Sommaire. ENVIRONNEMENT économique, POLITIQUE ET SOCIAL 19. Remerciements...3 Avant-propos...5. A. Environnement politique et social...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Sommaire. ENVIRONNEMENT économique, POLITIQUE ET SOCIAL 19. Remerciements...3 Avant-propos...5. A. Environnement politique et social..."

Transcription

1 Sommaire Sommaire Remerciements...3 Avant-propos ENVIRONNEMENT économique, POLITIQUE ET SOCIAL 19 A. Environnement politique et social Présentation générale...21 a. Géographie et ressources...21 b. Population et société...22 c. Politique Repères historiques et situation politique...23 B. Environnement économique Conjoncture et perspectives Politique économique Forces et faiblesses du marché C. La politique commerciale L ouverture du marché Accords bilatéraux Adhésion à l OMC

2 D. Synthèse qualitative et quantitative des investissements étrangers...30 Témoignage...32 Olivier EPP, Directeur adjoint, direction export de la Chambre de commerce et d industrie de Strasbourg et du Bas-Rhin, organisateur de missions de prospection avec des entreprises françaises au Liban, pour favoriser les partenariats avec des entreprises libanaises...32 CADRE JURIDIQUE DE L INVESTISSEMENT ET ENVIRONNEMENT DU DROIT DES AFFAIRES 33 A. La protection de l investissement au Liban Adhésions aux conventions internationales en matière d investissements étrangers...35 a. Les principaux engagements internationaux en matière d investissements...35 b. L accord bilatéral Liban-France sur la protection réciproque des investissements La règlementation nationale des investissements...37 a. L absence de cadre spécifique pour l investissement au Liban...37 b. La protection contre les risques liés à l investissement au Liban B. Les procédures d investissement au Liban La procédure simplifiée de l «IDAL» (Agence de développement des investissements au Liban)...39 a. Le «projet d investissement»...40 b. Le «contrat global d incitations»...41 c. La procédure d accès aux services de l IDAL Les procédures administratives classiques...42 a. Les procédures d investissement immobilier...42 b. Les formalités d enregistrement d une société ou d une activité commerciale C. La politique de promotion des investissements étrangers Les régimes d incitation...46 a. Les zones franches b. Les incitations fiscales Les restrictions à l investissement étranger au Liban...47 a. Les travailleurs étrangers b. Les conditions de nationalité pour la création de sociétés c. Les restrictions à l investissement immobilier pour les étrangers...49 d. Les barrières non tarifaires et règlementaires à l importation et à l exportation...49 e. La protection du consommateur

3 D. Les marchés publics Les procédures communes de marchés publics...51 a. L adjudication publique b. L appel d offres...52 c. Le marché de gré à gré...52 d. La technique du BOT («Build Operate Transfer») Les procédures relatives à l aide au développement du Liban...53 E. Prévention et règlement des différends Saisir une juridiction libanaise...54 a. Les juridictions compétentes en fonction de l objet du litige...54 b. Les juridictions compétentes en fonction du lieu du litige Saisir une juridiction privée : l arbitrage F. Contacts utiles Registres fonciers Autres contacts institutionnels locaux Témoignages Me Fadi MOGHAIZEL, avocat au barreau de Beyrouth et au barreau de Paris, arbitre international (CIRDI)...61 Nadim MAKDESSI, Directeur du «One-stop-Shop» (guichet unique) de l IDAL...62 LES FORMES D IMPLANTATION 63 A. Les contrats commerciaux Les différents contrats de représentation commerciale Le régime des contrats de représentation commerciale Le contentieux des contrats commerciaux...66 B. Le bureau de représentation...68 C. La succursale D. Créer une société filiale de droit libanais : les différentes formes sociales Les formes de société à responsabilité limitée...70 a. La société anonyme libanaise (SAL ou «joint stock company»)...71 b. La société holding libanaise («holding company»)...72 c. La société offshore libanaise («offshore company»)...74 d. La société à responsabilité limitée (SARL ou «limited liability company»)

4 12 2. Les formes de société à responsabilité illimitée...78 a. La société en nom collectif (SNC ou «general partnership»)...78 b. La société en commandite c. La société en participation Faillite, dissolution et liquidation des sociétés...80 a. La faillite de la société...80 b. La dissolution de la société E. Les autres formes d implantation Le contrat de «joint-venture» Le fonds de commerce...83 Témoignages Xavier JEANNEROD, gérant de la succursale AREVA T&D au Liban Roger SAMAHA, Vice-président du conseil d administration d ADPI Middle East, société offshore libanaise, filiale de la société française Aéroports de Paris (ADP)...85 Pascal DECONS, responsable du bureau de représentation de LEGRAND SNC au Liban Fabrice MEGARBANE, Directeur général de L ORÉAL Liban (société filiale du groupe L ORÉAL qui avait à l origine un contrat avec un agent de distribution puis un bureau de représentation au Liban)...87 Charles ARBID, Président de l association libanaise de la franchise Financement et gestion de la société 89 A. Financement Les financements internationaux...91 a. La Banque européenne d investissement (BEI) b. La Banque mondiale...91 c. Les partenariats entre institutions financières étrangères et locales Le financement bancaire...93 a. Appréciation de la fiabilité du système bancaire libanais b. La régulation du système bancaire au Liban c. Les outils de financement bancaire disponibles Le financement sur les marchés : la Bourse de Beyrouth a. Structure et fonctionnement de la Bourse de Beyrouth b. Les démarches pour être coté à la Bourse de Beyrouth B. Convertibilité des changes et liberté des capitaux Le secret bancaire au Liban Les facilités bancaires

5 3. La double monétisation La liberté des capitaux C. Modes de paiement et des transactions Les moyens de paiement Les contrats a. Les contrats classiques b. Les contrats électroniques : le e-commerce au Liban D. Environnement comptable Témoignages Vincent BOUCKAERT, Directeur général de HOLCIM LIBAN Fadi KHALAF, Président de la Bourse de Beyrouth LA FISCALITÉ DE L ENTREPRISE ET DE SES SALARIÉS 117 A. La fiscalité des sociétés La fiscalité des sociétés à responsabilité illimitée La fiscalité des sociétés à responsabilité limitée La fiscalité des sociétés étrangères Les droits de timbre B. La fiscalité des personnes physiques La fiscalité des salariés a. Règles générales b. Cas particuliers pour les non-résidents La fiscalité des entreprises individuelles C. Les impôts sur le patrimoine Les impôts sur le patrimoine financier Les impôts sur le patrimoine immobilier a. L impôt sur les plus-values immobilières b. L impôt sur la propriété bâtie c. Les droits de mutation d. Les droits d enregistrement fonciers D. La TVA E. Le régime des douanes La procédure de dédouanement Les taxes douanières

6 F. Le contrôle et les sanctions fiscales au Liban LE DROit social 143 A. Le contrat de travail Recruter au Liban Conclure un contrat de travail La rupture du contrat de travail a. Le délai de préavis b. La rupture abusive du contrat c. Licenciement pour force majeure ou pour motifs économiques d. Les indemnités de licenciement B. La durée du travail et les congés L âge légal Le temps de travail Les congés payés a. Les congés annuels b. Les congés maladie c. Les congés décès d. Les congés maternité Jours chômés C. Coûts salariaux et charges sociales Les salaires Les charges sociales a. Le système de sécurité sociale libanais b. L assurance maladie-maternité c. Les allocations familiales et d éducation d. L indemnité de fin de service e. L assurance accidents de travail f. L assurance maladie professionnelle g. L assurance au profit des travailleurs étrangers D. La gestion des relations entre employeurs et employés Le règlement intérieur Les sanctions disciplinaires Les litiges entre employés et employeurs Les syndicats libanais et la négociation collective

7 E. La gestion du personnel expatrié Les formalités à satisfaire en vue de l obtention du permis de travail pour un salarié a. Présentation d une demande d approbation préalable de travail b. Présentation de la requête pour l obtention du permis de travail définitif Formalités à satisfaire en vue de l obtention du permis de travail pour un employeur a. Présentation d une demande d approbation préalable de travail b. Présentation de la requête pour le permis de travail définitif Le renouvellement du permis de travail Les taxes sur les permis de travail a. Les taxes dues pour les approbations préalables b. Les taxes dues pour les permis de travail c. Les taxes dues pour le renouvellement du permis de travail Les formalités pour obtenir une carte de séjour Les taxes relatives aux cartes de séjour Le volontariat international en entreprise (VIE) F. Liens utiles Témoignage Souhad CHALHOUB, Directrice ressources humaines, SCHNEIDER ELECTRIC EAST MEDITERRANEAN LA PROPRIéTé INTELLECTUELLE 177 A. Adhésions aux accords multilatéraux en matière de propriété intellectuelle B. La protection des droits de propriété intellectuelle La protection des marques La protection des appellations d origine La protection des dessins et modèles La protection des brevets La protection des logiciels et créations informatiques La protection des créations littéraires et artistiques C. La contrefaçon au Liban

8 D. Les sanctions en cas d atteinte à la propriété intellectuelle Les saisies Les actions en justice a. Les actions civiles b. Les actions pénales E. Contacts utiles Témoignage Nabil FAWAZ, Président de FAWAZ HOLDING, distributeur de grandes marques (luxe, habillement, électroménager ) au Liban L EXPéRIENCE DU SERVICE économique 191 A. Carnet de bord de l entrepreneur qui s implante au Liban Mener une étude de marché Entreprendre les démarches administratives préliminaires et prendre les premiers contacts Finaliser les contacts et les demandes de financement auprès des établissements financiers Choisir la forme d implantation la mieux adaptée et effectuer les démarches administratives correspondantes Déposer rapidement ses marques, brevets, dessins et autres créations intellectuelles Recruter du personnel qualifié Commencer à faire des affaires au Liban B. Les spécificités de l implantation au Liban La lenteur des réformes Le manque de lisibilité des normes juridiques et fiscales Des risques plus ou moins maîtrisés La prise de recul face aux règles légales RÉcapitulatif des coûts d approche et d implantation 199 A. Les coûts de création d une entreprise B. Les coûts d expertise et de conseil Les frais d avocat Les coûts d un cabinet d audit Les frais judiciaires...202

9 C. Les coûts de la main-d œuvre D. Les coûts de l investissement immobilier Les coûts d achat d un bien immobilier Les coûts de construction d un immeuble Les coûts de location d un local commercial ou d un bureau E. Les coûts d importation Les frais de douane Les frais portuaires F. Les charges courantes Les coûts de communication a. Le téléphone fixe b. Le téléphone mobile c. L accès à l Internet Les coûts de l eau et l électricité Les coûts du carburant Les coûts d acheminement Simulation des frais pour une première année d implantation G. Contacts utiles Renseignements immobiliers et fonciers Agences immobilières Sociétés de courrier rapide Fournisseurs d accès Internet CONTACTS 213 A. Les structures d appui en France et en Europe Les organismes publics Les organismes professionnels B. Les structures d appui au Liban Les organismes internationaux au Liban Les organismes publics libanais Les associations et groupements professionnels libanais C. Les contacts financiers Les organismes financiers internationaux Les organismes financiers au Liban

10 3. Les banques a. Les banques liées à des intérêts français b. Contacter les autres banques libanaises Les sociétés d assurances a. Les sociétés d assurances liées à des intérêts français b. Les autres sociétés d assurances libanaises Les sociétés d investissement D. Les contacts d expertise Les avocats Les cabinets d audit, d expertise comptable et de conseil E. La presse libanaise

11 L analyse de la balance des paiements confirme ce dynamisme. La persistance d un déficit commercial élevé symbolise la vigueur de la demande interne. L évolution du commerce extérieur libanais en 2009 tranche, là encore, avec les tendances mondiales en la matière. En effet, l activité commerciale du Liban avec le reste du monde a connu un léger accroissement au cours de l année. Le total cumulé des importations et exportations du pays a atteint 19,7 milliards USD en 2009 soit une hausse de 0,6 % par rapport à son niveau de 2008 (exportations : 3,5 milliards USD, +0,17 % ; importations : 16,2 milliards USD, +0,7 %). Ainsi, conséquence d un accroissement des importations plus faible que celui des exportations, le Liban a jugulé le déficit commercial sur l année 2009, avec une hausse de 0,8 % à 12,7 milliards USD, alors qu il avait explosé de plus de 40 % en Les excédents financiers qui atteignent de tels sommets témoignent de l attractivité de l économie libanaise. L entrée nette de capitaux constitue l instrument de mesure privilégié de l attractivité du pays et de la crédibilité de son secteur bancaire. En la matière, l année 2009 a été celle de tous les records, le flux de capitaux entrants bondissant de plus de 26 %. Au total, ce sont près de 20,5 milliards USD qui sont entrés dans le pays au cours de l année précédente (dépôts des non-résidents, transferts des expatriés, investissements directs à l étranger, revenus du tourisme). En 2009, la balance des paiements fait ainsi apparaître un excédent record de 7,9 milliards USD, contre +2,7 milliards USD en Politique économique 26 Des fragilités persistantes contraignent la politique économique. La politique budgétaire est bridée par le poids du déficit et de la dette publics. Avec 154 % du PIB en 2009, la dette publique continue à être perçue comme le problème macroéconomique principal du Liban. Dans ce contexte, seule une stratégie volontariste de désendettement permettrait de dégager les excédents primaires suffisants pour faire baisser la dette en valeur absolue. À la fin novembre 2009, la dette atteignait, en volume, le record de 50,5 milliards USD, en hausse de 7,3 % en glissement annuel. Atteignant 3 milliards USD en 2009, le déficit est prévu pour s établir à 9,1 % du PIB en 2010, soit une hausse de 1,3 % par rapport à son niveau de En particulier, le service de la dette a encore augmenté de près de 17 % en 2009 par rapport à 2008, atteignant près de 4 milliards USD, soit 34 % du total des dépenses de l État et 45,5 % des recettes! Le gouvernement nouvellement nommé se trouve donc dans une situation particulièrement délicate, pris dans l étau constitué par la dette d une part et par les postes importants de dépenses sur lesquels les électeurs l attendent d autre part. Deux pistes sont à l étude pour tenter de trouver une issue à cette apparente impasse. Une première piste consiste, conformément à l agenda de Paris III, à procéder à une hausse progressive de la TVA de 10 à 12 % dans un premier temps puis à 15 % à moyen terme. Une seconde piste envisagée pourrait être celle des partenariats public-privé.

12 ENVIRONNEMENT économique, POLITIQUE ET SOCIAL 1 La politique monétaire reste contrainte par la viscosité des taux d intérêt. Cette variable revêt au Liban plus qu ailleurs, une signification stratégique dans la mesure où elle permet un refinancement facile de la dette publique auprès des banques, un afflux de liquidités considérable et enfin un complément de revenu non négligeable pour les agents leur permettant de maintenir un niveau élevé de consommation. Toucher aux taux d intérêt reviendrait à courir le risque d un effet «château de cartes». Cela n empêche pas le FMI et la Banque mondiale de recommander avec insistance la baisse des loyers de l argent, seule mesure susceptible de dynamiser la consommation et l investissement du secteur privé. En tout état de cause, une baisse des taux d intérêt serait sans doute souhaitable. Cependant, des taux élevés paraissent consubstantiels à la pérennité du modèle libanais. En l absence d indicateurs sur le taux d intérêt d équilibre, au-delà duquel l économie pourrait être fragilisée, le gouvernement opte pour l attentisme, estimant à juste titre qu un statu quo imparfait est davantage souhaitable qu une fuite de capitaux qui serait déclenchée par une baisse hasardeuse des taux. La croissance de l économie libanaise paraît donc «sur le fil du rasoir», dans la mesure où la coïncidence de facteurs favorables semble assez fortuite. Le rôle de l État n en est donc que plus indispensable pour consolider les acquis de cette croissance de longue durée et transformer, par une stratégie structurelle, cette dernière en phénomène pérenne. 3. Forces et faiblesses du marché L économie libanaise est caractérisée par l importance du secteur privé qui contribue à près de 80 % au PIB et est présent dans la quasi totalité des secteurs économiques. Le secteur public (électricité, eau, téléphonie, transports) est peu performant et largement déficitaire, ce qui pèse sur les finances publiques. L économie libanaise se caractérise par une faiblesse du secteur productif, l agriculture et l industrie ne représentant respectivement que 6 et 15 % du PIB, et une hypertrophie du secteur tertiaire (banques, commerces, hôtellerie restauration). L activité économique libanaise est en effet dominée par un très fort secteur bancaire, moderne et très rentable, refuge d importants capitaux arabes. Le Liban est par conséquent riche d un secteur privé doté d opérateurs dynamiques et solvables en dépit de finances publiques dégradées. Certains secteurs sont donc insuffisamment exploités comme le secteur des nouvelles technologies. Le tissu économique libanais est composé d environ entreprises, dont dans le secteur productif agriculture, industrie, tourisme fort de personnes. La taille des entreprises est relativement modeste (5 employés en moyenne). Le concept occidental de PME-PMI est difficilement applicable au Liban. Il serait plus juste de parler de «très petites entreprises» (TPE), dans la mesure où les entreprises libanaises employant moins de 10 personnes totalisent, à elles seules, plus de 93 % de l ensemble des établissements. 27

13 1 ENVIRONNEMENT économique, POLITIQUE ET SOCIAL personnes sont employées dans le secteur des services et du commerce, dans le secteur industriel et dans le secteur de la construction. Le secteur agricole quant à lui emploie près de personnes. Par ailleurs, le niveau élevé de formation scolaire et universitaire au Liban, ainsi que l usage quotidien de trois langues (arabe, français, anglais) permettent au marché libanais de fournir une main-d œuvre bien formée et donc un niveau de capital humain élevé. La diaspora, trois fois plus nombreuse que les résidents, contribue significativement au développement du Liban. En outre, elle est un élément de dynamisme et d ouverture du marché libanais, grâce à une mentalité portée sur l international et les affaires. La pression fiscale reste faible, notamment sur les entreprises, avec un taux de l impôt sur les sociétés maximum effectif de 15 %, tandis que la fiscalité des personnes se situe à des niveaux extrêmement compétitifs. Du fait du contexte régional et des aléas de la vie politique libanaise, la loi évolue très peu au Liban. Cela est souvent une source d obsolescence des règles juridiques, qui n ont pas évolué en fonction des évolutions sociales ou technologiques. Ainsi, un certain nombre de réformes sont prévues mais sans que leur date d entrée en vigueur puisse être vraiment envisageable. Par exemple, l adhésion du Liban à l OMC, en cours de négociation, est dépendante de l adoption d un certain nombre de lois en particulier sur les questions d enregistrement des entreprises et sur l environnement des affaires. Enfin, certains dispositifs existent légalement mais ne sont pas encore en vigueur pour des raisons administratives et politiques. C est le cas par exemple de l enregistrement des sociétés auprès de Libanpost. Les règles libanaises ne sont pas facilement accessibles, surtout pour un francophone. En effet, il existe très peu de textes codifiés, et il faut bien souvent se référer à un ensemble de textes légaux disparates. En outre, très peu de textes légaux sont accessibles en ligne, ce qui peut poser problème pour un investisseur non-résident. Lorsque les textes sont accessibles, ils sont bien souvent rédigés en arabe, ce qui nécessite de passer par un traducteur. Cependant, de plus en plus de textes sont disponibles en anglais, voire en français. Ce problème de lisibilité des normes, et donc de sécurité juridique pour l investisseur, est particulièrement évident en matière fiscale. En effet, les règles fiscales sont très difficilement accessibles et compréhensibles, ce qui nécessite de demander une consultation fiscale au ministère des Finances avant toute implantation, afin de cerner le régime fiscal auquel sera soumise l entité en projet. L instabilité politique et sécuritaire dans la région pourrait faire croire que les risques économiques sont importants au Liban. Or, ce n est pas le cas. En effet, malgré les conflits politiques et militaires, les risques économiques restent maîtrisés Liban. Le système bancaire a fait preuve d une grande résilience face aux turbulences financières récentes. En outre, le pays ayant vécu une guerre civile pendant 15 ans, les acteurs économiques ont développé des outils leur permettant de poursuivre les affaires malgré la situation. C est ainsi que l arbitrage s est développé au Liban, face à la carence de tribunaux étatiques. Le risque économique est donc assez détaché du risque politique et sécuritaire. 28

Comment s établir aux États-unis?

Comment s établir aux États-unis? Comment s établir aux États-unis? Zara Law Offices 111 John Street Suite 510 New York, NY 10038 Tel: 1-212-619 45 00 Fax: 1-212-619 45 20 www.zaralawny.com 1 Introduction La récente baisse du dollar constitue

Plus en détail

Casablanca finance city

Casablanca finance city Casablanca finance city Introduction : Aujourd hui les pays en vois de développement ont libéralisé leurs économies et ils ont mis en place un ensemble de mesures attractives pour attirer les investisseurs

Plus en détail

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal

Investir au Maroc: Contrôle des changes et environnement fiscal Abdelwaret KABBAJ Expert-comptable diplômé en France Fondateur du cabinet Kabbaj Erradi advisory firm: Conseil en fiscalité des entreprises et des individus Formations fiscales Marocaines et internationales

Plus en détail

RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI

RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATION ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI Révision : 26/02/13 Impression : 23/04/13 RESUME ENTREPRISE FRANCHE D EXPORTATON ET DISPOSITIFS INCITATIFS DU CGI Révision : 26/02/13

Plus en détail

Comprendre le Royaume-Uni 15

Comprendre le Royaume-Uni 15 Préface.......................................................................... 7 Comprendre le Royaume-Uni 15 Repères essentiels........................................................ 17 Chiffres clefs................................................................

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale?

Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? CONCEPTION ET MISE EN PAGE : PAUL MILAN 18 décembre 2014 à 14:22 Chapitre 4 Comment s opère le financement de l économie mondiale? Ce chapitre ne fait plus partie du programme, mais il est conseillé de

Plus en détail

«L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE»

«L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE» Ministère de l Industrie de la PME et de la de la Promotion des Investissements Communication «L INVESTISSEMENT EN ALGÉRIE» Présentée par: Mr A.C. BOUDIA Madrid, Octobre 2012 Une importante position Géo-Stratégique

Plus en détail

RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014

RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014 Lettre de demande de données pour l Annuaire des SFP 2014 RECOMMANDATIONS POUR RÉPONDRE AU QUESTIONNAIRE ANNUEL SUR LES SFP DU MSFP 2014 Récapitulatif des modifications apportées au système de classification

Plus en détail

20123 Milan Via Gonzaga 7 Tél. : + 39 02 80 54 649 Fax : + 39 02 80 54 679

20123 Milan Via Gonzaga 7 Tél. : + 39 02 80 54 649 Fax : + 39 02 80 54 679 ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRISES SUR LE MARCHE ITALIEN 75017 Paris 121, avenue de Villiers Tél. : + 33 (0)1 53 93 93 00 Fax : + 33 (0)1 45 63 20 06 20123 Milan Via Gonzaga 7 Tél. : + 39 02 80 54 649 Fax

Plus en détail

MESURES INCITATIVES À L INVESTISSEMENT 1

MESURES INCITATIVES À L INVESTISSEMENT 1 1/9 1. Fonds de promotion de l investissement «FPI» 2 Investissement égal ou supérieur à 200 Millions Dh Création d au moins 250 emplois stables Installation dans une des provinces ou préfectures «prioritaires»

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 17/06/2014 Angoulême Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 17/06/2014 Angoulême 1 Le Pacte : quel contexte? Contexte national: la reprise économique se dessine, mais le chômage frappe encore trop fort notre pays.

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

en10 points L entrepreneur individuel à responsabilité limitée

en10 points L entrepreneur individuel à responsabilité limitée L entrepreneur individuel à responsabilité limitée en10 points Frédéric LEFEBVRE, Secrétaire d État chargé du Commerce, de l Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme, des Services, des

Plus en détail

2015/16. Autoentrepreneur. Bénédicte Deleporte

2015/16. Autoentrepreneur. Bénédicte Deleporte Autoentrepreneur 2015/16 Bénédicte Deleporte Avocat au Barreau de Paris Chargée d enseignement à l Univeristé Paris Est Créteil (UPEC, ex Paris 12) Deleporte Wentz Avocat www.deleporte-wentz-avocat.com

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Sommaire. La Bulgarie, contexte général... 19. Monter un commerce...37. Remerciements...5 Synthèse...7 Information pratique... 11

Sommaire. La Bulgarie, contexte général... 19. Monter un commerce...37. Remerciements...5 Synthèse...7 Information pratique... 11 Sommaire Remerciements............................................................................................5 Synthèse........................................................................................................7

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

Formation Chef comptable spécialiste PAIE

Formation Chef comptable spécialiste PAIE Formation Chef comptable spécialiste PAIE Comptabilité générale - 100h Mise à niveau / FACULTATIF Les principes fondamentaux de la comptabilité générale Objectif de la comptabilité et exercice de la profession

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Les Politiques macro-économiques

Les Politiques macro-économiques Politique Financière Politique Monétaire Politique Fiscale Les Politiques macro-économiques Politique Budgétaire Politique de Crédit Politique Commerciale Politique d Investissement Jocelerme PRIVERT POLITIQUE

Plus en détail

Optimisez la passerelle

Optimisez la passerelle Optimisez la passerelle de l épargne temps vers le PERCO La loi du 9 novembre 2010 vous offre une opportunité fiscale et sociale Un cadre fiscal et social attractif... La loi n 2010-1330 du 9 novembre

Plus en détail

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir

Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir Créateurs, repreneurs, une formation pour réussir LE CHOIX DU STATUT JURIDIQUE Un choix à adapter à vos besoins Les questions à vous poser La volonté de s associer La capacité juridique La responsabilité

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

Première Session du Conseil Présidentiel pour l Investissement

Première Session du Conseil Présidentiel pour l Investissement PRESIDENCE DU FASO BURKINA FASO = = = = = = = Unité Progrès Justice Première Session du Conseil Présidentiel pour l Investissement Recommandations de la Première Session du CPI 5 6 Novembre 2009 0 SYNTHESE

Plus en détail

Réussir sa création d entreprise

Réussir sa création d entreprise Chambre des Experts Comptables du Cœur d Hérault Réussir sa création d entreprise Les conseils de l expert-comptable Support téléchargeable sur : www.cecch.fr CSOEC 2012 Comité Création d Entreprise La

Plus en détail

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC Mohamed SBIHI Professeur à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales Rabat-Agdal Dans un contexte d ouverture, caractérisé

Plus en détail

CONTRAT DE TRAVAIL DU SALARIÉ FRANÇAIS DANS LE CADRE D'UN DÉTACHEMENT OU D'UNE EXPATRIATION. Généralités

CONTRAT DE TRAVAIL DU SALARIÉ FRANÇAIS DANS LE CADRE D'UN DÉTACHEMENT OU D'UNE EXPATRIATION. Généralités I MAJ.05-2015 SOMMAIRE A - CONTRAT DE TRAVAIL INTERNATIONAL CONTRAT DE TRAVAIL DU SALARIÉ FRANÇAIS DANS LE CADRE D'UN DÉTACHEMENT OU D'UNE EXPATRIATION A10 A10 CRITÈRES DE DISTINCTION ENTRE LA SITUATION

Plus en détail

La cotation Banque de France

La cotation Banque de France ENTREPRISES PROFESSION BANCAIRE La cotation Banque de France Guide de référence 2011 Une référence pour le dialogue entre la banque et l entreprise Sommaire LA COTATION BANQUE DE FRANCE 1.1. UNE COTATION

Plus en détail

Zones franches et places financières offshore au Maroc

Zones franches et places financières offshore au Maroc Zones franches et places financières offshore au Maroc Actualisation au 1 mai 2002 MINEFI DREE/TRÉSOR Soucieux de consolider sa politique d ouverture commerciale, d améliorer ses capacités d exportation

Plus en détail

VI. DROIT ECONOMIQUE ET COMMERCIAL. 11. Textes législatifs et réglementaires nationaux 1. Textes 2. Travaux préparatoires

VI. DROIT ECONOMIQUE ET COMMERCIAL. 11. Textes législatifs et réglementaires nationaux 1. Textes 2. Travaux préparatoires VI B. DROIT ECONOMIQUE ET COMMERCIAL BELGE 0.- REVUES 1. SOURCES 11. Textes législatifs et réglementaires nationaux 1. Textes 2. Travaux préparatoires 12. Traités internationaux 13. Commentaires, doctrine

Plus en détail

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation

Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Le secteur des assurances en Tunisie : Des lacunes à combler dans un secteur en pleine mutation Plusieurs tentatives visant la mise à niveau et la refonte du secteur des assurances en Tunisie ont déjà

Plus en détail

Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A.

Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A. Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A. Thèmes traités pour l épreuve de raisonnement juridique et pour l épreuve à caractère pratique Droit des obligations I. - Les

Plus en détail

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur.

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur. INVESTIR AU TCHAD POURQUOI INVESTIR AU TCHAD Des Potentialités Economiques Enormes Un Environnement Politique et Economique Favorable Une Activité Economique Réglementée Un Cadre Indicatif Favorable. DES

Plus en détail

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008

Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 Chiffres-clés relatifs à la place financière suisse Mis à jour en décembre 2008 O:\Ifw-daten\IFW-FF\14 FinMaerkte_FinPlatzPolitik\143.2 FM CH Statistik\Publ Kennzahlen\Kennzahlen_Dezember08\Internet\Kennzahlen_CD-

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Optimisez la passerelle

Optimisez la passerelle www.ca-els.com Optimisez la passerelle de l épargne temps vers le PERCO La loi du 9 novembre 2010 vous offre une opportunité fiscale et sociale Un cadre fiscal et social attractif... La loi n 2010-1330

Plus en détail

Présentation Opportunités de coopération à la Réunion Club Export Réunion

Présentation Opportunités de coopération à la Réunion Club Export Réunion Présentation Opportunités de coopération à la Réunion Club Export Réunion Sommaire I. Présentation du Club Export Réunion II. Présentation générale de l économie réunionnaise III. Boites à outils I. Présentation

Plus en détail

«Mécanismes» et contraintes budgétaires

«Mécanismes» et contraintes budgétaires Ville de Viry-Châtillon / Bilan 2008 2013 et prospective financière 2014-2020 Intervention du 25 septembre 2014 87 rue St-Lazare I 75009 Paris Tél. 01 55 34 40 00 I Fax 01 40 41 00 95 Mail : fcl@fcl.fr

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

Votre Entreprise en Suisse. Philipp Troesch Avocat Schaer Partners Bâle, le 26 septembre 2014

Votre Entreprise en Suisse. Philipp Troesch Avocat Schaer Partners Bâle, le 26 septembre 2014 Votre Entreprise en Suisse Philipp Troesch Avocat Schaer Partners Bâle, le 26 septembre 2014 Thèmes abordés 1. Présentation 2. Premiers pas, le début d un projet 3. Fonder une société en Suisse 4. Gérer

Plus en détail

Le régime MICRO-ENTREPRENEUR

Le régime MICRO-ENTREPRENEUR Le régime MICRO-ENTREPRENEUR Françoise HARRIAGUE Pôle Guichet Unique Janvier 2015 Devient le MICRO-ENTREPRENEUR La loi relative à l artisanat, au commerce et aux très petites entreprises Du 18 juin 2014

Plus en détail

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise?

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Matinale Entrepreneuriale - Mardi 23 septembre 2014 Jean-Pierre Franiatte jpf@cabinetfraniatte.com 03 87 62 85 25 CABINET

Plus en détail

A J C AVOCATS JURISCONSEIL SOCIÉTÉ D AVOCATS INTER BARREAUX CONSEIL FISCAL, JURIDIQUE ET SOCIAL

A J C AVOCATS JURISCONSEIL SOCIÉTÉ D AVOCATS INTER BARREAUX CONSEIL FISCAL, JURIDIQUE ET SOCIAL A J C AVOCATS JURISCONSEIL SOCIÉTÉ D AVOCATS INTER BARREAUX CONSEIL FISCAL, JURIDIQUE ET SOCIAL LE PARTENAIRE QUOTIDIEN ET PRIVILÉGIÉ DE LA PERFORMANCE DE VOTRE ENTREPRISE NOTRE CABINET Fruit de l évolution

Plus en détail

Flash News. Mesures de politique sociale et nouvel impôt pour les personnes physiques en 2015

Flash News. Mesures de politique sociale et nouvel impôt pour les personnes physiques en 2015 www.pwc.lu/hrs Flash News Mesures de politique sociale et nouvel impôt pour les personnes physiques en 2015 24 mars 2015 Le 19 décembre dernier a été voté le premier volet des mesures retenues dans le

Plus en détail

NORDEN est un cabinet d avocats spécialisé dans les principaux domaines du droit des affaires.

NORDEN est un cabinet d avocats spécialisé dans les principaux domaines du droit des affaires. ACCUEIL PRESENTATION NORDEN est un cabinet d avocats spécialisé dans les principaux domaines du droit des affaires. Le cabinet NORDEN assiste les entreprises, fonds d investissements et banques françaises

Plus en détail

RELEVÉ DES TRANSACTIONS ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE

RELEVÉ DES TRANSACTIONS ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE RELEVÉ DES S ÉCONOMIQUES AVEC DES NON-RÉSIDENTS RTE Nomenclature générale des codes de transactions à produire par les Déclarants Directs Généraux Pour application à compter du 1 er juillet 2012 15 décembre

Plus en détail

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR TABLEAU DE COMPARAISON ENTRE L EIRL, LA MICRO-ENTREPRISE ET LE REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR Source : site Internet de l agence pour la création d entreprise (APCE) : http://www.apce.com/ SOMMAIRE : 1.

Plus en détail

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011

Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 Créer une filiale à l étranger Approche & Exemples LE TOUR DU MONDE EN 8H - 21 JUIN 2011 PRESENTATION Le groupe ALTIOS International Une société leader dans le conseil et le développement opérationnel

Plus en détail

GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE

GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE Révision : 1/02/08 Impression : 8/02/08 GUIDE DU CRÉATEUR D ENTREPRISE I. CHOIX DE LA FORME JURIDIQUE Le Sénégal est, depuis le 18 septembre 1995, membre de l Organisation

Plus en détail

CHEF D ENTREPRISE : Quelle forme juridique pour votre petite entreprise?

CHEF D ENTREPRISE : Quelle forme juridique pour votre petite entreprise? CHEF D ENTREPRISE : Quelle forme juridique pour votre petite entreprise? Quelles conséquences sur le choix de votre statut social : Salarié ou Travailleurs Non salariés? Intervenants René-jacques MALAFOSSE,

Plus en détail

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée

L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée L Entrepreneur individuel à responsabilité limitée Un nouveau statut juridique et fiscal A jour au 12 mai 2010 Sommaire de l intervention > Présentation de l EIRL > Pourquoi? > Pour qui? > Comment? > Quand?

Plus en détail

Le Groupement d Employeurs

Le Groupement d Employeurs Le Groupement d Employeurs Une formule qui permet aux petites et moyennes entreprises de se regrouper pour employer une maind œuvre qu elles n auraient pas, seules les moyens de recruter Qu est-ce qu un

Plus en détail

LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012

LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 LA LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2012 CONSEIL La loi 2012-958 du 16 août 2012 consistant en la deuxième loi de finances rectificative pour 2012 a été publiée au JO du 17 août 2012. C est la première

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1123829L/Bleue-1 ------ ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de l avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement

Plus en détail

Sommaire CODE GÉNÉRAL DES IMPÔTS...11 LIVRE 1 - IMPÔTS ET TAXES...12

Sommaire CODE GÉNÉRAL DES IMPÔTS...11 LIVRE 1 - IMPÔTS ET TAXES...12 Sommaire CODE GÉNÉRAL DES IMPÔTS...11 LIVRE 1 - IMPÔTS ET TAXES...12 Titre 1 - Impôts directs...12 Chapitre 1 - Impôt sur les sociétés (IS)...12 Section 1 - Généralités...12 Section 2 - Champ d application...12

Plus en détail

Le Marché de l Assurance au LIBAN

Le Marché de l Assurance au LIBAN Le Marché de l Assurance au LIBAN Monsieur Assaad Mirza Président de l ACAL 1 Première partie : Evolution du Marché A) Genèse et essor Les premiers contrats d assurance ont été introduits par le développement

Plus en détail

SCPI Fructipierre EN BREF

SCPI Fructipierre EN BREF SCPI Fructipierre Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIPIERRE est une SCPI de taille importante détenant des actifs immobiliers représentant

Plus en détail

REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR

REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR REGIME DE L AUTO-ENTREPRENEUR 1 Remarques introductives Statut mis en œuvre par la loi de Modernisation de l Economie du 4 août 2008 Statut en vigueur à compter du 1er janvier 2009 Site internet : http://www.auto-entrepreneur.cci.fr/

Plus en détail

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL

FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL À RESPONSABILITÉ LIMITÉE BERCY > LE 27 JANVIER 2010 FICHE N 1 FONCTIONNEMENT DE L EIRL Quel est l intérêt du dispositif? L EIRL permet la séparation du patrimoine de l entrepreneur,

Plus en détail

REFORMES OPEREES PAR LE GOUVERNEMENT POUR L AMELIORATION DE L ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES EN RDC

REFORMES OPEREES PAR LE GOUVERNEMENT POUR L AMELIORATION DE L ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES EN RDC république démocratique du congo Ministère du Plan et Révolution de la Modernité Agence Nationale pour la Promotion des Investissements ANAPI REFORMES OPEREES PAR LE GOUVERNEMENT POUR L AMELIORATION DE

Plus en détail

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples!

Comité pour l annulation de la dette du tiers monde. La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! Comité pour l annulation de la dette du tiers monde http://www.cadtm.org/ensemble-pour-imposer-une-autre La dette, une manne pour les créanciers, un drame pour les peuples! L argument de la dette publique

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E

Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Commission départementale de financement de l économie C.D.F.E Préfecture de Vaucluse 6 février 2015 L ordre du jour Eléments de la conjoncture PACA Analyse de la situation économique en Vaucluse Présentation

Plus en détail

Commission Nationale de l Environnement des Affaires

Commission Nationale de l Environnement des Affaires Commission Nationale de l Environnement des Affaires Programme d action 2010 2 Commission Nationale de l Environnement des Affaires Programme d action 2010 Sommaire Synthèse du programme d action 2010

Plus en détail

Documents complémentaires au PPN du DUT Carrières juridiques (CJ) Description des parcours de modules complémentaires destinés à la poursuite d étude

Documents complémentaires au PPN du DUT Carrières juridiques (CJ) Description des parcours de modules complémentaires destinés à la poursuite d étude CPN CJ Documents complémentaires au PPN du DUT Carrières juridiques (CJ) Description des parcours de modules complémentaires destinés à la poursuite d étude S'appuyant sur l'arrêté du 3 août 2005, les

Plus en détail

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14

Approches macroéconomique et fiscale. Introduction à la première partie... 14 TABLE DES MATIERES Préface... 5 Avant- propos... 9 Partie 1 Approches macroéconomique et fiscale Introduction à la première partie... 14 CHAPITRE 1 La politique budgétaire est- elle encore efficace pour

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTÉ A VOTRE PROJET

ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTÉ A VOTRE PROJET ENTREPRENEURS, CHOISISSEZ LE STATUT JURIDIQUE LE PLUS ADAPTÉ A VOTRE PROJET Cécile MOREIRA, Avocat Frédéric GIOVANNINI, Gan Assurances Denis BARBAROSSA, Expert Comptable Le statut juridique conditionne

Plus en détail

LE STATUT DU COLLABORATEUR LIBERAL LOIT DU 2 AOUT 2005 ART. 18

LE STATUT DU COLLABORATEUR LIBERAL LOIT DU 2 AOUT 2005 ART. 18 1 LE STATUT DU COLLABORATEUR LIBERAL LOIT DU 2 AOUT 2005 ART. 18 La loi du 2 août 2005, art. 18, a crée un nouveau mode d exercice des professions libérales : celui de collaborateur libéral. Deux professions

Plus en détail

Redressement et stabilisation du cadre. Reformes structurelles de l économie Reformes des finances publiques Bonne gouvernance

Redressement et stabilisation du cadre. Reformes structurelles de l économie Reformes des finances publiques Bonne gouvernance Avant - Économie congolaise caractérisée par un tissu industriel délabré - Infrastructures socio-économiques de base détruites - Inflation galopante - Monnaie chancelante Après - Ambitieux programme de

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA RÉPUBLIQUE PORTUGAISE ET LE ROYAUME DU MAROC CONCERNANT LA PROMOTION ET LA PROTECTION RÉCIPROQUES DES INVESTISSEMENTS

ACCORD ENTRE LA RÉPUBLIQUE PORTUGAISE ET LE ROYAUME DU MAROC CONCERNANT LA PROMOTION ET LA PROTECTION RÉCIPROQUES DES INVESTISSEMENTS ACCORD ENTRE LA RÉPUBLIQUE PORTUGAISE ET LE ROYAUME DU MAROC CONCERNANT LA PROMOTION ET LA PROTECTION RÉCIPROQUES DES INVESTISSEMENTS La République Portugaise et le Royaume du Maroc, désignés ci-après:

Plus en détail

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 %

Mesures évaluées 46 68 % 35 324 % Niches fiscales et sociales Un inventaire à la Prévert Il a fallu un an au comité d évaluation (une douzaine de hauts fonctionnaires), au ministère du budget, pour sortir un très gros rapport qui inventorie

Plus en détail

LES INDUSTRIES EXTRACTIVES

LES INDUSTRIES EXTRACTIVES LES INDUSTRIES EXTRACTIVES 1. Les mesures pratiques qui ont été prises et les progrès réalisés dans leur mise en œuvre Depuis son accession à l indépendance, le Mali, à travers ses différents plans de

Plus en détail

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE?

VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? PARIS, LE 17 FEVRIER 2011 VERS UNE REFORME DE LA FISCALITE DU PATRIMOINE? I - LA FISCALITE SUR LE PATRIMOINE EN QUELQUES CHIFFRES La fiscalité sur les biens immobiliers représente 2,2% du PIB (1% pour

Plus en détail

Chroniques notariales vol. 56. Table des matières

Chroniques notariales vol. 56. Table des matières Chroniques notariales vol. 56 Table des matières Chapitre I. Généralités..................................... 222 Section 1. Formalité de l enregistrement........................ 222 1. Obligation d enregistrement

Plus en détail

Sommaire. Introduction... 21

Sommaire. Introduction... 21 Sommaire Introduction... 21 Chapitre 1 : Première approche du pays... 23 PRÉSENTATION DU PAYS... 23 GÉOGRAPHIE... 23 CLIMAT ET TEMPÉRATURES... 25 LES VILLES... 26 Casablanca... 26 Rabat... 27 Fès... 27

Plus en détail

Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base

Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base Succès commercial avec la Russie Les 10 Principes de Base Les 10 Principes de Base Introduction Tout d abord, une bonne nouvelle: vendre en Russie n exige en général pas plus de préparation ni d informations

Plus en détail

Requête en réclamation d aliments (articles 205 et suivants du Code Civil)

Requête en réclamation d aliments (articles 205 et suivants du Code Civil) présentée à Requête en réclamation d aliments (articles 205 et suivants du Code Civil) Monsieur ou Madame le Juge aux Affaires Familiales TRIBUNAL DE GRANDE INSTANCE 21 Place Saint Pierre 55 000 BAR-LE-DUC

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES F UPOV/INF/9 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE ACCORD entre l Union internationale pour la protection des obtentions végétales et le Conseil fédéral suisse pour déterminer

Plus en détail

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION

II. LE CONTRAT DE TRAVAIL, CONSEQUENCE DU LIEN DE SUBORDINATION CHAPITRE 8 LE LIEN DE SUBORDINATION : LE CONTRAT DE TRAVAIL ET LES POUVOIRS DE L EMPLOYEUR I. LA DISTINCTION ENTRE LE TRAVAIL SUBORDONNE ET LE TRAVAIL INDEPENDANT La loi n a pas défini la notion de salarié.

Plus en détail

Ce qu il faut savoir en 20 points

Ce qu il faut savoir en 20 points Ce qu il faut savoir en 20 points 1. Comptabilité allégée : o registre des ventes : les obligations comptables des autoentrepreneurs sont réduites. Ils peuvent simplement tenir un livre chronologique mentionnant

Plus en détail

1. faciliter la création des sociétés à responsabilité limitée (SARL) :

1. faciliter la création des sociétés à responsabilité limitée (SARL) : Note de présentation du projet de loi modifiant et complétant la loi n 5-96 sur la société en nom collectif, la société en commandite simple, la société en commandite par actions, la société à responsabilité

Plus en détail

LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU

LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU LE CHOIX DU STATUT SOCIAL DU DIRIGEANT Emmanuelle DUPEUX LOTTERI Consultant Droit social Infodoc experts Sommaire Les différents statuts Statut du dirigeant et droit du travail Statut du dirigeant et protection

Plus en détail

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises?

B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? B Qui sont les propriétaires et les gestionnaires des entreprises? a) L entrepreneur individuel trepreneur individuel Nombre de propriétaires = 1 seul Responsabilité sur ses biens propres = illimitée Activités

Plus en détail

Choisir le régime de l autoentrepreneur

Choisir le régime de l autoentrepreneur MAI 2015 ENTREPRENEURS N 5 ENTREPRENDRE LES MINI-GUIDES BANCAIRES lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent Choisir le régime de l autoentrepreneur Ce mini-guide vous est offert

Plus en détail

Professionnalisation / vidéoconférence sur l EIRL Réponses aux questions n ayant pu être traitées en direct

Professionnalisation / vidéoconférence sur l EIRL Réponses aux questions n ayant pu être traitées en direct Professionnalisation vidéoconférence sur l EIRL Réponses aux questions n ayant pu être traitées en direct Vous trouverez ci-dessous, regroupées par thématiques, les réponses à une trentaine de questions

Plus en détail

Le rôle d une fédération dans l aide au développement des PME, le cas du Conseil National du patronat (CNP) du Sénégal

Le rôle d une fédération dans l aide au développement des PME, le cas du Conseil National du patronat (CNP) du Sénégal Le rôle d une fédération dans l aide au développement des PME, le cas du Conseil National du patronat (CNP) du Sénégal Mr. El H. Mamadou Mansour SARR Expert conseil Formateur en Création d Entreprises

Plus en détail

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps

UFFI REAM. Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers. Donnons plus de valeur au temps GESTION D ACTIFS IMMOBILIERS SCPI OPCI GROUPEMENTS FORESTIERS UFFI REAM Société de Gestion d Actifs SCPI, OPCI et Groupements Forestiers Donnons plus de valeur au temps UFFI REAM Historique UFFI Ream :

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

SOMMAIRE MANUEL «MOBILITÉ INTERNAT I O N A L E»

SOMMAIRE MANUEL «MOBILITÉ INTERNAT I O N A L E» I MAJ.6.05 SOMMAIRE MANUEL «MOBILITÉ INTERNAT I O N A L E» I - EXPAT R I E S - DETA C H E S A - CONTRAT DE TRAVAIL INTERNATIONAL Index alphabétique A Contrat de travail du salarié français dans le cadre

Plus en détail

1. Créer une société en Suisse occidentale

1. Créer une société en Suisse occidentale Nestle, (canton of Vaud) 1. Créer une société en Suisse occidentale Sommaire 1.1 Éligibilité 1.2 Différentes étapes de la création d une société généralités 1.3 Choix de la forme juridique de la société

Plus en détail

LOI N 023-2013/AN BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- PORTANT LOI D ORIENTATION DE L INVESTISSEMENT AU BURKINA FASO

LOI N 023-2013/AN BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- PORTANT LOI D ORIENTATION DE L INVESTISSEMENT AU BURKINA FASO BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE CINQUIEME LEGISLATURE ----------- ASSEMBLEE NATIONALE LOI N 023-2013/AN PORTANT LOI D ORIENTATION DE L INVESTISSEMENT AU BURKINA

Plus en détail

LABOUR NEWS - TRAVAIL

LABOUR NEWS - TRAVAIL LABOUR NEWS - TRAVAIL Qu est-ce qu un faux indépendant : quelle est la limite entre le statut de salarié et le statut d indépendant? Une personne physique peut très bien se trouver, d un point de vue administratif,

Plus en détail

Réunion d'information 1

Réunion d'information 1 Réunion d'information 1 Introduction Auto-entrepreneur = Immatriculation simplifiée et gratuite + Dispense de collecte de TVA + Régime micro-social simplifié + Sur option : régime micro-fiscal simplifié

Plus en détail

OGACA. Les sessions thématiques de l OGACA. 2ème trimestre 2010 Strasbourg. Agence conseil auprès des entreprises culturelles

OGACA. Les sessions thématiques de l OGACA. 2ème trimestre 2010 Strasbourg. Agence conseil auprès des entreprises culturelles OGACA Agence conseil auprès des entreprises culturelles Les sessions thématiques de l OGACA 2ème trimestre 2010 Strasbourg /P2 L Ogaca accompagne depuis 1984 les acteurs culturels régionaux en leur proposant

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 749 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE SESSION ORDINAIRE DE 2011-2012 17 octobre 2011 PROJET DE LOI de finances rectificative pour 2011,

Plus en détail

LES PRÉLÈVEMENTS URSSAF, RSI, LPA, CNBF, ORDRE, CNB...

LES PRÉLÈVEMENTS URSSAF, RSI, LPA, CNBF, ORDRE, CNB... C O T I S A T I O N S S O C I A L E S LES PRÉLÈVEMENTS URSSAF, RSI, LPA, CNBF, ORDRE, CNB... Exercer c est aussi déclarer... et cotiser! Prélèvements sociaux et professionnels : COMPARATIF COLLABORATEUR

Plus en détail