«Ce soir, on joue poudre! 1» Du barbouillage rituel au maquillage contemporain

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "«Ce soir, on joue poudre! 1» Du barbouillage rituel au maquillage contemporain"

Transcription

1 «Ce soir, on joue poudre! 1» Du barbouillage rituel au maquillage contemporain Dominique Paquet 1 Cette exclamation qui m a été rapportée par Alain Weiss, metteur en scène, aurait été prononcée par un comédien en tournée, et signifierait approximativement «Ce soir on joue à moitié», on joue en surface comme on place la poudre et non pas avec l intensité requise dans toute représentation. 1

2 A l origine un geste immémorial qui a valeur de parabole : l application d'une matière fluide d'origine minérale, végétale, animale ou humaine sur la peau. Ce premier geste de recouvrement coïnciderait avec l'émergence des premiers rites funéraires par rapport auxquels il serait analogique. Car les cérémonies mortuaires datent les prémisses d'une conscience de la séparation symbolique de la vie et de la mort, de l'animé et de l'inanimé, du sujet et de l'objet du Moi et du monde en relation avec une cosmogonie religieuse. Ce recouvrement marque bien cette différentiation entre un support vivant, palpitant et la matière inerte et joue sur un mode esthétique et métaphorique le recouvrement de la chair du cadavre par la terre. L'homme semble s'être perçu comme sujet séparé du monde, sujet conscient hors de la matière, libre de jouer avec elle, et désirant s y réinclure en se barbouillant de la matière même de ce monde : la terre. Imitation (mimesis) et exutoire (catharsis) scandent ce premier geste comme deux moments de la représentation. Ils inscrivent d'autre part le sujet au cœur d'une métamorphose, c'est-àdire d'un processus de transformation externe et interne qui fait d'un homme un dieu, un animal ou un personnage (persona= masque). Mimesis, car en se maculant l'homme espère recevoir les attributs physiques et caractériologiques, les pouvoirs et les prérogatives de l'image représentée ou symbolisée. En outre, il imite le geste démiurgique créateur qui fonde un être humain dans un temps et un espace donnés. Catharsis, car le geste et l image expulsent de l'homme qui se barbouille et de celui qui le regarde la crainte et la pitié relatives à la forme représentée et à ses postulations. Il se purge aussi de lui-même puisqu'il y a disparition du sujet initial au profit d'un autre sujet par identification : identification vécue par les spectateurs qui se voient, s'imaginent eux aussi sous le fard, puis s en débarrassent comme on jette un visage usagé. Du visage nu au masque A l'origine donc, un acte parabolique qui s'inscrit dans des rituels mortuaires ou festifs, religieux et sacrés. Le théâtre serait né de ces rituels religieux, la tragédie dérivant des cultes funéraires, la comédie du dithyrambe dionysiaque vers le cinquième siècle avant Jésus-Christ. La plupart des cérémonies antiques avec leurs cortèges, leurs danses, leurs travestissements leurs barbouillages instaurent une sorte de pré-théâtre, un dialogue avec la divinité qui se déploie dans un jeu de métamorphoses invocatoires et de purifications rétributrices. Le barbouillage sorte de pré-fard est un acte du dialogue appartenant à part entière à la liturgie de la cérémonie. Il doit être réalisé au moment et au lieu dit sous peine d'en voir échouer sa finalité. Il correspond à l'exaltation et à la dramatisation du visage humain, lieu surinvesti 2

3 émotionnellement en ce qu'il représente le visage divin ou le visage du mort, celui qui en disparaissant sous le barbouillage, perd son identité originelle. Les officiants des cortèges dionysiaques se barbouillaient le visage de lie de vin à l'imitation de Dionysos, appelé souvent Morichos c'est à dire le Barbouillé. Dans d'autres cultes dionysiaques, les fidèles s'enduisaient le visage de farine ou d'argile blanche, le blanc symbolisant la mort par une collusion chromatique avec la blancheur des os du cadavre. La lie de vin associait les visages de l'homme et du dieu, la farine et l'argile ceux du vivant et du cadavre; associations transgressives dans les deux cas puisqu'elles mettaient en relation les mondes inférieurs et supérieurs à la fois pour s'en rendre maître, pour les conjurer et expier cette différenciation créée par la chute de l'homme hors de la divinité. Remémorations, commémorations, fêtes de la présence et de l'absence, les premiers barbouillages témoignent de ce clivage entre le divin et l humain et leur épiphanie éphémère. Rendre présent le visage du dieu ou du mort que l'on célébrait, les rend vivants et légitime leurs existences éternelles. Mais en même temps le barbouillage n'est que la métaphore du sacrifice, une représentation objective et symbolique de la victime offerte à la divinité. La lie de vin vient à la place du sang versé, la farine de la poudre des os ; elles séparent l'homme de la réalité du sacrifice et de la mort. Cette substitution du vin au sang, symbole de la communication avec la divinité marque un progrès moral des sociétés antique, et également un progrès dans le processus de symbolisation. En s éloignant de la réalité par cette substitution, l'homme marque nettement la séparation entre la réalité du sacrifice et sa forme symbolique. C'est pourquoi le barbouillage comme symbole ou système de symboles signe une prise de conscience de la différentiation entre l'autonomie du sujet et celle du monde, du regard subjectif et du regard objectif. L'instauration de ce dualisme constitue le sujet pensant capable de lier entre elles deux réalités par un lien immotivé donc nécessaire. Le culte dionysiaque serait responsable de ce progrès moral d'une part et d'autre part de l'émergence de la représentation, c'est-à-dire du passage de la cérémonie vécue à la cérémonie représentée, transposée. A partir de ces cérémonies se serait peu à peu constitué le théâtre ; vers 550 avant Jésus-Christ, Thespis, un poète lyrique aurait organisé des représentations dithyrambiques (genre mi-religieux, mi-littéraire du culte de Dionysos) de ville en village. Il serait à l'origine de la tragédie, ayant créé le premier acteur dialoguant avec le chœur. D'après Horace dans Epître aux Pisons, Thespis sur un chariot aurait promené des acteurs au visage barbouillé de lie, Eschyle créant le masque ensuite. D'autres textes accréditent la thèse du visage nu, d'autres encore qu il se recouvrait le visage de céruse. Très vite, il façonna les premiers masques avec une simple toile préfigurant ceux de 3

4 la tragédie de la comédie. Le barbouillage disparut au profit du visage nu dans le dithyrambe, du masque dans la tragédie. Pourquoi cette disparition? Il semble qu'au fur et à mesure de la désacralisation de ces manifestations et de la construction du Theatron, le masque de caractères informant sur le sexe, l âge et la fonction du personnage soit devenu nécessaire. Il y eut une sorte de souci «réaliste» de la représentation du personnage, et des impératifs techniques (éloignement des spectateurs sur les gradins, acoustique) qui obligèrent les dramaturges à concevoir des masques visibles de loin, tapissés de plaques de cuivre permettant l'amplification du volume vocal. Cet abandon alla de pair avec une dévaluation du fard dû à son importance de plus en plus accrue dans la cité grecque. Importés d'orient, les fards proprement dits (céruse, antimoine) étaient pour cette raison suspects. D'une part, ils étaient associés au mensonge, au leurre, à l'illusion -toutes choses décriées par Platon comme reflets et simulacres-, d'autre part aux femmes. Aussi il se développa un courant critique contre les fards qui tient de ces différents facteurs, et au fait qu ils provoquaient des altérations épidermiques. Socrate, Xénophon, Aristophane se firent l écho de ce discrédit : «( ) la toilette, chose malfaisante, décevante, basse, indigne d'un livre, qui emploie pour séduire les formes les couleurs, le poli, les vêtements et qui fait qu'en recherchant une beauté étrangère, on néglige la beauté naturelle de la gymnastique ce que la toilette est à la gymnastique, la sophistique et par la législation 1» Aristophane dans Lysistrata parle de «singe enduit de céruse» en se moquant d une vieille femme, expression réutilisée largement pendant des siècles. Lui-même joua paraît-il Cléon le démagogue dans Les Cavaliers, à visage découvert sans avoir peur des représailles que ce dernier aurait pu exercer contre lui. Enfin, mais cela ne fut pas systématisé pour d'autres chœurs, les acteurs jouant les Bacchantes s'enduisaient le visage de craie. Ces fards exceptionnels n empêchèrent pas leur disparition totale des théâtres. À Rome, le barbouillage fut exclusivement réservé aux mimes tandis que les acteurs revêtaient le masque tout comme en Grèce ; les mimes jouaient une sorte de farce bouffonne, à mi-chemin entre le sketch de chansonnier et les clowns, qui s'exécutait sans masque ni costume. Ce fut dit-on le mime Roscius Gallus qui louchait et était fort laid, qui imposa le port du masque dans la pantomime. Le fard en disparaissant de l arène, n'avait point quitté le théâtre puisqu il ornait généreusement le visage des spectatrices. Ovide dans les Cosmétiques donne des conseils aux jeunes femmes désireuses de conserver leur beauté se servant comme 1 PLATON : Gorgias, Pléiade, Paris, 1977, p. 193, 464a, 464b. 4

5 repoussoir des antiques Sabines, matrones rudes peu soucieuse de leur toilette. Les soins de toilette, inséparables cependant de la pureté des mœurs, consistent en un blanchiment de la peau à base d'orge mondé, d œufs, de cornes de cerf, d oignons de narcisse, de gomme, d épeautre et de miel ; les joues rosies par des pavots pilés, elle se rendra au théâtre où les hommes aux aguets feront le choix de leur nuit ou de leur vie. À la différence des premiers théâtres où seule la verdure couronnait le chef des spectateurs, après l'enlèvement des Sabines, naissent le théâtre et l amour. Ainsi les spectatrices parées comme des actrices viennent dans ces lieux blanches et pâles de même que les hommes pâlis eux pour l'amour afin que «dupes de leur valeur, les maîtresses les croient malades et s'attendrissent 1» Cette vision idyllique de la rencontre amoureuse favorisée par le fard artificiel ou celui naturel de la pudeur va être battue en brèche par Galien à partir du II ème siècle après Jésus-Christ, puis par les Pères de l'église, pour lesquels le fard était associé à un nouveau type de femme, l'actrice, qui était devenue un modèle auprès des femmes et jouissait d'un certain prestige auprès des hommes. Le fard comme thème moral fut systématiquement exploité par les prédicateurs ; à travers le fard, c'est le théâtre tout entier qu ils condamnaient avec ses chasses, ses combats sanglants, ses danses lascives: marques de l'excès, du désordre, inutiles socialement, retouches sacrilèges de l'œuvre de Dieu, la céruse, l'antimoine et le rouge commencèrent de symboliser la toute-puissance satanique. «La loi de Dieu a prononcé la malédiction contre les masques surtout contrôle les hommes qui prennent les habits des femmes Les hommes et les femmes n'y vont (au théâtre) que pour voir les autres que pour être vu et avec une parure extraordinaire 2». L innocente parade amoureuse d Ovide se transforme ainsi en une cérémonie luxurieuse qui contamine les corps et les esprits, touche la ville entière vaincue par cette épidémie échappée des amphithéâtres où «tout y est plein de leur poison, tout y respire l'impureté» ; «le théâtre est la peste des villes. C'est de là que naissent tous les désordres 3» Il est vrai que les divertissements des jeux du cirque dépassaient en réalisme ce que le fard pouvait offrir et le public préférait le sang coulant sur le sable à la peinture rouge : ce fut également cet excès qui fut blâmé par les prédicateurs, qui firent de la parure un péché. Du modèle marial au modèle baroque Après la chute de l'empire romain d'occident, le théâtre peu à peu disparut, et la céruse, l'antimoine, le noir de fumée et le rouge avec lui. L art dramatique connaît une éclipse jusqu'à 1 OVIDE : Les Cosmétiques. 2 TERTULIEN : Contre les spectacles, rédigé entre 197 et 202 après J. C. cité par Odette ASLAN in L Art du théâtre, Seghers, 1968, p SAINT-JEAN CHRYSOSTOME : Contre les spectacles. 5

6 ce qu'apparaissent les drames liturgiques chrétiens. Les liturgies dialoguées et chantés par les prêtres et les fidèles ne font appel ni au costumes, ni aux fards dans la mesure où les récitants sont davantage des porte-parole que des personnages. Les fards furent réintroduits largement en France avec les croisades ; du XII ème siècle date le substantif FARD qui vient sans doute du francique FARWJAN ou FARDWIDON (teindre). Ces teintures ou fardemens ou encore enluminures font l'objet de recettes transmises oralement par les femmes, les marchands d'élixir ou plus tard transcrites dans des recueils de secret qui traitaient de sujets aussi hétérogènes que la distillation, la médecine, les confitures et la beauté. Ils consistaient en prescriptions en style laconique des fardemens des personnages de la cour, en conseils concernant le nettoyage de la peau, les soins de la barbe, des seins, par distillation, exposition, emplois internes et externes. Des recettes de magie (par exemple comment se faire le teint noir ou les cheveux verts avec de l'eau de câpre) pouvaient être connues des femmes, mais aussi des hommes qui participaient aux jeux et aux Mystères, puisqu'à de rares exceptions près les femmes furent exclues de ces représentations. La transmission orale de ces textes s'effectua en amont et en aval de la production imprimée et on ne sait lesquelles ont été transmises oralement ou s'ils ont pénétré des milieux plus larges voire non alphabétisés. Paradoxalement eu égard au nombre important de recueils de secrets, on trouve peu de traces des fardemens dans les documents relatifs aux Mystères. Les quelques femmes qui participèrent durent être conformes au modèle de la beauté médiévale stable du XII ème siècle au XV ème siècle, modèle que la représentation picturale primitive des madones fixa à jamais : cheveux blonds frisés ou crêpés, épars ou tressés (les cheveux bruns étaient la laideur même), teint blanc élargi au cou, aux mains et aux pieds, joues vermeilles, lèvres incarnates, fossettes tendres, sourcils bruns, courbés, fins, arqués, front poli sans rides, reluisant en haut et large jusqu'à l'épilation, l'entr œil beau et très désirable, le nez bien assis et bien droit, (les nez petits et plats sont hors normes), les yeux en amande rendus brillants par le citron, les paupières bombées et diaphanes, les cils parfois absents ; le corps n'était pas maquillé et le ventre de saillait. Ce modèle était censé être obtenu sans fard, alors qu'il dénote de longs préparatifs devant le miroir. La valeur embellissante du fard était niée ; Adam de la Halle dans le Jeu de la feuillée traite une femme fardée de 30 à 35 ans de «vieille récrépie» ou de «vieille réparée», alors qu'en exaltant le modèle, on établissait dans le même temps son efficacité. Paradoxe vivace encore aujourd'hui où l'on cherche à créer des maquillages «naturels» où le fard doit être invisible, alors que l'on institue par cette quête même un aveu d'artificialité. 6

7 Sur le théâtre, le barbouillage semble être l'apanage des diablotins ou de Satan lui-même, tandis que les saintes et les saints portaient tunique, voile et barbe exclusivement : «les diables se barbouillent de noir des pieds à la tête ; en 1466 à Abbeville, on mentionne les frais qu'il a fallu rembourser à l'étuveur chez lequel ils sont allés se laver après la représentation 1» Il y a peu de renseignements sur les acteurs travestis en animaux : se barbouillaient-ils comme les carnavals où la cendre, la suie, la farine étaient monnaie courante? Dans les récits de pantomimes carnavalesques, on relève également la présence de parures de feuillage, qui ont pu transiter dans les Mystères, de même que le sang ou la peinture rouge qui figurait la sueur de sang couvrant le visage du Christ lors de la crucifixion. Par contre, la céruse ou la farine durent être utilisées dans la farce, de même que la lie de vin et le noir de fumée, tradition qui perdura jusqu'au XVIII ème siècle chez les bateleurs du Pont- Neuf et les acteurs de la Place Dauphine. Avec l interdiction en 1548 par le Parlement de Paris aux Confrères de la Passion de représenter des Mystères, et le développement des genres dramaturgiques nouveaux (théâtre néo-latin, théâtre italien, tragédie), les fardemens revinrent en force sur la scène, réintroduits par les comédiens italiens et à la cour par Catherine de Médicis. Odet de Turnèbe dans sa comédie Les Contens emboîte le pas à la satire contre le fard, mais donne dans le même temps des renseignements précieux sur les produits de beauté au XVI ème siècle : «Pensez-vous que les jeunes hommes facent la cour aux dames pour sçavoir quel goust a le sublimé, le talc calciné, le biaque de Venise, le rouge d'espagne, le blanc de l œuf, le vermeillon, le vernis, les pignons, l'argent vif, l'urine, l'eau-de-vie, l'eau de lin, le dedans des oreilles, l alun, le boras, la pièce du levant, la racine d orcanète, et autres telles drogues dont les dames se plastrent et s'enduisent le visage au grand préjudice de leur santé? 2» Pourtant avec la naissance de la scène italienne, de l'éclairage à la chandelle, les fards vont connaître un grand engouement. La céruse ou la farine appliquées d'une main un peu lourde blêmissent le teint des Gros-Guillaume, des Jodelet, et voisinent avec les masques de la commedia dell arte. Scarron dans Le Roman comique retrace la vie des comédiens au XVI ème siècle qui se «farinaient» à la farce c'est-à-dire s'enduisaient le visage de farine dans la tradition des rôles farcesques non masqués, et de ceux des pantomimes. Les emplâtres de farine ou de céruse tachés de rouge avaient pour mission de signifier le type auquel le personnage appartenait (ingénue, amoureuse, amoureux, etc. ), et de souligner derrière la 1 PERNOUD R. : Le Moyen Age in Histoire des spectacles, La Pléiade, NRF, 1965, p DE TURNEBE Odet : Les Contens, Jannet, Paris 1856 (1585), p

8 fumée des chandelles les mouvements d yeux et de bouche, les faces burlesques des farceurs ou celles mélancoliques des tragédiens. Il fallait d autre part répondre à l'exigence d'illusion conditionnée par la perspective italienne et refléter sur sa peau par le trompe l'œil les mêmes illusions que la scénographie. Enfin, la notion de personnage commence à apparaître et à se séparer de celle d'allégorie, de saint ou d'archétype; d'où la nécessité pour le comédien de marquer la différence avec la personne réelle par cet écran de fard entre sa peau et le regard du spectateur qui est une protection mais aussi un aveu d'artifice. Le maquillage -le substantif apparaît vers le XVI ème siècle, mais conserve jusqu'au XIX ème un sens péjoratif, argotique- était fréquemment réalisé à vue dans les coulisses et permettait aux comédiennes de badiner avec leurs admirateurs : «Les uns leur présentaient le miroir, les autres approchaient les bougies afin qu'elles se vissent mieux Celui-là tendait la boîte à poudre 1» Ce rituel n'était pourtant pas un manquement à l'illusion, car même si les admirateurs pensaient avoir partagé un instant l'intimité des actrices, ils ne vivaient qu une représentation du maquillage précédant la représentation théâtrale. Au XVII ème siècle, le maquillage masculin et féminin est identique à la scène et à la ville. Le théâtre devenant peu à peu un théâtre de cour, il y avait une adéquation quasi totale entre l'ordonnance et la scénographie du spectacle théâtral, avec l'ordonnance et l'architecture des lieux de la vie de cour. Molière joue enfariné, «la bouche vermeille» dans des costumes hauts en couleurs, luxueux, magnifiques, tandis qu Armande Béjart fardée de lys et de roses, apparaît dans les comédies-ballets dans une profusion ornementale étouffante. Molière luimême raille cette accumulation dans Les Précieuses ridicules, toujours au nom de la nature, de la santé, et de la pudeur : «Gorgibus : Que font-elles? Marotte : De la pommade pour les lèvres. Gorgibus : C'est trop pommadé : dites-leur qu'elles descendent. Ces pendardes là avec leur pommade, ont, je pense, envie de me ruiner. Je ne vois partout que blancs d œufs, lait virginal et mille autres brimborions que je ne connais point. Elles ont usé depuis que nous sommes ici le lard d'une douzaine de cochons, pour le moins ; et quatre valets vivraient tous les jours de pied de mouton qu'elles emploient 2» Critiques auxquelles répondent les maximes d Agnès : 1 GAUTIER Th. : Le Capitaine Fracasse, Folio, Gallimard, 1978, p MOLIERE : Les Précieuses ridicules, scène 3, acte I, in Œuvres Complètes, Ed. Seuil, 1962, p

9 «Elle ne se doit parer Qu autant que peut désirer Le mari qui la possède «Loin de ces études d œillades Les eaux, ces blancs, ces pommades Et mille ingrédients qui font le teint fleuri A l'honneur, tous les jours, ce sont drogues mortelles Et les soins de paraître belle Se prennent peu pour les maris 1» Ce courant moraliste dont Molière se fait parfois le porte-parole voisine avec un goût extrême pour le déguisement qui autorise de singuliers excès. Ainsi Louis XIV parut-il en ivrogne dans un divertissement de cour, vraisemblablement «barbouillé». Cette frénésie du travestissement perdura XVIII ème siècle ou les changements de sexe et de classes sociales qui prolifèrent dans les pièces de Marivaux étaient signalisés par le costume, mais aussi par le fard. La liberté des personnages qui jouissent d être maîtres, valets dans leurs propos et leurs visages, est assurée par ces métamorphoses. En même temps, une géographie du blanc, rouge et des mouches s établit, codifiant tout un discours de la séduction : «Le blanc du front plus éclatant que partout ailleurs brunira un tant soit peu en approchant des tempes où il paraîtra légèrement teint de bleu. Le tour de la bouche doit être blanc comme de l albâtre 2» «On ne veut pas que le rouge paraisse naturel on le met pour faire plaisir aux yeux qui voient les marques d'une ivresse qui leur promet des égarements et des fureurs enchanteresses 3». «Le bon ton voulait que le rouge fut très épais, qu il touchât les paupières inférieures des yeux. Cela, disait-on, donnait du feu aux yeux 4». Les veines de la poitrine et des bras sont légèrement teintés de bleu pour en faire ressortir la blancheur et les mouches (petit grain de beauté en taffetas gommé, taillés en cœur, en carré, en lune, en croissant, en étoile ou en comète) se répandent sur la peau : assassine près de l'œil, baiseuse au coin de la bouche, friponne sur les lèvres, effrontée sur le nez, majestueuse sur le front, galante sur la joue, enjouée sur le pli que forme le rire, discrète sur la lèvre inférieure, recéleuse sur un bouton. Les cheveux, s'ils ne sont pas faux sont poudrés à la poudre d'amidon 1 MOLIERE : Ibidem. 2 La Bibliothèque des dames, n XI, 9 janvier CASANOVA cité par Gilbert Lascault in Traverses, n 7, Maquiller ; n+1 banalités sur le maquillage, p COMTE DE VAUBLANC : Souvenirs, F. Ponte Lebas 1838, p

10 souvent mêlée de racine d'iris, de bois vermoulu ou pourri, d'os desséchés ou brûlés jusqu'à la blancheur, papillotés, crêpés, gonflés de crin, hérissés d'épingles, baignés de pommade. Les hommes fardés de la même façon ne portent ni barbe ni moustache. Ces maquillages excessifs, hyperboliques devaient peu à peu disparaître avec le retour à une certaine simplicité prônée par les philosophes dramaturges, Diderot et Rousseau, d'autant qu'apparaissent conjointement les premiers théâtres de Boulevard et avec eux une exigence de naturel, et de vérité. Talma ouvrit la voie en jouant au Théâtre Français les personnages de tragédie dans des costumes romains exacts, et non plus dans des costumes XVIII ème, en coiffure courte non poudrée. Il fit école et avec la comédie larmoyante, le sensible reprit ses droits : les emplâtres de fard furent abandonnés au nom d'une esthétique de l'authenticité, une cosmétique naturelle telle la pâleur ou le rougissement de la pudeur. Ces thèmes rousseauistes trouvèrent leur accomplissement quelques années plus tard dans les spectacles révolutionnaires. Par contre les farceurs avaient toujours la face enfarinée ou bigarrée, tradition qui se poursuivit dans la pantomime et le mime. Maquillages et expression Pourtant cette naturalité sera de courte durée : l esthétique romantique remplace la cosmétique naturelle par une cosmétique de la pathologie et de la frénésie. Le corps palpite, tremble et le teint devient blafard, spectral, à reflets jaunâtres, bleuâtres, verdâtres ; les joues et les yeux sont caves, la bouche pâle, les cheveux flottent au vent, la barbe n est pas rasée mais grandie, comme par surprise, par oubli : «Il est de mode d'être défait et pâle comme un courant, d'avoir le teint plombé ou les joues creuses parce que cela donne l'air distingué, artistique 1» Cet air artiste, importé d'angleterre, se répandit en France : il fallait un maquillage qui trahît, qui dénonçât le personnage. La physiognomonie décrite par Lavater à la fin du XVIII ème inspira le jeu de l'acteur et réduisit son maquillage à l'expression du pittoresque et du pathétique. Le soir de la première d Hernani Mademoiselle Mars qui jouait Dona Sol se maquilla à l'ancienne, et «se risqua même à limiter les effrayantes convulsions si réprouvées par la tribu des glabres 2». Ce jeu furieux, agité, convulsif, fiévreux apparaît mieux aux spectateurs grâce à l'éclairage au gaz, qui remplace peu à peu vers 1821 l éclairage à l huile et exige également une esthétique de la couleur locale. 1 Docteur AUBER en 1841 cité par Ph. Perrot in Le Travail des apparences : les transformations du corps féminin XVIIIe et XIXe, Paris, Seuil, 1984, p AKAKIA-VILA : La Scène romantique in Histoires des spectacles, Ibidem, p

11 Avec la naissance des monstres sacrés, se codifie le maquillage réaliste, puis naturaliste. Le substantif maquillage abandonne vers le milieu du siècle son sens argotique (tricher au jeu) pour devenir le terme unique désignant le produit, l acte, et l'effet de l acte. Maquiller se différencie de «se grimer» qui est l art de se vieillir, d'enlaidir son visage, de se faire une tête et les pratiques usuelles rompent avec l'empirisme qui caractérisait les pratiques antérieures : «On s'est présenté naturellement sur la scène On s'est peigné avec les doigts, on a joué sans rouge, on a laissé pousser barbe et moustache, enfin, on a été nature 1» Mais contrairement à ce que ce critique croit, le rouge existe toujours, mais il est appliqué avec réalisme et non plus, «en poudre balayée sur le visage par une patte de lièvre ou pire 2», lorsque les acteurs «grattaient les briques de la cloison de leur loge pour se fleurir le teint ou ramasser de la poussière pour les têtes de malades 3». Les manuels pratiques de maquillage apparaissent et décrivent minutieusement les outils nécessaires, les produits à utiliser, l'art et la manière de se faire une tête, photos ou schémas à l'appui, les «trucs» pour réaliser des effets spéciaux, etc. Cette typologie rassemble les types ou emploi du mélodrame, de la comédie et du vaudeville : prêtre, ingénues, duègnes, financiers, boursiers, domestiques, vieux-beaux, gommeux, jocrisses, bandits, étrangers, artistes, etc. Au nom du réalisme, les grimes deviennent de plus en plus élaborés et figurent comme des modèles pour les générations à venir (Frédéric Lemaître, Sarah Bernhard, etc. ). Mais, deux écoles s'affrontent, l'une utilisant le fard à outrance comme moyen de rendre la réalité, l'autre le refusant pour les mêmes raisons : «Une actrice brune doit se farder à la poudre ocre safranée, mise sur un fond de teint ocre et très peu de rouge aux joues ; elle doit au contraire se mettre beaucoup de rouge aux oreilles ( ) Elle peut se rougir les lèvres surtout si elle a les dents blanches. Mais il ne faut pas se servir du rouge gras : cela amollit l'articulation. Il faut user d'un rouge liquide dans lequel on introduit très peu soit de vinaigre, soit de vernis, soit d acétone ( ) Cette mixture a l avantage de rester vivace sous l'humidité de la salive : elle donne aux lèvres une consistance qui leur permet de frapper l'une contre l'autre et doubler ainsi la consonance d un mot 4». Par contre La Duse refuse le fard au nom de la vérité : 1 Courrier des théâtres, 21 juin 1936, critique de Charles MAURICE. 2 MUFLAT P. et QUEYRIAUX A. : L Art du maquillage au théâtre Ed. Ant. Queyriaux, sans date, p Ibidem, p BERNHARDT Sarah : Conseils cité par Jacques GAULME in Maquillage de théâtre, Magnard, 1978, p

12 «Je m étonne que le maquillage ait jamais pu s'acclimater à la scène puisqu'il enlève quelque chose à la réalité. Or, à quoi doit viser un artiste sinon à être vrai en donnant une impression réelle, intime de la vie. Le maquillage arrête les mouvements de l âme qui doivent se reproduire dans le corps. On craint de porter tort à l'édifice de sa coiffure, de la déranger, peut-être même de la démolir ( ). Qu'importe que je sois échevelée sur scène si je suis vraie. Le maquillage dénature complètement la physionomie et lui enlève l'élasticité naturelle, pour qu'elle se plie à la variété infinie des impressions de l âme. Sous tant de fards et de poudre, la physionomie ne parle plus un langage éloquent. C'est un atout de moins dans le jeu d un artiste. En place d une tête vivante et animée, ce n'est plus qu'une tête de marbre et de cire, comme on en voit derrière les vitrines des parfumeurs 1». Toutefois, la typologie des emplois et leur maquillage correspondant restera en vigueur pendant une grande partie du XX ème siècle, même s ils s allègent et se diversifient grâce à l apparition de l électricité, et de la diffusion dès la fin du XIX ème siècle des fards Leichner, premiers fards spécifiques pour le spectacle. À part dans le music-hall et le théâtre forain les grimes s'atténuent au profit d'un maquillage unisexe : fond de teint, poudre, yeux faits en amande par deux traits de crayon noir, l'un sur le bord de la paupière supérieure, l'autre sur celui de la paupière inférieure, avec une touche de vermillon au coin interne, lèvres légèrement rosées. Seuls les vieillards et certains rôles (Othello, Cyrano, etc ) nécessitent l'utilisation des fards spéciaux, de crêpé, de mastic, de taffetas pour les blessures, etc. Esthétique contemporaine des fards L austérité et la rigueur abolissent les excès du maquillage naturaliste, et le fard participe de la scénographie et de la mise en scène, soumis à l'influence de la technique et de la peinture. Aux visages gris des acteurs de Brecht qui les uniformisent jusqu'à les faire disparaître comme visage et apparaître comme entité, répondent les visages peints comme un théâtre à même la peau chez Jérôme Savary, Gildas Bourdet ou Ariane Mnouchkine. Parfois inexistants parfois simplifiés, les yeux seuls étant fardés, parfois expressionnistes à outrance, souvent référenciés (Nô, Kabuki, Katakali). Cette accointance nouvelle du maquillage et de la peinture permet une profusion stylistique et le recours à la référence picturale ou cinématographique (fauves, impressionnistes, cubistes, maquillages blafards du cinéma muet, des films noirs, des stars, etc ) Il n y a plus de maquillage spécifiquement théâtral sauf peut-être dans les comédies de Boulevard. 1 DUSE (Eleonora) : citée par Ad. Brachart in L Art de se maquiller et de se grimer, Stock, Paris. 12

13 Actuellement, après une éclipse due à la revendication de l'actualité et de la liberté de visage des années soixante, le maquillage revient en force sans pour autant céder à une quelconque codification qui ce n est dans sa pratique. Les effets spéciaux inventés pour le cinéma y sont largement utilisés, et le développement exponentiel du métier de maquilleur témoigne de la nécessité de ce théâtre de l'illusion. Les acteurs d'autre part prennent en main parfois ce maquillage en l'expérimentant dès les premières répétitions, en tâtonnant à la recherche de leur visage comme ils s'affublent d'oripeaux destinés à devenir un costume : «Le maquillage au théâtre et une aide pour les acteurs, quelque chose qui leur permet la petite différence entre eux-mêmes (leur personne réelle) et l image du personnage qu ils vont avoir à donner sur le plateau. Il peut ne pas y en avoir. Mais il faut alors créer un maquillage imaginaire, car on ne peut pas jouer sur une scène de théâtre et être soi c'est contradictoire ( ) Le maquillage a un rôle de loupe : il donne aussi des informations sur l âge du personnage, sur son état de santé, plus difficilement sur la classe ou le milieu social du personnage. ( ) On essaie les maquillages en répétition, sans raffiner. Je ne conçois pas une répétition sans un matériel de maquillage ( ) Pour les Bas-fonds de Gorki, il fallait créer de l'horreur des visages d'alcooliques ou de phtisiques. Les acteurs ont réagi par la surenchère. Une fois admis que le corps que l'on représente n'est pas le sien, s'il y a de la distance, il y a une volupté de l'enlaidissement, de la régression, de la saleté. C'était le but du spectacle. Pourquoi est-on fasciné par la déchéance? Tout le monde a aussi le désir d'être laid. Et d être aimé au-delà de l'apparence comme un pur esprit. Ce qui est difficile, c'est pour eux d'apparaître plus ou moins beaux, plus ou moins séduisants. Dans ce cas, les acteurs cherchent à garder le contrôle du maquillage 1» Lectures du visage Le maquillage de théâtre bénéficie aujourd'hui de la multiplicité des pratiques de nature faciale contemporaine. Car s'il y a une certaine ratiocination dans le maquillage de ville, le maquillage de spectacle inféodé à la scénographie et à la mise en scène s'autorise toutes les dérives stylistiques référentielles ou imaginaires. Le fard ne se contente plus de renseigner sur les caractéristiques sociales sexuelles, sociales ou psychologiques d'un personnage ; il est aussi l'image métaphorisée qu un personnage veut donner de lui-même intégré aux autres protagonistes ou séparés. Sinon il affirme des rapports de pouvoir, d'identité, de négation, d absorption etc. et non plus seulement des données brutes, ou des relations au visage et aux corps réels ou imaginaires (maladie, torture, jouissance, frustration, exubérance etc). Ce 1 BOURDET Gildas : Interview personnelle réalisée le 27 septembre

14 faisant, il construit une rhétorique des couleurs et des formes s'organisant suivant des systèmes de variations dichotomisées, (foncé/clair, sec/gras, uni/camaïeu, aplat/touche, flou/précis, point/ligne, etc.), ou des systèmes symboliques différenciés (noir = mort, noir = vampire, blanc = mort, blanc = virginité, etc.) Il répond aussi à des exigences de lisibilité, de cohérence, de déchiffrement par rapport au projet de la mise en scène et au spectacle. Comme elle, il est un langage non linguistique constitué de signes symboliques qui sont perçus par le spectateur à trois niveaux : un niveau d identification des formes où se dégage l'impression générale ; un niveau de décryptage où les thématiques, les références, les citations sont repérées ; enfin un troisième niveau où est identifié ce qui se joue au travers des formes c'est-à-dire le devenir d'un art, d'un motif, d'un thème, le balayage de plusieurs arts limitrophes, l'interpénétration des techniques fantasmatiques du créateur et au-delà la façon dont on perçoit au travers de ses œuvres d'art les conflits dont il est constitué. Carrefour symbolique, le maquillage de théâtre à travers l'illusion répond à une exigence de lecture des rapports économiques et sociaux à l'intérieur d'une dramaturgie donnée. Ainsi, la céruse, le rouge et les mouches témoignaient-ils au XVIII ème siècle d'un peuple voilant ses turpitudes et ses trahisons sous le masque blanc du fard, exhibant ses pommettes rouges comme les signaux flamboyants de la séduction devenue luxure, masquant son mal de Naples sous un essaim de mouches racoleuses. Aujourd'hui leur reproduction dans une pièce de Marivaux ou de Lesage a valeur interprétative, car elle témoigne de la lecture contemporaine des rapports des rapports psychologiques et philosophiques qu une société entretenait avec son image et avec celles des membres qui la constituaient. Le maquillage de théâtre comporte bien entendu son tragique. Histrionique, savant, il est aussi le témoignage le plus fidèle de l art de l acteur : il illustre la problématique posée dans Le Paradoxe sur le comédien de Denis Diderot, celle de la sincérité ou de l'artifice, de la vérité ou de la simulation. Car toute l'histoire du maquillage de théâtre montre bien à quel point l'esthétique théâtrale oscille entre la théorie du maquillage/illusion et celle du maquillage/réalité. Dans quelle mesure le maquillage marque-t-il une rupture avec le réel? Dans quelle mesure l hallucine-t-il ou le représente-il? Chaque époque a répondu, soit en utilisant une codification iconique permettant la reconnaissance immédiate par l'auditoire du personnage représenté, soit en avouant la théâtralité du fard en le fixant dans une picturalité symbolique. Dans les deux cas, il y a coupure avec la réalité, détournement de cette réalité vers des formes vraisemblables et non pas vraies, vers des formes totalement imaginaires qui comportent une logique interne qui métaphorise le réel et le rend par ce glissement également 14

15 vraisemblable. Mais cela revient à supposer que le visage nu est la réalité même : or que dire de cette réalité qui est habillée tour à tour des oripeaux du Moi, du sujet, de la personnalité, du reflet de l âme, de l'image de Dieu, de l'individu social ou de l être sinon qu il s'agit plus d'un système de reflets que d'une réalité stable? La séduction et le charme magique exsudés par le fard tiennent à ces fluctuations de ces perspectives illimitées qui s'ouvrent dans le regard que l on porte lui. Simulacre, le maquillage oublie son modèle, le visage : il joue avec ses formes, semble le reproduire mais en fait n en est que l'écho lointain, déformé. Cette confusion entre le visage et le fard s'exerce au cœur de la dialectique de l'apparition et de la disparition. Vrai ou faux visage, vrai ou faux maquillage apparaissent et disparaissent comme dans un fondu enchaîné, grâce à cette coalescence de la peau et du fard. Comme lieu fantasmé de la séduction, le visage n apporte jamais la réponse aux désirs, il est toujours la figure d'un manque, celui de la réalité, celui du désir même, celui de la coupure avec l'image divine, avec la divinité elle-même. En cela, le maquillage comporte un aspect spirituel, cérémoniel systématisé au théâtre dans la mesure où il participe d un acte jadis sacré, aujourd'hui désacralisé, mais dont les postulations religieuses ne sont point absentes. Car, même informateur d une réalité raciale, sexuelle, sociale ou psychologique, il est toujours dans l'éphémère de l acte le sceau des retrouvailles avec la divinité perdue, le témoignage douloureux de cette chute hors des paradis. Devant le miroir s accomplit ce rituel de métamorphose qui est analogique à celle qui fait d un humain, un personnage, c'est-à-dire une entité textuelle remplie peu ou prou par les images et le jeu de ceux qui l ont déjà interprétée. Là, dans le secret des loges, s accomplit le visage fardé après les tâtonnements, des erreurs, des vagabondages similaires à ceux que l acteur tente le texte à la main sur le plateau des répétitions. Peu à peu, le maquillage se compose à partir de fragments, de savoir-faire, d'inventions, de références, d'automatismes comme prend forme théâtrale un personnage. De même que le maquillage pénètre la peau de l acteur, aussi bien le personnage s y love, tous deux remplaçant peu à peu le visage et la peau originels. Apparaissent un autre visage, un autre sujet qui vont se nourrir des premiers pour pouvoir vivre eux aussi l'instant de la représentation. Aussi bien, il ne s'agit pas d'entrer dans la peau du personnage, mais de faire que le personnage ou le maquillage ait envie de rentrer dans l acteur. Que disparaisse cet espace interstitiel entre la peau et le fard, entre l'acteur et le personnage pour que s'accomplisse la métamorphose. Car ceci naît de la peau seule, puis gagne la posture, la gestuelle, la physiognomonie et peu à peu l'énergie, la tonicité, le rythme sanguin, la palpitation cardiaque 15

16 jusqu'à ce que tout le sujet en soit pénétré. Alors les identités se brouillent, les corps s échangent, les regards portés sur eux ne savent plus ce qu'ils regardent. Cette fascination créée par le fard ou l art de l acteur tiennent également à la temporalité éphémère. Tous deux sont réversibles puisque l'eau délaie les formes et les couleurs, puisque les saluts dissolvent les personnages; c'est pourquoi ils autorisent toutes les voluptés y compris celles de la déchéance et de la laideur. Mais l acteur n en revient pas toujours. Sur la peau maculée de fard et de démaquillant, sur les cotons usagés se desquament les identités comme lorsque le rideau tombe : certaines pourtant demeurent quelques mois après l'abandon d un rôle, certaines laissent des cicatrices irréversibles tatouant ainsi le passé d'un acteur d'entités disparues 1. Le visage est un théâtre où le maquillage comme une scène de la peau se déploie et disparaît. Scène vide, il attend patiemment son heure où l'animeront d'autres formes, d'autres personnages. Il a besoin pour s'incarner c'est-à-dire de se faire chair, de la chair du fard, de la chair d'un autre qu il fera vivre grâce à ce désir immarcescible de métamorphose qui est le propre de l humain. De cette volonté immémoriale témoigne le maquillage et aussi de la nécessité d'être plus qu humain, d'être par quelque sortilège un autre ne fût-ce que sur une scène d'illusions. Thespis en se barbouillant de lie de vin ne disait pas autre chose. Au cœur du dialogue renoué entre la divinité et l'homme, il fallait un médium terrestre et divin, ce fut le vin; ce fut aussi le fard qui témoignait de cette alliance rompue et renouée, de cette offrande que l'homme faisait de son visage voilé à un Dieu invisible, fardé d'absence. Dominique Paquet 1 Cette confusion entre l acteur et le personnage au-delà de la représentation a été stigmatisée dans l histoire du cinéma par Albert Dieudonné (interprète du Napoléon d Abel Gance) se prenant pour l empereur jusqu à proférer sur son lit de mort les derniers mots du petit caporal. 16

Technique de la peinture

Technique de la peinture Supports pédagogiques: Fiches de travail n 1, 2 et 4 (lycée), fiche de travail n 3 (école primaire et collège). ENSEIGNANT E : Michel Haider (retable de Hohenlandenberg), Triptyque de la Crucifixion, panneau

Plus en détail

ÉVOLUTION DE LA REPRÉSENTATION DE L'ESPACE

ÉVOLUTION DE LA REPRÉSENTATION DE L'ESPACE ÉVOLUTION DE LA REPRÉSENTATION DE L'ESPACE UN PROBLÈME, UNE MULTIPLICITÉ DE RÉPONSES Le problème est le suivant : Comment représenter un espace en 3 dimensions (hauteur, largeur et profondeur) sur une

Plus en détail

LA BARBE BLEUE. Charles PERRAULT

LA BARBE BLEUE. Charles PERRAULT LA BARBE BLEUE Charles PERRAULT Il y avait autrefois un homme qui était très riche. Il avait des maisons magnifiquement meublées à la ville et à la campagne, sa table était toujours couverte de vaisselle

Plus en détail

Le conte du Petit Chaperon rouge

Le conte du Petit Chaperon rouge Le conte du Petit Chaperon rouge d après les frères Grimm Il était une fois une petite fille que tout le monde aimait et sa grand-mère encore plus. Elle ne savait que faire pour lui faire plaisir. Un jour,

Plus en détail

Le sanctuaire céleste

Le sanctuaire céleste Chapitre 53 Le sanctuaire céleste Deux mille trois cents soirs et matins; puis le sanctuaire sera purifié. Daniel 8:14 (Segond). Ce passage biblique, fondement et clef de voûte de la foi adventiste, était

Plus en détail

Quality Street Nicolas Chardon

Quality Street Nicolas Chardon La vitrine frac île-de-france, le plateau, paris Quality Street Nicolas Chardon 14.10 22.11.15 Entretien entre Nicolas Chardon et Gilles Baume Gilles Baume : Pour la vitrine, tu proposes un projet contextuel,

Plus en détail

Revue de Presse AVIGNON 2014

Revue de Presse AVIGNON 2014 Revue de Presse AVIGNON 2014 1 2 3 4 5 6 7 8 PRESSE PARIS «Célimène et le Cardinal» : sur la corde raide Jacques Rampal est un auteur de théâtre confirmé. Il le fallait pour s attaquer simultanément

Plus en détail

Programme Détaillé. Cycle de 9 mois : Artiste maquilleur. Contenu : Cours théoriques

Programme Détaillé. Cycle de 9 mois : Artiste maquilleur. Contenu : Cours théoriques Programme Détaillé Cycle de 9 mois : Artiste maquilleur Contenu : Cours théoriques Art et culture Histoire de la beauté Histoire du costume Masques et parures Arts ethniques Étude des tendances et des

Plus en détail

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 I Christian Gattinoni : travail personnel A Travail plastique L œuvre créatrice de Christian Gattinoni se voit dirigée vers

Plus en détail

Le relooking de Sabrina

Le relooking de Sabrina Le relooking de Sabrina 29/01/2008 16:45 Sabrina a 27 ans, habite Genk avec son mari et ses 3 enfants (7 ans, 6 ans et 18 mois) et travaille pour les Magasins du monde. Physiquement, elle a les yeux verts,

Plus en détail

Comment est né noue projett

Comment est né noue projett Toumicoton Comment est né noue projett Depuis le début de cette année scolaire, je me suis montrée particulièrement attentive à tout ce qui touchait l'identité de chaque enfant: chacun est unique et chacun

Plus en détail

Epithète. Person a. i!(mouton de vapeur) i! Epithète. et Person a

Epithète. Person a. i!(mouton de vapeur) i! Epithète. et Person a Epithète et Person a Marionnettes habitées et déshabitées. Epithète et Person a i!(mouton de vapeur) i! -Jeux de masque sur, dans, avec, contre le masque! -Corps qui «fait face»! -Personnages échappés

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

Son père pendant son immobilisation, avait fait installer des miroirs au dessus de son lit. Elle s est tout naturellement prise comme modèle

Son père pendant son immobilisation, avait fait installer des miroirs au dessus de son lit. Elle s est tout naturellement prise comme modèle MEXIQUE ETATS-UNIS Le drapeau mexicain Le fait qu elle le tienne dans sa main gauche indique qu elle préfère son pays d origine Le drapeau américain Il flotte dans la fumée des cheminées d usine C est

Plus en détail

Enfance et adolescence

Enfance et adolescence SUJET COMPLET NOUVEAU BREVET 2 : ENFANCE ET ADOLESCENCE 1 / 5 Enfance et adolescence Conforme aux nouvelles dispositions de l épreuve du nouveau brevet des collèges Lev Nikolaïevitch Petrovitch Tolstoï,

Plus en détail

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire.

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire. Sémiologie de l image fonctionnelle Le phénomène de la retouche photographique Travail présenté à Monsieur Luc Saint-Hilaire Par Stéphanie Messervier Université Laval École des arts visuels Le 26 novembre

Plus en détail

Descriptions. Descriptions. Qui suis-je? Qui suis-je? Nom :

Descriptions. Descriptions. Qui suis-je? Qui suis-je? Nom : J ai deux petits yeux ronds, noirs et bleus. J ai une bouche arrondie avec un trait noir. Je détiens une barrette en forme de feuille. Je porte un foulard en laine. J ai une petite robe et un petit voile.

Plus en détail

+ FICHE METIER. «Chef Maquilleur(euse)» Chef maquilleur Maquilleur APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER

+ FICHE METIER. «Chef Maquilleur(euse)» Chef maquilleur Maquilleur APPELLATION(S) DU METIER DEFINITION DU METIER Chef Maquilleur(euse) + «Chef Maquilleur(euse)» APPELLATION(S) DU METIER Chef maquilleur Maquilleur DEFINITION DU METIER Le chef maquilleur est en charge du maquillage visage et corps, ainsi que de la

Plus en détail

Distinguer trois domaines...

Distinguer trois domaines... Remarque préliminaire : Les éléments qu'il est possible de prendre en compte dans l'analyse de l'image sont multiples et extrêmement variés. La liste proposée ici est là à titre indicatif, un peu comme

Plus en détail

VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS :

VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS : VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS : Tania Mouraud : Glamour-ing, 2000 C est un film vidéo qui montre un acteur de théâtre qui se maquille avant d aller sur scène. Ça se passe en Inde. L acteur

Plus en détail

LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE

LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE LE FULGURANT PASSAGE DE LA PRESENCE «et en plus, il faut faire un tableau.» Alberto Giacometti Ecrire sur la peinture pourrait signifier écrire «par-dessus», recouvrir des signes arbitraires de l écriture

Plus en détail

Recueil 1. Mise en page par le groupe informatique

Recueil 1. Mise en page par le groupe informatique Recueil 1 Mise en page par le groupe informatique Les enfants de la terre. Les mots te prennent par la main Te conduisent sur le chemin, Tu marches dans l oubli Que tes pas effacent. Demain est ton destin,

Plus en détail

Un songe de William Miller

Un songe de William Miller Un songe de William Miller J ai rêvé que Dieu, par une main invisible, m avait envoyé un bel écrin ciselé, d ébène et de perles curieusement incrustées, d environ vingtcinq centimètres sur quinze. Une

Plus en détail

Soins, Beauté, Vêtements Et Parure De La Femme

Soins, Beauté, Vêtements Et Parure De La Femme Soins, Beauté, Vêtements Et Parure De La Femme Femme romaine, fresque de Pompéi Sommaire Introduction - Soins - Maquillage - Bijoux - Vêtements - coiffure - Quiz Reconstitution d une parure composée d

Plus en détail

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche

livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Trente-troisième dimanche du temps ordinaire B livingtheword www.livingtheword.org.nz Écouter et vivre les lectures du dimanche Évangile de Jésus-Christ selon saint Marc 13, 24-32 Jésus parlait à ses disciples

Plus en détail

Versailles. et l antique

Versailles. et l antique Versailles et l antique 2 Lorsque Louis XIV décide en 1664 de faire agrandir le petit château construit par son père Louis XIII à Versailles, il a 26 ans. C est un jeune roi qui aime passionnément les

Plus en détail

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques

Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant. Texte de la comédie musicale. Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Je veux apprendre! Chansons pour les Droits de l enfant Texte de la comédie musicale Fabien Bouvier & les petits Serruriers Magiques Les Serruriers Magiques 2013 2 Sommaire Intentions, adaptations, Droits

Plus en détail

Travail de peinture pour le premier semestre de M1 ; Les Grands Animaux.

Travail de peinture pour le premier semestre de M1 ; Les Grands Animaux. Travail de peinture pour le premier semestre de M1 ; Les Grands Animaux. Le programme de ce semestre de travail était le suivant : Fixer un format, une méthode et un thème pour réaliser une série d au

Plus en détail

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES

NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES NEGOCIER L ORGANISATION DU TRAVAIL : INVENTER DES DEMARCHES SYNDICALES Récemment, dans un texte : - j ai identifié les souffrances et les modes défensifs que les travailleurs utilisent pour faire face

Plus en détail

Chapitre 2 : La structure en escalier ARISE

Chapitre 2 : La structure en escalier ARISE Chapitre 2 : La structure en escalier ARISE La structure ARISE fut à l origine mise en place dans un but pédagogique de manière à enseigner l art de la Séduction avec un outil pédagogique simple et efficace.

Plus en détail

Jeu d'osselet. Gravure du XIX siècle, par H. Roux.

Jeu d'osselet. Gravure du XIX siècle, par H. Roux. Jeu d'osselet Gravure du XIX siècle, par H. Roux. Nombre de joueurs : de 1 à 6 maximum Matériel : 5 Osselets Déroulement du jeu : Ce jeu remonte à la plus haute antiquité. Il se compose de petits os tirés

Plus en détail

EN TEMPS DE CRISE. Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques,

EN TEMPS DE CRISE. Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques, LES EUROPEENS ET LA CULTURE EN TEMPS DE CRISE Quelle place pour la culture en temps de crise? Lorsqu ils sont confrontés à des difficultés économiques, les Européens ont-ils le temps, l argent, voire tout

Plus en détail

Modelage de portraits en argile (vol. 2)

Modelage de portraits en argile (vol. 2) Modelage de portraits en argile (vol. 2) Techniques avancées Groupe Groupe Eyrolles, Eyrolles, 2011 2011 ISBN :: 978-2-212-13324-0 ISBN 978-2-212-13324-0 P h i l i p p e Modelage2.indd 3 & C h a r i s

Plus en détail

Histoire des arts. sujet : les mythes célèbres dans la peinture le mythe de Narcisse. 1) Présentation du mythe de Narcisse

Histoire des arts. sujet : les mythes célèbres dans la peinture le mythe de Narcisse. 1) Présentation du mythe de Narcisse Histoire des arts sujet : les mythes célèbres dans la peinture le mythe de Narcisse 1) Présentation du mythe de Narcisse Narcisse, trop imbu de lui-même, ne voit pas l'amour que lui portent les nymphes

Plus en détail

«Tête de chat» - Delacroix

«Tête de chat» - Delacroix «Tête de chat» - Delacroix 1. Présentation de l'œuvre 2. Dénotation 3. Connotation 4. La recherche documentaire Sallaberry Stéphane 1 S2 2008-2009 1 1)Présentation de l'œuvre C'est une peinture à l'aquarelle

Plus en détail

Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions.

Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions. LIRE UN CNTE ET RÉPNDRE À UN QUESTINNAIRE METTANT EN JEU DIFFÉRENTES CMPÉTENCES. Voici l histoire de Bibolette la sorcière. Après l avoir lue, tu répondras à quelques questions. Dans une forêt très sombre,

Plus en détail

GREGORY MARKOVIC Dessins

GREGORY MARKOVIC Dessins Dossier de presse GREGORY MARKOVIC Dessins Exposition du 5 février au 28 mars 2010 Vernissage le 4 février à partir de 18h30 La Galerie Particulière 16 rue du Perche 75003 Paris +33.(0)1.48.74.28.40 www.lagalerieparticuliere.com

Plus en détail

L'écrivain Simon Boulerice: aux portes d'un grand succès populaire (ENTREVUE)

L'écrivain Simon Boulerice: aux portes d'un grand succès populaire (ENTREVUE) L'écrivain Simon Boulerice: aux portes d'un grand succès populaire (ENTREVUE) Le Huffington Post Québec Par Samuel Larochelle Publication: 03/10/2013 11:29 EDT Mis à jour: 03/10/2013 11:29 EDT Hyperactif

Plus en détail

Les membres de ma famille croient que je leur ai

Les membres de ma famille croient que je leur ai Introduction Les membres de ma famille croient que je leur ai fait honte et les ai déshonorés à bien des égards depuis que je suis passée du statut de petite fille à celui de femme, mais ils ne connaissent

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez.

CE1. Et il se mit le doigt dans le nez. TEXTE 1 Jules et Julie étaient voisins. Chaque matin, ils traversaient la forêt pour aller à l école. ça rassurait leurs parents de les savoir ensemble. Mais jamais Julie n adressait la parole à Jules

Plus en détail

AVENT: EMERVEILLEMENT, OUVERTURE DU COEUR, ACCUEIL:

AVENT: EMERVEILLEMENT, OUVERTURE DU COEUR, ACCUEIL: AVENT: EMERVEILLEMENT, OUVERTURE DU COEUR, ACCUEIL: Le mot "Avent" signifie la "venue". Le temps de l'avent désigne les semaines qui précèdent Noël: du premier dimanche de l'avent (fin novembre ou début

Plus en détail

Zéralda aimait beaucoup faire la cuisine. A l âge de six ans, elle savait déjà faire friture et rôti, bouilli et farce, ragoût et grillade.

Zéralda aimait beaucoup faire la cuisine. A l âge de six ans, elle savait déjà faire friture et rôti, bouilli et farce, ragoût et grillade. Il était une fois un ogre, un vrai géant, qui vivait tout seul. Comme la plupart des ogres, il avait des dents pointues, une barbe piquante, un nez énorme et un grand couteau. Il était toujours de mauvaise

Plus en détail

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille L Illusion comique De Corneille L œuvre à l examen oral Par Alain Migé Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille PREMIÈRE QUESTION : L ÊTRE ET LE PARAÎTRE Le titre même de L illusion

Plus en détail

Du bon usage du viagra dans la crise du couple au milieu de la vie

Du bon usage du viagra dans la crise du couple au milieu de la vie Le Bulletin Freudien nº 37-38 Août 2001 Du bon usage du viagra dans la crise du couple au milieu de la vie Marie Christine Laznik Crise du milieu de la vie On entend souvent dire qu au moment de la crise

Plus en détail

MAQUILLEUSE DES MÉTIERS DE L OPÉRA. Livret rédigé par Hélène Jarry-Personnaz SCÉRÉN-CNDP, 2008

MAQUILLEUSE DES MÉTIERS DE L OPÉRA. Livret rédigé par Hélène Jarry-Personnaz SCÉRÉN-CNDP, 2008 DES MÉTIERS DE L OPÉRA MAQUILLEUSE Livret rédigé par Hélène Jarry-Personnaz SCÉRÉN-CNDP, 2008 Cette séquence est extraite du DVD Côté coulisses, avec «Les Noces de Figaro» qui propose une découverte des

Plus en détail

La Servante du Seigneur

La Servante du Seigneur JEAN-LOUIS FOURNIER La Servante du Seigneur STOCK J ai égaré ma fille. Je suis retourné à l endroit où je l avais laissée, elle n y était plus. J ai cherché partout. J ai fouillé les forêts, j ai sondé

Plus en détail

Le travail de l Atelier Jade

Le travail de l Atelier Jade Le travail de l Atelier Jade Jacques Devillers Graphiste de l invisible Jacques Devillers naît le 4 septembre 1921 à Amiens dans une famille d architectes. Après une formation en philosophie et un passage

Plus en détail

s approchent au bord de la nuit du monde

s approchent au bord de la nuit du monde au cœur l œil du cyclone rappelle ses créatures elles hésitent résistent se retournent ignorent s approchent au bord de la nuit du monde glissent disparaissent pour renaître Elle contemple Martine Besset

Plus en détail

Séquence 3 (6 séances)

Séquence 3 (6 séances) ARTS VISUELS Pré requis Dispositif pédagogique des séances Séquence 3 (6 séances) CYCLE 3 CM2 Socle commun : - Exprimer ses émotions et préférences face à une œuvre d art, en utilisant ses connaissances.

Plus en détail

Le foyer de l Éden, un modèle

Le foyer de l Éden, un modèle Chapitre 3 Le foyer de l Éden, un modèle Le premier foyer de l homme fut préparé par Dieu Le foyer de l Éden, destiné à nos premiers parents, fut préparé par Dieu lui-même. Lorsqu il eut procuré à l homme

Plus en détail

LE CONTENU DU JEU : LA NOTATION :

LE CONTENU DU JEU : LA NOTATION : Dames Classiques Les jeux de pions et de plateau datent de la plus haute antiquité et furent trouvés notamment, dans des tombes en Egypte. Il semble donc logique de voir le jeu de dames comme un de leur

Plus en détail

Le loup qui voyageait dans le temps

Le loup qui voyageait dans le temps Ce jour-là, Loup farfouillait dans son grenier. Il y trouvait toujours des choses extraordinaires. Comme ce vieux livre avec sa couverture dorée. Loup s empara du livre et lut le résumé : «Cher lecteur,

Plus en détail

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e

La fleur du soleil : Activité : 1O e. 2O e. 3O e. 4O e. 6O e. 5O e 1O e 2O e 3O e La fleur du soleil : 4O e 5O e 6O e Originaire du Pérou et introduite en Europe à la fin du 17e siècle, le tournesol est une plante qui porte merveilleusement son nom puisqu elle se tourne

Plus en détail

MAGIE ET MAGICIENS. La magie ancienne. Les premiers magiciens. Les débuts de la magie

MAGIE ET MAGICIENS. La magie ancienne. Les premiers magiciens. Les débuts de la magie MAGIE ET MAGICIENS La magie ancienne Les premiers magiciens Nul ne sait qui fut le premier magicien. Peut être s agit-il d un homme préhistorique qui a fait disparaître un caillou pour amuser ses amis

Plus en détail

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre

Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Célébration de fin d année : Une Eglise qui prie et qui célèbre Une Ecole qui prie et qui célèbre Dernier temps fort de notre année autour de : Une Eglise qui prie et qui célèbre.nous vous proposons de

Plus en détail

Un conte de Noël à la carte

Un conte de Noël à la carte Un conte de Noël à la carte Il était une fois, dans le nord de la Petite-Nation, une belle fermière, qui faisait pousser des arbres de Noël. Elle et son mari, possédait un si grand terrain qu elle ne pouvait

Plus en détail

Jean Louis Schefer. Cinématographies. Objets périphériques et mouvements annexes. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e

Jean Louis Schefer. Cinématographies. Objets périphériques et mouvements annexes. P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Jean Louis Schefer Cinématographies Objets périphériques et mouvements annexes P.O.L 33, rue Saint-André-des-Arts, Paris 6e Je dois, avant toute chose, expliquer la singularité de ce programme qui suppose

Plus en détail

Le texte théâtral. Scène I : Silvia, Trivelin et quelques femmes de la suite de Silvia. Silvia paraît sortir fâchée.

Le texte théâtral. Scène I : Silvia, Trivelin et quelques femmes de la suite de Silvia. Silvia paraît sortir fâchée. 1 Le texte théâtral Acteurs LE PRINCE ; UN SEIGNEUR ; FLAMINIA, fille d un domestique du Prince ; LISETTE, sœur de Flaminia ; SILVIA, aimée du Prince et d Arlequin ; ARLEQUIN, TRIVELIN, officier du palais

Plus en détail

Histoire de la photographie

Histoire de la photographie Histoire de la photographie Séquence 1 Qu'est ce que la photographie? L'invention de la photo fut animée par la volonté de fixer ou de garder une impression visuelle. La photographie a vu son évolution

Plus en détail

Dictées tous les matins : l histoire de la danse à travers les époques, les différents types de danse etc

Dictées tous les matins : l histoire de la danse à travers les époques, les différents types de danse etc P4 Danse Français Dictées tous les matins : l histoire de la danse à travers les époques, les différents types de danse etc? Référence du Socle Commun : Rédiger un texte d une quinzaine de lignes (récit,

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

PRÊT-À-L EMPLOI! Le Carnaval de Binche. www.oupe.es

PRÊT-À-L EMPLOI! Le Carnaval de Binche. www.oupe.es Le Carnaval de Binche Le Carnaval de Binche, en Belgique wallonne, est l'un des Carnaval les plus anciens et les plus célèbres d'europe. Par sa richesse, sa vivacité et sa popularité, il a été reconnu

Plus en détail

Compte-rendu : Les Femmes Savantes, mise en scène JD. Monory

Compte-rendu : Les Femmes Savantes, mise en scène JD. Monory Compte-rendu : Les Femmes Savantes, mise en scène JD. Monory Décor constitué : - Une partie du décor est installée par la servante Martine et le valet Lépine au tout début de la pièce : les chandeliers

Plus en détail

KEIM Athenit. Peintures et enduits d intérieur à la chaux

KEIM Athenit. Peintures et enduits d intérieur à la chaux KEIM Athenit Peintures et enduits d intérieur à la chaux Peinture rupestre d Altamira en Espagne : l utilisation de la chaux trouve ses origines dans la préhistoire. La chaux, un matériau historique L

Plus en détail

Compte-rendu de lecture

Compte-rendu de lecture Compte-rendu de lecture Romain Di Vora Classe de NRC 1 Rappel : Expression (3 points) Utilisez le correcteur orthographique!! Note : 13/20 Aspects bibliographiques (1 point) Titre : Le magasin des suicides

Plus en détail

Analyser un tableau: Jan Van Eyck, Les époux Arnolfini, 1434 Dimensions: 81,9 x 59,5. Sances du Jeudi 13 décembre 2007 & du jeudi 20 décembre 2007

Analyser un tableau: Jan Van Eyck, Les époux Arnolfini, 1434 Dimensions: 81,9 x 59,5. Sances du Jeudi 13 décembre 2007 & du jeudi 20 décembre 2007 Sances du Jeudi 13 décembre 2007 & du jeudi 20 décembre 2007 Module N 7 - Histoire Analyser un tableau: Jan Van Eyck, Les époux Arnolfini, 1434 Dimensions: 81,9 x 59,5 Éléments de biographie Jan van Eyck,

Plus en détail

Jardin secret. Hank Vogel

Jardin secret. Hank Vogel Jardin secret Hank Vogel Hank Vogel Jardin secret 1 L amour, une couronne d épines et de lauriers. 2 On n entre pas dans le royaume des anges la tête vide et les mains propres, on y entre souvent abattu

Plus en détail

Qu est-ce que la virtualisation?

Qu est-ce que la virtualisation? I Qu est-ce que la virtualisation? L actuel et le virtuel Considérons pour commencer l opposition facile et trompeuse entre réel et virtuel. Dans l usage courant, le mot virtuel s emploie souvent pour

Plus en détail

GÉRER LES ATTRIBUTS GRAPHIQUES DANS LES MURS

GÉRER LES ATTRIBUTS GRAPHIQUES DANS LES MURS GÉRER LES ATTRIBUTS GRAPHIQUES DANS LES MURS ASTUCE DU MOIS Introduction Vous avez sûrement été confronté(e) à la question suivante : comment dois-je m y prendre pour associer des attributs graphiques

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES

THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ATELIERS ARTISTIQUES ENFANTS - ADOS - ADULTES ATELIERS ARTISTIQUES NEUILLY SUR SEINE THÉÂTRE - CINÉMA DANSE - MUSIQUE - CHANT COACHING PERSONNALISÉ ENFANTS - ADOS - ADULTES Johanna Cohen 06 61 41 13 03 coursanna@hotmail.fr wwww.coursanna.fr LE COURS

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

5 TESTS RAPIDES A FAIRE

5 TESTS RAPIDES A FAIRE 5 TESTS RAPIDES A FAIRE Si vous résolvez le premier test, prière de m'effacer tout de suite de votre carnet d'adresse... TEST 1 Ceci est un vrai test psychologique.. C'est l'histoire d'une jeune fille.

Plus en détail

INTRODUCTION. Le Rasage : au-delà du quotidien

INTRODUCTION. Le Rasage : au-delà du quotidien INTRODUCTION Le Rasage : au-delà du quotidien Tous les jours des centaines de millions d hommes partagent un rituel commun : le rasage. Corvée pour les uns, soins pour les autres il est le passage obligé

Plus en détail

Des métaphores pour appréhender la résurrection

Des métaphores pour appréhender la résurrection Des métaphores pour appréhender la résurrection J ai longtemps tenté de me représenter «la résurrection», mais en vain. Il me manquait une métaphore quelque peu convaincante. La mue du papillon fut pour

Plus en détail

Les formes bien loin d'être inertes véhiculent un sens qui finit par être assimilé au point de changer complètement le rapport au monde.

Les formes bien loin d'être inertes véhiculent un sens qui finit par être assimilé au point de changer complètement le rapport au monde. Les formes bien loin d'être inertes véhiculent un sens qui finit par être assimilé au point de changer complètement le rapport au monde. Il y a donc dans ces formes que séparent l'espace et le temps des

Plus en détail

Olaf était face à l océan.

Olaf était face à l océan. Olaf était face à l océan. Rêvasser, c était tellement plus amusant qu apprendre à déchiffrer les runes. Cette écriture bizarre ne lui servirait pas à grand-chose quand il prendrait la mer. Trouver son

Plus en détail

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ?

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? Ce n est pas juste un petit bébé qui a été perdu. C est une vie au complet qui ne sera pas vécue. Contrairement aux idées véhiculées dans la société, le

Plus en détail

RÉSUMÉ HUIT CLOS JEAN-PAUL SARTRE (1944)

RÉSUMÉ HUIT CLOS JEAN-PAUL SARTRE (1944) RÉSUMÉ HUIT CLOS JEAN-PAUL SARTRE (1944) Huit clos est une pièce de théâtre de Jean-Paul Sartre, dont la première représentation a eu lieu en 1944. Le récit se déroule en enfer, il prend ici la forme d

Plus en détail

Il n'y a rien de plus beau qu'une clef

Il n'y a rien de plus beau qu'une clef Il n'y a rien de plus beau qu'une clef (tant qu'on ne sait pas ce qu'elle ouvre) Spectacle de contes, à partir de 12 ans. Durée 1h Synopsis Deux conteuses Une panne de voiture Un petit village vendéen

Plus en détail

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan

Le premier visage fait le dernier voyage. Amir Hassan Le premier visage fait le dernier voyage Amir Hassan 3 e prix Je me souviens de mon père quand j étais petite. Il me parlait toujours de la Palestine, il disait : «C est un pays volé par des occupants

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

100 suggestions d activités pour la Fête de la culture

100 suggestions d activités pour la Fête de la culture 100 suggestions d activités pour la Fête de la culture Voici quelques suggestions pour vous aider à planifier vos activités de la Fête de la culture. Ces exemples ont été tirés des quelque 7 000 activités

Plus en détail

Celui qui pouvait être Guerrino, avec son pardessus beige et ses yeux bleus, avait à nouveau disparu. Je commençais à avoir faim.

Celui qui pouvait être Guerrino, avec son pardessus beige et ses yeux bleus, avait à nouveau disparu. Je commençais à avoir faim. Celui qui pouvait être Guerrino, avec son pardessus beige et ses yeux bleus, avait à nouveau disparu. Je commençais à avoir faim. Entre-temps, je m étais enfilé le deuxième paquet de crackers que j avais

Plus en détail

La Presse des Tranchées.

La Presse des Tranchées. La Presse des Tranchées. Importance du phénomène Il dut y avoir au moins 500 journaux des tranchées et très certainement plus, car les journaux de «14» étaient de si mauvaise qualité et de si faible tirage

Plus en détail

CHRETIEN FACE A L ARGENT

CHRETIEN FACE A L ARGENT Vendredi 17 janvier 2003 Saint-Philippe du Roule CHRETIEN FACE A L ARGENT François VILLEROY de GALHAU Administrateur des Semaines Sociale de France François Villeroy de Galhau 1 a introduit sa conférence

Plus en détail

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse

Chapitre 1 : la comptabilité de caisse La comptabilité de caisse www.comptanat.fr Chapitre 1 : la comptabilité de caisse À l'origine de la comptabilité de caisse se trouve l'idée que, pour limiter les risques de détournement, seule une personne

Plus en détail

II. LES CAH. Magie (s) et Culture(s)

II. LES CAH. Magie (s) et Culture(s) II. LES CAH Magie (s) et Culture(s) 32 CHARLES MALAMOUD Alimentation, pollution et pureté dans l Inde ancienne Un mythe de l Inde ancienne explique que, dans les temps originaires, les dieux ou les démons

Plus en détail

Réjouissant Monte Cristo en VO Belge Courrier de Mantes, Magnanville - 11 février 2015.

Réjouissant Monte Cristo en VO Belge Courrier de Mantes, Magnanville - 11 février 2015. Réjouissant Monte Cristo en VO Belge Courrier de Mantes, Magnanville - 11 février 2015. Il y a Jacques, l'ex-taulard qui a tapé dans l'oeil d'alex, le metteur en scène qui du coup lui a donné le premier

Plus en détail

LA PERTE DE CONSCIENCE

LA PERTE DE CONSCIENCE CES QUELQUES NOTIONS PEUVENT SAUVER DES VIES. PENSEZ Y SV D URGENCES Pompiers et service médical urgent : 100 Police : 101 L'HEMORRAGIE Comment reconnaître une hémorragie? Le sang s'écoule abondamment

Plus en détail

INTRODUCTION Amour, apprentissages, approches, abandons des débuts, violence du désir, corps- à- corps, emprises et dépenses, incertitudes et attentes, pratiques et codes, plaisirs ordinaires, jouissance

Plus en détail

COMMUNION: LE MOT OFFRIR

COMMUNION: LE MOT OFFRIR Attends-moi Seigneur! J'arrive! Attends-moi Seigneur, je m'habille! Mes yeux, je les habille de bonté Pour regarder tous les gens avec amitié. COMMUNION: LE MOT OFFRIR Mes mains, je les habille de paix,

Plus en détail

Ressources pour le lycée général et technologique

Ressources pour le lycée général et technologique éduscol Ressources pour le lycée général et technologique Ressources pour la classe de première générale Série littéraire (L) Travaux Personnels Encadrés Thème spécifique Représentations et réalités Ces

Plus en détail

Entretien avec Nathalie Baye

Entretien avec Nathalie Baye Entretien avec Nathalie Baye Comment s est déroulée votre rencontre avec Claire Simon? La rencontre a d abord eu lieu via le travail de Claire. Il y a très longtemps, j avais vu un documentaire à la télévision

Plus en détail

Le portrait en peinture Atelier du 25 janvier 2013 dirigé par Luis CLEMENTE et Jean Pierre PONS

Le portrait en peinture Atelier du 25 janvier 2013 dirigé par Luis CLEMENTE et Jean Pierre PONS Sommaire 1. La composition 2. Type de portrait 3. Proportions du corps 4. Proportions de la tête 5. Dessin des yeux Le portrait en peinture Atelier du 25 janvier 2013 dirigé par Luis CLEMENTE et Jean Pierre

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

IMPRO-SURPRISE. Spectacle professionnel de théâtre en français. Théâtre du Monte-Charge, Pau. Asociación kaleidòs

IMPRO-SURPRISE. Spectacle professionnel de théâtre en français. Théâtre du Monte-Charge, Pau. Asociación kaleidòs IMPRO-SURPRISE Spectacle professionnel de théâtre en français Théâtre du Monte-Charge, Pau Février, 2003 C.A.I., Zaragoza Asociación kaleidòs * Le spectacle Impro-surprise est un spectacle théâtral dont

Plus en détail

SOMMAIRE. PS 1 : Nos activités en petite section 1... 3. PS 2 : La classe de petite section 2 à la ferme... 5. MS 1 : L odorat en M.S. 1...

SOMMAIRE. PS 1 : Nos activités en petite section 1... 3. PS 2 : La classe de petite section 2 à la ferme... 5. MS 1 : L odorat en M.S. 1... SOMMAIRE PS 1 : Nos activités en petite section 1... 3 PS 2 : La classe de petite section 2 à la ferme... 5 MS 1 : L odorat en M.S. 1... 7 MS 2 : La semaine des 5 sens en Moyenne Section... 8 MS 3 : La

Plus en détail

Le maquillage des yeux

Le maquillage des yeux Le maquillage des yeux En maquillage, l'œil est la partie la plus intéressante à maquiller. On peut lui donner des formes, des couleurs, une intensité différente en fonction du moment ou de l'occasion.

Plus en détail