Comprendre et construire les groupes. Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Comprendre et construire les groupes. Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999"

Transcription

1 RECENSIONS Comprendre et construire les groupes Auteure : Chantal Leclerc Éditions : Les Presses de l Université Laval, 1999 En commençant à rédiger ce commentaire, je me suis rappelé une réflexion d un collègue (qui est lui-même auteur de plusieurs ouvrages) : «Il y a le livre qu un auteur écrit et celui que lit le lecteur. Et il s agit rarement du même livre» 21. Je parlerai donc du livre que j ai lu, filtré à travers mes préoccupations d enseignant et de consultant, mais surtout à travers mes cadres de référence privilégiés. Voyons tout d abord de quoi il est question dans cet ouvrage. Dans l introduction, l auteure annonce les intentions qui sous-tendent son projet : 1. Présenter un champ d étude et d intervention; 2. Faire reconnaître la perspective constructiviste qu elle privilégie en tant que chercheure et intervenante. Notre commentaire abordera successivement ces deux aspects. 1. Présenter un champ d étude et d intervention. En ce qui concerne la présentation d un champ d étude, le livre remplit bien ses promesses et suscitera l intérêt de ceux voulant se familiariser avec les phénomènes psychosociaux qui se manifestent dans les groupes. Il faut cependant préciser que la définition donnée par l auteure au groupe, et qui est 21 St-Arnaud, Y. (1989). Les petits groupes : participation et communication. Deuxième édition. Montréal : PUM et Éditions du CIM.

2 180 Recensions : Comprendre et construire les groupes présentée dans le chapitre un, est très large et s applique ici à ce que d autres auteurs, dont Yves St-Arnaud (1989) 1, qualifieraient de rassemblements. Nous commenterons davantage ce chapitre dans la section suivante. Dans le chapitre deux, l auteure présente trois dimensions du fonctionnement des groupes : instrumentale, relationnelle et contextuelle. Le chapitre trois est consacré au rôle déterminant des groupes concrets dans le processus de production des représentations sociales; l auteure démontre ensuite comment ces mêmes représentations influencent les relations intergroupes. Dans le chapitre quatre, l auteure présente les groupes comme des microstructures sociales «qui permettent la socialisation des individus et leur intégration dans une communauté et dans une culture» (p. 93); ce chapitre est consacré principalement aux phénomènes d intériorisation des rôles, de normalisation et de conformité. Le cinquième chapitre se penche sur les processus impliqués dans la remise en question des rapports sociaux et sur les conditions favorisant l émergence du changement; le changement et l innovation sont expliqués à partir de la théorie des rôles, de la théorie de l échange et du désir de reconnaissance. Le sixième chapitre propose une réflexion sur le pouvoir, articulée autour de quatre approches : consensuelle, structuro-fonctionnaliste, stratégique et constructiviste. Dans le chapitre sept, l auteure se penche sur la communication et la métacommunication et présente trois grands modèles : le modèle du code, le modèle de l inférence et le modèle interactionnel (inspiré notamment des travaux de l école de Palo Alto). Comme nous pouvons le constater, l ouvrage de Chantal Leclerc couvre un large champ d étude. Par contre, pour ce qui est de l objectif de présenter un champ d intervention, le livre risque de laisser le lecteur praticien sur son appétit. De l aveu même de l auteure, cet aspect est moins développé. «Alors que les précédents chapitres étaient surtout consacrés à une compréhension de la dynamique et des processus de groupe, ce huitième et dernier chapitre se situe dans une perspective résolument pratique» (p. 255). La place réservée à l intervention est donc nettement plus restreinte et n apporte guère de nouveautés. On y traite de l observation et de l animation d un groupe restreint, en rappelant notamment tous les processus de groupe qui peuvent faire l objet d observation et d élucidation. On peut également déplorer que l auteure n élabore pas davantage sur l usage que peut faire le praticien qu il soit responsable d une équipe de travail, consultant organisationnel, enseignant, animateur ou membre d un groupe des connaissances relatives aux phénomènes et processus étudiés dans l ouvrage.

3 Recensions : Comprendre et construire les groupes Faire reconnaître la perspective constructiviste Cette préoccupation est constante tout au long de l ouvrage. L auteure prend soin de resituer, dans une perspective constructiviste, les différents phénomènes et processus qu elle étudie. Cette perspective constructiviste a notamment l avantage d introduire beaucoup de relativisme dans l interprétation des phénomènes de groupe et de sensibiliser le lecteur au fait que tous les modèles et cadres de référence sont des construits, certains étant plus viables que d autres. Cela m amène à traiter de l ouvrage sous l angle de certaines positions que prend l auteure, notamment dans le premier chapitre. Dans celui-ci, elle expose sa vision et sa définition du groupe, en plus de nous proposer, en quelque sorte, un cadre de référence pour l ensemble de l ouvrage. Le groupe y est défini comme une réalité sociale relativement indépendante de la volonté des acteurs. Le groupe est un champ psychosocial dynamique constitué d un ensemble repérable de personnes dont l unité résulte d une certaine communauté du sort collectif et de l interdépendance des sorts individuels. Ces personnes, liées volontairement ou non, sont conscientes les unes des autres, interagissent et s interinfluencent directement (p. 30). Cette définition se démarque des approches qui insistent sur l importance des choix que font les personnes réunies pour donner naissance à un système-groupe. Ici, la notion d intentionnalité de l action semble être reléguée au second plan. Par contraste, le modèle de St-Arnaud suggère aux membres d un groupe d agir de façon intentionnelle pour développer et maintenir des relations coopératives. Toute la cohérence de ce dernier modèle s appuie sur cette prémisse : le groupe fonctionnera de façon plus satisfaisante et efficace si les membres se perçoivent comme des acteurs capables de faire des choix personnels susceptibles d orienter le fonctionnement du groupe. La direction dans laquelle les membres sont invités à influencer les choses est celle de la coopération. On ne retrouve pas, dans le livre de Chantal Leclerc, une orientation équivalente. Il aurait été intéressant que l auteure nous explique davantage en quoi et pour qui la définition qu elle propose lui semble plus viable que celle des auteurs qu elle critique. Cette définition est-elle plus utile ou plus viable pour le chercheur? Pour le théoricien? Pour la personne appelée à animer un groupe? Pour le consultant qui intervient de façon à aider un groupe à améliorer une situation jugée insatisfaisante par les membres? Pour les membres eux-mêmes qui veulent améliorer l efficacité de leurs réunions ou le fonctionnement de leur unité de travail?

4 182 Recensions : Comprendre et construire les groupes Toujours dans le premier chapitre, intitulé «Au-delà de la vision consensuelle du groupe restreint», l auteure se positionne en disant que certaines caractéristiques les plus fréquemment citées pour définir le groupe «méritent d être sérieusement discutées, principalement celle qui a trait à la nécessité d une cible commune» (p.13). Dans ce chapitre, l auteure dénonce les théories établissant la poursuite d une cible commune comme condition nécessaire à la naissance d un groupe. Son point de vue est à l effet qu une vision consensuelle du groupe (qu elle associe notamment au modèle de St-Arnaud) et les définitions qui en découlent «trahissent une vision idéalisante du groupe, notamment lorsqu elles reposent sur une exigence de poursuite d une cible ou d objectifs communs» (p. 33). Une telle vision conduit souvent à l exclusion, puisqu elle justifie les discussions sans fin sur des objectifs idéaux plutôt que de convier les personnes rassemblées à voir ce qu elles peuvent faire et devenir ensemble. La vision consensuelle du groupe justifie aussi l obstination à vouloir ramener les autres à une seule vérité présentée comme la meilleure; elle mène à des réactions défaitistes ou agressives au constat de divergences inévitables. La plupart du temps, on constate que l acharnement à déterminer un but commun provoque l effet contraire à celui recherché, à savoir la scission, le retrait ou la démission de celles et ceux qui sont déçus de ne pas trouver le groupe rêvé qu ils recherchent (p. 33). Ce point de vue est en opposition radicale, du moins en apparence, avec les approches qui privilégient la coopération. Je dis en apparence, car le sens que donne l auteure à la notion de cible commune m apparaît erroné. En effet, elle associe la notion de cible commune à une conformité d opinions, à une sorte de dissolution des différences et intérêts personnels au profit d un intérêt collectif. Il n est pas étonnant qu une telle interprétation conduise à une réfutation des modèles dits consensuels. Je parlais plus haut d une apparente opposition. Certaines affirmations de l auteure impliquent en effet la reconnaissance implicite d une cible commune. «Convier les personnes rassemblées à voir ce qu elles peuvent faire et devenir ensemble» (p. 33) correspond tout à fait à ce que St-Arnaud (1989) décrit comme la recherche et la définition d une cible commune (dans la mesure où l ensemble des gens voient un intérêt à ce questionnement). D autres extraits de l ouvrage, comme le suivant, militent aussi dans le sens d un malentendu 22 sur les termes :

5 Recensions : Comprendre et construire les groupes 183 Plusieurs actions collectives peuvent s organiser avec des acteurs qui ne partagent pas les mêmes objectifs ou même avec des parties initialement adverses qui, pour une raison ou une autre, finissent par voir qu elles ont des intérêts communs relatifs à certains enjeux (p. 28). C est précisément la perception d intérêts communs qui fera en sorte que des adversaires accepteront de travailler ensemble pour poursuivre une même cible. Conclusion Somme toute, ce livre représente une synthèse de qualité pour qui s intéresse aux phénomènes de groupe abordés dans la tradition de la psychologie sociale et revisitée avec une perspective constructiviste. Par ailleurs, il ne peut, à mon sens, remplacer des ouvrages qui offrent des modèles d intervention aux praticiens ayant comme objectif d améliorer le fonctionnement des groupes, qu ils soient membres, animateurs ou consultants. Yvan Ouellette Psychologue, consultant en relations humaines 22 Ce malentendu m apparaît d ailleurs assez répandu, notamment dans les milieux qui valorisent le travail d équipe, au point parfois de l imposer.

6 184 Recensions : Comprendre et construire les groupes

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif

28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris. Une démarche de recherche action dans un service associatif 28.06.2011 Communication Congrès AFS 2011 Grenoble RT 20 Philip Aïdan, Cnam Paris Une démarche de recherche action dans un service associatif 1 I. Le contexte institutionnel du processus d évaluation et

Plus en détail

Lire pour préparer un travail

Lire pour préparer un travail Leçon LA LECTURE 2 Analyser le libellé 1 EFFICACE Lire pour préparer un travail Leçon 2 Analyser le libellé Avertissement Dans la présente leçon, on verra comment cerner tous les aspects d une tâche :

Plus en détail

Regroupement des arts interdisciplinaires du Québec (RAIQ)

Regroupement des arts interdisciplinaires du Québec (RAIQ) Consultation du milieu des arts interdisciplinaires sur les besoins en création, diffusion, résidences, documentation et formation ainsi que sur la vision d un lieu identitaire destiné aux pratiques interdisciplinaires

Plus en détail

LE RÉSEAU DES DS VU À TRAVERS LA LUNETTE DE L EMPOWERMENT

LE RÉSEAU DES DS VU À TRAVERS LA LUNETTE DE L EMPOWERMENT LE RÉSEAU DES DS VU À TRAVERS LA LUNETTE DE L EMPOWERMENT William A. «Bill» Ninacs Conférence nationale des DS de la FTQ Laval (Québec) décembre 2012 Esther et moi : PLAN DE LA PRÉSENTATION le développement

Plus en détail

Le développement des pratiques de soins et de services de première ligne Document synthèse

Le développement des pratiques de soins et de services de première ligne Document synthèse Le développement des pratiques de soins et de services de première ligne Document synthèse Centre de santé et de services sociaux de la Vieille-Capitale, Centre affilié universitaire Novembre 2010 Ce document

Plus en détail

L approche des nombres en maternelle

L approche des nombres en maternelle L approche des nombres en maternelle I. Du côté théorique et didactique: A. Le nombre ça sert à quoi? a) Les nombres servent à mémoriser les quantités et à construire ainsi des collections ayant le même

Plus en détail

Dossier des documents de suivi formatif des stages

Dossier des documents de suivi formatif des stages Filières secondaires Dossier des documents de suivi formatif des stages Haute Ecole Pédagogique Documents à l usage des étudiants et des praticiens formateurs Version: 17.08.2010 Pour désigner les personnes,

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT ECOLE COMMUNALE DU CENTRE

PROJET D ETABLISSEMENT ECOLE COMMUNALE DU CENTRE PROJET D ETABLISSEMENT ECOLE COMMUNALE DU CENTRE Depuis septembre 2005 : Immersion en néerlandais Nous organisons l apprentissage en immersion linguistique néerlandais en 3 ème maternelle pour poursuivre

Plus en détail

Le marché de l emploi : une discrimination à l embauche en soi

Le marché de l emploi : une discrimination à l embauche en soi 21/05/2008 ANALYSE Le marché de l emploi : une discrimination à l embauche en soi Par Soizic Dubot, coordinatrice nationale «emploi, revenus, formation» Intervention du 4 mars 2008 Introduction Les entrées

Plus en détail

Préface de la première édition

Préface de la première édition Préface de la première édition AU détour d une phrase ou d un mot, un livre choisi sait toujours vous apporter ce que vous attendez, ici et maintenant. La lecture de ce livre n est pas linéaire, elle s

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

La Nature du coaching

La Nature du coaching ENJEUX ET FONCTIONS DE LA SUPERVISION EN COACHING 1. INTRODUCTION Le coaching connaît un développement croissant dans l entreprise. Ceci a notamment comme conséquence, une «arrivée» massive de nombreux

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

Les discussions en ligne en Chine (Séverine Arsène) Texte commenté par Raphaël Kies (Université du Luxembourg) Journée DEL du 17 décembre 2008

Les discussions en ligne en Chine (Séverine Arsène) Texte commenté par Raphaël Kies (Université du Luxembourg) Journée DEL du 17 décembre 2008 Les discussions en ligne en Chine (Séverine Arsène) Texte commenté par Raphaël Kies (Université du Luxembourg) Journée DEL du 17 décembre 2008 Cette recherche offre une présentation de la culture et de

Plus en détail

FORMATION DES MANAGERS A LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX

FORMATION DES MANAGERS A LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX FORMATION DES MANAGERS A LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX Approche Globale des Risques Psychosociaux L implantation et la conduite d une démarche efficace de prévention des risques psychosociaux

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par François Huot. Saül Karsz, Pourquoi le travail social?, Paris, Dunod 2004, 161 p.

Compte rendu. Ouvrage recensé : par François Huot. Saül Karsz, Pourquoi le travail social?, Paris, Dunod 2004, 161 p. Compte rendu Ouvrage recensé : Saül Karsz, Pourquoi le travail social?, Paris, Dunod 2004, 161 p. par François Huot Nouvelles pratiques sociales, vol. 18, n 2, 2006, p. 234-237. Pour citer ce compte rendu,

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Risques psychosociaux : les dilemmes du travail bien fait

Risques psychosociaux : les dilemmes du travail bien fait Risques psychosociaux : les dilemmes du travail bien fait F. Daniellou MMSH Aix-en-Provence 18 décembre 2012 Dans toute situation de production Certains éléments ont étéanticipés, calculés, intégrés dans

Plus en détail

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales

Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Cahier des charges pour la conception des sujets pour l ECE en TS Évaluation des Compétences Expérimentales Sommaire Définition et objectifs de l épreuve.. p1 Compétences à évaluer.. p2 Conception du sujet..

Plus en détail

UE 3 - MANAGEMENT ET CONTRÔLE DE GESTION Niveau M : 180 heures - 20 ECTS. A - Management. 1. Évolution des modèles d organisation (15 heures)

UE 3 - MANAGEMENT ET CONTRÔLE DE GESTION Niveau M : 180 heures - 20 ECTS. A - Management. 1. Évolution des modèles d organisation (15 heures) UE 3 - MANAGEMENT ET CONTRÔLE DE GESTION Niveau M : 180 heures - 20 ECTS NB : les deux sous-parties de ce programme sont présentées séparément mais la compétence à acquérir doit permettre de réaliser une

Plus en détail

OUTIL 1A CONTENU DE LA FORMATION DAFA

OUTIL 1A CONTENU DE LA FORMATION DAFA CONTENU SOMMAIRE Module 1 : Le monde du loisir OUTIL 1A CONTENU DE LA FORMATION DAFA 1.1 Introduction 0 h 30 1.2 Les principes d une communication efficace 1 h 00 1.3 Le travail d équipe 1 h 30 TOTAL POUR

Plus en détail

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management?

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management? de management? Voici quatre situations professionnelles : à chaque fois vous avez le choix entre quatre types de comportements. Cochez la case qui, selon vous, correspond le plus au comportement que vous

Plus en détail

Se former au bilan de compétences

Se former au bilan de compétences Se former au bilan de compétences formation Se former au bilan de compétences Comprendre et pratiquer la démarche Claude LEMOINE Préface de Jacques AUBRET 4 e édition Claude LEMOINE est professeur émérite

Plus en détail

GUIDE D ANIMATION PÉDAGOGIQUE DU DIAPORAMA SUR LES INÉGALITÉS SOCIALES DE SANTÉ

GUIDE D ANIMATION PÉDAGOGIQUE DU DIAPORAMA SUR LES INÉGALITÉS SOCIALES DE SANTÉ GUIDE D ANIMATION PÉDAGOGIQUE DU DIAPORAMA SUR LES INÉGALITÉS SOCIALES DE SANTÉ Une production du 2009 Réseau de recherché en santé des populations du Québec TABLE DES MATIÈRES Contexte...3 1. But poursuivi

Plus en détail

l'art d apprendre par soi-même

l'art d apprendre par soi-même L autodidaxie ou l'art d apprendre par soi-même Christine Larose À toutes les époques, dans toutes les classes de la société, ils ont existé. Aujourd hui, les associations culturelles, clubs de loisirs

Plus en détail

IDéO : une méthode pour aider les entrepreneurs à concevoir leur vision entrepreneuriale

IDéO : une méthode pour aider les entrepreneurs à concevoir leur vision entrepreneuriale Rubrique sur la mobilisation des connaissances IDéO : une méthode pour aider les entrepreneurs à concevoir leur vision entrepreneuriale Titulaire de la Chaire Entreprendre Professeur des Universités Université

Plus en détail

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de :

Foire aux questions. La mission générale de ce Partenariat mondial de la société civile, tel que convenu par les membres en 2011, est de : Foire aux questions Pourquoi avons nous besoin d une nouvelle stratégie? La stratégie 2014 2016 de Filles, Pas Epouses, qui a été élaborée en concertation avec les membres, s achève à la fin de cette année.

Plus en détail

Entretien avec une aidante «surnaturelle» La nécessité d être créatif pour maximiser le transfert des connaissances

Entretien avec une aidante «surnaturelle» La nécessité d être créatif pour maximiser le transfert des connaissances Entretien avec une aidante «surnaturelle» La nécessité d être créatif pour maximiser le transfert des connaissances Causerie organisée par : La collection Infirmières, communautés et sociétés Presses de

Plus en détail

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique

Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Déclaration liminaire de Mary Dawson Commissaire aux conflits d intérêts et à l éthique Devant le Comité permanent de la procédure et des affaires de la Chambre Dans le cadre de l examen quinquennal du

Plus en détail

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.)

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) Introduction L aboutissement à un usage rationnel des médicaments est le résultat d un programme exécuté par une chaîne

Plus en détail

Responsable de la communication externe

Responsable de la communication externe Responsable de la communication externe Famille métier : Domaine d intervention : Communication externe Relations presse Relations publics En entreprise / organisation Autres appelations : Responsable

Plus en détail

Institut des Reviseurs d Entreprises

Institut des Reviseurs d Entreprises Institut des Reviseurs d Entreprises Assemblée Générale 27 avril 2007 Jacques Potdevin 1. Je suis particulièrement heureux d être parmi vous ce jour et je voudrais avant tout rendre hommage aux contributions

Plus en détail

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES

L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES L ÉXPÉRIENCE ESTHÉTIQUE À L ÉCOLE : POINTS DE VUE D ARTISTES Myriam Lemonchois Université de Montréal Selon Dewey (2010), l expérience esthétique est l expression et l organisation de nos désirs en fonction

Plus en détail

Négocier avec son employeur

Négocier avec son employeur Thierry KRIEF Négocier avec son employeur Techniques de négociation commerciales appliquées au marché de l emploi, 2008 ISBN : 978-2-212-54138-0 Cas 1 Négocier un départ quand l entreprise veut vous garder

Plus en détail

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante

Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Synthèse du projet de l association SEVE pour la gestion et l animation en Délégation de Service Public de l Espace Vie Etudiante Juin 2012 INTRODUCTION L'association «Savoirs, Émancipation, Vie Étudiante»

Plus en détail

2012 Pearson France Le regard d'une mère Tracey Clark

2012 Pearson France Le regard d'une mère Tracey Clark 38 ComPosition Et CRÉAtivitÉ CADRAGE ET ESPACE Lorsque vous regardez au travers de votre viseur, considérez ce que vous voyez comme une toile. Tout ce qui est dans le cadre (ou sur la toile) joue un rôle

Plus en détail

Master Contrôle de Gestion Syllabus de l année 1

Master Contrôle de Gestion Syllabus de l année 1 Ce descriptif de cours est donné à titre indicatif et est susceptible d être modifié selon les besoins de formation des étudiants. Il prend appui sur le référentiel de compétences en Master. Objectifs

Plus en détail

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Novembre 2009 Dans le cadre d une recherche doctorale en Management de l innovation

Plus en détail

La rencontre de régulation. Robert Lescarbeau Université de Sherbrooke

La rencontre de régulation. Robert Lescarbeau Université de Sherbrooke Chronique méthodes La rencontre de régulation Robert Lescarbeau Université de Sherbrooke Les équipes de travail prennent de plus en plus d importance; le fondement de la structure des organisations est

Plus en détail

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale

Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Approche des soins palliatifs dans un service de réanimation néonatale Sandrine Thomas, cadre de santé Dr Léila KARAOUI, PH Service de réanimation néonatale Centre Hospitalier de Meaux Bref historique

Plus en détail

Plan de formation proposé

Plan de formation proposé Plan de formation proposé Objectifs de l intervention : Développer certaines compétences ciblées pour les participants afin de leur permettre d être mieux outillés dans leur gestion quotidienne. Contribuer

Plus en détail

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»?

Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Thème 1 La Défense fait-elle partie des «savoirs fondamentaux»? Atelier A : Enseignement de défense et valeurs de la République : quels acteurs?/ La formation du citoyen : du service national à l enseignement

Plus en détail

Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada (avril 2010)

Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada (avril 2010) L accueil et l accompagnement du parent dans les communautés francophones en contexte minoritaire : Constats pertinents au domaine de la petite enfance suite à une consultation auprès de parents au Canada

Plus en détail

CONSEIL MONDIAL : TERMES DE RÉFÉRENCE

CONSEIL MONDIAL : TERMES DE RÉFÉRENCE Extrait du manuel de gouvernance http://www.publishwhatyoupay.org/wpcontent/uploads/2015/06/manuel_de_gouvernance_20151.pdf Objectif CONSEIL MONDIAL : TERMES DE RÉFÉRENCE Le Conseil mondial conseille le

Plus en détail

L approche par milieu de vie : particularités et avantages

L approche par milieu de vie : particularités et avantages Diapositive 1 L approche par milieu de vie : particularités et avantages par Pierre Maurice Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) L approche par milieu de vie, particularités s et avantages

Plus en détail

UE 3 Management et contrôle de gestion. Le programme

UE 3 Management et contrôle de gestion. Le programme UE 3 Management et contrôle de gestion Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur A. Management

Plus en détail

Textes juridiques de référence sur l expression des jeunes

Textes juridiques de référence sur l expression des jeunes Textes juridiques de référence sur l expression des jeunes I. Textes fondamentaux La liberté d expression et la liberté d information des jeunes sont inscrites dans des textes fondamentaux comme la Convention

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Forum Panafricain de Haut niveau AIDE MEMOIRE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) Original : français Évaluation des réformes des cours et

Plus en détail

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au FICHE REPÈRES POUR LES CHSCT Un cadre unique pour une hétérogénéité des pratiques accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont

Plus en détail

MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES

MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES MODULE N 1 : METIER ET DEMARCHE DE FORMATION SECTEUR : FILIERE : NIVEAU : TERTIAIRE TECHNICIEN COMPTABLE D ENTREPRISES TECHNICIEN 1 Document élaboré par : Nom et Prénom Etablissement : Mohamed BACHAR :

Plus en détail

MIEUX PROTÉGER LES ENFANTS : QUELLES CONSÉQUENCES SUR LES PARENTS?

MIEUX PROTÉGER LES ENFANTS : QUELLES CONSÉQUENCES SUR LES PARENTS? MIEUX PROTÉGER LES ENFANTS : QUELLES CONSÉQUENCES SUR LES PARENTS? Marie-Christine Saint-Jacques Sylvie Drapeau Catherine Turbide Colloque international : Autour de l enfant : Parents, intervenant-e-s-institutions

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

NOTICE «Solvabilité II» Évaluation interne des risques et de la solvabilité (ORSA)

NOTICE «Solvabilité II» Évaluation interne des risques et de la solvabilité (ORSA) NOTICE «Solvabilité II» Évaluation interne des risques et de la solvabilité (ORSA) (Version en date du 17/12/2015) TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction...3 2. Gouvernance de l ORSA...3 2.1. Approche générale...3

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Naïma Bentayeb

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Naïma Bentayeb Compte rendu Ouvrage recensé : Christian Jetté, Les organismes communautaires et la transformation de l État-providence : Trois décennies de coconstruction des politiques publiques dans le domaine de la

Plus en détail

Un appui d expert. Pour une GPEC au service des salariés

Un appui d expert. Pour une GPEC au service des salariés Un appui d expert Pour une GPEC au service des salariés 1 La GPEC au service des salariés anticipation et prévention des risques sociaux Anticipation et prévention pour éviter les ruptures de parcours

Plus en détail

CARNET DE BORD DE L ÉTUDE DE GESTION

CARNET DE BORD DE L ÉTUDE DE GESTION CARNET DE BORD DE L ÉTUDE DE GESTION Nom : Prénom : Classe : Sciences Gestion : Étu gestion Page 1 sur 16 I Qu'est-ce que l'étu Gestion? Source : Extrait du Bulletin officiel n 21 du 24/05/2012), note

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Centre International de Développement et de Recherche Principes de management collectif Publication UNGANA 1304 CIDR Tous droits de reproduction réservés SE Séquence 1: Les stades de développement d'une

Plus en détail

Profil des compétences génériques d un conseiller agricole

Profil des compétences génériques d un conseiller agricole Profil des compétences génériques d un conseiller agricole Réalisé par M. Gaétan Lehouillier, Consultant en ressources humaines Groupe Conseil Progesco inc. 18 avril 2007 Ce projet a été réalisé dans le

Plus en détail

Le gouvernement scolaire Vers une société démocratique à l école

Le gouvernement scolaire Vers une société démocratique à l école Le gouvernement scolaire Vers une société démocratique à l école Le but premier du Gouvernement Scolaire est d'éduquer les enfants à la démocratie. Il permet aux écoliers de se familiariser avec le fonctionnement

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1

PLANIFICATION STRATÉGIQUE. 2014 à 2016. Planification stratégique Consortium en foresterie Version avril 2014 Page 1 PLANIFICATION STRATÉGIQUE 2014 à 2016 Version avril 2014 Page 1 1. INTRODUCTION La forêt occupe une place importante pour la région de la Gaspésie et des Îles-de-la- Madeleine. Par conséquent, les besoins

Plus en détail

Objectifs de cet atelier

Objectifs de cet atelier LES ATELIERS DE REGAIN La dynamique de groupe 2 Objectifs de cet atelier Finalité : développer la capacité d'un groupe de personnes à collaborer pour formuler son propre avenir et y parvenir en contexte

Plus en détail

Formations Hiver et printemps 2014. Atelier sur l évaluation évolutive

Formations Hiver et printemps 2014. Atelier sur l évaluation évolutive Nous offrons des ateliers sur mesure, adaptés spécifiquement à votre réalité et à vos besoins, ainsi que des formations planifiées, s appuyant sur l expertise et la pratique. Atelier sur l évaluation évolutive

Plus en détail

DES PHOTOS, POUR QUOI FAIRE?

DES PHOTOS, POUR QUOI FAIRE? DES PHOTOS, POUR QUOI FAIRE? 1 PREMIER USAGE : LES PHOTOS ME PERMETTENT DE MIEUX COMPRENDRE COMMENT FONCTIONNE LE PAYSAGE... 1 2 DEUXIÈME USAGE : ELLES ME PERMETTENT D ORGANISER LE PARTAGE DE L EXPÉRIENCE...

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur

Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur Opinion du CEATL sur le projet de rapport de Julia Reda concernant la mise en œuvre de la directive 2001/29/EC sur le droit d auteur Bruxelles, le 6 mars 2015 Représentant 10 000 traducteurs littéraires

Plus en détail

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public

Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Modifications proposées aux normes comptables pour les organismes sans but lucratif des secteurs privé et public Août 2013 En bref Introduction En avril 2013, le Conseil des normes comptables («CNC») et

Plus en détail

CONSTRUCTION, ANIMATION ET

CONSTRUCTION, ANIMATION ET 2010 KIT A CONSTRUCTION, ANIMATION ET VALORISATION D'UN ATELIER RECIT Celine Lorenz Réd. Celine Lorenz 14/06/2010 KIT A CONSTRUCTION, ANIMATION ET VALORISATION D UN ATELIER Ce kit vous permettra de réaliser

Plus en détail

Résidences étudiantes

Résidences étudiantes SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Résidences étudiantes Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Comment gérer les activités festives dans nos résidences? Comment gérer les nuisances autour? Quelles solutions

Plus en détail

Mieux vous connaître pour mieux vous accompagner

Mieux vous connaître pour mieux vous accompagner Mieux vous connaître pour mieux vous accompagner Nous vous proposons de préparer votre prochain entretien avec votre conseiller en répondant aux différentes questions posées dans ce document. Cette réflexion

Plus en détail

EXPOSE : La Communication Interpersonnelle

EXPOSE : La Communication Interpersonnelle EXPOSE : La Communication Interpersonnelle Introduction : Tout activité humaine est communication, elle est partout, elle est inévitable. Elle a lieu avec des individus, des groupes, des objets ; à l occasion

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

Activité AO 1 (dimensions de l identité)

Activité AO 1 (dimensions de l identité) Activité AO 1 (dimensions de l identité) Nom de l activité AO : Une pub changer les choses! Réalisation de l activité (mois/année) : Mars 2012 Discipline : Éthique et culture religieuse (thème de la Tolérance)

Plus en détail

DOSSIER de PRESSE. Colloque international. Liberté, Egalité et Connecté

DOSSIER de PRESSE. Colloque international. Liberté, Egalité et Connecté DOSSIER de PRESSE La 10 e édition des Journées du E-Learning Colloque international [Thème] Les valeurs du E-Learning : Liberté, Egalité et Connecté Les Journées du E-learning sont un lieu d échange et

Plus en détail

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation

Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Compétences communes à tous les professeurs et personnels d éducation Les professeurs et les personnels d éducation mettent en œuvre les missions que la nation assigne à l école. En leur qualité de fonctionnaires

Plus en détail

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1

GUY BÉLANGER CONSEILLER EN DO 1 FICHE D APPRÉCIATION D UNE ACTIVITÉ OU D UNE TÂCHE DÉLÉGUÉE Nom du délégateur (gestionnaire) : Nom du délégataire (collaborateur) : Service : Période d évaluation : GUY NÉLANGER Dernière MAJ : Juillet

Plus en détail

école des parents et des éducateurs d île-de-france EPE Présentation ASSOCIATION LOI 1901 RECONNUE D UTILITé PUBLIQUE, APOLITIQUE, A-CONFESSIONNELLE

école des parents et des éducateurs d île-de-france EPE Présentation ASSOCIATION LOI 1901 RECONNUE D UTILITé PUBLIQUE, APOLITIQUE, A-CONFESSIONNELLE école des parents et des éducateurs d île-de-france EPE Présentation ASSOCIATION LOI 1901 RECONNUE D UTILITé PUBLIQUE, APOLITIQUE, A-CONFESSIONNELLE EPE école des parents et des éducateurs d île-de-france

Plus en détail

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV

Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Réflexion sur la formation des enseignants à partir des expériences du pilotage du Projet des Étoiles (1.3.3) du CELV Le Projet des Étoiles est l un des projets à moyen terme du CELV axé sur les nouvelles

Plus en détail

La démocratie participative dans une association d'éducation permanente

La démocratie participative dans une association d'éducation permanente La démocratie participative dans une association d'éducation permanente L'expérience de l'equipe centrale au Cefoc Analyse 3 mai 2015 Centre de Formation Cardijn asbl Rue Saint-Nicolas, 84 5000 NAMUR (Belgique)

Plus en détail

Recherche. Évaluation. Conception

Recherche. Évaluation. Conception Recherche Évaluation Conception Création Planification En phase de recherche, tu dois CRITÈRE A : RECHERCHE a) Évaluer l importance du problème dans la vie, la société et l environnement; b) Exposer l

Plus en détail

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique:

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Original : français La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de

Plus en détail

DSM 5 : Enjeux et impacts

DSM 5 : Enjeux et impacts DSM 5 : Enjeux et impacts Résultats du sondage sur les préoccupations des membres du Réseau national d expertise en TED concernant le Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders DSM-5. Mars 2013

Plus en détail

REMERCIEMENTS INTRODUCTION

REMERCIEMENTS INTRODUCTION REMERCIEMENTS INTRODUCTION Ces dernières années, une enquête a été réalisée par la Direction des Hôpitaux. Nous savons désormais que chaque année en France, 1.4 millions d enfants sont hospitalisés. Leur

Plus en détail

CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail :

CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail : CCNE Avis 120 : Questions éthiques associées au développement des tests génétiques fœtaux sur sang maternel Membres du groupe de travail : Christiane BASSET François BEAUFILS Frédérique DREIFUSS-NETTER

Plus en détail

10 UN ENFANT À DÉCOUVRIR

10 UN ENFANT À DÉCOUVRIR TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...13 CHAPITRE 1: MON ENFANT EST DIFFÉRENT DES AUTRES...19 Devenir parents...21 Devenir les parents d un enfant avec une déficience... 23 Réactions à cette situation...24

Plus en détail

I. Compétences communes à tous les professeurs

I. Compétences communes à tous les professeurs REFERENTIEL DE COMPETENCES DES PROFESSEURS Au sein de l équipe pédagogique, l enseignante ou l enseignant accompagne chaque élève dans la construction de son parcours de formation. Afin que son enseignement

Plus en détail

Théorie des situations didactiques

Théorie des situations didactiques Introduction sur les problèmes Théorie des situations didactiques Situations-problèmes, milieu et modèles des genèses Brousseau, Douady, Margolinas Un problème introduit une discontinuité dans l expérience

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS

LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS LE DOCUMENT UNIQUE RELATIF A L EVALUATION DES RISQUES POUR LA SANTE ET LA SECURITE DES TRAVAILLEURS Introduction : Qui parmi vous connaît l existence de ce document unique? Généralement, hormis les chefs

Plus en détail

Comment créer un lieu de réflexion éthique?

Comment créer un lieu de réflexion éthique? Comment créer un lieu de réflexion éthique? Les professionnels des établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux sont de plus en plus souvent confrontés dans leur activité quotidienne à des questions

Plus en détail

L approche par les compétences en formation

L approche par les compétences en formation L approche par les compétences en formation infirmière De l analyse des pratiques à l analyse de l activité, vers l émergence d une didactique des soins infirmiers Nathalie Alglave 1, Marc Nagels 2 1 Université

Plus en détail

Déontologie, une définition. Thierry Desbonnets. www.cadredesante.com. Déontologi(e)s cadre? La cadrature de la déontologie!

Déontologie, une définition. Thierry Desbonnets. www.cadredesante.com. Déontologi(e)s cadre? La cadrature de la déontologie! Déontologi(e)s cadre? La cadrature de la déontologie! Thierry Desbonnets www.cadredesante.com Descriptif : La déontologie se pose de plus en plus comme une des figures imposées des professions. Au delà

Plus en détail

Avant-propos. Dimitri UZUNIDIS

Avant-propos. Dimitri UZUNIDIS Avant-propos Dimitri UZUNIDIS Innovation : introduire des nouveautés, des changements, plus spécialement dans l industrie et, plus généralement, dans les affaires. Aussi, faire du neuf à partir de l existant

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE. 1. Objectifs

MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE. 1. Objectifs MASTER PROFESSIONNEL TRANSPORTS URBAINS ET REGIONAUX DE PERSONNES CAHIER DES CHARGES DU STAGE A partir du mois d Avril, la formation s achève par un stage professionnel obligatoire d une durée minimale

Plus en détail

Pourquoi un dictionnaire commenté du coaching?

Pourquoi un dictionnaire commenté du coaching? Pourquoi un dictionnaire commenté du coaching? Le coaching peut encore être considéré comme une toute nouvelle profession. Son développement incroyable, depuis maintenant quinze ans, en fait le nouveau

Plus en détail

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook

Gilles Huguet. Réunion de familles. Publibook Gilles Huguet Réunion de familles Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé par les lois et

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

Le co-développement. Ou comment apprendre en travaillant

Le co-développement. Ou comment apprendre en travaillant Le co-développement Ou comment apprendre en travaillant Après une formation. Je reviens à mon job et reprends rapidement tous les dossiers mis en attente pendant la formation Je me dis que cela serait

Plus en détail

La stratégie de la relation client

La stratégie de la relation client La stratégie de la relation client Auteur(s) Ingénieur ESIM et MBA, spécialiste du CRM en France et chez Ernst&Young Conseil MBA, spécialiste de l application de nouvelles technologies au marketing. Directeur

Plus en détail