RAPPORT D ACTIVITÉ DE LA RÉGION MARTINIQUE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT D ACTIVITÉ DE LA RÉGION MARTINIQUE"

Transcription

1 RAPPORT D ACTIVITÉ DE LA RÉGION MARTINIQUE «Tenir gagné chaque pas»

2 avoir confiance en nous 3 et avancer Ce rapport d activité 2012 est éloquent. Il montre la cohérence des politiques entamées en 2011 ; confortées et concrétisées en 2012, toujours avec la même détermination de servir l intérêt premier du développement de notre territoire. Parallèlement à la poursuite de la relance économique qui a nécessité depuis 2010 des interventions d urgence dans les domaines du tourisme ou des filières traditionnelles, la Région a finalisé son action correctrice. La série de réformes des politiques publiques menées en 2011 a permis d enclencher en 2012 la mise en opérationnalité de chantiers majeurs. Sur le plan de notre institution, pour relayer cette volonté d aller plus loin, après la réorganisation et le déploiement des services, 2012 a permis l optimisation voire la restructuration du fonctionnement de la collectivité. Montée en puissance des directions et en compétence des agents (depuis 2010 plus de 50% des agents ont été promus), travail en synergie des directions... Nous avons besoin d une administration performante au service et à l écoute des citoyens, de sa jeunesse, des entreprises, de l environnement, du monde. Nous sommes sur la bonne voie. Ayons confiance, ne ménageons pas nos efforts et avançons résolument vers le chemin de la performance! Une opérationnalité planifiée et structurée, réfléchie en amont pour apporter des réponses et des résultats concrets. Haut débit pour tous (pour plus de 98% des foyers martiniquais), lancement des travaux de révision du SAR, création d espaces de concertation pour un transport unifié et coordonné en Martinique, outils visant l autonomie énergétique (lancement de l Agence Martiniquaise de l Energie en mai 2012), formation professionnelle soutenue (augmentation du budget alloué de 22%), accompagnement des jeunes (multiplication par trois du nombre d étudiants soutenus par la Région), soutien au demandeurs d emplois (augmentation de 15% du nombre de dossiers traités), sécurisation des routes la liste des actions menées par les équipes de la Région et leurs partenaires est longue et largement relayée dans les pages à venir. Toujours avec cette philosophie, cette idée fondatrice : la confiance en nous, en l avenir ; la valorisation de notre culture, de notre patrimoine, socle de notre identité et de notre potentiel, vecteur de rayonnement à l extérieur Région à la confluence de l Europe et de la Caraïbe, la Martinique possède un potentiel géostratégique encore sous-exploité. Nous avons décidé de saisir cette opportunité pour prendre en main la destinée de notre territoire et élargir le champ des possibles. Nous insérer dans notre environnement direct, la Caraïbe, en créant des partenariats bilatéraux de coopération économique, en intégrant les organisations régionales (l OECO dès janvier puis la CEPALC en août), c est l une des réponses que nous voulons apporter à la Martinique pour s extraire d une conjoncture morose. L Europe reste aussi une opportunité à optimiser. Le Statut de RUP permet des adaptations des réglementations européennes. Nous avons ouvert un bureau à Bruxelles avec une chargée de mission en permanence. Serge LETCHIMY Président de la Région Martinique sommaire p L essentiel de l action régionale p. 7 Créer les conditions d un développement régional p. 19 Poursuivre la stratégie de relance économique p. 27 Aménager pour voir plus grand p. 31 Agir pour la cohésion sociale p. 35 Faire émerger une «diplomatie territoriale» p. 39 Mettre le citoyen au coeur d un service public renouvelé p. 47 En marche vers la Collectivité Unique p. 49 Cap sur 2013 : projection à un an p. 52 Edito de Lise Moutamalle, Directrice Générale des Services , les perspectives

3 l essentiel de L ACTION RÉGIONALE EN tourisme Mise en place du système de conditionnalité des aides aux hôtels. En contrepartie des aides octroyées, les hôteliers s engagent à construire un contrat de développement avec les fournisseurs locaux. Accélération du temps de traitement des dossiers de financement aux hôtels Sauvegarde du Kalenda Déploiement de la réforme des Offices du tourisme en partenariat avec le CMT. Appels à projet tourisme : 66 projets retenus (financement prévu 8.7 millions d euros). Lancement des 7 EAT (Espace d Aménagement Touristique) Avance des projets Grand Saint-Pierre et Embellie Trois-Ilets SOUTIEN À L INNOVATION Restitution du diagnostic de l écosystème de l innovation en Martinique Adoption de la stratégie régionale de l innovation (SRI) et engagement de l ensemble des partenaires à sa mise en œuvre Décision de la création de l Agence de l innovation (gouvernance opérationnelle) Lancement officiel de Liane, le réseau régional Haut Débit : 98.3% des foyers martiniquais sont couverts Lancement des travaux de couverture des zones d ombre Préparation du passage au Très Haut Débit, horizon (schéma directeur de cohérence régionale pour l aménagement numérique) Construction du plan d actions pour bâtir un système scolaire numérique Lancement de la réforme des SEM (Sociétés d Economie Mixte) Mise en œuvre d une convention d objectifs avec la CCIM qui valorise l entreprise et l aménagement du territoire Lancement des appels à projet Transform 2012 et Projets Jeunes Baisse du prix des carburants Démarrage des premières Zones d Activité Economiques (17 ZAE prévues) Etude du rapport LENGRAND relatif à l octroi de mer SERVICES ET INDUSTRIE STRATÉGIE NUMÉRIQUE PÊCHE Création d un schéma dédié à l aquaculture marine (le SRDAM) Lancement de l appel d offre pour la réalisation d un plan pêche Signature d une Convention d objectifs avec le Comité Régional des pêches Finalisation de la pose des DCP lourds (Dispositifs Concentrateurs de Poissons) Soutien aux pêcheurs ( ) dans le cadre de l interdiction de pêche de la langouste, suite à la pollution par la chlordécone. Energie et Environnement Adoption de la Stratégie énergétique de la Martinique avec le SRCAE Obtention de l habilitation énergie et rédaction des adaptations réglementaires locales Création de l AME (Agence Martiniquaise de l Energie) Lancement du système de récupération des eaux de pluie : formation aux professionnels et dispositif incitatif pour les particuliers Lancement d une aide à la construction de logements durables Relance du Plan régional de gestion des déchets dangereux Signature d une convention tripartite PNRM, ONF et Région Mise en place du Schéma Régional de Cohérence écologique Adoption du Contrat de Plan Régional de Développement de la Formation Professionnelle (CPRDFP) Augmentation du budget alloué aux organismes de formation professionnelle (+ 83% en AE et + 22% en CP) Validation de 3 Contrats d Etude Prospective (agriculture, BTP, artisanat) Ouverture du 1 er Internat d excellence à la rentrée de septembre 2012 Augmentation de près de 73% du nombre d étudiants soutenus par la Région (2 286 bénéficiaires en 2012 contre 1323 en 2011, un budget alloué de euros en 2012 contre euros en 2011) Augmentation de +15% du nombre de dossiers d aide aux demandeurs d emplois traités AGRICULTURE Mise en œuvre de la première étape pour le Plan d Actions Prioritaires de Progrès Déploiement de la stratégie de filière (vergers tropicaux, filière ananas) Jeunesse, formation et solidarité Inauguration du Campus Caraibéen des Arts Préparation du lancement de l Agence régionale de développement culturel culture et sports Finalisation des travaux pour l ouverture de l IRFMSJ (Institut régional de Formation aux Métiers du Sport et de la Jeunesse) Valorisation du patrimoine identitaire et culturel : contribution à l organisation de festivals et d événements. Festival Biguine-Jazz, le carrefour Barrel Coppet, le Danmye Sanmdi Gloria, le 20 e anniversaire de la mort de ti Emile,

4 6 Aménagement du territoire et transports Réforme de l ACRC (aide du Conseil régional aux communes) validée. Fonds consommés à 99%. Poursuite du chantier pour le TCSP (32 millions d euros consommés sur 40 millions mandatés) Démarrage des travaux de révision du SAR (Schéma d Aménagement Régional) : collecte des données, concertation des acteurs. Accompagnement des PLU (Plan local d urbanisme) Relance du Plan régional au foncier urbain. Objectif : moderniser la gouvernance pour relancer le logement social Poursuite de la réforme des transports : démarrage de l étude sur état des lieux, création de l Observatoire des transports Relance de la conférence des AOT (Autorités Organisatrices des Transports) Création du service Risques Majeurs CRÉER LES CONDITIONS d un DÉVELOPPEMENT RÉGIONAL Représentation de la Région Martinique à Bruxelles : ouverture du bureau des RUP françaises à Bruxelles et installation d une chargée de mission Préparation du prochain PO Programmation du PO (FEDER : taux de programmation de 94%/taux de réalisation de 47%/ FSE taux de programmation de 64%/taux de réalisation de 30%) Mission RUP confiée au député Serge Letchimy Journée Léwop Lakay Nou Intégration de chargés de mission de la Région dans les réseaux diplomatiques français de la Caraïbe et de l Amérique Latine (Haïti, Sainte-Lucie, Trinidad, Para) Adhésion aux organisations d intégration régionale : OECO (Organisation des Etats de la Caraïbe Orientale), CEPALC (Commission économique pour l Amérique latine et les Caraïbes) Démarrage de la coopération économique bilatérale (Para, Dominique, Antigua et Barbuda) COOPERATION régionale et Intégration européenne Lancement des chantiers de mutualisation pour la mise en place de la Collectivité Territoriale Unique Enquête d expression de besoins auprès de l ensemble des bénéficiaires du service public (Région et Département) Lancement des ateliers prospectifs preparation A la COLLECTIVITE UNIQUE Concours, formation & campagne d avancement des agents (en 2012 plus de 60 agents ont passé les concours pour accéder à la catégorie B, entre 2010 et 2012 plus de 50% des agents titulaires ont été promus) Lancement du cycle de formation au Contrôle de gestion Préparation du plan de titularisation (prise d effet en Objectif 84 agents) Mise en place progressive du dispositif d accompagnement tutoral des «seniors» (démarrage du projet avec une trentaine de seniors sur un total de 60 visés) Constitution d un réseau d assistance et de prévention pour la santé et la sécurité au travail (8 agents) Création d espaces de concertation qui intègrent l ensemble des courants syndicaux, positionnés en amont des instances paritaires (objectif dialogue social & démocratie participative) Reconnaissance du militantisme syndical (validation des acquis) FORMATION et DIALOGUE SOCIAL INTERNE Une Martinique nouvelle, une Martinique solide, telle que nous l avons voulue, telle que nous la faisons Dématérialisation des Commissions Permanentes (objectif zéro papier) Déploiement de la téléphonie IP sur l ensemble des sites régionaux (rationalisation des coûts) Révision des processus de fonctionnement internes pour atteindre l objectif de traitement des dossiers en 2x2mois (2 mois entre l arrivée du dossier et le traitement en assemblée délibérante, 2 mois entre la décision et le mandatement) Préparation de la mise en place d un outil de GRC («Gestion Relation Citoyen») Lancement d une mission dédiée au Contrôle de Gestion & au Pilotage de la Performance Mise en place d une politique de commande publique (stabilisation du process achat, définition du plan stratégique d achat) PERFORMANCE ADMINISTRATIVE

5 8 9 Les grandes lignes du diagnostic de l écosystème de l innovation l innovation au centre de la stratégie de développement Forces et opportunités Faiblesses et menaces Europe 2020, croissance durable, inclusive et intelligente Le Conseil Régional, l Etat, le Conseil Général et la Technopole CACEM ont souhaité que la Martinique se dote d une politique concertée pour l innovation. Des travaux ont pu ainsi être conduits de mars 2011 à septembre Les résultats : un diagnostic de l écosystème de l innovation en Martinique, l accord sur une stratégie régionale de l innovation (SRI) et la conception d un outil de gouvernance opérationnelle, l Agence régionale de l innovation. Dès 2011, un Comité régional stratégique avait été constitué et piloté par la Région. Il est composé de l ensemble des partenaires de l innovation : Conseil Régional, Conseil Général, Etat, Technopole, CCIM, Chambre d Agriculture, Chambre des Métiers et de l Artisanat, Comité Régional des Pêches, AMPI, MEDEF, CGPME, ADEME, CCNM, CAESM, AFD/Oséo, UAG. Cette initiative intervient dans le cadre de la stratégie de croissance Europe La Commission Européenne propose en effet des pistes de réponse à la crise économique et sociale qui touche les pays de l Union Européenne. Elle les a formalisées dans une ligne directrice qui préconise une croissance Intelligente, Durable et Inclusive, sous-tendue par l innovation. La Recherche Des pôles de recherche compétitifs et reconnus Efficience dans la recherche en santé reconnue à l échelle nationale et internationale Un pôle important dans le domaine des sciences humaines et sociales Un pôle structuré, le PRAM Des initiatives en matière de synergie des acteurs La structuration récente de grappes d entreprises innovantes, porteurs potentiels de pôles d excellence Maintien des centres de décision pour la recherche en France hexagonale Pilotage des pôles de compétitivité pouvant intéresser la Martinique (risques naturels) à l extérieur du territoire Manque de stratégie identifiée et coordonnée pour les acteurs de la recherche et de l innovation Manque de capital humain scientifique Difficulté d accès aux connaissances technologiques Faible effectif des équipes de recherche (abs. De masse critique et visible) Difficulté à développer une filière de formation scientifique et technologique Manque de synergie entre les acteurs de la Recherche, de la formation et de l entreprise Manque de visibilité de l offre de connaissances scientifiques auprès des entreprises La stratégie régionale de l innovation est adoptée Le 24 septembre 2012, la SRI a été officiellement adoptée. Les partenaires se sont accordés sur l état des lieux et les grandes orientations de la SRI. Ils ont validé le plan d actions et se sont engagés à sa mise en œuvre. Au regard des principaux points qui émergent du diagnostic de l écosystème, cinq enjeux majeurs ont été identifiés : Développer la culture de l innovation, Favoriser les démarches d innovation comme facteur de compétitivité, Développer l innovation sociale pour faire face aux défis induits par les mutations sociales, Poursuivre la construction de l écosystème de l innovation, Mettre en œuvre une gouvernance opérationnelle. Première édition de la Journée de l innovation février 2012 Le monde de l entreprise De nouvelles compétences sont prêtes à relever le défi de l entrepreneuriat innovant L esprit d entrepreneuriat est incontestable et croissant en Martinique Il existe une volonté politique de soutenir l innovation, le partenariat et l internationalisation Absence de structure de pilotage des acteurs de la recherche Processus d innovation peu lisibles et insuffisamment structurés La culture de l innovation doit continuer à pénétrer les modes de management de l entreprise martiniquaise L innovation de rupture est rare mais possible L absence d un système de financement de l innovation est une entrave au développement Une difficulté certaine des acteurs, singulièrement les non-initiés, à mobiliser les fonds européens Méconnaissance de certains outils financiers (crédit d impôt recherche) Un crédit aux entreprises coûteux, notamment le crédit à court-terme

6 10 11 Enjeux Orientations Projets illustratifs Développer la culture de l innovation Favoriser les démarches d innovation comme facteur de compétitivité Développer l innovation sociale pour faire face aux défis induits par les mutations sociales Poursuivre la construction de l écosystème de l innovation Mettre en œuvre une gouvernance opérationnelle La SRI - 5 enjeux, 18 orientations, 22 projets illustratifs Transmettre la culture de l innovation au grand public Mettre en capacité les porteurs de projets innovants Susciter l entreprenariat innovant Exploiter le potentiel de la génération Y Développer la compétitivité des hommes Développer la compétitivité des structures Développer la compétitivité du territoire Caractériser l innovation sociale en Martinique (acteurs, formes) Initier des actions d innovation sociale au sein de structures pilotes Permettre l éco-production citoyenne et institutionnelle de services Mettre en œuvre une politique de financement de l innovation Renforcer le lien Recherche-entreprisesformation Faciliter l accès aux ressources de l innovation Fertiliser les domaines à fort potentiel de l innovation Créer et mettre en œuvre un outil régional dédié à l innovation Animer le réseau martiniquais de l innovation Signature de convention avec les structures d accompagnement Evaluer et ajuster la politique de l innovation Construction d un local dédié au CCSTI (Centre de Culture Scientifique Technique et Industrielle) Développement de la culture d anthuriums sous serres Création d un campus agroenvironnemental de la Caraïbe Parc d activité TIC et services innovants Plateforme NTIC Création du centre génomique appliqué Amélioration de la culture fourragère pour l alimentation ovine Aide à l amélioration génétique des abeilles en Martinique Agro-météorologie R&D pour la fabrication de mâts de yoles rondes Valorisation des plantes aromatiques et médicinales Capitaliser et transférer les savoir-faire (tutorat) Plate-forme régionale d ouverture de données publiques (open-data) Mise en place d un incubateur d innovation sociale Création d une grappe d entreprise TIC Associations de culture et d arboriculture, élevage Création d un centre régional d applications aquacoles de la Martinique Création du Campus scientifique de la Martinique Pépinière d entreprises agro-valorisation Plateforme régionale d échanges «management de l innovation» Partenariat structure de gouvernance/ Technopole Martinique pour l accompagnement des entreprises en création et en développement Infrastructures et services numériques : des facteurs clés de compétitivité Les conditions de l ouverture au monde Le développement du numérique est l un des axes de travail prioritaires de la Région Martinique. Disposer sur tout le territoire d une connexion à l internet Haut Débit voire Très Haut Débit est vecteur de progrès et d ouverture au monde. Le Haut Débit permet d accroitre l accès à l information et au savoir, facilite les échanges et les liens commerciaux. Pour les entreprises, présentes à l export via le e-commerce par exemple, le Haut Débit est un standard pour s attaquer aux marchés visés, qu ils soient régionaux, nationaux, européens ou internationaux. 98.3% des foyers martiniquais ont accès au Haut Débit Avec la livraison des derniers points de raccord en 2012, le lancement de Liane, le réseau haut débit pour tous de Martinique, est effectif. Plus de 98% des foyers martiniquais ont accès au Haut Débit, contre 67% seulement en Liane, est le nom que porte désormais le réseau Haut Débit mis en œuvre par la Région, via le délégataire de service public Martinique Numérique. Les particuliers peuvent dorénavant profiter d une connexion Haut Débit permanente, illimitée et à un tarif abordable sur pratiquement tout le territoire. Pour les zones non encore couvertes, appelées «zones d ombre», des travaux sont en cours. La Région vise 100% de couverture. Les chiffres clés du réseau Liane L accès en fibre optique pour 14 sites d intérêt régional (port, aéroport, hôpitaux, etc.) et 32 zones d activités économiques L accès ADSL pour 98.3% des foyers martiniquais Des services numériques via 5 opérateurs télécoms clients

7 12 13 Le Très Haut débit pour tous à horizon En octobre 2012, le Schéma directeur de cohérence régionale pour l aménagement numérique a été voté. Le budget pour le passage généralisé à la fibre optique est donc acté. La Région et la Préfecture travaillent d ores et déjà activement à la mise en place d un réseau de fibres optiques qui permettra une circulation des données beaucoup plus rapide. Certaines entreprises et administrations bénéficient déjà de ce service. Priorité à la formation et à la jeunesse Investir dans la formation professionnelle Comment faire de la formation tout au long de la vie un outil au service du développement de la Martinique? En 2012, les équipes de la collectivité régionale se sont employées à poursuivre le travail de prospective et de cartographie de l offre de formation professionnelle initiale et continue. Six contrats études prospectives (CEP) ont ainsi été lancés dans les domaines de l agriculture, du BTP, des métiers de la mer, de l artisanat, du tourisme ainsi que de l environnement et du développement durable. Au final 3 CEP ont été validés pour l agriculture, le BTP et l artisanat. En décembre 2012, le Contrat de Plan Régional de Développement de la Formation professionnelle (CPRDFP) a été adopté en séance plénière. L ingénierie de formation est également un chantier majeur. Les centres permanents (AFPAM, EFPMA, CFA) ont spécialement été accompagnés pour permettre une augmentation des exigences et une amélioration du contenu de l offre de formation. Le contenu pédagogique des programmes en direction des jeunes a été rénové. Des modules d éducation civique, de prévention des risques majeurs et la délivrance d une attestation aux premiers secours ont, par exemple, pu être intégrés aux programmes. Accompagner les jeunes et les étudiants Développer le numérique à l école Carte du Haut Débit L installation des infrastructures fiables et nécessaires permet à la Région Martinique de s atteler à la promotion des usages innovants du numérique. C est pour encadrer cette démarche que le Schéma de Développement des Usages et Services numériques (SDUS) a été conçu. Bâtir le système scolaire numérique est l une des actions phares du SDUS. Il passe par la création d un espace numérique de travail (ENT). En 2012, le nombre d étudiants soutenus par la Région Martinique a augmenté de près de 73% : passant de à étudiants accompagnés. Le premier Internat d Excellence a ouvert ses portes aux étudiants au mois de septembre Sa vocation : offrir aux élèves brillants et de condition modeste le cadre idéal pour qu ils disposent des meilleures chances de réussir et d aller au bout de leurs projets. Un deuxième internat d excellence est en préparation. Il accueillera cette fois-ci, un collège, un lycée ainsi qu un internat. Evénement largement soutenu par la collectivité régionale, le Salon du lycéen de cette année avait pour thème «s ouvrir au monde pour réussir» et pour slogan «ba ko w balan : ton avenir est en jeu». Plus de 500 métiers et formations, plus de 150 exposants se sont réunis du 26 au 28 janvier 2012 au Stade Pierre Aliker pour accueillir plus de élèves des lycées de la Martinique.

8 14 15 La Région est également présente aux côtés de tous les élèves martiniquais via l ensemble des actions récurrentes qu elle mène et soutient : l organisation du Concours lycéen de la réalisation technologique et professionnelle, la prise en charge de frais de scolarité, le financement de voyages linguistiques et pédagogiques, le soutien aux stages en entreprises, aux stages professionnels à l étranger, le financement d actions éducatives. Salon du Lycéen Soutien aux établissements scolaires Année scolaire 2011/2012 Voyages pédagogiques et de découverte : S tages professionnels à l étranger : Actions éducatives : Participation aux frais de scolarité (acquisition manuels, matériels,...) : Accompagnement à la scolarité (soutien scolaire des lycéens, etc.) : (année 2011/2012) et ,78 (année 2012/2013) Accroissement du soutien aux organismes de formation professionnelle Budget annuel EVOLUTION ,72 e , 39 e (en Autorisation d engagement (AE) , 28 e en Crédit de paiement (CP) + 83% en AE + 22% en CP Taux de mandatement 77,15 % 99 % + 22 points Transports, mobilité et planification Poursuite de la réforme des transports L année 2012 a permis de construire des lieux d échange, de réflexion et de concertation sur des politiques publiques, notamment dans le domaine du transport. Les équipes de la Région ont effectué un travail de fond pour relancer de façon structurée et durable un ensemble de chantiers et d outils de gouvernance : Le lancement de l état des lieux des transports en Martinique La relance du travail du Comité régional de transport avec l Etat La relance de la Conférence des AOT (Autorités Organisatrices des Transports), lieu de réflexion et de concertation sur la politique des transports En 2013, une enquête sur les déplacements des ménages sera conduite afin d analyser en détail les besoins du territoire et des martiniquais. Début des travaux de révision du Schéma d Aménagement Régional La révision du Schéma d aménagement régional (SAR), qui datait de 1998, a concrètement démarré. Les travaux de collecte des données, de concertation avec les collectivités et les parties prenantes sont en cours. En ligne de mire, l établissement d un nouveau SAR d ici au premier trimestre Document prospectif opposable au PLU, c est l outil de planification le plus important pour le développement spatial de la Martinique sur les 20 ans à venir. Relance d une politique d urbanisme concertée La collectivité régionale a activement accompagné la construction des Plans Locaux d Urbanisme (PLU) dans le cadre des schémas de cohérence communaux. En parallèle, le Fond régional au foncier urbain a été relancé avec une gouvernance modernisée pour favoriser le développement du logement social en Martinique. Création de la commission Ad hoc Risque Majeurs Une commission ad hoc en charge des risques majeurs a vu le jour en Sa première mission est de constituer au sein de l institution régionale, à la fois pour l interne et pour l externe, un lieu identifié de réflexion et de partage de l information sur cette problématique déterminante dans notre région exposée aux aléas naturels.

9 16 17 LE développement Des énergies renouvelables En route pour l autonomie énergétique Doter la Martinique d une véritable politique énergétique est un enjeu stratégique pour lequel la collectivité régionale s est engagée fortement. Dans le cadre de l obtention de l habilitation «Energie», les équipes ont rédigé les réglementations locales au cours de l année Le Programme Régional de Maîtrise de l Energie (PRME) a été créé pour accompagner les projets tant financièrement que techniquement. Sa mise en œuvre est assurée par le Conseil Régional, le Fonds Européen de Développement Régional (FEDER), le Syndicat Mixte d Electricité de la Martinique (SMEM), l Agence de l Environnement et de la Maîtrise Energie (ADEME). Prévue dès 2011, l Agence Martiniquaise de l Energie (AME) a officiellement vu le jour en mai 2012 sous l impulsion des acteurs, tant privés que publics, de l énergie et de l environnement. Sa vocation est de mettre en synergie les stratégies et les actions pour maîtriser la demande énergétique et développer les énergies vertes en Martinique. Sa raison d être : créer les conditions favorables pour la transition énergétique en Martinique. L Observatoire des transports a également été créé. Une aide dédiée au développement de la construction durable a été lancée. Objectifs du Grenelle de l environnement D ici à 2020 : atteindre les 50% d énergie renouvelable dans la consommation énergétique, réduire les GES (Gaz à effet de serre) de plus de 20%, et améliorer de 20% l efficacité énergétique. Ci-dessous les principaux projets de l année 2012 : Programme de recherche pour la valorisation de l Energie Thermique des Mers. La Région a signé deux conventions avec la Direction des Chantiers Navals et Sous-mariniers pour la réalisation d une étude de pré-dimensionnement et localisation d une centrale pilote. L étude a été finalisée en totalité. Géothermie. Le Conseil Régional et l ADEME ont confié au Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) une mission d assistance pour dresser les grandes lignes d un programme de développement de la géothermie en Martinique. Les travaux sont en voie d achèvement. Une convention a également été signée avec le BRGM pour la réalisation d explorations géothermiques complémentaires (actualisation des données, explorations en géophysique à la Montagne-Pelée et en électromagnétisme aux Anses d Arlets. Ces travaux sont en cours. Une consultation pour une étude sur la détermination du potentiel biomasse, et plus particulièrement de la biomasse «bois», «déchets», «agricole et halieutique» a été lancée. Photovoltaïque. La vulnérabilité du territoire martiniquais face aux aléas climatiques et sismiques, rend nécessaire le développement de l autonomie énergétique. Le PRME encourage donc pour le développement du toit solaire pour tous au travers de programmes innovants. Au total 700 maisons sont concernées. Trois principaux enjeux énergétiques pour la Martinique réduire la dépendance énergétique créer valeur ajoutée et expertise en local diminuer les émissions polluantes Récupération et valorisation des eaux de pluies Depuis le 31 mai 2012 le dispositif régional dédié à la valorisation de la récupération des eaux de pluie est effectif. Le SREP (système de récupération des eaux de pluies) a été lancé. La Région soutient à hauteur de 30% (plafonnés) ou de 80% (sous conditions de ressources) la mise en place de systèmes de récupération des eaux de pluie chez les particuliers Ce sont les plombiers «labellisés», qui ont bénéficié d une formation spécifique qui servent de lien entre la Région et le bénéficiaire final, le particulier. Les premiers résultats du SREP 21 plombiers labéllisés. une centaine de réalisations depuis juin 2012 Un plan régional pour la gestion des déchets dangereux Le lancement de l élaboration du plan régional de prévention des déchets dangereux (PRPGDD) a été approuvé en séance plénière le 18 décembre Dans le but de minimiser les risques environnementaux et sanitaires liés aux déchets dangereux, le Code de l Environnement prévoit que chaque région soit couverte par un plan régional ou interrégional de prévention et de gestion des déchets dangereux. Ces plans ont pour objet de coordonner l ensemble des actions qui sont entreprises tant par les pouvoirs publics que par les organismes privés et par les associations. L objectif : assurer une réelle prévention et une meilleure gestion de ces déchets dangereux.

10 18 Préservation de l environnement et de la biodiversité Une convention tripartite pour la préservation de la biodiversité a été signée entre le PNRM, l ONF et la Région. En parallèle, en partenariat avec l Etat, le Schéma Régional de Cohérence Ecologique (SRCE) ainsi que la Stratégie Régionalede la Biodiversité ont été adoptés en Vers une exemplarité régionale La collectivité régionale prépare l installation de panneaux photovoltaïques, la mise en place de systèmes de récupération des eaux de pluie et la réorganisation du tri sur les sites régionaux. L objectif : se conformer à la volonté d exemplarité que la Région souhaite impulser. Poursuivre la stratégie de relance économique Se rapprocher des entrepreneurs pour soutenir au mieux l initiative privée

11 20 21 Au plus près des entrepreneurs Soutenir l initiative privée 2012 marque la poursuite de la collaboration de la Région avec l ensemble des partenaires économiques martiniquais afin d harmoniser et de mutualiser les énergies. 2012, c est aussi un effort financier considérable réalisé en matière de soutien à l investissement privé injecté dans l économie martiniquaise, en particulier avec l utilisation massive de la ligne Feder «industrie et service». Au total (Directions Tourisme, Agriculture et Pêche, Industrie confondues) ce sont 876 dossiers qui ont été examinés pour près de 40 millions d euros de subventions votés. Energie, valorisation de l environnement, l entrepreneuriat social et solidaire, technologies de l information et du numérique, activités artistiques et culturelles, tourisme. L appel à projet «Jeunes Entrepreneurs : concrétisons les idées de nos jeunes entrepreneurs» s adresse aux jeunes âgés de 16 à 25 ans. La Région s est engagée à faire aboutir les 40 initiatives qui seront retenues. A la clé : un budget de e par projet et un accompagnement spécifique. Six catégories de porteurs de projet En juillet 2012, la Région a lancé l appel à projets «Transform 2012 : transformons nos produits locaux». Cette initiative vise à favoriser la création ou le développement d activités de transformation qu elle soit alimentaire ou non, de produits issus de la terre et de la mer. La collectivité fournira aux projets retenus une aide financière, un coaching d une durée de 6 à 18 mois et un accompagnement vers une labellisation «Péchè Matinik» et «Tradisyon Kréyol». L appel à projet vient renforcer la création de 30 unités de transformation. Les produits prioritaires concernés sont les fruits et légumes, la viande et le lait, les produits de la mer, les produits apicoles et les plantes aromatiques et médicinales. ont été créées : «Jeunes entrepreneurs», «Assoc jeunes», «Retour au pays», «START up», «Activités artistiques et culturelles» et «Nurserie Entreprises». Deux catégories spéciales seront récompensées en «coup de cœur» : «L entrepreneuriat au féminin» et «Entrepreneuriat et handicap». Conforter le déploiement des ZAE Les travaux de préparation des 17 zones d activités se sont poursuivis a été consacré à la définition des thématiques et la labellisation des futures zones. Une garantie a été octroyée à la zone de Kerlys dans le cadre de l activité de soutien aux zones d activité. Sur la zone de l Etang Z abricots, une aide a été octroyée pour faire baisser les coûts d achat des parcelles. Les travaux préparatoires sur les ZAE de Mangot Vulcin et de Sainte Marie se sont prolongés. Vauclin Optimiser l utilisation des fonds structurels européens Lorrain La collectivité régionale travaille au quotidien à la bonne exécution des deux subventions globales qui lui sont attribuées en gestion directe en raison de ses compétences en matière de développement économique. Il s agit d une part du FEDER (Fonds Européen de Développement Régional) dédié au financement de l innovation, des aides aux entreprises, du développement touristique, de l ingénierie financière, du conseil aux entreprises, du développement de structures d accompagnement des entreprises comme les pépinières, les ZAE, etc. D autre part, le FSE (Fonds Social Européen) est plus axé sur la formation professionnelle et le développement de la formation des salariés. Sur le PO , le volume d investissement global du FEDER est de 205 millions d euros dont 96 millions d euros en fonds FEDER. L enveloppe globale d investissement FSE est de 51 millions d euros dont 33 millions en fonds FSE. En 2012, le taux de programmation du FEDER a pu atteindre les 94% des fonds attribués. L objectif étant d atteindre les 100% en Le taux de réalisation (ou de consommation effective des crédits alloués) a été de 47%.

12 22 23 Les équipes régionales ont également travaillé à la préparation du PO Un diagnostic territorial a été réalisé afin d identifier les enjeux prioritaires à intégrer dans le prochain PO. Le travail a été conduit en concertation avec l ensemble du monde économique. Ce diagnostic sert de base à l élaboration de la stratégie de développement qui sera proposée à la Commission européenne grâce à l identification précise des enjeux prioritaires de notre territoire et la déclinaison en thématiques précises et concentrées. Evolution en cumul programmation/réalisation des fonds FEDER depuis , un changement de braquet que 2012 vient confirmer % % Objectif tourisme Mise en place du système de conditionnalité des aides aux hôtels. La Région, en concertation avec les professionnels de l hôtellerie, a travaillé à la mise en place d un contrat de développement. L une des applications concrètes vise la création d échanges commerciaux pérennes et stables. Ainsi, en contrepartie des aides octroyées par la Région, les hôteliers s engagent à mettre en place des échanges plus structurés avec les fournisseurs locaux. Accélération du délai de traitement des dossiers Afin de répondre au plus vite aux urgences de ces entreprises dans un contexte économique particulièrement difficile, les équipes de la Région ont mis en place de nouveaux process permettant de traiter avec plus de rapidité et d efficacité les dossiers de financement accordés aux Hôtels. Réforme des Offices du tourisme & Syndicats d Initiatives (OTSI) En partenariat avec le CMT (Comité Martiniquais du Tourisme), la Région a conduit la réforme des Offices du tourisme et des Syndicats d initiatives. Le but de l opération est d accompagner la structuration de ces acteurs de terrain et leur permettre de monter des programmes attractifs qui valorisent notre Région auprès des touristes ; construire dans la proximité, le progrès et l innovation programmation (en Ke) réalisation (en Ke) OTSI : les 5 volets du nouveau dispositif régional d intervention 1. Incitation à la performance (communication externe, équipement, développement des usages TIC, ) 2. Programme d animation (actions communales, intercommunales ou inscrites dans le Plan d excellence tourisme) 3. Aide à l ingénierie et à l accompagnement (classement de l office, diversification des ressources financières, réalisation d actions collectives aux offices) 4. Aide à la formation 5. Incitation à la mutualisation des moyens de communication

13 24 25 Appel à projets tourisme : 66 initiatives citoyennes accompagnées Fin 2010, la collectivité régionale lançait l appel à projets «Initiatives citoyennes pour le développement du tourisme à la Martinique» avec un objectif : impliquer les citoyens pour rendre notre territoire plus attractif pour les touristes et les investisseurs. Les martiniquais ont réservé un formidable accueil à cette initiative puisque 600 dossiers ont été retirés, 400 enregistrés et 359 ont été validés. Au final, 66 projets ont été retenus par le jury. La cérémonie de remise des prix a eu lieu le 26 avril lauréats vont se lancer, 22 ont souhaité recevoir l accompagnement par la Région Martinique pour finaliser leurs projets et 18 porteurs de projet finalisent leur choix. La fête nautique au Robert, Un bivouac à la ferme, Des balades à Trénelle Visiter la manman dlo à Saint Pierre mettre en valeur les roches gravées de Sainte Luce, un «musée de costumes d époque», un «festival international de la cuisine créole» ne sont ici que quelques unes des initiatives qui seront bientôt réalisées par les lauréats en partenariat avec la Région. Les chiffres clés de la direction du tourisme en dossiers instruits pour 14 millions d euros de subventions votées Dispositif régional : 33 structures aidées soit 181 emplois. Soutien aux filières traditionnelles La Pêche au centre des attentions Le secteur de la pêche a été accompagné au jour le jour par les équipes engagées de la collectivité régionale. De grands chantiers et des actions structurantes ont été menés à terme. Un schéma dédié à l aquaculture marine (le SRDAM) a ainsi été créé. L appel d offre pour la réalisation d un plan pêche a été lancé. Une convention d objectif avec le comité Régional des pêches a été signée. La pose des DCP lourds (Dispositifs Concentrateurs de Poissons) a été finalisée. Et enfin, suite à l interdiction de pêche de langoustes du fait de la présence de chlordécone, un soutien exceptionnel de la Région a été octroyé aux pêcheurs pour un montant total de E. L accompagnement des projets par la Région Deux types de prise en charge : - Soit un accompagnement sur mesure à la finalisation des projets - Soit une aide financière directement versée aux lauréats L encadrement technique du CMT pour les porteurs qui en font la demande Financement total prévu : 8,7 millions d euros sur un coût global des projets de l ordre de 12 millions d euros (soit près de 73% du coût global des projets pris en charge par la Région) Accompagner le développement des filières agricoles de diversification 2012 s est inscrite dans la continuation des chantiers structurants entamés l année précédente notamment du développement des filières dites de diversification. En effet, ce ne sont pas moins de tonnes de fruits et légumes qui sont importées chaque année. Pourtant la diversité des fruits et légumes locaux est grande. Aujourd hui, ces produits horticoles dits de diversification (hors banane) représentent 10% de la surface agricole utile (soit ha).

14 26 aménager pour voir PLUS GRAND Le principal enjeu du développement des filières de diversification est l amélioration de la qualité et de la diversité des productions destinées au marché local. Il s agit pour la Région de permettre à ces productions de reconquérir l approvisionnement du marché local tout en assurant sécurité sanitaire et préservation des ressources naturelles. Cela contribue à créer de l emploi et à préserver l environnement. Le déploiement de la stratégie de filières agricoles a pu concrètement débuter avec la structuration des filières via les Vergers et jardins tropicaux, l aide massive à la filière ananas. La première étape du Plan d Actions Prioritaires de Progrès a été mise en œuvre. La Région a été un moteur dans les débats et les échanges qui se sont tenus sur la question de l épandage aérien. Par ailleurs, un soutien financier pour la participation d une délégation martiniquaise à la Foire de Paris a été renouvelé. Soutien aux filières traditionnelles : chiffres clés Au total pour la Direction de l Agriculture et de la Pêche, 400 dossiers ont été examinés en 2012 pour 9 millions d euros de subventions globales votées. Travailler avec ambition et cohérence au quotidien

15 28 29 les grands travaux en cours de finalisation Les grands travaux routiers ont maintenu leur rythme cette année avec la poursuite de l opération TCSP (Transport Collectif en Site Propre). 32 millions d euros de travaux ont été réalisés en Les Archives régionales et le musée du Père Pinchon sont en cours de construction. En fin d année 2012, l état d avancement des travaux était de 75%. La livraison des bâtiments est prévue d ici à la fin Au total ce sont 14 millions d euros de travaux qui auront été réalisés dont 2.5 millions en 2012 et 3 millions d euros à réaliser sur l exercice Un reseau routier sécurisé RN5 : marché d étude lancé Le diagnostic commandé a été remis fin 2012 pour la mission RN5. L objectif à fin 2013 est de passer en phase de proposition technique pour lancer les travaux en Autre chantier phare conduit par la Région : la reconstruction du Lycée Schœlcher. Le début des travaux de réhabilitation de l ex-maternité Victor Fouche ont débuté en Ils ont permis d identifier un besoin complémentaire de renforcement parasismique. La rentrée dans le lycée transition se fera donc en septembre Sécuriser les itinéraires Les opérations de sécurisation des itinéraires sont récurrentes sur notre territoire, spécialement du fait des glissements de terrain et autres aléas fréquents. Le besoin de maintien de la sécurité des ouvrages est donc un enjeu important. En 2012, ce sont près de 2.5 millions d euros qui ont été affectés au maintien de la sécurité des ouvrages ; 2,6 millions d euros à la modernisation des itinéraires et à la construction de voies nouvelles. Une étude sur le renforcement des ouvrages d art a été lancée en 2012 pour une attribution de marché en Mise en conformité des lycées et des bâtiments régionaux La construction de l IRFMSJ (Institut Régional de Formation aux Métiers du Sport et de la Jeunesse) a été finalisée en fin d année 2012 avec 99% des travaux réalisés. Le projet de renforcement parasismique des bâtiments scolaires a été lancé en septembre Il a fait l objet de la signature d une convention Etat/Région. Ce projet est mené dans le cadre du Plan Séisme Antilles qui finance le renforcement parasismique des lycées. Ce sont au total 150 millions d euros de travaux qui vont s échelonner sur les cinq années à venir dont 110 millions d euros apportés par la Région. Le premier chantier lancé en 2012 est celui de la cité scolaire de Trinité. Les prochains chantiers à venir sont ceux du lycée du François, du Marin, du Lorrain et de la Pointe des Nègres.

16 30 agir pour la COHÉSION Neuf millions d euros, c est le budget du programme de rénovation des lycées de la Martinique. Parmi les opérations phares de l année 2012, le lycée du Marin rénové à 90%, le lycée de la Pointe des Nègres, le lycée de Bellevue, de Chateaubœuf, du Lorrain et enfin de Trinité. La particularité de ce dernier chantier est la mise en service d un système d épuration des eaux usées et de récupération des eaux pluviales finalisé en Autre fait marquant : d ici à la rentrée 2013/2014, le Lycée Saint-James de Saint-Pierre sera transformé en lycée tourné vers les TIC. SOCIALE La rénovation des bâtiments régionaux a également été un axe majeur de la politique de travaux conduite par la Région. Les bâtiments de formation professionnelle et d apprentissage, le CFA et le CFPA de la Pointe de Jaham et de Dillon sont en travaux. L opération de rénovation du site régional de la Pointe de Jaham a démarré en 2012 et comprend deux volets : la réhabilitation d un bâtiment dédié à la formation professionnelle et l accueil des services régionaux (DGA BTP puis DGA EFCS) dans un bâtiment restauré. En parallèle, des interventions de mise en conformité et de préparation des agréments sécurité ont été effectuées de façon continue sur les différents sites régionaux Les projets à venir Les phases d études préalables ont été lancées en 2012 pour : Le deuxième Internat d excellence, (constitué d un collège, d un lycée et d un internat) pour un budget prévisionnel de 50 millions d euros. Le Pôle universitaire de santé, avec un budget prévisionnel de 20 millions d euros La consultation pour le projet de terminal de croisière à Saint-Pierre a été lancée. Chiffres clés Direction des routes : 80 millions d euros de travaux en 2012 TCSP en 2012 : 32 millions de travaux réalisés Aménagements des routes et des carrefours : 3.3 millions d euros en 2012 Modernisation des itinéraires et voies nouvelles : 5.6 millions d euros en 2012 Mise en sécurité des itinéraires : 3.6 millions d euros en 2012 Rénovation des lycées : 9 millions d euros en 2012 Réhabilitation du Lycée de transition & reconstruction du Lycée Schœlcher : 150 millions d euros au total. Faire de la Martinique une terre d initiatives et de progrès

17 32 33 Valorisation du patrimoine culturel et identitaire La Région s investit dans la valorisation de notre patrimoine culturel et identitaire en s associant tout au long de l année à des manifestations et des événements porteurs de sens pour les martiniquais, en soutenant le travail d associations engagées ; pour que la mémoire perdure, que les initiatives culturelles se développent et que notre culture soit un vecteur de rayonnement. Parmi les événements soutenus : l organisation du festival biguine jazz 2012 le premier Carrefour Barel Coppet ; le traditionnel Danmye Sanmdi Gloria en partenariat avec l Office de la culture du Lamentin ; le 20 e anniversaire de la mort de Ti Emile Trace là, animation de stages et de soirées bèlè à Lyon Saklitanou, ateliers bèlè et reconstruction identitaire Projet bèlèthérapie, organisé par l Association Martiniquaise Addictologues de Martinique l association Chouval Bwa, la construction d un hangar pour le chouval le projet «Bel air of piano, bèlè au piano» de M. Hervé CELCAL la Karavan tanbou la de M. Jean Michel LISIMA Création de l Agence régionale de développement culturel Le projet de création d une agence régionale en charge de la culture a été instruit de 2011 à Son lancement devrait être effectif courant Cet organisme, tel qu il est conçu, se veut un outil de facilitation et de mise en œuvre. Sans jamais se substituer aux responsabilités des décideurs locaux, l agence a pour vocation de fédérer les énergies dans le but de favoriser l accessibilité des publics à la culture sur l ensemble du territoire martiniquais et de développer la coopération culturelle caribéenne. Ses principales missions consistent à apporter aux collectivités publiques, aux créateurs, aux diffuseurs et aux associations, un accompagnement expert dans le domaine de l information, du conseil artistique, du choix des moyens techniques & équipements culturels et de la formation. Ses principaux champs d intervention seront le spectacle vivant, le cinéma et l audiovisuel, l enseignement artistique (initial et supérieur), les Arts visuels, la Conservation du patrimoine, l accompagnement des porteurs de projet, la mise en place d un pôle régional des danses et musiques traditionnelles, toutes les actions transversales avec le secteur de l éducation, de la formation, du tourisme et du développement durable. Inauguration du Campus caraibéen des Arts Le 30 avril 2012, la Région Martinique a inauguré le Campus Caraibéen des Arts (CCA) qui succède à l IRAVM, Institut Régional d Art Visuel de la Martinique (établissement supérieur d enseignement artistique). Le Campus a été créé en partenariat avec la Maison des Sciences Humaines de Paris Nord, l Université des Antilles et de la Guyane (UAG), la Chambre des Métiers et le Sermac. Il est construit autour de quatre départements : Cinéma et Communication/ Audiovisuel, Spectacles vivants, Arts Visuels, Recherche et Prospective. La Région a également signé une convention avec le CNC (Centre National Cinématographique) afin de permettre le soutien des projets cinématographiques issus de ce département.

18 34 FAIRE ÉMERGER UNE DIPLOMATIE LA GESTION des SOLIDARITÉs S AMPLIFIE Accélération des temps de traitement des dossiers En 2012, la Direction Générale Adjointe en charge de l Education, de la Formation tout au long de la vie et de la cohésion sociale a vu le nombre de dossiers reçus et instruits croître de façon exponentielle. Les équipes régionales ont réalisé un travail important pour répondre au plus vite aux demandes au regard du contexte économique et social difficile. Augmentation des aides aux demandeurs d emploi EVOLUTION TERRITORIALE Aides aux demandeurs d emploi : dossiers traités (en Commission permanente) % Emplois d avenir : un outil d insertion pour la jeunesse Depuis le 26 octobre 2012 le gouvernement, par la loi n , a lancé le dispositif «emplois d avenir» en partenariat étroit avec les collectivités en particulier les conseils régionaux. L objectif de ce dispositif est de permettre à des jeunes peu ou pas qualifiés de réussir une première expérience professionnelle et de leur ouvrir l accès à une qualification professionnelle et à un emploi. Le dispositif est ouvert au secteur non marchand comme au secteur marchand. Il s adresse en priorité aux jeunes de 16 à 25 ans et permet la prise en charge de contrats de travail à temps plein, CDI ou CDD, pouvant aller jusqu à trois ans. C est la collectivité régionale qui décide des modalités de sa contribution à la mise en œuvre du dispositif en cohérence avec sa politique régionale. La Région Martinique a décidé d intervenir selon quatre axes forts et de tripler sa contribution afin de renforcer son action en faveur de la jeunesse. Axe 1 : 2500 emplois d avenir au lieu des prévus initialement Axe 2 : un partenariat fort avec le secteur marchand avec 1000 emplois d avenir dédiés à ce Secteur Axe 3 : un accompagnement financier des employeurs pour alléger la part restante à leur charge Axe 4 : la mise en place d une ingénierie de formation adaptée pour accompagner le jeune dans son parcours vers l emploi Chiffres clés Emplois d avenir 2500 emplois seront accompagnés sur trois ans Enveloppe financière pluriannuelle globale : 11,1 millions d euros Une diplomatie territorialisée, au service du développement de la Martinique, région à la confluence de l Europe et de la Caraïbe

19 36 37 l Europe au service du développement régional Adapter la réglementation des RUP Le respect des spécificités des RUP (Régions Ultrapériphériques), garanti par l article 349 du Traité de Fonctionnement de l Union Européenne (TFUE) consiste à adopter des mesures spécifiques à ces régions. Elles peuvent concerner les politiques sectorielles (agriculture, pêche, douanes, fiscalité, ) ou les programmes européens. Or un constat s impose, l application de l article 349 reste éparse. A l heure de l adoption des futurs règlements et de la préparation du PO , la Région a travaillé à défendre les intérêts de la Martinique et l avenir des RUP dans l UE (Union Européenne). Un lobbying actif a été mené auprès des institutions européennes et se renforce depuis la création du bureau des RUP françaises à Bruxelles. Une chargée de mission est dorénavant en permanence sur place depuis décembre Un changement de paradigme a été opéré. En juillet 2012, pour la délégation qui s est rendue au deuxième forum des RUP à Bruxelles il n est plus question de se focaliser sur les demandes de financements. L enjeu est l incubation économique. Se donner les moyens de développer des filières porteuses qui généreront des emplois pour la jeunesse. Comment adapter la réglementation pour que notre région se positionne comme territoire d expérimentation de cette incubation économique? Le gouvernement a confié cette mission au député Serge Letchimy. Ce dernier doit remettre un Rapport sur l article 349 du TFUE premier trimestre Quelles propositions d adaptation des règlements et des politiques? Quels dispositifs innovants mettre en place? La journée a permis la présentation des programmes de financement autour de quatre thématiques : l innovation, l environnement, la jeunesse, la culture et les média. La Région a également communiqué sur le dispositif d accompagnement en relais avec Bruxelles dont les porteurs de projets martiniquais peuvent bénéficier. Un très grand nombre de programmes et d appels à projets européens existent. En tant que RUP, la Martinique est éligible à la majorité de ces programmes. Cette démarche de diversification des sources de financement communautaire est d autant plus encouragée par la Région que l ouverture du bureau des RUP françaises à Bruxelles permet d assurer un relais plus étroit entre la Martinique et les instances conceptrices des programmes. La construction d une coopération économique caribéenne Les travaux conduits par la Direction Déléguée aux Affaires Européennes et à la Coopération ont permis de renforcer l insertion régionale dans son environnement géographique direct. La Région Martinique est ainsi devenue membre associé de l OECO (Organisation des Etats de la Caraïbe Orientale) le 24 janvier 2012 et du CEPALC (Commission économique pour l Amérique latine et les Caraïbes) le 31 août Avec cette adhésion, c est ainsi la première fois que la Martinique adhère, en son nom propre, à un organisme des Nations Unies. La délibération sur le sujet avait en amont remporté l unanimité en plénière, signe d un véritable consensus politique. Réunion au CEPALC Diversifier les sources de financements européens Le 16 mai 2012, à l occasion de la Journée de l Europe, les équipes régionales organisaient la première édition de «Léwop La Kay Nou» dans les locaux de l Hôtel de Région. L objectif de cette matinée était de faire connaitre aux porteurs de projets, aux entreprises, aux associations, aux institutions partenaires et aux Services Régionaux les fonds communautaires existants autres que les fonds structurels.

20 38 Mettre le citoyen AU COEUR D UN service PUBLIC Zones géographiques prioritaires de coopération. renouvelé Caraïbe : pays membres de l AEC, Porto Rico Amérique du Sud : Nord du Brésil (région du PARA) Amérique du Nord : Canada La demande d intégration au CARICOM est en cours d instruction par les instances décisionnelles. Le dispositif d accueil des chargés de mission de la Région Martinique au sein du réseau diplomatique français dans l hémisphère des Amériques a démarré en Ce dispositif a pour objet de développer des accords de coopération culturelle, économique dans toute la région. La Région est dorénavant présente dans les ambassades de France en Haïti, à Sainte Lucie, à Trinidad et au Consulat de France du Para. La mise en place de la coopération économique bilatérale s est poursuivie en 2012 avec le PARA, la Dominique et Antigua & Barbuda. Pour ces derniers, elle a donné lieu à la signature d une déclaration d intention de coopération en janvier 2012 pour mettre en œuvre un programme de formation hôtelière et linguistique entre des salariés martiniquais et un centre hôtelier de la région. Domaines prioritaires de coopération. Commerce et investissement : créer un environnement favorable au développement des initiatives du secteur privé (législation, suivi mise en œuvre APE, création d entreprises conjointes,...) Energie : développement des énergies renouvelables Environnement Prévention des risques naturels Promotion du pluralisme culturel et linguistique Santé et prévention Tourisme La Collectivité régionale est la propriété de tous

Dispositif : Entreprenariat et entreprises

Dispositif : Entreprenariat et entreprises Dispositif : Entreprenariat et entreprises Axe 2 Objectif Thématique 3 : Améliorer la compétitivité des PME Investissement prioritaire A : Promotion de l esprit d entreprise, en particulier en facilitant

Plus en détail

PRESENTATION DU 08/03/07

PRESENTATION DU 08/03/07 PRESENTATION DU 08/03/07 1 RAPPEL DES 5 ENJEUX STRATEGIQUES IDENTIFIES A PARTIR DU DIAGNOSTIC PARTAGE 1 - UNE REGION SOLIDAIRE : Promouvoir un développement équilibré qui concilie efficacité économique,

Plus en détail

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

PAYS DE LA LOIRE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 16/12/2014. PAYS DE LA LOIRE STRUCTURE GLOBALE DU

Plus en détail

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables

ACTIONS GLOBALES. Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables FICHE ACTIONS Expo Nantes Atlantique ACTIONS GLOBALES Organiser, accueillir et promouvoir des salons et manifestations plus durables ACTIONS SOCIALES ET SOCIETALES Sensibilisation des employés, des prestataires

Plus en détail

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR

SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR SIGNATURE CONVENTION AP-HP EMPLOI d AVENIR Dossier de presse, jeudi 20 décembre 2012 Contact presse : Préfecture de région : 01 82 52 40 25 communication@paris-idf.gouv.fr AP-HP : 01 40 27 37 22 - service.presse@sap.aphp.fr

Plus en détail

Pacte de responsabilité

Pacte de responsabilité Le 5 mars 2014 Pacte de responsabilité Relevé de conclusions des réunions paritaires du 28 février et du 5 mars 2014 La situation économique et sociale de notre pays est marquée par une forte ambivalence.

Plus en détail

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES

REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES REQUALIFICATION DE ZONES D ACTIVITES Le Schéma Régional de Développement Economique prévoit dans son orientation intitulée Promouvoir une attractivité économique durable, axe 5 une stratégie foncière pour

Plus en détail

Plateforme TEIB. Plateforme TEIB. Transition Energétique. Projet de Plateforme

Plateforme TEIB. Plateforme TEIB. Transition Energétique. Projet de Plateforme Projet de Plateforme Technologique pour l Innovation Bâtiment Durable en Bretagne Projet de Plateforme Projet Technologique de Plateforme pour l Innovation Technologique Bâtiment Durable pour en l Innovation

Plus en détail

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER

LEADER... LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : UN OBJECTIF FORT : LEADER ACCOMPAGNE : LES 4 THÉMATIQUES : POUR VOUS ACCOMPAGNER LE DISPOSITIF DE FINANCEMENT EUROPÉEN LEADER AU SERVICE DE L ATTRACTIVITÉ TERRITORIALE LE PROJET DU PAYS DE SAINT-MALO : Le programme LEADER est un outil au service de la mise en œuvre du projet de territoire

Plus en détail

Atelier forum participatif Concertation Leader 2014-2020 I Montlosier I 21 octobre 2014

Atelier forum participatif Concertation Leader 2014-2020 I Montlosier I 21 octobre 2014 Atelier forum participatif Concertation Leader 2014-2020 I Montlosier I 21 octobre 2014 DEROULE DE LA MATINEE : 9h30 : accueil et introduction par Bernard Delcros, Président du GAL Leader 1. Le programme

Plus en détail

Programme d Investissements d Avenir

Programme d Investissements d Avenir www.caissedesdepots.fr Programme d Investissements d Avenir Créateur de solutions durables Programme d Investissements d Avenir L État investit 35 milliards d euros Pilotage 0 gestionnaires 5 priorités

Plus en détail

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE

MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Direction de l Economie Service des Projets d Entreprises Conseil régional Juin 2013 MISE EN PLACE DU PLAN RÉGIONAL D INTERNATIONALISATION DES ENTREPRISES POUR LA BRETAGNE Le développement à l'international

Plus en détail

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015

Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015 La franche-comté, une région grande par ses talents Contrat de Plan Régional de Développement des Formations Professionnelles 2011-2015 PRÉFET DE LA RÉGION FRANCHE-COMTÉ MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION

GUIDE PRATIQUE. www.europe-en-aquitaine.eu POUR LES ENTREPRISES DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES INNOVATION DEVELOPPEMENT DURABLE GUIDE DES ENTREPRISES GUIDE PRATIQUE POUR LES ENTREPRISES Programme compétitivité régionale et emploi 2007-2013 INNOVATION www.europe-en-aquitaine.eu 1 2 3 L Aquitaine avance, l Europe

Plus en détail

N O R D - P A S D E C A L A I S

N O R D - P A S D E C A L A I S NORD-PAS DE CALAIS NORD-PAS DE CALAIS Ensemble pour une éco-rénovation responsable de notre habitat Avant-propos Dans une région où le poids du parc de logements anciens publics et privés prédomine, l

Plus en détail

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES

CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES REUNION DU 20 DECEMBRE 2013 RAPPORT N CR-13/06.653 CONSEIL REGIONAL RAPPORT DU PRESIDENT SCHEMA REGIONAL DE DEVELOPPEMENT DES FORMATIONS PROFESSIONNELLES Stratégie régionale de formation des jeunes et

Plus en détail

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan

Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Note de contexte relative aux propositions de modifications du plan de développement Programme Leader Terres Romanes en Pays Catalan Terres Romanes en Pays Catalan est porteur, en partenariat avec le Pnr

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES

APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES APPEL A PROPOSITION 2015 USAGES NUMERIQUES Dispositif : USAGES NUMERIQUES (7.2.C) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter l usage des services numériques. 1. Actions éligibles :

Plus en détail

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013

Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie. 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Les Rencontres Européennes de Cluj - Transylvanie 2E3D «eau, énergie, déchets et développement durable» 9, 10, 11 mai 2013 Cluj-Napoca / Transylvanie http://www.institutfrancais-roumanie.com Appel à contribution

Plus en détail

LES FONDS EUROPÉENS EN MARTINIQUE 2014-2020

LES FONDS EUROPÉENS EN MARTINIQUE 2014-2020 Pour faire face à la crise et aux grands défis de l Union européenne, ses Etats membres ont adopté en 2010 la Stratégie Europe 2020 pour une croissance intelligente, durable et inclusive. Toutes les politiques

Plus en détail

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive»

10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» 10 ENGAGEMENTS, 30 PROPOSITIONS DE LA MAJORITÉ DÉPARTEMENTALE «Avec vous, une Saône et Loire innovante et attractive» Préambule Si l actuelle majorité peut indéniablement se prévaloir d un très bon bilan,

Plus en détail

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE

NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE NOTE DE POSITIONNEMENT COORACE SUR LE FINANCEMENT DU SECTEUR IAE 22 mai 2013 Préambule La fédération COORACE a pris connaissance du rapport IGAS-IGF relatif au financement du secteur de l insertion par

Plus en détail

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009

POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE. Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 POUR UNE NOUVELLE POLITIQUE DE SOUTIEN A L INSERTION PAR L ACTIVITE L ECONOMIQUE Rapport Cadre n CR 41-09 du 06 Mai 2009 1 Une politique régionale concertée Le 20 Mai 2008, le CRIF organise une large concertation

Plus en détail

LES CONTRATS D ETUDES PROSPECTIVES

LES CONTRATS D ETUDES PROSPECTIVES LES CONTRATS D ETUDES PROSPECTIVES Le Conseil Régional, l Etat, les OPCA (Organismes Paritaires Collecteurs Agréés), les partenaires sociaux, avec le concours de l AGEFMA ont réalisé des CEP (Contrats

Plus en détail

Plan régional de soutien à l économie

Plan régional de soutien à l économie Plan régional de soutien à l économie Le 23 mars 2009 La crise financière mondiale qui s est déclarée à l été 2008 se double d une crise économique et sociale. L onde de choc de ce phénomène a des effets

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive

Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Lancement d ESTER (Electricité Solaire des Territoires) L électricité solaire compétitive Communiqué de presse le 30 novembre 2011 Comment fournir au consommateur une électricité propre, de proximité et

Plus en détail

Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable

Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable Action financée par le Conseil Régional d'ile-de-france - Retrouvez les dispositifs d aides

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE

DOSSIER DE PRESSE. Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE Annecy, le 10 février 2015 DOSSIER DE PRESSE Mardi 10 février 2015 : Comité syndical du SYANE Un budget 2015 de 155 M, dont un programme de travaux de 70 M avec le maintien d un haut niveau d investissements

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2015 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES.

DOSSIER DE PRESSE S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES. DOSSIER DE PRESSE LA RÉGION FRANCHE-COMTÉ ET LA CAISSE DES DÉPÔTS S ENGAGENT AUX CÔTÉS D INITIATIVE FRANCHE-COMTÉ POUR ACCÉLÉRER LA CROISSANCE DES PETITES ENTREPRISES 22 janvier 2015 Région Franche-Comté

Plus en détail

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP

LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Réf. document : AT.PEG.22 LE PROJET EDUCATIF GLOBAL D UN CFA DU BTP Définition d un «Projet éducatif global» Les objectifs du Projet éducatif global d un établissement de formation du BTP représentent

Plus en détail

SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET EDUQUER DURABLE

SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET EDUQUER DURABLE 2008-2009 SENSIBILISER A L ENVIRONNEMENT ET A L ECO-CITOYENNETE EDUQUER POUR UN DEVELOPPEMENT DURABLE { Le Conseil général vous soutient pour conduire } un projet de classe ou de collège sur le temps scolaire

Plus en détail

Le Plan Bâtiment Grenelle : Point d étape et actualités

Le Plan Bâtiment Grenelle : Point d étape et actualités Le Plan Bâtiment Grenelle : Point d étape et actualités CERC Ile de France 22 novembre 2011 Jérôme Gatier, Directeur Plan Bâtiment Grenelle 1 Le Plan Bâtiment Grenelle : un pilotage inédit Mission d animation

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de société

Vers un nouveau modèle de société Vers un nouveau modèle de société Qu est-ce que la transition énergétique? L énergie est partout dans notre vie quotidienne : pour chauffer nos logements, pour faire fonctionner nos équipements, pour faire

Plus en détail

Dossier de Presse. Déploiement du Très Haut Débit en Bretagne

Dossier de Presse. Déploiement du Très Haut Débit en Bretagne Dossier de Presse Déploiement du Très Haut Débit en Bretagne 13 octobre 2014 Communiqué de presse «Bretagne Très Haut Débit» Rennes, le 13 octobre 2014 Le projet «Bretagne Très Haut Débit», porté par Mégalis

Plus en détail

La Région investit sur ses territoires

La Région investit sur ses territoires Dossier de presse Contrats Auvergne + Aménagement du territoire La Région investit sur ses territoires 5,9 millions d euros pour le Pays de la Vallée de la Dore La troisième génération (2015-2018) de Contrats

Plus en détail

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine

Tournée régionale ADCF / ADGCF. Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés. Lorraine Tournée régionale ADCF / ADGCF Etat des lieux des coopérations existantes entre le Conseil régional et les communautés Lorraine 1. Caractéristiques géographiques et démographiques 1 1. Caractéristiques

Plus en détail

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011

L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme. Visite de progrès du 21 mars 2011 L Agenda 21 du Conseil général du Puy-de-Dôme Visite de progrès du 21 mars 2011 Développement durable «Le développement durable est un développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre

Plus en détail

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014

Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville. Août 2014 Offre de la Caisse des Dépôts sur le développement économique des Quartiers Prioritaires de la Politique de la Ville Août 2014 2014, année de la nouvelle loi de programmation pour la ville et la cohésion

Plus en détail

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15

Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir. Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 Signature officielle du projet Rehabitasystem, Lauréat des investissements d avenir Lundi 19 mars 2012 à 14H 15 «seul le prononcé fait foi» Mesdames et Messieurs les présidents, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France

Refondation de l Ecole De la République. Contribution des CCI de France Refondation de l Ecole De la République Contribution des CCI de France Octobre 2012 Etablissements publics dirigés par des chefs d entreprises élus par leurs pairs, les CCI de France assurent globalement

Plus en détail

22 juin 2011. L AFD en Outre-mer en 2010

22 juin 2011. L AFD en Outre-mer en 2010 22 juin 2011 L AFD en Outre-mer en 2010 Qui sommes-nous? Un EPIC, sous tutelle des ministères : des Affaires Etrangères et Européennes de l Economie, des Finances et de l Industrie de l Intérieur, de l

Plus en détail

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé

Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Dispositif : Recherche et Innovation dans le secteur privé Axe 1 Objectif Thématique 1 : Renforcer la recherche, le développement technologique et l innovation Investissement prioritaire B : Promotion

Plus en détail

LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE

LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE LE PÔLE D EXCELLENCE OUTIL DE STRUCTURATION ET DE PROFESSIONNALISATION DU SECTEUR DU TOURISME EN MARTINIQUE Chantal LAMEYNARDIE Consultante chef de projets RH - Groupe MONPLAISIR Quelles compétences pour

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE

APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE APPEL A PROPOSITION 2016 RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE Dispositif : RECHERCHE ET INNOVATION DANS LE SECTEUR PRIVE (1.1.B) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Augmenter

Plus en détail

Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide

Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide 30050 Gilles FONTAINE Directeur Adjoint + 33 467 144 460 g.fontaine@idate.org 27 Février 2014 Agenda Contexte

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

Gaz de France et le développement durable

Gaz de France et le développement durable Gaz de France et le développement durable L engagement pour des territoires durables Groupe de pilotage «Entreprises Collectivités» Comité 21 20 juin 2006 Isabelle ARDOUIN DIRECTION DU DEVELOPPEMENT DURABLE

Plus en détail

L INNOVATION SOCIALE. Rencontre FUTURIS 20 décembre 2011

L INNOVATION SOCIALE. Rencontre FUTURIS 20 décembre 2011 L INNOVATION SOCIALE Rencontre FUTURIS 20 décembre 2011 INTRODUCTION 3 INNOVATIONS 2005 : Risque de dépôt de bilan Réponse : Activité à 80 % industrielle activité à 80 % tertiaire Aujourd hui : Un des

Plus en détail

Objectif Spécifique n 3.D.1 : LIMITER LA PERTE DE L EMPLOI INDUSTRIEL ET ARTISANAL EN REGION CENTRE

Objectif Spécifique n 3.D.1 : LIMITER LA PERTE DE L EMPLOI INDUSTRIEL ET ARTISANAL EN REGION CENTRE Objectif Spécifique n 3.D.1 : LIMITER LA PERTE DE L EMPLOI INDUSTRIEL ET ARTISANAL EN REGION CENTRE ACTION 9 DEMARCHES D ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES Dernière approbation 17/09/2015 OBJECTIFS : Quoi?

Plus en détail

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS»

APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» APPEL À PROJETS RÉGIONAL «STRUCTURATION TOURISTIQUE DES TERRITOIRES AQUITAINS» 1/ LE CONTEXTE 1.1 VERS UNE NOUVELLE POLITIQUE TOURISTIQUE DES TERRITOIRES Le règlement d intervention 2007-2013 proposait

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional. Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france

Rapport pour la commission permanente du conseil régional. Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france Rapport pour la commission permanente du conseil régional MAI 2011 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france SOUTIEN A L ASSOCIATION REGIONALE POUR L AMELIORATION

Plus en détail

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature

4 AXES STRATEGIQUES. Plan de mandature 4 AXES STRATEGIQUES Plan de mandature Un projet pour notre territoire 9 ObjECTIFS OPERATIONNELS B âtir un programme au service de l économie dans lequel une large majorité d entre vous se reconnaît est

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments

Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Fonds structurels 2014-2020 Guide pratique Définir un Programme opérationnel multi-fonds pour la rénovation énergétiquement efficiente des bâtiments Vous définissez à l heure actuelle les Programmes opérationnels

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

Mobilisation des acteurs publics et privés en Pays Basque autour du DD Comité régional A21 29 juin 2011

Mobilisation des acteurs publics et privés en Pays Basque autour du DD Comité régional A21 29 juin 2011 Mobilisation des acteurs publics et privés en Pays Basque autour du DD Comité régional A21 29 juin 2011 Plan Le dispositif d animation du Pays Basque Le projet de territoire et l agenda 21 L engagement

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

Témoignage SCoT et PCET du Pays du Mans

Témoignage SCoT et PCET du Pays du Mans Témoignage SCoT et PCET du Pays du Mans Julien Roissé Chargé du SCoT du Pays du Mans Référent technique Grand Ouest de la Fédération Nationale des SCoT Séminaire SCoT Energie Bordeaux 04 novembre 2014

Plus en détail

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012»)

Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Annexe 1 : Tableau récapitulatif des appels à projets et types d actions par axes, mesures et sous-mesures (Document «Critères de sélection FSE 2012») Axes / Mesures / Sous-mesures Axe 1 : Contribuer à

Plus en détail

APIRAF. La mobilité. DRH - Grand Lyon Irène GAZEL

APIRAF. La mobilité. DRH - Grand Lyon Irène GAZEL APIRAF La mobilité DRH - Grand Lyon Irène GAZEL une collectivité identité se rassembler pour agir mieux Créée en 1969, la communauté urbaine de Lyon rassemble aujourd hui 57 communes, qui constituent la

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE

DOSSIER DE PRESSE CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE DOSSIER DE PRESSE Contacts presse Région Rhône-Alpes Clémence CAPRON 04 26 73 49 57 06 87 56 05 48 + CREATION, TRANSMISSION, FINANCEMENT : LA REGION ACCOMPAGNE LES ENTREPRENEURS À CHAQUE ETAPE SALON DES

Plus en détail

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1)

FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES. LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) FICHE DE POSTE INTITULE DU POSTE: COORDONNATEUR REGIONAL DE PROJETS ANTILLES LIEN HIERARCHIQUE : Chef de délégation régionale Amérique Caraïbes (N+1) LIENS FONCTIONNELS : - Direction Outremer (DIROM) -

Plus en détail

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques

Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Agir pour le développement économique et l innovation dans les vallées hydrauliques Raphaël Mehr Directeur de l Unité de Production Hydraulique Est EDF s engage en faveur du développement économique et

Plus en détail

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI)

Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) Les programmes européens 2014-2020 en Languedoc Roussillon Zoom sur les Fonds européens structurels et d investissement (FESI) De la citoyenneté active à l environnement en passant par la santé, la recherche,

Plus en détail

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale

A17 - Améliorer l intégration des personnes handicapées au cœur de la vie sociale - nombre de ressources (ETP) mutualisées Exemples d indicateurs de résultat - couverture des besoins en services par type de handicap - couverture des besoins et répartition des places d hébergement -

Plus en détail

Décisions du Bureau du 16 novembre 2015

Décisions du Bureau du 16 novembre 2015 Mardi 17 novembre 2015 Décisions du Bureau du 16 novembre 2015 Les élus du Bureau de la Métropole Rouen Normandie se sont réunis hier soir, lundi 16 novembre. Les délibérations prises par les élus confirment

Plus en détail

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES

CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Point d étape à mi-parcours du PRDF Note spécifique CONTRATS D OBJECTIFS AVEC LES BRANCHES PROFESSIONNELLES Institué par la loi du 23 juillet 1987, le Contrat d objectifs de branche professionnelle est

Plus en détail

Capital Humain et Performance RH

Capital Humain et Performance RH Capital Humain et Performance RH Le bien-être performant, potentiel d avenir pour l entreprise Qualité de Vie et Santé au Travail Qualité de Vie et Santé au Travail, une opportunité pour se préparer aux

Plus en détail

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire

www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire www.groupecaissedesdepots.fr La Caisse des Dépôts acteur du développement économique et de l économie sociale et solidaire développement économique et économie sociale et solidaire En soutenant la création

Plus en détail

entreprendre et réussir en seine-et-marne

entreprendre et réussir en seine-et-marne entreprendre et réussir en seine-et-marne 3 métiers : informer Etre informé, c est pouvoir agir en connaissance de cause. Alimentée par son réseau de partenaires, l agence recueille toutes les informations

Plus en détail

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC

«Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» Démarche GPEC «Il n y a de vent favorable que pour celui qui sait où il va.» «La sécurité, c est la capacité de réagir à toute éventualité» Horemis Paris : 19 rue du Général Foy 75008 Paris - Tel: 33 (1) 55 06 01 51

Plus en détail

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS

SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS SIGNATURE DU PROTOCOLE D AIDE À LA RENOVATION THERMIQUE DES LOGEMENTS PRIVÉS Entre Valérie LÉTARD, Secrétaire d Etat auprès du Ministre de l Ecologie, de l Energie, du Développement Durable et de la Mer,

Plus en détail

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020

Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 COMMISSION EUROPEENNE MÉMO Bruxelles, le 8 novembre 2012 Plan d action pour l industrie automobile de l UE en 2020 L objet du plan d action présenté aujourd hui par la Commission européenne (voir IP/12/1187)

Plus en détail

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739

Séance publique du 21 juin 2005. Délibération n 2005-2739 Séance publique du 21 juin 2005 Délibération n 2005-2739 commission principale : développement économique objet : Démarche Lyon ville de l'entrepreneuriat - Soutien à l'association Action'elles pour son

Plus en détail

Institut Automobile du Mans

Institut Automobile du Mans Dossier de presse Institut Automobile du Mans Le 24 février 2005 Sommaire : P2. Communiqué de synthèse P3. L institut IAM un projet pour développer les formations et l innovation de la filière automobile

Plus en détail

ACTE HLM 2016-2020. pour Agir pour le Climat et la Transition Énergétique. Les engagements du Mouvement Hlm. Du 22 au 24 septembre 2015

ACTE HLM 2016-2020. pour Agir pour le Climat et la Transition Énergétique. Les engagements du Mouvement Hlm. Du 22 au 24 septembre 2015 ACTE HLM 2016-2020 Les engagements du Mouvement Hlm pour Agir pour le Climat et la Transition Énergétique Du 22 au 24 septembre 2015 Du 22 au 24 septembre 2015 Préambule En 1972, la Conférence des Nations

Plus en détail

Session spéciale Réforme territoriale

Session spéciale Réforme territoriale Session spéciale Réforme territoriale Historique des textes relatifs à l organisation territoriale Lois Mauroy/Deferre de 1981 à 1983 Loi du 6 février 1992 relative à l administration territoriale de la

Plus en détail

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin»

Animation de la manifestation de remise des prix de la 10 ème édition du concours «Initiative au Féminin» 1er réseau de financement des créateurs d entreprise 228 plateformes d accompagnement dans toute la France 16 200 entreprises et 38 500 emplois créés ou maintenus en 2014 CAHIER DES CHARGES Animation de

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

«seul le prononcé fait foi»

«seul le prononcé fait foi» «seul le prononcé fait foi» Discours à l occasion du séminaire transition énergétique et écologique Services de l Etat en Aquitaine Lundi 15 décembre 2014 Messieurs les Préfets, Mesdames et Messieurs les

Plus en détail

ANNEXES A LA DELIBERATION

ANNEXES A LA DELIBERATION 3 ANNEXES A LA DELIBERATION 4 Annexe 1 : Organisation des Etats généraux Structuré par le dialogue entre les parties prenantes, le processus de concertation des Etats Généraux sera continu et se prolongera

Plus en détail

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT

MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT CHAMBRE DE COMMERCE ET D INDUSTRIE BOURGOGNE Place des Nations Unies - B.P. 87009-21070 DIJON CEDEX Téléphone : 03 80 60 40 20 - Fax : 03 80 60 40 21 MOTION CONSULAIRE RÉGIONALE TRÈS HAUT DÉBIT Préambule

Plus en détail

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr

Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr OSEO et le soutien de l innovation Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr Notre mission Soutenir l innovation et la croissance des entreprises Par nos trois métiers

Plus en détail

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS?

ILE-DE-FRANCE. Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Fiche d analyse PROGRAMME OPÉRATIONNEL RÉGIONAL FEDER-FSE : QUELLE PLACE POUR L ESS? Version étudiée : version adoptée par la Commission européenne le 18/12/2014. ILE-DE-FRANCE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Les

Plus en détail

Organisée par. Lundi 23 juin 2014 de 10h à 12h Au Ministère de l Ecologie, du Développement durable et de l Energie 246 bd Saint Germain, Paris 7ème

Organisée par. Lundi 23 juin 2014 de 10h à 12h Au Ministère de l Ecologie, du Développement durable et de l Energie 246 bd Saint Germain, Paris 7ème Ministère de l Écologie, du Développement durable et de l Énergie Ministère des Finances et des Comptes publics Organisée par Mme Ségolène Royal Ministre de l'ecologie, du Développement durable et de l'energie

Plus en détail

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi

PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN. objectif compétitivité régionale et emploi UNION EUROPEENNE L Europe s engage en Limousin Avec le Fonds social européen PROGRAMME OPERATIONNEL NATIONAL DU FONDS SOCIAL EUROPEEN objectif compétitivité régionale et emploi 2007 2013 Axe 3 «cohésion

Plus en détail

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction

Obligations et rôles des collectivités en terme d économies d énergie et d éco-construction l'image est endommagée. Redémarrez l'ordinateur, puis ouvrez à nouveau le fichier. Si le x rouge est toujours affiché, vous devrez peut -être supprimer l'image avant de la réinsérer. Obligations et rôles

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie. Journée PEXE 20 novembre 2013

La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie. Journée PEXE 20 novembre 2013 La stratégie d intervention de l AFD dans l énergie Journée PEXE 20 novembre 2013 MEUR 3 axes Stratégie et Activités sur l Energie de l AFD (2007-2011) Energie sobre (renouvelable, efficace et économe

Plus en détail

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention

Budget participatif des lycées. Règlement d intervention 3 CR 72-12 Budget participatif des lycées Règlement d intervention Préambule : La mise en œuvre du budget participatif des lycées manifeste la volonté de la région de poursuivre la démarche de dialogue

Plus en détail

MOTIVATION DE L ACTION

MOTIVATION DE L ACTION Contrat de territoire 2007 2013 Programme d action pluriannuel_ Agglomération de Nevers, Pays de Nevers Sud Nivernais, villes intermédiaires Agir pour l organisation des territoires FICHE ACTION N 17-3

Plus en détail

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100

ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 SOMMAIRE ENJEUX ET CONTEXTE 4 ORGANISATION 18 CONSTRUIRE DURABLEMENT 32 RENOVER POUR ASSURER L AVENIR 48 ENTRER DANS L ERE NUMERIQUE 84 MOBILISER LES TERRIROIRES 100 ACCOMPAGNER ET STRUCTURER LA FILIERE

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

L ADEME en Martinique

L ADEME en Martinique L ADEME en Martinique L ADEME, Agence de l Environnement et de la Maîtrise de l Energie Etablissement public à caractère re industriel et commercial placé sous la tutelle conjointe des ministères de L

Plus en détail