Synthèse de la première étude structurelle sur le marché des Arts de la Table en France

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Synthèse de la première étude structurelle sur le marché des Arts de la Table en France"

Transcription

1 Institut d Informations et de Conjoncture Professionnelles Synthèse de la première étude structurelle sur le marché des Arts de la Table en France Contacts presse : Samantha Guanine / Isabelle Lebaupain Tél. : / Fax : /

2 Sommaire MÉTHODOLOGIE I. POSITIONNEMENT ÉCONOMIQUE DU MARCHÉ DES ARTS DE LA TABLE Répartition du montant global du marché Page 5 Répartition par famille de produits Page 6 Principales caractéristiques de l emploi en France dans le secteur-- Page 7 II. ACTIVITÉ DES FABRICANTS ET DU COMMERCE DE GROS Les fabricants Pages 8-9 Les grossistes et importateurs Pages 9-10 Le commerce extérieur Pages III. CARACTÉRISTIQUES DE VENTE DES DÉTAILLANTS Présentation générale des caractéristiques des ventes au détail -- Pages Les détaillants indépendants, chaînes et franchisés Pages Les grands magasins et magasins populaires Pages

3 MÉTHODOLOGIE Le Comité des Arts de la Table (CAT) a initié une première étude structurelle sur les arts de la table en France permettant de disposer désormais de données chiffrées sur le marché. L Institut I+C, société d études indépendante spécialisée dans le recueil, le traitement et l analyse des données économiques et commerciales, a mené, sous l égide du CAT, une vaste enquête sur plusieurs mois, afin d analyser le montant global du marché, sa ventilation, par famille de produits et par circuits de distribution, ainsi que la répartition de la consommation entre particuliers et professionnels. Quels sont les circuits de distribution interrogés? Plus de 1600 points de vente et fabricants ont été interrogés ainsi que 500 hôtels et restaurants en ce qui concerne leurs achats en arts de la table. Trois types de circuits ont été étudiés : - Les fabricants en arts de la table - Le commerce de gros, qui comprend les grossistes et les importateurs - Le commerce de détail, comprenant : - Les détaillants indépendants (2000 magasins) et membres de groupements (près de 170 points de vente : Ambiance et styles, Dîner chez soi, Domis, Histoires de maison). - Les détaillants sous enseigne (dont Geneviève Lethu, Culinarion, Kitchen Bazaar, Le torchon à carreaux, Guy Degrenne, Christofle, Villeroy et Boch...). Les détaillants sous enseigne spécialisés en linge de maison (Carré Blanc, Descamps, Yves Delorme...) ont également été interrogés sur leurs ventes en linge de table. - Les Grands magasins et magasins populaires : BHV, Galeries Lafayette, Le Bon Marché, Le Printemps, Monoprix (qui représente la quasi-totalité des magasins populaires). - La grande distribution : hypermarchés, supermarchés et hard discount - Les spécialistes meubles : ensemble des points de vente spécialisés dans la vente de mobilier et disposant d une offre en arts de la table (dont Alinéa, Casa, Fly, Habitat, Ikéa, Pier Import...). - Les solderies : les points de vente vendant du matériel neuf (Babou, Gifi, La Foirfouille, Le faillitaire...), à l exception donc de l ensemble des dépôts-vente. - La vente par correspondance. 3

4 Quelles sont les familles de produits étudiées? - La vaisselle (toutes matières confondues) - La verrerie - Les couverts (toutes matières confondues hors coutellerie de cuisine) - Les ustensiles de cuisine dédiés à la cuisson (hors électroménager), ainsi que les ustensiles et la coutellerie de cuisine - Le linge de table, y compris le jetable - Le petit électroménager portable : préparateurs culinaires, univers petit-déjeuner : cafetière, bouilloire, grille pain... - La décoration : décoration de table, décoration de cuisine (pendules, sabliers, chandeliers,...), objets de décoration issus des mêmes savoir-faire (tissus, vases, porcelaine,...), produits distribués par les mêmes distributeurs (étains,...) Population étudiée et échantillon CIRCUITS DE DISTRIBUTION NOMBRE TOTAL D ÉTABLISSEMENTS NOMBRE D ÉTABLISSEMENTS INTERROGÉS Fabricants Commerce de gros Détaillants indépendants et membres de groupements Grands magasins et magasins populaires Hypermarchés Supermarchés Hard discount Spécialistes meubles Solderies Ensemble

5 I - LE POSITIONNEMENT ÉCONOMIQUE DU MARCHÉ DES ARTS DE LA TABLE Répartition du montant global du marché 5 milliards d euros, tel est le marché français des arts de la table (chiffres d affaires communiqués pour l année 2004). Le chiffre d affaires global se répartit de la façon suivante : - La consommation des ménages représente 78,5% du marché. - La consommation des professionnels (composée des achats des collectivités, des hôtels et restaurants) représente donc 21,5% des débouchés. - Le commerce de détail s élève à 77% des ventes aux consommateurs contre 17, 5% pour les ventes directes du commerce de gros (Cash& Carry compris) et 5,5% pour les fabricants. - Quatre familles de produits, vaisselle, ustensiles de cuisine, verrerie et décoration totalisent à elles seules les trois quarts de la consommation. - La principale différence entre la consommation des ménages et la consommation des professionnels en termes de catégorie de produits se situe au niveau du petit électroménager portable, acheté en toute logique exclusivement, ou presque, par le grand public. - La liste de mariage réalise un chiffre d affaires arts de la table de 260 millions d euros, soit moins de 7% de la consommation de la clientèle particulière. Les grands magasins représentent 55% de ce marché, contre 33% pour les détaillants indépendants. Répartition du marché selon la clientèle finale La structure du marché Répartition du marché par familles de produit M 5

6 Répartition par familles de produits LA VAISSELLE : En 2004, le chiffre d affaire généré par la vaisselle s est élevé à près de 970 millions d euros, soit près de 20% des ventes du marché des arts de la table en France. - Plus de 70% des ventes sont réalisées auprès des ménages. - Au sein du commerce de détail, les détaillants indépendants représente un tiers du marché de la vaisselle, alors qu ils ne représentent qu un quart du marché total des arts de la table. - 30% de la vaisselle est destinée à la consommation professionnelle. LA VERRERIE : - Le montant total des ventes de la verrerie s élève à 817 millions d euros - L ensemble des produits de verrerie représente 16,5 % du marché des arts de la table en France. - Le poids de la clientèle professionnelle atteint sur cette famille de produits 27,5 %, soit l un des taux les plus élevés, toutes familles de produits confondues. LES COUVERTS : - Le marché des couverts (toutes matières confondues, hors coutellerie de cuisine) est inférieur à 600 millions d euros. - Cette famille de produits se démarque de l ensemble du marché notamment par un poids plus substantiel de la clientèle professionnelle, qui représente un tiers des ventes. LE LINGE DE TABLE : - Totalisant 6,5 % du marché des arts de la table, le linge de table est le segment le moins important du marché, les ventes s établissant à 332 millions d euros. - La clientèle professionnelle représente moins d un quart des ventes. - La répartition des ventes au sein du commerce de détail est la plus éclatée, toutes familles de produits confondues. Le poids de la grande distribution y est relativement faible (17 %), alors que les grands magasins, les spécialistes meubles ainsi que les solderies et la vente par correspondance, y ont un poids plus marqué. LES USTENSILES DE CUISINE : - La cuisson et les ustensiles de cuisine composent la 2ème famille la plus importante du marché de la table en valeur, avec quelques 900 millions d euros de C.A. (dont 83,5 % pour la clientèle particulière). - Ce marché, ainsi que le petit électroménager portable, est marqué par la suprématie de la grande distribution. Les hypermarchés et supermarchés totalisent 55 % des ventes, loin devant les grands magasins, les détaillants indépendants ou la vente par correspondance. LE PETIT ÉLECTROMÉNAGER PORTABLE : - Dans l univers des arts de la table étudié, qui n inclut pas les grandes surfaces spécialisées en électroménager, le montant du marché du petit électroménager portable totalise près de 570 millions d euros. La quasi-totalité du chiffre d affaires se réalise auprès de la clientèle particulière. - Cette famille de produits est dominée par la grande distribution (hypermarchés et supermarchés). Cette dernière pèse 59 % du marché contre respectivement 18 % pour les grands magasins et magasins populaires et 13% pour la vente par correspondance. 6

7 Structure de la consommation par clientèle finale Principales caractéristiques de l emploi en France dans le secteur Les arts de la table emploient plus de personnes en France, dont près de la moitié chez les fabricants et l autre moitié dans la distribution. Emploi total et répartition de l emploi par circuits ETABLISSEMENTS / POINTS DE VENTE EFFECTIFS POIDS Fabricants ,5 % Grossistes, importateurs % Commerce de détail (2) dont Détaillants indépendants Chaînes et franchisés Grands magasins Hypermarchés Spécialistes meubles ,5 % 10 % 1,5 % 2 % 7,5 % 6,5 % ENSEMBLE % (1) Y compris Cash & Carry (2) Ensemble des points de vente disposant d un personnel spécifique pour les arts de la table : détaillants, chaînes et franchisés, grands magasins, hypermarchés et spécialistes meubles 7

8 II. ACTIVITÉ DES FABRICANTS ET DU COMMERCE DE GROS Les fabricants LE CHIFFRE D AFFAIRES : Le chiffre d affaires des ventes réalisées en France par les 800 établissements appartenant à des fabricants en arts de la table, s élevait à 1,4 milliards d euros (HT) en La répartition des ventes par familles de produits est relativement équilibrée. Les quatre familles de produits représentant le plus de C.A. sont : - la vaisselle 20% - les appareils de cuisson 17,5% - la verrerie 17% - la décoration 16% La coutellerie et le petit électroménager portable ne représentent respectivement que 12,5% et 10% de leur C.A., suivit par le linge de table (6,5%). Répartition des ventes par familles de produits LA RÉPARTITION DES VENTES PAR CIRCUIT DE DISTRIBUTION : Plus de 40% du chiffre d affaires des fabricants est généré auprès du commerce de détail contre 37% pour le commerce de gros. Un cinquième de leur C.A. se partage équitablement entre la vente directe aux professionnels et celle aux particuliers, par l intermédiaire des magasins d usine. 8

9 LA RÉPARTITION DES VENTES PAR CIRCUITS DE DÉTAIL : Le commerce au détail est représenté à 38% par les détaillants indépendants, les chaînes et les franchisés, contre 24% pour la grande distribution et près de 20% pour les grands magasins et magasins populaires. Les grossistes et importateurs LE CHIFFRE D AFFAIRES : Le chiffre d affaires des 920 établissements français du commerce de gros (y compris importateurs, centrales d achat et Cash & Carry) s élève à plus de 1,5 milliards d euros (HT) en La vaisselle et la verrerie sont les deux familles les plus vendues en commerce de gros, elles représentent à elles deux 40% de l activité arts de la table de ces établissements. Le petit électroménager portable ne représente qu une part faible des ventes (7%) plus destiné à l achat par le grand public. Répartition des ventes par famille de produits 9

10 LA RÉPARTITION DES VENTES PAR CIRCUIT DE DISTRIBUTION : La grande majorité du commerce de gros se fait à destination des professionnels, soit 56,5% de leur C.A., contre 42,5% auprès du commerce de détail (majoritairement la grande distribution). Répartition globale des ventes par destinataires Répartition des ventes au commerce de détail Le commerce extérieur LES PRODUITS QUI S EXPORTENT LE PLUS : En 2004, le commerce extérieur de la France en matière d arts de la table présentait un solde excédentaire de plus de 300 millions d euros. Ce résultat remarquable est principalement dû à l excédent de 500 millions d euros réalisé sur les produits verriers. Ils pèsent à eux seuls 36% des exportations françaises en arts de la table. On note également dans une mesure moins spectaculaire un solde positif pour les appareils de cuisson et les ustensiles de cuisine. En revanche, la catégorie «vaisselle» présente un solde déficitaire de 166 millions d euros. Cela s explique par le fait que cette famille représente le premier poste à l importation des arts de la table avec plus de 600 millions d euros, soit un tiers des importations totales (suivi par le petit électroménager portable). 10

11 UN SOLDE EXCÉDENTAIRE DE PLUS DE 300 M Exportations M Importations M Taux de couverture (ratio des exportations sur les importations) Décoration 46 % Petit électroménager portable 99% Ustensiles de cuisine 132% Linge de table 39 % Couverts 70 % Verrerie 315 % Vaisselle 72 % TOTAL 118 % 11

12 LES PRINCIPAUX PARTENAIRES COMMERCIAUX DE LA FRANCE : Cette étude souligne l importance des mouvements intra-communautaires dont le poids s est visiblement accentué avec l élargissement de la communauté européenne à 24 pays membres. L Europe représente plus de 50% des exportations et des importations des arts de la table. Le deuxième fait marquant est que l Asie exporte en France 572 millions d euros (HT) de produits d arts de la table. La Chine occupe une position de leader pour cette zone, car elle totalise à elle seule près d un tiers des achats hexagonaux. EXPORTATIONS M IMPORTATIONS M SOLDE M TAUX DE COUVERTURE Union Européenne % Amérique % Asie % Autres % ENSEMBLE % Principaux partenaires commerciaux Exportations M Importations M 12

13 III. CARACTÉRISTIQUES DES VENTES DES DÉTAILLANTS Présentation générale des caractéristiques des ventes au détail LE CHIFFRE D AFFAIRES LE CHIFFRE D AFFAIRES TOTAL : M Répartition par circuits Répartition par familles DÉNOMBREMENT ET SURFACE COMMERCIALE PLUS DE points de vente * pour une surface totale de PRÈS DE M 2: Surface moyenne selon les circuits de distribution *Hors hard discount 13

14 LA RÉPARTITION DES VENTES DES DIFFÉRENTES FAMILLES DE PRODUITS Répartition des ventes par circuits Grandes surfaces alimentaires LE PANIER MOYEN Panier moyen LES LISTES DE MARIAGE CHIFFRE D AFFAIRES TOTAL GÉNÉRÉ PAR LES LISTES DE MARIAGE : 260 M SOIT 7 % DES VENTES TOTALES Répartition des ventes sur listes de mariage par circuits 14

15 Détaillants indépendants, chaînes et franchisés DÉNOMBREMENT ET SURFACES COMMERCIALES : Parmi les détaillants indépendants et membres de groupement, on compte en France plus de points de vente, dont 120 magasins affiliés à un groupement (hors points de vente sous enseigne). Ces derniers consacrent en moyenne 110 m 2 à la vente des arts de le table, tous produits confondus y compris le petit électroménager portable. Cette moyenne cache des disparités importantes puisque les surfaces varient de 20 m 2 pour les plus petits établissements à 400 m 2 pour la moyenne des points de vente les plus importants. Le marché des chaînes et franchisés comprend plus de 200 magasins sous enseigne (en tenant compte uniquement des spécialistes arts de la table, à l exclusion des points de vente sous enseigne distribuant du linge de table en marge de leur activité textile). Leur surface moyenne est proche de 80 m 2, évoluant entre seulement 40 m 2 pour les points de vente les plus petits à plus de 150 m 2 en moyenne pour les magasins les plus importants. Nombre de points de vente et surfaces consacrés aux arts de la table chez les détaillants ANNÉE 2005 Nombre de magasins Surface * moyenne par magasin 110 m 2 Surface totale circuit m 2 *Hors hard discount Nombre de points de vente chaînes et franchisés et surfaces consacrés aux arts de la table ANNÉE 2005 Nombre de magasins 260 Surface * moyenne par magasin 110 m 2 Surface totale circuit m 2 *Hors hard discount 15

16 LA RÉPARTITION DES VENTES SELON LES PRINCIPALES FAMILLES DE PRODUITS : Le chiffre d affaires généré par les détaillants indépendants et membres de groupements atteint près 1 milliard d euros. Le poids de la décoration (30 % des ventes) témoigne de l hétérogénéité des points de vente. Pour nombre d entre eux, l activité cadeaux et articles de décoration représente une part substantielle de l activité, se démarquant de magasins plus pointus en arts de la table où le poids de la décoration va décroissant. La vaisselle constitue le deuxième pôle de ce circuit de distribution avec près de 25% des ventes, devant la verrerie. Deux familles, les couverts et les appareils de cuisson, totalisent environ 10 % des ventes. Enfin, le linge de table ne pèse que 6 % du chiffre d affaires de ces établissements et le petit électroménager est marginal reflétant le poids de la concurrence de la grande distribution. La structure des ventes réalisées par les spécialistes arts de la table sous enseigne souligne le poids de la vaisselle qui représente un quart du chiffre d affaires de ces points de vente. Par rapport aux détaillants indépendants, le poids des articles liés à la décoration de la table est largement inférieur à 18,5 %. Ces points de vente se caractérisent par l importance des couverts et du linge de table à respectivement 16 % et 10 %. A l instar des autres détaillants, le petit électroménager portable, bien que présent dans l offre de plus de la moitié des points de vente, ne constitue qu une part marginale de leur activité. PANIER MOYEN ET SAISONNALITÉ DES VENTES Témoignant une fois encore de l hétérogénéité des détaillants indépendants spécialisés en arts de la table, le panier moyen varie dans des proportions de 1 à 5 selon les établissements considérés. Il est inférieur à 20 dans 10 % des points de vente, ceux où le poids de la décoration est le plus important. Au contraire, parmi les points de vente les plus pointus sur le secteur des arts de la table, ce panier moyen atteint en moyenne près de 100. Globalement, le montant des achats de la clientèle approche 37, un montant relativement faible qui témoigne d achats fragmentés, au coup par coup. Les écarts sont très prononcés en ce qui concerne le panier moyen en arts de la table au sein des magasins sous enseigne, reflétant le positionnement en gamme des différentes boutiques. Le montant moyen des achats varie ainsi de 1 à 10, passant de 15 à plus de 150 pour une moyenne proche de 50. En ce qui concerne la saisonnalité des ventes de ce marché, le pic des ventes se situe sur le dernier trimestre. L ensemble du premier semestre est relativement creux, pesant pour moins de 40 % du chiffre d affaires de ces établissements. Le dernier trimestre représente exactement 40 % des ventes soit autant que l ensemble du premier semestre. LA LISTE DE MARIAGE Plus de 4 détaillants indépendants sur 5 disposent d un service de liste de mariage, ces listes totalisant en moyenne plus de 10% de leur chiffre d affaires en arts de la table. Près de 90 % des points de vente appartenant à des chaînes proposent un service de liste de mariage, le montant des achats transitant par ses listes représentant moins de 10 % du chiffre d affaires total de ces établissements. 16

17 Les grands magasins et magasins populaires DÉNOMBREMENT ET SURFACE COMMERCIALE : Les grands magasins et magasins populaires comptent 380 points de vente. Les magasins populaires représentent près de trois quarts des points de vente, mais ils ne constituent que 8 % de la surface totale arts de la table de ces deux circuits de distribution. Au sein des grands magasins, les surfaces moyennes sont fortement contrastées avec une moyenne de 570 m 2. Nombre de points de vente et surfaces consacrées aux arts de la table GRANDS MAGASINS MAGASINS POPULAIRES Nombre de magasins Surface * moyenne par magasin 570 m 2 20 m 2 Surface totale circuit m m 2 *Hors hard discount RÉPARTITION DES VENTES SELON LES PRINCIPALES FAMILLES DE PRODUITS Le chiffre d affaires en arts de la table de ce circuit de distribution a atteint en 2004 près de 530 millions d euros. La structure des ventes par familles de produits de ce circuit est intermédiaire entre celle de la grande distribution et celle des détaillants spécialisés en arts de la table. Le poids des ustensiles de cuisine et du petit électroménager portable y est conséquent soit 40 % au total. Il demeure inférieur à celui observé dans les hypermarchés. L importance de la vaisselle est proche de la moyenne du marché, le linge de table occupe au contraire une place plus importante que sur le cumul des autres types de points de vente. 17

18 VENTES DES GRANDS MAGASINS ET MAGASINS POPULAIRES : 530 MILLIONS D EUROS (PRIX PUBLIC H.T.) 98% des ventes en arts de la table passe par des achats en magasins (le reste se fait par l intermédiaire de leur catalogue ou de leur site internet).a l instar de la plupart des acteurs du commerce de détail, la consommation professionnelle est réduite à une portion congrue au sein des ventes des grands magasins et magasins populaires. A l instar de la plupart des acteurs du commerce de détail, la consommation professionnelle ne représente que 2% des ventes des grands magasins et magasins populaires. LA LISTE DE MARIAGE La grande majorité des points de vente propose une offre de liste de mariage et le poids de ces listes est le plus élevé de la profession, à environ 30 % du chiffre d affaires du circuit sous revue. Proportion de grands magasins disposant d une offre liste de mariage Poids des listes de mariage dans le chiffre d affaires arts de la table 18

États-Unis : la reprise est amorcée, après une année 2009 difficile Novembre 2011

États-Unis : la reprise est amorcée, après une année 2009 difficile Novembre 2011 Communiqué États-Unis : la reprise est amorcée, après une année 2009 difficile Novembre 2011 Chiffres clés de la en 2009 Exportations : 10,15 millions de bouteilles (soit 846 milliers de caisses) pour

Plus en détail

Consommation alimentaire de produits biologiques : Où en est-on?

Consommation alimentaire de produits biologiques : Où en est-on? Consommation alimentaire de produits biologiques : Juillet 2015 Où en est-on? En 2015, 88 % des Français ont consommé un produit bio (contre 75 % en 2013). 62 % déclarent en consommer au moins une fois

Plus en détail

La consommation des produits biologiques

La consommation des produits biologiques La Bio en France La consommation des produits biologiques Un marché de l ordre de 4 milliards d euros avec : 3,75 milliards d euros d achats de produits bio pour la consommation à domicile en 2011 158

Plus en détail

Décision n 10-DCC-197 du 30 décembre 2010 relative à la prise de contrôle d un fonds de commerce par la société Ho Hio Hen Investissements Outre Mer

Décision n 10-DCC-197 du 30 décembre 2010 relative à la prise de contrôle d un fonds de commerce par la société Ho Hio Hen Investissements Outre Mer RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-197 du 30 décembre 2010 relative à la prise de contrôle d un fonds de commerce par la société Ho Hio Hen Investissements Outre Mer L Autorité de la concurrence, Vu

Plus en détail

Décision n 10-DCC-77 du 9 juillet 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Afibel SAS par la société Damartex SA

Décision n 10-DCC-77 du 9 juillet 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Afibel SAS par la société Damartex SA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-77 du 9 juillet 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Afibel SAS par la société Damartex SA L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS CONTACTS PRESSE. Comité Francéclat Contact : Yves Mahé Tél : 01 53 77 29 00 E-mail : y.mahe@franceclat.fr

CHIFFRES CLÉS CONTACTS PRESSE. Comité Francéclat Contact : Yves Mahé Tél : 01 53 77 29 00 E-mail : y.mahe@franceclat.fr CHIFFRES CLÉS H O R L O G E R I E - B I J O U T E R I E - J O A I L L E R I E DOSSIER DE PRESSE F É V R I E R 2 0 1 5 CONTACTS PRESSE Comité Francéclat Contact : Yves Mahé Tél : 01 53 77 29 00 E-mail :

Plus en détail

Décision n 13-DCC-177 du 5 décembre 2013 relative à la prise du contrôle exclusif de la société Lafuma par Calida France

Décision n 13-DCC-177 du 5 décembre 2013 relative à la prise du contrôle exclusif de la société Lafuma par Calida France RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-177 du 5 décembre 2013 relative à la prise du contrôle exclusif de la société Lafuma par Calida France L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014

TABLEAU DE BORD ASF. L activité des établissements spécialisés en 2014 TABLEAU DE BORD ASF L activité des établissements spécialisés en 2014 Février 2015 Le financement des investissements des entreprises et des professionnels Le financement des investissements d équipement

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

1. LES SOURCES. L enquête annuelle d entreprise (EAE)

1. LES SOURCES. L enquête annuelle d entreprise (EAE) 1. LES SOURCES L enquête annuelle d entreprise (EAE) L enquête annuelle d entreprise (EAE) est élaborée dans le cadre du règlement européen n 58 / 97 du Conseil du 20 décembre 1996 relatif aux statistiques

Plus en détail

La diversité des modes d organisation des enseignes

La diversité des modes d organisation des enseignes Numéro 4 / février 2014 L évaluation des coûts et des marges dans les rayons alimentaires de la grande distribution en 2012 Contributeurs : Philippe Boyer, Amandine Hourt Les travaux de l observatoire

Plus en détail

Les différents types et motifs du tourisme en Polynésie Enquête sur les Dépenses Touristiques 2007 auprès des touristes internationaux

Les différents types et motifs du tourisme en Polynésie Enquête sur les Dépenses Touristiques 2007 auprès des touristes internationaux Les différents types et motifs du tourisme en Polynésie Enquête sur les Touristiques 2007 auprès des touristes internationaux n 2007, les touristes internationaux ont dépensé 6,8 milliards de F.CFP sur

Plus en détail

SOMMAIRE 1 PANORAMA DU PAYS... 9 2 PRESENTATION DU MARCHE DE L HABITAT /DECORATION ET DU JARDINAGE/BRICOLAGE... 15

SOMMAIRE 1 PANORAMA DU PAYS... 9 2 PRESENTATION DU MARCHE DE L HABITAT /DECORATION ET DU JARDINAGE/BRICOLAGE... 15 SOMMAIRE 1 PANORAMA DU PAYS... 9 1.1 UNE ÉCONOMIE PERFORMANTE...9 Le PIB...9 Les investissements directs étrangers (I.D.E.)...9 Les finances publiques...10 La fiscalité Charges sociales...10 1.2 LES DÉFIS

Plus en détail

Cas M.7336 -CARREFOUR FRANCE / DIA FRANCE

Cas M.7336 -CARREFOUR FRANCE / DIA FRANCE FR Cas M.7336 -CARREFOUR FRANCE / DIA FRANCE Le texte en langue française est le seul disponible et faisant foi. RÈGLEMENT (CE) n 139/2004 SUR LES CONCENTRATIONS Article 4(4) date: 18.8.2014 COMMISSION

Plus en détail

Les réseaux d enseignes, très présents dans le commerce

Les réseaux d enseignes, très présents dans le commerce Les réseaux d enseignes, très présents dans le commerce Julien Fraichard et Corine Troïa* Depuis une trentaine d années, les réseaux d enseignes occupent largement le paysage commercial français. Trois

Plus en détail

Décision n 10-DCC-127 du 23 septembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Comtrade par le groupe DCC

Décision n 10-DCC-127 du 23 septembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Comtrade par le groupe DCC RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-127 du 23 septembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Comtrade par le groupe DCC L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse

Q0Z-Employés de la banque et des assurances. Synthèse Q0Z-Employés de la banque et des assurances Synthèse Après avoir baissé au cours de la première moitié des années 1990, les effectifs d employés de la banque et des assurances se sont stabilisés pour à

Plus en détail

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012

TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 TABLEAU DE BORD ASF La production des établissements de crédit spécialisés en 2012 L ASF (Association Française des Sociétés Financières) regroupe l ensemble des établissements de crédit spécialisés :

Plus en détail

Décision n 14-DCC-83 du 17 juin 2014 relative à la prise de contrôle exclusif par Casino Guichard-Perrachon de la société PLMP

Décision n 14-DCC-83 du 17 juin 2014 relative à la prise de contrôle exclusif par Casino Guichard-Perrachon de la société PLMP RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-83 du 17 juin 2014 relative à la prise de contrôle exclusif par Casino Guichard-Perrachon de la société PLMP L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants. Effectifs IAA

Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants. Effectifs IAA Note de Conjoncture N 66 Page 1 Légère reprise sur le premier trimestre: de premiers signes encourageants Effectifs IAA 540 000 530 000 520 000 510 000 500 000 490 000 480 000 Source : Acoss, calculs ANIA

Plus en détail

SOMMAIRE 1 RÉCAPITULATIF DU NOMBRE D ENTREPRISES PAR SECTEUR AYANT MARQUÉ UN INTÉRÊT POUR L OFFRE FRANÇAISE...11 2 LE DANEMARK...

SOMMAIRE 1 RÉCAPITULATIF DU NOMBRE D ENTREPRISES PAR SECTEUR AYANT MARQUÉ UN INTÉRÊT POUR L OFFRE FRANÇAISE...11 2 LE DANEMARK... Page 7 SOMMAIRE 1 RÉCAPITULATIF DU NOMBRE D ENTREPRISES PAR SECTEUR AYANT MARQUÉ UN INTÉRÊT POUR L OFFRE FRANÇAISE...11 2 LE DANEMARK...12 2.1 QUELQUES INDICATEURS ECONOMIQUES... 12 2.1.1 Echanges entre

Plus en détail

Union régionale des Scop d Aquitaine

Union régionale des Scop d Aquitaine Union régionale des Scop d Aquitaine DOSSIER DE PRESSE AVEC LE SOUTIEN DE NOS PARTENAIRES : Sommaire Page 3 1) Les Scop, les salariés co-entrepreneurs Page 4 2) Un modèle entrepreneurial d actualité Page

Plus en détail

Décision n 11-DCC-105 du 7 juillet 2011 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Modelabs Group par la société BigBen Interactive

Décision n 11-DCC-105 du 7 juillet 2011 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Modelabs Group par la société BigBen Interactive RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-105 du 7 juillet 2011 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Modelabs Group par la société BigBen Interactive L Autorité de la concurrence, Vu le

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 13-DCC-40 du 27 mars 2013 relative à la prise de contrôle conjoint de deux fonds de commerce d articles de bricolage par les sociétés La Boîte à Outils SAS et Mr. Bricolage

Plus en détail

Le développement du e-commerce et la relation-clients

Le développement du e-commerce et la relation-clients N 8 Décembre 2012 Service du soutien au réseau Sous-direction de la communication, programmation et veille économique Bureau de la veille économique et des prix Le développement du e-commerce et la relation-clients

Plus en détail

ÉTUDE D ÉVOLUTION DU SECTEUR DES BISCUITS ET GÂTEAUX INDUSTRIELS

ÉTUDE D ÉVOLUTION DU SECTEUR DES BISCUITS ET GÂTEAUX INDUSTRIELS ÉTUDE D ÉVOLUTION DU SECTEUR DES BISCUITS ET GÂTEAUX INDUSTRIELS Données et ÉDITION 2014 1 2 ÉTUDE D ÉVOLUTION DU SECTEUR DES BISCUITS ET GÂTEAUX INDUSTRIELS Données et 3 SOMMAIRE SYNTHÈSE... 14 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service

Synthèse. Dynamique de l emploi. R0Z-Caissiers, employés de libre service R0Z-Caissiers, employés de libre service Synthèse En moyenne sur la période 2007-2009, 207 000 personnes occupent un emploi de caissier et 103 000 sont employés de libre-service. Alors que les premiers

Plus en détail

RESTAURATION TRADITIONNELLE

RESTAURATION TRADITIONNELLE RESTAURATION TRADITIONNELLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA RESTAURATION TRADITIONNELLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA RESTAURATION TRADITIONNELLE... 4 L'ACTIVITÉ DE LA RESTAURATION TRADITIONNELLE... 7 LES POINTS

Plus en détail

BOULANGERIE ET DES TERMINAUX DE CUISSON

BOULANGERIE ET DES TERMINAUX DE CUISSON BOULANGERIE ET DES TERMINAUX DE CUISSON SOMMAIRE LE MARCHÉ DE LA BOULANGERIE ET DES TERMINAUX DE CUISSON... 2 LA RÉGLEMENTATION DE LA BOULANGERIE ET DES TERMINAUX DE CUISSON... 6 L'ACTIVITÉ DE LA BOULANGERIE

Plus en détail

Les crédits bancaires accordés aux groupes : quel degré de concentration des entités emprunteuses et des banques prêteuses?

Les crédits bancaires accordés aux groupes : quel degré de concentration des entités emprunteuses et des banques prêteuses? Les crédits bancaires accordés aux groupes : quel degré de concentration des entités emprunteuses et des banques prêteuses? Dominique LEFILLIATRE Direction des Entreprises Observatoire des Entreprises

Plus en détail

COMMERCES DU GOÛT, DU CHOIX, ET DE LA CHAÎNE DU FROID

COMMERCES DU GOÛT, DU CHOIX, ET DE LA CHAÎNE DU FROID ET DE LA CHAÎNE DU FROID Organisation professionnelle représentative en France des entreprises de distribution de denrées alimentaires transformées et conservées par le froid, surgelées et réfrigérées,

Plus en détail

Décision n 12-DCC-108 du 30 juillet 2012 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe TEP par le groupe Samsic

Décision n 12-DCC-108 du 30 juillet 2012 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe TEP par le groupe Samsic RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-108 du 30 juillet 2012 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe TEP par le groupe Samsic L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de concentration adressé

Plus en détail

Le groupe Auchan intervient en France dans la distribution de meubles domestiques à travers l'enseigne Alinéa.

Le groupe Auchan intervient en France dans la distribution de meubles domestiques à travers l'enseigne Alinéa. Alinéa : L enseigne appartient au groupe Auchan. Elle est uniquement présente sur le territoire français avec 17 magasins de 8000 m2 environ (axée principalement sur la décoration intérieure et l art de

Plus en détail

BILAN SOCIAL 2007 DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

BILAN SOCIAL 2007 DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE Institut d Informations et de Conjonctures Professionnelles 11, rue Christophe-Colomb 75008 Paris Tél. 01 47 20 30 33 Fax 01 47 20 84 58 iplusc@iplusc.com.fr. BILAN SOCIAL 2007 DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

Plus en détail

I /ANALYSE EXTERNE DE L ENSEIGNE HABITAT. Le marché de l ameublement

I /ANALYSE EXTERNE DE L ENSEIGNE HABITAT. Le marché de l ameublement I /ANALYSE EXTERNE DE L ENSEIGNE HABITAT Le marché de l ameublement 1) L environnement Le marché de l ameublement est un marché qui est très lié au contexte sociétal, économique et démographique en France.

Plus en détail

CHIFFRE D AFFAIRES T1 2006. Chiffre d affaires en hausse de +6,0% à taux de changes constants, +8,3% à taux de changes courants

CHIFFRE D AFFAIRES T1 2006. Chiffre d affaires en hausse de +6,0% à taux de changes constants, +8,3% à taux de changes courants Le 12 avril 2006 CHIFFRE D AFFAIRES T1 2006 Chiffre d affaires en hausse de +6,0% à taux de changes constants, +8,3% à taux de changes courants Une croissance solide en France: - Forte croissance à magasins

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Étude structurelle du marché des Arts de la Table en France Synthèse 2007

DOSSIER DE PRESSE. Étude structurelle du marché des Arts de la Table en France Synthèse 2007 DOSSIER DE PRESSE Étude structurelle du marché des Arts de la Table en France Synthèse 2007 Contacts presse Arts de la Table 53, rue Nollet - 75017 PARIS Fabienne Giordanella / Céline Angelini Tél. 01

Plus en détail

Suivi du marché 2012 des installations individuelles solaires photovoltaïques

Suivi du marché 2012 des installations individuelles solaires photovoltaïques Suivi du marché 2012 des installations individuelles solaires photovoltaïques Avec le soutien de : Observ ER 2013 Suivi du marché des installations individuelles solaires photovoltaïques 1 Septembre 2013

Plus en détail

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2012 l emploi dans les films cinématographiques L emploi dans les films cinématographiques L emploi intermittent dans le tournage des films d initiative française de fiction

Plus en détail

Les Technologies de l Information et de la Communication dans l artisanat de la région Nord - Pas-de-Calais

Les Technologies de l Information et de la Communication dans l artisanat de la région Nord - Pas-de-Calais Chambre de métiers et de l artisanat de Région Nord - Pas de Calais Les Technologies de l Information et de la Communication dans l artisanat de la région Nord - Pas-de-Calais Synthèse de l étude régionale

Plus en détail

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008

Publication. 600 000 commerces de proximité en 2008 Au 1 er janvier 2008, 600 000 commerces, sur un total de 830 000, peuvent être qualifiés de «commerces de proximité». Leur nombre a légèrement augmenté depuis 2002. Ces points de vente emploient la moitié

Plus en détail

137, rue de l Université 75007 PARIS

137, rue de l Université 75007 PARIS 82, bd des Batignolles - 75017 Paris - FRANCE FEBEA FEB_07_1394_Logo_pant 14/12/2007 Tél. : +33 (0)1 53 42 35 35 / Fax : +33 (0)1 42 94 06 78 Web : www.carrenoir.com ÉQUIVALENCE PANTONES PANTONE Warm Gray

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL DE MEUBLES

COMMERCE DE DÉTAIL DE MEUBLES COMMERCE DE DÉTAIL DE MEUBLES SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL DE MEUBLES... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE DÉTAIL DE MEUBLES... 6 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL DE MEUBLES... 8 LES POINTS

Plus en détail

Les chiffres clefs du livre et de l édition

Les chiffres clefs du livre et de l édition Les chiffres clefs du livre et de l édition Livre Paris / Forum Pro Le 17 mars 2016 L écosystème du livre Un secteur majeur au sein des industries culturelles L édition de livres: 1 er producteur de contenus

Plus en détail

Note de l Institut d émission

Note de l Institut d émission en Nouvelle-Calédonie entre 1999 et 26 AGENCE DE NOUMÉA Octobre 26 Note de l Institut d émission Établissement public Dotation 1 - SIRET 78 43 111 1 APE 651 A Siège social : 5 rue Roland Barthes 75598

Plus en détail

Métro Cash and Carry France

Métro Cash and Carry France Métro Cash and Carry France Présentation de l unité commerciale Les quatre enseignes du groupe Métro Grossiste alimentaire CA 2010: 33 milliards d euros CA Metro Groupe: 68 milliards d euros Commerce électronique

Plus en détail

de France Bois Forêt

de France Bois Forêt Observatoire économique de France Bois Forêt Observatoire national de la 2012 es entreprises doivent disposer des informations stratégiques pour se développer sur leur marché. La collecte, l analyse, la

Plus en détail

Marketing Sujet. Marketing Ce cas a été rédigé par l IESC Strasbourg Durée : 2 heures. CONSIGNES SUJET TRAVAIL ÀFAIRE LE MARCHÉ DE L HÔTELLERIE

Marketing Sujet. Marketing Ce cas a été rédigé par l IESC Strasbourg Durée : 2 heures. CONSIGNES SUJET TRAVAIL ÀFAIRE LE MARCHÉ DE L HÔTELLERIE Marketing Ce cas a été rédigé par l IESC Strasbourg Durée : heures. CONSIGNES Aucun document n est autorisé. SUJET LE MARCHÉ DE L HÔTELLERIE Sous l impulsion de la globalisation des marchés et de la concurrence,

Plus en détail

BIVB. Le BIVB et les ventes de Bourgogne

BIVB. Le BIVB et les ventes de Bourgogne BIVB Le BIVB et les ventes de Bourgogne Eléments clés de la Bourgogne viticole BIVB/ PôleMarchés et Développement Le système Bourguignon : l exceptionnelle diversité 5 grands terroirs Chablis - Auxerrois

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-59 du 4 mai 2012 relative à la prise de contrôle exclusif des sociétés Socolam, Somacom et René Lancry (actifs du Groupe Lancry) par la société Socohold (Groupe Parfait)

Plus en détail

Réseau Pro - Panofrance : un dispositif complet au service de la rénovation positive Jeudi 14 Juin 2012

Réseau Pro - Panofrance : un dispositif complet au service de la rénovation positive Jeudi 14 Juin 2012 Face aux enjeux du Grenelle de l environnement et aux exigences de la RT 2012, Réseau Pro et Panofrance, les deux principales enseignes de la Division Bois et Matériaux de Wolseley France, affirment leur

Plus en détail

SOMMAIRE 1 PANORAMA DU SECTEUR BRESILIEN DE L EMBALLAGE...

SOMMAIRE 1 PANORAMA DU SECTEUR BRESILIEN DE L EMBALLAGE... SOMMAIRE 1 PANORAMA DU SECTEUR BRESILIEN DE L EMBALLAGE... 9 1.1 PRESENTATION DE L INDUSTRIE BRESILIENNE DE L EMBALLAGE...9 1.1.1 Évolution de la production brésilienne d emballages...9 1.1.2 Production

Plus en détail

LES POINTS FORTS DE L ECONOMIE ALLEMANDE

LES POINTS FORTS DE L ECONOMIE ALLEMANDE La Mission Economique de Düsseldorf en partenariat avec la CCIR Basse Normandie et Normandie Incubation vous proposent à une mission de prospection NTIC individualisée en Allemagne vous permettant de rencontrer

Plus en détail

COMMERCE INTERNATIONAL

COMMERCE INTERNATIONAL NOVEMBRE 2013 COMMERCE INTERNATIONAL AQUITAINE Enquête auprès des entreprises exportatrices aquitaines LES EXPORTATEURS AQUITAINS : QUI SONTILS? Présentation de l échantillon Ce document présente une synthèse

Plus en détail

Les Tops et les Flops des TPE en 2011!

Les Tops et les Flops des TPE en 2011! Les Tops et les Flops des TPE en 2011 - Tendances 2012 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Observatoire de la petite entreprise de la FCGA* n 44, en partenariat avec la Banque Populaire Les Tops et les Flops des TPE

Plus en détail

Marché de l amélioration de l habitat

Marché de l amélioration de l habitat Marché de l amélioration de l habitat DONNÉES CHIFFRÉES Juin 2008 CE DOCUMENT PRÉSENTE LES PRINCIPALES DONNÉES DÉCRIVANT LE MARCHÉ DE L AMÉLIORATION DE L HABITAT. IL EST RÉGULIÈREMENT ACTUALISÉ. 1. L amélioration

Plus en détail

LES FRANCAIS DEBOURSENT 51% DE PLUS POUR DES PRODUITS «VERTS»

LES FRANCAIS DEBOURSENT 51% DE PLUS POUR DES PRODUITS «VERTS» LES FRANCAIS DEBOURSENT 51% DE PLUS POUR DES PRODUITS «VERTS» Malgré des prix plus élevés, les ventes de produits «verts» en France devraient augmenter de 105%, de 10,6 milliards d euros en 2009 à 21,7

Plus en détail

CONTACTS PRESSE Image 7 Isabelle Dunoyer de Segonzac Tél : 01 53 70 74 81 Fax: 01 53 70 74 60 isegonzac@image7.fr

CONTACTS PRESSE Image 7 Isabelle Dunoyer de Segonzac Tél : 01 53 70 74 81 Fax: 01 53 70 74 60 isegonzac@image7.fr Dossier Presse Univeg 8p V6_Mise en page 1 06/05/11 11:19 Page1 CONTACTS PRESSE Image 7 Isabelle Dunoyer de Segonzac Tél : 01 53 70 74 81 Fax: 01 53 70 74 60 isegonzac@image7.fr Roger AZOULAY Tél. 01 49

Plus en détail

Conférence de presse 28 octobre 2014 Dossier de presse, partie II Le transport public n est pas payé à son juste prix

Conférence de presse 28 octobre 2014 Dossier de presse, partie II Le transport public n est pas payé à son juste prix Conférence de presse 28 octobre 2014 Dossier de presse, partie II Le transport public n est pas payé à son juste prix Contacts : Dominique Fèvre : 01 48 74 73 46 / dfevre@utp.fr Virginie Billet : 01 48

Plus en détail

Le secteur du bâtiment

Le secteur du bâtiment Le secteur du bâtiment 1. La construction neuve La forte accélération du décrochage de l activité observée depuis la fin 2008 avait cédé à une stabilisation du rythme de recul à partir du troisième trimestre

Plus en détail

La vacance commerciale s emballe dans les centres commerciaux

La vacance commerciale s emballe dans les centres commerciaux FÉDÉRATION POUR L URBANISME ET LE DÉVELOPPEMENT DU COMMERCE SPÉCIALISÉ Paris - 5 novembre 2014 La vacance commerciale s emballe dans les centres commerciaux La vacance commerciale a augmenté de 50 % dans

Plus en détail

La balance commerciale de la filière sport-loisirs

La balance commerciale de la filière sport-loisirs Le magazine en ligne de l actualité technique et scientifique équine La balance commerciale de la filière sport-loisirs Par : Aline Decouty (Institut de l élevage), Emilie Anguelu, Xavier Dornier et Pascale

Plus en détail

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo

L Exploitation des films recommandés Art et Essai. en salles, à la télévision, en vidéo L Exploitation des films recommandés Art et Essai en salles, à la télévision, en vidéo octobre 2006 Centre National de la Cinématographie Service des études, des statistiques et de la prospective 12, rue

Plus en détail

Portrait du commerce. en région Centre CCI CENTRE

Portrait du commerce. en région Centre CCI CENTRE CCI CENTRE Portrait du commerce en région Centre 2014 Projet cofinancé par l Union européenne. L Europe s engage en région Centre avec le fonds européen de développement régional. L équipement commercial

Plus en détail

II. Commerce des marchandises

II. Commerce des marchandises II. Commerce des marchandises En 2012, le commerce mondial des marchandises a augmenté de 2 pour cent en volume dans le contexte d une faible demande mondiale et d une baisse des prix. Cela est beaucoup

Plus en détail

COMMERCE AMBULANT SOMMAIRE

COMMERCE AMBULANT SOMMAIRE COMMERCE AMBULANT SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE AMBULANT... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE AMBULANT... 6 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE AMBULANT... 8 LES POINTS DE VIGILANCE DU COMMERCE AMBULANT... 11 EN SAVOIR

Plus en détail

Décision n 12-DCC-51 du 20 avril 2012 relative à la reprise des actifs de Photowatt International par EDF Energies Nouvelles Réparties

Décision n 12-DCC-51 du 20 avril 2012 relative à la reprise des actifs de Photowatt International par EDF Energies Nouvelles Réparties RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-51 du 20 avril 2012 relative à la reprise des actifs de Photowatt International par EDF Energies Nouvelles Réparties L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de

Plus en détail

Informations Rapides Réunion

Informations Rapides Réunion Informations Rapides Réunion N 7 - Décembre 0 Analyse Résultats comptables des entreprises réunionnaises en 00 Les entreprises marchandes dégagent 6 milliards d euros de valeur ajoutée La valeur ajoutée

Plus en détail

Matériaux de construction

Matériaux de construction Cette étude des matériaux de construction couvre les produits d extraction et les matériaux issus de leurs transformations successives. Le domaine ainsi défini se répartit donc en deux sous ensembles :

Plus en détail

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino

Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino Septembre 2012 / TBI&LMO / BPE 2ENT18 Chiffre d affaires de Casino unité : million d euros / Source : Casino 40 000 34 361 NAF rév.2, 2008 : Chiffres clés 2011 47.11CDEF 47.91B 30 000 20 000 20 390 22

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS E DITION. vente à distance e-commerce

CHIFFRES CLÉS E DITION. vente à distance e-commerce CHIFFRES CLÉS E DITION 20 04 vente à distance e-commerce > ESTIMATION TAILLE DU MARCHÉ n Chiffre d affaires vente à distance Estimation du chiffre d affaires total vente à distance (dont e-commerce) En

Plus en détail

Rapport financier semestriel

Rapport financier semestriel Le 1 er juin 2012 Rapport financier semestriel Au cours du premier semestre 2012, le Groupe a enregistré une forte croissance de son activité (+8,1%), notamment liée à une période de soldes hiver favorables,

Plus en détail

Le marché de la profession comptable

Le marché de la profession comptable DOSSIER Le marché de la profession comptable NOVEMbre 2010 Sic 290 15 DOSSIER Les perspectives de développement de la profession passent plus par l élargissement des missions aux clients actuels que par

Plus en détail

Décision n 15-DCC-101 du 30 juillet 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de GrosBill SA par mutares AG

Décision n 15-DCC-101 du 30 juillet 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de GrosBill SA par mutares AG RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-101 du 30 juillet 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de GrosBill SA par mutares AG L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé

Plus en détail

FICHES THÉMATIQUES. Le commerce et la réparation automobile

FICHES THÉMATIQUES. Le commerce et la réparation automobile FICHES THÉMATIQUES Le commerce et la réparation automobile 2.1 Commerce, entretien et réparation automobile Le commerce de véhicules automobiles compte près de 24 entreprises en 4. Plus de 68 % des entreprises

Plus en détail

ETUDE PROFIL. Acheteurs. Cyber - acheteurs. sommaire. Pénétration de la vente à distance et du e-commerce. Comportement des acheteurs.

ETUDE PROFIL. Acheteurs. Cyber - acheteurs. sommaire. Pénétration de la vente à distance et du e-commerce. Comportement des acheteurs. ETUDE PROFIL Acheteurs à distance Cyber - acheteurs sommaire Pénétration de la vente à distance et du e-commerce Comportement des acheteurs à distance Zoom sur le comportement des Profil des et des Pénétration

Plus en détail

THÈME 5 : DISTRIBUER L OFFRE. CHAPITRE 2 : Diversité et caractéristiques des unités commerciales.

THÈME 5 : DISTRIBUER L OFFRE. CHAPITRE 2 : Diversité et caractéristiques des unités commerciales. THÈME 5 : DISTRIBUER L OFFRE. CHAPITRE 2 : Diversité et caractéristiques des unités commerciales. I. Les unités commerciales physiques. Une unité commerciale physique nécessite le déplacement réel du client

Plus en détail

DIRECTION DU TOURISME

DIRECTION DU TOURISME LA CLIENTELE TOURISTIQUE ALLEMANDE EN LANGUEDOC- ROUSSILLON DIRECTION DU TOURISME DONNEES GENERALES Données économiques et touristiques Population globale : 82,1 millions d habitants Densité de population

Plus en détail

Décision n 09-DCC-05 du 6 mai 2009 relative au rachat par la Société Commerciale Citroën des actifs de la société Alteam Lisieux

Décision n 09-DCC-05 du 6 mai 2009 relative au rachat par la Société Commerciale Citroën des actifs de la société Alteam Lisieux RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-05 du 6 mai 2009 relative au rachat par la Société Commerciale Citroën des actifs de la société Alteam Lisieux L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

LE COMMERCE DES ARTS DE LA TABLE À FIN JUIN 2017

LE COMMERCE DES ARTS DE LA TABLE À FIN JUIN 2017 N 109 I Août LE COMMERCE DES ARTS DE LA TABLE À FIN JUIN Source : Institut I+C Le commerce des arts de la table à fin juin Chiffre d affaires du commerce des arts de la table Évolutions globales P. 1 Circuits

Plus en détail

CHIFFRES CLÉS H O R L O G E R I E - B I J O U T E R I E - J O A I L L E R I E F É V R I E R 2 0 1 4

CHIFFRES CLÉS H O R L O G E R I E - B I J O U T E R I E - J O A I L L E R I E F É V R I E R 2 0 1 4 CHIFFRES CLÉS H O R L O G E R I E - B I J O U T E R I E - J O A I L L E R I E DOSSIER DE PRESSE F É V R I E R 2 0 1 4 Reproduction interdite à des fins commerciales sauf accord exprès du Comité Francéclat.

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL D HABILLEMENT

COMMERCE DE DÉTAIL D HABILLEMENT COMMERCE DE DÉTAIL D HABILLEMENT SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL D HABILLEMENT... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE DÉTAIL D HABILLEMENT... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL D HABILLEMENT...

Plus en détail

VENTES TTC T4 2009 Le 14 janvier 2010

VENTES TTC T4 2009 Le 14 janvier 2010 Chiffres d affaires 2009 et T4 en progression, soutenus par les marchés de croissance 2009 : 96,2 Md d, +0,9% hors essence et à changes constants T4 2009 : 26 Md d, +1,0% hors essence et à changes constants

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ DE L ALIMENTATION (Oqali) COMPLÉMENT D ÉTUDE DU SECTEUR DES CÉRÉALES POUR LE PETIT-DÉJEUNER

OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ DE L ALIMENTATION (Oqali) COMPLÉMENT D ÉTUDE DU SECTEUR DES CÉRÉALES POUR LE PETIT-DÉJEUNER OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ DE L ALIMENTATION (Oqali) COMPLÉMENT D ÉTUDE DU SECTEUR DES CÉRÉALES POUR LE PETIT-DÉJEUNER Edition 2010 OBSERVATOIRE DE LA QUALITÉ DE L ALIMENTATION (Oqali) COMPLÉMENT D ÉTUDE

Plus en détail

Presse Maison JUIN 2012

Presse Maison JUIN 2012 & La décoration est toujours en vogue en France et garantit la croissance du marché des GSS de bricolage. Presse Maison JUIN 2012 Le panorama du segment page 2 Les chiffres clés page 10 Les évolutions

Plus en détail

Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LE DEPLOIEMENT D IPV6

Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LE DEPLOIEMENT D IPV6 Développement du numérique POSITION DE LA FIEEC SUR LE DEPLOIEMENT D IPV6 Juin 2013 Contact FIEEC : Guillaume ADAM (gadam@fieec.fr) SYNTHESE CONSTAT : La croissance extraordinaire d Internet au cours des

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE - NOVEMBRE 2011 EXCLUSIVE RESTAURANTS SE LANCE EN FRANCHISE

DOSSIER DE PRESSE - NOVEMBRE 2011 EXCLUSIVE RESTAURANTS SE LANCE EN FRANCHISE DOSSIER DE PRESSE - NOVEMBRE 2011 SE LANCE EN FRANCHISE SOMMAIRE SE LANCE EN FRANCHISE... SE LANCE EN FRANCHISE... 3 SOMMAIRE UN CONCEPT UNIQUE SUR LE MARCHÉ 4 - Une activité inédite en France et dans

Plus en détail

Corrigé - Les Laboratoires Cattier

Corrigé - Les Laboratoires Cattier CIE4DME Session 2009 Brevet de Technicien Supérieur COMMERCE INTERNATIONAL à référentiel commun européen U41 Analyse diagnostique des marchés étrangers Corrigé - Les Laboratoires Cattier PARTIE I : L ÉTUDE

Plus en détail

Une amélioration qui demande confirmation

Une amélioration qui demande confirmation JANVIER 2016 Une amélioration qui demande confirmation 2015 s avère plus favorable que prévu pour les TPE-PME de Rhône-Alpes. Contrairement aux années précédentes, les entreprises qui déclarent un chiffre

Plus en détail

6. Les retraites. Enseignants titulaires du second degré public 9 800 départs à la retraite en 2013. 61,7 ans et 61,5 ans

6. Les retraites. Enseignants titulaires du second degré public 9 800 départs à la retraite en 2013. 61,7 ans et 61,5 ans 6. Les retraites A. Les départs à la retraite des personnels du secteur public en 213 111 B. Un nombre de départs à la retraite tendanciellement en diminution depuis 23 112 C. Le nombre de retraités de

Plus en détail

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques

les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques les études du CNC décembre 2011 l emploi dans les films cinématographiques Cette étude a été réalisée conjointement par la Direction des études, des statistiques et de la prospective du CNC et le Service

Plus en détail

La politique de distribution

La politique de distribution La politique de distribution Chapitre 6 Les grandes évolutions de la distribution en France Grande distribution Internationalisation Ré enchantement Internet Les objectifs en distribution Positionnement

Plus en détail

Communiqué dé préssé

Communiqué dé préssé Communiqué dé préssé Business France est l agence nationale au service de l internationalisation de l économie française. Elle est chargée du développement international des entreprises et de leurs exportations,

Plus en détail

COMMERCE DE DÉTAIL DE BRICOLAGE ET QUINCAILLERIE

COMMERCE DE DÉTAIL DE BRICOLAGE ET QUINCAILLERIE COMMERCE DE DÉTAIL DE BRICOLAGE ET QUINCAILLERIE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE DÉTAIL DE BRICOLAGE ET QUINCAILLERIE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE DÉTAIL DE BRICOLAGE ET QUINCAILLERIE... 5 L'ACTIVITÉ

Plus en détail

STRATEGIES MARKETING. Licence 3 2010-2011. S8 et 9 : politique de distribution

STRATEGIES MARKETING. Licence 3 2010-2011. S8 et 9 : politique de distribution STRATEGIES MARKETING Licence 3 2010-2011 S8 et 9 : politique de distribution Professeur : Alain Debenedetti Alain.debenedetti@univ-mlv.fr Introduction L importance de la distribution Pour le fabricant

Plus en détail

Réinventer la France des services. Georges Vialle Partner responsable de la practice Services mondiale, Oliver Wyman

Réinventer la France des services. Georges Vialle Partner responsable de la practice Services mondiale, Oliver Wyman Entreprise Réinventer la France des services Georges Vialle Partner responsable de la practice Services mondiale, Oliver Wyman Bruno Despujol Partner en charge de l étude, Oliver Wyman Guillaume Thibault

Plus en détail

Enquête nationale de la construction bois

Enquête nationale de la construction bois Enquête nationale de la construction bois La construction bois a mieux résisté à la crise du bâtiment que le reste du secteur du BTP et a gagné des parts de marché en 2012. C est ce que révèle la seconde

Plus en détail

Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers

Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers LÉGUMES Les circuits courts, un débouché essentiel pour le quart des légumiers Dominique FICHE SCEES - Bureau des statistiques végétales et forestières Plus du quart des producteurs de légumes frais écoulent

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-07 du 5 Février 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de la société Sodimodis Hypermarché par la société Carrefour Hypermarchés L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

ENOUÊTE NATIONALE DE LA CONSTRUCTION BOIS

ENOUÊTE NATIONALE DE LA CONSTRUCTION BOIS ENOUÊTE NATIONALE DE LA CONSTRUCTION BOIS Activité 2014 D «Malgré la crise, le bois poursuit son développement» epuis la dernière publication des chiffres de la construction bois en 2013, la filière forêt

Plus en détail