La Convention de La Haye du 29 mai 1993 Analyse juridique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La Convention de La Haye du 29 mai 1993 Analyse juridique"

Transcription

1 La Convention de La Haye du 29 mai 1993 Analyse juridique Par Isabelle Lammerant Centre International de Référence pour la Protection de l'enfant dans l'adoption - SSI L analyse juridique de la Convention de La Haye du 29 mai 1993 sur la protection des enfants et la coopération en matière d adoption internationale, comprend six aspects : la dimension universelle ; la dimension éthique ; la coopération internationale ; la possibilité de délégation des compétences de l État à des professionnels ; le mécanisme concret de l adoption ; et la reconnaissance de plein droit des adoptions réalisées selon la Convention. 1. Une dimension universelle La Convention de La Haye du 29 mai 1993 est la première convention à vocation mondiale, spécifique à l adoption. Sa rédaction, qui a duré quatre ans, a été effectuée sous l égide de la Conférence de Droit International Privé de La Haye, organisme intergouvernemental créé il y a une centaine d années. Plus d une soixantaine de pays d origine et d accueil ont participé aux travaux, à droits égaux, bien que seulement 38 d entre eux étaient membres de la Conférence. Plusieurs Organisations non gouvernementales, dont le Service Social International, ont également été associées aux travaux, que ce soit en participant activement aux sessions ou en réalisant des études à l intention de la Commission spéciale. A ce jour, 50 États, d origine et d accueil, ont ratifié la Convention ou y ont adhéré, et 10 États l ont signée. De nombreux autres États se préparent actuellement à la ratification ou à l adhésion. À terme, on peut espérer que la plupart des pays concernés par l adoption ratifient cette Convention, dont le succès souligne à quel point elle rencontre les besoins actuels en la matière. 2. Une dimension éthique Les fondements de la Convention de La Haye sont non seulement juridiques, mais également psychosociaux et éthiques. Le respect de l intérêt de l enfant et des droits fondamentaux qui lui sont reconnus en droit international (art. 1 er ), ainsi que le respect des droits fondamentaux de la famille d origine et de la famille adoptive, constituent des conditions essentielles de toute adoption régie par la Convention.

2 Une coopération internationale Comme son nom l indique 1, la Convention de La Haye n'est pas une convention de droit international privé classique, imposant des règles communes de conflit de lois et de juridictions. Elle constitue essentiellement une convention de coopération internationale, organisant la collaboration entre les États dans le respect de leurs systèmes juridiques propres. En raison de cette caractéristique, elle est plus aisément applicable à l échelle mondiale. La coopération internationale en matière d adoption relève, dans chaque État, de la compétence d une «Autorité centrale» désignée par l État. Lorsqu il s agit d un État fédéral, plusieurs Autorités centrales peuvent coexister, mais l une d entre elles est désignée, à laquelle les communications internationales peuvent être adressées, à charge pour elle de les transmettre à l Autorité compétente (art. 6). Outre ses compétences dans la réalisation concrète des adoptions (voyez infra, point 5), l Autorité centrale remplit plusieurs missions générales, en collaboration avec les Autorités centrales des autres pays concernés et les autorités compétentes de son État (art. 7): - elle informe sur la législation, les statistiques et les formules types en matière d adoption, et transmet des rapports généraux d évaluation sur les expériences d adoption internationale (art. 7 et 9) ; - elle lutte contre les gains matériels indus (art. 8 et 32) ; - elle assure le respect de la Convention (art. 7, 8 et 33). 4. Une possible délégation de compétences à des professionnels Trois types de délégation possible des attributions de l Autorité centrale sont prévus par la Convention, essentiellement dans le traitement des adoptions individuelles. a) La délégation à des autorités publiques Certaines compétences de l Autorité centrale peuvent être déléguées à des tribunaux ou à des administrations centrales ou locales. Ces compétences sont les suivantes : la lutte contre les gains matériels indus et les pratiques contraires aux objectifs de la Convention (art. 8); la collecte, la conservation et l échange d informations sur les enfants, (implicitement : les parents d origine) et les futurs parents adoptifs, ainsi que sur des situations concrètes d adoption ; le suivi des procédures d adoption ; la promotion de services de conseils relatifs à l adoption et de suivi des adoptions ; l échange de rapports d évaluation sur les expériences en matière d adoption internationale (art. 9) ; la surveillance des organismes d adoption agréés (art. 11 ; voyez infra, b) ; et la réalisation concrète des adoptions, dans le respect des droits fondamentaux de toutes les parties (art. 22 ; voyez infra, point 5). Pareil partage de compétences, pour être conforme à l esprit de la Convention et transparent pour les autres États parties, doit être expressément clarifié par la réglementation de chaque État. 1 Voy. également l article 1 er.

3 - 3 - b) La délégation à des organismes agréés par leur État et autorisés par les deux Etats Les organismes privés se sont révélés très actifs et utiles dans l histoire de l adoption internationale. Pour éviter tout abus, et légitimer la délégation, qui leur est ouverte par la Convention, de certaines missions de l Autorité centrale, ces organismes doivent être agréés dans leur État et autorisés à agir dans leurs relations bilatérales par les deux États concernés (art. 12). - Les conditions de l agrément des organismes sont prévues par la Convention: remplir correctement les missions qui leur sont confiées (art. 10) ; poursuivre uniquement des buts non lucratifs; être dirigés et gérés par des personnes qualifiées par leur intégrité morale et leur formation ou leur expérience ; être soumis à la surveillance d autorités compétentes pour leur composition, leur fonctionnement et leur situation financière (art. 11). - Les missions susceptibles d être déléguées aux organismes agréés sont les suivantes: la collecte, la conservation et l échange d informations sur les enfants, (implicitement : les parents d origine) et les futurs parents adoptifs, ainsi que sur des situations concrètes d adoption ; le suivi des procédures d adoption ; la promotion de services de conseils relatifs à l adoption et de suivi des adoptions ; l échange de rapports d évaluation sur les expériences en matière d adoption internationale (art. 9) ; et la réalisation concrète des adoptions, dans le respect des droits fondamentaux de toutes les parties (art. 22 ; voyez infra, point 5). c) La délégation facultative et problématique à des personnes ou organismes non agréés, poursuivant un but lucratif (art. 22) Un État contractant peut déclarer auprès du dépositaire de la Convention (le Ministère des Affaires étrangères du Royaume des Pays-Bas : art. 43) que les missions liées à la réalisation concrète des adoptions (voyez infra, point 5) peuvent aussi être effectuées dans cet État, dans la mesure prévue par la loi et sous le contrôle des autorités compétentes, par des organismes ou des personnes non agréés. Ces personnes ou organismes peuvent poursuivre un but lucratif, mais doivent remplir les conditions de moralité, de compétence professionnelle, d expérience et de responsabilité requises par leur État, et être qualifiés par leur intégrité morale et leur formation ou expérience pour agir dans le domaine de l adoption internationale. L État qui fait la déclaration prévue auprès du dépositaire de la Convention, informe régulièrement le Bureau Permanent de la Conférence de La Haye de Droit International Privé, des noms et adresses des organismes et personnes concernés. Tout État d origine peut en outre déclarer auprès du dépositaire de la Convention, que les adoptions d enfants résidant habituellement sur son territoire ne peuvent avoir lieu si les fonctions de l Autorité centrale du pays d'accueil sont déléguées à un organisme ou une personne non agréé. En tout état de cause, les rapports relatifs aux requérants en adoption (art. 15 ; voyez infra, point 5) et à l enfant (art. 16 ; voyez infra, point 5) doivent toujours être établis sous la responsabilité de l Autorité centrale, d une autre autorité compétente ou d un organisme agréé. Cette possible délégation à des personnes ou organismes non agréés a été fortement débattue lors des travaux préparatoires de la Convention. Plusieurs Organisations non gouvernementales, telle le Service Social International, y sont opposées. Elle pose en effet la délicate question de la recherche du profit par le biais de l adoption internationale. Elle doit certainement faire l objet d une évaluation approfondie de la part des États membres, notamment des États d origine, lesquels disposent d un droit de veto quant à sa mise en œuvre.

4 Le mécanisme concret de l adoption 2 Conformément à la Convention, le mécanisme concret de l adoption peut être décrit en cinq séries de règles : le champ d application de la Convention ; la responsabilité de l Autorité centrale de l État d origine ; la responsabilité de l Autorité centrale de l État d accueil ; le «matching» ; la procédure d adoption et le suivi de la famille adoptive. a) Le champ d application de la Convention La Convention s applique lorsqu un enfant résidant habituellement dans un État contractant («l État d origine») a été, est ou doit être déplacé vers un autre État contractant («l État d accueil»), soit après son adoption dans l État d origine par des époux ou une personne résidant habituellement dans l État d accueil, soit en vue d une telle adoption dans l État d accueil ou dans l État d origine (art. 2.1). L adoption internationale au sens de la Convention suppose donc l établissement d un lien de filiation (art. 2.2) entre un enfant de moins de dix-huit ans (art. 3) et un couple marié 3 ou une personne 4, avec déplacement de l enfant entre son pays et celui du ou des adoptants. b) La responsabilité de l Autorité centrale de l État d origine La responsabilité de l Autorité centrale de l État d origine, directement ou par délégation, couvre les missions suivantes : - la vérification de l adoptabilité de l enfant (art. 4 et 16). Pour apprécier celle-ci, conformément à la loi de l État d origine, les différentes situations familiales possibles doivent être différenciées : l enfant peut être sans filiation légale ; avoir l une ou les deux filiations (maternelle et paternelle) établies ; un parent, voire les deux, peuvent être décédés 5, ou sans demeure connue 6 ; les parents peuvent confier volontairement leur enfant en adoption, rester sans projet pour lui ou refuser l adoption envisagée ; - la vérification de la validité du consentement des parents d origine 7 et, suivant son âge et sa maturité, de l enfant. Les consentements doivent être libres, constatés par écrit, définitifs (c est-à-dire qu ils ne doivent pas avoir été retirés), éclairés, et ne peuvent avoir été obtenus moyennant payement. Un consentement est éclairé s il a été émis après une information précise sur ses effets, notamment sur le maintien ou la rupture des liens avec la famille d origine que l adoption projetée provoquera légalement. 2 Voy. également supra, point 4, à propos des éventuelles délégations de compétence à des autorités publiques, à des organismes agréés, voire à des organismes ou des personnes non agréés. 3 L adoption par des concubins, hétéro- ou homosexuels, n est donc pas permise par la Convention. 4 Quel que soit, au sens de la Convention, l état civil (célibat, mariage, concubinage hétéro- ou homosexuel, séparation, divorce, veuvage) de cette personne ; les États d origine et d accueil peuvent, bien entendu, réglementer la question de façon plus précise, ou la soumettre à une appréciation au cas par cas, dans l intérêt supérieur de l enfant. 5 Dans les relations internationales, il est essentiel de s entendre sur la définition des notions utilisées. Le mot «orphelin» par exemple ne s emploie en principe, selon la terminologie internationale, que si les deux parents sont décédés, et que le fait peut être prouvé. 6 En ce cas, les autorités compétentes doivent justifier d une recherche approfondie des parents. 7 Dans les cas prévus par la loi et appliqués restrictivement (par exemple, lorsque les parents ont disparu, après une recherche effective de ceux-ci), des institutions ou aut orités peuvent être appelées à consentir à la place des parents.

5 - 5 - Le consentement de la mère d origine ne peut être donné qu après la naissance 8. Si l enfant n est pas encore en âge de consentir mais qu il peut donner son avis, celui-ci doit être recueilli, après due information de l enfant (art. 4 et 16); - la vérification de la subsidiarité de l adoption internationale, c est-à-dire de l absence de solution nationale (réintégration dans la famille d origine, le cas échéant avec soutien de celle-ci ; adoption nationale ; placement familial) adéquate par rapport aux besoins de l enfant (art. 4 et 16); - l élaboration d un rapport psycho-médico-social sur l enfant, notamment sur ses éventuels besoins spéciaux (art. 9 et 16 ; pour le contenu détaillé du rapport, voyez l art. 16). Ce rapport implique une enquête sociale approfondie, notamment en ce qui concerne les parents d origine. Pour rappel, si ceux-ci ont disparu, ils doivent être activement recherchés. c) La responsabilité de l Autorité centrale de l État d accueil La responsabilité de l Autorité centrale de l État d accueil, directement ou par délégation, couvre les missions suivantes : - la vérification de la qualification et de l aptitude à adopter des candidats adoptants, suite à laquelle un rapport psycho-médico-social est établi, précisant notamment quel type d enfant les candidats seraient aptes à prendre en charge (art. 5, 14 et 15 ; pour le contenu détaillé du rapport, voyez l art. 15) ; - la vérification que les candidats adoptants ont été entourés des conseils nécessaires (art. 5 et 14) ; - la garantie de la délivrance d une autorisation d entrée sur le territoire et de séjour permanent pour l enfant (art. 5 et 14). d) Le «matching», ou mise en relation d un enfant en besoin d adoption avec un ou des candidats adoptants - Aucun contact ne peut avoir lieu entre les candidats adoptifs et les parents d origine ou le gardien de l enfant, avant que les vérifications principales (adoptabilité de l enfant et respect du principe de l intérêt supérieur de l enfant ; subsidiarité de l adoption ; consentements des parents d origine, voire de toute institution ou autorité compétente; aptitude des candidats adoptants) aient été effectuées dans les États d origine et d accueil, sauf adoption entre membres d une même famille ou respect des conditions posées par l autorité compétente de l État d origine (art. 29). Ce principe de l absence de contact avant le «matching» officiel est essentiel pour la prévention des trafics. L autorisation, qui serait donnée trop largement par l État d origine, de faire exception au principe, viderait la Convention de son sens. - Les Autorités centrales des États d origine et d accueil échangent les rapports psycho-médicauxsociaux sur l enfant et sur les candidats adoptants (art. 15 et 16 ; voyez supra, b) et c)). - L Autorité centrale de l Etat d origine considère que le placement envisagé est dans l intérêt supérieur de l enfant (art. 16). - Le «matching» est réalisé après l accord des candidats adoptants, et l approbation de l Autorité centrale de l Etat d accueil (art. 17). 8 Il convient de rappeler que sur tous ces points, la réglementation interne de chaque État peut être plus exigeante ; en ce qui concerne la nécessaire réflexion de la mère d origine par exemple, la loi peut lui imposer un délai après la naissance avant de pouvoir valablement consentir à l adoption de son enfant.

6 Le déplacement de l enfant ne peut avoir lieu qu après l accomplissement de toutes les vérifications dans les deux États (art. 19). Il s agit d éviter les pratiques visant à placer les autorités devant un «fait accompli». e) La procédure d adoption et le suivi de la famille adoptive - La procédure d adoption est effectuée dans l État d origine ou d accueil, avant ou après le déplacement de l enfant d un pays à l autre (art. 2 et 28). - Les Autorités centrales, directement ou par délégation, facilitent, suivent et activent les procédures d adoption (art. 9). Elles se tiennent informées sur la procédure d adoption et les mesures prises pour la mener à terme, ainsi que sur le déroulement de la période probatoire, lorsque celle-ci est requise (art. 20). - Les Autorités centrales, directement ou par délégation, promeuvent le développement de services de conseil pour l adoption et de suivi des adoptions (art. 9). - Lorsque l adoption devrait avoir lieu après le déplacement de l enfant dans l État d accueil, et que l Autorité centrale de cet État, soit directement soit par délégation, considère que le maintien de l enfant dans la famille d accueil n est plus de son intérêt supérieur, cette Autorité, après avoir sollicité l avis ou le consentement de l enfant s il échet, en fonction de son âge et de sa maturité, prend les mesures utiles à la protection de l enfant, en vue notamment de retirer l enfant aux personnes qui désiraient l adopter et d en prendre soin provisoirement ; et, en consultation avec l Autorité centrale de l État d origine, d assurer sans délai un nouveau placement de l enfant en vue de son adoption ou, à défaut, une prise en charge alternative durable. Une adoption ne peut avoir lieu que si l Autorité centrale de l État d origine a été dûment informée sur les nouveaux parents adoptifs. En dernier ressort, le retour de l enfant dans son pays d origine est assuré, si son intérêt l exige (art. 21). - Les Autorités centrales, directement ou par délégation, répondent, dans la mesure permise par la loi de leur État, aux demandes motivées d information sur une situation particulière d adoption, formulées par d autres Autorités centrales ou par des autorités publiques (art. 9). Les autorités compétentes des États contractants veillent à conserver les informations qu elles détiennent sur les origines de l enfant, notamment celles relatives à l identité de sa mère et de son père, ainsi que les données sur le passé médical de l enfant et de sa famille ; elles assurent l accès de l enfant ou de son représentant à ces informations, avec les conseils appropriés, dans la mesure permise par la loi de leur État (art. 30 et 31). b) La reconnaissance de plein droit des adoptions réalisées selon la Convention La reconnaissance des adoptions conformes à son prescrit, est l un des objectifs fondamentaux de la Convention (art. 1 er ). - Une adoption certifiée conforme à la Convention par l autorité compétente de l État contractant où elle a eu lieu, est reconnue de plein droit dans tous les autres États contractants (art. 23). La reconnaissance d une adoption ne peut être refusée dans un État contractant que si l adoption est manifestement contraire à son ordre public, compte tenu de l intérêt supérieur de l enfant (art. 24). - La reconnaissance de l adoption emporte celle du lien de filiation entre l enfant et les parents adoptifs, ainsi que de la responsabilité parentale de ceux-ci (art. 26).

7 La reconnaissance de l adoption emporte celle de la rupture du lien préexistant de filiation entre l enfant et ses parents d origine, si l adoption produit cet effet dans l État contractant où elle a lieu 9 (art. 26). Lorsqu une adoption faite dans l État d origine n a pas pour effet de rompre le lieu préexistant de filiation, elle peut, dans l État d accueil qui reconnaît l adoption conformément à la Convention, être convertie en une adoption produisant cet effet, si le droit de l État d accueil le permet et si les consentements donnés par les parents d origine (ou par toute personne, institution ou autorité les remplaçant) et, le cas échéant, par l enfant, ont été ou sont donnés en vue d une telle adoption (art. 27). L information préalable à donner aux parents et à l enfant (voyez supra, point 5 b)) prend ici toute son importance ; dans un pays ne connaissant pas, dans son ordre interne, l adoption avec rupture des liens préexistants de filiation, les conséquences du consentement à une adoption internationale impliquant cette rupture doivent être expliquées de façon approfondie, et le consentement écrit expressément qualifié en ce sens. Conclusion La Convention de La Haye sur la protection des enfants et la coopération en matière d adoption internationale 10, constitue certainement un instrument juridique précieux pour la promotion des droits fondamentaux de tous les acteurs de l adoption, à savoir l enfant, sa famille d origine et sa famille adoptive. Elle porte l espoir d un assainissement des pratiques de l adoption internationale à travers le monde. Puisse-t-elle connaître le succès qu elle mérite. Novembre Pour rappel, au sens de nombreux droits occidentaux, l adoption plénière rompt en principe totalement les relations juridiques entre l enfant et sa famille d origine, et crée des relations familiales complètes entre l enfant et l ensemble des membres de la famille adoptive élargie. L adoption simple, par contre, conserve des relations juridiques entre l enfant et sa famille d origine, mais n en crée que partiellement à l égard de certains membres de la famille adoptive. 10 Pour une approche complète de cette Convention, voy. également les Dispositions générales et les Clauses finales, aux articles 34 à 48.

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale

Avant-projet de loi. Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale PREMIÈRE SESSION TRENTE-NEUVIÈME LÉGISLATURE Avant-projet de loi Loi modifiant le Code civil et d autres dispositions législatives en matière d adoption et d autorité parentale Déposé par Madame Kathleen

Plus en détail

Convention de Vienne sur le droit des traités entre Etats et organisations internationales ou entre organisations internationales

Convention de Vienne sur le droit des traités entre Etats et organisations internationales ou entre organisations internationales Convention de Vienne sur le droit des traités entre Etats et organisations internationales ou entre organisations internationales 1986 Faite à Vienne le 21 mars 1986. Non encore en vigueur. Voir Documents

Plus en détail

2. Compétence d attribution et compétence territoriale des tribunaux en Allemagne

2. Compétence d attribution et compétence territoriale des tribunaux en Allemagne situation en juillet 2012 Note d'information des missions diplomatiques et consulaires allemandes en France sur les procédures de divorce en France et en Allemagne I. Compétence judiciaire 1. Compétence

Plus en détail

UNIVERSITE DE LA SARRE CENTRE JURIDIQUE FRANCO-ALLEMAND DROIT DE LA FAMILLE

UNIVERSITE DE LA SARRE CENTRE JURIDIQUE FRANCO-ALLEMAND DROIT DE LA FAMILLE UNIVERSITE DE LA SARRE CENTRE JURIDIQUE FRANCO-ALLEMAND Cours de Mme Monique CHATEAU-BRIQUET ANNEE UNIVERSITAIRE 2013/2014 DROIT DE LA FAMILLE INTRODUCTION 1 Notion de famille 2 Notion de parenté 3 Notion

Plus en détail

Ateliers Santé Ville de Marseille

Ateliers Santé Ville de Marseille Ateliers Santé Ville de Marseille QUESTIONS-REPONSES SUR LES DROITS A LA COUVERTURE MALADIE Dernière mise à jour : 30 janvier 2008 Ce document est destiné aux professionnels concernés par les questions

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/paysb... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/paysb... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 7 09/06/2010 12:25 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER Convention de New York PAYS BAS Les Pays-Bas sont parties : - à la Convention de la Haye du 25 octobre 1980, sur les aspects civils des enlèvements

Plus en détail

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE

INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE DIRECTION DES SERVICES ADMINISTRATIFS SERVICE POPULATION ET CITOYENNETE SECTEUR ETAT CIVIL INFORMATIONS SUR LE DROIT DE LA FAMILLE Annexe du décret n 2002 1556 du 23 décembre 2002 Ce document est destiné

Plus en détail

INTRODUCTION AU THÈME

INTRODUCTION AU THÈME INTRODUCTION AU THÈME DE LA RECONNAISSANCE DES SITUATIONS : RAPPEL DES POINTS LES PLUS DISCUTÉS Professeur émérite de l Université de Paris I Le trait caractéristique de la méthode de la reconnaissance

Plus en détail

AVANT-PROJET DE LOI. Portant diverses dispositions relatives au droit de la famille. Chapitre 1er Dispositions relatives à l autorité parentale

AVANT-PROJET DE LOI. Portant diverses dispositions relatives au droit de la famille. Chapitre 1er Dispositions relatives à l autorité parentale RÉPUBLIQUE FRANÇAISE NOR : [ ] AVANT-PROJET DE LOI Portant diverses dispositions relatives au droit de la famille Chapitre 1er Dispositions relatives à l autorité parentale L article 372-2 du code civil

Plus en détail

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil

La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil La jurisprudence du Conseil constitutionnel et le droit civil (exposé fait par Jacqueline de GUILLENCHMIDT lors de la rencontre franco-arménienne du 23 janvier 2007 sur le patrimoine juridique commun)

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE

CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE CONVENTION ENTRE LA REPUBLIQUE FRANCAISE ET LE ROYAUME DU MAROC RELATIVE AU STATUT DES PERSONNES ET DE LA FAMILLE ET A LA COOPERATION JUDICIAIRE Décret n 83-435 DU 27 mai 1983 (publié au J.O du1er juin

Plus en détail

Les assurances sociales et le travail à temps partiel

Les assurances sociales et le travail à temps partiel Les assurances sociales et le travail à temps partiel Informations utiles à toutes les personnes qui travaillent à temps partiel et assument la garde d enfants ou l assistance de parents. Informations

Plus en détail

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée

LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée LOI N 61-10 DU 7 MARS 1961 déterminant la nationalité sénégalaise, modifiée (JO n 4984 p. 13) L assemblée nationale à délibéré et adopté, Le président de la république promulgue la loi dont la teneur suit

Plus en détail

Vous êtes marié avec un conjoint de

Vous êtes marié avec un conjoint de Divorce et résidence à l étranger Quel tribunal peut-on saisir? Les époux peuvent-ils choisir la loi applicable à leur divorce? Sous quelle forme? À défaut, quelle sera la loi applicable au divorce? Quels

Plus en détail

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ

ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT ARMÉ CLT-10/CONF.204/6 PARIS, le 14 septembre 2010 Original anglais ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L EDUCATION, LA SCIENCE ET LA CULTURE COMITÉ POUR LA PROTECTION DES BIENS CULTURELS EN CAS DE CONFLIT

Plus en détail

LE CONSEIL GÉNÉRAL VOUS PRÉSENTE. Constitution du dossier de demande d agrément

LE CONSEIL GÉNÉRAL VOUS PRÉSENTE. Constitution du dossier de demande d agrément LE CONSEIL GÉNÉRAL VOUS PRÉSENTE haute-garonne.fr Le dossier de demande Constitution du dossier de demande d agrément Les pièces à communiquer à la confirmation de la demande : u Le formulaire «ADOPTION-Demande

Plus en détail

G uide M éthodologique

G uide M éthodologique MESURES DE PROTECTION DES MINEURS Suivez le guide!!! AVRIL 2015 G uide M éthodologique Document actualisé le 07 avril 2015 par Le Service en charge des Mesures de Protection des Mineurs de l UDAF de la

Plus en détail

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce.

Georgette Josserand, lassée du comportement de son mari, qui refuse désormais de lui adresser la parole, décide de demander le divorce. Cas pratique sur un sujet de droit civil ou de procédure civile (1 er concours) Note : 17/20 Enoncé du cas pratique : Lors d une passionnante conférence sur L influence de la pensée pré-socratique sur

Plus en détail

Déclaration des droits sur Internet

Déclaration des droits sur Internet Déclaration des droits sur Internet 1 Préambule Internet a décisivement contribué à redéfinir l espace public et privé, à structurer les rapports entre les personnes et entre celles-ci et les institutions.

Plus en détail

NORME 5 NORMES ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION

NORME 5 NORMES ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION NORME 5 NORME ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION Bien que cette Norme apparaisse dans le Code canadien de sécurité pour les transporteurs routiers, il est important de noter qu'elle s'applique à tous les

Plus en détail

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement.

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement. PROTOCOLE ADDITIONNEL À LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CRIMINALITÉ TRANSNATIONALE ORGANISÉE VISANT À PRÉVENIR, RÉPRIMER ET PUNIR LA TRAITE DES PERSONNES, EN PARTICULIER DES FEMMES ET DES ENFANTS

Plus en détail

Conditions générales de prestations de services

Conditions générales de prestations de services Conditions générales de prestations de services Article 1 Objet Les présentes conditions générales (ci-après les «Conditions Générales») ont pour objet de préciser les modalités d intervention de GEVERS

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

Diplôme Universitaire Avocat Généraliste

Diplôme Universitaire Avocat Généraliste Diplôme Universitaire Avocat Généraliste Directeurs de la formation René Despieghelaere : Ancien Bâtonnier du Barreau de Lille Bernard Bossu : Doyen de la Faculté des Sciences Juridiques, Politiques et

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

ADOPTER UN ENFANT. Guide à l usage des futurs adoptants

ADOPTER UN ENFANT. Guide à l usage des futurs adoptants Ministère des solidarités et de la cohésion sociale ADOPTER UN ENFANT Guide à l usage des futurs adoptants Ce guide constitue la mise à jour du "guide pratique à l'usage des adoptants" élaboré grâce au

Plus en détail

AUTORISATION PARENTALE RAPPELS JURIDIQUES

AUTORISATION PARENTALE RAPPELS JURIDIQUES FFVoile Ligue Ile de France Formation Arbitres Régionaux Formalités avant course Autorisation Parentale AUTORISATION PARENTALE RAPPELS JURIDIQUES Le mineur est la personne de moins de dix-huit ans révolus

Plus en détail

PROPOSITION DE BASE POUR LE NOUVEL ACTE DE L ARRANGEMENT DE LISBONNE SUR LES APPELLATIONS D ORIGINE ET LES INDICATIONS GEOGRAPHIQUES

PROPOSITION DE BASE POUR LE NOUVEL ACTE DE L ARRANGEMENT DE LISBONNE SUR LES APPELLATIONS D ORIGINE ET LES INDICATIONS GEOGRAPHIQUES F LI/DC/3 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 14 NOVEMBRE 2014 Conférence diplomatique pour l adoption d un nouvel Acte de l Arrangement de Lisbonne concernant la protection des appellations d origine et leur enregistrement

Plus en détail

Convention sur la réduction des cas d apatridie

Convention sur la réduction des cas d apatridie Convention sur la réduction des cas d apatridie 1961 Faite à New York le 30 août 1961. Entrée en vigueur le 13 décembre 1975. Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 989, p. 175. Copyright Nations Unies

Plus en détail

1. La rupture unilatérale 13 2. La rupture de commun accord 14

1. La rupture unilatérale 13 2. La rupture de commun accord 14 Table des matières Titre 1 La séparation des époux 7 Bibliographie sommaire 9 Introduction 11 Chapitre 1 13 Les principes régissant la séparation des époux 13 Section 1. La rupture de la vie commune 13

Plus en détail

Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A.

Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A. Institut d études judiciaires Préparation à l examen d accès au C.R.F.P.A. Thèmes traités pour l épreuve de raisonnement juridique et pour l épreuve à caractère pratique Droit des obligations I. - Les

Plus en détail

Séparation, rupture. Séparation, rupture de la vie commune. Comment. ma? mapeut-elle. Bon à savoir

Séparation, rupture. Séparation, rupture de la vie commune. Comment. ma? mapeut-elle. Bon à savoir ? Séparation, rupture Séparation, rupture de la vie commune? Comment ma? mapeut-elle banque m accompagner?? Bon à savoir 2 NOTES Édito Chère cliente, cher client, Nous nous connaissons peut-être depuis

Plus en détail

Séparation, rupture de la vie commune

Séparation, rupture de la vie commune Séparation, rupture de la vie commune ÊTRE ACCOMPAGNÉ PAR SA BANQUE À CHAQUE ÉTAPE DE SA VIE. 2 SOMMAIRE QUELLES DÉMARCHES POUR... Que notre relation soit ancienne ou plus récente, nous nous engageons

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/italie... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/italie... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 5 09/06/2010 12:24 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER Convention de New York ITALIE L'Italie est partie : - à la Convention de la Haye du 25 octobre 1980, sur les aspects civils des enlèvements

Plus en détail

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/algeri... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER

https://pastel.diplomatie.gouv.fr/editorial/francais/familles/fiches/algeri... LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER 1 sur 5 09/06/2010 12:21 LES PENSIONS ALIMENTAIRES A L'ETRANGER ALGERIE Imprimer cette page Textes de référence : - Code de la famille du 9 juin 1984 1. Les formes de dissolution du mariage - La répudiation

Plus en détail

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION

STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION STATUTS BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION ARTICLE 1 er : L arrondissement, constituée sous le régime de la Loi du 1 er juillet 1901 et en conformité avec le Code de la Famille et de l Aide Sociale, groupe

Plus en détail

Les prérogatives du mineur sur sa santé

Les prérogatives du mineur sur sa santé 5e Rencontres médico-juridico-sociales autour de l enfant Protection de l enfance et santé Les prérogatives du mineur sur sa santé Claire Quennesson - Doctorante CERFAP Introduction Mineur Personne âgée

Plus en détail

Assemblée des États Parties

Assemblée des États Parties Cour pénale internationale Assemblée des États Parties Distr. : générale 29 octobre 2013 ICC-ASP/12/47 FRANÇAIS Original : anglais Douzième session The Hague, 20-28 novembre 2013 Rapport de la Commission

Plus en détail

LOI N 63-022 DU 20 NOVEMBRE 1963 SUR LA FILIATION, L ADOPTION, LE REJET ET LA TUTELLE. (J.O. n 324 du 30.11.63, p.2479)

LOI N 63-022 DU 20 NOVEMBRE 1963 SUR LA FILIATION, L ADOPTION, LE REJET ET LA TUTELLE. (J.O. n 324 du 30.11.63, p.2479) LOI N 63-022 DU 20 NOVEMBRE 1963 SUR LA FILIATION, L ADOPTION, LE REJET ET LA TUTELLE (J.O. n 324 du 30.11.63, p.2479) Modifiée par la Loi n 2005-014 du 7 septembre 2005 relative à l'adoption. (J.O. n

Plus en détail

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES

PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES PROTOCOLE RELATIF À L ARRANGEMENT DE MADRID CONCERNANT L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES adopté à Madrid le 27 juin 1989, modifié le 3 octobre 2006 et le 12 novembre 2007 Liste des articles du

Plus en détail

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes

A/RES/55/25 II. Protection des victimes de la traite des personnes 2. L original de la présente Convention, dont les textes anglais, arabe, chinois, espagnol, français et russe font également foi, sera déposé auprès du Secrétaire général de l Organisation des Nations

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT

DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT DEVENIR TUTEUR DANS LE MEILLEUR INTÉRÊT DE L ENFANT Que devez-vous savoir sur la tutelle en vertu de la Loi sur la protection de la jeunesse? LOI SUR LA PROTECTION DE LA JEUNESSE CETTE BROCHURE A ÉTÉ RÉALISÉE

Plus en détail

PROFIL DES ÉTATS CONVENTION RECOUVREMENT DES ALIMENTS DE 2007. coordonné par le Bureau Permanent * * * COUNTRY PROFILE 2007 CHILD SUPPORT CONVENTION

PROFIL DES ÉTATS CONVENTION RECOUVREMENT DES ALIMENTS DE 2007. coordonné par le Bureau Permanent * * * COUNTRY PROFILE 2007 CHILD SUPPORT CONVENTION RECOUVREMENT DES ALIMENTS CHILD SUPPORT Doc. prél. No 3 (définitif) Prel. Doc. No 3 - final septembre / September 2012 PROFIL DES ÉTATS CONVENTION RECOUVREMENT DES ALIMENTS DE 2007 coordonné par le Bureau

Plus en détail

Intervenir à l étranger Une revue des règlements canadiens ayant trait aux activités à l étranger

Intervenir à l étranger Une revue des règlements canadiens ayant trait aux activités à l étranger Intervenir à l étranger Une revue des règlements canadiens ayant trait aux activités à l étranger ORDRE DU JOUR 10 h Introduction 10 h 10 Aperçu des organismes de bienfaisance et des organismes sans but

Plus en détail

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale

Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Siréas asbl Service International de Recherche, d Education et d Action Sociale Année 2005 DOCUMENT n 1 Analyses et études LE DIVORCE INTERNATIONAL EN BELGIQUE Rue de la croix, 22 1050 Bruxelles Téléphone

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

Vous ne pouvez pas accéder à ce site si n importe laquelle des conditions suivantes s applique à vous :

Vous ne pouvez pas accéder à ce site si n importe laquelle des conditions suivantes s applique à vous : Termes et Conditions 1 UTILISATION DE CE SITE 1.1 L accès et l utilisation de ce site sont sujets à toutes les lois et tous les règlements applicables à ce site, à l Internet et/ou au World Wide Web, ainsi

Plus en détail

S T A T U T S de L A S S O C I A T I O N R O M A N D E P O U R L A C E R T I F I C A T I O N D E S F O R ÊTS

S T A T U T S de L A S S O C I A T I O N R O M A N D E P O U R L A C E R T I F I C A T I O N D E S F O R ÊTS S T A T U T S de L A S S O C I A T I O N R O M A N D E P O U R L A C E R T I F I C A T I O N D E S F O R ÊTS I. RAISON SOCIALE SIÈGE BUT DURÉE Article 1 Raison sociale Il est constitué sous le nom Association

Plus en détail

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données

Règlement d INTERPOL sur le traitement des données BUREAU DES AFFAIRES JURIDIQUES Règlement d INTERPOL sur le traitement des données [III/IRPD/GA/2011(2014)] REFERENCES 51 ème session de l Assemblée générale, résolution AGN/51/RES/1, portant adoption du

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 48 Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances Présentation Présenté par M.

Plus en détail

La société civile de droit commun et la planification successorale

La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit commun et la planification successorale PRIVATE BANKING WWW.INGPRIVATEBANKING.BE La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit

Plus en détail

Bordeaux, le. Caisse des dépôts rue du Vergne TSA 10005 33044 Bordeaux cedex

Bordeaux, le. Caisse des dépôts rue du Vergne TSA 10005 33044 Bordeaux cedex www.cnracl.fr CAISSE NATIONALE DE RETRAITES DES AGENTS DES COLLECTIVITÉS LOCALES Tél : 05 57 57 91 99 Fax : 05 56 11 40 68 Bordex, le Madame, Monsieur, Vous trouverez ci-joint une demande de pension de

Plus en détail

Questionnaire standard pour les nouveaux Etats adhérents Réponse de: [Etat] GUINEE Date de la réponse : [date] : Le 13 Février 2013

Questionnaire standard pour les nouveaux Etats adhérents Réponse de: [Etat] GUINEE Date de la réponse : [date] : Le 13 Février 2013 CONVENTION DE LA HAYE DU 25 OCTOBRE 1980 SUR LES ASPECTS CIVILS DE L ENLÈVEMENT INTERNATIONAL D ENFANTS Questionnaire standard pour les nouveaux Etats adhérents Réponse de: [Etat] GUINEE Date de la réponse

Plus en détail

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes

Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Convention européenne sur la promotion d'un service volontaire transnational à long terme pour les jeunes Strasbourg, 11.V.2000 Préambule Les Etats membres du Conseil de l'europe et les autres Etats Parties

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION. Régime Complémentaire

NOTICE D INFORMATION. Régime Complémentaire NOTICE D INFORMATION Régime Complémentaire STATUT JURIDIQUE DU RCAR Le RCAR est une institution de prévoyance sociale : dotée de la personnalité morale et de l autonomie financière, créée par le Dahir

Plus en détail

LA CAPACITE DU MINEUR Ai-je le droit d agir seul en tant que mineur?

LA CAPACITE DU MINEUR Ai-je le droit d agir seul en tant que mineur? Droit civil LA CAPACITE DU MINEUR Ai-je le droit d agir seul en tant que mineur? Peux-tu effectuer des achats dans un magasin ou ailleurs? Peux-tu ouvrir un compte bancaire et en retirer de l argent? Pourras-tu

Plus en détail

POLITIQUES EN MATIÈRE DE GARDE D ENFANTS

POLITIQUES EN MATIÈRE DE GARDE D ENFANTS POLITIQUES EN MATIÈRE DE GARDE D ENFANTS Règlement 22(1) La demande de licence pour fournir et offrir des services de garderie familiale comporte les éléments suivants : (b.1) une copie du code de conduite

Plus en détail

AVENANT PORTANT SUR LES NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE FRAIS DE SANTE GROUPE CASINO DU 5 MAI 2008

AVENANT PORTANT SUR LES NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE FRAIS DE SANTE GROUPE CASINO DU 5 MAI 2008 AVENANT PORTANT SUR LES NOUVELLES DISPOSITIONS EN MATIERE DE FRAIS DE SANTE GROUPE CASINO DU 5 MAI 2008 ENTRE LES SOUSSIGNES : Le Groupe CASINO représenté par M. Yves DESJACQUES, Directeur des Ressources

Plus en détail

01_15. Directive sur la poursuite contre un mineur

01_15. Directive sur la poursuite contre un mineur REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE Département des finances Office des poursuites Direction générale 01_15. Directive sur la poursuite contre un mineur Modifications, contrôles, approbation Version Date Description,

Plus en détail

ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS

ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS 1 ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS ARTICLE 1 - DENOMINATION La présente Association a pour dénomination : «Habiter Enfin!». ARTICLE 2 - SIEGE Le siège de l association est fixé au : 14

Plus en détail

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE MATIERE FISCALE

ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE MATIERE FISCALE ACCORD ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA PRINCIPAUTE DU LIECHTENSTEIN ET LE GOUVERNEMENT DE LA REPUBLIQUE FRANÇAISE RELATIF A L ECHANGE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIERE FISCALE Considérant que le Gouvernement de

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS

POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS POLITIQUE EN MATIERE DE GESTION DES CONFLITS D INTERETS Janvier 2014 KURMA PARTNERS 5/7 rue de Monttessuy F-75340 Paris cedex 07, France Agrément AMF n GP 09000027 Pour nous contacter Tel +33 (0)1 58 19

Plus en détail

Une école adaptée à tous ses élèves

Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS Une école adaptée à tous ses élèves PLAN D'ACTION EN MATIÈRE D'ADAPTATION SCOLAIRE Québec Ministère de l'éducation Une école adaptée à tous ses élèves PRENDRE LE VIRAGE DU SUCCÈS

Plus en détail

Algérie. Loi relative aux associations

Algérie. Loi relative aux associations Loi relative aux associations Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 [NB - Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 relative aux associations (JO 1990-31)] Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi a pour

Plus en détail

PROTOCOLE DE LA COUR DE JUSTICE DE L UNION AFRICAINE

PROTOCOLE DE LA COUR DE JUSTICE DE L UNION AFRICAINE PROTOCOLE DE LA COUR DE JUSTICE DE L UNION AFRICAINE 1 PROTOCOLE DE LA COUR DE JUSTICE DE L UNION AFRICAINE Les Etats membres de l Union africaine : Considérant que l Acte constitutif a créé la Cour de

Plus en détail

U-CH Statuts Commission suisse de validation des modules informatiques pour utilisateurs

U-CH Statuts Commission suisse de validation des modules informatiques pour utilisateurs U-CH Statuts Commission suisse de validation des modules informatiques pour utilisateurs Secrétariat U-CH J. Bertschi c/o CPLN SFC Adresse Maladière 6, 00 Neuchâtel Tél. 0/77 40 0 E-mail : jeanine.bertschi@cpln.ch

Plus en détail

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif

Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Rapport explicatif Protocole n 15 portant amendement à la Convention de sauvegarde des Droits de l'homme et des Libertés fondamentales (STCE n 213) Introduction Rapport explicatif 1. La Conférence de haut niveau sur l avenir

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/7 Conseil économique et social Distr. générale 26 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de l innovation, de la compétitivité et des

Plus en détail

Grands principes du droit du divorce

Grands principes du droit du divorce Grands principes du droit du divorce En Belgique, il existe deux procédures de divorce: - la procédure DCM ( Divorce par Consentement Mutuel) - la procédure DDI ( Divorce pour Désunion Irrémédiable) 1.

Plus en détail

COMPRENDRE SA RETRAITE

COMPRENDRE SA RETRAITE Salar ié du secteur pr ivé COMPRENDRE SA RETRAITE avec l Assurance retraite, l Arrco et l Agirc??? Janvier 2012 = Le système de retraite Le système de retraite obligatoire est à deux étages. Vous cotisez,

Plus en détail

1 copie de l acte pour le dossier + 2 x Formulaire I et II. 1 copie de l acte pour le dossier + 2 x Formulaire I et le cas échéant II

1 copie de l acte pour le dossier + 2 x Formulaire I et II. 1 copie de l acte pour le dossier + 2 x Formulaire I et le cas échéant II ASSOCIATIONS, FONDATIONS et ORGANISMES : UTILISATION DES FORMULAIRES 1. Associations, Fondations et Organismes existantes. Formulaires à utiliser SITUATION JURIDIQUE Coûts 1 2013 Nombre exemplaires Modification

Plus en détail

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ;

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Loi n 96-022/ Régissant la mutualité en République du Mali. L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur

Plus en détail

Catherine Olivier Divorcer sans casse

Catherine Olivier Divorcer sans casse Catherine Olivier Divorcer sans casse Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3511-2 Chapitre 2 Le divorce accepté Cette procédure concerne actuellement environ 15 % des divorces. Le divorce accepté, autrefois

Plus en détail

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS Champ d application de la politique Il y a placement privé lorsqu un émetteur distribue des titres en contrepartie d espèces aux termes des dispenses de prospectus ou des

Plus en détail

Produire les copies et présenter les originaux. 1 - Pièces justificatives communes à toutes les demandes

Produire les copies et présenter les originaux. 1 - Pièces justificatives communes à toutes les demandes PIECES A PRODUIRE POUR UNE DEMANDE DE CARTE DE RESIDENT PREMIERE DEMANDE Produire les copies et présenter les originaux 1 - Pièces justificatives communes à toutes les demandes Lettre de demande de carte

Plus en détail

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION

LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION MAJ 23/04/12 Avec la collaboration du Cridon Nord-Est LES CLAUSES PARTICULIERES DE DONATION Une donation peut imposer au donataire une ou plusieurs obligations (charge), ou prévoir une résolution de l

Plus en détail

DIVORCE l intérêt du consentement amiable

DIVORCE l intérêt du consentement amiable Conférence-débat du jeudi 2 octobre 2014 DIVORCE l intérêt du consentement amiable Depuis le 1 er janvier 2005 (date d entrée en vigueur de la loi sur le divorce du 26 mai 2004), les époux ont le choix

Plus en détail

Loi du 26 juillet 2013 relative à l arrêté d admission en qualité de pupille de l Etat. Note d information

Loi du 26 juillet 2013 relative à l arrêté d admission en qualité de pupille de l Etat. Note d information MINISTERE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTE MINISTERE DELEGUE CHARGE DE LA FAMILLE DIRECTION GENERALE DE LA COHESION SOCIALE 31 décembre 2013 Loi du 26 juillet 2013 relative à l arrêté d admission en

Plus en détail

0.812.101. Convention pour la reconnaissance mutuelle des inspections concernant la fabrication des produits pharmaceutiques.

0.812.101. Convention pour la reconnaissance mutuelle des inspections concernant la fabrication des produits pharmaceutiques. Texte original 0.812.101 Convention pour la reconnaissance mutuelle des inspections concernant la fabrication des produits pharmaceutiques Conclue à Genève le 8 octobre 1970 Approuvée par l Assemblée fédérale

Plus en détail

Le maintien du niveau de vie après le divorce : la prestation compensatoire. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Le maintien du niveau de vie après le divorce : la prestation compensatoire. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 27 juin 2007 à 9 h 30 «Niveau de vie, veuvage et divorce» Document N 02 Document de travail, n engage pas le Conseil Le maintien du niveau de vie

Plus en détail

L européanisation du droit international privé Conflits de lois.

L européanisation du droit international privé Conflits de lois. L européanisation du droit international privé Conflits de lois. Paul LAGARDE Pourquoi unifier les règles de conflits de lois au sein de l Union européenne? L unification des règles de conflit de juridictions

Plus en détail

Aide-mémoire Certificat d assurance. Pour votre sécurité sociale

Aide-mémoire Certificat d assurance. Pour votre sécurité sociale Aide-mémoire Certificat d assurance Pour votre sécurité sociale Lire correctement son certificat d assurance Un certificat d assurance peut constituer une véritable énigme. Cet aide-mémoire de la SVE vous

Plus en détail

La formation adaptée s adresse aux exploitants de chambres d hôtes visés à l article L.324-4 du code du tourisme.

La formation adaptée s adresse aux exploitants de chambres d hôtes visés à l article L.324-4 du code du tourisme. Union des Métiers et des Industries de l Hôtellerie JURIDIQUE Date : 08/04/13 N : 11.13 Formation des Loueurs de Chambres d Hôtes délivrant des Boissons Alcooliques Sur le plan législatif et réglementaire

Plus en détail

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine.

Les autorités judiciaires françaises n ont pas mis en œuvre de politique nationale de prévention dans ce domaine. COMITE D EXPERTS SUR LE TERRORISME (CODEXTER) CYBERTERRORISME L UTILISATION DE L INTERNET A DES FINS TERRORISTES FRANCE Avril 2008 Kapitel 1 www.coe.int/gmt A. Politique Nationale 1. Existe-t-il une politique

Plus en détail

GUIDE POUR L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES DESSINS ET MODÈLES INDUSTRIELS EN VERTU DE L ARRANGEMENT DE LA HAYE

GUIDE POUR L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES DESSINS ET MODÈLES INDUSTRIELS EN VERTU DE L ARRANGEMENT DE LA HAYE GUIDE POUR L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES DESSINS ET MODÈLES INDUSTRIELS EN VERTU DE L ARRANGEMENT DE LA HAYE (mis à jour en janvier 2015) Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle GENÈVE

Plus en détail

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action

Orientations. gouvernementales. en matière. d agression. sexuelle. Plan d action Orientations gouvernementales en matière d agression sexuelle Plan d action Édition produite par : La Direction des communications du ministère de la Santé et des Services sociaux Pour obtenir d autres

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

NOTICE D'INFORMATION RELATIVE AU CESU «AIDE A LA PARENTALITE 6-12 ANS»

NOTICE D'INFORMATION RELATIVE AU CESU «AIDE A LA PARENTALITE 6-12 ANS» SECRÉTARIAT GÉNÉRAL DIRECTION DES RESSOURCES HUMAINES SOUS DIRECTION DES POLITIQUES SOCIALES ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL NOTICE D'INFORMATION RELATIVE AU CESU «AIDE A LA PARENTALITE 6-12 ANS» Objet :

Plus en détail

ORDINE DEGLI AVVOCATI D IVREA

ORDINE DEGLI AVVOCATI D IVREA ORDINE DEGLI AVVOCATI D IVREA Introduction Les italiens divorcent depuis peu de temps. En effet le divorce a été introduit dans la législation italienne par la loi n 898 du 1er décembre 1970 sur la dissolution

Plus en détail

d intervention prioritaires de l Etat et les modalités de cette intervention.

d intervention prioritaires de l Etat et les modalités de cette intervention. DSAS/Avant-projet du 28.02.2014 Loi du... sur les seniors (LSen) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu la Constitution du canton de Fribourg du 16 mai 2004 (Cst. cant.), notamment ses articles 35 et

Plus en détail

Questionnaire «B» Peuvent être nommées procureurs les personnes ayant le casier judiciaire vierge et ayant le droit de vote qui ont acquis :

Questionnaire «B» Peuvent être nommées procureurs les personnes ayant le casier judiciaire vierge et ayant le droit de vote qui ont acquis : Questionnaire «B» I. Les conditions préliminaires pour la nomination au poste du procureur sont les suivantes : Aux termes de la loi régissant les rapports de service au sein du parquet : Peuvent être

Plus en détail

Ordonnance sur les services de certification électronique

Ordonnance sur les services de certification électronique Ordonnance sur les services de certification électronique (OSCert) 784.103 du 12 avril 2000 (Etat le 23 mai 2000) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 28, 62 et 64 de la loi du 30 avril 1997 sur les

Plus en détail

Politique de remboursement des dépenses de fonction

Politique de remboursement des dépenses de fonction Adoption : 12 avril 2008 Les deux dernières révisions : Le 21 septembre 2013 Le 14 septembre 2014 Politique de remboursement des dépenses de fonction PRÉAMBULE La mission de la Fédération des comités de

Plus en détail

2. Accord sur les privilèges et immunités de la Cour pénale internationale *

2. Accord sur les privilèges et immunités de la Cour pénale internationale * 2. Accord sur les privilèges et immunités de la Cour pénale internationale * Table des matières Page Article 1. Emploi des termes... 79 Article 2. Statut juridique et personnalité de la Cour... 80 Article

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers

Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers Certification professionnelle Dispositif de vérification du niveau de connaissances minimales des acteurs des marchés financiers Professionnels concernés et modalités de vérification Mai 2013 Sommaire

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.30/AC.2/2009/6 27 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Comité de gestion de la Convention

Plus en détail