Centre Tunisien d Etudes Economiques Evaluation des incitations à l investissement privé local : Cas du Code d Incitation à l Investissement

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Centre Tunisien d Etudes Economiques Evaluation des incitations à l investissement privé local : Cas du Code d Incitation à l Investissement"

Transcription

1 Centre Tunisien d Etudes Economiques Evaluation des incitations à l investissement privé local : Cas du Code d Incitation à l Investissement GHAZOUANI KAMEL Juin

2 L objet de cette étude est de voir dans quelles mesures les incitations à l investissement privé accordées par la Tunisie permettent d entraîner des effets réels en termes de création de richesse, de promotion des exportations, d équilibre régional, de lutte contre le chômage, etc. En se référant aux dispositions du Code d Incitation à l Investissement (CII) promulgué par la loi ; L étude tente de répondre aussi aux questions suivantes : - Dans quelles mesures les incitations sont nécessaires pour atteindre les objectifs cités en haut? - Quel est le coût des incitations? - Les incitations ne représentent-elles pas, pour l Etat, une compensation à la carence en termes de gouvernance économique en particulier et en termes de climat d affaires en général? - Quelle est la position de la Tunisie par rapport à ses concurrents? Le diagnostic des incitations a été établi à partir d une approche statistique et économétrique synthétisé dans 3 sections. L étude débouche sur une série de recommandations en vue de pallier aux difficultés observées dans le fonctionnement et la mise en oeuvre des dispositions en vigueur du CII. Une série d annexe accompagne cette synthèse et se focalise autour des trois axes suivants : - Les dispositions financières et fiscales du CII - Les stratégies des pays concurrents à la Tunisie - Les approches statistique et économétrique I Le CII: Une présentation La présentation sera présentée sous forme de 5 questions : I-1 Pourquoi un nouveau code? La réponse à cette question est à chercher au niveau des mesures arrêtées au cours de la période En effet, certaines de ces mesures revêtent un caractère général, d autre un caractère spécifique aux secteurs de l industrie, de l agriculture et du tourisme. - Les mesures générales étaient axées au cours de la période sur les objectifs suivants : Ø Orientation des institutions d agrément vers les missions d assistance aux promoteurs, d étude et de suivi de secteurs, de développement des actions d identifications et d information sur les opportunités d investissement en fonction des objectifs d intégration 2

3 nationale, de lutte contre le chômage, de la promotion des exportations et de développement régional. Ø Promotion plus forte des institutions de financement. Ø Aménagement de l imposition des sociétés dans le cadre d une réforme fiscale par la simplification du système d imposition et la baisse des prélèvements globaux grevant les bénéfices réalisés et distribués de l entreprise. - Les mesures spécifiques s articulent autour des axes suivants : Ø La libération de l investissement industriel : Celle-ci se matérialise par la suppression de toute autorisation préalable de l administration pour les décisions de création, d extension ou de renouvellement, l initiative et la responsabilité de l investissement étant désormais laissés aux promoteurs et aux organismes de financement ; le rôle de l administration se limite à l examen de l éligibilité des projets aux avantages prévus ainsi qu à l assistance aux promoteurs dans la réalisation de leurs projets. Ø La rationalisation de l octroi des avantages et incitations de l Etat aux investissements manufacturiers. Celle-ci se fait selon les critères de décentralisation industrielle, de promotion aux exportations, de l apport technologique et du degré d intégration et de la création de l emploi. Ø Le renfoncement de la décentralisation industrielle en évitant le saupoudrage des implantations industrielles et en retenant comme unité de base pour la promotion de projets, les centres situés dans les chefs lieux des délégations. Ø La maîtrise de la technologie et une meilleure utilisation des ressources. I-2 En quoi le CII est différents des textes antérieurs? - Le CII s adresse à tous les investisseurs tunisiens et étrangers résidents ou non résidents. Il couvre tous les secteurs d activité (décret n et du 28 février 1994), à l exception des secteurs des mines, de l énergie, des services financiers qui sont régis par des textes spécifiques. L architecture générale du CII figure à l annexe A1. - L investissement se réalise sur simple déclaration sauf pour quelques secteurs - Les objectifs du code ne sont plus sectoriels ; ils concernent la promotion des exportations, l intégration sectorielle, l emploi et l équilibre régionale. - Les avantages communs sont automatiquement accordés aux investisseurs alors que les avantages spécifiques sont soumis à autorisation. 3

4 I-3 Quels sont les instruments utilisés par le CII? - Les instruments d incitation sont de deux types : Incitations fiscales et incitations financières. - Les incitations fiscales portent essentiellement sur les droits d enregistrement, le dégrèvement fiscal, la taxe sur la valeur ajoutée, les droits de douane, l impôt sur les sociétés et l impôt sur le revenu. - Les incitations financières portent plutôt sur la prise en charge des travaux d infrastructure et d étude, la bonification d intérêts, la prise en charge de la contribution patronale au régime légal de la sécurité sociale et l octroi de prime d investissement. I-4 Quels sont les avantages des incitations? - Bénéfices accrus : Les investisseurs bénéficient de taux de rentabilité plus élevés qui leur permettent de réinvestir davantage de profits ce qui leurs permettra d innover et d accumuler davantage des connaissances. - Aspect pratique : les incitations influencent, outre les recettes fiscales, des objectifs économiques tels que la création d emplois ou le développement de régions défavorisées. - Signal positif : les incitations illustrent la volonté d un pays de faciliter l investissement - Pallier des lacunes : infrastructure coûteuse ou peu fiable, instabilité macroéconomique ou système judiciaire défaillant. - Recettes fiscales additionnelles : si les investisseurs choisissent d investir ailleurs faute d incitations fiscales, il n y a pas de pertes de recettes directes, mais, en cas d incitations, des recettes additionnelles peuvent être dégagées de façon indirecte (grâce à la création d emplois, par exemple). - Avantage politique : le coût des incitations fiscales est moins visible que le prix de mesures en faveur de l investissement nécessitant des dépenses budgétaires évidentes I-5 Quels sont les coûts des incitations du CII? - Les incitations fiscales représentent 80 % du total des incitations soit, entre 1994 et 2007, une moyenne de 500 MD par an répartie comme suit : Ø Pour la TVA, le coût représente 15 % du coût total des incitations fiscales (11 % TVA à l importation et 4 % TVA sur marché local) soit en moyenne 75 MD par an. Ø L exonération des DD (dont TVA à l importation) représente 37 % du total des incitations fiscales. La moyenne annuelle remonte à 192 MD. 4

5 Ø L exonération de l IS avait cumulé les 13 premières années de l entrée en vigueur du CII 4039 MD ce qui représente 56 % du total des incitations fiscales avec une moyenne annuelle de 288 MD alors que l exonération de l IRPP ne dépasse pas les 3% du total des incitations fiscales. - Les incitations financières représentent 20 % du total des incitations Ø Les primes d investissement représentent 64 % du total des incitations financières soit 82 MD par an Ø La prise en charge des travaux d infrastructure et d étude représente 2,58 % du total des incitations financières Ø Les avantages cumulés sous forme de bonification d intérêt (avantage supprimé) remontent à 144 MD entre 1994 et 2004 soit 11,4 % du total des incitations financières. Ø La prise en charge par l Etat de la contribution patronale à la CNSS représente 10,83% du total des avantages financiers soit 13,59 MD par an. - La part des incitations financières accordées aux titres de développement régional par rapport aux total des incitations financières, oscille entre 3.09 % (en 1994) et 25.2 % (en 2004). La part la plus élevée été observée en 2001 avec %. Sur toute la période, en moyenne, un peu plus que le quart des incitations financières sont alloués aux titres du développement régional (26.35%). - En moyenne ; la part des incitations financières, aux titres de la promotion des exportations, par rapport au total des incitations financières oscille entre 7.73 % (en 1997) et % (en 1999) ; Sur toute la période, ces parts sont, relativement, moins importantes que celles accordées aux titre du développement régional ; la moyenne est de l ordre de 11.02% contre %. - Par rapport aux objectifs de développement régional et de la promotion des exportations, les projets nouveaux promoteurs, pour la période , représentent la part la plus faible du total des incitations financières. - La répartition des avantages financiers profite à l agriculture qu aux deux autres secteurs (services et industrie). II- Evaluation II 1 Evaluation qualitative Un Etat, encore, omniprésent Comparée à d autres pays à niveau de développement similaire, la Tunisie enregistre un déficit structurel de l investissement privé. En dépit de fondamentaux macroéconomiques «5

6 sains» et de réformes structurelles, la croissance de la Tunisie s est appuyée davantage sur l investissement public, alors que l investissement privé en 2008 demeurait comprimé à environ 15 % du PIB, représentant ainsi 62,8% de l investissement total (Hors investissement des ménages sous forme d acquisition de logement cette part tombe à 58,7%), soit à un niveau nettement inférieur à celui de la Turquie ou du Maroc Certes, l inefficacité microéconomique, la confiance dans le milieu des affaires et les contraintes du financement sont largement responsables des stratégies d attente et du retardement des décisions d investissement de la part des entreprises. D autres variables, comme les institutions spécialisées, la corruption, la fiscalité, l administration et la loi de la concurrence, pourraient constituer, aussi, des obstacles majeurs pour la dynamique de l investissement et pour le processus de création des entreprises d une manière générale. Une des raisons du faible ratio de l investissement privé est l ouverture limitée, mais ciblée à des proches du pouvoir, des marchés de services et des industries de réseau notamment les technologies d information et de communication et le transport, ce qui maintient le coût des services à un niveau élevé entravant la compétitivité et privant la Tunisie d importantes opportunités pour l investissement privé. Une autre raison est l incertitude accrue de l environnement des affaires en raison des changements rapides de l environnement économique de la Tunisie avec surtout la montée vertigineuse de la corruption. Ces facteurs n expliquent pourtant qu en partie le manque important d investissement privé en Tunisie Un système généreux 6

7 Les facteurs non fiscaux jouent un rôle beaucoup plus important que les mesures fiscales dans la détermination du niveau et de la qualité des flux d investissement. L évolution du montant du total des incitations par rapport à la richesse nationale qu aux dépenses globales de l Etat est décrite dans le tableau suivant. En moyenne, sur la période , les incitations totales ont représenté 2,14 % de la richesse nationale, environ 10,76 % des recettes de l Etat et 9,05% de ses dépenses de gestion et de développement. Les incitations accordées dans le cadre du CII sont généreuses comparativement à celles octroyées dans le cadre des anciens codes ; Elles sont également plus avantageuses que les incitations accordées à l investissement dans d autres pays (Ghazouani, K. (2001)). TABLEAU 1- Part des incitations dans le PIB et le Budget de l Etat Un système complexe Le CII tel que promulgué par la loi est une loi de 67 articles (Au Maroc une charte de 25 articles). Sur ces 67 articles, 43 ont été revues dont certains l ont été à différents niveaux et plus d une fois, soit environ 67 changements intervenus depuis sa promulgation en 1994 par le biais de 13 lois de finances et 9 autres lois d où une longue liste de décrets et textes d application (on dénombre pas moins de 155 décrets d application). 7

8 Ces différents changements au sein du code de 1993 sont dus soit à : - des lois prises en dehors du code qui annulent les mesures prises à l intérieur du code lui même, - des mesures nouvelles intégrant des changements et/ou des améliorations au niveau de certains articles. Le cadre règlementaire hors CII couvre plusieurs régimes : - Encouragement à l industrie et développement de la compétitivité industrielle : Ø Le régime de l'encouragement à l industrie 1. Ø Le régime de soutien à la compétitivité de l industrie locale 2. - Programme de mise à niveau de l industrie. - Le régime d incitation à l innovation dans le domaine des technologies de l information. - Le régime fiscal privilégié relatif au transport public des personnes par voitures taxi louage ou transport rural. - Incitations dans le cadre de regroupement régional (accord tarifaire et création de zones de libre échange) : Ø Coopération avec l espace Euro-méditerranéen. Ø Coopération avec l espace Arabo-musulman. Ø Engagements dans le cadre de l OMC. TABLEAU 2 - Le CII et le cadre réglementaire des incitations 8

9 Cette situation se traduit par «des coûts de transaction». Le coût de transaction, associé au régime incitatif, a trait à la complexité juridique du positionnement des dispositions du CII dans l ensemble du système d incitation financier et fiscale, et, donc, à la difficulté administrative à le gérer d une manière efficace. Il impose un fardeau administratif considérable, avec pour conséquence des retards et des incertitudes pour les investisseurs, et une augmentation du coût financier de l investissement Un système coûteux Les incitations à l investissement comportent aussi des coûts budgétaires élevés et des complexités administratives: A environ 950 millions de dinars (MDT) en 2007, le coût total des incitations fiscales et financières du code de l investissement s est élevé à quelque 28 % de l investissement des sociétés non financières, environ 2.5 % du PIB. Le coût total des incitations a triplé en 2007 par rapport à 1994 (Figure 2)3. Figure 2 9

10 1-5 - Taux d incitation élevé Mesuré par le rapport entre le montant des investissements ayant bénéficié des avantages financiers et fiscaux et l investissement privé total; le taux d incitation moyen, s élève sur la période à 42,45 % ce qui signifie qu environ la moitié du coût de l investissement est supporté par l Etat. Le déficit structurel de l investissement privé en Tunisie a été amplifié par une faible réponse de l investissement privé aux «robustes» conditions macroéconomiques depuis le milieu des années 90. Avant la promulgation de la loi , l investissement privé était inférieur aux prévisions d environ 0,5 points de pourcentage du PIB de 1995 à Cette situation peut avoir privé la Tunisie d environ 5 % du PIB au cours de la même période. «L investissement manquant» s est donc produit dans le contexte des généreuses incitations actuellement en place et des subventions accordées par le biais du programme de mise à niveau de l entreprise. Ceci remet en question l efficacité des incitations existantes comme moyen pour stimuler l investissement privé et souligne l importance d un environnement des affaires robuste pour aider les entreprises à relever les défis de l avenir. Figure 3 10

11 1-6 - Distorsions de sélectivité S agissant de l orientation sectorielle, l investissement privé demeure fortement attiré vers les activités naturellement abritées (les biens non échangeables) ainsi que vers les activités qui ne sont pas encore concernées de manière précise par les accords internationaux, comme l agriculture. L examen de la FBCF sectorielle à partir de 1983 montre que les montants les plus élevés sont enregistrés dans les services. A partir de 1994, la tendance s est inversée entre l agriculture et l industrie. Les explications de la nouvelle orientation prise par l investissement privé se complètent ; elles indiquent comment un ensemble de facteurs y a concouru. Elles confirment dans leur ensemble le fait que les nouvelles activités qui attirent l investissement privé sont plutôt tournées vers le marché local et non vers l exportation. Cette orientation sectorielle s explique probablement par : - la protection, - le fait que ces activités offrent de nouvelles opportunités d investissement au secteur privé, - le désengagement de l Etat de la production et des activités d exploitation dans un certain nombre de domaines soit en lui rendant plus disponibles les facteurs de production soit en se présentant désormais en tant que client après avoir été pendant longtemps lui même un fournisseur. Le système d incitation a probablement, lui aussi, une certaine responsabilité dans la réorientation de l investissement privé, en particulier vers l agriculture. Les mesures qui ont complété le code par la suite ont confirmé et renforcé cet avantage relatif. Les incitations -du moins financières- sont plus faciles à obtenir dans le cas de l agriculture puisque les avantages 11

12 sont liés aux opérations d investissement, même si elles sont segmentées, alors que dans les autres secteurs, les avantages sont accordés pour des projets dans leur ensemble. 11 Figure 4 La libéralisation progressive des services remet en question la raison d être des incitations à l investissement existantes. Avant l amorce de la libéralisation du commerce, les industries produisant pour le marché intérieur bénéficiaient d un niveau de protection élevé par l imposition de droits de douane, favorisant davantage les ventes locales que les exportations. Maintenant que les tarifs sur les importations de biens manufacturés en provenance de l Union Européenne ont été éliminés, le traitement fiscal préférentiel des entreprises exportatrices est nettement plus difficile à justifier, et dans tous les cas pas sur la base que les entreprises offshore apportent des devises fortes au pays alors que les autres entreprises ne le font pas. Les entreprises on-shore et offshore se trouveront tout aussi exposées les unes que les autres à la concurrence étrangère. Réaliser une épargne sur la facture d importation, grâce à une meilleure compétitivité des entreprises «on-shore», en concurrence avec les produits importés, s avèrera aussi important que de rapporter des devises fortes au pays par le biais des exportations des entreprises offshore. Les calculs présentés en haut montrent que les taux d incitation les plus élevés sont ceux des investissements dans les activités agricoles et de pêche et dans les zones de développement régional Un système neutre 12

13 Dans sa conception, le CII a été élaboré dans le souci d imprégner aux mesures d incitations plus de neutralité et d efficacité à travers la correction des distorsions introduites par la multiplication des textes observée dans les anciens codes. Le code s est distingué par la refonte totale du système existant qui reposait sur une approche sectorielle marquée par l institution de codes spécifiques d encouragement aux investissements dans les industries manufacturières, l agriculture, le tourisme, les sociétés de commerce international et les services. Figure 5 II-2- Evaluation quantitative Les incitations sont conçues initialement en vue d agir sur l investissement privé, qui luimême agira sur la croissance économique et sur l emploi. A ce niveau de l analyse, il s agit de répondre aux questions suivantes : Est-ce que les incitations contribuent à la croissance économique? Est ce qu elles permettent de lutter contre le chômage? Est-ce qu elles constituent un déterminant effectif dans la décision d investissement? Figure 6 13

14 Avant de répondre à ces questions, il est important de revenir sur l évolution de l investissement et voir dans quelles mesures les prévisions étaient réalisées? La figure 6 montre que depuis l entrée en vigueur des dispositions du CII, les prévisions n ont jamais été atteintes et on enregistre un taux moyen de réalisation de l investissement susceptible de bénéficier de l aide de l Etat de 90%. Par quoi explique-t-on cette situation? La réponse dépasse le cadre de cette étude et nous pousse à réfléchir sur les déterminants de l investissement privé : Il me semble que le problème n est pas un problème de création d entreprises mais plutôt un problème de destruction d entreprises, jusqu à maintenant la principale préoccupation des autorités été la création d entreprises alors que peu d intérêt été accordé à la résolution du problème de destruction. L analyse comparative à la section IV apportera quelques éclaircissements Effets des incitations sur la croissance économique En se référant à la base de données de la Banque Mondiale ; nous reprenons à l annexe III.2, sur la période , les résultats d estimation par MCO, des déterminants de la croissance économique. Dans la fonction de la croissance économique (g) on intègre les réformes structurelles (RS), le niveau d infrastructure (IF), la stabilité macroéconomique (SM), le capital Humain (CH), l investissement privé (IP) et l incitation à l investissement 14

15 privé (TI). Nous notons dans ce cadre que IF, RS, SM et CH sont des variables composées, elles sont calculées en utilisant l Analyse en Composante Principale (ACP) (cf. annexe III.1). Les résultats de nos estimations empiriques montrent que l intégration du taux d incitation dans l explication de la croissance économique n apparaît pas significatif (spécification (1) de l annexe III.2) et son élimination renforce le pouvoir explicatif des variables traditionnelles déterminantes de la croissance économique (cf. Annexe III.2 spécifications (2) et (3)). Par ailleurs, les investigations empiriques dans le cadre du Modèle à Correction d Erreur4, nous ont permis de montrer dans des travaux antérieures, qu à terme, les incitations sont de moins en moins nécessaires à la croissance économique, et que la variation de la croissance apparaît plus sensible aux taux d investissement qu aux taux d incitation. L analyse empirique révèle aussi l importance de la complémentarité entre les réformes structurelles, la stabilité macroéconomiques, l infrastructure physique et le capital humain pour expliquer la croissance économique : la carence dans les réformes, la défaillance de l infrastructure et du capital humain explique à différents degré le déficit de la croissance; c est le cas particulièrement d une faiblesse de l infrastructure routière, des équipements électroniques (téléphones, computers ), des conditions sanitaires (mortalité infantile) et du niveau de la scolarisation Effets des incitations sur l emploi Empiriquement, en répétant le même exercice que précédemment en testant l effet des incitations sur la croissance de l emploi, les résultats trouvés sont similaires à ceux relatifs à la croissance économique (cf. Annexe III.3). Le niveau initial d emploi (L(-1)) est significativement négatif dans toutes les spécifications. Aucune des autres variables n est significative, exception faite pour la variable synthétisant le capital Humain (CH) (cf. Spécification (1) de l annexe III.3). La combinaison des réformes structurelles et des incitations à l investissement est significative et positive mais son importance est relativement faible, impliquant ainsi des sources possibles de croissance d emploi (cf. Annexe III.3 spécification (2)). L impact des incitations à l investissement sur la création d emplois est donc incertain. La Tunisie offre de généreuses incitations à l investissement. Ces incitations peuvent contribuer à promouvoir l emploi si elles encouragent l investissement. Mais des incitations généreuses à l investissement réduisent également le coût du capital pour l utilisateur6 et donc introduisent une distorsion dans le prix relatif du capital et de la main d oeuvre. Mais, 15

16 est- ce que l octroi d incitations dans le cadre de la loi contribue à la maîtrise du chômage? Théoriquement, la réponse est négative: Dans un environnement concurrentiel où la production nécessite deux facteurs de production (le capital et le travail) supposés substituables, l intervention de l Etat dans le cadre du code d incitation aux investissements à travers l octroi d incitations dont l objectif principal est la dynamisation de l investissement via la maîtrise principalement du coût du facteur capital au détriment relativement du coût du facteur travail. La conséquence directe est une substitution du capital au travail surtout que notre tissu industriel est de plus en plus intensif en capital. Analytiquement, certaines études indiquent que les incitations financières et fiscales du code des incitations aux investissements comportant une distorsion en faveur du capital ont vraisemblablement réduit le coût du capital pour l utilisateur de 8.8 % en La baisse du coût du capital pour l investisseur a renforcé une tendance à la hausse du coût relatif de la main d oeuvre depuis le milieu des années 90. Cette situation peut avoir contribué, comme conséquence non désirée, a des projets d investissement à moindre intensité de main d oeuvre. L IEQ (2002) a fourni, dans le cadre d enquêtes consacrées aux entreprises, des indications sur l investissement des entreprises tunisiennes : l investissement des entreprises tunisiennes interviewées a principalement été consacré à la modernisation de l équipement (37%) et aux remplacements (25%), qui sont vraisemblablement à l origine d une épargne de main d oeuvre. A l inverse, l investissement consacré au développement des capacités n a représenté que 26 % du total Effets des incitations sur l investissement La vérification empirique montrant que les incitations n ont pas d effet ni sur la croissance économique, ni sur la croissance de l emploi, nous pousse à vérifier l impact de ces incitations sur l investissement lui même (raison d être oblige). Pour tester est ce que les incitations participent à la croissance des investissements, nous reprenons la même analyse développée en haut dans les paragraphes I/ et II/. Il en résulte que les conditions initiales à l investissement privé (la variable D(IP(-1)) sont significatifs et exercent un effet négatif et ce quelle que soit la spécification essayée (Annexe III.4) ; cela signifie que les entreprises, qui disposent d investissement initial, investissent moins aujourd hui. Toutes les autres variables ont les signes attendus et sont significatifs ; seule la variable incitation n apparaît pas significative8. 16

17 Le régime des incitations à l investissement octroie des avantages fiscaux très généreux, en particulier aux entreprises exportatrices. Le régime des incitations à l investissement établi en 1993 visait à remplacer les incitations sectorielles de l ancien régime par un système généreux d incitations horizontales aux exportateurs, aux investissements dans l agriculture, dans les régions prioritaires et à certaines catégories d entrepreneurs. Par ailleurs, s agissant d investissements étrangers, l expérience internationale montre que les incitations fiscales ne jouent pas un rôle important dans la distribution de l IDE entre pays (MORISSET (2003)). De manière plus significative, l impact des exonérations fiscales sur l IDE peut varier selon que l entreprise offshore est une filiale d une multinationale ou qu elle a été établie en Tunisie conformément à la législation tunisienne, et il existe ou non une convention contre la double imposition entre la Tunisie et le pays d origine des actionnaires. Pour une filiale d une multinationale, et en l absence d une convention bilatérale d imposition, toute différence entre les impôts échus dans le pays d origine sera versée à ce dernier, pour autant bien entendu que le taux en Tunisie est inférieur à celui du pays d origine. S il existe une convention fiscale, le revenu des sociétés n est taxé que dans un pays seulement. Ainsi pour une entreprise étrangère, il n est pas clair dans quelle mesure l exonération fiscale accordée en Tunisie est un réel avantage. A l inverse, dans le cas d entreprises off shore établies conformément à la législation tunisienne, en l absence de convention fiscale bilatérale, les actionnaires étrangers peuvent être sensible au montant des impôts sur le revenu échu en Tunisie. Il est donc important que la réforme des incitations à l investissement soit accompagnée de conventions fiscales bilatérales clarifiant le mode d imposition des revenus des sociétés et du personnel acquis en Tunisie. L exonération totale de l impôt sur le revenu des sociétés est sans nul doute un avantage important pour les entreprises tunisiennes offshore, nettement moins pour les entreprises étrangères. Pour ce qui est des entreprises tunisiennes offshore, la question de réinstallation ne se présente pas de la même manière que pour les entreprises étrangères vu les limitations imposées aux mouvements de capitaux. III Analyse comparative L analyse comparative retrace les points forts des incitations mises en oeuvre pour la promotion de l investissement privé national qu étranger d'un échantillon de pays à niveau de développement proche de la Tunisie ; Le choix de ces pays a été motivé par le besoin de prendre des économies émergentes aussi bien du bassin méditerranéen, de l'asie, de l'europe 17

18 Centrale et Orientale et de l Amérique Latine: Il s agit du Maroc, de la Turquie, du Chili, de la Pologne et du Corée du Sud. Nous reprenons dans ce qui suit les mesures qu avaient adoptées ces pays et qui diffèrent de celles retenues dans le cadre du CII en Tunisie. Les détailles de ces mesures figurent dans l annexe II de cette synthèse. Les conclusions de l'approche comparative démontrent que bien que les dispositions en vue de promouvoir l investissement privé local qu étranger sont similaires voire très proche, ce qui crée la différence voire la réussite de certains pays est leurs degrés d'insertion internationale à l'économie mondiale, le niveau de qualification de la main d'oeuvre ainsi que le niveau de souplesse des procédures administratives. Les incitations fiscales ou financières à l'investissement viennent ensuite appuyer la décision d'investir. Le foncier demeure un facteur important pour l investissement national et étranger. III-1. Libéralisation commerciale La Tunisie est engagée dans divers types d accords internationaux impliquant la libéralisation des échanges : l accord d association avec l union européenne, l accord de l OMC, la fin de l accord multifibre, la zone de libre échange arabe et les accords régionaux au sein de l espace méditerranéen et africain. Conformément à cette logique a eu lieu la libéralisation progressive de près de 90% des lignes tarifaires représentant 97% de la valeur de importations. L insertion de la Tunisie à l'économie mondiale a été relativement lente par rapport à ses concurrents. Entre 1996 et 2007, le taux d ouverture de la Tunisie s est amélioré de 8 points, contre 11 points pour la Corée du Sud et 17 points pour la Turquie. Ce retard quoique relatif peut s expliquer par les dispositions retenues par les pays de l échantillon : - Le Maroc dans sa charte d investissement à intégrer les avantages fiscaux dans le droit commun et à ouvert les investissements dans les services aux étrangers (Secteur financier, le logement, l exportation, l industrie et l artisanat, l enseignement privé, le transport et la production cinématographique). - La Turquie applique un taux de protection douanière nul avec l UE, ce taux s élève à 6.32% pour les pays tiers - Pour le Chili, parallèlement à la garantie de l Etat pour l investisseur étranger, l accès au marché de change est libre. - La Pologne a opté pour la liberté d'investissement dans tous les secteurs d'activité sous réserves d'une autorisation ministérielle préalable dans cinq domaines (gestion des ports et aéroports, industrie militaire, commerce de gros de produits importés, prestations juridiques, prise à bail de biens de l'etat et de partenariat avec une entreprise d'etat). 18

19 Dans sa politique de diversification des marchés et des produits, la Tunisie et les 4 pays du Maghreb sont appelé à unifier leurs efforts pour dynamiser l'union du Maghreb Arabe et mettre en application la zone de libre-échange maghrébine. Des efforts sont aussi à mettre en oeuvre en direction des pays du Moyen-Orient. Pour une plus grande ouverture à l extérieure, la Tunisie est appelée aussi à accélérer l ouverture de certaines activités notamment bancaires et d assurances aux sociétés étrangères, de faciliter les procédures à toutes les entreprises exportatrices d ans le cadre d un rapprochement à terme du régime on shore de celui offshore. III-2. Le capital humain La mondialisation de l économie et ses exigences en matière de compétitivité, ainsi que l accélération des mutations technologiques, rendent la formation du capital humain, véritable richesse et principal facteur de développement, de plus en plus incontournable. Les voies d amélioration de la productivité, passent par un changement qualitatif des ressources humaines de l entreprise, davantage d encadrement technique et de gestion, une aptitude à suivre les évolutions technologiques et une capacité des agents de production de pouvoir absorber et s adapter aux technologies et modes de production et d organisation.le niveau de l'éducation de la population constitue un atout indéniable pour la promotion de l investissement. Tout en étant fiers des acquis de notre système éducatif et notamment celui de la scolarisation totale (99%), à l âge de 6 ans, de tous les enfants du pays. Ce taux tombe à 92% pour la tranche d âge de 6 à 12 ans (enseignement primaire), à 60 % pour les jeunes âgés de 13 à 19 ans (enseignement secondaire) et enfin à 16% pour les jeunes âgés de 20 à 24 ans (enseignement supérieur). Tous les pays de l'échantillon se distinguent par des taux beaucoup plus élevé notamment au niveau de l enseignement secondaire (Plus de 80%) et supérieur (entre 25 et 35%). Parmi les pays émergents de l'échantillon étudié, la qualité de la main d'oeuvre est très élevée en Corée et en Turquie. Outre la généralisation de l alphabétisation, 32% de la population est diplômée du supérieur. Dans ce cadre la Tunisie est appelée à éradiquer l analphabétisme, éliminer l exclusion et l abondant scolaire précoce, lier la formation aux besoins présents et futurs du marché du travail et développer et valoriser effectivement les formations technologiques au sein du système éducatif et de formation. Ces recommandations ne peuvent avoir lieu que si les 19

20 autorités accordent une plus grande autonomie pédagogique, administrative et financière aux établissements d enseignement supérieur et de recherche scientifique. III-3. Les procédures administratives Visant une réduction des distorsions entre les secteurs d'activité, la Tunisie a adopté le CII fin 1993 qui a remplacé les codes d'investissement sectoriels et automatisé les avantages accordés. Malgré les avantages du CII, au niveau procédural, la lenteur des délais, la complexité des procédures administratives et la multiplicité des intervenants pour l'obtention des autorisations constituent des entraves de taille pour l'investisseur aussi bien national qu'étranger. Ainsi, en Corée, certaines banques étrangères et nationales, exerçant des activités de change, peuvent recevoir les dossiers de notification des investisseurs afin d'assurer l'interface avec le Ministère de l'economie et des Finances, à l'exception de certains secteurs particuliers comme l'industrie de la défense. En Tunisie, en plus des réformes de l administration, il est opportun de mettre en oeuvre les recommandations des études sur la simplification des procédures (Les études stratégiques). De plus, des efforts devraient être entrepris pour réduire les délais administratifs en imposant des dates butoirs. A ce sujet, certains pays ont ramené les délais à 15 jours au maximum (Chili). Si le Maroc a supprimé toutes les autorisations administratives ; La Corée a instauré des systèmes d'approbation automatique et prioritaire. Le système automatique permet d'obtenir de façon systématique l'autorisation si les délais fixés par décret sont dépassés. Le système prioritaire intervient dans le cas où seuls quelques documents manqueraient dans le dossier. L'Administration pourrait accorder son autorisation sous réserve que les pièces manquantes soient remises dans le délai imparti (fixé par décret). Le gouvernement coréen s'est engagé à réduire de 50% le nombre de documents à fournir. En outre, en cas d'extension des activités d'une filiale de société étrangère, il n'est plus nécessaire d'obtenir de nouvelles autorisations. La Région a un rôle important à jouer en tant qu'espace approprié pour la promotion de l investissement. De nombreux pays octroient des avantages en fonction de la classification des régions en zones prioritaire, normale ou développée ; En Turquie, il est nécessaire d obtenir un certificat d encouragement pour bénéficier de l'aide publique ; Tous les investissements éligibles aux aides publiques peuvent être réalisés dans les régions prioritaires de développement et les régions normales ; seuls quelques secteurs peuvent bénéficier des aides publiques dans les régions développés. En Corée, possibilité pour l'investisseur de 18 20

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Étude de cas sur les incitations fiscales

Étude de cas sur les incitations fiscales RÉALISER LE POTENTIEL D INVESTISSEMENTS RENTABLES EN AFRIQUE Séminaire de haut niveau organisé par l'institut du FMI en coopération avec l'institut multilatéral d'afrique TUNIS,TUNISIE,28 FÉVRIER 1ERMARS2006

Plus en détail

Sont abrogées toutes dispositions antérieures contraires à la présente loi et notamment :

Sont abrogées toutes dispositions antérieures contraires à la présente loi et notamment : Loi n 93-120 du 27 décembre 1993, portant promulgation du Code d Incitations aux Investissements; Au nom du peuple; La chambre des Députés ayant adopté ; Le Président de la République promulgue la loi

Plus en détail

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC Mohamed SBIHI Professeur à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales Rabat-Agdal Dans un contexte d ouverture, caractérisé

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

Redressement et stabilisation du cadre. Reformes structurelles de l économie Reformes des finances publiques Bonne gouvernance

Redressement et stabilisation du cadre. Reformes structurelles de l économie Reformes des finances publiques Bonne gouvernance Avant - Économie congolaise caractérisée par un tissu industriel délabré - Infrastructures socio-économiques de base détruites - Inflation galopante - Monnaie chancelante Après - Ambitieux programme de

Plus en détail

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN

LES DETERMINANTS DE L'INVESTISSEMENT PRIVE AU BENIN REPUBLIQUE DE COTE D'IVOIRE UNION- DISCIPLINE -TRAVAIL MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET ~-'-\:.-?:> \~ DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ~ ~,.;'~ ~"1...; c.,' -..~ L'. UNIVERSITE DE COCODY PROGRAMME

Plus en détail

La fiscalité des revenus de l épargne

La fiscalité des revenus de l épargne CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Réunion plénière du 12 septembre 2002 «Retraite par répartition et compléments de retraite» Document n 9 La fiscalité des revenus de l épargne Conclusion du rapport

Plus en détail

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur.

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur. INVESTIR AU TCHAD POURQUOI INVESTIR AU TCHAD Des Potentialités Economiques Enormes Un Environnement Politique et Economique Favorable Une Activité Economique Réglementée Un Cadre Indicatif Favorable. DES

Plus en détail

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20)

Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) Régime des Entreprises Totalement Exportatrices (Articles 10 à 20) I. Définition des entreprises totalement exportatrices (art 10) : L article 10 du code d incitation aux investissements a défini les entreprises

Plus en détail

MESURES INCITATIVES À L INVESTISSEMENT 1

MESURES INCITATIVES À L INVESTISSEMENT 1 1/9 1. Fonds de promotion de l investissement «FPI» 2 Investissement égal ou supérieur à 200 Millions Dh Création d au moins 250 emplois stables Installation dans une des provinces ou préfectures «prioritaires»

Plus en détail

Les Politiques macro-économiques

Les Politiques macro-économiques Politique Financière Politique Monétaire Politique Fiscale Les Politiques macro-économiques Politique Budgétaire Politique de Crédit Politique Commerciale Politique d Investissement Jocelerme PRIVERT POLITIQUE

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES

TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES TABLEAU SYNOPTIQUE DES INCITATIONS FISCALES Réforme globale du Code Général des Impôts Fiche technique thématique Mesures Modalités pratiques Objectif poursuivi 1 Crédit d impôt pour investissement (Impôt

Plus en détail

Evaluation de l impact des indicateurs du. Cost of Doing Business sur le taux de croissance de Maurice

Evaluation de l impact des indicateurs du. Cost of Doing Business sur le taux de croissance de Maurice Evaluation de l impact des indicateurs du Cost of Doing Business sur le taux de croissance de Maurice Janvier 205 TABLE DE MATIERES I. Introduction... II. La Méthodologie... 3 III. Analyse Empirique...

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET

ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET ROYAUME DU MAROC DIRECTION DU BUDGET I CONTEXTE DE LA REFORME BUDGETAIRE II OBJECTIFS ET AXES DE LA REFORME BUDGETAIRE III CARACTERISTIQUES DE LA REFORME BUDGETAIRE IV FACTEURS CLES DE SUCCES 2 Modernisation

Plus en détail

Zones franches et places financières offshore au Maroc

Zones franches et places financières offshore au Maroc Zones franches et places financières offshore au Maroc Actualisation au 1 mai 2002 MINEFI DREE/TRÉSOR Soucieux de consolider sa politique d ouverture commerciale, d améliorer ses capacités d exportation

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

WWW.INVEST.GOV.MA. Réformes et libéralisation des investissements Maroc. Souraya Ouali 26 juin 2007

WWW.INVEST.GOV.MA. Réformes et libéralisation des investissements Maroc. Souraya Ouali 26 juin 2007 Réformes et libéralisation des investissements Maroc Souraya Ouali 26 juin 2007 Direction des Investissements, email : info@invest-in-morocco.gov.ma 1 Réformes et libéralisation des investissements au

Plus en détail

Nouveaux promoteurs, petites et moyennes entreprises

Nouveaux promoteurs, petites et moyennes entreprises Nouveaux promoteurs, petites et moyennes entreprises (Articles 44 à46 bis) I. Nouveaux promoteurs : 1. Définition (art 44) : Sont considérés nouveaux promoteurs (N.P), les personnes physiques de nationalité

Plus en détail

Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015

Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015 Conférence Accés de la PME au financement en Tunisie 2015 Rapport de synthèse CONECT 2015 1. Problématique de l'étude L objectif de cette étude est de faire ressortir la problématique et la complexité

Plus en détail

Pour les interventions des régions : article L.4211-1 du Code général des collectivités territoriales

Pour les interventions des régions : article L.4211-1 du Code général des collectivités territoriales Régime cadre exempté de notification N X59/2008 relatif aux aides sous forme de capital-investissement en faveur des PME Les autorités françaises ont informé la Commission de la mise en œuvre d un régime

Plus en détail

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances

August 2014. ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances August 2014 ASSOCIATION CANADIENNE DE LA CONSTRUCTION MÉMOIRE PRÉBUDGÉTAIRE 2015 Comité permanent des finances Résumé L Association canadienne de la construction (ACC) représente 20 000 entreprises membres

Plus en détail

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques

Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté. Forces, limites et options stratégiques Expérience du Maroc en matière de lutte contre la pauvreté Forces, limites et options stratégiques Lahcen ACHY Economiste Principal, Centre Carnegie du Moyen Orient Septembre 2010 Le Maroc a enregistré

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 47

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 47 JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 47 Ordonnance n 01-03 du Aouel Joumada Ethania1422 correspondant au 20 août 2001 relative au développement de l'investissement. Le Président de la République,

Plus en détail

SUBVENTIONS. Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE

SUBVENTIONS. Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE ACCORD GENERAL SUR LES TARIFS DOUANIERS ET LE COMMERCE RESTRICTED L/7162/Add.l8 6 mai 1994 Distribution limitée (94-0829) Original: anglais SUBVENTIONS Notifications conformément à l'article XVI: 1 TURQUIE

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011

Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011. Loi de finances pour 2011 Loi de finances rectificative pour 2010 et Loi de finances pour 2011 Loi de finances pour 2011 La loi de finances pour 2011 ne bouleverse pas notre fiscalité. Les principales dispositions sont relatives

Plus en détail

PAYS EN DÉVELOPPEMENT

PAYS EN DÉVELOPPEMENT Chapitre 6 PAYS EN DÉVELOPPEMENT Comment l OMC traite les besoins spéciaux d un groupe de plus en plus important 1. Aperçu général Sur les 150 membres environ de l OMC, à peu près deux tiers sont des pays

Plus en détail

POLITIQUE DU LOGEMENT :

POLITIQUE DU LOGEMENT : POLITIQUE DU LOGEMENT : ET LES INVESTISSEURS INSTITUTIONNELS? Par le pôle Logement de Terra Nova Le 7 mai 2013 Pour construire 500 000 logements par an, les mesures gouvernementales déjà prises doivent

Plus en détail

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015

DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 DISPOSITIONS FISCALES DE LA LOI DE FINANCES 2015 Abdellatif ZAGHNOUN Directeur Général des Impôts OEC, 22 janvier 2015 Contexte d élaboration de la LF 2015 Recommandations des Assises Nationales sur la

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Accountants & business advisers. Loi de Finances Pour la gestion. Loi N 54/2013 du 30 décembre 2013

Accountants & business advisers. Loi de Finances Pour la gestion. Loi N 54/2013 du 30 décembre 2013 Loi de Finances Pour la gestion 2014 Loi N 54/2013 du 30 décembre 2013 INTRODUCTION Les principales nouveautés introduites par la loi de finances pour la gestion 2014 prévue par la loi n 54/2013 du 30

Plus en détail

LOI N 93-120 DU 27 DECEMBRE 1993

LOI N 93-120 DU 27 DECEMBRE 1993 Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel Unité pour la Promotion des Investissements ONUDI TUNISIE CODE D'INCITATIONS AUX INVESTISSEMENTS LOI N 93-120 DU 27 DECEMBRE 1993 RTANT PROMULGATION

Plus en détail

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 %

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 % Niches fiscales et sociales Un inventaire à la Prévert Il a fallu un an au comité d évaluation (une douzaine de hauts fonctionnaires), au ministère du budget, pour sortir un très gros rapport qui inventorie

Plus en détail

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT?

Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Fiche d information 3 OÙ IRA L ARGENT? Le plan d investissement pour l Europe sera constitué d un ensemble de mesures visant à libérer au moins 315 milliards d euros d investissements publics et privés

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

Plan. I) Mise en contexte II) Diagnostic III) Les sources de financement IV) Orientation de la politique fiscale V)Conclusion

Plan. I) Mise en contexte II) Diagnostic III) Les sources de financement IV) Orientation de la politique fiscale V)Conclusion Plan I) Mise en contexte II) Diagnostic III) Les sources de financement IV) Orientation de la politique fiscale V)Conclusion 2 I)Mise en contexte Les politiques de développement axées sur la réduction

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

Rabat, le 30 décembre 2005 CIRCULAIRE 4976/222

Rabat, le 30 décembre 2005 CIRCULAIRE 4976/222 Rabat, le 30 décembre 2005 CIRCULAIRE 4976/222 OBJET : - Entrée en vigueur de l'accord de Libre Echange conclu entre le Royaume du Maroc et la République de Turquie. REFER : - Correspondance n 18094/003008

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1231044L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République

Plus en détail

la voie bilatérale reste la meilleure option

la voie bilatérale reste la meilleure option WWW.ELECTIONS.CH FICHE THEMATIQUE : SUISSE-UE la voie bilatérale reste la meilleure option L UE est un des principaux partenaires commerciaux de la Suisse. A l inverse, la Suisse est le deuxième partenaire

Plus en détail

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises

Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises Évaluation des dispositifs publics d aide à la création d entreprises Trente propositions pour favoriser et accompagner la création d entreprises MM. Jean-Charles TAUGOURDEAU et Fabrice VERDIER, rapporteurs

Plus en détail

La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008)

La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008) La Retenue à la source obligatoire en Tunisie : Article 52 du Code de l IS et de l IRPP (à jour jusqu à la Loi de finances 2008) Objet Article Dispositions Taux Principe 52-I Règle générale Hôtels Bureaux

Plus en détail

LA ZONE OFFSHORE. Mme BAMOUS. Travail fait par : LEILA AIT SIDI AHMED. Encadré par : HAMZA CHATKI MOUNA GUENDOUZ

LA ZONE OFFSHORE. Mme BAMOUS. Travail fait par : LEILA AIT SIDI AHMED. Encadré par : HAMZA CHATKI MOUNA GUENDOUZ LA ZONE OFFSHORE Travail fait par : LEILA AIT SIDI AHMED HAMZA CHATKI MOUNA GUENDOUZ Encadré par : Mme BAMOUS Introduction : Plan : PARTIE I: LES PLACES FINANCIERES OFFSHORE: Définitions, concepts, avantages

Plus en détail

Mr Nabil ABDELLATIF. Ordre des Experts Comptables de Tunisie. Optimisation du choix des sources de financement des besoins des PME.

Mr Nabil ABDELLATIF. Ordre des Experts Comptables de Tunisie. Optimisation du choix des sources de financement des besoins des PME. Ordre des Experts Comptables de Tunisie Optimisation du choix des sources de financement des besoins des PME Mr Nabil ABDELLATIF Président Ordre des Experts Comptables de Tunisie I- DEFINITIONS ET CONTEXTE

Plus en détail

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise

Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise LIGUE DES CONTRIBUABLES Mémoire sur le rapport de la Commission d examen sur la fiscalité québécoise (Moins d impôt pour les Québécois) Préparé par Claude Garcia pour la Ligue des contribuables Présenté

Plus en détail

Royaume du Maroc. Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation. L'épargne intérieure au Maroc

Royaume du Maroc. Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation. L'épargne intérieure au Maroc Royaume du Maroc Département de l Economie, des Finances et de la Privatisation L'épargne intérieure au Maroc Décembre 2001 Constituant une sélection mensuelle des travaux menés par les cadres de la Direction

Plus en détail

14. Impôt sur les sociétés et amortissements

14. Impôt sur les sociétés et amortissements 14. Impôt sur les sociétés et amortissements L impôt sur les sociétés est perçu sur la totalité des recettes provenant des opérations effectuées dans le monde entier par les résidents fiscaux de République

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI

RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI Révision : 26/02/13 Impression : 23/04/13 RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATON ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI Révision : 26/02/13

Plus en détail

Restrictions et Libéralisation des I.D.E Au Maroc. Mr. Marwane MANSOURI

Restrictions et Libéralisation des I.D.E Au Maroc. Mr. Marwane MANSOURI Restrictions et Libéralisation des I.D.E Au Maroc Mr. Marwane MANSOURI Chef de la Division des Etudes et de l Information Direction des Investissements Amman, Jordanie 4 septembre 2007 Direction des Investissements,

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France

Votre résidence fiscale est en France Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour 30 août 2011) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Casablanca finance city

Casablanca finance city Casablanca finance city Introduction : Aujourd hui les pays en vois de développement ont libéralisé leurs économies et ils ont mis en place un ensemble de mesures attractives pour attirer les investisseurs

Plus en détail

I. Gouvernance 1/8. B- Comité Direction Générale

I. Gouvernance 1/8. B- Comité Direction Générale Rémunération au titre de l exercice 2012 des collaborateurs dont les activités professionnelles ont une incidence significative sur le profil de risque du Groupe Les principes de rémunération du Groupe

Plus en détail

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions

Fiscalité de l épargne et financement des entreprises. Eléments de constat et propositions Le 11 février 2013 Fiscalité de l épargne et financement des entreprises Eléments de constat et propositions Les lois de finances adoptées au cours de ces deux dernières années ont appréhendé les revenus

Plus en détail

Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt

Ministère de l'agriculture, de l'agroalimentaire et de la forêt Régime cadre exempté de notification n SA 40417 relatif aux aides en faveur des PME actives dans la transformation et la commercialisation de produits agricoles pour la période 2015-2020 Les autorités

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil?

Résumé. La transformation du système de crédit du Brésil. Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Que peuvent apprendre les pays africains de la croissance et du développement du Brésil? Résumé de recherche : Affectation de crédit pour l'investissement, la stabilité et la croissance : Leçons tirées

Plus en détail

Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé. Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie

Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé. Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie République Tunisienne Ministère des Finances Atelier sur la stratégie de compétitivité et du Développement du Secteur Privé Mécanismes de financement de l entreprise en Tunisie Zouari Maher Directeur de

Plus en détail

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE?

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? PARIS, LE 17 FEVRIER 2011 VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? I - LA FISCALITE SUR LE PATRIMOINE EN QUELQUES CHIFFRES La fiscalité sur les biens immobiliers représente 2,2% du PIB (1% pour

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL

JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL 1 sur 6 12.11.2010 16:41 JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL LOI D ORIENTATION n 2008-29 du 28 juillet 2008 LOI D ORIENTATION n 2008-29 du 28 juillet 2008 relative à la promotion et au développement des petites

Plus en détail

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale EMMANUEL MACRON MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE C o m m u n i q u é d e p r e s s e www.economie.gouv.fr C o m m u n i q u é d e p r e s s e Paris, le 15 février 2015 N 406 Le Titre

Plus en détail

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise?

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Matinale Entrepreneuriale - Mardi 23 septembre 2014 Jean-Pierre Franiatte jpf@cabinetfraniatte.com 03 87 62 85 25 CABINET

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

«L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE»

«L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE» Ministère de l Industrie de la PME et de la de la Promotion des Investissements Communication «L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE» Présentée par: Mr A.C. BOUDIA Madrid, Octobre 2012 Une importante position Géo-Stratégique

Plus en détail

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES

LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES LFP Opportunité Immo RISQUES ASSOCIES Les parts de SCPI sont des supports de placement à long terme et doivent être acquises dans une optique de diversification de votre patrimoine. La durée de placement

Plus en détail

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES

APPLICATION DU SCN A L'EVALUATION DES REVENUS NON DECLARES DES MENAGES 4 mars 1996 FRANCAIS Original : RUSSE COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ECONOMIQUE POUR L'EUROPE CONFERENCE DES STATISTICIENS EUROPEENS OFFICE STATISTIQUE DES COMMUNAUTES EUROPEENNES (EUROSTAT) ORGANISATION

Plus en détail

Monsieur le Premier Ministre ; Chers Collègues ; Mesdames et Messieurs.

Monsieur le Premier Ministre ; Chers Collègues ; Mesdames et Messieurs. COMMUNICATION DE MONSIEUR LE MINISTRE DU COMMERCE A L OCCASION DE LA CEREMONIE D OUVERTURE DES TRAVAUX DE LA «CONFERENCE NATIONALE SUR LE COMMERCE EXTERIEUR» - Monsieur le Premier Ministre ; - Excellences

Plus en détail

Les évolutions du financement de la sécurité sociale

Les évolutions du financement de la sécurité sociale Les évolutions du financement de la sécurité sociale A la différence de l assurance chômage et des retraites complémentaires, l évolution du financement de la sécurité sociale est marquée par une forte

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

Il est institué aux investisseurs étrangers réalisés au Maroc en devises, un régime de convertibilité.

Il est institué aux investisseurs étrangers réalisés au Maroc en devises, un régime de convertibilité. REGIME DES INVESTISSEMENTS ETRANGERS 1. Définition On entend par investissements étrangers, les investissements réalisés par les personnes physiques ou morales de nationalité étrangère, non-résidentes

Plus en détail

résumé un développement riche en emplois

résumé un développement riche en emplois ne pas publier avant 00:01 Gmt le mardi 27 mai 2014 résumé un développement riche en emplois Rapport sur le Travail dans le Monde 2014 Un développement riche en emplois Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE

Plus en détail

réforme fiscalité indirecte de la Avant-projet Avril 06 1/14

réforme fiscalité indirecte de la Avant-projet Avril 06 1/14 réforme La fiscalité de la indirecte Avant-projet Avril 06 1/14 LA RÉFORME DE LA FISCALITÉ INDIRECTE I. UNE FISCALITÉ INDIRECTE A BOUT DE SOUFFLE 1.1. Le constat : une fiscalité archaïque et inadaptée

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS

IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS IMPOSITION DES INTÉRÊTS, DES DIVIDENDES ET DES GAINS EN CAPITAL A CHYPRE LOIS ET DÉCRETS Loi relative à l impôt sur le revenu (amendement) de 2005 Loi relative à la contribution spéciale à la défense (amendement)

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

I) L ouverture des économies à l international

I) L ouverture des économies à l international L autarcie s oppose au système du libreéchange. I) L ouverture des économies à l international A) La mesure des échanges de biens et services. La balance des transactions courantes. Cette balance retrace

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

Indicateurs macroéconomiques

Indicateurs macroéconomiques DEVELOPPEMENT DE L INVESTISSEMENT EN ALGERIE Atelier 2 Alger, le 11 Mai 2011 Indicateurs macroéconomiques Au vu des caractéristiques suivantes de l économie algérienne dépendante des hydrocarbures (Statistiques

Plus en détail

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013

Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Note d actualité : Analyse de la loi de finances 2013 Les premières mesures gouvernementales en matière d imposition des revenus (IR) et d impôt de solidarité sur la fortune (ISF) sont désormais connues.

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages

Études. Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Des effets de la réglementation des produits d épargne sur le comportement de placement des ménages Depuis 25 ans, la structure de l épargne financière des ménages a été singulièrement modifiée par l essor

Plus en détail

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE

FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE FISCALITE DES PARTICULIERS ET DU PATRIMOINE BAREME TRAITEMENTS ET SALAIRES PEA Fin du gel du barème : Revalorisation de 0,8% de l ensemble des tranches applicables aux revenus de 2013. Plafonnement du

Plus en détail

Rencontre programme d aide à la création d entreprises innovantes en Méditerranée Paris, 6, 7 et 8 mars 2012

Rencontre programme d aide à la création d entreprises innovantes en Méditerranée Paris, 6, 7 et 8 mars 2012 Rencontre programme d aide à la création d entreprises innovantes en Méditerranée Paris, 6, 7 et 8 mars 2012 Investir en Algérie : Mode opératoire Ahmed BERRiCHI, Directeur d Etudes Agence Nationale de

Plus en détail

Le tourisme, un impératif national d avenir...

Le tourisme, un impératif national d avenir... Le tourisme, un impératif national d avenir... 2 Le développement du tourisme est consacré par le Schéma Directeur de l Aménagement Touristique SDAT qui vise une «mise en tourisme» de l Algérie à l horizon

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

LE FONDS NATIONAL DE GARANTIE

LE FONDS NATIONAL DE GARANTIE LE FONDS NATIONAL DE GARANTIE Le fonds National de Garantie a été institué par la loi n 100 du 31 décembre 1981 portant loi de Finances pour la gestion 1982, article 73 tel que modifié par l article 66

Plus en détail

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi

Le taux de création et de survie des entreprises par zone d emploi Thème : Société de la connaissance et développement socio-économique Orientation : S adapter aux changements structurels de l économie et répondre aux défis de la mondialisation Le taux de création et

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION - AVIS N 2007-02 DU 4 MAI 2007 Relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada

Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Hausse du crédit bancaire aux entreprises au Canada Juillet 3 Aperçu Des données récemment publiées, recueillies par Prêts bancaires aux entreprises Autorisations et en-cours (Figure ), l Association des

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

Quel statut pour les parcelles agroforestières en France?

Quel statut pour les parcelles agroforestières en France? Quel statut pour les parcelles agroforestières en France? Fiche de synthèse dans le cadre de la Loi d Orientation Agricole Assemblée Permanente des Chambres d Agriculture Fabien Liagre - Mars 2005 1 Sommaire

Plus en détail

TABLE DES MATIERES A. DISPOSITIONS LEGALES. 1. A.R. n 38 du 27 juillet 1967 organisant le statut social des travailleurs indépendants

TABLE DES MATIERES A. DISPOSITIONS LEGALES. 1. A.R. n 38 du 27 juillet 1967 organisant le statut social des travailleurs indépendants TABLE DES MATIERES A. DISPOSITIONS LEGALES 1. A.R. n 38 du 27 juillet 1967 organisant le statut social des travailleurs 2. Loi du 9 juin 1970 portant programmation sociale en faveur des travailleurs 3.

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail