Cours de psychopédagogie : connaissances pédagogiques assorties d une démarche de recherche Préparations de stages Méthodologie du TFE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cours de psychopédagogie : connaissances pédagogiques assorties d une démarche de recherche Préparations de stages Méthodologie du TFE"

Transcription

1 1 Conservatoire royal de Bruxelles Cours de psychopédagogie : connaissances pédagogiques assorties d une démarche de recherche Préparations de stages Méthodologie du TFE Etudiants en agrégation et en Master Didactique 2 Odile Somer «Vous n enseignez pas ce que vous savez, vous enseignez ce que vous êtes». Maurice Martenot Psychopédagogie : connaissances pédagogiques. Préparations aux stages et méthodologie du TFE Odile Somer

2 Table des matières Objectifs du module.. 3 I. Préparation générale aux stages 1. Le cadre des académies : le décret 1998 de l ESHR 4 2. Déterminer des objectifs pédagogiques à l aide des taxonomies 8 4. Les préparations Les attentes des enseignants et leur influence sur les performances des élèves 17 II. Consignes pour le TFE 1. Caractéristique pratiques Le sujet et le plan. Préciser un questionnement La méthodologie de recueil d informations sur le terrain Les bibliographies et fiches de lecture Pistes pour une présentation orale interactive Grille d évaluation du TFE III. Evaluation du module.28 IV. Bibliographie 29

3 3 Objectifs du module pour la préparation générale aux stages : Les Es seront amenés à tenir compte des aspects institutionnels liés à la pédagogie Se familiariser avec un vocabulaire approfondir le lien entre vocabulaire et structures pédagogiques Positionner leurs choix pédagogiques pour le TFE Les Es seront capables de : - choisir un sujet et développer un projet - rassembler une documentation pertinente par rapport à celui-ci - rassembler par des méthodes adéquates (observations, recherche-actions, entretiens, questionnaires) respectant les principes déontologiques, des données concrètes - analyser, organiser et articuler ces données en les mettant en lien avec les informations théoriques et le cours de psychopédagogie - élaborer un texte cohérent et compréhensible par un «non-spécialiste» - présenter ce travail devant un groupe de pairs Psychopédagogie : connaissances pédagogiques. Préparations aux stages et méthodologie du TFE Odile Somer

4 I. Préparation aux stages 1. Le cadre de l académie : le décret 1998 Dans quelle pièce jouons-nous? Décret organisant l ESHR juin 1998 «Article 1er. - Pour l'application du présent décret, on entend par : 1 le Gouvernement : le Gouvernement de la Communauté française; 2 l'enseignement secondaire artistique à horaire réduit: l'enseignement dispensé par les établissements subventionnés par la Communauté française; 3 l'établissement: l'implantation ou l'ensemble des implantations constituant un ensemble pédagogique d'enseignement secondaire artistique à horaire réduit ayant son siège à un endroit déterminé et placé sous l'autorité d'un même directeur; 4 la section: la subdivision administrative appelée domaine d'enseignement regroupant l'ensemble des cours d'une orientation d'études artistique donnée; 5 la filière: la subdivision administrative d'un domaine d'enseignement définissant la structure des cours de chacune des étapes de l'enseignement; 6 le socle de compétence : le référentiel présentant de manière structurée les compétences de base à exercer jusqu'au terme de la formation artistique et qui sont à maîtriser à la fin de chacune des étapes de celle-ci.» 1 Selon les académies on rencontrera les sections Arts de la Parole, musique classique, jazz, musique ancienne, danse, arts plastiques Chapitre II - section 1 : Les finalités 1 Décret organisant l ESHR de juin 1998

5 5 «Article 3. - Les principales finalités de l'enseignement secondaire artistique à horaire réduit consistent à : 1 concourir à l'épanouissement des élèves en promouvant une culture artistique par l'apprentissage des divers langages et pratiques artistiques; 2 donner aux élèves les moyens et formations leur permettant d'atteindre l'autonomie artistique suscitant une faculté créatrice personnelle; 3 offrir un enseignement préparant des élèves à rencontrer les exigences requises pour accéder à l'enseignement artistique de niveau supérieur.» 2 - section 2 organisation générale «organisateurs peuvent organiser des établissements comportant une ou plusieurs des sections suivantes : 1 domaine des «arts plastiques, visuels et de l'espace»; 2 domaine de la «musique»; 3 domaine des «arts de la parole et du théâtre»; 4 domaine de la «danse». 3 Les filières «2. Dans chaque domaine visé au 1er sont organisées des filières ayant pour objectifs : 1 de faire acquérir les capacités permettant le maintien et la progression de l'élève dans le processus de l'enseignement secondaire artistique à horaire réduit: a) en filière préparatoire qui comprend les cours d'initiation aux pratiques artistiques; b) en filière de formation qui comprend les premières années des cours de base visés au 3, 1 ; c) en filière de qualification qui comprend les années terminales des cours de base visés au 3, 1, dans une forme minimale d'organisation des études; d) en filière de transition qui comprend les années terminales des cours de base visés au 3, 1, dans une forme renforcée d'organisation des études; 2 de permettre la pratique d'une activité artistique.» 4 Toues les académies comportent les filières formation et qualification. Les filières préparatoire et transition sont organisées selon les choix des PO. Schéma global des filières 2 Décret opus cité 3 Décret opus cité 4 Décret opus cité Psychopédagogie : connaissances pédagogiques. Préparations aux stages et méthodologie du TFE Odile Somer

6 Attention des variations existent selon les spécialités, et les académies. En TAP, référez-vous au module sur la connaissance du décret. Pour les instrumentistes, se mettre en rapport avec le professeur de méthodologie. Les objectifs d éducation et les socles de compétence «3. Dans chaque domaine visé au 1er et sur base des intitulés des fonctions correspondantes reprises à l'article 51, 2, sont organisés : 1 les cours artistiques de base structurés en filières et définis en termes : a) d'objectifs d'éducation et de formation artistique spécifiques à chacun des cours; b) de socles de compétence fixés pour chacune des filières de formation, de qualification et de transition et prenant en compte : - l'intelligence artistique de l'élève, à savoir sa capacité de perception de la cohérence d'un langage artistique; - la maîtrise technique de l'élève, à savoir sa capacité de dominer l'utilisation des éléments techniques propres à chaque spécialité; - l'autonomie de l'élève, à savoir sa capacité de découvrir, de développer et de produire seul une activité artistique de qualité équivalente à celle que la formation lui a permis d'atteindre; - la créativité de l'élève, à savoir sa capacité de se servir librement d'un langage artistique connu de lui ou élaboré par lui en vue d'une réalisation originale. c) de nombre minimum et de nombre maximum d'années d'études organisables dans chacune des filières d'enseignement; d) de nombre minimum et de nombre maximum de périodes hebdomadaires de cours organisables dans chacune des années d'études visées en c). 2 les cours artistiques complémentaires et définis en termes : a) d'objectifs d'éducation et de formation artistique; b) de nombre minimum et de nombre maximum d'années d'études organisables c) de nombre minimum et de nombre maximum de périodes hebdomadaires de cours organisables dans chacune des années d'études visées en b). 3 les accompagnements des cours visés aux 1 et 2.» 5 Dans chaque domaine et pour chaque filière on retrouve trois types d activité : - les cours de base - les cours complémentaires - les accompagnements des deux cours opus cités. Les cours de base se définissent en objectifs d éducation et en socles de compétences (3) ( les compétences : IA/MT. Créativité/ Autonomie) Les objectifs d éducation et de formation artistiques spécifiques sont répertoriés dans les référentiels de compétence. Ceux-ci sont disponibles auprès de vos professeurs de méthodologie. 5 Décret opus cité

7 7 Ils sont variables d une spécialité à l autre. Quelques exemples d objectifs d éducation que l on retrouve fréquemment: - maîtrise gestuelle et technique - Écoute critique - Constitution d un répertoire - Lecture et déchiffrage (acquisition de réflexes) - Connaissance formelle et stylistique - Démarches créatives - Gestion de l instrument Les compétences On entend par compétence l aptitude de l élève à mettre en oeuvre un ensemble organisé de savoirs, de savoir-faire et d attitudes (savoir-être) permettant de trouver un sens aux productions artistiques et de les accomplir. Il y a trois socles de compétences liés aux trois filières formation, transition et qualification. Il n y a pas de socle en filière préparatoire. (Nous verrons par la suite comment les taxonomies, en particulier celle de Vandevelde, peuvent nous permettre de préciser ces compétences et donc d approfondir la démarche pédagogique. Chapitre 4) Exemples de compétences (en musique) Intelligence artistique Maîtrise technique Autonomie Créativité Reconnaître à l audition des éléments propres à l expression musicale En FM, soutenir l émission vocale par une attitude corporelle appropriée Identifier d oreille des éléments mélodiques et/ou rythmiques Application créative de ses connaissances dans le domaine musical En Arts de la parole Intelligence artistique Maîtrise technique Autonomie Créativité Les Es mettent en évidence trois critères permettant de travailler le volume vocal Capacité à représenter corporellement une activité de la vie quotidienne Développement du jeu dramatique Cf. Christiane Page Création d un personnage à partir d improvisations Toutes les informations administratives se trouvent sur le site du conservatoire à l adresse suivante : Psychopédagogie : connaissances pédagogiques. Préparations aux stages et méthodologie du TFE Odile Somer

8 2. Les objectifs et les taxonomies A. Définition Un objectif est une intention du professeur pour la progression de l apprenant. Il se rédige donc en termes de comportements observables de l E. 6 Par exemple la notion de «comprendre» ne peut s observer que dans un résultat. Donc l E doit donc soit appliquer ce qu il a compris dans un exercice, créer une production qui montre cette compréhension. Ce comportement attendu de l apprenant sera précisé par des circonstances. Jouer un morceau «par cœur» n implique pas les mêmes aptitudes que de jouer avec la partition. Appliquer une articulation dans une gamme ou dans une séquence que l on invente (éventuellement à plusieurs) n implique pas les mêmes aptitudes cognitives, ni les mêmes stratégies motivationnelles et relationnelles. De même, toute action pédagogique visant une progression, on précisera le résultat attendu pour l objectif. Ceci en tenant compte bien entendu des aptitudes de l apprenant et en s assurant que les pré-requis sont installés. Pour jouer de son instrument à la maison, il faut que l E soit capable de s accorder. D oreille, ou avec un accordeur. Voilà donc un objectif prioritaire à développer. B. Les socles de compétence Cette notion balise l évolution des élèves en fixant des niveaux d appropriation des compétences de base à exercer jusqu au terme de la formation artistique. Et plus précisément à la fin des filières de formation, qualification et transition. La structuration de ces socles se retrouve dans les différents référentiels (un par spécialité). De manière générale on y distingue la sensibilisation d une compétence représentée par ne flèche montante, la certification d une compétence (C) et l entretien de la compétence (E). Ces compétences se doivent d être développées selon les 4 axes (MT, IA, C, A) Prenons par exemple, l acquisition d un rythme. L approche en méthodes actives consiste à attirer l attention de l E en le faisant écouter et en lui faisant prendre conscience du rythme à apprendre. (MT audition). On peut ensuite lui demander d essayer de le reproduire (MT Générale et de plus en plus fine) en tenant compte de la pulsation. Lui demander de le noter (IA) et enfin de l appliquer en proposant quelques mesures contenant ce rythme (C). Cette stratégie s adapte aussi bien au solfège qu à l instrument ; et se développe avec plus de richesse en petits groupes. 6 MAGER R. Comment définir des objectifs en pédagogie Ed. Dunod

9 9 Pour chaque instrument et en Arts de la Parole, il existe des «référentiels de compétence». Voir avec les professeurs de méthodologie. C. Les taxonomies Pour nous aider à préciser ces compétences, il existe des taxonomies (classements) d activités cognitives, affectives et conatives. Dans les taxonomies cognitives, celles de Bloom et Vandevelde sont les plus intéressantes. Vandevelde 7 distingue les activités à but informatif (concernant la «matière) et les activités à but formatif (concernant les aptitudes). Activités à dominante formative Connaissance : - Enregistrement - Redécouverte - Activités répétitives - Utilisation de l acquis - Synthèse Activités à dominante formative : - Compréhension - Application - Analyse - Production - Evaluation L autre particularité de cette taxonomie est de distinguer les activités à dominante convergente (on doit obtenir le même résultat pour tout le monde et dans toutes les circonstances) ce qui est essentiellement le cas dans les sous-rubriques liées à la connaissance et dans l application. Les autres activités cognitives entrainent des résultats plus ou moins divergents. Exercice de mise en lien des activités de la taxonomie de Vandevelde avec les socles de compétence. Pour la créativité, il faut nécessairement travailler avec des rubriques à dominante divergente. 7 Vandevelde Taxonomie des opérations cognitives ULB 1978 Psychopédagogie : connaissances pédagogiques. Préparations aux stages et méthodologie du TFE Odile Somer

10 Le fait de travailler en interactivité et de laisser une grande part à la créativité va de fait, accroître l implication et la motivation des élèves, qui sont des éléments développent la confiance en soi et la communication avec les autres. Travaux en classe par groupes de trois : liste d exemples d objectifs pédagogiques : Présenter un objectif pour au moins deux élèves. Développer à l aide de compétences dans les quatre «axes» : instrumentistes et Arts de la Parole Le fait de travailler en interactivité et de laisser une grande part à la créativité va de fait, accroître l implication et la motivation des élèves, qui sont des éléments développent la confiance en soi et la communication avec les autres. A. Objectifs pédagogiques T AP 1. Les apprenants prendront conscience de l importance du volume vocal et cibleront trois critères leur permettant de travailler sur cette variable (élèves de F3/F4/F5) 2. Les élèves seront capables d exprimer corporellement (sans participation de la voix) une action de la vie quotidienne. 3. Les élèves prendront conscience du fonctionnement de la respiration et de son influence dans l expression de leur art au niveau du volume et du phrasé. 4. Le départ d une phrase, d un texte. Les Es seront capables de citer et de moduler trois variables permettant d installer tout de suite un climat. 5. Les Es prendront conscience de certaines règles de la versification (deux) et les appliqueront avec justesse. 6. Les apprenants seront capables d analyser leur texte et de verbaliser cette analyse d une manière personnelle. 7. Les Es prendront conscience de différentes manières de faire (4 à préciser) pour participer et réussir une improvisation. Ils les appliqueront ensuite dans une construction collective courte. 8. Les Es prendront conscience de l espace qu ils occupent lors d une prestation et de l espace par rapport aux autres intervenants. 9. Les apprenants utiliseront leur corps lors de la construction d un personnage et verbaliseront les variables qu ils utilisent. 10. Les Es seront capables de construire un discours personnel improvisé de 5 minutes. 11. Les Es s exerceront à mémoriser une partie de leur travail et à découvrir, exploiter les différentes mémoires complémentaires.

11 11 B. Objectifs pédagogiques Formation Instrumentale 1. (Claviers) Les apprenants seront capables d exécuter des rythmes différents avec chaque main. (de F1 à Q selon le degré de complexité des rythmes en question). Par ex triolets à une main ; croches de l autre) 2. Les apprenants seront capables de jouer un duo ; chacun connaissant déjà sa partie. 3. Les élèves de F1 découvriront la notion de nuance et l appliqueront dans leur morceau. 4. Les Es découvriront deux approches des articulations et les appliqueront dans leur morceau. 5. Les apprenants seront capables d appréhender les différents façons de réaliser une dynamique et de l appliquer progressivement. 6. Les élèves découvriront les possibilités de leur instrument 7. Les élèves développeront une recherche personnelle de posture équilibrée et ergonomique avec leur instrument. Ils prendront conscience des variables sur lesquelles ils peuvent jouer pour modifier le son. 8. Les élèves prendront conscience du fonctionnement de la respiration et de son influence dans l expression de leur art au niveau du volume et du phrasé. 9. Le départ d une phrase, d un morceau. Les Es seront capables de citer et de moduler trois variables permettant d installer tout de suite un climat. Départ seul, ou en duo, trio. 10. Les apprenants seront capables d analyser leur partition et de verbaliser cette analyse d une manière personnelle. 11. Les Es prendront conscience de différentes manières de faire (4 à préciser) pour participer et réussir une improvisation. Ils les appliqueront ensuite dans une construction collective courte. 12. Les Es créeront une mélodie à partir d une série d accords. 13. Les Es seront capables de transposer des phrases mélodiques sur une suite d accords donnés 14. Les Es développeront leur écoute de la qualité des sons émis et apprendront à moduler certaines de ces variables (souffle/ poids de l archet, type d attaque ) Psychopédagogie : connaissances pédagogiques. Préparations aux stages et méthodologie du TFE Odile Somer

12 15. Les Es développeront leur oreille et/ou écoute intérieure en étant capable de reproduire une mélodie sans partition (degré de complexité) et aussi approche harmonique plus tard. 16. Les Es prendront conscience de l espace qu ils occupent lors d une prestation et de l espace par rapport aux autres intervenants. 17. Les Es aborderont une nouvelle formule rythmique et l appliqueront dans diverses circonstances. Ils verbaliseront l approche qui leur est la plus aisée. 18. Les Es seront capables de dissocier leur jeu dans un morceau (chanter une partie/jouer l autre) ou une partie du morceau de l E qui se trouve au cours avec eux. 19. Les Es seront capables d effectuer des choix (et de les argumenter) lors de l interprétation de leur morceau (nuances, dynamiques). 20. Les Es s exerceront à mémoriser une partie de leur travail et à découvrir, exploiter les différentes mémoires complémentaires. 21. Les Es seront capables de comprendre et mettre en pratique une approcha stylistique (par exemple l ornementation dans le répertoire baroque) 22. Les apprenants développeront une «méthode de travail créative et rigoureuse» dans l apprentissage de différents aspects liés à la MT. (coups de langue / Archet/ utilisation des doigts.) 3. Les préparations A. Pourquoi? Progrès E Vie de la classe Temps Espace Individualisation Découpage de l apprentissage Progression Activité de chacun Implication Motivation Temps de la leçon Temps de l année Repères temporels Concentration Equilibrage des différents socles de compétence Temps de Parole Espace d expression pour chacun Espace individuel/espace collectif Le cercle d apprentissage Les actions du professeur : 1. Structurer l apprentissage : quelles facultés et quelle matière développer? Notion d objectifs 2. Prévoir des situations problèmes, des réactions d Es. Notion de méthodologie

13 13 B. Comment? «Il n y a de transmission que quand un projet d enseignement rencontre un projet d apprentissage ; quand se tisse un lien, même fragile entre un sujet qui peur apprendre et un sujet qui veut enseigner. C est pourquoi le métier d enseigner requiert cette double et inlassable prospection du côté des sujets d une part, de leurs acquis, leurs capacités, leurs ressources, leurs désirs ; et du côté des savoirs d autre part ; qu il faut sans cesse parcourir ; inventorier, pour découvrir en eux de nouvelles entrées, de nouvelles richesses, de nouveaux modes de représentation.» 8 Projet d enseignement : le professeur n est pas interchangeable. Il a un projet pour/avec ses élèves. Ceux-ci concernent autant la matière que la manière. Projet d apprentissage Concerne l élève, d où motivation, attention, mobilisation Lien : de plus en plus les psychopédagogues mettent en évidence la qualité du lien P/Es dans l acquisition des apprentissages. Voir chapitre 5 Les attentes du professeur. Qui peut apprendre Renvoie non seulement aux capacités intrinsèques des élèves ( handicaps éventuels), mais c est aussi de la disponibilité à apprendre dont il peut s agir. Certaines conditions matérielles, sociales, affective rendent difficile cette possibilité d apprentissages. Notion de prérequis Qui veut enseigner lien avec «autorité» charisme, plaisir de partager. Le professeur s engage avec sa personnalité complète, il fait des choix et les défend. Double prospection C. Différentes manières de présenter une préparation 1. Présentation linaire 1. Objectifs d éducation Cf. Leçon séparée sur objectifs 2. Compétences développées selon les quatre axes 3. Méthodologie Comment mettre l objectif en œuvre. Différentes pistes : - Méthodes actives : expérimenter, évoquer, visualiser, observer, verbaliser, jouer, créer - Socles de compétence - Interactivité 8 MEIRIEU Philippe Apprendre oui, mais comment? Psychopédagogie : connaissances pédagogiques. Préparations aux stages et méthodologie du TFE Odile Somer

14 Sont des outils pour nous aider à penser notre méthodologie. Penser aussi à développer le lien avec le travail à la maison pendant la semaine. Donner des défis, des enjeux ; faire vivre le groupe. 4. Matière et consignes La matière concerne les œuvres abordées : répertoire, analyse qu elle soir littéraire ou musicale, contexte des œuvres historiques, liens avec la vie des élèves, de l académie. En cas de créativité, d expérimentations des Es, la matière est aussi ce qu ils apportent. Il faut donc avoir pensé à ce qu on espère y trouver notamment pour préciser des critères d évaluation (ce qui est approprié, pertinent, exceptionnel, déplacé ) 5. Evaluation de l activité (cf. Objectifs) Le plus souvent demander aux Es ce qu ils ont retenu et comment ils vont travailler chez eux. On distingue différents types d évaluation : «4. Evaluation continue : Ce mode d évaluation se compose des concepts d évaluations FORMATIVE, SOMMATIVE et NORMATIVE. L évaluation continue ne connaît pas de règles, de formes, ni de respect ou liste de conventions officielles : son seul protocole est le dialogue avec l ensemble des acteurs du processus d apprentissage et son seul objectif est de responsabiliser l élève à l égard de ce processus d apprentissage. Ce dialogue implique la participation active d une équipe pédagogique connaissant l élève et la prise en compte de(s) avis de ce dernier. - Evaluation formative : Evaluation effectuée en cours d activité et visant à apprécier le progrès accompli par l élève et à comprendre la nature des difficultés qu il rencontre lors d un apprentissage ; elle a pour but d améliorer, de corriger ou de réajuster le cheminement de l élève ; elle se fonde en partie sur l auto-évaluation. Elle exclut donc toute forme d examen, avec ou sans cotation. - Evaluation sommative : Evaluation effectuée à la fin d une séquence d apprentissage et visant à établir le bilan des acquis des élèves. - Evaluation normative : Cette évaluation établit le rapport entre une personne et un niveau d exigence pré-établi (la norme), ainsi que la comparaison entre les personnes (les élèves) en regard de cette norme. Cette évaluation ne déterminant donc essentiellement que la position des élèves sur une échelle hiérarchique, ne peut constituer le seul mode d évaluation.» i9 Exercice 1 En classe par groupe de deux étudiants (de spécialité similaire ou non). A partir d objectifs d éducation donnés, construire une séquence pédagogique en développant les compétences, méthodologies, trame de la matière, et type d évaluation (30 minutes) Exemple de préparation en formation instrumentale (cordes) 9 ESaHR Référentiel de compétences

15 15 Deux Es : A en Q4 (concerto en sol M); et B en F2 (morceaux de la méthode + un chant populaire à préparer et retrouver d oreille) Objectif d éducation : Connaissance formelle et stylistique Compétences Les Es seront capables d établir des phrasés et de les réaliser de manière musicale. (MT ; IA ; Aautonomie) A et B seront capables de développer une observation et une écoute active l une de l autre (A et IA) A et B seront capables de comprendre la structure des phrasés de leurs morceaux respectifs (niveau de complexité différents) (IA et A) A et B seront capables de jouer leur morceau en mettant en évidence leur compréhension du phrasé (MT et IA) A sera capable d imaginer un «accompagnement» à la chanson choisie par B en se basant notamment sur les phrasés. (au minimum une basse continue) (C et A) A et B développeront une oreille harmonique (MT/IA) A et B seront capables de ressentir la «respiration» qui accompagne le phrasé. (IA et A) Méthodologie 1. Echauffement et observation Travail de gammes ou exercices sur les passages délicats du morceau en insistant sur les dynamiques. Vu la grande différence de niveau, on demandera par exemple à B de jouer la gamme de sol en rondes pendant que A «ornementera» ces temps. (MT et C) 5 minutes 2. Travail centré sur A avec observation active de B A joue son morceau pendant que B écoute en suivant la partition et y indique ce qu elle sent comme moments de respiration et les fins de phrase. 10 minutes Auto-évaluation de A : échange sur les observations de B. Travail plus technique sur les différents passages. On peut éventuellement y inclure la participation de A qui joue des notes longues. (développer l oreille harmonique) 15 minutes 3. Travail centré sur B avec participation active de A B présente son morceau. Observation et Ecoute de A. Auto-évaluation de B et échanges avec A. Faire intervenir A dans des pistes de remédiation. 7 minutes B joue la chanson qu elle a choisie. Précisions avec l aide de A. Quand la chanson est bien installée, jeu à deux avec l accompagnement imaginé par A. Jouer plusieurs fois en vérifiant surtout les phrasés. Discussion sur les harmonies ; autres possibilités 8 minutes Psychopédagogie : connaissances pédagogiques. Préparations aux stages et méthodologie du TFE Odile Somer

16 4. Evaluation formative Demander l avis des Es et ajuster éventuellement le propos. On s attend à ce que A ait bien progressé dans son morceau, même s il reste des difficultés. B aura «terminé» son morceau. Pour la semaine qui vient, demander à A de prendre deux «phrases» de son morceau et d en réaliser une «variation», dans l idée d améliorer la MT de certains traits. Pour B, demander de préparer par elle-même le morceau suivant en faisant une «analyse» de la partition (tonalité, phrases, structure globale) ; d améliorer sa «chanson» et de proposer elle aussi une «variation» de deux phrases. ( 5 minutes). Ce travail, basé sur la créativité permet d approfondir le travail entamé dans l échauffement en l adaptant au morceau. Présentation dynamique sous forme de colonnes Exercice 2 Echange des préparations développées en 1 ; puis toujours par 2, les étudiants s approprient la préparation et imaginent comment ils donneront le cours en procédant par une forme «en colonnes». Ils verbalisent leur démarche dans la colonne «comportement du professeur» et projetteront la probable attitude des Es dans la colonne comportement des élèves. Cette présentation permet d actualiser les aspects liés à la méthodologie, le contenu/matière du cours et les modes d évaluation. Objectifs d éducation Compétences Matériel/consignes Evaluation Les Es s échauffent sur des passages «simples» en prenant en compte la notion de «phrasé» Exprimer une intention musicale S écouter Développer l oreille harmonique Respirer ensemble Expérimenter, créer Pour A, à partir de la gamme de sol M ; construire une phrase ornementée ; pour B jouer la gamme en blanches en étant attentive à la «rondeur du son» et à suivre le phrasé proposer par A Justesse de l interprétation du «phrasé» A joue son morceau pour la troisième semaine. Affiner le phrasé. Améliorer la MT. Pour B, comprendre et écouter Pour A : s exprimer, gagner en précision et vélocité (Cet MT) Pour B ; écouter, analyser (MT et IA) A, peux-tu me jouer ton morceau, en étant spécialement attentif à l expression des phrases. Tu vois ce qu on entend par phrases? Si oui, on Approfondir la notion du phrasé et son expression. Améliorations du point de vue de la MT

17 17 écoute. Si non, on réexplique. Pour B, tu écoutes en suivant la partition et tu indiques où tu as l impression de sentir une respiration et une fin de phrase. B est capable de jouer une chanson qu elle a préparée seule à l oreille. A est capable de jouer un accompagnement rudimentaire d une chanson populaire sur écoute de celle-ci Développe l autonomie, l audition intérieure. Travail de la compréhension de la structure de la chanson ; et acquisition d une MT Pour A ; expérimente, crée B, as-tu préparé une chanson? Si oui, on écoute. Si non, faire le travail ensemble. Faire chanter, retrouver les notes avec l aide de A Justesse des phrasés. Bien évidemment corriger la justesse des notes et des rythmes. Voir en fonction de la difficulté de la chanson choisie. Guider le choix. A et B sont capables de synthétiser la leçon. Ils participent à la structuration de leur apprentissage et à l élaboration de celuici. Les Es sont capables de se projeter dans le futur et de voir en quoi la matière déjà apprise leur permet de développer de nouvelles possibilités. Analyse Synthèse (IA) Verbalisation (A) Imaginer Créer Organiser Planifier (C et A) Présentation synthétisée sous forme de «Mindmapping» Objectif d éducation : connaissance formelle et stylistique Sous forme de schémas. Exemple vu en classe (Je n arrive pas (encore) à faire ces schémas avec mon programme.) Psychopédagogie : connaissances pédagogiques. Préparations aux stages et méthodologie du TFE Odile Somer

18 4. Les attentes du professeur et les répercussions sur les performances des apprenants Différentes études ont mis en évidence le lien qui existe entre les attentes du professeur vis - à -vis de ses élèves et les résultats de ceux-ci. C est ce qu on appelle l effet Pygmalion ou effet Rosenthal du nom de l auteur des premières recherches. En termes scientifiques, on parle aussi de prophétie autoréalisatrice. Nous approfondirons cette notion dans le cours de «connaissances psychologiques», mais en voici un aperçu. Première expérience de Rosenthal. Nous sommes à l poque du courant comportementaliste/behavioriste et l on essaie de définir/ comprendre l intelligence en regardant des rats se déplacer dans des labyrinthes. Pour les aider, on leur donne une «récompense» (nourriture) quand ils réussissent l action planifiée ; et un petit choc électrique dans le cas contraire. Rosenthal propose à ses étudiants de réaliser une série d expériences de ce type. A chaque groupe d étudiants, il donne un certain nombre de rats. Ces rats sont distribués «au hasard», mais le commentaire les concernant est différent. Dans le cas du groupe A, il vante les mérites de ces rats exceptionnels qui ont été sélectionnés suite à plusieurs épreuves. Dans le groupe B, les rats sont présentés comme étant de moindre qualité et plus faibles pour des raisons génétiques. Les deux groupes d étudiants procèdent aux expériences. Dans le cas des rats du groupe A, tous réussissent avec de belles performances. Dans le cas du groupe B, les résultats sont moins bons, et certains rats ne quittent pas la ligne de départ. Pourtant le protocole de l expérience est le même dans les deux cas. Simplement le lien que les laborantins ont établi (même avec des rats!) comporte des différences notables. Expérience de R. Rosenthal et L. Jacobson 10 Les chercheurs se présentent dans une école de milieu défavorisé de San Francisco en disant vouloir faire passer un test sur «l éclosion tardive de l intelligence» dans le cadre d une recherche sur le côté inné de l intelligence. Le protocole prévoit de faire passer deux séances de testing dans des classes à quelques mois d intervalle. La première séance de testing a lieu. L équipe garde les résultats aux épreuves. «Par hasard» les enseignants de ces élèves reçoivent un courrier avec les résultats aux tests. Mais ces résultats ont été faussés. Vingt élèves ont été surévalués. Six mois plus tard, ces mêmes élèves ont un résultat supérieur aux différentes épreuves de testing. 10 Rosenthal R., Jacobson LF., «Teacher Expectation for the Disadvantaged», Scientific American, 1968, vol. 218, n o 4, pp ,

19 19 Des expériences similaires ont été faites à de nombreuses reprises et avec différentes variations. Mais les résultats vont tous dans le même sens. Quand on «croit» en son élève, il réussit mieux. Que se passe-t-il? Les chercheurs ont pu mettre en évidence quatre facteurs dans le comportement du professeur qui vont soutenir les apprenants : Le climat créé par le professeur: confiance, encouragement Le temps et l attention accordés par le P aux Es Les opportunités de s exprimer laissées aux Es. La qualité des renforcements (récompenses positives; strokes en AT) Enfin une dernière expérience pour montrer le poids des préjugés lors des relations humaines, et leur influence sur une bonne communication. Paul Watzlawick 11 propose à un de ses confrères le psychiatre Jackson de le filmer en caméra cachée lors d un premier entretien avec un patient paranoïaque afin d étudier comment se mettent en place les rouages de la communication. Le délire dont souffre ce paranoïaque est de se prendre pour un psychiatre. Le patient est en fait un autre psychiatre à qui Watzlawick a dit la même chose. Ce qui fait que plus chaque psychiatre se comportait en psychiatre, plus il était considéré comme délirant!!! Malheureusement la vidéo n est pas sur Youtube. II. La réalisation du TFE 1. Consignes générales Le sujet du travail doit répondre aux critères suivants : 1. établir un lien avec le cours de psychopédagogie 2. permettre une recherche théorique 3. S intégrer dans l un des 4 thèmes de l année : motivation, créativité, autonomie, communication. 11 Ecole de Palo Alto et le développement en communication, psychothérapies, cybernétique Psychopédagogie : connaissances pédagogiques. Préparations aux stages et méthodologie du TFE Odile Somer

20 4. S enrichir d une partie pratique faite d expérimentation et/ou d observation sur le terrain des académies ou autre pratique pédagogique artistique Le document écrit et dactylographié comportera les éléments suivants : - une page de couverture avec nom de l établissement, professeur(s), nom de l étudiant, titre - une page de remerciements - la table des matières ou un plan - une introduction - le développement comprenant différents chapitres - une conclusion - la bibliographie : Noms (par ordre alphabétique)- Titres Maison d édition Année. S il s agit d articles, préciser les données de la revue. Pour les sites internet, reprendre l intitulé du site. - Des annexes éventuelles : grille d observation, questionnaires - L orthographe «compte» aussi! Un travail comportant trop de fautes sera refusé. - Le document, ainsi qu un résumé d une page (pour le syllabus) doit être rentré une semaine avant la présentation orale. Les dates de présentation sont fixées dans le courant du mois de novembre Le sujet et le plan Pour pouvoir cerner le sujet du TFE, il faudrait pouvoir répondre aux questions suivantes : - Quelle est la problématique soulevée par mon travail? - Quel est le lien avec le cours de psychopédagogie? - Quelle est la population concernée? - Dans quelles circonstances vais-je la rencontrer? Quels seront mes outils de recueil de données, - Quelle bibliographie? Ainsi un sujet qui au départ s appellerait «la posturologie» deviendrait «Comment sensibiliser les Es débutants à la posture pour le cours de violoncelle».le lien avec la psychopédagogie serait centré sur la démarche pédagogie et l acquisition de l autonomie des Es. Le plan comporte bien entendu une introduction et une conclusion. Le «corps» du travail pourra être divisé en différents chapitres soit en fonction des démarches (questionnaires, observations,lectures) soit en fonction de chapitres liés au contenu : définition de l élève débutant, réflexions sur l autonomie, démarches pédagogiques adaptées à ces situations 3. Le recueil de données sur le terrain et leur traitement dans le travail Les informations peuvent être soit recueillies «en direct» comme pour les observations ou par le crible de l avis de personnes comme dans le cas de questionnaires ou d interviews. Enfin, il peut être partiellement le résultat de votre action comme dans le cas où vous menez un projet en lien avec votre travail.

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique

Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique Référentiel d'activités professionnelles et référentiel de certification Diplôme d'état de professeur de musique I Contexte du métier 1. Définition Les professeurs de musique diplômés d'état sont chargés

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

REFERENTIELS DE COMPETENCE

REFERENTIELS DE COMPETENCE NSIGNMNT SONDAIR ARTISTIQU A HORAIR RDUIT RFRNTILS D OMPTN DOMAIN D LA MUSIQU TABL DS MATIRS - Préface de la Ministre Françoise DUPUIS - 2 - - Le mot des fédérations - 3 - - Socles de compétence (.S.A.H.R.)

Plus en détail

PLAN D ÉTUDES DU PIANO

PLAN D ÉTUDES DU PIANO PLAN D ÉTUDES DU PIANO INTRODUCTION La formation permet aux élèves d acquérir progressivement une autonomie musicale et instrumentale liée au développement artistique de leur personnalité à travers la

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

Pour l examen pédagogique de la SSPM en vue de l obtention du diplôme de professeur de flûte à bec

Pour l examen pédagogique de la SSPM en vue de l obtention du diplôme de professeur de flûte à bec VADE-MECUM Pour l examen pédagogique de la SSPM en vue de l obtention du diplôme de professeur de flûte à bec Rédigé par Marianne Lüthi Niethammer, 1999. Remarque préliminaire : Ce vade-mecum est un commentaire

Plus en détail

Règlement d études et d examens concernant la formation de musiciens et musiciennes d Eglise non professionnels

Règlement d études et d examens concernant la formation de musiciens et musiciennes d Eglise non professionnels Règlement d études et d examens concernant la formation de musiciens et musiciennes d Eglise non professionnels du 23 novembre 2005 La commission d examens de musique d Eglise et la direction de l Ecole

Plus en détail

Formation certifiante au métier de coach scolaire

Formation certifiante au métier de coach scolaire Formation certifiante au métier de coach scolaire 1 Préambule CoachingMaestro est un portail de formations dédié à toute personne intéressée dans l accompagnement des jeunes. Préambule Ses missions sont

Plus en détail

Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire

Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire Application en classe de la progression des apprentissages en musique 1 er cycle du secondaire Quelques définitions des termes utilisés Nommer : Désigner par un nom. Identifier : Déterminer la nature de

Plus en détail

LE 3 e CYCLE DE FORMATION À LA PRATIQUE EN AMATEUR

LE 3 e CYCLE DE FORMATION À LA PRATIQUE EN AMATEUR Schéma d'orientation pédagogique de la musique avril 2008 FICHE PÉDAGOGIQUE A3 LE 3 e CYCLE DE FORMATION À LA PRATIQUE EN AMATEUR Sommaire Introduction I Différents profils d élèves pour différentes situations

Plus en détail

CURSUS MUSIQUES TRADITIONNELLES

CURSUS MUSIQUES TRADITIONNELLES CURSUS MUSIQUES TRADITIONNELLES Tableau de suivi de CURSUS DEPARTEMENT DE MUSIQUES TRADITIONELLES Le mode de notation s'éffectue sur /20, la moyenne de validation d'un UV étant 10/20. 1er CYCLE Acquisitions

Plus en détail

Piano et Guitare ORGANISATION DU CURSUS

Piano et Guitare ORGANISATION DU CURSUS Piano et Guitare ORGANISATION DU CURSUS Le programme du C.E.P.I. piano et guitare comporte trois modules de formation : le module principal dans la discipline dominante (piano ou guitare), un module associé

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE ÉCOLE SECONDAIRE DE MIRABEL GUIDE DE CHOIX DE COURS 2015-2016 Quatrième secondaire CHOIX D OPTIONS DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE SÉQUENCE CULTURE, SOCIÉTÉ ET TECHNIQUE

Plus en détail

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2

NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 NOM : Prénom : Date de naissance : Ecole : CM2 Palier 2 Résultats aux évaluations nationales CM2 Annexe 1 Résultats de l élève Compétence validée Lire / Ecrire / Vocabulaire / Grammaire / Orthographe /

Plus en détail

Compétences souhaitées à la fin des trois cycles de l enseignement spécialisé (musique)

Compétences souhaitées à la fin des trois cycles de l enseignement spécialisé (musique) Compétences souhaitées à la fin des trois cycles de l enseignement spécialisé (musique) Ipmc Institut de pédagogie musicale et chorégraphique Avril 1993 1 Avant-propos 1. Ce texte a été rédigé tout d abord

Plus en détail

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant

Danseur / Danseuse. Les métiers du spectacle vivant Les métiers du spectacle vivant Filière : artistique Domaine : art chorégraphique Appellations voisines : artiste chorégraphique Autres métiers du domaine : chorégraphe, maître de ballet, notateur Danseur

Plus en détail

Catalogue de Formation

Catalogue de Formation SARL INSTITUT FRANÇAIS DE LANGUES ET DE SERVICES ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT PRIVE CREE EN 1992 Catalogue de Formation vous propose des formations adaptées à vos besoins et à vos attentes Particuliers,

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION À L INTENTION DES PARENTS

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION À L INTENTION DES PARENTS École secondaire Louis-Philippe-Paré 235, boulevard Brisebois, Châteauguay (Québec) J6K 3X4 Téléphone : 514 380-8899 Télécopieur : 450 692-0031 Site Web : http://lpp.csdgs.qc.ca/ Courriel : lpp@csdgs.qc.ca

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire

Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Le menu du jour, un outil au service de la mise en mémoire Type d outil : Outil pour favoriser la mise en mémoire et développer des démarches propres à la gestion mentale. Auteur(s) : Sarah Vercruysse,

Plus en détail

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année

Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année Attestation de maîtrise des connaissances et compétences au cours moyen deuxième année PALIER 2 CM2 La maîtrise de la langue française DIRE S'exprimer à l'oral comme à l'écrit dans un vocabulaire approprié

Plus en détail

L écoute ritualisée au cycle 3

L écoute ritualisée au cycle 3 L écoute ritualisée au cycle 3 Documents d application des programmes La sensibilité, l imagination, la création Éducation artistique école élémentaire Ministère de la Jeunesse, de l Éducation nationale

Plus en détail

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES ATELIERS ARTISTIQUES NEUILLY SUR SEINE THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ENFANTS - ADOS - ADULTES Johanna Cohen 06 61 41 13 03 coursanna@hotmail.fr wwww.coursanna.fr LE COURS

Plus en détail

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire

Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire Le travail de groupe dans lʼenseignement de lʼhistoire 1. Ce que disent les plans d études vaudois Dans la partie consacrée aux finalités de l école vaudoise, le Plan d Etudes Vaudois (PEV) note à propos

Plus en détail

Catalogue de formations transversales pour cadres

Catalogue de formations transversales pour cadres Cabinet de Conseil et de formation Agréé par le ministère de la formation et de l enseignement professionnel Catalogue de formations transversales pour cadres 42, Rue MAX MARCHAND GAMBETTA. Oran - Algérie

Plus en détail

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler

Se réécouter, améliorer sa prononciation, Refaire (statut de l erreur ) S entendre parler. S entendre parler Enregistrer un élève, un groupe d élèves Faire s exprimer l enfant Améliorer la prononciation Favoriser l acquisition des sons Dire avec une bonne prononciation Evaluer les difficultés de langage S exprimer,

Plus en détail

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique»

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Intitulé de la formation Programme de formation «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Organisateur Organisme de formation : ARMETI : Email : armetiformations@gmail.com

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE Le premier contact avec vos élèves est déterminant, il y a de nombreux éléments à prendre en compte pour le réussir. Un professeur doit

Plus en détail

Cursus Jazz. 1 er cycle Certification : Attestation de fin de 1 er cycle Durée du cycle 4 ans maximum

Cursus Jazz. 1 er cycle Certification : Attestation de fin de 1 er cycle Durée du cycle 4 ans maximum Cursus Jazz 1 er cycle Certification : Attestation de fin de 1 er cycle Durée du cycle 4 ans maximum Cours instrumental (30 mn hebdomadaires) Cours de formation musicale Jazz (Au moins 1 an dans le cycle,

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Plan d accompagnement personnalisé

Plan d accompagnement personnalisé Logo de l académie et/ou du département Plan d accompagnement personnalisé Vu la loi n 2013-595 du 8 juillet 2013 d orientation et de programmation pour la refondation de l École de la République ; vu

Plus en détail

écriture composition, arrangement, orchestration

écriture composition, arrangement, orchestration écriture composition, arrangement, orchestration objectifs Le CNSMD de Lyon est un lieu de formation pour les jeunes artistes se destinant aux métiers référencés de la musique et de la danse. En ce qui

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

FORMATION L ÉVALUATION

FORMATION L ÉVALUATION FORMATION L ÉVALUATION Economie-gestion en lycée professionnel Académie de la Guyane 2014-2015 Formation Date : vendredi 05 Décembre 2014 Lieu : LP Raymond TARCY / Saint Laurent du Maroni Public : professeurs

Plus en détail

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT

LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT LIVRET DU CANDIDAT LES DEUX OPTIONS FACULTATIVES DANSE AU BACCALAURÉAT EPS / DANSE ART / DANSE Elèves du lycée Bréquigny à Rennes, Avril 2014 1 Les deux options facultatives danse au BAC Ce livret a été

Plus en détail

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry

Un cours d introduction à la démarche mathématique. Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Aide à la transition dans une formation universitaire d un mathématicien en Belgique Un cours d introduction à la démarche mathématique Martine De Vleeschouwer, Suzanne Thiry Université de Namur, Unité

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION. Etre Coach professionnel en entreprise

PROGRAMME DE FORMATION. Etre Coach professionnel en entreprise PROGRAMME DE FORMATION Etre Coach professionnel en entreprise Buts : Former des coachs professionnels capables d intervenir dans le monde de l entreprise pour accompagner et développer l autonomie de salariés

Plus en détail

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT

SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE. alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN: LA CULTURE SCIENTIFIQUE ET TECHNOLOGIQUE alain salvadori IA IPR Sciences de la vie et de la Terre 2009-2010 ALAIN SALVADORI IA-IPR SVT SOCLE COMMUN ET PROGRAMMES La référence pour la rédaction

Plus en détail

La P N L appliquée à la vente

La P N L appliquée à la vente La P N L appliquée à la vente Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Objectifs : Maîtriser les outils de programmation de la démarche commerciale. Programmer les objectifs de la réussite commerciale.

Plus en détail

Parcours de découverte des métiers et des formations

Parcours de découverte des métiers et des formations Parcours de découverte des métiers et des formations Objectifs Acteurs Contenu Ressources OBJECTIFS GENERAUX (et pédagogiques) Acquérir une culture sur les métiers, le monde économique et les voies de

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1

MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Nom : Prénom :.. MON LIVRET DE COMPETENCES EN LANGUE (Socle commun) Niveau A1/A2 / B1 Récapitulatif pour la validation du Diplôme National du Brevet (Attestation du Niveau A2 en Langue Vivante) : ACTIVITES

Plus en détail

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson Syllabus du cours de musique Maternelle enseigné par Joël Chiasson DESCRIPTION DU COURS Le programme de musique permet aux élèves d explorer leurs idées, leurs expériences et leurs émotions et de développer

Plus en détail

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE

EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE EXAMEN CRITIQUE D UN DOSSIER TECHNIQUE (Préparation : 5 heures -- Exposé et Questions : 1 heure) Rapport établi par : P.J. BARRE, E. JEAY, D. MARQUIS, P. RAY, A. THIMJO 1. PRESENTATION DE L EPREUVE 1.1.

Plus en détail

PROGRAMME D ETUDE LECTURE/DECHIFFRAGE PIANO

PROGRAMME D ETUDE LECTURE/DECHIFFRAGE PIANO PROGRAMME D ETUDE LECTURE/DECHIFFRAGE PIANO Avril 2012 Commissariat à l enseignement musical Téléphone : 247-86629/86618/86638/86611 2, rue Sosthène Weis Téléfax: 26 12 32 15 L-2722 Luxembourg e-mail :

Plus en détail

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE

Programme de la formation. Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE Programme de la formation Écrit : 72hdepréparation aux épreuves d admissibilité au CRPE o 36 h pour la préparation à l'épreuve écrite de français Cette préparation comprend : - un travail sur la discipline

Plus en détail

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE

RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE , chemin de la côte Saint-Antoine Westmount, Québec, HY H7 Téléphone () 96-70 RÉSUMÉ DES NORMES ET MODALITÉS D ÉVALUATION AU SECONDAIRE À TRANSMETTRE AU PARENTS Année scolaire 0-0 Document adapté par Tammy

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel

BTS Management des unités commerciales. Eléments principaux de la modification du référentiel BTS Management des unités commerciales Eléments principaux de la modification du référentiel Mai 2013 ANNEXE I UNITÉS CONSTITUTIVES DU RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION DU DOMAINE PROFESSIONNEL Unités Compétences

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres

Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres Développement personnel La programmation neurolinguistique (P.N.L.) Objectif. Développer son efficacité personnelle par une meilleure communication avec soi et les autres. Historique et postulats de la

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage Organisation de la formation Ce document a pour objet de présenter le contenu des cours des deux années du Master Audit Contrôle Finance d entreprise

Plus en détail

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015

Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 Université de Lorraine Licence AES LIVRET DE STAGE LICENCE 2014-2015 1 LA REDACTION DU RAPPORT DE STAGE Le mémoire ne doit pas consister à reprendre tels quels des documents internes de l entreprise ou

Plus en détail

Enseigner l acrosport aux cycles 2 et 3 Guillaume CATOIS, conseiller pédagogique EPS, circonscription d Argentan.

Enseigner l acrosport aux cycles 2 et 3 Guillaume CATOIS, conseiller pédagogique EPS, circonscription d Argentan. Enseigner l acrosport aux cycles 2 et 3 Guillaume CATOIS, conseiller pédagogique EPS, circonscription d Argentan. - 1 - SOMMAIRE 1. Définition de l APS acrosport 2. Caractéristiques de l APS 3. Références

Plus en détail

Guide du mémoire de fin d études

Guide du mémoire de fin d études Guide du mémoire de fin d études à destination des enseignants et des étudiants Septembre 2011 AVERTISSEMENT Ce document rassemble les dispositions réglementaires d une part, le cadre des dispositions

Plus en détail

Voix parlée, voix lyrique. Vocabulaire

Voix parlée, voix lyrique. Vocabulaire Mythes et musique. Quelques éléments de compréhension Cette séquence intervient en fin d année scolaire et permet une transversalité avec les cours d histoire et de français. Elle revient sur deux mythes

Plus en détail

Conservatoire de Musique de Huy Fondation d'utilité publique. Domaine de la musique Accordéon. Accordéon. Projet pédagogique

Conservatoire de Musique de Huy Fondation d'utilité publique. Domaine de la musique Accordéon. Accordéon. Projet pédagogique page 1/40 Conservatoire de Musique de Huy Fondation d'utilité publique Domaine de la musique Accordéon Projet pédagogique Rédaction : janvier 2013 Mise à jour : 5 juin 2013 Approuvé le : 28 mai 2013 pour

Plus en détail

En UEL uniquement. Jour/ horaire. Programme. Découverte du langage musical autour du piano. Musique à l école. Création sonore et radiophonique

En UEL uniquement. Jour/ horaire. Programme. Découverte du langage musical autour du piano. Musique à l école. Création sonore et radiophonique En UEL uniquement Découverte du langage musical autour du piano Musique à l école Création sonore et radiophonique Grand débutant Acquisition des notions de base de la musique autour d un piano. Ce cours

Plus en détail

Bibliothèque des Compétences clés

Bibliothèque des Compétences clés Bibliothèque des Compétences clés Modules Jours Heures S exprimer oralement 3 21 S exprimer à l écrit 4 28 Manipuler les chiffres et les ordres de grandeur 5 35 Utiliser les principaux outils bureautiques

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire

S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire S'intégrer à l'école maternelle: indicateurs affectifs et linguistiques pour des enfants allophones en classe ordinaire Nathalie Gettliffe, Université de Strasbourg Hortense Rengade-Bouchard, Académie

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe.

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Quand on est convaincu que l on ne peut pas travailler tout le temps avec toute sa classe en même temps et que l on souhaite mettre en place

Plus en détail

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT?

CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? CONFERENCE 1 L AUTISME : COMMENT EDUQUER AUTREMENT? Les institutions spécialisées ne sont pas la seule solution envisageable. Même si celles-ci sont dans l ensemble de plus en plus à l écoute des enfants.

Plus en détail

QUELQUES PROPOSITIONS POUR EVALUER LES PRATIQUES MUSICALES AU CYCLE 3. Didier Louchet CPEM

QUELQUES PROPOSITIONS POUR EVALUER LES PRATIQUES MUSICALES AU CYCLE 3. Didier Louchet CPEM QUELQUES PROPOSITIONS POUR EVALUER LES PRATIQUES MUSICALES AU CYCLE 3 Didier Louchet CPEM Les textes officiels L éducation musicale s appuie sur des pratiques concernant la voix et l écoute : jeux vocaux,

Plus en détail

Le programme SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI

Le programme SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI SE CONNAITRE SOI- MEME ET AVOIR CONFIANCE EN SOI OBJECTIF Développer la confiance en soi pour être plus à l aise dans sa vie personnelle et professionnelle. Adopter les comportements efficaces pour établir

Plus en détail

Monter son propre espace web Réf : D01

Monter son propre espace web Réf : D01 1 Monter son propre espace web Réf : D01 Intervenant : Difficile de faire son propre site ou blog? Pas vraiment. Découvrez des outils et services simples pour monter votre propre espace Web et créer le

Plus en détail

SERVICE D ACCOMPAGNEMENT PEDAGOGIQUE DE L UNIVERSITE SORBONNE PARIS CITE

SERVICE D ACCOMPAGNEMENT PEDAGOGIQUE DE L UNIVERSITE SORBONNE PARIS CITE SERVICE D ACCOMPAGNEMENT PEDAGOGIQUE DE L UNIVERSITE SORBONNE PARIS CITE CATALOGUE DE FORMATION POUR LES ENSEIGNANTS DE USPC 2014-2015 Le service SAPIENS créé en janvier 2014 propose durant l année 2014-2015

Plus en détail

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur

Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Formation Août 2013 Michèle Garello, IEN économie gestion Caroline Natta, professeur Déroulement des deux journées Mardi 26 Matin : Intervention des IEN Jeudi 29 Matin : Production en binôme. Après-midi

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Centre de la petite enfance Le Petit Réseau inc. PROGRAMME D ACTIVITÉS 4 ans à 5 ans Juin 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. CARACTÉRISTIQUES GÉNÉRALES 4 2. OBJECTIFS DE DÉVELOPPEMENT ENFANTS DE 4 ANS À 5 ANS

Plus en détail

S3CP. Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles

S3CP. Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles S3CP Socle commun de connaissances et de compétences professionnelles Référentiel Le présent socle décrit un ensemble de connaissances et compétences devant être apprécié dans un contexte professionnel.

Plus en détail

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION

Baccalauréat professionnel vente (prospection - négociation - suivi de clientèle) RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 16 I. COMPÉTENCES C1. PROSPECTER C11. Élaborer un projet de prospection C12. Organiser une opération de prospection C13. Réaliser une opération de prospection C14. Analyser

Plus en détail

Institut de Formation d Aides-Soignants Tél. : 03 88 71 62 92 Fax : 03 88 71 62 66 ifas@neuenberg.fr N SIRET : 778 950 550 000 54 N de déclaration d

Institut de Formation d Aides-Soignants Tél. : 03 88 71 62 92 Fax : 03 88 71 62 66 ifas@neuenberg.fr N SIRET : 778 950 550 000 54 N de déclaration d Institut de Formation d Aides-Soignants Tél. : 03 88 71 62 92 Fax : 03 88 71 62 66 ifas@neuenberg.fr N SIRET : 778 950 550 000 54 N de déclaration d activité en tant qu organisme formateur : 42670364267

Plus en détail

COMMUNICATION AUX ENSEIGNANTS n 2

COMMUNICATION AUX ENSEIGNANTS n 2 Périgueux, le 23 septembre 2013 L Inspecteur de l Education nationale, à Mesdames et Messieurs les Directeurs d école et Mesdames et Messieurs les enseignants de la circonscription de Périgueux II COMMUNICATION

Plus en détail

Chargé(e) d Accueil. La filière certifications de l afpols

Chargé(e) d Accueil. La filière certifications de l afpols Chargé(e) d Accueil La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS

BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Quatrième colloque hypermédias et apprentissages 275 BABEL LEXIS : UN SYSTÈME ÉVOLUTIF PERMETTANT LA CRÉATION, LE STOCKAGE ET LA CONSULTATION D OBJETS HYPERMÉDIAS Anne-Olivia LE CORNEC, Jean-Marc FARINONE,

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative»

AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative» AP 2nde G.T : «Organiser l information de manière visuelle et créative» Les TICE, un mode d accès à mon autonomie bien sûr! «L'autonomie n'est pas un don! Elle ne survient pas par une sorte de miracle!

Plus en détail

Les épreuves de sélection au concours d entrée décrites dans l arrêté du 31 juillet 2009 sont différentes selon la formation initiale des candidats.

Les épreuves de sélection au concours d entrée décrites dans l arrêté du 31 juillet 2009 sont différentes selon la formation initiale des candidats. PROGRAMME 2015-2016 I - LE CONCOURS : Les épreuves de sélection au concours d entrée décrites dans l arrêté du 31 juillet 2009 sont différentes selon la formation initiale des candidats. L IFSI de Villefranche

Plus en détail

INDUSTRIE ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE SECTEUR : 2. Projet : Ecole Compétences -Entreprise

INDUSTRIE ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE SECTEUR : 2. Projet : Ecole Compétences -Entreprise Projet : Ecole Compétences -Entreprise SECTEUR : 2 INDUSTRIE ORIENTATION D'ETUDES : ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE Formation en cours de Carrière Avec l aide du Fonds

Plus en détail

Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti?

Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti? Fiche ABC Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti? Introduction Il n est pas rare que les enseignant e s souhaitent faire participer davantage les étudiant e s, soit durant

Plus en détail

DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX. Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème

DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX. Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème contenus DIFFERENCIER EN FONCTION DES NIVEAUX Domaine Typologie des différences Fonctions Modalités Volume Nature (support/document) Thème Prendre en compte niveau des élèves motivation des élèves besoins

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

VI- Exemples de fiches pédagogiques en 3 ème année primaires

VI- Exemples de fiches pédagogiques en 3 ème année primaires 21 VI- Exemples de fiches pédagogiques en 3 ème année primaires 22 PROJET I : Séquence 3 ORAL (Réception) Compréhension orale : Activité d écoute : 1 ère fiche pédagogique L objectif de cette séance est

Plus en détail

C N F - Tunis. Manuel du stagiaire. Intitulé de l'atelier : Animer la qualité au quotidien Dans un établissement universitaire 1-2-3 juin 2015

C N F - Tunis. Manuel du stagiaire. Intitulé de l'atelier : Animer la qualité au quotidien Dans un établissement universitaire 1-2-3 juin 2015 C N F - Tunis Manuel du stagiaire Intitulé de l'atelier : Animer la qualité au quotidien Dans un établissement universitaire 1-2-3 juin 2015 Formateur : Pr. Abdellah CHICHI Manuel du STAGIAIRE Page 1 sur

Plus en détail

Un gâteau au yaourt pour le goûter!

Un gâteau au yaourt pour le goûter! Un gâteau au yaourt pour le goûter! (adapté de la séquence pédagogique "Let's make scones!" publiée sur le site Primlangues) http://www.primlangues.education.fr/php/sequence_detail.php?id_sequence=83 Niveau

Plus en détail

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE?

1 Objectifs généraux du travail avec la vidéo. A quoi sert le travail sur des documents vidéo en classe de FLE? Module sur l utilisation de la vidéo en classe de français langue étrangère JEAN-MICHEL DUCROT Coordinateur de programmes pédagogiques à Alep-Syrie. Responsable du Centre de Documentation Pédagogique d'alep,

Plus en détail

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e)

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e) OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager Assistant(e) secrétaire commercial(e) Référentiel d activités+analyse d activités Référentiel de compétences Référentiel

Plus en détail