Virus et cancer. Amis des sciences et techniques Université Interâges du Dauphiné 8 Janvier 2010, Grenoble

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Virus et cancer. Amis des sciences et techniques Université Interâges du Dauphiné 8 Janvier 2010, Grenoble"

Transcription

1 Amis des sciences et techniques Université Interâges du Dauphiné 8 Janvier 2010, Grenoble Virus et cancer Patrice MARCHE Directeur de Recherche INSERM U823, Grenoble

2 Virus Un virus se caractérise par son incapacité à se multiplier seul par division. Il a besoin pour cela d'utiliser une cellule hôte : un virus est un parasite intracellulaire obligatoire. Il est composé d'une molécule d'acide nucléique (soit d'adn soit d' ARN, simple ou double brin) entourée d'une coque de protéines appelée la capside et parfois d'une enveloppe. Taille de l ordre de la centaine de Nano Mètre (milliardième de mètre) variant de 30 nm à 450 nm environ. Historiquement, il a été définit par le fait qu il passe à travers les filtres retenant les autres microbres (bactéries), fin du XIXème début du XXéme siècle.

3 Virus ADN Schéma de la structure classique des herpèsvirus Microscopie électronique d'une particule de l'herpèsvirus (HSV1) Taille de l ordre de la centaine de Nano Mètre (milliardième de mètre)

4 Virus

5 Virus ARN Représentation schématique d une particule du virus de l hépatite C (VHC) Cycle viral du VHC (1) Le virus se lie à la surface des cellules sur leur(s) récepteur(s) spécifique(s) (2) Le virus entre dans la cellule dans des vésicules (endocytose) (3) L enveloppe virale fusionne avec la membrane des vésicules, permettant la libération de l ARN viral (4) Synthèse des protéines virales (5) Le génome du HCV sert à la synthèse de nouvelles molécules d ARN viral (6) Les protéines structurales sont assemblées en nouvelles particules (7) La production de nouvelles particules virales.

6 Rétrovirus VIH et HTLV-1 Coding regions

7 Cycle des Rétrovirus Les rétrovirus peuvent s intégrer dans le génome de la cellule hôte. On estime que près de 40% du génome humain aurait une origine virale!

8 Les Cancers

9 Les Cancers Une cellule cancéreuse est une cellule dont la croissance et la division ne sont plus contrôlées. Elle se divise de façon anarchique, produisant des milliards de cellules qui constituent ainsi une tumeur. Les cellules cancéreuses perdent leur spécialisation. Le cancer chez l'homme peut être lié à de multiples causes : des déséquilibres hormonaux (certains cancers du sein), à l'environnement (les radiations émises par le soleil et les cancers de la peau), aux radiations radioactives (cancers du sang), au tabac (dans le cancer du poumon), aux produits chimiques (dans les cancers du côlon, du foie), etc. Certains cancers sont liés à des virus.

10 Les Cancers liés à des infections Tumeurs Agents infectieux Lymphomes B Lymphomes de Burkitt Maladie de Hodgkin (30-40%) Cancer NasoPharynx Cancer gastrique (10%) Epstein-Barr Virus (EBV ou HHV-4)) Cancer du col de l'utérus et anal Cancers génitaux (pénis, vagin) Cancers OroPharynx (25%) Certains cancers de la peau Papilloma Virus (HPV) Cancer du foie primitif Virus des Hépatites B et C (VHB & VHC) Leucémies lymphocytes T Sarcome de Karposi Human T Leukemia Virus (HTLV-1) Herpes Virus 8 (HHV-8) Cancer gastrique Cancer vessie Helicobacter pylori Schistosomes

11 Contribution des agents infectieux aux cancers Plus de 2 millions de cas, soit près de 19% des cancers 10% Cancer gastrique (94 K) NasoPharynx (80 K) 10% Lymphomes (30 K) 30% Hodgkin (19 K) 80% Cancer gastrique (750 K) Helicobacter 37% EBV 10,3% HBV & HCV 24,8% 80% Cancer primitif du foie (501 K) Cancer du col (500 K) 25% des cancers oraux (70 K) HPV 27,9%

12 Les virus et les Cancers

13 Les virus et les Cancers Le virus infectent des cellules hôtes pour leur multiplication, ce sont les cellules dites permissives. Ils peuvent infecter d autres cellules sans produire de particules infectieuses, mais en produisant des protéines virales, ce sont les cellules dites non-permissives. Les protéines virales peuvent interférer avec des protéines de la cellule hôte et ainsi modifier son comportement, la cellule est dite transformée. La transformation peut conduire à des tumeurs dans certains cas. Les fonctions cellulaires affectées par la transformation sont variées, pour les principales : - la division cellulaire - la migration et l attachement des cellules - la communication avec les hormones, facteurs de croissance ou d activation - stabilité du génome -

14 Les virus et les Cancers La région du génome viral qui cause une tumeur est appelé oncogène. Il existe dans la cellule hôte des gènes équivallents dits protooncogènes qui sont intimement impliqués dans la régulation des fonctions de la cellules. Les oncogènes viraux peuvent modifier les propriétés des protooncogènes cellulaires.

15 Les virus et les Cancers Les virus peuvent provoquer des modifications, des mutations de gènes contrôlant des fonctions cellulaires. P53 est une protéine cellulaire essentielle pour le contôle de la division des cellules et de leur mort naturelle (apoptose).

16 Les virus et les Cancers Certains virus peuvent intégrer leur génome dans le génome de la cellule hôte et ainsi perturber des fonctions cellulaires. Pr Gène (ADN) Régulateur Promoteur ARN Protéine

17 Papilloma virus et cancer

18 Papilloma virus et cancer On connaît environ 200 papillomavirus susceptibles d'infecter l'homme (HPV). Certains de ces virus affectent l'épiderme, d'autres les muqueuses orales, anales ou génitales. Les conséquences de ces infections sont le plus souvent bénignes - verrues cutanées, condylomes ano-génitaux. Mais certains papillomavirus transmis par voie sexuelle sont responsables du cancer du col de l'utérus. Les papillomavirus humains ou HPV infectent les cellules épithéliales de la peau ou des muqueuses, et sont transmis par la dissémination de ces cellules lors de la desquamation. Les HPV affectant les muqueuses génitales sont transmis par voie sexuelle et sont fréquents, ceci dès le début de la vie sexuelle puisqu'ils sont détectés chez 1/3 des femmes entre l'adolescence et le début de la vingtaine.

19 Papilloma virus et cancer Le cancer du col de l'utérus est le premier cancer à être reconnu par l'oms comme étant attribuable à 100% à une infection. Le cancer du col de l'utérus est responsable d'environ décès et nouveaux cas par an (80% dans les pays en développement), le deuxième cancer le plus fréquent chez la femme dans le monde. Dans le monde 1,4 millions de femmes atteintes du cancer du col. Chaque minute, une femme dans le monde meurt du cancer du col de l'utérus! En Europe, près de femmes sont touchées, et environ nouveaux cas sont rencensés chaque année, avec une mortalité de 4,7%. Prévalence moyenne des HPV

20 Papilloma virus et cancer Après avoir pénétré dans la cellule, l ADN de l HPV s insère dans le noyau et l ADN cellulaire au voisinage de gènes proto-oncogènes ou gènes suppresseurs dont l action régulatrice sur les reproductions cellulaires se trouve perturbée. Plusieurs années s écoulent habituellement entre première infection à papillomavirus et éclosion du cancer, ce qui suggère que plusieurs phénomènes successifs sont à l origine de la cancérisation. Elle est aussi influencée par le contexte et favorisée par d autres facteurs : des infections associées, le tabagisme, une contraception hormonale, une carence en vitamines.

21 Papilloma virus et cancer

22 Papilloma virus et cancer En résumé, les HPV sont nombreux et fréquents - les infections sont souvent sans symptôme ou bénignes, - certains sont responsables de cancers (HPV 16, 18, ), - il existe un vaccin administrée chez les jeunes filles (de préférence avant rapport sexuel). La prévention de ces cancers passe par un dépistage systématique.

23 Epstein-Barr Virus et cancer

24 Epstein-Barr Virus et cancer Le virus d Epstein-Barr (EBV) touche l ensemble du monde (jusqu à 98 % des adultes ont des anticorps contre lui). C est un membre de la famille des herpèsvirus. Dans des conditions particulières, ce virus banal induit des tumeurs bénignes ou malignes, chez l enfant ou chez l adulte. Leur étude a montré l influence décisive de l hérédité mais surtout de l environnement. Génome de l EBV Microscopie électronique de l EBV

25 Epstein-Barr Virus et cancer La mononucléose infectieuse, ou maladie du baiser, se manifeste chez l adolescent par une angine, des ganglions, de la fièvre et la fatigue. C est une maladie bénigne dans 99 % des cas. Cette maladie est due aux lymphocytes B du sang, infectés par l EBV, qui se multiplient, provoquant la réponses des lymphocytes T qui détruisent toute cellule touchée par un virus. Dans le sang, ces lymphocytes T réactifs nombreux donnent parfois l impression d une leucémie. Très rarement, elle favorise le développement ultérieur d une maladie de Hodgkin.

26 Epstein-Barr Virus et cancer Le lymphome de Burkitt de l enfant africain est causé par la multiplication incontrôlée de lymphocytes B infectés par le virus EBV. Il résulte de trois facteurs indépendants. 1- Les moustiques transmettent au nouveau-né le parasite du paludisme. 2- La mère transmet l EBV au bébé souvent par la salive souvent au cours d un baiser. 3- Un échange de matériel héréditaire (ADN) entre deux chromosomes : le chromosome 8, porteur d un proto-oncogène appelé c-myc, lié à la prolifération des lymphocytes B, transfère une partie du matériel génétique de ce gène sur des chromosomes 2, 14 ou 22, qui contrôlent la fabrication des anticorps. Ce rapprochement de deux gènes «critiques» déclenche la prolifération cancéreuse des lymphocytes touchés.

27 Epstein-Barr Virus et cancer La répartition mondiale du lymphome de Burkitt suit les zônes endémiques pour le paludisme.

28 Epstein-Barr Virus et cancer Translocation d une partie du chromosome 8, portant le prot-oncogène c-myc, sur un chromosome portant un des gènes des anticorps produits par les lymphocytes B. Les lymphocytes B produisent beaucoup d anticorps. Ainsi, après translocation c-myc est produit anormalement dans les lymphocytes B, qui ont alors une multiplication importante, provoquant une leucémie.

29 Epstein-Barr Virus et cancer Le cancer du nasopharynx (NPC) se développe en arrière des fosses nasales. Cette région joue un rôle de filtre et arrête les poussières et microbes inhalés par le nez. Ce filtre est formé par une muqueuse respiratoire, hérissée de cils, reposant sur une sous-muqueuse riche en lymphocytes. C est à la jonction entre ces deux populations cellulaires épithéliale et lymphocytaire que se développe le cancer.

30 Epstein-Barr Virus et cancer Distribution géographique des carcinomes nasopharyngés chez les individus de sexe masculin(circ, Lyon)

31 Epstein-Barr Virus et cancer La répartition du cancer du nasopharynx est due à un deuxième facteur relié des habitudes alimentaires qui caractérisent chaque groupe ethnique. Chez les Chinois cantonais, les préparations de poissons séchés, salés ou non, le plus souvent non vidés, contiennent des cancérogènes (nitrosamines) et des substances qui activent l EBV. Dans le Maghreb, les préparations traditionnelles de harissa contiennent aussi des substances activant l EBV. Enfin, un facteur génétique intervient. Les individidus de certains groupes tissulaires HLA ont un risque NPC plus élevé que la moyenne.

32 Epstein-Barr et cancer En résumé, l EBV est - ubiquitaire (c est-à-dire présent dans tous les groupes humains), - associé à trois maladies présentes dans des groupes différents par les facteurs environnementaux et génétiques. La prévention de ces cancers passe par la modification des facteurs nocifs de l environnement, ou par des tests de détection précoce, très performants pour le NPC. Un vaccin est en développement. Son adminstration dans les populations concernées pose des problèmes éthiques et financiers.

33 Virus des Hépatites et cancer

34 Schéma du VHC Virus des Hépatites et cancer Il existe plusieurs virus des hépatites (infectant le foie) : A, B, C sont les plus répandus. Les infections chroniques par les VHB et VHC peuvent provoquer des cancers primitifs du foie, dus à des modifications des fonctions cellulaires. Génome du VHB Microscopie électronique du VHB Génome du VHC

35 Virus des Hépatites et cancer Le VHB dans le monde : millions de personnes infectées dans le monde, - 20 millions de nouveaux cas par an.

36 Infection par le VHB Virus des Hépatites et cancer

37 Virus des Hépatites et cancer VHC dans le monde : millions de personnes infectées dans le monde, - 5 millions de nouveaux cas par an.

38 Infection par le VHC Virus des Hépatites et cancer

39 Virus des Hépatites et cancer En résumé, les virus des hépatites virales : - sont associés au cancer du foie, - les infections sont fréquentes dans le monde; La prévention de ces cancers passe par des mesure de protection vis-à-vis des produits issus de malades. Un vaccin contre le VHB existe et est administré chez l enfant. Situation particulière de la France vis-à-vis de la vaccination limite la protection. Des essais de vaccin contre le VHC son en cours. Actuellement il n en existe pas.

40 Rétrovirus et cancer

41 Rétrovirus et cancer Le virus T-lymphotropique humain (HTLV-1) est le premier rétrovirus infectant l homme à avoir été isolé, et est le seul connu pour causer des cancers (Leucémies)., dus à une stimulation des lymphocytes par des facteurs de défense immunitaire (IL-2 & IL-15). Schéma d un rétrovirus Microscopie électronique de l HTLV-1 (et du VIH)

42 Les HTLV dans le monde. Rétrovirus et cancer Le nombre de personnes dans le monde infectées par le HTLV-1 et HTLV-2 est estimé à 20 millions. Environ 500,000 personnes infectées par le HTLV-1 développent une leucémie aigüe sévère.

43 Rétrovirus et cancer En résumé, les rétrovirus associés aux cancers : - sont moins rémandus, - il n existe pas de vaccin. La prévention passe par le protectioon vis-à-vis des produits issus de malades.

44 Conclusions sur Virus et cancer Les virus ont de nombreuses relations avec les cancers : soit à leur origine, surtout dans les pays en voie de développement, soit comme agents d infections qui compliquent l évolution des tumeurs. Se prémunir contre les infections est le meilleur moyen de se protéger contre ces cancers. La vaccination, notamment à l échelle mondiale, est le meilleur moyen pour éradiquer les «réservoirs» et les sources de virus. Il existe maintenant des vaccins contre des virus associés aux cancers - contre le virus des papillomes HPV, et le cancers du col de l utérus - contre le virus de l hépatite B, contre certains cancers du foie Il faut encore beaucoup de travail pour la mise au point d autres vaccins notamment contre l EBV et le VHC.

45 Source de documentations pathmicro.med.sc.edu/lecture/

46

47

Vaccination contre le HPV Questions et réponses

Vaccination contre le HPV Questions et réponses Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Etat au 04.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses 1. Qu est-ce que le

Plus en détail

Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents

Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique État au 02.07.2012 Vaccination contre le HPV Questions et réponses pour les adolescents

Plus en détail

VIRUS ET CANCERS. une introduction. Antoine GESSAIN

VIRUS ET CANCERS. une introduction. Antoine GESSAIN VIRUS ET CANCERS une introduction Antoine GESSAIN Unité d Institut Pasteur Virus oncogènes à ARN FLAVIVIRUS RETROVIRUS Humain Animaux Humains Hépatite C Rétrovirus transformants aigus oncogène viral (v-onc)

Plus en détail

Infection par le HPV, papillomavirus

Infection par le HPV, papillomavirus Page 1 sur 6 Infection par le HPV, papillomavirus humain Les différents stades de l'infection par HPV jusqu'au développement de lésions malignes. Les sérotypes HPV, oncogènes, retrouvés dans quasiment

Plus en détail

La virologie générale et médicale

La virologie générale et médicale 11/02/2015 (11h12h) BUJON Solène L2 (CR : Hamza Berguigua) AIH Pr de Lamballerie 10 pages La virologie générale et médicale Plan A. Structure des virus cycle I. Définition d un virus II. Les constituants

Plus en détail

Vaccin contre les HPV

Vaccin contre les HPV Vaccin contre les HPV EPIDEMIOLOGIE Les infections à HPV sont responsables des IST (Infections Sexuellement Transmissibles) les plus fréquentes (estimation des personnes contaminées comprise entre 10 et

Plus en détail

CANCER ET TABAC EN AFRIQUE. Hamdi Cherif Mokhtar

CANCER ET TABAC EN AFRIQUE. Hamdi Cherif Mokhtar CANCER ET TABAC EN AFRIQUE Hamdi Cherif Mokhtar EN AFRIQUE : Transition épidémiologique: - Amorce de la transition démographique - Transformations de l environnement - Changement des modes de vie -tabagisme

Plus en détail

1.6 La division cellulaire

1.6 La division cellulaire 1.6 La division cellulaire Notions clé La mitose est la division du noyau en deux noyaux génétiquement identiques. Les chromosomes se condensent par super-enroulement durant la mitose. La cytocinèse se

Plus en détail

Université D Oran, Faculté de Médecine, Service D Histologie-Embryologie Dr Belarbi-Amar. Le virus. Les virus(acaryotes)

Université D Oran, Faculté de Médecine, Service D Histologie-Embryologie Dr Belarbi-Amar. Le virus. Les virus(acaryotes) Les virus(acaryotes) Le virus I-Généralités : Le virus (cellule acaryote) est une entité biologique incapable de se reproduire de façon autonome, nécessitant une cellule hôte, dont il utilise les constituants

Plus en détail

S informer, se proteger, prevenir

S informer, se proteger, prevenir Liens www.wacc-network.org www.eurogin.com www.invs.sante.fr www.has-sante.fr/portail/jcms/j_5/accueil www.sante.gouv.fr www.afssaps.sante.fr www.inpes.sante.fr www.e-cancer.fr S informer, se proteger,

Plus en détail

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus

Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Impact du tabac sur les lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l utérus Docteur Fabienne MESSAOUDI Gynécologue-Obstétricienne Hôpital de Versailles Généralités Les lésions précancéreuses et cancéreuses

Plus en détail

Le guide-santé du sportif

Le guide-santé du sportif que son rôle est lié à l apparition d un cancer, d une résistance ou d une potentialité métastasique, nous allons fabriquer des médicaments qui vont bloquer le rôle du gène. Ce n est plus le napalm qui

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2)

EPIDEMIOLOGIE ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) Épidémiologie(2) Épidémiologie (N 2) ELEVES MANIPULATEURS RADIO/ANNEE 2012 (N 2) EPIDEMIOLOGIE Épidémiologie(2) DEFINITION Petit Robert : C est l étude des épidémies. C est l étude des rapports existant entre les maladies et divers facteurs

Plus en détail

Human Papilloma Virus Vaccine Vaccin contre le HPV

Human Papilloma Virus Vaccine Vaccin contre le HPV Human Papilloma Virus Vaccine Vaccin contre le HPV Dr Fokoua Seraphin MD, DSSC, DMBR Gynaecologist -Obstetrician Yaounde Gynaeco-Obstetrics and Pediatric Hospital (YGOPH HGOPY) Cameroon HPV : Généralités

Plus en détail

Cervarix et Gardasil dans la prévention du cancer du col de l'utérus

Cervarix et Gardasil dans la prévention du cancer du col de l'utérus Cervarix et Gardasil dans la prévention du cancer du col de l'utérus UNSPF Lucas Torreilles Juin 2013 Table des matières Introduction 5 I - I) Qu'est-ce que le cancer du col de l'utérus? 7 II - II) Épidémiologie

Plus en détail

Cancer et VIH. Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6

Cancer et VIH. Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 Cancer et VIH Pr. Christine Katlama Hôpital Pitié-Salpêtrière - INSERM U720 Université Pierre et Marie Curie, Paris 6 JNI Lyon - Juin 2009 Cancer et VIH : des interfaces physiopathogéniques communes Deficit

Plus en détail

Cancer et milieu tropical: Les cancers infectieux et le cas particulier des parasites et des champignons. Pr Mathieu Nacher

Cancer et milieu tropical: Les cancers infectieux et le cas particulier des parasites et des champignons. Pr Mathieu Nacher Cancer et milieu tropical: Les cancers infectieux et le cas particulier des parasites et des champignons Pr Mathieu Nacher Evolution démographique Le cancer a un bel avenir sous les tropiques Cancers

Plus en détail

Interactions hôte agent infectieux. Herpesvirus. Ganglion du nerf trijumeau Ganglions sacrés Ganglions rachidiens et des paires crâniennes

Interactions hôte agent infectieux. Herpesvirus. Ganglion du nerf trijumeau Ganglions sacrés Ganglions rachidiens et des paires crâniennes La famille des Herpesviridae comporte une centaine d espèces virales dont 8 sont responsables d infections strictement humaines : HSV-1 et -2, VZV, CMV, HHV6, EBV, HHV7 et HHV8. Ce sont des virus enveloppés

Plus en détail

Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses

Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses Ce qu il faut savoir sur le virus du papillome humain (VPH) : Questions et réponses Qu est-ce que le VPH? Qu est-ce que le VPH? Quels sont les signes et les symptômes d une infection à VPH? Le VPH cause-t-il

Plus en détail

Leçon 1 : Les caractères d un individu Date : Chaque être humain possède de nombreux caractères.

Leçon 1 : Les caractères d un individu Date : Chaque être humain possède de nombreux caractères. Leçon 1 : Les caractères d un individu Date : Chaque être humain possède de nombreux caractères. Certains caractères sont communs à tous les individus de notre espèce et permettent de nous distinguer des

Plus en détail

Virus et Cancers. EBV 1964 Hépatite B 1971 Hépatite C 1989 HTLV1 1980. HPVs onco. 1983 HHV8 1994

Virus et Cancers. EBV 1964 Hépatite B 1971 Hépatite C 1989 HTLV1 1980. HPVs onco. 1983 HHV8 1994 Virus et Cancers EBV 1964 Hépatite B 1971 Hépatite C 1989 HTLV1 1980? HPVs onco. 1983 HHV8 1994 Rétrovirus? Polyomavirus? PNAS, 2007 Carcinome de Merckel et nouveau polyomavirus, Feng H, Shuda M, Chang

Plus en détail

INFORMATION CHAPITRE 3 GÉNÉTIQUE CE QUE JE SAIS...

INFORMATION CHAPITRE 3 GÉNÉTIQUE CE QUE JE SAIS... GÉNÉTIQUE CHAPITRE 3 INFORMATION Fœtus de trois mois (il mesure environ 10 cm). La division cellulaire est indispensable au développement embryonnaire mais aussi à la croissance de l enfant, de l'adolescent

Plus en détail

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH)

Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Infection par le Virus de l Immunodéficience Humaine (VIH) Le virus de l immunodéficience humaine, le VIH, est responsable du syndrome de l'immunodéficience acquise, le sida. Une personne est séropositive

Plus en détail

Cellules souches cancéreuses : exemple du cancer gastrique

Cellules souches cancéreuses : exemple du cancer gastrique Cellules souches cancéreuses : exemple du cancer gastrique Christine Varon, MCF INSERM U853 Laboratoire de Bactériologie du Pr. F. Mégraud Université Bordeaux Segalen christine.varon@u-bordeaux2.fr Le

Plus en détail

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE

Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE Chapitre 7 : IMMUNOLOGIE (*) Introduction Définition : SYSTEME IMMUNITAIRE (SI) : C est un ensemble d organes, de cellules et de tissus dont la fonction est la défense du corps humain, c est à dire le

Plus en détail

HPV Human Papilloma Virus

HPV Human Papilloma Virus QuickTime et un décompresseur GIF sont requis pour visualiser cette image. PATHOLOGIE GYNECOLOGIQUE HPV INDUITE J.L.LEROY Hôpital Jeanne de Flandre CHRU LILLE XI Journée e Régionale R de pathologie infectieuse

Plus en détail

Qu'est-ce que l'hyperthyroïdie? Pourquoi?

Qu'est-ce que l'hyperthyroïdie? Pourquoi? Corps du texte 1.Qu'est-ce que l'hyperthyroïdie? 2.Pourquoi? 3.Quels symptômes et quelles conséquences? 4.Quelques chiffres 5.Traitement 6.Conséquences sur la vie scolaire 7.Quand faire attention? 8.Comment

Plus en détail

Pathogénèse ou Pathogénie : Étude des causes et du développement des maladies. Désigne aussi le processus suivant lequel une maladie évolue.

Pathogénèse ou Pathogénie : Étude des causes et du développement des maladies. Désigne aussi le processus suivant lequel une maladie évolue. Palliatif : Qui supprime ou atténue les symptômes d une maladie sans agir sur ses causes. Les soins palliatifs sont l ensemble des soins et du soutien destiné à accompagner un malade dont l état général

Plus en détail

Le cancer, le grand envahisseur.

Le cancer, le grand envahisseur. Le cancer, le grand envahisseur. Jean-Paul Sculier Service des soins intensifs et urgences oncologiques & Oncologie thoracique Institut Jules Bordet (ULB) www.pneumocancero.com Définition et histoire naturelle

Plus en détail

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE

LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE. Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE LES DIFFÉRENTS ASPECTS DE LA CANCÉROLOGIE Formation destinée aux Aides Soignantes 19 mars 2015 Nicole MOREL Réseau ONCOLIE PLAN 1. Cancérogénèse/Définition 2. Les causes connues 3. Epidémiologie 4. Prévention

Plus en détail

Papillomavirus humains (HPV)

Papillomavirus humains (HPV) Papillomavirus humains (HPV) Histoire naturelle Test HPV Pr. Christine Clavel-Cravoisier, CHU Reims, INSERM UMRS 903 Comment améliorer le dépistage? Depuis 20 ans : découverte de l agent causal du cancer

Plus en détail

Virus et cancer chez l Homme. Master2 Novembre 2011

Virus et cancer chez l Homme. Master2 Novembre 2011 Virus et cancer chez l Homme Master2 Novembre 2011 Contexte historique Historique : - 1900 : description de transmission de verrue via extrait acellulaire - 1908 : transmission de leucémie de l oiseau

Plus en détail

INTERVIEW. Dr K. MOUSSAYER. SUR L'AUTO-IMMUNITE

INTERVIEW. Dr K. MOUSSAYER. SUR L'AUTO-IMMUNITE INTERVIEW Dr K. MOUSSAYER Présidente de l Association Marocaine des Maladies Auto-immunes et Systémiques (AMMAIS) Pouvez vous nous définir les missions de l AMMAIS Les objectifs de l AMMAIS, créée en 2010

Plus en détail

Qu est-ce qu un vaccin?

Qu est-ce qu un vaccin? Fiche technique n 8 Qu est-ce que la vaccination? Un vaccin est un médicament particulier, destiné à «éduquer» le système immunitaire* à se défendre contre un agent pathogène* bien déterminé. Il a pour

Plus en détail

UE : MIC 212 Enseignant : Pr Koulla Sinata/Dr Francois-Xavier MBOPI KEOU Cible : Etudiants de niveau L3 des filières médicales.

UE : MIC 212 Enseignant : Pr Koulla Sinata/Dr Francois-Xavier MBOPI KEOU Cible : Etudiants de niveau L3 des filières médicales. TITRE : TOGAVIRIDAE : LE VIRUS DE LA RUBEOLE Enseignant : Pr Koulla Sinata/Dr Francois-Xavier MBOPI KEOU A la fin du cours, l étudiant doit être capable de : Définir les caracteristiques virologiques,

Plus en détail

Préhistoire du Cancer? Des tumeurs osseuses chez les dinosaures?

Préhistoire du Cancer? Des tumeurs osseuses chez les dinosaures? Préhistoire du Cancer? Des tumeurs osseuses chez les dinosaures? Préhistoire du Cancer? Bruce Rothschild, du Northeastern Ohio Universities College of Medicine (Rootstown, Etats-Unis), a analysé, par rayons

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien.

PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme. CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. PARTIE II : Risque infectieux et protection de l organisme CHAPITRE 1 : L homme dans son environnement microbien. Grippe, gastro-entérite, angine, otite,...nous sommes régulièrement malades. Quelles sont

Plus en détail

POUR LES ENSEIGNANTS DU LYCEE

POUR LES ENSEIGNANTS DU LYCEE PISTES D EXPLOITATION PEDAGOGIQUE DES EXPEDITIONS MOZAMBIQUE MADAGASCAR 2009-2010 POUR LES ENSEIGNANTS DU LYCEE Les pistes détaillées dans ce document s appuie essentiellement sur les programmes scolaires

Plus en détail

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil.

Le corps humain contient 2 à 4 grammes de zinc, les plus fortes concentrations se trouvant dans la prostate et certaines parties de l œil. Zinc EN BREF Introduction Le zinc (Zn) est un oligoélément essentiel à toutes les formes de vie et que l on trouve dans près de 100 enzymes spécifiques. Après le fer, le zinc est l oligoélément le plus

Plus en détail

Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine

Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine Ce que nous devons savoir sur le virus VIH (HIV) et le SIDA (AIDS) Lidia Belkis Archbold Ministère de la Santé Division Interaméricaine Le virus VIH Il fut découvert, en 1983, par l équipe de Luc Montagnier,

Plus en détail

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer

BL01 : Environnement agro-industriel et cancer Note : ce document n est qu une prise de note rédigée pendant le cours de BL01. Il ne peut donc se substituer au cours d autant plus qu il est souvent incomplet (la 2 ème heure était souvent celle de la

Plus en détail

Epigénétique. «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes.

Epigénétique. «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes. Epigénétique Introduction «pourquoi toutes les cellules d'un organisme ne sont-elles pas identiques» Alors qu elles ont toutes les mêmes gènes. Deux périodes successives récentes dans l étude des génomes

Plus en détail

Petit manuel. entre femmes. des infections. sexuellement transmissibles

Petit manuel. entre femmes. des infections. sexuellement transmissibles Petit manuel des infections sexuellement transmissibles entre femmes Qu est-ce qu une IST? Les IST sont les Infections Sexuellement Transmissibles. Elles se transmettent principalement lors de relations

Plus en détail

Explications des réponses

Explications des réponses Explications des réponses Explications des réponses Question 1 : Un vaccin, c est... (information adaptée de l ouvrage Avoir la piqûre pour la santé de votre enfant, 3e édition, page 10) La vaccination

Plus en détail

I. Symptômes et épidémiologie de la grippe

I. Symptômes et épidémiologie de la grippe 2 LA GRIPPE Objectifs : présenter les principaux symptômes de la grippe à l'aide de schémas, repérer les principales caractéristiques structurales du virus et les étapes du cycle viral décrire la voie

Plus en détail

Le guide qui préserve votre capital Bien-être

Le guide qui préserve votre capital Bien-être www.reperessante.mu Le guide qui préserve votre capital Bien-être LE Cancer du col de l utérus INFORMATION - Prévention - Dépistage - Traitement Les clés de la compréhension pour mieux se prémunir et agir

Plus en détail

Mort cellulaire. Lara Chalabreysse

Mort cellulaire. Lara Chalabreysse Mort cellulaire Lara Chalabreysse 1 1/ Apoptose 2 Définition Forme de mort cellulaire Eliminer les cellules indésirables Étapes coordonnées programmées Gènes dédiés à cette tache Implications Développement

Plus en détail

Tumeurs de la cavité buccale et des voies aérodigestives

Tumeurs de la cavité buccale et des voies aérodigestives Université Médicale Virtuelle Francophone Polycopié national de cancérologie Tumeurs de la cavité buccale et des voies aérodigestives supérieures (145) Professeur J. BOURHIS, Professeur F. ESCHWEGE - Institut

Plus en détail

RECHERCHES GENEALOGIQUES par l ADN. Présentée par Mr AMIRAULT

RECHERCHES GENEALOGIQUES par l ADN. Présentée par Mr AMIRAULT RECHERCHES GENEALOGIQUES par l ADN Présentée par Mr AMIRAULT 1 I / Comment suis-je arrivé à l A.D.N.? l ancêtre connu en France portant le patronyme une charte de mars 1224 un serf affranchi par l abbé

Plus en détail

Les stratégies thérapeutiques pour vaincre le cancer

Les stratégies thérapeutiques pour vaincre le cancer Les stratégies thérapeutiques pour vaincre le cancer Valérie Kokoszka En 2016, pharma.be, l Association générale de l industrie du médicament, fête ses 50 ans. A cette occasion, nous revenons dans cette

Plus en détail

Terminale Spé. 3 {3.8} Diabètes

Terminale Spé. 3 {3.8} Diabètes Vous êtes étudiant en médecine, et devez réaliser un dossier sur les différents diabètes, en intégrant et commentant les documents fournis, et en suivant le plan : Introduction/définition, clinique (les

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LE SIDA UNE MALADIE QUI TOUCHE LE SYSTEME IMMUNITAIRE

CHAPITRE 1 : LE SIDA UNE MALADIE QUI TOUCHE LE SYSTEME IMMUNITAIRE INTRODUCTION Les défenses immunitaires sont capables d identifier et d éliminer les cellules et molécules étrangères à l organisme ou celles qui le sont devenues comme les cellules cancéreuses. Les macrophages

Plus en détail

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter-

Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Dossier de Presse L hépatite B -Mieux la connaître pour mieux la traiter- Largement débattue au cours du XII ème congrès de Gastroentérologie, tenu ce week end, l hépatite B mérite d être mieux connue

Plus en détail

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1

Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Comment une cellule en G0 peut rentrer en G1 Les cellules-filles, dès la sortie de mitose, peuvent entrer en phase G0, stade de non division ou de «quiescence». La plupart des cellules dans un organisme

Plus en détail

Section A La procréation

Section A La procréation La reproduction Section A La procréation 1. FécondationF Un seul spermatozoïde transperce la membrane de l ovule. Un mécanisme empêche tous les autres d entrer. La fécondation a lieu dans le 1 er tiers

Plus en détail

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011

313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 313-40011-B MIS À JOUR EN MARS 2011 SOMMAIRE 1 - La vaccination, comment ça marche? 3, 4 et 5 2 - Les vaccins détériorent-ils LA protection naturelle contre les maladies? 6 3 - Avec autant de vaccins,

Plus en détail

La cellule. Partie de la cellule ADN. Membrane nucléaire. Noyau. Cytoplasme (cytosol+organites) Membrane cellulaire. Définition de la cellule :

La cellule. Partie de la cellule ADN. Membrane nucléaire. Noyau. Cytoplasme (cytosol+organites) Membrane cellulaire. Définition de la cellule : La cellule Définition de la cellule : Partie de la cellule Rôle ADN Membrane nucléaire Noyau Cytoplasme (cytosol+organites) Membrane cellulaire 54 Les différents niveaux d organisation du corps humain

Plus en détail

Virus. Que sont les virus? Un virion (particule virale) a trois parties majeures : www.safewater.org

Virus. Que sont les virus? Un virion (particule virale) a trois parties majeures : www.safewater.org Virus Que sont les virus? La majorité de nous ont eu un rhume ou la grippe au moins une fois pendant nos vies, alors c est facile de souvenir combien horrible nous sentons quand nous sommes malades. Comment

Plus en détail

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans

La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans La médecine personnalisée Daniel Locker Professeur honoraire Université Orléans Introduction En 1992, l introduction d'un anticorps monoclonal, l herceptine, pour le traitement du cancer du sein a donné

Plus en détail

Projet de recherche sur les MTS

Projet de recherche sur les MTS Projet de recherche sur les MTS Objectif : Les participants devront définir et décrire les MTS les plus courantes Structure : Petits groupes Durée : 30 minutes, plus un cours consacré aux présentations

Plus en détail

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles

Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles Le Livre des Infections Sexuellement Transmissibles SOMMAIRE QU EST-CE QU UNE IST? p. 5 La Blennorragie gonococcique p. 7 La Chlamydiose p. Les Condylomes p. L Hépatite B p. L Herpès génital p. Les Mycoplasmes

Plus en détail

L'ADN peut être copié au travers des générations cellulaires successives de manière fidèle, c'est la réplication de l'adn.

L'ADN peut être copié au travers des générations cellulaires successives de manière fidèle, c'est la réplication de l'adn. 24/09/2014 REBOUL Nicolas L2 CR : Hamza BERGUIGUA Génétique Médicale Dr Martin KRAHN 8 pages Introduction à la Génétique Médicale : Les champs de la Génétique Médicale, La place de la Génétique Médicale

Plus en détail

Les tumeurs osseuses

Les tumeurs osseuses Janvier 2014 Fiche tumeur Prise en charge des adolescents et jeunes adultes Les tumeurs osseuses LE SARCOME D EWING Auteurs L OSTEOSARCOME Dr Perrine MAREC-BERARD Tous droits réservés. Reproduction interdite.

Plus en détail

Quelques nouveautés et bonnes pratiques en Biologie Médicale

Quelques nouveautés et bonnes pratiques en Biologie Médicale Quelques nouveautés et bonnes pratiques en Biologie Médicale Dr Eric Sevin, Biologiste Médical Groupe Biolyss 1 CDT et imprégnation alcoolique 2 Transferrine Transferrine, glycoprotéine présente dans le

Plus en détail

Infections génitales à HPV. Bases fondamentales

Infections génitales à HPV. Bases fondamentales Infections génitales à HPV. Bases fondamentales La recherche de l agent causal a été à la base du succès de la lutte contre la plupart des maladies infectieuses. On aurait pu penser que l acquisition des

Plus en détail

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire

Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire UE de l agent infectieux à l hôte Janvier 2012 Mise en évidence des agents infectieux par Biologie Moléculaire Dr Isabelle GARRIGUE Laboratoire de Virologie Professeur FLEURY isabelle.garrigue@chu-bordeaux.fr

Plus en détail

Espèces. Bactérie 0,92 1,03 Levure 1,80 1,00 Ail 1,73 1,01 Blé 1,22 0,98. Taux fort. Aucun Plutonium. Taux. moyen de fumée + plutonium

Espèces. Bactérie 0,92 1,03 Levure 1,80 1,00 Ail 1,73 1,01 Blé 1,22 0,98. Taux fort. Aucun Plutonium. Taux. moyen de fumée + plutonium DS Chapitre 3 : L ADN, support de l information génétique Partie 1 : Restitution des connaissances. 1/ Définir : gène, mutation 2/ Citer le nom de la «brique» de base de la molécule d ADN. Représenter

Plus en détail

V. Exemples choisis. 1. Classification et propriétés

V. Exemples choisis. 1. Classification et propriétés V. Exemples choisis 1. Classification et propriétés Autrefois, les Polyomavirus et les Papillomavirus étaient regroupés en une famille unique nommée Papovaviridae (nom qui regroupe le début du nom de chaque

Plus en détail

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux

VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux 1 VPH Virus du Papilloma Humain Condylomes génitaux DESCRIPTION Le Virus du Papilloma Humain (VPH) existe sous plus de 150 souches différentes. Seul une quarantaine est responsable des condylomes génitaux

Plus en détail

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE

GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE GENERALITES I QUELQUES DEFINITIONS II LA MALADIE III LE DISPOSITIF DE GESTION DE LA SANTE ANIMALE EN VENDEE I QUELQUES DEFINITIONS (Sources : Groupement Technique Vétérinaire 85) Abcès Agent Pathogène

Plus en détail

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014

Vieillissement immunitaire et risque infectieux. Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Vieillissement immunitaire et risque infectieux Dr F.Rachidi-Berjamy Capacité de gériatrie 23 Mai 2014 Introduction L immunité = la résistance aux maladies, et spécifiquement infectieuses La physiologie

Plus en détail

SENAT - Samedi 14 février 2015. Cancers Pédiatriques & Règlements Européens

SENAT - Samedi 14 février 2015. Cancers Pédiatriques & Règlements Européens SENAT - Samedi 14 février 2015 Cancers Pédiatriques & Règlements Européens En France, 1700 nouveaux cas de cancers sont diagnostiqués chaque année dans la population des enfants de moins de 15 ans et 800

Plus en détail

Purpura thrombopénique idiopathique

Purpura thrombopénique idiopathique Purpura thrombopénique idiopathique I. Définition Le purpura thrombopénique idiopathique (PTI) ou purpura thrombopénique auto-immun est caractérisé par une diminution du chiffre des plaquettes circulantes

Plus en détail

CANCER DES VOIES AÉRO-DIGESTIVES SUPÉRIEURES (VADS)

CANCER DES VOIES AÉRO-DIGESTIVES SUPÉRIEURES (VADS) CANCER DES VOIES AÉRO-DIGESTIVES SUPÉRIEURES (VADS) Description et fonctions des VADS : C est l ensemble formé de la bouche, du pharynx et du larynx Elles permettent le passage de l air et des aliments

Plus en détail

Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer

Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer Objectif 11 : Donner à chacun les moyens de réduire son risque de cancer L activité physique régulière et la consommation de fruits et légumes réduisent le risque de cancers. À l inverse, le surpoids et

Plus en détail

FRENCH. Ensemble nous pouvons vaincre le cancer du col de l'utérus

FRENCH. Ensemble nous pouvons vaincre le cancer du col de l'utérus All you need to know about the HPV vaccine that reduces the risk of cervical cancer Tout ce que vous devez savoir sur le vaccin PVH qui réduit le risque de cancer du col de l utérus Ensemble nous pouvons

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Vacciner protège. Un guide des vaccinations pour propriétaires de chats

Vacciner protège. Un guide des vaccinations pour propriétaires de chats Vacciner protège Un guide des vaccinations pour propriétaires de chats 2 VACCINER PROTÈGE Les vaccins sont-ils vraiment nécessaires? La réponse est clairement OUI! On voit encore et toujours des chats

Plus en détail

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008

Micro-organismes et voies de transmission. A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 Micro-organismes et voies de transmission A. Lasheras et D. Monnin Forcomed 2008 1 Microorganismes / microbes / agents infectieux? Ce sont : Des bactéries Des virus Des parasites Des champignons: filamenteux

Plus en détail

L hyperméthylation des gènes suppresseurs de tumeur comme marqueur en cancérologie

L hyperméthylation des gènes suppresseurs de tumeur comme marqueur en cancérologie L hyperméthylation des gènes suppresseurs de tumeur comme marqueur en cancérologie Florence de Fraipont UF Cancérologie Biologique et Biothérapie, pôle de Biologie, CHU Grenoble Définitions Méthodes d

Plus en détail

http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr

http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr http://portaildoc.univ-lyon1.fr Creative commons : Paternité - Pas d Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr UNIVERSITE CLAUDE BERNARD

Plus en détail

thera Boostez vos défenses immunitaires pour un hiver serein! N 3 L INFORMATION AU SERVICE DE LA NUTRITION octobre 2011

thera Boostez vos défenses immunitaires pour un hiver serein! N 3 L INFORMATION AU SERVICE DE LA NUTRITION octobre 2011 octobre 2011 thera N 3 L INFORMATION AU SERVICE DE LA NUTRITION Boostez vos défenses immunitaires pour un hiver serein! thera Edito Chères clientes, chers clients, L automne est là Le changement de saison

Plus en détail

Dossier : l'estomac Anatomie Pathologie

Dossier : l'estomac Anatomie Pathologie 1 Dossier : l'estomac Anatomie Pathologie 2 L'estomac humain L'estomac est un organe qui fait partie de l'appareil digestif. Il est en forme de poche, et il est situé entre l'œsophage en haut, et le duodénum

Plus en détail

VACCINATION CONTRE LE CANCER DU COL DE L UTÉRUS

VACCINATION CONTRE LE CANCER DU COL DE L UTÉRUS XXXXXXXX GAR_patb_1210_f COMMENT ME PROTÉGER? XXXXXXXXXXXXX Cette brochure vous est offerte par Depuis le 1 er janvier 2011 la vaccination HPV est prise en charge pour toutes les femmes jusqu à 26 ans

Plus en détail

Virus oncogènes humains

Virus oncogènes humains UE virologie Cours samedi 21/11/09 10h30 Professeur : Pr. Vincent MARECHAL Centre de Recherche des Cordeliers vincent.marechal@crc.jussieu.fr Virus oncogènes humains 1 sur 16 Table des matières Généralités

Plus en détail

Extrait cours svt 3e. semaine 3

Extrait cours svt 3e. semaine 3 Extrait cours svt 3e semaine 3 Chapitre 1 : Tous parents, tous différents Le titre du chapitre est «tous pareils, tous différents». Le même chapitre, repris plus en détails en Terminale est «tous parents,

Plus en détail

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie

PSE 2. Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados. Premiers secours en équipe. L hygiène et asepsie Premiers secours en équipe L hygiène et asepsie Service Départemental d'incendie et de Secours du Calvados hygiène et asepsie A la fin de cette partie vous serez capable d indiquer : D appliquer les règles

Plus en détail

PATHOLOGIE DES GRANULOCYTES (ou POLYNUCLEAIRES)

PATHOLOGIE DES GRANULOCYTES (ou POLYNUCLEAIRES) PATHOLOGIE DES GRANULOCYTES (ou POLYNUCLEAIRES) I/Rappel A/ Description Noyau polylobé d où le terme polynucléaire Cytoplasme granuleux d où le terme granulocyte. Selon la coloration des granulations on

Plus en détail

LES BASES GENETIQUES DE LA SEP

LES BASES GENETIQUES DE LA SEP LES BASES GENETIQUES DE LA SEP Deux hypothèses sont possibles. Ou bien la SEP est liée à une anomalie génétique unique directement responsable de la maladie (dans ce cas il existe un gène de la SEP) ou

Plus en détail

Leucémie. Causes, Facteurs de risques

Leucémie. Causes, Facteurs de risques Leucémie La leucémie ou cancer du sang ou leucose aiguë des organes hématopoïétiques(sang, rate, ganglions, moelle osseuse) est un type de cancer qui entraîne la fabrication par l organisme d un trop grand

Plus en détail

Correction des exercices d'immunologie. 1- Exercice 5 p. 360 Informations/ connaissances importantes à noter au brouillon à la lecture de l'énoncé

Correction des exercices d'immunologie. 1- Exercice 5 p. 360 Informations/ connaissances importantes à noter au brouillon à la lecture de l'énoncé TS-Thème 6 : immunologie N. Pidancier 2010-2011 Correction des exercices d'immunologie 1- Exercice 5 p. 360 Informations/ connaissances importantes à noter au brouillon à la lecture de l'énoncé ''la souris

Plus en détail

LEXIQUE DU COURS DE 2NDE SVT. THEME : Cellule, Adn et Unité du vivant

LEXIQUE DU COURS DE 2NDE SVT. THEME : Cellule, Adn et Unité du vivant LEXIQUE DU COURS DE 2NDE SVT THEME : Cellule, Adn et Unité du vivant Remarque préliminaire : ce lexique n'a pas la prétention ni l'objectif d'être encyclopédique ou exhaustif sur le thème. Il est très

Plus en détail

Devoir maison n 1 : La relation entre phénotypes et protéines

Devoir maison n 1 : La relation entre phénotypes et protéines Devoir maison n 1 : La relation entre phénotypes et protéines Une maladie génétique : Le Xeroderma pigmentosum A partir des informations tirées des documents 1 à 4, présentez les divers niveaux de phénotypes

Plus en détail

RECOMMANDATIONS RELATIVES AU PROGRAMME DE VACCINATION CONTRE LE VIRUS DU PAPILLOME HUMAIN COMITÉ CANADIEN SUR L IMMUNISATION

RECOMMANDATIONS RELATIVES AU PROGRAMME DE VACCINATION CONTRE LE VIRUS DU PAPILLOME HUMAIN COMITÉ CANADIEN SUR L IMMUNISATION RECOMMANDATIONS RELATIVES AU PROGRAMME DE VACCINATION CONTRE LE VIRUS DU PAPILLOME HUMAIN COMITÉ CANADIEN SUR L IMMUNISATION i PROMOUVOIR ET PROTÉGER LA SANTÉ DES CANADIENS GRÂCE AU LEADERSHIP, AUX PARTENARIATS,

Plus en détail

Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel

Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel SPP Politique Scientifique Journée d étude 30 octobre 2003 ITUH - Bruxelles Enjeux de la susceptibilité génétique en milieu professionnel Tests cytogénétiques : utilité en médecine du travail Difficulté

Plus en détail

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION

TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION TRANSMISSION DES VIRUS ET CYCLE DE MULTIPLICATION II. 1 Généralités II.2 Transmission des Virus II.3 Grandes étapes de Cycle de Multiplication Attachement Pénétration Réplication Libération II. 1 Généralités

Plus en détail

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque.

Sommaire : LES CANCERS DU SEIN. 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. LES CANCERS DU SEIN Ne donnez pas votre sein au cancer! Sommaire : 1-Qu est- ce qu un cancer? 2-Qu est -ce qu un cancer du sein? 3- Les facteurs de risque. 4-Le dépistage : Les symptômes. Ce dépliant est

Plus en détail

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire

Thérapie anti-âge. Revitalisation cellulaire Thérapie anti-âge Revitalisation cellulaire La qualité du fonctionnement de notre organisme diminue avec l âge, en particulier les systèmes physiologiques importants tels que : Le système immunitaire,

Plus en détail