BP Bondues cedex. Projet de Charte déontologique

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "BP 80046 59587 Bondues cedex. colloque-deontologie@mjpm-npdc.fr www.mjpm-npdc.fr. Projet de Charte déontologique"

Transcription

1 BP Bondues cedex Projet de Charte déontologique

2 Charte de Déontologie Préambule Les présentes dispositions s appliquent aux membres de la Chambre régionale des mandataires judiciaires à la protection des majeurs libéraux du Nord - Pas de Calais. Elles sont un soutien à l'activité du professionnel et n'ont pas vocation à brider d'une manière inadaptée sa liberté d'action. Titre Ier Missions du mandataire judiciaire Article 1 : Le mandataire judiciaire à la protection des majeurs, personne physique exerçant à titre individuel, est un auxiliaire de justice titulaire du certificat national de compétence, agréé par le représentant de l Etat et assermenté devant les tribunaux. Il est chargé d'une mission de service public et agit au nom de la collectivité publique. Il est mandaté par décision de justice ou conventionnellement. Il s engage à agir dans une démarche éthique, avec réflexion, cohérence, mesure, délicatesse. Le mandataire judiciaire doit notamment : - mener une action conforme aux principes de nécessité, subsidiarité et proportionnalité gouvernant les mesures juridiques de protection ; - assurer la protection de la personne dans le respect des libertés individuelles, des droits fondamentaux et de la Dignité de la personne ; - respecter les obligations édictées dans la charte des droits et libertés individuelles de la personne protégée ; - promouvoir l autonomie du majeur protégé et respecter sa faculté à exercer lui- même les actes laissés à sa capacité ; - savoir s'adapter à la situation particulière du majeur protégé. Page 2 sur 15

3 Titre II Devoirs professionnels Article 2 : Le mandataire judiciaire à la protection des majeurs exerce professionnellement les mandats qui lui sont confiés. Il s oblige à la rigueur que cette charge exige. Au même titre, le mandataire judiciaire exerçant un mandat de protection future doit respecter toutes les obligations déontologiques qui s imposeraient à lui dans le cadre d un mandat confié par le juge. Dans tous les cas, l intérêt de la personne protégée doit seul guider ses actes. Article 3 : Le mandataire judiciaire à la protection des majeurs peut accepter des mandats sous seing privé, sauf d une personne dont il assure la protection par mandat judiciaire. Lorsqu un mandat sous seing privé émane d une personne par lui anciennement protégée, le mandataire judiciaire à la protection des majeurs en adresse copie sans délai au président de la Chambre régionale et au procureur de la République. S il ne prévoit pas de rémunération, le mandat sous seing privé est exercé à titre gratuit. Page 3 sur 15

4 Chapitre 1er : Règles générales Article 4 : Le mandataire judiciaire a pour responsabilité d assurer la protection tant de la personne que de ses biens, sauf disposition contraire du juge. Le mandataire judiciaire s'assure de l'effectivité de la protection du majeur accordée par la loi à l égard des tiers, sauf intérêt contraire de la personne protégée. Dans ce cas, il informe le juge au moment où il envisage de ne pas mettre en œuvre cette protection. Article 5 : Le mandataire judiciaire doit disposer des assurances permettant de couvrir les risques découlant de l exercice de l ensemble de ses missions et mandats. Le mandataire judiciaire désigné dans le cadre d un mandat de protection future doit justifier auprès du mandant des garanties des conséquences pécuniaires de sa responsabilité civile en raison des dommages subis par le mandant. Article 6 : Les données personnelles rassemblées ou transmises dans l exercice d un mandat ne peuvent être utilisées à d autres fins que celles pour lesquelles elles ont été rassemblées ou transmises. Lorsque le mandataire judiciaire est amené à transmettre copie des décisions de justice afférentes à la mesure de protection, il veille à assurer un équilibre entre l information due aux tiers et le respect de la vie privée du majeur protégé. Notamment, aucune information relative à l état de santé du majeur protégé ne peut être transmise à cette occasion, fusse de manière indirecte. Page 4 sur 15

5 Section 1 : S'agissant de la protection de la personne du majeur Article 7 : Comme l établissent la jurisprudence et la doctrine, la liste des actes à caractère strictement personnel visée à l article 458 du code civil n est pas exhaustive. Toutefois, loin de se désintéresser par principe, le mandataire judiciaire pourra aborder avec précaution et délicatesse les questions touchant à la sphère intime de la personne protégée afin de l éclairer des effets probables ou possibles de sa décision ou d une absence de décision, tant pour sa propre personne que pour les tiers. Article 8 : Le mandataire judiciaire veille à encourager l autonomie de la personne dans ses actes à caractère personnel. Même lorsqu'il a le pouvoir de représentation de la personne protégée, le mandataire judiciaire recherche son consentement autant que possible. Article 9 : Le mandataire judiciaire veille à promouvoir les libertés individuelles du majeur protégé, notamment dans le libre choix du lieu de vie, du lieu d'hébergement et de ses fréquentations. Il reste attaché au respect de ses droits et s'engage en cas de difficultés à solliciter le juge des tutelles pour statuer. Page 5 sur 15

6 Section 2 : S'agissant de la protection des biens du majeur Article 10 : Le mandataire judiciaire s interdit toute situation de contradiction d intérêts avec le majeur protégé. Dans une telle hypothèse, il est de sa responsabilité d en informer sans délai le juge. Article 11 : Le mandataire judiciaire ne peut mettre en place une redirection du courrier de la personne protégée que s il dispose du pouvoir juridique pour le faire. Le mandataire judiciaire fait parvenir au majeur protégé, sans l avoir ouvert, tout courrier présentant une apparence de correspondance personnelle. Article 12 : L inventaire mobilier est réalisé dans le respect de la vie privée et de l intimité de la personne protégée. Article 13 : Dans la gestion de tous les biens de la personne, le mandataire judiciaire s efforce de respecter l histoire patrimoniale de celle- ci. En toutes circonstances, le mandataire judiciaire accorde une importance particulière au fait que les souvenirs et objets à caractère personnel soient gardés à la disposition de la personne protégée. Article 14 : Tous les comptes et valeurs de la personne protégée sont et demeurent à son nom. Le mandataire judiciaire informe la personne protégée de la possibilité qu elle a de disposer par elle- même des fruits et intérêts de ses livrets et placements. L excédent de gestion est laissé à la disposition du majeur protégé quelque soit l'utilisation qu il souhaite en faire. Celui- ci est constitué des revenus, déduction faite des dépenses courantes fixes ou prévisibles uniquement. Si le mandataire judiciaire estime qu il est de l intérêt du majeur protégé d encadrer la libre disposition des comptes, il ne peut le faire qu avec l accord du juge des tutelles. Article 15 : Le mandataire judiciaire doit informer le majeur protégé de l utilité ou de la nécessité qu il soit disposé des droits relatifs à son logement et à ses meubles. Autant que possible, le mandataire judiciaire s efforce de recueillir le consentement éclairé de la personne protégée à cet acte. Le mandataire judiciaire ne peut conserver les clefs du logement de la personne protégée sans accord écrit de celle- ci. A défaut d avoir pu recueillir le consentement écrit du majeur protégé, le mandataire judiciaire informe le juge des tutelles de la conservation des clefs. Article 16 : Lorsque le mandataire judiciaire estime que la personne protégée ne peut recevoir le compte de gestion, il en avise le juge des tutelles. Page 6 sur 15

7 Chapitre 2 : Règles particulières Section 1 : Devoirs à l'égard du majeur protégé 1 er : A l'ouverture de la mesure. Article 17 : Le mandataire judiciaire expose à la personne protégée la décision de justice la concernant en des termes adaptés à sa capacité de compréhension. Il rappelle au majeur protégé ses droits de recours. Le cas échéant, il peut accompagner sa démarche vis- à- vis de la juridiction compétente. Le mandataire judiciaire remet immédiatement la notice d information et la charte des droits de la personne protégée. Il les présente d une manière accessible et adaptée au niveau de compréhension de la personne. A défaut, il remet ces documents à un proche. Si le mandataire judiciaire estime que l intérêt de la personne protégée ne permet pas la remise du document à l un des proches ou en leur absence, il peut solliciter la présence d un professionnel. Article 18 : Lorsque il en a connaissance, le mandataire judiciaire vérifie que les actes accomplis par le majeur protégé avant l ouverture de la mesure de protection ne lui causent pas un préjudice excessif. En ce sens, le mandataire judiciaire examine les actes passés par le majeur protégé deux ans avant la mesure, en s'appuyant notamment sur le recueil de données extraites du dossier au greffe du tribunal d'instance. Article 19 : Lorsqu il ouvre la mesure de protection, le mandataire judiciaire vérifie que la personne protégée n a pas bénéficié précédemment d une mesure de sauvegarde de justice sur déclaration médicale ou sur décision judiciaire sans désignation d un mandataire spécial, aux fins de faire valoir la protection dont il bénéficie à ce titre, le cas échéant. Page 7 sur 15

8 2 : Durant l'exercice de la mesure. Article 20 : Le mandataire judicaire sollicite du juge des tutelles l extension ou la réduction du champ d'application du mandat de la protection de la personne et de ses biens lorsqu'il constate une aggravation ou une amélioration de l'état de santé du majeur protégé. Article 21 : Même lorsqu'il reçoit mandat spécial à l'effet d'accomplir un ou plusieurs actes déterminés, même de disposition, rendus nécessaires par la gestion du patrimoine de la personne protégée, le mandataire judiciaire cherche à inciter le majeur protégé à exercer par lui- même les actes qu il peut accomplir seul. Article 22 : Le mandataire judiciaire qui ne dispose pas d un pouvoir de représentation de la personne protégée ne peut déposer plainte au nom de celle- ci. Le mandataire judiciaire informé d un dépôt de plainte par un majeur protégé en informe le juge des tutelles. Article 23 : En cas de poursuites pénales, le mandataire judiciaire s assure que les droits de la personne protégée sont respectés au cours de la procédure. A défaut, il utilise les moyens de droit à sa disposition. Le mandataire judiciaire apprécie dans l intérêt de la personne protégée les situations dans lesquelles il consulte les pièces de la procédure pénale et visite la personne protégée. Lorsque le majeur protégé est sous sauvegarde de justice ou sous mandat de protection future, le mandataire judiciaire informé d une procédure pénale en informe le juge des tutelles. Afin de permettre au majeur protégé de mieux faire valoir ses droits, le mandataire judiciaire peut solliciter le cas échéant l extension du contour du mandat dont il a la charge. Article 24 : Le mandataire judiciaire étant rémunéré totalement ou partiellement par le majeur protégé, ou à titre subsidiaire par la collectivité publique au bénéfice de ce dernier, il ne peut être appelé à prêter serment lors de son témoignage à l'audience. Toutefois, sa responsabilité pénale pourra être engagée dès lors qu'il aura eu connaissance de la commission d'un crime, ou d'un délit à caractère sexuel, et qu'il n'en aura pas informé les autorités judiciaires. La convocation à témoignage devant la cour d'assises est un acte nominatif, et à ce titre, le mandataire judiciaire doit comparaître devant cette juridiction en personne. Article 25 : Lorsque des démarches judiciaires auraient pu être envisagées et que le mandataire judiciaire décide de ne pas les entreprendre ou d en limiter la portée, il mentionne ses motivations au dossier de la personne protégée et le cas échéant en informe le juge des tutelles. Page 8 sur 15

9 Article 26 : Les informations à caractère médical sont couvertes par le secret professionnel. S il a connaissance d un diagnostic ou d un pronostic concernant un majeur protégé, exposant des tiers à un risque de transmission, le mandataire judiciaire a la faculté d en informer l ordre des médecins. Article 27 : Pour autoriser les soins, le tuteur doit s assurer du consentement préalable du majeur protégé. Lorsque le majeur protégé n est pas en capacité de consentir effectivement aux soins, le tuteur ne peut consentir aux soins à la place de celui- ci. Toutefois, le tuteur demeure porteur de l expression de la personne en tutelle. Il ne peut alors qu exprimer un avis, le soignant restant responsable de la décision de délivrer les soins. Dans tous les cas, l autorisation de soins ne déresponsabilise aucun des professionnels de santé et l absence du tuteur ne peut ni retarder, ni empêcher l action des secours ou une éventuelle action médicale que seul le majeur protégé peut accepter ou refuser. Article 28 : Le tuteur ne peut passer outre le refus de soins exprimé par le majeur protégé, que l on pourra considérer, s il est réitéré dans les conditions prévues au code de la santé publique, comme un acte strictement personnel. Toutefois, le mandataire judiciaire ne peut se désintéresser d une situation de refus de soins et cherche à coordonner ses efforts avec le corps médical pour convaincre la personne protégée d accepter les soins indispensables. Article 29 : Le mandataire judiciaire est chargé d une mission générale de protection de la personne. Il cherche à s assurer de la proportionnalité des soins délivrés et, autant que possible, veille à ce que la douleur puisse être convenablement prise en charge. Il veille à ce que la personne en fin de vie puisse disposer des traitements de confort et des aides auxquels elle peut accéder et s interdit d apporter son concours à toute intervention destinée à abréger volontairement la vie. Il contribue à sauvegarder la Dignité du mourant et s assure de sa qualité de vie. Page 9 sur 15

10 3 : après la fin de la mesure Article 30 : Le tuteur demeure porteur de l expression de la personne en tutelle si son consentement au don d organes après le décès du majeur protégé est sollicité. S'agissant du don du corps à la science, le mandataire judiciaire peut prendre les dispositions nécessaires à une inhumation digne, dans le cas où le corps serait refusé par les autorités médicales. En absence de famille ou de manifestation de la famille du majeur protégé, le mandataire judiciaire peut mener les diligences pour la réalisation des obsèques. Article 31 : Même lorsque la personne protégée est décédée, et dans toute autre situation dans laquelle la mesure de protection aurait pris fin, le mandataire judiciaire préserve la confidentialité de la gestion. Article 32 : Pour permettre à la personne protégée d exercer son droit de recours cinq ans après la fin de la mesure de protection, le mandataire judiciaire s assure de conserver jusqu à ce terme les informations justifiant de son action et de sa gestion, le cas échéant sous la forme dématérialisée. Page 10 sur 15

11 Section 2 : Devoirs à l'égard de l'entourage du majeur protégé Article 34 : En présence d héritiers connus ne souhaitant pas désigner un notaire qui sera chargé du règlement de la succession, le mandataire judiciaire peut obtenir mandat du premier des héritiers acceptant de lui répondre, aux fins de désigner un notaire. En présence d une pluralité d héritiers connus ne souhaitant pas désigner un notaire qui sera chargé du règlement de la succession, le mandataire judiciaire peut accepter une promesse de porte- fort du premier des héritiers acceptant de lui répondre. Article 35 : Pour permettre aux ayants- droits de la personne protégée d exercer leur droit de recours cinq ans après la fin de la mesure de protection, le mandataire judiciaire s assure de conserver jusqu à ce terme les informations justifiant de son action et de sa gestion, le cas échéant sous la forme dématérialisée. Section 3 : Devoirs à l'égard du juge des tutelles Article 35 : Le mandataire judiciaire agissant en temps qu auxiliaire de justice est garant de la confidentialité des informations qu il détient dans l intérêt du majeur protégé. Il n oppose pas le secret professionnel aux magistrats. Article 36 : Le mandataire judiciaire doit solliciter que le juge visite ou fasse visiter le majeur protégé dans toute situation où l intérêt de celui- ci l exige. Il saisit le juge lorsqu'il estime que la mesure de protection n est pas proportionnée aux facultés de la personne protégée, ou que l ouverture d une mesure de protection au bénéfice de la personne protégée est nécessaire, ou que la durée de la mesure de protection lors de son renouvellement n est pas proportionnée à la situation de la personne protégée. Article 37 : Lorsque l'autorisation du juge des tutelles est requise par le code de la santé publique, le mandataire judiciaire lui apporte spécialement toutes informations détaillées nécessaires à sa parfaite compréhension de la situation médicale et sociale de la personne concernée. Page 11 sur 15

12 Section 4 : Devoirs à l'égard des institutions publiques et des tiers professionnels Article 38 : Lorsque le représentant de l Etat dans le département souhaite, pour le bon exercice de ses missions, obtenir communication d une information relevant de l exercice du mandat judiciaire, le mandataire judiciaire en informe sans délai le juge des tutelles. Article 39 : Pour permettre au majeur protégé en curatelle ou en tutelle de faire valoir ses droits, le mandataire judiciaire s assure qu une mention de la mesure de protection figure en marge de l acte de naissance au registre de l état civil. Article 40 : Par courtoisie envers les autres membres de l institution judiciaire, le mandataire judiciaire informe de la mesure de protection et de son mandat les magistrats et auxiliaires de justice ayant à connaître d une procédure judiciaire à laquelle le majeur protégé est partie. Page 12 sur 15

13 Section 5 : Devoirs à l'égard des confrères Article 41 : Le mandataire judiciaire qui exerce la mesure de protection de conserve avec un autre mandataire désigné par le juge prend ses décisions en toute indépendance et dans le seul intérêt de la personne protégée. Toutefois, il privilégie autant que possible une bonne collaboration. Article 42 : Dans l intérêt du majeur protégé, le mandataire judiciaire dessaisi d un mandat de protection communique le cas échéant les informations qu il juge utile de transmettre dans le respect du secret professionnel. Article 43 : Pour la bonne honorabilité de la profession et dans une volonté de préserver l intérêt général et celui des personnes les plus vulnérables, un mandataire judiciaire ayant connaissance de l usage abusif du titre de mandataire judiciaire à la protection des majeurs, ou de l exercice illégal de cette activité, en informe sans délai les autorités compétentes et le président de la Chambre régionale. Article 44 : Les dispositions de cette section bénéficient à tous les mandataires judiciaires, quel que soit leur statut d'exercice, à leurs délégués, à leur préposés. Page 13 sur 15

14 Titre III Rémunération du mandataire Article 45 : Le mandataire judiciaire doit informer le majeur protégé ou ses proches le cas échéant des modalités du financement du mandat judiciaire de protection. Article 46 : Pour tous les mandats qui ne sont pas prescrits par main de Justice, le mandataire judiciaire s oblige à communiquer préalablement par écrit un devis de ses honoraires. Article 47 : Hormis ses émoluments ou honoraires, le mandataire judiciaire ne peut bénéficier d aucun avantage financier ou en nature lié à ses missions, sauf présents d usage. Page 14 sur 15

15 Titre IV Opposabilité de la présente charte Article 48 : Tout manquement à la présente charte doit faire l'objet d'un signalement au bureau de la Chambre régionale, qui peut diligenter la procédure disciplinaire prévue à ses statuts et à son règlement intérieur. La présente charte étant une simple norme déontologique, ses dispositions ne peuvent être invoquées par des tiers à la Chambre régionale dans une procédure de sanction administrative ou devant une juridiction. Le bureau de la Chambre régionale peut saisir le juge des tutelles compétent, le procureur de la République, et le directeur régional de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale des faits dont il a été informés ou dont il a eu connaissance au cours de la procédure disciplinaire. Page 15 sur 15

Les nouveaux mandats

Les nouveaux mandats Elaboré en Mars 2008. Modifications éventuelles : nous contacter. Philippe TOCQUEVILLE - Nicolas MELON - Notaires Associés d'une Société Titulaire d'un Office Notarial - 9 Rue des Arènes BP 95236 49052

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

LES MANDATS SUCCESSORAUX

LES MANDATS SUCCESSORAUX Promotion Jacques de Maleville du MASTER II DE DROIT NOTARIAL sous la direction de Philippe Delmas Saint-Hilaire Professeur à l Université Montesquieu Bordeaux IV Bordeaux, janvier 2013 LES MANDATS SUCCESSORAUX

Plus en détail

1. Rappel sur le principe de la capacité. . Tout majeur dispose en principe de ses droits

1. Rappel sur le principe de la capacité. . Tout majeur dispose en principe de ses droits Nathalie DEGELDER Mandataire Judiciaire à la Protection des Majeurs et coordinatrice du Service Régional d Information et de Soutien aux Tuteurs Familiaux vous présente le Thème Protéger un membre de sa

Plus en détail

LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE

LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE Selon le code civil (art. 1984), le mandat est l acte par lequel une personne, le mandant, donne à une autre, le mandataire, le pouvoir de faire quelque chose en son nom.

Plus en détail

Présentation de la loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs

Présentation de la loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs Présentation de la loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs 1 Toute personne est légalement reconnue «capable» de tous les actes de la vie civile à 18 ans. Quoique majeures,

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION TUTELLE

NOTICE D INFORMATION TUTELLE TRIBUNAL D INSTANCE DE TOURS 35/39 rue Edouard Vaillant CS 54335 37043 TOURS CEDEX 1 02.47.60.27.58 NOTICE D INFORMATION TUTELLE Vous venez d être nommé(e) tuteur d une personne placée sous tutelle. Vous

Plus en détail

est situé à...(siège social) représentée par...(prénom)...(nom), en sa qualité de...(qualité),

est situé à...(siège social) représentée par...(prénom)...(nom), en sa qualité de...(qualité), Entre les soussignés, Personne morale :...(dénomination sociale),...(forme),...(capital),...(rcs),...(numéro SIREN) dont le siège social est situé à...(siège social) représentée par...(prénom)...(nom),

Plus en détail

GUIDE A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE DEMANDER UNE MESURE DE PROTECTION D'UNE PERSONNE MAJEURE

GUIDE A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE DEMANDER UNE MESURE DE PROTECTION D'UNE PERSONNE MAJEURE GUIDE A LIRE ATTENTIVEMENT AVANT DE DEMANDER UNE MESURE DE PROTECTION D'UNE PERSONNE MAJEURE Vous souhaitez solliciter l ouverture d une mesure de protection judiciaire, avant de faire cette démarche,

Plus en détail

1 Les mesures de gestion du budget des prestations sociales et d accompagnement social :...3

1 Les mesures de gestion du budget des prestations sociales et d accompagnement social :...3 Tutelle, curatelle et autres mesures : La protection des majeurs vulnérables Loi du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs Applicable au 1er janvier 2009 1 Les mesures de gestion

Plus en détail

Mandat de protection future

Mandat de protection future N 13592*02 LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE NE PEUT PRENDRE EFFET QUE LORSQU IL EST ETABLI QUE LE MANDANT NE PEUT PLUS POURVOIR SEUL A SES INTERETS Mandat de protection future (Articles 477 à 488 et 492

Plus en détail

Lettre d actualité juridique

Lettre d actualité juridique Lettre d actualité juridique Mai - Juin 2009 Tutelle-Curatelle I. Les effets de la curatelle et de la tutelle quant à la protection de la personne Vous trouverez en annexe un tableau traitant des droits

Plus en détail

ARRÊTÉ ROYAL FIXANT LES RÈGLES DE DÉONTOLOGIE DU PSYCHOLOGUE

ARRÊTÉ ROYAL FIXANT LES RÈGLES DE DÉONTOLOGIE DU PSYCHOLOGUE ARRÊTÉ ROYAL FIXANT LES RÈGLES DE DÉONTOLOGIE DU PSYCHOLOGUE PUBLIÉ AU MONITEUR BELGE LE 16 MAI 2014 EN VIGUEUR A PARTIR DU 26 MAI 2014 Chapitre I er. - Dispositions générales Article 1er. Le présent code

Plus en détail

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE :

Sont exclus de la procédure de médiation auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE : CHARTE DE LA MEDIATION auprès du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE CLIENTELE DES PARTICULIERS Mai 2016 La charte de la médiation du Groupe BNP PARIBAS PERSONAL FINANCE est rédigée conformément à la législation

Plus en détail

Code d éthique et de déontologie de l Association Québécoise des Accompagnantes à la Naissance

Code d éthique et de déontologie de l Association Québécoise des Accompagnantes à la Naissance Code d éthique et de déontologie de l Association Québécoise des Accompagnantes à la Naissance Dans le présent règlement, à moins que le contexte ne l'indique autrement, on entend par : a) «AQAN» Association

Plus en détail

Charte de la Médiation de l eau

Charte de la Médiation de l eau Charte de la Médiation de l eau 1 La Médiation de l eau a pour objectif de favoriser le règlement amiable des litiges entre les consommateurs et leur service d eau ou d assainissement en leur proposant

Plus en détail

1. Les dispositions des articles 56, 56-1, 57 et 59 du code de procédure pénale, telles qu applicables à l époque des faits, se lisent comme suit :

1. Les dispositions des articles 56, 56-1, 57 et 59 du code de procédure pénale, telles qu applicables à l époque des faits, se lisent comme suit : CINQUIÈME SECTION DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n o 45827/07 présentée par Mathieu JACQUIER contre la France La Cour européenne des droits de l homme (cinquième section), siégeant le 1 er

Plus en détail

L huissier de justice

L huissier de justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique L huissier de justice auxiliaire de justice et partenaire 1. QUI EST L HUISSIER DE JUSTICE? L huissier de justice

Plus en détail

Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du code civil)

Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du code civil) Requête aux fins d ouverture d une mesure de protection juridique (articles 425 et suivants du code civil) présentée à par : Votre identité Monsieur ou Madame le Juge des Tutelles TRIBUNAL D INSTANCE 27

Plus en détail

TABLEAUX D EXPERTS PRES LES COURS ADMINISTRATIVES D APPEL Décret n 2013-730 du 13 août 2013

TABLEAUX D EXPERTS PRES LES COURS ADMINISTRATIVES D APPEL Décret n 2013-730 du 13 août 2013 TABLEAUX D EXPERTS PRES LES COURS ADMINISTRATIVES D APPEL Décret n 2013-730 du 13 août 2013 Le décret du 13 août 2013 précise les conditions d'inscription sur un tableau d'experts près une cour administrative

Plus en détail

ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014. relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France

ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014. relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France Date de publication : 25 mars 2014 ARRÊTÉ N A-2014-01 DU CONSEIL GÉNÉRAL DU 16 JANVIER 2014 relatif au code de déontologie du personnel de la Banque de France LE CONSEIL GÉNÉRAL DE LA BANQUE DE FRANCE,

Plus en détail

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE

GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE GUIDE RELATIF À LA GESTION DES DROITS DU PARENT NON-GARDIEN EN MILIEU SCOLAIRE à être produit par le comité des secrétaires généraux de la Montérégie et de l Estrie Mario Champagne Francine Julien Daniel

Plus en détail

CONJOINT (à préciser si celui ci est également propriétaire) Date et lieu de naissance :...

CONJOINT (à préciser si celui ci est également propriétaire) Date et lieu de naissance :... MANDAT «EXPERT» NON EXCLUSIF DE VENTE Loi du 7 mai 1946 instituant l Ordre des géomètres-experts, décret du 31 mai 1996 portant règlement de la profession et code des devoirs professionnels N au registre

Plus en détail

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse

LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? 1. Processus d intervention en protection de la jeunesse LA NOUVELLE LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE : EN QUOI ÇA NOUS CONCERNE? Jean Labbé, MD, FRCPC Professeur titulaire Département de pédiatrie Université Laval; Consultant pédiatrique en protection de

Plus en détail

II/ LES PRINCIPES APPLIQUES AU LYCEE

II/ LES PRINCIPES APPLIQUES AU LYCEE L Autorité Parentale Information réalisée par le service social et l Officier Juriste. Le 20 septembre 2012 SOMMAIRE INTRODUCTION I/ PRINCIPES GENERAUX II/ LES PRINCIPES APPLIQUÉS AU LYCÉE III/ CAS D UN

Plus en détail

LA PERSONNE DE CONFIANCE

LA PERSONNE DE CONFIANCE Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE LA PERSONNE DE CONFIANCE Introduction L article 1111-6 du code de la santé publique,

Plus en détail

1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3 6. AFFIRMATION...4

1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3 6. AFFIRMATION...4 BANQUE DE DÉVELOPPEMENT DU CANADA CODE DE CONDUITE DU CONSEIL D ADMINISTRATION TABLE DES MATIÈRES 1. PRINCIPES DIRECTEURS...1 2. OBLIGATIONS...1 3. DÉROGATIONS...3 4. CONTRAVENTIONS...3 5. COMMUNICATIONS...3

Plus en détail

- 53 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Projet de loi instituant un Contrôleur général des lieux de privation de liberté.

- 53 - TABLEAU COMPARATIF. Texte du projet de loi. Projet de loi instituant un Contrôleur général des lieux de privation de liberté. - 53 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi instituant un Contrôleur général des lieux de privation de liberté Projet de loi instituant un Contrôleur général des lieux de privation de liberté Article 1 er

Plus en détail

Règlement médical de l UFOLEP. REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep

Règlement médical de l UFOLEP. REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep Règlement médical de l UFOLEP REGLEMENT MEDICAL DE L UFOLEP Annexé au règlement intérieur de l Ufolep Adopté par le comité directeur national de l Ufolep le 11 avril 2008 1 PREAMBULE L article L. 231-5

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE CENTRE-EST La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire et financier

Plus en détail

L examen des contrats - L étendue de la mission du conseil départemental

L examen des contrats - L étendue de la mission du conseil départemental Pascale Mathieu Secrétaire générale Jean-François Dumas Délégué du président aux affaires juridiques Mathilde Guest Conseillère juridique Ns. Ref. : DJA/PM/MG/ n 1/ 2012.09.06 L examen des contrats - L

Plus en détail

Dispositions générales

Dispositions générales Loi (9326) sur la commission de surveillance des professions de la santé et des droits des patients (K 3 03) Le GRAND CONSEIL de la République et canton de Genève décrète ce qui suit : Titre I Dispositions

Plus en détail

L agent commercial en Allemagne

L agent commercial en Allemagne 1 L agent commercial en Allemagne Introduction Le statut juridique de l agent commercial («Handelsvertreter») est défini dans le Code de commerce allemand («Handelsgesetzbuch»- HGB) aux Articles 84 à 92c.

Plus en détail

Code éthique et déontologique des logopèdes

Code éthique et déontologique des logopèdes Code éthique et déontologique des logopèdes Responsabilité personnelle 1.1. Les logopèdes doivent respecter les dispositions de l arrêté royal du 20 octobre 1994 relatif au titre professionnel et aux conditions

Plus en détail

1/6. N au registre des mandats N ENTRE LES SOUSSIGNES

1/6. N au registre des mandats N ENTRE LES SOUSSIGNES MANDAT «GEOMETRE-EXPERT» EXCLUSIF DE VENTE Loi du 7 mai 1946 instituant l Ordre des géomètres-experts, décret du 31 mai 1996 portant règlement de la profession et code des devoirs professionnels N au registre

Plus en détail

LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE

LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE Conseil général CIDPA CLIC départemental 72 CIDPA CLIC départemental 03/2009 - Sept. 2010-09/2011 LE MANDAT DE PROTECTION FUTURE Le mandat de protection future est une mesure conventionnelle par laquelle

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU CENTRE UNIVERSITAIRE DE SANTÉ MCGILL

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU CENTRE UNIVERSITAIRE DE SANTÉ MCGILL CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU CENTRE UNIVERSITAIRE DE SANTÉ MCGILL Objet Le présent document a pour objet d établir, conformément à la législation applicable,

Plus en détail

B- La faute disciplinaire... 8

B- La faute disciplinaire... 8 PLAN I- La consécration des droits de la défense et de l immunité judiciaire... 4 A- Le contenu des droits de la défense... 4 B- L immunité judiciaire... 6 II- Les limites de l immunité judiciaire... 7

Plus en détail

Décret en date du 8 avril 2008 portant application de la loi n 2008-08 du 25 janvier 2008 sur la protection des données à caractère personnel

Décret en date du 8 avril 2008 portant application de la loi n 2008-08 du 25 janvier 2008 sur la protection des données à caractère personnel 8-4-2008 - Décret portant application de la loi n 2008-08 sur la protection des données à caractère personnel 1 République du Sénégal Un Peuple Un But Une Foi Décret en date du 8 avril 2008 portant application

Plus en détail

(Loi nº 2002-303 du 4 mars 2002 art. 3 Journal Officiel du 5 mars 2002)

(Loi nº 2002-303 du 4 mars 2002 art. 3 Journal Officiel du 5 mars 2002) En rouge les éléments de la loi du 22 avril 2005 En violet des éléments de la petite loi du 17 mars 2015 (suite première lecture à l assemblée nationale) CODE DE LA SANTE PUBLIQUE Chapitre préliminaire

Plus en détail

N o 6103 6 CHAMBRE DES DEPUTES. Session ordinaire 2011-2012 PROJET DE LOI. portant modification des articles 351, 353 et 353-1 du Code pénal * * *

N o 6103 6 CHAMBRE DES DEPUTES. Session ordinaire 2011-2012 PROJET DE LOI. portant modification des articles 351, 353 et 353-1 du Code pénal * * * 30.7.2012 N o 6103 6 CHAMBRE DES DEPUTES Session ordinaire 2011-2012 PROJET DE LOI portant modification des articles 351, 353 et 353-1 du Code pénal SOMMAIRE: page Amendements adoptés par la Commission

Plus en détail

Le recours devant les juridictions administratives

Le recours devant les juridictions administratives LA DISCIPLINE La procédure disciplinaire Le recours devant les juridictions administratives Après la décision du directeur interrégional (ou après que le délai d un mois sans réponse de sa part est passé),

Plus en détail

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE

CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE CHARTE DE LA MEDIATION BANCAIRE DU CREDIT AGRICOLE MUTUEL PYRENEES GASCOGNE La médiation bancaire est régie par le Code de la consommation (en particulier les articles L. 151-1 à L. 157-2) et le Code monétaire

Plus en détail

Protection juridique Tutelle Curatelle (LOI n 2007-308 du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs) Pays de Saint Malo

Protection juridique Tutelle Curatelle (LOI n 2007-308 du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs) Pays de Saint Malo Protection juridique Tutelle Curatelle (LOI n 2007-308 du 5 mars 2007 portant réforme de la protection juridique des majeurs) Pays de Saint Malo SOMMAIRE 1. Mot d accueil 2. La situation sur le pays de

Plus en détail

Projet de loi n o 92

Projet de loi n o 92 Mémoire présenté à la Commission de la santé et des services sociaux Le 27 avril 2016 Le Collège des médecins est l ordre professionnel des médecins québécois. Sa mission : Une médecine de qualité au service

Plus en détail

Code d éthique et de déontologie des membres du conseil d administration

Code d éthique et de déontologie des membres du conseil d administration Code d éthique et de déontologie des membres du conseil d administration 1. TITRE Code d éthique et de déontologie des membres du conseil d administration du Réseau ÉTS. 2. PRÉAMBULE Le présent code a

Plus en détail

COMMISSION OUVERTE DE LA FAMILLE SOUS-COMMISSION MAJEURS VULNÉRABLES II

COMMISSION OUVERTE DE LA FAMILLE SOUS-COMMISSION MAJEURS VULNÉRABLES II TRAVAUX DES COMMISSIONS OUVERTES COMMISSION OUVERTE DE LA FAMILLE SOUS-COMMISSION MAJEURS VULNÉRABLES II Auteur : Marie-Helene Isern-Real Date : mercredi 4 mars 2009 LES NOUVEAUX POUVOIRS DU JUGE DES TUTELLES

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Mis à jour le 4 mars 2015 PREAMBULE Le conseil d administration d ARKEMA (la «Société») a arrêté le présent règlement intérieur contenant le recueil des

Plus en détail

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le Conseil d Administration du 29 juillet 2014 TOTAL S.A. REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le Conseil d administration de TOTAL S.A. 1, a arrêté le présent Règlement intérieur.

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE DANS LE CADRE DU MASTER EN PSYCHOLOGIE. Faculté de SSP - Institut de Psychologie

CONVENTION DE STAGE DANS LE CADRE DU MASTER EN PSYCHOLOGIE. Faculté de SSP - Institut de Psychologie CONVENTION DE STAGE DANS LE CADRE DU MASTER EN PSYCHOLOGIE Faculté de SSP - Institut de Psychologie Personnes de contact : Pour les étudiants de l orientation - Psychologie du conseil et de l orientation

Plus en détail

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle. Mise à jour janvier 2014

DEONTOLOGIE. Règles de bonne conduite. professionnelle et personnelle. Mise à jour janvier 2014 DEONTOLOGIE Règles de bonne conduite professionnelle et personnelle Mise à jour janvier 2014 Fonds de Réserve pour les Retraites 56 rue de Lille 75007 Paris Tel : 01 58 50 99 12 Fax : 01 58 50 05 33 www.fondsdereserve.fr

Plus en détail

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons :

L élargissement des procédures aux risques psychosociaux requiert une modification de votre règlement de travail. Dès lors, nous vous conseillons : http://www.lecap.be/ Octobre 2014 /2 Madame, Monsieur, La loi sur le bien-être du 4 août 1976 consacre un chapitre entier aux mesures que l'employeur doit prendre afin d'éviter que ses collaborateurs ne

Plus en détail

Ça peut arriver à tout le monde

Ça peut arriver à tout le monde Page 1 sur 6 Ça peut arriver à tout le monde La perspective de perdre la capacité de décider soi-même n est réjouissante pour personne. Pourtant, nul n'est à l'abri d'un accident grave ou d une maladie

Plus en détail

Procédure relative aux conseils de disciplines

Procédure relative aux conseils de disciplines Annexe 5 Procédure relative aux conseils de disciplines I - LES REGLES RELATIVES A LA MISE EN PLACE DU CONSEIL DE DISCIPLINE. C est au chef d établissement qu il revient d apprécier, s il y a lieu, d engager

Plus en détail

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE

CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE Ce document n a pas valeur officielle CODIFICATION ADMINISTRATIVE DE L ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE L ORDRE DES INFIRMIÈRES ET INFIRMIERS DU

Plus en détail

Les mandats, l incapacité et le décès

Les mandats, l incapacité et le décès Les mandats, l incapacité et le décès UN MANDAT EST UN ACTE PAR LEQUEL UNE PERSONNE (LE MANDANT) DONNE LE POUVOIR À UNE AUTRE PERSONNE QU ELLE CHOISIT (LE MANDATAIRE), DE FAIRE QUELQUE CHOSE EN SON NOM.

Plus en détail

2 ) de mettre à la charge de la commune de Goyave une somme de 700 euros au titre de l article L.761-1 du code de justice administrative ;

2 ) de mettre à la charge de la commune de Goyave une somme de 700 euros au titre de l article L.761-1 du code de justice administrative ; TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE BASSE-TERRE N 1100754 Mme Marie-Line A... M. Sauton Rapporteur M. Porcher Rapporteur public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Basse-Terre

Plus en détail

L avocat «Correspondant Informatique et Libertés»

L avocat «Correspondant Informatique et Libertés» ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DES 3 ET 4 AVRIL 2009 COMMISSION DES RÈGLES ET USAGES L avocat «Correspondant Informatique et Libertés» Avant-projet de décision à caractère normatif Portant réforme du Règlement Intérieur

Plus en détail

CHARTE D ETHIQUE VIDEOPROTECTION

CHARTE D ETHIQUE VIDEOPROTECTION CHARTE D ETHIQUE VIDEOPROTECTION Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens et lutter contre le sentiment d insécurité, la Commune de Périgueux a mis en place un système de vidéoprotection.

Plus en détail

La protection juridique des majeurs 1 ère partie

La protection juridique des majeurs 1 ère partie La protection juridique des majeurs 1 ère partie On estime aujourd hui à 850 000 le nombre de majeurs sous protection (handicapés mentaux, exclus de la vie et personnes âgées). L allongement de la durée

Plus en détail

Elle a été approuvée par l Union du Groupe Initiatives Mutuelles et les associations d ostéopathes ci-dessous signataires le 1 er octobre 2007.

Elle a été approuvée par l Union du Groupe Initiatives Mutuelles et les associations d ostéopathes ci-dessous signataires le 1 er octobre 2007. L Union du Groupe Initiatives Mutuelles (UGIM) assure la protection d un million de personnes. Elle regroupe la Mutuelle des Agents des Impôts, la Mutuelle des Douanes, la Mutuelle du Ministère de la Justice,

Plus en détail

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799

Objet : Plainte à l endroit du Secrétariat du Conseil du trésor et du Centre de services partagés du Québec Dossiers : 1005798 et 1005799 Montréal, le 23 février 2015 Madame Secrétariat du Conseil du Trésor a/s de Madame 875, Grande-Allée E., bureau 4.09 Québec (Québec) G1R 5R8 Madame Responsable de l accès aux documents Centre de services

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION

NOTICE D INFORMATION p. 1/8 Cette notice d information a été réalisée, conformément à l article D. 471-7 du code de l action sociale et des familles, afin de vous informer sur le fonctionnement de l association et de vous

Plus en détail

Le Certificat médical. Pr Irène François-Purssell Médecine Légale CHU Dijon

Le Certificat médical. Pr Irène François-Purssell Médecine Légale CHU Dijon Le Certificat médical Pr Irène François-Purssell Médecine Légale CHU Dijon 1 généralités O CM : document médical O après examen clinique O engage la responsabilité du médecin O informations médicales à

Plus en détail

INFORMATION DU PATIENT DANS LA LOI DU 4 MARS 2002

INFORMATION DU PATIENT DANS LA LOI DU 4 MARS 2002 INFORMATION DU PATIENT DANS LA LOI DU 4 MARS 2002 ACCES AUX INFORMATIONS DE SANTE 18 août 2003 MAJ oct. 2005 fév. 2007 oct. 2008 La loi du 4 mars 2002 consacre dans le chapitre premier, sous le titre "Information

Plus en détail

Charte des Administrateurs Systèmes, Réseaux et systèmes d information des Établissements Universitaires du PRES «Université de Grenoble»

Charte des Administrateurs Systèmes, Réseaux et systèmes d information des Établissements Universitaires du PRES «Université de Grenoble» Charte des Administrateurs Systèmes, Réseaux et systèmes d information des Établissements Universitaires du PRES «Université de Grenoble» Université Joseph Fourier Université Pierre Mendes-France Université

Plus en détail

CONTRAT DE REMPLACEMENT ENTRE UN INFIRMIER LIBERAL ET UN INFIRMIER TITULAIRE D UNE AUTORISATION

CONTRAT DE REMPLACEMENT ENTRE UN INFIRMIER LIBERAL ET UN INFIRMIER TITULAIRE D UNE AUTORISATION CONTRAT DE REMPLACEMENT ENTRE UN INFIRMIER LIBERAL ET UN INFIRMIER TITULAIRE D UNE AUTORISATION Commentaires du modèle de l Ordre national des infirmiers Rappel : La liberté contractuelle est un principe

Plus en détail

Politique et procédures. sur la Ligne de signalement fraude et inconduite

Politique et procédures. sur la Ligne de signalement fraude et inconduite Politique et procédures sur la Ligne de signalement fraude et inconduite 7 novembre 2011 TABLE DES MA TIÈRES 1. Définitions... 4 2. Objectifs... 4 3. Principes... 5 4. Champs d'application... 6 5. Traitement

Plus en détail

M. Béraud (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Béraud (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 30/10/2012 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 26 septembre 2012 N de pourvoi: 11-15384 11-21994 Non publié au bulletin Rejet M. Béraud (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

Code de bonne conduite administrative pour le personnel de l Agence européenne des produits chimiques

Code de bonne conduite administrative pour le personnel de l Agence européenne des produits chimiques Code de bonne conduite administrative pour le personnel de l Agence européenne des produits chimiques Version consolidée adopté par décision du conseil d administration MB/11/2008 du 14 février 2008 modifié

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT

REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE GROUPE CRIT Suivant délibération en date du 14 avril 2009 le Conseil d Administration de la société Groupe CRIT a établi son règlement intérieur. Le Conseil

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DES COMITÉS DU BARREAU DU QUÉBEC

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DES COMITÉS DU BARREAU DU QUÉBEC CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION ET DES COMITÉS DU BARREAU DU QUÉBEC Barreau du Québec Mars 2011 (**Mise à jour le 29 mai 2015 concordance Nouvelle Gouvernance)

Plus en détail

concernant la protection de la personne du majeur

concernant la protection de la personne du majeur Normal 0 21 false false false MicrosoftInternetExplorer4 Notice d information à la prise de fonction du curateur Normal 0 21 false false false MicrosoftInternetExplorer4 Obligations du curateur concernant

Plus en détail

sia Contrat de sous-mandat N o 1012/4 (Règlement SIA 112 Modèle de prestations) 2001 Concernant le projet: le mandant nom/adresse:

sia Contrat de sous-mandat N o 1012/4 (Règlement SIA 112 Modèle de prestations) 2001 Concernant le projet: le mandant nom/adresse: sia Contrat de sous-mandat N o 1012/4 (Règlement SIA 112 Modèle de prestations) 2001 Concernant le projet: le mandant nom/adresse: confie au mandataire 1 nom/adresse: le mandat décrit dans le présent contrat:

Plus en détail

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce

Textes de référence : articles L. 225-37, L. 225-68, L. 225-102-1, L. 225-185, L. 225-197-1, L. 823-19 et L. 823-20 du code de commerce Recommandation AMF n 2012-02 Gouvernement d entreprise et rémunération des dirigeants des sociétés se référant au code AFEP-MEDEF - Présentation consolidée des recommandations contenues dans les rapports

Plus en détail

Rapport de Hélène Poivey-Leclercq. Membre du conseil de l Ordre

Rapport de Hélène Poivey-Leclercq. Membre du conseil de l Ordre RAPPORT SUR LA RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE DE L AVOCAT MANDATAIRE JUDICIAIRE A LA PROTECTION DES MAJEURS ET SUR LA QUESTION DU MANIEMENT DES FONDS Rapport de Hélène Poivey-Leclercq Membre du

Plus en détail

CELLULE JURIDIQUE LA PROCEDURE DEVANT LE CONSEIL DE PRUD HOMMES

CELLULE JURIDIQUE LA PROCEDURE DEVANT LE CONSEIL DE PRUD HOMMES COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA PROCEDURE DEVANT LE CONSEIL DE PRUD HOMMES En cas de litige survenu en cours l exécution du contrat de travail lequel oppose :

Plus en détail

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière

CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière CHARTE DE MEDIATION CASDEN Banque Populaire / Banque Monétaire et Financière En application de l article L. 316-1 du Code monétaire et financier, et afin de favoriser le règlement amiable des différends

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 3 janvier 2013 relative à la présentation du décret n 2012-1515 du 28 décembre 2012 portant diverses dispositions relatives à la procédure civile et à l organisation judiciaire NOR : JUSC1243674C

Plus en détail

R E G L E M E N T D E C O N S U L T A T I O N (R.C.) N 201 5 / 0 1

R E G L E M E N T D E C O N S U L T A T I O N (R.C.) N 201 5 / 0 1 R E G L E M E N T D E C O N S U L T A T I O N (R.C.) N 201 5 / 0 1 OBJET DU MARCHE MAPA 2015/01 - Mission de conseil et de programmation pour des travaux d humanisation d un bâtiment du Centre Hospitalier

Plus en détail

REGLEMENT DE SELECTION A LA FORMATION D AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE

REGLEMENT DE SELECTION A LA FORMATION D AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE SERVICE ADMISSION RÈGLEMENT 2013 2014 Agréé par la D.R.J.S.C.S.de Lorraine le 10 Septembre 2007 Modifié le 4 Octobre 2013 REGLEMENT DE SELECTION A LA FORMATION D AIDE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE - Dispositions

Plus en détail

TECHNOLOGIES AVANCÉES

TECHNOLOGIES AVANCÉES Le correspondant à la protection des données à caractère personnel : un maillon important de la réforme DOCTRINE F4686 L Allemagne, nation pionnière avec la France en matière de protection de la vie privée,

Plus en détail

SERVICE INFINITE. NOTICE D INFORMATION Conforme à l article L.141-4 du Code des Assurances

SERVICE INFINITE. NOTICE D INFORMATION Conforme à l article L.141-4 du Code des Assurances SERVICE INFINITE NOTICE D INFORMATION Conforme à l article L.141-4 du Code des Assurances Les prestations de la convention d'assistance n 516325 / 0008 sont souscrites par la banque émettrice par l'intermédiaire

Plus en détail

Règlement Intérieur de fonctionnement

Règlement Intérieur de fonctionnement ENVOL ISERE AUTISME - Reconnue d intérêt général - Association Affiliée Autisme France - B.P. N 60241 Tél :06 60 72 07 58 38305 BOURGOIN-JALLIEU Cedex Correspondant Grenoble/Grésivaudan/Sud Isère 06 70

Plus en détail

Le Tribunal Administratif

Le Tribunal Administratif Thème : Le tribunal administratif Le Tribunal Administratif I. Les textes de référence : Les dispositions concernant le tribunal administratif et les autres juridictions de l'ordre administratif figurent

Plus en détail

Droit de la santé La loi n 2002-303 du 4 mars 2002

Droit de la santé La loi n 2002-303 du 4 mars 2002 Droit de la santé La loi n 2002-303 du 4 mars 2002 AMIFORM Docteur Renaud Gruat Mars 2015 Loi du 4 mars 2002-303 du 4 mars 2002 relative aux droits des malades et à la qualité du système de santé. Appelée

Plus en détail

protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail

protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail ANNEXE AU RÈGLEMENT DE TRAVAIL ; protection contre les risques psychosociaux au travail, notamment le stress, la violence, le harcèlement moral et sexuel au travail Domaine d application L employeur et

Plus en détail

CHARTE D UTILISATION DEONTOLOGIQUE DE LA VIDEOPROTECTION A VILLEPREUX

CHARTE D UTILISATION DEONTOLOGIQUE DE LA VIDEOPROTECTION A VILLEPREUX CHARTE D UTILISATION DEONTOLOGIQUE DE LA VIDEOPROTECTION A VILLEPREUX Souhaitant améliorer la sécurité des personnes et des biens, lutter contre le sentiment d insécurité, la ville de Villepreux a décidé

Plus en détail

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage

La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage La Cour de Cassation contraint une direction à payer une expertise CHSCT annulée : retour sur les conditions de démarrage Source: www.miroirsocial.com Le 15 mai dernier, la Cour de Cassation a rendu un

Plus en détail

MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES

MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES CIRCULAIRE N 2005-100 /FAE/SFE/AC DU 1 ER MARS 2005 RELATIVE AUX MEDECINS, AVOCATS ET AUTRES PERSONNES EXTERIEURES AU SERVICE PUBLIC CONSULAIRE NOR : MAEF0410068C 1. La

Plus en détail

VILLE DE L ÎLE-DORVAL POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE

VILLE DE L ÎLE-DORVAL POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE VILLE DE L ÎLE-DORVAL POLITIQUE DE GESTION CONTRACTUELLE SECTION 1 DISPOSITIONS GÉNÉRALES (p. 2-3) 1. But 2. Portée 3. Objectifs 4. Définitions TABLE DES MATIÈRES SECTION II OBLIGATIONS DE L ADMINISTRATION

Plus en détail

DROIT DE LA PROFESSION D AVOCAT

DROIT DE LA PROFESSION D AVOCAT DROIT DE LA PROFESSION D AVOCAT michel VaLtiCos Photo Le secret et son maître Qui de l avocat, du client, de l autorité de surveillance, voire des tiers a- t-il qualité pour solliciter la levée du secret

Plus en détail

AVANT-PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES. TITRE I er. Dispositions modifiant le livre VI du Code de commerce. Art. 1 er.

AVANT-PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES. TITRE I er. Dispositions modifiant le livre VI du Code de commerce. Art. 1 er. 1 AVANT-PROJET DE LOI DE SAUVEGARDE DES ENTREPRISES TITRE I er Dispositions modifiant le livre VI du Code de commerce Art. 1 er Le Livre VI du code de commerce est modifié conformément aux dispositions

Plus en détail

LES CERTIFICATS MEDICAUX. Règles générales d établissement

LES CERTIFICATS MEDICAUX. Règles générales d établissement Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins d octobre 2006 LES CERTIFICATS MEDICAUX Règles générales d établissement MM. BOISSIN et ROUGEMONT «L exercice de la médecine

Plus en détail

Code d éthique et de déontologie des membres du personnel # 2011-04

Code d éthique et de déontologie des membres du personnel # 2011-04 POLITIQUE Code d éthique et de déontologie des membres du personnel # 2011-04 Adoptée par le conseil d administration le 24 novembre 2011 En vigueur le 24-11-2011 Note : Dans ce document, le générique

Plus en détail

ANNEXE I. Charte du patient

ANNEXE I. Charte du patient ANNEXE I Charte du patient Premièrement Principes généraux 1- Toute personne a droit à la protection de sa santé dans les meilleures conditions possibles, sans discrimination en raison de sa religion,

Plus en détail

UNIL Stages de Master en psychologie

UNIL Stages de Master en psychologie UNIL Stages de Master en psychologie Contacts coordinatrices des stages : Mme Coralie Magni-Speck (Coralie.Magni@unil.ch) Mme Eva Clot-Siegrist (Eva.Clot-Siegrist@unil.ch, pour l orientation «conseil et

Plus en détail

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise

I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise FICHE N 27 LES INFRACTIONS SEXUELLES DONT SONT VICTIMES LES MINEURS I. Les agressions sexuelles commises sur un mineur avec violence, contrainte, menace ou surprise Ces agressions sont punies quel que

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire)

Commentaire. Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011. Banque Populaire Côte d Azur. (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Commentaire Décision n 2011-200 QPC du 2 décembre 2011 Banque Populaire Côte d Azur (Pouvoir disciplinaire de la Commission bancaire) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 23 septembre 2011 par le

Plus en détail

www.amelis-services.com

www.amelis-services.com www.amelis-services.com » Le guide que vous tenez entre les mains est le premier d une collection que l organisme Cap Retraite s apprête à éditer. Nous poursuivons ainsi notre vocation d accompagnement

Plus en détail