La communication engageante

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La communication engageante"

Transcription

1 XVI ième Journée InterProfessionnelle du 14 juin 2012 «Communiquer, informer, appliquer» La communication engageante Fabien Girandola Aix-Marseille Université Laboratoire de Psychologie Sociale, Aix-en-Provence

2 Changer, modifier les comportements Créer de nouveaux comportements Résistance au changement Lavage de mains. Adoption des précautions standards. Adoption des précautions complémentaires Vaccination antigrippale

3 Freins spécifiques à certaines actions dont l origine doit être investiguée par des études psychosociales Quels sont les apports de la Psychologie Sociale et des Sciences du comportement?

4 Principales campagnes basées sur le principe selon lequel Information, savoir Changement

5 Il ressort d une étude que la probabilité d être fumeur à 17 ans n est pas plus faible chez des élèves ayant suivi 65 séances de sensibilisation entre 8 ans et 17 ans et donc très bien informés des méfaits du tabac, que chez des élèves n ayant pas suivi ces séances (Peterson, Kealey, Mann & Sarason, 2000)

6 Les campagnes anti-sida sont plus efficaces pour améliorer les connaissances sur le sida et sur les moyens de s en prémunir que pour modifier les comportements effectifs de protection (Albarracin et al. 2006, méta-analyse portant sur 350 campagnes de préventions sur 8 ans) Changement d idées ne signifie pas nécessairement changement de comportement: décalage entre les idées et les actes Informer sert au fil du temps à modifier les savoirs, les opinions, à provoquer des prises de conscience. Information et argumentation sont donc nécessaires mais pas suffisantes

7 SOURCE MESSAGE CANAL RECEPTEUR CONTEXTE DE LA PRESENTATION 1. Exposition au message 2. Attention 3. Appréciation, intérêt 4. Compréhension 5. Capacités d acquisition 6. Changement d attitude 7. Stockage en mémoire du contenu du message 8. Recherche et récupération en mémoire de l information 9. Décision sur la base de la récupération de l information 10. Comportement en accord avec la décision prise 11. Renforcement des comportements 12. Consolidation postcomportementale

8 LEWIN (1947) Nécessité de consommer des abats Groupe 1 Conférence seule (info, recettes, dépliants, ) Groupe 2 Conférence + Discussion + Décision en public en levant la main devant le groupe Nouvelles motivations = intention de 3% Nouveaux comportements = passage à l acte 32%

9 L ENGAGEMENT (Joule et Beauvois, 1998) On obtient des actes couteux en commençant par des actes peu coûteux appelés ACTES PREPARATOIRES. Ces actes préparatoires (ex: remplir un questionnaire, réfléchir à des slogans) rendent plus probable la réalisation d actes ultérieurs, même s ils sont plus coûteux (ex: signer une charte d engagement)

10 Les actes préparatoires: * remplir un questionnaire * réfléchir à des slogans * accepter de poser un autocollant * discussion de groupe * Rendre l individu actif 1/ rendent les individus sensibles, réceptifs aux informations ultérieurement diffusées dans le message 2/ augmentent la probabilité que les individus acceptent d autres actes plus coûteux (ex: signer une charte d engagement) Les actes préparatoires engagent l individu

11 Les effets des actes préparatoires sont forts s ils ont été réalisés dans un contexte engageant. Les principaux facteurs sur lesquels il convient de tabler pour produire cet engagement est : - le libre-choix - le caractère public de l acte (e.g., signature d une pétition)

12 LA PERSUASION

13 Source? Qui parle? (direction, médecin, IDE) Message? (unilatéral / bilatéral à construire) Canal? (à définir) Public? (IDE)

14 La communication engageante Engagement Acte préparatoire Communication engageante Persuasion (Joule, Girandola & Bernard, 2007)

15 Principe de la Communication Engageante (Joule, Girandola et Bernard, 2007) Etablir un pont entre la persuasion et l engagement afin d optimiser les campagnes d informations et de sensibilisation : 1- Conduire l individu à poser un acte préparatoire (acte engageant), rendre l individu acteur 2- Exposer cet individu à une argumentation persuasive en accord avec l acte préparatoire réalisé

16 Les questions à se poser restent : - Qui dit quoi? - A qui? - Comment? - Avec quel effet? persuasion Il s en rajoute deux autres : «En lui faisant faire quoi?» engagement «Quels sont les actes préparatoires à obtenir?»

17 «En lui faisant faire quoi?» «Quels sont les actes préparatoires à obtenir?» La prise en compte de ces questions confère à la cible un statut d acteur et non pas seulement de récepteur. C est ce qui distingue une démarche de communication engageante d une démarche de communication classique

18 Quelques applications en cours dans le domaine de la santé La communication engageante au service - du dépistage du cancer du sein par l autoexamen - du don d organes - de la consommation de fruits et légumes - de la prévention de l obésité (serious game et réseaux sociaux)

19 Exemples d études relevant d une communication engageante

20 La communication engageante au service du don d organes (Joule et Eyssartier, 2003) Objectif: signer une carte de donneur d organe 1- Contrôle : signer la carte sur une base argumentative donnée 2- Communication engageante : A/ acte préparatoire : trouver des arguments persuasifs «si vous deviez convaincre un de vos amis de prendre une carte de donneur d organes que lui diriez-vous?» B/ base argumentative donnée en contrôle

21 Les participants placés en communication engageante sont significativement plus nombreux à décider de signer une carte de donneur que ceux de la condition contrôle Contrôle : 31,7 % Communication engageante : 52,2%

22 Engagement et prévention des IN Par exemple: Pittet et al. (2000). Création d un contexte engageant - Implication, groupes de travail et de réflexion - choix des messages (posters) et appropriation groupale - Fort engagement institutionnel Augmentation significative de l hygiène des mains Diminution significative des IN Pittet (2001) - Identification et classement des barrières au changement

23 Engagement et prévention des IN Quintard, Lecigne, Pascual, Rogues et Parneix (2010) Intervention standard : - Apports didactiques, actualisation des connaissances, exposés - Gestes préconisés pour prévenir les IN - Questionnaires d autoévaluation (avant et après l intervention) Intervention engageante : - Partir des acquis des participants, participation active, énonciation des gestes et actes à respecter. Contexte de liberté (volontariat), coût (respecter les gestes), visibilité (validation par chacun), réitération (réaffirmer son engagement). - Questionnaires d autoévaluation (avant et après intervention)

24 Résultats Le score d observation des bonnes pratiques a évolué positivement et de manière très significative pour la condition engageante. 15 jours en moyenne après l intervention engageante, par exemple: - Les IDE déclarent nettoyer plus souvent avec un savon antiseptique une zone de ponction Intervention améliorant l observance professionnelle en agissant sur les pratiques et permettant d intervenir sur la formation des représentations

25 Communication engageante et IN De Almeida et al. 2010: port d alliance chez les personnels de soins Efficacité de la communication engageante comparativement à des campagnes de sensibilisation classiques

26

27 Audit 2004 sur le port de bijoux - 10% port de bagues - 42% port d alliance

28 Actions de formation et d information auprès du personnel soignant : AS, IDE, Médecins Audit 2008: - 43 % port d alliance (rappel: 42% avant information)

29 Développer la théorie de l engagement dans des choix d actions correctives Aboutir à une réduction du port d alliance chez le personnel de soins

30 COMMUNICATION ENGAGEANTE Acte préparatoire Réunion et participation à la conception de slogans contre le port de bijoux et d alliances

31

32

33 D après De Ameilda et al. (2010)

34 - Identifier les leader d opinion afin de diffuser le message (facilite la transmission de l information) - Décision en toute liberté d adopter les précautions, sans culpabiliser, démarche individuelle volontaire («Vous êtes libre de») - Afficher une charte des membres du personnel rappelant qu ils ont opté pour les précautions (acte public) CHARTE d ENGAGEMENT - Soutien de l institution entière (crédibilité de la source) - L adoption des précautions ou de la vaccination fonctionne mieux lorsque direction est persuadée de son bien-fondé (crédibilité de la source)

35 La communication engageante résumé

36 Quels acte(s) préparatoire(s) doit-on obtenir de la part de la cible? ENGAGEMENT Quelles sont les bonnes informations à transmettre? Quels sont les meilleurs canaux, outils, médias? PERSUASION Quel est le public? Le destinataire n est plus un récepteur passif mais un acteur

37 Action en cours - Campagne STOPRISK (CCLIN Sud-Est) - Campagne Vaccination (GERES)

38 Merci pour votre attention

Les freins à la vaccination. Comment Agir? Communication engageante et changement de comportement

Les freins à la vaccination. Comment Agir? Communication engageante et changement de comportement Les freins à la vaccination. Comment Agir? Communication engageante et changement de comportement Fabien Girandola Aix-Marseille Université Laboratoire de Psychologie Sociale fabien.girandola@univ-amu.fr

Plus en détail

La communication engageante

La communication engageante La communication engageante Principes et application à un cas pratique de sécurité routière Damien Tamisier CEREMA IFSTTAR Université d Aix-Marseille 1 Chloé Eyssartier CEREMA Fabien Girandola Université

Plus en détail

Y` Y` VÉÇáx Äá cü äxçà ÉÇA «Conseils, formations et suivis de projet». www.fm-conseilsprevention.puzl.com Le changement en question : Comment passer à l acte? Fabienne MICHELIK Dr. De Psychologie Sociale

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES

RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES COMMUNICATIONNELLES ET LANGAGIÈRES STRUCTURE DU RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Activité langagière en situation de RÉCEPTION (1) la mise en œuvre et à l'adaptation de

Plus en détail

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.)

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) Introduction L aboutissement à un usage rationnel des médicaments est le résultat d un programme exécuté par une chaîne

Plus en détail

Éléments de langage et messages clés

Éléments de langage et messages clés Éléments de langage et messages clés 14 Comment orchestrer le discours?......................................................................... 16 Les outils pour communiquer.................................................................................

Plus en détail

Prévention du risque infectieux : les apports de la théorie de l engagement

Prévention du risque infectieux : les apports de la théorie de l engagement Prévention du risque infectieux : les apports de la théorie de l engagement Fabien Girandola, Pr. Université de Bourgogne (Dijon) Psychologie Sociale / Sciences du Comportement 22 ème Congrès National

Plus en détail

Petit traité de manipulation à l usage des honnêtes enseignants

Petit traité de manipulation à l usage des honnêtes enseignants 1 Petit traité de manipulation à l usage des honnêtes enseignants Pascal Lafourcade D après : Petit traité de manipulation à l usage des honnêtes gens Robert-Vincent Joule & Jean-Léon Beauvois 2 Introduction

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE en 2012 Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Centre Hospitalier de

Plus en détail

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Dr Stéphanie ROCHON EDOUARD, Praticien

Plus en détail

Catalogue de Formation Professionnelle

Catalogue de Formation Professionnelle AproLink Le Management des Entreprises Innovantes Catalogue de Formation Professionnelle Table des Matieres Innovation Réussissez votre Management de l Innovation Concilier «Innovation Organisation Management»

Plus en détail

COFOR SANTE. Une ACTUALITÉ en ACCRÉDITATION SANTÉ (contenu de nos interventions pages suivantes)

COFOR SANTE. Une ACTUALITÉ en ACCRÉDITATION SANTÉ (contenu de nos interventions pages suivantes) COFOR SANTE Des interventions* en : - Communication - Management - Relation client - Qualité - Gestion Une ACTUALITÉ en ACCRÉDITATION SANTÉ (contenu de nos interventions pages suivantes) * cf. nos programmes

Plus en détail

ÉVALUATION DE L IMPACT D UN MESSAGE DANS LE CADRE D UNE CAMPAGNE DE COMMUNICATION

ÉVALUATION DE L IMPACT D UN MESSAGE DANS LE CADRE D UNE CAMPAGNE DE COMMUNICATION 1 ÉVALUATION DE L IMPACT D UN MESSAGE DANS LE CADRE D UNE CAMPAGNE DE COMMUNICATION Population et accidentalité 2 Accidentalité : Ensemble du parc circulant Ensemble des accidents mortels Sur 1 km parcouru,

Plus en détail

PÉDAGOGIQUE. Rouletaboule. Ça composte chez nous. Produits dangereux. programme

PÉDAGOGIQUE. Rouletaboule. Ça composte chez nous. Produits dangereux. programme programme PÉDAGOGIQUE année scolaire 2015 / 2016 Rouletaboule Ça composte chez nous Produits dangereux SICTOM Nord Allier - RD 779 «Prends-y garde - 03230 Chézy - Tél : 04 70 46 77 19 - www.sictomnordallier.fr

Plus en détail

ACCUEILLIR SON INTERLOCUTEUR

ACCUEILLIR SON INTERLOCUTEUR ACCUEILLIR SON INTERLOCUTEUR Tout public Se présenter en respectant la charte d accueil de l'entreprise et identifier leur interlocuteur Encourager l'expression de l'interlocuteur pour identifier et comprendre

Plus en détail

CONFERENCE, SENSIBILISATION & FORMATION à l ÉCO 2 MOBILITE

CONFERENCE, SENSIBILISATION & FORMATION à l ÉCO 2 MOBILITE CONFERENCE, SENSIBILISATION & FORMATION à l ÉCO 2 MOBILITE GIP INSERR Pôle Formation 122 rue des Montapins BP 15 58 028 NEVERS CEDEX www.inserr.fr 2 Contexte L objectif visant à changer sa façon de conduire

Plus en détail

Comment réaliser une enquête par questionnaire?

Comment réaliser une enquête par questionnaire? Comment réaliser une enquête par questionnaire? 1. L objectif d une enquête : L enquête de satisfaction est un baromètre qui permet de prendre le pouls de la clientèle. Simple et peu coûteuse, elle révèle

Plus en détail

COMMUNICATION DE CHANGEMENT

COMMUNICATION DE CHANGEMENT COMMUNICATION DE CHANGEMENT COMPORTEMENTAL SUR LE WEB : COMPARER L EFFICACITÉ DE LA PERSUASION ET DE L ENGAGEMENT POUR PROMOUVOIR L ÉCO-CITOYENNETÉ NATACHA ROMMA SOUTENANCE DE THÈSE DE DOCTORAT LE 07 JANVIER

Plus en détail

Livret d analyse de situations didactiques et de l activité professionnelle.

Livret d analyse de situations didactiques et de l activité professionnelle. Livret d analyse de situations didactiques et de l activité professionnelle. Objectifs : - Comprendre le métier et analyser les éléments structurants la situation professionnelle, les classes de situation,

Plus en détail

La communication des associations!

La communication des associations! La communication des associations! 2012 Matinale associative Versailles! «Les principes fondamentaux pour mettre les pieds dans le plat» 1 Au menu... Partie 1 : Etat des lieux Partie 2 : Bâtir son plan

Plus en détail

AUTOÉVALUATION PAR LES MEMBRES DU CA

AUTOÉVALUATION PAR LES MEMBRES DU CA AUTOÉVALUATION PAR LES MEMBRES DU CA AUTOÉVALUATION PAR LES MEMBRES DU CA Questionnaire pour le fonctionnement général du conseil d administration Cette autoévaluation a pour but de faire le point après

Plus en détail

L image corporelle : Influence des médias

L image corporelle : Influence des médias L image corporelle : Influence des médias Alberta Education, Santé et préparation pour la vie, Programmes d études, Résultats d apprentissage L élève pourra: B 7.2 examiner les aspects de la propreté et

Plus en détail

Activité AO 1 (dimensions de l identité)

Activité AO 1 (dimensions de l identité) Activité AO 1 (dimensions de l identité) Nom de l activité AO : Une pub changer les choses! Réalisation de l activité (mois/année) : Mars 2012 Discipline : Éthique et culture religieuse (thème de la Tolérance)

Plus en détail

Formation et Conseil. Bilan de Compétences pour une personne en situation de handicap

Formation et Conseil. Bilan de Compétences pour une personne en situation de handicap Bilan de Compétences pour une personne en situation de handicap Sommaire Présentation de PIC FORMATION p 3 Le contexte de votre bilan de compétences p 4 Les objectifs p 5 Le déroulement p 6 Comment en

Plus en détail

ACQUERIR LES BASES DU MANAGEMENT

ACQUERIR LES BASES DU MANAGEMENT ACQUERIR LES BASES DU MANAGEMENT Clarifier les différents aspects de la fonction d encadrement Diagnostiquer son propre style de management Acquérir les savoirs facilitant la prise de fonction de manager

Plus en détail

Pour vous aider dans la gestion des compétences internes, Apostrof vous propose un mode. des Ressources Humaines de votre entreprise.

Pour vous aider dans la gestion des compétences internes, Apostrof vous propose un mode. des Ressources Humaines de votre entreprise. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Le Bilan de Compétences / Le Bilan Professionnel Pour vous aider dans la gestion des compétences internes, Apostrof vous propose un mode d emploi pratique

Plus en détail

CHARTEOK.COM. CHARTE OK : Une charte d engagement

CHARTEOK.COM. CHARTE OK : Une charte d engagement k CHARTEOK.COM CHARTE OK : Une charte d engagement ACRONYMES HARSAH : Hommes ayant des relations sexuelles avec d autres hommes ITSS : Infection transmissible sexuellement et par le sang Édition 2015 TABLE

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE MINISTÈRE CHARGÉ DE LA SANTÉ DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE PORTFOLIO DE L ÉTUDIANT (document à tenir

Plus en détail

CHARTE des «AMIS d ACCOMPAGNER» «Ensemble, pas à pas»

CHARTE des «AMIS d ACCOMPAGNER» «Ensemble, pas à pas» CHARTE des «AMIS d ACCOMPAGNER» «Ensemble, pas à pas» Les valeurs Depuis sa fondation en 2001, l Action de l aisbl Accompagner, et celle de l asbl «Les Amis d Accompagner» qui lui a succédé sur le terrain,

Plus en détail

MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES

MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION SECTEUR : FILIERE : NIVEAU : TERTIAIRE TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES TECHNICIEN 1 Document élaboré par : Nom et Prénom Etablissement : Mohamed BACHAR :

Plus en détail

S engager à enlever ses bagues, son alliance en milieu de soin

S engager à enlever ses bagues, son alliance en milieu de soin S engager à enlever ses bagues, son alliance en milieu de soin Expérience pilote Isabelle Roland 1 Contexte Depuis 2008: Groupe de travail GRIHHN => outils de mobilisation pour la journée hygiène des mains

Plus en détail

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances Risques liés aux Accidents Exposant au Sang : Rôle du Médecin du Travail & interactions avec les différentes instances Dr Martine Domart-Rançon Service de Santé au Travail Hôpital Européen Georges Pompidou

Plus en détail

DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S. Travail de fin d études en didactique universitaire

DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S. Travail de fin d études en didactique universitaire DOSSIER DES ENSEIGNANT-E-S Travail de fin d études en didactique universitaire Magali Muller Bastien Walliser Septembre 2009 CHOIX D UNE PROBLEMATIQUE L étape choix d une problématique comprend les documents

Plus en détail

Moments propices à l'apprentissage: «Feedback» qui guérit

Moments propices à l'apprentissage: «Feedback» qui guérit Moments propices à l'apprentissage: «Feedback» qui guérit Manon Fabi, inf. M.Sc. Coach professionnelle certifiée PNL Présentation Un peu de définition Objectifs Réalité quotidienne Stratégie d intervention

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

INTRODUCTION À LA CCSC Planification de la communication pour la CCSC. 2-6 mai 2011 Haïti

INTRODUCTION À LA CCSC Planification de la communication pour la CCSC. 2-6 mai 2011 Haïti INTRODUCTION À LA CCSC Planification de la communication pour la CCSC 2-6 mai 2011 Haïti COMMUNICATION POUR LE CHANGEMENT SOCIAL ET DU COMPORTEMENT Les caractéristiques qui la définissent : La CCSC est

Plus en détail

E C O L E N O R M A L E C A T H O L I Q U E

E C O L E N O R M A L E C A T H O L I Q U E Candidature en option : «Histoire et théorie des Arts» «Etudes théâtrales» Lettres classiques Vous souhaitez intégrer une option à l entrée en hypokhâgne. Au Lycée Blomet, vous avez le choix entre les

Plus en détail

Enquête sur la France des classes moyennes Vague 3

Enquête sur la France des classes moyennes Vague 3 Enquête sur la France des classes Vague 3 Tome 2 : Focus sur l école FD/JF/FG/MCP N 112507 Contacts Ifop : Frédéric Dabi / Jérôme Fourquet / Fabienne Gomant / Marion Chasles-Parot Département Opinion et

Plus en détail

Charte du fournisseur SICAE-OISE dans le cadre de ses relations avec la clientèle professionnelle

Charte du fournisseur SICAE-OISE dans le cadre de ses relations avec la clientèle professionnelle Charte du fournisseur SICAE-OISE dans le cadre de ses relations avec la clientèle professionnelle Préambule SICAE-OISE, dont le siège est situé à Compiègne, est fournisseur historique d électricité auprès

Plus en détail

Atelier des chefs d'entreprise : RH et première embauche

Atelier des chefs d'entreprise : RH et première embauche Atelier des chefs d'entreprise : RH et première embauche CONSEIL RH COACHING RECRUTEMENT BILAN PROFESSIONNEL SUPERVISION MANAGÉRIALE FORMATION Consultante : Véronique Thévenin Ses domaines d intervention

Plus en détail

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching

LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching AFITEP SOIREE MANAGEMENT DE PROJET LE 19 mai 2003 LE COACHING Soirée animée par la Fédération Francophone de Coaching 1 QUELQUES CHIFFRES Aujourd hui en France, on compte environ 2 000 coachs (40 000 dans

Plus en détail

LA CHARTE DU BENEVOLE DE LOLINE FAYARD.Association qui lutte contre le syndrome de Rett.

LA CHARTE DU BENEVOLE DE LOLINE FAYARD.Association qui lutte contre le syndrome de Rett. LA CHARTE DU BENEVOLE DE LOLINE FAYARD.Association qui lutte contre le syndrome de Rett. Association loi de 1901 1398 chemin de saint esprit, 83300 Draguignan France (métropolitaine)* www.lolinefayard.org

Plus en détail

Fiche informative sur l'action

Fiche informative sur l'action Fiche informative sur l'action Titre de l'action : Construire un projet personnel et professionnel d orientation au collège : livret d accompagnement à l orientation des classes de Quatrième et Troisième

Plus en détail

Sensibiliser les professionnels de santé à la vaccination anti grippale :

Sensibiliser les professionnels de santé à la vaccination anti grippale : Journée Régionale de Prévention et de Maitrise du Risque Infectieux en EHPAD Vendredi 25 Septembre 2014 Sensibiliser les professionnels de santé à la vaccination anti grippale : Le projet 2015 de l ARLIN

Plus en détail

ETUDE TERRAIN Projet marketing 2 ème Année ESG 2 ème Semestre 2008. COORDINATEUR : Alain Kruger

ETUDE TERRAIN Projet marketing 2 ème Année ESG 2 ème Semestre 2008. COORDINATEUR : Alain Kruger ETUDE TERRAIN Projet marketing 2 ème Année ESG 2 ème Semestre 2008 COORDINATEUR : Alain Kruger mail : akruger@esg.fr RAPPEL DES DELAIS : Constitution des équipes et des projets Semaine du 21 janvier 2008

Plus en détail

OUTIL 1A CONTENU DE LA FORMATION DAFA

OUTIL 1A CONTENU DE LA FORMATION DAFA CONTENU SOMMAIRE Module 1 : Le monde du loisir OUTIL 1A CONTENU DE LA FORMATION DAFA 1.1 Introduction 0 h 30 1.2 Les principes d une communication efficace 1 h 00 1.3 Le travail d équipe 1 h 30 TOTAL POUR

Plus en détail

FNCPLA Fédération Nationale du Commerce des Produits Laitiers 01.46.86.41.64 01.46.87.03.73 fncpla@wanadoo.fr

FNCPLA Fédération Nationale du Commerce des Produits Laitiers 01.46.86.41.64 01.46.87.03.73 fncpla@wanadoo.fr ACTIONS de FORMATION 2004 proposées par FNCPLA Fédération Nationale du Commerce des Produits Laitiers 01.46.86.41.64 01.46.87.03.73 fncpla@wanadoo.fr et PF Conseil Association Professionnelle du Commerce

Plus en détail

Zéro bijou sur les mains? Je suis professionnel, je m engage!

Zéro bijou sur les mains? Je suis professionnel, je m engage! Zéro bijou sur les mains? Je suis professionnel, je m engage! Projet du groupe Hygiène Des Mains issu du GRIHHN (Groupement Régionale des Infirmiers et Infirmières en Hygiène de Haute Normandie). Contact

Plus en détail

Prix étudiant entrepreneur 2016

Prix étudiant entrepreneur 2016 Prix étudiant entrepreneur 2016 Audition des candidats et jury : 17 mars 2016 Lieu : Entreprise Michelin Place des Carmes Déchaux Date limite d inscription : le 11 février 2016-16h Date limite d envoi

Plus en détail

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011 Conseil général CIDPA CLIC départemental Centre d Information Départemental Personnes Agées 38 avenue Bollée - 72000 LE MANS 02.43.81.40.40 - Fax : 02.43.76.17.54 cidpa@cg72.fr - Site internet : www.cidpaclic.sarthe.org

Plus en détail

Sécurité des patients Suisse

Sécurité des patients Suisse Elle est organisée par la fondation Sécurité des patients Suisse Semaine d action la sécurité des patients Dialogue avec les patientes et les patients Présentation De quoi s agit-il? 3 Public cible et

Plus en détail

INSTRUCTIONS PROGRAMME DE MOBILITE PROPOSE

INSTRUCTIONS PROGRAMME DE MOBILITE PROPOSE INSTRUCTIONS L objectif du contrat d études est de permettre une préparation transparente et efficace de la période de mobilité et de garantir que les composantes pédagogiques complètement validées par

Plus en détail

Stratégie, évolution des marchés, développement durable. Stratégie Commerciale

Stratégie, évolution des marchés, développement durable. Stratégie Commerciale PROGRAMME PÉDAGOGIQUE CURSUS ENTREPRENEUR DU BATIMENT Durée totale : 70 jours, soit 525 heures + 1 à 3 semaines de mission en entreprise tierce (voir p.7) Stratégie, évolution des marchés, développement

Plus en détail

Prévention du tabagisme à l école, projet transfrontalier

Prévention du tabagisme à l école, projet transfrontalier Prévention du tabagisme à l école, projet transfrontalier L. Galanti, MD, PhD CHU Mont-Godinne, Yvoir, Belgique laurence.galanti@uclouvain.be Programme transfrontalier INTERREG IV «Coopération territoriale

Plus en détail

Recommandations relatives à la formation des enseignantes. interculturelles. COHEP, novembre 2007

Recommandations relatives à la formation des enseignantes. interculturelles. COHEP, novembre 2007 Recommandations relatives à la formation des enseignantes et enseignants aux approches interculturelles COHEP, novembre 2007 Etat : Adopté par l Assemblée plénière de la COHEP le 14/15 novembre 2007 Table

Plus en détail

Guide d entretien de développement des seniors

Guide d entretien de développement des seniors Guide d entretien de développement des seniors 1. Introduction Ce document s inscrit dans une approche d entretiens de développement réguliers de tous les salarié(e)s de l entreprise. Il tient compte de

Plus en détail

20 clés d une communication-santé réussie

20 clés d une communication-santé réussie Les clés d une communication-santé réussie François Lagarde Expert-conseil en marketing social et professeur associé, Université de Montréal, www.francoislagarde.com Journées annuelles de santé publique

Plus en détail

Le DOCTORAT en tant que «PROJET» de la vie professionnelle

Le DOCTORAT en tant que «PROJET» de la vie professionnelle Le DOCTORAT en tant que «PROJET» de la vie professionnelle (Développer ses compétences professionnelles) Le doctorat est la première phase de votre vie professionnelle Emploi «Le doctorat est une formation

Plus en détail

Webinaires de sensibilisation à la santé mentale Guide d animation. Équipe d appui pour la santé mentale dans les écoles, 2012

Webinaires de sensibilisation à la santé mentale Guide d animation. Équipe d appui pour la santé mentale dans les écoles, 2012 Équipe d appui pour la santé mentale dans les écoles Webinaires de sensibilisation à la santé mentale Guide d animation Équipe d appui pour la santé mentale dans les écoles, 2012 Présentation générale

Plus en détail

NOTIONS DE COMMUNICATION destinées aux associations

NOTIONS DE COMMUNICATION destinées aux associations NOTIONS DE COMMUNICATION destinées aux associations DEFINITIONS La communication n'est pas un gros mot Un acte inconscient et propre à tout individu, ou structure composée d individus Une action verbale,

Plus en détail

Vous, ou l un de vos proches, êtes atteint d une maladie grave.

Vous, ou l un de vos proches, êtes atteint d une maladie grave. CARTOGRAPHIE DES STRUCTURES EN SOINS PALLIATIFS DE LA REGION CENTRE DREUX CHARTRES LA LOUPE 28 45 MONTARGIS ORLEANS SULLY/LOIRE VENDÔME BLOIS TOURS LUYNES 41 CHINON VIERZON 37 BOURGES LIVRET D INFORMATIONS

Plus en détail

Appel à projets: le serious game au service de la filière numérique d Aquitaine

Appel à projets: le serious game au service de la filière numérique d Aquitaine REGION AQUITAINE - DELEGATION TIC Appel à projets: le serious game au service de la filière numérique d Aquitaine La Région Aquitaine soutient une politique ambitieuse de développement numérique. Dans

Plus en détail

Semaine européenne de la démocratie locale

Semaine européenne de la démocratie locale Semaine européenne de la démocratie locale TOUT CE QU IL FAUT SAVOIR SUR LA SEDL 8 Vos contacts 1 Le contexte général et les objectifs de la SEDL 2 Participer à la SEDL Qui et comment? 7 Les formulaires

Plus en détail

Table des matières. I Introduction...3 A) Contexte...3. B) Objectifs...3. C) Public cible...3. D) Déroulement de l action...4. E) Méthodologie...

Table des matières. I Introduction...3 A) Contexte...3. B) Objectifs...3. C) Public cible...3. D) Déroulement de l action...4. E) Méthodologie... Délégation Territoriale d Indre-et-Loire Antenne territoriale 37 Conférence-débat «Perception de la vaccination, les mots pour (se) convaincre» Le 28 mars 2012 Dans le cadre de la Semaine Européenne de

Plus en détail

Evaluez la satisfaction des usagers : 1 La démarche d enquête

Evaluez la satisfaction des usagers : 1 La démarche d enquête Evaluez la satisfaction des usagers : 1 La démarche d enquête Evaluer les activités et la qualité des prestations d un établissement ou d un service passe par une évaluation régulière de la satisfaction

Plus en détail

CATALOGUE. des FORMATIONS 2015/2016

CATALOGUE. des FORMATIONS 2015/2016 CATALOGUE des FORMATIONS 2015/2016 1 QuaRES, pour la Qualité en Recherche et Créée en 2006, l association QuaRES «Qualité en Recherche et en Enseignement Supérieur» fédère un réseau regroupant des qualiticiens,

Plus en détail

L Assemblier. L Assemblier

L Assemblier. L Assemblier L Assemblier Collectif de consultants L Assemblier Catalogue de formations pour les Conseils citoyens et leurs soutiens Faire équipe page 1 Travailler avec des tiers et monter des projets page 4 Le Conseil

Plus en détail

MAÎTRISE DES SAVOIRS DE BASE. Nomenclature desmodules

MAÎTRISE DES SAVOIRS DE BASE. Nomenclature desmodules MAÎTRISE DES SAVOIRS DE BASE Nomenclature desmodules A0 :Identifier lesbesoins en Savoirs de Base et définir le parcours de formation. A1 :Se mettre à niveau à l écrit pour répondre aux exigences professionnelles.

Plus en détail

CHARTE CONSTITUTIVE DE L ALLIANCE INTERNATIONALE DE JOURNALISTES

CHARTE CONSTITUTIVE DE L ALLIANCE INTERNATIONALE DE JOURNALISTES CHARTE CONSTITUTIVE DE L ALLIANCE INTERNATIONALE DE JOURNALISTES A. NATURE DE L INITIATIVE 1. Territoire Le territoire de l alliance de journalistes est international. Sur le plan thématique, au-delà des

Plus en détail

Les Français et la perception du respect de l interdiction de fumer dans les cafés, bars et restaurants...p.3

Les Français et la perception du respect de l interdiction de fumer dans les cafés, bars et restaurants...p.3 Perception des Français du respect de l interdiction de fumer dans les cafés et bars, et dans les restaurants, un an après son application Résultats de deux enquêtes Dossier de presse 7 janvier 2009 1

Plus en détail

CQP Animation d équipe option maintenance. Référentiel de compétences

CQP Animation d équipe option maintenance. Référentiel de compétences CQP Animation d équipe option maintenance Référentiel de compétences Le CQP Animation équipe présente deux options : Production Maintenance Ce document présente le CQP Animation d équipe option maintenance

Plus en détail

FICHE DE DESCRIPTION DU POSTE POUR LE BRESIL

FICHE DE DESCRIPTION DU POSTE POUR LE BRESIL FICHE DE DESCRIPTION DU POSTE POUR LE BRESIL 1.1. POUR LE MINISTERE FRANÇAIS DE L EDUCATION NATIONALE Le MEN, utilisant son expertise technique et pédagogique, sélectionne et met à disposition du Centre

Plus en détail

7 SAVOIRS POUR OPTIMISER ET FAVORISER

7 SAVOIRS POUR OPTIMISER ET FAVORISER SÉMINAIRES D EFFICIENCE 7 SAVOIRS POUR OPTIMISER ET FAVORISER LES PRISES DE DÉCISIONS DES DIRIGEANTS SOMMAIRE UTILITÉ DU SÉMINAIRE? FORMATEURS ET INTERVENANTS PROGRAMME EMPLOI DU TEMPS CONTACT & NOTES

Plus en détail

Pourquoi un baromètre sur la qualité de vie au travail des indépendants?

Pourquoi un baromètre sur la qualité de vie au travail des indépendants? assurés à la RAM La RAM est spécialisée dans la gestion du régime obligatoire d assurance maladie des indépendants - artisans, commerçants et professions libérales, pour le compte du Régime Social des

Plus en détail

Les interventions collectives qui permettent d engager des personnes durablement dans une activité physique

Les interventions collectives qui permettent d engager des personnes durablement dans une activité physique Les interventions collectives qui permettent d engager des personnes durablement dans une activité physique Paris 25 03 2006 d après une intervention à la conférence de consensus sur les recommandations

Plus en détail

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat d Educateur Spécialisé DEES

Notice d accompagnement. Diplôme d Etat d Educateur Spécialisé DEES Notice d accompagnement Diplôme d Etat d Educateur Spécialisé DEES ((( Cette notice a pour objectif principal de vous aider à remplir votre demande de validation des acquis de l'expérience pour le diplôme

Plus en détail

DEMANDE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE

DEMANDE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE MINISTERE CHARGE DES AFFAIRES SOCIALES re DEMANDE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE Diplôme d Etat d'aide Médico-Psychologique fonctions d encadrement NOTICE D ACCOMPAGNEMENT DU LIVRET 2 Cette notice

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

Programme intensif en développement organisationnel

Programme intensif en développement organisationnel ALLIANCE POUR DES OPPORTUNITES BILATERALES NUMÉRO D ENTREPRISE DU QUÉBEC (NEQ): 2268322999 2260 Avenue de Kent #410# Montréal, Québec, CANADA H3S 1M7 TEL: +1 514-815-7784 / 514-900-1301 Site Web: www.aobconsulting.com

Plus en détail

HANDICAP ET COMMUNICATION

HANDICAP ET COMMUNICATION HANDICAP ET COMMUNICATION COMMUNICATION La communication est l action d établir une relation avec autrui, de transmettre quelque chose à quelqu un. La communication est le moyen pour une organisation d

Plus en détail

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL

Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL Diplôme d Etat d éducateur spécialisé ANNEXE I RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL 1.1. Définition de la profession et du contexte de l intervention L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales

Plus en détail

Groupe «Vaccination» Préparation de la campagne de vaccination. La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe

Groupe «Vaccination» Préparation de la campagne de vaccination. La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe La communication engageante dans la campagne de vaccination contre la grippe L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Chantal DELESTRE, infirmière de Santé au Travail Dr Stéphanie ROCHON EDOUARD, Praticien

Plus en détail

L INRA, la formation et moi. Un guide pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur la formation à l INRA

L INRA, la formation et moi. Un guide pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur la formation à l INRA L INRA, la formation et moi Un guide pour répondre à toutes les questions que vous vous posez sur la formation à l INRA Pourquoi se former? 4 axes stratégiques pour piloter vos formations Promouvoir les

Plus en détail

effet buzz Les enjeux de l éducation aux médias Effet Buzz www.effetbuzz.be Note d intention Le film Le livret pédagogique Les partenaires

effet buzz Les enjeux de l éducation aux médias Effet Buzz www.effetbuzz.be Note d intention Le film Le livret pédagogique Les partenaires aux de l information L impact des sur la vie des jeunes n est plus à démontrer. Presse écrite, télévision, radio et surtout internet font aujourd hui partie intégrante de leur vie quotidienne. Présents

Plus en détail

CATALOGUE DE NOS PRESTATIONS

CATALOGUE DE NOS PRESTATIONS CATALOGUE DE NOS PRESTATIONS CIBC Artois Ternois 3 rue Abbé Pierre 62000 Arras 03.21.48.17.97 cibcarras@nordnet.fr www.cibcarras.org SOMMAIRE Le Bilan de Compétences La Validation des Acquis de l Expérience

Plus en détail

APPEL DE PROJETS PRÉCEPT F

APPEL DE PROJETS PRÉCEPT F APPEL DE PROJETS Programme structurant de partage et de renforcement de l expertise des collèges et cégeps canadiens en enseignement professionnel et technique dispensé en français PRÉCEPT F Date d avis

Plus en détail

REMERCIEMENTS INTRODUCTION

REMERCIEMENTS INTRODUCTION REMERCIEMENTS INTRODUCTION Ces dernières années, une enquête a été réalisée par la Direction des Hôpitaux. Nous savons désormais que chaque année en France, 1.4 millions d enfants sont hospitalisés. Leur

Plus en détail

6.1 WORKFLOW : Démarrer un workflow

6.1 WORKFLOW : Démarrer un workflow GED.eoN GED - Environnement d Origine NUXEO 6.1 WORKFLOW : Démarrer un workflow 1. DEFINIR UN WORKFLOW SUR UN DOCUMENT Commencez par créer le document dans l un des dossiers de votre espace collaboratif.

Plus en détail

Réflexion sur nos interventions de promotion d une saine alimentation

Réflexion sur nos interventions de promotion d une saine alimentation Jeunes : activités d apprentissage Soutien aux familles Écoles et milieux fréquentés par les jeunes : environnements physique et social Communauté CE QUE L ON SAIT Les préférences alimentaires, les connaissances

Plus en détail

Consignes d élaboration du travail de diplôme (TD)

Consignes d élaboration du travail de diplôme (TD) Consignes d élaboration du travail de diplôme (TD) Filière MSP 5400h Définition Le travail de diplôme (TD) est une épreuve certificative qui se déroule durant le deuxième cycle. Par celle-ci, l étudiant

Plus en détail

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Les professeurs et les personnels d éducation mettent en œuvre les missions que la nation assigne à l école. En leur qualité de fonctionnaires

Plus en détail

Expérience de la gestion des DAS dans la région sanitaire de Kairouan. Dr. Tarek Barhoumi SDSE Kairouan

Expérience de la gestion des DAS dans la région sanitaire de Kairouan. Dr. Tarek Barhoumi SDSE Kairouan Expérience de la gestion des DAS dans la région sanitaire de Kairouan Dr. Tarek Barhoumi SDSE Kairouan Des Défis Regarder notre réalité en face!? Poser la bonne question!? Avoir la bonne attitude!? Histoire

Plus en détail

SECTION 2 BILAN DES COMPÉTENCES

SECTION 2 BILAN DES COMPÉTENCES SECTION 2 BILAN DES COMPÉTENCES Bilan des compétences INTRODUCTION... 3 LES OBJECTIFS DU BILAN DES COMPETENCES... 3 LE DEROULEMENT DE VOTRE BILAN DES COMPETENCES... 3 LE BILAN DES COMPETENCES DU PROGRAMME...

Plus en détail

Cette année, le thème de la semaine des services de garde «Près de toi, prêt pour toi!» a grandement inspiré l équipe du CPE-BC Québec-Centre.

Cette année, le thème de la semaine des services de garde «Près de toi, prêt pour toi!» a grandement inspiré l équipe du CPE-BC Québec-Centre. Cette année, le thème de la semaine des services de garde «Près de toi, prêt pour toi!» a grandement inspiré l équipe du CPE-BC Québec-Centre. Une phrase, qui accompagnait le dévoilement de l illustration,

Plus en détail

Internet : publics et usages

Internet : publics et usages Internet : publics et usages Pratiques et contenus Pratiques numériques et quelles conséquences éditoriales La place du contenusur Internet et dans un projet web Qu est-ce qu un «bon» contenu? Qu est-ce

Plus en détail

Institut Régional d Interventions Systémiques

Institut Régional d Interventions Systémiques Institut Régional d Interventions Systémiques I.R.I.S. 13, rue Victor Hugo 69002 Lyon Tél. : 04 78 42 77 08 Fax : 04 78 92 97 70 L Institut Régional d Interventions Systémiques (IRIS) a été créé en 1994.

Plus en détail

Projet d établissement

Projet d établissement INSTITUT SAINT-JOSEPH & SAINTE- JULIENNE Projet d établissement Par ce projet nous voulons transmettre notre volonté collective d atteindre les objectifs que la Communauté Française a définis dans le cadre

Plus en détail

PPPE (PROJET PERSONNEL PROFESSIONNEL ETUDIANT)

PPPE (PROJET PERSONNEL PROFESSIONNEL ETUDIANT) PPPE (PROJET PERSONNEL PROFESSIONNEL ETUDIANT) SANA SELLAMI sana.sellami@univ-amu.fr 2 PPPE?? P P P E PROJET PERSONNEL PROFESSIONNEL ETUDIANT Projet de vie, professionnel Travail de Groupe Projet de vie,

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

ANNEXE IV - RÉGLEMENT D EXAMEN. U. 1 3 écrite 4 h CCF 3 situations d évaluatio n. 2h + 20 min* orale. 3 situations d évaluatio n

ANNEXE IV - RÉGLEMENT D EXAMEN. U. 1 3 écrite 4 h CCF 3 situations d évaluatio n. 2h + 20 min* orale. 3 situations d évaluatio n BTS Management des unités commerciales ANNEXE IV - RÉGLEMENT D EXAMEN Voie scolaire dans un établissement public ou privé sous contrat, CFA ou section d apprentissage habilité. Formation professionnelle

Plus en détail