LE MAQUILLAGE, UNE PRESENCE CLAIRE-OBSCURE DU VISAGE. Christine ARZAROLI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE MAQUILLAGE, UNE PRESENCE CLAIRE-OBSCURE DU VISAGE. Christine ARZAROLI"

Transcription

1 LE MAQUILLAGE, UNE PRESENCE CLAIRE-OBSCURE DU VISAGE Christine ARZAROLI Résumé : Notre intérêt pour le maquillage s est développé à partir d une interrogation sur la féminité. A travers ce texte, nous considérons le jeu avec les limites élaboré par les femmes dans la vie quotidienne. Le dispositif médiatique du visage maquillé retient également notre attention quant à la représentation du visage dans la société contemporaine. «... de même le beau perd son existence si l on supprime les effets d ombre.» Junichiro Tanizaki Le visage invite à saisir ce qui sur ses traits se dessine mais déjà s esquive. A la lisière de l offrande et du secret, il est porteur d unicité, de sens, d échange, mais aussi d opacité. S il se donne à voir, il se soustrait à la capture, à l interprétation : l absence sourde de la présence, la nudité exhibée dissimule. Le maquillage du visage est à entre-voir, comme on lit entre les lignes d un texte mais il ne peut être texte lui-même. Il serait plutôt un espace qui permet le passage d une apparence à une autre, d un imaginaire à un autre. Le scintillement des fards est un cheminement qui se révèle délicat, complexe; il entremêle les fils du paradoxe pour tisser le voile 81 du visage, car telle une étoffe infiniment légère, parfois perceptible, parfois insoupçonnable, il épouse la peau, compose, picturalement et de façon vivante, les traits. L ombre est-elle nécessaire pour entrer dans la lumière? Le maquillage est un jeu subtil qui oscille toujours entre le voilement et la trace : il consiste à alterner l effacement et l accentuation, à cacher pour montrer, à rendre invisible pour devenir visible. Dans la tension entre ces contraires, dans le rythme qui s attache à la forme, aux teintes, à leur intensité ou à leur nuance, s élabore une communication esthétique du visage, communication au sens de Maurice Blanchot, «où c est l obscur qui doit se faire jour, où

2 il doit y avoir jour de par l obscur, révélation où rien n apparaît, mais où la dissimulation se fait apparence»1. Les reflets de l artifice Le maquillage est un artifice éphémère à deux titres : par la dissolution facile et rapide (on se sépare de, on dé-maquille), et par les tendances mouvantes liées à l histoire et à la mode. Par essence, cette ornementique directe réside dans la fugacité et multiplie ainsi les possibilités de passage, qui diffèrent des rites de passage, déterminés par Arnold Van Gennep2, ceux-ci ayant un effet définitif pour les acteurs qui les subissent. Dans le contexte de notre société mobile, saturée d images et de modèles, le maquillage ne se perpétue pas sous une forme hiératique mais plutôt d une manière fluctuante, contribuant à une ritualisation individuelle qui se prolonge néanmoins dans la sphère publique. L artifice s oppose par définition au naturel, il témoigne de la créativité de l esprit. Il socialise l apparence humaine, la détourne en quelque sorte de son seul destin biologique, la transforme en la sublimant. Pour cela, il passe par la feinte et le leurre, par un éventail de codes culturels, de signes et de figures de styles qui se distinguent par leur relative absence d utilité, et qui s attachent à l idée de beau chère à Baudelaire, «fait d un élément éternel invariable [...] et d un élément relatif, circonstanciel»3. Cependant la césure entre nature et artifice est à nuancer. Le maquillage, en appuyant par les fards les limites mobiles du dehors/dedans du visage, les lèvres et les paupières, insiste sur les pôles d attraction que sont les yeux et la bouche. Il se manifeste sous la figure rhétorique de l hyperbole, non parce qu il serait une exagération mais parce qu il indique par une mise en relief ce qui existe déjà (contrairement à d autres sociétés où les fards dessinent un véritable trompe-l oeil). Ainsi les marques du maquillage-artifice soulignent culturellement la féminité, elles n en résolvent pas l énigme, elles en sont seulement un symptôme équivoque. Toute intervention sur la peau met en relief à la fois des forces latentes et les symboles d une société pour, à travers la pratique rituelle, tendre vers une représentation du visage. Le rite vise à modifier la réalité pour accéder au symbolique. Il induit des conduites spécifiques dont le but est de produire un effet qui représente, en faisant appel à la notion d imaginaire et à la notion de croyance. Cette dernière, comme l écrit Michel de Certeau, est «non l objet du croire (un dogme, un programme, etc...) mais l investissement des sujets dans une proposition, l acte de l énoncer en la tenant pour vraie -autrement dit, une «modalité» de l affirmation 82

3 et non pas son contenu»4. La croyance d atteindre la beauté par l artifice s inscrit dans les procédures légères et quotidiennes d un art de faire. La pratique du maquillage participe à la persistance du mythe de la féminité5, à sa réactivation diffuse et lancinante, et cela à travers l effervescence transformatrice, la succession d images se déployant dans un rituel qui se présente comme une réitération permanente de la féminité. Le maquillage s articule à la séduction, il rejoint la dualité de celle-ci, seductio, «tirer de côté». Tous deux jouent de l alternance entre souligner et détourner, entre le désir de plaire et la fuite sous-jacente (dévoiler mais aussi dissimuler) et conjuguent leur habileté fondée sur l attraction, la captation et l illusion. La stratégie de déplacement propre à la séduction se retrouve dans la tactique du maquillage, lieu d un jeu et d un enjeu de la présence (le soulignement) et de l éclipse (le détournement). Scènes du maquillage Les femmes s adonnent à l artifice mais par lui elles ne se détachent pas de ce qu elles sont, il est l instrument qui cède le passage entre elles et les autres, entre leur visage nu et celui qu elles habillent pour se montrer. Elles contestent la primauté illusoire de l intériorité sur la surface, l artifice rajouté s intégrant à elles, créant une indistinction de la surface et de la profondeur, faisant ainsi écho à la psychanalyste Joan Rivière qui note : «En fait, je ne maintiens pas qu une telle différence [la féminité vraie et le déguisement] existe. Que la féminité soit fondamentale ou superficielle, elle est toujours la même chose»6. Le maquillage est une mise en oeuvre du visage avant tout rêvée qui aboutit à l image que la femme souhaite offrir d elle. C est donc en quelque sorte une entrée dans le monde par l intermédiaire choisi d une «seconde peau». Si le maquillage utilise les symboles d une société, il ne se déploie pas en indices décodables, il ne répond pas à une objectivité, pas même à celle de la femme qui n est jamais «transparente» à ellemême. Dans l écran du miroir, c est une autre qu elle cherche à atteindre, comme Narcisse contemplant son reflet détaché des limites de son corps. Une première scène du maquillage s élabore telle une opération symbolique qui «assure un lien avec l invisible, met en jeu l imaginaire»7. Cette quête par les fards de la beauté féminine perdure à travers les siècles, malgré, à certaines époques, la condamnation morale ou religieuse, et témoigne d une transmission mémoire. souterraine de la Une deuxième scène se profile : celle de la relation mouvante entre l intime et la communauté, l individu et le social. Par le maquillage, l extérieur -ses codes 83

4 et ses critères- effleure la peau et même, d une certaine façon, est absorbé par elle. Les fards font s entrelacer l être et le paraître. L artifice ouvre la relation au monde, aussi ce dernier instaure une forme d obligation par ses modèles et ses normes. Ainsi chaque femme, lors de l acte du maquillage, introduit-elle implicitement le regard public dans le face à face solitaire avec le miroir. A l ère humaniste8, l épiphanie du visage signe l apparition du sujet moderne désormais défini par l âme, les sentiments et les passions qui l habitent. Dès lors le visage, où se fonde dans la société occidentale le sentiment de soi, concilie l intériorité et le culte des apparences. Le maquillage participe à la sensibilité et à l affirmation individuelles. Sans doute il convient d évoquer la contradiction qui consiste à vouloir se singulariser par le recours à des signes connus et codés que certains jugent même comme un assujettissement à des normes, au goût masculin (l ébauche de la fétichisation)... Cependant, le maquillage peut être considéré comme un moyen d arracher le visage à l ordre du réel. Le passage du visage «naturel» au visage maquillé réside dans la mise en acte de forces latentes et manifestes qui exprime non pas une apparence pure mais un mouvement du sujet dans son devenir, mouvement qui se réalise dans une forme-matière vivante -la peau mêlée aux substances colorées-. La vision que l on offre est alors liée au sentiment de son identité. Cette représentation individualisée du visage associe l expression de la personnalité (la démarcation de soi par rapport à l extérieur) et la reconnaissance sociale. L acte de se maquiller revêt un caractère agrégatif car il met en scène une relation dynamique entre l individu et la collectivité et cela grâce à un geste singulier, inventif mais cependant marqué culturellement. L espace de cet acte est un entre-deux où la limite ne marque pas une frontière mais chemine entre des entités, enchevêtre des strates qui ainsi ne sont plus linéaires. En effet, le visage maquillé, élaboré dans le retrait, dans la sphère intime, a pour finalité de se concrétiser dans le regard public où il semble enfin se transmuer. Des figures éphémères Le vingtième siècle, par différentes formes d expression soutenues par leur diffusion étendue, est le siècle du surgissement du visage. La surabondance des images qui caractérise la société contemporaine renvoie-t-elle davantage au regard lui-même plutôt qu à l objet, le rendant plus interrogatif et perplexe quant à la confrontation de soi avec son reflet dans le miroir? La multiplication des images a contribué à une nouvelle tolérance à l égard du maquillage : celui-ci n est plus impur, associé à la séduction diabolique. S il demeure un 84

5 artifice perpétué par les femmes, le «sortilège» est désormais propulsé par les représentations, dans la presse féminine en particulier : là, les visages ne sont que des écrans chatoyants de «luxe, calme et volupté». Ainsi nous est donnée à lire une partie de la modernité, celle seulement du «transitoire», du «fugitif», du «contingent» (Baudelaire9), à travers des tendances formelles du visage maquillé aujourd hui. Au cours de notre analyse des magazines féminins parus ces cinq dernières années, nous avons relevé trois tendances formelles du visage maquillé. Appelons-les le maquillage chair, le maquillage éloge de la couleur, le maquillage de détournement. Le maquillage-chair consiste à créer un «naturel» embelli. Le simulacre devient plus réel que le réel. Plus encore qu épouser la peau, le fard se dissout en elle comme s il en faisait partie. Le dessin sophistiqué d ombre et de lumière s aide de teintes sourdes et neutres, comme absentes de couleur (ivoire, beige, gamme des bruns). Le maquillagechair s affirme comme l absolu contraire de la nature, il en est l illusion maîtrisée. Il représente un idéal fictionnel qui nécessite le recours à une cosmétique de pointe. La transparence s avère être une savante dissimulation : le visage maquillé qui se donne à voir comme si il était nu, cache plus encore sa nudité. Celle-ci s habille entièrement des critères de la beauté contemporaine. La présence du visage, due aussi à l usage des fards, n apparaîtrait cependant que comme l intériorité qui affleure, et qui distingue. Car la distinction est bien le but recherché, dans le sens de la revendication de la personnalité, et dans celui, également, de la différence sociale. Si, à travers les apparences, la frontière des classes aujourd hui est plus incertaine, on retrouve malgré tout l esprit du XIXème siècle, c est à dire un certain élitisme10, avec le maquillage-chair qui rappelle le maquillage de «bon goût» de la bourgeoise s opposant à celui «si visible» des autres femmes (ouvrières, demi-mondaines...). Ainsi le maquillage qui a pour fonction d imiter la nature recouvre une conception de la beauté attachée au détail, à l infime. Pour devenir imperceptible, il réclame une pratique avisée, beaucoup de temps et de doigté, des produits très élaborés aux noms évocateurs (Nakeds d Ultima). En résumé, il faut faire oublier le fard, le donner pour invisible. Le maquillage éloge de la couleur s affirme comme une picturalisation du visage en ce sens qu il intensifie chaque élément coloré, par leur rapprochement ou par leur contraste. Ainsi il autonomise plus qu un autre les organes : le tracé par les fards précise l oeil, soulignant la prédominance du regard, et les lèvres évoquant la zone du baiser, de la parole, du goût. Il n y a pas l enveloppe d un côté et le sens d un autre. Ce maquillage participe à l esthétique au niveau de la forme tout en évoquant fortement à travers 85

6 elle des émotions et des sensations. Il se rattache au Baroque pour qui la nature est une réserve de codes et de figures qui doit être transfigurée par l art. Les contrastes sont puissants, retrouvant le jeu des extrêmes : teint très pâle et poudré, paupières noires, bouche très rouge. Cette tendance se soumet vite au changement, qu elle porte déjà en elle par l outrance, celle-ci contient une idée de déséquilibre, de momentané qui n existe pas avec le classicisme. C est sans doute pourquoi la mode s en empare davantage. Le maquillage de détournement illustre justement ce qu est un phénomène de mode (son essence, écrit Georg Simmel «consiste en ce que toujours seule une partie du groupe en use, tandis que la totalité se trouve seulement en marche vers elle»11) et en même temps son contraire dans la mesure où il n existe dans ce cas précis aucune intention d extension sociale. Ce maquillage se présente comme un «détournement» à deux niveaux : il échappe aux codes connus de la société occidentale par un détour vers ceux d autres époques et surtout d autres cultures. Et il n apparaît que dans un seul lieu (le défilé), demeurant ainsi écarté de la quotidienneté puisqu il n est pas utilisé par les femmes «ordinaires». Il évoque un dépassement des limites qui caractérise les activités artistiques en inscrivant sur le visage des signes surprenants. C est un collage, un patchwork de références historiques et ethniques. Le visage devient une image que l on contemple comme un tableau abstrait et qui complète les vêtements, eux-mêmes d inspiration africaine ou orientale. Les marques se posent sur des endroits inhabituels : le front, les joues, le menton. Ce maquillage s apparente et s inspire du tatouage car, comme lui, il se dessine hors des organes (yeux et lèvres) classiquement soulignés par les fards. Il s affirme comme une pure composition formelle grâce à l emprunt et à l imagination. Son attrait réside dans la recherche d une dissemblance propre à une beauté qui nous serait étrangère, toujours sur la ligne de partage entre passé et avenir, entre l ici et l ailleurs. Ce «maquillage ethnique», selon l expression des magazines, utilise les formes sans s interroger sur leur fondement et leur signification, ni même sur le sens de cette écriture du visage qui pourtant simule les scarifications et les tatouages, synonymes originellement d écorchure, de douleur, de sang, et surtout de symboles précis et immuables. De cet appel à d autres cultures, de ce désir de métissage, dus tous deux aussi à la médiatisation, ne reste que l enveloppe d une «beauté sauvage»: punk, tribal et folklorique se mêlent sans distinction. Le maquillage de détournement est un cérémonial qui se déploie dans un espace consacré, une célébration surcodée et relayée par un réseau d images. Le visage des mannequins, déjà détaché de la réalité, entre rêve et 86

7 sophistication, destiné uniquement au jugement esthétique, ce visage-écran vient logiquement se superposer sur l écran : mouvement circulaire parfait d un monde clos. Les maquillages contemporains ne s opposent qu en apparence. Leur différence même indique la pluralité virtuelle de chaque femme, une liberté de choix. Les magazines transmettent, ou anticipent la gamme des possibles, exploitent habilement la qualité première des fards, c est à dire l éphémère. La multiplicité, le mouvement, la dispersion deviennent accessibles parce que tout s achève dans la dissolution. Les phénomènes d identification se cristallisent sur les images démultipliées s adressant au plus grand nombre. Il existe donc bien une coïncidence entre ces images du visage et la pratique du maquillage mais celle-ci n est pas une traduction littérale, l image passe du côté de la trame quotidienne. En effet, le maquillage ne subsiste pas seulement tel un élément de la société de consommation, de la mode ; d ailleurs les modèles ont toujours été présents, seuls leur support et leur diffusion ont changé. Les femmes ne sont pas de simples «figurantes», elles expriment, chacune à leur manière, un rapport singulier à l apparence même si celle-ci se comprend toujours en référence à un environnement social et culturel. Et le visage maquillé devient lui-même un écran protection/projection dans une tension du proche (la femme elle-même) et du lointain (les modèles)12. 1 Blanchot M., L espace littéraire, Folio/ Essais,Paris, 1995, p Van Gennep A., Les rites de passage, Picard, Paris, Baudelaire Ch., «Le beau, la mode et le bonheur», Le peintre de la vie moderne, in Oeuvres complètes, Le Seuil, Paris,1968, p de Certeau M., L invention du quotidien, Tome I. Arts de faire, Folio/Essais,Paris, 1990, p Le psychanalyste Jean-Paul Valabrega écrit à ce propos: «j oserai dire qu elle [la féminité] n est pas à situer du côté du phantasme mais du côté du mythe. C est pour cela que l on parle toujours du mystère de la féminité», in Le désir et la perversion, (collectif), Points/seuil, Paris, 1981, p.81 6 Rivière J., «La féminité en tant que mascarade», in Psychanalyse n 7, P.U.F, Paris, Maisonneuve J., Les rituels, Que sais-je?, Paris, 1988 p.10 8 Voir à ce sujet l ouvrage des historiens J- J. Courtine et Cl. Haroche, Histoire du visage, Payot & Rivages,Paris, Baudelaire Ch. :«La modernité, c est le transitoire, le fugitif, le contingent, la moitié de l art, dont l autre moitié est l éternel et l immuable», «La modernité», Le peintre de la vie moderne, in Oeuvres complètes, Le Seuil, Paris, 1968, p Cf. l essai de Philippe Perrot, Le travail des apparences, ou les transformations du 87

8 corps féminin XVIII-XIXème siècle, Seuil, Paris, Simmel G., Philosophie de la modernité, Payot, Paris, 1989, p Ce texte est extrait d une recherche sur le visage maquillé contemporain : C. Arzaroli le maquillage clair-obscur, coll "Nouvelles études anthropolgiques", L'Harmattan,

Le pouvoir des couleurs. Monochrome. L art contemporain. L art abstrait. Démarche. «Expérience monochrome» Fiche technique

Le pouvoir des couleurs. Monochrome. L art contemporain. L art abstrait. Démarche. «Expérience monochrome» Fiche technique «Expérience monochrome» Fiche technique Monochrome Le pouvoir des couleurs Monochrome (Définition issue du «vocabulaire d Esthétique» d Etienne Souriau) : Qui est d une seule couleur. On ne qualifie guère

Plus en détail

Saskia maaike Bouvier Genève

Saskia maaike Bouvier Genève , June 2011 Des montres à complications créées par une femme pour des femmes Saskia maaike Bouvier (SMB) a su aller au-delà de la pratique pure de l art horloger et apporter sa créativité et son talent

Plus en détail

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 I Christian Gattinoni : travail personnel A Travail plastique L œuvre créatrice de Christian Gattinoni se voit dirigée vers

Plus en détail

Lexique du langage plastique F3.7

Lexique du langage plastique F3.7 1 La nature de la forme Définition Exemple Le point Le point est la plus petite marque qui soit; il a la même dimension qu une piqûre. La ligne La ligne est soit une suite de petites marques, soit un trait

Plus en détail

Distinguer trois domaines...

Distinguer trois domaines... Remarque préliminaire : Les éléments qu'il est possible de prendre en compte dans l'analyse de l'image sont multiples et extrêmement variés. La liste proposée ici est là à titre indicatif, un peu comme

Plus en détail

Gabriel Delmas SYNTONES. essai sur le dessin

Gabriel Delmas SYNTONES. essai sur le dessin Gabriel Delmas SYNTONES essai sur le dessin Syntones - Essai de Gabriel Delmas Version française et anglaise copyright Gabriel Delmas 2010. English and French version are copyright Gabriel Delmas 2010.

Plus en détail

INTRODUCTION Amour, apprentissages, approches, abandons des débuts, violence du désir, corps- à- corps, emprises et dépenses, incertitudes et attentes, pratiques et codes, plaisirs ordinaires, jouissance

Plus en détail

Exposition Thibault Hazelzet

Exposition Thibault Hazelzet Exposition Thibault Hazelzet 11 septembre au 30 octobre 2010 _ vernissage le samedi 11 septembre de 15h à 22h rencontre à la galerie avec François Jaudon (philosophe) et Thibault Hazelzet le mercredi 13

Plus en détail

L être de la couleur Nicolas Dissez

L être de la couleur Nicolas Dissez L être de la couleur Nicolas Dissez Mon titre, «L être de la couleur», provient de cette assertion pour le moins surprenante de la leçon du 9 mars 1976 du Sinthome : «Dans le sexe, il n y a rien de plus

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

La Nature du coaching

La Nature du coaching ENJEUX ET FONCTIONS DE LA SUPERVISION EN COACHING 1. INTRODUCTION Le coaching connaît un développement croissant dans l entreprise. Ceci a notamment comme conséquence, une «arrivée» massive de nombreux

Plus en détail

ATELIER BEAUTE ÊTRE. Une approche holistique originale issue d une solide expérience en psycho-esthétique-gestalt. Frédérique PETORIN

ATELIER BEAUTE ÊTRE. Une approche holistique originale issue d une solide expérience en psycho-esthétique-gestalt. Frédérique PETORIN «Le toucher est un rendez-vous du cœur, pas de la tête» «Apprendre à toucher en niant nos émotions reviendrait au même que manger en refusant le goût» Christian Hiéronimus ATELIER BEAUTE ÊTRE Une approche

Plus en détail

O ëme. Exposition Photo-Chorégraphique Jeune public LE PIED EN DEDANS CIE

O ëme. Exposition Photo-Chorégraphique Jeune public LE PIED EN DEDANS CIE P O ëme Exposition Photo-Chorégraphique Jeune public LE PIED EN DEDANS CIE P O ëme Intention «Ma volonté première pour la création de «Poème» est de dépasser les contours du spectacle vivant, de mêler

Plus en détail

GREGORY MARKOVIC Dessins

GREGORY MARKOVIC Dessins Dossier de presse GREGORY MARKOVIC Dessins Exposition du 5 février au 28 mars 2010 Vernissage le 4 février à partir de 18h30 La Galerie Particulière 16 rue du Perche 75003 Paris +33.(0)1.48.74.28.40 www.lagalerieparticuliere.com

Plus en détail

Cette nouvelle exposition du FRAC fait suite à celle de 2001 qui avait déjà

Cette nouvelle exposition du FRAC fait suite à celle de 2001 qui avait déjà P i s t e s p é d a g o g i q u e s Cette nouvelle exposition du FRAC fait suite à celle de 2001 qui avait déjà été consacrée à cet artiste. Elle permet de suivre le travail d un artiste de loin en loin

Plus en détail

Claudia Vialaret. Caravagesques. 26 avril - 8 juin 2013. G alerie Imagineo

Claudia Vialaret. Caravagesques. 26 avril - 8 juin 2013. G alerie Imagineo Claudia Vialaret Caravagesques G alerie Imagineo 50 rue de Montreuil 75011 Paris +33 (0)1 53 27 98 39 Entrée libre du mardi au samedi de 11h à 19h Vernissage le jeudi 25 avril 2013 à partir de 18h 26 avril

Plus en détail

LES SMS ET LA DERIVE DE LA. par Jean-Marie KELLER

LES SMS ET LA DERIVE DE LA. par Jean-Marie KELLER LES SMS ET LA DERIVE DE LA LANGUE par Jean-Marie KELLER LES SMS ET LA DERIVE DE LA LANGUE par Jean-Marie KELLER ALS et Institut Grand-Ducal (Luxembourg 17 octobre 2004) 29 Les SMS et la dérive de la langue

Plus en détail

Histoire de la photographie

Histoire de la photographie Histoire de la photographie Séquence 1 Qu'est ce que la photographie? L'invention de la photo fut animée par la volonté de fixer ou de garder une impression visuelle. La photographie a vu son évolution

Plus en détail

Le travail de l Atelier Jade

Le travail de l Atelier Jade Le travail de l Atelier Jade Jacques Devillers Graphiste de l invisible Jacques Devillers naît le 4 septembre 1921 à Amiens dans une famille d architectes. Après une formation en philosophie et un passage

Plus en détail

OPÉRATIONALISATIONS Liste non exhaustive. Cadrer Retrait ou ajout d éléments Empreinte Creusement Neutralisation par ratissage

OPÉRATIONALISATIONS Liste non exhaustive. Cadrer Retrait ou ajout d éléments Empreinte Creusement Neutralisation par ratissage OBJECTIFS : 1. Appréhender de façon sensible et esthétique un espace naturel vivant : le bord de Loire de Nevers 2. Mise en œuvre d acquisitions de formes de base et leurs déclinaisons complexes en situation

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

1/ Couleurs et lumières

1/ Couleurs et lumières Programme de formation Coach en Image Module 1 1/ Couleurs et lumières 1.1 Les couleurs sont liées à la lumière 1.2 Principes physiques 1.3 En réalité, il n existe que trois couleurs: RVB 1.4 L oeil en

Plus en détail

Quality Street Nicolas Chardon

Quality Street Nicolas Chardon La vitrine frac île-de-france, le plateau, paris Quality Street Nicolas Chardon 14.10 22.11.15 Entretien entre Nicolas Chardon et Gilles Baume Gilles Baume : Pour la vitrine, tu proposes un projet contextuel,

Plus en détail

LES$METIERS$DU$LIVRE$!

LES$METIERS$DU$LIVRE$! LES$METIERS$DU$LIVRE$ L auteur - et, s il y en a un, l illustrateur - passent avec l éditeur un "contrat d édition". Une fois la maquette réalisée, elle part pour l imprimerie. L auteur et l illustrateur

Plus en détail

Dossier de Presse. Art Shopping 25 & 26 octobre 2014. Stand D5 - Salle Soufflot

Dossier de Presse. Art Shopping 25 & 26 octobre 2014. Stand D5 - Salle Soufflot Le réseau artistique et culturel www.erya.info contact@erya.info Dossier de Presse Stand D5 - Salle Soufflot Promotion des artistes contemporains reconnus ou émergents représentatifs des grandes tendances

Plus en détail

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à Le Pavé Mosaïque «Mais à quel jeu jouent donc les francs maçons sur cet échiquier dessiné à même le sol du Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à la

Plus en détail

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999

Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Histoire de l Adolescence ( 1850 1914 ), Agnès Thiercé, Histoire de l éducation, Belin, 1999 Flore Berlingen Sciences Po, Conférence d Histoire Si son domaine de prédilection est l adolescence, ce n est

Plus en détail

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

Les photographies individuelles des élèves «Chacun a droit au respect de sa vie privée.» La circulaire N 2003-091 DU 5-6-2003 parue au Bulletin

Les photographies individuelles des élèves «Chacun a droit au respect de sa vie privée.» La circulaire N 2003-091 DU 5-6-2003 parue au Bulletin Publier des photos d élèves sur l internet Publier des photographies d élèves mineurs sur l internet doit toujours se faire avec l accord des parents. Ce document fait le point sur le sujet et fournit

Plus en détail

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts.

L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. L ANALYSE D ŒUVRES (peintures, sculptures) Stratégies pour une rencontre sensible Mme Viviane Motard CPAIEN histoire des Arts. I - Avec des œuvres originales : Quelques attitudes permettant de diversifier

Plus en détail

Présentation d un film

Présentation d un film Fiches méthodologiques Présentation d un film Introduction : o La Nature de l œuvre : Quoi, quand et où? Type de film, nationalité, réalisateur, date o Contexte de production : Public visé, contexte historique,

Plus en détail

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques

DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques 2328 DES SAVOIRS PROFESSIONNELS DU TRAVAIL SOCIAL Définition, construction, contenus, validation, Questions épistémologiques I ENJEU SOCIAL : UN DEBAT DANS LE CHAMP PROFESSIONNEL Il existe un débat récurrent

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE

LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE «et en plus, il faut faire un tableau.» Alberto Giacometti Ecrire sur la peinture pourrait signifier écrire «par-dessus», recouvrir des signes arbitraires de l écriture

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

un Film de DAVID PUJOL Antoni Pitxot - Montse Aguer - Salvador Dalí

un Film de DAVID PUJOL Antoni Pitxot - Montse Aguer - Salvador Dalí un Film de DAVID PUJOL Antoni Pitxot - Montse Aguer - Salvador Dalí Production IVAN CARRERO Scénario MONTSE AGUER et DAVID PUJOL Photographie IVAN CARRERO Édition et son JORDI MUÑOZ Documentation LUCIA

Plus en détail

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.com et Pony Production mise en scène : Stéphanie Marino Texte et Interprètation : Nicolas Devort Résumé Colin fait sa rentrée dans un nouveau collège. Pas

Plus en détail

ANALYSER UNE IMAGE LA GRILLE D ANALYSE

ANALYSER UNE IMAGE LA GRILLE D ANALYSE ANALYSER UNE IMAGE LA GRILLE D ANALYSE Boulevard Haussmann 75009 Paris France Tél : +33 1 80 88 80 30 - Fax : +33 1 80 88 80 31 Site web : - Email : contact@openclassrooms.coau capital social de 70 727,80

Plus en détail

Les outils de représentations paysagères

Les outils de représentations paysagères Les outils de représentations paysagères Les outils de représentation paysagère sont dans un entre-deux : entre l observateur du paysagère qui, par l outil graphique, donne corps à sa compréhension subjective

Plus en détail

Perfect Skin Collection. Édition française

Perfect Skin Collection. Édition française Perfect Skin Collection Édition française Perfect skin collection La PERFECT SKIN COLLECTION de STAGECOLOR COSMETICS présente 5 produits parfaitement assortis qui feront rayonner votre peau. Le design

Plus en détail

La photographie : observer, décrire et créer Découvrir l œuvre d un artiste pour créer une œuvre collective. Présentation du projet

La photographie : observer, décrire et créer Découvrir l œuvre d un artiste pour créer une œuvre collective. Présentation du projet La photographie : observer, décrire et créer Découvrir l œuvre d un artiste pour créer une œuvre collective Auteur : M.A Alfonso, Ecole d Adé Références : Photographies de Michel Dieuzaide, photographe

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

STAGE. La place du dessin dans le cours d'arts plastiques SALLE 306

STAGE. La place du dessin dans le cours d'arts plastiques SALLE 306 STAGE La place du dessin dans le cours d'arts plastiques SALLE 306 Les évolutions en arts plastiques - Académie de Nice année 2012/2013 La place du dessin dans le cours d'arts plastiques Les évolutions

Plus en détail

L Éclairage du nu. du nu. Installation, prise de vue et secrets de professionnels. et secrets de professionnels LE FLASH STEVE LUCK STEVE LUCK

L Éclairage du nu. du nu. Installation, prise de vue et secrets de professionnels. et secrets de professionnels LE FLASH STEVE LUCK STEVE LUCK Cet ouvrage est la nouvelle présentation de l ouvrage du même titre paru aux éditions La Compagnie du Livre. 9 782100 709847 5311098 ISBN 978-2-10-070984-7 est photographe professionnel, auteur d une quinzaine

Plus en détail

PUBLICITÉ IPAQ POCKET PC

PUBLICITÉ IPAQ POCKET PC REPRÉSENTATIONS SEXUÉES DANS L'AUDIOVISUEL REPRÉSENTATIONS SEXUÉES DANS L'AUDIOVISUEL REPRÉSENTATIONS SEXUÉES ET STÉRÉOTYPES DANS L IMAGE PUBLICITÉ IPAQ POCKET PC FICHE EXERCICE // PUBLICITÉ / 9-13 ANS

Plus en détail

+ FICHE METIER. «Chef Maquilleur(euse)» Chef maquilleur Maquilleur APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

+ FICHE METIER. «Chef Maquilleur(euse)» Chef maquilleur Maquilleur APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Chef Maquilleur(euse) + «Chef Maquilleur(euse)» APPELLATION(S) DU METIER Chef maquilleur Maquilleur DEFINITION DU METIER Le chef maquilleur est en charge du maquillage visage et corps, ainsi que de la

Plus en détail

LE TABLEAU film de Jean François LAGUIONIE

LE TABLEAU film de Jean François LAGUIONIE LE TABLEAU film de Jean François LAGUIONIE ANALYSE ET PISTES EN ARTS PLASTIQUES. L analyse présentée ne revêt pas de caractère exhaustif, pas plus qu elle n est attachée à être «en accord» avec les intentions

Plus en détail

Exposition David B. Portraits de mon frère et du roi du monde

Exposition David B. Portraits de mon frère et du roi du monde Exposition David B. Portraits de mon frère et du roi du monde La fresque qui introduit l exposition est extrait de l Ascension du Haut Mal et présente la famille et son lien culturel aux histoire, contes

Plus en détail

1. Composition des groupes en formation qui ont été interrogés sur le thème de l inter- culturalité:

1. Composition des groupes en formation qui ont été interrogés sur le thème de l inter- culturalité: 1. Composition des groupes en formation qui ont été interrogés sur le thème de l inter- culturalité: Nous avons consulté les 3 sites de l INSUP plus particulièrement confrontés à la mixité culturelle :

Plus en détail

Les Français et le développement durable

Les Français et le développement durable Les Français et le développement durable Baromètre Louis-Harris Club RmD2 CLUB R m D 2 Luc BALLEROY DGA 01 55 33 20 54 luc.balleroy@lharris.fr NOTE TECHNIQUE Étude réalisée par l Institut Louis-Harris

Plus en détail

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges

Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges M u s é e d u V i e u x N î m e s Dossier pédagogique Ateliers pour les collèges Contact Charlotte Caragliu, Chargée de projet pour les collèges, les lycées et les écoles supérieures Isaline Portal, Responsable

Plus en détail

LES 4 OPERATIONS PLASTIQUES 1

LES 4 OPERATIONS PLASTIQUES 1 LES 4 OPERATIONS PLASTIQUES 1 ISOLER REPRODUIRE TRANSFORMER ASSOCIER - priver de contexte : copier - modifier, dissocier, - rapprocher, juxtaposer, Supprimer doubler fragmenter, effacer, ajouter, superposer,

Plus en détail

Autoportraits photographiques. Il s agit de se photographier soi-même (ce n est pas un portrait pris par un autre)

Autoportraits photographiques. Il s agit de se photographier soi-même (ce n est pas un portrait pris par un autre) Autoportraits photographiques Il s agit de se photographier soi-même (ce n est pas un portrait pris par un autre) 1-pratique photographique : en se montrant jouer sur les notions propres à la photographie

Plus en détail

démarrer à la maison Pédagogie et organisation

démarrer à la maison Pédagogie et organisation démarrer L ecole à la maison Pédagogie et organisation Table des matières Le livre est disponible sur le site http://ecole-vivante.com ISBN 978-2-9515625-7-8 EAN 9782951562578 Cliquez sur les n de pages

Plus en détail

RÉSUMÉ 9. Résumé. Le concept de la «demande» appliqué à l éducation

RÉSUMÉ 9. Résumé. Le concept de la «demande» appliqué à l éducation RÉSUMÉ 9 Résumé Le concept de la «demande» appliqué à l éducation La demande est rapidement devenue une partie importante du discours sur la réforme éducative dans le monde entier. C est un concept controversé.

Plus en détail

Les illusions d optiques

Les illusions d optiques Les illusions d optiques Informations et illusions tirées du site : http://ophtasurf.free.fr/illusion.htm La plupart des illusions classiques dites «optico-géométriques» ont été découvertes dans les années

Plus en détail

Le patinage artistique à l école

Le patinage artistique à l école Le patinage artistique à l école Serge Laget C.P.C. Lyon VII - juin 2000 - avec la participation des éducateurs sportifs de la Ville de Lyon des C.P.C. du groupe Ville de Lyon Présentation du dossier :

Plus en détail

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la André Vanasse Naïm Kattan André Vanasse est un homme multiple. Ecrivain, professeur, éditeur, directeur de revue. Toutes ses activités sont, certes, consacrées à la littérature. Ecrivain, il est romancier,

Plus en détail

Les 3 Trésors. Le texte Taoïste des Song : «Secret de bouche à oreille sur le mécanisme Obscur du Principe Secret pour perfectionner L Authentique»

Les 3 Trésors. Le texte Taoïste des Song : «Secret de bouche à oreille sur le mécanisme Obscur du Principe Secret pour perfectionner L Authentique» Les 3 Trésors Le texte Taoïste des Song : «Secret de bouche à oreille sur le mécanisme Obscur du Principe Secret pour perfectionner L Authentique» 13 Au dernier chapitre, nous avons traité le Yin /Yang.

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail

Intervention du 10/04/15. «Petit déjeuner «IME IEM» CREAI Centre-Val de Loire. Sylvie Sicurani. Directrice IME Baule (PEP 45), éducatrice spécialisée

Intervention du 10/04/15. «Petit déjeuner «IME IEM» CREAI Centre-Val de Loire. Sylvie Sicurani. Directrice IME Baule (PEP 45), éducatrice spécialisée Intervention du 10/04/15 «Petit déjeuner «IME IEM» CREAI Centre-Val de Loire Sylvie Sicurani Directrice IME Baule (PEP 45), éducatrice spécialisée Pour que nous puissions nous interrogés sur les adaptations

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital

Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital Rapport du jury 2012 Concours d accès au cycle préparatoire de directeur d hôpital 1- Statistiques du concours 2012 : 1.1- postes, de inscrits, présents, admissibles et admis : Année Postes ouverts Inscrits

Plus en détail

Programme Détaillé. Cycle de 9 mois : Artiste maquilleur. Contenu : Cours théoriques

Programme Détaillé. Cycle de 9 mois : Artiste maquilleur. Contenu : Cours théoriques Programme Détaillé Cycle de 9 mois : Artiste maquilleur Contenu : Cours théoriques Art et culture Histoire de la beauté Histoire du costume Masques et parures Arts ethniques Étude des tendances et des

Plus en détail

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade Reçu et transmis par Isabelle St-Germain Site internet : www.leveilalasource.con 819-475-1154 La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade est l unification de l Amour masculin,

Plus en détail

Dossier d information. Dossier de campagne media CASDEN 2 ème semestre 2011. Noisiel, le 10 octobre 2011

Dossier d information. Dossier de campagne media CASDEN 2 ème semestre 2011. Noisiel, le 10 octobre 2011 Dossier d information Noisiel, le 10 octobre 2011 Dossier de campagne media CASDEN 2 ème semestre 2011 Après quatre campagnes média successives depuis 2009, la CASDEN ajuste le positionnement de sa communication.

Plus en détail

RESSOURCEMENT SUR MESURE

RESSOURCEMENT SUR MESURE RESSOURCEMENT SUR MESURE Le Centre Assomption de Lourdes propose d avril à octobre la formule innovante du RESSOURCEMENT SUR MESURE La nouvelle équipe d animation, composée de sœurs et de laïcs, répond

Plus en détail

Une approche de la PNL

Une approche de la PNL Qu est ce que la PNL? Une approche de la PNL La PNL signifie Programmation NeuroLinguistique. C est une approche plus ou moins scientifique de tout ce qui touche à la communication et le fonctionnement

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

Chapitre 2. Usages et mésusages

Chapitre 2. Usages et mésusages Chapitre 2 Usages et mésusages Si la faculté de voyance existe, si effectivement des hommes et des femmes peuvent capter directement des informations exactes dans l espace et dans le temps, les questions

Plus en détail

Gé nié Logiciél Livré Blanc

Gé nié Logiciél Livré Blanc Gé nié Logiciél Livré Blanc Version 0.2 26 Octobre 2011 Xavier Blanc Xavier.Blanc@labri.fr Partie I : Les Bases Sans donner des définitions trop rigoureuses, il faut bien commencer ce livre par énoncer

Plus en détail

OPTION CREATION D INTERIEURS

OPTION CREATION D INTERIEURS BACHELIER EN ARTS PLASTIQUES, VISUELS ET DE L ESPACE OPTION CREATION D INTERIEURS Les cours de «bachelor en arts plastiques, visuels et de l espace option création d intérieurs» sont susceptibles de se

Plus en détail

FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI. Conseillère pédagogique départementale Arts Visuels

FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI. Conseillère pédagogique départementale Arts Visuels FICHES CONNAISSANCES POUR L ENSEIGNANT LE PATRIMOINE BATI LE PATRIMOINE CONTENU ET ENJEUX Quelques éléments de réflexion... Sur la notion de patrimoine elle même Qu est ce que le patrimoine? Patrimoine

Plus en détail

Technique de la peinture

Technique de la peinture Supports pédagogiques: Fiches de travail n 1, 2 et 4 (lycée), fiche de travail n 3 (école primaire et collège). ENSEIGNANT E : Michel Haider (retable de Hohenlandenberg), Triptyque de la Crucifixion, panneau

Plus en détail

Compte-rendu de lecture

Compte-rendu de lecture Compte-rendu de lecture Di Vora Romain Classe de NRC 1 Rappel : Expression (3 points) Utilisez le correcteur orthographique!! Note : 17/20 Aspects bibliographiques (1 point) Titre : Autoportrait de l'auteur

Plus en détail

CARTE DE L ETHIQUE DE SPINOZA. Ethique, partie I (de Deo) La nature des choses

CARTE DE L ETHIQUE DE SPINOZA. Ethique, partie I (de Deo) La nature des choses CARTE DE L ETHIQUE DE SPINOZA Ethique, partie I (de Deo) La nature des choses Elucidation des lois générales qui déterminent globalement la nature des choses en tant que celle-ci est soumise au principe

Plus en détail

ANALYSE DE LA PUBLICITE «Dior : j adore»

ANALYSE DE LA PUBLICITE «Dior : j adore» ANALYSE DE LA PUBLICITE «Dior : j adore» Dior est une maison de haute couture française fondée en 1947. Dès lors, elle décide de conquérir aussi le marché des parfums. C est pourquoi la même année est

Plus en détail

Métier et profession

Métier et profession infirmière : profession ou métier? Descriptif : Le passage du métier à la profession, dont les éléments structurant sont ici passés en revue, est un enjeu qui marque autant l histoire d une corporation

Plus en détail

Un gazon toujours parfait, pour un plaisir sans limite. MXSi. Profoot MXSi TLT. un gazon artificiel avec Twist Lock Technology

Un gazon toujours parfait, pour un plaisir sans limite. MXSi. Profoot MXSi TLT. un gazon artificiel avec Twist Lock Technology Profoot MXSi TLT MXSi twist Un gazon toujours parfait, pour un plaisir sans limite. un gazon artificiel avec Twist Lock Technology S P O R T S artificial grass solutions Pour un plaisir sans limite, Une

Plus en détail

Dossier artistique Rebecca Bowring

Dossier artistique Rebecca Bowring Dossier artistique Rebecca Bowring Mon travail est non seulement un travail de photographie, mais également un travail qui traite de photographie. De la photographie comme technique et technologie et les

Plus en détail

Comment lire une œuvre d art, un tableau?

Comment lire une œuvre d art, un tableau? Comment lire une œuvre d art, un tableau? Les noces de Cana (détail) : Véronèse (château deversailles) Se définit comme artistique toute activité qui cherche à travers des images à communiquer des sensations,

Plus en détail

«Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire

«Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire Service d animation spirituelle et d engagement communautaire au primaire «Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire Séquence de 5 rencontres en classe Estime de soi au préscolaire 1

Plus en détail

Doisneau à l école. Caroline TELLIER, Collège Léon Blum de Wingles, académie de Lille

Doisneau à l école. Caroline TELLIER, Collège Léon Blum de Wingles, académie de Lille Doisneau à l école Caroline TELLIER, Collège Léon Blum de Wingles, académie de Lille Classe de 6 ème SEQUENCE N 1 Les études à travers les âges : Quelle école pour quels élèves? Niveaux et entrées du programme

Plus en détail

Art Vidéo Lecture d œuvres vidéo

Art Vidéo Lecture d œuvres vidéo Art Vidéo Lecture d œuvres vidéo Démarche Démarche globale Identifier et qualifier Les composants plastiques de la vidéo Les impressions et les sensations subjectives Coordonner les deux types d informations

Plus en détail

Initiation et réalisation BD. Création d univers et dialogué. Réalisation d un récit de A à Z. Découpage et storyboard. Mise en couleur numérique

Initiation et réalisation BD. Création d univers et dialogué. Réalisation d un récit de A à Z. Découpage et storyboard. Mise en couleur numérique Initiation bande dessinée La semaine du 21 au 25 avril 2014 De 9h30 à 16h30 Module Scénario BD du 7 et 8 décembre 2013 du 11 et 12 janvier 2013 Tous les mardis du 21 janvier au 8 avril 2014 Module Dessin

Plus en détail

COURS 07 - sem 6 - UE1 16 novembre 2005

COURS 07 - sem 6 - UE1 16 novembre 2005 COURS 07 - sem 6 - UE1 16 novembre 2005 - Cours inaugural «Principes de hiérarchie» - (Philippe Villien) - Centrer orienter - Séries - la répétition - Dualité - Tripartition «Eléments» - (Philippe Villien)

Plus en détail

Programmes de Français Baccalauréat Professionnel. Distinguer information, commentaire, prise de position

Programmes de Français Baccalauréat Professionnel. Distinguer information, commentaire, prise de position Programmes de Français Baccalauréat Professionnel Classe de 2 nde Sujet Interrogations Contenus et mise en œuvre Construction de l information Les médias disent-ils la vérité? Comment s assurer du bien

Plus en détail

COLLECTION CLASSIC. Revêtements pour cloisons mobiles

COLLECTION CLASSIC. Revêtements pour cloisons mobiles COLLECTION CLASSIC Revêtements pour cloisons mobiles COLLECTION CLASSIC COLLECTION CLASSIC De la cloison mobile à l élément de style. Couleurs froides Page 4 5 Couleurs intenses Teintes naturelles claires

Plus en détail

LA SÉDUCTION CHEZ LES ADOLESCENTS : POUVOIR, AGIR SEXUEL ET PROVOCATION

LA SÉDUCTION CHEZ LES ADOLESCENTS : POUVOIR, AGIR SEXUEL ET PROVOCATION LA SÉDUCTION CHEZ LES ADOLESCENTS : POUVOIR, AGIR SEXUEL ET PROVOCATION Lorsque nous pensons à la séduction et aux premières rencontres amoureuses des adolescents, nous souhaitons pour eux qu ils apprennent

Plus en détail

Anne-Marie Pansart. Emotions

Anne-Marie Pansart. Emotions Emotions 17 janvier 1948, artiste plasticienne allie les techniques du dessin, de la peinture et de la photo pour faire transparaître la beauté de la lumière avec passion. Lors de ses études de médecine

Plus en détail

les ateliers Papilles Créatives

les ateliers Papilles Créatives Oubliez ce que vous savez des ateliers culinaires classiques les ateliers Papilles Créatives STOP aux complexes et à la performance culinaire! STOP aux diktats alimentaires et à la culpabilité en cuisine!

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1422780L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l Avenant

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1422780L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT. I- Situation de référence et objectifs de l Avenant RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et du développement international PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant n 6 entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

L évaluation des professionnels de santé dans leur fonction, levier de motivation, quelle est la place du cadre?

L évaluation des professionnels de santé dans leur fonction, levier de motivation, quelle est la place du cadre? Management L évaluation des professionnels de santé dans leur fonction, levier de motivation, quelle est la place du cadre? Dominique GUY Descriptif : Dans le contexte actuel de recherche d optimisation

Plus en détail

Documentation et photothèque Base de donnée de photographies de jardins historiques

Documentation et photothèque Base de donnée de photographies de jardins historiques Documentation et photothèque Base de donnée de photographies de jardins historiques - 1 - Introduction Le but de ce dossier est de présenter la structure d une base de données permettant à une agence photographique

Plus en détail

Sexuation et discours. «Le savoir s invente», disait Lacan et la seule chose qu il revendique avoir inventé est l objet petit a.

Sexuation et discours. «Le savoir s invente», disait Lacan et la seule chose qu il revendique avoir inventé est l objet petit a. Sexuation et discours. «Le savoir s invente», disait Lacan et la seule chose qu il revendique avoir inventé est l objet petit a. Il est déjà là dans le stade du Miroir, dans le graphe du désir, dans la

Plus en détail

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César Évaluation de l instauration de l hébergement égalitaire dans le cadre d un divorce ou d une séparation Sous la coordination de : Marie-Thérèse Casman Chargée de recherche : Angèle César Introduction Contexte

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur

Mundaneum. Les collecteurs de mondes. RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web. Dossier du professeur Mundaneum RENAISSANCE 2.0: Voyage aux origines du Web Les collecteurs de mondes Dossier du professeur 1. Présentation de l animation Description Cet outil pédagogique a pour but de mettre l élève au centre

Plus en détail