Association Francophone de Gestion des Ressources Humaines

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Association Francophone de Gestion des Ressources Humaines"

Transcription

1 A La lettre GRH Association Francophone de Gestion des Ressources Humaines Spéciale Congrès Dakar - Décembre 2008 n 75 Rédaction: Marc BONNET, Sébastien POINT, Didier RETOUR; Recueil des informations: Christiane DESHAIS Editorial Spécial Congrès Dakar A vec le congrès de Dakar du 9 au 11 novembre 2008, votre association AGRH a fait un bond en avant dans sa vocation de rassemblement de la communauté des enseignants-chercheurs francophones dans le domaine du management et de la gestion des ressources humaines. Ce congrès a rassemblé 312 participants, dont plus d une centaine de collègues français, et il a permis de présenter 120 communications de très bon niveau académique. Les participants provenaient de 20 pays francophones: Algérie, Belgique, Bénin, Burkina- Faso, Cameroun, Canada, Congo, Côte d Ivoire, France, Gabon, Guinée, Liban, Madagascar, Mali, Maroc, Mauritanie, Sénégal, Suisse, Togo, Tunisie. Cet évènement a nécessité un effort exceptionnel et une préparation de près de deux années, dans le sillage du congrès de l IAS organisé par Jean-Marie PERETTI. Que chacun d entre vous soit remercié pour avoir apporté une contribution directe ou indirecte au succès de ce congrès, salué par l ensemble des participants. Un hommage est rendu en particulier au comité scientifique, animé par Bassirou TIDJANI et François PICHAULT, ainsi qu au comité d organisation, piloté par Malick TOURÉ en relation avec Slimane HADDADJ, Grégory VERMEERCH et Mostafa ABBA à l IAE Lille et Christiane DESHAIS à l ESSEC, en lien avec l équipe du CESAG où était basé Real MBIDA, et avec l équipe de l UCAD. L organisation du congrès nous a fait découvrir, au-delà des difficultés, que l on pouvait associer le souci de planification des pays du Nord avec la spontanéité et le sens de la convivialité des pays du Sud. Nous remercions également les organismes qui ont soutenu l organisation du congrès : le CESAG, l Université Cheikh Anta Diop, l Agence Universitaire de la Francophonie de Dakar et le Ministère français de l Immigration, de l Intégration, de l Identité Nationale et du Développement Solidaire.Les communications et le programme du congrès sont accessibles sur le site web de l AGRH Nous pourrons mesurer sur le long terme les impacts de ce premier grand congrès francophone organisé dans le domaine des sciences de gestion, en espérant que d autres initiatives seront prises par les associations académiques pour prolonger cette initiative. En attendant, quelques premiers enseignements peuvent d ores et déjà en être retirés : La démonstration est faite qu il est possible d organiser un congrès académique de très bon niveau à Dakar, en appliquant des prix d appel tout à fait comparables au coût d un congrès en France (moins de 1000 Euros, y compris le voyage, l inscription, le logement et les repas), avec des conditions excellentes de confort et de sécurité. On soulignera à ce sujet la forte mobilisation de jeunes enseignants et chercheurs, qui a d emblée placé le Congrès dans une dynamique nouvelle. Organiser un congrès rassemblant véritablement la communauté francophone a accru l audience de l AGRH non seulement dans les milieux académiques, mais aussi dans les milieux professionnels et chez les décideurs politiques, comme en témoigne la participation de nombreux DRH et de plusieurs ministres à ce congrès. Notre communauté a en particulier des messages de compréhension mutuelle et d échange de savoirs à faire passer, de manière à éviter les dysfonctionnements que l on a pu constater dans le cours récent des relations économiques entre la France et l Afrique de l Ouest. Nous avons découvert la richesse des échanges avec nos collègues africains sur des thématiques de recherche en management qui ne concernent pas seulement l Afrique, mais qui ont une portée générique au plan international. Outre les domaines liés au management interculturel, on peut citer le cas des réseaux d entreprise et des réseaux artisanaux, de la GRH en PME, de l évaluation des performances cachées dans l économie informelle ou encore des outils de la GRH au niveau des territoires. De nombreuses communications de collègues africains ont en outre porté sur des préoccupations de recherche qu un jugement trop rapide aurait pu considérer comme exclusivement occidentales: appropriation des technologies de l information et de la communication, gestion des carrières et de la mobilité professionnelle, compétences collectives et individuelles, confiance et qualité des relations, réseaux sociaux et capital social, etc. La demi-journée de rencontre avec les métiers du secteur informel et la journée consacrée à ausculter, par petits groupes, la gestion d entreprises sénégalaises ont constitué pour nous de véritables moments d apprentissage interculturel. Nous avons été frappés par la franchise et la simplicité avec lesquelles les problématiques de gestion ont pu être abordées par les responsables locaux, dans le cadre d échanges de qualité qui n ont pas manqué de mettre en cause certaines de nos modélisations théoriques. En outre, la discussion entre collègues africains et occidentaux a parfois été très vive et a certainement permis aux uns et aux autres de s enrichir mutuellement. Enfin, plusieurs de nos interlocuteurs ont souligné tout l intérêt qu il y avait, pour eux, à recevoir un rapport d étonnement ou des suggestions de la part du monde de la recherche. 1 AGRH, Maison des Ressources Humaines, 91 rue de Miromesnil, Paris

2 Ces rencontres de terrain, peut-être un peu trop rares dans notre discipline, ont en tout cas permis d ancrer nos réflexions dans les réalités organisationnelles concrètes : une leçon à retenir pour nos prochains congrès! Au-delà de ces partenariats académiques et des liens crées avec les praticiens, le congrès de Dakar a permis de créer et de stimuler le développement de groupes de recherche thématiques qui faciliteront à l avenir l institutionnalisation de nos réseaux de recherche et d enseignement en management des ressources humaines. Soulignons à cet égard la dynamique lancée, au cours du Congrès, par Bassirou TIDJANI avec plusieurs dizaines d enseignants et de chercheurs de l Afrique de l Ouest. Rappelons enfin le rôle moteur que notre Congrès doit pouvoir jouer auprès des doctorants : le succès remporté par l atelier doctoral au Congrès de Dakar témoigne, si cela est encore nécessaire, des responsabilités que nous avons à assumer à cet égard. En parvenant à combiner la qualité scientifique, la convivialité et l ancrage dans la réalité, ce congrès «hors normes» a incontestablement permis de lancer une dynamique nouvelle qui nous permettra de fêter dignement, l année prochaine, les 20 ans de l AGRH à Toulouse! Cordialement, Marc Bonnet François Pichault Message d ouverture du congrès par le ministre de d l'information du Sénégal «L a tenue pour la 1ère fois de votre congrès à Dakar témoigne de l intérêt porté à l Afrique francophone et plus particulièrement au Sénégal. Le thème «A quoi sert la GRH?» suscite au delà de son caractère récurrent un intérêt tout particulier dans un pays marqué par une profonde inter culturalité. L Afrique par la diversité de ses cultures et de ses histoires pose les conditions d une lecture contextualisée de la GRH. Que les pratiques managériales puissent être appréhendées à travers des représentations sociales et culturelles dans lesquelles elles s inscrivent est une idée qui paraît aujourd hui évidente. L application de modèles venant de l extérieur doit tenir compte des spécificités culturelles. On sait que les entreprises ne s inscrivent pas dans un cadre unique qui reproduirait les étapes d un développement linéaire. Au contraire, les règles de fonctionnement des entreprises n ont pas de caractère universel et doivent s adapter au contexte local. Prendre en compte l enracinement culturel est un impératif majeur auquel la GRH ne saurait y échapper. La GRH doit aider à mieux gérer les phénomènes organisationnels liés au choc des cultures africaines avec les modèles importés. En Afrique, l organisation de l entreprise et des échanges privilégient des micro et petites entreprises souvent informelles. Ce choix de structure engendre des pratiques non codifiées de GRH qui favorisent solidarité, esprit communautaire. La GRH en Afrique doit se poser les termes d un certain nombre de défis. Je relèverais plus particulièrement celui du rapport au temps, en effet, fondamental dans la culture occidentale, il pose toujours problème dans l entreprise africaine. Le dirigeant comme le personnel doivent constamment faire preuve d une disponibilité extrême vis-à-vis des membres de leurs communautés..des événements imprévus de la vie privée peuvent venir interférer les prises de décision et les activités de l entreprise. Plus généralement en Afrique, la notion de temps n est pas perçue comme une contrainte, l essentiel est que l événement prévu se réalise. Le moment précis de la réalisation n est que secondaire, ce qui n est pas adapté avec l exactitude et la ponctualité des procédures d une entreprise moderne. Face au défi de la mondialisation, donner un sens à la GRH c est aussi reconnaître sa capacité à s adapter aux contraintes culturelles et organisationnelles En espérant que le 19ème congrès de l AGRH puisse s attacher à réaliser les meilleurs interactions possibles entre des valeurs, des concepts, des techniques et des processus universels permettant ainsi à nos entreprises africaines de concilier efficacité économique et efficacité sociale. Nul doute que vos travaux et réflexions s efforceront de faire ressortir et d apprécier le socle identitaire qui doit constituer le fondement d un management adapté. Transposer des pratiques de GRH en Afrique, c est connaître le système social d implantation. Bon congrès et encore une fois, bienvenue au pays de la TERANGA.» Asiz SOW, Ministre de l'information du Sénégal. Message du ministre de l Immigration, de l Intégration ion,, de l Identité Nationale et du Développement Solidaire en ouverture du congrès Messieurs les Ministres, Monsieur le Recteur de l UCAD (Université Cheikh Anta Diop de Dakar), Monsieur le directeur général du CESAG, (Centre Africain d études supérieures en gestion), Mesdames, Messieurs, AGRH, Maison des Ressources Humaines, 91 rue de Miromesnil, Paris

3 I l m aurait été très agréable d être parmi vous physiquement. Hélas mon emploi du temps déjà chargé en temps normal, l est davantage encore en ces temps de présidence française de l Union européenne. Votre congrès représente une illustration des potentialités d un développement véritablement solidaire, en particulier en focalisant vos réflexions sur la place centrale de l homme dans la vie économique, sur des pratiques qui sont intelligentes et généreuses. Je salue sincèrement cette initiative remarquable qui consiste à organiser, ici, à Dakar le plus grand congrès francophone dans le domaine du management et des sciences sociales. En effet, vous êtes 300 professeurs d université et un certain nombre de responsables des ressources humaines en entreprise, à être présents à ce congrès. C est d ailleurs une des richesses de cette manifestation que d établir un pont entre la communauté académique et le monde de l entreprise. Un autre des aspects que je voudrais souligner est que votre congrès illustre le remarquable développement des formations au management en Afrique de l Ouest et au Maghreb. Désormais, pour nombre d étudiants, il n est pas nécessaire, il n est plus nécessaire de suivre des formations universitaires aux Etats-Unis ou en Europe. En effet, des centres d excellence émergent en Afrique. Je sais l originalité, au sein du monde universitaire de vos liens avec les acteurs des entreprises et des organisations avec lesquelles vous travaillez. Pour ma part, je me réjouis de ces liens. Le développement solidaire a besoin de vous, car les seules politiques économiques sont impuissantes si l on ne stimule pas le goût d entreprendre avec les méthodes de management efficaces. C est vrai aussi bien pour ce qui concerne les entreprises, que pour les organismes publics, les organisations professionnelles et les organisations à but non lucratif. La formation des managers actuels et futurs aux méthodes innovantes que vous préconisez est cruciale. Le président de la République Française a donné consigne au gouvernement de veiller à l utilité pour le développement des formations offertes par la France ou auxquelles la France participe au profit des pays du sud. Cette notion d utilité, ce sont bien les acteurs des ressources humaines dans les entreprises qui l évalue par le plus incontestable des baromètres : celui du recrutement. Il faut donc, à cet égard, souligner l importance de l analyse des besoins pour adapter les programmes de formation aux contextes locaux et internationaux. Les universités et établissements de formation qui travaillent en interaction constante avec leur environnement économique et social sont les mieux à même de préparer les jeunes à des emplois dont leur pays a besoin pour son développement. Dans le contexte des pays francophones plus encore qu ailleurs, la survie dans la compétition économique mondiale nécessite la recherche de nouveaux facteurs de compétitivité, différenciés par rapport à ce qui est pratiqué dans les autres régions du monde. A titre d exemple, vos recherches ont montré que l on pouvait encore amélioré la performance à court terme et à long terme des petites entreprises et des réseaux artisanaux en appliquant des méthodes de management en équipe mises au point de façon adaptée aux contextes culturels locaux. Le développement de l emploi qui en résulte a des impacts considérables, qu il conviendra de mesurer pour convaincre. C est en tout cela que vous, enseignants-chercheurs en Gestion des ressources humaines, vous avez une responsabilité éminente pour contribuer au développement pour contribuer au développement solidaire. Je sais que vous assumez cette responsabilité en travaillant à la diffusion de méthodes de management qui favorisent la croissance de l emploi et l élévation des niveaux de vie, tant en Afrique qu en France.C est à ce titre que je vous apporte le témoignage de mon estime et, audelà, l assurance de mon soutien et mes vifs encouragements. Brice HORTEFEUX, ministre de l Immigration, de l Intégration, de l Identité Nationale et du Développement Solidaire Introduction au Congrès Monsieur le Ministre, Votre excellence, Messieurs les Présidents, Chers collègues, A l ouverture du XIXème congrès de l AGRH ici à Dakar permettez-moi, comme Barthe le fit pour Balzac, de vous livrer mes impressions sur la «lettre cachée» de l AGRH. Ici ce n est pas le S de Sarrasine qui est caché mais le F de francophonie. Dans son texte Barthes note que la beauté se dit, mais ne se décrit pas. Cette langue que nous avons en partage avec 70 Etats n est pas seulement une «belle» langue, elle ne sert pas seulement de moyen ce communication à 200 millions de personnes. Elle a son génie propre et c est à son propos que j aimerais vous livrer, ici au Sénégal membre important de la communauté francophone, trois modestes réflexions. Au XVIIIème siècle Rivarol ouvre son «Dictionnaire sur l Universalité de la langue française par une affirmation : «Ce qui n est pas clair n est pas français». Pour cette raison nombre de traités internationaux furent rédigés en français et, pour ne prendre qu un exemple célèbre on sait ce qu il en coûte d abandonner ce choix. Les négociations entre Israël et les pays arabes buttent depuis des décennies sur l ambigüité sémantique de l interprétation de l expression «occupied territories». Mais le génie de la langue française ne se réduit pas non plus à sa clarté, elle fut à l origine de bien d autres langues et notamment l anglais. Environ la moitié du vocabulaire anglais provient de la conquête de la couronne d Angleterre par Guillaume le Conquérant. En montant, à l âge de huit ans, sur le trône anglais aux alentours de l an mille ce monarque amena avec lui une nombreuse cour francophone qui laissa durablement la marque de la langue française outre- manche. Récemment j ai recherché l étymologie d un mot anglais très utilisé dans mon domaine de recherche, la responsabilité sociale AGRH, Maison des Ressources Humaines, 91 rue de Miromesnil, Paris

4 de l entreprise. Ce mot c est «accountability», parfois traduit par reddition de comptes. J ai trouvé que ce mot provient du verbe account qui lui-même fut introduit à l époque de Guillaume le Conquérant à partir du mot du vieux français «aconter» qui signifiait à la fois «compter» et «conter». C est une belle histoire pour ceux qui aiment notre langue. Enfin je ne peux conclure sans évoquer ici, au Sénégal l un des fondateurs de la francophonie que fut le Président Senghor, chef d Etat et homme de lettres. Il y a vingt ans, dans son livre intitulé «Ce que je crois» il écrivait : «Il s agira ( ) pour faire de la Francophonie le modèle et le moteur de la Civilisation de l Universel, de favoriser les échanges d idées en respectant la personnalité originaire et originale de chaque nation». (Ce que je crois, p. 180). N oublions pas son message et que ce congrès soit placé sous le signe de L Universel et l originalité sénégalaise. Jacques IGALENS, Président d Honneur de l AGRH Perspectives de développement solidaire dans le domaine de la recherche et de l'enseignement en sciences de gestion A Dakar, la rencontre avec des collègues venant des quatre coins de l' horizon francophone nous a permis de prendre conscience de l importance de faire équipe entre enseignants-chercheurs francophones si nous souhaitons que le français soit une langue présente et respectée au niveau mondial dans le domaine des sciences de gestion, même si aucun d entre nous ne nie l importance de l anglais et d autres langues internationales comme l espagnol. Une spécificité clairement apparue dans le cas du monde francophone est que le français ne sert plus à véhiculer une culture et des outils de gestion dominants, mais qu il sert de langue commune pour mettre en relation des cultures et des approches extrêmement diversifiées, permettant ainsi d être l une des langues phares de la diversité dans une optique de développement durable. Le développement solidaire souhaité par la France et les pays africains exige également que nous fassions véritablement équipe, sans nous contenter des relations bi-latérales qui caractérisent l'état actuel de la coopération entre institutions de formation à la gestion. De ce point de vue, le congrès est apparu comme prometteur d'une mise en réseau nécessaire à la visibilité des institutions de formation et de recherche en gestion. Malick TOURÉ, Responsable du Master 2 Management Par Projets, Institut d Administration des Entreprises de Lille Un rêve réalisé C était il y a quatre ans à Montréal que le projet d'organiser le congrès AGRH 2008 à Dakar avait été avancé lors du dernier conseil d'administration de l'agrh que je présidais alors par notre collègue le professeur Alain AKANNI, et accueilli avec un certain enthousiasme par les administrateurs. Dès 2006, la réussite de l'organisation au CESAG à Dakar de la 8e université de printemps de l'audit Social avec une journée spéciale AGRH démontrait la faisabilité du projet et l'attractivité de la destination pour la communauté des enseignants chercheurs francophones en GRH. L'action déterminée des présidents Pierre LOUART de 2004 à 2007 et de Marc BONNET depuis 2007 a permis de réussir cette superbe manifestation. L'enthousiasme des participants, la richesse des échanges, la qualité des projets lancés, la convivialité des moments vécus font de ce congrès un moment exceptionnel. Merci à tous ceux qui ont permis à ce rêve de se réaliser et de nous avoir fait vivre ces moments magiques. Jean Marie PERETTI, Président d'honneur de l'agrh Table ronde : Qu est est-ce que la GRH et à quoi sert-elle elle? Q u est-ce que la GRH et à quoi sert-elle? Il n est pas raisonnable de prétendre donner une seule réponse à cette question. Selon le professeur LOUART, il existe plusieurs images de la GRH. A chaque image correspond un usage précis. La GRH peut se voir assigner une mission très économique, très politique ou très symbolique. Il est donc inutile de s aventurer dans la recherche d une définition standard de la GRH qui enfermerait artificiellement cette dernière dans des frontières qui l affaibliront, et qui donneront à certains le monopole d un domaine qui est pluridisciplinaire par définition. Lorsque l on parle de GRH et de son utilisation, le mot clé est la diversité : diversité dans les concepts et dans la pratique. La confirmation de cette diversité est venue de Madame FAYE, panelliste, qui, en partant d une approche Genre, voit dans la GRH, un outil permettant d établir une égalité entre hommes et femmes en entreprise. En s inscrivant plus ou moins dans la logique suggérée par le professeur LOUART, le professeur CHANLAT estime que les systèmes sociaux sont un élément AGRH, Maison des Ressources Humaines, 91 rue de Miromesnil, Paris

5 déterminant du débat sur ce qu est la GRH et à quoi elle sert. Par exemple, selon lui, l Afrique Noire a ses spécificités qui l amènent à faire face à des défis économiques, sociaux et environnementaux différents de ceux auxquels fait face l Europe. Les problématiques et solutions RH seront donc différentes de celles envisagées en Europe. L approche par les systèmes semble naturelle et faire appel à notre bon sens. Cependant, si l argument est juste, alors on a du mal à comprendre que, dans leurs explications de ce qu est la GRH et de ce à quoi elle sert, le Président de l Association Nationale des Directeurs et Cadres du Personnel du Sénégal (ANDCPS), Monsieur FAYE, ait utilisé un cadre d analyse et des concepts qui ne sont pas différents de ceux utilisés dans les pays du Nord avec à l appui un appel à remettre en question certaines pratiques et valeurs nationales, et que le directeur des ressources humaines de Nestlé Sénégal, Monsieur TOURÉ, ait présenté la GRH dans son entreprise à partir d un cadre très normatif. Est-ce le résultat d un mimétisme qui cache mal l écart entre le discours et la réalité de la GRH au Sénégal et en Afrique? Ou est-ce lié au statut d agence d une multinationale de l entreprise de Monsieur TOURÉ? Dans tous les cas, il s agit de problématiques centrales dans la mesure où la contribution de la GRH au développement des organisations et territoires (le thème du congrès) en dépend. Quelle serait par exemple la contribution de la GRH dans pays comme le Sénégal où 90% des entreprises sont dans l informel et où il n existe pas un mais une multitude de territoires? C est le débat qu a tenté d introduire le professeur TIDJANI, en partant des notions de diversité et de systèmes sociaux respectivement introduites par les professeurs LOUART et CHANLAT. En revenant sur les nombreuses possibilités de solutions RH dans des systèmes sociaux complexes et globaux, le professeur LOUART reste dans le champ théorique pour suggérer l absence de solutions toutes faites et la nécessité d un débat dans un combat loyal de représentation auquel participerait la GRH. L une des exigences de cette représentation semble être la nécessité pour la GRH d aller au-delà des objectifs de l entreprise et du traditionnel développement des affaires ; on a envie de dire d adopter une approche plus «stakeholders» que «shareholders». Cependant, il s agit d un exercice d autant plus difficile que les partenaires de l entreprise ne sont pas souvent impliqués dans les processus de décision, notamment dans les pays sous-développés où le niveau d organisation de la société civile est encore très faible. Ainsi, lorsque Monsieur TOURÉ, DRH de Nestlé prend la parole pour expliquer comment son entreprise contribue à l amélioration des savoirs faire dans le secteur informel qui assure la commercialisation d une partie non négligeable des produits Nestlé, on voit très bien qu il s agit d un partenariat selon les termes de Nestlé, orienté vers la réalisation des objectifs de cette dernière. Peut-il en être autrement, notamment en période de difficultés économiques et financières? Existe-t-il un modèle de contribution de la GRH au développement des territoires? Que renferme le concept de développement des territoires et comment le mesurer? Il est évident que l objectif de la table ronde n était pas de résoudre ces questions conceptuelles et méthodologiques, mais de les mettre en relief. Il n est même pas évident que ces questions puissent être résolues de manière satisfaisante une bonne fois pour toute. Bassirou TIDJANI Atelier doctoral U ne salle remplie complètement, composée en grande majorité de doctorants africains a été le théâtre de très nombreux échanges entre les participants et les animateurs : François PICHAULT, Pierre LOUART et Didier RETOUR. La discussion a été structurée sur la base des observations et des conclusions réalisées par Sébastien POINT et Didier RETOUR qui finalisent en ce moment même un état des thèses en GRH soutenues en France lors de la période , dont une première version a été présentée à Lille pendant les journées du réseau des IAE en septembre. Le document complet devrait être publié dans la Revue Gestion des Ressources Humaines en Dans ce contexte, les échanges ont porté notamment sur les questions de forme, l introduction, la problématique, le cadre théorique, la méthodologie, les résultats, la discussion et les préconisations. Sur la base des commentaires recueillis à la sortie de cet atelier, il peut être affirmé que les doctorants africains et européens ont trouvé des éléments tangibles de réponse à leurs multiples interrogations. Didier RETOUR Le réseau des chercheurs africains D akar 2008 a sans aucun doute été le congrès le plus africain de l histoire de l AGRH, non seulement par sa tenue à Dakar mais surtout par le niveau de participation des chercheurs africains. Faisant suite à l appel à communication, une cinquantaine de résumés ont été reçus par le comité scientifique. Parmi cette cinquantaine de résumés, une trentaine a fait l objet de communications dont la plupart a été retenue. Ces communications sont venues de la Tunisie, du Bénin, du Tchad, de la Côte d Ivoire, du Sénégal, du Cameroun, du Maroc, du Togo, et de l Algérie. Personne ne soupçonnait l existence d un tel potentiel en GRH en Afrique. AGRH, Maison des Ressources Humaines, 91 rue de Miromesnil, Paris

6 L aspect le plus remarquable de la contribution africaine au congrès réside dans la jeunesse des participants. Pour bon nombre d entre eux, il s agissait de leur première participation à une telle rencontre. En outre, leur communication constituait leur première production scientifique ; en effet, plusieurs d entre eux (certainement la majorité) n ont pas terminé la rédaction de leur mémoire de DEA ou de leur thèse. Faisant partie des dernières nées des matières en Sciences de Gestion, la GRH n est enseignée sur la plupart des campus africains que depuis moins de 10 ans. Ainsi, alors que dans les disciplines «anciennes» des Sciences de Gestion (par exemple, en Finances, comptabilité/contrôle de Gestion et marketing), Il existe plus d une quinzaine d agrégés de l Afrique Centrale à l Afrique de l Ouest, en GRH, il n en existe que deux. Il est évident que la contribution des Africains à ce congrès est un signe de vitalité qui fait désormais de la GRH une des locomotives de la recherche en Gestion en Afrique. Cependant, le combat pour la reconnaissance de la GRH en tant que discipline enseignée et objet de recherche est loin d avoir été gagnée en Afrique, malgré le succès de ce congrès. Cela est d autant plus vrai que sur les campus africains, les Sciences de Gestion elles-mêmes, contrairement à ce que l on voit en Europe et en Amérique du Nord, continuent à être considérées plus comme une affaire d entreprise orientée vers le gain à court terme que comme une discipline universitaire. Les enseignants-chercheurs africains en Sciences de Gestion ne sont pas peu responsables de cette situation. Considérons l information suivante : avec AGRH2008, l Université Cheikh Anta Diop, pourtant vieille de 50 ans, institution dans laquelle les Sciences de Gestion sont enseignées depuis les années 1960, abritait son premier congrès scientifique international en Sciences de Gestion! Ce congrès aurait pu également avoir lieu sans une forte participation africaine n eût été la volonté des organisateurs d en faire une étape importante dans le développement de la GRH en Afrique. La mise en place du réseau des chercheurs africains en GRH est une manière de poursuivre les efforts déployés lors de la préparation de l AGRH Au cours de la réunion qui a eu lieu en marge du congrès, en présence d une cinquantaine de chercheurs (en majorité jeunes), un ensemble de décisions ont été prises, à savoir notamment : - le développement du réseau sur la base de groupes thématiques - l ancrage du réseau à l AGRH, avec une certaine autonomie - la recherche d un appui scientifique auprès des collègues européens vu la faiblesse des ressources humaines en matière d encadrement dans les universités africaines, et - la production d études de cas basées sur des exemples d entreprises africaines. Ces décisions conduisent à une approche qui combine ancrage aux réalités africaines et ouverture. En adoptant une telle démarche, nous restons dans la logique de co-développement et d apprentissages croisés qui a été au centre du congrès de Dakar. Bassirou TIDJANI A quoi sert t un Congrès de l AGRH à Dakar? A quoi sert un Congrès de l AGRH à Dakar? Telle a été ma première interrogation à l annonce de l événement auquel j ai été conviée et où j ai représenté Entreprise&Personnel. S agissait-il encore d un de ces congrès cher à certaines professions libérales qui ne sauraient traiter de sujets graves qu au soleil? Les quatre jours de travail, denses, passés en compagnie d universitaires et de professionnels des RH européens, africains et canadiens m ont permis bien au contraire, de saisir l importance de la tenue de cet événement annuel à Dakar. J ai su tirer en effet pour le réseau d entreprises que je représente trois enseignements essentiels pour l accompagnement des entreprises : Dans un contexte de mondialisation accéléré, confronter son modèle de GRH à la culture des pays où l on vise des implantations, est d importance à condition de ne pas céder de manière trop complaisante aux sirènes d un «culturalisme» de bon ton qui voudrait que chaque trait culturel local relativise les contraintes de management de l entreprise. La compréhension des conditions de gestion et de management local doit aussi être éclairée par celles de l environnement dans son ensemble : qu il s agisse des aspects politiques, économiques et sociaux de la connaissance fine des marchés du travail, où de l état sanitaire du pays d implantation par exemple. Enfin la question du territoire sur laquelle nous avant tant de peine à emmener les entreprises en France faute de parvenir à leur en faire saisir les enjeux de long terme, est une dimension montante. «La GRH en Afrique est une GRH hors les murs». Cette expression de François PICHAULT, lancée au cours d une table ronde lors du congrès, mériterait d être étendue à bien d autres territoires. La prise en compte des parties prenantes territoriales n est-elle pas en effet l un des objectifs d une Responsabilité Sociale d Entreprise (RSE) dont se réclament nombre d entreprises? Penser l entreprise comme «pôle de développement des Ressources humaines» sur un territoire constitue un axe de travail moderne. Autant dire que ces enseignements contribuent à conforter et à structurer les pistes de réflexion et d actions déjà engagées par Entreprise&Personnel au service de son réseau. En décentrant notre regard, les travaux du Congrès de l AGRH 2008 à Dakar ont utilement aidé à en valider le choix. Martine LE BOULAIRE Directeur de l équipe «Evolution du Travail, des organisations et de la fonction RH», Membre du Codir Entreprise&Personnel AGRH, Maison des Ressources Humaines, 91 rue de Miromesnil, Paris

7 Rapport d étonnement d un accompagnateur A ccompagnant Martine Le Boulaire (Entreprise et Personnel), je suis professionnellement directeur d un organisme de 1750 salariés travaillant dans le secteur d activité de l assurance maladie obligatoire à Versailles. Je remercie les organisateurs du congrès de m avoir associé à leurs travaux et de m avoir permis d en tirer quelques réflexions en terre africaine aux côtés d éminents enseignants universitaires et managers francophones. Je retiens de ces heures d écoute, et d échanges, trois sujets majeurs de réflexion. 1. Les spécificités culturelles, sociales et économiques de l Afrique obligent à renoncer à des transpositions clés en main du package «GRH» occidental universitaire et appliqué. L importance de l économie informelle, principal fournisseur de travail pour les journaliers doit être pris en considération. Le poids de l appartenance familiale, communautaire ou ethnique dans le recrutement, oblige à réfléchir sur les adaptations indispensables des modèles occidentaux de sélection ou de recrutement. Mais en France par exemple, sommes-nous totalement éloignés de ces caractéristiques? Dans les entreprises familiales artisanales ou de petits commerces, le recours aux ressources familiales est également courant. Dans les grandes entreprises, il n est pas rare de constater que les cadres dirigeants ou les ingénieurs sont issus des mêmes écoles supérieures. 2. L entrepreneur et le manageur africains sont confrontés à des situations ou comportement quasi universels que la fonction RH peut contribuer à résoudre. Le fléau de l absentéisme a souvent été évoqué par les manageurs africains. La difficulté à trouver du personnel bien formé et stable, adhérant aux valeurs et aux objectifs de l entreprise a également été avancée. Toute proportion gardée, certains secteurs d activité français éprouvent aussi des difficultés à se développer faute d un personnel formé, générant de ce fait une résistance structurelle à l objectif de plein emploi affiché par les pouvoirs publics. La volatilité des salariés, en particulier des plus jeunes, est également vécue en Europe. En Europe comme en Afrique, l entreprise doit en sus du salaire, proposer des avantages complémentaires pris en charge pour partie ou totalement par l employeur, pour fidéliser des compétences. L attraction d une complémentaire santé ou retraite est souvent réelle de part et d autre de la Méditerranée. 3. L entreprise africaine ne peut pas ignorer son environnement territorial, économique et social. En Afrique, l entreprise doit souvent passer par l économie informelle pour distribuer ces produits. Ceci lui donne une responsabilité particulière notamment en matière de formation professionnelle de ses distributeurs. L entreprise africaine peut aussi tirer partie des valeurs africaines, le respect des anciens, la solidarité, l esprit communautaire. Il y a là matière à travailler sur une démarche managériale africaine adaptée au service de la performance. Ces quelques questions confirment qu il n y a pas de réponse universaliste en matière de gestion des ressources humaines, mais qu il y a place pour plusieurs réponses possibles, ouvertes sur les expériences des uns et des autres dans des environnements culturels, religieux, sociaux et économiques différents. Eric LE BOULAIRE, directeur du CPAM de Versailles Visite de l Agence de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP) L Agence de Régulation des Télécommunications (ATR) a été créée en 2001 et est devenue en 2006, l Agence de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP) étendant les pouvoirs à la régulation du secteur postal. C est un établissement public doté de la personnalité juridique et de l autonomie financière et placée sous l autorité du Président de la République. L ARTP compte 96 salariés sous contrat privé (les anciens fonctionnaires ont dû choisir) dont 36 femmes. La moyenne d âge des salariés est de 40 ans. Les Valeurs de l ARTP sont : l indépendance, la transparence, l intégrité, l impartialité et l équité. Elle a pour Missions entre autres de : - Assurer le contrôle de la réglementation - Veiller au respect du code - Conseiller le Président de la République dans le Secteur des Télécommunications et Postes - Assurer le suivi du cahier de charge des opérateurs - Approuver le tarif de certains services de télécom - Adresser des mises en demeure aux exploitants pour le respect de leurs obligations - Instruire les plaintes des organisations de consommateurs et assurer leur suivi par les exploitants Sa vision se décline en quatre axes stratégiques (Connaissances et Maîtrise de l Environnement, Approfondissement de la libéralisation, Accompagnement des Secteurs, Accompagnement des Secteurs) et en deux projets internes transversaux (certification qualité et le projet d entreprise). Par rapport au projet d entreprise, il se décline en quatre chantiers: 1) Communication : Modernisation et partage de connaissances. 2) Ressources Humaines: développer les pratiques (formation, évaluation, GPEC) et construire un bon climat social. 3) Management: définition et mise en œuvre des règles d or des collaborateurs et des managers. 4) Organisation : changement organisationnel Les étonnements : 1. L indépendance qui constitue une valeur prônée par l agence alors qu elle est sous la responsabilité du Président de la République. AGRH, Maison des Ressources Humaines, 91 rue de Miromesnil, Paris

8 2. Changement de statuts des salariés qui s est opéré et qui a contraint les fonctionnaires à retourner à la fonction publique car, ils ont refusé de démissionner de la fonction publique pour conserver leur poste au sein de l agence qui a opté pour le statut privé. 3. L institution semblait être trop parfait toutefois, l équipe des congressistes de l AGRH a pu attirer leur attention sur certains faits liés à la gestion des ressources humaines tels que : Le positionnement de la Division des Ressources Humaines sous la direction des Finances et comptabilité au regard de toutes les démarches qualité que l agence a entreprise. Notons que la Division des Ressources Humaines se construit petit à petit Lancement en d un projet GPEC lourd, l équipe leur a suggéré de simplement ce projet. Inexistence de la culture syndicale. Notons qu il existe des délégués du personnel. Stratégie et Formation sont intimement liées. Les entretiens d évaluation permettent d identifier les besoins individuels en formation. Puis ces agents sont régulièrement formés. Et le budget alloué à la Formation est de 17,66% pour remettre à niveau les agents face à la complexité du marché des télécoms. 4. Innovations: l organisation des anniversaires des agents, les vendredis de la connaissance, etc. 5. Nous étions à la cantine de l agence, où nous avons déjeuné puis avons observé que les femmes mariées étaient sur la même table, tandis que les hommes mariés étaient également ensemble sur une autre table et une troisième table sur laquelle se trouvaient deux jeunes filles avec des hommes célibataires. Rosaline DADO WOROU & Charles-Henri BESSEYRE DES HORTS Autour du congrès : marcher ensemble C omme le rappelait judicieusement Pierre LOUART, le mot «congrès» nous vient du latin congressus («réunion»), luimême tiré de congredi, qui veut dire «marcher avec» (réf. Dictionnaire Littré). Et le congrès de Dakar a été au sens propre une occasion tout à fait originale de marcher ensemble! Bien sûr, lors des intersessions et autres pauses, nous avons classiquement arpenté avec d autres participants les couloirs de l Université pour divers échanges in vivo sur nos parcours professionnels et/ou personnels. Mais les organisateurs avaient délibérément prévu des occasions de «marcher ensemble», qui se sont avérées être des opportunités rares de partage et d enrichissement mutuel. Dès la première matinée, nous avons pris contact très concrètement avec l économie informelle sénégalaise en visitant des micro-entreprises travaillant le bois, le cuir ou le fer dans des conditions de précarité aux antipodes des normes occidentales. Ce choc culturel a évidemment suscité un flux de questions auprès des différents entrepreneurs et de nos accompagnateurs sénégalais, et nous avons pu ainsi prendre conscience que la viabilité de ce secteur se fonde sur un système social totalement intégré où l économique et l humain sont substantiellement imbriqués. L après-midi a été consacré à la visite de l ile de Gorée, avec sa Maison des Esclaves tellement chargée d émotion, mais aussi de foi en l Humanité (un jalon dans la marche vers le respect des droits humains fondamentaux?). Ce contexte non professionnel a permis à chacun(e) de passer d un groupe à l autre au hasard des rues pour des contacts bien plus ouverts que dans un cadre de travail classique. Une autre occasion marquante de «marcher» dans des chemins peu habituels dans les congrès a été la journée consacrée à la rencontre avec les dirigeants et les équipes RH d une dizaine d organisations publiques et privées très diversifiées. La mise en commun des rapports d étonnement des différents groupes en fin d après-midi a permis de montrer tout l intérêt de contextualiser la réflexion sur les dimensions RH, tant en termes de pertinence dans la formulation des questions que de créativité dans les réponses. En conclusion, ces ouvertures à des dimensions non institutionnelles se sont révélées comme autant d opportunités pour les congressistes de «marcher ensemble» pour partager des expériences et échanger ensuite sur un vécu commun, et on ne peut qu espérer que cette formule soit pérennisée pour les prochains congrès. Michel FÉRONDE Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP) Félicitations aux lauréats du congrès AGRH 2008! Didier CAZAL a obtenu le prix du meilleur rapporteur. François PICHAULT et Jean NIZET ont réalisé un produit pédagogique multimédia intitulé "Des modèles africains pour la gestion?", comprenant cinq cas audiovisuels sur la gestion des organisations en Afrique et un manuel pédagogique. Ce produit a reçu le prix du meilleur cas de l'agrh Il est déposé à la Centrale des Cas et Médias Pédagogiques de Paris. Compte rendu de l assemblée générale : Rapport moral et financier de l AGRH D epuis la mise en place du nouveau bureau à Fribourg les 20 et 21 septembre 2007, un important travail a été réalisé en équipe. Nous proposons de résumer les principales réalisations, après un rappel de notre situation financière : Le congrès de Dakar a mobilisé une grande partie de l énergie de cette année en coopération avec l UCAD, le CESAG et son Ecole Supérieure Polytechnique, ainsi que l ANDCP Sénégal. Il avait été décidé pendant le mandat AGRH, Maison des Ressources Humaines, 91 rue de Miromesnil, Paris

9 de Jean-Marie PERETTI et préparé pendant la présidence de Pierre LOUART. Il est présidé par notre collègue Bassirou TIDJANI, assisté par François PICHAULT pour la partie scientifique et par Malick TOURÉ en lien avec l équipe du CESAG pour le comité d organisation. Il permet de renforcer et de rassembler des coopérations qui préexistaient, mais le plus souvent de façon dispersée. Ce congrès permet ainsi de créer un réseau de façon durable dans le cadre de la recherche francophone dans le domaine du management des ressources humaines, ce qui est vital dans un monde où une part croissante des recherches est réalisée dans le courant dominant anglo-saxon. Nous avons également renforcé nos liens avec les autres institutions académiques, comme la SFM, la FNEGE et les associations internationales en étant conseillés notamment par Georges TREPO et Frank BOURNOIS. Slimane HADDADJ nous a représentés auprès des Ministères, et nous lui sommes particulièrement reconnaissants d avoir négocié une subvention d équilibre pour le congrès de Dakar, fortement déficitaire de façon délibérée, pour tenir notre engagement d un prix d appel à moins de 1000 pour les européens (inscription + avion + hôtel et restauration). Didier RETOUR, Sébastien POINT et Rodolphe COLLE, ont effectué un important travail de recension des thèses soutenues en GRH. La Revue de Gestion des Ressources Humaines devrait publier en 2009 un état des thèses pour la période Avec Didier RETOUR, nous nous sommes également partagés la représentation de l AGRH aux dix journées de recherche organisées avec le logo de notre association. Il faut aussi noter que Didier RETOUR a pris la responsabilité de l équipe d animation du séminaire doctoral AGRH qui s est tenu lors des congrès de Fribourg et de Dakar. Jean-Michel PLANE a assuré de façon régulière la gestion constante de l AGRH, rendue particulièrement complexe cette année par la gestion directe de la comptabilité du congrès de Dakar. Il veille également à l équilibre de nos comptes et aux investissements réalisés, en particulier dans le cadre du développement de la série GRH chez Vuibert. Rachel BEAUJOLIN-BELLET a assuré le suivi de l activité des groupes de recherche thématiques. Nous ne pouvons citer ici tous les noms des responsables des groupes thématiques. Ils réalisent un travail souterrain très utile en décloisonnant les travaux réalisés dans chaque institution et en permettant une fertilisation croisée. Rachel BEAUJOLIN-BELLET a aussi géré la mise en place du site web dans le cadre de l accord que nous avons signé avec RMS. Elle a été assistée par Rodolphe COLLE, Dominique BERGER et l équipe de Reims Management School. Cela a aussi été permis par le passage de relais entre Jonathan POTIER et l équipe de RMS. Une présentation plus détaillée du site web et de son moteur de recherche vous sera faite. Il faut signaler en particulier le travail remarquable qui a été réalisé par Christiane DESHAIS pour rassembler l ensemble des communications faites aux congrès annuels de l AGRH depuis l origine et désormais consultables sur le site, y compris le congrès de Dakar. C est au total un volume de près de pages qui constitue un patrimoine scientifique de notre association sous la forme d une bibliothèque numérique accessible à tous nos membres. Dans le prolongement du congrès de Fribourg, Eric DAVOINE a mis à jour la liste des ambassadeurs pays. Il assure personnellement les liens avec le monde académique suisse et germanophone. Zahir YANAT a poursuivi le pilotage du GRT Humanisme et Gestion tout en développant un travail en réseau avec les chercheurs du Maghreb dans le domaine de la GRH. Sébastien POINT a rénové le format de la lettre et a assuré la coordination des contributions dans le cadre d une parution bimestrielle. C est un élément important de la visibilité de notre association. Françoise CHEVALIER a assuré la coordination et le rassemblement des cas pédagogiques, ainsi que le prix du meilleur cas. Elle achève la préparation d un ouvrage de cas, qui nous sera d une grande utilité en tant qu enseignants-chercheurs en GRH. Pierre LOUART a poursuivi la direction de la collection GRH chez Vuibert, qui s est étoffée de plusieurs nouveaux volumes cette année : GRH et Genre, coordonné par Annie CORNET, Jacqueline LAUFER et Sylvie BELGHETI- MAHU, un ouvrage sur le management et la conduite de soi coordonné par Eric PEZET et un ouvrage sur les restructurations coordonné par Rachel BEAUJOLIN-BELLET et par Géraldine SCHMIDT, et Comportements et RH : la GRH au kaléidoscope coordonné par Martine BRASSEUR. Alice LE FLANCHEC et Jacques ROJOT ont coordonné la revue RGRH. Il faut noter que le numéro spécial du congrès 2008 a été coordonné avec Bassirou TIDJANI, Pierre LOUART et François PICHAULT. Les articles retenus dans ce numéro sont sélectionnés par le Comité Scientifique du congrès, dont une partie est constituée par le comité de rédaction de la revue. Pia IMBS a assuré la coordination entre l AGRH et Référence RH, ce qui est particulièrement important étant donné que notre métier n est pas seulement celui de chercheur, mais celui d enseignant-chercheur en GRH. Le travail réalisé permet le partage des pratiques pédagogiques, par exemple sur le thème du développement personnel et sur l apprentissage. Il est prévu d en parler dans la lettre, ainsi que de la semaine «RH» dans le cadre des masters et AGRH, Maison des Ressources Humaines, 91 rue de Miromesnil, Paris

10 pour l observatoire des métiers RH. Jean-Marie PERETTI a animé de nombreuses activités qui associaient étroitement l AGRH et l IAS, notamment dans le cadre des journées de Corte sur la diversité, et de la journée passée chez PSA pour les accords relatifs à la gestion de l emploi. Nicole BARTHE a organisé de nombreuses activités dans le domaine de la RSE en lien avec l AGRH, notamment le congrès ADERSE de Grenoble. Christiane DESHAIS a joué un rôle central dans notre fonctionnement. Elle est au centre de tous les circuits d information, à la fois pour la lettre, le site web, l annuaire et la gestion des inscriptions au congrès. Grâce à l ESSEC-Management Education, nous bénéficions également d une version papier de l annuaire, ce qui renforce la lisibilité de l association. Jacques IGALENS, Patrice ROUSSEL, Bruno SIRE et Alain KLARSFELD ont mis en place une équipe pour le 20ème congrès AGRH qui se tiendra à Toulouse les 10 et 11 septembre Un accent particulier sera mis sur les méthodologies de recherche et thèmes émergents en GRH. La date limite de soumission des papiers est le 1er avril 09. Une matinée sera consacrée à la célébration des 20 ans de l AGRH et aux groupes de recherche thématiques. Merci à l équipe de l IAE Lille et à celle de l ISEOR, qui ont mis à notre disposition des moyens en secrétariat pour certaines opérations, tirages de documents et frais de voyage, ce qui constitue une contribution en nature. Merci aussi à chacun d entre vous d avoir répondu «présent» pour le congrès de Dakar. Beaucoup de collègues, notamment dans les autres associations académiques, nous ont observés avec un intérêt parfois teinté d un certain scepticisme. La réussite de ce congrès est un signal très important pour toute notre communauté de sciences de gestion en faveur d un engagement résolu dans la francophonie, sans lequel notre existence même au plan international est très menacée. Enfin, il y a toutes les personnes qui n ont pas été citées et qui nous apportent des soutiens ponctuels ou discrets. Chacun est encouragé à se porter volontaire pour participer à une mission ou à prendre en charge un projet. Il y a de la place pour chacun dans l AGRH et notre association scientifique rayonnera d autant plus que nous serons nombreux à nous impliquer. Au plan financier, le résultat de l exercice est déficitaire de , compte tenu d un investissement exceptionnel dans la série Vuibert, avec la parution de 4 ouvrages payés sur l exercice pour un montant de , contre seulement 1473 de droits d auteur. Les cotisations personnelles et institutionnelles se sont élevées à un niveau tout à fait satisfaisant de Les autres charges sont en ligne avec les années précédentes, à l exception d une augmentation des frais de secrétariat de liés à la mise en place du site web et de la prise en charge en France d une part importante du secrétariat du congrès de Dakar. Il s agit de charges non récurrentes, à la fois en ce qui concerne le congrès de Dakar, et en ce qui concerne la série AGRH chez Vuibert, qui va s autofinancer en grande partie. Marc BONNET, Président Didier RETOUR, Secrétaire Général Jean-Michel PLANE, trésorier L AGRH fête ses 20 ans à Toulouse : XXe X Xe congrès de l AGRH du 9 au 11 septembre 2009 L Thème du congrès : Méthodes émergentes et recherche en GRH es organisations sont confrontées à des incertitudes et des ambiguïtés croissantes face auxquelles les démarches prévisionnelles et planificatrices trouvent souvent leurs limites. La recherche et la construction du sens, sens de l action collective, sens de l engagement individuel deviennent des sujets majeurs de préoccupation pour les directions générales, les DRH et les managers. Il y a 30 ans, l introduction de la quantification dans la GRH a été un progrès, car elle a permis de donner une base solide aux différentes politiques sociales des organisations, politique de l emploi, des rémunérations, de la santé au développement de recherches et de publications scientifiques qui ont fait progresser les connaissances et les pratiques. Aujourd hui émergent des courants et des méthodes de recherche qui renouvellent de façon importante le travail des chercheurs de notre discipline. Dans de nombreuses organisations, il s agit moins de mesurer que de comprendre et il s agit moins de prévoir que de mobiliser. Pour cela apparaissent ou réapparaissent des méthodes qualitatives de recherche telles que l observation, l analyse longitudinale, l analyse de cas, les récits de vie, l étude des discours, les études critiques («Critical management studies»), l observation, le «storytelling», etc. Certaines perspectives contemporaines telles que la performativité, l apprentissage, l étude de la cognition, la construction de AGRH, Maison des Ressources Humaines, 91 rue de Miromesnil, Paris

11 la compétence individuelle ou collective, la responsabilité sociale semblent mobiliser en priorité ces méthodologies qualitatives. Sans opposer nullement méthodes de recherche qualitatives et quantitatives qui le plus souvent se combinent harmonieusement, le XXe congrès de l AGRH entend faire le point sur les méthodes émergentes ainsi que sur les perspectives de recherche qui les mobilisent dans le domaine de la GRH. Date limite de soumission des communications : Mercredi 1er avril Les communications pourront être adressées au congrès à partir du 1er février Aucune communication ne sera acceptée au-delà du 1er avril Adresse courriel d envoi des communications : Normes de présentation : veuillez consulter le site de l AGRH, Procédure d évaluation : Les communications sont soumises au comité scientifique qui nomme deux évaluateurs. L évaluation se fait en double aveugle par des membres du comité de lecture du congrès, courant avril. Les évaluations sont transmises aux auteurs avec l avis du comité scientifique début mai, pour acceptation, acceptation sous réserve de modifications mineures, acceptation sous réserve de modifications majeures, ou rejet. Les manuscrits en révision seront présentés en deuxième relecture avant le 1er juin La décision définitive du comité scientifique interviendra fin juin Les auteurs sont invités à assurer scrupuleusement leur anonymat dans leur manuscrit, et suivre les normes de publication pour pouvoir le faire figurer dans les actes du congrès. Haïkus Sénégalais 1. Ce grand arbre à Dakar D où volaient sobrement Des rapaces 4. Par-dessus les bassins La lavandière Dresse au soleil 7. La chanteuse à Gorée Raconte les exils De ceux qui sont partis 10. Descendue de la brousse En clameur Une famille amène Au cou d argent Un linge enflammé Sur des eaux sans retour Grand mère à l hôpital 2. Riant à ceux qui passent L enjôleuse Les aguiche à l oreille 5. Des enfants jouent Entre les mains racines D un fromager 8. Les bois les peaux Les échos des marteaux 11. Mon joyeux baobab Arbre à guérir Ton fruit soulage Pour vendre ses bijoux Qui leur fait l ombre 3. Aux ateliers du cuir Trois gamins sont couchés Dans le temps suspendu 6. A tambours de paroles A cordes de coras Faisons danser Des chaussures pendantes Les récits des griots Font la belle chanson Du balafon 9. Note d Aminata «Assez de souk Et pas d arbre aux palabres Aux heures de travail» Les fesses enrhumées 12. A la fin l'on s'en va Mais le cœur est mouillé Des humeurs généreuses Qui pleuvaient sur Dakar Pierre LOUART AGRH, Maison des Ressources Humaines, 91 rue de Miromesnil, Paris

12 PROGRAMME DES ACTIVITES DU CONGRES THEME DU CONGRES A quoi sert la GRH? La contribution de la GRH au développement des territoires et des organisations 1 Dakar du 09 au 12 Novembre 2008 ACTIVITES PRE CONGRES 08 Samedi 2008 ACTIVITES INTERVENANTS LIEU A partir de 16 h Accueil et inscriptions Le comité d organisation AGRH 2008 CESAG 17h - 19h Réunion du bureau de l AGRH Le bureau de l AGRH CESAG DIMANCHE 9 novembre 2008 Lieu 8 h 30 Regroupement au CESAG CESAG 9 h 12 h Rencontre des métiers artisanaux et du secteur informel Le comité d organisation AGRH 2008 Dakar 13 h Pause Déjeuner 14 h h 30 Visite de Gorée Le comité d organisation AGRH h 19 h 30 Accueil et inscriptions (suite) Table ronde introductive: A quoi sert la GRH? Intervenants : J.F. Chanlat, P.Louart, M.Bonnet, Fatou Sarr, A.Faye, Papa Nalla Fall Animation : B.Tidjani et F.Pichault Salle des conférences du CESAG 2

13 LUNDI 10 NOVEMBRE NOVEMBRE 2008 ACTIVITES INTERVENANTS LIEU 8 h 30 (Accueil et inscriptions suite) Regroupement des participants pour transport vers l UCAD 9h 10 h Discours d ouverture Séance plénière Conférence inaugurale sur «Management et cultures africaines» Comité d Organisation Intervenants : - Monsieur le représentant du Ministère de l Immigration et de l Identité nationale (France) Monsieur LACOSTE - Monsieur le Ministre de l information (Sénégal) Monsieur Abdou Aziz SOW - Monsieur le Directeur Général du CESAG Monsieur Mady KOANDA - Monsieur le Recteur de L université Cheikh Anta Diop de Dakar - Monsieur Abdou Salam SALL - M. Bruno Sire, président de l Université de Toulouse 1, représenté par le Professeur Jacques Igalens Esplanade du CESAG Salle des conférences (UCAD 2) Animation Messieurs les professeurs: B.Tidjani, M.Bonnet, P.Louart et F.Pichault Pause café Pause café Pause café Pause café Intervenants : Président Zadi Kessy, Pr Abdoulaye Bara Diop 10h h 30 Pr Emmanuel Kamdem Animation : B.Tidjani et F.Pichault Salle des conférences (UCAD 2) 12h30-14h30 PAUSE DEJEUNER CESAG 3 LUNDI 10 NOVEMBRE H H Atelier n A1 Président : MATMATI Mohammed Appropriation La non gestion des conflits dans le cadre de l implantation des technologies de l information : un cas de résolution autonome MEISSONIER Régis, HOUZE Emmanuel des TIC SIRH au cœur des enjeux de GRH : un outils de contrôle des SIMEN Serge Francis performances des pratiques RH Impact des pratiques de gestion des ressources humaines sur l acceptation de l ERP dans les entreprises en Afrique : cas de deux entreprises en Afrique de l Ouest WOROU Rosaline Dado Atelier n A2 Président : FERRARY Michel Nouveaux équilibres dans la Le portage salarial : la relation d emploi revisitée à l aune de pratiques effectives PAREZ-CLOAREC Christiane relation d'emploi Les niveaux d équilibre de la flexicurité BEAUCOURT Christel Work life balance in the context of regulatory change: a comparison of France and the UK SANSEAU Pierre-Yves, SMITH Mark 4

14 LUNDI 10 NOVEMBRE H H Atelier n A3 Président : NKAKLEU Raphaël Le rôle des Le recours à la communauté : un moyen de lutte contre la fraude dans les entreprises en Afrique? FATOKE Miftaou, NIZET Jean facteurs socioculturels Un modèle de Management des Ressources Humaines en SCOUARNEC Aline en GRH Euroméditerranée? Hypermodernité et développement des ressources humaines : quels enseignements pour l entreprise africaine? PLANE Jean-Michel Atelier n A4 Président : CADIN Loïc Carrières Carrière et réussite de la mobilité internationale CERDIN Jean-Luc, LEPARGNEUX Marie internationales Les liens d influence des déterminants de la compétence interculturelle individuelle. Cas de deux étrangers à Madagascar. Approche par la cartographie cognitive. RAKOTOMENA Mialy 5 LUNDI 10 NOVEMBRE H H Atelier n A5 Président : DAVOINE Eric Engagement et Les relations entre l implication organisationnelle, le stress professionnel et l auto-efficacité à travers une étude quantitative. LAHMOUZ Karima, DUYCK Jean-Yves implication Le rôle du contexte dans l'engagement des salariés MARCQ Joël Les causes de l absentéisme dans les entreprises sénégalaises : le cas des Industries Chimiques du Sénégal (ICS) DIOP Babacar, NDAO Assane Atelier n A6 Président : LOUART Pierre La GRH et le Émergence d une GRH territoriale et réseau inter-firmes développement des territoires (1) Une gestion des ressources humaines à l interface des organisations : vers une GRH territoriale? Les parties prenantes dans l articulation de la régulation et de la gouvernance d un territoire d économie sociale et solidaire LOUBES Anne, BORIES-AZEAU Isabelle, ESTEVE Jean- Marie MAZZILLI Ingrid VAESKEN Philippe, ZAFIROPOULOU Maria 6

15 LUNDI 10 NOVEMBRE H H Atelier n A7 Président : DEFELIX Christian Stock et dynamique de la compétence collective, une étude de cas ARNAUD Nicolas Compétences Communautés de pratique et performance dans les relations de service. MEBARKI Lamine collectives Le cas des communautés de pratique dans un centre d appels Rapprochement entre les concepts de capital social et de compétences collective : enseignements théoriques et empiriques pour la GRH MICHAUX Valéry Atelier n A8 Président : IMBS Pia Carrières dans Les pôles de compétitivité : quelle influence sur l évolution de carrière des CULIE Jean-Denis le monde de la recherche chercheurs? Le cas de MINALOGIC Comment devient-on «innovateur»? Etude exploratoire sur une population de chercheurs-entrepreneurs. CHEVALIER Françoise, MICAELLI Isabelle Mettre en scène sa carrière : ce que disent les scripts sur les interactions individus/organisation. Le cas des enseignant/chercheurs en biologie LOUVEL Séverine, VALETTE Annick 7 LUNDI 10 NOVEMBRE 2008 TABLES RONDES 16 H30-18 H Salles CESAG Salle de conférences CESAG Salle E 3 CESAG Salle N 3 Titre de la table ronde La prospective: quel apport pour la GRH? L'audit social au coeur des préoccupations RH GRH au Maghreb Intervenants Luc BOYER (Université Paris-Dauphine), Joel MARCQ (Université du Littoral), François SILVA ( ESCEM/CNAM), Corinne FORASACCO (Caisse d'epargne) Aline SCOUARNEC (Université de Caen), Jean-Marie PERETTI (ESSEC et IAE de Corte), Antoine VENIARD ( Ecole de Management de Normandie), Marc BONNET (ISEOR, Université Lyon 3) Zahir YANAT (Bordeaux Ecole de Management), E. CHAOUTI (U. Marrakech), K. LAHNOUF (U. Mulhouse), Slimane HADDADJ (IAE Lille), Hadj NEKKA (U. d'angers) Salle C 101 GRH, diversité et interculturalité Fabien BLANCHOT (U. Paris Dauphine), Rodolphe OCLER (ESC Chambéry), Ababakar M BENGUE (U. de Reims), Dominique BESSON (IAE Lille) SOIREE LIBRE 8

16 MARDI 11 NOVEMBRE 2008 JOURNEE CONSACREE AUX VISITES D ENTREPRISE MARDI 11 NOVEMBRE 2008 ACTIVITES INTERVENANTS LIEU A partir de 8 h 30 Regroupement devant le CESAG Esplanade du CESAG 9 h 16 heures Visites d entreprises Les DRH des entreprises visitées Entreprises visitées 16 h h Restitution des visites d entreprises en séance plénière : «qu avons-nous appris?» Un délégué par groupe ayant visité les entreprises UCAD Animation : B.Tidjani et F.Pichault Pause café Pause café Pause café Pause café Assemblée générale de l AGRH 18 h 20 h Remise du prix du meilleur cas de l AGRH Marc Bonnet UCAD Remise du prix du meilleur évaluateur Françoise Chevalier Présentation des Groupes Thématiques de Rodolphe Colle Recherche Eric Davoine Présentation du site de l AGRH Michel Féron Présentation des Ambassadeurs Didier Retour 20 h 30 Soirée de gala Mess de la Marine 9 MERCREDI 12 NOVEMBRE H H Atelier n B1 Président : KAMDEM Emmanuel Confiance et Le développement de l implication organisationnelle par la confiance: AMARA Mohamed Zied qualité des relations (1) application au contexte tunisien Vers la constitution de la confiance optimale : réconcilier l économique et ANTIT Inès le social De la confiance à la distance, quand la GRH s éloigne. Analyse des enjeux des transformations des choix de gestion des ressources humaines sur la relation à l entreprise et la santé des personnels CLERGEAU Cécile, GEFFROY-MARONNAT Bénédicte, PIHEL Laetitia Atelier n B2 Président : DIETRICH Anne Modalités et finalités de la contribution du coaching au développement des organisations : les ambiguïtés d un discours au cœur de trois modèles de GRH FATIEN Pauline Le développement des managers Le réseau de développement professionnel des managers en début de carrière VENTOLINI Séverine 10

17 MERCREDI 12 NOVEMBRE H H Atelier n B3 Président : NDOUME Hervé Pratiques de recrutement et La sélection des candidats dans les OBNL : les entrevues téléphoniques représentent-elles une solution intéressante? BOURHIS Anne et HENDLISZ Jennifer de sélection Un CV doit-il ne pas faire d histoires? CADIN Loïc Atelier n B4 Président : BOYER Luc Relations client-fournisseur dans le secteur bancaire camerounais : vers le développement des compétences Gestion des compétences (1) Création et articulation des règles dans le cadre d un management des compétences Analyse des besoins en compétences des responsables logistiques : état de l art et résultats d une enquête terrain BIBOUM Altante Désirée, BEKOLO Claude, NKAKLEU Raphaël HAVARD Christelle, KROHMER Cathy BIRONNEAU Laurent 11 MERCREDI 12 NOVEMBRE H H Atelier n B5 Président : RETOUR Didier Le talent du griot : un défi pour le manager hypermoderne IGALENS Jacques La conduite des projets collaboratifs au sein des pôles de compétitivité : l insoutenable légèreté du management et de la GRH L'exercice de la fonction managériale (1) Diriger, c est asseoir une démarche responsable : l exemplarité de la gestion des ressources intrapreuneriales DEFELIX Christian, MAZZILLI Ingrid, PICQ Thierry, RETOUR Didier GUEYE Charles Atelier n B6 Président : ROGER Alain Mobilité et parcours Adieu les clones, bonjour les clowns! ou : De la soumission au choix dans les parcours professionnels GLEE Catherine, SCOUARNEC Aline professionnels (1) A quoi sert la gestion des compétences? De l impact d un dispositif de gestion sur les trajectoires individuelles PICHAULT François, DEPREZ Anne Comment construire le sens de sa carrière? Une étude exploratoire grâce à la technique des cartes cognitives PRALONG Jean 12

18 MERCREDI 12 NOVEMBRE H H Atelier n B7 Président : YANAT Zahir Pratiques RH et santé des Les modes de régulation du travail et leurs impacts sur la santé des salariés : deux établissements d accueil des personnes âgées en quête DETCHESSAHAR Mathieu travailleurs de management Rôle des croyances dans le management de la sécurité KOUABENAN Dongo Rémi Atelier n B8 Président : CAZAL Didier Contingence vs convergence des modèles (1) Promouvoir en entreprise des politiques de gestion de la diversité? Perspectives comparées franco-marocaines MUTABAZI Evalde, PIERRE Philippe, SADIK Youssef La GRH à Cuba : entre espoir et scepticisme sur le modèle managérial de l après-fidel VALAX Marc Pratiques de GRH dans le secteur informel de Dakar : cas des menuisiers et mécaniciens DIOUF Louise, MBODJ Ndeye Sira, KANE Demba, SARR Mamadou 13 MERCREDI 12 NOVEMBRE H H Atelier n B9 Président : PICHAULT François L institutionnalisation de la gestion des compétences dans les communes BECUWE Audrey La GRH dans le secteur public françaises La modernisation de l administration publique : gérer le changement par/avec/malgré les identités? RONDEAUX Giseline Atelier n B10 Président : LOUART Pierre La GRH et le La gestion territorialisée de la ressource humaine : quelles innovations KHELFAOUI Zino développement pour quelles actions? des territoires (2) Proximités et structuration territoriale d une industrie : le cas d un pôle de compétitivité GOSSE Bérangère, SPRIMONT Pierre- Les compétences au sein des pôles de compétitivité : le coeur d une réussite attendue? Antoine TEXIER Julie, CASTRO-GONÇALVES Luciana 10h-10h30 Pause café Pause café Pause café 14

19 MERCREDI 12 NOVEMBRE H H 30 Atelier n C1 Président : NDIAYE Alfred La contribution de la GRH au développement de la fonction achats : le cas Brandt BICHON Arnaud, MERMINOD Nathalie GRH et La mobilité professionnelle des salariés : déterminants et impact sur la ELOUAER Ilyess performance organisationnelle performance organisationnelle Travail en équipe et performances des entreprises : cas d un centre d appel outsourcé au Sénégal SIMEN Serge Francis, TIDJANI Bassirou Compétitivité de la firme et management stratégique des ressources humaines FERRARY Michel Atelier n C2 Président : TIDJANI Bassirou La gestion des compétences comme facteur-clé de succès d une PME DIOUF Ibrahima Dally GRH, stratégie et performance familiale De la fonction personnel traditionnelle à la fonction ressources humaines : GODONOU Célestin K. une étude empirique auprès des entreprises béninoises A quoi sert la formation managériale et comment évaluer son retour sur investissement? Analyse d un cas d évaluation dans une entreprise suisse. CHOCHARD Yves, DAVOINE Eric La GRH, servante maîtresse de la stratégie LOUART Pierre 15 MERCREDI 12 NOVEMBRE H H 30 Atelier n C3 Président : IGALENS Jacques La mise en pratique du concept de la responsabilité sociale dans les pays MIHAYLOVA Stefka ex-communistes RSE et La responsabilité sociale des entreprises comme processus d élaboration GILORMINI Patrick développement durable de l identité managériale Pilotage de la performance et gestion durable des ressources humaines DRILLON Dominique Atelier n C4 Président : TIDJANE Sylla Intégration et Gérer la socialisation organisationnelle pour développer/maintenir la culture de l organisation : une approche théorique BARGUES-BOURLIER Emilie socialisation Comportement organisationnel et conception du travail des jeunes à faible capital scolaire : proposition d une typologie DUFOUR Lucas, PERETTI Jean-Marie La fidélisation des commerciaux du secteur bancaire GUERFEL-HENDA Sana, GUILBERT Laure 16

20 MERCREDI 12 NOVEMBRE H H 30 Atelier n C5 Président : BONNET Marc Modèles nationaux de Le manager «alchimiste» : de l importation de pratiques de GRH occidentales à la mobilisation des traits culturels locaux HOUNKOU Emmanuel et PICHAULT François GRH Gestion des ressources humaines dans les entreprises africaines : cas du Cameroun NGOK EVINA Jean François Le droit du travail : quelle effectivité juridique? Une illustration à partir de la réglementation française de la durée du travail PHILIPPART Pascal Atelier n C6 Président : CHANLAT Jean-François La GRH dans le milieu de la santé : impacts des pratiques sur la qualité des soins et sur les performances Cas d une clinique privée au Bénin GRH et performance dans le secteur de la santé L art de construire une GRH qui compte. Le cas d un Centre Hospitalier du Sénégal Quelles contributions de la GRH aux changements socioorganisationnels? Le cas des cliniques de soins de court séjour La gestion des ressources humaines face à l amélioration de la qualité des soins à l hôpital : une proposition de modèle de recherche NOGUERA Florence, CHALUS-SAUVANNET Marie-Christine TIDJANI Bassirou, FALL Amadou, NANA Francis Simen, DIOP Babacar, DIOUF Dally MAINHAGU Sébastien BARET Christophe, VINOT Didier, DUMAS Florence 17 MERCREDI 12 NOVEMBRE H H 30 Atelier n C7 Président : PLANE Jean-Michel Synergie et solidarité d acteurs en zone rurale aride. Une approche de la rationalité située et de la gouvernance située dans le Sud Marocain : étude du cas d un Douar Berbère AGHAÏ Amal et VAESKEN Philippe Réseaux sociaux et capital social Nature et rôles du capital humain et social dans la reconnaissance d opportunités entrepreneuriales en contexte camerounais: une étude de cas Les tontines d entreprise en tant que levier de développement des réseaux et du capital social collectif : résultats d une étude auprès de 82 PME camerounaises Le rôle des réseaux sociaux dans la détermination de la rémunération des dirigeants : le cas français NKAKLEU Raphaël NKAKLEU Raphaël VIGLIANO Marie- Hélène Atelier n C8 Président : WILS Thierry Nouveaux développements L interaction chercheur-acteur(s) comme outil de compréhension dans la recherche en GRH BRASSEUR Martine, DINE Sébastien théoriques Contribution de «l agir communicationnel» au développement des CARBONNEL Anne autour de la GRH organisations Recherches critiques en GRH : intérêts, connaissance et action CAZAL Didier Une étude des représentations de l anticipation en GRH : la prospective, ambitions et réalité? THAMAIN Jean-Louis 18

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

Allocution à l occasion de la remise des prix. «La Main à la pâte»

Allocution à l occasion de la remise des prix. «La Main à la pâte» Luc CHATEL Ministre de l Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative Allocution à l occasion de la remise des prix «La Main à la pâte» Institut de France 1 er février 2011 1 Monsieur le

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail

REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT

REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT ROYAUME DU MAROC REUNION DU COMITE DE PILOTAGE DE L INITIATIVE OCDE - MENA POUR LA GOUVERNANCE ET L INVESTISSEMENT A L APPUI DU DEVELOPPEMENT DISCOURS D OUVERTURE M. Driss EL AZAMI EL IDRISSI Ministre

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH)

Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Paris, 8 novembre 2013 Congrès de l Association francophone des Commissions nationales de promotion et de protection des droits de l Homme (AFCNDH) Allocution de S.E. M. Abdou Diouf, Secrétaire général

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE

ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE APIRG/14-WP/29 ORGANISATION DE L AVIATION CIVILE INTERNATIONALE GROUPE REGIONAL AFI DE PLANIFICATION ET DE MISE EN OEUVRE QUATORZIEME REUNION (APIRG/14) (Yaoundé, Cameroun, 23 27 juin 2003) Point 6 de

Plus en détail

Discours de Monsieur KI Boureima Jacques, Secrétaire général de la CONFEMEN

Discours de Monsieur KI Boureima Jacques, Secrétaire général de la CONFEMEN Programme d analyse des systèmes éducatifs de la CONFEMEN (PASEC) Ouverture de l atelier international de renforcement des capacités des décideurs et analystes sur la Gestion axée sur les résultats (GAR)

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

La formation interministérielle

La formation interministérielle 1 La formation interministérielle La formation interministérielle mise en œuvre par la DGAFP s organise autour des trois axes suivants : La formation interministérielle déconcentrée dont les acteurs principaux

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE INSTITUT DES HAUTES ÉTUDES DE PROTECTION SOCIALE

Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE INSTITUT DES HAUTES ÉTUDES DE PROTECTION SOCIALE Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE SEPTEMBRE 2012 - JUIN 2013 «Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé» SEPTEMBRE

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR TERTIAIRES SESSION 2013 La commission de choix de sujets a rédigé cette proposition de corrigé, à partir des enrichissements successifs apportés aux différents stades d élaboration et de contrôle des sujets. Pour autant, ce document

Plus en détail

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007

SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES. Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 SEMINAIRE DE LANCEMENT DE LA RÉVISION GENERALE DES POLITIQUES PUBLIQUES Centre de conférences internationales mardi 10 juillet 2007 Discours de M. Eric WOERTH Messieurs les Ministres, Madame et Messieurs

Plus en détail

Organisé par la CONFEJES, du 17 au 21 septembre 2012 RAPPORT GENERAL

Organisé par la CONFEJES, du 17 au 21 septembre 2012 RAPPORT GENERAL FORMATION DES FORMATEURS EN ENTREPRENARIAT POUR LES CADRES DU MINISTERE DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE LA CULTURE (CADRES DE LA DIRECTION GENERALE DE LA JEUNESSE ET DE L AGENCE BURUNDAISE POUR L EMPLOI

Plus en détail

Atelier de formation en «Genre»

Atelier de formation en «Genre» RESEAU OUEST ET CENTRE AFRICAIN DE RECHERCHE EN EDUCATION (ROCARE), SECRETARIAT EXECUTIF Atelier de formation en «Genre» Termes de Référence Programme des subventions pour la recherche en éducation Octobre

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES TERMES DE REFERENCES Composante 3 / TUNISIE ELABORATION D UN GUIDE METHODOLOGIQUE POUR LA CONSTRUCTION DE REFERENTIELS COMPETENCES-EMPLOIS-FORMATIONS DGRU (Direction Générale de la Rénovation Universitaire)

Plus en détail

Forum Panafricain de Haut niveau

Forum Panafricain de Haut niveau Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) EVALUATION DES REFORMES DES COURS ET INSTITUTIONS

Plus en détail

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration

1. Introduction. Description du programme de maîtrise en administration Re sume de l e valuation pe riodique de la maı trise en administration: concentrations en finance, en intervention et changement organisationnel, en gestion du commerce e lectronique et en marketing Description

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014

Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Rapport de Responsabilité Sociétale d Entreprise 2013-2014 Le sens de notre action Les questions relatives à l amélioration du cadre de vie et au bien-être des hommes sont des préoccupations sociétales

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 INSTITUT DE FORMATION SUPERIEURE DES CADRES DIRIGEANTS RESEAU DE CHERCHEURS DE L INSTITUT DE FORMATION SUPERIEUR DES CADRES DIRIGEANTS APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 La Fédération des Etablissements

Plus en détail

Qu est-ce que la pérennité? Quels en sont

Qu est-ce que la pérennité? Quels en sont Formations Automne 2014 / Hiver 2015 Explorer la pérennité pour des changements durables MONTRÉAL QUAND : 15 et 16 octobre 2014 (Durée de 2 jours) ANIMATION : Marie-Denise Prud Homme et François Gaudreault,

Plus en détail

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique»

SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» SEMINAIRE «Réussir la modernisation de la fonction publique» CLÔTURE DES TRAVAUX PAR MADAME CYNTHIA LIGEARD PRESIDENTE DU GOUVERNEMENT DE LA NOUVELLE-CALEDONIE 6 novembre 2014 1 Mesdames, Messieurs les

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

HISTOIRE A SUCCES: LMD A L UCADL

HISTOIRE A SUCCES: LMD A L UCADL HISTOIRE A SUCCES: LMD A L UCADL PRESENTATION ET JUSTIFICATION DE LA REFORME LMD POURQUOI LE CHOIX DU LMD? Pour son exemplarité dans la manière de traduire une vision en actes concrets Pour la nouvelle

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement

Groupe de la Banque africaine de développement. ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement Groupe de la Banque africaine de développement ALLOCUTION D OUVERTURE DE M. OMAR KABBAJ Président du Groupe de la Banque africaine de développement AU SEMINAIRE DE SENSIBILISATION DES SERVICES DE LA BANQUE

Plus en détail

L importance du volet comptable de la loi organique

L importance du volet comptable de la loi organique Discours d Alain Lambert, ministre délégué au Budget et à la Réforme budgétaire Journée d études des trésoriers-payeurs-généraux, relative à la nouvelle fonction comptable - 3 octobre 2003 - Mesdames et

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

Le diagnostic Partagé,

Le diagnostic Partagé, Le diagnostic Partagé, un outil au service du projet Territorial enfance jeunesse Les Guides Pratiques Introduction Parce que nous sommes dans un monde complexe, Définitions, enjeux, méthodologie Phase

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER

DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER 1 DISCOURS DE MME HELENE CONWAY-MOURET, MINISTRE DELEGUEE CHARGEE DES FRANÇAIS DE L'ETRANGER A L OCCASION DE LA RENCONTRE SUR «L ARRIVEE DE L ENFANT EN FRANCE : LA FIN DU PROCESSUS D ADOPTION?» (Centre

Plus en détail

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE

L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE 1 L ORGANISATION SOCIALE DE L ENTREPRISE Métiers opérationnels et fonctionnels Définition d une structure 2 «la structure de l organisation est la somme totale des moyens employés pour diviser le travail

Plus en détail

Atelier régional pour l Afrique de l Ouest sur l intégration de la nutrition dans le PDDAA

Atelier régional pour l Afrique de l Ouest sur l intégration de la nutrition dans le PDDAA Atelier régional pour l Afrique de l Ouest sur l intégration de la nutrition dans le PDDAA Discours d ouverture de Monsieur Khadim GUEYE, Ministre de l Agriculture du Sénégal Dakar, le 09 Novembre 2011

Plus en détail

Année universitaire 2011-2012

Année universitaire 2011-2012 Executive MBA Paris Chicago - Moscou Année universitaire 2011-2012 Donnez-vous les moyens d exprimer votre potentiel et de faire vivre vos projets. Pris par vos responsabilités managériales et focalisés

Plus en détail

Généralités. Formations transversales aux sciences humaines: histoire, sociologie, littérature, langues, droit, économie, géopolitique.

Généralités. Formations transversales aux sciences humaines: histoire, sociologie, littérature, langues, droit, économie, géopolitique. Généralités Difficile de faire la différence entre des formations orientées vers la science politique et une autre vers les relations internationales dans l organisation de l enseignement supérieur français.

Plus en détail

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ;

-Monsieur le Représentant de la Coopération Néerlandaise, chef de file des Partenaires Techniques et Financiers du PRODESS ; ALLOCUTION DU MDSSPA A L OUVERTURE DES TRAVAUX DES JOURNEES DE CONCERTATION SUR UNE STRTATEGIE D EXTENSION DE LA MUTUALITE AU MALI (21 au 23 janvier 2010) --------------------------------------------------

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION

RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ACTEURS EN GESTION COLLABORATIVE DE L INNOVATION 1 CONTEXTE Liens avec d autres initiatives du FIDA: - Projet de développement agricole de Matam (PRODAM), Sénégal - Agrinovia,

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques

Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques Master de Sciences Po Affaires internationales Environnement, développement durable et risques 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION La valeur ajoutée de cette formation de haut niveau réside dans son caractère

Plus en détail

Stages Individuels. www.crossknowledge.com

Stages Individuels. www.crossknowledge.com Stages Individuels www.crossknowledge.com CrossKnowledge France 2 bis, rue Godefroy - 92817 Puteaux cedex - France T : +33 (0)1 41 38 14 99 - F : +33 (0)1 41 38 14 39 Plus d informations : www.stages-individuels.fr

Plus en détail

MOT DE BIENVENUE DU COMITÉ D ORGANISATION DE L IACI

MOT DE BIENVENUE DU COMITÉ D ORGANISATION DE L IACI MOT DE BIENVENUE DU COMITÉ D ORGANISATION DE L IACI Monsieur Le Représentant du Président de la République de Côte d Ivoire, Monsieur Le Représentant du Ministre de l Economie et des Finances, Monsieur

Plus en détail

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan

INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES. Efficacité énergétique et ville durable : leçons de l atelier d Abidjan Université d été : Bâtiments, Villes et Territoires durables face aux défis du changement climatique INITIATIVE DE LA FRANCOPHONIE POUR DES VILLES DURABLES Efficacité énergétique et ville durable : leçons

Plus en détail

Plan d'actions communes inter-instituts

Plan d'actions communes inter-instituts Plan d'actions communes inter-instituts AFSSET, INERIS, INRETS, InVS, IRSN "Les instituts d'expertise nationaux face aux évolutions de la gouvernance des activités et situations à risques pour l'homme

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

JOURNEE NATIONALE DE PARTENARIAT ETAT SECTEUR PRIVE. Allocution de Madame le Secrétaire Exécutif du Comité de Concertation Etat/Secteur Privé

JOURNEE NATIONALE DE PARTENARIAT ETAT SECTEUR PRIVE. Allocution de Madame le Secrétaire Exécutif du Comité de Concertation Etat/Secteur Privé JOURNEE NATIONALE DE PARTENARIAT ETAT SECTEUR PRIVE Allocution de Madame le Secrétaire Exécutif du Comité de Concertation Etat/Secteur Privé 27 Avril 2015, Sofitel Hôtel Ivoire 1 Monsieur le Premier Ministre

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

I/ Présentation de notre association et de notre programme

I/ Présentation de notre association et de notre programme GUIDE ENSEIGNANTS INTERVENTION EN CLASSE D UN ENTREPRENEUR 1. Présentation de notre association et de notre programme 2. Le contenu de l intervention de l entrepreneur 3. La préparation de l intervention

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle

EVALUATION FINALE CVE/071. Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle EVALUATION FINALE CVE/071 Projet d appui au Programme national d Emploi et de Formation professionnelle FICHE SYNTHÉTIQUE Pays Titre long du projet Titre court du projet Code LuxDev Cap-Vert Projet d appui

Plus en détail

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre 25 MARS 2010 Fonction RH du cadre 1 une collectivité identité se rassembler pour agir mieux Créée en 1969, la communauté urbaine de Lyon rassemble aujourd hui 57 communes, qui constituent la première agglomération

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES

TERMES DE REFERENCES TERMES DE REFERENCES Composante 3 / TUNISIE ACCUEIL ET ACCOMPAGNEMENT DES JEUNES DEMANDEURS D EMPLOIS DIPLOMES DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ACTION DE FORMATION Contribution à la réalisation d un outil intitulé

Plus en détail

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés

fiche pratique Préparer un accord GPEC Octobre 2008 #10 des repères pour agir dans les entreprises de plus de 50 salariés h fiche pratique des repères pour agir #10 Préparer un accord GPEC dans les entreprises de plus de 50 salariés Octobre 2008 Le souci de se mettre en conformité avec la loi pousse un certain nombre d entreprises

Plus en détail

Remise de l Ordre National du Mérite à Mmes Elena Vladimirovna Danilova et Natalia Vladimirovna Orlova. Moscou 26 ami 2014

Remise de l Ordre National du Mérite à Mmes Elena Vladimirovna Danilova et Natalia Vladimirovna Orlova. Moscou 26 ami 2014 Remise de l Ordre National du Mérite à Mmes Elena Vladimirovna Danilova et Natalia Vladimirovna Orlova Moscou 26 ami 2014 Discours de M. Jean-Maurice Ripert Ambassadeur de France en Russie Chère Elena

Plus en détail

victimes d accidents du travail. L ensemble du monde du travail doit redoubler d efforts pour éviter de nouveaux Rana Plaza.

victimes d accidents du travail. L ensemble du monde du travail doit redoubler d efforts pour éviter de nouveaux Rana Plaza. Allocution à l occasion de la journée mondiale pour la santé sécurité au travail Réception au Ministère du travail, Paris (hôtel du Chatelet) 28 avril 2015 Monsieur le Ministre, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Catalogue de formations. Leadership & développement durable

Catalogue de formations. Leadership & développement durable Catalogue de formations Leadership & développement durable Table des matières La formatrice 3 L Art de prendre de bonnes décisions 4 Mieux communiquer pour mieux collaborer 5 Développer sa capacité d influence

Plus en détail

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général

Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Discours à la communauté d affaires française Montréal, 6 février 2014 Résidence du Consul général Version du 30-01 08h30 Monsieur l Ambassadeur, Monsieur le Consul général, Madame la Conseillère, Chers

Plus en détail

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique

DISCOURS de Sylvia PINEL. Installation du Conseil supérieur de la Construction et de l Efficacité énergétique Cabinet de la Ministre du Logement, de l Egalité des territoires et de la Ruralité Paris, le lundi 15 juin 2015 Seul le prononcé fait foi DISCOURS de Sylvia PINEL Installation du Conseil supérieur de la

Plus en détail

Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique. Mesdames, Messieurs,

Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique. Mesdames, Messieurs, Discours de M. Sauvadet, Ministre de la Fonction publique Mesdames, Messieurs, J ai tout d abord une bonne nouvelle à vous avancer, une bonne nouvelle pour la Fonction publique, c est l adoption par l

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial

Check upon delivery. Discours. prononcé par. Monique Barbut, directrice générale et présidente. Fonds pour l environnement mondial Check upon delivery Fonds pour l environnement mondial Discours prononcé par Monique Barbut, directrice générale et présidente Fonds pour l environnement mondial Conférence africaine des ministres de l

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone

Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Conférence régionale du Forum d Action pour la gouvernance Locale en Afrique Francophone Hôtel Teranga, Saly, Sénégal, du 18-19 Octobre 2011 Note de cadrage Contexte et justification L importance que revêt

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

MASTER MAE MANAGEMENT

MASTER MAE MANAGEMENT MASTER MAE MANAGEMENT Parcours INGÉNIERIE DE PROJET N habilitation de la formation au RNCP : 20070790 Présentation de la formation Année 2016 1 Public Cible Diplômés de niveau Bac +4 1 souhaitant acquérir

Plus en détail

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris

Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Discours de Maurice Leroy Ministre de la ville, chargé du Grand Paris Paris, mardi 12 juillet 2011 SEMINAIRE «THE GREATER PARIS PROJECT : FINANCIAL AND REAL ESTATE INVESTMENT OPPOTUNITIES» LONDRES, ROYAUME

Plus en détail

RAPPORT DE SYNTHESE DU SEMINAIRE-ATELIER DE FORMATION SUR LE THEME INTRANET PARLEMENTAIRE : FONCTIONNEMENT ET AVANTAGES

RAPPORT DE SYNTHESE DU SEMINAIRE-ATELIER DE FORMATION SUR LE THEME INTRANET PARLEMENTAIRE : FONCTIONNEMENT ET AVANTAGES RAPPORT DE SYNTHESE DU SEMINAIRE-ATELIER DE FORMATION SUR LE THEME INTRANET PARLEMENTAIRE : FONCTIONNEMENT ET AVANTAGES Ouagadougou, LES 21 ET 22 NOVEMBRE 2013 novembre 2013 Les jeudi 21 et vendredi 22

Plus en détail

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives»

14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» De 14 ème RENCONTRE GOUVERNEMENT / SECTEUR PRIVE Thème : «Problématique du financement des PME/PMI au Burkina Faso : enjeux, défis et perspectives» Mot liminaire de la Chambre de Commerce et d Industrie

Plus en détail

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux

La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux La GPEC dans les ARS Un enjeu pour la CFDT Santé-Sociaux ASSEMBLÉE NATIONALE Suite à l Audition du 20 juillet 2010 de la FÉDÉRATION CFDT SANTÉ-SOCIAUX Représentée par Nathalie CANIEUX, Secrétaire générale

Plus en détail

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti

Guide. méthodologique. Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti Guide méthodologique Réduction des risques naturels en zone urbaine en Haïti mieux prendre en compte le risque naturel dans l urbanisation et l aménagement du territoire Préface Monsieur Yves Germain

Plus en détail

Qu entend-on par leadership?

Qu entend-on par leadership? Qu entend-on par leadership? Position d un leader Capacité à diriger L action de diriger Le leadership est une capacité reconnue à un membre d un groupe par les autres membres du groupe de pouvoir influencer

Plus en détail

Monsieur le Président Directeur Général de la Banque Nationale d Investissement,

Monsieur le Président Directeur Général de la Banque Nationale d Investissement, Projet Allocution de Monsieur le Ministre de l Economie et des Finances, Monsieur Charles KOFFI DIBY Cérémonie de Présentation Officielle de BNI GESTION Juillet 2009 Monsieur le Président de la Banque

Plus en détail

5eme SESSION ORDINAIRE DE LA CONFERENCE DE L UNION AFRICAINE DES MINISTRES DE L EDUCATION

5eme SESSION ORDINAIRE DE LA CONFERENCE DE L UNION AFRICAINE DES MINISTRES DE L EDUCATION 5eme SESSION ORDINAIRE DE LA CONFERENCE DES MINISTRES DE L EDUCATION DE L UNION AFRICAINE --------- ALLOCUTION DU COMMISSAIRE EN CHARGE DES RESSOURCES HUMAINES, DE LA SCIENCE ET LA TECHNOLOGIE DE LA COMMISSION

Plus en détail

Investir l excellence et la solidarité

Investir l excellence et la solidarité Investir l excellence et la solidarité www.fondation.dauphine.fr CULTURE. ÉGALITÉ DES CHANCES. CAMPUS. RECHERCHE. INTERNATIONAL. ENTREPRENEURIAT La Fondation Dauphine Notre vision La Fondation Dauphine

Plus en détail

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE

Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE COMMUNICATION Mot de bienvenue et d ouverture Normand Lauzon, Directeur Club du Sahel et de l Afrique de l Ouest / OCDE Réunion restreinte du Réseau de prévention des crises alimentaires au Sahel et en

Plus en détail

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 «seul le prononcé fait foi» Mesdames et Messieurs les présidents, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des

Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des Intervention du Directeur d AFRITAC de l Ouest, M. Jean Le DEM, lors de la présentation par visioconférence du projet de mise en œuvre des dispositions de Bale II et Bale III dans l UMOA. Lieu : Salle

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA)

Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA) Université Cheikh Anta Diop de Dakar Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA) Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar 8 Décembre 2009, Dakar Rapport d Activité: année 2008-2009 Pr

Plus en détail

«Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH».

«Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH». Compte Rendu Café RH Dauphine du 7 avril 2014 «Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH». Ce compte rendu vise à faire une synthèse des différents points abordés

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française

Section des Formations et des diplômes. Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles de l Université de la Polynésie Française 2011 Section des Formations et des diplômes Evaluation des licences professionnelles

Plus en détail