Ouverture de la Clinique Ostéopathique IO-RENNES Dossier de Presse

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ouverture de la Clinique Ostéopathique IO-RENNES Dossier de Presse"

Transcription

1 Ouverture de la Clinique Ostéopathique IO-RENNES Dossier de Presse Septembre 2013 Contact Presse: Marylène Bourgin : / : 1

2 Sommaire : L INSTITUT d OSTEOPATHIE de RENNES : Ouverture de la clinique ostéopathique interne à l établissement et début des consultations en entreprises en octobre Pages 3 et 4 L OSTEOPATHIE : Page Définition du métier. Page Motifs de consultations. Pages 6 à Prise en charge ostéopathique. Pages 8 à 13 L interrogatoire L examen clinique Le traitement ostéopathique Les conseils Conclusion de la séance CONCLUSION : Page 13 Exercer l ostéopathie en toute sécurité CONSULTER A LA CLINIQUE Pages 14 et 15 VISITE DES LOCAUX PAR LE PARRAIN : Julien ESCUDE Extraits d interview Page 16 CONTACTS : Page 17 2

3 L INSTITUT d OSTEOPATHIE DE RENNES installé sur le campus de Rennes Atalante Ker Lann depuis septembre 2010, va ouvrir sa clinique ostéopathique en septembre Le diplôme d ostéopathie est délivré par IO-Rennes à niveau Bac +5 et donne à l étudiant le droit d user du titre d ostéopathe et d aller à l ARS de sa région d exercice pour se faire enregistrer et poser sa plaque professionnelle. Ce cursus comprend 4500 heures réparties sur 5 années. L objectif de l Institut d Ostéopathie de Rennes est de former des praticiens ostéopathes autonomes, responsables et compétents, capables de prendre en charge un patient dans une consultation d ostéopathie en toute sécurité par l apprentissage des sciences fondamentales de la Santé de biologie humaine et des sciences ostéopathiques pour lesquelles l enseignement pratique représentera les 2/3 conformément aux décrets. Le but est également d intégrer le monde de la santé, en pratiquant des stages dans des structures de soins privés ou publics, chez les autres professionnels de santé avec qui les ostéopathes seraient susceptibles de travailler. En allant vers la professionnalisation des études et en favorisant la pratique dans différents milieux de stages sportifs, dans les grandes entreprises, chez les ostéopathes libéraux, et dans la clinique interne de l école, les futurs ostéopathes auront le choix de leur avenir professionnel. Les ostéopathes formés à l Institut d Ostéopathie de Rennes devront être capables de prendre en charge les patients lors des consultations en leur garantissant une grande maîtrise de leur pratique en toute sécurité et dans le strict respect de leurs champs de compétence. Enfin, l ambition primordiale de la Direction est de former des ostéopathes orientés vers la recherche pour une meilleure reconnaissance du milieu scientifique en favorisant l accès à la bibliothèque, en aidant les étudiants à s interroger sur l efficacité des différentes techniques utilisées en cherchant à démontrer son appui sur des bases anatomo-physiologiques et en créant des partenariats avec les Universités. 3

4 Dans l application de ses objectifs de professionnalisation des études, l Institut d Ostéopathie de RENNES va ouvrir sa clinique ostéopathique interne à l établissement le 1er octobre Les étudiants, encadrés par des professionnels expérimentés, exerceront l apprentissage de leur métier en situation réelle de consultations, en présence de vrais patients. Les consultations seront ouvertes à tous, les adhérents auront un prix préférentiel de 10 euros la consultation, et 5 euros pour les étudiants. La consultation se déroulera en 4 temps : l interrogatoire, les bilans et tests, le traitement ostéopathique et les conseils ; elle durera environ 45 mn (voir le détail dans la prise en charge ostéopathique). Une Association Clinique et Recherche IO-RENNES a été créée dans le but d organiser les partenariats avec les différentes écoles et entreprises du campus Rennes Atalante Ker Lann, elle est ouverte également à toutes celles qui le souhaitent. D autre part, des consultations seront prodiguées dans des entreprises de la région, Keolis à Rennes, Sulky à Chateaubourg et Bosher Volaille à Mur de Bretagne sur les lieux de travail des salariés, pour démontrer les bienfaits de l ostéopathie sur des populations présentant des risques importants de troubles musculo squelettiques. Ces consultations seront encadrées dans les mêmes conditions qu à la clinique interne de l établissement en présence d ostéopathes diplômés. Des consultations dans les clubs de sports et aussi lors de manifestations sportives sont organisées durant toute l année par les étudiants en présence de professionnels diplômés. 4

5 L OSTEOPATHIE : L ostéopathie est «l art de diagnostiquer et de traiter, par la main, les dysfonctions de la micro mobilité de tissus du corps qui entraînent des troubles fonctionnels pouvant perturber l état de santé». L UPO (Unité pour l Ostéopathie) a établi un référentiel dont l Institut d Ostéopathie de RENNES s est inspiré. L exercice de l ostéopathie consiste, dans une compréhension globale du patient, à prévenir, diagnostiquer et traiter manuellement les dysfonctions de la mobilité des tissus du corps humain susceptibles d en altérer l état de santé. L exercice de l ostéopathie comporte le recueil de données cliniques, l analyse, l organisation, la réalisation de soins ostéopathiques et leur évaluation. Les bases et principes ostéopathiques ont été introduits par A.T. Still à la fin du XIXème siècle. Ces bases ont été modernisées et reprises par l Académie Américaine d Ostéopathie et par de nombreux auteurs. L adaptation pédagogique des principes ostéopathiques se résume ainsi : «Quatre principes peuvent être énoncés afin de faciliter l apprentissage des techniques manuelles et leur application en pratique clinique : Le corps est une unité physiologique ; Le corps possède des mécanismes d autorégulation ; Structure et fonction sont en relation réciproque ; Un traitement rationnel repose sur les principes précédents». Les soins ostéopathiques intègrent qualité technique et qualité des relations avec le patient. Ils sont réalisés en tenant compte de l évolution des sciences et des techniques. Les soins ostéopathiques s appliquent dans le respect des droits de la personne, dans le souci de son éducation à la santé et en tenant compte de la personnalité de celle-ci, dans ses composantes physiologiques, psychologiques, économiques, sociales et culturelles. 5

6 1 - Définition du métier L ostéopathe examine l ensemble du patient. Il recueille ainsi de nombreuses données dont il hiérarchise l influence, notamment pour la sécurité du patient. Il évalue selon les principes ostéopathiques la somme des dysfonctions somatiques qui peuvent, le cas échéant, intervenir sur l état de santé fonctionnel du patient. A la suite de cette démarche, il décide du traitement le mieux adapté à la prise en charge du ou des troubles fonctionnels du patient, portant concomitamment sur plusieurs dysfonctions somatiques. L ostéopathe dispense des soins de nature préventive, curative ou palliative, visant à promouvoir, maintenir et restaurer la santé, il contribue à l éducation, à la santé et à l accompagnement des patients dans leur parcours de soins en lien avec leur projet de vie. 2 - Les motifs de consultations : L ostéopathie est une thérapie manuelle préventive et curative des troubles fonctionnels, du nourrisson à l adulte. L ostéopathie rééquilibre, d une façon globale, les grands systèmes du corps. Attention, l ostéopathie ne dispense pas d un suivi régulier en médecine allopathique (médecin généraliste, spécialiste, pédiatre) ni d examens complémentaires si nécessaire. 2-1 Les grands systèmes du corps - le système musculo-squelettique : il peut s agir de rachialgies (douleurs du dos), de pubalgies, de tendinites, d entorses à répétions qui amènent un patient à consulter un ostéopathe de suite de traumatismes même anciens. - le système neurologique : les migraines, les céphalées, les névralgies (faciale, d Arnold ), les sciatiques ou les cruralgies peuvent-être prises en charge par l ostéopathie, douleurs neurologiques diffuses - le système cardio-vasculaire : hémorroïdes, jambes lourdes, palpitations cardiaques dues au stress 6

7 - le système digestif : il peut s agir de troubles du transit, de flatulences, de ballonnements, de reflux gastro-œsophagien ou régurgitations chez le nourrisson, de colites intestinales ou coliques du nourrisson - les systèmes ORL et pulmonaire : un patient peut aussi consulter un ostéopathe en cas d otite, de rhinite, de sinusite, d asthme, de bronchite ou bronchiolite chez le nourrisson, d acouphènes, de vertiges - le système neurovégétatif : l ostéopathie est aussi efficace en cas de stress, de nervosité, de troubles du sommeil, de crise d angoisse - les traumatismes : une consultation ostéopathique en cas d entorses, d accident de la voie publique, de chutes ou même de choc émotionnel, évitera aussi bien des séquelles au patient. 2-2 Quelques exemples de motifs de consultation : - Chez le nourrisson et l enfant : RGO (reflux gastrique), plagiocéphalies (déformations crâniennes), troubles ORL à répétition (sinusites, otites ),troubles digestifs, troubles du sommeil, du comportement, retard moteur, suite de naissance difficile - Chez la femme enceinte : Douleurs musculo-squelettiques (lombalgies, dorsalgies ), troubles digestifs, préparation Ostéopathique à l accouchement, bilan Ostéopathique post-partum. - Chez l adolescent : Scolioses, prévention de certaines pathologies liées à la croissance, fatigue, stress - Chez l adulte : Prévention, traitement de confort de l arthrose, douleurs musculosquelettiques 7

8 - En entreprise : Prévention et traitement des TMS (troubles musculo-squelettiques) liés à l ergonomie du poste de travail, stress, douleurs dues à la répétition de gestes, à une mauvaise posture au travail - Chez le sportif : Douleurs musculo-squelettiques, tendinites, préparation ostéopathique à la compétition, bilan ostéopathique en fonction du sport pratiqué, blessure à répétitions. 3 - Prise en charge ostéopathique L Ostéopathe recherche l origine de votre douleur, les causes de votre plainte afin d élaborer un traitement curatif et préventif. Une séance dure en moyenne 45 minutes, et se déroule en 4 temps (interrogatoire, examen clinique, traitement et conseils). 3-1 L interrogatoire - L Ostéopathe se renseignera sur votre motif de consultation et vos antécédents médicaux. Entretien avec le patient (Réf :UPO) : établir, pour chaque patient, un dossier qui retrace l ensemble des consultations recueillir les informations administratives du patient identifier son médecin traitant, ses antécédents médicaux, chirurgicaux et familiaux, constantes biologiques, habitudes alimentaires, traitements en cours, éléments environnementaux identifier le/les motif(s) de consultation, examens cliniques effectués, diagnostic et traitement(s) réalisé(s) identifier les habitudes de vie, les besoins du patient et ses projets de vie décrire ses limitations d activité, d indépendance et d autonomie déterminer ses facteurs environnementaux facilitateurs ou obstacles mesurer la douleur du patient sur les plans quantitatifs (échelles de mesure) et qualitatifs (nature de la douleur, localisation, modalités de survenue, etc.) mesurer le retentissement de la douleur sur les activités de la vie quotidienne du patient 8

9 rechercher les manifestations de dysfonctionnements des systèmes physiologiques du patient demander, en cas de nécessité, la réalisation d examens paracliniques présenter la démarche ostéopathique et les conditions d intervention s assurer du consentement du patient, de son tuteur ou de son représentant légal préalablement à la prise en charge mettre en œuvre une juste présence physique et verbale nécessaire au respect de l intimité et de la dignité du patient. 3-2 L examen clinique - L Ostéopathe élabore, à l'aide de tests spécifiques, un diagnostic Ostéopathique, après avoir éliminé toute cause organique à votre motif de consultation, pour votre sécurité. Examiner le patient (Réf: UPO) : observer l attitude générale (présentation, comportement, communication, mobilité, hygiène, contact visuel, expression, etc.) observer les fonctions organiques et les structures anatomiques observer les signes pathologiques et les symptômes réaliser un examen morphologique et postural effectuer un examen clinique : percussion, palpation, auscultation des différents tissus accessibles par ces biais mesurer les paramètres vitaux : pouls, pression artérielle, etc prendre en compte les paramètres corporels : poids, taille, etc Utiliser la palpation et l observation pour évaluer les mouvements dans leurs aspects fonctionnels et structurels et mettre en évidence des dysfonctions somatiques (Réf : UPO) effectuer des mesures quantitatives et qualitatives, statiques et dynamiques des différentes structures anatomiques, des paramètres articulaires, musculaires, fasciaux, cutanés et trophiques utiliser la palpation et l observation pour identifier les limitations de mouvements articulaires (mouvements majeurs et mouvements mineurs), myofasciaux et d élasticité des tissus utiliser la palpation et l observation pour identifier les asymétries des repères osseux utiliser la palpation et l observation pour identifier les modifications de la texture des tissus mous environnants. 9

10 3-3 Le traitement ostéopathique - L Ostéopathe utilise des techniques manuelles adaptées et non douloureuses structurelles, fasciales, viscérales, crâniennes. Relier les résultats de l examen clinique avec le motif de consultation du patient (Réf : UPO) : rechercher les éventuels éléments de gravité et le caractère d urgence pour garantir la sécurité du patient déterminer les diagnostics différentiels orienter le diagnostic par l anamnèse, les caractéristiques et la topographie de la douleur et/ou de la plainte, les résultats de l examen du patient formaliser les résultats de l examen clinique demander, le cas échéant, la réalisation des examens para-cliniques adéquats rédiger des conclusions issues de l analyse des données. Etablir et formuler un diagnostic ostéopathique : formuler des hypothèses sur la nature et l étendue des dysfonctions du patient, leur lien avec la plainte exprimée considérer l ensemble des dysfonctions recensées, identifier, évaluer et hiérarchiser leurs interactions faire la synthèse des données cliniques, biologiques et d imagerie. Identifier les indications et les contre indications à une prise en charge ostéopathique : recueillir les facteurs de risque dans une situation de soins déterminer les techniques appropriées au patient et à ses symptômes, en tenant compte de l équilibre bénéfice/tolérance établir un diagnostic d opportunité à une prise en charge ostéopathique. Élaborer et formaliser une stratégie d intervention reposant sur les principes suivants : considérer que le corps est une unité physiologique considérer que le corps possède des mécanismes d autorégulation considérer que structure et fonction sont en relation réciproque effectuer un raisonnement clinique qui tienne compte des trois principes précédents. 10

11 Concevoir une stratégie thérapeutique adaptée au patient et à son contexte environnementale. Définir les conditions nécessaires au déroulement de l intervention : le choix de la ou des techniques est guidé par un diagnostic préalablement posé par le respect des contre-indications au traitement manipulatif, par l état de santé du patient et l expérience du praticien. Informer le patient : informer le patient des conclusions de l examen clinique, de la conduite envisagée, du bénéfice escompté et des risques encourus recueillir le consentement du patient évaluer le niveau de compréhension de la stratégie d intervention. Adapter les protocoles nécessaires en matière d hygiène et de sécurité préalablement à chaque traitement. Mettre en œuvre l intervention thérapeutique, par des gestes spécifiques et contrôlés, dans le but de restituer la mobilité et la motilité des tissus afin de restaurer l état de santé du patient : mettre en place les paramètres manipulatifs en veillant au confort du patient restaurer la mobilité du ou des mouvements mineurs perturbés, dans les limites des amplitudes physiologiques restaurer les qualités fonctionnelles des tissus mous en relation choisir les gestes thérapeutiques en évaluant systématiquement les indications et contre-indications et dans certain cas leur balance bénéfice/risque. Adapter le traitement ostéopathique à l évolution de la situation clinique : surveiller les réactions du patient durant le traitement et les analyser pour le moduler éventuellement recueillir l expression du patient pendant la réalisation des soins identifier les effets immédiats du traitement et déterminer les mesures nécessaires en cas de réactions non souhaitées. Évaluer les résultats de la mise en œuvre de la stratégie d intervention thérapeutique : évaluer les résultats du traitement sur des critères cliniques évaluer les résultats du traitement ostéopathique évaluer puis recueillir la satisfaction du patient. 11

12 Évaluer les résultats obtenus et intégrer les adaptations au programme thérapeutique : intégrer le traitement ostéopathique à une prise en charge pluridisciplinaire faire évoluer la stratégie thérapeutique ostéopathique si nécessaire adapter, si nécessaire, la stratégie thérapeutique définir et proposer, si nécessaire, des soins ou examens complémentaires. 3-4 Conseils - L'ostéopathe vous explique la séance et les suites à donner au traitement. L Ostéopathe peut vous montrer des étirements ou vous donner des conseils hygiéno-diététiques. Contribuer à entretenir et à aider au maintien de l état de santé des patients (Réf : UPO) : mettre en œuvre les traitements préventifs mettre en œuvre les actions de prévention valoriser la gestualité et l activité physique valoriser l activité intellectuelle. Contribuer à rendre les patients responsables de leur santé : définir des objectifs de santé en concertation avec le patient accompagner le patient pour qu il formule un programme adapté suivre, autant que possible, la réalité de cette mise en œuvre et en évaluer les effets : Domaines d application : a) Professionnel ergonomie/stress/posture b) Hygiène de vie nutrition/repas/sommeil c) Sportif activités de loisir/sédentarité. Identifier et analyser les situations susceptibles d entrainer des dysfonctions et des déficiences chez le patient : anticiper la prise de conscience de l impact du vieillissement sur la santé anticiper les conséquences des dysfonctions somatiques sur l autonomie afin de mettre en œuvre un programme préventif. Informer et conseiller les patients sur le dépistage des facteurs de risques en santé 12

13 3-5 Conclusion de la séance L étudiant ostéopathe doit tenir compte des limites de son champ d action en assurant la continuité des soins du patient : proposer une nouvelle consultation dans un délai approprié au suivi du traitement ou proposer au patient un accompagnement en vue de contribuer à obtenir et maintenir un état de santé optimal ou laisser au patient l initiative d un nouveau rendez-vous assurer un suivi des patients référés en cas d indisponibilité, proposer les coordonnées d un autre ostéopathe disponible. Contribuer à la coordination des soins avec l ensemble des professionnels concernés, en respectant les domaines de compétences respectifs : proposer d orienter le patient vers un autre acteur de la santé ou du secteur social en complémentarité ou non avec ses interventions, en concertation avec le patient assurer un suivi des patients référés. Assurer un suivi des relations avec les différents acteurs concernés des secteurs sanitaires et social Améliorer la prise en charge du patient en favorisant la pérennité d une véritable coopération interprofessionnelle CONCLUSION : En permettant à ses étudiants de s exercer à la pratique de leur métier dans des situations réelles de soins, l Institut d Ostéopathie de Rennes va pouvoir atteindre ses objectifs, par la qualité de son enseignement de former des praticiens ostéopathes autonomes responsables et compétents, capables de prendre en charge un patient dans une consultation d ostéopathie en toute sécurité. Par la diversité de ses terrains de stage pratique, les étudiants d IO- RENNES auront acquis des compétences et seront armés pour affronter le milieu du travail au terme de leurs 5 années d études. 13

14 CONSULTER A LA CLINIQUE Pour qui? La clinique ostéopathique s adresse à tous les particuliers mais aussi aux salariés d entreprises, membres de Comités d entreprises, bénévoles d associations.pour bénéficier de tarifs préférentiels, vous devez adhérer à l association qui statue la clinique. La clinique ostéopathique est le centre de soins de l Institut d Ostéopathie de Rennes, établissement privé d enseignement supérieur agréé par le Ministère de la Santé, qui forme les futurs ostéopathes en cinq ans post bac. Elle est constituée en association à but non lucratif de loi 1901 et la participation sert à couvrir les assurances des étudiants. Pourquoi? L ostéopathie est une médecine manuelle qui vise à rééquilibrer toutes les parties du corps. A ce titre, l Institut d Ostéopathie de Rennes met en exergue la professionnalisation des études à travers divers terrains de stages (centres hospitaliers, clubs et manifestations sportives, entreprises) et une pratique au sein de sa propre clinique ostéopathique. Le but est de former des futurs ostéopathes autonomes, responsables et compétents. La recherche est également au cœur de cette démarche car elle permettra de prouver l efficacité des soins ostéopathiques à travers des études de cas. Comment? Une consultation dure une heure. Après un interrogatoire précis, un bilan ostéopathique global amène à un diagnostic d exclusion et à un traitement ostéopathique adapté. L étudiant de 4ème ou 5ème année est sous contrôle d un tuteur ostéopathe diplômé. 1) L adhésion d une association permet à ses membres de bénéficier de consultations au tarif adhérent. 2) L adhésion d une entreprise, d une collectivité locale ou d un CE à l association permet de faire bénéficier, à tous ses salariés, de consultations au tarif adhérent ainsi qu à leur(s) ayant(s) droit(s). 14

15 TARIFS En adhérant à l association en tant qu entreprise, collectivité locale, comité d entreprise ou association, vous offrez à vos salariés, collaborateurs ou bénévoles l opportunité de consultations au tarif adhérent. Tarif Adhésion Particulier Associations1 10 / an 30 / an Entreprises, collectivités, CE2 50 / an Tarif Consultation Tarif Consultation Adhérent 10 Tarif Consultation Adhérent : demandeur d emploi, RSA, étudiant 5 Tarif Consultation Non Adhérent 15 (1) L adhésion d une association permet à ses membres de bénéficier de consultations au tarif adhérent (2) L adhésion d une entreprise, d une collectivité locale ou d un CE à l association permet de faire bénéficier, à tous ses salariés, de consultations au tarif adhérent ainsi qu à leur(s) ayant(s) droit(s). 15

16 Visite des locaux par le parrain de IO-RENNES : Julien Escudé Extraits de l interview de Julien Escudé lors de sa visite des locaux de la clinique, par Marylène Bourgin - Directrice IO-RENNES. «Dans quelques semaines, l institut d Ostéopathie de Rennes va ouvrir sa clinique pour une formation professionnelle de ses étudiants ; que pensez-vous de cette démarche?» Je trouve cette démarche très intéressante, la profession a besoin d être reconnue dans son milieu et par les personnes qui ont besoin de se faire soigner. La faire connaitre par le plus grand nombre de personnes, savoir ses bienfaits, ses qualités et pour les étudiants, de pouvoir pratiquer sur des patients extérieurs, cela permet aussi d avoir une approche différente, un contact, une communication avec un patient, donc la démarche me semble très intéressante. «Nous espérons vous revoir prochainement en présence des étudiants, un dernier mot pour les étudiants de l'institut d Ostéopathie de Rennes» Je serai ravi de rencontrer les étudiants. Ils sont dans de bonnes conditions, dans de bonnes mains pour pouvoir réussir, c est une chance à valoriser, connaitre les meilleures écoles pour avoir un devenir et un avenir. 16

17 CONTACTS ET COORDONNEES Marylène Bourgin Directrice Générale Peggy Gautrais Attachée de Direction Chargée de la communication Audrey Deleau Responsable pédagogique Dr Valérie Bérenguer-Roze Responsable des sciences fondamentales Institut d Ostéopathie de Rennes Campus Rennes Atalante Ker Lann Rue Blaise Pascal Bruz Tél : / / 17

INSTITUT D OSTÉOPATHIE DE RENNES

INSTITUT D OSTÉOPATHIE DE RENNES INSTITUT D OSTÉOPATHIE DE RENNES IO - Rennes Dossier de Presse Septembre 2012 www.osteo-rennes.fr Contacts Presse: Marylène Bourgin et Peggy Gautrais Tél: 02 99 57 19 62 bourgin.m@io-rennes.fr gautrais.p@io-rennes.fr

Plus en détail

Science de la santé, l ostéopathie appréhende le fonctionnement du corps dans sa globalité.

Science de la santé, l ostéopathie appréhende le fonctionnement du corps dans sa globalité. Pour un partenariat avec : 1 Qu est-ce que l ostéopathie? Science de la santé, l ostéopathie appréhende le fonctionnement du corps dans sa globalité. C est une méthode thérapeutique manuelle, qui s'emploie

Plus en détail

COLLECTE DE LA TAXE D APPRENTISSAGE 2015 IO-RENNES

COLLECTE DE LA TAXE D APPRENTISSAGE 2015 IO-RENNES COLLECTE DE LA TAXE D APPRENTISSAGE 2015 IO-RENNES EDITION 2015 INSTITUT D OSTEOPATHIE DE RENNES Campus Rennes Atalante Ker Lann Rue Blaise Pascal 35170 BRUZ Tél : 02.99.57.19.62 osteopathierennes@gmail.com

Plus en détail

Présentation Cadre officiel les établissements d enseignement : l institut supérieur d ostéopathie Paris l exercice professionnel :

Présentation Cadre officiel les établissements d enseignement : l institut supérieur d ostéopathie Paris l exercice professionnel : l'ostéopathie Présentation L ostéopathie est un art de soigner exclusivement manuel, complémentaire de la médecine classique. Elle repose sur l anatomie et la physiologie et s adresse à l individu dans

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE ANNEXE VI DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE MINISTÈRE CHARGÉ DE LA SANTÉ DIPLÔME D ÉTAT DE MANIPULATEUR D ÉLECTRORADIOLOGIE MÉDICALE PORTFOLIO DE L ÉTUDIANT (document à tenir

Plus en détail

Ministère chargé de la santé. Diplôme d État d Infirmier. Portfolio de l étudiant

Ministère chargé de la santé. Diplôme d État d Infirmier. Portfolio de l étudiant Ministère chargé de la santé Diplôme d État d Infirmier Portfolio de l étudiant Nom et prénom de l étudiant : «TITRE2» «NOM» «PRENOM» Institut de formation en soins : IFSI ESQUIROL 5 Avenue Esquirol 69424

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX TECHNICIENS DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DE TECHNICIEN DE L INTERVENTION SOCIALE ET FAMILIALE 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D ERGOTHÉRAPEUTE Référentiel d activités L ergothérapeute est un professionnel de santé. L ergothérapie s exerce dans les secteurs sanitaire et social et se fonde sur le lien qui

Plus en détail

La finalité de la formation est étroitement liée aux éléments constitutifs du diplôme d Etat d aide-soignant :

La finalité de la formation est étroitement liée aux éléments constitutifs du diplôme d Etat d aide-soignant : ATELIER 2 : QUEL ACCOMPAGNEMENT DES ELEVES DE BAC PRO DANS LA PREPARATION AUX CONCOURS D ENTREE DANS LES FORMATIONS SANITAIRES ET SOCIALES DE NIVEAU V? PRESENTATION DE LA FORMATION D AIDE-SOIGNANT Le métier

Plus en détail

LE METIER D INFIRMIER

LE METIER D INFIRMIER LE METIER D INFIRMIER L infirmier ou l infirmière «donne habituellement des soins infirmiers sur prescription ou conseil médical ou en application du rôle propre qui lui est dévolu. Il participe à différentes

Plus en détail

Définition officielle du métier

Définition officielle du métier NOUVEAU PROGRAMME DES ETUDES INFIRMIERES APPLICABLE DÈS SEPTEMBRE 2009 La refonte de la formation des élèves infirmiers mise en place cette année a permis la mise en place d'un programme très différent

Plus en détail

Référentiel d activités professionnelles

Référentiel d activités professionnelles Bac pro de la 20éme CPC Référentiel d activités professionnelles Les titulaires de ce baccalauréat professionnel 20 ème CPC exercent leurs activités : - dans le souci constant de la bientraitance des personnes,

Plus en détail

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE

FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE FICHE 1 IDENTIFICATION ET DESCRIPTION DU SERVICE, UNITE OU POLE INTITULE Intitulé du service, de l unité : EHPAD Marcel Jacquelinet Pôle : Personnes âgées Adresse postale :65 route de Dijon 21604 LONGVIC

Plus en détail

Une approche médicale naturelle

Une approche médicale naturelle Publications des chiropraticiens suisses: La chiropratique - une approche médicale naturelle La chiropratique et la hernie discale La chiropratique et la sciatique La chiropratique et le mal de tête La

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ ANNEXE RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ANNEXES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS Les référentiels d activités et de compétences du métier de manipulateur d électroradiologie médicale ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers

Stage Étudiants infirmiers Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : ü La définition du métier «Infirmier» ü Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 ü Le portfolio de l étudiant Version

Plus en détail

PRESENTATION DES PROGRAMMES RELATIFS AUX DIPLÔMES D ETAT D AIDE-SOIGNANT ET AUXILIAIRE DE PUERICULTURE

PRESENTATION DES PROGRAMMES RELATIFS AUX DIPLÔMES D ETAT D AIDE-SOIGNANT ET AUXILIAIRE DE PUERICULTURE PRESENTATION DES PROGRAMMES RELATIFS AUX DIPLÔMES D ETAT D AIDE-SOIGNANT ET AUXILIAIRE DE PUERICULTURE Base réglementaire La formation: Article D 4391-1(Décret du 26 mars 2010) du Code de la santé publique

Plus en détail

Chiropratique en Entreprise. Situation actuelle des entreprises

Chiropratique en Entreprise. Situation actuelle des entreprises Chiropratique en Entreprise Exemple du CCM MASKA, St-Jean-sur-Richelieu Premier mandat en 1994 jusqu en 2002. Passé de 125 à 32 évènements en 3 ans de 70% des coûts de CSST et de 62% des cotisations en

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. www.esthetic-consult.com. Ludovic Benasson PR and Public Affairs Manager

DOSSIER DE PRESSE. www.esthetic-consult.com. Ludovic Benasson PR and Public Affairs Manager DOSSIER DE PRESSE www.esthetic-consult.com Septembre 2015 / La beauté à portée de quelques clics. C est ce que propose le site de téléconseil médical www.esthetic-consult.com. Sans vous déplacer, en toute

Plus en détail

Le référentiel de formation

Le référentiel de formation Chapitre 1 Le référentiel de formation Le diplôme peut s acquérir : soit par le suivi et la validation de l intégralité de la formation, en continu ou en discontinu ; soit par le suivi et la validation

Plus en détail

Global Training. Programme BIEN ETRE en Entreprise Les facteurs clés de la PERFORMANCE

Global Training. Programme BIEN ETRE en Entreprise Les facteurs clés de la PERFORMANCE Global Training Programme BIEN ETRE en Entreprise Les facteurs clés de la PERFORMANCE W Sommaire La performance de l entreprise 3 Les troubles psychosociaux, Une sédentarité croissante Nos services et

Plus en détail

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE

Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE Chaque jour, agir ensemble pour vaincre DOSSIER DE PRESSE LE CANCER EN QUELQUES CHIFFRES Problème majeur de santé publique avec près de 355 000 nouveaux cas estimés chaque année, le cancer est la première

Plus en détail

Coordonnées postale, téléphonique et courriel

Coordonnées postale, téléphonique et courriel Coordonnées postale, téléphonique et courriel Allée des tabacs 47200 MARMANDE Téléphone : 05.53.79.12.87 - Télécopie : 05.53.79.00.17. Courriel : contact@adesformations.fr Site : www.adesformations.fr

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT FOYER OCCUPATIONNEL. Synthèse

PROJET D ETABLISSEMENT FOYER OCCUPATIONNEL. Synthèse PROJET D ETABLISSEMENT FOYER OCCUPATIONNEL Synthèse Fort de l histoire et des valeurs de l association gestionnaire du Centre Médico-social Basile Moreau, le projet d établissement affirme les principes

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES

ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES ANNEXE I RÉFÉRENTIEL D ACTIVITÉS ET DE COMPÉTENCES PRÉAMBULE La description des activités et des compétences du métier d ostéopathe ne se substitue pas au cadre réglementaire. En effet, la plate-forme

Plus en détail

Prévention des Risques Professionnels dans les EHPAD

Prévention des Risques Professionnels dans les EHPAD Conférencières : Prévention des Risques Professionnels dans les EHPAD Séverine TOMASELLI Ingénieur Prévention Delphine MEHDI Ingénieur Prévention Entre 2000 et 2040, le nombre de personnes âgées dépendantes

Plus en détail

Référentiel du métier et des compétences des masseurs-kinésithérapeutes

Référentiel du métier et des compétences des masseurs-kinésithérapeutes Référentiel du métier et des compétences des masseurs-kinésithérapeutes Référentiel du métier et des compétences des masseurs-kinésithérapeutes Ce référentiel a été élaboré avec l accompagnement méthodologique

Plus en détail

DOSSIER D INFORMATION CANDIDATURE DEAMP

DOSSIER D INFORMATION CANDIDATURE DEAMP A la frontière de l éducatif et du soin, l Aide Médico-Psychologique accompagne des personnes en situation de handicap ou de dépendance. L Aide Médico-Psychologique les aide dans tous les gestes de la

Plus en détail

Ministère chargé de la santé. Diplôme d État d Infirmier. Port Folio de l étudiant

Ministère chargé de la santé. Diplôme d État d Infirmier. Port Folio de l étudiant Ministère chargé de la santé Diplôme d État d Infirmier Port Folio de l étudiant Nom et prénom de l étudiant : «NOM» «PRENOM» Institut de formation en soins : Date d entrée dans la formation : Nom et prénom

Plus en détail

Projet éducatif de territoire 2014-2020

Projet éducatif de territoire 2014-2020 Projet éducatif de territoire 2014-2020 SOMMAIRE Édito : Bien grandir à Nantes p. 3 Un socle de valeurs communes : la Charte nantaise de la réussite éducative p. 4 Favoriser la réussite éducative en réduisant

Plus en détail

PORTFOLIO de l étudiant

PORTFOLIO de l étudiant Diplôme d État d Infirmier / Ministère chargé de la santé PORTFOLIO de l étudiant Nom et prénom de l étudiant : «NOM» «PRENOM» INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS du Centre Hospitalier de PONTOISE

Plus en détail

ACTIONS ET SENSIBILISATIONS

ACTIONS ET SENSIBILISATIONS SANTE TRAVAIL DROME VERCORS ACTIONS ET SENSIBILISATIONS Votre service de Sante au Travail Interentreprises vous accompagne dans la prevention des risques professionnels et l amelioration de vos conditions

Plus en détail

«Accompagner l allaitement maternel

«Accompagner l allaitement maternel Formation en stage présentiel sur deux semaines «Accompagner l allaitement maternel dans le cadre de la périnatalité» L Association des Consultants en Lactation Professionnels de santé Organisme de formation

Plus en détail

La pratique de l ostéopathie par les sages-femmes

La pratique de l ostéopathie par les sages-femmes La pratique de l ostéopathie par les sages-femmes Loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé Article 75 L'usage professionnel du titre d'ostéopathe

Plus en détail

Filière éducation et insertion

Filière éducation et insertion . Filière éducation et insertion La filière «Éducation et Insertion» rassemble les équipes de professionnels chargés de conduire les projets personnalisés dans leur triple dimension : éducative, thérapeutique

Plus en détail

Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier. Portfolio de l étudiant

Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier. Portfolio de l étudiant Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier Annexe VI Portfolio de l étudiant Nom et prénom de l étudiant : Institut de formation en soins : Date d entrée dans la formation : Nom et prénom

Plus en détail

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS

LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LE DOMICILE LIEU PRIVILEGIE LIEU INTIME LIEU DE LA RENCONTRE LIEU DE LA CONFIDENCE LIEU DES SOUVENIRS LEGISLATION LOI DU 4 MARS 2002:définition des réseaux de santé : «Ils ont pour objet de favoriser l

Plus en détail

20/11/2006. Adresse du Siège C/O J M BRIAND 6, résidence de l Orangerie 78170 LA CELLE SAINT CLOUD Adresse e-mail. cdop@hotmail.fr

20/11/2006. Adresse du Siège C/O J M BRIAND 6, résidence de l Orangerie 78170 LA CELLE SAINT CLOUD Adresse e-mail. cdop@hotmail.fr du de de 20/11/2006 Adresse du Siège C/O J M BRIAND 6, résidence de l Orangerie 78170 LA CELLE SAINT CLOUD Adresse e-mail cdop@hotmail.fr 1 Face au problème que semble poser la périnatalité dans le dossier

Plus en détail

AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE

AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE NOTICE DESCRIPTIVE DE AIDE MÉDICO-PSYCHOLOGIQUE RENTREE DE NOVEMBRE 2015 1. Le métier d Aide- Médico-Psychologique L aide médico-psychologique (A.M.P.) exerce une fonction d accompagnement et d aide dans

Plus en détail

Diplôme d Etat PSYCHOMOTRICIEN. Référentiel d activités

Diplôme d Etat PSYCHOMOTRICIEN. Référentiel d activités Ministère de la santé et des sports DGOS RH2 Diplôme d Etat PSYCHOMOTRICIEN Référentiel d activités Préambule La psychomotricité résulte de l'intégration en synergie des fonctions relatives au tonus musculaire,

Plus en détail

ANNEE PREPARATOIRE AUX CONCOURS D ENTREE EN INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE

ANNEE PREPARATOIRE AUX CONCOURS D ENTREE EN INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE ANNEE PREPARATOIRE AUX CONCOURS D ENTREE EN INSTITUT DE FORMATION DES CADRES DE SANTE PROGRAMME 2015-2016 LES CONDITIONS D'ADMISSION EN IFCS - Avoir exercé 4 ans, au 1er janvier de l'année du concours,

Plus en détail

FICHE DE POSTE AIDE SOIGNANT(E) SOINS A DOMICILE. Aide soignant(e) en soins à domicile

FICHE DE POSTE AIDE SOIGNANT(E) SOINS A DOMICILE. Aide soignant(e) en soins à domicile \\Acceuil\c\ADCW\GESTION ADMINISTRATIVE GENERALE\SERVICES ADMINISTRATIFS\GESTION DES RESSOURCES HUMAINES\FICHES DE \Fiche poste AIDE SOIGNANTEV5.doc ASSOCIATION DIACONALE NORD ALSACE 10, rue de l église

Plus en détail

L Institut de formation des professions de santé ouvre ses portes au public le 24 janvier 2015

L Institut de formation des professions de santé ouvre ses portes au public le 24 janvier 2015 Communiqué de presse, le 7 janvier 2014 L Institut de formation des professions de santé ouvre ses portes au public le 24 janvier 2015 L Institut de Formation des Professions de Santé du CHRU de Tours

Plus en détail

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles

Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles 1 Pour une meilleure prise en compte de la santé mentale et de ses troubles En inter établissements à Montpellier plusieurs modules de formation à destination des travailleurs sociaux, éducateurs, psychologues,

Plus en détail

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014

Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014 Institut de Formation d Aides-Soignants Joseph LEPERCQ PROJET PEDAGOGIQUE FORMATION AIDE-SOIGNANT 2013-2014 Alexandra CURT - Estelle GARCIA - Formatrices Sylvie CLARY - Directrice 1 - LE PROJET PEDAGOGIQUE...

Plus en détail

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE

DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Date de dépôt des candidatures : 1 er juillet 30 septembre 2014 1 er janvier 31 mars 2015 APPEL A PROJETS DEVELOPPEMENT, SOUTIEN ET PERENISATION DES CENTRES DE SANTE EN ILE-DE-FRANCE Cahier des charges

Plus en détail

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence :

Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : Stage Étudiants infirmiers Documents de référence : La définition du métier «Infirmier» Les référentiels de formation, d activités et de compétences infirmiers 2009 Le portfolio de l étudiant Version 1,

Plus en détail

«Rien n est permanent

«Rien n est permanent «Rien n est permanent sauf le changement» Pour nous contacter en France et à l étranger: Téléphone: +33 1 45 46 50 64 Télécopie: +33 1 71 33 10 32 Par courriel: contact@dfacto.fr Sur notre site rubrique

Plus en détail

3 décembre 17 décembre 2 et 3. novembre. 2015 NICE 5 et 6. novembre. 2 et 3. novembre. 2015 NICE 16 et 17. novembre 2015 FREJUS 30.

3 décembre 17 décembre 2 et 3. novembre. 2015 NICE 5 et 6. novembre. 2 et 3. novembre. 2015 NICE 16 et 17. novembre 2015 FREJUS 30. Madame, Monsieur, UNIFORMATION, le CONSEIL REGIONAL PACA et la Direccte PACA se sont associés pour vous soutenir dans la démarche de professionnalisation de vos salariés. FORMATIONS GRATUITES INSCRIVEZ-VOUS

Plus en détail

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011 Conseil général CIDPA CLIC départemental Centre d Information Départemental Personnes Agées 38 avenue Bollée - 72000 LE MANS 02.43.81.40.40 - Fax : 02.43.76.17.54 cidpa@cg72.fr - Site internet : www.cidpaclic.sarthe.org

Plus en détail

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention

Le plan d intervention au service de la réussite de l élève. Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Le plan d intervention au service de la réussite de l élève Cadre de référence pour l établissement des plans d intervention Objectif de la présentation Présenter les orientations ministérielles qui sous-tendent

Plus en détail

Programme Pédagogique National du DUT «hygiène-sécuritéenvironnement

Programme Pédagogique National du DUT «hygiène-sécuritéenvironnement Programme Pédagogique National du DUT «hygiène-sécuritéenvironnement» Présentation des semestres 1/7 Tableau A : tableau synthétique des modules et des Unités d'enseignement (UE) par semestre UE Thème+

Plus en détail

Au cœur de la santé en entreprise. Prestations 2016.

Au cœur de la santé en entreprise. Prestations 2016. Au cœur de la santé en entreprise. Prestations 2016. La prévention de la santé en entreprise comprend différentes facettes. Découvrez neuf de nos prestations actuelles. Bienvenue! La santé en entreprise

Plus en détail

Santé - Cohésion sociale

Santé - Cohésion sociale Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 79 ASSISTANT SOCIAL Code : SCS05 Intitulé RIME : Assistant socio-éducatif FPESCS05 Il est chargé du suivi individualisé des agents. Il participe

Plus en détail

LIGNE MÉTIER RESTAURATION RAPIDE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER

LIGNE MÉTIER RESTAURATION RAPIDE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER LIGNE MÉTIER RESTAURATION RAPIDE DES SERVICES POUR RÉPONDRE À VOS ENJEUX MÉTIER Les salariés de la restauration rapide sont exposés à des risques spécifiques : les chutes de plain pied, les mauvaises postures,

Plus en détail

Document pour l auto-évaluation. Section D

Document pour l auto-évaluation. Section D Document pour l auto-évaluation Section D Section D Document pour l auto-évaluation Instructions pour utiliser le Document pour l auto-évaluation... Document pour l auto-évaluation... -D-1- -D-2- Document

Plus en détail

Profil d enseignement INFIRMIER SPECIALISE EN SANTE MENTALE ET PSYCHIATRIE 2015-2016

Profil d enseignement INFIRMIER SPECIALISE EN SANTE MENTALE ET PSYCHIATRIE 2015-2016 Profil d enseignement INFIRMIER SPECIALISE EN SANTE MENTALE ET PSYCHIATRIE 2015-2016 Catégorie Paramédicale Département Tournai/Mouscron Haute École Louvain en Hainaut ASBL Siège Sociall Chaussée de Binche

Plus en détail

Le référentiel de formation

Le référentiel de formation Le référentiel de formation INFO Sommaire I. Les objectifs du référentiel 4 de formation II. Le profil de sortie des étudiants 5 III. Les principes directeurs communs 8 aux écoles d ostéopathie affiliées

Plus en détail

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010

Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 Position adoptée lors de la session du Conseil national de l Ordre des infirmiers du 14 septembre 2010 De l infirmier du travail à l infirmier spécialisé en santé au travail : reconnaître l infirmier comme

Plus en détail

Le Pôle départemental de médecine du sport. de l Essonne (PDMS)

Le Pôle départemental de médecine du sport. de l Essonne (PDMS) Pôle Départemental de Médecine du Sport Conception : ClinicProSport / Design : kreo / Crédits photos : Alexis Harnichard, Lionel Antoni Le Pôle départemental de médecine du sport de l Essonne (PDMS) Pôle

Plus en détail

Convention de partenariat Etat/OPPBTP. sur la prévention des risques professionnels

Convention de partenariat Etat/OPPBTP. sur la prévention des risques professionnels Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère délégué à l emploi, au travail et à l insertion professionnelle des jeunes Convention de partenariat Etat/OPPBTP sur la prévention

Plus en détail

Les activités de manutention manuelle peuvent provoquer de nombreux accidents de travail, plus ou moins graves:

Les activités de manutention manuelle peuvent provoquer de nombreux accidents de travail, plus ou moins graves: 1. REGLEMENTATION Code du travail articles R. 4541-1 à R. 4541-11 et R. 4612-7 (décret du 3 septembre 1992 fixant les prescriptions minimales de sécurité et de santé relatives à la manutention manuelle

Plus en détail

EDUCATION THERAPEUTIQUE

EDUCATION THERAPEUTIQUE EDUCATION THERAPEUTIQUE Qu est ce que la santé? Définition OMS 1948: absence de maladie et bien être physique mental et social complet Définition refusée par le ministère de la santé 13 millions de malades

Plus en détail

PRESENTATION DE LA FORMATION

PRESENTATION DE LA FORMATION PRESENTATION DE LA FORMATION Centre de formation aux métiers de la santé : Allée Jacques Monod BP 609 62321 BOULOGNE SUR MER CEDEX Tél : 03.21.99.30.61 Fax : 03.21.99.38.92 Mail : sec_ifsi@ch-boulogne.fr

Plus en détail

LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE

LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE LA CONTENTION : Présentation assurée par Nadia SAVIGNY-SERIN, infirmière à l EHPAD SAINT JACQUES VERDUN SUR GARONNE I- Définition et généralités : HAS : la contention physique est l utilisation de tous

Plus en détail

Ergonomie Management / Communication Risques professionnels Sécurité. En inter-entreprises ou en intra-entreprise

Ergonomie Management / Communication Risques professionnels Sécurité. En inter-entreprises ou en intra-entreprise Ergonomie Management / Communication Risques professionnels Sécurité En inter-entreprises ou en intra-entreprise Sensibilisation Travail sur écran 0,5 jour Tous salariés volontaires travaillant sur écran

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES ANNEXE II MAQUETTE DE FORMATION EN OSTÉOPATHIE Annexe II : MAQUETTE DE FORMATION EN OSTEOPATHIE Axes de formation Lien avec le référentiel de compétences 1 2 3 4 5 Total CM+TD 1 - Sciences fondamentales

Plus en détail

DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d exercice de l ostéopathie NOR: SANH0721330D

DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d exercice de l ostéopathie NOR: SANH0721330D DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d exercice de l ostéopathie NOR: SANH0721330D Le Premier ministre, Sur le rapport du ministre de la santé et des solidarités,

Plus en détail

CALENDRIER DES FORMATIONS Année 2015-2016

CALENDRIER DES FORMATIONS Année 2015-2016 CALENDRIER DES FORMATIONS Année 2015-2016 WWW.CASIOPE.ORG POUR LES INTERVENANTS EN PETITE ENFANCE POUR LES GESTIONNAIRES ET LES RESPONSABLES DU SOUTIEN PÉDAGOGIQUE POUR LES RESPONSABLES DE SERVICE DE GARDE

Plus en détail

PROGRAMME de FORMATION

PROGRAMME de FORMATION PROGRAMME de FORMATION 1 RENFORCEMENT DES COMPETENCES POUR ACCEDER PAR LE BIAIS DE LA VAE A L OBTENTION DU DIPLOME D ETAT AUXILIAIRE DE PUERICULTURE PUBLIC Professionnels des structures d accueil de la

Plus en détail

Référentiel de formation des études paramédicales 2009

Référentiel de formation des études paramédicales 2009 Référentiel de formation des études paramédicales 2009 Plan Contexte d émergence de la réforme des études Principes du référentiel de formation Organisation de la formation Unités d enseignement et stages

Plus en détail

Catalogue de Formations 2014

Catalogue de Formations 2014 Catalogue de Formations 2014 Bienvenue Le fil conducteur de nos formations: Optimiser l image de soi et la communication personnelle pour une meilleure relation aux autres et développer le bien-être du

Plus en détail

Dossier d admission au master par la valorisation des acquis de l expérience (VAE)

Dossier d admission au master par la valorisation des acquis de l expérience (VAE) Dossier d admission au master par la valorisation des acquis de l expérience (VAE) Dossier incluant une note d accompagnement à destination du candidat 1. Conditions de recevabilité d une demande de VAE

Plus en détail

CERTIFICAT DE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE EDUCATEUR DE VIE SCOLAIRE

CERTIFICAT DE QUALIFICATION PROFESSIONNELLE EDUCATEUR DE VIE SCOLAIRE EDUCATEUR DE VIE SCOLAIRE Le Certificat de Qualification Professionnelle Educateurs de Vie Scolaire a pour objectif de proposer une certification pour les personnels qui ont une activité spécifique dans

Plus en détail

«Intégration des savoirs scientifiques dans la formation et dans la pratique»

«Intégration des savoirs scientifiques dans la formation et dans la pratique» «Intégration des savoirs scientifiques dans la formation et dans la pratique» Le mémoire de recherche en I.F.C.S. : un processus de professionnalisation? (Le point de vue d un Cadre de Santé formateur

Plus en détail

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima

Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer. Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Place du MG dans la PEC de la maladie d Alzheimer Recommandation de la HAS Décembre 2011 Dr Azizi Fatima Nous vivons dans des sociétés vieillissantes Les démences un réel problème de santé mondial. le

Plus en détail

Les Compétences Essentielles selon l Alliance des Sages- Femmes d Amérique du Nord (MANA)

Les Compétences Essentielles selon l Alliance des Sages- Femmes d Amérique du Nord (MANA) Les Compétences Essentielles selon l Alliance des Sages- Femmes d Amérique du Nord (MANA) version finale juin 2011 Introduction Les Compétences Essentielles selon l Alliance des Sages-Femmes d Amérique

Plus en détail

Formations en sécurité. Conseil en sécurité

Formations en sécurité. Conseil en sécurité Formations en sécurité Conseil en sécurité Sécurit Up 85 Bis route de Saint-Priest 69780 Mions Tél : 04 78 21 72 90 Fax : 04 78 21 73 76 E-mail : contact@securitup.fr Quelques chiffres En 2010, selon les

Plus en détail

Mention : Psychologie

Mention : Psychologie UFR Sciences Psychologiques et Sciences de l'education (SPSE) RENSEIGNEMENTS PRATIQUES Secrétariats M1 : (Bâtiment C, bureau C408B) Tel: 01 40 97 47 19 M2 : Ahmed SLIMANE (Bâtiment C, bureau C408A) aslimane@u-paris10.fr

Plus en détail

plus on en sait mieux on se porte Brochure d information patient MON dossier et MOI dmp.gouv.fr

plus on en sait mieux on se porte Brochure d information patient MON dossier et MOI dmp.gouv.fr plus on en sait mieux on se porte Brochure d information patient MON dossier médical personnel et MOI dmp.gouv.fr Les pratiques médicales évoluent continuellement pour permettre à chacun d être mieux soigné

Plus en détail

Être étudiant/enseignant dans LA SPECIALISATION EN PSYCHOPATHOLOGIE

Être étudiant/enseignant dans LA SPECIALISATION EN PSYCHOPATHOLOGIE Centre d Enseignement Supérieur pour Adultes Rue de Courcelles, 10 à 6044 ROUX Tél : 071/45.11.08 Fax : 071/45.53.63 mail : cesa@cesa.be Matricule : 5.355.007 Être étudiant/enseignant dans LA SPECIALISATION

Plus en détail

Haute Autorité de Santé 2007

Haute Autorité de Santé 2007 Recommandations professionnelles pour la prise en charge en cas de mort inattendue du nourrisson ( 2ans) Haute Autorité de Santé 2007 www.has-sante.fr Montpellier, 21 novembre 2008 E. Briand-Huchet, centre

Plus en détail

Modalités de Contrôles des Connaissances Université d Artois Faculté des Sports et de l Education Physique de LIEVIN 2014/2015 LICENCE

Modalités de Contrôles des Connaissances Université d Artois Faculté des Sports et de l Education Physique de LIEVIN 2014/2015 LICENCE LICENCE Les contrôles des connaissances peuvent être organisés suivant différentes modalités. Celles-ci sont adoptées en début d année par le conseil d UFR, le CEVU, le CA et affichées dans le hall d entrée

Plus en détail

«patient traceur» et V2014 charles.arich@chu-nimes.fr

«patient traceur» et V2014 charles.arich@chu-nimes.fr «patient traceur» et V2014 charles.arich@chu-nimes.fr Préambule La méthode du patient-traceur analyse de manière rétrospective le parcours d un patient de l amont de son hospitalisation jusqu à l aval,

Plus en détail

CALENDRIER DES FORMATIONS Année 2015-2016

CALENDRIER DES FORMATIONS Année 2015-2016 CALENDRIER DES FORMATIONS Année 2015-2016 WWW.CASIOPE.ORG POUR LES INTERVENANTS EN PETITE ENFANCE POUR LES GESTIONNAIRES ET LES RESPONSABLES DU SOUTIEN PÉDAGOGIQUE Table des matières POUR TOUS LES INTERVENANTS

Plus en détail

Représentation du métier et perspectives soignantes

Représentation du métier et perspectives soignantes 1 L AIDE SOIGNANTE AU CŒUR DES SOINS Représentation du métier et perspectives soignantes au coeur des soins Journée régionale ANFH Charlevile Mézières L AIDE SOIGNANT AUJOURD HUI Quelques chiffres: Selon

Plus en détail

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié

Ils existent de nombreuses définitions de la santé publique. Nous en avons privilégié Chapitre 1 Définition et enjeux De tout temps, l homme a tenté de se protéger collectivement contre les maladies et les décès prématurés, notamment en luttant contre les épidémies et les agressions de

Plus en détail

Référentiel de certification

Référentiel de certification Référentiel de certification Diplôme d Ambulancier 1/14 1. CARACTERISTIQUES DE LA SPECIALITE 2. CERTIFICATS PROFESSIONNELS UNITAIRES (CPU) 3. VOIES D ACCES A LA CERTIFICATION 4. DISPOSITIF D EVALUATION

Plus en détail

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.)

PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) PROGRAMME DE PROMOTION DE L USAGE RATIONNEL DES MEDICAMENTS EN ALGERIE (P.U.R.M.A.) Introduction L aboutissement à un usage rationnel des médicaments est le résultat d un programme exécuté par une chaîne

Plus en détail

Action de prévention coordonnées

Action de prévention coordonnées Actes Journées Santé Travail du CISME Tome III 2013 Session 1 : Philosophie du travail en réseau Session 2 : Actions de communication pour impliquer l entreprise Action de prévention coordonnées Aide à

Plus en détail

Conférencedepressedu17mai2013. L Unapeipubliesesrecommandations. pourunesantéaccessibleauxpersonnes handicapéesmentales

Conférencedepressedu17mai2013. L Unapeipubliesesrecommandations. pourunesantéaccessibleauxpersonnes handicapéesmentales C Conférencedepressedu17mai2013 L Unapeipubliesesrecommandations pourunesantéaccessibleauxpersonnes handicapéesmentales Dossier de presse Paris, le 17 mai 2013 L Unapei publie son livre blanc pour une

Plus en détail

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015

ENTRETIEN PRENATAL. Du dépistage à l accompagnement. F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme. Colloque violences faites aux femmes. Toulouse, 22 janvier 2015 ENTRETIEN PRENATAL Du dépistage à l accompagnement Colloque violences faites aux femmes Toulouse, 22 janvier 2015 F. BERNADBEROY PRIDO Sage-femme 1) La grossesse, un moment clé 2) L entretien précoce 3)

Plus en détail

Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB)

Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB) Section des Formations et des diplômes Evaluation des masters de l'ecole nationale supérieure des sciences de l information et des bibliothèques (ENSSIB) Juillet 2010 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Dossier d inscription

Dossier d inscription I.F.A.P. Institut de Formation d Auxiliaire de Puériculture Dossier d inscription Concours d entrée à L Institut de Formation d Auxiliaire de Puériculture Cursus avec Dispense de modules CURSUS PARTIELS,

Plus en détail

CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE

CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE CERTIFICAT DE TUTEUR D ENTREPRISE Ce programme de formation prépare à l obtention du CP FFP (Certificat Professionnel de la Fédération de la Formation Professionnelle) de Tuteur d entreprise. INTITULÉ

Plus en détail

FORMATION INFIRMIERE

FORMATION INFIRMIERE FORMATION INFIRMIERE UN NOUVEAU REFERENTIEL DE FORMATION Sources : documents de travail de la DHOS (de décembre 2008 à mars 2009) LE POURQUOI DE LA REINGENERIE DE LA FORMATION LMD ECTS Ministère de l enseignement

Plus en détail

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES I. LES CENTRES MEDICO- PSYCHOLOGIQUES (CMP) CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES Ces centres ont été créés avec trois objectifs fondamentaux pour la psychiatrie communautaire : Promotion

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016

DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 DOSSIER DE PRESSE Rennes le 5 juillet 2016 Groupement Hospitalier de Territoire - Haute Bretagne : 11 établissements publics de santé engagés au service de la population Jeudi 30 juin, la convention constitutive

Plus en détail