LES FONDATIONS SUPERFICIELLES POUR L INDUSTRIE OFFSHORE DU PÉTROLE ET DU GAZ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES FONDATIONS SUPERFICIELLES POUR L INDUSTRIE OFFSHORE DU PÉTROLE ET DU GAZ"

Transcription

1 FONDSUP 23 ol. 2. Magnan (ed.) 24, Presses de l ENPC/LCPC, Paris LES FONDATIONS SUPERFICIELLES POUR L INDUSTRIE OFFSORE DU PÉTROLE ET DU GAZ SALLOW FOUNDATIONS FOR TE OFFSORE OIL AND GAS INDUSTRY Alain PUEC Fugro-France RÉSUMÉ - Cette conférence présente un panorama de la partie des problèmes géotechniques de l industrie offshore qui sont liés aux fondations superficielles ou semi-profondes, notamment les fondations temporaires de plates-formes en treillis métallique, les embases de fondations de plates-formes auto-élévatrices et gravitaires, et les ancres à succion. Après une revue des principaux types d ouvrages offshore, des normes et du concept d enveloppe de rupture, l auteur examine de façon plus détaillée les fondations de petites structures sur fondations superficielles et les planchers de stabilité, les fondations sur caissons à jupes et les ancres à succion. Une attention particulière est accordée à la prise en compte du caractère cyclique des charges dans le dimensionnement des fondations. ABSTRACT - This lecture presents a panorama of the offshore industry geotechnical problems, which are linked to shallow foundations, including the temporary foundations of jackets, the spud-cans of jack-ups and gravity base platforms, and the suction caissons. The main types of offshore structures, design regulations and the concept of resistance envelope are first reviewed, then the author describes in more details the foundations for small structures on shallow foundations and the mud-mats, the skirted foundations and suction caissons. Particular attention is paid to the methods of accounting for cyclic loads in the design of foundations. Présentation par Jacques Garnier, LCPC, Nantes, France Alain Puech est diplômé de l École Spéciale des Travaux Publics et a soutenu une thèse de doctorat en mécanique des sols en Il a ensuite travaillé jusqu en 1981 à l Institut Français du Pétrole (IFP). À ce moment, il quitte l IFP pour créer Géodia, société spécialisée dans les études offshore. Il l a quittée en 1998 pour rejoindre la société Fugro et devenir le directeur technique de Fugro France. Ses activités actuelles sont plutôt liées aux mers profondes, et notamment aux structures offshore en mer profondes près des côtes d Afrique. Il est membre de l API, de l ISO, du TC1 de la Société Internationale de Mécanique des Sols et de Géotechnique (SIMSG) «Géotechnique marine et offshore» et membre du conseil du Comité Français de Mécanique des Sols (CFMS). 1. Introduction Faire une présentation en français sur les fondations superficielles offshore est doublement paradoxal : paradoxal à la cause de la langue, car c est probablement l une des rares fois dans le monde où l on parle de géotechnique marine en français. C est aussi paradoxal parce que 9 à 95% des fondations offshore sont des gros pieux métalliques battus jusqu à 8 voire 1 m de profondeur. On utilise néanmoins aussi des fondations superficielles ou semi-profondes. Comme beaucoup d entre vous ne sont pas familiers avec l industrie offshore, je vais présenter rapidement les structures offshore, je ferai également quelques commentaires sur les standards appliqués dans la profession, et un rapide survol du concept d enveloppe de rupture, qui sous-tend les règlements actuels. 37

2 Ma présentation est divisée en quatre parties, correspondant à quatre types de structures : je commencerai par les petites structures et les planchers de stabilité des plates-formes en treillis métallique. Ensuite, nous parlerons des fondations de plates-formes auto-élévatrices, puis des fondations de plates-formes gravitaires, ce qui nous permettra de faire une digression vers les chargements cycliques. Nous terminerons par les ancres à succion, qui sont un type de fondations en plein développement, lié aux activités dans les mers profondes Principaux types d ouvrages offshore Le premier type de plates-formes est la plate-forme en treillis métallique (jacket) sur pieux métalliques battus (figure 1). C est le type d ouvrage le plus répandu dans l offshore traditionnel. Il en existe plusieurs milliers dans le monde (probablement 1). On construit de telles plates-formes sur le plateau continental, par 1 à 15 m de fond en général et, de façon exceptionnelle, jusqu à 3m de profondeur. Bien qu il s agisse d ouvrages sur fondations profondes, nous en parlerons un peu par le biais des planchers de stabilité (mud-mats), qui sont utilisés en phase provisoire lors de la mise en place de la structure et avant la pose des pieux qui vont la fixer de manière définitive. Figure 1 Plates-formes en treillis métallique («jackets») (jusqu à 3 m de fond environ) Le deuxième type de plates-formes, très utilisé dans l industrie offshore, est constitué par les plates-formes auto-élévatrices (figure 2). Ce sont des plates-formes munies de jambes sur lesquelles le pont monte par un système de crémaillères et qui sont posées sur le fond. Nous verrons qu elles posent un certain nombre de problèmes très particuliers. Les jambes portant le 38

3 pont s appuient sur le fond par des fondations couramment appelées «spud cans» et qui ont des diamètres de 1 à 15m pour les plus petites plates-formes et de plus de 3 m pour les plates-formes de production actuellement envisagées. Figure 2 Plates-formes auto-élévatrices («jack up») Un troisième type de plates-formes est celui des structures à embase gravitaire (figure 3), qui est bien connu en France car on en a installé en mer du Nord, notamment par des sociétés françaises comme Doris. Cette industrie a été depuis transférée en Norvège. Il faut dire que ces plates-formes sont très peu nombreuses : il y en a moins de 3 en tout dans le monde. Ces plates-formes sont toutes en mer du Nord et en mer du Labrador, dans des conditions de sols et d environnement particulières. Leurs fondations sont des grandes embases de type gravitaire, qui peuvent atteindre de 1 à 15 m de diamètre. Ces plates-formes ont un poids total de l ordre de 8. à 1,2 millions de tonnes. Elles sont soumises à des charges de houle très sévères. 39

4 Figure 3 Plates-formes à base gravitaire («gravity base platforms») La figure 4 illustre un autre type de plates-formes, qui sont flottantes (semi-submersibles) et tenues par des ancres. Mais on n en parlera pas ici. Figure 4. Plate-forme semi-submersible (flottante), ancrée par chaîne caténaire. 31

5 À côté de toutes ces structures, il existe dans tout développement pétrolier un certain nombre d autres petites structures installées sur le fond, comme les têtes de puits et les systèmes d embases de manifold et toutes ces petites structures sont fondées généralement sur des fondations superficielles (Figure 5). On en parlera plus loin. Lignes d exportation Bouée de chargement Ligne de production Tours de relèvement Ligne d injection Manifold de têtes de puits Puits de production Puits d injection -1 à 15 m Figure 5. Exemple de structures de fond dans une architecture de type «mer profonde», d après Total Si l on descend à grande profondeur, actuellement vers 1 à 15 m d eau, ce qui est un domaine en plein développement actuellement, on passe à des plates-formes flottantes, reliées à des ancrages en fond de mer. Elles se différencient par la façon dont elles sont ancrées. Cela peut aller de l ancrage caténaire à l ancrage semi-tendu et à l ancrage directement tendu vertical (pour les plates-formes dites à câble tendu «TLP» ) Les normes appliquées dans l offshore Dans l industrie pétrolière offshore, on a appliqué pendant très longtemps des recommandations professionnelles publiées par l API (American Petroleum Institute). Il s agissait de recommandations (et non de règlements) fondées sur le concept de charges admissibles (Working Stress Design - WSD), avec un facteur de sécurité global unique pour définir ces charges admissibles. Depuis une quinzaine d années, on a transformé les principes de calcul pour passer à une approche avec facteurs partiels sur les charges et les résistances (Load and Resistance Factor Design - LRFD) (Tableau I). Tableau I. Recommandations de l API pour la construction offshore Code - Année Concept Titre API RP 2A 2 WSD Jackets : piles, mudmats, shallow foundations API RP 2A 1993 LRFD API RP 2T 1997 WSD Tension leg platforms API RP 2SK 1996 WSD Floating structures API RP 2FPX 1999 LRFD Floating production structures 311

6 Il existe d autre part des documents à valeur réglementaire, applicables à certains types de structures (Det Norske eritas - Classification notes 1992 : North Sea : jackets, pipelines, jack-ups, gravity bases). On peut aussi citer les documents de type SNAME pour des structures particulières, comme les plates-formes auto-élévatrices de forage (SNAME : 1997 : Recommended practice for specific assessment of mobile jack up rig units).. La situation est en train de changer. Une réglementation internationale fondée sur les normes ISO est en cours de mise en place. Ces normes seront fondées sur la notion de facteurs partiels. Les réglementations générales sur les fondations sont déjà sorties. Les parties sur les plates-formes fixes en treillis métallique ont été votées et sont en cours de mise en application. On attend pour les prochaines années la suite de ces réglementations pour les autres types de structures. Tableau II. Normes ISO pour les structures offshore (ISO/TC67/SC7) Code Titre Publication ISO 19 9 Exigences générales Fin 22 ISO Fondations 23 ISO Plates-formes fixes en acier Fin 24 ISO Plates-formes fixes en béton 25 ISO Structures flottantes 25 ISO Plates-formes auto-élévatrices 26 ISO Offshore arctique Le concept d enveloppe de rupture L approche des enveloppes de rupture consiste à dire que les domaines de stabilité se trouvent à l intérieur d un domaine en forme de cigare (Figure 6). La fonction décrivant la rupture est de la forme M f ; ; =, (1) As AsD As où, M et sont respectivement l effort vertical, le moment et la force horizontale exercées sur la fondation ; A est l aire de la fondation, D=2R son diamètre et s la résistance au cisaillement du sol. Cette fonction est écrite sous la forme plus pratique M f ; ; = o Mo o où il suffit de déterminer o (capacité portance axiale sous charge verticale), o (capacité portante latérale sous charge horizontale) et M o (résistance au renversement sous l effet d un moment) et d avoir le diagramme d interaction qui permet de relier ces paramètres. M/D o Figure 6. Forme de l enveloppe de rupture dans l espace (,, M) 312

7 Quand on fait des coupes à travers ce cigare, on retrouve les diagrammes d interaction qui font appel à deux composantes principales, o o Figure 7. Relation entre les composantes normale et horizontale de la charge à la rupture 2. Petites structures sur fondations superficielles et planchers de stabilité Ces fondations servent à supporter des pipelines et des structures diverses de forage ou de production posées sur le fond. Elles ont typiquement des dimensions de 1m x 2m ou 1m x 15m et supportent des charges de 1 à 15 tonnes (Figure 8). Ces charges sont essentiellement de type gravitaire, avec quelques charges dues aux courants et des efforts plus importants provenant de la dilatation des pipelines et des différences de pressions ainsi que des efforts d accrochage d ancres de filets de pêche. Les fondations sont sensibles au glissement et à la torsion. Diverses dispositions peuvent être prises pour lutter contre certains mécanismes (affouillement, érosion interne), comme les enrochements et les jupes représentés sur la figure 9. Figure 8. Exemple de structure offshore à fondation superficielle (photo Stolt Offshore) La capacité portante de ces fondations est traitée de façon assez conventionnelle dans la norme ISO , en utilisant les formules générales de capacité portante et les coefficients courants de forme, de profondeur et d inclinaison de la charge : 313

8 - en conditions non drainées cu q d = ( 1+ sc + dc ic ) Nc + p' o γm - en conditions drainées γ' qd =, 5 B' sγ dγiγnγ + ( p' o + a) sqdqiqnq a γm L excentricité des charges est traitée par le concept de surface effective. À ces types de fondations sont associés des facteurs sur les matériaux de γ m =1,25 quand les actions sont surtout des actions variables dues à l environnement et de γ m =1,5 quand ce sont les actions permanentes (,M) qui sont prépondérantes. M Dispositif contre les affouillements Jupes Figure 9. Protections contre les affouillements et l érosion La figure 1 présente les diagrammes d interaction classiques entre les actions et résistances verticales et horizontales, en conditions drainées et non drainées : le point représentatif du chargement (vecteur E) doit rester à l intérieur de l enveloppe de rupture. Action et résistance du sol verticales Q d,v P v R d E E d E Q d,r Q d Action et résistance du sol verticales Ph Q d,h P h Action et résistance du sol horizontales Action et résistance du sol horizontales Q d,v Q d,r a. Sols non drainés b. Sols drainés P v R d E E d E Q d Résistance au glissement Q d,h Figure 1. Enveloppes de résistance du sol Les planchers de stabilité sont des types de fondations temporaires utilisées pour l installation des fondations des plates-formes en treillis métallique (Figure 11). La structure métallique montrée sur la figure va être posée au fond de l eau puis relevée et des pieux seront enfilés à l intérieur des membrures et battus. Cette fondation superficielle n est utilisée que de façon temporaire. On la calcule comme les petites fondations précédentes, mais le facteur de pondération est appliqué à la résistance globale du sol et non plus aux propriétés des matériaux (ISO 1992 ou API RP 2A) : Qult Pd γ R 314

9 où P d désigne la valeur de calcul de la charge (en phase d érection de la plate-forme), Q ult est la résistance limite du sol et γ R le facteur appliqué à la résistance. On utilise des facteurs sur les résistances de l ordre de 1,5 car les charges sont pour l essentiel permanentes. aut Bas Figure 11. Structure de plate-forme en treillis métallique avant sa mise en place. On voit en partie basse les éléments du plancher de stabilité (plaques triangulaires aux quatre coins). Les pieux de fixation définitive seront battus à l intérieur des quatre jambes. 3. Plates-formes auto-élévatrices Les plates-formes auto-élévatrices sont parmi les plates-formes celles qui font courir les plus grands risques de fondations et qui ont le plus d accidents en offshore. Le principe de ces plates-formes est le suivant : l embase (spud-can) repose sur le sol. Si le sol est dur, la pénétration est faible. Si le sol est très mou, l embase pénètre dans le sol jusqu à une profondeur qui peut être importante, de l ordre de 3m parfois dans les sols mous, pour un diamètre de l embase de 1m à 15m. Sol remanié Sol mou Sol plastifié a. Fondation sur sol raide b. Fondation sur sol mou Figure 12. Conditions extrêmes de fondation des jambes d une plate-forme auto-élévatrice sur sol dur et sur sol mou. Dans les deux cas, il n y a pas de moment d encastrement 315

10 Si l embase pénètre profondément dans le sol, cela veut dire que la zone située au dessous est plastifiée. Donc qu il s agisse d une pénétration très faible avec une faible surface de contact ou d une pénétration importante dans un sol plastifié, on va considérer dans tous les cas qu il y a des conditions de moment nul sous l embase. S il y a des conditions de moment nul, cela veut dire que l on n est pas capable de reprendre des efforts horizontaux, sauf si l on a préchargé le sol, c est à dire appliqué un effort supérieur à celui qu il aura à supporter pendant la phase de service. Le préchargement de la plate-forme intervient pour deux raisons : d une part pour permettre de reprendre des efforts horizontaux et d autre part pour se prémunir du risque de poinçonnement à travers une couche un peu plus dure qui serait cachée dans une couche molle (Figure 13). Si max représente la charge que la fondation aura à subir pendant la phase de service, on va pendant l installation précharger la jambe d une charge supérieure qui, pour des raisons pratiques, sera supérieure de seulement 2 à 3% à la charge de service. Ces analyses sont effectuées évidemment avant la mise en place de la plate-forme, sur la base des données de la reconnaissance, et l on établit s il y a ou non risque de poinçonnement. max p max p Sable z z (m) D/B < 3 Argile normalement consolidée B = 15 m p = 1,2 à 1,5 max Risque de poinçonnement de la couche de sable Figure 13. Choix du préchargement p en fonction de la charge maximale max Si l on a préchargé l embase sous une charge verticale supérieure à la charge de service max, le point représentant la combinaison d efforts de service ( max, max ) va se trouver à l intérieur de la courbe enveloppe de la résistance du sol sous l embase, qui correspond à p (Figure 14). Le règlement Det Norske eritas impose de travailler avec un facteur de sécurité d au moins γ m = 1,1 sur les résistances. Le préchargement permet de créer une distance entre les deux courbes qui corresponde à cette valeur de γ m.et qui permette d accepter la charge horizontale max. Ce diagramme permet donc de déterminer le niveau de préchargement nécessaire pour pourvoir supporter les charges prévues par le projet. Ces pratiques sont valables pour les plates-formes de forage installées pour des durées assez courtes. On a tendance de plus en plus à utiliser les plates-formes auto-élévatrices comme plates-formes de production et on en arrive à des embases beaucoup plus larges qui peuvent avoir jusqu à 3 m de diamètre et porter des charges verticales de plus de 1 tonnes, voire plus (Figure 15). Pour cela on envisage actuellement des fondations par caissons munis de bêches et dont le principe de fonctionnement est représenté sur la figure 16. Dans un 316

11 premier temps, la pénétration de la bêche se fait sous le poids propre de la structure. Éventuellement, si cela est insuffisant, on va appliquer un effort de succion à l intérieur pour finaliser la pénétration de la fondation. F p ( max, max ) p Figure 14. Effet du préchargement sur l enveloppe de résistance du sol et définition du coefficient de sécurité sur les charges (γ m = p / p ). F D B Figure 15. Plate-forme de production auto-élévatrice fondée sur des caissons à jupe (B > 3 m ; D/B,5 ; effort vertical 1 MN ; moment M 1 MN.m) 317

12 S u (kpa) 5 I Niveau supérieur de la vase Q P d -16 II Pénétration de la jupe d Profondeur z Q P Q E Q u Q v Succion Q en place Facteur de sécurité Rupture du sol Figure 16. Schéma de l enfoncement des jupes d un caisson de fondation de plate-forme auto-élévatrice dans un sol comportant une couche de sol mou en surface Pendant l exploitation de l ouvrage, du fait des variations des charges verticales d environnement, on va avoir une plage de fonctionnement qui va se situer entre Q P et Q E sur la figure 16 et la charge Q u provoquant la rupture de la fondation doit être suffisamment loin pour garantir le coefficient de sécurité entre ces deux valeurs. Ces fondations-là sont calculées par la méthode du diagramme d interaction. Les équations qui suivent présentent un certain nombre de formulations des courbes enveloppes de stabilité (diagrammes d interaction) qui ont été établies dans différents cas de figures pour ce type de fondations, avec un rapport D/B de l ordre de,5 et des profils de sols normalement consolidés (Figure 17). M c u D B z Figure 17. ypothèses géométriques pour le calcul des enveloppes de stabilité de caissons à jupes reposant sur des argiles normalement consolidées Différents auteurs ont proposé les équations suivantes de la courbe enveloppe : - Murff et amilton o 2, 5 + o 2 + M M o 2, 5 = 1 318

13 - Fugro o a - Bransby et Randolph 2, 5 2 M + b, 6 = 1 M* M* o o M, o M o Ces équations ne sont pas fondamentalement différentes les unes des autres mais ont surtout des variables différentes. L équation de Fugro a été établie à partir de calculs en éléments finis (Figure 18). Le diagramme de Fugro a une forme d ellipse inclinée (Figure 19). o 5 = 1 Figure 18. Résultats de calculs en éléments finis utilisés pour construire la courbe enveloppe de Fugro Une particularité de ces fondations est qu il n existe pas à l heure actuelle de réglementation bien précise pour ces plates-formes, qui sont à la fois des plates-formes auto-élévatrices et des plates-formes fixes. Le calcul s effectue sur la jambe la plus chargée pour les combinaisons de charges quasi-statiques : charges permanentes, charges d exploitation, charges de tempête centennales, charges dues au séisme de projet et au séisme extrême. La vérification s effectue par application de facteurs partiels sur les charges et les résistances (LRFD) pour vérifier finalement la condition Q > γ, avec Q ult capacité portante ultime, P d charges de calcul, ult P d r factorisées, γ r facteur de résistance. Les facteurs partiels de résistance qui sont utilisés dans ce cas sont assez élevés de sorte que, lorsque qu on les multiplie par les facteurs appliqués aux charges, on arrive à des facteurs globaux qui sont de l ordre de trois. 319

14 Moment M M max Zone critique pour les caissons à jupes (M>) max Charge latérale Figure 19. Forme de la courbe enveloppe (M, ) pour les caissons de fondations de platesformes auto-élévatrices Ces fondations très larges au niveau du sol vont générer un moment d encastrement très important dans la fondation, qu il faut connaître pour le calcul de l interaction sol-structure et le dimensionnement de la jambe de la structure. On est donc confronté au problème de la détermination de cette interaction sol-structure. Le modèle de calcul est un modèle de ressorts dont les coefficients sont de forme tout à fait classique : K v = 4 GR/(1-ν), K h =8GR/2(1-ν), K θ =8 GR 3 /3(1-ν). Le principal problème est la détermination du module G en fonction du taux de distorsion. Il n y a pas de consensus sur les valeurs de ce rapport. Les recommandations actuelles sont certainement prudentes (Figure 2) et les réinterprétations de plates-formes instrumentées ont montré que l on était un peu pessimiste mais l on a du mal aujourd hui à suivre les recommandations correspondantes qui conduiraient à utiliser des rapports de G/c u de l ordre de 5. 32

15 G/c u Pratique recommandée actuelle Recommandations suggérées Expérimentations Rapport de surconsolidation Figure 2. Comparaison des valeurs réglementaires et des valeurs validées par l expérience pour le rapport du module de cisaillement G et de la cohésion non drainée c u. 4. Plates-formes gravitaires En phase de prédimensionnement, il est admis d utiliser les formules de capacité portante générales pour calculer la stabilité, mais on doit faire ensuite une vérification explicite de l effet des chargements cycliques, formalisée actuellement dans le règlement du DN (Det Norske eritas) Dn 92 (et la norme ISO 19 93), très inspiré des travaux de l Institut Géotechnique Norvégien (NGI) et notamment des travaux de K. Andersen. Les figures 21 à 29 sont reproduites avec son aimable autorisation. Le dimensionnement de ces fondations comporte plusieurs parties : - vérification de la capacité portante, - déplacements sous charges cycliques, - tassements dus au chargement cyclique, - dissipation des surpressions interstitielles dues au chargement cyclique, - effets d amplification dynamique, - réactions du sol. Nous nous limiterons ici au problème de la capacité portante, en le restreignant au problème de la résistance du sol sous charges cycliques. Les méthodes de calcul sous chargements cycliques sont fondées sur un grand nombre d essais de simulation en laboratoire. Si l on considère une embase et une ligne de rupture potentielle, on voit qu on sollicite le sol selon des chemins de chargement différents selon la zone considérée et qui peuvent être reproduits par des essais de laboratoire élémentaires (Figure 21) : cisaillement simple direct (DSS), essai triaxial, avec un déviateur moyen qui correspond au coefficient K o du sol et au poids de la plate-forme et sur ce déviateur moyen on va venir appliquer un chargement cyclique. Les résultats de ces essais sont classiques (Figure 22) : à l application du chargement cyclique correspond une évolution de la pression moyenne, qui a une composante permanente et une composante cyclique. De même, pour les déformations, on observe une évolution des 321

16 déformations permanentes et des déformations cycliques. La figure 23 montre des résultats typiques des différents types d essais. M cyc cyc τ τ t τ o τ a t Cisaillement simple direct τ τ Triaxial τ a τ o τ c Temps t Triaxial τ a Cisaillement simple direct t Figure 21. Chemins de contraintes typiques pour les essais de simulation en laboratoire. Des types de chargement différents en fonction de l endroit sous la plate-forme (cisaillement simple direct, essai triaxial). τ u u cyc τ a τ o a. Charge appliquée γ τ cyc temps u a b. Pression interstitielle temps γ cyc γ a c. Distorsion temps Figure 22. Réponse du sol à une sollicitation cyclique : pression interstitielle et distorsion 322

17 τ (kpa) τ N DSS τ a = temps τ 2 cyc γ (%) τ cyc -4 a. Cisaillement alterné à partir de τ a = τ (kpa) τ 6 N = 1 5 τ a b. Essai triaxial (τ a = τ cyc ) temps 4 2,2 τ a,4,6 τ cyc τ cyc ε (%) τ (kpa) τ 4 temps τ cyc τ cyc 2 2 ε (%) -2 c. Essai triaxial (τ a = ) N= Figure 23. Résultats typiques d essais cycliques en laboratoire Si, sur un type de sol donné, on exécute une grande série d essais de chargement, par exemple d essais de cisaillement simple direct (DSS), on va pouvoir représenter chaque essai, sur un graphique donnant la contrainte de cisaillement permanent τ a et le taux de cisaillement cyclique τ cyc, par d une part le nombre de cycles qui a conduit à la rupture et d autre part le couple «déformation permanente déformation cyclique». Cela conduit à établir des diagrammes comme celui de la figure 24, dans lequel on peut tracer des courbes qui correspondent à des enveloppes de rupture pour des nombres de cycles différents, sachant que, dans la partie droite du diagramme (près de l axe τ a ), ce sont plutôt les déformations permanentes qui vont conduire à la rupture tandis que, dans la partie gauche du diagramme (près de l axe τ cyc ), ce sont les déformations cycliques qui conduisent à la rupture. On trouve le même genre de diagrammes pour les essais triaxiaux, aussi bien en compression qu en extension (Figure 25). On trouve aussi des diagrammes analogues pour les déformations cycliques (Figure 26) et l évolution des pressions interstitielles (Figure 27). 323

18 τ cyc (kpa) 8 4 3(±15) 9(2±3) N 1 (γ a ±γ cyc ) 15(±15) 28(16±6) 2(23±1,5) 15(19±1) 1(±15) 152(2,9±,1) 1(,9±,1) Statique (15±) 4 8 τa (kpa) τ cyc (kpa) ±15,5±1 3± ±15 15±1 15±,25 4 N 1 =1 N 1 =1 N 1 =1 15± 4 8 τa (kpa) γ a ±γ cyc (%) a. Points représentant les essais b. Enveloppes de rupture Figure 24. Analyse des résultats des essais de cisaillement simple direct (DSS) en termes de nombre de cycles avant la rupture N 1, de sollicitations imposées dans les cycles (contrainte de cisaillement moyenne τ a et partie cyclique τ cyc ) et de déformations à la rupture (distorsion moyenne γ a et partie cyclique de la distorsion γ cyc ). Points expérimentaux et enveloppes de rupture τ cyc (kpa) γ a ± γ cyc -15±15 8 -,5±15,5±15 ±15-15±15 15±,5 γ a ± γ cyc -15±,5 4 15±,1-15± c u (P) N 1 = 1 N 1 = 1 N 1 = 1 15± τ o 12 τ a (kpa) c u (A) Figure 25. Analyse des résultats des essais de cisaillement triaxial en termes de nombre de cycles avant la rupture N 1, de sollicitations imposées dans les cycles (contrainte de cisaillement moyenne τ a et partie cyclique τ cyc ) et de déformations à la rupture (distorsion moyenne γ a et partie cyclique de la distorsion γ cyc ). Points expérimentaux et enveloppes de rupture 324

19 Sur la figure 28 on a représenté, pour deux types d essais (cisaillement simple direct, DSS, et essais triaxiaux avec τ a = ), l évolution de la déformation de cisaillement en fonction de la contrainte de cisaillement cyclique et du nombre de cycles. Pour la valeur la plus élevée de la contrainte de cisaillement τ cyc, on voit qu il faut seulement quelques cycles pour arriver à 3% de déformation, tandis que, pour une contrainte de cisaillement plus faible, il faut plus de cycles pour arriver à la même déformation. Si l on choisit la déformation comme critère d endommagement, on peut donc définir un nombre de cycles équivalent au chargement imposé, ce qui va permettre de cumuler l endommagement de la structure. On va définir ainsi la résistance au cisaillement cyclique, qui est la somme de la contrainte de cisaillement permanente τ a et de la contrainte de cisaillement cyclique τ cyc associée au nombre de cycles menant à la rupture. On va construire ce genre de graphique pour différents nombres de cycles menant à la rupture. τcyc / cu (DSS) 1, γ cyc (%),5 N=1,25,1 γ a (%)=,25, ,5 1 τ a /c u (DSS) τcyc / cu (DSS) 1, ,5,25 N=1 γ cyc (%),1 γ a (%)=,25, ,5 1 τ a /c u (DSS) a. pour dix cycles b. pour cent cycles Figure 26. Relations entre la déformation déviatorique cyclique γ cyc et la charge appliquée (τ a et τ cyc ) pour deux nombres de cycles (N=1 et N=1) τcyc / cu (DSS) 1,5 u a /σ vc =,5,1,6,4,2 N=1 Enveloppe de rupture,5 1 τ a /c u (DSS) τcyc / cu (DSS) 1,5 u a /σ vc =,5,1,2,6,4 N=1 Enveloppe de rupture,5 1 τ a /c u (DSS) a. pour dix cycles b. pour cent cycles Figure 27. Relations entre la pression interstitielle u a et la charge appliquée (τ a et τ cyc ) pour deux nombres de cycles (N=1 et N=1) 325

20 1,5 γ cyc (%) 15 τ a = 1 3 Essai 1 τcyc / cu (DSS),5 1,5 Essai Nombre de cycles N Figure 28. Évolution de la déformation déviatorique cyclique γ cyc en fonction du nombre de cycles et de la contrainte de cisaillement cyclique (essais alternés à τ a = ). 3±15 15±15 15±1 γ a ±γ cyc 1,5,5±15 15±,25 N 1 =1 τf,cyc (DSS) / cu (DSS) 1,5 ±15 N 1 =1 N 1 =1 15±,5 1 τ a / c u (DSS) Figure 29. Relation entre la résistance au cisaillement cyclique τ f,cyc = τ a + τ cyc, le niveau de cisaillement moyen et le nombre de cycles 326

FONDATIONS MIXTES ET GROUPES DE PIEUX DANS L ARGILE MOLLE

FONDATIONS MIXTES ET GROUPES DE PIEUX DANS L ARGILE MOLLE Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l Ingénieur JNGG 8 - Nantes, 8-2 juin 28 FONDATIONS MIXTES ET GROUPES DE PIEUX DANS L ARGILE MOLLE PILE GROUP AND PILED RAFT FOUNDATION IN SOFT CLAY

Plus en détail

IREX. «Sollicitations cycliques en géotechnique»

IREX. «Sollicitations cycliques en géotechnique» IREX Etude de faisabilité en vue du montage d un projet de recherche sur la thématique «Sollicitations cycliques en géotechnique» Rapport rédigé par le groupe de travail «Sollicitations cycliques» du pôle

Plus en détail

Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA

Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA Journées Techniques organisées avec l appui du Sétra et sous l égide de la CoTITA PRISE EN COMPTE DU RISQUE SISMIQUE Qualification et prise en compte du risque de liquéfaction sur les OA JF Serratrice

Plus en détail

Mastère Génie Civil Européen

Mastère Génie Civil Européen ÉCOLE NATIONALE DES PONTS ET CHAUSSÉES Année 009-00 Mastère Génie Civil Européen Géotechnique Remblais sur sols compressibles Étude d un remblai sur sols compressibles L aménagement d un terre-plein a

Plus en détail

SOLCYP Projet National de recherche sur le comportement des pieux soumis à des sollicitations cycliques

SOLCYP Projet National de recherche sur le comportement des pieux soumis à des sollicitations cycliques SOLCYP Projet National de recherche sur le comportement des pieux soumis à des sollicitations cycliques SOLCYP? un projet de recherche sur le comportement des pieux soumis à des sollicitations cycliques,

Plus en détail

Chapitre III: Les fondations

Chapitre III: Les fondations Chapitre III: Les fondations 1. Introduction Les fondations sont des ouvrages qui assurent la stabilité d'une construction, ainsi que la bonne transmission des sollicitations (charges) et leur diffusion

Plus en détail

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier)

Simulation physique du frottement latéral à l interface sol-pieu lors du fonçage (cas d une interaction limon acier) XI èmes Journées Nationales Génie Côtier Génie Civil Les Sables d Olonne, 22-25 juin 2010 DOI:10.5150/jngcgc.2010.081-O Editions Paralia CFL disponible en ligne http://www.paralia.fr available online Simulation

Plus en détail

Modélisation numérique en 3D de groupe de pieux et de fondation mixte radier pieux dans l argile molle

Modélisation numérique en 3D de groupe de pieux et de fondation mixte radier pieux dans l argile molle Modélisation numérique en 3D de groupe de pieux et de fondation mixte radier pieux dans l argile molle Ngoc Thanh NGUYEN, Pierre FORAY, Etienne FLAVIGNY. Laboratoire Sols Solides Structures. UMR5521, INPG,

Plus en détail

Fondation sur pieux et fondation mixte

Fondation sur pieux et fondation mixte Journée technique du CFMS Groupe de Travail "Fondations d éoliennes" Fondation sur pieux et fondation mixte Journée du 20 octobre 2009 1 Sommaire «Fondation sur pieux et fondation mixte» 1/. Fondation

Plus en détail

Utilisation des paramètres pressiométriques

Utilisation des paramètres pressiométriques Utilisation des paramètres pressiométriques Relation entre p l et E M Ménard donne pour les sols cohérents les correspondances suivantes E M /p l < 5 argiles remaniées ou triturées 5

Plus en détail

RENFORCEMENT DE SOL COMPRESSIBLE PAR INCLUSIONS RIGIDES SOUS DALLAGE : MODELISATION EN CENTRIFUGEUSE

RENFORCEMENT DE SOL COMPRESSIBLE PAR INCLUSIONS RIGIDES SOUS DALLAGE : MODELISATION EN CENTRIFUGEUSE RENFORCEMENT DE SOL COMPRESSIBLE PAR INCLUSIONS RIGIDES SOUS DALLAGE : MODELISATION EN CENTRIFUGEUSE SOFT SOIL REINFORCEMENT BY STIFF PILES UNDER FLOOR SLAB : CENTRIFUGE MODELLING Gaëlle BAUDOUIN 1, Gérard

Plus en détail

RESISTANCE AU CISAILLEMENT DES SOLS

RESISTANCE AU CISAILLEMENT DES SOLS Chapitre 4 : Résistance au cisaillement des sols - 1 - RESISTANCE AU CISAILLEMENT DES SOLS Dans la pratique la résolution dun problème de Mécanique des Sols consiste souvent à : - vérifier que la stabilité

Plus en détail

Demi-Journée CFMS 14 Mars 2007 «Colonnes ballastées»

Demi-Journée CFMS 14 Mars 2007 «Colonnes ballastées» Demi-Journée CFMS 14 Mars 2007 «Colonnes ballastées» Le point de vue du Contrôleur Technique Patrick BERTHELOT patrick.berthelot@fr.bureauveritas.com Dans l intérêt des entreprises et des Hommes Le contrôle

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

SOLCYP : UN PROJET DE RECHERCHE SUR LE COMPORTEMENT DES PIEUX SOUMIS A DES SOLLICITATIONS CYCLIQUES

SOLCYP : UN PROJET DE RECHERCHE SUR LE COMPORTEMENT DES PIEUX SOUMIS A DES SOLLICITATIONS CYCLIQUES SOLCYP : UN PROJET DE RECHERCHE SUR LE COMPORTEMENT DES PIEUX SOUMIS A DES SOLLICITATIONS CYCLIQUES SOLCYP : RESEARCH PROJECT ON THE BEHAVIOUR OF PILES SUBMITTED TO CYCLIC LOADING Alain PUECH (1), Jean

Plus en détail

Présentation des investigations et études géotechniques

Présentation des investigations et études géotechniques Journée technique du CFMS Groupe de Travail "Fondations d éoliennes" Présentation des investigations et études géotechniques Frédéric DURAND Journée du 20 octobre 2009 1 Sommaire Préambule sur les modules

Plus en détail

LES FONDATIONS PROFONDES

LES FONDATIONS PROFONDES Technologie C:\Documents and Settings\FREDERIC\Mes documents\travail\technologie\fondations PROFONDES\Fondations profondes.docversion 2008 LES FONDATIONS PROFONDES TECHNICIENS SUPERIEURS TRAVAUX PUBLICS

Plus en détail

CHAPITRE V FONDATIONS PROFONDES GCI 315 MÉCANIQUE DES SOLS II

CHAPITRE V FONDATIONS PROFONDES GCI 315 MÉCANIQUE DES SOLS II INTRODUCTION - GÉNÉRALITÉ Un pieu est un élément structural mince et profilé mis en place par fonçage ou battage et utilisé pour transmettre des charges en profondeur lorsque l utilisation de fondations

Plus en détail

Justification des traitements anti-liquéfaction

Justification des traitements anti-liquéfaction GUIDE AFPS/CFMS «Procédés d amélioration et de renforcement de sols sous actions sismiques» Justification des traitements anti-liquéfaction Serge LAMBERT Keller Fondations Spéciales Journée Technique AFPS-CFMS

Plus en détail

de construction métallique

de construction métallique sous la direction de Jean-Pierre Muzeau Manuel de construction métallique Extraits des Eurocodes à l usage des étudiants Afnor et Groupe Eyrolles, 2012 ISBN Afnor : 978-2-12-465370-6 ISBN Eyrolles : 978-2-212-13469-8

Plus en détail

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS

APPAREIL ŒDOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUDE DES SOLS NON SATURÉS PPREIL ŒOMÉTRIQUE INSTRUMENTÉ POUR L ÉTUE ES SOLS NON STURÉS INSTRUMENTE OEOMETER PPRTUS TO STUY UNSTURTE SOILS Bernardo IEO, Juan arlos ULLO, Julián TRISTNHO 1 Universidad de Los ndes, Bogotá.. olombie

Plus en détail

Conception et construction d un pont à Chibougamau

Conception et construction d un pont à Chibougamau Conception et construction d un pont à Chibougamau VICTOR EGOROV, LOUIS-PHILIPPE POIRIER, MARIO LÉVESQUE, SNC-Lavalin, Montréal, QC Mots-clés : Conception en bois, lamellé-collé, panneau CLT modélisation

Plus en détail

Lignes aériennes : matériels

Lignes aériennes : matériels ossier délivré pour Lignes aériennes : matériels Fondations des supports par ominique NAU Ingénieur d études au Gestionnaire du Réseau de Transport de l Électricité Gestionnaire national fondations de

Plus en détail

NOUVELLE APPROCHE DE DIMENSIONNEMENT D UN MERLON : PROTECTION D UN BATIMENT A VAL D ISERE

NOUVELLE APPROCHE DE DIMENSIONNEMENT D UN MERLON : PROTECTION D UN BATIMENT A VAL D ISERE NOUVELLE APPROCHE DE DIMENSIONNEMENT D UN MERLON : PROTECTION D UN BATIMENT A VAL D ISERE AN INNOVATIVE DESIGN PROCESS FOR A ROCKFALL EMBANKMENT : APPLICATION IN THE PROTECTION OF A BUILDING AT VAL D ISERE

Plus en détail

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé

Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Document entériné par le Groupe Spécialisé n 3 le 15 janvier 2013 Liste minimale des éléments habituellement demandés par le Groupe Spécialisé Groupe Spécialisé n 3 «Structures, planchers et autres composants

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10

Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10 Chapitre 15 Isolation en base des bâtiments. Document de référence: Eurocode 8, EN1998-1 Chapitre 10 But: permettre un mouvement relatif de la base par rapport au sol réduction du déplacement imposé du

Plus en détail

Fondations. Willy Naessens 7

Fondations. Willy Naessens 7 Willy Naessens 7 1. Fondations superficielles Introduction Ces fondations sont posées à faible profondeur sur un terrain de bonne portance. Une distinction peut être faite entre fondations préfabriquées

Plus en détail

LES VASES DE LA LOIRE : MODELISATION DE L EFFET DE LA CONSOLIDATION SUR DES INFRASTRUCTURES EXISTANTES

LES VASES DE LA LOIRE : MODELISATION DE L EFFET DE LA CONSOLIDATION SUR DES INFRASTRUCTURES EXISTANTES LES VASES DE LA LOIRE : MODELISATION DE L EFFET DE LA CONSOLIDATION SUR DES INFRASTRUCTURES EXISTANTES THE SILTS FROM THE LOIRE RIVER: MODELLING OF CONSOLIDATION EFFECTS ON EXISTING INFRASTRUCTURE Sébastien

Plus en détail

Logiciels Plaxis 2010

Logiciels Plaxis 2010 Logiciels Plaxis 2010 Valérie Bernhardt 1 Introduction Stratégie Plaxis globale : Analyse aux éléments finis des projets géotechniques : déplacements, stabilité, capacité portante, etc. Mots-clés : robustesse,

Plus en détail

Les pieux rainurés. Serge Borel. > Un principe et trois variantes opérationnelles

Les pieux rainurés. Serge Borel. > Un principe et trois variantes opérationnelles GEOTECHNICAL AND CIVIL ENGINEERING CONTRACTORS Les pieux rainurés Serge Borel Les pieux rainurés > Contexte et enjeux > Un principe et trois variantes opérationnelles > Modélisation du comportement > Pieux

Plus en détail

projet National TUBA Battage des pieux

projet National TUBA Battage des pieux objectifs Port du Havre - ASCO TP/Daniel VANDROS le projet national TUBa, lancé en Juin 1993, a résulté des réflexions des principaux intervenants dans le domaine des travaux à la mer se retrouvant, depuis

Plus en détail

La construction parasismique : règles pratiques

La construction parasismique : règles pratiques La construction parasismique : 1/6 Les fiches «enseignant» et «élève» citées ci-dessous permettent d illustrer cette fiche «documentation» à travers des expériences ou des études de documents (vidéo ou

Plus en détail

CARACTERISATION MECANIQUE D UN MELANGE DE SABLES D HOSTUN

CARACTERISATION MECANIQUE D UN MELANGE DE SABLES D HOSTUN CARACTERISATION MECANIQUE D UN MELANGE DE SABLES D HOSTUN MECHANICAL CHARACTERIZATION OF A MIXTURE OF HOSTUN SANDS Gaëlle BAUDOUIN 1, Frédéric ROSQUOËT 2, Jean CANOU 3, Jean-Claude DUPLA 3, Luc THOREL

Plus en détail

Projet de parc éolien en mer au large de Courseulles-sur-Mer

Projet de parc éolien en mer au large de Courseulles-sur-Mer ÉOLIENNES OFFSHORE DU CALVADOS avril 2013 Projet de parc éolien en mer au large de Courseulles-sur-Mer Synthèse d étude relative à la protection des câbles Sommaire 1. CONTEXTE ET OBJECTIF DE L ETUDE...

Plus en détail

LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU

LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU LE PENETROMETRE STATIQUE Essais CPT & CPTU Mesures Interprétations - Appliations Doument rédigé par des ingénieurs géotehniiens de GINGER CEBTP sous la diretion de : Mihel KHATIB Comité de releture : Claude-Jaques

Plus en détail

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel

Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce document a été numérisé par le CRDP de Montpellier pour la Base Nationale des Sujets d Examens de l enseignement professionnel Ce fichier numérique ne peut être reproduit, représenté, adapté ou traduit

Plus en détail

Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l ingénieur, Lille 2004 (28-30 juin) EFFET D UN FONTIS SUR LA TENUE MECANIQUE DE CANALISATIONS

Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l ingénieur, Lille 2004 (28-30 juin) EFFET D UN FONTIS SUR LA TENUE MECANIQUE DE CANALISATIONS EET D UN ONTIS SUR LA TENUE MECANIQUE DE CANALISATIONS Noël CHALLAMEL Laboratoire de Mécanique des Structures et Matériaux INSA de Rennes 20, avenue des Buttes de Coësmes 35043 Rennes cedex RÉSUMÉ - Le

Plus en détail

LOT 3 CHARPENTE METALLIQUE VERIFICATION DE LA CHARPENTE EXISTANTE AUX SOLLICITATIONS CLIMATIQUES

LOT 3 CHARPENTE METALLIQUE VERIFICATION DE LA CHARPENTE EXISTANTE AUX SOLLICITATIONS CLIMATIQUES CONSTRUCTION DE L ECOLE DES BEAUX-ARTS DE NANTES METROPOLE LOT 3 CHARPENTE METALLIQUE VERIFICATION DE LA CHARPENTE EXISTANTE AUX SOLLICITATIONS CLIMATIQUES STR 03 Janvier 2013 XD -ESBANM - Vérification

Plus en détail

APPLICATION DE LA METHODE DE MONTE CARLO DANS L'ANALYSE DE LA STABILITÉ DES PENTES

APPLICATION DE LA METHODE DE MONTE CARLO DANS L'ANALYSE DE LA STABILITÉ DES PENTES Journées Nationales de Géotechnique et de Géologie de l'ingénieur - JNGG' 2006 Lyon (France) APPLICATION DE LA METHODE DE MONTE CARLO DANS L'ANALYSE DE LA STABILITÉ DES PENTES Mbarka SELMI 1, Mounir LTIFI

Plus en détail

Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation

Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation par Jean-Pierre MAGNAN Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées Directeur technique au Laboratoire Central des Ponts et Chaussées, Paris Professeur de

Plus en détail

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue

Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue Étude Des Zones D un Joint De Soudure D une Eprouvette Sollicitée En Fatigue F.Z.KETTAF 1, N.H.CHERIET 2, B. BOUCHOUICHA 3 Laboratoire LMSR.Université Djillali Liabès Sidi Bel Abbes- Algérie. 1 fz.kettaf@gmail.com

Plus en détail

Calcul des charpentes d acier Tome I

Calcul des charpentes d acier Tome I Calcul des charpentes d acier Tome I 2 e édition, 2 e tirage revu, 2008 RÉVISIONS À l intention des lecteurs de la 2 e édition, 1 er tirage, 2005, les principales révisions apportées au 2 e tirage se trouvent

Plus en détail

SOLS MEUBLES : SOLS FINS ARGILEUX COHÉRENTS

SOLS MEUBLES : SOLS FINS ARGILEUX COHÉRENTS INFORMATIONS TECHNIQUES T 1 Mutuelle des architectes français assurances OCTOBRE1996 SOLS MEUBLES : SOLS FINS ARGILEUX COHÉRENTS 1 - INTRODUCTION Ces sols fins argileux cohérents sont caractérisés par

Plus en détail

Journée Technique du 27 Janvier 2015. «Hommage au Professeur Pierre FORAY»

Journée Technique du 27 Janvier 2015. «Hommage au Professeur Pierre FORAY» Journée Technique du 27 Janvier 2015 «Hommage au Professeur Pierre FORAY» Contribution des essais sur modèles à l évolution des méthodes de dimensionnement des pieux Jacques GARNIER & Luc THOREL Professeur

Plus en détail

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Voyez la réponse à cette question dans ce chapitre. www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof Une échelle est appuyée sur un mur. S il n y a que la friction statique avec le sol, quel est l angle minimum possible entre le sol et l échelle pour que l échelle ne glisse pas et tombe au sol? www.hometownroofingcontractors.com/blog/9-reasons-diy-rednecks-should-never-fix-their-own-roof

Plus en détail

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques

«Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques Session de formation continue ENPC «Pièges», «erreurs» et pathologie des calculs numériques 6-8 octobre 2010 Philippe Mestat (LCPC) «Pièges» pour débutant?. Conditions limites en déplacements : il faut

Plus en détail

Fondation filante ou continue. Béton de. fondation 350 Kg/m³. Béton de. propreté 250 Kg/m³. Fondation filante ou continue

Fondation filante ou continue. Béton de. fondation 350 Kg/m³. Béton de. propreté 250 Kg/m³. Fondation filante ou continue FONDATIONS Les fondations sont destinées à assurer la stabilité d un ouvrage sur le terrain. Elles doivent pouvoir transmettre toutes les sollicitations ( charges, surcharges, renversement, ) sur un sol

Plus en détail

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Descriptif du support pédagogique Le banc d essais des structures permet de réaliser des essais et des études

Plus en détail

1 Méthodes et principes généraux de renforcement

1 Méthodes et principes généraux de renforcement 1 Méthodes et principes généraux de renforcement 1-1 Introduction La durée d exploitation d un ouvrage en béton armé est à priori comprise entre 50 et 120 ans selon sa composition et sa fonction. Or, de

Plus en détail

Conception parasismique du pont de Rion-Antirion Alain PECKER a et Jean-Paul TEYSSANDIER b

Conception parasismique du pont de Rion-Antirion Alain PECKER a et Jean-Paul TEYSSANDIER b Conception parasismique du pont de Rion-Antirion Alain PECKER a et Jean-Paul TEYSSANDIER b (a) Géodynamique et Structure, 157 rue des Blains, 92220, Bagneux, Tél : 01 46 65 00 11, Fax : 01 46 65 58 54,

Plus en détail

ÉVALUATION, VÉRIFICATION ET CONCEPTION DE STRUCTURES À L AIDE DE TECHNOLOGIES MODERNES

ÉVALUATION, VÉRIFICATION ET CONCEPTION DE STRUCTURES À L AIDE DE TECHNOLOGIES MODERNES Congrès 24 e Conférence annuel de spécialisée la Société en génie canadienne des matériaux transports structures de génie civil de la Société canadienne de génie civil Annual Conference of the Canadian

Plus en détail

Le Catalogue des Structures Types de Chaussées Neuves (Edition 1995)

Le Catalogue des Structures Types de Chaussées Neuves (Edition 1995) Le Catalogue des Structures Types de Chaussées Neuves (Edition 1995) Omar ESSEKELLI Chef de Service Chaussées et Développement Division Technique - DRCR Les entrants du dimensionnement Quatre familles

Plus en détail

5 e. Sols et structures. Comment a-t-on construit ici? Habitat et ouvrages. FONDATION EFB SOLS ET STRUCTURES Page 1/22.

5 e. Sols et structures. Comment a-t-on construit ici? Habitat et ouvrages. FONDATION EFB SOLS ET STRUCTURES Page 1/22. Habitat et ouvrages Sols et structures Comment a-t-on construit ici? DOCUMENT PROFESSEUR 5 e novembre 2010 FONDATION EFB SOLS ET STRUCTURES Page 1/22 Mise en situation : Quelle remarque faites-vous en

Plus en détail

LOGICIEL DE DIMENSIONNEMENT DE FONDATIONS SUR SOL RENFORCÉ PAR COLONNES

LOGICIEL DE DIMENSIONNEMENT DE FONDATIONS SUR SOL RENFORCÉ PAR COLONNES LOGICIEL DE DIMENSIONNEMENT DE FONDATIONS SUR SOL RENFORCÉ PAR COLONNES SOFTWARE FOR DESIGNING FOUNDATIONS ON COLUMN REINFORCED SOIL Mounir BOUASSIDA 1, Lassaad HAZZAR 1, Patrick de BUHAN 2 1 UR Ingénierie

Plus en détail

Liste des publications SOLCYP

Liste des publications SOLCYP Andersen K., Puech A. and Jardine R. 2013. Cyclic resistant geotechnical design and parameter selection for offshore engineering and other applications. Proceedings of TC 209 Workshop Design for cyclic

Plus en détail

PRÉVISION DE LA CAPACITÉ PORTANTE ET DU TASSEMENT D UN PIEU FORÉ ISP 5 PRESSIO 2005

PRÉVISION DE LA CAPACITÉ PORTANTE ET DU TASSEMENT D UN PIEU FORÉ ISP 5 PRESSIO 2005 PRÉVISION DE L CPCITÉ PORTNTE ET DU TSSEMENT D UN PIEU FORÉ ISP 5 PRESSIO 2005 Jacky D. Razafindrabe 1, Voahanginirina. J. Ramasiarinoro 2, Lala ndrianaivo 3 1 Laboratoire National des Travaux Publics

Plus en détail

Ouvrages en maçonnerie :

Ouvrages en maçonnerie : Club Ouvrages d Art du 5 février 2009 à Berre l'etang Ouvrages en maçonnerie : investigations préalables et recalculs Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée www.cete-mediterranee.fr Sommaire

Plus en détail

Matériaux sous contraintes. Modèles rhéologiques Essais mécaniques

Matériaux sous contraintes. Modèles rhéologiques Essais mécaniques Matériaux sous contraintes Modèles rhéologiques Essais mécaniques Matériaux sous contrainte Contrainte = F/S (Pa = N/m 2 ) F! S Contrainte normale : " F // S contrainte de cisaillement : # Déformation

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

1 Semelle isolée : Semelle1 Nombre : 1

1 Semelle isolée : Semelle1 Nombre : 1 1 Semelle isolée : Semelle1 Nombre : 1 1.1 Données de base 1.1.1 Principes Norme pour les calculs géotechniques : DTU 13.12 Norme pour les calculs béton armé : BAEL 91 mod. 99 Forme de la semelle : homothétique

Plus en détail

HIPPODROME DE LONGCHAMP / PARIS DOSSIER LOI SUR L EAU / JUILLET 2013 ANNEXE 2

HIPPODROME DE LONGCHAMP / PARIS DOSSIER LOI SUR L EAU / JUILLET 2013 ANNEXE 2 HIPPODROME DE LONGCHAMP / PARIS DOSSIER LOI SUR L EAU / JUILLET 2013 ANNEXE 2 HIPPODROME DE LONGCHAMP PERMIS DE CONSTRUIRE NOTICE TECHNIQUE INFILTRATION DES EAUX DE DRAINAGE JUILLET 2013 SOMMAIRE 1 OBJET

Plus en détail

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen

Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Remblais en zones humides et/ou inondables Conséquences de l inondation du remblai du CER Rouen Valéry Ferber LCPC Sommaire Objectifs Tassements induits par l humidification des sols fins compactés Conception

Plus en détail

TP séances 7 et 8. Forme d une bulle: gravité et tension de surface

TP séances 7 et 8. Forme d une bulle: gravité et tension de surface TP séances 7 et 8 Forme d une bulle: gravité et tension de surface Lorsqu une goutte est posée sur un support, la tension de surface tend à rendre la bulle spérique alors que la gravité tend à écraser

Plus en détail

Rupture et plasticité

Rupture et plasticité Rupture et plasticité Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 Département de Mécanique, Ecole Polytechnique, 2009 2010 25 novembre 2009 1 / 44 Rupture et plasticité : plan du cours Comportements

Plus en détail

SYSTÈME DE PLANCHER COMPOSITE HAMBRO D500 : DESCRIPTION, INSTALLATION ET AVANTAGES DU SYSTÈME. Par Marie-Ève Dorion, ing.

SYSTÈME DE PLANCHER COMPOSITE HAMBRO D500 : DESCRIPTION, INSTALLATION ET AVANTAGES DU SYSTÈME. Par Marie-Ève Dorion, ing. SYSTÈME DE PLANCHER COMPOSITE HAMBRO D500 : DESCRIPTION, INSTALLATION ET AVANTAGES DU SYSTÈME Par Marie-Ève Dorion, ing. Juin 2013 TABLE DES MATIÈRES LE SYSTÈME DE PLANCHER COMPOSITE HAMBRO D500 STADE

Plus en détail

REMBLAI D ACCES A UN OUVRAGE D ART SUR SOLS COMPRESSIBLES

REMBLAI D ACCES A UN OUVRAGE D ART SUR SOLS COMPRESSIBLES REMBLAI D ACCES A UN OUVRAGE D ART SUR SOLS COMPRESSIBLES Rabah ARAB AFITEX 13 15 rue louis Blériot 8300 Champhol France Tél. : 00 33 (0) 37 18 01 54 Fax : 00 33 (0) 37 18 01 60 Email : rabah.arab@afitex.com

Plus en détail

Visite du siège de Subsea 7

Visite du siège de Subsea 7 Visite du siège de Subsea 7 20 décembre 2012 Nous avons été accueillis au siège de Subsea 7 à Suresnes le vendredi 20 décembre dans la matinée. Plusieurs intervenants nous ont présenté le secteur de l

Plus en détail

Design des fondations-

Design des fondations- Advance Design America FASCICULE 13 Design des fondations- Superficielle & profondes N.B. : Pour utiliser ce fascicule, vous devez disposer du package - Bâtiment (Professionnel) Janvier 2012 Graitec Inc.

Plus en détail

GCI-215 Charpentes métalliques I Hiver 2010 Projet de session Mardi 2 février 2010. Contexte général

GCI-215 Charpentes métalliques I Hiver 2010 Projet de session Mardi 2 février 2010. Contexte général GCI-215 Charpentes métalliques I Hiver 2010 Projet de session Mardi 2 février 2010 Contexte général Suite à de récents développements dans une municipalité du Québec, une grande compagnie de vente au détail

Plus en détail

RENFORCEMENT D UN CADRE BETON ARME PAR INCLUSIONS RIGIDES

RENFORCEMENT D UN CADRE BETON ARME PAR INCLUSIONS RIGIDES RENFORCEMENT D UN CADRE BETON ARME PAR INCLUSIONS RIGIDES REINFORCEMENT OF A CONCRETE FRAME BY RIGID INCLUSIONS Laurent BRIANÇON (1), Vincent KELLER (2), Michel BUSTAMANTE (3), OLIVIER GAY (4), Elisabeth

Plus en détail

Concours CASTing 2011

Concours CASTing 2011 Concours CASTing 2011 Épreuve de mécanique Durée 1h30 Sans calculatrice Le candidat traitera deux exercices parmi les trois proposés dans le sujet. Dans le cas où les trois exercices seraient traités partiellement,

Plus en détail

Projet national de Recherche et Développement sur Comportement et calcul des fondations profondes sous sollicitations cyclique (SOLCYP)

Projet national de Recherche et Développement sur Comportement et calcul des fondations profondes sous sollicitations cyclique (SOLCYP) Projet national de Recherche et Développement sur Comportement et calcul des fondations profondes sous sollicitations cyclique (SOLCYP) Contenu scientifique et technique - Programme 1 - Contexte et enjeux

Plus en détail

COURS DE CONCEPTION ET DE CALCUL DES FONDATIONS

COURS DE CONCEPTION ET DE CALCUL DES FONDATIONS ANNEE SCOLAIRE 2011-2012 COURS DE CONCEPTION ET DE CALCUL DES FONDATIONS 3EME BPC Par : EL BRAHMI Jamila Professeur à l EMI DEFINITION : Qu est ce qu une fondation? La fondation d un ouvrage est l élément

Plus en détail

Le maçon à son poste de travail

Le maçon à son poste de travail Fiche Prévention - E2 F 01 13 Le maçon à son poste de travail Partie 5 : Stabilisation des murs maçonnés en phase de construction La réalisation de murs en maçonnerie est une opération courante sur les

Plus en détail

3. BASE DES CALCULS 3.1. ACTIONS À PRENDRE EN COMPTE

3. BASE DES CALCULS 3.1. ACTIONS À PRENDRE EN COMPTE 3. BASE DES CALCULS 3.1. ACTIONS À PRENDRE EN COMPTE Les actions qui doivent être prises en compte sont : les charges permanentes G les charges dexploitation (avec les lois de dégression éventuellement)

Plus en détail

ESSAIS DE CHARGEMENT DYNAMIQUES ET STATIQUES POUR FONDATIONS PROFONDES A L INES

ESSAIS DE CHARGEMENT DYNAMIQUES ET STATIQUES POUR FONDATIONS PROFONDES A L INES ESSAIS DE CHAGEMENT DYNAMIQUES ET STATIQUES POU FONDATIONS POFONDES A L INES Dynamic load testing and static compression test on fondation pile at the INES Jérôme GIPPON 1, aphaël DE TOUY 2 1 FANKI FONDATION

Plus en détail

Ce guide se divise en six chapitres, dont quatre sont dédiés à une catégorie de bâtiment :

Ce guide se divise en six chapitres, dont quatre sont dédiés à une catégorie de bâtiment : INTRODUCTION Constructions de pointe et d usage courant, les escaliers métalliques doivent répondre à d autres exigences, que celle de pouvoir passer d un niveau à un autre. L un des principaux points

Plus en détail

DEVIATION SUD OUEST DE MEAUX

DEVIATION SUD OUEST DE MEAUX DEVIATION SUD OUEST DE MEAUX PREVENTION DU RISQUE D EFFONDREMENT: STABILISATION D UNE PLATE- FORME ROUTIERE CONSTRUITE SUR DES CARRIERES SOUTERRAINES A L AIDE DE GEOSYNTHETIQUES Alain HIRSCHAUER LREP Jean-

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

Energie et construction

Energie et construction Energie et construction Cycle technique 2014 Formations supportées par la Wallonie Benoît Michaux ir. Chef-Adjoint de la division Enveloppe du bâtiment et Menuiserie Les panneaux photovoltaïques en toiture

Plus en détail

L élève doit avoir une connaissance pratique de la force normale, du poids, des schémas d équilibre et de l analyse graphique.

L élève doit avoir une connaissance pratique de la force normale, du poids, des schémas d équilibre et de l analyse graphique. Leçon Frottement L applet Frottement simule le mouvement d une pile de livres tirée sur une surface rugueuse par un dynamomètre de traction. Préalables L élève doit avoir une connaissance pratique de la

Plus en détail

CHAPITRE XV : Fondations profondes

CHAPITRE XV : Fondations profondes CHAPITRE XV : Fondations profondes 1 DÉFINITIONS D UN PIEU...3 2 PRINCIPAUX TYPES DE PIEUX...4 2.1 PRINCIPES D EXÉCUTION DES PRINCIPAUX TYPES DE PIEUX... 4 2.1.1 Pieux battus...4 2.1.2 Pieux forés...4

Plus en détail

COMPARAISON APPUI À POT - APPUI SPHÉRIQUE

COMPARAISON APPUI À POT - APPUI SPHÉRIQUE COMPARAISON APPUI À POT - APPUI SPHÉRIQUE 02 [www.emergo.be ] 03 APPUI À POT Un appui à pot se constitue d un cylindre en acier ( le pot ),rempli d un coussin en élastomère non-fretté, dans lequel s emboite

Plus en détail

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Consolidation des argiles CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Plan Introduction Argiles Phénomène de consolidation Essais de consolidation Equation de la consolidation Degré de consolidation et facteur

Plus en détail

Problèmes sur le chapitre 5

Problèmes sur le chapitre 5 Problèmes sur le chapitre 5 (Version du 13 janvier 2015 (10h38)) 501 Le calcul des réactions d appui dans les problèmes schématisés ci-dessous est-il possible par les équations de la statique Si oui, écrire

Plus en détail

Appel à projet C2D2 2009 Période 2010-2013 Coordinateur LCPC-IFSTTAR

Appel à projet C2D2 2009 Période 2010-2013 Coordinateur LCPC-IFSTTAR Projet PieuxBois Appel à projet C2D2 2009 Période 2010-2013 Coordinateur LCPC-IFSTTAR Transparent-1 Groupement de 5 partenaires Coordinateur du projet Scierie CANONICA CARTIGNIES ARCHITECTES BatiPlus Contrôle

Plus en détail

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007.

RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS. On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. RELEVE D ETAT DU PONT DES GRANDS-CRÊTS On a procédé une auscultation visuelle entre le 23 et le 29 mars 2007. Pour mieux comprendre les résultats ici une petit plan où il y a signalées les différentes

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Qualification métrologique des nouveaux bancs de référence de couple de 5 N metde50n m du LNE

Qualification métrologique des nouveaux bancs de référence de couple de 5 N metde50n m du LNE DOI: 10.1051/rfm/2014007 Qualification métrologique des nouveaux bancs de référence de couple de 5 N metde50n m du LNE Metrological qualification of the new 5 N m and50n m torque standard machines of LNE

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L - 72 FOURNITURE DE SEMELLES ELASTIQUES POUR LA FIXATION DE VOIE "TYPE BOTZELAER" EDITION: 04/2001 Index 1. INTRODUCTION... 3 1.1. DOMAINE

Plus en détail

II - 3 Les poutres. Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 12 octobre 2010. Définition d une poutre Aspects géométriques

II - 3 Les poutres. Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 12 octobre 2010. Définition d une poutre Aspects géométriques II - 3 Philippe.Bouillard@ulb.ac.be version 12 octobre 21 Définition d une poutre Aspects géométriques Aperçu Forces internes + conventions de signe = sollicitations Principaux cas de sollicitation [Frey,

Plus en détail

A- GENERALITES p.3. B- PROPRIETES DES BLOCS / PANNEAUX NIDAPLAST RA ET NIDASTYRENE RA p.3. I- NIDAPLAST RA p.3 II- NIDASTYRENE RA p.

A- GENERALITES p.3. B- PROPRIETES DES BLOCS / PANNEAUX NIDAPLAST RA ET NIDASTYRENE RA p.3. I- NIDAPLAST RA p.3 II- NIDASTYRENE RA p. 1 A- GENERALITES p.3 B- PROPRIETES DES BLOCS / PANNEAUX NIDAPLAST RA ET NIDASTYRENE RA p.3 I- NIDAPLAST RA p.3 II- NIDASTYRENE RA p.4 C- DIMINUTION DES EFFORTS APPORTES PAR UN REMBLAI ALLEGE p.4 I- EFFORT

Plus en détail

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Gilbert LE BRAS (IUT de st nazaire, Dépt. Génie Civil) Alain ALEXIS (GeM) 1/42 Introduction Domaine

Plus en détail

Guide d installation Interlock. Lignes directrices générales. Utiliser 6 fixations par tapis, sauf en cas d indication contraire

Guide d installation Interlock. Lignes directrices générales. Utiliser 6 fixations par tapis, sauf en cas d indication contraire I nst al l at i on L as ol ut i onver t epourl ec onf or tdesvac hes Gui de d i nst al l at i on Guide d installation Interlock Lignes directrices générales Utiliser 6 fixations par tapis, sauf en cas

Plus en détail

Chapitre 11. Infrastructures et fondations des bâtiments.

Chapitre 11. Infrastructures et fondations des bâtiments. 11.1 Chapitre 11. Infrastructures et fondations des bâtiments. 11.1. L interaction sol structure et son influence sur les sollicitations. Les spectres de réponse définis au Chapitre 3 tiennent compte des

Plus en détail

RECOMMANDATIONS SUR LA CONSISTANCE DES INVESTIGATIONS GEOTECHNIQUES POUR LA CONSTRUCTION DE BATIMENTS

RECOMMANDATIONS SUR LA CONSISTANCE DES INVESTIGATIONS GEOTECHNIQUES POUR LA CONSTRUCTION DE BATIMENTS Union yndicale Géotechnique ECOMMANDATION U LA CONITANCE DE INVETIGATION GEOTECHNIQUE POU LA CONTUCTION DE BATIMENT Version du 02-10-07 Page 1 sur 23 OMMAIE PATIE I -GENEALITE 1-1 PÉENTATION DE ECOMMANDATION...

Plus en détail

DIMENSIONNEMENT DE FONDATIONS MIXTES SUR PIEUX BATTUS POUR UNE CENTRALE ELECTRIQUE A GAZ EN TUNISIE

DIMENSIONNEMENT DE FONDATIONS MIXTES SUR PIEUX BATTUS POUR UNE CENTRALE ELECTRIQUE A GAZ EN TUNISIE TERRASOL Rhône Alpes c/o Setec Immeuble l Orient 10 place charles Béraudier 69428 Lyon Cedex 3 France Tél. : +33 4 27 85 49 35 Fax : +33 4 27 85 49 36 Mèl : lyon@terrasol.com Site internet : www.terrasol.com

Plus en détail

Les mesures à l'inclinomètre

Les mesures à l'inclinomètre NOTES TECHNIQUES Les mesures à l'inclinomètre Gérard BIGOT Secrétaire de la commission de Normalisation sols : reconnaissance et essais (CNSRE) Laboratoire régional des Ponts et Chaussées de l'est parisien

Plus en détail