REFORME DU REGIME BUDGETAIRE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE VERSION COMPAREE DES DISPOSITONS REGLEMENTAIRES

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "REFORME DU REGIME BUDGETAIRE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE VERSION COMPAREE DES DISPOSITONS REGLEMENTAIRES"

Transcription

1 REFORME DU REGIME BUDGETAIRE ET COMPTABLE DES ETABLISSEMENTS DE SANTE VERSION COMPAREE DES DISPOSITONS REGLEMENTAIRES ANCIENNE CODIFICATION art. R Les établissements de santé publics sont soumis au régime budgétaire, financier et comptable défini par les dispositions du décret n du 29 décembre 1962 et les dispositions suivantes. art. R L'exercice budgétaire et comptable couvre la période du 1er janvier au 31 décembre d'une même année, sauf dans le cas d'une première mise en exploitation d'un nouvel établissement ou d'une cessation définitive d'activité. art. R La Nomenclature budgétaire et comptable est établie par référence au plan comptable général. Elle comporte quatre niveaux : 1 Les classes de comptes ; 2 Les comptes principaux ; 3 Les comptes divisionnaires ; 4 Les comptes élémentaires. La liste des comptes obligatoirement ouverts dans le CODE DE LA SANTE PUBLIQUE NOUVELLE CODIFICATION Décret n du 20 juillet 2005 relatif à la sixième partie du CSP CHATITRE 5 : ORGANISATION FINANCIERE SECTION 1 : Budget et comptabilité Ss-section 1 : Dispositions générales Article R Les établissements publics de santé sont soumis au régime budgétaire, financier et comptable défini par les dispositions du décret n du 29 décembre 1962 portant règlement général sur la comptabilité publique et les dispositions suivantes. Article R L'exercice budgétaire et comptable couvre la période du 1er janvier au 31 décembre d'une même année, sauf dans le cas d'une première mise en exploitation d'un nouvel établissement ou d'une cessation définitive d'activité. Article R La nomenclature budgétaire et comptable est établie par référence au plan comptable général. Elle comporte quatre niveaux : 1 Les classes de comptes ; 2 Les comptes principaux ; 3 Les comptes divisionnaires ; 4 Les comptes élémentaires. La liste des comptes obligatoirement ouverts dans le 1 DECRET EPRD n du 30 novembre 2005 CHATITRE 5 : ORGANISATION FINANCIERE SECTION 1 : Etat des prévisions de recettes et de dépenses et comptabilité Ss-sectin 1 : Dispositions générales Article R Les établissements publics de santé sont soumis au régime budgétaire, financier et comptable défini par les dispositions du décret n du 29 décembre 1962 portant règlement général sur la comptabilité publique et les dispositions suivantes. Article R L'exercice budgétaire et comptable couvre la période du 1er janvier au 31 décembre d'une même année, sauf dans le cas d'une première mise en exploitation d'un nouvel établissement ou d'une cessation définitive d'activité. Article R La nomenclature budgétaire et comptable est établie par référence au plan comptable général. Elle comporte trois niveaux : 1 les titres, qui constituent le niveau de présentation synthétique ; 2 les chapitres, qui constituent le niveau de présentation détaillée ; 3 les comptes d exécution.

2 budget et la comptabilité des établissements est fixée par arrêté conjoint des ministres chargés du budget, de la santé et de la sécurité sociale. art. R La comptabilité des établissements de santé publics a pour objet la description et le contrôle des opérations ainsi que l'information des autorités chargées de la gestion ou du contrôle de ces établissements. Elle est organisée en vue de permettre : a) La connaissance et le contrôle des opérations budgétaires et des opérations de trésorerie ; b) L'appréciation de la situation du patrimoine ; c) La connaissance des opérations faites avec les tiers ; d) La détermination des résultats ; e) Le calcul des coûts des services rendus, notamment en fonction des pathologies et du mode de prise en charge des patients ; f) L'intégration des opérations dans la comptabilité économique nationale et dans les comptes et statistiques élaborés pour les besoins de l'etat. art. R Dans le cas où les frais de séjour des malades ne sont pas susceptibles d'être pris en charge soit par les services de l'aide médicale, soit par un organisme d'assurance maladie, soit par le ministère chargé des anciens combattants et victimes de guerre ou par tout autre organisme public, les intéressés ou, à défaut, leur famille ou un tiers responsable souscrivent un engagement d'acquitter les frais de toute nature afférents au régime choisi. Ils sont tenus, sauf dans les cas d'urgence, de verser au moment de leur entrée dans l'établissement une provision renouvelable calculée sur la base de la durée estimée du séjour. En cas de sortie avant l'expiration du délai prévu, la fraction dépassant le nombre de jours de présence est restituée. budget et la comptabilité des établissements est fixée par arrêté des ministres chargés du budget, de la santé et de la sécurité sociale. Article R La comptabilité des établissements publics de santé a pour objet la description et le contrôle des opérations ainsi que l'information des autorités chargées de la gestion ou du contrôle de ces établissements. Elle est organisée en vue de permettre : 1 La connaissance et le contrôle des opérations budgétaires et des opérations de trésorerie ; 2 L'appréciation de la situation du patrimoine ; 3 La connaissance des opérations faites avec les tiers ; 4 La détermination des résultats ; 5 Le calcul des coûts des services rendus, notamment en fonction des pathologies et du mode de prise en charge des patients ; 6 L'intégration des opérations dans la comptabilité économique nationale et dans les comptes et statistiques élaborés pour les besoins de l'etat. Article R Dans le cas où les frais de séjour des malades ne sont pas susceptibles d'être pris en charge soit par les services de l'aide médicale, soit par un organisme d'assurance maladie, soit par le ministère des anciens combattants et victimes de guerre ou par tout autre organisme public, les intéressés ou, à défaut, leur famille ou un tiers responsable souscrivent un engagement d'acquitter les frais de toute nature afférents au régime choisi. Ils sont tenus, sauf dans les cas d'urgence, de verser au moment de leur entrée dans l'établissement une provision renouvelable calculée sur la base de la durée estimée du séjour. En cas de sortie avant l'expiration du délai prévu, la fraction dépassant le nombre de jours de présence est restituée. La liste des comptes obligatoirement ouverts dans l état des prévisions de recettes et de dépenses et dans la comptabilité des établissements ainsi que l instruction budgétaire et comptable sont fixées par arrêté conjoint des ministres chargés du budget, de la santé et de la sécurité sociale ABROGE Article R Dans le cas où les frais de séjour des malades ne sont pas susceptibles d'être pris en charge soit par les services de l'aide médicale, soit par un organisme d'assurance maladie, soit par le ministère des anciens combattants et victimes de guerre ou par tout autre organisme public, les intéressés ou, à défaut, leur famille ou un tiers responsable souscrivent un engagement d'acquitter les frais de toute nature afférents au régime choisi. Ils sont tenus, sauf dans les cas d'urgence, de verser au moment de leur entrée dans l'établissement une provision renouvelable calculée sur la base de la durée estimée du séjour*. En cas de sortie avant l'expiration du délai prévu, la fraction dépassant le nombre de jours de présence est restituée. 2

3 art. D Les nomenclatures des comptes composant les groupes fonctionnels visés à l'article L sont définies aux annexes 1, 2 et 3. art. R Le directeur est l'ordonnateur du budget de l'établissement public de santé. Ses opérations font l'objet d'une comptabilité administrative. art. R L'ordonnateur tient une comptabilité des dépenses engagées pour chacun des comptes prévus à l'article R Au dernier jour de chaque trimestre civil, l'ordonnateur établit un tableau des effectifs rémunérés. Article D Les nomenclatures des comptes composant les groupes fonctionnels mentionnés à l'article L sont définies aux annexes 61-3 à Ss-sectio 2 : Directeur Article R Le directeur est l'ordonnateur du budget de l'établissement public de santé. Ses opérations font l'objet d'une comptabilité administrative. Article R L'ordonnateur tient une comptabilité des dépenses engagées pour chacun des comptes prévus à l'article R Au dernier jour de chaque trimestre civil, l'ordonnateur établit un tableau des effectifs rémunérés. 3 NB : * la référence à la durée de séjour sera modifiée pour tenir compte de la tarification au séjour. ABROGE Ss-sectio 2 : Directeur Article R Le directeur est l'ordonnateur de l état des prévisions de recettes et de dépenses de l'établissement public de santé. Ses opérations font l'objet d'une comptabilité administrative. L ordonnateur peut procéder en cours d'exercice à des virements de crédits entre les chapitres, à l exception des chapitres comportant des crédits à caractère limitatif. Ces virements sont portés, sans délai, à la connaissance du comptable et du directeur de l agence régionale de l hospitalisation, ainsi qu à celle du conseil d'administration, dans sa plus proche séance R L'ordonnateur tient une comptabilité des dépenses engagées pour chacun des comptes prévus au dernier alinéa de l'article R Pour l application du dernier alinéa de l article L , l ordonnateur établit, à l issue de chaque quadrimestre, un état comparatif de l activité, des recettes et des dépenses réalisées par rapport aux prévisions, selon un modèle fixé par arrêté des ministres chargés de la santé, de la sécurité sociale et du budget. Cet état comparatif est accompagné, en tant que de besoin, de propositions d ajustement de l état des prévisions de recettes et de dépenses. Le conseil d administration examine cet état comparatif et délibère, le cas échéant, sur les mesures de redressement proposées. L état comparatif et la délibération sont transmis au directeur de l agence régionale de l hospitalisation. Lorsque ce dernier constate l absence ou

4 art. R Pour les besoins de la gestion financière, l'ordonnateur tient une comptabilité analytique qui couvre la totalité des activités et des moyens de l'établissement, selon une nomenclature fixée par arrêté des ministres chargés de la santé et de la sécurité sociale. A la clôture de l'exercice, les résultats de la comptabilité analytique sont retracés dans un tableau de synthèse des coûts par activités, présenté en valeurs financières et unités d'oeuvre, selon des modalités arrêtées par les ministres chargés de la santé et de la sécurité sociale. La synthèse des coûts par activité médicale tient notamment compte des informations sur les pathologies et leur mode de traitement, produites par le département d'information médicale suivant des modalités et un calendrier fixés par arrêté des ministres chargés de la santé et de la sécurité sociale. Le directeur élabore également, pour l'analyse de l'activité et des coûts de l'établissement prévue par les dispositions des articles L et L , un tableau faisant apparaître, après répartition analytique des charges directes, le montant des crédits d'exploitation consacrés, pendant l'exercice, aux secteurs cliniques, médico-techniques et logistiques de l'établissement. Il transmet ce document à l'autorité administrative mentionnée à l'article R au plus tard le 31 mars de l'année suivant l'exercice clos. Le modèle de ce document et les modalités de calcul des éléments qui y figurent sont fixés par arrêté des ministres chargés de la santé et de la sécurité sociale Article R Pour les besoins de la gestion financière, l'ordonnateur tient une comptabilité analytique qui couvre la totalité des activités et des moyens de l'établissement, selon une nomenclature fixée par arrêté des ministres chargés de la santé et de la sécurité sociale. A la clôture de l'exercice, les résultats de la comptabilité analytique sont retracés dans un tableau de synthèse des coûts par activités, présenté en valeurs financières et unités d'oeuvre, selon des modalités arrêtées par les ministres chargés de la santé et de la sécurité sociale. La synthèse des coûts par activité médicale tient notamment compte des informations sur les pathologies et leur mode de traitement, produites par le département d'information médicale suivant des modalités et un calendrier fixés par arrêté des ministres chargés de la santé et de la sécurité sociale. Le directeur élabore également, pour l'analyse de l'activité et des coûts de l'établissement prévue par les dispositions des articles L et L , un tableau faisant apparaître, après répartition analytique des charges directes, le montant des crédits d'exploitation consacrés, pendant l'exercice, aux secteurs cliniques, médico-techniques et logistiques de l'établissement. Il transmet ce document au directeur de l agence régionale de l hospitalisation au plus tard le 31 mars de l'année suivant l'exercice clos. Le modèle de ce document et les modalités de calcul des éléments qui y figurent sont fixés par arrêté des ministres chargés de la santé et de la sécurité sociale. 4 l insuffisance des mesures de redressement, il peut en application de l article L demander au conseil d administration de présenter un plan de redressement. Article R L ordonnateur tient une comptabilité analytique qui couvre la totalité des activités et des moyens de l établissement, selon une nomenclature fixée par arrêté des ministres chargés de la santé et de la sécurité sociale. Le directeur élabore également, pour l'analyse de l'activité et des coûts de l'établissement prévue par les dispositions des articles L et L , un tableau faisant apparaître, après répartition analytique des charges directes, le montant des crédits d'exploitation consacrés, pendant l'exercice, aux secteurs cliniques, médico-techniques et logistiques de l'établissement. Il transmet ce document au directeur de l agence régionale de l hospitalisation au plus tard le 31 mai de l'année suivant l'exercice clos. Le modèle de ce document et les modalités de calcul des éléments qui y figurent sont fixés par arrêté des ministres chargés de la santé et de la sécurité sociale. Article R Le conseil d administration délibère sur le rapport préliminaire, mentionné au 3 de l article L , présenté par le directeur. Ce rapport porte

5 art. R Le budget de l'établissement public de santé est l'acte par lequel sont prévues et autorisées ses recettes et ses dépenses annuelles. Il détermine les recettes prévisionnelles nécessaires pour couvrir ses dépenses, dans le respect du projet d'établissement, en fonction notamment du contrat d'objectifs et de moyens et des prévisions d'activités, et en cohérence avec les ressources fixées en application des articles L , L , L , L et L du code de la sécurité sociale. Le modèle des documents de présentation des budgets est fixé par arrêté des ministres chargés du budget, de Ss-section 3 : Présentation et vote du budget Article R Le budget de l'établissement public de santé est l'acte par lequel sont prévues et autorisées ses recettes et ses dépenses annuelles. Il détermine les recettes prévisionnelles nécessaires pour couvrir ses dépenses, dans le respect du projet d'établissement, en fonction notamment du contrat d'objectifs et de moyens et des prévisions d'activités, et en cohérence avec les ressources fixées en application des articles L , L , L , L et L du code de la sécurité sociale. Le modèle des documents de présentation des budgets est fixé par arrêté des ministres chargés du budget, de la 5 notamment sur les objectifs et les prévisions d activité de l établissement pour l année à venir et sur l adaptation des moyens nécessaires pour remplir les missions imparties par le projet d établissement, conformément aux engagements pris au contrat pluriannuel d objectifs et de moyens, ainsi que sur les prévisions de recettes et de dépenses pour les activités sociales et médico-sociales mentionnées au I de l article L du code de l action sociale et des familles. Le rapport, accompagné de la délibération y afférent, est transmis au plus tard le 31 octobre de l année précédant celle auquel il se rapporte au directeur de l agence régionale de l hospitalisation, ainsi que le cas échéant à l autorité de tarification compétente pour les services ou activités retracées dans un compte de résultat prévisionnel annexe.. Article R Le directeur d établissement est entendu, à sa demande, par le directeur de l agence régionale de l hospitalisation avant qu il prenne les décisions mentionnées à l article R du code de la sécurité sociale et à l article R du présent code. Ss-section 3 : Présentation et vote de l état des prévisions de recettes et de dépenses Article R L état des prévisions de recettes et de dépenses de l établissement public de santé est l'acte par lequel sont prévues et autorisées ses recettes et ses dépenses annuelles. Il détermine les recettes prévisionnelles dans les conditions fixées au premier alinéa de l article L Le modèle des documents de présentation de l état des prévisions de recettes et de dépenses et de ses annexes est fixé par arrêté des ministres chargés du budget, de la santé et de la sécurité sociale. Les prévisions de recettes et de dépenses sont votées par le conseil d'administration sur proposition du

6 la santé et de la sécurité sociale. Les autorisations de dépenses et les prévisions de recettes sont votées par le conseil d'administration sur proposition du directeur selon les modalités définies aux articles R à R et dans le respect des conditions d'équilibre réel définies à l'article R Les autorisations de dépenses et les prévisions de recettes par groupes fonctionnels, inscrites au budget, peuvent faire l'objet de décisions modificatives. Cellesci sont soumises à délibération du conseil d'administration, sur proposition du directeur de l'établissement ou à la demande de l'autorité administrative mentionnée à l'article R en application de l'article L Les décisions modificatives sont transmises au plus tard le 31 janvier suivant l'exercice auquel elles se rapportent à l'autorité administrative mentionnée à l'article R Les décisions modificatives intégrant une modification de la dotation annuelle de financement peuvent entraîner une révision des tarifs de prestations mentionnés à l'article L du code de la sécurité sociale. Toute dépense nouvelle résultant d'une délibération du conseil d'administration exécutoire de plein droit ne peut être engagée que dans la mesure où elle n'a pas pour effet de modifier le montant d'un ou plusieurs des groupes fonctionnels du dernier budget rendu exécutoire art. R Pour être voté en équilibre réel, le budget doit remplir les trois conditions suivantes : 1. La section d'investissement et chacune des sections d'exploitation, présentées selon les modalités prévues aux articles R à R , doivent être votées en équilibre, sous réserve des opérations relatives à la régularisation des procédures de mise en recouvrement des produits de l'activité hospitalière mentionnés au 2 de l'article R , qui font santé et de la sécurité sociale. Les autorisations de dépenses et les prévisions de recettes sont votées par le conseil d'administration sur proposition du directeur selon les modalités définies aux articles R à R et dans le respect des conditions d'équilibre réel définies à l'article R Les autorisations de dépenses et les prévisions de recettes par groupes fonctionnels, inscrites au budget, peuvent faire l'objet de décisions modificatives. Celles-ci sont soumises à délibération du conseil d'administration, sur proposition du directeur de l'établissement ou à la demande du directeur de l agence régionale de l hospitalisation en application de l'article L Les décisions modificatives intégrant une modification de la dotation annuelle de financement sont transmises au plus tard le 31 janvier suivant l'exercice auquel elles se rapportent au directeur de l agence régionale de l hospitalisation. Les décisions modificatives peuvent entraîner une révision des tarifs de prestations mentionnés à l'article L du code de la sécurité sociale. Toute dépense nouvelle résultant d'une délibération du conseil d'administration exécutoire de plein droit ne peut être engagée que dans la mesure où elle n'a pas pour effet de modifier le montant d'un ou plusieurs des groupes fonctionnels du dernier budget rendu exécutoire. Article R Pour être voté en équilibre réel, le budget doit remplir les trois conditions suivantes : 1 La section d'investissement et chacune des sections d'exploitation, présentées selon les modalités prévues aux articles R à R , doivent être votées en équilibre, sous réserve des opérations relatives à la régularisation des procédures de mise en recouvrement des produits de l'activité hospitalière mentionnés au 2 de l'article R , qui font l'objet 6 directeur selon les modalités définie aux articles R à R et dans le respect des conditions définies à l'article R L état des prévisions de recettes et de dépenses, peut, en tant que de besoin, faire l'objet de décisions modificatives. Celles-ci sont soumises à délibération du conseil d'administration, sur proposition du directeur de l'établissement ou à la demande du directeur de l agence régionale de l hospitalisation en application de l'article L Les décisions modificatives sont transmises au plus tard le 31 décembre de l exercice auquel elles se rapportent au directeur de l agence régionale de l hospitalisation. Les décisions modificatives intégrant une modification de la dotation annuelle de financement peuvent entraîner une révision des tarifs de prestations mentionnés à l'article L du code de la sécurité sociale. Article R L état des prévisions de recettes et de dépenses doit remplir les conditions suivantes : 1. Chacun des comptes de résultat prévisionnels est présenté en équilibre. Toutefois le compte de résultat prévisionnel principal et les comptes de résultat prévisionnels annexes des activités mentionnées au 1 de l article R peuvent être présentés en excédent ; 2. Les recettes et dépenses sont évaluées de façon

7 l'objet d'une présentation spécifique dans des conditions fixées par arrêté des ministres chargés de la santé et du budget ; 2. Les recettes et dépenses doivent être évaluées de façon sincère ; 3. Le remboursement de la dette en capital ne doit pas être couvert par le produit des emprunts, sauf dans le cas de renégociation art. R Les activités assurées par les établissements de santé publics sont retracées dans le cadre d'un budget unique, intitulé budget général, à l'exception des opérations d'exploitation concernant les activités ou services suivants qui sont, pour chacun d'eux, obligatoirement retracées dans un budget annexe : a) Exploitation de la dotation non affectée aux services hospitaliers ; b) Les unités de soins de longue durée mentionnées au 2 de l'article L ; c) les écoles et instituts de formations mentionnés aux articles L , L et L ; d) Chacune des activités mentionnées à l article L ; e) Les activités de lutte contre l'alcoolisme mentionnées à l'article L ; f) Les structures pour toxicomanes mentionnées à l'article L Aucun de ces budgets annexes ne peut recevoir de subvention d'équilibre du budget général. Le budget annexe des écoles et instituts mentionné au c est soumis aux règles applicables au budget de l établissement public de santé de rattachement sous d'une présentation particulière dans des conditions fixées par arrêté des ministres chargés du budget et de la santé ; 2 Les recettes et dépenses doivent être évaluées de façon sincère ; 3 Le remboursement de la dette en capital ne doit pas être couvert par le produit des emprunts, sauf dans le cas de renégociation. Article R Les activités assurées par les établissements publics de santé sont retracées dans le cadre d'un budget unique, intitulé budget général, à l'exception des opérations d'exploitation concernant les activités ou services suivants qui sont, pour chacun d'eux, obligatoirement retracées dans un budget annexe : 1 Exploitation de la dotation non affectée aux services hospitaliers ; 2 Les unités de soins de longue durée mentionnés au 2 de l'article L ; 3 Les écoles et instituts de formations mentionnés aux articles L , L et L ; 4 Chacune des activités mentionnées à l article L ; 5 Les activités de lutte contre l'alcoolisme mentionnées à l'article L ; 6 Les structures pour toxicomanes mentionnées à l'article L Aucun de ces budgets annexes ne peut recevoir de subvention d'équilibre du budget général. Le budget annexe des écoles et instituts mentionné au 3 est soumis aux règles applicables au budget de l établissement public de santé de rattachement sous 7 sincère ; 3. Les recettes du tableau de financement prévisionnel mentionné au 3 de l article R , à l'exclusion du produit des emprunts, sont suffisantes pour couvrir le remboursement en capital des annuités d'emprunt à échoir au cours de l'exercice. Par dérogation au 1, le compte de résultat prévisionnel principal peut prévoir un déficit si le prélèvement sur le fonds de roulement qui résulte du tableau de financement prévisionnel est compatible avec la situation financière et patrimoniale de l établissement et avec le plan global de financement pluriannuel annexé à l état des prévisions de recettes et de dépenses. Article R Les dépenses et les recettes imputables aux activités assurées par les établissements publics de santé sont retracées dans le cadre d'un état des prévisions de recettes et de dépenses unique. Toutefois font l objet d un compte de résultat prévisionnel annexe les opérations d exploitation concernant chacun des services ou activités suivants: 1 Exploitation de la dotation non affectée aux services hospitaliers et des services industriels et commerciaux mentionnés à l article L ; 2 Les unités de soins de longue durée mentionnées au 2º de l'article L ; 3 Les écoles et instituts de formations mentionnés aux articles L , L et L ; 4 Les activités mentionnés à l'article L ; 5 Les activités de lutte contre l'alcoolisme mentionnées à l'article L ; 6 Les structures pour toxicomanes mentionnées à l'article L Aucun de ces comptes de résultat annexes ne peut recevoir de subvention d'équilibre du compte de résultat principal. Le compte de résultat prévisionnel annexe mentionné

8 réserve des adaptations prévues au paragraphe 10 de la présentes sous-section. art. R Le budget général des établissements de santé publics est présenté en deux sections : a) Dans la première section sont prévues et autorisées les opérations d'investissement se rapportant à l'ensemble des activités de l'établissement ; b) Dans la seconde section sont prévues et autorisées les opérations d'exploitation, à l'exclusion de celles qui sont retracées dans un budget annexe. art. R La section d'investissement du budget général est présentée conformément aux groupes fonctionnels suivants : 1 En dépenses : - groupe 1 : remboursement de la dette ; - groupe 2 : immobilisations ; - groupe 3 : reprise sur provisions ; - groupe 4 : autres dépenses. 2 En recettes : - groupe 1 : emprunts ; - groupe 2 : amortissements ; - groupe 3 : provisions ; - groupe 4 : autres recettes. réserve des adaptations prévues à la sous-section 8 de la présente section. Article R Le budget général des établissements publics de santé est présenté en deux sections : 1 Dans la première section sont prévues et autorisées les opérations d'investissement se rapportant à l'ensemble des activités de l'établissement ; 2 Dans la seconde section sont prévues et autorisées les opérations d'exploitation, à l'exclusion de celles qui sont retracées dans un budget annexe. Article R La section d'investissement du budget général est présentée conformément aux groupes fonctionnels suivants : 1 En dépenses : a) groupe 1 : remboursement de la dette ; b) groupe 2 : immobilisations ; c) groupe 3 : reprise sur provisions ; d) groupe 4 : autres dépenses. 2 En recettes : a) groupe 1 : emprunts ; b) groupe 2 : amortissements ; c) groupe 3 : provisions ; d) groupe 4 : autres recettes. 8 au 3 est soumis aux règles budgétaires et comptables de l établissement de rattachement sous réserve des adaptations prévues à la sous-section 8 de la présente section. Article R L état des prévisions de recettes et de dépenses des établissements publics de santé se compose : 1 D un compte de résultat prévisionnel principal dans lequel sont prévues et autorisées les opération d exploitations, à l'exclusion de celles qui sont retracées dans un compte de résultat prévisionnel annexe. 2 D un compte de résultat prévisionnel annexe, pour chacune des activités mentionnées à l article R , dans lequel sont prévues et autorisées les opérations d exploitation. 3 D un tableau de financement prévisionnel dans lequel sont prévues et autorisées les opérations d'investissement se rapportant à l'ensemble des services et activités de l'établissement. Le résultat prévisionnel des comptes de résultats prévisionnels est repris dans un tableau de calcul de la capacité d autofinancement prévisionnelle, laquelle apparaît dans le tableau de financement. Article R Les crédits inscrits à l état des prévisions de recettes et de dépenses présentent un caractère évaluatif, à l exception de ceux inscrits sur une liste de chapitres, fixée par arrêté des ministres chargés de la santé, de la sécurité sociale et du budget qui présentent un caractère limitatif. Sans préjudice des dispositions du premier alinéa, le caractère évaluatif des crédits inscrits aux comptes de résultat prévisionnels annexes des services et activités mentionnés aux 2 à 6 de l article R s apprécie dans la limite du respect du total des crédits ouverts en charges d exploitation. Lorsque, en application du troisième alinéa de l article L ou de l article L *, le directeur de l agence régionale de l hospitalisation

9 art. R La section d'exploitation du budget général est présentée conformément aux groupes fonctionnels suivants : 1 En dépenses : - groupe 1 : charges d'exploitation relatives au personnel ; - groupe 2 : charges d'exploitation à caractère médical ; - groupe 3 : charges d'exploitation à caractère hôtelier et général ; - groupe 4 : amortissements, provisions, charges financières et exceptionnelles. 2 En recettes : - groupe 1 : produits versés par l assurance maladie ; - groupe 2 : produits de l'activité hospitalière ; - groupe 3 : autres produits ; - groupe 4 : transfert de charges. art. R Les budgets annexes cités à l'article R sont présentés conformément aux groupes fonctionnels suivants : 1 Pour la dotation non affectée : a) En dépenses : - groupe 1 : charges d'exploitation relatives au personnel ; - groupe 2 : autres charges d'exploitation. b) En recettes : - groupe 1 : produits de la dotation non affectée ; - groupe 2 : reprise sur amortissements et Article R La section d'exploitation du budget général est présentée conformément aux groupes fonctionnels suivants : 1 En dépenses : a) groupe 1 : charges d'exploitation relatives au personnel ; b) groupe 2 : charges d'exploitation à caractère médical ; c) groupe 3 : charges d'exploitation à caractère hôtelier et général ; d) groupe 4 : amortissements, provisions, charges financières et exceptionnelles. 2 En recettes : a) groupe 1 : produits versés par l assurance maladie ; b) groupe 2 : produits de l'activité hospitalière ; c) groupe 3 : autres produits ; d) groupe 4 : transfert de charges. Article R Les budgets annexes cités à l'article R sont présentés conformément aux groupes fonctionnels suivants : 1 Pour la dotation non affectée : a) En dépenses : - groupe 1 : charges d'exploitation relatives au personnel ; - groupe 2 : autres charges d'exploitation ; b) En recettes : - groupe 1 : produits de la dotation non affectée ; - groupe 2 : reprise sur amortissements et provisions, 9 arrête l état des prévisions de recettes et de dépenses, le caractère limitatif des crédits s apprécie au niveau de chaque chapitre. Le contrôle de la disponibilité des crédits limitatifs par le comptable s effectue au niveau de chacun des chapitres. NB : * suite à l ordonnance du 1 er septembre 2005 il s agit dorénavant du L ABROGE Article R Pour les activités relevant du I de l'article L du code de l'action sociale et des familles, à l'exception des unités de soins de longue durée et des établissements relevant du I de l'article L du même code ou de l'article 5 de la loi nº du 20 juillet 2001 relative à la prise en charge de la perte d autonomie des personnes âgées et à l allocation personnalisée d autonomie, les comptes de résultats prévisionnels annexes sont présentés par titres dont la composition est conforme aux groupes fonctionnels fixés par l'arrêté pris pour l'application de l'article L du même

10 provisions, transfert de charges. 2 Pour les unités de soins de longue durée et les établissements relevant du I de l'article L du code de l'action sociale et des familles ou de l'article 5 de la loi n du 20 juillet 2001: a) En dépenses, selon une présentation identique à celle du budget général. b) En recettes : - groupe 1 : produits afférents aux soins; - groupe 2 : produits afférents à la dépendance ; - groupe 3 : produits de l'hébergement ; - groupe 4 : autres produits. art. R alinéas 1 et 2 Pour la section d'investissement du budget général définie à l'article R , les propositions de dépenses et les prévisions de recettes présentées au vote du conseil d'administration font apparaître distinctement les dotations applicables aux opérations en cours et celles applicables aux opérations nouvelles. Les propositions de dépenses et les prévisions de recettes relatives à la réalisation, sur l'exercice concerné, des opérations inscrites dans les programmes d'investissement mentionnés au 2 de l'article L sont retracées dans ce cadre. art. R alinéa 3 Pour la section d'exploitation du budget général et les budgets annexes définis aux articles R et R , les propositions de dépenses et les prévisions de recettes présentées au vote du conseil d'administration font apparaître distinctement les dotations relatives à la poursuite de l'exécution des missions dans les conditions approuvées l'année précédente et les mesures nouvelles, notamment celles relatives à la mise en oeuvre des différentes actions prévues aux articles L et L Art. R Le directeur répartit les dépenses et les recettes transfert de charges ; 2 Pour les unités de soins de longue durée et les établissements relevant du I de l'article L du code de l'action sociale et des familles ou de l'article 5 de la loi n du 20 juillet 2001 relative à la prise en charge de la perte d'autonomie des personnes âgées et à l'allocation personnalisée d'autonomie : a) En dépenses, selon une présentation identique à celle du budget général ; b) En recettes : - groupe 1 : produits afférents aux soins ; - groupe 2 : produits afférents à la dépendance ; - groupe 3 : produits de l'hébergement ; - groupe 4 : autres produits. Article R Pour la section d'investissement du budget général définie à l'article R , les propositions de dépenses et les prévisions de recettes présentées au vote du conseil d'administration font apparaître distinctement les dotations applicables aux opérations en cours et celles applicables aux opérations nouvelles. Les propositions de dépenses et les prévisions de recettes relatives à la réalisation, sur l'exercice concerné, des opérations inscrites dans les programmes d'investissement sont retracées dans ce cadre. Article R Pour la section d'exploitation du budget général et les budgets annexes définis aux articles R et R , les propositions de dépenses et les prévisions de recettes présentées au vote du conseil d'administration font apparaître distinctement les dotations relatives à la poursuite de l'exécution des missions dans les conditions approuvées l'année précédente et les mesures nouvelles, notamment celles relatives à la mise en oeuvre des différentes actions prévues aux articles L et L Article R Le directeur répartit les dépenses et les recettes code, sous réserve des reclassements comptables rendus nécessaires par le plan comptable des établissements publics de santé. Article R Les prévisions de recettes et de dépenses relatives à la réalisation, sur l'exercice concerné, des opérations inscrites dans les programmes d'investissement mentionnés à l'article L sont retracées dans le tableau de financement prévisionnel défini à l article R Article R Pour les comptes de résultat prévisionnel, principal et annexes, définis à l article R , les prévisions de recettes et de dépenses présentées au vote du conseil d'administration font apparaître distinctement les dotations relatives à la poursuite de l'exécution des missions dans les conditions approuvées l'année précédente et les mesures nouvelles. Article R Le tableau de financement prévisionnel et chacun des 10

11 approuvées entre les comptes de chaque groupe fonctionnels. Cette répartition intervient dans un délai de quinze jours à compter de la décision motivée, prévue à l article L , prise par l autorité administrative mentionnée à l article R Elle s effectue selon les comptes définis dans la nomenclature fixée par le décret prévu au deuxième alinéa de l article L Ces comptes déterminent le niveau du contrôle de la disponibilité des crédits exercé par le comptable. Le conseil d administration est informé de cette répartition en sa plus prochaine séance. art. R Sont annexés au projet de budget soumis au conseil d'administration les documents suivants : 1. Le rapport du directeur de l'établissement justifiant les propositions de dépenses et les prévisions de recettes ; 2. L'avis de la commission médicale d'établissement ; 3. L'avis du comité technique d'établissement ; 4. Le tableau des emplois permanents visé à l'article L ; 5. Un état de répartition des charges par catégorie tarifaire conformément aux articles R , R et R , accompagné des propositions de tarifs de prestations. art. R Le tableau des emplois permanents fait apparaître, pour le budget général et chacun des budgets annexes, le nombre par grade ou qualification des emplois dont la rémunération est prévue au budget. Le modèle du tableau des emplois permanents est fixé par arrêté des ministres chargés de la santé, de la sécurité approuvées entre les comptes de chaque groupe fonctionnels. Cette répartition intervient dans un délai de quinze jours suivant la date à laquelle le budget dévient exécutoire. Ces comptes déterminent le niveau du contrôle de la disponibilité des crédits exercé par le comptable. Le conseil d administration est informé de cette répartition en sa plus prochaine séance. Article R Sont annexés au projet de budget soumis au conseil d'administration les documents suivants : 1 Le rapport du directeur de l'établissement justifiant les propositions de dépenses et les prévisions de recettes ; 2 L'avis de la commission médicale d'établissement ; 3 L'avis du comité technique d'établissement ; 4 Le tableau des emplois permanents ; 5 Un état de répartition des charges par catégorie tarifaire conformément aux articles R , R et R , accompagné des propositions de tarifs de prestations. Article R Le tableau des emplois permanents fait apparaître, pour le budget général et chacun des budgets annexes, le nombre par grade ou qualification des emplois dont la rémunération est prévue au budget. Le modèle du tableau des emplois permanents est fixé par arrêté des ministres chargés du budget, de la santé et comptes de résultats prévisionnels sont présentés sous forme synthétique, par titres, et détaillée, par chapitres. Article R Sont annexés à l état des prévisions de recettes et de dépenses soumis au conseil d administration les documents suivants : 1. Le rapport de présentation établi par le directeur de l établissement analysant les équilibres généraux, explicitant les hypothèses retenues en dépenses et en recettes et retraçant les principales évolutions par rapport à l année précédente ; 2. L'avis de la commission médicale d'établissement ; 3. L'avis du comité technique d'établissement ; 4. Le tableau prévisionnel des effectifs rémunérés ; 5. Un état de répartition des charges par catégorie tarifaire conformément aux articles R et R , accompagné des propositions de tarifs de prestations mentionnés à l article L du code de la sécurité sociale ; 6. L état actualisé du plan global de financement pluriannuel mentionné à l article L Article R Le tableau prévisionnel des effectifs rémunérés fait apparaître pour chacun des comptes de résultats prévisionnels et par grade, qualification ou statut, l effectif du personnel médical et non médical dont la rémunération est inscrite à l état des prévisions de recettes et de dépenses. Il fait apparaître 11

12 sociale et du budget. de la sécurité sociale. distinctement le montant des crédits affectés aux emplois permanents et ceux affectés aux emplois temporaires. Sous-section 4 : Tarifs de prestations et dotation Sous-section 4 : Tarifs de prestations et dotation art. R Les tarifs de prestations institués à l'article L du code de la sécurité sociale sont établis pour : a) L'hospitalisation complète en régime commun, au moins pour chacune des catégories suivantes : - services spécialisés ou non ; - services de spécialités coûteuses ; - services de spécialités très coûteuses ; - services de suite et de réadaptation ; - unités de soins de longue durée pour ce qui concerne les soins ; b) Les modes de prise en charge alternatifs à l'hospitalisation, au moins pour chacune des catégories suivantes : - l'hospitalisation à temps partiel ; - la chirurgie ambulatoire ; - l'hospitalisation à domicile ; c) Les interventions du service mobile de secours et de soins d'urgence. art. R Sans préjudice des dispositions prévues aux articles R et R , les tarifs de prestations mentionnés aux a et b de l'article R , à l'exception de ceux relatifs aux unités de soins de longue durée, sont obtenus, pour chaque catégorie tarifaire, en divisant le prix de revient prévisionnel par le nombre de journées d'hospitalisation prévues, après déduction des produits ne résultant pas de la facturation des tarifs de prestations. Le prix de revient prévisionnel est égal à la totalité des dépenses d'exploitation comprenant : a) Les charges directes ; b) Les charges des consommations d'actes, de biens et de services médicaux sur la base de leur prix d'achat annuelle de fonctionnement Article R Les tarifs de prestations institués à l'article L du code de la sécurité sociale sont établis pour : 1 L'hospitalisation complète en régime commun, au moins pour chacune des catégories suivantes : a) Services spécialisés ou non ; b) Services de spécialités coûteuses ; c) Services de spécialités très coûteuses ; d) Services de suite et de réadaptation ; e) Unités de soins de longue durée pour ce qui concerne les soins ; 2 Les modes de prise en charge alternatifs à l'hospitalisation, au moins pour chacune des catégories suivantes : a) L hospitalisation à temps partiel ; b) La chirurgie ambulatoire ; c) L'hospitalisation à domicile ; 3 Les interventions du service mobile de secours et de soins d'urgence. Article R Sans préjudice des dispositions des articles R et R , les tarifs de prestations mentionnés aux 1 et 2 de l'article R , à l'exception de ceux relatifs aux unités de soins de longue durée, sont obtenus, pour chaque catégorie tarifaire, en divisant le prix de revient prévisionnel par le nombre de journées d'hospitalisation prévues, après déduction des produits ne résultant pas de la facturation des tarifs de prestations. Le prix de revient prévisionnel est égal à la totalité des dépenses d'exploitation comprenant : 1 Les charges directes ; 2 Les charges des consommations d'actes, de biens et de services médicaux sur la base de leur prix d'achat annuelle de fonctionnement Article R Pour les activités de soins de suite et de réadaptation, de soins de longue durée, de psychiatrie ainsi que pour les activités de médecine des hôpitaux locaux, les tarifs de prestations mentionnés à l article L du code de la sécurité sociale sont établis pour au moins chacune des catégories suivantes : 1 L hospitalisation complète en régime commun en distinguant ; a) services spécialisés ou non ; b) services de suite et de réadaptation ; c) unités de soins de longue durée pour ce qui concerne le soins ; 2 L hospitalisation à temps partiel ; 3 L hospitalisation à domicile. Article R Les tarifs de prestations mentionnés aux 1 et 2 de l'article R , à l'exception de ceux relatifs aux unités de soins de longue durée, sont obtenus, pour chaque catégorie tarifaire, en divisant le coût de revient prévisionnel par le nombre de journées d'hospitalisation prévues, après déduction des produits ne résultant pas de la facturation des tarifs de prestations. Le coût de revient prévisionnel est égal à la totalité des dépenses d'exploitation des sections tarifaires concernées comprenant : a) Les charges directes ; b) Les charges des consommations d'actes, de biens et de services médicaux sur la base de leur prix d'achat ou, à défaut, de leur coût de revient ; 12

13 ou, à défaut, de leur prix de revient ; c) Les autres charges de la section d'exploitation du budget général qui ne sont pas couvertes par des ressources propres, réparties entre les catégories tarifaires proportionnellement au nombre de journées prévues dans chaque catégorie. art. R Les tarifs de prestations relatifs aux spécialités très coûteuses peuvent être fixés par arrêtés des ministres chargés de la santé et de la sécurité sociale, sur la base des coûts par pathologies déterminés dans un échantillon d'établissement représentatifs. Ces tarifs s'appliquent aux établissements après accord du conseil d'administration. art. R Les tarifs de prestations relatifs aux interventions du service mobile de secours et de soins d'urgence, lorsque celui-ci est appelé pour prodiguer des soins d'urgence, sont fixés dans les conditions suivantes : 1 Pour les déplacements terrestres, les sorties sont tarifées par période de trente minutes d'intervention de l'équipe médicale auprès du patient. Chaque période de trente minutes entamée est décomptée en totalité. 2 Pour les déplacements aériens, les sorties sont tarifées par minute d'intervention de l'équipe médicale auprès du patient. Les tarifs sont calculés selon les modalités définies à l'article R sur la base du nombre d'unités d'œuvre définies à l'alinéa précédent. art. R La participation du service mobile de secours et de soins d'urgence à la couverture médicale des grands rassemblements, au sens de l'article 5 du décret n du 16 décembre 1987, fait l'objet d'une facturation spécifique dans le cadre d'une convention passée entre l'établissement public de santé et les parties prenantes. art. R Le tarif de prestations afférent à l'hospitalisation des ou, à défaut, de leur prix de revient ; 3 Les autres charges de la section d'exploitation du budget général qui ne sont pas couvertes par des ressources propres, réparties entre les catégories tarifaires proportionnellement au nombre de journées prévues dans chaque catégorie. Article R Les tarifs de prestations relatifs aux spécialités très coûteuses peuvent être fixés par arrêtés des ministres chargés de la santé et de la sécurité sociale, sur la base des coûts par pathologie déterminés dans un échantillon d'établissement représentatifs. Ces tarifs s'appliquent aux établissements après accord du conseil d'administration. Article R Les tarifs de prestations relatifs aux interventions du service mobile de secours et de soins d'urgence, lorsque celui-ci est appelé pour prodiguer des soins d'urgence, sont fixés dans les conditions suivantes : 1 Pour les déplacements terrestres, les sorties sont tarifées par période de trente minutes d'intervention de l'équipe médicale auprès du patient. Chaque période de trente minutes entamée est décomptée en totalité. 2 Pour les déplacements aériens, les sorties sont tarifées par minute d'intervention de l'équipe médicale auprès du patient. Les tarifs sont calculés selon les modalités définies à l'article R , sur la base du nombre d'unités d'œuvre définies aux 1 et 2 du présent article. Article R La participation du service mobile de secours et de soins d'urgence à la couverture médicale des grands rassemblements, au sens de l'article R , fait l'objet d'une facturation particulière dans le cadre d'une convention passée entre l'établissement public de santé et les parties prenantes. Article R Le tarif de prestations afférent à l'hospitalisation des c) Les autres charges du compte de résultat prévisionnel principal qui ne sont pas couvertes par des ressources propres, réparties entre les catégories tarifaires proportionnellement au nombre de journées prévues dans chaque catégorie. ABROGE ABROGE Article R La mobilisation spécifique et la participation de tous moyens hospitaliers dont le service mobile de secours et de soins d'urgence à la couverture médicale des grands rassemblements, au sens de l'article 5 du décret nº du 16 décembre 1987, font l'objet d'une facturation spécifique dans le cadre d'une convention passée entre l'établissement public de santé et les parties prenantes. ABROGE 13

14 personnes hospitalisées admises sur leur demande en régime particulier, tel qu'il est défini par l'article R , est égal au tarif de prestations fixé pour les malades du régime commun majoré au plus de 50 p. 100 du tarif moyen calculé toutes disciplines confondues. art. R Les tarifs de prestations ne sont pas applicables aux journées pour lesquelles les personnes hospitalisées ont obtenu une permission de sortie accordée au titre de l'article 54 du décret n du 14 janvier décret n du 8 juillet 1982 art. 2 Aucun paiement d'honoraire ne pourra être réclamé aux malades hospitalisés, en sus du prix de journée, sauf pour les actes pratiqués dans le secteur privé des praticiens à temps plein et en clinique ouverte art. R Dans le délai de quinze jours suivant la publication de l'arrêté prévu au deuxième alinéa de l'article R du code de la sécurité sociale, le directeur de l'agence régionale de l'hospitalisation arrête le montant de la dotation annuelle de financement mentionnée à l'article L du code de la sécurité sociale, dans le respect du montant de la dotation régionale fixée en application des dispositions de l'article L du même code, en tenant compte des éléments suivants : 1 La dotation annuelle de financement de l'année précédente, déduction faite des allocations de ressources strictement imputables à cette année ; 2 Les orientations du schéma régional d'organisation sanitaire et les priorités de la politique de santé ; 3 Le projet d'établissement mentionné à l'article L ; 4 Le contrat pluriannuel d'objectifs et de moyens et son exécution ; 5 Les prévisions d'évolution de l'activité ; 6 Les modifications relatives aux capacités et à la nature des activités autorisées ; personnes admises sur leur demande en régime particulier, tel qu'il est défini par l'article R est égal au tarif de prestations fixé pour les malades du régime commun majoré au plus de 50 p. 100 du tarif moyen calculé toutes disciplines confondues. Article R Les tarifs de prestations ne sont pas applicables aux journées pour lesquelles les personnes hospitalisées ont obtenu une permission de sortie accordée au titre de l'article R Article R Aucun paiement d'honoraire ne peut être réclamé aux malades hospitalisés, en sus du tarif de prestation ou de séjour, sauf pour les actes pratiqués dans le secteur privé des praticiens à temps plein et dans les structures médicales prévues à l article L Article R Dans le délai de quinze jours suivant la publication de l'arrêté prévu au deuxième alinéa de l'article R du code de la sécurité sociale, le directeur de l'agence régionale de l'hospitalisation arrête le montant de la dotation annuelle de financement mentionnée à l'article L du code de la sécurité sociale, dans le respect du montant de la dotation régionale fixée en application des dispositions de l'article L du même code, en tenant compte des éléments suivants : 1 La dotation annuelle de financement de l'année précédente, déduction faite des allocations de ressources strictement imputables à cette année ; 2 Les orientations du schéma régional d'organisation sanitaire et les priorités de la politique de santé ; 3 Le projet d'établissement mentionné à l'article L ; 4 Le contrat pluriannuel d'objectifs et de moyens et son exécution ; 5 Les prévisions d'évolution de l'activité ; 6 Les modifications relatives aux capacités et à la nature des activités autorisées ; 14 Article R Les tarifs de prestations ne sont pas applicables aux journées pour lesquelles les personnes hospitalisées ont obtenu une permission de sortie accordée au titre de l'article R Article R Aucun paiement d'honoraire ne peut être réclamé aux malades hospitalisés, en sus du tarif de prestation ou de séjour, sauf pour les actes pratiqués dans le secteur privé des praticiens à temps plein et dans les structures médicales prévues à l article L Article R Dans le délai de quinze jours suivant la publication de l'arrêté prévu au deuxième alinéa de l'article R du code de la sécurité sociale, le directeur de l'agence régionale de l'hospitalisation arrête le montant de la dotation annuelle de financement mentionnée à l'article L du code de la sécurité sociale, dans le respect du montant de la dotation régionale fixée en application des dispositions de l'article L du même code, en tenant compte des éléments suivants : 1 La dotation annuelle de financement de l'année précédente, déduction faite des allocations de ressources strictement imputables à cette année ; 2 Les orientations du schéma régional d'organisation sanitaire et les priorités de la politique de santé ; 3 Le projet d'établissement mentionné à l'article L ; 4 Le contrat pluriannuel d'objectifs et de moyens et son exécution ; 5 Les prévisions d'évolution de l'activité ; 6 Les modifications relatives aux capacités et à la nature des activités autorisées ;

15 7 Les conséquences financières des modifications législatives et réglementaires relatives à la participation de l'assuré ; 8 Les coûts de l'établissement au regard des coûts des autres établissements de la région et de la France entière, appréciés en tenant compte d'éventuels facteurs spécifiques de coûts qui modifient de manière manifeste, permanente et substantielle le prix de revient de certaines prestations. Le montant de la dotation annuelle de financement tient également compte des modifications notables de la proportion de patients non assurés sociaux accueillis dans l'établissement et des évolutions de recettes liées aux modifications de la proportion d'assurés sociaux accueillis dans l'établissement dont la participation est limitée ou supprimée. art. R dernier alinéa Toutefois, ne constituent pas une charge d'exploitation les honoraires des médecins exerçant dans les structures d hospitalisation prévues à l article L , ni les honoraires perçus par les praticiens hospitaliers à temps plein au titre de leur activité libérale. art. R Sous réserve des dispositions prises en application du de l'article L , le contrôle de l'etat prévu par l'article L est exercé par le directeur de l agence régionale de l hospitalisation. 7 Les conséquences financières des modifications législatives et réglementaires relatives à la participation de l'assuré ; 8 Les coûts de l'établissement au regard des coûts des autres établissements de la région et de la France entière, appréciés en tenant compte d'éventuels facteurs spécifiques de coûts qui modifient de manière manifeste, permanente et substantielle le prix de revient de certaines prestations. Le montant de la dotation annuelle de financement tient également compte des modifications notables de la proportion de patients non assurés sociaux accueillis dans l'établissement et des évolutions de recettes liées aux modifications de la proportion d'assurés sociaux accueillis dans l'établissement dont la participation est limitée ou supprimée. Article R Ne constituent pas une charge d'exploitation les honoraires des médecins exerçant dans les structures d hospitalisation prévue à l article L , ni les honoraires perçus par les praticiens hospitaliers à temps plein au titre de leur activité libérale. Ss-section 5 : Approbation, exécution et contrôle du budget Article R Sous réserve des dispositions prises en application de l'article L , le contrôle de l'etat prévu par l'article L est exercé en matière budgétaire par le directeur de l agence régionale de l hospitalisation. 7 Les conséquences financières des modifications législatives et réglementaires relatives à la participation de l'assuré ; 8 Les coûts de l'établissement au regard des coûts des autres établissements de la région et de la France entière, appréciés en tenant compte d'éventuels facteurs spécifiques de coûts qui modifient de manière manifeste, permanente et substantielle le prix de revient de certaines prestations. Le montant de la dotation annuelle de financement tient également compte des modifications notables de la proportion de patients non assurés sociaux accueillis dans l'établissement et des évolutions de recettes liées aux modifications de la proportion d'assurés sociaux accueillis dans l'établissement dont la participation est limitée ou supprimée. La décision du directeur de l agence régionale de l hospitalisation est motivée. Article R Ne constituent pas une charge d'exploitation les honoraires des médecins exerçant dans les structures d hospitalisation prévue à l article L , ni les honoraires perçus par les praticiens hospitaliers à temps plein au titre de leur activité libérale. Ss-section 5 : Approbation, exécution et contrôle de l état des prévisions de recettes et de dépenses Article R Sous réserve des dispositions prises en application de l'article L , le contrôle de l'etat prévu par l'article L est exercé en matière budgétaire par le directeur de l agence régionale de l hospitalisation. art. R Le budget et les propositions de tarifs mentionnés à l'article L du code de la sécurité sociale sont votés par le conseil d'administration et transmis au plus tard le 15 mars de l'année à laquelle ils se rapportent à l'autorité administrative mentionnée à l'article R Article R Le budget et les propositions de tarifs mentionnés à l'article L du code de la sécurité sociale sont votés par le conseil d'administration et transmis au plus tard le 15 mars de l'année à laquelle ils se rapportent au directeur de l agence régionale de l hospitalisation. Il est accompagné des documents mentionnés à l'article 15 Article R L état des prévisions de recettes et de dépenses et les propositions de tarifs mentionnés à l'article L du code de la sécurité sociale sont votés par le conseil d'administration et transmis au directeur de l agence régionale de l hospitalisation au plus tard le 15 mars de l'année à laquelle ils se rapportent ou dans un délai de

16 Il est accompagné des documents mentionnés à l'article R Les décisions modificatives sont transmises, en vue de leur approbation, à l'autorité administrative mentionnée à l'article R , accompagnées des documents mentionnés aux 1, 2 et 3 de l'article R et, en tant que de besoin, aux 4 et 5 du même article. A défaut d'approbation expresse, si à l'issue d'un délai de trente jours suivant la notification des décisions prévues à l'article R du code de la sécurité sociale et à l'article R du présent code ou d'un délai de trente jours suivant la réception du budget, lorsque cette date est postérieure à la date de notification de ces décisions, l'autorité administrative mentionnée à l'article R n'a pas fait connaître son opposition au projet de budget, il est exécutoire. Il est transmis sans délai au comptable de l'établissement. Le directeur de l'agence régionale de l'hospitalisation arrête les tarifs de prestations mentionnés à l'article L du code de la sécurité sociale dans le délai de 30 jours mentionné à l'article L art. R L'établissement de santé tient à la disposition de l'autorité administrative mentionnée à l'article R les documents et informations nécessaires à l'exercice de son contrôle. La demande de communication de ces documents, autres que ceux prévus à l'article R , ne suspend pas les délais prévus à l'article L art. R L'autorité administrative mentionnée à l'article R R Les décisions modificatives sont transmises, en vue de leur approbation, au directeur de l agence régionale de l hospitalisation, accompagnées des documents mentionnés aux 1, 2 et 3 de l'article R et, en tant que de besoin, aux 4 et 5 du même article. A défaut d'approbation expresse, si à l'issue d'un délai de trente jours suivant la notification des décisions prévues à l'article R du code de la sécurité sociale et à l'article R du présent code ou d'un délai de trente jours suivant la réception du budget lorsque cette date est postérieure à la date de notification de ces décisions, le directeur de l agence régionale de l hospitalisation n a pas fait connaître son opposition au projet de budget, il est exécutoire. Il est transmis sans délai au comptable de l'établissement. Le directeur de l'agence régionale de l'hospitalisation arrête les tarifs de prestations mentionnés à l'article L du code de la sécurité sociale dans le délai de 30 jours mentionné à l'article L Article R L'établissement de santé tient à la disposition du directeur de l agence régionale de l hospitalisation les documents et informations nécessaires à l'exercice de son contrôle. La demande de communication de ces documents, autres que ceux prévus à l'article R , ne suspend pas les délais prévus à l'article L Article R Le directeur de l agence régionale de l hospitalisation jours suivant la notification des décisions mentionnés à l article R du même code et à l article R du présent code, si ce délai expire après le 15 mars. Il est accompagné des documents mentionnés à l'article R Les décisions modificatives sont transmises, en vue de leur approbation, au directeur de l agence régionale de l hospitalisation, accompagnées des documents mentionnés aux 1, 2 et 3 de l'article R et, en tant que de besoin, aux 4, 5 et 6 du même article. A défaut d approbation expresse, si à l'issue d un délai de 30 jours suivant la notification des décisions prévues à l article R du code de la sécurité sociale et à l article R ou d un délai de 30 jours suivant la réception de l état des prévisions de recettes et de dépenses, lorsque cette date est postérieure à la date de notification desdites décisions, le directeur de l agence régionale de l hospitalisation n'a pas fait connaître son opposition au projet d état des prévisions de recettes et de dépenses, il est exécutoire. Il est transmis sans délai au comptable de l'établissement. Les décisions modificatives sont approuvées dans les mêmes conditions. Le directeur de l agence régionale de l hospitalisation arrête les tarifs de prestations mentionnés à l'article L du code de la sécurité sociale dans le délai de 30 jours mentionné au quatrième alinéa. La décision du directeur de l agence régionale de l hospitalisation est motivée Article R L'établissement de santé tient à la disposition du directeur de l agence régionale de l hospitalisation les documents et informations nécessaires à l'exercice de son contrôle. La demande de communication de ces documents, autres que ceux prévus à l'article R , ne suspend pas les délais prévus à l'article R Article R Le directeur de l agence régionale de l hospitalisation

17 3-27 peut s'opposer au projet de budget lorsque celui-ci n'est pas voté en équilibre réel au sens de l'article R ou pour un ou plusieurs des motifs suivants : 1 Les prévisions de recettes ne prennent pas en compte correctement les ressources fixées en application des articles L , L , L , L et L du code de la sécurité sociale ; 2 Les prévisions de recettes sont fondées sur des prévisions d'activités manifestement erronées, portent sur des activités non autorisées ou non prévues par le projet d'établissement mentionné à l'article L , ou sont fondées sur des augmentations d'activités incompatibles avec les objectifs du schéma régional d'organisation sanitaire ou le contrat pluriannuel d'objectifs et de moyens ; 3 Le projet de budget ne tient pas compte des engagements prévus au contrat pluriannuel défini à l'article L et de son exécution ; 4 Les dépenses inscrites au budget ne prennent pas en compte des dépenses obligatoires ; 5 En cas de situation financière dégradée, les mesures de redressement de la situation financière de l'établissement sont insuffisantes. art. R Dans le cas où le budget n'est pas approuvé par l'autorité administrative mentionnée à l'article R , le directeur de l'établissement présente au conseil d'administration un nouveau budget dans un délai de quinze jours. Ce nouvel état est transmis sans délai à cette autorité administrative en vue de son approbation. peut s'opposer au projet de budget lorsque celui-ci n'est pas voté en équilibre réel au sens de l'article R ou pour un ou plusieurs des motifs suivants : 1 Les prévisions de recettes ne prennent pas en compte correctement les ressources fixées en application des articles L , L , L , L et L du code de la sécurité sociale ; 2 Les prévisions de recettes sont fondées sur des prévisions d'activités manifestement erronées, portent sur des activités non autorisées ou non prévues par le projet d'établissement mentionné à l'article L , ou sont fondées sur des augmentations d'activités incompatibles avec les objectifs du schéma régional d'organisation sanitaire ou le contrat pluriannuel d'objectifs et de moyens ; 3 Le projet de budget ne tient pas compte des engagements prévus au contrat pluriannuel défini à l'article L et de son exécution ; 4 Les dépenses inscrites au budget ne prennent pas en compte des dépenses obligatoires ; 5 En cas de situation financière dégradée, les mesures de redressement de la situation financière de l'établissement sont insuffisantes. Article R Dans le cas où le budget n'est pas approuvé par le directeur de l agence régionale de l hospitalisation, le directeur de l'établissement présente au conseil d'administration un nouveau budget. Ce nouvel état est transmis sans délai au directeur de l agence régionale de l hospitalisation en vue de son approbation. 17 peut s'opposer au projet d état des prévisions de recettes et de dépenses lorsque celui-ci n'est pas voté conformément aux dispositions de l'article R ou pour un ou plusieurs des motifs suivants : 1º Les prévisions de recettes excédent les ressources fixées en application des articles L et R du code de la sécurité sociale et R du présent code; 2º Les prévisions de recettes sont fondées sur des prévisions d'activités manifestement erronées, portent sur des activités non autorisées ou non prévues par le projet d'établissement mentionné à l'article L , ou sont fondées sur des augmentations d'activités incompatibles avec les objectifs du schéma régional d'organisation sanitaire ou le contrat pluriannuel d'objectifs et de moyens ; 3º Le projet d état des prévisions de recettes et de dépenses ne tient pas compte des engagements prévus au contrat pluriannuel mentionné ci-dessus et de son exécution ; 4 En cas de prélèvement sur le fonds de roulement ou de situation financière dégradée, les mesures de redressement de la situation financière adoptées par le conseil d administration ne sont pas adaptées Article R Dans le cas où l état des prévisions de recettes et de dépenses n'est pas approuvé par le directeur de l agence régionale de l hospitalisation, le directeur de l'établissement présente au conseil d'administration un nouvel état des prévisions de recettes et de dépenses. Ce nouvel état est transmis sans délai au directeur de l agence régionale de l hospitalisation en vue de son approbation. NB : le délai de quinze jours a été écrasé lors de la codification. Il sera rétabli au plus vite. Article R Sans préjudice des dispositions du deuxième alinéa de l article L , le directeur de l agence régionale de l hospitalisation peut formuler des

18 art. R Les dispositions du premier alinéa de l'article L s'appliquent lorsque le budget n'est pas adopté par le conseil d'administration au plus tard le 15 mars ou dans un délai de trente jours suivant la notification des dotations et forfaits mentionnés à l'article L si ce délai expire après le 15 mars. art. R Lorsque le budget n'est pas encore exécutoire, et sans préjudice des dispositions des articles L et L , l'ordonnateur est autorisé à engager, liquider et ordonnancer les dépenses dans les conditions suivantes : 1 Pour ce qui concerne la section d'investissement : a) Les dépenses afférentes au remboursement en capital des annuités de la dette venant à échéance, ainsi que les dépenses afférentes aux remboursements anticipés d'emprunts ; b) Sur autorisation du conseil d'administration, les dépenses d'investissement, dans la limite du tiers des crédits ouverts, au titre de cette section et dans le cadre du dernier budget exécutoire, sur le groupe 2 (immobilisations) visé au 1 de l'article R ; 2 Pour ce qui concerne la section d'exploitation, les dépenses dans la limite des autorisations de dépenses de ladite section du dernier budget rendu exécutoire. art. R Les tarifs de prestations d'hospitalisation mentionnés à l'article L du code de la sécurité sociale sont facturés dans les conditions en vigueur au moment de la fin du séjour du patient. Dans l'attente de la fixation des tarifs de prestations mentionnés à l'article L du même code et du Article R Les dispositions du premier alinéa de l'article L s'appliquent lorsque le budget n'est pas adopté par le conseil d'administration au plus tard le 15 mars ou dans un délai de trente jours suivant la notification des dotations et forfaits mentionnés à l'article L si ce délai expire après le 15 mars. Article R Lorsque le budget n'est pas encore exécutoire, et sans préjudice des dispositions des articles L et L , l'ordonnateur est autorisé à engager, liquider et ordonnancer les dépenses dans les conditions suivantes : 1 Pour ce qui concerne la section d'investissement : a) Les dépenses afférentes au remboursement en capital des annuités de la dette venant à échéance, ainsi que les dépenses afférentes aux remboursements anticipés d'emprunts ; b) Sur autorisation du conseil d'administration, les dépenses d'investissement, dans la limite du tiers des crédits ouverts, au titre de cette section et dans le cadre du dernier budget exécutoire, sur le groupe 2 (immobilisations) mentionné au 1 de l'article R ; 2 Pour ce qui concerne la section d'exploitation, les dépenses dans la limite des autorisations de dépenses de cette section du dernier budget rendu exécutoire. Article R Les tarifs de prestations d'hospitalisation mentionnés à l'article L du code de la sécurité sociale sont facturés dans les conditions en vigueur au moment de la fin du séjour du patient. Dans l'attente de la fixation des tarifs de prestations mentionnés à l'article L du même code et du observations sur le projet d état des prévisions de recettes et de dépenses sans assortir cet avis d un refus exprès d approbation. Article R Les dispositions du premier alinéa de l'article L * s'appliquent lorsque l état des prévisions de recettes et de dépenses n'est pas adopté par le conseil d'administration au plus tard le 15 mars ou dans un délai de trente jours suivant la notification des dotations et forfaits mentionnés à l'article L si ce délai expire après le 15 mars. NB : * suite à l ordonnance du 1 er septembre 2005 il s agit dorénavant du L Article R Lorsque l état des prévisions de recettes et de dépenses n'est pas encore exécutoire, et sans préjudice des dispositions de l article L *, les opérations de recettes et de dépenses sont effectuées temporairement sur la base de l état des prévisions exécutoire de l exercice précédent. NB : * suite à l ordonnance du 1 er septembre 2005 il s agit dorénavant du L Article R Les tarifs de prestations d'hospitalisation mentionnés à l'article L du code de la sécurité sociale sont facturés dans les conditions en vigueur au moment de la fin du séjour du patient. Dans l'attente de la fixation des tarifs de prestations mentionnés à l'article L du même code et du 18

19 montant des forfaits prévus à l'article L du même code et des dotations prévues aux articles L et L du même code : 1 La caisse chargée du versement des dotations et des forfaits annuels règle des acomptes mensuels égaux à un douzième des dotations et des forfaits de l'année précédente ; 2 Les recettes relatives à la facturation des tarifs de prestations, mentionnées à l'article L du même code, sont liquidées et perçues dans les conditions en vigueur au cours de l'exercice précédent ; 3 Les autres recettes sont recouvrées dans les conditions et selon les prix ou tarifs fixés par l'ordonnateur ou selon les modalités prévues dans les conventions en cours ou les dispositions réglementaires en vigueur. art. R Par dérogation aux dispositions de l'article R , et sans préjudice des dispositions de l'article R , au début de chaque année, l'ordonnateur dispose d'un délai d'un mois pour procéder, d'une part, pour ce qui concerne la section d'exploitation, à l'émission des titres de recettes et des mandats correspondant aux droits acquis et aux services faits au cours de l'année précédente et, d'autre part, aux opérations d'ordre budgétaire et non budgétaire dont il a l'initiative. Le comptable procède dans le même délai à la comptabilisation de ces opérations. art. R Les dépenses de la section d'investissement régulièrement engagées mais non mandatées à la clôture de l'exercice sont notifiées par l'ordonnateur au comptable avec les justifications nécessaires et font l'objet de la procédure de report visée au dernier alinéa du présent article. Les dépenses de la section d'exploitation régulièrement engagées mais non mandatées à la clôture de l'exercice sont notifiées par l'ordonnateur au comptable avec les montant des forfaits prévus à l'article L du même code et des dotations prévues aux articles L et L du même code : 1 La caisse chargée du versement des dotations et des forfaits annuels règle des acomptes mensuels égaux à un douzième des dotations et des forfaits de l'année précédente ; 2 Les recettes relatives à la facturation des tarifs de prestations, mentionnées à l'article L du même code, sont liquidées et perçues dans les conditions en vigueur au cours de l'exercice précédent ; 3 Les autres recettes sont recouvrées dans les conditions et selon les prix ou tarifs fixés par l'ordonnateur ou selon les modalités prévues dans les conventions en cours ou les dispositions réglementaires en vigueur. Article R Par dérogation aux dispositions de l'article R et sans préjudice des dispositions de l'article R , au début de chaque année, l'ordonnateur dispose d'un délai d'un mois pour procéder, d'une part, pour ce qui concerne la section d'exploitation, à l'émission des titres de recettes et des mandats correspondant aux droits acquis et aux services faits au cours de l'année précédente et, d'autre part, aux opérations d'ordre budgétaire et non budgétaire dont il a l'initiative. Le comptable procède dans le même délai à la comptabilisation de ces opérations. Article R Les dépenses de la section d'investissement régulièrement engagées mais non mandatées à la clôture de l'exercice sont notifiées par l'ordonnateur au comptable avec les justifications nécessaires et font l'objet de la procédure de report mentionnée au dernier alinéa du présent article. Les dépenses de la section d'exploitation régulièrement engagées mais non mandatées à la clôture de l'exercice sont notifiées par l'ordonnateur au comptable avec les montant des forfaits prévus à l'article L du même code et des dotations prévues aux articles L et L du même code : 1 La caisse chargée du versement des dotations et des forfaits annuels règle des acomptes mensuels égaux à un douzième des dotations et des forfaits de l'année précédente ; 2 Les recettes relatives à la facturation des tarifs de prestations, mentionnées à l'article L du même code, sont liquidées et perçues dans les conditions en vigueur au cours de l'exercice précédent ; 3 Les autres recettes sont recouvrées dans les conditions et selon les prix ou tarifs fixés par l'ordonnateur ou selon les modalités prévues dans les conventions en cours ou les dispositions réglementaires en vigueur. Article R Par dérogation aux dispositions de l'article R et sans préjudice des dispositions de l'article R , au début de chaque année, l'ordonnateur dispose d'un délai d'un mois pour procéder, d'une part, pour ce qui concerne les opérations d'exploitation, à l'émission des titres de recettes et des mandats correspondant aux droits acquis et aux services faits au cours de l'année précédente et, d'autre part, aux opérations d'ordre. Le comptable procède dans le même délai à la comptabilisation de ces opérations Article R Les dépenses d'exploitation régulièrement engagées mais non mandatées à la clôture de l exercice et pour lesquelles le service est fait au 31 décembre sont notifiées par l'ordonnateur au comptable avec les justifications nécessaires et rattachées au résultat dudit exercice. 19

20 justifications nécessaires et rattachées au résultat dudit exercice selon la procédure de rattachement visée au dernier alinéa du présent article. Les crédits budgétaires de la section d'investissement non engagés peuvent être reportés selon les modalités visées au dernier alinéa du présent article. Les crédits budgétaires de la section d'exploitation non engagés ne peuvent être reportés au budget de l'exercice suivant. Les modalités de report ou de rattachement sont précisées par arrêté conjoint des ministres chargés du budget, de la santé et de la sécurité sociale. art. R Sans préjudice de l'exercice de ses pouvoirs généraux de contrôle, l'autorité administrative mentionnée à l'article R peut, à son initiative ou à la demande du conseil d'administration ou du directeur de l'établissement, soumettre le fonctionnement et la gestion d'un établissement public de santé en difficulté à l'examen d'une mission d'enquête. L'autorité administrative peut faire appel, le cas échéant, à des représentants spécialisés de l'etat. La mission d'enquête procède à l'audition de toute personne qu'elle juge utile d'entendre, et notamment du président de la commission médicale et du représentant du contrôle médical compétent pour l'établissement considéré. L'autorité administrative communique les conclusions de la mission d'enquête au président du conseil d'administration, au directeur et au comptable de l'établissement ; elle propose les mesures de nature à remédier aux difficultés de fonctionnement ou de gestion constatées. justifications nécessaires et rattachées au résultat de cet exercice selon la procédure de rattachement mentionnée au dernier alinéa du présent article. Les crédits budgétaires de la section d'investissement non engagés peuvent être reportés selon les modalités mentionnées au dernier alinéa du présent article. Les crédits budgétaires de la section d'exploitation non engagés ne peuvent être reportés au budget de l'exercice suivant. Les modalités de report ou de rattachement sont précisées par arrêté des ministres chargés du budget, de la santé et de la sécurité sociale. Article R Sans préjudice de l'exercice de ses pouvoirs généraux de contrôle, le directeur de l agence régionale de l hospitalisation peut, à son initiative ou à la demande du conseil d'administration ou du directeur de l'établissement, soumettre le fonctionnement et la gestion d'un établissement public de santé en difficulté à l'examen d'une mission d'enquête. Le directeur de l agence régionale de l hospitalisation peut faire appel, le cas échéant, à des représentants spécialisés de l'etat. La mission d'enquête procède à l'audition de toute personne qu'elle juge utile d'entendre, et notamment du président de la commission médicale et du représentant du contrôle médical compétent pour l'établissement considéré. Le directeur de l agence régionale de l hospitalisation communique les conclusions de la mission d'enquête au président du conseil d'administration, au directeur et au comptable de l'établissement ; il propose les mesures de nature à remédier aux difficultés de fonctionnement ou de gestion constatées. 20 Article R Sans préjudice de l'exercice de ses pouvoirs généraux de contrôle, le directeur de l agence régionale de l hospitalisation peut, à son initiative ou à la demande du conseil d'administration ou du directeur de l'établissement, soumettre le fonctionnement et la gestion d'un établissement public de santé en difficulté à l'examen d'une mission d'enquête. Le directeur de l agence régionale de l hospitalisation peut faire appel, le cas échéant, à des représentants spécialisés de l'etat. La mission d'enquête procède à l'audition de toute personne qu'elle juge utile d'entendre, et notamment du président de la commission médicale et du représentant du contrôle médical compétent pour l'établissement considéré. Le directeur de l agence régionale de l hospitalisation communique les conclusions de la mission d'enquête au président du conseil d'administration, au directeur et au comptable de l'établissement ; il propose les mesures de nature à remédier aux difficultés de fonctionnement ou de gestion constatées. Article R Le directeur de l établissement est tenu de présenter une décision modificative au conseil d administration lorsque : 1 L un des chapitres relevant de la liste mentionnée

Décret relatif au budget et au régime financier des EPSCP 14/01/1994

Décret relatif au budget et au régime financier des EPSCP 14/01/1994 Sur http://www.amue.fr/textesref/textesref.asp?id=2 Décret relatif au budget et au régime financier des EPSCP 14/01/1994 Le décret dont relèvent les universités (loi 1984) pour leur régime budgétaire,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité J.O n 247 du 24 octobre 2003 page 18112 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité Décret n 2003-1010 du 22 octobre 2003 relatif à la

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DE L EMPLOI Arrêté du 11 décembre 2008 portant homologation du règlement n o 2008-12 du Comité de la réglementation

Plus en détail

Version Conseil d Etat 1

Version Conseil d Etat 1 Version Conseil d Etat 1 Décret n xx relatif à la tarification des établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes et à la règlementation financière et budgétaire des établissements et services

Plus en détail

COMPTE FINANCIER DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE EVOLUTIONS POUR L EXERCICE 2012

COMPTE FINANCIER DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE EVOLUTIONS POUR L EXERCICE 2012 COMPTE FINANCIER DES ETABLISSEMENTS PUBLICS DE SANTE EVOLUTIONS POUR L EXERCICE 2012 I. Calendrier L article R.6145-44 du code de la santé publique précise que «le directeur arrête le compte financier

Plus en détail

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène

SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE. Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène SANTÉ SANTÉ PUBLIQUE Protection sanitaire, maladies, toxicomanie,épidémiologie, vaccination, hygiène MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER ET DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES Direction générale des collectivités

Plus en détail

Memento budgétaire des collectivités locales

Memento budgétaire des collectivités locales PREFET DE LA HAUTE-MARNE Memento budgétaire des collectivités locales Le calendrier budgétaire Les restes à réaliser La reprises de résultat Vote du compte administratif Vote du Budget Les budgets annexes

Plus en détail

DGFiP - Bureau CL1B décembre 2014 DGOS. Fiche n 15

DGFiP - Bureau CL1B décembre 2014 DGOS. Fiche n 15 DGFiP - Bureau CL1B décembre 2014 DGOS Fiche n 15 Calendrier de remise des comptes annuels et des documents nécessaires à la certification, au certificateur des établissements publics de santé dont les

Plus en détail

TITRE 1. LE BUDGET COMMUNAUTAIRE

TITRE 1. LE BUDGET COMMUNAUTAIRE Page 1 sur 13 Table des matières TITRE 1. LE BUDGET COMMUNAUTAIRE... 4 Chapitre 1. Structuration et vote du budget... 4 Chapitre 2. Segmentation budgétaire stratégique... 5 Chapitre 3. Gestion pluriannuelle...

Plus en détail

Art. 3.- L'établissement est placé sous la tutelle du ministre des transports.

Art. 3.- L'établissement est placé sous la tutelle du ministre des transports. Décret exécutif n 91-149 du 18 mai 1991 portant réaménagement des statuts de l'entreprise nationale d'exploitation et de sécurité aéronautiques (ENESA) et dénomination nouvelle: Etablissement national

Plus en détail

DECRET N 53-1227 DU 10 DECEMBRE 1953 Relatif à la réglementation comptable des établissements publics nationaux à caractère administratif

DECRET N 53-1227 DU 10 DECEMBRE 1953 Relatif à la réglementation comptable des établissements publics nationaux à caractère administratif DECRET N 53-1227 DU 10 DECEMBRE 1953 Relatif à la réglementation comptable des établissements publics nationaux à caractère administratif BUDGETS ET CREDITS COMMENTAIRE DES ARTICLES 14 à 25 ARTICLE 14

Plus en détail

(inséré par Décret nº 2001-655 du 20 juillet 2001 art. 1 III Journal Officiel du 22 juillet 2001)

(inséré par Décret nº 2001-655 du 20 juillet 2001 art. 1 III Journal Officiel du 22 juillet 2001) CODE DE LA CONSTRUCTION ET DE L'HABITATION (Partie Réglementaire - Décrets en Conseil d'etat) Section 1 : Dispositions générales Article R452-1 La caisse de garantie du logement locatif social, établissement

Plus en détail

Le budget. Mois AAAA. mise à jour décembre 2010 En bref

Le budget. Mois AAAA. mise à jour décembre 2010 En bref Mois AAAA Mois novembre AAAA 2008 mise à jour décembre 2010 En bref La majeure partie du secteur social et médico-social est encadrée par la loi du 2 janvier 2002 (voir fiche Cnar «La loi 2002-2»). Une

Plus en détail

AVIS. CCAS de Mertzwiller (Bas-Rhin) Article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales. Budget non voté en équilibre réel

AVIS. CCAS de Mertzwiller (Bas-Rhin) Article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales. Budget non voté en équilibre réel AVIS CCAS de Mertzwiller (Bas-Rhin) Article L. 1612-5 du code général des collectivités territoriales Budget non voté en équilibre réel Séance du 11 janvier 2012 Avis n 2012-001 LA CHAMBRE REGIONALE DES

Plus en détail

LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (CCAS) UDAF 54

LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (CCAS) UDAF 54 LE CENTRE COMMUNAL D ACTION SOCIALE (CCAS) UDAF 54 S A M E D I 2 2 N O V E M B R E 2 0 1 4 P R É S E N T A T I O N P A R V A L E N T I N E D U H A U T, J U R I S T E Présentation de la réunion Le fonctionnement

Plus en détail

Définition du service normal de jour et du service de garde

Définition du service normal de jour et du service de garde Arrêté du 15 février 1973 modifié, entre autres, par les arrêtés du 21 avril 1977, du 31 décembre 1985, du 18 juillet 1986, du 25 octobre 1994, du 12 mars 1998 et du 6 avril 1999 (art. 14-2 A) - Définition

Plus en détail

Règlement (CEE) n 337/75 de Conseil, du 10 février 1975, portant création d'un centre européen pour le développement de la formation professionnelle

Règlement (CEE) n 337/75 de Conseil, du 10 février 1975, portant création d'un centre européen pour le développement de la formation professionnelle Avis juridique important 31975R0337 Règlement (CEE) n 337/75 de Conseil, du 10 février 1975, portant création d'un centre européen pour le développement de la formation professionnelle Journal officiel

Plus en détail

Le vote et l exécution du budget

Le vote et l exécution du budget Le vote et l exécution du budget G E S T I O N Le budget primitif est un acte ayant valeur d autorisation prévisionnelle. Il devrait donc être voté avant le début de l exercice auquel il s applique, c

Plus en détail

Cent cinquante-sixième session

Cent cinquante-sixième session ex Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture Conseil exécutif Cent cinquante-sixième session 156 EX/6 PARIS, le 5 mars 1999 Original anglais Point 3.2.2 de l'ordre du jour

Plus en détail

NOR: SANH0321568A. Vu le décret n 84-131 du 24 février 1984 modifié portant statut des praticiens hospitaliers ;

NOR: SANH0321568A. Vu le décret n 84-131 du 24 février 1984 modifié portant statut des praticiens hospitaliers ; ARRETE Arrêté du 30 avril 2003 relatif à l organisation et à l indemnisation de la continuité des soins et de la permanence pharmaceutique dans les établissements publics de santé et dans les établissements

Plus en détail

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE. TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES

MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE. TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES MODELE DE STATUTS D UN ETABLISSEMENT PUBLIC DE COOPERATION CULTURELLE GERANT UNE ACTIVITE PATRIMONIALE TITRE Ier - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er - Création Il est créé entre : - la (les) collectivité(s)

Plus en détail

Textes Juridiques. Décret n 82-298 du 4 septembre 1982 relatif à l'organisation et au financement de la formation professionnelle en entreprise.

Textes Juridiques. Décret n 82-298 du 4 septembre 1982 relatif à l'organisation et au financement de la formation professionnelle en entreprise. Textes Juridiques Décret n 82-298 du 4 septembre 1982 relatif à l'organisation et au financement de la formation professionnelle en entreprise. Le Président de la République, Sur le rapport du ministre

Plus en détail

Règlement financier de la Fédération Française de Badminton

Règlement financier de la Fédération Française de Badminton GdB Règlement financier de la Fédération Française de Badminton Règlement adoption : AG 15/04/12 entrée en vigueur : 11/06/12 validité : permanente secteur : GES remplace : Chapitre 1.3-2014/1 nombre de

Plus en détail

Commune de Heimsbrunn (Haut-Rhin)

Commune de Heimsbrunn (Haut-Rhin) Formation de Chambre Avis n 2013-002 Séance du 21 mai 2013 Commune de Heimsbrunn (Haut-Rhin) Trésorerie de Mulhouse couronne - BUDGET PRIMITIF 2013 - Article L. 1612-2 du code général des collectivités

Plus en détail

RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES. relatif à la gestion du. CENTRE HOSPITALIER d AVRANCHES-GRANVILLE

RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES. relatif à la gestion du. CENTRE HOSPITALIER d AVRANCHES-GRANVILLE Réf. : ROD2/YB /JPP/MDH/07-463 Bénouville, le 30 novembre 2007 RAPPORT D OBSERVATIONS DÉFINITIVES relatif à la gestion du CENTRE HOSPITALIER d AVRANCHES-GRANVILLE La chambre régionale des comptes de Basse-Normandie

Plus en détail

Loi du 16 mars 1954 (M.B. du 24 mars 1954) relative au contrôle de certains organismes publics 1

Loi du 16 mars 1954 (M.B. du 24 mars 1954) relative au contrôle de certains organismes publics 1 Loi du 16 mars 1954 (M.B. du 24 mars 1954) relative au contrôle de certains organismes publics 1 COORDINATION (4/2003) Article 1 er.- La présente loi est applicable aux organismes appartenant à l une des

Plus en détail

Annexe Rapport 11. Entre

Annexe Rapport 11. Entre Annexe Rapport 11 CONVENTION FINANCIERE POUR LE VERSEMENT D'UNE DOTATION ANNUELLE A «XXXXX» DANS LE CADRE DE L'EXPERIMENTATION ENGAGEE PAR LE CONSEIL GENERAL DES PYRENEES-ORIENTALES SUR LES SERVICES D'AIDE

Plus en détail

C O N V E N T I O N DE DELEGATION DE COMPETENCE EN MATIERE D'ORGANISATION DE SERVICES A LA DEMANDE

C O N V E N T I O N DE DELEGATION DE COMPETENCE EN MATIERE D'ORGANISATION DE SERVICES A LA DEMANDE C O N V E N T I O N DE DELEGATION DE COMPETENCE EN MATIERE D'ORGANISATION DE SERVICES A LA DEMANDE ENTRE : Le Département du GERS représenté par Monsieur Jean-Pierre PUJOL, Président du Conseil Général,

Plus en détail

DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d'exercice de l'ostéopathie NOR: SANH0721330D

DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d'exercice de l'ostéopathie NOR: SANH0721330D 1 sur 6 25/11/2009 23:33 DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d'exercice de l'ostéopathie NOR: SANH0721330D Version consolidée au 31 décembre 2008 Le Premier ministre,

Plus en détail

J.O. Numéro 217 du 19 Septembre 2001 page 14853 Textes généraux Ministère de l'emploi et de la solidarité

J.O. Numéro 217 du 19 Septembre 2001 page 14853 Textes généraux Ministère de l'emploi et de la solidarité J.O. Numéro 217 du 19 Septembre 2001 page 14853 Textes généraux Ministère de l'emploi et de la solidarité Arrêté du 14 septembre 2001 relatif à l'organisation et à l'indemnisation des services de garde

Plus en détail

Statuts de la Fondation du Cnam

Statuts de la Fondation du Cnam Statuts de la Fondation du Cnam Le conseil d administration du Conservatoire national des arts et métiers (Cnam) a décidé de créer une fondation universitaire et en a approuvé les statuts le 29 juin 2011.

Plus en détail

CHAPITRE 1 LA COMPTABILITE HOSPITALIERE

CHAPITRE 1 LA COMPTABILITE HOSPITALIERE 5 CHAPITRE 1 LA COMPTABILITE HOSPITALIERE Les règles de comptabilité générale applicables aux établissements publics de santé ne se distinguent de celles applicables aux entités privées soumises à l obligation

Plus en détail

Décret n 92-994 portant création et organisation de l Office Malgache de la Propriété Industrielle (OMAPI)

Décret n 92-994 portant création et organisation de l Office Malgache de la Propriété Industrielle (OMAPI) MADAGASCAR Décret n 92-994 portant création et organisation de l Office Malgache de la Propriété Industrielle (OMAPI) (du 2 décembre 1992)* TABLE DES MATIÈRES** Articles Titre Ier : De la nature juridique

Plus en détail

Le compte financier et l analyse financière de l EPLE dans le cadre budgétaire et comptable rénové

Le compte financier et l analyse financière de l EPLE dans le cadre budgétaire et comptable rénové Le compte financier et l analyse financière de l EPLE dans le cadre budgétaire et comptable rénové La règlementation : principes et esprit Le compte financier 2013 : constantes et évolutions L analyse

Plus en détail

DECRET N 92-994 DU 2 DECEMBRE 1992

DECRET N 92-994 DU 2 DECEMBRE 1992 DECRET N 92-994 DU 2 DECEMBRE 1992 PORTANT CREATION ET ORGANISATION DE L OFFICE MALGACHE DE LA PROPRIETE INDUSTRIELLE (OMAPI) (J.O. N 2218 du 09 décembre 1992, p. 2639, Edition spéciale) Téléchargé sur

Plus en détail

DECRET Décret n 2006-963 du 1 août 2006 portant organisation et fonctionnement de l'agence nationale de la recherche.

DECRET Décret n 2006-963 du 1 août 2006 portant organisation et fonctionnement de l'agence nationale de la recherche. DECRET Décret n 2006-963 du 1 août 2006 portant organisation et fonctionnement de l'agence nationale de la recherche. NOR: MENX0600086D Version consolidée au 26 mars 2014 Le Président de la République,

Plus en détail

LES SPECIFICITES de l'eple

LES SPECIFICITES de l'eple LES SPECIFICITES de l'eple L'EPLE, Etablissement Public Local d'enseignement, Instauré par la loi 83-663 du 22/07/83 complétant la loi du 7/01/83 relative à la répartition des compétences entre les communes,

Plus en détail

Code général des impôts - Article 1586 sexies Legifrance

Code général des impôts - Article 1586 sexies Legifrance Page 1 sur 5 En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies. Pour gérer et modifier ces paramètres, cliquez icifermer Chemin : Code général

Plus en détail

Domaine 1 : le haut de bilan

Domaine 1 : le haut de bilan Domaine 1 : le haut de bilan S assurer de l exactitude du bilan La vision patrimoniale est un élément déterminant pour donner une image fidèle de la situation financière de la collectivité. Le bilan à

Plus en détail

Centre de Formation de la FSU Stage des 10 et 11 octobre 2013 Questions budgétaires universitaires

Centre de Formation de la FSU Stage des 10 et 11 octobre 2013 Questions budgétaires universitaires Centre de Formation de la FSU Stage des 10 et 11 octobre 2013 Questions budgétaires universitaires Connaissance des principaux textes réglementaires en matière budgétaire et financière pour l'enseignement

Plus en détail

ANNEXE AU COMPTE FINANCIER 2012

ANNEXE AU COMPTE FINANCIER 2012 ANNEXE AU COMPTE FINANCIER 2012 Conseil d administration du 29 mars 2013 1 Faits caractéristiques de la gestion 2012 : 1.1 Faits caractéristiques : Départ de Cécile Courrèges, Directrice Générale, le 28

Plus en détail

12 2002, 2001-017 18 2001 49 11 2002 LE MINISTRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE, LE MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

12 2002, 2001-017 18 2001 49 11 2002 LE MINISTRE DE L EMPLOI, DU TRAVAIL ET DE LA PREVOYANCE SOCIALE, LE MINISTRE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Arrêté conjoint n 035/METPS/MINEFI du 12 juillet 2002, fixant les modalités d application de la loi n 2001-017 du 18 décembre 2001 portant réaménagement des procédures de recouvrement des cotisations sociales,

Plus en détail

STATUTS DE L IEP DE LILLE

STATUTS DE L IEP DE LILLE STATUTS DE L IEP DE LILLE Mis à jour le 24 mai 2013 TITRE I: DISPOSITIONS GENERALES Article 1 L'Institut d'etudes Politiques de Lille, créé par le Décret n 91-562 du 13 juin 1991, publié au Journal Officiel

Plus en détail

PROCEDURE PRINCIPES CADRES DE L'ELABORATION DU PROJET DE BUDGET DES SUBVENTIONS P.FIN.03.08

PROCEDURE PRINCIPES CADRES DE L'ELABORATION DU PROJET DE BUDGET DES SUBVENTIONS P.FIN.03.08 REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département de l'instruction publique, de la culture et du sport PROCEDURE PRINCIPES CADRES DE L'ELABORATION DU PROJET DE BUDGET DES SUBVENTIONS P.FIN.03.08 Processus : Gestion

Plus en détail

Loi n 43-95 promulguée par dahir n 1-96-106 du 21 rabii I 1417 (7 août 1996), portant réorganisation de la Caisse Marocaine des Retraites 1.

Loi n 43-95 promulguée par dahir n 1-96-106 du 21 rabii I 1417 (7 août 1996), portant réorganisation de la Caisse Marocaine des Retraites 1. Loi n 43-95 promulguée par dahir n 1-96-106 du 21 rabii I 1417 (7 août 1996), portant réorganisation de la Caisse Marocaine des Retraites 1. Titre premier Dénomination et objet Article premier La Caisse

Plus en détail

RÈGLEMENT sur la comptabilité des communes (RCCom)

RÈGLEMENT sur la comptabilité des communes (RCCom) 75.3. RÈGLEMENT sur la comptabilité des communes (RCCom) du 4 décembre 979 (état: 0.03.006) LE CONSEIL D'ÉTAT DU CANTON DE VAUD vu l'article 93a de la loi du 8 février 956 sur les communes A vu le préavis

Plus en détail

DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d'exercice de l'ostéopathie

DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d'exercice de l'ostéopathie Page 1 sur 7 DECRET Décret n 2007-435 du 25 mars 2007 relatif aux actes et aux conditions d'exercice de l'ostéopathie NOR: SANH0721330D Version consolidée au 29 avril 2012 Le Premier ministre, Sur le rapport

Plus en détail

Les risques financiers et comptables dans les EPLE. Direction des Finances Publiques de Haute Normandie Missions départementales Risques et Audit

Les risques financiers et comptables dans les EPLE. Direction des Finances Publiques de Haute Normandie Missions départementales Risques et Audit Les risques financiers et comptables dans les EPLE Direction des Finances Publiques de Haute Normandie Missions départementales Risques et Audit Plan de l interventionl 1 L'objectif de qualité comptable

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2009-01 DU 3 DÉCEMBRE 2009

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2009-01 DU 3 DÉCEMBRE 2009 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2009-01 DU 3 DÉCEMBRE 2009 Relatif aux règles comptables applicables aux fondations et fonds de dotation, et modifiant le règlement n 99-01 du Comité de

Plus en détail

SOUS-SECTION 4 EXONÉRATION DES BÉNÉFICES RÉALISÉS PAR LES ENTREPRISES CRÉÉES POUR REPRENDRE UNE ENTREPRISE INDUSTRIELLE EN DIFFICULTÉ [DB 4H1394]

SOUS-SECTION 4 EXONÉRATION DES BÉNÉFICES RÉALISÉS PAR LES ENTREPRISES CRÉÉES POUR REPRENDRE UNE ENTREPRISE INDUSTRIELLE EN DIFFICULTÉ [DB 4H1394] SOUS-SECTION 4 EXONÉRATION DES BÉNÉFICES RÉALISÉS PAR LES ENTREPRISES CRÉÉES POUR REPRENDRE UNE ENTREPRISE Références du document 4H1394 Date du document 01/03/95 Annotations SOUS-SECTION 4 Lié au BOI

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA FONCTION PUBLIQUE Décret n o 2006-501 du 3 mai 2006 relatif au fonds pour l insertion des personnes handicapées dans la fonction publique NOR

Plus en détail

DÉLIBÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE L UNIVERSITÉ DE LA ROCHELLE

DÉLIBÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE L UNIVERSITÉ DE LA ROCHELLE DÉLIBÉRATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE L UNIVERSITÉ DE LA ROCHELLE LE CONSEIL D ADMINISTRATION Délibération n 2010-07-05-4 : Statuts de la fondation universitaire de l université de La Rochelle Séance

Plus en détail

Direction générale de la comptabilité publique Direction générale des collectivités locales. Bureau des budgets locaux et de l'analyse financière

Direction générale de la comptabilité publique Direction générale des collectivités locales. Bureau des budgets locaux et de l'analyse financière MINISTÈRE DE L'ÉCONOMIE, DES FINANCES ET DE L'INDUSTRIE MINISTÈRE DE L'INTÉRIEUR Direction générale de la comptabilité publique Direction générale des collectivités locales CO-4329 Bureau 6C Bureau des

Plus en détail

Comptabilités Articulation entre les comptabilités budgétaire, générale, analytique et auxiliaire

Comptabilités Articulation entre les comptabilités budgétaire, générale, analytique et auxiliaire Gestion Budgétaire et Comptable Publique (GBCP) Comptabilités Articulation entre les comptabilités budgétaire, générale, analytique et auxiliaire Détails et explicitations dans les commentaires du document

Plus en détail

Le règlement général des subventions départementales

Le règlement général des subventions départementales Le règlement général des subventions départementales Les règles d ordre général Article 39. Le cadre général des subventions 39-1 - Définitions Une subvention se définit de la façon suivante : - Un concours

Plus en détail

COMMUNE DE GRIGNY (91)

COMMUNE DE GRIGNY (91) (091 034 286) 6 ème section N /G/127/n A-08 Séance du 9 avril 2014 RECOMMANDE AVEC A.R COMMUNE DE GRIGNY (91) s 2014 et comptes administratifs 2013 «Ville» annexe de la régie autonome du renouvellement

Plus en détail

Relatif aux comptes annuels des organismes de titrisation En cours d homologation

Relatif aux comptes annuels des organismes de titrisation En cours d homologation AUTORITE DES NORMES COMPTABLES NOTE DE PRESENTATION Du RÈGLEMENT N 2016-02 du 11 MARS 2016 Relatif aux comptes annuels des organismes de titrisation En cours d homologation I - Eléments de contexte Le

Plus en détail

Gestion Budgétaire et Comptable Publique (GBCP) Séminaire «Organismes hors comptabilité budgétaire» Jeudi 29 octobre 2015

Gestion Budgétaire et Comptable Publique (GBCP) Séminaire «Organismes hors comptabilité budgétaire» Jeudi 29 octobre 2015 Gestion Budgétaire et Comptable Publique (GBCP) Séminaire «Organismes hors comptabilité budgétaire» Jeudi 29 octobre 2015 Sommaire 2 10h00 10h10 : Introduction 10h10 10h45 : Le cadre budgétaire des organismes

Plus en détail

La pratique de l ostéopathie par les sages-femmes

La pratique de l ostéopathie par les sages-femmes La pratique de l ostéopathie par les sages-femmes Loi n 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé Article 75 L'usage professionnel du titre d'ostéopathe

Plus en détail

INSTRUCTION CODIFICATRICE

INSTRUCTION CODIFICATRICE INSTRUCTION CODIFICATRICE N 09-006-M22 du 31 mars 2009 NOR : BUD R 09 00006 J Texte publié au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique INSTRUCTION BUDGÉTAIRE ET COMPTABLE APPLICABLE AUX ÉTABLISSEMENTS

Plus en détail

CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES

CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES CODE GENERAL DES COLLECTIVITES TERRITORIALES (Partie Législative) PREMIÈRE PARTIE DISPOSITIONS GÉNÉRALES LIVRE VI DISPOSITIONS FINANCIÈRES ET COMPTABLES TITRE UNIQUE CHAPITRE II ADOPTION ET EXECUTION DES

Plus en détail

STATUTS I - BUT DE LA FONDATION D'ENTREPRISE

STATUTS I - BUT DE LA FONDATION D'ENTREPRISE FONDATION D'ENTREPRISE GENAVIE Fondation d'entreprise régie par la loi n 90-559 du 4 juillet 1990 Siège social : Centre hospitalier de NANTES (Loire-Atlantique) ----------------------------------- STATUTS

Plus en détail

RÈGLEMENT FINANCIER PIÈCE JOINTE A L ANNEXE 2. Article 1

RÈGLEMENT FINANCIER PIÈCE JOINTE A L ANNEXE 2. Article 1 RÈGLEMENT FINANCIER PIÈCE JOINTE A L ANNEXE 2 Texte actuel Article 1 1. Le budget est l'acte qui prévoit et autorise préalablement, pour chaque exercice budgétaire, toutes les dépenses et toutes les recettes

Plus en détail

Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail

Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail Modèle de Contrat pour un Médecin du travail salarié d'un Service interentreprises de Santé au travail Adopté par le Conseil national de l Ordre des médecins Session des 30 et 31 janvier 2003 Entre : Monsieur

Plus en détail

SOMMAIRE DU TABLEAU TABLEAU COMPARATIF

SOMMAIRE DU TABLEAU TABLEAU COMPARATIF 13 SOMMAIRE DU TABLEAU TABLEAU COMPARATIF TITRE I ER MODERNISATION DES AUTORITES DE CONTROLE TITRE I ER MODERNISATION DES AUTORITES DE CONTROLE TITRE I ER MODERNISATION DES AUTORITES DE CONTROLE CHAPITRE

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION ANNEE 2016

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION ANNEE 2016 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION ANNEE 2016 Ce dossier doit être utilisé par toute association sollicitant une subvention auprès de la Ville de Sainte-Foylès-Lyon. Il concerne le financement du fonctionnement

Plus en détail

INSTRUCTION CODIFICATRICE

INSTRUCTION CODIFICATRICE INSTRUCTION CODIFICATRICE N 01-069-M95 du 1er août 2001 NOR : BUD R 01 00069 J Référence publiée au Bulletin Officiel de la Comptabilité Publique RÉGLEMENTATION BUDGÉTAIRE, FINANCIÈRE ET COMPTABLE DES

Plus en détail

Rapport financier 2007. Budget prévisionnel 2008. Rapport du commissaire aux comptes

Rapport financier 2007. Budget prévisionnel 2008. Rapport du commissaire aux comptes Rapport financier 2007 Budget prévisionnel 2008 Rapport du commissaire aux comptes Parc Euromédecine 209 rue des Apothicaires 34196 Montpellier cedex 5 Tél 04 67 52 64 17 Fax 04 67 52 02 74 E-mail contact@ors-lr.org

Plus en détail

Le contrôle budgétaire

Le contrôle budgétaire Le contrôle budgétaire Direction Départementale des Finances Publiques des Vosges Association des Maires des Vosges Le 7 mai 2014 Les actes des collectivités territoriales ont un caractère exécutoire du

Plus en détail

VERSION ADMINISTRATIVE

VERSION ADMINISTRATIVE VERSION ADMINISTRATIVE RÈGLES CONCERNANT LA RÉMUNÉRATION ET LES AUTRES CONDITIONS DE TRAVAIL DES TITULAIRES D UN EMPLOI SUPÉRIEUR À TEMPS PLEIN (Décret no 450-2007 du 20 juin 2007 modifié par les décrets

Plus en détail

JORF n 0215 du 17 septembre 2014 page 15228 texte n 11. DECRET Décret n 2014-1053 du 16 septembre 2014 relatif au financement participatif

JORF n 0215 du 17 septembre 2014 page 15228 texte n 11. DECRET Décret n 2014-1053 du 16 septembre 2014 relatif au financement participatif JORF n 0215 du 17 septembre 2014 page 15228 texte n 11 DECRET Décret n 2014-1053 du 16 septembre 2014 relatif au financement participatif NOR: FCPT1415064D Publics concernés : les intermédiaires en financement

Plus en détail

LIVRE V : Prévention des pollutions, des risques et des nuisances. Section 3 : Aménagements et infrastructures de transports terrestres

LIVRE V : Prévention des pollutions, des risques et des nuisances. Section 3 : Aménagements et infrastructures de transports terrestres CODE DE L ENVIRONNEMENT PARTIE REGLEMENTAIRE LIVRE V : Prévention des pollutions, des risques et des nuisances TITRE VII : Prévention des nuisances sonores Chapitre Ier : Lutte contre le bruit Section

Plus en détail

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES

CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES A V I S LA CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE MIDI-PYRENEES N/Réf. : FA604003 Avis n 2006-0028 Séance du 8 février 2006 COLLEGE JEAN-MERMOZ A BLAGNAC Département de la Haute-Garonne Article L. 232-4 du code des juridictions

Plus en détail

Loi n 36-01 portant création du Fonds Hassan Il po ur le développement économique et social

Loi n 36-01 portant création du Fonds Hassan Il po ur le développement économique et social Dahir n 1-02-02 du 15 kaada 1422 portant promulgat ion de la loi n 36-01 portant création du Fonds Hassan Il pour le développement économique et social. (B.O du 21 février 2002) Loi n 36-01 portant création

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTE n 438 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2014-2015 1 er décembre 2014 PROJET DE LOI de financement de la sécurité

Plus en détail

MINISTERE DE LA COMMUNICATION -----------------

MINISTERE DE LA COMMUNICATION ----------------- MINISTERE DE LA COMMUNICATION ----------------- DECRET N 91-181 du 27 mars 1991 portant création et organisation d un établissement public à caractère administratif dénommé Agence Ivoirienne de Presse

Plus en détail

/CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT LE CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA

/CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT LE CODE DES ASSURANCES DES ETATS MEMBRES DE LA CIMA CONFERENCE I N T E R A F R I C A I N E D E S M A R C H E S D A S S U R A N C E S C O N S E I L D E S M I N I S T R E S D E S A S S U R A N C E S REGLEMENT N /CIMA/PCMA/CE/SG/CIMA/2015 MODIFIANT ET COMPLETANT

Plus en détail

SOUS-SECTION 4 EXONÉRATION DES BÉNÉFICES RÉALISÉS PAR LES ENTREPRISES CRÉÉES POUR REPRENDRE UNE ENTREPRISE INDUSTRIELLE EN DIFFICULTÉ [DB 4H1394]

SOUS-SECTION 4 EXONÉRATION DES BÉNÉFICES RÉALISÉS PAR LES ENTREPRISES CRÉÉES POUR REPRENDRE UNE ENTREPRISE INDUSTRIELLE EN DIFFICULTÉ [DB 4H1394] SOUS-SECTION 4 EXONÉRATION DES BÉNÉFICES RÉALISÉS PAR LES ENTREPRISES CRÉÉES POUR REPRENDRE UNE ENTREPRISE Références du document 4H1394 Date du document 01/03/95 D. MODALITÉS D'APPLICATION 72Le dispositif

Plus en détail

GUIDE DIDACTIQUE DU PCE - UEMOA. Tome 1 RELATIF AUX NORMES COMPTABLES APPLICABLES AUX ETATS MEMBRES DE L UEMOA

GUIDE DIDACTIQUE DU PCE - UEMOA. Tome 1 RELATIF AUX NORMES COMPTABLES APPLICABLES AUX ETATS MEMBRES DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE -------- GUIDE DIDACTIQUE DU PCE - UEMOA Tome 1 RELATIF AUX NORMES COMPTABLES APPLICABLES AUX ETATS MEMBRES DE L UEMOA (Directive n 09/2009/CM/UEMOA portant

Plus en détail

STATUTS C.R.R.-B.T.P.

STATUTS C.R.R.-B.T.P. STATUTS C.R.R.-B.T.P. *** TITRE I - GENERALITES Article 1 er - CONSTITUTION Il est créé une institution de retraite complémentaire des salariés régie par le titre II du Livre IX du Code de la sécurité

Plus en détail

CONTRAT DE BON USAGE DES MÉDICAMENTS ET DES PRODUITS ET PRESTATIONS PERIODE

CONTRAT DE BON USAGE DES MÉDICAMENTS ET DES PRODUITS ET PRESTATIONS PERIODE E CONTRAT DE BON USAGE DES MÉDICAMENTS ET DES PRODUITS ET PRESTATIONS PERIODE 2014 2018 «ETABLISSEMENT» «ADRESSE» «CP» «VILLE» N FINESS :«NFINESS» Entre : D une part : Le Directeur Général de l Agence

Plus en détail

Ordonnance Souveraine n 1.284 du 10 septembre 2007 portant application de la loi n 1.338 du 7 septembre 2007 sur les activités financières.

Ordonnance Souveraine n 1.284 du 10 septembre 2007 portant application de la loi n 1.338 du 7 septembre 2007 sur les activités financières. Ordonnance Souveraine n 1.284 du 10 septembre 2007 portant application de la loi n 1.338 du 7 septembre 2007 sur les activités financières. Vu l'article 68 de la Constitution ; ALBERT II PAR LA GRACE DE

Plus en détail

CONCESSIONS DE LOGEMENTS

CONCESSIONS DE LOGEMENTS CONCESSIONS DE LOGEMENTS I Types de concession de logement Il existe deux types de concession de logement : 1. Conditions d attribution La concession par nécessité absolue de service Aux termes de l article

Plus en détail

RA 2014 Annexe Le décret de 1994

RA 2014 Annexe Le décret de 1994 DateDoc Bibli othèque nationale de France RA 2014 Annexe Le décret de 1994 29/05/2015 16:35:44 Bibliothèque nationale de France délégation à la Stratégie et à la Recherche version du 29 mai 2015 émetteur

Plus en détail

Eglise Evangélique Paris Bastille RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS

Eglise Evangélique Paris Bastille RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES SUR LES COMPTES ANNUELS FIDES AUDIT SOCIÉTÉ D EXPERTISE COMPTABLE & DE COMMISSARIAT AUX COMPTES Eglise Evangélique Paris Bastille (Association cultuelle Loi du 9 décembre 1905) 44 rue de la Roquette 75011 PARIS RAPPORT DU COMMISSAIRE

Plus en détail

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 008 RELATIVE A L ORGANISATION DU CONTROLE INTERNE DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT ET DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005 du 07 mai 2002

Plus en détail

Agrément des associations de protection de l environnement

Agrément des associations de protection de l environnement 1 Agrément des associations de protection de l environnement (Articles L 141-1 et R 141-1 à R 141-20 du code de l'environnement). Les conditions d attribution de l agrément des associations au titre de

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

Initiation à la comptabilité simplifiée

Initiation à la comptabilité simplifiée Lot 2 : Fiscalité et comptabilité Initiation à la comptabilité simplifiée Ville de Paris Carrefour des Associations Parisiennes PROJETS-19 projets19@projets19.org Organisation matérielle : 3 heures avec

Plus en détail

CODE RURAL ET DE LA PÊCHE MARITIME. Chapitre Ier : Organisation de la gestion des risques en agriculture

CODE RURAL ET DE LA PÊCHE MARITIME. Chapitre Ier : Organisation de la gestion des risques en agriculture CODE RURAL ET DE LA PÊCHE MARITIME Titre VI : Gestion des risques en agriculture Chapitre Ier : Organisation de la gestion des risques en agriculture Section 4 : Mutualisation des risques sanitaires et

Plus en détail

DIRECTIVE N 03/2012/CM/UEMOA PORTANT COMPTABILITE DES MATIERES AU SEIN DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

DIRECTIVE N 03/2012/CM/UEMOA PORTANT COMPTABILITE DES MATIERES AU SEIN DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 03/2012/CM/UEMOA PORTANT COMPTABILITE DES MATIERES AU SEIN DE L UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE

Plus en détail

CONVENTION DE PÔLE ASSOCIÉ DE DÉPÔT LÉGAL N 2015. ENTRE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE ET

CONVENTION DE PÔLE ASSOCIÉ DE DÉPÔT LÉGAL N 2015. ENTRE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE ET CONVENTION DE PÔLE ASSOCIÉ DE DÉPÔT LÉGAL N 2015. ENTRE LA BIBLIOTHÈQUE NATIONALE DE FRANCE ET.. ENTRE La Ville / Communauté d agglomération / Département / adresse représentée par agissant pour le compte

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIÈRES MARCHÉ DE SERVICES CONTRAT DE PRESTATIONS DE SERVICES conformément aux dispositions du décret n 2005-1742 du 30/12/05 pris en application de l Ordonnance n 2005-649 du 06/06/05 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES

Plus en détail

PREAMBULE... 2 CHAPITRE 1 : LE CADRE JURIDIQUE ET LES PRINCIPES BUDGETAIRES ET COMPTABLES...

PREAMBULE... 2 CHAPITRE 1 : LE CADRE JURIDIQUE ET LES PRINCIPES BUDGETAIRES ET COMPTABLES... Règlement budgétaire et financier Brest métropole Mars 2016 RÈGLEMENT BUDGÉTAIRE ET FINANCIER Version adoptée par le Conseil de métropole en date du 4 mars 2016 Table des matières PREAMBULE... 2 CHAPITRE

Plus en détail

ARRETE DU RELATIF A L'EVALUATION CONTINUE DES CONNAISSANCES ET DES APTITUDES ACQUISES AU COURS DES ÉTUDES CONDUISANT AU DIPLÔME D'ÉTAT D'INFIRMIER

ARRETE DU RELATIF A L'EVALUATION CONTINUE DES CONNAISSANCES ET DES APTITUDES ACQUISES AU COURS DES ÉTUDES CONDUISANT AU DIPLÔME D'ÉTAT D'INFIRMIER ARRETE DU RELATIF A L'EVALUATION CONTINUE DES CONNAISSANCES ET DES APTITUDES ACQUISES AU COURS DES ÉTUDES CONDUISANT AU DIPLÔME D'ÉTAT D'INFIRMIER La ministre de l'emploi et de la solidarité et le ministre

Plus en détail

... INSTRUCTION N 94-05. rel.ative à la comptabilisation des opérations en devises

... INSTRUCTION N 94-05. rel.ative à la comptabilisation des opérations en devises \... COMMISSION BANCAIRE INSTRUCTION N 94-05 rel.ative à la comptabilisation des opérations en devises La Commission bancaire, Vu la loi n 84-46 du 24 janvier 1984 modifiée relative à l'activité et au

Plus en détail

COMPTES DE GESTION DE L'EXERCICE 2014

COMPTES DE GESTION DE L'EXERCICE 2014 CHAMBRE DEPARTEMENTALE DE METIERS ET DE L'ARTISANAT DES BOUCHES DU RHONE COMPTES DE GESTION DE L'EXERCICE 2014 COMPTES ANNUELS EXERCICE 2014 Chambre Départementale de Métiers et de l'artisanat des Bouches

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOLIDARITÉS Décret n o 2006-6 du 4 janvier 2006 relatif à l hébergement de données de santé à caractère personnel et modifiant

Plus en détail

Ordre des Experts Comptables de Tunisie

Ordre des Experts Comptables de Tunisie Ordre des Experts Comptables de Tunisie Note d orientation sur les diligences du Commissaire aux Comptes d un établissement de crédit en matière de l obligation mise à sa charge par l article 3 de la circulaire

Plus en détail

Document unique de délégations EHPA et EHPAD publics non autonomes

Document unique de délégations EHPA et EHPAD publics non autonomes Direction logistique et prospective / Direction services extérieurs Conseil juridique / Etudes et formation referent.medicosocial@cdg22.fr Document unique de délégations EHPA et EHPAD publics non autonomes

Plus en détail