Efficacité de la surveillance des infections du site opératoire

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Efficacité de la surveillance des infections du site opératoire"

Transcription

1 Efficacité de la surveillance des infections du site opératoire Marine Giard 34 ème journées régionales de formation en hygiène hospitalière Mercredi 25 mai 2011

2 Contexte Environ 7M d interventions chirurgicales par an 3 ème cause d IN : 14,2% (ENP 2006) Conséquences des ISO prolongations de durée de séjour ré-hospitalisations +/- ré-interventions décès (?) Recommandations pour prévention Préparation cutanée Antibioprophylaxie Surveillance et prévention des ISO : priorité LIN

3 Historique Surveillance des IN Inscrite dans le programme national de lutte contre les IN, CTIN (1992) Surveillance en réseau des ISO Création du premier réseau inter-régional dans le Sud-Est (1993) Recommandations pour la surveillance des ISO (1994) Groupe de travail du CTIN Basées sur le système du NNIS Élaboration de la méthodologie nationale Groupe de travail du CTIN RESIN (réseau inter-cclin) (1998) Prise en compte du projet européen HELICS Document validé définitivement en novembre 1999 Mise en place prospective du réseau national en janvier 2000 Analyse rétrospective sur les années 1998 et 1999 Diaporama de la Journée Scientifique des CCLIN en juin 2000 : «un réseau national prometteur»

4 Réglementation Au niveau national : PROPIN , objectifs quantifiés de résultats «En 2012, le taux d incidence* des ISO pour 100 actes, pour des interventions ciblées** à faible risque d infection, a diminué globalement d un quart, y compris pour les infections profondes ; [données de référence : ISO RAISIN 2008]» Au niveau établissement indicateur SURVISO Un des 6 indicateurs du tableau de bord des infections nosocomiales Indicateur de réalisation d une surveillance des ISO = nb services surv/nb total services En test : indicateur de process, ICACHIR Manuel V10 certification - Pratique exigible prioritaire - Critère 8.g Maîtrise du RI E1 «Prévoir» «Des actions de surveillance et de prévention du RI, incluant celles issues des signalements, sont mises en oeuvre par les professionnels, en lien avec l EOH.» E2 «Mettre en œuvre» «Le dispositif de maîtrise du RI est évalué notamment à l aide d indicateurs. Des procédures et protocoles de surveillance et de prévention du RI sont établis. L établissement participe à des activités d échange et de comparaison interétablissements notamment via les programmes des CCLIN.»

5 Méthodologie Compatibilité ECDC Surveillance volontaire Toutes les interventions ou interventions prioritaires Discontinue (2 à 6 mois) Suivi jusqu à J30 : recueillir les ISO après la sortie Indicateurs Incidences : taux bruts, stratification sur l index NNIS RSI : comparaisons inter-établissements Evolution du protocole en fonction des remontées des établissements

6 Méthodologie Ajustement sur le NNIS Prend en compte 3 facteurs de risque classe de contamination durée d intervention score ASA Limites «que» 3 FDR FDR identiques pour toutes les procédures poids identique pour tous les FDR

7 Méthodologie Comparaisons à partir du RSI RSI = ratio standardisé d incidence Principe Comparaison du nombre d ISO observé par rapport à un nb attendu Modèle construit à partir d une régression logistique multivariée Avantages Permet d ajuster sur plus de 3 FDR (sélectionnés par le modèle) Tient compte du poids de chaque FDR Le concept de nombre infections «attendues» est plus parlant pour les équipes Permet de se comparer aux autres Facteur limitant Charge de travail liée au recueil des données patient par patient pour un évènement rare

8 Participation Base ISO-RAISIN interventions Médiane de suivi : 30 j C-CLIN Paris Nord C-CLIN Ouest C-CLIN Est C-CLIN Sud-Ouest C-CLIN Sud-Est

9 Evolution de la participation Base ISO-RAISIN Nombre d interventions : : : : (133/service en moyenne) Une surveillance en forte progression % des ES Etablissements Services

10 Résultats Base ISO-RAISIN 2010 Participation des ES et des services par catégorie Catégorie des établissements Nb établissements (%) Nb services (%) Nb interventions (%) Cliniques MCO 414 (55,9) 1233 (54,3) (56,1) CH 278 (37,5) 927 (40,8) (36,8) CHU 21 (2,8) 61 (2,7) (4,1) CLCC 17 (2,3) 24 (1,1) 5413 (1,8) Hôpital des Armées 8 (1,1) 22 (1) 3174 (1) Autres 3 (0,4) 3 (0,2) 539 (0,2) Patients Age Hommes : 55,6 ans Femmes : 55,0 ans Sex ratio (H/F) = 0,77

11 Résultats Base ISO-RAISIN 2010 Types d interventions Orthopédie Digestif Gynécologie Ophtalmologie Cardiologie Urologie ORL-Stomato Divers Neurochirurgie Thorax 0,7 7,1 5,6 5,9 4,2 3,2 10,8 15,2 18,7 28, %

12 Résultats Base ISO-RAISIN Durée de suivi post-opératoire j : 67,9% 30 j : 50,5% Médiane=30 jours % d'interventions [0-5[ [5-10[ [10-15[ [15-20[ [20-25[ [25-30[ [30 et +[ Durée de suivi (en jours)

13 Résultats Base ISO-RAISIN Incidence en fonction du score NNIS Taux brut d incidence en 2010 : 0,96% 49% d ISO profondes ou organe/espace Taux d'incidence des ISO (pour 100 interventions) 10% 9% 8% 7% 6% 5% 4% 3% 2% 1% 0% 9,20% 4,06% 1,43% 0,61% NNIS-0 NNIS-1 NNIS-2 NNIS-3 Strate NNIS 65,9% d interventions en NNIS-0

14 Résultats Base ISO-RAISIN Incidence par groupes d interventions prioritaires Taux d'iso (%) 3,5 3 2,5 2 1,5 1 0,5 0 DIG GYN NEU ORT URO VAS Spécialités prioritaires 1,4 1,2 1 0,8 0,6 0,4 0,2 0 Densité d'incidence/1000 jours de suivi Taux d'iso (%) DI/1000 jrs suivi

15 Résultats Base ISO-RAISIN Taux d incidence en fonction du type d ES

16 Tendances évolutives Base ISO-RAISIN incidence des ISO (%) 1,4 1,2 1,0 0,8 0,6 0,4 0,2 1,27 [1,21-1,33] 0,73 [0,67-0,79] 1,21 [1,16-1,27] 0,85 [0,79-0,91] 1,18 [1,13-1,23] 0,71 [0,67-0,76] 1,00 [0,96-1,05] 0,96 [0,93-1,00] 0,62 [0,58-0,66] 0,60 [0,57-0,64] 0, Taux d'iso global Taux d'iso en NNIS-0 Entre 2006 et 2010 Diminution de 24% de l incidence brute Diminution de 18 % de l incidence NNIS-0

17 Tendances évolutives Base ISO-RAISIN Évolution du risque d infection selon analyse multivariée, ,1 1,0 0,9 0,8 0,7 1,02 0,96 0,90 0,99 0,93 0,88 0,84 0,79 0,74 0,80 0,76 0,72 OR 0,6 0,5 0,4 0,3 0,2 0,1 0, vs vs vs vs 2006

18 Tendances évolutives Base ISO-RAISIN Evolution de la distribution des services en fonction de l incidence des ISO pour les interventions NNIS 0 et % services % services [0-1[ [1-2[ [2-3[ [3-4[ [4-5[ [5-6[ [6-7[ [7-8[ [8-9[ [9-10[ [10-11[ [11-12[ [12-13[ [13-[ [0-1[ [1-2[ [2-3[ [3-4[ [4-5[ [5-6[ [7-8[ [8-9[ [9-10[ [10-11[ [11-12[ [12-13[ [13-[ 2006 Taux d'iso NNIS-0, Taux d'iso NNIS-0,1 La proportion de services, où l incidence des ISO pour des interventions NNIS 0 et 1 était élevée, a diminué entre 2006 et 2010.

19 Tendances évolutives Base ISO-RAISIN Taux bruts Taux NNIS 0 et chir. programmée Chirurgie du colon : - 24% Chirurgie du sein : -5% Césariennes : - 30% Chir. des veines périph. : - 34% Taux NNIS 0 Césariennes : - 25% Indicateurs quantitatifs nationaux Hernie de paroi : - 34% Césarienne : - 32 % Chirurgie du sein : - 2 % Cholécystectomie : NS Chir. orthopédique prothétique : NS Autres Chirurgie du colon : - 28% Chir. des veines périph. : - 40 %

20 Tendances évolutives Base ISO-RAISIN Cholécystéctomie P* P** Δ ( ) N sous coeliochirurgie Incidence sous coeliochirurgie (%) 0,34 0,35 0,35 0,30 0,37 0,004 +8% N hors coeliochirurgie Incidence hors coeliochirurgie (%) 1,61 0,43 0,67 0,91 1,00 Appendicectomie N sous coeliochirurgie Incidence sous coeliochirurgie (%) 0,34 0,56 1,14 0,71 1,34 N hors coeliochirurgie Incidence hors coeliochirurgie (%) 0,93 1,47 1,30 0,95 0,84 Chirurgie du côlon N sous coeliochirurgie Incidence sous coeliochirurgie (%) 4,40 6,99 4,14 5,21 4,88 N hors coeliochirurgie Incidence hors coeliochirurgie (%) 7,81 7,27 5,30 6,66 6,06 0,001 0, % * : Test de tendance linéaire : teste l existence d une relation linéaire entre l incidence des ISO chaque année de 2006 à 2010 ** : Test du chi2 : compare l incidence des ISO en 2010 avec l incidence des ISO en 2006

21 Optimiser la surveillance Améliorer l utilisation des résultats Optimiser l efficacité de la surveillance Diminuer la charge de travail Optimiser la méthode Diminuer le temps de recueil des données Diminuer le temps de saisie des données

22 Optimiser l utilisation des résultats Considérée comme une EPP si elle s intègre dans le programme du service d amélioration de la qualité Cahier de protocoles (antibioprophylaxie ) Audit POP RMM régulières : diagnostic et causes des ISO Evaluation de pratiques de prévention (check liste) PROPIN «En 2012, 100% des établissements pratiquant la chirurgie utilisent des outils d'aide à l observance des mesures de prévention du RI péri-opératoire (type check liste).» «En 2012, 100% des établissements ont mis en place des méthodes d analyse des causes lors de la survenue d événements infectieux graves.» «En 2012, 100% des établissements de santé mettent en oeuvre des outils d EPP portant sur la gestion du risque infectieux.» Objectif in fine : améliorer les pratiques et l organisation «Une surveillance n est justifiée que si elle débouche sur des mesures correctives de prévention» Pittet et al., 2001

23 Optimiser la méthode Transcodage CCAM-RAISIN Fichier Excel : codeinter ccam description ABDO HGPA004 Libération étendue de l'intestin grêle [Entérolyse étendue] pour occlusion aigüe, par laparotomie ABDO HGPC005 Ablation d'un cathéter de dialyse péritonéale, par cœlioscopie ABDO HGPC015 Libération étendue de l'intestin grêle [Entérolyse étendue] pour occlusion aigüe, par cœlioscopie ABDO HPBA001 Réduction de volume tumoral d'une maladie gélatineuse du péritoine, par laparotomie ABDO HPCA001 Dérivation péritonéoveineuse ABDO HPFA001 Résection ou cloisonnement du cul-de-sac recto-utérin [de Douglas], par laparotomie ABDO HPFA003 Exérèse de lésion d'un repli péritonéal [méso] sans résection intestinale, par laparotomie ABDO HPFA004 Résection du grand omentum [grand épiploon] [Omentectomie], par laparotomie ABDO HPFC001 Exérèse de lésion d'un repli péritonéal [méso] sans résection intestinale, par cœlioscopie ABDO HPFC002 Résection du grand omentum [grand épiploon] [Omentectomie], par cœlioscopie ABDO HPFC007 Résection ou cloisonnement du cul-de-sac recto-utérin [de Douglas], par cœlioscopie ABDO HPGA001 Ablation d'un cathéter de dialyse péritonéale, par laparotomie ABDO HPGA002 Ablation d'un ballon intrapéritonéal, par laparotomie ABDO HPKA002 Changement d'un cathéter de dialyse péritonéale, par laparotomie ABDO HPKB001 Changement d'un cathéter de dialyse péritonéale, par voie transcutanée

24 Transcodage CCAM- RAISIN

25 Optimiser la méthode Diminuer le temps de recueil / saisie Surveillance active utile pour réduire les taux d ISO, surtout si associée à une approche pluridisciplinaire Reste lourde en terme de charge de travail Alléger le recueil des données Intégration des besoins de la surveillance dans le SIH poursuite de la surveillance actuelle tout en diminuant la charge de travail liée au recueil individuel des données standardisation de ces méthodes difficile : objectif de produire des données compatibles avec celles attendues par les réseaux de surveillance Saisie en «temps réel», facilitée par l outil web ou bien surveillance agrégée standardisée

26 Optimiser la méthode Automatisation à partir du SIH Dénominateur BDD administrative : données patients ++ BDD de bloc : données intervention et état du patient ++ Numérateur : recueil en surveillance active à compléter au niveau du service +/- extraction à partir de la BDD de laboratoire à valider par l équipe dans le cadre d un staff? Mais attention aux données manquantes +++ à l intégration dans la LIN et à la sensibilisation des professionnels PROPIN «En 2012, 95% des établissements chirurgicaux intègrent le suivi des infections du site opératoire dans leur système d information hospitalier»

27 Optimiser la méthode L apport de WEB ISO Dénominateur Import d un fichier dans un format pré-défini = fichier de données des opérés Modification ou complément de saisie : score ASA, classe de contamination Numérateur : recueil en surveillance active ++ Par défaut la variable «ISO» est codée en non Si ISO, modification et renseignement des variables liées

28

29 Optimiser la méthode Surveillance agrégée Justifications Indicateur national SURVISO du tableau de bord des infections nosocomiales certains établissements surveillent surtout pour améliorer leur score agrégé : affecte la qualité des données et l exploitation des résultats surveillance très lourde : sont demandeurs d une surveillance simplifiée ; nécessité d une surveillance réalisable par le plus grand nombre de services, y compris avec des moyens humains limités Concentration des efforts sur la gestion des risques recherche des causes de survenue des ISO Protocole européen de surveillance agrégée (level 1) en cours d adoption participation au réseau ECDC SSI pour les 2 niveaux de surveillance

30 Optimiser la méthode Surveillance agrégée Objectifs Permettre au maximum d équipes chirurgicales de surveiller les ISO et de répondre à leurs obligations règlementaires (SURVISO, certification) Permettre à chaque service de chirurgie de suivre sa tendance évolutive Recentrer les efforts sur la recherche de la survenue de l ISO la gestion des risques Consolider la dynamique liée à la surveillance en réseau?

31 Optimiser la méthode Surveillance agrégée Numérateur Dénominateur Etablissement Service Inter-région Code ES Code service Date d intervention Code CCLIN Code CCAM (ICD-9-CM ) Date d infection Type d infection MO1, 2, 3 Résistance 1, 2, 3 Date de sortie de l ES Etat du patient à la sortie Age Sexe Code unique intervention Inter-région Code ES Code service Code CCLIN Date début surv. Date fin surv. Nombre d interv. (par code CCLIN) Inter-région Inter-région Année Année Code ES Code ES Nb de lits (/100) Code service Type d ES Procédé de suivi Code région Nb interv./ catégorie Pour compatibilité ECDC

32 Optimiser la méthode Surveillance agrégée Proposée à des ES volontaires en test en 2011 Questions centrales Doit-elle faire l objet d une surveillance en réseau? Comment combiner les données de la surveillance classique et de la surveillance agrégée? Ne faut-il pas développer, prioriser l insertion de la surveillance dans le SIH (comme recommandé par le PROPIN)?

33 Conclusion (1) Diminution du taux d ISO Toutes interventions Chez patients à faible risque Interventions fréquentes : COLO, HERN, PTH, CESA Diminution de 25% entre 2004 et Quid entre 2008 et 2012? Intérêt de la surveillance Des ISO Si active et pluridisciplinaire, implication des chirurgiens Si accompagnée d une démarche de gestion des risques En réseau Protocoles standardisés Emulation, animations (journée du réseau), échanges Comparaisons Indicateurs

34 Conclusion (2) Perspectives Moderniser les outils et insérer la surveillance dans le SIH Tester une surveillance agrégée Suivi après l hospitalisation Analyses en cours 2 fiches de suivi post-hospitalisation Insérer des variables d organisation au niveau du service et de l établissement Mieux utiliser les résultats : ajustement sur d autres FDR (RSI ) Rapprocher la surveillance de la gestion des risques

35 Remerciements Groupe de pilotage ISO-RAISIN F Bruyère, JL Jost, L Merlo, P Baillet S Malavaud, V Merle, JC Séguier, Y Costa L Simon, O Ali-Brandmeyer P Jarno, M Perennec-Olivier P Astagneau, F L Hériteau, F Daniel M Giard, C Bernet, E Caillat-Vallet AG Venier, E Reyraud, JM Thiolet Aux équipes des établissements participants

LA SURVEILLANCE DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE

LA SURVEILLANCE DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE LA SURVEILLANCE DES INFECTIONS DU SITE OPERATOIRE Dr. L. SIMON, Praticien Hospitalier coordonnateur CClin Est, Nancy 29 èmes Journées nationales d étude et de perfectionnement de l UNAIBODE, 25 mai 2012

Plus en détail

Les infections de site opératoire : de la surveillance à la prévention (données 1999 2003)

Les infections de site opératoire : de la surveillance à la prévention (données 1999 2003) Les infections de site opératoire : de la surveillance à la prévention (données 1999 2003) Bruno Grandbastien (SFHH, C-CLIN Paris-Nord et CHRU de Lille) Contexte Importance des infections du site opératoire

Plus en détail

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) :

La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : La surveillance des infections du site opératoire (ISO) : un indicateur de la politique d hygiène des établissements de santé? Pourquoi les ISO? Complication fréquente Complication grave (surtout si ISO

Plus en détail

Faut-il encore surveiller les ISO, comment?

Faut-il encore surveiller les ISO, comment? XXIII ème congrès de la Société Française d Hygiène Hospitalière (SF2H) Lille 2012 Faut-il encore surveiller les ISO, comment? Bruno Grandbastien Service de Gestion du Risque Infectieux, des Vigilances

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire en France en 2009-2010 Résultats

Surveillance des infections du site opératoire en France en 2009-2010 Résultats Avril 2011 Surveillance des infections du site opératoire en France en 2009-2010 Résultats Réseau d Alerte, d Investigation et de Surveillance des Infections Nosocomiales (Raisin) CClin Est, CClin Ouest,

Plus en détail

Réseau Alerte Investigation Surveillance des Infections Nosocomiales R.A.I.S.I.N.

Réseau Alerte Investigation Surveillance des Infections Nosocomiales R.A.I.S.I.N. Réseau Alerte Investigation Surveillance des Infections Nosocomiales R.A.I.S.I.N. C.T.I.N. B. Branger C.CLIN-Ouest 5 mars 2002 1 Organisation nationale! Création des CLIN " En 1988 (établissements publics)

Plus en détail

Surveillance semi-automatisée des infections du site opératoire : Exemple du CHU de Nantes

Surveillance semi-automatisée des infections du site opératoire : Exemple du CHU de Nantes Surveillance semi-automatisée des infections du site opératoire : Exemple du CHU de Nantes Unité de Gestion du Risque Infectieux/service de Bactériologie-Hygiène Service d Information Médicale Page 1 Contexte

Plus en détail

Informatisation de la surveillance des ISO. Retour d expérience des Hôpitaux du Léman 1 et du Centre Hospitalier Alpes Léman 2

Informatisation de la surveillance des ISO. Retour d expérience des Hôpitaux du Léman 1 et du Centre Hospitalier Alpes Léman 2 Informatisation de la surveillance des ISO Retour d expérience des Hôpitaux du Léman 1 et du Centre Hospitalier Alpes Léman 2 Journée ISO CCLIN sud est 5 avril 2012 Dr Dusseau 1,2, Mme Gérosa 2, Mme Cassaz

Plus en détail

Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux. Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC

Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux. Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC Réseau GPIC, cancérologie : de l action à l amélioration des taux Dr Pierre BERGER, Institut paoli-calmettes GPIC GPIC Groupe pour la Prévention des Infections en Cancérologie Groupe collaboratif de la

Plus en détail

Du dossier patient informatisé au taux d ISOd

Du dossier patient informatisé au taux d ISOd Du dossier patient informatisé au taux d ISOd Berrouane Y., Graglia E., Gendreike Y., Lieutier F., Pugliese P., Roux A.C., Dulbecco F., Fosse T. Contexte : le suivi des ISO Programme National de Lutte

Plus en détail

Mortalité? Durée de séjour?

Mortalité? Durée de séjour? Surmortalité et excès s de durée e de séjours liés à la survenue d une d infection acquise en réanimation Analyse de la littérature Propositions pour le réseau REA RAISIN Dr Th. LAVIGNE pour le Comité

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire Quels systèmes pour quels résultats? Pascal Astagneau SFHH Strasbourg, juin 2007

Surveillance des infections du site opératoire Quels systèmes pour quels résultats? Pascal Astagneau SFHH Strasbourg, juin 2007 Surveillance des infections du site opératoire Quels systèmes pour quels résultats? Pascal Astagneau SFHH Strasbourg, juin 2007 L infection du site opératoire, c est (1) une question de santé publique

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire de Constantine

Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire de Constantine 19 e congrès de la de la Société Algérienne de Chirurgie Orthopédique et Traumatologique Surveillance des infections du site opératoire en chirurgie orthopédique et traumatologique à l hôpital militaire

Plus en détail

Identification de facteurs de risque infectieux en chirurgie carcinologique du sein

Identification de facteurs de risque infectieux en chirurgie carcinologique du sein Identification de facteurs de risque infectieux en chirurgie carcinologique du sein Enquête SURVISO-GPIC 20 GROUPE DE PREVENTION DES INFECTIONS EN CANCEROLOGIE GPIC F.LEMARIE, EOH Dr. MY LOUIS, B.CLARISSE

Plus en détail

Groupe d évaluation des pratiques en hygiène en hospitalière

Groupe d évaluation des pratiques en hygiène en hospitalière XI ème Rencontre Internationale Francophone des Infimiers(e)s en Hygiène Hospitalière 8 et 9 mai 2008 à Liège Groupe d évaluation des pratiques en hygiène en hospitalière Méthodologie d audit Préparation

Plus en détail

PRIORITE REGIONALE 2013 AUDITS

PRIORITE REGIONALE 2013 AUDITS PRIORITE REGIONALE 2013 AUDITS Version JANVIER 2013 1 Le respect des Précautions standard est un élément clé de la prévention de la transmission croisée dans les établissements de santé et les EHPAD. En

Plus en détail

Mme BOULET Statisticienne DIM Dr LEHIANI praticien hygiéniste UHLIN

Mme BOULET Statisticienne DIM Dr LEHIANI praticien hygiéniste UHLIN Système d Information d Hospitalier et lutte contre les infections nosocomiales Mme BOULET Statisticienne DIM Dr LEHIANI praticien hygiéniste UHLIN 1. Présentation du CH Jacques- Cœur 2. Le dispositif

Plus en détail

La lutte contre les infections nosocomiales en France

La lutte contre les infections nosocomiales en France La lutte contre les infections nosocomiales en France Programmes de lutte contre les infections nosocomiales 2009/2013 Circulaire N DHOS/DGS/E 2/RI/2009/272 du 26 août 2009 1 Hôpitaux Hygiène des mains

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES INFECTIONS du SITE OPÉRATOIRE ( I.S.O.)

LUTTE CONTRE LES INFECTIONS du SITE OPÉRATOIRE ( I.S.O.) LUTTE CONTRE LES INFECTIONS du SITE OPÉRATOIRE ( ISO) Les infections du site opératoire (ISO) représentent la troisième cause des infections nosocomiales ( 14% des I N en 2006 ) Dans les réseaux de surveillance

Plus en détail

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest

Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin Ouest Réseau national d Alerte, d Investigations et de Surveillance des Infections Nosocomiales Surveillance des BMR : Module optionnel de surveillance des Infections à Clostridium difficile proposé par le CClin

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire Protocole ISO-Raisin 2013

Surveillance des infections du site opératoire Protocole ISO-Raisin 2013 Maladies infectieuses Surveillance des infections du site opératoire Protocole ISO-Raisin 2013 Groupe de pilotage ISO RAISIN : CCLIN Est : Olivia ALI-BRANDMEYER Loïc SIMON CCLIN Ouest : Marion PERENNEC-OLIVIER

Plus en détail

Surveillance des infections du site chirurgical

Surveillance des infections du site chirurgical Surveillance des infections du site chirurgical Programme national réalisé par Swissnoso sur mandat de l ANQ Version abrégée Rapport comparatif national 2012-2013 Périodes de relevé : 1 er octobre 2012

Plus en détail

Evaluation du risque infectieux viral hématogène lié à la non stérilisation entre chaque patient des porte-instruments rotatifs en chirurgie dentaire

Evaluation du risque infectieux viral hématogène lié à la non stérilisation entre chaque patient des porte-instruments rotatifs en chirurgie dentaire Evaluation du risque infectieux viral hématogène lié à la non stérilisation entre chaque patient des porte-instruments rotatifs en chirurgie dentaire J.M. Thiolet, P. Bernillon, F. Lot, F. L Hériteau,

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE L ÉTABLISSEMENT MÉDICAL DE LA TEPPE 26600 TAIN-L HERMITAGE Septembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION DE L ETABLISSEMENT

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur

Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur Surveillance des infections du site opératoire assistée par ordinateur Utilisation des bases de données disponibles dans le système d information médicale Annie CHALFINE 1, Laurence PERNICENI 1, Loïc FLACHET

Plus en détail

Conformité de l antibioprophylaxie dans la surveillance des Infections du Site Opératoire Résultats Nationaux 2014

Conformité de l antibioprophylaxie dans la surveillance des Infections du Site Opératoire Résultats Nationaux 2014 Conformité de l antibioprophylaxie dans la surveillance des Infections du Site Opératoire Résultats Nationaux 2014 Martine AUPEE, CClin Ouest, Rennes Pour le Copil ISO-RAISIN martine.aupee@chu-rennes.fr

Plus en détail

Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire.

Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire. Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire. Charles FOURNIER, Marie-France DEBERLES, Rémi PARSY, Nicolas PENEL, Yann MALLET XXII

Plus en détail

FRUSES 2013. AMIENS 1 er octobre 2013

FRUSES 2013. AMIENS 1 er octobre 2013 FRUSES 2013 AMIENS 1 er octobre 2013 C R C I : démarche de lexpert l expert Docteur Daniel VALET Centre Hospitalier de BEAUVAIS Praticien Hospitalier Chef de Service Anesthésie Réanimation Médecine Légale

Plus en détail

ROLES ET MISSION LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DU CLIN HISTORIQUE DES DEFINITIONS. Me VILLEGAS Cadre formateur IBODE/2012

ROLES ET MISSION LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DU CLIN HISTORIQUE DES DEFINITIONS. Me VILLEGAS Cadre formateur IBODE/2012 ROLES ET MISSION DU CLIN Infections nosocomiales Définition de l Infection Nosocomiale: vient du grec nosokomion et date de 1845 Définition du Conseil de l Europe : elle introduit le personnel hospitalier

Plus en détail

Présentation de l établissement

Présentation de l établissement Méthode ALARM N. Grimaud Clinique Magdelaine 17 mai 2011 Journée inter-réseaux du CCLIN Sud-Ouest Présentation de l établissement Clinique chirurgicale de 15 lits et places (90 % ambulatoire) Installée

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES 1, rue du Docteur-Martinais 37600 LOCHES SEPTEMBRE 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ NOVEMBRE 2007 SOMMAIRE

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire France, 2012 Résultats

Surveillance des infections du site opératoire France, 2012 Résultats Maladies infectieuses Surveillance des infections du site opératoire France, 2012 Résultats Sommaire Abréviations 3 1. Introduction 5 2. Rappels méthodologiques 5 3. Participation 8 4. Contrôle de qualité

Plus en détail

Le tableau de bord des infections nosocomiales de l inter-région Sud-Est 2006-2009

Le tableau de bord des infections nosocomiales de l inter-région Sud-Est 2006-2009 Le tableau de bord des infections nosocomiales de l inter-région Sud-Est 6-9 Jean Christophe DELAROZIERE ARLIN PACA, Marseille jean-christophe.delaroziere@ap-hm.fr A partir de 4, un tableau de bord des

Plus en détail

Valérie Drouvot Direction Générale de la santé / Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins - Cellule Infections nosocomiales

Valérie Drouvot Direction Générale de la santé / Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins - Cellule Infections nosocomiales L organisation de la lutte contre les infections nosocomiales en France & La place de l usager dans le programme national de lutte contre les infections nosocomiales 2005/2008 Valérie Drouvot Direction

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire en France en Résultats

Surveillance des infections du site opératoire en France en Résultats Maladies infectieuses Surveillance des infections du site opératoire en France en 2009-2010 Résultats Sommaire 1. Introduction 2 2. Rappels méthodologiques 2 3. Résultats de la surveillance 2009-2010 3

Plus en détail

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Modifiez le style des sous-titres du masque Dr Sandrine Linares Généralités

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire France, 2011 Résultats

Surveillance des infections du site opératoire France, 2011 Résultats Maladies infectieuses Surveillance des infections du site opératoire France, 2011 Résultats Sommaire Abréviations 2 1. Introduction 3 2. Rappels méthodologiques 3 3. Participation 5 4. Contrôle de qualité

Plus en détail

IMPACT DE L ORGANISATION DU TRAVAIL EN

IMPACT DE L ORGANISATION DU TRAVAIL EN IMPACT DE L ORGANISATION DU TRAVAIL EN RÉANIMATION SUR LE STRESS ET LA FATIGUE DU PERSONNEL SOIGNANT ET SUR LES INFECTIONS LIÉES AUX SOINS : LE PROJET MOTILIS Zone de texte Laura TEMIME, laboratoire MESuRS,

Plus en détail

Audit national Hygiène des mains Observance - pertinence

Audit national Hygiène des mains Observance - pertinence Audit national Hygiène des mains Observance - pertinence 2008-2009 Groupe de travail thématique «Hygiène des mains» 1 Contexte Constitué en 2005, GREPHH a pour vocation de créer des outils d évaluation

Plus en détail

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE

INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE INFECTIONS ASSOCIEES AUX SOINS DEFINITION, FREQUENCE ET FACTEURS DE RISQUE Infection VINCENT A, Saint Genis Laval LAPRUGNE-GARCIA E, Saint Genis Laval Octobre 2008 Objectif Pour mettre en place une surveillance

Plus en détail

Introduction (3) Il existe 2 label Audipog :

Introduction (3) Il existe 2 label Audipog : Présentation des spécifications Audipog à destination des éditeurs de logiciels métier ou des professionnels possédant un dossier informatisé en périnatalité Septembre 2013 Introduction (1) L élaboration

Plus en détail

Résultats de la surveillance des infections du site opératoire

Résultats de la surveillance des infections du site opératoire Basse-Normandie Bretagne Centre Pays de la Loire St Pierre et Miquelon Résultats de la surveillance des infections du site opératoire Année 2009 Coordonnateur pour l inter-région : Pascal Jarno Référent

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE Décembre 2002 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»...

Plus en détail

Suivi des ISO après l hospitalisation en France

Suivi des ISO après l hospitalisation en France Suivi des ISO après l hospitalisation en France SF2H Lille-Juin 2012 M. Perennec, A. Tavenard, A. Jouve, L. Simon, F. L Hériteau, A.G. Venier, M. Giard, P. Jarno Origine de l étude 2008 : 50% des interventions

Plus en détail

Contexte EHPAD. Intégration GDR. Programme national de prévention des IAS

Contexte EHPAD. Intégration GDR. Programme national de prévention des IAS Contexte EHPAD Fiches techniques traitement anti-infectieux Résidents et collectivité Réglementaire renforcé Décret du 17 mai 2006 Art 2 : chaque antenne est chargée d assurer un relais de proximité du

Plus en détail

INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE. SBrosse FEMS

INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE. SBrosse FEMS INTRODUCTION A LA GESTION DES RISQUES DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE SBrosse FEMS PLAN 1.DEFINITION DU RISQUE EN ES 2.HISTORIQUE DE LA DEMARCHE DE GESTION DES RISQUES 3.ENJEUX SBrosse FEMS LE RISQUE La

Plus en détail

Conformité de l antibioprophylaxie chirurgicale et Infections du Site Opératoire

Conformité de l antibioprophylaxie chirurgicale et Infections du Site Opératoire Conformité de l antibioprophylaxie chirurgicale et Infections du Site Opératoire Martine Aupée, Juliette Tanguy CClin Ouest, Rennes Conflit d intérêt Je n ai aucun conflit d intérêt 2 Contexte Les infections

Plus en détail

CONSORES: E-OUTIL DE SURVEILLANCE DES CONSOMMATIONS DES ANTIBIOTIQUES ET DES RÉSISTANCES BACTÉRIENNES

CONSORES: E-OUTIL DE SURVEILLANCE DES CONSOMMATIONS DES ANTIBIOTIQUES ET DES RÉSISTANCES BACTÉRIENNES Journée régionale sur le bon usage des antibiotiques Rennes 19 nov 2014 CONSORES: E-OUTIL DE SURVEILLANCE DES CONSOMMATIONS DES ANTIBIOTIQUES ET DES RÉSISTANCES BACTÉRIENNES Contacts : Dr Sandrine BOUSSAT

Plus en détail

Indicateur Conformité des demandes

Indicateur Conformité des demandes Indicateur Conformité des demandes d examens d imagerie Campagne 2010 Analyse descriptive des résultats agrégés 2010 et analyse des facteurs associés à la variabilité des résultats Juillet 2011 Ce rapport,

Plus en détail

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement

Légionelles. Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement Légionelles Catherine Boutet Direction de la santé publique Département Santé Environnement La bactérie: évaluation des dangers Bacille gram - : 50 espèces, 64 sérogroupes naturellement présentes dans

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU DU CENTRE MEDICOSOCIAL LES FLORALIES 2, rue Descartes 93170 BAGNOLET Avril 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ Décembre 2006 SOMMAIRE COMMENT

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION CENTRE MÉDICAL LE CHÂTEAU-DE-BASSY 1, rue du Bosquet BP 85 24400 SAINT -MÉDARD-DE-MUSSIDAN Février 2005 Haute Autorité de santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION»...

Plus en détail

Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence

Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence Antibioprophylaxie chirurgicale : quoi de neuf en 2010? Joseph HAJJAR Service d hygiène et d épidémiologie Valence Rappel Burke, 1961 Démonstration sur modèle animal de l efficacité de l ABP si débutée

Plus en détail

EN PRATIQUE, C EST QUOI L ANALYSE DE SCENARIO? Chantal Mercier infirmière hygiéniste ULIN-janvier 2015-FDP08

EN PRATIQUE, C EST QUOI L ANALYSE DE SCENARIO? Chantal Mercier infirmière hygiéniste ULIN-janvier 2015-FDP08 EN PRATIQUE, C EST QUOI L ANALYSE DE SCENARIO? Chantal Mercier infirmière hygiéniste 1 Sommaire 1. Planter le décor : CH Valenciennes 2. Flash back sur le contexte national et les recommandations des instances

Plus en détail

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances

Rôle du Médecin du Travail. interactions avec les différentes instances Risques liés aux Accidents Exposant au Sang : Rôle du Médecin du Travail & interactions avec les différentes instances Dr Martine Domart-Rançon Service de Santé au Travail Hôpital Européen Georges Pompidou

Plus en détail

Articulation hygiène et gestion des risques

Articulation hygiène et gestion des risques Articulation hygiène et gestion des risques Prévention du risque infectieux et gestion des risques Marie-Françoise DUMAY SFHH SIIHH 5 juin 2008 Politique nationale (1) DHOS - DGS Recommandations : mise

Plus en détail

Point sur les outils du GREPHH Nouveautés 2013-2014

Point sur les outils du GREPHH Nouveautés 2013-2014 Les outils du GREPHH : la liste s allonge Point sur les outils du GREPHH Nouveautés 2013-2014 Delphine Verjat-Trannoy et Danièle Landriu CClin Paris-Nord Réunion sur la prévention du risque infectieux

Plus en détail

Dynamique de colonisation et d infection à P. aeruginosa en service de réanimation

Dynamique de colonisation et d infection à P. aeruginosa en service de réanimation Dynamique de colonisation et d infection à P. aeruginosa en service de réanimation DYNAPYO PHRC 2008 Promoteur : CHU de Bordeaux Camille LEROYER Service d Hygiène Hospitalière CHU de Bordeaux 9 juin 2011

Plus en détail

Hygiène et Chirurgie Ambulatoire

Hygiène et Chirurgie Ambulatoire Congrès de la Société Française d Hygiène Hospitalière AFCA Reims, 2 et 3 juin 2005 Hygiène et Chirurgie Ambulatoire Dr J-P SALES Association Française de Chirurgie Ambulatoire Définitions AFCA «L ensemble

Plus en détail

Congrès SF2H 2014 Marion DAVID

Congrès SF2H 2014 Marion DAVID Etude rétrospective des complications infectieuses, thrombotiques et mécaniques associées aux cathéters centraux insérés par voie périphérique (PICC) en onco-hématologie Congrès SF2H 2014 Marion DAVID

Plus en détail

Certification HAS et Méthode du Patient traceur

Certification HAS et Méthode du Patient traceur Certification HAS et Méthode du Patient traceur Réseau des représentants des usagers de ES et du Conseil de vie sociale des EMS 26 septembre 2015 ARLIN Martinique Certification HAS: les évolutions Exigences

Plus en détail

Présentation de l audit

Présentation de l audit Audit «Hygiène des mains» Partie II Qualité technique des gestes d hygiène des mains Présentation de l audit Contexte 1 L hygiène des mains : 1 ère mesure de prévention des infections associées aux soins

Plus en détail

La visite de risques : proposition d un outil de gestion pour la prévention du risque infectieux

La visite de risques : proposition d un outil de gestion pour la prévention du risque infectieux La visite de risques : proposition d un outil de gestion pour la prévention du risque infectieux Liliane HENRY, Arlin Basse-Normandie Anne CANIVET-THOMASSIN, CLCC Baclesse 15 ème journée du RRH 8 octobre

Plus en détail

JOURNEE ALIAS - 29 mars 2011. S. Nguyen, S. Dekeyser, C. Plane, B. Quesnel, MC. Delabre, C. Ducrond, E. Beclin, F. Dufossez, D. Descamps CH BETHUNE

JOURNEE ALIAS - 29 mars 2011. S. Nguyen, S. Dekeyser, C. Plane, B. Quesnel, MC. Delabre, C. Ducrond, E. Beclin, F. Dufossez, D. Descamps CH BETHUNE Surveillance des bactériémies : un outil pour améliorer la qualité des prescriptions antibiotiques et pour la lutte contre les infections nosocomiales. S. Nguyen, S. Dekeyser, C. Plane, B. Quesnel, MC.

Plus en détail

VALORISATION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES MESURES D HYGIÈNE SF2H 4 juin 2015 - TOURS

VALORISATION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES MESURES D HYGIÈNE SF2H 4 juin 2015 - TOURS VALORISATION MÉDICO-ÉCONOMIQUE DES MESURES D HYGIÈNE SF2H 4 juin 2015 - TOURS SIMEES UEME - CHU Tours Laboratoire Santé publique Equipe recherche «Education-Ethique-Santé Université Tours Points de vue

Plus en détail

RÉSULTATS DES INDICATEURS NATIONAUX

RÉSULTATS DES INDICATEURS NATIONAUX Indicateurs de «Lutte contre les infections nosocomiales» 2013 2014 Prévention des infections nosocomiales Indicateur composite des activités de lutte contre les infections nosocomiales (ICALIN.2) Cet

Plus en détail

«Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire»

«Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire» «Erreur de coté pour la réalisation d une ALR péribulbaire» Lyon ICAR 2009 Dr Patrick Georges Yavordios Association ARRES ASSPRO Accredit Clinique Convert 62 avenue de Jasseron 01000 Bourg en Bresse patrick.georges.yavordios@wanadoo.fr

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE DES BUTTES-CHAUMONT. 39-43, rue Fessart 75019 PARIS

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE DES BUTTES-CHAUMONT. 39-43, rue Fessart 75019 PARIS COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE DES BUTTES-CHAUMONT 39-43, rue Fessart 75019 PARIS Février 2007 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD

MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD MAÎTRISE DU RISQUE INFECTIEUX EN EHPAD MANUEL D AUTO EVALUATION JANVIER 2011 Marie Alix ERTZSCHEID, 16 juin 2011 1 Contexte Réalité du risque infectieux en EHPAD 2006/07 Enquête PRIAM prévalence des infections

Plus en détail

Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire.

Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire. Un système simple de veille en continu des évènements rares : l exemple des ISO en chirurgie carcinologique mammaire. Yann MALLET, Marie-France DEBERLES, Rémi PARSY 1ère journée de l Association de Lutte

Plus en détail

IncISO Résultats depuis 2000 Nouvelles modalités de surveillance

IncISO Résultats depuis 2000 Nouvelles modalités de surveillance IncISO Résultats depuis 2000 Nouvelles modalités de surveillance François L HÉRITEAU, Cécilia CAMPION X ème Journée régionale de prévention des IAS Rouen 5 avril 2012 Surveillance des ISO Réseau de surveillance

Plus en détail

Analyse et maîtrise des facteurs de risques exogènes des infections du site opératoire. JC. Labadie

Analyse et maîtrise des facteurs de risques exogènes des infections du site opératoire. JC. Labadie Analyse et maîtrise des facteurs de risques exogènes des infections du site opératoire JC. Labadie Facteurs de risques des ISO «Voies et foyers d infection d en salle d opd opération» (W.Whyte) ou les

Plus en détail

UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS)

UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS) UNE BASE DE DONNÉES UNIQUE POUR GÉRER ALERTES, SURVEILLANCE ET SIGNALEMENTS DES INFECTIONS ASSOCIÉES AUX SOINS (IAS) Y. Berrouane 1, E. Graglia 1, Y. Gendreike 2, P. Veyres 1, P. Pugliese 3, F. Dulbecco

Plus en détail

INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE. DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE

INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE. DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE INVESTIGATION D UNE ÉPIDÉMIE DU d Hygiène Hospitalière 2014-2015 Service d Hygiène Hospitalière CHU Bordeaux Dr Véronique MARIE 1 Qu est-ce qu une épidémie? Définition donnée dans Surveiller et prévenir

Plus en détail

Résultats du réseau de surveillance des infections du site opératoire

Résultats du réseau de surveillance des infections du site opératoire Résultats du réseau de surveillance des infections du site opératoire Résultats Sud Est 2010-2011 Evolutions 2008-2011 Résultats nationaux RAISIN 2009-2010 RSI E Caillat-Vallet Récapitulatif 1995-2011

Plus en détail

Application WEBISO. P ANGORA ; N GARREAU ; P JARNO et le groupe «Outils et indicateurs du CCLIN Ouest»

Application WEBISO. P ANGORA ; N GARREAU ; P JARNO et le groupe «Outils et indicateurs du CCLIN Ouest» Application WEBISO P ANGORA ; N GARREAU ; P JARNO et le groupe «Outils et indicateurs du CCLIN Ouest» Application WEBISO Technologie qui se généralise (essais cliniques ; information médicale ; qualité

Plus en détail

Préparation cutanée de l opéré et infections du site opératoire. Résultats Interrégionaux P. Legendre, J. Tanguy, MA. Ertzscheid, M.

Préparation cutanée de l opéré et infections du site opératoire. Résultats Interrégionaux P. Legendre, J. Tanguy, MA. Ertzscheid, M. Préparation cutanée de l opéré et infections du site opératoire Résultats Interrégionaux 2015 P. Legendre, J. Tanguy, MA. Ertzscheid, M. Aupée 1 Problèmatique Les infections du site opératoire (ISO) sont

Plus en détail

La surveillance des Infections du Site Opératoire (ISO) au CHU de Poitiers. Staff de Santé Publique - EPP Gauthier Bouche 4 avril 2007

La surveillance des Infections du Site Opératoire (ISO) au CHU de Poitiers. Staff de Santé Publique - EPP Gauthier Bouche 4 avril 2007 La surveillance des Infections du Site Opératoire (ISO) au CHU de Poitiers Staff de Santé Publique - EPP Gauthier Bouche 4 avril 2007 Définitions (1) Infections nosocomiales Une infection est dite nosocomiale

Plus en détail

Surveillance des Infections du Site Opératoire. Résultats Nationaux Martine Aupée, Juliette Tanguy, CClin Ouest

Surveillance des Infections du Site Opératoire. Résultats Nationaux Martine Aupée, Juliette Tanguy, CClin Ouest Surveillance des Infections du Site Opératoire Résultats Nationaux 2015 Martine Aupée, Juliette Tanguy, CClin Ouest 1 ère Journée ISO nationale 16 mai 2017 Méthode Les professionnels du service doivent

Plus en détail

Surveillance. REPH Rhône-Alpes 15 Mars 2012 Chambéry

Surveillance. REPH Rhône-Alpes 15 Mars 2012 Chambéry http://nosobase.chulyon.fr/recommandations/2011_ehpad_cclin_version2_13_12_11.pdf REPH Rhône-Alpes 15 Mars 2012 Chambéry E P H R Les EHPAD, MAS et FAM ne seront pas obligés de réaliser leur DARI avant

Plus en détail

Il n y a pas de chirurgie de haut niveau sans anesthésie de haut niveau. Il n y a pas d anesthésie de haut niveau sans chirurgie de haut niveau

Il n y a pas de chirurgie de haut niveau sans anesthésie de haut niveau. Il n y a pas d anesthésie de haut niveau sans chirurgie de haut niveau Il n y a pas de chirurgie de haut niveau sans anesthésie de haut niveau Il n y a pas d anesthésie de haut niveau sans chirurgie de haut niveau Chirurgie Ambulatoire Quelle organisation? Quel enjeu pour

Plus en détail

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD)

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Enquête nationale sur les événements indésirables associés aux soins (ENEIS) Incidence des événements indésirables

Plus en détail

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS

DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF. Service Central de Santé au Travail de l AP-HP PLAN DE COURS DIU Infirmières de Santé au Travail - IDF Faculté de Médecine Paris VII - Denis Diderot Mardi 7 juin 2016 STATISTIQUES EN SANTE AU TRAVAIL : NOTIONS ESSENTIELLES Service Central de Santé au Travail de

Plus en détail

Retour d expérience. Visite de certification V2010

Retour d expérience. Visite de certification V2010 Retour d expérience Visite de certification V2010 www.clinique-lorient.fr PLAN DE L INTERVENTION Organisation de l auto-évaluation Préparation de la visite de certification Programme d action du CLIN répondant

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE CARDIO-VASCULAIRE VALMANTE

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) CENTRE CARDIO-VASCULAIRE VALMANTE ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (APRES MESURE DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE CARDIO-VASCULAIRE VALMANTE 100 Traverse de la Gouffonne Route de Cassis 13009 Marseille Mai 2007 ACC01_F050_A Page 1 sur

Plus en détail

La maîtrise du risque infectieux en établissement de santé

La maîtrise du risque infectieux en établissement de santé Plan Le 06 novembre 2012 La maîtrise du risque infectieux en établissement de santé Docteur François TRUEBA 1. Définitions 2. Critère 8g de la certification (Pratiques exigibles prioritaires) 3. L approche

Plus en détail

Connaissances du personnel en radioprotection Etude multicentrique dans les blocs opératoires sur le grand Tunis

Connaissances du personnel en radioprotection Etude multicentrique dans les blocs opératoires sur le grand Tunis Connaissances du personnel en radioprotection Etude multicentrique dans les blocs opératoires sur le grand Tunis H.Kamoun, D.Abbes, A.Hammou Centre National de Radioprotection, Tunis, Tunisie. INTRODUCTION

Plus en détail

Hygiène hospitalière. Alexandre QUILLET Interne de Santé Publique Staff du 15 mai 2013

Hygiène hospitalière. Alexandre QUILLET Interne de Santé Publique Staff du 15 mai 2013 Hygiène hospitalière QUIZZ Alexandre QUILLET Interne de Santé Publique Staff du 15 mai 2013 QUIZZ 1 Un patient revient 10 mois après une intervention pour une prothèse de genou dans le cadre d une infection

Plus en détail

"BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005

BANDELETTES POSÉES PAR VOIE VAGINALE. Rapport d enquête. Décembre 2005 "BANDELETTES" POSÉES PAR VOIE VAGINALE Rapport d enquête Décembre 2005 Afssaps, décembre 2005 SOMMAIRE CONTEXTE OBJECTIF DE L ENQUÊTE 4 MÉTHODOLOGIE 5 Information des établissements 5 Recueil de données

Plus en détail

Vaccination des professionnels, patients, résidents. Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1. Conflits d intérêt

Vaccination des professionnels, patients, résidents. Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1. Conflits d intérêt Vaccination des professionnels, patients, résidents Daniel Floret Université Claude Bernard Lyon1 CClin Sud Est- Lyon- 17 Mars 2016 Conflits d intérêt Déclaration Publique d Intérêt consultable sur le

Plus en détail

- Guide méthodologique -

- Guide méthodologique - Réseau INCISO 2012 Surveillance des infections du site opératoire - Guide méthodologique - Novembre 2011 CCLIN Paris-Nord 96 rue Didot, Pavillon Leriche, 75014 PARIS Tel : 01.40.27.42.00 - Fax : 01.40.27.42.17

Plus en détail

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers

La iatrogénie médicamenteuse. Damien LANNOY - biopharma.univ-lille2.fr - EPU pharmaciens hospitaliers La iatrogénie médicamenteuse Définition (OMS, 1969) «Toute réponse néfaste et non recherchée à un médicament survenant à des doses utilisées chez l homme à des fins de prophylaxie, de diagnostic et de

Plus en détail

Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations

Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations Enquête autour d un cas de tuberculose: nouvelles recommandations Thierry COMOLET. Direction générale de la santé. Bureau des maladies infectieuses, des risques infectieux émergents et de la politique

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire en France en 2008

Surveillance des infections du site opératoire en France en 2008 Maladies infectieuses Surveillance des infections du site opératoire en France en 2008 Résultats Sommaire Abréviations 2 1. Introduction 3 2. Méthodes 4 3. Résultats de la surveillance 2008 6 3.1 Participation

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

Formation des auditeurs

Formation des auditeurs GRoupe d Evaluation des Pratiques en Hygiène Hospitalière Audit 2007 La préparation cutanée de l opéré Formation des auditeurs Groupe «POP» : Marie-Alix ERTZSCHEID, Michèle AGGOUNE, Dr. Claude BERNET,

Plus en détail

Enquête Nationale de Prévalence des infections nosocomiales et des traitements anti-infectieux en Hospitalisation à Domicile

Enquête Nationale de Prévalence des infections nosocomiales et des traitements anti-infectieux en Hospitalisation à Domicile Enquête Nationale de Prévalence des infections nosocomiales et des traitements anti-infectieux en Hospitalisation à Domicile B. Migueres, K. Miliani, D. Verjat-Trannoy, P. Astagneau, B. Coignard et le

Plus en détail

Les fractures du sujet âgé

Les fractures du sujet âgé Les fractures du sujet âgé Les Fractures du sujet âgé constituent un problème majeur de santé publique - La première considération est l état mental - état physique et degré d autonomie antérieur - score

Plus en détail

EVOLUTION DU TABLEAU DE BORD DES IN : pistes de réflexionr

EVOLUTION DU TABLEAU DE BORD DES IN : pistes de réflexionr EVOLUTION DU TABLEAU DE BORD DES IN : pistes de réflexionr Journées des praticiens en HH du CCLIN-Paris Nord PARIS - 16/12/08 CONTEXTE NATIONAL DU TABLEAU DE BORD DES IN Les 5 caractéristiques ristiques

Plus en détail

Surveillance des infections du site opératoire Réseaux INCISO du C.CLIN Paris-Nord. Résultats 2009 pour la Haute-Normandie

Surveillance des infections du site opératoire Réseaux INCISO du C.CLIN Paris-Nord. Résultats 2009 pour la Haute-Normandie Surveillance des infections du site opératoire Réseaux INCISO du C.CLIN Paris-Nord Résultats 2009 pour la Haute-Normandie Novembre 2010 Rédaction du rapport Pour le réseau INCISO du C.CLIN : - François

Plus en détail