Retranscription intégrale de la Table Ronde 7. Mardi 25 mai, 18:00-19h15. Patient capital : Comment financer l entrepreneuriat social?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Retranscription intégrale de la Table Ronde 7. Mardi 25 mai, 18:00-19h15. Patient capital : Comment financer l entrepreneuriat social?"

Transcription

1 Rapport du 3 ème forum, 25 et 26 mai 2010, Hôtel de Ville, Paris Retranscription intégrale de la Mardi 25 mai, 18:00-19h15 Patient capital : Comment financer l entrepreneuriat social? Cette table ronde vise à lancer une réflexion sur les outils de financement du «social-business» et à établir un plaidoyer pour un accroissement des volumes et une plus grande créativité. La vogue du «patient capital» traduit une volonté d améliorer et développer les modes de financement de ce type d activité économique. Mais investisseurs, philanthropes et entrepreneurs sont confrontés au manque de compréhension d un modèle nouveau et à l indifférence pour une forme d investissement qui ne maximise pas le profit. Modérateur : - Emmanuel De LUTZEL, Directeur Microfinance, BNP Paribas Intervenants : - Xavier De BAYSER, Président, Integral Development Asset Management (IDEAM) - Olivier De GUERRE, Associé fondateur, PhiTrust Active Investors - Edmond MAIRE, Président, Société d Investissement France Active - Emmanuel GAUTIER, Responsable de la gestion solidaire, Natixis Asset Management Rapport du 3 ème forum, 25 et 26 mai, Hôtel de Ville de Paris 1/17

2 Bonsoir à tous. Je suis responsable microfinance de BNP Paribas donc pas un spécialiste de l entrepreneuriat social, mais quand on fait de la microfinance, on touche de très près à l un des secteurs qui est très proche de l entrepreneuriat social. Comme l a dit Michaël Knaute, je remplace Christine Rodwell qui a eu un empêchement de dernière minute. Je vous présente les intervenants : Xavier De BAYSER, le fondateur d IDEAM du groupe AMUNDI Crédit Agricole ; Olivier De GUERRE, le fondateur de PhiTrust Partenaires, qui a également une fondation ; Edmond MAIRE, qui après une carrière de syndicaliste est un des grands promoteurs de l économie sociale et solidaire avec son rôle dans France Active ; Emmanuel GAUTIER, le spécialiste des financements de l économie sociale et solidaire chez Natixis Asset Management. Je ne vais pas récapituler la table ronde que nous venons d avoir sur le cadre juridique et environnemental du Social Business, mais je voudrais dire qu on a eu un débat de définitions car nous avons entre d un côté l économie sociale et solidaire qui fait à peu près 10 % du produit intérieur brut et d autre part le social business qui est un concept relativement innovant où on peut parler d entrepreneuriat social. Ce débat montre que nous sommes dans un monde qui bouge et qui bouge vite. C est le sujet dans le domaine du social business : c est quelque chose qui est extrêmement innovant. Pour lancer le débat, je voudrais demander à Monsieur MAIRE de nous présenter son point de vue sur le financement de l économie sociale et solidaire et du social business car France Active, créée il y a plus de 20 ans, a, outre une activité de microcrédit avec les banques, une activité de financement de l entrepreneuriat social. Vous avez un double point de vue qui peut être particulièrement intéressant et une vision historique avec une organisation qui a plus de vingt ans. Comment voyez-vous aujourd hui le sujet du financement de l entrepreneuriat social en France? Edmond MAIRE : Vous venez de faire une traduction du thème de la conférence qui initialement s intitule «Patient Capital : comment financer le social business». Vous traduisez «social business» par «entrepreneuriat social», et à mon avis, vous aurez un peu de désagrément à vouloir les confondre parce qu il y a des distinctions. Démarrons par une définition par l absurde. Je tiens à prendre mes distances avec le terme à la mode de «social business». Il a été choisi pour définir l objet de cette table ronde. L alliance des 2 termes «social» et «business» me fait penser d abord à un oxymore de Corneille dans le Cid lorsqu il parle de «cette obscure clarté qui tombe des étoiles». Cela peut nous faire penser également à Louis Aragon qui qualifiait certaines conceptions de «grues métaphysiques» et s il s agit de caractériser une entreprise, il n y a aucun contenu précis. On se réfère à juste titre à une réalisation mise en avant par Muhammad Yunus, Franck Riboud et Zinedine Zidane : la création au Bangladesh de Grameen Danone Fund qui produit des yaourts à 5 centimes l unité. Très bien! Bravo! Belle initiative! Mais pour notre forum, Rapport du 3 ème forum, 25 et 26 mai, Hôtel de Ville de Paris 2/17

3 quand on parle de financer le «social business», qui s agit-il de financer? Le cheval Danone ou l alouette bangladaise? Je soumets cela à votre réflexion. Après la forme, j en viens au fond, pour ce qui concerne et mobilise durablement le réseau France Active, il faut le dire dans une assez grande ignorance des médias et des responsables de ce pays, puisque vous-même à l instant, vous me parliez du financement des entreprises sociales ; Il y a plus de 20 ans qu à France Active, nous sommes motivés pour développer les entreprises solidaires et donc l économie solidaire. On parle d un contenu précis, qui a été défini, précisé par une nouvelle loi en 2008 et un décret en Qui donne des garanties juridiques sur l objet social de l entreprise solidaire et qui limite la recherche de la rentabilité, de la «lucrativité» plus exactement pour les propriétaires ou les dirigeants. Donc nous sommes là dans le monde du réel et non pas de la mode, du marketing à la mode pour grande ou moyenne entreprise. Où en sommes-nous aujourd hui sur ce terrain? En 2009, France Active a contribué à la création et à la consolidation de emplois dans 700 entreprises solidaires auxquelles nous avons apporté (avec d autres, avec des banques) 18 millions d euros de fonds propres et 12 millions d euros de prêts bancaires garantis. La croissance des investissements des entreprises solidaires est rapide : environ 25 % par an. Et pour faire face à cette progression, pour financer ces investissements, nous avons décentralisé la société d investissement France Active dont je suis le Président en créant avec les régions, ces deux dernières années (là encore pleine actualité, un peu ignorée de Convergences 2015 me semble-t-il), 18 fonds régionaux d investissement solidaire. D ores et déjà, à chaque fois, engagement et participation financière du Conseil Régional avec France Active comme pilier de cet ensemble. Les ressources que nous rassemblons pour financer ces investissements posent aujourd hui un problème. Il y a dix ans, nous ne pouvions guère compter que sur ce que nous appelions le sens de l intérêt général des entreprises citoyennes. Cela existe toujours : Franck Riboud a le sens de l intérêt général quand il va financer une réalisation intéressante au Bangladesh. Revenons à France Active : on ne pouvait compter que sur le sens de l intérêt général des entreprises. Vous avez des groupes de protection sociale (caisses de retraite, mutuelles, institutions de prévoyance), mais aussi des banques mutualistes et coopératives et la Caisse des Dépôts qui ont apporté ainsi à la société d investissement France Active et ont fait ainsi passer ses ressources de 4 à 60 millions d euros de 2000 à Depuis 10 ans, avec les mêmes partenaires, nous avons développé des fonds communs de placement solidaires, des fonds «insertion emploi», c'est-à-dire des fonds qui sont 5 à 10% investis obligatoirement dans les entreprises solidaires, les 90 et 95 % sont placés en monétaire, obligataire ou en actions ; l entreprise bénéficiaire doit les rembourser en 5 ans. Actuellement, ces 3 fonds communs de placement «insertion emploi» ont un encours global de 300 million d euros, dont 25 millions sont investis par France Active en même temps que les ressources de la société d investissement dont je parlais. Depuis longtemps, nous savions que cela n allait pas suffire au vu du rythme de progression. Nous avons donc mis l accent sur la réforme du solidaire dans les textes légaux : les entreprises solidaires, leur définition et l épargne salariale solidaire, une novation de 2001 qui vient d être réformée, ô combien heureusement, l an dernier. Au départ, il y avait un scepticisme de la part de certaines sociétés de gestion qui prétendaient que l épargne salariale solidaire allait apporter des ressources mais qu il n y avait pas de quoi les employer (on ne les voit pas du haut de notre balcon de banquiers). En fait, on évalue le nombre des entreprises qui peuvent recevoir l agrément solidaire à environ , qui peuvent employer 2 millions de salariés. Il fallait donc réformer les textes sur le solidaire en disant, avec un autre partenaire dont je n ai pas vu qu il était invité à Convergences 2015, (permettez-moi, au passage, d enrichir un peu votre approche), avec l appui important des centrales Rapport du 3 ème forum, 25 et 26 mai, Hôtel de Ville de Paris 3/17

4 syndicales (sans les confédérations syndicales, nous n y serions pas arrivés) et aussi celui de directions des ressources humaines d entreprises. Et les premiers résultats sont là, des statistiques toutes récentes qui viennent de tomber depuis un mois. Que disait, entre autres, la réforme de l épargne salariale solidaire? Que dans toutes les entreprises où il y avait un plan d épargne d entreprise, il fallait obligatoirement proposer aux salariés un fonds salarial solidaire (dans toutes les entreprises de plus de 50 salariés). Du même coup, au 2 ème semestre 2009 la loi était connue et applicable au 1 er janvier 2010, les ressources de l épargne salariale solidaire, on fait un formidable bond en avant. Les souscriptions ont pratiquement doublé, de 549 millions à un peu plus d un milliard, soit autant de souscriptions les six derniers mois que pendant les cinq années précédentes. Vous voyez bien que le paysage que je décris est assez loin de votre approche globale. De quoi parle-t-on? Je vous parle du réel, de ce qui est en plein boum, en plein développement. Les besoins potentiels sont impressionnants. Aujourd hui, des dizaines et même des centaines de millions d euros supplémentaires sont nécessaires si l on veut financer les projets de l ensemble des acteurs de l économie solidaire, dans les domaines de l insertion par l activité économique, des entreprises adaptées pour les personnes handicapées, de la rénovation du patrimoine du tourisme social, du logement social, des maisons de retraite qui accueillent les personnes âgées à revenu modeste, etc.. Pour aller plus loin, il faut promouvoir en grand l épargne solidaire en général et l épargne salariale en particulier car nous avons là 15 à 20 millions de salariés qui peuvent être intéressés à terme, surtout si nous arrivons (comme nous le souhaitons, ainsi que centrales syndicales et y compris certains grands dirigeants du MEDEF) à rendre l épargne salariale accessible ou plutôt obligatoire dans les entreprises de plus de 20 salariés et non pas seulement dans celles de plus de 50. Cala fait un nombre considérable de salariés. L épargne salariale solidaire a un bel avenir, un élan est donné. Les premiers mois de 2010 confirment la tendance de la fin de 2009, parce que toutes les entreprises ne sont pas mises en règle au même rythme et parce que les salariés ont approuvé, pas encore assez mais déjà largement ; ils ont confiance quand ils y voient clair, quand ils voient pratiquement ce qu ils placent en solidaire(on ne perd pas d argent de toute façon) et que cela va, au bout du compte, permettre à un mal logé de retrouver un logement, à un chômeur de retrouver un emploi et à un bien être social qui aujourd hui existe insuffisamment dans l environnement, d être accessible et d avoir une utilité sociale. Voilà pourquoi, je tiens dans cette table ronde à dire que l épargne salariale solidaire, l épargne solidaire et les entreprises solidaires, ce n est pas toute la solution, mais passer à côté serait étrange. Je voudrais faire réagir Emmanuel GAUTIER sur le sujet, un spécialiste de l épargne salariale solidaire et connaissant bien le sujet de l épargne solidaire de manière générale. Le baromètre de Finansol vient de sortir il y une semaine, peut être si on peut avec quelques chiffres planter le décor et voir dans la part de l épargne solidaire, ce que constitue l épargne salariale et surtout le potentiel de croissance que çà peut représenter avec les nouvelles réglementations depuis un an. Emmanuel GAUTIER : Rapport du 3 ème forum, 25 et 26 mai, Hôtel de Ville de Paris 4/17

5 Le baromètre Finansol publié il y a une dizaine de jours a fait le constat d un fort développement de l épargne solidaire en France, le montant total des actifs investis dans cette thématique d investissement représente plus de 2,4 Mds d euros et l épargne salariale, comme le soulignait Edmond MAIRE, est devenu le principal collecteur de la finance solidaire en France avec plus d un milliard collecté au cours de ces 10 dernières années. Rappelons que le point de départ a été une innovation réglementaire : la loi de février 2001 qui instaure la notion de fonds commun de placement solidaire dans le volet retraite de l épargne salariale (PERCO). Plus récemment, la loi de Modernisation de l Economie (LME) du 4 août 2008 voulue par le législateur, a renforcé considérablement l extension du solidaire dans l ensemble des dispositifs d épargne d entreprise (PEE). Les PEE doivent désormais comprendre, parmi les supports de placement proposés, un fonds solidaire.. Mais il est vrai qu il a fallu au delà de l aspect réglementaire,, une convergence de vues des partenaires sociaux et des directions d entreprises (DRH, directeurs financiers et bien d autres) pour faciliter la transformation de fonds existants en fonds solidaires. Bien évidemment, il a fallu également mobiliser des financiers car vous avez beau faire la promotion du solidaire, si en face, il n y a pas de banquiers qui comprennent les enjeux extra-financiers de cette finance cela ne peut pas fonctionner. A ce titre s il y a eu un changement d échelle considérable de l épargne solidaire en France - c est parce que Natixis Asset Management, la maison que je représente, a collecté l année dernière plus de 350 millions d euros en solidaire Comment avons-nous procédé? Au delà de notre engagement en faveur du développement de l épargne solidaire et de l ISR, nous avons conçu des instruments financiers adaptés aux attentes des investisseurs solidaires c est à dire des salariés et des entreprises. Quelles sont ces attentes? Premièrement, il faut assurer une diversification des investissements,: les entreprises d insertion c est un pilier incontournable, mais il y a également le microcrédit, l agriculture solidaire et biologique d insertion, le logement d insertion, les maisons de retraite solidaires.. Nous avons mis en place des moyens humains, financiers et techniques pour répondre à cette attente fondamentale. 2 ème attente, il faut un reporting de qualité. On est dans la mesure des impacts environnementaux et sociaux des investissements : par exemple, on peut mesurer le nombre d emplois créés ou préservés, les réductions d émissions de gaz à effet de serre réalisées si vous investissez dans une coopérative spécialisée dans les exploitations d énergie renouvelable. Je pense que la transparence crée de l engagement, l engagement crée de la cohésion au niveau des conseils de surveillance des fonds solidaires et la cohésion crée les conditions nécessaires pour développer le marché. Troisièmement, un autre point essentiel me semble-t-il, c est la liquidité des investissements. Il faut savoir que l on investit en moyenne 10% dans des entreprises non cotées, que l on ne peut pas échanger sur un marché réglementé (marché boursier), ce n est pas la philosophie de ces investissements. Par conséquent, il est préférable d implémenter ces actifs solidaires dans des fonds à «duration» longue, en d autres termes, il faut des investisseurs dont l horizon de placement s inscrit dans le long terme. C est sans doute pour cette raison que le législateur a mis l accent sur l épargne salariale pour développer le solidaire. Symétriquement on pourrait également développer cette technique du solidaire, dans l assurance vie, les fonds de retraite de retraite. Il y a un certains nombre d acteurs de long terme qui pourraient intervenir de façon plus marquée dans cette économie sociale et solidaire au travers de leurs financements. Il faut Rapport du 3 ème forum, 25 et 26 mai, Hôtel de Ville de Paris 5/17

6 peut être aussi organiser la liquidité (réflexion en cours avec notamment Finansol et la Caisse des Dépôts) pour imaginer des fonds de portage ou de liquidité de place qui pourraient par exemple faciliter la circulation des actifs solidaires. Et enfin, cela concerne plus les entrepreneurs solidaires, les entreprises d insertion : il faut développer de nouveaux projets et c est comme cela qu on fera peut-être passer l économie sociale qui représente 10 à 12% du PIB à peut-être 15 ou 20% demain. C est un projet et pas seulement une niche d investissement, un projet politique, un projet qui peut apporter un certain nombre de réponses à la crise actuelle. Merci. Je me tourne vers Xavier De BAYSER et Olivier De GUERRE qui connaissent bien le sujet du financement des entrepreneurs sociaux, non seulement en France, mais aussi à l international, en particulier dans les pays en développement (plus particulièrement Xavier De BAYSER avec son expérience de fondateur d IDEAM, qui fait maintenant partie d Amundi, groupe Crédit Agricole) Quels sont les facteurs de succès pour financer des entreprises innovantes dans l entrepreneuriat social? Xavier De BAYSER : Tout d abord je voudrais apporter une réponse à l introduction de notre ami Edmond MAIRE qui, de mon point de vue, a une vision un petit peu trop autarcique de l économie solidaire car la France est ouverte au monde et je crois que la croissance de demain est, qu on le veuille ou non, liée à la solvabilisation du «best of the pyramid», et la seule façon de solvabiliser le «best of the pyramid», c est de développer le «social business». On peut trouver d autres termes. Vous parliez tout à l heure d oxymore, vous savez que l oxymore est très à la mode aujourd hui, de nombreux titres de livres sont des oxymores et ce n est pas un hasard. De ce point de vue là, je suis assez proche des Chinois qui définissent le développement durable comme l harmonie permanente des contraires. Alors cela peut paraître un oxymore que de parler de «social» et de «business», mais il se trouve que les entreprises, les grandes et les moyennes, sont très intéressées par le social business car c est un bon moyen d ouvrir leurs salariés au monde et les ouvrir au monde leur donne plus de créativité et plus de possibilité de se développer. Ce qu on cherche tous, c est de la croissance, et je pense que le «social business» va être un élément essentiel de la croissance de demain. Comment arriver à financer cela? Je suis moi-même président d une société à Angers, qui s appelle JTS qui a le tampon solidaire, qui a créé des emplois en France, mais qui est tournée vers le développement des jardins potagers pour les pays tropicaux. C est une activité qui crée des emplois en France, mais qui est ouverte à l extérieur. Je ne pense pas qu il faille exclure ce genre d entreprise parce que le monde attend beaucoup de la France sur ce sujet, de notre imagination, de notre créativité. J ai participé à la création de 8 social businesses et je peux vous dire qu il y a énormément de dynamisme et d enthousiasme pour cela. Alors évidemment la difficulté qu on trouve, c est de savoir comment financer tout cela. J ai 40 ans d expérience dans le domaine financier. On a commencé par créer Danone Communities qui était un moyen d intéresser l épargne publique et l épargne salariale à des projets qui sont hors de France. Nous avons continué avec l Agence Française de Développement en créant Amundi AFD Avenirs Durables? Et j ai bien l intention d en faire d autres. C est un moyen d acclimater les institutionnels et les particuliers à un monde global ; ils demandent à faire des investissements avec des impacts précis et l avantage du «social business», c est que vous Rapport du 3 ème forum, 25 et 26 mai, Hôtel de Ville de Paris 6/17

7 avez des impacts précis, vous pouvez dire combien d enfants vous avez nourris, sauvés de la malnutrition cela intéresse énormément les épargnants, les entreprises qui sont tournées vers l international. Je crois vraiment qu il faut faire cela pas à pas, en créant peut être d abord des 90/10, des 70/30 et quand le public se sera rendu compte que c est à la fois bon pour l homme et bon pour l épargnant, et bien je pense que nous aurons gagné la compétition qui nous entraîne vers un développement mondial. Merci Xavier. Je me tourne vers Olivier De GUERRE avec une question sur ces réactions et une question à laquelle seul Olivier pourrait répondre, c'est-à-dire sur la philanthropie, la limite entre l investissement et la philanthropie. Olivier a créé d une part PhiTrust Partenaires qui est un fonds d investissement, et d autre part la Fondation PhiTrust : d un côté, la main qui donne, et de l autre, la main qui investit. Comment ces 2 attitudes sont-elles compatibles? Olivier De GUERRE : Je vais faire un peu d histoire et tenter de rapprocher les deux mondes que nous avons entendus et qui, pour nous, ne sont pas aussi opposés que çà. Nous avons découvert des entreprises solidaires en France qui avaient besoin de financement, de capital, de dette, mais aussi besoin d accompagnement pour se développer et ces entreprises solidaires pouvaient être des entreprises toutes seules ou qui pouvaient être portées par des associations. Nous avons découvert des entreprises sociales (je précise juste que le terme anglo-saxon «social» est beaucoup plus large que notre terme «social» car il inclut tout ce qui est sociétal et environnemental) en Afrique, à l autre bout du monde, qui avaient exactement les mêmes besoins que des entreprises solidaires françaises, c'est-à-dire de capital, de dette et de financement. La 1 ère fois que nous avons découvert cela (nous avions une petite fondation qui était abritée à l Institut de France), nous sommes allés voir l Institut de France pour demander à financer en capital une entreprise d insertion en France qui avait besoin de capitaux pour se développer. Et la réponse a été négative. On ne pouvait pas financer ce type de projet via une fondation. C est pour cela que nous avons créé deux outils : une fondation et une société d investissement. Tous ces projets ont une double caractéristique. La première, c est que ce sont des projets qui ont besoin d un financement pour se développer, et quelle que soit la forme du financement, il est possible de construire des outils pour répondre à ce besoin sous forme de capital, de fonds 90/10, de titres participatifs, de toutes sortes de produits (mais il n y a pas encore assez d instruments disponibles, il en faut plus) et aujourd hui, il y a peu d acteurs qui offrent ces différents outils. La première idée que nous avons eue, a été de construire une structure d investissement, on va dire de capital risque, qui investit 100% de ses actifs en capital ou en dette pour financer des entreprises solidaires, sociales. Le lien avec une fondation? il faut financer aussi l accompagnement. Ces entreprises ne peuvent se développer, n arriveront à croître, à se répliquer et à accélérer, que s il y a autour un accompagnement stratégique financier (il y a besoin de logisticiens, de personnes de communication, de financiers, de réorganisation, d amélioration de la gouvernance ). A chaque fois, on retrouve le même processus : des entrepreneurs qui ont une excellente qualité -celle d avoir été capable de détecter, de développer un projet- et au moment d accélérer, d aller plus loin dans le projet, les problématiques sont exactement les mêmes que celles Rapport du 3 ème forum, 25 et 26 mai, Hôtel de Ville de Paris 7/17

8 rencontrées dans une entreprise classique, la seule différence étant qu il y a des contraintes supplémentaires car il s agit d une entreprise avec un objectif social (par exemple, si vous faites travailler des handicapés psychiques, vous ne pouvez pas les licencier) ; s il y a besoin de réorganiser la structure, il faut s y prendre avec douceur, en accompagnant, etc. Les contraintes sont encore plus importantes que celles d une entreprise normale ; il faut trouver un moyen de financer cet accompagnement, d où la fondation. C est avec cette double logique que nous essayons d accompagner des projets et que nous les aidons à se développer. Je crois qu il est très important de ne pas opposer les différentes formes de financement, les différents projets, les différentes logiques. Il y a tellement de besoins, aussi bien en France qu à l étranger qu il serait dommageable de les opposer. On peut avoir une grande fierté en France, c est d être l un des rares pays, si ce n est le seul, à avoir ce qu a expliqué Edmond MAIRE, un corps de lois, un corps législatif qui permet qu on ait l une des plus importantes économies solidaires aujourd hui, avec des acteurs qui ont développé et la développent N oublions pas que dans les investisseurs possibles, il n y pas uniquement les salariés des entreprises, il y a aussi les institutionnels, les particuliers, tous ceux qui ont des capitaux. Nous, nous avons un discours très clair : nous nous sommes trompés, nous avons considéré collectivement qu une entreprise devait gagner de l argent. Or une entreprise, son but numéro 1, c est de fabriquer un produit et rendre un service, et c est parce que le produit est bon et que le service est bon qu elle doit gagner de l argent pour se développer. Il faut donc ré-inverser les valeurs. La grande chance qu on a dans l économie solidaire / sociale / «social business», c est qu en replaçant au centre de l objectif de l entreprise à quoi elle sert et à quoi elle répond, on peut arriver à trouver un projet et ensuite y mettre les financements nécessaires et c est tout ce que l on doit arriver à développer aujourd hui. Emmanuel GAUTIER : Par rapport à ce que vous venez de dire, Olivier, je suis tout à fait d accord. On définit une entreprise solidaire par la nature des biens et services produits, qui doivent avoir une forte valeur ajoutée sociale et/ou environnementale. Mais il y a un 2 ème volet, si l entreprise solidaire crée de la richesse monétaire, se pose également la question de la répartition de cette richesse. Comment va-t-on rémunérer les financeurs (par exemple, les banques qui ont financé sous forme de prêts), et les apporteurs de capitaux? Une réflexion doit être menée de façon collective, sur la répartition équitable de la valeur ajoutée. Le problème a été solutionné au sein des coopératives (la richesse créée reste dans la coopérative), mais vous pouvez quand même distribuer quelque chose. Après c est une question de réglage. Olivier De GUERRE : Je suis totalement d accord. Je vais donner deux exemples concrets. Un entrepreneur social allemand a créé des «musées dans le noir», des espaces entièrement dans le noir, où on vivrait entièrement dans le noir pendant deux à trois heures pour comprendre ce que vivent les aveugles. On l aide à développer une entreprise qui va développer ce service pour les entreprises pour faire du «team building» au niveau mondial ; il fait déjà cela pour quelques entreprises, dont Allianz. On a eu à cette occasion, une grande discussion : le profit qu on ferait éventuellement si un jour on revendait notre participation, à quoi l utiliser? Rapport du 3 ème forum, 25 et 26 mai, Hôtel de Ville de Paris 8/17

9 Certains disaient : il ne faut jamais que vous fassiez de profit. Nous, on lui a répondu : si, il nous faut faire un petit profit. Pourquoi? Parce que si vous allez auprès d une banque emprunter quelque chose, vous allez payer un taux d intérêt ; le capital a un coût. Mais par contre, ce n est pas 10, 15 ou 20 % par an. Nous nous engageons, dans notre société d investissement, à réinvestir les produits, les revenus dans des projets d entrepreneuriat social, dans des projets solidaires, dans des projets sociaux. Je crois que cette question de la définition est très importante et qu il faut trouver les formes d organisation pour y répondre. Il y a eu une discussion entre Anglo-Saxons sur ce sujet-là, il y a 3 ou 4 semaines, à la Fondation Skoll à Oxford. Certains ont dit : toute entreprise était sociale, parce que si elle crée de l emploi, elle est notamment sociale. Les plus libéraux des Anglo-Saxons ont dit qu il fallait mettre des limites, et les limites c est 3%, 5% (je ne sais pas combien), mais un petit rendement. Le Mouvement des Entrepreneurs Sociaux a parlé de lucrativité limitée, les coopérateurs ont des règles Je crois qu il faut trouver des règles et s inscrire dans ce cadre là. On va prendre quelques questions. Monsieur MAIRE souhaitait réagir également. J ai une question générale. Est-ce qu il y a des modèles étrangers qui peuvent nous inspirer? En Hollande, il y a des banques sociales qui s appellent ASN Novib ou Triodos, il y a un cadre fiscal qui est tout à fait favorable au développement de ce qu ils appellent le «green business», qui serait en fait le «social businessé. Y a-t-il des pays qui vous semblent pouvoir inspirer la France dans cette recherche d un équilibre pour le développement du «social business»? Xavier De BAYSER : Je crois qu il y a des projets de bourse du «social business» à Londres. J espère qu Europlace fera aussi quelque chose dans ce domaine. On peut en dire plus sur l état de développement du projet? Xavier De BAYSER : C est la Rockefeller Foundation qui a entrepris cette recherche. Il y a beaucoup d épargnants qui demandent à investir dans le social business et à échanger car il y a un besoin de communication, d échanges («je donnerai bien du capital de cette société j en prendrais bien d une autre» C est un peu comme les blogs de discussion, il va y avoir des blogs d échanges de titres de social business. Plus il y aura d échanges, mieux on se portera. Techniquement parlant, à partir du moment où on a une bourse, c est coté, même sur le 3 ème ou le 4 ème marché, c est en représentation des réserves techniques des compagnies d assurance. C est coté, donc c est déjà plus facile à placer. Edmond MAIRE : Rapport du 3 ème forum, 25 et 26 mai, Hôtel de Ville de Paris 9/17

10 Comprenons-nous bien. Ce que vous appelez «social business», dans la mesure où ce n est pas défini pour l instant, on n a pas de raison d être contre. Il y a dans Le Monde d aujourd hui, une déclaration de Jean-Marc Borello : «je voudrais modifier les textes existants de l agrément solidaire pour que d autres en bénéficient» ; les ressources de l épargne salariale solidaire sont très loin de suffire et il y a déjà des personnes qui regardent pour en profiter. Pour modifier la loi, il a fallu avoir l accord de tous les candidats à la présidentielle, l accord des grandes administrations des finances et du travail et des syndicats. Pourquoi a-t-on gagné cette partie? Parce qu on a parlé un langage qui peut parler à la grande majorité des salariés. Au cours des débats préparatoires, on a fait faire une enquête par un groupe d étudiants de Sciences Po en master. Ils ont interrogés toute une série de personnes, d organismes sur le 90 / /10? Edmond MAIRE : Le 90 / 10, c'est-placer son argent dans des fonds où 90% (voire 95%) sont placés sur le marché réglementé et 5 à 10% sont à but d investissement solidaire. Un groupe de personnes extérieures qui réfléchissait sur la question proposait d aller au-delà de 10% or la réponse à l enquête a été étonnante et unanime : «n allez pas au-delà de 10%, plutôt 7% que 10%». C'est la difficulté de trouver assez de sous-jacents pour remplir la poche? Edmond MAIRE : Prenons un exemple simple. C est quoi l épargne salariale solidaire? Vous avez un salarié avec un plan d épargne qui lui rapporte 4%. Il est d accord pour que ce plan devienne un plan solidaire ; dans le cadre du 90 / 10, au lieu de 4%, il va lui rapporter entre 3,6 et 3,8%. C'est-à-dire que pour une faible atténuation du rendement, il sait qu il va rendre un grand service à d autres personnes. Lorsque c est expliqué, cela emporte l adhésion de salariés de très grands groupes (mais pas encore suffisamment, nous l avons déjà dit). Le «social business» n est pas bien défini et parfois on en parle avec erreur comme dans Le Monde d aujourd hui 1 («une association n a pas le droit de s endetter»). Or pour qu une entreprise se développe, il faut bien sûr qu elle investisse, qu elle emprunte, qu elle rembourse, qu elle progresse, qu elle croisse. C est un apport à la croissance. L économie solidaire c est-à-dire l ensemble des entreprises solidaires est un facteur de croissance en même temps que d emplois. C est pour cela que ça marche, pas le seul heureusement, mais c est un apport. 1 Le Monde Economie du mercredi 26 mai 2010, spécial économie solidaire Rapport du 3 ème forum, 25 et 26 mai, Hôtel de Ville de Paris 10/17

11 les réactions d Emmanuel GAUTIER et Xavier De BAYSER Emmanuel GAUTIER : On peut vraiment se féliciter d avoir en France un cadre réglementaire favorable au développement de la finance solidaire. Il faut veiller à ce que l esprit d origine de cette loi ne soit pas dévoyé et à ce que la loi ne limite pas la biodiversité des thématiques. Tout cela doit passer par des échanges, comme Convergences Il faut mettre autour de la table des partenaires sociaux, des grandes entreprises, des petites entreprises, des acteurs de l économie solidaire, des ONG, etc. pour permettre d avoir une diversité de points de vue et de faire croître l économie solidaire au sein de l économie française et pourquoi pas aussi au niveau de l économie européenne. Certes, il y a l épargne salariale. Mais il n y a pas que les salariés qui doivent être mis à contribution. Il faut développer la notion de compensation solidaire. Il ne s agit pas de s acheter une bonne conscience en investissant 10% dans les entreprises solidaires comme dans les fonds 90/10 et on fait n importe quoi avec les 90% qui restent. Non. Il s agit de chercher un équilibre entre une pratique d investissement qui a un impact qu on n arrive pas à mesurer, un impact social et environnemental parfois négatif quand on investit sur les marchés (il suffit de regarder ce qui se passe en ce moment). On va chercher, non pas à corriger le tir, mais à contribuer à hauteur de 10% (demain peut être 20%) au financement d entreprises dont le but n est pas uniquement la maximisation du profit à très court terme. Xavier De BAYSER : Juste une remarque sur la création de richesse. Il faut habituer les investisseurs (institutionnels ou privés) à faire en sorte qu il y ait des dividendes cash, des dividendes sociaux et des dividendes verts. Je pense que cela ne sert à rien d épargner pour demain si on ne peut pas respirer sur cette terre. «Il n y a de richesse que d homme» et les hommes ont besoin d argent, mais ont aussi besoin de respirer, d échanger. Il faut habituer les gens à faire des investissements qui rapportent certes un dividende cash, mais aussi un dividende social ou vert. Si on ne le fait pas, dans 10 il n y aura peut être plus de dividende cash du tout. SI vous regardez ce qui peut se passer si le réchauffement climatique continue et que toutes les populations qui ont leur terre envahie viennent en France ou dans d autre pays européens, on verra ce qui va se passer. On a tout intérêt à veiller à apporter une solution à ces problèmes climatiques et sociaux des pays du Sud. On ne va pas rester sur cette perspective dramatique. On va prendre quelques questions. Question 1 : Philippe XXX, ING Belgique, responsable du fonds de pension de la banque. Je partage vos inquiétudes sur le problème de la maximisation du bénéfice à court terme. Nous avons plusieurs fois répété que nous ne voulions plus investir dans les entreprises dont le seul objectif était de maximiser un bénéfice et qui avaient des exigences trop élevées en termes de rentabilité des fonds propres. Nous avons des Rapport du 3 ème forum, 25 et 26 mai, Hôtel de Ville de Paris 11/17

12 objectifs à très long terme et nous ne pouvons pas nous permettre le luxe de voir des entreprises dans lesquelles nous avons investi faire la culbute en 3 ou 4 ans car ils ont été trop exigeants à court terme. Nous avons une vision à long terme qui nous permet de philosopher sur la finalité de l entreprise. Ces dernières années nous ont fait comprendre à quel point il faut, de temps en temps, changer notre attitude vis-à-vis de l objectif de l entreprise. Nous souhaiterions considérer que ce bénéfice est plus une contrainte pour que l actionnaire continue à mettre ses fonds à disposition de l entreprise. Nous avons extrêmement peu d expérience dans le domaine de l économie solidaire, mais je voulais vous soumettre une idée que nous n avons pas encore développée. L idée est que la banque puisse prendre des participations dans les entreprises de l économie sociale tout en maintenant l objectif de la finalité sociale de l entreprise., çà veut dire que nous souhaiterions tout simplement retrouver le taux sans risque plus une prime de risque de 3% par exemple. Donc le bénéfice -ce qui serait versé à la banque comme rémunération pour la prise de risque- serait considéré comme une contrainte dans le chef de l économie sociale. Avez-vous eu d autres exemples de ce genre, rêvons-nous ou bien pouvons-nous aller de l avant dans ce domaine? Nous souhaitons prendre l avis de spécialistes. Question 2 : Victor XXX, entrepreneur social. Ma question porte sur le thème de l investissement social en «early stage», c est-à-dire à un niveau de développement jeune d un projet. Je travaille actuellement à la création d entreprises sociales au Cambodge dont l objectif est le développement économique durable des zones rurales. Nous voulons mettre en place une approche innovante sur deux volets intégrés : d une part, acheter la production des gens dans les villages et nous occuper nous-mêmes de la commercialisation et d autre part, les accompagner dans l amélioration de leurs capacités de production (nous pensons que nous ne pouvons pas séparer les deux parties). Voilà quelques éléments de contexte. Au cours de la construction du projet (nous n avons pas encore commencé notre levée de fonds), nous avons eu l occasion de rencontrer des financeurs de l entrepreneuriat social ; si les particuliers sont prêts à investir leur ISF dans des entreprises sociales, la plupart des institutions et des grandes entreprises nous ont dit : venez nous voir, mais quand vous aurez 3 ans d existence, un chiffre d affaires minimum de tant, etc. en bref, quand vous aurez déjà tout. Je ne veux pas dire par là que le financement après quelques années d existence est inutile car les entreprises sociales ont crucialement besoin de financement après plusieurs années d existence pour se développer. Si le développement économique passe par l innovation, le développement de l économie solidaire passe par l innovation sociale et la création. Il est fondamental d avoir un fort secteur de l investissement en «early stage» pour avoir un secteur de l entrepreneuriat social qui ne se limite pas à quelques initiatives anecdotiques. Ma question : Comment se fait-il que les acteurs ne soient pas encore aussi développés? Comment les développer? Question 3 : J ai créé une association qui s appelle «La suite dans les idées» qui essaie de lancer une nouvelle filière économique par le système de franchise solidaire. Monsieur De GUERRE a parlé de dividendes verts, de dividendes cash. J approuve complètement cette idée, mais on a besoin d outils qui permettent de donner une valeur à ces choses. Il ne suffit pas simplement d avoir des indicateurs, il faut passer de la Rapport du 3 ème forum, 25 et 26 mai, Hôtel de Ville de Paris 12/17

13 notion d indicateurs à celle de valorisation de ce que représente ne pas délocaliser des emplois, ne pas détruire de ressources pour la planète. C'est-à-dire qu on produit des richesses, mais on en détruit moins aussi. Cela doit se valoriser et on a besoin de votre expertise et de tout ce que vous pouvez proposer en termes d outils pour ce faire. Pour les 2 premières questions, c est du venture capital. Xavier De BAYSER : Il est possible d avoir le taux sans risque + 3 % ou de pouvoir financer en capital des entreprises qui démarrent, à condition d avoir un fonds diversifié. A partir du moment où vous avez un fonds diversifié, vous avez des sociétés dont on sait très bien qu elles ne vont pas donner des rendements très importants, et c est bien si elles ont un caractère fortement social. Mais vous avez aussi des entreprises qui ont des projets sociaux qui vont dégager une forte rentabilité. En moyenne, 3% est tout à fait atteignable. A partir du moment où vous avez un fonds, vous pouvez financer des entreprises qui ont déjà une certaine maturité et les mixer avec des entreprises qui n en ont pas ; la beauté de la diversification, c est de pouvoir mettre dans un fonds des entreprises qui sont à différents stades de développement. Olivier De GUERRE : Je vais répondre rapidement aux 3 questions. il y a des exemples aux Etats Unis de banques sociales, ou de fondations qui offrent des taux de rendements réguliers sur des investissements sociaux solidaires. En France, une banque comme le Crédit Coopératif a développé des instruments et permet de placer avec un taux de rendement sur des titres participatifs à long terme qui donnent du 3% sur cette logique solidaire. Pour les 2 autres questions, il est évident qu il n y a pas aujourd hui assez d incubateurs dans le domaine d entrepreneuriat social. Une organisation excellente qui s appelle ASHOKA a essayé de démarrer cela et a réussi sur un certain nombre de sujets. Il y a un point fondamental quand vous lancez un projet avec un impact social ou solidaire qui vient de votre cœur. 99% des porteurs de projets que nous voyons et à qui nous demandons s ils ont fait des études de marchés ou s ils ont des concurrents, disent ne pas avoir fait d étude de marché et ne pas avoir de concurrents! Vous ne feriez pas cela dans la vie normale. Pour réussir, pour être financés, les projets ont besoin de business plans de qualité avec des objectifs et des projets. Cela prend du temps à construire. Entre le moment où on voit un projet et le moment où on investit, hormis une exception qui est dans la salle, ça nous prend entre 2 et 4 ans. Car il faut apprendre à se connaître. L Allemand dont je parlais tout à l heure, quand je l ai vu pour la première fois il y a trois ou quatre ans, ne voulait pas entendre parler de Conseil d Administration ; maintenant, s il n y a pas de conseil d administration, on n y va pas. Il y a un vrai sujet qui est l incubation et la mise en place de logiques «de business plan» pour permettre à ces projets d avoir un objectif social et un objectif financier pour se développer. Rapport du 3 ème forum, 25 et 26 mai, Hôtel de Ville de Paris 13/17

14 Edmond MAIRE : Le secteur solidaire est mal connu, mais les coopératives d activités sont en plein développement et sont des bons incubateurs. Nous avons créé avec la Caisse des Dépôts un fonds de confiance pour faire démarrer des entrepreneurs qui s appuient sur des tuteurs. De manière générale, notre modèle économique ne ressemble pas à un modèle qui dit au départ : «il faut 3%..» c est sur l ensemble que nous jouons. Nous faisons en sorte que le modèle économique de la société d investissement France Active est sûr depuis 10 ans, jamais un résultat négatif, pas de distribution de dividendes 2. On peut avoir un modèle économique différent solide, simplement ce modèle, je ne dirais pas qu il répond à tout. Il est sûr que nous n entendons pas concurrencer les multinationales parce que l économie solidaire n a pas le réseau international pour cela, n a pas les flux financiers. Nous avons un modèle solide car nous limitons volontairement l ampleur de nos investissements et nous ne faisons pas d investissements longs termes ; nous sommes d abord des développeurs de l économie de proximité. On dit toujours que le solidaire est dangereux. Il y a des milliers d entrepreneurs solidaires qui ne cherchent pas les dividendes, mais cherchent simplement à avoir une entreprise qui fonctionne avec un bon rendement. Quand des entreprises se créent en France, en moyenne il n en reste que la moitié au bout de 5 ans ; quand il s agit d entreprises solidaires, il en reste 80%. Pourquoi? Pour les raisons que vous avez évoquées : l accompagnement, la proximité, l environnement. France Active a permis de créer ou de consolider emplois l an dernier (+25%). Pour l objectif 2015, il me semble que Convergences devrait un peu plus intégrer ce qu apporte l économie solidaire. D ici là sera peut-être créée (elle est en gestation), une Europe Active, avec une banque italienne, une banque française coopérative et quelques banques en Europe du Nord. Votre message c est donc que solidarité et solidité ne font pas que rimer, mais vont dans le même sens. Une autre question? Question 4 : Est-ce que vos solutions d entrepreneuriat salarial solidaire ne sont pas la voie de succès pour demain? Comment externaliser ces projets, faire de telle sorte que dans les pays sous développés, au lieu d avoir du microcrédit, avoir des solutions comme celle là. Maintenant on parle de la taxe sur les produits financiers. Ne serait-il pas plus intelligent de prendre une partie de cette taxe pour l économie solidaire? Voire de faire une loi qui ferait que tous les salariés gagneraient beaucoup à investir dans un fonds solidaire? Vous parlez de rendement de 4 / 5 %, mais sur le marché financier, de nombreux fonds donnent des rentabilités de 10%. Pourquoi ne pas avoir de tels rendements dans l économie solidaire? 2 Nous avons dit aux actionnaires, une centaine de personnes morales y compris des entreprises privées, qu il n y aurait pas de dividendes, mais que le jour où ils désirent récupérer leur capital, on leur rembourse. Rapport du 3 ème forum, 25 et 26 mai, Hôtel de Ville de Paris 14/17

15 Vous voulez concilier l impact social avec des rendements à 15%? Emmanuel GAUTIER : La question relative à la rémunération : de façon très pragmatique, personne n a la prétention de dire qu il faut une approche macro et fixer par convention la rentabilité des actifs solidaires à 3% par exemple. Par rapport à ce qu a dit le représentant d ING, on peut partir d un niveau de rentabilité et voir ce qu il est possible de faire par la suite sur le plan social, environnemental. Il faut partir non pas du niveau macro, mais au niveau de la base de la pyramide. Chaque entreprise solidaire, chaque activité solidaire évolue dans un environnement qui lui est propre et c est à partir de cet environnement, à partir de la clé de répartition de la valeur, s il y a valeur créée, qu on pourra déterminer le rendement qui pourra être offert notamment aux financeurs ou aux investisseurs s il y a lieu bien évidemment d offrir un rendement. L élargissement de l économie solidaire et son évolution : si on prend l épargne salariale (40 milliards d euros hors fonds d actionnariat), si on avait les 12 à 15 millions de salariés qui cotisaient dans ces fonds solidaires, ce serait déjà, pour des fonds 90 / 10, 4 milliards d investissements potentiels. Un chiffre colossal. Imaginons qu on transpose cette architecture à l assurance-vie, aux caisses de retraites, aux flux financiers internationaux, nous aurions la possibilité de faire émerger une économie solidaire de grande échelle capable peut être d apporter des solutions techniques aux problèmes auxquels nous sommes confrontés. Du côté des Etats, c est-à-dire les politiques macroéconomiques, il n y a plus de levier. On s enfonce dans la crise, il n y a plus de ressources. Donc il faut trouver une solution qui parte de la base. Pour cela, il faut créer des fonds privés et des solutions techniques pour favoriser le financement équitable de cette économie solidaire. Pour ce faire il faut que des investisseurs soient prêts à investir (il faut peut-être un coup de pouce législatif). C est par la convergence des engagements des uns et des autres qu on pourra faire émerger cette économie solidaire. Comment valoriser ces initiatives? comment valoriser le comportement vertueux? C est le problème de la société au sens large. Si les citoyens, les consommateurs, les investisseurs n accordent que très peu de crédit au temps, il ne faut pas s étonner qu il y ait des comportements court-termistes exclusivement axés sur la performance à très court terme. Ce n est pas uniquement l affaire des financiers, des entrepreneurs solidaires, des associations, des ONG et des politiques, c est aussi l affaire de l ensemble des citoyens et c est à eux de s exprimer pour que cette économie plus vertueuse puisse enfin émerger. Olivier De GUERRE : Des centaines de projets de fonds d investissement, poussés par les Anglo-Saxons, essayent de financer des projets avec un impact social en Afrique, en Amérique Latine, en Asie. Nous ne pourrons pas continuer à avoir un rendement de 10, 15, 20 voire 25 % quand l inflation est en-dessous de 3%, c est économiquement impossible, sauf à avoir un coût social monstrueux. De toutes façons, un jour ou l autre, on reviendra à des rendements beaucoup plus raisonnables et si on analyse tous les fonds de Rapport du 3 ème forum, 25 et 26 mai, Hôtel de Ville de Paris 15/17

16 capital risque depuis 10 ans, il n y en a qu une toute petite frange, les LBO 3, qui ont fait des rendements jusqu en 2007, la plupart des autres n ayant même pas remboursé le capital. Il y a un vrai sujet et nous sommes tous collectivement responsables. La première question que nous posons à notre banquier est : quelle est la performance? On ne demande pas si l entreprise a créé de l emploi ou résolu un problème social. Changeons notre discours. Derrière les banquiers, les financiers comprendront les attentes des investisseurs et il y a beaucoup d autres investisseurs que les salariés qui pourront financer ces projets. Question 5 : Sophie XXX, Mastère Développement durable, Dauphine. C est une réflexion sur la proposition de garder un certain résultat en critère qualitatif non financier et sur l initiative de Madame (question 3). Il y a des outils qui émergent sur ce sujet, ce sont les monnaies sociales et complémentaires qui permettent de faire des échanges, certes financiers mais aussi dans une logique de don ; on pourrait très bien imaginer dans quelques années se faire payer par des bons, des tickets, des points (synonyme du mot «monnaie») créés par des réseaux sociaux et qui permettraient d aller dans le sens du renforcement des capacités et non pas de ramener la réalité à une somme financière. ( Edmond MAIRE doit nous quitter. Je voudrais le remercier tout particulièrement) Je voudrais abonder dans votre sens. Je crois beaucoup aux réseaux sociaux. Il va falloir être très innovant pour trouver des solutions pour demain. Aujourd hui nous assistons à la faillite de la finance «en noir et blanc» dans laquelle on ne parle que de rendement et de risque. Demain, ce dont nous parlons aujourd hui, c est la finance «en couleur» où on apporte une troisième dimension, celle de la responsabilité qui va emballer les foules ; les réseaux sociaux vont s y mettre. Plus on sera créatif, mieux on se portera. et bientôt, il y aura la finance en 3D?. Une dernière question? Question 6 : Louis XXX, entrepreneur social. En ce qui concerne l Afrique, on a souvent tendance à limiter le fait qu il n y a pas de développement sans les hommes. Dans les Objectifs du Millénaire, le point 6 parle de l éradication du paludisme et de toutes les autres pathologies endémiques. Nous, gens du Sud, créons des programmes et des projets utiles au Sud mais nous devons les présenter à des personnes qui ne connaissent pas souvent les besoins qu il y a au Sud. C est difficile de mobiliser les ressources, de rentrer dans la phase active de nos conceptions. Nous avons créé un programme de jeu éducatif en matière d éducation à la santé en milieu scolaire. Dans le Sud, des gouvernements et les Nations Unies nous ont soutenus pour mener des tests, mais cela fait 5 ans qu en France, on court d un financeur solidaire à un autre. Certaines banques se demandent si nous sommes crédibles. Qui faut-il 3 LBO : leverage buy-out ; montage juridico-financier de rachat d entreprise par effet de levier («leverage»), c est-àdire par recours à un fort endettement bancaire. Rapport du 3 ème forum, 25 et 26 mai, Hôtel de Ville de Paris 16/17

17 aller voir pour que ce genre de projet soit pris en compte? Ashoka, cité précédemment, n était pas intéressé par ce genre de domaine. Vous avez déjà, dans votre question, formulé la réponse, c est-à-dire que l émancipation des gens du Sud sera l œuvre des entrepreneurs sociaux du Sud. Olivier De GUERRE : Elargissez votre recherche ailleurs qu en France. Il y a dans le monde anglo-saxon, à Londres, des fondations qui sont prêtes à financer ce genre de projets s ils sont de qualité. Cela va vous obliger à vous mettre aux normes de ces investisseurs. Ce type de financeurs existe beaucoup plus aujourd hui dans les pays anglo-saxons qu en France. Emmanuel GAUTIER : Tout à l heure, nous avons parlé de la Loi qui encadre la nature des investissements que l on va effectuer dans ce champ d investissement. La loi peut exclure certains projets de microfinance. De ce côté-là, il a peut-être une évolution réglementaire à mener, sans pour autant dévoyer l esprit de départ, mais qui pourrait faciliter demain l investissement dans des fonds d amorçage par exemple, Nord / Sud, des structures plus axées sur le développement de l entrepreneuriat en Afrique. Une réflexion doit être engagée. Le débat reste ouvert. Ce sera l occasion, demain, de continuer ce débat sur la microfinance et l entrepreneuriat social. Rapport du 3 ème forum, 25 et 26 mai, Hôtel de Ville de Paris 17/17

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 :

BTS BANQUE. L épargne solidaire. 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : BTS BANQUE L épargne solidaire 1. Qu est-ce que l épargne solidaire? Document 1 : Fondée sur un principe de responsabilité et de fraternité, l épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant

Plus en détail

Les grandes réalisations sont la somme de toutes les petites

Les grandes réalisations sont la somme de toutes les petites ÉPARGNE SALARIALE SOLIDAIRE Les grandes réalisations sont la somme de toutes les petites BANQUE DE FINANCEMENT & D INVESTISSEMENT / ÉPARGNE / SERVICES FINANCIERS SPÉCIALISÉS Avec un encours de 3,15 milliards

Plus en détail

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises

LES LBO. Une technique particulière de financement des entreprises LES LBO Une technique particulière de financement des entreprises Les LBO («leverage buy-out») font aujourd hui la une de l actualité financière et économique. Plus de 5000 entreprises françaises seraient

Plus en détail

Épargne solidaire. Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) Épargne bancaire. Épargne salariale

Épargne solidaire. Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) Épargne bancaire. Épargne salariale Les relations de la finance solidaire (En millions d euros au 31/12/2012) RESSOURCES Épargne bancaire 4 690 Épargne solidaire 1 718 675 1 042 Livrets, OPCVM, Contrats d assurance-vie, 2 577 Épargne salariale

Plus en détail

FRANCE ACTIVE ET L EPARGNE SOLIDAIRE

FRANCE ACTIVE ET L EPARGNE SOLIDAIRE FRANCE ACTIVE ET L EPARGNE SOLIDAIRE 1 PRÉSENTATION GÉNÉRALE DE FRANCE ACTIVE 2 FRANCE ACTIVE Association créée en 1988 Fondateurs Fondation de France Caisse des dépôts et consignations Crédit Coopératif

Plus en détail

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées

Paribas dans les régions d Amérique latine, d Asie et d Europe de l Est. 1. Les initiatives microfinance des banques représentées Microfinance à l international et les banques : Engagement sociétal ou pur Business? Evènement co-organisé par le Groupe Solidarité d HEC Alumni et le Club Microfinance Paris Rappel du thème : L Engagement

Plus en détail

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Monsieur le Président du Conseil du commerce de France ;

Plus en détail

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE

EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE EPARGNE RETRAITE COLLECTIVE ENJEUX FACE AUX DEFIS DE LA RETRAITE RETRAITE COLLECTIVE, UN DEFI LEGISLATIF ET ORGANISATIONNEL Le paysage démographique comme économique de la France rend de plus en plus inéluctable

Plus en détail

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011

Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Intervention colloque MFP 7 décembre 2011 Mesdames, Messieurs, chers amis, Je vous remercie au nom de la MFP de votre présence à ce colloque sur la protection sociale des fonctionnaires. Merci à la MGEN

Plus en détail

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique»

Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Justine BERTHEAU Compte-rendu de la conférence débat du 7 octobre 2004 à L ENA : «Espoirs et limites de la microfinance en Afrique» Intervenants : - Yann Gauthier, directeur du Centre International du

Plus en détail

LE CERCLE CANADIEN DE MONTRÉAL. Le Fonds de solidarité FTQ : son impact sur la société et sur l économie

LE CERCLE CANADIEN DE MONTRÉAL. Le Fonds de solidarité FTQ : son impact sur la société et sur l économie LE CERCLE CANADIEN DE MONTRÉAL Le Fonds de solidarité FTQ : son impact sur la société et sur l économie Allocution de M. Yvon Bolduc, Président-directeur général Fonds de solidarité FTQ Montréal, le lundi

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SEREIN

L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr 1 L INVESTISSEMENT SEREIN Assurersonavenir.fr Ce livre est la propriété exclusive de son auteur : La loi du 11 mars 1957 interdit des copies ou reproductions destinées à une utilisation

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS (DAKAR 14-16 MAI 2014)

ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS (DAKAR 14-16 MAI 2014) ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE CHEA CHANTO, GOUVERNEUR DE LA BANQUE NATIONALE DU CAMBODGE SUR " PROMOTION DE L INCLUSION FINANCIERE : ROLE DES BANQUES CENTRALES" 21 EME CONFERENCE DES GOUVERNEURS DES BANQUES

Plus en détail

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Investissement socialement responsable... Quand durable rime avec rentable Peu connus du grand public il y a encore quelques années, les fonds

Plus en détail

PLATEFORME DE LA FINANCE SOLIDAIRE EN BOURGOGNE. Avec le soutien de

PLATEFORME DE LA FINANCE SOLIDAIRE EN BOURGOGNE. Avec le soutien de PLATEFORME DE LA FINANCE SOLIDAIRE EN BOURGOGNE Avec le soutien de L épargne solidaire, c est quoi? L épargne solidaire se caractérise par le choix de l épargnant de placer son épargne au bénéfice d activités

Plus en détail

LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE?

LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE? LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE? Anne CHATAURET Volet Interfaçage QU EST-CE QU UNE PLATEFORME INITIATIVE? 2 Les «Plateformes

Plus en détail

51 e Congrès national des Experts-comptables de justice

51 e Congrès national des Experts-comptables de justice 51 e Congrès national des Experts-comptables de justice 21 septembre 2012 Les conditions d une synthèse entre le modèle comptable européen et les normes IFRS --------------- Intervention de Jérôme Haas,

Plus en détail

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE

Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Guide pratique de L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE Investissement socialement responsable... Quand durable rime avec rentable Peu connus du grand public il y a encore quelques années, les fonds

Plus en détail

L AFD ET LA MICROFINANCE

L AFD ET LA MICROFINANCE L AFD ET LA MICROFINANCE 1988 2008 Vingt ans déjà! Paul Kabre LA MICROFINANCE, POURQUOI? Dans de nombreux pays, l immense majorité de la population n a pas accès au secteur bancaire classique : sa capacité

Plus en détail

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES

TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES TABLE RONDE N 3 COOPÉRATION DES INSTITUTIONS EN MATIÈRE D ASSURANCE PENSION LA COORDINATION ET LES ENTREPRISES Claude MULSANT, Directrice adjointe du réseau MAGELLAN INTERNATIONAL J ai donc la lourde responsabilité

Plus en détail

Dossier de presse. Création du Fonds de dotation Adie pour l entrepreneuriat populaire. Contacts presse :

Dossier de presse. Création du Fonds de dotation Adie pour l entrepreneuriat populaire. Contacts presse : Dossier de presse Création du Fonds de dotation Adie pour l entrepreneuriat populaire Contacts presse : Sandrine Bonamy Tél. : 01 56 03 59 03 06 86 17 48 76 - s.bonamy@adie.org Audrey Thirot Tél. : 01

Plus en détail

Pour relier création de valeur et développement durable

Pour relier création de valeur et développement durable Investissement Socialement Responsable Pour relier création de valeur et développement durable banque de grande clientèle / épargne / services financiers spécialisés La performance financière d une entreprise

Plus en détail

Une introduction à la Microfinance

Une introduction à la Microfinance Une introduction à la Microfinance Présentation ENSAE Mathias ANDRÉ ENSAE Solidaire, pôle Microfinance 10 mars 2010 Mathias ANDRÉ (ENSAE Solidaire) Une introduction à la Microfinance 10 mars 2010 1 / 20

Plus en détail

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE

L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE Définitions Un peu d histoire Quelques chiffres, les acteurs La finance solidaire Définitions L économie sociale et solidaire (ESS) rassemble deux concepts, rappelé dans

Plus en détail

Le mercredi 30 novembre 2011 à l ADPE (Nordev)

Le mercredi 30 novembre 2011 à l ADPE (Nordev) «Epargner et financer solidaire : L alternative économique» LE PREMIER RENDEZ VOUS DES FINANCES SOLIDAIRES Le mercredi 30 novembre 2011 à l ADPE (Nordev) CRES 14, Boulevard Doret BP 340 97467 Saint- Denis

Plus en détail

Finance solidaire : comprendre le cycle de l épargnant au bénéficiaire Salle des Arcades, 10 septembre 2014 11h15-12h45

Finance solidaire : comprendre le cycle de l épargnant au bénéficiaire Salle des Arcades, 10 septembre 2014 11h15-12h45 Finance solidaire : comprendre le cycle de l épargnant au bénéficiaire Salle des Arcades, 10 septembre 2014 11h15-12h45 Intervenants: Audrey Bégué, Responsable Développement Epargne Solidaire, Crédit Coopératif

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER

EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER EPARGNE, INVESTISSEMENT, SYSTEME FINANCIER Chapitre 25 Mankiw 08/02/2015 B. Poirine 1 I. Le système financier A. Les marchés financiers B. Les intermédiaires financiers 08/02/2015 B. Poirine 2 Le système

Plus en détail

La finance solidaire au beau fixe

La finance solidaire au beau fixe DOSSIER DE PRESSE édito La finance solidaire au beau fixe La crise? Quelle crise? De fait, comme le montrent les résultats du Baromètre Finansol - La Croix, l épargne et le financement solidaires ont maintenu

Plus en détail

LES FONDS MONETAIRES ISR

LES FONDS MONETAIRES ISR L ESSENTIEL SUR LES FONDS MONETAIRES ISR Juillet 2014 Contexte Le développement des fonds monétaires ISR est une spécificité française apparue après la crise financière de 2008. En février 2009, Novethic

Plus en détail

créer de la valeur durable www.mirova.com

créer de la valeur durable www.mirova.com créer de la valeur durable www.mirova.com une expertise : des solutions d investissement responsable pour un développement durable Vers un modèle de développement durable : une nécessité économique épuisement

Plus en détail

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.»

«La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» 39 e Congrès de la Mutualité Française Résolution générale «La Mutualité Française ouvre de nouveaux chantiers innovants.» La crise financière, économique, sociale et écologique frappe durement notre pays,

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

En 2003, la Fédération française des sociétés d assurance et la

En 2003, la Fédération française des sociétés d assurance et la L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE : LE POINT DE VUE D UNE MUTUELLE SPÉCIALISTE EN ASSURANCE VIE L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE : LE POINT DE VUE D UNE MUTUELLE SPÉCIALISTE EN ASSURANCE

Plus en détail

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche

La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche La Responsabilité sociétale d entreprise est une démarche volontaire de l entreprise, d intégration des enjeux du développement durable dans son modèle et dans son offre qui va au-delà du respect de la

Plus en détail

Economie autrement quinzaine du Narthex 19-11-2014

Economie autrement quinzaine du Narthex 19-11-2014 Economie autrement quinzaine du Narthex 19-11-2014 2 LE CREDIT COOPERATIF Ø banque à part entière, Ø banque coopérative actrice d une finance patiente, Ø banque engagée, Ø banque de l économie sociale

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 %

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 % Niches fiscales et sociales Un inventaire à la Prévert Il a fallu un an au comité d évaluation (une douzaine de hauts fonctionnaires), au ministère du budget, pour sortir un très gros rapport qui inventorie

Plus en détail

Mesdames et Messieurs,

Mesdames et Messieurs, Mesdames et Messieurs, J ai accepté avec plaisir d intervenir ici, pour les 10 ans de Planète PME, devant les entreprises et leurs principaux partenaires publics de financement. Nous partageons tous je

Plus en détail

Mesurer la performance sociale des IMF : bilan de Planet Rating and Microfinanza Rating

Mesurer la performance sociale des IMF : bilan de Planet Rating and Microfinanza Rating Mesurer la performance sociale des IMF : Mini-conférence // Microfinance Modérateur Aurélie Duthoit Co-fondatrice, Babyloan Intervenants Micol Guarneri Directrice Evaluation Sociale, Microfinanza Rating

Plus en détail

Test: Vérification des connaissances logique entrepreneuriale et managériale Cours sur les finalités de l entreprise

Test: Vérification des connaissances logique entrepreneuriale et managériale Cours sur les finalités de l entreprise Sommaire 22.08.2011 AG PME Test: Vérification des connaissances logique entrepreneuriale et managériale Cours sur les finalités de l entreprise Au Delà Du Profit : philosophie d'une entreprise française

Plus en détail

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres

La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres La microfinance Mythes et réalité Où comment faire de l argent sur le dos des pauvres Crise de légitimité La microfinance a bénéficié au niveau international d une très grande popularité depuis sa création

Plus en détail

www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013

www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013 PIERRE MOSCOVICI MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES www.economie.gouv.fr Paris, le 26 août 2013 Discours de Pierre MOSCOVICI, Ministre de l Economie et des Finances *** Déplacement à Lannion - Conférence

Plus en détail

Table des matières détaillée

Table des matières détaillée Table des matières détaillée Préface XIX Avant-propos XXI PARTIE I LA FINANCE ET LE SYSTÈME FINANCIER 1 Chapitre 1 Qu est-ce que la finance? 1 Résumé 1 1.1 Définition de la finance 3 1.2 Pourquoi étudier

Plus en détail

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers

Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers Maroc Etat des lieux de la coopération internationale et des investissements étrangers U Etude réalisée sous la direction d IDEFIE par Charline Jacob-Nassimian Juillet 2010 UI. La situation économique

Plus en détail

La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché

La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché 11 septembre 2014 Communiqué de presse La Française lance LFP Europimmo, La première SCPI d entreprise diversifiée Europe du marché La Française REM lance LFP Europimmo, la première SCPI d entreprise dont

Plus en détail

Soutenir la microf inance. responsable

Soutenir la microf inance. responsable Soutenir la microf inance responsable L ACCÈS AU CRÉDIT POUR TOUS : UN SECTEUR PRIORITAIRE Dans de nombreux pays, la grande majorité de la population est exclue du système bancaire. L accès aux services

Plus en détail

ANGERS Le 12 novembre 2009. L'économie et les finances solidaires. - le réseau des CIGALES - les finances solidaires - à quoi sert mon épargne?

ANGERS Le 12 novembre 2009. L'économie et les finances solidaires. - le réseau des CIGALES - les finances solidaires - à quoi sert mon épargne? ANGERS Le 12 novembre 2009 L'économie et - le réseau des CIGALES - - à quoi sert mon épargne? - Aujourd'hui, est-ce que je sais à quoi sert mon épargne? Me produire des intérêts (réponse factuelle) Financer

Plus en détail

CGAP. Note du. Août 2007. L endettement : les IMF se livrent-elles à un calcul du coût intégral de tous les types d emprunts?

CGAP. Note du. Août 2007. L endettement : les IMF se livrent-elles à un calcul du coût intégral de tous les types d emprunts? CGAP Note du Août 2007 Le processus de décision des IMF en matière de structure du capital : pour une approche plus réfléchie et plus méthodique Les institutions de microfinance (IMF) ont aujourd hui à

Plus en détail

Table des matières (cliquable)

Table des matières (cliquable) Table des matières (cliquable) De l importance de se créer des revenus passifs et alternatifs...4 Pourquoi investir dans une place de parking?..6 Qu est ce qui fait un bon emplacement de parking?...8 Gare

Plus en détail

Commission financière de l AFEP. Structure de l épargne et financement des économies européennes 21 juin 2000

Commission financière de l AFEP. Structure de l épargne et financement des économies européennes 21 juin 2000 Commission financière de l AFEP Structure de l épargne et financement des économies européennes 2 juin 2000 Jacques de Larosière Président de l Observatoire de l Epargne Européenne Le bouclage classique

Plus en détail

Contrat Solidaire de Predica

Contrat Solidaire de Predica Septembre 2014 Dossier de presse Contrat Solidaire de Predica Donner du sens à son épargne Contacts presse Françoise Bololanik + 33 (0)1 57 72 46 83 / 06 25 13 73 98 Camille Langevin + 33 (0)1 57 72 73

Plus en détail

é p a r g n e r é t h i q u e

é p a r g n e r é t h i q u e Introduction «Ne choisissez pas les placements éthiques pour l éthique. Il faut en attendre des performances similaires aux placements classiques, auxquelles nous ajoutons gratuitement un supplément éthique.»

Plus en détail

Au service des prêteurs d espoir

Au service des prêteurs d espoir Au service des prêteurs d espoir GRAMEEN ET CREDIT AGRICOLE s allient pour lutter contre la pauvreté Fondée en 1983 par Muhammad Yunus, la Grameen Bank (banque des villages) a développé au Bangladesh le

Plus en détail

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS

PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS PRÉSENTATION DOCUMENT DE TRAVAIL DU SÉMINAIRE TECHNIQUE SUR LA MISE EN PLACE AGENCE FINANCIÈRE POUR LE DÉVELOPPEMENT D EMPLOIS DÉCENTS Présenté par Dr Alpha AYANDE Tél. +41 79 358 26 12 Email: syfodip@gmail.com

Plus en détail

Audition de Philippe Bas ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Audition de Philippe Bas ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Audition de Philippe Bas ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

Pourquoi nous avons créé Mirova

Pourquoi nous avons créé Mirova Par Philippe Zaouati, directeur général délégué de Natixis Asset Management et responsable du pôle d expertise Mirova. Pourquoi nous avons créé Mirova Directeur du développement et membre du comité exécutif

Plus en détail

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1

LES SIIC. Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF. Étude réalisée par. Les SIIC et la retraite 1 LES SIIC et la retraite Étude réalisée par Pierre Schoeffler Président S&Partners Senior Advisor IEIF Les SIIC et la retraite 1 23 juin 2014 2 Les SIIC et la retraite La retraite est, avec l emploi et

Plus en détail

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE

MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010. Boubacar DIAKITE MISELINI FINANCEMENT DE LA GOMME ARABIQUE. Bamako, du 11 au 13 mai 2010 Boubacar DIAKITE Contexte de création des IMFs. Extrême pauvreté de certaines couches de la population active, Banque: une activité

Plus en détail

Éthique et banques coopératives : les occasions manquées de la sphère financière mutualiste française!

Éthique et banques coopératives : les occasions manquées de la sphère financière mutualiste française! Éthique et banques coopératives : les occasions manquées de la sphère financière mutualiste française! «Éthique et responsabilité sociale des banques : aux confins de leur responsabilité juridique» (Colloque

Plus en détail

France Active, un réseau au service des personnes, de l emploi et des territoires

France Active, un réseau au service des personnes, de l emploi et des territoires RAPPORT D ACTIVITE 2012 Le mot du Président Depuis 2005, nous accompagnons et finançons des personnes à la recherche d un emploi, qui créent leur propre entreprise, et des entreprises solidaires qui créent

Plus en détail

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC

JE SUIS SOCIALE MA PROTECTION EST-ELLE MENACÉE? UN AGENT PUBLIC JE SUIS UN AGENT PUBLIC MA PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? AGENTS PUBLICS, NOTRE PROTECTION SOCIALE EST-ELLE MENACÉE? DEVRA-T-ON SE RÉSIGNER À TOUJOURS MOINS DE SOINS? Dépassements d honoraires, franchises,

Plus en détail

Impact +, un crédit solidaire pour des entrepreneurs qui bousculent les codes

Impact +, un crédit solidaire pour des entrepreneurs qui bousculent les codes Impact +, un crédit solidaire pour des entrepreneurs qui bousculent les codes DOSSIER DE PRESSE Faire du business autrement. C est la volonté de cette nouvelle génération d entrepreneurs, collectifs ou

Plus en détail

Donner du sens à votre investissement

Donner du sens à votre investissement Donner du sens à votre investissement Une offre de fonds Développement Durable pour une épargne socialement responsable Les fonds socialement responsables investissent dans les entreprises qui ont mis

Plus en détail

L épargne SALARIALE, KéSAkO? L épargne SALARIALE SOLIDAIRE : TOUS GAGNANTS! FOCUS

L épargne SALARIALE, KéSAkO? L épargne SALARIALE SOLIDAIRE : TOUS GAGNANTS! FOCUS Salariés d entreprises, ce guide vous concerne. Il est possible aujourd hui de faire fructifier votre épargne salariale en investissant dans des activités utiles à la création d emplois, de logements très

Plus en détail

CCW - Discours. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs,

CCW - Discours. Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, CCW - Discours Monsieur le Président, Mesdames, Messieurs, Les hasards du calendrier font que si je m étais inscrit à vos rendez-vous de la construction wallonne en tant que Député wallon, me voici ce

Plus en détail

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE

LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE LE PARI D UN EMPLOI FAMILIAL DECLARE, ORGANISE ET PROFESSIONNALISE EN EUROPE : VERS LA CONSTRUCTION D UNE UNION PLUS COMPETITIVE, PLUS SOCIALE ET PLUS SOLIDAIRE. 15 JANVIER 2010 FAIRVALUE Corporate & Public

Plus en détail

LES MATINALES DE. Avec le Soutien de la Délégation de l Union Européenne

LES MATINALES DE. Avec le Soutien de la Délégation de l Union Européenne LES MATINALES DE Avec le Soutien de la Délégation de l Union Européenne Yazid Taalba Hôtel Hilton - ALGER 3 Juin 2014 SOMMAIRE 1- Qu est ce qu est le capital investissement? 2- Qui intervient dans ce métier?

Plus en détail

Stock-options et Attributions Gratuites d Actions

Stock-options et Attributions Gratuites d Actions Stock-options et Attributions Gratuites d Actions 1 P remière banque privée en France en termes d actifs sous gestion, BNP Paribas a mis en place une organisation et des équipes totalement dédiées à la

Plus en détail

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON

14-10-14 CD/12. 1161 répondants 1098 OUI 31 NON 14-10-14 CD/12 1161 répondants 1098 OUI 31 NON Une convention établie sur 5 ans plutôt que sur 3 ans pourrait être proposée. Cette demande est raisonnable et on y tient (pas trop négocier à la baisse).

Plus en détail

Présentation Juin 2013. La finance solidaire

Présentation Juin 2013. La finance solidaire La finance solidaire Les circuits de la finance solidaire permettent de financer des projets qui ne trouvent pas de réponse dans les circuits bancaires classiques Ils font intervenir : d un côté des épargnants

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste

Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Financement de la protection sociale : l avis des Français 1 Fonctionnement : ça marche, mais ce n est pas très juste Illustrations Marc Guerra On a beau nous parler sur tous les tons du trou de la Sécu

Plus en détail

Ne tombez pas dans les pièges tendus par

Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ne tombez pas dans les pièges tendus par Ce que vous devez savoir avant de dépenser votre 1 er sur Adwords Guide gratuit offert par le site www.ledroitdereussir.com Introduction Dans un instant vous allez

Plus en détail

REVUE BANQUE. Rentabilité des activités de services à la personne. Quel business model?

REVUE BANQUE. Rentabilité des activités de services à la personne. Quel business model? REVUE BANQUE Rentabilité des activités de services à la personne. Quel business model? Par Jacques MANARDO Président Fédération des Entreprises de Services à la Personne J ai passé 32 ans dans la profession

Plus en détail

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués,

Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Madame la Présidente, Monsieur le Directeur général, Mesdames et Messieurs les Délégués, Le Ministre belge de la Coopération au développement, monsieur Armand De Decker, aurait bien voulu être des nôtres

Plus en détail

à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier

à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier 30 trucs et astuces à savoir pour mieux gérer votre argent et le faire fructifier Par Olivier Seban, auteur de : TOUT LE MONDE MERITE D ETRE RICHE Ou tout ce que vous n avez jamais appris à l école à propos

Plus en détail

Impact investing : la création d emplois, concilier valeur sociale et financière

Impact investing : la création d emplois, concilier valeur sociale et financière Impact investing : la création d emplois, concilier valeur sociale et financière Mathilde Dufour, Responsable adjointe Recherche Rédigé le 16/06/2015 Fabien Leonhardt, Gérant de portefeuille Synthèse :

Plus en détail

APPEL À PRESTATAIRES

APPEL À PRESTATAIRES APPEL À PRESTATAIRES CAHIER DES CHARGES Le secteur bancaire Place et spécificités des banques coopératives Avril 2011 Dossier suivi par l Observatoire Régional de l Économie Sociale et Solidaire 42 rue

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

POUR UN LABEL ISR DECLARATION COMMUNE AFG - AFNOR - CIES - FINANSOL - FIR - NOVETHIC - ORSE - PARIS EUROPLACE

POUR UN LABEL ISR DECLARATION COMMUNE AFG - AFNOR - CIES - FINANSOL - FIR - NOVETHIC - ORSE - PARIS EUROPLACE POUR UN LABEL ISR DECLARATION COMMUNE AFG - AFNOR - CIES - FINANSOL - FIR - NOVETHIC - ORSE - PARIS EUROPLACE A l occasion de la consultation sur le Livre Blanc sur le financement de la transition écologique,

Plus en détail

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie

Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Les Fonds en Euros des compagnies d Assurance Vie Résumé: - Les Fonds en Euros des compagnies d assurance assurent un couple sécurité / rendement optimal notamment dans l optique d une épargne en vue de

Plus en détail

l info S engager avec sa banque, ça compte!

l info S engager avec sa banque, ça compte! La lettre d information des clients qui ont choisi d agir l info S engager avec sa banque, ça compte! Grâce à l engagement des clients du Crédit Coopératif, plus de 4,3 millions d euros de dons ont été

Plus en détail

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves Juillet 2013 Commentaires de MEQ dans le cadre des consultations du Gouvernement du Canada sur les Sociétés à capital de risque de travailleurs Un modèle de développement économique qui a fait ses preuves

Plus en détail

Notre offre ISR pour l Epargne Salariale. Document non contractuel

Notre offre ISR pour l Epargne Salariale. Document non contractuel Notre offre ISR pour l Epargne Salariale Document non contractuel HSBC et le développement durable Un engagement de conviction Contribuer à développer un monde durable Parmi celles-ci, HSBC a apporté son

Plus en détail

Financer la croissance des PME

Financer la croissance des PME Financer la croissance des PME Allocution de Marion G. Wrobel Vice-président, Politiques et opérations Association des banquiers canadiens (ABC) Prononcée devant le Comité sénatorial permanent des banques

Plus en détail

LE RAFP. Un investisseur de long terme,

LE RAFP. Un investisseur de long terme, LE RAFP Un investisseur de long terme, SOMMAIRE 04_ L investissement socialement responsable 06_ Une politique ISR au cœur du développement du Régime 08_ Une politique d investissement de long terme 09_

Plus en détail

AVEC NOUS, SOUTENEZ L ENTREPRENEURIAT SOCIAL. Découvrez notre nouveau fonds. socialement responsable et solidaire

AVEC NOUS, SOUTENEZ L ENTREPRENEURIAT SOCIAL. Découvrez notre nouveau fonds. socialement responsable et solidaire AVEC NOUS, SOUTENEZ L ENTREPRENEURIAT SOCIAL Découvrez notre nouveau fonds socialement responsable et solidaire Déjà présents auprès d un entrepreneur sur quatre, nous avons décidé d accélérer notre soutien

Plus en détail

Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable

Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable Soutenons ensemble l économie sociale et solidaire pour un développement durable «Nous devons être le changement que nous voulons pour le monde» Gandhi works et n n a lo y b a B n o ti a ci o ss a L Babyloan

Plus en détail

Quand on se lève le matin, que la journée s annonce, on ne peut savoir comment elle va se dérouler ni comment elle se terminera, on ne vit pas seul

Quand on se lève le matin, que la journée s annonce, on ne peut savoir comment elle va se dérouler ni comment elle se terminera, on ne vit pas seul Quand on se lève le matin, que la journée s annonce, on ne peut savoir comment elle va se dérouler ni comment elle se terminera, on ne vit pas seul dans un bocal et, les gestes à poser, les démarches à

Plus en détail

LA MICROFINANCE : UN OUTIL DE DEVELOPPEMENT DURABLE?

LA MICROFINANCE : UN OUTIL DE DEVELOPPEMENT DURABLE? LA MICROFINANCE : UN OUTIL DE DEVELOPPEMENT DURABLE? Vendredi 8 Juin 2007, Table Ronde Francophone des Signataires de l UNEP FI. Paris 1 1 Pascale Geslain Sommaire I. Microfinance, un outil de développement

Plus en détail

Epargne : prudence et ambition sont-ils conciliables?

Epargne : prudence et ambition sont-ils conciliables? Better thinking. Together. Epargne : prudence et ambition sont-ils conciliables? 1 ère étude annuelle auprès des épargnants clients des réseaux bancaires français Sommaire Fiche technique 3 Objectif Retraite

Plus en détail

Top Rendement Invest 1

Top Rendement Invest 1 Fiche info-financière Assurance-vie pour une combinaison des branches 21 et 23 Top Rendement Invest 1 Type d assurance-vie Assurance-vie individuelle avec taux d intérêt garanti (branche 21). En ce qui

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande

Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande Présidentielle 2012 : Vos propositions pour l industrie Réponses de François Hollande 1. L industrie est-elle une de vos priorités? Pourquoi? L industrie figure en première page de mon programme parce

Plus en détail

À quoi sert une banque?

À quoi sert une banque? À quoi sert une banque? Trois fonctions clés La banque remplit trois fonctions essentielles. Elle collecte, gère vos dépôts, et vous fournit des moyens de paiement (chéquier, carte bancaire, ordre de virement

Plus en détail

Chapitre 2. Économiser

Chapitre 2. Économiser Chapitre 2 Économiser 2. L essentiel 1. Constituez votre épargne progressivement et sans efforts. 2. Comprenez les mécanismes du taux d intérêt. 3. Augmentez au cours du temps le niveau de votre épargne.

Plus en détail

Le mouvement coopératif et mutualiste: un réseau d entreprises et un mouvement ouvert aux autres

Le mouvement coopératif et mutualiste: un réseau d entreprises et un mouvement ouvert aux autres Forum coopératif de la Mauricie Quelles contributions et réponses les coopératives et mutuelles apportent-elles aux défis et enjeux de la société dans ma région et à ceux de la société québécoise? Le mouvement

Plus en détail

Entretiens Louis le Grand. 26 et 27 octobre 2006

Entretiens Louis le Grand. 26 et 27 octobre 2006 1 Entretiens Louis le Grand 26 et 27 octobre 2006 2 Étude de cas BNP Paribas Fahila Amrouche Lydia Koessler 3 La banque d un monde qui change 4 Le développement de l épargne salariale chez BNP Paribas

Plus en détail