Communication de crise. Marie-Georges Fayn Conseil en communication santé - sociale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Communication de crise. Marie-Georges Fayn Conseil en communication santé - sociale"

Transcription

1 Communication de crise Marie-Georges Fayn Conseil en communication santé - sociale

2 La communication de crise Définition Après la survenue d un événement indésirable, la communication de crise qualifie la stratégie adoptée par l établissement pour préserver le lien de confiance qui le lie aux victimes, à chacun de ses personnels, à ses patients, à la population et à l ensemble de ses partenaires et de ses publics

3 Trois types de crise La crise active que tout le monde redoute Crise mixte - à la fois externe et interne La crise subie : catastrophe indépendante de l H

4 La crise subie : catastrophe indépendante de l H Possible afflux de victimes, déclenchement d un plan blanc Ex : accidents de transport, épidémies, incendies, tremblement de terre, inondation, mouvement de terrain, rupture de barrage, transport de matières dangereuses, accident industriel (Sévéso) les risques nucléaire, radiologique, biologique et chimique (NRBC) L hôpital n est pas directement en cause, il sera jugé sur sa capacité à répondre à l urgence avec des moyens adaptés et en toute transparence

5 Crise mixte Contingence externe avec effets négatifs sur le fonctionnement interne de l établissement Pénurie de praticiens ou de soignants qui obligent à la fermeture de lits voire de services Déficits qui obligent à une restructuration en profondeur voire à la fermeture de services L hôpital est plus ou moins en cause, la communication dépasse vite le seuil institutionnel elle devient politique avec comité de défense, élus

6 La crise active Déclenchée à l hôpital et par l hôpital, elle prend corps dans un service. La crise n est pas forcément médiatisée mais peut l être à tout moment et transformer une vénérable institution en une organisation particulièrement vulnérable. Maltraitance, fugue, erreur médicale, infections nosocomiales, procès Ne concerne pas seulement les soins : incendie, pannes, défaillances techniques, mauvaise place dans les classements ou les procédures d évaluation mais aussi le management ou les comportements individuels : mouvements sociaux, mise en examens de responsables

7 L exemple de l épidémie de VRE (Enterocoque résistant à la vancomycine) fin 2010-début 2011 Centre Hospitalier Intercommunal de La Broye (CHIB) Canton de Vaud - Suisse

8 La Broye commune proche du lac de Neuchâtel, sur le canton de Vaud, en bordure du canton de Fribourg L Hôpital en chiffres 2 sites 105 lits pour les activités médicales aiguës et opératoires. 47 lits de réadaptation 458 emplois ETP dont 53 médecins Pas de service de communication

9 Pourquoi cet exemple? Parce que les bactéries multi-résistantes sont un défi permanent pour les hôpitaux Parce que dans le «traitement de cette crise» la communication a été utilisée au mieux de son impact - ni trop ni pas assez Malgré l importance des mesures prises : patients testés, fermetures partielles de services pas d agressivité, ni de menace, ni de récupération mais du professionnalisme, une forte coordination, une vraie solidarité à l échelle cantonale et inter cantonale

10 Les faits décembre 2010, un patient soigné à l Hôpital Intercantonal de la Broye pour une infection urinaire survenant dans le cadre d un syndrome myélodysplasique est transféré début janvier 2011 au CHUV de Lausanne où il subit des tests. 6 janvier 2011, les équipes du CHUV découvrent qu il est porteur d entérocoques résistants à la Vancomycine de type VRE - En quelques jours les médecins font le rapprochement avec un autre cas 15 janvier 2011, infectiologues et directions générales optent pour un dépistage systématique des patients hospitalisés en médecine et en chirurgie (80/90). Cette décision prise, ils constituent une cellule de crise 20 janvier 2011, 1 ère réunion de la cellule de crise

11 Le scénario catastrophe 10 à 15 jours s écoulent entre la décision de dépistage et sa réalisation celle-ci est retardée car les milieux ont été difficiles à préparer. Il a fallu commander des cultures spécifiques à l étranger. Pendant ce temps des patients sont transférés au CHUV de Lausanne et à l Hôpital de Fribourg et se révèlent porteurs de la bactérie contagieuse avant que celle-ci soit identifiée au HIB. Au CHUV, la bactérie s est également disséminée dans le service de chirurgie viscérale (service d hospitalisation du patient transféré du HIB).

12 Au HIB, le dépistage lancé à partir du 25 janvier révèle que 79 patients représentant 25% des patients dépistés au cours de l épidémie, sont colonisés par ce germe. Il s agit uniquement de cas de colonisation avec une bactérie multirésistante acquise en milieu de soins. Aucun cas d infection digestive ou systémique. Les termes «infections nosocomiales» ne seront jamais employés Fin février : la crise est terminée : absence de détection de nouveaux cas lors de dépistage Aucun article critique n a été publié mettant en cause l hygiène ou la qualité des soins - uniquement des articles de type «alerte» et «information»

13 Focus sur la Cellule de crise Membres de la cellule de crise font autorité Ils allient Expertise Réactivité Transparence Composition : - la direction médicale (chefs des services de médecine et chirurgie), - représentants de l administration et des soins de l HIB, - représentants locaux et cantonaux en hygiène prévention et contrôle de l infection (HPCI) et du service de communication du CHUV de Lausanne.

14 Définissent un objectif et s y tiennent quelles que soient les difficultés Importance du 1 er signal Disponibilité et connectivité entre les membres Coopération étroite avec les autorités Missions de la cellule de crise Dès la 1 ère réunion, l objectif est d éradiquer le germe par des mesures drastiques. Agir vite et fort et le faire savoir Les décisions prises sont immédiatement applicables. Au début, jusqu à 4 réunions / jour Puis rencontres hebdomadaires le médecin responsable de l unité cantonale d hygiène assure le lien entre les hôpitaux et le canton

15 La communication Date Publics Message Moyens 15/01 Autorités : Médecin cantonal vaudois qui informe à son tour le médecin du canton de Fribourg 20 /01 Médecins de la région 2 cas avérés, probabilité d épidémie, les autorités sont avisées de la création d une cellule de crise et sont invitées à sa 1ère réunion. Elles sont ensuite informées de la situation et de son évolution au jour le jour Convocation pour évoquer le problème la bactérie résistante aux antibiotiques de type VRE Réunion Tél - Mails Courrier émanant du HIB 3/02 Le personnel de l Hôpital intercantonal de la Broye le directeur explique la situation et les mesures prises Réuni en plénière par le Directeur Et intranet

16 Date Publics Message Moyens 3/02 Les patients Présentation du dispositif de lutte contre la bactérie adopté par l établissement et des nouvelles organisations 3/02 Les médias Faire preuve d empathie ET d expertise -Rappel des faits et de la volonté du CHIB d éradiquer le germe -mesures de dépistage et d isolement -Adaptation de la prise en charge des patients -pas de nouvelle admission en chirurgie -Les patients nécessitant une intervention chirurgicale urgente seront redirigés vers les autres hôpitaux de la région. Le personnel qui prend en charge les patients commente un message écrit expliquant la stratégie, un flyer remis à chaque patient Communiqué de presse Gestion des relations presse par le CHUV

17 Résumé de la situation Rappel des circonstances et des faits Manque informations sur l état de santé des patients et les traitements mis en oeuvre Explications sur les VRE Implication de l autorité «Sous l égide» Descriptions des mesures prises : isolement, dépistage, de transfert et information Brève présentation de l HIB

18 L'Hôpital de la Broye lutte contre la propagation d'une bactérie L Hôpital de la Broye: un germe tenace infeste le service de chirurgie Bactérie à l'hôpital de la Broye: 25 patients porteurs L'hôpital de la Broye lutte toujours contre une bactérie Plus d'admission ni d'opération au service de chirurgie: les mesures exceptionnelles instaurées jeudi dernier à l hôpital sont prolongées, alors que 25 patients porteurs d un germe de type VRE ont été identifiés

19 Date Publics Message Moyens 4/02 Les médias Ouvrir les portes du HIB aux différents journalistes qui ont pu poser toutes leurs questions et se rendre compte des efforts déployés pour éradiquer le germe Conférence de presse 1 sem de février Les médecins de la région Rappel des faits, des mesures prises, du dépistage, nouvelle organisation pour la prise en charge des patients du fait de la diminution de la capacité d hébergement 9/02 Les médias Le point sur la situation Parmi les patients hospitalisés, 5 sont porteurs du VRE et 6 ont été en contact avec des personnes infectées et sont en attente de confirmation de résultat. Depuis le début des investigations, 25 patients porteurs ont été identifiés.. Colloque Communiqué de presse

20 Données chiffrées sur l étendue de l épidémie Manque informations sur l état de santé des patients porteurs Implication de l autorité «Sous l égide» Nouvelle organisation et ses conséquences sur la capacité de l H - Poursuite du dépistage - Personnel en + - Pas d admission en chirurgie - redirection vers les autres H Prochain rendez-vous

21 Date Publics Message Moyens 9-18 /02 Les médias Pas d autres communiqués ni conférences mais des reportages dans la presse régionale et nationale. Réponse sur mesure à chaque demande presse 18/02 Personnel du CHUV Le CHUV lui aussi, touché par l épidémie réunit son personnel 1heure avant d adresser un communiqué à la presse. Les informations du communiqué sont complétées par des précisions plus scientifiques et techniques, les informations sont plus détaillées 18/02 Les médias Conséquences pour la population : fermeture partielle de service Eléments chiffrés «6 patients hospitalisés sont porteurs et 38 patients sont des contacts potentiels qui font l objet d investigations hebdomadaires. Réunion du personnel Intranet Communiqué de presse

22 Le CHUV touché par une bactérie contagieuse Après l'hôpital intercantonal de la Broye à Payerne, le CHUV est à son tour touché par l'épidémie d'entérocoques résistant à la vancomycine (VRE). L'hôpital lausannois doit diminuer temporairement sa capacité d'accueil. La normalisation de la situation prendra des semaines. Résistance aux antibiotiques, l exemple de la Broye Les infections bactériennes sont le plus souvent traitées avec des antibiotiques. De plus en plus, ces agents infectieux développent des résistances. Il devient alors très difficile de traiter les malades. Un entérocoque résistant a mis l Hôpital intercantonal de la Broye, puis le CHUV, en alerte. Premier épisode d une série annoncée?

23 Date Publics Message Moyens 18/02 - fin février Les médias Suivi de la situation et annonce de la fin de l épidémie tout rentre dans l ordre Réponses aux demandes 18/02 - fin février Personnel du CHUV idem Réunions avec cadres et Intranet 18/02 - fin février Autorités - médecins idem 29/11 Les médias Les médecins de l hôpital intercantonal de la Broye ont gagné leur bras de fer contre la bactérie VRE Courrier aux responsables qui ont la charge d informer les membres de leurs organisations Conférence de presse - bilan Stéphane Duina Directeur et Dr Chabanel, médecin, chef de service de médecine interne

24 Bilan Coût : 3 millions de Francs Suisses soit 2,5 M (2,2 millions FS de manque à gagner et FS en ressources humaines, infrastructures et matériels) 8 mois de lutte, 2 semaines de fermeture d une partie de la chirurgie, frottis effectués, patients contrôlés dont à domicile. L entérocoque est officiellement éradiquée annonçait le directeur, Stéphane Duina, le 29 nov Pas de conséquence sur l état sanitaire des deux patients infectés

25 En terme d image La crise n a pas entaché la bonne notoriété de l HIB, Au contraire : il a su prendre la mesure du problème et le traiter ce qui lui confère une image de rigueur et de sérieux. Le HIB est désormais en avance pour le respect des règles d hygiène et la lutte contre les infections nosocomiales Le personnel soignant s est mobilisé, il est reconnu en tant que partenaire, il est fier d exercer dans un établissement au haut niveau d exigence et de qualité

26 Reconnaissance du service d hygiène Le service d hygiène hospitalière a gagné en prestige La crise a montré le bien fondé du programme HPCI - De la nécessité d organiser la communication entre les responsables HPCI de tous les établissements, -de l intérêt de mettre en commun les actions -d appliquer les mêmes protocoles, -de construire un savoir en commun avec un ancrage terrain fort.

27 Débriefing Réunir la cellule de crise au plus tôt Bien penser sa composition représentative de la plus haute autorité dans tous les secteurs impactés et associer la communication veiller à l unité, à la cohésion du groupe, à sa disponibilité et réactivité Quand la crise concerne plus d une personne se donner les moyens d alerter le 1 er afin de «garder une longueur d avance» et d amener les journaliste à s en tenir aux faits

28 Montrer que l affaire est prise au sérieux, que l institution agit en conséquence 1 - pour traiter le problème 2 - pour qu il ne se reproduise grâce à des mesures correctrices pérennes Avoir le courage de faire toute la clarté sur les faits sans laisser de zone d ombre, ne pas se cacher derrière le secret médical, répondre aux questions embarrassantes, être transparent. Etre précis sur les chiffres même si cela est complexe, gage de rigueur et de crédibilité Débuter les communiqués par les informations qui impacteront le plus grand nombre puis s obliger à donner des éléments précis

29 Prendre le temps d un communiqué bilan ne pas attendre que l affaire s étouffe mais «boucler la boucle» en mettant publiquement un point final à la crise. En tirer tous les enseignements Considérer la crise comme un nouveau départ

30 La bactérie est au morte au HIB - La Broye La bactérie VRE a été totalement éradiquée La Liberté L'hôpital de Payerne a éradiqué la bactérie VRE 20 minutes

31 Merci de votre attention Marie-Georges Fayn Conseil en communication santé sociale Domaine de Bellevue Saint-Michel-en-Brenne

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts

VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts FICHE TECHNIQUE VRE - Hopital - Prise en charge des patients colonisés/infectés par un entérocoque vancomycine résistant (VRE) et des contacts 1. OBJET Cette instruction de prise en charge a pour objectif

Plus en détail

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen

Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen Gestion d un cas de portage d entérocoque résistant aux glycopeptides (ERG- ERV) Jean-Christophe Richard Véronique Merle CHU de Rouen IXème Journée régionale de Prévention des infections associées aux

Plus en détail

Le point de vue d une administration hospitalière Inka Moritz, Secrétaire générale

Le point de vue d une administration hospitalière Inka Moritz, Secrétaire générale Spécialistes en santé publique? Le point de vue d une administration hospitalière Inka Moritz, Secrétaire générale Le CHUV est l employeur de 10 000 personnes Budget 1,4 milliard de frs 2 1 des 5 Hôpitaux

Plus en détail

Bactéries Multi-résistantes (BMR)

Bactéries Multi-résistantes (BMR) L information biomédicale des Laboratoires Oriade - Janvier 2014 Bactéries Multi-résistantes (BMR) Isolées en ville Devant l émergence des bactéries multirésistantes (BMR) isolées en ville, les biologistes

Plus en détail

Exemple d étude de risques Programmation opératoire. Module A08

Exemple d étude de risques Programmation opératoire. Module A08 Exemple d étude de risques Programmation opératoire 1 Objectifs de l étude 1. Identifier et analyser l existant en matière de traitement des risques de la programmation opératoire. Proposer, à partir de

Plus en détail

Expertise Médicale en Maladies Infectieuses

Expertise Médicale en Maladies Infectieuses Expertise Médicale en Maladies Infectieuses Dr Stéphane CHADAPAUD SNMInf Centre Hospitalier de Hyères 1 ers EGI - 14/01/2011 - PARIS Différentes juridictions françaises Ordre administratif Traite les problèmes

Plus en détail

1. QUESTIONNAIRE DÉMOGRAPHIQUE (remplir un questionnaire par établissement / par site pour les hôpitaux multisites) Année 20

1. QUESTIONNAIRE DÉMOGRAPHIQUE (remplir un questionnaire par établissement / par site pour les hôpitaux multisites) Année 20 Surveillances BMR, bactériémies, infections en hémodialyse Hôpitaux, Clinques, CTR, services/centres d hémodialyse Données de surveillance, démographiques et de laboratoire 1. QUESTIONNAIRE DÉMOGRAPHIQUE

Plus en détail

PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE

PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE PRESENTATION DES INDICTEURS DU BILAN D ACTIVITES DE LUTTE CONTRE LES INFECTIONS NOSOCOMIALES DES ETABLISSEMENTS DE SANTE ARS LIMOUSIN / G. ESPOSITO/ novembre 2014 XX/XX/XX Les indicateurs de lutte contre

Plus en détail

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)?

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)? Les plans de secours sont organisés et mis en oeuvre par une direction unique, le directeur des opérations de secours (DOS) qui est le préfet du département concerné. Qu est ce que le plan d organisation

Plus en détail

BMR et personnel soignant

BMR et personnel soignant BMR et personnel soignant Dr. ML. LEPORI Service de Santé au Travail CHU BRABOIS NANCY Rappels On appelle infection nosocomiale ou infection hospitalière toute maladie contractée à l hôpital due à des

Plus en détail

La gouverne des soins infirmiers dans un contexte d éclosion à l IUCPQ. Le 7 mai 2014 Karine Thibault, B.sc.inf. Bianka Paquet Bolduc, B.sc inf.

La gouverne des soins infirmiers dans un contexte d éclosion à l IUCPQ. Le 7 mai 2014 Karine Thibault, B.sc.inf. Bianka Paquet Bolduc, B.sc inf. La gouverne des soins infirmiers dans un contexte d éclosion à l IUCPQ Le 7 mai 2014 Karine Thibault, B.sc.inf. Bianka Paquet Bolduc, B.sc inf. L INFIRMIÈRE D HIER À. . AUJOURD HUI OBJECTIFS DE LA PRÉSENTATION

Plus en détail

(Démarche et méthode)

(Démarche et méthode) Altaïr Conseil Transformation Gouvernance - Risques Elaborer la cartographie des risques (Démarche et méthode) 33, rue Vivienne, 75 002 Paris 01 47 33 03 12 www.altairconseil.fr contact@altairconseil.fr

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES

INFECTIONS NOSOCOMIALES INFECTIONS NOSOCOMIALES I - Définitions La définition générale d une infection nososcomiale est la suivante : infection contractée au cours d un séjour dans un établissement de soins. Un délai de 48h au

Plus en détail

Lutte contre les Infections Associées aux Soins et Démarche globale de Gestion des Risques

Lutte contre les Infections Associées aux Soins et Démarche globale de Gestion des Risques Lutte contre les Infections Associées aux Soins et Démarche globale de Gestion des Risques L expérience du Centre Hospitalier de DIEPPE Dr Stéphanie Rochon Edouard, Praticien Hygiéniste Isabelle Poullain,

Plus en détail

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise

Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Gestion d une épidémie de KPC : retour d expérience : investigation et gestion de crise Dr G. ANTONIOTTI Direction des Risques Coordonnateur Risques Infectieux Générale de Santé, Paris Atelier A5 Société

Plus en détail

Organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel

Organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel Organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel 31.01.2015 / V01 1 Bases légales Loi fédérale sur la protection de la population et sur la protection civile (LPPCi) du 4 octobre

Plus en détail

M 1795. Secrétariat du Grand Conseil. Proposition de motion Moins d'attente pour se faire opérer à l'hôpital!

M 1795. Secrétariat du Grand Conseil. Proposition de motion Moins d'attente pour se faire opérer à l'hôpital! Secrétariat du Grand Conseil M 1795 Proposition présentée par les députés : M mes et MM. Patrick Saudan, Gabriel Barrillier, Michèle Ducret, Michel Ducret, Pierre Kunz et Jean- Marc Odier Date de dépôt

Plus en détail

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales :

Différentes utilisations sont faites des définitions des infections nosocomiales : HYGIENE HOSPITALIERE INFECTIONS NOSOCOMIALES OU INFECTIONS LIEES OU ASSOCIEES AUX SOINS? Par Monsieur Diène BANE, Ingénieur qualité et Gestion des Risques, Master en Ingénierie des Systèmes de Santé et

Plus en détail

Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice. Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain

Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice. Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain Mise en œuvre d une politique des anti-infectieux au CHU de Nice Dr Florence Lieutier, Dr Véronique Mondain Constats et contexte Thèse 2004 : 25 à 30% d antibiothérapies inutiles; 25 % d inappropriées

Plus en détail

La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville

La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville La gestion des risques Retour d expérience Clinique Clementville Groupe Oc Santé M R Daures Fortier - Semaine sécurité des patients Coordonnateur Gestion des Risques Pourquoi Objectifs: Garantir la sécurité

Plus en détail

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE)

PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PROCÉDURE PRÉVENIR LA TRANSMISSION CROISÉE DES «BACTÉRIES HAUTEMENT RÉSISTANTES AUX ANTIBIOTIQUES ÉMERGENTES» (BHRE) PG INF 008 v2 03/2014 1/10 MODIFICATIONS APPORTÉES Ce document remplace et annule les

Plus en détail

CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT

CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT 1 CIRCUIT DU MÉDICAMENT EN CHIRURGIE ET INFORMATISATION : DE LA CONSULTATION D ANESTHÉSIE À LA SORTIE DU PATIENT Dr Bertrand ISAAC Pharmacien Praticien Hospitalier Centre Hospitalier Loire Vendée Océan

Plus en détail

Brèves de qualité. Certification L EMPREINTE QUALITÉ-GESTION DES RISQUES DU CHA. Dans ce numéro : Brèves de qualité 1.

Brèves de qualité. Certification L EMPREINTE QUALITÉ-GESTION DES RISQUES DU CHA. Dans ce numéro : Brèves de qualité 1. L EMPREINTE QUALITÉ-GESTION DES RISQUES DU CHA Numéro 21 Brèves de qualité Les résultats du questionnaire bientraitance / maltraitance ont été présentés au personnel lors de séances de restitution en décembre

Plus en détail

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents

BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents BMR/ BHR en EHPAD Prise en charge des résidents L. Grolier-Bois - Médecin hygiéniste Centre Hospitalier de Bretagne-Sud (56) Centre Hospitalier de Quimperlé (29) ARLIN BRETAGNE Journée Régionale de Formation

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DU CENTRE ALMA SANTE Chemin de l Étrat BP 57 42210 MONTROND-LES-BAINS Février 2004 Agence nationale d accréditation et d évaluation en santé SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU

Plus en détail

École de culture générale et École de commerce

École de culture générale et École de commerce Direction de l instruction publique de la culture et du sport Service de l enseignement secondaire du deuxième degré Département de la formation, de la jeunesse et de la culture Direction de l enseignement

Plus en détail

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE

INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Diplô me inter- universitaire INFECTIONS NOSOCOMIALES ET HYGIENE HOSPITALIERE Coordination : G. BRUCKER - Paris VI B. REGNIER - Paris VII J.C. DARBORD - Paris V Objectifs et public concerné Former les

Plus en détail

INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des Soins d Urgence

INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des Soins d Urgence Centre Hospitalier Universitaire Groupe Hospitalo-Universitaire Carémeau Place du Professeur R. Debré - 30009 Nîmes cedex 9-04 66 68 68 68 www.chu-nimes.fr INAUGURATION DU CESU Centre d Enseignement des

Plus en détail

Organisation de la veille sanitaire et de l alerte en région Midi-Pyrénées

Organisation de la veille sanitaire et de l alerte en région Midi-Pyrénées Organisation de la veille sanitaire et de l alerte en région Midi-Pyrénées Valérie Schwoebel 1, Pascal Fabre 2, 1 Cellule de l InVS en région Midi-Pyrénées 2 ARS Midi-Pyrénées - Service de Prévention et

Plus en détail

Tahar SAGHI CHU de Bordeaux DESC réanimation médicale 16-17 décembre 2008-Libourne NRBC

Tahar SAGHI CHU de Bordeaux DESC réanimation médicale 16-17 décembre 2008-Libourne NRBC Tahar SAGHI CHU de Bordeaux DESC réanimation médicale 16-17 décembre 2008-Libourne NRBC organisation plans Plan ORSEC Plans «pirates» VIGIPIRATE PIRATOME PIRATOX BIOTOX PIRANET PIRATAIR. Plans sanitaires

Plus en détail

READOM. Colloque vieillissement et santé 11 juin 2013

READOM. Colloque vieillissement et santé 11 juin 2013 READOM Colloque vieillissement et santé 11 juin 2013 REAGER-READOM Constat àfin 2011 Manque chronique de lit B (30 lits en moyenne) Durée moyenne d attente : 10 jours Risque de déconditionnement en soins

Plus en détail

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON

AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON AUDIT ISO SUR CESARIENNE CH MACON JOURNEE DU «RESEAU MATER» Jeudi 18 novembre 2010 C. Brunet M.P. Veuillet Sage-femme cadre I.D.E. hygiéniste PRESENTATION DU SERVICE MATERNITE CH MACON niveau 2B PERSONNELS

Plus en détail

ARLIN Nord-pas de Calais

ARLIN Nord-pas de Calais PLAN DE MAITRISE D UNE EPIDEMIE Date : 07/07/11 Page : 1/15 REDACTION VERIFICATION APPROBATION ARLIN Nord-pas de Calais NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction : Visa : NOM : Fonction Visa : I. OBJET Proposer

Plus en détail

risques associés aux soins»..

risques associés aux soins».. «Coordonnateur de la gestion des risques associés aux soins».. décret 2010-1408 du 12/10/2010 PCME et directeur nomme un coordonnateur pour Veiller à ce que les 5 missions de la lutte contre les EIAS puissent

Plus en détail

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg

CClin Est. Le 17 avril 2014 Strasbourg Recherche des causes d un grave défaut de transmission d information en présence d une situation à fort risque de contamination CClin Est Le 17 avril 2014 Strasbourg 1 Contexte Développement de la culture

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY. 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE RUMILLY 23, rue Charles-de-Gaulle 74151 RUMILLY FEVRIER 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA :

Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA : Brève présentation de la consultation de Médecine 2 et des missions des infirmières psycho-sociales Objectifs de l atelier Quizz VIH/SIDA : Constats de départ Objectifs du projet Présentation de l outil

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE. 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE SAINT-DOMINIQUE 18, avenue Henry-Dunant 06100 NICE Octobre 2006 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

La démocratie sanitaire au service de l alliance thérapeutique: Retour d expérience du Centre Hospitalier Esquirol de Limoges

La démocratie sanitaire au service de l alliance thérapeutique: Retour d expérience du Centre Hospitalier Esquirol de Limoges Centre Hospitalier Esquirol de Limoges La démocratie sanitaire au service de l alliance thérapeutique: Retour d expérience du Centre Hospitalier Esquirol de Limoges 18 JUIN 2015 Mars 2015 2005 2015: 10

Plus en détail

Règlement d études de la HE-Arc pour le Certificate of Advanced Studies

Règlement d études de la HE-Arc pour le Certificate of Advanced Studies Règlement d études de la HE-Arc pour le Certificate of Advanced Studies HES-SO (CAS) en Soins palliatifs SAN-FOR7-REF011 BBA Mise à jour : 19.01.2015 RSArc 540.0 Règlement d études de la HE-Arc pour le

Plus en détail

Des compétences au service de la formation Pour un soin de qualité

Des compétences au service de la formation Pour un soin de qualité CENTRE HOSPITALIER De La Rochelle CATALOGUE FORMATIONS CESU 17 2012 Des compétences au service de la formation Pour un soin de qualité CESU 17 - CENTRE HOSPITALIER LA ROCHELLE 17019 LA ROCHELLE CEDEX 1

Plus en détail

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides

Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides VRE-GRE Entérocoque résistant à la Vancomycine Entérocoque résistant au Glycopeptides Dr.Véronique Erard, HFR Février 2012 Entérocoques Cocci gram positifs Chez l homme: présence Tractus gastro-intestinal

Plus en détail

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014

Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Signalement et gestion des infections respiratoires aiguës (IRA) et des gastroentérites aiguës (GEA) 19 juin 2014 Nadège Caillere, Cire Océan Indien Dr Joao Simoes, Cellule de veille, d alerte et de gestion

Plus en détail

Politique vaudoise Vieillissement et Santé. Colloque V&S 11.06.13. Vieillissement et Santé -1- Une politique cantonale

Politique vaudoise Vieillissement et Santé. Colloque V&S 11.06.13. Vieillissement et Santé -1- Une politique cantonale Politique vaudoise Vieillissement et Santé Colloque V&S 11.06.13-1- Une politique cantonale Politique cantonale Vieillissement et Santé DÉROULEMENT DE LA MATINÉE 9h30 : Mot de bienvenue M. Patrick Beetschen

Plus en détail

Votre examen ou votre opération en ambulatoire

Votre examen ou votre opération en ambulatoire Votre examen ou votre opération en ambulatoire Introduction Qu est-ce que la chirurgie ambulatoire? La chirurgie ambulatoire est une intervention programmée sur une seule journée. Ainsi, vous êtes admis

Plus en détail

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE

LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE LE PROJET QUALITE-GESTION DES RISQUES- DEVELOPPEMENT DURABLE 1 LA POLITIQUE QUALITE-GESTION DES RISQUES Depuis 2003, la Direction s engage à poursuivre, la démarche qualité et à développer une gestion

Plus en détail

Convention intercantonale réglant l'organisation, le contenu, le déroulement de cours de formation pour cadres et spécialistes de la protection civile

Convention intercantonale réglant l'organisation, le contenu, le déroulement de cours de formation pour cadres et spécialistes de la protection civile Convention intercantonale réglant l'organisation, le contenu, le déroulement de cours de formation pour cadres et spécialistes de la protection civile du 19 octobre 2004 Cantons concernés : Berne, Fribourg,

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs

INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES. Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs INFORMATIONS FINANCIÈRES À L ATTENTION DES PATIENTS ET DE LEURS FAMILLES Être soigné à l hôpital, combien ça coûte? tarifs En urgence, en consultation, en hospitalisation, que payerez-vous? Quels frais

Plus en détail

BILAN DE LA DAJ EN QUALITE D AUTO-ASSUREUR SUR LES RECLAMATIONS INDEMNITAIRES. Marjorie OBADIA/DAJ/10 janvier 2012

BILAN DE LA DAJ EN QUALITE D AUTO-ASSUREUR SUR LES RECLAMATIONS INDEMNITAIRES. Marjorie OBADIA/DAJ/10 janvier 2012 BILAN DE LA DAJ EN QUALITE D AUTO-ASSUREUR SUR LES RECLAMATIONS INDEMNITAIRES Marjorie OBADIA/DAJ/10 janvier 2012 Une place d auto-assureur unique en France : Rôle traditionnel de défense de l Institution

Plus en détail

Les Infections Associées aux Soins

Les Infections Associées aux Soins Les Infections Associées aux Soins Dr Catherine Sartor EOH Conception Assistance Publique Hôpitaux de Marseille Ecole IFSI, Marseille, 12 septembre 2014 Définitions 2007 Infection Nosocomiale (IN) 1999

Plus en détail

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information

Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Information des professionnels de santé en prévention du risque infectieux nosocomial : indicateurs de la LIN et sources d information Modifiez le style des sous-titres du masque Dr Sandrine Linares Généralités

Plus en détail

Gestion des flux hospitaliers à partir d'un service d'urgence: un problème majeur dans les hôpitaux Marianne SARAZIN

Gestion des flux hospitaliers à partir d'un service d'urgence: un problème majeur dans les hôpitaux Marianne SARAZIN 1 Gestion des flux hospitaliers à partir d'un service d'urgence: un problème majeur dans les hôpitaux Marianne SARAZIN Centre d Ingénierie en Santé SOMMAIRE 2 A. Contexte : l hôpital Organisation structurelle

Plus en détail

Infections nosocomiales: quelles définitions? L avis du CTINILS

Infections nosocomiales: quelles définitions? L avis du CTINILS XVII ème Congrès national de la Société d Hygiène Hospitalière Nantes 1 er et 2 juin 2006 Infections nosocomiales: quelles définitions? L avis du CTINILS G. Beaucaire, Président du CTINILS Service de gestion

Plus en détail

Place du risque infectieux dans la gestion des risques. Objectifs pédagogiques. Atelier 1

Place du risque infectieux dans la gestion des risques. Objectifs pédagogiques. Atelier 1 Place du risque infectieux dans la gestion des risques Dr Jean-Luc Quenon Objectifs pédagogiques Apprécier l importance des risques infectieux parmi l ensemble des risques d un établissement de santé Comprendre

Plus en détail

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2

Unité d hygiène et de lutte contre les Infections nosocomiales, Hôpital Bichat-Claude Bernard, Paris. 2 Suspicions de portage de bactéries multi ou hautement résistantes (BMR/BHR) aux antibiotiques chez des patients rapatriés ou ayant été hospitalisés à l étranger M. Lepainteur 1, G. Birgand 1,3, I. Lolom

Plus en détail

Albane Crassous Franck-Olivier Mallaval Marianne Combaz. Contexte

Albane Crassous Franck-Olivier Mallaval Marianne Combaz. Contexte GESTION D UNE EPIDEMIE DE DERMATITES LIEES A CIMEX LECTULARIUS DANS UNE UNITE DE SOINS DU CENTRE HOSPITALIER SPECIALISE DE LA SAVOIE : RETOUR D EXPERIENCE Albane Crassous Franck-Olivier Mallaval Marianne

Plus en détail

La direction des soins dans la gouvernance par pôles

La direction des soins dans la gouvernance par pôles La direction des soins dans la gouvernance par pôles I PRÉSENTATION du C.H.U. de NANTES (France) II ÉLÉMENTS DE MISE EN OEUVRE ET ROLE DES ACTEURS III BÉNÉFICES & PRÉOCCUPATIONS IV PERSPECTIVES - FACTEURS

Plus en détail

patient porteur de BHR en SSR

patient porteur de BHR en SSR Gestion d un d patient porteur de BHR en SSR Centre Mutualiste de RééR ééducation et Réadaptation R Fonctionnelles de Kerpape D. HELGUEN-E. LE CAIGNEC EOHH Journée régionale de formation en hygiène hospitalière

Plus en détail

Assurabilité et activités médicales: Le point de vue de l assureur Sham

Assurabilité et activités médicales: Le point de vue de l assureur Sham Assurabilité et activités médicales: Le point de vue de l assureur Sham 1 ères Universités d Eté Internationales Francophones pour la Qualité et la Sécurité des soins 11 et 12 Septembre 2015, Rabat - Maroc

Plus en détail

C.H.S.C.T. PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU JEUDI 11 JUIN 2009. Mmes H. LOISEL A. VARIN, Représentants du Personnel

C.H.S.C.T. PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU JEUDI 11 JUIN 2009. Mmes H. LOISEL A. VARIN, Représentants du Personnel C.H.S.C.T. PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU JEUDI 11 JUIN 2009 Présents : Mr BARBÉ, Président Mmes H. LOISEL A. VARIN, Représentants du Personnel Assistaient à la séance : Mmes C. CHEDAILLE MTH VOBMANN-PITOL,

Plus en détail

Gestion du risque légionelle

Gestion du risque légionelle Les légionelles dans les établissements de santé et les établissements d hébergement pour personnes âgées Maîtrise du risque dans les réseaux d eau sanitaire Expérience du centre hospitalier du Pays d

Plus en détail

bénéfices et maléfices des mesures d isolement

bénéfices et maléfices des mesures d isolement bénéfices et maléfices des mesures d isolement MC. Eisenring Centre de Maladies Infectieuses et Épidémiologie (CMIE) Institut Central des Hôpitaux Valaisans (ICHV), Sion Journée de formation, Assemblée

Plus en détail

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH)

«Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) «Isolement» Précautions Complémentaires d Hygiène (PCH) EPU «Bactéries Multi-Résistantes» 21 janvier 2010 Dr I. Martin Équipe Opérationnelle d Hygiène 1 Définitions «Isolement» : mesures d hygiène visant

Plus en détail

Réseau de lutte contre les Infections Nosocomiales de la Sarthe

Réseau de lutte contre les Infections Nosocomiales de la Sarthe Réseau de lutte contre les Infections Nosocomiales de la Sarthe Formation - Surveillance - Evaluation Centre Hospitalier du Mans Réseau LUTIN 72 LUTte contre les Infections Nosocomiales en Sarthe La FORMATION

Plus en détail

ES TAB version 31/05/2007 / FR 1

ES TAB version 31/05/2007 / FR 1 ES TAB version 31/05/2007 / FR 1 MISSION DU / DE TECHNICIEN-NE ES EN ANALYSES BIOMEDICALES Le technicien es en analyses biomédicales fait partie intégrante de l équipe de santé. Le champ professionnel

Plus en détail

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012

Annexe 4 Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Annexe Pondération des indicateurs et score agrégé du tableau de bord des infections nosocomiales pour les activités 2012 Le document explicite la pondération de chaque item servant au calcul des indicateurs

Plus en détail

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires

Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Expertise de la chirurgie viscérale hautement spécialisée Résultats intermédiaires Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du Département de la santé, des affaires sociales et de la culture Mandat d expertise

Plus en détail

Annexe 4. ICALIN.2 Indicateur du tableau de bord des infections nosocomiales optionnel au recueil 2014

Annexe 4. ICALIN.2 Indicateur du tableau de bord des infections nosocomiales optionnel au recueil 2014 Annexe 4 ICALIN.2 Indicateur du tableau de bord des infections nosocomiales optionnel au recueil 2014 ICALIN.2 reflète l organisation, les moyens et les actions mis en place pour lutter contre les infections

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.

DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes. Service Communication Tel. 04 93 69 75 70 Fax 04 93 69 70 09 Email : a.helbert@ch-cannes.fr DOSSIER DE PRESSE OUVERTURE DU NOUVEL HOPITAL DE CANNES Crédit Photo : Nicolas MASSON Cannes, le 6 avril 2011

Plus en détail

Une expérience de mise aux normes: Le rôle d'une association

Une expérience de mise aux normes: Le rôle d'une association Mme Patricia Courajod Pédicure-podologue Présidente de l ACGPP (Association cantonale genevoise des pédicurespodologues) rattachée à: l USRPP (Union Suisse Romande des pédicures-podologues) A) Contexte:

Plus en détail

DOSSIER ELECTRONIQUE DU PATIENT Projet Infomed

DOSSIER ELECTRONIQUE DU PATIENT Projet Infomed DOSSIER ELECTRONIQUE DU PATIENT Projet Infomed Esther Waeber-Kalbermatten, conseillère d Etat Professeur Philippe Wieser, EPFL Dr Alex Gnaegi, chef du Projet Infomed Esther Waeber-Kalbermatten Cheffe du

Plus en détail

Mise en ligne 19 08 2010

Mise en ligne 19 08 2010 Mise en ligne 19 08 2010 Contexte Problématique du rapatriement en France de patients, porteurs de BMR Difficultés : patients asymptomatiques Patients atteints d infections urinaires ou cutanées à BMR

Plus en détail

Un métier en évolution.

Un métier en évolution. Intégré à une équipe de soins, l'aide-soignant assiste l'infirmier dans les activités quotidiennes de soins. Il contribue au bien-être des malades, en les accompagnant dans tous les gestes de la vie quotidienne

Plus en détail

Dispositif dégradé et réaction initiale

Dispositif dégradé et réaction initiale 3.4 Prise en charge des victimes radiocontaminées Dispositif dégradé et réaction initiale UMH, SMUR Régulation SAMU SAU, UP Les limites du dispositif (circulaire 800) L identification de l attentat n est

Plus en détail

Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012

Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012 Opportunités d installation et d exercice en Ile-de-France S installer en Ile-de-France Soirée du 27 juin 2012 Martine HADDAD Secrétaire Générale FHP Ile-de-France SOMMAIRE -LES ETABLISSEMENTS DE SANTE

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ

GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ GESTION DES RISQUES Cartographie COVIRISQ PLAN Préambule Historique de la démarche Cartographie Organigramme Situation actuelle Constat Préambule OVE comprend : Un secteur social Un secteur médico-social

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

Notre offre pour les frontaliers

Notre offre pour les frontaliers Notre offre pour les frontaliers Une protection d assurance de premier choix et de qualité suisse. Bienvenue chez le leader de l assurance-maladie en Suisse. Sécurité Le Groupe Helsana est le premier assureur

Plus en détail

Les animaux domestiques

Les animaux domestiques 6 Les animaux domestiques Organisation de l atelier: Prof. Olivier Reinberg, Chirurgien pédiatre, responsable des urgences chirurgicales pédiatriques au CHUV et à l Hôpital de l enfance de Lausanne (1980-2003),

Plus en détail

Hospices cantonaux Centre Hospitalier Universitaire Vaudois DOSSIER DE PRESSE. Création du Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie

Hospices cantonaux Centre Hospitalier Universitaire Vaudois DOSSIER DE PRESSE. Création du Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie Hospices cantonaux Centre Hospitalier Universitaire Vaudois DOSSIER DE PRESSE Création du Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie 1. Le Centre romand hospitalo-universitaire de neurochirurgie

Plus en détail

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT

DISTRIBUTION DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR VOIE ORALE PAR L INFIRMIERE : RISQUE DE NON PRISE DU TRAITEMENT MEDICAMENTEUX PAR LE PATIENT INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ASSISTANCE PUBLIQUE HOPITAUX DE PARIS ACTIVITE PROFESSIONNELLE N 8 : LE CADRE GERE LES RISQUES CONCERNANT LES PRESTATIONS, LES CONDITIONS DE TRAVAIL DES PERSONNELS,

Plus en détail

Demande d inscription pour

Demande d inscription pour Nouveau Transport gratuit le matin depuis Les Petits Acrobates, Le Microcosme et La Nanosphère à destination de l Ecole Vivalys. En partenariat avec Cam Demande d inscription pour Prénom et nom de l enfant

Plus en détail

OFFRE EN STAGE SIP POUR LES ETUDIANT(E)S D ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE ET LES ETUDIANTS BACHELOR FILIERE SOINSINFIRMIERS

OFFRE EN STAGE SIP POUR LES ETUDIANT(E)S D ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE ET LES ETUDIANTS BACHELOR FILIERE SOINSINFIRMIERS OFFRE EN STAGE SIP POUR LES ETUDIANT(E)S D ANNEE PROPEDEUTIQUE SANTE ET LES ETUDIANTS BACHELOR FILIERE SOINSINFIRMIERS Filière : APS et Bachelor en soins infirmier Nom de l institution : CHUV Nom de l

Plus en détail

Catalogue des formations 2014

Catalogue des formations 2014 Catalogue des formations 2014 Institut de Formation en Soins Infirmiers du Centre Hospitalier de Compiègne Code NAF: 851 A - N SIRET 200 034 650 00040 - N existence: 22.60.02.715.60 Sommaire des formations

Plus en détail

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence

Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé. Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Nouvelles définitions des infections nosocomiales ce qui a changé Christine ROBERT Montpellier Joseph HAJJAR - Valence Il y a 35 ans Circulaire du 18 octobre 1973 CLI Pas de définition de l infection nosocomiale

Plus en détail

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007

Une mine de compétences internes et externes. Programme de formation continue 2007 Institut de Formation en Soins Infirmiers IFSI Institut de Formation d Aides Soignants IFAS Dans l de Montpellier 1146 Avenue du Père Soulas 34295 MONTPELLIER cédex 5 Tél. 04 67 33 88 44 - Fax 04 67 33

Plus en détail

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable

Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical. - Annie PAPON Cadre responsable Equipe de Direction : -Docteur Christine BOURDEAU Responsable médical - Annie PAPON Cadre responsable 1 AFGSU Niveau 1 page 4 AFGSU Niveau 2 page 5 AFGSU face aux risques NRBC page 6 Recyclage AFGSU Niveau

Plus en détail

Infectiologue transversal : un nouveau métier?

Infectiologue transversal : un nouveau métier? Infectiologue transversal : un nouveau métier? Dr P Pavese CHU de Grenoble Avril 2014 Consultations sollicitées en infectiologie Infectiologue Médecin X part importante de l activité des infectiologues

Plus en détail

Plan d urgence d aérodromes. Nika Meheza MANZI, Regional Officer AGA ICAO, WACAF Office

Plan d urgence d aérodromes. Nika Meheza MANZI, Regional Officer AGA ICAO, WACAF Office Plan d urgence d aérodromes Nika Meheza MANZI, Regional Officer AGA ICAO, WACAF Office Généralités Cadre réglementaire Plan d urgence d aérodrome Facteurs clés de succès Sommaire Planification des mesures

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE. 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE L HÔPITAL DE MOZE 1, rue du Docteur-Tourasse 07320 SAINT-AGRÈVE Février 2007 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L

Plus en détail

Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES

Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES Dispositions générales ORSEC Dr M.NAHON SAMU75 02/2013 Crises sanitaires, Accidents catastrophiques à effets limités (ACEL), Catastrophes Majeures 2 Crises sanitaires,

Plus en détail

Apprentissage Informaticien-ne CFC, orientation informatique d entreprise. MP1 - Maturité Professionnelle orientation technique sous forme intégrée

Apprentissage Informaticien-ne CFC, orientation informatique d entreprise. MP1 - Maturité Professionnelle orientation technique sous forme intégrée Apprentissage Informaticien-ne CFC, orientation informatique d entreprise MP1 - Maturité Professionnelle orientation technique sous forme intégrée Admission 2016 Informations aux candidat-e-s Inscriptions

Plus en détail

- Principes de gouvernance de la plateforme de

- Principes de gouvernance de la plateforme de Laboratoire de Recherche En Neuroimagerie Département des Neurosciences Cliniques Centre Hospitalier Universitaire Vaudois - Principes de gouvernance de la plateforme de neuroimagerie par IRM - Version

Plus en détail

DOSSIER «PRATIQUE PRIVEE»

DOSSIER «PRATIQUE PRIVEE» DOSSIER «PRATIQUE PRIVEE» Autorisation de pratiquer Prestations Remboursement Non Bilans, suivis, examens psychologiques, expertises, supervisions Par les assurances complémentaires ; le patient doit vérifier

Plus en détail

de la gestion des lits à l ordonnancement

de la gestion des lits à l ordonnancement de la gestion des lits à l ordonnancement Mardi 24 janvier 2012 Dr. Yvon Goarin membre du Directoire Mme Nadia Antignac responsable de l ordonnancement Agenda Présentation de l établissement Les enjeux

Plus en détail

Nouvelle loi sur les épidémies

Nouvelle loi sur les épidémies Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la santé publique OFSP Unité de direction Santé publique Nouvelle loi sur les épidémies Questions et réponses Date : juillet 2013 Table des matières

Plus en détail