LE MAQUILLAGE, UNE PRESENCE CLAIRE-OBSCURE DU VISAGE. Christine ARZAROLI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LE MAQUILLAGE, UNE PRESENCE CLAIRE-OBSCURE DU VISAGE. Christine ARZAROLI"

Transcription

1 LE MAQUILLAGE, UNE PRESENCE CLAIRE-OBSCURE DU VISAGE Christine ARZAROLI Résumé : Notre intérêt pour le maquillage s est développé à partir d une interrogation sur la féminité. A travers ce texte, nous considérons le jeu avec les limites élaboré par les femmes dans la vie quotidienne. Le dispositif médiatique du visage maquillé retient également notre attention quant à la représentation du visage dans la société contemporaine. «... de même le beau perd son existence si l on supprime les effets d ombre.» Junichiro Tanizaki Le visage invite à saisir ce qui sur ses traits se dessine mais déjà s esquive. A la lisière de l offrande et du secret, il est porteur d unicité, de sens, d échange, mais aussi d opacité. S il se donne à voir, il se soustrait à la capture, à l interprétation : l absence sourde de la présence, la nudité exhibée dissimule. Le maquillage du visage est à entre-voir, comme on lit entre les lignes d un texte mais il ne peut être texte lui-même. Il serait plutôt un espace qui permet le passage d une apparence à une autre, d un imaginaire à un autre. Le scintillement des fards est un cheminement qui se révèle délicat, complexe; il entremêle les fils du paradoxe pour tisser le voile 81 du visage, car telle une étoffe infiniment légère, parfois perceptible, parfois insoupçonnable, il épouse la peau, compose, picturalement et de façon vivante, les traits. L ombre est-elle nécessaire pour entrer dans la lumière? Le maquillage est un jeu subtil qui oscille toujours entre le voilement et la trace : il consiste à alterner l effacement et l accentuation, à cacher pour montrer, à rendre invisible pour devenir visible. Dans la tension entre ces contraires, dans le rythme qui s attache à la forme, aux teintes, à leur intensité ou à leur nuance, s élabore une communication esthétique du visage, communication au sens de Maurice Blanchot, «où c est l obscur qui doit se faire jour, où

2 il doit y avoir jour de par l obscur, révélation où rien n apparaît, mais où la dissimulation se fait apparence»1. Les reflets de l artifice Le maquillage est un artifice éphémère à deux titres : par la dissolution facile et rapide (on se sépare de, on dé-maquille), et par les tendances mouvantes liées à l histoire et à la mode. Par essence, cette ornementique directe réside dans la fugacité et multiplie ainsi les possibilités de passage, qui diffèrent des rites de passage, déterminés par Arnold Van Gennep2, ceux-ci ayant un effet définitif pour les acteurs qui les subissent. Dans le contexte de notre société mobile, saturée d images et de modèles, le maquillage ne se perpétue pas sous une forme hiératique mais plutôt d une manière fluctuante, contribuant à une ritualisation individuelle qui se prolonge néanmoins dans la sphère publique. L artifice s oppose par définition au naturel, il témoigne de la créativité de l esprit. Il socialise l apparence humaine, la détourne en quelque sorte de son seul destin biologique, la transforme en la sublimant. Pour cela, il passe par la feinte et le leurre, par un éventail de codes culturels, de signes et de figures de styles qui se distinguent par leur relative absence d utilité, et qui s attachent à l idée de beau chère à Baudelaire, «fait d un élément éternel invariable [...] et d un élément relatif, circonstanciel»3. Cependant la césure entre nature et artifice est à nuancer. Le maquillage, en appuyant par les fards les limites mobiles du dehors/dedans du visage, les lèvres et les paupières, insiste sur les pôles d attraction que sont les yeux et la bouche. Il se manifeste sous la figure rhétorique de l hyperbole, non parce qu il serait une exagération mais parce qu il indique par une mise en relief ce qui existe déjà (contrairement à d autres sociétés où les fards dessinent un véritable trompe-l oeil). Ainsi les marques du maquillage-artifice soulignent culturellement la féminité, elles n en résolvent pas l énigme, elles en sont seulement un symptôme équivoque. Toute intervention sur la peau met en relief à la fois des forces latentes et les symboles d une société pour, à travers la pratique rituelle, tendre vers une représentation du visage. Le rite vise à modifier la réalité pour accéder au symbolique. Il induit des conduites spécifiques dont le but est de produire un effet qui représente, en faisant appel à la notion d imaginaire et à la notion de croyance. Cette dernière, comme l écrit Michel de Certeau, est «non l objet du croire (un dogme, un programme, etc...) mais l investissement des sujets dans une proposition, l acte de l énoncer en la tenant pour vraie -autrement dit, une «modalité» de l affirmation 82

3 et non pas son contenu»4. La croyance d atteindre la beauté par l artifice s inscrit dans les procédures légères et quotidiennes d un art de faire. La pratique du maquillage participe à la persistance du mythe de la féminité5, à sa réactivation diffuse et lancinante, et cela à travers l effervescence transformatrice, la succession d images se déployant dans un rituel qui se présente comme une réitération permanente de la féminité. Le maquillage s articule à la séduction, il rejoint la dualité de celle-ci, seductio, «tirer de côté». Tous deux jouent de l alternance entre souligner et détourner, entre le désir de plaire et la fuite sous-jacente (dévoiler mais aussi dissimuler) et conjuguent leur habileté fondée sur l attraction, la captation et l illusion. La stratégie de déplacement propre à la séduction se retrouve dans la tactique du maquillage, lieu d un jeu et d un enjeu de la présence (le soulignement) et de l éclipse (le détournement). Scènes du maquillage Les femmes s adonnent à l artifice mais par lui elles ne se détachent pas de ce qu elles sont, il est l instrument qui cède le passage entre elles et les autres, entre leur visage nu et celui qu elles habillent pour se montrer. Elles contestent la primauté illusoire de l intériorité sur la surface, l artifice rajouté s intégrant à elles, créant une indistinction de la surface et de la profondeur, faisant ainsi écho à la psychanalyste Joan Rivière qui note : «En fait, je ne maintiens pas qu une telle différence [la féminité vraie et le déguisement] existe. Que la féminité soit fondamentale ou superficielle, elle est toujours la même chose»6. Le maquillage est une mise en oeuvre du visage avant tout rêvée qui aboutit à l image que la femme souhaite offrir d elle. C est donc en quelque sorte une entrée dans le monde par l intermédiaire choisi d une «seconde peau». Si le maquillage utilise les symboles d une société, il ne se déploie pas en indices décodables, il ne répond pas à une objectivité, pas même à celle de la femme qui n est jamais «transparente» à ellemême. Dans l écran du miroir, c est une autre qu elle cherche à atteindre, comme Narcisse contemplant son reflet détaché des limites de son corps. Une première scène du maquillage s élabore telle une opération symbolique qui «assure un lien avec l invisible, met en jeu l imaginaire»7. Cette quête par les fards de la beauté féminine perdure à travers les siècles, malgré, à certaines époques, la condamnation morale ou religieuse, et témoigne d une transmission mémoire. souterraine de la Une deuxième scène se profile : celle de la relation mouvante entre l intime et la communauté, l individu et le social. Par le maquillage, l extérieur -ses codes 83

4 et ses critères- effleure la peau et même, d une certaine façon, est absorbé par elle. Les fards font s entrelacer l être et le paraître. L artifice ouvre la relation au monde, aussi ce dernier instaure une forme d obligation par ses modèles et ses normes. Ainsi chaque femme, lors de l acte du maquillage, introduit-elle implicitement le regard public dans le face à face solitaire avec le miroir. A l ère humaniste8, l épiphanie du visage signe l apparition du sujet moderne désormais défini par l âme, les sentiments et les passions qui l habitent. Dès lors le visage, où se fonde dans la société occidentale le sentiment de soi, concilie l intériorité et le culte des apparences. Le maquillage participe à la sensibilité et à l affirmation individuelles. Sans doute il convient d évoquer la contradiction qui consiste à vouloir se singulariser par le recours à des signes connus et codés que certains jugent même comme un assujettissement à des normes, au goût masculin (l ébauche de la fétichisation)... Cependant, le maquillage peut être considéré comme un moyen d arracher le visage à l ordre du réel. Le passage du visage «naturel» au visage maquillé réside dans la mise en acte de forces latentes et manifestes qui exprime non pas une apparence pure mais un mouvement du sujet dans son devenir, mouvement qui se réalise dans une forme-matière vivante -la peau mêlée aux substances colorées-. La vision que l on offre est alors liée au sentiment de son identité. Cette représentation individualisée du visage associe l expression de la personnalité (la démarcation de soi par rapport à l extérieur) et la reconnaissance sociale. L acte de se maquiller revêt un caractère agrégatif car il met en scène une relation dynamique entre l individu et la collectivité et cela grâce à un geste singulier, inventif mais cependant marqué culturellement. L espace de cet acte est un entre-deux où la limite ne marque pas une frontière mais chemine entre des entités, enchevêtre des strates qui ainsi ne sont plus linéaires. En effet, le visage maquillé, élaboré dans le retrait, dans la sphère intime, a pour finalité de se concrétiser dans le regard public où il semble enfin se transmuer. Des figures éphémères Le vingtième siècle, par différentes formes d expression soutenues par leur diffusion étendue, est le siècle du surgissement du visage. La surabondance des images qui caractérise la société contemporaine renvoie-t-elle davantage au regard lui-même plutôt qu à l objet, le rendant plus interrogatif et perplexe quant à la confrontation de soi avec son reflet dans le miroir? La multiplication des images a contribué à une nouvelle tolérance à l égard du maquillage : celui-ci n est plus impur, associé à la séduction diabolique. S il demeure un 84

5 artifice perpétué par les femmes, le «sortilège» est désormais propulsé par les représentations, dans la presse féminine en particulier : là, les visages ne sont que des écrans chatoyants de «luxe, calme et volupté». Ainsi nous est donnée à lire une partie de la modernité, celle seulement du «transitoire», du «fugitif», du «contingent» (Baudelaire9), à travers des tendances formelles du visage maquillé aujourd hui. Au cours de notre analyse des magazines féminins parus ces cinq dernières années, nous avons relevé trois tendances formelles du visage maquillé. Appelons-les le maquillage chair, le maquillage éloge de la couleur, le maquillage de détournement. Le maquillage-chair consiste à créer un «naturel» embelli. Le simulacre devient plus réel que le réel. Plus encore qu épouser la peau, le fard se dissout en elle comme s il en faisait partie. Le dessin sophistiqué d ombre et de lumière s aide de teintes sourdes et neutres, comme absentes de couleur (ivoire, beige, gamme des bruns). Le maquillagechair s affirme comme l absolu contraire de la nature, il en est l illusion maîtrisée. Il représente un idéal fictionnel qui nécessite le recours à une cosmétique de pointe. La transparence s avère être une savante dissimulation : le visage maquillé qui se donne à voir comme si il était nu, cache plus encore sa nudité. Celle-ci s habille entièrement des critères de la beauté contemporaine. La présence du visage, due aussi à l usage des fards, n apparaîtrait cependant que comme l intériorité qui affleure, et qui distingue. Car la distinction est bien le but recherché, dans le sens de la revendication de la personnalité, et dans celui, également, de la différence sociale. Si, à travers les apparences, la frontière des classes aujourd hui est plus incertaine, on retrouve malgré tout l esprit du XIXème siècle, c est à dire un certain élitisme10, avec le maquillage-chair qui rappelle le maquillage de «bon goût» de la bourgeoise s opposant à celui «si visible» des autres femmes (ouvrières, demi-mondaines...). Ainsi le maquillage qui a pour fonction d imiter la nature recouvre une conception de la beauté attachée au détail, à l infime. Pour devenir imperceptible, il réclame une pratique avisée, beaucoup de temps et de doigté, des produits très élaborés aux noms évocateurs (Nakeds d Ultima). En résumé, il faut faire oublier le fard, le donner pour invisible. Le maquillage éloge de la couleur s affirme comme une picturalisation du visage en ce sens qu il intensifie chaque élément coloré, par leur rapprochement ou par leur contraste. Ainsi il autonomise plus qu un autre les organes : le tracé par les fards précise l oeil, soulignant la prédominance du regard, et les lèvres évoquant la zone du baiser, de la parole, du goût. Il n y a pas l enveloppe d un côté et le sens d un autre. Ce maquillage participe à l esthétique au niveau de la forme tout en évoquant fortement à travers 85

6 elle des émotions et des sensations. Il se rattache au Baroque pour qui la nature est une réserve de codes et de figures qui doit être transfigurée par l art. Les contrastes sont puissants, retrouvant le jeu des extrêmes : teint très pâle et poudré, paupières noires, bouche très rouge. Cette tendance se soumet vite au changement, qu elle porte déjà en elle par l outrance, celle-ci contient une idée de déséquilibre, de momentané qui n existe pas avec le classicisme. C est sans doute pourquoi la mode s en empare davantage. Le maquillage de détournement illustre justement ce qu est un phénomène de mode (son essence, écrit Georg Simmel «consiste en ce que toujours seule une partie du groupe en use, tandis que la totalité se trouve seulement en marche vers elle»11) et en même temps son contraire dans la mesure où il n existe dans ce cas précis aucune intention d extension sociale. Ce maquillage se présente comme un «détournement» à deux niveaux : il échappe aux codes connus de la société occidentale par un détour vers ceux d autres époques et surtout d autres cultures. Et il n apparaît que dans un seul lieu (le défilé), demeurant ainsi écarté de la quotidienneté puisqu il n est pas utilisé par les femmes «ordinaires». Il évoque un dépassement des limites qui caractérise les activités artistiques en inscrivant sur le visage des signes surprenants. C est un collage, un patchwork de références historiques et ethniques. Le visage devient une image que l on contemple comme un tableau abstrait et qui complète les vêtements, eux-mêmes d inspiration africaine ou orientale. Les marques se posent sur des endroits inhabituels : le front, les joues, le menton. Ce maquillage s apparente et s inspire du tatouage car, comme lui, il se dessine hors des organes (yeux et lèvres) classiquement soulignés par les fards. Il s affirme comme une pure composition formelle grâce à l emprunt et à l imagination. Son attrait réside dans la recherche d une dissemblance propre à une beauté qui nous serait étrangère, toujours sur la ligne de partage entre passé et avenir, entre l ici et l ailleurs. Ce «maquillage ethnique», selon l expression des magazines, utilise les formes sans s interroger sur leur fondement et leur signification, ni même sur le sens de cette écriture du visage qui pourtant simule les scarifications et les tatouages, synonymes originellement d écorchure, de douleur, de sang, et surtout de symboles précis et immuables. De cet appel à d autres cultures, de ce désir de métissage, dus tous deux aussi à la médiatisation, ne reste que l enveloppe d une «beauté sauvage»: punk, tribal et folklorique se mêlent sans distinction. Le maquillage de détournement est un cérémonial qui se déploie dans un espace consacré, une célébration surcodée et relayée par un réseau d images. Le visage des mannequins, déjà détaché de la réalité, entre rêve et 86

7 sophistication, destiné uniquement au jugement esthétique, ce visage-écran vient logiquement se superposer sur l écran : mouvement circulaire parfait d un monde clos. Les maquillages contemporains ne s opposent qu en apparence. Leur différence même indique la pluralité virtuelle de chaque femme, une liberté de choix. Les magazines transmettent, ou anticipent la gamme des possibles, exploitent habilement la qualité première des fards, c est à dire l éphémère. La multiplicité, le mouvement, la dispersion deviennent accessibles parce que tout s achève dans la dissolution. Les phénomènes d identification se cristallisent sur les images démultipliées s adressant au plus grand nombre. Il existe donc bien une coïncidence entre ces images du visage et la pratique du maquillage mais celle-ci n est pas une traduction littérale, l image passe du côté de la trame quotidienne. En effet, le maquillage ne subsiste pas seulement tel un élément de la société de consommation, de la mode ; d ailleurs les modèles ont toujours été présents, seuls leur support et leur diffusion ont changé. Les femmes ne sont pas de simples «figurantes», elles expriment, chacune à leur manière, un rapport singulier à l apparence même si celle-ci se comprend toujours en référence à un environnement social et culturel. Et le visage maquillé devient lui-même un écran protection/projection dans une tension du proche (la femme elle-même) et du lointain (les modèles)12. 1 Blanchot M., L espace littéraire, Folio/ Essais,Paris, 1995, p Van Gennep A., Les rites de passage, Picard, Paris, Baudelaire Ch., «Le beau, la mode et le bonheur», Le peintre de la vie moderne, in Oeuvres complètes, Le Seuil, Paris,1968, p de Certeau M., L invention du quotidien, Tome I. Arts de faire, Folio/Essais,Paris, 1990, p Le psychanalyste Jean-Paul Valabrega écrit à ce propos: «j oserai dire qu elle [la féminité] n est pas à situer du côté du phantasme mais du côté du mythe. C est pour cela que l on parle toujours du mystère de la féminité», in Le désir et la perversion, (collectif), Points/seuil, Paris, 1981, p.81 6 Rivière J., «La féminité en tant que mascarade», in Psychanalyse n 7, P.U.F, Paris, Maisonneuve J., Les rituels, Que sais-je?, Paris, 1988 p.10 8 Voir à ce sujet l ouvrage des historiens J- J. Courtine et Cl. Haroche, Histoire du visage, Payot & Rivages,Paris, Baudelaire Ch. :«La modernité, c est le transitoire, le fugitif, le contingent, la moitié de l art, dont l autre moitié est l éternel et l immuable», «La modernité», Le peintre de la vie moderne, in Oeuvres complètes, Le Seuil, Paris, 1968, p Cf. l essai de Philippe Perrot, Le travail des apparences, ou les transformations du 87

8 corps féminin XVIII-XIXème siècle, Seuil, Paris, Simmel G., Philosophie de la modernité, Payot, Paris, 1989, p Ce texte est extrait d une recherche sur le visage maquillé contemporain : C. Arzaroli le maquillage clair-obscur, coll "Nouvelles études anthropolgiques", L'Harmattan,

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES

La Joconde. (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde (1503-1506, 0,77x 0,53 m) de Léonard de Vinci TEMPS MODERNES La Joconde de Léonard de Vinci est incontestablement le tableau le plus célèbre. Il est conservé au musée du Louvre à Paris et a

Plus en détail

ACADEMIE de MAQUILLAGE & de la BEAUTE GLOBALE

ACADEMIE de MAQUILLAGE & de la BEAUTE GLOBALE ACADEMIE de MAQUILLAGE & de la BEAUTE GLOBALE L Académie Annick Cayot, située à Bruxelles, forme et développe les talents des maquilleurs professionnels, des esthéticiennes, des coiffeurs et des passionnés

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES

ATELIER EN ARTS PLASTIQUES ACTUALITES Ateliers de sensibilisation artistique à partir de l œuvre de V. Vasarely, encadré par une médiatrice culturelle et une historienne de l art. du 6 au 8 avril 2010 de 14hà16h Public: enfants

Plus en détail

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas

LIVRET DE VISITE. Autoportraits du musée d. musée des beaux-arts. place Stanislas LIVRET DE VISITE musée des beaux-arts de Nancy place Stanislas Autoportraits du musée d Orsay L exposition Au fil du temps Bienvenue au Musée des Beaux-Arts de Nancy! Les tableaux que tu vois ici viennent

Plus en détail

Dossier artistique Rebecca Bowring

Dossier artistique Rebecca Bowring Dossier artistique Rebecca Bowring Mon travail est non seulement un travail de photographie, mais également un travail qui traite de photographie. De la photographie comme technique et technologie et les

Plus en détail

NON MAIS T AS VU MA TÊTE!

NON MAIS T AS VU MA TÊTE! La compagnie Lucamoros présente NON MAIS T AS VU MA TÊTE! et autres images (portrait volé, face à face) Spectacle sans paroles et en 3 tableaux pour un peintre-clown et sa toile Compagnie Lucamoros 1 Premier

Plus en détail

Le rapport des femmes à la beauté

Le rapport des femmes à la beauté 1 Le rapport des femmes à la beauté Etude CSA pour Madame Figaro Rapport d étude octobre 2014 Julie GAILLOT, Directrice de clientèle julie.gaillot@csa.eu / 01 57 00 59 06 Marek KUBISTA Chargé d études

Plus en détail

Arts CIIP 2010 DEUXIÈME CYCLE

Arts CIIP 2010 DEUXIÈME CYCLE Arts VISÉES PRIORITAIRES Découvrir, percevoir et développer des modes d expression artistiques et leurs langages, dans une perspective identitaire, communicative et culturelle. CIIP 2010 DEUXIÈME CYCLE

Plus en détail

PUBLICITÉ IPAQ POCKET PC

PUBLICITÉ IPAQ POCKET PC REPRÉSENTATIONS SEXUÉES DANS L'AUDIOVISUEL REPRÉSENTATIONS SEXUÉES DANS L'AUDIOVISUEL REPRÉSENTATIONS SEXUÉES ET STÉRÉOTYPES DANS L IMAGE PUBLICITÉ IPAQ POCKET PC FICHE EXERCICE // PUBLICITÉ / 9-13 ANS

Plus en détail

Les 100 plus belles façons. François Gagol

Les 100 plus belles façons. François Gagol Les 100 plus belles façons d'aimer François Gagol Les 100 plus belles façons d Aimer François Gagol François Gagol, 2003. Toute reproduction ou publication, même partielle, de cet ouvrage est interdite

Plus en détail

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014

votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 votre nom «BIG DATA» L2 GROUPE 1 Dans le cadre du cours Espace privé - Espace public de Marc Veyrat Département Hypermédia URF LLSH Chambery 2014 Introduction Afin de traiter les notions d Espace privé-

Plus en détail

Yves Rocher mécène des artistes femmes

Yves Rocher mécène des artistes femmes C55/M30/J100 Ton en quadrichromie Créateur de la Cosmétique Végétale C75/M80/J95 Yves Rocher mécène des artistes femmes Depuis toujours très engagée auprès des femmes, la Marque Yves Rocher a décidé d

Plus en détail

Conseils au masculin, l harmonie des couleurs et des proportions selon Byraub

Conseils au masculin, l harmonie des couleurs et des proportions selon Byraub Conseils au masculin, l harmonie des couleurs et des proportions selon Byraub Extraits de l excellent blog du célèbre tailleur BYRAUD rue d Alger à Paris -1. Site : http://bespoke.blog.lemonde.fr/ «Si

Plus en détail

Maquillage & communication JACQUES OUDOT

Maquillage & communication JACQUES OUDOT JACQUES OUDOT Maquillage & communication Lyu Hanabusa, L acteur Tamasaburo se transformant en onnagata (personnage féminin au Kabuki, où il n y a pas d actrices). Éditions SNEP. La médecine a longtemps

Plus en détail

Dossier d information. Dossier de campagne media CASDEN 2 ème semestre 2011. Noisiel, le 10 octobre 2011

Dossier d information. Dossier de campagne media CASDEN 2 ème semestre 2011. Noisiel, le 10 octobre 2011 Dossier d information Noisiel, le 10 octobre 2011 Dossier de campagne media CASDEN 2 ème semestre 2011 Après quatre campagnes média successives depuis 2009, la CASDEN ajuste le positionnement de sa communication.

Plus en détail

La Période romantique (1800-1850)

La Période romantique (1800-1850) La Période romantique (1800-1850) D abord courant littéraire et musical, le romantisme apparaît en peinture comme mode d expression de sentiments intérieurs, ceux-là même que le rococo s appliquait tant

Plus en détail

GUIDE DE SOIN ET MAQUILLAGE

GUIDE DE SOIN ET MAQUILLAGE GUIDE DE SOIN ET MAQUILLAGE SOMMAIRE belle & bien VOUS SOUHAITE LA BIENVENUE 04 PRENDRE SOIN DE VOTRE PEAU 05 LES 12 ÉTAPES DE SOIN ET DE MAQUILLAGE 06 PRENDRE SOIN DE SES CHEVEUX 12 PRENDRE SOIN DE SES

Plus en détail

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs?

Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Que peut nous apporter une réflexion sur nos désirs? Problématique : La difficulté lorsque vous vous trouvez face à un tel sujet est de confondre le thème avec le problème du sujet. Ici le thème était

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

+ FICHE METIER. «Chef Maquilleur(euse)» Chef maquilleur Maquilleur APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

+ FICHE METIER. «Chef Maquilleur(euse)» Chef maquilleur Maquilleur APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Chef Maquilleur(euse) + «Chef Maquilleur(euse)» APPELLATION(S) DU METIER Chef maquilleur Maquilleur DEFINITION DU METIER Le chef maquilleur est en charge du maquillage visage et corps, ainsi que de la

Plus en détail

Anne Cauquelin, L'invention du paysage.

Anne Cauquelin, L'invention du paysage. Anne Cauquelin, L'invention du paysage. Anne Cauquelin, L'invention du paysage, QUADRIGE, PUF, 2000, 2002 [1ère édition Libriarie Plon, 1989]. Analyse historique de la notion de paysage : - Qu'est ce qu'un

Plus en détail

VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Musée des beaux-arts de Brest

VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Musée des beaux-arts de Brest VIVRE LA COULEUR DOSSIER PÉDAGOGIQUE Musée des beaux-arts de Brest 1 Les objectifs : - Comment percevons-nous les couleurs? Quel rôle joue le cerveau? - Comprendre les choix et les procédés de création

Plus en détail

Extraits de la présentation `de Dan Hanganu, architecte à Rimouski, le 17 mai 2006

Extraits de la présentation `de Dan Hanganu, architecte à Rimouski, le 17 mai 2006 Extraits de la présentation `de Dan Hanganu, architecte à Rimouski, le 17 mai 2006 Adolf Portmann biologiste suisse, montre bien qu il y a dans la vie plus qu un simple désir de survie. Il y a quelque

Plus en détail

Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D. Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros

Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D. Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros Projet tutoré N 9 Visualisation du mouvement : Sculpture corporelle en 3D Compte rendu de réunion du 13 / 12 / 2004 à l Institut Charles Cros PRESENTS : - KISS Jocelyne et VENCESLAS Biri de l institut

Plus en détail

Galerie de photos échantillons SB-910

Galerie de photos échantillons SB-910 Galerie de photos échantillons SB-910 Ce livret présente différentes techniques du flash SB-910 et des exemples de photographies. 1 Fr Franchissez un cap dans l univers de l éclairage créatif Révélez les

Plus en détail

Lunettes et Maquillage TECHNIQUE MAQUILLAGE

Lunettes et Maquillage TECHNIQUE MAQUILLAGE TECHNIQUE MAQUILLAGE 20 Lunettes et Maquillage Comment se maquiller quand on porte des lunettes ou des lentilles? Quelle monture privilégier en fonction de sa forme de visage? Quelles couleurs choisir?

Plus en détail

Dossier de Presse. Et si elle disparaissait? Et si elle était plus fun? Et si elle communiquait? Et si elle vous ressemblait?

Dossier de Presse. Et si elle disparaissait? Et si elle était plus fun? Et si elle communiquait? Et si elle vous ressemblait? Et si elle disparaissait? Et si elle était plus fun? Et si elle communiquait? Et si elle vous ressemblait? Dynamise le monde de la Parabole! Dossier de Presse Elle disparait... Réduit la visibilité de

Plus en détail

COLOR LUSTRE. BAUME RAVIVEUR DE REFLETS 277 RUE ST HONORE 75008 PARIS +33 (0)1 40 20 60 00 WWW.SHUUEMURAART OFHAIR.COM

COLOR LUSTRE. BAUME RAVIVEUR DE REFLETS 277 RUE ST HONORE 75008 PARIS +33 (0)1 40 20 60 00 WWW.SHUUEMURAART OFHAIR.COM COLOR LUSTRE. BAUME RAVIVEUR DE REFLETS 277 RUE ST HONORE 75008 PARIS +33 (0)1 40 20 60 00 WWW.SHUUEMURAART OFHAIR.COM NEVER STOP THINKING, IMPROVING, INNOVATING. CREATING SOMETHING THAT IS UNIVERSALLY

Plus en détail

7, rue Jules Ferry - 93170 Bagnolet 09 51 02 82 76 - contact@riofluo.com

7, rue Jules Ferry - 93170 Bagnolet 09 51 02 82 76 - contact@riofluo.com 7, rue Jules Ferry - 93170 Bagnolet 09 51 02 82 76 - contact@riofluo.com Notre approche Riofluo, studio de création visuelle et d événementiel artistique, spécialisé en Street Art, développe une démarche

Plus en détail

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Juin 2004 TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION... 1 LE CHAMP D APPLICATION... 1 LA JUSTIFICATION...

Plus en détail

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS

LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS A. Armand IGEN lettres avril 2009-1 LE PROGRAMME DES CLASSES DE BACCALAURÉAT PROFESSIONNEL EN FRANÇAIS Cette présentation du programme de français pour les classes de seconde, première, et terminale du

Plus en détail

Charles WOEHREL. TRAITÉ de PERSPECTIVE. d Architecture Intérieure. Éditions VIAL

Charles WOEHREL. TRAITÉ de PERSPECTIVE. d Architecture Intérieure. Éditions VIAL Charles WOEHREL TRAITÉ de PERSPECTIVE d Architecture Intérieure Éditions VIAL SOMMAIRE Introduction.... 6 I. LA SENSATION DE PERSPECTIVE... 9 1. Les stimuli... 10 Présence de notre corps à l espace...

Plus en détail

S e r g e B e n o i t

S e r g e B e n o i t S e r g e B e n o i t peintures - sculptures 1 Octobre 1980 J ai fait la connaissance de Serge Benoit, il y a six ans, lorsqu il s est installé à la «Cité Fleurie». Quand j ai eu l occasion de voir son

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Autoportraits photographiques. Il s agit de se photographier soi-même (ce n est pas un portrait pris par un autre)

Autoportraits photographiques. Il s agit de se photographier soi-même (ce n est pas un portrait pris par un autre) Autoportraits photographiques Il s agit de se photographier soi-même (ce n est pas un portrait pris par un autre) 1-pratique photographique : en se montrant jouer sur les notions propres à la photographie

Plus en détail

Lecture analytique 2 Victor Hugo, «Un jour Je vis...», Poème liminaire des Comtemplations, 1856

Lecture analytique 2 Victor Hugo, «Un jour Je vis...», Poème liminaire des Comtemplations, 1856 Un jour je vis, debout au bord des flots mouvants, Passer, gonflant ses voiles, Un rapide navire enveloppé de vents, De vagues et d'étoiles ; Et j'entendis, penché sur l'abîme des cieux, Que l'autre abîme

Plus en détail

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme

Lucile Cognard. S identifier à son symptôme Lucile Cognard S identifier à son symptôme Dans notre milieu analytique, l expression est connue : «s identifier à son symptôme». D où vient-elle, que recouvre-t-elle? C est la question que je me suis

Plus en détail

2012/2013 - Résidence artistique prévue, Centre d Art Contemporain «Palais aux 7 Portes», Ile de La Réunion

2012/2013 - Résidence artistique prévue, Centre d Art Contemporain «Palais aux 7 Portes», Ile de La Réunion Contact : Valérie hasson-benillouche +33 6 09 66 76 76 - valerie@galeriecharlot.com Formation Caroline Deloffre Photographe 1998-97 Ecole des Gobelins - Paris Section photographie 1996 Maîtrise d histoire

Plus en détail

BEAUTY. Ilhwa Hong. Communiqué de presse. Colombier. Exposition du 01 octobre au 02 novembre 2007. Centre Culturel

BEAUTY. Ilhwa Hong. Communiqué de presse. Colombier. Exposition du 01 octobre au 02 novembre 2007. Centre Culturel Communiqué de presse Centre Culturel Contact Responsable des expositions Richard Guilbert téléphone 02 99 65 19 70 télécopie 02 99 31 94 71 mél (e-mail) richard.guilbert@centrecolombier.org Ilhwa Hong

Plus en détail

The Story of Puredistance a Master Perfume

The Story of Puredistance a Master Perfume The Story of Puredistance a Master Perfume The Story of Puredistance French Edition Puredistance Vienna Franziskanerplatz 6 1010 Vienna Austria Tel. +43 1 513 55 18 vienna@puredistance.com «Pour moi,

Plus en détail

Le maquillage des yeux

Le maquillage des yeux Le maquillage des yeux En maquillage, l'œil est la partie la plus intéressante à maquiller. On peut lui donner des formes, des couleurs, une intensité différente en fonction du moment ou de l'occasion.

Plus en détail

Technique de la peinture

Technique de la peinture Supports pédagogiques: Fiches de travail n 1, 2 et 4 (lycée), fiche de travail n 3 (école primaire et collège). ENSEIGNANT E : Michel Haider (retable de Hohenlandenberg), Triptyque de la Crucifixion, panneau

Plus en détail

ANALYSE D UNE OEUVRE DE ROBERT COMBAS. Bony - Richard - Gwladys - SImon - Megane Kouamela Rapenne Le Roy Bareyt Tandin

ANALYSE D UNE OEUVRE DE ROBERT COMBAS. Bony - Richard - Gwladys - SImon - Megane Kouamela Rapenne Le Roy Bareyt Tandin ANALYSE D UNE OEUVRE DE ROBERT COMBAS Bony - Richard - Gwladys - SImon - Megane Kouamela Rapenne Le Roy Bareyt Tandin RAPPEL du brief Par groupe, nous nous sommes rendus au CAPC, le musée d art contemporain,

Plus en détail

Avec SHADES OF NUDE, STAGECOLOR COSMETICS met l accent sur la beauté douce et naturelle du look nude, très tendance cette saison.

Avec SHADES OF NUDE, STAGECOLOR COSMETICS met l accent sur la beauté douce et naturelle du look nude, très tendance cette saison. Edition française Avec SHADES OF NUDE, STAGECOLOR COSMETICS met l accent sur la beauté douce et naturelle du look nude, très tendance cette saison. Naturelle et sans maquillage, tout en restant sensuelle

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Histoire des arts. sujet : les mythes célèbres dans la peinture le mythe de Narcisse. 1) Présentation du mythe de Narcisse

Histoire des arts. sujet : les mythes célèbres dans la peinture le mythe de Narcisse. 1) Présentation du mythe de Narcisse Histoire des arts sujet : les mythes célèbres dans la peinture le mythe de Narcisse 1) Présentation du mythe de Narcisse Narcisse, trop imbu de lui-même, ne voit pas l'amour que lui portent les nymphes

Plus en détail

Un univers coloré et vivant

Un univers coloré et vivant Un univers coloré et vivant Qui ne laisse jamais indifférent! Décoration outdoor - Série et Sur-Mesure Design - Conseil - Vente Une Déco + Originale + Bonne humeur + Conviviale + Créative Un Cadeau Qui

Plus en détail

L'identité de l'entreprise

L'identité de l'entreprise L'identité de l'entreprise ACT Formation 181 à 203 avenue Jean Jaurès 69007 Lyon Tél. 33 00/4 72 73 48 79 Fax 33 00/4 72 73 11 20 email : info@actformation.fr www.actformation.fr ACT Formation SA 1 route

Plus en détail

La satisfaction de fin d analyse : une rencontre particulière avec le réel*

La satisfaction de fin d analyse : une rencontre particulière avec le réel* Lola López La satisfaction de fin d analyse : une rencontre particulière avec le réel* Dans la «Préface à l édition anglaise du Séminaire XI», Lacan convoque la satisfaction comme ce qui «marque» la conclusion

Plus en détail

Beauty. 1 ère édition LAB

Beauty. 1 ère édition LAB Beauty 1 ère édition LAB 1 02 BEAUTY CODES I P S O S 22 Méthodologie Screening sémio des campagnes print / TV / digitales de septembre 2012 à septembre 2013 sur les segments SOINS / MAQUILLAGE / PARFUMS

Plus en détail

N 1* La coloration qui respecte la santé de vos cheveux! DEPUIS 10 ANS EN PHARMACIE SANS AMMONIAQUE SANS SILICONE SANS PARABEN SANS RÉSORCINE

N 1* La coloration qui respecte la santé de vos cheveux! DEPUIS 10 ANS EN PHARMACIE SANS AMMONIAQUE SANS SILICONE SANS PARABEN SANS RÉSORCINE N 1* EN PHARMACIE DEPUIS 10 ANS Coloration permanente aux extraits végétaux Concentrée en pigments purs pour une couleur éclatante longue durée Couverture à 100% des cheveux blancs Actifs naturels pour

Plus en détail

La collection p&g beauty Les cheveux Dossier De presse janvier 2014

La collection p&g beauty Les cheveux Dossier De presse janvier 2014 La collection P&G beauty Les cheveux Dossier de presse janvier 2014 Une nouvelle ère en coloration, l âge d Innosense En matière de beauté, les femmes vont constamment puiser dans les dernières tendances

Plus en détail

Debout sur le Pavé Mosaïque

Debout sur le Pavé Mosaïque 1 Debout sur le Pavé Mosaïque A la Gloire du Grand Architecte De L Univers, Au nom de la Franc-maçonnerie Universelle et sous les hospices de la Grande Loge de France, Francs-maçons sous le Rite Ecossais

Plus en détail

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS

des valeurs 2006 PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L arbre des valeurs 2006 le fondement philosophique de l éthique /// les valeurs clés de notre éthique /// les principes issus des valeurs clés PRINCIPES VALEURS FONDEMENTS L ARBRE des valeurs Au cœur

Plus en détail

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER»

«LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» 28/04/15 1 «LA FRANCE EST CAPABLE DE GRANDS ÉVÉNEMENTS. LA FRANCE A BESOIN DE SE PROJETER» Le 6 novembre 2014, le Président de la République a officiellement annoncé la candidature de la France à l organisation

Plus en détail

Dossier de presse 2014

Dossier de presse 2014 Dossier de presse 2014 Hôtel Observatoire Luxembourg 107 boulevard Saint-Michel 75005 Paris Bienvenue à l hôtel Observatoire Luxembourg Retrouver le mystère du Paris historique, une atmosphère suscitant

Plus en détail

Anne Golaz - Portfolio - NEAR Intentions: Chasses

Anne Golaz - Portfolio - NEAR Intentions: Chasses Anne Golaz - Portfolio - NEAR Intentions: Chasses J'ai commencé à m'intéresser à l'univers de la chasse par un travail esthétique et plastique. Et puis, n'appartenant pas au groupe d initiés, je me demandais

Plus en détail

La création de vêtements, éléments de génétiques, et de maquillage.

La création de vêtements, éléments de génétiques, et de maquillage. La création de vêtements, éléments de génétiques, et de maquillage. La boît@look est un programme fourni avec le jeu qui permet de créer du contenu personnalisé comme des vêtements, des peaux, des cheveux,

Plus en détail

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation

RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation RAPPORT D EVALUATION Tous nos rapports sont intégralement rédigés par un consultant spécialiste de l évaluation DEVELOPMENT CENTER Damien xxx Poste cible : Entreprise : Assesseurs Evaluesens : Responsable

Plus en détail

En 2007, Shepard Fairey est chargé d illustrer la campagne de Barrack Obama par une affiche.

En 2007, Shepard Fairey est chargé d illustrer la campagne de Barrack Obama par une affiche. HOPE Photographe : Mannie Garcia Graphiste : Shepard Fairey Sujet : Barrack Obama En 2007, Shepard Fairey est chargé d illustrer la campagne de Barrack Obama par une affiche. Shepard Fairey est un jeune

Plus en détail

I-Le calligramme instaure avec le lecteur une sorte de jeu et modifie de façon significative l acte de lecture

I-Le calligramme instaure avec le lecteur une sorte de jeu et modifie de façon significative l acte de lecture La Cravate et la montre. I-Le calligramme instaure avec le lecteur une sorte de jeu et modifie de façon significative l acte de lecture 1-Amener le lecteur à s interroger Le titre : il associe deux objets

Plus en détail

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à

Le Pavé Mosaïque. Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à Le Pavé Mosaïque «Mais à quel jeu jouent donc les francs maçons sur cet échiquier dessiné à même le sol du Temple?» C est la question que je me posais la première fois que je vis le Pavé Mosaïque à la

Plus en détail

ATELIERS D ARTS à Paris

ATELIERS D ARTS à Paris ATELIERS D ARTS à Paris cours et stages pour adultes enfants ados privatisation de l espace les ateliers d arts Rrose Sélavy Marie-Lorraine Benzacar > Créatrice du concept Au cœur du 9ème arrondissement

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX

CLASSE : : : ; : : : : LA LIBERTE GUIDANT LE PEUPLE EUGENE DELACROIX HISTOIRE DES ARTS CLASSE : 4 ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : le retour à la monarchie ; les Trois Glorieuses Thématique : Arts, Etats et pouvoir (œuvre engagée) Sujet : Comment un

Plus en détail

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson

Syllabus du cours de musique. Maternelle. enseigné par Joël Chiasson Syllabus du cours de musique Maternelle enseigné par Joël Chiasson DESCRIPTION DU COURS Le programme de musique permet aux élèves d explorer leurs idées, leurs expériences et leurs émotions et de développer

Plus en détail

Design percé. Styling Booklet

Design percé. Styling Booklet Design percé Styling Booklet 1 Design percé La beauté est une question de bien-être. Seule une monture en parfaite harmonie avec le porteur permet de révéler la beauté véritable et d exprimer la profondeur

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

Coaching et Team Building

Coaching et Team Building recherché par les entreprises Ils représentent deux leviers ENTREPRISE Coaching et Team Building des outils de management au service de la personne, des entreprises et des organisations Serge LANTEAUME

Plus en détail

Guide Couleurs Harmonies intérieures. couleurs. pour l intérieur

Guide Couleurs Harmonies intérieures. couleurs. pour l intérieur Guide Couleurs Harmonies intérieures 200 couleurs pour l intérieur 200 couleurs pour votre intérieur Dans un projet de décoration intérieure, la sélection des couleurs est déterminante pour créer l ambiance

Plus en détail

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/

Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Fiche pédagogique Document : Extrait du livre «Ensemble c est tout» de Anna Gavalda accessible sur le site http://www.ifmadrid.com/gourmands/ Le public : Adultes Niveaux intermédiaires avancés (B1 et +)

Plus en détail

«Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire

«Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire Service d animation spirituelle et d engagement communautaire au primaire «Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire Séquence de 5 rencontres en classe Estime de soi au préscolaire 1

Plus en détail

GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05.

GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05. GRAVER LA PAIX Projet de création artistique collective dans le cadre des Rencontres de Genève Histoire et Cité Construire la Paix (14-16.05.2015) LE PROJET DÉTAILLÉ Présentation générale Graver la Paix

Plus en détail

LECTURE DE VOS MEMOIRES AKASHIQUES

LECTURE DE VOS MEMOIRES AKASHIQUES LECTURE DE VOS MEMOIRES AKASHIQUES Bonjour, Ce document présente les mémoires akashiques et les séances de lecture. Les mémoires sont un puissant outil de développement personnel et d évolution. Je fais

Plus en détail

Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles. L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure

Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles. L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure Les intervenants Mathé Kaufmann Gestalt-Thérapeute, Superviseure

Plus en détail

Contact : Claudia B. - 514 521 8606 - claudia@bijoutia.com www.bijoutia.com

Contact : Claudia B. - 514 521 8606 - claudia@bijoutia.com www.bijoutia.com COMMUNIQUÉ DE PRESSE Bijoutia, des bijoux geek, chics et raffinés! Montréal, 23 octobre 2012 Engagée, extravagante et créative, l artiste éco-designer Claudia B. lance une nouvelle collection intensément

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

La vie est plus intense en couleurs

La vie est plus intense en couleurs Le cahier de tendances 2014-2015 La vie est plus intense en couleurs N 67 Canard Soucieux d améliorer la qualité de vie de ses clients, V33 vous propose des solutions simples et diversifiées pour vous

Plus en détail

Jean-Pierre SOUTRIC Vice-Président Corporate and Travel Industry Sales, Europe Four Seasons Hotels and Resorts

Jean-Pierre SOUTRIC Vice-Président Corporate and Travel Industry Sales, Europe Four Seasons Hotels and Resorts L E S C O N F E R E N C E S D E L I R E S T CYCLE 2014-2015 L Institut de Recherche et d Etudes Supérieures du Tourisme (IREST) Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne a le plaisir de vous inviter à la conférence

Plus en détail

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM 1 ère partie Déclaration d intention JEAN-PAUL HAUTIER ADMINISTRATEUR PROVISOIRE ET DIRECTEUR DE LA RECHERCHE DE L ENSAM DIRECTEUR ES QUALITE DE

Plus en détail

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global

La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global La marque : clé du succès de la stratégie commerciale dans un marché global Historique Les marques existent depuis les premiers échanges commerciaux et servaient essentiellement à authentifier l origine

Plus en détail

Charte graphique Strasbourg the europtimist

Charte graphique Strasbourg the europtimist Charte graphique Strasbourg the europtimist Préambule La charte développée dans les pages suivantes présente les éléments essentiels à l utilisation de la marque territoriale Strasbourg the europtimist.

Plus en détail

LE GRAND LIVRE DU COACHING

LE GRAND LIVRE DU COACHING Sous la direction de Frank Bournois, Thierry Chavel et Alain Filleron LE GRAND LIVRE DU COACHING Préface de Raymond Domenech, 2008 ISBN : 978-2-212-54052-9 Faire école sans être une École Au terme de cet

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Petite histoire de la Nouvelle-France Activités de compréhension de texte / 2 e et 3 e cycles du primaire

Petite histoire de la Nouvelle-France Activités de compréhension de texte / 2 e et 3 e cycles du primaire Texte «Plus le bouc pue; plus la chèvre l aime.» Proverbe de l Ancien Régime Tous les historiens s entendent à dire que les 17 e et 18 e siècles sont parmi les pires époques en terme d hygiène corporelle.

Plus en détail

du 24 janvier au 1er février 2015

du 24 janvier au 1er février 2015 Clara Scremini Gallery à BRAFA ART FAIR Bruxelles du 24 janvier au 1er février 2015 Maria Bang Espersen, Attitude l, 18x37x20cm, 2013 Clara Scremini Gallery Clara Scremini Gallery participe à du samedi

Plus en détail

«Quand le territoire devient source d inspiration et souffle d expression créative : Présentation du Festival Art-Pierre-Terre»

«Quand le territoire devient source d inspiration et souffle d expression créative : Présentation du Festival Art-Pierre-Terre» «Quand le territoire devient source d inspiration et souffle d expression créative : Présentation du Festival Art-Pierre-Terre» Cet exposé vous est présenté par Liliane Gordos,Stéphanie Natalis, Bernadette

Plus en détail

DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Sommaire. Gabrielle Vincent 2 Résumé 2. 1. Ernest et Célestine, deux personnages au cœur d enfant 3

DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Sommaire. Gabrielle Vincent 2 Résumé 2. 1. Ernest et Célestine, deux personnages au cœur d enfant 3 JANVIER 2008 LIRE C EST GRANDIR DOSSIER PÉDAGOGIQUE SÉLECTION DU MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE Sommaire Gabrielle Vincent 2 Résumé 2 AXES D ÉTUDE : 1. Ernest et Célestine, deux personnages au cœur

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent DOSSIER DE PRESSE En couverture : Ludwig van Beethoven, impression couleur d après une peinture de Johann Baptist Reiter Beethoven-Haus Bonn Partie de violon de quatuor à cordes op. 135 de Ludwig van Beethoven,

Plus en détail

Sika ComfortFloor pour votre maison

Sika ComfortFloor pour votre maison Sika ComfortFloor pour votre maison LA PERFECTION N A JAMAIS ÉTÉ AUSSI PROCHE Vivre avec perfection Sika ComfortFloor à la maison Sika ComfortFloor est bien plus qu un revêtement de sol. C est également

Plus en détail

- Enlever les imperfections de la peau avec l'outil clonage. - Donner plus d'impact à la chevelure du personnage

- Enlever les imperfections de la peau avec l'outil clonage. - Donner plus d'impact à la chevelure du personnage 1) Retoucher un portrait sous Gimp Les photos des magazines nous présentent souvent des personnes à la texture de peau parfaite, aux cheveux lumineux... Même si le maquillage compte pour beaucoup dans

Plus en détail

Bertrand Flachot DESSIN ET PHOTOGRAPHIE

Bertrand Flachot DESSIN ET PHOTOGRAPHIE Bertrand Flachot DESSIN ET PHOTOGRAPHIE «En photo-dessinant.» «Du paysage photographié, Bertrand Flachot fait un espace sensible dont s empare un dessin vorace. Une image autonome en nait.une poésie de

Plus en détail

ANNE VICTOR Studio All Rights Reserved

ANNE VICTOR Studio All Rights Reserved ANNE VICTOR Studio All Rights Reserved ANNE VICTOR Studio Studio de design textile spécialisé dans la création de motifs et illustrations exclusifs destinés aux secteurs de la mode, de la maison, des accessoires,

Plus en détail

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la André Vanasse Naïm Kattan André Vanasse est un homme multiple. Ecrivain, professeur, éditeur, directeur de revue. Toutes ses activités sont, certes, consacrées à la littérature. Ecrivain, il est romancier,

Plus en détail

Stratégie de la surveillance des assurances en Suisse

Stratégie de la surveillance des assurances en Suisse Stratégie de la surveillance des assurances en Suisse 1. Base juridique...2 2. Tâches principales...2 3. Conditions d accomplissement des tâches principales...2 3.1. Culture de la responsabilité...3 3.2.

Plus en détail

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008

France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7. Série ES, France métropolitaine, juin 2008 France métropolitaine, juin 2008 SUJET 7 7 SUJET Dissertation Série ES, France métropolitaine, juin 2008 Est-il plus facile de connaître autrui que de se connaître soi-même? LE SUJET COUP de POUCE ANALYSE

Plus en détail