PROJET DE POLITIQUE D EPARGNE ET DE CREDIT DES CAISSES POPULAIRES D EPARGNE ET DE CREDIT (CPEC)

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROJET DE POLITIQUE D EPARGNE ET DE CREDIT DES CAISSES POPULAIRES D EPARGNE ET DE CREDIT (CPEC)"

Transcription

1 SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE AGENCE DJIBOUTIENNE DE DEVELOPPEMENT SOCIAL (ADDS) PROJET DE POLITIQUE DES CAISSES POPULAIRES (CPEC) Août 2008 REALISATION OKAMBAWA CODJO IRENEE & MOHAMED ROBERT

2 D EPARGNE ET DE (CPEC) PROJET DE POLITIQUE D EPARGNE ET DE ) 2

3 Date 01/08/2008 Mise à jour le : SOMMAIRE SOM Page 3 SOMMAIRE A- POLITIQUE D EPARGNE... 4 I- LES TYPES D EPARGNE... 5 II- LES CARACTERISTIQUES DES PRODUITS D EPARGNE L EPARGNE A VUE EPARGNE A TERME EPARGNE FORCEE... 6 B- POLITIQUE DE... 8 I- POLITIQUE GENERALE LES SECTEURS DANS LESQUELS L INSTITUTION EST PRETE A S ENGAGER L ASPECT GENRE LES LIMITES DE LA CONCENTRATION DU RISQUE DANS LE PORTEFEUILLE LE MONTANT PLAFOND DU Cycles de des groupes solidaires Crédits individuels Crédits aux associations Plafond pour une Caisse Plafond pour un individu Plafond pour l ensemble des dirigeants LES NIVEAUX DE DELEGATION DES POUVOIRS EN MATIERE D AUTORISATION DE ET DE REECHELONNEMENT LES CONDITIONS GENERALES D OCTROI DE LES GARANTIES L ETUDE DU DOSSIER DE LA DECISION DE DEBLOCAGE LE SUIVI DU ANNULATION DE LES PENALITES LE REECHELONNEMENT TAUX D INTERET LA DUREE DES S ECHEANCES REFINANCEMENT DES CAISSES II- POLITIQUES SPECIFIQUES A CHAQUE PRODUIT DE PRODUIT DE PRODUIT DE S PRODUIT DE S PRODUIT DE S PRODUIT DE S PRODUIT DE S POLITIQUE DES CPEC 3

4 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE D EPARGNE POL EP Page 4 A- POLITIQUE D EPARGNE La mission principale des Caisses Populaires d Epargne et de Crédit (CPEC) est de fournir des services financiers de proximité à sa population cible. Le premier service à promouvoir est la sécurisation de l épargne de cette population cible. Il s agira de sensibiliser la population cible à la culture de l épargne. Le volume des fonds octroyés constitue un facteur de viabilité car, il existe une corrélation positive entre les produits d'intérêts et le montant des prêts. Une CPEC ne peut être rentable que si elle dispose d'une enveloppe suffisante de fonds de. Ces fonds peuvent avoir trois origines: - L'épargne collectée; - Les lignes de s obtenues des partenaires à des taux nuls ou concessionnels, remboursables ou non ; - Les prêts octroyés par des établissements bancaires ou financiers. La politique d épargne des Caisses Populaires d Epargne et de Crédit repose sur une collecte massive de l épargne de ses membres. POLITIQUE DES CPEC 4

5 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE D EPARGNE POL EP Page 5 I- LES TYPES D EPARGNE Trois types d épargne seront promus par les CPEC: - l épargne à vue - l épargne à terme - l épargne forcée (épargne de garantie financière) II- LES CARACTERISTIQUES DES PRODUITS D EPARGNE 2.1- L EPARGNE A VUE Chaque membre dispose systématiquement d un compte d épargne à vue dès son adhésion. L épargne est constituée librement par le membre sur ce compte. Il peut à tout moment effectuer des opérations de dépôt et de retrait sur ce compte. Ce compte n est pas rémunéré par les CPEC. Il est prélevé, mensuellement sur ce compte, des frais de tenue de compte d un montant de x FCFA. Le minimum d un retrait ou d un versement est de x FCFA EPARGNE A TERME L épargne à terme est effectuée par un membre lorsqu il a un fonds qu il ne veut utiliser pendant une période bien définie. C est une épargne déposée sur un compte en une seule fois et bloquée pour une période déterminée qui se décompte en mois. Il fait l objet d un contrat entre l épargnant et la Caisse. POLITIQUE DES CPEC 5

6 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE D EPARGNE POL EP Page 6 Cette épargne est rémunérée au taux de x % l an. La durée minimale d un dépôt à terme est de x mois. Les intérêts sont calculés sur le nombre de mois échus. Le retrait sur ce compte n est pas en principe autorisé avant le terme défini. Si cela advenait, le bénéficiaire du compte perd la moitié des intérêts échus EPARGNE FORCEE L épargne forcée n est constituée que lorsqu un membre sollicite un. Les conditions de constitution de cette épargne dépend du type de obtenu par le membre ( solidaire ou individuel). Epargne forcée des s solidaires : Cette épargne est constituée au cours des remboursements des s. Le montant total à constituer doit représenter 10% du obtenu par le groupe solidaire. Cette épargne est nantie jusqu au remboursement intégrale du. Epargne forcée des s individuels : Elle est l une des conditions obligatoires à remplir avant l obtention du. POLITIQUE DES CPEC 6

7 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE D EPARGNE POL EP Page 7 Le montant de l épargne forcée ou garantie financière doit être disponible sur le compte d épargne à vue avant l octroi du. Lorsque le est accordé, elle est nantie jusqu au remboursement intégral du. Elle est retirée du compte de dépôt à vue et portée sur le compte des garanties financières de la CPEC. Le taux de cette garantie est de 20% du montant de sollicité par le bénéficiaire POLITIQUE DES CPEC 7

8 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page 8 B- POLITIQUE DE L octroi du constitue une activité majeure pour les Caisses Populaires d Epargne et de Crédit (CPEC). Les Caisses doivent procéder à une transformation optimale des ressources en en tenant compte du risque. Le volume des fonds octroyés constitue un facteur de viabilité car, il existe une corrélation positive entre les produits d'intérêts et le montant des prêts. Le seuil de rentabilité correspond à un volume minimum de s permettant de générer des revenus suffisant pour couvrir les charges. Une Caisse ne peut donc être rentable que si elle octroie suffisamment de s et que ceux-ci sont remboursés à l échéance. La présente politique de définit le cadre des opérations des CPEC dans le domaine du et précise : : - Les secteurs dans lesquels l institution est prête à s engager; - Les limites de la concentration du risque dans le portefeuille ; - Les types de prêts ; - Les caractéristiques des prêts (taux, commissions, garanties exigées, durée, modalités de paiement, les pénalités applicables en cas de retard de remboursement); - Les montants plafond que l on peut débloquer par type de prêt ; POLITIQUE DES CPEC 8

9 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page 9 - Le degré de risque que l institution est prête à assumer ; - Les niveaux de délégation des pouvoirs en matière d autorisation de et de rééchelonnement. - Etc. I- POLITIQUE GENERALE 1.1- LES SECTEURS DANS LESQUELS L INSTITUTION EST PRETE A S ENGAGER Les Caisses Populaires d Epargne et de Crédit (CPEC) accordent des s à leurs adhérents sans discrimination lorsqu ils en expriment le besoin et qu ils remplissent les conditions définies par la présente politique de. Elles financent les secteurs ciaprès : - Artisanat ; - Commerce ; - Agriculture (intrant et exploitation) ; - Élevage ; - Pêche ; - Stockages de produits ; - Services ; - Social (Santé, Mariage, Naissance, Funérailles, Scolarité) - Consommation ; - Préfinancement de marché ; - Equipements (agricoles, transformation, ménagers, etc.) - Habitat ; POLITIQUE DES CPEC 9

10 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page 10 - Autres, après avis de l ADDS L ASPECT GENRE L adhésion des femmes aux CPEC est encouragée. Les femmes seront sensibilisées afin qu elles épargnent suffisamment et demandent des s pour l exercice d activités génératrices de revenus LES LIMITES DE LA CONCENTRATION DU RISQUE DANS LE PORTEFEUILLE Le portefeuille de sera diversifié afin de limiter les risques pris sur un seul secteur d activité. Il s agira de répartir le risque entre différents emprunteurs exerçant dans des secteurs d activités différents. Cette stratégie vise à réduire les risques liés aux difficultés propres à un secteur LE MONTANT PLAFOND DU Le plafonnement du vise à réduire le risque du et réglemente le montant de global que peut octroyer une Caisse et le montant maximum de qui peut être attribué à un bénéficiaire de. Les Caisses respecteront les normes prudentielles édictées par la Banque Centrale de Djobouti, notamment celles relatives : - aux risques encourus par une institution - aux prêts aux dirigeants - au risque pris sur un seul membre - à la liquidité. POLITIQUE DES CPEC 10

11 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page 11 Le calcul des ratios relatifs au plafonnement du doit être effectué et respecté lors de chaque déblocage de Cycles de des groupes solidaires Il est prévu trois cycles de : - [ ; ] avec une durée maximale de remboursement de 8 mois ; - ] ; ] avec une durée maximale de remboursement de 10 mois ; - ] ; ] avec une durée maximale de remboursement de 12 mois. Les membres d un groupe solidaire ne peuvent excéder 5 membres. Les membres d un groupe solidaire peuvent prendre des montants différents de mais doivent tous avoir le même échéancier de remboursement Crédits individuels Tout membre peut solliciter un individuel à partir de francs djiboutien s il peut présenter une garantie financière (20 % du montant du sollicité) et des garanties personnels (2 avaliseurs). POLITIQUE DES CPEC 11

12 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page 12 Les avaliseurs doivent être membre de la CPEC et s engager à rembourser le en cas de défaillance Crédits aux associations Les s aux associations doivent recueillir l accord de l ADDS Plafond pour une Caisse Une Caisse ne doit transformer en plus 70% de ses ressources d épargne (DAV et DAT) sous réserve des mesures restrictives fixées par l ADDS lorsque le portefeuille de connaît un taux de remboursement inférieur à 95%. Le montant des emprunts destiné au renforcement du fonds de et les ressources affectées ne font pas l objet de limitation. Les fonds de provenant des emprunts doivent être intégralement transformés en et ce, rapidement. Quant aux ressources affectées au obtenues des partenaires, elles doivent respecter les dispositions de la convention de financement Plafond pour un individu Le que peut recevoir un individu est plafonné à un million ( ) de francs djiboutien Plafond pour l ensemble des dirigeants L ensemble des dirigeants ne peut à aucun moment bénéficier d un montant de supérieur à XXXXXXXXX. POLITIQUE DES CPEC 12

13 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page LES NIVEAUX DE DELEGATION DES POUVOIRS EN MATIERE D AUTORISATION DE ET DE REECHELONNEMENT En vue de répondre rapidement aux demandes de des sociétaires, d améliorer la qualité de l analyse des dossiers de s ainsi que du processus de décision de s : Le personnel technique des Caisses a pour tâches l instruction de tous les dossiers de pour l émission d un avis technique ; La direction de la micro finance de l ADDS analyse les demandes de s qui lui sont soumis par le personnel technique en vue de l émission d un avis technique complémentaire. Sont transmis à l ADDS toute demande de d un montant supérieur à cinq cent mille ( ) Francs Djiboutien. Le Comité du Crédit de chaque Caisse est la seule instance pouvant autoriser l octroi de tout à la majorité de ses membres réunis. Le Conseil d Administration est l instance qui dispose du plein pouvoir pour le déblocage des s lorsque les ratios prudentiels le permettent. POLITIQUE DES CPEC 13

14 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page LES CONDITIONS GENERALES D OCTROI DE Tout membre d une Caisse Populaire d Epargne et de Crédit (CPEC) peut bénéficier de s s il remplit les conditions suivantes : Etre membre de la Caisse depuis au moins XXX mois pour les s individuels et X semaines pour les s solidaires; Avoir participé aux sessions de formation comprenant X modules pour les s solidaires N avoir aucun antécédent de ; Etre de bonne moralité ; Présenter un projet rentable et utile ou un besoin justifié; Avoir la capacité de rembourser le dans le délai fixé ; Remplir complètement le formulaire de demande de ; Apporter la garantie exigée pour le type de. Pour toute demande de, la gérance : requiert une lettre de demande précisant le montant, les garanties offertes et les possibilités de remboursements du prêt, et l objet du ; et remplit le formulaire pré-imprimé du dossier de. POLITIQUE DES CPEC 14

15 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page LES GARANTIES Les garanties servent à couvrir une partie ou la totalité du risque du prêteur en cas de non remboursement. La garantie est certes importante, mais elle ne fonde pas le. La vraie garantie est l assurance que l activité peut générer suffisamment de revenus pour permettre à l emprunteur d honorer ses engagements. Les types de garanties exigées sont : - les sûretés réelles (garantie financière et garantie matérielle); - et les sûretés personnelles (garanties solidaire et avaliseurs) L ETUDE DU DOSSIER DE C est la phase décisive du processus de mise en place du. De la conclusion de cette phase dépend l acceptation ou le refus de l octroi du prêt. L analyse technique d un dossier se traduit par: La vérification de: l adéquation montant de sollicité et besoin de financement de l activité ; la rentabilité de l'activité; la capacité de remboursement de l'emprunteur et de ses cautions; la capacité de l emprunteur de respecter les échéances ; l'existence et la valeur des garanties offertes par le client ; POLITIQUE DES CPEC 15

16 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page 16 la bonne gouvernance (compétence professionnalisme et l'expérience de l'emprunteur dans l'activité). et l émission de l avis technique. L analyse technique des dossiers de s est effectuée par le personnel technique de la Caisse et au besoin par le personnel de la Direction de la micro finance de l ADDS; La durée totale de l étude complète des dossiers de demande et la décision d octroi ou de rejet ne doit excéder 15 jours. Tout demandeur de doit obtenir une réponse au maximum trois (3) semaines après le dépôt de sa demande. Les frais d étude de dossier de sont fixés comme suit : Montant de compris entre (a, b( : x FDjiboutien Montant de compris entre (b, d( : x FDjiboutien + de d : x FDjiboutien Les frais d étude de dossier sont acquises définitivement par la Caisse quelle que soit la décision du Comité de Crédit. L achat du dossier de pré-imprimé d un montant de x FDjiboutien est exigé à tout requérant LA DECISION DE DEBLOCAGE La décision d octroi de est prise par le Conseil d Administration lorsque la liquidité et les normes prudentielles le permettent. Le gérant établit les contrats conformément à l état de délibération du Comité de Crédit. POLITIQUE DES CPEC 16

17 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page 17 Avant le déblocage effectif des fonds, le gérant reçoit l emprunteur et : - précise à nouveau les conditions du prêt ; - communique l échéancier ; - lui fait prendre connaissance du contenu du contrat ; - lui fait signer le contrat. Les frais de couverture du risque décès équivalant à x % du montant de octroyé sont perçus LE SUIVI DU Les Caisse Populaires d Epargne et de Crédit font du suivi du un élément majeur de leur politique de. Le suivi consiste à : - S assurer que le est utilisé dans de bonnes conditions et que l utilisation des fonds n a pas été détournée de l objet pour lequel il a été sollicité ; - S assurer que les conditions garantissant le remboursement du à l'échéance ne sont pas compromises ; - S assurer que les revenus générés par l activité financée ne sont pas gaspillés ou utilisés sans tenir compte du remboursement du ; - Rappeler au débiteur les échéances pour qu il ne fasse pas preuve de négligence pour le respect de l échéancier. - S'assurer que les cautions existent et jouent pleinement leur rôle. POLITIQUE DES CPEC 17

18 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page 18 Le suivi permet de constater à temps tous les indicateurs qui annoncent une défaillance imminente ou future du débiteur. Il permet, par conséquent, de prendre les dispositions appropriées pour éviter la défaillance ou la gérer efficacement. Il sera exigé de chaque bénéficiaire de n ayant pas une organisation comptable produisant les états financiers de synthèse, la tenue d une comptabilité simplifie de trésorerie (recettes et dépenses) pour la traçabilité de ses opérations afin de faciliter les prochaines analyses de. Les visites régulières (visites du site de production et/ou à domicile) seront effectuées aux bénéficiaires pour suivre l avancement de ses activités. Les dates de visite et les observations effectuées sur le terrain seront consignées dans le dossier de ANNULATION DE Tout accordé et non débloqué un (1) mois après la décision du Comité de Crédit doit faire l objet d une annulation. Pour les prêts à décaissements progressifs et multiples, les déblocages ultérieurs pourront être annulés si le bénéficiaire n utilise pas le pour l objet financé. Dès lors les montants antérieurs débloqués seront exigibles. POLITIQUE DES CPEC 18

19 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page LES PENALITES Les Caisses Populaires d Epargne et de Crédit (CPEC) appliqueront une pénalité sévère sur le montant de tout dès le 1 er jour de retard de paiement d une échéance, afin d amener ses bénéficiaires de à respecter les échéances de remboursement. Le montant de la pénalité comprendra une partie fixe et une partie variable. Le montant de la partie fixe est égal à x FCFA. Le montant de la partie variable est de x % le mois de la tranche échue (capital et intérêts). Tout membre ayant des arriérés de pénalités ne peut bénéficier d un nouveau même si le capital est intégralement remboursé LE REECHELONNEMENT Toute demande de rééchelonnement ou de consolidation de doit suivre la même procédure qu une demande de. Dans la demande de rééchelonnement, les raisons qui motivent la demande doivent être précisées TAUX D INTERET Pour les s de groupe il sera appliqué un taux d intérêt dégressif de 1,5% le mois. Pour tous les s individuels il sera appliqué un taux d intérêt dégressif de 2% le mois. POLITIQUE DES CPEC 19

20 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page LA DUREE DES S La durée maximale d un octroyé par une CPEC est de 12 mois ECHEANCES Les échéances de paiement sont fixées lors du processus d instruction du dossier de par le personnel technique des Caisses et tiennent compte des flux financiers générés par l activité financé ou de la périodicité des revenus du requérrant. Une période de grâce allant de un (1) à trois (3) mois peut être appliquée pour l échéancier selon le type et l objet du financé. Les intérêts sont perçus durant la période grâce REFINANCEMENT DES CAISSES Les Caisses pourront être refinancées par l ADDS lorsqu elles en expriment le besoin et si elles remplissent les conditions ci-après : 1. avoir un taux de remboursement de d au moins 95%, 2. avoir des demandes de non satisfaites ; POLITIQUE DES CPEC 20

21 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page 21 II- POLITIQUES SPECIFIQUES A CHAQUE PRODUIT DE 2.1- PRODUIT DE 1 1 Caractéristiques du : Objet du Bénéficiaire Durée maximale du Montant minimum du Montant maximum du Modalités de remboursement Taux d intérêt Frais de dossier Commission sur Montant de la garantie financière Frais de suivi et de couverture du risque décès Pénalité de retard 2 Conditions à remplir par le demandeur du POLITIQUE DES CPEC 21

22 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page PRODUIT DE S 2 1 Caractéristiques du : Objet du Bénéficiaire Durée maximale du Montant minimum du Montant maximum du Modalités de remboursement Taux d intérêt Frais de dossier Commission sur Montant de la garantie financière Frais de suivi et de couverture du risque décès Pénalité de retard 2 Conditions à remplir par le demandeur du POLITIQUE DES CPEC 22

23 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page PRODUIT DE S 3 1 Caractéristiques du : Objet du Bénéficiaire Durée maximale du Montant minimum du Montant maximum du Modalités de remboursement Taux d intérêt Frais de dossier Commission sur Montant de la garantie financière Frais de suivi et de couverture du risque décès Pénalité de retard 2 Conditions à remplir par le demandeur du POLITIQUE DES CPEC 23

24 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page PRODUIT DE S 4 1 Caractéristiques du : Objet du Bénéficiaire Durée maximale du Montant minimum du Montant maximum du Modalités de remboursement Taux d intérêt Frais de dossier Commission sur Montant de la garantie financière Frais de suivi et de couverture du risque décès Pénalité de retard 2 Conditions à remplir par le demandeur du POLITIQUE DES CPEC 24

25 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page PRODUIT DE S 5 1 Caractéristiques du : Objet du Bénéficiaire Durée maximale du Montant minimum du Montant maximum du Modalités de remboursement Taux d intérêt Frais de dossier Commission sur Montant de la garantie financière Frais de suivi et de couverture du risque décès Pénalité de retard 2 Conditions à remplir par le demandeur du POLITIQUE DES CPEC 25

26 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page PRODUIT DE S 6 1 Caractéristiques du : Objet du Bénéficiaire Durée maximale du Montant minimum du Montant maximum du Modalités de remboursement Taux d intérêt Frais de dossier Commission sur Montant de la garantie financière Frais de suivi et de couverture du risque décès Pénalité de retard 2 Conditions à remplir par le demandeur du POLITIQUE DES CPEC 26

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités

CECCA «IDZALEDU» Politique de crédits. Caisse d Epargne et de Crédits Commercial et Agricole des Mutuelles de Solidarités Association Maison Rurale d Education et d Action de DEveloppement BP : 10 Badou Wawa Tél : (+228) 832 10 78 Siège social Tomégbé E-mail : info@asmeradetogo.org Site web : www.asmeradetogo.org Caisse d

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire

Plus en détail

Le financement court terme des TPE

Le financement court terme des TPE JANVIER 2015 ENTREPRENEURS N 16 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) 2 Ce guide vous est offert par : Pour toute information complémentaire,

Plus en détail

E C U E I L DE L E G I S L A T I O N A

E C U E I L DE L E G I S L A T I O N A MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 2053 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 71 7 décembre 1977 SOMMAIRE Règlement grand-ducal du 30 novembre 1977

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire et financier

Plus en détail

CONTRAT DE PRET N [ ]

CONTRAT DE PRET N [ ] CONTRAT DE PRET N [ ] REGI PAR LES DISPOSITIONS DE L ORDONNANCE N 2014-559 DU 30 MAI 2014 RELATIVE AU FINANCEMENT PARTICIPATIF AINSI QUE CELLES CONTENUES DANS LE DECRET N 2014-1053 DU 16 SEPTEMBRE 2014

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2015

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2015 POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2015 Modifiée à la réunion du Conseil du 17 mars 2015 TABLE DES MATIÈRES 1. POLITIQUE GÉNÉRALE... 1 1.1 Fondement de la Politique d investissement... 1 1.2 Fonds d aide de la

Plus en détail

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 -

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 - RĒGLEMENT DES PRÊTS Fondation Jean Moulin Service des Prêts Immeuble Oudinot Place Beauvau 75800 PARIS Cedex 08 Tél : 01.53.69.28.37 Fax : 01.53.69.28.68 mail : fjm-prets@interieur.gouv.fr site internet

Plus en détail

D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI)

D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) Mise à jour : Septembre 2015 Centre local de développement (CLD) de La Haute-Gaspésie POLITIQUE D INVESTISSEMENT FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) Adopté le : N o de résolution : TABLE DES MATIÈRES 1-

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14

REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 REGLEMENT INTERIEUR PREVU PAR LES STATUTS DE L ASSOCIATION ANIMATION EMPLOI 14 PREAMBULE L association Animation Emploi 14 propose des actions d accompagnement en direction de ses membres actifs, dans

Plus en détail

1. Prestations de TPA. 2. Conditions d admission au fonds de garantie TPA. 3. Obligations du membre

1. Prestations de TPA. 2. Conditions d admission au fonds de garantie TPA. 3. Obligations du membre Règlement et conditions complémentaires TPA Pour les membres au bénéfice de la couverture des fonds du client proposée par TPA Édition du 17.05.2014 1. Prestations de TPA 1.1. TPA fournit à ses membres

Plus en détail

CONVENTION D INVESTISSEMENT PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS

CONVENTION D INVESTISSEMENT PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS CONVENTION D INVESTISSEMENT PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS Convention d investissement entre Nom : Nom à la naissance : Prénom : Date de naissance : Adresse permanente : Adresse de correspondance

Plus en détail

Document d information relatif à la catégorisation des clients

Document d information relatif à la catégorisation des clients Document d information relatif à la catégorisation des clients Edition Novembre 2007 Document d information relatif à la catégorisation des clients 1 SOMMAIRE 1. CLASSIFICATION DU CLIENT PAR LA BANQUE

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2016

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2016 POLITIQUE D INVESTISSEMENT 2016 Présenté à la réunion du Conseil d administration du 22 mars 2016. Table des matières 1. POLITIQUE GÉNÉRALE...2 1.1 Fondement de la politique d investissement... 2 1.2

Plus en détail

DEMANDES D AGRÉMENT. (Nota : Les liens sont surlignés en bleu.)

DEMANDES D AGRÉMENT. (Nota : Les liens sont surlignés en bleu.) DEMANDES D AGRÉMENT (Nota : Les liens sont surlignés en bleu.) Demandes d agrément Conformément à la Loi sur les caisses populaires et les credit unions (la «Loi»), les caisses doivent faire une demande

Plus en détail

GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT

GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir GUIDE DE LA SUPPLÉANCE EN ENSEIGNEMENT Au service de la réussite de chacun 200, boulevard Maloney Est, Gatineau, Québec J8P 1K3 Téléphone 819

Plus en détail

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME MANUFACTURIÈRES

CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME MANUFACTURIÈRES CRÉDIT D IMPÔT RELATIF À L INTÉGRATION DES TI DANS LES PME MANUFACTURIÈRES INVESTISSEMENT QUÉBEC Direction des mesures fiscales Table des matières Société admissible...3 Société de personnes admissible...3

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT Conseil Général de la Sarthe Le Mans Métropole OSEO Financement

CONVENTION DE PARTENARIAT Conseil Général de la Sarthe Le Mans Métropole OSEO Financement CONVENTION DE PARTENARIAT Conseil Général de la Sarthe Le Mans Métropole OSEO Financement POUR LA PARTICIPATION DE LE MANS METROPOLE AU FINANCEMENT DES PRÊTS PARTICIPATIFS DE DÉVELOPPEMENT ENTRE : Le Département

Plus en détail

1. Législation en vigueur jusqu au 31 décembre 2015

1. Législation en vigueur jusqu au 31 décembre 2015 L article 26 de la loi n 2015-30 du 18 août 2015, portant loi de finances complémentaire pour l année 2015 a assoupli les opérations d acquisition ou de construction des locaux à usage d habitation. La

Plus en détail

SUIVI DE L AUDIT DU FONDS DE ROULEMENT DE L UNESCO. Résumé

SUIVI DE L AUDIT DU FONDS DE ROULEMENT DE L UNESCO. Résumé Conseil exécutif Cent quatre-vingt-onzième session 191 EX/27 PARIS, le 25 mars 2013 Original anglais Point 27 de l'ordre du jour provisoire SUIVI DE L AUDIT DU FONDS DE ROULEMENT DE L UNESCO Résumé Conformément

Plus en détail

Initiative Côte-d Or REGLEMENT INTERIEUR

Initiative Côte-d Or REGLEMENT INTERIEUR Initiative Côte-d Or REGLEMENT INTERIEUR Partie 1 : Règlement d intervention. Article 1 Objet Les projets d entreprise éligibles aux fonds d intervention géré par l association ont un objet économique

Plus en détail

Le microcrédit personnel garanti par le Fonds de cohésion sociale

Le microcrédit personnel garanti par le Fonds de cohésion sociale Le microcrédit personnel garanti par le Fonds de cohésion sociale Le Fonds de cohésion sociale (FCS) Le FCS est institué le 18 janvier 2005. C est un fonds de garantie qui vise à lutter contre l exclusion

Plus en détail

Conditions applicables aux demandes d approbation fondées sur l article 28 et aux demandes de financement de la part de l OOF

Conditions applicables aux demandes d approbation fondées sur l article 28 et aux demandes de financement de la part de l OOF 2.0 Finances et administration Opérations bancaires, Opérations bancaires, investissements et emprunts Publication : mai 2009 Révision : 2.0 Finances et administration Opérations bancaires, TABLE DES MATIÈRES

Plus en détail

N 59 - étude de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Cette Fiche pratique a été actualisée le 7 Mai 2015

N 59 - étude de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires. Cette Fiche pratique a été actualisée le 7 Mai 2015 N 59 - étude de la loi de séparation et de régulation des activités bancaires Cette Fiche pratique a été actualisée le 7 Mai 2015 1 Thèmes Avant la loi Après la loi Plafonnement des frais d incidents et

Plus en détail

CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF (COURTIER)... 2 CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF (AGENCE)... 5

CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF (COURTIER)... 2 CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF (AGENCE)... 5 CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF (COURTIER)... 2 CONTRAT DE COURTAGE EXCLUSIF (AGENCE)... 5 Contrat de courtage exclusif - - agissant à son compte (Titre du Permis Provincial) Adresse: Dossier Expert #: Permis

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE

STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE STATUTS DE L ASSOCIATION GROUPEMENT D EMPLOYEURS SPORT ANIMATION LOISIRS TOURISME DORDOGNE ARTICLE 1 : CONSTITUTION DENOMINATION Entre les adhérents aux présents statuts il est créé une association dénommée

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 28 JUIN 2010 Comité du programme et budget Quinzième session Genève, 1 er 3 septembre 2010 POLITIQUE EN MATIERE DE PLACEMENTS Document établi par le Secrétariat 1. L article

Plus en détail

DEMANDE DE PRET D ETUDES

DEMANDE DE PRET D ETUDES PROVINCE DE LUXEMBOURG ANNEE 2010-2011 1ére Inspection Générale DEPARTEMENT DES AFFAIRES SOCIALES ET HOSPITALIERES DIVISION DES AFFAIRES SOCIALES Services des Prêts et des Primes DEMANDE DE PRET D ETUDES

Plus en détail

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL 1. Définition et caractéristiques des prêts 1.1 Définition Le COSEF du 29 avril 2009 a élaboré une proposition de 10 principes pour la définition du microcrédit personnel

Plus en détail

SOMMAIRE. Bulletin de souscription

SOMMAIRE. Bulletin de souscription SOMMAIRE Flash-emprunt «Tunisie Leasing 2012-2» Chapitre 1 : Responsables de la note d opération 1.1. Responsables de la note d opération 1.2. Attestation des responsables de la note d opération 1.3. Attestation

Plus en détail

du Cameroun GUIDE PRATIQUE DU PRET FONCIER CLASSIQUE SALARIES CAMEROUNAIS ET DE LA DIASPORA

du Cameroun GUIDE PRATIQUE DU PRET FONCIER CLASSIQUE SALARIES CAMEROUNAIS ET DE LA DIASPORA Crédit Foncier du Cameroun GUIDE PRATIQUE DU PRET FONCIER CLASSIQUE SALARIES CAMEROUNAIS ET DE LA DIASPORA UNE SOLUTION ADAPTEE POUR LE FINANCEMENT DE VOTRE RESIDENCE PRINCIPALE OU DE RETRAITE AU CAMEROUN

Plus en détail

RÈGLEMENT DE l AGIRC

RÈGLEMENT DE l AGIRC REGLEMENT DE L AGIRC Approuvé par la commission paritaire nationale le 22 septembre 2005 Modifié par la commission paritaire nationale le 21 mars 2006 Modifié par la commission paritaire nationale le 10

Plus en détail

RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS DE LA FONDATION DU COLLÈGE COMMUNAUTAIRE DU NOUVEAU-BRUNSWICK TABLE DES MATIÈRES PARTIE TITRE. 1.

RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS DE LA FONDATION DU COLLÈGE COMMUNAUTAIRE DU NOUVEAU-BRUNSWICK TABLE DES MATIÈRES PARTIE TITRE. 1. RÈGLEMENTS ADMINISTRATIFS DE LA FONDATION DU COLLÈGE COMMUNAUTAIRE DU NOUVEAU-BRUNSWICK TABLE DES MATIÈRES PARTIE TITRE PAGE 1. Interprétation 1 2. Membres du Conseil 2 3. Travaux des membres du Conseil

Plus en détail

PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR INFORMEL

PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR INFORMEL Thème N 2 "Des ressources pour quelle demande?" «Politique de composition du capital» PASI Côte d'ivoire Séminaire MAIN Les leviers de la pérennité financière Etude de cas PROGRAMME D APPUI AU SECTEUR

Plus en détail

Avis 21-316 du personnel des ACVM Agence de traitement de l information pour les titres de créance privés

Avis 21-316 du personnel des ACVM Agence de traitement de l information pour les titres de créance privés Avis 21-316 du personnel des ACVM Agence de traitement de l information pour les titres de créance privés Le 29 décembre 2015 1. Introduction Le personnel des Autorités canadiennes en valeurs mobilières

Plus en détail

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude :

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude : ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011 Étude réalisée par le bureau d étude : 1 SOMMAIRE Introduction A. CARACTERISTIQUES ET ATTENTES DE LA POPULATION DU MICROCREDIT B. COMMERCIALISATION DES PRETS

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières

POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA. Table des matières POLITIQUE D INVESTISSEMENT DU FONDS LOCAL D INVESTISSEMENT (FLI) DE LA MRC DE LA HAUTE-YAMASKA Table des matières 1. FONDEMENTS DE LA POLITIQUE... 2 1.1 Mission du fond... 2 1.2 Principe... 2 1.3 Support

Plus en détail

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises)

Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises) JANVIER 215 ENTREPRENEURS N 16 FINANCEMENT LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Le financement court terme des TPE (Très Petites Entreprises Ce

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu

FORAGE ORBIT GARANT INC. État consolidé des résultats et du résultat étendu États financiers Troisième trimestre terminé le 31 mars 2010 État consolidé des résultats et du résultat étendu PRODUITS TIRÉS DE CONTRATS 28 808 727 27 694 738 76 867 648 76 916 747 COÛT DES PRODUITS

Plus en détail

Février 2016 LA CONVENTION AERAS S ASSURER ET EMPRUNTER AVEC UN RISQUE AGGRAVÉ DE SANTÉ

Février 2016 LA CONVENTION AERAS S ASSURER ET EMPRUNTER AVEC UN RISQUE AGGRAVÉ DE SANTÉ Février 2016 LA CONVENTION AERAS S ASSURER ET EMPRUNTER AVEC UN RISQUE AGGRAVÉ DE SANTÉ Vous trouverez, dans ce dépliant, une information sur la convention AERAS, révisée au 2 septembre 2015, qui permet

Plus en détail

RESEAU DE FORMATION INITIALE MARIE CURIE

RESEAU DE FORMATION INITIALE MARIE CURIE ANNEXE III DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES RESEAU DE FORMATION INITIALE MARIE CURIE [BÉNÉFICIAIRE UNIQUE] III.1 Définitions Outre les définitions figurant à l article II.1, les définitions suivantes s appliquent

Plus en détail

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant :

BULLETIN DE SALAIRE. Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : BULLETIN DE SALAIRE Quelles sont les mentions obligatoires? Apparaissent obligatoirement sur le bulletin de paie les informations concernant : l employeur (nom, adresse, numéro d immatriculation, code

Plus en détail

Politique de gestion financière

Politique de gestion financière Politique de gestion financière Politique adoptée par le comité exécutif, le 30 mars 2012 TABLE DES MATIÈRES AVANT PROPOS... 1 OBJET... 1 1. RÈGLES DE GESTION FINANCIÈRE 1.1 Approbation du budget... 3

Plus en détail

Rôle du dépositaire. Directive OPCVM V - Directive 2014/91/UE du 23 juillet 2014- Directive AIFM - Directive 2011/61/UE du 8 juin 2011- Désignation

Rôle du dépositaire. Directive OPCVM V - Directive 2014/91/UE du 23 juillet 2014- Directive AIFM - Directive 2011/61/UE du 8 juin 2011- Désignation Rôle du dépositaire Désignation Déontologie Art.22 ( 1.2) Désignation Les sociétés d investissement et, pour chacun des fonds communs de placement qu elles gèrent, les sociétés de gestion veillent à ce

Plus en détail

RÈGLE DE RÉGIE INTERNE NUMÉRO 1 RELATIVE À LA GESTION FINANCIÈRE DE TÉLÉ-QUÉBEC SECTION I AFFAIRES BANCAIRES

RÈGLE DE RÉGIE INTERNE NUMÉRO 1 RELATIVE À LA GESTION FINANCIÈRE DE TÉLÉ-QUÉBEC SECTION I AFFAIRES BANCAIRES RÈGLE DE RÉGIE INTERNE NUMÉRO 1 RELATIVE À LA GESTION FINANCIÈRE DE TÉLÉ-QUÉBEC SECTION I AFFAIRES BANCAIRES 1. La Société peut détenir dans toute succursale de toute banque, de toute caisse populaire

Plus en détail

CAISSE D'ALLOCATIONS FAMILIALES DES HAUTES-ALPES. 10, boulevard Georges Pompidou 05008 GAP CEDEX REGLEMENT INTERIEUR D'ACTION SOCIALE

CAISSE D'ALLOCATIONS FAMILIALES DES HAUTES-ALPES. 10, boulevard Georges Pompidou 05008 GAP CEDEX REGLEMENT INTERIEUR D'ACTION SOCIALE CAISSE D'ALLOCATIONS FAMILIALES DES HAUTES-ALPES 10, boulevard Georges Pompidou 05008 GAP CEDEX REGLEMENT INTERIEUR D'ACTION SOCIALE 2015 2 SOMMAIRE Titre 1 : Les Aides individuelles aux familles 3 1.

Plus en détail

BOURSE INTRA-EUROPEENNE POUR L ÉVOLUTION DE CARRIÈRE MARIE CURIE

BOURSE INTRA-EUROPEENNE POUR L ÉVOLUTION DE CARRIÈRE MARIE CURIE ANNEXE III DISPOSITIONS SPÉCIFIQUES BOURSE INTRA-EUROPEENNE POUR L ÉVOLUTION DE CARRIÈRE MARIE CURIE III.1 Définitions Outre les définitions figurant à l article II.1, les définitions suivantes s appliquent

Plus en détail

14.077 n Modèle comptable de la Confédération. Optimisation

14.077 n Modèle comptable de la Confédération. Optimisation Conseil national Session de printemps 05 e-parl 8.0.05 :58 - -.077 n Modèle comptable de la Confédération. Optimisation Droit en vigueur Projet du Conseil fédéral du novembre 0 Propositions de la Commission

Plus en détail

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE :

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE : CHARTE DE LA MEDIATION auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE CLIENTELE DES PARTICULIERS Mai 2016 La charte de la médiation du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE est rédigée conformément à la législation

Plus en détail

REGLEMENT RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS A LA VILLE DE ROUEN

REGLEMENT RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS A LA VILLE DE ROUEN REGLEMENT RELATIF AU COMPTE EPARGNE TEMPS A LA VILLE DE ROUEN 1 SOMMAIRE Préambule 3 I.Les dispositions relatives au Compte Epargne Temps applicables à la Ville de Rouen 4 Article1.Les bénéficiaires 4

Plus en détail

ARRETE N 01/0096/MINESUP

ARRETE N 01/0096/MINESUP ARRETE N 01/0096/MINESUP du 07 décembre 2001 fixant les conditions de création et de fonctionnement des institutions privées d enseignement supérieur. LES MINISTRE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR. VU la Constitution

Plus en détail

Le projet de loi article par article

Le projet de loi article par article Le projet de loi article par article L article 1er prévoit la mise en place d un Comité de pilotage des organismes de retraite. Sa mission est de s assurer de la pérennité financière des régimes, de l

Plus en détail

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Dans le cadre de son mécanisme permanent d octroi de liquidités, la Banque du Canada

Plus en détail

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE

SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE SERVICE DE PILOTAGE DU DISPOSITIF DE SORTIE DES EMPRUNTS A RISQUE DOCTRINE D EMPLOI APPROUVEE PAR LE C.N.O.S. DU 13 NOVEMBRE 2014 Principes : Le fonds de soutien créé par la loi de finances initiale pour

Plus en détail

Emprunt obligataire subordonné UBCI 2012 139, Avenue de la liberté- 1002 Tunis Belvédère.

Emprunt obligataire subordonné UBCI 2012 139, Avenue de la liberté- 1002 Tunis Belvédère. VISAS du Conseil du Marché Financier : Portée du visa du CMF : Le visa du CMF, n implique aucune appréciation sur l opération proposée. Le prospectus est établi par l émetteur et engage la responsabilité

Plus en détail

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale

Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Ministère des solidarités et de la cohésion sociale Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès aux soins, des prestations familiales et des accidents du travail Bureau des prestations familiales

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT Annexe 4 TERMES DE REFERENCE POUR L AUDIT EXTERNE DES PROJETS FINANCÉS PAR LE GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT 1. CONTEXTE 1.1 Le Groupe de la Banque africaine de développement (la Banque)

Plus en détail

Introduction. Renseignements sur le régime de congé de salaire différé (RCSD) 1

Introduction. Renseignements sur le régime de congé de salaire différé (RCSD) 1 Renseignements sur le régime de congé de salaire différé (RCSD) Province du Nouveau-Brunswick ISBN: 978-1-55471-612-8 juin 2013 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 1 Résumé du régime... 2 Adhésion... 3

Plus en détail

INSTRUCTION N 9/97 RELATIVE A LA CLASSIFICATION DES ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF EN VALEURS MOBILIERES (OPCVM)

INSTRUCTION N 9/97 RELATIVE A LA CLASSIFICATION DES ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF EN VALEURS MOBILIERES (OPCVM) UNION MONETAIRE OUEST AFRICAINE CONSEIL REGIONAL DE L EPARGNE PUBLIQUE ET DES MARCHES FINANCIERS INSTRUCTION N 9/97 RELATIVE A LA CLASSIFICATION DES ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF EN VALEURS MOBILIERES

Plus en détail

PROJET CHARTE PARTENARIALE ENTRE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX ET LA DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES ***

PROJET CHARTE PARTENARIALE ENTRE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX ET LA DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES *** PROJET CHARTE PARTENARIALE ENTRE LA COMMUNAUTE URBAINE DE BORDEAUX ET LA DIRECTION GENERALE DES FINANCES PUBLIQUES *** DEFINITION D UNE POLITIQUE DE RECOUVREMENT 1 Entre la Communauté Urbaine de Bordeaux,

Plus en détail

CODE DE L ACTION SOCIALE

CODE DE L ACTION SOCIALE CODE DE L ACTION SOCIALE ET DES FAMILLES PARTIE LEGISLATIVE Dernière modification parue au Journal Officiel le 28 juin 2005 Article L. 211-1 Ont le caractère d associations familiales au sens des dispositions

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 220 CONTRÔLE QUALITE D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

C O N V E N T I O N. (a) ******************

C O N V E N T I O N. (a) ****************** C O N V E N T I O N (a) ****************** ENTRE LES SOUSSIGNES : - Monsieur le Président du Conseil Général des Bouches-du-Rhône, agissant au nom et pour le compte du Département, en vertu de la délibération

Plus en détail

Bernische Lehrerversicherungskasse Caisse d assurance du corps enseignant bernois. Règlement concernant l'octroi d'hypothèques (RoHYP-CACEB)

Bernische Lehrerversicherungskasse Caisse d assurance du corps enseignant bernois. Règlement concernant l'octroi d'hypothèques (RoHYP-CACEB) Bernische Lehrerversicherungskasse Caisse d assurance du corps enseignant bernois Règlement concernant l'octroi d'hypothèques (RoHYP-CACEB) Table des matières I. Généralités 3 Art. 1 Champ d'application

Plus en détail

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes

Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes Nations Unies UNW/2015/CRP.15 Conseil d administration de l Entité des Nations Unies pour l égalité des sexes et l autonomisation des femmes Deuxième session ordinaire de 2015 15-16 septembre 2015 Point

Plus en détail

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2

ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I. Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 ANNEXES CODE DE LA CONSOMMATION ANNEXE I Annexe mentionnée à l article R. 312-0-0-2 Informations précontractuelles européennes normalisées en matière de crédit immobilier FICHE D INFORMATION STANDARDISÉE

Plus en détail

ASSEMBLEE DE CORSE 27 ET 28 JUILLET RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF

ASSEMBLEE DE CORSE 27 ET 28 JUILLET RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF COLLECTIVITE TERRITORIALE DE CORSE RAPPORT N 2010/E4/130 ASSEMBLEE DE CORSE 4 EME SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2010 27 ET 28 JUILLET RAPPORT DE MONSIEUR LE PRESIDENT DU CONSEIL EXECUTIF OBJET : MISE EN ŒUVRE

Plus en détail

Offre d achat immeuble à revenus*

Offre d achat immeuble à revenus* Offre d achat immeuble à revenus* (usage résidentiel seulement) 1. IDENTIFICATION DES PARTIES ACHETEUR 1 : ACHETEUR 2 : VENDEUR 1 : Ci-après l «Acheteur» VENDEUR 2 : 2. OBJET DU CONTRAT Ci-après le «Vendeur»

Plus en détail

L Analyse financière

L Analyse financière L Analyse financière 1. Définition L analyse financière est un outil de gestion indispensable pour toute entreprise et en particulier l institution de microfinance. L importance de cette manière nous amène

Plus en détail

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Cours de microfinance pour les non-spécialistes Laurence Hart, CEFEB & Said Bourjij, ESF Le 17 mai 2002

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION

RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES RÈGLEMENT SUR LES CONTRATS D APPROVISIONNEMENT, DE SERVICES ET DE TRAVAUX DE CONSTRUCTION Adopté par le conseil d administration le 25 mars 2009 et modifié le 17 juin 2015

Plus en détail

LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL

LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL FICHE 4 LEXIQUE RETRAITE SECTEUR PRIVE REGIME GENERAL Age légal : âge à partir duquel un assuré est en droit de demander sa mise à la retraite. L âge légal de départ en retraite est actuellement de 60

Plus en détail

Décision n 11-DCC-186 du 14 décembre 2011 relative à l affiliation de la Mutuelle Civile de la Défense à l union mutualiste de groupe Istya

Décision n 11-DCC-186 du 14 décembre 2011 relative à l affiliation de la Mutuelle Civile de la Défense à l union mutualiste de groupe Istya RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-186 du 14 décembre 2011 relative à l affiliation de la Mutuelle Civile de la Défense à l union mutualiste de groupe Istya L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES Décret n o 2013-269 du 29 mars 2013 relatif à la lutte contre les retards de paiement dans les contrats de la commande

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières

Cahier des Clauses Administratives Particulières MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES AGENCE FRANCAISE DE SECURITE SANITAIRE DE L ENVIRONNEMENT ET DU TRAVAIL DIRECTION GENERALE UNITE RESSOURCES HUMAINES 253, avenue du Général Leclerc

Plus en détail

La Mutuelle. Le prêt ordinaire. Refinancez vos dettes avec le prêt ordinaire

La Mutuelle. Le prêt ordinaire. Refinancez vos dettes avec le prêt ordinaire Le prêt ordinaire Refinancez vos dettes avec le prêt ordinaire La Mutuelle Association Mutuelle des Fonctionnaires Internationaux de l Office des Nations Unies et Agences Spécialisées L Association Mutuelle

Plus en détail

Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 3.3 Comment élaborer un plan de travail

Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 3.3 Comment élaborer un plan de travail Guide Sudoe - Pour l'élaboration et la gestion de projets Version Française Fiche 3.3 Comment élaborer un plan de travail 2 Fiche 3.3 Comment élaborer un plan de travail Index 1 Détermination du plan de

Plus en détail

FORMULAIRE DE CANDIDATURE A UNE BOURSE DE MOBILITE INTERNATIONALE ETUDIANTE SUR CRITERES SOCIAUX DU MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

FORMULAIRE DE CANDIDATURE A UNE BOURSE DE MOBILITE INTERNATIONALE ETUDIANTE SUR CRITERES SOCIAUX DU MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Direction des relations internationales et européennes (DRIE) FORMULAIRE DE CANDIDATURE A UNE BOURSE DE MOBILITE INTERNATIONALE ETUDIANTE SUR CRITERES SOCIAUX DU MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR Etudiants

Plus en détail

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Secrétariat Général Boîte Postale 1917 - Yaoundé République du Cameroun TELEX BANETAC 8343 KN Tél. (237) 223.40.30 (237) 223.40.60 Fax. (237) 223.82.16 12ème ASSEMBLEE

Plus en détail

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE

PROGRAMME DE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE PROGRAMME DE FINANCEMENT DE L AGRICULTURE Version du 13 mai 2016 NOTE AU LECTEUR Le Programme de financement de l agriculture est entré en vigueur le 15 octobre 2001 (2001, G.O. 1, 1113). La présente version

Plus en détail

Archivage des dossiers d aide pécuniaire

Archivage des dossiers d aide pécuniaire Direction des archives du Groupe Destinataires Assistants sociaux - conseillers techniques Direction des archives du Groupe Direction des ressources humaines et des relations sociales Centres de services

Plus en détail

Le règlement général des subventions départementales

Le règlement général des subventions départementales Le règlement général des subventions départementales Les règles d ordre général Article 39. Le cadre général des subventions 39-1 - Définitions Une subvention se définit de la façon suivante : - Un concours

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

Pour une bonne planification agricole

Pour une bonne planification agricole Assurance-production Aperçu du régime Nouveaux semis pour les cultures fourragères Pour une bonne planification agricole Établir un lien entre producteurs et programmes Ce que vous devez savoir au sujet

Plus en détail

Texte n DGI 2009/32 NOTE COMMUNE N 13/2009

Texte n DGI 2009/32 NOTE COMMUNE N 13/2009 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs N 2009/04/16 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 2009/32 NOTE COMMUNE N 13/2009 O B J E T : - Commentaire des dispositions

Plus en détail

Amendements au Statut du Personnel et au Règlement du Personnel 1

Amendements au Statut du Personnel et au Règlement du Personnel 1 CONSEIL EXÉCUTIF EB133/12 Cent trente-troisième session 14 mai 2013 Point 8.2 de l ordre du jour provisoire Amendements au Statut du Personnel et au Règlement du Personnel 1 Rapport du Secrétariat 1. Les

Plus en détail

TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer.

TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer. TD N 4 : correction des questions, fichier à imprimer. Chapitre 1 : SITUATION PROFESSIONNELLE Question n 1 : Toute personne dispose de la liberté de choisir son domicile et nul ne peut apporter aux droits

Plus en détail

L approche conceptuelle

L approche conceptuelle Cap Vert C o m m u n i c a t i o n 9.05.2000 Symposium International sur la Microfinance et la Promotion des Micro et Petites Entreprise Praia, 12 au 14 juin 2000 L approche conceptuelle 1. Introduction

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. OBJET : Tutelle financière des chambres de métiers et des chambres régionales de métiers.

REPUBLIQUE FRANCAISE. OBJET : Tutelle financière des chambres de métiers et des chambres régionales de métiers. REPUBLIQUE FRANCAISE MINISTERE DU COMMERCE ET DE L ARTISANAT DIRECTION DE L ARTISANAT PARIS, LE 13 JAN. 1989 Sous-Direction de la Réglementation 24, rue de l Université et de l Orientation des Structures

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMÉRIQUE Décret n o 2015-1382 du 30 octobre 2015 relatif à la médiation des litiges de la consommation NOR :

Plus en détail

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE

LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE LA LETTRE JURIDIQUE ET FISCALE N 165 5 aout 2014 SOMMAIRE P. 1 et 2 p.2 Projet de loi de financement rectificatif de la sécurité sociale pour 2014 Suppression de la règlementation relative aux sommes versées

Plus en détail

Mutuelle de Crédit et d Epargne des Femmes D Aboisso, Bonoua, Bassam, Agboville, Tiassalé et Adzopé

Mutuelle de Crédit et d Epargne des Femmes D Aboisso, Bonoua, Bassam, Agboville, Tiassalé et Adzopé Mutuelle de Crédit et d Epargne des Femmes D Aboisso, Bonoua, Bassam, Agboville, Tiassalé et Adzopé LA POLITIQUE DE CREDIT ET DE RECOUVREMENT 2 A. INTRODUCTION Le Conseil d Administration du RESEAU MUCREFAB

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET DU DÉVELOPPEMENT INTERNATIONAL Décret n o 2015-1002 du 18 août 2015 portant diverses mesures de simplification et d adaptation

Plus en détail

Revalorisation annuelle de la rémunération des cadres salariés de l'enseigne La Poste pour 2010

Revalorisation annuelle de la rémunération des cadres salariés de l'enseigne La Poste pour 2010 Direction Générale de l'enseigne La Poste Direction des Ressources Humaines et des Relations Sociales Contact Monique Maronne Tél : 01 55 44 09 66 Fax : 01 55 44 27 87 CP : T 219 E-mail : monique.maronne@laposte.f

Plus en détail

Annexe 1.2 : Modèle de contrat d accompagnement pour la création/reprise d entreprise NACRE (version en projet)

Annexe 1.2 : Modèle de contrat d accompagnement pour la création/reprise d entreprise NACRE (version en projet) Annexe 1.2 : Modèle de contrat d accompagnement pour la création/reprise d entreprise NACRE (version en projet) NOUVEL ACCOMPAGNEMENT POUR LA POUR LA CRETION/REPRISE D'ENTREPRISE (NACRE) 7 CONTRAT D ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

ASSOCIATION METEO LOR STATUTS

ASSOCIATION METEO LOR STATUTS Page 1 sur 10 ASSOCIATION METEO LOR STATUTS ARTICLE 1er - CONSTITUTION - DUREE. Conformément aux dispositions de la loi du 1er juillet 1901 et du décret du 16 août 1901, il est fondé le 20 avril 2013 une

Plus en détail

Propositions du RCLALQ Modifications des certaines dispositions du règlement 634 Thème 3

Propositions du RCLALQ Modifications des certaines dispositions du règlement 634 Thème 3 Propositions du RCLALQ Modifications des certaines dispositions du règlement 634 Thème 3 Régie de l énergie R-3439-2000 17 avril 2001 La demande d abonnement Proposition 1 : Les renseignements personnels

Plus en détail

C.A. 273-6.7, 18 novembre 1992

C.A. 273-6.7, 18 novembre 1992 RÈGLEMENT RÈGLEMENT RELATIF À LA GESTION FINANCIÈRE SERVICE ÉMETTEUR : Direction des services administratifs ADOPTION : C.A. 273-6.7, 18 novembre 1992 DATE : 25 mars 2015 SECTION : Règlement NUMÉRO : R004

Plus en détail