=0.22 P=0.37 P=0.66

16 Pas de différence significative entre les différents groupes pour ce qui concernait les paramètres biologiques CRP, anémie, ferritinemie

17 Evolution des LAP sous TRT resultat LAP 15% 7% 26% 52% cicatrisation + 50% cicatrisation complete NP absence de cicatrisation

18 Perte de réponse date de survenue de la perte de reponse S ± Extrêmes (6-120 semaines) 79,30% 18,60% perte de reponse mantien de reponse perte de reponse mantien de reponse n= 35 53

19 Perte de réponse n= 35 (18.6%) Optimisation n=26 (74.3%) Dose 0 (38.5% ) Durée+dose n= 9 ( 34.6%) Durée n=7 ( 26.9%) Arrêt TRT n= 2 ( 5.7%) Switch n= 1 (2.9%) Chirurgie n= 5 (14.3%) NP (2.9%) Réponse n= 16 (61.5%) Non réponse 0 (38.4%) CHIRURGIE n=3 (33.3%) AJOUT IS (11.1%) SWITCH n=4 (44.4%) NP n=2 (22.2%)

20 Facteurs prédictifs de perte de réponse Perte de réponse Pas de perte de réponse P= Age Sexe Age de début Tabac Ancienneté Type de mici:mc RCH LAP F= 42.9% % % 22.9% F= 45% % % 12.1% 68 P=0.57 P=0.8 P=0.09 P=0.37 P=0.01 P=0.09 P=0.03 Type d antitnf: Association IS IFX ADA160/80 ADA80/ % 25.7% 20% 19 51% 21.5% 27.5% 100 P=0.72 P=0.36 P=0.23 Pas de DS selon la topographie, le phénotype,la sévérité

21 Facteurs prédictifs de réponse à l optimisation Age Sexe Age de début Tabac Ancienneté MICI LAP Topographie Phénotype Type d antitnf: Association IS IFX ADA160/80 ADA80/40 Réponse 6 Pas de réponse N=9 P

22 Tolérance du traitement antitnf Nombre d événements Arrêt du TRT Réactions d hypersensibilité Dyspnée 5 (7.0%) n=6 (2.80%) 1 (0.46%) Complications Non infectieuses: cutanées Infectieuses Décès Néoplasies Carcinome du sein lymphome anal adénocarcinome colique n=35 (16.35%) n=4 (1.86%) n=31 (14.48%) n=3 (1.40%) n=3 (1.40%) 11 (5.14%) 5 3 3

23 Complications infectieuses n=31 (14.48%) Choc septique Abcès dentaire Abcès anal Abcès ovarien Abcès pelvien Abcès du psoas Collection fid Abcès du pied Tuberculose Pleurésie purulente Abcès pulmonaire Gynécologique Herpes labial Herpes oculaire Infection scrotale Infection urinaire fongique Hidrosadénite Zona Candidose buccale Mycose Suppuration cuir chevelu Leishmaniose cutanée n=2 n=4 n=2 n=2 n=3 n=2

24 Complications infectieuses n=31 (14.48%) Choc septique Abcès dentaire Abcès anal Abcès ovarien Abcès pelvien Abcès du psoas Collection fid Abcès du pied Tuberculose Pleurésie purulente Abcès pulmonaire Gynécologique Herpes labial Herpes oculaire Infection scrotale Infection urinaire fongique Hidrosadénite Zona Candidose buccale Mycose Suppuration cuir chevelu Leishmaniose cutanée n=2 n=4 n=2 n=2 n=3 n=2

25 Tuberculose n=4 (1.86%) Sexe MICI âge IDR quantiferon Antitb prophyla ctique H MC 25 <5m m H MC 41 NF NF INH 6 MOIS Durée trt antitnf Is associe Localisation tuberculose NEGATIF NON S 52 non péritonéale S 19 CTC pulmonaire H MC 30 <5 NF NON S 6 CTC pleuropulmonaire et péricardique H MC 26 NF POSITIF INH 6 MOIS S 67 non Urinaire et ganglionnaire

26 Décès n=3 (1.40%) sexe âge MICI Is associe cause Date F 28 RCH poussée sévère CTC Choc septique S2 M 32 RCH poussée sévère CTC+IS Dénutrition sévère, tableau septique S4 M 73 Mc colique poussée sévère CTC suites opératoires colectomie S5

27 Cohorte initiale: n=214 Après un suivi de ± semaines (Extrêmes: semaines) Arrêt du 1 ér antitnf n=53 (24.76%) Non réponse initiale n=26 (12.14%) Effets secondaires (0.46%) Complications 1 (5.14%) Perte de réponse 5 (7%) Patients sous antitnf à la fin de l étude 61 (75.23%)

28 Discussion Etude rétrospective multicentrique. Taux de réponse primaire largement supérieurs aux essais randomises, mais similaires aux autres séries rétrospectives ( 89.1% dans la série de louvain), critères d efficacité moins stricts (CDAI non disponible) Taux de réponse à long terme similaires à la littérature. L ancienneté de la maladie et les LAP : facteurs de perte de réponse La morbi mortalité de ces molécules chez nous n est pas négligeable mais elle reste similaire aux données de la littérature

29 Discussion Prudence dans les colites graves :facteur prédictif de mauvaise réponse aux antitnf. Décès :1.4% mortalité lié à un retard de la prise en charge chirurgicale. Durée d hospitalisation pré opératoire est un facteur reconnu de mortalité dans les colites sévères(1) Tuberculose latente 13% taux élevé ( 6.96 % Espagne)(2) Tuberculose active (1.86%). (1.65% Espagne) - En dépit d un traitement prophylactique chez 2 patients - Survenue un an après le début des antitnf Nécessité de surveiller nos patients pendant toute la durée du TRT antitnf, en collaboration avec le phtisiologue. (1)Kaplan and al Gasto 2008 (2)Jauregui-Amezaga JCC2013

30 AF.Boutaleb T.Bouchelghoum Y.Zmiri- F.Chemanedji H.Mahiou M.Aissaoui-R.Osmane D.Hamidouche -A. salah-l. malaoui-m.nakmouche.service de Gastroentérologie CHU Bab El Oued N.Ait hamadouche- N.Dekkar. Service d épidémiologie CHU Bab El Oued L.Gamar -N.Bounab N.Kecili K.Belhocine N.Kaddache T.Boucekkine S. Berkane.Service de Gastroentérologie CHU Mustapha W.Menni F. Yahiaoui- K.Saidani S. Bouchemal A.Bousseloub Service de Gastroenterologie HCA Ain Naadja N.Zighmi belghazi -kassamat.hammada. Service de Gastroentérologie CHU Constantine F.Lounes S.Cheraitia-O. Louahadj-ould guougam Ali arous M.Lahcene. Service de Médecine interne EPH Bologhine M. Amar C.Hakem Service de Gastroentérologie CHU Oran L.Benahmed C.Manouni H. Bouasria.Service de Gastroentérologie CHU Oran D.Titsaoui KT.Douidi- T.Djadel.Service de Gastroenterologie CHU Sidi Belabes F.Dib- B. Arbaoui. Service de Gastroentérologie CHU Tlemcen Pr Fissah service de pneumophtisiologie CHU BEO Dr Benmeddour service de chirurgie CHU Mustapha

N. Bouchaib, A. Tebaibia, M.A. Boudjella, N. Oumnia, Y. Saadaoui, H. Bacha, N. Chiali, L. Benzaghou, M.N. Henni, M. Sellami, M.

N. Bouchaib, A. Tebaibia, M.A. Boudjella, N. Oumnia, Y. Saadaoui, H. Bacha, N. Chiali, L. Benzaghou, M.N. Henni, M. Sellami, M. Efficacité à long terme des anti- TNF alpha dans le traitement des formes sévères des maladies inflammatoires chroniques de l intestin : à propos de 11 cas N. Bouchaib, A. Tebaibia, M.A. Boudjella, N.

Plus en détail

Séance de bibliographie du 30/04/2014 DOCTEUR Corinne Rousseau-Gower/Loic Guerbau

Séance de bibliographie du 30/04/2014 DOCTEUR Corinne Rousseau-Gower/Loic Guerbau Séance de bibliographie du 30/04/2014 DOCTEUR Corinne Rousseau-Gower/Loic Guerbau INTRODUCTION -Les maladies inflammatoires de l intestin(mici) sont des pathologies chroniques et multifactorielles. -Risque

Plus en détail

Traitement de la maladie de Crohn par les anti-tnf alpha Expérience du service de médecine interne. CHU de Batna

Traitement de la maladie de Crohn par les anti-tnf alpha Expérience du service de médecine interne. CHU de Batna Traitement de la maladie de Crohn par les anti-tnf alpha Expérience du service de médecine interne. CHU de Batna Auteur : Dr Mallem. D Co-auteurs : Benlahcene. B, Sai. A, Rouabhia. S, Abderahmane. K, Chinar.

Plus en détail

CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL. De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014.

CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL. De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014. CROHN'S DISEASE MANAGEMENT AFTER INTESTINAL RESECTION: A RANDOMISED TRIAL De Cruz, P. et al. The Lancet. December 24, 2014. DUVEAU Nicolas Bibliographie janvier 2015 Maladie de l Appareil Digestif CHRU

Plus en détail

Recommanda)ons+ECCO+ Nouveautés+2014?+

Recommanda)ons+ECCO+ Nouveautés+2014?+ Recommanda)ons+ECCO+ Nouveautés+2014?+ - Enfants! - Adolescents! - Grossesse! Recommanda)ons+à+part+en)ère++ Maladie+de+Crohn++ GT1+:+diagnos)c+et+classifica)on++ L imagerie en coupe (IRM/scanner) et

Plus en détail

Facteurs associés aux formes disséminées de tuberculose sous anti-tnf alpha : étude cas-témoin nichée dans la cohorte RATIO.

Facteurs associés aux formes disséminées de tuberculose sous anti-tnf alpha : étude cas-témoin nichée dans la cohorte RATIO. Facteurs associés aux formes disséminées de tuberculose sous anti-tnf alpha : étude cas-témoin nichée dans la cohorte RATIO. F. Danion, F. Tubach, C. Rivoisy, X. Mariette, D. Salmon, O. Lortholary, C.

Plus en détail

J.Boubaker Alger octobre 2016

J.Boubaker Alger octobre 2016 Adalimumab en pratique J.Boubaker Alger octobre 2016 Adalimumab en pratique Structure Ac monoclonal anti-tnfα Isotype IgG1 recombinant 100 % humain Adalimumab en pratique Pharmacocinétique Biodisponibilité

Plus en détail

Kongres medicíny pro praxi IFDA Praha, Hotel Hilton 27.září 2014

Kongres medicíny pro praxi IFDA Praha, Hotel Hilton 27.září 2014 Kongres medicíny pro praxi IFDA Praha, Hotel Hilton 27.září 2014 Que faire en pratique face à un patient chez qui on a diagnostiqué une MICI? Le parcours d un patient, cas interactif et commenté Dr Stéphanie

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS FONGIQUES EN HEMATOLOGIE A PROPOS DE 25 25 CAS F TALBI K DJOUADI N.OULD KABLIA PR F/Z ARDJOUN- H ADJMI*

PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS FONGIQUES EN HEMATOLOGIE A PROPOS DE 25 25 CAS F TALBI K DJOUADI N.OULD KABLIA PR F/Z ARDJOUN- H ADJMI* PRISE EN CHARGE DES INFECTIONS FONGIQUES EN HEMATOLOGIE A PROPOS DE 25 25 CAS F TALBI K DJOUADI N.OULD KABLIA PR F/Z ARDJOUN- H ADJMI* Service d Hématologie, Service de Parasitologie * HCA INTRODUCTION

Plus en détail

I Les rencontres PRISME

I Les rencontres PRISME I Les rencontres PRISME Paris 27 mars 2010 Le programme PRISME est dédié à la formation médicale des rhumatologues libéraux et hospitaliers et à la prise en charge des Rhumatismes Inflammatoires Chroniques

Plus en détail

Comment apprécier le potentiel évolutif de la Maladie de Crohn?

Comment apprécier le potentiel évolutif de la Maladie de Crohn? Réunion de Consensus sur la Maladie de Crohn Alger les 25 et 26 septembre 2013 Comment apprécier le potentiel évolutif de la Maladie de Crohn? Pr Ag Nassima BOUNAB Service de Gastroentérologie CHU Mustapha

Plus en détail

XX èmes Journées Nationales de la SAHGE Palais de la culture, Alger Décembre CANCER et Maladies Inflammatoires Chroniques de l Intestin

XX èmes Journées Nationales de la SAHGE Palais de la culture, Alger Décembre CANCER et Maladies Inflammatoires Chroniques de l Intestin XX èmes Journées Nationales de la SAHGE Palais de la culture, Alger 18-19 Décembre 2008 CANCER et Maladies Inflammatoires Chroniques de l Intestin Étude de 14 Cas *Ali Arous N,Lounes F,Cheratia S, Chikhi

Plus en détail

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE

EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE 2Oéme Congrès de la Société Algérienne de Médecine Interne Alger 16-18 2014 EFFICACITÉ ET TOLÉRANCE DE LA BIOTHÉRAPIE CHEZ 53 MALADES ATTEINTS DE POLYARTHRITE RHUMATOÏDE Auteurs : S.BOUGHANDJIOUA, S. ALI

Plus en détail

Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest

Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest Peut-on faire des tests thérapeutiques par anti TNF dans la SA? A Saraux Service de rhumatologie CHU de la Cavale Blanche Brest Plan Se pose-t-on souvent la question du test? Le test est-il pertinent?

Plus en détail

Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations

Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations Thierry COMOLET. Direction générale de la santé. Bureau des maladies infectieuses, des risques infectieux émergents et de la politique

Plus en détail

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée Chapitre 22 : Item 234 Diverticulose colique et sigmoïdite I. Définitions - Anatomie II. Épidémiologie physiopathologie III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée IV. Complications de la diverticulose

Plus en détail

Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger

Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger Registre du diabète de type 1 de l enfant de moins de 15 ans au niveau de la wilaya d Alger 1 Institut national de santé publique Année 2014 2 Sommaire 1- INTRODUCTION 3 2- METHODOLOGIE 4 2-1 Type d étude

Plus en détail

EN L ATTEINTE THORACIQUE AU COURS DE LA GRIPPE A H1N1

EN L ATTEINTE THORACIQUE AU COURS DE LA GRIPPE A H1N1 ASPECTSENIMAGERIEDE EN L ATTEINTE THORACIQUE AU COURS DE LA GRIPPE A H1N1 Hantous-Zannad S., Trabelsi S., Ridène I., Zidi A, Baccouche I., Belkhouja K., Ben Romdhane K., Besbes M., Ghedira H., Ben Miled-M

Plus en détail

Infections opportunistes et anti-tnf a Résultats de l observatoire RATIO

Infections opportunistes et anti-tnf a Résultats de l observatoire RATIO Infections opportunistes et anti-tnf a Résultats de l observatoire RATIO D. Salmon, F. Tubach, X. Mariette, M. Lemann, B. Baldin, O. Lortholary, Ph Ravaud, pour le groupe RATIO Journées de Pathologie Infectieuse

Plus en détail

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT

RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT RÉSUMÉ DES CARACTÉRISTIQUES DU PRODUIT 1 Ce médicament fait l objet d une surveillance supplémentaire qui permettra l identification rapide de nouvelles informations relatives à la sécurité. Les professionnels

Plus en détail

Jean-Frédéric COLOMBEL

Jean-Frédéric COLOMBEL Jean-Frédéric COLOMBEL Anti TNF et RCH Connaître les indications, modalités et résultats des traitements anti-tnf dans la RCH 06/09/2012 Anti-TNF et rectocolite hémorragique Jean-Frédéric Colombel CHU

Plus en détail

Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER

Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Tumeurs cutanées Mélanome Carcinome basocellulaire

Plus en détail

QUELLE ATTITUDE ADOPTER DANS LES MANIFESTATIONS CUTANEES

QUELLE ATTITUDE ADOPTER DANS LES MANIFESTATIONS CUTANEES REUNION DE CONSENSUS SUR LA MALADIE DE CROHN QUELLE ATTITUDE ADOPTER DANS LES MANIFESTATIONS CUTANEES Alger 25 /26 Septembre 2013 F. AIT BELKACEM Clinique de Dermatologie CHU Mustapha Alger- Introduction

Plus en détail

Intérêt des biothérapies dans la prise en charge des maladies inflammatoires chroniques : notre expérience

Intérêt des biothérapies dans la prise en charge des maladies inflammatoires chroniques : notre expérience Intérêt des biothérapies dans la prise en charge des maladies inflammatoires chroniques : notre expérience M. Mahi, A. Tebaibia, F. Benmediouni, MA. Boudjella, H. Bacha, Y. Saadaoui, N. Chiali, M. Lahcene,

Plus en détail

Congrès La Baule 08/10/09 D TRIPODI CHU NANTES 1

Congrès La Baule 08/10/09 D TRIPODI CHU NANTES 1 Problématique des «contages» au sein des établissements de soins : - nécessité d une collaboration étroite du Service Santé au Travail avec l Équipe d Hygiène Hospitalière et le CLIN. Congrès La Baule

Plus en détail

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau

LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau LE CANCER DU RECTUM Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau RAPPELS SUR LE CANCER DU RECTUM: Incidence: 12000 nouveaux cas par an (1/3 des CCR). Adénocarcinomes dans 95% des cas.

Plus en détail

MALADIES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L INTESTIN. Dr Nina DIB CHU Angers 26/03/2015

MALADIES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L INTESTIN. Dr Nina DIB CHU Angers 26/03/2015 MALADIES INFLAMMATOIRES CHRONIQUES DE L INTESTIN Dr Nina DIB CHU Angers 26/03/2015 Deux entités Maladie de Crohn (MC) Recto-colite hémorragique (RCH) 1-2 patients? < 5 patients? 5-10 patients? Epidémio

Plus en détail

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015

ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Définition Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 L arthrose du genou ou Gonarthrose. Des signes cliniques au traitement - Fiche patient Dr Maxime-Louis Mencière - aout 2015 Définition L arthrose est une maladie dégénérative du cartilage articulaire,

Plus en détail

RESUME DU PROTOCOLE. Etude SENOTHERMES

RESUME DU PROTOCOLE. Etude SENOTHERMES RESUME DU PROTOCOLE Recherche biomédicale «Hors produit de santé» Etude SENOTHERMES VERSION 1.0 du 21/08/2013 Titre Acronyme de l étude N d enregistrement ANSM Promoteur Investigateur coordonnateur Comité

Plus en détail

Les fractures du sujet âgé

Les fractures du sujet âgé Les fractures du sujet âgé Les Fractures du sujet âgé constituent un problème majeur de santé publique - La première considération est l état mental - état physique et degré d autonomie antérieur - score

Plus en détail

Le laser SLT dans le traitement du glaucome chronique à angle ouvert. Bitout. L,Hartani.D Service d ophtalmologie CHU Mustapha, Alger

Le laser SLT dans le traitement du glaucome chronique à angle ouvert. Bitout. L,Hartani.D Service d ophtalmologie CHU Mustapha, Alger Le laser SLT dans le traitement du glaucome chronique à angle ouvert Bitout. L,Hartani.D Service d ophtalmologie CHU Mustapha, Alger INTRODUCTION La SLT fait actuellement partie intégrante de l arsenal

Plus en détail

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Etude rétrospective de 15 cas T. Sanzalone (1), M. Adham (2), C. Lombard Bohas(3), F. Pilleul (1) (1) Service de radiologie pavillon

Plus en détail

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne

Présentation e-learning Infections urinaires. Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Présentation e-learning Infections urinaires Camille Reliquet Pharmacien Unité de coordination de l OMéDIT Bretagne Objectifs du module de e-learning Optimiser la prise en charge des infections urinaires

Plus en détail

Quand débuter rapidement un traitement anti-tnf dans la maladie de. Crohn?

Quand débuter rapidement un traitement anti-tnf dans la maladie de. Crohn? Dr Patrick Faure (Toulouse), Clinique Pasteur Quand débuter rapidement un traitement anti-tnf dans la maladie de Décembre 2018 Forum du CREGG, Paris Crohn? Stratégies thérapeutiques dans la MC : step up,

Plus en détail

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile

PLAN. D - Prise en charge d une neutropénie non fébrile PLAN A - Facteurs de risque infectieux B - Définition d une neutropénie C - Définition d une neutropénie fébrile La fièvre Critères prédictifs de survenue d un épisode fébrile Etiologie de la fièvre au

Plus en détail

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009 Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP par le Dr Jean-Louis DUJARDIN FMC La Châtre Mardi 06 octobre 2009 Programme de dépistage du Cancer Colo Rectal (CCR) CREDEP La Châtre

Plus en détail

Cas clinique Jeanne. Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble)

Cas clinique Jeanne. Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble) Luc Vandromme (Reims) Bruno Bonaz (Grenoble) Jeanne 23 ans, étudiante, fumeuse, appendicectomisée Tableau de TFI depuis 3 ans Mais : amaigrissement de 5 kgs en 3 mois état subfébril le soir 6 selles liquides

Plus en détail

MICI et cancers. Dr Sarah Leblanc Service de Gastroentérologie Hôpital Cochin

MICI et cancers. Dr Sarah Leblanc Service de Gastroentérologie Hôpital Cochin MICI et cancers Dr Sarah Leblanc Service de Gastroentérologie Hôpital Cochin Généralités Espérance de vie Non différente de celle de la population générale Un peu réduite dans la MC Incidence globale et

Plus en détail

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010

Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Laure Elkrief Séminaire DES 13 février 2010 Les hémorroïdes : A. Sont des formations vasculaires physiologiques B. Participent à la continence anale C. Les hémorroïdes internes sont constitués de 5 paquets

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT Remicade 100 mg, poudre pour solution à diluer pour perfusion. 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE Chaque flacon contient

Plus en détail

Les complications de la vaccination par le BCG chez les nouveau-nés

Les complications de la vaccination par le BCG chez les nouveau-nés Les complications de la vaccination par le BCG chez les nouveau-nés Dj.Arhab S.Chikhi Service de pédiatrie CHU de Tizi-ouzou - Algérie INTRODUCTION Dans le monde la tuberculose : maladie d actualité et

Plus en détail

Le pied diabétique. Dre Nadesh Morissette Médecine interne, Hôtel-Dieu de Québec Colloque annuel du REINQ 7 octobre 2015

Le pied diabétique. Dre Nadesh Morissette Médecine interne, Hôtel-Dieu de Québec Colloque annuel du REINQ 7 octobre 2015 1 Le pied diabétique Dre Nadesh Morissette Médecine interne, Hôtel-Dieu de Québec Colloque annuel du REINQ 7 octobre 2015 2 Objectifs Décrire la physiopathologie de l ulcère diabétique et les déformations

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No

Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No Radiothérapie et Cancer Prostatique Radiothérapie conventionnelle (1) Techniques et complications 65-72 Gy (~ 2 Gy/j - 7 semaines)

Plus en détail

MONOGRAPHIE DE PRODUIT REMICADE. Infliximab. Poudre pour solution stérile et lyophilisée, 100 mg/fiole. Modulateur des réactions biologiques

MONOGRAPHIE DE PRODUIT REMICADE. Infliximab. Poudre pour solution stérile et lyophilisée, 100 mg/fiole. Modulateur des réactions biologiques MONOGRAPHIE DE PRODUIT REMICADE Infliximab Poudre pour solution stérile et lyophilisée, 100 mg/fiole Modulateur des réactions biologiques REMICADE ne doit être utilisé que par des médecins ayant des connaissances

Plus en détail

Les angines et leurs complications

Les angines et leurs complications Les angines et leurs complications Pr Righini Christian Adrien Clinique Universitaire d ORL Pôle TCCR 12 millions d angines / an en France Origine virale dans 80% des cas Introduction Les angines bactériennes

Plus en détail

JOURNAL DE L OBSERVATOIRE RATIO N 6 - janvier 2006 Observatoire National des Infections et Lymphomes survenant sous anti-tnfα

JOURNAL DE L OBSERVATOIRE RATIO N 6 - janvier 2006 Observatoire National des Infections et Lymphomes survenant sous anti-tnfα JOURNAL DE L OBSERVATOIRE RATIO N 6 - janvier 2006 Observatoire National des Infections et Lymphomes survenant sous anti-tnfα Voilà maintenant deux ans que l Observatoire RATIO recense les cas d infections

Plus en détail

La vie d un médicament

La vie d un médicament La vie d un médicament Essais cliniques limites à détecter les Effets Indésirables Cours Francophone Inter pays de Pharmacovigilance Centre Anti Poison et de Pharmacovigilance du Maroc Pr. R. Soulaymani

Plus en détail

Fièvre d origine bactérienne

Fièvre d origine bactérienne FIÈVRE EN UROLOGIE Elle est présente dans deux cadres cliniques bien distincts : le plus fréquent est celui de l infection bactérienne d un parenchyme appartenant à l appareil urogénital, à savoir les

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL

FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL Dr A. BUONACCORSI Infirmière aux URGENCES DE NUIT FEMME ENCEINTE ET TRAVAIL Présentation d un cas clinique Risques Biologiques Travail de nuit Stress aux urgences FEMME ENCEINTE

Plus en détail

Hémorragie digestive

Hémorragie digestive Hémorragie digestive Tableau clinique perte de sang : hématémèse, melena, perte de sang rouge par voie basse choc hémorragique anémie chronique ferriprive : voir anémie Anamnèse antécédents de maladie

Plus en détail

AntiTNF et Tuberculose

AntiTNF et Tuberculose AntiTNF et Tuberculose A.Fissah Service de Pneumologie, CHU de Bab el oued Réunion de Consensus sur la Maladie de Crohn Institut Pasteur, Delly Brahim 25-26 Septembre 2013 Anti TNF et Tuberculose: Problématique

Plus en détail

Efficacité des anti-tnf α dans le traitement de la maladie de Crohn

Efficacité des anti-tnf α dans le traitement de la maladie de Crohn 2 nd Algerian IBD Day 20 Mai 2017 Efficacité des anti-tnf α dans le traitement de la maladie de Crohn N. Kaddache (1), L. Kecili (1), L. Saidani (1), K. Abdellatif, K. Soualah (1), S. Khouitar (1), A.

Plus en détail

Histoire Naturelle de la Maladie de Crohn à Alger

Histoire Naturelle de la Maladie de Crohn à Alger Laboratoire de Recherche sur les Maladies Inflammatoires Chroniques de l Intestin Société Algérienne d Hépato gastroentérologie Sixième Rencontre autour des Maladies Inflammatoires Chroniques de l Intestin

Plus en détail

Méningites Bactériennes et Pression Intracrânienne: qui monitorer?

Méningites Bactériennes et Pression Intracrânienne: qui monitorer? Mémoire DES Pédiatrie Rhône-Alpes Lyon Promotion 2003 Méningites Bactériennes et Pression Intracrânienne: qui monitorer? Fleur Cour-Andlauer 23 Octobre 2008 ANDLAUER Fleur 1 Méningites Bactériennes en

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire de Constantine

Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire de Constantine 19 e congrès de la de la Société Algérienne de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire

Plus en détail

Pas de conception après l arrêt de la contraception que faire?

Pas de conception après l arrêt de la contraception que faire? Pas de conception après l arrêt de la contraception que faire? Dorothea Wunder Unité de médecine de la reproduction et endocrinologie gynécologique Maternité, CHUV Révolution totale dans le siècle passé

Plus en détail

Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux

Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux Utilisation des anti- TNF chez les patients transplantés rénaux LE PATIENT Nom Prénom Date de naissance / / Sexe Poids lors de la cure Taille LA TRANSPLANTATION Date de Tx / / Néphropathie initiale GNC

Plus en détail

Nouveautés dans la stratégie thérapeutique des maladies inflammatoires de l intestin. Edouard LOUIS Centre Hospitalier Universitaire Liège

Nouveautés dans la stratégie thérapeutique des maladies inflammatoires de l intestin. Edouard LOUIS Centre Hospitalier Universitaire Liège Nouveautés dans la stratégie thérapeutique des maladies inflammatoires de l intestin Edouard LOUIS Centre Hospitalier Universitaire Liège Maladie de Crohn Histoire naturelle de la maladie de Crohn 75 Dommage

Plus en détail

URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis

URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis Urgences URGENCES UROLOGIE Malika DJOUADOU IDE-Urologie-St Louis Dr A. CORTESSE Chirurgien-Urologie-St Louis Dr A. de GOUVELLO MG-Urologie-St Louis Rétention aigue d urines ou R.A.U Hématurie Infections

Plus en détail

Dr. Sophie Emond Gonsard Service de radiologie pédiatrique, Pr Brunelle Necker Enfant-malades, Paris, France

Dr. Sophie Emond Gonsard Service de radiologie pédiatrique, Pr Brunelle Necker Enfant-malades, Paris, France Dr. Sophie Emond Gonsard Service de radiologie pédiatrique, Pr Brunelle Necker Enfant-malades, Paris, France Intérêt de l IRM avec injection du Dotarem chez les nouveau-nés nés et nourrissons de moins

Plus en détail

"BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005

BANDELETTES POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005 "BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE Rapport d enquête Décembre 2005 Afssaps, décembre 2005 SOMMAIRE CONTEXTE OBJECTIF DE L ENQUÊTE 4 MÉTHODOLOGIE 5 Information des établissements 5 Recueil de données

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s

Passeport. C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s Passeport C h i r u r g i e d e l h a l l u x v a l g u s NOM : PRENOM : F o o t & A n k l e I n s t i t u t e Clinique du Parc Léopold 3 8, R u e F r o i s s a r t 1 0 4 0 B r u x e l l e s T é l. : +

Plus en détail

Les MICI de l enfant. Dr C.Borderon CHU Clermont-Ferrand

Les MICI de l enfant. Dr C.Borderon CHU Clermont-Ferrand Les MICI de l enfant Dr C.Borderon CHU Clermont-Ferrand Introduction Maladie de Crohn (MC) Principale préoccupation chez l enfant Retentissement sur croissance et développement pubertaire Leur surveillance

Plus en détail

Chapitre 19 : Item 224 Appendicite de l enfant et de l adulte

Chapitre 19 : Item 224 Appendicite de l enfant et de l adulte Chapitre 19 : Item 224 Appendicite de l enfant et de l adulte I. Physiopathologie II. Diagnostic III. Prise en charge d une appendicite aiguë OBJECTIFS PEDAGOGIQUES Diagnostiquer une appendicite chez l

Plus en détail

résultats du traitement chirurgical des lésions ano-périnéales de la maladie de Crohn

résultats du traitement chirurgical des lésions ano-périnéales de la maladie de Crohn résultats du traitement chirurgical des lésions ano-périnéales de la maladie de Crohn Y. Benmeddour, A. Anou, O.Benhadid, A.Chetouane, A.Ourabah, C. younsi, Z. Imessaoudene Clinique chirurgicale A CHU

Plus en détail

Infections urinaires quelques aspects diagnostiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015

Infections urinaires quelques aspects diagnostiques. P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Infections urinaires quelques aspects diagnostiques P Chavanet Infectiologie, Dijon Octobre 2015 Mme X, 31 ans, vient vous voir en consultation pour brûlures mictionnelles et pollakiurie depuis 48h. ATCD

Plus en détail

Efficacité des Immunosuppresseurs au cours des Maladies Inflammatoires Chroniques de l Intestin

Efficacité des Immunosuppresseurs au cours des Maladies Inflammatoires Chroniques de l Intestin 2 nd Algerian IBD Day 20 Mai 2017 Efficacité des Immunosuppresseurs au cours des Maladies Inflammatoires Chroniques de l Intestin 1 Kecili L, 1 Kaddache N,, 1 Soualah K, 1 Rebiha A, 1 Saichi S, 1 Khouitar

Plus en détail

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest Réseau national d Alerte, d Investigations et de Surveillance des Infections Nosocomiales Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin

Plus en détail

Récidive post-opératoire dans la maladie de Crohn : Quelle prise en charge en 2014?

Récidive post-opératoire dans la maladie de Crohn : Quelle prise en charge en 2014? Récidive post-opératoire dans la maladie de Crohn : Quelle prise en charge en 2014? Pr. Xavier Roblin CHU de Saint Etienne 13 Decembre 2014 Alger Chirurgie abdominale (Olsmted county, 1970-2004, n=310)

Plus en détail

LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT

LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT LES FIEVRES AIGUES DE L ENFANT LA FIEVRE AIGUE DE L ENFANT Introduction (1) Symptôme majeur Angoisse excessive Température = équilibre entre pertes et production de chaleur Fièvre = réponse normale de

Plus en détail

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE

MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE MALADIE DE HODGKIN DEFINITION I - HISTOPATHOLOGIE II - DIAGNOSTIC A - Circonstances du diagnostic B - Diagnostic de certitude = biopsie ganglionnaire C - Bilan d extension III - FORMES CLINIQUES IV - PRONOSTIC

Plus en détail

COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville. SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente

COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville. SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente Apprentissage Matériel et locaux adaptés Informations et ordonnances envoyées Indications

Plus en détail

FYBROMYALGIE ET MICROKINESITHERAPIE La Microkinésithérapie. La Fibromyalgie syndrome polyalgique idiopathique diffus.

FYBROMYALGIE ET MICROKINESITHERAPIE La Microkinésithérapie. La Fibromyalgie syndrome polyalgique idiopathique diffus. FYBROMYALGIE ET MICROKINESITHERAPIE La Microkinésithérapie Technique de massage manuelle, basée sur la micropalpation des différents tissus du corps, afin de recueillir des informations spécifiques, quand

Plus en détail

ICL Centre Alexis Vautrin, Vandoeuvre-les-Nancy, France 2

ICL Centre Alexis Vautrin, Vandoeuvre-les-Nancy, France 2 Utilisation en pratique courante d Agents Stimulants l Erythropoïèse chez 2310 patients cancéreux au regard des recommandations des sociétés savantes : Une sous-analyse de l étude française ORHEO Auteurs

Plus en détail

Les formes cliniques. Maxime Breban

Les formes cliniques. Maxime Breban Reconnaître la Spondylarthrite en 2011 Les formes cliniques Maxime Breban maxime.breban@apr.aphp.fr Qu'est-ce que les rhumatismes inflammatoires? Inflammation chronique des articulations Maladies complexes

Plus en détail

CANCER DE L OESOPHAGE

CANCER DE L OESOPHAGE - 1/6- Lundi 19/03/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset CANCER DE L OESOPHAGE I/ EPIDEMIOLOGIE : L incidence dans le monde varie de 1 à 160 pour 100 000. En

Plus en détail

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot

FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot FAUT IL ENCORE FAIRE DES CURAGES AXILLAIRES? Journée de formation 25 avril 2015 Dr Isabelle Jeanjot INTRODUCTION Nécessité de connaître l état des ganglions axillaires (staging, pronostic) 80% des T1 sont

Plus en détail

LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF

LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF 17.10.08 Dr Frant Gérontologie LE VIEILLISEMENT DE L'APPAREIL DIGESTIF I)La bouche et l'oropharynx A)Les dents B)Les glandes salivaires C)La langue D)Les troubles de la déglutition II)L'oesophage III)L'estomac

Plus en détail

Retina - September 2014 - Volume 34 - Issue 9 - Par Ianis Marcireau Service d ophtalmologie Professeur E.Souied Université Paris Est

Retina - September 2014 - Volume 34 - Issue 9 - Par Ianis Marcireau Service d ophtalmologie Professeur E.Souied Université Paris Est Retina - September 2014 - Volume 34 - Issue 9 - Par Ianis Marcireau Service d ophtalmologie Professeur E.Souied Introduction 2 complications dans l OVCR : OM Ischémique : HIV, GNV Pour définir le risque

Plus en détail

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR :

PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : PARCOURS DE SOIN CLASSIQUE D UN PATIENT OPERE DU CŒUR : a. Consultation avec le Chirurgien Cardiaque Elle s effectue au centre de consultation de cardiologie médico-chirurgicale (bat H ou G). Cette consultation

Plus en détail

Agnès SENEJOUX Alain CLAUDY. Proctologie en images

Agnès SENEJOUX Alain CLAUDY. Proctologie en images Agnès SENEJOUX Alain CLAUDY Proctologie en images Agnès Senéjoux (Paris) Alain Claudy (Lyon) 17 et 18 mars 2007 FMC HGE Lyon FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007 FMC HGE Lyon 17 et 18 Mars 2007 «Anal intraepithelial

Plus en détail

Faut-il toujours faire un bilan endoscopique? Dr JM Rouillon -Service Gastro Polyclinique Montréal

Faut-il toujours faire un bilan endoscopique? Dr JM Rouillon -Service Gastro Polyclinique Montréal SOFOMEC - Jeudi 17 mars 2011 1 Faut-il toujours faire un bilan endoscopique? Dr JM Rouillon -Service Gastro Polyclinique Montréal OUI!... Puisque Sine materia... En fait : NON But de cette présentation

Plus en détail

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes

Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes Arthralgies persistantes après une infection à chikungunya: évolution après plus d un an chez 88 patients adultes G Borgherini 1, A Gouix 1, F Paganin 1, A Jossaume 1, L Cotte 2, C Arvin-Berod 1, A Michault

Plus en détail

TPE 2 INRTI + 1 IP RATIONNEL TRUVADA + KALETRA. William Tosini RATIONNEL RATIONNEL. Arguments Biologiques. Études Animales. Transmission Mère - Enfant

TPE 2 INRTI + 1 IP RATIONNEL TRUVADA + KALETRA. William Tosini RATIONNEL RATIONNEL. Arguments Biologiques. Études Animales. Transmission Mère - Enfant RATIONNEL Évaluation de la Tolérance de l Association Tenofovir/Emtricitabine + Lopinavir boosté par Ritonavir formulation comprimé TRUVADA + KALETRA dans le Cadre du Traitement Post-Exposition (TPE) au

Plus en détail

Techniques et résultats d évaluations dosimétriques des extrémités chez les opérateurs en imagerie interventionnelle

Techniques et résultats d évaluations dosimétriques des extrémités chez les opérateurs en imagerie interventionnelle Techniques et résultats d évaluations dosimétriques des extrémités chez les opérateurs en imagerie interventionnelle L. Donadille, F. Tagnard-Mérat, J.-L. Rehel Institut de radioprotection et de sûreté

Plus en détail

Rectorragies chez l enfant. Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre

Rectorragies chez l enfant. Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre Rectorragies chez l enfant Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre Journée de formation médicale continue Service de gastro-entérologie 23_10_2015 Objectifs Reconnaître un saignement digestif bas Évoquer

Plus en détail

PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE

PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE PREVENTION THROMBOEMBOLIQUE APRES CESARIENNE RISQUE CESARIENNE TRAITEMENT PROPHYLACTIQUE MINEUR MINEUR Césarienne sans facteur de risque ou 1 facteur mineur Age >35 ans ; Obésité (IMC > 30 ou poids > 80kg)

Plus en détail

Conditions de l AMM 1

Conditions de l AMM 1 Page 1 de 9 RECOMMANDATIONS CONCERNANT L UTILISATION DES IMMUNOMODULATEURS BIOLOGIQUES OU «BIOTHÉRAPIES» DANS LES MALADIES INFLAMMATOIRES À MÉDIATION IMMUNITAIRE (IMID) VERSION COURTE 1. INTRODUCTION Les

Plus en détail

Mécanismes des plaies du pied diabétique. Agnès Hartemann-Heurtier Hal Pitié-Salpêtrière Paris

Mécanismes des plaies du pied diabétique. Agnès Hartemann-Heurtier Hal Pitié-Salpêtrière Paris Mécanismes des plaies du pied diabétique Agnès Hartemann-Heurtier Hal Pitié-Salpêtrière Paris Différents types de plaies chroniques du pied diabétique Le diabète favorise l infection? Les plaies c est

Plus en détail

LA SURVEILLANCE DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE

LA SURVEILLANCE DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE LA SURVEILLANCE DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE Dr. L. SIMON, Praticien Hospitalier coordonnateur CClin Est, Nancy 29 èmes Journées nationales d étude et de perfectionnement de l UNAIBODE, 25 mai 2012

Plus en détail

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les

compliquée (surinfection aiguë ou chronique, Il faut alors assurer un diagnostic de éventuelles complications, en particulier chez les La lithiase vésiculaire peut être asymptomatique (ASP, échographie) aucune investigation complémentaire douloureuse (colique hépatique) compliquée (surinfection aiguë ou chronique, migration cholédocienne,

Plus en détail

14/05/2010. Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease 2009. Mortalité. Définition de la BPCO. Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive

14/05/2010. Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease 2009. Mortalité. Définition de la BPCO. Broncho-Pneumopathie Chronique Obstructive 5éme Journées Aurassiennes de Pneumo-phtisiologie Global Initiative for Chronic Obstructive Lung Disease 2009 Définition de la BPCO Maladie respiratoire chronique définie par une obstruction permanente

Plus en détail

48 e CONGRES DE L A.M.U.B.

48 e CONGRES DE L A.M.U.B. 48 e CONGRES DE L A.M.U.B. Place des nouveaux critères de classification des spondyloarthrites en pratique clinique Dr. L.Tant Rhumatologue Service de Rhumatologie et Médecine Physique ULB- Hôpital Erasme

Plus en détail

Devenir de la mère après un diabète gestationnel

Devenir de la mère après un diabète gestationnel Le réseau mère-enfant de la francophonie Lille le 1.6.04 Devenir de la mère après un diabète gestationnel P. Fontaine et A. Vambergue Clinique Marc Linquette- Hôpital Jeanne de Flandre - CHRU de Lille

Plus en détail

Maladie de Crohn: Aspects épidémiologiques, diagnostiques et évolutifs à l Hôpital Principal de Dakar (Sénégal)

Maladie de Crohn: Aspects épidémiologiques, diagnostiques et évolutifs à l Hôpital Principal de Dakar (Sénégal) Maladie de Crohn: Aspects épidémiologiques, diagnostiques et évolutifs à l Hôpital Principal de Dakar (Sénégal) Assani G.I., Diallo I., Ndiaye B., Gning S.B., Fall F., Mbaye P.S. Service de médecine interne

Plus en détail

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies

Efficacité des infiltrations péri radiculaires et péridurales de corticoïdes scano-guidées dans le traitement des lombo- sciatalgies CENTRE HOSPITALIER UNIVERSITAIRE HOPITAL IBN ROCHD ANNABA ALGERIE SERVICE DE RADIOLOGIE ET D IMAGERIE MEDICALE Journées françaises de Radiologie Paris Octobre 2011 Efficacité des infiltrations péri radiculaires

Plus en détail

Surveillance des infections du site chirurgical

Surveillance des infections du site chirurgical Surveillance des infections du site chirurgical Programme national réalisé par Swissnoso sur mandat de l ANQ Version abrégée Rapport comparatif national 2012-2013 Périodes de relevé : 1 er octobre 2012

Plus en détail