Systèmes de Ponzy et fraudes pyramidales : Comment ca marche? XIème Forum de la CIFA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Systèmes de Ponzy et fraudes pyramidales : Comment ca marche? XIème Forum de la CIFA"

Transcription

1 Systèmes de Ponzy et fraudes pyramidales : Comment ca marche? Gilles DUTEIL Groupe Européen de Recherche sur la Délinquance Financière et la Criminalité Organisée CETFI DELFICO - Aix-Marseille Université XIème Forum de la CIFA Monaco avril 2013 Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 1

2 Les techniques de diffusion des escroqueries financières Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 2

3 Le mécanisme de Ponzi Si durant le moyen-âge, les alchimistes ont essayé en vain de transformer le métal en or, c'est sans pierre philosophale que Carlo PONZI a réussi à accroître considérablement sa richesse en peu de temps! Il s'agit en fait, d'attirer des investisseurs sur un système de placement à "haut rendement" et à les inciter à vous remettre des fonds (si possible, importants). Avec les fonds ainsi obtenus, il suffit de payer les rendements promis, pour déclencher l'arrivée massive d'autres investisseurs dont l'argent servira à rémunérer d'autres participants, sans oublier l'initiateur. Ce phénomène, connu sous le nom de "Boule de Neige" consiste simplement à habiller Paul en déshabillant Jean! Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 3

4 Le mécanisme de Ponzi Par exemple, Ponzi propose un "investissement" qui rapporte 50 % par an, en 4 versements. Au bout de 3 mois, Ponzi versera 1/4 des 50 % à ses clients, qui agréablement surpris apporteront spontanément de nouvelles victimes à Ponzi, et ainsi de suite jusqu'au moment où un certain nombre d'investisseurs souhaitera sortir du système... En réalité le mécanisme de Ponzi est une arnaque dans laquelle l'argent confié au commettant n'est jamais investi et, à terme, le système est voué à la faillite. Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 4

5 Les Pyramides Il existe une similitude entre les mécanismes de Ponzi et les pyramides d'investissement. La seule différence est que les victimes investissent de l'argent dans une arnaque de Ponzi pour le faire fructifier, alors que celles qui participent à des pyramides obtiennent, moyennant le paiement d'une commission, un droit de "faire". Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 5

6 Les Pyramides Les pyramides d'investissement sont structurées autour d'une forte hiérarchie des participants. Les nouveaux venus doivent verser de l'argent aux anciens dans le but d'obtenir une "promotion interne" qui leur permettra, à leur tour, de collecter de l'argent. En 1987, dans l'état du DELEWARE, une pyramide fut instituée. On laissait miroiter aux prospects que, s'ils achetaient un siège à $ et s'ils amenaient 2 autres personnes à investir, ils sortiraient au "quatrième niveau avec une prime de $ Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 6

7 La pyramide à 4 niveaux 1 - Lors de l'achat du siège à $ 5.000, l'investisseur devenait "responsable de vente junior" et devait trouver 2 nouveaux investisseurs. 2 - Dès que les deux nouvelles recrues avaient payé leur prime d'entrée, l'investisseur initial était promu "chef des ventes". 3 - Après que ces deux nouveaux "responsables juniors" ait parrainé 4 nouveaux entrants (2 chacun), le "chef des ventes" devenait "directeur de branche". 4 - Dès que les 4 nouveaux venus introduisaient chacun 2 autres participants, l'investisseur initial devenait "directeur de division" et touchait $ qu'il pouvait conserver ou réinvestir en tant que "responsable junior". Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 7

8 Les Pyramides à 4 niveaux INITIATEUR Rang 1 Rang Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 8

9 Les Pyramides à 4 niveaux Ainsi, pour qu'un seul investisseur "sorte" et soit rémunéré, il faut que 14 personnes aient participé. Pour rembourser chacune de ces 14 personnes, il faudra en trouver 14*14 = 196, puis 196*14 = 2.744, puis 2.744*14 = enfin, pour le le 5 rang soit comblé il faudrait investisseurs! Dans la pratique, ce montage devient illusoire dès le troisième niveau. Ce montage est particulièrement intéressant car, celui qui apporte 14 personnes, sort avec $ , alors que les participants ont versés $ * 14 = $ ! Ce qui implique que "l'organisateur" de la pyramide empoche la différence soit, $ et ce sans avoir investi un seul dollar! Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 9

10 Les escroqueries de type «Roll- Programs et HYIP» Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 10

11 L'ESCROQUERIE Les financements internationaux (Prime Bank Guarantees, Stand-by Letters of Credit, Promissory Notes, Roll- Programmes, UCC-1, etc.) Les investissements à forts rendements basés sur des instruments financiers internationaux. Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 11

12 Mécanisme général du «Prêt» Il s agit d acheter (ou de louer) un prétendu instrument financier (Garantie bancaire, lettre de crédit stand-by et autres MTN s) et de mettre ce dernier en «trade» au travers d un mystérieux intervenant : le «Master» qui obtiendra une rentabilité (illusoire) de 1 à 5% par transaction. Cet argent servira à constituer le capital souhaité et à rémunérer les «intermédiaires» (en 3 à 6 mois) selon les variantes. Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 12

13 Mécanisme général du «Prêt» Pour acheter ou louer cet instrument, la victime devra verser un «deposit» de l ordre de 10 à 15% du montant du prêt. Par exemple pour de deposit, on promet à la victime un prêt de 1 million. Comme, l instrument acquis ou loué, continue à «tourner», le capital, et parfois les intérêts, du prêt se remboursent tous seuls : c est le «self liquidating loan». Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 13

14 Mécanisme général du «Prêt» Une variante consiste à prétendre que le «deposit» reste sur un compte bloqué et qu il sert à générer une «ligne de crédit» 50 à 100 fois plus importante qui, elle-même servira à louer des instruments financiers En définitive, après avoir versé le «deposit», les victimes ne verront jamais le prêt et dans la plupart des cas, l argent qu ils ont versé ne sera jamais récupéré. Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 14

15 Les caractéristiques de ces transactions frauduleuses sont les suivantes : très profitables sans risque immédiatement disponibles sans frais sans amortissement transactions de banque à banque sous le contrôle des banques, de la FED, de l'icc, de l'imf... très confidentielles réservés à quelques initiés fonds d'origine non criminelle Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 15

16 C'EST LE PARADIS Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 16

17 Les malfaiteurs recherchent deux type de victimes 1 - les investisseurs à la recherche de nouvelles opportunités. 2 - les personnes (physiques ou morales) ayant besoin d'un prêt. mais la meilleure cible reste les naïfs, les crédules et les incompétents! Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 17

18 Dans la majorité des cas, l'argent des victimes ne reste pas en France il est versé ou transféré sur des comptes bancaires à l'étranger et de préférence dans des pays ayant une forte tradition du "secret bancaire". Ile de Man, Gibraltar, Ile Caïman, Bahamas, Turks & Caicos, etc. (via UK, Espagne, USA etc ) Il est donc pratiquement impossible de récupérer l'argent "investi". Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 18

19 L'HABILLAGE DE LA FRAUDE La différence significative entre la violence et l'escroquerie est que cette dernière implique un certain degré de participation (consciente ou inconsciente) des victimes. Dans le cas des escroqueries au PBI, les victimes donnent de l'argent car elles veulent être partie prenante du "montage financier". Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 19

20 L'HABILLAGE DE LA FRAUDE Aussi, pour être "crédibles", les escrocs utilisent des sociétés offshore aux noms proches de banques ou d'établissements financiers existants. Ils utilisent le nom de banques, de compagnies d'assurances (et le nom des employés). les montages financiers ne sont pas compréhensibles. Ils utilisent des banques fictives (offshore). Et tous documents en provenance de tiers (cartes de visite, papier en tête...). Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 20

21 CREDIBILISER EN UTILISANT DES TIERS (liste non exhaustive) Employés de Banque Avocats I.O.B. Intermédiaire en assurances Notaires Hommes politiques Experts Comptables Conseils en Gestion de patrimoine Notables Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 21

22 Le système bancaire français doit donc veiller à entraver le développement de ces escroqueries En prenant un maximum de garanties lors de l'ouverture de comptes courants. En signalant aux CRF les comptes présentant une activité suspecte. En vérifiant physiquement les chèques qui leur sont présentés au paiement. Les acteurs dégagent ainsi leur responsabilité civile et/ou pénale. Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 22

23 LUTTER CONTRE LA DELINQUANCE FINANCIERE en connaissant les mécanismes frauduleux. en diffusant l'information auprès de la clientèle. en organisant des circuits d'information entre professionnels. en saisissant les autorités compétentes (Banque de France, AMF, ACP, SICCFIN (FIU), Police judiciaire...). en décourageant les escrocs en rendant leurs actions de plus en plus difficile à exercer sur la Place. en facilitant l'action de la Justice. Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 23

24 Bank Co-ordinator SIGNAUX D'ALERTE Bank to Bank Transaction Blocked Fund Letter Conditional/Unconditional SWIFT Transfer CUSIP Number Fresh Cut, Seasoned or Live Paper Funds of Good, Clean & Non-Criminal Origin ICC Non-Circonvention, Non-Disclosure agreement Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 24

25 SIGNAUX D'ALERTE ICC Format 3034/3039 (London Short/Long Form) Invoice Price Irrevocable Bank Pay Order / Purchase Order Irrevocable, Divisible, Assignable & Tranferable Letter of Credit Key Tested Telex Letter of Commitment / Letter of Intend Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 25

26 SIGNAUX D'ALERTE Master Collateral Commitment (MCC) Off-balance sheet activities One year & one day; ten years & one day "Prime" World Banks, Top Proof of Fund Ready, Willing & Able (RWA) Roll-Programme Window Time Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 26

27 SIGNAUX D'ALERTE Une autre erreur fréquente des escrocs est de faire référence aux publications de l'icc. Par exemple de citer les UCP/ICC 400 ou 500 dans des documents présentant des Guarantees ou des Promissory Notes. ou encore : "Uniform Customs and Practices for Documentary Credits (UCP) Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 27

28 MISE EN GARDE destinée aux Etablissements de Crédit et autres professions réglementées pouvant être impliqués dans cette forme de délinquance financière Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 28

29 MISE EN GARDE L'augmentation des pertes dues à des employés corrompus et à la délinquance organisée pose de sérieux problèmes à la communauté bancaire européenne et mondiale. US$ 20 M. perdu par la Banque de Tokyo en Malaisie, US$ 72 M. par Christiana Bank, Hong Kong Bank et Standard Chartered Bank, en Ces pertes résultent directement d'escroqueries commises par des délinquants qui ont réussi à infiltrer les banques! Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 29

30 MISE EN GARDE La responsabilité des banques et des intermédiaires financiers est de plus en plus recherchée par les victimes. Les plaintes pour complicité d'escroquerie (d escroquerie en bande organiée) et négligences graves sont en très nette augmentation. En ce moment, les parties civiles victimes de D.O. CONSEIL à TOULON, tentent de mettre en cause la SOCIETE GENERALE, pour son rôle joué dans le dossier Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 30

31 CONCLUSION Participez activement à la lutte contre ce fléau international qui représente plusieurs centaines de millions (voire milliards) de francs de préjudice par an en France. Sur le plan mondial, le Commercial Crime Bureau estime le coût de cette délinquance financière à 10 millions de Dollars US...PAR JOUR!!! Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 31

32 Le rôle des "apporteurs d'affaires" En matière de prêts d'argent, les intermédiaires doivent être considérés comme des I.O.B. dont l'activité est régie par les lois du 24 janvier 1984, du 28 décembre 1966 la «Loi de Régulation Bancaire et Financière» du 22 octobre Dans les systèmes de prêts d'argent frauduleux, les intermédiaires sont toujours en infraction avec les textes précités. Ces mécanismes frauduleux prospèrent grâce à l'intervention des "apporteurs d'affaires" qui, dans les faits, ne font pas toujours l'objet de poursuites pénales. Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 32

33 La Lutte contre les escrocs est un combat de tous les jours Groupe de Recherches sur la Délinquance Financière 33

LE FOREX ou marché des changes

LE FOREX ou marché des changes LE FOREX ou marché des changes L essentiel sur $ Le risque est au bout du clic En partenariat avec Qu est-ce que c est? Le Forex est le marché des changes (FOReign EXchange en anglais, marché des devises).

Plus en détail

Blanchiment d argent: mode d emploi

Blanchiment d argent: mode d emploi Blanchiment d argent: mode d emploi La définition du blanchiment d argent, selon la loi 05.01.2005 relative a la prévention et la lutte contre le blanchiment d argent et le financement du terrorisme. C

Plus en détail

N 63 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994. Annexe au procès-verbal de la séance du 27 octobre 1993. PROPOSITION DE RÉSOLUTION

N 63 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994. Annexe au procès-verbal de la séance du 27 octobre 1993. PROPOSITION DE RÉSOLUTION N 63 SÉNAT PREMIÈRE SESSION ORDINAIRE DE 1993-1994 Annexe au procès-verbal de la séance du 27 octobre 1993. PROPOSITION DE RÉSOLUTION PRÉSENTÉE EN APPLICATION DE L'ARTICLE 73 BIS DU RÈGLEMENT, sur la proposition

Plus en détail

Mandatée par Monsieur Jeton Alitjaha, domicilié en Suisse, procuration annexée, je vous prie d'enregistrer une plainte pour :

Mandatée par Monsieur Jeton Alitjaha, domicilié en Suisse, procuration annexée, je vous prie d'enregistrer une plainte pour : Erables 31 CH 1950 SION Tél. 0273226821 Fax 0273226822 CCP 19-32.848-4 isabelle@demisa.ch Parquet de Paris 14, quai des Orfèvres F-75059 PARIS LOUVRE RP-SP... Sion, mercredi 20 août 2014. Madame, Monsieur,

Plus en détail

INDICATEURS D OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT

INDICATEURS D OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NL1175e Avril 2007 INDICATEURS D OPÉRATIONS

Plus en détail

Savais-tu que. Des fiches à ta portée

Savais-tu que. Des fiches à ta portée Savais-tu que Il y a un grand nombre d escroqueries bien connues au Canada. Il n existe pas de victime type pour la fraude. En effet, ton âge, ton origine, tes revenus ou ton lieu de résidence n ont rien

Plus en détail

SÉCURISEZ LE TRAITEMENT DES PAIEMENTS AVEC KASPERSKY FRAUD PREVENTION. #EnterpriseSec http://www.kaspersky.com/fr/entreprise-securite-it/

SÉCURISEZ LE TRAITEMENT DES PAIEMENTS AVEC KASPERSKY FRAUD PREVENTION. #EnterpriseSec http://www.kaspersky.com/fr/entreprise-securite-it/ SÉCURISEZ LE TRAITEMENT DES PAIEMENTS AVEC KASPERSKY FRAUD PREVENTION #EnterpriseSec http://www.kaspersky.com/fr/entreprise-securite-it/ Aujourd'hui, les clients des banques peuvent effectuer la plupart

Plus en détail

INDICATEURS D OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT

INDICATEURS D OPÉRATIONS DE BLANCHIMENT Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NL1175f Janvier 2012 INDICATEURS

Plus en détail

Avis public : Rapport spécial sur les CHÈQUES ET MANDATS-POSTE FALSIFIÉS

Avis public : Rapport spécial sur les CHÈQUES ET MANDATS-POSTE FALSIFIÉS Avis public : Rapport spécial sur les CHÈQUES ET MANDATS-POSTE FALSIFIÉS Sommaire Au cours des dernières années, les organismes de réglementation et d application de la loi du Canada et des États-Unis

Plus en détail

L du 02 août 2003 (Mém. n 112 du 14 août 2003, p.2364)

L du 02 août 2003 (Mém. n 112 du 14 août 2003, p.2364) Loi du 2 août 2003 portant - modification de la loi modifiée du 5 avril 1993 relative au secteur financier; - modification de la loi modifiée du 23 décembre 1998 portant création d'une commission de surveillance

Plus en détail

MANDAT DE CONSEIL «PORTEFEUILLE D ACTIONS DE SOCIETES COTEES SUR ALTERNEXT ELIGIBLES AU DISPOSITIF ISF PME»

MANDAT DE CONSEIL «PORTEFEUILLE D ACTIONS DE SOCIETES COTEES SUR ALTERNEXT ELIGIBLES AU DISPOSITIF ISF PME» MANDAT DE CONSEIL «PORTEFEUILLE D ACTIONS DE SOCIETES COTEES SUR ALTERNEXT ELIGIBLES AU DISPOSITIF ISF PME» ENTRE Monsieur Madame Mademoiselle Nom : Nom de jeune fille :.. Prénoms :.. Date de naissance

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013

CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE. Commission Services Publics. 26 novembre 2013 CONSEIL NATIONAL DE L INFORMATION STATISTIQUE Commission Services Publics 26 novembre 2013 Intervention de Christophe SOULLEZ, chef du département ONDRP Depuis notre dernière encontre nous avons poursuivi

Plus en détail

Les victimes d Apollonia interpellent les commissaires aux comptes du CIFD

Les victimes d Apollonia interpellent les commissaires aux comptes du CIFD Communiqué de presse Paris, le 15 mai 2012 Crise du Crédit Immobilier de France Les victimes d Apollonia interpellent les commissaires aux comptes du CIFD Le groupe fragilisé détient 316 millions d euros

Plus en détail

Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de M. François Lefort : Le Conseil d Etat a-t-il estimé l évasion fiscale à partir de Genève?

Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de M. François Lefort : Le Conseil d Etat a-t-il estimé l évasion fiscale à partir de Genève? Secrétariat du Grand Conseil QUE 72-A Date de dépôt : 15 mai 2013 Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de M. François Lefort : Le Conseil d Etat a-t-il estimé l évasion fiscale à partir

Plus en détail

LES NOTAIRES ET LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX

LES NOTAIRES ET LA LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NL1237b Avril 2006 LES NOTAIRES ET LA

Plus en détail

COMMERCE INTERNATIONALE : OPERATION INTERNATIONALE

COMMERCE INTERNATIONALE : OPERATION INTERNATIONALE Mlle Bâ Aminata Master EI 2 ème année COMMERCE INTERNATIONALE : OPERATION INTERNATIONALE Année Universitaire 2009/2010 Mr Crapanzano 1 Sujet : Vous êtes analyste dans une banque, votre client est un intermédiaire,

Plus en détail

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG

INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG INTERROGATION ECRITE N 3 PFEG Q1 - Quelle est la différence entre une banque de détail et une banque de gros ou universelle? Une banque de détail reçoit des dépôts de ses clients et leur accorde des crédits. Elle se limite aux métiers

Plus en détail

L escroquerie dite «au faux patron» par la réalisation de virements frauduleux

L escroquerie dite «au faux patron» par la réalisation de virements frauduleux L escroquerie dite «au faux patron» par la réalisation de virements frauduleux Un phénomène de grande ampleur C est un phénomène qui touche essentiellement les sociétés françaises Les sociétés de toutes

Plus en détail

Les restrictions légales à la participation d'investisseurs étrangers dans les entreprises russes

Les restrictions légales à la participation d'investisseurs étrangers dans les entreprises russes Svetlana Chekhovskaya Maître de conférences Vice-présidente de la Chaire du droit des affaires (Ecole des Hautes Etudes en Sciences Economiques) Table ronde 25-26 octobre 2013 (Paris) Les restrictions

Plus en détail

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs

PERSONNES POLITIQUEMENT EXPOSÉES Tendances et indicateurs Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NLtypoPEP version4 Janvier 2012

Plus en détail

Problèmes Économiques Numéro 3110 - deuxième quinzaine avril 2015

Problèmes Économiques Numéro 3110 - deuxième quinzaine avril 2015 Pages 8 à 9. Le système financier : les chiffres clés. Problèmes Économiques Numéro 3110 - deuxième quinzaine avril 2015 Double page constituée de huit encadrés fournissant des informations chiffrées sur

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE BLANCHIMENT D ARGENT

INFORMATIONS SUR LE BLANCHIMENT D ARGENT INFORMATIONS SUR LE BLANCHIMENT D ARGENT Origine de l'expression L'expression «blanchiment d'argent» (money laundering en anglais) vient du fait que l'argent acquis illégalement est appelé de l'argent

Plus en détail

Fraude interne, malveillance interne Couverture des risques

Fraude interne, malveillance interne Couverture des risques Jeudi 4 juin 2009 Fraude interne, malveillance interne Couverture des risques Luc Vignancour Luc.vignancour@marsh.com 06 07 52 10 89 www.marsh.fr Couverture des risques Lorsque l entreprise a fait le maximum

Plus en détail

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012

Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 2 Les personnes mises en cause pour crimes et délits non routiers en 2012 Informations et rappels Lorsqu une personne au moins est mise en cause pour un fait constaté de crime et délit non routier enregistré

Plus en détail

manifestation de la vérité»

manifestation de la vérité» ANVI-ASDEVILM Association nationale des victimes de l immobilier Affaire Apollonia : le volet bancaire Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 «L ACPR a le devoir de participer à la manifestation

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE

ORGANISATION MONDIALE ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE Comité du commerce des services financiers S/FIN/W/25/Add.1 19 juin 2003 (03-3275) Original: anglais COMMUNICATION DE HONG KONG, CHINE Tendances du marché et questions

Plus en détail

1. La réception de fonds du public

1. La réception de fonds du public BANQUE L'activité des banques et établissements financiers est régie par la loi du 24.01.1984 complétée par deux décrets du 24.07.1984 et un décret du 27.03.1985. I. CHAMP D'APPLICATION A. Définition 23/07/2012

Plus en détail

PLAN FOR LIFE + Offre

PLAN FOR LIFE + Offre PLAN FOR LIFE + Offre Preneur d'assurance / assuré: Exemple Epargne à long terme branche 23 La présente offre est valable jusqu'au 10.03.2015 et sous réserve de l'acceptation du risque par Allianz Benelux

Plus en détail

Offre Invest for Life Corporate 2

Offre Invest for Life Corporate 2 Offre Invest for Life Corporate 2 Rédigée à l'attention de : Exemple MySavings Proposée par : MySavings Boulevard d'anvers, 38 1000 - Bruxelles info@mysavings.be www.mysavings.be Cette offre n'engage ni

Plus en détail

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3)

L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) L'appel public à l'épargne, pour quel besoin de financement? (2/3) Lors d'une précédente analyse, nous avions présenté deux outils d'appel public à l'épargne qui bénéficient d'un régime légal favorable

Plus en détail

LES MOYENS DE PAIEMENT GESTION DU RISQUE CREDIT

LES MOYENS DE PAIEMENT GESTION DU RISQUE CREDIT LES MOYENS DE PAIEMENT GESTION DU RISQUE CREDIT Les éléments ci-après sont d ordre général. Ils doivent être adaptés en fonction des produits et de leurs contraintes propres. JAY C.I. PARTENAIRE - 06.09.02.03.44

Plus en détail

CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11

CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIERES Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1-1060 BRUXELLES Tél.: 02/533 72 11 Fax: 02/533 72 00 E-mail: info@ctif-cfi.be NL1156c La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

I-Checkit est l outil dont les services chargés de l application de la loi ont besoin au 21 ème siècle pour mettre au jour et neutraliser les réseaux

I-Checkit est l outil dont les services chargés de l application de la loi ont besoin au 21 ème siècle pour mettre au jour et neutraliser les réseaux INTERPOL I-Checkit Pour votre sécurité I-Checkit est l outil dont les services chargés de l application de la loi ont besoin au 21 ème siècle pour mettre au jour et neutraliser les réseaux criminels et

Plus en détail

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES»

Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» Dossier de presse «LUTTER ENSEMBLE CONTRE LA FRAUDE ET L ÉVASION FISCALES» MARDI 15 DÉCEMBRE 2015 --- Evénement présidé par Christiane TAUBIRA, Garde des Sceaux, Ministre de la Justice et Michel SAPIN,

Plus en détail

Notes de présentation. ebay

Notes de présentation. ebay ebay Historique ebay est une entreprise américaine, connue par son site web de ventes aux enchères dont le siège social est situé à San José, Californie (Silicon Valley). Cette société emploie 13 000 personnes

Plus en détail

Un Exposé sur la Finance Islamique

Un Exposé sur la Finance Islamique Un Exposé sur la Finance Islamique Dr. Ahmad JAZAYERI/ Mahamadou L Cissé Directeur Technique/Directeur de La Formation Projet d Appui à la Chaine de Valeur Céréale (CVC) au Mali ACDI/VOCA Finance par USAID

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation Chambre criminelle Audience publique du 30 avril 2014 N de pourvoi: 13-88162 ECLI:FR:CCASS:2014:CR02211 Publié au bulletin Rejet M. Louvel, président Mme Chaubon, conseiller apporteur

Plus en détail

Réponse d'aviva Canada au Rapport d'étape du Comité directeur du Groupe de travail antifraude de l'assurance-automobile de l'ontario

Réponse d'aviva Canada au Rapport d'étape du Comité directeur du Groupe de travail antifraude de l'assurance-automobile de l'ontario Réponse d'aviva Canada au Rapport d'étape du Comité directeur du Groupe de travail antifraude de l'assurance-automobile de l'ontario Le 1 er octobre 2012 Introduction Nous vous remercions de nous fournir

Plus en détail

La responsabilité civile et l'entreprise

La responsabilité civile et l'entreprise La responsabilité civile et l'entreprise Dans la présente rubrique, nous poursuivons notre étude de la responsabilité civile, cette fois-ci du point de vue d'un commerce ou d'une entreprise. Les questions

Plus en détail

Projet Pédagogique Individuel PROMOTION 2011-2012 JURIDICTIONS, AAI, MINISTERES, MJD, ENM PARTENARIAT AVEC LE PPI

Projet Pédagogique Individuel PROMOTION 2011-2012 JURIDICTIONS, AAI, MINISTERES, MJD, ENM PARTENARIAT AVEC LE PPI Projet Pédagogique Individuel PROMOTION 2011-2012 JURIDICTIONS, AAI, MINISTERES, MJD, ENM PARTENARIAT AVEC LE PPI Toutes les demandes de stages auprès de ces institutions doivent être faites au service

Plus en détail

PREFECTURE DE LA SARTHE FICHE DE PROCEDURE

PREFECTURE DE LA SARTHE FICHE DE PROCEDURE PREFECTURE DE LA SARTHE FICHE DE PROCEDURE Mai 2013 TEXTES : Loi n 70-9 du 2 janvier 1970 Décret n 72-678 du 20 juillet 1972 Agent immobilier : conditions d'exercice de l'activité L'agent immobilier est

Plus en détail

Est-ce le bon moment pour renégocier votre crédit immobilier?

Est-ce le bon moment pour renégocier votre crédit immobilier? Est-ce le bon moment pour renégocier votre crédit immobilier? Par Virginie Franc Jacob L express Votre Argent Avec des taux de crédits frôlant les 2 %, vous avez sans doute intérêt à renégocier votre crédit

Plus en détail

RETAIL BANKING SERVICES

RETAIL BANKING SERVICES LENDING SERVICES Interest rate Medium and Long term Investment Taux d intérêt Investissement à Moyen et Long Terme Between 14% and 16% Interest Rate Working Capital Taux d intérêt pour Fonds de Roulement

Plus en détail

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIERES ET DES ENTREPRISES Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance Ces bonnes pratiques, préparée par le Comité des assurance de l'ocde, ont été

Plus en détail

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse.

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse. La criminalité en France Rapport annuel 2014 de l ONDRP La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2013 Jorick GUILLANEUF

Plus en détail

Cybercriminalité et responsabilité du chef d entreprise

Cybercriminalité et responsabilité du chef d entreprise Cybercriminalité et responsabilité du chef d entreprise MEDEF LYON RHONE 28 avril 2015 Xavier VAHRAMIAN, Avocat Associé Sommaire INTRODUCTION DELITS SUBIS PAR LES ENTREPRISES DELITS COMMIS PAR LES ENTREPRISES

Plus en détail

BILAN Au 31/12/1997 Au 31/12/1996 en francs

BILAN Au 31/12/1997 Au 31/12/1996 en francs BILAN Au 31/12/1997 Au 31/12/1996 en francs ACTIF Caisse, banques centrales, CCP (note 1) 5 875 222,37 5 951 492,95 Effets publics et valeurs assimilées Créances sur les établissements de crédit (note

Plus en détail

N 204 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19791980. Annexe au procès-verbal de la séance du 11 avril 1980. PROPOSITION DE LOI

N 204 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19791980. Annexe au procès-verbal de la séance du 11 avril 1980. PROPOSITION DE LOI N 204 SÉNAT SECONDE SESSION ORDINAIRE DE 19791980 Annexe au procès-verbal de la séance du 11 avril 1980. PROPOSITION DE LOI tendant à modifier l'article 99 de la loi n 67-563 du 13 juillet 1967 sur le

Plus en détail

Janvier 2012. La notion de blanchiment

Janvier 2012. La notion de blanchiment Cellule de Traitement des Informations Financières Avenue de la Toison d Or 55 boîte 1 1060 Bruxelles Tél. : +32 2 533 72 11 Fax : +32 2 533 72 00 E-mail : info@ctif-cfi.be NL1156d La lutte contre le blanchiment

Plus en détail

_ Importantes Mises en Garde des Internautes par VeriMore _

_ Importantes Mises en Garde des Internautes par VeriMore _ _ Importantes Mises en Garde des Internautes par VeriMore _ Appel à votre sens des responsabilités Rappel des Quatre Niveaux de Vérifications Lois Contre l'usurpation et la Falsification d'identité Prévention

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION

CONDITIONS GENERALES D UTILISATION CONDITIONS GENERALES D UTILISATION 17/11/2012 1. PRÉSENTATION Le présent document définit les conditions générales d utilisation du service Orange Money Transfert International (ci-après «OMTI»), un service

Plus en détail

Convention Beobank Online et Beobank Mobile

Convention Beobank Online et Beobank Mobile Convention Beobank Online et Beobank Mobile Lisez attentivement cette Convention ("la Convention"). Lisez en tout cas la Section 1 - Conditions générales Beobank Online et Beobank Mobile. Ces conditions

Plus en détail

Politique en matière de traitement des demandes d'information et des réclamations

Politique en matière de traitement des demandes d'information et des réclamations Politique en matière de traitement des demandes d'information et des réclamations Validée formellement par le comité exécutif le 21 août 2014; mise en application dès le 1 er juillet 2014. Le présent document

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 4 juillet 2003 MONEYVAL (2003)9 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

SECTION 3. La prévention de la fraude. Il existe plus de 50 types de fraude sachez vous protéger. Un guide pour les aînés

SECTION 3. La prévention de la fraude. Il existe plus de 50 types de fraude sachez vous protéger. Un guide pour les aînés SECTION 3. La prévention de la fraude Il existe plus de 50 types de fraude sachez vous protéger Un guide pour les aînés 19 SECTION 3. La prévention de la fraude L exploitation financière d une personne

Plus en détail

PAIEMENT ET FINANCEMENT A L INTERNATIONAL

PAIEMENT ET FINANCEMENT A L INTERNATIONAL PAIEMENT ET FINANCEMENT A L INTERNATIONAL.I) INSTRUMENTS DE PAIEMENT: A) LE CHÈQUE: - Chèque: Moyen de paiement à vue. - Chèque bancaire: Il présente une garantie bancaire. - Chèque de l'entreprise Il

Plus en détail

Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel

Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel Ordonnance sur l activité d intermédiaire financier exercée à titre professionnel (OIF) 955.071 du 18 novembre 2009 (Etat le 1 er janvier 2010) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 41 de la loi du 10 octobre

Plus en détail

Intervention du 4 mars 2014 POUR LA PROTECTION CONTRE LA. Colloque AIG / Boken La fraude aux faux ordres de virement

Intervention du 4 mars 2014 POUR LA PROTECTION CONTRE LA. Colloque AIG / Boken La fraude aux faux ordres de virement Intervention du 4 mars 2014 GUIDE À L USAGE DES ENTREPRISES POUR LA PROTECTION CONTRE LA «FRAUDE AU PRÉSIDENT» Colloque AIG / Boken La fraude aux faux ordres de virement M. Raphaël Gauvain, avocat associé

Plus en détail

La confiance, ça se mérite!

La confiance, ça se mérite! La confiance, ça se mérite! La confiance, ça se mérite! Si vous vous préparez à demander de l aide pour gérer certaines de vos affaires, ce guide est pour vous. Qu il s agisse de : Gérer vos investissements

Plus en détail

DOSSIER : LES ARNAQUES SUR INTERNET

DOSSIER : LES ARNAQUES SUR INTERNET DOSSIER : LES ARNAQUES SUR INTERNET 1. Les arnaques les plus fréquentes 2. Les arnaques les plus courantes dans l hôtellerie 3. Comment déceler une arnaque? 4. Comment se protéger? 5. Comment réagir si

Plus en détail

que pour lutter contre la grande criminalité. La CTIF vient de publier son 7 e rapport d activités 5.

que pour lutter contre la grande criminalité. La CTIF vient de publier son 7 e rapport d activités 5. AM18710 1 La lutte contre le blanchiment de capitaux ou le refus d une mondialisation sans lois. A propos du 7 e rapport d activités de la Cellule de traitement des informations financières. Et pourquoi

Plus en détail

Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières Le secteur immobilier et la lutte contre le

Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières Le secteur immobilier et la lutte contre le Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières Le secteur immobilier et la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme L EXPERIENCE SENEGALAISE DE LA CENTIF Dakar,

Plus en détail

ANNEXE 3: crédits documentaires à l'importation. Conditions générales

ANNEXE 3: crédits documentaires à l'importation. Conditions générales ANNEXE 3: crédits documentaires à l'importation Conditions générales La présente demande ainsi que le crédit documentaire ouvert par la Banque sont régis par les Règles et Usances uniformes de la Chambre

Plus en détail

FIL CONDUCTEUR POUR LES ETABLISSEMENTS FINANCIERS

FIL CONDUCTEUR POUR LES ETABLISSEMENTS FINANCIERS FIL CONDUCTEUR POUR LES ETABLISSEMENTS FINANCIERS FIL CONDUCTEUR POUR LA SECURITE DES EMPLOYES AUX GUICHETS DES ETABLISSEMENTS FINANCIERS De quoi s'agit-il? Même si le nombre d'attaques est relativement

Plus en détail

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er novembre 2012 Ce document a valeur officielle.

Éditeur officiel du Québec À jour au 1er novembre 2012 Ce document a valeur officielle. Éditeur officiel du Québec À jour au 1er novembre 2012 Ce document a valeur officielle. c. D-9.2, r. 3 Code de déontologie de la Chambre de la sécurité financière Loi sur la distribution de produits et

Plus en détail

DIVISION ORGANIQUE 11 AFFAIRES GÉNÉRALES - SECRÉTARIAT GÉNÉRAL PROGRAMME 0 SUBSISTANCE

DIVISION ORGANIQUE 11 AFFAIRES GÉNÉRALES - SECRÉTARIAT GÉNÉRAL PROGRAMME 0 SUBSISTANCE DIVISION ORGANIQUE 11 AFFAIRES GÉNÉRALES SECRÉTARIAT GÉNÉRAL PROGRAMME 0 SUBSISTANCE 01 Dépenses de personnel 04 1 11 01.01 01 05 01 Cnd Dépenses de toute nature en matière d'audit de la 61 fonction publique

Plus en détail

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT

LA RESPONSABILITE FINANCIERE CELLULE JURIDIQUE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE LA RESPONSABILITE FINANCIERE SOMMAIRE Propos introductifs ------------------------------------------------page

Plus en détail

Financial Services Compensation Scheme (FSCS) Régime de Garantie des Dépôts

Financial Services Compensation Scheme (FSCS) Régime de Garantie des Dépôts Financial Services Compensation Scheme (FSCS) Régime de Garantie des Dépôts 1 QU EST-CE QUE LE REGIME DE GARANTIE DES DEPOTS? Le régime de garantie des depôts permet, le cas échéant, de dédommager les

Plus en détail

ANNEXE D. Strasbourg, 4 juillet 2003 (2003)14 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

ANNEXE D. Strasbourg, 4 juillet 2003 (2003)14 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) ANNEXE D Strasbourg, 4 juillet 2003 (2003)14 Res MONEYVAL COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX

Plus en détail

Les caractéristiques de la criminalité économique en Chine et les tendances de son développement

Les caractéristiques de la criminalité économique en Chine et les tendances de son développement Les caractéristiques de la criminalité économique en Chine et les tendances de son développement Dr XU Fan Actuellement, pour résoudre de façon appropriée les questions laissées par la crise financière,

Plus en détail

Conseillers en investissements financiers (CIF)

Conseillers en investissements financiers (CIF) S informer sur Conseillers en investissements financiers (CIF) QU EST-CE QU UN CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS (CIF)? QUELLES SONT LES ACTIVITÉS INTERDITES AUX CIF? QUELLES SONT LES OBLIGATIONS

Plus en détail

Info Délits Octobre 2009

Info Délits Octobre 2009 Info Délits Octobre 2009 Division prévention criminalité "Gens du voyage" originaires de Roumanie - Roms - Rappel de notre message de septembre Recrudescence d'escroqueries commises par des familles de

Plus en détail

Hocine BENISSAD BLANCHIMENT DE CAPITAUX. Aspects economiques et juridiques. C3 ECONOMIC A 49 rue Hericart, 75015 Paris

Hocine BENISSAD BLANCHIMENT DE CAPITAUX. Aspects economiques et juridiques. C3 ECONOMIC A 49 rue Hericart, 75015 Paris Hocine BENISSAD BLANCHIMENT DE CAPITAUX Aspects economiques et juridiques C3 ECONOMIC A 49 rue Hericart, 75015 Paris TABLE DES MATTERES Chapitre 1. Pratiques et canaux de blanchiment 1 I. Generalites 1

Plus en détail

Ingénierie sociale : aspects juridiques et pratiques

Ingénierie sociale : aspects juridiques et pratiques HERVÉ SCHAUER CONSULTANTS Cabinet de Consultants en Sécurité Informatique depuis 1989 Spécialisé sur Unix, Windows, TCP/IP et Internet JSSI 2013 Ingénierie sociale : aspects juridiques et pratiques Quentin

Plus en détail

LE GRAND FRERE DE MONEY ATTRACTOR

LE GRAND FRERE DE MONEY ATTRACTOR LE GRAND FRERE DE MONEY ATTRACTOR Un logiciel qui sert à Gagner de l'argent sur Internet? Oui, c'est possible! Ce logiciel est très sérieux, et vous allez vous en rendre compte car c'est de la pure logique.

Plus en détail

Secteur bancaire américain La crise qui n'en finit plus

Secteur bancaire américain La crise qui n'en finit plus Secteur bancaire américain La crise qui n'en finit plus Les résultats au quatrième trimestre des grandes banques américaines, parmi lesquelles Wells Fargo, Goldman Sachs et Bank of America, sont décevants.

Plus en détail

Iles Caïmans. Experts en création de sociétés et optimisation fiscale internationale depuis 1991 AMEDIA PARTNERS ILES CAIMANS 1

Iles Caïmans. Experts en création de sociétés et optimisation fiscale internationale depuis 1991 AMEDIA PARTNERS ILES CAIMANS 1 Experts en création de sociétés et optimisation fiscale internationale depuis 1991 Iles Caïmans www.amedia- offshore.com www.fiduciaire- suisse.com Amedia Partners, tous droits de reproductions réservés.

Plus en détail

Les victimes de l affaire Apollonia interpellent plusieurs centaines de députés

Les victimes de l affaire Apollonia interpellent plusieurs centaines de députés V2 13 09 12 ANVI ASDEVILM Communiqué de presse Paris, le 13 septembre 2012 Crise du Crédit Immobilier de France Les victimes de l affaire Apollonia interpellent plusieurs centaines de députés L ANVI Asdevilm

Plus en détail

L ABC de la fraude en matière d investissement aux dépens des personnes âgées

L ABC de la fraude en matière d investissement aux dépens des personnes âgées L ABC de la fraude en matière d investissement aux dépens des personnes âgées Guide destiné aux professionnels travaillant auprès des personnes âgées Ensemble, nous pouvons aider les personnes âgées du

Plus en détail

Guide du créateur d entreprise sociale et solidaire. Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse

Guide du créateur d entreprise sociale et solidaire. Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse Chapitre 2: la Comptabilité en droit suisse Quelle que soit sa taille, son activité et sa forme juridique, l'entreprise d'économie sociale et sociale est tenue de maintenir une comptabilité conforme à

Plus en détail

Les présentes conditions générales d utilisation s appliquent pour votre carte prépayée. Veuillez les lire attentivement.

Les présentes conditions générales d utilisation s appliquent pour votre carte prépayée. Veuillez les lire attentivement. Conditions générales d utilisation de votre carte prépayée MasterCard Fisher Price Les présentes conditions générales d utilisation s appliquent pour votre carte prépayée. Veuillez les lire attentivement.

Plus en détail

Malgré l'absence actuelle de appuyé assurance-dépôts du gouvernement, MAS envisage d'établir un tel système dans un proche avenir.

Malgré l'absence actuelle de appuyé assurance-dépôts du gouvernement, MAS envisage d'établir un tel système dans un proche avenir. Singapour est l'un des centres financiers de premier plan dans le monde entier et important centre de distribution de la finance en Asie du Sud. Il n'est pas surprenant, le pays a un des systèmes bancaires

Plus en détail

CONTRAT DE VENTE INTERNATIONALE Produits manufacturés B. CONDITIONS GENERALES

CONTRAT DE VENTE INTERNATIONALE Produits manufacturés B. CONDITIONS GENERALES CONTRAT DE VENTE INTERNATIONALE Produits manufacturés B. CONDITIONS GENERALES Art. 1 Généralités 1.1 Ces Conditions Générales ont été élaborées afin d'être appliquées avec les Conditions Particulières

Plus en détail

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF

CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS. 1. La définition de l activité des CIF CONSEILLER EN INVESTISSEMENTS FINANCIERS 23/07/2012 La loi dite de sécurité financière du 1er août 2003 a donné un statut à l activité de conseil en investissements financiers (CIF) du fait de la complexité

Plus en détail

FRAUDE A CARTE BANCAIRE OU QUAND LA CARTE BLEUE VOIT ROUGE...

FRAUDE A CARTE BANCAIRE OU QUAND LA CARTE BLEUE VOIT ROUGE... FRAUDE A CARTE BANCAIRE OU QUAND LA CARTE BLEUE VOIT ROUGE... Article juridique publié le 12/10/2012, vu 1926 fois, Auteur : Maître HADDAD Sabine La fraude à la carte bancaire est un fléau qu'il faut combattre

Plus en détail

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés

NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés NC 35 Norme comptable relative aux états financiers consolidés Champ d'application 1. La présente norme doit être appliquée à la préparation et à la présentation des états financiers consolidés d'un groupe

Plus en détail

ORDRES DE VIREMENT DES ENTREPRISES

ORDRES DE VIREMENT DES ENTREPRISES JANVIER 2015 Ce guide a été élaboré avec la Police Judiciaire www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent ORDRES DE VIREMENT DES ENTREPRISES 9 RÉFLEXES SÉCURITÉ www.aveclespme.fr

Plus en détail

Atelier A23. Nouvelles exigences en D&O : Des contrats à l épreuve de la réalité

Atelier A23. Nouvelles exigences en D&O : Des contrats à l épreuve de la réalité Atelier A23 Nouvelles exigences en D&O : Des contrats à l épreuve de la réalité Intervenants Guillaume DESCHAMPS D&O Practice Leader E mail : Guillaume.deschamps@marsh.com Richard DEGUETTES Emmanuel SILVESTRE

Plus en détail

CESI - Colloque Fiscalité Bruxelles 9-10 octobre 2014

CESI - Colloque Fiscalité Bruxelles 9-10 octobre 2014 CESI - Colloque Fiscalité Bruxelles 9-10 octobre 2014 1 Impacts des suppression de personnel sur les contrôles fiscaux - La suppression de postes a des conséquences sur les contrôles fiscaux effectués.

Plus en détail

3ème chambre correctionnelle 17 avril 2014 RG 13/00082

3ème chambre correctionnelle 17 avril 2014 RG 13/00082 ABUS DE CONFIANCE Courtier en assurances 3ème chambre correctionnelle 17 avril 2014 RG 13/00082 Est coupable d abus de confiance un courtier qui a falsifié des chèques remis en paiement de cotisations

Plus en détail

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d Internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2012

La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d Internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2012 La cybercriminalité et les infractions liées à l utilisation frauduleuse d Internet : éléments de mesure et d analyse pour l année 2012 Jorick Guillaneuf, chargé d études statistiques à l ONDRP DOSSIER

Plus en détail

Déjouer ensemble le marketing de masse frauduleux

Déjouer ensemble le marketing de masse frauduleux Déjouer ensemble le marketing de masse frauduleux Créé par Action Prévention Verdun ORGANISME DÉDIDÉ À LA SÉCURITÉ URBAINE ET AU BIEN-ÊTRE MANDATAIRE DU PROGRAMME MONTRÉALAIS Déjouer ensemble le marketing

Plus en détail

spam & phishing : comment les éviter?

spam & phishing : comment les éviter? spam & phishing : comment les éviter? Vos enfants et les e-mails en général Il est préférable que les très jeunes enfants partagent l adresse électronique de la famille plutôt que d avoir leur propre compte

Plus en détail

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours

Apéro démocrate 13 janvier 2009. Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours Apéro démocrate 13 janvier 2009 Le monde de la finance, ses mécanismes, son influence sur la vie de tous les jours La bourse, les marchés financiers, à quoi ça sert? Financer le développement des entreprises,

Plus en détail

ORDRES DE VIREMENT DES ENTREPRISES

ORDRES DE VIREMENT DES ENTREPRISES JANVIER 2015 Ce guide a été élaboré avec la Police Judiciaire ORDRES DE VIREMENT DES ENTREPRISES 9 RÉFLEXES SÉCURITÉ N 1 LES GUIDES SÉCURITÉ BANCAIRE CE GUIDE VOUS EST OFFERT PAR Pour toute information

Plus en détail

BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS

BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS BIENVENUE AU PARADIS DES ENTREPRENEURS Les Emirats bénéficient d'une des économies les plus dynamiques au monde. Réputé pour sa beauté naturelle et son "art de vivre", Dubaï a également acquis la réputation

Plus en détail

1. L incrimination du blanchiment de capitaux et l article 505 du Code pénal

1. L incrimination du blanchiment de capitaux et l article 505 du Code pénal TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS CHAPITRE I er. GENÈSE DE LA CELLULE DE TRAITEMENT DES INFORMATIONS FINANCIÈRES A. CONTEXTE INTERNATIONAL ET DROIT COMPARÉ 1. Les premiers textes internationaux 2. Les modélisations

Plus en détail

De plus en plus de gens font leurs achats sur Internet, et l offre de produits et services en ligne est grandissante. Les moyens de paiement se

De plus en plus de gens font leurs achats sur Internet, et l offre de produits et services en ligne est grandissante. Les moyens de paiement se De plus en plus de gens font leurs achats sur Internet, et l offre de produits et services en ligne est grandissante. Les moyens de paiement se multiplient également. Voici un aperçu des méthodes les plus

Plus en détail