Cahier de recherche 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cahier de recherche 2012"

Transcription

1 Cahier de recherche 2012

2 Existe-t-il un modèle de pilotage de la performance publique locale en France? Comparaison de trois systèmes de mesure et de pilotage de la performance Jérôme Dupuis Maître de Conférences Institut d Administration des Entreprises Université de Lille 1 Marcel Guenoun Maître de Conférences Institut de Management public et de Gouvernance Territoriale Aix Marseille Université UFPT AIX COLLOQUE PILOTE UFPT Aix Colloque PILOTE

3 Existe-t-il un modèle de pilotage de la performance publique locale en France? Comparaison de trois systèmes de mesure et de pilotage de la performance Résumé : Cette recherche compare trois démarches de pilotage de la performance mises en œuvre par des collectivités françaises à l aune du modèle d analyse comparative proposé par Bouckaert et Halligan (2008). Fondée sur des entretiens semi-directifs et la collecte de données primaires et secondaires, l objectif de cette comparaison est d interroger le degré de spécificité des démarches de pilotage de la performance publique locale en France. Les résultats de notre étude révèlent une forte variété de pratiques puisque chaque cas étudié relève d un idéal-type différent de mesure et de pilotage de la performance. Abstract : Performance measurement and management systems are more and more implemented in French Local Governements. The purpose of this article is indentify is the way performance is managed in French Local Governements relates to one specific ideal-type or if diversity is dominant. To answer this question, three cases studies were conducted based on interviews and document analysis. The cases were analysed with the comparative framework provided by Bouckaert & Halligan (2008). The results show a wide variety of ways to handle the performance question in France running from the administrative performance model to the performance governance model. UFPT Aix Colloque PILOTE

4 INTRODUCTION En première lecture, la notion de performance fait référence à l idée d une réalisation exceptionnelle, de succès et porte en elle-même la connotation sportive du dépassement voire de la compétition et donc du classement. Celle ci, en pénétrant le monde des organisations publiques locales et en se frottant à leur fonctionnement traditionnel, vient interroger la lecture que les acteurs se font de sa finalité, de son fondement, de son contenu. Ainsi, en s adossant à une perspective de «modernisation» (de la comptabilité, de la présentation et de la préparation budgétaires, des périmètres et profondeurs des interventions et prestations, des mécanismes de compte rendu ) ; cette notion vient englober des registres divers (des plus classiques comme l efficacité ou l efficience aux plus complexes comme l utilité ou la pertinence ) et absorber l ensemble des mécanismes de contrôle, de pilotage et d évaluation menées depuis plusieurs années. Dans ce contexte, notre communication a pour idée de prendre appui sur 3 situations empiriques pour décrire les outils et dispositifs dits de performance pour en découvrir les représentations, en expliciter les usages et en qualifier la portée dans la conduite managériale de chaque institution. C est ainsi que notre propos tentera en première partie de rechercher le cadre d analyse approprié pour prendre la mesure des composantes des systèmes de performance(s) étudiés et en repérer les caractéristiques clés pouvant entrer en résonnance avec des typologies dont la robustesse a pu faire ses preuves pour l analyse comparative des administrations centrales de pays européens. En seconde partie, nos 3 études de cas en contexte communal et intercommunal permettront de renseigner la grille d analyse proposée (conception de la performance, dispositifs utilisés, animation et effets de la démarche) de nature à appréhender les systèmes de mesure, d appréciation et d amélioration de la performance et de leur pilotage respectif. En troisième partie, nous essaierons d identifier ce qui, derrière la diversité des registres de performance examinés, pourrait apparaître comme noyau commun tant dans la conception que le déploiement pour enfin voir comment celui-ci se positionne par rapport au cadre d analyse choisi comme référence de nos interprétations. UFPT Aix Colloque PILOTE

5 Partie 1 : Contrôle de gestion et pilotage de la performance publique locale : à la recherche d un cadre d analyse approprié 1-1 Le développement du contrôle de gestion dans les collectivités locales La managérialisation des collectivités est l un des grands piliers de la recomposition des formes administratives, commun à la plupart des pays de l OCDE. Deux séries de mesures promues par le NPM mais sans lui être propre ont favorisé cette évolution: le transfert de compétences du haut vers le bas et l accroissement de l autonomie décisionnelle des collectivités. Sous l effet conjugué de ces logiques, les collectivités ont vu leurs effectifs et leurs budgets croître de façon significative durant les trois dernières décennies jusqu à représenter près de 17% du PIB et 33,5% des dépenses publiques des 27 pays de l Union Européenne (Dexia, 2011). Ce bouleversement structurel a placé sur la place publique depuis une dizaine d années la question de la gouvernance intra-organisationnelle (pilotage stratégique et opérationnel, responsabilisation et leadership..) et inter-organisationnelle locale (mutualisation, fusion, rationalisation.) qui font que la plupart des composantes de la réforme managériale (pilotage budgétaire, orientation usager/client, agentification, gestion dynamique des personnels) sont mis en œuvre dans les collectivités. Les initiatives managériales dans les collectivités locales françaises ne s expliquent pourtant pas uniquement par une réaction aux évolutions de l environnement ou bien comme une imitation des politiques de réforme mises en place au niveau de l Etat. Deux analyses comparatives font ressortir ce trait caractéristique du management public local en France. D une part, Kuhlmann (2006 :89) montre ainsi que les initiatives managériales locales dans les Etats européens continentaux sont plus endogènes et volontaristes que celles des pays anglo-saxons. Les collectivités françaises représentant le contre-exemple le plus poussé au modèle anglo-saxon notamment en matière de mesure et de management de la performance (Kuhlmann, 2010 :368) D autre part, Saint-Martin (2000) montre qu à la différence de la Grande-Bretagne et du Canada, les collectivités locales furent le point d entrée dans le secteur public français des instruments et méthodes de gestion inspirés du management privé à partir des années L ouverture au management se serait «faite progressivement des marges (les collectivités UFPT Aix Colloque PILOTE

6 locales) vers le cœur (administrations centrales)» (Saint-Martin, 2000 : 192). Dans un pays qui est longtemps resté relativement peu impacté par les procédures inspirées du concept flou du NPM, les municipalités ont fait figure d exception, voire d éclaireurs.! Selon Thoenig (1998), comparativement aux administrations d Etat, les transformations managériales menées dans les collectivités territoriales furent plus précoces, plus vastes et plus profondes.!plus précoces, car avec la décentralisation de 1982, les élus ont été dotés d un réel pouvoir d action sans nécessairement savoir comment le mettre en œuvre. Afin de gérer le changement de rôle des collectivités et la croissance des effectifs de leurs bureaucraties, les élus ont souvent eu recours aux cabinets de conseils en management. Plus vastes, car les missions qui leur furent confiées ont couvert toutes les dimensions du savoir gestionnaire (RH, stratégie, contrôle de gestion, systèmes d information, communication, marketing ). Plus profondes, car ces interventions visaient parfois à transformer plus fondamentalement l ensemble de l administration communale pour la calquer sur le modèle de l entreprise.! Les dispositifs comptables, de contrôle de gestion et de mesure et de pilotage de la performance peuvent être considérés comme le corpus central du management public (Van Dooren, 2006 ; Rouban, 1996) et constituent de ce fait un bon traceur (Lascoumes et Le Galès, 2005) de la managérialisation du secteur public. Or, leur analyse au niveau local révèle l antériorité des collectivités en matière de pilotage, que ce soit sur le plan comptable, budgétaire ou de gestion. Contrairement à beaucoup d autres pays, les dispositifs juridiques visant à rapprocher les pratiques comptables et budgétaires publiques de celles du secteur privé ont été d abord mis en œuvre dans les collectivités territoriales. Ainsi les lois de décentralisation de 1982 et la loi Administration Territoriale de la République de 1992 ont imposé, notamment, aux collectivités le passage d un système de comptabilité de caisse modifié à un système d engagement patrimonial (Lande, 2003 ; Rocher, 2007), la mise en place d un débat d orientation budgétaire (DOB) et une définition stricte du principe d équilibre. De surcroît, ces textes ont ouvert la possibilité d une présentation analytique des comptes et l émergence d une gestion pluriannuelle. UFPT Aix Colloque PILOTE

7 Ainsi, les principes de sincérité, d équilibre, de lisibilité et de responsabilisation consacrés par la LOLF s inspirent en grande partie des pratiques des collectivités locales (Steckel, 2007). Les fondateurs de la LOLF évoquent même «l avance en termes de management public» des collectivités locales en regard de l Etat (Migaud et Lambert, 2006). Outre l antériorité des règlementations le développement des pratiques de pilotage dans les collectivités s explique également de manière volontariste ou par le biais d un isomorphisme normatif. Dès avant les lois de décentralisation, Jean Bouinot publie un ouvrage réfléchissant notamment aux avantages et limites de la mise en place d une comptabilité analytique en milieu communal (La nouvelle gestion municipale, 1977). En 1985, un guide pratique de la comptabilité analytique communale est commandé par le ministère de l économie, des finances et des privatisations (Kerviler, 1985). Divers types de collectivités (conseils généraux, communes) de différentes tailles (Bouches-du-Rhône, Hauts de Seine, Seine Saint- Denis, La Roche-sur-Yon, Saint-Nazaire, Angers, Besançon, Reims, Saint-Denis ) développent des dispositifs de contrôle de gestion dans le courant des années On peut donc considérer que le contrôle de gestion est un ensemble de pratiques très variables progressivement diffusé dans les collectivités au début des années L enquête menée par Pariente (1998) en 1992, 1993 et 1995 montre que dès cette période, 50% des CT avaient recours à la comptabilité analytique, 30% utilisaient des tableaux de bord, 20% cumulaient comptabilité analytique et tableaux de bord, 10% avaient mis en place une direction par objectifs et 10% un système de BBZ. Seules 15% des collectivités n avaient mis en place aucun outil de contrôle de gestion. Accompagnant cette floraison de dispositifs des recherches sont conduites sur ce phénomène nouveau (Gibert et Thoenig, 1993 ; Pariente, 1998 ; Meysonnier, 1991 ; Gibert, 1994 ; Roussarie, 1996 ; Dupuis, 2000a et b ; Dupuis et Carles, 2001) autour de deux problématiques : la recension des spécificités du contrôle de gestion public local et les incomplétudes et imperfections de son développement. Il semble que par la suite la recherche sur le contrôle de gestion dans les collectivités s estompe au profit d une recherche focalisée autour de la mise en place de la LOLF dans les administrations d Etat. Pourtant, les rares enquêtes plus récentes, comme celles de Busson-Villa (1999), Chauvey (2006), de l AFIGESE-CT (2006) ou de Carassus et Gardey (2009) indiquent un élargissement du portefeuille de dispositifs de pilotage mis en œuvre par les collectivités : UFPT Aix Colloque PILOTE

8 évaluation, démarches qualité, balanced scorecard, méthode ABC Ces études, bien qu elles présentent quelques limites quant au nombre et à la représentativité des répondants (sur une population totale d environ collectivités) montrent l enthousiasme des collectivités visà-vis des outils de pilotage, même si l usage de ces outils reste peu analysé. Un point ressort de manière saillante de ces études: dans le sillage de la LOLF de nombreuses collectivités tendent à élargir leur portefeuille de dispositifs de pilotage tout en leur accordant des objectifs plus ambitieux. L expression «démarches globales de performance» est usitée pour signifier la portée stratégique des démarches, leur ambition simultanément technique et politique et enfin le passage d une logique de contrôle de gestion à une logique de pilotage de la performance et d évaluation des politiques publiques. Par exemple, un groupe d élèves administrateurs territoriaux publient en 2006 un «guide de la performance dans les collectivités locales» avec le soutien de l INET, de l AFIGESE et de l ACUF, qui illustre pleinement cette tendance. A l instar de plusieurs pays, la transformation du processus budgétaire gouvernemental en système de pilotage de la performance suscite un effet de feedback institutionnel sur les collectivités territoriales qui en amène plusieurs à labelliser des démarches existantes avec les grilles de lecture de la LOLF. Pour autant, ces dernières ne se contentent pas de se conformer aux standards nationaux mais explorent les possibilités d inventer leurs propres solutions (Padovani et Scorsone, 2009). De plus, si la question de l approche budgétaire de la performance est posée, elle ne résume pas l ensemble des initiatives menées dans les collectivités territoriales pour prendre en charge la question de la performance (Emery, 2005; Bouckaert, 2006). En effet, la montée en puissance politique, juridique et financière des collectivités territoriales a opéré un changement qualitatif du mode de production des services publics qui rend hasardeux le transfert des modèles issus du niveau national vers le niveau local (Thoenig, 1999). De ce qui précède il résulte que : - Le contrôle de gestion est une réalité ancienne et évolutive dans les collectivités, marqué par l ambition de passer d une logique instrumentale de contrôle à une logique plus stratégique et organisationnelle de pilotage. - Les facteurs de développement du pilotage de la performance articulent à la fois des initiatives propres, des logiques de mimétismes et des contraintes réglementaires. - Derrière l antériorité des collectivités en matière de pilotage et la revendication de solutions gestionnaires propres se pose la question du degré de contingence du UFPT Aix Colloque PILOTE

9 pilotage de la performance publique locale et donc du cadre théorique à développer pour l analyser. 1-2 Quel cadre d analyse pour le pilotage de la performance dans les collectivités locales? L analyse des systèmes de mesure et de pilotage de la performance (SMPP) publique a fait l objet d un nombre de recherches considérable durant les trente dernières années partout dans le monde. Ces recherches ont couvert la plupart des facettes de la performance publique, de ses dimensions techniques et métrologiques à ses implications politiques, sociales et symboliques. L objectif de notre recherche est de proposer une comparaison de trois SMPP mis en œuvre par des collectivités territoriales françaises. Plusieurs auteurs considèrent que les SMPP dans les collectivités locales sont un angle aveugle de la recherche en gestion publique. Padovani et Scorsone (2009) affirment que l essentiel des recherches comparées sur le pilotage de la performance publique s est exclusivement focalisé sur les administrations centrales et que compte tenu de l importance prise par les collectivités dans la production de l action publique, l analyse des SMPP locaux constitue une priorité de l agenda de recherche en gestion publique. Pour leur part, Wollmann et Thurmaier (2011) déplorent l absence de recherche sur les politiques de réforme managériales locales tandis que Kuhlmann et Wollmann (2011) pointent la nécessité, comptetenu du contexte des finances publiques contemporaines, d entreprendre des recherches plus précises et empiriques sur cet objet. Ces auteurs soulignent pourtant la difficulté ou la «mission impossible» (Padovani et Scorsone, 2009) que constitue la comparaison du pilotage de la performance locale du fait de la grande variété de statuts, de compétences exercées, de tailles, de nombre et de strates de «gouvernements locaux». Cela expliquerait que les rares études disponibles soient des comparaisons «à distance» fondée sur la compilation d études nationales, ou d enquêtes diffusées à des experts nationaux, sans collecte de données spécifiques à la problématique de l étude (Wollmann et Thurmaier, 2011). Dans ce contexte qui reste pour une large part exploratoire, nous proposons une comparaison infra-nationale de SMPP mis en place par trois collectivités locales. Cette approche limitée à seul pays vise à réduire le nombre de variables contextuelles à prendre en compte en vue de UFPT Aix Colloque PILOTE

10 permettre de focaliser notre attention sur la description et l analyse des SMPP. Elle doit permettre une caractérisation précise des démarches analysées et s intègre dans un programme de recherche plus large qui vise à proposer une comparaison internationale des SMPP locaux au niveau européen. Pour ce faire, nous mobilisons le cadre d analyse comparatif des SMPP développé par Bouckaert et Halligan. Pour des raisons d espace, nous ne développons pas les raisons pour lesquelles leur cadre théorique nous semble le plus avancé, mais renvoyons le lecteur intéressé à la revue de la littérature des modèles et cadres d analyse de la performance publique réalisée par ailleurs (Guenoun, 2009). La transposition d un cadre d analyse développé pour appréhender les SMPP des administrations centrales présente un intérêt à la fois intrinsèque et extrinsèque. Intrinsèque dans la mesure où nous bénéficions d un cadre d analyse précis et multidimensionnel qui nous semble permettre de caractériser finement les démarches observées. Extrinsèque, dans la mesure où la transposition d un cadre d analyse du niveau national au niveau local constitue également un moyen d interroger le degré de similitude entre la démarche de performance développée au niveau national et celles développées au niveau local. A travers cette analyse extrinsèque de la pertinence du cadre théorique mobilisé, c est la manière de voir la contingence des SMPP dans le secteur public qui nous semble pouvoir être travaillée. En effet, l existence d un champ de recherche en management public ne se justifie que dans une conception contextuelle du management, autrement dit une approche critique du postulat d universalisme des solutions gestionnaires (Sponem, 2009) ou tout du moins d une approche non instrumentale du contrôle (Lorino, 2003). Reste à savoir quel est le niveau de contingence pertinent. Pariente (1998) défend l intérêt d une approche contingente du contrôle de gestion dans les collectivités locales. Cependant il mobilise deux types d arguments : tout d abord, il défend l universalité de la contingence qui justifie une approche sociologique du contrôle où l introduction chaque dispositif doit être précédée d une analyse organisationnelle pour en paramétrer les adaptations nécessaires en vue d une appropriation. Ensuite, il reprend Burlaud et considère que les organisations complexes (dont font partie les organisations publiques, 1995) ont des caractéristiques qui obligent à adapter leur contrôle de gestion (taille, caractère non répétitif des tâches, qualification de la main d œuvre ). Il nous semble que ces arguments militent davantage en faveur d une contingence sectorielle (horizontale sur l axe public/privé) que d une contingence institutionnelle (verticale sur l axe administration centrale/collectivité locale). Aussi, nous décidons nous de recourir à un modèle développé pour les niveaux UFPT Aix Colloque PILOTE

11 centraux de gouvernement dans un contexte territorial. Cette utilisation dans un contexte nouveau contribue à éclairer plus finement les différences existantes et de se demander s il existe ou non une manière locale de piloter la performance publique. 1-3 Le cadre d analyse de Bouckaert et Halligan Bouckaert et Halligan (2008) développent un cadre conceptuel pour analyser de manière systémique le management de la performance. Ils montrent que la plupart des analyses du management de la performance dans le secteur public se focalisent sur la description d une fonction (finances, RH ) ou politique spécifique (Bouckart et Halligan, 2008 : 35). Or, selon eux, l exigence de performance impacte non seulement l ensemble des fonctions support, mais elle change plus profondément la nature du management de l organisation. Autrement dit, les pratiques de pilotage de la performance ne peuvent se comprendre indépendamment du contexte socio-organisationnel dans lequel elles se développent. Une analyse transversale et systémique des systèmes de mesure et de management de la performance est donc nécessaire pour comprendre comment la performance est prise en charge dans le secteur public. Le cadre développé par Bouckaert et Halligan (2008) vise à faire sens des multiples usages et combinaisons des modèles d analyse de la performance. Tout système de management de la performance est composé de trois séries d activités : mesure, incorporation et utilisation (1). Les différentes combinaisons de ces activités donnent forme à quatre modèles de management de la performance plus ou moins intégrés (2) Les composantes du management de la performance La mesure de la performance renvoie à toutes les activités de collecte et de mise en forme des données relatives à la performance. Plusieurs variables permettent de qualifier un système de mesure de la performance : -La forme globale du système de mesure : il peut être mécaniste ou interactif selon que les liens de causes à effets entre les différentes mesures sont considérés comme clairs et ou, au contraire, ambigus et supposent une réflexion active entre les différents acteurs concernés par ces mesures. Il peut également être ouvert ou fermé selon que la définition des données à collecter soit le fait des concepteurs du système ou que les acteurs internes ou externes à l organisation y participent. UFPT Aix Colloque PILOTE

12 -La conception du système de mesure : elle peut être spécifique ou générique selon qu elle est le fruit du travail des membres de l organisation ou qu elle résulte de l importation de pratiques d autres organisations. -Le périmètre de la mesure : il varie en fonction du nombre des dimensions couvertes par la mesure de la performance : intrants, activités, extrants, effets, confiance. -La profondeur de la mesure : Elle peut être micro, méso, ou macro selon que les mesures de performance sont déclinées à l ensemble des niveaux de l organisation : par directions, global, large sur le plan inter organisationnel.. -La sensibilité aux dysfonctionnements : La mesure de la performance peut générer de nombreux problèmes et dysfonctionnements. Les systèmes de mesure de la performance peuvent être plus ou moins sensibles à ces risques. Ces dysfonctionnements peuvent être corrigés a posteriori ou, au contraire, anticipés et surveillés. La manière dont est mesurée la performance détermine partiellement la manière avec laquelle la performance est incorporée, utilisée et gérée. L utilisation de ce modèle dans le cadre de notre recherche a pour conséquence de ne pas nous concentrer sur la présentation des indicateurs et à leur caractérisation. L incorporation de la performance renvoie au fait d intégrer les informations produites dans des documents, procédures et discours afin d imprégner la culture et la mémoire de l organisation et de favoriser leur utilisation. La principale question qui se pose alors est de savoir si les démarches de mesure de la performance servent de support aux interactions internes et externes à l organisation. Deux variables permettent de qualifier l incorporation de la performance : -Le niveau d incorporation : l incorporation peut s appuyer uniquement sur le dispositif budgétaire ou passer par d autres dispositifs. Plus le nombre de dispositifs de production d informations relatives à la performance est grand, plus l incorporation de la performance a des chances d être élevée. Ces dispositifs peuvent être statiques ou dynamiques selon que l on cherche à se conformer à un standard ou que l on cherche à identifier ce qui fonctionne ou non. Plus les dispositifs visent à identifier les dysfonctionnements, plus l incorporation est élevée. -Le degré d incorporation : les dispositifs peuvent être ou non articulés les uns aux autres et cette articulation peut aller jusqu à l intégration dans un système global et cohérent. L articulation entre les dispositifs indique le degré d incorporation de la performance. UFPT Aix Colloque PILOTE

13 L inventaire des outils utilisés pour ancrer les informations dans des procédures donne un aperçu des capacités d incorporation du management de la performance. L analyse de ces outils et techniques permet d identifier différents niveaux d incorporation ;de l autonomie pour chaque direction ou service à l articulation entre les uns et les autres dans un cadre cohérent et prémédité. Enfin, le degré d incorporation des informations relatives à la performance influencera leur utilisation. Elle renvoie au fait de mobiliser ces informations pour concevoir des stratégies d amélioration du processus décisionnel, d allocation de ressources, de fixation des responsabilités et pour renforcer la transparence de l organisation. Les informations relatives à la performance qui sont incorporées dans l organisation peuvent être utilisées de plusieurs manières : -Forte ou faible : ces informations peuvent être beaucoup ou peu utilisées, pour résoudre des problèmes techniques, ou bien pour concevoir et évaluer une politique. -Le reporting peut être interne ou externe. En interne, il peut être cloisonné dans chaque direction ou transversal, en externe il peut servir à gérer les relations avec les parties prenantes (administratives ou extra-administratives). -Rétrospective ou prospective : l information peut servir à suivre rétrospectivement les activités ou, prospectivement, à préparer les actions futures. Quand les informations servent à préparer les actions futures, elles servent à l apprentissage. Trois types d apprentissages peuvent être distingués dans l usage des informations relatives à la performance : en boucle simple : se conformer à des standards, en double boucle : pour ajuster les standards, ou en apprentissage permanent : le système se réajuste en permanence pour apprendre à apprendre. -Automatisé ou réflexif : une autre dimension de l usage est la réflexivité des acteurs vis-à-vis des informations relatives à la performance : ceux-ci peuvent être conscients ou non des apports et perturbations potentielles des systèmes de mesure de la performance. En résultent ou non des stratégies pour accroître la valeur ajoutée du système et éviter les dysfonctionnements. Sur la base de ces trois composantes et de leur articulation, Bouckaert et Halligan proposent quatre idéaux-types de management de la performance. UFPT Aix Colloque PILOTE

14 Les 4 idéaux types du management de la performance En fonction du degré d intégration du management de la performance dans l organisation, on peut distinguer quatre idéaux-types : l administration de la performance, le management des performances, le management de la performance et la gouvernance par la performance. Ces quatre idéaux-types permettent de lier les dimensions techniques et organisationnelles des SMPP. Il servira de cadre pour notre analyse de la performance dans les OI. En effet, l analyse conjointe des outils de gestion et des représentations des acteurs nous permettra d identifier des formes de management de la performance et de les rapprocher des modèles identifiés par Bouckaert et Halligan (2008). Le modèle de l administration de la performance Il s agit du modèle le plus sommaire et chronologiquement le plus précoce. Un certain degré de mesure et de performance est attendu, mais la relation entre mesure et performance reste implicite. La mesure de la performance est la principale activité réalisée dans ce modèle, elle est essentiellement technique (les données ne sont pas structurées) et sa mise en œuvre est laissée à la discrétion des managers. En fait, la mesure de la performance constitue une nouvelle procédure administrative qui correspond à une obligation légale ou administrative (nouvelles règles de reddition de comptes), plus qu à un souci managérial ou politique. Le souci de performance reste intuitif et général (abstrait) et les informations générées sont déconnectées des stratégies (ou démarches) organisationnelles d amélioration de la performance. Leur utilisation est essentiellement interne et centré sur les ressources et le contrôle de la conformité aux standards fixés. Ce modèle correspond bien à la bureaucratie wébérienne traditionnelle (régulation formelle). Le modèle du management des performances Ce modèle émerge lorsque management et performance sont couplés mais seulement faiblement car plusieurs systèmes de mesure coexistent. Le management des performances ne s y résume pas à produire des données, mais une approche fonctionnelle domine. En résultent diverses sortes de managements de diverses performances humaines, financières, stratégique, orientée usagers, communicationnelle. Divers systèmes de mesure produisent les informations dans des directions mettant en valeur des performances différentes pour des objectifs isolés. Ces informations ne sont pas UFPT Aix Colloque PILOTE

15 interconnectées. Ces systèmes développés en silo peuvent avoir une maturité très variable, ce qui les rend peu cohérents, incomplets et difficilement intégrables. Le modèle du management de la performance Ce modèle présente des traits distinctifs : cohérence, intégration, globalité, consistance et convergence. Le système de mesure est transversal. L agrégation (intégration) des informations n est pas aléatoire. Elle est alignée sur une stratégie globale d amélioration de la performance. Le management de la performance est ainsi conçu comme un cadre pour l ensemble du système. Si plusieurs systèmes de mesure peuvent coexister en son sein, ils doivent être hiérarchiquement alignés (avec une priorisation et une catégorisation claire). Il suppose également une politique officielle de mesure portée par l organisation à l intention de toutes les directions. Le modèle de la gouvernance de la performance Ce dernier modèle est le plus large et renvoie à une situation où la mesure, l incorporation et l utilisation des informations relatives à la performance transcendent les frontières de l organisation pour concerner la société. Dans ce modèle, la performance sert à mettre en relation les organisations publiques avec leur environnement. Les citoyens participent à la définition des cadres d analyse de la performance et à son évaluation ex-post. Les SMPP intègrent toutes les dimensions de la performance et les déclinent du global au particulier dans l ensemble des composantes de l organisation. Ce modèle multi-dimensionnel, multi-niveaux et multi-acteurs pose de nombreux problèmes encore irrésolus à ce jour. Les composantes du management de la performance propres à chacun de ces modèles sont synthétisées par les auteurs dans le tableau figurant en annexe. Elles sont mobilisées pour caractériser les cas étudiés ci-après. Partie 2. - Conceptions de la performance et pratiques de pilotage : 3 études de cas en contexte communal et intercommunal Cette recherche est fondée sur une étude de cas multiples (Stake, 1995) qui correspond à notre objectif d analyser un phénomène (les SMPP) dans un contexte réel et d en développer une analyse holistique (Yin, 1989). Dans cette partie empirique nous présentons les systèmes de mesure et de pilotage de la performance de trois collectivités locales ainsi que les UFPT Aix Colloque PILOTE

16 représentations/définitions de la performance en vigueur en leur sein. Selon Bennet et Elman (2006), l analyse qualitative de cas couplée à des comparaisons de cas est particulièrement adaptée pour appréhender les phénomènes complexes. Plusieurs modes de collecte de données ont été mobilisés dans cette recherche : des entretiens semi-directifs ont été conduits avec les différentes parties prenantes internes concernées par le SMPP (directions fonctionnelles et opérationnelles), des données primaires internes ont été analysées (RAP/PAP, rapport d activité, projet d administration, tableaux de bord, supports de formation ). De surcroît, l obtention des données a été facilitée par des échanges de longterme engagés par un des auteurs avec le DGS ou les responsables du pilotage de plusieurs des collectivités étudiées au travers d activités de formation ou d intervention. Cette proximité, cumulée à l attention durable entretenue sur nos cas, nous a permis d avoir accès internes «discrètes». Afin de limiter le risque de contamination par les acteurs rencontrés, chaque cas a été analysé par l auteur qui n était pas en contact avec la collectivité. Enfin, les données structurelles, démographiques et territoriales des cas étudiés ne sont pas détaillées (on se limitera à préciser qu il s agit de communes, deux de grande taille et une moyenne) afin, d une part, de respecter l anonymat et la non tracabilité promis à nos interlocuteurs et d autre part, de faciliter la distanciation critique de l analyse. La présentation des cas est structurée selon trois axes utilisés lors des entretiens en vue de permettre de renseigner la grille d analyse proposée par Bouckaert et Halligan (2008) : conception de la performance, dispositifs utilisés, animation et effets de la démarche. UFPT Aix Colloque PILOTE

17 2.1 Cas A : Une performance administrée sur le point de basculer dans le management des performances Les conceptions de la performance : la mise en tension d objectifs ambigus et contradictoires Une acception hétérogène de la performance prévaut dans la commune. Il n a pas été possible d obtenir une définition partagée du terme «performance», notion qui toutefois, dans la majorité des cas, fait écho à la nécessité de «qualité du service au public». En plus de cette référence permanente à la notion de «qualité du service rendu» apparaissant comme le socle d une culture commune, fusse t elle non organisée, il a été question au fur et à mesure des entretiens menés de «résultats», «productivité», «efficience», «économies budgétaires. Chacun de ces termes prenant une définition différente selon les interlocuteurs. Pour les services interrogés, il y a des ambiguïtés, voire des contradictions dans les enjeux, au premier rang desquelles la difficulté à concilier économies budgétaires et qualité de service public. Cette dualité s articule d ailleurs en fonction du type de services concernés. Les services fonctionnels mettent en avant la réalisation d économies budgétaires, la recherche de marges de manœuvre d abord financières. Ils renvoient à l idée d une meilleure utilisation des ressources et d un service rendu à moindre coût. Ce qui correspond à la diffusion d une logique économiciste. Les services opérationnels, font référence, à leur niveau, à la qualité de la gestion et à l efficacité opérationnelle d un côté ; et à la qualité du service rendu et la pertinence des services au public de l autre. Dans le premier registre, l idée développée est celle de l optimisation de l organisation, de l amélioration dans les changements de méthodes et de pratiques à des fins de maintien de la qualité interne. Dans le second registre, sont mises en avant l identification des besoins, la satisfaction des attentes, la réponse aux objectifs politiques à des fins d organisation voire d amélioration de la qualité du service rendu aux habitants. Cette ambiguïté conforte les acceptions différentes, les représentations véhiculées diversement et rend alors la démarche de «performance» portée davantage par les services fonctionnels que par les autres acteurs municipaux. Cela se traduit concrètement dans l organisation par une mesure de la performance dont la caractérisation serait la phrase du UFPT Aix Colloque PILOTE

18 DGS «chiffrer pour gérer mieux», donc centrée sur la mesure et nous le verrons ci-après reposant essentiellement sur le dispositif budgétaire. Des outils et initiatives de gestion multiples et peu articulés Dans le cadre des différentes missions des interviewés, ces derniers peuvent être amenés à déterminer des objectifs, et à concevoir des outils de suivi et/ou de pilotage afin de mesurer l atteinte de ces objectifs. Ces objectifs, qui «pourraient» traduire une démarche de performance, ne sont pas organisés à l échelle de la collectivité et ne participent pas à un dispositif de pilotage harmonisé et transversal. Les interviewés assimilent quasi unanimement les outils de pilotage à la gestion budgétaire, à savoir la maitrise des dépenses autorisées. L initiative la plus prégnante consiste dans le déploiement de l acte 1 de la LOLF : la déclinaison des enveloppes budgétaires par fonctions et missions (les dépenses de personnel étant centralisées dans la mission RH). Cette initiative reprend en l infléchissant le suivi financier déjà existant, mais le responsabilisation reste faible, les services opérationnels «voi[ent] passer les dépenses» davantage qu il ne gèrent les enveloppes. De plus, certains personnels interviewés regrettent l absence de feed-back sur leur contribution à l effort consenti au niveau financier. En outre, il existe des difficultés dans la mesure des éléments utiles au pilotage de la collectivité compte tenu du caractère stochastique de la notion de service à la population. Les attentes de la population, dans certains secteurs de l activité municipale, ne sont pas, à leurs yeux, facilement objectivables. Enfin, il n y a pas une identification claire du «client» (au sens de «pour qui je travaille») de la part des différents services rencontrés. Ces trois dimensions (mesure complexe, difficulté d objectivation, absence de cible claire) sont des freins à la diffusion d une culture commune de finalisation de l action communale et de son suivi. Ces freins résident dans l absence de données de résultat et d impact et le scepticisme des répondants quant à la possibilité d en produire. Une fois ces lacunes évoquées, les services fonctionnels et opérationnels indiquent que des démarches sont initiées ou prévues qui visent à piloter la performance selon quatre axes : Pilotage de l activité à des fins décisionnelles (projet de SID) Réorganisation : les résultats des actions de pilotage pour modifier l organisation, UFPT Aix Colloque PILOTE

19 Conduite du changement, Evaluation des politiques publiques. Ces perspectives permettent aux DGA et services fonctionnel d affirmer que la Ville a initié une démarche de performance, néanmoins, ils restent plus putatifs qu effectifs. Des indicateurs de pilotage aux indicateurs de reporting Lorsque l on s intéresse à l existant, globalement, les services étudiés ont mis en place seuls ou avec l appui du contrôle de gestion, des indicateurs et tableaux de bord d activité et budgétaires. Les indicateurs, quand ils existent, sont utilisés par les services opérationnels pour la conduite du changement, mais aussi et surtout pour «justifications» de mauvaise ou partielle réalisation du service dédié. Toute l information stockée dans les bases de données des responsables n est pas mise à disposition de manière systématique, mais est synthétisée à la demande, permettant une construction progressive des indicateurs. Il y a aussi un écart entre la donnée produite, la donnée exploitable et la donnée exploitée. Certaines données exploitables ne sont pas exploitées et certaines données exploitées ne semblent pas exploitables. Ceci pose la question de la place du contrôle de gestion dans l organisation et de ses missions. De même, de nombreuses informations de pilotage ne sont pas remontées systématiquement aux supérieurs hiérarchiques (DGA). Les indicateurs qui servent au pilotage sont déconnectés du reporting, y compris au niveau d une direction. Toutefois, on constate dans la plupart des directions une multiplication des outils de suivi et de pilotage principalement sous la forme de tableaux de bord non standardisés et qui ne sont pas en tant que tels des outils d aide à la décision, ni d appui au dialogue de gestion. Dans une logique transversale, on note l élaboration récente (3 ans) d un tableau de bord de Direction Générale. Etabli mensuellement sous Excel avec une structuration par pôle et des onglets par direction. Il comptabilise 90 pages et le nombre d indicateurs par direction y est totalement hétérogène ; de plus les informations ne sont pas remontées de la même façon au service du contrôle de gestion. Certains ont un référent par indicateurs, d autres un par pôle. UFPT Aix Colloque PILOTE

20 Les procédures sont donc négociées individuellement avec chaque pôle, ce qui complexifie encore plus la mise en place des outils stratégiques. Les pôles sont alors largement indépendants les uns des autres en la matière. De surcroît un scepticisme généralisé prévaut à l égard de l instrument, le DGA Finances le qualifiant d «outil basique ne servant pas à prise de décision». Les efforts de raffinement de l outil au travers de l utilisation de «Qlikview» en vue de consolider et de rendre plus lisibles les données n empêchent par la Direction Générale de qualifier ces outils de «gadgets». Cette stratégie de construction progressive des indicateurs reflète un rapport ambigu des responsables de la commune vis-à-vis des outils de gestion et de la performance en générale. Ces dispositifs s implantent donc progressivement au sein des directions et sont structuré en fonction de leurs problématiques propres et respectives, les dispositifs de pilotage globaux étant inopérants. L animation de la démarche : un contrôle émergent suscitant des perceptions contrastées Le niveau de culture de gestion des équipes est variable. Il fait également écho à l incompréhension vis-à-vis des concepts et du vocabulaire gravitant autour de la performance et au sentiment de «mise sous surveillance» par les directions fonctionnelles. L opposition des services fonctionnels et opérationnels sur l approche de la notion de «performance», notamment, et la crainte que des indicateurs de performance soient déterminés et imposés aux services opérationnels sans qu ils ne soient associés, ayant été quelques fois évoquée. Cette distorsion horizontale est également verticale, puisqu il apparaît, au travers des entretiens réalisés, une appropriation «différenciée» entre l encadrement supérieur et les unités de production opérationnelles. La démarche engagée, notamment sur le processus budgétaire et les quelques autres actions réalisées (contrôle de gestion, commande publique), est perçue comme «descendante». Les démarches déjà initiées ne font pas systématiquement l objet d un «feed back». Elle est également perçue de différentes manières selon les directions : comme «globale» au niveau de la DGA finances qui porte la démarche, et plutôt comme une démarche par «coups» au niveau des services. La cohérence générale de la démarche, qui ne s appuie pas sur des supports ad hoc, n est pas suffisamment explicite. Elle est donc plus facilement considérée comme du ressort des directions fonctionnelles plutôt que de celui des directions opérationnelles. A contrario, l idée selon laquelle les marges de manœuvre, notamment financières, se resserrent semble communément admise. UFPT Aix Colloque PILOTE

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1

Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion. Marie Gies - Contrôle de gestion et gestion prévisionnelle - Chapitre 1 Chapitre 1 : Introduction au contrôle de gestion Introduction 2 Contrôle de gestion : fonction aujourd hui bien institutionnalisée dans les entreprises Objectif : permettre une gestion rigoureuse et une

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015

La modernisation de la gestion publique au sein des EPSCP. Colloque des Agents Comptables. 05 juin 2015 La modernisation de la gestion publique au sein des Colloque des Agents Comptables 05 juin 2015 EPSCP Frédéric Dehan Directeur Général des Services Université de Strasbourg 1) Des éléments de contexte

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME)

LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) LA VEILLE DANS LE SECTEUR PUBLIC : LE CAS DE L AGENCE NATIONALE POUR LA PROMOTION DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE (ANPME) Latifa ECHIHABI (Directeur Général, ANPME, 10, rue Ghandi, BP : 211, Rabat,

Plus en détail

Les projets d investissement en PME

Les projets d investissement en PME Le point sur Les projets d investissement en PME Concilier performance économique et conditions de travail L investissement reste un moment clé du développement d une entreprise. C est l occasion de repenser

Plus en détail

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales.

La fonction d audit interne garantit la correcte application des procédures en vigueur et la fiabilité des informations remontées par les filiales. Chapitre 11 LA FONCTION CONTRÔLE DE GESTION REPORTING AUDIT INTERNE Un système de reporting homogène dans toutes les filiales permet un contrôle de gestion efficace et la production d un tableau de bord

Plus en détail

Responsable d agence

Responsable d agence Responsable d agence La filière certifications de l afpols l école L afpols conçoit et met en œuvre depuis plus de 20 ans des cycles de formations qualifiantes pour répondre aux besoins de professionnaliser

Plus en détail

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année

LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année LICENCE Administration publique Parcours : MANAGEMENT PUBLIC 2 ème année CONTENU DES ENSEIGNEMENTS ET MODALITES D EVALUATION Semestre 1 : 30 crédits 9 EC obligatoires 1 EC optionnelle à choisir parmi 2

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement

de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement point de vue MANAGEMENT ET GESTION DES HOMMES Le rôle de la DRH dans la conduite du changement La conduite du changement est une dimension essentielle de tout grand projet de transformation des entreprises.

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES Libellé de l UE (Unité d enseignement) et de l EC (Elément constitutif) SEMESTRE 1 S1 : UE OBLIGATOIRES Management public et stratégie

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

A. Le contrôle continu

A. Le contrôle continu L audit d achat est une action volontaire décidée par l entreprise avec pour objet d apprécier la qualité de l organisation de sa fonction achats et le niveau de performance de ses acheteurs. L audit achat

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité?

Atelier A7. Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? Atelier A7 Audit de la gestion globale des risques : efficacité ou conformité? 1 Intervenants Jean-Pierre Hottin Associé, PWC jean-pierre.hottin@fr.pwc.com Annie Bressac Directeur de l audit et du contrôle

Plus en détail

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats

C ) Détail volets A, B, C, D et E. Hypothèses (facteurs externes au projet) Sources de vérification. Actions Objectifs Méthode, résultats C ) Détail volets A, B, C, D et E Actions Objectifs Méthode, résultats VOLET A : JUMELAGE DE 18 MOIS Rapports d avancement du projet. Réorganisation de l administration fiscale Rapports des voyages d étude.

Plus en détail

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes)

Intitulé du projet : PARTAJ (Plan d Accompagnement Régional et Territorial pour l Avenir des Jeunes) Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE PAR

Plus en détail

Fiche 15 Le système des prix de cession interne.

Fiche 15 Le système des prix de cession interne. Analyse des coûts Fiche 15 Le système des prix de cession interne. 1. Définition. Les orientations actuelles ou récentes de la gestion publique (par exemple, le développement des centres de responsabilité

Plus en détail

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE

LE MANAGEMENT STRATEGIQUE LE MANAGEMENT STRATEGIQUE I. Introduction au management stratégique... 2 A. Cas de l entreprise Dell... 2 B. Définitions... 2 C. Les décisions stratégiques... 2 D. Processus d élaboration... 3 E. Impact

Plus en détail

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales

74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales 74 ème Congrès Annuel des Directeurs Généraux des Collectivités Territoriales Introduction Une politique des Ressources Humaines est au cœur de défis majeurs. Un réel levier de performance publique. L

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * République Algérienne Démocratique et Populaire * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * Présidence de le république * * * * * * * * * * * * * Direction Générale de la Fonction Publique

Plus en détail

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Joël Darius Eloge ZODJIHOUE La gestion axée sur la Performance et les Résultats appliquée à la gestion des Finances Publiques: Préparation et Mise en place du Budget axée sur la performance et les résultats Joël Darius Eloge ZODJIHOUE

Plus en détail

Lean management et conditions de travail!

Lean management et conditions de travail! Lean management et conditions de travail! Conférence APIRAF! IUT Lumière 18 février 2014! www.aravis.aract.fr! 18/02/14! N 1! Au delà du seul lean " Quels liens entre «#évolution des organisations#» et

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique

&203$6'\QDPLTXH 0DQXHOG $GRSWLRQ. GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique GUIDE POUR L ADOPTION DU COMPAS Qualité ET DU COMPAS Dynamique Page 1/ 17 Page 2/ 17 6RPPDLUH,1752'8&7,21 A QUI S ADRESSE CE MANUEL?... 6 QUEL EST L OBJECTIF DE CE MANUEL?... 6 /(6)$&7(856'(5(866,7(3285/

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

L approche intégrée au service de la performance des bâtiments à des coûts maîtrisés

L approche intégrée au service de la performance des bâtiments à des coûts maîtrisés Contacts : Hélène Bernard, architecte, Audiar. Céline Racapé, chargée de mission aux formes urbaines, Rennes Métropole. L approche intégrée au service de la performance des bâtiments à des coûts maîtrisés

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Nouveau processus budgétaire. performance: Le projet tunisien

Nouveau processus budgétaire. performance: Le projet tunisien Nouveau processus budgétaire axé sur le résultat r et la performance: Le projet tunisien Mohsen Thabet Ministère des Finances Unité GBO Atelier GBO Tunis 26-27 27 Juin Plan de l interventionl 1. Système

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT LES NOUVEAUX BLEUS BUDGÉTAIRES ET LES PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES Les documents

Plus en détail

FINANCE, COMPTABILITE Inter entreprises petits groupes (6 stagiaires maximum par session)

FINANCE, COMPTABILITE Inter entreprises petits groupes (6 stagiaires maximum par session) Octobre à juillet FINANCE, COMPTABILITE Intitulé Objectifs principaux (programme détaillé sur demande) Dates - Les principales fonctions statistiques, financières, de recherche Excel appliqué à la gestion

Plus en détail

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse»

Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Programme d Investissements d'avenir Action «Projets innovants en faveur de la jeunesse» Synthèse et Questions/Réponses de l appel à projets Version du 28 juillet 2015 Synthèse Dans la continuité du «Plan

Plus en détail

«LES PRINCIPES ET OUTILS ESSENTIELS DU CONTRÔLE DE GESTION»

«LES PRINCIPES ET OUTILS ESSENTIELS DU CONTRÔLE DE GESTION» Pour une performance durable et solidaire «LES PRINCIPES ET OUTILS ESSENTIELS DU CONTRÔLE DE GESTION» Audit et contrôle de gestion, quelle complémentarité? Port Leucate Les 12-13-14 septembre 2012 1 Pour

Plus en détail

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008

Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie et des Finances Québec, Septembre 2008 Le Budget Genre au Maroc, une perspective stratégique pour l égalité des sexes et l habilitation des femmes Mr Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières Ministère de l Économie

Plus en détail

Caractéristiques. Conditions de mise en œuvre. Avantages. - Doivent faire l objet d une réflexion stratégique pluriannuelle et concertée ;

Caractéristiques. Conditions de mise en œuvre. Avantages. - Doivent faire l objet d une réflexion stratégique pluriannuelle et concertée ; DEFINIR LES OBJECTIFS STRATEGIQUES ET OPERATIONNELS La stratégie retenue par la collectivité doit être présentée de manière synthétique en structurant autour de quelques orientations les objectifs qui

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR

SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR SIMULER ET CONCEVOIR LE TRAVAIL FUTUR Utilisation du logigramme d activité dans un projet informatique, pour simuler les compétences futures, et évaluer la charge de travail. WWW.ANACT.FR OUTIL DE SIMULATION

Plus en détail

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL»

Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» Révision du «Cadre conceptuel» de l IASB : PROPOSITIONS POUR UNE COMPTABILITE PLUS PRUDENTE ET CENTREE SUR LE «BUSINESS MODEL» La représentation de l activité des entreprises, dans les normes comptables

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter

M2S. Formation Gestion des Ressources Humaines. formation. Découvrir les techniques de base pour recruter Formation Gestion des Ressources Humaines M2S formation Découvrir les techniques de base pour recruter Décrire les fonctions et les emplois Définir un dispositif de formation Formation de tuteur La Gestion

Plus en détail

«Identifier et définir le besoin en recrutement»

«Identifier et définir le besoin en recrutement» «Identifier et définir le besoin en recrutement» LES ETAPES DU RECRUTEMENT Le recrutement est une démarche structurée qui comporte plusieurs étapes aux quelles il faut attacher de l importance. La majorité

Plus en détail

CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile?

CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile? CRM dans le secteur tertiaire : agile ou fragile? Note publiée sur le site CRM SECTOR en novembre 2005 dans la catégorie : «Extraits» Comme toutes les entreprises, celles du secteur tertiaire n échappent

Plus en détail

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow

Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Business Project Management : Cycle de vie des documents et workflow Iut de Tours Département Information-Communication Option Gestion de l Information et du Document dans les Organisations Page 1 sur

Plus en détail

Les ressources numériques

Les ressources numériques Les ressources numériques Les ressources numériques sont diverses et regroupent entre autres, les applications, les bases de données et les infrastructures informatiques. C est un ensemble de ressources

Plus en détail

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de

APFP. Les Pays, moteurs de stratégies de développement territorial et de gouvernance locale. Contribution de l Association de Mars 2012 cahier d acteurs Association de Promotion et de Fédération des Pays APFP APFP Pays / Territoires de projet Contribution de l Association de Promotion et de Fédération des Pays dans le cadre des

Plus en détail

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES

LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES LE RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS/COMPÉTENCES TRANSVERSES Il décline les activités/compétences qui peuvent être partagées par d autres métiers et d autres familles

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 1096 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche PROMOTION DE DEVELOPPEMENT LOCAL ET D APPUI AU PROCESSUS DE DECENTRALISATION AU TOGO

Plus en détail

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux

par le Réseau Anact avec le département d ergonomie de l université de Bordeaux Des difficultés à investir le champ des conditions de travail L évolution du monde du travail montre la prégnance des conditions et de l organisation du travail dans le de nouveaux risques. Ces questions

Plus en détail

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s)

P résentation. L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines. La Gestion des Ressources Humaines (collection Les Zoom s) P résentation L ensemble des concepts et des outils de la Gestion des Ressources Humaines est développé dans le livre rédigé par Chloé Guillot-Soulez et publié dans la même collection : La Gestion des

Plus en détail

Agence Leitmotiv - Tous droits réservés. Etude de plan marketing RH

Agence Leitmotiv - Tous droits réservés. Etude de plan marketing RH Etude de plan marketing RH Contexte La société xxx souhaite mettre en place un plan de marketing RH avec pour objectifs : - une meilleure communication interne pour expliquer et aider les salariés à vivre

Plus en détail

16- Veiller en interne à une bonne articulation des actions du BAIP et des dispositifs déjà bien implantés dans différentes composantes.

16- Veiller en interne à une bonne articulation des actions du BAIP et des dispositifs déjà bien implantés dans différentes composantes. Recommandations : 16- Veiller en interne à une bonne articulation des actions du BAIP et des dispositifs déjà bien implantés dans différentes composantes. 17- Assurer non seulement une meilleure lisibilité

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

1 De la logique de l entreprise au projet managérial

1 De la logique de l entreprise au projet managérial De la logique de l entreprise au projet managérial Caisse à outils du manager en quête de performances managériales!. Rappel de ce qu est la logique de l entreprise Une entreprise se définit comme la somme

Plus en détail

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC

La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC La place de l OPCU dans la conduite de projet de rénovation urbaine Note de synthèse ANRU/ CDC INTRODUCTION La mise en œuvre d un projet de rénovation urbaine suppose un pilotage opérationnel fort, s appuyant

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

Groupe Expert Dialogue de Gestion. 1 ère rencontre 30 mai 2013

Groupe Expert Dialogue de Gestion. 1 ère rencontre 30 mai 2013 Groupe Expert Dialogue de Gestion 1 ère rencontre 30 mai 2013 Plan de la présentation LE CONTEXTE LES OBJECTIFS SPECIFIQUES DES TRAVAUX DU GROUPE EXPERT DIALOGUE DE GESTION DEFINITION DU PROGRAMME DE TRAVAIL

Plus en détail

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies

MISSION DES AUDITS. Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies - - - 1 - MISSION DES AUDITS Fiche d organisation fonctionnelle n 7 : Utilisation des outils et technologies Novembre 2011 1 - - - 2 - Sommaire Objectifs de la fiche d organisation fonctionnelle 4 Domaine

Plus en détail

Guide pour. grandissent,

Guide pour. grandissent, Guide pour la cartographie des emplois/ compétences quand les talents grandissent, les collectivités progressent Guide pour la cartographie Emplois/Compétences Ce guide accompagne la mise en œuvre de

Plus en détail

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international

Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international Ressources Humaines Enjeux et Stratégie dans un contexte international 1 LES ENJEUX DE LA FONCTION R.H. Environnement : La mondialisation L accélération des changements L incontournable performance Le

Plus en détail

de gestion prévisionnelle

de gestion prévisionnelle ÉTUDE janvier 2014 Les pratiques de gestion prévisionnelle des emplois, des effectifs et des compétences (GPEEC) dans les collectivités territoriales Étude quand les talents grandissent, les collectivités

Plus en détail

de gestion prévisionnelle

de gestion prévisionnelle ÉTUDE janvier 2014 Étude Les pratiques de gestion prévisionnelle des emplois, des effectifs et des compétences (GPEEC) dans les collectivités territoriales quand les talents grandissent, les collectivités

Plus en détail

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT

L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT 1 RAPPORT DU CONSEIL D ORIENTATION POUR L EMPLOI 8 AVRIL 2014 L EVOLUTION DES FORMES D EMPLOI : SYNTHESE DU RAPPORT LES «FORMES D EMPLOI : DES REALITES TRES DIVERSES ET EN PLEINE EVOLUTION, QUI DESSINENT

Plus en détail

Le partenaire des directions financières

Le partenaire des directions financières Le partenaire des directions financières IFRS due diligences transaction services direction financière fast close reporting controlling évaluation externalisation CSP business plan consolidation Notre

Plus en détail

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE

REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE REFERENTIEL STRATEGIQUE DES COMPETENCES DU RESPONSABLE DE FORMATION EN ENTREPRISE INTERVENTION DU 13 OCTOBRE DE VERONIQUE RADIGUET GARF (*) FRANCE Le monde de la formation est en plein bouleversement,

Plus en détail

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation.

COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation. Manuel. Gestion du Cycle de Projet. Programmation. COMMISSION EUROPÉENNE EuropeAid Office de Coopération Affaires générales Evaluation Manuel Gestion du Cycle de Projet Programmation Evaluation Identification Mise en œuvre Instruction Financement Mars

Plus en détail

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement?

La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La LOLF, une loi bien pensée mais en voie de détournement? La nouvelle loi organique relative aux lois de finances a été promulguée en août 2001. Deux ans plus tard, et bien que la mise en œuvre de cette

Plus en détail

Le financement de la formation professionnelle

Le financement de la formation professionnelle Idées, concepts et politiques Le financement de la formation professionnelle Financing vocational training, Professeur Adrian Ziderman, Bar-Ilan University, Israël, zidera@mail.biu.ac.il Le système de

Plus en détail

Pour une gestion active du patrimoine

Pour une gestion active du patrimoine Pour une gestion active du patrimoine Présentation CETE du 07-06-2012 1 sommaire 1. Introduction 2. La gestion active du patrimoine : qu est-ce que c est? 3. Une nouvelle organisation 4. Le Plan Stratégique

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage. Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015

Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage. Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015 Etude «Pilotage de la performance dans l Assurance» Panorama des pratiques de pilotage Claude Chassain Norbert le Boennec Mars 2015 Executive summary Dans un contexte concurrentiel croissant, une situation

Plus en détail

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois

A22 - Conforter l attractivité du Doubs afin de développer un tissu de TPE / PME / PMI performantes et créatrices d emplois Objectifs à atteindre à long terme (jusqu à 2017) - Assurer une couverture haut débit pour l ensemble des zones d activités retenues dans le cadre du schéma des ZAE - Augmenter le nombre de bénéficiaires

Plus en détail

ZOOM SUR. le métier du SFE. N 5 Janvier 2012. Un nouveau regard sur la stratégie opérationnelle de l industrie pharmaceutique

ZOOM SUR. le métier du SFE. N 5 Janvier 2012. Un nouveau regard sur la stratégie opérationnelle de l industrie pharmaceutique Un nouveau regard sur la stratégie opérationnelle de l industrie pharmaceutique N 5 Janvier 2012 Prochain numéro Mai 2012 ZOOM SUR le métier du SFE Magazine réalisé par l équipe de consultants du cabinet

Plus en détail

Dernière mise à jour le 11/09/15 1

Dernière mise à jour le 11/09/15 1 Libellé de l UE Libellé de l EC CM Résumés Intervenants SEMESTRE 3 UE 1 : Les politiques publiques sociales (6c) Politiques sociales (3c) Evaluation des politiques publiques des secteurs 18 h Par ce cours,

Plus en détail

Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance

Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance Risk Advisory Février 2014 Les rendez-vous Risk Advisory La lettre des professionnels du risque et de la finance Des points de vue sur vos sujets de préoccupation dans les domaines de la gestion des risques,

Plus en détail

L audit de communication interne

L audit de communication interne A faire suivre à : retour à : L audit de Problématique La décision de lancer un audit répond à une volonté politique. Celle-ci s inscrit souvent dans le cadre d une conjoncture spécifique : restructuration

Plus en détail

DOCUMENT DE CONSULTATION

DOCUMENT DE CONSULTATION COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 10.4.2015 C(2015) 2303 final DOCUMENT DE CONSULTATION Première phase de consultation des partenaires sociaux au titre de l article 154 du TFUE concernant une consolidation

Plus en détail

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI

STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI STRATEGIE, GOUVERNANCE ET TRANSFORMATION DE LA DSI NOTRE EXPERTISE Dans un environnement complexe et exigeant, Beijaflore accompagne les DSI dans le pilotage et la transformation de la fonction SI afin

Plus en détail

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim

PROCEDURES DE CONTROLE INTERNE RAPPORT CONTROLE INTERNE. Enjeux du Contrôle interne au sein du Groupe Cegedim RAPPORT DU PRÉSIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION SUR LES CONDITIONS DE PRÉPARATION ET D ORGANISATION DES TRAVAUX DU CONSEIL AINSI QUE SUR LES PROCÉDURES DE CONTRÔLE INTERNE MISES EN PLACE PAR LA SOCIÉTÉ

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/4 Conseil économique et social Distr. générale 30 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration économiques

Plus en détail

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015

LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 LES RENDEZ-VOUS de l AdCF AGENDA 2015 Institués dès 2000 par l AdCF, au lendemain de la naissance des premières communautés d agglomération issues de la loi Chevènement, le Club des agglomérations et la

Plus en détail

ANNEXE 1 LA BASE DE DONNEES 1

ANNEXE 1 LA BASE DE DONNEES 1 ANNEXE 1 LA BASE DE DONNEES 1 La publication du CECEI-Banque de France 2 à partir du FIB, recense pour les deux régions 7 265 guichets permanents contre 6 657 agences pour la base du laboratoire C.R.E.T.E.I.L

Plus en détail

Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités

Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités Thème: Améliorer les capacités

Plus en détail

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016

Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 Cycle professionnel «Développeurs Territoriaux» Octobre 2015-juin 2016 1 Les partis pris méthodologiques Privilégier la participation active pour une co-production Sont privilégiées les approches et méthodologies

Plus en détail

Communiqué de presse. Direct Medica 31, rue des Longs Prés 92100 Boulogne Billancourt Tél. : +33 (0) 1 70 95 64 00 www.directmedica.

Communiqué de presse. Direct Medica 31, rue des Longs Prés 92100 Boulogne Billancourt Tél. : +33 (0) 1 70 95 64 00 www.directmedica. ARS : un an après leur création, l Observatoire de la Régionalisation dresse un premier bilan de leurs actions et de la montée en charge de la loi HPST et Direct Research créent l Observatoire de la Régionalisation.

Plus en détail

Le Médiateur de la République

Le Médiateur de la République Le Médiateur de la République A l issue d un contrôle portant sur la gestion des services du Médiateur de la République pour les exercices 1995 à 2002, la Cour des comptes avait dressé en 2004 un constat

Plus en détail

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets

Activités. Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Direction. Animation d équipe et organisation du travail. Conduite de projets Boîte à idées pour remplir la fiche de poste * Activités 1. 1. Pilotage, management Direction Informer et aider les élus à la décision Définir (ou participer à la définition de) la stratégie de la direction

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies

La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies Atelier n 15 Organisateurs : Conseil de l Europe (Centre d expertise sur la réforme de l administration locale

Plus en détail

Introduction. 1. une pratique de déclinaison de la stratégie et du management

Introduction. 1. une pratique de déclinaison de la stratégie et du management Introduction L a succession des crises économiques et financières, la possible crise écologique et climatique, ou encore les crises sociales (augmentation de la pauvreté, vieillissement de la population)

Plus en détail

Piloter le contrôle permanent

Piloter le contrôle permanent Piloter le contrôle permanent Un cadre règlementaire en permanente évolution L évolution des réglementations oblige les institutions financières à revoir leur dispositif de contrôle Secteur bancaire CRBF

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

Projet de note relative à la préparation de la mise en œuvre du décret GBCP au sein de l université Bordeaux Montaigne.

Projet de note relative à la préparation de la mise en œuvre du décret GBCP au sein de l université Bordeaux Montaigne. Projet de note relative à la préparation de la mise en œuvre du décret GBCP au sein de l université Bordeaux Montaigne. La refonte des règles relatives à la gestion budgétaire et comptable publique était

Plus en détail

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches?

UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES. Comment les thèmes ont-ils été choisis? Comment choisir parmi les 28 fiches? Introduction UNE EXPLICATION DES FICHES TECHNIQUES EN 4 QUESTIONS-REPONSES Comment les thèmes ont-ils été choisis? Sur base du diagnostic qualité des 5 CEFA du Hainaut Occidental, des marges de progrès

Plus en détail