L improbable chronique Le nez contre la fenêtre, Rio Tinto, Momignies, deux vannettes abaissées

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L improbable chronique Le nez contre la fenêtre, Rio Tinto, Momignies, deux vannettes abaissées"

Transcription

1 Le Bulletin des Juges Consulaires du Tribunal de Commerce de Charleroi Président Consulaire Robert Baert Périodique d'information n 12 janvier 2006 Neckar. Deux vannettes abaissées à Rheinfeld, deux autres levées à Mayence et barrages couchés à Coblence. Le bout du monde, sans doute. Les convoyeurs attendent à Momignies. Et aussi à Pont Sainte Maxence, ou alors Compiègne, bonne visibilité, vent calme. De toute façon, l autre côté de la terre. Lâchers à partir de sept heures. L improbable chronique Le nez contre la fenêtre, Rio Tinto, Momignies, deux vannettes abaissées A la radio, dans le fond du silence de la maison familiale, Rio Tinto est annoncé moins deux avant Union Minière moins trois ; Dans l attente de Sébastien parmi les hommes, compter les gouttes et respirer l odeur de la pluie, le nez contre la fenêtre. Staccato de la pluie qui roule, sur le carreau, à l abri, bien au chaud. Javel, Lacroix ou esprit de sel? Prenantes à la gorge et au nez, odeurs fortes de carreau cru, de peau de chamois usagée, d eau froide et savon séchés. Sept ans et ne se préoccuper que du délice assuré et du délit assumé, braver l interdiction, lorsque le carreau a été nettoyé, d aplatir le nez contre la fenêtre. Chaque fois lorsqu il pleut, l envie m en prend. Et il pleut chaque fois que le carreau a été nettoyé. Métallurgique Hoboken plus deux étonne et Dynamite Nobel plus trois détonne. Les cours précèdent les eaux. Forcément. Etat des eaux de l Elbe, du Rhin, du Danube et du Pas de ces pluies torrentielles qui inondent tout et empêchent de voyager au-delà du trouble de la vitre détrempée, Rio Tinto, Elbe, Neckar, Momignies, Coblence, deux vannettes abaissées, lâchers à partir de sept heures. Simplement une pluie de gouttes qui Rédacteur et Editeur responsable : Benoît Hardy, Tribunal de commerce, Palais de Justice 6000 Charleroi

2 C jjaannvviieerr pp.. 22 dégoulinent, avec paresse, en lignes parallèles sur la vitre. D abord quelques petites gouttes. Qui se regroupent. Avec d autres et avec lenteur. Pour en former une grosse, plus rapide. Puis deux grosses. Qui se rapprochent et se toisent. S unissent. Pour descendre en un coup. En direct, jusqu en bas, sans hâte, juste à hauteur du nez sur la fenêtre. Avec délectation, compter les gouttes, délicieusement, délicatement, délibérément, délictueusement, le nez aplati contre la fenêtre. Admirer la pluie dégoulinante, et calculer -déjà!- quelle goutte atteindra en premier le châssis, en bas. Qui donc a de nouveau mis son nez sur le carreau propre? Du carreau la tasse. Plonger son nez dans la tasse, s y perdre et anticiper la formation, les déplacements ensuite, de la peau de la crème du lait sur le café. D abord, emplir de café la moitié de la tasse. Ensuite, bien faire tourner, donner de la vitesse avec la cuiller, lentement puis en accélérant, mais sans faire déborder. Idéalement, dans le sens des aiguilles d une montre : Coriolis, vous dites? Compléter de lait, chaud, à bouillons. Laisser ralentir le mouvement, tout seul, sans plus intervenir de la cuiller : la peau de la crème se forme, s élargit, envahit la plus grande partie de la tasse. Voir où elle aborde en premier. Le dessus, le Nord, la mer, les quais, c est la malle qui aborde : le large commence toujours par un quai. Des matelots pressés et empesés empoignent la corde tressée. L appel de corne est grave et long, sans raison. Cependant, elle sonne gaiement. C est Surtout les filles. A cet âge- là, cela court, cela saute et sautille, cela se pousse et se bouscule, mais cela se serre et se resserre, elles ont peur de la dispersion, les filles. Après, plus tard, on voudrait bien que cela courre encore. Mais alors, souvent -toujours!- ce sont elles qui font courir. Et de loin, parfois. Des dames en chapeau tentent de les rejoindre. Un foulard sur les épaules, le manteau long, plus bas que les genoux, le journal coincé sous le bras, dans ce pli que ferme l épaule. Pas de cri, cela ne se fait pas. Chez ces gens- là, en tout cas. Nous aussi, nous voudrions crier, pour leur adresser notre bonjour. Mais cela ne se fait pas non plus. Et, l on ne montre pas du doigt! Chez nous, en tout cas. D autres cependant le font malgré l interdit maternel : les interdits maternels ne seraient- ils finalement pas identiques? D une jetée, l autre. Zaventem s appelle encore Bruxelles National et, depuis la jetée, les avions sont à portée, comme pour les toucher : certains n avaient pas encore l idée d utiliser les jetées pour jeter des bombes plutôt que de jeter des passerelles entre les hommes et leurs cultures. Près de l avion prêt au départ, des pompiers. Couverts d amiante, ce n est pas encore interdit, tractant de grands extincteurs, argentés, montés sur roues et emmanchés d un long bec noir. L hélice s emballe, la première tousse, s étouffe, se reprend ; crache un nuage bleu, puis noir, finalement blanc. Un bruit d enfer. Ce n est pas normal, dit Papa, qui ne peut que savoir. Mais le deuxième moteur, touché par la contagion, tousse aussi. Un mauvais vent, sans doute. C est mieux qu un mauvais sort. toujours comme cela lorsque la malle accoste. La corne sonne glauque si le brouillard envahit tout. Ou encore, l entendez- vous pleurer, qui accompagne le départ de la malle? La passerelle est jetée. Cela m a toujours paru étrange, l idée de jeter une passerelle depuis la jetée. Ils étincellent d argent, ces beaux avions posés sur leur queue. Avant, tout récemment encore, leur nom était Dakota. C était un code de guerre. Maintenant j ai sept ans et les Dakotas s appellent «DC-3», un code pour la paix que nous vivons : improbable. Des enfants endimanchés débarquent et courent. L improbable chronique, (A suivre)

3 C jjaannvviieerr pp.. 33 Robert Baert détail, nous limitant à ce qu il est important de savoir, pour un juge consulaire. C est de manière assez laconique que l article 1er du Code de Commerce énonce : «Sont commerçants ceux qui exercent des actes qualifiés commerciaux par la loi et qui en Vous avez dit commerçant? font leur profession habituelle, soit à titre principal, soit à titre d'appoint.» Nul n ignore que le Tribunal de Commerce traite essentiellement- des affaires entre commerçants, ou dans lesquelles des commerçants sont impliqués On peut donc définir le commerçant comme celui qui exploite une entreprise commerciale à titre professionnel. Mais qu est-ce qu un commerçant? En principe, toute personne capable peut acquérir la qualité de commerçant. Il y a toutefois certaines exceptions La question peut, à première vue, sembler saugrenue. Voyons, tout le monde sait ce qu est un commerçant! L épicier du coin, le boulanger ou le plombier est, à n en point douter, un commerçant. Telle grande société d informatique cotée en bourse, telle banque, ou société affichant l enseigne d une grande surface l est tout autant. Mais, à y regarder de plus près, la question n est plus aussi anecdotique qu il y paraît. Quel juge consulaire, en chambre d enquête par exemple, n a pas été confronté, un jour, à un agriculteur, au gérant d une société immobilière, à un kinésithérapeute ou à l exploitant d une pharmacie qui prétendait ne pas être commerçant et ne pas avoir à répondre devant le Tribunal de Commerce? Seuls, effectivement, les commerçants (au sens large : personnes physiques et sociétés commerciales) sont susceptibles de faire l objet d une enquête commerciale, de solliciter un concordat judiciaire ou d être déclarés en faillite Qu est-ce donc qu un commerçant? Notons que nous nous bornerons ici aux idées et concepts essentiels, sans entrer trop dans le Certaines personnes ne peuvent jamais faire le commerce : ainsi, notamment, les fonctionnaires, les avocats, les magistrats (sauf consulaires ou sociaux), Certaines professions sont régies par des règles qui en régissent l accès Qu est-ce qu un ACTE COMMERCIAL par la loi? qualifié Aucune définition n a été donnée par le législateur, celui-ci se bornant à les énumérer en précisant simplement que cette liste était limitative. L article 2 du code de Commerce stipule : La loi répute acte de commerce: Tout achat de denrées et marchandises pour les revendre, soit en nature, soit après les avoir travaillées et mises en oeuvre ou même pour en loue r simplement l'usage; toute vente ou location qui est la suite d'un tel achat; toute location de meubles pour sous -louer, et

4 C jjaannvviieerr pp.. 44 toute sous -location qui en est la suite; toute prestation d'un travail principalement matériel fourni en vertu d'un contrat de loua ge d'industrie, du moment qu'elle s'accompagne, même accessoirement, de la fourniture de marchandises; Tout achat d'un fonds de commerce pour l'exploiter; Mentionnons aussi l article 3 du même code qui stipule : La loi répute pareillement actes de commerce: Toute entreprise de construction et tous achats, ventes et reventes volontaires de bâtiments pour la navigation intérieure et extérieure; Toute entreprise de manufactures ou d'usines, lors même que l'entrepreneur ne transformerait que les produits de son propre fonds et pour autant qu'il ne s'agisse pas d'une transformation qui relève normalement des entreprises agricoles; Toutes expéditions maritimes; Toute entreprise de travaux publics ou privés, de transports par terre, par air ou par eau; Toutes assurances et autres concernant le commerce de mer; Toute entreprise de fournit ures, d'agences, bureaux d'affaires, établissements de vente à l'encan, de spectacles publics et d'assurances à primes; Tous accords et conventions pour salaires et loyers d'équipage; [L. 13 avril 1995, art Tous engagements d'agents commerciaux pour la négociation ou la conclusion d'affaires.] Toute opération de commission ou courtage; banque, change, Toute entreprise ayant pour objet l'achat d'immeubles en vue de les revendre; Toutes les opérations de banques publiques; Les lettres de change, mandats, billets ou autres effets à ordre ou au porteur; Toutes obliga tions de commerçants, qu'elles aient pour objet des immeubles ou des meubles, à moins qu'il soit prouvé qu'elles aient une cause étrangère au commerce.] L'art. 2 présume que les actes de commerce sont accomplis dans un esprit de lucre. Cette présomption est susceptible de preuve contraire. (- Cass. 19 janvier 1973, Pas. p. 492 et note W. G. relative au sens des termes «esprit de lucre»). Tout achat ou vente d'agrès, apparaux et avitaillements; Tout affrètement ou nolisement, emprunt ou prêt à la grosse; contrats Tous engagements de gens de mer, pour le service de bâtiments de commerce Lorsqu on parle de «commerçant», on vise aussi bien les personnes physiques que les sociétés commerciales. Le commerçant est celui qui accomplit des actes de commerce ET qui en fait sa profession habituelle. Ce qui est déterminant, c est donc l esprit de LUCRE, sans lequel il ne peut y avoir d activité commerciale. L article 2 bis du Code de commerce précise toutefois une exclusion du caractère commercial de l activité de pharmacien, alors que, par nature, celui- ci achète des produits pour les revendre. Cet article est libellé comme suit : [L. 18 juillet 1973, art. unique. - Ne sont toutefois pas réputés actes de commerce, les achats en vue de la vente à des particuliers, ainsi que les ventes à des particuliers, de produits relevant de la profession de pharmacien lorsque ces achats et ven tes sont accomplis par une personne légalement autorisée à exercer l'art de guérir ou l'art

5 C jjaannvviieerr pp.. 55 vétérinaire, pour autant que cette personne n'accomplisse pas également d'autres actes qualifiés commerciaux par la loi dans le cadre d'une profession habituelle ex ercée soit à titre principal, soit à titre d'appoint. Pour l'application de la présente disposition, sont considérés comme produits relevant de la profession de pharmacien: 1o les drogues, substances, préparations et compositions à usage pharmaceutique; o er 2 les médicaments au sens de l'article 1, 1er, de la loi du 25 mars 1964 sur les médicaments; 3o le matériel médical et pharmaceutique, c'est-à-dire les substances, objets et matières soumis en tout ou en partie au régime applicable aux médicaments, en exécution de l'article 1 er, 2, de la loi précitée, ainsi que les produits généralement utilisés dans l'art de guérir; 4o les produits que le pharmacien est autorisé à vendre en vertu des lois et règlements.] De nombreuses questions peuvent se poser au vu de ces dispositions. L analyse de la jurisprudence permet néanmoins de répondre à un certain nombre d entre elles. Nous avons relevé quelques questions importantes traitées, notamment, par nos Cours et Tribunaux. 1. Ce qui est déterminant, ce n est pas de se déclarer commerçant ou pas. C est l activité réelle, les actes posés, qui déterminent si une personne (physique ou morale) est commerçante. L'inscription dans le registre de commerce ne suffit pas pour prouver la qualité de commerçant si des acte s de commerce n'ont pas été régulièrement exécutés, ceux ci devant par ailleurs s'inscrire dans le cadre de la profession habituelle. Cette inscription ne peut, en tant que telle, donner lieu à une demande de déclaration de faillite. (Comm. Gand 10 octobr e 2002, T.G.R. 2002, liv. 5, 288). Le maintien de l'inscription au registre du commerce fait présumer (NDLR : on peut rapporter la preuve contraire) de la qualité de commerçant. Ne l'est plus celui qui en dépit d'une immatriculation ne pose plus habituel lement des actes de commerce, l'inscription maintenue par négligence ne prévalant pas sur la réalité. (Liège 28 mars 2002, R.D.C. 2003, liv. 5, 399.) Ce n'est pas l'inscription au registre du commerce, mais bien l'activité commerciale effective qui est d éterminante pour définir la qualité de commerçant. (Anvers (5e ch.) 2 avril 2001, R.W , liv. 11,428) 2. Comment se fait-il qu il y ait des sociétés qui se prétendent «civiles», alors qu il s agit de SA, SPRL, Les seules formes de société, dans notre droit, sont celles prévues par le Code de Commerce. Dès lors, une SA, une SPRL ou toute autre forme de société peut être civile ou commerciale. Comme nous l avons dit plus haut, le caractère commercial (le caractère «civil étant celui «par défaut») doit être recherché dans les critères prévus par le Code de Commerce. Lorsqu'il ressort de la volonté des fondateurs d'une société civile constituée

6 C jjaannvviieerr pp.. 66 sous forme de société commerciale que l'objet réel de la société revêt un caractère commercial et que les fondateurs ont mentionné un objet à caractère civil dans les statuts dans un seul esprit de simulation et dans la seule intention d'éluder une loi d'ordre public, la société acquiert la qualité de commerçant et est susceptible d'être déclarée en éta t de faillite (Art. 1er L.C.S.C.; Art C. civ.; Art. 437 Loi du 18 avril 1851 sur les faillites, banqueroutes et sursis). ( Cass. (1re ch.) RG C N, 4 octobre 2001 (S.A. R.D.C. 2002, liv. 8,642) La forme juridique d'une personne morale n'est pas déterminante pour l'attribution de la qualité de commerçant, vu que des sociétés à objet civil peuvent adopter la forme d'une société commerciale, sans devenir commerçant, que la présomption qui découle de l'inscription au registre du commerce est réfr agable et que le but de lucre est aussi le propre des sociétés civiles. Les parties n'ont pas la qualité de commerçant, vu que, conformément à leurs statuts respectifs, elles dispensent un enseignement et n'exercent des activités commerciales qu'à titre accessoire. Vu que les services prestés par les parties ne constituent pas des actes de commerce, il ne peut être question, à propos de ces services, de publicité commerciale, alors que la norme définie par l'art. 54 de la loi sur les pratiques commerciale s ne concerne que les commerçants. (Prés. Comm. Bruxelles 6 novembre 1989, D.C.C.R ,239, note BALLON, G..) Le caractère civil ou commercial d'une association est déterminé par le but de l'association, par les opérations qui forment l'objet de c elle-ci (Cass., 15 avr. 1943, Pas., 1943, I, p. 142). Dans les sociétés «civiles» on peut citer le cas des sociétés immobilières. Une société immobilière dont l objet est exclusivement la gestion d un patrimoine privé (société au travers de laquelle une/des personnes physiques gèrent leur patrimoine immobilier) sera sans conteste une société CIVILE. Mais, comme le précise l art.2, si cela devient une «entreprise ayant pour objet l achat d immeubles en vue de les revendre» et que cela devient «professi on habituelle», la société pourra être déclarée commerçante. 3. Une ASBL, par essence «sans but de lucre», pourrait-elle se retrouver devant le Tribunal de Commerce? Pourrait-elle être déclarée en faillite? Il faut répondre par l affirmative, dans la mesure où il apparaîtrait qu il ne s agit que d une ASBL «de façade». Encore une fois, il faut se référer aux actes posés. Pour déterminer si une personne morale dont le but statutaire est dénué de tout but lucratif est un commerçant, il faut examin er le but des services fournis en tant que tel. S'il n'est pas démontré que cette personne morale agit comme un commerçant sous le couvert d'une ASBL, la loi du 14 juillet 1991 sur les pratiques du commerce et sur l'information et la protection du consom mateur n'est pas applicable. ( Prés. Comm. Gand 27 septembre 1999, T.G.R. 2001, 55.) 4. Une personne qui, bien que propriétaire d un fonds de commerce, ne l exploite pas

7 C jjaannvviieerr pp.. 77 personnellement mais le fait exploiter par des salariés, p.ex, estil vraiment un commerçant? Le commerçant est celui qui pour son compte propre, soit en son nom, soit par mandataire ou préposé, accomplit habituellement des actes réputés commerciaux. Cette qualité lui est reconnue quand bien même il agirait par personne interposée, étant tenu des engagements pris par le prête -nom. La participation d'une personne en qualité d'aidant au commerce exploité par sa mère ne suffit pas à lui conférer la qualité de commerçant (Liège 9 octobre 2000, R.D.C (abrégé), 528) Justifie légalement s a décision qu'une personne a la qualité de commerçant, l'arrêt qui considère que cette personne exerce, au moins à titre accessoire, une activité de restaurateur pour laquelle elle est immatriculée au registre du commerce, ses fils n'exploitant ce commerce que sous les liens d'un contrat de travail conclu avec elle (art. 1er et 2 C.comm.). (Cass. (1re ch.) RG C F, 10 octobre 1997 ; J.L.M.B. 1998, 1060) 5. Une société commerciale ou une personne physique commerçante qui cesse ses activités a-t-elle toujours la qualité de commerçant? Une action intentée par un commerçant, qui n'a pas requis son immatriculation au registre de commerce, ne peut être déclarée non recevable que si elle a sa cause dans un acte de commerce du demandeur. Si les sociétés commerciales sont, après leur dissolution, réputées exister pour leur liquidation, il n'en est pas de même pour les commerçants, personnes physiques, leur existence juridique étant indépendante de leur qualité de commerçant, au contraire des sociétés comme rciales. Pour une personne physique, la qualité de commerçant ne se conserve pendant la liquidation que si les actes accomplis pendant cette période sont suffisamment nombreux et répétés pour apparaître comme la continuation de la profession de leur auteur. Ainsi, la réalisation de ses marchandises et de son matériel ne constitue pas l'exercice du commerce dans le chef d'une personne qui a cessé de traiter ses affaires avec ses anciens clients. De même, il est difficile de voir des actes de commerce dans la réalisation du matériel ayant servi à l'exploitation du commerce, dans le recouvrement des créances, le paiement des dettes, les négociations avec des créanciers. ( Comm. Liège 9 septembre 1992, J.L.M.B. 1993, 274 et (2 janvier 200 3). Le commerçant qui, après la fermeture de son entreprise, procède à la liquidation de son commerce ne conserve la qualité de commerçant que si les actes de commerce auxquels il se livre dans le cadre de la liquidation de son entreprise sont suffisamme nt nombreux et suivis pour constituer une activité régulière au sens de l'art.1er C. comm.; la circonstance que l'administration des contributions a admis, comme charges professionnelles supportées pendant l'exercice suivant celui de la cessation des act ivités, des dépenses qui auraient dû normalement être comptabilisées au 31 décembre de l'exercice précédent, n'implique pas la reconnaissance que, durant ladite période, le contribuable avait conservé la qualité de commerçant. De la constatation que l' activité professionnelle d'un commerçant a cessé le 31 décembre d'un exercice déterminé, il se déduit légalement que, pour l'exercice suivant, ni les intérêts payés en raison d'emprunt ni les amortissements ne constituent des charges professionnelles déduc tibles

8 C jjaannvviieerr pp.. 88 ( Cass. RG F 602 F, 27 octobre 1983, Arr. Cass , 239; Bull. 1984, 223;) n est pas en règle sur le plan administratif qu elle ne peut être déclarée commerçante. La cessation du commerce ne fait perdre la qualité de commerçant que si elle est réelle et sincère. Tel n'est pas le cas, par exemple, du commerçant qui ne cesse son c ommerce que pour éviter une cessation de paiement imminente. ( Mons 22 mars 1999, R.G.D.C. 2001, 94, note WATTE, N.,MARQUETTE, V. ). L'inscription au registre du commerce d'une société civile à forme commerciale n'est qu'une présomption, jusqu'à preuve du contraire, de sa qualité de commerçant. Il appartient à telle société d'apporter la preuve du contraire sur la base de son objet statutaire, seul élément dont dépend la qualité de commerçant d'une société. ( Comm. Hasselt 5 novembre 1996, R.D.C (abrégé),500 et -rdc.larcier.be (2 janvier 2003). La faillite d'un commerçant ne peut être prononcée plus de six mois après la cessation des activités commerciales. De pur s actes de liquidation ne laissent pas subsister la qualité de commerçant dans le chef de celui qui a cessé de faire le commerce. (Comm. Verviers 19 mars 1998, J.L.M.B (abrégé), 1266 et (15 janvier 2003). En pratique l absence (ou l exercice) d activité commerciale sera difficile à établir. On se réfèrera dès lors à la radiation de l inscription. Il convient d être attentifs, dès lors qu après 6 mois, le commerçant ne pourra plus être déclaré en faillite. Soulignons aussi que, si la personne physique qui cesse d accomplir des actes de commerce n est plus commerçante, par contre, la société commerciale même en liquidation-, conservera cette qualité, ayant été créée comme société commerciale et dans ce but. 6. L existence d un numéro d entreprise, d un (ancien) registre de commerce, d un n de TVA, etc., est-il déterminant pour affirmer qu une personne est commerçante? Est sans incidence le fait que le défendeur n'est pas inscrit au registre du commerce dès lors que la qualité de commerçant est acquise dès le moment de l'organisation ou de l'installation de l'entreprise commerciale, c'est-à-dire dès que la volonté d'exploiter cette entreprise à titre de profession s'est extériorisée par des actes non équivoques. L'action dirigée contre le défendeur reste de la compétence du tribunal de commerce. ( Trib. arr. Bruxelles 3 avril 1995, J.T. 1995, 522; J.J.P. 1995, 228.) Le défen deur qui, depuis plus de six mois, n'a plus la qualité de commerçant, ne peut plus être déclaré en faillite. Le moment auquel le commerçant a réellement mis fin à ses activités est déterminant, et non la date à laquelle a eu lieu la radiation de l'inscript ion au registre du commerce. ( Comm. Gand 15 décembre 1995, T.G.R. 1996, 61.) 7. Un certain nombre d activités professionnelles sont, par essence ou parce que diverses législations en ont décidé ainsi, de nature civile. Ainsi les professions libérales (médecins, kinés, architectes, comptables, géomètres ) A cet égard, la jurisprudence confirme que NON : ce n est pas parce qu une personne

9 C jjaannvviieerr pp.. 99 Est- il concevable que des personnes exerçant de telles professions soient considérées comme commerçantes? Le fait pour le titulaire d'une profession civile d'y adjoindre une activité de nature commerci ale, ne suffit pas à donner à l'ensemble le caractère d'une entreprise commerciale, dès l'instant où l'activité adjointe conserve un caractère accessoire. Toutefois, si l'activité commerciale est plus ou moins indépendante de l'activité civile, au lieu d'en être le complément, et si elle constitue l'exercice d'une profession, son auteur est commerçant, même si elle n'a qu'une importance secondaire par rapport à la profession civile. Il appartient aux tribunaux d'apprécier in concreto la consistance et l'am pleur de l'activité exercée par un géomètre expert immobilier en qualité d'intermédiaire, pour la qualifier et déterminer si elle revêt ou non un caractère commercial. Le géomètre expert immobilier qui effectue d'une façon habituelle des opérations de cour tage en organisant de la publicité à cette fin et en utilisant toute une infrastructure à cette occasion, agit en qualité de commerçant. L'action en paiement des honoraires liés à une telle activité commerciale n'est pas recevable si le géomètre n'est pas immatriculé au registre du commerce. ( Bruxelles 7 octobre 1993, J.T. 1994, 168.) Si les professions libérales sont exclues du champ d action du droit commercial, c est parce que «leurs méthodes sont incompatibles avec la technique des affaires en raison des règles déontologiques auxquelles certaines sont soumises et de la nature de l activité des autres (Van Ryn et Heenen, T.I, 389). Les règles déontologiques interdisent en effet souvent à leurs membres d être uniquement inspirés par le souci du rendement. D autres exercent une activité essentiellement créatrice, sans recourir à une organisation sur des bases commerciales. Les professions libérales comprennent notamment : les avocats, huissiers de justice, notaires (ces deux derniers étant en outre des officiers publics), les comptables, les médecins, vétérinaires, dentistes, kinésithérapeutes, architectes ; les auteurs, compositeurs et artistes. Les professions libérales sont des activités «essentiellement intellectuelles que l on exerce librement ou sous le seul contrôle d une organisation professionnelle» L'activité artistique ne relève pas du champ d'application du droit commercial. L'on part du principe qu'un artiste agit principalement sur la base de convictions artistiques et que son activité représente dès lors une occupation civile. Vu son caractère artistique, cette activité est exclue du domaine commercial. Même s'ils semblent à première vue exercer des actes de commerce objectifs (ils achètent par exemple du matériel pour le revendre aprè s l'avoir façonné ou transformé) et même si l'exercice de l'art constitue pour eux une activité professionnelle, les artistes ne deviennent pas pour autant des commerçants. Aussi le tribunal doit -il conclure qu'il n'y a nullement lieu de considérer comme un commerçant la défenderesse qui, en tant qu'artiste, a signé une offre pour la fabrication du calendrier artistique qu'elle a conçu. Le tribunal de commerce n'est dès lors pas compétent rationae materiae de sorte que la cause doit être renvoyée devant le tribunal civil de première instance.( Comm. Hasselt 23 avril 2001, R.D.C. 2002, liv. 2, 149.) Mais ATTENTION. Il ne faut pas que le titulaire d une profession libérale pose des actes de commerce, en sortant de la sphère stricte de son activité libérale : ainsi le comptable qui deviendrait agent d affaires (p.ex. aide à la cession reprise de commerces) deviendrait- il commerçant. L activité «commerciale» peut ne pas donner le caractère de commerçant au titulaire de

10 C jjaannvviieerr pp profession libérale si elle conserve un caractère accessoire (ex : le dentiste qui fournit des appareils à ses patients ; le médecin qui exploite lui- même une clinique privée). médecine, son activité se confond avec celle exercée par les médecins qui la composent ou travaillent pour elle. A condition évidemment qu ils ne se livrent pas à d autres activités (ex : vente de matériel médical à des confrères, etc.) Mais si l activité commerciale, au lieu d être un accessoire, devient une véritable activité professionnelle, même d appoint, le titulaire de profession libérale pourra être déclaré commerçant et, le cas échéant, même être déclaré en faillite. Le réviseur d'entreprise exerce une profession libérale, caractérisée par son indépendance et par la nature du travai l. Elle est, à ce titre, soumise à des règles déontologiques. Sans caractère commercial ou spéculatif, sans lieu de subordination à l'égard des clients, elle constitue une activité civile, incompatible avec l'emprise du droit commercial. La personne morale qui exerce cette profession et est inscrite au tableau de l'institut, doit être considérée comme société civile à forme commerciale, devant s'interdire toute activité de nature commerciale.( Civ. Tournai (réf.) 27 juin 1997, J.D.S.C. 2000, 209,note CALUWA ERTS, M.; J.D.S.C (abrégé), 14; Rev.prat. soc. 1998, 122.) «Tel est le cas de l architecte qui, en violant ses obligations légales, se charge, non seulement de faire les plans, mais, en outre, de l exécution des travaux ; du notaire qui remploie en prêts à intérêts à son profit les fonds déposés par ses clients ; de l écrivain qui édite et publie un journal quotidien ; de l ingénieur qui se livre lui- même à l exploitation commerciale de son brevet» (Van Ryn et Heenen, T.I, 391) 8. Qu en est-il des pharmaciens? Jusqu en 1973, le pharmacien était considéré comme un commerçant. L art.2 bis du code de commerce l a exclu de cette catégorie, en tout cas en ce qui concerne l activité spécifiquement «pharmacie». S il se livre à la vente d autres produits de manière suffisamment significative, il pourra être considéré comme commerçant : ainsi si, par exemple, une partie importante de l officine est consacrée à des produits cosmétiques, du matériel paramédical, etc., pour autant que l on puisse considérer qu il y a là vraiment une activité commerciale, même d appoint. 9. Quid de l exercice, en société, d une profession libérale? En principe, si l objet de la société se limite à l exercice de l activité libérale, la société sera civile et pas commerciale. Ainsi si, dans une société de médecins, ce n est évidemment pas la société qui exerce la Pour de nombreuses professions (médecins, avocats,..) les règles déontologiques imposent d ailleurs que le passage en société n y inclue que la stricte activité libérale, à l exclusion de toute activité commerciale. Par contre, la société qui, par exemple, exploite des pharmacies, en plaçant dans chacune d elles des pharmaciens, cette société sera considérée comme commerciale. En effet, l art. 2 bis du code de commerce n exclut les pharmaciens que pour autant que l activité décrite soit accomplie «par une personne légalement autorisée à exercer l art de guérir». Or cette condition ne peut évidemment être remplie pour une société ayant la personnalité juridique. Dès lors, ces sociétés seront commerciales. 10. Qu en est-il des agriculteurs? L'alinéa 4 de l'art. 2 exclut des actes réputés commerciaux la transformation par l'exploitant d'une entreprise agricole, des produits de son propre fonds, lorsque cette transformation

11 C jjaannvviieerr pp relève normalement des entreprises agricoles; ladite disposition n'exclut pourtant point des actes réputés commerciaux la transformation, par des tiers, des produits d'une entreprise agricole. - Cass. 22 octobre 1965; Pas. 1966, p Tout est une question de fait, de l exercice ou non, professionnellement, d actes qualifiés commerciaux par la loi. Il y a lieu d'entendre par transformat ion Toutes les hypothèses, tous les cas de figure n ont pas pu être analysés ici. Ces quelques lignes n avaient pour ambition, sans entrer dans trop de détails, que d énoncer les principes de base en la matière. qui relève normalement des entreprises agricoles et qui n'est pas réputée acte de commerce au sens de l'art. 2, al. 4, du C est aux tribunaux, en cas de doute, qu il appartient de trancher. Code de commerce, la transformation par l'exploitant lui -même des produits de sa propre entreprise agricole (Cass., 12 juin Benoît Hardy 1987, Pas., 1987, I, n 621). Ainsi, si l agriculteur (au sens strict) n est en principe pas commerçant, sera considérée comme commerciale l entreprise qui : LEGISLATION Loue ses services, des machines, etc., aux agriculteurs Loi du , modifiant la loi sur les faillites. Transforme les produits agricoles de tiers Commercialise des produits agricoles qui ont été produits par une autre La loi du 6/12/2005 institue une nouvelle procédure de déclaration des créances : le système actuel est remplacé par des procèsverbaux de vérification successifs, versés tous les quatre mois au dossier de la faillite. Doit être qualifié d'acte de commerce l'élevage de porcs dans une ferme lorsqu'il s'agit en fait de les engraisser à l'échelle industrielle sans que les propres produits de l'exploitation agricole soient utilisés comme aliments à cette fin.( Gand 17 mai 1990, R.W (abrégé), 964.) Les modifications les plus importantes se situent aux articles 67, 68, 69 et 72 de la loi. Vous avez dit commerçant? Le curateur dépose un "premier procès-verbal de vérification" des créances au greffe, au plus tard à la date fixée dans le jugement déclaratif de faillite. La question, on le voit, n est pas nécessairement aussi simple qu il y paraît de prime abord. Seules les véritables contestations sont encore examinées par le tribunal. De plus, le droit d'agir en admission se prescrit désormais par un an au lieu de trois ans. Ensuite, le curateur dépose au greffe, tous les quatre mois à compter de la date du dépôt du premier procès-verbal de vérification et

12 C jjaannvviieerr pp pendant les seize mois qui suivent, un procèsverbal de vérification complémentaire. La procédure de vérification par PV s'étend donc sur 18 mois maximum. ( I mois maximum fixé par jugement pour le dépôt des créances + un mois maximum pour le dépôt du premier PV de vérification - cfr art 11 L.F mois pour les PV subséquents) Si l'on comprend bien, ce sont en réalité 5 PV de vérification de créances qui, en tout, devront être déposés par le curateur au greffe. Dans les PV subséquents, le curateur doit reprendre le précédent procès-verbal de vérification, poursuivre la vérification des créances réservées et vérifier les créances qui ont été déposées au greffe depuis lors; ainsi de suite jusqu'au 5ème PV. Le juge-commissaire renvoie les créances contestées au tribunal. Lorsqu'il conteste une créance, le curateur avise le créancier par écrit qu'il sera convoqué ultérieurement par lettre recommandée pour entendre statuer sur la contestation. C'est donc le curateur qui convoque pour l'audience, et ce par recommandé. Les créances non encore admises après le dernier procès-verbal complémentaire sont disjointes et ensuite traitées selon la procédure ordinaire. Le failli et les créanciers peuvent fournir des contredits aux vérifications. Celles-ci doivent être faites dans le mois du dépôt du procèsverbal de vérification dans lequel figure la créance ou dans lequel les curateurs ont accepté ou contesté une créance réservée. Le droit d'agir en admission se prescrit par un an à dater du jugement déclaratif, au lieu de trois ans. Néanmoins, l'exception pour la créance constatée dans le cadre d'une action en intervention ou garantie, poursuivie ou intentée en cours de liquidation est conservée. l'importante modification législative que voilà pourrait poser quelques questions; ainsi, sous réserve de plus ample examen : L'absence de délais de rigueur imposés aux créanciers pour le dépôt de leur créance crée une insécurité quant à la structure du passif et plus particulièrement à l'importance et au rang des privilèges. Il n'y a plus d'incitants à déposer sa déclaration de créance dans le délai fixé par le jugement déclaratif de faillite, si ce n'est la prescription de 1 an du droit d'agir en admission. Or, il est indispensable de connaître rapidement les privilèges qui grèvent les biens car les décisions concernant les réalisations mobilières doivent souvent intervenir à bref délai afin d'éviter un dépérissement des actifs. Par ailleurs l'on notera la différence entre le délai de prescription de 1 an à dater du jugement déclaratif et le terme de la procédure de vérification, soit 18 mois maximum. Les nouvelles dispositions présentent l'avantage évident que seules les créances pour lesquelles il existe une contestation persistante devront être débattues devant le tribunal. La pratique permettra de vérifier si les espoirs de simplification du législateur sont rencontrés. Jean-Philippe LEBEAU Président du tribunal de commerce Loi du 10 août 2005 instituant le système d information Phenix. (MB ) Le système Phenix est le nouveau système informatique pour le monde judiciaire.

13 C jjaannvviieerr pp Phenix est destiné à répondre aux finalités suivantes : la communication interne et externe nécessaire au fonctionnement de la justice, la gestion et conservation des dossiers, l instauration d un rôle national, la constitution d une banque de données de jurisprudence, l élaboration de statistiques et l aide à la gestion et à l administration des cours et tribunaux. Phenix est dirigé par un comité de gestion et par un comité de surveillance, qui sont conseillés par un comité d utilisateurs. La composition, les missions et les compétences de ces comités sont fixées dans la loi précitée. La Cour de cassation prend connaissance des demandes en annulation des actes du comité de gestion qui excéderaient ses pouvoirs, seraient contraires aux lois ou pris de manière irrégulière. Règlement (CE) n 805/2004 du Parlement européen et du Conseil du 21 avril 2004 du 22 juin 2005 portant création d'un titre exécutoire européen pour les créances incontestées.mb Le 21 avril 2004 le Règlement (CE) n 805/2004 du Parlement européen et du Conseil portant création d un titre exécutoire pour les créances incontestées a été adopté. Le 22 juin 2005 la Ministre de la Justice, Laurette Onkelinx a publié une circulaire, qui explique les implications de ce règlement, entré en vigueur, en grande partie, le 21 octobre Principe de suppression de l exequatur : Une décision ou transaction judiciaire, un acte authentique respectivement rendue, approuvée ou conclue, ou dressé dans un Etat membre peut être certifié en tant que titre exécutoire européen. Le Règlement n 805/2004 crée ainsi un titre exécutoire européen et prévoit la suppression de la procédure d exequatur. Ce principe général veut qu une décision qui a été certifiée en tant que titre exécutoire européen dans un Etat membre est reconnue et exécutée dans les autres Etats membres, sans qu une déclaration constatant la force exécutoire soit nécessaire et sans qu il soit possible de contester sa reconnaissance. Grâce à la délivrance du certificat de titre exécutoire européen la décision, la transaction judiciaire ou l acte authentique belge pourront être exécutés dans n importe quel autre Etat membre sans autres démarches procédurales. Champ d application territorial Le Règlement n 805/2004 est applicable entre tous les Etats membres de l Union européenne, à l exception du Danemark. Délivrance du certificat de titre exécutoire européen : Dès qu une décision judiciaire est rendue, la juridiction qui a prononcé la décision peut délivrer le certificat de titre exécutoire européen sur demande de la partie requérante. Le même principe est prévu pour la transaction judiciaire. En ce qui concerne les actes authentiques, le certificat de titre exécutoire est délivré par le notaire. La délivrance du certificat par le greffier ou le notaire, n est susceptible d aucun recours sur le fond. De plus, aucune procédure de refus d octroi du certificat n a été prévue. Une demande ne peut dès lors être refusée qu avec la plus grande prudence. Le demandeur qui voit sa demande de délivrance d un certificat de titre exécutoire européen refusée peut toujours s adresser au juge, conformément au droit commun, afin que le Greffier en chef ou le notaire soient contraints d établir le certificat. Champ d app lication : La suppression d une procédure d exequatur dans l Etat membre d exécution est limitée aux demandes civiles et commerciales. En outre, seules les décisions, transactions et actes authentiques portant sur des créances incontestées entrent en ligne de compte en tant que titres exécutoires européens. Sont considérées comme créances incontestées : - la créance que le débiteur a reconnue et acceptée en recourant à une transaction judiciaire ;

14 C jjaannvviieerr pp la créance à laquelle le débiteur ne s est pas opposé ; la créance que le débiteur a initialement contestée au cours de la procédure judiciaire mais dans le cadre de laquelle il n a pas comparu ou ne s est pas fait représenter, pour autant que cette conduite équivaille dans le droit de l Etat membre à une reconnaissance tacite ; la créance que le débiteur a expressément reconnue dans un acte authentique. Une décision judiciaire relative à une créance incontestée rendue dans un Etat membre peut uniquement être certifiée en tant que titre exécutoire européen à la condition cumulative que la décision soit exécutoire dans l Etat membre d origine et que la décision ne soit pas incompatible avec les dispositions en matière de compétence figurant dans le «Règlement Bruxelles I». Pour les créances citées ci-dessus (deuxième et troisième tiret) des conditions supplémentaires sont prévues. Il s agit de conditions portant sur des normes minimales en matière de notification et de signification. Il existe également une obligation d informations minimales à communiquer au débiteur. Ces informations portent tant sur la créance que sur les formalités procédurales à accomplir pour contester la créance. Autres certificats : Le Règlement européen prévoit deux autres certificats : - le certificat indiquant que la décision n est plus exécutoire ou que son caractère exécutoire a été limité et - le certificat de remplacement du titre exécutoire européen suite à un recours. Procédure d exécution ; Les procédures d exécution sont régies par le droit de l Etat membre d exécution. Il en va de même pour la transaction judiciaire et pour l acte authentique. Le créancier est toutefois tenu de fournir aux autorités belges chargées de l exécution, une expédition de la décision, une expédition du certificat de titre exécutoire européen et, si nécessaire, une transcription du certificat de titre exécutoire européen ou une traduction, certifiée conforme par une personne habilitée à cet effet dans l un des états membres, de celui-ci dans la langue officielle de l Etat membre d exécution ou dans une des langues officielles de la procédure judiciaire du lieu ou l exécution est demandée. L exécution peut être refusée si la décision certifiée en tant que certificat de titre exécutoire européen est incompatible avec une décision rendue antérieurement dans tout Etat membre ou dans un pays tiers. JURISPRUDENCE Faillites Inscription à la liste des curateurs Avocat appartenant à un barreau d un autre ressort «Aucune disposition légale ou réglementaire n exige que l avocat candidat à l inscription sur la liste des curateurs appartienne au barreau du ressort du tribunal de commerce concerné, ou dispose d un cabinet dans ledit ressort». Bruxelles, 3 mars 2005., JOURNAL DES TRIBUNAUX, 3 décembre 2005, n 6202 VIE PRATIQ UE : LA COMBUSTIO N EFFICACE DU BO IS Si vous êtes propriétaire d installation de chauffage au bois, voici quelques bonnes recommandations, requises pour en assurer un fonctionnement efficace.

15 C jjaannvviieerr pp En tenant compte des quelques considérations ci-dessous, vous réussirez à : diminuer la quantité de bois nécessaire pour chauffer la maison réduire la pollution intérieure et extérieure occasionnée par la fumée de bois abaisser la fréquence des ramonages accroître les avantages et plaisirs du bois de chauffage En brûlant, le bois de chauffage subit trois transformations : L évaporation de l eau : Une bûche fraîchement coupée contient de l eau jusqu à 50% de son poids. Après un bon séchage (compter environ deux ans), la teneur en eau est réduite à environ 20%. A mesure que le bois chauffe dans la chambre de combustion, l eau s évapore tout en consommant de l énergie thermique. Le dégagement de fumée : Lorsque la température du bois s élève au-dessus du point d ébullition de l eau, celui- ci se met à fumer. La fumée est le signe concret de la décomposition du bois massif qui se vaporise en un nuage de gaz combustible et de gouttelettes de goudron (sublimation). Quand la fumée brûle, elle produit des flammes brillantes qui caractérisent une bonne combustion. Mais la fumée qui ne brûle pas se condense dans le tuyau de raccordement et la cheminée, en y déposant des dépôts de créosote ou s échappe dans l atmosphère sous forme de pollution. La fumée non brûlée représente une perte d efficacité puisqu elle renferme une grande partie de l énergie totale fournie par le bois. La carbonisation : Quand la plus grande partie des gaz et du goudron se sont évaporés du bois, il reste le charbon. Presque entièrement constitué de carbone, il produit une lueur rouge en brûlant et peu de flamme et de fumée. C est un bon combustible qui brûle facilement, toutefois il produit du monoxyde de carbone, un polluant d air intérieur qui est nocif. Pour brûler le bois efficacement, il s agit de parvenir à une évaporation rapide de l eau et de faire en sorte que la fumée brûle avant de quitter la chambre de combustion. Dans les nouveaux modèles d appareils à combustion évoluée, les flammes se répartissent en deux zones souvent visibles : celle de la flamme primaire qui s élève du bois et celle de la flamme secondaire transparente qui tourbillonne au-dessus du bois. Lorsque le feu brûle ardemment, si vous fermez les orifices d alimentation en air comburant, les flammes deviennent alors petites et moins vives. Pour avoir une combustion efficace, assurezvous de toujours avoir des flammes secondaires. Une fois que vous aurez maîtrisé la technique de chauffage au bois efficace, voici quelques conseils à observer : lorsque le bois brûle, il produit des flammes jusqu à ce qu il ne reste que des charbons. S il n y a pas de flammes, quelque chose cloche. Si la chambre de combustion est tapissée de briques réfractaires, cellesci doivent être de couleur ocre, jamais noires. Les pièces d acier ou de fonte de la chambre de combustion doivent être d une couleur qui va du brun pâle au brun foncé, mais jamais noires et luisantes. Si votre bois est bien sec et bien fendu, les orifices d admission d air suffisamment ouverts (ni trop ni trop peu) et les morceaux de bois correctement disposés dans le poêle, vous obtiendrez une inflammation «instantanée» d une nouvelle charge de bois ; certains morceaux prendront même feu avant que vous ayez fermé la porte. Si l appareil comprend une porte vitrée mais pas de balayage d air,

16 C jjaannvviieerr pp la vitre peut être quelque peu embrouillée, mais ne doit jamais être noire. Les gaz s échappant du faîte de la cheminée doivent être clairs ou, en hiver, blancs en raison de la vapeur. Un panache de fumée bleue ou grise indique un feu couvant et une mauvaise combustion. Nouveau «Vademecum de la Faillite» édité par le Tribunal de Commerce de Charleroi Mise à jour des différents rôles : audiences, chambres d enquête Mise à jour et enrichissement des «Ordonnances» rendues par le Juge Commissaire Trombinoscope des J Alberto Munoz y Moles Un support absolument I N D I S P E N S A B L E!!!!! L édition 2006 du CD ROM «Guide Pratique du Juge Consulaire», sort de presse Rappelons que ce CD ROM, édité et réalisé par les JUGES CONSULAIRES DE CHARLEROI, constitue un travail considérable de recherche, compilation, mais aussi création, devant servir d OUTIL PRATIQUE à tous les juges consulaires, dans leur activité de magistrat, tant à l audience publique, qu en Chambre d Enquêtes ou à l occasion de faillites. La première édition avait reçu un accueil chaleureux et enthousiaste, non seulement de la part des magistrats consulaires, mais également de nombreux magistrats professionnels, avocats et autres professionnels du droit. Pour les Juges Consulaires de Charleroi, le prix de ce CD ROM est inclus dans leur cotisation annuelle. Toute autre personne peut en obtenir un exemplaire moyennant le versement de la somme de 10 Euros (par CD ROM) au compte n des J avec en communication le nombre de CD rom souhaités et l adresse de livraison (si elle diffère de celle du donneur d ordre, indiquée sur le virement). PROCHAINE EDITION DU BULLETIN : JUIN 2006 Merci de faire parvenir vos articles pour le 25 mai au plus tard à B.Hardy : L édition 2006 comporte de nombreuses nouveautés par rapport à l édition 2005 : Mise à jour des dispositions légales, dans les domaines intéressant le juge consulaire, de la Médiation jusqu à la toute dernière loi du modifiant la loi sur les faillites. Des hyperliens vers toutes les dispositions légales utiles que l on peuut trouver sur INTERNET Création d une rubrique «FAQ» avec des premières questions relatives à la TVA, aux commerçants,

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 17 FEVRIER 2011 C.10.0149.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.10.0149.F AG INSURANCE, société anonyme dont le siège social est établi à Bruxelles, boulevard Émile Jacqmain, 53, demanderesse en

Plus en détail

LOI N 013-2013/AN BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- PORTANT REGLEMENTATION DE LA PROFESSION DE COMMERÇANT AU BURKINA FASO

LOI N 013-2013/AN BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- PORTANT REGLEMENTATION DE LA PROFESSION DE COMMERÇANT AU BURKINA FASO BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE CINQUIEME LEGISLATURE ----------- ASSEMBLEE NATIONALE LOI N 013-2013/AN PORTANT REGLEMENTATION DE LA PROFESSION DE COMMERÇANT

Plus en détail

9/1/2015 DECRET Nº 2013-480/PRES du 14 juin 2013 promulguant la loi n 013-2013/AN du 07 mai 2013 portant réglementation de la profession de commerça

9/1/2015 DECRET Nº 2013-480/PRES du 14 juin 2013 promulguant la loi n 013-2013/AN du 07 mai 2013 portant réglementation de la profession de commerça DECRET Nº 2013-480/PRES du 14 juin 2013 promulguant la loi n 013-2013/AN du 07 mai 2013 portant réglementation de la profession de commerçant au Burkina Faso. JO N 29 DU 18 JUILLET 2013 LE PRESIDENT DU

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS MME et MM. les Directeurs Date : des Caisses Régionales d'assurance Maladie 10/06/97 MM. les Directeurs

Plus en détail

Numéro du rôle : 5371. Arrêt n 24/2013 du 28 février 2013 A R R E T

Numéro du rôle : 5371. Arrêt n 24/2013 du 28 février 2013 A R R E T Numéro du rôle : 5371 Arrêt n 24/2013 du 28 février 2013 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l article 3 de la loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises,

Plus en détail

Créer une ASBL : Comment s y prendre?

Créer une ASBL : Comment s y prendre? Créer une ASBL : Comment s y prendre? Bruxelles, 11 décembre 2013 Programme du jour: 1) Introduction 2) La personnalité juridique, différences société-asbl 2) Constitution d une ASBL 3) Mesures de publicité

Plus en détail

Recouvrement de créances - Procédure civile italienne - Injonction de paiement INJONCTION DE PAIEMENT EN ITALIE: JURIDICTION ITALIENNE ET PROCÉDURE

Recouvrement de créances - Procédure civile italienne - Injonction de paiement INJONCTION DE PAIEMENT EN ITALIE: JURIDICTION ITALIENNE ET PROCÉDURE Recouvrement de créances - Procédure civile italienne - Injonction de paiement INJONCTION DE PAIEMENT EN ITALIE: JURIDICTION ITALIENNE ET PROCÉDURE Antonio Braggion Avocat au Barreau de Milan 1. Introduction

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 12 février 2015 de présentation des dispositions du décret n 2014-1633 du 26 décembre 2014 modifiant le décret n 2010-434 du 29 avril 2010 relatif à la communication par la voie électronique

Plus en détail

Code civil local art. 21 à 79

Code civil local art. 21 à 79 Code civil local art. 21 à 79 Toute association qui fixe son siège, ou qui transfère son siège en Alsace-Moselle doit rédiger des statuts conformes aux présents articles du Code civil local. 1. Dispositions

Plus en détail

La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises

La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises La loi du 31 janvier 2009 relative à la continuité des entreprises Les instruments préprocéduraux Médiateur d entreprise Mandataire de justice Administrateur provisoire La réorganisation judiciaire 30

Plus en détail

Loi n 53-95 instituant des juridictions de commerc e

Loi n 53-95 instituant des juridictions de commerc e Dahir n 1-97-65 (4 chaoual 1417) portant promulgat ion de la loi n 53-95 instituant des juridictions de commerce (B.O. 15 mai 1997). Loi n 53-95 instituant des juridictions de commerc e Titre Premier :

Plus en détail

FRANCE. Exécuter une décision de justice en France en application du règlement Bruxelles I

FRANCE. Exécuter une décision de justice en France en application du règlement Bruxelles I FRANCE Exécuter une décision de justice en France en application du règlement Bruxelles I Le règlement 44/2001 du 22 décembre 2000 concernant la compétence judiciaire, la reconnaissance et l exécution

Plus en détail

Numéro du rôle : 5263. Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5263. Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5263 Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 334 de la loi-programme du 27 décembre 2004, tel qu il a été modifié par l

Plus en détail

CONFERENCE LIBRE DU JEUNE BARREAU CONFERENCE DE MIDI LA BANQUE CARREFOUR DES ENTREPRISES

CONFERENCE LIBRE DU JEUNE BARREAU CONFERENCE DE MIDI LA BANQUE CARREFOUR DES ENTREPRISES CONFERENCE LIBRE DU JEUNE BARREAU CONFERENCE DE MIDI LA BANQUE CARREFOUR DES ENTREPRISES 1. Le cadre législatif Loi du 16 janvier 2003 portant création d une Banque-Carrefour des Entreprises, modernisation

Plus en détail

Code de la propriété intellectuelle

Code de la propriété intellectuelle Dispositions relatives aux conseils en propriété industrielle au regard du registre du commerce et des sociétés Code de la propriété intellectuelle Partie législative Deuxième partie : La propriété industrielle

Plus en détail

VEILLE JURIDIQUE LES CRITERES DE RATTACHEMENT GEOGRAPHIQUE D UN SITE WEB

VEILLE JURIDIQUE LES CRITERES DE RATTACHEMENT GEOGRAPHIQUE D UN SITE WEB VEILLE JURIDIQUE LES CRITERES DE RATTACHEMENT GEOGRAPHIQUE D UN SITE WEB Le site marchand est nécessairement issu d une entreprise, d une forme sociale, d une société. En tant que tel, il a un domicile.

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant

Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Insaisissabilité de la demeure principale [1] de l indépendant Loi du 25 avril 2007 Moniteur Belge 8 mai 2007 Note destinée à nos collaboratrices et collaborateurs Jean-Claude Brulé 23 mai 2007 1 On entend

Plus en détail

P/Plan justice Koen Geen/Pot-pourri I/Recouvrement de créances/30.06.2015/final

P/Plan justice Koen Geen/Pot-pourri I/Recouvrement de créances/30.06.2015/final Observations d AVOCATS.BE concernant le projet de loi modifiant le droit de la procédure civile et portant des dispositions diverses en matière de justice (Doc. parl., Chambre, 54/1219) en ce qui concerne

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

Convention d établissement et de protection juridique entre la Suisse et la Grèce

Convention d établissement et de protection juridique entre la Suisse et la Grèce Texte original Convention d établissement et de protection juridique entre la Suisse et la Grèce 0.142.113.721 Conclue le 1 er décembre 1927 Approuvée par l Assemblée fédérale le 19 juin 1928 1 Instruments

Plus en détail

STATUTS. version 2014. Coopérative d achat technique du bâtiment CTB

STATUTS. version 2014. Coopérative d achat technique du bâtiment CTB STATUTS version 2014 Coopérative d achat technique du bâtiment CTB du 5 décembre 1957 révisés le 21 octobre 1966 révisés le 25 octobre 2002 révisés le 19 septembre 2008 révisés le 31 octobre 2014 Statuts

Plus en détail

ARRÊT DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE DU 6 JUIN 2010

ARRÊT DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE DU 6 JUIN 2010 ARRÊT DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE DU 6 JUIN 2010 Numéro de rôle : 5009 Arrêt n 55/2011 du 6 avril 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant les articles 2, 1 et 2, et 3, 2, de la

Plus en détail

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Loi n 19-2005 du 24 novembre 2005 Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi définit les conditions d exercice

Plus en détail

15 DECEMBRE 2005. - Arrêté royal fixant les règles de déontologie du géomètreexpert

15 DECEMBRE 2005. - Arrêté royal fixant les règles de déontologie du géomètreexpert SERVICE PUBLIC FEDERAL ECONOMIE, P.M.E., CLASSES MOYENNES ET ENERGIE 15 DECEMBRE 2005. - Arrêté royal fixant les règles de déontologie du géomètreexpert Publié au moniteur Belge du 25 janvier 2006. ----------------------------------------------

Plus en détail

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice,

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, PROTOCOLE Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, Le Tribunal de commerce de Paris, représenté par son Président en

Plus en détail

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux

Club des juristes Projet de 14 ème directive. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux Club des juristes Projet de 14 ème directive DIRECTIVE /./CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du. sur les transferts transfrontaliers des sièges sociaux des sociétés de capitaux LE PARLEMENT EUROPEEN

Plus en détail

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Année 2005 DOCUMENT n 1 Analyses et études LE DIVORCE INTERNATIONAL EN BELGIQUE Rue de la croix, 22 1050 Bruxelles Téléphone

Plus en détail

Numéro du rôle : 1738. Arrêt n 97/2000 du 26 septembre 2000 A R R E T

Numéro du rôle : 1738. Arrêt n 97/2000 du 26 septembre 2000 A R R E T Numéro du rôle : 1738 Arrêt n 97/2000 du 26 septembre 2000 A R R E T En cause : le recours en annulation de l'article 43, 4, 2, alinéa 1er, de la loi du 26 mars 1999 relative au plan d'action belge pour

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE

CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE CAHIER DES CHARGES SYNDIC DE COPROPRIETE Le cahier des charges du syndic de copropriété de la résidence. annexé au contrat conclu entre l'"association des copropriétaires" et le syndic dd.. et qui en fait

Plus en détail

DROIT JUDICIAIRE EUROPEEN ET INTERNATIONAL (2012-2013)

DROIT JUDICIAIRE EUROPEEN ET INTERNATIONAL (2012-2013) DROIT JUDICIAIRE EUROPEEN ET INTERNATIONAL (2012-2013) 8 ÈME LEÇON : RECONNAISSANCE ET EXÉCUTION DES JUGEMENTS INTRODUCTION Importance fondamentale en pratique car il est vain d obtenir un jugement dans

Plus en détail

L du 02 août 2003 (Mém. n 112 du 14 août 2003, p.2364)

L du 02 août 2003 (Mém. n 112 du 14 août 2003, p.2364) Loi du 2 août 2003 portant - modification de la loi modifiée du 5 avril 1993 relative au secteur financier; - modification de la loi modifiée du 23 décembre 1998 portant création d'une commission de surveillance

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé

Etablissement et dépôt des comptes consolidés et du rapport de gestion consolidé Département Informations micro-économiques Service Centrale des bilans boulevard de Berlaimont 14 - BE-1000 Bruxelles tél. 02 221 30 01 - fax 02 221 32 66 e-mail: centraledesbilans@nbb.be - site Internet:

Plus en détail

La continuité des entreprises dans la pratique

La continuité des entreprises dans la pratique La continuité des entreprises dans la pratique 1 Plan de la présentation Titre 1 : dispositions générales I. Échec du concordat judiciaire II. La prévention III. L'accord amiable (sans procédure) IV. La

Plus en détail

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites

Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Le nouveau régime des sûretés personnelles en cas de faillite OU La loi du 20 juillet 2005 (MB 28/07/05) modifiant la loi sur les faillites Date Xavier DEWAIDE Avocat Vanden Eynde Legal Avenue de la Toison

Plus en détail

Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose!

Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose! Les compétences du Conseil d Administration d une société anonyme et les recours fiscaux : la prudence s impose! 1. Introduction Le présent article se limite aux sociétés anonymes et ne prend pas en compte

Plus en détail

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T

Numéro du rôle : 286. Arrêt n 41/91. du 19 décembre 1991 A R R E T Numéro du rôle : 286 Arrêt n 41/91 du 19 décembre 1991 A R R E T En cause : la question préjudicielle posée par le bureau d'assistance judiciaire du tribunal de première instance de Mons par décision du

Plus en détail

Le droit à l exécution du créancier

Le droit à l exécution du créancier Le droit à l exécution du créancier INTRODUCTION Le droit des voies d exécution, ou des procédures civiles d exécution, regroupe l ensemble des procédés légaux coercitifs auxquels un créancier peut avoir

Plus en détail

Le redressement judiciaire

Le redressement judiciaire Le redressement judiciaire Aux termes de l article 631-1 du Code de Commerce, «Il est institué une procédure de redressement judiciaire ouverte à tout débiteur mentionné aux articles L. 631-2 ou L. 631-3

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe...

On vous doit de l argent en Europe... On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Centre Européen des Consommateurs France Réseau européen ECC-Net en coopération avec le Ministère de la Justice,

Plus en détail

2 les prestations d'un expert nommé en justice ou désigné comme tel par les parties en exécution d'une décision judiciaire ordonnant l'expertise;

2 les prestations d'un expert nommé en justice ou désigné comme tel par les parties en exécution d'une décision judiciaire ordonnant l'expertise; Page 1 of 7 Taxe sur la Valeur Ajoutée >> Commentaire TVA III.- Opérations visées Numéro 18/1125 La réquisition doit bien entendu porter sur une prestation prévue par le C.TVA pour être visée par l'art.

Plus en détail

Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11)

Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11) DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11) Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection

Plus en détail

Numéro du rôle : 4035. Arrêt n 61/2007 du 18 avril 2007 A R R E T

Numéro du rôle : 4035. Arrêt n 61/2007 du 18 avril 2007 A R R E T Numéro du rôle : 4035 Arrêt n 61/2007 du 18 avril 2007 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 44, alinéa 2, de la loi du 17 juillet 1997 relative au concordat judiciaire, posée

Plus en détail

Numéro du rôle : 1058. Arrêt n 20/98 du 18 février 1998 A R R E T

Numéro du rôle : 1058. Arrêt n 20/98 du 18 février 1998 A R R E T Numéro du rôle : 1058 Arrêt n 20/98 du 18 février 1998 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l'article 4, alinéa 1er, de la loi du 3 juillet 1978 relative aux contrats de travail, posée

Plus en détail

SESSION DU CIFAF 2013

SESSION DU CIFAF 2013 SESSION DU CIFAF 2013 Présenté Par Maître Maximin CAKPO-ASSOGBA Avocat à la Cour Mardi 03 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Les sûretés sont des techniques juridiques destinées à assurer le règlement des créances

Plus en détail

I - Effets de la mesure de protection

I - Effets de la mesure de protection NOTICE à L USAGE du CURATEUR d un parent ou d un proche sous Curatelle simple Vous venez d être désigné en qualité de curateur d un parent ou d un proche. La curatelle simple est une mesure destinée à

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Bien organiser votre assemblée générale (Dossier réalisé par Michèle Lorillon, In Extenso Octobre 2011) Quelles sont les obligations à respecter pour une bonne gouvernance

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-391 du 20 avril 2010 modifiant le décret n o 67-223 du 17 mars 1967 pris pour l application de la loi

Plus en détail

25 AOUT 2012. - Loi modifiant le Titre XIII de la loi-programme (I) du 27 décembre 2006, en ce qui concerne la nature des relations de travail

25 AOUT 2012. - Loi modifiant le Titre XIII de la loi-programme (I) du 27 décembre 2006, en ce qui concerne la nature des relations de travail SERVICE PUBLIC FEDERAL CHANCELLERIE DU PREMIER MINISTRE 25 AOUT 2012. - Loi modifiant le Titre XIII de la loi-programme (I) du 27 décembre 2006, en ce qui concerne la nature des relations de travail ALBERT

Plus en détail

ACTEURS DE L EXÉCUTION

ACTEURS DE L EXÉCUTION Au Luxembourg, le principal acteur de l exécution est l huissier de justice. Muni d un titre exécutoire qui remplit les conditions de son exécution (voir fiche 1), le créancier pourra s adresser à l huissier

Plus en détail

Numéro du rôle : 5475. Arrêt n 99/2013 du 9 juillet 2013 A R R E T

Numéro du rôle : 5475. Arrêt n 99/2013 du 9 juillet 2013 A R R E T Numéro du rôle : 5475 Arrêt n 99/2013 du 9 juillet 2013 A R R E T En cause : le recours en annulation des articles 2, 1 et 2, et 3, 2, de la loi du 6 avril 2010 relative aux pratiques du marché et à la

Plus en détail

STATUTS VERSION 2014. Elle est constituée en date du 29 septembre 2009. La liste des membres fondateurs est annexée aux présents statuts.

STATUTS VERSION 2014. Elle est constituée en date du 29 septembre 2009. La liste des membres fondateurs est annexée aux présents statuts. STATUTS VERSION 2014 I. DISPOSITIONS GENERALES Article 1 L Association des Commerçants de Collonge-Bellerive et Vésenaz (ci-après l'association) est une association de droit suisse au sens des articles

Plus en détail

Article: 1 Le commissionnaire est celui qui agit en son nom propre ou sous un nom social pour le compte d'un commettant.

Article: 1 Le commissionnaire est celui qui agit en son nom propre ou sous un nom social pour le compte d'un commettant. 19 JANVIER 1920 - DÉCRET. DES COMMISSIONNAIRES ET DES TRANSPORTEURS. (B.O., 1920, P.194). Section 1. Des commissionnaires Article: 1 Le commissionnaire est celui qui agit en son nom propre ou sous un nom

Plus en détail

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LUXEMBOURG. Norme sur les diligences professionnelles de l expert-comptable qui agit comme domiciliataire de sociétés

ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LUXEMBOURG. Norme sur les diligences professionnelles de l expert-comptable qui agit comme domiciliataire de sociétés ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LUXEMBOURG Norme sur les diligences professionnelles de l expert-comptable qui agit comme domiciliataire de sociétés Cette norme professionnelle a été adoptée lors de l'assemblée

Plus en détail

LES CONDITIONS REQUISES POUR CREER UNE SARL

LES CONDITIONS REQUISES POUR CREER UNE SARL LES CONDITIONS REQUISES POUR CREER UNE SARL Hôtel Consulaire Nouveau-Port 20293 BASTIA Tél : 04.95.54.44.44 Fax : 04.95.54.44.47 DIRECTION DES SERVICES AUX ENTREPRISES CCI Bastia Haute Corse DSE Sous réserve

Plus en détail

LOI Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l aide juridique NOR: JUSX9100049L. Version consolidée au 27 janvier 2016

LOI Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l aide juridique NOR: JUSX9100049L. Version consolidée au 27 janvier 2016 Le 27 janvier 2016 LOI Loi n 91-647 du 10 juillet 1991 relative à l aide juridique NOR: JUSX9100049L Version consolidée au 27 janvier 2016 Article 1 Modifié par LOI n 2014-1654 du 29 décembre 2014 - art.

Plus en détail

Guide pratique pour l application du règlement relatif au titre exécutoire européen

Guide pratique pour l application du règlement relatif au titre exécutoire européen FR Guide pratique pour l application du règlement relatif au titre exécutoire européen http://ec.europa.eu/civiljustice/ Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Préface Les particuliers

Plus en détail

Lignes directrices pour les concessions domaniales pour des parcs d éoliennes

Lignes directrices pour les concessions domaniales pour des parcs d éoliennes Lignes directrices pour les concessions domaniales pour des parcs d éoliennes Les lignes directrices ci-dessous concernent l élaboration des demandes d octroi de concession domaniale pour des parcs d éoliennes,

Plus en détail

1 L essentiel OPTIMISER L IMMOBILIER DANS UNE SCI. Objet civil. Objet civil. Société de personnes. Conséquences de la personnalité morale.

1 L essentiel OPTIMISER L IMMOBILIER DANS UNE SCI. Objet civil. Objet civil. Société de personnes. Conséquences de la personnalité morale. 1 L essentiel Objet civil Définition... 1 Les règles fondamentales applicables aux sociétés civiles... 2 Des associés identifiés... 3 Critères de qualification : droit commun... 4 critère de la forme ou

Plus en détail

Code de la santé publique

Code de la santé publique Dispositions relatives aux médecins, chirurgiens-dentistes et sagesfemmes au regard du registre du commerce et des sociétés Code de la santé publique Quatrième partie : Professions de santé Livre Ier :

Plus en détail

Numéro du rôle : 5765. Arrêt n 171/2014 du 27 novembre 2014 A R R E T

Numéro du rôle : 5765. Arrêt n 171/2014 du 27 novembre 2014 A R R E T Numéro du rôle : 5765 Arrêt n 171/2014 du 27 novembre 2014 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 70 du Code des droits de succession, lu en combinaison avec l article 7 du

Plus en détail

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Direction Générale de l Habitat et de la Construction Direction de la Gestion Immobilière Sous Direction de la Préservation du Patrimoine Immobilier Synthèse des

Plus en détail

de l autorité de surveillance en matière de poursuite et faillite du canton de Berne

de l autorité de surveillance en matière de poursuite et faillite du canton de Berne Circulaire No A 42 de l autorité de surveillance en matière de poursuite et faillite du canton de Berne aux offices des poursuites et aux offices des faillites du canton de Berne Assistance judiciaire

Plus en détail

(Moniteur belge du 10 février 2010 - p. 8088)

(Moniteur belge du 10 février 2010 - p. 8088) Règlement "F" de la Banque Nationale de Belgique relatif aux enquêtes sur les investissements entre des résidents autres que les établissements de crédit et des non-résidents non apparentés hors valeurs

Plus en détail

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires

Arrêtons. Chapitre I er. - Les assemblées générales de copropriétaires Règlement grand-ducal du 13 juin 1975 prescrivant les mesures d'exécution de la loi du 16 mai 1975 portant statut de la copropriété des immeubles. - base juridique: L du 16 mai 1975 (Mém. A - 28 du 23

Plus en détail

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC

Association SYNADEC. Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Association SYNADEC Association Loi 1901 Siège social : Association SYNADEC Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, le décret du 16

Plus en détail

Statuts : Editions Border Line

Statuts : Editions Border Line Statuts : Editions Border Line ARTICLE 1 : CONSTITUTION Il est fondé, entre les adhérents aux présents statuts, une association régie par la loi du 1er juillet 1901, dénommée «Editions Border Line». ARTICLE

Plus en détail

Guide du créateur d entreprise sociale et solidaire. Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse

Guide du créateur d entreprise sociale et solidaire. Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse Quelle que soit sa taille, son activité et sa forme juridique, l'entreprise d'économie sociale et sociale est tenue de maintenir une comptabilité conforme à

Plus en détail

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr

LA PRIME. Date FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE. contact : soutienpme@medef.fr Date 2009 FICHE N 10 : FICHE TECHNIQUE PROCEDURE DE SAUVEGARDE QU EST-CE QUE LA PROCEDURE DE SAUVEGARDE ET QUELS AVANTAGES POUR L ENTREPRISE EN DIFFICULTE? LA PRIME La procédure de sauvegarde est une procédure

Plus en détail

Article 4. - Garantie concernant la régularité des documents et actes sociaux

Article 4. - Garantie concernant la régularité des documents et actes sociaux CONVENTION DE VENTE D'ACTIONS ENTRE LES SOUSSIGNES 1.* Ci-après dénommé*s invariablement : «le cédant ou le vendeur». 2.* Ci-après dénommé*s invariablement : «le cessionnaire ou l'acquéreur». IL EST CONVENU

Plus en détail

FAILLITES TRANSFRONTALIERES

FAILLITES TRANSFRONTALIERES FAILLITES TRANSFRONTALIERES : Règlement communautaire no 1346/2000 du 29/5/2000 relatif aux procédures d insolvabilité, par Me Serge WORTHALTER, Avocat au Barreau de PARIS Membre de la section internationale

Plus en détail

L huissier de justice

L huissier de justice L huissier de justice Introduction Si vous devez faire appel à un huissier de justice ou si vous êtes confronté à son intervention, vous vous posez peut-être quelques questions sur ce qui vous attend.

Plus en détail

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation

1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012. I - But de la fondation 1 - MODELE DE STATUTS TYPES AVEC CONSEIL D ADMINISTRATION approuvé par le Conseil d Etat dans son avis du 13 mars 2012 I - But de la fondation Article 1 er L établissement dit fondé en a pour but de..

Plus en détail

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC

Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC Tribunal correctionnel de Paris Pôle Chambre N Parquet : CONCLUSIONS EN NULLITE POUR : M. Ayant pour avocat : EN LA PRESENCE DU MINISTERE PUBLIC PLAISE AU TRIBUNAL 1. Après avoir été placé en garde à vue,

Plus en détail

LES SUCCESSIONS VACANTES

LES SUCCESSIONS VACANTES Avec la collaboration des Instituts du C.S.N LES SUCCESSIONS VACANTES Textes Loi du 23 juin 2006 Articles 809 à 810-12 du Code civil Articles 1342 à 1353 du Code de procédure civile SOMMAIRE 1. L OUVERTURE

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

LA VENTE AMIABLE DU BIEN IMMOBILIER

LA VENTE AMIABLE DU BIEN IMMOBILIER LA VENTE AMIABLE DU BIEN IMMOBILIER Article juridique publié le 26/01/2015, vu 2672 fois, Auteur : Maître Joan DRAY Dans le cadre d une procédure saisie- immobilière, il est possible de tirer un meilleur

Plus en détail

Code de la santé publique

Code de la santé publique Dispositions relatives aux laboratoires d analyses de biologie médicale au regard du registre du commerce et des sociétés Code de la santé publique Partie législative Sixième partie : Etablissements et

Plus en détail

Le dossier médical et le secret professionnel

Le dossier médical et le secret professionnel Le dossier médical et le secret professionnel Par Me Francis TEHEUX et Me Jean-François HENROTTE I. La tenue d un dossier médical L obligation de tenir un dossier médical pour chaque patient est à la fois

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Administrateur judiciaire Liquidateur judiciaire Mandataire judiciaire des entreprises Circulaire de la DACS n 2007-09 du 6 avril 2007 relative à l application du décret n 2006-1709 du 23 décembre 2006

Plus en détail

CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS

CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS CHAPITRE V : LES SYNDICATS PROFESSIONNELS Le terme syndicat, désigne toute organisation ou groupe d organisation de travailleurs ou d employeurs, ayant pour but de promouvoir et de défendre les intérêts

Plus en détail

AVERTISSEMENT PREALABLE

AVERTISSEMENT PREALABLE AVERTISSEMENT PREALABLE Ce contrat vous est proposé à titre de documentation. Un contrat doit toujours être adapté aux objectifs poursuivis par les parties et à leurs particularités juridiques propres.

Plus en détail

Le rôle du syndic. Introduction

Le rôle du syndic. Introduction Le rôle du syndic Introduction Le syndic constitue un concept nouveau dans la société marocaine. Il est apparu avec l apparition de la copropriété. Celle ci a été régie pendant longtemps par le Dahir de

Plus en détail

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS

REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES I. DEFINITION DE LA CESSATION DES PAIEMENTS REDRESSEMENT ET LIQUIDATION JUDICIAIRES 23/07/2012 Tout dirigeant d entreprise en état de cessation de paiement doit en principe dans les 45 jours déposer son bilan auprès de la Chambre Commerciale du

Plus en détail

N 2010 / 033 29/09/2010

N 2010 / 033 29/09/2010 N 2010 / 033 29/09/2010 Origine : Direction des Retraites, du Recouvrement, des Clients et de l Animation du Réseau (DIRRCA) : Direction du Recouvrement Contact : Nicole SELLIER nicole.sellier@le-rsi.fr

Plus en détail

TVA et Droits d Auteur. Le 10 juin 2014 Emmanuel Mariage. Séance d'information ASSUCOPIE 10 juin 2014 DWVA 1

TVA et Droits d Auteur. Le 10 juin 2014 Emmanuel Mariage. Séance d'information ASSUCOPIE 10 juin 2014 DWVA 1 TVA et Droits d Auteur Le 10 juin 2014 Emmanuel Mariage DWVA 1 Agenda 1. Principes généraux a) Assujettissement b) Assujetti collecteur c) Droit à déduction d) Formalités e) Régime de la franchise 2. Droits

Plus en détail

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011

30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) - coordination officieuse au 1 er juillet 2011 30 AVRIL 1999 - Loi relative à l'occupation des travailleurs étrangers (M.B. 21 mai 1999) (coordination officieuse au 1 er juillet 2011 ; modifié par l arrêté royal du 20 juillet 2000 introduction de l

Plus en détail

Société Française de Métallurgie. et de Matériaux

Société Française de Métallurgie. et de Matériaux Société Française de Métallurgie ARTICLE 1 - FORME ET DENOMINATION et de Matériaux STATUTS Sous la dénomination "La Société Française de Métallurgie et de Matériaux", dont le sigle est SF2M, est formée

Plus en détail

1 - Les obligations comptables légales des associations. La comptabilité des associations. La comptabilité des associations - 02/2009

1 - Les obligations comptables légales des associations. La comptabilité des associations. La comptabilité des associations - 02/2009 La comptabilité des associations. Outil de gestion, Outil de contrôle. Préambule. Rappel de l'article 1 de la loi de 1901 : Les textes fondateurs qui régissent la vie des associations : La loi du 1er juillet

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

Statuts. Titre I Forme Dénomination Objet Siège Durée

Statuts. Titre I Forme Dénomination Objet Siège Durée MEHDI SOFT Société par actions simplifiée Au capital de 1000 euros Siège social : 6 Résidence la chapelle 78990 ELANCOURT LE SOUSSIGNE : Mehdi ABARI, Statuts Né le 25/05/1981 à AMIENS, demeurant 6 Résidence

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

ROTARY INTERNATIONAL-DISTRICT 1680-ALSACE / FRANCHE-COMTE ASSOCIATION DES CLUBS DU DISTRICT 1680 DU ROTARY INTERNATIONAL (ACRODI) LES STATUTS

ROTARY INTERNATIONAL-DISTRICT 1680-ALSACE / FRANCHE-COMTE ASSOCIATION DES CLUBS DU DISTRICT 1680 DU ROTARY INTERNATIONAL (ACRODI) LES STATUTS ROTARY INTERNATIONAL-DISTRICT 1680-ALSACE / FRANCHE-COMTE ASSOCIATION DES CLUBS DU DISTRICT 1680 DU ROTARY INTERNATIONAL (ACRODI) Titre I Constitution - Objet - Siège Social - Durée LES STATUTS Article

Plus en détail

Cumuls d'emplois NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AU CUMUL D'ACTIVITÉS DES AGENTS PUBLICS

Cumuls d'emplois NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AU CUMUL D'ACTIVITÉS DES AGENTS PUBLICS Cumuls d'emplois Références : NOUVELLES DISPOSITIONS RELATIVES AU CUMUL D'ACTIVITÉS DES AGENTS PUBLICS Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 portant droits et obligations des fonctionnaires (article 25), modifiée

Plus en détail

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime.

En cas de contradiction entre le contenu des présentes conditions générales et la lettre de mission, la lettre de mission prime. I. CHAMP D APPLICATION Conditions générales Les présentes conditions générales sont d application sur toutes les relations professionnelles entre le professionnel et le client. Toute dérogation doit être

Plus en détail