Menu. Edito 3. La genèse d un film 4. L étrange histoire de Benjamin Button (critique) 7. Satanik 10. Cocoon 11. Nouvelle Cuisine 13.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Menu. Edito 3. La genèse d un film 4. L étrange histoire de Benjamin Button (critique) 7. Satanik 10. Cocoon 11. Nouvelle Cuisine 13."

Transcription

1

2 Menu Edito 3 La genèse d un film 4 L étrange histoire de Benjamin Button (critique) 7 Propositions films pour redevenir jeune : Satanik 10 Cocoon 11 Nouvelle Cuisine 13 The Fountain 15 L homme sans âge 17

3 Damien, redac chef Cinemafantastique.net Tout aussi prisée que l immortalité, la cure de jouvence anime les pensées des vieillards décrépits depuis des temps immémoriaux. Incapable de trouver la source de ladite fontaine, sise selon les textes bibliques au pied de l arbre de la connaissance qui, au vu de l abrutissement congénital des hominidés, a dû être abattu par un bûcheron inconscient, l homme a fabriqué depuis à l aide de ses petites menottes de nombreux artefacts de ce rajeunissement perpétuel. Enfin, avide de jeunesse éternelle, a-t-il surtout tenté de mettre un coup de pied au train du vieillissement en proposant à la bonne dame, la la bonne dame, la seule apparemment touchée par ce raz-de-marée temporel, des crèmes anti-rides et des baumes anti-âge qui coûtent la peau des fesses et ne déride que les gestionnaires des laboratoires Yves Rocher. Car, comme disait Simone Signoret dans un grand élan de clairvoyance : «Les hommes mûrissent, les femmes vieillissent», soulignant par-là même l extraordinaire désintérêt du prototype mâle pour la dégradation peu flatteuse que le temps imprime à son profil sculptural tandis que, très justement, La Rochefoucauld affirmait que «L enfer des femmes, c est la vieillesse». De son côté, l abbé Soury, sournois comme pas deux, met du beurre dans ses épinards en compilant une dizaine de plantes et en les insérant au sein d une seule et même gélule, censée retarder le flétrissement cutané. Hamamélis, condurango et calamus, plantes médicinales aux vertus improbables dont le seul intitulé, cher aux latinistes et autres pharmacologues, permet de légitimer le potentiel effet rétrovieillissant sur la peau fanée de ces bonnes dames devenues sourdes aux suppliques de Ronsard qui dissimulait sous ces précautions poétiques sa virulente envie de culbuter leur mont de Vénus Mais ne nous égarons pas du sujet et revenons à nos moutons! Au moment même où le dénommé Benjamin Button se refait une sacrée santé outre-atlantique, il était temps pour nous de refaire un petit bilan, assez succinct il est vrai, sur le thème en question en consultant le panorama des œuvres cinématographiques fantastiques et en effeuillant un à un les anthologies pour retrouver la trace des peu nombreuses œuvres qui abordent ce problème fondamental. Du Cocoon de Ron Howard à L homme sans âge de Coppola en passant par le Nouvelle Cuisine du coréen Fruit Chan, nous vous avons concocté une petite sélection des métrages phares traitant de l impossible rajeunissement, vous fournissant l occasion de prendre quelques notes concernant les recettes miracles (se baigner dans une piscine remplie d immenses cocons, un petit régime à base de fœtus humains). Et surtout, surtout, profitant de l actualité toute fraîche, nous nous sommes plongés sur l étrange cas de Benjamin Button afin de vous donner un sérieux avant-goût du nouveau masterpiece de David Fincher que nous avons eu la chance de voir en avant-première. Après tant de considérations philosophiques, me reste à vous souhaiter une agréable lecture. Et à vous asséner une dernière citation, largement plus positive que les réflexions précédentes, à ressortir en temps utile que l on doit indubitablement à quelqu un qui avait oublié d être con : «On peut dire tout ce qu'on voudra sur la vieillesse. Ca vaut mieux que d'être mort.»

4 La genèse d un film "Curieux destin que le mien..." Ainsi commence l'étrange histoire de Benjamin Button, cet homme qui naquit à 80 ans et vécut sa vie à l'envers, sans pouvoir arrêter le cours du temps. L'histoire de Benjamin Button narre ses rencontres et ses découvertes, ses amours, ses joies et ses drames, de 1918 à nos jours. Pari fou de la Paramount, L étrange histoire de Benjamin Button, adapté d une nouvelle de F. Scott Fitzgerald, s apprête à déferler dans nos contrées, sa sortie en salles étant prévue le 4 février prochain. Véritable raz de marée aux Etats-Unis, où le film est sorti pour la Noël, le film collectionne les éloges et les billets verts avec plus de 76 millions de dollars d entrées (chiffres arrêtés le 2 janvier, soit une semaine après sa sortie) lui assurant une troisième place au box-office. Le métrage de David Fincher est, en plus d être rentable, encensé de toutes parts et compte déjà nombre de sélections à des concours de renom, dont notamment 5 aux Golden Globes. Succès annoncé, L étrange histoire de Benjamin Button pourrait de surcroît marquer l histoire du cinéma d une empreinte indélébile, due au génie d un metteur en scène hors du commun et de la combinaison d un casting cinq étoiles. Brad Pitt (Benjamin Button), grand habitué des productions fincheriennes, donne en effet la réplique à des actrices à tenir en haute estime, telles que Julia Ormond (Caroline), Cate Blanchett (Daisy) ou encore Tilda Swinton (Elizabeth Abbott). Néanmoins, c est l acteur fétiche de Fincher qui en a vu de toutes les couleurs. Sans cesse maquillé, Brad Pitt fut de toutes les scènes grâce à certains procédés numériques. En effet, que Benjamin Button ait 80 ou 18 ans, l acteur lui a prêté ses traits à force de maquillage et de rajeunissement (ou vieillissement) numérique. Le problème de taille fut réglé par l emploi du corps d acteurs plus petits selon les tranches d âge de la vie du héros et le visage de Brad Pitt y fut accolé à grands renforts de traitements visuels. Les logiciel Contour, nouveau système capable de capturer le moindre mouvement, et An Emotion, qui permet de créer de véritables acteurs synthétiques, furent dès lors mis à rude épreuve, prouvant par la même occasion les progrès technologiques impressionnants enregistrés ces dernières années. Ainsi, un film comme L étrange histoire de Benjamin Button aurait été tout simplement impensable voici encore 10 ans, la production devant alors embaucher des acteurs de différentes tranches d âge pour incarner le même personnage. Néanmoins, si la technologie est venue en aide à Fincher, celuici admet que «Diriger des acteurs dont les visages ne sont pas ceux que les spectateurs découvriront, c est un véritable challenge. C est la chose la plus étrange que j ai faite pour un film. Il faut puiser dans son imagination pour tirer des performances correctes d un corps sans tête. Et lorsque vous découvrirez, dans les bonus du DVD, toutes les difficultés qu a dû surmonter Brad Pitt pour incarner Benjamin Button, vous comprendrez qu il a mérité le moindre centime de son cachet! 4

5 Mais je reste persuadé que nous avons utilisé la meilleure technique» Et avec un budget de 150 millions de dollars, David Fincher avait de quoi se permettre les folies qui font de L étrange histoire de Benjamin Button, l une des œuvres les plus pharaoniques de l histoire. Après avoir choisi la Nouvelle-Orléans comme cadre principal de son film au détriment de Baltimore, jugée moins chaleureuse, et après avoir réuni son casting de choc, le cinéaste pris le temps de bien faire les choses. Six mois de tournage furent nécessaires à la réalisation de l œuvre, jouissant par ailleurs d une esthétique de rêve. Véritable voyage à travers le siècle dernier, le film a fait l objet d une minutie hors du commun concernant ses décors. «C est un véritable film d époque», déclare Claudio Miranda, directeur de la photographie, «L histoire se déroule de 1918 à ce nouveau millénaire. Nous avons donc beaucoup travaillé sur le look des différentes années.» C est épaulé par le directeur artistique Donald Burt que David Fincher a choisi ses extérieurs (dont certains ont été retouchés), allant même jusqu à réquisitionner le vieux centre de Montréal pendant une semaine afin de reconstituer les rues du Paris et du Moscou des 40 s. Après un tournage épique, le film entra en post-production, occasion pour Fincher de peaufiner certaines scènes et, surtout, de les mettre en musique. Pour ce faire, le compositeur Alexandre Desplat (Syriana, Largo Winch, Nid de guêpes) fut engagé pour livrer un score qui, depuis la sortie du film, fut encensé de tous sens. Déjà nominé pour le Golden Globe de la meilleure bande originale, L étrange histoire de Benjamin Button marque donc des points tant sur le fond que sur la forme, chaque détail qu il soit visuel ou sonore ayant fait l objet d une attention minutieuse. Le caractère pointilleux de ce véritable travail de sape n a d égal que la noblesse de la nouvelle originale dont le film est tiré. En effet, l idée de départ de L étrange Histoire de Benjamin Button provient d une oeuvre de Francis Scott Fitzgerald publiée pour la première fois dans le Collier s Weekly du 27 mai 1922! Charmée, la Paramount en acquis directement les droits avant de mettre le projet en sommeil durant presque 60 ans. Dans l œuvre originale, l histoire débute en 1860 par la naissance de Benjamin Button, nourrisson mais déjà vieillard de 70 ans. Dès ses premières heures de vie, il est déjà doué de parole et, petit à petit, il rajeunit, suivant ainsi le sens inverse d une évolution normale. Dès lors, certaines portes lui sont fermées : il ne peut suivre d études car aucun directeur d université ne veut croire qu il est adolescent. Sa forme physique s améliorant petit à petit, Benjamin Button peut alors profiter des joies de la vie, parcourant le monde et les époques. Si la première partie de l œuvre de Fitzgerald se voulait essentiellement drôle, la seconde était avant tout mélancolique. Sans trop en dévoiler, le scénariste Eric Roth (The Postman, Munich) admet s être simplement inspiré de l œuvre originale tout en y apportant un traitement différent. Il ajoute d ailleurs que son «scénario est également différent des précédentes versions du script J ai pris la liberté d adapter le livre à ma façon. Je n ai pas lu les anciens scénarii. Je n ai conservé que les noms des principaux personnages et le cœur de l histoire, celle d un homme qui rajeunit. A part cela, j ai tout inventé de la première à la dernière page.» Les scénarii de Robin Swicord, écrit en 1998, de Jim Taylor, dans la foulée, et de Charlie aufman sont donc tous passés à la trappe au profit de celui de Roth. 5

6 Cette recherche de la qualité se traduit aussi dans la longue gestation d un projet tout d abord initié en 1994 et confié entre les mains de nombreux scénaristes et metteurs en scène. La volonté de bien faire de la Paramount l a initialement menée vers Ron Howard et ensuite vers Spike Jonze avant que la firme ne se tourne vers Gary Pleasantville Ross. Ce n est que lorsque Fincher arrive dans la société de prod avec son fameux Zodiac que la Paramount se rend compte qu elle a à portée de main l un des plus grands réalisateurs de notre époque, le seul sans doute de donner le lustre nécessaire à un projet si colossal. De l aveu même de ce cinéaste de génie, L étrange histoire de Benjamin Button est plus qu une nouvelle œuvre classifiable, tant le film déjoue tous les codes du genre. «C est le film le plus romantique que j aie jamais réalisé. Mais il est également très sombre. Nous abordons la mort d une manière peu conventionnelle Il est bien difficile de dire quel est le ton du film. Romantique? Mélancolique? Cela fait désormais quatre ans que nous travaillons sur ce film, et je ne sais toujours pas quoi répondre.» Si le mystère plane encore quant à la nature exacte du film, la certitude de découvrir un chef-d œuvre est acquise. L Amérique ne s y est pas trompée et la vague colossale engendrée par L étrange histoire de Benjamin Button s apprête à frapper de plein fouet les contrées européennes. Fincher est de la race des tout grands et le prouvera une fois de plus le 4 février. 6

7 L étrange histoire de Benjamin Button «Curieux destin que le mien...» nous confie dès le début du film Benjamin Button, enfant né vieux et abandonné par un père fou de chagrin après la disparition de son épouse morte en couche. Reccueilli par Queenie une responsable d'un home pour personnes âgées, Benjamin survit à l'inexplicable, mieux il semble rajeunir... L'enfant grandit alors dans un univers où il passe physiquement inaperçu, celui du troisième âge fait de lenteur, d'un quotidien qui tourne désormais autour des petites choses de la vie, de souvenirs et d'anecdotes. Mais Benjamin a le coeur d'un gosse et il s'éprend pour la belle Daisy, petite-fille d'une locataire de la pension, une idylle impossible d'une fatalité implacable qui n'aura pas raison de leur amour au-delà du temps et de l'inexorable. L'enfant-vieux va voyager à travers les océans et les continents, s'affirmer en tant qu'homme et assouvir sa curiosité du monde avec au bout une épopée guerrière vécue malgré lui. Il rentre enfin. Il a rajeuni, elle a vieilli et vont vivre enfin ce qui s'apparente à un chassé-croisé temporel aussi beau qu'éphémère. Auteur de la nouvelle éponyme, Francis Scott Fitzgerald s'inspira de ce que Mark Twain disait: «la vie serait bien plus heureuse si nous naissions à 80 ans et nous approchions graduellement de nos 18 ans». Et bien pas si sûr semble nous dire David Fincher dans cette fable fantastique adaptée donc à l'écran après plusieurs années de préparation et d'hésitations. Cette fabuleuse histoire d'un amour passionnel et atypique victime de la marche inéluctable du temps, dans un sens comme dans l'autre, ainsi que ses ravages dans le coeur comme dans la peau ne viendra justement pas corroborer la pensée de Twain.

8 Pour retravailler et adapter au mieux l'histoire, le producteur Frank Marshall fit appel à Eric Roth déjà auteur de scénarios épiques et historiques comme Forrest Gump ou encore The Postman, des oeuvres qui font la part belle au romantisme suranné et décalé mais aussi aux témoignages du passé américain comme toile de fonds du film. Dès lors, quoi de plus normal de retrouver ici les mêmes ingrédients à travers cette fable surréaliste en emmenant le spectateur dans un voyage didactique, visuel voire presque olfactif qui le fera passer des années 20 à nos jours via des décors et des garde-robes à chaque fois réadaptés. Très dans l'air du temps, cette fable très policée se veut toujours positive et évite volontairement et avec pudeur toute image de discrimination à l'instar de Benjamin, merveilleusement élevé dans une famille de noirs en pleine Louisiane pourtant très ségrégationniste dans les années d'aprèsguerre. Car Fincher ne souhaite pas s'écarter de son sujet et préfère nous livrer des scènes de toute beauté qui subliment l'amour de ces deux êtres grâce à une photographie tout simplement merveilleuse et inspirée qui fera fondre le coeur des plus endurcis. Cependant, pour ceux qui s'attendent à un film «labellisé» David Fincher en seront pour leurs frais. Très conventionnelle, l'oeuvre aurait pu tout aussi bien être réalisée par Zemeckis lui-même, adepte du film romanesque 100 % américain fidèle aux clichés visuels de cette Amérique qui fait rêver version Life Magazine. Oubliés donc la virtuosité graphique et l'ingéniosité des plans du génial réalisateur de Se7en puisque l'essentiel des effets spéciaux se focalisent plutôt sur le personnage totalement informatisé du Benjamin vu au début du film et véritable prouesse technologique qui en bluffera plus d'un, tout comme d'ailleurs ces CGI également exploités pour certaines scènes macro et paysagères tout aussi réussies pour l'essentiel. Restent alors des acteurs au summum de leur maturité. La diaphane Cate Blanchett réincarne la beauté fatale des actrices d'avant-guerre et interprète à merveille une Daisy émouvante qui tantôt jeune rebelle engagée dans le tourbillon culturel des années rock, tantôt quadragénaire assagie et meurtrie dans sa chair portant un regard plus sage sur la vie, n'aura d'yeux que pour son bel amant. 8

9 Brat Pitt retrouve un rôle digne de son talent mais aussi du charisme qu'il dégage. Dans le film, sa beauté évidente et insolente réapparaissent au fil des années au fur et à mesure que les rides s'estompent, douloureux fardeau que doit endurer Daisy qui de son côté vieillit inexorablement. Une intolérable fatalité pour ces deux amoureux qui se croisent dans la vie comme deux passagers dans des trains différents et qui se regardent s'éloigner. Terminé les tics de jeune chien fou, Pitt assure dans son rôle et dégage dans le film une aura d'icône américaine (tantôt un peu James Dean, tantôt un peu Brando). Inévitablement, on pense une nouvelle fois à ce charme d'éternel adolescent de Robert Redford époque Gatsby le Magnifique adapté d'un certain... Francis Scott Fitzgerald. Un casting de premier choix donc qui ne laisse pas en reste une galerie impressionnante de seconds rôles. L'incroyable histoire de Benjamin Button est un film (trop?) long et ultra classique qui devrait ravir toutes les générations de spectateurs, de l'ado fleur bleue à la mamy plongée dans ses souvenirs en passant par les jeunes parents conscients des choix cruciaux de leur existence et celle de leur progéniture. Une fable délicieusement folle, plongée dans une formidable reconstitution de l'histoire des Etats-Unis au 0ème siècle, sans surprise pour les cinéphiles (espérons néanmoins le retour du David Fincher engagé) mais qui devrait à coup sûr émouvoir son public grâce en partie à ce couple désormais sacralisé comme un des plus beaux du cinéma des années 000. La sortie romanesque la plus intéressante de ces dernières années... 9

10 Satanik (1968) Film de Pieri Vivarelli avec Magda Konopka, Julio Pena, Umberto Raho, Luigi Montini. Le Docteur Marnie Bannister est une femme vieillissante et repoussante en raison d un visage défiguré. Apprenant qu'un scientifique vivant à Madrid a mis au point une formule capable de régénérer les cellules, elle se rend sur place. Suite au refus du médecin de la soigner à cause de la dangerosité du produit, elle tue celui-ci et absorbe la liqueur miracle. A son réveil, le docteur Bannister est une superbe jeune femme assoiffée de revanche sur le monde et qui compte bien désormais en profiter. Elle est désormais Satanik Inspiré d un roman-photos italien publié entre 64 et 74 dans la lignée des célèbres fumetti qui peuplèrent les kiosques de la péninsule, Satanik est adapté au cinéma dans une co-production italo-espagnole en 1968 par Piero Vivarelli. Dès le début on le remarque, le film sera essentiellement axé autour du mannequin Magda Konopka, véritable beauté polonaise, cover du mois de Mai 1970 pour le magazine Penthouse, spécialiste des films érotiques et liaison passagère du grand Sean Connery en son temps. Sans doute un plaisir sadique du maquilleur pour tenter d enlaidir la belle, mais tentative seulement puisque complètement manquée au vu du résultat hilarant. D une naïveté sidérante, le film cumule les nombreuses tares techniques et scénaristiques, quand ce ne sont pas les acteurs qui nagent dans la semoule. Seul le popotin de la charmante polonaise parvient à empêcher le spectateur de sombrer dans l ennui le plus abyssal et ça le réal l a bien compris en cadrant astucieusement les atouts de l actrice et en lui offrant une scène de striptease prometteuse mais qui en laissera plus d un sur la faim en raison d un final trop prude, tout comme le reste du film d ailleurs Minijupe au vent, changée à chaque changement de scène (merci aux stylistes!), Satanik ne supporte pas que l on découvre son secret et malheur à celui qui découvrirait celui-ci, le coup de pelle n est jamais loin. Le film est de 68 et en plus de son côté délicieusement kitsch (sixties oblige!) accorder ainsi le rôle principal au dessein vengeur à une femme libérée est déjà en soit une révolution, preuve que l Europe ressent les soubresauts des manifs parisiennes de l époque. Mais les jolies courbes de l actrice ne suffisent donc pas à bailler devant les interminables scènes de papotes policières et la mise en scène ridicule de Vivarelli dont le summum est réservé pour la fin dans une dernière scène qui en fera écrouler plus d un. Mais Dieu que Magda est jolie!

11 Cocoon Film Ron Howard, 1985, avec John Ameche, Wilford Brimley, Hume Cronyn, Brian Dennehy, Jack Gilford. Trois ans seulement après le ET de Steven Spielberg qui avait déjà réussi à réconcilier l humanité avec les petits hommes verts en leur attribuant de bien pacifiques desseins avec Rencontres du troisième type (1977), Ron Howard fournit sa propre version des aliens altruistes en effectuant un glissement tout aussi démagogique, remplaçant pour ce faire la figure enfantine par une bande de vieillards en phase terminale. Acteur devenu célèbre pour son incarnation récurrente de Richie Cunningham dans la série eighties Happy days, Howard devient un réalisateur prolifique dès le début des années 80 où il enchaîne les apparitions télévisuelles et produit ses propres œuvres simultanément. La révélation aboutit en 1984 avec sa comédie familiale Splash qui conte les amourettes empoisonnées et passionnées de Tom Hanks et d une sirène (mi-femme mi-thon comme dit l adage). Le succès immédiat propulse Howard sur le projet de Cocoon, relecture du pacifisme extragalactique entériné par Spielberg et ses suiveurs dans une décennie éminemment intéressée par ces confrontations improbables. Le thème a d ailleurs déjà été bien mollement effleuré par Spielby quelques années auparavant lors de son immodeste contribution au métrage La Quatrième dimension aux côtés de Landis, Dante et Miller. Basée sur une histoire signée Richard Matheson, Kick the Can dépeignait une kyrielle de morituri désireux de retrouver la jeunesse qui s adonnent à de bien curieux jeux, sous l œil averti d un Scatman Crothers émerveillé, dans le parc jouxtant leur maison de retraite, des amusements qui leur permettent de retomber provisoirement en enfance. Un segment d une superficialité sans borne qui sombre rapidement dans une caractérisation dichotomique inintéressante, partageant le troisième âge en deux camps bien distincts, les éternels enthousiastes et les râleurs de premier ordre. Pas beaucoup plus maligne, l œuvre de Ron Howard reprend un schéma quasi identique en l étirant sur un format plus long. Soit une résidence de repos se transformant rapidement en mouroir (solitude et maladies frappent presque tous les pensionnaires) sise non loin d une demeure abandonnée où se trouve une somptueuse piscine remplie de gigantesques cocons. Le courage en bandoulière, une bande de vieillards brave le danger et se plonge complètement dans cette immense vasque, quitte à se taper l un ou l autre crawl au milieu des oeufs extraterrestres. S ensuit non pas un rajeunissement des plus effarants mais plutôt une amélioration de la santé des compères qui peuvent désormais se targuer d en tenir une aussi dure qu un Rocco en méforme et qui donneraient une sérieuse raclée sur un cent mètres à une troupe d asthmatiques enrhumés. Si le ton n est résolument pas à la gaudriole (le sujet est bien trop sérieux!), force est de constater que le cinéaste, reposant sur le scénar quelque peu convenu tissé par ses acolytes, compile les situations amusantes et ampute du même coup toute possibilité son œuvre de tout discours ontologique pour lui préférer les allusions poussives et faciles telles que le drap qui se soulève sous l effet de la trique d un vieillard tandis qu un autre met le feu à la dancefloor en y effectuant une démonstration de breakdance. Tout juste reste-t-il en filigrane un tableau touchant, celui de ce couple qui s entredéchire et tente en vain de reconstruire l empire de tendresse qu ils s étaient fabriqués jadis. 11

12 Fort de son cast vieillissant qui donne une leçon de vista aux jeunes générations qui les côtoient au sein de l œuvre (Don Ameche, Wilford Brimley, Hume Cronyn, Jessica Tandy et Maureen Stapleton sont impeccables), Cocoon n en reste pas moins une œuvre distrayante à défaut d être émouvante ou amusante Tantôt foncièrement démagogue, tantôt profondément légère, l intrigue fait montre d une surabondance de lieux communs que le cinéaste ne parvient jamais à exploiter pleinement Une cure de jouvence qui use, un comble 12

13 Nouvelle cuisine Film de Nouvelle Fruit Chan, 2004, avec Pauline Lau, Tony Leung Ka Fai, Bai Ling, Meme Tian. D abord segment en 2005 dans le tryptique «3 Extrêmes», Nouvelle cuisine, après remodelage, sort sur les écrans français dans sa version longue en Reprenant le mythe de la fontaine de Jouvence, le réalisateur chinois Fruit Chan prend à rebrousse poil l histoire ancestrale pour en faire un conte moderne, une parabole sociétale. Ching Lee, une ancienne star d une quarantaine d années (Miriam Yeung, actrice chinoise habituée des comédies change drastiquement de registre) se sent délaissé par son mari adultérin. Elle est persuadée que le vieillissement est la cause de ses déboires. La chirurgie esthétique ne semblant plus suffire à donner le change, elle rencontre sur des conseils avisés, une étrange jeune femme, Mei (la sublime Bai Ling), qui lui propose en échange d une somme considérable la source de la jeunesse éternelle. La sophistication culinaire asiatique étant ce qu elle est (Wong Kar Wai avait déjà beaucoup œuvré pour allécher le chaland dans In the mood for love) la recette de jouvence se présente sous la forme de jiaozi, raviolis vapeur à la chair rose et translucide, dont Mei détient le secret de fabrication. Malgré une aversion visible et circonspecte, Ching, n ayant rien à perdre, goûte l étonnante cuisine. Résultats spectaculaires, au-delà de ses espérances. Elle devient une cliente assidue de Mei, jusqu au jour où la composition des raviolis lui est révélée. La farce des raviolis est à base de fœtus humains, récupérés dans des centres d avortements. Interdit aux moins de 18 ans (peu de scènes sont véritablement violentes à l image mais elles remuent en revanche des tabous), lors de sa sortie en Asie, Nouvelle Cuisine attaque la société sur deux fronts. Le culte parfois amoral et sans limite du jeunisme et l efficacité de la politique de natalité chinoise qui pourrait «nourrir» un marché noir abject. Dans le monde occidental ou oriental, la jeunesse est un fantasme internationalisé, mondialisé. Propagée par des myriades de unes de magazines féminins, la norme d un visage de marbre, où toute trace du temps a disparu fait école et déchaîne les excès les plus démentiels. Fruit Chan, en adaptant la nouvelle de Lilian Lee, confronte les femmes, leur soumission aux dogmes de la mode, aux extrémités qu elles doivent braver pour atteindre cette chimère qu est, depuis la nuit des temps, la jeunesse éternelle. Quelles sont les limites de cette quête? Certains tabous doivent-ils être transgressés pour boire à la fontaine de Jouvence? Digression culinaire, ce n est plus l eau, symbole de vie, qui incarne le précieux nectar, mais une nourriture délicate, épurée, et pourtant mortifère. Car le paradoxe relevé par Chan est jouissif, pour rester éternellement jeune (métaphore de l immortalité) il faudrait s adonner à une anthropophagie, qui plus est infantile. 13

14 Deux tabous renversés à la fois. Après avoir institutionnalisé l ingestion du corps christique à travers l hostie pour ne faire qu un avec Dieu et donc atteindre la vie éternelle par une forme poétique de cannibalisme, nos sociétés dégagées du sacré, s en prennent donc à un autre symbole immensément puissant, l enfant, son innocence, sa jeunesse et hypothétiquement ses vertus régénératrices. Nouvelle Cuisine devient âpre et dérangeant, lorsque Ching comprend l efficacité des fœtus sur ses attraits physiques. Elle pratique alors sur elle-même un avortement scène ultime du film dans un bain, où tenant une tige d acier qu elle s enfonce dans le corps, elle laisse s écouler une vague de sang qu elle lèche diaboliquement d une langue monstrueuse, les yeux plantés dans ceux du spectateur. Le triptyque «extrémiste» ne vole définitivement pas son titre. Autre tabou évoqué, et pas des moindres, celui de l avortement. Dans une Chine à la politique de l enfant unique, l interruption de grossesse fait recette. Mais comment rentabiliser cette matière première dans un monde où tout doit être recyclé, vendu? Fruit Chan, cynique, trouve ainsi une utilité profondément dénuée d éthique, en imaginant que cette chair destinée aux rebuts pourrait être réutilisée pour alimenter la frénésie jeuniste. Le corps d un fœtus est-il porteur d immortalité après le sang d une vierge, autre source de revitalisation mythologique? Là n est pas la question. Tant que des femmes s acharneront à ressembler à leur image figée dans un temps révolu, tous les procédés seront crédibles, même les plus improbables. Alors cette Nouvelle Cuisine est-elle indigeste moralement? Sans doute, et c est d ailleurs là que réside le sel de ce film. Il stigmatise les pulsions anciennes de la recherche de l immortalité, réactivées de façon exponentielle par notre monde où la trentaine semble être l âge limite à ne pas dépasser. La séduction de soi, pour soi, l auto fascination pour un jeunisme débridé, telles sont les dérives flippantes pointées par Nouvelle Cuisine. Alors vous reprendrez bien quelques raviolis?

15 The Fountain Film de Darren Aronofsky, 2006, avec Hugh Jackman, Rachel Weisz, Ellen Burstyn, Mark Margolis,. La fontaine de jouvence comme le Saint Graal sont des mythes qui auront traversés les âges et touchés à l universalité de par leur quête d absolu. Deux représentations physiques d un même idéal philosophique. Immortalité, jeunesse éternelle, recherche du sacré, espoir de toucher à l essence divine autant d objectifs recouvrant finalement une même quête mystique, un même voyage intérieur. De tout cela il est question dans The Fountain de Daren Aronofsky (Pi, Requiem for a Dream). Un film qui met en scène cette fontaine légendaire sous forme de l arbre de vie et dont les images, elles, déverseront un flot continu d émerveillements et de sensations apaisantes et fascinantes. Un film datant de 2006 mais trop peu connu et reconnu encore aujourd hui. Il est vrai qu à l époque, il n avait pas été épargné par une presse réfractaire à tout surgissement d émotions sans qu elles aient été intellectualisées au préalable. Un film absolument pas abscons pour qui s y laissera pénétrer et enivrer. The Fountain conte l'histoire d'amour du docteur Créo (Jackman) et de sa femme Izzy (Weisz) s'étendant sur plusieurs siècles, de la période de conquête espagnole des territoires Maya, en passant par le présent pour aboutir à un futur (?) indéterminé. La quête d'éternité d'un homme n'acceptant pas la mort comme une fin en soi. Une histoire d'amour ternie par le cancer dont est atteint Izzy et que ce bon docteur essaye de soigner coûte que coûte, au point de passer à côté de l'essentiel, l'amour justement. Un film réellement inespéré en 2006 tant les conditions de productions furent compliquées.. En effet, les nombreux écueils rencontrés par le réalisateur pour le montage financier de ce projet. Au départ, se sont Brad Pitt et Cate Blanchett qui devaient interpréter les rôles principaux. Des acteurs bankable qui offraient toutes les garanties au studio en charge de produire. Malheureusement, la défection successive des deux têtes d'affiche fit pérécliter l'entreprise, du moins pour un temps. Entre paranthèse, Brad lâcha quand même le navire parce que pas assez rémunéré à son goût et pour tourner le très respectable Troie de Wolfgang Petersen et surtout aller se compromettre avec sa femme dans M. et Ms Smith! C'est à force de motivation et mû par une véritable obsession pour cette histoire que Daren Aronofski persista. Avant la reprise en main du projet permise par la toute nouvelle renommée de Hugh Jackman (Wolverine, faut-il le rappeler?), le réalisateur s'était associé avec le dessinateur Kent Williams pour éditer une version dessinée de son scénario. Chose intéressante, cette adaptation en BD (ou graphic novel tant l'oeuvre, dans sa conception, est éloigné des traditionnels comics) est vraiment une version différente du film pourtant basé sur le même scénario. 15

16 Le film, lui, s'appuie sur trois périodes distinctes qui se mêlent de manière harmonieuse et envoûtante, de telle façon que les frontières entre les rêves, la réalité, les flash-backs et les souvenirs en viennent à se confondre pour livrer au final une histoire émouvante et universelle d'amour immortel. Attention, ce n est absolument pas un film gnangnan et larmoyant. De plus, il s appuie sur une réalisation véritablement prodigieuse où les plans à la précision géométrique sont parsemés de symboles métaphysiques qui ouvrent de nouveaux horizons au combat que mène le docteur/conquistador Créo. Quête initiatique, mais également quête psychique pour Créo dont les trois avatars correspondent à trois facettes de sa personnalité. Chacun se répondant d une séquence à l autre, créant des correspondances normalement impossibles (aussi bien physiquement que temporellement) mais permises par le montage (voir ces transitions poétiques comme le plan du bras de Izzy dans le présent qui est une amorce à l écorce de l arbre de vie au plan suivant). Une introspection qui débute lorsque Créo se décide à poursuivre la rédaction de l histoire commencée par Izzy, soit une manière de prolonger son souvenir et l inscrire pour toujours, sur papier ou sur sa propre peau. Si l'histoire du film est somme toute basique la réalisation est incroyable. Le soin apporté à la composition des plans et la narration renforcent le côté onirique et magique de l'oeuvre. En clair, c'est un véritable émerveillement visuel et émotionnel auquel nous avons droit. La mise en scène a beau être très travaillée, elle n'est pourtant pas boursouflée par trop de lyrisme ou de grandiloquence, le réalisateur reste humble et constamment à hauteur de ses personnages. Cela rappelle même par moment le Solaris de Tarkowski dans ses moments de contemplation et d'élévation spirituelle. Car plus qu'une histoire d'amour, on assiste au parcours initiatique du docteur Créo vers une plénitude et un apaisement atteint par sa femme. Dans sa recherche de l'arbre de vie (l'immortalité donc) il en a oublié l'essentiel, vivre tout simplement. Et à quoi bon passer l'éternité seul quand on peut rejoindre sa dulcinée de l'autre côté? Accepter sa fin terrestre inéluctable pour peut être renaître spirituellement. 16

17 L homme sans âge Film de Francis Ford Coppola, 2007, avec Tim Roth, Alexandra Maria Lara, Bruno Ganz. Il est loin le temps où Francis Ford Coppola cumulait les réussites cinématographiques (à défaut d'être toujours commerciales) année après année essentiellement durant la décennie eighties. Quelques films devenus de véritables gouffres financiers ont eu raison de ses ambitions et de sa mégalomanie notoire, l'obligeant à accepter des films de commande jugés mineurs en rapport au génie du réal mais nécessaires pour renflouer les caisses des grandes maisons de production qu'il faillit couler bel et bien par ses projets pharaoniques. Si Dracula en 1992 contribua grandement à résorber en partie ses soucis financiers, il préféra avec prudence se lancer alors dans la production avec beaucoup de réussite essentiellement pour mener à bien les oeuvres de sa fille Sofia avec les résultats que l'on connaît (Virgin Suicides notamment). Mais l'homme n'a pas abandonné pour autant sa passion première et en 2007 le réalisateur culte d'apocalypse Now et du Parrain veut se faire plaisir et se lance alors dans un projet modeste et personnel avec une adaptation d'une nouvelle de Mircea Eliade, ce philosophe et historien roumain au passé trouble (une période antisémite de sa vie resta longtemps comme une tache indélébile sur son CV) qui parlait couramment huit langues et fut considéré comme un des fondateurs de l'histoire moderne des religions. Autant dire que l'adaptation d'une de ses oeuvres s'apparenta d'emblée comme une véritable gageure pour le réalisateur new-yorkais. L'histoire raconte la vie du professeur Dominic Matei, spécialiste des langues anciennes et des religions (un portrait autobiographique en somme de la part de l'écrivain) qui fut frappé par la foudre à l'âge de septante ans. Terriblement brûlé et alors qu'il est jugé condamné par les médecins, étrangement l'homme survit et mieux... rajeunit! De nouvelles dents apparaissent et chasse les autres, ses cheveux repoussent et ses rides disparaissent. Dominic a maintenant retrouvé l'allure de ses quarante ans et connaît malgré lui la renommée à travers le monde. 17

18 Lui qui n'a eu d'autre but dans sa vie que de retrouver le langage humain d'origine (protolangage) au risque de perdre l'amour de sa vie, le voici désormais nanti d'une mémoire phénoménale qui lui permet de connaître toutes les langues anciennes et de lire un livre par simple imposition des mains. Dominic va braver la Roumanie nazie en se réfugiant en Suisse, pays où il redécouvre l'amour en la personne de Veronica, elle aussi frappée par la foudre et recevant le don de métempsychose. Ses crises mystiques lui permettent de se rapprocher de plus en plus vers la langue originelle mais aussi de sa propre mort. Au contraire de son amour, Veronica vieillit très vite, trop vite... Un amour impossible aussi passionnel que son Dracula mais qui sert de délicieux prétexte à une oeuvre décidément complexe en raison de son côté métaphysique et onirique que l'on retrouve dans de nombreuses scènes du film. Et notamment via un double surgit du subconscient de Dominic qui entretient des dialogues existentialistes avec notre héros tout le long du métrage. L'adaptation est donc difficile (comment pourrait-il en être autrement?) et laissera plus d'un spectateur dubitatif ou complètement largué disons-le. On peut comprendre l'intérêt de Coppola de présenter l'histoire d'un homme voué totalement à sa passion, ses recherches pour découvrir une ou des vérités originelles, nous plongeant ainsi dans le mystère de nos origines et de la notion du sacré cher au philosophe roumain. Malheureusement, le sujet est trop ambitieux, trop délicat que pour être transposé sur pellicule et le résultat s'apparente à un film brouillon, d'un classicisme sans surprise, qui jamais ne s'élève et ne se transcende suffisamment que pour toucher l'intérêt du spectateur. Il y a bien quelques escarmouches scénaristiques et une atmosphère envoûtante qui réussit quelques fois à réveiller l'intérêt mais seule la photographie somptueuse une nouvelle fois du maître américain et l'interprétation magistrale d'un Tim Roth tellement charismatique parviennent à entretenir l'illusion. Reste une love story émouvante, sobre mais passionnelle, au-delà du temps et de la réalité humaine qui nous surprend par sa beauté romanesque autant que photographique. 18

19 The end Dossier CinemaFantastique Mise en page et coordination : Gore Sliclez Chroniqueurs : The Creeper, Ursula Von Trash, Damien, Mae- Nak, Gore Sliclez.

IDENTIFIER UNE OEUVRE

IDENTIFIER UNE OEUVRE 1 IDENTIFIER UNE OEUVRE Pour présenter une œuvre, il faut d abord l identifier, c est-à-dire trouver les éléments qui permettront à d autres personnes de trouver l ouvrage dont il est question. Pour cela,

Plus en détail

Vincere, Italie 2009 1h59 - Couleur

Vincere, Italie 2009 1h59 - Couleur Rétrospective Le Secret Vincere, de Marco Bellochio Italie 2009 1h59 - Couleur Fiche pédagogique réalisée par Sébastien Farouelle Scénario : Marco Bellocchio, Daniela Ceselli Image : Daniele Ciprì Montage

Plus en détail

Cycle 2 GS à CE1 Dossier pédagogique 1 Préparer la séance + méthodologie de travail

Cycle 2 GS à CE1 Dossier pédagogique 1 Préparer la séance + méthodologie de travail Ernest et Célestine Benjamin Renner,Vincent Patar et Stéphane Aubier 2012 France, Belgique, Luxembourg, 76 minutes, dessin animé, couleur Cycle 2 GS à CE1 Dossier pédagogique 1 Préparer la séance + méthodologie

Plus en détail

La Communication Intuitive appliquée aux chiens: et si nous parlions vraiment ensemble?

La Communication Intuitive appliquée aux chiens: et si nous parlions vraiment ensemble? La Communication Intuitive appliquée aux chiens: et si nous parlions vraiment ensemble? par Pauline Lalangue - 5 février 2015 publié sur www.guide-du-chien.com En tant qu amis des animaux, nous cherchons

Plus en détail

Cheminement onirique

Cheminement onirique Cheminement onirique Notre projet était d'illustrer le cheminement du rêve ; la lettre à la manière de Diderot est adressée à Sophie Volland dans le but de lui raconter son songe artistique. Les photographies

Plus en détail

ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD

ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD DANS LE CADRE DU COURS AVM4000 GROUPE : 40 CRÉATION ET ENSEIGNEMENT DES ARTS

Plus en détail

Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER!

Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER! Il n y a pas de personne sur cette terre qui n ait été un jour percutée de plein fouet par cette phrase terrible : ARRÊTE DE RÊVER! Cette phrase est assassine parce qu elle tue le meilleur de nous-même

Plus en détail

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.com et Pony Production mise en scène : Stéphanie Marino Texte et Interprètation : Nicolas Devort Résumé Colin fait sa rentrée dans un nouveau collège. Pas

Plus en détail

Autour du cinéma pour former des spectateurs de plus en plus connaisseur

Autour du cinéma pour former des spectateurs de plus en plus connaisseur Autour du cinéma pour former des spectateurs de plus en plus connaisseur «À l heure où tout est prétexte à capturer les images et à les diffuser, il est important d offrir aux jeunes une éducation au regard.

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveau B1 Thème : adolescence : vie révée / vie réelle Après une mise en route sur les motivations qui poussent un jeune à quitter son

Plus en détail

COUP DE POKER COMPAGNIE. Un spectacle d une richesse foisonnante. Le Dauphiné Vaucluse. Drôle, émouvant. Les comédiens sont remarquables.

COUP DE POKER COMPAGNIE. Un spectacle d une richesse foisonnante. Le Dauphiné Vaucluse. Drôle, émouvant. Les comédiens sont remarquables. Un spectacle d une richesse foisonnante. Le Dauphiné Vaucluse Drôle, émouvant. Les comédiens sont remarquables. Avignews Une mise en scène délicieusement fantastique et pleine d invention. Les Trois Coups

Plus en détail

au s s i on t un e âm e

au s s i on t un e âm e Frère Marie-Angel Les canailles au s s i on t un e âm e Itinéraire spirituel d un enfant SDF éditions des Béatitudes Préface Je m appelle Angel. Mon second prénom chrétien est Gabriel et c est par ce dernier

Plus en détail

DEVOIR LETTRES ET ARTS CONTEMPORAINS

DEVOIR LETTRES ET ARTS CONTEMPORAINS SABRINA ZOUBIR (FB06801181) Assez bien, vous avez une approche personnelle du sujet et vous vous êtes plongée dans des recherches dont le devoir témoigne. On se perd cependant un peu dans les analyses

Plus en détail

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Des souhaits pour une vie des plus prospères et tous les voeux nécessaires pour des saisons extraordinaires! Meilleurs

Plus en détail

Illusion & Réalité dans KOR

Illusion & Réalité dans KOR Illusion & Réalité dans KOR (Caméra Photographie Pouvoir) 1- La photographie dans KOR : Je me suis toujours demandée quel était le sens de la photographie qui revient très souvent aussi bien dans la série

Plus en détail

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint

Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint Nous voici à ton 3 ème CLIC! Nous poursuivons notre découverte de l Esprit Saint 1 Esprit Saint, que fais-tu dans le cœur des personnes? 2 Le 3 ème CLIC nous a donné des indices en provenance de la Bible

Plus en détail

Méthodologie Histoire des arts Bande dessinée!!!

Méthodologie Histoire des arts Bande dessinée!!! Méthodologie Histoire des arts Bande dessinée!!! L exposé 1. - L auteur / biographie sélective : on ne veut pas toute sa vie (comme Wikipédia) mais les éléments essentiels. A-t-il toujours été auteur de

Plus en détail

M entends-tu? Qui me parle?

M entends-tu? Qui me parle? M entends-tu? Qui me parle? 3 :20 à 5 :56 M entends-tu? Qui me parle? A. La voix là : 4 :41 Procédé narratif consistant à faire commenter l'action d'un film par un narrateur, qui peut être ou non l'un

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme Florence Delorme Le Secret du Poids Éditions Delorme www.lesecretdupoids.com Florence Delorme, Éditions Delorme, Paris, 2012. "À toutes les filles, je vous dédie mon livre et ma méthode". 6 Introduction

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

MARIE-JO LAFONTAINE DANS LE CABINET DU BATONNIER DE BRUXELLES

MARIE-JO LAFONTAINE DANS LE CABINET DU BATONNIER DE BRUXELLES MARIE-JO LAFONTAINE DANS LE CABINET DU BATONNIER DE BRUXELLES Née à Anvers, diplômée de La Cambre-Ecole nationale supérieure des arts visuels de Bruxelles, Marie-Jo Lafontaine est une artiste européenne

Plus en détail

Guide de lecture. Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry. Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona

Guide de lecture. Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry. Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona Guide de lecture Le Petit Prince Antoine de Saint-Exupéry Grupo de trabajo PLEI CPEB Cerredo Aida Barriada Cardona 1 1. Introduction et contextualisation. 2. Pourquoi lire ce livre? 3. Questions et activités

Plus en détail

MyFrenchFilmFestival.com

MyFrenchFilmFestival.com Fiche d activités pour la classe MyFrenchFilmFestival.com Parcours niveaux B2/C1 : en bref trouble Thème : quand le cœur tressaille et que naît le Après une entrée dans le film par le titre et la scène

Plus en détail

06 La femme infidèle 1968 juillet / août 1968/1969 claude chabrol seul

06 La femme infidèle 1968 juillet / août 1968/1969 claude chabrol seul 06 La femme infidèle 1968 juillet / août 1968/1969 claude chabrol seul Il arrive que le réel soit si transparent qu il nous aveugle et qu il en devienne obscur. C est une peu le manifeste jeté par Chabrol,

Plus en détail

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002

Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 Parallèles critiques Thèse d Etat Ecole Doctorante Paris I Indirat Cruz 2002 I Christian Gattinoni : travail personnel A Travail plastique L œuvre créatrice de Christian Gattinoni se voit dirigée vers

Plus en détail

Vanessa Winship. Voyage mélancolique. 14 janvier au 8 mars 2015. 5 novembre 2014 5 janvier 2015

Vanessa Winship. Voyage mélancolique. 14 janvier au 8 mars 2015. 5 novembre 2014 5 janvier 2015 Vanessa Winship Voyage mélancolique 14 janvier au 8 mars 2015 5 novembre 2014 5 janvier 2015 «Pour moi la photographie est un processus d apprentissage, un voyage vers la compréhension» Vanessa Winship

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE

COMMUNIQUE DE PRESSE CITRON BIEN présente «Récession Terminale» : un film en animation de sable de David Myriam diffusé sur Arte. COMMUNIQUE DE PRESSE Après le lancement le 9/9 de «Paphù contre les Idoles» : la 1ère série

Plus en détail

Si faut- il bien aimer au monde quelque chose : Celui qui n'aime point, celui- là se propose Une vie d'un Scythe, et ses jours veut passer

Si faut- il bien aimer au monde quelque chose : Celui qui n'aime point, celui- là se propose Une vie d'un Scythe, et ses jours veut passer Corpus n 2 : Sujet : Dans une classe de première, vous étudierez le groupement de textes suivant dans le cadre de l objet d étude Ecriture poétique et quête du sens». Vous présenterez votre projet d ensemble

Plus en détail

1/Souligne ce que tu as ressenti pendant le film. (nombre d avis) 2/ Entoure tes personnages préférés. Qu est ce que tu aimes en eux?

1/Souligne ce que tu as ressenti pendant le film. (nombre d avis) 2/ Entoure tes personnages préférés. Qu est ce que tu aimes en eux? Réponses au questionnaire ludique par de 2 classes de CM1/CM2 de Courtoiville (35) Suite à la projection durant la Biennale de l égalité 2011 à Saint-Malo. 1/Souligne ce que tu as ressenti pendant le film.

Plus en détail

Ministère des Affaires étrangères et européennes

Ministère des Affaires étrangères et européennes Ministère des Affaires étrangères et européennes Direction de la coopération culturelle et du français Regards VI, DVD 1 Portraits Réalisation Isabelle Barrière, Thomas Sorin (CAVILAM) Rédaction Marjolaine

Plus en détail

L'école de la vie (Nas poids plume t.1) d'ismaël MÉZIANE

L'école de la vie (Nas poids plume t.1) d'ismaël MÉZIANE Biographie : Site Internet : http://ismaelmeziane.canalblog.com/ Bibliographie Série BD réalisée par Ismaël MÉZIANE : -e Nas poids plume Diplômé de l institut Saint-Luc de Liège, ISMAEL MEZIANE est un

Plus en détail

N AVEZ-VOUS JAMAIS RÊVÉ

N AVEZ-VOUS JAMAIS RÊVÉ Service exclusif de Conciergerie Privée Paris 29 janvier 2015 Secrets de tournage Genèse du film «N AVEZ-VOUS JAMAIS RÊVÉ» anecdotes et secrets de réalisation Genèse du film L idée a germé un matin, alors

Plus en détail

Projection test Holbein

Projection test Holbein Projection test Holbein Environ 300 personnes avaient candidaté. Nous en avions sélectionné une centaine afin de diversifier les âges et les catégories socio professionnelles (CSP Objectif : corriger la

Plus en détail

Les clés du tirage sentimental avec... l Oracle de WYNN

Les clés du tirage sentimental avec... l Oracle de WYNN Les clés du tirage sentimental avec... l Oracle de WYNN par LORENA De tous temps, les hommes ont attribué un message divinatoire ou philosophique aux s et aux oracles. L Oracle de Wynn, jeu que j ai créé

Plus en détail

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique

CinéSoupe. programme itinérant de films courts. en nord pas de calais et en belgique CinéSoupe programme itinérant de films courts en nord pas de calais et en belgique bah voyons! asbl // Séverine Konder // +32 (0) 485 217 327 // severine.bahvoyons@gmail.com // www.cinesoupe.com Embarquez

Plus en détail

Pourquoi ce projet de RESTAURANT et d HOTEL pour ces deux Artistes.

Pourquoi ce projet de RESTAURANT et d HOTEL pour ces deux Artistes. ? Pourquoi ce projet de RESTAURANT et d HOTEL pour ces deux Artistes. C était, avant tout, pour faire un projet en commun. Depuis longtemps, Nathalie travaillait dans décoration éphémère et aussi dans

Plus en détail

Extrait de la publication

Extrait de la publication Extrait de la publication En cas de bonheur Extrait de la publication DU MÊME AUTEUR Aux éditions Gallimard Inversion de l idiotie, 2002, Prix François-Mauriac de l Académie Française. Entre les oreilles,

Plus en détail

La caméra Embarquée et subjective

La caméra Embarquée et subjective La caméra Embarquée et subjective La caméra embarquée et subjective L utilisation de la caméra subjective permet une très forte identification du spectateur aux personnages et par conséquent des sensations

Plus en détail

Article. «L Imaginaire "Lovecraft", de la nouvelle au théâtre...» Yves Hébert. XYZ. La revue de la nouvelle, n 5, 1986, p. 71-74.

Article. «L Imaginaire Lovecraft, de la nouvelle au théâtre...» Yves Hébert. XYZ. La revue de la nouvelle, n 5, 1986, p. 71-74. Article «L Imaginaire "Lovecraft", de la nouvelle au théâtre...» Yves Hébert XYZ. La revue de la nouvelle, n 5, 1986, p. 71-74. Pour citer cet article, utiliser l'information suivante : http://id.erudit.org/iderudit/2052ac

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction La crise ferait vendre! C est en tout cas le constat que peuvent se faire nombre de libraires depuis 2008 : près d une centaine d ouvrages sur le sujet auraient déjà été publiés Pratiquement

Plus en détail

1.2.3. en scène festival jeune public. Décembre 2012 au CENTRE CULTUREL DE SOUPETARD 63 chemin de Hérédia 31500 Toulouse

1.2.3. en scène festival jeune public. Décembre 2012 au CENTRE CULTUREL DE SOUPETARD 63 chemin de Hérédia 31500 Toulouse Décembre 2012 au CENTRE CULTUREL DE SOUPETARD 63 chemin de Hérédia 31500 Toulouse Les contes du mercredi Pour cette nouvelle saison le Centre Animation Soupetard propose GRATUITEMENT pour les tout- petits

Plus en détail

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction

Camus l a joliment formulé : le seul. introduction introduction Camus l a joliment formulé : le seul choix qui s offre à nous, aujourd hui, est d être soit un pessimiste qui rit, soit un optimiste qui pleure. L optimiste croit que tout va bien. Dans La

Plus en détail

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade

La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade Reçu et transmis par Isabelle St-Germain Site internet : www.leveilalasource.con 819-475-1154 La triple Flamme Or-Argent-Vert Jade est l unification de l Amour masculin,

Plus en détail

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui»

Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Jean-Michel Longneaux : «L exercice de l autorité aujourd hui» Conférence-débat dans le cadre de la plate-forme «Ecole Lien». Aquascope-Virelles, le 23 mai 2013 Le point de départ : un constat. Aujourd

Plus en détail

L atelier Mobile peut se dérouler aussi bien en intérieur qu en extérieur.

L atelier Mobile peut se dérouler aussi bien en intérieur qu en extérieur. de Virginie Groleau UN ATELIER DE SCULPTURE SILLONANT LA SOLOGNE Après 6 ans d enseignement dans son atelier parisien, Virginie Groleau décide de sortir hors les murs. Aller à la rencontre des autres fait

Plus en détail

26 février 1918. Marie,

26 février 1918. Marie, Commémoration du Centenaire de la Grande Guerre Lettres écrites par Julie, élève de 1L 26 février 1918 Je suis tellement heureux, ce temps maussade ne se finira jamais il me semble, maintenant. Mais je

Plus en détail

- Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur. Biographe

- Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur. Biographe - Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur Biographe Le Docteur une personne énigmatique à bien des égards. Peu de personne ont pu le voir, l approcher ou même voyager avec lui. Et s il

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image

Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image Olivier BERNEX : Es-tu d accord avec cette remarque : de nombreux peintres construisent une image à partir de la peinture, alors que pour toi l image construit la peinture? C est-à-dire que devant une

Plus en détail

Introduction. «Les Dossiers de l Étrange» renferme nombre d énigmes,

Introduction. «Les Dossiers de l Étrange» renferme nombre d énigmes, Introduction «Les Dossiers de l Étrange» renferme nombre d énigmes, d histoires insolites et de mystères inexplicables. Elle vous entrainera dans un chaos thématique prédéterminé afin de vous plonger dans

Plus en détail

Vice - Champion de France de Magie 2013

Vice - Champion de France de Magie 2013 Membre de la Fédération Française des Artistes Prestidigitateurs Un moment convivial et Magique Vice - Champion de France de Magie 2013 contact@magicalex91.fr 06 19 08 85 60 www.magicalex91.fr Présentation

Plus en détail

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains

Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains Des tragédies humaines derrière la traite des êtres humains L histoire de Maria Tous les jours après l école, Maria vendait du pain au bord de la route pour contribuer au faible revenu familial. Lorsqu

Plus en détail

Le loup et la lune. Cette exposition est prêtée par la Médiathèque départementale d Ille-et-Vilaine. Ille-et-Vilaine, la vie à taille humaine

Le loup et la lune. Cette exposition est prêtée par la Médiathèque départementale d Ille-et-Vilaine. Ille-et-Vilaine, la vie à taille humaine Cette exposition est prêtée par la Médiathèque départementale d Ille-et-Vilaine Ille-et-Vilaine, la vie à taille humaine Cette exposition est prêtée par la Médiathèque départementale d Ille-et-Vilaine

Plus en détail

Saskia maaike Bouvier Genève

Saskia maaike Bouvier Genève , June 2011 Des montres à complications créées par une femme pour des femmes Saskia maaike Bouvier (SMB) a su aller au-delà de la pratique pure de l art horloger et apporter sa créativité et son talent

Plus en détail

a Photo project: CONCEPT: NATHALIE CROQUET PHOTOGRAPHY: DANIEL SCHWEIZER

a Photo project: CONCEPT: NATHALIE CROQUET PHOTOGRAPHY: DANIEL SCHWEIZER SP Spoof: hoax, parody, satire, caricature. Is said of an image, article or event which appears to be serious but turns out to be a joke. F a Photo project: CONCEPT: NATHALIE CROQUET PHOTOGRAPHY: DANIEL

Plus en détail

Séance d éducation aux médias dans un chapitre sur le conte traditionnel (en classe de 6 ème )

Séance d éducation aux médias dans un chapitre sur le conte traditionnel (en classe de 6 ème ) Séance d éducation aux médias dans un chapitre sur le conte traditionnel (en classe de 6 ème ) Titre : Comme le Petit Chaperon Rouge de Perrault, apprenons à nous méfier des apparences... Pré requis de

Plus en détail

Mon cadre photo. Laissez le temps d un instant vos petits bouts vous confectionner ce magnifique petit cadre aux milles et une couleurs.

Mon cadre photo. Laissez le temps d un instant vos petits bouts vous confectionner ce magnifique petit cadre aux milles et une couleurs. Mon cadre photo Laissez le temps d un instant vos petits bouts vous confectionner ce magnifique petit cadre aux milles et une couleurs. Une fois de retour à la maison, vous pourrez y glisser une jolie

Plus en détail

PSYCHOSE EDITION 50EME ANNIVERSAIRE

PSYCHOSE EDITION 50EME ANNIVERSAIRE LE CHEF D OEUVRE LEGENDAIRE D ALFRED HITCHCOCK FETE SES 50 ANS ET RESTE UN DES FILMS D HORREUR LES PLUS TERRIFIANTS A CE JOUR PSYCHOSE EDITION 50EME ANNIVERSAIRE DISPONIBLE LE 9 AOUT 2010 POUR LA PREMIERE

Plus en détail

Le Joueur d échecs Stefan Zweig André Salzet

Le Joueur d échecs Stefan Zweig André Salzet Revue de presse Le Joueur d échecs Stefan Zweig André Salzet Au Théâtre Montansier Jeudi 12, vendredi 13 et samedi 14 décembre 2013 à 20h30 Durée : 1h10 Théâtre Montansier 13 rue des Réservoirs 78000 Versailles

Plus en détail

5. Le cinéma d animation, qu est-ce que c est?

5. Le cinéma d animation, qu est-ce que c est? 5. Le cinéma d animation, qu est-ce que c est? Tu peux maintenant découvrir une définition de l animation. Pour bien la comprendre, tu peux aussi fabriquer toi-même un jouet animé, comme c est expliqué

Plus en détail

The Story of Puredistance a Master Perfume

The Story of Puredistance a Master Perfume The Story of Puredistance a Master Perfume The Story of Puredistance French Edition Puredistance Vienna Franziskanerplatz 6 1010 Vienna Austria Tel. +43 1 513 55 18 vienna@puredistance.com «Pour moi,

Plus en détail

http://independencia.fr/festivals/cinema_du_reel_2011_10.html

http://independencia.fr/festivals/cinema_du_reel_2011_10.html http://independencia.fr/festivals/cinema_du_reel_2011_10.html 33e CINÉMA DU RÉEL PARIS 24 mars- 5 avril 2011 billet #10 UN MÈTRE POUR DISPARAITRE RENCONTRE AVEC RUTH BECKERMANN American Passages, blockbuster

Plus en détail

IMAGINASTUDIO PRÉSENTE LESTER AVEC CARLOS LEAL & FLORENCE RIVERO UN FILM COURT DE PASCAL FORNEY

IMAGINASTUDIO PRÉSENTE LESTER AVEC CARLOS LEAL & FLORENCE RIVERO UN FILM COURT DE PASCAL FORNEY IMAGINASTUDIO PRÉSENTE LESTER AVEC CARLOS LEAL & FLORENCE RIVERO UN FILM COURT DE PASCAL FORNEY DOSSIER DE PRESSE NOVEMBRE 2009 SYNOPSIS Une nuit, Lester, un vampire, s introduit chez une jeune femme.

Plus en détail

2est-il un chiffre bleu? Le Collectif blop (Interjection) présente

2est-il un chiffre bleu? Le Collectif blop (Interjection) présente Le Collectif blop (Interjection) présente 2est-il un chiffre bleu? J avale une gorgée d eau et j entends ma voix commencer : «trois virgule un quatre un cinq neuf deux six cinq trois cinq huit neuf sept

Plus en détail

Transitions de vie. Comment s adapter aux tournants de notre existence de William Bridges

Transitions de vie. Comment s adapter aux tournants de notre existence de William Bridges Compte-rendu de l ouvrage Transitions de vie. Comment s adapter aux tournants de notre existence de William Bridges Bridges, W. (2006). Transitions de vie. Comment s adapter aux tournants de notre existence.

Plus en détail

ENTREZ! BIENVENUE DANS VOTRE NOUVEAU CLUB! DÉCOUVREZ TOUTES LES OFFRES DE BIENVENUE DANS LE CHÉQUIER CI-JOINT. Stimule l esprit, sublime le corps

ENTREZ! BIENVENUE DANS VOTRE NOUVEAU CLUB! DÉCOUVREZ TOUTES LES OFFRES DE BIENVENUE DANS LE CHÉQUIER CI-JOINT. Stimule l esprit, sublime le corps Stimule l esprit, sublime le corps BIENVENUE DANS VOTRE NOUVEAU CLUB! ENTREZ! DÉCOUVREZ TOUTES LES OFFRES DE BIENVENUE DANS LE CHÉQUIER CI-JOINT WWW.BELGIQUELOISIRS.BE Au Club, vous êtes CHEZ VOUS Vous

Plus en détail

les Carnets du p a ra d oxe

les Carnets du p a ra d oxe les Carnets du p a ra d oxe L É L É P H A N T dans l histoire du cinéma Dès les débuts du cinéma, le récit de voyage passionna les foules. NANOUK L ESQUIMAU de Robert Flaherty ou CHANG fure n t d énormes

Plus en détail

plus ou moins Zéro degré

plus ou moins Zéro degré siège : Les Beaux Manteaux sud - 72610 Fyé bureaux : 20, rue de San Francisco - 37000 Tours 02 47 61 78 23 06 62 69 74 08 http//cie.creatures.free.fr compagnie.creatures@caramail.com plus ou moins Zéro

Plus en détail

Liens entre la peinture et la poésie

Liens entre la peinture et la poésie Liens entre la peinture et la poésie Ophélie dans Hamlet Ophélie est un personnage fictif de la tragédie d Hamlet, une célèbre pièce de William Shakespeare. Elle partage une idylle romantique avec Hamlet

Plus en détail

DOSSIER ARTISTIQUE. THEATRE Conçu à partir des documents fournis par la compagnie www.tres-tot-theatre.com TRES ARTISTIQUE TOT DOSSIER

DOSSIER ARTISTIQUE. THEATRE Conçu à partir des documents fournis par la compagnie www.tres-tot-theatre.com TRES ARTISTIQUE TOT DOSSIER Consultez le dossier «préparer sa venue au spectacle» sur notre site web : Ce dossier a été créé pour les adultes qui accompagnent les enfants au théâtre. Il propose quelques pistes et suggestions sur

Plus en détail

2012/2013 - Résidence artistique prévue, Centre d Art Contemporain «Palais aux 7 Portes», Ile de La Réunion

2012/2013 - Résidence artistique prévue, Centre d Art Contemporain «Palais aux 7 Portes», Ile de La Réunion Contact : Valérie hasson-benillouche +33 6 09 66 76 76 - valerie@galeriecharlot.com Formation Caroline Deloffre Photographe 1998-97 Ecole des Gobelins - Paris Section photographie 1996 Maîtrise d histoire

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Diffusé le 21 septembre à 20h35 sur France 2 à l occasion de la Journée mondiale Alzheimer

Diffusé le 21 septembre à 20h35 sur France 2 à l occasion de la Journée mondiale Alzheimer Diffusé le 21 septembre à 20h35 sur France 2 à l occasion de la Journée mondiale Alzheimer «J AI PEUR D OUBLIER» Pitch : Fabienne (Clémentine Celarié), une belle femme de 45 ans, mère de famille et chef

Plus en détail

Quelles règles avez-vous établies pour cette adaptation? J ai essayé d être fidèle à l esprit du livre, mais pas à ses circonstances.

Quelles règles avez-vous établies pour cette adaptation? J ai essayé d être fidèle à l esprit du livre, mais pas à ses circonstances. ENTRETIEN PAR FRANCISCO FERREIRA À LOCARNO Witold et Fuchs, deux jeunes hommes aux goûts très distincts, font connaissance par hasard et décident de passer quelques jours dans une pension familiale. Ils

Plus en détail

LE DICTATEUR Charlie Chaplin (1940)

LE DICTATEUR Charlie Chaplin (1940) LE DICTATEUR Charlie Chaplin (1940) Le Réalisateur, le Scénariste l'acteur, le Compositeur Charlie Chaplin, de son vrai nom Sir Charles Spencer Chaplin, Jr., est un acteur, réalisateur, producteur, scénariste,

Plus en détail

Kim Thúy de passage à Sherbrooke

Kim Thúy de passage à Sherbrooke Bulletin spécial Mai 2014 Kim Thúy de passage à Sherbrooke Pour célébrer avec nous le Mois du patrimoine asiatique La très talentueuse et sympathique écrivaine Kim Thúy a tout de suite répondu par l affirmative

Plus en détail

Villa Art Déco aux accents design. Séjour de Charme

Villa Art Déco aux accents design. Séjour de Charme Séjour de Charme Villa Art Déco aux accents design Depuis quelques mois, un hôtel particulier de l époque Art Déco a retrouvé de son éclat sous l impulsion passionnée de Julie. Imprimant au lieu son goût

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Philippe Pastor, Art Grandeur Nature.

Philippe Pastor, Art Grandeur Nature. PHILIPPE PASTOR 2 Philippe Pastor, Art Grandeur Nature. Philippe Pastor, c est un fait, vit dans un état de tension continue et de perpétuels questionnements. Sa révolte contre la destruction de l environnement

Plus en détail

Une idée originale de Studio 89 Productions

Une idée originale de Studio 89 Productions Une idée originale de Studio 89 Productions 6 anciens candidats de «La Belle et ses Princes Presque Charmants», toujours à la recherche de l amour, vont à nouveau tenter leur chance et essayer de trouver

Plus en détail

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011

Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 Célébration de rentrée 19 0ctobre 2011 JE ME SOUCIE DE TOI Chant d entrée : La promesse Grégoire et Jean-Jacques Goldman La Promesse On était quelques hommes Quelques hommes quelques femmes en rêvant de

Plus en détail

14 avril 1912 14 avril 2012

14 avril 1912 14 avril 2012 14 avril 1912 14 avril 2012 24/02/12 10:18 Découvrez l histoire du plus célèbre naufrage du xx e siècle, Le Titanic, à travers le témoignage étonnant de l un des survivants, Michel Navratil C était un

Plus en détail

HOLLYWOOD AU PIED DU TERRIL. Un documentaire de Henri de Gerlache & Philippe Reynaert. (26min) Rino Niviello

HOLLYWOOD AU PIED DU TERRIL. Un documentaire de Henri de Gerlache & Philippe Reynaert. (26min) Rino Niviello HOLLYWOOD AU PIED DU TERRIL Un documentaire de & Philippe Reynaert Rino Niviello (26min) Synopsis Il y a 60 ans, une équipe de tournage venue d Hollywood débarque dans le Borinage pour filmer «la vie passionnée

Plus en détail

À l origine du jeu, il y a le game designer

À l origine du jeu, il y a le game designer 1 À l origine du jeu, il y a le game designer f i g u r e 1.1 Concepteur Formule magique On me demande souvent : Comment devient-on game designer? Et ma réponse reste invariablement la même : En créant

Plus en détail

Pierre-Auguste Renoir

Pierre-Auguste Renoir Pierre-Auguste Renoir Néen 1841 Mort en 1919 française, mais aussi graveur, lithographe, sculpteur et dessinateur. Renoir fait partie du groupe des impressionnistes. Il est le maitre incontesté de la lumière

Plus en détail

Commentaire [1]: Commentaire [2]:

Commentaire [1]: Commentaire [2]: LE RÊVE Commentaire [1]: Cartier, marque de luxe, n abandonne pas la stratégie du rêve même en période de Crise, au contraire. Dans la vidéo, son emblème, une panthère des neiges, fait un tour du monde

Plus en détail

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême

Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan. Album de baptême Paroisses réformées de la Prévôté - Tramelan Album de baptême L'album de mon baptême Cet album est celui de:... Né(e) le:... à:... 1 Quoi de neuf? Il est tout petit, mais... il a déjà sa personnalité,

Plus en détail

La diablesse et son enfant (Étude réalisée par C. Blanchard, CPC Contres)

La diablesse et son enfant (Étude réalisée par C. Blanchard, CPC Contres) La diablesse et son enfant (Étude réalisée par C. Blanchard, CPC Contres) Auteur Marie Ndiaye Nadja Mouche de l école des loisirs, 39 pages, 2002 niveau 2 Mots clés : Différences, enfants, handicap, rumeur

Plus en détail

Présentation des expositions

Présentation des expositions Présentation des expositions Genèse Le peintre travaille souvent en solitaire ou avec un modèle. Le photographe travaille seul, ou avec une équipe technique, des modèles ou des mannequins. Les deux, en

Plus en détail

Publié par Les Contrôleurs du train de 13h37 http://letrainde13h37.fr

Publié par Les Contrôleurs du train de 13h37 http://letrainde13h37.fr Publié par Les Contrôleurs du train de 13h37 http://letrainde13h37.fr ISBN : 979-10-91997-02-7 Wagon 42 SAS 25 Impasse Ernest Feuillet Avignon, France http://wagon42.fr Première édition, octobre 2012 Le

Plus en détail

Des rencontres. Paris, le 6 décembre 2012

Des rencontres. Paris, le 6 décembre 2012 M me Marie Desplechin et le Comité de pilotage de la consultation pour un accès de tous les jeunes à l'art et à la culture Ministère de la Culture et de la Communication 182, rue Saint-Honoré 75033 Paris

Plus en détail

1. La question de l adaptation : passage de la BD à l animation

1. La question de l adaptation : passage de la BD à l animation Compte-rendu de la formation sur Persépolis, M. Satrapi, V. Paronnaud Intervention de Erwan Cadoret, doctorant en cinéma et chargé de cours à Paris III Au Cinéma Le Bretagne à Quimper, le 8 février 2012

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

K FILMS AMÉRIQUE PRÉSENTE UNE COPRODUCTION COOP VIDÉO DE MONTRÉAL ET FILMS 53/12. UN FILM DE CAThERINE MARTIN UNE JEUNE FILLE

K FILMS AMÉRIQUE PRÉSENTE UNE COPRODUCTION COOP VIDÉO DE MONTRÉAL ET FILMS 53/12. UN FILM DE CAThERINE MARTIN UNE JEUNE FILLE K FILMS AMÉRIQUE PRÉSENTE UNE COPRODUCTION COOP VIDÉO DE MONTRÉAL ET FILMS 53/12 UN FILM DE CAThERINE MARTIN UNE JEUNE FILLE K FILMS AMÉRIQUE PRÉSENTE UNE COPRODUCTION COOP VIDÉO DE MONTRÉAL ET FILMS

Plus en détail

LA LANGUE DE LA PUBLICITÉ FRANÇAISE. Tri Indri Hardini (Indonésie)

LA LANGUE DE LA PUBLICITÉ FRANÇAISE. Tri Indri Hardini (Indonésie) LA LANGUE DE LA PUBLICITÉ FRANÇAISE Tri Indri Hardini (Indonésie) Les buts de la publicité vendre les produits établir une image positive de la compagnie et ses produits attirer, et amuser les consommateurs

Plus en détail

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature au cycle 3 Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature et programme 2008 SOCLE COMMUN Compétence 1 : Maîtrise de la langue française lire seul des textes du patrimoine

Plus en détail

Chapitre 1. Trouver ses bases

Chapitre 1. Trouver ses bases Chapitre 1 Trouver ses bases 9 Lundi Dépendance Comme un bébé dans les bras de sa mère est impuissant, Dieu souhaite que nous (re)devenions ainsi dans ses bras à lui. Il s agit, en fait, plus de réaliser

Plus en détail

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007

Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Assises de l Enseignement Catholique Intervention de Paul MALARTRE Paris Cité des Sciences de La Villette 8 juin 2007 Quand je pense à ces nouveaux Chefs d établissement qui me disaient récemment avoir

Plus en détail

Le Raffinement Olfactif

Le Raffinement Olfactif Le Raffinement Olfactif Dossier De Presse Mars 2013 Contact presse : Karine Lambert communication@jardindefrance.fr Tél. 03.85.89.90.95 Fax : 03.85.89.90.93 http://www.jardindefrance.net SOMMAIRE Introduction

Plus en détail