Lycée SCHWEITZER MULHOUSE PC* 2012/ 2013 TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE LIVRET 2

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lycée SCHWEITZER MULHOUSE PC* 2012/ 2013 TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE LIVRET 2"

Transcription

1 Lycée SCHWEITZER MULHOUSE PC* 01/ 013 TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE LIVRET 1

2 Etude d un haut-parleur Etude de la diffusion Onde dans un coaxe Jeudi 15 novembre Nicolas-Maxime Nastassja-Awatif Hugo-Robin Camille-Charlotte Pierre-Bastien Jordan-ThanhThao Manon-Pierre Mathieu-Julien Baptiste- Alexandre Mathieu-Jessica Robin-Thiebaut Samedi 4 novembre Baptiste- Alexandre Mathieu-Jessica Robin-Thiebaut Nicolas-Maxime Nastassja-Awatif Hugo-Robin Camille-Charlotte Pierre-Bastien Jordan-ThanhThao Manon-Pierre Mathieu-Julien Jeudi 9 novembre Pierre-Bastien Jordan-ThanhThao Manon-Pierre Mathieu-Julien Baptiste- Alexandre Mathieu-Jessica Robin-Thiebaut Nicolas-Maxime Nastassja-Awatif Hugo-Robin Camille-Charlotte Mesures d inductances Oscillateur à quartz Radar à effet Doppler Jeudi 6 décembre Nicolas-Maxime Nastassja-Awatif Hugo-Robin Camille-Charlotte Pierre-Bastien Jordan-ThanhThao Manon-Pierre Mathieu-Julien Baptiste- Alexandre Mathieu-Jessica Robin-Thiebaut Jeudi 13 décembre Baptiste- Alexandre Mathieu-Jessica Robin-Thiebaut Nicolas-Maxime Nastassja-Awatif Hugo-Robin Camille-Charlotte Pierre-Bastien Jordan-ThanhThao Manon-Pierre Mathieu-Julien Jeudi 0 décembre Pierre-Bastien Jordan-ThanhThao Manon-Pierre Mathieu-Julien Baptiste- Alexandre Mathieu-Jessica Robin-Thiebaut Nicolas-Maxime Nastassja-Awatif Hugo-Robin Camille-Charlotte

3 LES INCERTITUDES EXPERIMENTALES 1. Notion d'erreur et d'incertitude. Une mesure n'est jamais parfaite. L'écart entre la mesure et la valeur vraie de la grandeur mesurée ( appelé mesurande) est appelé erreur. On distingue : les erreurs systématiques: dues à un défaut d'appareil, à un mauvais réglage, elles affectent toujours le résultat dans le même sens. On doit les éliminer. les erreurs aléatoires : dues à la limitation de la sensibilité ou de la fiabilité des appareils, à une fluctuation de paramètres ( température... ). Elles ne peuvent être éliminées. On ne peut calculer cette erreur mais on peut calculer une incertitude qui l'englobe. L'incertitude de mesure M est un paramètre qui caractérise la dispersion des valeurs qui pourraient être atribuées à la grandeur mesurée. Elle accompagne toujours un résultat de mesure. On peut l'exprimer sous deux formes : incertitude absolue M : elle a la même unité que la grandeur M mesurée, exemple : x = mm ; x = 0.1 mm incertitude relative M/M : c'est un quotient sans unité, exemple : pour la mesure précédente x/x = 7, qu'on exprime souvent en %, ici 0,7 %. Une conséquence de l'existence de l'incertitude est la limitation du nombre de chiffres significatifs du résultat. Dans la très grande majorité des cas, on ne garde qu un seul chiffre significatif pour l'incertitude absolue.. Evaluation des incertitudes. Lorsque les incertitudes sont évaluées par des méthodes statistiques, l évaluation est dite de type A. Dans tous les autres cas l incertitude est estimée par un modèle probabiliste, et l évaluation est dite de type B..1. Evaluation de type A : Lorsque l on réalise une série de mesures de la même grandeur M, l estimation du résultat de la mesure m est donné par la moyenne arithmétique m. On définit l incertitude-type, notée x : c est l incertitude de mesure exprimée sous forme d un écart-type. On utilise l écart-type expérimental sur la valeur moyenne, donné par : n 1 1 x exp avec exp (mi m)² n n 1 1 On les calcule évidemment à la machine ( exp est la valeur nommée en général n-1). Pour une évaluation de type A, l incertitude de mesure est égale à l incertitude-type. 3

4 Le résultat de la mesure de M sera présenté sous la forme : M = m x.. Evaluation de type B : Différents cas peuvent se présenter : le constructeur fournit une incertitude-type ; le constructeur fournit une indication sans autre information ; dans ce cas, on considèrera que l incertitude-type est = /3. on estime une valeur sur une graduation : dans ce cas l incertitude-type est lecture = 1 graduation/1. Dans le cas ou plusieurs causes d erreurs indépendantes interviennent, on admet que : i i L incertitude M est liée à l incertitude-type par un modèle statistique ; on prendra en général : M =. pour un niveau de confiance de 95%..3. Incertitude composée : Soit à calculer une grandeur G = G( x1, x,..) où on connaît xi = xi0 si. On a alors G = G 0 G avec G 0 = G( M0). Dans le cas ou les erreurs sur les grandeurs xi sont indépendantes, on montre que : n G exp G (.s i )². x Dans le cas d un produit, il est pratique d utiliser la différentielle logarithmique. 1 i 3. Représentation graphique. On cherche en général à vérifier une loi y = f ( x ) ; en général on linéarise cette loi car on peut à l'oeil vérifier la linéarité et éliminer les points aberrants. La loi supposé est donc du type y = ax+b, x et y étant mesurés avec des incertitudes-types x et y. 3.1 Présentation des courbes : On utilise en général un logiciel ( Excel, LatisPro, Regressi..), ou on trace «à la main». Dans ce cas : on utilise du papier graphique ( millimètré, logarithmique... ) ; on donne un titre au graphique ; on trace les axes en indiquant les grandeurs représentées et leurs unités ; on utilise des échelles pratiques et lisibles, en translatant au besoin l'origine ; on porte sur les axes les valeurs entières, et non les valeurs mesurées ; on porte les incertitudes de mesure sous la forme de barres de mesure. 3.. Détermination des coefficients a et b : 4

5 Pour déterminer les caractéristiques de la droite supposée, à savoir a et b, on utilise, après avoir éliminé les points aberrants, une régression linéaire. Cette régression donne les valeurs de a et b avec leurs incertitudes-types. Le coefficient de régression linéaire donne une indication assez vague sur l adéquation des mesures avec le modèle linéaire, mais c est souvent la seule valeur donnée par les logiciels. Sa valeur est de 1 si tous les points sont parfaitement alignés. En tout état de cause, sa valeur doit être «très proche de 1». Références : IGEN, Mesures et incertitudes, juin 01. IGEN, Nombre, mesure et incertitudes en sciences physiques, 010 BALLY F.-X. et BERROIR J.-M. Incertitudes expérimentales, BUP 98, novembre 010. TREINER J. «Variabilité, incertitude, erreur» BUP 930, janvier 011. LARBAUD Stéphanie, PROFETA Mickaël, SANQUER, Martine, SAND Nicolas «Évaluation statistique d'une incertitude : justesse et précision d'une mesure» BUP 94 Mars 01 ; Dominique BARCHIESI «Incertitudes de mesure : une approche normative» BUP 864, : guide du BIPM concernant la présentation des ncertitudes de mesure. GIÉ H. et MOREAU R. «Le calcul des incertitudes». BUP 691, février

6 4. Exercices : 1 ) On a mesuré en optique 8 valeurs d une longueur d onde ( en nm ) : 538, ; 554,3 ; 545,7 ; 55,3 ; 566,4 ; 537,9 ; 549, ; 540,3. Montrer que le résultat de cette mesure est : = nm. ) On mesure une longueur de 8,6 cm à l aide d une règle graduée au cm. Montrer que le résultat de cette mesure s écrit : L = 8,6 0,3 cm. Quelle est l incertitude relative? 3) Dans une expérience d ondes stationnaires en acoustique on mesure la distance entre sept noeuds de pression, on trouve 86 mm avec une incertitude-type estimée à 0 mm (parce qu on a du mal à repérer précisément les noeuds). Montrer que le résultat de la mesure sera = 87 7 mm. NB : la distance entre deux nœuds consécutifs est /. 4) Un résistor de résistance R de 100 a un anneau de couleur or, correspondant à une tolérance de 5%. Montrer que la résistance s écrit R = ) On détermine une puissance électrique par la formule P = RI². On mesure R = 16 1 (à cause de problèmes de contact) et I = 0,74 0,00 A (d après le fabricant de l appareil). Montrer que l incertitude relative sur P est de 6 %. 6) La mesure d une tension U donne une valeur moyenne égale à 10,5645 V avec un écart-type expérimental de 6,5645 V, à partir de dix mesures. Le voltmètre est de classe 1 (calibre 500 V ), l incertitude due à la classe est donc de 5 V. Quelles sont les incertitudes de type A et B? Montrer que le résultat de mesure est : U = 10 3 V. 7)On veut déduire une inductance L par la donnée de C et 0, avec C Montrer que L 0 L C LC 6

7 PROPAGATION D ONDES DANS UNE LIGNE COAXIALE Le but de ce TP est l étude générale des ondes électromagnétiques dans un câble coaxial. 1. Préparation : Le câble est composé de deux conducteurs cylindriques coaxiaux séparés par un isolant. Le conducteur central, cylindre de rayon a, constitue «l âme» du câble, le conducteur extérieur, de rayon b, constitue la «gaine». isolant âme gaine La longueur du cable utilisé est L = 100 m, la célérité des ondes électromagnétiques dans ce cable de l ordre de 10 8 m.s -1 et les fréquences utilisées de l ordre du MHz : est-on dans l ARQS? 1. Modélisation ; équations de propagation : La figure suivante modélise un tronçon de longueur dx du câble coaxial, d inductance linéique et la capacité linéique. i(x,t) i(x+dx,t) u(x,t) u(x+xd,t) Dans ce modèle sans pertes on néglige la résistance linéique r du cable et la conductance linéique g entre l âme et la gaine. Comment seraient-elles insérées dans le modèle avec pertes? La loi des nœuds et la loi des mailles fournissent les deux équations couplées aux dérivées partielles : u i (1) x t i u () x t On en déduit l équation différentielle que vérifie chacune des deux fonctions i(x,t) et u(x,t) : u(x, t) u(x, t) i(x,t) i(x,t) ; x t x t En déduire l expression de la célérité des ondes dans le cable.. Etude du régime harmonique : Le cable étant de longueur finie, il se produit à ses extrémités des réflexions. Les équations précédentes admettent alors les solutions suivantes en notation complexe : 7

8 i(x,t) = I0.expi(t kx ) + I1.expi(t+kx) et u(x,t) = U0.expi(t kx ) + U1.expi(t+kx). Que représentent chacun des deux termes des expression de i(x,t) et u(x,t)? En déduire la relation de dispersion des ondes et la vitesse de phase v = /k. Montrer que, pour chacune des ondes incidente et réfléchie, la tension et le courant vérifient : U0 U 1 I0 I1 Ce rapport Zc est nommé impédance caractéristique de la ligne, et ne dépend que des propriétés des matériaux constituant la ligne. Vérifier que Zc a bien les dimensions d une impédance. 3. Coefficient de réflexion en régime harmonique : Le câble est connecté, en x=0, à un générateur (de résistance interne Rg) par l intermédiaire d une fiche BNC ; le conducteur extérieur est alors relié à la masse du générateur et l intérieur à la borne qui délivre le signal. L extrémité située en x=l est fermée sur une impédance de charge que l on note de façon générale Zu. Le système est alors équivalent au schéma électrique suivant : x 0 x L Rg i x, t u x, t Âme du câble Z u Conducteur extérieur Générateur Câble coaxial Impédance de charge On définit le coefficient de réflexion en tension en un point d abscisse x comme le rapport des amplitudes complexes de la tension réfléchie à celle de la tension incidente : U.exp(jkx) U r 1 1.exp( jkx) U0.exp( jkx) U0 En bout de ligne on obtient (après calcul ): Zu Z r(l) c Zu Zc Que vaut ce coefficient de réflexion lorsque le bout de ligne est en circuit ouvert? Lorsque le bout de ligne est en court-circuit? A quelle condition n existe-t-il aucune onde réfléchie? On dit que l impédance de charge est adaptée à la ligne. Montrer que tout se passe alors comme si la ligne était de longueur infinie. 8

9 . Matériel : Vous disposez : d un câble coaxial (type RG58) de longueur L = 100 m et d impédance caractéristique ZC = 50, de résistances R = 50, d un générateur basse fréquence d impédance interne Rg = 50, d un oscilloscope et d une simulation Maple disponible sur un ordinateur de la salle. 3. Manipulations. A l aide de l oscilloscope, branché simplement sur le générateur, régler ce dernier de manière à ce qu il délivre une tension de la forme ci-contre, avec un niveau haut à E = 8V et un niveau bas à 0 V, une période T = 3 µs et le plus faible possible ( on reglera pour cela le rapport cyclique au minimum ). 1. Mesure de la célérité c : e(t) T t Réaliser le montage du I.3. avec une résistance de charge R = 50 et observer à l oscilloscope les signaux en tete de ligne (x=0) et en bout de ligne (x=l). Relever les signaux observés. Déduire des observations la célérité c des ondes à l intérieur de la ligne.. Coefficient d amortissement : Relever les amplitudes de l impulsion, que l on notera E et E respectivement en tête de ligne et en bout de ligne. Estimer l ordre de grandeur du rapport E /E. En déduire l ordre de grandeur des pertes en ligne en db/m. Remarque : dans la suite, on ne tiendra pas compte des atténuations légères observées. On assimilera E' à E''. On constate que E' est de l'ordre de la moitié de E. Pourquoi? 3. Réflexion en bout de ligne : a) Circuit ouvert : Reprendre le montage précédent, mais retirer la résistance de bout de ligne. Observer les voies de l oscilloscope et en reproduire l allure, en notant bien les amplitudes et les décalages temporels, sur votre compte-rendu. Interpréter. b) Court-circuit : Recommencer en mettant un fil en fin de ligne (bout de ligne en court-circuit). c) Approximation des régimes quasi-stationnaires : Reprendre le montage précédent avec bout de ligne ouvert et diminuer progressivement la fréquence du générateur de manière à faire croître la largeur de l impulsion. Observer l évolution des signaux des voies, aussi bien en amplitude qu en largeur, forme, décalage. On ira jusqu à ce que atteigne environ 100s. Comprendre le phénomène et interpréter. 4. Etude en régime permanent sinusoidal : La tension d entrée est sinusoidale de pulsation et la sortie du cable ouverte. Montrer que la tension peut alors s écrire : U(x,t) = U0expi(t-kL) [ exp-ik(x-l) + expik(x-l) ] soit en notation réelle : U(x,t) = U0.cos(t-kL).cos(k(x-L)). De quel type d ondes s agit-il? 9

10 Montrer qu on observe en x = 0 des nœuds et des ventres de tension pour les fréquences : c c f nv n ; f nn ( n 1) avec n entier naturel. L 4L Mesurer les fréquences donnant des nœuds et des ventres en entrée. Evaluer l incertitude-type sur la fréquence. Tracer à l aide de Latis-Pro les courbes permettant de vérifier les lois ci-dessus, en faisant apparaître les barres d incertitude. A l aide d une modélisation, calculer la valeur de c et son incertitude. Comparer à la première détermination. 5. Calcul des paramètres linéiques de la ligne. A l aide des mesures de la vitesse de l onde dans le coaxe et de la valeur de l impédance caractéristique, calculer les valeurs des constantes linéiques de la ligne L et C. 6. Impédance ramenée : L impédance ramenée est l impédance d entrée de la ligne, à l abscisse x 0, définie par : U0 U Z( 0) 1. I0 I1 On obtient après calculs : Z jz tan(kl) Z( ) Z u 0 c c Zc jzu tan(kl) Calculer l impédance ramenée dans le cas de la ligne demi-onde (L =/) et quart d onde (L = /4). Proposer un protocole pour vérifier la formule de l impédance ramenée dans ces cas particuliers. 10

11 ETUDE D UN PHENOMENE DE DIFFUSION On se propose dans ce TP de modéliser à l aide d une chaine de cellules RC le comportement d un milieu diffusif continu. 1. Préparation : On considère une chaine constituée d un grand nombre de cellules RC identiques de taille a. a Un-1(t) Un(t) Un+1(t) Montrer que les tensions Un-1, Un et Un+1 sont liées par l équation : dun RC = Un-1(t) + Un+1(t) - Un(t) dt On considère une fonction C² u(x,t) telle que u(x = na,t) = Un(t). En considérant que a est petite devant l échelle des variations spatiales de u(x,t), montrer que u(x,t) vérifie l équation : u(x, t) ²u(x, t) = D avec D = a²/rc. t x² Quel type d équation reconnaissez-vous? Quelle est l unité de D? On se place en régime permanent sinusoidal ; on cherche donc une solution complexe : u(x,t) = U(x).exp(jt). Montrer que la solution de cette équation s écrit : D u(x,t) = U0.cos( t x/).exp(-x/) avec = et U0 =U(0). ω Quel nom donner à? A quelle condition portant sur et a le modèle continu peut-il modéliser correctement le système? Montrer que cette condition est équivalente à RC << 1.. Manipulations : Vous disposez d une chaine de 30 cellules RC avec R = 1 k et C = 100 nf. Mesurer la valeur de a et donner l incertitude de la mesure ( expliquer cette incertitude ). On va réaliser l étude en régime permanent sinusoidal..1. Etude de l amplitude : Alimenter la chaine à l aide d un GBF délivrant une tension sinusoidale de fréquence f et d amplitude U0 = 10 V environ. Choisir une fréquence f permettant d utiliser le modèle continu. Mesurer à l aide d un voltmètre électronique les amplitudes efficaces de la tension aux bornes des 0 premiers condensateurs. Quelle est l incertitude-type sur cette mesure ( regarder la notice du voltmètre! )? 11

12 Tracer à l aide de LatisPro la courbe donnant l amplitude Un en fonction de x en faisant apparaître l incertitude type sur chaque mesure ; commenter son allure et la vérifier en traçant la droite appropriée ( on utilisera des coordonnées semi-logarithmiques). Mesurer et son incertitude grâce à une modélisation ; comparer à la valeur théorique... Mesure du déphasage : Mesurer le déphasage pour les 0 premières cellules. Tracer la courbe en fonction de x et en déduire une nouvelle valeur de..3. Etude de : On souhaite vérifier la dépendance de avec la fréquence. Proposez un protocole et le mettre en œuvre. Références : Deiber A. Paviet-Salomon F. et Poinçot JB «un exemple de diffusion en électrocinétique sur une chaine RC» BUP décembre 010, N 99. Toutain W. «Diffusion de charge électrique à une dimension» BUP mai 01 N 944. Epreuve I Centrale PC

13 ETUDE DU HAUT PARLEUR Le TP consiste à déterminer les paramètres caractérisant l impédance d un haut-parleur. 1. Préparation : On rappelle les équations électrique et mécanique du haut-parleur : di dv u (t) = Ri(t) + L + vbl (1) m = - kx(t) - f.v(t) + i(t)bl () dt dt où m est la masse de l équipage mobile, l la longueur du bobinage, B le champ radial, k la constante de raideur de la membrane, f le coefficient de frottement visqueux, R la résistance du bobinage et L son coefficient d autoinductance. Montrer qu en régime permanent sinusoidal, l impédance du bobinage s exprime par : 1 Z = R + jlω + Z m où Z m = f m k 1 + j ( ω - ) B²l² B²l² B²l² ω est appelée impédance mécanique du haut-parleur. Montrer que le bobinage peut être modélisé par le circuit ci-dessous, en exprimant Rm, Lm et Cm en fonction des paramètres définis ci-dessus. i R L u Cm Lm Rm Quel est le schéma équivalent en régime statique ( ie continu )? Montrer que l impédance mécanique présente une résonance pour une fréquence f0 à exprimer en fonctionde Lm et Cm. Que vaut alors Zm? Quel est le schéma équivalent en sortie ouverte ( i = 0 )? Montrer que l équation différentielle vérifiée par u(t) est alors : d ²u(t) ω0 du(t) + + ω u(t) = 0 dt² Q dt 0 où l on exprimera 0 et Q en fonction de Lm, Rm et Cm.. Matériel : Vous disposez ; d un petit haut-parleur, d une carte Sysam, d un ordinateur avec LatisPro ou Regressi, d un GBF, d un oscilloscope et d une boite de résistances. 13

14 3. Manipulations : Il s agit de mesurer R, L, Rm Cm et Lm Régime continu : Mesurer l impédance du haut-parleur et en déduire l un des 5 dipoles définis ci-dessus. Donner son incertitude grace à la notice de l ohmetre. 3.. Réponse indicielle : Relier le haut-parleur directement à la carte Sysam : l impédance d entrée de cette carte étant très élevée, on considère que l intensité est nulle dans le haut-parleur : rappeler l équation vérifiée alors par u(t). Configurer le déclenchement sur la voie utilisée avec un seuil de 0,1 V, et les paramètres d acquisition de manière correcte. Donner à l aide d un stylo un petit coup, sec et bref, au centre du haut-parleur de manière à obtenir un signal d amplitude maximale 500 mv environ. La durée de contact doit être brève. La membrane est alors soumise à une impulsion de vitesse ( à peu près un échelon de position ). Retoucher éventuellement les réglages de manière à obtenir un enregistrement correct. Quel est le type de réponse observé? Grace aux modélisations disponibles sous Latis-Pro, mesurer les deux paramètres caractéristiques de cette réponse. On réalisera une sortie imprimante des courbes Réponse harmonique : a) Voisinage de la résonance : Réaliser le montage très simple ci-contre, dans lequel R0 = 1 k, et brancher un oscilloscope de manière à observer simultanément la tension u1(t) générée par le GBF et la tension u(t) aux bornes du hautparleur. R0 GBF HP On fait les hypothèses suivantes au voisinage de la fréquence de résonance f0 = 0 / de Zm : L0 << R, et ZHP << R0 aux fréquences audibles. Prévoir grâce à ces hypothèses comment on peut expérimentalement, et sans aucune mesure sur l écran de l oscilloscope, mettre en évidence la fréquence de résonance f0. Montrer qu on a alors : Z = R0 Ueff / U1eff. Réaliser 5 mesures de f0 ; en déduire f0 et son incertitude. Mesurer Ueff et U1eff pour f = f0. b) Loin de la résonance : On fait l hypothèse que l impédance mécanique devient négligeable devant l impédance électrique du haut-parleur. Mesurer l impédance du haut-parleur pour une dizaine de fréquences audibles supérieures à f0. 14

15 4. Exploitation des mesures : A partir de la mesure de Z(f0), déterminer Rm. A partir de la mesure de f0 et la réponse indicielle, calculer Lm et Cm. A l aide de la dernière série de mesures, donner une évaluation de l inductance L. Tracer sous Excel ou Maple la courbe donnant l impédance en fonction de la fréquence. L impédance donnée par le constructeur est en général sa valeur pour f = 1 khz ; que vaut-elle pour votre HP? Vérifier les hypothèses ( on tracera pour cela les courbes appropriées sous Maple ). 15

16 RADAR A EFFET DOPPLER Le but de la manipulation consiste à mesurer la vitesse d'un mobile par effet Doppler grâce à des ondes acoustiques ultrasonores ; cela nécessite de connaître la vitesse des ultrasons utilisés que nous mesurerons d'abord. 1. Préparation : effet Doppler longitudinal : On considère un émetteur E, de vitesse ve ve. ux, émettant une onde progressive de fréquence f 0 se propageant à la célérité C, et un récepteur R se déplaçant sur l'axe Ox à la vitesse vr vr. ux. E=R ve R vr x On montre ( cf TD ) que la fréquence perçue par le récepteur R est : fr = f0 C v C v R S. a) On considère un émetteur E fixe. Quelle est la fréquence fr perçue par R? b) Le récepteur R renvoie vers l émetteur E une onde de fréquence fr. Un récepteur R, placé au même endroit que l émetteur E, perçoit alors une fréquence f. Montrer que si vr << c, la fréquence percue par R, fixe comme l émetteur E, est : v f = f0 ( 1 R ) = f0 - fdoppler. C La vitesse du mobile peut donc se déduire de fdoppler, connaissant C. On doit donc mesurer fdoppler. c) Une méthode de mesure de fdoppler consiste à mesurer f et f0, et à faire la différence. Que vaut dans ce cas l incertitude absolue sur fdoppler, sachant que les fréquences utilisées sont de l ordre de f 0 40 khz et sont connues au mieux à 1% près? Quel est l ordre de grandeur de fdoppler, sachant que les vitesses mesurées ne dépasseront pas le centieme de la vitesse du son dans l air? En déduire l incertitude relative minimale sur fdoppler et conclure. d) On utilise donc le principe de la détection synchrone : le signal émis par E, noté e(t) = E.cos(f0t), est multiplié par le signal reçu par R, noté s(t) = E.cos(f t+), grâce à un multiplieur de facteur k. Ecrire le signal de sortie vs(t) du multiplieur. Quelles composantes de fréquence presente v s (t)? Montrer qu'un filtrage passe-bas de v s (t) permet d'accéder au signal de fréquence fdoppler. Montrer qu'une fréquence de coupure de 1 khz est suffisante sachant qu'on ne désire pas mesurer de vitesses supérieures à m.s -1 ( c 340 m.s -1 ; f0 40 khz ). En fait, le signal e(t) est un carré de fréquence f0, s(t) étant toujours sinusoidal de fréquence f.cela estil gênant? Pourquoi?. Matériel : Vous disposez : d un GBF, d un couple émetteur et récepteur d ultrasons, d un plateau gradué, d un module réalisant la détection synchrone, d une alimentation 15 V, d une voiture télécommandée, d une table traçante avec écran réfléchissant. 16

17 3. Manipulations : Les montages utilisent un émetteur d'ultrasons alimenté et un récepteur d ultrasons R Mesure de la célérité c : Dans cette première manipulation émetteur et récepteur sont fixes ; il n y a pas d effet Doppler. L émetteur E et le récepteur R sont placés face à face sur la réglette, à environ 30 cm. Alimenter E avec le GBF délivrant un signal sinusoidal de fréquence voisine de 40 khz. Visualiser le signal reçu par R. Règler la fréquence du signal pour observer un maximum d'amplitude en R. Mesurer la fréquence f 0 ; on ne la fera plus varier jusqu'à la fin du TP. Déplacer R sur le banc. Comment varient les signaux? Montrer qu un déplacement d une longueur d onde de R correspondant à un déphasage d'une période sur l écran de l oscilloscope. Mesurer le déplacement correspondant à 0 périodes et son incertitude. En déduire la célérité c et son incertitude. L étude des ondes acoustiques montre la célérité des ondes acoustiques dans un gaz est : RT c avec = Cp/Cv = 1,4 pour l air, M = 9 g.mol -1, R = 8,31 J.K -1.mol -1 ; T est la température. M Calculer la valeur théorique de c et comparer à votre mesure. 3.. Principe du radar à effet Doppler : Le mobile réfléchissant ( noté R dans la préparation ) est une voiture télécommandée. Le récepteur R joue à présent le role du R de la préparation. Placer E et R côte à côte face au mobile. Le module de détection comprend le multiplieur et le filtre passe-bas, suivis d un comparateur à hystérésis permettant la mise en forme des signaux. Quelle est la tension de sortie de ce module : lorsque la voiture est immobile? lorsqu elle roule à vitesse v? Alimenter le module en 15 V et visualiser à l'oscilloscope la sortie du module. Préparer l oscilloscope pour une acquisition unique de 500 ms, puis lancer la voiture. Mesurer la fréquence du signal à l'oscilloscope. Que peut-on déduire de ce signal? Remarque : les radars de gendarmerie type «Mesta» fonctionnent sur le même principe, mais avec des ondes électromagnétiques centimétriques de fréquence proche de 4 GHz Etude quantitative : Le réflecteur est à présent l écran sur une table traçante ; sa vitesse de translation est connue. Mesurer pour différentes vitesses la fréquence Doppler et tracer la courbe permettant de vérifier la forme de fdoppler. Déduire de cette courbe une autre détermination de c. 17

18 OSCILLATEUR A QUARTZ Le but de ce TP est de découvrir deux composants très utilisés en électronique : le quartz et les portes logiques. 1. Préparation. Un cristal de quartz peut être modélisé par le dipôle suivant : L Cs R Les valeurs des éléments sont déterminées par la taille du cristal. Pour un quartz à f0 = 3678 Hz : R = 3000 ; Cs = 3 ff ; Cp = 1,5 pf ; L = 7860 H. Les pertes sont négligeables ( cf questions suivantes ) ; on négligera donc dans la suite la valeur de R. Calculer l admittance de ce quartz et montrer qu elle peut s écrire : 1 f f p Y = j(cs+cp) 1 f f avec fs = 1 et fp = fs 1 LCS C Cs > fs P s Dans quel domaine de fréquences le quartz a-t-il un comportement purement inductif? Calculer pour le quartz donné plus haut les fréquences de résonance série et parallèle, ainsi que leur différence. Calculer le facteur de qualité de la résonance série. Tracer à l aide de Maple ou de votre calculatrice la courbe Ln Z en fonction de f/fs. Dans quel(s) systèmes utilise-t-on des quartz?. Matériel : Vous disposez : d un ordinateur ; d une alimentation continue 5 V ; d un GBF ; d un oscilloscope, de deux multimètres, d un quartz 3768 Hz ; d un circuit 4011 ; de deux boites de capacités ; de résistances R = 1 M et R = 100 k ; d une plaque Labdec ; d une bobine de 500 spires d inductance L voisine de 10 mh. 3. Etude du modèle équivalent d'un quartz: CP On étudie le dipôle D suivant dans lequel : L 10 mh ; Cs =,0 µf ; Cp = 0 nf. L C s Remarque : contrairement au cas réel du quartz Cs >> Cp, afin de pouvoir dissocier les deux résonances. Calculez les fréquences de résonance série f S et parallèle f P de ce di- pôle. A l aide d un GBF et de deux multimètres, mesurez les valeurs efficaces de la tension et de l'intensité, pour des fréquences allant de 100 Hz à 5000 Hz (précisez les fréquences voisines de fs et fp). Rangez vos résultats dans un tableau Excel, dans lequel vous calculerez l'impédance Z et l admittance Y du dipôle étudié. Représentez les courbes Z, Y et Ln Z en fonction de f. 18 C P Dipole D

19 Relevez fs et fp sur les courbes. Comparez la courbe expérimentale à la courbe théorique. 4. Oscillateur a quartz : 4.1. Porte NAND : Cet oscillateur utilise un circuit logique : une porte NAND ( NON ET ) dont les deux entrées seront reliées, et qui réalise un inverseur. Les courants d entrée de ce circuit sont négligeables. Alimenter le circuit entre les bornes VDD et VSS avec une tension de 5 V ; la borne VSS sera la masse du montage. V DD vs VSS Utiliser l une des quatre portes du circuit pour visualiser la caractéristique de l inverseur ci-contre et mesurer les valeurs de U1 et U. Relier U1 à VDD. La pente A de la caractéristique vous semble-t-elle mesurable? ve vs U1 ve 4.. Etude théorique : Le montage est donné ci-contre. La résistance d entrée de l inverseur est infinie et sa résistance de sortie petite devant r. Comment se comporte le quartz en régime permanent continu? En déduire qu on a alors ue = us = VDD/. Pour des petites variations autour du point de repos précédent, et en considérant R comme infinie, l oscillateur peut être modélisé par le circuit cidessous : r Quartz A.ue C C C ue U R Quartz ue C C us r On peut montrer que les conditions d oscillation en régime permanent sinusoïdal sont ici : 1 f f p (CS+Cp) 1 f f = - C C1 (1) et A = 1+ C = (). s Dans quelles limites se trouve nécessairement la fréquence d oscillation? La seconde condition est-elle vérifiée? 4.3. Réalisation du montage : Attention : le quartz est minuscule ; le laisser sur la plaque Labdec pour ne pas le perdre! Réalisez le montage avec les composants suivants : quartz 3768 Hz ; C = 33 pf ; r = 100 kω ; R = 1 MΩ. Visualisez le signal us : quelle est sa fréquence? Sa valeur moyenne? Reproduisez les oscillogrammes. Le signal est-il sinusoïdal? Pourquoi? 19

20 MESURES D INDUCTANCES PROPRES ET MUTUELLES PRINCIPE DE LA DETECTION RADIO-FREQUENCE 1. Préparation : 1.1. Rappeler la pulsation de résonance en intensité d un circuit RLC série. Comment peut-on l observer? On considère deux bobines d inductances propres L1 et L et de coefficient de mutuelle inductance M reliées en série. Montrer que l inductance propre L de l ensemble vérifie Leq = L1+ L M.. Matériel : Vous disposez : d un GBF, d un oscilloscope, d un ordinateur avec Latis-Pro et carte d acquisition Sysam-5, d un transformateur d isolement, de deux bobines de 500 spires, d une boite de résistances et de deux boites de capacités. 3. Modélisation basse fréquence d une bobine à air Modèle : La bobine utilisée est une bobine à air de n = 500 spires. Dans le domaine de fréquences considéré, l impédance de la bobine pourra être représentée par le modèle suivant : L R Ieff Quelle est la relation entre Ueff, Ieff, R, L et? Ueff 3.. Mesures : Le circuit est composé de la bobine en série avec une résistance R = 100, alimentées par un GBF délivrant une tension sinusoidale e(t) par l intermédiaire d un transformateur d isolement. Faire un schéma du circuit. La mesure de Ubobine et UR est réalisée grâce à Latis-Pro sur les voies respectives EA0 et EA1. Pour cela l acquisition sera faite en mode «Pas à Pas», la fréquence étant saisie au clavier. Acquérir les tensions (F10) pour une dizaine de valeurs de la fréquence inférieure à 5 khz. Attention : il faut valider dans la fenêtre d acquisition l option TRMS pour mesurer des valeurs efficaces Exploitation : Quelle courbe proposez-vous de tracer pour vérifier le modèle proposé? Dans la feuille de calcul, définir les fonctions utiles à partir des tensions EA0 et EA1. Valider par F. Représenter la courbe proposée dans la fenetre de travail et vérifier sa linéarité à l œil. A l aide des modélisations proposées, déterminer les valeurs de R et L. 4. Mesures d inductance propre et mutuelle : On utilise ici deux bobines de n = 500 spires d inductances propres L1 et L. 0

Série 7 : circuits en R.S.F.

Série 7 : circuits en R.S.F. Série 7 : circuits en R.S.F. 1 Documents du chapitre Action d un circuit du 1er ordre sur un échelon de tension et sur une entrée sinusoïdale : Déphasage de grandeurs sinusoïdales et représentation de

Plus en détail

B31+B32 - Lignes. Ces grandeurs dépendent de la longueur l de la ligne : ce sont des grandeurs dites "réparties".

B31+B32 - Lignes. Ces grandeurs dépendent de la longueur l de la ligne : ce sont des grandeurs dites réparties. G. Pinson - Physique Appliquée Lignes B31+B32-TP / 1 B31+B32 - Lignes But : on veut transmettre des données numériques sous forme d'impulsions binaires dans une ligne, en veillant à minimiser les perturbations

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage

Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage PCSI - Stanislas - Electrocinétique - TP N 3 - Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Filtrage - Intégration - Redressement - Lissage Prenez en note tout élément pouvant figurer dans un compte-rendu

Plus en détail

TP 1 : sources électriques

TP 1 : sources électriques Objectif : étudier différents dipôles actifs linéaires ou non linéaires. Les mots générateur et source seront considérés comme des synonymes 1 Source dipolaire linéaire 1.1 Méthode de mesure de la demie-tension

Plus en détail

4 TP CCP régulièrement donné : Etude d un circuit RLC série

4 TP CCP régulièrement donné : Etude d un circuit RLC série Précision des appareils Appliquer une amplitude s 0 de 800 mv à l oscillo. Déterminer la précision à laquelle on connaît s 0. Est-ce suffisant? Rép L oscillo donne une amplitude qui bouge d environ 2 pour

Plus en détail

Etude d un haut-parleur

Etude d un haut-parleur Etude d un haut-parleur Le haut-parleur électrodynamique, dont l invention remonte à plus de cent ans, n a pas évolué dans son principe. Il a été amélioré d année en année par l utilisation de nouvelles

Plus en détail

TP d électrocinétique n 3 Multiplication de Signaux Analyse spectrale

TP d électrocinétique n 3 Multiplication de Signaux Analyse spectrale TP d électrocinétique n 3 Multiplication de Signaux Analyse spectrale La multiplication de deux signaux est une opération non-linéaire fréquemment rencontrée en électronique d instrumentation ou de traitement

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES INDUSTRIELLES «Génie Électronique» Session 2012 Épreuve : PHYSIQUE APPLIQUÉE Durée de l'épreuve : 4 heures Coefficient : 5 Dès que le sujet vous est

Plus en détail

TP - Cours d Électrocinétique n 1 Instrumentation en électronique

TP - Cours d Électrocinétique n 1 Instrumentation en électronique TP - Cours d Électrocinétique n 1 en électronique PCSI 01 013 I Connectique, composants passifs et appareils de mesure. 1. Câbles de connexion utilisés 1.a. Câble banane - banane Il s agit du classique

Plus en détail

Observer TP Ondes CELERITE DES ONDES SONORES

Observer TP Ondes CELERITE DES ONDES SONORES OBJECTIFS CELERITE DES ONDES SONORES Mesurer la célérité des ondes sonores dans l'air, à température ambiante. Utilisation d un oscilloscope en mode numérique Exploitation de l acquisition par régressif.

Plus en détail

Instrumentation électronique

Instrumentation électronique Instrumentation électronique Le cours d électrocinétique donne lieu à de nombreuses études expérimentales : tracé de caractéristiques statique et dynamique de dipôles, étude des régimes transitoire et

Plus en détail

TP 2. Circuits réactifs

TP 2. Circuits réactifs TP 2. ircuits réactifs Par Dimitri galayko Unité d enseignement Élec-info pour master ASI à l UPM Octobre-décembre 2005 Lors de ce TP nous étudierons en pratique les phénomènes transitoires dans les circuits

Plus en détail

Travaux Pratiques d'hyperfréquence

Travaux Pratiques d'hyperfréquence Travaux Pratiques d'hyperfréquence GLEE604 Sommaire : 1 Ligne en régime impulsionnel 2 Ligne en régime harmonique : étude en fonction de la fréquence 3 Ligne en régime harmonique : étude en fonction de

Plus en détail

T.P. n 4. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe

T.P. n 4. polytech-instrumentation.fr 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe T.P. n 4 polytech-instrumentation.fr 0 825 563 563 0,15 TTC /min à partir d un poste fixe Redressement d une tension I. Objectifs Redressement d une tension alternative par le moyen de diodes. Transformation

Plus en détail

Donner les limites de validité de la relation obtenue.

Donner les limites de validité de la relation obtenue. olutions! ours! - Multiplicateur 0 e s alculer en fonction de. Donner les limites de validité de la relation obtenue. Quelle est la valeur supérieure de? Quel est le rôle de 0? - Multiplicateur e 0 s alculer

Plus en détail

TP filtres électriques

TP filtres électriques P filtres électriques Objectif : Étudier les caractéristiques de gain et de phase de quelques filtres classiques 1 Introduction oute cette partie est informative : la non compréhension de certains paragraphes

Plus en détail

Fiches Générateur Basses Fréquences

Fiches Générateur Basses Fréquences Fiches Générateur Basses Fréquences Note : Cet ensemble de fiches a été réalisé autour du Générateur de fonctions Centrad GF467AF. Il dispose d un grand nombre de fonctionnalités que l on peut retrouver

Plus en détail

Travaux pratiques d électronique, première séance. Circuits passifs. S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014

Travaux pratiques d électronique, première séance. Circuits passifs. S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014 Travaux pratiques d électronique, première séance Circuits passifs S. Orsi, A. Miucci 22 septembre 2014 1 Révision 1. Explorez le protoboard avec le voltmètre. Faites un schéma des connexions. 2. Calibrez

Plus en détail

Cours d électrocinétique EC4-Régime sinusoïdal

Cours d électrocinétique EC4-Régime sinusoïdal Cours d électrocinétique EC4-Régime sinusoïdal 1 Introduction Dans les premiers chapitres d électrocinétique, nous avons travaillé sur les régimes transitoires des circuits comportant conducteur ohmique,

Plus en détail

VOITURE ELECTRIQUE : LA CHARGE SANS CONTACT

VOITURE ELECTRIQUE : LA CHARGE SANS CONTACT Epreuve commune de TIPE Session 2012 Ariel SHEMTOV - 25269 VOITURE ELECTRIQUE : LA CHARGE SANS CONTACT I. PRESENTATION DU MONTAGE ETUDE THEORIQUE 1) Dispositif, lois physiques régissant son fonctionnement

Plus en détail

G.P. DNS05 Octobre 2012

G.P. DNS05 Octobre 2012 DNS Sujet Impédance d'une ligne électrique...1 I.Préliminaires...1 II.Champ électromagnétique dans une ligne électrique à rubans...2 III.Modélisation par une ligne à constantes réparties...3 IV.Réalisation

Plus en détail

RÉALISATION D'UN ANALYSEUR ----------------------------

RÉALISATION D'UN ANALYSEUR ---------------------------- RÉALISATION D'UN ANALYSEUR DE SPECTRE Par Alain ARBOUET Lycée René Cassin - 64100 Bayonne arbouet.alain@wanadoo.fr ---------------------------- RÉSUMÉ Le programme 1995 de physique de PCSI recommande la

Plus en détail

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques

Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Chapitre 1 Régime transitoire dans les systèmes physiques Savoir-faire théoriques (T) : Écrire l équation différentielle associée à un système physique ; Faire apparaître la constante de temps ; Tracer

Plus en détail

Echantillonnage MP* 14/15

Echantillonnage MP* 14/15 Echantillonnage MP* 14/15 1. Principe de l oscilloscope numérique L oscilloscope numérique est principalement constitué d un amplificateur analogique (sur chaque voie), d un convertisseur analogique-numérique

Plus en détail

P5 Ondes acoustiques ; acoustique musicale

P5 Ondes acoustiques ; acoustique musicale Ondes acoustiques ; acoustique musicale On appelle onde mécanique le phénomène de propagation d une perturbation dans un milieu élastique, sans transport de matière mais avec transport d énergie. L exemple

Plus en détail

f m 280 Hz 0,30x1,0.10

f m 280 Hz 0,30x1,0.10 CORRECTION DU TP PHYSIQUE N 12 SPECIALITE TS 1/5 LA RECEPTION RADIO Correction du TP de physique N 12 La réception radio Activité préparatoire Les stations radios : nécessité d un dispositif récepteur

Plus en détail

Expériences avec un oscilloscope numérique

Expériences avec un oscilloscope numérique Expériences avec un oscilloscope numérique Pratiques Expériences Certaines figures et textes sont tirés de l excellent DICTIONNAIRE de PHYSIQUE EXPERIMENTALE, tome4, L électricité, Jean-Marie Donnini,

Plus en détail

1/6 TP de physique n 1 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE Terminale

1/6 TP de physique n 1 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE Terminale 1/6 TP de physique n 1 UTILISATION DE L OSCILLOSCOPE Terminale I. BUT - Utiliser un oscilloscope pour mesurer des fréquences et des tensions - Déterminer la fréquence d un émetteur à ultrasons (noté US)

Plus en détail

Caractéristiques des ondes

Caractéristiques des ondes Caractéristiques des ondes Chapitre Activités 1 Ondes progressives à une dimension (p 38) A Analyse qualitative d une onde b Fin de la Début de la 1 L onde est progressive puisque la perturbation se déplace

Plus en détail

Exercices d électronique

Exercices d électronique Exercices d électronique PSI* - Philippe Ribière Année Scolaire 2015-2016 Ph. Ribière PSI* 2015/2016 2 Chapitre 1 Réseau en régime permanent. 1.1 Transformation Thévenin Norton Donner le modèle de Thévenin

Plus en détail

Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp)

Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp) LSM 2 - Mesures physiques - Instrumentation Séance de TP n 3 : L amplificateur opérationnel (AOp) Les circuits étudiés jusqu'ici sont des circuits passifs constitués de résistances, condensateurs inductances

Plus en détail

ÉLECTROMAGNÉTISME BLINDAGE ELECTROMAGNETIQUE

ÉLECTROMAGNÉTISME BLINDAGE ELECTROMAGNETIQUE Spé ψ 1-11 Devoir n ÉLECTROMAGNÉTISME LINDAGE ELECTROMAGNETIQUE Ce problème s intéresse à certains aspects du blindage électromagnétique par des conducteurs La section A rassemble quelques rappels destinés

Plus en détail

1 Utilisation d un pont réflectomètre et d un analyseur de spectre à balayage

1 Utilisation d un pont réflectomètre et d un analyseur de spectre à balayage Caractérisation haute fréquences de composants passifs JULIEN FLAMANT julien.flamant@ens-cachan.fr SIMON SELLEM simon.sellem@ens-cachan.fr Motivation Le domaine des «hautes fréquences» est le domaine privilégié

Plus en détail

Module : filtrage analogique

Module : filtrage analogique BSEL - Physique appliquée Module : filtrage analogique Diaporama : aucun ésumé de cours - Les différents types de filtres - Transmittance en z d un filtre numérique 3- Algorithme de calcul de y n 4- Stabilité

Plus en détail

Domaine d'étude 2: Emetteur et récepteur

Domaine d'étude 2: Emetteur et récepteur Etude du niveau sonore Domaine d'étude 2: Emetteur et récepteur Mots clés : Enceintes acoustiques, auditorium, Sommaiire Principe : --------------------------------------------------------------1 1. Atténuation

Plus en détail

TP n 9 : transmission d'un signal en bande de base à l'aide d'une fibre optique.

TP n 9 : transmission d'un signal en bande de base à l'aide d'une fibre optique. TP n 9 : transmission d'un signal en bande de base à l'aide d'une fibre optique. But du TP : le but de ce neuvième TP de seconde année est l'étude d'une chaîne de transmission utilisant une fibre optique.

Plus en détail

( ) = < u > +Δu ( t )

( ) = < u > +Δu ( t ) TP CIRCUITS ELECTRIQUES R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI GBF, OSCILLOSCOPE ET MULTIMETRE : PRODUCTION, VISUALISATION ET MESURE DE SIGNAUX ELECTRIQUES OBJECTIFS Produire un signal électrique (une tension)

Plus en détail

Charges électriques - Courant électrique

Charges électriques - Courant électrique Courant électrique Charges électriques - Courant électrique Exercice 6 : Dans la chambre à vide d un microscope électronique, un faisceau continu d électrons transporte 3,0 µc de charges négatives pendant

Plus en détail

ALIMENTATIONS A DECOUPAGE

ALIMENTATIONS A DECOUPAGE Polytech'Nice 4 ème Année T.P. d'electronique TP N 6 AIMENTATIONS A DECOUPAGE I. e mécanisme de régulation à découpage e but de cette manipulation est la compréhension du mécanisme de régulation par découpage.

Plus en détail

TP n o 1 Électrostatique : mesure d un potentiel et d une capacité

TP n o 1 Électrostatique : mesure d un potentiel et d une capacité TP n o 1 Électrostatique : mesure d un potentiel et d une capacité PREPARATION (à rédiger avant de venir en TP) Il s agit de trouver une méthode pour mesurer la capacité C d un condensateur, en étudiant

Plus en détail

5 Analyse de Fourier. 5.1 Aspects théoriques. 5.1.1 Analyse de Fourier

5 Analyse de Fourier. 5.1 Aspects théoriques. 5.1.1 Analyse de Fourier Responsable : J.Roussel Objectif Ce TP est une initiation à l analyse de Fourier. Nous verrons notamment comment une analyse spectrale permet de remonter à la courbe de réponse d un filtre électrique.

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

Electron S.R.L. Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 9065 9200 Fax 9065 9180 Web www.electron.it, e-mail electron@electron.

Electron S.R.L. Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 9065 9200 Fax 9065 9180 Web www.electron.it, e-mail electron@electron. Electron S.R.L. Design Production & Trading of Educational Equipment B4510 UNIITE DIIDACTIIQUE LIIGNE DE TRANSMIISSIION MANUEL D IINSTRUCTIIONS Electron S.R.L. - MERLINO - MILAN ITALIE Tel (++ 39 02) 9065

Plus en détail

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT

CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT TP CIRCUITS ELECTRIQUES R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI CARACTERISTIQUE D UNE DIODE ET POINT DE FONCTIONNEMENT OBJECTIFS Savoir utiliser le multimètre pour mesurer des grandeurs électriques Obtenir expérimentalement

Plus en détail

1ère partie : AOP en régime de fonctionnement linéaire. On utilise un AOP à grande impédance d'entrée TL082 alimenté sous ± 12V.

1ère partie : AOP en régime de fonctionnement linéaire. On utilise un AOP à grande impédance d'entrée TL082 alimenté sous ± 12V. G. Pinson - Physique Appliquée Fonction amplification A1-TP / 1 A1 - Fonction amplification 1ère partie : AOP en régime de fonctionnement linéaire On utilise un AOP à grande impédance d'entrée TL08 alimenté

Plus en détail

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN

Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Nombres, mesures et incertitudes en sciences physiques et chimiques. Groupe des Sciences physiques et chimiques de l IGEN Table des matières. Introduction....3 Mesures et incertitudes en sciences physiques

Plus en détail

II. Attaque harmonique : diagrammes de Bode, Nyquist et Black- Nichols.

II. Attaque harmonique : diagrammes de Bode, Nyquist et Black- Nichols. SYSAM SP5 et OSCILLO5 Fiches de montages Etude d un filtre actif passe-bande I. Généralités Ce document a pour but de montrer comment utiliser Oscillo5 pour étudier un filtre en régime harmonique (attaque

Plus en détail

L oscilloscope Cathodique

L oscilloscope Cathodique Modèle de compte-rendu de TP L oscilloscope Cathodique Ce document a été publié pour l unique but d aider les étudiants, il est donc strictement interdit de l utiliser intégralement en temps que compte-rendu

Plus en détail

Sciences et technologie industrielles

Sciences et technologie industrielles Sciences et technologie industrielles Spécialité : Génie Energétique Classe de terminale Programme d enseignement des matières spécifiques Sciences physiques et physique appliquée CE TEXTE REPREND LE PUBLIE

Plus en détail

5 Analyse de Fourier. 5.1 Aspects théoriques. 5.1.1 Analyse de Fourier

5 Analyse de Fourier. 5.1 Aspects théoriques. 5.1.1 Analyse de Fourier Responsable : J.Roussel Objectif Ce TP est une initiation à l analyse de Fourier. Nous verrons notamment comment une analyse spectrale permet de remonter à la courbe de réponse d un filtre électrique.

Plus en détail

Multiplication des signaux

Multiplication des signaux TP Cours Multiplication des signaux I) Généralités A) Présentation du multiplieur analogique Les multiplieurs de signaux analogiques sont couramment employés en électronique. Un tel circuit comporte :

Plus en détail

LES CIRCUITS ÉLECTRIQUES EN RÉGIME SINUSOÏDAL

LES CIRCUITS ÉLECTRIQUES EN RÉGIME SINUSOÏDAL LES CIRCUITS ÉLECTRIQUES EN RÉGIME SINUSOÏDAL Compétences mises en jeu durant l'activité : Compétences générales : Etre autonome S'impliquer Suivre et réaliser un protocole expérimental en toute sécurité

Plus en détail

1 Description de la maquette C 591 SUJET C 590 SIMULATION ÉLECTRONIQUE D UNE MESURE DE PUISSANCE. 1.1 Schéma général. Concours Centrale-Supélec

1 Description de la maquette C 591 SUJET C 590 SIMULATION ÉLECTRONIQUE D UNE MESURE DE PUISSANCE. 1.1 Schéma général. Concours Centrale-Supélec Exemple de sujet de travaux pratiques de physique proposé au concours Centrale- Supélec. La colonne de gauche donne le texte tel qu il est soumis au candidat. En regard, à droite, figurent les savoir-faire

Plus en détail

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année

Cours d électricité. Circuits électriques en courant constant. Mathieu Bardoux. 1 re année Cours d électricité Circuits électriques en courant constant Mathieu Bardoux mathieu.bardoux@univ-littoral.fr IUT Saint-Omer / Dunkerque Département Génie Thermique et Énergie 1 re année Objectifs du chapitre

Plus en détail

ATS Génie électrique session 2005

ATS Génie électrique session 2005 Calculatrice scientifique autorisée Avertissements : Les quatre parties sont indépendantes mais il est vivement conseillé de les traiter dans l ordre ce qui peut aider à mieux comprendre le dispositif

Plus en détail

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique

Exercice 1. Exercice n 1 : Déséquilibre mécanique Exercice 1 1. a) Un mobile peut-il avoir une accélération non nulle à un instant où sa vitesse est nulle? donner un exemple illustrant la réponse. b) Un mobile peut-il avoir une accélération de direction

Plus en détail

TP 0: Initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique

TP 0: Initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique FOUGERAY P. ANNE J.F. TP 0: Initiation à l utilisation d un oscilloscope numérique Objectifs : - Le but de cette manipulation est de connaître les fonctionnalités d un oscilloscope numérique bi courbe,

Plus en détail

THÈME : LA SANTÉ LE DIAGNOSTIC MÉDICAL ONDES ULTRASONORES PRINCIPE DE L'ECHOGRAPHIE

THÈME : LA SANTÉ LE DIAGNOSTIC MÉDICAL ONDES ULTRASONORES PRINCIPE DE L'ECHOGRAPHIE T.P PHYSIQUE SECONDE. THÈME : LA SANTÉ LE DIAGNOSTIC MÉDICAL ONDES ULTRASONORES PRINCIPE DE L'ECHOGRAPHIE TP P5 F.MISTRAL 2010 NOM :... PRÉNOM :... CLASSE :... DATE :... I. INTRODUCTION a) L échographie

Plus en détail

Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE. (Durée : 5 heures ; Coefficient : 2)

Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE. (Durée : 5 heures ; Coefficient : 2) CONCOURS DE RECRUTEMENT DE PROFESSEURS DE LYCEE PROFESSIONNEL AGRICOLE Enseignement Maritime SESSION 2015 Concours : EXTERNE Section : ELECTROTECHNIQUE ET ELECTRONIQUE MARITIMES EPREUVE N 1 CULTURE DISCIPLINAIRE

Plus en détail

Effet Doppler. I. Description

Effet Doppler. I. Description Effet Doppler Objectifs : Construire et appliquer un protocole permettant de réaliser la mesure du changement de la fréquence d un signal ultrasonore après réflexion sur une plaque en mouvement rectiligne

Plus en détail

M HAMED EL GADDAB & MONGI SLIM

M HAMED EL GADDAB & MONGI SLIM Sous la direction : M HAMED EL GADDAB & MONGI SLIM Préparation et élaboration : AMOR YOUSSEF Présentation et animation : MAHMOUD EL GAZAH MOHSEN BEN LAMINE AMOR YOUSSEF Année scolaire : 2007-2008 RECUEIL

Plus en détail

TP2 Modulation d'amplitude Cycle S2 / Module M2107

TP2 Modulation d'amplitude Cycle S2 / Module M2107 RESEAUX & TELECOMMUNICATIONS TP2 Modulation d'amplitude Cycle S2 / Module M2107 RT1A 2014-15 1 Matériel 1 "double" générateur AFG 3022 avec 2 charges 50 Ω 1 Platine de fonctions enfichables 2 Fonctions

Plus en détail

Automatisation d une scie à ruban

Automatisation d une scie à ruban Automatisation d une scie à ruban La machine étudiée est une scie à ruban destinée à couper des matériaux isolants pour leur conditionnement (voir annexe 1) La scie à lame verticale (axe z ), et à tête

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES SCIENTIFIQUES SUR SYSTÈME

TRAVAUX PRATIQUES SCIENTIFIQUES SUR SYSTÈME Baccalauréat Professionnel SYSTÈMES ÉLECTRONIQUES NUMÉRIQUES Champ professionnel : Alarme Sécurité Incendie SOUS - EPREUVE E12 TRAVAUX PRATIQUES SCIENTIFIQUES SUR SYSTÈME Durée 3 heures coefficient 2 Note

Plus en détail

LP25. Traitement analogique d un signal électrique. Étude spectrale. Exemples et applications.

LP25. Traitement analogique d un signal électrique. Étude spectrale. Exemples et applications. LP5. Traitement analogique d un signal électrique. Étude spectrale. Exemples et applications. Antoine Bérut, David Lopes Cardozo Bibliographie Physique tout en 1 première année, M.-N. Sanz, DUNOD Électronique

Plus en détail

Département de physique

Département de physique Département de physique Etude de la densité spectrale de puissance du bruit thermique dans une résistance Travail expérimental et rédaction du document : Jean-Baptiste Desmoulins (P.R.A.G.) mail : desmouli@physique.ens-cachan.fr

Plus en détail

TP oscilloscope et GBF

TP oscilloscope et GBF TP oscilloscope et GBF Ce TP est évalué à l'aide d'un questionnaire moodle. Objectif : ce travail a pour buts de manipuler l oscilloscope et le GBF. A l issu de celui-ci, toutes les fonctions essentielles

Plus en détail

TP2. Détermination de la vitesse du son

TP2. Détermination de la vitesse du son TP2 Détermination de la vitesse du son Objectifs : ˆ Observer la double périodicité d'une onde progressive sinusoïdale. ˆ Mesurer la longueur d'onde, la période et la célérité d'une onde sinusoïdale. Matériel

Plus en détail

SIMULATION EN ELECTRONIQUE

SIMULATION EN ELECTRONIQUE 1 sur 8 SIMULATION EN ELECTRONIQUE PLAN: OBJECTIF - PUBLIC - MATERIEL - LOGICIEL - METHODE - AVANTAGES - DIFFICULTES - AUTEUR DU DOCUMENT INTRODUCTION MANIPULATION 1 : Prise en main A) Montage inverseur

Plus en détail

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA

Professeur Eva PEBAY-PEYROULA UE3-1 : Physique Chapitre 4 : Les ondes Professeur Eva PEBAY-PEYROULA Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous droits réservés. IV- Les ondes Finalité du chapitre Pour

Plus en détail

TP 1: Circuits passifs

TP 1: Circuits passifs Travaux Pratiques Avancés (TPA) d Electronique Année 2015-16 TP 1: ircuits passifs Sergio Gonzalez Sevilla *, Antonio Miucci Département de Physique Nucléaire et orpusculaire (DPN), Université de Genève

Plus en détail

Propagation guidée sur les lignes. Physique appliquée

Propagation guidée sur les lignes. Physique appliquée Physique appliquée Propagation guidée sur les lignes Sommaire 1- Propagation libre et guidée - Les structures de guidage 3- La ligne bifilaire 4- Le câble coaxial 5- La ligne imprimée 6- Le guide d onde

Plus en détail

U c U n U 3 I 3. Hacheur

U c U n U 3 I 3. Hacheur G. Pinson - Physique Appliquée Alimentation à découpage 2-TP / 1 2 - ALIMENTATION À DÉOUPAGE Sécurité : manipulation réalisée en TBTS. Principe : générateur de tension (U ) réglable (par ) et régulée,

Plus en détail

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS

PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS PRODUIRE DES SIGNAUX 1 : LES ONDES ELECTROMAGNETIQUES, SUPPORT DE CHOIX POUR TRANSMETTRE DES INFORMATIONS Matériel : Un GBF Un haut-parleur Un microphone avec adaptateur fiche banane Une DEL Une résistance

Plus en détail

Propagation des ondes électromagnétiques dans le vide

Propagation des ondes électromagnétiques dans le vide Chapitre 5 Propagation des ondes électromagnétiques dans le vide 5.1 Equations de propagation pour E et B Dans le vide, au voisinage de tout point où les charges et les courants sont nuls, les équations

Plus en détail

L C D T P I è r e B C P a g e 1. TP 3: Oscilloscope

L C D T P I è r e B C P a g e 1. TP 3: Oscilloscope L C D T P I è r e B C P a g e 1 TP 3: Oscilloscope L C D T P I è r e B C P a g e 2 Partie I : familiarisation avec l oscilloscope 1. Description et mise en marche Utilité : Un oscilloscope permet d analyser

Plus en détail

Devoir de synthèse N 1 Décembre 2011

Devoir de synthèse N 1 Décembre 2011 Lycée Privé Alfarabi SFAX Devoir de synthèse N 1 Décembre 2011 2011 / 2012 Section : Sciences de l informatiques Coefficient : 3 EPREUVE : SCIENCES PHYSIQUES Durée : 3 heures M. Abdmouleh Nabil Le devoir

Plus en détail

TP 8 : Analyse spectrale d un son

TP 8 : Analyse spectrale d un son «La musique est une science qui doit avoir des règles certaines ; ces règles doivent être tirées d un principe évident, et ce principe ne peut guère nous être connu sans le secours des mathématiques» Jean

Plus en détail

TD 1 CALCULS D ENERGIE

TD 1 CALCULS D ENERGIE TD 1 CALCULS D ENERGIE Exercice n 1 On désire élever la température d un chauffe-eau de 200 litres de 8 C à 70 C. On rappelle que la capacité thermique massique de l eau est de 1cal/ C/g. 1-1 Quelle est

Plus en détail

TP N 01 : Redressement non commandé - Montage monophasé mono alternance

TP N 01 : Redressement non commandé - Montage monophasé mono alternance Université Djillali LIABES Sidi Bel-Abbes Faculté de sciences de l Ingénieur - Département d Electrotechnique - Licence ELM ETT Module Electronique de puissance TP N 01 : Redressement non commandé - Montage

Plus en détail

Signal et propagation

Signal et propagation SP1 Signal et propagation Exercice 1 Communication à distance Identifier des types de signaux et les grandeurs physiques correspondantes Déterminer comment changer la nature d un signal On considère deux

Plus en détail

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h)

Sujet. calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) DS SCIENCES PHYSIQUES MATHSPÉ CONCOURS BLANC calculatrice: autorisée durée: 2 heures (10h-12h) Sujet Vaisseau spatial... 2 I.Vaisseau spatial dans un champ newtonien... 2 II.Vitesse de libération...3 A.Option

Plus en détail

Amplificateur et commande

Amplificateur et commande CAPTEURS Bibliographie : [1]. G.Asch Les capteurs en instrumentation industrielle [2]. R Duffait, JP Lievre Expériences d électronique (chap ) [3]. Collection Durandeau 1èreS option Sciences expérimentales

Plus en détail

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K =

= K 1+ jω ω 1 1+ jω ω 2 ω 2 = R 1 + R 2 = 6880 rad /s. avec : K = Exercice : réponse harmonique de circuits passifs d'ordre Déterminer la fonction de transfert H(j) U 2 /U et tracer les asymptotes des diagrammes de Bode des circuits ci-dessous.! 60 nf 0 kω 50 nf U U

Plus en détail

MESURE DES TENSIONS ET DES COURANTS

MESURE DES TENSIONS ET DES COURANTS Chapitre 7 MESURE DES TENSIONS ET DES COURANTS I- MESURE DES TENSIONS : I-1- Généralités : Pour mesurer la tension UAB aux bornes d un récepteur, il faut brancher un voltmètre entre les points A et B (

Plus en détail

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre

TP fibres optiques. Laser, Matériaux, Milieux Biologiques. Sécurité laser. Précautions à prendre TP fibres optiques Laser, Matériaux, Milieux Biologiques Sécurité laser ATTENTION : la diode laser à 810 nm est puissante (50 mw). Pour des raisons de sécurité et de sauvegarde de la santé des yeux, vous

Plus en détail

P11B1 - PHYSIQUE - Semestre 1

P11B1 - PHYSIQUE - Semestre 1 P11B1 - PHYSIQUE - Semestre 1 Outils de la Physique 1 Jacques LEQUIN Nombre heures Cours 4,5 Nombre heures TD 6 Grandeurs scalaires et vectorielles. Calcul différentiel, systèmes de coordonnées. Définir

Plus en détail

6.1 Instruments. 6.2 Introduction. L amplificateur opérationnel 1 L AMPLIFICATEUR OPÉRATIONNEL

6.1 Instruments. 6.2 Introduction. L amplificateur opérationnel 1 L AMPLIFICATEUR OPÉRATIONNEL L amplificateur opérationnel 1 L AMPLIFICATEUR OPÉRATIONNEL 6.1 Instruments Un amplificateur opérationnel de type 741. Un oscilloscope à double canon à électron. Un générateur de signaux Wavetek. Un générateur

Plus en détail

Vélo électrique MEDIA

Vélo électrique MEDIA Vélo électrique MEDIA Présentation de l épreuve Durée : 4 heures Cette épreuve n est pas une épreuve écrite, il n est donc pas demandé de rédiger de compte rendu. Toutefois, les dessins, les schémas et

Plus en détail

MONTAGES ELECTRONIQUES

MONTAGES ELECTRONIQUES MONTAGES ELECTRONIQUES Classes concernées : 2 nde MPI, TS, TS spé (Bilbio : livres de 2 nde MPI, TS et TS spé Hachette) INTRODUCTION L électronique est omniprésente dans notre quotidien. Que ce soit dans

Plus en détail

Acoustique musicale et physique des sons

Acoustique musicale et physique des sons TP DE PHYSQIUE N 8 SPECIALITE TS 1/6 ACOUSTIQUE MUSICALE ET PHYSIQUE DES SONS Objectifs TP de physique N 8 Acoustique musicale et physique des sons Connaître le domaine des fréquences audibles pour l oreille

Plus en détail

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES

EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES EPREUVE DE SCIENCES PHYSIQUES Exercice 1 : Question de cours. Q1 : Que faut-il pour que la troisième loi de Newton s applique à deux corps A et B en interaction? Q2 : Qu observe t-on lorsque l on réalise

Plus en détail

Travaux pratiques. Module Électricité 2. Électrocinétique, circuits magnétiques, transformateur monophasé, système triphasé

Travaux pratiques. Module Électricité 2. Électrocinétique, circuits magnétiques, transformateur monophasé, système triphasé 1ère année d IUT de Mesures Physiques Travaux pratiques Module Électricité 2 Électrocinétique, circuits magnétiques, transformateur monophasé, système triphasé Arnaud MARTIN (rédaction) & Olivier BACHELIER

Plus en détail

Tournez la page S.V.P.

Tournez la page S.V.P. 17 Tourne la page S.V.P. Le problème est constitué de quatre parties indépendantes La mesure de l intensité d un courant électrique peut nécessiter des méthodes très éloignées de celle utilisée dans un

Plus en détail

I- SITUATION PROBLEME

I- SITUATION PROBLEME I- SITUATION PROLEME 1-Le flash classique d un appareil photo. Le flash augmente la luminosité pendant un court instant au moment où "l'obturateur" de l appareil photo s'ouvre. Le flash est alimentée par

Plus en détail

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation.

avec E qui ne dépend que de la fréquence de rotation. Comment régler la vitesse d un moteur électrique?. Comment régler la vitesse d un moteur à courant continu? Capacités Connaissances Exemples d activités Connaître le modèle équivalent simplifié de l induit

Plus en détail

Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09-09-2015

Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09-09-2015 1 DM1 Sciences Physiques MP 20152016 Devoir de Sciences Physiques n 1 pour le 09092015 Problème n o 1 Capteurs de proximité E3A PSI 2013 Les capteurs de proximité sont caractérisés par l absence de liaison

Plus en détail

ÉLECTRICITÉ 1/5. En rotation : W = M.q. M = F.r. P = W t. eo. Q S W = VAB. Q VA - VB AB. I = Q t W = U. Q. P = U. I I : intensité ( ampère )

ÉLECTRICITÉ 1/5. En rotation : W = M.q. M = F.r. P = W t. eo. Q S W = VAB. Q VA - VB AB. I = Q t W = U. Q. P = U. I I : intensité ( ampère ) ÉLECTRICITÉ / Travail ( W ) en joule En translation : W = F.d Puissance mécanique ( P ) en watt Champ électrique uniforme ( e ) en volt/mètre Travail de la force électrique ( W ) en joule Champ et potentiel

Plus en détail

TP EL20. A) Organisation. B) Compte-rendu. C) Matériel

TP EL20. A) Organisation. B) Compte-rendu. C) Matériel TP EL20 A) Organisation Il est rappelé que la présence au TP est obligatoire. Les TP doivent être préparés (cours appris et énoncé de TP lu). Un contrôle de connaissance sous forme de questions pourra

Plus en détail