Repères. L'isolement des adultes. novembre Chiffres clés de Rezé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Repères. L'isolement des adultes. novembre 2014. Chiffres clés de Rezé"

Transcription

1 Repères Rezé novembre 2014 L'isolement des adultes Jeunes adultes, couples séparés, personnes âgées : de plus en plus de personnes vivent seules. Pour certains c est un choix assumé qui n empêche pas d avoir des relations sociales, pour d autres c est une contrainte lourde qui pèse d la vie de tous les jours. Ce Repères analyse la situation d votre commune. 5 % de Français victimes de l isolement 5% de la population soit deux millions d adultes vivraient seuls et en situation d isolement relationnel, selon la Fondation de France (données 2013). Ces adultes n ont pas ou peu de relations au sein du réseau familial, professionnel, amical ou de quartier. Si l'on ajoute les adultes qui peuvent vivre en couple ou avec des enfants mais se sentent isolés, 12% de la population serait concernée, soit cinq millions d adultes. L isolement est une chose, son ressenti en est une autre. 2% des adultes se sentent seuls ou isolés tous les jours ou presque, 4% «souvent». Principalement suite à la rupture d un couple. Les trois quarts des causes citées renvoient à une rupture d le parcours biographique des personnes, qu il s agisse de la famille, de l emploi ou d un déménagement. L isolement relationnel s accroît avec l âge : 7% des n ont pas d amis, contre 28% des plus de 75. Au fil du temps, les ruptures s accumulent. Du fait de l écart d âge d les unions et d espérance de vie, les femmes sont bien plus souvent seules à la fin de leur vie. La situation économique des personnes est aussi à prendre en compte : 17% de celles dont les revenus sont inférieurs à euros mensuels se trouvent en situation d isolement selon la Fondation de France, contre 7% de ceux qui perçoivent plus de euros. L emploi est l élément central pour les adultes «entre 30 et 60, le fait d accéder ou non à l emploi constitue la variable la plus explicative de l isolement», note la fondation. 19% des chômeurs de plus d un an sont en situation d isolement. Chiffres clés de Rezé personnes vivent seules, soit 37% des ménages et 17% de l'ensemble de la population. Entre 2006 et 2011, la part de ménages d'une personne a augmenté, passant de 35% en 2006 à 37% en % des personnes vivant seules sont des femmes. 47% de femmes âgées de 70 ou plus vivent seules, ce qui n'est le cas que de 17% des hommes au même âge. 34% des ménages isolés vivent d un logement d'au moins 4 pièces. 1

2 Quelle approche statistique de l'isolement? L isolement est une problématique singulière qui renvoie à une multiplicité de notions qui se télescopent : isolement résidentiel, isolement social (ou relationnel), sentiment de solitude. Les données locales issues de la statistique publique nous permettent assez aisément de prendre la mesure de l isolement résidentiel. Elles ne disent cependant rien de l isolement social et encore moins de l étendue du sentiment de solitude d la population. ISOLEMENT RESIDENTIEL Compte tenu de cette réalité, l éclairage statistique offert ici s appuie sur les personnes vivant seules d leur logement. Il faut garder à l esprit que vivre seul d son logement ne renvoie pas nécessairement à une situation d'isolement social ou de solitude. A l'inverse, certains ménages (ensemble des occupants d'un même logement) peuvent ne pas être d une situation d'isolement résidentiel et souffrir d'isolement social, à l'instar des ménages monoparentaux. ISOLEMENT CONJUGAL Personnes seules d leur logement mais en couple (logement séparé) Personnes s conjoint vivant seules d leur logement Personnes s conjoint mais ne vivant pas seules d leur logement (ex : parents célibataires) Personnes vivant en couple avec ou s enfant(s) et caractérisées par la faiblesse de leurs contacts sociaux à l extérieur du ménage ISOLEMENT SOCIAL (OU RELATIONNEL) Personnes isolées résidentiellement et/ou conjugalement, et caractérisées par la faiblesse de leurs contacts sociaux Comme il a été dit plus haut, la statistique locale ne permet pas de dénombrer les personnes souffrant d isolement relationnel. Pour autant, il est possible de proposer une estimation au regard des données métropolitaines, sur la base de l étude réalisée par la Fondation de France (sont considérées comme étant en situation d isolement relationnel les personnes qui n ont pas ou peu de relations sociales au sein des cinq réseaux suivants : familial, professionnel, amical, associatif ou de voisinage). En appliquant au territoire les valeurs observées à l'échelle d'un échantillon représentatif de Français métropolitains, il est possible d'estimer que, d la commune, près de habitants pourraient ainsi être concernés par l'isolement relationnel. 2

3 Taille des ménages En 2011, la commune compte habitants et ménages. Avec 2,15 personnes par ménage en 2011, la taille moyenne des ménages de la commune est proche de celle observée sur Nantes Métropole (2,10). Pour autant, elle diminue régulièrement depuis plusieurs décennies. Si l'on comptait autant de personnes par ménage en 2011 qu'en 1999 (2,30), la population de la commune serait de habitants, soit 5% de plus que sa taille actuelle. La diminution de la taille moyenne des ménages est liée notamment aux phénomènes de décohabitation, de séparation et de vieillissement de la population. Nombre de ménages selon la composition ,4% Adulte isolé Couple s enfant 24,7% 24,7% Couple avec enfant(s) Composition des ménages 10,3% 5% , Famille Autre ménage monoparentale 2,45 2,40 2,35 2,30 2,25 2,20 2,15 2,10 2,05 2,00 1,95 1, % 3 25% 15% 1 Part parmi l'ensemble des ménages ,30 2,19 2,15 Evolution de la taille moyenne des ménages 2,29 2,16 Source : Insee RP 1999, 2006 et ,10 2,40 2,30 2,25 Composition des ménages D la commune, la taille moyenne des ménages observée correspond à la répartition suivante des types de ménages : pour 100 ménages, 37 sont des personnes seules, 25 sont des couples s enfant, 25 sont des couples avec enfant(s) et 10 sont des familles monoparentales avec enfant(s) (le complément regroupe les autres catégories de ménages). Ménages d'une personne Parmi les ménages recensés en 2011, sont composés d'une seule personne. Entre 2006 et 2011, le nombre de ménages d'une personne a augmenté de 12%, soit 700 ménages supplémentaires. Quant à la part de ménages composés d'une personne, elle a augmenté passant de 35% à 37%. Sur la même période, l'évolution a été de +2 points pour Nantes Métropole et de +1 points en France métropolitaine. 45% 4 35% 3 25% 15% 1 5% ,4% 35,4% Evolution de la part des ménages d'une personne 40,8% 39,1% Source : Insee RP 2006 et , 34,3% +1,9 +1,7 +1,2 3

4 Selon le sexe Parmi les personnes vivant seules d leur logement en 2011, on compte hommes (soit 35% des ménages d'une personne) et femmes (soit 65%). Les ménages composés d'une femme seule regroupent 24% de l'ensemble des ménages et ceux composés d'un homme seul 13%. En 2006, ces parts étaient respectivement de 23% et de 12%, soit ménages composés d'une femme seule et ménages composés d'un homme seul. 45% 4 35% 3 25% 15% 1 5% Homme 23,4% 24,3% Femme Part des ménages composés d'une personne selon le sexe Source : Insee RP 2006 et ,2% 23,6% 12, 13,1% 15,9% 17,1% 19,5% 19,9% 13,5% 14,4% Parmi l'ensemble des ménages d'une personne, la part de femmes vivant seules d leur logement est sur représentée par rapport à la moyenne métropolitaine : 24% contre. Quant aux hommes, 13% vivent seuls contre 14% en moyenne métropolitaine. En ce qui concerne l'évolution du nombre de ménages composés d'une seule personne entre 2006 et 2011, elle a été de +1 (soit +390 ménages) pour les femmes et de +15% (soit +310 ménages) pour les hommes. Pour la France métropolitaine, ces évolutions sont respectivement de +7% et de +12%. 18% 16% 14% 12% 1 8% 6% 4% 2% Part des personnes vivant seules parmi l'ensemble de la population selon le sexe Homme 11,1% 6, Femme 11, 8, 8,6% 6,2% Au regard de la population et non plus des ménages, le poids des personnes vivant seules d leur logement est de 17% : soit 6% d'hommes seuls parmi l'ensemble de la population et 11% de femmes seules. Le poids des hommes vivant seuls parmi l'ensemble de la population est de 8% pour Nantes Métropole et celui des femmes de 11%. En moyenne métropolitaine, ces parts sont respectivement de 6% et 9%. 4

5 Selon l'âge La proportion de personnes vivant seules d leur logement varie en fonction de l'âge. Comme ailleurs, vivre seul concerne davantage les seniors et les jeunes. 45% des jeunes de moins de 30 vivent seuls (soit 980 jeunes), ainsi que 49% des jeunes seniors de (640 personnes). Entre 70 et 74, 43% des ménages sont constitués de personnes seules ; puis 65% à partir de 80 et plus. Au total, personnes de plus de 70 vivent seules, principalement des femmes. Les écarts d'espérance de vie entre hommes et femmes contribuent à une société où les femmes vieillissent plus souvent seules que les hommes. D la commune, 47% de femmes âgées de 70 ou plus vivent seules ; ce qui est le cas de 17% des hommes au même âge. Mais les ménages d'âge actif, âgés de 30 à 59, sont également concernés : selon l'âge, entre 21% et 37% d'entre eux sont constitués de personnes vivant seules d leur logement. Part des ménages d'une personne selon l'âge Moins de et plus Le phénomène des séparations de couples peut expliquer en partie cet isolement résidentiel chez les ménages d'âge actif, car il concerne davantage les hommes (les femmes obtenant plus souvent la garde des enfants). Ainsi, 57% des personnes isolées de 35 à 49 sont des hommes. Part des personnes vivant seules selon le sexe et l'âge Moins de Homme Rezé Femme Rezé Homme France métropolitaine Femme France métropolitaine et plus 5

6 Selon l'âge (suite) Entre 30 et 49, la proportion d'hommes vivant seuls est plus importante que celle des femmes vivant seules (17% contre 12%). Si on ajoute les familles monoparentales, la tendance s'inverse ; les femmes vivant «s conjoint» sont alors plus nombreuses que les hommes d la même situation (29% contre 21%). Par conséquent, à tout âge les femmes vivent plus souvent seules («s conjoint», avec ou s enfant) que les hommes. Part des adultes vivant seuls ou étant monoparents selon le sexe et l'âge et plus Homme seul Homme seul et monoparent Femme seule Femme seule et monoparent Selon la catégorie socioprofessionnelle La proportion de personnes vivant seules d leur logement varie aussi selon la catégorie sociale. 23% des ménages dont la personne de référence est cadre supérieur sont constitués d'une seule personne en En comparaison, elle est de 42% chez les ménages employés et de 26% chez les ménages ouvriers. Ces parts sont respectivement de 26%, 48% et 31% pour Nantes Métropole et de 26%, 37% et 22% en France métropolitaine. Répartition des ménages d'une personne selon la CSP de la personne de référence du ménage Nombre de ménages d'une personne selon la CSP de la PRM ,9% 17,3% 22,7% 30,6% 42,4% agriculteurs exploitants artis, commerçants, chefs d'entreprises cadres et professions intellectuelles supérieures professions intermédiaires 26,4% 50, 55, employés ouvriers retraités s activité professionnelle Part selon la CSP de la personne de référence du ménage 6

7 Selon le statut d'occupation Parmi les personnes vivant seules d la commune, 54% sont propriétaires de leur logement (soit personnes). Cette part est inférieure de 11 points à celle observée pour les ménages de deux personnes ou plus. Par ailleurs, le parc social concerne 18% des ménages d'une personne, soit personnes (pour les ménages de deux personnes ou plus cette part est de 15%). Pour les locataires du parc privé, ces proportions sont respectivement de 27% et 18%. Répartition des ménages selon le statut d'occupation 7 65,5% , Ménage d'une personne , 18, 18, 15,5% Ménage de 2 personnes ou plus 1 Propriétaire Locataires du parc privé Locataires du parc public 1, 1,1% Logé gartuitement Selon la taille du logement La conjugaison de deux tendances, celle souvent haussière de la surface des résidences principales et celle baissière de la taille des ménages, induit un risque accru d'observer de plus en plus fréquemment une sous occupation des logements. En 2011, 33% des ménages d'une personne vivent d des logements d'une ou deux pièces (soit personnes) et 32% d des logements de trois pièces (soit personnes). Plus on avance en âge, plus les situations de sousoccupation sont nombreuses. En effet, 51% des ménages composés d'une seule personne de 65 et plus vivent d de grands logements (quatre pièces ou plus). A l'opposé, parmi les 430 jeunes de moins de 25 habitant seuls, 87% vivent d de petits logements (une ou deux pièces). Par ailleurs, 34% de ces ménages vivent d des logements de quatre pièces ou plus (dont 11% de cinq pièces ou plus), soit personnes. Répartition des ménages d'une personne selon l'âge et le nombre de pièces du logement Moins de 25 38,7% 48,5% 9,5% 3,4%0, ,7% 33,5% 33,5% 19,1% 8,1% 65 et plus 1,9% 12,6% 34,8% 32,3% 18,5% Total 6,5% 26,9% 32,4% 22,8% 11,3% pièce 2 pièces 3 pièces 4 pièces 5 pièces ou plus 7

8 Quels enjeux? L'anonymat des villes a libéré les individus de certaines formes de contrôle social de proximité ce qui constitue un progrès, mais, en contrepartie, certains réseaux ont disparu. Ces populations isolées peuvent difficilement mobiliser des parents ou des amis pour leur venir en aide. L accès à un réseau capable de soutien matériel, d aide à la recherche d emploi, pourvoyeur de stages, de logements ou de loisirs est un élément essentiel à prendre en compte d une société en crise. Retisser du lien social ne se décrète pas. Il n est pas simple de substituer des solidarités publiques à une solidarité privée. L une des difficultés est que l isolement social peut parfois être revendiqué comme un choix, une liberté, voire comme un droit. Il s agit ainsi de bien dissocier un isolement faisant problème à la fois pour la collectivité et les acteurs de la réponse sociale, d un isolement qui ne mettrait en difficulté ni la personne, ni son environnement et susceptible de relever du choix et de la liberté de chacun. Agir contre l isolement invite à voir cette problématique non seulement comme un état mais aussi comme un processus. L isolement peut aussi bien être une conséquence, qu une cause. Cette double dialectique induit des approches différentes d les réponses à apporter aux publics : aller sur des actions de prévention et d anticipation afin d agir sur les causes et/ou aller sur des actions de «réparation» ou de compensation afin d agir sur les conséquences. L une des difficultés est que les situations d isolement problématique échappent le plus souvent à l action traditionnelle des professionnels, du fait de l absence d une demande explicite à leur égard. Comment mieux repérer les situations problématiques? Comment faire en sorte que l ensemble des acteurs concernés se mette à travailler en réseau afin d être chacun un «veilleur», un «acteur d alerte pour les autres?» Comment mieux répondre aux situations de façon innovante, en développant par exemple des démarches pro actives pour «aller vers» ou «faire sortir» les publics concernés? Autant d enjeux qui interrogent l action des communes et de leurs partenaires. Aller plus loin : Ces données permettent un premier état des lieux, mais comprendre l isolement demande un véritable travail de terrain, tant il importe de bien séparer les situations subies et choisies. Ce document repère peut servir de base à une étude complémentaire, notamment par le biais d entretiens auprès des acteurs locaux et de la population. Il peut aussi être utilisé comme point de départ à un débat au sein du territoire, pour mieux évaluer les besoins locaux. Etudes de références : Bibliographie : «Focus thématique sur les besoins des personnes isolées (diagnostic partagé et préconisations)», Analyse des besoins sociaux, Ville de Bourges (18), 2014 «Accompagnement d un groupe d acteurs territorial sur l analyse de l isolement des femmes Diagnostic et enjeux», Ville de Belfort (90), 2013 «Focus thématique (analyse et préconisations) sur l isolement sur le territoire prioritaire de Kermoysan», Accompagnement de l observatoire social, Ville de Quimper (29), 2011 «Préconisations pour une MObilisation NAtionale contre L ISolement social des Agés (MONALISA)», Rapport au ministre «MONALISA», Ministère déléguée aux Personnes âgées et à l Autonomie et Direction Générale de la Cohésion sociale, juillet 2013 «Les solitudes en France», Rapport d'étude, Fondation de France, juin 2013 «Qui vit seul d son logement? Qui vit en couple?», Guillemette BUISSON et Fabienne DAGUET, Insee Première n 1392, Insee, février 2012 «Combien de personnes résident seules en France?», Laurent TOULEMON et Sophie PENNEC, Population & Sociétés n 484, Ined, décembre 2011 Repères Contact : tis.com Etablissements : Nantes 15 ter Boulevard Jean Moulin, Nantes Paris 13 Bis rue Alphonse Daudet, Paris Strasbourg 41 bd Clemenceau, Strasbourg documentaire compas Au service du sens Sources : Insee Rp 1999, 2006 et

Protection individuelle

Protection individuelle Protection individuelle Franchise annuelle Ce plan n'est plus offert 200 $ 900 $ depuis le 1er mars 2015 1 006 $ / / 18-24 87,88 $ 71,71 $ - 39,35 $ 37,08 $ 63,91 $ 25-29 91,38 $ 74,47 $ - 41,04 $ 38,86

Plus en détail

Compas études. compas. Les enjeux du vieillissement. n 7 - juin 2013

Compas études. compas. Les enjeux du vieillissement. n 7 - juin 2013 n 7 - juin 2013 Compas études compas Au service du sens Les enjeux du vieillissement La population française vieillit. Ce phénomène n est pas nouveau mais le processus va s accélérer dans les années à

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées

SYNTHÈSE. En 2012, la province Sud compte 16 700 personnes. Le maintien à domicile : solution privilégiée des personnes âgées SYNTHÈSE BP 823-98845 Nouméa Nouvelle-Calédonie (687) 27 54 81 isee@isee.nc www.isee.nc Directeur de la publication Alexandre Gautier Conception et réalisation Département publications Synthèse N 3 Édition

Plus en détail

Être seul. Jean-Louis Pan Ké Shon* Données sociales. La société française 2002-2003

Être seul. Jean-Louis Pan Ké Shon* Données sociales. La société française 2002-2003 Être seul Jean-Louis Pan Ké Shon* Données sociales. La société française 2002-2003 * Au moment de la rédaction de cet article, Jean-Louis Pan Ké Shon faisait partie de la division Conditions de vie des

Plus en détail

Famille multirésidence : recensement et sources alternatives

Famille multirésidence : recensement et sources alternatives Famille multirésidence : recensement et sources alternatives Groupe de travail sur la rénovation du questionnaire de recensement Pascale BREUIL Chef de l Unité des Etudes Démographiques et sociales 28/09/2011

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

L état de la pauvreté en France

L état de la pauvreté en France Notes de l Observatoire N 1, octobre 2013 L état de la pauvreté en France Combien compte-t-on de pauvres en France? Comment évolue leur nombre? Qui est le plus concerné par la crise? A l heure où une partie

Plus en détail

Description des variables de la base de données. a. Attractivité démographique pour les différents types de population

Description des variables de la base de données. a. Attractivité démographique pour les différents types de population Description des variables de la base de données a. Attractivité démographique pour les différents types de population Sources : Recensements de 1962 à 2006 et Clap 2007 - a01_popmoy62, a01_popmoy68, a01_popmoy75,

Plus en détail

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne

Bellevue - Chantenay - Sainte-Anne Mendès France Croix Bonneau - Bourderies auriers Mairie de Chantenay Plessis Cellier - Roche Maurice Boucardière - MallèveJean Macé Salorges - Cheviré - zone portuaire E QUARTIER Sainte- Anne, contrasté,

Plus en détail

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud

Saint-Vallier-de-Thiey Bar-sur-Loup. Grasse. Grasse-sud PROVENCE-ALPES-COTE D'AZUR 17 rue Menpenti 13387 MARSEILLE CEDEX 1 Tél. : 4 91 17 57 57 Fax : 4 91 17 59 59 http://www.insee.fr TERRITOIRE CA POLE AZUR PROVENCE 5 communes, 2 chefs lieux de cantons, unité

Plus en détail

Sociologie des joueurs en ligne

Sociologie des joueurs en ligne Mars 2013 Sociologie des joueurs en ligne Enquête ARJEL 2012 Autorité de régulation des jeux en ligne 2 Propos introductifs à l enquête sur la sociologie des joueurs Au-delà de la publication trimestrielle

Plus en détail

Septembre 2010 - N 87 L édition 2010 du Game Fair en Loir-et-Cher Profil des visiteurs et impact économique. Enquête réalisée du 18 au 20 juin 2010

Septembre 2010 - N 87 L édition 2010 du Game Fair en Loir-et-Cher Profil des visiteurs et impact économique. Enquête réalisée du 18 au 20 juin 2010 Septembre 10 - N 87 L édition 10 du Game Fair en Loir-et-Cher Profil des visiteurs et impact économique Enquête réalisée du 18 au juin 10 Depuis 1987, le Game Fair a élu domicile dans le cadre prestigieux

Plus en détail

ÉLÉMENTS DE CONNAISSANCES SOCIODÉMOGRAPHIQUES

ÉLÉMENTS DE CONNAISSANCES SOCIODÉMOGRAPHIQUES FÉVRIER 2 Observatoire de la formation ÉLÉMENTS DE CONNAISSANCES SOCIODÉMOGRAPHIQUES 4 ème promotion de surveillants pénitentiaires Graphique : Evolution de la part des hommes et des femmes 4 ème 4 ème

Plus en détail

Durée moyenne de recherche du 1er emploi (en mois)

Durée moyenne de recherche du 1er emploi (en mois) Lic.Pro Bâtiment et construction / Management, reprise et création de PME du BTP Sciences et Santé Nombre d'inscrits : 17 / Nombre de diplômés : 17 / Nombre de répondants : 16 Taux de réponse : 94% Origine

Plus en détail

Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement

Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement Les seniors dans l agglomération nantaise et leurs modes d hébergement Agence d urbanisme de la région nantaise AURAN - 88.07 n Le nombre de seniors dans l Agglomération nantaise progresse et plus particulièrement

Plus en détail

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE

LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE LES ENSEIGNEMENTS DE L OBSERVATOIRE DE L ENDETTEMENT DES MENAGES. LES CREDITS DE TRESORERIE AUX PARTICULIERS EN FRANCE Michel MOUILLART Directeur Scientifique de l Observatoire de l Endettement des Ménages

Plus en détail

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation

Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation 1 Septembre 2014 Quelles ressources pour vivre seul, en 2014, dans une commune du Doubs? Essai d évaluation Grand-Charmont est une commune de 5200 habitants qui compte 57 % de logements sociaux. Les revenus

Plus en détail

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire

L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire L emploi des jeunes dans les entreprises de l économie sociale et solidaire Contexte régional Créé en 2010 par l Atelier Centre de ressources régional de l économie sociale et solidaire et la Chambre régionale

Plus en détail

Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne

Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne Observatoire Orange - Terrafemina Trouver un job grâce au numérique : les défis du marché du recrutement en ligne Sondage de l institut CSA avec Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour

Plus en détail

Ne pas avoir eu d enfant : plus fréquent pour les femmes les plus diplômées et les hommes les moins diplômés

Ne pas avoir eu d enfant : plus fréquent pour les femmes les plus diplômées et les hommes les moins diplômés Ne pas avoir eu d enfant : plus fréquent pour les femmes les plus diplômées et les hommes les moins diplômés Isabelle Robert-Bobée (*) Près de 10 % des femmes nées entre 1945 et 1953 et 14 % des hommes

Plus en détail

Observatoire de l Auto-Entrepreneur

Observatoire de l Auto-Entrepreneur Observatoire de l Auto-Entrepreneur Avec la participation de : Vague 8 - Juin 2012 Contexte Plus de 3 ans après le lancement du régime de l Auto-Entrepreneur, plus d un million d autoentreprises ont été

Plus en détail

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES

LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES Enquête complémentaire mentaire de mars 2009 LES FACTEURS DE FRAGILITE DES MENAGES présentée par Michel MOUILLART Professeur d Economie à l Université de Paris X - Nanterre - Mercredi 22 juillet 2009 -

Plus en détail

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 «Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 INTRODUCTION : RAPPELS SUR LE REGROUPEMENT DE CREDITS 1 LE REGROUPEMENT DE CRÉDITS, QUAND?

Plus en détail

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014

Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Sondage d opinion auprès des Canadiens Perception à l égard des couples de même sexe PROJET 12717-014 Table des matières Contexte et objectifs... 6 Méthodologie... 8 Résultats détaillés 1. Perception

Plus en détail

Population active et pauvreté en région Centre

Population active et pauvreté en région Centre Population active et pauvreté en région Centre Conseil Economique et Social Régional du Centre Janvier 2010 Partie I. Périmètre de l étude quatre ménages touchant le SMIC ou le RSA Nombre potentiel de

Plus en détail

Base de données sociales sur Paris

Base de données sociales sur Paris Base de données sociales sur Paris Fiches d identité sociale des 20 arrondissements - 2012 Apur - David Boureau Étude réalisée en collaboration avec le Centre d Action Sociale de la Ville de Paris (CASVP)

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

FICHE DE RENSEIGNEMENTS

FICHE DE RENSEIGNEMENTS FICHE DE RENSEIGNEMENTS Nom : Nom marital (éventuellement) : _ Prénoms : (souligner le prénom usuel) ETAT-CIVIL Situation familiale : Célibataire Marié(e) Nombre d'enfants : N INSEE : /_/ / / / / / / /

Plus en détail

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES

Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Tableau de bord des communautés de l Estrie DEUXIÈME ÉDITION INDICATEURS DÉMOGRAPHIQUES ET SOCIOÉCONOMIQUES Communauté locale de la Vallée de la Missisquoi Nord MRC de Memphrémagog Ce que les chiffres

Plus en détail

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP

Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef : Christophe Soullez, chef du département de l ONDRP repères Premier ministre 20 institut national des hautes études de la sécurité et de la justice Janvier 2013 n Directeur de la publication : André-Michel ventre, Directeur de l INHESJ Rédacteur en chef

Plus en détail

Des fins de carrière progressives : une réponse au vieillissement en emploi?

Des fins de carrière progressives : une réponse au vieillissement en emploi? Des fins de carrière progressives : une réponse au vieillissement en emploi? Prof. N. Burnay Université de Namur Université catholique de Louvain En guise d introduction Important changement démographique

Plus en détail

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité

Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Inégalités de salaires et de revenus, la stabilité dans l hétérogénéité Gérard Cornilleau Des inégalités contenues, des classes moyennes fragiles Le débat sur les salaires n est plus aujourd hui dominé

Plus en détail

L emploi des seniors

L emploi des seniors L emploi des seniors dans la branche des laboratoires de biologie médicale Observatoire des métiers des Professions Libérales 52 56 rue Kléber 92309 LEVALLOIS PERRET Cedex Tél. 01 46 39 38 64 Fax 01 46

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 2 e ÉDITION

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 2 e ÉDITION L OBSERVATOIRE PUBLIÉ PAR LE PROFIL DES PERSONNES A LA RECHERCHE DES D UNE E-ASSURÉS 2 e ÉDITION SEPTEMBRE NOVEMBRE ASSURANCE SANTÉ SUR INTERNET QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est un e-courtier,

Plus en détail

Les palmarès du bonheur professionnel

Les palmarès du bonheur professionnel Les palmarès du bonheur professionnel Viavoice Le Nouvel Observateur Octobre 2013 Viavoice Paris. Études Viavoice & conseil 9 rue Huysmans, 75 006 Mieux Paris. comprendre + 33 (0)1 40 l opinion 54 13 90

Plus en détail

Document N 09 Document de travail, n engage pas le Conseil Les allocataires du minimum vieillesse : parcours et conditions de vie

Document N 09 Document de travail, n engage pas le Conseil Les allocataires du minimum vieillesse : parcours et conditions de vie CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 22 janvier 2014 à 14h30 «Niveau des pensions et niveau de vie des retraités» Document N 09 Document de travail, n engage pas le Conseil Les allocataires

Plus en détail

FRANCAIS EPARGNE RETRAITE

FRANCAIS EPARGNE RETRAITE ( LES FRANCAIS L EPARGNE RETRAITE & LA Génération responsable.com Le Cercle des Epargnants, partenaire du Groupe Generali Enquête A la demande du Cercle des Epargnants, le Centre d'études et de connaissances

Plus en détail

MÉNAGES PRIVÉS AYANT CONSACRÉ 30 % OU PLUS DE LEUR REVENU AUX COÛTS D HABITATION

MÉNAGES PRIVÉS AYANT CONSACRÉ 30 % OU PLUS DE LEUR REVENU AUX COÛTS D HABITATION MÉNAGES PRIVÉS AYANT CONSACRÉ 30 % OU PLUS DE LEUR REVENU AUX COÛTS D HABITATION Logement Définitions Cet indicateur est calculé en divisant le nombre de ménages privés qui consacrent 30 % ou plus de leur

Plus en détail

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP

OTT Observatoire du Travail Temporaire. L intérim dans le secteur du BTP L intérim dans le secteur du BTP Septembre 2005 Sommaire Introduction page 3 I Données de cadrage du secteur du BTP page 4 A) Evolution du nombre de intérimaires et du taux de recours à l intérim pages

Plus en détail

Comité national d évaluation du rsa Annexes

Comité national d évaluation du rsa Annexes Comité national d évaluation du rsa Annexes Annexe 11 La mise en place du Rsa dans les caisses d allocations familiales (*) Pauline Domingo, Stéphane Donné (Cnaf) Décembre 2011 Les documents d études sont

Plus en détail

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005

Les parcs de logements et leur occupation. dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence. Situation 2005 et évolution 1999-2005 Les parcs de logements et leur occupation dans l Aire Urbaine de Lille et sa zone d influence Situation 2005 et évolution 1999-2005 Décembre 2008 Le territoire d étude 2 Agence de développement et d urbanisme

Plus en détail

note D2DPE n 38 Dynamique des qualifications et mobilité intergénérationnelle dans la région Nord Pas de Calais

note D2DPE n 38 Dynamique des qualifications et mobilité intergénérationnelle dans la région Nord Pas de Calais note D2DPE n 38 Dynamique des qualifications et mobilité intergénérationnelle dans la région Nord Pas de Calais RESUME Cette note résume les travaux de Nicolas Fleury, Docteur en Sciences Economiques

Plus en détail

Les Français et le stockage de données numériques

Les Français et le stockage de données numériques Les Français et le stockage de données numériques Contact : Frédéric MICHEAU Directeur des études d opinion Tel : 01 78 94 90 00 Email : fmicheau@opinion-way.com Mai 2015 1 La méthodologie opinionway La

Plus en détail

ESSEC Cours Wealth management

ESSEC Cours Wealth management ESSEC Cours Wealth management Séance 9 Gestion de patrimoine : théories économiques et études empiriques François Longin 1 www.longin.fr Plan de la séance 9 Epargne et patrimoine des ménages Analyse macroéconomique

Plus en détail

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort

L emploi lié au tourisme dans le Territoire de Belfort Chiffres clés 1 207 emplois en moyenne sur l année 2011 dans le Territoire de Belfort*. Soit 850 emplois en équivalent temps plein (dont plus de 700 en zone urbaine). 2,4 % de l emploi total du département.

Plus en détail

Département Évaluation des Politiques Sociales "Les jeunes salariés et la solidarité"

Département Évaluation des Politiques Sociales Les jeunes salariés et la solidarité Département Évaluation des Politiques Sociales "Les jeunes salariés et la solidarité" Sondage auprès des jeunes salariés de 18 à 25 ans Rapport d enquête Anne Loones Matthieu Angotti Avril 2009 Sommaire

Plus en détail

LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues

LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues LE CRÉDIT A LA CONSOMMATION Au-delà des idées reçues Juillet 2013 SOMMAIRE I. L utilité du crédit à la consommation Quel est le rôle du crédit dans l économie? Le marché du crédit à la consommation. A

Plus en détail

Les Français et la banque en ligne

Les Français et la banque en ligne Les Français et la banque en ligne Rapport d étude réalisé pour monabanq. Décembre 2010 CREDOC / 17 mai 2011 1 Synthèse 1 Internet a modifié la relation des Français avec leurs banques en s imposant comme

Plus en détail

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014

L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS. Juin 2014 L OBSERVATOIRE LCL EN VILLE - RÉALISÉ PAR BVA L ÉCONOMIE DU PARTAGE, ZOOM SUR LES JEUNES URBAINS Juin 2014 Contacts BVA : Céline BRACQ Directrice BVA Opinion Lilas BRISAC Chargée d études 01 71 16 88 00

Plus en détail

B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi?

B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi? B Le diplôme est-il un bon passeport pour l'emploi? a) Le diplôme facilite l'accès à l'emploi typique 1. Les sortants du système éducatif sont de plus en plus diplômés. En 1979, sur 742 000 sortants du

Plus en détail

La pratique du sport durant les vacances d été

La pratique du sport durant les vacances d été La pratique du sport durant les vacances d été En 2004, 65 % des Français sont partis en vacances. Les deux tiers de leurs séjours ont eu lieu en été. La pratique du sport pendant les vacances d'été est

Plus en détail

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013

Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 Observatoire Crédit Logement / CSA du Financement des Marchés Résidentiels Tableau de bord trimestriel 1 er Trimestre 2013 I. L ensemble des marchés I.1. L environnement des marchés : les conditions de

Plus en détail

Gestion de comptes. - Rapport d étude. Auteur Pôle Banque Finance et Assurance. N étude 1400127. Février 2014. Gestion de comptes

Gestion de comptes. - Rapport d étude. Auteur Pôle Banque Finance et Assurance. N étude 1400127. Février 2014. Gestion de comptes Gestion de comptes - Rapport d étude Auteur Pôle Banque Finance et Assurance N étude 1400127 Février 2014 1 Gestion de comptes Sommaire 1. La méthodologie 3 2. Les résultats de l étude 6 3. Annexes 12

Plus en détail

L endettement privé des ménages début 2010

L endettement privé des ménages début 2010 Dossier L endettement privé des ménages début 2010 Pierre Lamarche, Laurianne Salembier* Début 2010, 46 % des ménages sont endettés pour un motif privé, c est-à-dire sans lien avec l activité professionnelle,

Plus en détail

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements

Stéphanie Dupays. du fait de stratégies individuelles ou familiales ou bien de contraintes liées aux changements En un quart de siècle, la mobilité sociale a peu évolué Stéphanie Dupays En 2003, un homme âgé de 40 à 59 ans sur trois a une position sociale identique à celle de son père au même âge. Ce chiffre cache

Plus en détail

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999)

LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION DU HANDICAP : Les personnes handicapées motrices à domicile (enquête HID 1999) Délégation ANCREAI Ile-de-France CEDIAS - 5 rue Las-Cases 75007 PARIS Tél : 01 45 51 66 10 Fax : 01 44 18 01 81 E-mail : creai.idf@9online.fr Contact : Carole PEINTRE LES MODES D ADAPTATION ET DE COMPENSATION

Plus en détail

Tablette tactile : la nouvelle nounou?

Tablette tactile : la nouvelle nounou? Observatoire Orange - Terrafemina Tablette tactile : la nouvelle nounou? Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour Orange et Terrafemina la 13 ème vague d un baromètre

Plus en détail

Les enseignants, acteurs majeurs du développement personnel

Les enseignants, acteurs majeurs du développement personnel Les enseignants, acteurs majeurs du développement personnel Contact : Julien Goarant Directeur de clientèle Département Opinion 15, place de la République 75003 PARIS Tel : 01 80 48 30 80 Fax : 01 78 94

Plus en détail

Un meilleur niveau de réponse à l'obligation d'emploi de travailleurs handicapés dans l'industrie

Un meilleur niveau de réponse à l'obligation d'emploi de travailleurs handicapés dans l'industrie n 71 mars 2013 ISSN 1967-6158 Un meilleur niveau de réponse à l'obligation d'emploi de travailleurs handicapés dans l'industrie emploi formation insertion Franche-Comté Fin 2010, près de 5 000 salariés

Plus en détail

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles

FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS. Volet 2 - Les options résidentielles FICHE D INFORMATION À L INTENTION DES PARENTS Volet 2 - Les options résidentielles LES OPTIONS RÉSIDENTIELLE La Fiche d information à l intention des parents porte sur différents sujets susceptibles d

Plus en détail

L environnement du conseil en évolution professionnelle et les premiers questionnements

L environnement du conseil en évolution professionnelle et les premiers questionnements L environnement du conseil en évolution professionnelle et les premiers questionnements Mission IGAS CPF - Réunion GC quadripartite du 24 octobre 2013 1 Sommaire de la présentation 1. Le CEP : un accompagnement

Plus en détail

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles

Fiche d information à l intention des parents. Volet 2 Les options résidentielles Centre de réadaptation en déficience intellectuelle de Québec (CRDI de Québec) 7843, rue des Santolines Québec (Québec) G1G 0G3 Téléphone : 418 683-2511 Télécopieur : 418 683-9735 www.crdiq.qc.ca Fiche

Plus en détail

Le Domicile Collectif FTVS ( Foyer de Transition à la Vie Sociale)

Le Domicile Collectif FTVS ( Foyer de Transition à la Vie Sociale) Le Domicile Collectif FTVS ( Foyer de Transition à la Vie Sociale) Son histoire 1972 Situé à Villefranche-sur-Saône, le FTVS était un service de transition professionnelle vers le milieu ordinaire. 1993

Plus en détail

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins

Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins études résultats et N 603 octobre 2007 Les allocataires des minima sociaux: CMU, état de santé et recours aux soins Une enquête a été effectuée par la DREES au deuxième trimestre 2006 auprès de personnes

Plus en détail

Avoir un emploi rend la pauvreté plus difficile à vivre

Avoir un emploi rend la pauvreté plus difficile à vivre ISSN 029-997 N 2 avril 07 Avoir un emploi rend la pauvreté plus difficile à vivre Marie-Odile Simon, Christine Olm, Élodie Alberola L emploi ne protège plus de la pauvreté, même la plus extrême: 28% des

Plus en détail

Points de vigilance. Marc PILLON, Conseiller technique 14/02/201 3. Journée patrimoine immobilier

Points de vigilance. Marc PILLON, Conseiller technique 14/02/201 3. Journée patrimoine immobilier Points de vigilance Marc PILLON, Conseiller technique 14/02/201 3 Journée patrimoine immobilier 1 Sommaire Différentes modalités d acquisition Rappels réglementaires Cessations d activité et fermetures

Plus en détail

Panorama. de l économie sociale et solidaire

Panorama. de l économie sociale et solidaire Panorama de l économie sociale EN FRANCE ET DANS LES RÉGIONS Réalisée par l Observatoire National de l Economie Sociale et Solidaire, cette nouvelle édition du «Panorama de l économie sociale en France

Plus en détail

Observatoire Gleeden de l infidélité

Observatoire Gleeden de l infidélité 16 janvier 2014 N 111 730 Enquêtes auprès d un échantillon national représentatif de 804 Français âgés de 18 ans et plus Contacts : 01 72 34 94 64 / 94 13 François Kraus / Anne-Sophie Vautrey Prenom.nom@ifop.com

Plus en détail

Avoir le nombre d enfants qu on veut, quand on veut? La natalité française résiste... malgré le pessimisme ambiant

Avoir le nombre d enfants qu on veut, quand on veut? La natalité française résiste... malgré le pessimisme ambiant Réseau national des bservatoires desfamilles DÉSIR D ENFANT I RÉSEAU NATIONAL DES OBSERVATOIRES DES FAMILLES 1 Désir d enfant Note de synthèse n 6 Edito François FONDARD Président de l UNAF Avoir le nombre

Plus en détail

Les Français et la fraude fiscale

Les Français et la fraude fiscale Les Français et la fraude fiscale Institut CSA pour Atlantico Mai 2013 Fiche technique Sondage exclusif CSA / Atlantico réalisé par Internet du 14 au 16 mai 2013. Echantillon national représentatif de

Plus en détail

PANORAMA. Economie sociale et solidaire dans l'entente. Décembre 2013. Chiffres-clés des entreprises et des emplois de l ESS

PANORAMA. Economie sociale et solidaire dans l'entente. Décembre 2013. Chiffres-clés des entreprises et des emplois de l ESS Economie sociale et solidaire dans l'entente PANORAMA Décembre 2013 Chiffres-clés des entreprises et des emplois de l ESS L économie sociale et solidaire (ESS) rassemble les entreprises qui cherchent à

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

La complémentaire santé : une généralisation qui

La complémentaire santé : une généralisation qui La complémentaire santé : une généralisation qui n efface pas les inégalités Thibaut De Saint Pol, François Marical To cite this version: Thibaut De Saint Pol, François Marical. La complémentaire santé

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION L OBSERVATOIRE PUBLIÉ PAR LE PROFIL DES PERSONNES A LA RECHERCHE DES D UNE E-ASSURÉS 23 e ÉDITION SEPTEMBRE NOVEMBRE ASSURANCE SANTÉ SUR INTERNET QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est un e-courtier,

Plus en détail

Observatoire des loisirs des Français

Observatoire des loisirs des Français Observatoire des loisirs des Français 8 e édition avril 2015 Rapport d étude Les loisirs, créateurs de lien social TNS 2015 Sommaire 1 Présentation de l étude 3 2 Principaux enseignements 5 3 Résultats

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

Entre maison, enfant(s) et travail: les diverses formes d arrangement dans les couples

Entre maison, enfant(s) et travail: les diverses formes d arrangement dans les couples études résultats et N 570 avril 2007 Entre maison, enfant(s) et travail: les diverses formes d arrangement da les couples Cette étude, réalisée à partir de l enquête Étude des relatio familiales et intergénérationnelles

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

«Vieillir en pavillon : mobilités et immobilités des personnes âgées dans l espace périurbain»

«Vieillir en pavillon : mobilités et immobilités des personnes âgées dans l espace périurbain» LADYSS (UMR 7533) CNRS - Université Paris 1 LISST-Cieu (UMR 5193) CNRS - Université Toulouse-Le Mirail CIRTA Institut d Aménagement Régional - Université Aix-Marseille 3 Programme de recherche Vieillissement

Plus en détail

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010

Article. Bien-être économique. par Cara Williams. Décembre 2010 Composante du produit no 89-503-X au catalogue de Statistique Canada Femmes au Canada : rapport statistique fondé sur le sexe Article Bien-être économique par Cara Williams Décembre 2010 Comment obtenir

Plus en détail

Définitions. Définitions sur le logement

Définitions. Définitions sur le logement Définitions sur le logement Logement Un logement est défini par son utilisation : c est un local séparé et indépendant utilisé pour l habitation. Il doit être séparé d autres locaux par des murs ou cloisons

Plus en détail

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE

Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres. Etude Ipsos pour ELLE Hommes et femmes au travail Ni tout à fait les mêmes, ni tout à fait des autres Etude Ipsos pour ELLE Pourquoi cette étude? Croiser le regard des hommes et des femmes sur le travail aujourd hui Le travail

Plus en détail

Diagnostic territorial MD3E

Diagnostic territorial MD3E Diagnostic territorial MD3E Données de cadrage & Focus sur les 15-29 ans face aux perspectives d emploi Territoire MD3E (Zone d emploi d Evreux) Observatoire MD3E Contact : Stéphanie Queval s.queval@md3e.fr

Plus en détail

Portrait statistique des entreprises et des salariés

Portrait statistique des entreprises et des salariés Portrait statistique des entreprises et des salariés Commerce de détail de l Habillement et des articles textiles Comité Paritaire de Pilotage de l Observatoire Portrait statistique des entreprises et

Plus en détail

Centre d Analyse Stratégique

Centre d Analyse Stratégique Centre d Analyse Stratégique Choix d une complémentaire santé Le regard des Assurés et des Entreprises 7 juillet 2009 Centre d Analyse Stratégique Tristan KLEIN Perrine FREHAUT Contacts TNS Sofres Emmanuel

Plus en détail

jçíçêáë~íáçå=éí=ãçäáäáí =W=ÇÉë= ÅçãéçêíÉãÉåíë=éäìë=ê~íáçååÉäë=\==

jçíçêáë~íáçå=éí=ãçäáäáí =W=ÇÉë= ÅçãéçêíÉãÉåíë=éäìë=ê~íáçååÉäë=\== = = ëééíéãäêé=omnm= Fiche n MQ= jçíçêáë~íáçå=éí=ãçäáäáí =W=ÇÉë= ÅçãéçêíÉãÉåíë=éäìë=ê~íáçååÉäë=\== = = L Enquête Nationale Trports et Déplacements (ENTD) réalisée en 27- est l occasion de faire le point

Plus en détail

IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE

IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE Zurich, le 8 janvier 2014 Dr. Regina Schwegler, Andrea Schultheiss IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE Sur mandat

Plus en détail

Chambre Régionale. de l Economie Sociale et Solidaire. Haute Normandie PANORAMA. de l Economie Sociale et Solidaire

Chambre Régionale. de l Economie Sociale et Solidaire. Haute Normandie PANORAMA. de l Economie Sociale et Solidaire Chambre Régionale Haute Normandie de l Economie Sociale et Solidaire PANORAMA de l Economie Sociale et Solidaire Haute Normandie - Edition 2013 PANORAMA 2012/2013 // Economie Sociale et Solidaire de Haute

Plus en détail

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION

E-ASSURÉS RECHERCHE LE PROFIL DES PERSONNES ASSURANCE SANTÉ DES A LA SUR INTERNET D UNE PUBLIÉ PAR. 23 e ÉDITION L OBSERVATOIRE PUBLIÉ PAR LE PROFIL DES PERSONNES A LA RECHERCHE DES D UNE E-ASSURÉS 23 e ÉDITION SEPTEMBRE NOVEMBRE 2014 ASSURANCE SANTÉ SUR INTERNET QUI SOMMES-NOUS? PRÉSENTATION DE cmonassurance est

Plus en détail

Les jeudis du patrimoine

Les jeudis du patrimoine Les jeudis du patrimoine Quelles solutions pouvez-vous envisager pour réduire votre impôt sur le revenu? Le 29 novembre 2012 19h30 07/12/2012 1 Présentation des héros du jour Couple : Sophie et Marc, 2

Plus en détail

LA QUESTION FINANCIÈRE : UNE PRÉOCCUPATION IMPORTANTE DES ACTIFS SANS ÊTRE PERÇUE COMME LE PRINCIPAL FREIN AU RETOUR À L EMPLOI

LA QUESTION FINANCIÈRE : UNE PRÉOCCUPATION IMPORTANTE DES ACTIFS SANS ÊTRE PERÇUE COMME LE PRINCIPAL FREIN AU RETOUR À L EMPLOI Juin 2008 - N 24.1 LA QUESTION FINANCIÈRE : UNE PRÉOCCUPATION IMPORTANTE DES ACTIFS SANS ÊTRE PERÇUE COMME LE PRINCIPAL FREIN AU RETOUR À L EMPLOI En 2007, la Dares et la Drees ont conduit une enquête

Plus en détail

Chapitre 17 Action publique et régulation

Chapitre 17 Action publique et régulation CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 16 novembre 2014 à 19:40 Chapitre 17 Action publique et régulation Introduction Pourquoi les pouvoirs publics interviennent-ils dans les économies contemporaines?

Plus en détail

La motorisation des ménages continue de s accroître au prix d un vieillissement du parc automobile

La motorisation des ménages continue de s accroître au prix d un vieillissement du parc automobile La motorisation des ménages continue de s accroître au prix d un vieillissement du parc automobile Marina Robin, CGDD, SOeS Avec 32,7 millions de véhicules, le parc automobile des ménages métropolitains

Plus en détail

Le handicap est plus fréquent en prison qu à l extérieur

Le handicap est plus fréquent en prison qu à l extérieur N 854 - JUIN 2002 Prix : 2,20 Le handicap est plus fréquent en prison qu à l extérieur Aline Désesquelles, Institut National d Études Démographiques et le groupe de projet HID-prisons Plus de trois personnes

Plus en détail