LE MAQUILLAGE, UNE PRESENCE CLAIRE-OBSCURE DU VISAGE. Christine ARZAROLI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE MAQUILLAGE, UNE PRESENCE CLAIRE-OBSCURE DU VISAGE. Christine ARZAROLI"

Transcription

1 LE MAQUILLAGE, UNE PRESENCE CLAIRE-OBSCURE DU VISAGE Christine ARZAROLI Résumé : Notre intérêt pour le maquillage s est développé à partir d une interrogation sur la féminité. A travers ce texte, nous considérons le jeu avec les limites élaboré par les femmes dans la vie quotidienne. Le dispositif médiatique du visage maquillé retient également notre attention quant à la représentation du visage dans la société contemporaine. «... de même le beau perd son existence si l on supprime les effets d ombre.» Junichiro Tanizaki Le visage invite à saisir ce qui sur ses traits se dessine mais déjà s esquive. A la lisière de l offrande et du secret, il est porteur d unicité, de sens, d échange, mais aussi d opacité. S il se donne à voir, il se soustrait à la capture, à l interprétation : l absence sourde de la présence, la nudité exhibée dissimule. Le maquillage du visage est à entre-voir, comme on lit entre les lignes d un texte mais il ne peut être texte lui-même. Il serait plutôt un espace qui permet le passage d une apparence à une autre, d un imaginaire à un autre. Le scintillement des fards est un cheminement qui se révèle délicat, complexe; il entremêle les fils du paradoxe pour tisser le voile 81 du visage, car telle une étoffe infiniment légère, parfois perceptible, parfois insoupçonnable, il épouse la peau, compose, picturalement et de façon vivante, les traits. L ombre est-elle nécessaire pour entrer dans la lumière? Le maquillage est un jeu subtil qui oscille toujours entre le voilement et la trace : il consiste à alterner l effacement et l accentuation, à cacher pour montrer, à rendre invisible pour devenir visible. Dans la tension entre ces contraires, dans le rythme qui s attache à la forme, aux teintes, à leur intensité ou à leur nuance, s élabore une communication esthétique du visage, communication au sens de Maurice Blanchot, «où c est l obscur qui doit se faire jour, où

2 il doit y avoir jour de par l obscur, révélation où rien n apparaît, mais où la dissimulation se fait apparence»1. Les reflets de l artifice Le maquillage est un artifice éphémère à deux titres : par la dissolution facile et rapide (on se sépare de, on dé-maquille), et par les tendances mouvantes liées à l histoire et à la mode. Par essence, cette ornementique directe réside dans la fugacité et multiplie ainsi les possibilités de passage, qui diffèrent des rites de passage, déterminés par Arnold Van Gennep2, ceux-ci ayant un effet définitif pour les acteurs qui les subissent. Dans le contexte de notre société mobile, saturée d images et de modèles, le maquillage ne se perpétue pas sous une forme hiératique mais plutôt d une manière fluctuante, contribuant à une ritualisation individuelle qui se prolonge néanmoins dans la sphère publique. L artifice s oppose par définition au naturel, il témoigne de la créativité de l esprit. Il socialise l apparence humaine, la détourne en quelque sorte de son seul destin biologique, la transforme en la sublimant. Pour cela, il passe par la feinte et le leurre, par un éventail de codes culturels, de signes et de figures de styles qui se distinguent par leur relative absence d utilité, et qui s attachent à l idée de beau chère à Baudelaire, «fait d un élément éternel invariable [...] et d un élément relatif, circonstanciel»3. Cependant la césure entre nature et artifice est à nuancer. Le maquillage, en appuyant par les fards les limites mobiles du dehors/dedans du visage, les lèvres et les paupières, insiste sur les pôles d attraction que sont les yeux et la bouche. Il se manifeste sous la figure rhétorique de l hyperbole, non parce qu il serait une exagération mais parce qu il indique par une mise en relief ce qui existe déjà (contrairement à d autres sociétés où les fards dessinent un véritable trompe-l oeil). Ainsi les marques du maquillage-artifice soulignent culturellement la féminité, elles n en résolvent pas l énigme, elles en sont seulement un symptôme équivoque. Toute intervention sur la peau met en relief à la fois des forces latentes et les symboles d une société pour, à travers la pratique rituelle, tendre vers une représentation du visage. Le rite vise à modifier la réalité pour accéder au symbolique. Il induit des conduites spécifiques dont le but est de produire un effet qui représente, en faisant appel à la notion d imaginaire et à la notion de croyance. Cette dernière, comme l écrit Michel de Certeau, est «non l objet du croire (un dogme, un programme, etc...) mais l investissement des sujets dans une proposition, l acte de l énoncer en la tenant pour vraie -autrement dit, une «modalité» de l affirmation 82

3 et non pas son contenu»4. La croyance d atteindre la beauté par l artifice s inscrit dans les procédures légères et quotidiennes d un art de faire. La pratique du maquillage participe à la persistance du mythe de la féminité5, à sa réactivation diffuse et lancinante, et cela à travers l effervescence transformatrice, la succession d images se déployant dans un rituel qui se présente comme une réitération permanente de la féminité. Le maquillage s articule à la séduction, il rejoint la dualité de celle-ci, seductio, «tirer de côté». Tous deux jouent de l alternance entre souligner et détourner, entre le désir de plaire et la fuite sous-jacente (dévoiler mais aussi dissimuler) et conjuguent leur habileté fondée sur l attraction, la captation et l illusion. La stratégie de déplacement propre à la séduction se retrouve dans la tactique du maquillage, lieu d un jeu et d un enjeu de la présence (le soulignement) et de l éclipse (le détournement). Scènes du maquillage Les femmes s adonnent à l artifice mais par lui elles ne se détachent pas de ce qu elles sont, il est l instrument qui cède le passage entre elles et les autres, entre leur visage nu et celui qu elles habillent pour se montrer. Elles contestent la primauté illusoire de l intériorité sur la surface, l artifice rajouté s intégrant à elles, créant une indistinction de la surface et de la profondeur, faisant ainsi écho à la psychanalyste Joan Rivière qui note : «En fait, je ne maintiens pas qu une telle différence [la féminité vraie et le déguisement] existe. Que la féminité soit fondamentale ou superficielle, elle est toujours la même chose»6. Le maquillage est une mise en oeuvre du visage avant tout rêvée qui aboutit à l image que la femme souhaite offrir d elle. C est donc en quelque sorte une entrée dans le monde par l intermédiaire choisi d une «seconde peau». Si le maquillage utilise les symboles d une société, il ne se déploie pas en indices décodables, il ne répond pas à une objectivité, pas même à celle de la femme qui n est jamais «transparente» à ellemême. Dans l écran du miroir, c est une autre qu elle cherche à atteindre, comme Narcisse contemplant son reflet détaché des limites de son corps. Une première scène du maquillage s élabore telle une opération symbolique qui «assure un lien avec l invisible, met en jeu l imaginaire»7. Cette quête par les fards de la beauté féminine perdure à travers les siècles, malgré, à certaines époques, la condamnation morale ou religieuse, et témoigne d une transmission mémoire. souterraine de la Une deuxième scène se profile : celle de la relation mouvante entre l intime et la communauté, l individu et le social. Par le maquillage, l extérieur -ses codes 83

4 et ses critères- effleure la peau et même, d une certaine façon, est absorbé par elle. Les fards font s entrelacer l être et le paraître. L artifice ouvre la relation au monde, aussi ce dernier instaure une forme d obligation par ses modèles et ses normes. Ainsi chaque femme, lors de l acte du maquillage, introduit-elle implicitement le regard public dans le face à face solitaire avec le miroir. A l ère humaniste8, l épiphanie du visage signe l apparition du sujet moderne désormais défini par l âme, les sentiments et les passions qui l habitent. Dès lors le visage, où se fonde dans la société occidentale le sentiment de soi, concilie l intériorité et le culte des apparences. Le maquillage participe à la sensibilité et à l affirmation individuelles. Sans doute il convient d évoquer la contradiction qui consiste à vouloir se singulariser par le recours à des signes connus et codés que certains jugent même comme un assujettissement à des normes, au goût masculin (l ébauche de la fétichisation)... Cependant, le maquillage peut être considéré comme un moyen d arracher le visage à l ordre du réel. Le passage du visage «naturel» au visage maquillé réside dans la mise en acte de forces latentes et manifestes qui exprime non pas une apparence pure mais un mouvement du sujet dans son devenir, mouvement qui se réalise dans une forme-matière vivante -la peau mêlée aux substances colorées-. La vision que l on offre est alors liée au sentiment de son identité. Cette représentation individualisée du visage associe l expression de la personnalité (la démarcation de soi par rapport à l extérieur) et la reconnaissance sociale. L acte de se maquiller revêt un caractère agrégatif car il met en scène une relation dynamique entre l individu et la collectivité et cela grâce à un geste singulier, inventif mais cependant marqué culturellement. L espace de cet acte est un entre-deux où la limite ne marque pas une frontière mais chemine entre des entités, enchevêtre des strates qui ainsi ne sont plus linéaires. En effet, le visage maquillé, élaboré dans le retrait, dans la sphère intime, a pour finalité de se concrétiser dans le regard public où il semble enfin se transmuer. Des figures éphémères Le vingtième siècle, par différentes formes d expression soutenues par leur diffusion étendue, est le siècle du surgissement du visage. La surabondance des images qui caractérise la société contemporaine renvoie-t-elle davantage au regard lui-même plutôt qu à l objet, le rendant plus interrogatif et perplexe quant à la confrontation de soi avec son reflet dans le miroir? La multiplication des images a contribué à une nouvelle tolérance à l égard du maquillage : celui-ci n est plus impur, associé à la séduction diabolique. S il demeure un 84

5 artifice perpétué par les femmes, le «sortilège» est désormais propulsé par les représentations, dans la presse féminine en particulier : là, les visages ne sont que des écrans chatoyants de «luxe, calme et volupté». Ainsi nous est donnée à lire une partie de la modernité, celle seulement du «transitoire», du «fugitif», du «contingent» (Baudelaire9), à travers des tendances formelles du visage maquillé aujourd hui. Au cours de notre analyse des magazines féminins parus ces cinq dernières années, nous avons relevé trois tendances formelles du visage maquillé. Appelons-les le maquillage chair, le maquillage éloge de la couleur, le maquillage de détournement. Le maquillage-chair consiste à créer un «naturel» embelli. Le simulacre devient plus réel que le réel. Plus encore qu épouser la peau, le fard se dissout en elle comme s il en faisait partie. Le dessin sophistiqué d ombre et de lumière s aide de teintes sourdes et neutres, comme absentes de couleur (ivoire, beige, gamme des bruns). Le maquillagechair s affirme comme l absolu contraire de la nature, il en est l illusion maîtrisée. Il représente un idéal fictionnel qui nécessite le recours à une cosmétique de pointe. La transparence s avère être une savante dissimulation : le visage maquillé qui se donne à voir comme si il était nu, cache plus encore sa nudité. Celle-ci s habille entièrement des critères de la beauté contemporaine. La présence du visage, due aussi à l usage des fards, n apparaîtrait cependant que comme l intériorité qui affleure, et qui distingue. Car la distinction est bien le but recherché, dans le sens de la revendication de la personnalité, et dans celui, également, de la différence sociale. Si, à travers les apparences, la frontière des classes aujourd hui est plus incertaine, on retrouve malgré tout l esprit du XIXème siècle, c est à dire un certain élitisme10, avec le maquillage-chair qui rappelle le maquillage de «bon goût» de la bourgeoise s opposant à celui «si visible» des autres femmes (ouvrières, demi-mondaines...). Ainsi le maquillage qui a pour fonction d imiter la nature recouvre une conception de la beauté attachée au détail, à l infime. Pour devenir imperceptible, il réclame une pratique avisée, beaucoup de temps et de doigté, des produits très élaborés aux noms évocateurs (Nakeds d Ultima). En résumé, il faut faire oublier le fard, le donner pour invisible. Le maquillage éloge de la couleur s affirme comme une picturalisation du visage en ce sens qu il intensifie chaque élément coloré, par leur rapprochement ou par leur contraste. Ainsi il autonomise plus qu un autre les organes : le tracé par les fards précise l oeil, soulignant la prédominance du regard, et les lèvres évoquant la zone du baiser, de la parole, du goût. Il n y a pas l enveloppe d un côté et le sens d un autre. Ce maquillage participe à l esthétique au niveau de la forme tout en évoquant fortement à travers 85

6 elle des émotions et des sensations. Il se rattache au Baroque pour qui la nature est une réserve de codes et de figures qui doit être transfigurée par l art. Les contrastes sont puissants, retrouvant le jeu des extrêmes : teint très pâle et poudré, paupières noires, bouche très rouge. Cette tendance se soumet vite au changement, qu elle porte déjà en elle par l outrance, celle-ci contient une idée de déséquilibre, de momentané qui n existe pas avec le classicisme. C est sans doute pourquoi la mode s en empare davantage. Le maquillage de détournement illustre justement ce qu est un phénomène de mode (son essence, écrit Georg Simmel «consiste en ce que toujours seule une partie du groupe en use, tandis que la totalité se trouve seulement en marche vers elle»11) et en même temps son contraire dans la mesure où il n existe dans ce cas précis aucune intention d extension sociale. Ce maquillage se présente comme un «détournement» à deux niveaux : il échappe aux codes connus de la société occidentale par un détour vers ceux d autres époques et surtout d autres cultures. Et il n apparaît que dans un seul lieu (le défilé), demeurant ainsi écarté de la quotidienneté puisqu il n est pas utilisé par les femmes «ordinaires». Il évoque un dépassement des limites qui caractérise les activités artistiques en inscrivant sur le visage des signes surprenants. C est un collage, un patchwork de références historiques et ethniques. Le visage devient une image que l on contemple comme un tableau abstrait et qui complète les vêtements, eux-mêmes d inspiration africaine ou orientale. Les marques se posent sur des endroits inhabituels : le front, les joues, le menton. Ce maquillage s apparente et s inspire du tatouage car, comme lui, il se dessine hors des organes (yeux et lèvres) classiquement soulignés par les fards. Il s affirme comme une pure composition formelle grâce à l emprunt et à l imagination. Son attrait réside dans la recherche d une dissemblance propre à une beauté qui nous serait étrangère, toujours sur la ligne de partage entre passé et avenir, entre l ici et l ailleurs. Ce «maquillage ethnique», selon l expression des magazines, utilise les formes sans s interroger sur leur fondement et leur signification, ni même sur le sens de cette écriture du visage qui pourtant simule les scarifications et les tatouages, synonymes originellement d écorchure, de douleur, de sang, et surtout de symboles précis et immuables. De cet appel à d autres cultures, de ce désir de métissage, dus tous deux aussi à la médiatisation, ne reste que l enveloppe d une «beauté sauvage»: punk, tribal et folklorique se mêlent sans distinction. Le maquillage de détournement est un cérémonial qui se déploie dans un espace consacré, une célébration surcodée et relayée par un réseau d images. Le visage des mannequins, déjà détaché de la réalité, entre rêve et 86

7 sophistication, destiné uniquement au jugement esthétique, ce visage-écran vient logiquement se superposer sur l écran : mouvement circulaire parfait d un monde clos. Les maquillages contemporains ne s opposent qu en apparence. Leur différence même indique la pluralité virtuelle de chaque femme, une liberté de choix. Les magazines transmettent, ou anticipent la gamme des possibles, exploitent habilement la qualité première des fards, c est à dire l éphémère. La multiplicité, le mouvement, la dispersion deviennent accessibles parce que tout s achève dans la dissolution. Les phénomènes d identification se cristallisent sur les images démultipliées s adressant au plus grand nombre. Il existe donc bien une coïncidence entre ces images du visage et la pratique du maquillage mais celle-ci n est pas une traduction littérale, l image passe du côté de la trame quotidienne. En effet, le maquillage ne subsiste pas seulement tel un élément de la société de consommation, de la mode ; d ailleurs les modèles ont toujours été présents, seuls leur support et leur diffusion ont changé. Les femmes ne sont pas de simples «figurantes», elles expriment, chacune à leur manière, un rapport singulier à l apparence même si celle-ci se comprend toujours en référence à un environnement social et culturel. Et le visage maquillé devient lui-même un écran protection/projection dans une tension du proche (la femme elle-même) et du lointain (les modèles)12. 1 Blanchot M., L espace littéraire, Folio/ Essais,Paris, 1995, p Van Gennep A., Les rites de passage, Picard, Paris, Baudelaire Ch., «Le beau, la mode et le bonheur», Le peintre de la vie moderne, in Oeuvres complètes, Le Seuil, Paris,1968, p de Certeau M., L invention du quotidien, Tome I. Arts de faire, Folio/Essais,Paris, 1990, p Le psychanalyste Jean-Paul Valabrega écrit à ce propos: «j oserai dire qu elle [la féminité] n est pas à situer du côté du phantasme mais du côté du mythe. C est pour cela que l on parle toujours du mystère de la féminité», in Le désir et la perversion, (collectif), Points/seuil, Paris, 1981, p.81 6 Rivière J., «La féminité en tant que mascarade», in Psychanalyse n 7, P.U.F, Paris, Maisonneuve J., Les rituels, Que sais-je?, Paris, 1988 p.10 8 Voir à ce sujet l ouvrage des historiens J- J. Courtine et Cl. Haroche, Histoire du visage, Payot & Rivages,Paris, Baudelaire Ch. :«La modernité, c est le transitoire, le fugitif, le contingent, la moitié de l art, dont l autre moitié est l éternel et l immuable», «La modernité», Le peintre de la vie moderne, in Oeuvres complètes, Le Seuil, Paris, 1968, p Cf. l essai de Philippe Perrot, Le travail des apparences, ou les transformations du 87

8 corps féminin XVIII-XIXème siècle, Seuil, Paris, Simmel G., Philosophie de la modernité, Payot, Paris, 1989, p Ce texte est extrait d une recherche sur le visage maquillé contemporain : C. Arzaroli le maquillage clair-obscur, coll "Nouvelles études anthropolgiques", L'Harmattan,

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

Le pouvoir des couleurs. Monochrome. L art contemporain. L art abstrait. Démarche. «Expérience monochrome» Fiche technique

Le pouvoir des couleurs. Monochrome. L art contemporain. L art abstrait. Démarche. «Expérience monochrome» Fiche technique «Expérience monochrome» Fiche technique Monochrome Le pouvoir des couleurs Monochrome (Définition issue du «vocabulaire d Esthétique» d Etienne Souriau) : Qui est d une seule couleur. On ne qualifie guère

Plus en détail

ACADEMIE de MAQUILLAGE & de la BEAUTE GLOBALE

ACADEMIE de MAQUILLAGE & de la BEAUTE GLOBALE ACADEMIE de MAQUILLAGE & de la BEAUTE GLOBALE L Académie Annick Cayot, située à Bruxelles, forme et développe les talents des maquilleurs professionnels, des esthéticiennes, des coiffeurs et des passionnés

Plus en détail

Lexique du langage plastique F3.7

Lexique du langage plastique F3.7 1 La nature de la forme Définition Exemple Le point Le point est la plus petite marque qui soit; il a la même dimension qu une piqûre. La ligne La ligne est soit une suite de petites marques, soit un trait

Plus en détail

Claudia Vialaret. Caravagesques. 26 avril - 8 juin 2013. G alerie Imagineo

Claudia Vialaret. Caravagesques. 26 avril - 8 juin 2013. G alerie Imagineo Claudia Vialaret Caravagesques G alerie Imagineo 50 rue de Montreuil 75011 Paris +33 (0)1 53 27 98 39 Entrée libre du mardi au samedi de 11h à 19h Vernissage le jeudi 25 avril 2013 à partir de 18h 26 avril

Plus en détail

Saskia maaike Bouvier Genève

Saskia maaike Bouvier Genève , June 2011 Des montres à complications créées par une femme pour des femmes Saskia maaike Bouvier (SMB) a su aller au-delà de la pratique pure de l art horloger et apporter sa créativité et son talent

Plus en détail

ATELIER BEAUTE ÊTRE. Une approche holistique originale issue d une solide expérience en psycho-esthétique-gestalt. Frédérique PETORIN

ATELIER BEAUTE ÊTRE. Une approche holistique originale issue d une solide expérience en psycho-esthétique-gestalt. Frédérique PETORIN «Le toucher est un rendez-vous du cœur, pas de la tête» «Apprendre à toucher en niant nos émotions reviendrait au même que manger en refusant le goût» Christian Hiéronimus ATELIER BEAUTE ÊTRE Une approche

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Comment lire une œuvre d art, un tableau?

Comment lire une œuvre d art, un tableau? Comment lire une œuvre d art, un tableau? Les noces de Cana (détail) : Véronèse (château deversailles) Se définit comme artistique toute activité qui cherche à travers des images à communiquer des sensations,

Plus en détail

Nous nous demandons donc en quoi cette scène de comédie est au service de la présentation de Tartuffe.

Nous nous demandons donc en quoi cette scène de comédie est au service de la présentation de Tartuffe. Introduction Molière est un grand auteur classique et acteur de théâtre français du XVIIe siècle, né en 1622 et décédé en 1673. Il écrit de nombreuses pièces qui rencontrèrent le succès comme «L école

Plus en détail

plasticien revalorisateur Electronic music producer

plasticien revalorisateur Electronic music producer plasticien revalorisateur Electronic music producer EgzoArtiste Ensuite, grâce à un QR code placé a l intérieur de chaque «box», un «beat» unique (musique instrumentale) est téléchargeable via l application

Plus en détail

COLLECTION CLASSIC. Revêtements pour cloisons mobiles

COLLECTION CLASSIC. Revêtements pour cloisons mobiles COLLECTION CLASSIC Revêtements pour cloisons mobiles COLLECTION CLASSIC COLLECTION CLASSIC De la cloison mobile à l élément de style. Couleurs froides Page 4 5 Couleurs intenses Teintes naturelles claires

Plus en détail

Composition et couleur en photographie

Composition et couleur en photographie Harald Mante Composition et couleur en photographie Adapté de l allemand par Volker Gilbert Groupe Eyrolles, 2012, pour la présente édition, ISBN 978-2-212-13460-5 1. Contraste tonal, demi-cercle, rectangle

Plus en détail

La fin justifie les moyens

La fin justifie les moyens Quand il s agit de paysages, surtout de ceux dans lesquels je me promène, je deviens souvent philosophique. Pourraiton rêver mieux que de s arrêter dans un magnifique environnement et de s absorber dans

Plus en détail

Le portrait en peinture Atelier du 25 janvier 2013 dirigé par Luis CLEMENTE et Jean Pierre PONS

Le portrait en peinture Atelier du 25 janvier 2013 dirigé par Luis CLEMENTE et Jean Pierre PONS Sommaire 1. La composition 2. Type de portrait 3. Proportions du corps 4. Proportions de la tête 5. Dessin des yeux Le portrait en peinture Atelier du 25 janvier 2013 dirigé par Luis CLEMENTE et Jean Pierre

Plus en détail

Programme Détaillé. Cycle de 9 mois : Artiste maquilleur. Contenu : Cours théoriques

Programme Détaillé. Cycle de 9 mois : Artiste maquilleur. Contenu : Cours théoriques Programme Détaillé Cycle de 9 mois : Artiste maquilleur Contenu : Cours théoriques Art et culture Histoire de la beauté Histoire du costume Masques et parures Arts ethniques Étude des tendances et des

Plus en détail

DEVOIR LETTRES ET ARTS CONTEMPORAINS

DEVOIR LETTRES ET ARTS CONTEMPORAINS SABRINA ZOUBIR (FB06801181) Assez bien, vous avez une approche personnelle du sujet et vous vous êtes plongée dans des recherches dont le devoir témoigne. On se perd cependant un peu dans les analyses

Plus en détail

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES ACTUALITES Ateliers de sensibilisation artistique à partir de l œuvre de V. Vasarely, encadré par une médiatrice culturelle et une historienne de l art. du 6 au 8 avril 2010 de 14hà16h Public: enfants

Plus en détail

Eugène Carrière Peintre, lithographe et penseur

Eugène Carrière Peintre, lithographe et penseur EXPOSITION Eugène Carrière Peintre, lithographe et penseur Du 29 Mars au 13 Décembre 2015 Musée Eugène-Carrière, 3 rue Ernest Pêcheux 93460 GOURNAY sur Marne La nouvelle présentation de la collection permanente

Plus en détail

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas LIVRET DE VISITE musée des beaux-arts de Nancy place Stanislas Autoportraits du musée d Orsay L exposition Au fil du temps Bienvenue au Musée des Beaux-Arts de Nancy! Les tableaux que tu vois ici viennent

Plus en détail

GLOSSAIRE. Entassement ou regroupement d objets de même nature ou différents. Exemple : Gustave Klimt : L Accomplissement

GLOSSAIRE. Entassement ou regroupement d objets de même nature ou différents. Exemple : Gustave Klimt : L Accomplissement GLOSSAIRE Accumulation : Entassement ou regroupement d objets de même nature ou différents. Exemple : Gustave Klimt : L Accomplissement Anamorphose : C est une image volontairement déformée de manière

Plus en détail

Bas-relief Sculpture dont les formes se détachent légèrement du support

Bas-relief Sculpture dont les formes se détachent légèrement du support Abstrait : Abstraction :abstraction - art abstrait, non figuratif, qui ne cherche pas à représenter la réalité visible L'art abstrait ne représente rien qui existe dans la réalité (être ou choses) - ou

Plus en détail

Dossier artistique Rebecca Bowring

Dossier artistique Rebecca Bowring Dossier artistique Rebecca Bowring Mon travail est non seulement un travail de photographie, mais également un travail qui traite de photographie. De la photographie comme technique et technologie et les

Plus en détail

STAGE. La place du dessin dans le cours d'arts plastiques SALLE 306

STAGE. La place du dessin dans le cours d'arts plastiques SALLE 306 STAGE La place du dessin dans le cours d'arts plastiques SALLE 306 Les évolutions en arts plastiques - Académie de Nice année 2012/2013 La place du dessin dans le cours d'arts plastiques Les évolutions

Plus en détail

OPÉRATIONALISATIONS Liste non exhaustive. Cadrer Retrait ou ajout d éléments Empreinte Creusement Neutralisation par ratissage

OPÉRATIONALISATIONS Liste non exhaustive. Cadrer Retrait ou ajout d éléments Empreinte Creusement Neutralisation par ratissage OBJECTIFS : 1. Appréhender de façon sensible et esthétique un espace naturel vivant : le bord de Loire de Nevers 2. Mise en œuvre d acquisitions de formes de base et leurs déclinaisons complexes en situation

Plus en détail

Perfect Skin Collection. Édition française

Perfect Skin Collection. Édition française Perfect Skin Collection Édition française Perfect skin collection La PERFECT SKIN COLLECTION de STAGECOLOR COSMETICS présente 5 produits parfaitement assortis qui feront rayonner votre peau. Le design

Plus en détail

NON MAIS T AS VU MA TÊTE!

NON MAIS T AS VU MA TÊTE! La compagnie Lucamoros présente NON MAIS T AS VU MA TÊTE! et autres images (portrait volé, face à face) Spectacle sans paroles et en 3 tableaux pour un peintre-clown et sa toile Compagnie Lucamoros 1 Premier

Plus en détail

2 Vincent VAN GOGH Portrait d Adeline Ravoux. 1890. Le post - impressionnisme.

2 Vincent VAN GOGH Portrait d Adeline Ravoux. 1890. Le post - impressionnisme. LE PORTRAIT EN PEINTURE 1 Léonard DE VINCI La Joconde, Monna Lisa. 1503-1506. La Renaissance. 2 Vincent VAN GOGH Portrait d Adeline Ravoux. 1890. Le post - impressionnisme. 3 Pablo PICASSO Portrait de

Plus en détail

Beauté du Corps. Voyage en Orient. 1) Gommer, pour débarrasser le corps de ses impuretés

Beauté du Corps. Voyage en Orient. 1) Gommer, pour débarrasser le corps de ses impuretés Beauté du Corps Découvrez les secrets de beauté ancestraux des sultanes et reines de l Orient, transmis de génération en génération. Grâce à cette gamme de produits authentiques inspirée de traditions

Plus en détail

1/ Couleurs et lumières

1/ Couleurs et lumières Programme de formation Coach en Image Module 1 1/ Couleurs et lumières 1.1 Les couleurs sont liées à la lumière 1.2 Principes physiques 1.3 En réalité, il n existe que trois couleurs: RVB 1.4 L oeil en

Plus en détail

La Période romantique (1800-1850)

La Période romantique (1800-1850) La Période romantique (1800-1850) D abord courant littéraire et musical, le romantisme apparaît en peinture comme mode d expression de sentiments intérieurs, ceux-là même que le rococo s appliquait tant

Plus en détail

Un lieu conçu pour vous.

Un lieu conçu pour vous. TRUE ISLAND LIVING Un lieu conçu pour vous. A LLURE MARITIME Une élégance estivale, un air de La Dolce Vita, une palette de loisirs raffinés, une convivialité cosmopolite, un village animé, Azuri se destine

Plus en détail

Une villa de pro. Architecture. 42 Maisons et Ambiances 1.12 Maisons et Ambiances 1.12 43

Une villa de pro. Architecture. 42 Maisons et Ambiances 1.12 Maisons et Ambiances 1.12 43 Une villa de pro Un savant mélange d audace et d harmonie donne le ton à cette villa de décoratrice. Les matières sensuelles et les nombreuses références empruntées à l univers de la mode maison rythment

Plus en détail

Les Gares au Miroir de l'urbain. Individus et expériences de l urbanité

Les Gares au Miroir de l'urbain. Individus et expériences de l urbanité Séminaire Doctoral, Ecole des Ponts ParisTech, 2013-2014 Organisé par Nacima Baron-Yellès (LVMT) et Nathalie Roseau (LATTS) Les Gares au Miroir de l'urbain Individus et expériences de l urbanité Séance

Plus en détail

Sujet : J entre dans l image pour y voler la vedette

Sujet : J entre dans l image pour y voler la vedette Sujet : J entre dans l image pour y voler la vedette niveau : 4ème Le dispositif pédagogique 1 ère séance : Les élèves ont amené l image de leur choix. Verbalisation autour des types d image trouvées.

Plus en détail

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 I Christian Gattinoni : travail personnel A Travail plastique L œuvre créatrice de Christian Gattinoni se voit dirigée vers

Plus en détail

Arts CIIP 2010 DEUXIÈME CYCLE

Arts CIIP 2010 DEUXIÈME CYCLE Arts VISÉES PRIORITAIRES Découvrir, percevoir et développer des modes d expression artistiques et leurs langages, dans une perspective identitaire, communicative et culturelle. CIIP 2010 DEUXIÈME CYCLE

Plus en détail

ANALYSE DE LA PUBLICITE «Dior : j adore»

ANALYSE DE LA PUBLICITE «Dior : j adore» ANALYSE DE LA PUBLICITE «Dior : j adore» Dior est une maison de haute couture française fondée en 1947. Dès lors, elle décide de conquérir aussi le marché des parfums. C est pourquoi la même année est

Plus en détail

Le Raffinement Olfactif

Le Raffinement Olfactif Le Raffinement Olfactif Dossier De Presse Mars 2013 Contact presse : Karine Lambert communication@jardindefrance.fr Tél. 03.85.89.90.95 Fax : 03.85.89.90.93 http://www.jardindefrance.net SOMMAIRE Introduction

Plus en détail

TYPE D OEUVRE. Peinture (huile sur toile) ; dimensions : 202 sur 138,5 cm. LIEN INTERNET VERS LA PHOTO DE L ŒUVRE.

TYPE D OEUVRE. Peinture (huile sur toile) ; dimensions : 202 sur 138,5 cm. LIEN INTERNET VERS LA PHOTO DE L ŒUVRE. SEQUENCE «VISIONS MODERNES. SEANCE 5. ZOOM SUR UNE VIEILLE DAME. Dominante. Histoire des Arts. Support. Tour Eiffel rouge, 1911 (1910), Robert Delaunay, Solomon R. Guggenheim Museum, New York. TYPE D OEUVRE.

Plus en détail

GREGORY MARKOVIC Dessins

GREGORY MARKOVIC Dessins Dossier de presse GREGORY MARKOVIC Dessins Exposition du 5 février au 28 mars 2010 Vernissage le 4 février à partir de 18h30 La Galerie Particulière 16 rue du Perche 75003 Paris +33.(0)1.48.74.28.40 www.lagalerieparticuliere.com

Plus en détail

PUBLICITÉ IPAQ POCKET PC

PUBLICITÉ IPAQ POCKET PC REPRÉSENTATIONS SEXUÉES DANS L'AUDIOVISUEL REPRÉSENTATIONS SEXUÉES DANS L'AUDIOVISUEL REPRÉSENTATIONS SEXUÉES ET STÉRÉOTYPES DANS L IMAGE PUBLICITÉ IPAQ POCKET PC FICHE EXERCICE // PUBLICITÉ / 9-13 ANS

Plus en détail

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts.

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. I - Avec des œuvres originales : Quelques attitudes permettant de diversifier

Plus en détail

Enseignements artistiques

Enseignements artistiques Cycle 3 Enseignements artistiques Arts PLASTIQUES Après la sensibilisation aux activités et à la perception des langages artistiques conduite en maternelle, le cycle 2 a fait découvrir aux élèves quelques

Plus en détail

LA PEINTURE DE DOMINIQUE JALU (TEXTE D ÉLISABETH MOTSCH*)

LA PEINTURE DE DOMINIQUE JALU (TEXTE D ÉLISABETH MOTSCH*) 7 LA PEINTURE DE DOMINIQUE JALU (TEXTE D ÉLISABETH MOTSCH*) (novembre 2004) La peinture de Dominique Jalu est balayée par un vent frais. Rien ici de lourd, ni de démonstratif. A l évidence de la culture

Plus en détail

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs?

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Problématique : La difficulté lorsque vous vous trouvez face à un tel sujet est de confondre le thème avec le problème du sujet. Ici le thème était

Plus en détail

Le travail de l Atelier Jade

Le travail de l Atelier Jade Le travail de l Atelier Jade Jacques Devillers Graphiste de l invisible Jacques Devillers naît le 4 septembre 1921 à Amiens dans une famille d architectes. Après une formation en philosophie et un passage

Plus en détail

LENTILLES DE COULEURS IMPRESSION

LENTILLES DE COULEURS IMPRESSION LENTILLES DE COULEURS IMPRESSION By AVOIR DES YEUX Donnez de la nuance à vos yeux Jouez les nuances grâce à 4 couleurs incroyablement naturelles *Existent également en lentilles 1 jour. Elles ne nécessitent

Plus en détail

Le Luxe au Naturel. Le Sens du Soin. Le Luxe au Naturel. Le Sens du Soin

Le Luxe au Naturel. Le Sens du Soin. Le Luxe au Naturel. Le Sens du Soin Le Luxe au Naturel Le Luxe au Naturel Omnisens se reconnaît dans le naturel, le vrai, le beau, le contemporain. C est le luxe dans la simplicité. La marque Omnisens se reflète dans un univers unique et

Plus en détail

Résidence d artiste Étant donné pour l émulation artistique

Résidence d artiste Étant donné pour l émulation artistique Paul Muguet / Résidence de RecHeRcHe / 2014 Avec le soutien de la Drac Languedoc-Roussillon Essence, 2014 - encres polychromes sur bois, 100 x 144 cm Paul Muguet, Artiste Franco-Mexicain résident à Mexico,

Plus en détail

Recettes d artistes à propos du Liant

Recettes d artistes à propos du Liant En 2003, des artistes-étudiants en école d arts, ainsi que quelques artistes professionnels ont participé à l élaboration du Liant Lefranc & Bourgeois, vous trouverez ici une illustration des pistes créatives

Plus en détail

L Éclairage du nu. du nu. Installation, prise de vue et secrets de professionnels. et secrets de professionnels LE FLASH STEVE LUCK STEVE LUCK

L Éclairage du nu. du nu. Installation, prise de vue et secrets de professionnels. et secrets de professionnels LE FLASH STEVE LUCK STEVE LUCK Cet ouvrage est la nouvelle présentation de l ouvrage du même titre paru aux éditions La Compagnie du Livre. 9 782100 709847 5311098 ISBN 978-2-10-070984-7 est photographe professionnel, auteur d une quinzaine

Plus en détail

Histoire de la photographie

Histoire de la photographie Histoire de la photographie Séquence 1 Qu'est ce que la photographie? L'invention de la photo fut animée par la volonté de fixer ou de garder une impression visuelle. La photographie a vu son évolution

Plus en détail

L ANALYSE DE L IMAGE COMME SOURCE DE CREATION EN DANSE POUR L ELEVE

L ANALYSE DE L IMAGE COMME SOURCE DE CREATION EN DANSE POUR L ELEVE L ANALYSE DE L IMAGE COMME SOURCE DE CREATION EN DANSE POUR L ELEVE SOMMAIRE Le propos page 2 Situation Contextes Intention La démarche du point de vue de l enseignant..page 4 -le cadre de la démarche..p.5

Plus en détail

+ FICHE METIER. «Chef Maquilleur(euse)» Chef maquilleur Maquilleur APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

+ FICHE METIER. «Chef Maquilleur(euse)» Chef maquilleur Maquilleur APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Chef Maquilleur(euse) + «Chef Maquilleur(euse)» APPELLATION(S) DU METIER Chef maquilleur Maquilleur DEFINITION DU METIER Le chef maquilleur est en charge du maquillage visage et corps, ainsi que de la

Plus en détail

contemporanéité Grèce habitation

contemporanéité Grèce habitation Photos George Fakaros. 1. Une magnifique maison en Grèce comme celles qui font tant rêver. 2. La nuit, la belle demeure scintille et se révèle aux regards. Tradition et contemporanéité A Anavyssos, entre

Plus en détail

Rendez-Vous Moon Vivre en harmonie avec la lune.

Rendez-Vous Moon Vivre en harmonie avec la lune. Rendez-Vous Moon Vivre en harmonie avec la lune. Forte de sa phase de lune puissante et merveilleusement mise en valeur, la Rendez-Vous Moon de Jaeger-LeCoultre est une invitation à se laisser guider par

Plus en détail

Visuel publicitaire et communication interculturelle

Visuel publicitaire et communication interculturelle Visuel publicitaire et communication interculturelle Analyse sur la campagne de H&M pour la collection printemps/été de 2011 avec le mannequin Gisèle Bündchen Marie ALIN Satchimi BOUCHARLAT 1 Table des

Plus en détail

ETAT DES LIEUX : LES COULEURS DE CROZET

ETAT DES LIEUX : LES COULEURS DE CROZET NUANCIER COMMUNAL 2010 Document annexe au règlement du Plan Local d Urbanisme ETAT DES LIEUX : LES COULEURS DE CROZET Document non diffusable sans autorisation Commune de Crozet 01170 Sommaire Urbanisation

Plus en détail

COULEUR & APPARENCE POUR L INDUSTRIE DES COSMETIQUES ET DE LA PARFUMERIE

COULEUR & APPARENCE POUR L INDUSTRIE DES COSMETIQUES ET DE LA PARFUMERIE L EXPERTISE COULEUR PROGRAMME SPECIFIQUE COULEUR & APPARENCE POUR L INDUSTRIE DES COSMETIQUES ET DE LA PARFUMERIE FORMATIONS A LA CARTE UN SUJET COMPLEXE L apparence colorée d un produit est le résultat

Plus en détail

ANALYSER UNE IMAGE LA GRILLE D ANALYSE

ANALYSER UNE IMAGE LA GRILLE D ANALYSE ANALYSER UNE IMAGE LA GRILLE D ANALYSE Boulevard Haussmann 75009 Paris France Tél : +33 1 80 88 80 30 - Fax : +33 1 80 88 80 31 Site web : - Email : contact@openclassrooms.coau capital social de 70 727,80

Plus en détail

http://www.le-nouvel-encrier.com - SARL L'ENCRIER - 68, bd de Metz - 35000 RENNES

http://www.le-nouvel-encrier.com - SARL L'ENCRIER - 68, bd de Metz - 35000 RENNES http://www.le-nouvel-encrier.com - SARL L'ENCRIER - 68, bd de Metz - 35000 RENNES 4- La décoration Votre faire-part a une dimension déterminée, la surface allouée au texte convient. Comment le décorer?

Plus en détail

DOCUMENT PEDAGOGIQUE

DOCUMENT PEDAGOGIQUE Musée national Marc Chagall Avenue Docteur Ménard 06000 Nice www.musee-chagall.fr Direction du développement culturel Service des visites-conférences Dossier suivi par : Cédric Scherer Tel.04 93 53 87

Plus en détail

Les illusions d optiques

Les illusions d optiques Les illusions d optiques Informations et illusions tirées du site : http://ophtasurf.free.fr/illusion.htm La plupart des illusions classiques dites «optico-géométriques» ont été découvertes dans les années

Plus en détail

Présentation d un film

Présentation d un film Fiches méthodologiques Présentation d un film Introduction : o La Nature de l œuvre : Quoi, quand et où? Type de film, nationalité, réalisateur, date o Contexte de production : Public visé, contexte historique,

Plus en détail

Des rencontres. Paris, le 6 décembre 2012

Des rencontres. Paris, le 6 décembre 2012 M me Marie Desplechin et le Comité de pilotage de la consultation pour un accès de tous les jeunes à l'art et à la culture Ministère de la Culture et de la Communication 182, rue Saint-Honoré 75033 Paris

Plus en détail

Animer un atelier sur l oral

Animer un atelier sur l oral Accompagnement personnalisé Lycée Le Castel-Dijon Élaboré par Sarah Camus (comédienne) et Anne Gagnepain-Bélorgey (prof maths/sciences) contact : sara_camus@yahoo.fr Animer un atelier sur l oral Introduction

Plus en détail

Dossier de Presse 2012

Dossier de Presse 2012 Dossier de Presse 2012 L alliance subtile de l éphémère et du durable... ZAO est la marque de maquillage bio rechargeable créée pour toutes les «Greenaddict» qui aiment la couleur. Lancée en janvier 2012,

Plus en détail

Conseils au masculin, l harmonie des couleurs et des proportions selon Byraub

Conseils au masculin, l harmonie des couleurs et des proportions selon Byraub Conseils au masculin, l harmonie des couleurs et des proportions selon Byraub Extraits de l excellent blog du célèbre tailleur BYRAUD rue d Alger à Paris -1. Site : http://bespoke.blog.lemonde.fr/ «Si

Plus en détail

D O S SIER D E P R ES S E. Fleur de Lumière. Audace

D O S SIER D E P R ES S E. Fleur de Lumière. Audace D O S SIER D E P R ES S E Fleur de Lumière Audace L histoire d une naissance : Héméra Au commencement il y a les mains Ce sont des mains expertes qui créent, qui dessinent, qui de génération en génération

Plus en détail

J'implore tous ceux qui m'aiment d'aimer ma solitude. Rainer Maria Rilke

J'implore tous ceux qui m'aiment d'aimer ma solitude. Rainer Maria Rilke HOME solo Une production de la compagnie Louise Vanneste et de Caravan Production Chorégraphie et danse : Louise Vanneste / Installation: Arnaud Gerniers / Eclairage : Arnaud Gerniers et Benjamin Van Thiel

Plus en détail

un Film de DAVID PUJOL Antoni Pitxot - Montse Aguer - Salvador Dalí

un Film de DAVID PUJOL Antoni Pitxot - Montse Aguer - Salvador Dalí un Film de DAVID PUJOL Antoni Pitxot - Montse Aguer - Salvador Dalí Production IVAN CARRERO Scénario MONTSE AGUER et DAVID PUJOL Photographie IVAN CARRERO Édition et son JORDI MUÑOZ Documentation LUCIA

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

Anne Cauquelin, L'invention du paysage.

Anne Cauquelin, L'invention du paysage. Anne Cauquelin, L'invention du paysage. Anne Cauquelin, L'invention du paysage, QUADRIGE, PUF, 2000, 2002 [1ère édition Libriarie Plon, 1989]. Analyse historique de la notion de paysage : - Qu'est ce qu'un

Plus en détail

Yves Rocher mécène des artistes femmes

Yves Rocher mécène des artistes femmes C55/M30/J100 Ton en quadrichromie Créateur de la Cosmétique Végétale C75/M80/J95 Yves Rocher mécène des artistes femmes Depuis toujours très engagée auprès des femmes, la Marque Yves Rocher a décidé d

Plus en détail

page 12 - la revue des marques - n 43 - juillet 2003 ) Valo les beautés

page 12 - la revue des marques - n 43 - juillet 2003 ) Valo les beautés page 12 - la revue des marques - n 43 - juillet 2003 ) Valo les beautés PAR BÉATRICE DAUTRESME, VICE-PRÉSIDENTE, EN CHARGE DU DÉVELOPPEMENT STRATÉGIQUE DE L ORÉAL Local-global : comment gérer au mieux

Plus en détail

Le rapport des femmes à la beauté

Le rapport des femmes à la beauté 1 Le rapport des femmes à la beauté Etude CSA pour Madame Figaro Rapport d étude octobre 2014 Julie GAILLOT, Directrice de clientèle julie.gaillot@csa.eu / 01 57 00 59 06 Marek KUBISTA Chargé d études

Plus en détail

***** Introduction. Le problème esthétique de la couleur s articule autour de 3 points de vue, qui se bousculent et se complètent à la fois :

***** Introduction. Le problème esthétique de la couleur s articule autour de 3 points de vue, qui se bousculent et se complètent à la fois : Collection Théories Créatives Les couleurs sensibilisation à destination des artistes A R Tournadre - Introduction - Le cercle chromatique définition et vocabulaire des couleurs o les couleurs primaires,

Plus en détail

LE NOUVEAU PROGRAMME DE SOINS ECLAIRCISSANTS GUINOT. et son site Internet dédié aux techniques d application : www.newhitebyguinot.

LE NOUVEAU PROGRAMME DE SOINS ECLAIRCISSANTS GUINOT. et son site Internet dédié aux techniques d application : www.newhitebyguinot. LE NOUVEAU PROGRAMME DE SOINS ECLAIRCISSANTS GUINOT et son site Internet dédié aux techniques d application : www.newhitebyguinot.com GUINOT propose avec NEWHITE un programme de soins éclaircissants innovant

Plus en détail

Personne, personnage, personnalité

Personne, personnage, personnalité Serge Esposito Personne, personnage, personnalité Philosophie générale Éditions des Nik s News www.niksnews.com/editions/ 1998 L œuvre appartient à son auteur. L auteur est seul responsable du contenu

Plus en détail

Les 100 plus belles façons. François Gagol

Les 100 plus belles façons. François Gagol Les 100 plus belles façons d'aimer François Gagol Les 100 plus belles façons d Aimer François Gagol François Gagol, 2003. Toute reproduction ou publication, même partielle, de cet ouvrage est interdite

Plus en détail

Cette nouvelle exposition du FRAC fait suite à celle de 2001 qui avait déjà

Cette nouvelle exposition du FRAC fait suite à celle de 2001 qui avait déjà P i s t e s p é d a g o g i q u e s Cette nouvelle exposition du FRAC fait suite à celle de 2001 qui avait déjà été consacrée à cet artiste. Elle permet de suivre le travail d un artiste de loin en loin

Plus en détail

O ëme. Exposition Photo-Chorégraphique Jeune public LE PIED EN DEDANS CIE

O ëme. Exposition Photo-Chorégraphique Jeune public LE PIED EN DEDANS CIE P O ëme Exposition Photo-Chorégraphique Jeune public LE PIED EN DEDANS CIE P O ëme Intention «Ma volonté première pour la création de «Poème» est de dépasser les contours du spectacle vivant, de mêler

Plus en détail

I N F O R M A T I O N S A U X P A T I E N T S

I N F O R M A T I O N S A U X P A T I E N T S I N F O R M A T I O N S A U X P A T I E N T S CHIRURGIE DU VISAGE Dr Paule Kuntz DIFFERENTES INTERVENTIONS DU VISAGE : - Les liftings - Le nez (rhinoplastie), le profil et le menton - Les oreilles décollées

Plus en détail

Camille Devallois Charlotte Delmon Jeunes Talents de l Ecole de Condé

Camille Devallois Charlotte Delmon Jeunes Talents de l Ecole de Condé Camille Devallois Charlotte Delmon Jeunes Talents de l Ecole de Condé Dessin La troisième édition de Jeunes Talents invite deux étudiants de l Ecole de Condé, Camille Devallois et Charlotte Delmon de l

Plus en détail

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 Introduction Afin de traiter les notions d Espace privé-

Plus en détail

utopia LES 30 ANS DU GENIE DE LA BASTILLE

utopia LES 30 ANS DU GENIE DE LA BASTILLE 30 ans de Génie, 30 ans d invention, d expériences, de créativité, dans des espaces nouveaux, inattendus, divers et variés. Cette recherche incessante et nécessaire, c est celle de l Utopia, c est à dire

Plus en détail

François Ruegg. 1 Contre nature morte 1 1 300.- 2 Contre nature morte 2 1 300.- 3 Contre nature morte 3 1 300.- 4 Fruits de mer 2 700.

François Ruegg. 1 Contre nature morte 1 1 300.- 2 Contre nature morte 2 1 300.- 3 Contre nature morte 3 1 300.- 4 Fruits de mer 2 700. François Ruegg François Ruegg choisit ses formes avec soin pour leur ambiguïté formelle évocatrice, qui incite toujours à une double lecture de son travail, par jeu, par provocation ou déstabilisation

Plus en détail

Extraits de la présentation `de Dan Hanganu, architecte à Rimouski, le 17 mai 2006

Extraits de la présentation `de Dan Hanganu, architecte à Rimouski, le 17 mai 2006 Extraits de la présentation `de Dan Hanganu, architecte à Rimouski, le 17 mai 2006 Adolf Portmann biologiste suisse, montre bien qu il y a dans la vie plus qu un simple désir de survie. Il y a quelque

Plus en détail

Corrections chromatiques de l image

Corrections chromatiques de l image Corrections chromatiques de l image 1. Réglages en amont 2. Utilisation d un histogramme et de la palette infos 3. Réglage du point blanc - point noir 4. Réglage du gamma, correction tonale Pour quadri

Plus en détail

Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D. Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros

Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D. Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros PRESENTS : - KISS Jocelyne et VENCESLAS Biri de l institut

Plus en détail

Carnet d activités Dépisteurs de toiles

Carnet d activités Dépisteurs de toiles Carnet d activités Dépisteurs de toiles Ateliers Pédagogiques d Arts Plastiques Nom: Prénom: Classe: Ecole: Règles de vie du Musée Les accompagnateurs sont garants du bon fonctionnement des activités et

Plus en détail

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image construit la peinture? C est-à-dire que devant une

Plus en détail

Marketing de l art et de la culture

Marketing de l art et de la culture Interview Dunod Marketing de l art et de la culture Dominique Bourgeon-Renault Le secteur de l art et de la culture semble incompatible avec la notion même de marketing. Pourtant, la démarche et les outils

Plus en détail

LES$METIERS$DU$LIVRE$!

LES$METIERS$DU$LIVRE$! LES$METIERS$DU$LIVRE$ L auteur - et, s il y en a un, l illustrateur - passent avec l éditeur un "contrat d édition". Une fois la maquette réalisée, elle part pour l imprimerie. L auteur et l illustrateur

Plus en détail

COURS 07 - sem 6 - UE1 16 novembre 2005

COURS 07 - sem 6 - UE1 16 novembre 2005 COURS 07 - sem 6 - UE1 16 novembre 2005 - Cours inaugural «Principes de hiérarchie» - (Philippe Villien) - Centrer orienter - Séries - la répétition - Dualité - Tripartition «Eléments» - (Philippe Villien)

Plus en détail

Glacis à l acrylique

Glacis à l acrylique Sommaire 1. Le glacis 2. Notions de base en acrylique 3. Réalisation pratique: tableau avec glacis 4. Modèle Séance du 31 janvier 2014 dirigée par Maurice Lopès Travaux pratiques de peinture Glacis à l

Plus en détail

Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles. L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure

Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles. L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure Intervenant Mathé Kaufmann Gestalt-Thérapeute, Superviseure

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail