décembre sculpies - Fotolia.com Le secteur de la construction constitue-t-il toujours un moteur de croissance pour l économie belge?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "décembre sculpies - Fotolia.com Le secteur de la construction constitue-t-il toujours un moteur de croissance pour l économie belge?"

Transcription

1 décembre sculpies - Fotolia.com 2009 Le secteur de la construction constitue-t-il toujours un moteur de croissance pour l économie belge?

2

3 Le secteur de la construction constitue-t-il toujours un moteur de croissance pour l économie belge?

4 2 Service public fédéral Economie, P.M.E., Classes moyennes et Energie Rue du Progrès, 50 B BRUXELLES N d entreprise : tél Pour les appels en provenance de l étranger : tél Editeur responsable : Version internet S / Regis MASSANT Président a.i.du Comité de direction Rue du Progrès, 50 B-1210 BRUXELLES

5 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Table des matières 1. Introduction Caractéristiques structurelles du secteur Importance économique du secteur Activités principales Démographie des entreprises Emploi Taux d investissement Relations intersectorielles Demande nationale adressée au secteur Participation à des projets internationaux Les coûts de la construction Les indicateurs Evolution des coûts Caractéristiques conjoncturelles du secteur Dynamisme du secteur Evolution récente de la conjoncture Perspectives à court terme Facteurs de croissance Avantages fiscaux Au niveau fédéral Au niveau régional...53

6 5.2. Plan de relance Définition des mesures envisagées Estimation de l impact économique Recherche & développement Les dépenses des entreprises Centre Scientifique et Technique de la Construction Centre de recherches routières Les défis de la construction Performance énergétique des bâtiments Réduction des gaz à effet de serre (GES) Conclusion Table des abréviations Sources Sites Internet Bibliographie Personne de contact et adresse...83 Annexes...84

7 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» 1. Introduction Depuis les 50 dernières années, le parc belge de bâtiments s est agrandi de près de deux millions de nouvelles constructions, ce qui représente une croissance de plus de 80 % entre 1960 et La demande a majoritairement porté sur des maisons quatre façades jusque dans les années 1990, relayée depuis une dizaine d années par une forte demande d appartements. 1 Les activités de génie civil se sont également fortement développées en raison des besoins croissants en infrastructure. Tableau 1 : Statistique cadastrale du fichier des bâtiments au 1 janvier BELGIQUE Nombre de bâtiments Erigés avant 1900 Erigés de 1900 à 1918 Erigés de 1919 à 1945 Erigés de 1946 à 1961 Erigés de 1962 à 1970 Erigés de 1971 à 1981 Erigés après 1981 Nombre de logements Maisons de type fermé Maisons de type semifermé Maisons de type ouvert, fermé, châteaux Buildings et immeubles à appartements Maisons de commerce Autres bâtiments (a) Total (a) Bâtiments industriels, centres commerciaux, immeubles de bureaux, piscines Rem. Les données disponibles au sein de la DGSIE ne permettent pas d obtenir une répartition plus fine des bâtiments érigés après Source : DGSIE, sur base des données du Cadastre. 1 Source : Conseil Central de l Economie. 2 La répartition des bâtiments se fait selon la destination principale la plus appropriée. Par ailleurs, une construction ouverte est une maison individuelle 4 façades isolée, une construction 3 façades ou de type semi-fermé est une maison individuelle avec un côté jouxtant une autre habitation, une construction fermée est une maison de rangée habitée par une famille, un appartement est une entité de logement dans un immeuble à appartements - parfois 2, parfois 3 plans de façades. Une maison individuelle est considérée comme une seule entité de logement, l immeuble à appartements est composé de plusieurs entités de logement.

8 Cette expansion a pu se réaliser grâce aux divers développements techniques (mécanisation du travail en chantier, progrès des moyens élévatoires et de fonçage), mais aussi en raison de l apparition de la préfabrication des bâtiments. Cette dernière permet en effet de préparer diverses structures en usine tout en offrant une meilleure maîtrise des coûts, de la qualité et des impondérables comme les intempéries. De plus, au fil des années, les chantiers sont devenus de plus en plus complexes techniquement suite au renforcement des normes et autres cahiers des charges de sécurité et de performance énergétique : isolation, climatisation, domotique, miniaturisation Parallèlement, les délais des chantiers se sont fortement réduits suite aux exigences croissantes des clients d obtenir un retour sur investissement plus rapide. 6 La construction a donc été pendant de nombreuses années un pilier pour l économie belge. Mais continuera-t-elle à jouer ce rôle dans les années à venir? Ce mémoire tentera de répondre à cette question. A cette fin, les aspects structurels et conjoncturels du secteur seront analysés, tant sous l angle du passé que dans le cadre d une estimation de son évolution future. Mais cette analyse n est pas seulement économique. En effet, dans le contexte actuel de crise financière et de défis environnementaux, le secteur de la construction est pleinement concerné par les mesures politiques de relance économique et de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). L évaluation de ces différents éléments permettra ainsi de mettre en évidence les forces et faiblesses du secteur de la construction, tout en déterminant son rôle actuel en tant que moteur de croissance pour l économie belge.

9 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» 2. Caractéristiques structurelles du secteur 2.1. Importance économique du secteur En Belgique Malgré une activité concentrée essentiellement sur le territoire national, la construction a généré une importante création de richesse de plus de 16 milliards d euros en 2008, soit 4,7 % du PIB. Graphique 1 : Ventilation du produit intérieur brut par branche d activité (2008) Autres services 8,7% Administration publique et éducation 12,4% Impôts moins subventions sur les produits 10,7% Construction 4,7% Agriculture, chasse, sylviculture et pêche 0,7% Industrie 15,9% 7 Activités financières, immobilières, de location et de services aux entreprises 26,2% Commerce, transports et communications 20,5% Source : ICN, données brutes, estimations à prix courants. Bien que la richesse créée par ce secteur ait connu une croissance d environ 30 % en termes réels en près de 30 ans, son poids dans notre économie a légèrement diminué au cours de ces 30 dernières années, en raison de l important développement des activités de services et de la réduction significative du niveau d investissement en capital des pouvoirs publics. 3 En effet, le secteur de la construction représentait 7 % du PIB en 1980, 5,13 % en 1990, 4,42 % en 2000 pour enfin se rétablir légèrement à 4,74 % en Malgré un poids relativement plus faible qu il y a 30 ans, le secteur de la construction demeure un réel moteur de la croissance économique pour notre pays, tirant la 3 Voir Chapitre 2.7 : Demande nationale adressée au secteur.

10 croissance belge vers le haut, surtout en période économique favorable. En effet, la dynamique du secteur étant fortement liée à la conjoncture, cette dernière influence dès lors considérablement la contribution de la construction à la croissance du PIB. Graphique 2 : Evolution du poids de la construction dans le PIB, estimations à prix courants ( ) 7,5% 7,0% 7,00% 6,5% 6,0% 5,5% 8 5,0% 4,98% 5,13% 4,74% 4,5% 4,62% 4,42% 4,29% 4,0% Source : ICN, calculs propres (données brutes). Ainsi, lors de la période de relance économique des années 2004 et 2005, le secteur a connu une croissance en termes réels de respectivement 3,53 % et 3,73 %, contribuant de ce fait modérément à la croissance du PIB (soit environ 0,15 %). Mais lors du renforcement de la conjoncture en 2006, le secteur a connu une croissance de près de 8,5 % de sa valeur ajoutée, soit deux fois plus que le secteur industriel et trois fois plus que le secteur des services. Cette expansion du secteur a permis de faire croître le PIB d environ 0,4 % (soit plus d 1/10 de la croissance du PIB). En 2007, la détérioration des conditions macroéconomiques a réduit la croissance du secteur à 3,64 %, contribuant à faire croître le PIB de 0,17 %.

11 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Tableau 2 : Contribution des différentes branches d activité à la croissance du PIB Croissance par branche d activité Agriculture, chasse, sylviculture et pêche 5,23 % -11,59 % -4,29 % 3,4 % Industrie 2,95 % -0,35 % 3,59 % 2,57 % Construction 3,53 % 3,73 % 8,42 % 3,64 % Services 2,01 % 2,33 % 2,37 % 2,63 % Commerce, transports et communications 1,93 % -1,05 % 0,48 % 4,68 % Activités financières, immobilier, location et services aux entreprises 2,71 % 5,96 % 5,02 % 2,25 % Administration publique et éducation 1,08 % 1,37 % 0,99 % 0,41 % Autres services 1,66 % 2,03 % 1,29 % 2,06 % Impôts moins subventions sur les produits 8,18 % 1,51 % 3,85 % 3,41 % PIB 2,91 % 1,71 % 2,95 % 2,76 % Contribution à la croissance du PIB Agriculture, chasse, sylviculture et pêche 0,05 % -0,09 % -0,03 % 0,02 % Industrie 0,51 % -0,06 % 0,61 % 0,44 % Construction 0,15 % 0,16 % 0,38 % 0,17 % Services 1,34 % 1,56 % 1,58 % 1,75 % Commerce, transports et communications 0,41 % -0,22 % 0,10 % 0,97 % Activités financières, immobilier, location et services aux entreprises 0,65 % 1,49 % 1,28 % 0,57 % Administration publique et éducation 0,13 % 0,17 % 0,12 % 0,05 % Autres services 0,14 % 0,18 % 0,11 % 0,18 % Impôts moins subventions sur les produits 0,90 % 0,17 % 0,43 % 0,38 % PIB 2,91 % 1,71 % 2,95 % 2,76 % 9 Source : ICN (données en euros chaînés, année de référence 2006) et calculs propres. En Europe La production du secteur de la construction en Europe (UE27), estimée sur base de la valeur ajoutée brute, s est élevée à 709,7 milliards d euros en Ce marché présente de multiples facettes. En effet, les caractéristiques de la construction en Europe de l Est (Pologne, République tchèque, Slovaquie, Hongrie) sont très différentes

12 du marché des pays occidentaux. Ainsi, à l Ouest, le secteur résidentiel couvre près de 50 % du marché alors que dans les pays de l Est, ce sont les secteurs du génie civil et de la construction non-résidentielle qui dominent le marché. 4 Graphique 3 : Valeur ajoutée brute de la construction au sein de l UE27, estimations à prix courants (2007) Nouveaux pays entrants 8,1% Autres pays UE 19,6% Belgique 2,22% Royaume-Uni 16,3% Espagne 16,3% 10 Italie 11,9% Allemagne 12,3% France 15,5% Source : Eurostat. Les plus grands marchés européens sont le Royaume-Uni, l Espagne, la France, l Allemagne et l Italie. Ces 5 pays comptabilisent ensemble 72,3 % de la valeur ajoutée totale du secteur de la construction de l UE. Quant aux douze nouveaux Etats membres 5, ceux-ci ont atteint une production en 2007 de 57 milliards d euros, soit 8,1 % du total de l UE. 6 Rapportée au PIB du pays, la valeur ajoutée du secteur varie considérablement d un pays à l autre : elle est très élevée (supérieure à 8 %) en Irlande, en Espagne, à Chypre, en Lituanie, en Lettonie et en Roumanie. Elle est plus faible que la moyenne (inférieure à 5 %) en Allemagne, en Belgique, à Malte, en Hongrie et en Suède. Les disparités entre pays peuvent donc être considérables, ce qui implique que les marchés nationaux suivent une activité cyclique qui leur est propre. 4 Source : 66 e Conférence d Euroconstruct, Décembre Bulgarie, Roumanie, Malte, Estonie, Slovénie, Lettonie, Lituanie, Slovaquie, République tchèque, Hongrie, Pologne, Chypre 6 Voir annexe 1.

13 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Graphique 4 : Part de la valeur ajoutée de la construction dans le PIB au sein de l UE27 (2000 et 2007) 12% 11% 10% % 8% 7% 6% 5% 4% 3% 2% 1% 0% Malte Allemagne Hongrie Suède Belgique Pays-Bas Danemark Luxembourg Italie Portugal Finlande Rép. tchèque Royaume-Uni UE27 EA12 France Grèce Pologne Autriche Bulgarie Slovénie Slovaquie Estonie Lettonie Chypre Irlande Roumanie Lituanie Espagne 11 Source : Eurostat. En effet, l importance respective du secteur de la construction au sein des différentes économies nationales peut s expliquer par la croissance de la VA en termes réels mais aussi par l évolution des prix au sein de ce secteur. Le niveau des investissements publics nationaux joue également un rôle non négligeable. Ainsi, la croissance moyenne de la valeur ajoutée de la construction au sein des 27 pays de l UE s est élevée à 12,7 % en termes réels entre 2000 et Le Portugal et l Allemagne sont les seuls pays de l UE à avoir connu une évolution négative de leur activité, soit respectivement -15,1 % et -20,6 % en volume au cours de cette période. Parmi les grands pays, la France (14,1 %), l Italie (16,6 %), le Royaume-Uni (21 %) et particulièrement l Espagne (44,7 %) ont enregistré des taux de croissance réels positifs ces dernières années, supérieurs à la moyenne européenne (12,7 %). La plupart des autres «anciens» Etats membres ont également réalisé de bonnes performances. Toutefois, les Pays-Bas et l Autriche ont connu une croissance nettement plus faible, à savoir 2,6 % et 7,4 %. 7 L estimation est basée sur des données en volumes chaînés, année de référence 2000 (à taux de change de 2000).

14 Pour les «nouveaux» Etats membres, la croissance positive a été générale et exponentielle. Les plus fortes progressions s observent au sein des pays baltes et de la Roumanie, où les taux de croissance du marché de la construction ont été supérieurs à 100 % en volume. A l inverse, la Hongrie, la Pologne et la République tchèque ont enregistré une croissance plus lente de leur activité que les autres «nouveaux» Etats, avec néanmoins un taux de croissance réel supérieur à la moyenne européenne pour les deux premiers. Graphique 5 : Taux de croissance réel de la valeur ajoutée brute de la construction entre 2000 et (année de référence : 2000) 180% 160% 140% 120% 100% 12 80% 60% 40% 20% 0% -20% -40% Allemagne Portugal Pays-Bas Autriche Rép. tchèque EA12 UE27 France Hongrie Finlande Italie Pologne Danemark Suède Royaume-Uni Belgique Irlande Luxembourg Bulgarie Espagne Chypre Slovénie Grèce Slovaquie Estonie Lettonie Lituanie Roumanie Source : Eurostat. Par ailleurs, l évolution des prix de la construction au cours de la période considérée n a pas été uniforme au sein des différents pays européens. Sur base de l inflation nationale, il apparait que certains pays se caractérisent par une croissance des prix de la construction supérieure à celle de l économie globale. C est le cas principalement de l Estonie (48,1 %), de l Irlande (46,7 %) et de l Espagne (35,9 %). En Belgique, par contre, l évolution des prix de la construction a suivi la même tendance que l inflation nationale. 8 Voir annexe 2.

15 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» Graphique 6 : Evolution des prix au sein du secteur de la construction entre 2000 et % 100% VA PIB 80% 60% 40% 20% 0% Grèce Allemagne Autriche Belgique Danemark Luxembourg Suède Slovénie Royaume-Uni Portugal Pays-Bas Pologne Chypre Italie Finlande UE27 EA12 France Lettonie Lituanie Hongrie Espagne Irlande Slovaquie Rép. tchèque Estonie Roumanie Bulgarie Malte 13 Source : Eurostat et calculs propres. Par conséquent, sur base des éléments ci-dessus, on peut déduire que la croissance moyenne de la VA de la construction dans le PIB au sein de l UE27 s explique davantage par une hausse des prix de la construction (+21,46 % par rapport à l inflation générale) alors que la croissance en termes réels de la VA de ce secteur n a été que de 12,7 % entre 2000 et Il est à noter que cette constatation est encore plus marquée au sein de l euro-zone12 (évolution des prix de la construction de 37,17 % et croissance réelle de la VA de 10,1 %). Par ailleurs, en ce qui concerne les pays ayant enregistré les plus fortes augmentations quant à la part de la VA de la construction dans le PIB au cours de cette période, ceuxci se caractérisent généralement par des niveaux d investissement du secteur public en pourcentage du PIB les plus importants d Europe, à savoir entre 3,8 % et 5,7 % (à l exception de Chypre où le taux est de 3 %). 10 Néanmoins, l importance relative de ce secteur au sein des économies de Lituanie, de Roumanie, de Chypre, de Lettonie et d Estonie est essentiellement basée sur un développement croissant des activités, l évolution des prix n ayant joué qu un rôle secondaire. A l inverse, la construction en Espagne et en Irlande a été tout autant influencée par un développement des activités que par la flambée des prix. 9 Voir annexe Voir annexe 4.

16 Pour la Belgique, la valeur ajoutée du secteur rapportée au PIB est, comme nous l avons vu, l une des plus faibles d Europe. La faible part des investissements publics (1,6 % du PIB) et un niveau de prix de la construction maintenu sous pression en sont les principales raisons puisque le taux de croissance réel de la VA brute de la construction en Belgique entre 2000 et 2007 est de loin supérieure à la moyenne européenne (21,2 % contre 12,7 %) Activités principales Le secteur de la construction présente une structure relativement complexe et étendue. Celui-ci est constitué de trois sous-secteurs, à savoir le gros œuvre, le parachèvement et le génie civil. En outre, ce secteur se décompose également en 5 catégories d activité : 14 a) la préparation des sites, à savoir : la démolition d immeubles et les terrassements, le déblayage des chantiers, les sondages et forages d essai et les carottages pour la construction ainsi que pour les études géophysiques, géologiques et similaires et l exécution de forages horizontaux pour passages de câbles ou de canalisations ; b) la construction d ouvrages de bâtiment ou de génie civil. Cette section se compose de 5 types de travaux : - les travaux de construction y compris ouvrages d art (maisons individuelles, immeubles résidentiels, immeubles de bureaux, bâtiments à usage industriel, commercial ou agricole, tunnels, ponts, viaducs, canalisations à longue distance, réseaux de télécommunication, lignes de transport d énergie) ; - la réalisation de charpentes et de couvertures ; - la construction d autoroutes, de routes, d aérodromes et d installations sportives ; - le génie hydraulique (travaux de dragage, construction de ports, de bassins, de barrages, de digues, de canaux et d autres voies navigables, d écluses et autres ouvrages de régularisation, de bassins de décantation et d autres ouvrages pour l épuration des eaux usées, des travaux sous-marins de toute nature) ; - les autres travaux de construction spécialisés. c) les activités d installation de bâtiment, à savoir : les travaux d installation électrique, d isolation, de plomberie ; les ascenseurs ; la tôlerie ; l installation de systèmes d éclairage et de signalisation pour les routes, etc. ; d) les activités de finition de bâtiment : plâtrerie, menuiserie, vitrerie, plafonnage, peinture et décoration, carrelage ou revêtement de sol et autres travaux de finition ; e) la location avec opérateur de matériel de construction.

17 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» L importance de ces différentes activités peut s évaluer en fonction du chiffre d affaires du secteur. Ainsi, le secteur de la construction belge a enregistré un chiffre d affaires de plus de 47 milliards d euros en Plus de 57 % de ce résultat est à attribuer au sous-secteur de la construction d ouvrage de bâtiment et de génie civil ; viennent ensuite les sous-secteurs des travaux d installation (20,8 %) et de finition (16,8 %). Tableau 3 : Chiffre d affaires du secteur de la construction (en millions d euros) Nace -bel Description Poids des activités en 2000 Poids des activités en Construction % 100 % 45.1 Préparation des sites ,7 % 4 % Démolition d immeubles et terrassements ,3 % 3,7 % Forages et sondages ,4 % 0,3 % Construction d ouvrages de bâtiment ou de génie civil Travaux de construction y compris ouvrages d art Réalisation de charpentes et de couvertures Construction d autoroutes, de routes, d aérodromes et d installations sportives ,1 % 57,6 % ,9 % 33 % ,7 % 3,7 % ,6 % 8,1 % Génie hydraulique ,8 % 4,1 % Autres travaux de construction spécialisés ,1 % 8,6 % 45.3 Travaux d installation ,5 % 20,8 % Travaux d installation électrique ,1 % 9,6 % Travaux d isolation ,4 % 1,2 % Plomberie ,9 % 7,4 % Autres travaux d installation ,1 % 2,6 % 45.4 Travaux de finition ,3 % 16,8 % Plâtrerie ,4 % 1,5 % Menuiserie ,7 % 8,9 % Revêtement des sols et des murs ,5 % 2,2 % Peinture et vitrerie ,5 % 3 % Autres travaux de finition ,2 % 1,3 % 45.5 Location avec opérateur de matériel de construction ,5 % 0,8 % 15 Source : DGSIE, selon les déclarations TVA.

18 En y regardant de plus près, on constate que 6 sous-activités représentent à elles seules 75,7 % du chiffre d affaires (CA) du secteur de la construction. Les travaux les plus importants (33 % du CA) concernent la construction d habitations, de bureaux, de bâtiments industriels, commerciaux ou agricoles, mais aussi la construction des tunnels, ponts, viaducs, canalisations à longue distance, réseaux de télécommunications et lignes de transport d énergie. La part respective des autres travaux dominants du secteur de la construction varie entre 7 % et 10 %. Il s agit des travaux d installation électrique (9,6 %) ; de la menuiserie métallique, en bois ou en matières plastiques (8,9 %) ; des travaux de construction spécialisés (8,6 %) ; de la construction d autoroutes, routes, aérodromes et installations sportives (8,1 %) ; de l installation de systèmes de chauffage, de climatisation, de ventilation et autres travaux de plomberie (7,4 %). 16 Par ailleurs, il est à noter que la croissance des activités de la construction entre 2000 et 2008 n a eu que peu d influence sur l importance relative des différents types d activité. Seuls les travaux de construction d autoroutes, de routes, d aérodromes et d installations sportives ont fortement diminué au cours de cette période. En effet, ces travaux représentaient 10,6 % du CA total du secteur en 2000 alors que cette part n était plus que de 8,1 % en 2008, ce qui correspond à une contraction de 24 %. Ce résultat s explique principalement par le faible niveau d investissement des pouvoirs publics dans le réseau routier belge. En effet, selon une étude européenne menée par Touring en collaboration avec la Fédération Internationale de l Automobile (FIA) 11, le réseau routier belge est le moins bien financé alors même qu il est le plus dense d Europe avec km de routes, km d autoroutes 12, soit environ 5 km de routes par km Ainsi, selon les résultats de l étude, les pouvoirs publics belges investiraient environ euros par km de route, alors que cet investissement s élèverait à euros/km aux Pays-Bas, euros/km en France et euros/km en Norvège (1 re au classement) Démographie des entreprises Sur base du nombre d assujettis à la TVA, il est possible de déterminer la structure générale des entreprises du secteur. Ainsi, en 2007, plus de entreprises étaient actives dans notre pays, y compris les indépendants. Le secteur a ainsi connu une croissance de plus de 14 % du nombre de ces entreprises entre 2000 et , avec un taux de rotation annuel moyen de l ordre de 7 % (somme des taux annuels moyens 11 Les résultats de l étude ont été publiés dans la presse nationale en mars Source : Le Bureau fédéral du Plan, SPF Mobilité chiffres de A titre de comparaison, le réseau routier néerlandais est le deuxième plus dense d Europe, avec 3 km de routes par km Ce taux de croissance du nombre d entreprises s élève à environ 11% sur la seule période allant de 2004 à 2007.

19 «Créer les conditions d un fonctionnement compétitif, durable et équilibré du marché des biens et services en Belgique.» d entrée et de sortie des entreprises, respectivement de 7,8 % et de 6,5 % 15 ). En d autres termes, 7 entreprises sur 100 se créent ou disparaissent en moyenne dans un délai d un an. Tableau 4 : Nombre d entreprises par classe de travailleurs dans le secteur de la construction ( ) Classe de travailleurs Taux de croissance Unités Poids Unités Poids Contribution à la croissance Indépendants ,4 % ,5 % 16 % 11% de 1 à 4 salariés ,3 % ,2 % 13,5 % 3,1 % plus de 5 salariés ,2 % ,3 % 2,7 % 0,2 % % % 14,2 % 14,2 % Source : DGSIE, sur base des déclarations TVA. Cette croissance du nombre d entreprises actives s explique par l importante augmentation du nombre d indépendants dans le secteur de la construction ces dernières années (+16 %), ainsi que des petites entreprises employant 1 à 4 salariés (+13,5 %). Les entreprises de plus de 5 salariés n ont connu, quant à elles, qu une croissance très modérée au cours de cette période, à savoir 2,7 %. 17 Il est à noter que bien que la grande majorité des indépendants le soit en activité principale, la forte croissance du nombre de ceux-ci est entre autres liée au développement de l activité d indépendant à titre complémentaire. Selon les données de l Institut national d assurances sociales pour travailleurs indépendants (INASTI), un indépendant sur quatre avait le statut d indépendant à titre complémentaire en 2007 alors que cette proportion n était que de 1 sur 5 en En effet, la franchise TVA instaurée en 1993 permettait aux petites entreprises de construction ayant un chiffre d affaires de maximum euros (indépendants à titre complémentaire) de facturer les travaux de construction, transformation, achèvement, aménagement, et réparation sans être soumis à la TVA. Cette mesure a toutefois été supprimée le 1 er octobre 2007, obligeant tous les assujettis sans exception à appliquer la TVA au moment de facturer des travaux de construction. En outre, parmi les entreprises employant du personnel, 73,6 % d entre elles comptent entre 1 et 4 travailleurs, ce qui montre une réelle prédominance des petites entreprises (souvent des entreprises unipersonnelles). Cependant, celles-ci ne comptent que 15,8 % du nombre total des salariés du secteur. A l inverse, bien que le nombre d entreprises comptant plus de 100 salariés soit restreint (0,61 % des entreprises avec salariés), celles-ci prennent une part considérable de l emploi, soit 21,3 % des 15 Voir annexe 5.

20 salariés en Ces grandes entreprises font, dans certains cas, partie d entreprises mixtes prestant des services tels que le financement d activités de construction et/ ou intervenant dans un certain nombre de domaines souvent indirectement liés à la construction (l énergie, les transports, les télécommunications, ). Tableau 5 : Distribution du nombre de salariés par unités locales occupant dans le secteur de la construction (2007) Classe de salariés Nombre d entreprises Personnel dans les unités locales occupant (au 31/12/2007) Total Répartition 73,61 % 14,16 % 6,45 % 4,17 % 0,99 % 0,4 % 0,16 % 0,04 % 0,01 % 100 % Nombre de salariés Répartition 15,8 % 14,5 % 15 % 22,2 % 11,2 % 8,7 % 9,2 % 1,7 % 1,7 % 100 % 18 Source : DGSIE, sur base des déclarations TVA et des données de l ONSS.. Par ailleurs, les entreprises du secteur de la construction sont caractérisées par d importantes relations intra-sectorielles, avec un développement de réseaux de coopération très complexes. Ceux-ci résultent du phénomène de sous-traitance. Ainsi, des observateurs ont confirmé la présence de réseaux de coopération de plus de 50 sous-traitants sur les chantiers de construction belges. Cette tendance à l accroissement de la sous-traitance au sein de ce secteur peut s expliquer en partie par la présence des facteurs suivants 16 : la nécessité d une flexibilité croissance des entrepreneurs en raison du caractère local des missions, des charges sociales élevées et de la variabilité des périodes de production. La sous-traitance permet ainsi aux entrepreneurs de réduire leurs coûts de main-d œuvre en limitant l engagement de nombreux ouvriers fixes ; la pénurie de travailleurs qualifiés au sein de certaines professions de la construction ; 17 la croissance de la réglementation : il s agit principalement des réglementations supplémentaires liées à l obtention de certificats de qualité (ISO, VCA, p. ex.), et qui nécessitent la mise en place et l attestation de nombreuses procédures. 16 Etude réalisée en 2005 par les groupes de recherche universitaires TESA (VUB) et LENTIC (ULg) sur le dialogue social et l évolution de la structure des entreprises du secteur belge de la construction : Flexibiliteit en Aantrekkelijkheid: Sociaal overleg in een context van projectmanagement (Deflandre D., De Schampheleire J., Pichault F., Vilrokx J. & Xhauflair V., octobre 2005). 17 Voir chapitre 2.4 Emploi.

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Les marchés européens

Les marchés européens .creditfoncier.com U N E É T U D E D U C R É D I T F O N C I E R Les marchés européens du crédit immobilier résidentiel en 2014 MAI 2015 rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit

Plus en détail

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier

Les marchés européens du crédit immobilier en 2013. Une étude du Crédit Foncier Les marchés européens du crédit immobilier en 2013 Une étude du Crédit Foncier rappel méthodologique Cette étude porte sur les marchés du crédit immobilier en au 31 décembre 2013. Pour faciliter la lecture

Plus en détail

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros)

193/2014-15 décembre 2014. Coûts horaires de la main-d'œuvre dans les États membres de l'ue28, 2012 (en euros) 193/2014-15 décembre 2014 Enquête 2012 sur les coûts de la main-d œuvre dans l UE28 Coûts de la main-d'œuvre les plus élevés dans le secteur financier et des assurances Le triple de ceux du secteur de

Plus en détail

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg

Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Procédure des déséquilibres macroéconomiques: Bilan approfondi pour le Luxembourg Commentaires de la Chambre des salariés 25 février 2014 Semestre européen Arsenal de six résolutions législatives («six

Plus en détail

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans

Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et des hommes âgés de 20 à 64 ans 94 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 3 : Concilier vie familiale et vie professionnelle Indicateur n 3-5 : Indicateur sur l emploi des femmes Sous-indicateur n 3-5-1 : Taux d emploi des femmes et

Plus en détail

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

ANNEXES. à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 23.7.2014 COM(2014) 520 final ANNEXES 1 to 3 ANNEXES à la COMMUNICATION DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL L'efficacité énergétique: quelle contribution

Plus en détail

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises)

15/2015-21 janvier 2015. Proportion d entreprises innovantes dans l Union européenne, 2010-2012 (en % des entreprises) 15/2015-21 janvier 2015 Enquête communautaire sur l innovation 2012 La proportion d entreprises innovantes est passée sous la barre des 50% dans l UE en 2010-2012 Les innovations liées à l organisation

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Belgique

Le commerce extérieur de la Belgique Le commerce extérieur de la Belgique janvier-septembre 2010 Le commerce extérieur de la Belgique à l issue des 9 premiers mois de 2010 (Source: BNB concept communautaire*) Analyse des chiffres des 9 premiers

Plus en détail

Institut des comptes nationaux. Comptes nationaux. Comptes trimestriels 2015-II

Institut des comptes nationaux. Comptes nationaux. Comptes trimestriels 2015-II Institut des comptes nationaux Comptes nationaux Comptes trimestriels 2015-II Contenu de la publication Les comptes nationaux trimestriels de la Belgique sont élaborés d après les définitions du Système

Plus en détail

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28

Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 194/2014-15 décembre 2014 Premières estimations pour 2014 Le revenu agricole réel par actif en baisse de 1,7% dans l UE28 Par rapport à 2013, le revenu agricole réel par actif 1 a diminué de 1,7% dans

Plus en détail

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé

2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé 2.6. Comparaison internationale de la dynamique récente des dépenses de santé Si les dépenses de protection sociale pendant la crise ont joué globalement un rôle de stabilisateur automatique (cf. fiche

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Notes méthodologiques

Notes méthodologiques Notes méthodologiques SUPERFICIE Service Public Fédéral Economie, PME, Classes moyennes et Energie, Direction générale Statistique et Information économique (SPF Economie / DGSIE), Statistiques Utilisation

Plus en détail

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011

Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 366 Novembre 2012 Prix du gaz et de l électricité dans l Union européenne en 2011 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2011, le prix du gaz a augmenté dans tous

Plus en détail

Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs

Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs Des actions coordonnées pour des sites web de voyages plus respectueux des droits des consommateurs Bruxelles, le 14 avril 2014 En 2013, les autorités nationales chargées des questions de consommation

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 461 Novembre 2013 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2012 OBRVION ET STISTIQU ÉNERG En 2012, le prix du gaz a augmenté

Plus en détail

La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères

La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères La sous-traitance des tâches liées aux nouvelles technologies : peu de recours aux sociétés étrangères Mahmoud Jlassi et Xavier Niel* En 26, 29 % des entreprises d au moins dix salariés confient à des

Plus en détail

Chiffres clés de l'europe

Chiffres clés de l'europe Sommaire 1 L économie et les finances... 1 1.1 Le PIB... 1 1.2 La production économique... 3 1.3 Les dépenses du PIB et les investissements... 5 1.4 La productivité de la main-d œuvre... 6 2 La population

Plus en détail

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2

Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Pallier la pénurie d entrepreneurs 2014 OCDE/UNION EUROPÉENNE 2015 Chapitre 4 Le travail indépendant et l entrepreneuriat chez les seniors 1, 2 Ce chapitre traite des activités d indépendant et d entrepreneuriat

Plus en détail

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque

Taux de risque de pauvreté ou d exclusion sociale le plus élevé en Bulgarie, le plus faible en République tchèque 168/2014-4 Novembre 2014 Risque de pauvreté ou d'exclusion sociale dans l'ue28 Plus de 120 millions de personnes menacées de pauvreté ou d exclusion sociale en 2013 Soit près d une personne sur quatre

Plus en détail

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux

Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Le commerce de détail en Europe : la diversité des tissus commerciaux Claire de Kermadec* Les habitudes culturelles, la taille et la dynamique des marchés modèlent le paysage du commerce de détail en Europe.

Plus en détail

Consultation Tourisme. Questionnaire pour l industrie

Consultation Tourisme. Questionnaire pour l industrie Consultation Tourisme Questionnaire pour l industrie Identification de l entreprise (choisissez une seule option parmi les questions a f) a) Où se trouve le siège de votre entreprise (pays de résidence)?..

Plus en détail

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise 2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise Les budgets européens ont été affectés par la crise aussi bien du point de vue des dépenses que des recettes de protection sociale. De fait, sur

Plus en détail

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010

Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 249 Septembre 2011 Prix de l énergie dans l Union européenne en 2010 OBRVATION ET STATISTIQU ÉNERG En 2010, le prix du gaz a diminué dans l Union européenne

Plus en détail

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros)

Évolution des exportations et importations de biens de l UE avec la Chine, 2004-2014 (en milliards d euros) 116/2015-26 juin 2015 Sommet Union européenne Chine Hausse significative du commerce de biens et de services de l UE avec la Chine en 2014 Déficit de l UE pour les échanges de biens, excédent pour les

Plus en détail

La croissance économique

La croissance économique Insee en bref Pour comprendre... La croissance économique Qu est-ce que la croissance? Comment l Insee calcule-t-il le PIB? À quoi sert le PIB? Comment compléter le PIB? Qu est-ce que la croissance? La

Plus en détail

OBSERVATION ET STATISTIQUES

OBSERVATION ET STATISTIQUES COMMISSARI Général au développement durable n 683 Octobre 2015 Prix du gaz et de l électricité en France et dans l Union européenne en 2014 OBRVION ET STISTIQU énergie En 2014, le prix du gaz a baissé

Plus en détail

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales»

Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les concepts et définitions utilisés dans l enquête «Chaînes d activité mondiales» Les chaînes d activité mondiales (CAM) Les chaînes d activité recouvrent la gamme complète des fonctions et des tâches

Plus en détail

L Europe sociale : travail, santé, retraite/ les meilleures options européennes pour l entreprise et les salariés Conférence

L Europe sociale : travail, santé, retraite/ les meilleures options européennes pour l entreprise et les salariés Conférence L Europe sociale : travail, santé, retraite/ les meilleures options européennes Conférence INTERVENANTS Laurence LUENGAS Directeur des Ressources Humaines de la société PARADIGM Evelyne PICHOT Commission

Plus en détail

Vente de prestations de services et TVA intracommunautaire

Vente de prestations de services et TVA intracommunautaire Vente de prestations de services et TVA intracommunautaire 7 juillet 2011 Isabelle BASTIDE BUTELOT Avocat 1 Plan de l intervention Introduction 1. Rappel des notions générales de la TVA et dérogations

Plus en détail

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation

Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux exemples de l impact d un choc exogène sur l évolution des prix : le prix du pétrole et la déréglementation Deux chocs importants ont affecté le comportement des prix de détail des principaux pays

Plus en détail

Nécessité d un «électrochoc» fiscal

Nécessité d un «électrochoc» fiscal Les Analyses du Centre Jean Gol Nécessité d un «électrochoc» fiscal Janvier 2014 Administrateur délégué : Richard Miller Directrice : Laurence Glautier Directeur scientifique : Corentin de Salle Les analyses

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

2014-2015. Perspectives économiques

2014-2015. Perspectives économiques 2014-2015 Perspectives économiques Publié par : Ministère des Finances Province du Nouveau-Brunswick Case postale 6000 Fredericton (Nouveau-Brunswick) E3B 5H1 Canada Internet : www.gnb.ca/0024/index-f.asp

Plus en détail

Table des matières. Préambule 7. I. Le cadre légal 9

Table des matières. Préambule 7. I. Le cadre légal 9 Table des matières Préambule 7 I. Le cadre légal 9 1. Le cadre législatif européen et belge 11 1.1. Le contenu de la directive européenne 2010/45/UE du 13 juillet 2010 11 1.1.1. Modifications en matière

Plus en détail

> Dossier 17 mars 2009

> Dossier 17 mars 2009 > Dossier 17 mars 2009 Le travail des étrangers en France Vous embauchez un étranger au sein de votre entreprise : ce que vous devez savoir. L embauche de personnels de nationalité étrangère est soumise

Plus en détail

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION

EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 17.3.2015 COM(2015) 130 final EXAMEN ANNUEL PAR LA COMMISSION des rapports d activité annuels des États membres en matière de crédits à l exportation au sens du règlement

Plus en détail

Consultation des milieux intéressés sur l amélioration du principe de la reconnaissance mutuelle

Consultation des milieux intéressés sur l amélioration du principe de la reconnaissance mutuelle Consultation des milieux intéressés sur l amélioration du principe de la reconnaissance mutuelle Je réponds en tant que...: réponses % Consommateur 41 ( 31.1%) Organisation représentative 30 ( 22.7%) Entreprise

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

Entreprises de construction : résultats de l EAE 2007

Entreprises de construction : résultats de l EAE 2007 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 58 Août 2009 Entreprises de construction : résultats de l EAE 2007 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION Le chiffre d affaires net de sous-traitance

Plus en détail

Les salaires et le coût du travail dans l Union européenne et les pays candidats. Vincent Marcus*

Les salaires et le coût du travail dans l Union européenne et les pays candidats. Vincent Marcus* Les salaires et le coût du travail dans l Union européenne et les pays candidats Vincent Marcus* En 2003, le salaire brut annuel moyen d un travailleur à temps complet de l industrie ou des services s

Plus en détail

VENDANGES 2015 INFORMATION SPECIALE MSA D ALSACE Quelques informations utiles

VENDANGES 2015 INFORMATION SPECIALE MSA D ALSACE Quelques informations utiles VENDANGES 2015 INFORMATION SPECIALE MSA D ALSACE Quelques informations utiles LES SERVICES INTERNET www.msa-alsace.fr Une plateforme d assistance est à votre disposition pour toute question concernant

Plus en détail

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi RÈGLES applicables au détachement de travailleurs en FRANCE Ce document est purement informatif et, à ce titre, volontairement synthétique.

Plus en détail

Indicateurs de précarité sur le marché du travail

Indicateurs de précarité sur le marché du travail INSTITUT POUR UN DÉVELOPPEMENT DURABLE Institut pour un Développement Durable Rue des Fusillés, 7 B-1340 Ottignies Tél : 010.41.73.01 E-mail : idd@iddweb.be Indicateurs de précarité sur le marché du travail

Plus en détail

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1.

Note méthodologique. Les principales différences avec les TES sont mentionnées dans l encadré 1. Version intégrale Note méthodologique 1. Les tableaux des ressources et des emplois dans les comptes nationaux L élaboration des comptes nationaux de la Belgique s effectue conformément à la méthodologie

Plus en détail

Analyse des principales tendances

Analyse des principales tendances 21 T1 21 T2 21 T3 21 T4 211 T2 211 T4 212 T2 212 T3 212 T4 213 T2 213 T4 214 T1 214 T2 Indice 1 = 21 Numéro 1 Octobre 214 Analyse des principales tendances Prix enregistrés des appartements En comparaison

Plus en détail

MARCHÉ DE L EMPLOI. Chef de chantier - Conducteur de travaux. Un ZOOM sur les métiers. Description et conditions de travail.

MARCHÉ DE L EMPLOI. Chef de chantier - Conducteur de travaux. Un ZOOM sur les métiers. Description et conditions de travail. MARCHÉ DE L EMPLOI ANALYSE SEPTEMBRE 2013 Un ZOOM sur les métiers Chef de chantier - Conducteur de travaux Dans le cadre du Plan Marshall 2.vert, Plan stratégique transversal pour la Wallonie, le Forem

Plus en détail

Production d électricité

Production d électricité Global Chance Petit mémento énergétique de l Union Européenne Fiche 16 Production d électricité 1. Évolution de la production d électricité en UE-27 1.1 Évolution par source de production La production

Plus en détail

L économie française dans l Europe du tout-compétitivité

L économie française dans l Europe du tout-compétitivité L économie française dans l Europe du tout-compétitivité Michel Husson Fédération CGT des services d études Journée «Compétitivité», 11 décembre 2014 La compétitivité : définition et mesures Capacité (d

Plus en détail

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007

Le tourisme international en France MÉMENTO DU TOURISME 2007 6 Le tourisme international en France 99 Le tourisme international en France 6 Touristes non-résidents en France Dans ce chapitre sont présentées : les arrivées en France des touristes non-résidents (toute

Plus en détail

Les chiffres clés du transport de marchandises en Champagne-Ardenne

Les chiffres clés du transport de marchandises en Champagne-Ardenne Les chiffres clés du transport de marchandises en Champagne-Ardenne Édition 2014 Direction Régionale de l Environnement, de l Aménagement et du Logement de CHAMPAGNE ARDENNE www.champagne-ardenne.developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

Nace 2003 Ancienne description Nieuwe Nace 2008 Nouvelle description

Nace 2003 Ancienne description Nieuwe Nace 2008 Nouvelle description les chiffres clés DU secteur graphique EN 2011 edition 2012 L industrie graphique regroupe toutes les entreprises ayant pour activité : le prépresse, l impression et autres techniques de reproduction et

Plus en détail

Travaux du Conseil central de l économie et du Conseil national du travail dans le cadre de la stratégie Europe 2020 :

Travaux du Conseil central de l économie et du Conseil national du travail dans le cadre de la stratégie Europe 2020 : 6 avril 2011 Contribution des Secrétariats du Conseil central de l'economie et du Conseil national du Travail a l'attention du Premier Ministre, en vue de l'élaboration du plan national de réformes de

Plus en détail

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015

MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 MEDEF Actu-Eco - n 192 Semaine du 2 au 6 février 2015 SOMMAIRE FRANCE 1. Forte révision à la hausse des budgets d investissement dans l industrie manufacturière : +2% pour 2014 et +3% pour 2015 2. Dépenses

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

Québec, 22 octobre 2015

Québec, 22 octobre 2015 Québec, 22 octobre 2015 Un contexte propice à une réforme fiscale Le contexte économique et fiscal La croissance économique potentielle est appelée à être plus modeste (Pourcentage de croissance du PIB)

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro?

Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Dissertation. Comment les politiques conjoncturelles européennes peuvent-elle soutenir la croissance dans la zone euro? Document 1. L évolution des taux d intérêt directeurs de la Banque centrale européenne

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

MWQ/Mesurer/ Baromètre Qualité/ Rapport : Les certifications ISO 9001 et ISO 14001 en Union Européenne/ Octobre 2009 1

MWQ/Mesurer/ Baromètre Qualité/ Rapport : Les certifications ISO 9001 et ISO 14001 en Union Européenne/ Octobre 2009 1 LES CERTIFICATIONS ISO 9001 ET 14001 EN UNION EUROPEENNE Via son «Baromètre Qualité», le MWQ s est donné pour mission d entre autres répertorier l ensemble privé, public et associatif des organismes wallons,

Plus en détail

Facteurs de succès d éco-organismes européens tirés de 20 années d expérience en REP. Joachim Quoden Directeur principal, EXPRA

Facteurs de succès d éco-organismes européens tirés de 20 années d expérience en REP. Joachim Quoden Directeur principal, EXPRA Facteurs de succès d éco-organismes européens tirés de 20 années d expérience en REP Joachim Quoden Directeur principal, EXPRA Nous sommes l organisme EXPRA Regroupement d organismes représentant des entreprises

Plus en détail

ANNEXE X PRESTATIONS SPÉCIALES EN ESPÈCE À CARACTÈRE NON CONTRIBUTIF. [Article 70, paragraphe 2, point c)]

ANNEXE X PRESTATIONS SPÉCIALES EN ESPÈCE À CARACTÈRE NON CONTRIBUTIF. [Article 70, paragraphe 2, point c)] ANNEXE X (1) (3) PRESTATIONS SPÉCIALES EN ESPÈCE À CARACTÈRE NON CONTRIBUTIF [Article 70, paragraphe 2, point c)] BELGIQUE a) Allocation de remplacement de revenus (loi du 27 février 1987). b) Revenu garanti

Plus en détail

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER?

COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? COMMENT PAYEZ-VOUS? COMMENT VOUDRIEZ-VOUS PAYER? 2/09/2008-22/10/2008 329 réponses PARTICIPATION Pays DE - Allemagne 55 (16.7%) PL - Pologne 41 (12.5%) DK - Danemark 20 (6.1%) NL - Pays-Bas 18 (5.5%) BE

Plus en détail

12. Le système monétaire

12. Le système monétaire 12. Le système monétaire Le rôle de la monnaie est fondamental. Imaginez une situation où aucun moyen de paiement ne ferait l unanimité : - Economie de «troc». - On échange des biens et services contre

Plus en détail

L immobilier dans l économie

L immobilier dans l économie ETUDE EN BREF Janvier 29 L immobilier dans l économie Avec 2 % de la valeur ajoutée en 27 et 45 % de l investissement, l immobilier a une place prépondérante dans l économie française. Phénomène nouveau?

Plus en détail

MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE

MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE MISE À JOUR DES RETOMBÉES ÉCONOMIQUES DE L AGRICULTURE POUR LE QUÉBEC Préparée pour l Union des producteurs agricoles 31 octobre 2014 Siège social : 825, rue Raoul-Jobin, Québec (Québec) Canada, G1N 1S6

Plus en détail

Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange. Chapitre 4 : L ouverture des économies

Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange. Chapitre 4 : L ouverture des économies Thème 1 : La coordination des décisions économiques par l échange Sous thème 1.2 : La dimension internationale de l échange Chapitre 4 : L ouverture des économies Problématique(s) du sous thème : Les conséquences

Plus en détail

Aperçu de la santé privée volontaire en Europe

Aperçu de la santé privée volontaire en Europe Aperçu de la santé privée volontaire en Europe Alors que la France tend à élargir la complémentaire santé à une partie d autant plus large de sa population, il est intéressant d'apprécier en quoi les autres

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

La Sécurité sociale est-elle l ennemie de l emploi?

La Sécurité sociale est-elle l ennemie de l emploi? La Sécurité sociale est-elle l ennemie de l emploi? 1. La France présente un niveau de dépenses et un mode de financement de la protection sociale spécifiques, ainsi que des résultats décevants en matière

Plus en détail

S installer en France en tant que travailleur indépendant

S installer en France en tant que travailleur indépendant Ressortissants étrangers S installer en France en tant que travailleur indépendant Édition 2015 S installer en France en tant que travailleur indépendant Vous avez l intention de vous installer en France

Plus en détail

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE

L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE L IMMIGRATION AU SEIN DE L UE Source: Eurostat, 2014, sauf indication contraire Les données se rapportent aux ressortissants de pays tiers, dont le lieu de résidence habituel se trouvait dans un pays hors

Plus en détail

Pacte de croissance N-VA RESUME

Pacte de croissance N-VA RESUME N-VA Pacte de croissance N-VA Service d études N-VA Le 12 juin 2012 RESUME A travers ce pacte de croissance, la N-VA souhaite émettre des propositions destinées à résoudre de manière énergique les problèmes

Plus en détail

Les indicateurs de Lisbonne appliqués au cas de la Région Wallonne

Les indicateurs de Lisbonne appliqués au cas de la Région Wallonne Florence HENNART, Attachée Ministère de la Région Wallonne Direction de la Politique Economique Les indicateurs de Lisbonne appliqués au cas de la Région Wallonne Plan Contexte européen Cadre belge et

Plus en détail

Défis et perspectives pour nos pensions. Professeur Pierre DEVOLDER Institut de Statistique, Bio statistique et sciences actuarielles UCL

Défis et perspectives pour nos pensions. Professeur Pierre DEVOLDER Institut de Statistique, Bio statistique et sciences actuarielles UCL Défis et perspectives pour nos pensions Professeur Pierre DEVOLDER Institut de Statistique, Bio statistique et sciences actuarielles UCL Forum BNB, le 13 mai 2014 Agenda Introduction générale 1. Le défi

Plus en détail

PROTOCOLE (n 36) SUR LES DISPOSITIONS TRANSITOIRES

PROTOCOLE (n 36) SUR LES DISPOSITIONS TRANSITOIRES PROTOCOLE (n 36) SUR LES DISPOSITIONS TRANSITOIRES LES HAUTES PARTIES CONTRACTANTES, CONSIDÉRANT que, afin d'organiser la transition entre les dispositions institutionnelles des traités applicables avant

Plus en détail

Exercer une activité temporaire hors de France

Exercer une activité temporaire hors de France Artisans, commerçants, professions libérales Exercer une activité temporaire hors de France Vos démarches et obligations Édition 2015 Exercer une activité temporaire hors de France Vos démarches et obligations

Plus en détail

Le marché du travail en Belgique en 2012

Le marché du travail en Belgique en 2012 1 Le marché du travail en Belgique en 2012 Le marché du travail en Belgique en 2012 1. Le statut sur le marché du travail de la population de 15 ans et plus Un peu moins de la moitié de la population de

Plus en détail

Le marché des automatismes domestiques en Europe à horizon 2017

Le marché des automatismes domestiques en Europe à horizon 2017 Le marché des automatismes domestiques en Europe à horizon 2017 VERBATIM Présentation à l IGNES 27 Juin 2013 Une proposition d étude du cabinet CODA Strategies Octobre 2012 CODA STRATEGIES - 4 rue Galvani

Plus en détail

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT

CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT CONSULTATION SUR LES TRANSFERTS TRANSFRONTALIERS DES SIÈGES STATUTAIRES DES ENTREPRISES - Consultation par la DG MARKT Introduction Remarque préliminaire: Le document suivant a été élaboré par les services

Plus en détail

Erasmus pour tous: cinq millions de bénéficiaires potentiels

Erasmus pour tous: cinq millions de bénéficiaires potentiels COMMISSION EUROPEENNE COMMUNIQUE DE PRESSE pour tous: cinq millions de bénéficiaires potentiels Bruxelles, le 23 novembre 2011 Jusqu à cinq millions de personnes (soit presque deux fois plus qu actuellement)

Plus en détail

Les politiques agricoles: principes économiques et mise en œuvre

Les politiques agricoles: principes économiques et mise en œuvre www.supagro.fr Les politiques agricoles: principes économiques et mise en œuvre Sophie Thoyer thoyer@supagro.inra.fr Centre international d études supérieures en sciences agronomiques Objectifs des politiques

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS CAAMI Service Relations internationales (iri.enquete@caami.be) www.caami.be Introduction La Caisse Auxiliaire d Assurance Maladie-Invalidité

Plus en détail

Les étudiants qui peuvent conclure un contrat d occupation d étudiant sont les jeunes :

Les étudiants qui peuvent conclure un contrat d occupation d étudiant sont les jeunes : Le contrat d'occupation d'étudiant RES. HUM.! Outil : le modèle de contrat étudiant Une ASBL peut engager des étudiants pendant les vacances scolaires et/ou pendant l année en respectant les dispositions

Plus en détail

RENTES, PENSIONS ET ALLOCATIONS

RENTES, PENSIONS ET ALLOCATIONS PARTIE 3 Avant-propos...76 Synthèse...77 Règlements européens > Les paiements des rentes d accident du travail...8 > Les paiements des pensions d invalidité...83 > Les paiements des pensions de vieillesse...86

Plus en détail

Quel est le temps de travail des enseignants?

Quel est le temps de travail des enseignants? Quel est le temps de travail des enseignants? Dans les établissements publics, les enseignants donnent, en moyenne et par an, 779 heures de cours dans l enseignement primaire, 701 heures de cours dans

Plus en détail

INAMI - Médecin / Dentiste / Pharmacien / Kinésithérapeute

INAMI - Médecin / Dentiste / Pharmacien / Kinésithérapeute INAMI - Médecin / Dentiste / Pharmacien / Kinésithérapeute Offre à l attention de Monsieur Promu P2014 Vous Nom : Monsieur Promu P2014 Adresse :, Date de naissance : 01/06/1989 Age à la souscription :

Plus en détail

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir

L impact du choc démographique sur l économie du Québec. Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à venir SÉMINAIRE DE LA RÉGIE DES RENTES DU QUÉBEC Québec, 27 novembre 2009 L impact du choc démographique sur l économie du Québec Il faudra rehausser notre productivité afin d atténuer les bouleversements à

Plus en détail

I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE

I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE I. LES GRANDES ÉTAPES DE L INTÉGRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE L intégration économique européenne ne s est pas déroulée selon un processus linéaire. Ainsi si le traité de Rome de 1957 et l Acte unique de

Plus en détail

Les Documents de séjour des Etrangers

Les Documents de séjour des Etrangers Les Documents de séjour des Etrangers Pas toujours facile de s'y retrouver! Par G GEERTS (CJD) En effet, la plupart des cartes électroniques pour étrangers ont une validité de 5 ans, mais le séjour est

Plus en détail

Des allocations de solidarité

Des allocations de solidarité Retraités juin 205 Des allocations de solidarité Aspa ASI Des allocations de solidarité Vous êtes retraité et vous avez de faibles revenus? Vous pouvez peut-être bénéficier de l allocation de solidarité

Plus en détail