ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES"

Transcription

1 2008 ROYAUME DU MAROC MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES RAPPORT DE LA DETTE EXTERIEURE PUBLIQUE Direction du Trésor et des Finances Extérieures Mars 2009

2 SOMMAIRE ACRONYMES ET ABRÉVIATIONS 3 PRINCIPALES EVOLUTIONS 4 I. ENCOURS DE LA DETTE EXTERIEURE PUBLIQUE 5 1. RÉPARTITION DE LA DETTE PAR CRÉANCIER 6 2. STRUCTURE DE LA DETTE PAR EMPRUNTEUR 6 3. COMPOSITION DE LA DETTE PAR DEVISE 8 4. COÛT DE LA DETTE ET COMPOSITION PAR TYPE DE TAUX D'INTÉRÊT 9 II. SERVICE DE LA DETTE EXTERIEURE PUBLIQUE LES CHARGES EN AMORTISSEMENTS LES CHARGES EN INTÉRÊTS ET COMMISSIONS PROJECTIONS DES CHARGES DE LA DETTE 13 III. TIRAGES SUR EMPRUNTS EXTERIEURS 13 IV. NOUVEAUX ENGAGEMENTS EXTERIEURS 15 V. OPÉRATIONS D ALLÉGEMENT DE LA DETTE 16 ANNEXES STATISTIQUES 18 STATISTIQUES DE LA DETTE EXTERIEURE PUBLIQUE 19 STATISTIQUES DE LA DETTE EXTERIEURE DU TRESOR 24-2-

3 ACRONYMES ET ABRÉVIATIONS EEPs ADM APDN CFR ONCF ONE ONEP RAM AFD ICO KFW BAD BEI BIRD BID FADES MFI EURIBOR LIBOR Etablissements et entreprises publics Société Nationale des Autoroutes du Maroc Agence pour la Promotion et le Développement du Nord Caisse pour le Financement Routier Office Nationale des Chemins de Fer Office Nationale de l Electricité Office Nationale de l Eau Potable Royal Air Maroc Agence Française de Développement Instituto Crédito Oficial (institution publique espagnole) Kreditanstalt Für Wiederaufbau (Banque Allemande de développement) Banque Africaine de Développement Banque Européenne d Investissement Banque Internationale pour le Reconstruction et le Développement Banque Islamique de Développement Fonds Arabe pour le Développement Economique et Social Marché Financier International Euro Inter-Bank Offered Rate London Inter-Bank Offered Rate -3-

4 PRINCIPALES EVOLUTIONS Les données de la dette extérieure publique enregistrées durant l année 2008 ont été caractérisées par les principales évolutions suivantes : Une stabilisation du ratio d endettement extérieur public à un niveau modéré, soit 20% du PIB, et ce en dépit de l augmentation de l encours de 10%, s'établissant, à fin 2008, à 134,2 milliards DH (16,6 milliards $US) ; Un solde positif, pour la 3 ème année consécutive, des flux nets (tirages charges en principal) de la dette extérieure publique qui ont atteint près de 9 milliards DH ; Une diminution de 1,4 point du taux du service de la dette extérieure publique (amortissements, intérêts et commissions) rapporté aux recettes courantes de la balance des paiements qui s est établi en 2008 à 5,4% ; Une hausse de près de 6 milliards DH des tirages sur emprunts extérieurs hors émission sur marché financier international (effectuée par le Trésor en 2007) pour atteindre un montant de 22,3 milliards DH ; Une augmentation de 2 milliards DH du montant global des nouveaux accords d emprunts extérieurs (hors émission sur le MFI en 2007) conclus par le secteur public pour atteindre près de 27 milliards DH en

5 I. ENCOURS DE LA DETTE EXTERIEURE PUBLIQUE L encours de la dette extérieure publique s est établi à fin 2008 à 134,2 milliards DH contre 122,0 milliards DH à fin 2007, enregistrant ainsi une augmentation de 12,2 milliards DH ou 10%. Cette évolution s explique essentiellement par : le solde positif des flux nets des financements extérieurs qui s est établi à 8,9 milliards DH ; et l impact des fluctuations de change notamment l appréciation par rapport au dirham du Yen de 29% (8,9 DH pour 100 Yen en 2008 contre 6,9 DH en 2007) et du $US de 5% (8,1 DH en 2008 contre 7,7 DH en 2007). En dépit de cette augmentation de l encours, le taux d endettement extérieur public s est stabilisé aux alentours de 20% du PIB et le taux d endettement par rapport aux recettes courantes de la balance des paiements s est amélioré de 2 points en revenant, en 2008, à 39%. Le graphe ci-après illustre l évolution sur les dix dernières années de l encours de la dette extérieure publique exprimé en DH, en $US et en Euro. Exprimé en Dollar, l encours de la dette extérieure publique s établit à fin 2008 à 16,6 milliards $US contre 15,8 milliards $US à fin 2007 et, exprimé en Euro, à 11,9 milliards contre 10,7 milliards respectivement. -5-

6 1. Répartition de la dette par créancier Avec un encours de 69,9 milliards DH, les institutions internationales de développement confirment leur place de premier groupe créancier du Maroc en détenant 52% de la dette contre 40% en 2003 et 33% en Cette hausse traduit l'accompagnement soutenu de ces institutions en terme de financement du programme de développement de notre pays (appuis aux réformes structurelles et projets d'investissement). Pour sa part, l encours de la dette à l égard des créanciers bilatéraux s élève à 54,0 milliards DH (40%) et celui des banques commerciales à 10,3 milliards DH (8%). La répartition par groupe de créanciers est retracée dans le graphique ci-après. A fin 2008, les principaux créanciers du Maroc, représentant plus des trois quarts du total de l encours de la dette extérieure publique, sont les suivants : BIRD : 15% ; BAD : 13% ; France : 13% ; BEI : 12% ; FADES : 7% ; Japon : 6% ; Allemagne : 5%; BID : 4%. 2. Structure de la dette par emprunteur Par débiteur, le Trésor demeure le principal emprunteur avec un encours de 68,7 milliards DH représentant 51% du total de la dette extérieure publique. Le reliquat qui est composé notamment de la dette extérieure garantie (65,5 milliards DH), est détenu principalement par : L ONE (20 milliards DH), L ADM (13 milliards DH), -6-

7 L ONEP (6 milliards DH), La RAM (5 milliards DH) et L ONCF (5 milliards DH). Il est à signaler que la part de la dette du Trésor dans le total de la dette extérieure publique a poursuivi son trend baissier, d une année à l autre, en s établissant à 51% en 2008 contre 63% en 2003 et 70% en 1998 alors que celle des établissements publics s est renforcée dans les mêmes proportions ; La dette du Trésor ayant connu une diminution, en valeur absolue, de 6% en moyenne par an contre une augmentation de 2% de celle des EEPs. Cette évolution s explique par l effet conjugué de plusieurs facteurs dont notamment : Le recours maîtrisé du Trésor au financement extérieur, sous l'effet de l'amélioration des conditions de financement sur le marché intérieur, contre le recours accru des EEPs à ces financements pour couvrir leurs importants programmes d investissement ; La mobilisation par le Trésor, durant les dernières années, de ressources importantes sous forme de dons, principalement auprès des pays arabes et de l Union Européenne ; Les opérations de gestion active de la dette extérieure du Trésor notamment les remboursements par anticipation et les refinancements des dettes onéreuses ainsi que les conversions en investissements publics et privés. Cette évolution s est reflétée au niveau des indicateurs d endettement par emprunteur. C est ainsi que le taux d endettement extérieur du Trésor s est amélioré de près de 23 points du PIB sur les 10 dernières années pour s établir en 2008 à 10,2% du PIB alors que celui de la dette extérieure garantie n a diminué que de 4 points s établissant à 9,8% du PIB. -7-

8 Dette publique Dette du Trésor DETTE EXTÉRIEURE PUBLIQUE EN Composition de la dette par devise L'évolution de la composition par devises de la dette a été caractérisée par le renforcement de la part de la dette libellée en Euro au détriment de celle libellée en Dollar US et en Yen Japonais ; l objectif étant de faire tendre la structure de la dette existante vers la structure d un portefeuille cible «Benchmark» à même d atténuer l exposition au risque de change et de limiter l impact des fluctuations des différentes devises et ce, en relation avec la structure de nos échanges extérieurs et du panier du dirham. Ainsi, la part de la dette libellée en Euro dans le total s'est améliorée de 24 points au cours des 10 dernières années pour représenter 70% alors que celle de la dette libellée en Dollar US a régressé de 27 points revenant à 10% seulement. Il est à noter que cette amélioration a été beaucoup plus importante pour la dette extérieure du Trésor puisque 76% de la dette est libellée en Euro contre 42% seulement 10 ans auparavant (+34 points). Les graphes ci-après retracent l évolution de la structure en devises de la dette extérieure publique et de la dette extérieure du Trésor entre 1998 et EN 1998 EN

9 Cette amélioration continue de la structure en devises s est traduite par une réduction significative de l impact des fluctuations de change sur la dette extérieure publique. En effet, cet impact est passé en moyenne d'une variation de 4% sur la période à moins de 2% sur la période Le graphique ci-contre illustre bien cette réduction de l impact de change sur l encours de la dette extérieure du Trésor comparé aux variations du cours du $US vis-à-vis du DH sur la période Coût de la dette et composition par type de taux d'intérêt Le coût moyen de la dette extérieure publique s'élève, en 2008, à 4,0% pour une durée de remboursement restante moyenne de l ordre de 8 ans. Ce coût est en hausse de 10 points de base par rapport à celui de Cette légère augmentation s explique essentiellement par le renchérissement des taux d intérêt sur le marché financier international, enregistré durant le 2 ème semestre 2007 et le 1 er semestre 2008, notamment l Euribor à six mois, dont est assorti 21% de la dette, qui s est établi en moyenne à 4,7% contre une moyenne de 3,8% un an auparavant. Le graphique ci-contre, retrace l évolution du coût moyen de la dette extérieure publique et celui de la dette extérieure du Trésor depuis La composition de la dette extérieure publique par type de taux d intérêt fait ressortir une légère diminution de la part de la dette extérieure assortie de taux d'intérêt fixes qui passe de 75% en 2007 à 72% au profit de la dette extérieure à taux flottants. -9-

10 La structure de la dette extérieure publique par types de taux d intérêt se présente, à fin 2008, comme suit : Dette à taux d'intérêt fixes : 72% dont 29% assortie d un taux d intérêt inférieur à 2,50 ; 29% entre 2,50 et 4,50 et 14% supérieur à 4,50. Dette à taux d'intérêt semi-fixes : 3% qui concerne essentiellement les anciens prêts en pool de monnaies de la Banque Mondiale dont le taux est calculé sur le coût moyen de ses ressources de financement ; Dette à taux d intérêt flottants : 25% dont 21% indexée sur l Euribor à 6 mois et 3% sur le Libor à 6 mois sur le $US. -10-

11 II. SERVICE DE LA DETTE EXTERIEURE PUBLIQUE Les charges de la dette extérieure publique en amortissements et intérêts réglées en 2008 se sont élevées à 18,6 milliards DH contre 20,1 milliards DH en 2007, enregistrant ainsi une diminution de 1,5 milliard DH. Rapportées aux recettes courantes de la balance de paiements, ces charges ne représentent, en 2008, que 5,4% des recettes courantes contre 6,8% en 2007 et 16,5% en Les charges en amortissements Les amortissements de la dette extérieure publique se sont établis à 13,5 milliards DH contre 15,5 milliards DH en 2007, soit une baisse de 2 milliards DH. Cette diminution a concerné principalement les remboursements effectués par le Trésor. En effet, les amortissements de la dette extérieure du Trésor ont baissé de 1,9 milliard DH, passant de 11,4 milliards DH en 2007 à 9,5 milliards DH en Cette diminution, qui intervient en dépit de l arrivée à échéance en 2008 de l Eurobond émis en 2003 d un montant de 400 millions, s explique principalement par le remboursement par anticipation en 2007 du reliquat de la dette rééchelonnée à l égard du Club de Londres et de l arrivée à terme des échéances du Club de Paris. S agissant de la dette des EEPs, les charges en principal se sont élevées à 4 milliards DH, soit le même niveau que celui de l année

12 Par catégorie de créanciers, ces amortissements se répartissent comme suit : Les banques commerciales : 40% ou 5,4 milliards DH dont 4,6 milliards DH au titre de l Eurobond de 2003 ; Les institutions internationales : 33% ou 4,4 milliards DH dont 2 milliards DH pour la BIRD; et Les créanciers bilatéraux : 27% ou 3,7 milliards DH dont la France 1,5 milliard DH. 2. Les charges en intérêts et commissions Les charges en intérêts et commissions de la dette extérieure publique se sont établies à 5,1 milliards DH, en hausse de 12% par rapport à leur niveau en Cette augmentation a concerné aussi bien la dette du Trésor que la dette des EEPs. Elle s explique essentiellement par : L augmentation de l encours de la dette qui résulte des flux nets positifs (tirages amortissements) ; et Le renchérissement des taux d intérêt sur le marché financier international notamment l Euribor à six mois (+90 points de base en moyenne). Ventilées par catégorie de créanciers, les charges en intérêts se répartissent comme suit : Les institutions internationales : 59% ou 3 milliards DH dont 1 milliard DH pour la BIRD; Les créanciers bilatéraux : 26% ou 1,3 milliard DH dont la France 0,5 milliard DH ; et Les banques commerciales : 15% ou 0,8 milliard DH. -12-

13 3. Projections des charges de la dette Les prévisions du service de la dette extérieure publique, sur la base de l encours à fin 2008, montrent que le service de cette dette devrait se situer en 2009 aux alentours de 14,2 milliards DH, et enregistrer une diminution de 23% ou 4,4 milliards DH par rapport à son niveau de Cet allégement des charges s explique essentiellement par le remboursement par le Trésor, en juillet 2008, de l Eurobond émis en 2003 d un montant de 400 millions. Au cours des six prochaines années, cet allégement des charges de la dette extérieure publique devra se maintenir puisque l'échéancier de la dette, tel qu il est illustré sur le graphique ci-contre, présente un profil bien lissé avec une tendance à la baisse continue du service de la dette qui devrait passer de 14,2 milliards DH en 2009 à 11,6 milliards DH en 2014 (base encours à fin 2008). Cette évolution est le résultat de la politique de gestion active de la dette poursuivie depuis 1996 et des conditions de financement favorables dont sont assortis les nouveaux engagements conclus durant les dernières années notamment en termes de taux d'intérêt, de maturités et de différés des amortissements (en moyenne de l ordre de 18 ans et 5 ans respectivement). III. TIRAGES SUR EMPRUNTS EXTERIEURS Les ressources d'emprunts extérieurs mobilisés par le secteur public durant l année 2008 ont porté sur un montant global de 22,3 milliards DH, soit quasiment le même niveau que celui de l année Hormis l émission obligataire de 2007 d un montant de 5,6 milliards DH, ces tirages enregistrent une forte progression de 34% ou +5,7 milliards DH dont +4,5 milliards DH au titre de la contribution des créanciers bilatéraux. -13-

14 La répartition globale des tirages en fonction de la nature des utilisations est illustrée par le graphique ci-après. Concernant le Trésor, les montants mobilisés ont porté sur 11,3 milliards DH, en baisse de 1,2 milliard DH par rapport à leur niveau de Néanmoins, si on exclue l émission obligataire de 2007, ces tirages enregistreraient plutôt une hausse importante de 4,5 milliards DH. Les montants tirés par le Trésor en 2008 ont servi : au financement des projets d investissement pour 7,5 milliards DH ; à l'appui aux programmes de réformes structurelles et sectorielles à hauteur de 3,8 milliards DH dont 1,5 milliard DH pour la réforme de l administration, 1,2 milliard DH destiné au secteur de l eau, 623 millions DH au secteur de la santé et 526 millions DH au secteur de l habitat. S agissant des EEPs, les tirages mobilisés se sont établis à près de 11 milliards DH, en augmentation de 20% par rapport à leur niveau en La répartition de ces tirages par organisme débiteur se présente comme suit : L ONE 4,7 milliards DH ; L ADM 2,3 milliards DH ; L ONCF 1,3 milliard DH ; La CFR 1 milliard DH ; L ONEP 0,7 milliard DH ; La RAM 0,6 milliard DH

15 Par bailleur de fonds, la répartition des tirages, telle qu elle est illustrée dans le graphique ci-après, fait ressortir une part importante des organismes arabes et islamiques (5,1 milliards DH) suivis de la BAD (3,4 milliards DH), de la Hollande (3,1 milliards DH), de la France (2,2 milliards DH), de la BIRD (1,8 milliard DH) et de l Espagne (1,7 milliard DH). Par ailleurs, des financements importants ont été mobilisés, durant cette année, sous forme de dons et qui ont atteint le montant de 9,5 milliards DH provenant essentiellement de l Arabie Saoudite (4,5 milliards DH), de l Union Européenne (2,4 milliards DH) et des Emirats Arabes Unis (2,2 milliards DH). IV. NOUVEAUX ENGAGEMENTS EXTERIEURS Durant l année 2008, les nouveaux accords d'emprunts extérieurs conclus par le secteur public (Trésor et EEPs) se sont élevés à 26,8 milliards DH, soit une baisse de 3,9 milliards DH par rapport à 2007 (30,7 milliards DH y compris l émission sur le MFI de 5,6 milliards DH). Hors émission sur le MFI, ces engagements enregistrent une augmentation de 7%. Durant l'année 2008, les accords d'emprunts ont été conclus principalement par : Le Trésor à hauteur de 12,9 milliards DH, L ONE 7 milliards DH ; L ONEP 2,6 milliards DH ; L ADM 1,9 milliard DH ; et La CFR 1,3 milliard DH. -15-

16 Ces emprunts devraient servir à hauteur de : 24,5 milliards DH pour le financement des projets d investissement publics dont 10,6 milliards DH pour les projets du budget et 13,9 milliards DH pour ceux des EEPs ; 2,3 milliards DH pour l appui aux programmes de réformes entrepris par l Etat. Ces nouveaux accords ont été contractés auprès : des créanciers bilatéraux à hauteur de 13,9 milliards DH dont la France 6,5 milliards DH ; et des institutions internationales de développement pour 12,9 milliards DH dont la BEI 4,2 milliards DH et la BAD 4,1 milliards DH et la BIRD 1,8 milliard DH. Les conditions financières de ces emprunts sont favorables puisque leur taux d intérêt moyen est de l ordre de 3,7% pour une durée totale moyenne de 18 ans dont 5 ans de différé d amortissement. V. OPÉRATIONS D ALLÉGEMENT DE LA DETTE Entamées depuis 1996, les opérations entreprises par le secteur public dans le cadre de la gestion active de la dette extérieure ont porté sur un montant global de 70 milliards DH dont 54 milliards DH par le Trésor et 16 milliards DH par les EEPs. Le graphique ci-après montre la répartition de ce montant par mécanisme de traitement. -16-

17 S agissant de l année 2008, le Trésor a poursuivi ces opérations à travers l'utilisation des deux mécanismes suivants : 1- La conversion de dettes en investissements publics avec l Espagne qui a été caractérisée par : Le versement de 113 millions DH au titre des échéances des prêts à l égard de l ICO au compte «Fonds Hispano-marocain» au titre du reliquat de l enveloppe de 50 millions conclue avec ce pays en décembre Le produit de cette enveloppe sert au financement des projets d investissement publics arrêtés d un commun accord notamment des projets dans la région du Nord et de l INDH. La conversion à partir de ce compte d'un montant de 34 millions DH dont 28 millions versés à l APDN au titre du financement du tronçon routier Targuist- Bni Bounsar et 6 millions DH à l ONEP au titre du projet d assainissement liquide de la ville de Chefchaouen. Par ailleurs, un rapport d achèvement a été soumis à la partie Italienne afin d entériner l annulation du montant de 20 millions de la dette qui a fait l objet de l accord de conversion en investissements publics conclu en 2004 et la mise en place d une nouvelle enveloppe est en cours de finalisation avec ce pays. 2- La conversion de dettes en investissements privés : le reliquat de l enveloppe de 47 millions avec l Espagne a été convertie ; l enveloppe conclue avec ce pays est désormais complètement utilisée. -17-

18 ANNEXES STATISTIQUES -18-

19 STATISTIQUES DE LA DETTE EXTERIEURE PUBLIQUE -19-

20 Direction du Trésor et des Finances Extérieures MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DGDE / SDG STATISTIQUES DE LA DETTE EXTERIEURE PUBLIQUE ANNEE 2008 I- ENCOURS DE LA DETTE En millions $US En millions En millions DH En % du PIB 32,0% 26,4% 22,8% 22,0% 20,1% 19,8% 20,0% 32,0% En % du PIB 20,0% En millions DH II- STRUCTURE DE L'ENCOURS ( Parts en % ) A- PAR CREANCIER Moyen et long terme 100% 99,6% 100% 100% 100% 100% 100% Créanciers bilatéraux 40,7% 41,5% 40,6% 37,7% 37,0% 36,4% 40,2% Club de Paris 36,3% 37,2% 36,9% 33,2% 32,7% 31,8% 34,3% Autres pays 4,4% 4,3% 3,7% 4,5% 4,3% 4,6% 5,9% 40,7% 41,5% 40,6% 37,7% 37,0% 36,4% 40,2% Banques commerciales 17,9% 18,4% 16,9% 14,9% 13,3% 12,9% 7,7% Institutions internationales 41,4% 39,7% 42,5% 47,4% 49,7% 50,7% 52,1% Court terme 0,0% 0,4% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% En 2002 En 2008 Multilatéraux 41% Bilatéraux 41% Multilatéraux 52% Bilatéraux 40% MFI 18% MFI 8%

21 B- PAR EMPRUNTEUR Dette du Trésor 65,0% 62,6% 61,0% 59,6% 56,1% 54,0% 51,2% Dette garantie 35,0% 37,4% 39,0% 40,4% 43,9% 46,0% 48,8% 65,0% 62,6% 61,0% 59,6% 56,1% 54,0% 51,2% Etablissements publics 27,2% 30,8% 33,5% 36,3% 40,8% 43,5% 46,7% Secteur bancaire 7,0% 5,9% 4,8% 3,4% 2,5% 2,0% 1,7% Collectivités locales 0,8% 0,7% 0,7% 0,7% 0,6% 0,5% 0,4% En 2002 En 2008 Dette du Trésor 65% Dette garantie 35% Dette du Trésor 51% Dette garantie 49% C- PAR DEVISE Dollar U.S 32,4% 24,9% 21,7% 20,5% 15,8% 9,4% 10,0% Euro 47,9% 56,5% 59,9% 59,6% 65,4% 72,3% 70,0% Yen japonais 8,3% 7,8% 7,7% 7,0% 6,2% 5,5% 7,0% Dinar Koweïtien 8,8% 8,6% 8,2% 10,1% 9,2% 9,5% 10,0% Autres 2,6% 2,2% 2,5% 2,8% 3,4% 3,3% 3,0% En 2002 En % DKO 9 % $US 32% 7% DKO 10% $US 10% 48% 70,0% D- PAR TAUX D'INTERET Fixe 58,5% 64,2% 67,4% 68,2% 70,7% 75,3% 72,0% Semi-fixe 15,2% 11,8% 9,9% 7,6% 5,7% 4,1% 3,0% Flottant 26,3% 24,0% 22,7% 24,2% 23,6% 20,6% 25,0% En 2002 En 2008 Semi-fixe 15% Flottant 26% Fixe 59% Semi-fixe 3% Flottant 25% Fixe 72%

22 III- SERVICE DE LA DETTE ( En millions DH ) Total du service de la dette Contre-valeur en millions $US En % des recettes courantes 16,1% 16,5% 11,6% 9,3% 7,1% 6,8% 5,4% Charges en principal Créanciers bilatéraux Club de Paris Autres pays Banques commerciales Institutions internationales MFI Multilatéraux Bilatéraux 0 Charges en intérêts Créanciers bilatéraux Club de Paris Autres pays Banques commerciales Institutions internationales MFI Multilatéraux Bilatéraux

23 IV- TIRAGES DE LA DETTE ( En millions DH ) Total des tirages Créanciers bilatéraux Club de Paris Autres pays Banques commerciales Institutions internationales MFI Multilatéraux Bilatéraux V- PROJECTIONS DES CHARGES SUR LA BASE DE L'ENCOURS ( En millions DH ) Total du service de la dette Contre-valeur en millions $US Charges en principal Créanciers bilatéraux Club de Paris Autres pays Banques commerciales Institutions internationales Charges en intérêts Créanciers bilatéraux Club de Paris Autres pays Banques commerciales Institutions internationales Projection des charges en principal Projection des charges en intérêts MFI Multilatéraux Bilatéraux

24 DETTE EXTÉRIEURE PUBLIQUE EN 2007 STATISTIQUES DE LA DETTE EXTERIEURE DU TRESOR -24-

25 Direction du Trésor et des Finances Extérieures MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DGDE / SDG STATISTIQUES DE LA DETTE EXTERIEURE DU TRESOR ANNEE 2008 I- ENCOURS DE LA DETTE En millions $US En millions En millions DH En % du PIB 20,8% 16,5% 13,9% 13,1% 11,3% 10,7% 10,2% 20,8% En % du PIB ,2% En millions DH II- STRUCTURE DE L'ENCOURS ( Parts en % ) A- PAR CREANCIER Moyen et long terme 100% 99,3% 100% 100% 100% 100% 100% Créanciers bilatéraux 36,6% 36,9% 35,0% 32,6% 30,8% 28,9% 35,2% Club de Paris 31,1% 31,5% 30,7% 27,8% 26,8% 25,2% 30,6% Autres pays 5,5% 5,4% 4,3% 4,8% 4,0% 3,7% 4,6% 0,366 0,369 0,35 0,326 0,308 0,289 0,352 Banques commerciales 22,0% 22,4% 20,4% 17,9% 14,8% 15,5% 7,1% Institutions internationales 41,4% 40,0% 44,6% 49,5% 54,4% 55,6% 57,6% Court terme 0,0% 0,7% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% 0,0% En 2002 En 2008 Multilatéraux 41% Bilatéraux 37% Multilatéraux 58% Bilatéraux 35% MFI 22% MFI 7%

26 B- PAR DEVISE Dollar U.S 39,9% 31,4% 27,6% 26,7% 21,9% 11,9% 12,0% Euro 43,7% 53,2% 57,7% 58,3% 65,5% 77,6% 76,0% Yen japonais 5,8% 5,3% 5,3% 4,7% 4,0% 2,7% 4,0% Dinar Koweïtien 8,3% 8,4% 7,4% 8,3% 6,7% 6,2% 6,0% Autres 2,3% 1,7% 2,0% 2,0% 1,9% 1,6% 2,0% En 2002 En % DKO 8% DKO 6% $US 12% 44% $US 40% 76% C- PAR TAUX D'INTERET Fixe 45,8% 51,0% 53,8% 54,0% 53,7% 59,3% 54,0% Semi-fixe 16,6% 13,3% 12,7% 9,8% 8,3% 6,2% 5,0% Flottant 37,6% 35,7% 33,5% 36,2% 38,0% 34,5% 41,0% En 2002 En 2008 Flottant 38% Fixe 46% Flottant 41% Fixe 54% Semi-fixe 16%

27 III- SERVICE DE LA DETTE ( En millions DH ) Total du service de la dette Contre-valeur en millions $US En % des recettes ordinaires 21,9% 20,0% 12,5% 10,7% 8,7% 9,0% 6,7% Charges en principal Créanciers bilatéraux Club de Paris Autres pays Banques commerciales Institutions internationales MFI Multilatéraux Bilatéraux 0 Charges en intérêts Créanciers bilatéraux Club de Paris Autres pays Banques commerciales Institutions internationales MFI Multilatéraux Bilatéraux

28 IV- TIRAGES DE LA DETTE ( En millions DH ) Total des tirages Créanciers bilatéraux Club de Paris Autres pays Banques commerciales Institutions internationales MFI Multilatéraux Bilatéraux 0 V- PROJECTIONS DES CHARGES SUR LA BASE DE L'ENCOURS ( En millions DH ) Total du service de la dette Contre-valeur en millions $US Charges en principal Créanciers bilatéraux Club de Paris Autres pays Banques commerciales Institutions internationales Charges en intérêts Créanciers bilatéraux Club de Paris Autres pays Banques commerciales Institutions internationales Projection des charges en principal Projection des charges en intérêts MFI Multilatéraux Bilatéraux

29 MINISTÈRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DU TRESOR ET DES FINANCES EXTÉRIEURES DIVISION DE LA GESTION DE LA DETTE EXTERIEURE Quartier Administratif Boulevard Mohammed V, Rabat Tél. : / 55 Fax :

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011

BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 البنك المركزي التونسي BANQUE CENTRALE DE TUNISIE DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 DETTE EXTERIEURE DE LA TUNISIE 2011 DECEMBRE 2012 SOMMAIRE Pages Introduction... 5 Endettement extérieur

Plus en détail

CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE

CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE CHAPITRE III : CONVERTIBILITE, BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE Le processus de convertibilité du dinar pour les transactions extérieures courantes a été complété en 1997, parallèlement à la libéralisation

Plus en détail

ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2014

ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2014 REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT EN 2014 ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2014 Page 1/22 SOMMAIRE INTRODUCTION... 3 I. LA SITUATION

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

République du Burundi

République du Burundi République du Burundi Ministère des Finances et de la Planification du Développement Economique Direction Générale des Finances Publiques Direction de la Dette Bulletin statistique de la dette publique

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE

DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE Ministère auprès du Premier Ministre, Chargé de l Economie et des Finances République de Côte d Ivoire ---------------------------- Union - Discipline - Travail DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

CHAPITRE III : BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE

CHAPITRE III : BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE CHAPITRE III : BALANCE DES PAIEMENTS ET DETTE EXTERIEURE L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique ces dernières années, à en juger par la solidité marquée de sa position

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé

Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Décryptage de la situation des finances publiques en Tunisie et ses conséquences potentielles sur le secteur privé Depuis le premier discours du nouveau président du gouvernement à l adresse du peuple

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DU TRESOR ET DES FINANCES EXTERIEURES POLE DETTE Boulevard Mohamed V, Quartier Administratif, Rabat

MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DU TRESOR ET DES FINANCES EXTERIEURES POLE DETTE Boulevard Mohamed V, Quartier Administratif, Rabat MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DU TRESOR ET DES FINANCES EXTERIEURES POLE DETTE Boulevard Mohamed V, Quartier Administratif, Rabat Chellah Tél. : (212) 5 37 67 72 25 / 29 - (212) 5 37

Plus en détail

Principales modalités des prêts de la BIRD

Principales modalités des prêts de la BIRD BANQUE INTERNATIONALE POUR LA RECONSTRUCTION ET LE DÉVELOPPEMENT B I R D Principales modalités des prêts de la BIRD DÉPARTEMENT DES PRODUITS ET DES SERVICES FINANCIERS TÉLÉPHONE : +1 202 458 1122 TÉLÉCOPIE

Plus en détail

Rapport de la cour des comptes sur la dette publique. Un premier pas vers l audit?

Rapport de la cour des comptes sur la dette publique. Un premier pas vers l audit? Rapport de la cour des comptes sur la dette publique Un premier pas vers l audit? Bibliothèque nationale Rabat 18 avril 2014 Mimoun Rahmani Remarques préliminaires Il s agit d un rapport de contrôle de

Plus en détail

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours

I. Les crédits immobiliers ont enregistré une croissance soutenue tant au niveau de la production que de l encours NOTE RELATIVE A L ENQUETE SUR LES CREDITS IMMOBILIERS Le secteur immobilier connait un essor important sous l impulsion conjuguée des actions des pouvoirs publics et d une politique d offre de crédit plus

Plus en détail

(en millions d euros) 2012 2011 2010

(en millions d euros) 2012 2011 2010 D.16. INTÉRÊTS NON CONTRÔLANTS Les intérêts non contrôlants dans les sociétés consolidées se décomposent comme suit : 2012 2011 2010 Intérêts non contrôlants de porteurs d actions ordinaires : BMS (1)

Plus en détail

Chapitre 23 : MONNAIE ET CREDIT

Chapitre 23 : MONNAIE ET CREDIT Chapitre 23 : MONNAIE ET CREDIT 1. Présentation... 2. Methodologie... 3. Sources de documentation... 4. graphique... 5. Tableaux... LISTE DES GRAPHIQUES Graphique 23. 1: Créance du système monétaire sur

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES

ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES ROYAUME DU MAROC OFFICE DES CHANGES www.oc.gov.ma 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément la source. 1 TABLE

Plus en détail

Conditions financières du prêt flexible de la BIRD (IFL)

Conditions financières du prêt flexible de la BIRD (IFL) 1. Informations sur le prêt Instructions pour compléter le formulaire de sélection des conditions du prêt Conditions financières du prêt flexible de la BIRD (IFL) 1a. Nom du pays : le nom officiel du pays

Plus en détail

PERTES ET BENEFICES DE CHANGE

PERTES ET BENEFICES DE CHANGE ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 COMPTE D OPERATIONS MONETAIRES PERTES ET BENEFICES DE CHANGE MAI 2013 Compte d opérations monétaires Pertes et bénéfices

Plus en détail

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015)

NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) NOTE D'INFORMATION SUR L'ÉMISSION OBLIGATAIRE DE $.US 1 MILLIARD SUR 10 ANS (JANVIER 2015) En vue d éclairer l opinion publique tunisienne, initiée et non initiée, sur l opportunité de l émission obligataire

Plus en détail

RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2005

RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2005 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES RAPPORT SUR LA DETTE PUBLIQUE ANNEE 2005 D.G.G.D.C.F Juin 2006 Table des matières 1 Cadre Institutionnel de Gestion de la Dette Publique 1 2 Environnement National

Plus en détail

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE CHAPITRE IV : BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE La forte réduction de la dette extérieure durant la seconde moitié des années 2000, en contexte d envolée des importations des biens et services, a

Plus en détail

IV - ANNEXES ELEMENTS DU BILAN - ETAT DE LA DETTE - DETAIL DES CREDITS DE TRESORERIE

IV - ANNEXES ELEMENTS DU BILAN - ETAT DE LA DETTE - DETAIL DES CREDITS DE TRESORERIE - ANNEXES ELEMENTS DU BILAN - ETAT DE LA DETTE - DETAIL DES CREDITS DE TRESORERIE A2.1 Nature (Pour chaque ligne, indiquer le numéro de contrat) A2.1 - DETAIL DES CREDITS DE TRESORERIE (1) Montant des

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du deuxième semestre 2014 Avril 2015 898 SYNTHESE La valeur des stocks investis en actions cotées à la bourse de Casablanca par les investisseurs

Plus en détail

ETAT DE L ENCOURS ET DES ECHEANCES DU SERVICE DE LA DETTE DE L ETAT

ETAT DE L ENCOURS ET DES ECHEANCES DU SERVICE DE LA DETTE DE L ETAT REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité-Justice-Travail ----------- MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONALISATION PROJET DE LOI DE FINANCES POUR LA GESTION 2016 ETAT DE L ENCOURS

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS

BALANCE DES PAIEMENTS ROYAUME DU MAROC -=-=-=- OFFICE DES CHANGES -=-=-=-=- BALANCE DES PAIEMENTS 2007 La reproduction des informations contenues dans la présente publication est autorisée sous réserve d en mentionner expressément

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

I. ACTIVITES. 1. Administration

I. ACTIVITES. 1. Administration I. ACTIVITES 1. Administration Au cours de l année 2010, les organes de la Banque ont continué d exercer leurs missions conformément à la Loi n 1/34 du 2 décembre 2008 portant Statuts de la Banque de la

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Investissement étranger à la Bourse de Casablanca au titre du premier semestre 2014 Décembre 2014 898 SYNTHESE La valeur des investissements étrangers en actions cotées à la bourse de Casablanca a enregistré

Plus en détail

Le secteur bancaire au Maroc

Le secteur bancaire au Maroc Le secteur bancaire au Maroc Actualisation au 8 août 2007 MINEFE DGTPE Prestation réalisée sous système de management de la qualité certifié AFAQ ISO 9001 De 21 banques en 2000, le Maroc n en compte plus

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

Politiques et procédures en matière de gestion de risques

Politiques et procédures en matière de gestion de risques Introduction Politiques et procédures en matière de gestion de risques La Banque africaine de développement a établi et applique diverses politiques et procédures visant à réduire ou à limiter son exposition

Plus en détail

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile

Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile Résultats du 1er Trimestre 2009 Une bonne performance financière dans un environnement difficile PARIS, France le 14 mai 2009 CGGVeritas (ISIN: 0000120164 NYSE: CGV) annonce ce jour les résultats consolidés,

Plus en détail

L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres

L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres La croissance économique L'économie libanaise et le système bancaire libanais: Faits et chiffres 1- Le Liban a connu une croissance économique exceptionnelle et solide à partir de 2007 jusqu'en 2010, le

Plus en détail

GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL

GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL GESTION DES CRISES BANCAIRES ET POLITIQUES DE RESTRUCTURATION (Dakar, 18-22 avril 2011) Présentation du SENEGAL Plan de la présentation > > Introduction > > I RAPPEL HISTORIQUE DE LA CRISE BANCAIRE DES

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE ÉTATS DE SYNTHESE 1. Etat résumé de la situation financière consolidée 2. Etats résumés du résultat net et des gains et pertes

Plus en détail

L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro

L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro L impact des opérations avec l extérieur sur la création monétaire dans la zone euro Les données disponibles pour 1998 et le premier semestre 1999 indiquent, pour l agrégat monétaire M3 de la zone euro,

Plus en détail

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises

Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Le financement de l économie est le cœur de métier des banques françaises Dans un contexte difficile depuis le début de la crise de 2008, les encours de crédits accordés par les banques françaises ont

Plus en détail

CHAPITRE VIII : ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL ET RESTRUCTURATION DES BILANS DES BANQUES PUBLIQUES : UNE RETROSPECTIVE

CHAPITRE VIII : ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL ET RESTRUCTURATION DES BILANS DES BANQUES PUBLIQUES : UNE RETROSPECTIVE CHAPITRE VIII : ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL ET RESTRUCTURATION DES BILANS DES BANQUES PUBLIQUES : UNE RETROSPECTIVE VIII.1 - ASSAINISSEMENT PATRIMONIAL DES BANQUES AU COURS DE LA PÉRIODE 1991-2012 Le processus

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@ REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité-Justice-Travail -@@@ MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONNALISATION -@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES -@@@ DIRECTION DE LA PREVISION

Plus en détail

COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE

COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE COÛT ET DESCRIPTION DE LA DETTE Page de 6 7 Le coût moyen réel de la dette est de 6,779 % pour l'année 0, comparativement à 7,0 % pour l'année 0. Le taux retenu par la Régie pour l'année 0 était de 7,00

Plus en détail

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire)

Direction des Etudes et des Prévisions Financières N 04/08- avril 2008 DENI/SCI. Tableau de bord. ( variations en % sauf indication contraire) Royaume du Maroc N 04/08- avril 2008 DENI/SCI Synthèse En matière de politique monétaire, la Fed, a baissé son taux directeur de 75 pb pour le ramener à 2,25%, lors de sa réunion du 18 mars 2008, dans

Plus en détail

Calcul et gestion de taux

Calcul et gestion de taux Calcul et gestion de taux Chapitre 1 : la gestion du risque obligataire... 2 1. Caractéristique d une obligation (Bond/ Bund / Gilt)... 2 2. Typologie... 4 3. Cotation d une obligation à taux fixe... 4

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Banque de la République d Haïti Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE 2013 2014 Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 Dépôts à terme et assimilés

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc :

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc : Introduction : Il faut savoir que le choix du régime de change revêt une grande importance. Il doit s engager sur des règles de politique économique et être cohérent avec les politiques monétaire et budgétaire.

Plus en détail

Négociation des ententes de financement, de Prêt et de Crédit

Négociation des ententes de financement, de Prêt et de Crédit Négociation des ententes de financement, de Prêt et de Crédit Me David Lemieux Fasken Martineau 22 mai 2007 Première Étape : Déterminer les besoins de l entreprise 1. Plan d affaires 2. Projections financières

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

Sommaire. Abbréviations utilisées. Comité de Direction. Organigramme. Mot du Président. Message de la Direction. Missions.

Sommaire. Abbréviations utilisées. Comité de Direction. Organigramme. Mot du Président. Message de la Direction. Missions. Rapport Annuel 2OO9 Juin 2010 Rapport Annuel 2OO9 Sommaire Abbréviations utilisées Comité de Direction Organigramme Mot du Président Message de la Direction Missions Réalisation 2009 Produits financiers

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9

La capitalisation boursière 3. Le volume des transactions 5. Le flottant 7. Les indices boursiers 9 La capitalisation boursière 3 Le volume des transactions 5 Le flottant 7 Les indices boursiers 9 Le Price Earning Ratio & Taux de rendement des actions 11 (Dividend Yield) Lire le bilan d une entreprise

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 13 novembre 2014. Gestion de la dette et de la trésorerie pour l'exercice 2015

CONSEIL MUNICIPAL. Séance du 13 novembre 2014. Gestion de la dette et de la trésorerie pour l'exercice 2015 CONSEIL MUNICIPAL 4 Séance du 13 novembre 2014 Gestion de la dette et de la trésorerie pour l'exercice 2015 Direction Financière et Juridique - Budget et Fiscalité Dette et Trésorerie - Rapporteur(s) M.

Plus en détail

Au 31 décembre 2010, le total du bilan de la Banque s est accru de 30.093,6 MBIF, soit 3,7 p.c., passant de 805.508,9 à 835.602,5 MBIF.

Au 31 décembre 2010, le total du bilan de la Banque s est accru de 30.093,6 MBIF, soit 3,7 p.c., passant de 805.508,9 à 835.602,5 MBIF. II. COMPTES La Banque présente, ses états financiers selon les Normes Internationales d Information Financière (IFRS) conformément aux exigences de la loi n 1/34 du 2 décembre 2008 portant statuts de la

Plus en détail

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014

Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 6 mars 2015 Banque nationale suisse Résultat de l exercice 2014 La Banque nationale suisse (BNS) a

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

La situation économique

La situation économique La situation économique Assemblée Générale U.N.M.I Le 2 octobre 2013 J-F BOUILLON Directeur Associé La situation économique en 2013 3 AG UNMI 2 Octobre 2013 La croissance Les chiffres des principaux pays

Plus en détail

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales)

b ) La Banque Centrale Bilan de BC banques commerciales) b ) La Banque Centrale Notre système bancaire se complexifie puisqu il se trouve maintenant composer d une multitude de banques commerciales et d une Banque Centrale. La Banque Centrale est au cœur de

Plus en détail

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca

Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Investissement étranger à la Bourse de Casablanca Juin 2014 Page 1 898 SYNTHESE En 2013, le nombre des investisseurs étrangers en actions cotées à la Bourse de Casablanca a enregistré une hausse ; il est

Plus en détail

* ex Legrand Holding SA - 1/9 - LEGRAND * COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES NON AUDITES 31 mars 2006. Sommaire

* ex Legrand Holding SA - 1/9 - LEGRAND * COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES NON AUDITES 31 mars 2006. Sommaire LEGRAND * COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES NON AUDITES 31 mars 2006 Sommaire Compte de résultat consolidé 2 Bilan consolidé 3 Tableau de flux de trésorerie consolidés 5 Notes annexes 6 * ex Legrand Holding

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU QUATRIEME TRIMESTRE DE 2013 L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires au cours de l année 2013, avec un accent particulier

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 27 mars 2015 Marie-Pierre Fleury Patrick Humair Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de

Plus en détail

Note de conjoncture trimestrielle de la Dette Publique du Cameroun

Note de conjoncture trimestrielle de la Dette Publique du Cameroun N 002 Août 2009 Note de conjoncture trimestrielle de la Dette Publique du Cameroun 2 ème Trimestre 2009 Une Publication de la Caisse Autonome d Amortissement du Cameroun Une Publication de la Caisse Autonome

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

GUIDE DU PASSAGE À L EURO : NOTE D INFORMATION À L INTENTION DES EMPRUNTEURS DE LA BANQUE MONDIALE AOÛT 2001

GUIDE DU PASSAGE À L EURO : NOTE D INFORMATION À L INTENTION DES EMPRUNTEURS DE LA BANQUE MONDIALE AOÛT 2001 GUIDE DU PASSAGE À L EURO : NOTE D INFORMATION À L INTENTION DES EMPRUNTEURS DE LA BANQUE MONDIALE AOÛT 2001 Ce GUIDE DU PASSAGE À L EURO donne, sous forme de questions et de réponses, des informations

Plus en détail

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 0 J U I N 2014

I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 0 J U I N 2014 I N D I C A T E U R S D A C T I V I T E D E L A S O C I E T E T U N I S I E N N E D E B A N Q U E A U 3 0 J U I N 2014 DU 1/04/2014 AU 30/06/2014 DU 1/04/2013 AU 30/06/2013 AU 30/06/2014 AU 30/06/2013

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION ODT

GUIDE D UTILISATION ODT GUIDE D UTILISATION ODT Chapitre 1 : Observatoire de la dette I- Données générales sur la dette Chiffre d affaires Indiquer le chiffre d affaires de l EPS. Cette donnée correspond aux recettes générées

Plus en détail

Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour le deuxième trimestre de 2011

Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour le deuxième trimestre de 2011 Cote du document: EB 2011/103/R.35 Point de l ordre du jour: 12 d) Date: 10 août 2011 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport sur le portefeuille de placements du FIDA pour le deuxième trimestre

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Janvier - Mars 2001

Banque de la République d Haïti. Janvier - Mars 2001 Banque de la République d Haïti Janvier - Mars 2001 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10 Tableau 1.2 Situation

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché

Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 82 Partie II Objectifs / Résultats Objectif 1 Garantir la viabilité financière des régimes de Indicateur n 1.3 : Ecart entre le taux d intérêt des emprunts de la Sécurité sociale et le taux du marché 1er

Plus en détail

Au titre de l année 2007, l activité de la banque a été marquée principalement par :

Au titre de l année 2007, l activité de la banque a été marquée principalement par : Au titre de l année 2007, l activité de la banque a été marquée principalement par : Une consolidation des ressources impulsée aussi bien par le renforcement des fonds propres que par la mobilisation poursivie

Plus en détail

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE

BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE BALANCE DES PAIEMENTS ET TAUX DE CHANGE PREMIÈRE SECTION : VRAI OU FAUX Question 1.1 Si le taux d intérêt canadien augmente, la demande d actifs canadiens diminue. Question 1.2 Si le dollar canadien s

Plus en détail

COMPTES D OPERATIONS MONETAIRES

COMPTES D OPERATIONS MONETAIRES ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2013 COMPTES D OPERATIONS MONETAIRES PERTES ET BENEFICES DE CHANGE Mai 2014 Comptes d opérations monétaires Compte 953 - Pertes

Plus en détail

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 11 avril 2014 Marie-Pierre Fleury

Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 11 avril 2014 Marie-Pierre Fleury Comment prendre soin de son argent? Séminaire de préparation à la retraite ONU 11 avril 2014 Marie-Pierre Fleury Introduction Devises Taux d intérêt Immobilier Obligations Actions Fonds de placement Emprunts

Plus en détail

CONJONCTURE FRANÇAISE

CONJONCTURE FRANÇAISE CONJONCTURE FRANÇAISE Faiblesse de l investissement L amélioration récente du climat des affaires peine à se traduire par une augmentation de l activité. Dans le secteur industriel, la production reste

Plus en détail

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt

0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Le 12 avr. 2012 Les crises.fr - Des images pour comprendre 0592 Les contrats à terme de taux d intérêt Ce billet fait suite à celui présentant les produits dérivés. Les futures, sur taux d intérêt Les

Plus en détail

Avril 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés

Avril 2015 www.sif.admin.ch. Place financière suisse Chiffres-clés Avril 2015 www.sif.admin.ch Place financière suisse Chiffres-clés 1 Importance économique de la place financière suisse Ces dix dernières années, la contribution des assurances à la création de valeur

Plus en détail

Sommaire. 2 Comptes au 30 juin 2015 p. 8. 1 Rapport semestriel d activité p. 4. Rapport semestriel d activité Activité du premier semestre 2015

Sommaire. 2 Comptes au 30 juin 2015 p. 8. 1 Rapport semestriel d activité p. 4. Rapport semestriel d activité Activité du premier semestre 2015 Rapport financier 1 er semestre 2015 1 Rapport semestriel d activité Activité du premier semestre 2015 Sommaire 1 Rapport semestriel d activité p. 4 Risques relatifs aux marchés financiers p. 4 Activité

Plus en détail

INDICATEURS DE CONJONCTURE. Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change

INDICATEURS DE CONJONCTURE. Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE DES ETUDES INDICATEURS DE CONJONCTURE Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change OCTOBRE 2013 I. INTRODUCTION

Plus en détail

ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES

ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES SOMMAIRE TABLEAU 1 : Origine et emploi des ressources aux prix courants..p.188 TABLEAU 2 TABLEAU 3 TABLEAU 4 TABLEAU 5 : Répartition sectorielle du PIB aux prix courants...p.189

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU Freetown, juillet 2008 2 La situation économique

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015

Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015 Indicateurs clés des statistiques monétaires Juin 2015 En glissement mensuel, l agrégat M3 a enregistré, en juin 2015, une hausse de 2,% pour atteindre 1 7,8 MMDH. Cette évolution est attribuable principalement

Plus en détail

RAPPORT D'EXAMEN LIMITE SUR LES ETATS FINANCIERS

RAPPORT D'EXAMEN LIMITE SUR LES ETATS FINANCIERS RAPPORT D'EXAMEN LIMITE SUR LES ETATS FINANCIERS INTERMEDIAIRES AU 30 JUIN 2011 Mesdames, messieurs les Actionnaires de La Banque Internationale Arabe de Tunisie BIAT Introduction Nous avons effectué l

Plus en détail

DELEGATION AU MAIRE AU TITRE DE L'ARTICLE L2122-22 DU CGCT - RECOURS A L'EMPRUNT - GESTION ACTIVE DE LA DETTE

DELEGATION AU MAIRE AU TITRE DE L'ARTICLE L2122-22 DU CGCT - RECOURS A L'EMPRUNT - GESTION ACTIVE DE LA DETTE R E S S O U R C E S DELEGATION AU MAIRE AU TITRE DE L'ARTICLE L2122-22 DU CGCT - RECOURS A L'EMPRUNT - GESTION ACTIVE DE LA DETTE Finances PR/MB CONSEIL MUNICIPAL 5 décembre 2011 Par délibérations des

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL

STRICTEMENT CONFIDENTIEL STRICTEMENT CONFIDENTIEL Tableau de bord de l Epargne en Europe Janvier 2008 Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, faite sans le consentement de l'auteur ou de ses ayants droits,

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DES AUTOROUTES AU MAROC

DÉVELOPPEMENT DES AUTOROUTES AU MAROC Escwa experts group meeting Infrastructure investments and Publicprivate partnerships Rabat 17/18 april 2013 UNLOCKING INFRASTRUCTURE INVESTMENTS AND MOBILIZING FINANCIAL RESOURCES IN THE ARAB REGION DÉVELOPPEMENT

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. iii

TABLE DES MATIERES. iii RAPPORT DU COMITE DE POLITIQUE MONETAIRE N 1/2014 ii TABLE DES MATIERES LISTE DES ACRONYMES... iv RESUME ANALYTIQUE... v 1. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL... 1 1.1. Croissance du PIB mondial...

Plus en détail

28 PLF 2012 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT. Textes constitutifs :

28 PLF 2012 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT. Textes constitutifs : 28 PLF 2012 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT Textes constitutifs : Loi organique n 2001-692 du 1 er août 2001 relative aux lois de finances, article 22. * * * Textes pris dans le cadre

Plus en détail