Communication de crise. Marie-Georges Fayn Conseil en communication santé - sociale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Communication de crise. Marie-Georges Fayn Conseil en communication santé - sociale"

Transcription

1 Communication de crise Marie-Georges Fayn Conseil en communication santé - sociale

2 La communication de crise Définition Après la survenue d un événement indésirable, la communication de crise qualifie la stratégie adoptée par l établissement pour préserver le lien de confiance qui le lie aux victimes, à chacun de ses personnels, à ses patients, à la population et à l ensemble de ses partenaires et de ses publics

3 Trois types de crise La crise active que tout le monde redoute Crise mixte - à la fois externe et interne La crise subie : catastrophe indépendante de l H

4 La crise subie : catastrophe indépendante de l H Possible afflux de victimes, déclenchement d un plan blanc Ex : accidents de transport, épidémies, incendies, tremblement de terre, inondation, mouvement de terrain, rupture de barrage, transport de matières dangereuses, accident industriel (Sévéso) les risques nucléaire, radiologique, biologique et chimique (NRBC) L hôpital n est pas directement en cause, il sera jugé sur sa capacité à répondre à l urgence avec des moyens adaptés et en toute transparence

5 Crise mixte Contingence externe avec effets négatifs sur le fonctionnement interne de l établissement Pénurie de praticiens ou de soignants qui obligent à la fermeture de lits voire de services Déficits qui obligent à une restructuration en profondeur voire à la fermeture de services L hôpital est plus ou moins en cause, la communication dépasse vite le seuil institutionnel elle devient politique avec comité de défense, élus

6 La crise active Déclenchée à l hôpital et par l hôpital, elle prend corps dans un service. La crise n est pas forcément médiatisée mais peut l être à tout moment et transformer une vénérable institution en une organisation particulièrement vulnérable. Maltraitance, fugue, erreur médicale, infections nosocomiales, procès Ne concerne pas seulement les soins : incendie, pannes, défaillances techniques, mauvaise place dans les classements ou les procédures d évaluation mais aussi le management ou les comportements individuels : mouvements sociaux, mise en examens de responsables

7 L exemple de l épidémie de VRE (Enterocoque résistant à la vancomycine) fin 2010-début 2011 Centre Hospitalier Intercommunal de La Broye (CHIB) Canton de Vaud - Suisse

8 La Broye commune proche du lac de Neuchâtel, sur le canton de Vaud, en bordure du canton de Fribourg L Hôpital en chiffres 2 sites 105 lits pour les activités médicales aiguës et opératoires. 47 lits de réadaptation 458 emplois ETP dont 53 médecins Pas de service de communication

9 Pourquoi cet exemple? Parce que les bactéries multi-résistantes sont un défi permanent pour les hôpitaux Parce que dans le «traitement de cette crise» la communication a été utilisée au mieux de son impact - ni trop ni pas assez Malgré l importance des mesures prises : patients testés, fermetures partielles de services pas d agressivité, ni de menace, ni de récupération mais du professionnalisme, une forte coordination, une vraie solidarité à l échelle cantonale et inter cantonale

10 Les faits décembre 2010, un patient soigné à l Hôpital Intercantonal de la Broye pour une infection urinaire survenant dans le cadre d un syndrome myélodysplasique est transféré début janvier 2011 au CHUV de Lausanne où il subit des tests. 6 janvier 2011, les équipes du CHUV découvrent qu il est porteur d entérocoques résistants à la Vancomycine de type VRE - En quelques jours les médecins font le rapprochement avec un autre cas 15 janvier 2011, infectiologues et directions générales optent pour un dépistage systématique des patients hospitalisés en médecine et en chirurgie (80/90). Cette décision prise, ils constituent une cellule de crise 20 janvier 2011, 1 ère réunion de la cellule de crise

11 Le scénario catastrophe 10 à 15 jours s écoulent entre la décision de dépistage et sa réalisation celle-ci est retardée car les milieux ont été difficiles à préparer. Il a fallu commander des cultures spécifiques à l étranger. Pendant ce temps des patients sont transférés au CHUV de Lausanne et à l Hôpital de Fribourg et se révèlent porteurs de la bactérie contagieuse avant que celle-ci soit identifiée au HIB. Au CHUV, la bactérie s est également disséminée dans le service de chirurgie viscérale (service d hospitalisation du patient transféré du HIB).

12 Au HIB, le dépistage lancé à partir du 25 janvier révèle que 79 patients représentant 25% des patients dépistés au cours de l épidémie, sont colonisés par ce germe. Il s agit uniquement de cas de colonisation avec une bactérie multirésistante acquise en milieu de soins. Aucun cas d infection digestive ou systémique. Les termes «infections nosocomiales» ne seront jamais employés Fin février : la crise est terminée : absence de détection de nouveaux cas lors de dépistage Aucun article critique n a été publié mettant en cause l hygiène ou la qualité des soins - uniquement des articles de type «alerte» et «information»

13 Focus sur la Cellule de crise Membres de la cellule de crise font autorité Ils allient Expertise Réactivité Transparence Composition : - la direction médicale (chefs des services de médecine et chirurgie), - représentants de l administration et des soins de l HIB, - représentants locaux et cantonaux en hygiène prévention et contrôle de l infection (HPCI) et du service de communication du CHUV de Lausanne.

14 Définissent un objectif et s y tiennent quelles que soient les difficultés Importance du 1 er signal Disponibilité et connectivité entre les membres Coopération étroite avec les autorités Missions de la cellule de crise Dès la 1 ère réunion, l objectif est d éradiquer le germe par des mesures drastiques. Agir vite et fort et le faire savoir Les décisions prises sont immédiatement applicables. Au début, jusqu à 4 réunions / jour Puis rencontres hebdomadaires le médecin responsable de l unité cantonale d hygiène assure le lien entre les hôpitaux et le canton

15 La communication Date Publics Message Moyens 15/01 Autorités : Médecin cantonal vaudois qui informe à son tour le médecin du canton de Fribourg 20 /01 Médecins de la région 2 cas avérés, probabilité d épidémie, les autorités sont avisées de la création d une cellule de crise et sont invitées à sa 1ère réunion. Elles sont ensuite informées de la situation et de son évolution au jour le jour Convocation pour évoquer le problème la bactérie résistante aux antibiotiques de type VRE Réunion Tél - Mails Courrier émanant du HIB 3/02 Le personnel de l Hôpital intercantonal de la Broye le directeur explique la situation et les mesures prises Réuni en plénière par le Directeur Et intranet

16 Date Publics Message Moyens 3/02 Les patients Présentation du dispositif de lutte contre la bactérie adopté par l établissement et des nouvelles organisations 3/02 Les médias Faire preuve d empathie ET d expertise -Rappel des faits et de la volonté du CHIB d éradiquer le germe -mesures de dépistage et d isolement -Adaptation de la prise en charge des patients -pas de nouvelle admission en chirurgie -Les patients nécessitant une intervention chirurgicale urgente seront redirigés vers les autres hôpitaux de la région. Le personnel qui prend en charge les patients commente un message écrit expliquant la stratégie, un flyer remis à chaque patient Communiqué de presse Gestion des relations presse par le CHUV

17 Résumé de la situation Rappel des circonstances et des faits Manque informations sur l état de santé des patients et les traitements mis en oeuvre Explications sur les VRE Implication de l autorité «Sous l égide» Descriptions des mesures prises : isolement, dépistage, de transfert et information Brève présentation de l HIB

18 L'Hôpital de la Broye lutte contre la propagation d'une bactérie L Hôpital de la Broye: un germe tenace infeste le service de chirurgie Bactérie à l'hôpital de la Broye: 25 patients porteurs L'hôpital de la Broye lutte toujours contre une bactérie Plus d'admission ni d'opération au service de chirurgie: les mesures exceptionnelles instaurées jeudi dernier à l hôpital sont prolongées, alors que 25 patients porteurs d un germe de type VRE ont été identifiés

19 Date Publics Message Moyens 4/02 Les médias Ouvrir les portes du HIB aux différents journalistes qui ont pu poser toutes leurs questions et se rendre compte des efforts déployés pour éradiquer le germe Conférence de presse 1 sem de février Les médecins de la région Rappel des faits, des mesures prises, du dépistage, nouvelle organisation pour la prise en charge des patients du fait de la diminution de la capacité d hébergement 9/02 Les médias Le point sur la situation Parmi les patients hospitalisés, 5 sont porteurs du VRE et 6 ont été en contact avec des personnes infectées et sont en attente de confirmation de résultat. Depuis le début des investigations, 25 patients porteurs ont été identifiés.. Colloque Communiqué de presse

20 Données chiffrées sur l étendue de l épidémie Manque informations sur l état de santé des patients porteurs Implication de l autorité «Sous l égide» Nouvelle organisation et ses conséquences sur la capacité de l H - Poursuite du dépistage - Personnel en + - Pas d admission en chirurgie - redirection vers les autres H Prochain rendez-vous

21 Date Publics Message Moyens 9-18 /02 Les médias Pas d autres communiqués ni conférences mais des reportages dans la presse régionale et nationale. Réponse sur mesure à chaque demande presse 18/02 Personnel du CHUV Le CHUV lui aussi, touché par l épidémie réunit son personnel 1heure avant d adresser un communiqué à la presse. Les informations du communiqué sont complétées par des précisions plus scientifiques et techniques, les informations sont plus détaillées 18/02 Les médias Conséquences pour la population : fermeture partielle de service Eléments chiffrés «6 patients hospitalisés sont porteurs et 38 patients sont des contacts potentiels qui font l objet d investigations hebdomadaires. Réunion du personnel Intranet Communiqué de presse

22 Le CHUV touché par une bactérie contagieuse Après l'hôpital intercantonal de la Broye à Payerne, le CHUV est à son tour touché par l'épidémie d'entérocoques résistant à la vancomycine (VRE). L'hôpital lausannois doit diminuer temporairement sa capacité d'accueil. La normalisation de la situation prendra des semaines. Résistance aux antibiotiques, l exemple de la Broye Les infections bactériennes sont le plus souvent traitées avec des antibiotiques. De plus en plus, ces agents infectieux développent des résistances. Il devient alors très difficile de traiter les malades. Un entérocoque résistant a mis l Hôpital intercantonal de la Broye, puis le CHUV, en alerte. Premier épisode d une série annoncée?

23 Date Publics Message Moyens 18/02 - fin février Les médias Suivi de la situation et annonce de la fin de l épidémie tout rentre dans l ordre Réponses aux demandes 18/02 - fin février Personnel du CHUV idem Réunions avec cadres et Intranet 18/02 - fin février Autorités - médecins idem 29/11 Les médias Les médecins de l hôpital intercantonal de la Broye ont gagné leur bras de fer contre la bactérie VRE Courrier aux responsables qui ont la charge d informer les membres de leurs organisations Conférence de presse - bilan Stéphane Duina Directeur et Dr Chabanel, médecin, chef de service de médecine interne

24 Bilan Coût : 3 millions de Francs Suisses soit 2,5 M (2,2 millions FS de manque à gagner et FS en ressources humaines, infrastructures et matériels) 8 mois de lutte, 2 semaines de fermeture d une partie de la chirurgie, frottis effectués, patients contrôlés dont à domicile. L entérocoque est officiellement éradiquée annonçait le directeur, Stéphane Duina, le 29 nov Pas de conséquence sur l état sanitaire des deux patients infectés

25 En terme d image La crise n a pas entaché la bonne notoriété de l HIB, Au contraire : il a su prendre la mesure du problème et le traiter ce qui lui confère une image de rigueur et de sérieux. Le HIB est désormais en avance pour le respect des règles d hygiène et la lutte contre les infections nosocomiales Le personnel soignant s est mobilisé, il est reconnu en tant que partenaire, il est fier d exercer dans un établissement au haut niveau d exigence et de qualité

26 Reconnaissance du service d hygiène Le service d hygiène hospitalière a gagné en prestige La crise a montré le bien fondé du programme HPCI - De la nécessité d organiser la communication entre les responsables HPCI de tous les établissements, -de l intérêt de mettre en commun les actions -d appliquer les mêmes protocoles, -de construire un savoir en commun avec un ancrage terrain fort.

27 Débriefing Réunir la cellule de crise au plus tôt Bien penser sa composition représentative de la plus haute autorité dans tous les secteurs impactés et associer la communication veiller à l unité, à la cohésion du groupe, à sa disponibilité et réactivité Quand la crise concerne plus d une personne se donner les moyens d alerter le 1 er afin de «garder une longueur d avance» et d amener les journaliste à s en tenir aux faits

28 Montrer que l affaire est prise au sérieux, que l institution agit en conséquence 1 - pour traiter le problème 2 - pour qu il ne se reproduise grâce à des mesures correctrices pérennes Avoir le courage de faire toute la clarté sur les faits sans laisser de zone d ombre, ne pas se cacher derrière le secret médical, répondre aux questions embarrassantes, être transparent. Etre précis sur les chiffres même si cela est complexe, gage de rigueur et de crédibilité Débuter les communiqués par les informations qui impacteront le plus grand nombre puis s obliger à donner des éléments précis

29 Prendre le temps d un communiqué bilan ne pas attendre que l affaire s étouffe mais «boucler la boucle» en mettant publiquement un point final à la crise. En tirer tous les enseignements Considérer la crise comme un nouveau départ

30 La bactérie est au morte au HIB - La Broye La bactérie VRE a été totalement éradiquée La Liberté L'hôpital de Payerne a éradiqué la bactérie VRE 20 minutes

31 Merci de votre attention Marie-Georges Fayn Conseil en communication santé sociale Domaine de Bellevue Saint-Michel-en-Brenne

Valérie Drouvot Direction Générale de la santé / Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins - Cellule Infections nosocomiales

Valérie Drouvot Direction Générale de la santé / Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins - Cellule Infections nosocomiales L organisation de la lutte contre les infections nosocomiales en France & La place de l usager dans le programme national de lutte contre les infections nosocomiales 2005/2008 Valérie Drouvot Direction

Plus en détail

Colloque SFHH - LILLE 6 JUIN 2012

Colloque SFHH - LILLE 6 JUIN 2012 Domaine : Hygiène Hospitalière LA COMMUNICATION EN GESTION CRISE : RISQUE ou BENEFICE? Colloque SFHH - LILLE 6 JUIN 2012 Philippe VAN DE WOESTYNE Directeur délégué Délégation Management des Risques/SGRIVI

Plus en détail

Exercer le rôle de coordonnateur local de DES ou DESC

Exercer le rôle de coordonnateur local de DES ou DESC Exercer le rôle de coordonnateur local de DES ou DESC Les missions du coordonnateur local du 3 ème cycle se sont diversifiées au cours de ces dernières années, de sorte qu il est apparu nécessaire de clarifier

Plus en détail

Dossier de presse. Canicule Organisation de l AP-HM

Dossier de presse. Canicule Organisation de l AP-HM Dossier de presse Canicule Organisation de l AP-HM Eté 2013 1 Canicule Organisation de l AP-HM pour la prise en charge des patients Durant l été 2003, les hôpitaux français ont été confrontés à la prise

Plus en détail

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD)

Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? b-millat@chu-montpellier.fr Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Prise en charge de l'opéré Qui fait quoi? Fédération de Chirurgie Viscérale et Digestive (FCVD) Enquête nationale sur les événements indésirables associés aux soins (ENEIS) Incidence des événements indésirables

Plus en détail

Vaud. Sources. Vaud : Sources

Vaud. Sources. Vaud : Sources Vaud : Sources Vaud Sources LS Loi sur la santé publique du 29 mai 1985, état au 1 er octobre 2011, http://www.lexfind.ch/dta/15201/3. REPS RÈGLEMENT concernant l'exercice des professions de la santé,

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE

COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE. 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE COMPTE-RENDU D ACCREDITATION DE LA CLINIQUE MUTUALISTE DE SAINT-NAZAIRE CENTRE DE CONVALESCENCE 36, avenue de la Vera-Cruz 44600 SAINT-NAZAIRE Décembre 2002 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»...

Plus en détail

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ

COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD. 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ COMPTE-RENDU D ACCRÉDITATION DE LA POLYCLINIQUE CÔTE BASQUE SUD 7 rue Léonce Goyetche 64500 SAINT JEAN DE LUZ Novembre 2003 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU D ACCREDITATION»... p.3 PARTIE 1 PRESENTATION

Plus en détail

La gestion prévisionnelle d un risque majeur en santé mentale.

La gestion prévisionnelle d un risque majeur en santé mentale. La gestion prévisionnelle d un risque majeur en santé mentale. Quels enjeux pour le présent sentéisme? Eliane BOURGEOIS Directrice des Soins Coordinatrice Générale Laetitia NAVY Directrice des Relations

Plus en détail

RÈGLEMENT DE LA GARDE

RÈGLEMENT DE LA GARDE RÈGLEMENT DE LA GARDE Préambule L article 40 lettre f de la loi fédérale sur les professions médicales universitaires du 23 juin 2006 (LPMéd) impose à tout médecin exerçant à titre indépendant de participer

Plus en détail

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au

accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont au FICHE REPÈRES POUR LES CHSCT Un cadre unique pour une hétérogénéité des pratiques accès internet, boîte mail dédiée au CHSCT,...). Entre les entreprises qui ne respectent pas le cadre et celles qui vont

Plus en détail

Discours de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative. CONFÉRENCE de PRESSE

Discours de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative. CONFÉRENCE de PRESSE Discours de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN Ministre de la santé, de la jeunesse, des sports et de la vie associative CONFÉRENCE de PRESSE «Présentation du nouveau site grippe aviaire» -Jeudi 16 octobre

Plus en détail

Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015

Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015 Dr Corinne PLESSIS EHPAD «Les Pommeris» VALLIERES LES GRANDES et MDPH Dr Séverine DURIN EHPAD du Pays Vendômois et CH VENDOME Médecin Coordonnateur en EHPAD Le 6 Juin 2015 Dr PLESSIS - Dr DURIN Journée

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT DE DIRECTION DU PROJET D APPUI A LA GOUVERNANCE INSTITUTIONNELLE (PAGI)

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT DE DIRECTION DU PROJET D APPUI A LA GOUVERNANCE INSTITUTIONNELLE (PAGI) TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN ASSISTANT DE DIRECTION DU PROJET D APPUI A LA GOUVERNANCE INSTITUTIONNELLE (PAGI) I. Contexte de la mission et du projet La République de Madagascar a bénéficié

Plus en détail

VIOLENCE A L HÔPITAL FORMATION DU PERSONNEL

VIOLENCE A L HÔPITAL FORMATION DU PERSONNEL VIOLENCE A L HÔPITAL FORMATION DU PERSONNEL Docteur Caquelard François Praticien Hospitalier Urgentiste Formateur en Gestion de la Violence Mulhouse le 8 octobre 2015 Groupe Régional VIOLENCE A L HÔPITAL

Plus en détail

Les infections associées aux soins

Les infections associées aux soins Les infections associées aux soins Définitions, structuration de la lutte contre les IAS en France Atelier discussion Dr DENIS Corinne Journée des correspondants para médicaux en hygiène hospitalière 20

Plus en détail

N/ réf : N mercure : La ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité

N/ réf : N mercure : La ministre déléguée à la cohésion sociale et à la parité Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités Ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la Parité Direction générale de l action sociale Sous-direction

Plus en détail

EV ENEM ENTS NUCLEAIRES OU RADIOLOGIQUES : L ORGANISATION DE L INTERVENTION M EDICALE

EV ENEM ENTS NUCLEAIRES OU RADIOLOGIQUES : L ORGANISATION DE L INTERVENTION M EDICALE EV ENEM ENTS NUCLEAIRES OU RADIOLOGIQUES : L ORGANISATION DE L INTERVENTION M EDICALE M.Bourguignon (DGSNR), JB.Fleutot (SPRA), C.Telion (SAMU de Paris), M.Ammerich (DGSNR), P.Carli (SAMU de Paris) Les

Plus en détail

Le signalement des infections nosocomiales

Le signalement des infections nosocomiales Le signalement des infections nosocomiales Bruno GRANDBASTIEN Faculté de Médecine «Henri Warembourg», Université Lille 2 Service de Gestion du Risque Infectieux, des Vigilances et d Infectiologie (SGRIVI),

Plus en détail

L hôpital en quelques chiffres

L hôpital en quelques chiffres LA QUALITE DE L EAU L A L INSTITUT CURIE Un défi d collectif Présentation de l hôpital l de l Institut Curie Septembre 2008 1 - La qualité de l'eau à l'institut Curie : un défi collectif - 30/09/2008 2

Plus en détail

Dr Claude-François Robert, Lysiane Mariani Ummel et Joanne Schweizer Rodrigues Service de la santé publique, Neuchâtel

Dr Claude-François Robert, Lysiane Mariani Ummel et Joanne Schweizer Rodrigues Service de la santé publique, Neuchâtel Politique de santé mentale: exemple du canton de Neuchâtel Conférence Santé publique Suisse 2014 3 ème Rencontre Réseau Santé Psychique Suisse Olten, 22 août 2014 Dr Claude-François Robert, Lysiane Mariani

Plus en détail

Question de Marie-Thérèse Weber-Gobet QA 3075.07 Futur financement hospitalier et conséquences sur la planification hospitalière cantonale

Question de Marie-Thérèse Weber-Gobet QA 3075.07 Futur financement hospitalier et conséquences sur la planification hospitalière cantonale Question de Marie-Thérèse Weber-Gobet QA 3075.07 Futur financement hospitalier et conséquences sur la planification hospitalière cantonale Question L actuelle révision de la loi fédérale sur l assurance

Plus en détail

PS : SECURITE DU PATIENT & GESTION DES RISQUES

PS : SECURITE DU PATIENT & GESTION DES RISQUES PS : SECURITE DU PATIENT & GESTION DES RISQUES NOMBRE DE REFERENCES : 12 NOMBRES DE PAGES : 5 LIGNES DIRECTRICES La sécurité du patient est devenue une priorité des politiques des systèmes de santé. Une

Plus en détail

La santé mentale - une priorité pour le Département de la santé et de l action sociale

La santé mentale - une priorité pour le Département de la santé et de l action sociale La santé mentale - une priorité pour le Département de la santé et de l action sociale Nouvelle orientation stratégique La volonté du Département est inscrite dans le programme de législature 2007-2012

Plus en détail

Face aux risques technologiques Soyez acteur de votre sécurité

Face aux risques technologiques Soyez acteur de votre sécurité O.R.SE.C. - P.P.I. MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Face aux risques technologiques Soyez acteur de votre sécurité P.P.I. > Plan Particulier d Intervention Direction

Plus en détail

Examen d admission dans le cadre de la spécialisation en psychopathologie

Examen d admission dans le cadre de la spécialisation en psychopathologie Centre d Enseignement Supérieur pour Adultes Rue de Courcelles, 10 à 6044 ROUX Tél : 071/45.11.08 Fax : 071/45.53.63 mail : cesa@cesa.be Matricule : 5.355.007 Examen d admission dans le cadre de la spécialisation

Plus en détail

Arrêté concernant l organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel (ORCCAN)

Arrêté concernant l organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel (ORCCAN) 17 février 2014 Arrêté concernant l organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel (ORCCAN) Etat au 1 er septembre 2015 Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel,

Plus en détail

CEREMONIE DES VŒUX JEUDI 13 JANVIER 2011 I LES FAITS MARQUANTS DE L ANNEE 2010. Monsieur le Sous Préfet,

CEREMONIE DES VŒUX JEUDI 13 JANVIER 2011 I LES FAITS MARQUANTS DE L ANNEE 2010. Monsieur le Sous Préfet, CEREMONIE DES VŒUX JEUDI 13 JANVIER 2011 Monsieur le Sous Préfet, Madame le Maire de Morlaix et Présidente du Conseil de Surveillance Monsieur le Maire de Plougonven Monsieur le Président de Morlaix Communauté,

Plus en détail

La communication de crise

La communication de crise La communication de crise Com Jean-Christophe Sauterel officier de presse AVSM 15 et 24.09.2009 Index concept de communication coordination entre les partenaires principes de base évolution de l information

Plus en détail

EMERGENCE DE L EXPERTISE CLINIQUE EN FRANCE

EMERGENCE DE L EXPERTISE CLINIQUE EN FRANCE EMERGENCE DE L EXPERTISE CLINIQUE EN FRANCE Modèles et Orientations? Mireille Saint Etienne Valenciennes novembre 2014 Genèse Emergence de la clinique USA/Canada 1943 : Francis REITER, lance l idée aux

Plus en détail

Analyse de risques et mise en pratique de la prévention incendie dans les institutions de l ACIS. Philippe Bertrand Conseiller en prévention

Analyse de risques et mise en pratique de la prévention incendie dans les institutions de l ACIS. Philippe Bertrand Conseiller en prévention Analyse de risques et mise en pratique de la prévention incendie dans les institutions de l ACIS Philippe Bertrand Conseiller en prévention ACIS Belgique : active dans 8 secteurs d activités Maisons de

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE DES BUTTES-CHAUMONT. 39-43, rue Fessart 75019 PARIS

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE DES BUTTES-CHAUMONT. 39-43, rue Fessart 75019 PARIS COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DE LA CLINIQUE DES BUTTES-CHAUMONT 39-43, rue Fessart 75019 PARIS Février 2007 SOMMAIRE COMMENT LIRE LE «COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION»... p.3 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins

La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins La secrétaire d'etat à la santé et aux handicapés Direction générale de la santé Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Arrêté du 17 octobre 2000 relatif au bilan annuel des activités

Plus en détail

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES

COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES COMPTE-RENDU DE CERTIFICATION DU CENTRE HOSPITALIER DE LOCHES 1, rue du Docteur-Martinais 37600 LOCHES SEPTEMBRE 2006 COMPORTANT LE SUIVI DES DÉCISIONS DE LA HAUTE AUTORITÉ DE SANTÉ NOVEMBRE 2007 SOMMAIRE

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

FRUSES 2013. AMIENS 1 er octobre 2013

FRUSES 2013. AMIENS 1 er octobre 2013 FRUSES 2013 AMIENS 1 er octobre 2013 C R C I : démarche de lexpert l expert Docteur Daniel VALET Centre Hospitalier de BEAUVAIS Praticien Hospitalier Chef de Service Anesthésie Réanimation Médecine Légale

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DE L INTERIEUR. Le Ministre de l Intérieur

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DE L INTERIEUR. Le Ministre de l Intérieur MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DE L INTERIEUR Le Ministre de l Intérieur La Ministre des Affaires Sociales et de la Santé à Messieurs les Préfets de zone de défense et de sécurité

Plus en détail

Spécialiste en médecine tropicale et médecine des voyages

Spécialiste en médecine tropicale et médecine des voyages SIWF ISFM Spécialiste en médecine tropicale et médecine des voyages Programme de formation postgraduée du 1 er juillet 2001 (dernière révision: 16 juin 2011) Accrédité par le Département fédéral de l'intérieur:

Plus en détail

Demande d enregistrement au Répertoire national des certifications professionnelles SECRETAIRE ASSISTANT DE DIRECTION

Demande d enregistrement au Répertoire national des certifications professionnelles SECRETAIRE ASSISTANT DE DIRECTION Demande d enregistrement au Répertoire national des certifications s SECRETAIRE ASSISTANT DE DIRECTION FICHE 6 INGENIERIE : REFERENTIEL D ACTIVITES ET REFERENTIEL DE CERTIFICATION Domaine d activités 1

Plus en détail

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE I. Définition et problématique du travail isolé Dans certaines situations des personnes peuvent se trouver seules à leur poste de travail, sans autre personne dans le service, à l étage, voire dans le

Plus en détail

Modèle de soins communautaires dans le département de psychiatrie du CHUV

Modèle de soins communautaires dans le département de psychiatrie du CHUV Bruxelles 26 novembre 2010 Modèle de soins communautaires dans le département de psychiatrie du CHUV Dr Stéphane Morandi Organisation des soins en santé mentale dans le Canton de Vaud Le Canton de Vaud

Plus en détail

Objectifs de cet atelier

Objectifs de cet atelier LES ATELIERS DE REGAIN La dynamique de groupe 2 Objectifs de cet atelier Finalité : développer la capacité d'un groupe de personnes à collaborer pour formuler son propre avenir et y parvenir en contexte

Plus en détail

LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL

LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL LIGNE DE CONDUITE POUR UN AVIS EN TECHNOPREVENTION OPTIMAL Le présent document comprend une série de recommandations pouvant aider les conseillers en technoprévention dans le cadre de leur communication

Plus en détail

Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire

Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire Grippe A/H1N1 : Elargissement du dispositif de prise en charge des patients au secteur ambulatoire Dossier de presse Mercredi 22 juillet 2009 Contact presse : Service de presse de Roselyne Bachelot-Narquin

Plus en détail

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation

LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation LES BRUYERES: Une Association jeune crée en 1994, en constante mutation Agissant en harmonie avec les principaux acteurs du secteur de l accompagnement des personnes âgées En phase avec les évolutions

Plus en détail

FICHE DESCRIPTIVE : INFIRMIER (E) POLYVALENT(E)

FICHE DESCRIPTIVE : INFIRMIER (E) POLYVALENT(E) FICHE DESCRIPTIVE : INFIRMIER (E) POLYVALENT(E) DEFINITION DE LA PROFESSION Le rôle de l infirmier(e) polyvalent(e) tel qu il a été défini est de : Définir les besoins des patients, des familles et de

Plus en détail

FICHE DE POSTE POSTE INFIRMIER DE JOUR HAD-POLE 93G13

FICHE DE POSTE POSTE INFIRMIER DE JOUR HAD-POLE 93G13 Page 1 sur 6 Métier INFIRMIER Intitulé du poste INFIRMIER EN AMBULATOIRE Villes de rattachements Bobigny, Pantin TITULAIRE DU POSTE : Localisation 48,rue Louise Michel 93000 BOBIGNY Version 1 Composition

Plus en détail

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux

Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux Entreprises de travaux, sécurisez vos chantiers à proximité des réseaux obligation depuis le 1 er juillet 2012 Un nouveau téléservice pour construire sans détruire www.reseaux-et-canalisations.gouv.fr

Plus en détail

Directives du Médecin cantonal à l intention des médecins vaudois concernant les placements à des fins d assistance (PLAFA)

Directives du Médecin cantonal à l intention des médecins vaudois concernant les placements à des fins d assistance (PLAFA) Directives du Médecin cantonal à l intention des médecins vaudois concernant les placements à des fins d assistance (PLAFA) y inclus 1) la procédure pour maintenir une personne entrée de son plein gré

Plus en détail

Développer mon Réseau avec Frédéric M

Développer mon Réseau avec Frédéric M Réseau Frédéric M France Développer mon Réseau avec Frédéric M Missions et Qualités d un Distributeur qui veut réussir dans le Marketing de Réseaux Ce que je dois Savoir Ce que je dois Etre Ce que je dois

Plus en détail

INTERNE ET EXTERNE Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer

INTERNE ET EXTERNE Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer Document de communication sur le financement de contrepartie et la volonté de payer Juillet 2014 Sommaire 1 2 3 4 5 Présentation du financement de contrepartie et de la volonté de payer Critères d admissibilité

Plus en détail

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT AU GRAND CONSEIL à l'interpellation Jean-Michel Dolivo - Sous-traitances et privatisations au CHUV : quelles conséquences

RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT AU GRAND CONSEIL à l'interpellation Jean-Michel Dolivo - Sous-traitances et privatisations au CHUV : quelles conséquences RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT AU GRAND CONSEIL à l'interpellation Jean-Michel Dolivo - Sous-traitances et privatisations au CHUV : quelles conséquences pour les conditions de travail du personnel et pour la

Plus en détail

Règlement des épreuves de certification

Règlement des épreuves de certification Règlement des épreuves de certification Le CAFERUIS est délivré lorsque le candidat a validé les quatre épreuves définies dans le référentiel de certification et décrites ci-dessous. Chaque épreuve est

Plus en détail

Entretiens. Résultats statistiques de l année. Date de mise à jour 01/04/09. Nom de l établissement

Entretiens. Résultats statistiques de l année. Date de mise à jour 01/04/09. Nom de l établissement Gestion de la santé et de la sécurité au travail dans l entreprise Vingt thèmes pour évaluer votre niveau d organisation et l implication de votre personnel Nom de l établissement Date de mise à jour 01/04/09

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

REPERTOIRE DES AVENANTS DE LA CCT DU SECTEUR SANITAIRE PARAPUBLIC VAUDOIS

REPERTOIRE DES AVENANTS DE LA CCT DU SECTEUR SANITAIRE PARAPUBLIC VAUDOIS REPERTOIRE DES AVENANTS DE LA CCT DU SECTEUR SANITAIRE PARAPUBLIC VAUDOIS TABLE DES MATIERES DU REPERTOIRE Etat au 07 octobre 2015 Nos 1 Article concerné / thème abordé Date d entrée en vigueur Date d'intégration

Plus en détail

Articulation hygiène et gestion des risques

Articulation hygiène et gestion des risques Articulation hygiène et gestion des risques Prévention du risque infectieux et gestion des risques Marie-Françoise DUMAY SFHH SIIHH 5 juin 2008 Politique nationale (1) DHOS - DGS Recommandations : mise

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 Groupement Hospitalier de Territoire - Haute Bretagne : 11 établissements publics de santé engagés au service de la population Jeudi 30 juin, la convention constitutive

Plus en détail

Directives de formation du. Certificate of Advanced Studies (CAS) HES-SO. en Santé mentale. et psychiatrie sociale -

Directives de formation du. Certificate of Advanced Studies (CAS) HES-SO. en Santé mentale. et psychiatrie sociale - ***** Directives de formation du Certificate of Advanced Studies (CAS) HES-SO en Santé mentale et psychiatrie sociale - La rencontre en acte avec le patient Préavis favorable du Conseil de la HECVSanté

Plus en détail

1. L HAD : UN MODE D HOSPITALISATION À PART ENTIÈRE

1. L HAD : UN MODE D HOSPITALISATION À PART ENTIÈRE 1. L HAD : UN MODE D HOSPITALISATION À PART ENTIÈRE Le code de la santé publique (CSP) considère les structures d HAD comme des alternatives à l hospitalisation. L article R. 6121-4 du CSP définit que

Plus en détail

FICHE DE POSTE. Médecin urgentiste posté en UHCD. Poste occupé par : Depuis le : Corps des médecins Hospitaliers. Médecin urgentiste

FICHE DE POSTE. Médecin urgentiste posté en UHCD. Poste occupé par : Depuis le : Corps des médecins Hospitaliers. Médecin urgentiste Poste occupé par : Depuis le : DOMAINE : médical Médecine d urgence INTITULE DU METIER Correspondance statutaire Qualification Corps des médecins Hospitaliers Exigences sur le poste Travail en 6 H UHCD,

Plus en détail

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C.

MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS. COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. MESURES PREVENTIVES et ISOLEMENTS APPLICABLES PENDANT LE TRANSPORT DES PATIENTS COLMU PONT A MOUSSON 10 Juin 2008 C. COSSON C. BURTIN Introduction Hygiène : Normes et réglementation (1) Hôpitaux Chapitre

Plus en détail

Plan de communication stratégique de l Union Maghrébine des Agriculteurs (UMAGRI) 2013-2016

Plan de communication stratégique de l Union Maghrébine des Agriculteurs (UMAGRI) 2013-2016 Plan de communication stratégique de l Union Maghrébine des Agriculteurs (UMAGRI) 2013-2016 Consultante : jihène Ferjani Table des matières Présentation générale... 3 I. Diagnostic de la situation communicationnelle

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE POLYCLINIQUE SAINT JEAN (MONTPELLIER) HISTOIRE D UNE ACQUISITION

DOSSIER DE PRESSE POLYCLINIQUE SAINT JEAN (MONTPELLIER) HISTOIRE D UNE ACQUISITION DOSSIER DE PRESSE POLYCLINIQUE SAINT JEAN (MONTPELLIER) HISTOIRE D UNE ACQUISITION SEPTEMBRE 2011 Le contexte Fin juillet 2011, le Groupe Cap Santé, un groupe privé régional d établissements de soins,

Plus en détail

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE

ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE ETABLISSEMENT D HOSPITALISATION A DOMICILE 5, avenue Louis-Blériot 63100 Clermont-Ferrand Tél. 0 820 200 444 Ou 04 73 36 00 37 Fax 04 73 42 98 77 contact@clinidom.fr www.clinidom.fr Finess 63 000 811 8

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ UES NATURELS UE PANDÉMIQUE UE PANDÉMIQUE INTRODUCTION : Le risque de pandémie grippale H5N1 existe bien qu aucun cas ne soit encore apparu en France. Il convient néanmoins de s y préparer En phase d alerte

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

IUE 1181-A. Secrétariat du Grand Conseil

IUE 1181-A. Secrétariat du Grand Conseil Secrétariat du Grand Conseil IUE 1181-A Date de dépôt : 14 avril 2011 Réponse du Conseil d Etat à l'interpellation urgente écrite de M. Olivier Norer : Sécurité nucléaire, quel est l'état de la situation

Plus en détail

PROTOCOLE DE COLLABORATION ONE - DGAJ

PROTOCOLE DE COLLABORATION ONE - DGAJ Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles PROTOCOLE DE COLLABORATION ONE - DGAJ PROTOCOLE DE COLLABORATION ENTRE L OFFICE DE

Plus en détail

Règlement intérieur des temps périscolaires et extrascolaires à Issy-les-Moulineaux

Règlement intérieur des temps périscolaires et extrascolaires à Issy-les-Moulineaux Règlement intérieur des temps périscolaires et extrascolaires à Issy-les-Moulineaux Le présent règlement s applique aux temps périscolaires et extrascolaires de la Ville d Issy-les- Moulineaux et du CLAVIM

Plus en détail

La Commission de recours de la Haute école pédagogique

La Commission de recours de la Haute école pédagogique La Composition : M. François Zürcher, président M. Jean-François Charles, membre M. Jean-François Dubuis, membre M. Nicolas Gillard, membre M. Christian Pilloud, membre Mme Yolande Zünd, greffière statuant

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURE. Le Ministère de la Santé Publique lance un appel à candidature pour les postes suivants à occuper au Centre Ambulancier National:

APPEL A CANDIDATURE. Le Ministère de la Santé Publique lance un appel à candidature pour les postes suivants à occuper au Centre Ambulancier National: APPEL A CANDIDATURE Le Ministère de la Santé Publique lance un appel à candidature pour les postes suivants à occuper au Centre Ambulancier National: I. Directeur des Opérations Le Directeur des Opérations

Plus en détail

Présentation de l établissement

Présentation de l établissement Méthode ALARM N. Grimaud Clinique Magdelaine 17 mai 2011 Journée inter-réseaux du CCLIN Sud-Ouest Présentation de l établissement Clinique chirurgicale de 15 lits et places (90 % ambulatoire) Installée

Plus en détail

Cartographie des risques au bloc opératoire Pourquoi? Comment?

Cartographie des risques au bloc opératoire Pourquoi? Comment? Cartographie des risques au bloc opératoire Pourquoi? Comment? Dr JM Guérin Coordinateur des risques associés aux soins Dr A. Abdelaziz Master management des structures de santé Me S. Patenôtre Cadre du

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT DU CABINET D AUDIT EXTERNE DU PROJET PAI-STATFIN 1. CONTEXTE 1.1 Le Groupe de la Banque Africaine de Développement appuie le Gouvernement de la République Démocratique

Plus en détail

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES. Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die

LES RENCONTRES DU MANAGEMENT DE PÔLES. Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die LES RENCONTRES DU MANAGEMENT Jean-Marc DAUBOS Directeur CH Crest et CH Die Dr Florence TARPIN-LYONNET Chef de Pôle des activités de soins et d Hospitalisation à Domicile CH Crest Présidente CME Retour

Plus en détail

HOPITAL DE SOULTZ N :S.PC.A.001.1 SERVICES DESTINATAIRES SERVICE DE SOINS DE SUITE ET DE READAPTATION SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE

HOPITAL DE SOULTZ N :S.PC.A.001.1 SERVICES DESTINATAIRES SERVICE DE SOINS DE SUITE ET DE READAPTATION SERVICE DE SOINS INFIRMIERS A DOMICILE HOPITAL DE SOULTZ N :S.PC.A.001.1 PROCEDURE D ACCUEIL CLASSEUR 1 : CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : CLASSEUR 8 : CLASSEUR 9 : CLASSEUR 10 : CLASSEUR 11 : SERVICES

Plus en détail

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire

Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire Partie I La fonction managériale : connaissance et compréhension du métier Mini-sommaire 1 La raison d être du manager face aux évolutions du contexte 2 La complexité de la fonction managériale 3 Les rôles,

Plus en détail

REGLEMENT STRUCTURE D ACCUEIL : LE PARACHUTE (CRECHE NURSERIE)

REGLEMENT STRUCTURE D ACCUEIL : LE PARACHUTE (CRECHE NURSERIE) Crèche - Nurserie Le Parachute Place du Collège 2 1872 TROISTORRENTS Tél. + Fax 024 477 60 64 leparachute@troistorrents.ch REGLEMENT STRUCTURE D ACCUEIL : LE PARACHUTE (CRECHE NURSERIE) ARTICLE 1 : Présentation

Plus en détail

Projet Strategicom. Directeur de communication, charge de communication interne et charge de communication externe : Roles et Missions

Projet Strategicom. Directeur de communication, charge de communication interne et charge de communication externe : Roles et Missions U Projet Strategicom Directeur de communication, charge de communication interne et charge de communication externe : Roles et Missions 12 septembre 2013 Sylvie Pividori-Maurutto Université de Haute-Alsace

Plus en détail

Règlement de la crèche UAPE «MiniVouipe»

Règlement de la crèche UAPE «MiniVouipe» Crèche UAPE communale de Bovernier Règlement de la crèche UAPE «MiniVouipe» 1. PREAMBULE Buts de l institution Le but de la crèche UAPE communale de Bovernier est d accueillir des enfants en leur permettant

Plus en détail

Référentiel de certification

Référentiel de certification Référentiel de certification Diplôme d Ambulancier 1/14 1. CARACTERISTIQUES DE LA SPECIALITE 2. CERTIFICATS PROFESSIONNELS UNITAIRES (CPU) 3. VOIES D ACCES A LA CERTIFICATION 4. DISPOSITIF D EVALUATION

Plus en détail

Et le gagnant est : Yves Zaugg, 20 ans, employé de bureau au Groupe Mutuel (Fribourg)

Et le gagnant est : Yves Zaugg, 20 ans, employé de bureau au Groupe Mutuel (Fribourg) Et le gagnant est : Yves Zaugg, 20 ans, employé de bureau au Groupe Mutuel (Fribourg) «J étais vraiment surpris de gagner le Prix de la réadaptation professionnelle! Ce prix est une bonne chose, il peut

Plus en détail

Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud

Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud 2 ème rencontre du Réseau Santé Psychique Suisse Transformer le plomb en or: l alchimie de la psychiatrie communautaire dans le canton de Vaud Charles Bonsack SFr. 4'500'000.00 SFr. 4'000'000.00 SFr. 3'500'000.00

Plus en détail

Médecin Référent - NGOURI - TCHAD

Médecin Référent - NGOURI - TCHAD Médecin Référent - NGOURI - TCHAD L ASSOCIATION ALIMA The Alliance for International Medical Action (ALIMA) est une organisation médicale internationale, fondée en 2009. ALIMA a pour objectif de produire

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION FRANCOPHONE DES AUTORITES DE PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES MODIFIES LE 22 NOVEMBRE 2013 A MARRAKECH

STATUTS DE L ASSOCIATION FRANCOPHONE DES AUTORITES DE PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES MODIFIES LE 22 NOVEMBRE 2013 A MARRAKECH STATUTS DE L ASSOCIATION FRANCOPHONE DES AUTORITES DE PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES MODIFIES LE 22 NOVEMBRE 2013 A MARRAKECH PREAMBULE Désireuses de donner effet aux déclarations adoptées lors des

Plus en détail

Maison Saint Vincent Villa Concha Soins de suite et de réadaptation

Maison Saint Vincent Villa Concha Soins de suite et de réadaptation Maison Saint Vincent Villa Concha Soins de suite et de réadaptation 17 rue d Hapéténia 64 702 Hendaye cedex Tél : 05 59 20 70 33 Fax : 05 59 48 07 63 direction@stvincentconcha.fr Bienvenue Plan d accès

Plus en détail

Rapport d activité 2011 Soins infirmiers pédiatriques à domicile

Rapport d activité 2011 Soins infirmiers pédiatriques à domicile Soins infirmiers pédiatriques à domicile Les soins infirmiers pédiatriques à domicile, il s agit : De soins accessibles à tous les enfants et adolescents de 0 à 18 ans. D interventions rapides et adaptées

Plus en détail

O1 LA «MAIN COURANTE»

O1 LA «MAIN COURANTE» FICHES OUTILS SE PRÉPARER À LA GESTION DE CRISE O1 LA «MAIN COURANTE» Pour ceux qui sont en charge de la conduite opérationnelle de la crise Dans toute crise, on se souvient toujours très bien des 5 premières

Plus en détail

Grippe A(H1N1)v. Journée e d'information des professionnels de l'urgence. Activité des services d'urgences hospitaliers. Dr Jean-Marc PHILIPPE

Grippe A(H1N1)v. Journée e d'information des professionnels de l'urgence. Activité des services d'urgences hospitaliers. Dr Jean-Marc PHILIPPE Grippe A(H1N1)v Journée e d'information des professionnels de l'urgence Activité des services d'urgences hospitaliers Dr Jean-Marc PHILIPPE SAMU du Cantal Pôle de Médecine d'urgence et de Médecine Préventive

Plus en détail

Loi fédérale sur les professions relevant du domaine de la psychologie *

Loi fédérale sur les professions relevant du domaine de la psychologie * Loi fédérale sur les professions relevant du domaine de la psychologie * (Loi sur les professions de la psychologie, LPsy) 935.81 du 18 mars 2011 (Etat le 1 er septembre 2013) L Assemblée fédérale de la

Plus en détail

Protocole Maltraitance

Protocole Maltraitance Hôpital Local Intercommunal Soultz-Issenheim N : S.PT.S.044.1 Protocole Maltraitance SERVICES DESTINATAIRES CLASSEUR 1 : CLASSEUR 2 : CLASSEUR 3 : CLASSEUR 4 : CLASSEUR 5 : CLASSEUR 6 : CLASSEUR 7 : CLASSEUR

Plus en détail

Validité 2015-2016 CATALOGUE DES PROGRAMMES. Audit-conseil et formation. Que contient ce catalogue? Expertise Qualité Temps Coût

Validité 2015-2016 CATALOGUE DES PROGRAMMES. Audit-conseil et formation. Que contient ce catalogue? Expertise Qualité Temps Coût CATALOGUE DES PROGRAMMES Validité 2015-2016 Audit-conseil et formation Anys100t : Audit-conseil-formation Validité du programme années 2015-2016 Vos garanties Expertise Qualité Temps Coût Que contient

Plus en détail

Concept de formation post-graduée du Service d orthopédie et de traumatologie de l appareil locomoteur DAL-CHUV - Lausanne

Concept de formation post-graduée du Service d orthopédie et de traumatologie de l appareil locomoteur DAL-CHUV - Lausanne Service d'orthopédie - traumatologie Concept de formation post-graduée du Service d orthopédie et de traumatologie de l appareil locomoteur DAL-CHUV - Lausanne Table des matières Lausanne, le 30.01.2012

Plus en détail

PLAN DE MESURES ET D INTERVENTIONS D URGENCE

PLAN DE MESURES ET D INTERVENTIONS D URGENCE Services aux victimes de traumatismes crâniens du Nord de l Ontario PLAN DE MESURES ET D INTERVENTIONS D URGENCE Bureau régional : 426, rue Balmoral, Thunder Bay (Ontario) Centre d apprentissage de transition

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE

MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE Secrétariat général des ministères chargés des affaires sociales Direction générale de l offre de soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs

Plus en détail

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé

PROFIL DE POSTE. Cadre de santé Centre Hospitalier de Dreux Pôle Admissions Non Programmées (ANP) PROFIL DE POSTE Cadre de santé SMUR / CESU/ SAU/ HTCD Version n 1 Nombre de pages : 5 Diffusée le : Mars 2015 Appliquée le : Rédigée par

Plus en détail

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE DE READAPTATION FONCTIONNELLE DE QUINGEY. Route de Lyon B.P.

ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) CENTRE DE READAPTATION FONCTIONNELLE DE QUINGEY. Route de Lyon B.P. ADDITIF AU RAPPORT DE CERTIFICATION (SUITE À RAPPORT DE SUIVI) 2 ÈME PROCÉDURE CENTRE DE READAPTATION FONCTIONNELLE DE QUINGEY Route de Lyon B.P. 5 25440 QUINGEY Juin 2011 PARTIE 1 PRÉSENTATION DE L ÉTABLISSEMENT

Plus en détail

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées

Fiche pour les responsables des établissements d hébergement pour personnes âgées Mesures à mettre en œuvre dans les établissements d hébergement pour personnes âgées en cas de syndrome respiratoire aigu lors d une pandémie de grippe A(H1N1) Fiche pour les responsables des établissements

Plus en détail

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management?

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management? de management? Voici quatre situations professionnelles : à chaque fois vous avez le choix entre quatre types de comportements. Cochez la case qui, selon vous, correspond le plus au comportement que vous

Plus en détail