4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "4.9 Calcul de la maçonnerie portante soumise à une charge verticale"

Transcription

1 La radioacivié évenuellemen émise dans les consrucions es due, principalemen, à la présence de Radium (Ra 226) e/ou Thorium (Th 232) dans le sous-sol e dans les maériaux uilisés. Parmi ceux-ci, le béon cellulaire es un de ceux qui en coniennen le moins, comme en aese le ableau ci-dessous. Emissions radioacives moyennes de différens maériaux de consrucion (pci/g) [19] La rès faible radioacivié du béon cellulaire provien du fai qu il es principalemen composé de sable pur es rès faible (en moyenne 3 fois moindre que celle de l argile uilisé pour fabriquer les briques) e qu il en fau relaivemen peu pour obenir 1m 3 de produi fini (à nouveau 3 fois moins que pour la plupar des aures maériaux poreurs de gros œuvre Cycle de vie Ra 226 Th 232 Brique en erre cuie 2,5 2,3 Béon 0,8 1 Plâre 19 0,7 Silico-calcaire 0,7 0,7 Béon cellulaire* 0,3 0,3 *Mesures effecuées au laboraoire des sciences naurelles de l Universié de Gand. Un développemen durable es un développemen qui répond aux besoins d aujourd hui sans compromere la saisfacion des besoins des généraions suivanes. La consrucion durable comprend plusieurs axes : - l efficacié énergéique des bâimens, qui es déerminée e.a. par l isolaion hermique du bâimen - uilisaion de maériaux à faible impac environnemenal, donc des maériaux qui préserven la naure e l êre humain duran ous leurs cycles de vie. - diminuion des déches de consrucion e de démoliion La poliique évolue aujourd hui vers le concep du développemen durable, vers une responsabilisaion pour oues les phases du cycle de vie d un produi. Un nouveau concep a éé défini : l engineering du cycle de vie. Ce engineering va concilier les impéraives environnemenaux e les impéraives économiques, e va donc prendre en compe ous les cycles de vie des maériaux. Cela signifie moins de maières premières, d énergie, de déches, d emballages e plus de recyclage, avec pour objecif de diminuer les coûs de producion e d obenir un meilleur bilan écologique. L engineering des produis suppose égalemen la créaion de produis ergonomiques, avec plus de confors pour les uilisaeurs.le béon cellulaire répond parfaiemen aux exigences d aujourd hui, perme de consruire durablemen e monre un cycle de vie opimal. 4.9 Calcul de la maçonnerie porane soumise à une charge vericale Selon NBN B (mars 1980) Les calculs son effecués selon la méhode des conraines admissibles. La résisance de la maçonnerie se calcule sur la base des essais réalisés sur des maériaux ou sur des élémens de consrucion f k par essais sur des maériaux de consrucion Les blocs de béon cellulaire son agréés BENOR. a) Résisance caracérisique à la compression : f bk Cee valeur es calculée sur la base de la valeur moyenne f bm obenue lors d une série d essais de compression effecués sur des blocs individuels conformémen à NBN B b) Résisance caracérisique à la compression corrigée : (f bk ) corr Il s agi d une valeur corrigée uilisée afin de enir compe du forma des différens blocs. L échanillon sandard es un cube de 200 mm de côé. Cee valeur es le résula de la division de f bk par un faceur de forme c. (f bk ) corr = f bk c Le faceur de forme pour des blocs en béon cellulaire es environ égal à 1. Dimensions (mm) Faceur de forme c 600 x 250 x 150 1, x 250 x 200 1, x 250 x 240 1, x 250 x 300 1,0991 c) Caégories de morier Les différenes caégories de morier son déerminées sur base de leur résisance moyenne mesurée selon NBN B Il exise 5 classes différenes de morier : M1 à M5. Le morier colle pour le béon cellulaire apparien à la classe M2 e affiche une résisance à la compression de 12 N/mm 2. 33

2 4. CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES ET MÉCANIQUES Selon NBN EN , Eurocode 6 avec DAN (juin 1998) La norme belge NBN B sera progressivemen remplacée par la norme européenne. Depuis 1998, il exise un DAN (documen d applicaion naional) sur EN (Design of masonry srucures. General rules for buildings. Rules for reinforced and unreinforced masonry (1995)). L EN es valable 3 ans, avec une prolongaion évenuelle de 2 ans à parir de sa publicaion. Pendan ce emps, les éas membres uilisen la norme elle qu elle, ou doiven inroduire des proposiions visan à modifier ceraines disposiions. Ces modificaions son reprises pour chaque pays dans le DAN. En Belgique, le DAN es élaboré e publié par l IBN. Pour l insan, deux normes son donc en vigueur en Belgique : - la NBN B 24, raifiée par un A.R. - le DAN relaif à la NBN EN d) Résisance caracérisique à la compression de la maçonnerie : f k Sur la base de la résisance caracérisique corrigée à la compression (f bk ) corr e du ype de morier, il es possible de déerminer la valeur f k au moyen du ableau 5 de la norme NBN B Il es supposé en praique que la résisance de la maçonnerie réalisée en blocs de béon cellulaire e morier colle n es pas réduie par la liaison des blocs au moyen du morier colle. En effe, le morier uilisé affiche une résisance à la compression 3 à 4 fois supérieure à celle des blocs. On adme donc que f k = (f bk ) corr f k par essais sur mures Il es égalemen possible de déerminer f k direcemen par des essais sur mures. Après avoir dédui la valeur f k, le calcul propremen di peu êre enrepris. La résisance à la compression admissible f adm es une fracion de f k e peu êre calculée en divisan f k par un coefficien de sécurié de 4,5. Cee résisance à la compression admissible es mulipliée par un coefficien de minoraion afin de enir compe de l élancemen du mur e de l excenricié de la charge appliquée, ce qui mène aux conraines admissibles dans le mur. Dans la praique, il es souhaiable d encourager l applicaion du DAN pour EC 6 car, dans un fuur proche, celui-ci remplacera la norme NBN Le DAN relaif à la NBN EN es explicié ci-après, avec des exemples de calcul pour le béon cellulaire. Nous nous aarderons aux murs poreurs non armés soumis à des charges vericales. Dans la praique, il es conseillé de placer des armaures dans les joins de maçonnerie, ce qui augmene les résisances en racion, flexion e compression de la maçonnerie. Les déails de calcul de la maçonnerie armée ne son pas expliciés ici, mais son repris dans l Eurocode 6. Le calcul es effecué selon la méhode de l éa limie exrême. La résisance de la maçonnerie se calcule sur base des essais réalisés sur des maériaux ou sur des élémens de consrucion. Les calculs effecués sur base d essais réalisés sur maériaux éan plus courans, nous allons éudier ce cas-ci Résisance à la compression normalisée des blocs de maçonnerie : f b La résisance moyenne es obenue sur des cubes séchés à l air de 100 mm de haueur e de côé. Il convien de vérifier encore si: la conraine produie f adm 34

3 En Belgique, la résisance à la compression es, en général, donnée comme une valeur caracérisique f bk déduie de la valeur moyenne f bm qui résule d une série d essais de compression sur des blocs conformémen à EN Afin de parvenir à la résisance moyenne équivalene f bm, eq définie dans EC 6, le DAN propose de muliplier la valeur caracérisique par un faceur de 1,2. f bm, eq = 1,2 f bk La résisance moyenne équivalene es ensuie converie en résisance normaive par conversion à la condiion à l air sec, si ce n es pas encore le cas, e par la muliplicaion par un faceur de forme On a ainsi : f b = f bm, eq Le faceur de forme es déerminé suivan le ableau ci-dessous : Haueur [mm] Dimensions horizonales [mm] ,85 0,75 0, ,95 0,85 0,75 0,70 0, ,15 1,00 0,90 0,80 0, ,30 1,20 1,10 1,00 0, ,45 1,35 1,25 1,15 1, ,55 1,45 1,35 1,25 1, Caégories de morier: f m Les différenes caégories de morier son réparies sur la base de leur résisance moyenne mesurée conformémen à EN Il exise 5 classes différenes de morier. Conrairemen à la NBN B , le chiffre siué après le M renseigne la résisance moyenne à la compression du morier. Le ableau ci-dessous compare l ancienne classificaion NBN B e la nouvelle classificaion selon EC 6. Caégorie de Résisance Caégorie de morier selon moyenne morier selon NBN EN [N/mm 2 ] NBN B M20 20 M1 M12 12 M2 M8 8 M3 M5 5 M4 M2,5 2,5 M5 Le morier colle pour béon cellulaire apparien dans le cas présen à la classe M12 e affiche donc une résisance moyenne à la compression après 28 jours f m = 12 N/mm Résisance caracérisique à la compression f k de la maçonnerie non armée Sur base de la résisance en compression normalisée des blocs de maçonnerie f b e de la résisance du morier f m, il es possible de calculer la résisance caracérisique de la maçonnerie f k au moyen des formules suivanes : a) Pour la maçonnerie de ou ype réalisée avec du morier normal, on a : f k = K f b 0,65 f m 0,25 [N/mm 2 ] avec K compris enre 0,40 e 0,60 en foncion du ype de maçonnerie. Les 4 groupes de maçonnerie son déerminés selon l aricle de l EC 6 (voir ableau ci-dessous) Répariion Maçonnerie en Maçonnerie en des groupes briques de blocs de béon erre cuie e blocs silico-calcaires Groupe 1 moins de 25% moins de 25% d espaces creux d espaces creux Groupe 2a 25-45% 25-50% d espaces creux d espaces creux Groupe 2b 45-55% 50-60% d espaces creux d espaces creux Groupe 3 jusqu à 70% jusqu à 70% d espaces creux d espaces creux Si la largeur du mur es égale à l épaisseur des blocs : - pour la maçonnerie du groupe 1 : K = 0,60 - pour la maçonnerie du groupe 2a : K = 0,55 - pour la maçonnerie du groupe 2b : K = 0,50 - pour la maçonnerie du groupe 3 : K = 0,40 b) Pour les maçonneries du groupe 1 placées avec du morier colle (joins minces de 1 à 3 mm d épaisseur), comme c es le cas pour le béon cellulaire, f k es déerminé comme sui : f k = 0,80 f b 0,85 [N/mm 2 ] 35

4 4. CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES ET MÉCANIQUES Valeur de f k pour différens ypes de maçonnerie La valeur f k pour un mur en béon cellulaire de ype C3/450 e de 200 mm d épaisseur se calcule de la manière suivane (dimension des blocs : 600 x 250 x 200 mm) : f bk = 3 N/mm 2 (voir 4.2.) f bm, eq = 1,2 f bk = 3,6 N/mm 2 f b = f bm, eq = 1,00 f bm, eq = 3,6 N/mm 2 f k = 0,80 f b 0,85 = 2,38 N/mm 2 Cee valeur de f k = 2,38 N/mm 2 calculée selon EC 6 peu êre comparée à la valeur f k = 1,90 N/mm 2 calculée selon NBN B On remarque une augmenaion de la résisance de plus de 25% par rappor à l ancienne norme belge. Cee augmenaion de résisance provien des dernières recherches qui on démonré les excellenes performances des maçonneries à join mince. Le ableau récapiulaif ci-dessous reprend les valeurs de f k pour le béon cellulaire calculées selon EC 6 e pour différenes densiés de blocs. Valeur de f k (N/mm 2 ) selon NBN EN pour le béon cellulaire Dimension des blocs : L = 600 mm, H = 250 mm Epaisseur (mm) Classe f de résisance en compression (+ ype) f2 (C2/400) f3 (C3/450) f4 (C4/550) f5 (C5/650) 150 1,68 2,38 3,03 3, ,68 2,38 3,03 3, ,68 2,38 3,03 3, ,68 2,38 3,03 3, ,68 2,38 3,03 3, ,68 2,38 3,03 3,67 A ire d exemple, nous avons comparé les valeurs de f k pour des maériaux de maçonnerie de même f bk placés au morier, ou au morier colle (pour le béon cellulaire) 1) Blocs de béon cellulaire, épaisseur 200 mm, densié C4/550, placés au morier colle de classe M12 f k = 3,03 N/mm 2 d espace creux) placés au morier de classe M12 (f bk = 4 N/mm 2, forma des blocs : L = 290, H = 140, ép. = 190 mm, soi = 1) f b = 1,2 f bk = 4,8 N/mm 2 f k = K f b 0,65 f m 0,25 avec K = 0,50 e f m = 12 N/mm 2 f k = 2,58 N/mm 2 d espace creux) placés au morier de classe M12 (f bk = 4 N/mm 2, forma des blocs : L = 290, H = 140, ép. = 190 mm, soi = 1) f b = 1,2 f bk = 4,8 N/mm 2 f k = K f b 0,65 f m 0,25 avec K = 0,40 e f m = 12 N/mm 2 f k = 2,06 N/mm 2 d espace creux) placés au morier de classe M5 (f bk = 4 N/mm 2, forma des blocs : L = 290, H = 140, ép. = 190 mm, soi = 1) f b = 1,2 f bk = 4,8 N/mm 2 f k = K f b 0,65 f m 0,25 avec K = 0,40 e f m = 5 N/mm 2 f k = 1,66 N/mm 2 Ces valeurs son reprises dans le graphique ci-dessous : La résisance imporane des murs en béon cellulaire provien du fai que les joins son collés au morier colle (joins minces) e que les blocs son pleins (pas de vide à l inérieur) Valeurs de f k [N/mm 2 ] pour f bk = 4 N/mm 2 selon le ype de pose (morier ou morier colle) Béon cellulaire, Maçonnerie Maçonnerie Maçonnerie morier colle groupe 1, groupe 3, groupe 3, M12 (joins minces) morier M12 morier M12 morier M5 36

5 On remarque clairemen sur le graphique la plus grande résisance des murs posés au morier colle. On remarque égalemen l influence de la résisance en compression du morier, ainsi que l influence du pourcenage d espaces creux dans les blocs (groupe 1 e 3) Calcul de la résisance du mur selon NBN EN avec DAN Pour le calcul de la résisance du mur, on va inroduire un faceur de réducion qui ien compe de l élancemen e de l excenricié. Cee méhode de calcul sui le même principe que la NBN B , mais les formules pour obenir diffèren. Les résulas obenus son for semblables à la NBN Elancemen du mur On défini h = haueur du mur L = disance enre murs vericaux = épaisseur du mur On défini l élancemen S du mur : avec On a : h ef S = < 27 ef h ef = haueur effecive du mur ef = épaisseur effecive du mur 1) h ef = n h avec n = 2, 3 ou 4 en foncion de la façon don le mur es souenu. 2) dans nore cas, ef = car l épaisseur des blocs es égale à l épaisseur du mur (voir EC 6) a. Mur souenu uniquemen en bas e en hau (e pas sur les côés vericaux) Le faceur de réducion n = 2 où 2 = 0,75 lorsque le mur es encasré dans le sol 2 = 1 dans les aures cas b. Mur souenu des deux côés horizonaux e d un seul coé verical Le faceur de réducion n = 3 avec pour h 3,5 L pour h > 3,5 L 2 3 = > 0,3 2 h [ 3 L ] 3 = 4 = 4 = M i e i = + e hi + e a 0,05 N i 1,5 L c. Mur souenu des deux côés horizonaux e de deux côés vericaux Le faceur de réducion n = 4 avec pour h L pour h > L h 2 2 h 1 + [ L ] 0,5 L Excenricié des charges On calcule l excenricié e i en bas e en hau du mur, ainsi que l excenricié e mk à mi-haueur du mur : M m e mk = + e hm + e a + e k 0,05 N m où M i = le momen de flexion en hau e en bas du mur dû à l excenricié de la charge vericale N i = la charge vericale dans la secion considérée e hi = l excenricié par les charges horizonales (le ven par exemple) e a = l excenricié accidenelle = h ef /450 M m = le momen de flexion au milieu du mur dû à l excenricié de la charge vericale h 2 37

6 4. CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES ET MÉCANIQUES N m = la charge vericale dans la secion considérée e hm = l excenricié par les charges horizonales (le ven par exemple) e k = l excenricié suie au fluage Conrôle de la résisance du mur (maçonnerie non armée) a. Conrôle de la secion en hau e en bas du mur La valeur pondérée des charges en éa limie exrême N sd doi êre inférieure à : N Sd < i f k avec i = 1-2 e i Les valeurs de son données dans le ableau ci-dessous b. Conrôle de la secion à mi-haueur La valeur pondérée des charges en éa limie exrême N sd doi êre inférieure à : 1 0,9 0,8 0,7 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0 e mk / N Sd < = 0,05 = 0,1 = 0,15 = 0,2 = 0,25 = 0,3 = 0,33 f k avec donné dans le ableau ci-dessous en foncion de l élancemen e de l excenricié. [21] h ef / ef La caégorie de conrôle 1 correspond à un maériau don un conrôle permanen es effecué avec une inerpréaion saisique (procédure BENOR ou équivalene). Si aucun conrôle permanen n es effecué, on prend la caégorie 2. Les fabricans de béon cellulaire belge possèden le label BENOR e enren donc dans le caégorie 1. Caégories d exécuion A B C Classe d exécuion A B C Exigences minimales expérimené de l enreprise personnel indépendan de l enreprise expérimené de l enreprise Coefficiens de sécurié sur les charges f f Défavorable Favorable Charges permanenes g 1,35 0,90 Charges variables q 1,

7 Exemples de calcul selon NBN EN avec DAN Exemple 1 Calcul de la résisance d un mur exérieur en blocs de béon cellulaire avec brique de paremen (mur en béon cellulaire 200 mm + vide + brique de paremen). Données: L = 5,00 m, h = 2,80 m, Blocs de densié C4/550, épaisseur 200 mm Excenricié due à la poussée du ven: 5mm Excenricié des charges de plancher (hourdis): 20 mm Sécurié sur la maçonnerie: = 2,2 Le mur es souenu des quare côés exrêmes Calcul: a) f bk = 4 N/mm 2, donc f k = 3,03 N /mm 2 (voir ) b) Elancemen: 2 4 = = 0,76 avec 2 = 1 2 h [ L ] donc h ef = 0,76 h = 2,13 m 2,13 S = = 10,66 < 27 0,2 c) Excenricié : e a = excenricié accidenelle = h ef / 450 = 5 mm e = e a + e ven + e pl = 30 mm = e i = e mk d) Conrôle du mur : e i i = 1-2 = 0,70 e mk = 0,62 pour = 0,15 La valeur de calcul de la résisance du mur dans l éa limie exrême N Rd sera alors: Exemple 2 Nous allons comparer l exemple 1 avec un mur semblable consrui en blocs ype snelbouw. Le mur a la composiion suivane : blocs ype snelbouw épaisseur 140 mm + isolan 60 mm + vide + brique de paremen Données : L = 5,00 m, h = 2,80 m f bk = 12 N/mm 2, morier de classe M8, groupe 2b Forma des blocs : H = 140, L = 190 mm Excenricié due à la poussée du ven : 5mm Excenricié des charges de plancher (hourdis) : 20 mm Sécurié sur la maçonnerie : = 2,2 Le mur es souenu des quare côés exrêmes Calcul : a) f bk = 12 N/mm 2 f bm, eq = 1,2 f bk = 14,4 N/mm 2 f b = f bm, eq = 1,10 f bm, eq = 15,84 N/mm 2 f k = 0,50 f b 0,65 f m 0,25 = 5,06 N/mm 2 b) Elancemen : 2 4 = = 0,76 avec 2 = 1 2 h [ L ] donc h ef = 0,76. h = 2,13 m 2,13 S = = 15,2 < 27 0,14 c) Excenricié : e a = excenricié foruie = h ef / 450 = 5 mm e = e a + e ven + e pl = 30 mm = e i = e mk d) Conrôle du mur : e i i = 1-2 = 0,58 N Rd = f k = 171,1 kn/m = 0,39 pour e mk = 0,21 La valeur de calcul de la résisance du mur dans l éa limie exrême N Rd devien alors : N Rd = f k = 126,9 kn/m 39

8 4. CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES ET MÉCANIQUES Exemple 3 Nous allons comparer l exemple 1 e 2 avec un mur semblable consrui en blocs de béon. Le mur a alors la composiion suivane : blocs de béon épaisseur 140 mm + isolan 60 mm + vide + brique de paremen Données : L = 5,00 m, h = 2,80 m f bk = 8 N/mm 2, morier de classe M8, groupe 3 Forma des blocs : H = 190, L = 290 mm Excenricié due à la poussée du ven : 5mm Excenricié des charges de plancher (hourdis) : 20 mm Sécurié sur la maçonnerie : = 2,2 Le mur es souenu des quare côés exrêmes Calcul : a) f bk = 8 N/mm 2 f bm eq = 1,2 f bk = 9,6 N/mm 2 f b =. f bm, eq = 1,25 f bm, eq = 12 N/mm 2 0,65 0,25 f k = 0,40. f b. f m = 3,38 N/mm 2 b) Elancemen : 4 = 0,76 donc h ef = 0,76 h = 2,13 m 2,13 S = = 15,2 < 27 0,14 c) Excenricié : e a = excenricié accidenelle = h ef / 450 = 5 mm e = e a + e ven + e pl = 30 mm = e i = emk d) Conrôle du mur : e i i = 1-2 = 0,58 = 0,39 pour e mk = 0,21 La valeur de calcul de la résisance du mur dans l éa limie exrême N Rd devien alors : N Rd = f k = 84,4 kn/m 40

9 Les résulas des 3 exemples son repris dans le graphique ci-dessous. Ces rois exemples se basen sur un ype de bloc bien précis, qui corresponden aux blocs le plus courammen uilisés. La plupar des blocs de consrucion peuven avoir des caracérisiques qui varien, an en dimensions qu en résisance en compression. Résisance d un mur à l éa limie exrême N Rd (kn/m) selon EC 6 pour un mur ype exérieur avec brique de paremen Les résulas monren clairemen la plus grande résisance des murs en béon cellulaire, par rappor à d aures sysèmes radiionnels qui présenen une résisance en compression f bk supérieure. Cee résisance en compression supérieure du mur provien de 3 faceurs combinés : - Les murs en béon cellulaire son posés au morier colle. - Les blocs de béon cellulaire son pleins, à l inverse des aures sysèmes radiionnels qui on des pourcenages variables d espaces creux. - En béon cellulaire, on ravaille sans isolan, avec des épaisseurs de mur légèremen supérieures (200 mm à la place de 140 mm ou 300mm à la place de 190 mm). Ceci perme de reprendre des effors supérieurs Béon cellulaire C4/550 ép. 200 mm f bk = 4 N/mm 2 morier-colle M12 Blocs ype snelbouw ép. 140 mm f bk = 12 N/mm 2 morier M8 Blocs béon ép. 140 mm f bk = 8 N/mm 2 morier M12 La résisance en compression des blocs de béon cellulaire es suffisane pour reprendre des charges de plusieurs éages. On peu uiliser ceux-ci sans craines en an que blocs poreurs pour des immeubles à apparemens ou de bureaux sur plusieurs niveaux. 41

10 4. CARACTÉRISTIQUES PHYSIQUES ET MÉCANIQUES Exemple 4 : Immeuble à apparemens de 5 niveaux (rez + 4) Voir schéma Données: Murs exérieurs en béon cellulaire de 300 mm d épaisseur + crépi. Murs inérieurs poreurs en blocs de béon cellulaire de 200 mm d épaisseur. Murs inérieurs non poreurs en blocs de béon cellulaire de 100 mm d épaisseur. Hourdis en béon armé (L = 5,5 m) Toiure inclinée (charpene en bois) Calculs a) Charges pondérées : - Hourdis + chape + finiion : 4,5 KN/m 2 1,35 = 6 kn/m 2 - Charge variable sur hourdis : 2,5 KN/m 2 1,5 = 3,75 kn/m 2 - Charge pondérée oale hourdis : 6 + 3,75 = 9,75 kn/m 2 - Toiure : 1,5 1,35 + 1,0 1,5 = 3,52 kn/m REZ Béon cellulaire On va donc uiliser une densié C5/650 pour le rez. b) Résisance des murs N Rd (éa limie exrême) : - Mur de 300 mm en densié C3/450 (f k = 2,38 N/mm 2 ) On obien pour L= 10 m, h = 2,60 m, mur souenu des 4 côés, excenricié des charges de 20 mm, = 2,2 : N Rd = 257,2 kn/m - Mur de 200 mm en densié C4/550 (f k = 3,03 N/mm 2 ) On obien pour L= 4 m; h = 2,60 m ; mur souenu des 4 côés; excenricié = 0,05. ; = 2,2 : N Rd = 234,2 kn/m - Pour le même mur (200 mm) en densié C5/650 (f k = 3,67 N/mm 2 ), on obien : N Rd = 283,7 kn/m c) Descene de charges : - mur cenral (ép 200 mm) : Pour les aures éages (1, 2, 3, 4), on va uiliser une densié C4/ mur exérieur (ép 300 mm) : Au rez, charge pondérée N Sd N Sd = 9,75 5,5/ ,5/2 3,52 + 0,30 5,35 4 2,6 1,35 N Sd = 139,5 kn/m < N Rd = 257,2 kn/m On va donc uiliser une densié C3/450 pour ous les niveaux. Cee densié es largemen suffisane au niveau porance e offre une isolaion hermique excellene (U = 0,43 W/m 2 K) d) Conclusion : Les blocs de béon cellulaire conviennen donc parfaiemen pour consruire la oalié des murs poreurs e non poreurs de ce immeuble à apparemens de 5 niveaux. La viesse de pose des blocs combinée à d excellenes valeurs d isolaion hermique e acousique permeen d offrir une soluion économique e de grande qualié. Au rez, charge pondérée N Sd N Sd = 9,75 5, ,5 3,52 + 0,20 6,35 4 2,6 1,35 N Sd = 251,7 kn/m < N Rd = 283,7 kn/m 42

ACINOXplus. Consoles isolantes. Construire sans ponts thermiques

ACINOXplus. Consoles isolantes. Construire sans ponts thermiques ACINOXplus Consoles isolanes Consruire sans pons hermiques ebrunner Acifer parou près de chez vous Nos sies en Suisse Nous vous proposons des soluions sur mesure opimisées en foncion de vos besoins spécifiques.

Plus en détail

Procédé thermocyclique de régulation de température

Procédé thermocyclique de régulation de température - 1 - Innovaion echnologique dans le domaine de la régulaion de empéraure, le procédé hermocyclique foncionne selon un principe unique en son genre qui n a rien en commun avec les régulaions par hermosa

Plus en détail

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1.

- PROBABILITE : c est le rapport (Nbr de cas favorable/nbr de cas possible). C est un nombre compris entre 0 et 1. Les premières consaaions sur l inapiude des produis indusriels à assurer les foncions qu ils éaien censés remplir pendan un emps suffisan remonen à la seconde guerre mondiale. En France cee prise de conscience

Plus en détail

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités

RELATIONS FONCTIONNELLES. I Généralités Universié d'angers : LSEN relaions foncionnelles p. Parie A : Proporionnalié RELATIONS FONCTIONNELLES I Généraliés / Définiion : Soien deux suies de nombres réels : (x ;x ;x ;x 4 ) e (y ;y ;y ;y 4 ). Ces

Plus en détail

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE

DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE UNIVERSITE DE TUNIS Faculé des sciences économiques e de gesion de Tunis MODELE DE PROJECTION ET DE SIMULATION DES REGIMES DE SECURITE SOCIALE Ezzeddine MBAREK 2010 1 INTRODUCTION Le modèle que je propose

Plus en détail

Amp Miser Bandes de transport à économies d énergie

Amp Miser Bandes de transport à économies d énergie bandes de ranspor e de process Bandes de ranspor à économies Calculez désormais en ligne vos économies www.ampmiser.com poenielles! Siegling oal beling soluions Bandes de ranspor à économies Opimiser la

Plus en détail

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le mode de fonctionnement des régimes en annuités. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 28 janvier 2009 9 h 30 «Les différens modes d acquisiion des drois à la reraie en répariion : descripion e analyse comparaive des echniques uilisées»

Plus en détail

r N = 2 Jacques André Quand Max Caflisch jouait avec les fleurons de Grandjon Graphê 43, juillet 2009, p. 8-14.

r N = 2 Jacques André Quand Max Caflisch jouait avec les fleurons de Grandjon Graphê 43, juillet 2009, p. 8-14. N r Quand Max Caflisch jouai avec les fleurons de Grandjon Graphê 43, juille 2009, p. 8-14. Graphê, mars 2009 hp ://www.ypo-graphe.com/ r N = 2 2 = 1 Quand Max Caflisch jouai avec les fleurons de Grandjon

Plus en détail

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1.

Pourcentages MATHEMATIQUES 1ES. à débourser 1 700. CORRIGES EXERCICES. Prix de l article : 1 700 = 85% du prix donc 1 700 100 Exercice 1. Pourcenages MATHEMATQUES 1ES 5. Lors de l acha d un aure aricle, je dois verser un acompe de 15%, e il me resera alors POURCENTAGES à débourser 1 700. CORRGES EXERCCES Prix de l aricle : 1 700 = 85% du

Plus en détail

TRAITEMENT DU SIGNAL

TRAITEMENT DU SIGNAL Spé y -4 Devoir n TAITMNT D SIGNAL Parie I OMPOTMNT DYNAMIQ D N LAM D QATZ On considère une lame de quarz, cylindrique, de secion S consane, d axe Ox (de veceur uniaire r u X ), don les deux faces e en

Plus en détail

GUIDE DES INDICES BOURSIERS

GUIDE DES INDICES BOURSIERS GUIDE DES INDICES BOURSIERS SOMMAIRE PRESENTATION DES INDICES... 2 LA GAMME D INDICES : L INDICE TUNINDEX ET LES INDICES SECTORIELS... 3 REGLE GENERALE RELATIVE A LA COMPOSITION DES INDICES... 3 REGLE

Plus en détail

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012

Théorème de Cauchy-Lipschitz et applications. Lefeuvre thomas & Ginguené franck 30 mars 2012 Théorème de Cauchy-Lipschiz e applicaions Lefeuvre homas & Ginguené franck 30 mars 01 1 Table des maières 1 Théorème du poin fixe 3 1.1 Énoncé.......................................... 3 1. Démonsraion.....................................

Plus en détail

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel.

Ce document a été mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel. Ce documen a éé mis en ligne par le Canopé de l académie de Bordeaux pour la Base Naionale des Sujes d Examens de l enseignemen professionnel. Base Naionale des Sujes d'examens de l'enseignemen professionnel

Plus en détail

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux

ECO434, Ecole polytechnique, 2e année PC 5 Flux de Capitaux Internationaux et Déséquilibres Mondiaux ECO434, Ecole polyechnique, 2e année PC 5 Flux de Capiaux Inernaionaux e Déséquilibres Mondiaux Exercice 1 : Flux de capiaux dans le modèle de croissance néoclassique Le modèle es en emps coninu. On considère

Plus en détail

Solutions auto-similaires et espaces de données initiales. 2 ), l équation de Schrödinger. Introduction. Fabrice Planchon

Solutions auto-similaires et espaces de données initiales. 2 ), l équation de Schrödinger. Introduction. Fabrice Planchon Soluions auo-similaires e espaces de données iniiales pour l équaion de Schrödinger Fabrice Planchon Résumé. On démonre que pour des peies données iniiales dans Ḃ 1, (R3 ), l équaion de Schrödinger non

Plus en détail

PTSI PT AUTOMATIQUE. Constituants des systèmes

PTSI PT AUTOMATIQUE. Constituants des systèmes PTSI PT AUTOMATIQUE des sysèmes Table des maières 1 LA CHAINE FONCTIONNELLE 1 1.1 STRUCTURE FONCTIONNELLE... 1 1.2 CHAINE D ENERGIE... 1 1.3 CHAINE D INFORMATION... 2 2 LES ACTIONNEURS 3 2.1 LES VERINS

Plus en détail

GENERATEURS DE HAUTE TENSION

GENERATEURS DE HAUTE TENSION ours de A. Tilmaine HAPITRE VII GENERATEURS DE HAUTE TENSION Les généraeurs de haue ension son uilisés dans : a) les laboraoires de recherche scienifique ; b) les laboraoires d essai, pour eser les équipemens

Plus en détail

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE

LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE LES HISTORIQUES DE COURS ET L ANALYSE TECHNIQUE 1 Origines e principes de base de l analyse echnique 2 Les ouils de l analyse graphique radiionnelle 3 Les ouils de l analyse saisique A) LES ORIGINES ET

Plus en détail

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar

L inflation dans la zone euro et aux États-Unis est. Rue de la Banque. Le découplage des courbes de rendement en euro et en dollar Le découplage des courbes de rendemen en euro e en dollar Benoî MOJON Direceur des Éudes monéaires e financières Fulvio PEGORARO Direcion des Éudes monéaires e financières Cee lere présene le résula de

Plus en détail

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS

`«`Xƒ`à`dG á`ä`«`g ádƒ æÿg º«d»Yɪ G áeé dg ácöûdg á«fé«h ábé H SICAV SG VALEURS هيي ة التوظيف الجماعي للقيم المنقولة الشركة العامة بطاقة بيانية SICAV SG VALEURS OPCVM DE LA SOCIÉTÉ GÉNÉRALE OPCVM conforme aux normes GIPS (Global Invesmens Sandards) Fiche Signaléique SG VALEURS Averissemen

Plus en détail

L oscilloscope numérique

L oscilloscope numérique L oscilloscope numérique Ce documen résume le principe de foncionnemen d un oscilloscope numérique e déaille les réglages possibles du modèle uilisé en séance de ravaux praiques. 1 Principe de foncionnemen

Plus en détail

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014

DECISION N 2010-03 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 2010-2014 REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un Bu Une Foi Commission de Régulaion du Seceur de l Elecricié DECISION N 21-3 RELATIVE AUX CONDITIONS TARIFAIRES DE SENELEC POUR LA PERIODE 21-214 LA COMMISSION DE REGULATION

Plus en détail

Traitement du Signal Déterministe

Traitement du Signal Déterministe Cours e ravaux Dirigés de raiemen du Signal Déerminise Benoî Decoux (benoi.decoux@wanadoo.fr) - s - ère parie : "Noions de base e éudes emporelles" Bases du raiemen de signal Calculer l ampliude de la

Plus en détail

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique

INSTRUMENTATION ELECTRIQUE OSCILLOSCOPE NUMERIQUE GENERATEUR BASSE FREQUENCE UTILISE EN SINUSOIDAL Etude théorique 1 INSUMENAION ELEIQUE OSILLOSOPE NUMEIQUE GENEAEU BASSE FEQUENE UILISE EN SINUSOIDAL Eude héorique 1 Noions élémenaires 1.1 Masse e erre : Lorsqu on mesure une ension, on mesure en fai une différence de

Plus en détail

Caractéristiques des signaux électriques

Caractéristiques des signaux électriques Sie Inerne : www.gecif.ne Discipline : Génie Elecrique Caracérisiques des signaux élecriques Sommaire I Définiion d un signal analogique page 1 II Caracérisiques d un signal analogique page 2 II 1 Forme

Plus en détail

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ

Un modèle intégré de la demande totale d énergie Application à la province de Québec RÉSUMÉ Un modèle inégré de la demande oale d énergie Applicaion à la province de Québec par JeanThomas Bernard Tiulaire de la Chaire en économique de l'énergie élecrique Déparemen d'économique Universié Laval

Plus en détail

Unité 6 : La proportionnalité numérique 3 ème ESO

Unité 6 : La proportionnalité numérique 3 ème ESO UITÉ 6 : LA PROPORTIOALITÉ UMÉRIQUE POUR DÉBUTER Il fau rappeler - Définiion de grandeur : Une grandeur es une caracérisique qui es mesurée, e la valeur es exprimée par un nombre. Le concep de grandeur

Plus en détail

1 Le hacheur série. 30 mars 2005

1 Le hacheur série. 30 mars 2005 e hacheur série A. Campo 30 mars 2005 1 e hacheur série 1.1 Généraliés e hacheur es un disposiif permean d obenir une ension coninue de valeur moyenne réglable à parir d

Plus en détail

Devoir de physique-chimie n 5. Nom:... Exercice 1 : Quand Sébastien Loeb rencontre Isaac Newton /5,0

Devoir de physique-chimie n 5. Nom:... Exercice 1 : Quand Sébastien Loeb rencontre Isaac Newton /5,0 TS avril 04 Devoir de physique-chimie n 5 LES EXERCICES SNT INDEPENDANTS CALCULATRICE AUTRISEE Eercice : Quand Sébasien Loeb renconre Isaac Newon /5,0 "( ) Sébasien Loeb e son copiloe Daniel Elena on brillammen

Plus en détail

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014

Prénom et nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Prénom e nom : Devoir-Maison, à rendre le mardi 28 avril 2014 Exercice n 1 Un ouvrier dispose de plaques de méal de 110 cm de longueur e de 88 cm de largeur. Il a reçu la consigne suivane : «Découpe dans

Plus en détail

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU

ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU ANNEXE 2 - REGLES DE CALCUL DU TAUX DE RENTABILITE DES EXTENSIONS DE RESEAU SOMMAIRE ARTICLE 1 - Définiion du aux de renabilié ARTICLE 2 - Seuil minimum de renabilié ARTICLE 3 - Evaluaion de la recee acualisée

Plus en détail

Segmentation d images couleur par fusion de régions.

Segmentation d images couleur par fusion de régions. SETIT 2005 3 rd Inernaional Conference: Sciences of Elecronic, Technologies of Informaion and Telecommunicaions March 27-31, 2005 TUNISIA Segmenaion d images couleur par fusion de régions. Mme AMEUR Zohra,

Plus en détail

EVALUATION : LA GÉNÉRATION ÉLECTRIQUE EN AÉRONAUTIQUE

EVALUATION : LA GÉNÉRATION ÉLECTRIQUE EN AÉRONAUTIQUE EVALUATION : LA GÉNÉRATION ÉLECTRIQUE EN AÉRONAUTIQUE Temps impari = 1 heure ; Tous documens auorisés excepé la copie du voisin(e) Lire ou l énoncé avan de commencer. Le besoin en énergie élecrique à bord

Plus en détail

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance

Modélisation et quantification de systèmes vieillissants pour l optimisation de la maintenance ème édiion du congrès inernaional pluridisciplinaire Du au 20 mars 2009 Modélisaion e quanificaion de sysèmes vieillissans pour l opimisaion de la mainenance LAIR William,2, MERCIER Sophie, ROUSSIGNOL

Plus en détail

Relais de mesure et de contrôle industriels Zelio Control 3

Relais de mesure et de contrôle industriels Zelio Control 3 Présenaion elais de mesure e de conrôle indusriels Zelio Conrol elais de conrôle de réseaux riphasés M T 0 M T Foncionnaliés Ces appareils son desinés à la surveillance des réseaux riphasés e à la proecion

Plus en détail

Temporisation et monostable Contrôleurs de rotation XSA-V

Temporisation et monostable Contrôleurs de rotation XSA-V Temporisaion e monosable Conrôleurs de roaion XSA-V Manuel didacique Version Française TE Sommaire Chapire Page Temporisaion - Lecure des hisogrammes 3. Définiion 3.2 Bu 3.3 Principe de foncionnemen 3.3.

Plus en détail

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites

au taux d intérêt court. Pour cette raison, on applique souvent des modèles explicites Chapire 5 Modèles d Inensié Les deux approches dans la modélisaion de risque de crédi approche srucurel e approche d inensié ne son pas compaibles : dans les modèles d inensié, l exisence de l inensié

Plus en détail

Considérons un dipôle AB d un circuit parcouru par un courant d intensité I :

Considérons un dipôle AB d un circuit parcouru par un courant d intensité I : Filière SM Module Physique lémen : lecricié Cours Prof..Tadili 2 ème Parie Chapire 2 ude des dipôles nergie élecrique e puissance. appel Considérons un dipôle d un circui parcouru par un couran d inensié

Plus en détail

Rideaux pare-flammes et coupe-feu

Rideaux pare-flammes et coupe-feu Rideaux pare-flammes e coupe-feu Rideaux flexibles pare-flammes e coupe-feu Fibershield-P Fibershield-E Fibershield-H Fibershield-S Fibershield-F Fibershield-W Fibershield-Fix Concep e objecif de proecion

Plus en détail

Les nouveautés d Excel 2016

Les nouveautés d Excel 2016 EXCEL 2016 Office 2016 - Excel, Word, PowerPoin e Oul ook Les nouveaués d Excel 2016 Uiliser la sélecion muliple dans les filres à segmen Les segmens, uilisés dans des ableaux de données ou des ableaux

Plus en détail

La population d une ville était de 150 000 habitants en 2000. Elle s est accrue chaque année de 20 000 habitants.

La population d une ville était de 150 000 habitants en 2000. Elle s est accrue chaque année de 20 000 habitants. Exercice 1 : évoluions e pourcenages La populaion d une ville éai de 150 000 habians en 2000. Elle s es accrue chaque année de 20 000 habians. Calculer l augmenaion en pourcenage de 2000 à 2001, de 2001

Plus en détail

Estimation composite par régression pour l Enquête sur la population active du Canada avec plan de sondage à renouvellement de panel

Estimation composite par régression pour l Enquête sur la population active du Canada avec plan de sondage à renouvellement de panel Techniques d enquêe, juin 00 35 Vol. 7, N o, pp. 35 48 Saisique Canada, N o 00 au caalogue Esimaion composie par régression pour l Enquêe sur la populaion acive du Canada avec plan de sondage à renouvellemen

Plus en détail

3 Considérations relatives au moulage

3 Considérations relatives au moulage 3 Considéraions relaives au moulage Uniformié des parois L uniformié de l épaisseur des parois es un élémen criique de la concepion des pièces plasiques. Des épaisseurs de paroi non uniformes peuven enraîner

Plus en détail

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG.

Chromatographie en Phase Gazeuse CPG. TEISSIER Thomas MADET Nicolas Licence IUP SIAL Universié de Créeil-Paris XII COMPTE-RENDU DE TP DE CHROMATOGRAPHIE: Chromaographie en Phase Gazeuse CPG. Année universiaire 23/24 Sommaire. I OBJECTIF...3

Plus en détail

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011

Université d été Solvabilité 2 Juillet 2011 LES INDICATEURS OPERATIONNELLES LIÉS À L ORSA Version 1.0 Universié d éé Solvabilié 2 Juille 2011 Frédéric PLANCHET Acuaire Associé fplanche@winer-associes.fr Marc JUILLARD Acuaire mjuillard@winer-associes.fr

Plus en détail

~ = Les redresseurs se divisent en deux grands groupes : On classe les divers redresseurs en trois catégories : Les redresseurs semicommandés

~ = Les redresseurs se divisent en deux grands groupes : On classe les divers redresseurs en trois catégories : Les redresseurs semicommandés Le redressemen c'es la ransformaion de l'énergie élecrique alernaive du réseau en énergie coninue. Symbole : ~ = Les redresseurs se divisen en deux grands groupes : les redresseurs demi onde, à une alernance

Plus en détail

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin.

«Savoir vendre les nouvelles classes d actifs financiers» Produits à capital garanti : méthode du coussin (CCPI) François Longin www.longin. Formaion ESSEC Gesion de parimoine Séminaire i «Savoir vendre les nouvelles classes d acifs financiers» Produis à capial garani : méhode du coussin (CCPI) Origine de la méhode Descripion de la méhode Plan

Plus en détail

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0.

Page # $ %& +',- VAN = 30; F 2 = 50; F 3 = 140. = -200 ; F 1. Avec r = 3% => VAN = 4,38 > 0. Avec r = 5% => VAN = -5,14 < 0. # $ %& 1. La VAN. Les aures crières 3. Exemple. Choix d invesissemen à long erme 5. Exercices!" '* '( Un proje ne sera mis en œuvre que si sa valeur acuelle nee ou VAN, définie comme la somme acualisée

Plus en détail

DRI. VARIZON Diffuseur basse vitesse avec diffusion d air réglable

DRI. VARIZON Diffuseur basse vitesse avec diffusion d air réglable VARIZON Diffuseur basse viesse avec diffusion d air réglable Quelques caracérisiques Tye de diffusion e zone de diffusion réglables Convien à ous les yes de locaux Neoyable Prise de esure Très facile à

Plus en détail

Technique alternative de test pour les interrupteurs MEMS RF

Technique alternative de test pour les interrupteurs MEMS RF Technique alernaive de es pour les inerrupeurs MEMS RF H.N. Nguyen To cie his version: H.N. Nguyen. Technique alernaive de es pour les inerrupeurs MEMS RF. Micro e nanoechnologies/microélecronique. Insiu

Plus en détail

Cas d'étude : Eco-quartier solaire du Triangle Sud à Montmélian

Cas d'étude : Eco-quartier solaire du Triangle Sud à Montmélian Cas d'éude : Eco-quarier solaire du Triangle Sud à Monmélian Nom du proje : Adresse du proje : Nom e ype de propriéaire : Conac : Eco-quarier solaire du Triangle Sud Triangle Sud F-Monmélian Ville Monmélian

Plus en détail

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou

ELECTRICITE. Chapitre 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Analyse des signaux et des circuits électriques. Michel Piou ELECRICIE Analyse des signaux e des circuis élecriques Michel Piou Chapire 9 Valeur moyenne des signaux périodiques. Ediion //24 able des maières POURQUOI E COMMEN?... 2 INERE DE LA NOION DE VALEUR MOYENNE....2

Plus en détail

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES

UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES UN INDICE D ÉVOLUTION EN VOLUME DU STOCK DE RESSOURCES NATURELLES 15e Colloque de l Associaion de Compabilié Naionale Novembre 2014 Pierre-Alain Pionnier OCDE Indicaeurs phares de l OCDE pour une croissance

Plus en détail

CONVERSION DE PUISSANCE

CONVERSION DE PUISSANCE Spé y 2003-2004 Devoir n 5 CONVERSION DE PUISSANCE Parie I EUDE D UN CAPEUR DE POSIION ANGULAIRE A / ÉUDE D'UN CIRCUI MAGNÉIQUE Considérons le disposiif schémaisé sur la figure, composé de deux bobines

Plus en détail

BASYS. Eléments de raccordement thermo-isolant. à géométrie variable. un système de qualité économiquement prouvé: Conductibilité de chaleur?

BASYS. Eléments de raccordement thermo-isolant. à géométrie variable. un système de qualité économiquement prouvé: Conductibilité de chaleur? BAY Elémens de raccordemen hermo-isolan avec PT-ysème (sysème de pourelles poranes) offran une sabilié opimale B a u y s e m e fabriqués avec de l acier inoxydable Duplex 1.4462, de classe de corrosion

Plus en détail

QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE

QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE QUELS CONTRATS PRENDRE EN COMPTE POUR LE CALCUL DES EFFECTIFS ET CELUI DE LA MASSE SALARIALE(*)? (*) Le calcul de la masse salariale indique à l enreprise l assiee de sa paricipaion, c es-à-dire la somme

Plus en détail

Les déclencheurs électroniques STRE23SE se montent indifféremment sur les compacts NS 400 et NS 630 de type N, H ou L.

Les déclencheurs électroniques STRE23SE se montent indifféremment sur les compacts NS 400 et NS 630 de type N, H ou L. 14/1/6 Quesion : Commen régler correcemen le déclencheur élecronique STRE23SE? Réponse : Les déclencheurs élecroniques STRE23SE se monen indifféremmen sur les compacs NS 4 e NS 63 de ype N, H ou L. Le

Plus en détail

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim

df( t) P( t T t dt) ft ( ) lim I APPROCHE DE LA FIABILITE PAR LES PROBABILITES : Définiion selon la NF X 6 5 : la fiabilié es la caracérisique d un disposiif exprimée par la probabilié que ce disposiif accomplisse une foncion requise

Plus en détail

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt»

Exercice du Gestion Financière à Court Terme «Cas FINEX Gestion du risque de taux d intérêt» Exercice du Gesion Financière à Cour Terme «Cas FINEX Gesion du risque de aux d inérê» Ce cas raie des différens aspecs de la gesion du risque de aux d inérê liée à la dee d une enreprise : analyse d emprun,

Plus en détail

ESTIMATION DE COEFFICIENTS TECHNIQUES ROBUSTES POUR L ECONOIE SENEGALAISE

ESTIMATION DE COEFFICIENTS TECHNIQUES ROBUSTES POUR L ECONOIE SENEGALAISE REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ------------------ AGENCE NATIONALE DE LA STATISTIQUE ET DE LA DEMOGRAPHIE Direcion des Saisiques Economiques e de la Compabilié

Plus en détail

FONCTIONNEMENT AUTOMATE

FONCTIONNEMENT AUTOMATE FONCTIONNEMENT AUTOMATE IUT MULHOUSE Bernard Reeb foncionnemen auomae - 1/1 I. CONSTITUTION D'UN AUTOMATE Les auomaes son le plus souven de ype modulaire : une unié cenrale compléée d'un bac pou recevoir

Plus en détail

de rentiers en cours de service

de rentiers en cours de service Les Allocaion normes d acifs IFRS d un en assurance régime de reniers en cours de service 27 e journée de séminaires acuariels ISFA Lyon e ISA-HEC Lausanne Frédéric PLANCHET Pierre THEROND 3 décembre 2004

Plus en détail

La rentabilité des investissements

La rentabilité des investissements La renabilié des invesissemens Inroducion Difficulé d évaluer des invesissemens TI : problème de l idenificaion des bénéfices, des coûs (absence de saisiques empiriques) problème des bénéfices Inangibles

Plus en détail

EADI Association Européenne d Instituts de Développement

EADI Association Européenne d Instituts de Développement EADI Associaion Européenne d Insius de Développemen 11eme Conférence Générale Bonn, 21-24 sepembre 2005 GEMDEV Séances parallèles V Souenabilié de la dee exérieure e insabilié : le cas des pays à faible

Plus en détail

Electronique de puissance

Electronique de puissance Haue Ecole d Ingénierie e de Gesion du Canon du Vaud Elecronique de puissance Chapire 9 MODÉLISAION HERMIQUE DES COMPOSANS DE PUISSANCE M. Correvon A B L E D E S M A I E R E S PAGE 9. ANALYSE HERMIQUE

Plus en détail

4. "SEPO" - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE

4. SEPO - UNE MÉTHODE POUR L'AUTO- ÉVALUATION ET POUR LES PROJETS-PILOTE D/ Baobab: Cours de gesion des projes page 46 4. "" - UN MÉTHD UR L'AUT- ÉVALUATIN T UR L RJT-ILT 4.1 Inroducion (angl.:w) es un ouil pour l'auoévaluaion e pour les projes-piloe. Il a éé élaboré lors de

Plus en détail

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation

Groupe Saint Joseph La Salle Centre de Formation Groupe Sain Joseph La Salle Cenre de Formaion NOUVEAUTÉ renrée 2016 LICENCE COMMERCE, VENTE & MARKETING Formaion en alernance + d infos sur nore sie : www.sjodijon.com Groupe Scolaire Sain Joseph La Salle

Plus en détail

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser

Bien que l investissement des entreprises françaises ait tardé à se redresser Le prix du foncier n aurai pas d effe direc sur l invesissemen en acifs producifs Yaëlle Hauseux Berrand Marc Déparemen de la conjoncure David Audenaer Charles-Marie Chevalier Déparemen des éudes économiques

Plus en détail

Retour aux bases de la photographie Partie 1 L' EXPOSITION

Retour aux bases de la photographie Partie 1 L' EXPOSITION Parie 1 - Secion 1.5 Reour aux bases de la phoographie Parie 1 L' EXPOSITIO Secion 1.5 Synhèse Exposiion Indices de Luminaion IL (EV) 1 Synhèse des valeurs Rappel des échelles normalisées des différens

Plus en détail

Chapitre 15 c Circuits RL et RC

Chapitre 15 c Circuits RL et RC Chapire 15 c Circuis L e C en régime impulsionnel Sommaire Circuis en régime impulsionnel Signal impulsionnel Mesure d'un circui C en régime impulsionnel Applicaion praique Eude du circui C en régime impulsionnel

Plus en détail

aviva.fr Aviva Senséo Médical PRÉVOYANCE INDIVIDUELLE Notice Note d information Assurance et Epargne Long Terme

aviva.fr Aviva Senséo Médical PRÉVOYANCE INDIVIDUELLE Notice Note d information Assurance et Epargne Long Terme aviva.fr Aviva Senséo Médical PRÉVOYANCE INDIVIDUELLE Noice Noe d informaion Assurance e Epargne Long Terme Aviva Senséo Médical Noice Aviva Senséo Médical... 1 à 11 SOMMAIRE ARTICLE 1 ARTICLE 2 Préambule

Plus en détail

ETUDE DU COMPORTEMENT AU FEU DE PAROIS ET PLANCHERS CONSTITUES DE STRUCTURES BOIS

ETUDE DU COMPORTEMENT AU FEU DE PAROIS ET PLANCHERS CONSTITUES DE STRUCTURES BOIS ETUDE DU COMPORTEMENT AU FEU DE PAROIS ET PLANCHERS CONSTITUES DE STRUCTURES BOIS CONVENTION Y09-12 ACTION 33 sous acion 1 Levée des freins réglemenaires e normaifs à l'usage du bois dans la consrucion

Plus en détail

TP Mesures de la vitesse du son

TP Mesures de la vitesse du son TP Mesures de la viesse du son Bu du TP. Lors de cee séance de ravaux praiques, l éudian es amené à mesurer la viesse de propagaion du son dans l air e dans l eau. 1 Inroducion Qu es-ce qu un son? Un son

Plus en détail

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2

Les solutions solides et les diagrammes d équilibre binaires. sssp1. sssp1 ssss1 ssss2 ssss3 sssp2 Les soluions solides e les diagrammes d équilibre binaires 1. Les soluions solides a. Descripion On peu mélanger des liquides par exemple l eau e l alcool en oue proporion, on peu solubiliser un solide

Plus en détail

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME

CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEME CARACTERISTIQUES STATIQUES D'UN SYSTEE 1 SYSTEE STABLE, SYSTEE INSTABLE 1.1 Exemple 1: Soi un sysème composé d une cuve pour laquelle l écoulemen (perurbaion) es naurel au ravers d une vanne d ouverure

Plus en détail

5. Calcul des Aciers Transversaux

5. Calcul des Aciers Transversaux 5. Calcul de Acier Tranveraux 5.1 Ea de conraine dan une poure en flexion imple Rappel de RdM : Eudion une poure en flexion imple, oumie à une charge uniformémen réparie. Pour un poin donné de la poure,

Plus en détail

Electricité n 1 : CONDENSATEUR ET CIRCUIT RC

Electricité n 1 : CONDENSATEUR ET CIRCUIT RC Physique - 6 ème année - Ecole Européenne Elecricié n 1 : CONDENSATEUR ET CIRCUIT RC I) Convenion d'algébrisaion des grandeurs élecriques : 1) Inensié e ension : L inensié i du couran élecrique e la ension

Plus en détail

Les fibres, c est bien plus qu une question de transit

Les fibres, c est bien plus qu une question de transit Pei-déjeuner presse Paris, le 9 ocobre 2014 Les fibres, c es bien plus qu une quesion de ransi Marine CHAMP Direcrice de recherche INRA à Nanes e direcrice adjoine du Cenre de Recherche en Nuriion Humaine

Plus en détail

Réforme de l'urbanisme commercial (Ref : KL11) Comment défendre la diversité commerciale sur votre territoire OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION

Réforme de l'urbanisme commercial (Ref : KL11) Comment défendre la diversité commerciale sur votre territoire OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION COMUNDICOMPETENCES-WEKA/MBFORMATION Commen défendre la diversié commerciale sur vore errioire OBJECTIFS LES PLUS DE LA FORMATION Maîriser le disposiif de l'urbanisme commercial Faire le poin sur l'acualié

Plus en détail

CHAPITRE VII. Les Convertisseurs Analogiques Numériques

CHAPITRE VII. Les Convertisseurs Analogiques Numériques CHAPITRE VII Les Converisseurs Analogiques Numériques Olivier Français, 2 SOMMAIRE LES CONVERTISSEURS À INTÉGRATION... 3 I LE CONVERTISSEUR SIMPLE RAMPE... 3 I.1 PRINCIPE... 3 I.2 PHASES DE FONCTIONNEMENT...

Plus en détail

Viabilité budgétaire, investissement public et croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naturelles: le cas du Cameroun

Viabilité budgétaire, investissement public et croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naturelles: le cas du Cameroun WP/13/144 Viabilié budgéaire, invesissemen public e croissance dans les pays à faible revenu, riches en ressources naurelles: le cas du Cameroun Issouf Samake, Priscilla Muhoora e Bruno Versailles 2013

Plus en détail

THÈSE. DOCTEUR Spécialité : Sciences de l ingénieur Mention : AUTOMATIQUE

THÈSE. DOCTEUR Spécialité : Sciences de l ingénieur Mention : AUTOMATIQUE THÈSE Présenée à L Universié Paul Verlaine - Mez UFR Mahémaiques, Informaique, Mécanique Pour obenir le ire de DOCTEUR Spécialié : Sciences de l ingénieur Menion : AUTOMATIQUE Par Mohammed DAHANE Tire

Plus en détail

L = 15 m. 1) Modéliser le pont ainsi que ses appuis (fibre moyenne et représentation des appuis).

L = 15 m. 1) Modéliser le pont ainsi que ses appuis (fibre moyenne et représentation des appuis). ESTP TP1 nnée 2008-2009 PPLICTION 1 : POUTRES DROITES ISOSTTIQUES EXERCICE 1 On considère un pon en béon, de longueur 15 m, don la secion es une dalle en béon armé de largeur 5m e d épaisseur 0,9 m. Le

Plus en détail

Eléments finis espace-temps 4D

Eléments finis espace-temps 4D Elémens finis espace-emps 4D Franck Jourdan, Serge Dumon To cie his version: Franck Jourdan, Serge Dumon. Elémens finis espace-emps 4D. 10e colloque naional en calcul des srucures, May 2011, Giens, France.

Plus en détail

LES ALIMENTATIONS ELECTRIQUES SOMMAIRE. I) Généralités... 3. II) Les alimentations linéaires... 5 II.1) Schéma fonctionnel... 5

LES ALIMENTATIONS ELECTRIQUES SOMMAIRE. I) Généralités... 3. II) Les alimentations linéaires... 5 II.1) Schéma fonctionnel... 5 AMNAON CQ OMMA ) Généraliés... 3 ) es alimenaions linéaires... 5.1) chéma foncionnel... 5.2) ude de F1 : ransformaion ou abaissemen... 5.3) ude de F2 : edressemen.... 8.3.1) edressemen : Mono alernance....

Plus en détail

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte

Etude de risque pour un portefeuille d assurance récolte Eude de risque pour un porefeuille d assurance récole Hervé ODJO GROUPAMA Direcion ACTUARIAT Groupe 2, Bd Malesherbes 75008 Paris Tél : 33 (0 44 56 72 46 herve.odjo@groupama.com Viviane RITZ GROUPAMA Direcion

Plus en détail

Les liens énergie/environnement/croissance : enseignements des modèles théoriques, leçons de l histoire. ENPC, Cours n 2 Jean-Charles HOURCADE

Les liens énergie/environnement/croissance : enseignements des modèles théoriques, leçons de l histoire. ENPC, Cours n 2 Jean-Charles HOURCADE Les liens énergie/environnemen/croissance : enseignemens des modèles héoriques, leçons de l hisoire ENPC, Cours n 2 Jean-Charles HOURCADE Raisons d un déour par la macro-économie Quels mécanismes lien

Plus en détail

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS

RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES. par Paul CHAMPSAUR et Jean-Philippe COTIS RAPPORT SUR LA SITUATION DES FINANCES PUBLIQUES par Paul CHAMPSAUR e Jean-Philippe COTIS - AVRIL 2010 Par leres de mission en dae du 15 février 2010, le Présiden de la République a demandé à M. Paul CHAMPSAUR,

Plus en détail

Concours du second degré Rapport de jury. Session 2010 TROISIÈME CONCOURS CAPES EXTERNE DE MATHÉMATIQUES

Concours du second degré Rapport de jury. Session 2010 TROISIÈME CONCOURS CAPES EXTERNE DE MATHÉMATIQUES minisère éducaion naionale Secréaria Général Direcion générale des ressources humaines Sous-direcion du recruemen MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Concours du second degré Rappor

Plus en détail

Planification opérationnelle d une chaîne d approvisionnement forestière

Planification opérationnelle d une chaîne d approvisionnement forestière Planificaion opéraionnelle d une chaîne d approvisionnemen foresière Coordonnaeur: Jean Marc Frayre, ing. jr., Ph.D. Professeur adjoin (ÉPM) Indusriel: Sébasien Lacroix, ing. F., M.Sc. Éudians: Amira Dems

Plus en détail

03/12/2015. Le transistor bipolaire. Pascal MASSON. Sommaire. I. Historique. Caractéristiques du transistor. Polarisation du transistor

03/12/2015. Le transistor bipolaire. Pascal MASSON. Sommaire. I. Historique. Caractéristiques du transistor. Polarisation du transistor 3/2/25 (pascal.masson@unice.fr) diion 25-26 École Polyechnique Universiaire de ice Sophia-Anipolis Parcours des écoles d'ingénieurs Polyech (Peip) -Parcours des écoles 645 roue d'ingénieurs des Lucioles,

Plus en détail

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre.

2. Quelle est la valeur de la prime de l option américaine correspondante? Utilisez pour cela la technique dite de remontée de l arbre. 1 Examen. 1.1 Prime d une opion sur un fuure On considère une opion à 85 jours sur un fuure de nominal 18 francs, e don le prix d exercice es 175 francs. Le aux d inérê (coninu) du marché monéaire es 6%

Plus en détail

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2

TB 352 TB 352. Entrée 1. Entrée 2 enrées série TB logiciel d applicaion 2 enrées à émission périodique famille : Inpu ype : Binary inpu, 2-fold TB 352 Environnemen Bouon-poussoir TB 352 Enrée 1 sories 230 V Inerrupeur Enrée 2 Câblage sur

Plus en détail

1. INTRODUCTION 2 2. L'INDUSTRIE DU PAPIER COUCHÉ SANS BOIS 3 3. HISTORIQUE DE LECTA 6 4. INFORMATIONS COMMERCIALES 7

1. INTRODUCTION 2 2. L'INDUSTRIE DU PAPIER COUCHÉ SANS BOIS 3 3. HISTORIQUE DE LECTA 6 4. INFORMATIONS COMMERCIALES 7 sommaire. INTRODUCTION. L'INDUSTRIE DU PAPIER COUCHÉ SANS BOIS 3 3. HISTORIQUE DE LECTA 6 4. INFORMATIONS COMMERCIALES 7 5. LES SITES INDUSTRIELS LECTA 9 6. LA STRATÉGIE LECTA DU PAPIER COUCHÉ SANS BOIS

Plus en détail

Les outils de gestion

Les outils de gestion Les ouils de gesion Beida Mohammed Ferha aleb Amar Ingénieurs d éa en informaique Opion : Sysèmes d Informaion (SI) el: +3 (0) 76 7 36 69 Fax: +3 (0) 3 58 93 Email: mohamed@moolki.com bilal_ini@yahoo.fr

Plus en détail

Les Notes de l Institut d émission

Les Notes de l Institut d émission Les Noes de l Insiu d émission Aoû 2012 Déerminans des échanges de biens e compéiivié dans une économie monoexporarice : 164 rue de Rivoli 75001 Paris 01 53 44 41 41 - élécopie 01 44 87 99 62 Sommaire

Plus en détail

Elingues chaînes KUPLEX Classe 10 - Renseignements techniques

Elingues chaînes KUPLEX Classe 10 - Renseignements techniques 2011 Parsons haîne urope lingues s KUPX 10 - enseignemens echniques Nouveaué mondiale a première marque où ou le sysème es conçu en acier allié classe 10. ésisance accrue Pour les mêmes dimensions ces

Plus en détail

PHYSIQUE. Partie préliminaire

PHYSIQUE. Partie préliminaire PHYSIQUE Les différenes paries de ce problème son dans une large mesure indépendanes Seules les argumenaions précises e concises seron prises en compe en réponse aux quesions qualiaives Parie préliminaire

Plus en détail

Production d un son par les instruments de musique

Production d un son par les instruments de musique Producion d un son par les insrumens de musique ACTIVITÉ 1 : Recherche documenaire : Les foncions d un insrumen de musique Objecif : découvrir commen les insrumens de musique acousique peuven remplir leurs

Plus en détail

FONCTION COMPTER. : un compteur décimal possède 10 états distincts.

FONCTION COMPTER. : un compteur décimal possède 10 états distincts. FONCTION COMPTER - DEFINITION Le compeur es une microsrucure (logique binaire) séquenielle qui perme de., dans la limie des bascules qui la consiue (.), les impulsions 2- TYPES DE COMPTEURS Un compeur

Plus en détail