Lecture d images communes Approche transfrontalière : architecture

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lecture d images communes Approche transfrontalière : architecture"

Transcription

1 Lecture d images communes Approche transfrontalière : architecture Indice 1 : Images «habitat industriel» Limites chronologiques : de 1850/1860 à 1930/1940 L'Art déco ferait l'objet d'une fiche indépendante (indice non prioritaire). Objectifs du travail : Construire un "catalogue" qui met en évidence les caractéristiques du bâti : à partir de l'acquisition d'une connaissance du patrimoine bâti transfrontalier; et en fonction de catégories homogènes de famille de "bâti". Le but étant de permettre de : rapprocher les collectivités locales autour d une identité commune; mieux appréhender l'espace bâti, en vue de sa recomposition, de sa modification, de la création, dans son utilisation; de cerner l'adaptation du cadre bâti à de nouveaux usages. Préalables méthodologiques : Se mettre d accord de manière transfrontalière sur les planches thématiques photographiques à réaliser. Il ne s agit pas ici de créer une typologie de l habitat industriel. Ce n est pas l objectif attendu. L objectif est de mettre en évidence des «images communes» se retrouvant dans le territoire culturel «Beauregard». Il s agit bien d «indices», c est-à-dire de pistes à partir d une perception globale du territoire et de relevés ciblés. La deuxième moitié du XIX e siècle voit naître une architecture caractéristique en Wallonie et dans le Nord de la France (ainsi que dans une grande partie de l Europe) = courant de l éclectisme et styles néo-. L habitat industriel a suivi ce mouvement. L objectif est de voir comment cette architecture se décline dans le territoire «Beauregard». Valorisation des centres urbains intervient sur l'image de l'espace visible du public Aussi la méthode retenue sera à partir de l'observation des «signes extérieurs de ressemblance». Ceux-ci sont prioritairement la volumétrie générale, les matériaux et les éléments de façade. Les notions d implantation, les éléments de clôture et de jardins de devant, ainsi que les notions d ensembles (rangs) ne sont pas repris comme critères dominants mais déterminent des «sous-familles» par rapport aux familles dominantes. Ces familles de ressemblances, nous les nommerons plus communément "Type". (Type = outil de classification que l'on construit en rassemblant des caractères communs et en les organisant). Ces «familles» ou «types» s'organisent sur une base selon la taille des habitations avant d'être architectural ou social. Les critères retenus sont d une manière globale le nombre de niveaux, la largeur, et le nombre de travées Notre objectif n est pas de créer des types fermés mais plutôt de garder une certaine continuité entre ceux-ci. Il n y a pas, par exemple, de limite stricte entre une petite maison d employé et une maison d employé et bon nombre de bâtiments peuvent se situer à la charnière de l une ou l autre typologies. C est pourquoi nous les dénommons d une manière large : la petite maison, ou «de la petite propriété à la petite maison d'employé»; la moyenne maison, ou «de la maison d'employé à la petite maison bourgeoise»; Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_a.doc 1

2 la grande maison, ou «de la maison bourgeoise au château», dans lequel on peut trouver plusieurs modèles et plusieurs types architecturaux : la maison groupée ou la maison isolée avec une diversité de parements extérieurs. Pour la confection des planches thématiques : classification «de proche en proche» mêlant les critères du gabarit (nombre de travées, hauteur sous corniche ), du vocabulaire architectural et de l implantation. Le rapprochement de bâtiments d images voisines est privilégié (la position des bâtiments dans l alignement ou en recul existe dans les 3 images architecturales). mélange des exemples belges et français en continuité pour montrer l identité commune mais aussi les particularités locales. Synthèse des résultats : Dans les travaux précédents, quelques similarités visuelles et quelques preuves historiques avaient été amenées pour avancer l'hypothèse d'un territoire culturel commun (architectes Danis, typologies similaires et surtout importants échanges socio-économiques (population migrant vers la France et apportant son savoir technique) et industriels (verrerie de Charleroi, sidérurgie et industrie électrique...)). La mise en évidence approfondie des similarités du vocabulaire et des compositions architecturales montre visuellement que de part et d'autre de la frontière les habitants ont vécu dans une culture architecturale similaire. Ces photos illustrent que la continuité historique le long de la Sambre marquée par les facteurs socio-économiques particuliers s'est pétrifiée dans l'architecture. Ces similarités visuelles témoignent donc probablement de bien d autres choses que des parallèles historiques fortuites. Bien que cela ne puisse pas être démontré point par point, un climat socio-économique similaire marqué par de nombreux échanges industriels s'est aussi forgé dans l'architecture du Val de Sambre. PROPOSITION DE 3 «IMAGES DOMINANTES» 1. La «petite maison», ou de la petite propriété à la petite maison d'employé Parcelle étroite : deux travées, 1 étage. Mitoyenneté ou semi-mitoyenneté, le plus souvent dans l alignement. Variation sur les matériaux employés (briques apparentes ou enduites, crépis et cimentages) et les gabarits. Elle s adresse aux habitants à revenus modestes, principalement ouvriers et petits employés. Sont reprises sous cette appellation de «petite maison» : La petite maison, habitat minimum, simple, souvent spartiate dans son style, ornements se situant généralement à la porte d entrée. La maison populaire : R+1+C, matériaux de tradition locale, implantée sur rue et en mitoyenneté, souvent accès direct salle de séjour pour les plus anciennes. Emploi restreint de la pierre et de l ornementation. La petite maison d'employé : R+1+C, matériaux produits par la Révolution industrielle. Les maisons en bande : ensembles homogènes constituant les rues de l époque industrielle. Rationalisation de la maison urbaine. R+1+C, façades en brique avec parfois ornementation : La maison jumelée ou à plusieurs logements (groupes de maisons ou barreaux) créant souvent des effets de symétrie et donnant l impression d un ensemble à l image d une maison plus noble. Cette sous-catégorie s adresse aussi à la «moyenne maison». La cité ouvrière en bande : ensemble autonome généralement construit par les patrons, rentiers ou autres pour loger leur main-d œuvre. Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_a.doc 2

3 2. La «moyenne maison», ou de la maison d'employé à la petite maison bourgeoise Parcellaire généralement étroit et gabarit modeste : deux ou trois travées, 1 étage et souvent 1 étage de combles habitables qui se manifestent par des lucarnes. Souvent mitoyenneté ou semi-mitoyenneté et alignement. Parfois léger recul par rapport à la rue avec un jardin d'accueil, muret, grille Ornementation un peu plus importante, notamment menuiseries, lucarnes Elle s adresse principalement aux employés, contremaîtres, ingénieurs Certaines s apparentent déjà par leur physionomie générale («signes extérieurs de ressemblance») à la petite maison bourgeoise. 3. La «grande maison», ou de la maison bourgeoise au château Type villa ou maison de maître. Implantation généralement en retrait de la rue, parfois au coeur d une large parcelle ou d un parc. Souvent à l écart des quartiers ouvriers, elle domine parfois des rues nouvellement créées ou bien profite d un point de vue exceptionnel sur le site environnant. Vocabulaire architectural plus riche : elle s adresse aux cadres, professions libérales, à la bourgeoisie aisée. Parfois entrée cochère. Elle offre de nombreux vocabulaires d ornementation propres aux différentes époques : grilles, portails, murets, haies, dispositifs d entrée (escalier, marquises ). Gabarit plus important (3, 4 travées et souvent plus) combiné à une plus grande profusion décorative : elle s adresse à la grande bourgeoisie très aisée et aux «capitaines d industries». Appellation «château», souvent lorsque présence d une tourelle, symbole de puissance et de paraître, souvent construite par un industriel, et dénommée «résidence patronale» (en Belgique). Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_a.doc 3

4 Indice I : Images «habitat industriel» Recherche d exemples transfrontaliers INTRODUCTION L art de bâtir au XIX e siècle fait preuve d une virtuosité technique. Il y a aussi, dans la production de cette époque, nombre de maisons exprimant une grande simplicité et sobriété, en fonction du statut social de l occupant c est tout l intérêt des contrastes qui renvoient à l idée du statut social et à la possibilité de définir une typologie basée sur cette diversité. Un courant architectural - que l on qualifie d éclectique, issu de la fougue industrielle du moment - est apparu et a trouvé ses lettres de noblesse dans les grandes villes et leurs faubourgs, mêlant l architecture de briques et l ornementation. Ce style est descendu dans les villes de moyenne importance mais de façon plus tempérée, avec une adaptation aux moyens de la clientèle et à l architecture traditionnelle. Implantation du bâti Les modes d implantation au regard de la période pré-industrielle n ont pas particulièrement évolué en ce qui concerne le bâti individuel. Par contre, sont apparus des modes nouveaux issus de la rentabilité, notamment dans le logement des ouvriers et employés : le rang de maisons et le groupe de maisons. La maison est sur un plan de type couloir; la proportion des logements est étriquée. De fait, c est la composition répétitive et les effets d ornements qui font l intérêt de l ensemble et marque une certaine homogénéité. Au XIX e siècle principalement, l implantation, le plus souvent strictement en front à rue, délimite et caractérise directement l espace public en créant des rues très reconnaissables et une identité spécifique des quartiers industriels. Celles-ci se complètent parfois de rangées d habitations en intérieur d îlots ou d impasses. L image de la façade reste traditionnelle et locale : soubassements de pierre bleue ou enduit, élévation de briques. L HABITAT Dans les bassins industriels wallons, l urbanisation s est faite autour des lieux de production, en grande partie à l initiative du patronat qui désirait disposer aisément de main-d oeuvre sur place. Le patron avait donc tout intérêt à assurer aux ouvriers des conditions de vie décentes. Depuis la disparition des usines qui leur ont donné naissance, les corons (au sens premier vulgarisé par Zola, le coron désigne la maison d habitation de mineurs et par extension est utilisé pour les quartiers formés par un groupe d habitations ouvrières, principalement de mineurs) sont les seuls témoins de l histoire sociale des lieux. Leur sauvegarde est donc particulièrement importante. En France, face à l afflux de population, l'accroissement du parc immobilier devient une nécessité que le Gouvernement entend prendre en charge. Il est bien question de crise du logement. Une véritable législation en matière sociale (loi " Siegfried ", 1894; loi " Strauss ", 1906; loi " Ribot ", 1908; loi " Loucheur, ) est mise en place. 10 Avril 1908 Loi facilitant l accession à la petite propriété (Loi Ribot) «L idéal HABITAT OUVRIER est la petite maison». On la trouve de la fin du XIX e s. au début du XX e siècle, en milieux rural et urbain, notamment à l extérieur des centres-villes. Le mouvement des Habitations Bon Marché (H.B.M.) naît ainsi à la fin du XIX e siècle, inspiré par le courant hygiéniste et moralisateur du Second Empire, qui y voit un moyen d'encadrer et de maîtriser la population ouvrière, potentiellement contestataire et dangereuse pour le pouvoir en place. En Belgique, une véritable politique de logement social n apparaît que dans les années 1920 dans l esprit des cités jardins anglaises. Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_a.doc 4

5 Vu le développement industriel moins important sur le Val de Sambre belge, les exemples y sont rares, au contraire de Charleroi. Loués ou accessibles à la propriété, les logements sociaux peuvent être des maisons individuelles, jumelées ou des appartements. Alors que ces logements s'ajoutent dans le paysage urbain à ceux de quartiers vétustes et insalubres, les industriels, banquiers et négociants s'installent dans de grandes demeures bourgeoises. Elles se dressent alors au bord de larges rues nouvellement tracées jugées plus saines. Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_a.doc 5

6 Annexe des particularités en France : LES CITES OUVRIERES : DU CORON A LA CITE-JARDIN L habitat ouvrier a marqué cette période de manière forte. L évolution du mode d habiter s est faite essentiellement au regard de techniques nouvelles employées pour la construction de masse, mais aussi et surtout, par les volontés patronales, d asseoir et d éduquer leur population ouvrière avec un sentiment généralement paternaliste. Chronologiquement, sont apparus, dans un premier temps, les corons-rues, longs, uniformes, aux maisons basses en brique brute à peine égayés d'un badigeon, avec, sur l'arrière, un jardinet séparé du logis par un chemin appelé «voyette». Plus tard, sont apparus les barreaux. Les mêmes maisons en brique, mais adossées les unes aux autres, deux par deux, et le jardinet en façade. Ensuite, la cité pavillonnaire avec plus d'espace pour circuler et un bout de jardin plus conséquent pour cultiver. Le principe des jardins ouvriers a été inventé par les curés avec le soutien des patrons, qui pensaient éloigner par le jardinage l'ouvrier de l'estaminet, et donner le goût de l'effort après le travail. L histoire dira que l organisation de ces cités a permis une cohésion sociale forte. Au XX e siècle, apparaissent les cités-jardins. Les rues sont larges et bordées d'essences variées; des équipements de loisirs et de services sont aménagés comme les kiosques à musique, les espaces verts et les magasins coopératifs, des bains douches Les façades sont plus aérées; une ornementation recherchée singularise les éléments bâtis, le plus souvent, dans un esprit régionaliste. L eau courante est amenée dans chaque logement. Implantation Généralement, elle est un ensemble groupé à proximité de l usine. Elles sont à l origine de la création de quartiers entiers et parfois même autonomes. Les cités «cheminotes», quant à elles, sont souvent indépendantes de la ville. Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_a.doc 6

7 1. La petite maison (ou de la petite propriété à la petite maison d'employé) France Belgique Types parement/matériaux : briques apparentes Boussois Erquelinnes : rue du Port Boussois : quartier de la Glacerie, motif dentelé soulignant les linteaux = idem Hourpes Fontaine-l Évêque : ensemble bien préservé de petites maisons de rangée de la typologie ouvrière, rue de l Enseignement, n os 16 à 22 Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_a.doc 7

8 Feignies : maison jumelée à 2 ou plusieurs logements, issue de la maison en bande Fontaine : rue de Haussy, n 26 Boussois : quartier de la Glacerie Erquelinnes : rue de Maubeuge, à l est de la rue des Combattants Feignies : rue Salengro Erquelinnes : rue Albert I er vers le nord-est, à proximité de la Maison communale (mixte petites/moyennes maisons) Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_a.doc 8

9 Années , proche courant Art déco Maubeuge : Sous-le-Bois : même ordonnance façade mais encrassement Thuin : rue de Ragnies, n 43, exemple belge bien préservé, modèle à présenter pour restaurer l'exemple français Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_a.doc 9

10 Type parement/matériaux : enduit, crépi, cimentage, badigeon Coron d Hourpes, motif dentelé en brique qui souligne la forme bombée des linteaux = idem Boussois Maubeuge : Sous-le-bois Leernes : rue Berteaux, ensemble crépi n os Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_a.doc 10

11 Implantation : en retrait + muret Boussois, implantation en retrait avec muret Fontaine-l Évêque : rue du Parc, n 29 implantation en retrait avec muret Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_a.doc 11

12 2. La «moyenne maison», ou de la maison d'employé à la petite maison bourgeoise Type parement/matériau : briques apparentes Boussois : rue Eugène Chimot, variante : présence de volets en bois Gozée (Thuin) : rue de Marchienne, n 98 variante incrustations et soubassements en pierre - mitoyenne ou semi-mitoyenne; - un étage; - façade en brique, jeux de briques (frises ou panneaux); - pierre pour les clés des linteaux des fenêtres, tablettes; - rythmes verticaux des fenêtres rectangulaires en hauteur; - corniche saillante en bois; - toiture mansardée en ardoises/éternit percée de lucarnes et/ou oeils-de-bœuf; - mise en valeur de la porte d entrée par une belle menuiserie. Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_a.doc 12

13 Autres exemples Boussois : 2 juxtaposées rue Marcq n 14 Jeumont Lobbes : rue Paschal, mise en valeur florale (menuiserie!) Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_a.doc 13

14 Boussois : quartier des employés de la Glacerie Thuin : t Serstevens,-n 47 Jeumont : rue Dufossez Thuin : rue Léopold II, n os 26-25/29 Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_a.doc 14

15 Jeumont : rez modifié Thuin : rue t Sertstevens Boussois Leernes : rue A. Caebergs, n 3 Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_a.doc 15

16 Jeumont : rue Hector Despret Erquelinnes : rue Albert I er, n 113 Variante : Implantation à front de rue 2 maisons accolées, décor des linteaux en brique polychrome, bas-reliefs, balcon en ferronneries. Variante : implantation en recul avec jardin avant, typologie plus sobre, détériorations : corniche partiellement transformée + menuiserie porte d entrée, présence Velux. - implantation : mitoyenne ou dans un alignement, en léger recul avec jardin avant; - volume général; - présence d un pignon triangulaire (avec faîte perpendiculaire à la voirie) couronnant une travée latérale; - linteaux surbaissés des ouvertures couronnés d une clé en pierre; - travées et baies de différentes dimensions; - pilastres à refends de part et d autre de la façade; - corniche débordante en bois; - toiture en ardoise/éternit. Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_a.doc 16

17 Feignies : rue Barbusse Erquelinnes : rue Albert I er, n 113 Maison jumelée (2 maisons accolées donnant aspect extérieur plus noble) Maubeuge :-rue de Mons Merbes-le-Château : rue Haute, n os Demi-étage (intervention fenêtre à droite) Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_a.doc 17

18 Type parement/matériau : enduit, crépi, cimentage Feignies : petite maison d employé, façade enduite Maubeuge : Sous-le-bois Merbes-Sainte-Marie : rue F. Bovesse Grand-Reng Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_a.doc 18

19 3. La «grande maison», ou de la maison bourgeoise au château Type parement/matériau : briques apparentes Jeumont Erquelinnes : rue Albert I er, n 161 Jeumont Merbes-le-Château : rue Saint-Martin n 21 entrée cochère Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_b.doc 19

20 Pont-sur-Sambre : Grand rue, maison mitoyenne, en retrait par rapport à la rue, deux marquises Merbes-Sainte-Marie : route Provinciale n 50, 4 façades style villa Pont-sur-Sambre : Grand rue, n 262, 4 façades, en retrait par rapport à la rue Lobbes : rue de la Gratière, n 8 Centre Arthur Regnier Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_b.doc 20

21 Pont-sur-Sambre : Grand rue, 4 façades, en retrait par rapport à la rue, grille de clôture Merbes-Sainte-Marie : route Provinciale n 44, 4 façades, jardin avant, grille de clôture Jeumont Fontaine-Valmont : rue Albert n 4, 4 façades, jardin avant Ferrière-la-Grande : château Miroux Hantes-Wihéries : château Jaumotte Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_b.doc 21

22 Pont-sur-Sambre : loggia au centre, 2 fines colonnes en métal Feignies : château Derkenne, autrefois enduit Merbes-le-Château : rue Saint-Martin n 53, autrefois enduite Thuin (hors centre) : château Beauregard Le château Beauregard, comme suspendu dans la verdure, avec ses tours, ses pignons, son allure imposante, possède la physionomie caractéristique des résidences patronales. Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_b.doc 22

23 Boussois : rue Eugène Chimot Erquelinnes : rue de Maubeuge n 97 Au jeu des similitudes, on peut comparer ces deux exemples pris de part et d autre de la frontière : on notera l utilisation de faîtes perpendiculaires à la voirie, de pignons perpendiculaires parfois recoupés sous forme de croupettes, de gros linteaux en béton apparents peints en ton clair, de contrastes entre les surfaces de briques, peintes ou cimentées, de baies moins régulières que dans la période industrielle formant un jeu d ouvertures amusant, d avant-cours... Type parement/matériau : moellons et briques Château d Hourpes Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_b.doc 23

24 Type parement/matériau : enduit, crépi, cimentage, badigeon Jeumont : rue Hector Despret Variante (toiture de tuiles?,châssis courbes, baies arrondies). Erquelinnes : Rue Albert I er, n 139 Variante (clés plus ornementées, balcon en ferronneries travaillées, baies rectangulaires à encadrements saillants. - implantation en retrait ou partiellement en retrait, muret et grille métallique; - présence d un pignon triangulaire (avec faîte perpendiculaire à la voirie) couronnant une travée latérale; - corniche débordante en bois; - pilastres à refends de part et d autre de la façade; - travées et baies de différentes dimensions; - décor enduit : motif en escalier sous le pignon, bandeaux horizontaux entre les étages. Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_b.doc 24

25 Pont-sur-Sambre : Grand rue, n 4 façades, façade cimentée, encadrement courbe surmontant les ouvertures Jeumont Maubeuge : avenue de Ferrière Merbes-le-Château : rue Saint-Martin n 71 château Puissant Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_b.doc 25

26 Maubeuge : rue de Val Merbes-le-Château : rue Saint-Martin, n 57, grosse bâtisse enduite 4 façades Boussois Adus/CAUE/ESPACE ENVIRONNEMENT S:\Donnees\beaurega\act3relv\IndicesCulturels\typotransHabInd_b.doc 26

Projet Interreg IVA transfrontalier (France-Wallonie-Vlaanderen) RE-Emploi. Anne Catherine Bioul, Espace Environnement

Projet Interreg IVA transfrontalier (France-Wallonie-Vlaanderen) RE-Emploi. Anne Catherine Bioul, Espace Environnement Projet Interreg IVA transfrontalier (France-Wallonie-Vlaanderen) RE-Emploi PATRIMOINE ET IDENTITE EN VAL DE SAMBRE TRANSFRONTALIER Anne Catherine Bioul, Espace Environnement Interreg efface les frontières

Plus en détail

LES DIFFERENTES TYPOLOGIES DE BATI

LES DIFFERENTES TYPOLOGIES DE BATI LES DIFFERENTES TYPOLOGIES DE BATI Les constructions des maisons repérées comme éléments de patrimoine de ces quartiers s étalent, on l a vu, de la fin du XIXème siècle à la période d entre-deuxguerres.

Plus en détail

REDECOUVRIR SON QUARTIER SOUS UN

REDECOUVRIR SON QUARTIER SOUS UN REDECOUVRIR SON QUARTIER SOUS UN AUTRE REGARD Charleroi - Section de Dampremy Cette étude est réalisée dans le cadre du projet européen interreg IIIb «Septentrion, de la ville forte à la ville durable»

Plus en détail

LA MAISON RURALE, Adaptée au relief, l habitation est. Regards sur l habitat. Les espaces extérieurs

LA MAISON RURALE, Adaptée au relief, l habitation est. Regards sur l habitat. Les espaces extérieurs Regards sur l habitat 5 Regards sur l habitat LA MAISON RURALE, Situées dans les villages, les hameaux, et à la périphérie des bourgs, les maisons rurales de la Haute Vallée de Chevreuse s affilient par

Plus en détail

REDECOUVRIR SON QUARTIER SOUS UN

REDECOUVRIR SON QUARTIER SOUS UN REDECOUVRIR SON QUARTIER SOUS UN AUTRE REGARD Charleroi - Section de Goutroux Cette étude est réalisée dans le cadre du projet européen interreg IIIb «Septentrion, de la ville forte à la ville durable»

Plus en détail

PROTÉGER, METTRE EN VALEUR ET RÉNOVER LES CHAIS

PROTÉGER, METTRE EN VALEUR ET RÉNOVER LES CHAIS PROTÉGER, METTRE EN VALEUR ET RÉNOVER LES CHAIS A - PROBLÉMATIQUE : Les chais, liés à l activité viticole, sont très nombreux dans le Pays Ouest, intégrés dans le tissu urbain des villes et villages, ou

Plus en détail

Repères techniques pour l observation des façades

Repères techniques pour l observation des façades Du logement à la maison individuelle : Quelques repères historiques Le concept de «maison individuelle» est étroitement lié aux politiques du logement en France. En dehors des hôtels particuliers ou des

Plus en détail

Apprendre à reconnaitre :

Apprendre à reconnaitre : . Economie d énergie Apprendre à reconnaitre :. Qualité environnemeale Le patrimoine architectural du Val de Sambre transfroalier. Publication ADUS AGENCE DE DEVELOPPEMENT ET D URBANISME DE LA SAMBRE Avec

Plus en détail

IX AIRES INDUSTRIELLES ET/OU D ARTISANAT, DE P.M.E. ET D EXTRACTION

IX AIRES INDUSTRIELLES ET/OU D ARTISANAT, DE P.M.E. ET D EXTRACTION IX AIRES INDUSTRIELLES ET/OU D ARTISANAT, DE P.M.E. ET D EXTRACTION Ce règlement porte sur les zones industrielles (Abattoir, gazomètre, carrière de Montorgueil, ), sur toutes les zones d extraction et

Plus en détail

A. ACTES ET TRAVAUX PROJETES

A. ACTES ET TRAVAUX PROJETES Service du Logement Rue de la Madeleine 38 Rue Cathédrale 34-4000 Liège Liège, le 10 octobre 2012 RAPPORT A. ACTES ET TRAVAUX PROJETES Rénovation complète et réaffectation en neuf logements d un ensemble

Plus en détail

DESCRIPTION D UN BIEN FIGURANT SUR LA LISTE INDICATIVE DE LA BELGIQUE : LES HABITATIONS MAJEURES DE VICTOR HORTA

DESCRIPTION D UN BIEN FIGURANT SUR LA LISTE INDICATIVE DE LA BELGIQUE : LES HABITATIONS MAJEURES DE VICTOR HORTA DESCRIPTION D UN BIEN FIGURANT SUR LA LISTE INDICATIVE DE LA BELGIQUE : LES HABITATIONS MAJEURES DE VICTOR HORTA ETAT PARTIE : Belgique/ Région de Bruxelles-Capitale Formulaire préparé par : Nom : Ministère

Plus en détail

Le plan Local d Urbanisme. Réunion publique Projet de modifications Mercredi 6 mai 2015

Le plan Local d Urbanisme. Réunion publique Projet de modifications Mercredi 6 mai 2015 Le plan Local d Urbanisme Réunion publique Projet de modifications Mercredi 6 mai 2015 Cultiver le caractère de Bois le Roi Les arbres, les paysages naturels, les haies, les jardins, les rues verdoyantes

Plus en détail

AGENCE DE DEVELOPPEMENT

AGENCE DE DEVELOPPEMENT PROJET BEAUREGARD Etude des potentialités urbaines et patrimoniales MAUBEUGE Faubourg de Douzies Valorisation concertée des centres Urbains En partenariat avec les communes de : Feignies, Ferrière-la-Grande,

Plus en détail

le pavillonnaire en site rural et les fermes

le pavillonnaire en site rural et les fermes Guide couleurs Les maisons rurales, le pavillonnaire en site rural et les fermes Couleurs et matières pour les façades : restaurations et constructions neuves Les typologies architecturales Les maisons

Plus en détail

Ville de Rosny-sous-Bois ATELIER 2 : PATRIMOINE

Ville de Rosny-sous-Bois ATELIER 2 : PATRIMOINE 16 juin Ville de Rosny-sous-Bois ATELIER 2 : PATRIMOINE GLOSSAIRE Acrotère Dans l architecture classique, un acrotère est un ornement sculpté disposé au sommet d un fronton ou sur un pignon. Dans l architecture

Plus en détail

LA MAISON DE BOURG. Les bourgs du Parc naturel ont. Regards sur l habitat. Les espaces extérieurs

LA MAISON DE BOURG. Les bourgs du Parc naturel ont. Regards sur l habitat. Les espaces extérieurs LA MAISON DE BOURG Un bourg est un gros village dense généralement situé à un carrefour de voies principales. La maison de bourg appartient à cet ensemble de maisons accolées et groupées le long des rues

Plus en détail

A N N E X E S ANNEXE N 1 : REGLES RELATIVES AU CALCUL DES PLACES DE STATIONNEMENT ANNEXE N 2 : ASPECT ARCHITECTURAL DES CONSTRUCTIONS

A N N E X E S ANNEXE N 1 : REGLES RELATIVES AU CALCUL DES PLACES DE STATIONNEMENT ANNEXE N 2 : ASPECT ARCHITECTURAL DES CONSTRUCTIONS COMMUNE DE GRAND CHAMP 90 A N N E X E S ANNEXE N 1 : REGLES RELATIVES AU CALCUL DES PLACES DE STATIONNEMENT ANNEXE N 2 : ASPECT ARCHITECTURAL DES CONSTRUCTIONS Règlement PLU Modification n 2 COMMUNE DE

Plus en détail

CAHIER DE PRECONISATIONS

CAHIER DE PRECONISATIONS CAHIER DE PRECONISATIONS Le caractère du centre ancien de Caudiès-de- Fenouillèdes ainsi que celui des extensions du 19 ème siècle sont à préserver au titre d un patrimoine commun à transmettre aux générations

Plus en détail

4. Environnement bâti

4. Environnement bâti 4. Environnement bâti 4.1. Organisation générale Le territoire intercommunal se caractérise par une urbanisation dispersée. Seuls les vastes espaces forestiers à Saint-Gatien-des- Bois et certains sites

Plus en détail

AGENCE DE DEVELOPPEMENT

AGENCE DE DEVELOPPEMENT PROJET BEAUREGARD Etude des potentialités urbaines et patrimoniales MAUBEUGE Pont Allant Valorisation concertée des centres Urbains En partenariat avec les communes de : Feignies, Ferrière-la-Grande, Ferrière-la-Petite,

Plus en détail

Département de la Manche. Communauté de communes de Saint-James Plan Local d Urbanisme Intercommunal. Elaboration. Pièce n 1 : Rapport de présentation

Département de la Manche. Communauté de communes de Saint-James Plan Local d Urbanisme Intercommunal. Elaboration. Pièce n 1 : Rapport de présentation Département de la Manche Communauté de communes de Saint-James Plan Local d Urbanisme Intercommunal Elaboration Pièce n 1 : Rapport de présentation Pièce n 1c: Cahier de recommandations architecturales,

Plus en détail

AUH - ZONE A URBANISER

AUH - ZONE A URBANISER AUH - ZONE A URBANISER Il convient de se référer à la partie intitulée «Définitions et dispositions communes à toutes les zones».cette partie générale comprend : - des compléments à l application des articles

Plus en détail

REGLEMENT DES PRESCRIPTIONS URBANISTIQUES PL-DAILLY TABLE DES MATIERES

REGLEMENT DES PRESCRIPTIONS URBANISTIQUES PL-DAILLY TABLE DES MATIERES REGLEMENT DES PRESCRIPTIONS URBANISTIQUES PL-DAILLY TABLE DES MATIERES ARTICLE 1 GENERALITE... 2 Art.1.1. Conformité... 2 Art.1.2. Situation... 2 Art.1.3. Caractéristiques du site... 2 Art.1.4. Structure

Plus en détail

L architecture du XVI ème siècle à Pau et ses couleurs

L architecture du XVI ème siècle à Pau et ses couleurs L architecture du XVI ème siècle à Pau et ses couleurs Opération de mise en valeur des façades 1 L architecture du XVI ème siècle à Pau et ses couleurs Sommaire Les immeubles ci-après présentés, sont donnés

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE PIEDMONT. RÈGLEMENT N o 761-07-15

PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE PIEDMONT. RÈGLEMENT N o 761-07-15 PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE PIEDMONT RÈGLEMENT N o 761-07-15 RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT #761-07 PORTANT SUR LE PLAN D IMPLANTATION ET D INTÉGRATION ARCHITECTURALE SUR LE TERRITOIRE DE LA MUNICIPALITÉ

Plus en détail

COMMUNE DE BUSSANG Lotissement Communal «Derrière chez Blau» REGLEMENT (Version modifiée au 6 décembre 2012)

COMMUNE DE BUSSANG Lotissement Communal «Derrière chez Blau» REGLEMENT (Version modifiée au 6 décembre 2012) Article 1 : Exposé COMMUNE DE BUSSANG Lotissement Communal «Derrière chez Blau» REGLEMENT (Version modifiée au 6 décembre 2012) La Commune est propriétaire sur la commune de BUSSANG de terrains cadastrés

Plus en détail

Commune d Uccle Service de l Urbanisme Commission de Concertation, séance du 12 janvier 2011, objet n 06

Commune d Uccle Service de l Urbanisme Commission de Concertation, séance du 12 janvier 2011, objet n 06 Commune d Uccle Service de l Urbanisme Commission de Concertation, séance du 12 janvier 2011, objet n 06 Dossier 16-39.604-2010 - Enquête n 4062/10 Demandeur : Monsieur Pierre-Yves DELENS Situation : Avenue

Plus en détail

COMMUNE de CIVRIEUX D AZERGUES LE NUANCIER

COMMUNE de CIVRIEUX D AZERGUES LE NUANCIER COMMUNE de CIVRIEUX D AZERGUES LE NUANCIER Les façades Le fond de façade appartient à une famille colorée dominante : les neutres et quelques ocrés (ocre jaune et ocre orangé). Les teintes seront choisies

Plus en détail

PROVINCE DE NAMUR - COMMUNE DE NAMUR PRESCRIPTIONS URBANISTIQUES

PROVINCE DE NAMUR - COMMUNE DE NAMUR PRESCRIPTIONS URBANISTIQUES PROVINCE DE NAMUR - COMMUNE DE NAMUR PLAN PARTICULIER D'AMENAGEMENT N 1004A A.R. 10/01/51 PRESCRIPTIONS URBANISTIQUES REGLEMENT RELATIF AUX SERVITUDES URBANISTIQUES ART. 1. ZONE DE CONSTRUCTION D HABITATIONS

Plus en détail

L immeuble 1,boulevard Saint-Michel

L immeuble 1,boulevard Saint-Michel L immeuble 1,boulevard Saint-Michel 1860, Paris Gustave Lecomte Plan de la galerie d architecture moderne et contemporaine Les maquettes L immeuble de Gustave Lecomte situé au 1 boulevard Saint-Michel

Plus en détail

PLAN D EXTENSION. «En Dallaz Les Assenges» REGLEMENT

PLAN D EXTENSION. «En Dallaz Les Assenges» REGLEMENT PLAN D EXTENSION «En Dallaz Les Assenges» REGLEMENT Règlement du plan d extension partiel s appliquant aux secteurs «En Dalaz» et «Les Assenges» et modifiant le règlement des zones de villas, de l ordre

Plus en détail

HISTOIRE ET TERRITOIRE HABITAT TRADITIONNEL HABITAT CONTEMPORAIN LOTISSEMENT. Charte architecturale de Vayres

HISTOIRE ET TERRITOIRE HABITAT TRADITIONNEL HABITAT CONTEMPORAIN LOTISSEMENT. Charte architecturale de Vayres HISTOIRE ET TERRITOIRE HABITAT TRADITIONNEL HABITAT CONTEMPORAIN LOTISSEMENT L histoire de Vayres 2 L origine du nom de la Ville de Vayres vient du celte Varatedo, qui veut dire Varat, passage et Edun,

Plus en détail

PA10 - Règlement du Lotissement

PA10 - Règlement du Lotissement MAITRE D OUVRAGE 22, Rue d Issenheim 68190 RAEDERSHEIM Tel 03 89 48 19 52 Fax 03 89 48 02 70 info@fha-lotisseur.fr MAITRE D ŒUVRE - GEOMETRE 21, rue Jacobi-Netter 67200 STRASBOURG Tel 03 88 36 94 68 Fax

Plus en détail

REGLEMENT SOMMAIRE DE CETTE PARTIE. Règlement de l AVAP de Chambéry(Savoie) V NOUVELLES CONSTRUCTIONS

REGLEMENT SOMMAIRE DE CETTE PARTIE. Règlement de l AVAP de Chambéry(Savoie) V NOUVELLES CONSTRUCTIONS REGLEMENT SOMMAIRE DE CETTE PARTIE V NOUVELLES CONSTRUCTIONS 1 Implantation 2 Clôtures 3 Hauteur 4 Façades Matériaux Ouvertures Réseaux, coffrets, divers Façades commerciales 5 Toitures Formes Couverture

Plus en détail

ETUDE POUR LA RÉALISATION D UN LOTISSEMENT DURABLE À MONTAIGNAC-SAINT-HIPPOLYTE (19)

ETUDE POUR LA RÉALISATION D UN LOTISSEMENT DURABLE À MONTAIGNAC-SAINT-HIPPOLYTE (19) ETUDE POUR LA RÉALISATION D UN LOTISSEMENT DURABLE À MONTAIGNAC-SAINT-HIPPOLYTE (19) Le projet s inscrit dans une démarche durable prenant largement en compte le contexte du projet (économique, social

Plus en détail

Enquête publique du 02/ 02/2015 au 16/ 02/2015 inclus. Commission de concertation : le mercredi 04 mars 2015.

Enquête publique du 02/ 02/2015 au 16/ 02/2015 inclus. Commission de concertation : le mercredi 04 mars 2015. Enquête publique du 02/ 02/2015 au 16/ 02/2015 inclus Commission de concertation : le mercredi 04 mars 2015. TRAVAUX ENVISAGÉS : Demande de permis d urbanisme pour la démolition de deux maisons unifamiliales

Plus en détail

1. Généralités : 2. Lotissement : 3. Destination : 4. Aspect général :

1. Généralités : 2. Lotissement : 3. Destination : 4. Aspect général : 1. Généralités : Le respect des conditions ci-dessous ne dispense pas l acquéreur et ses ayant droits de l obligation de satisfaire à toutes les normes et règles en matière technique, d hygiène et de confort,

Plus en détail

c.a.u.e. de la manche collection DÉCOUVERTE du Bocage normand Caractéristiques et conseils pour l apprécier et la respecter

c.a.u.e. de la manche collection DÉCOUVERTE du Bocage normand Caractéristiques et conseils pour l apprécier et la respecter collection DÉCOUVERTE c.a.u.e. de la manche du Bocage normand Caractéristiques et conseils pour l apprécier et la respecter Le pan de bois associé au torchis constitue probablement l un des plus célèbres

Plus en détail

(Mémorial A159/2011, page 2796)

(Mémorial A159/2011, page 2796) ORGANISATION DES COMMUNES - AMENAGEMENT TERRITORIALE 1 Règlement grand-ducal du 28 juillet 2011 concernant le contenu du plan d aménagement particulier «quartier existant» et du plan d aménagement particulier

Plus en détail

VOCABULAIRE D UNE FAÇADE LUCARNE CORNICHE CROUPE GARDE CORPS BANDEAU ALLÈGE ENCADREMENT DE BAIE SOUBASSEMENT CHASSIS DE TOIT ŒIL DE BŒUF LINTEAU

VOCABULAIRE D UNE FAÇADE LUCARNE CORNICHE CROUPE GARDE CORPS BANDEAU ALLÈGE ENCADREMENT DE BAIE SOUBASSEMENT CHASSIS DE TOIT ŒIL DE BŒUF LINTEAU 2 VOCABULAIRE D UNE FAÇADE LUCARNE CORNICHE CROUPE GARDE CORPS ENCADREMENT DE BAIE ALLÈGE SOUBASSEMENT BANDEAU MODÉNATURE ENSEMBLE DE DÉCORS ET MOULURES CHASSIS DE TOIT ŒIL DE BŒUF LINTEAU QUEUE DE VACHE

Plus en détail

FORUM DE l AMENAGEMENT 5 novembre 2013. Exemple de mobilisation publique locale contre la déprise en centre-ville

FORUM DE l AMENAGEMENT 5 novembre 2013. Exemple de mobilisation publique locale contre la déprise en centre-ville FORUM DE l AMENAGEMENT 5 novembre 2013 Exemple de mobilisation publique locale contre la déprise en centre-ville ETAT DES LIEUX Les faiblesses du centre-ville Changement des modes commerciaux - Agrandissement

Plus en détail

La gestion des unités de paysage et immeubles d intérêt

La gestion des unités de paysage et immeubles d intérêt Projet de règlement modifiant le Règlement d urbanisme de l arrondissement de Ville-Marie 30 janvier 2013 Note explicative La gestion des unités de paysage et immeubles d intérêt Gestion des unités de

Plus en détail

21.1 NORMES GÉNÉRALES ET DISPOSITIONS INTERPRÉTATIVES. 21.1.2 Classification fonctionnelle des bâtiments d'intérêt patrimonial par type et sous-type

21.1 NORMES GÉNÉRALES ET DISPOSITIONS INTERPRÉTATIVES. 21.1.2 Classification fonctionnelle des bâtiments d'intérêt patrimonial par type et sous-type CHAPITRE 21 DISPOSITIONS VISANT LA PROTECTION DES BÂTIMENTS D'INTÉRÊT PATRIMONIAL 21.1 NORMES GÉNÉRALES ET DISPOSITIONS INTERPRÉTATIVES 21.1.1 Champ d'application Les dispositions de la présente section

Plus en détail

Présentation de la réglementation applicable au 1 er juillet 2012 aux enseignes

Présentation de la réglementation applicable au 1 er juillet 2012 aux enseignes Direction Départementale des Territoires de la Savoie Présentation de la réglementation applicable au 1 er juillet 2012 aux enseignes ( Loi du 12 juillet 2010 - Décret du 30 janvier 2012 ) Ce résumé des

Plus en détail

«La batterie de la Cride»

«La batterie de la Cride» la batterie de la cride La Ville a acheté la Pointe de la Cride à la Marine en août 2013, dans le but de conserver et restaurer ce patrimoine historique. Ce site bénéficie d une vue exceptionnelle sur

Plus en détail

Qu'est-ce que le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Marais? Pourquoi réviser le PSMV du Marais? Comment se déroule la procédure de révision?

Qu'est-ce que le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Marais? Pourquoi réviser le PSMV du Marais? Comment se déroule la procédure de révision? Révision du Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Marais Sommaire Qu'est-ce que le Plan de Sauvegarde et de Mise en Valeur du Marais? Pourquoi réviser le PSMV du Marais? Comment se déroule la procédure

Plus en détail

Protégeons le patrimoine de Pont-du-Château. Création d une Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager (ZPPAUP)

Protégeons le patrimoine de Pont-du-Château. Création d une Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager (ZPPAUP) Protégeons le patrimoine de Pont-du-Château Création d une Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager (ZPPAUP) Une projection plus fine, plus cohérente, pour protéger notre patrimoine,

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme COMMUNE DE DONNERY DEPARTEMENT DU LOIRET Pièce n 6 Plan Local d Urbanisme ÉLÉMENTS DE PAYSAGE A CONSERVER Elaboration du PLU Dossier d approbation Sarl EDC2i Environnement Du Centre Ingénierie Infrastructure

Plus en détail

Un quartier d hier. s habille à l heure moderne. L ensemble de 52 logements sociaux récemment réalisé à Saint-Dizier s inscrit au cœur

Un quartier d hier. s habille à l heure moderne. L ensemble de 52 logements sociaux récemment réalisé à Saint-Dizier s inscrit au cœur Un quartier d hier s habille à l heure moderne L ensemble de 52 logements sociaux récemment réalisé à Saint-Dizier s inscrit au cœur d un important îlot typique du quartier de la Noue, à l ouest de la

Plus en détail

ARTICLE 10 HAUTEUR MAXIMALE DES CONSTRUCTIONS

ARTICLE 10 HAUTEUR MAXIMALE DES CONSTRUCTIONS ARTICLE 10 HAUTEUR MAXIMALE DES CONSTRUCTIONS 1. La commune de LOMPRET a rappelé que depuis 1961 les constructions réalisées sur son territoire sont du type rez-de-chaussée + combles aménageables et que

Plus en détail

PRINCIPE 1 Privilégier les matériaux de revêtement extérieur en maçonnerie

PRINCIPE 1 Privilégier les matériaux de revêtement extérieur en maçonnerie Service de l urbanisme 5 avril 2006 1 GUIDE SUR LA QUALITÉ ARCHITECTURALE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...2 PRINCIPE 1 Privilégier les matériaux de revêtement extérieur en maçonnerie

Plus en détail

PROVINCE DE NAMUR - COMMUNE DE MALONNE PRESCRIPTIONS URBANISTIQUES

PROVINCE DE NAMUR - COMMUNE DE MALONNE PRESCRIPTIONS URBANISTIQUES PROVINCE DE NAMUR - COMMUNE DE MALONNE PLAN PARTICULIER D'AMENAGEMENT N 1D A.R. 10/02/69 PRESCRIPTIONS URBANISTIQUES A. ZONE D'HABITATIONS CONTIGUES ORDINAIRES ART. 1. La zone dite d habitations contiguës

Plus en détail

L HABITAT TRADITIONNEL EN CIZE, BAÏGORRY ET OSTABARRET

L HABITAT TRADITIONNEL EN CIZE, BAÏGORRY ET OSTABARRET L HABITAT TRADITIONNEL EN CIZE, BAÏGORRY ET OSTABARRET Architectures en Cize, Baïgorry et Ostabarret En dépit de la complexité de sa topographie, morcelée par les reliefs et les vallées, le secteur, qui

Plus en détail

Les Devantures commerciales dans le Val-de-Marne RECOMMANDATION POUR LES DEVANTURES

Les Devantures commerciales dans le Val-de-Marne RECOMMANDATION POUR LES DEVANTURES Les Devantures commerciales dans le Val-de-Marne RECOMMANDATION POUR LES DEVANTURES LA RUE Les devantures des commerces participent à la cohérence de la rue, elles respectent : Les limites du parcellaire

Plus en détail

LA PROTECTION DES BATIMENTS EXCEPTIONNELS

LA PROTECTION DES BATIMENTS EXCEPTIONNELS LA PROTECTION DES BATIMENTS EXCEPTIONNELS L «Unicum» se justifie globalement par : - son intérêt architectural (volumes, matériaux, accessoires ) - son état de conservation (il va de soit qu un édifice

Plus en détail

L opération Breteuil - Ségur. Avenue de Ségur. 12 juin 2015. Villa de Saxe. Villa de Ségur. Avenue Duquesne. Avenue de Breteuil

L opération Breteuil - Ségur. Avenue de Ségur. 12 juin 2015. Villa de Saxe. Villa de Ségur. Avenue Duquesne. Avenue de Breteuil L opération Breteuil - Ségur 12 juin 2015 Avenue de Ségur Villa de Saxe Villa de Ségur Avenue de Breteuil Avenue Duquesne UNE ÉQUIPE AU SERVICE D UN PROJET Covéa Immobilier : Société de Groupe d Assurance

Plus en détail

Secteur de projets Albert 1 er

Secteur de projets Albert 1 er DEPARTEMENT DES HAUTS-DE-SEINE VILLE DE SCEAUX Secteur de projets Albert 1 er *** ORIENTATIONS D AMENAGEMENT *** Secteur de projet Albert 1 er orientations d aménagement 1/6 La ville de Sceaux s investit

Plus en détail

PA10. Mai 2013 modifié en Juillet et Octobre 2013 et Mars 2014 DEPARTEMENT DE LA HAUTE-GARONNE COMMUNE DE MONTBRUN-LAURAGAIS LOTISSEMENT «SOULEILLA»

PA10. Mai 2013 modifié en Juillet et Octobre 2013 et Mars 2014 DEPARTEMENT DE LA HAUTE-GARONNE COMMUNE DE MONTBRUN-LAURAGAIS LOTISSEMENT «SOULEILLA» PA10 07-038 Mai 2013 modifié en Juillet et Octobre 2013 et Mars 2014 DEPARTEMENT DE LA HAUTE-GARONNE COMMUNE DE MONTBRUN-LAURAGAIS LOTISSEMENT «SOULEILLA» REGLEMENT DU LOTISSEMENT -------- I PRINCIPE REGLEMENTAIRE

Plus en détail

Usine textile et teinturerie Dechaux actuellement immeuble d'habitation

Usine textile et teinturerie Dechaux actuellement immeuble d'habitation , Vienne Vallée de la Gère 7, 9 petite rue de la Cocarde Références du dossier Numéro de dossier : Date de l'enquête initiale : 2006 Date(s) de rédaction : 2009 Cadre de l'étude : enquête thématique régionale

Plus en détail

SAINTE-CROIX-AUX-MINES (Haut-Rhin) Lotissement de la gare. TOURCOING (Nord) Résidence côté parc (maisons serres) LILLE (Nord) Soleil intérieur

SAINTE-CROIX-AUX-MINES (Haut-Rhin) Lotissement de la gare. TOURCOING (Nord) Résidence côté parc (maisons serres) LILLE (Nord) Soleil intérieur Fiches «projets» O p é r a t i o n s e x e m p l a i r e s d h a b i t a t g r o u p é SAINTE-CROIX-AUX-MINES (Haut-Rhin) Lotissement de la gare TOURCOING (Nord) Résidence côté parc (maisons serres) LILLE

Plus en détail

OCCUPATION DU BATI CRITERE DE PROTECTION CARACTERISTIQUES. Typologie du bâti : Maison de villégiature Nombre d étages : R+1

OCCUPATION DU BATI CRITERE DE PROTECTION CARACTERISTIQUES. Typologie du bâti : Maison de villégiature Nombre d étages : R+1 Parcelle : AZ 275 9 rue Collet Typologie du bâti : Maison de villégiature Nombre d étages : R+1 Epoque supposée : Fin 19 ème -début 20 ème siècle Surface bâtie (approx.) : 78 m² Meulière jointoyée Maison

Plus en détail

Le plan communal d aménagement

Le plan communal d aménagement Le plan communal d aménagement Définition, objectifs et modalités d élaboration Urbanisme et développement territorial 2012-2013 Plan communal d aménagement - 1 Structure de l exposé DEFINITION ET CONTENU

Plus en détail

façades commerciales en centre ancien

façades commerciales en centre ancien façades commerciales en centre ancien 1 INTRODUCTION L aménagement et la conception des façades commerciales, ces fameuses «vitrines» inscrites désormais de manière indélébile dans l histoire de la ville,

Plus en détail

Restaurant, dit Touring Pavillon puis Pavillon d'armenonville, actuellement maison

Restaurant, dit Touring Pavillon puis Pavillon d'armenonville, actuellement maison , Aix-les-Bains Les Bords du lac 48 chemin des Bateliers Restaurant, dit Touring Pavillon puis Pavillon d'armenonville, actuellement maison Références du dossier Numéro de dossier : Date de l'enquête initiale

Plus en détail

PRESCRIPTIONS URBANISTIQUES

PRESCRIPTIONS URBANISTIQUES PRESCRIPTIONS URBANISTIQUES ARTICLE 1 (10.1.1) : ZONE DE CONSTRUCTIONS RESIDENTIELLES EN HABITAT COLLECTIF Zone réservée à des immeubles à appartements pouvant comprendre le cas échéant, à titre accessoire,

Plus en détail

plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux

plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux plan local d urbanisme de la Communauté urbaine de Bordeaux 4 L évaluation des incidences du projet sur l environnement 2. Un outil plus adapté à la mise en valeur du patrimoine 3. Une constructibilité

Plus en détail

Typologie des maisons traditionnelles

Typologie des maisons traditionnelles Typologie des maisons traditionnelles Histoire de la maison «paysanne» traditionnelle D e tout temps l homme a cherché à s abriter. A la préhistoire il vivait dans des grottes ou des abris naturels. Peu

Plus en détail

Commune de Bretonnières. Règlement communal sur le plan d extension et la police des constructions

Commune de Bretonnières. Règlement communal sur le plan d extension et la police des constructions Commune de Bretonnières Règlement communal sur le plan d extension et la police des constructions Règlement communal sur le plan d extension et la police des constructions CHAPITRE PREMIER Dispositions

Plus en détail

PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE. Guide pratique du particulier

PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE. Guide pratique du particulier PERMIS DE CONSTRUIRE ET DECLARATION PREALABLE Guide pratique du particulier Envie de vous lancer dans un projet de construction neuve? Envie d aménager vos locaux ou de modifier votre façade? Vous êtes

Plus en détail

extrait du règlement sur les plans d implantation et d intégration architecturale (2004-22) annexe b fascicule 5

extrait du règlement sur les plans d implantation et d intégration architecturale (2004-22) annexe b fascicule 5 TRANSFORMATIONS ET REMPLACEMENTS SPÉCIFIQUES TRANSFORMATIONS ET REM SPÉCIFIQUES TRANSFORMATIONS ET REMPLACEMENTS SPÉCIFIQUES TRAN SPÉCIFIQUES TRANSFORMATIONS ET REMPLACEMENTS SPÉCIFIQUES TRANSFORMATIONS

Plus en détail

règles d architecture dans le Pilat Parc naturel régional du Pilat

règles d architecture dans le Pilat Parc naturel régional du Pilat Parc naturel régional du Pilat règles d architecture dans le Pilat L e projet du Parc naturel régional porte une attention particulière aux questions d architecture et d urbanisme. Il veille à une cohérence

Plus en détail

Les maisons de Montricoux en pan-de-bois

Les maisons de Montricoux en pan-de-bois EN QUÊTE DE PATRIMOINE Les maisons de Montricoux en pan-de-bois Itinéraire de découverte Montricoux XV e siècle - XVIII e siècle La construction en pan-de-bois La construction en pan-de-bois est un ouvrage

Plus en détail

2. Vers une meilleure maîtrise de l espace rural

2. Vers une meilleure maîtrise de l espace rural 2. Vers une meilleure maîtrise de l espace rural f Petits collectifs à Francheville cellaire minimal de 500 m² et une hauteur maximale de 12 m. La commune veut également concentrer le développement dans

Plus en détail

Villa dite Saint-Cloud

Villa dite Saint-Cloud Villa dite Saint-Cloud 54 boulevard Frédéric-Garnier Royan Dossier IA17046390 réalisé en 2014 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel Enquêteur : Suire

Plus en détail

LE PERMIS DE CONSTRUIRE D'UNE MAISON INDIVIDUELLE

LE PERMIS DE CONSTRUIRE D'UNE MAISON INDIVIDUELLE LE PERMIS DE CONSTRUIRE D'UNE MAISON INDIVIDUELLE INTRODUCTION Quand peut-on démarrer les travaux d'aménagements ou de construction? Certains projets sont dispensés de formalité, d autres sont obligatoirement

Plus en détail

CAHIER DES PRESCRIPTIONS ARCHITECTURALES ET ENVIRONNEMENTALES

CAHIER DES PRESCRIPTIONS ARCHITECTURALES ET ENVIRONNEMENTALES CAHIER DES PRESCRIPTIONS ARCHITECTURALES ET ENVIRONNEMENTALES 1 OBJET DU PRÉSENT DOCUMENT Le présent cahier des prescriptions architecturales et environnementales a pour objet : - d assurer la diversité

Plus en détail

Chapitre 5 : Zone NC. Zone de richesses naturelles réservée aux activités agricoles

Chapitre 5 : Zone NC. Zone de richesses naturelles réservée aux activités agricoles Chapitre 5 : Zone de richesses naturelles réservée aux activités agricoles Caractère de la zone La zone NC est une zone naturelle constituée des parties du territoire communal ayant une vocation agricole.

Plus en détail

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle Saint-Pierre-Apôtre Autre(s) appellation(s) Saint-Thomas-Apôtre 2. No. dossier 63 3. No. réf. Archives CSDM 240 / 240 4. ANNÉE de construction 1952 5. ARCHITECTE

Plus en détail

Titre 1 : Dispositions applicables aux zones naturelles

Titre 1 : Dispositions applicables aux zones naturelles COMMUNE DE LOUISFERT Règlement du PLU PLAN LOCAL D URBANISME approuvé le 1 er juillet 2008 et modifié le 15 juin 2010 Titre 1 : Dispositions applicables aux zones naturelles La zone N est une zone naturelle

Plus en détail

Compte-rendu Atelier de concertation : références Mardi 23 avril 2013 à 18h15 (BILLY-SUR-AISNE)

Compte-rendu Atelier de concertation : références Mardi 23 avril 2013 à 18h15 (BILLY-SUR-AISNE) Compte-rendu Atelier de concertation : références Mardi 23 avril 2013 à 18h15 (BILLY-SUR-AISNE) Intervenants : Jean-Benoît JOSÉPHINE, chargé de mission à la Communauté d'agglomération du Soissonnais :

Plus en détail

LES PORTES ET LES FENÊTRES

LES PORTES ET LES FENÊTRES FICHE PATRIMOINE LES PORTES ET LES FENÊTRES Ce que tout propriétaire doit savoir en LES PORTES ET LES FENÊTRES PRÉSERVER LE CACHET DU PLATEAU Chaque immeuble, même le plus modeste, fait partie du patrimoine

Plus en détail

Chinon Règlement PSMV Titre II Chapitre 2, secteur USS A Article USS A 14

Chinon Règlement PSMV Titre II Chapitre 2, secteur USS A Article USS A 14 TITRE II - CHAPITRE 1 LEGENDE DU DOCUMENT GRAPHIQUE LIMITES DU SECTEUR SAUVEGARDÉ FIGURÉ AU PLAN PAR UN TIRETÉ ÉPAIS DE COULEUR NOIRE, ALTERNANT UN TIRET LONG ET UN TIRET COURT. Cette limite reprend rigoureusement

Plus en détail

IDENTIFICATION. 1. APPELLATION actuelle Sans-Frontières Autre(s) appellation(s) St. Brendan s School. 2. No. dossier 66

IDENTIFICATION. 1. APPELLATION actuelle Sans-Frontières Autre(s) appellation(s) St. Brendan s School. 2. No. dossier 66 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle Sans-Frontières Autre(s) appellation(s) St. Brendan s School 2. No. dossier 66 3. No. réf. Archives CSDM 410 / 410 4. ANNÉE de construction 1930 5. ARCHITECTE concepteur

Plus en détail

DEPARTEMENT DE L HERAULT VILLE DE PEZENAS. Secteur sauvegardé REGLEMENT / EXTRAITS REGLEMENT/EXTRAITS. Septembre 1994.

DEPARTEMENT DE L HERAULT VILLE DE PEZENAS. Secteur sauvegardé REGLEMENT / EXTRAITS REGLEMENT/EXTRAITS. Septembre 1994. DEPARTEMENT DE L HERAULT VILLE DE PEZENAS Secteur sauvegardé REGLEMENT / EXTRAITS REGLEMENT/EXTRAITS Septembre 1994 Septembre 1994 Ministère de l Equipement, des Transports et du Tourisme Ministère de

Plus en détail

Maison, villa Richemont

Maison, villa Richemont , Aix-les-Bains Les Coteaux boulevard Périn, 23 boulevard Madame Mourichon Références du dossier Numéro de dossier : IA73446 Date de l'enquête initiale : 26 Date(s) de rédaction : 26 Cadre de l'étude :

Plus en détail

VĐLLE DE NÎMES OPÉRATION «PIERRE SÈCHE» CAHIER DES CHARGES 2 ème MODIFICATION (2012)

VĐLLE DE NÎMES OPÉRATION «PIERRE SÈCHE» CAHIER DES CHARGES 2 ème MODIFICATION (2012) VĐLLE DE NÎMES OPÉRATION «PIERRE SÈCHE» CAHIER DES CHARGES 2 ème MODIFICATION (2012) CAPITELLES ET MURS DE CLÔTURE EN LIMITE DU DOMAINE PUBLIC SUBVENTION MUNICIPALE «AIDE Á LA PIERRE» RÈGLEMENT D ATTRIBUTION

Plus en détail

MAISON CITÉ-JARDIN Phase 1 : 1915-1935

MAISON CITÉ-JARDIN Phase 1 : 1915-1935 MAISON CITÉ-JARDIN Phase 1 : 1915-1935 L objectif est de préserver l intégrité des caractéristiques architecturales de la typologie maison cité-jardin qui se trouve dans les secteurs de la phase 1. La

Plus en détail

QUARTIER NORD. 20 / Les parcours du patrimoine / QUARTIER NORD

QUARTIER NORD. 20 / Les parcours du patrimoine / QUARTIER NORD 2 QUARTIER NORD 20 / Les parcours du patrimoine / QUARTIER NORD 2 HISTORIQUE DU QUARTIER NORD En 1829 (voir Repères historiques), 58 hectares furent prélevés aux dépens de Montreuil et intégrés au territoire

Plus en détail

Communauté d agglomération du Val Maubuée Le Schéma de cohérence et d orientation paysagère Une approche innovante du paysage

Communauté d agglomération du Val Maubuée Le Schéma de cohérence et d orientation paysagère Une approche innovante du paysage Communauté d agglomération du Val Maubuée Le Schéma de cohérence et d orientation paysagère Une approche innovante du paysage 1 Les enjeux du SCOP La Communauté d agglomération du Val Maubuée (CAVM) est

Plus en détail

L ENJEU URBAIN DU RENOUVELEMENT DES PLANS DE SAUVEGARDE ET DE MISE EN VALEUR A PARIS

L ENJEU URBAIN DU RENOUVELEMENT DES PLANS DE SAUVEGARDE ET DE MISE EN VALEUR A PARIS L ENJEU URBAIN DU RENOUVELEMENT DES PLANS DE SAUVEGARDE ET DE MISE EN VALEUR A PARIS DROIT PUBLIC IMMOBILIER Construire le futur en préservant le passé est, depuis le 19 ème siècle, un enjeu majeur des

Plus en détail

Plan Local d Urbanisme

Plan Local d Urbanisme Commune du Blanc-Mesnil Plan Local d Urbanisme Pièce n 3 : Orientations d Aménagement et de Programmation (OAP) Vu pour être annexé à la Délibération du Conseil Municipal du 16 juillet 2015 arrêtant le

Plus en détail

Soultz-Sous. Sous-Forêts. Plan Local d Urbanismed. Lundi 18 janvier 2010. Commune de Soultz-Sous-Forêts

Soultz-Sous. Sous-Forêts. Plan Local d Urbanismed. Lundi 18 janvier 2010. Commune de Soultz-Sous-Forêts Soultz-Sous Sous-Forêts Plan Local d Urbanismed Première réunion r publique Lundi 18 janvier 2010 Une réunion en deux temps 1. Les règles du jeu d un PLU? 2. Quel projet pour Soultz-Sous-Forêts? Echanges

Plus en détail

LOTISSEMENT «LA BOULAYE»

LOTISSEMENT «LA BOULAYE» Réalisation d un lotissement sur la Commune de S t J e a n P i e r r e F i x t e pour le Compte de la SAEDEL LOTISSEMENT «LA BOULAYE» Règlement du lotissement PA10 Mai 2012 2- REGLEMENT DU LOTISSEMENT

Plus en détail

Épargne immobilière Nue-propriété immobilier neuf. Bordeaux. Une architecture d exception au cœur du quartier des Chartrons

Épargne immobilière Nue-propriété immobilier neuf. Bordeaux. Une architecture d exception au cœur du quartier des Chartrons Épargne immobilière Nue-propriété immobilier neuf Bordeaux Une architecture d exception au cœur du quartier des Chartrons Les Chartrons, un patrimoine architectural unique Ancien quartier viticole, les

Plus en détail

EXEMPLES DE TYPES DE DOSSIERS RÉALISÉS PAR LE SARP

EXEMPLES DE TYPES DE DOSSIERS RÉALISÉS PAR LE SARP EXEMPLES DE TYPES DE DOSSIERS RÉALISÉS PAR LE SARP Voici des exemples d esquisses et documents remis pour chaque type de consultation. TABLE DES MATIÈRES Résidence patrimoniale - extrait de dossier...

Plus en détail

REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES UC

REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES UC CHAPITRE III - REGLEMENT APPLICABLE AUX ZONES UC Nota : La zone UC comprend les secteurs : UCa, UCb et UCc. Les termes dans ce chapitre ayant un astérisque renvoient à une définition à l Article 5 du Titre

Plus en détail

Protéger conserver transformer le patrimoine Habiter en ville aux XIXe et XXe siècles jeudi 18 avril 2013. David Ripoll

Protéger conserver transformer le patrimoine Habiter en ville aux XIXe et XXe siècles jeudi 18 avril 2013. David Ripoll Habiter en ville aux XIXe et XXe siècles jeudi 18 avril 2013 David Ripoll Historien de l art, licencié de l Université de Genève. Spécialisé dans l'étude de l architecture et de l urbanisme du XIX e siècle,

Plus en détail

CHARTE DES ECO-QUARTIERS DE LILLE METROPOLE. Présentation de la version votée le 20/12/07

CHARTE DES ECO-QUARTIERS DE LILLE METROPOLE. Présentation de la version votée le 20/12/07 CHARTE DES ECO-QUARTIERS DE LILLE METROPOLE Présentation de la version votée le 20/12/07 Les différents documents La charte : fixe les objectifs et niveaux d excellence pour l éco-quartier => soumis aux

Plus en détail

Programme de construction de 29 logements collectifs

Programme de construction de 29 logements collectifs Assemblée générale FNSCHLM - Jeudi 30 avril 2009 Opérations remarquables Programme de construction de 29 logements collectifs destinés à la location et à l accession sociale à la propriété Rue Wéry à Bruay-la-Buissière

Plus en détail

DISPOSITIONS GENERALES

DISPOSITIONS GENERALES DISPOSITIONS GENERALES Caractère de la zone La zone du futur lotissement comprend des espaces naturels situés dans le centre bourg de Forges, à proximité de l église et de la mairie. Cette zone s étend

Plus en détail