LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE CANCER DU RECTUM. Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau"

Transcription

1 LE CANCER DU RECTUM Quelle stratégie de prise en charge initiale? Théo Martin Moreau

2 RAPPELS SUR LE CANCER DU RECTUM: Incidence: nouveaux cas par an (1/3 des CCR). Adénocarcinomes dans 95% des cas. Interrogatoire indispensable: âge, ATCD familiaux de polypes ou de CCR, existence de comorbidités Ex. clinique: signes fonctionnels digestifs (troubles du transit, rectorragies Le TR est fondamental et recherche: la présence de sang sur le doigtier, mobilité de la lésion, localisation, distance du pôle inférieur de la lésion par apport à la marge anale, tonicité du sphincter. Le diagnostic positif est histologique après une coloscopie totale avec biopsies +++ de CCR synchrones (entre 3 et 10%).

3 - traitement néo-adjuvant: radio ou radiochimiothérapie préopératoire. (TR, gg de Troisier). Une biologie standard: NFS, plq, CRP, BHC. Un bilan pré-opératoire: iono, urée, créat, TP/TCA, Gr, Rh, RAI Marqueur tumoral: ACE (permet de connaître le taux pré-op, de surveiller sa chute et éventuellement sa réascension au cours de la surveillance) Scanner TAP: examen de référence pour la recherche de métastases hépatiques, pulmonaires et de signes de carcinose péritonéale. Echographie endorectale et/ou IRM pelvienne qui évaluent le ggr

4 LA CLASSIFICATION TNM: La classification TNM peut se faire: Cliniquement: ctnm Après écho-endorectale: ustnm Après anapath: ptnm Après anapth reçu un radiothérapie néoadjuvante: yptnm

5 LES CRITÈRES DE RÉSÉCABILITÉ: Ils permettent de poser les principes du traitement RCP. Les paramètres à prendre en compte avant la décision thérapeutique sont: La présence de métastases +++ duodénum, rein, vaisseaux, os,vessie Le terrain.

6 LES ENJEUX POUR LE PATIENT: Pour le patient informé sur son cancer, sur le traitement envisagé et éventuellement ses alternatives, les enjeux sont les suivants: Obtenir la guérison en premier lieu, en évitant la rechute locale et les métastases ultérieures. Éviter une colostomie définitive et préserver une fonction intestinale satisfaisante. Réduire les contraintes des traitements, leur toxicité attendue voire inattendue. Un souhait particulier, de la part du patient, peut infléchir un traitement jugé «standard» au départ.

7 LA STRATÉGIE DE PRISE EN CHARGE INITIALE: Elle dépend de la classification TNM. Décision prise après évaluation de la qualité du patient et de son opérabilité. RCP puis proposée au patient par le praticien responsable. La chirurgie est le traitement de base du cancer rectal. Actuellement on peut proposer une conservation sphinctérienne pour la plupart des patients, tandis périnéale (ttt bcp plus radical), ceci grâce aux nouvelles techniques chirurgicale et aux traitements néoadjuvants.

8 TUMEURS T1N0M0= TTT ENDOSCOPIQUE exérèse locale trans-anale (geste endoscopique). Le geste enlève en une seule pièce la tumeur pour un examen anathomopathologique. On ne réalise pas de curage ganglionnaire. anatomopathatologique limitée à la sous muqueuse, une simple surveillance est suffisante. En revanche, si la tumeur est classée au-delà de T1 sous trans-anale est incomplète, la résection par voie trans-anale ne sera plus adaptée.

9 TUMEURS T1>2CM ET T2= TTT CHIRURGICAL La résection antérieure est le traitement standard: proctectomie avec exérèse totale du mésorectum, puis anastomose colo-rectale ou colo-anale. -périnéale doit rester exceptionnelle. La radiothérapie néo-adjuvante, est indiquée en cas elle peut être associée à la chimiothérapie, qui augmente son efficacité locale en diminuant le taux de récidives locales et en rendant certaines tumeurs accessibles à une résection chirurgicale, évitant donc une amputation abdomino-périnéale.

10 TUMEURS T3 OU T4: La radiochimiothérapie préopératoire est le traitement standard (protocole CAP50: du capécitabine) Elle est suivie par une chirurgie (résection antérieure ou amputation abdominopérinéale), qui sera réalisée 6 semaines après la fin de la radiochimiothérapie.

11 TUMEURS T4 NON RÉSÉCABLES complications: fistule, occlusion voire perforation. indication formelle à une radio/radiochimiothérapie néo-adjuvante qui permettra de rendre la tumeur résécable chez certains patients après un ttt de 45Gy. Pour les autres, une radiothérapie de dose totale de 60 Gy peut être proposée. colostomie terminale palliative peut être envisagée.

12 PATIENTS INOPÉRABLES, MAIS PAS INCURABLES: Cette situation correspond aux personnes âgées de plus de 80 ans, ou ayant des comorbidités ou une fragilité entraînant un risque opératoire important. On propose un traitement à visée curative par radiothérapie de contact pour les T1, et une radiochimiothérapie pour les T2/T3. Puis une exérèse locale se discute 6 à 8 semaines après la fin de la radiochimiothérapie.

13 LA SURVEILLANCE: Examen clinique avec TR tous les 3 mois pdt 3 ans puis tous les 6 mois pendant 2 ans. ACE dosé à chaque consultation. Echographie abdominale tous les 6 mois pdt 3 ans, puis annuelle pdt 2 ans. Radiographie thoracique annuelle pendant 5 ans. Le scanner thoraco-abdominal tous les 6 mois tend à remplacer ces deux examens. Coloscopie à 3 mois puis tous les 5 ans. Echographie endorectale.

14 CONCLUSION: En 2010, on estime le taux de survie globale à 5 ans à 70% avec un taux de guérison définitive de 50%. Le taux de conservation sphinctérienne est en constante augmentation et est voisin actuellement de 75%. Le taux de rechute locale ne dépassent pas 6%. La chirurgie est le ttt Après TR, rectoscopie et bilan soigneux, le patient est traité en fonction du stade de la tumeur. Les cancers T1/T2 sont traités par. Les cancers T3/T4 sont traités par radiochimiothérapie préopératoire. Chez des patients inopérables, il est possible de guérir un pourcentage élevé de tumeurs T1/T2 par radiothérapie externe associée si possible à de la chimiothérapie.

A propos d un cancer du rectum

A propos d un cancer du rectum A propos d un cancer du rectum L Cany B Carles P.E Chémaly J El Kohen L Prié Ph Santoni QuickTime et un décompresseur sont requis pour visionner cette image. Monsieur R, 56 ans Syndrome rectal depuis trois

Plus en détail

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer

Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer Place de la chirurgie dans le traitement du Cancer I) Introduction Traitement actuel du cancer : compétences multiples oncologie médicale radiothérapie réanimation biologie anatomopathologie des tumeurs

Plus en détail

Cancers digestifs Février 2011

Cancers digestifs Février 2011 Cancers digestifs Février 2011 CANCER DU RECTUM Version validée : 03/02/11 Cible(s) Rédacteur(s) Anatomopathologiste, chirurgien général, chirurgien digestif, chirurgien viscéral, gastroentérologue, généticien,,

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du Colon

Thésaurus du Cancer du Colon Thésaurus du Cancer du Colon - 1 - Bilan des Cancers du Colon Antécédents, recherche de forme familiale Examen clinique, TR Coloscopie avec biopsies Echographie abdominale +/- TDM abdominal si doute ou

Plus en détail

ITEM 298 : Tumeurs du côlon et du rectum

ITEM 298 : Tumeurs du côlon et du rectum Questions ITEM 298 : Tumeurs du côlon et du rectum [2005 dossier 7 : syndrome occlusif cancer du côlon- métastases hépatiques - 2007 dossier 2 : anémie ferriprive - cancer du côlon] QCM 1 : Au niveau épidémiologique,

Plus en détail

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège

Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM. Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes du traitement des cancers Consultation oncologique multidisciplinaire G. JERUSALEM Oncologie médicale CHU Sart Tilman - Liège Principes généraux Importance du diagnostic d un cancer au stade

Plus en détail

en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Marc Pocard Lariboisière Paris

en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Marc Pocard Lariboisière Paris Erreurs et perte de chance en chirurgie digestive : cas cliniques en cancérologie Séminaire national du D E S C Marc Pocard Lariboisière Paris Chirurgie cancérologique Erreurs : Essayer une nouvelle idée

Plus en détail

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM NIVEAUX DE RISQUE ET ANATOMIE

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM NIVEAUX DE RISQUE ET ANATOMIE FICHE 61 TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM NIVEAUX DE RISQUE ET ANATOMIE Risque moyen Sujet de plus de 50 ans CCR rare avant 50% (6%). Puis augmente H e m o c c u l t / 2 ans. Coloscopie si possible Risque

Plus en détail

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques.

Le cancer du pancréas exocrine est la plus fréquente et la plus grave des tumeurs pancréatiques. Tumeurs du pancréas (155) Professeur B. CHAUFFERT (Département d Oncologie. Centre Georges François Leclerc. Dijon), Professeur F. MORNEX (Département de Radiothérapie. Centre Hospitalier Lyon Sud), Professeur

Plus en détail

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser

Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Quelle conduite chirurgicale faut-il tenir devant un Polype Adénomateux«Transformé»? Philippe Lasser Adénome «Transformé» Adénome présentant un foyer localisé ou étendu d un adénocarcinome superficiel,

Plus en détail

1ére Journée De L Interne En Médecine 28 Mai 2014 Faculté De Médecine De Sidi-Bel-Abbès CANCERS COLO-RECTAUX. Pr T.GUENDOUZI Chirurgie Générale

1ére Journée De L Interne En Médecine 28 Mai 2014 Faculté De Médecine De Sidi-Bel-Abbès CANCERS COLO-RECTAUX. Pr T.GUENDOUZI Chirurgie Générale 1ére Journée De L Interne En Médecine 28 Mai 2014 Faculté De Médecine De Sidi-Bel-Abbès CANCERS COLO-RECTAUX Pr T.GUENDOUZI Chirurgie Générale Les cancers colorectaux : problème de santé publique par leur

Plus en détail

Cancer colorectal (148) J.F. BOSSET, P. ROUANET Décembre 2005 (mise à jour décembre 2005)

Cancer colorectal (148) J.F. BOSSET, P. ROUANET Décembre 2005 (mise à jour décembre 2005) Cancer colorectal (148) J.F. BOSSET, P. ROUANET Décembre 2005 (mise à jour décembre 2005) 1. Epidémiologie L incidence du cancer colorectal (CCR) varie dans un rapport de 1 à 25 dans le monde. Elle est

Plus en détail

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON

TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON MILLE Sara Ronéo de Module 5 LABERGERIE Laura Cours de Mr LECOMTE Le 21/02/11 Le cours est disponible sur l'ent TRAITEMENT ET DEPISTAGE DES POLYPES DU COLON Épidémiologie du Cancer Colo-rectal (CCR): Le

Plus en détail

Diagnostic, biopsie pour anapath Bilan d extension (stade TNM) Traitement: Curatif: dissection sous muqueuse pour stade T1sm N0 M0

Diagnostic, biopsie pour anapath Bilan d extension (stade TNM) Traitement: Curatif: dissection sous muqueuse pour stade T1sm N0 M0 Cancer rectal Diagnostic, biopsie pour anapath Bilan d extension (stade TNM) Traitement: Curatif: dissection sous muqueuse pour stade T1sm N0 M0 Rectite radique Bilio pancréatique K V.B.P Ampulome diagnostic

Plus en détail

Recommandations de suivi pour les polyposes adénomateuses. Dr POIRSIER, CCA, Service de Génétique CHU de Reims A. Lannoy, conseillère en génétique

Recommandations de suivi pour les polyposes adénomateuses. Dr POIRSIER, CCA, Service de Génétique CHU de Reims A. Lannoy, conseillère en génétique Recommandations de suivi pour les polyposes adénomateuses Dr POIRSIER, CCA, Service de Génétique CHU de Reims A. Lannoy, conseillère en génétique Polyposes adénomateuses familiales 1% des cancers colo-rectaux

Plus en détail

Suivi du cancer colorectal

Suivi du cancer colorectal Suivi du cancer colorectal Dre. Caroline Racicot,MD,FRCSC Chirurgienne générale,chrdl Cancer du colon 4500 cas/année au québec 4 ieme cancer le plus fréquent 2ieme le plus mortel 61% survie à 5 ans Stade

Plus en détail

Le cancer de l œsophage

Le cancer de l œsophage Chapitre 1 Le cancer de l œsophage Classifications Classification ptnm (UICC 2010) Tumeurs ptis : carcinome in situ pt1 : envahissement de la lamina propria et de la sous-muqueuse pt2 : atteinte de la

Plus en détail

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants.

Définitions : tumeur. Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Les tumeurs Définitions : tumeur Une tumeur : prolifération anormale de cellules (bénigne ou maligne). Peut toucher tous les tissus vivants. Définitions : tumeur bénigne Tumeur bénigne : -néoformation

Plus en détail

CANCER DE L OESOPHAGE

CANCER DE L OESOPHAGE - 1/6- Lundi 19/03/07 13h30>15h30 UF : affections digestives Les pathologies en digestif Dr Cabasset CANCER DE L OESOPHAGE I/ EPIDEMIOLOGIE : L incidence dans le monde varie de 1 à 160 pour 100 000. En

Plus en détail

Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No

Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No Prise en charge thérapeutique des Cancers de Prostate stades T1 - T2 - T3 - No Radiothérapie et Cancer Prostatique Radiothérapie conventionnelle (1) Techniques et complications 65-72 Gy (~ 2 Gy/j - 7 semaines)

Plus en détail

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer du pancréas (155) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Rapports anatomiques du pancréas Voie de drainage lymphatique. Sémiologie de la douleur pancréatique. Syndrome cholestatique.

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

Cancer du rectum : traitement préopératoire

Cancer du rectum : traitement préopératoire SAHGEED Cancer du rectum : traitement préopératoire Cours Intensif de Cancérologie Digestive FFCD - SAHGEED 16 &17 Septembre 2016 Palais de la Culture MOUFDI Zakaria Pr. Nicolas Magné, MD, PhD nicolas.magne@icloire.fr

Plus en détail

Section G : Système gastro-intestinal

Section G : Système gastro-intestinal G G01. Troubles de la déglutition : dysphagie haute (la lésion peut être haute ou basse) G02. Troubles de la déglutition : dysphagie basse (la lésion sera basse) G03. Pyrosis/douleur thoracique : hernie

Plus en détail

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive

Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Référentiels Marocains de Chirurgie Cancérologique Digestive Chirurgie de l adénocarcinome du pancréas Pr Kafih - Pr Amraoui - Pr Mohsine 1. Introduction Ce référentiel ne traitera que le cancer du pancréas

Plus en détail

CANCER OROPHARYNX. Prédominance masculine 3 à 5 fois plus (augmentation du nombre de femmes atteintes, baisse de l âge du diagnostic de plus en plus)

CANCER OROPHARYNX. Prédominance masculine 3 à 5 fois plus (augmentation du nombre de femmes atteintes, baisse de l âge du diagnostic de plus en plus) CANCER OROPHARYNX INTRODUCTION -amygdales++++ -les plus fréquents des cancers des voies aéro-digestives supérieures. ( 30%) -50 70ans, âge moyen diagnostic = 55ans Prédominance masculine 3 à 5 fois plus

Plus en détail

Traitement du cancer colique gauche en occlusion. Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin

Traitement du cancer colique gauche en occlusion. Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Traitement du cancer colique gauche en occlusion Mahaut Leconte Service de Chirurgie Digestive Hépatobiliaire et Endocrinienne Hôpital Cochin Incidence 70 % des occlusions coliques sont d origine tumorale

Plus en détail

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie

Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le diagnostic de cancer Chapitre 14 Cancérologie - Hématologie Le moment des examens est une période de doute et d espoir : «on me fait tant d examens car il y a un espoir qu il n y ait rien». Le rôle

Plus en détail

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015

Feuille de route. Proposition de traitement de la demande. Collège d orientation et d information : 11 juin 2015 Feuille de route Proposition de traitement de la demande La feuille de route vise à proposer au Collège une orientation méthodologique pour répondre à une demande d évaluation inscrite au programme de

Plus en détail

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes

Le dépistage organisé du cancer colorectal. Présentation aux médecins généralistes Le dépistage organisé du cancer colorectal Présentation aux médecins généralistes Sommaire Pourquoi cette réunion? Les conditions de la généralisation La dynamique en France Les acteurs du dépistage organisé

Plus en détail

Principes de la chirurgie carcinologique

Principes de la chirurgie carcinologique Principes de la chirurgie carcinologique Chirurgie carcinologique Introduction: Pendant longtemps, la chirurgie a représenté LE SEUL TRAITEMENT des tumeurs solides Aujourd hui, la chirurgie RESTE le traitement

Plus en détail

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009

Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP. par le Dr Jean-Louis DUJARDIN. FMC La Châtre. Mardi 06 octobre 2009 Présentation du programme de dépistage du Cancer Colo-Rectal CREDEP par le Dr Jean-Louis DUJARDIN FMC La Châtre Mardi 06 octobre 2009 Programme de dépistage du Cancer Colo Rectal (CCR) CREDEP La Châtre

Plus en détail

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Constipation chronique (300) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Motricité intestinale Sensibilité digestive Anatomie du périnée Physiologie de la défécation Sémiologie des troubles du transit

Plus en détail

PLACE DE LA CHIRURGIE EN ONCO-UROLOGIE

PLACE DE LA CHIRURGIE EN ONCO-UROLOGIE PLACE DE LA CHIRURGIE EN ONCO-UROLOGIE Pr François Kleinclauss Service d Urologie et Transplantation Rénale CHU de Besançon FACTEURS DE CHOIX DU TRAITEMENT Classification pronostique de d Amico - PSA -

Plus en détail

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse

Traitements néoadjuvants des cancers du rectum. Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Traitements néoadjuvants des cancers du rectum Pr. G. Portier CHU Purpan - Toulouse Journées Francophones d Hépato-gastroentérologie et d Oncologie Digestive 2010 CONFLITS D INTÉRÊT Pas de conflit d intérêt

Plus en détail

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée

III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée Chapitre 22 : Item 234 Diverticulose colique et sigmoïdite I. Définitions - Anatomie II. Épidémiologie physiopathologie III. Prise en charge de la diverticulose non compliquée IV. Complications de la diverticulose

Plus en détail

Jeudi 17 Décembre 2009. Quelles prises en charge chez la personne âgée Du cancer du sein et du côlon

Jeudi 17 Décembre 2009. Quelles prises en charge chez la personne âgée Du cancer du sein et du côlon RESEAU GERIATRIQUE DE L EST PARISIEN RESEAU ONCOLOGIE PARIS EST Associations loi 1901 Bureaux : 2, Rue Plichon 75011 Paris Tél : 01 46 36 08 12 Séance de Formation Pluridisciplinaire Jeudi 17 Décembre

Plus en détail

Cancer de l œsophage (152) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003

Cancer de l œsophage (152) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Cancer de l œsophage (152) Professeur Jacques FOURNET Avril 2003 Pré-Requis : Histologie et anatomie pathologique de l'œsophage Sémiologie des dysphagies Radiologie et imagerie du médiastin Résumé : L'alcool

Plus en détail

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL

Cancer du Rectum JOURNEES DES 28/11/14. Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Cancer du Rectum RADIOCHIMIOTHERAPIE JOURNEES DES 28/11/14 Candice CAROLA Tuteur : Dr MIRABEL Plan Généralités (épidémiologie, diagnostic, bilan d extension) PEC néoadjuvante PEC adjuvante PEC métastatique

Plus en détail

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Adénocarcinome à cellules claires de l ovaire. Prise en charge

Observatoire des Tumeurs Malignes Rares Gynécologiques Adénocarcinome à cellules claires de l ovaire. Prise en charge Suspicion de tumeur maligne rare de l ovaire Bilan Anamnèse Examen clinique Examens biologiques : AFP, HCG, LDH, CA 19.9, CA 125, Oestradiol, Inhibine B, NSE, AMH Scanner TAP +/- cérébral (si maladie métastatique)

Plus en détail

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard

Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein. Pr. Yves Aubard Le rôle du généraliste dans le suivi du cancer du sein Pr. Yves Aubard Les objectifs généraux de la surveillance Dépistage D un rechute locale ou régionale D un cancer du sein controlatéral D une métastase

Plus en détail

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville

Surveillance. Éléments de la surveillance. Principe : alternance. Examen d imagerie. Examen clinique. Le suivi post thérapeutique en ville Le suivi post thérapeutique en ville Surveillance Docteur Elisabeth LUPORSI Centre Alexis Vautrin-CHU 25 mai 2012 Strasbourg CNGOF Quelle indications? Quel rythme? Que surveiller? Quand changer l hormonothérapie?

Plus en détail

Radio-chimiothérapie du cancer du rectum. Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr

Radio-chimiothérapie du cancer du rectum. Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr Radio-chimiothérapie du cancer du rectum Xavier Mirabel x-mirabel@o-lambret.fr 5 nouveautés dans le cancer du rectum La RTCT nouveau standard Extension des indications de conservation du sphincter L IRM

Plus en détail

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de :

Réseau Onco Poitou-Charentes Mise à jour du référentiel régional des tumeurs de l endomètre (Décembre 2013) ******* ******* Sous la conduite de : 1 Les référentiels de bonnes pratiques cliniques des tumeurs de l endomètre. Version 2013 Sous la conduite de : Cédric NADEAU Service de Gynécologie - Obstétrique - CHU de Poitiers & Yannick THIROUARD

Plus en détail

Yves Gandon CANCER DU RECTUM

Yves Gandon CANCER DU RECTUM Yves Gandon CANCER DU RECTUM Enjeux Problème de santé publique: 2 nd K pays développés, 1/3 des CCR 15000 nouveaux cas/ an en France Mauvais pronostic selon : extension locale T, CRM et lymphonoeuds N

Plus en détail

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES

CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES CANCER DU POUMON à PETITES CELLULES Epidémiologie 15% des cancers bronchiques 4000 cas par an en France 30000 décès par an aux USA Presque exclusivement du au tabac 1 Epidemiologie du CPC SEER database

Plus en détail

thérapeutiques en cancérologie des VADS

thérapeutiques en cancérologie des VADS Référentiel et options thérapeutiques en cancérologie des VADS Version 2008 Bilan préthérapeutique Indispensables Panendoscopie des VADS sous Ag Bilan de la lésion Recherche de deuxième localisation Biopsies

Plus en détail

Cancers du larynx. Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx

Cancers du larynx. Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx Cancers du larynx Bilan initial d un patient présentant un cancer du larynx - Examen clinique ORL : laryngoscopie indirecte, fibroscopie avec étude de la mobilité laryngée +++, palpation des aires ganglionnaires

Plus en détail

Cancers du cavum. Le diagnostic est fait par la nasofibroscopie et l'examen du cavum où l'on retrouve un bourgeon au niveau du cavum.

Cancers du cavum. Le diagnostic est fait par la nasofibroscopie et l'examen du cavum où l'on retrouve un bourgeon au niveau du cavum. Cancers du cavum Entité clinique, biologique et histologique différente des autres cancers cervicofaciaux par sa relation avec le virus Epstein bar, sa répartition géographique et sa radiosensibilité.

Plus en détail

Item n 148 : Tumeur du colon et du rectum

Item n 148 : Tumeur du colon et du rectum Item n 148 : Tumeur du colon et du rectum Épidemiologie Formes génétique Polypose adénomateuse familiale (PAF) : Maladie autosomique dominante, lié à une perte dʼhétérozygotie dʼun gène suppresseur de

Plus en détail

CANCER DE LA PROSTATE

CANCER DE LA PROSTATE CANCER DE LA PROSTATE Il peut se présenter sous la forme d une tumeur localisée (circonscrite à la prostate) ou sous une forme évoluée, avec des métastases ganglionnaires et osseuses. La prostate est une

Plus en détail

Les cancers digestifs de la personne âgée. Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010

Les cancers digestifs de la personne âgée. Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010 Les cancers digestifs de la personne âgée Société Bretonne de Gériatrie Malestroit le 19/03/2010 Épidémiologie Le cancer est une maladie de l âge : balducci + de 50% des cancers ap 65 ans Prévisions pour

Plus en détail

CANCER DE L ENDOMÈTRE. Recommandations et référentiels de l INCA Novembre 2010

CANCER DE L ENDOMÈTRE. Recommandations et référentiels de l INCA Novembre 2010 CANCER DE L ENDOMÈTRE Recommandations et référentiels de l INCA Novembre 2010 RAPPELS 5 rang des cancers chez la femme 6560 nouveaux cas par an patientes post-ménopausées (âge moyen : 68 ans) survie relative

Plus en détail

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs

Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue. VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015. Prévention des cancers digestifs Docteur T. RAHME, Gastro-Entérologue, Proctologue 1, avenue de la résistance 93340 LE RAINCY Tél. 01 43 81 75 31 VILLE LE RAINCY, SALON DE LA SANTE du 03 10 2015 Prévention des cancers digestifs Le cancer

Plus en détail

IRM mammaire : quelles indications?

IRM mammaire : quelles indications? JIM.fr 05 mars 2015 IRM mammaire : quelles indications? Centre d imagerie médicale JURAS, Paris Service de radiodiagnosic, Hôpital René Huguenin, Institut CURIE L'IRM améliore la détection des tumeurs

Plus en détail

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire

Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire Métastases vertébrales Stratégie thérapeutique multidisciplinaire GENERALISTE Oncologue Radiologue Radiothérapeute Chirurgien Vincent Pointillart Unité de Pathologie Rachidienne CHU Bordeaux Clairement

Plus en détail

Rectorragies chez l enfant. Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre

Rectorragies chez l enfant. Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre Rectorragies chez l enfant Prévost JANTCHOU MD, PhD Gastropédiatre Journée de formation médicale continue Service de gastro-entérologie 23_10_2015 Objectifs Reconnaître un saignement digestif bas Évoquer

Plus en détail

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif

Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Stéphane Cattan Maladies de l Appareil Digestif Introduction Les localisations digestives sont les plus fréquentes des tumeurs carcinoïdes Il s agit de tumeurs d évolution lente Elles sont souvent asymptomatiques

Plus en détail

LES CANCERS DIGESTIFS

LES CANCERS DIGESTIFS LES CANCERS DIGESTIFS Les cancers digestifs n ont souvent pas de symptômes. Ils peuvent toucher tous les organes : œsophage, estomac, foie, pancréas, rectum, colon Cancer colorectal C est une transformation

Plus en détail

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome

Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Embolisation portale avant résection hépatique pour cholangiocarcinome Etude rétrospective de 15 cas T. Sanzalone (1), M. Adham (2), C. Lombard Bohas(3), F. Pilleul (1) (1) Service de radiologie pavillon

Plus en détail

Les journées du Trocadéro

Les journées du Trocadéro Les journées du Trocadéro 21 Octobre 2014 lparois@club internet.fr Faut il avoir peur de ses patients? Dans quel cas sommes nous indéfendables? Cas n 1 a Mme O, âgée de 67 ans, consulte pour diarrhée chronique

Plus en détail

Recommandations régionales Prise en charge des cancers de l endomètre

Recommandations régionales Prise en charge des cancers de l endomètre Recommandations régionales Prise en charge des cancers de l endomètre - janvier 2012 - Circonstances diagnostiques Le diagnostic de cancer de l endomètre est suspecté devant des métrorragies, après exclusion

Plus en détail

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL

Cancers Digestifs : Philippe Soyer. Service de Radiologie. ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Cancers Digestifs : Quelle Imagerie? Philippe Soyer Service de Radiologie Viscérale et Interventionnelle ti Hôpital Lariboisière GRIVIL Détection ti tumorale Extension locale Extension à distance Surveillance

Plus en détail

Prévention et dépistage du CCR. Eric VAILLANT

Prévention et dépistage du CCR. Eric VAILLANT Prévention et dépistage du CCR Eric VAILLANT Prévention et dépistage du CCR Un K fréquent, mortel, guérissable dépendant du stade de découverte Donc dépistage organisé Résultats mitigés : participation,

Plus en détail

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins

Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Problématiques de recherche en chirurgie du sein. Incidence et mortalités des cancers féminins Problématiques de recherche en chirurgie du sein Problématiques de recherche en chirurgie du sein C MATHELIN 1, MF BRETZ-GRENIER 2, S CROCE 3, D BRASSE 4, A GANGI 2 1. Pôle de gynécologie-obstétrique,

Plus en détail

INFORMATION & PRÉVENTION. Les cancers du côlon et du rectum

INFORMATION & PRÉVENTION. Les cancers du côlon et du rectum INFORMATION & PRÉVENTION Les cancers du côlon et du rectum G R A N D P U B L I C Les cancers du côlon et du rectum Les cancers du côlon et du rectum (gros intestin qui va de l intestin grêle à l anus)

Plus en détail

ZOOM ENDOSCOPIQUE (Non codé)

ZOOM ENDOSCOPIQUE (Non codé) COLORATION ET/OU TATOUAGE DE LA PAROI DU TUBE DIGESTIF, AU COURS D'UNE ENDOSCOPIE DIAGNOSTIQUE (code : HZHE004 sous-chapitre : 18.02.07.03) ZOOM ENDOSCOPIQUE (Non codé) MAI 2006 Service évaluation des

Plus en détail

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie,

Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation. Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Maladie de Castleman à expression mésentérique. À propos d une observation Alexandra FOURNEL, interne, Service d Anatomo-Pathologie, Introduction La maladie de castleman ou hyperplasie angio folliculaire

Plus en détail

Dépistage du Cancer Colorectal. Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne)

Dépistage du Cancer Colorectal. Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne) Dépistage du Cancer Colorectal Dr M Si Hocine-Département de Médecine Interne Hôpital St Camille-Bry Sur Marne) Epidémio des Kc Colorectaux 35000 nouveaux cas par an, mais mortalité stable. 10 à30 % de

Plus en détail

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice

Recommandations : Nutrition en oncogériatrie. Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Recommandations : Nutrition en oncogériatrie Dr Gilbert ZEANANDIN Service de Gastro-entérologie et Nutrition CHU de Nice Sommaire Prérequis Objectifs de base et spécifiques du soin nutritionnel Recommandations

Plus en détail

THESAURUS. Cancer ORL Texte Court. Juin 2015. Thésaurus Cancer ORL Texte Court Page 1 sur 28

THESAURUS. Cancer ORL Texte Court. Juin 2015. Thésaurus Cancer ORL Texte Court Page 1 sur 28 THESAURUS Cancer ORL Texte Crt Juin 2015 Thésaurus Cancer ORL Texte Crt Page 1 sur 28 INDEX DES ARBRES DECISIONNELS Arbre Titre Page Ia Attitudes thérapeutiques (avant radiothérapie) 3 Ib Attitudes thérapeutiques

Plus en détail

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS

Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS Le parcours sein DR VÉRONIQUE LORGIS DR ISABELLE DESMOULINS La première consultation Patiente adressée par le médecin traitant Par le radiologue Venue d elle-même Adressée par un service Par le chirurgien

Plus en détail

HÉMATURIES. Interrogatoire

HÉMATURIES. Interrogatoire HÉMATURIES Nous ne décrirons que les hématuries macroscopiques, c'est-à-dire visibles, seules à pouvoir être retenues dans le cadre d un abord clinique en urologie. L hématurie est révélatrice d une lésion

Plus en détail

KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME

KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME 2 Cancer de la Prostate Localisé KCE Report 194 & 226 2. RECOMMANDATIONS Le rapport scientifique contenant plus d information de base

Plus en détail

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers

Rôle du pathologiste dans le diagnostic des cancers UE : Biopathologie Oncologie Date : 23 mars 2011 Promo : PCEM2 Plage horaire : 16h-18h Enseignant : M.Coindre Ronéistes : de LABARRE Marie (marie.delabarre40@laposte.net) ALLOUCHE Justine (justine_ptitezoe@hotmail.fr)

Plus en détail

Traitement chirurgical du cancer du sein. Dr C. Nadeau, Service de Gynécologie CHU de Poitiers

Traitement chirurgical du cancer du sein. Dr C. Nadeau, Service de Gynécologie CHU de Poitiers Traitement chirurgical du cancer du sein Dr C. Nadeau, Service de Gynécologie CHU de Poitiers Principes de traitement des cancers Quand possible chirurgie d exérèse première Radicale Conservatrice Thérapeutique

Plus en détail

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM

TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM TUMEURS DU COLON ET DU RECTUM Épidémiologie Fréquent ++++ 3 ème K chez H ; 2 ème chez F Survie à 5 ans tous stades confondus = 50% Adénocarcinome liberkhünien FDR de CCR moyen élevé très élevé Pop générale

Plus en détail

Apport diagnostique du coloscanner à l'eau dans l'exploration des pathologies coliques chez le sujet âgé

Apport diagnostique du coloscanner à l'eau dans l'exploration des pathologies coliques chez le sujet âgé Apport diagnostique du coloscanner à l'eau dans l'exploration des pathologies coliques chez le sujet âgé W. Hajlaoui, P. Dean, N. Hablani, I. Mahé-Halley, D. Sacko, R. Habachou, P. Armand, J. Albisetti.

Plus en détail

PRISE EN CHARGE DU CANCER COLO-RECTAL. Dr P. Catala Dr H. Van Damme FMC 12/04/12

PRISE EN CHARGE DU CANCER COLO-RECTAL. Dr P. Catala Dr H. Van Damme FMC 12/04/12 PRISE EN CHARGE DU CANCER COLO-RECTAL Dr P. Catala Dr H. Van Damme FMC 12/04/12 CAS CLINIQUE Mr B., 65 ans, douleurs abdominales depuis quelques mois, rectorragies intermittentes Excellent EG, P=75kg,T=1,80m(IMC=23)

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 septembre 2009

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 23 septembre 2009 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 23 septembre 2009 FIRMAGON 80 mg, poudre et solvant pour solution injectable B/1, (CIP : 3943268) FIRMAGON 120 mg, poudre et solvant pour solution injectable B/2, (CIP

Plus en détail

Thésaurus du Cancer du col utérin

Thésaurus du Cancer du col utérin Thésaurus du Cancer du col utérin - 1 - Bilan pré thérapeutique Diagnostic d un micro infiltrant sur pièce de conisation - Ia1, limites saines : pas d autre investigation - Ia1, limites non saines ou emboles

Plus en détail

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia

PRISE EN CHARGE D UN ICTERE. F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia PRISE EN CHARGE D UN ICTERE A Brams, Viscéralis, Synergia F Banon, Unité d endoscopie digestive, Synergia CAS CLINIQUE Monsieur X, âgé de 69 ans, vous consulte pour un ictère associé à une altération de

Plus en détail

FMC du 13/06/13. Dr Romain MAZARS Pr Michel Prudhomme. Militaire retraité. Antécédents: Parkinson stable avec Tt médical DNID

FMC du 13/06/13. Dr Romain MAZARS Pr Michel Prudhomme. Militaire retraité. Antécédents: Parkinson stable avec Tt médical DNID Militaire retraité Antécédents: Parkinson stable avec Tt médical DNID Mars 2012: Déséquilibre du diabète devenant insulino dépendant Exploration et bilan du déséquilibre glycémique programmées Dr Romain

Plus en détail

Comment je traite un cancer infiltrant du sein?

Comment je traite un cancer infiltrant du sein? Comment je traite un cancer infiltrant du sein? Pr Carole Mathelin Unité de sénologie, hôpital de Hautepierre CHRU Strasbourg Strasbourg le 15 Novembre 2014 Qu est ce qu un cancer infiltrant? Canaux galactophores

Plus en détail

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate?

Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? Pour ou Contre le dépistage du cancer de la prostate? H. QUINTENS Institut A TZANCK Saint Laurent du Var 25 Mars 2014 Classification TNM Score de GLEASON L'antigène prostatique spécifique L'antigène prostatique

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mai 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 31 mai 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 31 mai 2006 Examen du dossier de la spécialité inscrite pour une durée limitée conformément au décret du 27 octobre 1999 (JO du 30 octobre 1999) et à l arrêté du 15 décembre

Plus en détail

REFERENTIEL REGIONAL DE PRISE EN CHARGE DES TUMEURS DE L OVAIRE

REFERENTIEL REGIONAL DE PRISE EN CHARGE DES TUMEURS DE L OVAIRE REFERENTIEL REGIONAL DE PRISE EN CHARGE DES TUMEURS DE L OVAIRE Validé le 23/02/2012 Réseau Onco-Poitou-Charentes 2 rue de la Milétrie - BP 577-86021 POITIERS cedex Tel : 05.49.44.37.70 Fax : 05.49.44.37.73

Plus en détail

Stomies digestives COURDE MARTINE 01/03/2007

Stomies digestives COURDE MARTINE 01/03/2007 Stomies digestives COURDE MARTINE 01/03/2007 sommaire Introduction : Problématique de la stomie Rôle infirmier Différents types de stomies Indications et complications Vie du stomisé conclusion Problématique

Plus en détail

DTS IMRT Examen Blanc 2009. Bernard Dubray CRLCC Henri Becquerel

DTS IMRT Examen Blanc 2009. Bernard Dubray CRLCC Henri Becquerel DTS IMRT Examen Blanc 2009 Bernard Dubray CRLCC Henri Becquerel Correction interactive Mme. X, 66 ans, consulte pour une tumeur du sein gauche. Sur quel élément repose le diagnostic de cancer? L examen

Plus en détail

Dr Michel Péneau, Urologue Service Urologie CHR La Source - Orléans

Dr Michel Péneau, Urologue Service Urologie CHR La Source - Orléans MISE AU POINT Dr Michel Péneau, Urologue Service Urologie CHR La Source - Orléans La définition du stade T3 est ambiguë. Quelle est la signification, le pronostic, d une tumeur qui s étend au-delà de l

Plus en détail

Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables

Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables 10 ème Symposium ADMY Cancer colorectal métastatique stratégie onco-chirurgicale en cas de métastases hépatiques synchrones résécables Stéphane Benoist CHU Bicêtre Introduction Cancer colorectal avec métastases

Plus en détail

Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER

Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER Traitement chirurgical des tumeurs cutanées Pr. Philippe PELISSIER Service de Chirurgie Plastique Centre F.X. Michelet CHU de Bordeaux www.e-plastic.fr Tumeurs cutanées Mélanome Carcinome basocellulaire

Plus en détail

SUIVI DES FEMMES AYANT EU UN CANCER DU SEIN Dr Jocelyne Chiquette 26 septembre 2008 1 SUIVI DES CANCERS POURQUOI????? 2 3 Suivi Cancers: infiltrants - 80% DCIS (CCIS) - 20% 4 CCIS et cancer infiltrant

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010

DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE. R. MAZA SACOT Décembre 2010 DIAGNOSTIC ET TRAITEMENT DES SARCOMES DES TISSUS MOUS CHEZ L ADULTE R. MAZA SACOT Décembre 2010 INTRODUCTION Tumeurs malignes développées aux dépens du tissu conjonctif extra squelettique (adipeux musculaire

Plus en détail

Conseil de pratique. Fissure anale

Conseil de pratique. Fissure anale Rédacteur : Thierry Higuero Date de production : février 2013 Conseil de pratique Fissure anale Relecteurs : conseil d Administration de la SNFCP, mars 2013 Références : - Nelson R. Non surgical therapy

Plus en détail

Prévention des cancers. Pr GANRY

Prévention des cancers. Pr GANRY Prévention des cancers Pr GANRY Pourquoi mettre en place une politique de prévention? Cancers de mauvais pronostic: ORL, œsophage, estomac. effet connu de l arrêt du tabagisme, de l alcoolisme Efficacité

Plus en détail

ONCO-GÉRIATRIE et CHIRURGIE DIGESTIVE

ONCO-GÉRIATRIE et CHIRURGIE DIGESTIVE GÉNÉRALITÉS (Re)placer la chirurgie digestive dans la réflexion onco-gériatrique Avant au siècle dernier: La chirugie digestive existait avant l onco-gériatrie Le chirurgien opérait des sujets âgés depuis

Plus en détail

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV

Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV Prise en charge chirurgicale et chimiothérapie néoadjuvante des cancers de l ovaire stade III-IV JM. Classe, R. Rouzier, O.Glehen, P.Meeus, L.Gladieff, JM. Bereder, F Lécuru Population concernée par la

Plus en détail

Le parcours de soin du patient cancéreux : du dépistage à la guérison. Pr Suzy Duflo, Présidente de CME, CHU de Pointe à Pitre Abymes

Le parcours de soin du patient cancéreux : du dépistage à la guérison. Pr Suzy Duflo, Présidente de CME, CHU de Pointe à Pitre Abymes Le parcours de soin du patient cancéreux : du dépistage à la guérison Pr Suzy Duflo, Présidente de CME, CHU de Pointe à Pitre Abymes Données épidémiologiques 2008 2009 2010 2011 Total 1707 1623 1809 1755

Plus en détail