Plan Communal de Sauvegarde

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Plan Communal de Sauvegarde"

Transcription

1 34

2 35

3 36

4 LE DISPOSITIF COMMUNAL DE CRISE LA CELLULE DE CRISE Elle est constituée selon le schéma ci-dessous. Le maire ou son représentant s assurant que chaque rôle est assumé par une ou plusieurs personnes. CELLULE COMMUNALE DE CRISE Secrétaire de mairie Chef de Cellule Maire ou Adjoint Appui Logistique CELLULE DE CRISE Communication Maison du Département Infrastructures de l Audomarois SDIS Centre de Secours de Lumbres Gendarmerie Réserve Communale En bleu, les organisations extérieures susceptibles d intervenir en cas de déclenchement du PCS. En saumon, la Réserve Communale (voir la liste du personnel en annexe). Elle est constituée du maire ou son représentant qui assure la Direction des Opérations de Secours (DOS) dans les limites de sa commune. Sur décision du maire, ou de son représentant, le personnel de la Réserve Communale peut être sollicité et mis à disposition de la cellule de crise. Les fonctions que ce personnel pourrait être amené à assumer seront précisées par le chef de cellule de crise. 37

5 En liaison étroite avec les sapeurs pompiers, il est chargé de la conduite opérationnelle des secours : Il déclenche le Plan Communal de Sauvegarde, Il organise les différentes tâches permettant de mettre en œuvre les premières mesures d urgence et les mesures de sauvegarde de sa population, Il conserve une vision globale de la situation et adapte la stratégie de crise, Il valide les communiqués destinés à la presse ou à la population, Il met fin au Plan Communal de Sauvegarde. 38

6 ROLE DES DIFFERENTS ACTEURS Chaque acteur renseigne la fiche action lui incombant. Ces fiches sont primordiales, surtout en cas de contentieux. Ces fiches sont disponibles dans chacun des locaux susceptibles d accueillir la cellule crise. LE MAIRE OU SON REPRESENTANT Le maire ou son représentant agit à 2 niveaux : - Prévention : information de la population (risques, moyens, documents existants, conduite à tenir ) - Gestion de crise : détermine la stratégie d intervention, prend les décisions nécessaires et coordonne les cellules de crise (secours, accueil, communication, logistique) afin de gérer la crise du mieux possible. Avant la crise Le maire ou son représentant a mis à disposition de ses concitoyens le Document d Information Communal sur les Risques Majeurs (DICRIM). Une information à la population est organisée au moins une fois tous les deux ans, sous la forme de réunions publiques communales ou tout autre moyen approprié, afin de renseigner la population sur les caractéristiques des risques majeurs connus, les mesures de prévention et de sauvegarde possibles, les dispositions du plan, les modalités d alerte, l organisation des secours, les mesures prises par la commune pour gérer les risques. Lors de la crise Le maire ou son représentant est le Directeur des Opérations de Secours sur le territoire de sa commune, tant qu aucun plan de secours départemental n est déclenché par le préfet. Il doit : - s informer de la situation de crise, - déclencher le PCS et activer la cellule communale de crise, - faire alerter la population Porte voix sur véhicule du SDIS ou de la gendarmerie, - nommer un responsable Secrétariat Communication - nommer un assistant Secrétariat Communication, - nommer un responsable Logistique, - nommer un assistant Logistique, 39

7 - s informer de la mise en œuvre de tous les services d intervention et rendre compte à la préfecture, - coordonner et diriger ses services (secours, accueil, logistique, communication), - procéder à des réquisitions si nécessaire, - s adresser à la presse et aux médias, - renseigner sa «fiche action». Il doit donc : - guider les secours vers les lieux de la catastrophe et éviter que d autres accidents n aient lieu consécutivement au premier, - organiser l évacuation, le rassemblement, l accueil, l hébergement et le soutien socio psychologique des sinistrés, - assurer le ravitaillement des équipes de secours, - s il y a beaucoup de victimes, en relation avec le préfet, déterminer l emplacement d une chapelle ardente et la faire équiper, - prévoir le relogement des sinistrés, - mobiliser les volontaires pour les opérations de nettoyage pour un retour à la normale dans les plus brefs délais, - dans le cadre du «Plan Canicule», le maire s assurera du libre accès à l église de Lumbres, action appui logistique. Après la crise L étude de la gestion de crise va permettre de tirer les conséquences. Le maire va réaliser le bilan après la crise avec les responsables des équipes. Il faut préparer une réunion de débriefing et dégager un retour d expérience de cette gestion de crise. 40

8 LE RESPONSABLE SECRETARIAT - COMMUNICATION Rôle primordial dans la réception et la transmission des informations entre les différents acteurs municipaux, les autres administrations concernées par la crise, la population et les médias, en lien étroit avec la cellule de crise. En cas de crise, il va falloir répondre à une multitude d appels qui n auront pas tous la même importance. Pour cela, il est préférable de filtrer les appels. En cas de crise, il est important de veiller à la qualité des informations fournies. Vu la charge que représente ce poste, le Chef de cellule de Crise peut lui nommer un assistant. Au début de la crise - Est informé de l alerte, - Rassemble les informations disponibles, - Se tient informé de la météo, - Prépare les messages d alerte, - Réalise les communiqués de presse en relation avec la cellule de crise, - Collecte les informations auprès des différents acteurs, l appui logistique en particulier, - Informe les ERP de la mise en œuvre du PCS, - S assure de l accueil des médias, - Transmet des informations vérifiées par le biais des communiqués de presse réguliers, - Accueille et recense les personnes bénévoles qui se présentent, - Leur fait un bilan rapide de la situation, - Intègre chacun des bénévoles dans une mission précise, et les identifie sur sa fiche action, - Renseigne sa «fiche action». Pendant la crise - Assure l accueil téléphonique de la cellule de crise, - Téléphone aux agents mobilisables, sur ordre du chef de la cellule de crise, - Assure la gestion de tous les appels entrants et sortants, - Recense par téléphone, les personnes présentes dans les lieux publics, école, salle polyvalente, église, maison de retraites, - Réalise les communiqués de presse en relation avec la cellule de crise, - Collecte les informations auprès des différents acteurs, l appui logistique en particulier, - Renseigne sa «fiche action». 41

9 A la fin de la crise -Assure l accueil téléphonique de la cellule de crise. En cas de crise communale, seul le maire ou son représentant doit s adresser aux médias. 42

FICHE 6 : INFORMATION ET COMMUNICATION DANS LA COMMUNE

FICHE 6 : INFORMATION ET COMMUNICATION DANS LA COMMUNE FICHE 6 : INFORMATION ET COMMUNICATION DANS LA COMMUNE 1 / - Le rôle du maire La communication est un paramètre déterminant dans la gestion des crises, y compris au niveau de sa préparation (l efficacité

Plus en détail

Le rôle du Maire dans la gestion de crise

Le rôle du Maire dans la gestion de crise PRÉFET DES DEUX-SÈVRES Le rôle du Maire dans la gestion de crise 09/10/2014 Intervenant : Gislaine BLANCHIER, chef du Service Interministériel de Défense et de Protection Civile à la Préfecture des Deux-Sèvres

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Exercice inondations sur la commune de Brive (mise en œuvre du plan ORSEC et du Plan communal de sauvegarde - PCS)

DOSSIER DE PRESSE. Exercice inondations sur la commune de Brive (mise en œuvre du plan ORSEC et du Plan communal de sauvegarde - PCS) Service départemental de communication interministérielle de la Corrèze Tulle, 2 octobre 2015 DOSSIER DE PRESSE Exercice inondations sur la commune de Brive (mise en œuvre du plan ORSEC et du Plan communal

Plus en détail

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ

PLAN COMMUNAL DE SAUVEGARDE RISQUES NATURELS RISQUE PANDÉMIQUE.AVRIL 2013 RISQ UES NATURELS UE PANDÉMIQUE UE PANDÉMIQUE INTRODUCTION : Le risque de pandémie grippale H5N1 existe bien qu aucun cas ne soit encore apparu en France. Il convient néanmoins de s y préparer En phase d alerte

Plus en détail

Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI)

Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) 8 Le rôle particulier des Etablissements Publics de Coopération Intercommunale (EPCI) Les EPCI sont des acteurs de proximité des communes de plus en plus présents au quotidien. Leur vocation de mutualisation

Plus en détail

A L ATTENTION DES DIRECTEURS D ECOLES DES CHEFS D ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Académie de Lyon Hygène et Sécurité Page 1 sur 25

A L ATTENTION DES DIRECTEURS D ECOLES DES CHEFS D ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Académie de Lyon Hygène et Sécurité Page 1 sur 25 A L ATTENTION DES DIRECTEURS D ECOLES ET DES CHEFS D ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Académie de Lyon Hygène et Sécurité Page 1 sur 25 Ce fascicule de crise est un document opérationnel destiné à aider les directeurs

Plus en détail

Ce document devra être réactualisé en début de chaque année

Ce document devra être réactualisé en début de chaque année Plan Particulier de Mise en Sûreté. À l attention des Directeurs d école et des chefs d établissements scolaires Ce document devra être réactualisé en début de chaque année Patrick Langlois I.H.S. Jean-Joël

Plus en détail

Plan Communal de Sauvegarde

Plan Communal de Sauvegarde Plan Communal de Sauvegarde Cliquez sur les différentes rubriques Pourquoi un PCS? Comment réaliser son PCS? Le Poste de Commandement Communal Le Plan de Continuité des Activités Les référents communaux

Plus en détail

PLAN D ACTIONS RELATIF A LA DISPONIBILITE DES SAPEURS-POMPIERS VOLONTAIRES. 1. Introduction

PLAN D ACTIONS RELATIF A LA DISPONIBILITE DES SAPEURS-POMPIERS VOLONTAIRES. 1. Introduction PLAN D ACTIONS RELATIF A LA DISPONIBILITE DES SAPEURS-POMPIERS VOLONTAIRES 1. Introduction Plusieurs dispositions ont été adoptées pour conforter l'engagement des 200 000 sapeurs - pompiers volontaires.

Plus en détail

LE MAIRE, LA SECURITE CIVILE ET LA GESTION DE CRISE

LE MAIRE, LA SECURITE CIVILE ET LA GESTION DE CRISE CONGRES DES MAIRES DU NORD 2014 LE MAIRE, LA SECURITE CIVILE ET LA GESTION DE CRISE La Sécurité Civile La loi de modernisation de la sécurité civile du 13 Août 2004 a refondé la doctrine et l organisation

Plus en détail

O.R.SE.C. pour la protection générale > des populations. Direction de la Sécurité Civile

O.R.SE.C. pour la protection générale > des populations. Direction de la Sécurité Civile O.R.SE.C. MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES pour la protection générale > des populations Direction de la Sécurité Civile Le risque zéro n existe pas Tempête de

Plus en détail

GESTION DE CRISE : Le rôle du maire

GESTION DE CRISE : Le rôle du maire GESTION DE CRISE : Le rôle du maire Introduction : Le risque zéro n existe pas L actualité montre que de nombreux événements soudains et dramatiques peuvent survenir en France (d origine naturelle, technologique,

Plus en détail

ORGANISATION DE MANIFESTATIONS ET DE GRANDS RASSEMBLEMENTS

ORGANISATION DE MANIFESTATIONS ET DE GRANDS RASSEMBLEMENTS 29 avril 2015 PRÉFET DU GERS ORGANISATION DE MANIFESTATIONS ET DE GRANDS RASSEMBLEMENTS DÉFINITIONS «Manifestation» : rassemblement de personnes sur la voie publique. Toute manifestation est soumise à

Plus en détail

L alerte des maires lors d intervention sur leur commune. Le soutien au maire par les sapeurs-pompiers lors d'une intervention d'ampleur

L alerte des maires lors d intervention sur leur commune. Le soutien au maire par les sapeurs-pompiers lors d'une intervention d'ampleur Intervention du Colonel Pascal COLIN, directeur départemental des services d incendie et de secours de la Marne L alerte des maires lors d intervention sur leur commune Le soutien au maire par les sapeurs-pompiers

Plus en détail

1. Les exigences relatives au POI 2. Difficultés et réponses à apporter

1. Les exigences relatives au POI 2. Difficultés et réponses à apporter Plan de l intervention 1. Les exigences relatives au POI 2. Difficultés et réponses à apporter Établissements visés Le POI est demandé pour les installations présentant les risques les plus importants

Plus en détail

ARRETE PREFECTORAL 850 DU 4 MARS 1996

ARRETE PREFECTORAL 850 DU 4 MARS 1996 ARRETE PREFECTORAL 850 DU 4 MARS 1996 PREFECTURE DES BOUCHES DU RHÔNE Cabinet Service Interministériel Régional des Affaires Civiles et Economiques de Défense de De la Protection Civile Rèf : 850 Affaire

Plus en détail

II. Modalités d accueil

II. Modalités d accueil DÉPARTEMENT DU RHÔNE COMMUNE DE LANTIGNIÉ Mairie : 1 rue de l église - 69430 Tél : 04.74.04.84.87 mairie@lantignie.fr Règlement intérieur des temps d activités périscolaires Préambule La commune de Lantignié

Plus en détail

SECTION 5 LA CELLULE DE GESTION DE CRISE

SECTION 5 LA CELLULE DE GESTION DE CRISE SETION 5 LA ELLULE E GESTION E RISE Responsable de la rédaction, de la mise à jour et de la révision de cette section : Yves Thibault, chef aux opérations - sécurité civile Responsable substitut: Jean-ernard

Plus en détail

Pilote : SGDSN En lien avec : Ministère chargé de la santé, ministère de l'intérieur

Pilote : SGDSN En lien avec : Ministère chargé de la santé, ministère de l'intérieur 1H1 Activation de l'organisation de conduite de crise Pilote : SGDSN En lien avec : Ministère chargé de la santé, ministère de l'intérieur 1. OBJECTIFS DE LA MESURE En lien avec : ministères associés,

Plus en détail

DIRECTIVE ADMINISTRATIVE Conseil scolaire acadien provincial

DIRECTIVE ADMINISTRATIVE Conseil scolaire acadien provincial Page 1 de 5 1. Définition : Par catastrophe majeure, on entend une circonstance exceptionnelle qui bouleverserait la vie de l école durant plusieurs jours, à titre d exemple, un incendie, une catastrophe

Plus en détail

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE I. Définition et problématique du travail isolé Dans certaines situations des personnes peuvent se trouver seules à leur poste de travail, sans autre personne dans le service, à l étage, voire dans le

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par

117a6 ANNEXE 6. Entre - Nom de l ES (établissement de santé), représenté par. Et - Nom de l EHPAD, représenté par ANNEXE 6 CONVENTION TYPE RELATIVE AUX MODALITES DE COOPERATION ENTRE UN ETABLISSEMENT DE SANTE ET UN ETABLISSEMENT D HEBERGEMENT POUR PERSONNES AGEES DEPENDANTES DANS LE CADRE D UNE FILIERE DE SOINS GERIATRIQUES

Plus en détail

GUIDE DES SORTIES ET VOYAGES SCOLAIRES

GUIDE DES SORTIES ET VOYAGES SCOLAIRES Lycée Professionnel Gaston Barré 79010 NIORT Cedex 05 49 28 05 20 GUIDE DES SORTIES ET VOYAGES SCOLAIRES Les sorties et voyages scolaires sont proposés dans le cadre d un projet et sont considérés comme

Plus en détail

Gestion des urgences nucléaires

Gestion des urgences nucléaires POLITIQUE D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION Gestion des urgences nucléaires P 325 Mai 2006 GENRES DE DOCUMENTS D APPLICATION DE LA RÉGLEMENTATION Les documents d application de la réglementation appuient

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS

CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS CONVENTION ADHÉSION À LA PRESTATION «DOCUMENT UNIQUE» POUR L ACCOMPAGNEMENT DES COLLECTIVITÉS ET ÉTABLISSEMENTS PUBLICS DE VENDÉE PAR LE CENTRE DE GESTION DANS L ÉLABORATION DE LEUR DOCUMENT UNIQUE D ÉVALUATION

Plus en détail

ADMINISTRATION. 3.1. SITUATION D URGENCE : s entend d une situation urgente qui exige le déclenchement d un des quatre comportements essentiels :

ADMINISTRATION. 3.1. SITUATION D URGENCE : s entend d une situation urgente qui exige le déclenchement d un des quatre comportements essentiels : Entrées en vigueur le 29 janvier 2009 Révisées le 30 janvier 2014 Prochaine révision en 2016-2017 Page 1 de 5 1. GÉNÉRALITÉS La qualité et la quantité des communications, le calme et une bonne capacité

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION 1

POLITIQUE DE COMMUNICATION 1 POLITIQUE DE COMMUNICATION 1 1) CONTEXTE GÉNÉRAL 1.1) INTRODUCTION Le Conseil municipal reconnaît que les communications avec le public et les communications entre employés et élus jouent un rôle majeur

Plus en détail

COLLECTIVITE : REGISTRE OUVERT LE :././. SIGNATURE ET CACHET : sommaire. Présentation. Exercices d évacuation. Affiches. Acteurs

COLLECTIVITE : REGISTRE OUVERT LE :././. SIGNATURE ET CACHET : sommaire. Présentation. Exercices d évacuation. Affiches. Acteurs COLLECTIVITE : SITE : REGISTRE OUVERT LE :././. SIGNATURE ET CACHET : sommaire Présentation Exercices d évacuation Affiches Acteurs Vérifications périodiques LE REGISTRE INCENDIE Quoi? Ce registre a pour

Plus en détail

CHARTE DU TEMPS DE LA RESTAURATION

CHARTE DU TEMPS DE LA RESTAURATION DIRECTION DE L ENFANCE JR Le 28 septembre 2000 CHARTE DU TEMPS DE LA RESTAURATION INTRODUCTION : Cette charte est une base de travail commune, elle associe tous les acteurs intervenant sur le temps de

Plus en détail

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles

Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles Le Centre jeunesse Gaspésie/Les Îles POLITIQUE SUR LA DÉCLARATION DES INCIDENTS ET ACCIDENTS GASPÉ, LE 30 AVRIL 2004 1. PRÉAMBULE : Dans le cadre des dispositions prévues à la Loi (L.Q. 2002, ch. 71, art.

Plus en détail

ARRETE DU MAIRE REGLEMENT DES SALLES COMMUNALES

ARRETE DU MAIRE REGLEMENT DES SALLES COMMUNALES ARRETE DU MAIRE VU l article L2212-2 du Code général des collectivités territoriales ; CONSIDERANT qu il y a lieu de réglementer la procédure de mise à disposition de locaux et de matériel, REGLEMENT DES

Plus en détail

Circulaire de la DAP SD2 du 13 juillet 2009 relative à l usage du téléphone par les personnes détenues condamnées

Circulaire de la DAP SD2 du 13 juillet 2009 relative à l usage du téléphone par les personnes détenues condamnées Administration pénitentiaire Communication téléphonique Ecoute téléphonique Restriction téléphonique Circulaire de la DAP SD2 du 13 juillet 2009 relative à l usage du téléphone par les personnes détenues

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 6 POLITIQUE DE COMMUNICATION

COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 6 POLITIQUE DE COMMUNICATION COMMISSION SCOLAIRE DE LA BEAUCE-ETCHEMIN Page 1 de 6 1.0 PRÉAMBULE La Commission scolaire de la Beauce-Etchemin reconnaît l importance du rôle des communications dans la poursuite de sa mission et dans

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATIVES

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATIVES MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES ADMINISTRATIVES Titre : Politique de visite aux patients hospitalisés Codification : 0 2 4 5 0 0-0 0 0 Niveau d application : Général Responsable : Direction des opérations

Plus en détail

Visite de l'accueil de jour du 115 et de l accueil de nuit, géré par l association haute-saônoise de réinsertion et d accompagnement (AHSRA),

Visite de l'accueil de jour du 115 et de l accueil de nuit, géré par l association haute-saônoise de réinsertion et d accompagnement (AHSRA), Visite de l'accueil de jour du 115 et de l accueil de nuit, géré par l association haute-saônoise de réinsertion et d accompagnement (AHSRA), Mardi 22 janvier 2013 18 h 30 19h30 L association haut-saônoise

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail

PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre. Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail PLAN DE PREVENTION Principes d élaboration et mise en œuvre Gestion de la prévention des risques liés à la co-activité en santé au travail Sommaire 1. Introduction 2. Le contexte réglementaire 3. Le déroulement

Plus en détail

Règlement intérieur du comité technique national de La Poste

Règlement intérieur du comité technique national de La Poste DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES Direction des Relations Sociales, des Règles RH et du Logement Social Destinataires Tous services Contact : Charlotte de Léobardy Tél : 01 55 44 23 92 Fax : E-mail : charlotte.de-leobardy@laposte.fr

Plus en détail

CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre :

CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MÉDECINS LIBÉRAUX EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : L établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes

Plus en détail

MEMENTO POUR LES CHEFS D ETABLISSEMENT EN CAS DE GESTION DE CRISE

MEMENTO POUR LES CHEFS D ETABLISSEMENT EN CAS DE GESTION DE CRISE Direction Enseignement Catholique 5 rue des Capucins - CS 30222 22002 SAINT BRIEUC Cedex 01 Tél : 02.96.68.32.68 SERVICE DE PSYCHOLOGIE Tél : 02.96.68.21.25 MEMENTO POUR LES CHEFS D ETABLISSEMENT EN CAS

Plus en détail

LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (CCAS) UDAF 54

LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (CCAS) UDAF 54 LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (CCAS) UDAF 54 S A M E D I 2 2 N O V E M B R E 2 0 1 4 P R É S E N T A T I O N P A R V A L E N T I N E D U H A U T, J U R I S T E Présentation de la réunion Le fonctionnement

Plus en détail

Directeur(trice) de la communication

Directeur(trice) de la communication Directeur(trice) de la communication Famille métier : Domaine d intervention : Communication externe Communication interne Relations publics Relations presse En entreprise / organisation Autres appelations

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 27 AVRIL 2009 Dégagement des personnes bloquées dans les cabines d ascenseur

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 27 AVRIL 2009 Dégagement des personnes bloquées dans les cabines d ascenseur COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 27 AVRIL 2009 Dégagement des personnes bloquées dans les cabines d ascenseur Objet : Réunion concernant les procédures de prise en charge et de facturation lors d intervention

Plus en détail

Charte d'engagements réciproques. Entre tous les professionnels intervenants dans le cadre de la mise en œuvre du Projet Educatif Territorial

Charte d'engagements réciproques. Entre tous les professionnels intervenants dans le cadre de la mise en œuvre du Projet Educatif Territorial Direction départementale de la cohésion sociale - Vienne Charte d'engagements réciproques Entre tous les professionnels intervenants dans le cadre de la mise en œuvre du Projet Educatif Territorial Ecole

Plus en détail

SEMINAIRE DE SENSIBILISATION. 8 avril 2015 Compte-rendu d atelier. Effectifs importants. Publié le 15/06/2015

SEMINAIRE DE SENSIBILISATION. 8 avril 2015 Compte-rendu d atelier. Effectifs importants. Publié le 15/06/2015 SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Effectifs importants Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Comment sécuriser les grands événements organisés par les étudiants? Comment gérer l effet de masse? Comment

Plus en détail

PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION

PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION PETIT GUIDE PRATIQUE POUR LA CREATION D UNE NOUVELLE SECTION AU SEIN DE L ASSOCIATION Introduction Dans la recherche de développement de l association, la création d une nouvelle section est une des solutions

Plus en détail

Charte de partenariat du CLIC Métropole Nord Ouest Renseignements et informations : Monsieur Olivier MILOWSKI, Directeur, CLIC Métropole Nord Ouest, 100 rue du Général Leclerc 59350 SAINT ANDRE Téléphone

Plus en détail

L objectif du PPMS. Le PPMS doit permettre de répondre à 6 questions : 2 Comment déclencher l alerte? 3 Où et comment mettre les élèves en sureté?

L objectif du PPMS. Le PPMS doit permettre de répondre à 6 questions : 2 Comment déclencher l alerte? 3 Où et comment mettre les élèves en sureté? L objectif du PPMS Le PPMS doit permettre de répondre à 6 questions : 1 Quand déclencher l alerte? 2 Comment déclencher l alerte? 3 Où et comment mettre les élèves en sureté? 4 Comment gérer la communication

Plus en détail

Plan de Secours d Accueil des Familles

Plan de Secours d Accueil des Familles SYSTEME DE MANAGEMENT DE LA QUALITE CCIACS - AEROPORT D AJACCIO Référence : FP09 P02 C00 S02 V03 Nature : CONSIGNE Page : 1/25 Intitulé : Plan de Secours des Familles Plan de Secours d Accueil des Familles

Plus en détail

P.P.M.S. Plan Particulier de Mise en Sûreté. face aux risques majeurs. à l attention des directrices et directeurs d écoles

P.P.M.S. Plan Particulier de Mise en Sûreté. face aux risques majeurs. à l attention des directrices et directeurs d écoles Nom de l école : RNE : Adresse : Commune : Code postal : Téléphone : Télécopie : Adresse électronique : Date de création du P.P.M.S. : Date de présentation au conseil d école : Date de dernière mise à

Plus en détail

CHARTE DU COMITE D AUDIT

CHARTE DU COMITE D AUDIT CHARTE DU COMITE D AUDIT INTRODUCTION... 2 I. RÔLE... 2 II. RESPONSABILITÉS... 2 1. Reporting financier... 2 2. Contrôle interne - gestion des risques et compliance... 3 3. Audit interne... 3 4. Audit

Plus en détail

STAGES «REMISE A NIVEAU POUR LES ELEVES DE CM1 ET DE CM2» 2016

STAGES «REMISE A NIVEAU POUR LES ELEVES DE CM1 ET DE CM2» 2016 STAGES «REMISE A NIVEAU POUR LES ELEVES DE CM1 ET DE CM2» 2016 QUESTIONS / REPONSES 1. Organisation 1. 1. Organisation générale La mise en place est-elle obligatoire dans chaque école? La mise en place

Plus en détail

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE Fiche Info Prévention & Sécurité N 13 LE DOCUMENT UNIQUE REGLEMENTATION Médecine préventive - Nombreux sont les élus qui ont été contactés par des entreprises privées ou ont entendu parler du «document

Plus en détail

CONDUITE DE CRISE RÔLES ESSENTIELS

CONDUITE DE CRISE RÔLES ESSENTIELS CONDUITE DE CRISE RÔLES ESSENTIELS fiches de référence Mai 2000 1 I Mise en place de la cellule 2 1. Cellule : mise en place n par qui? le PC, le dirigeant saisi ou le premier averti : souplesse n fiche

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. A l attention des salariés en Contrat Unique d Insertion (CUI) exerçant des missions administratives

GUIDE PRATIQUE. A l attention des salariés en Contrat Unique d Insertion (CUI) exerçant des missions administratives GUIDE PRATIQUE A l attention des salariés en Contrat Unique d Insertion (CUI) exerçant des missions administratives 2014-2015 I Missions du CUI «administratif» 2 A - Dans le 1 er degré 2 1 - L aide administrative

Plus en détail

STATUTS ASSOCIATION RÉSEAU CITÉ DES MÉTIERS

STATUTS ASSOCIATION RÉSEAU CITÉ DES MÉTIERS STATUTS ASSOCIATION RÉSEAU CITÉ DES MÉTIERS ARTICLE 1 OBJETS ET BUTS Il est créé, entre les membres qui adhèrent aux présents statuts, une association dénommée : «Réseau des Cités des Métiers», en référence

Plus en détail

MODEL - MObilité DEtachement Local -CONVENTION D ACCOMPAGNEMENT A LA MOBILITE- CONVENTION DE PARTENARIAT

MODEL - MObilité DEtachement Local -CONVENTION D ACCOMPAGNEMENT A LA MOBILITE- CONVENTION DE PARTENARIAT V16042012 MODEL - MObilité DEtachement Local -CONVENTION D ACCOMPAGNEMENT A LA MOBILITE- CONVENTION DE PARTENARIAT Préambule MODEL est un dispositif inter entreprises qui favorise le détachement de salariés

Plus en détail

Le Plan ORSEC National

Le Plan ORSEC National Décret n 93-1288 du 17 novembre 1993, adoptant le Plan national d organisation des secours (ORSEC) Le Président de la République, Vu la Constitution, notamment en ses articles 37 et 65 ; Vu la loi n 64-53

Plus en détail

R.C.S.C. Réserve Communale de Sécurité Civile CHATEAUNEUF-LES-MARTIGUES

R.C.S.C. Réserve Communale de Sécurité Civile CHATEAUNEUF-LES-MARTIGUES R.C.S.C Réserve Communale de Sécurité Civile CHATEAUNEUF-LES-MARTIGUES Contexte local Juillet 2008 : par délibération N 2008-07-113, adoptée par le conseil municipal de Châteauneuf-les-Martigues, il a

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION. concernant LES COMMUNICATIONS ADOPTION ET RESPONSABILITÉ

POLITIQUE DE GESTION. concernant LES COMMUNICATIONS ADOPTION ET RESPONSABILITÉ POLITIQUE DE GESTION concernant LES COMMUNICATIONS CONSULTATION ADOPTION ET RESPONSABILITÉ Comité consultatif de gestion le : 8 décembre 1999 Adoptée le : 21 décembre 1999 Résolution : CC-144-99 Comité

Plus en détail

dossier de presse Signature du protocole relatif au dispositif de protection des personnes et à l installation de la cellule départementale de

dossier de presse Signature du protocole relatif au dispositif de protection des personnes et à l installation de la cellule départementale de v e n d r e d i 2 0 n o v e m b r e 2 0 0 9 dossier de presse Signature du protocole relatif au dispositif de protection des personnes et à l installation de la cellule départementale de protection des

Plus en détail

CAHIER ANNUEL DE SECURITE

CAHIER ANNUEL DE SECURITE Situer sur les plans de(s) bâtiment(s) : ANNEE SCOLAIRE 2005/2006 L emplacement des organes de coupure : GAZ.. ELECTRICITE. HT BT CAHIER ANNUEL DE SECURITE EAU... MAZOUT.. PLAN PARTICULIER de MISE EN SURETE

Plus en détail

POLITIQUE DE COMMUNICATION

POLITIQUE DE COMMUNICATION POLITIQUE DE COMMUNICATION Adoptée par le conseil d administration de la CRÉ de l Estrie le 29 janvier 2014 Politique de communication Page 1 POLITIQUE DE COMMUNICATION DE LA CRÉ DE L ESTRIE PRÉAMBULE...

Plus en détail

Fonction et tâches du directeur sportif

Fonction et tâches du directeur sportif Fonction et tâches du directeur sportif Versus la section amateur du club Le poste relève directement du président du CA. Le Directeur Sportif est en charge de la gestion administrative et financière au

Plus en détail

CONCOURS A.T.S.E.M. de 1 ère classe

CONCOURS A.T.S.E.M. de 1 ère classe CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU LOIRET CONCOURS A.T.S.E.M. de 1 ère classe TROISIEME CONCOURS EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE DU MERCREDI 17 OCTOBRE 2012 de 9 H 00 à 11 H 00 IMPORTANT

Plus en détail

CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD

CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD CHAPITRE IV LA PLANIFICATION DES INTERVENTIONS : LA PERSONNE D ABORD Module II La planification des interventions : la personne d abord 127 PROCESSUS DE PLANIFICATION DES MESURES D'URGENCE Connaissance

Plus en détail

POLITIQUE D ÉVÉNEMENTS ÉCORESPONSABLES

POLITIQUE D ÉVÉNEMENTS ÉCORESPONSABLES POLITIQUE D ÉVÉNEMENTS ÉCORESPONSABLES Juin 2013 TABLE DES MATIÈRES CADRE DE RÉFÉRENCE PAGE 3 OBJECTIFS DE LA POLITIQUE PAGE 4 Objectif général Objectifs spécifiques NIVEAUX EXIGÉS PAR LA VILLE DE MAGOG

Plus en détail

CONSEIL CITOYEN DE BEAUSEJOUR COMPTE RENDU N 2

CONSEIL CITOYEN DE BEAUSEJOUR COMPTE RENDU N 2 CONSEIL CITOYEN DE BEAUSEJOUR COMPTE RENDU N 2 La deuxième réunion du conseil citoyen de Beauséjour a eu lieu le mardi 31 mars 2015 à 18h30, à maison de quartier. Cette deuxième réunion a réuni 15 personnes

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE LA VIE SOCIALE

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE LA VIE SOCIALE REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL DE LA VIE SOCIALE IME ET SESSAD DE L ELORN 21/01/2009 Pour répondre aux dispositions du Décret n 2004-287 du 25 mars 2004 pris en application de l Article 311-6 du Code de

Plus en détail

REGLEMENT DE TRAVAIL DES AGENTS TERRITORIAUX SPECIALISES DES ECOLES MATERNELLES

REGLEMENT DE TRAVAIL DES AGENTS TERRITORIAUX SPECIALISES DES ECOLES MATERNELLES REGLEMENT DE TRAVAIL DES AGENTS TERRITORIAUX SPECIALISES DES ECOLES MATERNELLES Article 1 : définition statutaire Les agents territoriaux spécialisés des écoles maternelles (ATSEM) sont chargés de l assistance

Plus en détail

EXPERIMENTATION DU LIVRET DE COMPETENCES

EXPERIMENTATION DU LIVRET DE COMPETENCES EXPERIMENTATION DU LIVRET DE COMPETENCES La circulaire du 28 décembre 2009 lance l expérimentation du livret de compétences prévue par l article 11 de la loi relative à l orientation et à la formation

Plus en détail

VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE

VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE Adopté par le conseil associatif de l Agence universitaire de la Francophonie

Plus en détail

PLAN DE MESURES ET D INTERVENTIONS D URGENCE

PLAN DE MESURES ET D INTERVENTIONS D URGENCE Services aux victimes de traumatismes crâniens du Nord de l Ontario PLAN DE MESURES ET D INTERVENTIONS D URGENCE Bureau régional : 426, rue Balmoral, Thunder Bay (Ontario) Centre d apprentissage de transition

Plus en détail

Règlement intérieur du CHSCT. de l Université d Aix-Marseille du 11-03-2015

Règlement intérieur du CHSCT. de l Université d Aix-Marseille du 11-03-2015 Conformément à l article 51 du décret 82-453 du 28 mai 1982 modifié relatif à l hygiène et la sécurité au travail ainsi qu à la prévention médicale de la fonction publique, le CHSCT de l Université d Aix

Plus en détail

Gérer et Prévenir les risques, plus qu une Priorité : une Nécessité

Gérer et Prévenir les risques, plus qu une Priorité : une Nécessité Gérer et Prévenir les risques, plus qu une Priorité : une Nécessité 1 » Introduction» Comment prévenir et gérer les risques? Présentation de l approche prescriptive Présentation de l approche performantielle»

Plus en détail

OBJET ET CHAMP D ACTION

OBJET ET CHAMP D ACTION TITRE : Manuel des Pipelines et Distribution / Volume 1 - Administration SECTION 20 : SUJET 02 : OBJET ET CHAMP D ACTION Le présent sujet vise à s assurer que les renseignements pertinents figurent sur

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE Pour les employeurs, à partager avec leurs collaborateurs! Le rôle du tuteur dans l entreprise est primordial. Le tuteur est chargé d accueillir, d aider, d informer et de

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA FORMATION CONTINUE OBLIGATOIRE

RÈGLEMENT SUR LA FORMATION CONTINUE OBLIGATOIRE AQEI RÈGLEMENT SUR LA FORMATION CONTINUE OBLIGATOIRE Adopté le 29 novembre 2012 par l Assemblée générale des membres de l AQEI Approuvé le 18 avril 2013 à l Assemblée générale des membres de l AQEI À jour

Plus en détail

Vu la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ;

Vu la Convention de sauvegarde des droits de l homme et des libertés fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ; DELIBERATION N 2013-40 DU 15 AVRIL 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR LE MINISTRE D ETAT RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

Plus en détail

DEPARTEMENT DE L AUDE

DEPARTEMENT DE L AUDE PRÉFECTURE DE L'AUDE CONSEIL GENERAL de l AUDE PROTOCOLE INTEMPERIES APPLIQUE AUX TRANSPORTS SCOLAIRES DEPARTEMENT DE L AUDE Le Préfet de l Aude, Le Président du Conseil Général, Bernard LEMAIRE Marcel

Plus en détail

NOTICE D INTERVENTIONS

NOTICE D INTERVENTIONS NOTICE D INTERVENTIONS OBJET : ANIMATION SUR LE GASPILLAGE ALIMENTAIRE A DESTINATION DES ENFANTS DE PLUS DE 10 ANS ET DU GRAND PUBLIC DU SUD GIRONDE CONTEXTE ENJEUX ET OBJECTIFS Contexte L USSGETOM, Union

Plus en détail

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS

POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Service des communications POLITIQUE DES COMMUNICATIONS Politique numéro (CSRS-POL-2010-06) Résolution numéro CC 2001-318 du 17 avril 2001 Entrée en vigueur le 17 avril 2001 Modifiée le 21 septembre 2010

Plus en détail

Emploi en Limousin : Conférence de presse de Michel JAU, prefet de la région Limousin

Emploi en Limousin : Conférence de presse de Michel JAU, prefet de la région Limousin Emploi en Limousin : Conférence de presse de Michel JAU, prefet de la région Limousin Limoges le 13 mai 2013 Bilan d une année d activité du Commissaire au redressement productif du Limousin Point sur

Plus en détail

Date : N : ARRETE MUNICIPAL. Base Nautique Municipale REGLEMENT INTERIEUR

Date : N : ARRETE MUNICIPAL. Base Nautique Municipale REGLEMENT INTERIEUR Date : N : ARRETE MUNICIPAL Base Nautique Municipale REGLEMENT INTERIEUR Le Maire de la Ville de, Vu la loi 86-2 du 3 janvier 1986 relative à l aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral.

Plus en détail

REGLEMENT RELATIF AUX FONCTIONS DES AGENTS TERRITORIAUX SPECIALISES DES ECOLES MATERNELLES DE LA VILLE DE BEAUNE

REGLEMENT RELATIF AUX FONCTIONS DES AGENTS TERRITORIAUX SPECIALISES DES ECOLES MATERNELLES DE LA VILLE DE BEAUNE REGLEMENT RELATIF AUX FONCTIONS DES AGENTS TERRITORIAUX SPECIALISES DES ECOLES MATERNELLES DE LA VILLE DE BEAUNE 01/09/1998 I - Définition 1.1 - Raison d être Agents chargés de l assistance au personnel

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à propositions pour la participation au «Séminaire décentralisé PRITH Île-de-France 2015» (16-22 novembre)

Cahier des charges de l appel à propositions pour la participation au «Séminaire décentralisé PRITH Île-de-France 2015» (16-22 novembre) Cahier des charges de l appel à propositions pour la participation au «Séminaire décentralisé PRITH Île-de-France 2015» (16-22 novembre) Le plan régional d insertion des travailleurs handicapés (PRITH)

Plus en détail

Arrêté concernant l organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel (ORCCAN)

Arrêté concernant l organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel (ORCCAN) 17 février 2014 Arrêté concernant l organisation de gestion de crise et de catastrophe du canton de Neuchâtel (ORCCAN) Etat au 1 er septembre 2015 Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel,

Plus en détail

Recommandations. pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire

Recommandations. pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire Recommandations pour améliorer le dispositif national de veille sanitaire La loi relative au renforcement de la veille sanitaire et du contrôle de la sécurité sanitaire des produits destinés à l homme

Plus en détail

Congrès Anacej 2016. 23/24/25/26 octobre 2016

Congrès Anacej 2016. 23/24/25/26 octobre 2016 Cahier des Charges Rendez-vous national de la participation des enfants et des jeunes Congrès Anacej 2016 23/24/25/26 octobre 2016 Ce cahier des charges a pour objectif de présenter la nature des besoins

Plus en détail

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 91

JORF n 0303 du 31 décembre 2010. Texte n 91 Le 13 octobre 2011 JORF n 0303 du 31 décembre 2010 Texte n 91 ARRETE Arrêté du 30 décembre 2010 fixant les modèles de contrats types devant être signés par les professionnels de santé exerçant à titre

Plus en détail

RÈGLEMENT INTERNE DES CONSEILS DE QUARTIER

RÈGLEMENT INTERNE DES CONSEILS DE QUARTIER RÈGLEMENT INTERNE DES CONSEILS DE QUARTIER - PRÉAMBULE - Pour permettre le fonctionnement de chaque Conseil de quartier, un règlement interne a été adopté en Conseil Municipal du 19 décembre 2008, fruit

Plus en détail

Site Officiel de la République de Djibouti JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE DE DJIBOUTI

Site Officiel de la République de Djibouti JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE DE DJIBOUTI Page 1 of 5 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE DE DJIBOUTI Décret n 2006-0192/PR/MID portant mise en place d un cadre institutionnel de Gestion des risques et des catastrophes. LE PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL

REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL REGLEMENT INTERIEUR DU COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL Article 1 er - Le présent règlement intérieur a pour objet de fixer, dans le cadre des lois et règlements en vigueur, les

Plus en détail

FORMATION INITIALE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL (SST)

FORMATION INITIALE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL (SST) FORMATION INITIALE SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL (SST) Durée : Participants : Public : Pré-requis : Objectifs : Moyens pédagogiques : Intervenant 12 heures + si nécessaire, le temps pour traiter les

Plus en détail

Jury de Déontologie Publicitaire (JDP) Règlement intérieur

Jury de Déontologie Publicitaire (JDP) Règlement intérieur Jury de Déontologie Publicitaire (JDP) Règlement intérieur Adopté par le Conseil d Administration de l ARPP en date du 9 octobre 2008, modifié le 11 décembre 2009 et le 26 septembre 2011. SOMMAIRE A. OBJET

Plus en détail

Octobre 2012 22/08/2012. Contexte et principes de la réforme. Les acteurs de la prévention. Le dispositif du Centre de Gestion.

Octobre 2012 22/08/2012. Contexte et principes de la réforme. Les acteurs de la prévention. Le dispositif du Centre de Gestion. Octobre 2012 Contexte et principes de la réforme Les acteurs de la prévention Le dispositif du Centre de Gestion Les CHSCT Le Conseil Supérieur Les autres points 1 La réforme SST : Le contexte et les principes

Plus en détail

Annule : 2.2 La Loi sur l accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels.

Annule : 2.2 La Loi sur l accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels. Approbation : CC-010627-1034 Amendée par : CC-080422-2877 Annule : Règlement Politique Pratique de gestion S UJET : Politique de communication 1. LA RAISON D ÊTRE Les communications représentent un secteur

Plus en détail

LES ACTIVITES PORTUAIRES Ports de plaisance

LES ACTIVITES PORTUAIRES Ports de plaisance 1 Ports de plaisance CADRES TECHNIQUES MAITRE DE PORT PRINCIPAL CHEF DES SERVICES TECHNIQUES CADRES ADMINISTRATIFS DIRECTEUR DE PORT DE PLAISANCE SECRETAIRE GENERAL OU ATTACHE DE DIRECTION OU SOUS-DIRECTEUR

Plus en détail

Article 2. relatives à l intervention du masseur-kinésithérapeute libéral dans l EHPAD

Article 2. relatives à l intervention du masseur-kinésithérapeute libéral dans l EHPAD CONTRAT TYPE PORTANT SUR LES CONDITIONS D INTERVENTION DES MASSEURS- KINÉSITHÉRAPEUTES EN ÉTABLISSEMENT D HÉBERGEMENT POUR PERSONNES ÂGÉES DÉPENDANTES Entre : L établissement d hébergement pour personnes

Plus en détail

FORMATION LA SECURITE

FORMATION LA SECURITE FORMATION LA SECURITE LA SECURITE 1 Le rôle de l employeur 2 L accueil des salariés 3 Le PPSPS 4 Protéger, alerter : le rôle du SST Sommaire général 1 LE ROLE DE L EMPLOYEUR OBLIGATION L obligation générale

Plus en détail