Mohamed Choucair Président de la CCIA de Beyrouth et du Mont-Liban, Président de l ASCAME. de l État. La diversité des services que l on peut

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Mohamed Choucair Président de la CCIA de Beyrouth et du Mont-Liban, Président de l ASCAME. de l État. La diversité des services que l on peut"

Transcription

1 Numéro Sept Avril 2012 Publication «CCIA-BML» EDITO L ASCAME ou la nouvelle mission des Chambres Mohamed Choucair Président de la CCIA de Beyrouth et du Mont-Liban, Président de l ASCAME Le 21 e siècle est le siècle de l ouvertture. Les unes après les autres, les barrières tombent. Le monde est entrain de devenir une seule et même entité économique, un village globalisé. Or, cela n a pas toujours été le cas. Nous avions auparavant vécu deux siècles où de nombreuses barrières faisaient obstacle aux échanges, sous couvert de protectionnismme de l industtrie et de l agricculture. Mais en réalité, c était dans un but fisccal. La preuve est qu à une certaine époqque l exportattion était taxée autant que l impportation. Les chambres de commerce sont nées pour discippliner les échanges et servir de base à la taxe douanière ou aider à l appplication du boycott économique ou politique. Le service consulaire qu assuraient les chambres devenait une activité essentielle de la vie économique et de l organisation nationale. Et pourttant, cette pratique était une limitattion claire au développement, mais indispensable pour protéger les inttérêts nationaux. «C est la devise de tout père de fammille prudent de ne pas fabriquer à domicile ce qu il lui coûte plus cher à fabriquer qu à importer. Ce qui est raison pour un chef de famille normmal ne peut-être folie pour un grand royaume». Directeur responsable Mohamad LAMAA Immeuble CCIA-BML, Responsable de la coordination Elham RAHAL Rue 1 Justinien, Sanayeh Rédaction Marilyne JALLAD PO Box Beyrouth, Conseiller économique Roger Khayat Liban Maquette Le 18 e siècle d Adam Smith et de David Ricardo connaissait déjà pleinnement les impératifs du développpement. Le Portugal, qui a totalemment appliqué leurs théories, a fait faillite, et leur patrie l Angleterre, qui les a ignorées, a fait fortune en protégeant ses draperies. Aujourd hui, cette époque est révollue et les chambres de commerce ont développé entre temps deux grandes activités : - La promotion et l assistance aux PME. «Les institutions ne se maintiennent que dans la mesure où elles se renouvellent par un retour constant à leur principe de base à leur dynamique d origine.» - La représentation de la communnauté des afffaires auprès de l État. La diversité des services que l on peut rendre à l enttreprise est illimmitée et couvre notamment un grand nombre de formations professionnellles, l accès au financement, le transfert de technologies, l asssistance juridique ou comptable et beaucoup d autres domaines. Integrated communications La Chambre de commerce de Beyrrouth et du Mont-Liban a dernièremment lancé une nouvelle initiative, le Faro Liban, en coopération avec le Faro Français. Il regroupe des repprésentants des administrations à vocation économique pour réfléchir et assister l innovation des petites et moyennes entreprises. La représentation de la communautté des affaires auprès des pouvoirs publics n est pas moins importante, surtout au niveau des chambres qui groupent tous les secteurs de l éconnomie et qui peuvent, de ce fait, limmiter les conflits. La gestion de la Chambre de commmerce de Beyrouth et du Mont-Libban du conflit portant sur l augmenttation, à titre de vie chère, réclamé par les syndicats en période de crisse en février dernier a été particullièrement efficace pour réduire un conflit qui risquait de s envenimer et de causer beaucoup de torts à l économie libanaise. Dans ce contexte, se trouve l ASCAM- ME (Association des Chambres de Commerce et d Industrie de la Médditerranée). Il lui incombe d orientter les chambres et de les aider à assurer le changement. Dans son DOSSIER rôle de représentation, elle a lié des relations privilégiées avec l Union pour la Méditerranée dont elle se veut l instrument économique. Elle compte à son actif de grandes réalisations au service des PME et assure chaque année un grand nombbre de conférences, de workshops, de publications et de forums. Nous en citerons certains: «Med Invest», un programme initié par la Communnauté européenne pour la promottion de l emploi à travers les pays du Bassin méditerranéen, «Med Inddustrie», ou encore «Meda City». Comment créer une société au Liban? Vous êtes un étranger ou un jeune entrepreneur fraîchem ment sorti des bancs universitaires et vous aimeriez créer votre propre société. Quel type de société correspond le plus à votre projet? Comment faire pour la créer? A qui s adresser? Pour répondre à ces questions, André Nader, avocat, conseiller juridique de la Chambre de commerce d industrie et d agriculture de Beyrouth et du Mont-Liban revient pour Econews sur les étapes à suivre et les démarcm ches juridiques nécessaires à la création de toute nouvelle entreprise au Liban. 1- Les entreprises personnelles Les commerçants «Sont considérés comme commmerçants ceux dont la profession consiste à passer des actes de commerce et les sociétés dont l objjet est commercial», indique André Nader. Il nous informe ensuite que d après le texte de loi du 4 novembbre 1994, la femme libanaise marriée n a plus besoin du consentemment de son mari pour accomplir les actes de commerce, car sous le régime antérieur la femme ne possédait la capacité commercialle qu après consentement de son mari». Tout commerçant doit reccueillir son immatriculation auprès du greffier du registre de commercce dont dépend son principal étabblissement. Et cela dans un délai d un mois à partir de l ouverture de son commerce. Il y a cinq registres de commerce: Beyrouth, Tripoli, Baabda (Mont-Liban), Zahlé et Saidda. Le coût d une immatriculation Suite de l article en page 2

2 Page.2 DOSSIER s élève à 1 million et demi de livres libanaises. Quels sont les papiers que le commerçant doit également présenter au greffier? Sa carte d identité, une demande dans laqquelle doit figurer le nom de son commerce, le titre de propriété ou de location de son commerce ainsi que l objet de son commerce et sa localité. Il doit également tenir des livres de commerce et auprès du ministère des finances. Immatriculation des sociét tés de toutes nationalités mais ayant leur principal établissement au Liban: «Les sociétés de commerce de touttes nationalités, à l exception des sociétés en participation ayant leur établissement au Liban, doivvent publier leur actes constituttifs au registre de commerce de leur siège social. L immatriculation doit être recueillie dans un délai d un mois». Maitre André Nader précise, «on utilise encore l arrêté N 96 du haut-commissaire daté du 30 janvier 1926 (datant du mandat français) mais qui, heureusement, est encore valable». Immatriculation des sociét tés étrangères souhaitant ouvrir une succursale ou un bureau de représentation au Liban: Avant l ouverture au Liban d une succursale ou d un bureau de repprésentation, le conseil d administtration ou - l assemblée générale de la société étrangère qui prend la décision d ouvrir un bureau au Liban - nomme le directeur de la société et la détermination de ses pouvoirs traduits en arabe et légallisés. Les sociétés étrangères sont tenues de requérir l inscription de la succursale ou du bureau de représentation auprès du ministtère de l Economie nationale et du commerce, inscription qui sera suivvie d une inscription au registre de commerce. Cette inscription sera facultative pour le bureau de représsentation. A cet effet les sociétés étrangères devront présenter : le texte des stattuts de la société étrangère légalissé par le registre de commerce du pays étranger, par l Ambassade ou Consulat libanais et par le ministèrre des Affaires étrangères au Liban. Ces documents doivent être traduit en langue arabe et légalisés. Location et gérance du fonds de commerce Le décret de loi N o 11 paru le 11 Juillet 1967 fait du fonds de comm- merce l instrument de l entreprise commerciale constitué principalemment par des éléments incorporels (bail, clientèle, etc.) et accessoiremment par des éléments corporels (marchandises) le droit à la clientèle est l élément essentiel pour l acquissition et la conservation du fonds du commerce. Le droit au bail est considdéré comme l un des principaux élémments du fonds de commerce. Le contrat peut porter sur l ensemble des éléments de fonds de commerce ou sur une partie ; le contrat de locattion gérance doit être fait par écrit et publié dans les quinze jours au journnal officiel de même la cessation doit être publiée de la même forme. 2- Les sociétés commerciales Personnalité morale -D après l article 45 du code de commmerce, «la société au Liban a une personnalité morale distincte de la personnalité des autres associés».ce qui suit l aptitude reconnue à la socciété d être titulaire de droits et d un patrimoine différent de ceux des asssociés. Toutes les sociétés commerciales doivvent être officiellement enregistrées. Cette entité est à distinguer des socciétés «de fait», formule désignant un groupe de personnes formant en appparence une société, bien que celle-ci ne soit pas enregistrée. Les genres de sociétés Société en nom collectif (SC). Société fonctionnant sous une raison sociale constituée du nom d un assoccié ou de plusieurs noms et suivi par l abréviation «&co». Une responsabillité collective est partagée par tous les associés pour tout le capital et pour toutes les dettes. Elle doit être enregistrée dans le mois qui suit sa création. Tous les associés gèrent la société, sauf disposition dans les statuts. Tous les associés sont commmerçants et la faillite de la société entraîne de fait celle des associés inddividuellement. Sociétés anonymes libanaises (SAL) Société dépourvue de raison sociale et constituée par un certain nombre de personnes qui souscrivent des actions et qui ne sont pas tenues du passif social que jusqu à concurrrence de leur mise de fonds. Toutes les sociétés anonymes fondées au Libban doivent avoir un siège social en territoire libanais et sont, de ce fait, considérées comme libanaise. Le tiers du capital des SAL, dont l objet est l exploitation d un service public, doit être constitué d actions nominattives appartenant à des actionnaires libanais. Le conseil d administration d une société anonyme doit compprendre au moins trois personnes. Il faut également nommé un commisssaire au compte et un conseiller jurridique. Elle doit avoir un capital minnimum de 30 millions de livres libannaises divisées en actions. Les fautes de gestion en général comprennent d une part, les actes frauduleux et les violations de la loi et des statuts, et d autre part, les fautes relatives à la bonne gestion. On distingue plussieurs types d assemblées générales : constitutive, ordinaires, et extraorddinaires. Chaque action donne droit a une voix sous réserve du vote doubble réservé aux actionnaires titulaires d actions nominatives depuis deux ans au moins. Sociétés Holding La société Holding est une société anonyme (SAL) dont le but est fixé par le décret législatif numéro 45 du 24 juin Les Holdings ont des objets spécifiques désignés par l artticle 2 du décret loi 45\83. Ce sont des sociétés qui sont enregistrées seulement à Beyrouth dans un registtre spécial. L objet de cette société doit se limiter à ce qui suit: 1- L acquisition d actions ou de parts dans des sociétés anonymes ou à responsabilité limitée libanaise ou étrangère existante ou la participattion dans leur création. 2- La gestion des sociétés dans lesqquelles elle possède des parts ou des actions. 3- L octroi des prêts aux sociétés dans lesquelles, elle possède des parts ou des actions, et leur garantie vis-à-vis des tiers. La société holding, peut, à cet effet, contracter des empprunts auprès des banques et émett- tre des obligations conformément aux dispositions de l article 122 et suivant du Code de commerce, sous réserve que le total de la valleur des obligations émises ne déppasse à aucun moment cinq fois la valeur du capital de la société holding auquel s ajoutent les résserves conformément au dernier bilan approuvé. La société holding ne pourra pas accorder des prêts à des sociétés opérant au Liban si sa part dans leur capital est inférrieure à vingt pour cent. 4- L acquisition de la propriété de brevets d inventions, de découverttes, de concessions, de marques déposées, et de tous autres droits réservés, ainsi que leur location à des établissements se trouvant au Liban et à l étranger. 5- L acquisition de biens meubles ou immeubles, à condition qu ils soient réservés exclusivement aux nécessités de ses activités, en tennant compte des dispositions de la loi relative à l acquisition par des non-libanais de droits réels foncciers au Liban. 6- Le conseil d administration peut ne comprendre que deux administtrateurs de nationalité libanaise et le PDG est dispensé du permis de travail s il est non résident ; le siègge social de la Holding est au Liban où sont tenus les comptes. La Holdding est soumise à un régime fiscal spécial. Un seul commissaire est nommé pour une durée pouvant aller jusqu à trois ans. Sociétés Off Shore Les dispositions de l article 1 du décret-loi N 46 du 24 juin 1983 (relatif à la réglementation des socciétés off-shore, c est-à-dire exerççant leur activité hors du territoire libanais) ont été abrogées par la loi n 19 du 9/9/2008 et ont été remplacées par les dispositions suivantes: Sont soumises au présent décretloi, les sociétés off shore qui sont

3 Page.3 des sociétés anonymes libanaises qui exercent limitativement les acttivités suivantes : 1- La négociation et la signature de contrats et de conventions concernnant des opérations et des marcchés dont l exécution sera effecttuée hors du territoire libanais et se rapportant à des biens se trouvant à l étranger ou dans les zones francches douanières. 2- La direction à partir du Liban de sociétés et d entreprises dont les activités s exercent hors du territoirre libanais, et l exportation de servvices professionnels, administratifs ou organisationnels et de services et programmes informatiques de tous genres à des établissements situés hors du Liban et ce, à la demmande de ces établissements. 3- Les opérations de commerce exttérieur triangulaires ou multipartittes qui s effectuent hors du Liban et pour cela, les sociétés off-shore peuvent entreprendre des opérattions de négociation, de signature de contrats, de transport de marcchandises, d établissement à nouvveau de factures pour des opérattions et activités effectuées hors du Liban ou issues des zones franches douanières ou à destinattion de cellles-ci ; et cela c o m p r e n d l utilisation de toutes les facilités disponibles dans les zonnes franches douanières au Liban pour entreposser les marchandises importées en vue de leur réexportation. 4- L exercice d actes et d activités de transport maritime. 5- L acquisition d actions, de parts, d obligations et de participations dans des entreprises et des sociéttés étrangères non résidentes au Liban, et l octroi de prêts à des La société au Liban a une personnalité morale distincte de la personnalité des autres associés entreprises non résidentes dans lesqquelles la société off-shore possède plus de 20% du capital. 6- L acquisition et/ou la jouissance de droits relatifs à des agences commercciales de produits et marchandises et relatifs à la représentation commercciale de sociétés étrangères dans des marchés étrangers. 7- L ouverture de branches et de burreaux de représentation à l étranger. 8- La construction, l exploitation, la direction et l appropriation de tout projet économique à l exclusion des interdictions énoncées à l article 2 du présent décret-loi. 9- L ouverture de crédits et l emprunt pour le financement des opérations et des activités précitées auprès de banques et établissements financiers sis au Liban ou à l étranger. 10- La location de bureaux au Liban et l acquisition des biens-fonds néccessaires à leurs activités sous réservve de la loi relative à l acquisition par les étrangers de droits réels fonciers au Liban. Ce sont des sociétés anonymes; elles sont enregistrées comme les Holding auprès du tribunal de commerce de Beyrouth dans un registre spécial. Il est permis que les membres du conseil d adminnistration soient des non libanais et le président n aura pas bessoin d un permmis de travail et les travailleurs étrangers empployés au Liban sont dispensés de l obligation d obtention d un permmis de travail à condition que le bilan annuel ne soit pas inferieur à un millliard de livres libanaises. De même, la Off Shore n est pas soumise à l obliggation de nommer un avocat conseil si son capital est inferieur à 50 milllions de livres libanaises. Les statuts des Off Shore doivent stippuler l interdiction de se livrer à n impporte quelle activité autre que les activités mentionnées dans le décret loi. Le capital de la société peut être libellé en monnaie étrangère. Sociétés en commandite simple ou par actions (SC) Les sociétés en commandite fonctionnnent sous une raison sociale (le nom de la société) qui comprend deux cattégories d associés: - Les commandités qui seules peuvvent être chargées de la gestion de la société et qui sont tenues personnelllement et solidairement des dettes sociales (ex: si la société à une dette d un million de livres libanaises ce sont les commandités qui payent). - Les commanditaires qui ne sont tennus de payer que jusqu à concurrencce de la mise. Il y a deux genres de sociétés en commmandite: - Les sociétés en commandite simple. - Les sociétés en commandite par action. Sociétés à responsabilité limitée (SARL) Cette société a été créée en 1967 alors que toutes les autres sociétés ont été créées en 1942, à l excepttion des Holdings créées en 1985 et les Off shore en 1985 et amende en Les SARL ont été créées au Libban (après le crack de Intra) par le décret N o 35 soit le 5 août Il faut un nombre minimum de 3 assocciés pour créer une SARL et aucune précision n est donnée quant à la nattionalité des associés. Elle doit être enregistrée au registre de commerce. Il faut un directeur et un conseiller juridique. Ainsi que la désignation d un commissaire au compte (ou commissaire de surveillance) qui devvient obligatoire si le nombre des asssociés excède le nombre de 20 ou si le capital de la société excède les 30 millions de livres libanaises ou bien si cette désignation est réclamée par un ou plusieurs des associés représentant au moins 1/5 du cappital. Et on peut transformer cette société SARL en SAL si il apparaît des comptes de la société que la valeur nette des avoirs excède les 30 millions de livres libanaises. Un capital de 5 millions de livres libannaises est nécessaire pour ouvrir une SARL (soit près de dolllars) Société en Participation Elle n a d existence qu entre les asssociés et n est pas destiné a être connue des tiers. Contrairement aux autres sociétés, ce genre de société n a pas de personnalité morale. Les statuts déterminent librement les relations entre les associés sous réserve de l application des princippes généraux du contrat de sociétté, Cette société n est pas soumise aux formalités de publicité prescritte pour les autres sociétés. Représentation commerciale La législation libanaise applicabble en matière de représentation commerciale intéresse particulièrrement les commerçants et sociéttés étrangères du fait que la quasi totalité des contrats de représenttation commerciale sont conclus entre une société étrangère et un commerçant libanais, dit représenttant. Une législation favorable aux repprésentants libanais et à caractère d ordre public a été introduite au Liban par la promulgation du déccret loi N o 34 du 5 août 1967 puis modifié par le décret N o 9639 du 6/2/75 et par décret loimo.73/83. Obligations des sociétés et des personnes Les sociétés et les personnes doivvent tenir des livres de commerce dans lesquels elles doivent inscrire toutes les opérations commercciales. Elles doivent également dresser un inventaire annuel et les livres de commerce doivent être tennus par ordre de date sans blanc, sans interligne et sans rature. Et ces livres de commerce doivent être conservés 10 ans après la clôtture de l entreprise. La TVA a été introduite au Liban par la LOI N o 379 du 14/12/2001 et sont assujetties de par la loi les personnes physiques ou morales à condition que leur chiffre d afffaires total relatif a quatre trimesttres consécutifs précédents soit supérieur à livres libbanaises.

4 Page.4 DEVELOPPEMENT Les voitures hybrides: une solution écologique encore rare au Liban Par le Centre d études économiques CER à la CCIA-BML Center for Economic Research Avec un parc automobile estimé à 1,6 millions de véhicules dont la moitié construits depuis 20 ans, le transport est l un des agents princippaux contribuant à la détérioration de la qualité de l air au Liban. Ce secteur compte à lui seul pour 59% des émissions d oxydes d azote NOx, 94% des émissions de monoxyde de carbone (CO) et 66% des émissions du composant organique volatile (NMVOC) au niveau national, d après une étude publiée par le ministère de l Environnement en Une facture énergétique élevée s ajoute au péril écologique posé par le transpport au Liban, un pays qui importe 98% de ses ressources d énergie. Sellon une étude menée par la banque mondiale, ce secteur détient 29% de la consommation nationale d énergie en Face à la raréfaction des énergies fosssiles et la dégradation de l environnemment, les voitures éco-énergétiques présentent une solution convenable pour mitiger l impact écologique et économique du secteur du transport au Liban. A l échelle mondiale, les véhicules électriques hybrides (VEH) représentent moins de 4% de l enssemble des voitures à essence en circculation, pourtant elles sont en voie de démocratisation pour plusieurs raisons: l inflation du prix du pétrole mais aussi la réduction considérable des émissions nocives s échappant du moteur thermique qui nuisent à l envvironnement et à la santé. Une voiture hybride, comme son nom l indique, dispose d une double motorisation, combinant la propulsion électrique et la propulsion thermique. Le motteur électrique est puissant pour les démarrages et les lentes conduites alors que le moteur thermique est viggoureux pour les vitesses normales et les performances élevées et bénéficie d une grande autonomie. À ces deux moteurs s ajoutent un générateur de courant entraîné par le moteur thermmique et une grosse batterie qui se recharge grâce à l énergie fournie par le moteur de carburant en motion et à l énergie cinétique convertie en électricité lors du freinage. Les véhicules hybrides consomment beaucoup moins d énergie en ville, et ceux qui possèdent une motorisation hybride dite intégrale peuvent même être exclusivement électriques, ce qui rend ces voitures particulièrement adaptées à la circulation urbaine sacccadée. Comparées à leurs homologgues thermiques, les voitures hybriddes ont un rendement deux fois plus élevé, ce qui exerce un effet positif correspondant à leur consommation et leurs émissions de CO2. En effet, les VEH consomment 60% d énergie et émettent un tiers de moins de CO2 que les automobiles traditionnelles en villes. Pro Hydro: Des rencontres dédiées aux professionnels de l eau Dans le cadre de ses actions pour promouvoir le secteur privé libanais, et nottamment dans le secteur de l environnement et des énergies renouvelables, la CCIA-BML soutient les rencontres technologiques annuelles PRO HYDRO, qui visent à générer des contacts professionnels dans le domaine de l eau. Cette convention d affaires est un événement associé au salon international de l eau HydroGaïa, qui aura lieu cette année du 6 au 8 juin au Parc des Expositions de Montpellier (France). La quantité moyenne d eau disponible par habitant dans les régions d Afriqque du Nord et du Moyen-Orient est bien moins importante que celle disponnible dans le reste du monde. Face aux besoins du secteur, les pays de cette région du globe sont de manière constante à la recherche de solutions et de technologie innovantes pour développer l accès, le stockage et optimiser l utilisation de l eau. C est pour répondre à cette problématique qu HydroG- Gaïa accueille des professionnels qualifiés et des représentants de collectivvités et sera une plate-forme d échanges, de contacts et d affaires entre les pays d Europe, les pays du Maghreb et du Golf. À ce jour, les véhicules hybrides ne sont pas très populaires au Liban. Le prix excessif des VEH est l un des plus grands défis freinant le développpent d un tel marché au Liban. Les droits de douanes élevés augmentent le coût de Toyota Prius qui atteint dollars, excédant de loin les montants d environ dollars aux États-Unis. Une proposition de loi pour éliminer les taxes d importattions des voitures hybrides à quatre cylindres n est pas encore adoptée. Deux scénarios ont été élaborés sur la base de la propagation des VEH dans le parc d automobile local. Le premier considère que d ici à 2015, ces véhicules constitueront 1% des voitures en circulation, et ce nombre devrait doubler d ici à Dans le deuxième scénario, une incittation est mise en place par le gouvvernement dans laquelle les frais d enregistrement des véhicules, en moyenne autour de 10% du coût esttimatif de voiture, seraient levés. Sur la base de consultations avec les disttributeurs de voitures dans le pays, il est prévu que cette incitation se traduise par un accroissement de la part VHE entre 5% et 10% en 2015 avec un doublement de cette valeur en L adoption des voitures hybrides sera particulièrement profitable au Liban où la forte congestion à Beyrouth et dans les autres villes principales coûte un équivalent de 2 milliards de dollars chaque année en dépenses d énergie. La motorisation hybride sera notamment avantageuse pour les taxis, automobiles anciennes et souvent délabrées, densément rép- pandues dans les routes encombrées des villes. En fait, dans une étude de 2010 rembboursée par la présidence du Conseil des ministres, Booz & Company a élaboré un programme de renouvelllement du parc des taxis au Liban. Selon l étude, dans un marché visé consistant en taxis de modèlles antérieurs à 2005, proppriétaires de taxis seront intéressés d échanger leurs véhicules contre des voitures éco-énergétiques et hybriddes. Une telle politique coûterait au gouvernement libanais une somme de 70 millions de dollars sur les sept prochaines années, divisée entre 30 millions en versements directs et 40 millions en recettes cédées. La politique d échange devrait aider le Liban à réduire la consommation d énergie combustible en milieu urbbain, ramollissant donc l empreinte écologique du secteur du transport, mais elle nécessite une série d incittations gouvernementales, y compris l exonération des droits de douanes, un versement de dollars en échange de l ancienne voiture, une subvention complète des intérêts d emprunts et une garantie des prêts de voiture (MoE, 2011). Les rencontre Pro hydro rassemblent des organisations de tous horizons recherchant des collaborations pour un bénéfice commercial mutuel. PRO HYDRO est ainsi un événement clef où collectivités, donneurs d ordres, bailleurs de fonds et porteurs de projets se rencontrent au niveau internattional. Ces rencontres d affaires proposent une prestation sur mesure comportant l accompagnement, la sélection et l organisation de rendez-vous ciblés et formalisés, la valorisation du savoir-faire et des innovations des participants, et la mise en relation avec des décideurs et prescripteurs étrangers. L événement est organisé de manière à optimiser les résultats des renconttres. Ainsi, chaque participant enregistré soumet son profil ainsi qu une propposition de recherche de collaboration. Le participant peut ainsi visualiser les profils des autres inscrits et demander des rendez-vous spécifiques. Les demandes de rendez-vous sont validées par les deux parties pour que le rendez-vous soit programmé en priorité. Rappelons qu HydroGaïa est organisé en partenariat avec le Pôle de compéttitivité Eau, à vocation mondiale. Basé à Montpellier, ce pôle regroupe les réggions Languedoc-Roussillon, Provence Alpes Côte d Azur et Midi-Pyrénées. Il est chef de file d une coordination regroupant à ses cotés deux autres pôles labellisés dans le domaine de l eau : le pôle Gestion des Eaux Continentales (Région Lorraine/Alsace ) axé sur la gestion du Cycle de l Eau, et le Pôle Dream, Eaux et Milieux (Région Centre ).

5 Page.5 SALON «Beyrouth capitale du goût» thème d Horeca 2012 Le coup d envoi de la 19 e édition du salon Horeca, rencontre annuelle des professionnels de l industrie hospitalière, a été donné le 20 mars dernier au Biel. Ce salon, l un des plus cotés de la région, a rassemblé pendant quatre jours les acteurs institutionnels clés et professionnels des industries de l alimentation, de l hôtellerie et de la restauration. Entretm tien avec Joumana Dammous-Salamé, la directrice générale de Hospitality Services, la société en charge de cet événem ment. Ainsi que des experts culinaires loccaux et étrangers et des écrivains culinaires qui se sont rassemblés autour de la cuisine du terroir en collaboration avec Souk al Tayeb. Des écrivains culinaires d origine koweitienne étaient même au renddez-vous pour signer leurs derniers ouvrages sur la question. Place ausssi à l imagination avec des installattions, un display de composition florrale, des lobbys d hôtels autour du thème «fleurs et végétaux». Récompenser l excellence, la compétence et l innovation président de l Académie nationale de cuisine de France, Guillaume Gomez, meilleur ouvrier de France et président de l association Les cuisiniers de la République et tant d autres noms prestigieux. Au nivveau local, et faisant partie du commité d organisation, on retrouve des Suite à un partenariat signé l annnée dernière avec la CCIA-BML pour promouvoir «Beyrouth capitale du goût», affirme d entrée Joumana Dammous-Salamé, «Le 7 mars dernnier un autre accord a été signé avec la Fédération des Chambres de commmerce de Beyrouth pour promouvoir ensemble tout ce qui est en rapport avec le Food safety ainsi que travvailler au développement de l Acaddémie culinaire libanaise». Le cru 2012 comprenait plus de 300 stands de professionnels issus du secteur hospitalier libanais, mais aussi plus de 60 participants étranggers notamment d Italie, de Francce, de Turquie, d Iran, de Pologne, d Arabie saoudite, de Syrie, du Sri Lanka, de Suède, etc. Un salon qui concerne non seulement le commercce de détail mais aussi l hôtellerie et la restauration et offre ainsi aux enttreprises françaises intéressées par la région du Levant une opportunité unique de pénétrer le marché ou de développer leur présence. Equipements hôteliers, agroalimentaire et boisson Conférences, ateliers de travt vail et installations! Equipements hôteliers, arts de la table, technologies, restaurants, produits alimentaires, agro-alimenttaires et enfin les boissons, spirittueux et non alcoolisées ont meublé cette année les trois ailes principalles du Biel. Au programme de ces quatre journnées de salon dédiées aux professsionnels, notamment des conférrences organisées autour du «Food safety» par la Fédération des Chambbres de commerce et d autres encorre, à l initiative du Syndicat des inddustriels agro-alimentaires libanais. Avec la présence, non moins négliggeable des ministères concernés, du Tourisme, de l Industrie, de l Econommie et de l Agriculture. Des ateliers de travail étaient aussi organisés tous les après-midi permmettant ainsi des B2B, des renconttres inter-professionnelles. Deux ateliers de travail, soit des «master class» en live, dans le secteur de la boisson avec des dégustations de vins libanais en présence de grands noms de l œnologie ont pris place. «L intérêt de ce salon est «de réccompenser l excellence, la compéttence et l innovation et de mettre en avant les chefs», indique Joummana Dammous-Salamé, ajoutant que «qu Hospitality Services pousse toujours plus loin ses limites». Elle m a également certifié «que tous les chefs sont sélectionnés d office, sans aucune discrimination d âge ou d expérience». Cela permet ainsi à près de 200 chefs de s affronter dans près de huit compétitions misses en place à cette occasion. Les catégories allant du «Live Junior Chefs Challenge» autour de la cuissine libanaise, en passant par la compétition de sandwich, de cuisine occidentale, ainsi que le meilleur mezzé ou la pièce montée. Des comppétitions entre les différentes écoles hôtelières entre participants de tous les âges. Les participants ont été nottés sur leur façon de dresser une tabble, de sélectionner des vins ou sur leur talent de sommelier. Rien n a été laissé au hasard par les organissateurs. Ils misent aussi depuis cinq ans déjà sur des compétitions interproducteurs d huile d olive. Un jury culinaire de renom était égallement de la partie. A savoir «que l invité d honneur cette année était la présidente de l académie culinaire d Istanbul, une initiative de la Fédérration des Chambres de commerce» souligne Joumana Dammous-Sallamé. Un jury formé d experts tels que Lucien Veillet, le président de l Académie nationale de cuisine de France, Jacques Charette, ancien noms de chefs tels que Joe Barza, consultant chez «Joe Barza conseils culinaires», Charles Azar, chef pâtisssier exécutif de l hôtel Four Seasons et d autres. En parallèle, au niveau de l innovattion, le Packaging Innovation Pack organisé avec Liban pack a mis en avant les dernières innovations. En effet, Liban Pack a fait une large sélection d emballages (packaging) à un niveau international qui a été exposée pour donner des idées aux professionnels sur ce qui est tenddance actuellement. «Annuellement, précise la directtrice générale d Horeca, il y a des constantes dans ce salon» mais pour la première fois «nous avons créé un espace technologie dans lequel ont été exposé les dernières technologgies utilisées dans le secteur hôtellier au Liban». Ce salon a encore réussi à attirer une centaine de milliers de visiteurs et Beyrouth était, l espace de quelques jours, le lieu de rencontre annuel de l industrie alimentaire et hôtelière. A noter que ce salon ne cesse de granddir, il s est dernièrement exporté au Koweit et en Arabie-Saoudite. Les initiatives privées n ont pas fini de relever le nom du Liban, là où les initiatives publiques peinent encore à nous éblouir.

6 Page.6 ACTIVITES DE LA CCIA-BML Enfin un centre privé de médiation commerciale à Beyrouth! Le premier centre privé de médiation commerciale à Beyrm routh, le Lebanese Mediation Center (LMC), a vu le jour cette année à l initiative de la CCIA-BML. Pour mieux nous éclairer, Rana Nader, coordinatrice de ce centre de médm diation (LMC), avocat et médiatrice accréditée de CEDR, a bien voulu nous en parler. Ce centre privé de médiation commerciale est rattaché à la CCIA-BML qui est une institution privée d intérêt public. «Deux facteurs princippaux ont poussé à sa création», explique Rana Nader. D une part la volonté du président Mohamed Choucair de développer les services de résolution de conflits commerciaux de la CCIA-BML, en application de l article 7 des statuts de la Chambre de commerce de Beyrouth et du Mont-Liban, notamment en parallèle du centre d arbitrage. D autre part un projet de coopération avec l IFC, dans le cadre de l Alternative Dispute Resolution (ADR) Program pour la région MENA. Trois objectifs moteurs pour le Lebanese Mediation Center (LMC) Formation de médiateurs Une première formation a été donnée du 20 au 29 février dernier dans les locaux de l IFC au centre-ville de Beyrouth. Cette session, visant à enseigner la discipline de la médiation aux participants, était dirigée par le «Center for Effective Dispute Resolution» (CEDR). Résolution de conflits commerciaux «La médiation est une méthode de prévention et de résolution des conflits dont le but est de faciliter la communication entre les deux parties», précise la coordinatrice du centre de médiation LMC. «Et ce, afin de trouver une solution à l amiable en laissant aux deux parties le soin de trouver la solution la plus adaptée», poursuit Rana Nader. Outre le caractère peu onéreux et rapide (en moyenne une semaine de préparation du dossier et une journée pour trouver un accord) de la médiation, ses avantages sont nombreux: le pouvoir est entre les mains des parties, son caractère confidentiel et flexible permet de s adapter aux besoins de chaque partie. De plus, ce mode alternatif de résolution des conflits ne rompt pas les rapports commerciaux enttre les parties. A petite échelle, les affaires se traitent au cas par cas, permettant la résolution de conflits spécifiques. A plus grande échelle, la médiattion permet de libérer des fonds qui auraient été entièrement bloqués dans des procédures judiciaires longues et couteuses. En synthèse, la médiation présente l avantage non négligeable de rendre les liquidités plus disponible, de favoriser les opérations de réinvestissement et de relancer par là même l économie. Une mission de sensibilisation du grand public Le lancement officiel du centre de médiation (LMC) a eu lieu lors d une conférence de presse le 4 avril de ce mois. D autres outils de communnication tels que des groupes de réflexions et tables rondes ont lieu régulièrement dans le but de cibler certains secteurs où la médiation est encore méconnue. Cette stratégie de communication permet d appprocher directement les personnes concernées et de mettre en avant des expériences où la médiation a déjà fait ses preuves. A noter, qu à un niveau international, en particulier aux Etats Unis et en Europe, les secteurs professionnels où la médiation a déjà porté ses fruits sont le tourisme, l agriculture, la construction, le commerce en général, l import-export et les nouvelles technologies. Avis aux intéressés, prière de contacter le Lebanese Mediation Center au ext. 258 et/ou COMMUNIQUE Le Lebanese Mediation Center organise une formation de médiation commerciale Dans le cadre de son établissement, le Lebanese Medm diation Center (LMC), le centre de médiation de la CCIA- BML de Commerce d Industrie d Agriculture de Beyrouth et du Mont Liban (CCIA-BML) a organisé, en collaboratm tion avec l International Finance Corporation (IFC), la prem mière formation intensive de médiation commerciale au Liban. La formation a eu lieu du 20 au 29 février dans les locaux de l IFC au centre-ville de Beyrouth. Carole Khouzami, Operation Officer, IFC Advisory Services, MENA-ADR and trainers Cette session, visant à enseigner la discipline de la médiation aux partticipants, était dirigée par le Center for Effective Dispute Resolution (CEDR), une institution britannique renommée en matière de conseil et formation aux méthodes alternatives de résolution de conflit. Les formateurs ont usé en alternance des méthodes interactives de démonstration et de pratique permettant aux candidats d expérimentter toutes les phases de la médiation. Par ailleurs, des jeux de rôles, basés sur des cas d espèces réels, ont porté le participant à être tour à tour médiateur, conseiller et partie à la médiation, explorant de près la procédure et les qualités requises d un médiateur. Par la suite, les compétences d exercice du métier de médiateur de chaque participant ont été évaluées dans une fin d accréditation commme médiateur reconnu par le CEDR. Les onze candidats du LMC ayant pris part à cette formation et obtennant l accréditation du CEDR seront les médiateurs reconnus par, pour collaborer avec le LMC. Certains des médiateurs accrédités pourraient éventuellement devenir formateurs suite à la prochaine session de «master training» fin Cette initiative s inscrit dans la palette des différentes activités propposées par le LMC, telles que la résolution des conflits commerciaux et la sensibilisation du public libanais aux avantages de la médiation notamment auprès des petites et moyennes entreprises. En effet, la médiation, méthode de résolution de conflit, peu coûteuse et rapide, pourrait à terme libérer les fonds bloqués dans des litiges judiciaires et ainsi participer à la relance de l économie au Liban. James South, CEDR Director of Training and Consultancy and speakers,thomas Jacm cob, Senior IFC Country Officer, Richard Boris, Representative of SECO and the Swiss Embassy, Carol Khouzami, Operation Officer, IFC Advisory Services, MENA-ADR, Fehmi Karame, Coordinator of the TBA and Rana Nader, Coordinator of the LMC

7 Page.7 ACTUALITES ECONOMIQUES Prix à la consommation: Augmentation de 3,4% sur un an Le secteur du tourisme devrait générer 4,3 milliards de dollars en 2012 Fin du feuilleton de la dettte grecque Solvabilité des marchés: le Liban recule au niveau mondial Selon l Administration centrale de la statistique (ACS), les prix au Liban ont augmenté de 3,4 % en février en glissement annuel et de 0,8 % depuis le début de l année. L indice des prix à la consommattion a augmenté de 18,6 % depuis son lancement en décembre 2007, pour s établir à 118,6 points. C est le secteur des transports qui est le plus affecté par la hausse des prix (+3,2 % en rythme mensuel), suivi par le secteur de l hôtellerie et de la restauration (+1,3 %). Les prix des biens et services ainsi que ceux de l eau et de l énergie ont quant à eux augmenté de 1,1 %. De leur côté, les secteurs des communications et de l immobilier n ont pas été affectés et conservent les mêmes prix que ceux du mois précédent. Par ailleurs, notons que le secteur des boissons alcoolisées et du tabac a subi une baisse de 0,4 %. Le Conseil mondial du voyage et du tourisme (World Travel & Tourism Council, WTTC) a estimé que le secteur du voyage et du tourisme devrait contribuer directement à hauteur de 4,3 milliards de dollars à l économie libanaise en 2012, soit près de 10% du PIB. Parallèlement, environ perssonnes y seraient employées, soit 9,5% du total de la main-d œuvre libanaise. Au total, cela représente une hausse de 4,5% et 3% respectivvement par rapport à Le rapport du WTTC ajoute que le voyage et le tourisme touchant indirectement tous les secteurs Lundi 19 mars, le déclenchement des fameux CDS sur la dette pubblique grecque marque la fin du feuilleton. Chaque souscripteur de dette grecque a eu la possibillité de s assurer contre le défaut éventuel de la Grèce. Ce défaut, de négociation en négociation, de requalification en requalification, a fini par être entériné. Notammment par un organisme mystérrieux, l ISDA (international swaps and derivatives association) dont les responsables surveillent les émissions de ces contrats d asssurance que sont les CDS. Selon son enquête semi-annuelle sur la solvabilité des marches efffectuée dans 179 pays dans le monde, Institutional Investor a classé le Liban à la 105e place du classement global et au 12e rang parmi 18 pays dans la région MENA. Le classement mondial des éconnomies en termes de solvabilité a reculé de six places sur une base semi-annuelle, tandis que dans la région, les pays ont réussi à maintenir leur position. En fait, la solvabilité du Liban a été quelque peu touchée par l instabilité locale couplée aux événements qui ont secoué la région. L étude évalue la solvabilité des pays en les notant sur une échelle allant de 0 à 100, cette dernière note représentant les pays ayant le moins de chance de se trouver en défaut de paiement. Le Liban s est ainsi vu attribuer le score de 32,5 2012: quelles perspectives de croissance pour le Liban? Entre la question de la tension dans le détroit d Ormuz, l intensiffication de la répression en Syrie et l instabilité politique locale, les perspectives de croissance ne sont guère encourageantes cette année pour le Liban. Ainsi l IIF (Institut International de la Finance) prévoit dans le meilleur des cas une croissance de 3% du PIB. Ce chiffre se justifie par rappport aux impacts négatifs de ces évènements sur le commerce de transit, le tourisme en provenance des pays arabes et les investissemments locaux et étrangers. L agence Fitch, qui doit revenir en juillet sur «la note B» attribuée au Liban, semble plus optimiste dans ses prévisions en tablant sur les 3 ou 4%, jugeant que malgré les évènnements en Syrie la situation sécurritaire du pays est stable. de l économie, leur impact est d autant plus important et permmettrait de générer 15,5 milliards de dollars, soit 35,5% du PIB en Le WTTC prévoit également une croissance annuelle du secteur du voyage et du tourisme au sens large de 3,2% en termes réels enttre 2012 et 2022, contre 4,2% au Moyen-Orient et 4,1% à l échelle mondiale au cours de la même pérriode. Au sens strict, le secteur du voyage et du tourisme libanais devrait quant à lui croître de 3% par an de 2012 à 2022, contre 4,1% au Moyen-Orient et à l échelle mondiale. Le secteur du voyage et du tourrisme libanais au sens large a été classé 69 e parmi 181 pays en termes de contribution au PIB en 2012, tandis qu il a été classé 127 e en termes de taux de croissance annuelle prévu au cours de la pérriode Carlos Slim conserve son titre dans Forbes de personnalité la plus riche du monde Comme chaque année, le classemment des personnes les plus ricches du monde a été publié par le magazine Forbes. Au sommet de la liste des milliardaires, le Mexicain d origine libanaise Carlos Slim. Avec 69 milliards de dollars gagnés dans les télécoms, il devance Bill Gates, le roi de l informatique (Microsoft) américcain et ses 61 milliards. Un titre qu il occupe d après Forbes pour la troisième année consécutive, même si sa fortune s est amoinddrie de 5 milliards de dollars entre 2011 et points en mars 2012, un classemment en rupture avec l améliorattion dans le précédent classement, son résultat ayant régressé de 3,2 points par rapport à septembre 2011 et de 1,8 point en comparaisson avec mars Le score du Liban demeure en dessous de la moyenne mondiale de 44,3 points (excluant le Soudan du Sud) et inférieur à la moyenne des pays de la région MENA avec 48,2 points.

8 Page.8 PROJETS Le CER: finalité et objectifs Le Centre d études économiques de la Chambre de commerce, d industrie et d agriculture de Beyrouth et du Mont-Liban est très actif. Son équipe effectue notm tamment un travail de terrain auprès du secteur privé et des entreprises à travers des enquêtes et des rapports. Rencontre avec le directeur du Centre d études économ miques de la CCIA-BML. Ce centre relève de la Chambre de commerce et sert ses services en interne. La Chambre est une institution qui défend les intérêts de l économie privée et du secteur des entreprises. Elle joue un rôle de consultant auprès du gouvernement sur tout ce qui touche aux lois, aux instituttions et aux décrets qui ont un impact sur l économie privée. Objectifs du CER Le CER doit également servir ses propres objectifs. «Il est de notre devoir d effectuer toutes les études et les rapports qui expriment une prise de position», affirme le directeur du Centre d études économiqques de la Chambre. A titre d exemple et citant les dernières études effectuées par le CER, il évoque le dossier qui traite des salaires. «On prépare ces études et rapports dans une perspective unique de servir les objectifs de la Chambre», ajoute le directeur du CER. Le CER a comme rôle principal d aider la Chambre dans ses deux fonctions majeures: 1- Le soutien à l économie privée. 2- L action auprès du gouvernement en tant que consultant dans les domaines qui impactent les affaires. Dans les secteurs de l entreprise tels que la loi sur l emploi, les salaires, l imposition. Rapports et publications Deux grandes catégories de rapport : Rapports analytiques Ces rapports permettent d analyser l économie libanaise en particullier. C est un travail de longue haleine. La fréquence de ces rapports est en général annuelle. Le CER est en cours de préparer une publication annuelle économiqque, qui vise à analyser la macroéconomie libanaise ainsi que les diffférents secteurs et à informer le public des activités et des actions de la CCIA-BML vis-à-vis l économie. Les enquêtes Objectif: essayer d obtenir des chiffres qui viennent compléter le manqque de données chiffrées sur certains sujets dans les réponses reçues dans les enquêtes. Ces enquêtes permettent de vérifier et de détecter les attentes des entrepreneurs et des chefs d entreprise. information unique et 80 variables. «Au Liban c est la seule enquête qui se fait auprès des industriels avec un échantillon de 100 d entre eux», précise le directeur du CER. - BCI (Business Confidence Index) Prévisions et attentes des hommes d affaires exclusivement. Cette enqquête permet de détecter les opinions des entrepreneurs sur leurs affaires et sur l économie. Les mots clés sur cette enquête en particculier sont: Optimisme et pessimisme, +50% ou -50%. Cette enquête permet de détecter les humeurs et de tâter le pouls des affaires. - TNA (Training Needs Assessment) Cette enquête vise à discerner les différents besoins de formation des entreprises. - RIA (Regulatory Impact Analysis) Cette enquête a pour but de saisir la perception et les opinions des chefs d entreprises concernant l effet de la décision 950/1 sur leurs entreprises. Cette enquête fait partie de l étude menée pour analyser l impact de cette décision ministérielle sur le secteur agro-alimentaire. - LFA (Lebanese Franchising Association) Enquête adjointe entre la CCIA-BML et la «Lebanese Franchising Asssociation» qui est menée par le CER. Une enquête sur le secteur de la franchise en général. Un questionnaire de 160 variables approximativvement divisé en deux parties: une partie que doit remplir le franchisé et l autre le franchiseur. La vision du CER pour l année 2012 «C est une vision constante qui ne dépend pas de l année qui s écoule. Les deux objectifs de la Chambre restent les mêmes. Les rapports et les enquêtes doivent aussi se faire pour servir ces deux objectifs», affirme le directeur du Centre d études économiques de la Chambre. Le CER a le même programme annuel d études et certaines enquêtes sont des constantes telles que l enquête sur l industrie ou celle qui traite de l indice de confiance. Le directeur du CER précise néanmoins «que le CER a créé de nouvellles enquêtes en 2012: la TNA (Training Needs Assessments), la LFA (celle qui traite de la franchise en général) ainsi que la RIA (secteur agro-alimentaire), qui a débuté en 2011 et qui sera achevée en Car, ajoute-t-il «les études et les analyses changent mais les objectifs restent les mêmes. Les constantes doivent toujours servir les entreprisses et l économie privée». Projets spécifiques Certains projets du CER sont sous l égide et le parrainage de la Commmission européenne. A titre d exemple, actuellement il est question d un projet portant sur l énergie renouvelable sur les cosmétiques. Un des aspects des projets spécifiques est d organiser des journées d affaires, rencontres entre des entreprises européennes et des entrepprises libanaises. Ainsi que faire un état des lieux de ce secteur. Autre volet de travail du CER Donner des informations aux entreprises qui le demandent. L informmation demandée et à laquelle répond le CER est économique, commmerciale ou réglementaire et parfois technique (spécification requise à l exportation par exemple). Les différentes catégories d enquêtes - IND (Industries) Annuellement le CER fait une enquête sur le secteur de l industrie afin d établir les avis des industriels ainsi que leurs attentes, leurs opinions et les problèmes auxquels ils font face dans leur secteur professionnel. Exemple d un questionnaire d enquête: complément d informations,

LES CONDITIONS REQUISES POUR CREER UNE SARL

LES CONDITIONS REQUISES POUR CREER UNE SARL LES CONDITIONS REQUISES POUR CREER UNE SARL Hôtel Consulaire Nouveau-Port 20293 BASTIA Tél : 04.95.54.44.44 Fax : 04.95.54.44.47 DIRECTION DES SERVICES AUX ENTREPRISES CCI Bastia Haute Corse DSE Sous réserve

Plus en détail

La gouvernance dans le domaine de la fiscalité en Chine 1

La gouvernance dans le domaine de la fiscalité en Chine 1 La gouvernance dans le domaine de la fiscalité en Chine 1 1. Vue d ensemble Même s il n est pas très ancien, le système fiscal chinois a déjà subi d importantes réformes au cours des 20 dernières années.

Plus en détail

Comprendre les Philippines 17

Comprendre les Philippines 17 Préface.......................................................................... 7 Comprendre les Philippines 17 Repères essentiels........................................................ 19 Climat, territoires,

Plus en détail

Le Marché de l Assurance au LIBAN

Le Marché de l Assurance au LIBAN Le Marché de l Assurance au LIBAN Monsieur Assaad Mirza Président de l ACAL 1 Première partie : Evolution du Marché A) Genèse et essor Les premiers contrats d assurance ont été introduits par le développement

Plus en détail

INDEXÉDITORIAL LA LÉGISLATION SUR LES INVESTISSEMENTS LE RÉGIME FISCAL DES ENTREPRISES LIENS UTILES CRÉDITS SOURCES CONTACT

INDEXÉDITORIAL LA LÉGISLATION SUR LES INVESTISSEMENTS LE RÉGIME FISCAL DES ENTREPRISES LIENS UTILES CRÉDITS SOURCES CONTACT Cette fiche générale sur les conditions juridiques et fiscales des investissements en Équateur fait partie d une série de fiches générales et sectorielles visant à faciliter l exportation et l implantation

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCONOMIE ET DES FINANCES BUDGET Arrêté du 12 avril 2013 prescrivant la souscription d une soumission générale cautionnée pour le dédouanement

Plus en détail

NOTE DE SERVICE ------000------

NOTE DE SERVICE ------000------ MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES -------- DIRECTION GENERALE DES IMPOTS -------- Le Directeur général -------- REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ---------- Abidjan, le 05 janvier

Plus en détail

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité Document n 4 Statuts de la Communauté d universités et établissements Université Sorbonne Paris Cité Version 1-4 de travail du 10/03/2014 Post-CCOU du 06/03/2014 1 L Université Sorbonne Paris Cité regroupe

Plus en détail

LOI N 2006-029 du 24 novembre 2006. portant organisation de la Chambre de Commerce et d Industrie. (J.O. n 3 102 du 23/04/08, pages 2803 à 2809)

LOI N 2006-029 du 24 novembre 2006. portant organisation de la Chambre de Commerce et d Industrie. (J.O. n 3 102 du 23/04/08, pages 2803 à 2809) LOI N 2006-029 du 24 novembre 2006 portant organisation de la Chambre de Commerce et d Industrie (J.O. n 3 102 du 23/04/08, pages 2803 à 2809) L Assemblée nationale et le Sénat ont adopté en leur séance

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 4 K-1-08 N 80 du 6 AOÛT 2008 FISCALITE DES ENTREPRISES. REVENUS DE CAPITAUX MOBILIERS. REFORME DU CADRE JURIDIQUE DES FONDS COMMUNS

Plus en détail

www.cauxseine.fr/emploi LA CRÉATION D ENTREPRISE L amorçage du projet

www.cauxseine.fr/emploi LA CRÉATION D ENTREPRISE L amorçage du projet LA CRÉATION D ENTREPRISE L amorçage du projet - Vous êtes demandeur d emploi et cherchez de nouvelles pistes. Vous avez déjà pensé créer votre propre emploi. - Vous exercez une activité professionnelle,

Plus en détail

De nombreuses idées reçues circulent sur les associations : plus simples

De nombreuses idées reçues circulent sur les associations : plus simples De nombreuses idées reçues circulent sur les associations : plus simples à créer, moins contraignantes au départ, moins fiscalisées L idée pourrait séduire, notamment pour les aides à la création d emploi

Plus en détail

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Loi n 19-2005 du 24 novembre 2005 Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi définit les conditions d exercice

Plus en détail

IV. comptabilité et révision

IV. comptabilité et révision IV. comptabilité et révision Vous devez tenir la comptabilité de votre entreprise Vous trouverez dans ce chapitre des renseignements sur les règles et usages en vigueur pour la comptabilité et la révision

Plus en détail

LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT

LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT Les informations disponibles sur la présente documentation ont pour seule fin de donner une information générale à son lecteur. Elles ne constituent pas un

Plus en détail

CONSITUTION D UNE SOCIETE AU CAMBODGE

CONSITUTION D UNE SOCIETE AU CAMBODGE CONSITUTION D UNE SOCIETE AU CAMBODGE 1 REGIME JURIDIQUE Le régime juridique des sociétés au Cambodge résulte d une circulaire du Ministère du Commerce. Différents types de sociétés Le droit des sociétés

Plus en détail

Votre projet. d entreprise. www.rabatinvest.ma. Centre Régional d Investissement Rabat - Salé - Zemmour - Zaër

Votre projet. d entreprise. www.rabatinvest.ma. Centre Régional d Investissement Rabat - Salé - Zemmour - Zaër Royaume du Maroc Ministère de l Intérieur Wilaya de la région de Rabat-Salé-Zemmour-Zaër Votre projet d entreprise www.rabatinvest.ma Sommaire Votre projet d entreprise I. Créer votre entreprise : Le parcours

Plus en détail

MANUEL DE PROCEDURE RELATIVE A L EXONERATION DES IMPOTS, DROITS ET TAXES DU MILLENNIUM CHALLENGE ACCOUNT

MANUEL DE PROCEDURE RELATIVE A L EXONERATION DES IMPOTS, DROITS ET TAXES DU MILLENNIUM CHALLENGE ACCOUNT MANUEL DE PROCEDURE RELATIVE A L EXONERATION DES IMPOTS, DROITS ET TAXES DU MILLENNIUM CHALLENGE ACCOUNT Le Gouvernement du Burkina Faso a obtenu dans le cadre de sa politique de lutte contre la pauvreté

Plus en détail

1 sur 10 14/02/2006 14:55

1 sur 10 14/02/2006 14:55 1 sur 10 14/02/2006 14:55 Direction des Journaux Officiels J.O n 215 du 17 septembre 2003 page 15944 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère de la justice Arrêté du 11 septembre 2003 fixant

Plus en détail

Environnement des affaires et fiscalité aux EAU. Virginie Deutsch Conseil juridique (Abu Dhabi Dubaï) Colloque Classe Export Paris 20 Octobre 2015

Environnement des affaires et fiscalité aux EAU. Virginie Deutsch Conseil juridique (Abu Dhabi Dubaï) Colloque Classe Export Paris 20 Octobre 2015 Environnement des affaires et fiscalité aux EAU Virginie Deutsch Conseil juridique (Abu Dhabi Dubaï) Colloque Classe Export Paris 20 Octobre 2015 1/ Communautés et territoires juridiques Dubaï : Au centre

Plus en détail

LA TVA DANS LES OPERATIONS INTRACOMMUNAUTAIRES GUIDE A.R.T. N. 1

LA TVA DANS LES OPERATIONS INTRACOMMUNAUTAIRES GUIDE A.R.T. N. 1 LA TVA DANS LES OPERATIONS INTRACOMMUNAUTAIRES LES PRINCIPALES OPERATIONS INTRACOMMUNAUTAIRES, TAXATIONS ET FORMALITES A ACCOMPLIR POUR UNE ENTREPRISE FRANCAISE QUI VEUT SE POSITIONNER SUR LE MARCHE ITALIEN

Plus en détail

JOURNAL. OFFICIEL de la. naturelles en République Démocratique du Congo et, SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE

JOURNAL. OFFICIEL de la. naturelles en République Démocratique du Congo et, SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE Première partie 55 e année n spécial JOURNAL OFFICIEL de la République Démocratique du Congo Cabinet du Président de la République Kinshasa 18 février 2014 SOMMAIRE PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE 11 février

Plus en détail

21 DÉCEMBRE 1989. Décret relatif au service de transport public de personnes en Région wallonne (M.B. du 08/03/1990, p. 4400)

21 DÉCEMBRE 1989. Décret relatif au service de transport public de personnes en Région wallonne (M.B. du 08/03/1990, p. 4400) 21 DÉCEMBRE 1989. Décret relatif au service de transport public de personnes en Région wallonne (M.B. du 08/03/1990, p. 4400) Ce décret a été modifié par le décert du 25 juillet 1991. Session 1989-1990.

Plus en détail

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Direction Générale de l Habitat et de la Construction Direction de la Gestion Immobilière Sous Direction de la Préservation du Patrimoine Immobilier Synthèse des

Plus en détail

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux

L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 2 3 SOMMAIRE 4 L assurance vie luxembourgeoise pour investisseurs internationaux 4 Une orientation résolument internationale 6 Une protection

Plus en détail

GODFREY - HIGUET AVOCATS

GODFREY - HIGUET AVOCATS GODFREY - HIGUET AVOCATS Clive GODFREY Jean-Pierre HIGUET Avocats à la Cour LA TITRISATION A LUXEMBOURG ET SON APPLICATION EN MATIERE IMMOBILIERE 1. Cadre légal de la titrisation au Luxembourg Avec la

Plus en détail

ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. Titre 1 Constitution.

ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. Titre 1 Constitution. ASSOCIATION DES JURISTES DU MASTER ENVIRONNEMENT DE L UNIVERSITE PARIS SUD XI - A.J.M.E. STATUTS DE L ASSOCIATION Titre 1 Constitution. ARTICLE PREMIER : DENOMINATION Il est fondé entre les adhérents aux

Plus en détail

ACTE CONSTITUTIF DE LA SOCIETE

ACTE CONSTITUTIF DE LA SOCIETE COMPANIES ACTS, 1963 A 2012 SOCIETE PAR ACTIONS A RESPONSABILITE LIMITEE SOCIETE D INVESTISSEMENT A CAPITAL VARIABLE ET COMPARTIMENTS MULTIPLES AYANT CHACUN DES RESPONSABILITES DISTINCTES NATIXIS INTERNATIONAL

Plus en détail

Comptabilité. + de 20 fiches de cours + de 150 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT

Comptabilité. + de 20 fiches de cours + de 150 QCM commentés + de 40 exercices corrigés. L essentiel. 2 e ÉDITION LES INDISPENSABLES VUIBERT LES INDISPENSABLES VUIBERT Comptabilité 2 e ÉDITION Madeleine Deck-Michon Emmanuelle Plot-Vicard L essentiel + de 20 fiches de cours + de 150 QCM commentés + de 40 exercices corrigés Sommaire Mode d'emploi.........................................................

Plus en détail

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MAURICE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MADAGASCAR

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MAURICE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MADAGASCAR République de Maurice ACCORD DE PROMOTION ET DE PROTECTION RÉCIPROQUE DES INVESTISSEMENTS ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MAURICE ET LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DE MADAGASCAR - 2 - ACCORD

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI SARBANES - OXLEY (USA), DE LA LOI SUR LA

TABLEAU COMPARATIF DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI SARBANES - OXLEY (USA), DE LA LOI SUR LA TABLEAU COMPARATIF DES PRINCIPALES DISPOSITIONS DE LA LOI SARBANES - OXLEY (USA), DE LA LOI SUR LA SECURITE FINANCIERE (FRANCE) ET DE LA LOI RELATIVE AU RENFORCEMENT DE LA SECURITE DES RELATIONS FINANCIERES

Plus en détail

Le Baromètre 2 de l accompagnement des PME en Afrique (2014)

Le Baromètre 2 de l accompagnement des PME en Afrique (2014) Le Baromètre 2 de l accompagnement des PME en Afrique (2014) Réalisé par l Union des Chambres de Commerce d Industrie et d Agriculture de l Union des Comores Avec la Conférence Permanente des Chambres

Plus en détail

Comptabilité financière II Thème 1 : Les sociétés. 1.1 Définition et aspects juridiques

Comptabilité financière II Thème 1 : Les sociétés. 1.1 Définition et aspects juridiques Comptabilité financière II Thème 1 : Les sociétés 1.1 Définition et aspects juridiques Index Définition Classement selon le critère de la personnalité juridique et selon le Code des obligations Caractéristiques

Plus en détail

Carrefour Réflexions. // Le rapport spécial du commissaire. aux comptes sur les conventions et engagements réglementés // Décembre 2011 - n 84

Carrefour Réflexions. // Le rapport spécial du commissaire. aux comptes sur les conventions et engagements réglementés // Décembre 2011 - n 84 Carrefour Réflexions Décembre 2011 - n 84 L essentiel // Le rapport spécial du commissaire aux comptes sur les conventions et engagements réglementés // Francine Bobet, Présidente de la Commission Nationale

Plus en détail

Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation

Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation S implanter au Maroc : Quelle forme juridique choisir? Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation juridique. Ces choix ont des conséquences sur les plans juridique,

Plus en détail

STATUTS FONDATION POUR L AGRICULTURE ET LA RURALITE DANS LE MONDE 1 BUT DE LA FONDATION. Article 1 er

STATUTS FONDATION POUR L AGRICULTURE ET LA RURALITE DANS LE MONDE 1 BUT DE LA FONDATION. Article 1 er STATUTS FONDATION POUR L AGRICULTURE ET LA RURALITE DANS LE MONDE 1 BUT DE LA FONDATION Article 1 er L établissement dit «fondation pour l agriculture et la ruralité dans le monde», fondé en 2005 a pour

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir LE CHOIX DU STATUT JURIDIQUE Un choix à adapter à vos besoins Les questions à vous poser La volonté de s associer La capacité juridique La responsabilité

Plus en détail

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL

LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL LES SOCIETES DE GESTION DE PATRIMOINE FAMILIAL (SPF) www.bdo.lu 2 Les Sociétés de Gestion de Patrimoine Familial (SPF) TABLE DES MATIERES AVANT-PROPOS 3 1. INTRODUCTION 4 2. ACTIVITES D UNE SPF 2.1 Activités

Plus en détail

ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE EURL Ou SARL UNIPERSONNELLE

ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE EURL Ou SARL UNIPERSONNELLE ENTREPRISE UNIPERSONNELLE A RESPONSABILITE LIMITEE EURL Ou SARL UNIPERSONNELLE La loi n 85-697 du 11 juillet 1985 permet à une personne physique ou morale de créer une société à responsabilité limitée,

Plus en détail

Dîner Maroc Entrepreneurs

Dîner Maroc Entrepreneurs Entrepreneurs Conseil Dîner Maroc Entrepreneurs Enjeux et tendances des investissements directs étrangers au Maroc 19 avril 2004 1 Sommaire 1. Synthèse des enjeux et des tendances 2. Chiffres clefs Importations

Plus en détail

La société en commandite par actions : on n aime que ce qu on connaît...

La société en commandite par actions : on n aime que ce qu on connaît... La société en commandite par actions : on n aime que ce qu on connaît... Peter Verschelden Expert-comptable Lors de la constitution d une nouvelle société, on opte généralement pour une forme de société

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

Comment s établir aux États-unis?

Comment s établir aux États-unis? Comment s établir aux États-unis? Zara Law Offices 111 John Street Suite 510 New York, NY 10038 Tel: 1-212-619 45 00 Fax: 1-212-619 45 20 www.zaralawny.com 1 Introduction La récente baisse du dollar constitue

Plus en détail

Le nouveau régime de l appel public à l épargne

Le nouveau régime de l appel public à l épargne Émilie CRÉTÉ Direction de la Coordination pour la Stabilité financière Service des Relations avec la Place La transposition de la directive européenne «Prospectus» dans le droit national (Loi Breton du

Plus en détail

CHINE CONTINENTALE ET HONG KONG : LA REFORME DE LA FISCALITÉ S INTENSIFIE

CHINE CONTINENTALE ET HONG KONG : LA REFORME DE LA FISCALITÉ S INTENSIFIE De nombreuses réformes fiscales sont en cours en Chine afin d encadrer une économie mature et en phase de consolidation. Ces réformes sont profondes et fondamentales mais n en sont pas moins d abord testées

Plus en détail

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature.

Telle est, Monsieur le Président de la République, l économie du présent projet de décret que j ai l honneur de soumettre à votre signature. REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un but - Une Foi ----------------- DECRET N 83-423 du 21 AVRIL 1983 RELATIF AUX ACTIVITES DE TRANSACTION ET DE GESTION IMMOBILIERES RAPPORT DE PRESENTATION La loi n 82-07

Plus en détail

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle

LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE. Les aspects fiscaux propres à la création de l entreprise individuelle CHAPITRE 1 LA CRÉATION DE L ENTREPRISE COMMERCIALE 022- Lorsqu il décide de créer une entreprise, un entrepreneur a le choix d adopter la forme juridique la mieux adaptée à sa situation. Soit il crée une

Plus en détail

STATUTS ADOPTÉS EN ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 20 JANVIER 2012 TITRE I CONSTITUTION

STATUTS ADOPTÉS EN ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 20 JANVIER 2012 TITRE I CONSTITUTION STATUTS ADOPTÉS EN ASSEMBLEE GENERALE EXTRAORDINAIRE DU 20 JANVIER 2012 ARTICLE 1. FORME-DENOMINATION TITRE I CONSTITUTION Il est formé entre les adhérents aux présents statuts une association à but non

Plus en détail

Formation Chef comptable spécialiste PAIE

Formation Chef comptable spécialiste PAIE Formation Chef comptable spécialiste PAIE Comptabilité générale - 100h Mise à niveau / FACULTATIF Les principes fondamentaux de la comptabilité générale Objectif de la comptabilité et exercice de la profession

Plus en détail

Maison de santé / Pôle de santé Enjeux juridiques

Maison de santé / Pôle de santé Enjeux juridiques Maison de santé / Pôle de santé Enjeux juridiques Séminaire d échange de pratiques à destination des médecins libéraux Samedi 26 Novembre 2011 Maître Caroline KAMKAR (Avocat au Barreau de Lille) Maisons

Plus en détail

Créer son entreprise quelle forme juridique choisir?

Créer son entreprise quelle forme juridique choisir? Créer son entreprise quelle forme juridique choisir? Muriel Sella Bassoli, titulaire du brevet d avocat, LLM Senior Manager, Département juridique et fiscal Blaise Praz, titulaire du brevet d avocat Consultant,

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AUX OBLIGATIONS D INITIÉ

POLITIQUE RELATIVE AUX OBLIGATIONS D INITIÉ POLITIQUE RELATIVE AUX OBLIGATIONS D INITIÉS APPROUVÉE PAR LE COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE MISE EN CANDIDATURE LE 25 AVRIL 2013 APPROUVÉE PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION LE 2 MAI 2013 - 2 - POLITIQUE RELATIVE

Plus en détail

DECRET N 64-013 Portant réglementation générale en matière d opération d énergie électrique à usage public (JO N 334 du 18 janvier 1964, p.

DECRET N 64-013 Portant réglementation générale en matière d opération d énergie électrique à usage public (JO N 334 du 18 janvier 1964, p. DECRET N 64-013 Portant réglementation générale en matière d opération d énergie électrique à usage public (JO N 334 du 18 janvier 1964, p.144) Le Président de la République, Chef du Gouvernement, Vu la

Plus en détail

Le cadre général. du chantier 1 LES ACTEURS EN PRÉSENCE. A Le maître de l ouvrage CHAPITRE

Le cadre général. du chantier 1 LES ACTEURS EN PRÉSENCE. A Le maître de l ouvrage CHAPITRE CHAPITRE 1 Le cadre général du chantier 1 LES ACTEURS EN PRÉSENCE Cinq intervenants ou groupe d intervenants peuvent être distingués. A Le maître de l ouvrage Le maître de l ouvrage (ou maître d ouvrage)

Plus en détail

5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées

5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées 5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées 5.11 PROGRAMME DE SUBVENTIONS AUX ENTREPRISES ADAPTÉES 2014-02-17 Table des matières Page 2 sur 16 Table des matières RÉFÉRENCE 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

DISCLAIMER: As Member States provide national legislations, hyperlinks and explanatory notes (if any), UNESCO does not guarantee their accuracy, nor

DISCLAIMER: As Member States provide national legislations, hyperlinks and explanatory notes (if any), UNESCO does not guarantee their accuracy, nor 2 STATUTS DE LA FONDATION DU PATRIMOINE TITRE II ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA FONDATION Article 6- Organes Les organes de la Fondation sont : - le Conseil de Fondation ; - l Administration général.

Plus en détail

NOMINATION OBLIGATOIRE DU COMMISSAIRE AUX COMPTES (tableau de synthèse)

NOMINATION OBLIGATOIRE DU COMMISSAIRE AUX COMPTES (tableau de synthèse) NOMINATION OBLIGATOIRE DU COMMISSAIRE AUX COMPTES (tableau de synthèse) Entités Textes applicables Organes compétents (en cours de vie sociale) Observations Administrateurs et mandataires judiciaires C.

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014 n 3 > 7 février 2014 info Sommaire Loi de finances pour 2014 : > Fiscalité des particuliers : mesures relatives à l impôt sur le revenu > Fiscalité des entreprises ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi

Plus en détail

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent :

LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : LOI DE MODERNISATION DE L ECONOMIE (Du 6 AOUT 2008) Les principales mesures fiscales et sociales issues de cette loi concernent : - la simplification du régime des micro-entreprises, - les droits de mutation

Plus en détail

FAQ n 7 : Les obligations de déclaration

FAQ n 7 : Les obligations de déclaration FAQ n 7 : Les obligations de déclaration 7.1. Quels avocats doivent remplir des déclarations à la TVA? Les avocats dont le chiffre d affaire annuel hors exonérations (voir FAQ n 3) est inférieur à 5.580

Plus en détail

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public.

Règlement intérieur. Son existence et ses termes principaux seront portés à la connaissance des actionnaires et du public. Règlement intérieur du Conseil d administration (tel que modifié le 25 août 2014) Les membres du Conseil d administration de Accor (ci-après la «Société») ont souhaité adhérer aux règles de fonctionnement

Plus en détail

FEDERATION INTERNATIONALE DES ACCUEILS FRANÇAIS ET FRANCOPHONES A L ETRANGER FIAFE. Association Loi 1901

FEDERATION INTERNATIONALE DES ACCUEILS FRANÇAIS ET FRANCOPHONES A L ETRANGER FIAFE. Association Loi 1901 FEDERATION INTERNATIONALE DES ACCUEILS FRANÇAIS ET FRANCOPHONES A L ETRANGER FIAFE Association Loi 1901 STATUTS REFONDUS PAR DECISIONS DE L'ASSEMBLEE GENERALE DU 12 mars 2014 1 ARTICLE 1 ER : CONSTITUTION

Plus en détail

TROISIEME PARTIE : CADRE ET MODALITES D INTERVENTION

TROISIEME PARTIE : CADRE ET MODALITES D INTERVENTION TROISIEME PARTIE : CADRE ET MODALITES D INTERVENTION A. LE CADRE REGLEMENTAIRE B. LA NATURE DES INTERVENTIONS LES TROIS PHASES D UNE POLITIQUE FONCIERE LES TROIS TYPES D INTERVENTION C. UN PARTENARIAT

Plus en détail

Le régime matrimonial optionnel issu de l accord franco- allemand du 4 février 2010

Le régime matrimonial optionnel issu de l accord franco- allemand du 4 février 2010 Le régime matrimonial optionnel issu de l accord franco- allemand du 4 février 2010 Le domaine du droit de la famille a toujours été considéré comme un domaine sensible peu approprié à l harmonisation

Plus en détail

CONSTITUER UNE SCI POUR MIEUX GÉRER SON PATRIMOINE IMMOBILIER

CONSTITUER UNE SCI POUR MIEUX GÉRER SON PATRIMOINE IMMOBILIER 1 CONSTITUER UNE SCI POUR MIEUX GÉRER SON PATRIMOINE IMMOBILIER 1. La SCI en bref L essentiel sur la société civile immobilière (SCI) Une SCI est une société civile qui gère un patrimoine Immobilier. La

Plus en détail

PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES ENTREPRISES

PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES ENTREPRISES PARTENARIAT DU DÉPARTEMENT DES VOSGES AVEC LES ENTREPRISES Avec les entreprises, le Conseil Général fait bouger les Vosges! Création Développement Reprise d entreprise CONSEIL GENERAL DES VOSGES 1 8 rue

Plus en détail

PARTIE 1 : L EXERCICE DU POUVOIR DE DECISION LORSQU IL N Y A QU UN SEUL APPORTEUR DE CAPITAUX

PARTIE 1 : L EXERCICE DU POUVOIR DE DECISION LORSQU IL N Y A QU UN SEUL APPORTEUR DE CAPITAUX CHAPITRE 11 L EXERCICE DU POUVOIR DE DECISION ET LA FORME JURIDIQUE DE L ENTREPRISE Selon la forme juridique choisie, le ou les créateurs d entreprise ont plus ou moins de pouvoir de décision. L exercice

Plus en détail

TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT

TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT Juillet 2014 TABLE RONDE N 4 : ACCELERER LE RETOUR DE LA CROISSANCE PAR L INVESTISSEMENT La table ronde n 4 présidée par Arnaud MONTEBOURG travaillera sur les moyens d accélérer le retour de croissance

Plus en détail

sur les bourses et les prêts d études (RBPE)

sur les bourses et les prêts d études (RBPE) Règlement du 8 juillet 2008 Entrée en vigueur : 01.09.2008 sur les bourses et les prêts d études (RBPE) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 14 février 2008 sur les bourses et les prêts

Plus en détail

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS Loi relative à l impôt sur le revenu (amendement) de 2005 Loi relative à la contribution spéciale à la défense (amendement)

Plus en détail

Zoom sur Cimm Entreprises et Commerces

Zoom sur Cimm Entreprises et Commerces DOSSIER DE PRÉSENTATION Zoom sur Cimm Entreprises et Commerces DOSSIER DE PRÉSENTATION ALS- Mai 2012 Cimm Immobilier, réseau d agences immobilières. I. Cimm Immobilier 3 A. Rétrospective 3 B. Chronologie

Plus en détail

LES DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES D UNE ENTREPRISE

LES DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES D UNE ENTREPRISE LES DIFFERENTES FORMES JURIDIQUES D UNE ENTREPRISE Une entreprise est une entité économique et sociale qui permet la production et la vente de biens et de services répondant à un besoin par le biais de

Plus en détail

SOMMAIRE. Définition. Aspects juridiques. Aspects comptables, fiscaux et sociaux. Formalités

SOMMAIRE. Définition. Aspects juridiques. Aspects comptables, fiscaux et sociaux. Formalités 1 SOMMAIRE Définition Aspects juridiques Aspects comptables, fiscaux et sociaux Formalités 2 Les Intervenants Cécile DE LOS RIOS Chambre de Commerce et d Industrie de l Essonne Maître Jacques COLLAY Avocat

Plus en détail

Constitution Objet Siège social Durée de l association

Constitution Objet Siège social Durée de l association STATUTS Association «UNE ROSE UN ESPOIR» TITRE - I s e c t e u r d e S E N L E C Q U E S SECTEUR de SENLECQUES Constitution Objet Siège social Durée de l association Article 1 : Constitution et dénomination

Plus en détail

Statuts de l'association CenAsso Association des élèves et anciens élèves du Cenatho

Statuts de l'association CenAsso Association des élèves et anciens élèves du Cenatho Statuts de l'association CenAsso Association des élèves et anciens élèves du Cenatho ARTICLE 1 Titre de l association Il est fondé, le 13 novembre 2013, entre les adhérents aux présents statuts une association

Plus en détail

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET

REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES LOI ORGANIQUE DU BUDGET 2004 LOI ORGANIQUE N 2004-42 DU 13 MAI 2004 PORTANT MODIFICATION ET COMPLETANT LA LOI ORGANIQUE DU BUDGET N 67-53 DU 8 DECEMBRE 1967

Plus en détail

Algérie. Accord d investissements avec l Espagne

Algérie. Accord d investissements avec l Espagne Accord d investissements avec l Espagne Décret exécutif n 90-39 du 30 janvier 1990 [NB - Accord entre la République algérienne démocratique et populaire et le Royaume d Espagne relatif à la promotion et

Plus en détail

CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE

CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE CHAMBRE PROFESSIONNELLE DU CONSEIL DE LA RÉGION CENTRE ARTICLE 1 : CONSTITUTION ET DÉSIGNATION L Association «Chambre Professionnelle du Conseil de la région centre» (C.P.C Région Centre.) a décidé en

Plus en détail

Les sociétés commerciales *

Les sociétés commerciales * Les sociétés commerciales * Chapitre 1 AVERTISSEMENT La loi relative à la simplification du droit et à l allègement des démarches administratives du 22 mars 2012 est intitulée loi Warsmann. Les numéros

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DES AGENCES DE VOYAGES & DE TOURISME CATEGORIE «A»

CAHIER DES CHARGES DES AGENCES DE VOYAGES & DE TOURISME CATEGORIE «A» CAHIER DES CHARGES DES AGENCES DE VOYAGES & DE TOURISME CATEGORIE «A» Arrêté du Ministre du Tourisme du 9 novembre 2006, portant approbation du cahier des charges relatif à l exercice de l activité d agence

Plus en détail

La société de participations fi nancières "SOPARFI"

La société de participations fi nancières SOPARFI La société de participations fi nancières "SOPARFI" 3 Sommaire Introduction 4 Caractéristiques juridiques 5 A. Généralités B. Les formes de sociétés les plus utilisées pour la création de SOPARFI Caractéristiques

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

N 72 MINISTÈRE DES FINANCES. Institut Belgo-Luxembourgeois du Change.

N 72 MINISTÈRE DES FINANCES. Institut Belgo-Luxembourgeois du Change. 923 Mémorial du Grand-Duché de Luxembourg Memorial des Großherzogtums Luxemburg. Vendredi, le 7 décembre 1945. N 72 Freitag, den 7. Dezember 1945. MINISTÈRE DES FINANCES Institut Belgo-Luxembourgeois du

Plus en détail

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Sur recommandation du Comité Monétaire institué par la Convention de Coopération du 22 novembre 1972, Le Gouvernement de la République

Plus en détail

Algérie. Loi relative aux associations

Algérie. Loi relative aux associations Loi relative aux associations Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 [NB - Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 relative aux associations (JO 1990-31)] Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi a pour

Plus en détail

Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières.

Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières. Loi n 2005-96 du 18 octobre 2005, relative au renforcement de la sécurité des relations financières. TITRE PREMIER Renforcement de la sincérité des comptes des sociétés Chapitre premier Renforcement de

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)6 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

Société en participation Présentation sommaire de la notion et des conditions de sa mise en œuvre au regard de la fiscalité

Société en participation Présentation sommaire de la notion et des conditions de sa mise en œuvre au regard de la fiscalité Société en participation Présentation sommaire de la notion et des conditions de sa mise en œuvre au regard de la fiscalité INSERM - Le 20 avril 2006 Société en participation : aspects juridiques C est

Plus en détail

La société interprofessionnelle de soins ambulatoires 12 /2012. Jean VILANOVA Juriste jean.vilanova@ca-predica.fr

La société interprofessionnelle de soins ambulatoires 12 /2012. Jean VILANOVA Juriste jean.vilanova@ca-predica.fr La société interprofessionnelle de soins ambulatoires 12 /2012 Jean VILANOVA Juriste jean.vilanova@ca-predica.fr Le décret n 2012-407 du 23 /03 /2012 (JO du 25 /03) relatif aux sociétés interprofessionnelles

Plus en détail

Thème 2 : Obligations et droits des commerçants (suite)

Thème 2 : Obligations et droits des commerçants (suite) Thème 2 : Obligations et droits des commerçants (suite) 1.2.4 Sanctions pour défaut d inscription Lorsque le Ministère du commerce met en demeure un commerçant et que ce dernier ne procède pas à l immatriculation,

Plus en détail

GUIDE. du Créateur d Entreprise

GUIDE. du Créateur d Entreprise GUIDE Le du Créateur d Entreprise Vous avez décidé de créer votre entreprise Adressez vous à votre Bureau de Création d Entreprises (BCE). Le bureau de création d entreprises (BCE) a été créé pour permettre

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION SPORTIVE DES ESPOIRS DU GOLF NATIONAL (AS.E.GN)

STATUTS DE L ASSOCIATION SPORTIVE DES ESPOIRS DU GOLF NATIONAL (AS.E.GN) STATUTS DE L ASSOCIATION SPORTIVE DES ESPOIRS DU GOLF NATIONAL (AS.E.GN) Association Loi 1901 Siège social : 2, avenue du Golf 78280 GUYANCOURT statuts modifiés lors de l AG du 5 février 2011 Entre les

Plus en détail

Atelier A23. Nouvelles exigences en D&O : Des contrats à l épreuve de la réalité

Atelier A23. Nouvelles exigences en D&O : Des contrats à l épreuve de la réalité Atelier A23 Nouvelles exigences en D&O : Des contrats à l épreuve de la réalité Intervenants Guillaume DESCHAMPS D&O Practice Leader E mail : Guillaume.deschamps@marsh.com Richard DEGUETTES Emmanuel SILVESTRE

Plus en détail

D E C R E T S. 28 Moharram 1430 25 janvier 2009 4 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 06

D E C R E T S. 28 Moharram 1430 25 janvier 2009 4 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 06 4 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 06 D E C R E T S Décret exécutif n 09-18 du 23 Moharram 1430 correspondant au 20 janvier 2009 fixant la réglementation relative à l exercice de la profession

Plus en détail

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant

avenant convention Etats-Unis éviter doubles impositions prévenir l évasion fraude fiscales impôts revenu fortune, L article I de l avenant Document mis en distribution le 22 décembre 2005 N o 2756 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 14 décembre 2005.

Plus en détail