De la proposition Bolkestein à la directive services

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "De la proposition Bolkestein à la directive services"

Transcription

1 Courrier hebdomadaire n De la proposition Bolkestein à la directive services Olivier Derruine

2 COURRIER HEBDOMADAIRE Rédacteur en chef : Étienne Arcq Le numéro simple : 6,90 euros le numéro double : 12,40 euros Abonnement : 235,00 euros Souscription, commandes et informations : CRISP Place Quetelet, 1A 1210 Bruxelles Tél 32 (0) Fax 32 (0) Banque IBAN BE Swift BBRUBEBB Le Courrier hebdomadaire bénéficie des remarques et suggestions de l équipe de recherche du CRISP. Les projets de textes sont également soumis à la lecture de spécialistes extérieurs à l équipe de recherche, et qui sont choisis en fonction des sujets traités. Éditeur responsable : Vincent de Coorebyter Place Quetelet, 1A 1210 Bruxelles Tous droits de traduction, d adaptation ou de reproduction par tous procédés, y compris la photographie et le microfilm, réservés pour tous pays. ISSN

3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 5 1. LA PREMIÈRE LECTURE DU PARLEMENT EUROPÉEN Les débat de la plénière Le champ d application de la directive Du principe du pays d origine à la liberté de prestation La liberté d établissement Le vote en séance plénière LA PROPOSITION MODIFIÉE PAR LA COMMISSION EUROPÉENNE L ACCORD AU CONSEIL Les interventions antérieures du Conseil européen La présidence autrichienne L ADOPTION DE LA DIRECTIVE L ÉTAT DE LA MOBILISATION DES MOUVEMENTS SOCIAUX LA DIRECTIVE AUJOURD HUI Impacts attendus sur le volume de l emploi et la qualité du travail Impacts attendus du côté des consommateurs LA MISE EN ŒUVRE DE LA DIRECTIVE Rapports nationaux et évaluation mutuelle La jurisprudence de la Cour de justice QU EST DEVENU LE PLOMBIER POLONAIS? 49 CONCLUSION 54 ANNEXES 57

4

5 INTRODUCTION La proposition de directive sur les services dans le marché intérieur présentée par la Commission européenne le 13 janvier 2004 s enracine dans le constat qu une décennie après la suppression des frontières, les marchés nationaux des services sont restés largement fragmentés. Ce bilan contraste avec le marché des biens et marchandises, unifié dans une large mesure. La Commission européenne a voulu donner un coup d accélérateur à l intégration des services, vus comme le moteur de la croissance et de l emploi et par conséquent, comme un élément incontournable pour la réussite de la stratégie de Lisbonne. Elle entend supprimer les obstacles à la prestation de services qui peuvent surgir, d une part, lorsqu un prestataire d un État membre veut s établir dans un autre État membre pour y fournir ses services, d autre part lorsqu un prestataire veut fournir, à partir de son État membre, un service dans un autre État membre, notamment en s y déplaçant temporairement. À l exception de ceux qui font déjà l objet d une réglementation communautaire, potentiellement tous les services sont concernés : du kinésithérapeute à la maison de production cinématographique en passant par le notaire, des comptables aux cabinets d architectes en passant par les agences de travail intérimaire, les services de proximité ou encore les soins de santé. L intégration promue par la Commission s articule sur trois principes. Tout d abord, la suppression de la majorité des autorisations délivrées par les pouvoirs publics, dans un esprit de simplification administrative dont l amélioration des procédures électroniques est un autre aspect important ; ensuite le principe du pays d origine, selon lequel le prestataire est presque exclusivement soumis aux lois du pays où il est établi (et non à celles du pays où il offre son service) ; enfin la coopération administrative. Un numéro précédent du Courrier hebdomadaire a traité du dépôt de la proposition de directive, des premières réactions qu elle a suscitées et des premiers débats qui se sont déroulés au Parlement européen 1. Ce numéro s arrêtait au moment de l examen des premiers amendements par la commission parlementaire compétente sur le fond, la commission du Marché intérieur et de la Protection des consommateurs (la commission IMCO). Le présent Courrier hebdomadaire prend le relais en abordant les évolutions de la proposition de directive depuis le vote d une première série d amendements par le Parlement européen le 16 février 2006 jusqu à son adoption et sa mise en œuvre progressive. 1 R.-M. JENNAR, «La proposition de directive Bolkestein», Courrier hebdomadaire, CRISP, n , Dans la suite du texte, nous désignerons par le terme «directive Bolkestein» la proposition de la Commission européenne et par «directive services» le texte amendé par le Parlement européen, la Commission et le Conseil.

6 6 DE LA PROPOSITION BOLKESTEIN À LA DIRECTIVE SERVICES Dans l analyse des enjeux, nous avons pris le parti de nous limiter aux points les plus polémiques (champ d application et principe du pays d origine notamment) car ce sont eux qui ont focalisé l attention du grand public. Par ailleurs, ce choix résulte de la volonté de rester lisible alors que le texte en débat est d une grande complexité. Pour en saisir la portée, il faut parfois combiner plusieurs articles, voire plusieurs directives ou règlements (détachement, santé) 2. 2 En annexe 1, une chronologie retrace les grandes étapes du processus d adoption de la directive et les événements marquants qui s y rapportent.

7 1. LA PREMIÈRE LECTURE DU PARLEMENT EUROPÉEN La directive ressort de la codécision ce qui signifie qu un accord doit être trouvé entre le Parlement européen et le Conseil des ministres pour que la directive puisse être adoptée. Le Parlement européen apparaît rapidement comme l institution qui permettra de surmonter les difficultés rencontrées au Conseil, dont les travaux piétinent. La situation est délicate : la proposition de directive est publiée dans les mois qui précèdent l élargissement de l Union européenne des Quinze à dix pays moins riches et des craintes de dumping, notamment social, sont exprimées. L élargissement implique aussi que la table des négociations du Conseil va compter davantage de participants et que le Parlement, qui vient d être renouvelé par les élections de juin 2004, va comprendre une centaine de membres en plus. De plus, la stratégie de Lisbonne, qui arborait des objectifs ambitieux, révèle ses limites : la proposition de directive est une pièce maîtresse pour la redynamiser et éviter un trop grand décrochage avec les prétentions initiales. Une majorité de décideurs politiques estime d ailleurs que l objectif qu elle poursuit est fondé, une minorité refuse l idée d une directive transversale pour régler la question de l unification du marché des services, voire rejette catégoriquement l objectif même qui est poursuivi. Malgré ce fort soutien, la proposition soulève une importante opposition, qui lui donne un grand écho médiatique. Elle fait l objet d un suivi méticuleux de diverses organisations de la société civile. Avant d aborder la session plénière du Parlement européen de février 2006, il convient de mettre en évidence la mobilisation syndicale et des mouvements sociaux le 14 février, le jour où débutent les discussions sur la directive amendée par la commission IMCO. Cette mobilisation de grande ampleur ponctuait deux années de débats au sein d organisations de la société civile. Cette directive est vraisemblablement la première à avoir suscité une telle attention avant même qu elle n entre en vigueur personnes ont foulé le pavé à Strasbourg. Leur message allait de l appel à rejeter purement et simplement la directive à des demandes d amendements censés mieux calibrer la directive sur le projet social de l Union européenne. Les manifestants, qui émanaient principalement des rangs syndicaux, étaient encouragés par l issue du projet de directive visant la libéralisation des services portuaires. Dans leur esprit, pourtant beaucoup moins nombreux, mais plus

8 8 DE LA PROPOSITION BOLKESTEIN À LA DIRECTIVE SERVICES démonstratifs, au pied de l hémicycle de Strasbourg, les dockers étaient parvenus à convaincre les eurodéputés de ne pas adopter la directive mais de la rejeter en bloc 3. L examen en première lecture avait été postposé à plusieurs reprises en raison des retards successifs pris par l examen préliminaire de la directive dans la commission IMCO 4. Il s agissait d éviter une avalanche d amendements qui risquaient de compliquer le vote et de porter atteinte à la cohérence globale du texte. D abord prévu en octobre, le vote fut repoussé lorsqu on prit conscience que pas moins de amendements étaient été déposés. Finalement, les 39 eurodéputés de la commission IMCO se prononcèrent le 22 novembre 2005 au cours d un vote-marathon de 4 heures 30. Presque trois mois s écoulèrent encore avant le vote en plénière. Au cours de cet intervalle, de nouvelles discussions entre les groupes politiques et au sein de ceux-ci eurent lieu afin de canaliser les amendements et mettre au point des amendements de compromis LES DÉBAT DE LA PLÉNIÈRE Lorsqu ils pénètrent dans l hémicycle strasbourgeois, les eurodéputés disposent de la proposition de directive amendée par la commission IMCO et par la commission en charge de l Emploi (dont deux amendements concernant la suppression des articles relatifs au détachement des travailleurs ont été acceptés) 5 et de 404 nouveaux amendements déposés en réaction à ce document, 20 d entre eux étant des amendements de compromis portant notamment sur le principe du pays d origine Le champ d application de la directive À l origine, la directive semblait embrasser tout l éventail des services, mais l article 2 esquissait déjà quelques délimitations de son champ d application. Ainsi, les services financiers, les communications électroniques et les transports (mais planait une D autres raisons expliquent le rejet de la directive portuaire, notamment le fait que les eurodéputés étaient mécontents que la Commission leur présente en l espace de peu de temps une nouvelle directive sur ce sujet et pensaient que la Commission essayait de leur forcer la main. Un prochain Courrier hebdomadaire sera consacré à la grève des dockers contre les tentatives de libéralisation des services portuaires. Outre la commission IMCO, d autres commissions parlementaires ont élaboré un rapport pour avis sans avoir de réelle capacité d influence, à l exception de la commission Emploi et Affaires sociales (avis rendu le 12 juillet 2005) : Affaires économiques et monétaires ; Environnement, Santé publique et Sécurité alimentaire ; Industrie, Recherche et Énergie ; Culture et Éducation ; Affaires légales ; Droits des femmes et Égalité des genres ; Contrôle budgétaire ; Pétitions. Cf. R.-M. JENNAR, «La proposition de directive Bolkestein», op. cit. Projet de résolution législative du Parlement européen sur la proposition de directive du Parlement européen et du Conseil relative aux services dans le marché intérieur, COM (2004) 0002.

9 DE LA PROPOSITION BOLKESTEIN À LA DIRECTIVE SERVICES 9 ambigüité sur ce que recouvrait exactement ce terme) étaient exclus. La directive ne devait pas non plus provoquer d interférences avec le domaine de la fiscalité. Un grand changement apporté par la commission IMCO et avalisé par une quasiunanimité des eurodéputés en plénière (591 votent l amendement) consiste à sortir du champ d application de la directive «services d intérêt général tels que définis par les États membres». Ceci est une réponse à ceux qui avaient exprimé des craintes que la directive grignoterait peu à peu ce domaine particulier et très chargé symboliquement et émotionnellement. De manière complémentaire, il est rendu explicite dans l article 1, consacré à l objectif de la directive, que celle-ci «ne porte ni sur la libéralisation des services d intérêt économique général (SIEG), ni sur la privatisation d entités publiques fournissant ces services» et qu «elle s applique sans préjudice des dispositions communautaires relatives à la concurrence et aux aides». Ces précautions étant prises, les SIEG restent couverts par la directive mais comme nous le verrons ultérieurement, ils bénéficient d un régime de faveur puisqu ils ne sont pas soumis aux dispositions de l article 15 sur les exigences devant être évaluées (tarifs minimums/maximums, restrictions quantitatives et territoriales ), ni à celles de l article 16 (qui remplace le principe du pays d origine). Par contre, l amendement subordonnant l approbation de la directive services à l adoption d une directive-cadre sur les services d intérêt général de manière à garantir effectivement le respect de ce passage de l article 1, est rejeté par 495 voix contre 128 et 15 abstentions. «Au sein du PSE, seules les délégations belge, française et grecque ont soutenu l amendement 6.» Paradoxalement, un peu plus tard, le Parti socialiste européen soutiendra le projet de directive-cadre afin de mettre à l abri les SIG d une application stricte et aveugle des règles de la concurrence et du marché intérieur que symbolisait pour lui la directive services. Suite aux tentatives de clarification par la Commission au sujet du secteur des transports, il est précisé que seuls le transport de fonds et le transport des personnes décédées ressortiront de la directive. Il est ajouté que les transports urbains, les taxis et les ambulances ne font pas partie du champ d application, pas plus que les services portuaires, que la Commission avait proposé de libéraliser mais dont le souvenir du refus par les eurodéputés quelques semaines auparavant (18 janvier 2006) restaient dans toutes les mémoires. Les agences de travail intérimaire sont également exclues. Sans cet amendement, la Commission aurait pu retirer une proposition de directive en cours d élaboration en prétextant des divisions du Conseil. Depuis 2003, l Angleterre, l Allemagne, l Irlande et le Danemark s opposent à tout accord 7, avec pour conséquence une possible moindre protection pour les 13 % de travailleurs européens impliqués dans ce secteur. On peut s attendre en effet à ce qu une directive préparée par la Direction générale Marché intérieur soit moins favorable aux travailleurs qu une directive préparée par la Direction générale Emploi et Affaires sociales. 6 7 E. VAN DEN ABEELE, «Adoption de la directive services. Big bang communautaire ou révolution feutrée?», Bilan social de l Union européenne, C est ce qui résulte de la COM (2005) 462 final, «Résultat de l examen des propositions législatives en instance devant le législateur» où il fait état que «s agissant de la proposition sur les travailleurs temporaires (2002/0072/COD), la Commission se réserve le droit de réexaminer la proposition à la lumière de la future discussion d autres propositions».

10 10 DE LA PROPOSITION BOLKESTEIN À LA DIRECTIVE SERVICES Si les États membres sont globalement divisés sur la manière d appréhender la directive sur les services, une large majorité transcendant le clivage entre dubitatifs et enthousiastes se dégage pour exclure les soins de santé de son champ d application et donc pour supprimer l article 23 qui en traitait. Rappelons que dès les premières discussions, dix-sept États membres, dont la Belgique 8, avaient exprimé cette demande et préféré que cette question soit réglée autrement. Les eurodéputés retirent sans surprise les soins de santé de la directive par 505 voix pour et 131 voix contre, celles des libéraux et d une partie du PPE constituée de députés originaires des nouveaux États membres. Quant aux critiques selon lesquelles la directive impliquerait une libéralisation de la culture, la commission IMCO avait tenu à les apaiser en prévoyant que «les services audiovisuels, quel que soit leur mode de production, de distribution et de transmission, y compris la radiodiffusion sonore et le cinéma» ne seront pas concernés par la directive. Aussi, comme pour les SIG, une garantie supplémentaire est prévue dans l article 1 où il est stipulé que «la présente directive ne porte pas atteinte aux mesures prises au niveau communautaire ou national en vue de la protection ou de la promotion de la diversité culturelle ou linguistique, ou du pluralisme des médias». Une courte majorité d eurodéputés (328 votes pour l amendement contre 299) revient sur le refus de la commission IMCO d exclure du champ d application de la directive les services poursuivant un objectif social et liés au bien-être. Il s agit-là d un changement important par rapport à la première mouture. Les dérogations prévues pour les services financiers sont précisées et de nouvelles dérogations sont ajoutées pour certains services juridiques (avocats), pour certaines professions et activités participant de manière permanente ou temporaire à l exercice de l autorité publique (notaires, huissiers) ainsi que pour les activités de jeux d argent (dont les casinos et loteries). Si la directive avait suscité un tel tollé, c est parce qu elle semblait faire primer le marché intérieur sur toute forme de règles sociales. L adoption du texte original de la Commission, sans dénégation claire sur ce point, risquait de faire de cet état de fait la norme plus qu une exception délictueuse. L affaire Laval en Suède, conflit local qui connaissait désormais un retentissement international, devint emblématique de la situation. Pour poser des garde-fous et sécuriser le modèle social européen, les eurodéputés ont repris l amendement à l article premier, initialement proposé par la Confédération européenne des syndicats, selon lequel «la présente directive s applique sans préjudice du droit du travail, ni, en particulier, des dispositions relatives aux relations entre les partenaires sociaux, y compris le droit de mener une action syndicale, les accords collectifs et les législations nationales portant sur la sécurité sociale dans les États membres». Les droits fondamentaux des travailleurs sont donc préservés et la directive ne pourra être utilisée pour les contourner. 8 Hormis la Belgique : la France, l Allemagne, l Irlande, l Espagne, le Portugal, la Grèce, l Autriche, l a Slovénie, la Pologne, la République tchèque, la Hongrie, l Estonie, la Lituanie, la Lettonie, la Slovaquie et la Suède. Le Royaume-Uni rejoindra le groupe.

11 DE LA PROPOSITION BOLKESTEIN À LA DIRECTIVE SERVICES 11 Plus généralement, l article 3 est refaçonné afin de clarifier la hiérarchie des normes en consacrant le principe juridique de la lex specialis en vertu de laquelle la loi la plus spécialisée prime sur la législation «horizontale». Jusqu alors, la directive Bolkestein prenait l apparence d un texte général remettant en cause aussi bien des normes nationales que des normes communautaires déjà en vigueur et des initiatives à venir. Les eurodéputés s attèlent à en limiter les effets à travers ce nouvel article 3. En vertu du dispositif qu il instaure, il est prévu qu en cas de conflit entre la directive et d autres directives spécifiques, la directive sur les services devra s effacer au profit des dispositions de ces autres «lois» européennes ou internationales. On pense en particulier aux accrocs possibles avec les directives relatives au détachement des travailleurs (96/71), à la reconnaissance des qualifications professionnelles, au règlement sur les soins de santé ou aux dispositions qui concernent les obligations contractuelles et non contractuelle 9. Cette règle vaut aussi dans d autres cas où un conflit surviendrait. Les modifications de ces trois premiers articles entraînent des réaménagements dans le reste du texte. Ainsi, l article 23 sur les soins de santé est supprimé. Les articles 24 et 25 sur le détachement des travailleurs subissent le même sort (près de 500 voix pour biffer les deux articles contre environ 140 soutenant leur maintien) Du principe du pays d origine à la liberté de prestation Le principe du pays d origine (article 16) est sans aucun doute l instrument de la directive sur lequel la polémique s est le plus cristallisée. La Commission en faisait un dispositif central de sa proposition de directive. À travers lui, elle entendait faciliter la prestation transfrontalière de services quand le fournisseur se déplace temporairement dans un autre État membre 10 et contribuer ainsi à unifier un marché des services resté largement fragmenté en dépit de l Acte Unique européen (1986). L idée était de permettre aux entreprises européennes d être actives dans tous les États membres en n ayant à respecter qu une seule législation, celle du pays d où elles ressortissent ; il appartenait de même aux administrations du pays d origine de veiller à ce qu elles respectent bien les règles. Des exceptions à ce principe étaient prévues mais, comme nous le verrons, jugées trop vagues pour être effectives. La Commission avait justifié sa proposition par sa volonté de rétablir l équilibre entre la part des services dans le commerce extérieur et la part des services dans le PIB ou l emploi. En effet, les services visés par la directive représentent 50 % du PIB et 60 % de l emploi européens, mais n interviennent que pour ± 20 % des échanges commerciaux Cet article implique qu en cas de litige entre un consommateur et un prestataire étranger, la juridiction du pays du consommateur pourra statuer avec les lois du pays du consommateur en vertu de ces traités internationaux. Par exemple, quand un architecte grec se rend en Belgique à la demande d un ménage qui vient d acquérir un terrain et qu il y reste quelques semaines pour accompagner les travaux.

12 12 DE LA PROPOSITION BOLKESTEIN À LA DIRECTIVE SERVICES Certains 11 contesteront la pertinence même du raisonnement et avanceront quatre contre-arguments sur le terrain économique. Premièrement, plusieurs facteurs expliquent le décalage entre ces chiffres : la plupart des services ne peuvent être commercialisés facilement : ils sont produits et consommés sur place ; les avantages comparatifs restent toujours favorables aux biens manufacturés selon la théorie économique ; les prix des services commercialisés sur les marchés mondiaux ont décru plus vite que ceux des biens commercialisés. Donc même si le volume des services commercialisés a rapidement augmenté, l effet «prix» (portant sur la valeur de ces services) a joué en sens inverse et a été plus important (par exemple les prix des communications ont diminué de 21 % depuis 1996 alors que les prix des biens ont augmenté de 11 % si bien que la part des services dans la valeur totale du commerce a pu diminuer alors que le volume a augmenté). Deuxièmement, alors que l exécutif européen fustige la fragmentation du marché des services, force est de constater qu en dépit de la morosité économique des premières années du millénaire, le commerce entre les États membres s est développé beaucoup plus rapidement qu avec le reste du monde : de 2000 à 2003, les échanges de services ont augmenté de 10,8 % au sein de l Union européenne et de 6,4 %, seulement avec les partenaires extérieurs. Tableau 1 : Exportation de services (prix courants, en millions d euros) Évolution (en %) Entre les États membres (intra UE) ,8 UE avec le reste du monde (extra UE) ,4 Total commerce de services ,8 Source : Commission européenne, EU International Trade in Services, Troisièmement, aux États-Unis dont les performances économiques sont fréquemment citées en exemple, ce principe du pays d origine n a pas cours, si bien qu un prestataire de service officiant dans l État du New Jersey qui voudrait s établir en Caroline du Nord ou ne fut-ce qu y offrir ses services, devrait à nouveau se conformer à toutes les réglementations qui sont en vigueur dans cet État. Ceci rend compte du fait que ce principe n est pas la seule voie possible et encore moins la panacée. Par ailleurs, du point de vue des consommateurs, il semble que la simplification que le principe apporte aux prestataires reporte les complexités sur le consommateur qui devra s informer des différentes législations en vigueur dans l Union, par exemple en matière d obligations de service après-vente 12. Cette difficulté Cf. notamment TUC, Economics of the services directive, novembre Pour illustrer la confusion que pareille situation créerait, Evelyne Gebhardt, auteure du projet de rapport de la commission IMCO, prenait l exemple d une maison pour laquelle un architecte français réaliserait le gros-œuvre, un polonais construirait le toit, et un tchèque serait chargé d autres travaux et s interrogeait du droit applicable au chantier, en vertu du principe du pays d origine. Projet de rapport sur la proposition de directive du Parlement européen et du Conseil relative aux services dans le marché intérieur (COM (2004) 0002 C6-0069/ /0001 (COD)), Commission du marché intérieur et de la protection des consommateur.

13 DE LA PROPOSITION BOLKESTEIN À LA DIRECTIVE SERVICES 13 vaut également pour les services d inspection dont le travail serait compliqué par la nécessité de connaître en détail l ensemble de ces mêmes réglementations. Quatrièmement, une étude commandée par la présidence britannique, pourtant très favorable au PPO, corroborait ce constat et établissait que seuls 10 % des bénéfices attendus de la directive découleraient de ce principe 13. Avant de présenter l évolution de l article 16 14, il faut signaler que le principe du pays d origine ne se retrouve pas en tant que tel dans le Traité. Jusqu alors, l unification du marché intérieur avait été essentiellement 15 réalisée par le biais de la reconnaissance mutuelle combinée à des mesures législatives induisant un mouvement d harmonisation entre les États membres. Avec le principe du pays d origine, il n est plus question d harmonisation. Dans une Union où les disparités sur les plans social, fiscal, juridique et réglementaire sont devenues manifestes après les adhésions de 2004 et 2007, l harmonisation s avère plus difficile à mettre en œuvre. Une évolution de l opinion des parlementaires est observable à ce sujet. Il est significatif à cet égard qu Evelyne Gebhardt n ait pas pu réunir une majorité d eurodéputés de la commission IMCO pour renverser la logique de la Commission en complétant la proposition de directive par des mesures d harmonisation. Dans son projet de rapport de la commission IMCO, Evelyne Gebhardt proposait de scinder les facettes «activité» et «exercice» des services : le prestataire serait soumis aux règles de son pays d origine pour pouvoir accéder à l activité dans un autre État membre mais il devrait respecter les règles du pays où il offre son service. Par exemple, la Belgique ne pourrait pas contraindre un architecte allemand actif dans le Royaume à de nouvelles démarches administratives (obligation de se faire enregistrer ou de certifier la possession de telles aptitudes). Par contre, la Belgique pourrait exiger de lui l observation d exigences visant le respect de l environnement ou de se conformer aux règles régissant les garanties après ventes, etc. E. Gebhardt proposait de baptiser ce dispositif «reconnaissance mutuelle» et de le compléter par des «normes minimales [à proposer par la Commission] en matière d harmonisation dans les domaines suivants : les secteurs des services exclus du champ d application de la présente directive ( ), les secteurs des services auxquels s applique le principe de la reconnaissance mutuelle ( ), les règles relatives au transport de fonds et au transport des personnes décédées, les questions visées à l article 39 pour lesquelles les codes de conduite n ont pas pu être réalisés avant la date de transposition ou sont insuffisants pour assurer le bon fonctionnement du marché intérieur [et] les questions identifiées suite à la procédure d évaluation mutuelle 16». Cette option de l harmonisation complémentaire était justifiée par le fait «d avoir un instrument juridique équilibré dont les dispositions ne vont pas au-delà de ce qui est nécessaire pour réaliser l objectif d établir un véritable marché intérieur des services. En outre, le principe de la reconnaissance mutuelle est basé sur l idée de l équivalence, donc des standards Copenhagen Economics, Economic Assessment of the Barriers to the Internal Market for Services, janvier On trouvera en annexe 2 une présentation de l évolution de cet article. Le principe du pays d origine avait déjà été utilisé dans quatre directives sectorielles (commerce électronique, télévision sans frontières, vente à distance de services financiers et protection des données). Sa portée était dans ces cas bien circonscrite. Cf. infra, La liberté d établissement.

14 14 DE LA PROPOSITION BOLKESTEIN À LA DIRECTIVE SERVICES minimum sont nécessaires pour assurer la confiance mutuelle entre les États membres». En raison de la grande disparité entre les États membres sur les plans social, fiscal, écologique, réglementaire, etc., les opposants au PPO pensent que le risque de dégâts collatéraux ne peut pas être écarté. Même si les propositions de Gebhardt ne sont pas intégralement acceptées, la commission parlementaire opte pour modérer le PPO et va donc à contre-courant du Conseil : au début novembre 2005, 17 États membres s étaient dits favorables à ce principe, 4 avaient émis un soutien critique (Finlande, Espagne, Suède et Autriche), 4 autres l avaient critiqué plus fermement (Portugal, France, Allemagne et Danemark). La Grèce et la Belgique n avaient pas encore de position officielle à ce stade. En disposant que «les prestataires [sont] soumis uniquement aux dispositions nationales de leur État membre d origine», le PPO mettait le pays de destination hors jeu et permettait aux entreprises d échapper aux règles locales. La commission IMCO a confirmé le PPO dans ses grandes lignes mais simultanément, a remplacé le paragraphe 2 qui prévoyait que le pays d origine était «chargé du contrôle du prestataire et des services qu il fournit» par l obligation de respecter les règles du pays de destination pour autant qu elles soient «indispensable[s] pour assurer le maintien de l ordre public ou de la sécurité publique ou la protection de la santé publique ou de l environnement». Ceci dit, le texte reste pour le moins ambigu en ce qui concerne les cas où les règles du pays de destination ne relèvent pas des motifs susmentionnés : quelles sont les règles qui s appliquent dès lors que les conditions pour que celles du pays de destination s appliquent ne sont pas rencontrées et que le paragraphe relatif aux règles du pays d origine a été biffé? (cf. le point 7.2. La jurisprudence de la Cour de justice). De plus la commission IMCO a rendu le nouveau paragraphe 2 plus cohérent avec l amendement accepté visant à supprimer les références au détachement des travailleurs (article 24 et 25 de la version de la Commission) et qui interféraient sérieusement avec la directive 96/71 sur le détachement des travailleurs Bien qu il ait été jugé insuffisant par ceux qui contestaient la portée de la directive ou qui voyaient en la proposition initiale d E. Gebhardt la meilleure solution possible, il s agissait bel et bien d un premier pas important pour eux. Pendant les semaines qui suivront le vote et en amont de la plénière, un groupe de haut niveau constitué des eurodéputés les plus au fait de la directive dans leur famille politique s est réuni afin d examiner les points qui pourraient faire l objet d amendements. L objectif était d éviter une profusion d amendements. Dans la version adoptée en plénière, le PPO a été renommé la «liberté de prestation des services» afin d éviter toute confusion et de refléter qu au cours de ces semaines, le PPO est devenu méconnaissable par rapport à sa première formulation. Les 732 eurodéputés renversent sa philosophie en revalidant et en requalifiant les réglementations du pays de destination de manière moins équivoque que ne l avait fait la commission IMCO. Toutefois, ces réglementations doivent respecter trois principes : la nondiscrimination, la nécessité et la proportionnalité.

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

Avril. L essentiel de la proposition de directive sur les services. Un choix technique. qui est aussi politique

Avril. L essentiel de la proposition de directive sur les services. Un choix technique. qui est aussi politique Avril L essentiel de la proposition de directive sur les services L E S S E N T I E L D E L A P R O P O S I T I O N D E D I R E C T I V E S U R L E S S E R V I C E S Présenté par la Commission européenne

Plus en détail

Commission du marché intérieur et de la protection du consommateur DOCUMENT DE TRAVAIL

Commission du marché intérieur et de la protection du consommateur DOCUMENT DE TRAVAIL PARLEMENT EUROPÉEN 2009-2014 Commission du marché intérieur et de la protection du consommateur 3.3.2010 DOCUMENT DE TRAVAIL sur la proposition de directive relative aux droits des consommateurs - COM(2008)614/3-2008/0196(COD)

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

Peut-on envisager un effet direct?

Peut-on envisager un effet direct? Les implications de la convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées sur la législation de l UE concernant le handicap Peut-on envisager un effet direct? Peut-on envisager

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006)

(Document adopté par la Commission le 19 janvier 2006) Bilan de l application de la recommandation de la Commission nationale de l informatique et des libertés du 29 novembre 2001 sur la diffusion de données personnelles sur Internet par les banques de données

Plus en détail

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles

DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles L 289/28 FR Journal officiel des Communautés européennes 28. 10. 98 DIRECTIVE 98/71/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 octobre 1998 sur la protection juridique des dessins ou modèles LE PARLEMENT

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION

DOCUMENT DE CONSULTATION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 10.4.2015 C(2015) 2303 final DOCUMENT DE CONSULTATION Première phase de consultation des partenaires sociaux au titre de l article 154 du TFUE concernant une consolidation

Plus en détail

Notes explicatives concernant le formulaire d opposition

Notes explicatives concernant le formulaire d opposition OFFICE DE L HARMONISATION DANS LE MARCHÉ INTÉRIEUR (OHMI) (marques, dessins et modèles) Notes explicatives concernant le formulaire d opposition 1. Remarques générales 1.1 Utilisation du formulaire Le

Plus en détail

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées.

Nom. les. autres États. n de l aviation. Organisation. ATConf/6-WP/49 14/2/12. Point 2 : 2.2. Examen de. des accords bilatéraux. consultées. Nom Organisation n de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL ATConf/6-WP/49 14/2/12 SIXIÈME CONFÉRENCE MONDIALE DE TRANSPORT AÉRIEN Montréal, 18 22 mars 2013 Point 2 : 2.2 Examen de questions

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan 82/2015-12 mai 2015 Décisions sur les demandes d asile dans l UE Les États membres de l UE ont accordé la protection à plus de 185 000 demandeurs d asile en 2014 Les Syriens demeurent les premiers bénéficiaires

Plus en détail

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Année 2005 DOCUMENT n 1 Analyses et études LE DIVORCE INTERNATIONAL EN BELGIQUE Rue de la croix, 22 1050 Bruxelles Téléphone

Plus en détail

Strasbourg, le 10 juin 2013 47+1(2013)008rev2

Strasbourg, le 10 juin 2013 47+1(2013)008rev2 Strasbourg, le 10 juin 2013 47+1(2013)008rev2 CINQUIÈME RÉUNION DE NÉGOCIATION ENTRE LE GROUPE DE NÉGOCIATION AD HOC DU CDDH ET LA COMMISSION EUROPÉENNE SUR L ADHÉSION DE L UNION EUROPÉENNE À LA CONVENTION

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort

TRAITE DE LISBONNE. Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne a rendu, le 30 juin 2009, une décision fort L ALLEMAGNE ET L EUROPE. REMARQUES SUR LA DECISION DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE FEDERALE RELATIVE AU TRAITE DE LISBONNE Marie-Laure BASILIEN-GAINCHE* INTRODUCTION La Cour constitutionnelle fédérale d Allemagne

Plus en détail

Vente de prestations de services et TVA intracommunautaire

Vente de prestations de services et TVA intracommunautaire Vente de prestations de services et TVA intracommunautaire 7 juillet 2011 Isabelle BASTIDE BUTELOT Avocat 1 Plan de l intervention Introduction 1. Rappel des notions générales de la TVA et dérogations

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution!

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution! L ANI du 11 janvier : une petite révolution! Que prévoit l accord? L article 1 er de l Accord National Interprofessionnel du 11 janvier, prévoit, dans le cadre de la sécurisation de l emploi, la généralisation

Plus en détail

REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE

REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE (Adopté par le Conseil académique du 20 janvier 2014, PV n 1, p. 5 ; modifié par le Conseil académique du 30 juin 2014, PV n 9, p. 1100.). Conditions de

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

Comité permanent du droit des brevets

Comité permanent du droit des brevets F SCP/20/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 9 OCTOBRE 2013 Comité permanent du droit des brevets Vingtième session Genève, 27 31 janvier 2014 EXCEPTIONS ET LIMITATIONS RELATIVES AUX DROITS DE BREVET : PRÉPARATION

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

avis CCE 2013-1270 La mise sur le marché des substances manufacturées à l état nanoparticulaire

avis CCE 2013-1270 La mise sur le marché des substances manufacturées à l état nanoparticulaire avis CCE 2013-1270 La mise sur le marché des substances manufacturées à l état nanoparticulaire CCE 2013-1270 DEF Avis concernant un projet d arrêté royal relatif à la mise sur le marché des substances

Plus en détail

SOUSCRIPTION DU CONTRAT : TERRITORIALITE

SOUSCRIPTION DU CONTRAT : TERRITORIALITE SOUSCRIPTION DU CONTRAT : TERRITORIALITE AVERTISSEMENT : La souscription réalisée par une personne domiciliée hors de France ou par un ressortissant d un Etat autre que la France sur le territoire national

Plus en détail

LE DROIT DES RESSORTISSANTS ETRANGERS AUX PRESTATIONS SOCIALES Novembre 2014

LE DROIT DES RESSORTISSANTS ETRANGERS AUX PRESTATIONS SOCIALES Novembre 2014 LE DROIT DES RESSORTISSANTS ETRANGERS AUX PRESTATIONS SOCIALES Novembre 2014 Tout propos et toute action en la matière doivent viser à répondre aux préoccupations légitimes des Français, qui considèrent

Plus en détail

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT

LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT LES DOCUMENTS DE TRAVAIL DU SÉNAT Série LÉGISLATION COMPARÉE L INTERDICTION DE FUMER DANS LES RESTAURANTS n LC 142 Janvier 2005 - 3 - L INTERDICTION DE FUMER DANS LES RESTAURANTS Sommaire Pages NOTE DE

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de l arrangement concernant les services postaux de paiement NOR : MAEJ1419878L/Bleue-1

Plus en détail

Première partie IMMUNITÉ ET JUSTICE : LES CONTRADICTIONS... 31. Titre 1 Contradiction des fondements et divergence des sources...

Première partie IMMUNITÉ ET JUSTICE : LES CONTRADICTIONS... 31. Titre 1 Contradiction des fondements et divergence des sources... TABLE DES MATIÈRES Remerciements......................................................................... 7 Préface.................................................................................... 9

Plus en détail

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES

ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES PPB-2006-8-1-CPA ANNEXE A LA CIRCULAIRE SUR LE CONTROLE INTERNE ET L AUDIT INTERNE TABLE DES MATIERES Introduction 0. Base légale 1. Le contrôle interne 1.1. Définition et éléments constitutifs 1.2. Mesures

Plus en détail

Épargner et investir au sein de l Union européenne La Directive européenne sur l épargne pour les non-résidents

Épargner et investir au sein de l Union européenne La Directive européenne sur l épargne pour les non-résidents Épargner et investir au sein de l Union européenne La Directive européenne sur l épargne pour les non-résidents Sommaire 3 LA DIRECTIVE EUROPÉENNE SUR L ÉPARGNE: UN CONTEXTE NOUVEAU POUR L ÉPARGNE CONSTITUÉE

Plus en détail

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Mlle C c/ Polynésie française Séance du 30 janvier 2012 Rapporteur : M. Christian Vigouroux Commissaire

Plus en détail

La coordination des soins de santé en Europe

La coordination des soins de santé en Europe La coordination des soins de santé en Europe Droits des personnes assurées et des membres de leur famille selon les règlements (CE) n 883/2004 et (CE) n 987/2009 La coordination des soins de santé en

Plus en détail

Convention de Lugano révisée Procédure de consultation

Convention de Lugano révisée Procédure de consultation Aux Associations professionnelles Aux Sociétés industrielles et commerciales Aux Equipes patronales vaudoises A divers entreprises A quelques personnalités de l économie et de la politique Paudex, le 30

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, INNOVATION ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2014-329 du 12 mars 2014 relative à l

Plus en détail

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010)

Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel. (Université de Nancy 21 octobre 2010) Vers une Cour suprême? Par Hubert Haenel Membre du Conseil constitutionnel (Université de Nancy 21 octobre 2010) Le Conseil constitutionnel a fêté, il y a deux ans, son cinquantième anniversaire. Cet événement

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations

Recommandation sur le traitement des réclamations Recommandation sur le traitement des réclamations 1. Contexte 2015-R-03 du 26 février 2015 L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font

Plus en détail

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE

ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE ATELIER DROIT DES CONTRATS, DE LA CONSOMMATION ET DU COMMERCE ELECTRONIQUE Présidence : Martine Behar-Touchais, professeur à l Université Paris Descartes (Paris V) Les clauses abusives à l épreuve de la

Plus en détail

La faillite transnationale après le nouveau règlement

La faillite transnationale après le nouveau règlement + La faillite transnationale après le nouveau règlement Yves BRULARD Avocat à Bruxelles - Mons Paris, Expert de la commission, chargé d enseignement CEFIAD + Champs d application + La situation visée par

Plus en détail

Intervention au Colloque de Bruxelles du jeudi 31 octobre 2013 (Mallorie Trannois)

Intervention au Colloque de Bruxelles du jeudi 31 octobre 2013 (Mallorie Trannois) Intervention au Colloque de Bruxelles du jeudi 31 octobre 2013 (Mallorie Trannois) Tout d abord, je voulais remercier Monsieur Marique de m avoir invité à donner mon point de vue lors de la table ronde

Plus en détail

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF»

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF» Compétence juridictionnelle à l égard des contrats d assurance souscrits par les personnes publiques : retour vers une interprétation raisonnable de la loi «MURCEF» Par Florence Caille La première chambre

Plus en détail

LES PROS DE LA PLUME L HISTOIRE DE L UNION EUROPéENNE LIGNE DU TEMPS

LES PROS DE LA PLUME L HISTOIRE DE L UNION EUROPéENNE LIGNE DU TEMPS LES PROS DE LA PLUME L HISTOIRE DE L UNION EUROPéENNE LIGNE DU TEMPS INTRO POUR LES ENSEIGNANTS Cette ligne du temps illustre l histoire de l Union européenne. Vous pouvez l imprimer par section et l afficher

Plus en détail

Mesdames et Messieurs les Secrétaires généraux,

Mesdames et Messieurs les Secrétaires généraux, R É P U B L IQ U E FR A N Ç A IS E LIBERTÉ - ÉGALITÉ - FRATERNITÉ SERVICE DES AFFAIRES EUROPÉENNES Le Directeur Paris, le 24 janvier 2014 Discours de M. Jean-Pierre BLOCH, Directeur du Service des Affaires

Plus en détail

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire

Décision n 2010 621 DC. Dossier documentaire Décision n 2010 621 DC Résolution tendant à adapter le chapitre XI bis du règlement du Sénat aux stipulations du traité de Lisbonne concernant les parlements nationaux Dossier documentaire Source : services

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Ce projet est cofinancé par l Union européenne 2 Europe Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Prise de position

Plus en détail

Vous êtes marié avec un conjoint de

Vous êtes marié avec un conjoint de Divorce et résidence à l étranger Quel tribunal peut-on saisir? Les époux peuvent-ils choisir la loi applicable à leur divorce? Sous quelle forme? À défaut, quelle sera la loi applicable au divorce? Quels

Plus en détail

COMMERCE ELECTRONIQUE - Signature électronique et cryptographie 71. Sommaire

COMMERCE ELECTRONIQUE - Signature électronique et cryptographie 71. Sommaire COMMERCE ELECTRONIQUE - Signature électronique et cryptographie 71 SIGNATURE ELECTRONIQUE ET CRYPTOGRAPHIE Sommaire A- Signature électronique I - Textes luxembourgeois 1. Code civil (Extrait: Articles

Plus en détail

PETER HUSTINX CONTRÔLEUR. Objet: avancée sur le paquet de mesures pour une réforme de la protection des données

PETER HUSTINX CONTRÔLEUR. Objet: avancée sur le paquet de mesures pour une réforme de la protection des données PETER HUSTINX CONTRÔLEUR Président du Conseil de l Union européenne Secrétariat général Conseil de l Union européenne Rue de la Loi 175 1048 Bruxelles, Belgique Bruxelles, le 14 février 2014 PH/ABu/mk/

Plus en détail

CONSOMMATION Proposition de directive relative aux droits des consommateurs Position et Amendements de la CGPME

CONSOMMATION Proposition de directive relative aux droits des consommateurs Position et Amendements de la CGPME CONSOMMATION Proposition de directive relative aux droits des consommateurs Position et Amendements de la CGPME La Confédération Générale des Petites et Moyennes Entreprises (CGPME) est une organisation

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005

AVIS N 12 /2005 du 7 septembre 2005 ROYAUME DE BELGIQUE Bruxelles, le Adresse : Rue Haute, 139, B-1000 Bruxelles Tél.: +32(0)2/213.85.40 E-mail : commission@privacycommission.be Fax.: +32(0)2/213.85.65 http://www.privacy.fgov.be/ COMMISSION

Plus en détail

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES adopté à Madrid le 27 juin 1989, modifié le 3 octobre 2006 et le 12 novembre 2007 Liste des articles du

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 61 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 25 octobre 2010 PROPOSITION DE LOI sur les sondages visant à mieux garantir la sincérité du débat politique et électoral,

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

1 A noter que le Règlement 864/2007 du 11 juillet 2007 sur la loi applicable aux obligations non contractuelle

1 A noter que le Règlement 864/2007 du 11 juillet 2007 sur la loi applicable aux obligations non contractuelle Union des Entreprises Luxembourgeoises (UEL) 7, rue Alcide de Gasperi Boite Postale 3024 L-1030 Luxembourg Numéro d'identification au registre des représentants d intérêts : 82936193787-44 Livre vert de

Plus en détail

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité Marie Pierre ROUSSEAU Avec l existence du seul contrôle a priori des lois l ordre juridique français n a jusqu à présent

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE C.C.A. 12 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE Bruxelles, le 21 octobre 2003 2 Avis sur une clause

Plus en détail

Atelier de la Profession

Atelier de la Profession Sécuriser le recours à la prestation de services et à la sous-traitance en Europe : Obligations & droits pour les entreprises et les salariés Atelier de la Profession LES INTERVENANTS Laurence BOURGEON

Plus en détail

Note d'information des missions diplomatiques et consulaires allemandes en France sur les obligations alimentaires envers les enfants et les conjoints

Note d'information des missions diplomatiques et consulaires allemandes en France sur les obligations alimentaires envers les enfants et les conjoints 05/2012 Note d'information des missions diplomatiques et consulaires allemandes en France sur les obligations alimentaires envers les enfants et les conjoints I. Loi applicable Lorsque le recouvrement

Plus en détail

Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum)

Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum) Conditions générales de livraison et de paiement des traductrices et interprètes membres de l Association Vertalersforum (Stichting Vertalersforum) En cas de litige découlant de l'interprétation des présentes

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015. Association pour la recherche sur le diabète

Commentaire. Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015. Association pour la recherche sur le diabète Commentaire Décision n 2014-444 QPC du 29 janvier 2015 Association pour la recherche sur le diabète (Acceptation des libéralités par les associations déclarées) Le Conseil constitutionnel a été saisi le

Plus en détail

Manuel. relatif. à la mise en œuvre de la. directive. «services»

Manuel. relatif. à la mise en œuvre de la. directive. «services» Manuel relatif à la mise en œuvre de la directive «services» depuis 195 7 Avertissement Le présent document, élaboré par les services de la direction générale Marché intérieur et services, n engage pas

Plus en détail

CONSEIL "EMPLOI, POLITIQUE SOCIALE, SANTE ET CONSOMMATEURS" - Luxembourg, les 2 et 3 juin 2005 -

CONSEIL EMPLOI, POLITIQUE SOCIALE, SANTE ET CONSOMMATEURS - Luxembourg, les 2 et 3 juin 2005 - Paris, le 1 ER juin 2005 PREMIER MINISTRE COMITÉ INTERMINISTÉRIEL POUR LES QUESTIONS DE COOPÉRATION ÉCONOMIQUE EUROPÉENNE Secrétariat général Point 7 directive temps de travail CONSEIL "EMPLOI, POLITIQUE

Plus en détail

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE?

LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? LA SOCIÉTÉ PROFESSIONNELLE D ARCHITECTES : QUELLES SONT LES PERSONNES ASSURÉES CIVILEMENT EN SON SEIN ET CELLES QUI DOIVENT L ÊTRE? 1. Introduction 1.1 La loi du 15 février 2006, relative à l exercice

Plus en détail

DÉCISION D EXÉCUTION DE LA COMMISSION. du 26.3.2013

DÉCISION D EXÉCUTION DE LA COMMISSION. du 26.3.2013 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 26.3.2013 C(2013) 1725 final DÉCISION D EXÉCUTION DE LA COMMISSION du 26.3.2013 établissant les listes des documents justificatifs devant être fournis par les demandeurs

Plus en détail

LA COOPERATION RENFORCEE EN MATIERE DE DROIT DE LA FAMILLE DANS L UNION EUROPEENNE

LA COOPERATION RENFORCEE EN MATIERE DE DROIT DE LA FAMILLE DANS L UNION EUROPEENNE NOTE D INFORMATION : Joëlle Garriaud-Maylam Sénateur représentant les Français établis hors de France LA COOPERATION RENFORCEE EN MATIERE DE DROIT DE LA FAMILLE DANS L UNION EUROPEENNE A un mois et demi

Plus en détail

NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT APPLICABLES AUX PARTICULIERS A PARTIR DU 1 ER NOVEMBRE 2009

NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT APPLICABLES AUX PARTICULIERS A PARTIR DU 1 ER NOVEMBRE 2009 NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AUX SERVICES DE PAIEMENT APPLICABLES AUX PARTICULIERS A PARTIR DU 1 ER NOVEMBRE 2009 Introduction En application de l ordonnance n 2009-866 du 15 juillet 2009 relative

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine

Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Différend sur les réserves d or et les bénéfices de la Banque nationale 14 juin 2004 Numéro 24/1 Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Raccourcie

Plus en détail

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel».

«L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Compte Rendu Café RH Dauphine du vendredi 7 février 2014 «L impact de la loi de sécurisation de l emploi sur le dialogue social et les institutions représentatives du personnel». Ce compte rendu vise à

Plus en détail

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF

Tableau de bord. Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Tableau de bord Issu du dialogue économique entre les organisations syndicales et le MEDEF Septembre 2009 Sommaire Introduction...4 1 Marché du travail et emploi...7 1-1 Emploi...8 1-2 Coût du travail...14

Plus en détail

OBSERVATIONS INTRODUCTION

OBSERVATIONS INTRODUCTION Comité d experts gouvernementaux d UNIDROIT sur l applicabilité des clauses de compensation avec déchéance du terme Deuxième session FR UNIDROIT 2013 C.E.G/Netting/2/W.P. 5 Original: anglais Rome, 4-8

Plus en détail

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle

Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle Systèmes de protection des dépôts dans les pays membres du Comité de Bâle (Juin 1998) Introduction Le Comité de Bâle n a pas publié de recommandations sur les systèmes de protection des dépôts en ce qui

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ACHAT

CONDITIONS GENERALES D ACHAT CONDITIONS GENERALES D ACHAT Article 1 ACCEPTATION/ ACCUSE DE RECEPTION Sauf accords contraires et écrits entre AIRMETEC et le fournisseur, les présentes conditions s appliquent impérativement, à l exclusion

Plus en détail

Les comptes nationaux et le SEC 2010

Les comptes nationaux et le SEC 2010 Les comptes nationaux et le SEC 2010 7 ème séminaire de la Banque nationale de Belgique pour enseignants en économie du secondaire Bruxelles, le 22 octobre 2014 Catherine RIGO Plan de l exposé Introduction

Plus en détail

Session d été Compte rendu de la 2 e semaine

Session d été Compte rendu de la 2 e semaine Session d été Compte rendu de la 2 e semaine 13 juin 2014 L initiative sur les bourses d études va à l encontre de l égalité des chances et doit être refusée. Le contre-projet indirect, qui prend la forme

Plus en détail

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION La Constitution est un ensemble de textes juridiques qui définit les différentes institutions composant l État et qui organise leurs relations. Elle peut comporter également

Plus en détail

Des aides financières discriminatoires?

Des aides financières discriminatoires? Des aides financières discriminatoires? L arrêt de la Cour de justice de l Union européenne dans l affaire Elodie Giersch et autres contre État du Grand-Duché de Luxembourg Prof. Dr. Jörg Gerkrath, Professeur

Plus en détail

ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE EURO-MÉDITERRANÉENNE GROUPE DE TRAVAIL SUR LE FINANCEMENT DE L ASSEMBLÉE ET LA RÉVISION DU RÈGLEMENT DE L APEM

ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE EURO-MÉDITERRANÉENNE GROUPE DE TRAVAIL SUR LE FINANCEMENT DE L ASSEMBLÉE ET LA RÉVISION DU RÈGLEMENT DE L APEM ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE EURO-MÉDITERRANÉENNE GROUPE DE TRAVAIL SUR LE FINANCEMENT DE L ASSEMBLÉE ET LA RÉVISION DU RÈGLEMENT DE L APEM DMED_PV(2010)1202_1 PROCÈS-VERBAL de la réunion du 2 décembre 2010

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation

Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation Position de la CSF sur le projet de loi relatif à la consommation Dans son ensemble, la CSF accueille favorablement le projet de loi, mais reste néanmoins mobilisée contre la volonté du gouvernement de

Plus en détail

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La protection sociale complémentaire des agents de la fonction publique territoriale est

Plus en détail

Tableau: Participation des travailleurs au conseil d administration ou de surveillance dans les 31 pays de l Espace Economique Européen

Tableau: Participation des travailleurs au conseil d administration ou de surveillance dans les 31 pays de l Espace Economique Européen ALLEAGNE AUTRICHE SA,SARL, SCA et coopératives de 500 à 2 000 SA, SARL, SCA et coopératives >2 000 entreprises du secteur du charbon et de l acier>1 000 SARL > 300 SA PROPORTION/NOBRE REPRESENTANTS S 1/3

Plus en détail

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES

LA LOI DE MODERNISATION DE LA FONCTION PUBLIQUE MODERNISATION FONCTION PUBLIQUE. Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 REFERENCES Note d information N 2007-30 du 1 er septembre 2007 LA LOI DE MODERNISATION DE LA REFERENCES Loi n 2007-148 du 2 février 2007 de modernisation de la fonction publique (Journal officiel du 6 février 2007)

Plus en détail

A V I S N 1.851 ----------------------- Séance du mardi 28 mai 2013 ----------------------------------------

A V I S N 1.851 ----------------------- Séance du mardi 28 mai 2013 ---------------------------------------- A V I S N 1.851 ----------------------- Séance du mardi 28 mai 2013 ---------------------------------------- Prévention de la charge psychosociale (dont le harcèlement moral ou sexuel au travail) Suivi

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail