PROJET DE POLITIQUE D EPARGNE ET DE CREDIT DES CAISSES POPULAIRES D EPARGNE ET DE CREDIT (CPEC)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROJET DE POLITIQUE D EPARGNE ET DE CREDIT DES CAISSES POPULAIRES D EPARGNE ET DE CREDIT (CPEC)"

Transcription

1 SECRETARIAT D ETAT A LA SOLIDARITE AGENCE DJIBOUTIENNE DE DEVELOPPEMENT SOCIAL (ADDS) PROJET DE POLITIQUE DES CAISSES POPULAIRES (CPEC) Août 2008 REALISATION OKAMBAWA CODJO IRENEE & MOHAMED ROBERT

2 D EPARGNE ET DE (CPEC) PROJET DE POLITIQUE D EPARGNE ET DE ) 2

3 Date 01/08/2008 Mise à jour le : SOMMAIRE SOM Page 3 SOMMAIRE A- POLITIQUE D EPARGNE... 4 I- LES TYPES D EPARGNE... 5 II- LES CARACTERISTIQUES DES PRODUITS D EPARGNE L EPARGNE A VUE EPARGNE A TERME EPARGNE FORCEE... 6 B- POLITIQUE DE... 8 I- POLITIQUE GENERALE LES SECTEURS DANS LESQUELS L INSTITUTION EST PRETE A S ENGAGER L ASPECT GENRE LES LIMITES DE LA CONCENTRATION DU RISQUE DANS LE PORTEFEUILLE LE MONTANT PLAFOND DU Cycles de des groupes solidaires Crédits individuels Crédits aux associations Plafond pour une Caisse Plafond pour un individu Plafond pour l ensemble des dirigeants LES NIVEAUX DE DELEGATION DES POUVOIRS EN MATIERE D AUTORISATION DE ET DE REECHELONNEMENT LES CONDITIONS GENERALES D OCTROI DE LES GARANTIES L ETUDE DU DOSSIER DE LA DECISION DE DEBLOCAGE LE SUIVI DU ANNULATION DE LES PENALITES LE REECHELONNEMENT TAUX D INTERET LA DUREE DES S ECHEANCES REFINANCEMENT DES CAISSES II- POLITIQUES SPECIFIQUES A CHAQUE PRODUIT DE PRODUIT DE PRODUIT DE S PRODUIT DE S PRODUIT DE S PRODUIT DE S PRODUIT DE S POLITIQUE DES CPEC 3

4 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE D EPARGNE POL EP Page 4 A- POLITIQUE D EPARGNE La mission principale des Caisses Populaires d Epargne et de Crédit (CPEC) est de fournir des services financiers de proximité à sa population cible. Le premier service à promouvoir est la sécurisation de l épargne de cette population cible. Il s agira de sensibiliser la population cible à la culture de l épargne. Le volume des fonds octroyés constitue un facteur de viabilité car, il existe une corrélation positive entre les produits d'intérêts et le montant des prêts. Une CPEC ne peut être rentable que si elle dispose d'une enveloppe suffisante de fonds de. Ces fonds peuvent avoir trois origines: - L'épargne collectée; - Les lignes de s obtenues des partenaires à des taux nuls ou concessionnels, remboursables ou non ; - Les prêts octroyés par des établissements bancaires ou financiers. La politique d épargne des Caisses Populaires d Epargne et de Crédit repose sur une collecte massive de l épargne de ses membres. POLITIQUE DES CPEC 4

5 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE D EPARGNE POL EP Page 5 I- LES TYPES D EPARGNE Trois types d épargne seront promus par les CPEC: - l épargne à vue - l épargne à terme - l épargne forcée (épargne de garantie financière) II- LES CARACTERISTIQUES DES PRODUITS D EPARGNE 2.1- L EPARGNE A VUE Chaque membre dispose systématiquement d un compte d épargne à vue dès son adhésion. L épargne est constituée librement par le membre sur ce compte. Il peut à tout moment effectuer des opérations de dépôt et de retrait sur ce compte. Ce compte n est pas rémunéré par les CPEC. Il est prélevé, mensuellement sur ce compte, des frais de tenue de compte d un montant de x FCFA. Le minimum d un retrait ou d un versement est de x FCFA EPARGNE A TERME L épargne à terme est effectuée par un membre lorsqu il a un fonds qu il ne veut utiliser pendant une période bien définie. C est une épargne déposée sur un compte en une seule fois et bloquée pour une période déterminée qui se décompte en mois. Il fait l objet d un contrat entre l épargnant et la Caisse. POLITIQUE DES CPEC 5

6 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE D EPARGNE POL EP Page 6 Cette épargne est rémunérée au taux de x % l an. La durée minimale d un dépôt à terme est de x mois. Les intérêts sont calculés sur le nombre de mois échus. Le retrait sur ce compte n est pas en principe autorisé avant le terme défini. Si cela advenait, le bénéficiaire du compte perd la moitié des intérêts échus EPARGNE FORCEE L épargne forcée n est constituée que lorsqu un membre sollicite un. Les conditions de constitution de cette épargne dépend du type de obtenu par le membre ( solidaire ou individuel). Epargne forcée des s solidaires : Cette épargne est constituée au cours des remboursements des s. Le montant total à constituer doit représenter 10% du obtenu par le groupe solidaire. Cette épargne est nantie jusqu au remboursement intégrale du. Epargne forcée des s individuels : Elle est l une des conditions obligatoires à remplir avant l obtention du. POLITIQUE DES CPEC 6

7 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE D EPARGNE POL EP Page 7 Le montant de l épargne forcée ou garantie financière doit être disponible sur le compte d épargne à vue avant l octroi du. Lorsque le est accordé, elle est nantie jusqu au remboursement intégral du. Elle est retirée du compte de dépôt à vue et portée sur le compte des garanties financières de la CPEC. Le taux de cette garantie est de 20% du montant de sollicité par le bénéficiaire POLITIQUE DES CPEC 7

8 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page 8 B- POLITIQUE DE L octroi du constitue une activité majeure pour les Caisses Populaires d Epargne et de Crédit (CPEC). Les Caisses doivent procéder à une transformation optimale des ressources en en tenant compte du risque. Le volume des fonds octroyés constitue un facteur de viabilité car, il existe une corrélation positive entre les produits d'intérêts et le montant des prêts. Le seuil de rentabilité correspond à un volume minimum de s permettant de générer des revenus suffisant pour couvrir les charges. Une Caisse ne peut donc être rentable que si elle octroie suffisamment de s et que ceux-ci sont remboursés à l échéance. La présente politique de définit le cadre des opérations des CPEC dans le domaine du et précise : : - Les secteurs dans lesquels l institution est prête à s engager; - Les limites de la concentration du risque dans le portefeuille ; - Les types de prêts ; - Les caractéristiques des prêts (taux, commissions, garanties exigées, durée, modalités de paiement, les pénalités applicables en cas de retard de remboursement); - Les montants plafond que l on peut débloquer par type de prêt ; POLITIQUE DES CPEC 8

9 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page 9 - Le degré de risque que l institution est prête à assumer ; - Les niveaux de délégation des pouvoirs en matière d autorisation de et de rééchelonnement. - Etc. I- POLITIQUE GENERALE 1.1- LES SECTEURS DANS LESQUELS L INSTITUTION EST PRETE A S ENGAGER Les Caisses Populaires d Epargne et de Crédit (CPEC) accordent des s à leurs adhérents sans discrimination lorsqu ils en expriment le besoin et qu ils remplissent les conditions définies par la présente politique de. Elles financent les secteurs ciaprès : - Artisanat ; - Commerce ; - Agriculture (intrant et exploitation) ; - Élevage ; - Pêche ; - Stockages de produits ; - Services ; - Social (Santé, Mariage, Naissance, Funérailles, Scolarité) - Consommation ; - Préfinancement de marché ; - Equipements (agricoles, transformation, ménagers, etc.) - Habitat ; POLITIQUE DES CPEC 9

10 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page 10 - Autres, après avis de l ADDS L ASPECT GENRE L adhésion des femmes aux CPEC est encouragée. Les femmes seront sensibilisées afin qu elles épargnent suffisamment et demandent des s pour l exercice d activités génératrices de revenus LES LIMITES DE LA CONCENTRATION DU RISQUE DANS LE PORTEFEUILLE Le portefeuille de sera diversifié afin de limiter les risques pris sur un seul secteur d activité. Il s agira de répartir le risque entre différents emprunteurs exerçant dans des secteurs d activités différents. Cette stratégie vise à réduire les risques liés aux difficultés propres à un secteur LE MONTANT PLAFOND DU Le plafonnement du vise à réduire le risque du et réglemente le montant de global que peut octroyer une Caisse et le montant maximum de qui peut être attribué à un bénéficiaire de. Les Caisses respecteront les normes prudentielles édictées par la Banque Centrale de Djobouti, notamment celles relatives : - aux risques encourus par une institution - aux prêts aux dirigeants - au risque pris sur un seul membre - à la liquidité. POLITIQUE DES CPEC 10

11 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page 11 Le calcul des ratios relatifs au plafonnement du doit être effectué et respecté lors de chaque déblocage de Cycles de des groupes solidaires Il est prévu trois cycles de : - [ ; ] avec une durée maximale de remboursement de 8 mois ; - ] ; ] avec une durée maximale de remboursement de 10 mois ; - ] ; ] avec une durée maximale de remboursement de 12 mois. Les membres d un groupe solidaire ne peuvent excéder 5 membres. Les membres d un groupe solidaire peuvent prendre des montants différents de mais doivent tous avoir le même échéancier de remboursement Crédits individuels Tout membre peut solliciter un individuel à partir de francs djiboutien s il peut présenter une garantie financière (20 % du montant du sollicité) et des garanties personnels (2 avaliseurs). POLITIQUE DES CPEC 11

12 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page 12 Les avaliseurs doivent être membre de la CPEC et s engager à rembourser le en cas de défaillance Crédits aux associations Les s aux associations doivent recueillir l accord de l ADDS Plafond pour une Caisse Une Caisse ne doit transformer en plus 70% de ses ressources d épargne (DAV et DAT) sous réserve des mesures restrictives fixées par l ADDS lorsque le portefeuille de connaît un taux de remboursement inférieur à 95%. Le montant des emprunts destiné au renforcement du fonds de et les ressources affectées ne font pas l objet de limitation. Les fonds de provenant des emprunts doivent être intégralement transformés en et ce, rapidement. Quant aux ressources affectées au obtenues des partenaires, elles doivent respecter les dispositions de la convention de financement Plafond pour un individu Le que peut recevoir un individu est plafonné à un million ( ) de francs djiboutien Plafond pour l ensemble des dirigeants L ensemble des dirigeants ne peut à aucun moment bénéficier d un montant de supérieur à XXXXXXXXX. POLITIQUE DES CPEC 12

13 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page LES NIVEAUX DE DELEGATION DES POUVOIRS EN MATIERE D AUTORISATION DE ET DE REECHELONNEMENT En vue de répondre rapidement aux demandes de des sociétaires, d améliorer la qualité de l analyse des dossiers de s ainsi que du processus de décision de s : Le personnel technique des Caisses a pour tâches l instruction de tous les dossiers de pour l émission d un avis technique ; La direction de la micro finance de l ADDS analyse les demandes de s qui lui sont soumis par le personnel technique en vue de l émission d un avis technique complémentaire. Sont transmis à l ADDS toute demande de d un montant supérieur à cinq cent mille ( ) Francs Djiboutien. Le Comité du Crédit de chaque Caisse est la seule instance pouvant autoriser l octroi de tout à la majorité de ses membres réunis. Le Conseil d Administration est l instance qui dispose du plein pouvoir pour le déblocage des s lorsque les ratios prudentiels le permettent. POLITIQUE DES CPEC 13

14 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page LES CONDITIONS GENERALES D OCTROI DE Tout membre d une Caisse Populaire d Epargne et de Crédit (CPEC) peut bénéficier de s s il remplit les conditions suivantes : Etre membre de la Caisse depuis au moins XXX mois pour les s individuels et X semaines pour les s solidaires; Avoir participé aux sessions de formation comprenant X modules pour les s solidaires N avoir aucun antécédent de ; Etre de bonne moralité ; Présenter un projet rentable et utile ou un besoin justifié; Avoir la capacité de rembourser le dans le délai fixé ; Remplir complètement le formulaire de demande de ; Apporter la garantie exigée pour le type de. Pour toute demande de, la gérance : requiert une lettre de demande précisant le montant, les garanties offertes et les possibilités de remboursements du prêt, et l objet du ; et remplit le formulaire pré-imprimé du dossier de. POLITIQUE DES CPEC 14

15 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page LES GARANTIES Les garanties servent à couvrir une partie ou la totalité du risque du prêteur en cas de non remboursement. La garantie est certes importante, mais elle ne fonde pas le. La vraie garantie est l assurance que l activité peut générer suffisamment de revenus pour permettre à l emprunteur d honorer ses engagements. Les types de garanties exigées sont : - les sûretés réelles (garantie financière et garantie matérielle); - et les sûretés personnelles (garanties solidaire et avaliseurs) L ETUDE DU DOSSIER DE C est la phase décisive du processus de mise en place du. De la conclusion de cette phase dépend l acceptation ou le refus de l octroi du prêt. L analyse technique d un dossier se traduit par: La vérification de: l adéquation montant de sollicité et besoin de financement de l activité ; la rentabilité de l'activité; la capacité de remboursement de l'emprunteur et de ses cautions; la capacité de l emprunteur de respecter les échéances ; l'existence et la valeur des garanties offertes par le client ; POLITIQUE DES CPEC 15

16 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page 16 la bonne gouvernance (compétence professionnalisme et l'expérience de l'emprunteur dans l'activité). et l émission de l avis technique. L analyse technique des dossiers de s est effectuée par le personnel technique de la Caisse et au besoin par le personnel de la Direction de la micro finance de l ADDS; La durée totale de l étude complète des dossiers de demande et la décision d octroi ou de rejet ne doit excéder 15 jours. Tout demandeur de doit obtenir une réponse au maximum trois (3) semaines après le dépôt de sa demande. Les frais d étude de dossier de sont fixés comme suit : Montant de compris entre (a, b( : x FDjiboutien Montant de compris entre (b, d( : x FDjiboutien + de d : x FDjiboutien Les frais d étude de dossier sont acquises définitivement par la Caisse quelle que soit la décision du Comité de Crédit. L achat du dossier de pré-imprimé d un montant de x FDjiboutien est exigé à tout requérant LA DECISION DE DEBLOCAGE La décision d octroi de est prise par le Conseil d Administration lorsque la liquidité et les normes prudentielles le permettent. Le gérant établit les contrats conformément à l état de délibération du Comité de Crédit. POLITIQUE DES CPEC 16

17 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page 17 Avant le déblocage effectif des fonds, le gérant reçoit l emprunteur et : - précise à nouveau les conditions du prêt ; - communique l échéancier ; - lui fait prendre connaissance du contenu du contrat ; - lui fait signer le contrat. Les frais de couverture du risque décès équivalant à x % du montant de octroyé sont perçus LE SUIVI DU Les Caisse Populaires d Epargne et de Crédit font du suivi du un élément majeur de leur politique de. Le suivi consiste à : - S assurer que le est utilisé dans de bonnes conditions et que l utilisation des fonds n a pas été détournée de l objet pour lequel il a été sollicité ; - S assurer que les conditions garantissant le remboursement du à l'échéance ne sont pas compromises ; - S assurer que les revenus générés par l activité financée ne sont pas gaspillés ou utilisés sans tenir compte du remboursement du ; - Rappeler au débiteur les échéances pour qu il ne fasse pas preuve de négligence pour le respect de l échéancier. - S'assurer que les cautions existent et jouent pleinement leur rôle. POLITIQUE DES CPEC 17

18 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page 18 Le suivi permet de constater à temps tous les indicateurs qui annoncent une défaillance imminente ou future du débiteur. Il permet, par conséquent, de prendre les dispositions appropriées pour éviter la défaillance ou la gérer efficacement. Il sera exigé de chaque bénéficiaire de n ayant pas une organisation comptable produisant les états financiers de synthèse, la tenue d une comptabilité simplifie de trésorerie (recettes et dépenses) pour la traçabilité de ses opérations afin de faciliter les prochaines analyses de. Les visites régulières (visites du site de production et/ou à domicile) seront effectuées aux bénéficiaires pour suivre l avancement de ses activités. Les dates de visite et les observations effectuées sur le terrain seront consignées dans le dossier de ANNULATION DE Tout accordé et non débloqué un (1) mois après la décision du Comité de Crédit doit faire l objet d une annulation. Pour les prêts à décaissements progressifs et multiples, les déblocages ultérieurs pourront être annulés si le bénéficiaire n utilise pas le pour l objet financé. Dès lors les montants antérieurs débloqués seront exigibles. POLITIQUE DES CPEC 18

19 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page LES PENALITES Les Caisses Populaires d Epargne et de Crédit (CPEC) appliqueront une pénalité sévère sur le montant de tout dès le 1 er jour de retard de paiement d une échéance, afin d amener ses bénéficiaires de à respecter les échéances de remboursement. Le montant de la pénalité comprendra une partie fixe et une partie variable. Le montant de la partie fixe est égal à x FCFA. Le montant de la partie variable est de x % le mois de la tranche échue (capital et intérêts). Tout membre ayant des arriérés de pénalités ne peut bénéficier d un nouveau même si le capital est intégralement remboursé LE REECHELONNEMENT Toute demande de rééchelonnement ou de consolidation de doit suivre la même procédure qu une demande de. Dans la demande de rééchelonnement, les raisons qui motivent la demande doivent être précisées TAUX D INTERET Pour les s de groupe il sera appliqué un taux d intérêt dégressif de 1,5% le mois. Pour tous les s individuels il sera appliqué un taux d intérêt dégressif de 2% le mois. POLITIQUE DES CPEC 19

20 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page LA DUREE DES S La durée maximale d un octroyé par une CPEC est de 12 mois ECHEANCES Les échéances de paiement sont fixées lors du processus d instruction du dossier de par le personnel technique des Caisses et tiennent compte des flux financiers générés par l activité financé ou de la périodicité des revenus du requérrant. Une période de grâce allant de un (1) à trois (3) mois peut être appliquée pour l échéancier selon le type et l objet du financé. Les intérêts sont perçus durant la période grâce REFINANCEMENT DES CAISSES Les Caisses pourront être refinancées par l ADDS lorsqu elles en expriment le besoin et si elles remplissent les conditions ci-après : 1. avoir un taux de remboursement de d au moins 95%, 2. avoir des demandes de non satisfaites ; POLITIQUE DES CPEC 20

21 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page 21 II- POLITIQUES SPECIFIQUES A CHAQUE PRODUIT DE 2.1- PRODUIT DE 1 1 Caractéristiques du : Objet du Bénéficiaire Durée maximale du Montant minimum du Montant maximum du Modalités de remboursement Taux d intérêt Frais de dossier Commission sur Montant de la garantie financière Frais de suivi et de couverture du risque décès Pénalité de retard 2 Conditions à remplir par le demandeur du POLITIQUE DES CPEC 21

22 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page PRODUIT DE S 2 1 Caractéristiques du : Objet du Bénéficiaire Durée maximale du Montant minimum du Montant maximum du Modalités de remboursement Taux d intérêt Frais de dossier Commission sur Montant de la garantie financière Frais de suivi et de couverture du risque décès Pénalité de retard 2 Conditions à remplir par le demandeur du POLITIQUE DES CPEC 22

23 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page PRODUIT DE S 3 1 Caractéristiques du : Objet du Bénéficiaire Durée maximale du Montant minimum du Montant maximum du Modalités de remboursement Taux d intérêt Frais de dossier Commission sur Montant de la garantie financière Frais de suivi et de couverture du risque décès Pénalité de retard 2 Conditions à remplir par le demandeur du POLITIQUE DES CPEC 23

24 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page PRODUIT DE S 4 1 Caractéristiques du : Objet du Bénéficiaire Durée maximale du Montant minimum du Montant maximum du Modalités de remboursement Taux d intérêt Frais de dossier Commission sur Montant de la garantie financière Frais de suivi et de couverture du risque décès Pénalité de retard 2 Conditions à remplir par le demandeur du POLITIQUE DES CPEC 24

25 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page PRODUIT DE S 5 1 Caractéristiques du : Objet du Bénéficiaire Durée maximale du Montant minimum du Montant maximum du Modalités de remboursement Taux d intérêt Frais de dossier Commission sur Montant de la garantie financière Frais de suivi et de couverture du risque décès Pénalité de retard 2 Conditions à remplir par le demandeur du POLITIQUE DES CPEC 25

26 Date 01/08/2008 Mise à jour le : POLITIQUE DE POL CRED Page PRODUIT DE S 6 1 Caractéristiques du : Objet du Bénéficiaire Durée maximale du Montant minimum du Montant maximum du Modalités de remboursement Taux d intérêt Frais de dossier Commission sur Montant de la garantie financière Frais de suivi et de couverture du risque décès Pénalité de retard 2 Conditions à remplir par le demandeur du POLITIQUE DES CPEC 26

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PRESTATIONS FAMILIALES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE PROTECTION SOCIALE PRESTATIONS FAMILIALES MINISTÈRE DES SOLIDARITÉS ET DE LA COHÉSION SOCIALE Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès aux soins, des prestations familiales et des accidents du travail Bureau des prestations familiales

Plus en détail

Le microcrédit personnel garanti par le Fonds de cohésion sociale

Le microcrédit personnel garanti par le Fonds de cohésion sociale Le microcrédit personnel garanti par le Fonds de cohésion sociale Le Fonds de cohésion sociale (FCS) Le FCS est institué le 18 janvier 2005. C est un fonds de garantie qui vise à lutter contre l exclusion

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

Mutuelle de Crédit et d Epargne des Femmes D Aboisso, Bonoua, Bassam, Agboville, Tiassalé et Adzopé

Mutuelle de Crédit et d Epargne des Femmes D Aboisso, Bonoua, Bassam, Agboville, Tiassalé et Adzopé Mutuelle de Crédit et d Epargne des Femmes D Aboisso, Bonoua, Bassam, Agboville, Tiassalé et Adzopé LA POLITIQUE DE CREDIT ET DE RECOUVREMENT 2 A. INTRODUCTION Le Conseil d Administration du RESEAU MUCREFAB

Plus en détail

Principes d octroi de crédit et rôle des garanties. Eric Schneider 25.01.2008

Principes d octroi de crédit et rôle des garanties. Eric Schneider 25.01.2008 Principes d octroi de crédit et rôle des garanties Eric Schneider 25.01.2008 Introduction «Mieux vaut un bon crédit en blanc qu un crédit mal garanti» Vieil adage bancaire Responsabilité Principes d octroi

Plus en détail

LA CRRH-UEMOA ET LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCE

LA CRRH-UEMOA ET LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCE LA CRRH-UEMOA ET LES PLACEMENTS DES COMPAGNIES D ASSURANCE Plan I. La CRRH-UEMOA : Quinze mois d activités opérationnelles II. Cadre institutionnel et organisation III. Règles d intervention : Critères

Plus en détail

ORGANIGRAMME FONCTIONNEL. Pôle de recouvrement spécialisé

ORGANIGRAMME FONCTIONNEL. Pôle de recouvrement spécialisé Responsable du pôle : Adjoint : Date de mise à jour de l'of : de / / Processus transverse Gestion des congés Gestion des horaires variables Gestion des imprimés Correspondant informatique/gestionnaire

Plus en détail

Financement du projet : Les types de prêts

Financement du projet : Les types de prêts Financement du projet : Les types de prêts 1- Le prêt à moyen et long terme bonifié MTS JA Quotité maximale Plafond de subvention équivalente Plan de Développement de l Exploitation (PDE) Zone défavorisée

Plus en détail

PRÊT POUR LE LOGEMENT D UN ENFANT ÉTUDIANT

PRÊT POUR LE LOGEMENT D UN ENFANT ÉTUDIANT PRÊT POUR LE LOGEMENT D UN ENFANT ÉTUDIANT 1 - OBJET Le prêt pour le logement d un enfant étudiant est alloué aux agents ayant un enfant fiscalement à charge, âgé de 16 à 26 ans durant l année scolaire,

Plus en détail

SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY, VEXLIARD ; SCP CELICE, BLANCPAIN, SOLTNER, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY, VEXLIARD ; SCP CELICE, BLANCPAIN, SOLTNER, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 328655 Publié au recueil Lebon 9ème et 10ème sous-sections réunies M. Philippe Martin, président M. Philippe Josse, rapporteur M. Pierre Collin, rapporteur public SCP BARTHELEMY, MATUCHANSKY,

Plus en détail

Étude du portefeuille de crédit des

Étude du portefeuille de crédit des Étude du portefeuille de crédit des caisses du réseau ANACAPH PROJET : «RENFORCEMENT DU RESEAU DE L ANACAPH DANS L ACCOMPAGNEMENT DU CREDIT ORIENTE VERS LES MPE» Mai 2009 Dorlus Jackson MBA, Comptable

Plus en détail

PRÊT POUR LE LOGEMENT D UN ENFANT ÉTUDIANT

PRÊT POUR LE LOGEMENT D UN ENFANT ÉTUDIANT PRÊT POUR LE LOGEMENT D UN ENFANT ÉTUDIANT 1 - OBJET Le prêt pour le logement d un enfant étudiant est alloué aux agents ayant un enfant fiscalement à charge, âgé de 16 à 26 ans durant l année scolaire,

Plus en détail

LES GARANTIES D EMPRUNT

LES GARANTIES D EMPRUNT LES GARANTIES D EMPRUNT (Compte 801.5) Fiche n 1 Définition Les garanties d emprunt entrent dans la catégorie des engagements hors bilan parce qu une collectivité peut accorder sa caution à une personne

Plus en détail

Etude de satisfaction sur les produits et services de GAMIFI SA Décembre 2009

Etude de satisfaction sur les produits et services de GAMIFI SA Décembre 2009 Etude de satisfaction sur les produits et services de GAMIFI SA Décembre 2009 1 Echantillonnage 2 But de cette étude www.gamifi.org Cette étude de satisfaction préliminaire a été menée sur les clients

Plus en détail

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale

La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale Bulletin 11 Publications - Bulletins La micro-finance: une opportunité pour l amélioration des moyens d existence des communautés de pêche artisanale A. Cissé, UCN Sénégal D. Sarr, UCN Sénégal M. Kébé,

Plus en détail

PRÊT ÉQUIPEMENT DU LOGEMENT

PRÊT ÉQUIPEMENT DU LOGEMENT PRÊT ÉQUIPEMENT DU LOGEMENT 1 - OBJET Le prêt équipement du logement est destiné à financer l'achat de meubles et/ou de gros appareils électro-ménagers pour votre résidence principale, en tant que propriétaire

Plus en détail

Délibération n 2008-35 Conseil d administration de la CGLLS 33 ème séance du 17 décembre 2008

Délibération n 2008-35 Conseil d administration de la CGLLS 33 ème séance du 17 décembre 2008 Délibération n 2008-35 Conseil d administration de la CGLLS 33 ème séance du 17 décembre 2008 relative aux modalités d octroi des garanties accordées par la CGLLS Le conseil d'administration, Vu les articles

Plus en détail

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies

Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Module 2 : Principes directeurs de la Microfinance: Structures Institutionnelles et Méthodologies Cours de microfinance pour les non-spécialistes Laurence Hart, CEFEB & Said Bourjij, ESF Le 17 mai 2002

Plus en détail

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes

La FONGS : 30 ans d expériences paysannes Fédération des ONG du Sénégal FONGS Action Paysanne Quel rôle des organisations professionnelles agricoles dans la finance rurale : Expérience de la FONGS Paris, 05 décembre 2007 Nadjirou SALL (Secrétaire

Plus en détail

Groupe Crédit Agricole du Maroc

Groupe Crédit Agricole du Maroc Groupe Crédit Agricole du Maroc Opération de Réhabilitation Financière des Agriculteurs LE CONTEXTE : 1- Hautes Instructions Royales contenues dans la lettre adressée aux participants des 4 èmes assises

Plus en détail

Le financement de l installation

Le financement de l installation Le financement de l installation Les relations bancaires Le budget prévisionnel Les financements 2 ème Edition du Salon Européen de l Ostéopathie 31 mars et 1 er avril 2012 PUBLIC Sommaire 1. Un contexte

Plus en détail

VOTRE SITUATION FAMILIALE

VOTRE SITUATION FAMILIALE AVANCE AIDES AGRI-LOCA-PASS LOCA-PASS Cadre CIL ATLANTIQUE Nom :.... Prénom :... Pour un traitement rapide de votre demande, nous vous remercions de renseigner lisiblement ce dossier et de le renvoyer

Plus en détail

MAA DEMANDE D AIDE AU LOGEMENT REMBOURSABLE (ALR) Tél :

MAA DEMANDE D AIDE AU LOGEMENT REMBOURSABLE (ALR) Tél : MAA DEMANDE D AIDE AU LOGEMENT REMBOURSABLE (ALR) Mutuelle de l Armée de l Air - Pôle Social - 48, rue Barbès - 92544 Montrouge Cedex Tél. : 0 970 809 721 (appel non surtaxé). Site internet : www.mutaa.fr

Plus en détail

Evaluation des performances sociales

Evaluation des performances sociales Evaluation des performances sociales Evaluation SPI 3.0/CERISE pour Taanadi (Août 2008) Historique de l institution La coopérative de services Taanadi a été créée en Avril 2003 à la suite de l institutionnalisation

Plus en détail

Délibération n o 2008-24 du 22 octobre 2008 relative aux modalités d octroi des garanties accordées par la CGLLS NOR : MLVU0826705X

Délibération n o 2008-24 du 22 octobre 2008 relative aux modalités d octroi des garanties accordées par la CGLLS NOR : MLVU0826705X Logement-ville ET DE LA VILLE Caisse de garantie du logement locatif social Délibération n o 2008-24 du 22 octobre 2008 relative aux modalités d octroi des garanties accordées par la CGLLS NOR : MLVU0826705X

Plus en détail

DELTA-BANK Club des Utilisateurs. ATELIER Delta-Bank. Finance Islamique

DELTA-BANK Club des Utilisateurs. ATELIER Delta-Bank. Finance Islamique DELTA-BANK Club des Utilisateurs ATELIER Delta-Bank Finance Islamique Engagements Prêts Cautions Garanties Revolving Limites. Provisions. IAS/IFRS Architecture engagements Impayé Créances Recouvrement

Plus en détail

Séminaire International : Le financement de 17agriculture familiale dans un contexte de libéralisation : quelle contribution de la microfinance?

Séminaire International : Le financement de 17agriculture familiale dans un contexte de libéralisation : quelle contribution de la microfinance? ,- 1 Séminaire International : Le financement de 17agriculture familiale dans un contexte de libéralisation : quelle contribution de la microfinance? EXPERIENCE DU REFINANCEMENT DES CVECA DE NIONO Au MALI

Plus en détail

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Dans le cadre de son mécanisme permanent d octroi de liquidités, la Banque du Canada

Plus en détail

Éco-prêt à taux zéro (éco-ptz)

Éco-prêt à taux zéro (éco-ptz) Éco-prêt à taux zéro (éco-ptz) L éco-prêt à taux zéro en 14 points 1. Comment fonctionne un éco-prêt à taux zéro? L éco-prêt permet de financer les travaux d économie d énergie et les éventuels frais induits

Plus en détail

Lutter contre la pauvreté

Lutter contre la pauvreté Lutter contre la pauvreté autrement De prime abord, la microfinance peut se définir comme une contribution à la lutte contre la pauvreté, ayant pour particularité de cibler les personnes en situation de

Plus en détail

SYNTHESE EMPRUNT OBLIGATAIRE CRRH-UEMOA 6% 2013-2023

SYNTHESE EMPRUNT OBLIGATAIRE CRRH-UEMOA 6% 2013-2023 SYNTHESE EMPRUNT OBLIGATAIRE CRRH-UEMOA 6% 2013-2023 2013 I- Historique La CRRH-UEMOA est l un des fruits de la coopération engagée en 2005 par la Banque Centrale des Etats de l Afrique de l Ouest (BCEAO),

Plus en détail

Fonds de garantie. Objet : faciliter aux petites entreprises l accès au crédit d exploitation octroyés par les banques.

Fonds de garantie. Objet : faciliter aux petites entreprises l accès au crédit d exploitation octroyés par les banques. Fonds de garantie Fond Oxygen : Objet : faciliter aux petites entreprises l accès au crédit d exploitation octroyés par les banques. - PME existantes ayant au moins 6 mois d activité et des relations avec

Plus en détail

Prospectus Crédit à la consommation

Prospectus Crédit à la consommation Prospectus Crédit à la consommation Prêt à tempérament Credit Europe Crédit fixe (Direct) Credit Europe Crédit Confort (Indirect) Avec Credit Europe Bank, c est aussi simple que ça! Prospectus Crédits

Plus en détail

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME

RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME RELATION BANQUE ENTREPRISE - FINANCEMENT DE LA PME Par A. AIT-AIDER. Directeur Régional de la BNA. L Entreprise, la Banque : voilà deux acteurs centraux de l environnement économique dont le destin est

Plus en détail

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Dans le cadre de son mécanisme permanent d octroi de liquidités, la Banque du Canada

Plus en détail

Formation Repreneurs MODULE BANCAIRE

Formation Repreneurs MODULE BANCAIRE Formation Repreneurs MODULE BANCAIRE SOMMAIRE I. Un financement, pour quels besoins? II. Les apports III. Les aides financières IV. Les prêts professionnels V. Les garanties VI. Le crédit à court terme

Plus en détail

CSOEC Février 2013 Comité Création d Entreprise. Comment financer mon projet? Les conseils de l expert-comptable

CSOEC Février 2013 Comité Création d Entreprise. Comment financer mon projet? Les conseils de l expert-comptable CSOEC Février 2013 Comité Création d Entreprise Comment financer mon projet? Les conseils de l expert-comptable Les 10 étapes de la création d entreprise L idée 1. Définition de l idée 2. Analyse du projet

Plus en détail

Engagement couvrant les périodes suivantes : Sur Trésor ( CI ) Sur Dons Sur Emprunts

Engagement couvrant les périodes suivantes : Sur Trésor ( CI ) Sur Dons Sur Emprunts MINISTERE DE.. ------------- (DIRECTION OU SERVICE) DE. REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE --------- Union Discipline Travail Maître d œuvre :. MARCHE N SUR PRIX (UNITAIRES/ GLOBAL ET FORFAITAIRE) N DU MARCHE

Plus en détail

PRÊT AU LOGEMENT PRÊT JEUNE MÉNAGE PRÊT À L INSTALLATION

PRÊT AU LOGEMENT PRÊT JEUNE MÉNAGE PRÊT À L INSTALLATION NOTICE D INFORMATION Pour tout renseignement, contacter le Centre de la Relation Clients : Tél. 01 44 90 13 33 Fax 01 44 90 20 15 Formulaire de contact accessible sur notre site Internet www.crpcen.fr

Plus en détail

Développer un crédit plus responsable

Développer un crédit plus responsable Les principales mesures de la loi Lagarde: une synthèse Objectifs Objet Les mesures Développer un crédit plus responsable Les Cartes de crédit Encadrement de la publicité Mieux encadrer le crédit renouvelable

Plus en détail

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario

Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Manuel de l agent de crédit Banco Solidario Extraits sur la prévention du surendettement des clients texte original en espagnol La philosophie «Vivre la solidarité» peut s appliquer à toute notre vie.

Plus en détail

LES CREDITS IMMOBILIERS

LES CREDITS IMMOBILIERS LES CREDITS IMMOBILIERS Actualisée le : 21/05/ 2011 TYPOLOGIE DES PRETS Les prêts réglementés Prêt à taux Zéro (PTZ) Prêt à l accession sociale (PAS) Prêt conventionné (PC) Prêt Epargne Logement (PEL)

Plus en détail

Des envies d emménager plein la tête?

Des envies d emménager plein la tête? Solutions Acquisition MGEN Solutions Acquisition MGEN Pour en savoir plus contactez-nous au 36 76 Coût d un appel local depuis un poste fixe, hors coût opérateur, seulement pour la métropole. Consultez

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie

GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base. Introduction à la gestion de trésorerie GESTION DE TRÉSORERIE: GUIDE D AUTO-APPRENTISSAGE Cours de base Leçon 1: Introduction à la gestion de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez: être capable de comprendre

Plus en détail

Conseil de Surveillance du 23 février 2012

Conseil de Surveillance du 23 février 2012 PRETS TRAVAUX ARTICLES R. 313-19-1 III ET R. 313-20-1 III DU CCH ----------------------- de mise en œuvre En application de l article R. 313-12 du code de la construction et de l habitation, l UESL peut

Plus en détail

VILLE DE ROUEN CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 24 MARS 2006 DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL

VILLE DE ROUEN CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 24 MARS 2006 DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL VILLE DE ROUEN CONSEIL MUNICIPAL SEANCE DU 24 MARS 2006 DELIBERATION DU CONSEIL MUNICIPAL ------------------------------------------------------------------ GARANTIE D EMPRUNT S.A. D H.L.M. IMMOBILIERE

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-172 du 29 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Crédit Foncier et Communal d Alsace et de Lorraine Banque par la société Crédit Mutuel

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère des Finances et de la Planification du Développement Economique Secteur Financier Titre du Projet 1 : Mise en œuvre du plan d actions de la Stratégie du Développement du

Plus en détail

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Les principales mesures de la loi LAGARDE FICHE 2 Le point sur l entrée en vigueur des principales

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional AVRIL 2014 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france EVOLUTION DU DISPOSITIF D OCTROI DES PRETS SOCIAUX

Plus en détail

Conférence Régionale BEAC - FMI

Conférence Régionale BEAC - FMI Conférence Régionale BEAC - FMI Finance pour tous : Promouvoir l Inclusion Financière en Afrique Centrale Brazzaville, 23 mars 2015 1 Session 3 : Le rôle des Etablissements de Micro- Finance (EMF) et autres

Plus en détail

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 -

RĒGLEMENT DES PRÊTS - 1 - RĒGLEMENT DES PRÊTS Fondation Jean Moulin Service des Prêts Immeuble Oudinot Place Beauvau 75800 PARIS Cedex 08 Tél : 01.53.69.28.3.37 Fax : 01.53.69.28.68 mail : fjm-prets@interieur.gouv.fr site internet

Plus en détail

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL

LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL LE DISPOSITIF DE MICROCREDIT PERSONNEL 1. Définition et caractéristiques des prêts 1.1 Définition Le COSEF du 29 avril 2009 a élaboré une proposition de 10 principes pour la définition du microcrédit personnel

Plus en détail

Directive relative aux cautionnements

Directive relative aux cautionnements Département fédéral de l environnement, des transports, de l énergie et de la communication DETEC Office fédéral de l environnement OFEV Division Climat 01.09.2014 Directive relative aux cautionnements

Plus en détail

ÉTUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS AU MAROC / 2011 RAPPORT DE L ETUDE SOMMAIRE. I - Méthodologie de l étude... 2

ÉTUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS AU MAROC / 2011 RAPPORT DE L ETUDE SOMMAIRE. I - Méthodologie de l étude... 2 ÉTUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS AU MAROC / 2011 RAPPORT DE L ETUDE SOMMAIRE Page I - Méthodologie de l étude.... 2 II - Caractéristiques et attentes de la population du Microcrédit. 4 III - Thème

Plus en détail

RÉFORME DES AIDES D ÉTAT À LA CRÉATION / REPRISE D ENTREPRISE PAR LES DEMANDEURS D EMPLOI ET LES BÉNÉFICIAIRES DE MINIMA SOCIAUX

RÉFORME DES AIDES D ÉTAT À LA CRÉATION / REPRISE D ENTREPRISE PAR LES DEMANDEURS D EMPLOI ET LES BÉNÉFICIAIRES DE MINIMA SOCIAUX RÉFORME DES AIDES D ÉTAT À LA CRÉATION / REPRISE D ENTREPRISE PAR LES DEMANDEURS D EMPLOI ET LES BÉNÉFICIAIRES DE MINIMA SOCIAUX NOUVEL ACCOMPAGNEMENT POUR LA CRÉATION ET LA REPRISE D ENTREPRISE (NACRE)

Plus en détail

1 % logement : un service qui ne se dément pas

1 % logement : un service qui ne se dément pas 1 % logement : un service qui ne se dément pas Depuis la signature de la convention quinquennale du 3 août 1998, qui verra sa fin en 2003, le 1 % a bien changé. Claude COURTY [courty@cfecgc.fr] 48 Chargé

Plus en détail

Conditions des Prêts d études

Conditions des Prêts d études Conditions des Prêts d études (contrat de crédit général - n agrément SPF Economie, P.M.E., Classes Moyennes & Energie Régulation et Organisation du Marché, Crédit et Endettement : 130941) Interventions

Plus en détail

RAPPORT SUR L ÉTAT D AVANCEMENT DE L APPLICATION DES MESURES D ALLÈGEMENT DU CYCLE DE PROJET DU FEM

RAPPORT SUR L ÉTAT D AVANCEMENT DE L APPLICATION DES MESURES D ALLÈGEMENT DU CYCLE DE PROJET DU FEM Réunion du Conseil du FEM 5 7 novembre 2013 Washington GEF/C.45/04 9 octobre 2013 Point 9 de l ordre du jour RAPPORT SUR L ÉTAT D AVANCEMENT DE L APPLICATION DES MESURES D ALLÈGEMENT DU CYCLE DE PROJET

Plus en détail

REGLEMENT GENERAL D OCTROI DES GARANTIES COMMUNAUTAIRES D EMPRUNT

REGLEMENT GENERAL D OCTROI DES GARANTIES COMMUNAUTAIRES D EMPRUNT REGLEMENT GENERAL D OCTROI DES GARANTIES COMMUNAUTAIRES D EMPRUNT Cadre légal régissant l octroi des garanties d emprunts par les établissements publics de coopération intercommunale :... 2 Exposé des

Plus en détail

Règlement d Action Solidaire modifié par l Assemblée générale des 15 et 16 septembre 2014 Mis à jour au 1 er janvier 2015

Règlement d Action Solidaire modifié par l Assemblée générale des 15 et 16 septembre 2014 Mis à jour au 1 er janvier 2015 1 Conformément aux articles 5 des statuts et 11 du règlement intérieur, ce présent règlement précise les conditions de mise en œuvre de l action solidaire de la Mutuelle. Chapitre I CONDITIONS GENERALES

Plus en détail

BILAN 31/12/2010 31/12/2009 ETAT DES SOLDES DE GESTION COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES. TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE (en milliers MAD) 31/12/2010

BILAN 31/12/2010 31/12/2009 ETAT DES SOLDES DE GESTION COMPTE DE PRODUITS ET CHARGES. TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE (en milliers MAD) 31/12/2010 BILAN ENGAGEMENTS DONNES Engagements de financement donnés en faveur d'établissements de crédit et assimilés Engagements de financement donnés en faveur de la clientèle Engagements de garantie d'ordre

Plus en détail

Cotisations. Mémento des chirurgiens-dentistes

Cotisations. Mémento des chirurgiens-dentistes Mémento des chirurgiens-dentistes Début d activité p. 2 En cours d activité p. 5 Dispenses et réductions de cotisations [non rachetables] p. 10 Dispenses [rachetables] p. 11 Exonération de cotisations

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT GUIDE PRATIQUE des opérateurs privés Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD - Guide pratique GUIDE PRATIQUE DESTINE AUX OPERATEURS ECONOMIQUES PRIVES 1. PRESENTATION La Banque Ouest

Plus en détail

Prêt à Taux Variable Offert par la Banque Africaine de Developpement

Prêt à Taux Variable Offert par la Banque Africaine de Developpement Prêt à Taux Variable Offert par la Banque Africaine de Developpement 2 Prêt au Secteur Public avec la Garantie Souveraine Structure des taux d intèrêt 1 La Banque offre plusieurs mécanismes de fixation

Plus en détail

DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÈCAIRES

DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÈCAIRES DIRECTIVES POUR LES PRÊTS HYPOTHÈCAIRES à durée déterminée et taux d intérêt fixe Edition 2014 Pensionskasse Alcan Schweiz TABLE DES MATIERES Art. 1 Art. 2 Art. 3 Art. 4 Art. 5 Art. 6 Art. 7 Art. 8 Art.

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE

DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE Ministère auprès du Premier Ministre, Chargé de l Economie et des Finances République de Côte d Ivoire ---------------------------- Union - Discipline - Travail DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994

ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 ENQUÊTE SUR LES TAUX DES CRÉDITS AU LOGEMENT ANNÉE 1994 L année 1994 a été marquée par la poursuite de la baisse des taux d intérêt, mais à un rythme plus modéré et de manière moins continue qu en 1993

Plus en détail

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES :

FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : FINANCEMENT DU FONDS DE ROULEMENT DES ENTREPRISES AGRICOLES : EXPERIENCE DU RCPB Du 27 au 30 mars 2012 0 KAMPALA/OUGANDA PLAN 1- Contexte 2- Entreprises agricoles au Burkina 3- Besoins de financement des

Plus en détail

Bourses Scolaires - 2nd Conseil - Campagne 2015/2016

Bourses Scolaires - 2nd Conseil - Campagne 2015/2016 Bourses Scolaires - 2nd Conseil - Campagne 2015/2016 Date limite de dépôt du dossier au consulat : 18 septembre 2015 Cette rubrique présente les modalités de constitution et dépôt du dossier de bourse,

Plus en détail

INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES

INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES INSTRUCTION N 009 AUX COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET AUX INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE RELATIVE A LA TRANSMISSION DES SITUATIONS PERIODIQUES La Banque Centrale du Congo, Vu la Loi n 005/2002 du

Plus en détail

DEMANDE DE PRÊT AU LOGEMENT

DEMANDE DE PRÊT AU LOGEMENT Ministère de la Défense SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POUR L ADMINISTRATION DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES DU MINISTERE DE LA DEFENSE Service de l'accompagnement professionnel et des pensions Sous-Direction de

Plus en détail

Politique de gestion de la dette

Politique de gestion de la dette SERVICE DES FINANCES Division du budget et de la planification financière Date d approbation : N o de résolution : 2011-12-06 CA-2011-0482 Date de modification : N o de résolution : Date d abrogation :

Plus en détail

TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION ORDONNANCE. NOR : ETLX1327951R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE

TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION ORDONNANCE. NOR : ETLX1327951R/Bleue-1 ------ RAPPORT AU PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l égalité des territoires et du logement TEXTE SOUMIS A LA DELIBERATION DU CONSEIL DES MINISTRES ORDONNANCE relative au taux de garantie que les collectivités territoriales

Plus en détail

CONTRIBUTION DE LA COMMISSION «DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE» DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL RÉGIONAL DE LA RÉUNION

CONTRIBUTION DE LA COMMISSION «DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE» DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL RÉGIONAL DE LA RÉUNION CONTRIBUTION DE LA COMMISSION «DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUE» DU CONSEIL ÉCONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL RÉGIONAL DE LA RÉUNION DANS LE CADRE DE L INSTANCE DE CONCERTATION SUR LES RÉGIMES DE DÉFISCALISATION

Plus en détail

PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS CONVENTION D INVESTISSEMENT. entre

PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS CONVENTION D INVESTISSEMENT. entre PROGRAMME DES IMMIGRANTS INVESTISSEURS CONVENTION D INVESTISSEMENT entre Monsieur/Madame NOM NOM À LA NAISSANCE PRÉNOM DATE DE NAISSANCE ADRESSE PERMANENTE ADRESSE DE CORRESPONDANCE NUMÉRO DE TÉLÉPHONE

Plus en détail

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012

La Banque Postale, nouvel acteur du financement local. Avril 2012 La Banque Postale, nouvel acteur du financement local Avril 2012 Sommaire 1. La Banque Postale, une banque pas comme les autres 2. au service des territoires 3. Le financement, une nouvelle étape au service

Plus en détail

ECO PRET A TAUX ZERO. Mode d emploi de l éco-prêt à taux zéro mis en place par la loi de finances 2009 en application du Grenelle de l environnement

ECO PRET A TAUX ZERO. Mode d emploi de l éco-prêt à taux zéro mis en place par la loi de finances 2009 en application du Grenelle de l environnement 6 rue Georges Cuvier BP 1 67610 LA WANTZENAU Tél. : 03 88 10 37 07 Fax : 03 88 10 37 00 Date :MAI 2009 Secrétaire Général : Vanessa DIAS Destinataires : Stés section METALLERIE (convention Bâtiment) Méca

Plus en détail

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension.

Arrérages : Sommes d argent versées périodiquement à une personne au titre d une rente ou d une pension. GLOSSAIRE DES PRINCIPAUX TERMES UTILISÉS 1 EN MATIÈRE DE PRODUITS FINANCIERS Action : Titre représentant une part du capital d une société (cotée ou non cotée en Bourse). Il s agit d un titre de propriété

Plus en détail

Objet Prêt à l'amélioration de l'habitat pour les assistants maternels

Objet Prêt à l'amélioration de l'habitat pour les assistants maternels Caisse nationale des allocations familiales Paris, le 16/06/2010 LC - n 2010-110 Emetteur (s) Direction des politiques familiale et sociale Pôle petite enfance Natalie AUVARD Tél. : 01.45.65.53.26 DLV2S/Pôle

Plus en détail

Comparer des offres de prêts

Comparer des offres de prêts Comparer des offres de prêts Prêts immobiliers : les critères de choix Nom de l établissement contact et n de téléphone Montant du prêt proposé Type de prêt taux fixe ou variable S agit-il d un prêt modulable?

Plus en détail

Les Entrepreneuriales. Financer un projet de création d entreprise et bâtir une cohérence financière du projet

Les Entrepreneuriales. Financer un projet de création d entreprise et bâtir une cohérence financière du projet Les Entrepreneuriales Financer un projet de création d entreprise et bâtir une cohérence financière du projet SOMMAIRE Introduction L image du banquier, le rôle de la banque? Les différents moyens de financement

Plus en détail

Le prêt social location-accession (psla)

Le prêt social location-accession (psla) Le prêt social location-accession (psla) 1- Les agréments Les agréments délivrés (toutes familles confondues) 800 700 600 500 400 300 200 100 0 mai juin juillet août septembre octobre novembre décembre

Plus en détail

PRÊT SINISTRE IMMOBILIER

PRÊT SINISTRE IMMOBILIER PRÊT SINISTRE IMMOBILIER 1 - OBJET Le prêt sinistre immobilier est destiné à couvrir des dépenses liées au logement occasionnées par des situations de catastrophe ou de sinistre majeur (tel qu incendie,

Plus en détail

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie

Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE / AFFAIRES SOCIALES & FORMATION PROFESSIONNELLE / FISCAL Date : 24/04/2009 N Juridique : 21.09 N Affaires sociales : 22.09 N Fiscal : 15.09

Plus en détail

NV CENTRALE KREDIETVERLENING Société anonyme fondée en 1956 Reconnue par le SPF Economie n 00539 Banque d épargne

NV CENTRALE KREDIETVERLENING Société anonyme fondée en 1956 Reconnue par le SPF Economie n 00539 Banque d épargne NV CENTRALE KREDIETVERLENING Société anonyme fondée en 1956 Reconnue par le SPF Economie n 00539 Banque d épargne Siège social: Mannebeekstraat 33 8790 Waregem Tél. 056/62.92.81 Fax 056/61.10.79 E mail

Plus en détail

COMPTABILITE BANCAIRE Conforme au système comptable des entreprises (1997) 2 e année licence fondamentale en Gestion

COMPTABILITE BANCAIRE Conforme au système comptable des entreprises (1997) 2 e année licence fondamentale en Gestion 1 UNIVERSITE DE TUNIS Ecole Supérieure des Sciences Economiques et Commerciales de Tunis ESSEC Cours de COMPTABILITE BANCAIRE Conforme au système comptable des entreprises (1997) 2 e année licence fondamentale

Plus en détail

Evaluation des performances sociales

Evaluation des performances sociales Evaluation des performances sociales Evaluation SPI 3.0/CERISE de la MECREF (Mai 2009) Historique de l institution La Mutuelle d Epargne et de Crédit des Femmes (MECREF) a été créée en 1996 à l initiative

Plus en détail

Plan de soutien à l élevage Mise en œuvre des mesures d urgence 22/09/2015

Plan de soutien à l élevage Mise en œuvre des mesures d urgence 22/09/2015 Plan de soutien à l élevage Mise en œuvre des mesures d urgence 22/09/2015 1 Mesures d urgence du PSE Annonces du 22 juillet : 1. Prix : mobilisation de chaque filière sur le respect des engagements 2.

Plus en détail

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE URBAINE AU FINANCEMENT. LE CAS DE BOBO-DIOULASSO

RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE URBAINE AU FINANCEMENT. LE CAS DE BOBO-DIOULASSO RAPPORT SUR LE PLAIDOYER POUR UN MEILLEUR ACCÈS DE L AGRICULTURE URBAINE AU FINANCEMENT. LE CAS DE BOBO-DIOULASSO Juillet 2011 1 SIGLES ET ABBREVIATIONS APIPAC BRS FCFA IAGU-BAU PMA PROFAUP RUAF URCPO

Plus en détail

CIRCULAIRE DPEI/SPM/SDCPV/C2003-4049 Date : 30 SEPTEMBRE 2003

CIRCULAIRE DPEI/SPM/SDCPV/C2003-4049 Date : 30 SEPTEMBRE 2003 MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ALIMENTATION, DE LA PECHE ET DES AFFAIRES RURALES Direction des Politiques Economique et internationale Sous-direction des Cultures et des Produits végétaux Bureau des

Plus en détail

Les prêts immobiliers

Les prêts immobiliers Les prêts immobiliers Prêt amortissable : il y a un remboursement planifié du capital selon un calendrier déterminé. L'amortissement du crédit immobilier est étalé dans le temps (crédit amortissable classique).

Plus en détail

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Ajustements de la planification de trésorerie

Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage. Ajustements de la planification de trésorerie Gestion de trésorerie: guide d auto-apprentissage Cours complémentaire Leçon 5: Ajustements de la planification de trésorerie Objectifs d apprentissage À la fin de cette leçon, vous devriez savoir: expliquer

Plus en détail

La structuration des financements à l'épreuve des nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation

La structuration des financements à l'épreuve des nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation La structuration des financements à l'épreuve des nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation Jones Day Paris, le 10 février 2011 SOMMAIRE Introduction générale I. Rappel des règles de sous-capitalisation

Plus en détail

AUTO-ENTREPRENEUR ET PORTAGE SALARIAL L AUTO-ENTREPRENEUR

AUTO-ENTREPRENEUR ET PORTAGE SALARIAL L AUTO-ENTREPRENEUR AUTO-ENTREPRENEUR ET PORTAGE SALARIAL L AUTO-ENTREPRENEUR 1 LE REGIME C est un nouveau régime plus simplifié pour exercer une activité indépendante Ce n est pas un nouveau statut juridique car un auto-entrepreneur

Plus en détail

DEPARTEMENT DES INSTITUTIONS ET DES RELATIONS EXTERIEURES

DEPARTEMENT DES INSTITUTIONS ET DES RELATIONS EXTERIEURES DEPARTEMENT DES INSTITUTIONS ET DES RELATIONS EXTERIEURES Service des communes et des relations institutionnelles Autorité cantonale de surveillance des finances communales (ASFICO) RECOMMANDATIONS EN

Plus en détail

PROSPECTUS CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE N

PROSPECTUS CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE N PROSPECTUS CRÉDIT HYPOTHÉCAIRE N 11 En vigueur à partir du 10/02/ 2014. Ce prospectus est relatif aux ouvertures de crédit hypothécaire octroyées par la succursale belge de Triodos Bank NV (ci-après dénommée

Plus en détail

Manuel des Politiques du Programme de Garanties Partielles du Risque de Crédit (post-séisme)

Manuel des Politiques du Programme de Garanties Partielles du Risque de Crédit (post-séisme) 1 Manuel des Politiques du Programme de Garanties Partielles du Risque de Crédit (post-séisme) Novembre 2010 2 Table des matières Introduction... 3 Politique générale de garantie de crédit... 5 Les grandes

Plus en détail

Les Associations de Cautionnement Mutuel en Guinée. Expérience du PASAL avec les institutions de micro finance

Les Associations de Cautionnement Mutuel en Guinée. Expérience du PASAL avec les institutions de micro finance Le financement de l agriculture familiale dans le contexte de libéralisation : quelle contribution de la microfinance?/ Séminaire de Dakar, 21-24 janvier 2002 / Contribution MINISTERE DE L AGRICULTURE

Plus en détail