Pour une stratégie industrielle pérenne

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Pour une stratégie industrielle pérenne"

Transcription

1 Safe Automotive Hagondange Pour une stratégie industrielle pérenne Conférence de presse Jeudi 24 février 2011 Document élaboré Par la Fédération de la métallurgie, le syndicat de l entreprise Safe Automotive et le collectif revendicatif de l union départementale de la Moselle 1

2 Préambule Le maintien et le développement d une industrie forte est indispensable pour notre pays, comme pour notre région qui souffre particulièrement du recul de l emploi industriel. Plus de emplois industriels ont été détruits en Lorraine ces dix dernières années. La France est le pays en Europe qui détruit le plus d emplois dans l industrie. Cette stratégie est dangereuse car elle fragilise tout le tissu économique et social. La CGT mène le combat pour reconquérir l industrie, elle entend multiplier les initiatives pour développer des propositions qui constituent les bases d une véritable politique industrielle. I) Un contexte difficile pour l ensemble des sous-traitants de l industrie automobile Les états généraux de l industrie voulus par le président de la République ont montré les grandes difficultés des équipementiers automobiles soumis à un véritable diktat des grands groupes automobiles. Safe comme de nombreux sous-traitants automobile est depuis des années asphyxiée par ses clients au travers d une imposition systématique de baisse de ses prix de vente. A l inverse les prix d achat des matières premières (aciers) et de l énergie ne cessent de croître. Cela a pour conséquence de laminer les marges, la valeur ajoutée en empêchant les investissements et la remise à niveau de l outil de travail. L entreprise Safe est en redressement judiciaire depuis fin décembre La plupart des forgerons français (et européens) se trouvent dans la même situation avec de nombreux dépôts de bilan et restructurations dans ce métier : exemples de redressements judiciaires avec Forge de la ville (2006) et Setforge (2009). Aucune entreprise ne peut survivre durablement si elle n est pas capable de répercuter le coût de ces matières premières à ses clients. La sidérurgie qui fut longtemps concernée par la même problématique a réussi à intégrer dans ses prix de vente un «delta ferraille et alliages» qui s ajoute aux prix de base négociés chaque année. (ce delta évoluant à la hausse ou à la baisse selon les cours des matières premières qui sont publics et incontestés). Ascométal, principal fournisseur de Safe, applique ce delta ferrailles et alliages et Safe ne peut pas le répercuter à ses propres clients, et notamment Renault (qui accepte par contre ce delta pour les livraisons directes d Ascométal??!!) 2

3 Devant cette situation qui dure depuis plusieurs années, Safe a réagi en baissant de manière drastique tous ses autres coûts (investissements, entretiens, main d œuvre) mais ce ne sont que des pis aller face au problème structurel de l insuffisance des prix de vente. Cette baisse des coûts a forcément une limite et des conséquences sur la marche des outils qui se dégradent, en rentrant dans une spirale de déclin de l entreprise. Premier constat : rien de durable et de sérieux ne pourra se faire sans un relèvement conséquent des prix de vente. Les relations entre donneurs d ordres doivent s établir sur de nouvelles bases qui permettent aux sous-traitants de récupérer une partie de la valeur ajoutée finale. C est indispensable pour assurer le maintien des emplois et des qualifications, mais aussi pour permettre le financement des investissements (renouvellement des équipements.) II) Une stratégie industrielle suppose une stratégie durable : la question du repreneur Plusieurs repreneurs potentiels sont annoncés avec une date limite de dépôts de candidature pour le 28 février Parmi ces repreneurs, le plus en vue serait le groupe Farinia qui a déjà concentré un certain nombre de forgerons français (SetForge, Estamfor, Barriol et Dallière ), il déclare avoir le soutien de Renault et du FMEA et venir avec un programme industriel (non communiqué de manière précise) Par contre, les premières annonces du Président, F. GUINOT, ont été de s attaquer au social : 64 licenciements, remise en cause de la plupart des acquis sociaux (RTT, CE, convention collective etc ), autant de nouveaux sacrifices imposés aux salariés, sans perspective de redressement, s il n y a pas en face une remontée des prix de vente et notamment la question des deltas ferrailles ainsi qu un programme d investissements. De plus, Farinia envisage de «découper» l usine en centres de profit indépendants, ce qui fait craindre à terme des fermetures possibles d ateliers, SINON quel intérêt? CONSEQUENCES POSSIBLES AUSSI SUR LE VOISIN ASCOMETAL L usine sidérurgique voisine d Ascométal est quasiment le fournisseur d acier unique de Safe. Safe étant le premier client de cette usine à hauteur de 15% environ des livraisons. Il y a donc une imbrication étroite de ces deux usines qui était autrefois (avant 1988) le même site industriel (sidérurgie+forges). Safe était encore une filiale à 100% d Ascométal jusqu en 2007, date à laquelle elle a été cédée au groupe Hay via une Holding fantôme, HZ. 3

4 Si demain, Safe devait disparaître, ou perdre une partie de ses capacités de production, il est clair qu il y aurait aussi des répercussions sur Ascométal (600 salariés.) III) Les propositions CGT : il faut changer de logique industrielle En France, les principaux donneurs d ordre et en l espèce les constructeurs automobiles, (Renault, PSA) sont dans une logique forcenée de baisse des coûts et d exploitation de leurs fournisseurs et sous-traitants. Ceci a pour conséquence, d un coté, des fournisseurs qui meurent à petits feux car les baisses de prix imposés laminent les marges, limitent les investissements et condamnent rapidement ces entreprises à la faillite. De l autre, nos constructeurs nationaux qui engrangent des profits conséquents qui ne sont pas ou peu investis en France. Ils servent soit à financer le développement du groupe à l international soit à verser des dividendes stériles aux actionnaires. Cette politique se fait au détriment de l emploi industriel en France, et au détriment du bien être social puisque cela a pour conséquence moins d emplois, moins de salaires, moins de cotisations sociales etc. La CGT propose de changer cette logique agressive de domination et d exploitation par une logique de filière et de partenariat, où cette dernière n est pas l exploitation du fournisseur mais le partage de la richesse dans toutes les composantes de la filière. Certes, le marché automobile est un marché ouvert où les constructeurs se livrent une concurrence féroce, il est donc nécessaire de surveiller les coûts et d optimiser les marges. Pour autant cela doit être considéré sur l ensemble de la filière : Comment et où réaliser des économies? A quel endroit investir dans la filière? Comment améliorer la valeur ajoutée globale? Cette logique existe en Allemagne et au Japon mais pas en France, c est une des raisons de la «réussite allemande» et de «l échec français». On nous vante le mérite et le dynamisme des PME allemandes mais elles ne sont pas étranglées par les donneurs d ordre comme le sont les PME françaises. En Allemagne il y a un réel partenariat, voir un certain «patriotisme» économique. Volkswagen, BMW et les autres font d abord travailler leurs entreprises de proximité, et leurs fournisseurs nationaux. Elles les soutiennent dans leurs investissements, n écrasent pas leurs prix de vente, et privilégient une politique de gains partagés sur le long terme plutôt qu une exploitation mortelle sur le court terme. Deuxième constat : La filière automobile produit de la valeur qui doit être redistribué sur l ensemble de la chaine, les investissements lourds sont nécessaires, il faut interroger les marges des grands groupes mais aussi remettre à plat la place des 4

5 banques pour qu elles jouent un rôle plus efficace aux services de l emploi et des territoires. IV) Une question clé : le rôle et l intervention de l Etat a) L Etat a aidé massivement l industrie automobile nationale en 2009 au travers d un prêt de 6 milliards d euros. Il participe financièrement au FSI (Fond Stratégique d Investissement), au crédit impôt recherche, aux efforts de formation et dans d autres domaines. L Etat est encore actionnaire chez Renault à hauteur de 15%. Pour quel retour sur investissement et combien de créations d emplois La dernière usine automobile construite en France est celle de Toyota à Valenciennes en 2001, la dernière de Renault est celle de Douai en Ces dernières années, les constructeurs français ont une stratégie constante de désengagement des usines françaises. Ainsi la production française est passée de 3,3 Millions de voitures à 2 Millions de voitures par an et malgré le soutien des pouvoirs publics, emplois ont été supprimés, (14 % des effectifs). En amont, la situation des équipementiers est encore plus inquiétante, avec la suppression attendue de emplois sur les que compte ce secteur en France. Plusieurs groupes de sous-traitance ont connu des dépôts de bilan. Actuellement plusieurs entreprises de la filière automobile sont dans la tourmente : Sealinx (Joints automobile emplois menacés), MGM (Injection Plastique 270 emplois menacés en France, et notamment l usine à Villers-La-Montagne). Les tribunaux de commerce vont statuer de manière imminente sur leur devenir. Malgré les déclarations du chef de l Etat : Où est le retour sur investissements? b) les conditions de reprises de la Safe : Farinia proposerait le financement suivant : reprise de l entreprise via une holding au capital de 4,5M avec pour actionnaires Farinia pour 1,5M, le FMEA pour 1,5M et de l actionnariat local (ILP) pour 1,5M. Le financement de la reprise, du BFR de départ et des investissements se ferait via des obligations convertibles du FMEA à hauteur de 20M. Troisième constat : le repreneur ne finance qu une faible partie, les fonds publics (FMEA, ILP et 1/3 du FMEA sont plus importants.) Quelles garanties exige l Etat en contrepartie de ces aides? Sur l emploi, à court terme et moyen terme? Sur le bien être social des travailleurs? Sur la pérennité de l entreprise? Quelles garanties a-t-on que dans quelques années, les pièces fabriquées à Safe ne seront pas transférées dans d autres sites? V) CONCLUSION La situation de Safe n est pas isolée. De nombreuses entreprises de la filière automobile, mais aussi d autres secteurs, sont confrontées à la même problématique. 5

6 Cela pose la question du fonctionnement de notre économie. A quoi servent les entreprises? Quelles relations doivent-elles tissées entre donneurs d ordre et sous-traitants? Comment développer notre industrie nationale? Quelle politique industrielle? o Et quelle politique sociale? Au travers de l emploi, du niveau des salaires et des conditions de travail? Le Président de la République et le gouvernement parlent souvent de «politique industrielle». Des Etats Généraux de l Industrie se sont déroulés en 2010 dans toute la France, qu avons-nous comme résultats concrets? La CGT Moselle, la fédération des travailleurs de la métallurgie CGT sont totalement impliqués de la lutte des salariés de Safe qui se battent pour leur emploi et leur avenir. Nous souhaitons qu au travers d un repreneur crédible et des aides de l Etat on construise une véritable alternative et un redressement de cette entreprise qui fait partie du paysage depuis 1932 et qui fait vivre 350 salariés en direct et près de 1000 en indirect. L Etat est placé au pied du mûr.il ne peut accepter d apporter son concours à une reprise sans se donner des garanties durables tant pour le maintien des emplois comme pour le maintien de l activité sur le site. La CGT considère que la reprise directe dans le giron du groupe Renault serait la solution la plus favorable tant pour le groupe Renault pour «sécuriser» ses approvisionnements que pour la Safe pour la pérennité de son activité. Une stratégie de filière verticale garde sa toute la logique. De toute manière, un contrat de partenariat pluriannuel serait mutuellement avantageux. Nous souhaitons obtenir, dans les meilleurs délais, un rendez-vous auprès du ministre de l Industrie. Les aides publiques doivent servir à financer l emploi et le développement industriel. Une démarche commune de nos trois organisations sera faite dès demain. L Etat a des réelles marges de manœuvre tant comme donneur d aide que comme actionnaire de Renault. La CGT met en débat une nouvelle initiative de manifestation pour préserver l emploi ce site industriel. Pour placer cette entreprise et ses emplois sous la protection de la population. l 6

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Présentation des industries de la Métallurgie

Présentation des industries de la Métallurgie Présentation des industries de la Métallurgie - Sources U.I.M.M. Lorraine En France Les industries de la transformation des métaux recouvrent les activités suivantes : - Biens intermédiaires : production

Plus en détail

LE PLAN DE CESSION LE CAS DE LA SOCIÉTÉ TRANSPORTS

LE PLAN DE CESSION LE CAS DE LA SOCIÉTÉ TRANSPORTS LE PLAN DE CESSION LE CAS DE LA SOCIÉTÉ TRANSPORTS Le cas pratique suivant est un cas anonymis,é reprenant les principales problématiques liées à une offre de reprise. Il prend pour exemple une PME de

Plus en détail

Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse

Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse Les garanties et leur sort dans les procédures collectives : cas de synthèse I - La SAS PLASTICAUTO est une PME dont l activité industrielle se situe dans le secteur économique de la construction automobile.

Plus en détail

CORRIGE. Sujet zéro n 1. Parties Intitulés Nombre de points. 1 Série de questions 12

CORRIGE. Sujet zéro n 1. Parties Intitulés Nombre de points. 1 Série de questions 12 Economie-gestion Durée : 2 H Coefficient : 1 Page 1/6 CORRIGE Sujet zéro n 1 Parties Intitulés Nombre de points 1 Série de questions 12 Trois sujets au choix : 2 Sujet A : Quelles démarches mettre en œuvre

Plus en détail

Le nombre de véhicules légers vendus dans le monde en 2013 a dépassé les 82 millions.

Le nombre de véhicules légers vendus dans le monde en 2013 a dépassé les 82 millions. 003-10 Avant-propos_Avant-propos 14/05/14 09:41 Page3 Avant-propos Pascal FAURE* L automobile: un enjeu considérable pour la France, tant en ce qui concerne les entreprises que l intérêt public Le nombre

Plus en détail

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014

internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 Regards sur la conjoncture internationale, nationale et vendéenne Petit-déjeuner de l OESTV - Vendredi 11 juillet 2014 CONJONCTURE INTERNATIONALE & NATIONALE Reprise lente en ZONE EURO et à rythmes variables

Plus en détail

SOUTIEN EXCEPTIONNEL A L ACTIVITE

SOUTIEN EXCEPTIONNEL A L ACTIVITE CIACT du 2 février 2009 «Plan de relance de l économie» - B - SOUTIEN EXCEPTIONNEL A L ACTIVITE ECONOMIQUE ET A L EMPLOI Enveloppes du plan de relance de l économie : 600 M pour le financement des PME

Plus en détail

Partie 2 Entreprises et production

Partie 2 Entreprises et production CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN Partie 2 Entreprises et production Introduction La production est réalisée par des organisations de nature très différente et aux objectifs très variés, mais toutes

Plus en détail

L actualité de la Métallurgie Mai 2013

L actualité de la Métallurgie Mai 2013 Secteurs L actualité de la Métallurgie Mai 2013 Des points forts, mais une filière bridée par les «sous performances» de RENAULT et PSA Expertise Conseil Formation Le point de vue de notre Expert Jean-Louis

Plus en détail

Les outils juridiques du retournement d entreprise. Intervention ISEP - 9 mai 2012 -

Les outils juridiques du retournement d entreprise. Intervention ISEP - 9 mai 2012 - Intervention ISEP - 9 mai 2012 - Introduction I. Les interlocuteurs en cas de difficulté II. Les solutions traditionnelles hors tribunal III. Les solutions confidentielles sous l égide du tribunal IV.

Plus en détail

Coordination des syndicats CGT

Coordination des syndicats CGT Coordination des syndicats CGT RENAULT Au cours de cette conférence de presse, nous allons démontrer que la direction générale de Renault joue au poker menteur avec les salariés et l Etat :»Elle ne prend

Plus en détail

Contrat de la filière Automobile Le contrat de filière a été présenté par Monsieur Claude CHAM, vice- président du comité stratégique de la filière

Contrat de la filière Automobile Le contrat de filière a été présenté par Monsieur Claude CHAM, vice- président du comité stratégique de la filière Contrat de la filière Automobile Le contrat de filière a été présenté par Monsieur Claude CHAM, vice- président du comité stratégique de la filière automobile, à Monsieur Arnaud Montebourg, ministre du

Plus en détail

Encourager les systèmes de pensions complémentaires

Encourager les systèmes de pensions complémentaires Conférence de presse Luxembourg, le 25 septembre 2013 Le secteur financier constitue la pierre angulaire de l économie luxembourgeoise. Il doit cependant faire face à de nombreux défis. Par conséquent,

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

QUIZ ÉQUIPES ÉDUCATIVES IMPRESSION

QUIZ ÉQUIPES ÉDUCATIVES IMPRESSION QUIZ ÉQUIPES ÉDUCATIES IMPRESSION QUIZ DÉCOURIR LE SECTEUR DE LA CONSTRUCTION AUTOMOBILE Note : Le quiz est composé de 11 propositions rai/aux. Dans l exercice sous format numérique, les jeunes auront

Plus en détail

Rémunération et carrière des fonctionnaires : les 10 mesures phares de l accord PPCR

Rémunération et carrière des fonctionnaires : les 10 mesures phares de l accord PPCR Rémunération et carrière des fonctionnaires : les 10 mesures phares de l accord PPCR arahan - Fotolia.com Malgré un défaut de représentativité des syndicats signataires, le Gouvernement a décidé d appliquer

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

Un droit pour le Comité d Entreprise de recourir à l expert comptable

Un droit pour le Comité d Entreprise de recourir à l expert comptable Examiner à la loupe la situation économique, sociale et financière de l entreprise Un droit pour le Comité d Entreprise de recourir à l expert comptable 50 rue Tudelle 45100 ORLEANS Tel : 06 71 23 21 33

Plus en détail

Arnaud Montebourg. Michel Sapin. Mercredi 25 juillet 2012. Ministre du Travail, de l Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social

Arnaud Montebourg. Michel Sapin. Mercredi 25 juillet 2012. Ministre du Travail, de l Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social Arnaud Montebourg Ministre du Redressement productif Michel Sapin Ministre du Travail, de l Emploi, de la Formation professionnelle et du Dialogue social Mercredi 25 juillet 2012 MINISTÈRE DU REDRESSEMENT

Plus en détail

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009

Financement des PME Outils de la période de crise. Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Financement des PME Outils de la période de crise Atelier des pôles de compétitivité 28 mai 2009 Un besoin de financement face à une crise financière Plan de financement de l économie 320 Mds : plafond

Plus en détail

Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça?

Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça? Crise, austérité, compétitivité : Et le travail dans tout ça? Jacques Perrat Emmanuelle Puissant Meeting CGT, 9 septembre 2013, Lyon 1 Quel est le problème : La rémunération du travail ou le coût du capital?

Plus en détail

Les mutations du marché automobile mondial

Les mutations du marché automobile mondial Le marché automobile chinois Utilisez les documents et vos connaissances pour caractériser le marché automobile chinois et pour présenter les stratégies des firmes automobiles mondiales (non chinoises)

Plus en détail

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012

Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Intervention de Madame Sylvia PINEL, Ministre de l artisanat, du commerce et du tourisme à l AG du Conseil du Commerce de France le 26 juin 2012 Monsieur le Président du Conseil du commerce de France ;

Plus en détail

CHARTE NATIONALE DE COOPÉRATION POUR LE SOUTIEN ET L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES DU SECTEUR AUTOMOBILE ET DE LEURS SALARIÉS 2012-2015

CHARTE NATIONALE DE COOPÉRATION POUR LE SOUTIEN ET L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES DU SECTEUR AUTOMOBILE ET DE LEURS SALARIÉS 2012-2015 CHARTE NATIONALE DE COOPÉRATION POUR LE SOUTIEN ET L ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES DU SECTEUR AUTOMOBILE ET DE LEURS SALARIÉS 2012-2015 Charte Automobile 2008 et Charte Automobile 2012-2015 Les principales

Plus en détail

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N

Annexe 1. Tableau de bord de la société Armand Ratio Calcul Valeur société Armand année N ÉNONCÉ 1 Analyse globale Créée en N-5, la société Armand est devenue sous-traitante d une entreprise qui gère une librairie électronique. Armand assure la logistique de cette entreprise : elle achète,

Plus en détail

février 2012 L accompagnement des entreprises de Guadeloupe à l international : Instruments financiers de soutien proposés par l AFD et OSEO

février 2012 L accompagnement des entreprises de Guadeloupe à l international : Instruments financiers de soutien proposés par l AFD et OSEO février 2012 L accompagnement des entreprises de Guadeloupe à l international : Instruments financiers de soutien proposés par l AFD et OSEO Trois domaines d application l exportation : financement et

Plus en détail

Mesdames, Messieurs, L ENTREPRISE INDIVIDUELLE A RESPONSABILITE LIMITEE... 2

Mesdames, Messieurs, L ENTREPRISE INDIVIDUELLE A RESPONSABILITE LIMITEE... 2 N 21 - septembre 2010 La NEWSLETTER d AUTHEC «lu pour vous» L édito Mesdames, Messieurs, Comme vous le savez, nous avons déménagé afin de nous rapprocher de Paris et d être accessible par les transports

Plus en détail

Assurer notre développement malgréles vents contraires. 12 septembre 2011

Assurer notre développement malgréles vents contraires. 12 septembre 2011 Assurer notre développement malgréles vents contraires 12 septembre 2011 Une période contrastée I. Des développements majeurs II. dans un contexte européen difficile III. Nos plans d action pour assurer

Plus en détail

Le Marché Automobile au Brésil: Stratégies Comparées de Renault et PSA face à la concurrence

Le Marché Automobile au Brésil: Stratégies Comparées de Renault et PSA face à la concurrence Le Marché Automobile au Brésil: Stratégies Comparées de Renault et PSA face à la concurrence Stratégies des Grandes Entreprises en Amérique Latine: Exposé du Samedi 28 janvier 2006 Olivier Caillaud - Carlos

Plus en détail

Fiscalité suisse et vaudoise : Quels conseils et opportunités à saisir pour les PME et les investisseurs? Plan de l exposé

Fiscalité suisse et vaudoise : Quels conseils et opportunités à saisir pour les PME et les investisseurs? Plan de l exposé Fiscalité suisse et vaudoise : Quels conseils et opportunités à saisir pour les PME et les investisseurs? PETIT DÉJE JEÛNER DES PME & START-UP séminaire du 23.3.2007 DÉPARTEMENT DES FINANCES Administration

Plus en détail

TENS Corrigé Sciences économiques

TENS Corrigé Sciences économiques 1. Lequel des besoins suivants n est pas un besoin primaire? a) Se loger b) Se nourrir c) S instruire d) Se vêtir 2. Parmi les besoins suivants, lequel est un besoin tertiaire? a) Manger b) Se déplacer

Plus en détail

LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD

LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD NE LAISSONS PAS LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD Le MEDEF demande les pleins pouvoirs! Le janvier 0, le MEDEF a signé avec des syndicats minoritaires un accord sur l emploi. La négociation s est déroulée

Plus en détail

Les stratégies gagnantes

Les stratégies gagnantes Les stratégies gagnantes Par Julien Deleuze Senior Manager, Estin & Co A l occasion des crises, on mesure de façon évidente à quel point les entreprises font face à un cercle vicieux destructeur. Faible

Plus en détail

UNE LOI VOTEE MAIS NON APPLIQUEE!

UNE LOI VOTEE MAIS NON APPLIQUEE! UNE LOI VOTEE MAIS NON APPLIQUEE! Loi N 2013-504 du 14.06.2013 Entreprises en LIQUIDATION JUDICIAIRE NON APPLICATION DE LA LOI SUR LA PORTABILITE GRATUITE DES FRAIS DE SANTE et DE PREVOYANCE Si aujourd

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre

LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre LES ARGUS 2012 du Nouveau Centre N 37 27 juillet 2012 La débâcle de PSA Peugeot Citroën Reflet de la faiblesse structurelle de notre industrie Alors que PSA Peugeot Citroën détaillait ce mercredi son projet

Plus en détail

Intervention générale

Intervention générale PROPOSITION DE LOI N 909 PORTANT DEBLOCAGE EXCEPTIONNEL DE LA PARTICIPATION ET DE L INTERESSEMENT Intervention générale Monsieur le Président, Monsieur le rapporteur, Chers collègues, Nous sommes appelés

Plus en détail

Toutes les unités de moyeu de rechange ne se valent pas. L ignorer peut vous coûter cher en temps, argent et clients perdus.

Toutes les unités de moyeu de rechange ne se valent pas. L ignorer peut vous coûter cher en temps, argent et clients perdus. Toutes les unités de moyeu de rechange ne se valent pas. L ignorer peut vous coûter cher en temps, argent et clients perdus. Les moyeux des première qualité SKF Construits pour égaler ou dépasser les spécifications

Plus en détail

Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013

Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013 Du taux de marge dans l industrie note hussonet n 61, 15 octobre 2013 Le taux de marge mesure la part du profit (EBE) dans la valeur ajoutée d une entreprise. C est donc un bon indicateur de la répartition

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi

Compte rendu. Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures. Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Compte rendu Mission d information sur le crédit d impôt pour la compétitivité et l emploi Jeudi 11 septembre 2014 Séance de 11 heures Compte rendu n 21 SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2013-2014 Audition, ouverte

Plus en détail

Les investissements internationaux

Les investissements internationaux Conclusion : Doit-on réguler les IDE? Les investissements internationaux Introduction : Qu est ce qu un investissement direct à l étranger (IDE)? I) L évolution des IDE 1 Les IDE : une affaire entre riches

Plus en détail

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client

Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Enquête auprès des acteurs économiques de la Relation Client Mission Nationale de la Relation Client / AGEFOS PME Avril 2011 Nobody s Unpredictable Fiche technique Etude et sondage effectués pour Observatoire

Plus en détail

INDEMNISATION du CHOMAGE PARTIEL :

INDEMNISATION du CHOMAGE PARTIEL : SYNDICAT FORCE OUVRIERE RENAULT SANDOUVILLE Tél : 01.76.82 19 60 Fax : 01.76.82.06.03 @ :fo.sandouville@renault.com Site : www.sandou.free.fr Lundi 21 Octobre 2013 INDEMNISATION du CHOMAGE PARTIEL : Une

Plus en détail

L organisation syndicale

L organisation syndicale L organisation syndicale 1 Les questions sociales sont en Belgique de la compétence du gouvernement fédéral Les syndicats sont donc organisés à ce niveau. Il existe trois principaux syndicats en Belgique

Plus en détail

Le plan de sauvegarde de l emploi (PSE) doit être

Le plan de sauvegarde de l emploi (PSE) doit être Droit en du pratique CE Avant d en arriver au PSE, de nombreuses mesures peuvent être utilisées pour faire face à la baisse de commandes ou du chiffre d affaire. Si le CE peut proposer leur mise en œuvre

Plus en détail

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie.

Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Les titres en couleurs servent à guider le lecteur et ne doivent pas figurer sur la copie. Introduction Lors de la campagne sur le référendum du Traité constitutionnel européen en 2005, la figure du «plombier

Plus en détail

Conférence sociale. Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE. Juillet 2012.

Conférence sociale. Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE. Juillet 2012. Conférence sociale Table ronde N 5 «Réunir les conditions du redressement productif» Contribution des CCI DE FRANCE Juillet 2012 Page 1 Introduction Si la production va mal en France, c est d abord en

Plus en détail

Le déclin de l industrie en France

Le déclin de l industrie en France Le déclin de l industrie en France Le but de ce dossier pédagogique est de comprendre les causes de la désindustrialisation en France. Il faut distinguer quatre phénomènes : i) les gains de productivité,

Plus en détail

L observatoire. Bilan 2012 Créations et disparitions des entreprises en France. des entreprises. Avril 2013. www.cofaceservices.fr

L observatoire. Bilan 2012 Créations et disparitions des entreprises en France. des entreprises. Avril 2013. www.cofaceservices.fr Bilan 2012 Créations et disparitions des entreprises en France Avril 2013 L observatoire des entreprises www.cofaceservices.fr Objet de l Etude Evolution en 2012 des créations, cessations et défaillances

Plus en détail

Le secteur automobile «amont» : tude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional

Le secteur automobile «amont» : tude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional Le secteur automobile «amont» : tude des besoins de compétences actuels et futurs au niveau régional Synthèse Contexte Depuis 2008, les marchés et la filière automobile font face à de nombreux chocs conjoncturels

Plus en détail

Les Outils de Contrôle Qualité CAO chez FAURECIA

Les Outils de Contrôle Qualité CAO chez FAURECIA La perfection technique, la passion automobile Les Outils de Contrôle Qualité CAO chez FAURECIA GALIA -10 Décembre 2003 Anne-Gaëlle MOMOT - DITS Ordre du jour Présentation du Groupe FAURECIA Historique

Plus en détail

«Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire

«Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire «Vaincre la crise par la solidarité» La réduction collective du temps de travail sans perte de salaire et avec embauche compensatoire Congrès exceptionnel FGTB Liège-Huy-Waremme 2009 - Document de travail

Plus en détail

M E T H O D E «Dossier statistique de la situation. I Les sources d information. des entreprises en 2013»

M E T H O D E «Dossier statistique de la situation. I Les sources d information. des entreprises en 2013» M E T H O D E «Dossier statistique de la situation des entreprises en 2013» Ce dossier présente les informations chiffrées disponibles à partir de l exploitation des données comptables du fichier FIBEN

Plus en détail

Réforme des pensions des fonctionnaires : travailler plus longtemps pour moins de pension

Réforme des pensions des fonctionnaires : travailler plus longtemps pour moins de pension Réforme des pensions des fonctionnaires : travailler plus longtemps pour moins de pension Michaël Verbauwhede Kim De Witte Service d études PTB 1 Bonification liée au diplôme...2 1.1 Principe...2 2.2 Exemple...3

Plus en détail

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE

COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 5 L'ACTIVITÉ DU COMMERCE DE MATÉRIEL AGRICOLE... 6 LES POINTS

Plus en détail

Les ménages et le crédit

Les ménages et le crédit Les ménages et le crédit Marseille 16 novembre 2011 1 Tous droits réservés 2011 Objectif et plan PLAN DE LA PRÉSENTATION Etat des lieux : Endettement et surendettement Bien souscrire son crédit immobilier

Plus en détail

1. Embaucher davantage de jeunes

1. Embaucher davantage de jeunes 11 octobre 2005 Le contrat de solidarité entre générations La présente synthèse est établie sur base de la note du Gouvernement fédéral du 11 octobre 2005. Elle reprend de manière succincte les différentes

Plus en détail

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS)

Proposition pour le site de UD CGT 35 La CGT propose la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) Proposition pour le site de UD CGT 35 la conquête d un nouveau statut du travail salarié (NSTS) L insécurité dans et au travail est une réalité qui affecte un nombre sans cesse grandissant de salariés.

Plus en détail

Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française. Dossier de presse

Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française. Dossier de presse Répondre aux nouveaux enjeux de la filière automobile française Dossier de presse Octobre 2014 Après de trop longues années de crise, un léger vent d optimisme souffle enfin sur notre industrie automobile.

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

Différents instruments de l actionnariat salarié

Différents instruments de l actionnariat salarié onnectedthinking Différents instruments de l actionnariat salarié Aspects fiscaux et sociaux 20 avril 2004 Nicolas de Limbourg Introduction Options sur actions Plans d achat d actions Promesses d attribution

Plus en détail

1. Les PME sont-elles bien armées pour conquérir de nouveaux marchés?

1. Les PME sont-elles bien armées pour conquérir de nouveaux marchés? LES PRINCIPALES PROPOSITIONS DE LA PROFESSION COMPTABLE FRANCILIENNE 1. Les PME sont-elles bien armées pour conquérir de nouveaux marchés? Proposition n 1 : La formation initiale doit davantage être mise

Plus en détail

STATUT. entendu? www.abvvmetaal.be

STATUT. entendu? www.abvvmetaal.be OUVRIERS EMPLOYÉS STATUT entendu? www.abvvmetaal.be le statut de salarié une étape importante Ouvrier vs. Employé Trouvez les nombreuses injustes différences Les différences entre les statuts d ouvrier

Plus en détail

La Base de Données Unique

La Base de Données Unique Formation, Expertise et Conseil pour les CE et CHSCT La Base de Données Unique Paris, le 23 septembre 2014 Jean-Pierre Yonnet Le 2 ème volet de la LSE Le deuxième volet de la loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

L ÉCHO de GUSTAVE La Page d Economie du Lycée Gustave Eiffel de Budapest

L ÉCHO de GUSTAVE La Page d Economie du Lycée Gustave Eiffel de Budapest L ÉCHO de GUSTAVE La Page d Economie du Lycée Gustave Eiffel de Budapest Atelier de la classe de premiere en Sciences Economiques & Sociales Revue de presse économique, politique et sociale française Janvier

Plus en détail

Quel financement de la protection sociale pour un développement de qualité?

Quel financement de la protection sociale pour un développement de qualité? Quel financement de la protection sociale pour un développement de qualité? Jean-Marie Harribey 2008 http://harribey.u-bordeaux4.fr Ce diaporama complète celui qui est à : http://harribey.u-bordeaux4.fr/travaux/retraites/diapo-retraites.pdf

Plus en détail

Accord de gouvernement

Accord de gouvernement Titel Subtitel + auteur 1 Accord de gouvernement 2 12-2014 1 Saut d index Modération salariale Réduction des charges sociales Mesures fiscales Crédit-temps temps RCT Pension Pensions complémentaires Modernisation

Plus en détail

DOSSIER DE PRÉSENTATION

DOSSIER DE PRÉSENTATION DOSSIER DE PRÉSENTATION Sommaire 1. le produit... 3 001. ombri solar... 6 002. e-borneo... 8 003. l app mobile... 9 2.La communication..10 001. site internet... 11 002. mailing... 12 003. article de presse..13

Plus en détail

Cyril GUIMBAUD Romain CHALINDAR RENAULT

Cyril GUIMBAUD Romain CHALINDAR RENAULT Cyril GUIMBAUD Romain CHALINDAR RENAULT CA PLP 2005-2006 SOMMAIRE 1. L historique et facteurs d évolutions de Renault... 3 1.1. Historique... 3 1.2. Facteurs d évolution... 4 2. Les objectifs stratégiques

Plus en détail

Il faut agir contre la montée du chômage!

Il faut agir contre la montée du chômage! Il faut agir contre la montée du chômage! En décembre 2012, le chômage au Luxembourg atteint un niveau record : 16 963 personnes inscrites comme demandeurs d emploi à l ADEM, soit un taux de chômage de

Plus en détail

GUIDE SUR LES MUTUELLES DE FORMATION. Règlement sur les mutuelles de formation

GUIDE SUR LES MUTUELLES DE FORMATION. Règlement sur les mutuelles de formation GUIDE SUR LES MUTUELLES DE FORMATION Règlement sur les mutuelles de formation GUIDE SUR LES MUTUELLES DE FORMATION Règlement sur les mutuelles de formation ÉDITION SEPTEMBRE 2010 Dans le cadre d une entente

Plus en détail

STRICTEMENT CONFIDENTIEL PROTOCOLE DE FIN DE CONFLIT

STRICTEMENT CONFIDENTIEL PROTOCOLE DE FIN DE CONFLIT PROTOCOLE DE FIN DE CONFLIT ENTRE : LE SYNDICAT CGT GOODYEAR AMIENS NORD Sis avenue Roger Dumoulin BP 1339 AMIENS CEDEX 1 (80009), Pris en la personne de ses représentants, dument habilités aux fins des

Plus en détail

Devenez technicien supérieur principal de l économie et de l industrie

Devenez technicien supérieur principal de l économie et de l industrie Concours 2013 Devenez technicien supérieur principal de l économie et de l industrie http://www.dgcis.gouv.fr/la-dgcis/concours/technicien-superieur-economie-et-industrie VOS TALENTS DE TECHNICIEN AU

Plus en détail

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION Présents : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, GIM, UIMM 77 D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014 Ordre du jour 1. Adoption du compte-rendu de la séance du

Plus en détail

1955-2015. MECAPLAST fête ses 60 ans! DOSSIER DE PRESSE 19.03.2015. www.happy60mecaplast.com

1955-2015. MECAPLAST fête ses 60 ans! DOSSIER DE PRESSE 19.03.2015. www.happy60mecaplast.com 1955-2015 MECAPLAST fête ses 60 ans! DOSSIER DE PRESSE 19.03.2015 CONTACT PRESSE Stéphanie Bianco Responsable Communication Groupe 4/6 avenue Albert II - 98 000 Monaco +377 92 05 52 81 sbianco@mecaplast.com

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DEPLACEMENT AUX FORGES DE TRIE-CHATEAU DU GROUPE LEBRONZE ALLOYS

DOSSIER DE PRESSE DEPLACEMENT AUX FORGES DE TRIE-CHATEAU DU GROUPE LEBRONZE ALLOYS DOSSIER DE PRESSE DEPLACEMENT AUX FORGES DE TRIE-CHATEAU DU GROUPE LEBRONZE ALLOYS Vendredi 3 avril 2015 ACCELERER L INVESTISSEMENT EN FRANCE Une situation économique française qui s améliore, favorable

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 12-DCC-148 du 18 octobre 2012 relative à la prise de contrôle exclusif par la société Renault Trucks Defense de la société Auverland Général Défense L Autorité de la concurrence,

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 4 octobre 2014 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 4 octobre 2014 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 4 octobre 2014 Retiré PLF POUR 2015 - (N 2234) AMENDEMENT présenté par M. Gagnaire, M. Caresche et M. Terrasse ---------- ARTICLE ADDITIONNEL APRÈS L'ARTICLE 6, insérer l'article suivant:

Plus en détail

Newsletter presse n 27

Newsletter presse n 27 Direction des Relations avec les Médias N 26/DRM/2014 Newsletter presse n 27 Nos projets Leviers de développement économique Edition électronique Mars 2014 Manel AIT-MEKIDECHE Newsletter n 27 Mars 2014

Plus en détail

Une crise de la distribution, plutôt qu une crise budgétaire

Une crise de la distribution, plutôt qu une crise budgétaire Une crise de la distribution, plutôt qu une crise budgétaire Özlem Onaran Nous sommes dans un nouvel épisode de la crise mondiale: la lutte pour la répartition des coûts. Cette crise a été l un des produits,

Plus en détail

Intervention de Bruno CAVAGNE, Président de la Fédération Nationale des Travaux Publics

Intervention de Bruno CAVAGNE, Président de la Fédération Nationale des Travaux Publics Conférence de presse du 12 novembre 2013 Intervention de Bruno CAVAGNE, Président de la Fédération Nationale des Travaux Publics En tant que nouveau président de la FNTP, je suis face à vous dans un état

Plus en détail

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011

Dossier de presse. Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales. Du 18 au 25 novembre 2011 Dossier de presse Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales Du 18 au 25 novembre 2011 2 Semaine nationale de la création reprise d entreprises artisanales - 18 au 25 novembre 2011

Plus en détail

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE La CFTC demande l organisation d un marathon social. Il s agira d élaborer une liste lors de cette réunion du 18

Plus en détail

LES MATINALES DU CRA

LES MATINALES DU CRA LES MATINALES DU CRA 11 MARS 2014 COMMENT OPTIMISER VOTRE REVENU DANS LE CADRE D UN LBO? Intervenant : Christelle POULIQUEN Avocat associé Société d avocats AFFIS 1 Rue de Villersexel 75007 PARIS Comment

Plus en détail

Monsieur le Préfet, j ai porté une grande attention sur le chapitre relatif à la sauvegarde de l emploi et au développement économique.

Monsieur le Préfet, j ai porté une grande attention sur le chapitre relatif à la sauvegarde de l emploi et au développement économique. Question de M. Michel PETIT, Conseiller Général du canton de Beaumetz-les-Loges, Président du groupe Union@ction.62, à M. Denis ROBIN, Préfet du Pas-de-Calais, sur les mesures en matière de soutien à l

Plus en détail

Comment actionner le droit d alerte pour anticiper les risques sur l emploi?

Comment actionner le droit d alerte pour anticiper les risques sur l emploi? Expertises économiques et sociales auprès des comités d entreprise Comment actionner le droit d alerte pour anticiper les risques sur l emploi? Rédacteur : Frédéric GERARD, Directeur de mission Bureaux

Plus en détail

6 mois d action de la majorité. Chaynesse KHIROUNI Députée de Meurthe-et-Moselle. www.chaynessekhirouni.com

6 mois d action de la majorité. Chaynesse KHIROUNI Députée de Meurthe-et-Moselle. www.chaynessekhirouni.com 6 mois d action de la majorité Chaynesse KHIROUNI Députée de Meurthe-et-Moselle www.chaynessekhirouni.com 6 mois de travail et d actions Chères Amies, Chers Amis Je sais que vous vous interrogez parfois

Plus en détail

Master professionnel Métiers de la finance du contrôle et de l'audit Promotion 2009 Situation au 1er décembre 2011

Master professionnel Métiers de la finance du contrôle et de l'audit Promotion 2009 Situation au 1er décembre 2011 Master professionnel Métiers de la finance du contrôle et de l'audit Promotion 2009 Situation au 1er décembre 2011 Option : Audit comptable et financier Effectif total de la promotion 2009 : 9 Non concernés

Plus en détail

A) S opposant à l augmentation de l âge légal de départ à la pension de 65 à 67 ans à l horizon 2030, cette mesure ne se justifiant pas ;

A) S opposant à l augmentation de l âge légal de départ à la pension de 65 à 67 ans à l horizon 2030, cette mesure ne se justifiant pas ; Page 1 sur 6 Proposition de résolution visant à lier étroitement politiques de pension et d emploi, et à encourager le relèvement du taux d emploi des 55-64 ans par des mesures incitatives qualitatives.

Plus en détail

Left Forum, New York, 29 mai 2015. Les origines de la crise : la fin des gains de productivité élevés

Left Forum, New York, 29 mai 2015. Les origines de la crise : la fin des gains de productivité élevés Intervention de Mireille BRUYERE Enseignante chercheure à l'université de Toulouse en Économie, animatrice du collectif des Économistes Atterrés et membre du conseil scientifique d'attac Left Forum, New

Plus en détail

ELEMENTS SUR LE PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI DANS LE NORD-PAS-DE-CALAIS

ELEMENTS SUR LE PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI DANS LE NORD-PAS-DE-CALAIS Dossier de presse ELEMENTS SUR LE PACTE NATIONAL POUR LA CROISSANCE, LA COMPETITIVITE ET L EMPLOI DANS LE NORD-PAS-DE-CALAIS DONNER AUX ENTREPRISES LES MOYENS DE LEUR COMPETITIVITE PAR UNE BAISSE DU COUT

Plus en détail

Actualité fiscale 25 juin 2015

Actualité fiscale 25 juin 2015 INTERESSEMENT DES SALARIES Le projet de loi Macron Le projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques, dite «loi Macron», a été présenté le 11 décembre 2014. Après de

Plus en détail

Fiche n 20 : Droit à la représentation collective

Fiche n 20 : Droit à la représentation collective Repères revendicatifs Fiche n 20 : Droit à la représentation collective La CGT propose Le droit pour tous les salariés à une représentation collective quels que soient leur statut, l entreprise et sa taille.

Plus en détail

RÉUNION ACTIONNAIRES Toulouse, 2 décembre 2010

RÉUNION ACTIONNAIRES Toulouse, 2 décembre 2010 RÉUNION ACTIONNAIRES Toulouse, 2 décembre 2010 Présentation du Groupe Jean-Hugues Duban Responsable Relations Investisseurs Chiffres clés PSA Peugeot Citroën Deux marques puissantes, différenciées et complémentaires

Plus en détail

L industrie automobile au Maroc

L industrie automobile au Maroc المملكة المغربية Royaume du Maroc Département des Statistiques des Echanges Extérieurs L industrie automobile au Maroc -Performance à l export- -Décembre 203- Introduction L ouverture commerciale et la

Plus en détail

L incidence de l appartenance de l employeur à un groupe de sociétés. Panorama de jurisprudence

L incidence de l appartenance de l employeur à un groupe de sociétés. Panorama de jurisprudence L incidence de l appartenance de l employeur à un groupe de sociétés Panorama de jurisprudence L incidence de l appartenance de l employeur à un groupe de sociétés: Panorama de jurisprudence I Entité économique

Plus en détail

MUTATIONS ECONOMIQUES

MUTATIONS ECONOMIQUES MUTATIONS ECONOMIQUES Pour un nouvel élan kpmg.fr Les Mutations Economiques, plus nombreuses, plus rapides, plus complexes, nous conduisent à changer notre perception de l environnement économique et

Plus en détail

LANCEMENT DE LA PLATEFORME DE LA FILIERE AUTOMOBILE

LANCEMENT DE LA PLATEFORME DE LA FILIERE AUTOMOBILE LANCEMENT DE LA PLATEFORME DE LA FILIERE AUTOMOBILE Automobile Club de France, mardi 9 juin 2009 09/06/09 Une évolution majeure de la relation clients-fournisseurs dans la filière automobile française

Plus en détail