LES MIRAGES DU MANAGEMENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES MIRAGES DU MANAGEMENT"

Transcription

1 FICHE DE LECTURE LES MIRAGES DU MANAGEMENT Comment éviter de prendre des belles histoires pour la réalité De Phil Rosenzweig Jérôme BONTEMPS Magali DOUSSINAULT Master2 Droit, Economie et gestion, Option management, Spécialité conduite du changement. CNAM Septembre

2 SOMMAIRE 1/ Présentation de l auteur et de son ouvrage p 3 2/ Le contexte de l œuvre.p 4 3/ Le résumé de l ouvrage p 5 u Effet de halo v Confusion entre corrélation et causalité w Se contente d une seule explication x Ne regarde que les 1ers de la classe y Recherche rigoureuse z Réussite durable { Performance absolue Raisonnement spécieux } Considérer que l entreprise obéit aux lois de la physique La piste de réflexion que l auteur suggère. 4/ L évaluation..p12 5/ Propositions d amélioration p14 6/ Conclusion p15 2

3 1/ Présentation de l auteur et de son ouvrage : «The halo effect and the eight other business delusions that deceive managers» a été publié en 2007 par Phil Rosenzweig. Il a été traduit de l anglais en 14 langues et a obtenu de nombreuses récompenses comme le prix «accenture» de la «California management review». Phil Rosenzweig est né en Californie où il a étudié et obtenu un MBA à UCLA (University of California in Los Angeles) en En 1980, il rejoint pour 6 ans la société Hewlett Packard ou il occupe diverses fonctions en marketing et finances. Il reprend ses études en 1987 et obtient en 1990 un doctorat à l université de Pennsylvanie (Warthon school). De 1990 à 1996, il enseigne la «stratégie d entreprise» dans le programme MBA de la Harvard Business School. Phil Rosenzweig est, depuis 1996, professeur de stratégie d entreprise à l IMD de Lausanne en Suisse (Institut for Management Developpment). Il y dirige «l IMD executive MBA program». En parallèle de ses activités d enseignement, il est consultant auprès d entreprises et conférencier. Cet ouvrage «The Halo effect» est le fruit de 25 années d expérience en tant qu enseignantchercheur dans le monde des affaires. 3

4 2/ Le contexte de l œuvre La publication de cet ouvrage, le 6 février 2007, intervient au moment d une grave crise financière mondiale qui entrainera quelque temps plus tard celle dite des «subprimes» aux Etats Unis et dans l ensemble des pays industrialisés. Les incertitudes économiques et boursières qu elle induit exacerbent les inquiétudes des managers qui n envisagent pas l avenir avec sérénité. Ces doutes accentuent d autant plus la quête d une «recette miracle» pour assurer la pérennité et accroitre les performances de leurs entreprises. Ce livre publié en premier lieu aux Etats-Unis, est une approche originale du monde des affaires. Ses travaux ne tarderont pas à recueillir la reconnaissance de l ensemble des acteurs (les confrères consultants, enseignants, les dirigeants) dans ce domaine. Phil Rosenzweig a travaillé avec de nombreux dirigeants et a pu constater «que la grande majorité d entre eux sont intelligents, bien intentionnés et honnêtes, mais aussi qu ils ont tendance à manquer d esprit critique et de rigueur analytique». Une littérature abondante a vu le jour depuis plusieurs décennies tentant d identifier les secrets de la réussite, de Google à Starbucks. 4

5 3/ Le résumé de l ouvrage L investigation de Phil Rosenzweig porte sur les «erreurs de raisonnement» censées faire le succès de l entreprise. Nous nous proposons d entrer dans le détail de celles-ci et de voir comment l auteur au gré de «belles histoires» bouscule un certain nombre de principes. u Effet de halo L «effet de halo» est une théorie mise en évidence en 1920 à l université de Columbia par Edward Thorndike selon laquelle : «une caractéristique jugée positive à propos d une personne ou d une collectivité a tendance à rendre plus positives les autres caractéristiques de cette personne même sans les connaître». Il en va de même pour une caractéristique négative. Pour illustrer cette théorie, Edward Thorndike s appuie sur une expérience menée auprès de soldats pour lesquels, il demande à leurs supérieurs de les noter en fonction de caractéristiques telles que l intelligence, le physique, ou encore le caractère ou l autorité naturelle. Le résultat de son étude est édifiant, il constate que l apparence physique des soldats autorise leurs supérieurs à en déduire que ces derniers sont de bons tireurs, capables de bien cirer leurs chaussures L auteur prend ensuite un exemple plus récent concernant la cote de popularité du Président George W Bush lors des attentats du 11 septembre Suite à la très vive émotion suscitée par cette tragédie, le peuple Américain à «spontanément» soutenu son président. Ce soutien est allé bien au-delà de la sphère purement patriotique. En effet, sa cote de popularité au regard de sa politique économique est passée de 47% à 60% d opinion favorable alors même que rien n avait changé dans ce domaine. Quelques années plus tard en 2005, la gestion catastrophique de l ouragan «Katrina» par l administration Bush a fait plonger sa cote de popularité. L effet de halo est très présent dans notre quotidien, Quand l un d entre nous se dit : «Ce produit est fabriqué par Apple ; nous en déduisons qu il est donc innovant», il cède à l effet de halo, peut-être d ailleurs n a-t-il pas tort, mais au lieu d évaluer le produit de façon objective, il laisse sa perception générale influencer son jugement. A travers plusieurs expériences sur des travaux de groupe, Barry Staw et Kirk Downey nous donnent un exemple d effet de halo «dans toute sa splendeur». Ces expériences mettent en évidence l omniprésence du halo qui est une «forte tendance à attribuer telle ou telle caractéristique ou aptitude au groupe à partir de sa performance». 5

6 L expérience consiste à distinguer deux groupes de personnes à qui l on demande d estimer les bénéfices futurs d une entreprise à partir de données financières. Barry Staw dit à l un des deux groupes que son évaluation est «valable» et à l autre groupe qu il est «à côté du sujet». Cette distinction entre bonne et mauvaise réponse a été faite complétement au hasard par le chercheur. Pour autant ce dernier constate qu au sein du groupe plébiscité, les participants expliquent leur réussite par une bonne motivation, un esprit de cohésion. A l inverse le groupe dont les résultats sont qualifiés de «médiocres» parle d un manque de communication et de motivation. Cet effet de halo, nous le retrouvons également lorsqu une entreprise voit son chiffre d affaire augmenter ; nous l attribuons aux bienfaits des hommes qui la composent et à son dirigeant. L image de ce dernier est aussitôt critiquée dès que son entreprise donne des signes de faiblesses. L auteur insiste aussi beaucoup sur le rôle des journalistes qui surfent sur la vague du moment sans comprendre objectivement les raisons de la réussite d une entreprise mais qui en font l éloge. Ces derniers sont capables, quelque temps plus tard, au gré de résultats financiers ou boursiers décevants, de critiquer cette même entreprise reprenant, à contrario, l argumentaire dont ils s étaient inspirés pour la porter aux nues. Pour illustrer ces propos, l auteur cite l exemple d IBM, à la première place du palmarès des entreprises les plus admirées d Amérique en 1983 et Le PDG d IBM vante alors les mérites de ses collaborateurs qui sont «créatifs et positifs». En 1992, l entreprise est sur le déclin. Le nouveau PDG remet en cause le personnel et la culture d entreprise qui avaient été glorifiés quelques années auparavant. Ce premier mirage est puissant car même les enquêtes, les collectes de données, les études faites par les journalistes, consultants, professeurs pour expliquer la performance d une entreprise sont déformées par cet effet de halo qui remet en question la qualité des recherches entreprises. v Confusion entre corrélation et causalité Pour hisser une entreprise a un haut niveau de performance, l auteur dit que les dirigeants doivent distinguer correctement la cause et l effet. Cet exemple illustre sa pensée : supposons que les entreprises qui consacrent plus d argent à la formation de leur dirigeant obtiennent de meilleurs résultats. Nous pouvons en déduire que l investissement intellectuel hisse la performance de l entreprise à un niveau supérieur. Ou ne serait-ce que parce que les entreprises les plus rentables disposent de plus de fonds pour financer les formations? 6

7 La corrélation permet d émettre des hypothèses mais elle ne démontre rien. w Se contente d une seule explication L auteur «revient» ici sur une confusion fréquemment rencontrée lors d études portant sur la performance des entreprises. Celle-ci consiste à ne considérer qu une seule et unique explication à l origine de la réussite des entreprises. Par le biais de plusieurs exemples, Phil Rosenzweig met en lumière le fait qu en fonction de l angle sous lequel on évalue la performance d une entreprise, on risque de n appréhender celle-ci que par un prisme unique : - L orientation clients, pour des chercheurs issus du marketing : Jaworski et Kohli - La responsabilité sociale de l entreprise : Bernadette Ruf, - La gestion des ressources humaines : Mark Huselid, Susan Jackson, Randal Shuler Ces trois approches prises séparément donnent des résultats probants quant à l amélioration de la performance des entreprises étudiées. Tout cela serait parfait s il existait une corrélation entre elles. Pourquoi serait-il étonnant qu au sein d une même entreprise, ces trois éléments ne coexistent pas? La réponse positive semble évidente pour Phil Rosenzweig, celui-ci insiste sur le fait qu aucune de ces études ne prend le soin de se mesurer avec d autres, issues de disciplines différentes. Beaucoup d universitaires tentent de démontrer que leur discipline explique à elle seule la raison du succès. Il en va de même concernant la presse qui reprend à bon compte des thèses qui vont dans le sens des intérêts qu elle défend (journal of human ressource management pour l aspect GRH, journal of business ethics pour la RSE.). Encore une fois, l auteur démontre qu une vision parcellaire des choses est inductrice de l «effet de halo». Une réponse unique à la question de la performance des entreprises serait certes intellectuellement confortable et séduisante mais n aborderait qu un aspect de cette problématique. x Ne regarde que les 1ers de la classe Messieurs Peters et Waterman deux anciens consultants chez Mc Kinsey ont publié en 1982 un ouvrage intitulé : «le prix de l excellence» : les huit grands principes qui permettent aux entreprises les mieux gérées de rester en tête du peloton. 7

8 D une part, Phil Rosenzweig relève que ces deux auteurs n ont étudié dans ce livre qu un «échantillon composé exclusivement d entreprises remarquables». Il semble ainsi difficile en étudiant uniquement des entreprises «bien portantes», de démontrer ce qui les différencie des autres. D autre part, ce livre a eu un succès énorme en librairie, ce qui n est pas étonnant, en effet, il est bâti autour de l idée de donner à lire aux «décideurs» une belle histoire, celle «d entreprises éblouissantes qui triomphent face à une rude concurrence». Dans «bâties pour durer» jerry Porras ancien lui aussi de Mc Kinsey et professeur à l université de Stanford, s intéresse aux entreprises dont l histoire et la réussite s inscrivent dans la durée. Après une «sévère» sélection l auteur retient 18 grandes entreprises «hors du commun, durables, visionnaires». On y retrouve entre autre IBM, Hewlett Packard, ou Motorola et city corp Un dollar investi en 1926 dans l une de ces entreprises représentait 955 dollars en 1990!, une croissance double de celle du marché. Au terme d une étude minutieuse sur les raisons d une telle réussite dans la durée, une liste de 6 critères est établie. Les conclusions de l auteur sont assez comparables à celles de ses confrères Peters et Waterman et semblent frappées au coin du bon sens. On notera : les hommes, les valeurs, la culture, l action, les choix stratégiques. Pour méticuleuse qu elle soit, cette étude n est pour autant pas exempt de l effet de halo. En effet, Phil Rosenzweig remarque que la grande majorité des données de référence, sont issues de la presse économique, des livres de management et même des entreprises ellesmêmes! Autre limite de cette étude, celle qui consiste à «suivre» ces entreprises remarquables audelà de la fin de l étude en Il s avère qu en 1995, ces mêmes entreprises ont connu des revers boursiers tels que la rentabilité pour un porteur d actions est inférieure à la moyenne des sociétés cotées.. y Recherche rigoureuse Pour ce 5 ème mirage, Phil Rosenzweig s appuie de nouveau sur la démarche des auteurs, Jim Collins et Jerry Porras, «Bâties pour durer : les entreprises visionnaires ont-elles un secret?» Les auteurs mettent en avant la quantité des donnés collectées pour qualifier leur recherche de rigoureuse et méthodique. Or la quantité ne fait pas la qualité des informations, surtout si ces dernières sont «contaminées» par l effet de halo. Une fois de plus, les informations utilisées pour cette étude sont issues d articles de presse ou d interviews des dirigeants de ces mêmes entreprises. 8

9 Autre exemple, «Le prix de l excellence», publié 1982 par Tom Peters et Robert Waterman où les auteurs étudient 35 entreprises au travers d articles de presse ou d entretiens impactés par l effet de halo. z Réussite durable Dans le livre «Bâties pour durer : les entreprises visionnaires ont-elles un secret?», de Jim Collins et Jerry Porras Phil Rosenzweig constate que ce ne sont pas forcément les entreprises les plus performantes qui détiennent le record de longévité. D autant plus que cette étude s intéresse à des entreprises sélectionnées, a posteriori, sur leurs résultats. Si les données sont analysées objectivement, on constate que «la vie» d une entreprise dominante est faite de hauts et de bas et non d une réussite durable et linéaire comme on se plait à le croire. { Performance absolue Comment une entreprise «classique» peut-elle devenir «extraordinaire»? C est la question que se pose Jim Collins l un des auteurs de «bâties pour durer» Cette fois-ci l auteur ne s intéresse pas aux entreprises ayant connu une réussite hors du commun, mais plutôt à des entreprises ne faisant pas particulièrement parler d elles du point de vue de leur performance. («De la performance à l excellence» 2001). Collins et son équipe de chercheurs sélectionna des entreprises (onze au total) qui ne faisaient pas forcément les «gros titres» de la presse économique, mais dont les performances sur le long terme (années) étaient supérieures à la moyenne des entreprises de la même catégorie. Comme par exemple : Gilette, Philip Morris Des études minutieuses furent menées pour examiner ces 11 «perles» sous tous les angles La réussite d une entreprise sera toujours affectée par ce que fait sa rivale. Plus il y a de concurrence sur le marché, plus la technologie évolue, plus il est difficile d assurer une performance absolue et de pérenniser la réussite. Raisonnement spécieux Phil Rosenzweig s appuie et met en évidence la théorie du renard et du hérisson. D après l œuvre de Jim Collins, les chefs d entreprises doivent adopter la posture du hérisson : avoir un seul objectif clair et précis et ne pas en changer. Alors que Phil Rosenzweig attire l attention sur l attitude du renard qui est rusé et sait prendre en compte les exigences du monde des affaires en perpétuel mouvement. Les dirigeants doivent s adapter à leur environnement et savoir prendre des risques mesurés. 9

10 } Considérer que l entreprise obéit aux lois de la physique Pour ce dernier mirage, l auteur déclare que «c est une illusion de croire que nous pouvons dupliquer la réussite des entreprises comme une expérience de physique». Le management n est pas une science, le monde des affaires ne se résume pas à une équation dont il suffirait de reprendre les éléments qui la compose, appliquer le juste dosage et ainsi obtenir la «potion magique» à l épreuve des vicissitudes du marché, de la concurrence et des aléas en tout genre. Chaque entreprise est unique et même si elle échappe à ces 8 illusions, la performance n est pas forcément au rendez-vous. La piste de réflexion que l auteur suggère. Dans les deux derniers chapitres, l auteur semble vouloir apporter une réponse à cette question qui a été le fil conducteur de cet ouvrage : «Quel est le secret de la haute performance d une entreprise?» Il s appuie et cite Michael Porter, professeur à la Harvard Business School, qui a étudié comment l entreprise pouvait obtenir un avantage concurrentiel en maîtrisant, mieux que ses rivaux, les forces qui structurent son environnement. Michael Porter met en évidence 5 facteurs à étudier pour une entreprise. Phil Rosenzweig va en retenir 3 en reprenant l étude de son collègue. La réussite dépend de la stratégie décidée et de sa mise en œuvre. Cette stratégie consiste à se différencier de ses concurrents. Et cela implique de prendre des risques car il faut essayer de trouver les réponses aux trois facteurs externes à l entreprise qui ne sont pas maîtrisables par elle ; à savoir : - Le client : Le produit va-t-il lui plaire? A quel prix?... - Les concurrents : Pour quelle stratégie opteront- ils? - L apparition de nouvelles technologies qui bouleversent le marché. L auteur pense qu il est probable que les entreprises qui sont le moins soumises à l évolution de la technologie, qui sont sur un secteur stable, auraient plus de chance d atteindre la performance et surtout de s inscrire dans la durée. Concernant sa mise en œuvre, l auteur rappelle que l entreprise est un système socio technologique. C est-à-dire qu elle est constituée en interne de liens entre les hommes, les machines, les valeurs inter agissant entre eux. Cette alchimie est propre à chaque entreprise et est non duplicable. Et en interaction avec le système extérieur. Tous choix stratégiques comportent des risques et leur mise en œuvre est source d incertitudes. 10

11 L auteur conclue en espérant avoir réussi à faire passer son message aux dirigeants du monde des affaires : il n existe pas de recette miraculeuse. Le hasard, la chance et la prise de risques peuvent aussi améliorer les chances d atteindre la performance. Comme le souligne Phil Rosenzweig dans son livre, cette recette miracle n existe pas. Il s efforce de démontrer, exemples concrets à l appui, que malgré les efforts déployés par de nombreux universitaires, consultants et autres journalistes spécialisés en management, la «magie» n opère pas. Pourtant, tout le monde a envie d y souscrire. Nous préférons tous nous laisser bercer par de belles histoires de réussites. Une sorte de «rêve Américain» pour lequel il suffirait d appliquer une recette «prête à l emploi». L auteur se dresse face à tous ces «maîtres à penser» et plaide pour une prise de conscience des managers afin qu ils fassent appel à leur sens critique, leur jugement pour mener à bien leurs projets. 11

12 4/ L évaluation La première impression que nous avons partagée à la lecture de cet ouvrage de 244 pages est que l auteur a un style facile à lire et à comprendre. Ce livre a beau être dédié aux professionnels du monde des affaires, l auteur n utilise pas de termes techniques, ce qui rend sa lecture fluide. Dès la préface, Phil Rosenzweig plante le décor et nous entrons tout de suite dans le vif du sujet ; il nous fait part de son étonnement des comportements des hauts dirigeants qui sont influençables et se laissent bercer par de belles histoires pour espérer atteindre la performance avec leur entreprise et rester les «numéro un». Son introduction est accrocheuse car nous avons envie d en savoir plus. Nous sommes impatients de découvrir ces illusions qui faussent la perception du monde des affaires. L auteur a bien structuré son œuvre car il liste une à une les illusions tout en donnant des exemples concrets à l appui. Ces exemples à répétitions qui sont nécessaires pour étayer sa pensée critique sont paradoxalement un peu trop redondants et donnent parfois une impression de lourdeur à la lecture. L utilisation répétitive, voir intempestive du verbe «inférer» pose question. Est-ce un choix volontaire de l auteur pour appuyer sa pensée? Ce verbe n est pas une déformation de la traduction de l Anglais vers le Français car il est également présent dans l œuvre original. L exemple que l auteur mentionne en début de livre sur l entreprise LEGO est de nouveau repris à la fin du livre. C est astucieux de sa part, car cela lui permet de pointer de nouveau qu une entreprise peut durer sans pour cela être la plus performante car pour LEGO, ce sont des décisions de restrictions de dépenses et non une recette miraculeuse de relance qui font d elle aujourd hui ce qu elle est. Là où l auteur est assez novateur, c est qu il met en scène une théorie connue depuis plus de 80 ans, mais qui jusqu ici n avait jamais été appliquée au monde des affaires. Phil Rosenzweig agit en 2007 comme une sorte de «précurseur» : Cette «fameuse» théorie du halo fut démontrée par Edward Thorndike au lendemain de la première guerre mondiale en 1920 comme nous l avons déjà évoqué. En 1960, elle fut mise en œuvre dans la sphère du marketing en Allemagne avec la marque «Grunding».Un sondage sur la performance des marques Allemandes au sujet des électrophones a fait ressortir que «Grunding» était la marque qui fabriquait la meilleure qualité d électrophone. Or, cette société n en a jamais fabriqué! Les consommateurs ont été victimes de l effet de halo. En 2002, deux consultants, Melwin Scocher et James Brant rédigent un article pour la HB Review (Harvard Business Review). Ils écrivent que dans le domaine des ressources 12

13 humaines, le choix porté sur tel ou tel candidat est très fortement induit par son appartenance à telle ou telle école, la détention de tel ou tel diplôme etc Autant d éléments venant vicier le jugement du recruteur et induisant un effet de halo. Phil Rosenzweig n invente rien, il met juste en lumière les effets pervers de l effet de halo dans le monde des affaires. 13

14 5/ Propositions d amélioration L auteur remet en question l ordre établi en replaçant le manager au cœur d un autre débat. Puisque la «solution miracle» n existe pas, puisque personne n a pu démontrer l efficacité à toute épreuve de telle ou telle recette, le manager ne doit-il pas prendre aussi en considération des variables telles que la chance, le risque voir même le hasard avant de choisir telle ou telle option? Phil Rosenzweig nous invite à repenser par nous-mêmes, à écrire nous-mêmes l histoire sans se laisser bercer par de vaines illusions. En revanche, il faut «attendre» les dix dernières pages de son livre pour entrevoir cette lueur d espoir. En effet, seule la toute fin de l ouvrage est consacrée à cette «note positive». Les travaux de Phil Rosenzweig sont certes intéressants en ce qu ils nous alertent sur la dangerosité pour un dirigeant d entreprise de prendre pour «argent comptant» des solutions prêtes à l emploi, mais pour autant il n est pas force de proposition, son ouvrage ne nous fait pas rêver. A aucun moment de son étude, l auteur ne donne un exemple concret d une entreprise ayant réussi en ayant fait le choix de ne pas suivre une «recette miracle» en prenant le temps de prendre le recul nécessaire, en faisant appel au hasard ou à la chance. C est d ailleurs cette temporalité qui pose problème au manager d aujourd hui. En effet, dans une économie mondialisée ou l expression «time is money» est plus que jamais au cœur du débat les dirigeants d entreprises n ont pas le «loisir» de consacrer autant de temps qu ils le souhaiteraient pour élaborer une telle stratégie. Des enseignants-chercheurs comme Phil Rosenzweig ne subissent pas cette même pression du résultat et bénéficient de ce luxe qui consiste à pouvoir peser scrupuleusement le pour et le contre lors de la prise de telle ou telle décision. Même si l auteur, nous l avons par ailleurs précisé, mène également des activités de conseil auprès de dirigeants d entreprise, il n a, pour autant que nous le sachions, jamais lui-même diriger d entreprise ce qui peut expliquer la singularité de son propos. Un autre aspect de l ouvrage nous à interpellé. En effet, l auteur parle tout au long de son livre de la notion de «performance» d une entreprise. Or, à aucun moment il ne définit ce terme. Et lorsqu il l évoque, c est invariablement en faisant référence à la réussite financière ou boursière des entreprises qu il envisage : Sisco, ABB. La performance d une entreprise se réduit-elle uniquement à ces aspects là, nous n en sommes pas convaincus. 14

15 6/ Conclusion En premier lieu, nous pouvons dire que cet ouvrage est un livre dérangeant. En effet, il remet en question l ordre établi par une multitude d auteurs et autres chercheurs réputés issus des plus prestigieuses universités et cabinets de consultants. Pour autant, l objectif de Phil Rosenzweig n est pas de détruire systématiquement les travaux entrepris par ses collègues universitaires. Il s agit plutôt pour lui de les remettre en question, d en conserver le meilleur tout en gardant à l esprit qu une seule théorie ne peut expliquer la réussite et l excellence d une entreprise : surtout si l on se laisse prendre dans les filets de l effet de halo abondamment décrit. Ce livre permet de relativiser l impact des différentes théories que l auteur décrit dans son ouvrage. A sa lecture, nous comprenons d autant mieux pourquoi, dans notre propre milieu professionnel, la mise en place de telle politique en matière de gestion des ressources humaines, tel changement de système informatique ou encore le recentrage de notre politique commerciale en direction du client ne sont pas forcément gage de succès. C est précisément ce que nous pouvons retenir en ce début de formation nous conduisant au Master. Les différents intervenants nous alertent sur le fait que nous allons acquérir des connaissances dans différentes matières et qu à l issue de ces deux années nous serons en possession d une sorte de «boites à outils» nous permettant d appréhender un certain nombre de problématiques au sein des entreprises. Pour autant, il nous faut raison gardée et c est aussi en cela que l ouvrage de Phil Rosenzweig est intéressant car il nous oblige à garder la tête froide en toutes circonstances, il nous pousse à penser par nous-mêmes ce qui parfois s avère très inconfortable et nous enjoint de ne pas nous laisser entrainer par les aspects pervers de l effet de halo. 15

M1 FINANCE-M1 MARKETING-M1 MANAGEMENT DE LA PERFORMANCE-M1 MANAGEMENT ET ORGANISATIONS DU STAGE AU RAPPORT

M1 FINANCE-M1 MARKETING-M1 MANAGEMENT DE LA PERFORMANCE-M1 MANAGEMENT ET ORGANISATIONS DU STAGE AU RAPPORT Place du Maréchal De Lattre de Tassigny 75775 PARIS CEDEX 16 DEPARTEMENT MSO Bureau des Stages M 1- Gestion- D 404 Tél. 01.44.05.46.09 Fax 01.44.05.46.61 M1 FINANCE-M1 MARKETING-M1 MANAGEMENT DE LA PERFORMANCE-M1

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Droit international de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET?

POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? 61 POURQUOI CONNECTER UNE ÉCOLE À L INTERNET? L école de Pinay est connectée depuis deux ans et demi à l Internet. Cela laisse suffisamment de recul pour une réflexion sur cette pratique. Il convient pour

Plus en détail

FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT. Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients

FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT. Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients www.footfall.com + 33 (1) 55 12 10 00 FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients Gardez votre visage toujours vers

Plus en détail

Taux de recommandation net ou le ressenti des clients

Taux de recommandation net ou le ressenti des clients Cet article provient de la banque des meilleures pratiques de la Fondation européenne de la qualité. Taux de recommandation net ou le ressenti des clients Introduction Le taux de recommandation net est-il

Plus en détail

1) Qu est ce que le réalisme? Qu est ce que l idéalisme?

1) Qu est ce que le réalisme? Qu est ce que l idéalisme? Dix questions clé pour la gouvernance des fondations Une fondation dispose de deux atouts précieux parce qu ils sont rares : l indépendance et la capacité à agir dans la durée. La gouvernance d une fondation

Plus en détail

Finalités de l ouvrage

Finalités de l ouvrage Introduction Il est commun de souligner que la fonction ressources humaines a subi des évolutions rapides et profondes depuis les années qui ont suivi la seconde guerre mondiale. Le rôle du DRH n a cessé

Plus en détail

Jérôme GAYET. Business development. Groupe Eyrolles, 2010 ISBN: 978-2-212-54675-0

Jérôme GAYET. Business development. Groupe Eyrolles, 2010 ISBN: 978-2-212-54675-0 Jérôme GAYET Business development, 2010 ISBN: 978-2-212-54675-0 Sommaire Remerciements... 9 Préface... 11 Les recettes concrètes du développement de votre chiffre d affaires... 11 Introduction... 13 Chapitre

Plus en détail

Rapport de stage. Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard:

Rapport de stage. Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard: 1. Déroulement du stage Rapport de stage Durant ces quatres mois de stage j ai découvert trois éditions différentes du Courrier Picard: Tableau 1. Périodes de stage lieu date bilan Edition l amiénois du

Plus en détail

MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 UNITÉ 2

MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 UNITÉ 2 MODULE 1 LE MARKETING UNITÉ 1 LA VÉRITÉ SUR LE MARKETING: QU EST-CE QUE LE MARKETING? QU EST-CE QUE N EST PAS LE MARKETING? DIX CONSEILS POUR UNE GESTION DE MARQUE EFFICACE UNITÉ 2 LA PLANIFICATION STRATÉGIQUE

Plus en détail

«L argent rend bel et bien heureux!»

«L argent rend bel et bien heureux!» Vlerick enquete sur le bonheur financier «L argent rend bel et bien heureux!» L argent ne fait pas le bonheur. La formule est très cliché, mais elle n est pas correcte. Selon une étude menée par Vlerick

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

EEPU MOURILLON 26 rue Ernest RENAN 83000 Toulon

EEPU MOURILLON 26 rue Ernest RENAN 83000 Toulon EEPU MOURILLON 26 rue Ernest RENAN 83000 Toulon Réseau du Socle ACTIONS 2012-2013 Considération due aux élèves : -restauration de la confiance dans l élève -restauration de l estime de soi -prise en compte

Plus en détail

Développer et piloter l implication des collaborateurs Paru dans : Employeur Suisse, 8.4.1999

Développer et piloter l implication des collaborateurs Paru dans : Employeur Suisse, 8.4.1999 Daniel Held Développer et piloter l implication des collaborateurs Paru dans : Employeur Suisse, 8.4.1999 La valeur ajoutée apportée : le vrai défi pour les ressources humaines Depuis plusieurs années,

Plus en détail

LE PETIT GUIDE POUR RÉDIGER DES ARTICLES DE QUALITÉ

LE PETIT GUIDE POUR RÉDIGER DES ARTICLES DE QUALITÉ LE PETIT GUIDE POUR RÉDIGER DES ARTICLES DE QUALITÉ PAR YANNICK MÉRIGUET - 2015 TABLE DES MATIÈRES LES REMARQUES GÉNÉRALES 2 LES TYPES D ARTICLES 2 LES STRUCTURES D UN ARTICLE QUI MARCHE 3 EXEMPLES PRATIQUES

Plus en détail

Ecole Nationale de Commerce et de Gestion. L impact du développement durable sur la stratégie de l entreprise

Ecole Nationale de Commerce et de Gestion. L impact du développement durable sur la stratégie de l entreprise Ecole Nationale de Commerce et de Gestion L impact du développement durable sur la stratégie de l entreprise Année universitaire : 2011/2012 1 Introduction..3 Chapitre 1 : Généralités sur le développement

Plus en détail

FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT. Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients

FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT. Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients www.footfall.com + 33 (1) 55 12 10 00 FOOTFALL: SÉRIE ACTING ON INSIGHT Sortir de l ombre et mettre en lumière ce que vous ne savez pas encore à propos de vos clients Gardez votre visage toujours vers

Plus en détail

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur

Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Thierry WIEDEMANN-GOIRAN Frédéric PERIER François LÉPINEUX Développement durable et gouvernement d entreprise : un dialogue prometteur Préface de Frédéric Tiberghien Président de l ORSE (Observatoire sur

Plus en détail

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise

Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise Thème E Etablir un diagnostic stratégique Le diagnostic externe Analyse de l environnement de l entreprise On ne peut concevoir l entreprise comme une entité isolée du milieu dans lequel elle agit. L entreprise

Plus en détail

MOBILISATION DES RESSOURCES

MOBILISATION DES RESSOURCES Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche en Education MOBILISATION DES RESSOURCES Mini Guide pratique pour le ROCARE Ce guide est conçu et diffusé par le Réseau Ouest et Centre Africain de Recherche

Plus en détail

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE! EN ROUTE POUR L AVENTURE Partie 1/2 3 - Réussir à atteindre vos buts est un voyage que vous devez préparer à l avance.! 4 - Est-ce que vous pensez que

Plus en détail

Une nouvelle vision de l épargne des ménages. Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine. Un mauvais exemple qui vient de loin

Une nouvelle vision de l épargne des ménages. Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine. Un mauvais exemple qui vient de loin Politique économique Une nouvelle vision de l épargne des ménages André Babeau Professeur honoraire à l université Paris-Dauphine La notion d épargne, et plus spécifiquement d épargne des ménages, est

Plus en détail

10. Peter F. DRUCKER (1909- )

10. Peter F. DRUCKER (1909- ) 10. Peter F. DRUCKER (1909- ) Les tâches majeures des dirigeants efficaces Peter F. Drucker est le gourou des gourous du management. Né à Vienne à l'époque glorieuse d'avant 14, Drucker a effectivement

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2013 ISBN : 978-2-212-55610-0

Groupe Eyrolles, 2013 ISBN : 978-2-212-55610-0 Groupe Eyrolles, 2013 ISBN : 978-2-212-55610-0 2 e partie Quelle est votre Valeur ajoutée professionnelle? Notre message aux jeunes diplômés? Venez chez nous développer votre employabilité. Pierre Puig,

Plus en détail

guide du créateur d entreprise 15

guide du créateur d entreprise 15 02 Valider ses idées guide du créateur d entreprise 15 Tout projet d entreprise trouve son origine dans une idée. Avant d investir du temps et de l argent dans le lancement de votre projet, il est conseillé

Plus en détail

REDIGER SA LETTRE DE MOTIVATION

REDIGER SA LETTRE DE MOTIVATION 1. Objectif et conseils REDIGER SA LETTRE DE MOTIVATION L objectif d une lettre de motivation est de convaincre le recruteur de vous rencontrer en entretien. Il n y a pas de lettre de motivation type.

Plus en détail

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac

Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Les inégalités dans l accès aux hauts diplômes se jouent surtout avant le bac Olivier Lefebvre* Sur 100 jeunes entrés en 6 e en 1995, 44 sont désormais titulaires d un diplôme de l enseignement supérieur.

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 Introduction : Questions/réponses : Qu est-ce que pour vous un bon recrutement? Cela dépend de quoi? Qu est-ce qui est sous votre contrôle?

Plus en détail

03_Intro_Descoings.fm Page 17 Jeudi, 8. février 2007 4:55 16. Introduction

03_Intro_Descoings.fm Page 17 Jeudi, 8. février 2007 4:55 16. Introduction 03_Intro_Descoings.fm Page 17 Jeudi, 8. février 2007 4:55 16 Introduction É lever nos formations supérieures et notre recherche au meilleur niveau de la compétition internationale ; démocratiser pour les

Plus en détail

Corrélation et causalité

Corrélation et causalité Corrélation et causalité Pendant la second guerre mondiale, un diamantaire du nom de James Assael commerçait avec les USA, en vendant des montres étanches pour l armée US. Après la guerre, le gouvernement

Plus en détail

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Ce que vous allez apprendre Définir le marketing et comprendre son rôle Comprendre les différentes évolutions du marketing Comprendre les nouveaux enjeux

Plus en détail

Comment revaloriser l enseignement qualifiant?

Comment revaloriser l enseignement qualifiant? Adam Patrick Charlot Celine Nava Diego Scaramozzino Pauline Comment revaloriser l enseignement qualifiant? Principes de politique et d organisation scolaire Titulaires : M. Demeuse, N. Friant 3 e Bachelier

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

En partenariat avec N 172 - AVRIL 2014

En partenariat avec N 172 - AVRIL 2014 En partenariat avec N 172 - AVRIL 2014 En partenariat avec N 172 - AVRIL 2014 Editorial Editorial Par François PAULUS (1989), Président du Jury Quand vous lirez ces lignes nous serons en avril 2014, et

Plus en détail

Ouverture 2 Bertrand HEBERT, Directeur général adjoint de l'apec. Présentation de l étude 3

Ouverture 2 Bertrand HEBERT, Directeur général adjoint de l'apec. Présentation de l étude 3 Sommaire Ouverture 2 Bertrand HEBERT, Directeur général adjoint de l'apec Présentation de l étude 3 Jean-Marie Blanc, Directeur des Relations institutionnelles et partenariats de l'apec Pierre Lamblin,

Plus en détail

Narration : Christian Reber : Jacques Marchand : Kathleen Gilmour : Nigel Roulet : Jacques Marchand :

Narration : Christian Reber : Jacques Marchand : Kathleen Gilmour : Nigel Roulet : Jacques Marchand : TRANSCRIPTION Conseils sur la présentation d une demande de subvention à la découverte du CRSNG Narration : Pour obtenir des fonds de recherche dans un milieu concurrentiel, vous devez présenter vos idées

Plus en détail

MBA DGC SCIENCES PO* Filière MANAGEMENT

MBA DGC SCIENCES PO* Filière MANAGEMENT MBA DGC SCIENCES PO* DENOMINATION OBJECTIF DE LA FORMATION VALIDATION MODE D EVALUATION EPREUVES ECRITES ET ORALES DE RATTRAPAGE MEMOIRE DE FIN DE CYCLE Filière MANAGEMENT MASTER OF BUSINESS ADMINISTRATION

Plus en détail

Directives relatives aux projets d innovation

Directives relatives aux projets d innovation Hasler Innovation Un programme d encouragement de la Fondation Hasler pour le soutien dans les formalités préparatoires à la création d une entreprise dans le domaine des TIC. Directives relatives aux

Plus en détail

Stage à la Société Générale Ingénierie Financière. Note de Prise de Recul

Stage à la Société Générale Ingénierie Financière. Note de Prise de Recul Stage à la Société Générale Ingénierie Financière Note de Prise de Recul I. Rôle et Missions Assignés a. Description de l environnement de travail Au cours de mon stage, je travaille au sein du département

Plus en détail

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS».

b) Mais avant d exposer ces deux sujets, il convient de se pencher sur la notion même des «BUSINESS METHODS». 1 LA BREVETABILITÉ DES «BUSINESS METHODS» INTRODUCTION: a) La question qui sera traitée dans le cadre de mon exposé c est le problème de la protection en Europe, c est-à-dire dans les pays du brevet européen

Plus en détail

Recherche d emploi et gestion de carrière : Les clés du succès.

Recherche d emploi et gestion de carrière : Les clés du succès. Recherche d emploi et gestion de carrière : Les clés du succès. Qu il s agisse de trouver ou de garder un emploi ou encore d optimiser votre évolution professionnelle, il apparaît que le succès est lié

Plus en détail

Est. 1978. un Entrepreneur. Rencontre avec. Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo

Est. 1978. un Entrepreneur. Rencontre avec. Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo Est. 1978 Rencontre avec un Entrepreneur Numéro 1 : De l utile à l indispensable, découverte de Souscritoo Rencontre avec P. De La Chevasnerie, fondateur de Souscritoo Philippe De La Chevasnerie, 25ans,

Plus en détail

École. Diriger aujourd hui

École. Diriger aujourd hui École Diriger aujourd hui École Diriger aujourd hui Jour 1 Dans un environnement complexe où la répétition des recettes du passé, ou même du présent, constitue davantage un risque qu une assurance, l agilité,

Plus en détail

CHEZ SOFFT, PEAUFINER UN PROJET PROFESSIONNEL GRACE A UN ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL DE QUELQUES SEMAINES

CHEZ SOFFT, PEAUFINER UN PROJET PROFESSIONNEL GRACE A UN ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL DE QUELQUES SEMAINES CHEZ SOFFT, PEAUFINER UN PROJET PROFESSIONNEL GRACE A UN ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL DE QUELQUES SEMAINES Par Delphine Dessart, accompagnatrice au service SOFFT SOFFT, organisme d insertion socioprofessionnelle

Plus en détail

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit.

Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. Baccalauréat STG Sciences et technologies de la gestion Document d accompagnement de l épreuve d économie droit. I - AVANT-PROPOS II - DÉFINITION DE L ÉPREUVE DU BACCALAURÉAT III - QU EST-CE QUE DÉMONTRER

Plus en détail

L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi?

L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi? L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi? Entrée en matière faisant référence à l actualité. Définitions de l investissement (en italique) qui s appuie sur le contenu d

Plus en détail

Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal

Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal Notes pour l intervention de Roch Denis, président de la CREPUQ et recteur de l Université du Québec à Montréal «Enjeux de l internationalisation de l enseignement supérieur» Les soirées regards croisés

Plus en détail

«rend service» Xavier FONTANET

«rend service» Xavier FONTANET 198 LA REVUE CIVIQUE LA REVUE CIVIQUE 199 L entreprise «rend service» Xavier FONTANET Ancien Président du Groupe Essilor, Xavier Fontanet a créé une Fondation qui porte son nom, dédiée à l explication

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Dossier. Master «Enfance Enseignement Education» 2 nd année. Site de Montigny-Lès-Metz

Dossier. Master «Enfance Enseignement Education» 2 nd année. Site de Montigny-Lès-Metz Dossier Master «Enfance Enseignement Education» 2 nd année Site de Montigny-Lès-Metz UE 1019-9 : Unité et spécificités de la didactique des sciences, technologies et mathématiques : Réalisation et analyse

Plus en détail

Collaborer à l écriture d un récit policier

Collaborer à l écriture d un récit policier Collaborer à l écriture d un récit policier Hélène Lentieul, Collège Albert Ball d Annoeullin, Académie de Lille Niveaux et entrées du programme Numérique et projet d enseignement Supports exploités Objectifs

Plus en détail

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE

Un autre regard sur. Michel R. WALTHER. Directeur général de la Clinique de La Source 52 INSIDE 52 INSIDE Un autre regard sur Michel R. WALTHER Directeur général de la Clinique de La Source Directeur général de la Clinique de La Source, Michel R. Walther est né en 1949 au Maroc de parents suisses.

Plus en détail

L humain et ses données, le «quantified self»

L humain et ses données, le «quantified self» Chapitre 1 L humain et ses données, le «quantified self» L explosion de la quantité des données disponibles et le perfectionnement de nos capacités d analyse bouleversent les rapports que l Homme entretient

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Islam et droit de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Intro.fm Page 9 Mardi, 28. mars 2006 2:52 14. Introduction

Intro.fm Page 9 Mardi, 28. mars 2006 2:52 14. Introduction Intro.fm Page 9 Mardi, 28. mars 2006 2:52 14 Introduction Au moment où vous lisez ces lignes, quelqu un «comparaît» devant son chef pour faire le «bilan» de ses performances ou, si vous préférez, pour

Plus en détail

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité?

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? 1 L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? Prof. Gérard CLIQUET Président de la CIDEGEF IGR-IAE, Université de Rennes 1, FRANCE L année

Plus en détail

Questions fréquentes au cours d un entretien d embauche

Questions fréquentes au cours d un entretien d embauche Questions fréquentes au cours d un entretien d embauche Voici donc un ensemble de questions piège posées par les recruteurs ainsi que nos conseils pour y répondre au mieux. Quelles sont vos principales

Plus en détail

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement...

Lisez ATTENTIVEMENT ce qui suit, votre avenir financier en dépend grandement... Bonjour, Maintenant que vous avez compris que le principe d'unkube était de pouvoir vous créer le réseau virtuel le plus gros possible avant que la phase d'incubation ne soit terminée, voyons COMMENT ce

Plus en détail

SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE

SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE SI VOTRE PROJET EST DÉRIVÉ D UNE THÈSE Il y a un monde entre la facture d une thèse, aussi savante et pertinente soit-elle, et un livre qui s adressera nécessairement à un public moins expert. Votre thèse

Plus en détail

Cours: Introduction au marketing

Cours: Introduction au marketing Cours: Introduction au marketing Prof : Mr Tachfin Sections : E D F Par : El Mehdi Frarai 1.1 HISTOIRE DU MARKETING Le marketing aurait connu ses premières heures au XVII e siècle. La peti-te histoire

Plus en détail

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives

Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Aimé Diaka Le Crédit-bail mobilier dans les procédures collectives Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook

Plus en détail

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes

Sylvie Guessab Professeur à Supélec et responsable pédagogique du Mastère Spécialisé en Soutien Logistique Intégré des Systèmes Complexes Préface Toute personne est un jour confrontée à devoir prendre une décision, qu il s agisse de l étudiant qui réfléchit à son orientation académique, du chercheur qui doit privilégier une option scientifique

Plus en détail

Présentation de l échantillon

Présentation de l échantillon Cette année, rien ne va plus pour la filière AES! Après une baisse de 5,4% d inscrits pour l année 2013-2014 par rapport à l année passée, la licence pluridisciplinaire par excellence souffle ses 40 bougies

Plus en détail

Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie

Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie Les 10 grands principes de l utilisation du data mining pour une gestion de la relation client réussie Découvrir les stratégies ayant fait leurs preuves et les meilleures pratiques Points clés : Planifier

Plus en détail

- Madame Mathot, vous êtes ingénieur chez IBM. Quelles sont vos fonctions dans l entreprise?

- Madame Mathot, vous êtes ingénieur chez IBM. Quelles sont vos fonctions dans l entreprise? Entretien avec Dominique Mathot, ingénieure chez IBM France - Madame Mathot, vous êtes ingénieur chez IBM. Quelles sont vos fonctions dans l entreprise? - J exerce un métier d architecte en systèmes d

Plus en détail

Gestion dynamique de votre compte BullionVault

Gestion dynamique de votre compte BullionVault Mostafa Belkhayate Gestion dynamique de votre compte BullionVault Lorsque vous ouvrez un compte BullionVault, vous avez le choix entre 3 compartiments devises, l euro, le dollar et la livre sterling et

Plus en détail

MANAGEMENT ET GESTION DES ENTREPRISES (épreuve n 299) ANNEE 2010. Epreuve conçue par HEC. Voie Technologique. Technologique 775 10,00 3,70

MANAGEMENT ET GESTION DES ENTREPRISES (épreuve n 299) ANNEE 2010. Epreuve conçue par HEC. Voie Technologique. Technologique 775 10,00 3,70 MANAGEMENT ET GESTION DES ENTREPRISES (épreuve n 299) ANNEE 2010 Epreuve conçue par HEC Voie Technologique NBRE CANDIDATS MOYENNES ECARTS-TYPE RESULTATS GLOBAUX 775 10,00 3,70 VOIES PREPARATOIRES Technologique

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger

Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger Analyse de l image touristique de la France et de son positionnement à l étranger Ipsos / Maison de la France Synthèse Jeudi 18 janvier 2007 Ipsos Public Affairs Contacts : Joachim Soëtard 01 41 98 92

Plus en détail

Avant-propos AVANT-PROPOS. 2014 Pearson France Le conseil stratégique pour l'entreprise Philippe Chereau, Pierre -Xavier Meschi

Avant-propos AVANT-PROPOS. 2014 Pearson France Le conseil stratégique pour l'entreprise Philippe Chereau, Pierre -Xavier Meschi Avant-propos «Il n y a rien de plus pratique qu une bonne théorie.» C est dans les années 1940 que Kurt Lewin, universitaire fondateur du courant de la psychologie sociale, prononçait cette phrase qui

Plus en détail

Changement des comportements et Formation

Changement des comportements et Formation Notre système change. Accélérer ce changement vers la durabilité est à la fois une urgence et une opportunité. Changement des comportements et Formation Éducation au développement durable dans les formations

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

Le CRSH, la recherche en sciences humaines et l élaboration de politiques

Le CRSH, la recherche en sciences humaines et l élaboration de politiques Le CRSH, la recherche en sciences humaines et l élaboration de politiques Marc Renaud Président Conseil de recherches en sciences humaines du Canada Ottawa, ON K1P 6G4 Depuis 20 ans, le Conseil de recherches

Plus en détail

RECRUTEMENT DU DIRECTEUR GENERAL D HEC CONTEXTE ET DEFINITION DU PROFIL RECHERCHE

RECRUTEMENT DU DIRECTEUR GENERAL D HEC CONTEXTE ET DEFINITION DU PROFIL RECHERCHE A PROPOS D HEC PARIS Créée en 1881 par la Chambre de commerce et d industrie de Paris, HEC Paris est une business school française de renommée internationale. Elle se distingue par la qualité de sa pédagogie

Plus en détail

Décryptage comprendre pour agir L outplacement au service des mobilités Robert Hayman Septembre 2006 Les Publications du Groupe BPI

Décryptage comprendre pour agir L outplacement au service des mobilités Robert Hayman Septembre 2006 Les Publications du Groupe BPI Décryptage c o m p r e n d r e p o u r a g i r L outplacement au service des mobilités Robert Hayman Septembre 2006 Les Publications du Groupe BPI L outplacement au service des mobilités Voulue ou contrainte,

Plus en détail

ENTREPRENEURS : misez sur la propriété industrielle!

ENTREPRENEURS : misez sur la propriété industrielle! ENTREPRENEURS : misez sur la propriété industrielle! ENTREPRENEURS : MISER SUR LA PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE! Novatrices, les start-up, PME et ETI omettent parfois d établir une stratégie de propriété industrielle.

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse

Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence. Synthèse Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Synthèse SYNTHESE L incertitude est une donnée intrinsèque à la vie de toute organisation. Aussi l un des principaux défis pour la direction

Plus en détail

PROJET DE DEA ET DE THESE DE DOCTORAT

PROJET DE DEA ET DE THESE DE DOCTORAT PROJET DE DEA ET DE THESE DE DOCTORAT Par le Pr Abbé Louis MPALA Mbabula Il n est un secret pour personne que la rédaction du projet de DEA et de THESE pose problème. Voilà pourquoi nous tenterons de donner

Plus en détail

Le management des risques de l entreprise

Le management des risques de l entreprise présentent Le management des risques de l entreprise Cadre de Référence Techniques d application COSO II Report Préface de PHILIPPE CHRISTELLE Président de l Institut de l Audit Interne et de SERGE VILLEPELET

Plus en détail

AUTEURS ÉCRIVANT DANS LE CINÉMA

AUTEURS ÉCRIVANT DANS LE CINÉMA LA RÉMUNERATION DES AUTEURS ÉCRIVANT DANS LE CINÉMA DE FICTION EN FRANCE (21-211) Rapport pour la Guilde française des scénaristes Par Pierre Kopp Professeur à l université de Panthéon-Sorbonne (Paris

Plus en détail

LES ÉTAPES DE LA RECHERCHE D EMPLOI

LES ÉTAPES DE LA RECHERCHE D EMPLOI CARREFOUR JEUNESSE-EMPLOI RIVIÈRE-DU-NORD LES ÉTAPES DE LA RECHERCHE D EMPLOI Carrefour jeunesse emploi Rivière-du-Nord 2011-2012 Page 1 420, rue du Marché Saint-Jérôme Québec, J7Z 2B2 T. 450 431-55253

Plus en détail

DEVELOPPEMENT COMMERCIAL AUX ETATS-UNIS : 10 ERREURS A NE PAS COMMETTRE. SOMMAIRE

DEVELOPPEMENT COMMERCIAL AUX ETATS-UNIS : 10 ERREURS A NE PAS COMMETTRE. SOMMAIRE DEVELOPPEMENT COMMERCIAL AUX ETATS-UNIS : 10 ERREURS A NE PAS COMMETTRE. Nous souhaitons, avec ce document, vous faire partager les écueils que nous constatons chez les PME françaises qui abordent le marché

Plus en détail

Contribution aux Assises de l Enseignement Supérieur et de la Recherche

Contribution aux Assises de l Enseignement Supérieur et de la Recherche L Union Nationale des Etudiants en Gestion, créée en 2003 est une organisation étudiante ayant vocation à représenter les étudiants de la filière Gestion, en fédérant les BDE des IAE, IUT, UFR et Instituts

Plus en détail

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines

Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines Indications pour traiter les cas de gestion des ressources humaines 1 DEFINITION Un cas est une histoire racontée à propos d un ou plusieurs problèmes de gestion qui appelle une réflexion à propos des

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Guide manager pour l entretien professionnel

Guide manager pour l entretien professionnel Guide manager pour l entretien professionnel Le présent guide a pour objet de faciliter la mise en oeuvre de l entretien professionnel et, de rappeler pour chacune des étapes les activités à conduire et

Plus en détail

Licence professionnelle Banque, fiscalité, vente de produits financiers, gestion de patrimoine

Licence professionnelle Banque, fiscalité, vente de produits financiers, gestion de patrimoine Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Banque, fiscalité, vente de produits financiers, gestion de patrimoine Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague

Plus en détail

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel

Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Les objectifs de l Autorité de Contrôle prudentiel Le 8 mars 2010, la Ministre de l Economie de l Industrie et de l Emploi Christine Lagarde a installé la nouvelle Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP).

Plus en détail

F.A.Q. Toutes les questions et réponses ci-dessous complètent les informations disponibles sur le site internet http://lije.univ-lemans.

F.A.Q. Toutes les questions et réponses ci-dessous complètent les informations disponibles sur le site internet http://lije.univ-lemans. F.A.Q. Toutes les questions et réponses ci-dessous complètent les informations disponibles sur le site internet http://lije.univ-lemans.fr/ et ne peuvent en aucun cas suffire. Ce sont uniquement des compléments

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail

Écrire un livre et se faire publier

Écrire un livre et se faire publier Laurence Bourgeois Écrire un livre et se faire publier, 2012 ISBN : 978-2-212-55484-7 Introduction «Les Français ne lisent pas.» À y regarder de plus près, cette affirmation n est peut-être pas si infondée

Plus en détail

METHODOLOGIE DE LA NOTE DE SYNTHESE MALAKOFF 2015

METHODOLOGIE DE LA NOTE DE SYNTHESE MALAKOFF 2015 1 METHODOLOGIE DE LA NOTE DE SYNTHESE MALAKOFF 2015 La note de synthèse est une épreuve qui se déroule en 5 heures et qui consiste à établir une synthèse écrite, en 4 ou 5 pages, à partir d une série de

Plus en détail

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question

Jean-Paul Bouchet. Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Jean-Paul Bouchet Le rôle du manager La finalité de l entreprise en question Le cadre juridique ne peut pas tout régler. Pour permettre aux managers de tenir leur rôle, il faut s interroger sur la finalité

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

de cours particuliers à domicile destinés aux élèves préparant les concours d entrée aux grandes écoles

de cours particuliers à domicile destinés aux élèves préparant les concours d entrée aux grandes écoles Cap Enseignement Supérieur, une jeune entreprise préparant les concours d entrée aux grandes écoles Faire savoir est notre Savoir-Faire! En quelques chiffres Depuis sa création, Cap Enseignement Supérieur

Plus en détail

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Daniel Held et Jean-Marc Riss : Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Paru dans : Employeur Suisse, no 13, 1998 Les changements de plus en plus importants et rapides

Plus en détail