La Tribune Sciences Po de l économie de l immatériel Immatériel et communication extra financière : quels enjeux de compétitivité et de gouverance?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Tribune Sciences Po de l économie de l immatériel Immatériel et communication extra financière : quels enjeux de compétitivité et de gouverance?"

Transcription

1 Juillet 2011 La Tribune Sciences Po de l économie de l immatériel Immatériel et communication extra financière : quels enjeux de compétitivité et de gouverance?

2

3 Sommaire Comment créer de la compétitivité et de la valeur durable avec des actifs immatériels? Marie-Ange Andrieux, Deloitte, Directeur de la Tribune Sciences Po de l immatériel 1 Article de synthèse, le point de vue Sciences Po 3 Interviews de la Tribune Sciences Po 9 Entreprises et institutions entrepreneuriales Valéo Pascal Colombani, Président du Conseil d administration de Valeo 11 Demos Jean Wemaere, Président-directeur général de DEMOS et Président de la FFP 13 Aviva Jean-Luc François, Directeur général délégué du Groupe Aviva France 15 Publicis Martine Hue, Directeur des Relations Investisseurs - Publicis Groupe et Secrétaire générale du CLIFF 17 Infosys Vibin Balakrishnan, Chief Financial Officer - Infosys 19 Fibria Carlos Alberto Roxo, General Manager of Sustainability and Corporate Relations Fibria 21 GPS Gilles Pelisson, Président du Groupement des professions de services (GPS) 23 Croissance Plus Frédéric Bedin, Président de LePublicSystème et Ancien Président de Croissance Plus 25 Institutions de marchés et experts AMF Patrick Parent, Directeur des Affaires Comptables de l AMF 27 IFA Daniel Lebègue, Président de l Institut Français des Administrateurs (IFA) 29 SFAF Alban Eyssette, Président de la Commission Immatériel de la SFAF, Associé de Ricol Lasteyrie 33 EFFAS Andrea Gasperini, Credit Manager Gruppo Banca Leonardo S.p.a., member of EFFAS Commission on Intellectual Capital 35 AFIC Dominique Rencurel, Directeur général d Orkos Capital, Vice-Président de la Commission Venture de l AFIC 39 ESG Score Pascal Bello, Directeur général de ESG Score 41 VIGEO Fouad Benseddik, Directeur des relations institutionnelles de Vigeo 43 IVB Jean-Florent Rérolle, Président de VienGi et Président de l International Valuation Professional Board 47 Oddo Sébastien Thévoux-Chabuel, Analyste financier, ODDO Securities 49 La sélection Sciences Po et bibliographie 51 L actualité Sciences Po 57 Publications et partenaires 61 La Tribune Sciences Po de l économie de l immatériel

4

5 Comment créer de la compétitivité et de la valeur durable avec des actifs immatériels? Nous sommes entrés avec le XXI e siècle dans l économie de l immatériel et de la connaissance, marquée par une profonde évolution des facteurs de croissance, de productivité et de compétitivité qui se déplacent vers les actifs immatériels. Dans le prolongement du sommet de Lisbonne en 2000, puis de Barcelone en 2003 où l Europe a posé son ambition d être un leader de la «knowledge economy» et de l innovation, la France a engagé des actions pionnières avec la «Commission de l économie de l immatériel» (rapport d analyse et de propositions de décembre 2006) et la création de l APIE (Agence pour le patrimoine immatériel de l Etat). En 2009, le Groupement des professions de services (GPS) a diffusé 35 propositions pour une dynamique des actifs immatériels comme leviers de croissance et de valeur durable du secteur. En 2010, la Commission européenne confirme la «smart economy» comme un des trois objectifs de l Union européenne Comment les entreprises vont-elles s adapter aux nouveaux enjeux stratégiques de cette économie où les sources de performance et de valeur durable reposent principalement sur des actifs immatériels? Avec quel management susceptible de relever ces défis tant par les compétences (savoir-faire) que les comportements (savoir-être)? Pour contribuer très concrètement à cette dynamique impliquant les entreprises comme les marchés financiers, nous avons ouvert le débat en 2007 avec la «Tribune Sciences Po de l économie de l immatériel», conçue dans un projet collectif d étudiants de Sciences Po. Comment créer de la croissance durable (équilibrant long terme/court terme) et de la compétitivité qualitative (au-delà des coûts) avec des actifs immatériels, non seulement dans le secteur marchand mais aussi dans la sphère publique et celle du monde de la générosité (associations, fondations, OSBL)? Les enjeux de performance sont abordés par approche transversale sur des actifs immatériels stratégiques pour la croissance et la valeur durable (capital humain, innovation ) ou par perspectives sectorielles (industrie agroalimentaire, Private Equity, hôtellerie ). Avec les étudiants, nous enrichissons les recherches académiques en sollicitant le point de vue de trois cercles du monde économique et financier, au niveau national et international : des dirigeants d entreprises, des experts et des institutions, et des acteurs des marchés financiers. Notre ambition, très pragmatique, consiste à détecter les meilleures pratiques dans la «chasse à la valeur immatérielle». Ces contributions sous la forme d interviews sont en ligne sur le site de notre partenaire Easybourse (1). La Tribune Sciences Po fait également le point de ces approches avec, pour chaque thématique, une bibliothèque et la Sélection Sciences Po, ainsi que des articles de synthèse. Toutes les réflexions sont les bienvenues sur le forum du site, complété au fur et à mesure des travaux menés avec Sciences Po. La Tribune est le fruit d un partenariat entre Sciences Po, Easybourse et Deloitte. Deloitte est en permanence à l écoute des entreprises : sa vocation est de les accompagner dans leur croissance, la maîtrise de leurs opérations et leur performance en valorisant ainsi leurs actifs. Les besoins liés à l immatériel sont perçus par Deloitte comme des préoccupations entrepreneuriales de long terme, pour les sociétés internationales comme pour le middle market, autour de la question stratégique : quelle serait la «juste gouvernance» des actifs immatériels? Marie-Ange Andrieux Directeur des partenariats de Deloitte et Directeur de la Tribune Sciences Po de l immatériel Marie-Ange Andrieux Directeur des partenariats de Deloitte et Directeur de la Tribune Sciences Po de l immatériel HEC, Sciences Po, maîtrise en droit des affaires, expertcomptable, Marie-Ange Andrieux est Directeur des partenariats du cabinet Deloitte et Directeur de la Tribune Sciences Po de l économie de l immatériel. Co-Président de la Commission Innovation et Immatériel du Groupement des professions de services, elle est également Président de la Commission internationale de l IFA (Institut français des administrateurs) et co-président de l Association des femmes experts-comptables et administrateurs. Elle est chevalier de l Ordre national de la Légion d honneur. (1) La Tribune Sciences Po de l économie de l immatériel 1

6

7 Page Article pull out de synthèse, lorem le ipsum point de feu vue facin Sciences vel iril in Po ulput iriurem at amcommy dunt nullaorperat ut La Tribune Sciences Po de l économie de l immatériel 3

8

9 Le point de vue de Sciences Po Après une crise marquée par trop de financier et trop de court terme, un modèle de croissance durable devrait-il intégrer plus d extra financier et plus de long terme? Face à la concurrence des pays émergents, faut-il développer en priorité une compétitivité qualitative fondée sur les actifs immatériels, au-delà d une concurrence par les coûts? Ces évolutions challengent les business models des entreprises, la vision de leur rôle dans la communauté économique, la perception d une performance plus globale se déployant dans les territoires financiers et extra financiers. La communication financière, déjà enrichie ou complétée du rapport de développement durable et d éléments ESG, doit-t-elle s élargir à l immatériel de façon intégrée, vers le «One Report»? Quels seraient les enjeux sous-jacents de gouvernance? Vision stratégique de l entreprise et éco système de la communication extra financière «One of the key aspects is the vision that a company has of its role in a modern society» (1) : Fibria, champion brésilien de la communication extra financière, pose bien la problématique dans son interview pour la Tribune Sciences Po de l immatériel. Les sociétés évoluent de façon croissante dans un «open business model», où leur valeur, composée à 80% (pour le S&P 500/ Etude Ocean Tomo Intellectual Capital Equity) d actifs immatériels (2) essentiellement long terme, est en forte interdépendance avec les parties prenantes internes et externes de leur écosystème. Au-delà du triple objectif «Profit, People, Planet», axiome de la responsabilité sociale et environnementale, le challenge stratégique serait désormais de passer de ce développement durable (intégrer l entreprise dans l environnement) à la valeur durable (intégrer l environnement dans l entreprise). La performance long terme se traduirait par des actions non seulement pour mais avec les «stakeholders» dans une démarche co-créatrice de valeur. La communication extra financière, miroir du rôle de l entreprise et de ces interrelations entre des acteurs aux intérêts et exigences de transparence/confiance divers voire divergents, s est beaucoup développée autour du développement durable, s inspirant des principes d initiatives internationales (GRI, UN Global Compact, OECD Guidelines, ISO ) ou en application de législations nationales, la France étant pionnière à cet égard (Loi NRE, Grenelle I puis II). Preuve que ce territoire est un point focal de dialogue entre les parties prenantes, les débats très vifs sur le décret d application (encore à venir) de l art 225 du Grenelle II (3) ou les 5 ans de travaux de 450 experts pour émettre les 7 grands principes d ISO Pour autant, le reporting RSE n est pas encore généralisé ni pratiqué de façon homogène en Europe (48% d entreprises renseignent leur rapport annuel/ Etude CSR Communication Cambridge/IULM/IESM) et reste un territoire en adaptation constante aux attentes grandissantes des parties prenantes, tout en devant satisfaire à la contrainte de messages concis et crédibles. Dans ce paysage en mouvance de l extra financier, «la communication sur l immatériel va devenir primordiale dans le futur» (AFIC). Mais, selon quelles modalités de contenu et de support? Si beaucoup s accordent pour exclure toute modification de l information comptable, et s orienter plutôt vers des indicateurs qualitatifs et quantitatifs identifiant 3 niveaux d analyse envisageable (global, sectoriel, spécifique entreprise), cette approche souffre d une absence de normalisation qui favoriserait la comparabilité des sociétés sur les marchés. Certes, quelques entreprises (environ 200 dans le monde d après Oddo) jouent le rôle de précurseurs, notamment Infosys et Fibria, interviewées par la Tribune, localisées dans les BRICS (sans hasard possible, car ces pays, ayant d ores et déjà intégré les enjeux de compétitivité de l économie de l immatériel, investissent massivement dans ce domaine). Du côté des analystes et des investisseurs, l intégration de critères relatifs aux actifs immatériels se développe (1) Les citations renvoient aux interviews conduites par la Tribune Sciences Po et publiées sur easybourse (2) Cf. Travaux précédents de la Tribune Sciences Po sur la cartographie, les bonnes pratiques de management, de mesure et de communication relatives aux actifs immatériels. (3) Relatif au rapport devant comprendre «des informations sur la manière dont la société prend en compte les conséquences sociales et environnementales de son activité ainsi que sur ses engagements sociétaux en faveur du développement durable» La Tribune Sciences Po de l économie de l immatériel 5

10 dans les méthodologies extra financières, avec quelques initiatives pionnières en France (dont Oddo, Groupama ) et en Europe (EFFAS, Principles for Effective Communication of Intellectual Capital), peut-être facilitées par le développement antérieur de pratiques comme l ISR (même si celui-ci reste encore marginal) ou le rating ESG. Les bourses de Varsovie et Hong Kong engagent des démarches originales. Au cours des dernières années, des institutions ont régulièrement proposé des principes autour d un «reporting de l immatériel», au niveau national (France, Propositions du GPS/ Tableau de bord de l immatériel de la PME du Conseil Supérieur de l Ordre des Experts Comptables, mais aussi Japon, Allemagne, Australie, Autriche, Pays d Europe du Nord), européen (Commission Européenne/ Rapports Meritum et Ricardis), international (Travaux en cours de l IIRC). Néanmoins, la Commission Européenne (Consultation on disclosure of non financial information by companies/avril 2011) observe «None of the international frameworks on non financial information covers all reporting requirements that could potentially be considered». D ailleurs, l IFA confirme à La Tribune Sciences Po que «le reférentiel de l extra financier n existe pas». L immatériel extra financier, porteur d enjeux de compétitivité et de gouvernance Quels seraient les principaux enjeux vers l immatériel dans la communication extra financière? D abord, acclimater l immatériel dans la stratégie, les comportements managériaux, la culture et les valeurs de l entreprise car «l immatériel traduit un management en profondeur» (GPS). C est avoir le courage pour chaque partie prenante d accepter une responsabilité intergénérationnelle concernant leurs activités tout en délivrant des profits à long terme (R.G. Eccles & M.P. Krzus, Harvard Business School, 2010). Ensuite, l intégrer dans la gouvernance institutionnelle (au sein des débats du Conseil d Administration, cf. L actif humain et le Conseil/IFA) et opérationnelle (dans les politiques d investissements et de financement, le risk management et le contrôle), pour actionner ces «due diligence» de l immatériel avant tout comme levier d optimisation du processus de décision. Enfin, parce que «la réalité de l entreprise s analyse au travers d une vision convergente de la performance financière et extra financière» (ESG SCORE), savoir élaborer la juste combinaison stratégique entre actifs financiers et non financiers, établir une correspondance pertinente entre indicateurs financiers de performance et critères extra financiers, lesquels argumentent les fondamentaux de la valeur sous jacents des cash flows futurs de l entreprise. Alors et alors seulement, communiquer car «si la stratégie du management n est pas sous-tendue par une communication efficace des actifs immatériels de l entreprise, elle ne sera pas crédible» (Valéo). Au titre de l efficience des marchés, c est tenter de combler un éventuel «value gap» défavorable entre la valeur stratégique de l entreprise et celle perçue par les marchés en réduisant un «reporting gap» par rapport aux attentes sur la stratégie, la performance, les risques et les perspectives tout en respectant les contraintes du secret des affaires! Dans cette tentative de rendre visible l invisible aux parties prenantes, l essentiel de la gouvernance de l immatériel, c est de construire la confiance sur le long terme. Certains de nos contributeurs soulignent les investissements significatifs qu une telle démarche pourrait représenter (conduite du changement managérial, systèmes d informations, contrôle interne, revue externe des informations extra financières diffusées), face à un retour de valeur aléatoire. Toutefois, d après le sentiment général se dégageant de nos interviews, se développe la reconnaissance de gains de compétitivité relative et qualitative par l immatériel, de niveau et de maturité variables selon les secteurs et les acteurs. L intégration stratégique des actifs immatériels pourrait constituer un avantage différenciant (Rapport de Synthèse CIIE, OCDE, 2008), une prise de conscience ayant aussi gagné les pays émergents. Les actions pionnières à cet égard des pays asiatiques et arabes ont été déterminantes dans le renforcement de leurs positions relatives permettant l émergence de hubs financiers à Dubaï comme à Hong Kong. Cette démarche particulièrement forte dans ces régions a été notamment due au fait que les actifs immatériels se basent sur les cultures et traditions propres à chaque pays, secteurs et entreprises. (Bloom et van Reenen, 2005). Ce changement est un processus long (seul 16% du G250 ont conscience de ces facteurs/ KPMG CSR Survey 2008), le développement de la 6

11 compétitivité qualitative par les actifs immatériels supposant : une gouvernance solidaire des acteurs de l écosystème : les entreprises (dynamique de bonnes pratiques), les marchés financiers (enrichissement des formations et méthodologies de diagnostic et d évaluation par intégration de l extra financier, postures des investisseurs dans leurs critères d investissement, leur politique de vote), les pouvoirs publics (développement d un environnement économique, financier, juridique favorable à l immatériel, voire d une politique de l immatériel) ; soutenue par chaque échelon de responsabilités et visant à modifier les cultures institutionnelles au niveau national (Prof.Edquist, RIIE n 863, 2011) et international (R.G. Eccles & M.P. Krzus, Harvard Business School, 2010). Vers le One Report? Dans cette chasse à la valeur immatérielle, s appuyant sur la communication extra financière, nos contributeurs convergent vers l utilité d un référentiel : «la mise en place d indicateurs qualitatifs et quantitatifs normés pour mesurer les actifs immatériels serait un premier pas utile pour progresser» (AMF). Beaucoup d entre eux soulignent la crédibilité qu apporterait une revue externe, pouvant être volontaire ou obligatoire (un tiers du SBF 120 fait déjà vérifier son RDD dans une approche volontaire/enquête Deloitte). Mais font débat : les modalités d élaboration de ce référentiel entre hard law (par voie de réglementation) ou soft law (principes établis par consensus entre les parties prenantes, applicables sur une base volontaire, éventuellement assortie du mécanisme de «Comply or Explain» à partir de normes de préférence européennes ou internationales) ou ses niveaux de profondeur : globale et/ou sectorielle, principes et/ou indicateurs de mesure. financier, allègerait les obligations des entreprises et faciliterait la lecture globale des sources de sa valeur par les observateurs extérieurs. Faudrait-il alors aller vers le «One Report» (cf. travaux de la Harvard Business School), symbole d une communication intégrée? Certains y sont vivement opposés considérant soit que l entreprise doit rester libre dans sa communication extra financière immatérielle au regard des spécificités stratégiques de chaque entreprise, soit que la complexité, la subtilité des informations et la multiplicité des supports (rapport annuel, document de référence, road shows, web, communication corporate ) se prêtent peu aisément à la simplification que pourrait imposer une telle approche, à fortiori en cas de référentiel. D autres y voient une opportunité, à long voire très long terme, en résonnance avec les enjeux d une économie désormais immatérielle, de donner une reconnaissance équivalente à la performance financière et extra financière de l entreprise. Par cet enrichissement de son «patrimoine informationnel» (Vigéo), l entreprise ne pourrait-elle pas faciliter l alignement des dimensions de son rôle dans l écosystème économique et financier avec une valeur durable, inclusive et équilibrée? Article rédigé dans le cadre des travaux 2011 de la Tribune Sciences Po de l immatériel, sous la direction de Marie-Ange Andrieux, Deloitte. Certains proposent deux étapes, une base volontaire pendant une période test, confirmée par une norme publique en cas d application réussie. Par ailleurs, une nécessité de mise en cohérence d une part, entre les informations extra financières quelles que soient leurs sources (développement durable, immatériel ou autres), d autre part, entre le financier et l extra La Tribune Sciences Po de l économie de l immatériel 7

12

13 Interviews de la Tribune Sciences Po La Tribune Sciences Po de l économie de l immatériel 9

14

15 «Si la stratégie du management n est pas sous-tendue par une communication efficace des actifs immatériels de l entreprise, elle ne sera pas crédible.» Pensez-vous que les sociétés aient clairement identifié le poids considérable des actifs immatériels dans leur valeur? Quels actifs immatériels sont reconnus en priorité? Les actifs immatériels sont de plus en plus reconnus, et en particulier le capital humain. Par exemple, Alstom, comme Valeo ou Schlumberger portent la plus grande attention au capital humain, qui permet de maintenir la performance de ses autres actifs. C est une responsabilité du management, qui l assure par la sélection du personnel, la délégation des responsabilités et le contrôle. Le capital innovation est également un actif extrêmement important car constitutif d avantages compétitifs et facteur de différenciation de performances entre les entreprises sur le long terme. Par exemple, beaucoup d entreprises françaises s implantant en Chine ont réalisé l obligation de constamment innover au risque de se faire dépasser par des concurrents locaux. Le capital relationnel peut potentiellement se révéler être d une valeur extraordinaire. Dans la plupart des pays d Asie, il est long à mettre en place mais est un socle de confiance et une garantie de bonne coopération. Aux Etats-Unis, ce capital est peut-être moins important mais ne doit pas être sous-estimé. Selon votre perception, quelle importance les acteurs des marchés financiers (analystes financiers, investisseurs financiers, fonds...) accordent-ils au capital immatériel de l entreprise? Les analystes et les actionnaires, qui pour la plupart, se basent sur le consensus des analystes, ne semblent pas particulièrement focalisés sur les actif immatériels dans leur ensemble, même si certains sont évidemment pris en compte comme la R&D, les marques, la réputation. La logique fondamentale est centrée sur la qualité des produits et des services, elle-même fondée sur l excellence. La réputation d une entreprise peut être considérée comme garante de cette excellence, laquelle pourrait être reliée au capital humain mais il n est pas certain que les investisseurs établissent toujours cette corrélation. Les comportements des investisseurs long-terme sont à différencier des investisseurs plus «court-termistes» (hedges funds et autres). Ces derniers n ont pas d intérêt particulier à analyser le capital immatériel, en dehors de l image et de la réputation de l entreprise. Comment communiquez-vous sur ces actifs immatériels à la fois dans la communication corporate et financière? Autant le management a conscience du capital immatériel au sein de l entreprise, autant il est difficile de le communiquer efficacement à l extérieur. Cependant, une entreprise comme Schlumberger a effectivement communiqué activement sur les actifs immatériels et sa stratégie. Cette entreprise a été précurseur en matière de globalisation et de diversité du capital humain. Cette action volontariste a privilégié une vision stratégique de l entreprise sur le long terme. C est la communication en amont de cette stratégie qui leur a permis de conserver la confiance des investisseurs. Mais en règle générale, en France, et de mon expérience, cette communication pourrait être développée. Pour résumer, les actifs immatériels sont reconnus par tous à l intérieur de l entreprise, mais à l extérieur, les actionnaires en ont une vision parfois un peu floue. Avez-vous le sentiment que les marchés et les investisseurs sont convaincus par une approche parfois qualitative ou extra financière, en complément des critères financiers usuels? Je suis favorable à une approche plus qualitative. Les critères strictement financiers ne suffisent pas. Il y Pascal Colombani Président du Conseil d administration de Valeo Président du Conseil d administration de Valeo. Administrateur de Technip, Alstom, Rhodia. Senior advisor chez A.T.Kearney. La Tribune Sciences Po de l économie de l immatériel 11

16 a besoin d une vision. Et certains actifs immatériels sont représentatifs de cette vision. Si la stratégie du management n est pas sous-tendue par une communication efficace sur les actifs immatériels de l entreprise, elle ne sera pas crédible. Avez-vous le sentiment qu il existerait un «value gap» entre la valeur des entreprises et celle perçue par les marchés? Que ce «value gap» pourrait être réduit par une meilleure prise en compte de la valeur de ces immatériels et par une communication spécifique sur cet aspect de la valeur? Absolument oui. Il y a d ailleurs un écart entre les entreprises aux performances financières équivalentes mais ne communiquant pas de façon similaire concernant les actifs immatériels. Un bon manager doit communiquer sur ses actifs immatériels et son talent à le faire constitue un véritable avantage compétitif pour l entreprise. Selon votre expérience, quels seraient le contenu et les supports (rapport annuel, rapport spécifique dédié, autres...) d une communication corporate et financière qui pourraient fournir des informations crédibles favorisant la connaissance et la reconnaissance dans les méthodes d analyse et de valorisation de l entreprise par les acteurs des marchés financiers? Les supports les plus efficaces, selon moi, seraient les présentations telles que les «investors days» ou les «road shows». C est réellement par là que se fait le consensus des analystes. La communication sur les actifs immatériels par essence se fait par communication orale, par interaction avec des sessions Q&A, et est donc plus utile selon ces modalités. Quelle est votre prospective sur le sujet? Pensez-vous que cette information financière et/ou extra financière va évoluer vers une communication intégrée dans les entreprises? Aujourd hui, un bon CEO doit pouvoir intégrer l extra financier (j appellerais d ailleurs cela l intégralité des aspects immatériels) et le financier dans la vision et la stratégie de l entreprise. J imagine mal un rapport qui ne traiterait que des actifs immatériels : cette communication doit être intégrée dans une vision générale de l entreprise. Schématiquement, la valorisation d une entreprise se fait sur les chiffres (bilan, compte de résultat) mais également sur son futur. Et ce futur est porté par les actifs immatériels tels que la réputation, le capital client (très important dans des pays émergents en Asie et pouvant être très délicat à entretenir). Le plus important est de convaincre que cette vision est la bonne Un référentiel international de l immatériel vous semblerait-il utile? Faudrait-il le décliner par secteur? Qui doit l établir et le diffuser? Je suis rarement partisan d une législature contraignante, mais je suis ouvert à l idée d une comparaison des pratiques dans un même secteur/ marché. D après mon expérience, les institutions européennes sont souvent inefficaces, et une initiative de leur part ne serait donc pas forcément la meilleure approche. Selon moi, l initiative doit venir des entreprises, avec l intervention possible des institutions professionnelles. 12

17 «Le capital humain, lié à la compétence durable, est l actif immatériel le plus important de l entreprise.» Quelle pourrait être votre définition des actifs immatériels? Quel serait le plus important à vos yeux? Les actifs immatériels sont tout simplement des actifs non tangibles contribuant à la création de valeur. Le capital humain est le plus important de tous, il est lié à la notion de compétence durable. Les fortes innovations dans l organisation du travail, des structures des entreprises et des outils technologiques amènent à une rapide obsolescence des compétences. A ce titre, la compétence durable s inscrit dans le cadre du développement durable à travers la formation continue des talents. Quelle est votre opinion sur l intégration des actifs immatériels dans le monde des affaires en France? Les entreprises en général n ont pas encore assez pris conscience de la valeur de leurs actifs immatériels. Certes, les grandes structures ont plus de maturité, mais les logiques matérielles prévalent encore en France. Nous évoluons dans un cadre culturellement marqué par la machine, les actifs tangibles, et le système de financement de notre économie est formaté par cette approche. Les organismes bancaires souhaitent bénéficier d actifs concrets, de cautions, d hypothèques avant d octroyer une ligne de crédit, particulièrement pour les néo - ou jeunes entreprises. Les activités de services ont davantage pris conscience de leurs actifs immatériels, bien sûr, puisqu elles délivrent une prestation non tangible à travers un service souvent construit avec le client. L interaction avec celui-ci est donc très forte et nécessite de faire appel à son expérience et son savoir-faire professionnel, tous deux constitutifs de son actif immatériel. Mais les entreprises ne transposent pas ce savoir-faire dans leur valorisation, et leurs actifs immatériels n apparaissent alors que partiellement dans leur comptabilité. Une meilleure intégration de ceux-ci serait un véritable levier de croissance pour nos économies. Quant aux analystes financiers, ils sont encore peu préoccupés par la valorisation des actifs immatériels. La modélisation financière est le principal instrument de leurs méthodes de valorisation et cette approche reste encore incomplète quant à pouvoir intégrer les actifs non tangibles comme le capital humain. La France est particulièrement en retard sur le sujet, contrairement à d autres pays. Se pose enfin l enjeu des normes comptables qui est fondamental. Les normes IFRS permettent à ce titre une bien meilleure intégration des actifs immatériels. Elles traduisent un principe de réalisme par rapport à celui de la valeur historique. Vous avez créé la Fédération de la formation professionnelle (FFP) et vous avez été réélu le 28 avril 2011 à la tête de cette structure qui rassemble 450 acteurs du secteur. Pourriezvous nous présenter ce dernier rapidement, ainsi que vos objectifs au cours du mandat? Les dépenses de formation continue s élèvent à 30 milliards d euros intégrant les coûts de formation réalisée en interne par les entreprises. Le marché pour des structures externes, comme Demos, s élève à 6-7 milliards d euros, le tout dans un cadre très atomisé. C est un marché en expansion car l organisation du monde du travail a profondément évolué. Le monde des machines est en rapide déclin, tandis que notre environnement technologique est en perpétuelle révolution. La masse d informations à gérer, les innovations sans cesse en nombre croissant entraînant alors la création de métiers nouveaux et des «compliances» nouvelles pour les réguler, requièrent en permanence de la formation pour les intégrer. En ce qui concerne mes objectifs, il s agit de défendre les intérêts de notre profession avec deux priorités. La première est de pouvoir faire en sorte que les subventions publiques à certaines activités de formation professionnelle soient utilisées dans le respect du droit de la concurrence et, à ce titre, nous avons, par deux fois, procédé à la saisine de l Autorité de la concurrence qui nous a donné raison. Jean Wemaere Président-directeur général de DEMOS, Président de la Fédération de la formation professionnelle Diplômé de l Institut d études politiques de Paris, licencié ès lettres et ès sciences économiques, diplômé d études supérieures de sciences économiques. Créateur (1972) et Président-Directeur général (depuis 1979) de Demos, Gérant de Demos Langues (depuis 1979), Président- Directeur général de Cogessor ( ), Directeur général ( ), Président (depuis 1993) de l Aframp, Président ( ) de la Chambre syndicale nationale des organismes de formation, Président de la Fédération de la formation professionnelle (FFP), depuis 1991, membre et vice-président de la Fédération Syntec (1995), Administrateur de l Office professionnel de qualification des organismes de formation et de conseil (OFQFC) depuis 1994, Président de Communication Skill Europe (CSE) à Londres (Grande-Bretagne), Président de différentes filiales de Demos et sociétés à l international (Benelux, Chine, Maroc, Pologne, Allemagne, Royaume- Uni, Suisse, Etats-Unis). Créateur et Président de l Institut Demos, Président-Directeur général de la Revue d Etudes (depuis 2005), Président de Global Estrategias à Madrid, Lisbonne et Barcelone. Membre du Directoire Pragoeduca (République tchèque). Officier de la Légion d honneur. La Tribune Sciences Po de l économie de l immatériel 13

18 La seconde priorité est de réussir à faire reconnaître l utilisation constructive de la formation professionnelle comme garante du maintien par l entreprise des compétences de ses collaborateurs dans une logique de RSE par la création d un label «compétence durable» justifiant de ses efforts en la matière. Nous comptons en parallèle développer étroitement nos liens avec les universités : à ce titre, en ce qui concerne Demos, nous avons déjà des accords étroits avec l université d Evry, celle de Toulouse ou l IAE de Lyon. Formation continue pour les entreprises et les administrateurs? Mais pourquoi ne pas proposer ce service aux personnes en recherche d emploi? Nous pensons qu assister les personnes en recherche d emploi en leur permettant, par la formation, de s approprier des compétences nouvelles pour retrouver au plus vite un travail est fondamental. Le groupe Demos avait, il y a quelques années, établi un partenariat avec les autorités publiques pour développer cette activité, mais nous avons dû malheureusement suspendre celui-ci, car il devenait difficile d établir une relation saine et pérenne en raison d une instabilité trop forte du cadre normatif. Plus généralement, l Etat pourrait favoriser encore plus le développement de la formation continue des particuliers jeunes adultes ou seniors en leur permettant de déduire de leurs revenus imposables leurs dépenses de formation. C est une idée que nous allons proposer aux candidats à l élection présidentielle. 14

19 «C est par le dialogue entre les entreprises, les investisseurs et leurs parties prenantes que doit s établir une communication sur l immatériel plus qualitative et harmonisée, de plus en plus nécessaire sur les marchés.» Pensez-vous que les sociétés aient clairement identifié le poids considérable des actifs immatériels dans la valeur de leur société? L immatériel est clairement perçu de façon croissante comme un enjeu stratégique pour les entreprises, tous secteurs confondus. En témoigne, par exemple, le rôle des marques, de plus en plus important et valorisé par les marchés. Les entreprises sont donc amenées à prendre davantage en compte ces enjeux dans leur communication et leur image. C est ainsi qu Aviva a récemment conduit une politique globale d unification de ses marques, afin de donner une meilleure visibilité à l entreprise. Le passage de l ensemble des entités sous la marque commune Aviva, en particulier au Royaume-Uni, marché de la maison mère, a eu un impact significatif et a permis à Aviva de progresser dans les différents classements d évaluation de la force des marques. Quelles sont les problématiques particulières de l immatériel pour un grand groupe d assurance? Quels sont les actifs qui vous semblent retenir le plus d importance aux yeux de vos parties prenantes, et notamment vos investisseurs? En tant qu organisme d assurance, Aviva est, plus qu une autre compagnie, valorisée en fonction des revenus qu elle est capable de générer dans le futur. Dans le contexte d un cadre réglementaire et financier changeant, avec la mise en place de la nouvelle régulation Solvabilité II, l immatériel reste cependant au cœur de nos préoccupations. Ainsi, Aviva Investors, société en charge de la gestion d actifs au sein du Groupe, milite en faveur d une plus grande normalisation de la communication en termes de développement durable et de responsabilité sociétale de l entreprise. Il faut ajouter que les principes comptables particuliers au secteur intègrent par nature une part du capital immatériel des entreprises d assurance. Dans le cadre de l assurance-vie par exemple, on parle d «embedded value», ou de valeur patrimoniale, qui estime la valeur actuelle du «fonds de commerce» de l organisme et qui intègre implicitement beaucoup de données immatérielles, notamment la qualité de la gestion du risque par l entreprise. Pensez-vous qu une communication plus importante et plus explicite sur les actifs immatériels soit nécessaire pour une meilleure appréhension de la valeur des entreprises de manière générale? Le problème ne se situe pas au niveau de la quantité de l information émise, déjà relativement importante. La principale amélioration doit se faire sur la qualité de l information : on ne doit pas plus communiquer, mais mieux expliquer. Cela suppose également une meilleure appréhension par les parties prenantes, et notamment les investisseurs, des enjeux de l immatériel. Selon vous, comment cette amélioration de la communication et de l appréhension par les investisseurs sur l immatériel pourrait-elle se mettre en place? Je ne suis pas convaincu par une approche «topdown» où le régulateur imposerait de manière univoque des critères de communication. Je crois que cela passerait plutôt par un meilleur dialogue entre les investisseurs et les industries, susceptible d abord d «éduquer» les investisseurs à propos des différentes informations pertinentes à prendre en compte, et ensuite de favoriser la construction de normes communes. La prise d importance de la marque ces dernières années est un exemple caractéristique : Jean-Luc François Directeur général délégué du Groupe Aviva France Agé de 44 ans, Jean-Luc François est diplômé de HEC et titulaire d un MBA de la Wharton School (Université de Pennsylvanie). Il entre en 1989 chez Rhône-Poulenc au Japon en qualité d assistant du directeur financier et de la stratégie. Deux ans plus tard, il rejoint le groupe pharmaceutique Roussel-Uclaf au poste d analyste économique avant de devenir contrôleur de gestion, puis assistant du vice-président du Directoire. Avant de rejoindre Aviva France, Jean-Luc François a passé dix ans au sein du cabinet de conseil McKinsey & Company en France. Leader de la practice mondiale «Banque de financement et d investissement» pour le bureau de Paris, il a notamment conseillé de nombreux établissements bancaires européens en matière de stratégie de développement, d amélioration de la performance et d organisation, en particulier post fusion. Il est également intervenu auprès de compagnies d assurance et de sociétés de gestion d actifs dans le contexte de projets de renforcement de leur rentabilité et de leur efficacité opérationnelle. Jean-Luc François a rejoint Aviva France en tant que Directeur général Finances en avril En avril 2009, il est devenu Directeur général délégué Finances et Risques d Aviva France. Il est également Directeur général délégué d Aviva Vie et d Aviva Assurances, ainsi que Président du Comité d audit d Union financière de France. La Tribune Sciences Po de l économie de l immatériel 15

20 16 c est à travers un dialogue entre les industries et la sphère financière, avec l aide d organismes ayant auparavant identifié l importance de la marque, que les entreprises ont été amenées à revoir leur stratégie de communication à ce sujet. Que ce dialogue soit initié naturellement par les acteurs en place, ou qu il soit facilité par des instances internationales comme l Union européenne, il s avère nécessaire et important. Il serait en effet facteur d harmonisation des critères de communication, en vue à la fois d une meilleure appréhension interne de la place de l immatériel au sein des entreprises et d une plus grande comparabilité entre entreprises d un même secteur.

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE 800 EXPERTS-COMPTABLES COMMUNICANTS

Plus en détail

Gestion de l information

Gestion de l information MODELE LOGIQUE DE CONSTRUCTION DES TABLEAUX DE BORD DEMARCHES PROSPECTIVES Tableau de Bord de la Performance Point «académique» sur l alignement des objectifs opérationnels et stratégiques Les démarches

Plus en détail

CONSTRUISONS ENSEMBLE LES SAVOIRS DE DEMAIN

CONSTRUISONS ENSEMBLE LES SAVOIRS DE DEMAIN CONSTRUISONS ENSEMBLE LES SAVOIRS DE DEMAIN «L IAE Toulouse est l École de Management de l Université Toulouse 1 Capitole, dont l objectif est de proposer des formations de haut niveau dans les différentes

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

Sélection des experts de l'aeres

Sélection des experts de l'aeres Sélection des experts de l'aeres Les missions dévolues à l AERES par le législateur requièrent l intervention de très nombreux experts, de formation, de culture et de nationalité différentes. Cette diversité

Plus en détail

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012

La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & Analyse comparée. Octobre 2012 La Charte de Responsabilité sociale de la CGEM & la Norme ISO 26000 Analyse comparée Octobre 2012 Sommaire 1. Introduction 2. Les instruments permettant d orienter les démarches RSE 3. La Charte de responsabilité

Plus en détail

construisons ensemble les savoirs de demain

construisons ensemble les savoirs de demain construisons ensemble les savoirs de demain «L IAE Toulouse est l École de Management de l Université Toulouse 1 Capitole, dont l objectif est de proposer des formations de haut niveau dans les différentes

Plus en détail

MESURER PILOTER VALORISER LA PERFORMANCE RSE VERS DE NOUVELLES PERSPECTIVES

MESURER PILOTER VALORISER LA PERFORMANCE RSE VERS DE NOUVELLES PERSPECTIVES MESURER PILOTER VALORISER LA PERFORMANCE RSE VERS DE NOUVELLES PERSPECTIVES RESPONSABILITE SOCIETALE DES ENTREPRISES, levier de performance et création de valeur www.hr2d.net AGENDA ETAT DES LIEUX ACTUALITÉ

Plus en détail

L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR)

L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR) L INVESTISSEMENT SOCIALEMENT RESPONSABLE (ISR) Notre démarche ISR La gestion dite de "stock-picking" de Financière de l Echiquier est une gestion qui s appuie avant tout sur la connaissance approfondie

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

Présentation Générale

Présentation Générale CJD international Présentation Générale Niveau texte 3 Niveau texte 4 Le CJD International est un réseau qui regroupe plus de 5000 jeunes dirigeants d entreprise sur 12 pays. Le CJD International a pour

Plus en détail

Atelier Risques. Qualité des données dans le cadre réglementaire : les enjeux de conformité et de performance. En partenariat avec :

Atelier Risques. Qualité des données dans le cadre réglementaire : les enjeux de conformité et de performance. En partenariat avec : Atelier Risques En partenariat avec : Qualité des données dans le cadre réglementaire : les enjeux de conformité et de performance La qualité des données est un enjeu essentiel des projets réglementaires

Plus en détail

PÉRENNISER LA PERFORMANCE

PÉRENNISER LA PERFORMANCE PÉRENNISER LA PERFORMANCE La recherche de performance est aujourd hui au cœur des préoccupations des organisations : succession des plans de productivité et de profitabilité, plans de reprise d activités,

Plus en détail

les solutions sgs pour plus de performance et de transparence en matière de responsabilité sociétale

les solutions sgs pour plus de performance et de transparence en matière de responsabilité sociétale les solutions sgs pour plus de performance et de transparence en matière de responsabilité sociétale Aujourd hui, les parties prenantes exigent des entreprises une gouvernance efficiente, l adoption de

Plus en détail

Et si votre carrière s inventait avec. mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr

Et si votre carrière s inventait avec. mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr Et si votre carrière s inventait avec mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr mc 2 i Groupe Des missions de conseil en systèmes d information, à forte valeur ajoutée Depuis sa création

Plus en détail

Histoire et fonctionnement de l IASB

Histoire et fonctionnement de l IASB CHAPITRE 1 Histoire et fonctionnement de l IASB Ce qu il faut retenir L IASB, créé il y a plus de 30 ans, est reconnu à ce jour comme un organisme normalisateur au niveau mondial, représenté par les parties

Plus en détail

La politique de responsabilité sociétale de Vivendi Pascale Thumerelle Directrice de la responsabilité sociétale d entreprise (RSE)

La politique de responsabilité sociétale de Vivendi Pascale Thumerelle Directrice de la responsabilité sociétale d entreprise (RSE) 4 avril 203 Formation IDSE 2012 10 mai 2012 La politique de responsabilité sociétale de Vivendi Pascale Thumerelle Directrice de la responsabilité sociétale d entreprise (RSE) 12 mars 2015 1 Vivendi est

Plus en détail

FEELEUROPE GÉNÉRATEUR DE PERFORMANCE CONSEIL EN SYSTÈMES D INFORMATION

FEELEUROPE GÉNÉRATEUR DE PERFORMANCE CONSEIL EN SYSTÈMES D INFORMATION FEELEUROPE GÉNÉRATEUR DE PERFORMANCE CONSEIL EN SYSTÈMES D INFORMATION DATES CLÉS 2013 Spécialisation en nos domaines d expertises 2008 Séparation des activités Conseil et IT 2006 Création de FEEL EUROPE

Plus en détail

Stratégie Open Source et Présentation du Centre de recherche et d innovation sur le logiciel libre

Stratégie Open Source et Présentation du Centre de recherche et d innovation sur le logiciel libre Stratégie Open Source et Présentation du Centre de recherche et d innovation sur le logiciel libre 1 INTECH, GRENOBLE, 12/01/2010 Patrick MOREAU patrick.moreau@inria.fr Direction du Transfert et de l Innovation

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000

5 Evaluation simplifiée AFAQ 26000 Le Groupe AFNOR et ses métiers www.afnor.org Comprendre la norme ISO 6000 Lignes directrices relatives à la Identifier, valoriser, évaluer, soutenir le déploiement & la diffusion de «solutions de référence»

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif

22 avril 2009. l investissement responsable de la maif Charte 22 avril 2009 l investissement responsable de la maif objectifs considération sur l investissement responsable les axes d engagement l investissement responsable de la maif /// Préambule La MAIF

Plus en détail

Capital Humain et Performance RH

Capital Humain et Performance RH Capital Humain et Performance RH Le bien-être performant, potentiel d avenir pour l entreprise Qualité de Vie et Santé au Travail Qualité de Vie et Santé au Travail, une opportunité pour se préparer aux

Plus en détail

Catalogue des services intégrés

Catalogue des services intégrés Responsabilité sociétale et reporting extra-financier Catalogue des services intégrés FORMATION, CONSEIL & ACCOMPAGNEMENT 2014 Pour en savoir plus Dolores.larroque@materiality-reporting.com Tel. 06 86

Plus en détail

La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) en Suisse

La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) en Suisse La Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE) en Suisse Laetitia Gill, Directerice du Réseau et Développement Philias Forum 20 ans Mode d Emploi 16 novembre UNIL Lausanne www.philias.org www.philias.org

Plus en détail

Le 9 mars 2011 LA GOUVERNANCE DE BMCE BANK :

Le 9 mars 2011 LA GOUVERNANCE DE BMCE BANK : Les Workshops de la Bourse Le 9 mars 2011 LA GOUVERNANCE DE BMCE BANK : AU SERVICE DE LA PERFORMANCE SOMMAIRE 1 L INTERET D UN DISPOSITIF DE BONNE GOUVERNANCE : AU-DELÀ DE L ASPECT RÉGLEMENTAIRE 2 ENGAGEMENT

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT RESPONSABLE. SWEN Capital Partners «SWEN CP»

POLITIQUE D INVESTISSEMENT RESPONSABLE. SWEN Capital Partners «SWEN CP» POLITIQUE D INVESTISSEMENT RESPONSABLE SWEN Capital Partners «SWEN CP» 2015 Origines de la démarche d investissement responsable de l expertise non cotée de SWEN CP Filiale de deux acteurs fortement engagés

Plus en détail

Qualité de l information sur la responsabilité d entreprise et le développement durable

Qualité de l information sur la responsabilité d entreprise et le développement durable Qualité de l information sur la responsabilité d entreprise et le développement durable Vérification interne et externe : exemples et bénéfices 25 novembre 2009 Institut de la Gestion Financière du Canada:

Plus en détail

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE

Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE Résumé de Mémoire EN QUOI LE PILOTAGE PAR LES COUTS REPRESENTE-T-IL UN OUTIL DE GESTION ESSENTIEL POUR ASSURER LA PERENNITE FINANCIERE DE LA BRANCHE COURRIER DU GROUPE LA POSTE? Alix LEGRAND ESG MANAGEMENT

Plus en détail

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger!

Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Chefs d entreprise, votre métier c est diriger! Programme de formation Méthode pédagogique Le parcours «Chef d entreprise, votre métier c est diriger!» se compose de 18 journées de formation collective

Plus en détail

La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil

La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil Conseil en investissement (fiduciary management) La sélection de gérants dans le contexte d un mandat de conseil Les besoins des clients institutionnels, et en particulier ceux des fonds de pension, sont

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013

CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 1 CHARTE RESPONSABILITE SOCIALE DE L ENTREPRISE MAJ : 2013 2 Groupama Asset Management s engage par le biais de cette présente Charte à appliquer et promouvoir une politique de Responsabilité Sociale de

Plus en détail

La dimension humaine du changement

La dimension humaine du changement La dimension humaine du changement Un triptyque indissociable : Responsabilité Engagement Performance Créateur de performance La dimension humaine du changement et les défis de l entreprise Gérer une forte

Plus en détail

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.

Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3. Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09. Ulrike MAYRHOFER, Professeur des Universités, IAE Lyon, Université Jean Moulin Lyon 3 Club d Affaires Franco-Allemand, Lyon, 12.09.2011 Présentation du livre Quelques constats 1. Le management international

Plus en détail

Le processus d innovation, son articulation et son pilotage

Le processus d innovation, son articulation et son pilotage Le processus d innovation, son articulation et son pilotage Agadir (Maroc) 9 mai 2013 Quelques convictions L innovation s inscrit dans un processus d entreprise commun Elle ne peut réussir sans intégration

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS

Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs. social. An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Le capital Un ACTIF InConToURnABLE PoUR DEs PARTEnARIATs significatifs social capital An ASSeT To meaningful PARTneRSHIPS Présentation des participants participants presentation Fondation Dufresne et Gauthier

Plus en détail

Jardins carrés et Culture d Entreprise

Jardins carrés et Culture d Entreprise Jardins carrés et Culture d Entreprise Un concept innovant pour développer l efficacité collective Le concept Les jardins carrés sont une méthode de jardinage élaborée dans les années 1980 par l américain

Plus en détail

Matinale Recherche. «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao

Matinale Recherche. «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao Matinale Recherche «G20 & Global Systemic Risk : how to differentiate Insurance vs Banking challenges?» avec Amélie de Montchalin et Zhili Cao INFORMATIONS PRATIQUES FORMAT Matinale Recherche DATE 15 octobre

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

Banque Accord redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA

Banque Accord redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA redonne de l agilité à son système d information avec l aide de MEGA À propos de Banque Accord : Filiale financière du groupe Auchan Seule banque française détenue à 100% par un distributeur 3 activités

Plus en détail

La performance responsable au cœur de votre stratégie

La performance responsable au cœur de votre stratégie La performance responsable au cœur de votre stratégie Vigeo Enterprise Vigeo Enterprise est le cabinet d audit et de conseil de Vigeo spécialisé dans la responsabilité sociale des entreprises Vigeo Enterprise

Plus en détail

Sommaire. Présentation Générale 3. Nos Métiers 4. Nos Services 5. Notre Valeur ajoutée 6. Notre Philosophie 7. Nos Clients 8.

Sommaire. Présentation Générale 3. Nos Métiers 4. Nos Services 5. Notre Valeur ajoutée 6. Notre Philosophie 7. Nos Clients 8. 1 Sommaire Présentation Générale 3 Nos Métiers 4 Nos Services 5 Notre Valeur ajoutée 6 Notre Philosophie 7 Nos Clients 8 Notre Equipe 9 Contact 12 2 Présentation Advise UP Associés Cabinet de conseil,

Plus en détail

4 avril. Formation IDSE 2012 10 mai 2012

4 avril. Formation IDSE 2012 10 mai 2012 4 avril 203 Formation IDSE 2012 10 mai 2012 La politique de responsabilité sociétale de Vivendi, enjeux et gouvernance Pascale Thumerelle Directrice de la responsabilité sociétale d entreprise (RSE) Webinaire

Plus en détail

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients Un trait d union Cabinet de conseil en management et ressources humaines, PRANA aide les organisations à faire de la relation de travail et des relations au travail une source d énergie et de création

Plus en détail

Compte-rendu. Paris 15 octobre 2013. Les Ateliers Perspectives et Solutions de BSR. L avenir du reporting RSE : Reporting intégré et matérialité

Compte-rendu. Paris 15 octobre 2013. Les Ateliers Perspectives et Solutions de BSR. L avenir du reporting RSE : Reporting intégré et matérialité Compte-rendu L avenir du reporting RSE : Reporting intégré et matérialité Paris 15 octobre 2013 A propos de BSR Leader mondial de la responsabilité sociale, sociétale et environnementale des entreprises

Plus en détail

quels enjeux pour le secteur financier?

quels enjeux pour le secteur financier? Préambule 2 Auteurs de l enquête Cette étude a été conduite par le pôle développement durable d Equinox Consulting Sophie Madet, associée Blandine Sébileau, senior manager Sybille Brugues et Sophie Pornin,

Plus en détail

Compte rendu de la réunion du GT2 du 31 janvier 2014

Compte rendu de la réunion du GT2 du 31 janvier 2014 Alexandra François Pierrick Billan Michel Doucin Compte rendu de la réunion du GT2 du 31 janvier 2014 Michel Capron, animateur, fait un point de situation sur le projet de directive européenne sur le reporting

Plus en détail

ECOLE DES MANAGERS. Professionnaliser et Accompagner l évolution des métiers des Managers de La Poste Courrier

ECOLE DES MANAGERS. Professionnaliser et Accompagner l évolution des métiers des Managers de La Poste Courrier ECOLE DES MANAGERS Professionnaliser et Accompagner l évolution des métiers des Managers de La Poste Courrier 1 Principes directeurs de l Ecole des Managers L Ecole des Managers soutient et accompagne

Plus en détail

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC»

ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES DU BURUNDI «OPC» Par Pierre-Claver NZOHABONAYO SECRETAIRE GENERAL ORDRE DES PROFESSIONNELS COMPTABLES «OPC» 1. OBJECTIFS Dès sa création, l OPC vise une régulation articulée

Plus en détail

POLITIQUE CAPITAL INVESTISSEMENT RESPONSABLE

POLITIQUE CAPITAL INVESTISSEMENT RESPONSABLE POLITIQUE CAPITAL INVESTISSEMENT RESPONSABLE PRÉAMBULE Engagés depuis 2002 dans une première réflexion sur le Capital Investissement Socialement Responsable (C-ISR), nous sommes convaincus de la nécessité

Plus en détail

INNOVATIONS & FOURNISSEURS

INNOVATIONS & FOURNISSEURS Sujets d actualité, débats, perspectives, enjeux Tendances Achats vous donne la parole et analyse pour vous le monde des Achats. INNOVATIONS & FOURNISSEURS «La prise en charge de l innovation fournisseur

Plus en détail

Bpifrance enrichit son programme d accompagnement des PME et ETI en lançant la plateforme de e-learning Bpifrance Université

Bpifrance enrichit son programme d accompagnement des PME et ETI en lançant la plateforme de e-learning Bpifrance Université COMMUNIQUÉ DE PRESSE 13 AVRIL 2015 Bpifrance enrichit son programme d accompagnement des PME et ETI en lançant la plateforme de e-learning Bpifrance Université Bpifrance a fait de l accompagnement des

Plus en détail

Dossier de presse Paris, 16 juin 2005

Dossier de presse Paris, 16 juin 2005 Dossier de presse Paris, 16 juin 2005 Communiqué de presse 16 juin 2005 Fusion de Stock at Stake (membre du groupe Ethibel) et Vigeo : naissance du Groupe Vigeo, première agence européenne de mesure de

Plus en détail

MAITRISER LA COMMUNICATION RSE ET LE REPORTING EXTRA-FINANCIER ET INTEGRE

MAITRISER LA COMMUNICATION RSE ET LE REPORTING EXTRA-FINANCIER ET INTEGRE MAITRISER LA COMMUNICATION RSE ET LE REPORTING EXTRA-FINANCIER ET INTEGRE Quels référentiels, outils et méthodes pour réaliser un reporting extra-financier en vue de son intégration avec les données financières

Plus en détail

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE

master Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Collection BANQUE FINANCE ASSURANCE Collection master BANQUE FINANCE ASSURANCE Principes de Finance d Entreprise Corporate Finance Création de valeur Philippe Thomas Table des matières Introduction... 9 Chapitre 1 L entreprise : l investissement

Plus en détail

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000

Experiences TCM QUALITY MARK. Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 TCM QUALITY MARK Jean-Marc Bachelet Tocema Europe workshop 4 Project management Management systems ISO 9001 ISO 14001 ISO 22000 + lead auditors for certification bodies Experiences Private and state companies,

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

Objectifs pédagogiques de l enseignement «Métiers»

Objectifs pédagogiques de l enseignement «Métiers» É C O L E D I N G É N I E U R D E S T E C H N O L O G I E S D E L I N F O R M A T I O N E T D E L A C O M M U N I C A T I O N Métiers Objectifs pédagogiques de l enseignement «Métiers» Les objectifs sont

Plus en détail

L administrateur et l investisseur

L administrateur et l investisseur L administrateur et l investisseur Enjeux Désigné par l assemblée générale, le conseil doit agir dans l intérêt et pour le compte de tous les actionnaires. A long terme, l intérêt social doit nécessairement

Plus en détail

Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge

Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge Mesure de l intensité carbone des fonds actions de LBPAM - Engagement du Montréal Carbon Pledge Le 1 er décembre 2015 La Banque Postale Asset Management - 34, rue de la Fédération - 75737 Paris Cedex 15

Plus en détail

1. Un partenariat innovant

1. Un partenariat innovant 1. Un partenariat innovant Foncière des Régions et AOS Studley ont en commun le succès du projet immobilier d un utilisateur, Suez environnement. Grâce au conseil expert d AOS Studley et aux savoir-faire

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins MINISTERE D AFFAIR SOCIAL ET DE LA SANTE Bureau de l efficience des établissements de

Plus en détail

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne

www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne www.pwc.lu/secteur-public Gestion des risques, contrôle interne et audit interne Contexte Depuis plusieurs années, les institutions publiques doivent faire face à de nouveaux défis pour améliorer leurs

Plus en détail

UNE ÉQUIPE DIGNE DE CONFIANCE UNE APPROCHE AYANT FAIT SES PREUVES

UNE ÉQUIPE DIGNE DE CONFIANCE UNE APPROCHE AYANT FAIT SES PREUVES UNE ÉQUIPE DIGNE DE CONFIANCE UNE APPROCHE AYANT FAIT SES PREUVES CONVICTION ET RESPONSABILITÉ EN MATIÈRE DE GESTION D ACTIFS Avec 80 milliards EUR d actifs sous gestion, CANDRIAM est un gestionnaire d

Plus en détail

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales

Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales EIFR Risques opérationnels Enjeux structurels et défis à venir Paris, 5 novembre 2014 Les priorités de l ACPR L évolution des règles internationales Philippe BILLARD Chef du service des affaires internationales

Plus en détail

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT

Allocution du Dr. Abdelkader AMARA. Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement FORUM TECHNOLOGIE CLIMAT PERFORMANCES INDUSTRIELLES DES CLEANTECH Rabat, le 17 décembre 2014 Forum Technologie

Plus en détail

Votre entrée dans le monde des plombiers. Entering a plumber world

Votre entrée dans le monde des plombiers. Entering a plumber world Votre entrée dans le monde des plombiers Entering a plumber world Jean-Denis Roy 9 janvier 2010 Quelle est la principale différence entre l université et le marché du travail? What is the main difference

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014

MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE. PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L'ÉNERGIE PLAN D ACTIONS POUR LA SECURITE DU SYSTEME FERROVIAIRE 9 septembre 2014 La sécurité ferroviaire demande de réinterroger périodiquement

Plus en détail

«Quelle solution collaborative pour piloter la politique patrimoniale dans les collectivités locales?», Juin 2014 avec la participation de :

«Quelle solution collaborative pour piloter la politique patrimoniale dans les collectivités locales?», Juin 2014 avec la participation de : «Quelle solution collaborative pour piloter la politique patrimoniale dans les collectivités locales?», Juin 2014 avec la participation de : Pour écouter le webinaire : - Choisissez le mode Téléphone ou

Plus en détail

Politique de placements

Politique de placements Politique de placements Le 7 octobre 2010 Politique de placements Table des matières 1. La mission de la Fondation pour le développement des coopératives en Outaouais 2. Les principes de la gouvernance

Plus en détail

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies

Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies. Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Application Services France the way we do it Optimiser la maintenance des applications informatiques nouvelles technologies Les 11 facteurs clés de succès qui génèrent des économies Chaque direction informatique

Plus en détail

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010)

Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) Programme officiel de l'examen du DSCG (Décret du 22/12/2006) 1 000 heures (Modifié par arrêté le 18 mars 2010) 1 ère année UE 1 GESTION JURIDIQUE, FISCALE ET SOCIALE niveau M : 180 heures 20 ECTS coefficient

Plus en détail

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières)

1. Les risques individuels (corporates et institutions financières) Gestion des Risques Nos métiers par activité La Gestion des Risques consiste principalement à maîtriser et à contrôler l ensemble des risques de Crédit Agricole CIB afin de minimiser le coût du risque

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le

RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le RAPPORT DE TRANSPARENCE Exercice clos le Exco. Reproduction interdite sans autorisation écrite préalable. Sommaire Préambule 11 Présentation du réseau EXCO et de KRESTON INTERNATIONAL LTD 22 Présentation

Plus en détail

Autres termes clés (Other key terms)

Autres termes clés (Other key terms) Carve-out method Autres termes clés (Other key terms) Norme Rapports d assurance sur les contrôles d une société de services extérieurs (, Assurance Reports on Controls at a Third Party Service Organization)

Plus en détail

HUMANITY IN ACTION FRANCE OU COMMENT DÉVELOPPER EN FRANCE UN CONCEPT AMÉRICAIN DANS LE CADRE D UN PARTENARIAT TRANSATLANTIQUE

HUMANITY IN ACTION FRANCE OU COMMENT DÉVELOPPER EN FRANCE UN CONCEPT AMÉRICAIN DANS LE CADRE D UN PARTENARIAT TRANSATLANTIQUE HUMANITY IN ACTION FRANCE OU COMMENT DÉVELOPPER EN FRANCE UN CONCEPT AMÉRICAIN DANS LE CADRE D UN PARTENARIAT TRANSATLANTIQUE Déroulé Définitions Historique Bilan Conjectures Conclusions Définir HUMANITY

Plus en détail

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels

CONFERENCE ANNUELLE. Dossier de presse. Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Groupe de Travail International des Banques Centrales pour la Gestion des Risques Opérationnels Dossier de presse 24-26 Avril 2013 Rabat - MAROC COMMUNIQUE DE PRESSE Bank Al-Maghrib organise la huitième

Plus en détail

Ageas France. Votre partenaire en assurance

Ageas France. Votre partenaire en assurance Ageas France Votre partenaire en assurance Edito Ageas France est une société d assurance française, filiale du Groupe Ageas. Ageas est un groupe d assurance international riche de plus de 180 années d

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU TITRE D EXPERT EN PROTECTION DES ENTREPRISES ET EN INTELLIGENCE ECONOMIQUE NIVEAU I I - Métiers, fonctions et activités visés A. Désignation du métier et des fonctions Expert

Plus en détail

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi

Lecko. 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi enterprise social software Lecko CAS CLIENT Arnaud 15% de notre chiffre d'affaires est réalisé par des clients que nous n aurions jamais eu sans l utilisation de la plateforme bluekiwi! Activité Lecko

Plus en détail

RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013

RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013 RAPPORT DE TRANSPARENCE PREVU PAR L ARTICLE R 823-21 DU CODE DE COMMERCE RELATIF A L EXERCICE CLOS AU 31 DECEMBRE 2013 RAPPEL Les Commissaires aux Comptes, désignés auprès de personnes ou entités faisant

Plus en détail

Votre Capital Humain Votre première richesse. Conseil Coaching Formation Assessment

Votre Capital Humain Votre première richesse. Conseil Coaching Formation Assessment Votre Capital Humain Votre première richesse Conseil Coaching Formation Assessment Créé en 2009, le Cabinet Ellitis propose son accompagnement aux organisations publiques et privées, dans les domaines

Plus en détail

L expérience des Hommes

L expérience des Hommes L expérience des Hommes audia est un cabinet d expertise comptable et de commissariat aux comptes, fort d une équipe qualifiée et experte installée au Maroc à Casablanca. Notre cabinet vous apportera l

Plus en détail

CIGREF 2010. La contribution des SI à la création de valeur

CIGREF 2010. La contribution des SI à la création de valeur 1 CIGREF 2010 La contribution des SI à la création de valeur Michel DELATTRE Directeur des Systèmes d Information du Groupe La Poste Administrateur du CIGREF CIGREF 2 Créé en 1970 Association de Grandes

Plus en détail

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle

LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle LEAN SIX SIGMA Au service de l excellence opérationnelle enjeux Comment accroître la qualité de vos services tout en maîtrisant vos coûts? Equinox Consulting vous accompagne aussi bien dans la définition

Plus en détail

Etude sur l évolution des emplois et des métiers des secteurs de la banque et de l assurance dans la mutation vers une économie verte

Etude sur l évolution des emplois et des métiers des secteurs de la banque et de l assurance dans la mutation vers une économie verte Etude sur l évolution des emplois et des métiers des secteurs de la banque et de l assurance dans la mutation vers une économie verte Janvier Septembre 2011 Rendez-vous des métiers de l économie verte

Plus en détail

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services

Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés. Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Le pilotage des RH dans le secteur IT Tendances et thèmes clés Les transformations du management RH en DSI et prestataires de services Executive summary (1) Les transformations des DSI L entreprise et

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Atelier A N 24 Risk Management et Intelligence Economique Economique

Atelier A N 24 Risk Management et Intelligence Economique Economique Atelier A N 24 Risk Management et Intelligence Economique Intervenants M. Bernard BESSON bernard.besson@sgdn.gouv.fr SGDN (Secrétariat Général de la Défense Nationale) Chargé de Mission auprès du Haut

Plus en détail

Assistant Chargé de formation H/F

Assistant Chargé de formation H/F Assistant Chargé de formation H/F La fonction Technologies & Processus (ITP) regroupe plusieurs métiers dont le point commun est de venir en appui à tous les collaborateurs du Groupe, sur des problématiques

Plus en détail

La démarche d innovation streching vs la démarche d innovation de rupture

La démarche d innovation streching vs la démarche d innovation de rupture La démarche d innovation streching vs la démarche d innovation de rupture Présentation des key learnings CONSEIL EN INNOVATION Etude qualitative de benchmarking sur les démarches d innovation de 15 grandes

Plus en détail

Présentation commerciale. Novembre 2014

Présentation commerciale. Novembre 2014 Présentation commerciale Novembre 2014 Présentation du cabinet (1/2) BIAT (Banque Internationale Arabe de Tunisie) La banque commerciale privée leader en Tunisie et l une des plus importantes au Maghreb.

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail