Evaluation d un outil de. ordinateur (CAD) en coloscopie virtuelle

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Evaluation d un outil de. ordinateur (CAD) en coloscopie virtuelle"

Transcription

1 Evaluation d un outil de diagnostic assisté par ordinateur (CAD) en coloscopie virtuelle B. Lecourtois, J. Frandon, I. Bricault, G. Ferretti Clinique Universitaire de Radiologie et Imagerie Médicale CHU de Grenoble, BP 217, Grenoble Cedex 09

2 Des logiciels de diagnostic assisté par ordinateur (CAD) sont proposés par les constructeurs de scanner pour aider le radiologue à dépister les polypes en coloscopie virtuelle. L objectif de cette étude est d évaluer l intérêt effectif d un de ces CAD.

3 Matériel et Méthodes 26 patients ont bénéficié d une coloscopie virtuelle ainsi que d une vidéocoloscopie conventionnelle de référence. Chaque patient s est vu administrer une préparation colique comportant un traitement laxatif +/- marquage des selles.

4 Pour chaque patient, les 2 acquisitions scanner de coloscopie virtuelle (décubitus et procubitus) ont été analysées systématiquement par un CAD : logiciel Philips de coloscopie virtuelle avec option «CAR», Extended Brilliance TM Workspace version 3.5. Le seuil de détection automatique des polypes a été réglé à 6 mm. Pour chaque lésion détectée par le CAD, les données suivantes ont été recueillies : diamètre maximum (confronté à la vidéocoloscopie) et densité moyenne des lésions.

5 Résultats I. SENSIBILITE DU CAD 28 lésions de plus de 6 mm ont été dépistées par la vidéocoloscopie de référence, biopsiées et analysées en anatomopathologie. 27 de ces 28 lésions ont été dépistées 27 de ces 28 lésions ont été dépistées automatiquement par le CAD : sensibilité = 96,3 %

6 Exemple d une lésion détectée par le CAD : a) avant lancement du CAD Vue étalée Vue coloscopique

7 b) après lancement du CAD Information sur la taille (diamètre min/max, volume) Distance à la marge anale (cm) Densité moyenne (UH)

8 En coloscopie optique il s agissait d un polype pédiculé de 10 mm situé dans le colon sigmoïde. c) confrontation à une lecture en 2D Le CAD a détecté une lésion mesurant 13,3 mm de plus grand axe, de densité tissulaire ( 42 UH ) situé à 18 cm de la marge anale.

9 Une lésion sur 28 n a pas été détectée par le CAD. Polype sessile de 6 mm du rectum, non détecté par le CAD

10 Possibilité de cliquer a posteriori sur la lésion : le CAD, avec cette aide du radiologue, peut alors analyser la lésion ( taille, densité, distance à la marge anale) Clic sur la lésion

11 II. VALEUR PREDICTIVE POSITIVE DU CAD Le CAD a dépisté 241 faux positifs : VPP = 18 % Parmi ces faux positifs on dénombre: - matières fécales déclives (47%) - haustrations coliques irrégulières ou matières adhérentes (45%) - valvule iléo-caecale (6%) - canule rectale (2%) valvule iléo caecale 6% faux positifs sonde rectale 2% haustration, matières adhérentes 45% matières déclives 47%

12 Exemple 1 de faux positif : il s agit de matières détectées par le CAD comme une lésion potentiellement suspecte qui apparait en surimpression bleue. Détection par le CAD Lancement du CAD

13 La confrontation aux données du scanner acquis en décubitus puis en procubitus permet de voir qu il s agit d une lésion déclive. La densité non tissulaire (310 UH), très élevée est en rapport avec le marquage des selles avec du produit de contraste. Les contours irréguliers confirment l origine stercorale. decubitus procubitus

14 Exemple 2 : de quoi s agit-il?

15 Lésion proximale (colon D) Densité graisseuse

16 Réponse : Réponse : Il s agit d une valvule iléo-caecale lipomateuse

17 Exemple 3: canule rectale

18 III. Mesure de la densité par le CAD La densité moyenne des faux positifs est de -2 UH, contre 41 UH pour les vrais positifs : la différence est significative (p<0,001) mais avec un recouvrement très important des valeurs de densité entre ces 2 populations.

19 IV. Mesure de la taille par le CAD Seules les lésions 2 cm ont été inclues dans les calculs, car les volumineuses lésions peuvent être «marquées» par le CAD en plusieurs endroits. Comparativement à la vidéocoloscopie de référence, la taille des lésions est surestimée par le CAD de 42% en moyenne. Le bleu de surbrillance dépasse les limites de la lésion: ici un polype de 6 mm.

20 Exemple d une lésion 2 cm, détectée par le CAD Image en trognon de pomme déjà visible sur le cologramme

21 Après lancement du CAD, la lésion est «marquée» en plusieurs endroits, le CAD détectant à tort plusieurs lésions

22 Vue en 2D, coupes axiale et coronale: En colonoscopie, après examen anatomopathologique, il s agissait d un adénocarcinome de 45 mm du colon gauche.

23 Discussion La bonne sensibilité du CAD (96%) aide le radiologue à ne pas méconnaître de polypes de taille 6 mm. En contre-partie, le taux élevé de faux positifs (VPP=18%), le plus souvent en rapport avec des résidus stercoraux au sein du côlon, impose un «tri» pouvant lui apparaître fastidieux.

24 Ce «tri» parmi les faux positifs nécessite une expertise radiologique qui prend en compte : - la densité des lésions - la morphologie des lésions - la déclivité entre l acquisition en décubitus et celle en procubitus - la confrontation des coupes 2D et des reconstructions 3D de coloscopie virtuelle.

25 Conclusion L aide apportée par le CAD sera finalement d autant plus appréciable qu une préparation colique optimale évite une trop grande quantité de faux positifs.

Outil Interactif Pédagogique En Coloscopie Virtuelle: O.Suaud, J.N. Dacher, C. Savoye Collet Radiologie Centrale

Outil Interactif Pédagogique En Coloscopie Virtuelle: O.Suaud, J.N. Dacher, C. Savoye Collet Radiologie Centrale Outil Interactif Pédagogique En Coloscopie Virtuelle: Les Images Pièges au quotidien O.Suaud, J.N. Dacher, C. Savoye Collet Radiologie Centrale CHU Charles Nicolle, Rouen-France Introduction La coloscopie

Plus en détail

COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville. SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente

COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville. SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente COLOSCOPIE VIRTUELLE Expérience en pratique de ville SFR Ile de France Octobre 2011 Dr. Kunstlinger Dr. Pariente Apprentissage Matériel et locaux adaptés Informations et ordonnances envoyées Indications

Plus en détail

Portail du Théodolite

Portail du Théodolite Portail du Théodolite 1) Accueil Afin d utiliser l intranet du Théodolite, l inspecteur doit se connecter. Il renseigne donc son identifiant ainsi que son mot de passe, dans les champs prévus à cet effet

Plus en détail

E T U D E Octobre 2008 Étude portant sur la mutualisation de la partie terminale des réseaux en fibre optique

E T U D E Octobre 2008 Étude portant sur la mutualisation de la partie terminale des réseaux en fibre optique E T U D E Octobre 2008 Étude portant sur la mutualisation de la partie terminale des réseaux en fibre optique Synthèse Qu@trec/PMP Sommaire I. Introduction... 3 II. Objectifs et méthodologie... 3 A. principes

Plus en détail

Débuter les fractions au cycle III. Sébastien MOISAN Conseiller pédagogique Angoulême sud

Débuter les fractions au cycle III. Sébastien MOISAN Conseiller pédagogique Angoulême sud Débuter les fractions au cycle III Objectifs: Donner une signification à des fractions simples. Apprendre l écriture mathématique de ces fractions. Connaître les relations entre ces fractions. Installer

Plus en détail

Le moteur électrique

Le moteur électrique Le moteur électrique But Étudier la transformation d énergie potentielle électrique en énergie mécanique. Étudier le rendement d un moteur électrique. Méthode À l aide d un moteur électrique, élever une

Plus en détail

Séquence 1 L œil et l appareil photographique (15 exercices corrigés)

Séquence 1 L œil et l appareil photographique (15 exercices corrigés) Séquence L œil et l appareil photographique (5 exercices corrigés) Exercice 8 page 24 Schématiser une lentille : La lentille est convergente. n la symbolise donc par un segment vertical avec deux flèches

Plus en détail

Rapport IN52. Sujet : Résolution d un puzzle

Rapport IN52. Sujet : Résolution d un puzzle CARRE Julien PIERNOT Jérôme Rapport IN52 Sujet : Résolution d un puzzle Responsable : M. Ruicheck Y. Automne 2007 1 SOMMAIRE INTRODUCTION...3 I. Description et approche du sujet...4 1. Description 2. Outils

Plus en détail

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch

Dépistage du cancer colorectal. Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Dépistage du cancer colorectal Paul Wiesel gastroentérologue FMH Lausanne www.drpaulwiesel.ch Des rectorragies hémorroïdaires? découverte de 5 minuscules polypes à 32 ans 16 ans plus tard quelques polypes

Plus en détail

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage

SOMMAIRE LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS. a) Au regard de l organisation du dépistage SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 LE DÉPISTAGE DES CANCERS DU SEIN ET DU COL DE L UTERUS Pages I - L ASSOCIATION ARCADES... 3 II - SA MISSION... 4 a) Au regard de l organisation du dépistage b) Au regard de la

Plus en détail

Environnement économique de l entreprise. Séance 3. Simon Porcher porcher.iae@univ-paris1.fr

Environnement économique de l entreprise. Séance 3. Simon Porcher porcher.iae@univ-paris1.fr Environnement économique de l entreprise Séance 3 Simon Porcher porcher.iae@univ-paris1.fr Objectifs de la séance Monopole Revenu marginal Maximisation du profit du monopole Surplus social Surplus et concurrence

Plus en détail

Analyse et quantification de la myélémie par le Sysmex XE 2100

Analyse et quantification de la myélémie par le Sysmex XE 2100 H E M A T O L O G I E Analyse et quantification de la myélémie par le Sysmex XE 2100 G. Goedert, D. Morel, P. Felman Laboratoire central d hématologie, C.H. Lyon-Sud, Pierre Bénite 9 INTRODUCTION L analyseur

Plus en détail

KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME

KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME KCE Report 194 & 226 Cancer de la prostate localisé 1 1. ALGORITHME 2 Cancer de la Prostate Localisé KCE Report 194 & 226 2. RECOMMANDATIONS Le rapport scientifique contenant plus d information de base

Plus en détail

L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SUR LE TERRITOIRE ARDECHE CENTRE. Document intermédiaire. Version Avril 2015

L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SUR LE TERRITOIRE ARDECHE CENTRE. Document intermédiaire. Version Avril 2015 Document intermédiaire Sciences Po Grenoble L ÉCONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE SUR LE TERRITOIRE ARDECHE CENTRE Document intermédiaire Version Avril 2015 Rédigé par Amélie Artis et Elise Chagot, Sciences

Plus en détail

Gestion des tarifs dans Ciel Gestion commerciale

Gestion des tarifs dans Ciel Gestion commerciale Gestion des tarifs dans Ciel Gestion commerciale La gestion des tarifs peut être effectuée à différents niveaux : - famille d articles et articles - tarifs par famille - fiches clients - pièces commerciales

Plus en détail

Fidex : Une simple évolution ou une révolution dans le monde de l imagerie vétérinaire?

Fidex : Une simple évolution ou une révolution dans le monde de l imagerie vétérinaire? Fidex : Une simple évolution ou une révolution dans le monde de l imagerie vétérinaire? Dr Sanspoux Frédéric. Capvéto Bellac - 05 juillet 2014. En 2011 est apparue sur le marché de l imagerie vétérinaire

Plus en détail

Examen partiel d imagerie médicale (février 2004)

Examen partiel d imagerie médicale (février 2004) Examen partiel d imagerie médicale (février 2004) I LES QUESTIONS Première question : Répondre par vrai ou faux aux affirmations suivantes. Entourer la bonne réponse ou barrer la mauvaise (0.2 points par

Plus en détail

La loi, source du droit administratif : une norme en déclin (cours)

La loi, source du droit administratif : une norme en déclin (cours) La loi, source du droit administratif : une norme en déclin (cours) Table des matières Table des matières... 2 Introduction... 3 Les raisons tenant au texte constitutionnel... 4 Les raisons tenant à des

Plus en détail

Chapitre I : Annuité et Rente

Chapitre I : Annuité et Rente Chapitre I : Annuité et Rente I. Généralités On appelle annuité une suite de règlements effectuée à intervalle de temps égaux. On dit que cette suite de règlements constitue une rente pour celle ou celui

Plus en détail

MANUEL UTILISATEUR SIMPLIFIE DIGITALE - et poste GENTIANE

MANUEL UTILISATEUR SIMPLIFIE DIGITALE - et poste GENTIANE MANUEL UTILISATEUR SIMPLIFIE DIGITALE - et poste GENTIANE Table des matières I Démarrage du logiciel... 3 II Ecran Badges... 4 II 1 Visualisation... 4 II 2 Codes... 5 II 3 Droits d accès... 5 II 4 Caractéristiques

Plus en détail

Ou t i l s d a n a l y s e d e l e v o l u t io n d e s

Ou t i l s d a n a l y s e d e l e v o l u t io n d e s Ou t i l s d a n a l y s e d e l e v o l u t io n d e s c h a r g e s d e p e r s o n n e l Jacques GROLIER Directeur du Master d Économie et de Gestion des Établissements Sanitaires et Sociaux Université

Plus en détail

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME

Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Résultats préliminaires de l enquête sur l émergence des innovations dans le cadre des alliances stratégiques des PME Novembre 2009 Dans le cadre d une recherche doctorale en Management de l innovation

Plus en détail

Conception d'un étage de logement à partir d'un plan scanné

Conception d'un étage de logement à partir d'un plan scanné Présentation de l'interface utilisateur Chaque fenêtre Sweet Home 3D permet d'éditer l'aménagement intérieur d'un logement et est divisée en quatre panneaux redimensionnables, avec une barre d'outils en

Plus en détail

Documentation pour les utilisateurs

Documentation pour les utilisateurs Section : Service Bons de service Documentation pour les utilisateurs Fonction : Reconception de l onglet Horloge de pointage sur les bons de services Sommaire : Le but de cette amélioration est d améliorer

Plus en détail

IMPRESSION D UNE FEUILLE DE CALCUL OU D UN GRAPHIQUE

IMPRESSION D UNE FEUILLE DE CALCUL OU D UN GRAPHIQUE IMPRESSION D UNE FEUILLE DE CALCUL OU D UN GRAPHIQUE Pour imprimer une feuille de calcul, vous devez d abord définir la zone à imprimer (cette étape n est pas nécessaire si vous désirez imprimer tout le

Plus en détail

Comment mesurer la distance focale f d une lentille convergente?

Comment mesurer la distance focale f d une lentille convergente? Comment mesurer la distance focale f d une lentille convergente? 4 méthodes sont proposées : - Méthode de la mesure à l infini (TP n 1) - Méthode d'auto collimation (TP n 2) - Méthode de Silbermann (TP

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE ENQUÊTE REGIONALE SUR LA PRISE EN CHARGE DU TRAITEMENT PERSONNEL EN CHIRURGIE

NOTE DE SYNTHESE ENQUÊTE REGIONALE SUR LA PRISE EN CHARGE DU TRAITEMENT PERSONNEL EN CHIRURGIE NOTE DE SYNTHESE ENQUÊTE REGIONALE SUR LA PRISE EN CHARGE DU TRAITEMENT PERSONNEL EN CHIRURGIE Contexte : Le traitement personnel est défini comme l ensemble des traitements médicamenteux en cours au moment

Plus en détail

Votre guide SpyderLENSCAL

Votre guide SpyderLENSCAL Votre guide SpyderLENSCAL L effet Spyder Félicitations! Vous disposez désormais d un outil de qualité supérieure pour mesurer et étalonner les performances de mise au point de votre combinaison appareil

Plus en détail

Espace Multimédia Médiathèque de Roanne Juin 2008

Espace Multimédia Médiathèque de Roanne Juin 2008 PowerPoint est un logiciel de présentation édité par Microsoft. Il est utilisé à l origine par les hommes d affaires, professeurs, étudiants et formateurs et figure parmi les formes les plus répandues

Plus en détail

LE MARCHÉ DES TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES AU PORTUGAL FACE AUX DÉFIS DU MARCHÉ COMMUN EUROPÉEN

LE MARCHÉ DES TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES AU PORTUGAL FACE AUX DÉFIS DU MARCHÉ COMMUN EUROPÉEN Ministério das Obras Públicas, Transportes e Comunicações E FLUVIAIS LE MARCHÉ DES TRANSPORTS ROUTIERS DE MARCHANDISES AU PORTUGAL FACE AUX DÉFIS DU MARCHÉ COMMUN EUROPÉEN Maria Luísa Nunes Teresa Sousa

Plus en détail

Bulletin sur le droit de la santé

Bulletin sur le droit de la santé Bulletin sur le droit de la santé Mai 2009 Fasken Martineau DuMoulin S.E.N.C.R.L., s.r.l. Le projet de loi n o 34 apporte des restrictions significatives à l exploitation des centres médicaux spécialisés

Plus en détail

Statistiques descriptives Variance et écart type

Statistiques descriptives Variance et écart type Statistiques descriptives Variance et écart type I) Rappel : la moyenne (caractéristique de position ) Définition Soit la série statistique définie dans le tableau suivant : Valeur... Effectif... Fréquences

Plus en détail

Guide technique des modalités de calcul du référentiel national de coûts SSR

Guide technique des modalités de calcul du référentiel national de coûts SSR Guide tecnique des modalités de calcul du référentiel national de coûts SSR Données ENC 2013 Service : Financement des établissements de santé Pôle : Allocation de ressources aux établissements de santé

Plus en détail

Chapitre 4 LE PLACEMENT DES SEANCES

Chapitre 4 LE PLACEMENT DES SEANCES VISUAL TIMETABLING Chapitre 4 LE PLACEMENT DES SEANCES FORMATION VT 2007 1 /8 G Vincent AFFINER LES ENSEIGNEMENTS Afin que l emploi du temps soit le plus précis possible, il convient de rassembler un maximum

Plus en détail

Classe de 3ème. Effectif partiel n Effectif total N

Classe de 3ème. Effectif partiel n Effectif total N Classe de 3ème Chapitre 2 Statistiques. 1. Quelques rappels. Une série statistique est composée de valeurs. Le nombre de fois où une valeur est répétée s'appelle l'effectif partiel de cette valeur. La

Plus en détail

S KHOURY (1), O HELWEH (1), C KHOURY (1), I DAOU (1), T SMAYRA (1), JN BUY (2), M GHOSSAIN (1) (1) Hôtel-Dieu de France, Beyrouth, Liban,

S KHOURY (1), O HELWEH (1), C KHOURY (1), I DAOU (1), T SMAYRA (1), JN BUY (2), M GHOSSAIN (1) (1) Hôtel-Dieu de France, Beyrouth, Liban, S KHOURY (1), O HELWEH (1), C KHOURY (1), I DAOU (1), T SMAYRA (1), JN BUY (2), M GHOSSAIN (1) (1) Hôtel-Dieu de France, Beyrouth, Liban, (2) Hôtel-Dieu de Paris, Paris - France La caractérisation d une

Plus en détail

Technologie de caméras linéaires

Technologie de caméras linéaires Depuis plusieurs années, les caméras linéaires jouent un rôle prépondérant dans le monde de l imagerie. Elles présentent des avantages uniques, par rapport aux caméras matricielles, et peuvent également

Plus en détail

Recherche sur la modification de l accélération d un chariot se déplaçant vers le bas sur un plan incliné

Recherche sur la modification de l accélération d un chariot se déplaçant vers le bas sur un plan incliné La recherche Recherche sur la modification de l accélération d un chariot se déplaçant vers le bas sur un plan incliné Question de recherche : L accélération d un chariot se déplaçant vers le bas sur un

Plus en détail

Se connecter à la boite à outils

Se connecter à la boite à outils Se connecter à la boite à outils 1. Ouvrir le navigateur Web en double-cliquant sur l icône se trouvant sur le bureau, ou à partir du menu Démarrer. 2. Taper l adresse de la page d accueil de LinguisTech

Plus en détail

QUESTION ÉCOUTE RÉTENTION 11. Le sommaire exécutif et la carte des points chauds

QUESTION ÉCOUTE RÉTENTION 11. Le sommaire exécutif et la carte des points chauds QUESTION ÉCOUTE RÉTENTION 11 Chapitre 1 : Le sommaire exécutif et la carte des points chauds Comme son nom l indique, la page du sommaire exécutif affiche un sommaire des sondages récents s affichant comme

Plus en détail

Excel 2002 Avancé. Guide de formation avec exercices et cas pratiques. Patrick Morié, Bernard Boyer

Excel 2002 Avancé. Guide de formation avec exercices et cas pratiques. Patrick Morié, Bernard Boyer Excel 2002 Avancé Guide de formation avec exercices et cas pratiques Patrick Morié, Bernard Boyer Tsoft et Groupe Eyrolles, 2003 ISBN : 2-212-11238-6 5 - ANALYSE ET SIMULATION MODÈLE ITÉRATIF 1 - NOTION

Plus en détail

Licence professionnelle Activités juridiques, spécialité Métiers du notariat

Licence professionnelle Activités juridiques, spécialité Métiers du notariat Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Activités juridiques, spécialité Métiers du notariat Université de Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes

Plus en détail

INTRODUCTION AU MARKETING Professeur : Abdellah KOMAT

INTRODUCTION AU MARKETING Professeur : Abdellah KOMAT 1- Tout produit fait partie d une hiérarchie que l on peut décomposer en plusieurs échelons (la hiérarchie des produits). Exposez ces différents échelons en illustrant votre présentation par un exemple

Plus en détail

Introduction sur l analyse en composantes principales (ACP)

Introduction sur l analyse en composantes principales (ACP) Introduction sur l analyse en composantes principales (CP) ) Introduction sur un exemple à 2 dimensions On veut représenter graphiquement les profils d élèves qui ont été notés sur 2 matières (Français

Plus en détail

Un bulletin avec WORD et EXCEL 2007. La fonction publipostage de Word permet d'éditer rapidement des relevés de notes.

Un bulletin avec WORD et EXCEL 2007. La fonction publipostage de Word permet d'éditer rapidement des relevés de notes. Un bulletin avec WORD et EXCEL 2007 La fonction publipostage de Word permet d'éditer rapidement des relevés de notes. 1. Le document principal (Bulletin) contient les parties communes de chaque bulletin

Plus en détail

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter

Exercice n 9 : Ne pas confondre observer et expérimenter Le pronostic des cancers du sein dépend de divers facteurs, dont la taille du cancer. En France, au cours d une étude, il a été observé un taux de survie plus important chez les femmes ayant un cancer

Plus en détail

Projet Bibliographique. Caméra linéaire TDI

Projet Bibliographique. Caméra linéaire TDI Projet Bibliographique Caméra linéaire TDI License professionnelle gestion de la production industrielle Spécialité Vision industrielle 1 Sommaire Introduction 3 a)définition d un capteur 4 I] Caméra linéaire

Plus en détail

Fiche Sphinx 1. http://blogs.lyceecfadumene.fr/informatique

Fiche Sphinx 1. http://blogs.lyceecfadumene.fr/informatique Fiche Sphinx 1 Table des matières Fiche Sphinx 1...1 Création d'une nouvelle enquête...1 1-Informations d'ordres générales...1 2-Saisie des questions...2 3-Les différents types...2 4-Enregistrement de

Plus en détail

L'espace de travail virtuel: Twinspace

L'espace de travail virtuel: Twinspace L'espace de travail virtuel: Twinspace 1) Accéder à son Twinspace: - Depuis le tableau de bord personnel (www.etwinning.fr), onglet "projets", puis "actions: TwinSpace". OU - en se rendant directement

Plus en détail

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE

CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE 1 CONCEPT DU GANGLION SENTINELLE En 1994, GIULIANO (Annal of Surgery) applique le concept du ganglion sentinelle dans la prise en charge chirurgicale du cancer du sein. Les bénéfices attendus sont : -

Plus en détail

Manuel d'utilisateur LMS Formateur CET

Manuel d'utilisateur LMS Formateur CET Manuel d'utilisateur LMS Formateur CET Générer des Rapports LMS ELMG 6.0.1 - v1.0 Juillet 2015 1 2 Table des matières Connexion... 4 Connexion au système... 4 L onglet Analyse Vue d ensemble... 5 Créer

Plus en détail

Metrix Mtx 3252 Notice d utilisation. Sommaire

Metrix Mtx 3252 Notice d utilisation. Sommaire Metrix Mtx 3252 Notice d utilisation Sommaire 1 - Mode opératoire de l acquisition du signal 11 raccordements mise en marche de l oscilloscope...2 12 Raccordement aux points de mesure...2 13 Sélection

Plus en détail

Procédure Moodle Gestion des groupes dans son espace Moodle

Procédure Moodle Gestion des groupes dans son espace Moodle 1 Objectif Vous pouvez utiliser les groupes d étudiants dans un espace Moodle pour : le suivi par groupe d étudiants : notes, travaux dans une activité (devoir, base de données, wiki ) regrouper les échanges

Plus en détail

ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE

ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE FEDERATION DES PROMOTEURS IMMOBILIERS DE FRANCE ETUDE SUR LA FISCALITE IMMOBILIERE EN EUROPE 20 octobre 2014 Ce rapport contient 7 pages Exposé préalable Méthologie de l étude Cette étude vise à comparer

Plus en détail

Comment cloturer un exercice?

Comment cloturer un exercice? Comment cloturer un exercice? Comment cloturer un exercice et ses périodes financières? Precautions d usage Avant toute clôture ou manipulation irréversible dans une base de données il est nécessaire d

Plus en détail

Un groupe d individus décrit par une variable quantitative Dossier SPATIAL Situer le groupe par rapport à une population de référence

Un groupe d individus décrit par une variable quantitative Dossier SPATIAL Situer le groupe par rapport à une population de référence UN GROUPE D INDIVIDUS DÉCRIT PAR UNE VARIABLE QUANTITATIVE SITUER LE GROUPE PAR RAPPORT À UNE POPULATION DE RÉFÉRENCE Mots clés : écarts à la moyenne ; écarts-réduit ; score Z ; distribution normale ;

Plus en détail

MODE D EMPLOI COMPTAGE D INVENTAIRE

MODE D EMPLOI COMPTAGE D INVENTAIRE MODE D EMPLOI COMPTAGE D INVENTAIRE 1 Fonctionnement général À partir de l édition Professional, Wings Logistique inclut la possibilité de lire les données de stock par le biais d un ou plusieurs fichiers

Plus en détail

L interconnexion de batteries.

L interconnexion de batteries. L interconnexion de batteries. Le présent article (largement inspiré de la théorie publiée dans le site WEB http://www.smartgauge.co.uk) a pour but de présenter les différentes méthodes d interconnexion

Plus en détail

TITRE : BIODIVERSITÉ ET PARENTÉS ENTRE LES VERTÉBRÉS

TITRE : BIODIVERSITÉ ET PARENTÉS ENTRE LES VERTÉBRÉS Préparer une «Situation complexe disciplinaire», situation d apprentissage et/ou d évaluation TITRE : BIODIVERSITÉ ET PARENTÉS ENTRE LES VERTÉBRÉS classe : 2 durée : 60 minutes Manipuler et expérimenter.

Plus en détail

Scouts Canada. Système de gestion de l apprentissage (LMS) Guide de l utilisateur

Scouts Canada. Système de gestion de l apprentissage (LMS) Guide de l utilisateur (LMS) Guide de l utilisateur Bienvenue au système de gestion de l apprentissage Le système de gestion de l apprentissage offre les outils nécessaires pour atteindre les objectifs d apprentissage et de

Plus en détail

DÉFINITION ET INTERPRÉTATION DES DIFFÉRENTS INDICATEURS ISSUS DU PANEL DE CONSOMMATEURS

DÉFINITION ET INTERPRÉTATION DES DIFFÉRENTS INDICATEURS ISSUS DU PANEL DE CONSOMMATEURS DÉFINITION ET INTERPRÉTATION DES DIFFÉRENTS INDICATEURS ISSUS DU PANEL DE CONSOMMATEURS Les données de panels fournissent un grand nombre d indicateurs utiles à la prise de décision. L analyste doit donc

Plus en détail

Utiliser le forum de icollège. Créer, animer un groupe de discussion. Participer à une discussion en cours. Professeur : Jean-Pierre Franc

Utiliser le forum de icollège. Créer, animer un groupe de discussion. Participer à une discussion en cours. Professeur : Jean-Pierre Franc Utiliser le forum de icollège Créer, animer un groupe de discussion. Participer à une discussion en cours. Professeur : Jean-Pierre Franc Dans le menu horizontal, en haut à droite, de la page d accueil

Plus en détail

Encadrement de la déductibilité des redevances de concession de brevets

Encadrement de la déductibilité des redevances de concession de brevets Analyse Encadrement de la déductibilité des redevances de concession de brevets On sait que le régime des plus-values à long terme est applicable aux plus-values de cession de brevets, d inventions brevetables

Plus en détail

Manuel d utilisation MyEasyOptic :

Manuel d utilisation MyEasyOptic : Manuel d utilisation MyEasyOptic : Gestion des avoirs VERSION 1.19 F M y E a s y S o f t - w w w. m y e a s y o p t i c. c o m Gestion des Avoirs I. DÉFINITIONS : Un avoir permet de générer un chiffre

Plus en détail

Test des recrutements concernant la discrimination en raison de l âge

Test des recrutements concernant la discrimination en raison de l âge Test des recrutements concernant la discrimination en raison de l âge Octobre 2012 Jean-François Amadieu, Yvan Dumez, Mehdi Mouhoubi L accès à l emploi des séniors est particulièrement difficile et le

Plus en détail

M. Garetier 1, 2, JC. Gentric 1, G. Koch 1, J. Rousset 2, D. Ben Salem 1, P. Meriot 1 CHU Brest (1), HIA Brest (2)

M. Garetier 1, 2, JC. Gentric 1, G. Koch 1, J. Rousset 2, D. Ben Salem 1, P. Meriot 1 CHU Brest (1), HIA Brest (2) M. Garetier 1, 2, JC. Gentric 1, G. Koch 1, J. Rousset 2, D. Ben Salem 1, P. Meriot 1 CHU Brest (1), HIA Brest (2) 1 Plan Introduction Généralités Anatomie et radio-anatomie Embryologie Etat de l art sur

Plus en détail

Témoin de présence carte SD

Témoin de présence carte SD de l appareil Voici une description de l utilisation générale de l appareil AUDIOSCHOOL 1. Présentation de l interface graphique Témoin de présence carte SD Témoin de charge Informations générales Titre

Plus en détail

Tutoriel 6 Réaliser une notice de pliage

Tutoriel 6 Réaliser une notice de pliage Tutoriel 6 Réaliser une notice de pliage Une notice de pliage présente les différentes étapes permettant de plier complètement un objet. Étape et angle de pli Pour cela, nous allons présenter les notions

Plus en détail

Mode d emploi du logiciel guifitcurve

Mode d emploi du logiciel guifitcurve Mode d emploi du logiciel guifitcurve D. Legland 18 juin 2008 Résumé Le programme guifitcurve est une interface graphique sous Matlab pour ajuster un contour polynomial à des images numérisées. L application

Plus en détail

Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay -

Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay - Analyse financière rétrospective des comptes - Commune de Luzinay - Juin 2014 Sommaire : Introduction 1. Première marge de manœuvre = la fiscalité 2. Deuxième marge de manœuvre = l épargne 3. Troisième

Plus en détail

Impression de documents avec Optymo

Impression de documents avec Optymo Impression de documents avec Optymo Notes de lecture : dans ce document, les textes soulignés font référence aux libellés des fenêtres ou aux libellés associés à des boutons d Optymo. Les textes en caractères

Plus en détail

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE

Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux. Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Les examens de laboratoire : comment les interpreter? Exemple : les marqueurs tumoraux Michèle BERTHIER : SCOR GLOBAL LIFE Présentation faite en collaboration avec le Dr Gabriela BUFFET, Médecin-Conseil

Plus en détail

les têtes sans faire mal

les têtes sans faire mal L art de couper les têtes sans faire mal Erwan Le Pennec, chargé de recherche Inria à l Université Paris-Sud Le principe du scanner implique de savoir retrouver un objet à partir d une collection de radiographies

Plus en détail

Informations sur la recherche d erreurs dans le questionnaire en ligne «Questionnaire Situation

Informations sur la recherche d erreurs dans le questionnaire en ligne «Questionnaire Situation Informations sur la recherche d erreurs dans le questionnaire en ligne «Questionnaire Situation des revenus» Auteur: Agroscope Dépouillement centralisé des données comptables Version: v3.1_15.12.2015 ;

Plus en détail

Arithmétique binaire. (Université Bordeaux 1) Architecture de l Ordinateur 2007-2008 1 / 10

Arithmétique binaire. (Université Bordeaux 1) Architecture de l Ordinateur 2007-2008 1 / 10 Entiers naturels Arithmétique binaire Représentation en base 10: 2034 = 2 10 3 + 0 10 2 + 3 10 1 + 4 10 0 Représentation en base 2: 11010 = 1 2 4 + 1 2 3 + 0 2 2 + 1 2 1 + 0 2 0 (Université Bordeaux 1)

Plus en détail

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS

PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS PROJETS PERFORMANCES FINANCIÈRES COMPARÉES DE PROJETS D INVESTISSEMENTS HOSPITALIERS 2 Exemple simplifié tiré d un cas concret : le remplacement de la cuisine centrale de l hôpital X Si les données de

Plus en détail

EloKanz. Manuel d utilisation. Version 1.0.0 - Copyright c Lionel Fontan 2012

EloKanz. Manuel d utilisation. Version 1.0.0 - Copyright c Lionel Fontan 2012 EloKanz Version 1.0.0 - Copyright c Lionel Fontan 2012 Manuel d utilisation 1 Enregistrer un patient 2 1.1 Sélectionner l entrée micro........................... 2 1.2 Avant l enregistrement.............................

Plus en détail

Contenu L idée Valeur des pièces Avant de jouer

Contenu L idée Valeur des pièces Avant de jouer Pescado Un jeu de dés pour 2 4 joueur à partir de 7 ans. Auteur: Steffen Benndorf Contenu 36 disques avec 3 poissons 5 dés blancs 2 dés gris L idée Sur la table sont disposés des disques sur lesquels sont

Plus en détail

Gestion des devis. Permet d'obtenir une image de l'activité du cabinet pour les devis

Gestion des devis. Permet d'obtenir une image de l'activité du cabinet pour les devis Gestion des devis Permet d'obtenir une image de l'activité du cabinet pour les devis Lors du premier appel aux fonctions d'activité, LOGOSw vous demande de taper votre code d'accès aux fonctions comptables

Plus en détail

Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments. 1: Médiastin antérieur 2: Médiastin moyen 3: Médiastin postérieur

Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments. 1: Médiastin antérieur 2: Médiastin moyen 3: Médiastin postérieur LE MEDIASTIN: DU PLUS SIMPLE AU PLUS COMPLIQUE D.Ducreux, A Ocelli, S Stolear, E Giordana, L Mondot, B Padovani CHU Nice, Hôpital Pasteur Le médiastin est classiquement divisé en 3 compartiments 1: Médiastin

Plus en détail

: NOUVEAU DAVID SLS-2

: NOUVEAU DAVID SLS-2 BP 80126-35801 DINARD Cedex - FRANCE Tel : +33 (0) 2 99 16 35 35 - Fax : +33 (0) 2 99 46 41 41 E mail : multistation@multistation.com - Web site : www.multistation.com : NOUVEAU DAVID SLS-2 Le scanner

Plus en détail

SOMMAIRE. Choisir le sens d impression de la page. Pages 3 et 4 Insérer un tableau. Fusionner des cellules. Orientation du texte

SOMMAIRE. Choisir le sens d impression de la page. Pages 3 et 4 Insérer un tableau. Fusionner des cellules. Orientation du texte Voici quelques fiches conseils pour faire un tableau avec WORD. On peut aussi utiliser une autre méthode qui consiste à dessiner le tableau. Nous l aborderons dans d autres fiches. Page 2 SOMMAIRE Choisir

Plus en détail

Aperçu de la COPYDISCOUNT.CH

Aperçu de la COPYDISCOUNT.CH Aperçu de la COPYDISCOUNT.CH Les plans, documents, informations de facturation etc. sont classés selon le projet et peuvent être gérés en ligne 24 heures sur 24. Les commandes peuvent être composées en

Plus en détail

HEMORROIDES. 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001)

HEMORROIDES. 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001) HEMORROIDES 1) Traitement chirurgical: les indications (recommandations 2001) 2) Comparaison de 2 techniques chirurgicales: Milligan-Morgan (technique conventionnelle) Vs Longo (anopexie par agrafage circulaire).

Plus en détail

Interprétation des résultats

Interprétation des résultats Plateforme de séquençage Cochin Interprétation des résultats Grace à la base de données vous avez un accès direct à vos séquences. Pour valider la qualité de ces séquences vous devez visualiser leur chromatogramme.

Plus en détail

Planification Version «réservation manuelle» version 3.0 - mai 2015 (Passage version Wegas)

Planification Version «réservation manuelle» version 3.0 - mai 2015 (Passage version Wegas) Manuel Utilisateur Planification Version «réservation manuelle» version 3.0 - mai 2015 (Passage version Wegas) Etablir votre diagramme de Gantt Estimer le coût des tâches www.albasim.ch 1 / 5 Affecter

Plus en détail

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL SEN Session 2014. Situation d évaluation de Sciences Physiques et Chimiques SUJET DESTINÉ AU CANDIDAT

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL SEN Session 2014. Situation d évaluation de Sciences Physiques et Chimiques SUJET DESTINÉ AU CANDIDAT LOGO Académie BACCALAUREAT PROFESSIONNEL SEN Session 2014 Contrôle en cours de formation Situation d évaluation de Sciences Physiques et Chimiques Séquence Durée :./. 45 min SUJET DESTINÉ AU CANDIDAT Établissement

Plus en détail

Création, analyse de questionnaires et d'entretiens pour Windows XP, 2003, 2008, 7 et MacOs 10

Création, analyse de questionnaires et d'entretiens pour Windows XP, 2003, 2008, 7 et MacOs 10 Création, analyse de questionnaires et d'entretiens pour Windows XP, 2003, 2008, 7 et MacOs 10 7 Tris à plat Procédures de réalisation des tableaux de fréquence sur les variables logiques : questions à

Plus en détail

LES ROUES. Rayonnage. Types de rayonnage :

LES ROUES. Rayonnage. Types de rayonnage : Page 1/7 Un rayonnage se définit par le nombre de rayon et de croisement. A savoir que plus le nombre de rayon est important et plus la roue est rigide (car chaque rayon est moins sollicité); et que plus

Plus en détail

Le logiciel Aplusix Standard comme environnement d'apprentissage du raisonnement par équivalence dans le cas des équations et systèmes d équations

Le logiciel Aplusix Standard comme environnement d'apprentissage du raisonnement par équivalence dans le cas des équations et systèmes d équations Le logiciel Aplusix Standard comme environnement d'apprentissage du raisonnement par équivalence dans le cas des équations et systèmes d équations Hamid Chaachoua, Laboratoire LEIBNIZ - Institut IMAG,

Plus en détail

Bord Perdu et zone tranquille

Bord Perdu et zone tranquille Bord Perdu et zone tranquille 1. Le bord perdu et la zone tranquille Le bord perdu Lorsque l on imprime un document, le format du papier sur lequel on imprime est défini par la machine d impression. Toutes

Plus en détail

1 - Paramétrage de la TVA... 2

1 - Paramétrage de la TVA... 2 1 - Paramétrage de la... 2 A) Onglet T.V.A. : Paramétrage des comptes de... 2 B) Onglet Déclaration de : Paramétrages de l OD de déclaration de... 3 2 - Gestion de la... 4 A) sur encaissement... 4 B) intra-communautaire...

Plus en détail

Baromètre - Le Crédit d'impôt Recherche dans le numérique 15/01/2015

Baromètre - Le Crédit d'impôt Recherche dans le numérique 15/01/2015 Baromètre - Le Crédit d'impôt Recherche dans le numérique 15/01/2015 Enquête - Le Crédit d'impôt Recherche dans le numérique Le Crédit d Impôt Recherche est une mesure fiscale destinée à soutenir l'effort

Plus en détail

L imagerie post radio-chimiothérapie dans les cancers tête et cou: l expérience du CHUM

L imagerie post radio-chimiothérapie dans les cancers tête et cou: l expérience du CHUM Congrès de l AORLQ - Octobre 2012 L imagerie post radio-chimiothérapie dans les cancers tête et cou: l expérience du CHUM Moein Alizadeh, William Guertin, Louise Lambert, Louis Guertin, Manon Bélair, Luc

Plus en détail

LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils

LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils ENQUÊTE 2014 LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES DE LA CGE Diversité des origines et des profils ENQUÊTE VOIES D ACCÈS 2014 1 LES VOIES D ACCÈS AUX GRANDES ÉCOLES Une enquête toujours plus représentative

Plus en détail

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications

RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications RÉSUMÉ La biopsie des ganglions sentinelles dans le cadre du traitement du cancer du sein : indications et contre-indications Mars 2012 Une production de l Institut national d excellence en santé et en

Plus en détail

J. Kozub, R. Chrzan, M. Binder**, M. Grzybek

J. Kozub, R. Chrzan, M. Binder**, M. Grzybek Suggestion hypnotique dans l étude de l activation douloureuse en IRMf A. Urbanik, J. Aleksandrowicz*, B. Sobiecka, J. Kozub, R. Chrzan, M. Binder**, M. Grzybek Département de Radiologie et Psychiatrie*

Plus en détail

Archives départementales des Hautes-Pyrénées

Archives départementales des Hautes-Pyrénées Cas pratique n 2 L Enregistrement Archives départementales des Hautes-Pyrénées Juin 2015 L ENREGISTREMENT CAS PRATIQUE N 2 : RECHERCHER UNE SUCCESSION AUPRES DE L ENREGISTREMENT Contexte : Un chercheur

Plus en détail

UE 214 COMPTABILITÉ ET AUDIT 2012-2013

UE 214 COMPTABILITÉ ET AUDIT 2012-2013 UE 214 COMPTABILITÉ ET AUDIT 2012-2013 Application 3 Séance 6 Corrigé de l application de la série 2 du cours à distance CONSOLIDATION DES COMPTES Chérif-Jacques ALLALI Institut National des Techniques

Plus en détail

Pour établir des liens de parenté entre les organismes vivants on se base sur le partage de caractères dérivés (homologues) ou innovations évolutives.

Pour établir des liens de parenté entre les organismes vivants on se base sur le partage de caractères dérivés (homologues) ou innovations évolutives. Correction Bac 2009 Introduction : Les principes de la phylogénie : Pour établir des liens de parenté entre les organismes vivants on se base sur le partage de caractères dérivés (homologues) ou innovations

Plus en détail