Le rôle des emigrés dans les villes touristiques: L'exemple du Nord-Ouest tunisien *

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le rôle des emigrés dans les villes touristiques: L'exemple du Nord-Ouest tunisien *"

Transcription

1 Le rôle des emigrés dans les villes touristiques: L'exemple du Nord-Ouest tunisien * 0) Introduction (Andreas Kagermeier, Université de Paderborn, R.F.A.) Au cours des années 80, deux nouveaux centres touristiques ont vu le jour en Tunisie ; outre la volonté de continuer à développer la capacité d accueil du pays, ces deux créations visaient aussi le développement économique des régions périphériques par le biais de l activité touristique. Il s agit ici des régions de Touzeur dans le Sud pré-saharien et de Tabarka dans l'extrême Nord-Ouest tunisien (cf. fig. 1). Or, souvent, les régions périphériques des pays maghrébins correspondent, en même temps, à d importants foyers de la migration internationale du travail. Les transferts de capitaux, ainsi que les investissements de ces émigrés dans leurs régions d origine peuvent jouer un important rôle dans le développement de l économie régionale. A travers l exemple de Tabarka nous tenterons de voir comment les émigrés réagissent aux efforts de l Etat visant à intégrer ces régions sur le marché touristique. Ces impulsions représentent un nouveau champ d action pour les investissements des acteurs locaux et régionaux. Algérie Tabarka Jendouba Le Kef Siliana Tozeur Béja km Kasserine Gafsa Kébili Bizerte Tunis Hammamet ZaghouanNabeul Kairouan Sidi Bouzid Gabes Sousse Monastir Mahdia Sfax Medenine Jerba Zarzis Tataouine Libye Capacité hôtelière en Tunisie actuelle capacité prévue nombre de lits source : le tourisme tunisien en chiffres 1998 et Miossec 1997 Les émigrés jouent, dans ce Fig. 1 : Distribution spatiale de la capacité hôtelière actuelle et processus, un rôle décisif en tant prévue en Tunisie en 1996 qu entrepreneurs du secteur des services accompagnant le tourisme. Leur rôle est également important dans le marché de * Traduction par Yasmine BERRIANE 1

2 l immobilier où ils dominent la demande en résidences secondaires. Dans cette contribution nous présenterons, d une part, le rôle de différents groupes d acteurs émigrés sur la base des différentes stratégies menées par ces derniers. D autre part, nous nous pencherons sur les stratégies d action des émigrés face aux conditions générales locales et sur l interaction de ces acteurs avec d autres groupes d acteurs. 1) Le développement touristique de Tabarka comme cadre général de l action des émigrés Pour permettre de mieux comprendre le rôle des émigrés à Tabarka nous allons, au préalable, esquisser, de façon brève, le cadre général du développement touristique dans cette région. Le nouveau centre touristique de Tabarka, situé à l extrême Nord-Ouest du pays, est né, comme dans le cas de Touzeur d une décision volontariste de l Etat de soutenir le développement touristique du pays. Suivant l exemple des zones touristiques aménagées par le passé, il était prévu de créer un nouveau pôle touristique dans le Nord-Ouest du pays; ce dernier ne connaissant, jusqu alors, guère de développement économique. Suivant le principe adopté à Port-el-Kantaoui, un terrain situé à une certaine distance de la ville de Tabarka a été affecté à une zone hôtelière; une société privée d aménagement et de développement touristique étant chargée de l aménagement et de la commercialisation. La zone touristique comprend quatre éléments centraux (cf. fig. 2): Larmel (résidences secondaires) Front de mer (Marina / appartements) El Morjane (zone hôtelière) ancienne forteresse portugaise ville de Tabarka Marina Centre d Animation Golf Beach S.N.C.F.T. Fig. 2 : Tabarka et sa zone touristique Oued Kebir etablissements touristiques ACTUELS PRÉVUES hôtel résidence animation terrain de golf Dar Tabarka Montazah Beach Club Route Nationale Mehari El Morjane Residence Mehari Hotel **** Royal Golf Tennis Club m club de golf 1) une zone hôtelière classique, située dans la baie de Tabarka (El Morjane) 2) une zone Marina avec des appartements, suivant l exemple de Port-el-Kantaoui 3) une zone destinée à des résidences secondaires privées (Zone Larmel) et 4) en tant qu élément supplémentaire, un terrain de golfe. 2

3 L état est intervenu au niveau de l aménagement d un aéroport, pour que la région soit directement accessible de l étranger, la construction d une station d épuration et l amélioration de la desserte routière de la région (en cours de réalisation). Depuis le début des années 90, environ lits hôteliers ont été créés à Tabarka. A l exception de deux petits hôtels (90 lits au total), il s agit exclusivement d unités d une certaine taille (entre 300 et 400 lits), situées dans la zone hôtelière, à l extérieur du centre de la ville (cf. fig. 2). Outre l infrastructure hôtelière classique, une partie importante de l offre totale de lits, prévue dans la première phase de construction, devait être réalisée sous forme de résidences secondaires et d appartements. Ainsi, l ancien port de pêche avoisinant directement le centre ville a été transformé en port de plaisance et sur le front de mer, plusieurs immeubles ont été créés, comprenant, au total, presque 300 appartements. Ceci correspond à un chiffre d environ lits. Outre les appartements, presque 200 parcelles ont été créées dans la zone appelée "Larmel", zone située à l extrême Ouest du complexe touristique. Ces nouvelles parcelles ont été, viabilisées et commercialisées. Une société privée fut chargée de l aménagement du site de Tabarka et de le doter de toutes les infrastructures touristiques, après avoir acquis le terrain de la future zone touristique à des conditions très avantageuses. Cette société était responsable de tout le développement de cette zone touristique: l élaboration des concepts, la viabilisation et la commercialisation. V.V.T. Alors que l objectif initial % selon la stratégie de diversification % était de créer avec la destination de Tabarka une zone 2 étoiles 1 étoile touristique s adressant surtout à une clientèle aisée (en provenance d Europe et 3 étoiles 4 étoiles des pays arabes du Golf; cf. Société d Aménagement et de Développement Touristique de Tabarka, s. a.), les source: données de l ONTT investisseurs ont construit, durant la Fig. 3 : Nombre de lits dans la ville de Tabarka selon la catégorie hôtelière en 1997 première phase de mise en uvre, exclusivement des établissements hôteliers dont le niveau ne se différencie guère de celui des autres destinations tunisiennes (cf. fig. 3), c est-à-dire que l offre se base essentiellement sur des hôtels de catégorie moyenne, à savoir des hôtels 3 étoiles et des villages de vacances de catégorie comparable (V.V.T.). Ainsi, les hôtels vont attirer un autre groupe cible qui n avait pas été pris en compte lors de la planification initiale et qui concerne la couche moyenne tunisienne. De ce fait, plus d un tiers des nuitées d hôtel à Tabarka sont aujourd hui consommées par des Tunisiens. Dans le cas des appartements touristiques, ce n est pas non plus une clientèle étrangère pourvue d un fort 3

4 pouvoir d achat qui représente la majorité des clients. Une grande partie des appartements a été acquise par des Tunisiens des grandes villes du pays. Afin d évaluer les effets économiques liés à l aménagement touristique, des enquêtes ont été réalisées sur place, pendant l été 1997, avec le concours d étudiants tunisiens. Dans la ville de Tabarka, une enquête touchant la totalité des 385 établissements commerciaux a été réalisée. Dans le cadre de cette enquête, les propriétaires des établissements commerciaux furent priés d indiquer le taux de touristes parmi leurs clients. Dans la moitié des cas, ce taux de touristes dépasse les 5%. Ainsi, on peut retenir l idée qu une partie importante des établissements commerciaux profite directement de l afflux de touristes à Tabarka sans pour autant être prioritairement orientée vers le tourisme. Afin de saisir les effets directs du tourisme commerce de détail (en général) commerce de détail touristique sur l emploi dans les deux cas étudiés, le taux de touristes mentionné a été réparti sur services (en général) les employés dans les différents services touristiques établissements commerciaux. Nous café-restaurant calculons l effet direct sur l emploi en hôtel supposant que dans un établissement nombre d emplois commercial avec deux employés, par source: enquêtes personnelles (N=329) exemple, un taux de touristes de 50% induit Fig. 4 : Emplois dans le secteur touristique dans la un emploi. Dans ce contexte, des emplois à ville de Tabarka selon les activités durée limitée ne sont comptés que comme demi emplois. La figure 4 présente le résultat de cette estimation. Une bonne moitié des plus de emplois recensés à Tabarka résulte, ainsi, des activités touristiques. Cependant, la majeure partie des emplois directement dus au tourisme se trouve dans le secteur de l hébergement, tandis que l effet sur les établissements commerciaux qui ne sont pas exclusivement orientés vers le tourisme est plutôt faible. 2) Evaluation quantitative du rôle des émigrés comme entrepreneurs dans le secteur touristique Après avoir esquissé la situation générale à Tabarka, nous nous pencherons sur le poids réel des émigrés en tant que propriétaires des établissements de commerce à Tabarka. Notons tout d abord que sur 300 propriétaires d établissements commerciaux ayant déclaré avoir un lien avec l émigration, un quart a déjà séjourné à l étranger. Il s agit en grande partie de "rémigrés", c est à dire d anciens émigrés retournés définitivement au pays d origine. Dans neuf cas seulement, il s agissait de propriétaires, émigrés, et vivant encore à l étranger au moment de l enquête. On remarque que les commerces tenus par des émigrés sont beaucoup plus tournés vers le secteur touristique que les autres commerces. Ainsi, un tiers des 4

5 établissements commerciaux liés au tourisme sont au mains d émigrés (cf. fig. 5). Comparés à la moyenne, les émigrés réagissent donc plus aux nouvelles impulsions économiques mise en place par l introduction de la région sur le marché du tourisme. Activités économiques entières Nombre d établissements Création d emploi Activités touristiques Nombre d établissements Création d emploi 0% 20% 40% 60% 80% 100% émigrés non-migrants source: enquêtes personnelles (N=298) Fig. 5 : Rôle des émigrés dans l economie tabarquoise Rapportés à la moyenne, les émigrés sont, en général, non seulement plus actifs dans le tourisme mais ils ont aussi créé plus d emplois. Si l on écarte les hôtels et les entreprises qui fonctionnent sous forme de sociétés de capital (par exemple les agences de location de voiture et les agences de voyage), 320 emplois dans le secteur touristique sont dus à des petites et moyennes entreprises. Un tiers de ces entreprises est tenu par des émigrés et offre 40 % des emplois. C est à dire que les entreprises d émigrés sont, en moyenne, un peu plus grandes que les autres entreprises. Une observation plus attentive nous amène à reconnaître au sein du groupe des émigrés une grande différenciation quant à l engagement économique. Celle-ci a déjà été reconnue par d autres études sur le rôle des émigrés dans le développement économiques (cf. par exemple BERRIANE & HOPFINGER 1999 ou KAGERMEIER 1995). Les émigrés qui ne sont pas restés longtemps à l étranger (c est à dire ceux rentrés à leur pays d origine de façon prématurée) et les émigrés qui sont restés très longtemps à l étranger (c est à dire ceux rentrés peu avant la retraite) ont ouvert surtout des petits commerces qu ils gèrent eux-mêmes ou qu ils confient aux membres de leur familles. Les émigrés dont la durée d émigration est comprise entre 3 et 6 ans sont, par contre, les plus actifs dans le secteur touristique. Ceux ayant eu une durée d absence moyenne ne représentent qu un cinquième des propriétaires d établissements de commerce orientés vers le tourisme mais offrent presque la moitié de la totalité des emplois créés par les émigrés. Dans ce contexte, les émigrés sont surtout actifs dans des domaines qui nécessitent des investissements de taille moyenne. Ils investissent dans des restaurants et des cafés orientés vers une clientèle touristique, dans des studios de photos mais aussi dans des magasins d artisanat d art et des magasins de souvenirs. Rapportés à la moyenne obtenue pour tous les commerçants, les émigrés et anciens émigrés sont plus souvent propriétaires de leurs magasins, investissent plus d argent et leurs locaux sont bien implantés le long des principaux axes commerciaux et autour de la marina (c.f. fig. 6). A travers l observation des données structurelles on pourrait conclure, à première vue, que le rôle des émigrés, dans le développement touristique de Tabarka, est couronné de succès. Toutefois, l analyse quantitative montre que leur position ne présente pas toujours que des aspects positifs. Ainsi, que ce soit pour l acquisition ou pour la location d un local de 5

6 commerce de même localisation, les émigrés payent bien plus que les autres propriétaires nonémigrés. Ceci vient du fait que les émigrés n ont pas souvent, lors de leur installation à Tabarka, une vue d ensemble suffisante sur les prix de l immobilier ; une partie des investissements des émigrés passe ainsi dans les poches des propriétaires de locaux. Plage Port de plaisance Employés Avenue Habib Bourguiba (Ancien) Emigré Oui Av. 7. Novembre Non Relation avec le secteur touristique Oui Non Plage Residences Espace bati Espace vert Av. Habib Bourguiba m Fig. 6 : Etablissements commerciales à Tabarka selon les statut migratoire du proprietaire De même, il est frappant de constater que, jusqu à présent, - à part une seule exception- aucun émigré n a réussi à bâtir un petit hôtel à l intérieur de la ville. La construction d un hôtel à l intérieur de la ville nécessite, d une part, l acquisition, au fil du temps, de plusieurs parcelles se trouvant l une à côté de l autre car les parcelles à l intérieur de la ville ne sont souvent pas assez grandes pour la construction d un hôtel. D autre part, il est nécessaire d avoir de bonnes relations avec les services habilités à délivrer les autorisations nécessaires pour que ceux-ci accompagnent de façon bienveillante le projet. Etant donné que très peu d émigrés ont la possibilité, pendant leur séjour à l étranger, d avoir une idée précise de la situation des lieux potentiels de leur retour, et vu qu ils ne peuvent pas, de leurs lieux de séjour à l étranger, préparer leur retour de façon systématique, ils se retrouvent, à leur retour, face à un nombre restreint d options et doivent faire leur choix de façon relativement rapide. Ils bénéficient donc de conditions beaucoup moins favorables que les investisseurs vivant sur place et qui possèdent donc plus d informations et de contacts. 6

7 3) Les émigrés et le marché de l immobilier La situation est la même, lorsque les émigrés abordent le domaine de l immobilier. On a signalé, au début, que Tabarka est devenue, entre temps, une destination importante du tourisme intérieur tunisien. La demande en biens immobiliers concerne non seulement des hommes d affaires et des fonctionnaires, venus des métropoles du pays et bénéficiant d un pouvoir d achat élevé, mais aussi un nombre important d émigrés tunisiens. Ainsi, un tiers des 200 parcelles de la zone Larmel prévue pour des résidences secondaires, a été vendu à des émigrés tunisiens. Ces derniers, presque exclusivement originaires de l arrière-pays de Tabarka, préfèrent construire une maison de retraite sur la côte, au lieu d un logement dans leur commune d origine. Ils utilisent cette maison, en attendant leur retour définitif, comme domicile de vacances. Ainsi, lors de leurs séjours estivaux, ils peuvent aussi bien rendre visite à leurs parents vivant dans l arrière-pays de Tabarka, que profiter de l infrastructures du tourisme balnéaire de Tabarka. Il en est de même pour les appartements qui ont été construits par différentes sociétés autour de la Marina. En outre, sont représentées à Tabarka, deux organisations Time-Sharing faisant une publicité avec comme groupe cible les émigrés. Dans le cas des ces trois formes de résidences secondaires, les prix demandés sont, visiblement plus élevés que le niveau du prix normal à Tabarka. C est à dire que les promoteurs immobiliers absorbent une grande partie du pouvoir d achat des émigrés originaires de la région mais aussi d acheteurs venus de l étranger ou de Tunis. Comme ceci a déjà été relevé à Nador, au Maroc, (cf. BERRIANE & HOPFINGER 1999), vu les prix excessivement élevés exigés des émigrés par le secteur de l immobilier, une grande partie de l apport des capitaux de l émigration est absorbée par ce secteur et se dirige, la plupart du temps, vers les métropoles des pays d origines. 4) Vision qualitative du rôle des émigrés comme entrepreneurs dans le secteur touristique Dans le cas de Tabarka, c est surtout la société chargée de l aménagement, de la viabilisation et de la commercialisation de la zone touristique qui décide d une grande partie du marché foncier. Les parcelles désignées pour la construction d hôtels et de villages de vacances ont été vendues à des acteurs internationaux et à des investisseurs disposant déjà d installations analogues dans d autres destinations touristiques tunisiennes. Le fait d intégrer des acteurs internationaux a l avantage de permettre la vente avec succès de la destination sur le marché international. Ainsi par exemple, les deux Tour Operator allemands TUI et Neckermann entretiennent entre les fêtes de Pâques et la fin du mois d Octobre leurs propres liaisons aériennes avec cette zone. Dans la zone hôtelière, une série d installations centrales visant l animation de la zone (école de plongée, club d équitation) ont déjà été réalisées ou sont prévues. Dans le cas de l octroie 7

8 de ces projets, il existe une certaine tendance à privilégier des investisseurs extérieurs à la région ayant déjà des installations analogues dans d autres zones touristiques et disposant ainsi de contacts avec les représentants de la société d aménagement du site. C est également le cas pour la zone du "Front de mer". Les résidences de vacances localisées autour de la Marina et le long de la plage, ainsi que les terrains prévus pour les projets d animation dans cette zone ont été confiés principalement à des investisseurs étrangers à la région. Ces parcelles ont été rarement cédées à des investisseurs originaires de la région de Tabarka et parmi ces derniers on ne trouve pas d émigrés. Parmi les acteurs locaux, il n y a que ceux qui bénéficient d un bon réseau de connaissances parmi les acteurs de la société d aménagement qui peuvent profiter de ces projets lucratifs. En outre, il apparaît, d après nos questionnaires, qu un certain nombre de propriétaires d établissements de commerce d origine locale se sont efforcés de se faire attribuer dans la zone "Front de mer" un des objets qui soit d un bon apport. Dans ces choix d attribution, la société chargée de l aménagement et de la commercialisation du projet vise à rationaliser et à rentabiliser le projet en s adressant de préférence à des investisseurs ayant déjà de l expérience dans d autres programmes de tourisme et ayant déjà coopéré avec la société. La région perd, de ce fait, de précieuses occasions pour profiter d importantes impulsions endogènes. Dans ce face à face opposant des émigrés possédant le capital nécessaire mais des possibilités de contact très faibles et un agent de développement qui agit au niveau national, la commune pourrait jouer le rôle de médiateur et d animateur. Or aucune démarche émanant des communes et destinée à faciliter la tâche aux émigrés prêts à investir n a pu être enregistrée. Il semblerait bien plus que certains acteurs politiques municipaux poursuivent des intérêts économiques personnels dans le processus de développement touristique. Ainsi, les émigrés sont dans la plupart des cas perçus comme des concurrents. Un certain nombre d indices montrent que les élites locales utilisent leur influence politique pour gêner les initiatives des émigrés au lieu de soutenir l engagement de ces derniers pour le bien de la communauté. Au niveau des communes, les émigrés sont considérés comme des "vaches à lait" à qui on vend des résidences secondaires et loue des locaux de commerces à des prix surélevés. Mais, d un autre côté, on ne relève aucune initiative prise par les communes et visant l intérêt général, pour tenter d aider et de soutenir les émigrés de la région dans leurs tentatives d investissement. Ainsi, les projets d investissement réalisés par les émigrés sont, la plupart du temps, des "stratégies de niches". En effet, vu que l accès à une partie des projets lucratifs leur reste fermé, les émigrés se rabattent sur des projets rapportant moins mais dont l accès leur est possible. En plus de ces conditions générales peu favorables pour les émigrés on constate également chez ces derniers deux autres contraintes qui, dans le domaine touristique, gênent les investissements et réduisent leurs chances de réussite. 8

9 1) Seul un petit nombre parmi ces émigrés possède, par son activité à l étranger, - en plus des compétences linguistiques- une préparation spécifique pour un engagement professionnel dans le secteur touristique. 2) Parmi les émigrés, seuls très peu d entre-eux sont prêts à se regrouper avec d autres émigrés pour réaliser un projet en commun et pouvoir tenir tête aux investisseurs extraregionaux, en tant que partenaires égaux. L attitude de "chacun pour soi et dieu pour tous" est beaucoup plus accentuée chez les émigrés venant de la région et se sentant souvent, jusqu à un certain degrés, comme des étrangers dans la ville de Tabarka, que chez ceux qui sont originaires de la ville même. 5) Conclusion En dernière analyse, on peut retenir qu à première vue, les émigrés jouent un rôle important en tant qu acteurs économiques dans le processus d intégration de Tabarka au marché du tourisme. Ils présentent des affinités avec ce secteur qui dépassent la norme et leurs activités dans le domaine sont tout à fait couronnées de succès. Mais une observation plus fine, révèle que les conditions générales prévalant à Tabarka ne sont pas très favorables aux essais d engagement des émigrés dans le secteur du tourisme, sauf en ce qui concerne l acquisition des résidences secondaires. Les émigrés - surtout ceux originaires de l arrière-pays rural de Tabarka- qui sont prêts à investir dans ce secteur se heurtent à deux groupes qui n ont aucun intérêt à les soutenir. Ces deux groupes sont, d une part, les sociétés d aménagement privées et, d autre part, l élite locale possédant un réseau de connaissances et de lobbying efficace. On peut constater ainsi, le manque d une instance jouant le rôle de médiateur et d animateur. Les tâches d une telles instance pourraient être décrites de la façon suivante: 1) D une part, celle-ci devrait représenter les intérêts des émigrés sur place, face aux acteurs municipaux. 2) D autre part, une des tâches les plus importantes de cette instance serait de conseiller, voire de former les émigrés prêts à revenir à leur pays d origine et ceci pendant la phase même qui précède leur retour. Ces conseils et cette formation devrait ainsi permettre d informer les émigrés sur des possibilités d investissements favorables et de leur apporter le savoirfaire nécessaire. 3) En plus, cette sorte d agence de développement devrait essayer d intéresser des émigrés actifs à l étranger et prêts à investir; ceci ayant été pratiqué avec succès dans le cas des résidences secondaires. 4) Une telle instance pourrait aussi, par exemple, drainer des petites participations financières des émigrés vers le capital de quelques projets touristiques. De tels projets, organisés sous forme de coopératives pourrait permettre à des émigrés sans savoir-faire spécifique, de participer au développement économique dans le secteur touristique. Cette participation ne 9

10 nécessite pas un savoir-faire approprié puisque ce seront des employés spécialisés qui se chargeront de la gestion, les émigrés intervenant uniquement au niveau du capital. Toutefois, ces réflexions relèvent pour l instant de l utopie dans la mesure où on ne relève aujourd hui, dans ces régions aucun indice laissant supposer la prise de telles initiatives. Il semblerait même que le fossé entre émigrés d une part et élites locales d autre part se creuse de plus en plus. Certains entrepreneurs "rémigrés", se sentant marginalisés par l élite locale traditionnelle, commencent petit à petit à se solidariser et à mettre en place un contrepoids contre cette dernière. Ayant vécu la même expérience de marginalisation, des non-émigrés de la région se joignent à ce groupe. Ainsi une confrontation, qui résulte du fait que la politique locale n a pas préparé et soutenu de façon suffisante l intégration des émigrés, pourrait s installer. Les avantages économiques de courte durée dont bénéficient les élites locales traditionnelles pourraient, dans quelque temps, se faire payer par des tensions politiques municipales qui auront certainement des conséquences contre-productives sur le développement économique de la région. Bibliographie BERRIANE, M. & H. HOPFINGER: Nador. Petite ville parmi les grandes. Tours 1999 (= Collection Villes du Monde arabe, Vol. 4). KAGERMEIER, A.: REMIGRATION NADOR II: Der tertiäre Sektor im ländlichen Raum der Provinz Nador (Marokko) unter dem Einfluß der Arbeitsmigration. % Le secteur tertiaire en milieu rural de la Province de Nador (Maroc) et les effets de l émigration du travail. Passau 1995 (= Maghreb-Studien, 6; biligue allemand/francais). Societé d Aménagement et de Développement Touristique de Tabarka: Tabarka. Mille Sites et loisirs. Tunis (sans année de parution). 10

Le panel de l enquête

Le panel de l enquête Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de Loire-Atlantique en matière d implantation économique, la CCI Nantes St-Nazaire a réalisé une enquête auprès des chefs d entreprise sur leurs

Plus en détail

Sommaire. Sommaire... 2. Introduction... 4. Présentation de Jendouba... 5. Analyse descriptive... 5. 1. Infrastructure... 5

Sommaire. Sommaire... 2. Introduction... 4. Présentation de Jendouba... 5. Analyse descriptive... 5. 1. Infrastructure... 5 Sommaire Sommaire... 2 Introduction... 4 Présentation de Jendouba... 5 Analyse descriptive... 5 1. Infrastructure... 5 1.1. Part des routes classées... 5 1.2. Taux de raccordement au réseau d assainissement...

Plus en détail

«Résidences de la réussite»

«Résidences de la réussite» «Résidences de la réussite» REFERENTIEL NATIONAL MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE L'enseignement supérieur privé: CODIR du 7 mars 2014 1 Les résidences

Plus en détail

SISTERON, UN MARCHE LOCATIF EN DEVENIR L OFFRE

SISTERON, UN MARCHE LOCATIF EN DEVENIR L OFFRE SISTERON, UN MARCHE LOCATIF EN DEVENIR L OFFRE Jusqu à la fin des années 90, le parc locatif privé Sisteronnais était essentiellement situé dans les quartiers anciens de la ville, dans des immeubles vétustes.

Plus en détail

Méthodologie. Observatoire de l Habitat. Le marché privé du logement du Pays de Châlons-en-Champagne AUDC, décembre 2008. Immobilier et Lamy.

Méthodologie. Observatoire de l Habitat. Le marché privé du logement du Pays de Châlons-en-Champagne AUDC, décembre 2008. Immobilier et Lamy. 2 Méthodologie Cet état des lieux du marché privé du logement a été réalisé à partir d entretiens avec un certain nombre d agents immobiliers de Châlons-en-Champagne de septembre à décembre 2008 1. Des

Plus en détail

Modes de vie : Renouveler le regard pour guider les décisions. Rencontres territoriales du SCOTERS Mai 2013

Modes de vie : Renouveler le regard pour guider les décisions. Rencontres territoriales du SCOTERS Mai 2013 Modes de vie : Renouveler le regard pour guider les décisions Rencontres territoriales du SCOTERS Mai 2013 Eléments de contexte Dans le cadre de rencontres destinées aux élus du territoire, le SCOTERS,

Plus en détail

L immobilier, levier de développement économique et commercial dans les quartiers

L immobilier, levier de développement économique et commercial dans les quartiers L immobilier, levier de développement économique et commercial dans les quartiers 5 ème rencontre du cycle «Habitat, Cadre de vie et Gestion Urbaine «Développer un immobilier d entreprises adapté aux quartiers»

Plus en détail

Service AID. L année 2011 a été marquée par la suppression de 0,5 ETP et le changement de travailleur social au 1 er juillet.

Service AID. L année 2011 a été marquée par la suppression de 0,5 ETP et le changement de travailleur social au 1 er juillet. Service AID Le Droit Au Logement Opposable (DALO) est un moyen pour des personnes qui n arrivent pas à accéder au logement social de faire valoir leur droit au logement. La Loi DALO de 2007 prévoit pour

Plus en détail

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015

«Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 «Gîtes de France Horizon 2015» Synthèse du Projet d Orientation Stratégique 2007-2015 Synthèse de présentation du projet Horizon 2015 approuvée par le Conseil d Administration Fédéral Gîtes de France du

Plus en détail

L intégration sociale dans le contexte tunisien de

L intégration sociale dans le contexte tunisien de L intégration sociale dans le contexte tunisien de transition démocratique Hafedh Zaafrane Septembre 2011 Objectif et contenu de la présentation Objectif : Appréhender le phénomène de l exclusion/intégration

Plus en détail

Comment réaliser une enquête par questionnaire?

Comment réaliser une enquête par questionnaire? Comment réaliser une enquête par questionnaire? 1. L objectif d une enquête : L enquête de satisfaction est un baromètre qui permet de prendre le pouls de la clientèle. Simple et peu coûteuse, elle révèle

Plus en détail

Sommaire. Sommaire... 2. Introduction... 4. Présentation de Mahdia... 5. Analyse descriptive... 5. 1. Infrastructure... 5

Sommaire. Sommaire... 2. Introduction... 4. Présentation de Mahdia... 5. Analyse descriptive... 5. 1. Infrastructure... 5 Sommaire Sommaire... 2 Introduction... 4 Présentation de Mahdia... 5 Analyse descriptive... 5 1. Infrastructure... 5 1.1. Part des routes classées... 5 1.2. Taux de raccordement au réseau d assainissement...

Plus en détail

VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE

VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE VADÉMÉCUM RELATIF À L APPLICATION DES ASPECTS LINGUISTIQUES DE LA CHARTE D ADHÉSION À L AGENCE UNIVERSITAIRE DE LA FRANCOPHONIE Adopté par le conseil associatif de l Agence universitaire de la Francophonie

Plus en détail

Guide pratique des aides à Guide pratique pour la propriété intellectuelle les études de faisabilité en Wallonie

Guide pratique des aides à Guide pratique pour la propriété intellectuelle les études de faisabilité en Wallonie Guide Guide pratique pratique des pour aides à la les propriété études de intellectuelle faisabilité en Wallonie SOMMAIRE 1. L innovation technologique... 2 2. Le cadre légal des aides... 2 2.1. Recherche

Plus en détail

«Initiative Sfax», un modèle de gouvernance territoriale au service de la création d entreprise innovante sur les territoires

«Initiative Sfax», un modèle de gouvernance territoriale au service de la création d entreprise innovante sur les territoires «Initiative Sfax», un modèle de gouvernance territoriale au service de la création d entreprise innovante sur les territoires Anne CHATAURET anne.chatauret@orange.fr Tunis, 22-23 Octobre 2015 Le contexte

Plus en détail

Panel 2 : La phase de création - entreprendre

Panel 2 : La phase de création - entreprendre Groupe de travail sur les politiques en faveur des PME, de l entreprenariat et du Capital Humain Panel 2 : La phase de création - entreprendre Mr Khalil AMMAR Président Directeur Général BFPME 30 Mars

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Comment procéder pour délimiter la zone de chalandise?

Comment procéder pour délimiter la zone de chalandise? Zone de chalandise & Estimation du chiffre d'affaires Pour illustrer les différents aspects théoriques de ce billet, j ai délimité la zone de chalandise d un local commercial choisi au hasard dans une

Plus en détail

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale

Guide de rédaction. Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Guide de rédaction Plan d affaires d une entreprise ou d un projet d économie sociale Table des matières LA PRÉSENTATION DU PROJET 1.1. Le résumé du projet 1.2. L utilité sociale du projet 1.3. Le lien

Plus en détail

L initiative PME à l Agence spatiale européenne

L initiative PME à l Agence spatiale européenne l iniative pme L initiative PME à l Agence spatiale européenne F. Doblas & N. Bougharouat Bureau de la Politique industrielle, Section des Relations industrielles, ESA, Paris L initiative PME de l ESA

Plus en détail

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude :

ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011. Étude réalisée par le bureau d étude : ETUDE SECTORIELLE SUR LES MICROCREDITS - 2011 Étude réalisée par le bureau d étude : 1 SOMMAIRE Introduction A. CARACTERISTIQUES ET ATTENTES DE LA POPULATION DU MICROCREDIT B. COMMERCIALISATION DES PRETS

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence

Rapport d évaluation de la licence Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence Economie-Gestion de l Université Paris Descartes Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section des Formations et des

Plus en détail

Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP) Défiscaliser avec le statut LMNP

Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP) Défiscaliser avec le statut LMNP Immobilier Loueur en Meublé Non Professionnel (LMNP) Défiscaliser avec le statut LMNP Les loueurs en meublés non professionnels Ce sont les personnes qui donnent en location des locaux comportant tous

Plus en détail

Plan de développement stratégique 2013-2016

Plan de développement stratégique 2013-2016 Plan de développement stratégique 2013-2016 INTRODUCTION Le Plan de développement stratégique présenté dans les pages qui suivent expose les objectifs du Groupe de Collaboration Internationale en Ingénierie

Plus en détail

CONVENTION. Pour aide à la création de l E.H.P.A.D. «La Marrière»

CONVENTION. Pour aide à la création de l E.H.P.A.D. «La Marrière» CONVENTION Pour aide à la création de l E.H.P.A.D. «La Marrière» Entre : LA VILLE DE NANTES, représentée par Madame Michèle FRANGEUL, agissant en cette qualité en vertu d une délibération du Conseil Municipal

Plus en détail

Animation de la vie sociale

Animation de la vie sociale Animation de la vie sociale Pour un projet social répondant aux critères d agrément Document à l usage des gestionnaires des structures Département des Interventions Sociales Document réalisé par les Pôles

Plus en détail

Plan régional en faveur de l égalité

Plan régional en faveur de l égalité Plan régional en faveur de l égalité entre les personnes handicapées et les personnes valides Avec l'adoption du Plan handicap, la Région Rhône-Alpes s'engage à favoriser l'égalité entre personnes handicapées

Plus en détail

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles 6 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles Orha Nord-Pas-de-Calais 54 Les Cahiers de l Orha - Avril 24 La mobilité résidentielle : parcours dominants et tendances nouvelles

Plus en détail

Vision commune pour le développement économique d Ottawa Ville d Ottawa et Administration de l aéroport international Macdonald-Cartier d Ottawa

Vision commune pour le développement économique d Ottawa Ville d Ottawa et Administration de l aéroport international Macdonald-Cartier d Ottawa 71 1. Contexte et objectif a. Contexte Il est largement reconnu que les aéroports commerciaux contribuent au développement économique de la région où ils sont situés, et ce, de plusieurs manières : ils

Plus en détail

La singularité de L ADRESSE : une organisation en coopérative

La singularité de L ADRESSE : une organisation en coopérative COMMUNIQUE DE PRESSE Salon des Entrepreneurs 4 & 5 février 2015 Le réseau immobilier L ADRESSE : la coopérative résiste à la crise. Elle est le seul modèle économique qui permet d être performant grâce

Plus en détail

Inter Médiation Locative

Inter Médiation Locative C.A.I.O. Centre d Accueil d Information et d Orientation Inter Médiation Locative I.M.L Bilan de l année 2013 C.A.I.O. 6, rue du Noviciat C.S 71343 33080 Bordeaux-Cedex 05.56.33.47.80-05.56.33.47.94 polelogement@caio-bordeaux.fr

Plus en détail

QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME?

QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME? Contrat n FR/06/B/P/PP-152512 QUEL ACCOMPAGNEMENT POUR L ENTREPRISE QUI FORME? REUNION DU PARTENARIAT FRANÇAIS : CCCA-BTP, MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, CREDIJ Paris, le 22 janvier 2008 de 10 h à

Plus en détail

ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES

ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES OBSERVATOIRE REGIONAL DE LA FAMILLE ENQUETE SUR LES SOLIDARITES FAMILIALES INTRODUCTION Une étude américaine considère que les liens entre frères et sœurs, plutôt affectifs et égalitaires, représentent

Plus en détail

Sommaire. La Nouvelle-Zélande, contexte général... 15. Les principaux pôles urbains... 41. Information pratique...5 Synthèse...7

Sommaire. La Nouvelle-Zélande, contexte général... 15. Les principaux pôles urbains... 41. Information pratique...5 Synthèse...7 Sommaire Information pratique...................................................................................5 Synthèse........................................................................................................7

Plus en détail

Réalisation d une étude sur la mobilisation des compétences des jeunes générations de MRE

Réalisation d une étude sur la mobilisation des compétences des jeunes générations de MRE 4 décembre 2015 Termes de Références : Réalisation d une étude sur la mobilisation des compétences des jeunes générations de MRE I. RESUME : Avec le vieillissement des premières générations de MRE, le

Plus en détail

RÉPUBLIQUE D HAITI MINISTÈRE DU TOURISME

RÉPUBLIQUE D HAITI MINISTÈRE DU TOURISME RÉPUBLIQUE D HAITI MINISTÈRE DU TOURISME 1 Introduction : Contexte et Justification Méthodologie : Unité statistique et échantillonnage Préface Le ministère du Tourisme en Haïti recueille régulièrement

Plus en détail

Le meilleur des cours Personnalisés. www.idealog.ma. Tél. 05 24 457 957-06 44 53 76 81

Le meilleur des cours Personnalisés. www.idealog.ma. Tél. 05 24 457 957-06 44 53 76 81 www.idealog.ma Le meilleur des cours Personnalisés En Entreprise Pour l Hôtellerie Pour Étrangers Préparation examens Tél. 05 24 457 957-06 44 53 76 81 www.idealog.ma www.idealog.ma COURS en ENTREPRISE

Plus en détail

Sponsoring et mécénat

Sponsoring et mécénat Sponsoring et mécénat Sponsoring : association à un événement (retomber commercial) Mécénat : aide (mais pas forcement de retomber médiatique, publique restreint ) Introduction : Il existe un démarche

Plus en détail

Guide des premiers jours

Guide des premiers jours Accueillir un enfant du voyage dans une classe ordinaire : Guide des premiers jours Quatre facteurs entravent sensiblement la réussite scolaire des enfants itinérants : «- changement de maître, et partant

Plus en détail

Cours 1 Le développement d un territoire ultramarin : entre Union européenne et aire régionale (étude de cas) La Guadeloupe

Cours 1 Le développement d un territoire ultramarin : entre Union européenne et aire régionale (étude de cas) La Guadeloupe GEOGRAPHIE Thème 3 L Union européenne : dynamiques et développement des territoires (11-12 heures) Question 2 Les territoires ultramarins de l Union européenne et leur développement Cours 1 Le développement

Plus en détail

Rapport analytique de gestion financière du Parc National de la Pendjari

Rapport analytique de gestion financière du Parc National de la Pendjari Août 2009 2008 Rapport analytique de gestion financière du Parc National de la Pendjari Udo LANGE ANALYSE COMMENTEE DU SUIVI DU PLAN D AFFAIRES DE LA PENDJARI Exercice 2008 A nalyse des dépenses Le plan

Plus en détail

LA DÉFISCALISATION L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMMOBILIER NEUF CE QU IL FAUT SAVOIR

LA DÉFISCALISATION L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMMOBILIER NEUF CE QU IL FAUT SAVOIR LA DÉFISCALISATION L INVESTISSEMENT LOCATIF L IMMOBILIER NEUF CE QU IL FAUT SAVOIR CE QU IL FAUT SAVOIR POUR BIEN COMPRENDRE NOTRE ACTIVITE Comment payer moins d impôts? C est la question que se posent

Plus en détail

Stationnement et macarons : enquête auprès des habitants détenteurs de macarons en Ville de Genève

Stationnement et macarons : enquête auprès des habitants détenteurs de macarons en Ville de Genève République et Canton de Genève Département du territoire Office cantonal de la mobilité Stationnement et macarons : enquête auprès des habitants détenteurs de macarons en Ville de Genève rapport de synthèse

Plus en détail

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire

BTS CI 2 ème année. CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger. Sommaire BTS CI 2 ème année CCF E51 : Plan de marchéage et actions de prospection menés au cours du stage à l étranger Sommaire 1 Introduction I/ Plan de marchéage A. Services B. Prix C. Distribution D. Communication

Plus en détail

POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE. Vers une société plus humaine

POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE. Vers une société plus humaine POUR UN LOGEMENT PLUS ACCESSIBLE Vers une société plus humaine Budget 2003-2004 Pour un logement plus accessible ISBN 2-550-40544-7 Dépôt légal Bibliothèque nationale du Québec, 2003 Date de parution :

Plus en détail

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire

Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Cartographie de compétences : conception d un plan d affaire Processus Activité Attitudes / comportements Capacités Connaissances Définition de l idée Utilise des méthodes et des techniques d évaluation

Plus en détail

DRACINNOVE. Concours des jeunes entreprises innovantes. Dossier de presse. Pépinière-Hôtel d entreprises - Pôle économique Chabran à Draguignan

DRACINNOVE. Concours des jeunes entreprises innovantes. Dossier de presse. Pépinière-Hôtel d entreprises - Pôle économique Chabran à Draguignan Dossier de presse DRACINNOVE Concours des jeunes entreprises innovantes Pépinière-Hôtel d entreprises - Pôle économique Chabran à Draguignan Contacts Presse : Direction de la Communication Célia AUCLAIR

Plus en détail

Fondation Roi Baudouin

Fondation Roi Baudouin RAPPORT D EVALUATION SUR LES SERVICES DE PROXIMITE ATTEINDRE CEUX QUI PARAISSENT INACCESSIBLES SYNTHESE Fondation Roi Baudouin Le présent rapport consiste en une analyse des projets qui ont été soutenus

Plus en détail

PRINCIPES, MODALITÉS, DÉMARCHE, DE L ÉLABORATION DU DOSSIER DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (V.A.E)

PRINCIPES, MODALITÉS, DÉMARCHE, DE L ÉLABORATION DU DOSSIER DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (V.A.E) PRINCIPES, MODALITÉS, DÉMARCHE, DE L ÉLABORATION DU DOSSIER DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPÉRIENCE (V.A.E) Pour l obtention du titre de niveau II De «Chargé de Gestion de Produits Tourisme-Loisirs» Dossier

Plus en détail

2 Scénario 2 : «Les polarités fonctionnelles organisent le territoire»

2 Scénario 2 : «Les polarités fonctionnelles organisent le territoire» 2 Scénario 2 : «Les polarités fonctionnelles organisent le territoire» Le scénario de polarités fonctionnelles demeure inscrit dans une perspective d évolution démographique soumise à l accueil d activités

Plus en détail

JEP 2010. (20 & 21 janvier 2010) Grégoire HEUDES Directeur Général Adjoint BNP Paribas Immobilier Résidentiel

JEP 2010. (20 & 21 janvier 2010) Grégoire HEUDES Directeur Général Adjoint BNP Paribas Immobilier Résidentiel JEP 2010 (20 & 21 janvier 2010) ATELIER «Montage des résidences avec services» Grégoire HEUDES Directeur Général Adjoint BNP Paribas Immobilier Résidentiel Le Groupe BNP Paribas Immobilier Présentation

Plus en détail

CRÉER MA BOÎTE en étant étudiant?

CRÉER MA BOÎTE en étant étudiant? CRÉER MA BOÎTE en étant étudiant? Promotion Petit Poucet 2008 er et 3 mois de conseil 10 lauréats récompensésp Diagnostic personnalisé offert aux 30 finalistes Conception : Agence Cavernamuth www.cavernamuth.com

Plus en détail

On peut aussi faire de belles rencontres dans l immobilier

On peut aussi faire de belles rencontres dans l immobilier Dossier de presse, le 14 Avril 2014 On peut aussi faire de belles rencontres dans l immobilier Locatme.fr, désigné comme le Meetic de l immobilier, est un concept de service en ligne qui facilite et optimise

Plus en détail

Cahier des charges atelier de formation DE L ETUDE DE MARCHE A LA STRATEGIE COMMERCIALE

Cahier des charges atelier de formation DE L ETUDE DE MARCHE A LA STRATEGIE COMMERCIALE Cahier des charges atelier de formation DE L ETUDE DE MARCHE A LA STRATEGIE COMMERCIALE 2015 1-Présentation de La Miel Dans le cadre du soutien aux créateurs et dirigeants d entreprises implantés sur le

Plus en détail

Soumission d Avocats Sans Frontières (ASF) À la Rapporteuse Spéciale sur le droit à l eau potable et à l assainissement :

Soumission d Avocats Sans Frontières (ASF) À la Rapporteuse Spéciale sur le droit à l eau potable et à l assainissement : Soumission d Avocats Sans Frontières (ASF) À la Rapporteuse Spéciale sur le droit à l eau potable et à l assainissement : Une étude de cas du bassin minier en Tunisie sur la participation des titulaires

Plus en détail

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement

Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Conseil National du Commerce Extérieur Négociations entre le Maroc et l Union Européenne relatives à la libéralisation du commerce des services et du droit d établissement Anticiper Partager Agir www.cnce.org.ma

Plus en détail

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997

LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 LA CONSTRUCTION NEUVE DE LOGEMENTS BILAN 1996 ET PRÉVISIONS POUR 1997 L activité des marchés immobiliers résidentiels a connu une nouvelle dégradation en 1996 ( 4,2 %). Le logement individuel et le logement

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE OUEST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

Département 64. «Clair matin» PRESENTATION DE L ACTION

Département 64. «Clair matin» PRESENTATION DE L ACTION Département 64 «Clair matin» Intitulé, ancienneté et lieu d implantation PRESENTATION DE L ACTION La maison d enfants à caractère social «Clair matin» a été créé en 1964 et s est implantée à Borce, dans

Plus en détail

Observatoire départemental

Observatoire départemental Dossier de presse Janvier 2016 Observatoire départemental Etude relative aux prix pratiqués au sein des pompes funèbres dans le Doubs Contact presse : Marlène Amiotte-Petit : 03 81 88 76 84 Marlene.Amiotte-Petit@famillesrurales.org

Plus en détail

Indice sage de confiance des entreprises

Indice sage de confiance des entreprises Indice sage de confiance des entreprises Tendances mondiales L indice Sage de confiance des entreprises est une mesure annuelle effectuée auprès des PME dans le monde, afin de présenter une image claire

Plus en détail

PLAN DE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE 2012-2020 UN ITINÉRAIRE VERS LA CROISSANCE Chantal Ouellet Coordonnatrice Bureau de coordination du Plan de

PLAN DE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE 2012-2020 UN ITINÉRAIRE VERS LA CROISSANCE Chantal Ouellet Coordonnatrice Bureau de coordination du Plan de PLAN DE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE 2012-2020 UN ITINÉRAIRE VERS LA CROISSANCE Chantal Ouellet Coordonnatrice Bureau de coordination du Plan de développement de l industrie touristique, Tourisme Québec,

Plus en détail

POLITIQUE DE SOUTIEN AUX PROJETS STRUCTURANTS POUR L AMÉLIORATION DES MILIEUX DE VIE

POLITIQUE DE SOUTIEN AUX PROJETS STRUCTURANTS POUR L AMÉLIORATION DES MILIEUX DE VIE POLITIQUE DE SOUTIEN AUX PROJETS STRUCTURANTS ADOPTÉE LE 18 AOÛT 2015 PAR LE CONSEIL D AGGLOMÉRATION DE LA TUQUE RÉSOLUTION AGG-2015-08-099 RÉVISÉE AU 15 SEPTEMBRE 2015 RÉSOLUTION AGG-2015-09-113 1. PRÉAMBULE

Plus en détail

Formation et emploi des jeunes dans les pays méditerranéens

Formation et emploi des jeunes dans les pays méditerranéens Formation et emploi des jeunes dans les pays méditerranéens Fiche pays système d éducation et de formation : Tunisie Yusuf Kocoglu, Lead, Université du Sud Toulon-Var Décembre 2014 Rapport commandité par

Plus en détail

DUBLIN. Annuaire: Résumé des résultats 168

DUBLIN. Annuaire: Résumé des résultats 168 DUBLIN Dublin est la capitale de la République d'irlande et le principal centre d'affaires, commercial, financier, administratif et social du pays. On dénombrait en 1996 un peu plus de 480 000 habitants

Plus en détail

(1) Le conseil municipal privilégie :

(1) Le conseil municipal privilégie : 2.13 PATRIMOINE ET CULTURE Préambule Les attraits historiques et culturels de Fredericton au nombre desquels il faut compter son emplacement, ses bâtiments, ses lieux, ses établissements culturels et son

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master Recherche & Concours de l enseignement Arts plastiques

www.u-bordeaux3.fr Master Recherche & Concours de l enseignement Arts plastiques www.u-bordeaux3.fr Master Recherche & Concours de l enseignement Arts plastiques De la création à la conceptualisation Ce Master a pour finalité de permettre aux étudiants de mener à bien un travail de

Plus en détail

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris

Préambule. Charte anti-spéculative. Entre la Ville de Paris Charte anti-spéculative Entre la Ville de Paris Et. Préambule Un an après la signature du Pacte Logement pour tous en juin 2014, la Ville de Paris propose à ses partenaires propriétaires fonciers et aux

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

mobilité et accessibilité dans les zones d'activités

mobilité et accessibilité dans les zones d'activités DE L ADEUS mobilité et accessibilité dans les zones d'activités 83 NOVEMBRE 2012 DéPLACEMENT De par leurs aménagements initiaux, les zones d activités restent souvent mal desservies en transport en commun

Plus en détail

LES GRANDS PROJETS. ENERGIE 6 projets Coût: 2063.1 millions de dollars

LES GRANDS PROJETS. ENERGIE 6 projets Coût: 2063.1 millions de dollars LES GRANDS PROJETS INFRASTRUCTURES 9 projets Coût: 3775.5 millions de dollars Secteurs: Modernisation des autoroutes / Aménagement des zones industrielles / Intégration des quartiers populaires ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Barcelone «Durabilité et innovation économique à tous les niveaux»

Barcelone «Durabilité et innovation économique à tous les niveaux» Barcelone «Durabilité et innovation économique à tous les niveaux» 1 600 000 habitants - Capitale de la Catalogne La ville de Barcelone a démontré la capacité à mettre en œuvre des stratégies de rénovation

Plus en détail

Bilan d actions. Nautisme en Bretagne 1 rue de Kerbriant, 29 200 Brest Tel : 02 98 02 80 44 Mel : contact@nautismebretagne.fr

Bilan d actions. Nautisme en Bretagne 1 rue de Kerbriant, 29 200 Brest Tel : 02 98 02 80 44 Mel : contact@nautismebretagne.fr Bilan d actions 2012 Nautisme en Bretagne 1 rue de Kerbriant, 29 200 Brest Tel : 02 98 02 80 44 Mel : contact@nautismebretagne.fr SOMMAIRE 1. Séduire les futurs clients...3 2. Bien recevoir les clients...7

Plus en détail

LA PAUVRETÉ CHEZ LES PERSONNES HANDICAPÉES. Par Chantal Lavallée

LA PAUVRETÉ CHEZ LES PERSONNES HANDICAPÉES. Par Chantal Lavallée LA PAUVRETÉ CHEZ LES PERSONNES HANDICAPÉES Par Chantal Lavallée Parrainage civique des MRC d Acton et des Maskoutains Août 2010 Les personnes handicapées, tout comme les familles où elles vivent, sont

Plus en détail

Département de la Drôme

Département de la Drôme Département de la Drôme Mise en place des Programmes Personnalisés de Réussite Educative. Comment cibler les élèves? Les procédures de choix des élèves sont essentielles Certaines interprétations peuvent

Plus en détail

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte

BURKINA FASO. Chiffres clés. Contexte BURKINA FASO Chiffres clés Taux de change : 1$ US Principales villes Population Taux de croissance de la population (2006-2010) Population urbaine (%du total 2010) PNB par habitant Croissance du PIB (réal

Plus en détail

Les Jardins de Cybèle. Investir dans une. Résidence médicalisée. l avenir. c est. penser à. EHPAD Pro Santé Margny

Les Jardins de Cybèle. Investir dans une. Résidence médicalisée. l avenir. c est. penser à. EHPAD Pro Santé Margny Les Jardins de Cybèle Investir dans une Résidence médicalisée c est penser à l avenir EHPAD Pro Santé Margny Colisée, 4 ème acteur français du secteur des EHPAD LA FORCE D UN GROUPE Colisée, acteur majeur

Plus en détail

ERASMUS+ UN ATOUT POUR L EMPLOYABILITÉ, UNE FORCE POUR LES ENTREPRISES

ERASMUS+ UN ATOUT POUR L EMPLOYABILITÉ, UNE FORCE POUR LES ENTREPRISES ERASMUS+ UN ATOUT POUR L EMPLOYABILITÉ, UNE FORCE POUR LES ENTREPRISES 1 2 Erasmus + un atout pour l employabilité, une force pour les entreprises L Union Européenne investit 16,4 milliards d euros dans

Plus en détail

PROJET (propositions du groupe de travail)

PROJET (propositions du groupe de travail) APPUI OPERATIONNEL A L ELABORATION DES OUTILS PRATIQUES DE MISE EN PLACE DES CLASSIFICATIONS AU SEIN DE LA BRANCHE DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE PROJET (propositions du groupe de travail) Préambule Pourquoi

Plus en détail

ETAT DES LIEUX ÉCONOMIQUE ET COMMERCIAL

ETAT DES LIEUX ÉCONOMIQUE ET COMMERCIAL ETAT DES LIEUX ÉCONOMIQUE ET COMMERCIAL GARE DE CHAMPIGNY CENTRE - Périmètre de 400m ÉLÉMENTS CLÉS > LES ETABLISSEMENTS La gare Champigny Centre est localisée avenue Roger Salengro, axe à double sens qui

Plus en détail

INTRODUCTION. Arrêté no. 24 1/20

INTRODUCTION. Arrêté no. 24 1/20 INTRODUCTION Le plan d aménagement municipal se veut l'outil de travail de premier ordre qui permettra au village de Maisonnette de mieux planifier la façon dont va s'orienter le développement au cours

Plus en détail

Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages

Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages Diagnostic partiel de l unité commerciale et consignes générales sur le dossier de 10 pages I. Consignes générales Le dossier répond à des critères d exigences qui ont été définies par le référentiel de

Plus en détail

Forum Mondial des Femmes d Affaires Francophones. Tunis 15-17 Mai 2014. Sous le thème «Femmes d Affaires & Développement de l Afrique»

Forum Mondial des Femmes d Affaires Francophones. Tunis 15-17 Mai 2014. Sous le thème «Femmes d Affaires & Développement de l Afrique» Forum Mondial des Femmes d Affaires Francophones Tunis 15-17 Mai 2014 Sous le thème Forum Mondial des Femmes d Affaires Francophones Présentation Le Forum mondial des femmes d affaires francophones a pour

Plus en détail

L Association pour le développement de l économe sociale et solidaire

L Association pour le développement de l économe sociale et solidaire HABITAT GROUPÉ ET ORGANISMES HLM : UNE UTOPIE RÉALISABLE ET REPRODUCTIBLE? par Emilie Cariou* * Etudiante, titulaire d un master 2 mention administration, management et économie des organisations, spécialité

Plus en détail

Consultation publique sur l élaboration d un programme particulier d urbanisme (PPU) pour le secteur d emplois du Plateau Est

Consultation publique sur l élaboration d un programme particulier d urbanisme (PPU) pour le secteur d emplois du Plateau Est Consultation publique sur l élaboration d un programme particulier d urbanisme (PPU) pour le secteur d emplois du Plateau Est Mémoire présenté par la Société de transport de Montréal 3 FÉVRIER 2015 TABLE

Plus en détail

ILE DE FRANCE - Rosny-sous-Bois - 93

ILE DE FRANCE - Rosny-sous-Bois - 93 ILE DE FRANCE - Rosny-sous-Bois - 93 Loueur en Meublé Non Professionnel Dispositif Censi Bouvard Une Réalisation OCEANIS Groupe Equalliance Ensemble, nous valorisons votre patrimoine Construction Valorisation

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

AVIS DE PUBLICITE CONCESSION D'AMENAGEMENT AMENAGEMENT ET CESSION DE TERRAINS COMMUNAUX

AVIS DE PUBLICITE CONCESSION D'AMENAGEMENT AMENAGEMENT ET CESSION DE TERRAINS COMMUNAUX AVIS DE PUBLICITE CONCESSION D'AMENAGEMENT AMENAGEMENT ET CESSION DE TERRAINS COMMUNAUX I. POUVOIR ADJUDICATEUR I.1 Identification Commune de Saint Paul BP 44 97 861 Saint Paul Cedex Contact : Pôle Aménagement

Plus en détail

Les aides pour les sociétés civiles immobilières

Les aides pour les sociétés civiles immobilières Comprendre TRAVAUX DE RÉNOVATION ÉNERGÉTIQUE Les aides pour les sociétés civiles immobilières Des conditions d attribution spécifiques Des aides financières existent pour soutenir les particuliers qui

Plus en détail

Budget fédéral de 2015

Budget fédéral de 2015 Mémoire de l Association canadienne des compagnies d assurances de personnes inc. Budget fédéral de 2015 à l intention du Comité permanent des finances de la Chambre des communes Août 2014 1 RÉSUMÉ L Association

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

DA 449-14.03. Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux,

DA 449-14.03. Mesdames et Messieurs les Conseillers municipaux, DA 449-14.03 PROJET NOUVELLES LIBELLULES CRÉATION D UN CENTRE DE QUARTIER DANS L ÉDICULE N 6 ET TRANSFORMATION DU CENTRE DE QUARTIER EN RESTAURANT À VOCATION D INTÉGRATION PROFESSIONNELLE Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles

Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles Déclaration de la Réunion sur le Tourisme durable dans les Îles La Conférence sur «Le développement durable du tourisme des îles», organisée par l OMT (Nations-Unies) et le Gouvernement français à Saint-Denis

Plus en détail

AXE 3 AMELIORER FICHE THEMATIQUE 3-4 : LA COMPETITIVITE DES PME L IMMOBILIER LOCATIF PUBLIC. Version adoptée au CPR du 07/12/15 1

AXE 3 AMELIORER FICHE THEMATIQUE 3-4 : LA COMPETITIVITE DES PME L IMMOBILIER LOCATIF PUBLIC. Version adoptée au CPR du 07/12/15 1 AXE 3 AMELIORER LA COMPETITIVITE DES PME FICHE THEMATIQUE 3-4 : L IMMOBILIER LOCATIF PUBLIC Version adoptée au CPR du 07/12/15 1 PRIORITE D INVESTISSEMENT N 3d : Soutien à la capacité des PME à participer

Plus en détail

Le service civique en alternance

Le service civique en alternance Le service civique en alternance au lycée e Paul Héroult H Saint-Jean Jean-de-Maurienne Ministère de l Él Éducation nationale Agence du service civique Le service civique Domaines Domaines reconnus: reconnus:

Plus en détail

Accueil. Actualisation de l inventaire des SAR contenu global du site internet

Accueil. Actualisation de l inventaire des SAR contenu global du site internet Accueil L utilisation parcimonieuse du sol et des espaces, ainsi que la qualité visuelle de notre environnement de vie sont des éléments essentiels contribuant à l épanouissement de chacun. La Wallonie

Plus en détail

LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES. L impact de la loi BORLOO sur l instauration de la GPEC au sein des entreprises.

LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES. L impact de la loi BORLOO sur l instauration de la GPEC au sein des entreprises. L impact de la loi BORLOO sur l instauration de la GPEC au sein des entreprises. Depuis janvier 2008, les entreprises de plus de 300 salariés sont obligées de négocier la mise en place d un dispositif

Plus en détail

arnaud.garnier@agicourtage.fr Tél : 06 62 95 92 88 site web : www.agicourtage.fr

arnaud.garnier@agicourtage.fr Tél : 06 62 95 92 88 site web : www.agicourtage.fr PREAMBULE Or, les solutions actuellement à votre disposition sont multiples : placements boursiers, immobilier, assurances-vie, livrets d épargne : Parmi les possibilités de placement qui s offrent à vous,

Plus en détail

Deuxième rencontre de l Atelier 2 «La diversité des techniques et des agencements humains»

Deuxième rencontre de l Atelier 2 «La diversité des techniques et des agencements humains» Deuxième rencontre de l Atelier 2 «La diversité des techniques et des agencements humains» PV de la réunion du 28 juillet 2011 (Ancienne librairie UOPC : 216, chaussée de Wavre 1050 Ixelles) Responsable

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL VILLE DE CONTRECŒUR

CONSEIL MUNICIPAL VILLE DE CONTRECŒUR PRÉSENTATION AUX MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL VILLE DE CONTRECŒUR 17 FÉVRIER 2014 MANDATS REGROUPEMENT DE COMMERCES ET D ENTREPRISES TRAVAILLE À LA REVITALISATION DU CENTRE-VILLE ET À LA GESTION DE SON

Plus en détail