Département de gestion de l éducation et de la formation. Synthèse de la recherche

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Département de gestion de l éducation et de la formation. Synthèse de la recherche"

Transcription

1 Département de gestion de l éducation et de la formation Synthèse de la recherche LA TRANSFERT DU SAVOIR INTER-PROJETS : COMMENT NE PAS RÉINVENTER LA ROUE! par Paula Ingerman Marie-Claude Lamothe Jean-Luc Poirier Catherine Ricard Dans le cadre du séminaire international Maîtrise en gestion de la formation Sous la supervision des professeurs Normand. M. Bengle et Jean-François Roussel Octobre 2006 Tous droits réservés

2 Table des matières Table des matières... 2 Problématique... 3 Principales définitions... 4 Modèle théorique... 5 Leviers au transfert du savoir... 6 Facteurs organisationnels... 6 Facteurs individuels... 8 Facteurs relationnels... 9 Un mot sur la culture Validation du modèle théorique Conclusion Bibliographie Tous droits réservés 2

3 L économie du 21 e siècle est encore à bâtir, mais il devient clair que le marché du travail des pays industrialisés sera composé, à l avenir, d emplois qui exigeront un savoir individuel et organisationnel avancé. Plusieurs entreprises se butent toutefois à des difficultés lorsqu il s agit de mettre en place des initiatives favorisant le transfert du savoir au sein de leur organisation. L objectif de cette recherche vise à répondre à la question suivante : quels sont les leviers favorisant un transfert du savoir métier efficient entre différentes équipes de projets? À partir d une recension exhaustive des écrits, nous identifions à cet effet trois types de leviers ayant un impact significatif sur le transfert du savoir, soit les leviers organisationnels, individuels et relationnels ainsi que les facteurs significatifs de chacun de ces leviers. De ces leviers émerge une culture qui favorise le partage du savoir, lequel est un élément essentiel au transfert. Un balisage des meilleures pratiques dans des contextes similaires nous permet également de valider ces leviers et d identifier des pratiques éprouvées favorisant le transfert du savoir inter-projet. Afin d aider les organisations à déployer des pistes de travail, nous proposons finalement une grille d auto-évaluation permettant d identifier ces leviers. Problématique L organisation choisie pour cette recherche-action est une société d envergure internationale qui œuvre dans le domaine du divertissement technologique et pour qui le savoir est un élément de survie. Elle a connu une croissance et une évolution rapides au Québec dans les dernières années. La pierre d assise de son processus de création est une structure organisationnelle fondée sur la gestion par projet. À l instar d autres organisations présentant ce type de structure, une problématique de productivité se pointe à l horizon: des équipes de travail distinctes tablent sur des problèmes similaires et réinventent inutilement la roue. La problématique a émergé de la consultation individuelle de 12 membres de l entreprise lors d entrevues semi-structurées auprès d employés, de gestionnaires de premier niveau, de cadres intermédiaires et de hauts dirigeants. Celle-ci se définit comme suit : Tous droits réservés 3

4 Au sein de l organisation, on retrouve un transfert inadéquat du savoir métier entre les équipes de projet. Principales définitions Dans le but de situer la portée de cette recherche et de mieux définir ses limites, voici les définitions des principaux concepts et termes utilisés dans le présent document. Transfert : «Le transfert se produit lorsqu une connaissance acquise dans un contexte particulier peut être reprise d une façon judicieuse et fonctionnelle dans un nouveau contexte; incidemment la création de nouvelles connaissances survient.» 1 (Adapté de Tardif et Meirieu (1996) et Ballay (2004)) Savoir: «Le savoir est un mélange fluide d expériences, de valeurs, d informations contextualisées et d intuitions d experts qui donne un cadre d évaluation pour incorporer de nouvelles expériences et informations. Il est intuitif et ainsi difficile à capter en mots ou à comprendre entièrement en des termes logiques; il est intériorisé. Il prend forme et devient la propriété du connaissant. Dans les organisations, il devient souvent partie intégrante, non seulement des documents ou répertoires, mais aussi de la routine organisationnelle, des processus, des pratiques et des normes.» 2 (Davenport et Prusak (1998)) Savoir tacite: Le savoir tacite est une partie essentielle du «savoir comment», et du «savoir pourquoi» et est essentiel pour rendre le savoir utile. (Ikujiro Nonaka and Hirotaka Takeuchi) 3 Équipe de projet : «Une équipe est un groupe de personnes ayant un but commun, dépendant du travail de l un et de l autre et étant lié par la responsabilité des résultats. Les équipes professionnelles sont composées de gens provenant de différentes professions ou métiers dont toutes les connaissances et compétences sont nécessaires pour obtenir les résultats escomptés. Elles sont souvent responsables de créer des produits ou services clés.» 4 (McDermott (1999)) Culture : «La culture est généralement définie comme étant les croyances, les valeurs, les normes et comportements uniques à une organisation. En d autres mots, ce sont les règles non écrites et le «comment le travail est exécuté ici dans l entreprise».» (Hubert St-Onges, Clarica (2000) 5 ). 1 Stratégie pour favoriser le transfert des connaissances, Tardif et Meirieu, Davenport and Prusak (1998), Working knowledge, Harvard Business School Press 3 Ikujiro Nonaka and Hirotaka Takeuchi 4 McDermott, Richard (1999), Learning across team the role of community of practice in team organization, Knowledge management Review, May/June Brian Hackett (2000), Beyond Knowledge management; new ways to work and learn, the Conference board of Canada. Tous droits réservés 4

5 Modèle théorique Le modèle théorique défini par l équipe de chercheurs s appuie sur une vaste recension des écrits. Il s appuie sur les hypothèses suivantes : 1. En agissant sur les éléments organisationnels et/ou individuels et/ou relationnels d une situation initiale où il y a un niveau de transfert faible, on peut obtenir un impact favorable sur le niveau de transfert du savoir inter-projets, et mener à une situation désirée où il y a un niveau de transfert fort. 2. Certains éléments organisationnels et/ou individuels et/ou relationnels ont davantage d impact sur le niveau de transfert du savoir, selon le contexte et la culture de l entreprise.. Le point de départ (transfert faible) pousse l organisation à mener un diagnostic des obstacles qui l empêchent d atteindre un niveau de transfert fort. Chemin faisant, elle identifie les leviers existants ou potentiels qu elle pourrait utiliser pour en arriver à la situation désirée. Lorsque les leviers sont suffisamment forts, ils contribuent à l émergence d une culture favorisant le partage du savoir, élément essentiel au transfert. Sans ce terrain fertile, toute initiative est vouée à un échec potentiel. Tous droits réservés 5

6 Par ailleurs, il se peut que le transfert soit encore insuffisant et que l on doive réajuster certains leviers pour pouvoir atteindre le niveau visé. Dans ce cas, on réajuste les leviers pour revenir à la situation désirée. Ceci explique la relation à double sens entre les leviers/obstacles et le transfert du savoir fort. Par contre, si cet ajustement n est pas suffisant, nous revenons à une situation de départ oû le transfert du savoir est faible. Il faut donc refaire la boucle et réévaluer quelle est la situation désirée, la situation actuelle, puis redéfinir les leviers pertinents. Leviers au transfert du savoir Chacun de ces leviers organisationnel, individuel et relationnel - sont composés de facteurs qui s appuient sur une documentation abondante. Vous remarquerez sans doute que les facteurs technologiques n y sont pas représentés. L équipe de chercheurs a en effet fait le choix d identifier les autres leviers, qui donnent aux organisations des avenues de solution fort intéressantes, les outils technologiques seuls ne livrant habituellement pas les résultats escomptés. En effet, Disterer (2001) 6 soutient que «L industrie des technologies de l information offre beaucoup d outils et techniques pour supporter la gestion du savoir, mais malgré toutes ces offres, plusieurs entreprises ont expérimenté que les problématiques autres que techniques sont cruciales.» Facteurs organisationnels Facteur individuel Facteurs relationnels 1. Objectifs de la gestion du savoir 1. Motivation 1. Confiance 2. Structure horizontale par métier 2. Capacité 2. Réseaux 3. Acteurs clés d absorption 4. Alignement des récompenses et reconnaissance 5. Temps de partage suffisant Facteurs organisationnels Les facteurs organisationnels sont ceux sur lesquels les organisations ont davantage de prise, c est pourquoi ils apparaissent en premier dans le schéma. 6 DISTERER, Georg, Individual and Social Barriers to Knowledge Transfer, Proceedings of the 34th Hawaii International Conference on System Sciences, 2001 Tous droits réservés 6

7 Objectifs de la gestion du savoir Les auteurs Liam Fahey and Larry Prusak 7 ont fait une liste des 11 péchés d un gestionnaire face à la gestion du savoir. Au premier rang des sacrilèges figure la notion suivante: «Ne pas développer une définition fonctionnelle du savoir.» Il importe d aligner les objectifs de la gestion du savoir sur ceux de l entreprise pour en faire un projet concret et ce, face à un besoin réel de l entreprise. Le projet doit donc être tangible pour avoir du sens dans l esprit des employés. Structure horizontale par métier Les auteurs consultés sont assez unanimes à ce sujet : lorsque les équipes de projets sont isolées les unes des autres, elles réinventent constamment la roue et présentent des difficultés de mise à jour de leurs connaissances. De manière plus spécifique, la gestion par projet a pour effet d isoler les gens qui pratiquent la même profession, occasionnant ainsi une rupture dans l apprentissage organisationnel. Le rôle de l organisation est de favoriser l émergence de liens interpersonnels informels entre les différentes équipes de projets. Il est important d offrir le temps, l espace et le support organisationnel nécessaire à l émergence naturelle de contacts entre individus pratiquant le même métier. Une organisation qui prône une structure "double-knit" 8 au lieu d'une structure matricielle, répond à ce problème. De cette façon, les employés peuvent mettre leurs énergies sur leurs projets tout en conservant leurs liens et leur savoir fonctionnel à jour. L'organisation tisse donc une toile ferme mais flexible autour de son savoir. Acteurs clé 7 Brian Hackett (2000), Beyond Knowledge management; new ways to work and learn the Conference board of Canada. 8 McDermott, Richard (1999), Learning Across Teams: The Role of Communities of Practice in Team Organisations, Knowledge Management Review, May/June, Tous droits réservés 7

8 Certains acteurs sont cruciaux à l implantation d une stratégie de gestion du savoir. Parmi ceux-ci, les hauts gestionnaires sont au premier plan 9. L engagement, les comportements et l encouragement de ces derniers sont grandement responsables du développement d une culture favorisant le transfert du savoir. Alignement des récompenses et de la reconnaissance Agir sur le transfert du savoir est également une question de cohérence. Il y a lieu de revoir les processus de reconnaissance et de récompense, souvent axés sur l ancienneté ou l expertise individuelle 10. Ainsi, pour renforcer une culture favorisant le partage et agir sur l individu, il est important d aligner les récompenses et la reconnaissance sur les objectifs stratégiques de la gestion du savoir de l entreprise. Par exemple, si l on vise à renforcer le partage du savoir métier inter-projets, on récompensera les gens qui initient ou participent à des communautés de pratiques reliées à leur métier. Temps de partage Il est notoire que le contexte de gestion par projet crée une pression sur la productivité et des échéances serrées. L organisation doit dégager dans ses budgets des périodes de temps mis à la disposition des employés pour favoriser le partage du savoir utile à l organisation. 11 Facteurs indiv iduels Notre hypothèse est que même si tous les moyens organisationnels sont en place, si les gens ne veulent pas partager leur savoir, il n y aura pas un niveau de transfert de savoir fort. De plus, par ricochet, les facteurs organisationnels ont un impact sur la motivation des individus. Parmi les nombreux facteurs individuels recensés dans les écrits, la motivation et la capacité absorptive ont été retenus car ils sont largement documentés. Motivation 9 Brian Hackett (2000), Beyond Knowledge management; new ways to work and learn, the Conference board of Canada. 10 David J. Skyrme (2002), The 3 C of knowledge sharing: Culture, co-opetitition and Commitment. 11 David J. Skyrme (2002), The 3 C of knowledge sharing: Culture, co-opetitition and Commitment. Tous droits réservés 8

9 Joshi & Sarker (2006) 12 indiquent que l émetteur, tout comme le récepteur, peut manquer de motivation. En raison du temps et de l effort exigés pour transférer et recevoir le savoir, ces personnes pourront avoir certaines réserves. Szulanski (1996) 13 pour sa part indique que le manque de motivation de l émetteur à transférer son savoir à un autre peut être dû à sa peur d être dépossédé, de perdre une position de privilège, de supériorité ou de ne pas être récompensé de façon adéquate. Capacité absorptive Selon Cohen & Levinthal 14, la capacité absorptive réfère à la capacité à apprendre et à utiliser de nouveaux savoirs. Tel que cité dans Joshi & Sarker (2006), Cohen et Levinthal affirment que la capacité absorptive est fonction des expériences passées, des connaissances et habiletés d une personne. La relation avec le transfert du savoir est la suivante: plus un individu a de connaissances et d expériences antérieures dans un domaine spécifique, plus il peut en acquérir de nouvelles de manière aisée et efficace. De plus, la capacité absorptive facilite la communication et la compréhension de savoirs pertinents. En retour, ceci permet au récepteur de ces savoirs d évaluer, d assimiler et d intérioriser le savoir transféré de façon plus efficace. F acteurs relationnels Finalement, nous terminons avec les facteurs relationnels. Ils suivent le facteur de la motivation, car pour être en mesure de bâtir les liens et permettre aux gens de créer des réseaux fructueux, la motivation doit être présente. Confiance Tel que relaté dans un texte de Levin & al. (2002) 15, qui reprend la définition de Mayer, Davis et Schoorman (1995) 16 la confiance consiste en «la volonté d une partie d être 12 Joshi, K.D., Sarker, S., (2006) Examining the Roles of Knowledge, Source, Recipient, Relational and Situational Context on Knowledge Transfer among Face-to-Face ISD Teams, 39th Hawaii International Conference on System Sciences. 13 Gabriel Szulanski (1996), Unpacking stickiness: an empirical investigation of the barriers to transfer best practice inside the firm. 14 Cohen, W.M., & D.A. Levinthal (1990), Absorptive Capacity: A new perspective on learning and innovation, Administrative Science Quarterly, 35:1, pp Levin, D.Z., Cross R., Abrams L.C. (2002), The Strength of weak ties you can trust: The Mediating Role of Trust in Effective Knowledge Transfer, Academy of Management Proceedings. Tous droits réservés 9

10 vulnérable». La perception de confiance comprend deux dimensions importantes, soit la confiance en la compétence (competence based trust) et la confiance en la bienveillance des autres (benevolence based trust). Pour renchérir, la confiance peut être observée du point de vue de la similarité et de la familiarité. Pour Ladd (2002) 17, l élément de la similarité (des partenaires) comprend le fait que les individus possèdent des antécédents, un niveau d éducation et des expériences similaires. Casciaro & Lobo (2005) 18 y ajoutent la similarité des croyances, des intérêts et du style personnel. Bref, être sur la même longueur d ondes améliore l efficience du processus de transfert. Pour Sarker (2002) 19, le marché du savoir dépend de la confiance et les gens font habituellement confiance aux individus qu ils connaissent (familiarité). La crédibilité de l émetteur est également un des éléments influençant le transfert du savoir. C est en effet ce que démontre Sarker (2002). Ce dernier divise le concept de crédibilité en deux volets, soit la confiance, à laquelle nous référons ci-dessus, et la réputation. Selon Davenport & Prusak (1998), nous utilisons ces éléments pour évaluer le savoir car nous n avons pas le temps de tout regarder en profondeur. En fait, nous sélectionnons selon la réputation de l émetteur. Réseaux, fréquence et portée de la communication : Kettley & Hirsh 20 affirment que «La réalité est que la majorité des échanges de savoir et d innovation dans les organisations surgissent à travers les interactions des personnes entre elles, spécialement via les réseaux, groupes ou équipes, qui transgressent les frontières organisationnelles.» Joshi & Sarker (2006) démontrent que les fréquentes communications facilitent les interactions entre l émetteur et le récepteur, ce qui favorise 16 Mayer, R.C., Davis, J.H., Schoorman, F.D. (1995), An integration Model of organizational trust, 20 : pp Ladd, Darin A, Heminger, A.R. (2002), An Investigation of Organizational Culture Factor That May Influence Knowledge Transfer, Proceedings of the 36th Hawaii International Conference on System Sciences. 18 Casciaro, T., Sousa Lobo, M. (2005), Competent Jerks, Lovable Fools, and the formation of Social Networks, Published in Harvard Business Review, June 2005, p.92-99, reprint # RO506E. 19 Saonee Sarker (2002), Knowledge Transfer in Virtual Information Systems Development Teams : an Empirical Examination of Key Enablers, Proceedings of the 36th Hawaii International Conference on System Sciences. 20 Kettley, P., Hirsh, W., Learning from cross-functional teamwork, IES report 356. Tous droits réservés 10

11 l émergence d une compréhension et d un contexte commun crucial pour le transfert du savoir efficace. Évidemment, plus les gens ont des contacts, plus grandes sont leurs chances de transférer du savoir. Finalement, les relations avec un lien ténu (weak ties) produisent de l information nonredondante offrant de nombreux bénéfices au récepteur, dont un enrichissement de la portée du savoir potentiellement transféré. Ces liens ténus apportent au récepteur une information utile, qu il n obtiendrait peut-être pas d une source avec laquelle il a des interactions plus fréquentes et plus soutenues. On a donc avantage à favoriser les relations professionnelles entre les membres d un même métier mais œuvrant au sein de différents projets, si l on veut favoriser une contamination croisée. Pour terminer, nous ne pouvons passer sous silence le courant des puissants réseaux à la base de la création des logiciels ouverts. Ces systèmes véhiculent des valeurs de partage très fortes. Les jeunes employés qui composent les organisations d aujourd hui sont habituellement des individus qui ont grandi avec les réseaux ouverts et qui ont peut-être aussi participé à leur mise en œuvre. Par exemple Wikipedia est un outil favorisant le transfert du savoir de façon gratuite et auto-gérée par quiconque a un intérêt sur un sujet donné. Un mot sur la culture Dans notre schéma, la culture englobe les trois types de leviers organisationnels, individuels et relationnels. À cet effet, Swee C. Goh (2002) 21 affirme que même si l on applique les bons leviers et que l on enlève les obstacles, le transfert ne se fera probablement pas si la culture organisationnelle ne promeut pas la collaboration, la coopération et la confiance, trois éléments clés d une culture favorisant le partage du savoir. Ainsi, le rôle des leaders de l organisation est donc d une importance primordiale 21 Swee C.Goh (2002), Managing effective knowledge transfer: an integrative framework and some practice implications, Journal of Knowledge Management, Vol.6 #1, p Tous droits réservés 11

12 pour créer les valeurs de support nécessaire au transfert du savoir au travers les barrières organisationnelles. 22 Validation du modèle théorique Pour valider le modèle théorique décrit ci-dessus, un balisage des meilleures pratiques dans le domaine du transfert du savoir a été mené auprès de trois organisations ayant des structures de travail par projet. Les objectifs poursuivis par cette validation auprès de gestionnaires de haut niveau visait à examiner la pertinence du modèle, à vérifier les facteurs et sous-facteurs les plus critiques et à identifier des pratiques éprouvées favorisant le transfert du savoir inter-projet. Pertinence du modèle Dans l ensemble, les facteurs identifiés dans notre recension des écrits correspondent à la réalité vécue au sein des organisations. Le contenu du schéma a donc été validé par les personnes rencontrées et il appert que ce sont effectivement les facteurs organisationnels qui sont les plus importants. Nous croyons que le levier organisationnel se distingue parce que les gestionnaires ont une influence assez forte sur celui-ci. Toutefois, c est le levier relationnel qui est le deuxième plus important pour les gestionnaires. Encore là, ceci peut s expliquer par le fait que ceux-ci ont une influence quant à la mise en place des réseaux et sur le niveau de confiance qu ils bâtissent avec leurs employés. Finalement, le levier individuel vient en troisième. Selon nos observations, les organisations bâtissent ou maintiennent la motivation de manière indirecte via les leviers organisationnels comme par exemple l élaboration d objectifs stimulants et engageants. Les facteurs et sous-facteurs les plus critiques Au cours de cet exercice de balisage, nous avons pu constater que pour implanter des initiatives de transfert de savoir, le leadership des gestionnaires de haut niveau est effectivement extrêmement important et ce, principalement pour amorcer une conscientisation collective des personnes visées. C est par le truchement de discours mobilisateurs décrivant leur réflexion personnelle et leur vision du devenir l entreprise 22 Conference Board of Canada (2000), Beyond Knowledge management; new ways to work and learn, Brian Hackett, the Conference board of Canada, Tous droits réservés 12

13 (tant sur le marché que dans sa dynamique interne) que le processus de transformation organisationnelle s enclenche à son tour. De plus, le fait de s exposer devant ses employés, en se montrant dans une certaine mesure, vulnérable, agit positivement sur le sentiment de confiance de ses employés. Le fait qu il existe un champion chargé de faire le lien entre la direction et les gestionnaires est également une pratique porteuse. Ce champion voit à impliquer tous les niveaux de l organisation dans le diagnostic organisationnel et, éventuellement, dans l élaboration d objectifs de gestion du savoir en lien avec les besoins d affaires spécifiques et stratégiques de l entreprise. En capitalisant sur les besoins perçus, il bâtit peu à peu les assises nécessaires à l adhésion des participants et a un effet sur la motivation des personnes. Des pratiques éprouvées Ceci accompli, les entreprises peuvent mettre en place des outils relationnels entre les différentes équipes de projets. Les communautés de pratiques, les leçons apprises et les récits apprenants par métiers sont les initiatives les plus souvent présentes dans les entreprises rencontrées. Certaines entreprises ont expérimenté avec succès des structures par projet décentralisées, où les personnes exerçant le même métier se côtoient quotidiennement même s ils ne travaillent pas au sein du même projet. En support à toutes ces initiatives, notre balisage nous confirme également qu il est important de donner une latitude au niveau du temps aux employés pour qu ils aient, en toute liberté, la possibilité d échanger et de partager leur savoir. Ainsi, les entreprises consultées ont intégré aux processus et pratiques des périodes de temps pour favoriser les retours d expériences et les rencontres des communautés de pratiques. Encore plus stratégique, une des organisations balisées mise sur l identification du savoir à transférer, puis identifie les personnes appropriées et favorise les échanges entre ces personnes au moment opportun. Enfin, les gestionnaires jouent un rôle de renforcement en priorisant les activités de partage du savoir de façon claire avec leur équipe. Tous droits réservés 13

14 Au niveau des activités de réseautage, les entreprises ont mis en place une panoplie d initiatives allant du symposium, à la conférence à la carte, en passant par les rencontresmidi de formation formelle et les panels de discussion avec des experts. L ensemble de ces activités ont pour effet de favoriser le décloisonnement du savoir entre les différentes fonctions ou les différents projets. Au niveau de l alignement des récompenses et de la reconnaissance sur les objectifs de la gestion du savoir, nous avons obtenu des résultats mitigés. Les entreprises rencontrées ont peu investi à ce chapitre car elles perçoivent que ces pratiques ont peu d impact sur le niveau de transfert. Toutefois, certaines entreprises ont mis en place différents incitatifs au niveau individuel et collectif. Cela nous amène à parler de la culture de partage. En fait, les organisations rencontrées misent sur le renforcement comportemental. Certaines firmes ont identifié dans leur profil de compétences jusqu à trois compétences relationnelles en lien avec la gestion du savoir, compétences faisant l objet d une évaluation de rendement périodique. D autres vont souligner les comportements non alignés sur les objectifs de la gestion du savoir de l entreprise. Enfin, les dirigeants reconnaissent qu il faut du temps pour que la culture de partage prenne racine et que des mois peuvent s écouler avant d obtenir des résultats tangibles sur le niveau de transfert souhaité. Conclusion Ne pas réinventer la roue, c est possible mais cela demande l engagement et la volonté ferme de l entreprise et de ses dirigeants de provoquer les changements nécessaires à l émergence d une culture de partage. Par ailleurs, avant de se lancer tous azimuts dans des initiatives de gestion du savoir, dont la mise en place d outils technologiques, il est impératif de s arrêter et de faire le point sur la situation, d amorcer un diagnostic organisationnel et des relations humaines afin de bien saisir les enjeux organisationnels, relationnels et individuels. Au cours de notre exercice de balisage nous avons expérimenté un outil d auto-évaluation permettant aux organisations de faire le point sur leur situation actuelle. Selon les Tous droits réservés 14

15 personnes qui se sont prêtées à cet exercice, le questionnaire a atteint son objectif. Basé sur le modèle théorique, il permet effectivement d identifier les leviers et, par la même occasion, les enjeux reliés au transfert de savoir dans l entreprise. Dans tout cet exercice, ce qui est le plus surprenant, c est le fait que la culture de partage, si nécessaire aux échanges de savoir entre les membres des équipes de projets, existe et se déploie dans les loisirs quotidiens des personnes qui travaillent au sein de l entreprise cliente. Le secteur du divertissement technologique est essentiellement composé de jeunes qui ont grandi dans l univers des logiciels libres. Les valeurs de partage, de non compétition, de confiance et d entraide, pour ne nommer que celles-ci, sont à la base de ces logiciels. Le défi de l entreprise serait-il d inciter ces jeunes à transposer ces valeurs à celles qui guident leur vie professionnelle? Bibliographie - Argyris, Chris (1991), Teaching Smart People how to Learn, Published in Harvard Business Review, May-June 1991, p.6-15, reprint # American Productivity & Quality Center (2003), Measuring the Impact of Knowledge Management. - APQC Publications (2004), Facilitated Transfer of best practices, Consortium learning Forum. - Ballay, Jean-François (2002), Tous manager du savoir, Édition d organisation, 430 pages. - Binz-Scharf, Maria Christina (2004), Exploration and exploitation: knowledge sharing in digital government projects, Proceedings of the 2004 annual national conference on Digital government research. - Birkinshaw J., Sheehan T. (2002), Managing the knowledge life cycle, MIT Sloan Management Review, Fall 2002, vol. 44, no 1. - Casciaro, T., Sousa Lobo, M. (2005), Competent Jerks, Lovable Fools, and the formation of Social Networks, Published in Harvard Business Review, June 2005, p.92-99, reprint # RO506E. - Collison, C., Parcell, G. (2001), Learning to Fly, Practical Lessons from one of the World s Leading Knowledge Companies, Capstone Publishing Limited, 220 pages. Tous droits réservés 15

16 - Conference Board of Canada, The Four Pillars of Learning Organizations, Chapter 6, p Conseil du Tresor du Canada, Étude sur les meilleures pratiques canadiennes en matière de gestion des risques, [En ligne] - Cross, R., Liedtka, J., Weiss, L. (2005), A Practical Guide to Social Networks, Harvard Business Review, March 2005, p Davenport, Thomas (1997), Knowledge Management case Study: Knowledge Management at Microsoft (www.itmweb.com/essay536.htm) - Davenport, T., Prusak L., (1998), Working knowledge, Harvard Business School Press, 199 pages. - DiGiTIP, Ministère de l Économie, des Finances et de l Industrie (2002), La gestion des connaissances dans l industrie. Un atout pour l innovation (SESSI), Les 4 pages des statistiques industrielles, N169, décembre de Fillippi, R.J., Arthur M.B. (1998), Paradox in Project-based Enterprise: The case of Film Making, California Management Review; Winter de Holan, P.M., Phillips, N., Laurence, T.B. (2004), Managing organizational forgetting, MIT, Sloan School of Management, Winter Disterer, Georg (2001), Individual and Social Barriers to Knowledge Transfer, Proceedings of the 34th Hawaii International Conference on System Sciences. - Ermin, J.L., Boughzala, I., Tounkara,T.(2006), Critical Knowledge map as a Decision tool for Knowledge Transfer Actions, Electronic Journal of Knowledge Management Vol. 4, Issue 2, pp [En ligne]: - Ermine, Jean-Louis, Parole d expert, [En ligne]: - Gaha, C., Mansour, N. (2004), Le Management des Connaissances: la structure et la stratégie des resources humaines comme leviers d exploitation et d exploration, Gestion, volume 29, numéro 2, été Goh, Swee C. (2002), Managing effective knowledge transfer: an integrative framework and some practice implications, Journal of Knowledge Management, Vol.6 #1, p Gordon, Jack (2005), Making Knowledge management work, Training; Aug Tous droits réservés 16

17 - Hackett, Brian (2000), Beyond Knowledge Management; new ways to work and learn, The Conference Board of Canada. - Hansen, Morten T.(2002), Knowledge networks: Explaining Effective Knowledge Sharing in Multiunit Companies, Organizational Science, Vol.13 NO.3, May-June 2002, p Harvard Business School Press (1998), Harvard Business Review on Knowledge Management, Various, 223 pages - Harvard Business School Press, (2001), Harvard Business Review on Organizational Learning, Various p , Joshi, K.D., Sarker, S., (2006) Examining the Roles of Knowledge, Source, Recipient, Relational and Situational Context on Knowledge Transfer among Face-to-Face ISD Teams, 39th Hawaii International Conference on System Sciences. - Katzy, B., Evaristo, R., Zigurs, I. (1999), Knowledge Management in Virtual Projects: A research Agenda, 33rd Hawaii International Conference on System Sciences-Volume 1. - Kettley, P., Hirsh, W., Learning from cross-functional teamwork, IES report Ladd, Darin A, Heminger, A.R. (2002), An Investigation of Organizational Culture Factor That May Influence Knowledge Transfer, Proceedings of the 36th Hawaii International Conference on System Sciences. - Lahti, R.K., Darr, E.D., Krebs, V.E. (2002), Developing the productivity of a Dynamiv Workforce: The Impact of Informal Knowledge Transfer, Journal of organizational excellence, Spring Le nouveau Petit Robert (1994), Dictionnaires Le Robert, 2467 pages. - Legendre, Renald (2005), Dictionnaire actuel de l éducation, 3 e édition, Guérin, éditeur ltée,1554 pages. - Leonard, Dorothy (1998), Wellsprings of Knowledge, Harvard Business School Press, p Leonard, D., Swap, W. septembre 2004, Deep Smarts, Harvard Business Review p Tous droits réservés 17

18 - Leonardi, Christine, GIBS MBA study discovers strong matrix structure chips away at knowledge sharing and integration, Gordon Institute of business Science, The GIBS Review [en ligne] April Levin, D.Z., Cross R., Abrams L.C. (2002), The Strength of weak ties you can trust: The Mediating Role of Trust in Effective Knowledge Transfer, Academy of Management Proceedings. - Levina, Natalia (1999), Knowledge and organizations Literature review, MIT, Sloan School of Management. - Mayer, R.C., Davis, J.H., Schoorman, F.D. (1995), An integration Model of organizational trust, 20: pp Mayer, Pamela S.(2000), The Human Side of Knowledge Management, An Annotated Bibliography, Center for Creative Leadership, 75 pages. - Malhorta, Yogesh (2005), Integrating knowledge management technologies in organizational business processes, Journal of Knowledge Management, Vol.9, NO.1, 2005, p Martin, Joseph E. (2005), Knowledge Management The Air Force Way Ahead, Graduate Research Report, Masters of Science in Management Information Systems, Bowie State University, Maryland in Europe, May McDermott, Richard (1999), Learning across team the role of community of practice in team organization, Knowledge management Review, May/June Mohamed, M.S., Stankosky, M. et Murray, A. (2004), Applying KM principles to enhance cross functional team performance, Journal of Knowledge Management Vol. 8 NO.3, p Nonaka, I., Takeuchi H.(1995), The Knowledge Creating Company, Oxford University Press, 284 pages. - Notes de cours, ADF-803, Management de la formation, 2005, Section 3, page O Dell, C., Grayson Jr., C. J. (1998), If we only knew what we know: The transfer of internal Knowledge and Best Practices, The Free Press, pages OECD Observer, The Significance of KM in the Business Sector, Policy brief,, July Patton, Susannah, Who knows who, and who knows what, [En ligne] Tous droits réservés 18

19 - Projet Management Institute(2004), Guide du corpus des connaissances en management de projet (Guide PMBOK), troisième édition. - Raymond, Eric S. (2000), The Cathedral and the Bazaar, ed. 3.0., 241 pages. - Sarker, Saonee (2002), Knowledge Transfer in Virtual Information Systems Development Teams : an Empirical Examination of Key Enablers, Proceedings of the 36th Hawaii International Conference on System Sciences. - Sarker, S., Sarker, S., Nicholson, D., Joshi, K. (2002), Knowledge Transfer in Virtual Information Systems Development Teams: an Empirical Examination of Key Enablers, Presented at IEEE Computer Society 36th Hawaii International Conference on System Sciences. - Senge, Peter (1990), La cinquième discipline, First Editions, 462 pages. - Skyrme, David J. (2002), The 3 C of knowledge sharing: Culture, co-opetitition and Commitment [En ligne] August Stamps, David (1997), Light camera light! Project management, Training, Jan. 1997, p Stewart, Thomas (2001), The Wealth of Knowledge: Intellectual Capital and the twenty first century Organization, Doubleday - Stewart, Thomas (1997), Intellectual Capital: The new wealth of Organization, Doubleday, MIT Sloan, summaries of chapters Sveiby, K.-E., Simons, R.(2002), Collaborative Climate and effectiveness of knowledge work, Journal of Knowledge Management, Volume 6 No.5, 2002, pp Tardif et Meirieu (1996), Stratégie pour favoriser le transfert des connaissances. [En ligne] - Statistique Canada, OECD), Are we managing our Knowledge?, Science, Innovation and Electronic Information Division, April Szulanski, Gabriel (1996), Unpacking stickiness: an empirical investigation of the barriers to transfer best practice inside the firm, Strategic management journal, p Szulanski, G., Winter, S.G., Cappetta, R., Van den Bulte, C. (2002), Opening the Black Box of Knowledge Transfer: The role of Replication Accuracy, January 10, Tous droits réservés 19

20 - Zack, Michael H. (2003), Rethinking the knowledge-based organization, MIT Sloan, Management Review, summer Tous droits réservés 20

Le transfert des connaissances le point de vue de la gestion des connaissances

Le transfert des connaissances le point de vue de la gestion des connaissances Institut d administration publique de Québec Conférence Le transfert des connaissances le point de vue de la gestion des connaissances Réal Jacob, professeur titulaire, HEC Montréal Directeur scientifique

Plus en détail

TRANSMETTRE LES SAVOIRS

TRANSMETTRE LES SAVOIRS TRANSMETTRE LES SAVOIRS EN ENTREPRISE GUIDE PRATIQUE Jean-François Roussel, professeur, Université de Sherbrooke Nancy Lauzon, professeure, Université de Sherbrooke Claudie Solar, professeure honoraire

Plus en détail

Nous désirons tout mettre en œuvre pour découvrir le travail d enseignant et surtout, améliorer nos

Nous désirons tout mettre en œuvre pour découvrir le travail d enseignant et surtout, améliorer nos L A P P R E N T I S S A G E E N P R O F O N D E U R Présenté par : Michael Lafontaine, CGA, M. Fisc. Bruce Lagrange, CA, M. Sc. Patricia Michaud, CA, MBA Francis Belzile, CA, M. Fisc. Janie Bérubé, CA,

Plus en détail

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel

Actes du 24 e colloque de l Adméé-Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel EN QUOI LES DONNÉES LONGITUDINALES PERMETTENT-ELLES DE MIEUX ÉVALUER LES RETOURS SUR LES INVESTISSEMENTS EN FORMATION AU SEIN DES ORGANISATIONS? Amélie Bernier * * TÉLUQ (Université du Québec), bernier.amelie@teluq.ca

Plus en détail

Pourquoi le Knowledge Management? La classification des connaissances. Qu est-ce que le Knowledge Management?

Pourquoi le Knowledge Management? La classification des connaissances. Qu est-ce que le Knowledge Management? LA GESTION DES CONNAISSANCES Pourquoi le Knowledge Management? Quelques définitions La classification des connaissances Qu est-ce que le Knowledge Management? Le processus de création de connaissances

Plus en détail

INF 786 Gestion du changement dans un contexte TI Trimestre : Automne 2015 Enseignants : Christine Beaulieu et Pierre-Martin Tardif

INF 786 Gestion du changement dans un contexte TI Trimestre : Automne 2015 Enseignants : Christine Beaulieu et Pierre-Martin Tardif Faculté des sciences Centre de formation en technologies de l information Cours : INF 786 Gestion du changement dans un contexte TI Trimestre : Automne 2015 Enseignants : Christine Beaulieu et Pierre-Martin

Plus en détail

ADM-9934 THÉORIES ET RECHERCHE EN GESTION DE PROJET

ADM-9934 THÉORIES ET RECHERCHE EN GESTION DE PROJET ADM-9934 THÉORIES ET RECHERCHE EN GESTION DE PROJET Session d hiver 2013 Professeur : Brian Hobbs hobbs.brian@uqam.ca LA RECHERCHE EN GESTION DE PROJET : La gestion de projet est un champs multidisciplinaire

Plus en détail

Technical Capability in SANRAL. Les compétences et capacités techniques du SANRAL. Solutions. Les solutions

Technical Capability in SANRAL. Les compétences et capacités techniques du SANRAL. Solutions. Les solutions Technical Capability in SANRAL Les compétences et capacités techniques du SANRAL Solutions Les solutions 2 3 2007 SANRAL 2007 SANRAL Continuous change Integrated, systemic solutions Global focus Multiple

Plus en détail

CONTENU DES SÉMINAIRES HEC MONTRÉAL

CONTENU DES SÉMINAIRES HEC MONTRÉAL CONTENU DES SÉMINAIRES HEC MONTRÉAL Programme de formation des professionnels, cadres et dirigeants année 2015 Partenariat Et L Ordre National des Médecins du Sénégal Organisé par : Le Cabinet AOB Consulting,

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A.

L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A. L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A. Consultante, 10 mai 2012, ginettebegin10@videotron.ca 1 Intention de l 'atelier: Susciter la réflexion

Plus en détail

ANNEXE 3 : Liste partielle des outils de gestion disponibles

ANNEXE 3 : Liste partielle des outils de gestion disponibles ANNEXE 3 : Liste partielle des outils de gestion disponibles Sont identifiés ici un certain nombre d outils de gestion en vigueur dans la profession. Ces outils peuvent servir les objectifs de la présente

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

Sommaire Canada Rapport annuel de l École de la

Sommaire Canada Rapport annuel de l École de la Volume 5, numéro 2 mars 2012 Sommaire Canada Rapport annuel de l École de la fonction publique International Le meilleur think tank en 2011 : le Brookings Institution International Les défis pratiques

Plus en détail

Le rôle du gestionnaire dans la gestion du changement

Le rôle du gestionnaire dans la gestion du changement Le rôle du gestionnaire dans la gestion du changement Nathalie Lemieux, M.Sc. HEC Montréal Étudiante programme DBA, Université de Sherbrooke 1 Le 11 mars 2003 Plan de la présentation 1. Introduction 2.

Plus en détail

L ANIMATION D UNE COMMUNAUTÉ DE PRATIQUE : UNE COMPÉTENCE INCONTOURNABLE AU COURTAGE DE CONNAISSANCES

L ANIMATION D UNE COMMUNAUTÉ DE PRATIQUE : UNE COMPÉTENCE INCONTOURNABLE AU COURTAGE DE CONNAISSANCES L ANIMATION D UNE COMMUNAUTÉ DE PRATIQUE : UNE COMPÉTENCE INCONTOURNABLE AU COURTAGE DE CONNAISSANCES JUILLET 2010 2 TABLE DES MATIÈRES 1. DÉFINITION ET OBJECTIFS D UNE COMMUNAUTÉ DE PRATIQUE...3 2. FORMES

Plus en détail

Le coaching : mode passagère ou stratégie de développement durable?

Le coaching : mode passagère ou stratégie de développement durable? Le coaching : mode passagère ou stratégie de développement durable? Psychologie Québec a demandé à M me Jacqueline Codsi, psychologue à la Banque Nationale, de répondre aux questions le plus fréquemment

Plus en détail

ÉVALUATION DES FORMATIONS

ÉVALUATION DES FORMATIONS ÉVALUATION DES FORMATIONS SUIVIES PAR LES GESTIONNAIRES DES ÉTABLISSEMENTS DE SANTÉ DE LA RÉGION DE CHAUDIÈRE-APPALACHES EN GESTION DU CHANGEMENT, GESTION DE PROJET ET EN LEAN MANAGEMENT Suzanne Pelletier,

Plus en détail

CPE La Grande Ourse, Intégration d enfants à besoins particuliers, 2006. Révisée par l administration provisoire, Avril 2011.

CPE La Grande Ourse, Intégration d enfants à besoins particuliers, 2006. Révisée par l administration provisoire, Avril 2011. POLITIQUE D INTÉGRATION DES ENFANTS AVEC DES BESOINS PARTICULIERS OU HANDICAPÉS CENTRE DE LA PETITE ENFANCE LA GRANDE OURSE INTÉGRATION D ENFANTS À BESOINS PARTICULIERS Le centre de la petite enfance La

Plus en détail

RÉFÉRENCE BIBLIOGRAPHIE. RÉFÉRENCE n 495

RÉFÉRENCE BIBLIOGRAPHIE. RÉFÉRENCE n 495 RÉFÉRENCE BIBLIOGRAPHIE 1. Benefiel, Margaret. The Soul of a Leader: Finding Your Path to Fulfillment and Success. (L âme d un leader : trouver votre voie vers l épanouissement et le succès). New York:

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

Gérer en mode transversal

Gérer en mode transversal Gérer en mode transversal Complément d information Table ronde colloque CII-CIR OIIQ Réal Jacob, HEC Montréal 7 mai 2014 http://expertise.hec.ca/pole_sante FORMA TION ( Diplômante et non diplômante ) Microprogramme,

Plus en détail

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance

Mis à jour : Décembre 2007. Catherine VOYNNET FOURBOUL. La confiance Mis à jour : Catherine VOYNNET FOURBOUL Décembre 2007 La confiance Bibliographie Ouvrages : A. Duluc(2000),Leadership et confiance, édition DUNOD Revue : Lewicki R. J. et Bunker B. B. (1995), Trust in

Plus en détail

Academic Publications

Academic Publications Education Laurent Bourgeon Teaching Associate Professor, Department Academic Director : " Operational Program" and " International Operational Program" (Executive Education) Doctorat en Sciences de Gestion

Plus en détail

Le Plan d action gouvernemental (PAG) 2006 2012 : leçons apprises de l'évaluation

Le Plan d action gouvernemental (PAG) 2006 2012 : leçons apprises de l'évaluation Cette présentation a été effectuée le 25 novembre 2013, au cours de la demi-journée «Évaluer les initiatives en promotion de saines habitudes de vie» dans le cadre des 17es Journées annuelles de santé

Plus en détail

Partie II: GRH et Management Organisationnel

Partie II: GRH et Management Organisationnel Partie II: GRH et Management Organisationnel 1 Il y a des managers : Directifs / Participatifs / Laxistes Temps 1 Participatif Autoritaire Laissezfaire Entretien 40% 31 29 In situ 33% 34 31 Temps 2 après

Plus en détail

Mettre en place une démarche de gestion des connaissances en entreprise

Mettre en place une démarche de gestion des connaissances en entreprise Mettre en place une démarche de gestion des connaissances en entreprise Sommaire Introduction... 1 1. La gestion des connaissances dans l entreprise... 1 2. La démarche... 2 2.1. Capitalisation des connaissances...

Plus en détail

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise Business Continuity Convention Tunis 27 Novembre 2012 Sommaire Sections 1 Ernst & Young : Qui sommes-nous? 2 Stratégie IT : au cœur des enjeux de l entreprise

Plus en détail

Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de l UNIL. > 26 mars 2012 <

Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de l UNIL. > 26 mars 2012 < Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de l UNIL > 26 mars 2012 < Table des matières Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de

Plus en détail

Marc Garneau, Acfas 2014 Lise Corriveau, Marc Garneau et Nancy Lauzon, professeurs, AIPU 2012 Gestion de l éducation et de la formation

Marc Garneau, Acfas 2014 Lise Corriveau, Marc Garneau et Nancy Lauzon, professeurs, AIPU 2012 Gestion de l éducation et de la formation Marc Garneau, Acfas 2014 Lise Corriveau, Marc Garneau et Nancy Lauzon, professeurs, AIPU 2012 Gestion de l éducation et de la formation 1 Plan de la communication Contexte et problématique de la recherche

Plus en détail

Concevoir des services technologiques adaptés aux besoins d une communauté d enseignants universitaires

Concevoir des services technologiques adaptés aux besoins d une communauté d enseignants universitaires Concevoir des services technologiques adaptés aux besoins d une Platteaux Hervé et Moura Ana Centre de Didactique Universitaire, Université de Fribourg Centre de Didactique Universitaire - Université de

Plus en détail

Liens entre communication. environnementale et performance. d entreprise : l implication des doctorants HEC

Liens entre communication. environnementale et performance. d entreprise : l implication des doctorants HEC Liens entre communication environnementale et performance d entreprise : l implication des doctorants HEC Plusieurs doctorants travaillent sur les thématiques reliées à la Chaire. Rodolophe Durand supervise

Plus en détail

Notre Approche. Le concept de projet. Les 4 Pas. 4. Nous Evaluons et Améliorons. 3. Nous Exécutons. 2. Nous Concevons. 1. Nous Analysons.

Notre Approche. Le concept de projet. Les 4 Pas. 4. Nous Evaluons et Améliorons. 3. Nous Exécutons. 2. Nous Concevons. 1. Nous Analysons. Notre Approche Les solutions de développement de Managers Studio sont basées sur deux principes: Le concept de projet "L apprentissage doit constituer une expérience réelle et interactive, un projet de

Plus en détail

Présenter le rôle renouvelé des bibliothécaires fédéraux au sein de l environnement de gestion de l information du gouvernement du Canada

Présenter le rôle renouvelé des bibliothécaires fédéraux au sein de l environnement de gestion de l information du gouvernement du Canada Bibliothécaires et services de bibliothèque : Outils stratégiques pour la prestation de services au sein de l environnement de la Gestion de l information Donald Bidd, président Projet de renouveau de

Plus en détail

Innovation et partage des connaissances

Innovation et partage des connaissances D O S S I E R Innovation et partage des connaissances sous la direction de Pascal Corbel Gilda Simoni D O S S I E R PASCAL CORBEL Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines, Larequoi GILDA SIMONI

Plus en détail

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Caroline Bourque

Compte rendu. Ouvrage recensé : par Caroline Bourque Compte rendu Ouvrage recensé : Potvin, C., Power, T.M. et Ronchi, A. (dir.) (2014). La formation en ligne : les conseillers et ingénieurs pédagogiques. 20 études de cas. Laval : Presses de l Université

Plus en détail

Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal

Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal Vincent Arseneau, M.A.P. Chef de la formation au SPVM vincent.arseneau@spcum.qc.ca RÉSUMÉ Ce texte rend compte d une expérience

Plus en détail

ENAP internationale RÉPERTOIRE DES FORMATIONS 2016. www.international.enap.ca

ENAP internationale RÉPERTOIRE DES FORMATIONS 2016. www.international.enap.ca ENAP internationale RÉPERTOIRE DES FORMATIONS 2016 www.international.enap.ca Programme international en gestion stratégique de projet de développement 16 mai au 3 juin 2016 Budgétisation axée sur les résultats

Plus en détail

Structure des organisations

Structure des organisations Structure des organisations 1. ] Introduction 2.] Définition 3] Éléments constitutifs : les unités de décision la coordination 4] Éléments d analyse 5] Le contexte structurel 6] Bibliographie Structure

Plus en détail

Integrated Music Education: Challenges for Teaching and Teacher Training Presentation of a Book Project

Integrated Music Education: Challenges for Teaching and Teacher Training Presentation of a Book Project Integrated Music Education: Challenges for Teaching and Teacher Training Presentation of a Book Project L enseignement intégré de la musique: Un défi pour l enseignement et la formation des enseignants

Plus en détail

147788-LLP IT-ECVET N.E.T.WORK

147788-LLP IT-ECVET N.E.T.WORK ECVET system for No borders in tourism hospitality European Training and Work N.E.T.WORK 147788--1-IT-ECVET Units of learning outcomes What methods have you used? Le projet a pris en compte, à l avance

Plus en détail

DOSSIERS PÉDAGOGIQUES

DOSSIERS PÉDAGOGIQUES DOSSIERS PÉDAGOGIQUES Les dossiers pédagogiques comprennent des outils pour faciliter la tâche d enseignement d un professeur. 1. PLANIFICATION PÉDAGOGIQUE Yvon Brunet, inf., M. Éd. Ce dossier pédagogique

Plus en détail

Gestion industrielle alternance études/stages

Gestion industrielle alternance études/stages Gestion industrielle alternance études/stages EJN18 Objectifs du programme Former des individus aptes à agir en tant que superviseur de la production ou contremaître ou technicien en gestion industrielle.

Plus en détail

Change Saturation: Have You Reached It and How to Manage It APEX Symposium

Change Saturation: Have You Reached It and How to Manage It APEX Symposium Change Saturation: Have You Reached It and How to Manage It APEX Symposium Presented by Pierre Rochon Senior Advisor for Executives APEX Objectifs de la séance 1. Comprendre en quoi consiste la saturation

Plus en détail

Marcel Lebrun. Les TICE, valeur ajoutée et métamorphose de la pédagogie

Marcel Lebrun. Les TICE, valeur ajoutée et métamorphose de la pédagogie Marcel Lebrun Les TICE, valeur ajoutée et métamorphose de la pédagogie Votre «cours» en ligne sur une plate-forme? Marcel Lebrun Institut de pédagogie universitaire et des multimédias (IPM) lebrun@ipm.ucl.ac.be

Plus en détail

Jean-Louis Denis, ENAP Ann Langley, HEC Montréal Viviane Sergi, HEC Montréal. Deux têtes valent mieux qu une (Natalie Holland)

Jean-Louis Denis, ENAP Ann Langley, HEC Montréal Viviane Sergi, HEC Montréal. Deux têtes valent mieux qu une (Natalie Holland) LES FORMES PLURIELLES DE LEADERSHIP Implications pour les organisations pluralistes Jean-Louis Denis, ENAP Ann Langley, HEC Montréal Viviane Sergi, HEC Montréal Deux têtes valent mieux qu une (Natalie

Plus en détail

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures!

Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant. Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Sous le signe de l engagement pour un Québec apprenant Suivi de la démarche de consultation et de l événement 24 heures! Adopté à l assemblée annuelle des membres Le 10 octobre 2013 La version finale,

Plus en détail

Le développement du leadership à travers le coaching par les pairs. CoachingOurselves

Le développement du leadership à travers le coaching par les pairs. CoachingOurselves Le développement du leadership à travers le coaching par les pairs Par : Phil LeNir phil@coachingourselves.com CoachingOurselves Copyright CoachingOurselves International Inc., 2014 Mckinsey Quarterly

Plus en détail

Méthodologie : Conduite du Changement et Anticipations des Usages

Méthodologie : Conduite du Changement et Anticipations des Usages Méthodologie : Conduite du Changement et Anticipations La conduite du changement et l anticipation des usages reposent avant tout sur la rencontre de trois objectifs primaires : l adhésion, la transformation

Plus en détail

X- Accompagner, soutenir, valoriser les enseignants

X- Accompagner, soutenir, valoriser les enseignants 210 X- Accompagner, soutenir, valoriser les enseignants X-1 Le leadership des directeurs d écoles et chefs d établissement X-1-1 Les chefs d établissement, garants d un climat de réussite Si une nouvelle

Plus en détail

Multilinguisme et employabilité

Multilinguisme et employabilité Multilinguisme et employabilité Un inventaire des ressources dans la région de Québec Annie Pilote INRS-UCS Plan de la présentation Objectifs de l enquête Démarche méthodologique Inventaire des ressources

Plus en détail

Kym Salameh, M.Sc. Février 2012

Kym Salameh, M.Sc. Février 2012 Kym Salameh, M.Sc. Février 2012 Tous droits réservés -2012 Thèmes Définition Quelques raisons pour changer Quelques faits intéressants Le cycle de vie de la gestion du changement La pratique de la GC pour

Plus en détail

Cadre théorique de la gestion des risques. Des principes à l application. 8 novembre 2012, Suzanne Bisaillon

Cadre théorique de la gestion des risques. Des principes à l application. 8 novembre 2012, Suzanne Bisaillon Cadre théorique de la gestion des risques Des principes à l application 8 novembre 2012, Suzanne Bisaillon Bonjour Structure de la présentation Cadre théorique ou plutôt les cadres et les principes Application

Plus en détail

LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION & LA CAPITALISATION DES COMPETENCES INTERNES DE L ENTREPRISE

LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION & LA CAPITALISATION DES COMPETENCES INTERNES DE L ENTREPRISE LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION & LA CAPITALISATION DES COMPETENCES INTERNES DE L ENTREPRISE Mohellebi Dalila Université de Tizi Ouzou, Algérie mohellbi@hotmail.com tel.

Plus en détail

L'anglais intensif pour tous au primaire. École Le Ruisselet 2012-2013

L'anglais intensif pour tous au primaire. École Le Ruisselet 2012-2013 L'anglais intensif pour tous au primaire École Le Ruisselet 2012-2013 2013 Historique Depuis plusieurs années les parents de l école Le Ruisselet réclamaient un programme d enseignement intensif de l anglais

Plus en détail

Analyse des pratiques d évaluation de la formation et de son rendement dans des entreprises performantes

Analyse des pratiques d évaluation de la formation et de son rendement dans des entreprises performantes Analyse des pratiques d évaluation de la formation et de son rendement dans des entreprises performantes L ENTREPRISE CG-1 Alain Dunberry Maryse Larivière CIRDEP Table des matières Résumé... 2 1. Le portrait

Plus en détail

Z Animateurs de processus

Z Animateurs de processus FORMATION des Z Animateurs de processus 16 jours pour développer votre posture et acquérir les outils nécessaires à l animation agile de groupe Intervenants certifiés : AT, MBTI, Méthodes Agiles P I E

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

Une étude de cas «Management des connaissances»

Une étude de cas «Management des connaissances» Une étude de cas, la mise en place d'un projet capitalisation de connaissances et de compétences, page 1/9 Une étude de cas «Management des connaissances» John Gaynard Systèmes et Ressources sarl (Syre

Plus en détail

Plan de cours. Cours du programme préalables au cours INF-764: «Gestion de projet» - INF-754

Plan de cours. Cours du programme préalables au cours INF-764: «Gestion de projet» - INF-754 Faculté des sciences Centre de formation en technologies de l information Plan de cours Cours : INF 764 Gestion de projet avancé en TI Trimestre : Hiver 2015 Professeur : Martin Raymond 1. Mise en contexte

Plus en détail

MODÈLES ET ENJEUX DU PARTENARIAT MÉDICO-ADMINISTRATIF : ÉTAT DES CONNAISSANCES

MODÈLES ET ENJEUX DU PARTENARIAT MÉDICO-ADMINISTRATIF : ÉTAT DES CONNAISSANCES MODÈLES ET ENJEUX DU PARTENARIAT MÉDICO-ADMINISTRATIF : ÉTAT DES CONNAISSANCES Sommaire exécutif Février 2012 AVANT-PROPOS En 2012, l Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux

Plus en détail

Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs

Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs Conférence nationale de PGBC Dossier pour documents justificatifs Le conseil d administration de PGBC remercie sincèrement les affiliés provinciaux d accueillir chaque année la conférence nationale. La

Plus en détail

LISTE DES FORMATIONS. Mai 2015

LISTE DES FORMATIONS. Mai 2015 Gestion de projet Analyse d affaires Formation Évaluation de performance +1.514.826.5534 info@lcgsolution.com www.lcgsolution.com LCG Solution se distingue par la qualité du matériel de formation, la qualité

Plus en détail

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung

L'Autonomie des Jeunes en question. Youg People's autonomy / Junge leute autonomie. Contact / Contact / Berührung Ján Figel Commissaire européen en charge de l Education, de la Formation, de la Culture et du Multilinguisme Bruxelles p. 2 L'Autonomie des Jeunes en question Youg People's autonomy / Junge leute autonomie

Plus en détail

Exercer les aptitudes cognitives pour combler le fossé des aptitudes cognitives dans l utilisation de la technologie numérique

Exercer les aptitudes cognitives pour combler le fossé des aptitudes cognitives dans l utilisation de la technologie numérique ! Exercer les aptitudes cognitives pour combler le fossé des aptitudes cognitives dans l utilisation de la technologie France Boutin, Ph.D., UQAM et Chris Chinien, Ph.D., Compétences R & D Le microprocesseur

Plus en détail

TEAM-BUILDING. Vers une culture de performance

TEAM-BUILDING. Vers une culture de performance TEAM-BUILDING Vers une culture de performance OBJECTIFS Définition commune de «Team-building» Définition de «Team-building» appliquée à une Business Unit Pratiques permettant d établir une structure au

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la gouvernance ministérielle Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 27 juin 2012 Table des matières Sommaire... i Énoncé d assurance...iii

Plus en détail

Viser une démarche de recherche organisée

Viser une démarche de recherche organisée Etat de l art sur les travaux portant sur les audits en Management des connaissances Ecole Centrale Paris Le 2 décembre 2009 Audit KM - Rapport intermédaire d'avancement 1 Viser une démarche de recherche

Plus en détail

TLQ360: LE QUESTIONNAIRE SUR LE LEADERSHIP TRANSFORMATIONNEL. d administration

TLQ360: LE QUESTIONNAIRE SUR LE LEADERSHIP TRANSFORMATIONNEL. d administration TLQ360: LE QUESTIONNAIRE SUR LE LEADERSHIP TRANSFORMATIONNEL Chaire La Capitale en leadership dans le secteur public École nationale d administration publique INTRODUCTION: ORIGINE ET DESCRIPTION DU TLQ

Plus en détail

http://web.utk.edu/~start6/knowles/malcolm_knowles.html

http://web.utk.edu/~start6/knowles/malcolm_knowles.html http://web.utk.edu/~start6/knowles/malcolm_knowles.html GRANDS PÉDAGOGUES Aujourd hui Aujourd hui Aujourd hui 1952 1966 1987 1997 2002 1997 1940 1949 1896 1902 1913 1915 1919 1921 1859 SOMMAIRE Biographie

Plus en détail

Objectifs de la présentation

Objectifs de la présentation Objectifs de la présentation Stimuler la réflexion des gestionnaires et des intervenants du secteur de la santé, autour de la problématique et des défis du suivi post formation Partager l expérience du

Plus en détail

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Daniel Held et Jean-Marc Riss : Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Paru dans : Employeur Suisse, no 13, 1998 Les changements de plus en plus importants et rapides

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

d évaluation des programmes de recherche en sciences sociales

d évaluation des programmes de recherche en sciences sociales Cadre d analyse et méthodologie d évaluation des programmes de recherche en sciences sociales Présentation préparée par Kaddour Mehiriz, agent de recherche et tdoctorant t Marie Paumier, agente de recherche

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL

PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL PROGRAMME DE FORMATION DES GESTIONNAIRES DE L UNIVERSITÉ LAVAL Contenu VOUS TROUVEREZ DANS CE DOCUMENT Contexte Personnel visé Admissibilité au programme Orientation du programme Compétences clés de gestion

Plus en détail

Synthèse de la recherche L APPRENTISSAGE EN MANAGEMENT DE PROJET. par. Maryse Bilodeau Marie-Lou Labissière Patrick Schumann

Synthèse de la recherche L APPRENTISSAGE EN MANAGEMENT DE PROJET. par. Maryse Bilodeau Marie-Lou Labissière Patrick Schumann Synthèse de la recherche L APPRENTISSAGE EN MANAGEMENT DE PROJET par Maryse Bilodeau Marie-Lou Labissière Patrick Schumann Dans le cadre du séminaire international Maîtrise en gestion de la formation Sous

Plus en détail

Comprehensive study on Internet related issues / Étude détaillée sur les questions relatives à l Internet. November/Novembre 2014

Comprehensive study on Internet related issues / Étude détaillée sur les questions relatives à l Internet. November/Novembre 2014 Comprehensive study on Internet related issues / November/Novembre 2014 Étude détaillée sur les questions relatives à l Internet 1 Study scope / Domaines de l'étude 1. Access to Information and Knowledge

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Le jeu du Tao en entreprise

Le jeu du Tao en entreprise avec nous, créez du nous Le jeu du Tao en entreprise Expérimenter des relations interpersonnelles différentes dans un processus ludique Adopter collectivement des comportements coopératifs utiles au succès

Plus en détail

Ministère de la Sécurité publique

Ministère de la Sécurité publique 4 Ministère de la Sécurité publique 1 LA GESTION DES RISQUES : UNE DISCIPLINE QUI S IMPOSE La gestion des risques est aujourd hui utilisée dans de nombreux domaines où les risques représentent une préoccupation

Plus en détail

GESTION DE PROJETS UNE GESTION DE PROJETS EFFICACE OFFRE UN POTENTIEL DE GAINS IMPORTANTS

GESTION DE PROJETS UNE GESTION DE PROJETS EFFICACE OFFRE UN POTENTIEL DE GAINS IMPORTANTS GESTION DE PROJETS UNE GESTION DE PROJETS EFFICACE OFFRE UN POTENTIEL DE GAINS IMPORTANTS GESTION PERFORMANCE GESTION PROJETS GESTION RESSOURCES HUMAINES GESTION PErFOrMANCE gestion projets GESTION ressources

Plus en détail

L art de cultiver des savoirs des expériences des compétences et des talents CALENDRIER

L art de cultiver des savoirs des expériences des compétences et des talents CALENDRIER Centre d expertise des gestionnaires Programme de formation des gestionnaires des établissements de santé et de services sociaux de la Région de la Capitale-Nationale CALENDRIER 2014 2015 L art de cultiver

Plus en détail

La gestion des connaissances chez Schlumberger

La gestion des connaissances chez Schlumberger La gestion des connaissances chez Schlumberger Louis-Pierre Guillaume Documentation Manager Schlumberger Oilfield Services Information Technology 25 octobre 2001 ANVIE La gestion de connaissances chez

Plus en détail

La Communauté de Pratique Virtuelle comme modèle pour l apprentissage dans les Cultures Collectivistes

La Communauté de Pratique Virtuelle comme modèle pour l apprentissage dans les Cultures Collectivistes La Communauté de Pratique Virtuelle comme modèle pour l apprentissage dans les Cultures Collectivistes CS7035 Pédagogie pour l Amélioration de l Apprentissage grâce à la Technologie 11/19/2009 Par : Niamh

Plus en détail

Indicateurs et tableaux de bord

Indicateurs et tableaux de bord Indicateurs et tableaux de bord Fiche 19 Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards). 1. Définition. Les tableaux de bord prospectifs (balanced scorecards) ont été conçus initialement par Robert

Plus en détail

Entreprises en milieu rural et gouvernance

Entreprises en milieu rural et gouvernance Mario Carrier, professeur et directeur Chaire Desjardins en développement des petites collectivités UQAT Introduction Face à la dévitalisation d un grand nombre de collectivités rurales québécoises au

Plus en détail

Ce que la recherche nous apprend sur les bureaux de projet (BdP)

Ce que la recherche nous apprend sur les bureaux de projet (BdP) Ce que la recherche nous apprend sur les bureaux de projet (BdP) Monique Aubry et Brian Hobbs Conférence de la Chaire Le 23 avril 2009 Agenda 2 Introduction 1. Les caractéristiques d un Bureau de projet

Plus en détail

INVESTIR POUR L AVENIR

INVESTIR POUR L AVENIR Employers in Education THE EUROPEAN FEDERATION OF EDUCATION EMPLOYERS INVESTIR POUR L AVENIR Déclaration conjointe sur l éducation, la formation et la recherche La présente déclaration conjointe a pour

Plus en détail

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well

Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com. Feel Well Work Well Wellness Management 66 Avenue des Champs-Elysées 75008 - PARIS www.wellness-management.com contact@wellness-management.com Feel Well Work Well POUR MIEUX TRAVAILLER ensemble LE CAPITAL HUMAIN RESTE LA

Plus en détail

Faculté des sciences de l éducation Département d administration et fondements de l éducation

Faculté des sciences de l éducation Département d administration et fondements de l éducation Faculté des sciences de l éducation Département d administration et fondements de l éducation Influence du caractère collaboratif et négocié d un projet de formation continue de directions d établissement

Plus en détail

Gestion de l information

Gestion de l information MODELE LOGIQUE DE CONSTRUCTION DES TABLEAUX DE BORD DEMARCHES PROSPECTIVES Tableau de Bord de la Performance Point «académique» sur l alignement des objectifs opérationnels et stratégiques Les démarches

Plus en détail

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles

Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles Les processus de sélection et de surveillance des gestionnaires des portefeuilles de NEI : Un engagement envers la gestion exceptionnelle de nos portefeuilles LES FONDS COMMUNS VUS DIFFÉREMMENT..888.809.

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

Projet d Appui au Renforcement des capacités En gestion de la santé en Haïti

Projet d Appui au Renforcement des capacités En gestion de la santé en Haïti Projet d Appui au Renforcement des capacités En gestion de la santé en Haïti Programme DESS-MGSS-HAITI Module : Gestion des ressources humaines Du 30 janvier au 4 février 2012 Plan de Cours Professeur

Plus en détail

Identifier les besoins en DPC par l évaluation de la collaboration

Identifier les besoins en DPC par l évaluation de la collaboration Identifier les besoins en DPC par l évaluation de la collaboration Marie-Dominique Beaulieu, MD Chaire docteur Sadok Besrour en médecine m familiale Département de médecine m familiale Université de Montréal

Plus en détail

Technologies et Knowledge Management. Knowledge Management. Panorama des technologies. Gilles Balmisse. Journée EGIDE - 4 mars 2003 1

Technologies et Knowledge Management. Knowledge Management. Panorama des technologies. Gilles Balmisse. Journée EGIDE - 4 mars 2003 1 Journée EGIDE - 4 mars 2003 1 Knowledge Management Panorama des technologies Journée EGIDE - 4 mars 2003 2 AU SOMMAIRE Introduction PARTIE 1 Panorama des technologies PARTIE 2 Portail de KM Conclusion

Plus en détail

VERS L EXCELLENCE PÉDAGOGIQUE EN GESTION QUEL CHEMINEMENT ET À QUELLES CONDITIONS?

VERS L EXCELLENCE PÉDAGOGIQUE EN GESTION QUEL CHEMINEMENT ET À QUELLES CONDITIONS? VERS L EXCELLENCE PÉDAGOGIQUE EN GESTION QUEL CHEMINEMENT ET À QUELLES CONDITIONS? Claire BÉLANGER Conseillère en pédagogie universitaire UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL 2010 Claire Bélanger 24 août 2010 HEC Programmes

Plus en détail

CONCLUSIONS DU FORUM DES JEUNES

CONCLUSIONS DU FORUM DES JEUNES 38 e session, Paris 2015 38 C 38 C/19 1 er novembre 2015 Original anglais Point 4.5 de l ordre du jour provisoire CONCLUSIONS DU FORUM DES JEUNES Du 26 au 28 octobre 2015, environ 500 jeunes femmes et

Plus en détail

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6

Objectif : Programme: Projet coordonné par l Office International de l Eau. Evènement labellisé World Water Forum 6 Atelier WaterDiss2.0: Valoriser les résultats de la recherche sur l'eau comme catalyseur de l'innovation. Paris, Pollutec, 1 er Décembre 2011 De 14h à 17h Salle 617 Objectif : L'objectif du projet WaterDiss2.0

Plus en détail

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon

The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon The potential of the building sector in sustainable and lowcarbon strategies Arab Hoballah, UNEP SUSTAINABLE AND COMPETITIVE HOTELS THROUGH ENERGY INNOVATION - NEZEH 2015 L'INNOVATION ÉNERGÉTIQUE AU SERVICE

Plus en détail